I will | Ilea
Sirius B. Powell
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 51
Jetons : 794
Points d'Expériences : 1465
Coordinateur Mode
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: I will | Ilea    Mar 20 Déc - 20:25




I will

La fin d’année était très occupée pour Sirius. Après s’être engagé dans le concours des jeunes talents de Lansat sur le coté Performer de la scène, il avait décidé de se lancer un défi au niveau du stylisme également. C’était bien beau de progresser sur scène mais il voulait un excellent niveau de l’autre coté également. Il s’était donc inscrit à un concours amateur de stylisme qui se déroulerait sur tout le mois de décembre avec pour date de fin et de défilé le 15 janvier. Il avait eut la confirmation de sa participation il y avait quelques jours par mail et aujourd’hui il allait au Centre Culturel de Lansat pour rencontrer son modèle et recevoir le thème. Il avait étrangement hâte.

Il avait fait attention à sa tenue, il avait choisit un pantalon marron droit, un pull marine qui laissait le col de sa chemise blanche apparent. Il avait même prit ses lunettes, espérant qu’elles lui donnent un air sérieux et professionnel. Parce que bien évidement, il stressait. Beaucoup. Énormément. Et si jamais il ne s’entendait pas avec son modèle ? Et si le thème ne l’inspirait ? Et s’il ratait tout ? Et s’il finissait pas dans les temps ? Nerveux comme jamais, Sirius passa le trajet de bus à tapoter son accoudoir au plus grand malheur d’Adara que le bruit régulier agaça très vite mais son dresseur fut bien incapable d’arrêter.

Arrivé dans le centre culturel avec presque une heure d’avance, il montra son carton d’invitation et s’installa dans la salle réservée à l’événement. Il n’avait laissée que sa starter à l’extérieur et la jambe droite remontée contre lui, il observa les jeunes femmes et jeunes hommes qui entraient peu à peu dans la salle. Toutes ces personnes étaient ses concurrents et seulement l’une d’entre elles seraient son alliée. Il avait terriblement peur et il s’enfonça un peu plus dans son siège, en proie au doute. Faisait-il bien de se lancer dans ce concours ?

C’est avec presque un quart d’heure de retard que l’organisateur se présenta devant eux. En costume trois pièces et avec une coupe de cheveux totalement improbable, il s’avança sur scène et l’aide d’un diaporama et de grands gestes, il posa les bases du concours.

- Bienvenue, bienvenue ! Désolé pour le léger retard, un problème de … breeeef. Je suis Auguste Loyal et je serais le présentateur de ce concours un peu particulier. Nos juges ne peuvent pas être ici et vous aurez donc une totale surprise le jour j pour éviter toute corruption ! Passons au sujet principal ! Ce concours est un peu particulier car il va se dérouler sur toute le mois de décembre. Nous sommes le 15 décembre et vous aurez jusqu’au 15 janvier pour créer une tenue, l’accessoiriser et faire la mise en beauté de vos modèles. Le tout sur le thème des fêtes de fin d’année. Vous êtes totalement libre d’interpréter le thème comme vous le sentez. Nous allons maintenant procéder aux mises en binôme par tirage au sort.

Sirius, un petit carnet à la main finit de noter les dernières informations juste à temps pour le début du tirage au sort. Déjà, il avait quelques idées mais il voulais rencontrer son modèle avant de prendre la moindre décision. Il fallait quelque chose qui aille avec la personnalité de la personne avec qui il serait, il n’allait pas faire une robe longue pour un garçon manqué ou autre. Non, il lui fallait son modèle, il fallait en discuter … Anxieux jusqu’à l’entente de son nom, Sirius se leva d’un bond et se dirigea d’un pas presque mécanique vers la grande rousse qui se tenait devant la sortie comme les autres duo avant eux.

Mais, il la connaissait non ? Ilea ! Mais oui ! C’était la fille qu’il avait croisé à son arrivée à la soirée d’Halloween. Une grosse partie de son stress envolée, il s’avança beaucoup plus fluidement vers elle avant de tendre sa main et de s’exclamer :

- Ilea ! Je sais pas si tu te souviens de moi, Sirius Powell, je suis un élève de la Pokemon Community et on s’était croisé à Halloween.

Il eut un léger rire et passa un main derrière sa nuque en un geste nerveux.

- Je suis ton styliste aussi du coup, il commence à faire tard donc je vais pas vraiment pouvoir rester en discuter avec toi ce soir, le couvre feu et tout … Mais je te laisse mon numéro et comme ça on planifie une rencontre ? Je sais pas trop où on pourrait se retrouver … il y aurait bien ma Costumerie à PC mais je suis pas sur d’avoir le droit … ça te gênerais si on va chez toi ?

En un petit quart d’heure et un café, les détails étaient réglés. Ils avaient rendez-vous dans l’appartement de la jeune fille deux jours plus tard pour discuter du design de la tenue et de la direction qu’ils voulaient prendre pour ce concours. Sirius insista vraiment sur le fait qu’il voulait un travail d’équipe. Il voulait faire quelque chose qui plairait à Ilea. Quelque chose qu’elle garderait et qu’elle prendrait plaisir à reporter.

Il raccompagna la jeune fille jusqu’à un croisement et se pressa pour prendre le dernier bus. Il adressa un dernier signe de la main à la jeune fille. Il était vraiment content. Il n’aurait pas put rêver mieux. Il connaissait déjà son modèle, elle était jolie, élégante et il s’entendait bien avec elle. Quoi de plus parfait ?

★★★★★

Deux jours plus tard, c’est un Sirius en pleine forme et armé d’échantillon de tissu, de carnets, de crayons et de beaucoup d’imagination qui sonna à la porte du petit appartement de l’adulte. Il lança un grand sourire à Ilea quand elle lui ouvrit et entra poliment à sa suite.


- Bonjour Ilea ! Merci encore de nous fournir le lieu de travail … Prête à réfléchir ? J’ai déjà quelques idées, tu me diras ce que tu en penses ok ?  


_________________
sirius
liens
atelier
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 811
Points d'Expériences : 650
Adulte Éducatrice Expérimentée
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Jeu 22 Déc - 22:44







I will

Ilea Alezar

Sirius Powell

musique

Ilea était assise dans son fauteuil rouge, situé à peu près au milieu de cette grande salle. On dirait plus une pièce pour faire des discours ou ce genre de chose. Pourtant, c’est bien dans le centre culturel qu’elle se trouve. Les jambes croisées, le regard perdu dans la foule, elle attend que l’organisateur de tout ceci veuille bien se montrer. Il a déjà du retard, et attendre comme ça ne lui faisait pas bien plaisir. Heureusement qu’Edelyne était sur ses genoux, l’aidant ainsi à concentrer son attention sur autre chose. Ses doigts fins glissaient dans la fourrure de la petite Evoli, lui permettant d’esquisser un léger sourire. Mais bon sang qu’est ce qu’elle faisait là ?

Comment ça vous ne comprenez rien ? Il faut peut-être que je débute l’histoire plus tôt, vous comprendrez sans doute mieux pourquoi la jeune femme se retrouve ce soir dans le centre culturel. C’était il y a 5 jours à peu près. La jeune femme s’était rendue au centre commercial, pour faire quelques courses. Habituellement, elle se rendait dans l’épicerie juste à côté de chez elle, mais ce jour-là la rousse avait besoin de quelques ingrédients plus précis, que le commerçant du quartier ne possédait pas. Ilea s’apprêtait donc à quitter le centre quand elle s’est fait arrêter par un jeune homme, à peine plus vieux qu’elle. Il lui expliqua qu’il était à la recherche de jeune femme pour être mannequin lors d’un concours de jeune talent styliste. Au début, l’idée d’être mannequin ne lui a pas bien plus. Elle n’y connaissait rien, et s’exposer comme ça lors d’un défilé n’est pas dans ses habitudes, loin de là. Mais elle dû se résigner quand elle à découvert la somme à la clé. Evidemment qu’utiliser son image allait lui rapporter de l’argent, mais elle ne s’imaginait pas que la mise serait si élevée. On pourrait croire que la rousse n’est attirée que par l’argent. Qu’est ce qu’elle aimerait ne pas se soucier de ça. La jeune femme aurait pu ne pas avoir à se soucier de ça si ses parents n’avaient pas vérifié trop tôt les retraits de leur fille. Bref ne nous étalons pas là-dessus. Le recruteur ajouta même qu’elle était sublime et qu’elle ne comprenait pas pourquoi elle ne parcourait pas déjà les podiums. Ilea ne put qu’en rire. Il faut croire que le destin ne lui a pas réservé ce genre de vie.

