Partagez | .
[Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 11
Jetons : 3437
Points d'Expériences : 183

MessageSujet: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Mar 14 Mar - 15:45

cours spé coordi
feat. marie r. uana


Tu avais un peu de mal à y croire, tout de même.

Et pourtant, vu le chaos qui s'annonçait devant toi sous la forme d'une rangée de Pokéballs alignées devant le sourire paisible mais néanmoins emprunt de malice de Melty Potts, tu ne pouvais échapper à cette cruelle réalisation : est-ce que, dans cette école, même les cours étaient voués à virer à la catastrophe ?

Depuis que tu avais posé les pieds dans ce parc, il y avait un sentiment d'appréhension qui ne cessait de tirailler ton cœur. Premièrement, parce qu'il s'agissait d'un cours de spécialité...et qu'il ne s'agissait absolument pas de ta (future) spécialité. Tu étais scientifique, et non coordinatrice : mais tu étais là, plantée derrière quelques autres élèves faisant à peu près ta taille, histoire que tu puisses quand même voir de quoi le cours parlait, la gêne et un léger malaise se percevant clairement sur tes traits. Évidemment que tu avais voulu participer au cours Scientifique, mais apparemment, si on en croyait les rumeurs et les prévisions (les avantages d'être du dortoir Givrali), le cours allait porter sur la mécanique. Et autant dire que toi et les schémas, les engrenages et les rouages, ça faisait bien plus que deux. Tu avais beau avoir une imagination débordante, elle n'était pas assez logique pour ce genre de tâche. Tu étais rêveuse, pas rationnelle...enfin, pour tout admettre, c'était surtout parce que tu ne te faisais pas assez confiance et que tu ne sentais pas assez futée pour répondre à des exercices du genre. Et c'était ainsi que tu avais fini par te retrouver inscrite au cours de spécialité Coordinateur. Les deux autres cours ne te parlaient pas beaucoup plus...et l'un d'entre eux avait un pourcentage de chances alarmant de te mettre en face de la Général Jackie, et c'était quelque chose que tu voulais à tout prix éviter. Question de survie, aussi bien émotionnelle que physique.

Ce qui était plutôt rassurant dans toute cette histoire, c'est qu'il y avait des visages que tu connaissais bien parmi tous les gens qui se tenaient autour de toi, des visages qui semblaient se dessiner bien plus nettement que tous les autres. Tu avais notamment repéré Obéline, Calua, Sirius — Coordinateur oblige — mais également le blond avec qui tu avais échangé de corps à la Saint Valentin de l'an dernier. Tu laisses échapper un long soupir de soulagement : le cours se déroulant en binôme, tu avais au moins des chances de te retrouver avec quelqu'un que tu connaissais bien. Enfin, si on peut dire qu'échanger de corps avec quelqu'un permet de mieux le connaître. Mais là n'était pas la question. Ce qui te préoccupait actuellement, c'était ce qui t'attendait lors de ces prochaines heures.

Le cours en lui-même avait mis bien plus longtemps que prévu à démarrer — les étoiles avaient été suffisamment clémentes pour s'aligner afin que Melty arrive pour une fois à l'heure, mais évidemment, il fallait que quelque chose d'autre se passe — mais une fois qu'il avait été lancé, il l'avait été...de manière assez magistrale. Et par magistrale, j'entends le lancer complètement aléatoire d'une dizaine de Pokéballs, qui finissaient par atterrir dans des endroits tout aussi incongrus. Certaines avaient roulé dans des buissons, d'autres avaient fini à l'exact opposé de leur point de lancement, et d'autres s'étaient gracieusement logées dans le visage de certains élèves, laissant dans leur sillage une magnifique marque écarlate. C'était, bien qu'assez drôle à voir, assez terrifiant en soi. Surtout quand tu réalises que tu aurais toi-même pu être victime d'un des orbes volants.

Mais presque une demi-seconde plus tard, tu te rends compte que les Pokéballs meurtrières n'étaient que le cadet de tes soucis. Leur contenu étaient le véritable problème : comme elle venait de l'expliquer, Melty s'attendait à ce que vous vous occupiez de bébés Pokémon...sauf que tu avais du mal à comprendre sa définition du mot "bébé", pour être honnête. Venant de Sinnoh, Ptiravi et autres Manzaï étaient quelque chose de familier pour toi, et les Goinfrex qui trottinaient sur la pelouse actuellement en étaient les témoins...mais est-ce que laisser des Malosses en bas âge cracher du feu et surtout des Wailmer rebondir parmi les élèves était réellement une bonne idée ?! Un bon nombre d'entre eux avaient déjà failli se faire écraser par un des Pokémon Baleinboule, et un des chiots avait déjà accidentellement mis le feu à la jupe d'une de tes camarades. Toi qui croyais que le Malosse de tes grands-parents était difficile à vivre...

Le brouhaha constant qui bourdonne dans tes oreilles t'empêche de réaliser qu'une des Pokéballs a roulé jusqu'à tes pieds, et vient de heurter l'extrémité de ta chaussure. Dans un flash rouge aveuglant, elle s'ouvre et libère un Pokémon que tu n'as pas la possibilité de voir souvent. Une petite boule rose à oreilles, originaire de Hoenn. Un Chuchmur.

Un Chuchmur qui, effrayé et paniqué par le chaos ambiant, vient tout juste d'inspirer et de se mettre à pleurer, gratifiant tes tympans d'une attaque Étonnement que tu ne risques pas d'oublier...et qui dure, avec ça. La main que tu avais tenté de poser sur sa tête pour le calmer se plaque aussitôt contre tes oreilles, bien vite rejointe par sa compère pour échapper au bruit sonore qui s'échappe de la bouche de la petite chose rose devant tes yeux.

Décidément, le baby-sitting, ça ne sera jamais fait pour toi.

