Partagez | .
[Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Kalos
Âge : 14 ans
Niveau : 20
Jetons : 1454
Points d'Expériences : 541

MessageSujet: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Dim 5 Mar - 13:35

Cours spé coordination

Elle commençait à changer. Doucement. D’un changement lent et à peine notable lorsque l’on suit le cours immuable du temps. Lorsqu’on manque du recul qui nous fait admirer le tissage de nos choix. Mais irréfutablement, la gamine à la crinière éméchée n’était déjà plus la même qu’à son arrivée. Si elle était encore cette jeune fille, cette nouvelle élève qui pour un rien s’émerveille de ses yeux rubis, elle ne serait pas assise là dans la salle commune de son dortoir. A une heure où elle ne devrait pas s’y trouver. A une heure où elle devrait être en train de subir les ordres et les cris du général. Il y a un an, Obéline aurait courbé l’échine et se serait laissé faire. Aujourd’hui, elle avait quitté le cours.

Après avoir donné à son professeur la basse opinion qu’elle avait de ses méthodes, sans passer par la route victoire, la blonde avait fait tomber la sanction. Des tours de terrain jusqu’au retentissement de la sonnerie. Tous plus inutiles les uns que les autres. La gamine avait levé les sourcils, fait un ou deux tours, quelle importance tant cette condamnation n’avait de sens à ses yeux et s’était finalement éclipsée. Arrêtant de tourner en rond pour avancer sur la propre course de son destin.

Son comportement lui attirera sûrement des ennuis par la suite, mais Obéline ne s’en préoccupait guère. Elle vivait en accord avec ses convictions et rien n’avait plus d’importance pour la gamine. Ce n’était pas tant la personne du général qui portait ses nerfs à vif. Oh non, c’était à la fois bien plus simple et bien plus fort. Jackie représentait cette autorité martiale, celle dont les pas de la gamine n’avaient jamais croisé la route. Celle qui essayait de tordre l’être rempli d’indépendance et de liberté qu’était la jeune dresseuse. Avant son arrivée à Lansat, elle ne connaissait l’autorité. Pour survivre avec un père absent et une mère alitée, elle s’était imposée sa propre discipline. Celle qui ne la privait pas de ses envies. Une discipline presque sauvage où son coeur dictait ses actions.

Pour celle qui avait vécue toute sa vie sans contraintes dans l’immensité blanche des montagnes de Kalos, se retrouver pieds et poings liés par un professeur en désaccord total avec la mentalité de la fougueuse Mentali était d’un supplice bien plus douloureux que toutes les punitions qu’elle pourrait recevoir pour son attitude.

La solution était alors d’une simplicité enfantine. D’une logique imparable. Briser les chaînes et la revoilà libre.

Jouissant de sa liberté gagnée, les pas d’Obéline l’avait guidée jusqu’au dortoir dénué de vie en cette heure de cours. Un manque rapidement comblé par l’agitation qu’apporta la gamine et son équipe. Il était inconcevable qu’elle puisse un jour assister à la scène qu’elle avait devant les yeux. L’immense salon des mentali normalement si calme et peuplé d’élèves tirés aux quatre épingles, transformé en parc pour ses pokémons bruyants et intenables. La gamine avait une bande de créatures presque tous irrécupérables et pourtant elle les aimait. Elle ne cherchait pas à les changer. Ils amenaient désordre et chaos sur leur chemin, mais n’était de danger pour personne. Cela convenait alors à Obéline qui les aimait pour ce qu’ils étaient. Vrais et authentiques.

Dans le désordre qui avait pris la place aux habituelles maîtresses du lieu, la paix et la tranquillité, Obéline ne faisait qu’acte de présence. Calme en apparence, le sourire sur le bord des lèvres, seule le serrement de sa main pouvait noter de sa perplexité. Au creux de sa paume, la pierre de feu que son Psykokwak lui avait ramené inopinément ouvrait des portes que la gamine n’avait naïvement pas imaginé. Elle devait en parler à sa renarde. Elle était persuadée que Pixi s’en ferait une joie, elle qui ne rêvait que d’évoluer. Mais au delà de son apparence, qu’allait changer cette évolution ? Peut être que son caractère évoluerait également. Peut être deviendrait-elle encore plus ingérable ? Peut être par un miracle sans nom elle s'apaiserait ? Peut être changerait-elle complètement de caractère comme cela arrive parfois ? Peu importe le spectre des possibilités qui s’étendaient à elle, le choix lui revenait.

Par la même liberté qui régnait dans l’esprit de la gamine. Par la même liberté qui faisait que ses pokémons étaient pour beaucoup ingérables et pourtant si attachées à leur dresseuse. Par cette même liberté, le choix de l’évolution n’appartenait ainsi pas à la gamine mais à ses compagnons eux même.

Tirée de ses pensées par les aiguilles du temps, Obéline rangea la roche au fond de son sac et se leva.

Ce n’était pas parce qu’elle venait de sécher un cours sans la moindre vergogne, qu’Obéline allait rater le suivant. Encore moins s’il s’agissait de coordination avec la douce Melty Pott.

***

Arrivant parmi les premiers au parc de l’académie, Obéline s’était installée contre un arbre, sa renarde sur ses genoux, son petit coton sur l’épaule et son fidèle scarabée juste derrière elle. Ses premiers compagnons, comme un retour aux sources. Posées sur une table non loin d’elle, des pokéballs intriguaient la curiosité de la gamine. Si elle n’avait pas vu à son arrivée un élève partageant son infantine curiosité, reculer de 5 mètres dans les airs suite à une attaque de l’endormi Bounty, elle aurait surement tenter d’y toucher elle aussi. Mais elle s’en avisera pour cette fois. Elle et tous les autres élèves auraient leurs réponses lorsque leur professeur entrera en scène.

Sa référente finit par arriver, accompagnée de costauds pokémons transportant tant bien que mal de lourdes caisses de bois. Une fois à bon port, Melty expliqua le déroulement du cours et le chaos reprit place. L’envoi hasardeux des pokéballs n’eut pour conséquence que quelques coups sur les élèves et la libération de dizaines de nouveaux nés qui n’en faisaient qu’à leur tête. Un amusant sentiment de déjà vu naquit dans le coeur de la gamine. A croire que peu importe où elle passerait, le désordre serait son plus fidèle allié.

Certains élèves couraient déjà dans tous les sens, essayant d’éviter les calin pleins de piquant des petits cactus lorsque ce n’était pas les grondements enflammés de petits chiots des enfers. La gamine quant à elle se redressa calmement et releva la tête. Parmi tous les lancers, une pokéball s’était coincée dans les branches de l’arbre contre lequel elle était appuyée. Un regard suffit pour que Bouddha comprenne ce que se dresseuse avait en tête. Il lui fit d’un naturel déconcertant la courte échelle, propulsant Obéline aux premières branches assez épaisses pour qu’elle s’y accroche. Avec l’agilité d’un Simiabraz, elle grimpa jusqu’à atteindre la pokéball perdue dans le feuillage. La récupération de l’objectif avait été aisée. Redescendre en tenant la pokéball d’une main allait l’être moins. On avait beau la qualifier de casse-cou, Obéline n’allait pas risquer la descente à une main. Elle connaissait ses limites et clairement ce prodige la dépassait. Elle chercha alors quelqu’un à qui envoyer son trésor. Goupix et Doudouvet n’étaient physiologiquement pas qualifié pour la rattraper. Bouddha aurait pu, s’il n’y avait pas un risque qu’il la brise entre ses puissantes pinces. Non, elle devait faire appel à quelqu’un d’autre, comme par exemple ce jeune garçon qui passait par là.

▬ Hé toi ! Tu peux attraper ça s’il te plait ?

