Partagez | .
Les images qui font des rencontres [Ilea]
Invité

Invité

MessageSujet: Les images qui font des rencontres [Ilea]   Mer 26 Oct - 21:00

L'après midi touchait peu à peu à son terme sur l'île de Lansat. Les promeneurs profitaient tranquillement des dernières heures avant la tombée du jour. Aux terrasses des cafés on sirotait une bière fraîche, tandis que les enfants s'amusaient dans les parcs, sous l’œil attentif des parents. Il fallait bien avouer que le ciel avait su ravir la population par sa clarté : pas un nuage ne s'était mêlé à la fête. Les têtes n'avaient eu, pour tout couvre chef, que le soleil et ses rayons tièdes d'automne. Un temps agréable que l'on savoure d'autant plus qu'on le sait précéder des journées moins clémentes.
Andy ne s'était pas faite prier pour en profiter : à la fin de l'été, la lumière était empreinte d'une teinte jaune somptueuse. Les arbres, dont les feuilles passaient progressivement du vert à l'orange, répondaient harmonieusement à cet embrasement splendide de l'air. Il n'y avait pas plus beau moment à capter que celui du soleil descendant enveloppant la nature de ses rayons obliques. Andy était fascinée par cette incroyable palette que se mettaient à revêtir les choses. Toutes ces couleurs l'accrochait au point de susciter en elle une vive émotion. Elle se sentait happée dans un monde quasi merveilleux, où le moindre élément d'architecture se transformait en œuvre d'art éphémère. La subtile beauté de l'automne.

La jeune femme avait passé l'après midi entière à la plage. Outre la promesse de passer un agréable moment, elle souhaitait capturer le meilleur panorama à cette période de l'année. La lumière pouvait changer d'une minute à l'autre, aussi s'était elle résolue à ne quitter la place qu'une fois son précieux cliché bien enregistré dans la carte mémoire de son appareil. La mer l'avait toujours fascinée en ce qu'elle constituait une masse immense à la force écrasante et omniprésente. Les gens du continent ne comprenaient pas toujours cette émotion, mais Andy comptait parmi les insulaires : des individus nés au milieu de la mer, nourrit aux embruns.
Jusqu'à ses dix ans, avant qu'elle ne parte rejoindre Kanto, Andy n'avait pas passé un jour sans entendre le fracas lointain des vagues sur la grève. La quiétude continentale l'avait bouleversée à ses débuts. Puis, elle s'y était faite, comme on oublie la façade des maisons de sa propre rue : ces éléments que l'on voit tous les jours sans les intérioriser vraiment. L'homme est un animal terrestre avant tout.
Sur la plage, les badaud commençaient à plier bagage. On secouait sa serviette, on repliait son parasol. Les parents appelaient leurs enfants. Il devait être aux alentours de quatre heures : l'heure de goûter, de finir ses devoirs et de reprendre ses activités. Quelques amateurs de pokemon eau rappelaient leurs compagnons depuis la plage au grand regret de ces derniers, qui s'amusaient bien plus au milieu des vague qu'au fond de leur pokeball.

Andy, quand à elle, avait dressé le camp non loin d'un petit amoncellement rocheux, un peu à l'écart de la cohue. Elle avait passé une partie de l'après midi à flâner et, de temps à autre, capturait un moment de la vie de ces gens. Ses clichés reflétaient le quotidien dans ce qu'il a de beau et simple. Elle aimait saisir des tranches de vie.
Parée d'une robe légère de couleur lavande et d'un long gilet à manche longues bleu clair, elle semblait une dame sortie d'un tableau de peintre. Son grand chapeau de paille à large bord cachait en partie son visage et les lunettes de soleil, qu'elle arborait sur le bout du nez, achevaient de la rendre anonyme aux yeux des autres. Aux pieds, elle s'était résolue à une paire de basket légère en toile car sa robe descendait jusqu'aux cheville : Andy n'aimait pas montrer ses genoux que la minceur rendaient anguleux.
Maintenant que la lumière commençait à être bonne, la jeune femme déambulait le long de la plage, son appareil au cou. Pendant ce temps Bruce, son miaouss, l'attendait sur une serviette. Le pauvre n'aimait pas beaucoup l'eau, aussi avait-il passé l'après midi à dormir en boule, bien à l'abri du parasol. Kojiro, son osselait, s'amusait quand à lui à creuser des trous et bâtir des châteaux de sable. Son type sol ne le prédisposait pas à la baignade, en revanche il adorait le sable. Armé de son os, il détruisait régulièrement ses propres œuvre avec, il fallait bien le dire, une jubilation difficilement voilée. Musashi enfin, sa spectrum, demeurait introuvable. Certains témoignaient l'avoir aperçu au fond de la mer, à chatouiller les pieds des enfants craintifs, mais sans certitude. Andy ne s'inquiétait pas trop pour elle et avait l'habitude de la voir disparaître un après midi entier : elle savait que son pokemon reviendrait au moment de partir quoi qu'il advienne.
Le temps s'écoulait donc doucement au rythme des « clac » de l'objectif qui capture une image. Andy était souriante : elle profitait du moment. Un joie solitaire, du moins pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
 Adulte Etudiante expérimentée
avatar
Adulte Etudiante expérimentée
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 2338
Points d'Expériences : 357