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 653

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Mer 15 Mar - 13:00

Chuchmurs & catastrophes
feat Luce C. Agnelli


Marie fixait le ciel.

Elle était bien, là. Allongée dans l'herbe, non loin du point de rendez-vous donné par Melty Potts. Le sol était uniforme, recouvert d'une douce pelouse sentant bon le printemps, la température était agréable, à peine plus élevée que d'habitude, et le règne solaire n'était perturbé que par quelques beaux nuages blancs. Et la voilà, elle, sur le dos, ses bras et ses cheveux s'étant dispersés d'eux-même en une figure peu symétrique, à contempler la voûte céleste : elle ne faisait rien, ne pensait à rien, et ne voulait rien. C'était... Parfait.

Le tempérament bohémien de la jeune fille avait tendance à ressurgir lorsque deux conditions étaient réunies : la présence de verdure, et d'une météorologie propice au farniente. Et là, elles l'étaient parfaitement, réunies, et la Mentali n'avait pu se résoudre à patienter près des Pokéballs comme tous ces autres camarades ; se laissant aller à la détente, elle s'était simplement éloignée du groupe, et, comme s'il s'agissait de la chose la plus naturelle qui soit, s'était gracieusement laissée tomber. D'abord à genoux, écartant le bras, prenant une grande inspiration, puis pivotant sur soi-même, et se laissant en un même mouvement tomber au sol.

Ce genre de moment la rendait nostalgique. Ses printemps et étés à Almia. Dans son immense résidence, à errer paisiblement parmi les jardins du manoir Uana, et se laissant petit à petit guider vers la forêt, puis la plage, en bordure de Véterville. Profiter du temps, des lieux, de la nature, autant à son état brut comme sculpté par la main de l'Homme, des Pokémon, ou même de leur union. Qu'est-ce que Marie appréciait à ces moments...

Dommage que, plus jamais, elle ne puisse en profiter.

Perdue dans une sorte de léthargie paisible, elle fermait délicatement ses yeux, se laissant peu à peu sombrer dans un sommeil léger. Ainsi, dans sa faible narcolepsie, Marie ne prêta aucunement attention au retour de Melty après les quelques minutes qui suivirent, aussi bordélique fut-il. Les oreilles de la jeune fille étaient habitués au brouhaha quasi-constant de l'académie, et ce n'était pas quelques sons de caisse à vingt mètres de là qui allait la réveiller. Et aucun de ses Pokémon n'étaient sortis pour l'en avertir : ne sachant pas réellement en quoi consistait le cours du jour, elle avait préféré les garder dans leurs Pokéballs en attendant de savoir ce dont il en retournait, de peur de créer du chahut inutile.

Enfin, heureusement que Melty y arrivait très bien toute seule, à créer du chahut inutile !

Car si l'arrivée de sa référente ne l'avait pas encore réveillée, l'apparition soudaine de plusieurs spécimens de Pokémon, tous plus jeunes les uns que les autres, n'allait pas tarder de s'en charger à sa place. Si de prime abord, ces sons ne venaient que faiblement perturber les songes inexistants de Marie, ils ne tardèrent pas à sonner comme une agression à ses oreilles, les pleurs, gémissements et cris en tout genre (Autant d'origine Pokémon qu'étudiant, précisons-le) perturbant son calme relatif.

Ouvrant les yeux en un froissement de sourcil -en disant long sur le changement d'humeur-, Marie tourna la tête en direction du groupe d'élève, et se leva lentement en constatant du mouvement. Arceus, que se passait-il, encore ?... Et pourquoi était-elle venue à ce cours, déjà ? Elle n'aurait pas pu simplement aller s'allonger aux abords du Lac Corail, et faire une sieste paisible ? Qui l'y avait incitée, déjà ?.. Ah oui, c'est vrai.

Melty.

Se prenant le visage d'une main, Marie soupira. Il fallait vraiment qu'elle cesse d'écouter les conseils de sa référente. Cette dernière voulait bien faire, certes, et la Mentali en était parfaitement consciente, mais... Il fallait bien qu'elle comprenne que Marie pouvait parfaitement se complaire dans une solitude relative. Elle était une fille qui aimait prendre son temps, faire les choses calmement, petit à petit... Et ce n'était certainement pas une personne en permanence pressée par le temps qui allait pouvoir l'y aider.

En même temps, Marie ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même : si elle avait fait l'effort de participer à au moins un cours de sa filière, Melty ne l'aurait pas invitée (Pour ne pas dire forcée) à venir. Mais d'un autre côté... La perspective de se retrouver avec Ace lui déplaisait fortement, le cours Pokéathlète ne lui était d'aucun intérêt, et le cours Scientifique... Hum, comment dire, Marie et la Mécanique, cela faisait quelque chose dans les 87253850174275*10^6.  87253850174275,3*10^6, pardon. Enfin bref, tout ça pour dire que, si elle était là aujourd'hui, c'était parce que lorsque Melty avait questionné Marie au détour d'un couloir, cette dernière avait avoué vouloir faire l'impasse sur les cours à venir, et donc que la référente lui avait fortement conseillé de se joindre à elle en ce chaleureux après-midi de Février.

Se relevant, Marie fit donc brièvement tomber quelques brins d'herbes de sa robe violette, et, saisissant sa veille besace, se dirigea vers l'origine de tout ce bruit avec une grimace légère. Constatant la surabondance soudaine de Pokémon aussi divers que variés sur les lieux, la Mentali sentit son sang ne faire qu'un tour, et se prépara déjà à maugréer contre le dresseur indiscipliné qui n'était pas capable de faire attention à ses Pokémon. Néanmoins, elle se remémora la scène qui lui avait valu une véritable descente en enfer lors de l'attaque de la Team Rouage d'il y a quelques années, et se convainquit aussitôt de ne pas céder à l'énervement. La dernière fois, elle avait fini par insulter sa référente, s'était mis tout le dortoir à dos, et était devenue l'une des élèves les plus détestés de l'académie. On pouvait sans mal dire que c'était à peu près à ce moment là que les choses ont commencé à mal tourner pour elle...

