Partagez | .
Louveteau et bébé Dragon [PV Max]
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1318
Points d'Expériences : 1576

MessageSujet: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Ven 14 Oct - 0:55

Je suis le veilleur, je suis la vengeance, je suis...CAEL ! Rah, non, ça passe pas, me faut un nom de super-héros beaucoup plus crédible. Pour le moment, j'ai pas d'idées, mais ça va sûrement venir, à un moment ou à un autre. De toute façon, j'ai déjà le plus important : La posture mystérieuse et classe, sur le rebord d'un toit, tandis que la ville endormie se déploie juste en-dessous de moi et de mon fidèle acolyte. Bon, pas si fidèle parce qu'il s'agit de Sol, mais on fait avec ce qu'on a !
Vous vous demandez certainement ce que je fiche sur le toit d'un des petits commerces de Lansat, alors que le soleil matinal illumine les rues de la ville. Y'a pas un Chacripan dans les rues et on entend encore le chants des Goelises qui s'éveillent doucement dans les eaux du port. Et bien la réponse est toute simple : Je n'ai plus RIEN à manger dans ma chambre, vous vous rendez compte ?!

C'est pas la première fois que ça m'arrive, mais c'est bien la première où je ne peux pas me ravitailler directement dans les cuisines de l'académie. C'est bizarre quand même que les Pokémons Combat de Mama Odie m'en veuillent encore pour la dernière fois, mais en attendant, je préfère éviter de rentrer dans les cuisines quand ils sont sur place. Et comme nous sommes un Samedi et qu'il n'est même pas encore 8h du matin, impossible de trouver quelqu'un pour m'acompagner sur place (Léo m'a balancé son oreiller dans la tête quand je lui ai demandé...T'es pas cool, bro, j'ai faim, moi). Résultat, je me retrouve dans Lansat à attendre que les commerces ouvrent.

''Sol, t'approches pas autant du bord, tu vas tomber.''

Tu parles qu'il va le faire, ce renardeau est agile comme un Capumain. Non, s,il se rapproche autant du rebord, c'est bien pour me faire réagir. Il faut dire qu'il n'est pas très content de se retrouver forcé de m'accompagner... sauf que je ne lui laisse pas vraiment le choix. En effet, il est hors de question que je le laisse tout seul dans la chambre, sans personne pour le surveiller, surtout que Lucki ne serait même pas là pour veiller au grain.
Depuis la rentrée, le Lucario m'a accordé quelque chose de complétement sensationnel : Un WEEK-END DE REPOS ! Une fois par mois, le Lucario se contente de me sortir du lit pour mon entrainement quotidien (J'en ai encore des courbatures, après celui de ce matin) avant de me laisser tranquille jusqu'au Lundi suivant. Bon, ok, ça implique que le reste du temps, il triple la dose de tous les exercices que je dois faire, mais en attendant, je suis pas mal content de ce nouveau système. Ça me permet d'avoir une grasse matinée par mois, c'est quand même pas si mal ! En plus, pendant ce week-end, le Lucario disparait presque complétement. Je le soupçonne de partir s'entrainer avec Sokka depuis son évolution... Après tout, le temps passe et les élèves grandissent, même si leur maitre continue de suivre leurs progrès.
Tout ça combiné à la tranquillité du dortoir, où tout le monde semble avoir des cours ou des missions à régler loin de l'académie, inutile de vous expliquer que je ne suis pas mécontent de sortir me dégourdir un peu les jambes. Et puis qui sait, il pourrait se passer quelque chose d'inattendu (Arceus, comme tu vas regretter ce souhait, mon pauvre petit rose).

''Alors voyons voir...Toujours pas de pâtisseries ouvertes. Y'a bien le port, il se passera peut-être quelque chose de ce coté-là. Sol, tu viens ?''

Et pour la présence du Zorua ? Et bien, avec le départ de Lucki, j'ai préféré laisser tout le monde dormir tranquillement dans ma chambre, tout en emportant celui qui était le plus susceptible d'y foutre le feu en mon absence. Un programme qui ne l'enchante guère, mais le type Ténèbres n'ai jamais en reste, si une situation potentiellement trollesque se présente à lui. Et surtout, il est trèèèèès patient, le fourbe.
Après, je peux le comprendre, on s'y est peut-être pris un peu tôt, tout est fermé. Au moins, ça me permet de profiter de l'absence de personnes dans les rues, tandis que je navigue entre les gouttières et les toits. C'est différent du parkour en forêt, mais pas bien différent en fait. Le temps de sauter sur la toiture la plus proche, bras écartés, je remonte le faite du toit, tandis que le sol s'étale quelques cinq mètres plus bas. De toute façon, si j'ai besoin de descendre, il y a largement assez de balcons et de canalisations pour ça...Et la vue est superbe !

''Hep, hep, hep...Je ne rêve pas, hein, Sol, tu la vois aussi ?''

Stoppant mon avancée, les deux mains suspendus à une traverse, je plonge mon regard en contrebas, où une petite silhouette remonte la rue juste en dessous de ma position. Difficile de rater les cheveux roses coupés courts et les lunettes rouges de Max Arago ! Je me demande ce qu'elle fiche ici, à une heure aussi matinale... Ça m'intrigue un peu, mais bon, elle doit avoir ses raisons. Par contre, elle ne semble pas m'avoir repéré, ce qui m'ouvre pas mal de possibilités pour une petite blague. Imaginons que je me laisse tomber juste devant elle, vous imaginez sa tête ? Y'a beaucoup trop de potentiel, hors de question que je le gâche !

''Ok Sol...Tu me suis et on avance doucement. Si elle nous repère, c'est fichu.''

Je suis rarement en harmonie avec le renardeau, mais quand il s'agit de faire une  blague à quelqu'un, nos auras s'accordent parfaitement (Dommage que ça ne soit pas plus fréquent). À pas de Riolu, je passe sur le toit suivant et commence alors un lent ballet aérien, tandis que Max s'enfonce dans les rues du quartier commerçant. Les tuiles défilent sous mes pieds, mais pour le moment, pas d'occasion de descendre, sans jouer les crêpes sur le pavé.
Le Givrali finit par tourner dans une petite rue, avant de continuer sa route. Néanmoins, il semblerait qu'un batîment spécifique est attiré son regard, puisqu’elle s'arrête juste devant ce dernier : Tout en longueur, de plein-pied, il est complétement encadrés par les boutiques les plus proches, mais de ce que je vois, on dirait qu'il se prolonge en arrière. Intégralement clôturé par une petite barrière blanc crème, le petit jardin qui jouxte les dépendances est parsemé de formes colorés, indistinctes depuis mon poste d'observation. La porte principale quand à elle, s’apparente à une grande baie vitrée, encadrée de deux fenêtres qui doivent faire deux fois ma taille. Apparemment, elles ont récemment été rénovées, vu l'aspect neuf de l'ensemble. Tout est éteint à l'intérieur et le bâtiment semble complétement fermé.

''Ah, elle s'est immobilisée...Ok, on passe à la phase d'approche.''

C'est parfait, on dirait que quelque chose à l'intérieur a attiré son attention, de quoi la distraire suffisamment longtemps pour que je mène mon plan à bien. Alors, plus que deux passages et ensuite, J'attrape cette gouttière et...Zut, y,a quelqu'un qui vient d'ouvrir la porte ! De là où je suis, je n'arrive  pas à voir quoi que ce soit, juste que l'interlocuteur de Max est beaucoup plus grand qu'elle. De ce que je vois, la Givrali échange quelques mots avec le nouveau venu. On dirait que je n'ai plus qu'à prendre mon mal en patience et...QUOI?!
Subitement, l'inconnu attrape brutalement la jeune fille par le bras, avant de la tirer à l'intérieur, juste avant que la porte se referme avec un claquement sonore. La scène s'est déroulée en un éclair, sans aucun témoin...À part moi !

Paniquée, je manque de me rompre le coup en glissant d'un balcon jusqu'à une conduite, pour atterir finalement au sol juste devant le bâtiment mystérieux. L'enseigne a récemment été décrochée, sûrement pour la remettre en état comme le reste des lieux. Mais pour le moment, j'ai d'autres choses en tête que les considérations architecturales ! Il faut sauver Max et je vais le faire, parole de Ranger !

''Sol, cette fois, c'est grave, donc...Pas de blagues. Si jamais je te dis de t'enfuir pour prévenir Lucki, tu le fais, compris ?''

Le regard quelque peu sceptique que m'adresse le renardeau n'est pas pour me rassurer, mais je sais qu'en cas de danger, ce dernier peut faire preuve de sérieux. Plus qu'à espérer que je me trompe et qu'il n'aura pas besoin de l'être... Si ça se trouve, ce type a invité Max à l'intérieur pour lui offrir des cookies, hein ? Évidemment, le verre des vitres semblent teinté, impossible de voir ce qui se passe à l'intérieur.
Prudemment, je me glisse jusqu'à la porte, avant d'en attraper la poignée. Doucement, touuuuut doucement, je fais jouer cette dernière, avant de l'entrouvrir. Un rapide coup d'oeil à l'intérieur me confirme que les lieux sont plongés dans une quasi-obscurité, uniquement illuminée par les néons des sorties de secours. Avec une lenteur extrême, je pénètre donc à l'intérieur, tout en essayant de repérer la Givrali.

''Max...Eh, Max...''

Pas la moindre trace d'elle, j'ai quand même pas rêvé.... Peut-être que si j'allume la lumière, je vais...

(Oooooooh ! Mais regardez qui vient d'arriver !)

J'ai perdu le contrôle. La voix a à peine résonné dans ma tête que mon instinct prend le dessus et me pousse à pivoter brusquement pour me jeter vers la porte, restée ouverte. J'exécute ainsi un quasi-vol plané par-dessus Sol, qui semble complétement perdu devant ma réaction. Je t'expliquerai plus tard, mais là, je dois partir et mettre un ou deux continents de distance entre moi et ce bâtiment ! Car cette voix, je la connais, c'est celle de.....

(Ah non, non, non, non, non, tu ne dois pas sortir tout seul, petit bout !)

Comme un coup de tonnerre, la voix mentale de LIDIE fait de nouveau irruption dans ma tête, condamnant mes maigres espoirs. Ma main n'est plus qu'à quelques centimètres de la poignée, lorsqu'une sensation brutale me parcourt tout le corps. Figé dans les airs, je sens mes jambes qui se posent délicatement à terre, avant de me forcer à faire demi-tour. Dans le même temps, la porte commence à se refermer doucement, avant que le clic sonore du loquet ne vienne s’abattre comme une guillotine sur mes espoirs de fuite.
Sauf que je compte pas abandonner comme ça, Arceus, tu m'auras pas, tu me feras pas revivre ce cauchemar, n'importe quoi plutôt que de retomber entre les mains de cette Gardevoir complétement cinglée ! Je veux pas, je veux pas, je veux paaaaaaas ! Je la connais, avec elle, ça va être toujours plus jusqu'à ce que je sois un petit garçon bien sage !

(Je suis surprise que Léonidas ne soit pas là. J'aurais aimé parler à ta maman, mais puisqu'elle a décidé de te déposer à la garderie, je ne vais pas la décevoir ! Et en plus, regarde, tu auras même une copine.)

Manipulé par un Psyko surpuissant, je sens mon corps se mouvoir pour aller rejoindre Max, qui semble légèrement paniquée, assise sur l'un des petits bancs qui parsèment ce qui semble être un hall d'accueil rénové. Ici et là, des jouets et des petits vêtements trainent un peu partout, mais pour le moment, je vous avoue que tout ça, je m'en TAPE !

''Lidie, on te l'a déjà dit, on est pas des... !''

(Tu tutututu, Caelou, rappelle-toi de la règle : On laisse parler Lili et on est bien sages. Alors, tout d'abord, on va ranger vos petits jouets.)

Une pointe de désespoir m'envahit, lorsque mon Capstick, mon sac et mon Ipok s'envolent rapidement. Mais cette fois, impossible de voir où la Gardevoir les envoie, à cause de la semi-obscurité ambiante. Max semble subir le même sort, vu ses protestations, mais il en faut bien plus pour arrêter la furie maternelle qui nous enveloppe de ses ailes. Cette dernière émane d'un étrange joie à l'idée d'avoir de nouvelles victimes à chouchouter.
Mais pour le moment, il faut absolument que je m'enfuis, avant qu'elle ne songe à nous faire taire avec ses diaboliques...

*Plop*

''Hmmmmmmmpf !''

_________________


Dernière édition par Cael Joy le Mar 1 Nov - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Mer 26 Oct - 3:48




Louveteau et bébé Dragon

Avec Cael Joy

C'est le pays joyeux, des enfants heureux ~ Cinq heure. Centre-ville de Lansat. Deux silhouettes se détachaient dans la brume fine du petit matin : une petite et grosse et une autre un peu plus grande et indéniablement plus mince et plus en forme. La plus grande marchait d'un pas rapide et clairement agacé pendant que le plus petit tentait tant bien que mal de suivre. Max, parce que bien évidement, la petite et grosse grande silhouette étant Max, se retourna vivement pour ordonner à son Goinfrex de se dépêcher un peu. Sans plaisanter. Friggy la réveillait à cette heure là, un jour où elle se permettait une grasse matinée, et il traînait ? Il se fichait clairement d'elle. Elle ne savait pas vraiment pas pourquoi il l'avait forcée à se lever à cette heure et là pourquoi il l’amenait dans le centre-ville de la ville de Lansat mais il avait intérêt à se dépêcher un minimum s'il ne voulait pas qu'elle le plante ici et qu'elle s'en aille se recoucher. Parce que non. C'était trop tôt pour son samedi grasse matinée. Friggy ne pouvait-il même pas respecter sa seule grasse matinée ?

- Et puis de toute façon, où tu veux aller ? Il n'y a rien d'ouvert à cette heure Friggy !

Le Goinfrex lui tendit dédaigneusement son flyer et Max l'attrapa non sans un sourire crispé envers son pokemon. Très coloré et très chocolaté, il annonçait qu'une nouvelle pâtisserie, tenue par le grand chef Gaspard Savoureux, ouvrait le matin même. Pas besoin d'un bac plus six pour comprendre que le Goinfrex voulait goûter à ces pâtisseries et qu'il fallait arriver tôt pour espérer avoir quelque chose. Elle soupira un instant avant de se dire que peut-être ça arrangerait ses relations avec le type normal. Avec un peu de chance. Elle soupira. Elle était trop gentille mais à être là, autant céder à son Goinfrex pour de bon et l’amener à cette pâtisserie. Elle replaça rapidement sa monture rouge avant  de continuer à avancer. Plus vite ça serait passé plus vite elle retrouverait son lit.

Le duo s’enfonça rapidement dans le quartier commerçant à la recherche de la pâtisserie. Le regard de Max s'arrêta néanmoins sur un bâtiment très coloré. Une garderie ou une crèche à ne pas en douter. L'inscription sur le haut de la porte ne trompait pas et lui confirma, elle était devant le congélateur merci Rod (s'il te plaît tue le)(même si c'est quatre heure du matin)(please, senpai ajoute « non mais ils sont nombreux c'est plus une chambre froide ») « Les Pit'chu ». Jusque là rien d'anormal, là où c'était pas normal, c'était que la crèche, à cinq heure du matin, était ouverte, toutes lumières allumées. Il y avait peut-être un problème ? Ou pire ! Un cambriolage ! Max se mordit la lèvre inférieure avant de se décider à toquer à la porte.

Une grande Gardevoir à l'immense sourire lui ouvrit. La joyeuse voix qui résonna dans son esprit lui fit un peu peur. Voir carrément peur. Et l’étreinte mentale qu'elle sentait aussi. Dans quoi était-elle encore tombée ? Il y avait vraiment quelqu'un qui lui en voulait !  Mielleuse, la dénommée Lidie lui exposa très rapidement ce qui serait le plus grand traumatisme de sa vie.

( Bonjour jolie princesse ! Ta maman est déjà partie ? C'est dommage … j'aime bien discuter avec les mamans mais je comprend, les grandes personnes sont toujours très occupées. Mais ne t'en fait ma jolie poupée, je vais bien m'occuper de toi ! )

Avant d'avoir eut le temps de protester, elle se retrouva assise sur un des petits bancs de la garderie. Elle jeta un rapide regard autour d'elle. Ça ressemblait à n'importe quelle crèche et elle en avait vu pas mal, pour les nombreux petits boulots qu'elle faisait pour récupérer un peu d'argent. Sauf que d'habitude, elle faisait partit des animateurs, pas des animés ! Un grand fracas lui apprit qu'elle n'était plus seule et qu'un des membres de la confrérie des roses venait de la rejoindre en Enfer. Elle lui jeta un regard paniqué, regard qui paniqua encore plus quand elle rencontra les yeux fous de Cael. Même quand elle lui avait montré sa tenue pour la danse de l'Arbo, il n'avait pas eut l'air aussi affolé. C'était quoi cet endroit ? C'était qui cette Gardevoir ? Pourquoi elle avait l'infime conviction que le pire restait à venir ?

Ses affaires s'envolèrent et restèrent seulement avec elle son Goinfrex. Super. Très utile. C'était le membre de son équipe qui lui obéissait le moins ! Pourquoi n'avait-elle pas Apa ? Elle avait l'infime  conviction qu'elle devait fuir tant qu'il était encore temps. Mais, était-il encore temps ? Elle en doutait et Lidie le lui confirma quand elle réalisa qu'elle ne pouvait plus parler après ses vives protestations. Un « groumph » frustrée lui échappa alors qu'elle croisait les bras. Elle allait sérieusement se faire prendre pour une gamine de trois/quatre ans ? Mais … Par quelle sorcellerie ?

Elle soupira, plus ou moins efficacement avant de prendre une mine un peu plus effrayée quand elle remarqua que la Gardevoir venait de finir de ranger leurs affaires. Sa voix, qui la hanterait désormais comme le pire des mauvais rêves, s'éleva dans leurs esprits, arrachant un hochet de surprise à la rosée.

( Cael, mon chéri, je te connais bien et je sais que tu as du mal à te retenir. Tu sais ce que ça veut dire n'est-ce pas ! )

La force mentale qui les maintenait assis là se saisit de Cael pour l'amener à se qui semblait être une table à langer. Habilement et avec une évidente habitude, Lidie déshabilla le pauvre garçon, Max fermant les yeux par réflexe. Elle ne les rouvrit que quelques minutes après quand elle sentit le contact de la main de Gardevoir dans la sienne qui les guidait vers la cantine de l'établissement.

( Mes petits Pichus, vous connaissant vous devez avoir trèèès faim alors avant de commencer à jouer, on va commencer par prendre une petite collation d'accord ? )

Étrangement, aux oreilles de Max, ce « D'accord » ne sonnait pas vraiment comme une question … Elle jeta un regard terrible à son partenaire de malchance. Rip son samedi de détende, bonjour terreur et horreur. Vous êtes au plus bas niveau des Enfers. Enjoy your stay ~

© BB Dragon


_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1318
Points d'Expériences : 1576

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Mar 1 Nov - 21:03

''Grumpf....''

Vous connaissez l'effet Papillusion ? Celui qui dit qu'un tout petit événement peut avoir des conséquences dramatiques ? Et ben, je suis en plein dedans : Si j'avais pas mangé ma dernière tablette de chocolat blanc-noix de coco hier soir, j'aurais eu un truc à grignoter ce matin, je ne me seras pas levé, je n'aurais pas suivi Max dans Lansat et surtout...JE N'AURAI PAS UNE TÉTINE DANS LA BOUCHE EN CE MOMENT !
Mordillant avec hargne le mamelon en caoutchouc, j'ai au moins la satisfaction de voir ce dernier scintiller de bleu : Apparemment, L'hypnose de la dernière fois n'est plus active et Lidie doit recourir à des moyens de coercition plus direct. C'est pas une victoire, mais c'est tout ce à quoi je peux me raccrocher pour le moment ! Réduit au rang de petit n'enfants bien sages qui tètent gentiment pendant que Lidie parle, je tente tout de même par acquis de conscience de tirer sur l'anneau en plastique, sans résultat évidemment. Le bouclier et son Carapuce souriant reste hermétiquement collé contre mes lèvres et manifestement, Max a subit le même sort, puisque la Givrali arbore désormais une jolie tétine bleu clair, décorée d'un Givrali (Plus qu'à prier pour que Lidie n'est pas le modèle Nymphali en stock).
Le temps que notre tortionaire nous débarrasse de nos affaires, J'en profite pour m'approcher un peu de Max, avant de tenter une communication rendue des plus difficile par ce bâillon infantile.
''Maxch, on 'oit patir...Vite. 'e sais de quoi elle est capab'e, elle va nous...''

