Partagez | .
[EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 26
Jetons : 151
Points d'Expériences : 662

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Mar 7 Fév - 17:22

Ce fut...plus simple que prévu, non ? Tu n'aurais jamais pensé que ce serait aussi aisé de demander ce genre de choses à quelqu'un. Qu'est-ce que tu craignais, Nolan ? Que la foudre tombe du ciel et te transforme en petit tas de cendres, si tu t'aventurais à prononcer ces mots ? Apparemment, Electhor a d'autres projets pour la soirée.
Néanmoins, après une telle avancée dans ta maitrise des relations sociales (On part de zéro, ne l'oublions pas...Voir même des négatifs), tu accueilles avec soulagement l'idée de Marie et te laisse tomber à ses cotés sur ce bac si bien placé.
De son coté, Libra a entrainé le reste de ta troupe un peu plus loin, afin de ''vous laisser tranquille''( Dans ce cas...Pourquoi la sens-tu tapoter à la porte de ton esprit, comme si elle espérait pouvoir vous épier par l’entrebâillement?) et doucement, un silence gêné s'installe entre vous. La Mentali n'a pas encore répondu à ta question, mais ses mouvements de mains de plus en plus frénétiques, trahissent son état. Pourtant, tu ne fais rien...Rien du tout, car tu ne saurais comme agir. De peur de commettre un impair, tu attends donc...Mais ce qui finira par se produire, te prends légèrement par surprise.

Qui, que, quoi ? Ses parents, sa vie, ses relations...Euh...Pourquoi te raconte-t-elle sa vie, comme ça, sans détour ? Tu pensais pourtant lui avoir posé une question simple, appelant une réponse simple. Jamais il ne te serait venu à l'idée de devoir connaître la personne autant en profondeur...Il faudra revoir tes manuels, Nolan. En revanche, au fur et à mesure de l'avancée du discours, tu commences effectivement à sentir quelque chose : D'abord flou, la sensation s'amplifie de plus en plus, au diapason du rythme de la jeune fille. Marie était stressée...Mais maintenant, c'est un crescendo de notes de plus en plus rapides, qui va en s'amplifiant et submerge ta camarade. De trois notes, ce sont désormais une dizaine de mesures différentes qui constituent sa prévision et qui viennent amplifier son état de détresse. Plus elle détaille ses aspirations et ce qu'elle a traversé, plus cette partition parallèle semble s'étoffer...Et ça, c'est quelque chose que tu peux comprendre (Au grand soulagement de ton narrateur, qui avait déjà arraché la moitié de ses cheveux devant ton incompétence).
Au fil des mots, une idée étrange finit par se faire jour dans ton esprit : Tu n'en a pas l'habitude, pas plus que celle d'avancer vers l'étape suivante du processus mais...tu en viendrais presque à vous comparer. Et chaque élément que Marie développe, vient heurter cette même comparaison avec la régularité d'un métronome. Tu n'as jamais essayé, pour ta part, de coller à ce qu'on attendait de toi. Avec la progression de ta maladie, tu as lentement constitué cette carapace de désintérêt, qui t'évitait d'en vouloir au monde entier pour ton handicap. Mais là où Marie a connu le rejet et les épreuves...De ton coté, tes proches n'ont jamais semblé s'en formaliser. Lionel n'a jamais voulu te lâcher et t'a forcé à avancer et à te développer mais il n'a jamais essayé de faire de toi, quelqu'un que tu rejetterait. Non, vous êtes décidément bien diff..

(...*Glumps*)

...Elle...Elle vient de se jeter dans tes bras. ALERTE ROUGE, PROCEDURE ''IMPRÉVU'' LANCÉE ! Le manuel ne donne aucune instruction pour ce genre de situations, appelez l'amiral ! Le bateau coule, je répète, le bateau coule, dépêchez-vous de relancer le système, nom de Dieu ! MAIS VOUS ALLEZ ME COLMATER CETTE BRÈCHE, OUI ?! Si on attend encore, ce Nolan va finir par prendre feu, tellement il est gêné !
L'étreinte de la jeune fille t'aurait probablement achevé (À moins que ce ne soit la subite tentative d'intrusion mentale de Libra, qui semble subitement TRÈS INTÉRESSÉE par ce qu'il se passe entre vous) sans tes tentatives pour garder le contrôle de ton propre rythme.

Complément désordonné, il te submerge tellement que tu en manques presque les paroles suivantes de ton interlocutrice. Mais, bien plus que leur sens, ce sera la tonalité de ses derniers mots qui te sortira de cet état de veille : Sa voix se brise, son ton est au summum du désespoir et haché de sanglots et...ses notes s'effacent une à une, à la fin de sa phrase.
Légèrement dégagé de son étreinte, tu plonges ton regard dans le sien, des yeux rougis et encore fébriles. Non loin de là, Libra a finalement cédé à son insatiable curiosité et se téléporte dans un bruit près de vous, retenant ses questions lorsqu'elle remarque l'air que tu abordes.Tu es perdu, Nolan, complètement perdu. Tu aimerais lui dire quelque chose, ne serait-ce que pour qu'elle arrête de pleurer. Tu n,es pas habitué à l'idée de devoir réconforter les gens et encore moins à celle de VOULOIR les réconforter. Et pourtant là...Il te semble que c'est la chose à faire. En cette soirée où tu craignais d'être de nouveau seul, il semblerait qu'il y ai encore plus isolé que toi.
Tout en conservant un certain contact physique, l'une de tes grandes paluches dans la sienne, tu inspires profondément, tout en essayant de mettre de l'ordre dans tes pensées. Pendant une seconde, tu envisages d'écrire ou de signer ton message...Mais ce serait bien trop impersonnel.

(Libra, contact.)

(En...tendu?)


Un peu perplexe devant la sévérité de ton ''ton'', la Gardevoir s'exécute et atteint rapidement l'esprit de Marie. Sans attendre, tu enchaînes donc, les mots se déversant sans grand conviction, avant de s'affirmer au fil du temps. Tu ne sais pas trop pourquoi mais...Il te semble que c'est ce que tu dois dire.

(Je ne suis peut-être pas la meilleure personne pour vous dire ça mais...Si vous ne me l'aviez pas dit, je n'aurais pas pensé que vous échouiez dans ce que vous entreprenez. Car malgré tout ce que vous venez de me présenter, de me décrire, vous êtes toujours là et vous avez continué d'essayer.
Quand j'y pense...Je sais que j'en serais incapable. À la première difficulté, j'ai toujours cru qu'il était préférable de tourner les talons ou de reconsidérer ses objectifs. Mais quand je vous entends parler comme ça, je me dis que finalement, c'est probablement que j'avais tort.
Tout à l'heure, ma demande était pour le moins abrupte, veuillez m'en excuser. Mais j'étais sérieux : Ce n'est pas sur ce que vous avez été ou ce que vous avez vécus que l'on devrait vous juger. Mais sur ce que vous faites. Ces paroles, au sujet de vos parents...Ce n'est pas à eux de lui dire si vous...si tu es digne, ou seule, ou quoi que ce soit. En fait, personne ne devrait DÉCIDER qui est digne et qui est faible.
Tu sais...J'ai eu la chance de vivre une situation bien différente. Après ma maladie et la perte de mes cordes vocales, c'est comme si ma famille avait fait bloc derrière moi. Quoi que je fasse, pour eux, c'était bien suffisant et ils n'ont jamais cherché à me pousser vers une autre voie. Je n'oserai jamais dire que je sais ce que tu as vécu...Marie. Au fil du temps, puisque le monde n'attendais rien de moi, j'ai fini par ne rien attendre de sa part. Actuellement, tu es perdue et tu ne sais que faire...Mais tu n'as pas échouée sur toute la ligne.
Tout comme je suis juste...moi, de ton coté, tu es aussi capable de devenir ce que toi, tu désires être. Si tu veux vraiment devenir ce que tes parents attendent de toi, très bien. Si tu veux devenir une des Ranger d'Almia, parfait. Mais si c'est autre chose qui te pousse à avancer, alors personne n'a le droit de se mettre en travers de ce chemin. Pour moi...Tu as déjà réussi à te rapprocher d'autrui. Alban par exemple...)