Se décrispant donc légèrement, Marie s'arrêta le temps de prendre une profonde inspiration, et se dirigea avec un pas un peu plus calme, bien que tout autant déterminé, vers la source la évidente de bruit. Elle consistait en un Chuchmur mécontent, dont les pleurs stridents vrillaient les tympans des élèves à portée, notamment ceux de la jeune fille se tenant devant lui mais ne faisant pourtant rien pour le calmer. Le cerveau de Marie fit rapidement le rapprochement (ou du moins, le croyait), et la Mentali se dirigea donc droit vers cette demoiselle concentrée à la sauvegarde de son ouïe.

Arrivant derrière elle, la Ranger se contenta d'une petite tape de l'index sur l'épaule de l'adolescente pour l'inciter à se retourner, et dès que ce fut le cas, Marie la fusilla du regard tout en croisant les bras.

« -Mes excuses, mais ne croyez-vous pas qu'il faudrait calmer votre compagnon ? Ses jérémiades sont parfaitement insoutenables et perturbent mon sommeil. Comment puis-je dormir dans une telle condition ? »

Avisant le Chuchmur, Marie se rapprocha de celui-ci, et s'agenouilla pour le soulever du sol. Se retournant, elle le tendit à la jeune fille qu'elle reprochait être la source de tout ceci, et lui demanda de le prendre dans ses bras quelques secondes. Quand ce fut fait, Marie plia légèrement les genoux, simplement pour que ses yeux, témoignant d'une profonde froideur, soient à la hauteur de ceux du Pokémon, et plaqua ses mains sur les oreilles de la créature.

Qui arrêta aussitôt de crier.

Le fixant droit dans les yeux quelques secondes de plus, Marie s'assura que le Chuchmur avait pris le temps de se calmer, et se redressa pour fixer cette fois-ci la dresseuse en face d'elle. Posant une main sur sa hanche, elle profita du tout nouveau silence (en ignorant bien sûr les cris des élèves derrière eux) pour reprendre la parole.

« -En vous renseignant un minimum, vous apprendrez que Chuchmur "communique en murmurant, mais se met à hurler s’il sent le moindre danger", et qu'"il s’arrête quand on lui bouche les oreilles.". Vous devriez prêter un peu plus de soin aux connaissances que vous avez de vos Pok-
-Désolé ! »

Bousculée par un élève poursuivant un Malosse, Marie n'eut pas le temps de finir sa phrase, et se retourna pour admirer le bordel qui avait désormais lieu dans le parc. Fronçant les sourcils, elle avisa la présence de Melty un peu plus loin, qui s'amusait à jeter des jouets un peu partout dans le parc, et exprima ses pensées à voix haute.

« -Saint Arceus... Mais que diable se passe-t-il par ici ? N'étions-nous pas censés prendre simplement part à un cours de Coordination ?...  »


© Mzlle Alice.

_________________

« Navrée, mais je ne puis vous laisser faire. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 11
Jetons : 3437
Points d'Expériences : 183

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Jeu 23 Mar - 0:54

cours spé coordi
feat. marie r. uana


Les mains vissées sur tes oreilles pour échapper à ce hurlement de banshee que tu n'aurais jamais cru pouvoir entendre venant d'une chose si petite et si rose, tu te sens honnêtement impuissante et sans défense. La moindre de tes tentatives d'essayer de le calmer — emphase sur le mot "essayer" — avaient été des échecs cuisants. Déjà, parce que tu étais incapable de tenir avec ce bruit pendant plus de cinq secondes. Tu avais les tympans un peu fragiles, certes, mais tout de même. Plantée à genoux devant la bestiole, aucune des idées qui te traversaient l'esprit pour remédier à cette catastrophe ne te semblaient viables. Tu jettes des regards paniqués autour de toi : visiblement, tu n'étais pas la seule que ce petit bout de Pokémon rendait dingue. La plupart des élèves autour de toi avaient également l'ouïe couverte par la première chose qui leur était venue sous la main, et d'après leurs expressions désespérées, eux non plus ne tenaient pas le coup. Tu reposes tes prunelles noisettes sur le Chuchmur : il allait bien finir par s'arrêter de pleurer, hein ? Il ne pouvait physiquement pas crier éternellement, ce n'était pas possible, il allait bien tomber à bout de souffle au bout d'un moment...

Ce n'est que lorsque tu sens une tape légère sur ton épaule droite que tu reviens à la réalité. Instinctivement, tu retournes en direction de celui ou celle qui vient de faire éclater ta bulle de tourments — et par la même occasion, tu relâches la pression appliquée sur tes oreilles. Oh. Tu n'aurais peut-être pas du faire ça. Les hurlements reprennent pour toi de plus belle, alors que tu fais désormais face à une autre jeune fille aux cheveux blancs, vêtue d'une robe lilas, qui te fixe d'un regard particulièrement exaspéré. Et d'ailleurs tout, absolument tout dans sa posture indiquait une irritation évidente. A coup sûr, tu allais avoir le droit à un beau sermon. Par réflexe, tu serres les dents. Et comme tu avais prévu, la première chose qu'elle te dit alors que tu tends l'oreille pour entendre quelque chose par dessus la cacophonie ambiante, ce sont évidemment des reproches. Et elle a raison : tu as cruellement échoué dans ta tâche de gérer cette petite chose en larmes. Tu sens comme un poids dans ta poitrine — tu as toujours du mal avec l'échec. Mais c'est une bonne occasion d'apprendre, pas vrai...?