(Et voila...Mes petits Loupios vont pouvoir s'amuser toute la journée. Et en plus, voila qu'un petit bandit vient de se joindre à nous, quelle chance a Lidie !)


Chance, question de point de vue...Parlons plutôt de malédiction d'Arceus, d'Armaggeddon et de destruction de l'espoir et de la dignité humaine, si vous le voulez bien.

(Ça doit te faire bizarre de ne plus venir à ta garderie préférée, Caelou, mais les grandes personnes ont préféré que je vienne travailler ici..Ne t'inquiète pas, il y a encore plus de jouets et d'activités, vous allez vous amuser comme des petits fous ! Mais avant...)

*Glumps*
Ma situation actuelle semble déjà pas mal désespérée, mais lorsque les yeux bleutées de la Gardevoir se posent sur moi pour me détailler de haut en bas, j'oublie sans attendre tout ce qui concerne les ''activités'' dont elle parlait à l'instant. J'imagine sans peine toutes les horreurs qu'elle pourrait nous faire subir dans ce bâtiment flambant neuf (Vu ce qu'elle pouvait faire avec du matériel abandonné depuis des années...), mais là tout de suite, je dois avouer que je n'aime PAS DU TOUT la façon dont elle me regarde...et plus particulièrement mon pantalon !

( Cael, mon chéri, je te connais bien et je sais que tu as du mal à te retenir. Tu sais ce que ça veut dire n'est-ce pas ! )


Oh oui..J'veux dire Oh non ! Je sais ce que ça veut dire, mais il en est hors de question, pas ça devant Max...Et en fait, non, pas ça tout court ! J'suis un grand, j,y ai déjà eu droit la fois précédente, alors....

''...''

(Cael, si tu ne viens pas sagement, Lidie va se fâcher.)


''*Hmpf*...AH !''

Désolé ma vieille, mais y'a une différence avec la fois précédente : J'ai vécu l'enfer une fois et cette vision qui me hantera toute ma vie me procure assez de volonté pour résister de toutes mes forces à ton Psyko ! Soutenu par cette force brûlante et indomptable (Je pourrais soulever une montagne juste en la fixant), je sens l'emprise psychique de la Gardevoir qui commence à peiner, tandis que mon corps résiste à la pulsion qui le force à avancer vers la type Psy. Centimètre par centimètre, mes jambes se mettent même à avancer en direction de la porte...Quelques gouttes de sueur commencent à couler le long de mon visage tandis que je sens la pression qui m'entoure tenter de rétablir son emprise. Encore un peu de concentration et je pourrais probablement la prendre en défaut, allez...Juste un peu plus et je serais lib...

*SBUNK*

L'action n'a duré qu'un instant mais cette brève distraction a largement suffit pour que je perde mon focus et que l'aura bleutée qui faiblissait reprenne l'avantage et m'enserre comme un filet : Avec un sourire vicieux, Sol s'est tout bonnement jeté dans mes bras comme une peluche avide de câlins. Tandis que Lidie me soulève tout bonnement de terre avant de m'emporter jusqu'à la table à langer adjacente au comptoir, je ne peux même pas tempêter contre le type Ténèbres, ma tétine s'étant resserré bien plus fortement. Une fois déposé comme un tout-petit sur la table de torture, je continue de gigoter en pure perte, tandis que la Gardevoir commence à sortir tout son matériel, qui se révèle étrangement massif.

(La dernière fois, je n'avais pas vu comme tu étais petit, mais puisque ton grand Leo n'est pas là, je présume qu'être prudente ne sera pas un mal. J'étais très triste que votre maman ne vous dépose plus à la garderie, alors j'ai préparé tout plein de cadeaux pour votre retour !)

Des...cadeaux ? J'ai peur d'imaginer ce qui a pu naitre dans le cerveau malade de la Gardevoir et mes doigts se resserrent presque instinctivement sur Sol, qui ne perd pas une miette du spectacle qui suit : En un éclair, Lidie m'a déshabillé, avant qu'une couche épaisse ne vole du dessous de la table pour venir m'envelopper. Inutile de me débattre, le paquet blanc massif s'est déjà glissé au bon endroit et m'enserre le bassin. Une fois les straps en place, la Gardevoir ne s'arrête pas là et c'est complétement paralysé par la honte que je l'observe m'enlever délicatement ma veste et mes chaussettes. Désormais en sous-vêtements (Si l'on considère que ma..enfin, cette couche en est un), ma panique s'accroît encore d'un cran, lorsqu'elle sort un espèce de pyjama géant d'une pièce, qui ressemble beaucoup à un body taille adolescent !

(J'en avais aussi fait pour Leonidas, mais puisqu'il n'est pas là, ils seront pour vous ! Allez, qui va être un adorable petit Evoli ? Mais oui, c'est Cael !)

Avec des gestes adroits, la Gardevoir me fait glisser les jambes dans celle de la tenue, avant de faire de même avec mes bras. Emmailloté dans le vêtement, je me retrouve brusquement à pivoter lorsque Lidie me fait tourner pour remonter une fermeture éclair. Même en me contorsionnant, il sera difficile d'ôter ce truc. Lidie semble prendre mes contorsions paniqués pour de l'émerveillement mais en réalité, je découvre à chaque seconde un nouvel élément de ma tenue qui n'a rien de rassurant : La Gardevoir a bien évidemment rabattu la capuche, orné des oreilles pointues du type Normal, sur ma tête. Une queue touffue décore le bas du vêtement et je note la présence d'un ensemble de boutons-pressions conçus probablement pour permettre l'ouverture de ce dernier au niveau du bassin, dans un but que je préfère ne pas imaginer. Et pour ne rien arranger, les manches  se terminent par une zone de tissu fermé, qui rend l'utilisation de mes mains bien plus ardues !  Désormais transformé en petit Évoli langé, je sens que le Psyko s'estompe lorsque Lidie me ramène auprès de Max. Vu le regard que m'adresse la Givrali, ce déguisement qui serait mignon en d'autres circonstances n'a rien de rassurant.

( Mes petits Pichus, vous connaissant vous devez avoir trèèès faim alors avant de commencer à jouer, on va commencer par prendre une petite collation d'accord ? )

ENFIN quelque chose de positif dans tout nos malheurs. Même si je les connais ses collations, je dois avouer que je n'ai rien avalé et que j'étais quand même venu à Lansat pour une bonne raison : Avec appréhension, je me retrouve donc emporté à la suite de Max vers une une pièce bien plus vaste, qui ressemble à une cantine scolaire flambant neuve, remplie de tables et de chaises arc-en-ciels. Un ensemble de comptoirs en aluminium accueille assiettes et couverts  et encadrent une ouverture qui permet aux cuisines de garder un oeil constant sur l'intérieur de la salle.
Sans plus de cérémonie, Lidie nous guide rapidement à une table, accompagné de nos Pokemons, avant de nous forcer à nous asseoir sur deux petites chaises. Comme des serpents, deux ceintures similaires à celles que l'on trouve dans les voiture se dressent et viennent se clipser sur le coté pour nous sangler à nos sièges. Du fait du gros paquet que j'ai entre les jambes, je me tortille un peu, mais impossible de me positionner confortablement. De la main, la Gardevoir nous câline alors chacun notre tour, sans cesser de babiller.

(Pas de bêtises pendant que Lidie vous amène le miam-miam, d'accord ? Et lorsque vous vous serez régalés, tout le monde ira en salle de jeu. D'habitude, les doudous sont interdits dans la salle à manger, mais puisque vous êtes seulement deux, je vais faire une exception. Par contre...)


*Plop**Plop*

D'un geste adroit, la type Psy nous libère de nos tétines, avant de récupérer ces dernières. Refroidi par ma tentative précédentes, je garde le silence, sans cesser de jeter des coups d'oeils en direction de Max, pour l'encourager à faire de même. Ce sera probablement une bonne occasion pour échanger et réfléchir sur notre situation, ce serait trop bête de la gâcher !
(Pas de sucettes à table, on fait comme les grands ! Lidie revient dans un instant, mes amours !)

Et la voila parti...Bon première chose, essayez de détacher cette ceinture : Si Max semble en être capable, ma mobilité réduite avec ce body rend la chose plus ardue, mais je finis par desserrer la sangle. Relevant la tête vers la Givrali, je me retrouve presque assailli de questions (En même temps...) et tente de lui répondre du mieux possible.

''J'ai déjà eu une rencontre avec elle. Elle est complétement cinglée et elle a failli nous rendre  dingues avec...un ami. Apparemment, elle pense que j'ai trois ans, je me demande comment elle te perçoit.
Ses pouvoirs Psy sont justes énormes et en plus, comme elle est persuadé de tout faire pour notre bien, mon Capstick n'a absolument AUCUN effet sur elle. La dernière fois, on a eu beaucoup de chances de lui échapper, il a même fallut que quelqu'un vienne nous chercher....Max, rassures-moi, quelqu'un sait où tu te trouves en ce moment ?''


Ma question s'accompagne d'un sentiment de panique : De mon coté, PERSONNE ne sait que je suis parti en ville ce matin, même Léo doit croire que j'allais aux cuisines. Et Lucki ne lancera pas de recherches avant Lundi, sachant qu'il ne rentre pas au dortoir avant ça. Le reste de la discussion n'est pas beaucoup plus motivant et nous nous retrouvons à attendre notre petit-déjeuner, sous le regard d'un Sol complétement hilare. Arceus, si tu nous sors de là rapidement, je te promets tout ce que tu veux, même de passer l'éponge sur ton ardoise...

(Et voilaaaaaaa !)

...Arceus, tu n'est qu'un salaud. Presque sautillante, Lidie vient de sortir de la cuisine, suivie de deux bols en plastiques évasés, remplis d'une espèce de mélasse marronâtre. Deux jolis bavoirs à motifs de Staris s'envolent d'une étagère adjacente pour venir se fixer à nos cous et je remarque avec appréhension que le bas de ces derniers est recourbé, pour éviter la perte de nourriture. Une fois les bols en place, la Gardevoir se contente de lever les main et deux cuillères en plastique souple étrangement grosses viennent se glisser entre ses doigts. Avec un sourire ravi, elle se tourne alors vers nous, comme si elle attendait que l'une de ses victimes se sacrifie.

(Flocons d'avoine et lait Meumeu..Allez, on ouvre grand et on fait Aaaaaaah !)

Devant notre absence de réaction et nos bouches résolument fermées, Lidie semble un instant décontenancé, avant qu'un sourire patelin ne vienne fleurir sur ses lèvres. Laissant les cuillère remplies de bouillie flotter juste devant nos visages, la Gardevoir se glisse derrière nous, avant de...commencer à nous chatouiller ! La torture ne dure que jusqu'à ce que nous craquions tous les deux et nos éclats de rires se retrouvent rapidement coupés, lorsque les deux cuillères fusent comme des missiles pour nous remplir la bouches ! Ce truc a un gout de carton détrempé et trop sucré, mais rapidement, Lidie semble trouver le  rythme et nos bols se vident à une vitesse élevé. Malheureusement, le gavage au Psyko n'est pas des plus précis et la moitié de la bouillie se retrouve également tartinée autour de nos bouches et sur nos visages. Lorsque la moitié de la bouillie a été ''dégustée'', Lidie semble s'estimer satisfaite et s'éclipse, non sans avoir vivement nettoyé une partie du massacre gluant qui nous recouvre. Un peu haletant après ce qui vient de se passer, je remarque que Max n'a pas l'air beaucoup plus vaillante ; Vu la quantité qu'elle vient d’avaler, je peux comprendre quand on a pas l'habitude.

''Pfiou...Si on ne se débarrasse pas du reste avant qu'elle revienne, sûr qu'on y a droit. Sol, tu ne voudrais pas...Non mais pourquoi je demande ?''


Un seul coup de langue du Zorua à la bouillie restante suffit pour qu'il affiche une grimace dégouté. De plus, le type Ténèbres a rempli une nouvelle cuillère avant d'en saisir le manche entre ses dents et me tapote la joue avec, comme s'il espérait que j'en avale encore une miette. L'ignorant tant bien que mal, je reporte mon attention sur Max, dont le Goinfrex semble se manifester à point nommé : Fidèle à sa réputation, il engloutit rapidement l'abominable bouillie, avant de s'affaisser sur le coté avec un air satisfait. Pile à temps, semble-t-il, puisque Lidie fait sa réapparition à la petit fenêtre des cuisin, avant d'ouvrir de grands yeux.

(Vous avez déjà tout mangés ?! C'est très bien les enfants, mais vous allez avoir bobo aux ventres, si vous avalez trop vite. Heureusement, Lidie sait ce qu'il faut pour faire descendre tout ça !)


Presque fantomatiques, deux objets s'envolent alors des cuisines pour atterrir délicatement devant nous : Un grand bol et une espèce de tasse de bébé munis de deux anses et dont le bec est solide, tout deux remplis de lait Meumeu chaud. Pourquoi Max a droit au bol de grande, tandis que moi, je dois me farcir ce truc de bébé..C'est pas juste.
Faisant contre mauvaise fortune cœur désespéré (Je vais breveter cette expression), j'attrape l'objet, avant de commencer à le soulever aussi adroitement que me le permette les moufles de mon body Evoli. Au moins, le contenu est délicieux et vient évacuer le goût infâme de la première partie du petit-déjeuner.
Néanmoins, s'il y en a un qui semble avoir trouvé comment exploiter la situation, c'est bien Sol : Tendu comme un ressort, le Zorua vise tranquillement, avant de bondir droit vers l'avant, dans l'espoir de me faire lâcher ma tasse et pourquoi pas d'en éparpiller le contenu alentours. Sans réfléchir, je lève les bras pour laisser passer Sol, trop habitué à ces tentatives pour agir autrement qu'à l'instinct. Sauf que la situation est un peu différente de d'habitude et qu'au lieu du couinement dépité que j'attendais, c'est un bruit fracassant, suivi d'un cri horrifié qui accompagne son atterrissage : Mortifié, je vois le type Ténèbres qui percute tout bonnement Max, avant de frapper des deux pattes dans son bol. Ce dernier lui échappe des mains, répandant généreusement son contenu sur la Givrali et en particulier sur sa chaise.
Attirée par le bruit, Lidie se précipite alors hors des cuisines et lorsque ses yeux se posent sur Max, le regard que je pose sur Sol le carboniserait sur place si c'était possible. La jeune fille est toujours complétement sous le choc de ce qui vient de lui arriver mais les paroles aussi compatissantes que résolues de la Gardevoir semblent la sortir de son état de transe.

(Oh lala, mais c'est la ca-ta-strophe ! Regardez-moi ça, il y en a partout. Tu aurais dû le dire à Lidie, Max. Ce n'est pas grave, Cael aussi a eu ce genre de petits problèmes, mais je dois avouer que ça n'était pas aussi grave. Mais bon...Juste par prudence, peut-être que je devrais doubler l'épaisseur, cette fois.)

....C'est trop tard pour développer des pouvoirs Psys comme Eryn et utiliser Téléport ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Sam 5 Nov - 16:11




Louveteau et bébé Dragon

Avec Cael Joy

C'EST LE PAYS JOYEUX, DES ENFANTS HEUREUX ~ C'était comme un mauvais rêve. En fait, ça ne pouvait être qu'un mauvais rêve. Sinon, comment se serait-elle retrouvée, assise sur l'un des bancs d'une garderie, avec une tétine Givrali dans la bouche et l'incapacité totale de la retirer. Au moins, elle n'était pas seule dans ce mauvais rêve. Peut-être que si elle se pinçait assez fort, elle se réveillerait dans son lit sans que tout cela ne soit jamais arriver. Un frisson lui remonta le dos à l'entente de la voix de la Gardevoir qui se saisissait de leurs affaires, à l'exception des deux pokemons pris pour les peluches des deux petits. Et la phrase que l'autre rose prononça ne réussit qu'à faire grandir d'avantage les yeux exorbités de Max. Elle n'eut pas vraiment le temps de lui répondre que Lidie revenait déjà, avec la ferme intention de s'occuper de Cael et au vu de la concentration que ce dernier mettait à contrer l'attraction psychique, la Givrali était presque sure que c'était pas quelque chose de très agréable au contraire que ce que promettait le grand sourire de la pokemon.

Comment décrire l'incrédulité de la pauvre petite Max face à la situation dans laquelle elle se trouvait ? Les yeux fermement fermés (on admirera cette jolie répétition), Max n'y croyait vraiment pas. Est-ce que ce qui se passait actuellement était vraiment ce qu'elle pensait ? La monstrueuse Lidie était vraiment en train de … enfin … changer Cael ? Et par changer elle entendait … comme un petit ? Elle avait presque peur d'ouvrir les yeux pour découvrir l'état du pauvre garçon. Elle y fut pourtant obligée quand la Gardevoir lui attrapa la main pour la guider tranquillement vers la cuisine. Et le résultat était … Pauvre, pauvre Cael. Désormais habillé par un pyjama une pièce aux couleurs d'Evoli, il avançait avec difficulté à cause de l'étrange renflement dans la partie basse de son anatomie. Et Max avait un peu peur d'imaginer ce qui pouvait bien causer ce fameux renflement … Les paroles de Lidie ne faisait que confirmer ce que pensait la Givrali. Elle les prenait vraiment pour des gamins ? Il était où le problème ? Enfin, elle savait bien que ni elle ni Cael n'étaient vraiment très grand mais quand même, ils n'avaient pas la taille de petits de trois ou quatre ans …

Cael en Evoli. C'était aussi adorable que terrifiant. Elle craignait étrangement pour sa peau. Si Cael se retrouvait en Evoli, en quoi allait-elle se retrouver ? Elle ne se faisait pas vraiment d'illusion, elle se doutait que tôt ou tard, elle serait dans une tenue identique de Cael. Après tout, c'était un mauvais rêve, elle avait peur des horreurs qui allaient leur tomber dessus. Qu'avait-elle fait pour que ça lui arrive ?

Avec toute sa mielleuse douceur, Lidie les guida dans le complexe jusqu'à une petite cantine scolaire très décorée et pleine de couleur. Des tables et des chaises de toutes les couleurs de l'arc en ciel, des posters de ces séries à la mode chez les enfants … Exactement comme dans toutes les autres garderies. Elle ne serait pas actuellement prise pour une toute-petite, elle aurait trouvé la décoration géniale pour les, justement, tout-petits. Le problème étant justement le rôle qu'elle avait dans toute cette histoire … Le duo se retrouva rapidement installés sur les fameuses chaises très colorés et pendant que la Gardevoir se régalait de les câliner avec entrain, des sortes de ceintures vinrent les attacher à leurs chaises. S'ils avaient prévus de partir maintenant, c'était totalement raté …

Encore une fois, la voix de la Gardevoir résonna dans leurs esprits. D'un geste adroit, leurs bouches se retrouvèrent libérées pendant qu'elle partait à la quête de leurs repas. Cette voix … Max frissonna. Elle était horrible. Une horreur, une calamité. Elle hanterait ses pires cauchemars. La Givrali allait demander des explications directement à la source mais le regard affolé de Cael l'en dissuada. Apparemment, la situation était rare et mieux valait en profiter pour parler entre eux. Max attendit impatiemment que la Gardevoir sorte de la pièce avant d'assaillir le garçon de questions.  

- Tu la connais ? Elle a un problème ? Elle nous voit comme quoi, des gamins de trois ans ? Comment on va s'en sortir ? Tu dois pouvoir faire quelque chose non ? Si tu l'as connais et tout … olalala … Comment on va faire …

La situation était tellement improbable qu'elle ne savait pas comme y réagir. Elle absorba les informations que lui donnait le garçon de plus en plus interloquée par la folie de leur gardienne d'un jour. Sous le choc, elle ouvrit légèrement la bouche. Imaginer que quelqu'un puisse la voir dans cet état … C'était … Elle frissonna avant de faire un signe de tête négatif au garçon pour lui indiquer que non, personne ne savait où elle était. Personne à part Apa qui pensait qu'elle passerait la journée dehors avec son Goinfrex pour améliorer leurs relations. Bien sur … Cette journée allait totalement améliorer leurs relations … C'est pour ça que depuis son coin, le type normal se fichait totalement d'eux.

