Partagez | .
[Cours été 2016] Charkos, Pokémon beaucoup trop énergique.
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 127
Points d'Expériences : 260

MessageSujet: [Cours été 2016] Charkos, Pokémon beaucoup trop énergique.   Mar 30 Aoû - 12:36

Premier jour.

    Le cours que j'avais choisi n'était probablement pas de tout repos, mais il était sans doutes celui qui convenait le mieux à ma faible vision. Je me disais que m'occuper d'un Pokémon n'avait pas l'air trop compliqué, jusqu'à ce que je demande à ce qu'on me relise plus clairement l'intitulé. « Pokémon à la force démesurée ». Cela promettait d'être... Intéressant. Espérons que je pouvais compter sur Walker. Sa force était démesurée, à lui aussi. Enfin, dans le sens où il aimait exploser des choses à l'aide de sa force. Mais là n'est pas le sujet.
         Voilà que je bouclais mes valises non sans difficulté, prête à me rendre au port. Ma destination n'était autre que Sinnoh, dans la ville de Cherbourg plus précisément. Le Champion qui avait précédé l'actuel champion de cette ville y résidait toujours, et il avait besoin que l'on garde l'un de ses Pokémons, comme le disait l'intitulé du cours. J'avais donc décidé de me porter volontaire, malgré cette vue horrible que j'avais. J'avais demandé à ce qu'on me lise l'intitulé des autres cours, mais le résultat avait été sans appel: Soit ils n'étaient pas de la spécialité que j'avais choisie, soit je n'était pas en mesure de le faire car ils devaient demander une vue normale. Vous comprenez bien que, la cartographie, pour une personne avec une vue aussi catastrophique que la mienne, ce n'est pas trop possible...

    Mes affaires avec moi, et la ball de Walker dans ma poche, j'embarquais donc à dos de Tropius vers le port. La chaleur était épouvantable, et j'avais si peu dormi la veille qu'à tout moment je craignais que la fatigue n'aie raison de moi. De toute manière, ce n'était pas simple de dormir, car le transport était instable et le Tropius marchait vite. Le trajet était plutôt secoué, ce n'était vraiment pas agréable.
          J'avais enfin vu le port. Je descendis du Tropius lorsque celui-ci fut arrivé à destination, et aussitôt j'embarquai dans le grand bateau qui me conduirait à Sinnoh. C'était Joliberges que je devais atteindre, et faire ensuite le trajet jusqu'à Charbourg. Si celui-ci n'était pas très long, en revanche le trajet Touga-Joliberges en bateau l'était affreusement. Surtout que mon transport maritime avançait à une lenteur... Sur le bateau, j'en avais profité pour dormir. Le capitaine avait annoncé quelques heures de trajet, et vu la fatigue qui me gagnait j'avais grandement le temps de me reposer. Heureusement, j'avais ouvert les yeux quelques minutes avant que le bateau ne gagne le port. Ce qui m'avait laissé le temps pour prendre mes valises,  et descendre convenablement. En regardant le ciel, j'avais constaté que le bateau était arrivé au crépuscule. Quelle heure était-il? Nous étions en été, je pouvais donc supposer vingt-et-une-heure. Bon... Ce n'était pas aujourd'hui que j'allais rejoindre Charbourg. Heureusement, j'avais vécu avec une femme riche et j'avais donc l'argent nécessaire, surtout qu'elle m'en avait fourni pas mal avant mon départ. Cette nuit donc, je la passai dans un petit hôtel de la ville, et le lendemain je me devais de me lever à l'heure. Souvent, je demandai mon chemin à certaines personnes. Certes, ma vue me permettait de marcher et me diriger sans avoir besoin de me tenir à quelque chose ou quelqu'un, mais je n'arrivais pas à distinguer correctement les silhouettes, parfois même j'en confondais. Demander était sûrement la meilleure chose à faire.



Deuxième jour.

