Partagez | .
Les mélodies diurnes
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 828

MessageSujet: Les mélodies diurnes   Lun 9 Jan - 2:16

Il faisait froid. Et il bruinait. Le jour parfait pour une sortie en ville, pas vrai ? Ouais non, ce n’était pas l’idée du siècle. Rodrigue soupira, en s’emmitouflant dans son gros manteau d’hiver avant de poser bonnet gris sur la tête. Suivirent son écharpe noire et ses gants en laines de la même couleur. Mis à part son jean bleu, il était entièrement paré de couleurs monochromes et sombres. Paré pour un enterrement, quoi. Mais il fallait qu’il sorte aujourd’hui, puisqu’il avait déjà trop tardé et que les endroits où il devait aller venaient juste de rouvrir. Attrapant son parapluie, sa sacoche et l’étui de son sitar il se dirigea vers la sortie, étouffant un deuxième soupir. Ah mince, les Pokémon… Qui allait venir avec lui ? Optant pour Grindur, Baudrive et Crabicoque, il laissa le soin à ses lieutenants de maintenir en place le reste. Shaofouine et Gringolem ne seraient pas de trop pour cette tâche ardue. Luxray était de sortie, parti s’entraîner avec Lamantine et Ludicolo près du lac ce qui contrariait un peu le Dresseur : il voulait aller repérer quelques habits pour ses Pokémon après avoir fini ce qu’il avait à faire et aurait bien voulu les avis de son starter, enfin bon.

S’il descendait en ville aujourd’hui c’était avant tout pour la révision annuelle de son instrument fétiche. Malgré le fait qu’il ne l’utilise plus de trop et laisse passer beaucoup trop de séances d’entraînement à son goût, il tenait à garder le sitar en parfait état. Après tout c’était un de ses biens les plus précieux et il abandonnerait toute sa bibliothèque pour lui. Il faut dire que la belle pièce avait pas mal d’histoire derrière elle. S’il n’en jouait plus autant qu’à un moment, trop pris par ses cours, les rares moments où il sortait l’instrument de sa housse étaient toujours respectés par tous. Ses Pokémon se calmaient, son frère observait un silence religieux et Rodrigue se prenait parfois à chanter malgré sa timidité. Ces rares moments étaient particulièrement chers à son cœur, l’entretien de leur source était tout bonnement une nécessité pour lui. Et ça tombait bien, parce que la boutique qui avait reçu son approbation rouvrait de ses vacances de fin d’années. C’était donc le jour parfait, même si le temps ne s’y prêtait pas. Les quelques regards étonnés des passants qui voyaient le jeune homme marcher, son parapluie protégeant un étui plutôt que sa tête, ne le dérangeaient pas.

Enfin il arriva à destination. La boutique en question faisait l’angle d’un carrefour des rues commerçantes. Outre leur service de maintenance, ils vendaient aussi du neuf et des accessoires. Pour entretenir ses autres instruments, il venait aussi ici. Mais pour les travaux les plus importants, il renvoyait le tout à Rivamar où ses parents se chargeaient du reste. Tout en poussant la porte, il retira son bonnet qu’il rangea dans sa sacoche, laissant ses cheveux blonds partir dans tous les sens. Eux aussi auraient bien besoin d’un bon coup d’entretien. Mais ce n’était pas au programme du jour : pendant l’inspection et les petites réparations du sitar, il avait prévu d’aller faire le plein de chocolat, d’aller s’acheter quelques habits pour le printemps mais aussi d’aller faire du lèche-vitrines dans quelques libraires. Il avait finalement réussi à se fixer un budget niveau livres et il l’avait déjà explosé en une semaine.