MessageSujet: Re: Les images qui font des rencontres [Ilea]   Jeu 27 Oct - 0:24






Les images qui font des rencontres

Ilea Alezar et Andy McAlister

Bon Alison arrête de sautiller partout j’ai un cadeau pour toi.


C’est bien l’activité favorite de la petite souris d’eau ça : sauter. L’appartement de sa dresseuse devient un véritable terrain de jeu. Encore trop petite, elle ne saute pas assez haut pour toucher le plafond donc elle peut y aller à fond. Cela entraine également de se cogner contre les murs, les meubles et aussi contre Ilea. La rousse hésitait entre exaspération et amusement. Enfin bon il faut bien rire quand même, et son petit pokemon était une bonne source de rire. Alison avait rejoint l’équipe il y a eu de temps, et elle était surement bébé à ce moment-là. Elle apprend donc la vie au côté d’Ilea, qui même si elle ne voue pas un amour aux pokemons, n’a pas pu se résigner à laisser la pauvre Azurill au bord des routes de Sinnoh.

Mais la dresseuse n’a pas menti, elle a bien un cadeau pour elle. Une eau mystique. Kesako ? Ilea ne le savait pas non plus au départ. On lui a offert en même temps que sa commande de livre sur le site du plus gros libraire de l’île. Il lui avait glissé dans le colis ce collier avec une sorte de larme d’eau au bout. N’y connaissant rien en pokemon, la jeune femme a donc fait ses propres recherches pour comprendre l’utilité de cet objet. Il augmente donc la force des attaques de type eau. Bon, la rousse sait bien qu’elle ne fera jamais de combat pokemon alors au début elle voulait garder l’objet pour elle. Mais après tout Alison est de type eau, alors autant lui en faire profiter, et puis ce collier lui va à ravir. Elle l’accroche sur la queue de la souris, ce qui semble lui faire très plaisir. Puis elle repart sauter dans tous les sens. Pfiouuuu elle ne changera jamais. Ilea décide donc de se replonger dans ses bouquins pour la journée.

Il est 17 heures et le soleil commence déjà à se coucher. On approche petit à petit de l’hiver, l’été se perd dans le temps et laisse place à une température ambiante plus fraiche et à une nuit plus longue. Ilea a décidé de s’assoir en tailleur sur le sol devant sa baie vitrée et d’observer le soleil se coucher. Joli spectacle avec ses pokemons. Sous son bras vient se lover Edelyne, et la rousse s’empresse de laisser ses doigts glisser sur son pelage. Mais Kayla a elle une autre idée. Elle s’en va récupérer le reflex de sa dresseuse et lui pose à ses pieds. Ilea, au lieu de rester là tu pourrais aller le prendre en photo ce coucher de soleil. Vite, elle enfile sa doudoune rouge bordeaux bien chaude, récupère son appareil photo, enfile ses bottines et s’élance découvrir la nature avec ses pokemons.

Sur le chemin, elle réfléchit à où elle pourrait aller pour faire cette fameuse photo. Sur Lansat, le choix est vaste, bien différent de chez elle. Rien que d’y repenser, ça l’énerve. Même à 20 ans, elle n’avait pas le droit de sortir après 22 heures sous prétexte qu’elle avait mieux à faire que de traîner dehors. Les seules photos qu’elle avait dans son appareil étaient des piles de livre accentuées avec des effets différents. Des natures mortes en gros. Mais les natures mortes c’est fini, elle veut du vrai, du paysage, pas des choses déprimantes.