    Me voilà donc en route, dans le petit bus censé me conduire vers Charbourg. J'étais excitée et en même temps stressée. A vrai dire, je ne savais pas ce qui m'attendais, forcément. Un Pokémon a la force démesurée... Ca n'annonçait rien de très amusant. Mais je devais rester confiante. Le trajet avait été, de toute évidence, beaucoup moins long que celui de la veille. Charbourg ne se situait pas très loin de Joliberges. Il suffisait de traverser la route jusqu'à Féli-Cité, puis de traverser la route suivante et hop, Charbourg atteinte! En toute honnêteté je n'avais pu voir seulement que de floues ombres, mais ça, vous le savez déjà. Je me répète un peu trop.
         C'est en agrippant aux sièges que je descendis du bus, car même si j'arrivais à me déplacer assez bien j'avais peur de me heurter quelque part. Je traînais mes valises derrière moi, faisant attention à ne pas bousculer les silhouettes qui avançaient devant moi. Par mesure de précaution, j'ai attendu que l'activité derrière moi se calme avant de reprendre ma route. J'aurais vraiment aimé distinguer correctement le « visage » de Charbourg.  Voir les maisons, de quoi elles étaient faites, voir si la ville était bien minière... Bref, tout un tas de choses. Cette vue floue et ce noir et blanc constants, ça m'énerve.

    Avec peine, et demandant souvent mon chemin, je fus réduite à demander à quelqu'un de me conduire directement chez l'ancien Champion de Cherbourg. De ce qu'on disait, cet homme s'était beaucoup impliqué dans les diverses activités de la ville, dont la mine de Charbourg. Pourquoi avait-il abandonné son rôle de champion? Je n'en savais rien. Je n'avais pas eu plus de renseignements. Apparement, c'est parce qu'il se sentait trop vieux et moins fort pour être champion. L'actuel champion de la ville se nommait Pierrick, d'ailleurs. Je me demande pourquoi ce n'est pas lui qui avait obtenu la garde du Pokémon...
         Il s'avère qu'en fait, j'étais tombée directement sur ce champion. Il avait déclaré qu'il était sortit chercher lui-même le dresseur qu'il attendait pour garder son Pokémon, c'est à dire moi. Je me suis sentie gênée sur le coup, parce que j'avais du retard. J'avais préféré ne rien dire, sur le coup.

    Nous étions finalement arrivés, et il s'était empressé de vaguement tout m'expliquer. Il partait pour plusieurs jours, ce qui voulait dire que j'en avais pour plusieurs jours. Il me montra d'abord la chambre où je pourrais loger, et dieu ce que sa maison était... Vide. Enfin, je ne distinguais pas grand chose, ce qui laissait supposer qu'il n'avait que très, très peu de choses chez lui. Ensuite, il m'indiqua quelle nourriture je devais prendre pour son Pokémon, où elle se trouvait, etc... Il me dit que son jardin regorgeait de baies, ce que je trouvais étrange dans une ville comme Charbourg. Peut-être qu'il avait des réserves, ou qu'il avait créé lui-même une parcelle de terre où planter quelques baies.
         Ensuite, vint le moment de la présentation du Pokémon. Lorsqu'il me le présenta... Bon sang, la silhouette était énorme. Qu'est-ce que c'était que ça? Un Charkos. Magnifique. Je ne m'étais pas du tout attendue à ça, en vérité. Il m'avait conduite dans son jardin, et je pus comprendre. Son terrain... était immense, et recouvert de rochers. Il me l'avait expliqué après que je lui aie brièvement parlé de ma vue. Et sa plantation de baie se trouvait dans un coin du jardin, mais le problème n'était pas là. Il fallait Traverser le champs de rocher, et croyez-moi lorsqu'on a une vue comme la mienne... C'est horriblement compliqué. Enfin, il m'a expliqué comment était son Pokémon. Le Charkos était un Pokémon horriblement impulsif et énergique, sans être agressif, m'avait dit l'ex champion. Il avait constamment besoin de se dépenser et était du genre à foncer sur tout et n'importe quoi. Tient donc, ça me rappelle quelqu'un... Ah, on y vient, aux baies. Il aimait énormément les baies, pour ça qu'il y avait une petite plantation non loin. Le dresseur me rappela d'en faire pousser régulièrement, ou sinon son Pokémon piquerait une crise. Charmant. Aussi, il m'indiqua que son Charkos pouvait être très bourrin, mais néanmoins affectueux. Je crois que cet homme ne se rendait pas compte de la force démesurée de ce type de Pokémon.... Bon, d'accord, j'avoue que je n'avais d'abord pas cru ce qu'on m'avait lu en me disant l'intitulé, mais maintenant...