(Et toi.)

(Libra, silence.)

(...Pardon.)

(Ce que je veux dire, c'est que tu n'as pas besoin de DROIT pour être amie ou heureuse avec quelqu'un. Sois juste toi-même, pas ce qu'on attend de toi. Après tout, regarde-moi : Comme il s'agit de mon anniversaire, je déteste Halloween, j'avais même prévu de ne pas mettre le pied hors de ma chambre aujourd'hui. Et pourtant, je me retrouve ici, assis sur un banc avec une amie et je ne songe absolument plus à ce qui me tracassait. Comme quoi, ne pas pouvoir prévoir, ni voir l'avenir, a quelque fois du bon.)

Un long discours pour un muet...Mais une nécessité pour toi. Car au-delà de Marie, c'est à TOI-MÊME que tu t'adresses. En cette soirée commémorant ta nouvelle année révolue, tu as fait la paix avec tes doutes et tu tentes de transmettre cela à la Mentali. Mais...Malgré tous ces mots dévoilés, toutes ces paroles, tu sais qu'il n'y a qu'une seule manière pour toi de réellement lui faire comprendre.
Un peu gêné par ton nouvel habit, tu parviens néanmoins à récupérer ta guitare et sans même un regard à l'instrument, les yeux dans ceux de Marie, tu commences à jouer. Une mélopée qu'elle a déjà entendu sur un bateau, il y a presque un an, un rythme qui est le sien...Mais que tu modifies subtilement. Adroitement, ce sont des variantes qui viennent se glisser entre tes doigts, jusqu'à tracer des partitions complètement différentes.

Rythme Marie

Rythme Marie- Envol

Rythme Marie-Heaven

Car tout cela est Marie...et en même temps, ne l'est pas encore. Au même titre que son rythme, la Mentali peut changer, se transformer, évoluer...Et comme les notes qui sautillent à présent sur des tonalités plus joyeuses, elle peut être heureuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
 Adulte Etudiante expérimentée
avatar
Adulte Etudiante expérimentée
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 834
Points d'Expériences : 166

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Mer 15 Fév - 15:13








De sombres nouvelles..

Ilea Alezar

Luce Agnelli

musique

Encore une fois, Ilea a complètement bugué. Ses vieux tocs ont resurgis, faisant apparaitre un aspect d’elle qu’elle déteste par-dessus tout. Une Ilea traumatisée par ses deux longues années de médecine. En fait, on peut même remonter plus loin. Baigner depuis la plus tendre enfance dans ce domaine, cet avenir qui était tracé pour elle avant même sa naissance a fini par exploser. Depuis, la rousse en est ressortie traumatisée. Elle refuse de passer à autre chose. Le traumatisme est encore trop grand. Alors la jeune femme évite au maximum de lire ou d’écouter quoi que ce soit qui est un rapport avec le milieu médical. Elle ne veut pas, c’est comme ça. Les seules rares fois où des mots médicaux sortent de sa bouche, c’est pendant ses crises de panique.

Parce que oui, une fois encore elle a fait une crise. Lui confier un œuf de pokemon est sans doute une bonne chose. La rousse est appliquée et soucieuse, alors aucune raison que quelque chose n’aille pas. Mais lui confier cet œuf, c’est aussi lui confier une vie. Et ça, c’est beaucoup pour la jeune femme. On lui demande de garder ce pokemon avec elle. Non pas qu’elle n’en soit pas capable, mais une multitude de questions ont assailli son esprit, la mettant en panique. Ah c’est tout toi ça Ilea, tu te poses toujours trop de questions. Il va falloir qu’elle apprenne à plus compter sur son instinct à l’avenir et plus que sur de la belle théorie toute prête sortie des livres. C’est en se trompant qu’on apprend, alors il est grand temps de s’y mettre.

Les agitations de la fille a côté d’elle et sa petite voix douce finissent par lui reclouer les pieds sur terre. C’est ici que ça se passe Ilea, pas dans un monde d’angoisse que tu t’es créé. Un peu gênée, elle regarde son interlocutrice, la tête un peu penchée.

Je suis désolée ma belle j’ai eu…comment dire…un plantage. On va s’éloigner un peu de tout ce monde d’accord.

La rousse plaça doucement l’œuf dans sa grande sacoche et commença à avancer vers une zone plus calme, là où les enfants ne hurlent pas dans tous les sens pour avoir des bonbons. Elle aime beaucoup les enfants, et aujourd’hui elle s’occupe même d’une, qui a fait un choix différent de la masse. La brune a voulu se voir plus âgée, alors que les autres voulaient retrouver un état d’esprit de jeune enfant. Chacun fait ses choix, mais la jeune fille a l’air de beaucoup regretter le sien. Encore sanglotante, vous vous asseyez néanmoins sur un banc, et elle lui tendit un mouchoir.

Ma jolie, arrête de pleurer comme ça, si ça peut te soulager dis-moi ce que tu as sur le cœur. Je ferais de mon mieux pour t’aider…

La fille aux cheveux longs vida alors son sac (elle la voit comme une jeune fille car même si physiquement elle est plus âgée qu’elle, la rousse sent bien qu’intérieurement elle est bien plus jeune). Elle s’interroge, se confronte à elle-même et aux opinions des autres. Elle se pose les questions que n’importe quel ado se poserait dans sa position. Mais pour elle, les choses sont différentes. Ces questions-là paralysent complètement. La jeune femme écoute avec attention tout ça, pour être la plus efficace possible quand viendra son tour de parler. La petite parla aussi de famille, une famille éclatée, détruite. Des choses qu’elle ne veut pas voir ou bien découvrir. Ilea est bien sûr moins à l’aise avec le sujet de la famille, car elle même manque cruellement d’expérience. Sa famille n’est qu’un beau tableau pour faire figure, mais en fait, elle n’est que machination et tromperie. Ils se battent tous les uns les autres pour être le ou la meilleur. Il n’y a aucune entraide, seulement de la rivalité et de la compétition. Ce n’est pas ce que l’on pourrait appeler une famille. Peut-être plus un groupe d’individu en compétition. Mais pas une famille. Quand elle eut terminé, les larmes coulaient encore mais la rousse sentait que parler, dire tout ce qu’elle avait sur le cœur lui avait fait beaucoup de bien. Mais c’était au tour de la jeune femme à présent.

Ma chérie regarde-moi.

Avec ses doigts, elle pivota le visage de la brune vers elle, pour attirer son regard.

Tu te poses beaucoup de questions, et tu es parfaitement en droit. Mais si ces mêmes questions te font souffrit, tu ne dois plus le faire. Laisse aller et tu verras bien. La vie est faite de surprise, de rebondissement. Tant que tu es satisfaite de toi, tu n’as pas à t’en faire. Et puis, comme là dit Celebi, la personne que tu es à l’heure actuelle n’est qu’une des multiples possibilités de parcours pour toi. Ne t’en fais pas, je suis sure que tout ira bien.