Attendant qu’il se retourne dans la bonne direction, Obéline lui fit un signe de main, tout sourire à califourchon en haut de sa branche et lui envoya la pokéball. Libérer de toute contrainte, la gamine descendit aisément de son arbre, sautant de branche en branche jusqu’à finalement atteindre le sol. Elle épousseta rapidement sa tenue. A la sortie du placard ce matin, il s’agissait d’une mignonne combinaison composée d’un short noir et d’un pull blanc agrémentés de quelques perles rouges et rosées sur le col et le bord des manches. Désormais, le mignon de la tenue avait quelque peu disparu… Ses collants étaient troués, et son haut était abimé par endroits. Mais qu’importait l’apparence à Obéline lorsqu’elle n’était pas en performance. Elle sourit à l’inconnu et se présenta :

▬ Merci pour ton aide, j’aurais eu du mal à descendre de là haut sans toi ! Je m’appelle Obéline !

Les présentations faites, l’évidence apparaissait à ses yeux rubis.

▬ Ça te dit qu’on se mette ensemble pour le cours ? On a déjà notre pokémon !


_________________


 
she is just a little
snowflake
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4420-309-obeline-gauthier-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4466-obeline-gauthier-mentali#46065
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 18
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 324

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Jeu 9 Mar - 16:53


Ligne de départ









Soleil resplendissant, Pokémons chantant et autres détails paradisiaques me laissaient penser que j’étais enfin en paix. Je m’étais posé à la fenêtre de ma chambre, et pour un jour d’hiver, le temps était plutôt clément. J’avais alors décidé de bouquiner, assis à la fenêtre, sur mon lit pendant que mes chers Pokémons faisaient une sieste. Leurs ronflements ajoutaient un sentiment de réelle paix à l’ambiance déjà calme de la scène, un petit peu comme si nous étions maintenant dans une situation irréelle d’un été en plein hiver. Je souriais un peu après avoir lancé un regard vers le tas de Pokémon somnolant, avant de me reconcentrer sur ma lecture.
Je tournais la page que je venais de finir afin de continuer à m’informer sur la culture Viking. J’étais tenté de faire une prestation sur ce sujet et j’avais justement pu prendre un livre à propos d’eux après avoir été enfermé dans la librairie. Lyra et moi avions passé de drôles de moments à l’intérieur, mais tout est bien qui finit bien, j’avais réussi à en sortir, et à emprunter des livres en plus. Pas possible de mieux faire. Je vérifiais tout de même l’heure avant de continuer, mais il me restait encore un peu de temps avant de devoir partir en cours. Je vérifiais mon réveil et me replongea pour de bon dans le livre.
J’avais l’impression de faire partie inhérente de l’histoire, m’intégrant dans la peau des personnages, essayant d’imaginer les paysages décrit, essayant de ressentir les mêmes sensations qu’eux. Ressentir le froid des plaines gelées fouetter ma peau, la douce chaleur des peaux recouvrant le corps pour se protéger, l’odeur des champs de bataille ou même la détresse de perdre un être aimé. Être comme eux, les cheveux flottant au vent, l’odeur marine me chatouillant le nez alors que je me tiendrais debout, fier et brave, sur un de leur célèbres drakkars. Ma peau se mettait à frissonner rien qu’à l’idée de faire partie d’un tel peuple. Je finis par m’imaginer les personnes en elles-mêmes, leurs cheveux attachés en une longue natte, leurs barbes douces et soyeuses, leurs muscles saill… J’essuyais le léger filet de bave qui s’était mis à couler le long de ma bouche en reprenant mes esprits. Pourquoi me sentais-je comme cela en pensant à eux ? Il fallait vraiment que je me reprenne…

Au même moment, mon réveil avait eu le meilleur timing du monde pour me faire sortir de ma trance. Si je ne me bougeais pas, je risquais d’arriver en retard pour le cours, et c’était une parfaite excuse pour oublier la scène qui venait de se dérouler à l’instant. Je refermais la fenêtre, non sans jeter un regard dehors pour vérifier que rien n’était tombé, je remis mes Pokémons dans leurs Pokéballs, j’enfilais rapidement une tenue décontractée, des chaussures et je filais à toute vitesse. Pas question d’arriver en retard. Quitte à bousculer des gens dans les couloirs. Je faisais cependant attention à ne pas perdre d’affaires sur le chemin, et surtout pas de balls ou des objets de performance. Après tout, il serait idiot de perdre des affaires juste avant le cours.
Alors que je courais à l’extérieur, je me rappelais de l’année que j’avais passé ici. J’avais arpenté longuement ces chemins, sous la pluie et le soleil, avec et sans vent, mais toujours seul. Je n’avais jamais eu personne avec moi pour apprécier cette route. Je n’avais même pas spécialement créé de liens avec les gens que j’avais rencontré auparavant… J’avais surtout eu tendance à ignorer ma solitude, la plaçant dans un coin de mon esprit en m’occupant l’esprit avec mes cours, mes Pokémons, mes professeurs et mes idoles. Tout dans le but d’oublier la solitude qui m’habitait à ce moment-là.
J’avais pourtant fait quelques rencontres, mais mis à part les Voltalis, je n’étais jamais resté bien longtemps en contact avec chacun… Je n’avais même pas spécialement fait de progrès depuis mon arrivée sur l’île. Mais c’est comme si l’ambiance si agréable de l’endroit m’avait fait oublier toute envie d’en partir pour rester éternellement ici. Dans tous les cas, je me retrouvais à passer mon temps principalement seul ou à squatter la salle principale des Voltalis pour y échanger quelques idées avec d’autres élèves, mais rien de bien phénoménal.

Et vous voyez, l’avantage de se plonger dans de telles réflexions, c’est que le temps passe vite. Je me retrouvais en effet, déjà au parc principal du campus et l’agitation commençait à se faire sentir parmi les Coordinateurs présents. Car oui, nous étions bien à un cours de Coordination en plein air, avec notre chère et douce Melty. J’avais pourtant l’intuition que notre professeur nous réservait bien des surprises en voyant le tas de Pokéballs disposées sur une table non loin. Et quelle ne fut pas la surprise lorsqu’une pluie de bébés Pokémons nous tomba sur le coin de la figure à la fin des explications de Melty… J’entendais des cris de douleurs, de surprise voir même de peur provenant d’un peu autour de moi tandis que je me mettais à l’abri sous un arbre non loin.
Je me mordais la lèvre avec un petit pincement au cœur. Il fallait se mettre en binôme et je ne m’étais pas préparé à rencontrer qui que ce soit. Et bien évidemment, les seules personnes que je connaissais avaient été déjà réquisitionnées… J’observais la marée se dissiper, chacun avec son binôme et son jeune monstre. Le choix était libre, malgré le peu d’espèces présentes. Je reconnaissais les ventres sur pattes qu’étaient les Goinfrex, les Pokémons originaires de Hoenn tels que Wailmer, Chuchmur et surtout Cacnea, une espèce avec qui j’avais passé de très bons moments sur Touga. Restaient les petits chiens infernaux nommés Malosses, les humanoïdes à grand pantalon répondant au nom de Baggiguane, les sac poubelles sur pattes aussi appelés Miamiasmes et finalement, les ruches volantes, des Apitrinis.

Le chaos était présent dans une autre dimension, car nous ne savions pas trop quoi faire avec les pauvres Pokémons, qui se retrouvaient à courir partout, à pleurer, à quémander de la nourriture ou à cracher des attaques par inadvertance. Et moi, sous mon arbre, je me retrouvais à soupirer, lorsqu’une voix féminine lui donnait l’injonction d’attraper quelque chose pour elle. Une voix… Provenant d’au-dessus de moi. En effet, perchée dans l’arbre, une magnifique jeune fille me souriait avec une ball dans la main. Je tendis les mains en avant en acquiesçant, pour rattraper l’objet. Une fois ceci fait, la jeune fille descendit avec une agilité déconcertante.

-Merci pour ton aide, j’aurais eu du mal à descendre de là-haut sans toi ! Je m’appelle Obéline !

-Oh, bah, de rien, c’est normal. En tout cas, enchanté Obeline, moi c’est Elio.