Troisième jour.

    Après une nuit reposante, une sorte d'explosion assourdissante me tira de mon sommeil. Je me réveillai, en sursaut, et, sans même enfiler mes vêtements, je descendais et filait à l'extérieur en pyjama. Qu'est-ce que c'était? De toute évidence, ce n'était pas mon cher Gringolem, puisque lui n'allait pas jusqu'à exploser des choses. Qu'est-ce qui diable avait pu provoquer une explosion aussi forte? … D'accord, d'accord. Je déboulais dans le jardin, avant d'apercevoir le Charkos détaler à toute allure entre les rochers. Je pouvais voir quelques débris de roche dispersés au sol, alors que le Pokémon venait vers moi en... En courant. D'accord, en temps normal ma vue est vraiment pas exceptionnelle, mais là... C'était évident que les rochers étaient visibles, mais le Charkos l'était encore plus tant il était grand. Enfin grand... Il l'était presque jusque autant que moi.
         Alors que je tentais de me décaler, trop tard. Il vint me donner un coup de boule bien placé qui m'éjecta d'un petit mètre sur le coté, et je me retrouvai au sol sans trop d'explication. Est-ce qu'il avait voulu être affectueux? Je n'en ai pas la moindre idée. Je ne savais pas trop à quoi ressemblaient les Charkos, mais autant dire qu'ils étaient grands et puissants.

    Après m'être relevée, je commençais à faire le tour du jardin, enfin, plutôt du terrain puisqu'il était totalement dépourvu d'herbe, si on oubliait la petite parcelle qui servait à la plantation des baies. Je n'avais pas eu le temps de « l'observer » d'ailleurs. Je me décalai comme il le fallait sur le coté, pour que ma main vienne toucher un mur de roche. Pas étonnant, puisque j'étais à Charbourg. Promenant ma main tout du long, je continuais d'avancer, profitant pour étudier la structure de la pierre. Ca m'avait l'air incroyablement solide... Si les rochers qui jonchaient le terrain étaient faits de cette matière, ça me paraissait tout de même étonnant que le Charkos parvienne à les briser. Mais comme ma vue ne me permettait évidemment pas de déterminer tout ça... Il me fallait me résoudre à avancer vers les pierres installées un peu partout maladroitement dans le terrain.
         Je cherchai la silhouette floutée du Charkos, et lorsque je la constatai éloignée j'en profitai pour m'approcher d'un des rochers qui recouvraient le sol. Très vite, j'en étudiai la « matière », et je constatai que... C'était très fragile. Des rochers artificiels? Probablement. L'ex champion ne m'avait pas expliqué grand chose, car une chose est sûre: Il était pressé, très pressé, et cela s'entendait. Mais bon, je devais m'activer, et ce n'est pas ma vue horrible qui allait m'empêcher de mener ce cours à bien! Je n'étais pas là pour perdre mon temps. … Je ne savais même pas pour combien de temps l'homme partait! Il m'avait dit qu'il en avait pour trois à quatre jours. Ca promettait.