S’approchant du comptoir, il salua le vendeur, qui commençait à bien le connaître. Rodrigue posa ensuite le grand étui sur la surface plane et il manquait quasiment de place : le contenu était bien grand, lui arrivant facilement au menton. Et encore, il avait un petit modèle. L’instrument à corde fut sorti et inspecté au regard afin que le blond puisse avoir une estimation du temps que l’opération allait prendre (il venait sur rendez-vous pour que ce soit fait directement et qu’il n’ait pas à revenir le chercher un autre jour) La peinture était comme neuve, les différents tons bleus rappelant toujours autant la mer, tout comme les clefs qui rappelaient de petits coquillages. La tête partait toujours en trois pointes parfaitement polies afin de ne pas se blesser dessus. Oui, il n’y en aurait pas pour long. En attendant d’entendre le résultat, le Phyllali regarda autour de lui, profitant du cadre calme et … moderne-ancien de la boutique. Oui, tout était protégé par de belles vitrines immaculées mais dans un cadre qui sentait le poids des âges. Cette atmosphère toute particulière donnait un certain charme à l’endroit. Il y avait peu de clients, principalement de vieux musiciens qui passaient leur journée ici, mais ce n’était pas toujours le cas, certains élèves venaient aussi ici. Le chercheur mélomane ne prêtait habituellement pas trop attention aux autres clients, il vérifiait juste que ses Pokémon n'importunaient personne. Pour le moment Baudrive flottait tranquillement dans les rayons donc aucun souci.

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 12
Jetons : 975
Points d'Expériences : 226

MessageSujet: Re: Les mélodies diurnes   Mar 10 Jan - 13:12

A la nouvelle de l'accident, sa mère n'avait pas put s'empêcher de s'emporter et si son père n'avait pas réussi à la calmer et récupérer le téléphone, sans nul doute qu'à l'heure actuelle, tous les adultes de l'école aurait déjà été au courant. La destruction d'un bien aussi précieux ne pouvait pas être pardonné et alors que le brun voyait avec son géniteur pour l'argent d'en racheter un autre, il entendait parfois l'éclat de la voix de sa mère s'émouvoir outre mesure. En soit l'histoire aurait put être comique, de ce petit pokemon qui avait pris peur au milieu de la nuit si cela n'avait pas entrainé la destruction de son piano. Sous les flammes du type feu le plastique avait commencé à fondre et plus aucun son ne pouvait s'extirper de l'objet.

Soan était incapable de se rappeler depuis combien de temps il avait été ainsi privé de son instrument et malgré le manque qui lui avait dévoré les entrailles, le temps ou le courage lui avait manqué bien trop souvent pour se décider à aller en reprendre un. A plusieurs reprises il avait même songé à utiliser cet argent pour autre chose mais quelque chose, dans le mouvement de ses doigts sur le bois de son lit, l'appelait encore et toujours. Alors ce jour là en constatant le vide de son emploi du temps, il s'était décidé, enfin, à y aller. Habillé d'un simple manteau et d'une épaisse écharpe, son simple casque et ses cheveux pour protéger ses oreilles du froid, il avait confié l'oeuf à son brocélôme et était sortit du dortoir voltali seul. Depuis qu'il l'avait trouvé, son pokemon plante s'était découvert une passion presque maternelle pour ce bébé, le couvant et s'en occupant avec un soin incroyable, profitant sans doute aussi de son existence pour ne plus avoir à sortir dans le froid. Si son partenaire était heureux de la situation, le dresseur s'en attristait parfois, de ne plus sentir son léger poids sur son épaule ou le dessus de sa tête.

La route vers la ville puis pour enfin trouver le magasin dont on lui avait parlé avait été longue et sinueuse, lui nécessitant à plusieurs reprises de demander son chemin à des passants pressé. Dans ses oreilles les accords doux d'une guitare, la voix légèrement grave et puissante d'une femme, berçaient son cœur et rythmait ses pas, parfois se surprenait-il à bouger ses lèvres en silence, chantant sans bruit et avec maladresse les paroles. L'odeur du bois et du métal emplit ses poumons à la seconde où il passa la porte, le miroirs des vitres reflétait étrangement la lumière du plafond, faisant briller d'un éclat froid le métal de quelques instruments à vent. Si le piano était le seul instrument qu'il avait jamais touché, l'envie parfois de s'essayer à d'autre piquait sa curiosité et ses passions, s'imaginant dans des blues mélancolique, des rocks endiablé ou l'animalité des percussions. Son regard s'attarda sur une épaisse guitare acoustique et sur ses cordes de métal, en pinçant une avec un air distrais. Il n'y avait quasiment personne si ce n'était ces piliers de bar musicaux et quelques clients perdu entre la méconnaissance et les rêves bien trop précis.