Ilea lui tendit à nouveau un mouchoir.

Maintenant que tu as déballé ton sac, tu veux bien me dire ton nom ? J’aimerais bien mettre une identité sur ce joli visage.




©BBDragon

Résumé:
 

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos.
Âge : 16 ans
Niveau : 15
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 235

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Lun 27 Fév - 11:01

Plus cette journée avançait plus la petite rose haïssait l'écoulement du temps, qui semblait se plaire à semer sur son chemin des embuches encore plus importantes qu'un ronflex ou qu'un arbuste. Voilà ce timing de malheur qui se répétait, créant une énième fois une situation dérangeante : un coup de poing, direct, exposé à la vue de tous. Puis des paillettes vertes, résidus magiques qui ne tardèrent pas à tout faire revenir à la normale. Tout ? Non, car c'était bien Soan qui se tenait face à elle, le poing encore tendu et avec un drôle d'air sur le visage. Et c'était bien elle qui sous le choc s'était sentie emportée et avait valdinguer atterrissant lourdement sur le sol. En parlant d'atterrissage, voilà la miriade de sentiments contraires qui s'échappait de la tornade de la pensée de la rose. C'est ensuite que tout ce gros sac émotionnel retombait sur ses épaules, bloquant sa respiration beaucoup plus fortement que le coup précédemment reçu. Alors, comme un caninos qu'on aurait battu, Bellamy montre les crocs et lance de ces deux yeux clairs une roquette tout droit vers le coeur de son prince spaghetti. Sans trop savoir pourquoi.... Légitime défense pourrait t'elle plaider, comme l'ultime rempart entre l'extérieur et sa fragilité, une colère mise en avant, envoyé au front comme 300 guerriers spartiates. Mais la vérité c'est que Sparte se meurt à petits feux, affamés ses habitants subissent tous ses souvenirs pas tout à fait nets et le brusque retour à la réalité : libéré, elle n'est plus femme battue mais... Quel est ce vide étrange qui lui compresse la poitrine ? Beaucoup plus intense que les miettes de sa peur, de sa résignation, de sa tristesse et même de son indignation. Beaucoup plus profond....

Alors, l'apprentie archéologue, toute perdue mais sur la défensive tente de faire le point, de se calmer l'esprit. Mais son corps n'est pas de cet avis là, pas moyen de fuir, de s'isoler Soan est encore là, tout aussi perdu semble t'il et.... Une présence inconnue. Bellamy avait presque oublié la présence d'autres personnes. Elle se sentait encore dans une bulle secrète qui s'était avérée beaucoup trop petite alors qu'elle découvrait sa claustrophobie. Mais cette inconnue avait brisé la bulle et s'était imposé entre le duo avec une aisance remarquable. Et cette inconnue... Ne l'était pas tant que ça. C'était Aileen Somi ou Somu.. Ou bien Samu ? Préfète des pyrolis et générale Jackie en devenir. D'ordinaire Bellamy n'appréciât pas sa présence, la pokéathlète l'impressionnait bien trop, elle l'effrayait même souvent. Pendant les cours de sports communs, la rose la regardait de temps à autre quand la pyroli ayant fait un tour de stade de plus la dépassait en sifflotant. Mais qu'importe qui était Aileen à ce moment là ! Qu'importe son rôle de chien de garde personnel de Jackie, qu'importe à quel point elle pouvait être effrayante. Parce-que ce n'était rien... Et la voix qu'elle prit et la main qui effleura sa joue était la plus douce des douceurs après ce coup de poing dévastateur, après cet aller retour dans le temps. Et alors qu'Aileen touchait Bellamy, la rose frissonna de plaisir Etait-ce ses années en plus qui la rendait si indispensable ? Il est facile de parier que si la kalosienne n'avait pas son armure de colère, elle aurait sauté au cou de la brune en pleurant toutes les larmes de son corps, et en se blottissant comme un enfant contre sa mère.

Mais la rose n'en fit rien, elle se contenta de se laisser faire, faisant frémir une flamme balbutiante dans son iris. Elle n'avait la force de rien faire de toute façon... Elle aurait aimé tabasser Soan pour se défouler, ou bien lui parler calmement pour crever l'abcès encore chaud. Mais elle était.... Fatiguée. Et elle sans résistance aucune, elle se laisse conduire jusque à une camionette alors que Lolita hyperventillait dans son coin. Le tapir, les larmes au yeux, sembla rester interdit quelques minutes devant Soan avant de tourner le dos et de trottiner vers le centre pokémon ambulant pour rejoindre sa dresseuse en poussant des petits cris aigus.

"Rien de cassé. Mord bien la compresse et ça passera, tu pourrais mettre un peu de glace pour désenfler."

Les joues carmins et la bouche serrée sur deux bouts de tissus. Bellamy acquiesça de la tête alors que sa main serrait de plus en plus fort la trompe de Lolita. Ces quelques-minutes loin de Soan avait permis à son esprit de se calmer mais dans le même temps l'adrénaline avait disparu laissant au corps toute liberté. Alors la douleur était apparue, gonflant les joues et élétricsant la gencive. Mais ce n'était rien ça... La honte et le questionnement perpétuel la faisait souffrir bien plus, tout ce qu'elle voulait c'était se reposer maintenant.

Saluant l'infirmier, Bellamy sortit de la camionette en s'appuyant sur Lolita. Elle renifla un coup et s'approcha d'Aileen encore quarantenaire qui semblait discuter avec une autre adulte. Bellamy serra le poing et articula sans vraiment décoller ses lèvres de peur de faire tomber ces compresses un "Merchi. J'chvais bien m'tenant." mais ses yeux embués de larmes semblaient hurler tout le contraire. Sans attendre Bellamy attrapa la main de son starter et marcha d'un pas vif vers le dortoir des mentalis, en faisant attention de baiser le regard pour ne croiser personne. Surtout pas Soan. Elle ne savait pas quoi faire. Elle était perdue. Triste. Désespérée.

Fin du rp pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 664
Points d'Expériences : 1104

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Mer 1 Mar - 21:47

- CAAALLOUUUUUU !! T'ES OUUUUUU ! Oh ça rime. SAM ! Elle est ou Calou ! Cherche Sam Cherche !

Truffe collé au sol tel un Caninos, il se relève un peu en m'entendant, mais comme je parle sans mauvaises pensées, décide de ne pas relever. Je suis inquiète après tout, surtout qu'on ne l'a pas croisé en revenant sur nos pas. Elle a du prendre un autre couloir, mais avec cette grande maison rempli de "piège" et de couloirs cachés... Heureusement que Sam, bah même si c'est pas un mignon Caninos, c'est quand même un super pokemon avec un super flair. (c'est au moins ça pour lui le pauvre, avec une grosse truffe comme ça...) Résultat on avance et on a pris des virages ! ... Sauf que là on est un peu en plein milieu d'un couloir et on avance plus. Maintenant il regarde en direction du mur, mais le mur est pas timide, du coup il ne se démonte pas et soutien le regard de mon starter. Il a du cran le mur ! BOUGE MUR !

- Ils sont de l'autre côté t'es sûr ? Z'ont dû prendre un passage secret pour essayer de passer devant nous je vois. Elle est forte la Calou ! Mais on va quand même la trouver parce qu'on est plus fort qu'elle !