    Bon. Quelle heure était-il... Probablement le moment de nourrir le Pokémon? Après avoir fait le tour du terrain, et accessoirement m'être fait courser par le Charkos qui avait visiblement envie de me donner des coups de tête pour me projeter à dix mètres, je rentrai à l'intérieur, le souffle haletant. Il était si ingérable que ça, ce Pokémon? Me remémorant les paroles de son dresseur, je me souvins qu'il m'avait dit de ne pas le sortir autre part que dans son terrain. Très bien, je note. Enfin, je note dans ma tête, hein.
         Avec difficulté, je me rendais dans la cuisine, qui était plutôt bien rangée. Enfin c'est ce que je pu déduire en tâtant les meubles. Ils m'avaient l'air propres, aussi. L'ex champion avait dit qu'il m'avait mis des poffins de coté, une nourriture dont raffolait le Charkos en plus des baies. Alors que je les cherchais avec peine, je pouvais entendre des « bongs » plus ou moins puissants contre la porte. Alors non, ce n'était pas mon Pokémon qui était sorti de sa Pokéball, même lui ne frappait pas aussi puissamment. Ah, Luna dépêche toi avant que cette saleté de Charkos n'enfonce la porte! Finalement, je trouvais la boîte Poffins et l'embarquait avec moi, en titubant jusqu'à la porte de sortie. Bon sang ce qu'elle était lourde. Et là, je ne pouvais pas me tromper en ce qui concernait la sortie, puisque les bruits suffisaient à me l'indiquer. D'ailleurs, si la porte était en bois, comment résistait-elle à l'assaut des coups de crâne du Charkos? … Un simple toucher sur la porte me permit de deviner qu'elle était fait en acier résistant. Euh, c'était possible ça? Sûrement... Et, à peine j'eus ouvert la porte que je dus me mettre à courir. Pourquoi? … PARCE QUE LE POKEMON S'ETAIT JETE SUR MOI ET AVAIT MANQUE DE M'ENVOYER VOLER A DIX METRES DE MA POSITION ACTUELLE. Bon. Du calme, reprends-toi Luna. J'espère qu'il est pas comme ça avec son dresseur... Mais j'y pense, son dresseur doit probablement savoir le gérer bien mieux que moi. Pas étonnant.

    Bon. Après avoir courut plusieurs minutes non-stop en manquant de finir par terre parce que j'ai trébuché pas mal de fois contre de petits cailloux, et en bien sûr tentant d'éviter les coups de boule que me préparait le Charkos, je finis par m'asseoir contre un rocher, essoufflée. La boîte de poffins était toujours contre moi, je la tenais fermement et j'étais d'ailleurs étonnée du fait qu'elle ne se soit pas ouverte. J'avais de la chance, quand même. Remarquez, j'avais développé des aptitudes en course, aha. Ce qui ne m'avait somme-toute pas empêché de manquer de tomber plusieurs fois. En levant les yeux, je pus voir l'imposante silhouette du Pokémon avancer vers moi, toujours accompagné de ses bruits de pas assourdissants. Qu'est-ce qu'il comptait faire, là? Il n'avait pas intérêt à attraper la boîte de poffins, ah ça non! Vite, je me dépêchais de plonger une main dans une poche de la boîte. Je dégainais le petit met en direction du Charkos, qu'il avala au plus vite. Je m'apprêtais à pousser un soupir de soulagement... Quand il me poussa d'un coup de tête brutal. Sans comprendre ce qui m'arrivais, la boîte me tomba des mains et je me retrouvais au sol.
         Ce ne fut qu'une fois redressée, en fouillant sur le sol que mes doigts heurtèrent la poche de la boîte. Je tâtais l'intérieur... Vide.



Quatrième jour.

    Si j'étais là pour encore deux ou trois jours, j'avais intérêt à me débrouiller correctement. En me levant, je repensais à hier, et même si je ne voyais pas grand chose, je me rappelais parfaitement du bazar que le Charkos avait fait. Il avait dévalisé mes poffins. Il m'avait courut après dans le jardin pour les avoir. Il avait détruit deux trois rochers. Il m'avait envoyée à divers endroit du jardin d'un simple coup de tête. J'avais fini parfois dans les buissons à baie, parfois contre des rochers, parfois SUR des rochers. Résultat des courses: J'avais fini avec de nombreuses égratignures, griffures, bleus et courbatures. Ce cours n'aurait pas été important pour ma scolarité, j'aurais abandonné directement. Sans rire.
         Déjà, à mon réveil j'avais mal partout.  Et quand je me suis rendue dans le jardin, c'était pire. Je ne voyais tellement rien que je me cognais à tous les meubles de la petite maison. Et lorsque je me suis cognée contre la porte, ça avait résonné en un bruit métallique a-troce. Et vous savez quoi? Je suis tombée par terre.