Après ce recrutement dans le centre commercial, on lui avait donné rendez-vous au centre culturel le 15 décembre au soir. Par mail, on lui a expliqué que ce soir-là elle serait attribuée à un styliste. Il devra alors réaliser une tenue complète, comprenant maquillage et bijoux, en un mois sur un thème donné, qu’elle ne connaissait pas encore. Il y a l’air d’y avoir du boulot. Finalement la rousse était dans la position la plus facile.

Revenons au fauteuil. Lorsque le présentateur arriva enfin, il annonça le thème et commença à désigner les binômes. Les « mannequins » devaient attendre à la porte que leur styliste se présente. Quand le nom de celui de la jeune femme fut annoncé, il sonnait déjà comme familier. Sirius. L’étudiant qu’elle a croisé à Halloween. Ils se sont à peine parlé, pourtant elle a déjà l’impression d’être proche de lui. Etrange sensation. Le garçon arriva vers elle, habillé de façon très classe. Elle était surprise, c’est rare pour un garçon de son âge. Elle répondit à sa poignée de main avec un grand sourire.

Bien sûr que je me souviens de toi Sirius. Je dois dire que tu es très élégant, d’ailleurs tu me diras en quoi tu étais déguisé pour Halloween, je n’ai toujours pas compris je crois hihi.


Elle ria mais ne remarqua qu’en suite la gêne du garçon. Le mettait-elle mal à l’aise ?

En tout cas je suis contente d’être en binôme avec toi. Ah oui bien sûr le couvre-feu ! Je ne voudrais pas que tu te fasses punir parce que je t’ai retenu trop longtemps. Effectivement je ne suis pas sûre d’avoir le droit de franchir le portail de l’académie. Dans ce cas, viens chez moi il n’y a pas de soucis. Je te laisse mon numéro d’Ipok et l’adresse de toute façon.

Ils discutèrent encore quelques instants, se fixant un rendez-vous puis le jeune garçon attrapa le dernier bus du soir pour retourner à l’internat. Quant à elle, elle reprenait le chemin de son studio, le sourire aux lèvres. Tomber sur Sirius était vraiment une chance. Elle qui voulait en apprendre plus sur lui, en un mois elle devrait y arriver quand même.

***

Les deux jeunes s’étaient fixés leur rendez-vous 2 jours plus tard, chez elle en début d’après-midi. La rousse avait pris le soin de ranger son appartement et de faire quelques sablés. La discussion est toujours plus sympa avec quelques petits gâteaux. La jeune femme avait choisi de rester simple, avec une jupe noire, un collant de la même couleur, et un pull bordeaux. Elle tapait les derniers coussins quand le garçon frappa à la porte. Elle se précipita sur la porte pour lui ouvrir.

Bonjour Sirius, entre je t’en prie. Laisse-moi prendre ton manteau, je vais l’accrocher. Tu es motivée à ce que je vois. Et bien sûr que je suis prêt à réfléchir

Elle accrocha le manteau de Sirius derrière la porte et l’invita à s’assoir autour de la petite table de la pièce principale. Oui cette pièce servait de salon et de chambre. Mais bon son futon est rangé, donc la pièce reste présentable. La rousse alla chercher les quelques sablés dans la cuisine et les posa sur la table avant de s’installer à son tour.

Alors tu as déjà des idées ? Montre-moi ça. J’ai hâte de voir. Attend je vais prendre mon carnet à dessin.


Elle se tourna un instant pour attraper le fameux carnet.

Je ne suis pas une experte mais je dessine un peu, donc si tu as besoin je peux aider sur ce point-là aussi. Avec le thème donné, tu pourrais m’habiller en mère noël, mais j’ai des doutes que le jury apprécie hihi.

Rappelez-moi quel âge elle a déjà ?



©BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Sirius B. Powell
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 51
Jetons : 794
Points d'Expériences : 1465
Coordinateur Mode
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Ven 13 Jan - 0:44




I will

Vêtu de son sublime pull de Noël, qui venait de la « Boîte » que les Noctalis avaient appris à craindre, Sirius s’était installé à la table de la belle rousse. Il eut un rire franc suite à la remarque qu’elle fit. Une mère Noël ? Elle ferait une mère Noël des plus séduisantes, le garçon n’en doutait pas une seconde, mais ce qu’il avait en tête était un peu différent. Il l’observa un instant, tentant de savoir si ce qu’il voulait lui proposer lui plairait ne serait qu’un peu … Dans tous les cas, ils étaient ici pour travailler ça.

Il attrapa un sablé le dévora rapidement. Faire l’impasse sur le petit dej’ n’était vraiment pas une bonne idée … Il sortit de son sac les échantillons de tissus et son carnet à croquis remarquant avec un sourire qu’Ilea était vraiment disposée à mettre la main à la patte. C’était vraiment adorable de sa part. Il ouvrit le carnet et sortit ses lunettes qu’il posa sur son nez avec le geste de l’habitué. Il lui jeta un nouveau regard timide. C’était pas comme avec les gens de son age … Ilea était adulte, il était qu’un élève, elle devait le trouver ridicule. Il se mordilla un peu la lèvre avant d’ouvrir le carnet et commencer ses explications et ses idées.

- Alors, euuuh, comme tu peux le voir, je pense que le rouge c’est l’idéal. Quand on pense à Noël, aux fêtes de fin d’année, on pense rouge, paillettes, doré. Du coup je voulais jouer là dessus pour les couleurs et faire peut-être un peu dans l’originalité au niveau de la forme. Je sais pas vraiment si tu es à l’aise avec toutes les formes donc je voulais en parler avec toi. Tu en penses quoi toi ? Tu préfères du long, du court ? Un décolleté mis en avant ou pas trop ? Comme je t’ai dit je veux absolument faire quelque chose qui te ressemble et que tu prendras du plaisir à porter à nouveau à l’occasion … Du coup, voilà quelques idées de formes que j’ai eu …

Il pointa les différentes formes. Il avait fait un peu de tout. Sa préférée était sans conteste une robe longue à bustier dont la jupe bouffante était toute l’originalité. Il la pointa du doigt. Il ajouta quelques détails sur le bustier faisant remonter une ligne de plume sur le bustier. Un léger dégradé accentuait l’impression qu’offrait la robe.

- Tu vois, par exemple celle là, je l’aime beaucoup mais je suis pas sur qu’elle respecte suffisamment le thème. Même si on l’imagine en rouge, elle ne fait pas immédiatement penser aux fêtes. Je sais pas trop comment partir en fait. J’ai pleins d’idée mais tant que je ne saurais pas exactement ce que je veux rendre comme idée on aura du mal à avancer. Peut-être qu’on devrait commencer par là …

Il laissa un léger silence tomber avant d’attraper un autre sablé l’air boudeur. Comment faire …

- Dis Ilea ? Pour toi, c’est quoi Noël ? Pour toi c’est quoi les fêtes de fin d’année ? On est sensé faire passer quelle émotion au public ?

Il ramena ses genoux vers lui et posa sa teinte dessus, pensif. C’était quoi Noël pour lui ? Quand il était petit, c’était synonyme de joie et de retrouvaille avec toute sa famille, grand-mère, parents, frère, oncle, tante, cousins. C’était génial, il passait toutes les vacances avec eux et ils s’amusaient toujours beaucoup. Son père travaillait toujours moins à ce moment là et il prenait le temps de le prendre en solitaire pour l’amener voir les étoiles. Juste tous les deux. Noël c’était alors des moments de partage rare et précieux. Des moments qu’il attendait toute l’année.

Puis, son frère était partit et tout avait changé. Noël joyeux s’était transformé en Noël étrange. En Noël malaise. En Noël murmure. En Noël en haute société. Le matin autour du sapin s’était transformé en cadeau donné en main propre lors d’une soirée ridiculement pompeuse. Ridicule. Sirius se mordilla la lèvre. Noël n’avait plus vraiment de signification au fond pour lui. Il adorait pourtant cette période de l’année. Il adorait décorer le dortoir Noctali, sa chambre et sa Costumerie, il adorait porter ses pulls de Noël, il adorait devoir faire attention au gui, il adorait les traditions, il adorait la neige. Il adorait Noël, mais il arrivait pas à savoir pourquoi … C’était un peu triste.