Elle se laisse guider par ses pas et finit par arriver à la plage. Le sable humide au bord de l’eau laisse ses traces de pas apparentent sur cette si belle plage. Il n’y a plus personne. Les petites vagues roulent sur l’océan et s’écrasent avec douceur sur le bord de la plage. Les rayons du soleil viennent se refléter dans l’écume, occasionnant de magnifiques couleurs. Ilea saisit son appareil pour prendre en photo tout ça. Cet appareil est son cadeau pour ses 18 ans. Quand certains ont des voitures ou un studio pour être indépendant, elle, elle a un relfex. Mais ça lui allait très bien. C’était peut-être le plus beau cadeau que ces parents lui aient fait de toute sa vie.

Quelques photos prisent, et elle continuait sa route le long du chemin de sable. Parfois elle s’approche de l’eau, la touche doucement puis recule en riant. Tu t’amuses bien n’est-ce pas. Comme quoi il ne faut pas grand-chose pour être heureux. Alison s’amuse aussi en bondissant sur le bord de l’eau, ça en envoie partout. Une légère pluie qui amuse beaucoup la jeune femme et ses pokemons. Sans ses pokemons, la jeune femme serait surement devenue une coquille vide.

Puis au bout d’un moment, elle remarque au loin une jeune femme comme elle avec son appareil photo, en train de capturer des clichés. Son regard fixe l’horizon, le soleil ardant. Ilea recommence avec son plaisir et capture une photo de l’inconnu. Ne vous en faites pas, elle lui demandera si elle a le droit de la garder. La rousse reste en retrait pour ne pas la déranger mais évidemment, il fallait qu’Alison n’en fasse qu’à sa tête et saute pile devant la zone photo de la jeune femme. Un peu gênée, Ilea court après la souris bleue et l’attrape dans ses bras pour la bloquer. Elle tourne ensuite sa tête vers l’inconnue avec un sourire mitigé.

Euh excuse-moi pour ça, Alison saute partout et elle est passée devant ton champ de photo je suis désolééééééée


©BB DRAGON

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~


Dernière édition par Ilea Alezar le Mer 2 Nov - 15:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Les images qui font des rencontres [Ilea]   Jeu 27 Oct - 10:56

