Partagez | .
Là où les rêves se rencontrent. | Lyra et Luce
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Kalos - Aufrac-les-Congères
Âge : 16 ans
Niveau : 32
Jetons : 528
Points d'Expériences : 818

MessageSujet: Là où les rêves se rencontrent. | Lyra et Luce   Lun 13 Mar - 20:40

Porté par le vent, le petit papier que la Givrali avait gardé dans ses mains voltigea quelque secondes au dessus du lac. Elle le vit se poser doucement sur la surface de l'eau avant d'en être submergé, pour au final disparaître de la vue de l'adolescente. Perplexe. Elle restait perplexe. Comme pour lui faire une farce le Capumain flamboyant de la brune avait tenté de lui prendre la petite feuille sur laquelle elle avait débuté un dessin. Mais il n'avait sans doutes pas choisi le bon moment. Parce que sa dresseuse ne semblait pas bien concentrée, Teigne avait profité de cela pour tenter de mettre sa farce à l’œuvre. Et lorsque la brune, surprise, agacée et presque paniquée, avait fait un geste pour tenter  de récupérer ce qui lui appartenait, pris dans un déséquilibre le Capumain avait chuté en arrière, libérant de ses pattes le dessin de l'adolescente que le vent avait attrapé. Elle avait eu un peu de chance qu'il ne s'agisse qu'un début de croquis. Mais plus le temps passait, plus l'adolescente ne savait plus quoi faire de son Singe. Il ne voulait pas lui obéir et elle avait beaucoup de mal à le contrôler. Inutile de préciser qu'en plus de ne pas aimer cela, ça confortait Lyra dans son idée qu'elle était loin d'être une bonne dresseuse. Hormis son regard elle n'avait eu la moindre réaction. Pas même un soupir, pas même le réflexe de lâcher un petit râle agacé, rien. C'était une habitude qu'elle s'était vue obligée d'accepter, sans pourtant cesser de réfléchir à une solution pour calmer son Pokémon.
        Le regard un instant rivé sur le paysage qui l'enveloppait, elle ignora la présence du singe qui sautillait non loin d'elle, lui servant un sourire malicieux. La fraîche brise matinale vint doucement balayer les cheveux de la jeune Givrali, qui frissonnait à chaque fois que le vent venait frôler sa peau. Il faisait froid. Mais elle avait l'habitude de ce genre de climats. Petite, elle n'avait aucun soucis à sortir de chez elle à n'importe quel moment de la journée, en plein cœur d'une ville où régnaient neige et froideur. Elle reposa son regard là où s'était trouvée quelque instant plutôt sa petite feuille de dessin. Elle avait bel et bien disparu. Enfin, l'adolescente s'était décidée à lâcher un soupir. Mais il n'était nullement destinée à son Capumain. Son attitude commençait à la « blaser ». Elle n'était même plus surprise de tout ce qu'il faisait, bien qu'au fond cela la désespérait. Elle tentait de chasser de son esprit le fait qu'elle soit une mauvaise dresseuse, parce qu'elle ne parvenait pas à gérer le plus hyperactif de ses Pokémons.... Mais autant dire que cet effort là était bien vain.
        Au départ, elle était venue ici pour dessiner le paysage du lac corail, qu'elle n'avait jamais cessé de trouver beau.
        Autant dire que Teigne l'avait totalement dissuadée de recommencer.