Ses cheveux noirs étaient assez beaux, mais la particularité qu’ils avaient à posséder des mèches rouges et blanches ne faisaient que rendre l’ensemble encore meilleur. Quant à sa tenue, je reconnaissais un certain goût digne d’une Coordinatrice, bien qu’après ses acrobaties, il y avait quelques défauts dont je doutais de la présence à l’origine. Je serrais ma sacoche de couture en me retenant de faire quelques remarques qui pourraient être mal interprétées.
Quant à moi, mes cheveux avaient continué à pousser, me permettant de les attacher en un petit catogan pour éviter qu’ils ne me retombent sur le visage. Ma tenue de sport noire et rouge m’allait comme un gant, et mon habituel bonnet blanc et vert se tenait correctement sur ma tête. J’avais mon sac en bandoulière et ma sacoche de couture accrochée à ma ceinture, prête à servir.

- Ça te dit qu’on se mette ensemble pour le cours ? On a déjà notre Pokémon !

-Bah écoute, j’y vois aucun problème. Et ce serait même un plaisir ! Reste à savoir ce dont on va devoir s’occuper.

Mon regard se posa sur la ball que je lançais en l’air, m’apprêtant à rattraper n’importe quel Pokémon qui tomberait. Je fus un peu déçu puisque la bestiole qui en sorti n’avait nullement besoin de mon aide. Le petit Apitrini, à peine sorti de la ball, s’était mis à battre des élytres pour venir voleter autour de moi et ma nouvelle camarade, apparemment joyeux d’être sorti. Je le laissais s’amuser un peu, observant sa couleur miel très agréable, je me laissais même impressionner par son dard et la vitesse à laquelle il battait des élytres.
Et maintenant que devions-nous faire pour bien réussir ce cours ? Juste le laisser voleter aux alentours en faisant attention à ce qu’il ne se blesse pas ? Le laver ? Lui faire tout plein de papouilles ? Tout semblait indiquer que nous étions dans une situation de réaction, et pas d’action. Il fallait que l’on soit capable de réagir aux caprices de l’Apitrini au plus vite. Cela me rappelait un peu ce concours auquel j’avais participé avec un Pokémon qui m’était totalement inconnu. Peut-être que ce serait un peu plus facile cependant… Apitrini ne semblait pas très méfiant…

-Ecoute, je te propose qu’on s’éloigne un peu, et après, un de nous deux essaye de voir pour lui trouver à manger ou à boire. J’ai quelques jouets de mon côté…







_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5109-355-let-s-perform-everyone-o-elio-nagashi-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5123-elio-nagashi-voltali
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Kalos
Âge : 14 ans
Niveau : 20
Jetons : 1454
Points d'Expériences : 541

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Mar 14 Mar - 11:28

Dans le parc dont le calme avait pris la fuite, des dizaines de nouveaux nés s’occupaient déjà à tourmenter les étudiants perdus entre pleurs et cris. D’un geste simple, empreinte d’un quotidien, Elio lança la pokéball dans les airs. Comme un peintre ajouterait un dernier coup de pinceau à son ordonné chef d’oeuvre, Elio ajouta un dernier membre au chaos ambiant.

De la lumière rouge s’envola une mielleuse créature. Dans ses trois visages hexagonaux se dessinait un tendre sourire. Naïf et innocent, le bonheur de découvrir la liberté. Il tournait autour d’Obéline et de son compagnon de fortune, battant de ses ailes transparentes aux éclats multicolores. Son expression contagieuse gagna les lèvres de la gamine, qui s’amusait à suivre les mouvements irréguliers de l’insecte. Comme hypnotisée, elle aurait pu y passer une bonne partie du cours si la voix de la raison n’avait pas résonné à ses oreilles.

▬ Ecoute, je te propose qu’on s’éloigne un peu, et après, un de nous deux essaye de voir pour lui trouver à manger ou à boire. J’ai quelques jouets de mon côté…

Rompant le charme de son obnubilation, Obéline lança son regard rubis vers Elio avant de parcourir l’étendue qui s’offrait à sa vue. A l’arrière plan, l’agitation était une reine bariolée. Les pokémons courraient, câlinaient et attaquaient, sans parfois grande distinction. Curieux spectacle lorsqu’on revenait au premier plan d’un calme apaisant.

▬ Tu as raison, notre Apitrini a l’air plutôt calme, autant éviter qu’il s’agite pour rien en prenant exemple sur les autres ! D’un doigt pointé vers un banc isolé au bord d’un chemin pavé, elle ajouta. On pourrait s’installer là bas, on sera assez loin des autres et je sais où trouver quelques arbres à baies pas trop loin !

La gamine connaissait ce parc pour s’y être entraînée de nombreuses fois avec son équipe. Assez pour connaître les emplacements des arbres fruitiers et se montrer utile dans cette situation. Elle ramassa ses affaires laissées au sol, pris son petit coton dans ses bras et commença à avancer de quelques pas, Bouddha et Pixi à ses côtés. La renarde ne semblait pas à son aise. L’attention que portait sa dresseuse au nouveau né y étant probablement pour quelque chose. Obéline soupira. Jamais elle ne changerait. Evolution ou non.

Elle se retourna pour vérifier que leur petit protégé du jour les suivait bien.

▬ Hé mais qu’est ce que tu fais ? C'est pas par là !

Non. Evidemment. Il ne les suivait pas, le petit insecte préférant voleter au gré du vent de ses envies. Obéline confia naturellement Pepi à son sage gardien attitré et courut récupérer l’Apitrini avant qu’il ne s’éloigne trop. Une fois ses bras serrés contre le bébé, la gamine frissonna de tout son corps. Cri du coeur :

▬ Uuuuuuurg ça coooolle.

Sa peau était recouverte d’un liquide poisseux et désagréable. Ses bras, ses mains, une grande partie de son pull, qui n’avait définitivement pas de chance en ce jour, tout n’était plus que gluante mélasse. Et le coupable se frottait joyeusement au corps de sa victime, trop heureux de l’attention qu’il recevait, trop généreux pour limiter ses câlineries. Obéline sourit dans son erreur. Au moins, ce petit pot de miel était des plus affectueux. Les choix s’offrant à elle n’étant guère nombreux, la gamine de sucre reprit son chemin le plus naturellement du monde.

Elle relâcha son emprise, d’un geste qui ne pouvait être autre que lent, à côté du banc. L’insecte se décolla mollement, les mines un peu tristes de perdre l’affection qu’il avait eu, et se posa sur le siège en bois, comme déprimé, les ailes et les antennes retombant sans énergie ni conviction vers le sol.

Voir la bouille attristée d’un bébé pokémon avait de quoi fendre un coeur, alors voir la scène en triple pouvait aisément réduire à néant les espoirs du coeur le plus pur comme du plus endurci.

Ce n’est pas sans peine qu’Obéline dit :

▬ Pauvre chou, on dirait qu’il est tout déprimé d’avoir quitté mes bras… Il faudrait trouver un moyen de l’amuser… Tu as dit que tu avais quelques jouets, c’est ça ? Peut être que tu pourrais trouver de quoi l’amuser pour lui redonner le sourire.

Pour accompagner ses paroles, elle avait prit une mine toute triste qu’elle transforma en grand sourire à l’aide de ses deux index qui redressèrent les pointes de ses lèvres. Elle passa alors sa langue à l’endroit où ses doigts s’étaient posés. Sucré.

▬ Et pendant ce temps… Je vais aller me nettoyer un peu ! Le miel c’est bon, mais c’est moins sympa quand on en est recouvert haha. Je vais en profiter pour ramasser quelques baies et ramener un peu d’eau !

Sans demander son reste, la gamine tourna des talons et se dirigea vers la fontaine du parc. Sans qu’elle le lui ait demandé, Pixi la suivit. Elle aurait bien aimé lui caresser la tête ou la prendre dans ses bras, mais elle s’imaginait déjà le cauchemar que serait de nettoyer la fourrure de sa goupix recouverte de miel et préféra s’en abstenir.

Rapidement, elle rinça à l’eau claire ses bras et ses mains. Elle hésita à laver également son pull, et même si se retrouver en soutien gorge au beau milieu d’un cours ne la dérangeait guère, elle avait l’étrange sentiment qu’aussi gluant et écorché soit-il ce pauvre haut n’était pas au bout de ses peines pour la journée. Elle renonça à sa lessive, remplit sa bouteille d’eau fraîche et profita de ses mains propres pour câliner sa fidèle renarde avant de prendre le chemin des arbres fruitiers.