Bougeant encore les lèvres sur sa chanson, il s'approcha du comptoir, sortant un papier où il avait noté les models intéressant que s'était empressé sa mère de lui envoyer quelques jours après l'annonce. Sa tête se tourna alors qu'il continuait et en croisant le regard d'un autre adolescent, le rose lui monta aux joues et un sourire à la fois amusé et gêné perla sur son visage. D'un mouvement souple de la main il retira son casque, le laissant reposer sur ses épaules.

- bonjour

Il lui était difficile de savoir si il l'avait déjà vu à l'école ou si il ne faisait que le confondre avec une personne d'un autre look similaire, sans doute l'aurait-il fait si son regard n'avait pas été attiré par cet éclair bleu. Cet étrange instrument que l'homme examinait sous toutes les coutures. L'objet avait des airs de guitare mais dans une forme et des proportions inhabituelles, peut-être était-ce l'une de ces variantes anciennes ou de régions éloigné dont on découvrait parfois la son dans une vidéo internet, souvent tard dans la nuit. Le regard vert du top-dresseur repassa alors sur son voisin.

- c'est le tiens ? c'est .. quoi ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5781-404-soan-hastings-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5785-soan-hastings#61376
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 828

MessageSujet: Re: Les mélodies diurnes   Ven 13 Jan - 12:18

Rodrigue tapotait des doigts sur le comptoir. Maintenant qu’il prenait le temps de bien observer le sitar, plusieurs petits détails lui sautaient aux yeux. Comme la petite rayure un peu à droite de la plus haute clé. Ou le fait que l’un des petits coquillages soit fendillé. Ou encore l’état de l’une des cordes qui semblait vraiment se détériorer. Pour cette dernière observation, ce serait bien sûr réglé dans l’heure mais il était dubitatif quant au pourquoi de ce problème : soit il s’était raccroché dans quelque chose, ce qui était plus qu’improbable, soit quelque chose avait grignoté la corde. C’était sûrement ce fou furieux de Togedemaru, qu’est ce qui lui avait pris de le capturer aussi ? Il faudra vraiment qu’il l’échange contre autre chose… C’était étrange, c’était la première fois qu’il ne supportait vraiment pas un Pokémon. Il en devenait limite allergique au hérisson électrique. Ce qu’il devait sentir puisqu’il se comportait de manière de plus en plus odieuse.

Rodrigue ne sentit qu’après coup un regard fixé sur lui. Il sortit de sa rêverie, laissant son regard papillonner un peu suite à la surprise d’être abordé alors qu’il était en pleine introspection. Bon, au moins il n’avait pas sursauté comme il l’aurait fait comme d’habitude. Il prit une demi-seconde pour détailler la personne qui l’avait salué. C’était un adolescent brun, ce qui était étonnant : il ne voyait pas souvent d’autres élèves dans cette boutique. Les mélomanes devaient tous être au courant des bonnes adresses, certainement. Bon par contre, il ne se souvenait pas d’avoir croisé un brun comme celui-là, il devait être relativement nouveau. Ou dans un parcours qui n’était totalement pas le même que le sien.

- Oh euh, salut ! C’est un sitar, un instrument dérivé de la guitare, il vient d’un mélange d’instruments traditionnels de Rhode et de Fiore.

Oh mon dieu, Rod’ avait dit salut et pas bonjour ! Il allait neiger. Du chocolat. Retour au sujet : oui son sitar avait toute une histoire. Dans un univers alternatif, ç’aurait sûrement été un instrument originaire d’un pays chaud connu pour ses épices, ses divinités et ses fleuves. Mais ici, c’était un hybride intéressant entre deux endroits très différents : il combinait la longue poigne des guitares Rhodiennes, avec une caisse de résonnance un peu plus sphérique, originaire de Fiore. Les sons qu’il pouvait produire étaient donc très nombreux et surtout résonnaient et se répétaient, formant une musique unique, du moins à ses yeux. Le blond pinça quelques cordes, formant les premières notes de l’hymne Sinnohite.