   Cette fois-ci, elle ignorait pour de bon le Singe rouge, peu importe ce qu'il faisait pour tenter de regagner son attention. Parfois, elle lui montrait de manière exagérée qu'elle n'en avait que faire de lui, en balayant du regard le paysage autour d'elle dès que Teigne voulait se faire remarquer. Elle ferma les yeux. L'expression attristée qui avait teinté son visage avait attiré l'attention du Capumain, qui, tête baissée, tenta de se faire plus discret. Elle n'arrivait même pas à le gérer. Et le fait qu'il ne soit encore qu'un jeune Pokémon n'excusait rien. En tant que dresseuse, elle devait savoir gérer n'importe quel Pokémon. Même les bébés. Il fallait qu'elle se rende à l'évidence, elle n'avait pas de compétences dans ce domaine. Mais elle n'en avait pas réellement non plus dans les autres domaines. ...est-ce qu'au moins elle savait se débrouiller quelque part? Si rêver faisait partie des matières, alors elle serait sûrement l'une des plus compétentes.
        Se rendant à l'évidence qu'elle ne pourrait récupérer la feuille évanouie au cœur du lac, elle feuilleta doucement son carnet, à la recherche d'une page vierge, d'un dessin a continuer. Elle enfouit dans son sac le matériel qui l'aidait à dessiner, continuant sa recherche. Son attention fut happée par un dessin sur lequel elle ne tarda pas à s'arrêter. Ce dessin... Elle se souvint alors qu'une fille de son dortoir avait fait le rapprochement entre un de ses rêve à elle, et « l’œuvre » de la brune. Elles avaient pu discuter un peu de cela, bien qu'elles aient eu toutes deux du mal à s'exprimer. Depuis le temps, elle ne l'avait pas recroisée. Et Lyra l'avait même achevé, ce dessin. Elle avait fait en sorte qu'il soit le mieux possible, corrigeant le maximum de détails. Peut-être que si elle retrouvait cette jeune fille, Lyra pourrait... lui confier son dessin? Après tout, si elles étaient du même dortoir, cela ne serait pas bien difficile... Au détail près que l'adolescente se sentirait probablement gênée, et ne saurait pas vraiment ce qu'elle devrait lui dire. Elle n'éprouvait pas l'envie de lui confier le dessin alors qu'elle était paniquée, gênée. Et la jeune fille avait l'air assez timide, elle aussi. En temps général Lyra n'aimait pas du tout se trouver auprès des autres sans savoir quoi dire. Et en quelque sorte, être encerclée d'une foule de monde l'intimidait. Une sorte de timidité, sans doute. Elle passa une main à l'arrière de son crâne, pensive. Comment cela se faisait-il qu'elle ai dessiné quelque chose de si similaire aux rêves de la jeune Givrali? Peut-être avaient-elle le même type de pensées. Elles rêvaient peut-être de la même manière? La jeune fille se laissa bien vite envahir par toutes sortes de questions, et elle en fut si distraite qu'elle ne remarqua même pas la présence de son Capumain qui venait d'apparaître dans ses bras. Il la fixait, tirant une petite mine boudeuse. Elle ne sembla rien remarquer, perdue dans les méandres de son imagination. Elle avait réussi à chasser en un petit instant ces pensées rabaissantes destinées à elle-même, pour se concentrer sur quelque chose d'autre. Comme si il fut vexé de l'absence d’inattention de la part de sa dresseuse, Teigne se mit à lui tirer les joues en grommelant, comme pour... l'imiter. La brune fut « réveillée » dans un sursaut, posant aussitôt son regard sur le singe. Il n'avait pas l'air d'apprécier le fait qu'elle l'ignore. Il l'avait sans aucun doute remarqué. Et il n'aimait pas ça, on dirait bien. Dans un sourire triste l'adolescente déposa une main sur le crâne de son Pokémon, soupirant.

-Désolée Teigne, je voulais pas que tu te sentes vexé.

   Satisfait qu'elle lui porte de nouveau de l'attention, il fit un bond en arrière en lui servant un grand sourire, tirant à demi la langue. Elle feuilleta une dernière fois le petit cahier dans lequel elle pouvait retrouver des dessins fais pour tous ses amis, qu'elle ne leur avait pas encore offerts. Elle se surpris alors à rougir quand ses yeux se posèrent sur le dessin qu'elle avait réalisé pour le jeune homme qui était pour elle comme un grand frère, et s'empressa de refermer le cahier. Tiens donc, c'était bien la première fois qu'elle rougissait si subitement, sans raison apparente... Etait-ce parce qu'elle était simplement gênée de lui avoir dessiné quelque chose? Parce qu'elle avait honte de ne pas oser lui remettre? Ou peut-être parce que... non, impossible. Elle secoua vivement la tête, et, enfouissant son carnet dans sa petite sacoche, elle prit appui sur le sol pour se redresser et il ne fallut que quelques secondes au Capumain pour venir se percher sur la tête de la jeune spécialiste Ténèbres.

-O-On rentre je suppose Teigne? Adressa t-elle à son Capumain, toujours autant gênée.