Un rire nerveux t'échappe presque alors que tu tentes de t'excuser, mais 1. cela te semble déplacé, et 2. la demoiselle venue à ta rencontre ne t'en laisse pas le temps. Elle s'agenouille à tes côtés, souleva lentement le Chuchmur avant de le déposer entre tes mains (évidemment, tu n'avais pas eu le temps de te protéger à nouveau, trop abasourdie par ce qui venait de se passer) et de se mettre à sa hauteur, ses yeux ambrés rivés ceux du Pokémon avec une intensité féroce et terrifiante — à la place du petit, tu aurais donné n'importe quoi pour t'enfuir. Mais à la place, il s'est contenté de la fixer à son tour, jusqu'à ce que...jusqu'à ce qu'elle plaque ses mains sur les oreilles du pleurnichard.

Et que, simplement, ce dernier s'arrête de hurler.

Et tu restes plantée là, figée, ébahie par ce qui vient de se dérouler devant tes yeux.

La jeune fille se redresse, et, posant une main sur sa hanche dans cette pose caractéristique de remontrances (et de léger dédain), t'adresse la parole. En entendant sa remarque — tout à fait légitime soit dit en passant — tu ne peux t'empêcher de te sentir un peu stupide. Dans la panique générale, tu n'avais même pas songé à consulter ton iPok pour savoir comment aborder le sujet du cours. Tu tentes de lui répondre à nouveau, mais un camarade visiblement pris dans une course folle à la poursuite d'un Malosse la bouscule, et, vu son expression troublée, tu supposes qu'elle a enfin compris ce qu'il se passait dans ce parc. Enfin, si il y avait vraiment quelque chose à comprendre.

« C'était supposé être le cas...j-je crois. Mais les choses ont, um, un peu dégénéré...madame Potts nous a demandé de nous occuper de bébés Pokémon, et voilà ce qu'il s'est passé. Je me suis retrouvée avec ce Chuchmur et tout à coup il s'est mis à pleurer et je ne, um... »

Tu t'interromps brusquement dans ta tirade, réalisant que tu monopolises la parole depuis un peu trop longtemps. Tes joues prenant rapidement une teinte rosée, ton regard trouve que c'est l'occasion parfaite de contempler le gazon à tes pieds. Très verte, cette herbe. Absolument superbe. Ahem. Tu divagues. Tu tentes de ne pas prêter attention à ton coeur qui bat actuellement plus vite qu'un Galopa lancé à pleine vitesse, bien que cela soit difficile, car tu as quelque chose à lui demander.

« Tu...j-je veux dire, vous avez l'air de vous y connaître, et ce cours est censé se passer en groupes de deux...est-ce que tu— vous ! Je veux dire vous, um...vous voudriez bien qu'on travaille ensemble ? »

Tu as l'impression que tu viens de perdre dix ans de ton espérance de vie juste en posant cette question. Socialiser, c'est bien plus dur qu'il n'y parait...

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 653

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Jeu 23 Mar - 15:51

Chuchmurs & catastrophes
feat Luce C. Agnelli


Marie était perdue.

Elle avait du mal à comprendre si la situation était normale ou non. Enfin, comprenons-nous, il n'y avait absolument rien de normal au fait que des Wailmer écrasent des adolescents sur la pelouse ou que des Malosse en poursuivent d'autres pour essayer de leur mâchonner, si ce n'est cramer, le pantalon – mais la Mentali ne parvenait pas à déterminer si c'était une opération complètement volontaire de la part de Melty Potts, ou si elle n'avait pas plutôt, à son graaaaaand étonnement, perdu le contrôle de la situation. Néanmoins, compte tenu de l'air parfaitement calme et enjoué de la référente en voyant ses petits loukoums « jouer » à cœur joie avec ces Pokémon, Marie déduit finalement qu'elle était simplement inconsciente du chahut qu'elle venait de provoquer. Du coup, bah... Elle n'avait pas le contrôle de la situation, maiiis... Cela ne l'incommodait en rien ?... Hmpf. Décidément, cette femme était pour le moins particulière.

Et en parlant de fille particulière (Marie ? Catégoriser les gens ? Pas du tout), voilà que l'adolescente qu'elle venait d'aider montra enfin une faculté de parole. Expliquant que, oui, ceci était bien le contenu normal du cours, elle apprit à Marie qu'ils devaient se charger de la garde de bébés Pokémon, et qu'elle avait hérité de ce Chuchmur quelque peu pleurnichard – suite à quoi il s'était mis à hurler, et avait attiré la Ranger, qui, forte de son sens du devoir envers les Pokémon en danger, était... Euh, wait, non, pas du tout, elle voulait juste pouvoir dormir tranquille en fait.... Hum, on s'en moque ! Qu'importe sa raison, Marie était venue à se rescousse, et les voilà toutes les deux à contempler le massacre qu'avait créé Melty.

Se retournant pour avoir à nouveau l'adolescente en face d'elle, Marie observa le Pokémon qu'elle tenait avec un air distant, ne se sentant de toute évidence pas concernée par sa situation, et pensa plutôt au fait qu'elle l'avait accusée de ne rien connaître de son Chuchmur qui, en fin de compte, n'était en vérité pas le sien. En toute logique, elle devrait s'en excuser, non ? Après tout, ce n'était pas de sa faute si elle était tout simplement ignorante des connaissances actuelles portant sur les Chuchmur....

Laissant son bras retomber le long de son corps, et se redressant, Marie s'excusa donc auprès de la jeune fille.