- Ça donne un son un peu spécial et il a besoin d’un entretien régulier mais j’adore en jouer.

Il avait trouvé l’instrument sur un des marchés en plein air de Rivamar il y avait un peu plus de trois ans maintenant. Ces événements avaient toujours un panel d’objet et de bibelots impressionnants venant des quatre coins du monde. Le très jeune Rodrigue avait remarqué l’objet sur un étal qui présentait un nombre incalculable d’instruments de musique peu conventionnels. Il en était tombé amoureux et avait emprunté sur plusieurs années d’argent de poche afin de se le procurer. Il avait ensuite appris en autodidacte par la suite, demandant des conseils à ses professeurs de musique. Il avait en effet aussi sa clarinette, avec laquelle il était bien plus doué mais aussi bien moins passionné, paradoxalement.

- Je sais aussi jouer de la clarinette et un peu de piano. Ah et de l’harmonica aussi.

Il était un peu un homme-orchestre. Malheureusement, son sens du rythme avait du mal à suivre et ses rares essais sur des percussions se soldaient toujours par des échecs retentissants. Tout sauf de la batterie, quoi. Et puis se débrouiller sur deux domaines était déjà un bon accomplissement à son goût. Quel dommage qu’il ne prenne pas plus le temps que ça pour s’entretenir. Enfin bon, il avait beaucoup à faire. Même si ça lui déchirait le cœur, il laisserait certainement son instrument à vent de côté pendant un petit moment. Après tout, il avait décidé de se consacrer à ses Pokémon, la musique resterait un loisir, comme il avait toujours voulu qu’elle soit.

- Oh au fait, je m’appelle Rodrigue Miles, un des chercheurs du dortoir Phyllali.

C’était pas très très précis. Bon il fallait dire que son dortoir était rempli de rats de bibliothèque et de scientifiques. Roseverte style quoi. Ah au fait… C’était sûr que c’était un élève de PC ce gars ? Boah, à 95% sûr que oui. Les très rares natifs de Lansat allaient le plus souvent à PC de toutes manières. Le blond reporta rapidement son attention sur son sitar, qu’il avait continué de gratter un petit peu, entendant un son étrange. Oui, il allait vraiment falloir changer cette fichue corde.

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 12
Jetons : 975
Points d'Expériences : 226

MessageSujet: Re: Les mélodies diurnes   Jeu 26 Jan - 9:42

Non seulement l'instrument semblait être originaire de régions lointaine dont la sonorité ne lui parla que peu mais en plus, d'instruments anciens auquel la plupart des gens avait remplacé une bonne vieille guitare. Le statut de ces objets était toujours compliqué, abandonné et oublié pour des versions plus récente et plus pratique, il restait inlassablement des gens pour les adorer par dessus tout et ne jurer que par eux. Lui-même ne voulait pas une grande passion pour les ancêtres du piano qu'il allait acheter et si il avait déjà touché à du clavecin et de l'orgue, l'intérêt n'avait été que dans la découverte. Seul ces quelques instruments, souvent très vieux mais né des doigts des luthiers les plus doué de leur temps voir de plusieurs ou de tous parvenaient à maintenir une fascination chez l'adolescent qui rêvait naïvement d'apprendre à jouer du dit instrument uniquement pour comprendre toute la profondeur de ces chef d'oeuvre.

Mais dans l'instrument devant eux, encombrant et dont les coquillages semblaient malgré tout lourd et contendant, il ne comprenait pas vraiment l'intérêt. Le poids de l'objet ainsi que sa taille, ses décorations et sa couleur, il n'avait rien de discret d'aucune manière et on l'imaginait mal trouver sa place dans un buff endiablé dans une fête bruyante. Le blond à ses cotés pinça quelques cordes avec bonheur dans une petite mélodie troublée par le son d'une des cordes avant d'affirmer de nouveau la passion qu'il avait pour l'objet et son manque cruel de praticité. Pourquoi nécessitait-il un entretiens qui semblait si particulier ? La question avait de quoi être posé et si l'adolescent ne le fit pas, ce fut principalement car il s'attendait à ce qu'elle soit longue sur des arguments qu'il aurait sans doute deviné de lui-même.