( Et voilà ! )

Lidie revenait, un grand sourire sur les lèvres et deux bols bien remplis à sa suite. Les deux bols se posèrent devant eux sur la table. Une espèce de bouillie entre le beige et le marron, apparemment des flocons d'avoine et du lait meuhmeuh, les remplissait. Pour compléter le tableau, deux bavoirs à motif de Stari vinrent s'accrocher autour de leurs cous et comme pour accentuer le coté ridicule de la situation, les bavoirs avaient des sortes de gouttières dont l'utilisation ne laissait pas place au doute, récupérer les restes de nourritures qui tomberaient … Incrédule, Max resta avec la bouche fermement close face au « Aaaaaaaaaaah » sans équivoque de Lidie. Non, non, non, elle ne mangerait pas ça. Hors de question.

Problème, c'était Lidie qui choisissait et qui avait le pouvoir et au vu de son grand sourire, il n'y avait aucun doute de sa réussite dans sa noble mission de nourrir ses petits. Ses mains trouvèrent leurs côtes et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « Ousticram » les voilà la bouche grande ouvertes suite aux chatouilles de la démone qui les dirigeaient. Et d'un Psycho parfaitement exécuté,  les deux cuillères s'envolent pour se retrouver dans leurs bouches. Le rythme soutenu qu'elle leur imposa déposa une grande quantité du contenu du bol sur leurs visages plutôt que dans leur estomac. Pas que Max s'en plaignait réellement … Ce truc était vraiment pas bon du tout du tout.  Une fois la moitié du bol vidée, Lidie s'éclipsa, après avoir essuyé avec un sourire maternel la bouillie gluante qui leur recouvrait le visage.

Max soupira un instant. C'était étrangement épuisant de se faire gaver … La remarque de Cael fait naitre un sourire sur ses lèvres. Avec un sifflement léger, elle appela son Goinfrex et les deux adolescents (les deux bébés ?) firent d'une pierre deux coups. Ils n'avaient plus à manger l'affreuse bouillie et Friggy était heureux et moins propice à faire des bêtises. En quelques secondes à peine les deux bols sont vides et presque plus propres qu'après un lavage. Le type normal se laissa tomber sur le coté avec toute l'élégance de son espèce après un petit rot tout aussi élégant sous le regard blasé de sa dresseuse.

La voix enjouée de Lidie résonne juste après, les félicitant à moitié pour leur grand appétit et les réprimandant rapidement. Les pauvre petits qu'ils étaient risquaient d'avoir mal au ventre … Sachant qu'ils n'avaient pas tant mangé que ça et que c'était Friggy qui s'était farcit les deux bols c'était peu probable mais hors de question de le faire remarquer à la Gardevoir. Max ne voulait pas connaître les autres punitions qu'elle avait sous le coude … Elle se contenta donc d'attraper le bol de lait Meuhmeuh et de le boire tranquillement. On avait beau dire ce qu'on voulait sur Lidie, elle connaissait son affaire pour un lait juste à la bonne température.

Profitant de ce qui serait probablement le seul moment agréable de cette journée, Max ne remarqua pas les mouvements du Zorua et de Cael. Si le petit renard ne put au final pas exécuter son action machiavélique sur son dresseur, il trouva une seconde victime juste derrière et les pattounes noires poussèrent avec un plaisir non dissimulé le bol de la rose renversant complètement le reste du lait sur la jeune fille, lui arrachant un cri surpris et un sursaut de recul. Que ?

Évidement, l'accident n'échappa aux oreilles de leur gardienne et sa voix résonna rapidement dans leurs esprits, faisant naître un frisson dans le dos de la pauvre Givrali. Elle parlait de ce qu'elle pensait ? Elle lança un regard terrifié à Cael, et à sa tenue, avant de se faire entraîner par la Gardevoir.

( Tu restes bien sage mon petit chéri. Lidie t'a à l’œil ! )

Portée par un Psycho de Lidie, Max se fit amener jusqu'à la salle d'à coté. Pas très grande, elle contenait tout le nécessaire pour changer les petits et les nombreuses tenues qu'elle apercevait dans l'armoire à sa droite lui faisait étrangement peur … Elle ferma rapidement les yeux quand elle sentit Lidie la déshabiller rapidement. Par toutes les divinités qu'elle connaissait, c'était terriblement gênant. Entre la crème et la poudre, personne ne lui avait jamais autant mit la main aux … ahum … fesses. En fait, c'était bien la première fois. Terriblement rouge et tout aussi terriblement gênée, Max accueillit avec un plaisir étonnant le pyjama une pièce rose à l'effigie d'un Skitty.  

( Aaah, si j'avais sus j'en aurais fait plus de cette taille, c'est une chance quand même, que tu fasses la même taille que mon petit Cael. )

Lidie posa ses mains sur le ventre de l'archéologue avec de le grattouiller vivement provoquant un éclat de rire involontaire. Un bruit sourd retentit dans le fond faisant se redresser rapidement la Gardevoir avec un air inquiet.

( Aller mon bout de sucre, on va voir si ton copain ne fait pas des bêtises. )

À nouveau soulevée par les pouvoirs psychiques de leur gardienne, Max tentait tant bien que mal de se mouvoir un minimum. C'était doublement difficile à cause de la pression de l'attaque et de l'inconfort d'une double couche. Elles arrivèrent rapidement dans le couloir d'entrée où Cael, toujours dans son body Evoli, tentait d'ouvrir la porte d'entrée pendant qu'à ses cotés son Zorua ricanait en se frottant les pattes. Les sourcils froncés et les mains sur les hanches, la Gardevoir prit un ton de maman en colère avant de faire la leçon au Phyllali.

( Cael ! C'est pas bien tout ça ! Combien de fois Lidie devra dire que dehors c'est très dangereux ! Tu es trop petit pour sortir tout seul, il faut demander à Lidie avant de faire ce genre de chose. Tu sais bien que j'aime pas faire ça mais je vais devoir te punir ! J'avais prévu de vous emmener jouer dehors ce matin, mais tu m'obliges à annuler cette sortie. Tu punis même ma pauvre petite chérie Max, il va falloir que tu t’excuses et que tu promettes de ne plus le faire … Maintenant Lidie doit changer tout son programme. Tu n'en veux pas trop à Lidie hein ? )

Lidie finit en tapotant le haut du crâne de Cael avant de le diriger devant Max, insistant un moment jusqu'à ce qu'il s'excuse. Une fois les excuses faites, elle attrapa le garçon pour lui faire un très gros câlin pour le féliciter de l'avoir écouté.

( Tu vois que tu peux te comporter comme un bon petit garçon ! Je ferme les yeux pour cette fois là mais fait bien attention à ne plus faire de bêtises d'accord mon petit chou à la crème ? Sinon Lidie va devoir être plus sévère ... )

La Gardevoir les amena ensuite dans une grande pièce remplie d'une multitude de jouets. La salle était encore une fois très colorée, entre les poufs aux couleurs vives et les dessins sur les murs. Elle les installa sur un tapis puzzle avant d'attraper une grosse caisse et de la poser devant eux. Rapidement, Max repéra des jeux assez classiques, comme des jeux d’empilage, d’emboîtage ou encore de reconnaissance de pokemon. Des jeux pédagogiques en soit, Max soupira doucement, cherchant à s'asseoir le plus confortablement malgré la double épaisseur et la longue queue de Skitty. Bon, ben, c'était partit, il fallait jouer pour ne pas se faire punir … Elle attrapa l'un des jouets, une sorte de maison blanche à toit rouge assortit à plusieurs formes de couleurs différentes. Un peu blasée parce qu'elle s’apprêtait à faire, elle attrapa le carré jaune pour le faire entrer dans la maison. Peut-être que si Lidie remarquait qu'ils ne faisaient aucune faute, elle comprendrait qu'ils étaient des grands.

Mais attendez, pourquoi ce carré ne rentrait pas dans l'autre carré ? Pourquoi le triangle n'allait pas dans le triangle ? Qu'est ce qui se passait ?

© BB Dragon


_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1318
Points d'Expériences : 1576

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Jeu 10 Nov - 17:17

Arceus, je sais que tu ne m'écoutes pratiquement jamais. On a eu des mots, on s'est entre-déchirés tous les deux, t'as même essayé de me transformer en Riolu rose pour me faire taire. Mais là, pour une fois...J'ai vraiment besoin de ton aide. Fin' c'est pas pour moi, mais pour une amie. Tu peux bien faire ça pour elle, surtout qu'elle est super gentille avec tout le monde donc ça doit bien compter un peu. Qu'est-ce qu'elle a ? Oh, trois fois rien, elle va juste se faire changer par une Gardevoir complétement cinglée. Et par ''changer'', j'entends bien ce que tu penses, alors réagis et vite ! Ce serait vraiment cool de ta part de lui épargner ça, parce que je viens de le (re)vivre et je ne souhaiterai pas ça à mon pire ennemi ! Si tu fais ça pour moi, je suis prêt à te renvoyer l'ascenseur quand tu veux... J't'offrirai même la moitié de toutes les fournées de cookies que je ferais pendant les trois prochaines semaines en offrande !
Alors juste un signe... Un petit signe... non?

( Tu restes bien sage mon petit chéri. Lidie t'a à l’œil ! )


Bon et bien, il semblerait que tu sois toute seule pour protéger ta dignité et ta fierté, Max. J'aimerais beaucoup t'aider mais ma situation actuelle est déjà assez délicate....Donc serre les dents, ferme les yeux, ce sera le pire moment de ta vie mais il finira par passer (Quand à l'oublier, ça...) ! Tandis que la pauvre Givrali se fait emporter vers son destin tragique, je suis Lidie et sa victime du regard jusqu'à ce que la Gardevoir referme enfin la porte, non sans un dernier sourire à mon intention. Au travers de ce dernier, le message est clair : Si jamais elle me trouve hors de la salle, ça va être ma fête !

''...Bon, Sol, file-moi un coup de patte au lieu de te marrer.''

Après une bonne minute à me tourner autour sans cesser de ricaner, le Zorua finit par s'approcher, en affichant un air superbement étudié d'incompréhension. Quoi ? On aurait besoin de ses services ? Mais pour quoi donc ? Quelle question, mais pour m'enlever ma ceinture de sécurité, créature née de Giratina ! Si Lidie n'a pas pensé à me remettre ma tétine en bouche, la sangle qui m'attache encore à cette chaise est toujours présente.
Et si en temps normal il me serait facile d'appuyer sur le gros bouton rouge permettant de la relâcher, avec ce fichu body, mes mains sont beaucoup moins habiles. Résultat, même en me tortillant, je parviens tout juste à atteindre le-dit bouton, alors l'enfoncer complétement, même pas en rêve !
Lentement (TRÈS lentement), Sol finit enfin par s'approcher avant d'étudier tout aussi longuement son objectif. Fulminant, je ne peux que rester immobile le temps qu'il remplisse sa tâche, mais Arceus sait combien j'aimerais l'attraper pour le secouer comme un cocotier et lui faire ravaler son petit sourire narquois. Finalement, le Zorua se décide enfin à agir et se contente d'un bref coup de patte sur le bouton. Avec un claquement sonore, ma ceinture se détache alors et je ne perds pas de temps pour bondir de la chaise, manquant de me ramasser lorsque mon body retient brusquement mes jambes, du fait de sa taille. Plutôt mourir que de me déplacer à quatre pattes, je vais juste y aller doucement ! Mais avant ça...

''Si jamais tu fais le moindre bruit, je te promets que tu préféreras et de loin l'idée de devenir un doudou pour le restant de tes jours. Compris ?''

...Pourquoi j'ai le sentiment que mes menaces restent sans effet ? Pourtant, malgré ce body Evoli, j'essaye de lui jeter un regard noir et terrifiant et lui, il se contente de lever les yeux au ciel. Il y a vraiment des trucs que je dois encore travailler.
Entrouvrant doucement la porte, je me retrouve dans le couloir central de la garderie avec, au bout du chemin, la liberté ! Un peu plus loin, les ''Hmpfs'' déséspérés de Max qui luttent pour sa vie se font entendre, même s'ils sont étouffés par la distance. Tiens le coup, amiga, même si je dois piétiner ma fierté de Ranger en sortant d'ici habillé (et langé) comme ça, je serais bientôt de retour avec une armada de Pokemons pour te sauver. À l'extérieur, la faible lumière du petit matin a cédé la place à un temps radieux et tandis que je me rapproche de la baie vitrée, j'en viens à espérer que personne ne passe devant avant que je ne finisse...J'aurais l'air malin, si un passant attire l'attention de Lidie, parce qu'il trouve louche qu'un adolescent en couches-culottes, déguisé en Evoli géant, essaye de sortir d'une garderie (...Cette phrase sonnait beaucoup mieux dans ma tête) !
Mais lorsque ma main se pose sur la poignée, je manque de laisser échapper un juron : Même si le Psyko de Lidie n'est plus actif, on dirait qu'elle a verrouillé la porte à clé. Et même si j'avais de quoi  casser une vitre, le bruit l'attirerait en quelques secondes et elle aurait beau jeu de me ''Psykoter'' en pleine fuite. Non, il va falloir jouer les cambrioleurs...Délaissant un instant la porte, je me dirige rapidement vers le comptoir de l'entrée, avant de le contourner prudemment. De ce que je vois, il y a quelques caisses de jouets sous ce dernier, une pile de documents entassés et...boite avec quelques paires de ciseaux, c'est bon, j'ai ce qu'il me faut !

''Ça fera l'affaire...Pousse-toi Sol, j'ai besoin d'espace.''

Sans ménagement, j'écarte le Zorua, avant de me mettre à genoux devant la porte, la boite posée à coté de moi. La masse qui m'enserre l'entre-jambe rend la manœuvre quelque peu étrange, j'ai l'impression d'être assis sur un coussin qui me rehausse de quelques centimètres.Ainsi calé, il ne me reste plus qu'à me mettre à l'ouvrage : D'abord introduire la lame dans la serrure, avant d'atteindre l'un des crans. Une fois que c'est fait, il suffit de désengager ce dernier d'un mouvement du poignet, avant de passer au suivant. La difficulté vient du fait qu'en cas de faux-mouvement, les crans déjà relevés risquent de retomber....Et j'ai clairement pas le temps de faire plusieurs tentatives !
Avec un petit *Clic* encourageant, le premier loquet finit par se laisser faire et même si ma posture est de plus en plus inconfortable, je parviens à maintenir le rythme pour enchainer sur le suivant...Plus que trois...Plus que deux....

*CLAAAAAAAAAAAAANG*

Non, je ne viens pas de me prendre une attaque Cage-Éclair, mais c'est tout comme ! Complétement pétrifié après le coup de tonnerre sonore qui vient de résonner dans le hall, j'en viens à lâcher les ciseaux, tout en tournant la tête avec une extrême lenteur : Les yeux au ciel, son air innocent habituel sur le visage, Sol se tient juste à coté de l'endroit où devrait se trouver la boite métallique qui vient de traverser la pièce dans un fracas épouvantable ! La patte légèrement tendue, le Zorua la ramène alors vers lui avec une lenteur volontaire, sans me quitter du regard. Ok, cette fois il a dépassé les bornes, je vais le.....

( Cael ! C'est pas bien tout ça ! Combien de fois Lidie devra dire que dehors c'est très dangereux ! Tu es trop petit pour sortir tout seul, il faut demander à Lidie avant de faire ce genre de chose. Tu sais bien que j'aime pas faire ça mais je vais devoir te punir ! J'avais prévu de vous emmener jouer dehors ce matin, mais tu m'obliges à annuler cette sortie. Tu punis même ma pauvre petite chérie Max, il va falloir que tu t’excuses et que tu promettes de ne plus le faire … Maintenant Lidie doit changer tout son programme. Tu n'en veux pas trop à Lidie hein ? )

Avec une rapidité terrifiante, Lidie fait son apparition, suivie d'une Max flottante qui semble quelque peu ébranlée par l'épreuve qu'elle vient de traverser. La Givrali aborde désormais un gros paquet plus imposant que le mien entre les jambes et surtout...Je sais que c'est une maigre consolation, mais pour une fois, c'est pas moi qui ai eu droit au rose pour mon costume. Néanmoins, vu ma situation actuelle, cette brève étincelle de satisfaction risque de ne pas durer : Tout en me faisant la leçon, Lidie se positionne face à moi. Ses yeux s'illuminent d'un bleu caractéristique et avant que je ne puisse comprendre ce qui m,arrive, mon corps se met en mouvement de lui-même. Pivotant, je me retrouve assis (J'ai encore l'impression d'être assis sur un coussin...), jambes tendues en V et mains posés à terre juste devant moi, la tête relevée, tandis que la Gardevoir me fait la leçon. Je tenterais bien de défendre ma cause, mais mes expériences précédentes m'encouragent à attendre que l'orage passe. C'est donc en petit garçon bien sage que je subis les remontrances de notre geôlière, cette dernière rythmant son discours de petits coups sur le sommet de ma tête, heureusement (Pas sûr que je puisse vraiment m'en réjouir, mais bon) amortis par les oreilles pelucheuses d'Evoli de ma capuche.

''N...Non... Pardon Lili...''

Réaction Cael, réaction ! Mon corps vient tout juste de retrouver sa liberté et dans le doute, je hoche doucement la tête de gauche à droite. Surtout, ne pas l'énerver davantage, je m'en tire à bon compte pour ma bêtise....pardon, ma tentative de fuite. Néanmoins, on dirait que mon acceptation seule ne suffit pas à la Gardevoir, puisque cette dernière se penche avant de m'attraper par les aisselles pour m'aider à me relever. Puis, sans ménagement, elle me pousse devant Max, avant de se placer derrière moi, bras croisés. Tout en pianotant des doigts sur son avant-bras, elle semble attendre quelque chose...Oh non, elle ne veut quand même pas...

(Tu dois aussi t'excuser envers Max. À cause de toi, elle ne pourra pas aller jouer dehors, avec sa belle tenue. Donc, tu vas être gentil et lui faire de jolies excuses à elle aussi...D'accord ?)


VU le ton de la voix, on ne peut pas dire que j'ai vraiment le choix. Lentement, je m'approche de Max, qui semble encore un peu ailleurs et se dandine sur place. Sûrement le manque d'habitude lié à sa nouvelle tenue, je connais ça (C'est d'ailleurs une grosse partie de mes problèmes). Sur l'impulsion de Lidie, mes bras se tendent pour serrer la Givrali contre moi, avant de s'immobiliser jusqu'à ce que les mots attendus franchissent mes lèvres.

''Bon ben, euh...Max, je suis désolé...''

(Et?)

''...et je ne recommencerai plus.''

( Tu vois que tu peux te comporter comme un bon petit garçon ! Je ferme les yeux pour cette fois là mais fait bien attention à ne plus faire de bêtises d'accord mon petit chou à la crème ? Sinon Lidie va devoir être plus sévère ... )

Les choses sont TRÈS loin d'être parfaites, je proteste ! Pourtant, Lidie semble satisfaite et après m'avoir attiré dans ses bras pour me caliner le plus fort possible (Elle...m'étouffe), la Gardevoir nous entraine à sa suite dans ce qui semble être une salle de jeu. Bon ok, Ja,voue même moi je suis intéressé, y'a même des costumes de pirates et de chevaliers dans une grosse caisse près du mur ! Y'a plus de couleurs que dans l'atelier d'un Quelorior ,ça donnerait presque envie...J'ai dit presque ! Tour en douceur, Lidie nous guide alors jusqu'à un gros tapis de mousse, avant de nous ''demander'' de nous asseoir gentiment. Une grosse caisse de jouets vole alors jusqu'à notre position, mais en apercevant son contenu, je ne peux retenir un petit cri indigné : Mais...Mais c'est pour les bébés, ces trucs ?! Pourquoi on a pas le droit d'avoir des jouets de grands....
Le temps de revenir de mon indignation, je remarque que Max a déjà pris un des jouets de la caisse et tente tranquillement d'enfoncer des formes colorés dans une espèce de maison. Sol, qui nous a rejoint à petits pas tranquille, s'est déjà roulé en boule non loind e là pour savourer le spectacle de son coté. Avec un soupir résigné, je me penche alors sur le fatras coloré, avant d'en extraire ce qui ressemble à un livre à couverture plastifié. Derrière la couverture décorée d'un Ecremeuh souriant, les pages révèlent une espèce d'abécédaire Pokémon, chaque lettre étant associé à une espèce. Au moins, les dessins sont mignons, ça m'occupera un petit moment...Fin, vraiment petit, parce que les pages pour le moment, je les tourne à toute vitesse.