Oui ! High five Sam ! ... MAIS ON JOUE PAS A CACHE CACHE ! CALOU SI CA SE TROUVE ELLE A PEUR ET ELLE PLEURE ! SI CA SE TROUVE Y A DES GENS QUI L'EMBETE PARCE QU'ELLE EST TROP MIGNONNE ! Maman dit toujours que les garçons aiment embêter les filles mignonnes parce que les garçons, c'est bête ) notre âge. ... Pourquoi aucun garçon m'embête moi... Sam tu veux pas... Ah non t'es un pokemon toi c'est vrai. Bon cherchons plutôt comment on fait pour passer. Sam tu cherches par là et moi par ici, ok ? Si on tombe sur un autre mur qui tourne ça serait rigolo. Alors dans les dessins animés, faut pousser un caillou parmi les autres, mais y a pas de caillou sur ce mur. ... C'est nul ! ELLE EST MAL FAITE CETTE MAISON ! ... Oh y a un chandelier. ... IL EST TROP HAUT ! ELLE EST MAL FAITE CETTE MAISON ! ... Bon réfléchissons, ah si je sais. Alors on prend la grosse hallebarde de cette armure (c'est pas dangereux et j'ai le droit, j'ai 14 ans légalement) et euh, oulah ça penche. J'agrippe le chandelier fixé au mur et ... VI CA TOURNE ! LE MUR QUI S'OUVRE YOUbwaaaaa ! Ouch...

- Ca c'était pas drôle... Hmpf mon pauvre nez... Hm ? CALOU ! PLEURE PAS J'ARRIVE !

J'arrive, enfin j'essaye. C'est qui les trois bonhommes. Calou elle pleure mais y a rien d'attraction qui fait peur. Pourquoi les monsieurs ils se mettent sur mon chemin. Pourquoi leurs pokemons se mettent sur mon chemin aussi. PIS POURQUOI ILS RIGOLENT COMME DES ANDOUILLES ! C'est bête les garçons !

- Vas-y Sam ! Défonce-les !... Hm ?

Oups, la planche qui se lève, c'est un truc pour faire entrer les gens vite pour que la porte se referme vite pour que les gens qui sont avec toi ils voient pas que t'es parti pour que Sam il a pas vu donc il a pas suivi donc pas de Sam. Quoi ma phrase elle est trop longue, j’ai pas besoin de respirer dans ma tête ! Débrouillez-vous pour suivre, j’ai une Calou à sauver moi.

- Bon bah Gad tu les cognes alors s’ils embêtent Calou. … Pourquoi tu me regarde comme ça roo.
- En voilà une enfant violente haha. Elle rigole pas ta copine la cinglée, je suis mort de peur. C’est qui Sam. Ton p’tit copain ? Hahaha !
- Je suis pas violenteeeuuh. Je suis très la gentillesse. Mais on embête pas ma copine !

Mais pourquoi ils continuent de rigoler euh ! Bon bah puisque Sam il s’est perdu et que Gad il veut pas le faire, je vais aider Calou moi-même. Du coup je ramasse la hallebarde de chevalier protecteur de princesse Calou(dommage que j’ai pas de casque) et je m’avance. S’ils se mettent sur mon chemin, bah euh… Ils vont pas le faire hein ? J’ai une arme après tout ! ... Ils vont ? Ah bah vi il a. Genre même pas un pokemon, c’est à main nue il l’attrape et …

- Mais euh, elle est en carton en fait !
- Bien sûr qu’elle est fausse !
- C’était pas une raison pour la casser ! Si on se fait gronder par les monsieurs de la maison je dirais c’est votre faute. Si vous voulez pas que je le fasse, faut dire pardon à Calou.

Comment ça mes menaces aussi en carton. Mais euh… Bon depuis tout à l’heure j’essaye de pas trop le montrer, mais là j’avoue je commence à me sentir pas trop bien. J’ai ptêtre un tout chtit riquiqui peu peur. Hey, pas la peine de me soulever par le col ! Je suis pas un chiot !

- Elle est aussi tarée que toi ta copine la cinglée, vous vous êtes bien trouvé ! Elle serait Pyroli aussi ça me surprendrait même pas, toutes des garces dans ce dortoir.
- Hey !
- Oh non le coup de pied on me l’a déjà fait, pas deux fois. Toi tu ne t’en sortira pas aussi facilement. Voyons voir, comment on va vous punir pour le reste.
- On peut commencer par leur confisquer leurs bonbons.
- Pourquoi pas. Voyons voir ce qu’il y a dans ce sac. Oh mais tu as eu une belle récolte héhé. Oh ? Mais il y a beaucoup mieux que des bonbons là-dedans ! Regardez-moi ça !
- HEY NON ! Touchez pas à CA ! Aouch !
- Si je faisais un beau cadeau d’Halloween à mon mois du passé. Avoir un seul pokemon au début après tout c’est quand même limité.

Balancée comme une malpropre moi et mon sac, le monsieur pas gentil m’a remplacé par l’œuf de pokemon dans mon sac qu’il tiens bien plus précieusement. Ah non mais je suis pas du tout d’accord ! Il est à moi cet œuf et j’y tiens ! En plus vous vous êtes vraiment pas gentil, alors je vous le donne pas ! Gad et Pollo ils tentent de m’aider, mais les autres pokemons ils se laissent pas faire non plus. Du coup bah quand j’y retourne toute seule, je me prend un autre coup et je me refait dégager. Snif. C’est pas juste, ’ont pas le droit. T’es ou Sam snif. Hein ? Oh non pas maintenant !

- Non n’éclot pas maintenant petit pokemon !
- Oh regardez ça les mecs, le pokemon a reconnu son maitre et il éclot déjà pour le saluer !

L’œuf brille et s’élève des mains de l’homme pour changer de forme et devenir… la lune. Oh un pokemon lune d’argent, il est trop joliiii. L’autre il est content et il dit qu’il est shiny, mais j’ai aucune idée de ce que ca veut dire. Ce que je sais en tout cas, c’est que j’ai pas envie que ce méchant il récupère mon pokemon ! Hm ? Pourquoi y a de l’écho dans ma tête ? C’est comme si on m’appelait ? Euh, présente ? Oh le pokemon il s’est tourné vers moi. Il vient vers moi ! Youhou je suis trop contente ! Le pokemon Lune il a carrément ignoré le méchant pour venir me voir direct. Tant pis s’il est déçu l’autre, bien fait pour lui. On me vole pas mes pokemons à moi. Comme quoi Pink avait raison, cette petite présence dans ma tête que je sentais grandir depuis que j’avais récupéré cet œuf, c’était bien son occupant. Je trouve ça trop cool et franchement là tout de suite je suis super heureuse. Alors du coup vous pensez bien que quand le petit pokemon lune d’argent qui venait vers moi lui aussi en souriant se fait soudainement projeter contre le mur par un puissant jet d’eau. Je suis beaucoup moins la joie et beaucoup plus le choc. M’enfin…

- On dirait que mon nouveau pokemon va avoir besoin d’un sérieux travail de dressage. Pour qui il se prend à m’ignorer comme ça, shiny ou pas c’est juste un Seleroc. C’est déjà un honneur que je lui fais de le prendre avec moi et lui il m’ignore.
- C’est un bébé ! Vous frappez un BEBE ! MECHANTS MECHANTS MECHANTS !
- Hmpf, pokeball go.
- NAAON !