   Il donna son accord en tirant sur les cheveux de la brune, et il ne lui fallut pas très longtemps pour regagner le dortoir des Givrali. En milieu de matinée, l'endroit se trouvait être plutôt calme, ce qui était un bon point pour Lyra qui détestait se retrouvée gênée par les autres, entourée de monde. Elle songeait à rechercher la jeune fille à qui elle voulait confier son dessin, une fois arrivée au dortoir des Givrali. Elles avaient déjà eu l'occasion de discuter un peu, mais Lyra, n'ayant pas achevé le dessin de la jeune fille, l'avait gardé avec elle. Enfin, ce n'est pas comme si elle avait eu le choix... La jeune fille qu'on lui avait dit s'appeler Luce avait prit la fuite, l'air terriblement gênée. Elles avaient beau appartenir au même dortoir, les recherches s'avéraient plus compliquées que prévues, aux yeux de l'adolescente... Mais elle n'allait pas se décourager pour autant. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le Capumain demeurait incroyablement calme. Il ne bougeait pas, ne faisait aucun bruit... Il se contentait simplement de rester perché sur la tête de sa jeune dresseuse. Peut-être avait-il senti qu'il l'agaçait, et il avait eu peur qu'elle lui en veuille? Possible. A ce que la Givrali sache, Teigne était bien le plus émotif de ses Pokémons. Du moins, pour le moment. Et il fallait dire qu'en ce moment, Lyra était incroyablement stressée. Elle n'était plus aussi réactive qu'à son habitude, elle devenait molle dans ses actions et ne se défendait plus aussi bien qu'en temps normal. Et ça, le Capumain n'était pas le seul qui l'avait remarqué. Au final, ses farces il ne les faisait que dans le but de distraire sa dresseuse. Sauf qu'elle était bien trop stressée et obstinée pour s'en rendre compte. Teigne était triste que ses tentatives de faire sourire sa dresseuse échouent, à chaque fois. En fait, plus il tentait plus cela empirait. Sauf que ça, elle ne s'en rendait pas compte.
        Quand elle pénétra à l'intérieur de la salle commune du dortoir Lyra ne remarqua pas tout de suite la présence de la personne qu'elle avait l'intention de chercher un peu plus tard. Tout comme cette dernière ne sembla pas remarquer la présence de la brune. En ce moment, l'endroit était vide. Peut-être les Givrali étaient-elles dans leurs chambres, ou se baladaient-elles simplement. Et Lyra fut bien rassurée de ne voir personne. Sauf que le soupir soulagé qu'elle s'apprêtait à pousser fut stoppé par une tape de Teigne contre la joue de la brune. Elle sursauta. Pivota légèrement sur elle-même. Et elle croisa le regard de la jeune fille à qui elle voulait remettre le dessin. Sauf que Lyra se mit à paniquer, intérieurement. Ce n'était pas non plus dans ses habitudes de se mettre dans un état pareil pour une seule personne en face d'elle. En temps normal, elle savait se maîtriser. Mais... En ce moment elle ne savait pas quoi faire. Est-ce qu'elle devait l'approcher? Passer son chemin? Elle mourrait d'envie de lui remettre le dessin et pourtant elle n'avait pas non plus envie de faire peur à la jeune fille. Parce que tout le monde sait à quel point Lyra n'est pas douée avec les relations sociales. A chaque fois qu'elle tente d'approcher quelqu'un, tout part de travers. Et ça, elle était plutôt bien placée pour le dire. Elle resta quelques secondes plantée là, sans avoir rien à dire. Le silence de mort qui s'était installé suffisait à accentuer encore plus la pression qui pesait sur l'adolescente, et Teigne la fixait elle et l'autre Givrali, l'air perdu. C'est en tremblant que la jeune TopDresseuse se risqua à faire un pas près de la jeune fille face à elle. Au final, elle extirpa de son sac son carnet, avant de le tendre au bout de quelques secondes d'hésitation à la jeune Givrali, page ouverte sur le dessin.

-T-Tient, j-j'ai terminé le dessin qui ressemblait à ton rêve, j-je me disais que ça t'intéresserait peut-être de le voir...

   Elle n'avait pas su quoi dire d'autre que cela. Elle vint s'asseoir à ses côtés et glissa doucement la feuille dans les mains de la jeune fille. Son regard dériva sur le côté, la brune ne savait pas vraiment quoi dire. C'était le genre de choses qui s'avaient la gêner parce qu'elle n'était pas du tout douée avec les relations amicales. Elles avaient l'air d'être tendues, toutes les deux ici. Et de toute évidence, il fallait que la brune réalise que cet endroit n'était peut-être pas approprié pour discuter. D'autres Givrali pouvaient surgir à n'importe quel moment, et tout indiquait qu'aucune des deux adolescentes n'oserait parler, si cela arrivait. Plongée dans une grande et rapide réflexion, la brune se demandait comment elle pourrait faire pour parvenir à discuter calmement et naturellement avec la jeune fille. Hm... peut-être qu'elle accepterait de la suivre jusqu'à la forêt ? Il s'agissait d'un des lieux que Lyra aimait le plus, parce qu'elle s'y sentait bien et l'endroit était si dense qu'il lui était rare de croiser d'autres élèves. Elle se leva, tout doucement, et prit la main de l'autre Givrali avec délicatesse.