''Eh !''

(Cael, tu sais très bien que tu ne sais pas lire.  Tu vas l'abîmer, c'est pour les grands garçons .)

..C'est VRAIMENT pas juste. Tout en marmonnant, je me laisse faire, bras croisés (Oui, je boude, c'est très mature), lorsque Lidie me force à me tourner en direction de Max pour ''l'aider''. Comme si elle avait besoin d'aide pour ce stupide jeu de bébé, c'est pas comme si c'était compliqué de mettre une sphère dans un trou tout rond...*sbunk*...Ou une pyramide dans un triangle...*Sbunk sbunk*...Mais tu vas rentrer, oui ? Ok, J,ai compris, je dois le tourner comme ça...*Sbunk*. Ah ben non... Pourquoi est-ce qu'il ne veut pas rentreeeeeeer ! Allez, à la une...à la deux... à la troiiiiis ! *Sbunk*
Ok, ça ne veut vraiment pas rentrer. Pendant un bref instant d’angoisse partagée devant nos échecs répétées, Max et moi échangeons un regard complétement perdu : Pourquoi est-ce qu'aucune forme ne veut rentrer dans le trous associés ?! Comme deux tout-petits frustrés devant un problème inconnu, nous commençons alors à essayer toutes les stratégies possibles pour emboiter les formes, allant jusqu'à faire pivoter la maison colorée pour regarder à l'intérieur. Un spectacle qui semble ravir Lidie, puisque la Gardevoir laisse échapper un petit rire devant nos tentatives.
Ok, on se calme et surtout,l on arrête de pousser comme des sourds sur ce cube...Il y a quelque chose de pas normal. Parcourant les lieux du regard, mes yeux ambres finissent par revenir à Lidie, qui nous fixe toujours d'un air enjoué. Et c'est là que je remarque un petit détail...Ses pupilles habituellement bleutées sont d'un rouge écarlate très profond ! Un rouge que je ne connais que trop bien !
Bondissant comme un ressort pour me dresser sur mes jambes, je surestime grandement mon sens de l'équilibre (Disons que mon centre de gravité habituel est un peu alourdi par un certain objet) et à peine ai-je poser les pieds sur le sol, que la tension de mon body me déséquilibre Je retombe ainsi en arrière, remarquant brièvement que mon atterrissage est beaucoup plus doux que ce que j'attendais. Pourtant, cette découverte ne suffit pas à me faire oublier tout ce qui me vient à l'esprit pour prévenir Max !

''Elle est en train de nous hypnotiser, c'est pour ça qu'on n'y arrive pas ! Mais cette fois, ça suffit Lidie, tu ne peux pas nous forcer à agir comme des gamins, juste parce que tu le veux ! ON est des A-DO-LE-SCENTS tous les deux, on a rien à faire ici et surtout, on a pas besoin de porter des couches.  Regarde, si je veux, je peux parfaitement le réussir, ton jeu débile !''

Et joignant le geste à la parole, je me contente d'attraper la petite pyramide, avant de fermer les yeux, coupant ainsi la perception faussée de la réalité qui m'empêchait d'agir à ma guise. Lentement, la forme qui tourne entre mes doigts se modifie pour devenir beaucoup plus lisse et dépourvue d'angles. Maladroitement, mes doigts atteignent la petite maison colorée, avant de faire glisser la pièce devenue Sphère dans le trou circulaire, sans coup faillir.
Devant ma démonstration, Max commence elle aussi à s'énerver et nous ne tardons pas à faire front commun devant la Gardevoir, qui n'a pas fait le moindre geste devant mon brusque élan de colère. La type Psy laisse encore s'écouler un moment, avant de se mettre à bouger et sans cesser de nous justifier, nous la voyons s'agenouiller pour se mettre à notre hauteur. Tout à nos explications, aucun de nous ne fait le moindre geste, tandis qu'elle pose une mains sur chacun de nos body à hauteur du col. Puis, après avoir reculé d'un pas, ses deux bras plongent doucement dans les replis de son tablier, avant que sa voix mentale ne s'insinue de nouveau dans nos esprits.

(Oulahlah...Je n'avais pas compris, jusque ici. Mais maintenant que je vous vois comme ça, je prend conscience de mon erreur.)

''Parfaitement ! Alors maintenant, si tu pouvais..''

*PLOP*PLOP*

''...Hmmmmmmmmpf !''


D'un geste vif, la Gardevoir vient tout juste de sortir deux tétines de son tablier, avant de les glisser dans nos bouches grande ouvertes. Différents des modèles précédents, ces dernières ont un mamelon beaucoup plus gros (Sûrement un modèle pour grands...), qui m'empêche pratiquement de produire le moindre son. Impossible de distinguer ce qu'il y a sur le bouclier, en revanche...
Avec un claquement sonore, les chaines en plastique qu'elle a fixé tranquillement sur nos bodys se dressent, avant de venir se fixer à l'anneau de nos nouveaux baillons, évitant ainsi que ces derniers ne soient perdus malencontreusement (Génial...). Sous cette nouvelle attaque, notre indignation connait un renouveau et même si nos cris sont complétement étouffés par les deux objets, ils sont encore nombreux !
Avec un sourire maternel, Lidie nous tapote alors la tête à chacun, puis reprend la parole avec un ton beaucoup plus attendri.

(J'ai complétement oublier de vous remettre vos sucettes, vous êtes tout grognons, maintenant. Une erreur que ne refera pas Lili.  Je suis fière de toi, Caelou, tu as réussi à rentre la jolie boule comme un champion ! Et donc en récompense, Lidie va vous donner des jouets pour grands !)

Sans cesser de mordiller ma tétine avec hargne, je tourne brusquement la tête lorsqu'un bruit sourd se fait entendre. Avec un tressautement, une autre caisse se retrouve soulevé de terre, avant de voler jusqu'à nous. Dans le même temps, un petit banc vient tout bonnement se glisser derrière Lidie, qui s'assoit dessus avec un grand sourire. Un silence pesant vient alors envahir la pièce, uniquement brisé par le bruit de nos tétines. Prudemment, je finis par m'approcher du couvercle entrouvert...pour apercevoir des cubes entassés, aux faces décorées de Pokemons !

(Plus de jouets de bébés, Lidie a bien compris. Maintenant, on s'amuse sagement comme de bons petits Poussifeux sages.)


Un peu abattu par l'échec de notre tentative précédente, je me laisse entrainer dans le mouvement et avec Max, nous commençons à sortir les cubes de bois uns à uns, pour les entasser. Le résultat est bien plus sophistiqué que ce qu'un petit pourrait produire, ressemblant à un mélange de pyramide, de château et de tour immense. Nous en venons même à nous lever pour pouvoir atteindre les étages supérieurs et en un sens, à légèrement ''apprécier'' le moment...Plus de Psyko et même nos tétines ne sont plus qu'un souvenir, reléguées au rang de problème secondaire. Et puis en plus...Ben, j'en suis fier de notre tour ! Ça fait longtemps que j'ai plus joué avec des cubes, donc là, je l'avoue, ça m'amuse. Je pourrais même la montrer à Callie quand elle viendra nous cher...STOP ! Je sais parfaitement ce que t'essayes de faire Lidie, ça marchera pas, je suis plus fort que ça !
Lorsque la tour finit par devenir trop haute pour garder sa stabilité néanmoins (Surtout qu'avec nos bodys, le positionnement est toujours plus difficile), nous nous retrouvons un peu desoeuvrés et Lidie ne tarde pas à intervenir. D'un geste, elle soulève une nouvelle boite de cubes pour la poser devant moi...et Max pour la faire voler jusqu'à ses genoux !

(C'est très beau, Lidie est fière de vous, les enfants ! On va la garder jusqu'à cet après-midi et j'aurais même une surprise pour vous ! Maintenant Cael, tu peux continuer de jouer avec tes cubes, Lidie va rendre Max toute-belle pendant ce temps.)

Que, quoi ? La partie qui me concerne, ça va, je peux comprendre (Même si Sol regarde la construction que je commence à faire machinalement avec un air beaucoup trop sournois), mais qu'est-ce qu'elle va faire à Max ?! Vivement, la Gardevoir abaisse la capuche Skitty de la Givrali, avant de lui ébouriffer les cheveux et de la chatouiller. Dans le même temps, un peigne, une brosse et un ensemble de petits noeufs roses et bleus, le tout accompagné d'une barrette Nymphali s'envolent en ordre depuis une commode, pour venir tourbillonner autour d'elles.
D'une main experte, Lidie commence alors à rassembler les cheveux de Max, sans cesser de babiller et des les brosser dans le même temps, avant de former deux couettes (Je devrais pas rire, ni jubiler mais...C'est trop tentant). L'opération s'effectue avec une extrême douceur et Lidie semble habituée à ce genre de choses. Rapidement fixées par deux des nœuds, elles se retrouvent à pendre de chaque coté de la tête de la jeune fille. Enfin, la barrette vient compléter l’œuvre de Lidie, une seconde avant que cette dernière ne fasse flotter Max, face à elle, pour contempler le résultat.

(Je pourrais te croquer sur place, tu es tellement adorable ! C'est qui le mignon petit Skitty ? Mais oui, c'est Max !)

Et la voila qui a droit à une farandole de câlins, de bisous et de chatouilles... Je ne suis pas jaloux, mais....Non, je ne suis pas jaloux, c'est vrai. Pourtant, lorsque la Gardevoir se décide enfin à relâcher sa poupée, cette dernière se retrouve assise sur le banc juste à coté d'elle. Tendant le bras en direction d'une ouverture reliant la salle de jeu aux cuisines, Lidie semble se concentrer...et c'est avec un sentiment de stupeur, mêlé de terreur que je vois deux énormes biberons, remplis de ce qui semble être du chocolat chaud, voleter paresseusement depuis la pièce adjacente jusqu'à nous, avant de s'immobiliser juste devant notre geôlière !
Mon premier réflexe et d'affecter le désintérêt le plus totale, mais à force de jeter des coups d’œils paniqués en direction de cette nouvelle épreuve, max et moi finissons par attirer l'attention deLidie, qui semblait n,attendre que ça !

(Vous devez être assoiffés, mes amours, après avoir joué comme ça. On va prendre un boooooon biberon avant de faire des gomettes, d'accord ? Vous allez voir, il y a plein de bon chocolat, miam, miam !)

...Ok, j'ai effectivement un peu soif (Surtout qu'en oubliant que j'ai une tétine, elle commence à me tirer sur la machoire, à défaut de m'assécher la bouche). Mais pas à ce point-là...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Dim 20 Nov - 2:50




Louveteau et bébé Dragon

Avec Cael Joy

C'EST LE PAYS JOYEUX, DES ENFANTS HEUREUX ~ La tête posée maladroitement sur l’épaule de Cael et leurs bras bizarrement emmêlés dans un câlin d’excuse imposé par Lidie, Max se demandait si tout ça était vraiment en train de se passer. Si elle était vraiment déguisée en Skitty, avec une double couche pour prévenir des accidents. Si elle était vraiment prise en otage par une Gardevoir aux pouvoirs effroyablement puissants et une totale incapacité à faire quoique ce soit pour s’échapper parce que ça semblait bien trop irréaliste pour être réel, justement.

Après un léger bruit attendri, Max et Cael se retrouvèrent entraîné dans un gros câlin de groupe initié par Lidie totalement gagate devant les bouilles trop choupinettes mignonnettes des deux roses. Tant de rose, tant de guimauve, tant de sucre. Ça dégouline. C’est niais. C’est mignon. ♥

Ahum. Excusez la narratrice qui kyatte face à cette scène absolument adorable de deux petits adorables et pimpants petits bouts de choux en train de se faire un câlin le tout dans de très seyants pyjamas une pièce aux couleurs d’Evoli et de Skitty. Trop Mignon. Je fond. Bref.

Ils sont adorables, Lidie et la narratrice fondent devant tant de cutitude, mais ça fait pas avancer l’histoire. Alors on bouge et on avance ce sublime moment de la vie de Cael et Max. Les mains tenues par une Gardevoir bien trop heureuse, les deux petits furent amenés jusque dans une salle de jeu bien trop colorée pour ne pas cacher un secret terrible. Des chaises aussi colorées que dans la salle à manger, des tapis à thème (celui basé sur le type fée était vraiment beaucoup trop rose) et des jeux absolument partout. Ok. Ils allaient peut-être un peu s’amuser au final. Et puis peut-être que s’ils arrivaient à montrer qu’ils étaient capables de faire des trucs que des gamins de trois ans n’étaient humainement pas capables de faire, elle accepterait la vérité et les libéreraient.

Non ?

Dans tous les cas, autant se forcer un peu car la puissante psychique de Lidie lui faisait suffisamment peur pour ne pas tenter de se rebeller. Du moins pas toute seule. Et pas maintenant alors qu’elle la fixait aussi fermement comme si elle lisait la moindre de ses pensées. Elle plongea la tête dans le bac à jeu avant de ressortir un traditionnel jeu pour enfant. Une mignonnette petite maison avec quelques trous dans son toit aux formes diverses et correspondantes à celles des pièces en plastiques assorties. Le but était clair, repérer les formes et les placer dans le trou correspondant. On avait connut plus drôle, comme le livre que tenait Cael … Ah bah le choix du temps était adéquat étant donné que Lidie venait de le récupérer sous prétexte qu’il ne savait pas lire.

Assise assez inconfortablement à cause des multiples épaisseurs de couches, Max accueillit un Cael boudeur à coté d’elle. Son Ronflex derrière elle, allongé et ronflant plus ou moins discrètement sur le dos, les pattes sur le ventre lui offrait un dossier plutôt confortable bien que mouvant. Elle n’avait clairement pas besoin d’aide pour ce genre de chose mais Lidie, convaincue qu’ils étaient vraiment des tout-petits, semblait convaincue du contraire et même si elle côtoyait la Gardevoir que depuis très peu de temps, à peine une heure, elle savait qu’elle était capable des pires punitions. Du moins, les pires pour son égo et sa dignité.  

Elle se concentra donc plus ou moins sur ce qui était sensé être son occupation actuelle. À savoir mettre des formes dans des formes. Problème : ça marchait pas. Ça ne marchait vraiment pas ! Son triangle ne rentrait pas dans le rectangle de sa maison, pas moins que son cube dans le carré. Rien ne marchait. Rien de rien. Strictement rien. Les deux adolescents échangèrent un regard consterné, Max étant légèrement détendue de savoir que ça ne lui arrivait pas qu’à elle. Qu’est-ce qu’il se passait ? Max tenta quelques autres combinaisons, un cube dans un triangle, une sphère dans un carré … certaines marchent d’autres non. Il doit bien y avoir une logique à toute cette histoire, une cohérence … il faut juste trouver le schéma et … Et Cael sauta sur ses pieds avant de retomber en arrière avec la grâce et l’élégance d’un Cochignon. Surprise Max leva des grands yeux surpris vers lui. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Crise de folie ? Révélation subite ? Simple envie de se dégourdir les pattes ?

Réponse b monsieur ! Bing bong ! Bonne réponse ! Cael expliqua rapidement ce qui leur arrivait avant de montrer par a+b quand effet la Gardevoir était assez folle pour décider de les hypnotiser pour leur faire faire des erreurs sur un jeu pareil. La bouche ouverte sous le coup de la surprise, c’était possible un tel niveau de fourberie ?, Max regarda Cael fermer les yeux et réussir du premier coup l’exercice. Soudainement agacée, et ça se comprenait assez facilement, Max renchérit après Cael, apportant comme elle pouvait son soutient au Phyllali.

- Tu crois vraiment que des enfants de trois ans peuvent parler aussi correctement ? Et marcher comme on marche ? On est des adolescents, j’ai 15 ans et Cael en a 14 ! On est pas des bébés !

Avec un sourire, la Gardevoir s’approcha du duo avant de s’agenouiller pour se mettre à leur hauteur et après quelques mots attendris, leur plaquer leurs sucettes dans la bouche. Ça, d’après mon dictionnaire de Lidie-Humain, ça veut dire « Mes chéris vous aurez beau dire ce que vous voulez, j’en strictement rien à faire. » Un instant pour réaliser la chose et un concerto de cris s’échappent des bouches bouchés des deux adolescents. Quel dommage les chéris, vous pouvez plus parler ! Avec un air affectueux, Lidie leur tapota la tête.

( J'ai complètement oublier de vous remettre vos sucettes, vous êtes tout grognons, maintenant. Une erreur que ne refera pas Lili. Je suis fière de toi, Caelou, tu as réussi à rentre la jolie boule comme un champion ! Et donc en récompense, Lidie va vous donner des jouets pour grands ! )

Max, boudeuse, le resta même à la mention d’une récompense. Non mais. Elle allait quand même pas s’enthousiasmer à ce qu’on la prenne pour une gamine ? Même si des jouets pour « grands » seraient probablement plus intéressants que cette fichue maison et ces hypnoses. C’était effrayant de  penser qu’elle était capable de choses pareilles. Pouvait-elle faire pire spoileralert : ouiellepeut ? Ou ses incroyables pouvoirs avaient une limite ? Max n’avait pas vraiment envie de le savoir alors soupirante, elle attrapa un des cubes, avec une tête de Tiplouf, et les deux roses se lancèrent dans la création d’un bâtiment.

Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort !

Ah non c’est pas ça. Ahum. La construction avança vite et bien et prit rapidement une forme assez sympathique et assez … conceptuelle. Mais c’était mignon. Et ils s’étaient bien amusés ça leur ferait au moins un bon souvenir de cette journée. Et Max se sentait étrangement fière de cette construction de toutes les couleurs à la forme un peu biscornue. Et la voix de Lidie et ses compliments ne firent qu’accentuer le sentiment de Max qui ne se reprit que lorsqu’elle se sentit décoller du sol pour atterrir sur les genoux de Lidie.  

« Toute-belle » ? Comment ça toute-belle ? elle était tout-belle de base déjà hein alors ça servait à rien Elle entendait quoi, Lidie par faire Toute-belle Max ? Elle l’avait pas assez ridiculisé assez avec ce fichu pyjama ? Et LES COUCHES ? AAAH, qu’est ce qui était en train de toucher ses cheveux ? Étrangement, l’étape tant redoutée du démêlage, se passa plutôt bien. On sentait bien que Lidie savait ce qu’elle faisait et Max n’eut pas l’impression de se faire tirer les cheveux une seule fois. Les cheveux bien lisses et démêlés, Lidie put s’attaquer à la coiffure en elle même. Des couettes. Bien sur des couettes. Autant pousser le cliché jusqu’au bout. Et pas des couettes basses qui pouvaient être portées par à peu près n’importe qui mais bel et bien ces couettes hautes typique des petites filles. Et comme pour en rajouter encore une couche, elles ne furent pas simplement attachées par des élastiques, mais également par des petits nœuds et le tout vint se compléter d’une jolie barrette.

( Je pourrais te croquer sur place, tu es tellement adorable ! C'est qui le mignon petit Skitty ? Mais oui, c'est Max ! )

Elle espérait juste que c’était pas littéral et qu’elle se contenterait de la recouvrir de câlins et de bisous. Wow. C’était vraiment perturbant de se retrouver, à presque 16 ans dans les bras d’une Gardevoir câline, le tout en kigurumi Skitty avec des couettes et … ouais. On allait arrêter de s’arrêter sur l’étrangeté de toute cette fichue situation. Le nez dans l’épaule de Lidie, elle ne remarqua pas immédiatement les énormes biberons de chocolat chaud venus tout droit de la cuisine.