    Quand je suis sortie, au final, après de trèèèès longues minutes, étrangement le Charkos ne s'était pas précipité vers moi. Finalement, en faisant le tour du jardin, je pouvais voir sa silhouette « roulée en boule » contre le mur. Il dormait! Parfait, ça me laissait du temps. … Erreur, puisque, à peine je lui passais devant que je l'entendais se relever brusquement, et me saluer d'un coup de tête qui me propulsa contre un rocher. En poussant un grognement rauque, je me relevais avec peine. Sauf que j'avais décidé de m'asseoir contre le rocher, en attendant que la douleur se calme. Bon sang, si il continuait comme ça, il allait finir par me broyer le dos. Étrangement, le Pokémon s'approcha doucement de moi, et, comme si j'anticipais son coup de tête, je levais la main tendue dans sa direction, dans un geste qui indiquait de s'arrêter. Et... Je sentis qu'il vint coller son crâne contre la paume de ma main, ce qui me fit ouvrir de gros yeux. Je lui tapotais gentiment la tête, soupirant.

-Bon sang, si tu pouvais être moins violent, ça serait fun. Je fis, presque avec dédain.

    Finalement, je finis par me relever. Et le Pokémon se mit à tourner à l'intérieur du jardin en piétinant le sol avec violence. Je frappais ma tête dans ma main en grognant. J'espérais au moins que la journée d'aujourd'hui se passerais relativement mieux que la veille. Sachant que... Je n'avais plus de poffins, et que je devrais donc me contenter des baies dans le jardin. Fallait juste qu'elles soient nombreuses, et qu'il ne pense pas à se jeter dessus. Je lâchais un autre soupir, puis commençais à marcher nonchalamment entre les rochers, regardant les silhouettes autour de moi pour éviter de me cogner. Un pressentiment étrange m'indiqua que je devais lancer la ball de Walker. Et j'avais eu raison, puisque le Charkos fonçais vers moi. Comment je le savais ? Ses bruits de pas contre le sol, quelle question!
    Là, j'avais le choix. Le calmer en faisant attaquer mon Pokémon, ou le laisser me propulser dans-trop tard. Bien sûr, j'avais pris le temps de réfléchir, et donc quand j'ai demandé à Walker de lancer l'attaque, trop tard. Le Charkos m'avait envoyé dans les buissons. Les rochers ne lui suffisaient pas pour dépenser son trop plein d'énergie?! Il fallait qu'il se serve d'un Puching-Ball humain? Non mais, JE SUIS PAS UN PUCHING BALL!

    Où étais-je, cependant? … Dans le buisson où se trouvaient les baies. Sur le seul parterre cultivable de ce terrain de pierre. Je piochais au hasard pour en cueillir une, et je la brandissais vers le Charkos, attendant qu'il me remarque. Je poussais un grognement, et au bout de longues minutes qui me parurent être une éternité, il finit par venir attraper la baie dans ma main.

-Dit, le Charkos, avant de filer, tu m'aides à me relever?

    Je lâchais un sourire, et m'appuyais a son crâne pour me relever. Le Pokémon passa le reste de la journée à tourner entre les rochers, et j'essayais de l'éviter du mieux que je pouvais. Résultat des courses: Je me retrouvais avec un peu moins de bleus que la veille. Un peu moins.



Cinquième jour.