Andy était en train de cadrer son image, quand tout à coup, une petite boule bleue jailli devant l'objectif. « Clac » : la jeune femme immortalisa l'instant dans un réflexe presque professionnel. Lorsqu'elle posa les yeux à terre, elle découvrit une curieuse petite créature à la fourrure céruléenne. Andy n'était pas experte en pokemon, mais elle était sure d'avoir déjà vu pareil spécimen dans un livre ou bien à la télévision. Elle était, en revanche, bien incapable de se rappeler son nom. Tout ce que la jeune femme était en mesure de dire, presque à coup sûr, c'était qu'il s'agissait d'un pokemon de type eau. Une déduction plutôt facile dans la mesure où les pokemons revêtaient généralement des couleurs symbolisant de près ou de loin leur spécialité.
Il ne fallu guère de temps à la maîtresse de la petite créature pour se manifester après cela. Une jeune femme à la chevelure rouge et aux splendides yeux verts. Andy se figea un bref instant, quelque peu impressionnée par l'allure de son interlocutrice, ravissante de féminité. Cette dernière était en train de s'excuser mille fois pour la fougue de son pokemon. Andy esquissa un petit sourire, avant de jeter un œil à l'écran numérique de son appareil.
« Ce n'est pas grave du tout. Dit-elle d'une voix douce. D'ailleurs regarde : elle est plutôt réussie, non ?
Dit-elle tout en tournant vers le duo son appareil. La jeune femme laissa alors échapper un petit rire amusé, faisant par la même retomber la tension. Certains photographes un peu pointilleux se seraient peut-être agacé d'une telle irruption, mais pas Andy. Elle ne prenait pas sa passion trop au sérieux et c'était probablement une bonne chose. Et puis, tout bon photographe savait que les meilleurs clichés relèvent du hasard et de la chance. Souriant toujours discrètement, la blonde poursuivit.
« Je vois que tu fais de la photo, toi aussi. C'est un bel appareil... un reflex ? Ils font des photo de très bonne qualité.
Certains d'entre eux valaient une petite fortune, mais ils comptaient malgré tout parmi les appareil les plus prisés des amateurs.
« Au fait : je m'appelle Andy.
S'empressa alors d'ajouter la jeune femme, tout en ramenant une mèche de ses cheveux derrière l'oreille. Une légère brise s'était levée : la mer ondulait agréablement. Andy braqua alors son appareil en direction de l'océan, afin de profiter des rayons descendants. Il fallait éviter le contre-jour.
« Tiens... visiblement les pokemons ont tous décidé de jouer aux modèles...
Musashi venait, en effet, de faire son apparition au milieu des vague. Le dos couvert d'algues visqueuses et verdâtres, elle ne ressemblait pas vraiment à grand chose : un croisement entre un grotadmorv et un saquedeneu peut-être... un spectrum, certainement pas... Andy était habituée à ses frasques, aussi ne réagit-elle pas. Le pokemon lévita tranquillement jusqu'à la plage, pour se planter devant les nouvelles connaissances de sa maîtresse. Elle les dévisagea ensuite pendant plusieurs secondes, en particulier la petite Alison.
« Ce n'est pas une tenue, Musashi. Soupira Andy, le regard sévère. Enlève moi ces algues : tu sens la marée.
Obéissant aux ordres de sa dresseuse, Musashi s'ébroua énergiquement, rependant ainsi des algues dans un large périmètre alentour. Il va sans dire que les pauvres êtres humains -et pokemon- qui se trouvaient la furent copieusement arrosés : ce fut au tour d'Andy d'être désolée.  
« Oh, non ! Elle jeta un œil sur sa tenue couverte d'algues humides, avant de reporter son regard en direction de son interlocutrice. Je suis désolée ! Pardon, elle... elle ne sait pas se tenir ! C'est ma faute, j'aurais dû...
Fort heureusement, les appareils photo n'avaient pas été touchés.
« J'ai des serviettes juste à côté. Poursuivit-elle. Viens, allons nous sécher... Je suis vraiment désolée...
Andy adressa alors un regard noir à Musashi, qui riait en tapant des mains.
« Hors de ma vue toi... Dit-elle d'un ton sévère. Tu reviendras quand tu seras décidée à bien te tenir.
Musashi émit une sorte de gargouillis amusé, avant de grimacer. Puis, comprenant la punition, elle afficha une mine attristée, avant de s'envoler à l'écart du groupe. Andy commenta.
« Elle m’embarrasse dès qu'elle en a l'occasion... Il n'y aurait que moi à en pâtir, ça ne serait pas bien grave... Mais là...
De retour au « campement », Andy s'empressa de proposer une serviette propre et sèche à sa compagne d'infortune. Elle semblait toujours très gênée de cet incident. Miaouss, quand à lui, dormait toujours à poing fermés. Osselait, enfin, s'empressa de venir à la rencontre de sa maîtresse dès qu'il la vit.
« Osselait ! Osselait !
Dit-il en détachant une algue de la robe d'Andy. Son regard se reporta ensuite sur Alison. Il approcha de quelques pas et lui tendit son os, s'attendant sans doute à ce qu'elle réplique d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
 Adulte Etudiante expérimentée
avatar
Adulte Etudiante expérimentée
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 2338
Points d'Expériences : 357

MessageSujet: Re: Les images qui font des rencontres [Ilea]   Mer 2 Nov - 15:25






Les images qui font des rencontres

Ilea Alezar et Andy McAlister
Ilea était complètement gênée. Le pokemon de la jeune femme venait de faire irruption en plein milieu du cadre photo de la demoiselle. Quand on est concentré dans quelque chose, on n’a pas forcément envie d’être dérangé par une souris bleue, et ça la jeune femme le savait que trop bien. Combien de fois elle a dû calmer Alison car elle la gênait dans son travail ? Elle ne compte plus maintenant. Vous me direz qu’elle pourrait aussi la ramener dans sa pokeball pour être tranquille, mais la rousse n’aime pas trop ces objets. Elle ne comprend même pas comment il fonctionne, alors elle ne les utilise qu’en cas d’extrême nécessité. Jusqu’à présent, Alison n’a fait que deux passages dans sa pokeball. Une fois lors de sa capture, et l’autre lorsqu’elle a dû faire la standardiste dans le centre pokemon.

Enfin bon revenons à la situation initiale. La jeune femme se trouvant devant elle devait avoir autour de la majorité. Des cheveux courts blonds virevoltent avec le vent. Elle porte une robe longue et tient dans ses mains un appareil photo d’un modèle inconnu pour la rousse. Il doit surement être plus performant que le sien vu son allure. Serait-ce une professionnelle ? La blonde répondit doucement aux excuses de la jeune femme. Elle lui montre même son appareil. Ilea s’approche de la photographe pour admirer le cliché. Alison est adorable dessus, et les vagues en arrière-plan sont superbes. Le sourire aux lèvres, elle répond à ses paroles.