L’idée en elle même, à savoir boire un bon chocolat chaud, était excellente. Le fait que ce soit dans des biberons rendait le tout un peu moins enthousiasmant. Et pourquoi Lidie venait-elle de donner son biberon à Cael pour qu’il le boive tout seul comme un grand alors qu’elle était encore sur les genoux de Lidie et que les intentions de cette dernière étaient bien trop claires ? Quelques minutes suffirent à lui faire comprendre que ouais, vraiment, c’était pas sa journée et qu’elle était en train de se faire donner le biberon par une Lidie kyattante devant son adorable petit Skitty. C’était qu’un mauvais moment à passer. Un mauvais moment. Un mauvais moment.

Les biberons terminés, Max fut reposée sur le sol et Lidie attrapa les mains de ses deux petits pour les mener jusqu’à une table blanche parsemée de tâches de peintures très colorées et de traces de mains. Elle les installa l’un en face de l’autre avant de dérouler d’un rouleau de papier une longue feuille blanche qu’elle cala sur la feuille. Elle déposa une boite de gomettes au milieu de cette dernière. Intrigués, les deux pokemons-peluches s’approchèrent à leur tour et avec une voix très joyeuse, Lidie leur expliqua leur prochaine activité.

( Comme mes deux petits trésors s’entendent très bien, vous allez faire un grand dessin tous les deux ensembles ! Et je vous autorise même vos pokemons à vous aider. Vous ne serez vraiment pas trop de quatre pour remplir toute cette grande feuille blanche ! Mais attention, Lili vous a l’œil alors pas de bêtises d’accord ? )

Elle s’éloigna un peu et s’installa sur l’une des chaises. Les deux adolescents se lancèrent donc dans l’activité. Ça ne déplaisait vraiment pas à Max qui préférait ce genre d’activités créatives et artistiques plutôt que les jeux de construction. Elle s’arma (et arma son Goinfrex) de jolies gomettes  avant de se lancer dans la création de son coté de la feuille.

Bien évidement, ça dégénéra assez rapidement. Sans trop savoir comment, il y eut bientôt plus de gomettes sur les participants que sur la feuille et par un heureux hasard, Sol avait était particulièrement visé. Notamment par les gomettes rose fushia ce qui lui conférait un petit fashion que mon coté Sirius approuve totalement.

Lidie observait la scène de loin avec un sourire attendri en lançant parfois des petits commentaires comme quoi c’était la feuille qu’il fallait décorer même si Cael avec des gomettes à l’effigie de Nymphali sur les deux joues c’était très mignon ! Le chahut qu’ils avaient créé avait eut l’unique avantage de leur permettre de se mettre d’accord sur un point. Il fallait s’enfuir et pour ça il fallait une diversion que Max allait devoir fournir pendant que Cael partait chercher des renforts.

Quand le calme fut revenu et que Lidie avait totalement enlevé les gomettes de ses deux tout-petits, Max laissa apparaître des larmes de crocodiles dans ses yeux ambrés. Début de l’opération diversion !

- MAMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !

Quoi de mieux pour distraire Lidie qu’un excellent caprice de très bonne qualité ? Parce que Max se donna à fond, allant même jusqu’à se rouler par terre, taper du pied et presque s’étouffer sous le mélange cris et pleurs. Une très jolie comédie comme on en voyait peu. Jamais elle n’avait fait pareil caprice et ça n’avait jamais vraiment manqué à son existence. Mais Lidie était forte. Et Lidie remarqua l’absence de Cael et après avoir plantée une sucette dans la bouche de la petite fille, elle se dirigea d’un pas vif et déterminé vers l’entrée où comme un mauvais running gag, se trouvait le Phyllali en pleine tentative de fuite. Les sourcils froncés et les mains sur les hanches, une Max flottante au visage rouge derrière elle, la voix de Lidie résonna dans leurs esprits :

( Tu ne laisses plus le choix à Lidie, Caelou. Je vais devoir sévir pour que tu ne fasses plus de bêtises. )

© BB Dragon


_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1318
Points d'Expériences : 1576

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Sam 3 Déc - 21:42

(J'avoue qu'ils sont mignons...Un peu traumatisés, certes, mais mignons. J'suis sûr qu'après quelques années de thérapies, ils arrêteront d'y penser. Sauf si évidemment, ces hypnoses et Psykos à répétition finissent par produire des effets secondaires : Tu les imagines devoir rester en couches ou accroc à leurs sucettes ? Je sais que c'est pas ce qu'on avait prévu, mais y'a quand même un potentiel à creuser....Non, t'es sûre ? Bon, je vais quand même le noter quelque part, histoire de pas oublier.
J’admets que tu n'as pas tort, notre choix de pyjamas pour ces deux petits bouts est absolument parfait. On aurait presque pu ajouter quelques touches supplémentaires pour parfaire le tableau. Pour Max, j'suis sûr qu'une tenue plus draconique aurait fait l'affaire, comme un Minidraco. Et pour Cael...Ben, même si les possibilités sont assez vastes, je reviens toujours à celle qui me crie qu'il serait absolument adorable dans un costume de Nymph...*SBANG*
)

Hmm, hmm...Pardonnez-moi cette interruption, fallait que je foudroie quelqu'un. Alors, où en étions-nous, déjà ? Voyons, on a déjà subi l'habillage (et Sol), la mise en couche, le biberon du matin, (et puis Sol),  les jeux d'éveil, de construction, (et encore Sol) et pour Max, la séance chez le coiffeur. Donc là, si je suis bien, c'est le second goûter de la journée, pour les pauvres petits affamés que nous sommes, c'est ça ? Y'a pas moyen d'y couper, je suppose ?
Résigné sur mon sort, je me tortille un peu pour m'installer confortablement juste devant Lidie, une seconde avant que le gros biberon de chocolat volant ne vienne se glisser d'autorité entre mes mains malhabiles. Dans le même temps, la Gardevoir se contente d'un simple geste et nos tétines respectives s'extraient brusquement de nos bouches, afin de nous permettre de boire tranquillement. Pour y avoir déjà eu droit avec Léo, je dois avouer que ce n'est pas si mal...Même si Max ne peut pas en dire autant, vu sa situation !

*Glup glup glup*

Au moins, elle a mis beaucoup de chocolat, c'est vachement bon. Pas sûr que la Givrali apprécie, vu les tentatives de contorsions qu'elle déploie pour éviter que Lidie ne lui glisse la tétine de l'objet entre les lèvres. Néanmoins, malgré ses efforts, ma camarade d'infortune finit par se faire avoir et une fois le biberon en place, Lidie ne semble pas décidée à l'ôter avant qu'elle ne finisse l'intégralité de son chocolat chaud. Ça doit être terrible pour elle, j'espère VRAIMENT ne pas subir ça...S'il doit bien y avoir une chose qu'Arceus m'épargne en cette journée de cauchemar, j'aimerais que ce soit le biberon sur les genoux de Lidie.
Un voeu pieux qui semble exaucé et donc qui ne plait forcément pas à Sol : À l'affût de la moindre ouverture, le Zorua est en train de chercher le meilleur moyen pour aggraver ma situation. Je le connais ton sourire calculateur, amigo mais pour le moment, tu ne pourras rien faire, puisque la situation est trop banale...Je bois mon biberon (...Note à moi-même, ne plus jamais dire ces deux phrases à la suite).
Après que Max est finie de se faire torturer gentiment nourrir par Lidie, cette dernière semble prête à reprendre le cours des activités de la journée. J'en profite  juste pour balancer la première chose qui me passe sous la min sur Sol (Aka, mon biberon désormais vide), déclenchant une série de couinements irrités de la part du type Ténèbres. C,est en maugréant que ce dernier nous emboîte le pas, lorsque Lidie nous attrape tout bonnement les mains pour nous trainer vers...Une table. Ça parait super innocent au premier abord une table, pas vrai ? Mais croyez-moi, depuis ce matin, même la plus inoffensive des choses est en train de se transformer en instrument de torture apocalyptique.
Avec réticence, je m''assois donc juste à coté de Max (en étant toujours aussi surélevé par cette maudite couche..Et encore, elle, elle me dépasse vu qu'elle en porte une double) tout en écoutant Lidie avec attention. Avec un peu de chance, cette nouvelle activité nous fournira l'occasion bénie qu'il nous faut !

( Comme mes deux petits trésors s’entendent très bien, vous allez faire un grand dessin tous les deux ensembles ! Et je vous autorise même vos pokemons à vous aider. Vous ne serez vraiment pas trop de quatre pour remplir toute cette grande feuille blanche ! Mais attention, Lili vous a l’œil alors pas de bêtises d’accord ? )


Des...gommettes ? C'est cool, ça ! D'abord parce que c'est pas susceptible de nous retomber dessus et ensuite, parce que dans le bordel qui ne va pas tarder à suivre (J'ai de l’expérience pour les bêtises, même avec des gommettes), la diversion sera plus facile à réaliser !
La feuille, jadis immaculée, ne tarde pas à se retrouver complétement recouverte de papiers collants de toutes les couleurs. J'ai bien essayé de faire un Keldeo, mais avec toute la bonne foi du monde, on dirait plus une tentative d'art abstrait pour reproduire l'incohérence et les multiplicité transcendantale des tâches d'un Spinda. Une constatation qui me pousse à bouder un peu devant le superbe dessin de Max, surtout qu'elle, elle est aidé par son Goinfrez (C'est pas zuste...), alors que moi, je dois me farcir un Zorua qui me planque mes gommettes dès que j'en ai besoin ! Tiens, pour la peine...Prends ça !

''Et voila ! T'as vu comme t'es beau, Sol ?''

''...!!!!!!''

Cette fois, c'est une boule de fourrure en furie qui se jette sur moi, la fourrure du coté droit complétement tapissé de gommettes rose fuschia, aux paillettes étincelantes. Lidie ne tarde pas à intervenir pour me séparer du renardeau qui me bourre de coups de pattes avec une hargne non dissimulée. Néanmoins, juste avant de se faire poser sur la table, Sol se retourne brusquement et me plaque ses pattes de part et d'autre de la figure avant d'arborer un sourire satisfait...Que, quoi ? Il m'a mis quoi sur les joues ?! Je veux savoir, j'ai le droit de savoiiiiiiir !

(Oh lalala, mais c'est que vous êtes déchainés, ce matin ! Lidie vous a dit de décorer la jolie feuille, pas Cael ! Enfin, j'imagine que si c'était possible, ces gomettes Nymphali te rendraient encore plus mignon, mon petit amour.)

....Je veux mourir. Ou trucider Sol. Et c'est probablement ce que je ferais d'ailleurs, si Max n'essayait pas d'attirer mon attention depuis quelques minutes. Je prends juste le temps d'attraper mon traitre de Zorua qui se pavane légèrement au centre de la table. Pris de cours, le type Ténèbres ne parvient pas à saisir mes attentions, avant qu'il ne soit trop tard : Profitant de l'occasion, je tends ainsi Sol à Lidie avec un air de contrition absolument magnifique sur le visage...Mode petit garçon, ON !

''Lili...Tu peux le nettoyer, steuplé ?''


(*Soupir* Cael, il ne faut pas abîmer ton doudou comme ça...Attends, laisse faire Lidie, tu pourras lui faire des calins juste après.)


Cette fois, c'est à mon tour d'agiter doucement la main en direction du Zorua, le tout en souriant machiavéliquement tandis que ce dernier se fait entrainer vers son destin. Même si Lidie nous garde en ligne de vue, elle est à présent assez éloignée pour que nous puissions discuter tranquillement. Et Sol va seulement y laisser quelques poils, si c'est pas rentable, ça !

''Ok...Je suis sûr que je peux réussir à ouvrir la porte d'entrée. Tout à l'heure, j'ai juste manqué de temps pour ça donc, si tu parviens à l'occuper plus de deux minutes, j'y arriverais. Ensuite, je vais chercher du renfort et on sera sauvé !''


Donc, pendant que Max la distrait, moi je fonce vers la porte. J'ai déjà repéré les lieux et le matériel a été laissé sur place. De plus, Sol est présentement handicapé par Lidie, ce qui réduit les risques d'autant plus. Ça me semble être un bon plan, tout ça (Ce qui explique sûrement, pourquoi il ne marchera pas), il reste juste un détail à régler : Comment Max va-t-elle bien pouvoir faire diversion ? Devant mes doutes, la Givrali se contente d'un petit sourire, juste avant de prendre une grande inspiration. Elle est en train de devenir rouge comme une baie Tamato, c'est normal, ça ?...Pas le temps de me poser la question, faut que je me tienne prêt à agir !
Et lorsque Lidie finit enfin par se rapprocher de nouveau, après m'avoir tendu un Sol au summum de la fureur (Elle a même tressée la fourrure de son dos...Ok, là, j'ai le droit d'éclater de rire !), l'opération ''ON SE TIRE DE LÀ !'' peut être lancée !

''MAMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !''

Wow, elle crie encore plus fort que moi, quand je voulais simuler devant Melody (Ça n'a jamais marché, est-il besoin de le préciser ?). Si fort que je perds quelques secondes à la regarder avec des yeux ronds et curieux...Eh oh Cael, on se bouge, elle ne fait pas ça pour le plaisir ! Discrètement, je m'écarte de ma chaise pour laisser Lidie me dépasser...puis me met à courir à toute vitesse en direction de la porte.
Même dans le couloir, les cris de Max continuent de résonner avec assez de force pour être audibles depuis l'entrée. Elle doit lui faire un vrai spectacle son et lumière, pour arriver à la garder concentrée sur elle aussi longtemps. Raison de plus pour me mettre au travail, alors voyons voir...Ah, voila ma paire de ciseaux. On réengage dans le loquet, les trois premières dents sont encore plus facile à relever...Voilaaaaaa. Maintenant, concentration, il faut que je désengage la quatrième....À gauche...à gauche...un peu vers le haut, un mouvement du poignée vers la droite et...

*Clic*

Fiou, parfait. Allez encore une...Cette fois c'est droite...droite...gauche...une résistance, faut glisser vers le bas, en remontant la lame en diagonale...Allez, je pense qu'il est à moitié levé, faut pas s'arrêter là ! On continue petit à petit de le relever jusqu'à entendre un demi-clic, ensuite, je relaisse tomber et je le pousse dans son logement. C'est un travail de précision, le genre qui ne peut s'effectuer que dans le calme.
Et en soi, ça tombe bien parce qu'avec le couloir complétement silencieux, je peux travailler tranquillement...Euh wait, comment ça le couloir complétement silencieux ? Pourquoi est-ce que je n'entends plus les cris de Max, elle aurait...*Glumps*

''...Aie.''

( Tu ne laisses plus le choix à Lidie, Caelou. Je vais devoir sévir pour que tu ne fasses plus de bêtises. )

Cette fois...Elle est en colère. Genre, bien plus en colère que tout ce que j'ai déjà vu de sa part au cours de mes deux captures. Je peux presque ''voir'' son aura qui se déploie de manière furibonde autour de sa tête, formant un halo de mauvais augure. Les pouvoirs psychiques de la Gardevoir sont au bord de l'éruption et quelques-uns des jouets les plus proches sont même imperceptiblement repoussés par la force qu'elle tente de refréner. Comme un Baudrive, Max flotte juste à coté d'elle, une énorme tétine fermement enfoncée dans sa bouche.  Apparemment, Lidie n'a pas pris de gants pour la calmer et comme un tout-petit, sa victime tète sans pouvoir s'arrêter. Elle est toujours aussi rouge et je ne suis pas sûr que ce soit uniquement dû à son pseudo-caprice : Là, on est très mal barrés !
Lentement, la type Psy tend la main dans ma direction et m'arrache mes ciseaux en douceur. Avec un bruit sinistre, les crans de la serrure retombent dans leurs logements, tandis qu'une aura bleutée entoure l'encadrement de la porte. Dans la panique, je tente de poser ma main sur la poignée mais cette dernière refuse même de simplement se laisser toucher ! Elle vient de placer un Psyko sur notre unique sortie....

(Bien...Très bien...On dirait que je n'ai pas le choix. Je pensais que vous vouliez me montrer à quel point vous êtes des grands. Mais puisque vous persistez à agir comme des bébés, Lidie va être obligé de prendre des mesures.)

Elle...Elle n'explose pas ? Son ton s'est même adouci et elle sourit. Bon ok, c,est probablement le sourire le plus terrifiant que je n'ai jamais vu, mais c'est bien différent de ce  à quoi je m'attendais. Avec autorité, la Gardevoir me fait signe de la suivre et sans même déposer Max au sol, reprend la direction de la salle de jeu. Je pourrais sûrement m'enfuir, mais j'ai soudainement beaucoup trop peur de ce qu'elle me ferait si l'idée ne faisait que m'effleurer l'esprit !
Une fois de retour dans la salle de jeu, je remarque que la table et les gommettes sont déjà en train de se ranger toutes seules à leurs places respectives. Délaissant Max un instant, Lidie me saisit par la main, avant de m'entrainer dans un coin de la pièce. Fermement, elle me force à m'asseoir sur le petit meuble décoré de Poussifeu, avant de faire pivoter l’ensemble face au coin de la pièce. Puis, d'une main toujours aussi ferme, elle me rabat ma capuche Evoli sur la tête avant de se mettre à parler d'un ton ferme.

(Quand on fait des bêtises, on est puni, Cael. Tu vas passer dix minutes au coin. Peut-être que cela te fera réfléchir à ton attitude !)

Je tenterai bien de protester, voir même simplement de tourner la tête pour lui faire face...mais je peux pas. C'est comme si mon corps était coincé entre deux murs invisibles, je peux à peine jeter un regard juste derrière moi pour observer Lidie qui se dirige vers Max. La seule chose qui occupe mon champ de vision, désormais, c'est le papier peint coloré et les Teddiursas qui le parsèment, de la garderie. Ça et un petit miroir, suspendu au-dessus de la (*glumps* Prions pour qu'elle ne serve jamais) table à langer de la pièce. Mais si elle crois que je suis pas capable de rester assis dix minutes sans rien faire, elle me connait mal !

''.....Pffff.''

Ça fait combien de temps, là ?...Quoi ?! Juste deux minutes ? Raaaaah, mais c'est loooooong ! Je m'ennuie, moi...EN plus, Sol en profite honteusement et se venge pour le coup des gommettes : Sans se presser, le Zorua fait rouler plein de jouets juste derrière moi, tout en effectuant de petits tours de temps à autre pour me montrer l'avancée de son travail. Je peux même pas me retourner pour en attraper un, c'est pire que de poser un cookie devant un coPAIN affamé et ligoté !
En revanche, il y a quelque chose qui m'intrigue : Dans le miroir, j'arrive à voir une partie de la punition de Max, mais je ne comprends pas tout. Pendant que j'entrais dans la pièce, j,ai bien vu que Lidie était en train de monter un petit parc de bébé en plastique blanc (Ça me rappelle quelque chose), sûrement pour y déposer la Givrali. Une fois cette dernière à l'intérieur, elle n'a même pas eu le temps de faire mine de se lever que la Gardevoir l'a forcé à se rasseoir. Mais si au début elle n'avait pas l'air très disposé à obtempérer, Lidie s'est contenté de se pencher vers elle pour lui faire...un bisou. Juste un bisou et après ça, c'est à peine si Max essaye encore de sortir du parc. Elle a même serré contre elle la peluche Skitty que lui a tendue notre gardienne, avant de continuer à téter gentiment (Pourtant, plus de lueur bleuté de Psyko pour lui maintenir sa tétine en bouche...). Et puis, pourquoi Lidie se penche vers elle comme ça ?
Autant de questions qui resteront sans réponse, puisque à part ça, je commence sérieusement à trouver le temps long (Je lui dit que ça ne fait que quatre minutes ?). J'en viens même à me tortiller sur ma chaise, dans l'espoir de faire compatir Lidie à mon sort...C'est vrai quoi, quelle torture atroce que de forcer quelqu'un à rester assis au meme endroit pendant DIX MINUTES ! J'suis sûr que même Jackie penserait pas à un truc aussi horrible, ou que Lucki n'oserait pas s'en servir pour un entrainement. Et je peux même pas utiliser ce temps à bon escient pour un nouveau plan d'action, j'ai aucun moyen d'examiner les lieux pour une autre voie de fuite !

(Alors, voila qui est fait pour ma petite Max...Au tour de mon gros bébé Cael.)

''Je suis pas un bébé !''