▬ Tiens tu es déjà là toi ?

Elle aurait dû s’en douter. Son Scarabrute s’était déjà chargé de couper quelques baies pendant qu’elle se débarbouillait. Il n’y avait pas à dire, Bouddha était certainement son coéquipier le plus fiable. Il avait même ramené le Doudouvet qui semblait l’encourager dans sa tâche en sautillant joyeusement. Obéline sourit et commença à ramasser les fruits récoltés grâce au labeur de son insecte.

La fine équipe retourna alors à l’endroit où elle avait laissé Elio et l’Apitrini, les bras chargés de baies et d’un Doudouvet.

▬ Nous revoilà ! On a trouvé quelques baies et j’ai également de l’eau pour notre ami ! Ça s'est bien passé de ton côté ?



HRP:
 

_________________


 
she is just a little
snowflake
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4420-309-obeline-gauthier-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4466-obeline-gauthier-mentali#46065
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 18
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 324

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Dim 19 Mar - 13:42


Soyons amis ♥









J’avais rencontré toutes sortes de créatures au fur et à mesure de mes pérégrinations, mais cet Apitrini était très intriguant, au point que j’avais envie de l’étudier sous tous les angles. Il semblait être innocent au possible, souhaitant plus découvrir le monde qu’autre chose. Chacun de ses trois visages affichait un sourire simple, très mignon, démontrant bien qu’il ne voulait pas grand-chose. Cependant, comme Obéline semblait perdue dans ses pensées, je pris l’initiative de lui demander si elle avait apporté du matériel adapté à l’entretien de Pokémon, et si ça lui allait que l’on s’éloigne quelque peu de la masse bruyante qui était tout autour de nous et qui pourrait soit distraire notre petit protégé, soit le blesser.
Elle semblait réfléchir un peu, scrutant les alentours, me permettant d’observer encore un peu son apparence qui aurait pu me paraitre particulière si ce monde n’était pas constitué de merveilles et de surprises bien plus étranges et ésotériques. Puis, se retournant vers moi, elle acquiesça, semblant montrer le même avis que moi sur la question. Il n’était pas question que l’on reste au milieu de la mêlée ambiante. Elle me pointait un coin un peu éloigné et tranquille où un banc isolé nous attendait, nous promettant un confort… Limité, dirons-nous. En tout cas, nous avions pris notre décision, et il était temps d’en profiter pour s’éloigner. On attrapa chacun nos affaires et on commença à s’éloigner.

La jeune fille était accompagnée d’un Scarabrute, choix particulier pour une coordinatrice mais aussi d’un Goupix, tandis que dans ses bras, elle tenait un Pokémon ma foi mignon, un Doudouvet. Et je dois avouer que le petit monstre de coton avait un côté attachant, qui me donnait envie de le caresser. Envie qui disparut lorsque je me rappelais de la sensation qui me parcourait a chaque fois que je caressais du coton. Une sensation ma foi peu agréable, voir même véritablement horripilante. Mais la voir avec ses camarades me donnait envie de sortir un des mieux. Je n’eus pas le temps de prendre action, car aucun de nous deux n’avait eu l’idée de vérifier ce que faisait l’Apitrini. Du moins, jusqu’à maintenant. Et celui-ci semblait vouloir visiter les environs avec beaucoup d’entrain.
Ce fut ma camarade qui s’en alla le chercher, mais sans prévoir une chose. Elle s’était libérée ses mains en confiant son ami cotonneux à son Scarabrute, mais je n’avais eu que le temps de lui crier son nom en me rendant compte que ce qu’elle voulait faire. Je m’en étais rendu compte trop tard. Elle lança une réprimande à l’Apitrini puis l’attrapait dans ses bras, résultant en un « Splortch » magnifique suivi d’un :

-Uuuuuuurg ça coooolle.

C’en était trop pour moi… J’avais encore l’image de la jeune fille courant, pleine d’espoir, pour attraper la ruche volante pour finir recouverte de miel avec un visage déconfit. J’avais beau me mordre les lèvres, je ne pouvais pas l’empêcher d’arriver. Je me mis à rire comme jamais je ne l’avais fait. Je me tordais en deux, riant le plus honnêtement du monde. Mais comme tous les rires, il devait se terminer…

-Huhu… Huuu… Désolé. Je voulais pas te blesser ou quoi que ce soit hein, mais c’était juste trop drôle. J’ai essayé de te prévenir, mais les Apitrinis servent de collecteurs dans les ruches. Ils transportent le nectar et le miel quoi. J’ai lu ça dans un bouquin y’a pas longtemps.

On se remit à marcher un peu, histoire d’atteindre le banc, où elle posa ses affaires encore intactes et surtout, relâcha la pauvre ruche qui ne comprenait pas ce qu’elle venait de faire. Ce qui se traduisit par une moue triste de la part des trois visages, le genre de moue à briser le cœur. Mais j’étais encore trop enjoué de la façon dont Obéline avait réagi à son câlin pour me sentir vraiment affecté.

Obéline me proposa de jouer un peu avec lui pour lui remonter le moral, pendant qu’elle s’éloignerait pour se laver un peu. Les expressions qu’elle avait prises m’avaient un peu fait vibrer le cœur. Sa moue, un peu forcée, avait eu l’effet d’un petit coup dans mon cœur, mais le fait qu’elle poursuive avec son sourire éclatant n’avait fait que ressortir sa beauté et j’en avais loupé un battement. Je ne m’étais jamais rendu compte à quel point un visage pouvait être expressif. Elle ne me laissa pas le temps de dire quoi que ce soit et s’écarta en courant un peu.

-Hé bien bonhomme, il reste plus que toi et moi. On va sortir un peu de compagnie.


J’attrapais la première ball que je pouvais et laissait sortir son habitant. Le destin fut que celui qui apparut fut Moka, mon Tarsal. Ainsi, le choix du jeu allait être vite fait. Entre l’Apitrini sans bras et les pauvres capacités physiques de Moka, il valait mieux que je choisisse un jeu de réflexion. Je fouillais un peu dans mon sac, cherchant un jeu en particulier. Le but était juste de se souvenir des couleurs qui allaient s’afficher et d’appuyer sur les boutons dans le bon ordre. Moka ayant l’habitude de ce jeu, je lui laissais expliquer les règles au nouveau venu pendant que j’essuyais le miel qui débordait de chacun de ses visages, histoire d’éviter de retrouver du miel partout. L’avantage, c’est qu’il était tranquillement en train d’écouter le Tarsal, ce qui me permettait de pas avoir trop de difficulté à le nettoyer.
On passa quelques minutes à jouer, tranquillement et paisiblement, sans faire attention à quoi que ce soit d’autre. Et le jeu semblait bien plaire aux deux pokémons qui s’amusaient comme des petits fous. Quant à moi, je les regardais tranquillement, lançant un regard interrogateur aux environs pour vérifier que tout allait bien ou si Obéline revenait. Bien évidemment, je ne relâchais pas ma garde, veillant à ce qu’ils ne se lassent pas et décident de s’éloigner un peu. Finalement, au bout de quelques minutes, Obéline fut de retour. Propre. Et chargée en vivres pour bien le reste de l’après-midi.

-Nous revoilà ! On a trouvé quelques baies et j’ai également de l’eau pour notre ami ! Ça s'est bien passé de ton côté ?

-Tout va bien, il a été un gentil garçon, et il aime bien jouer. On aura peut-être pas trop de mal à le gérer. Et toi, ça va mieux ? Plus propre ?

Apitrini semblait se tenir tranquillement, tant mieux pour nous. Peut-être aurais-je un peu l’occasion de discuter avec Obéline au moins…

-Bon vu qu’on est tranquille pour le moment, on discute ? On va pas rester là sans rien faire non ? Autant en profiter. T’es là depuis longtemps toi ?

En disant cela, je lui donnais un grand sourire innocent. J’avais envie de connaitre un peu plus la personne avec qui j’étais tout de même. Et en plus, j’avais l’impression que je pourrais peut-être obtenir quelques idées venant d’elle. Après tout, nous étions deux coordinateurs, peut-être qu’elle aurait quelques bonnes idées de spectacles que je pourrais donner ?