« -Alors, il semblerait que je vous dois des excuses. Je ne puis attendre de vous que vous sachiez l'essentiel à connaître au sujet d'un Pokémon n'étant pas en votre possession. Même si cela ne peut faire que du bien à vos connaissances générales en la matière... Donc, veuillez accepter mes excuses.  »

Faisant une brève courbette à son attention, elle se redressa à nouveau, et constata avec désarroi qu'elle allait devoir trouver un Pokémon dans cette immense pagaille pour valider son cours. Non pas que cela lui tienne particulièrement à cœur, mais elle n'avait pas vraiment envie d'avoir Melty sur le dos par la suite... Surtout en voyant de quoi elle était capable... Quoique, peut-être qu'en profitant du chaos général, elle n'y verrait que du feu ? Marie envisagea cette possibilité pendant quelques secondes, mais n'eut pas vraiment le temps d'arriver à une conclusion convenable puisque la jeune adolescente lui adressait à nouveau la parole. Maladroitement, elle chercha ses mots, et lui proposa de passer le cours en sa compagnie, celui-ci devant apparemment s'effectuer par binôme. Marie haussa un sourcil, n'ayant pas pris en compte cette dernière donnée, et hocha la tête avec -attention, chose exceptionnelle- un semblant de sourire.

« -Soit. » son sourire s'effaça aussitôt, et elle prit une expression plus sérieuse « J'ose espérer que votre incompétence apparente ne soit que visuelle. » (Dans sa tête, je vous jure que ça sonnait gentil) « Je vous reprends cependant immédiatement, je ne pense pas être particulièrement plus encline que vous à mener ce cours à bon terme. Je n'ai, dans ma vie, élevé qu'un seul Pokémon dès le bas âge, et... Le résultat n'est pas nécessairement des plus satisfaisants.  »

Faisant une petite moue sceptique, elle croisa les bras en pensant à Sephiran, son Mangriff. Marie avait eu la présomption de croire qu'elle pouvait l'élever en compagnie de sa Séviper et leur apprendre à cohabiter ensemble, ce qui... N'eut pas vraiment le résultat escompté. Rapidement agressé par Sully, Spehiran avait pris la fâcheuse habitude de se réfugier dans les bras de sa dresseuse, qui mettait très régulièrement un terme à l'affrontement : ainsi, Marie faisait office de figure maternelle forte pour le Mangriff, qui n'avait pas vraiment pris la peine de mûrir avec le temps. La Mentali ne s'en était elle-même pas réellement souciée, considérant Sephiran comme une espèce de... Peluche toute mignonne qu'elle pouvait cajoler en cas de soucis. Ouais ouais, elle avait un Mangriff en guise de peluche. Un problème ?

Revenant de ses pensées, Marie fit une nouvelle courbette, plus prononcée cette fois-ci, et se présenta enfin à cette adolescente qui allait donc devenir sa partenaire le temps de la journée.

« -Je me présente, Marie Rosalina Uana. J'officie dans cette académie en tant que Ranger, et suis affiliée au dortoir Mentali. Que notre collaboration soit riche en nouvelles connaissances. Puis-je ? »

Tendant ses bras, Marie explicita sa volonté d'avoir en mains le Chuchmur dont elles avaient la garde, encore un peu tremblotant suite à sa dernière crise de panique. (Ou toujours terrifié par le regard que lui avait lancé Marie, difficile de déterminer) Cela fait, elle observa la créature sous tous ses angles, cherchant un quelconque signe de blessure à devoir prendre en compte pour la journée, mais constata avec une certaine satisfaction qu'elle paraissait être en bonne santé. Toujours en fixant le Chuchmur, qui n'osait plus vraiment piper mot, encore un peu tendu, elle reprit la parole.

« -Il semble bien se porter. Il ne parait en tout cas avoir eu aucune séquelle physique entre le moment où il a été libéré et celui où il vous a rejoint.  » elle coula un regard en direction du bazar incessant qui avait lieu juste derrière elle « Ce qui relève du miracle. Que diriez-vous de nous maintenir un peu plus à l'écart, afin qu'aucun événement inopportun ne vienne entraver notre surveillance ? »

Sentant le Chuchmur s'agiter nerveusement dans ses bras, Marie s'interrompit quelques secondes, baissant la tête pour l'observer, avant de la relever pour fixer sa partenaire, et lui tendre délicatement le Pokémon.

« Peut-être souhaiteriez-vous le récupérer ? »


© Mzlle Alice.

_________________

« Navrée, mais je ne puis vous laisser faire. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 11
Jetons : 3437
Points d'Expériences : 183

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Lun 3 Avr - 0:06

cours spé coordi
feat. marie r. uana


« Perturbée » était, te semble-t-il, le mot idéal pour te qualifier actuellement.

Après, tu dois admettre qu'être perturbée était tout de même une grande partie de ton état habituel. Et souvent constant, soit dit en passant. Mais là, c'était quand même beaucoup par rapport à d'habitude. Tu étais sûre que Melty n'était pas une incapable, mais ses méthodes d'enseignement étaient pour le moins...particulières. Comme la grande majorité des enseignants de la Pokémon Community, d'ailleurs. Mais là n'est pas le sujet — au moins, tu n'es pas toute seule dans cette galère, pas vrai ? La demoiselle à la robe violette que tu viens tout juste de rencontrer reprend la parole, exécutant une courbette (à la perfection, d'ailleurs) en guise de témoignage de ses excuses. Ce n'est pas tous les jours que tu croises des gens avec des manières aussi impeccables, et c'était plutôt agréable, en vérité. Une fois n'est pas coutume, tu as un bon pressentiment à propos de ce cours. Les choses vont peut-être bien se passer, pour une fois. Lui demander d'être ton binôme était une bonne idée au final, tu as vraiment bien fait, et le sourire (?) qu'elle vient d'esquisser ne fait que te renforcer dans cette impression, et te rassure, et—