Ça m'a échappé...Et ce sera sans conséquences. Devant mon éclat, la Gardevoir qui vient tout juste de forcer ma chaise à pivoter face à elle, se contente d'un petit rire, avant de rapprocher son visage du mien. Un peu mal à l'aise, je me tasse autant que possible, mais elle semble bien décidé à me fixer de ses grands yeux bleus.

(Ah oui ? Je n'en suis pas si sûre. Ça fait quand même beaucoup de bêtises, pour quelqu'un qui veut être un grand. Non, non, pour moi, tu agis totalement comme un bébé.)

...J'ai dit bleus ? Non, parce que là, ils sont rouges et bien rouges ! Un phénomène que je connais et que j'ai déjà subi ! Sans attendre, mes mains volent jusqu'à ma bouche, afin de l'empêcher d'y glisser quelque tétine que ce soit. Elle peut parfaitement me forcer à la garder en bouche, mais il faudra encore qu'elle parvienne à m'avoir une fois !
Pourtant, bien loin de la réaction consternée que j'attendais, c'est un nouveau petit rire de la Gardevoir qui accueille ma réaction, juste avant que cette dernière ne se redresse en me tapotant la tête. Qu'est-ce qu'elle m'a fait ? Je me sens pas différent, j'ai pas rétréci, je peux toujours penser normalement....

(Bien et maintenant, je pense que vous avez été assez puni. Lidie n'aime pas devoir faire ça, donc mes petits bandits, votre punition est levée !)


Tu ne crois pas si bien dire, ma vieille ! Aussitôt que la pression psychique qui m'empêchait de me lever se dissipe, je me suis déjà préparé à bondir, guettant l'instant où elle me tournerait le dos. Vu que Max peut aussi sortir de son parc maintenant, elle ne pourra pas nous immobiliser tous les deux , à moins d'avoir des yeux dans le dos. Et vu que la cuisine est à mi-distance de nos positions respectives, il doit être possible de s'enfuir par là...Attention, à vos marques, prêt, partez !

*THUMB*

...Woops, je me suis viandé. C'est pas grave, elle s'est pas retourné, je recommence !

*Thumb*

...Et je me retrouve une fois de plus à quatre pates ! Sur quoi est-ce que j'ai buté, c'est pas le moment ! Soucieux de ne pas me re-re-prendre les pieds dans le même obstacle une troisième fois, je me retourne sur un coude..avant que ma mâchoire ne percute le sol avec violence : Y'a absolument rien devant mes pieds, pas de jouet, de chaise ou de Sol ! Je suis juste...tombé !

''Mais pourquoi je peux pas...*Tumb*''

Ok, là ça commence à faire beaucoup ! Maladroitement, je pousse sur mes bras pour me redresser...et bascule tout simplement en arrière pour atterrir sur les fesses, lorsque mes jambes semblent soudainement incapable de porter mon propre poids ! Chaque fois que j'essaye de dépasser la position assise, elles se figent brusquement et me font chuter en arrière, ou me pousse à me mettre à quatre pattes comme si c'était naturel !
C'est dans cette dernière position que je redresse un air aussi surpris qu'énervé, pour découvrir une Lidie qui me surplombe, l'air attendri. Et lorsque tout les éléments viennent s'imbriquer dans la tête de votre serviteur, je peux vous assurer que j'explose !

''QU'EST-CE QUE TU M'A FAIS ?''


(Oulahlah, doucement Cael, on ne parle pas comme ça aux grandes personnes. Réponds juste à cette question : Est-ce que les bébés savent marcher ?'')

''N...Non ?''

(Très bien. Ce sont donc les grands qui marchent tout seul. Et donc, puisque tu as voulu être un bébé, il est normal que tu sois traité comme tel. Mais Lidie t'aime quand même autant qu'avant, tu le sais, hein ?)

Elle n'a pas osé...Elle ne peut pas avoir autant de pouvoir, pas au point de m'empêcher tout simplement de me souvenir comment on fait pour marcher ! Et pourtant, il semblerait bien que si : La petite dizaine de tentatives suivantes, visant à me mettre debout ne rencontre pas beaucoup plus de succès et Lidie finit même par prendre pitié de mes chutes répétées. Abbatu, je sens qu'elle me soulève tout simplement, avant de passer un bras sous mon arrière-train pour me soutenir. J'ai les  yeux secs, mais intérieurement, je peux vous assurer que l'envie de pleurer de rage n'est pas loin ! J'suis un Ranger, mais je peux même plus marcher. Alors courir, sauter et prendre une pose classe à la fin de ma mission, c'est plus du tout au programme (Et encore, imagine que ça soit permanent...Ok, je me tais) !
Pour ajouter à l'humiliation, Lidie me porte tout bonnement comme elle le ferait d'un tout-petit en direction de la table, là où Max, sucette toujours en bouche, a déjà pris place. Et pour ne rien arranger, Sol prend un malin plaisir à s'étaler de tout son long à chaque série de trois pas, un spectacle que je ne peux louper dans ma position, la tête calé sur l'épaule de Lidie.

(Maintenant, c'est Peinture, mes Riolouveteaux ! Et après ça, Lidie vous fera plein de bon miam-miam pour ce midi. Il faut reprendre des forces...Ça creuse de jouer comme ça !)

Même l'annonce du repas ne parvient qu'à moitié à me faire réagir...J'veux dire, oui j'ai de plus en plus faim et ça ne pourra jamais être pire que ce qui nous arrive là. Mais pour le moment, je pense surtout à mes jambes devenus complétement inutiles. Fin, c'est pas totalement vrai : Une fois à portée de la table, Lidie me pose tout bonnement au sol et c'est à moi de parcourir les derniers mètres à quatre pattes jusqu'à ma chaise ! Heureusement Max m,aide un peu à me hisser sur cette dernière et une fois que mes jambes sont positionnées sous la table, je peux essayer d'oublier en partie ce qui nous arrive.
Jaillissant d'un placard, des pots de toutes les couleurs et deux grandes feuilles blanches viennent ensuite se positionner devant nous, juste avant que Sol et le Goinfrex de Max ne se retrouvent éjectés de la table et atterrissent en douceur juste à coté de nous.

(Pas de doudous pendant la peinture ! J'ai vu ce que vous étiez capable de faire avec des gommettes, je n'ose imaginer ce qui pourrait se passer. On va aussi enlever ta jolie sucette, Maxounette, pour que tu ne la salisses pas.)

Pour une fois, elle n'a pas tort (Et un plan de plus qui tombe à l'eau). Néanmoins, il y a une petite différence avec la dernière fois : Puisque nos bodys n'ont pas d'ouvertures pour les main, Lidie nous accorde le droit d'utiliser des pinceaux...Sauf qu'avec notre manque de maniabilité, autant qu'elle nous files des balais, ça sera plus pratique !
Tout en bataillant pour simplement tracer une ligne droite sur ma feuille, je ne tarde pas à couvrir cette dernière d'arabesque, tout en jetant des coups d'oeils furtifs à Max. Maintenant que cette dernière peut de nouveau communiquer, il nous faut un nouveau plan. Juste le temps  de renverser ''par accident'' un pot d'eau usée sur la table...

(Cael !)

''C'est pas moi, c'est Sol !''

Vivement, j'attrape le renardeau pour le placer devant moi, tout en le menaçant du doigt comme un enfant gronderait son doudou. Devant ce spectacle, même Lidie ne peut s'empêcher d'éclater de rire, avant de se diriger vers une commode pour en sortir de l'essuie-tout et nettoyer les dégâts.
Je ne vais pas avoir beaucoup de temps, mais on a fait avec moins !

''Ok Max, j'suis sûr que tu vas pas me croire mais elle m'a hypnotisé pour que je ne puisse plus marcher. Donc, si jamais on veut s'en sortir, c'est toi qui va devoir agir pendant que je fais diversion. Tu as une petite idée de comment procéder ?''


Fébrile, j'attends la réponse de la Givrali...et cette dernière ne sera pas exactement celle attendue. En lieu et place de mots, ce sont des paroles complétement incompréhensibles qui sortent de la bouche de la jeune fille, ce qui semble la surprendre autant que moi. Elle a beau essayé, impossible de communiquer clairement ce qu'elle tente deséspérement de me dire.
Et avant que nous ne puissions envisager la moindre hypothèse pour comprendre ce qui se passe...

''OUIIIIIIIIN!''

Le cri est bien moins puissant que le précédent libéré par Max, mais il n'en reste pas moins très bruyant. Pourtant, je suis sûr qu'aucun de nous deux ne vient de pleurer comme un tout-petit, il ne reste donc plus qu'une seule possibilité...une possibilité poilue, noire et goguenarde, qui me fixe avec un énorme sourire satisfait lorsque je me tourne vers lui : Achevant son attaque Croco-Larme, Sol s'est consciencieusement placé entre nous deux et semble patienter. Et ma petite idée sur la nature de ce qu'il attend ne me plait pas du tout, DU TOUT !

(Ooooooh...Qu'est-ce qui se passe, mes amours ? Lidie va arranger ça , qui a un gros chagrin ?)


Personne actuellement, mais ça pourrait bien changer rapidement pour le coup !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Mar 20 Déc - 0:50




Louveteau et bébé Dragon

Avec Cael Joy

C'EST LE PAYS JOYEUX, DES ENFANTS HEUREUX ~ Si c’est pas adorable, deux petits bouts de choux qui s’occupent sagement autour d’une table en jouant avec des gomettes. Deux petits bouts de 14 et 15 ans en kigurumi pour enfants avec des couches sous la surveillance de la plus grande psycho de Lansat (même Audrey ne fait pas le point, sorry not sorry), le tableau était soudainement moins mignon. Pour quiconque n’étant pas à l’origine de la fameuse situation parce que je peux vous assurer que mon très cher partenaire de rp et moi-même on s’amuse beaucoup. Genre beaucoup. Ahum. Parenthèse faite, qui n’était même pas une parenthèse, ça devient n’importe quoi ce paragraphe, reprenons le cours de l’histoire. Ou en étions nous ? Ah, oui ~

Bébé Max est en colère. Très en colère. Bébé Max commence à piquer une grosse grosse colère. Pourquoi donc ? Mais c’est que tu es curieux petit lecteur, puisque que c’est comme ça, je vais te faire un petit résumé. Max et Cael sont actuellement prit au piège par Lidie la grande et pour s’échapper, Max va jouer les diversions. Et pour faire une diversion quoi de mieux qu’un gros caprice ? Rien. Y’a rien de mieux qu’un très gros caprice dans ce genre de moment. Rien de mieux je vous dis. RIEN DE MIEUX.

Et c’est pas Max qui se roule sur le sol à grand renfort de cris et de pleurs ne vous dira le contraire. C’est qu’elle était très très triste la petite Maxounette. Et elle voulait sa maman. Et le voisin d’à coté le savait probablement aussi. Qui aurait crut que la petite Givrali avait autant de voix ? Parce que honnêtement, elle pourrait se convertir dans l’opéra sans mal vu les jolies vocalises qu’elle poussa sous le regard effrayé de Lidie. Comprenez donc. Sa pauvre petite chérie était en train de pleurer toutes les larmes de son corps et en plus elle détruisait sa jolie coiffure. Non. Lidie ne pouvait pas laisser ce carnage se poursuivre. Non. Non. Non. La Gardevoir s’avança avant d’attraper l’adolescente dans ses bras et de la bercer doucement.

(Oooh, ma petite Max. Ta maman elle reviendra ma petite poupée chérie. Il fallait le dire à Lidie que tu étais triste ça nous aurais éviter une grosse criiiise de larme. Regarde ma chérie, tu es avec ton copain Cael et vous allez bien vous amusez toute la journée avec Lidie. C’est pas génial ça ? Allez ma princesse, ça va aller. Doucemeeeent.)

C’est qu’elle avait du métier la Lili. L’action combinée des paroles toutes douces dans l’esprit de Max et du bercement ainsi que de la main de la Gardevoir dans son dos calma sans mal la (fausse) crise de larme de la jeune fille sans qu’elle ne s’en rende compte. Un peu endormie et avec une nouvelle tétine dans la bouche, Max se laissa transporter par la type psy dans la bulle télépathique qui la portait pendant qu’une Lidie très agacée se dirigeait à grand pas vers l’entrée et un Cael qui n’avait pas finit de fuir.

Fuir.

Diversion.

MINCE. Pour ne pas dire pire vu que nous sommes sur un forum tout public. Elle avait complètement oublié qu’elle était sensée être la diversion de Cael. Wow. Lidie était vraiment très très forte. Elle avait réussit à anesthésier totalement et lui faire totalement oublier la raison véritable derrière son caprice. Mais il fallait reconnaître que les mots doux et la main apaisante de Lili lui avait fait du bien et qu’elle se sentait étrangement détendue. Genre, étrangement bien ? Relaxée, posée. Mais elle ne put qu’avoir un léger frisson face à la voix déçue de Lidie. Cael allait bouffer hein. Ça allait pas faire plaisir du tout du tout. Et elle, elle continuait de téter vigoureusement sa tétine.

Et de toute évidence, la punition la toucherait elle aussi. Ah. Bon. Elle jouait pas si bien que ça la comédie finalement. État de détente totalement oublié, Max téta plus vite pour faire passer le stress qui lui montait à la gorge. Ahahaha. Lidie était beaucoup trop maligne. Et eux deux, pas tout à fait assez rodés pour passer par dessus la malignité de Lidie. Mais à force d’échec, il n’y avait aucun doute qu’ils réussiraient. Ils sortiraient de cet enfer. Il le fallait absolument. Ils ne pouvaient pas passer le reste de leur vie ici. Max frissonna à la simple pensée de cet état de fait. Non, impossible. Juste, impossible.

Lidie était terrifiante. Absolument, résolument, entièrement terrifiante. L’instant de toute à l’heure n’était qu’une autre de ses hypnoses. Elle ne pouvait plus tomber dans le piège. Lidie était le mal absolu et elle devait s’échapper de son emprise. Pendant qu’elle continuait de flotter dans l’incapacité totale de mouvement, les pouvoirs de cette Gardevoir était terrifiants, celle-ci s’occupa de Cael en l’envoyant au coin. Et au vu de l’aura noire de leur gardienne, le Phyllali ferait bien d’obéir, ils penseraient à un nouveau plan plus tard. Maintenant que le cas du garçon était réglé, Lidie se ré-avança vers elle. Max déglutit.

(Max ma chérie. Si tu remens à Lidie, Lidie ne pourra jamais savoir quand est-ce que Max dit la vérité et ni toi ni moi ne voulons ça, n’est ce pas ma petite puce ? Tu vas rester bien sage maintenant.)

Max hocha la tête tout en continuant de téter sa sucette, désormais sans vraiment y penser. Lidie la déposa dans un parc pour enfant et avant que la Givrali ne puisse exécuter le moindre mouvement les lèvres de la Gardevoir rencontrèrent le front de la jeune fille. Et soudainement. Elle se sentait terriblement fatiguée. Elle se laissa tomber en arrière, paisiblement assise sur le cousin épais qu’offrait la double couche de couches (justement), les mains occupées à câliner une jolie peluche Skitty. Gnnnn, juste vraiment fatiguéééée. Elle avait bien dormit pourtant et niveau nourriture, Lidie s’était fait une joie de les gaver. Qu’est ce qui avait put la fatiguer comme ça ? Lidie n’oserait jamais utiliser une attaque sur eux, donc c’était bien évidement à exclure. Oh, et puis c’était pas la peine de réfléchir, elle était vraiment bien là. Détendue et fatiguée et cette peluche était tellement douce. Aaaaah.

Vraiment super bien. Tellement bien, qu’elle ne remarqua pas l’éclat rouge dans les yeux de Lidie, pas plus qu’elle ne remarqua l’effet qui en découla, perdue dans son petit paradis de bien-être. On souhaite bon voyage à Max dans le monde de la drogue hein. Parce qu’elle est partie loin et qu’elle dodeline doucement de la tête en chantonnant des mélodies incompréhensibles. Pour les plus curieux d’entre vous, Lidie n’avait eut aucun remord à user d’une attaque pour calmer la petite Givrali et maintenant voilà son état. Puis aussi soudainement que c’était arrivé, l’esprit de Max redevint très clair et elle sursauta, lâchant la peluche qui roula un petit mètre plus loin.

Il s’était passé quoi ? Elle n’eut pas le temps d’y penser plus que ça que Lidie annonçait la fin de la punition. Max eut la grande chance de se retrouver dans les bras de la Gardevoir pour sortir du parc avant de la laisser sur le sol, sa main bien ancrée dans la sienne tandis que à leurs cotés, Cael comprenait l’improbabilité de la situation. Si le rose tombait à chaque tentative de marcher, elle, elle s’en sortait aussi bien qu’avant. La main toujours dans celle de Lidie, elle leva les yeux vers le garçon désormais porté par la Gardevoir. Le pauvre vraiment.

Un peu trop enthousiaste à l’idée de la peinture, Max s’installa rapidement. C’était son domaine la peinture et même s’ils n’auraient probablement de la gouache à bas prix, Max ne doutait pas de réussir à sortir quelque chose qui prouverait à Lidie qu’ils n’étaient vraiment, vraiment pas des gamins. Motivée la Marionnette. Elle hocha la tête à la suite des instructions de Lidie, ça éviterait au moins que Friggy ou Sol ne gâchent tout.

Gentiment, Max aida le pauvre Caelou et ses jambes inutiles à s’installer sur la table. Désormais libérée de sa sucette, elle vérifia que Lidie se soit légèrement éloignée avant de se tourner vers son partenaire de malheur. Bon, maintenant qu’ils pouvaient à nouveau communiquer, ils allaient devoir pondre un plan. Elle hocha la tête d’un air désolé avant de répondre au garçon.

- Gnabah ?

Attendez. Quoi. Elle voulait lui demander si ça allait. Pas le Gnabahté. C’était quoi cette histoire. Elle ouvrit de grands yeux effrayés en portant sa main à sa gorge. Non c’était juste qu’elle n’avait pas parler depuis longtemps, c’était forcément un truc comme ça. Elle pouvait peut-être empêcher Cael de marcher mais elle ne pouvait pas l’empêcher de …

- Ibie ! Gnematefan !

Ok. Si. Elle pouvait totalement lui ôter la capacité de parler. Lidie lui adressa un léger sourire. Absolument terrifiant, cela va sans dire. Elle semblait beaucoup trop heureuse de la situation, comme si voir le désespoir sur le visage des deux adolescents l’emplissait d’une joie immense.

(Et bien ma petite Max, on arrive plus à parler ? C’est pas grave ma chérie, les bébés grandissent différement, regarde Caelou sait parler avant de savoir marcher, toi c’est l’inverse, mais ça n’enlève rien à l’amour que vous porte Lili, ne vous en faites pas mes Poussifeu.)

Mais. Sa voix. La voilà qui devenait Ariel la petite Sirène. Elle avait perdue sa voix auprès de la grande méchante sorcière Lidie. Elle ouvrit la bouche en grand pour protester avant de la refermer aussi sec. Elle n’allait pas en plus se ridiculiser. Les sourcils froncés, elle attrapa pinceaux et peinture et se mit vivement à la tâche. Elle allait voir ce qu’elle allait voir cette Lidie. Elle allait lui faire la plus belle Gouache de l’univers et puis c’était tout. Et puis, en fait, elle pouvait tout simplement écrire ! Tout du moins si elle arrivait à esquisser une ligne avec ses moufles. Elle adressa un regard terrifié à Cael quand elle constata que tous ses moyens de communications avaient tout simplement disparut. Comment elle allait faire ? Bon sang. Non. Ça allait juste pas être possible.

Elle avait envie de pleurer. Très envie de pleurer. Et il n’y avait qu’à la surprendre comme venait de le faire Sol pour que la jeune fille se mette réellement à pleurer à sa grande surprise. Et bah oui ma jolie, c’est horrible de se retrouver sans moyen de communication pour le restant de sa vie. C’est de tristesse et de rage que sont composées les larmes qui coulaient sur ses joues. Et plus Lidie approchait, plus elle serrait, autant qu’elle le pouvait avec son accoutrement absolument ridicule, ses poings. C’était trop. Beaucoup trop. D’un mouvement vaste, Max renversa les pots de peinture, renversant la moitié sur Cael et elle même. Elle se leva et le doigt pointé (ou tout du moins la moufle) vers Lidie, elle commença à crier. Et à tenter de forcer cette fichue hypnose. Elle détestait ça. Cette sensation de ne pas contrôler son propre corps. Cael pouvait prendre ça comme une diversion s’il voulait mais dans tous les cas, la tentative fut totalement avortée par une Lidie qui planta la sucette de Max dans sa bouche avec un léger éclat bleuté pour être certaine qu’elle n’en ressortirait pas.