Il laissa sa main crayonner aléatoirement sur son carnet, un peu ailleurs. Il espérait qu’Ilea allait lui donner une véritable bonne idée et apaiser un peu les questions qui se bousculaient dans sa petite tête.

★★★★★

Sirius courrait aussi vite qu’il pouvait. Quatre jours auparavant, ils avaient déterminé le modèle général de la robe et Sirius avait prit les mesures de la demoiselle aux mèches rouges. Il était très content du résultat. Alors pourquoi courait-il comme un dératé vers l’appartement de la rouquine ? C’était très simple. Il avait eut une idée de génie et avait absolument besoin de sa confirmation. Et surtout, mais ça, il ne le dirait pas, il se sentait faiblir ces derniers temps. Depuis qu’il vivait seul, son colocataire devenu préfet et le quittant pour la chambre du poste, il n’avait plus de garde-fou. Personne pour lui dire que « putain Sirius éteins la lumière, j’veux dormir et va dormir. ». Il était tout seul pour la première fois depuis un an et demi et ça lui faisait mal. Véritablement et sincèrement mal. Il savait pas comment le prendre. Il voulait pas retrouver cette chambre trop vide et trop rangée, il voulait le bordel de son coloc et ses idées loufoques. Il passait du coup beaucoup de temps dehors, les entraînements s’allongeaient et la difficulté augmentait. Il était dur et s’estimait juste. Il visait juste les étoiles après tout. Il était obligé de les faire travailler (et lui même de travailler) aussi dur. C’était normal. Arrivé devant l’immeuble d’Ilea, il s’immobilisa. Et il allait lui dire quoi ? Je pensais que tes boucles d’oreilles pouvaient être ça ? Sérieux Sirius ? Tu penses être qui ?

Comment oses-tu penser à la déranger ainsi ? Elle doit avoir des millions de choses à faire. C’est une adulte, elle a pas tant de temps que ça pour toi. Il lui dirait dans quelques jours, lors de leur prochain rendez-vous. Il fit demi-tour et rentra dans la grande chambre tellement vide.


★★★★★

Il fixait Ilea avec attention. Il était curieux à propos d’elle. Qu’est ce qui avait put la motiver à venir à Lansat ? Qu’est ce qui faisait qu’elle était seule à l’approche des fêtes ? Qu’allait-elle faire pour Noël et le Nouvel An ? Serait-elle toute seule ? Avait-elle une famille ? Un petit-ami ? Il voulait apprendre à connaître cette fille qui semblait lui ressembler par tant d’aspect. Et surtout, il voulait faire une robe à sa hauteur, un croquis qui lui vendrait du rêve. Il voulait l’impressionner, impressionner le monde, trouver véritablement sa voie. Celle qui le faisait vibrer du bout des orteils à la pointe de ses cheveux. Il esquissa un petit sourire, elle était bizarre sa question, mais ça paraissait important à Sirius.

Réaliser qu’il ne savait plus ce qu’était véritablement Noël pour lui, ça lui brisait un peu le cœur et il voulait savoir si la réponse d’Ilea lui permettrait de redonner un peu de vie à la sienne.


_________________
sirius
liens
atelier
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 811
Points d'Expériences : 650
Adulte Éducatrice Expérimentée
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Mar 7 Fév - 12:31







I will

Ilea Alezar

Sirius Powell

musique

La présence du garçon dans sa maison lui faisait beaucoup de bien. La rousse n’était plus seule, et rien que ça lui donnait déjà le sourire. Il y a tout de même son voisin Toma qui passe chez elle pour prendre de ses nouvelles, et inversement. Mais c’est tout. La plus part du temps, il n’y a que ses propres pas qui résonnent dans la pièce. La jeune femme a toujours ses pokemons avec elle, ce qui fait qu’elle n’est jamais vraiment seule. Mais la présence des pokemons restent différentes de celle des humains. Ce n’est pas la même chaleur. Même si elle avait encore du mal à s’exprimer correctement avec des adultes, elle préfère largement être avec eux que seule.

Sirius lui expose petit à petit ses différentes idées accompagnées de tissus ou dessins. Pour son jeune âge, il fait très professionnel, une qualité très impressionnante. Il a l’air d’être très soucieux du détail et veut vraiment faire plaisir à Ilea. Il lui demande si ça lui convient, si elle préfère porter ça ou ça, mais pour l’instant la jeune femme se contente d’écouter. Sirius a l’air d’avoir pleins de choses à dire alors autant ne pas le couper. Cependant, il semble parfois peu confiant en ses idées, s’interroge, bute. Mais ces interrogations sont légitimes, et Ilea se doit de l’aider. Même si c’est lui le couturier, il a bien le droit à un coup de pouce.

Je suis d’accord avec toi pour le rouge, j’aime beaucoup le rouge. Et puis mes cheveux seront assortis hihi. Sinon pour la forme, ce que tu as tracé me convient parfaitement. Après si tu as envie d’essayer quelque chose ou je ne sais quoi tu peux aussi. Tant que tu ne me fais pas défiler en maillot de bain sur le podium ça me va. Effectivement la tenue ne fait pas tout de suite penser à Noël. Tu pourrais peut-être envisager des paillettes argentées, ou quelque chose dans ces couleurs. Après si on veut être originaux on peut aller plus loin.

La rousse pointa de l’index les motifs sur le pull de l’ado.

Ce sont les motifs de Noel, et si tu arrivais à les intégrer à la robe, je suis sûre que tu te démarquerais immédiatement du lot.

Le brun continua d’annoter des choses dans son carnet, pendant que la rousse s’amusait avec les différents morceaux de tissus. Elle les regardait, les touchait, tentant de comprendre leur texture, l’effet rendu visuellement et sur la peau aussi. Tant de questions qu’elle ne s’était jamais posée avant mais qui au contact de cet étudiant lui devienne naturelle. Qu’est-ce qu’elle regrettait de ne pas avoir eu plus de contact avec les autres pendant son enfance. Toutes ces interrogations qu’un enfant se pose vers ses 13 ans, elle ne se les posait que maintenant, à 20 ans. Et puis, toujours concentrée sur les tissus, elle perçut une question de la part du jeune homme, et sans trop réfléchir elle donna une réponse.

Quelle réponse veux-tu Sirius ? Quelle vision veux-tu ? La mienne ou celle des films ?

Ilea redressa la tête brusquement. Qu’est ce qui lui a pris de dire ça ? Le jeune homme a besoin d’aide pour son concours, pas que tu lui poses des colles philosophiques pour te décharger de tes propres tristesses. Agitant les mains dans tous les sens assez gênée, la rousse tenta tant bien de mal de se reprendre, en donnant la réponse la plus appropriée.

Oublie ce que j’ai dit c’était idiot de ma part. Noel, c’est le partage, la chaleur, la famille, la joie et surtout, le bonheur d’être prêt de ceux qu’on aime…


**

La jeune femme était assise à côté de sa table, en train de ficher ses différents bouquins. Il lui fallait des résumés efficaces pour mieux réviser ses examens. Elle est en bonne voie c’est sûre, mais il est hors de questions de se relâcher, au risque de mettre en péril. Elle ne pouvait pas se le permettre. Si elle n’obtient pas rapidement le diplôme, son avenir sur cette île risque d’être fort menacé. Elle ne pourra pas indéfiniment enchainer les petits boulots. Et l’idée de se retrouver à la rue lui donnait des frissons partout. Oublie ça ma belle et concentre toi sur ce chapitre de ton manuel. Mais à cet instant, son stylo lui échappa des mains et elle fixa la porte de son chez elle. C’est curieux, elle aurait juré que Sirius était là, juste derrière la porte. Un peu déçue que son sixième sens est échoué, elle récupéra le crayon pour continuer son boulot.

**

Sirius est revenu une autre fois chez elle, vers le 20 décembre pour continuer de parler du modèle de la robe. Cette fois-là, ils se sont décidés pour le croquis de Sirius qui convenait parfaitement à la jeune femme. Elégant, et parfaitement dans le thème, toutes les chances sont de son côté pour qu’il réussisse. Il n’y a pas de raison de toute façon. Ilea est en revanche encore un peu frustrée. Elle aimerait bien en apprendre plus sur le garçon. Ce sentiment la première fois qu’elle l’avait vu pendant la fête d’Halloween, cette impression qu’elle et lui était semblable. Elle voulait explorer ce sentiment et comprendre réellement le garçon. Elle est persuadée qu’il y a bien quelque chose qui les unis. Mais quoi ? Cela reste encore un mystère.