L’après-midi était tout juste entamé, et les acteurs principaux étaient rassemblés. Qu’allait-il donc arriver ?








_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5109-355-let-s-perform-everyone-o-elio-nagashi-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5123-elio-nagashi-voltali
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Kalos
Âge : 14 ans
Niveau : 20
Jetons : 1454
Points d'Expériences : 541

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Lun 27 Mar - 20:48

▬ Oui je suis allée me rincer à la fontaine ! J’ai perdu espoir en l’état de mon pull mais en tout cas moi, ça va mieux !

Obéline sourit puis observa leur petit protégé.

Elle était surement la première à s’étonner du déroulement que prenait ce cours. Pour Obéline et probablement chaque élève de cette école, les heures de classe, aussi instructives soient elles, étaient bien souvent synonymes d’imprévus et de péripéties. Le chaos dans lequel commença celui-ci promettait de ne pas échapper à la règle… Et pourtant… Elio et la gamine semblaient être tombé sur la perle rare. Ils suffisaient de tendre l’oreille pour comprendre que la plupart des autres bébés qui avaient envahi le parc n’était pas du même acabit.

L’Apitrini avait certes le défaut physique d’être littéralement collant, il n’en était pas moins une adorable créature, joyeuse et attachante. Il fallait le surveiller, comme n’importe quel jeune pokémon, mais rien d’excessif. Il ne cherchait pas à s’enfuir, il n’était pas bagarreur ni pleurnicheur. Non, il n’était que trois visages souriants, heureux d’être ici.

Obéline déposa les fruits qui encombraient ses bras sur un tissu qu’elle étala dans l’herbe juste à côté du banc. Elle sortit également de son sac l’écuelle qui lui servait à donner de l’eau à son équipe et la remplit pour la poser près des victuailles. L’abeille semblait hésiter. Indécis peut être devant un choix dont il n’avait pas l’habitude. La gamine allait lui proposer un des nombreux fruits, mais sa renarde fut plus rapide. Pixi tourna autour du festin et saisit par la tige une baie Repoi, douce et fondante sous la dent, qu’elle amena à l’Apitrini. D’un ton bienveillant elle l’encouragea à goûter ce fruit, lui assurant qu’il était l’un de ses préférés.  La petite abeille suivit ses conseils et croqua timidement dedans. Les étoiles qui s’affichèrent dans ses yeux et la vitesse à laquelle il ingurgita le reste furent les preuves de son appréciation. Pixi, sourire au museau, continua de lui présenter les fruits que l’Apitrini se faisait une joie et un honneur de goûter.

Obéline restait en retrait. Elle s’était assise à côté d’Elio et observait d’un œil étonné le comportement de son premier compagnon. Il y a un an, une telle attitude de la part de sa Goupix aurait été pur fantasme. Jamais elle n’aurait daigné levé la patte pour apporter son aide à un autre pokémon. Il était même impensable qu’elle ne s’en préoccupe.

Mais le temps était passé.

Le temps l’avait changé.

Pixi était devenue plus ouverte. Il lui arrivait parfois même comme aujorud’hui de faire preuve d’un instinct presque maternel. Oh, elle était loin d’être exempte de tous ses défauts. Elle n’agissait ainsi qu’avec les pokémons qui ne pouvaient devenir une menace selon elle. Elle restait relativement difficile avec les autres membres de l’équipe, provoquant encore presque quotidiennement de nombreuses disputes qui faisaient maintenant partie de la routine de la gamine. Elle agissait encore comme une petite peste avec d’autres pokémons comme ceux des amis trop proches de sa dresseuse. Cependant, elle n’était plus agressive avec eux. A moins qu’ils ne le cherchent, elle se contenter d’agir une petite princesse hautaine, ne daignant souvent même pas les voir, les ignorant ou leur lançant des regards d’un air supérieur.

Mais avec une petite créature, faible et fragile, qu’Obéline ne risquait plus de voir bien souvent, Pixi avait compris qu’elle n’avait aucune raison d’agir ainsi. Au contraire, elle pouvait aider sa dresseuse sans prendre le moindre risque. Elle pouvait récolter les lauriers de son bon comportement ! Elle n’avait aucune raison d’hésiter.

La gamine n’était pas dupe. Elle connaissait et comprenait parfaitement le raisonnement de Pixi. Il n’était pas forcément sain, mais le résultat était là devant ses yeux. Sa caractérielle goupix s’occupait de bon cœur d’un autre pokémon. Rien ne pouvait la ravir plus.

▬  Bon vu qu’on est tranquille pour le moment, on discute ? On va pas rester là sans rien faire non ? Autant en profiter. T’es là depuis longtemps toi ?

La voix d’Elio la tira de ses pensées. Elle ne s’était rendue compte ni de son absence ni de son silence. Elle se reprit en souriant :

▬ Je suis arrivée au début de l’année dernière, donc ça fait un an et demi que je suis là maintenant, même si j’ai pas forcément beaucoup avancé dans mon parcours… En vrai quand je suis arrivée ici, je ne savais même pas qu’on devait choisir deux spécialités. Je me voyais que Performer… Ce qui explique un peu pourquoi je stagne en ce moment…  Enfin pour être honnête, tant que je suis performer, ça me va ! Je m’en fiche un peu du reste ! Et toi ? Tu es arrivé quand ? Et tu veux faire quoi ?

Ils continuèrent de discuter, profitant de cet après-midi plutôt tranquille lorsque Obéline remarqua ce que leurs pokémons faisaient avec l’Apitrini. Sa Goupix et le tarsal d’Elio semblait présenter à la petite abeille une improvisation de performance ce qui semblait le fasciner. Elle tapota le bras de son partenaire :

▬ Oh regarde ! On dirait que nos pokémons ont présenté une petite performance à l’Apitrini ! Ca a l’air de bien lui plaire en tout cas ! On pourrait peut être profiter du temps qu’il nous reste pour lui montrer ce qu’on sait faire ? Et peut être même lui apprendre un tour ?

Elle attendit l’approbation d’Elio avant de sourire de plus belle. Elle se retourna alors vers les créatures pour leur annoncer le programme :

▬ Dites ça vous dit, Elio et moi on vous propose un truc ! Apitrini, tu as l’air de bien aimé les performances, du coup si tu veux on peut te montrer un petit show chacun et après on pourra même t’apprendre un tour à toi aussi !

L’abeille afficha trois sourires sans équivoque.

▬ Parfait alors ! Pixi ça te dit si on commence ?

La gamine avait un plan.

Il n’y avait besoin ni de salle ni de scène. Un peu d’espace et un public, aussi réduit soit-il, suffisait. Il allait falloir se passer de musique également. Elle entendait d’ici les réflexions que ferait Cadence sur cette décision. Cette idée la fit sourire, évacuant la pression qui pesait sur sa poitrine. A quelques mètres d’elle, de l’autre côté de l’estrade imaginaire se tenait Pixi, attendant sagement le signal.

La gamine leva le bras. Le spectacle pouvait commencer.

Avant même d’avancer, la Goupix lança dans les airs de nombreux feux follets à l’étrange lueur violacée. Ils restèrent un instant figé dans le temps avant d’entreprendre une lente descente vers le sol. Pixi et Obéline avancèrent alors, slalomant gracieusement entre les feux maudits. Elles ne semblaient pas les éviter, au contraire on aurait dit qu’elles dansaient avec eux, tournant autour de l’un avant de passer à leur partenaire suivant. Lorsqu’elles se rejoignirent, les feux follets avaient atteint le sol, se laissant mourir dans un dernier brasillement. Obéline s’agenouilla en fermant ses paupières devant la renarde qui avança une de ses pattes avant et baissa la tête dans une noble révérence. Puis la Goupix releva la tête d’un geste lent pour lancer une onde folie au dessus de sa dresseuse. Les particules violettes se figèrent au dessus de la coordinatrice en un cercle harmonieux. La jeune fille toujours yeux fermés, se releva entourant son corps du cerceau fou. Pendant sa relevée, la renarde fit quelques petits bonds de feu autour de son amie, laissant sur son passage de petites flammes mouvantes avant de bondir dans les bras de sa dresseuse. Elle faisait face au public.