(Ooooh, ma petite princesse a envie de changer de tenuuue ! Tu es bien une petite ma chérie, mais Lidie est de bonne humeur alors on va aller vous changer ! Mais tout de même tu aurais simplement put demander plutôt que de renverser toute la peinture sur vos jolies tenues.)

D’un tour de super pouvoir psychique, la Gardevoir les entraîna vers le petit dressing que Max avait visité un peu plus tôt. Séparés par un rideau et allongés sur le dos sur des tables à langer, les deux adolescents ne pouvaient plus qu’entendre la terrible voix doucereuse de Lidie qui cherchait quelles tenues seraient les plus appropriées désormais.

(De base, Lidie ne savait pas qu’elle allait avoir deux adorables choux, maintenant Lili va pouvoir choisir des jolies tenues assorties. Voyons voir … oooh ! Mes petits bouts seront à croquer comme ça !)

Les pyjamas imbibés de peinture leur furent donc retirer par une coordination de Psyko assez impressionnante et rapidement échangés par un joli assortiment de pyjama et de tétine qui rendraient les préfets des deux jeunes gens terriblement fiers à ne pas en douter. Quand Max se retrouva enfin par terre face à Cael, elle put constater qu’ils étaient désormais vêtus de kigurumis à l’effigie de Givrali et de Phyllali. Avec un tétine assortie, bien évidement.

(Olalalalala. Lidie avait tout à fait raison. Vous êtes adoooorable ! Je suis sure que vous êtes affamés maintenant, heureusement que Lili pense à tout pas vrai ? En route mes chéris !)


Max soupira. Tant bien qu’on puisse soupire avec une sucette dans la bouche. Elle lança un regard désespéré à Cael. Elle était en manque d’idée là. Genre, en violent manque. Très gros manque. Elle avait juste envie de se rouler en boule. Et elle avait peur de l’influence que pouvait avoir Sol sur son Friggy. Le reste de la journée ne s’annonçait pas très bon.

© BB Dragon


_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1318
Points d'Expériences : 1576

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Lun 16 Jan - 18:47

Je vais craquer...Non, sérieusement, je suis à bout. Elle pouvait tout me faire, les couches, le biberon, les jouets, n'importe quoi. Mais m'enlever la faculté de marcher...Pire, de me tenir debout ! Du coup, je pensais que la situation ne pouvait clairement pas empirer : Vu notre état à tous les deux (J'ai plus aucune chance de courir le marathon et Max ne deviendra jamais une grande chanteuse d'opéra), l'annonce d'une activité peinture, ça pouvait effectivement sonner comme une bonne nouvelle. Et même si je me doute qu'on aura bien sûr pas droit aux pinceaux, c'est le cadet de mes soucis : Pour le moment, l'important, c'est de réussir à endormir la méfiance de Lidie et surtout de ne pas faire de vagues. Va me falloir un petit peu de temps pour réfléchir à une nouvelle solution, maintenant que je ne peux même plus me déplacer sans porteur. Donc, on se pose et on fait fonctionner nos neurones dans le calme et la...SOL, JE VAIS TE BUTER !
À cause de son intervention, Max vient tout bonnement de craquer et d'envoyer valdinguer la peinture un peu partout autour de nous (Et sur nous). Laissant la Givrali à son pétage de plomb, je tente d'attraper le renardeau démoniaque par le bout de sa queue touffue : en un éclair, il a déjà plongé sous la table, dissimulant un rictus satanique sous une de ses pattes. Puis, avec une nonchalance marquée, le type Ténèbres se retourne et s'assoit tel un sphinx, pour ne pas rater une miette du cataclysme qu'il vient de déclencher. Sur le moment, je laisse échapper un juron..Ah oui, non, je peux pas, j'ai toujours ma tétine. J'allais l'oublier celle-là, d'abord on l'enlève et ensuite...

(Ooooh, ma petite princesse a envie de changer de tenuuue ! Tu es bien une petite ma chérie, mais Lidie est de bonne humeur alors on va aller vous changer ! Mais tout de même tu aurais simplement put demander plutôt que de renverser toute la peinture sur vos jolies tenues.)

...Ouais, non, en fait je crois je vais la garder. Et téter sagement, aussi. Lidie vient tout bonnement de baîlloner à nouveau Max à grands renforts de Psyko et que la Givrali devient de plus en plus rouge, malgré tous ses efforts (vains) pour cracher sa propre sucette. Quitte à avoir ce truc dans la bouche, autant que ce soit de mon plein gré. Et puis, même si je refuserais de l'avouer devant un tribunal composé de Pokémons Spectres...Ça commence à me détendre. Je sais pas trop pourquoi, mais le rythme lent et régulier du bouclier en plastique contre ma bouche, ça a quelque chose d'apaisant.
C'est sans doute pour ça que je laisse échapper un petit cri dépité, lorsque Lidie nous soulève de terre une fois de plus, pour nous envoyer voltiger façon missile en direction du dressing. Déposés délicatement sur deux tables à langer (Pitié, faites qu'elles ne servent jamais à autre chose qu'à ça...), j'ai à peine le temps de jeter un regard compatissant à Max, qu'elle nous as déjà séparé d'un rideau. Tandis que la Gardevoir s'occupe de ma camarade, j'essaye bien de me laisser glisser au bas de mon perchoir : Malheureusement, le Psyko a également ''scotché'' mes mains au sommet de la table et je ne peux que laisser échapper quelques grognements étouffés, que Lidie semble prendre pour de l'impatience. Faut dire que Max y est pas aller de main-morte, la peinture a laissé un sacré paquet de tâches sur mon visage et elle commence à sécher !

(Non non non, Caelou, tu restes là. Lidie a presque fini, de toute façon. Si tu bouges trop, peut-être que je devrais te mettre une barboteuse, tu ne crois pas ?)

SOS ! SOS ! ABORT MISSION ! On ne bouge plus et on attend sagement ! La Gardevoir vient de faire jaillir de l'un des tiroirs, une espèce d'énorme...sac, je vois pas comment définir ça, avec deux trous pour les bras. Si jamais elle me glisse là-dedans, mon peu de mobilité à quatre pattes va retomber au niveau ''Bébé qui rampe comme un Chenipan'' ! Plus ou moins vaincu par la menace, je m'immobilise presque et le silence qui retombe sur le dressing, est uniquement rythmée par le son de deux adolescents qui soupirent de temps à autres pendant qu'on les habille (Peut-être que Max pourrait essayer de communiquer en morse, comme ça...).
Néanmoins, ce répit est de bref durée et bientôt, Lidie repasse de l'autre coté du rideau, en brandissant une tenue parsemée de rubans verts. J'ai du mal à voir ce que ça représente mais ça n'augure rien de bon.

(Allez, hop ! D'abord, on enlève le body tout sale et on met le joli pyjama de Cael. Et maintenant, la touche finale et tu seras à croquer.)

Pris dans un tourbillon psychique de tissus, je sens qu'elle me fait pivoter dans tous les sens et préfère fermer les yeux jusqu'à la fin de mon calvaire.  Confusément, l'univers se résume bientôt à deux choses : Mes mains sur la table à langer et les soubresauts de mon corps qui s'installe de lui-même dans sa nouvelle tenue. Et lorsque Lidie me laisse retomber et que j'ouvre les yeux, mon cri de surprise devant la présence d'une sorte de grosse feuille qui me retombe sur le visage, se retrouve rapidement étouffé par l'apparition d'une tétine encore plus massive que la précédente. Pourtant, nul besoin de Psyko pour la sceller, puisqu'elle a à peine effleuré ma bouche que je me retrouve à la gober pour la mordiller tranquillement. Ça commence à devenir addictif, ce truc...Mais qu'est-ce que je raconte !
Dansl e même mouvement, je me retrouve soulevé par les aisselles, tandis que Lidie me contemple de haut en bas avant de plaquer un gros bisou sur mon front. Puis, sans attendre, la Gardevoir fait volte-face et me dépose face à Max, qui a manifestement aussi eu droit au même traitement....Sauf que sous le choc de ce que je découvre, ma bouche s'ouvre grand et laisse échapper la-dite tétine. Heureusement, Lidie est là pour veiller à ce qu'elle revienne à sa place, quelque soit la situation.

*PLOP*

(Olalalalala. Lidie avait tout à fait raison. Vous êtes adoooorable ! Je suis sure que vous êtes affamés maintenant, heureusement que Lili pense à tout pas vrai ? En route mes chéris !)

Adorable...Je suis pas sûr que le sens de ce mot soit le même pour tous le monde dans cette pièce. Max est à présent un petit Pokemon blanc et bleu langé, au postérieur rebondi et donc les oreilles pendent de chaque coté de la tête. Elle a aussi eu droit à la grosse tétine, manifestement, cette dernière étant décoré  d'une sorte de Givrali miniature et roulé en boule, qui dort paisiblement. Pas besoin d'être un génie pour deviner que j'ai dû avoir droit au même traitement...Quand je pense que Léo devait y avoir droit, je serais presque triste de pas l'avoir avec nous, ici. Bon par contre, c'est pénible cette espèce de feuille qui me tombe sans arrêt devant la tête...
Les dernières paroles de la Gardevoir ne se sont même pas encore estompées, qu'un grognement sourd d'estomac vient approuver vigoureusement celle-ci. Je suis sûr que c'est pas (que) moi, à tout les coups, ça vient du Goinfrex de Max !

(On va aller s'installer dans la cuisine et Lidie vous apporte le bon miam-miam. Et comme vous avez été très sage pendant votre habillage, il y aura même une surprise ! Ooooh Cael...Tu sais très bien que tu es trop petit pour ça.)

Mais je veux y aller tout seuuuuul ! C'est pas parce qu'en essayant de me lever, ça fait deux fois que je me vautre sur les fesses que je peux pas continuer d'espérer ! Un point de vue que ne semble pas partager Lidie, vu que la Gardevoir me rattrape en deux pas sautillants, avant de me soulever de terre
Calé contre son épaule, elle se contente de passer une bras sous mon derrière langé pour me maintenir en place. Max se retrouve face à une main tendue qu'elle attrape avec circonspection et c'est suivi de nos deux Pokémons intrigués, que notre troupe prend ''triomphalement la direction du miam-miam..J'veux dire des cuisines ! Durant le trajet, je parviens à me contorsionner pour éviter de croiser le regard de Max : Lidie me tapote l'arrière-train beaucoup trop souvent à mon goût et je suis en train de me faire porter comme un petit de deux ans, il vous faut quoi d'autre ?!
Par contre...qu'est-ce qu'on fait maintenant ? On commence à récupérer sa confiance, peut-être qu'en continuant un peu, on aura une nouvelle occasion de se carapater, non ?
Contrairement à la dernière fois, ici, nulle trace de poussière ou de matériel archaique dans les cuisines : La salle est pimpante et une multitude de petites tables de toutes les couleurs parsèment les lieux. Les chaises sont aussi petites que ce que je redoutais, mais contrairement à ce que je pensais, Lidie ne s'arrête pas devant les premières qui croisent notre chemin. Et lorsque Max commence à se tortiller pour échapper à l'emprise de Lidie, tout en baragouinant des paroles incompréhensibles (Pour le commun des mortels, parce que la Gardevoir a l'air d'y arriver, elle), je sens un frisson me parcourir de haut en bas.
Avec une lenteur extrême, je pivote, toujours calé dans les bras de la type Psy...avant de me mettre à gigoter, pris d'une panique similaire !

(Mais non ma princesse, ça, c'est pour les grands. Vous, vous allez avoir vos chaises rien qu'à vous, avec de jolis plateaux, de jolis couverts et pleiiiiins de bonnes choses à manger. Ils ont de la chance, Caelou et Maxounette, hein ?)

De la chance...DE LA CHANCE ?! Comment le fait de se retrouver face à deux chaises hautes modèle géant, on peut appeler ça de la chance ? Elles s'élèvent à presque 1m50 du sol, deux superbes sièges de torture pour adolescents kidnappés ! Sur le coté, deux barres permettent de retenir le...*glumps*, le bébé pour qu'il ne tombe pas, même en bougeant le plus ofrt possible. Et pour couronner le tout, une espèce de plateau rigide pends vers la droite, sûrement connu pour se fixer face à la victime, afin de recevoir la nourriture. Pourtant, il y a du bon dans notre malheur : Lorsque la Gardevoir se baisse pour me poser à terre, mon regard paniqué se fait bien plus concentré : Il y a une fenêtre ouverte, juste à coté des-dits instruments de tortures. Pendant qu'elle s'éloigne pour fouiller dans une sorte de grosse boîte en plastique, j'en profite pour me rapprocher à quatre pattes de Max etl ui indiquer silencieusement notre sésame. Un hochement de tête de la Givrali plus tard, je me suis déjà mis en position, mains croisés, pour lu ifaire la courte-échelle. De ce que j'ai vu du bâtiment, ça doit déboucher sur le jardin et de là, elle pourra...

(Ooooooh ! Non, non, non, non ! Vous allez vous faire mal, mes amours.)

Autant pour mon idée : Max se fait soudainement beaucoup plus légère, alors que les yeux de Lidie s'illuminent. Avec un bruit mat, la Givrali va tout bonnement atterrir sur l'une des chaises hautes, une seconde avant que son plateau ne se soulève et ne vienne se clipser avec un bruit sonore, juste devant elle. Tandis que je fixe la jeune fille qui tente de repousser l'objet des deux mains, sans succès,  Lidie se charge de mon cas et bientôt, nous sommes deux à tout faire pour nous extirper de nos nouvelles positions. À cause de ma couche, la position du plateau crée une sorte de verrou, qui rend tout espoir de seulement tourner le torse complétement nul. Je peux juste battre des jambes et utiliser mes bras, et encore ! On a peut-être les mains libres, mais la lueur bleue qui environne nos plateaux, nous confirme que, à moins de développer des pouvoirs psychiques dans la seconde, tout espoir de les ôter est complétement vain.

(Bien et maintenant, tout le monde reste bien sages. Lidie vous amène de quoi patienter, avant le miam-miam. C'est qui qui veut le bon miam-miam, hein, c'est qui ?)

Ah...Ah ah ah...Ah non, pas les chatouilles ! Elle a pas le droit, on peut même pas se défendre efficacement ! Et ça à l'air d'être pire pour Max, vu que la Givrali semble tout faire pour ne pas trop bouger. Avec un air expert, Lidie cesse subitement son attaque Chatouille, pour contourner la Givrali...Et tâter de la main, l'arrière de son body !

(Hmmm...Ma petite Max est encore toute sèche, Lidie est fière de toi. Allez, mes amours, je reviens tout de suite.)

Avec un regard compatissant pour la jeune fille, je prend effectivement conscience que nous ne sommes pas allé aux toilettes depuis notre arrivée. Rien d'étonnant à ce que ça commence à devenir urgent..Mais Lidie ne vas quand même pas nous laisser...NON, je préfère pas y penser. Ça va aller, contre-toi sur le repas qui arrive, ça c'est positif.
Un peu désœuvré, je reporte mon attention sur la seule chose à faire, durant l'attente : Chacun de nos plateaux est pourvus d'une multitude de petits creux et d'espaces en coupole, sûrement conçus pour accueillir directement la nourriture. Adjacents à cex derniers, une série de formes colorées ont été fixés sur des petits files et des barres métalliques, sûrement pour amuser les enfants avant le repas. Et lorsque Max, avec un air des plus circonspect, commence tout bonnement à jouer avec, je vous avoue que ma curiosité initiale l'emporte...C'est vrai que c'est marrant, ça fait même du bruit quand on les tourne. Oh et on peut les faire passer d'un bord à l'autre du circuit...

(Alors mes bébés, on s'amuse bien ?)

Qui, que quoi...Mais d'où elle sort ? Ça fait combien de temps qu'on attend, j'ai même pas vu ce qu'elle vient de poser juste sous nos yeux. Lidie vient pourtant de réapparaitre, tout en disposant des sortes de petits biscuits en forme d'étoiles sur nos plateaux. Sans attendre je laisse parler mes réflexes et en attrape un pour le porter à ma bouche. Y'a un petit goût de fromage...J'approuve !

(Oulalah, mais c'est qu'on avait vraiment faim ! Lidie ferait mieux de vite vous amener le reste...Aujourd'hui, ce sera courgettes au jambon et compote pour tout le monde. J'en vois un qui a l'air d'être tout content, n'est-ce pas Caelou ?)

Instantanément, mon sourire s'efface et je reprends une mine boudeuse, provoquant un éclat de rire chez la Gardevoir. Quoi...C'est vrai que j'ai faim et que y'a bien pire comme menu. En plus, avec le fumet qui commence à s'élever de derrière la porte des cuisines à proprement parler, mon estomac se rappelle à mon bon souvenir. Lidie ne perd donc pas de temps et après un gros calin à Max et moi-même, reprend la direction de sa tambouille. Elle laisse encore une petite dizaine de biscuits devant nous, parfait pour accompagner nos réflexions ! Ils sont vraiment bons mais...Ça donne vite soif.

''Bon...Tu as une idée ? Dans mon état, je ne risque pas de pouvoir faire une grande distance en courant *Niom*. Donc, maintenant, c'est moi qui ferais diversion et toi qui pars chercher de l'aide. Après le repas, il y a des chances pour qu'elle relâche un peu sa surveillance, *Crunch* je suis pas sûr de l'avoir vu se reposer une seconde. Si on joue bien nos cartes, il y a même moyen de l'éloigner *Miom*...je sais pas, peut-être qu'en cachant quelque chose dans les cuisines et en lui demandant d'aller le  chercher on pourra...EH !''

Mais, mais, mais...MAIS RENDS-MOI ÇA, ESPÈCE D'ESTOMAC SUR PATTES ! Alors que je me penchais pour essayer de comprendre tant bien que mal la réponse de Max, une ombre démoniaque a bondit : bouche grande ouverte, il engloutit sans attendre les quelques biscuits qui trainaient encore sur mon plateau, avant de faire subir le même sort à ceux de Max, lorsque la Givrali me fixe avec des yeux ébahis. Pendant une seconde, je manque de crier ''SOL !'' avant de me rendre compte que le renardeau est tout simplement installé sur une des tables du réfectoire, et semble graver chaque image qu'il peut apercevoir dans sa mémoire. Non, il est innocent...Car le coupable n'est autre que ce Goinfrex diabolique !

''Voleur, c'était mes biscuits ! T'as qu'à demander pour avoir les tien, espèce de...*Plop*...Hmmmmmmpf !''

(Cael ! On ne crie pas à table !)

Mais c'est pas moiiiiiiii, c'est lui ! Le visage mécontent de Lidie a fait son apparition une brève seconde à la fenêtre des cuisines, uniquement pour lancer un petit Psyko dans ma direction. Coupé dans mon élan, je me retrouve à téter par réflexe, tandis que Max continue de gronder son Goinfrex sans grand résultat. Et pourquoi elle a pas droit à la sucette, elle aussi ?! De toute façon, vu qu'il ne semble pas comprendre ce qu'elle lui dit, je doute un peu du résultat. Les minutes s'égrènent donc, tandis que je continue de ''m'échauffer'' la machoire pour manger (Je préfère le voir comme ça, c'est moins déprimant) et ce, jusqu'à ce que Lidie ouvre triomphalement la porte en poussant un petit chariot.
En quelques pas, la Gardevoir nous a rejoint et saisit une grosse louche : D'une casserole, elle dépose deux portions généreuses de courgettes dans l'une des cavités , avant de récupérer deux petits bols de jambons coupés en morceaux. Enfin, un duo de biberons énormes (...Je rêve où y'a marqué 2L sur chacun ?) vient tout bonnement se poser sur chaque plateau. Ces derniers, je vous avoue que je m'en passerais bien, mais le reste dégage une fumée super appétissante, au point où j'en commencerais presque à baver. Rapidement, la type Psy dispose une série de cuillère et de fourchettes toutes rouges devant nous. C,est du plastique souple, mais ça fera l'affaire !