Après il y a eu les fêtes de Noel, les deux jeunes ont décidé de s’accorder une trêve, pour profiter pleinement de la fin d’année et du repos qui allait avec. Pour Ilea, cela ne changeait pas grand-chose, elle allait continuer à travailler, sauf peut-être le jour de Noël, par principe. Mais pour le garçon c’est surement différent. Il va fêter Noel avec ses camarades dans une grande fête. Il y aura aussi le jour de l’an ou il pourra s’amuser. Ilea aussi en avait profité même si elle préfère toute fois éviter de trop s’en souvenir, encore un peu honteuse de la tournure qu’on prit les événements.

Aujourd’hui, nous étions le 3 janvier, et Sirius doit revenir leavoir pour s’occuper des accessoires si elle a bien compris. Ilea était tout excitée à l’idée de reprendre les nouvelles du garçon. La jeune femme espère qu’il voudra bien lui raconter comment ce sont passés les fêtes à l’académie. Il faut dire que la rousse est extrêmement cureuse de savoir comment ils ont fait la fête avec autant de jeune. Ca doit être extraordinaire comme façon de célébrer les fêtes.

On toqua à la porte. Joyeuse, Ilea sauta de son coussin pour aller ouvrir au garçon. Elle n’attend de la visite de personne d’autre de toute façon. Malheureusement, son enthousiasme retomba bien vite quand elle découvrit Sirius sur le palier. Le brun était en béquille, et le teint un peu pâle. Inquiète, la rousse s’empressa d’essayer de comprendre.

Sirius, qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? Tu aurais dû me dire que tu avais des béquilles, je serais venu t’aider en bas des escaliers. Sirius ?

Le garçon avait le regard vide, perdu, comme s’il n’était plus avec nous. Et puis, Sirius fit un drôle de pas, comme s’il perdait l’équilibre. Il vient alors s’accrocher eux épaules de la rousse, comme s’il cherchait un soutien. Il paraissait fatigué, à deux doigts de s’écrouler. La rousse sentit son cœur s’emballer, pourtant elle fit mine de rien, pour ne pas l’inquiéter plus que déjà fait. Elle essaya même de se montrer rassurante. C’est elle l’adulte ici.

Sirius, qu’est-ce que tu as ?

***

Il a fallu à la jeune femme quelques instants pour installer le garçon contre le mur, assis sur un oreiller. A le regarder de plus près, on voit bien que quelque chose ne va pas. En plus de sa jambe dans le plâtre, son visage trahissait presque tout. Une fatigue telle qu’elle venait à perturber l’équilibre de son propre corps. Le visage inquiet, le rousse s’assit devant lui, Edelyne a côté d’elle, et s’adressa au jeune homme très sérieusement.

Sirius, j’ai besoin de que tu m’expliques. Qu’est-ce que tu es en train de faire ? Tu as l’air extrêmement fatigué, une fatigue qu’un adolescent de ton âge ne devrait pas connaitre. Je ne te juge pas, j’ai juste besoin de comprendre pourquoi, qu’est-ce que tu cherches à faire ?




©BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Sirius B. Powell
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 51
Jetons : 794
Points d'Expériences : 1465
Coordinateur Mode
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Mer 8 Fév - 22:14




I will

Presque roulé en boule comme un enfant, Sirius observait son modèle. Elle était vraiment jolie, avec sa taille fine, ses longs cheveux de feu et ses yeux si perçants. Elle était vraiment jolie. Et elle était adorable en plus de ça. Et elle cuisinait bien. Il croquant un nouveau gâteau en attendant la réponse de la demoiselle. Elle ne le fit pas attendre bien longtemps puisque la réponse fusa presque immédiatement. Et elle sonna tellement juste que la bouche du garçon s’ouvrit légèrement. Qu’est ce qu’il cherchait exactement. Il baissa le regard, les mots qu’Ilea prononça ensuite sonnant terriblement faux après ça.

Qu’est ce qu’il cherchait avec cette question ? Il était égoïste encore une fois. Sous le couvert de vouloir la connaître mieux il se permettait tout. Il se mentait à lui même. Il appréciait Ilea et avait sincèrement envie de la connaître aussi bien que possible mais cette question, entre toutes, c’était pour lui qu’il l’avait posée. C’était parce qu’il avait envie qu’on s’intéresse à lui. Il voulait raconter à quel point Noël c’était vide maintenant et qu’il comprenait plus trop. Il voulait qu’on lui caresse la tête et qu’on lui dise « ne t’en fait pas, Sirius, tout ira bien. » Parce que tout n’allait pas bien et qu’il avait terriblement besoin d’un peu de tendresse. Il frissonna et passa une main sur sa nuque.

« Tu as raison. Merci Ilea. »

C’est vide de sens au final. Ça ne veut rien dire. C’est comme tomber en arrière et ne pas savoir si quelqu’un sera là pour te redresser. Il sourit et se pencha à nouveau sur le croquis.

★★★★★

Le 20 décembre serait le dernier rendez-vous de l’année. Ça c’était plutôt bien passé. Ils s’étaient mit d’accord pour une longue robe rouge dans un tissu épais et flottant avec un bustier surmonté de petites étoiles dorées ou argent et d’une large ceinture décorée d’un motif de Noël. Il ne leur resterait plus qu’à déterminer les accessoires, la coiffure, les chaussures et le maquillage. La séance se termina sur la prise des mesures de la jeune femme pour que Sirius puisse commencer à la confection de la robe. Des vacances oui, mais ça n’allait clairement pas empêcher le garçon de travailler et d’avancer. Ils n’avaient pas tant de temps que ça et il ne pouvait pas se permettre de trop traînailler pour les fêtes de fin d’année. En plus quoi ? Il allait les passer à Lansat. De ce qu’il avait entendu, son dortoir préparait une veillée de Noël et il verrait pour faire un truc avec Alex pour le nouvel an si l’académie ne préparait rien. Il soupira vaguement.

★★★★★

C’était comme si le monde s’était écroulé. Il avait l’impression que le monde s’était écroulé. Des pièces de lui vaguement recollés par les mots de ses amis. Le poids du plâtre sur sa jambe n’était que le pâle reflet de celui qu’il avait sur le cœur. Pourtant, il était là. Pâle comme la neige qui maculait l’île, la robe d’un rouge flamboyant entre les mains. Ça lui faisait presque mal de la regarder. Ça lui rappelait que trop bien un autre rouge. Il déglutit en baissant la tête. Il était venu à dos de Cerfrousse et s’était débrouillé pour monter ici à l’aide de sa Neitram. Il reprit son souffle avant de sonner à la porte de la grande rousse.

Les mots d’Ilea. L’attention qu’elle lui offrait. La douceur de son regard. La tendresse de ses gestes. Il craqua. Ilea c’était comme une pommade. Elle le soignait de sa douceur. C’était comme une grande sœur. Il pouvait craquer devant elle là où il ne le pouvait pas à l’académie. Il devait être fort là bas. À la Pokemon Community, Sirius c’était un Soleil, un mec fort. Ici, Sirius c’était un gamin paumé qui avait besoin d’aide. Alors il craqua et comme un gosse cherche les bras de sa mère, il attrapa la manche de la rouquine. À l’aide. Il hurle sans un mot. Il voulait lui répondre. Effacer sa faiblesse pourtant tellement visible, sourire et lui dire que ça va. Elle n’a pas à s’en faire. Mais ça serait le mensonge de trop. Il n’y arrive plus. Il n’arrive plus à mentir. Alors il s’accroche, hoquette, mais n’arrive pas à prononcer un seul mot.