Elle lança alors de petites flammèches sur les orbes de folie qui teignirent immédiatement les flammes d’un dégradé passant du rouge le plus vif au violet le plus macabre, leur faisant entamer leur descente. A mi parcours, Obéline rouvrit les yeux et sa goupix lança une attaque lance-flammes devant elle, les faisant disparaître dans une ronde de flammes.

Cachée du public pour un bref instant, Obéline sortit de sa poche la pierre qu’elle y avait glissé, la tendant à son compagnon de toujours :

▬ Si tu le veux, Pixi…

Grâce à la sécheresse de Pixi, les flammes avaient gardé leur intensité, dissimulant les deux artistes durant encore quelques précieuses secondes, jusqu’à ce qu’une masse ne bondisse de cet enfer. Ce fut une magnifique Feunard qui en sortit.

Brisées dans leur harmonie, les flammes se volatilisèrent laissant seules les performeuses dans leur salut.



HRP:
 

_________________


 
she is just a little
snowflake
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4420-309-obeline-gauthier-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4466-obeline-gauthier-mentali#46065
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 18
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 324

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Jeu 6 Avr - 19:55


Spectacles









Je m’étais adressé à Obéline pour m’informer à son propos un minimum. Elle semblait être quelqu’un de sympathique, d’ouvert mais pas stupide pour autant. Sa compagnie était d’autant plus agréable qu’elle semblait être quelqu’un me ressemblant sur certains points. En même temps, assister aux cours de Melty avait cet effet sur la plupart des gens que j’avais rencontré. Cet effet de calmer les gens, de les laisser se détendre… Ou à l’opposé, de les laisser se lâcher. Mais, là, nous étions plus dans une ambiance de tranquillité que de compétition ou autre, ce qui faisait que nous pouvions prendre notre temps. Nous pouvions respirer et être tranquilles.

-Je suis arrivée au début de l’année dernière, donc ça fait un an et demi que je suis là maintenant, même si j’ai pas forcément beaucoup avancé dans mon parcours… En vrai quand je suis arrivée ici, je ne savais même pas qu’on devait choisir deux spécialités. Je me voyais que Performer… Ce qui explique un peu pourquoi je stagne en ce moment…  Enfin pour être honnête, tant que je suis performer, ça me va ! Je m’en fiche un peu du reste ! Et toi ? Tu es arrivé quand ? Et tu veux faire quoi ?

Pendant qu’elle parlait, je me laissais tomber dans l’herbe fraiche. Le soleil était caché derrière quelques nuages et la chaleur était juste assez présente pour ne pas être désagréable. Sa petite voix me parvenait sans aucun problème, et je pouvais apprécier la conversation sans me lever. Ainsi, elle était arrivée au début de l’année dernière… Comme moi… Les points communs continuaient à se cumuler, ce qui me laissait sourire doucement.

-Hu, c’est drôle ça. Je suis arrivé l’année dernière aussi ! Et pour autant, j’ai pas non plus trop avancé vers mon objectif…

Je levais ma main vers le ciel comme pour l’attraper, laissant voler les pousses d’un pissenlit que j’avais attrapé.

-J’ai un peu de mal à côtoyer les gens… Alors j’ai fini par prendre mon temps. Mais être ici me plait beaucoup, alors je compte bien en prendre un maximum de ce temps. Après tout, c’est avec le temps que je pourrais devenir le Performer que je souhaite. Je suis entré ici pour ça après tout. J’ai toujours aimé une artiste ayant fait des spectacles à ma ville natale, Cimetronelle, et c’est ce qui m’amène ici, en train de te parler. Je compte bien devenir Performer. Quoi qu’il m’en coûte.

Je me retournais sur le côté, pour me tourner vers Obéline. On était décidemment semblables l’un à l’autre, c’était drôle que l’on se soit retrouvés ensemble pour le cours, mais au moins, on se avait des chances de se comprendre tous les deux. Je rigolais encore légèrement en y repensant.

-C’est fou. On se ressemble à un point ! Ne me dis pas que tu fais une collection de Pokémons originaires d’Hoenn toi aussi ? Je ne te croirais même pas !

Je lui tirais la langue à la fin de ma phrase, comme si je me moquais d’elle. Cet après-midi était décidément plus agréable que celui que j’avais prévu à la base. Et vu comment c’était parti, il allait être difficile de faire en sorte que l’on ne s’apprécie pas. J’étais bien parti pour me faire une bonne amie. Et en plus, nous avions eu de la chance sur le Pokémon dont on devait prendre soin, car le fait qu’il reste calme et sage était énormément prolifique.

L’après-midi avançait lorsque Obéline se retournai vers moi.

-Oh regarde ! On dirait que nos pokémons ont présenté une petite performance à l’Apitrini ! Ca a l’air de bien lui plaire en tout cas ! On pourrait peut être profiter du temps qu’il nous reste pour lui montrer ce qu’on sait faire ? Et peut être même lui apprendre un tour ?

-Ohohohoh… Elle me plait bien la petite ruche.

Je me levais d’un bond, un sourire de motivation gravé sur le visage.

-Je suis cent pour cent pour ! On lui montre un petit spectacle et on lui apprend un truc rapide ! C’est Melty qui va être contente.

On s’approchait des trois Pokémons qui s’amusaient donc de leur côté. La Goupix de Obéline, Apitrini et Moka semblaient avoir motivé ma camarade à montrer quelques tours. Elle s’amusait de la situation avec un grand sourire et son entrain ne faisait que me pousser à la rejoindre dans l’activité du jour. Et les démonstrations allaient commencer avec elle. Quant à moi, de mon côté, je guidais le petit Pokémon à un endroit où il pourrait parfaitement voir tout le spectacle. Il se plaçait volontiers à côté de moi pour regarder, voletant en attendant la préparation des deux camarades qui allaient effectuer leur spectacle. Mon Tarsal, quant à lui, s’était assis devant moi, prêt à apprécier la démonstration.

Obéline leva le bras, signe qu’elle allait commencer. Je restais bouche bée devant ce qui arrivait ensuite. La Goupix lançait des Feu Follet partout dans le ciel au-dessus des deux. Puis, l’une comme l’autre, elle se mirent à avancer entre les flammes violacées. L’ambiance était telle que j’avais eu l’impression de voir le ciel même, le monde même s’assombrir. Comme si autour d’elles deux, il n’y avait plus rien que ces flammes. Elles avançaient, dansant entre les flammes, pour finir par se rejoindre au moment où chacune des flammèches disparut au contact du sol. Révérence de la dresseuse, Onde Folie du petit renard, entourant son amie d’un cerceau violet, puis sautant autour d’elle, provoquant l’apparition de nombreuses flammèches orangées. Le résultat final fut l’apparition d’une sorte d’onde de flammes, rouge éclatant un instant, violet sombre le moment d’après.

Finalement, une tornade de flammes fut créée par la Goupix, enveloppant les deux corps, ne laissant rien paraitre. Impossible de voir, d’entendre, de percevoir ce qui se passait à l’intérieur. Et pourtant, si je l’avais su, j’aurais été tout autant surpris. La tornade finit par se calmer. Une ombre en bondit, brisant le cercle de flammes pour révéler sa majestueuse forme. Et lorsque finalement le calme fut retombé, rien ne restait. Aucun bruit. Aucun souffle. Rien. Car devant nous, à la place de la petite Goupix qui était censé être là, nous nous retrouvions avec un Feunard, au poil plus pur que jamais.

Je sentais quelque chose couler sur mes joues. Un liquide. Des larmes. Pourquoi ? Je ne savais pas. Mais au fond de moi, j’étais à la fois heureux et triste. J’étais heureux pour elles évidemment. Obéline venait d’avoir un grand honneur en tant que dresseur et sa camarade était encore plus belle qu’avant. Pourtant, derrière cette joie, je sentais une pointe de tristesse. Jamais plus elle ne pourrait reprendre sa forme précédente. Jamais. Elle ne pourra pas reprendre cette forme même si elle le voulait plus que tout. Elle ne pourra plus jamais profiter du plaisir d’être de petite taille.