    Bon, je dois avouer que la journée de la veille s'était passée relativement mieux que la toute première. Ne sachant pas combien de jours il me restait, je décidais de descendre m'occuper du Charkos dans le terrain. Heureusement, j'avais eu le temps d'appeler Walker. Et là, au moment où le Pokémon s'apprêtait à me foncer dedans pour me donner un coup de tête bien placé, mon Gringolem le stoppa d'une attaque Dynamopoing. Une attaque qui parut un poil trop puissante. Miiiince, j'avais complètement oublié la puissance de l'attaque, son type et surtout, le type du Charkos... Le Pokémon se heurta contre le sol dans un bruit assourdissant, et je commençais à paniquer. Est-ce que je l'avais mis K.O? J'espère qu'il n'était pas trop blessé... Moi qui voulais le calmer, j'avais été un peu trop violente avec. Paniquée, je commençais à tourner autour du jardin, cherchant le plan de baies. D'ailleurs... C'était quoi comme espèce de baies? Je priais pour que ce soit des baies oran. Quand j'y pense, je ne m'étais pas vraiment occupée du Pokémon ces deux derniers jours... A part le nourrir, je ne lui avais pas vraiment montré de l'attention. Et c'est maintenant qu'il est blessé que je le fais? Stupide moi!
         Après m'être cognée plusieurs fois la tête contre la paume de ma main, je finissais par me décider à cueuillir quelques baies sur le plan. D'abord, je décidais quand même d'en étudier une. J'avais réussi à reconnaître les baies Oran à leur forme parfaitement rondouillarde, et leur odeur assez particulière mais néanmoins agréable. … Ouf, les critères correspondaient. Et la teinte était plutôt sombre. Bon, là il y avait quand même 99% de chances qu'il s'agisse de baies oran. J'en prenais donc plusieurs dans mes bras, et je me dirigeais vers le Pokémon dont la posture de sa silhouette m'indiquait qu'il n'était pas en grande forme. Je déposais au sol le tas de baies que j'avais cueillies, et je le vis pencher doucement la tête vers elles. Quelques minutes plus tard... Il s'était relevé. Il avait l'air en meilleure forme, déjà. Bon, au moins je ne m'étais pas trompée sur le type de baies que c'était, et ses propriétés étaient donc confirmées.

-Pardon de t'avoir blessé, Charkos, mais faut vraiment, vraiment que tu arrêtes d'essayer de m'envoyer des coups de tête.

    Je tapotais amicalement la tête du Pokémon. Bon, il fallait que je lui trouve un moyen pour dépenser son trop plein d'énergie. En y repensant... C'était peut-être parce que le Pokémon cognait sa tête contre des rochers que le plan ne comptait que des baies oran? Je suis allée m'asseoir contre un rocher, donc, et, prenant ma tête dans mes mains, je réfléchissais à un moyen pour que le Pokémon dépense son énergie sans me donner des coups de tête qui me feraient atterrir dans les buissons. Le faire se battre contre mon Gringolem? Le faire courir autour du terrain? Pourquoi pas.
    Je soupirais, puis j'appelais le Pokémon. Il arriva vers moi en trottinant, et au moment où je sentais qu'il allait m'envoyer un coup de tête, je lui criais de s'arrêter. Stupéfait, il me fixa, enfin je sentais qu'il me fixait. Passant une main dans mes cheveux, je grognais dans sa direction. Puis, je bloquais le coup de tête qu'il allait m'envoyer en faisant attaquer mon Gringolem. Le Pokémon, je devinais, resta stupéfait pendant que Walker restait... Statique, comme il avait l'habitude de le faire. Avec un sourire, je constatais qu'au final, ça ne serait pas si compliqué de le calmer. Programme de la journée: Faire courir le Charkos, le faire attaquer contre des rochers et enfin, le faire combattre contre Walker. Alors, étape 1, lancée.

    « Regardant » le Charkos droit dans les yeux, je le fusillais du regard même si je ne pus deviner sa réaction, ma vue ne me permettant pas de voir ce genre de choses. Donc, c'est partit. Il fallait juste que je trouve un moyen de le faire courir... Des baies. Le plaçant à un point de départ, je dû lui ordonner par plusieurs fois de ne pas bouger pendant que j'allais chercher les fruits. Je lui ordonnais de se tourner vers la droite, et je mis une bonne dizaine de minutes à disperser les baies dans tous le terrain. Mon but, en rajouter une à chaque fois qu'il en avalerait une, et ce jusqu'à ce qu'il s'épuise. Bon, bien sûr, c'était compliqué, avec ma vue. Heureusement que pour cette fois, je pouvais compter sur l'aide EXCEPTIONNELLE de Walker.
         Quand enfin, toutes les baies furent dispersées sur le terrain -j'en avais placé seulement cinq pour le moment-, j'ordonnais au Charkos de s'élancer.

-Bon, maintenant Charkos... COURS. ET RECUPERE MOI CES BAIES.