Même pas en rêve ! Même si les sandales c’est pas pratique, je plonge en avant et protège le pokemon tout faible comme je peux avec mon corps. Du coup c’est moi que la sphère elle frappe. Euh je vais finir dans une pokeball ? Ah non la sphère elle me fait rien. Bien fait vilain ! Je te laisserais pas mon pokemon ! Puis même s’il était pas à moi je te le laisserai pas quand même parce que t’es super trop vilain ! VILAIN VILAIN VILAIN ! Tu veux lancer d’autres pokeballs ? Vas-y même pas peur ! Même si tu les lances fort je bougerais pas. Hmpf. Hm ? Ho Calou. Calou qui se met avec moi devant, pis Pollo aussi qui se met devant nous pour nous protéger avec ses barrières. Mici les copains. Z’êtes chou.

- Pff haha, j’ai tellement hâte de voir la tête que vous ferez quand je capturerais ce Seleroc juste sous votre nez. Rien que pour ça, même s’il s’avère au final être inutile ça vaudra le coup.
- Mais euh, vous l’aurez pas. Vous faites les malins parce que vous êtes grand et que nous on est petite. Future moi elle est 50 fois plus forte que vous ! Elle a tapé sur des gros méchants et tout ! Je suis super forte quand je me fâche.
- Ben voyons. Tu as juste un Flobio. Ce serait juste un Gobou que Celebi a fait évoluer que ça ne m’étonnerait pas. Le pauvre, condamné à passer toute sa vie sans même pouvoir évoluer dû à l’incompétence de sa dresseuse.
- N’importe quoi. C’est pas Gad qu’à vu Celebi c’est Sam.
- Ah oui et il est ou Sam ?
*CRASSH*
- Ah bah il est là Sam. ET IL EST EN RETARD !

En ayant visiblement eu marre de ne pas trouver comment passer, mon cher starter a décidé de juste passer à travers le mur. BRAVO LA DELICATESSE ! Mais là je t’aime quand même♥. Alors z’avez peur maintenant hein ?! … Toujours pas ? Mais euh…

- Hey GAD ! Pourquoi tu fouilles dans mon sac. Tu mangeras des bonbons plus tard ! … Euh non ça c’est mes pokeballs, pas des bonbons. Hm ? Oh coucou Kam. Coucou Don. Coucou Davi. Coucou Sky. Coucou…

Woh genre Gad il lance les pokeballs les unes après les autres. Un vrai dresseur de pokemon ! … Hey c’est moi la dresseuse normalement. … Si j’aurais pu le faire. C’est juste que euhhh. C’EST LA FAUTE A FUTURE MOI ! ELLE M’A PAS DIT COMMENT CA MARCHAIT LES POKEBALLS ! …J’y ai pas pensé… Ca aurait dû être évident pourtant… C’EST LA FAUTE A CELEBI AUSSI ! Entre future moi, mignonne moi, le petit pokemon nouveau-né et des gens qui lisent dans ma tête… Je m’y perds à force moi aussi… A cause de ça le pauvre Seleroc il a été blessé… Gad aussi il a reçu des bleus. … Woh il est vraiment fatigué, on dirait qu’il va s’écrouler. Je me demande ce qu’il dit par contre, pourquoi il me montre du doigt aussi. C’est pas poli ça. Ah bah voilà les autres ils ont l’air super énervé maintenant. Hm ? Hey Pollo pourquoi tu te mets devant, on y voit plus rien ! Hm ? Oh sucette.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2904-stella-douglas
 Coordinateur Novice
avatar
Coordinateur Novice
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 3
Jetons : 262
Points d'Expériences : 215

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Mar 7 Mar - 13:13

Ça va aller...Papa et Maman ne sont pas loin, ils vont venir l'aider et elle aura plus peur...Ah mais non, ils peuvent pas, elle est toujours sur cette île de sa moi de plus tard ! Mais pourquoi elle a choisit une école aussi loin d'Illumis ?! Là, elle est toute seule et elle pleure, elle a peuuuuur !
Heureusement pour la mini-magicienne, son starter était encore là, lui : À peine avait-elle crié, qu'Apollo se plaçait juste entre elle et les Noctalis, les poings serrés. La seule tentative d'Edward, malgré la grimace qu'il affichait encore et l'insulte à sa virilité, se solda par un échec cuisant lorsque le Poing-Comète du Coxyclaque vint le cueillir avec une vitesse improbable au niveau de l'estomac. Le souffle coupé, il s'écoula plusieurs secondes avant que son adversaire ne parvienne à se redresser, les yeux brûlants de haine.

''On veut...jouer les héros, l'insecte ? T'es pas le seul à avoir eu droit à une petite mise à jour. Tartard, dégage le de là qu'on s'amuse un peu avec la tarée miniature !''

Dissimulée dans l'ombre jusqu'ici, une silhouette massive s'avança d'un pas pesant dans le couloir. Les Noctalis s'écartèrent sur son passage, dévoilant l'imposante masse d'un type Eau à l,air terrifiant. Chacun de ses pas faisait littéralement trembler les murs et un seul de ses énormes poings suffisait pour égaler la masse d'Apollo. Pourtant, le Coxyclaque n'eut qu'un léger mouvement de recul, avant de raffermir sa position juste devant Calua recroquevillée. Complétement terrorisée, cete dernière ne pouvait que sangloter, malgré la petite voix qui lui répétait sans cesse que Pollo était le plus fort et qu'il la protégerait.
Sauf qu'Edward ne comptait pas s'arrêter à un seul Pokémon : Un simple claquement de doigts et deux de ses acolytes libérèrent à leur  tour leurs coéquipiers, afin de renforcer le Tartard déjà présent. Un Mastouffe et un Drakkarmin vinrent ainsi occuper le peu d'espace restant dans le couloir, ajoutant encore au trouble de la petite fille !

''*sniff* Tella...Tellaaaaaaaa !''

C'était sans doute de la magie...Mais à l'instant où Calua cria le nom de son amie une fois de plus, un pan du mur pivota soudainement avec un grincement sonore pour révéler une petite fille déterminée ! C'est bon, Tella était là, elle allait les sauver avec ses Pokémons et...Mais elle en a plus ! C'est la catastrophe, comment elles vont faire sans Pokémon ? Il n'en fallait pas plus pour que Calua se remette à pleurer, à la simple pensée qu'elle avait juste empiré la situation et mis sa copine en danger !
Même la tentative de son amie pour les attaquer avec une arme-super-dangereuse a pas marché, qu,est-ce qu'elles peuvent faire ? Vous vous rendez pas compte, ils ont même pas bronché quand elle les a menacé de le dire à sa maman...Ils sont beaucoup trop forts pour elles !

''HEY NON ! Touchez pas à CA ! Aouch !''

''C'est pas à vous d'abord !''

Ils ont pas le droit de prendre l'oeuf de Tella, c'est le sien ! Sans bien réfléchir, la petite fille se jeta en avant pour empêcher Edward de poser ses sales pattes dessus, mais le Noctali se contenta d'un simple revers du bras pour l'envoyer bouler en arrière. Les larmes aux yeux à cause du coup, Calua se fit réceptionner par Apollo. Pas de blessures mais la détresse de sa Dresseuse était à son paroxysme. Néanmoins, malgré le choc, Calua ne manqua pas une miette de ce qui suivit et lorsque la Pokéball percuta Stella...Gare à l 'explosion !

''On touche pas...À TELLA !''

Plus c'est petit, plus ça peut être violent, tenez-le vous pour dire : La détresse se mua en colère lorsque Calua se redressa brusquement, avant de se précitpier devant Stella, les bras écartés. Le menton dressé, elle CARBONISAIT Edward du regard. Il pouvait faire tout ce qu'il voulait, elle bougerait pas, même s'il la tapait ! Apollo était déjà là, prêt à remplit son rôle: heureusement d'ailleurs, puisque sur un mouvement distrait d'Edward, le Tartard ne se priva pas pour libérer un Pistolet à O sous pression, que le Coxyclaque para à la dernière seconde à l'aide d'un Mur-Lumière.