J’essuyais les larmes d’un revers de manche. Apitrini, pendant ce temps, était parti vrombir de joie à côté de Obéline.

-Hem… Désolé… Je… Toutes mes félicitations Obéline. Je crois que tu as donné un des meilleurs spectacles que j’ai vus là. Tu nous le refais en entier ? Avec l’évolution ?

Je laissais un petit rire sortir en continuant d’essuyer les larmes. Deux petites gifles histoire de me remettre, et je me retournais.

-Bon… Et pour fêter ça, je te propose un petit spectacle. J’espère que ça te plaira !

Je m’avançais sans lui laisser le temps de répondre, histoire de ne pas me remettre à pleurer. L’occasion était heureuse, alors ce n’était pas le moment de ruiner la chose. Autant lui souhaiter du bonheur avec une représentation correcte. Je pris Moka dans mes bras et lui murmurait quelle représentation nous allions faire. Je savais comment faire un minimum honneur à mes camarades au moins. Je reposais Moka au sol puis lui fit face.

Je me plaçais derrière lui, faisant tout deux face à notre public, les bras croisés, le corps raide. Puis, je clamais, haut et fort, le début d’une histoire de chevalier. Une histoire comptant les difficultés qu’affronta un chevalier pour survivre, seul représentant de son peuple tombé.

« Le chevalier, seul, avançait dans les terres désolées de son royaume ravagé… Même la météo s’était mise contre lui. »


A ces mots, Moka commençait par faire voler autour de nous un cercle de Feuillemagik, comme un anneau parfait. Puis, au final, l’anneau se décomposa pour former plusieurs tornades tournant autour de nous. Mon camarade fit quelques pas tandis que je disparu dans la masse de feuilles qui tournoyait autour de moi. Puis je sautais a travers, me faisant volontairement couper a quelques endroits.

« Le chevalier ayant survécu à la destruction de son pays, pensait mourir ici, mais malgré la douleur qui le frappait, malgré le fait que le monde s’acharne autour de lui, il ressortait de chaque épreuve. Même cette fois où il fut entouré par une armée… »

Je prononçais le dernier mot lorsque plusieurs Tarsal apparurent autour de moi. Chaque ombre possédait une sorte de volonté, avançant vers moi, petit à petit, chacun armé d’une des feuilles ayant précédemment servi. Puis, au final, au moment où ils furent sur le point de me toucher, je me mis à tournoyer entre eux, esquivant assaut sur assaut, pour finir par me faire attraper « involontairement ».

« Même frappé par les lames ennemies, il ne semblait pas mourir. Finalement, alors qu’il s’était laissait choir au sol pendant des années, une forme apparut devant lui. »

Les reflets disparaissaient un à un pendant que je parlais, pour ne laisser que le vrai, baissé à côté de moi. Il lança un Psyko, faisant flotter les feuilles et moi à quelques centimètres au-dessus du sol. Puis il lança un Vibrasoin, une onde couleur blanche qui frappa sans distinction les objets flottants. Les feuilles devinrent une à une des petites lampes, comme des esprits volant autour de moi. Quant à moi, la poussière disparut, les égratignures et les coupures se refermèrent et je finis par être reposé, debout. J’attrapais les mains du Tarsal qui était devant moi et finit l’histoire…

« Alors qu’il pensait être seul, le chevalier, rejoint par les esprits de ses camarades, fut emmené à l’endroit où il souhaitait le plus être. Près de ses amis. Près de sa famille. Près de son peuple. Son âme persistant à exister sur Terre pouvait enfin se reposer… »

Je me relevais et m’inclinais devant les spectateurs, ayant fini ma représentation à mon tour.









_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5109-355-let-s-perform-everyone-o-elio-nagashi-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5123-elio-nagashi-voltali
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9046

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Ven 14 Avr - 17:30

Modération Obéline

Utilisation de Coupe
Gain Tu gagnes :
x1 Baie Pêcha
x1 Baie Alga


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Kalos
Âge : 14 ans
Niveau : 20
Jetons : 1454
Points d'Expériences : 541

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Dim 16 Avr - 2:03

En relevant son visage, Obéline y affichait une expression de fierté. Fière de la petite représentation. Fière de sa Goupix devenue Feunard. Cependant, son sourire se perturba lorsqu’elle vit sur les joues d’Elio les larmes couler. Remarquant surement son embarras, le jeune homme essuya d’un revers de manche ses larmes et vint la féliciter.

▬Hem… Désolé… Je… Toutes mes félicitations Obéline. Je crois que tu as donné un des meilleurs spectacles que j’ai vus là. Tu nous le refais en entier ? Avec l’évolution ?

Obéline sourit,oubliant doutes et inquiétude. Cela faisait plus d’un an qu’elle était devenu coordinatrice mais elle avait toujours cette boule au fond de son ventre. Cette angoisse de ne pas être à la hauteur. De ne peut être jamais l’être. Ce n’était plus aussi fort qu’avant. Plus aussi étouffant. Mais toujours présent. Le compliment d’Elio l’avait cependant rassuré, fait fondre son appréhension. La performance avait plus à son public, elle ne pouvait rien demander de plus.

▬ Haha, avec plaisir mais j’espère que tu n’es pas pressé parce que ce ne sera pas pour tout de suite. Mais ne t’en fais pas, je t’appelerais la prochaine fois que ça arrivera.

Obéline regarda alors sa Pixi. Sa nouvelle Pixi. Sous sa nouvelle forme. Elle était à ses côtés, s’amusant avec ses longues et soyeuses queues, jouant de son nouveau physique. Elle était plus grande désormais, plus imposante également, peut être plus gracieuse sous le regard de certains. Mais elle restait celle avec qui elle avait tant partagé, tant vécu. Il suffisait que leurs prunelles se croisent pour le savoir.

Elle était toujours sa Pixi.

▬ Bon… Et pour fêter ça, je te propose un petit spectacle. J’espère que ça te plaira !

Obéline hôcha la tête, enthousiaste à l’idée d’assister au spectacle d’un autre performer. Elle n’avait dans ses connaissances que peu de performers et finalement n’avait que très rarement l’occasion d’être le public d’une prestation d’un autre élève. La gamine s’assit donc sur le banc, au côté de l’apitrini. La feunard, non pas sur ses genoux mais devant elle à ses pieds. Elles allaient devoir s’y faire.

Le Voltali commença alors son oratoire. Et Obéline se laissa transporter. Jamais elle n’avait assisté à un spectacle jouant sur un récit. Une histoire de chevalier. Evidemment. C’était un chevalier errant, affrontant ses adversaires fantomatiques. Affrontant ses propres démons pour trouver le repos éternel.

Obéline resta sans voix. L’histoire n’avait pas été bien longue, mais elle n’avait jamais vu un spectacle de coordination sous cet angle. Comme une pièce de théâtre. Elle qui ne jugeait que par le spectacle visuel, la force graphique, elle n’avait guère prêté attention au récit, à l’histoire qu’elle pouvait transmettre. Et pourtant Elio mêlait les deux parfaitement, il racontait son aventure tout en la vivant devant les yeux d’Obéline.

La gamine était bluffée. Elle se releva d’un coup de son siège, brisant le quatirème mur d’un bond et s’exclama avec son enthousiasme d’enfant:

▬Wow ! C’était trop cool ! J’avais jamais vu une performance comme ça ! Avec une histoire et tout ! Et puis ton Tarsal a vraiment géré les effets du coup pour t’accompagner, on s’y croyait vraiment ! Ca change des spectacles qu’on a l’habitude de voir !

La gamine qu’elle était redevenue étira son corps comme son sourire.

▬ Ah ça m’a motivée en tout cas ! Obéline se tourna vers la petite abeille, toujours tout sourire et s’adressa à lui. Alors mon petit Apitrini c’est à toi du coup ! On va t’apprendre un tour ! Bon voyons voir ce que tu connais comme attaque déjà...