Il laisse Ilea le guider et il sent le regard triste et désœuvrée d’Adara sur son dos. Le voilà le grand Sirius Bêta Powell, le dresseur incapable. Ilea prend soin de lui et le dépose contre un mur installé contre un coussin. Il sent les larmes sur ses joues avant qu’il ne réalise qu’il pleure vraiment. Et il cède, et il entend Ilea mais il peut pas répondre et il ramène sa jambe valide contre lui et il laisse s’évacuer tout ce qu’il garde en lui depuis trop longtemps. Sa main droite s’est accroché au pull d’Ilea. Reste avec moi s’il te plaît. Le fait qu’elle le voit dans le pire état de faiblesse qu’il n’est jamais traversé ne le dérange plus. C’est Ilea. Depuis qu’il l’a rencontré dans ce parc quelques mois plus tôt il savait qu’ils se ressemblaient. Il ne faisait pas confiance facilement mais cette fille savait lire entre ses lignes et avait capturé sa confiance avant qu’il ne se referme. Alors aujourd’hui c’était dans ses bras, dans son appartement qu’il craquait.

Sirius qui pleurait c’était l’inverse de ce que Sirius pouvait être. Bien loin l’extravagant garçon. Bienvenue au gamin brisé, recroquevillé sur lui même. Sans un bruit, les sanglots de Sirius sont silencieux. Il ne veut pas qu’on le voit dans cet état, on a pas le droit de l’entendre. Il doit être le plus silencieux. Il a toujours pensé comme ça petit. C’est resté. Et aujourd’hui, quand il pleure, c’est silencieusement. Comme s’il avait honte des larmes qui roulent sur ses joues. Et c’est peut-être bien ça au final.  

Lentement, la crise de larmes se calme. Lentement, il se détache d’Ilea. Il inspire. Une fois. Deux fois. Lentement, il reprend le contrôle. Ça va mieux. Il se sent incroyable mieux. Il essuie ses larmes du dos de sa main avant de lever le regard vers la rouquine qui la soutenue. Il déglutit. Il lui doit des explications et peut-être même qu’il a envie de se confier. Et il ne pourrait pas rêver meilleure confidente. Comme un petit garçon, il se love à moitié contre le mur, à moitié contre elle.

« Merci Ilea. Je … Je crois que j’avais besoin d’évacuer. Je … Je suis désolé. J’ai … Les fêtes ont pas été très réjouissantes. Comme tu le sais déjà, c’est pas la joie avec mes parents du coup je suis rester à Lansat. Ils l’ont pas vraiment bien prit. Ça fait un an et demi que je suis partit Ilea. Ils arrêteront quand Ilea ? Pourquoi ils peuvent pas me laisser en paix ? Pourquoi Reg’ peut et pas moi ? Il a quoi de plus ! J’ai toujours fait comme ils voulaient, j’ai toujours été le plus parfait possible mais c’était jamais assez. JAMAIS. J’en peux plus Ilea. Je l’entend parfois. Sirius, regarde toi, t’es pas assez parfait. Pas assez prêt. Pas assez bon. C’est trop dur Ilea d’être parfait. J’y arrive pas. Je suis qu’un raté. Je blesse les autres et quand ça suffit pas je me blesse moi même. Je l’ai poussée à bout Ilea, c’est à cause de moi qu’elle est l’hôpital ma Soleil. Et tu aurais vu le regard de Calua, je l’ai déçue, je voulais pas ça moi ! Je voulais juste oublier, oublier à quel point ça me fait mal de sourire alors que ça va pas ! Je voulais juste oublier que Soleil pourra peut-être plus jamais voler comme avant ! On avait des projets et on pouvait les réaliser mais j’ai tout gâché Ilea … je gâche toujours tout de toute façon. Je suis qu'une fade copie de l’original. Même Mère le dit. Je suis désolé Ilea. Tellement désolé. »

Il souffla. Le voilà qui avait recommencé à pleurer. Sans sanglots cette fois si, juste l’eau salée sur ses joues. Il en avait juste marre. Juste marre de n’arriver à rien. Il posa sa tête sur l’épaule de la rouquine.

« Désolé Ilea, je veux pas t’embêter avec ça … Je … »

Il ment. Évidement qu’il mentait. Il voulait son confort. Il voulait avoir quelqu’un devant qu’il pouvait laisser tomber le masque. Il voulait arrêter d’avoir peur.

★★★★★

« Hey Ilea ! Regarde ce que j’ai lààààà ! »

Le garçon déboula en trombe dans l’appartement de la jeune fille. Il déposa sur la table la robe enfin totalement terminée. Ça lui avait prit une petite semaine après qu’il est craqué chez la rouquine. Mais elle était maintenant parfaitement terminée et il ne lui manquait plus que de terminer les accessoires qu’ils avaient fixés ensemble. Des boucles d’oreilles en forme de perle assez discrètes mais imposantes pour qu’elles se démarquent sur l’imposante chevelure d’Ilea. Ils avaient décidé de ne pas ajouter de collier et de se contenter d’une manchette légère en dentelle d’argent qui lui prendrait facilement le reste du temps. Une fine pochette argentée terminerait le look. Il allait juste prévoir une séance de test pour la coiffure et le maquillage avant le jour j pour vérifier qu’il pouvait tout faire.

Sirius sourit franchement à la jeune femme quand elle commente la tenue terminée. Il est fier. Il est fier de la tenue mais surtout du sourire qu’il peut afficher aujourd’hui et qui est terriblement sincère. Et ça fait du bien. Se lâcher lui a fait un bien fou et quand elle a le dos tourné, il lui murmure un merci. Pour tout ce qu’elle a fait pour lui. Pour l’élan de courage à Halloween, pour les sourires, pour les gentilles attentions, pour le soutien qu’elle lui propose. En moins d’un mois, Ilea s’est imposé dans son cœur plus sûrement que son propre grand frère en seize ans. Le sourire se fade un peu quand il pense à Reg’ mais bien vite, il redevient lumineux.

« Essaie laaa ! Formellement c’est parce que je veux voir s’il y a des retouches à faire, informellement c’est juste pour te voir dedans ! »

Elle était faite pour Ilea cette robe. Il avait tout fait en pensant à elle. Le moindre point avait été fait en pensant à la jolie rousse. C’était comme ça Sirius. Tout ou rien. Quand il aimait c’était passionnément. Même quand cet amour était totalement platonique. Il sourit. Il sourit et il vit. C’est grâce à Ilea. Alors encore une fois, quand elle va se changer dans une autre pièce, il la remercie parce qu’au fond, c’est un timide Sirius, surtout pour ce genre de chose, et il ose pas lui dire en face mais un jour, il sait qu’il osera lever les yeux vers elle et qu’il pourra la remercier autant qu’il le voudra. Parce qu’il ne va pas la lâcher de sitôt.

C’est sa grande-sœur.


_________________
sirius
liens
atelier
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 811
Points d'Expériences : 650
Adulte Éducatrice Expérimentée
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Jeu 9 Fév - 22:09







I will

Ilea Alezar

Sirius Powell

musique

Ilea était complètement paniquée. Comment cet adolescent de si bonne humeur il y a encore quelques temps a pu se retrouver dans cet état ? Le visage pâle, presque creux, des cernes immenses, et surtout la disparition de ce si joli sourire qui faisait tout le charme de Sirius. Et s’il n’y avait que ça. La rousse sent comme une vague de désespoir s’échapper de lui, comme s’il avait perdu tout espoir, qu’il était résigné. La jeune femme était elle aussi à deux doigts de craquer. Rien que de le voir comme ça lui fendait le cœur. Un garçon de son âge ne peut pas être aussi malheureux, c’est inhumain. Ça ne doit pas se passer comme ça. Elle ne laissera pas ça se passer comme ça.

Assise devant lui, Edelyne lovée contre sa cuisse, elle le fixe dans les yeux, tentant de comprendre. Ilea ne souhaite pas lui arracher les mots de la bouche. Elle n’est pas comme ça. Cependant, dans son esprit, il est hors de question que le garçon quitte l’appartement sans lui avoir dit pourquoi, mais surtout pas avant qu’elle ait pu l’aider d’une quelconque façon que ce soit. Elle voulait prendre un coussin pour s’assoir devant lui, mais le garçon la retint par la manche trop large de son pull. Soutenir son regard désespéré est trop dure pour la rousse, qui se contente simplement de fixer les grands doigts du jeune homme. Elle aimerait poser sa main sur la sienne pour lui apporter une once de chaleur. Mais elle n’y arrive pas. Elle ne sait pas comment faire. Alors, sans rien dire, elle attend que le garçon se calme.