''T'arriveras pas à nous toucher...Alors tu rends l'oeuf et tu t'en vas, espèce de...vilain !''

Très menaçant...Quoi que, ça pourrait l'être, vu le vacarme qui accompagne sa dernière ''insulte'' ! Les Noctalis semblent bien plus pâles en plus, elle est vachement impressionnante en vrai et...Oh, coucou les Pokémons de Stella, vous venez juste d'arriver ? Y'a même son DRAGON ET LE DINOSAURE EN ARMURE !
Afin de ne pas heurter la sensibilité des jeunes lecteurs qui nous regardent (''AH NON, PITIÉ !''), les prochaines minutes de violence insoutenable seront dédiées à un documentaire (''PAS LE LANCE-FLAMMES, PAS LE LANCE-FLAMMES  !''), sur la Flingouste. Un Pokémon qui se nourrit d'algues(''JE ME RENDS...OUAAAAH !''), ce qui ne l'empêche pas d'être absolument fascinant (''MAIS ELLES SONT FOLLES !'') et plein de qualités (''GALE-KIIIIIIIIIIIIING !'').
Un peu oublieuses des tortures terrifiantes qui attendaient les Noctalis, les deux petites filles se retrouvèrent rapidement distraites par Pollo, qui leur masquait avec sa carapace la grande majorité de l'affrontement. Il y a des images choquantes, on ménage les plus vulnérables (Tant de violence à la télé...) : ainsi, après avoir rapidement érigé une succession de Mur Lumière, Abri, Protection et Rune Protect, le type Insecte ne tarda pas à requérir l'aide du Séléroc, lui-même réfugié derrière la quadruple barrière. Une attaque Armure et Zone Magique plus tard, voila le quatuor à l'abri derrières sept couches de protection différents, matérialisées sous la forme d'un petit dôme à la lueur arc-en-ciel.
Le Coxyclaque décréta alors une dégustation de bonbons, tandis que derrière lui, les Pokémons de Stella s'en donnaient à coeur joie, malgré la tentative de résistance des Noctalis. Certes, ils avaient une armée...Mais elles avaient un Sam.

''Il est trop nombreux pour nous !''

Cette phrase résumait sans doute le sentiment général des pauvres tortionnaires (Oui, ceci est paradoxal), condamnés à subir l'assaut du Colossinge, puisque la porte secrète s'était retrouvée ensevelie sous les fragments de murs effondrés. Néanmoins, aussi plaisant soit-il de transformer un couloir en ruines dignes de Pompéi, toutes les bonnes choses ont une fin : Un rayon d'énergie un peu trop poussé du Drattak de Stella finit malencontreusement par envoyer le Tartard d'Edward droit sur son propriétaire, avant de propulser le duo AU TRAVERS du mur le plus proche. Et ô surprise, il semblerait que ce dernier communique avec l'extérieur, vu la manière fort disgracieuse dont le duo vient de s'étaler devant la foule rassemblée prêt de l'entrée !
Sans prendre de gants, le reste des Pokémons présents se chargea d'envoyer manu militari les acolytes du Noctali littéralement sur ce dernier, juste avant que Stella ne les rappelle de leurs Pokéballs. De ce tas de bras, de jambes et de souffrances, seule la tête d'Edward était visible, le jeune homme continuant de jurer et de hurler le plus fort possible !

''ATTENDEZ QUE JE VOUS RETROUVE ET VOUS ALLEZ...''

''Hmm, hmm.''

Cette voix  douce et mélodieuse appartient au propriétaire de la maison hantée, si vous vous posez la question. Les mains tremblantes de fureur, un air aussi souriant que terrifiant sur le visage, le forain pressa rapidement une Pokéball à son coté, laissant apparaitre un Pokémon renfrogné, maniant un énorme pilier de pierre. Inutile de vous décrire ce qui attends nos pauvres Noctalis, les Bétochef ne sont pas réputés pour leur patience et leur délicatesse lorsqu'ils ''expliquent'' quelque chose à quelqu'un.
En revanche, qu'en est-il de nos deux petites catastrophes ambulantes ? Et bien, lorsque le mur a explosé, Calua a pris les choses en mains : Sucette en bouche, elle attrapa la main de Stella, laissant à peine le temps à son amie de rappeler tous ses coéquipiers. Ensuite, en profitant de la confusion, la petite magicienne se glissa au travers du trou, toujours suivie de son starter et de son amie, tandis que la foule commençait à encadrer Edward, ses camarades et le Bétochef, avide d'assister au spectacle à venir. Les deux gamines n'eurent donc aucun mal à s'enfuir à toutes jambes dans les rues, tandis que le sourire de Calua revenait petit à petit..Elles avaient pas fait de bêtises, c'est pas vraiiiiiiiii !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 11
Jetons : 2579
Points d'Expériences : 174

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Mer 22 Mar - 15:02

31/10/2016
event halloween


Ses doigts glacés par le froid d'octobre se posent sur tes joues ; et tu frémis. Le geste est vif, et en même temps, infiniment doux. Sa bienveillance transparaît clairement dans chacun de ses gestes, dans chacun de ses mouvements, à chaque seconde. Elle te veut du bien. Elle te veut du bien et pourtant, l'angoisse est là, terrée dans les recoins les plus sombres de ton être. L'amertume, le regret d'avoir fait ce choix te hante encore ; mais tu n'as plus la force de résister. Tu te laisses aller, à bout de forces, trop épuisée pour continuer à te battre. Tu décroches, tu te laisses choir, en espérant qu'elle parvienne à amortir cette chute qui te semble sans fin. Un espoir qui te semble si vain.

Si irréel.

Et pourtant, ses mots ; lorsqu'ils s'échappent de ses lèvres en un bref soupir pour venir flotter dans l'air ambiant, pour venir se blottir contre ton cœur, ses mots sont si tendres. Si doux, si rassurants, comme l'étreinte d'une mère, comme la chaleur d'un foyer. Elle n'est encore certes qu'une inconnue, assise à quelques centimètres de toi sur ce banc de pierre, dans la pénombre où vous avez toutes deux trouvé refuge, et pourtant tu sens déjà ses ailes blanches se replier autour de toi, comme pour te protéger, comme pour t'offrir un abri loin de cet enfer. Elle est telle une flamme dans l'obscurité de la nuit, là pour te guider. Et pourtant, malgré les torches éclairant ton chemin, tu as encore peur.

Tu sens encore les larmes rouler le long de tes joues glacées, traçant des sillages comme des cicatrices que tu n'arrives pas à oublier. Mais la simple pression des doigts de la jeune femme sur ta peau te donne cette impression, fugace certes, que le monde n'est pas aussi glacial qu'il te le semble. Tu ne veux plus penser à la tempête qui hurle au fond de toi ; alors tu te raccroches à elle, aux conseils qu'elle a la bonté de te transmettre, comme tu l'as toujours fait. Pour ne pas te briser, pour ne pas déchirer ce qu'il te reste de toi en cette soirée. Ça a toujours été le problème avec toi, Luce : tu es incapable de compter sur toi-même. La plus infime once de confiance en toi que tu pourrais avoir est toujours annihilée, cruellement anéantie par le moindre de tes échecs. Un seul naufrage suffit pour que tu fasses trois pas en arrière, malgré tout le chemin parcouru. Et soudainement tout te semble insurmontable — et tu abandonnes. Tu perds espoir. Et tu tombes, tu tombes, pendant ce qui te semble durer une éternité. Tu ne veux qu'une chose, que tout cela s'arrête, et qu'enfin tu puisses atteindre le fond. Mais tu ne sais pas ce qui te terrifie le plus : de brutalement t'écraser au sol, désarticulée ; ou que le fond ne soit qu'une illusion, et que pire t'attende dans les profondeurs de l'abîme.