...est-ce que tu viens d'entendre le mot « incompétence » tout juste s'échapper de ses lèvres ? On dirait bien que oui. Ah. Il était vrai que tu n'étais pas très...débrouillarde. Socialement parlant évidemment, mais encore moins avec tes Pokémon, vu qu'Albireo savait se débrouiller tout seul et qu'il te gérait toi plus que lui-même, que Pearl était plus ou moins l'incarnation de la quiétude, que Lazuli quittait rarement son aquarium, et que Topaz...Topaz était une catastrophe sur (courtes) pattes. Elle n'a définitivement pas tort. Mais incompétence était un peu...dur comme terme, non ? Quelques mois auparavant, tu l'aurais sûrement laissée dire et tu te serais probablement morfondue sur ton sort pendant une durée aléatoire allant de deux jours à une semaine, ça dépendait de ton état à ce moment. Mais cette fois-ci, c'était l'exact contraire : tu avais envie de lui prouver que tu pouvais t'en sortir, que tu en étais capable. Quelque chose en toi te hurlait de lui montrer que tu étais capable de gérer un bébé Pokémon.

Est-ce que tu en étais réellement capable, ça, c'était une autre histoire.

« O-oh, ce n'est rien, ne vous inquiétez pas, » réponds-tu en essayant de dissimuler l'once de gêne dans ta voix. « Je ne crois pas être très versée dans le domaine non plus, pour tout vous dire...je n'ai jamais vraiment entraîné de Pokémon avant mon arrivée ici. »

Tu ne peux t'empêcher de te sentir un peu honteuse, mais c'était vrai : à part le Malosse de tes grands-parents et le Chaglam de ta famille, qui était soit dit en passant reparti avec ton père lorsqu'il vous avait abandonnés, tu n'avais jamais vraiment eu de contact avec des Pokémon dans toute ta courte vie. Tu fuyais ce contact, même. Les combats ne t'avaient jamais vraiment intéressée, en plus de cela. Mais, enfin, tout ça c'était avant d'arriver à la Pokémon Community. Mine de rien, tu avais fait un peu de progrès, tout de même. Un minimum certes, : maintenant, tu étais capable de faire sortir Albireo de sa Pokéball sans te mettre à trembler. Un énorme contraste comparé à ta première rencontre avec le Farfuret, qui t'avait valu de te réfugier, les larmes aux yeux, derrière le fauteuil du collectionneur. Et tu avais même réussi à te faire d'autres amis. C'était déjà ça. Tu n'avais aucune idée de si cela pouvait t'apporter un quelconque avantage pendant le cours d'aujourd'hui, mais...c'était déjà bon pour ta confiance en toi.

Tu es tirée de tes pensées par la voix de la jeune fille qui t'adresse à nouveau la parole, se présentant enfin à l'occasion d'une nouvelle courbette (des manières décidément impeccables, vraiment), et te permettant d'apprendre enfin son nom — Marie. Tu ne sais réellement si tu dois réciproquer cette courbette, ayant quelque peu peur de l'offenser si tu ne l'exécutes pas correctement. Tu te contentes alors simplement de joindre les mains devant toi, le long de ton corps, comme pour réprimer ta gêne, et de lui sourire de façon un peu maladroite.

« Je m'appelle Luce Chiara Agnelli, je suis du dortoir Givrali, et j'appartiens à la spécialité Scientifique. Enchantée de faire votre connaissance, Marie. U-um, je l'espère aussi. »

Cela t'a semblé être la manière de lui répondre la plus appropriée — mais tu espères surtout que c'était le moins gauche possible. Tu ne sais pas trop pourquoi tu as fini par lui dévoiler ton deuxième prénom, par contre. Sûrement parce qu'elle a dit le sien...enfin, passons. Tu lui tends donc le Pokémon à sa demande, et tu la regardes silencieusement observer la créature sous toutes ses coutures. Cette dernière non plus ne semblait pas très encline à parler, ce qui n'était pas plus mal vu la catastrophe qui s'était déroulée un peu plus tôt. Mais d'un autre côté, tu n'aurais peut-être pas eu de partenaire si ce n'était pas arrivé. Comme quoi, c'était plutôt bénéfique au final. Son examen terminé, elle se tourne vers toi : visiblement, il y a eu plus de peur que de mal, et le Chuchmur n'a aucun problème visible. Tant mieux. Il était déjà assez difficile à gérer sans blessure, alors tu n'oses même pas imaginer ce qu'il se serait passé si il s'était fait mal.

Un autre potentiel désastre, en revanche, c'est celui qui s'annonce à l'horizon lorsque Marie te demande si tu souhaites prendre le Pokémon à nouveau. Une partie de toi se paralyse aussitôt mais, comme poussée par ta fierté de tout à l'heure, une autre t'encourage à le faire. Et finalement, c'est elle qui remporte la bataille : tu hoches la tête, et récupère la petite sphère rose dans tes bras.

« Je pense que c'est une bonne idée...si on s'éloigne de la panique générale, nous aurons peut-être plus de chances de réussir, vu comment il semble...sensible. »

Le mot t'a échappé difficilement et presque douloureusement, tant il te semble être faible, probablement le pire des euphémismes. Certes, c'était compréhensible : il vient sûrement d'à peine sortir de son œuf, et ne doit donc pas connaître le monde extérieur. Mais tu aimerais quand même que tes tympans survivent à cette épreuve. Marie et toi, vous vous éloignez alors un peu du champ de ruines causé par les rebondissements constants des Wailmer, au grand dam de certains de tes camarades qui, malgré tous leurs efforts, ne parviennent pas à les dompter. Réfugiées à l'ombre d'un arbre à quelques mètres du lieu où le cours avait débuté, vous en avez profité pour récupérer l'équipement que Potts vous avait confié. Jouets, trousse de soin, nourriture...elle était certes quelque peu inconsciente, mais au moins, elle savait se préparer à d’éventuelles catastrophes. Tu déposes le plus délicatement possible le Chuchmur sous l'arbre, et alors que ton regard croise le sien...il se remet à hurler. Tu retiens ton réflexe d'aussitôt protéger tes oreilles : il te faut faire preuve d'un peu plus de détermination, Luce. Te rappelant ce que ta camarade t'avait appris quelques minutes plus tôt, tu poses aussitôt tes mains sur les oreilles du Pokémon. Et comme avant, il s'arrête immédiatement de crier. C'était incroyablement efficace comme manière de procéder.