Ses larmes coulaient, et Ilea se pinçait les lèvres pour ne pas en faire de même. La jeune femme veut garder la tête froide, il le faut. Petit à petit, il finit par se calmer. Les yeux encore humides, il détache doucement sa main de la rousse pour s’appuyer complètement sur le mur. Une fois libérée de la pauvre emprise de Sirius, elle-même s’appuya contre le mur, juste à côté de lui. Les jambes ramenées contre elle, elle choisit d’attendre patiemment que lui-même brise le silence. Ce n’est pas à elle de ne faire de toute façon. Elle a posé une question, elle en attend désormais la réponse.

Et puis, il finit enfin par s’exprimer. Tout ce qu’il portait sur le cœur, tout ce poids qui pesait sur lui, il est en train de s’en décharger. Consciencieuse malgré tout, la rousse écoute attentivement chaque détail de son histoire, de ses problèmes, de ses terribles maux. La jeune femme, dans un premier temps, confirme la première altercation qu’elle avait entendu avec ses parents le jour d’Halloween. Il y a un frère, Reg le nomme-t-il. Et comme pour elle, c’est un membre plus âgé qui est la source de départ du problème. Ce garçon est étrangement semblable à la rousse. Beaucoup trop. Et ça lui fait mal de voir cette réalité. Il parle aussi de ses blessures, pas de façon direct mais la jeune femme le comprend plutôt facilement. Il a poussé ses limites, il a voulu voir jusqu’où il pouvait aller. Mais pas comme un sportif de haut niveau. Non. Lui il voulait se faire mal, sentir cette douleur qu’il a fait éprouver à son pokemon. Comme il le dit lui-même, il voulait oublier. Juste oublier. Mais voilà, il est peut-être un peu jeune pour le comprendre, mais le monde ne marche pas comme ça. Se détruire physiquement et moralement ne nous permet par d’oublier. Bien au contraire. Le jeune homme finit par se complaindre en excuse, qui ne sont absolument pas justifiées. Du moins, pas aux yeux de la rousse. Quand il eut terminé de parler, Ilea pivota doucement vers lui et déposa ses fins doigts autour du visage de Sirius et le força à le regarder. Son regard. C’est très important. Avec ses pouces, elle essuyait tant bien que mal les larmes qui coulaient sur les joues du garçon.

Je t’en prie sèche tes larmes, c’est mon cœur que tu brises avec.


Les larmes coulaient aussi sur les joues de la rousse. Mais en silence. Comme lui. Des pleurs silencieux. Doucement, elle reprit la parole.

Sirius, mon ange, je vais te dire ce que mes parents ont fait. Mes parents étaient exactement comme les tiens. Ils attendaient beaucoup de moi. Gabriel et Pina gèrent l’un des plus grands hôpitaux de la région de la Sinnoh. C’est une affaire de famille. Les enfants prennent la relève et ainsi de suite sur plusieurs générations. Alors avec ma sœur aînée, nous étions destinées à reprendre les rênes. Wacila, ma sœur, est une génie, une surdouée faite pour la médecine. Mais moi, tout ça, ce monde, je ne l’aime pas, je ne le supporte pas. Je n’y arrivais pas, je n’étais pas faite pour ça. Mais moi, au contraire de toi, il m’a fallu 20 ans pour leur dire. 20 ans pour enfin leur dire non. Et quand j’ai dit non, je suis partie de chez moi. J’ai quitté cette maison qui m’étouffait. Je savais qu’ils allaient être en colère, déçue que je n’aie pas réussi à être la fille de leur rêve. Ne pas avoir réussi à être comme Wacila a été pendant très longtemps le plus grand de mes échecs. Mais je n’avais pas imaginé que…que…

Les larmes continuaient de plus belles. Les affirmations de ces récents jours n’ont toujours pas été digérées. Elles étaient trop dures à avaler pour Ilea. Trop dure.

Il y a 4 jours…j’ai appris que mes parents avaient fait disparaitre toute trace de mon existence chez moi. J’ai disparu. Tout ce que j’avais construit, tout ce qui faisait que j’existais avait disparu. Ils ont décidé que je n’étais plus leur fille, que je ne l’avais jamais été. Et ça, c’est la plus dure des choses, je te l’assure…Alors même si tes parents sont durs avec toi, et que je ne cautionne pas ce qu’ils t’imposent, pour eux tu es encore leur fils…et je suis persuadée qu’on jour, tu réussiras à leur faire comprendre que même si tu ne fais pas tout ce qu’ils veulent, tu es quand même un superbe enfant. Moi je n’ai pas réussi…mais je suis sûre que toi tu pourras…

La rousse n’avait peut-être jamais autant pleuré de sa vie. Revenue tout contre le garçon, lovés l’un contre l’autre, chacun y allait de sa personne pour se repentir en excuse. Je pense qu’autant l’un que l’autre ils en ont besoin, vraiment.

Moi aussi je t’embête Sirius, alors s’il te plait ne t’excuse plus…

***

Sirius ! Je suis tellement contente de te voir ! Montre-moi ça vite je n’en peux plus d’attendre !

Le garçon lui montra alors la fameuse robe qu’elle portera pour le jour J, le jour où elle défilera pour montrer tout le travail du jeune couturier au jury. Elle est magnifique et rien que l’idée de porter une si belle pièce met déjà mal à l’aise la jeune femme. C’est un si grand honneur, elle n’est pas sûre de le mériter. Mais ce qui fait surtout très plaisir à la rousse, c’est le superbe sourire sur le visage de Sirius. On est bien loin des deux déprimés de la semaine dernière. Ils ont retrouvées leur joie de vivre et leurs sourires, et c’est finalement le plus importante. En train de dévorer la robe des yeux, elle rit au petit commentaire de Sirius et lui répond sur le tas.

Tu es direct comme garçon. Oui je vais l’essayer tout de suite pour te faire plaisir mais fais attention, si tu manques de tact tu pourrais faire peur aux filles de ta classe. Enfin je dis ça mais tu as peut être déjà une petite amie, ou même un petit ami je n’en sais rien moi.

Ilea récupéra tous les accessoires et la robe avant de se planquer dans la salle de bain. Regardant rapidement son visage pour enlever ses boucles d’oreille couleur jade, elle parle en même temps à l’ado à travers la porte.

Sirius, si tu veux des gâteaux il y en a au-dessus de la cuisinière dans la même boîte que d’habitude !

La jeune femme enfila ensuite la robe et l’ajusta à son corps. Elle en reste bouche bée, elle est vraiment magnifique. Tout est parfait, merveilleux, incroyable. Elle enfila les boucles d’oreilles et la manchette en test puis s’attaqua à ses cheveux. Le garçon propose un chignon bas. Ilea n’a pas du tout l’habitude de s’attacher les cheveux de cette façon. Septique, elle le fit tout de même, pour respecter toutes leurs heures de travail. Elle ouvra doucement la porte, gênée du regard que le garçon allait porter sur elle. Elle finit quand même par quitter la pièce, rouge comme une pivoine.

Tu ne penses pas que c’est un peu trop classe pour moi ? C’est vrai je suis une fille parfaitement banale, je ne mérite peut-être pas une robe comme celle-ci. Je ne suis pas un vrai mannequin en plus alors peut être que des choses ne vont pas…


Elle n’eut pas le temps de réfléchir à d’autres de ces interrogations que de bruits de craquement se sont rependus dans la pièce principale. Ce bruit, il vient de l’œuf qu’elle garde précieusement depuis 2 mois. Elle se rue à côté de lui, juste à temps pour le coir complètement se fendre, dévoilant une bébé Evoli. Des étoiles pleins les yeux, elle se saisit du pokemon entre ses bras pour le bercer et se tourne vers le jeune homme.

Tu as vu, c’est une Evoli ! Elle est adorable ! C’est la première fois que j’assiste à la naissance d’un pokemon. C’est tellement mignon un bébé pokemon, et puis ça fera une camarade de son espèce à Edelyne. D’ailleurs…

Hésitant un instant, elle choisit tout de même de poursuivre. Après tout, c’est son petit frère de cœur maintenant.

Sirius, j’aimerais que ce soit toi qui lui choisisses un prénom. Tu veux bien faire ça pour moi s’il te plait ?