(Ah, je crois que Caelou a très faim, il bavouille un peu. Et toi, Maxounette ?)

...*Glumps* C'est pas vrai, je vois pas de quoi elle parle. En tout cas, une fois la tétine ôtée et laissée retombée sur ma poitrine, je vous avoue que j'attrape ma fourchette sans attendre, pour récupérer une grosse masse de courgettes et l'enfourner. Miom, ok, elle s'est vachement améliorée en cuisine depuis la dernière fois : C'était à peine mangeable, alors que là, elle sont juste fondantes et pas trop salées. Le temps que Lidie finisse de servir Max, j'ai déjà fini et laisse échapper un petit son plaintif...Je sais pas pourquoi j'ai fait ça, J'aurais pu lui en redemander, mais sur le coup, ça m'a paru la meilleure action possible !

(Ouuuuh, effectivement, Caelou avait faim ! Tiens, reprends-en un peu. C'est bon, hein ? Par contre, ne mange pas si vite ou tu vas avoir un bobo au ventre.)

''Ouich !''

(Pas si vite, petite Max, tu vas te brûler !)

Retenant un peu mon geste, je ne peux que compatir lorsque Max se retrouve avec le biberon en bouche, après s'être brulé la langue en enfournant trop vite les courgettes fumantes. J'avoue qu'elles font quand même vachement envie...Raaaaah, ça fait du bien ! Trois heures et demi sans rien avaler, j'en pouvais plus. Distraitement, je finis même par utiliser le biberon, afin de faire descendre le tout. Les deux mains tenant fermement l'objet, je fais passer la tétine entre mes lèvres avant d'aspirer près de la moitié de son contenu en quelques secondes. Elle a même mis un petit peu de sucre dedans, c'est boooon...Allez second service ! On reprend du jambon et ...AH NON ! NON SOL, T'AS PAS LE DROIT DE FAIRE...*GLUPS*

''*Kof, kof, kof*...Sol..*Kof*'

''Hic !''


(Oh non ! Je vous avais dit de ne pas manger trop vite, mes amours ! Là, là...Bois Cael, ça ira mieux.)

Inutile de me le dire deux fois. La Gardevoir a déjà attrapé le biberon pour me le coller dans la bouche et l'eau qui s'écoule parvient rapidement à évacuer le morceau de jambon qui me brûlait la gorge. Un peu haletant, je me tourne vers Max, qui semble éprouver un peu plus de difficulté avec son hoquet. Sans attendre, Lidie provoque le décollage contrôlée du plateau, avant de faire passer la Givrali sur ses genoux, pour lui tapoter le dos. Concentrée sur sa tâche, elle rate donc ma tentative pour lancer un des couverts droit sur un certain renardeau : Face à nous, le type Ténèbres s'est finement positionné, juste derrière un certain objet.
Mon sac, dont le contenu est éparpillé sur le trajet, repose non loin de la table qui lui sert de trépied et après quelques manipulations, Sol presse de nouveau le bouton d'un appareil photo bien trop familier. Tu m'étonnes, c'est le mien ! Et s'il a déjà pris quelques clichés pendant notre installation et le début du repas, il ne se prive pas pour marteler le bouton, tandis que nous tentons de nous dégager avec l'énergie du désespoir pour échapper aux flashs multiples !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   Ven 10 Mar - 0:54




Louveteau et bébé Dragon

Avec Cael Joy

C'EST LE PAYS JOYEUX, DES ENFANTS HEUREUX ~ Bip. Bip. Bip.

Ici la salle de contrôle. Nous venons d’établir le contact avec notre agent sur le terrain. Agent F. ? Vous nous recevez ?

Cinq sur cinq mon général.

Rapport de la situation. Comment le Sujet M. se comporte ce matin ? On remarque les mêmes signes de fatigue et d’état dépressif que les dernieres semaines ?

Absolument pas mon Général. Le sujet M. est en proie à une crise de stupéfaction.

… Comment ? RAPPORT COMPLET AGENT F. NOUS NE POUVONS PAS NOUS PERMETTRE DE PERDRE L’AGENT M. C’EST NOTRE DRESSEUSE PAR TOUS LES LÉGENDAIRES.

Sergent ? (on entend des cris en arrière plan)

Excusez le Sergent, il … Vous connaissez son attachement au sujet M. Poursuivez votre rapport s’il vous plaît. Et, s’il vous plaît, faites le complet pour une fois.

(l’agent F. soupire) Très bien. Alors, c’est assez simple, ce matin on se baladait avec le Sujet M. parce qu’on voulait (comprenez, je) des gâteaux de cette toute nouvelle pâtisserie et d’ailleurs c’est pas juste parce qu’avec tout ça j’en ai pas eut et c’est vraiment nul, parce que la tarte au citron de cette pâtissière est juste incroyable d’après les retours de Marmimon et alala, je voulais vraiment la goûter et avec un peu de chance j’aurais put récupérer l’une de ses tartes aux pommes.

AGENT F. !

PARDON SERGENT.

Le sujet M. est actuellement enfermée dans une garderie pour enfants humains avec l’être humain Cael Joy, dortoir Phyllali.

… QUOI OU ÊTES VOUS J’ARRIVE JE VAIS LA SAUVER. OH MA MIE NE VOUS EN FAITES PAS MOI, VOTRE VAILLANT PRINCE ARRIVERA BIEN VITE POUR VOUS SAU…

APSY ! CA SUFFIT VOS CONNERIES MAINTENANT.

Pardon, mon Général.

Reprenez, Agent F.

Ok ? Bon. Euh, du coup. Le Sujet M. est enfermée par l’entité L. et j’ai avec moi le … huuuum … le Machin S.

Le machin ? Sérieusement Agent F. ?

BAH. EUH. Écoutez, c’est pas vraiment mon délire moi le blabla militaire. En plus, le Sujet M. et l’être humain Cael Joy viennent de finir l’épreuve de changement de vêtement. D’ailleurs c’est bizarre, le Sujet M. a des difficultés pour communiquer. OH ! C’EST L’HEURE DU REPAS ! JE REVIENS PLUS TARD !

(la connexion se coupe)(un profond soupir se fait attendre alors qu’en arrière plan on entend des cris dans tous les sens)

Qu’est ce que j’ai fait pour mériter une équipe pareille ?

▬▬▬▬▬

Friggy se précipita vers la cuisine, courant aussi vite que ses petites pattes de Goinfrex le lui permettait sous le regard affligé de Max. Forcément, il avait entendu le mot « repas » et il avait décollé. Désespérant. Elle soupira. Encore une fois. Puis pour faire bonne mesure, elle soupira une troisième fois. Parce que jamais deux sans trois. (Et bien sur Cael, le grognement qui résonne en arrière plan, c’est celui du ventre de Friggy, pas le tien, ça serait stupide de penser qu’un coPain puisse avoir faim alors que c’est l’heure du repas et que le petit déjeuner était … ce qu’il était.)

Lili entraîna donc les deux polissons vers la salle à manger (qui n’avait bien évidement pas changer entre temps quoique, elle y était déjà cette frise avec les starters typiques des régions connues ?)(mais comment aurait-elle put ajouter une pareille œuvre alors qu’elle s’était occupée d’eux toute la journée ?)(oublie ça Max et concentre toi donc sur ce qu’essaie de te dire Cael) Le garçon lui faisait signe et bien que Max soit dans l’incapacité de lui répondre, ils mirent rapidement en place un énième plan de fuite. Qui ne fonctionna bien évidement pas. On pouvait au moins leur donner le crédit d’avoir pensé à essayer de faire sortir Max et pas Cael, parce que Cael ne pouvait pas marcher. Mais Max ne pouvait pas parler. Ouais. On va pas chercher plus loin les failles du plan, de toute manière il n’avait pas fonctionné. Comme tous les précédents. (et tous les suivants mais ça vous ne le savez pas MOUAHAHAHAHAHAHA)(pardon)(je sais que je suis sensée être l’assistante du maître du mal mais je dois contenir mes rires maléfiques)(même si j’ai déjà le critère numéro 1 du maître du mal, c’est à dire, bien évidement le fait que je parle de mes plans aux héros alors qu’ils ne sont pas encore exécutés afin de leur facilité l’évasion !)(un génie du crime je vous dis)

Max est donc soulevée, l’air boudeur, terriblement boudeur même, du genre, elle pourrait entrer dans le Locklass Book des records dans la catégorie « le visage le plus boudeur de l’année ». Ce qui, on peut le dire, est clairement un objectif et un truc à faire au moins une fois dans sa vie. C’est très classe de pouvoir dire, « Salut, j’m’appelle Max, j’ai été dans le LBR pour le visage le plus boudeur une fois. » Ouais bon ok, ça vend peut-être pas tant de rêve que ça. Toujours est-il que la Max qui se pose sur sa chaise haute (contre son grès rappelons le) est très boudeuse et qu’elle ne peux absolument pas se défendre parce que la puissance mentale de cette chère Lili est bien supérieure à celle de la pauvre adolescente. Et le fait que Friggy se marre en arrière plan ne faisait que rajouter à sa salitude. Manquerais plus qu’elle ait ses règles tient, histoire d’avoir le parfait combo des trucs relous dans la vie. Mais ne parlons pas de malheur, ça pourrait donner des idées à la narratrice. (comment ça je parle de moi à la troisième personne ? C’est Lucie, la trente-troisième personnalité qui parlait là. Faut suivre enfin !)

Arrêtons de nous éparpiller voulez vous ? (oui madameeeeee)

Max était donc assise, très salée, dans sa chaise haute avec un plateau devant elle et dans l’incapacité totale de bouger et de parler comme elle le souhaitais. Étonnamment, elle s’habituait tranquillement à la sensation de la double couche. Alors n’allait pas croire qu’elle appréciait, ou même que c’était confortable, mais elle avait prit plus ou moins l’habitude (aaaah, l’adaptabilité des hommes) d’être surélevée de la sorte et commençait à comprendre que moins elle bougeait, plus elle serait à l’aise. Et c’est ce qu’elle s’attela à faire quand Lili se jeta sur eux pour leur faire des chatouilles en attendant le « miam-miam ». Plus préoccupée à se tenir droite sur ses couches (aussi étrange que puisse sonner cette phrase), elle ne fit pas spécialement attention aux chatouilles en elles-mêmes même si elle devait reconnaître que le rire de Cael était terriblement communicatif et que son propre rire lui démangeait le bout des lèvres.

Mais.

Rien.

N’aurait.

Put.

La.

Préparer.

À.

Ça.

La main (d’une Gardevoir ? Genre est-ce que ça a une main ? La flemme d’aller vérifier, on va dire que oui)(yolo) de Lidie venait-elle vraiment de tâter son … ses … hum … son arrière train dirons-nous. Et derrière la phrase … Arf. Elle … (je compatis ma chérie, je suis dans le même cas que toi, l’autre narrateur est un monstre de te mettre dans une situation aussi gênante mais ne t’en fait pas, je te vengerais) Max était littéralement sous le choc. Elle avait bien compris pourtant qu’elle allait enchaîner les situations improbables mais pour le coup, là … elle soupira une énième fois. Elle se sentait rougissante. Encore heureux que ce soit Cael et pas Alban. OH. ELLE NE VOULAIT VRAIMENT PAS Y PENSER MISSION ABORT. MISSION ABORT. (okok, pour une fois j’accepte l’abortage de la mission)(voyez, je suis si vache (pun intended) avec Max)

Et puis, l’attente commença. Encore très gênée la petite Givrali n’osa pas regarder du coté de son ami et se contenta de jouer machinalement des doigts s’approchant peu à peu des petits anneaux et autres jouets déposés sur son plateau. S’ils étaient pas mignons, notre petit duo Phylla-Givra, à jouer comme de sages petites images. Et c’est très exactement cette vison là qu’eut notre toute aussi adorable Lili en revenant de la cuisine avec des petits biscuits en forme d’étoiles qu’elle déposa sur leurs plateaux en les complimentant de leur calme. Max se redressa un peu surprise, elle s’était vraiment … prise … au … jeu. Rester ici devenait véritablement dangereux. Elle s’habituait à la sucette, aux couches, les kigu étaient méga confortable et maintenant elle jouait avec son plateau repas pour gamins ? C’était plus qu’une hypnose à ce niveau là ! C’était du lavage de cerveau !

Noyant son chagrin (pour une fois pas d’amour) dans la nourriture (ça ça changeait pas), elle attrapa un des biscuits. Merde. C’était bon. Manquant de crier de désespoir face à cette situation qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de trouver acceptable au final (je te rappelle la cuisante humiliation de toute à l’heure ?), elle désespérait face à sa propre acceptation de la situation. Elle mangea mollement les (terriblement) délicieux biscuits au fromage pendant que Cael profitait du départ de Lili pour poser la situation et réfléchir à un plan. Elle leva un regard morne sur lui avec tout le désespoir du monde sur les épaules. Voyez Atlas quand il devait porter le monde ? BAH C’EST PIRE ! (et oui, c’est un point d’exclamation joyeuse.)

Et c’est lasse et fatiguée et incroyablement blasée par son propre pokemon que Max put admirer le type normal se jeter avec une discrétion peu commune pour son espèce sur le garçon pour dérober sa « part » de biscuit. Sale bête aurait-dit Max en temps normal, mais je vous rappelle gentiment qu’elle ne pouvait parler et quand elle se redressa pour gronder son pokemon, c’est qu’un vague « gezdsvebrdgfh » qui sortit de sa bouche, ce qui, avouons-le, était plus mignon qu’effrayant ou quoi que ce soit. Aaaah, le voilà le drame de ta vie ma petite chérie, ta bouille trop mignonne et ton incapacité à te faire prendre au sérieux.

La sucette dans la bouche du rose masculin, les deux saumons (c’est la faute à Cael) ne pouvaient plus communiquer. Mais heureusement, (je crois) le repas arrive et il a l’air très très bon, au plus grand malheur de Max qui cherche désespérément à trouver des raisons de détester cet endroit mais si elle fait des trucs bons ça va pas le faire ! C’est pas dans le contrat ! Regardez Cael ! L’illustration même du « pour séduire un homme passe par son estomac. »  Avec un soupir (encore un ma pauvre chérie, tu cherches à faire de la concurrence à Nolan ?), Max se laissa prendre au jeu du mangeage de courgette et de jambon le tout arrosée d’une eau légèrement sucrée, ce qui mes chers amis était délicieux. Et puis sans trop comprendre pourquoi, la jeune fille se mit à toussoter comme si elle avait mangé trop vite alors que pas vraiment. Le regard sans équivoque de Cael envers le renardeau noir lui fit rapidement comprendre qu’il n’était probablement pas innocent dans cette affaire. Pour rester dans le tête de la noirceur, elle lui jeta donc un regard noir et d’autant plus quand il sortit un … appareil photo. Alors ok, elle n’égalait probablement pas la noirceur de l’âme de Sol, mais elle essayait vraiment dur là. Parce que wow. Le sel. La rage. Le …

Foutu pour foutu, elle soupira. Elle voulait juste s’enfuir, ils s’occuperaient de ces photos plus tard.

Les deux adolescents (en pleine croissance, ce qui est totalement une excuse un peu naze pour justifier la quantité de nourriture qu’ils ingurgitaient ce midi) finirent donc rapidement leur plat principal sous les flash répétés de l’appareil du véritable maître du mal. Posée sur les genoux de Lili pendant la fin du repas contrairement à Cael qui lui restait dans sa chaise, Max devait se plier au rythme que lui imposait la Gardevoir. Elle ne fut reposée dans sa chaise que quand Lydie dut se relever pour ramener leurs assiettes et le plat. L’estomac bien plein, elle se cala du mieux qu’elle put dans la chaise haute. Manger lui avait fait du bien, elle était plus que prête à s’échapper d’ici. Elle tenta vaguement de communiquer avec Cael avec ses mains mais elle s’y perdit assez rapidement. C’était pas tout les jours qu’elle perdait la capacité de parler et donc de communiquer … (c’est bien dommage d’ailleurs)

Cependant, avec qu’un véritable dialogue n’est put se mettre en place, Lydie revint avec un nouveau plateau remplit cette fois ci d’une farandole de petits pots, visiblement des compotes fait à la main avec les baies du jardin, (miam) juste pour eux comme s’exclama Lili.

( Voilà pour mes adorables petits minets ! Des délicieuses compotes faites par Lili juste pour vouuuuus. Si c’est pas super génial ça ! Aller, Hop hop hop ! )


Et tranquillement, ils conclurent leur repas sur une compote de Resin-Mangou donc le goût un peu trop sucré dégoûta rapidement la rose féminine. Aucun doute que le saumon (AHA) masculin dévorait ça à vitesse grand V. Cependant, ce que ces marmots ne savaient pas, c’était à quel point Lili était machiavélique. D’un machiavélisme tel, qu’elle avait prévu une compote de ces baies là exprès pour qu’ils se sentent obligés de téter sans cesse tels des petits n’enfants trop meugnons. (elle est terriblement flippante)(sauvez les)(quoi, comment ça moi ? Genre un narrateur qui aide son propre perso et qui l’enfonce pas ? Mdr, z’êtes des petits rigolos vous.)

Pour totalement conclure le repas, Lili attrapa ses deux petits et les posa chacun sur l’un de ses genoux et tandis qu’elle les papouillait de ses mains et les maintenait bien fermement en place, ses pouvoirs psychiques lui permettait d’enfoncer les énormes biberons d’eau dans les bouches des deux petits. (petits par la taille, mais grand par le courage !)(littéralement, vous avez déjà but un biberon de deux litres d’eau qui se remplit tout le temps sans avoir été aux toilettes depuis facilement 6 heures ?)(moi non plus, mais je pense qu’il faut être sacrément courageux pour survivre à ça.)

Les prochaines heures allaient être difficiles. Le ventre plein par le repas de Lili, la bouche sèche à cause de la compote et la vessie pleine à cause de tout ce qu’ils avaient but … ça allait être un véritable calvaire. Lidie se redressa, gardant Cael sur sa hanche et attrapant la main de petite Max pour les ramener dans la grande salle de jeu. Mais cette fois-ci, le petit groupe se dirigea vers un coin bien plus cocooning que précédemment, pleins de peluches, de couvertures, de coussins. Parfait pour récupérer après le repas. Mais évidement, ça ne pouvait pas être aussi simple. Avec sourire que je n’hésiterais pas à qualifier de machiavélique, Lydie plaqua Cael contre elle et lui tapota le dos de manière répétée.

( Aller mon petit amour de choupinet, fait le petit rototo pour Lili. Si tu le fais pas tu auras très mal au ventre et Lydie sera très triiiste. )

Le pokemon eut à insister un bon moment avec que le saumon ne se laisse avoir et ne réalise le petit bruit très caractéristique et gracieux du bien nommé rototo. Elle le cala ensuite dans un tas de couvertures aux tons rosés et lui plaqua une peluche Nymphali dans les bras en poussant un petit couinement ravi face à la cutitude du garçon dans cette palette de couleur qui lui allait si biiiiiien. (jtm cael)(cœur cœur)

Mais Max ne fut pas épargnée et après le saumon mâle, ce fut à la saumonette (on dirait un nom de maladie.) qui passa au rototo pour faire plaisir à Lili. Après ce moment incroyablement gênant (pour Max, moi je me marre bien à l’imaginer sur Lili à se faire tapoter le dos et se retenir jusqu’au moment où elle peut plus. c’est genre parfait.) Elle fut ensuite elle aussi déposée dans le tas de couverture et s’y enfonça, pensant qu’avec un peu de chance, le fluff la dévorerait.

▬▬▬▬▬

Agent F. ? Agent F. ? Nous aimerions un complément d’information sur la situation du Sujet M..

Vous pensez que les couvertures ça peut manger les gens ? Et si ça peut manger des gens, alors est-ce que je peux les manger ? Les gens et les couvertures je veux dire.

© BB Dragon


_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Louveteau et bébé Dragon [PV Max]   

Revenir en haut Aller en bas
Louveteau et bébé Dragon [PV Max]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village Portuaire :: Centre Ville :: Rue Commerçante-