« N-nous pourrions peut-être utiliser ce que madame Potts nous a remis ? » tu bégayes en te tournant vers la jeune fille aux cheveux blancs. « Cela pourrait peut-être le distraire... »

Peu importe à quel point cela te semble être le début d'une bonne idée, tout s'écroule lorsque tu remarques en te retournant que le Chuchmur a disparu. La panique te saisit sur-le-champ, et ton regard balaye les alentours, jusqu'à remarquer que le trublion se trouve quelques mètres plus loin, et se dirige en se dandinant vers le centre du parc. Vers l'endroit où les Wailmers destructeurs continuaient à rebondir. Tu ne savais pas que les Chuchmurs pouvaient être aussi rapides...tu soupires. Quelque chose te dit que ce cours va être long.

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.


Dernière édition par Luce C. Agnelli le Mer 5 Avr - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 653

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Mer 5 Avr - 12:53

Chuchmurs & catastrophes
feat Luce C. Agnelli


Le Chuchmur n'avait vraiment pas l'air d'apprécier de se retrouver dans les bras de Marie. Même si elle ne le montra pas, et préféra se montrer conciliante en rendant le Pokémon à Luce, cela offusquait quelque peu la jeune fille qui ne voyait pas en quoi les bras de sa partenaire étaient plus agréables que les siens. Elle le tenait mal, peut-être ? Ou alors sa peau était moins douce ?... Elle devrait mener une étude caractérielle des composants orientant les préférences d'un bébé Pokémon vers une paire de bras plutôt qu'un autre, pendant le cours. Cela l'aiderait peut-être à comprendre. Ou alors il faudrait qu'elle réalise qu'elle est plutôt du genre brut de décoffrage et donc pas très agréable à vivre, mais ça c'est mal barré.

Après avoir récupéré quelques objets dans les caisses si laborieusement amenées par Melty Potts, Luce et Marie se rendirent au pied d'un arbre, à l'écart du boucan général, pour s'occuper tranquillement de leur petit protégé. Cet endroit serait parfait pour tenter une nouvelle sieste, maiiis... Non. Marie n'en aurait pas le loisir avant la fin de la journée. Elle avait un engagement, maintenant ! A savoir mener le cours à son terme, et ce en compagnie de sa toute nouvelle partenaire. Elle semblait toujours aussi peu sûre d'elle et légèrement gauche, mais au moins, elle ne se laissait pas démonter : aussitôt que le Chuchmur s'était remis à hurler, elle eut le réflexe de reproduire la précédente manœuvre de Marie, et d'ainsi arrêter net ses cris. Se tournant alors vers la Ranger, elle proposa de se servir des jouets pour distraire le bébé et ainsi éviter qu'il ne fonde une énième fois en larme. Baissant légèrement les yeux, et se grattant doucement l'arrière du crâne, Marie prit le soin de réfléchir à sa proposition, et observa les objets à leur disposition. Ils avaient une petite balle, un hochet, et un xylophone en bois légèrement usé. En quoi ces jouets fades et sans intérêts pouvaient-ils bien distraire cette créature ? C'était la question que se posait la Mentali. Un livre serait beaucoup plus intéressant et instructif que ces quelques... Babioles. Le xylophone pourrait au moins avoir le mérite d'éveiller un semblant de sens artistique, mais sans plus... Et puis, allez savoir si c'était une bonne idée de mettre un instrument dans les pattes d'un Chuchmur ne supportant pas le bruit et hurlant avec la puissance d'un avion à réaction.

Relevant la tête en direction de Luce, elle haussa les épaules d'un air peu convaincu.

« -Je ne saurai évaluer la durée d'atermoiement octroyé par ces instruments, mais je suppose qu'il ne nous coûte rien d'essayer. » elle leva une main, commençant ses explications « Nous pouvons nous estimer heureuses, car selon le Pokédex, "quand ce Pokémon finit enfin de pleurer, il s'endort, épuisé". Si jamais il n'adhère pas à nos activités et qu'il réitère ses cris, arrivera un moment où il devra s'arrêter de lui-même. » elle fronça les sourcils et marqua une pause en remarquant l'air désappointé de Luce « Un problème ?... » elle regarda en direction du Chuchmur, ayant disparu « … Oh. Diantre. »

Oui, Marie avait tendance à se montrer vulgaire.

Le Pokémon à leur charge s'était tout simplement volatilisé. Enfin, volatilisé, il n'était pas allé bien loin : il était retourné au centre du parc, auprès des Wailmer destructeurs et des Malosse pyromanes, soit à un endroit parfaitement sûr et absolument pas dangereux pour un bébé Pokémon aussi faible et craintif que le leur.

Marie croisa ses bras avec un certain renfrognement. Ne pouvait-il donc pas tenir en place ? Peut-être devrait-elle faire appel à son Grindur pour ligoter le Chuchmur et s'assurer qu'il reste tranquille... Enfin, pas le temps d'y réfléchir, il fallait rapidement le rattraper avant qu'il ne lui arrive une quelconque déconvenue.