HRP:
 



©BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Sirius B. Powell
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 51
Jetons : 794
Points d'Expériences : 1465
Coordinateur Mode
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Mer 15 Mar - 20:01




I will

(past)
Quand Sirius était petit et qu’il allait mal, il allait toujours se réfugier sur les genoux de son père. Il n’avait aucune honte à reconnaître qu’il était un fils à papa bien trop gâté par la vie. Il ne comptait plus le nombre de fois où il s’était enfuit de la maison où Reg et Mère étaient trop complice. Il ne comptait plus le nombre de fois où son père l’avait attrapé et le nombre de fois où il avait suivit des yeux les difficiles calculs que faisaient son père. Il se rappelait avec une précision affolante les calculs, les gémissements de frustrations, les insultes murmurées à mi-mots. Il se rappelait que son père le prenait ensuite sur ses épaules pour monter tout en haut de l’observatoire, là où le public n’avait pas le droit d’aller. Il se rappelait que chaque fois, il tombait un peu plus amoureux du ciel et des étoiles. L’amour qu’il porte à l’espace semble être quelque chose marqué dans ses gènes et il n’y a jamais rien eu d’autre qui n’a put le calmer aussi efficacement que les étoiles. Et pourtant aujourd’hui, le voilà qui craquait, non pas sous le ciel étoilé mais yeux dans les yeux avec le soleil qu’il a détruit.

C’était presque symbolique cette manière de se lâcher. Comme s’il coupait vraiment le cordon, après toute cette année de tentatives ratées, c’est sa nouvelle famille qui l’aide à saisir ce ciseau et lentement, couper les liens. Fermer les ports. S’émanciper. Ne pas se retourner. Il ne retournera à Algatia que le jour où il sera totalement fier de ce qu’il est devenu. Pas question de s’y rendre avant. Il y retournera un jour, il n’en doutait pas car il atteindra ses objectifs. Tôt ou tard. Alors il reniflait, pleurnichait et reprenait courage dans la délicatesse de sa sœur, il reprenait courage dans ses bras, dans ses mots, dans cette compréhension terrible que deux enfants ne devraient pas pouvoir trouver dans un autre gosse.

On disait souvent que l’amour que se porte une famille est indestructible. Pourtant, il en avait des exemples Sirius, de familles détruites. Il déglutissait en écoutant l’histoire d’Ilea et il la regardait dans les yeux et son courage l’effrayait et l’intriguait. Et lui, comment réagirait-il ? Comment ferait-il si demain, il apprenait qu’il n’était plus un Powell ? Que ferait-il s’il apprenait que tout ce qu’il avait tenu pour vrai pendant 16 ans n’était plus que des rêveries étranges ? S’il apprenait tout à coup que ce qu’il prenait pour acquis, ce qui était la base de sa vie, de sa personnalité, de lui, n’existait tout simplement plus ? Il resserra son étreinte sur la rousse. Il ne voulait pas y penser. Ça faisait un peu trop peur à imaginer et il était aujourd’hui un peu trop égoïste pour s’y lancer. Il se contenta d’enfouir son visage dans son épaule et de profiter de cette tendresse qu’il cherchait dans le moindre regard et dans le moindre geste. Cette tendresse que seule une sœur pouvait vous offrir, cette tendresse maternelle et féminine. Bien loin des accolades viriles des garçons, bien loin du débordement de testostérone qu’il vivait sans cesse dans son dortoir, il se complaisait dans cette délicate et tendre affection. Il reprenait des forces pour redevenir, lentement, Sirius le soleil, Sirius le sourire, Sirius. Pas ce reflet de lui même.

Alors dans sa tête il hurlait, il hurlait merci à Ilea, il lui disait tout ce qu’il pensait et pourtant pas un mot sortait de sa bouche et c’était juste ses gestes qui s’adoucissaient et son nez qui se frottait contre son épaule et ses doigts qui se serraient sur son haut et c’était le langage de Sirius c’était au-delà de ses mots et ses insultes et ses brimades et ses fiertés, quand Sirius parlait avec le corps il ne mentait plus il disait la vérité. Ses gestes étaient bien plus véritables que le reste. Les mots n’étaient qu’un moyen de mentir, il les contrôlaient. Ses yeux n’étaient que le reflet de l’émotion qu’il voulait faire passer. Ses sourires étaient bien souvent fades. Mais ses gestes, ah, ses gestes, ils ne mentaient jamais. Il ne touchait pas les gens qu’il n’appréciait pas et il manifestait son affection par des caresses plus que par des mots. On touchait Sirius avec un baiser, pas avec un « je t’aime ».

C’était juste comme ça qu’il fonctionnait.

★★★★★

(present)
Le sourire qu’affichent aujourd’hui les deux jeunes gens sont comme des miroirs du soulagement qu’ils éprouvent. Aujourd’hui, c’est comme avancer, tourner la page d’un livre. C’était une époque sombre et Sirius n’est pas assez naïf pour croire que c’est tout à fait finit. Quand il pose la tenue sur la table et qu’il s’adresse joyeusement à Ilea, il sait qu’il lui reste du chemin à parcourir. Mais ça ne lui fait plus peur. Il a une épaule, quelque part où s’échouer quand il coule. C’est rassurant de sentir la présence toute proche d’Ilea.

Elle attrape la robe tout en le taquinant légèrement. Tandis qu’une terrible rougeur monte sur les joues du garçon, la rousse s’éclipse. Le visage d’Etna s’est immédiatement imposé dans son esprit. Pourtant son sourire s’affaiblit un peu. Ça fait quelques mois qu’il ne lui a pas parlé. Parce que tous les deux, ils ont peur. Depuis Halloween, depuis que les souvenirs de leurs futur(s) se sont mêlés aux leurs, c’est perturbant. Perturbant de s’imaginer une femme que l’on aime pas, perturbant de s’imaginer lui donner des enfants et de ne pas l’aimer. Ça lui semble étrange, que lui, entre tous, n’épouse une femme qui le passionne. Au final il a bien compris. Sirius, quelque soit la dimension, n’aime qu’une seule femme et elle s’appelle Etna. C’est bien ça qui fait peur. Un amour aussi exclusif et aussi intense, quand on a 16 ans, ça fait terriblement peur. Alors ils doutent, hésitent et esquivent. C’est normal. Il rougit et hoche la tête, oubliant qu’Ilea ne peut pas le voir et baragouine une réponse gênée.

« Je … J’ai pas de copine. Ou de copain d’ailleurs. Pour ce que ça change, aha. »

Il ajoute rien et se tortille les doigts un instant avec un sourire stupide en pensant au bref contact des lèvres de lui plus vieux sur celles d’Etna plus vielle. Il secoue la tête et va attraper les biscuits. « Comme d’habitude » le sourire s’étend. C’est un peu chez lui aussi, ici. Il attrape un biscuit et le fourre tout entier dans sa bouche en s’installa à la table. Il attend patiemment que la jeune femme ressorte.

« Wow. »

C’est chose faite. Elle resplendit, un diamant brut dont il n’a fait que taillé légèrement les bords. Il s’enflamme, la bouche grande ouverte alors qu’elle tourne sur elle même pour lui faire voir le résultat de son travail. Il savait d’avance qu’elle serait sublime dans cette robe. Après tout, il l’avait faite pour elle. Mais, ça surplombait toutes ses espérances. Il agite les mains dans tous les sens. Il la coupe même dans ses paroles.

« Tutututu ! Tu es littéralement l’une des plus femmes que j’ai vu dans ma vie, et je veux être styliste, donc des belles femmes, j’en vois des centaines. Alors s’il te plaît crois moi quand je te dis que tu es magnifique. Tu es comme un diamant brut, je n’ai qu’à te polir un tout petit peu pour que de sublime tu passes à féerique. Cette robe, Ilea, est faite, littéralement, pour toi. Elle te va à la perfection. Je suis immensément flattée de t’avoir comme modèle. »

La conversation n’alla pas plus loin. Un bruit les arrête. Un bruit que Sirius reconnaît avec aisance. C’est une éclosion. Les deux jeunes gens se précipitent vers l’œuf et l’un à coté de l’autre, ils assistent à la naissance d’un nouvel être. Petite chose marron et douce, c’est un Evoli qui s’éveille à la vie sous leurs yeux. Et il porte ensuite ses yeux chocolats sur la jeune femme l’air surpris.