-Je... Enfin, est-ce que ça te dirait de m'accompagner en forêt ? Peut-être que ce sera mieux pour nous de discuter, on y sera plus tranquilles ? Je pense que l'air frai nous fera du bien à toutes les deux.

    Comme pour montrer son approbation, Teigne bondit sur l'épaule de sa dresseuse en adressant un grand sourire à l'autre Givrali. Et, comme pour la rassurer, il gagna la place à côté d'elle avant de venir se lover dans ses bras.

_________________


Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4483-317-je-n-ai-qu-un-objectif-et-je-ferais-tout-pour-l-atteindre-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4494-lyra-scarlet-givrali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 13
Jetons : 5221
Points d'Expériences : 220

MessageSujet: Re: Là où les rêves se rencontrent. | Lyra et Luce   Mar 18 Avr - 23:17

20/03/2017
feat. lyra scarlet


Aucun rayon de soleil n'avait l'air de pouvoir traverser de sitôt cette barrière de nuages sombres qui teintaient le ciel. Pas l'ombre d'une moindre pointe d'azur perçant à travers cette muraille grise qui s'étend au dessus de vos têtes. Des cascades de pluie s'abattent toujours sur le sol de la forêt dans un bruit sourd, sans sembler s'arrêter. Un soupir s'échappe de tes lèvres ; vous allez sûrement rester coincées ici sous cet arbre pendant un moment. Tu te tournes vers ta camarade de manière suffisamment discrète pour qu'elle te ne remarques pas vraiment bouger, la gorge légèrement nouée. Heureusement, elle possède une capuche...ce qui n'est pas ton cas. Tu te sens tellement stupide de ne pas avoir pensé à prendre de parapluie. Mais d'un autre côté, rien n'indiquait qu'il allait pleuvoir...et le changement de décor avait été d'ailleurs bien soudain.

Comment est-ce que ça avait commencé, déjà ?

Par une matinée comme une autre, alors que tu lisais tranquillement sur un des fauteuils du dortoir Givrali, ce qui a toujours été ton occupation préférée...quand un quelconque cataclysme ne se déroulait pas. Chose qui avait souvent tendance à arriver dans cette école d'ailleurs, à croire qu'elle devait être située sur un emplacement mystique (ou quelque chose du genre) qui attirerait automatiquement tous les événements étranges possibles et imaginables. Heureusement pour toi et ton petit coeur fragile (et saturé par la fatigue), rien de tel n'est arrivé durant ces dernières semaines et ce mois de Mars avait été plutôt tranquille, pour une fois. A part l'arrivée de ta nouvelle colocataire, Shana, tout avait été tout à fait normal, paisible, et surtout reposant. Et quoi de mieux pour en profiter que de se poser dans certains des fauteuils les plus confortables que tu aies jamais connus — encore plus moelleux que ceux de la bibliothèque de Joliberges, pour tout dire — et lire le tout dernier tome de ta série de romans préférée. Avec l'agitation que tu avais vécue ces derniers temps, tu n'avais absolument pas eu l'occasion de te poser pour te plonger dedans. C'était quelque chose que tu regrettais amèrement, parce que cette nouvelle aventure démarrait sur les chapeaux de roue.

Tu avais lu beaucoup d'ouvrages différents dans ta (courte) vie, mais jamais aucun ne t'avait captivé à ce point, et ça, c'était grâce aux aventures du héros que tu suivais maintenant depuis presque ta plus tendre enfance : Sieg, un mercenaire apathique et quelque peu désabusé accompagné par son fidèle Grahyèna et qui, malgré son flegme acéré et sa réputation d'individualiste, se retrouve toujours dans les situations les plus rocambolesques car sa conscience — et son coeur d'or qu'il ne cesse de nier — le pousse toujours à sauver la veuve et l'orphelin. Certes, c'est un type de protagoniste relativement cliché de nos jours, mais l'auteur parvenait toujours à exploiter son caractère avec parfois humour, parfois avec une gravité intense, mais surtout, avec beaucoup d'humanité. Et grâce à cela, il occupait toujours une grande place dans ton coeur ; encore aujourd'hui, tu attends chaque nouvel opus avec une impatience insoutenable. Tu t'étais levée tôt ce matin et avais aussitôt pris place dans la salle commune, te plongeant dans cette nouvelle épopée, tout en essayant d'oublier les rumeurs qui traînaient sur la potentielle fin de la série parce que tu refuses que cela s'arrête maintenant Sieg a encore beaucoup de choses à faire il en est hors de question.