La photo est superbe. Alison saute tout le temps, elle ne s’arrête jamais. D’ailleurs moi aussi j’ai pris une photo tout à l’heure quand j’étais encore cachée. Tu avais l’air si concentré dans ta photo que je n’ai pu m’empêcher de capture l’instant. Tiens regarde. Je sais que ça ne se fait pas trop de prendre les gens en photo alors si tu veux que je l’efface il n’y a aucun soucis je comprendrais.


Ilea croisait les doigts pour que la jeune femme ne s’énerve pas. Elle sait qu’on peut porter plainte contre elle pour ça. Ca fait presque paparazzi, mais c’est une façon pour la rousse de construire ses souvenirs, son histoire. Ses histoires, elle les pose également dans des cahiers. Elle en fait depuis le collège et n’arrive pas à se défaire de cette habitude. L’autre jour, elle a pu y aouter la photo de Luna, une étudiante qu’elle a rencontrée au centre commerciale. Ce sont ces petites choses qui rendent Ilea très heureuse.

Oui c’est un reflex, le cadeau de mes 18 ans. Je ne suis pas une professionnelle dans le domaine, mais j’aime bien les photos qu’il prend.


Ilea passe doucement ses doigts sur l’appareil. Elle l’aime cet engin. D’une certaine façon, c’est aussi un compagnon de sa nouvelle vie. La jeune femme était tellement absorbée par la situation qu’elle en avait oublié les présentations.

Enchantée Andy, je m’appelle Ilea.

Ilea recadre légèrement la photo prise un peu plus tôt quand un bruit fort venant de la mer se faisait entendre. Un pokemon d’Andy ? Une masse sortait de l’eau et lévitait. Elle était couverte d’algue. N’y connaissant pas grand-chose en pokemon, la jeune femme est incapable de savoir de quelle espèce il s’agit. Le pokemon s’approche donc de la rive et scrute les nouveaux sur le lieu, c’est-à-dire Ilea et ses pokemons, surtout la petite Azurill d’ailleurs, ce qui n’a pas l’air de la perturber d’ailleurs. La dresseuse se mit à donner des consignes à Musashi pour enlever les algues de partout. Consigne que le fantôme comprit un peu à sa façon. Il se secoua dans tous les sens, envoyant des algues un peu partout, notamment sur les deux jeunes femmes. La blonde s’excuse à son tour et Ilea répliqua bien assez vite.

Oh non ne t’en fais pas ce n’est pas très grave, c’est juste un peu…gluant.


La rousse décolle de son collant une algue avant de la jeter un peu plus loin. Edelyne est trempée mais ça à l’air d’aller pour Kayla et Alison. Les deux filles se précipitent vers le campement avant qu’Andy ne chasse son pokemon un peu plus loin en guise de punition pour son comportement. Ilea prit une serviette pour sécher sa Evoli toute frigorifiée. Elle la tenait entre ses bras pour la réchauffer, la serviette autour du corps. Pendant ce temps, le Osselait de la blonde s’approcha d’Alison et lui tendit son os. La souris bleue pencha la tête sur le côté pour essayer de comprendre ce que voulait le pokemon puis dans un sourire se mit à sauter SUR l’os. Alala Alison tu ne changeras jamais ma parole. Ilea riait aussi.

Je suis désolée, mais je crois qu’Alison ne pense vraiment qu’à sauter. Dis-moi, quelles sont tes pokemons ? Je n’en connais que peu et malheureusement ils ne font pas parties de cette maigre liste.

La rousse aimerait en savoir plus sur les pokemons mais elle n’a jamais appris à les connaitre dans sa jeunesse et maintenant elle n’a pas bien le temps d’apprendre des listes de pokmon. Il faut croire qu’elle les découvrira au compte-goutte, au fil de ses rencontres. La jeune femme étant curieuse d’en apprendre plus sur sa camarade, elle entame une nouvelle discussion.

Tu es une photographe professionnelle ou tu fais juste cela par passion ?

©BB DRAGON

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les images qui font des rencontres [Ilea]   

Revenir en haut Aller en bas
Les images qui font des rencontres [Ilea]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-