Son esprit peinait à se concentrer sur ce qui se disait et ce qui se passait autour de lui, parfois sa présence s'imposant dans son esprit avec la délicatesse et la discretion d'un semi-remorque et il lui peinait alors de se concentrer sur la réalité. Celle des instruments que l'homme connaissait qui parvinrent malgré tout à piquer sa curiosité et lui tira un sourire. En s'enregistrant il pouvait déjà jouer avec lui-même, ne manquait sans doute qu'une base rythmique qu'on pouvait trouver sur internet et voilà qu'il aurait put composer et jouer seul. Ce genre de chose était à la fois triste et belle, ils jouaient seuls mais n'avait besoin de personne pour extraire la mélodie de leur tête. Le brun qui était alors resté dans un silence religieux jusque là, l'écoutant avec une grande attention, apprit le nom de son interlocuteur et qu'il était effectivement de l'école, il s'empressa alors de faire de même.

- Soan Hastings, top dresseur dans le dortoir voltali, enchanté Rodrigue

Comme toujours il avait marqué une légère pause entre son nom et son prénom, comme pour s'assurer qu'il ne comprenne pas un Soana. Bien que le nom aurait été étrange pour un garçon, certains élève portaient des patronyme si étrange et confus qu'il préférait malgré tout s'assurer qu'aucune erreur ne parvienne dans la mémoire du blond. Si se présenter comme un voltali était devenu naturel pour lui, le faire en tant que top dresseur était toujours étrange, d'autant plus quand son pokemon était sortit. Même si il avait eu la fibre du combat, la petite chose n'en menait pas large et il aurait été étrange de le voir s'échiner aux entrainements et aux combats, surtout face aux créatures qui accompagnait certains. Le plus impressionnant qu'il lui avait été donné de rencontré sur ce sujet avait naturellement été son préfet dont l'équipe d'écailleux semblait aussi énorme que forte et bourrine.

Sa bouche s'ouvrit de nouveau pour parler quand un vendeur fila vers lui pour demander ce qu'il désirait, là il sortit de nouveau son papier et lui tendis. A voir le visage du vendeur changer, relevant un regard hésitant vers le brun, il fini par lâcher dans un souffle qu'il allait voir et disparu dans l'arrière boutique. Lâchant un petit rire gêné, Soan se tourna de nouveau vers Rodrigue.

- désolé, j'allais dire donc, moi je joue du piano, je suis venu en racheter un, l'ancien a été ... abimé, trop pour être réparable

Quelque chose dans son regard se troubla légèrement au souvenir de cette nuit là et si il avait espérer l'oublier au plus vite, sans nul doute qu'elle se graverait à jamais dans son esprit et qu'il y repenserait encore dans de nombreuses années. Pourtant à présent, à repenser à ce pokemon feu et à cette intrusion, il ne pouvait s'empêcher de se troubler légèrement. Mais alors que son esprit se mettait inlassablement à divaguer, une pensée le ramena sur terre et l'adolescent s'empressa de reprendre la parole.

- enfin je l'ai pas abimé moi, un autre élève de mon dortoir, enfin son pokemon... Vous ne devez pas avoir ce soucis chez les phyllali, non ? vous avez tous l'air ... calme

Il rit doucement, ne se rendant visiblement pas compte que des furieux devaient se trouver dans un peu tout les dortoirs et que tout le monde ne collait pas forcément au caractère de son dortoir, lui-même ne collant visiblement pas à cette réputation d'excité sociable, tout comme son préfet.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5781-404-soan-hastings-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5785-soan-hastings#61376
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 828