    Si il n'avait pas foncé pour les attraper, j'aurais sans aucun doute sollicité l'aide de mon starter. Mais, je pus deviner que le Charkos avait été lassé d'attendre puisque ses pas se faisaient rapides, et surtout puissants. C'était compliqué de placer des baies dès qu'il en avalait une autre, donc Walker se chargeait de la moitié du travail. Au final, au bout de quelques longues minutes, le Charkos finit par être lassé de récupérer des baies, si bien qu'il s'était mis à courir tout autour du terrain sans pour autant les récupérer. Non, en fait j'avais plutôt l'impression qu'il s'était mis à les écraser depuis la septième baie que j'avais posée sur le sol. Point positif, il ne cherchait plus à m'envoyer dans les buissons.
         Enfin, le Pokémon finit par venir s'arrêter devant moi. Je lui tapotais la tête amicalement, puis je me permettais de prendre une pause, le temps qu'il recharge son énergie. En milieu d'après midi, je décidais d'attaquer la seconde partie du programme. Mais, euh... C'est quoi les attaques d'un Charkos? Vous ne pouvez pas savoir comment j'ai galéré pour trouver le petit Pokédex de mon Ipok, et pour jeter un œil aux attaques du Charkos. Les lettres étaient toutes floutées, je crois avoir mis environs une demie-heure, si ce n'est plus, à déchiffrer le nom des attaques du Pokémon. Ainsi donc, après les avoir répétées dans ma tête et mémorisées, je pouvais ENFIN lancer la phase deux du programme que j'avais préparée pour le Charkos. Je le fis donc lancer diverses attaques sur les rochers qui recouvraient le terrain, telles que Bélier, Coud'Boule, et d'autres attaques diverses qu'il possédait. Pendant un moment, je faisais lancer des attaques au Charkos sur les très nombreux rochers qui couvraient le terrain. Lorsque je sentis qu'il commençais à en avoir marre, je le récompensais en lui lançant une baie Oran. Bon, le combat avec Walker attendrait demain.



Sixième jour.

    Je crois qu'aujourd'hui c'est le dernier jour. Bon, je suis rassurée. Résultat de la veille: La journée a été bien meilleure que les deux premières. Même si j'avais finis deux ou trois fois propulsées dans les buissons. Aujourd'hui, j'entamais la dernière phase du programme que je lui avais préparé, soit le faire combattre Walker
         Je lançais donc mon Gringolem, prêt à combattre contre le Charkos. Mais... Visiblement, ce dernier ne semblait pas vouloir combattre. En fait, il s'était mis à tourner autour du terrain, comme si il attendait que des baies Oran y soient. En fait, on aurait dit qu'il s'attendait à répéter le programme d'hier. … Pourquoi pas, après tout. Cette dernière journée se passa donc comme la veille, mais cependant elle fut plus court. En matinée, je l'avais fais courir autour du terrain à chercher les baies oran, mais c'est à peine si il y prêta attention. En début d'après-midi, il se mit à attaquer les rochers sans que je le lui demande. Au moins, je ne lui servais plus de Puching-Ball, c'est déjà ça.

    En fin d'après-midi, le dresseur du Charkos était rentré. Finalement, il n'était pas partit trop longtemps... Je lui racontais ce qui s'était passé, et il m'expliqua que même lui n'aurait jamais pensé à lui faire dépenser son énergie de cette manière. Il me dit qu'il jugeait mes méthodes intéressantes, alors que lui passait son temps à le faire combattre contre son équipe. Il avait trop d'énergie qu'il avait besoin d'énormément dépenser. Au final, l'élevage, ce n'était pas du tout fait pour moi. J'allais faire mon rapport de cours, du moins galérer mais il serait fait. Bon, évidemment, je n'étais pas sûre qu'il serait bon, mais ça valait le coup d'essayer.
         Au moment où je m'apprêtais à rentrer sur Touga, arrivée pour prendre un bus qui me mènerait à Joliberges, l'ancien champion s'adressa à moi. Et il m'avait demandé...

-Tu songes faire éleveuse, à la Pokémon Community?

    Là, mes yeux s'étaient ouverts, comme gorgés d'horreur.

-... JAMAIS.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5416-luna-wainwright-mentali
[Cours été 2016] Charkos, Pokémon beaucoup trop énergique.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Reste du globe-