Cependant, tu n'avais pas eu le loisir d'aller très loin dans cet épisode car aux alentours de onze heures, quelqu'un était venu troubler ta quiétude. Ce n'était pas ton genre de pester contre ce genre d'interruptions, mais ce n'était jamais très agréable, surtout connaissant ton amour pour cette série. Tu avais mis un petit moment avant de décoller de la page trente-sept du premier chapitre, relevant les yeux pour tomber nez à nez avec...nulle autre que Lyra, une de tes camarades Givrali. Oh. Embarrassée, tu n'avais pu t'empêcher de te sentir un peu idiote : certes, Lyra n'était pas la personne dont tu étais la plus proche au dortoir — c'était plus le cas d'Alex, ou encore d'Eve — mais tu t'entendais bien avec elle. Tu l'avais rencontrée il y a quelques mois de ça, alors qu'elle était installée dans la salle commune à dessiner quelque chose qui te semblait étrangement familier. Et pour cause : cela ressemblait énormément à ce dont tu avais rêvé à plusieurs reprises, et cette ressemblance t'avait profondément...perturbée. C'est ce qui t'avait poussée à lui parler pour la première fois. C'est un souvenir qui reste encore amer pour toi, en revanche. Tu n'étais, et n'es toujours pas adroite socialement parlant, et tu avais fini par bégayer que ses dessins étaient très très très jolis (avec sûrement bien plus de « très » que ça) avant de partir en courant, le visage rouge comme une tomate.

Fort heureusement, elle était revenue te voir, et vous aviez pu parler de manière plus approfondie...et aviez pu établir un lien. Un vrai lien. Cela n'avait pas semblé plaire à Alex, qui avait l'air particulièrement surprise que tu aies réussi à « sympathiser avec une fille dans son genre » pour reprendre ses mots et le ton avec lesquels elle les avait prononcés. Elle était plutôt gentille comme fille, pourtant...vous aviez beau ne pas être très bavardes toutes les deux, quelque chose en elle te rassurait, comme une petite voix au fond de toi qui affirmait que tu pouvais lui faire confiance. Tu te sentais...à l'aise, avec elle. Et, comme tu lui avais dit, de manière extrêmement maladroite certes, c'est vrai qu'elle était très bonne artiste. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle était revenue te voir ce matin même, pour te montrer l'esquisse qu'elle avait fait du songe dont tu lui avais parlé. Elle était fidèle jusqu'aux détails les plus insignifiants, exactement comme tu lui avais décrit. Tu accordais beaucoup d'importance à ce rêve : un jour, toi aussi, tu écrirais des romans. Toi aussi, tu arriverais à mettre des mots sur ces mondes qui ne prennent vie que dans ta tête. Bouche bée, tu l'avais regardée avec des étoiles dans les yeux, avant de hocher la tête et de la remercier.

Elle t'avait alors proposé d'aller faire un tour en forêt, histoire que vous puissiez discuter plus calmement. C'est vrai que le dortoir Givrali n'était pas l'endroit le plus paisible du monde, entre l'agitation matinale et les rumeurs qui traînaient dans les couloirs. Tu avais accepté sa proposition, en profitant pour emmener Topaz, ton Rocabot, avec toi — au moins, tu es sûre qu'il ne risque pas de causer de dommages importants là-bas.

Et les ennuis avaient commencé peu après votre arrivée dans les bois, lorsque le ciel avait commencé à s'assombrir. Pourtant, la matinée avait été plutôt ensoleillée, ou du moins le ciel vous avait offert de belles éclaircies. Et pourtant, au bout de quelques minutes, il s'était mis à pleuvoir des cordes. Pressant le pas, vous vous êtes réfugiées sous l'arbre le plus proche, en espérant qu'il puisse vous abriter du déluge...et c'est comme ça que vous étiez dans cette situation, actuellement.

Tu soupires. Tu n'avais pas du tout prévu que les choses allaient tourner comme ça...tu commençais vraiment à croire que tu portais la poisse à tous ceux autour de toi. Et alors que Topaz aboie sans relâche contre ces étranges gouttes d'eau qui tombent du ciel et qui lui tombent sur le museau — ce qu'il n'apprécie absolument pas — tu t'adresses à Lyra, honteuse.

« Pardon, Lyra...j'aurais du faire plus attention. J'aurais du au moins emmener quelque chose... »

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
Là où les rêves se rencontrent. | Lyra et Luce
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-