MessageSujet: Re: Les mélodies diurnes   Mer 22 Fév - 3:13

Rodrigue sourit à son interlocuteur. Souanne Atskins ? Oulah il n’allait pas le faire répéter, un peu de concentration allait être nécessaire, là. SOAN HASTINGS, VOILA. Ouf, il avait échappé à l’incident diplomatique. C’était donc un Voltali, comme Ginji, Loan, ou Orren. Ça pouvait dire plein de choses comme rien sur son caractère : les exemples auxquels il venait de penser étaient quand même diamétralement opposés, hein. Et c’était donc aussi un TopDresseur. Le pauvre, il allait avoir du boulot pour dépasser ceux du dortoir réputé pour ses électriques et ses dragons. Surtout que c’était un nouveau, enfin plus ou moins puisqu’il ne l’avait jamais trop vu. Enfin bon ce n’est pas pour ce qu’il traînait aux cours de combat. Shaofouine et Luxray le tiraient parfois, tout comme Lucki, le Lucario de Cael mais ça s’arrêtait là.

Et il venait donc acheter un piano, tiens donc. Comment un piano pouvait être trop abîmé pour être réparable au fait ? Ce n’était peut-être pas si difficile que ça en fait, quand on pensait aux énergumènes qu’il avait dans son équipe. Et Soan lui confirma tout de suite, en avouant que c’était un des Pokémon d’un des Voltali qui lui avait cassé son précieux instrument. Ça faisait tout de suite plus sens. Et pour le coup, Rodrigue compatissait tout à fait avec son pauvre interlocuteur : il avait peur pour son sitar à chaque fois qu’il le sortait du placard dans lequel il était en sécurité. Un peu perdu dans ses pensées avec un demi-sourire sur le visage, il n’entendit qu’à moitié la fin de la phrase du brun. Mais cela suffit à le faire s’esclaffer franchement.

- Tout les Phyllali, calmes ? Ahahahahah. Non. Pas du tout, on a aussi quelques cas chez nous. Enfin je suppose que les Voltali sont plus sujets à ce genre de problèmes que nous quand même. Mais regarde votre préfet, Orren, il est bien calme et ne correspond pas forcément à l’image de joyeux lurons que votre dortoir renvoie, pas vrai ? Toi-même tu ne te conformes sûrement pas à toutes les étiquettes que ton dortoir porte. C’est la même chose chez nous, bien que je sois une sorte d’incarnation du stéréotype Phyllali quand même.

C’est vrai quand on y pensait : Rod’ était un rat de bibliothèque, timide, qui vivait surtout pour ses recherches, le parfait petit Phyllali. Si on mettait à part son équipe, plutôt digne d’un TopDresseur un peu fou sur les bords. Est-ce que le blond se considérait comme un mauvais Dresseur parce que certains de ses Pokémon n’avaient pas un comportement parfait ? Non. Il était peut-être un peu laxiste, et manquait parfois d’autorité, mais ce que lui avait enseigné son année passée avec Luxray lui avait enfin fait comprendre que les Pokémon étaient comme des êtres humains : ils avaient leur caractère, leurs émotions, leurs mauvais jours et ils faisaient aussi des bêtises. Ce n’était pas forcément de la faute de quelqu’un quand il y avait un accident… Le chercheur s’arrêta de rire avant de relever la tête avec un air plus sérieux.

- Je suis … désolé pour ton piano, vraiment. Je ne connais pas les circonstances de l’accident, mais si le problème vient d’un jeune Pokémon ou appartenant à un jeune Dresseur, ne leur en veut pas trop s’il te plaît. Je ne sais même pas si tu es déjà bien confirmé dans ton parcours, mais je pense que si tu ne t’en es pas encore rendu compte, tu vas bientôt le découvrir : rien de ce qu’il se passe avec les Pokémon ne se déroule comme prévu. Et crois-moi je sais de quoi je parle.

Alors qu’il jouait au mentor, l’artisan était revenu de l’arrière-boutique, sûrement pour lui dire qu’il avait une petite demi-heure voire une bonne heure avant de pouvoir récupérer son instrument. Sa quinte de toux pour attirer l’attention du blond fit finalement tourner la tête de ce dernier, qui facepalma mentalement directement. Son cher Baudrive était tout emmêlé dans les cheveux du pauvre homme. Avec un soupir, le Phyllali rappela le petit ballon fantôme.

- Enfin bon, tu vois ce que je veux dire…

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les mélodies diurnes   

Revenir en haut Aller en bas
Les mélodies diurnes
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-