« Moi ? Tu … tu es sûre ? »

Elle l’est. Et lui est flatté. Il s’installe en tailleur face à la jeune femme dans sa belle robe rouge et du bébé pokemon qui le regarde avec de grands yeux innocents. Presque immédiatement, l’une de ses histoires préférées lui vient en tête. Les Sept Sœurs à jamais réunies dans les étoiles. Il caresse la peluche marron et réfléchit un instant de plus. Le nom doit être parfait et plaire à Ilea. Il s’en voudrait tellement s’il se trompait. Et l’évidence le frappe. De la constellation du taureau. Membre des Pléiades.

« Electre. Qu’est ce que tu en penses ? »

Son sourire est rayonnant. C’est vraiment la maison ici.

★★★★★

(future)
Ce sera aujourd’hui. Dans quelques heures, Ilea montera sur scène et défilera, dans la robe rouge qu’il lui a confectionné avec soin pendant ce mois et des poussières. Elle défilera, avec ses allures de modèle et sera sublime. Sirius n’en douta pas une seconde ce matin là. Elle sera resplendissante et lui, l’observera derrière les rideaux, observant cette scène qui dicte la moindre seconde de sa vie.

Elle sera sublime Ilea, quand elle descendra l’allée, ses longs cheveux rouges élégamment remontés en chignon bas. Elle sera magnifique et mettra parfaitement en valeur la robe rouge à la ceinture étoilée. Elle sera incroyable quand accrochée à son bras, ils iront récupérer le prix de la seconde place. Ce sera peut-être qu’une médaille d’argent aux yeux du monde, mais ce sera leur grande victoire à eux. Le début d’une nouvelle ère, une ère où ils ne seront plus vraiment seuls parce que quand ils regarderont à leurs cotés, il y aura cette silhouette familière. Et ce sera ça, ce sera ça que Sirius voudra appeler famille. Ce sera ce sentiment d’appartenance de tendresse de douceur. Ce sentiment qui ne leur appartiendra qu’à eux. À lui et à elle.

Ilea et Sirius, c’était deux gamins perdus. Ilea et Sirius, c’est deux gamins qui s’apprivoisent. Ilea et Sirius, ce sera une famille.
Notes ▬ Rp fini pour Sirius. Merci Ida ♥


_________________
sirius
liens
atelier
Ilea Alezar
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 23 ans
Niveau : 27
Jetons : 811
Points d'Expériences : 650
Adulte Éducatrice Expérimentée
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: I will | Ilea    Dim 19 Mar - 19:20







I will

Ilea Alezar

Sirius Powell

musique

(past)
La rousse était là, assise sur le rebord de la fenêtre de sa chambre, le visage tourné vers l’extérieur. Elle doit avoir 10 ans, tout au plus. Dehors, ses camarades, ses amis de l’école, jouent tous ensemble à Chacripan. Elle aussi devrait être en bas à s’amuser, à leur courir après, à les toucher, et à repartir en courant. Pourtant, elle est bien là, dans sa chambre, dans sa prison. Ses cheveux rouges feu tombaient en cascade sur ses épaules, cachant à moitié sa morosité. Sa mère l’avait encore grondé aujourd’hui. La petite Ilea voulait aller s’amuser aussi sous ce beau soleil, être comme tout le monde. Mais sa mère lui rappelait sans cesse que ce n’est pas ce destin-là qui l’attend. Elle a trop d’ambition pour laisser sa fille s’adonner à de telles acticités. Sur le rebord de la fenêtre est posé à côté de sa chambre un livre « le corps humain ». D’ici une semaine, elle devrait le connaitre par cœur. Du moins c’est l’objectif que lui a donné Pina. Elle sait qu’elle n’y arrivera pas. Elle n’aime pas ça. Pourtant, les yeux vides, elle se saisit du livre et essaie de faire de son mieux pour au moins en connaitre la moitié.

C’était sa vie d’enfant. Une vie qu’elle ne souhaite à personne. Pleurant à chaudes larmes, elle trouve du réconfort auprès de ce garçon. Sirius, son ange tombé du ciel. Ce petit, bien que faisant 15 centimètres de plus qu’elle, était très semblable à la rousse. Ils avaient traversé des épreuves similaires, des souffrances équivalentes. Alors tout contre lui, elle se permettait de pleurer. Elle avait besoin de lui, Il avait besoin d’elle. Comme la lumière et l’obscurité. L’un ne peut exister sans l’autre. C’est ainsi. Les deux jeunes se comprennent et se complètent. Comme le Ying et le Yang. Tous les deux pleurèrent encore un moment dans les bras l’un de l’autre. Le temps avait disparu au profit de cette bulle. Sirius sera son petit frère maintenant.


(present)
La rousse était émerveillée par le travail accompli. Ainsi, elle ressemble au princesse des contes de fées. C’est comme un rêve de gamine qui se réalise. Vêtue comme ça, c’est à peine si elle se reconnait. Ses pokemons aussi sont impressionnés. Aucun ne la connaissait sous ce jour. Le travail qu’a accompli Sirius est incroyable. Lui aussi d’ailleurs avait un peu de mal à réaliser. Son regard fixé sur la jeune femme, il ne put cacher sa joie. L’arrosant de compliment, le rouge grimpa vite aux joues d’Ilea. C’est qu’elle n’a pas l’habitude de recevoir autant de remarques positives. Très gênée, elle poursuivit après les élans du brun.

Tu exagères, il y a surement des milliers de femmes mieux taillées que moi pour porter ce genre de vêtements. Je suis loin d’être un diamant hihi. Tu devrais garder ce genre de compliment pour tes conquêtes pas pour ta grande sœur de cœur. Tu me dirais tout un si un jour tu as une copine ou un copain je compte sur toi je veux tout savoir.

La rousse aimait bien le taquiner avec ça. Sirius est un garçon très charmant. Grand, mignon, très gentil, il avait tout pour plaire et elle ne doutait pas que quelqu’un lui plaisait bien. Et réciproquement. Il y a surement des jeunes filles qui doivent le regarder de loin, en se disant qu’il est mignon mais inaccessible. Les réflexions de toutes les ados. Les filles si vous saviez comme ce garçon est adorable et sincère, vous n’hésiteriez plus à aller lui parler.

Sa réflexion fut coupée par l’éclosion de son œuf. Un monsieur lui avait donné pendant la fête d’Halloween. Ilea avait d’ailleurs bien bugué ce jour-là. L’idée de s’occuper d’un nouveau pokemon était assez effrayante, et elle ne savait pas si elle en était capable ou non. Mais bizarrement, depuis qu’elle connait le garçon la rousse prend petit à petit confiance en elle. Et maintenant, ça ne lui fait plus peur. La petite boule brune était lovée contre la poitrine de la jeune femme, en attente d’un petit prénom. La rousse tenait absolument à ce que ce soit Sirius qui la nomme. C’était très important pour elle, comme une valeur symbolique. En réflexion, le jeune homme finit par lui proposer un nom. Les yeux brillants d’étoiles, elle sourit de toutes ses dents.

C’est super Sirius ! Electre, bienvenue à la maison !


Elle souleva le pokemon du bout de ses doigts et le laissa léchouiller son visage. Elle était si heureuse.


(future)
Le jour de vérité était là. Le défilé dans le centre culturel. La rousse était un peu nerveuse. En fait elle était très nerveuse. Mais Sirius était là pour la rassurer. Il massait ses épaules doucement pour la calmer, pour qu’elle soit la plus rayonnante sur scène. Il n’y avait que tous les deux derrière le rideau rouge, attendant que leur tour vienne. Quand son nom retentit, elle quitta sa cachette et descendit les marches une à une, telle une princesse. Les gens prenaient des photos, les gens parlaient, mais elle ne voyait rien. Elle se contentait de marcher, avec un grand sourire. Elle saluait les gens mais son esprit était bloqué, pour ne pas déraper. Quand elle atteignit la scène, elle reste fixe un instant. Son regard était rivé sur Sirius. Il était son ancre pour ne pas dériver. Il était là.

Au final, le duo obtiendra la seconde place. Deux médailles d’argent au cou des deux jeunes. Des sourires, des cris, des flashs, des grands gestes. Ce monde de la mode est inconnu pour la rousse, mais ce mois-ci, elle a eu l’impression d’y mettre doucement les pieds. Ilea a l’impression de mieux le comprendre. Mais ce n’est qu’un détail par rapport à tout ce que cette aventure lui a apporté.

Grâce à ce concours de mode, elle aura obtenu une nouvelle famille.




©BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: I will | Ilea    
I will | Ilea
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Outils de modération :