Et pourtant, ses mots ; ils t'arrachent de cette perspective. Malgré le trou béant au fond de toi, la situation ne te semble plus si catastrophique. Elle l'est toujours un peu, évidemment, mais étrangement, c'est comme si tu n'étais plus qu'une spectatrice de ce désastre. La jeune femme aux cheveux rouges t'a momentanément sauvée, t'a placée en sécurité. Ses paroles parviennent à panser les plaies de ton cœur, à anesthésier cet organe battant qu'est ta peur en ce moment même. Les larmes coulent encore, mais leur raison d'être n'est plus la même.

Sa voix résonne dans ta tête, effleurant doucement les parois de ton esprit. Laisser aller...cela sonne comme quelque chose de si simple, réalisable en un claquement de doigts. Et pourtant...pourtant, tu ne sais pas ce qui t'en empêche. A chaque fois que tu essayes, que tu te dis que tu ne veux plus — que tu ne peux plus — écouter tes frayeurs, quelque chose t'en empêche. Le bruit n'en est que plus sourd, que plus bourdonnant, un essaim qui te poursuit et, lui, a la force de ne pas abandonner le combat. Pouvoir rassembler cette force de lutter, de lever des remparts contre ces monstres qui te pourchassent, toutes griffes dehors...tu l'envierais presque.

Mais encore une fois, ses mots...

Ne t’en fais pas, je suis sure que tout ira bien.

Tu serres les dents.

Tu ne peux pas faire confiance à l'avenir, et encore moins à toi.

Mais ce soir, tu as choisi de la croire, elle.

Ta vision se trouble à nouveau ; mais plus pour les mêmes raisons. C'est une chose tellement étrange, de savoir que quelqu'un est là pour te tenir la main, et t'aider à te redresser, à avancer. Tu as toujours l'impression que tu n'en a pas le droit — que tu n'en as plus le droit. Que la moindre bavure signe la fin de la pitié que peuvent t'accorder les autres. Qu'un jour, ils se lasseront tous — et c'est probablement ce qui te terrifie le plus en ce monde, parce que tu ne supporterais pas d'être seule. Mais ce que tu appelles pitié, au fond, n'est peut-être que de la gentillesse. Tu ne parviens pas à comprendre pourquoi les gens sont aussi gentils avec toi, comment ils peuvent être aussi patients avec quelqu'un comme toi. Mais elle, elle l'a choisi de l'être. Elle te tend la main. Tu n'as pas d'autre choix que de la saisir en retour. Pour la remercier, lui montrer toute ta gratitude. Parce qu'elle ne t'a pas abandonné quand tu étais au bord du précipice. Parce qu'elle a choisi de ne pas le faire, peu importe à quel point tu trouvais que tu ne le méritais pas.

C'est son choix, et tu te dois de le respecter.

« Je suis désolée que vous m'ayez vue comme ça, et...que vous ayez du me supporter.  »

Tu saisis d'une main tremblante le mouchoir qu'elle te tend, et essuie lentement les larmes qui ont recommencé à perler au coin de tes prunelles. Tu as le cœur encore lourd, et, la voix toujours entremêlée de sanglots, tu parviens à peine à articuler. Mais son commentaire éclaire ton visage d'un faible sourire, un peu maladroit — cela ne suffit pas à rallumer les flambeaux de ton être, mais tu le sens. Quelque chose émet une douce chaleur, là, au fond.

« Lu...Luce. Je m'appelle Luce...et vous ? »

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2419
Points d'Expériences : 597

MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   Sam 1 Avr - 17:39

Halloween 2016
rp commun


Marie se sentait terriblement lourde.

Un poids pesait sur sa poitrine. Tristesse, regret, peine, toute sorte d'émotion peu guillerette la traversait de part et d'autre en ce moment même, la forçant inéluctablement à garder la tête baissée, à laisser couler les larmes, et à fermer les yeux. Comme dans l'attente d'une punition. Comme si un bourreau devait venir lui trancher la gorge dans l'instant, et qu'elle n'avait plus le droit de voir la mort en face. Elle qui l'avait tant cherchée. Elle qui l'avait tant désirée. Elle s'obligeait désormais à courber le dos, comme affaiblie par la fatigue et le temps, comme si l'on venait de lui tordre le cou, et qu'elle était désormais contrainte de fixer le sol pour le restant de ses jours. Car là était sa place ; et non pas dans ce ciel où elle aurait tant aimé s'épandre.  

Marie n'était pas quelqu'un qui régnerait un jour à la lumière. Elle l'avait toujours su. Abnégation, bonté d'âme, générosité et compassion... Toutes ces vertus, elle en était dénuée : Marie était la paresse, Marie était l'orgueil, Marie était la colère, Marie était la jalousie, Marie était l'égoïsme même et l'individualité. Malgré tout, elle ne pensait pas un jour tomber si bas : là, à se lamenter la perte d'une énième famille l'ayant rejeté, pleurant une blessure vieille de bien des mois, et se morfondant dans les bras d'un homme qui n'en était pas un – dans ceux d'un adolescent, extérieur à tout cela, et qui préférait certainement le rester. Marie savait que ses défauts lui porteraient préjudice ; mais pas avec un acharnement si honorable, si ardent, sur l'ensemble de son vécu. Maintenant qu'elle en avait fait le bilan, elle s'en rendait bien compte : au delà de sa détresse perpétuelle, Marie avait à son actif une vie qui ne voulait pas d'elle et qui cherchait en permanence à la rejeter, sans toutefois lui donner la force et le courage nécessaire pour mettre un terme à tout cela.

Car la vie était bien cruelle. Elle savait correctement jouer les cartes qu'elle avait en main. Et même lorsque la partie était sur le point de se terminer, elle savait comment la relancer. L'acquisition de ses Pokémon, sa carrière de Ranger auquel elle tenait tant, l'arrivée d'Alban dans sa vie et de toutes les rencontres qu'il avait apporté avec lui... Comment se permettait-elle d'être triste malgré la tournure gaie qu'avait pris son quotidien ? Pouvait-elle réellement se plaindre de son actuelle vie ? De quel droit le faisait-elle ? Qu'est-ce qui donc ne tournait pas rond chez cette fille ?

Sa mélancolie, sans nul doute. Ce n'était plus tant les événements actuels qui la mettaient dans un tel état, mais bel et bien le bagage qu'elle transportait avec elle. Car Marie était de glace. Et aussi froide qu'elle puisse paraître... Elle était tout autant fragile que cette dernière. Le moindre coup la faisait voler en éclat, et la chaleur la consumait à petit feu, faisant fondre cette armure gelée qui s'était naturellement construite autour d'elle. Avec le temps, Marie perdait en résistance.

Mais gagnait en chaleur.

Ainsi, la vie la maintenait en état. Elle lui apportait son lot de consolation, de quoi reposer son corps et son âme, ainsi que le nécessaire pour panser ses blessures... Mais sûrement dans la simple attente de pouvoir rouvrir les plaies. Les rendre toujours plus grande, y mettre toujours plus de sel... Et pousser la jeune Marie une nouvelle fois à bout.