Elle jeta un coup d’oeil à son iPok. Tornade, doux parfum et… c’était tout. Elle releva ses yeux, croisant ceux de l’insecte, débordant d’étoiles et de rêve. qui l’observaient avec hâte. Il était beaucoup trop mignon, Obéline ne pouvait le décevoir. Elle lança un regard plein de volonté à Elio. Ils devaient faire de leur mieux !

▬ Apparemment tu connais tornade et doux parfum ! On va pouvoir faire quelque chose de sympa je pense ! Alors allons-y !

La petite troupe passa le reste du cours autour de l’Apitrini, à lui apprendre à lancer ses attaques au bon moment, à se mouvoir avec grâce, tout en gardant son sourire naturel. L’abeille était un élève exemplaire, motivé et patient, Obéline se fit une joie de lui enseigner les bases de la coordination avec Elio. Même son équipe participa à son entrainement de bon coeur.

Quelques minutes avant la fin du cours, ce fut enfin à l’Apitrini de faire sa petite performance devant son public. Il attendit les yeux fermés quelques secondes, comme on lui avait appris. Il devait faire monter le suspense, ne pas commencer tout de suite. Lorsqu’il sentit que le moment était venus, il ouvrit ses trois paires de paupières et s’envola doucement dans les airs en tournant sur lui même, dispersant de ses petites ailes un doux nuage rose de parfums en jolies spirales. Arrivé à une certaine hauteur, il lança son attaque tornade, brisant la douce danse rosée pour faire s’envoler la poudre aux alentours. Il redescendit alors à son tour et comme Elio et Obéline précédemment il salua son audience.

Lorsqu’il releva la tête, la gamine applaudit de bon coeur. Les bouches de l’Apitrini dessinèrent de grands sourires. Il s’avança puis se stoppa, l’air un peu triste. Elle comprit. Obéline se releva et se dit que tant pis. Elle s’élança vers le petit pokémon pour le prendre dans ses bras et le féliciter, se recouvrant de miel au passage :

▬Bravo Apitrini ! Tu as été génial !

Elio vint les rejoindre à son tour, félicitant également leur ami.

Melty annonça alors la fin du cours. Il était l’heure de se séparer. Obéline lâcha son entreinte sur le petit insecte. Un pincement au coeur. En un après-midi, elle s’était énormément attachée à l’Apitrini et s’en séparer lui brisait le coeur. Leur compagnon du jour aussi semblait bien triste de les quitter… Elle reprit courage. Elle se devait de montrer l’exemple. Elle devait se montrer forte pour lui. Elle pourrait toujours revenir le voir après tout. Ce n’était pas vraiment ni un adieu, ni la fin…

Elle décrocha alors son plus beau sourire et lança à l’Apitrini :

▬ Bon, c’est la fin de notre cours ensemble… Mais je te promets qu’on repassera te voir ! Pour voir comment tu t’en sors et pour te redonner des leçons si tu veux ! Tu vas me manquer Apitrini !


_________________


 
she is just a little
snowflake
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4420-309-obeline-gauthier-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4466-obeline-gauthier-mentali#46065
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 18
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 324

MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   Dim 16 Avr - 11:55


Chute du rideau









Alors que je relevais la tête, je lançais un sourire innocent à mon audience. Je n’étais pas spécialement exténué dû à l’effort, mais plus à cause du stress. C’était la première fois depuis un bout de temps que je faisais une représentation devant un public, et c’était d’autant plus une première que je n’avais jamais eu de retours sur le type de performance que je venais d’effectuer. Mes jambes en étaient toutes flagada et ce n’était que pour donner l’exemple à Apitrini que je ne m’écroulais pas par terre tellement la boule dans mon ventre était grande.

Fort heureusement pour moi, Obéline avait eu la parfaite réaction pour me calmer. Elle se leva d’un bond et se rapprocha avec un air enthousiaste qui me disait clairement quelle serait sa réaction. Le nœud se desserrait un peu.

-Wow ! C’était trop cool ! J’avais jamais vu une performance comme ça ! Avec une histoire et tout ! Et puis ton Tarsal a vraiment géré les effets du coup pour t’accompagner, on s’y croyait vraiment ! Ca change des spectacles qu’on a l’habitude de voir !

-M… Merci ! Je dois t’avouer que c’est une première alors j’avais un peu peur du résultat. Heureux que ça t’ai plu !

Apitrini semblait tout heureux lui, me tournant autour plus vivement que jamais, puis retournant sur Obéline, revenant sur moi. Il semblait que nos prestations lui aient bien plu et qu’il souhaitait essayer lui aussi. Autant dire qu’au moins, nous avions un élève passionné par le sujet maintenant. Son vrombissement ne faisait que traduire son impatience à aborder le sujet.

-Ah ça m’a motivée en tout cas ! Alors mon petit Apitrini c’est à toi du coup ! On va t’apprendre un tour ! Bon voyons voir ce que tu connais comme attaque déjà...

Obéline eut le réflexe de sortir son Ipok pour scanner la petite ruche volante, qui observait l’appareil avec un regard interrogateur, curieux et espiègle. Du temps qu’il ne se jetait pas dessus pour le couvrir de miel, nous étions en sécurité. Ainsi, le scan se passa sans problème et Obéline annonça finalement les résultats. Tornade et Doux Parfum. Deux attaques simples, mais nous pouvions déjà faire quelque chose. Nous étions Performer après tout. Si on ne pouvait pas faire un spectacle de deux attaques, on mériterait de se faire taper sur les doigts.

Le reste de l’après-midi se déroula dans le parc, avec un Apitrini heureux de se faire enseigner l’art du spectacle par une masse de Pokémons. Obéline et moi avions sorti plus de camarades que nécessaire, mais au moins, nous étions sûrs qu’il apprendrait correctement. De toute façon, son envie d’apprendre en faisait un élève parfait, qui suivait les instructions à la lettre, n’hésitant pas à en rajouter lorsqu’il savait qu’il pouvait. Au final, il avait réussi à enregistrer une chorégraphie entière tellement il était motivé, ce qui nous avait bien amusé puisqu’il semblait y prendre plus goût que nos propres pokémons qui le regardait, exténués pour certains, fatigués pour d’autres et inexpressifs pour le reste.

Finalement, quelques minutes avant la fin du cours, il eut le droit à sa représentation en public. Il enchainait ses attaques parfaitement, n’oubliant aucun des conseils que l’on lui avait fournis. Que ce soit de créer de l’attente du public, de le fasciner en modelant ses attaques sous des formes particulières ou même de l’attendrir en étant le plus mignon possible, il avait tout retenu et tout appliqué. Et c’est bien pour cela que son sourire, pur, innocent, brillant, ne faisait que rendre plus difficile ce qui nous attendait après cela.

L’odeur de son Doux Parfum flottait encore dans les airs lorsqu’il finit enfin sa représentation. Obéline était directement partie lui faire un câlin, en dépit de la couche de miel qui se versa sur elle. Quant à moi, je m’étais posté à côté, souriant tristement car je savais ce qui arrivais. Nous allions devoir nous séparer… Après un après-midi des plus agréable, il était temps de se laisser partir, chacun de son côté.

Et lorsque Melty annonça la fin du cours, passant dans chaque groupe pour récupérer le Pokémon de chacun, je sentais mon cœur se briser petit à petit, morceau par morceau. Il avait été parfait. Gentil. Souriant. Calme. Attentif. Et maintenant, il allait être loin. Je lançais un regard à Obéline, qui semblait être dans le même état que moi. Elle aussi voulait rester avec cette petite ruche volante. Finalement, Melty s’approchait de nous pour le récupérer.

-Bon, c’est la fin de notre cours ensemble… Mais je te promets qu’on repassera te voir ! Pour voir comment tu t’en sors et pour te redonner des leçons si tu veux ! Tu vas me manquer Apitrini !

-Gros bisous toi. Tu es un gentil garçon avec Melty hein. Et puis même avec les autres. Oublie pas comment bien impressionner les gens aussi, avec ton petit sourire, je suis sûr que tu feras des ravages !










_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5109-355-let-s-perform-everyone-o-elio-nagashi-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5123-elio-nagashi-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio   

Revenir en haut Aller en bas
[Cours 07 – Coordinateur] La coodination au coeur du chaos ▬ PV Elio
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-