Une vision bien pessimiste des choses, qu'avait l'adolescente. Mais mettez-vous à sa place : comment faire confiance en quelqu'un vous ayant trahi pendant tout ce temps ? Si du jour au lendemain, celui qui vous battez à mort dans un coin de la cour venait vous tendre la main, l'attraperiez-vous spontanément ou frémiriez-vous, de crainte de recevoir une nouvelle correction ? Peut-être la saisiriez-vous, mais le feriez-vous en toute quiétude ? En toute confiance ? Marie n'était, hélas, pas aussi naïve. Elle peinait véritablement à croire en sa chance.

Ce qui était d'autant plus difficilement supportable quand la main se montrait insistante, sympathique, et dénuée de toute mauvaise attention.


Cette même main qui s'enserrait dans la sienne actuellement.


Marie frémit. Tremblotante, les yeux rouges, et le visage humide, elle s'écarta. Lentement. Très lentement. Son corps était pris pas de petits spasmes, à peine conséquent, mais qui donnait une impression de grelottement; des larmes continuaient de couler le long de ses joues, et sa robe, tout comme le haut de Nolan, en étaient désormais imbibés.

Hésitante, elle entreprit alors de relever le menton. Délicatement, sa tête remontait. Doucement, ses yeux se posèrent sur le visage adulte du Voltali.

Finalement, son regard croisa le sien.

Il prit la parole.

Enfin, comprenons-nous : aucun miracle lié au pouvoir de l'amour et de l'amitié n'eut lieu en cette soirée, dotant soudainement Nolan de capacités oratoires correctes lui permettant de mettre des mots sur ses pensées. Néanmoins, sa voix mentale, elle, retentit dans l'esprit de Marie, sans même qu'elle puisse y opposer la moindre résistance. Non pas que l'envie l'en lui prenait, cela dit.

Selon lui, elle n'avait rien d'une perdante. Sa persévérance n'était pas celle de quelqu'un qui échouait tout sur toute la ligne. Lui-même avoue ne pas savoir s'il serait capable d'une telle prouesse, préférant tourner les talons face au premier obstacle se dressant sur sa route, au lieu de l'affronter.

Apparemment, personne n'avait le droit de la juger apte ou inapte. Digne ou indigne. Forte ou faible. Et pas même ses parents, qui l'avaient complètement délaissée, à l'inverse de ceux de Nolan qui se sont unis face à l'adversité.

Lui n'avait pas le même bagage que Marie. Lui n'avait pas souffert des mêmes maux. Mais lui avait un soutien. Des gens qui l'encourageaient à toujours prendre la direction qu'il souhaitait, et ce même si cette direction s’avérait être une, fois encore, un contournement du problème. Car il souffrait déjà bien assez comme ça, sûrement. Car il n'était aucunement nécessaire qu'il endure encore plus de malheurs.

Car il pouvait très bien être ce qu'il voulait.

Et Marie aussi, y avait le droit. Mais elle n'y avait jamais pensé. On ne lui avait même jamais laissé entrevoir cette possibilité. Pourquoi l'aurait-elle fait ? Elle avait tellement de dette à régler. De comptes à rendre. Comment pouvait-elle s'octroyer le droit de s'en affranchir ? En quel honneur le pourrait-elle ?

D'après Nolan, elle n'avait besoin d'aucune raison. Aucune autorisation, aucune justification n'était nécessaire. Marie pouvait être ce qu'elle souhaitait. Où elle voulait. Quand elle voulait. Et avec qui elle voulait... Car elle y était arrivée, mine de rien, à se créer un tissu de relation, certes encore fin, mais bien réel. Marie n'était pas seule.

Marie n'était plus seule.

Et puis, il était bien là, lui. Sa seule présence n'aurait-elle pas dû suffire à étouffer ses maux ? Celebi, le fabuleux gardien de la forêt en personne, ne l'en avait-il pas averti ? Pourquoi donc ne pas l'avoir réalisé plus tôt ?

Peut-être était-ce parce que Marie avait besoin de l'entendre dire. Car elle peinait à croire en elle-même. En sa chance. Elle semblait tellement... Fragile. Éphémère. Pouvait-elle se permettre d'y apporter un quelconque crédit ? Avait-elle raison de vouloir s'y rattacher ? Elle, à qui la vie avait toujours tout refusé ?

Eh bien... Il semblerait qu'elle le veuille, en tout cas. Ce n'était peut-être pas une bonne chose, peut-être cela ne ferait que l'achever plus tard, mais elle le voulait. Les paroles de Nolan lui avait donné envie d'y croire. Réaliser qu'elle pouvait être pleinement heureuse. Que l'on pouvait tenir à elle.

Qu'elle avait sa place, en ce monde.

Elle renifla. Ses pleurs avaient cessé. Ses yeux étaient toujours rouges, humides, et ses joues baignées de larme, mais au moins avait-elle calmé son hoquet et ses sanglots. Nolan les avait calmés.

Maintenant, elle le fixait. Droit dans les yeux. Sans rien dire. Une expression perdue sur le visage, le souffle bloqué, elle faisait complètement abstraction du reste. Bien qu'interpellée par son mouvement, elle n'en fit elle-même aucun, le regardant calmement saisir sa guitare. Elle savait ce qu'il allait faire. Exactement la même chose que lors de leur rencontre.

Elle ne s'était jamais demandée quel lien étroit Nolan pouvait entretenir avec la musique. Ce qu'elle représentait pour lui. A quel point il la comprenait. Mais ce qui lui paraissait clair, était sa capacité à transmettre ses propres émotions par le biais de son instrument. Les siennes, et.... Celles des autres.

Il lisait en Marie. Comme dans un livre. Non, comme dans une partition. Partition qu'il jouait avec virtuosité. Exactitude. Précision. Cela aurait presque en devenir troublant.

La Mentali se reconnaissait dans cette musique. Cette mélodie, mélancolique, attristée, peut-être même lassée par le temps. Elle paraissait douce, calme et sereine, mais possédait un message sous-jacent. Celui que rien n'allait. Et que rien n'irait jamais. Qu'il n'y avait aucune raison de se réjouir, et qu'il fallait plutôt s'accoutumer à cette détresse. L'accepter. Et se laisser sombrer en elle. Car c'est tout ce qu'il y avait à faire.

Pourtant, la mélodie changea. Doucement, elle évoluait. Toujours aussi délicate, les notes se détendirent néanmoins, plus tranquilles, moins lourdes, et faisant preuve d'une bien moins grande pression dramatique. L'air devenait léger. Tendait les bras en direction du ciel. Voulait s’envoler. Se sentait prêt à le faire.

N'avait besoin que d'un battement pour y arriver.

Et elle s'envola. Soutenu par la brise, le chant se laissait porter, observant cet environnement poétique et mélodieux qui s'offrait à lui. Il était libre. Reposé. Régénéré. Il renaissait, et redécouvrait le monde avec allégresse.

Il était heureux.

Lorsque la mélodie prit fin, Marie fixait toujours Nolan dans les yeux.

Elle les ferma, et baissa la tête. Ses mains refermés sur ses genoux, elle prit une profonde inspiration, apaisée.

Finalement, elle le regarda.

« -Merci. »

Elle sourit.




« -... Nolan. »

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« J'ose espérer que votre incompétence apparente ne soit que visuelle. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...   

Revenir en haut Aller en bas
[EVENT HALLOWEEN 2016] De sombres nouvelless ...
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village Portuaire :: Autres Lieux Importants-