Délaissant complètement leurs affaires, les deux filles s'en allèrent rattraper le petit bonhomme, qui se rapprochait d'un pas nonchalant jusqu'au abord d'un étang au centre duquel se trouvait l'un des Wailmer. S'il tombait, il allait certainement se noyer ! Et aucun des élèves présents aux alentours n'y fit attention. Décidément, il fallait tout faire soi-même ! Pressant le pas, Marie commença à sprinter, comme elle n'avait plus sprinté depuis... Longtemps, et se jeta sur le Chuchmur pour l'empêcher de tomber à l'eau. Mais genre, littéralement.

Bondissant droit en direction du sol, ses mains s'étirèrent pour aller se refermer sur le bébé, qui avait déjà une patte dans l'eau, et se ramenèrent jusqu'à Marie pour le protéger de l'impact qui allait suivre sa chute.  

Dommage que cela ne les empêcha pas de tomber à l'eau.

Ayant pris trop d'élan, Marie ne s'arrêta pas au moment de toucher le sol, et avança sur quelques petits centimètres de plus, centimètres qui lui valurent d’atterrir droit dans l'étang. La jeune fille se sentit seulement partir en avant, puis eut une soudaine impression d'humidité sur tout le côté droit : la voilà couchée sur son épaule, avec la moitié du corps immergée, et un Chuchmur dans les bras qui ne semblait pas réellement comprendre ce qui venait de se passer.  Enfin, ça, ce fut pendant les premières secondes qui suivirent leur chute : aussitôt après, il se mit à hurler, ayant finalement jugé sa situation peu agréable. Grimaçante, Marie se redressa, et s'assit dans l'eau, le Pokémon toujours dans les bras, puis le fixa avec un air désespéré. Elle était maintenant complètement trempée, et voilà que leur garnement s'était remis à pleurer.

Se redressant, elle sortit de l'étang avec une expression complètement blasée sur le visage, et retrouva sa partenaire qui venait d'assister à toute la scène. Sans même faire le moindre commentaire, elle lui tendit le Chuchmur, qui s'agitait encore dans tous les sens, et repartit dans la direction opposée à celle de l'étang, ne se préoccupant même plus des hurlements de la créature. Même pas trente minutes que le cours avait commencé, et elle était déjà à bout.  En plus, les regards de bon nombres d'élèves étaient maintenant tournés vers eux... Quoi, vous n'avez jamais vu une Ranger risquer sa peau pour sauver celle d'un Pokémon ?... D'accord, il y a plus héroïque comme sauvetage, mais quand même...

Réalisant soudainement quelque chose, Marie s'arrêta, et releva la tête, la moitié de ses cheveux trempés plaqués sur le visage. Il lui suffisait en fait juste de... Pourquoi n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? Pivotant sur elle-même pour faire face à Luce, qui tentait tant bien que mal de calmer la créature cherchant à tout prix à retourner auprès des autres Pokémon, Marie lui intima de s'arrêter d'un geste de la main.

« -Ne bougez pas. Je sais comment régler nos problèmes. »

Reprenant ensuite sa route, elle retourna auprès de leurs affaires, et farfouilla vivement dans son sac. Tirant finalement son Capstick de sa besace, elle ne chercha même pas à faire sécher ses vêtements et se rendit à côté de Luce au plus vite. Pliant ensuite légèrement les genoux pour se retrouver face à face avec le Chuchmur, elle lui mit le Capstick juste sous le nez, et le fixa avec un air sévère.

« -Grâce à ceci, nous allons te calmer une bonne fois pour toute.  » se relevant, elle s'adressa à Luce « Nous devons trouver une zone fermée dans lequel je puisse le Capsticker sans qu'il ne prenne la fuite. Après quoi je m'efforcerai de lui transmettre quelques... Sentiments agréables, afin de l'apaiser et de pouvoir enfin retrouver notre sérénité.  » elle observa les alentours « Auriez-vous une idée ? Il me faut simplement un espace dans lequel je puisse faire des cercles... »


© Mzlle Alice.

_________________

« Navrée, mais je ne puis vous laisser faire. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 11
Jetons : 3437
Points d'Expériences : 183

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Ven 7 Avr - 23:32

cours spé coordi
feat. marie r. uana


Bon. Tu sais très bien que la majorité des élèves que la Pokémon Community abrite sont, pour la plupart, imprudents, irréfléchis, casse-cous et, pour certains, des dangers publics sur pattes. C'est même très souvent le cas, et tu as depuis le temps appris à vivre avec.

Mais est-ce qu'il faut vraiment que ça soit le cas des Pokémon aussi ?

C'était assez rageant en fin de compte : ce que Marie disait était parfaitement juste et vous aurait sûrement évité beaucoup d'ennuis, comme ceux qui se profilaient devant vous sous la forme d'une de vos camarades qui tentait désespérément d'éteindre le t-shirt de son partenaire qui avait pris feu, et qui était en train de le frapper à plusieurs reprises pour tenter d'éteindre les flammes. Ce qui, heu, n'avait pas l'air d'être très au goût du partenaire en question. Mais si cette petite boule rose démoniaque vous laissait au moins la possibilité d'avoir ne serait-ce qu'un moment de répit, pouvoir s'en occuper serait une tâche assurément plus simple. S'il n'était pas en train d'allègrement gambader au milieu de chiots pyromanes et de catastrophes roulantes, ça serait bien mieux aussi, pour lui comme pour les deux jeunes filles. Et le pire dans tout cela, c'est qu'il ne se rendait même pas compte de ce qu'il faisait. Comme quoi, l'innocence d'un enfant pouvait être quelque chose de terrifiant.

Tu étais restée quelques instants immobile, à fixer ta camarade, puis le Pokémon, puis ta camarade à nouveau. Ta camarade qui, relativement exaspérée, a décidé de prendre les devants et de se lancer à la poursuite du Chuchmur. Tu ne pouvais t'empêcher de l'admirer un peu : elle avait l'air tellement responsable et déterminée. Il te faut un moment avant de te reconnecter à la réalité et de réaliser qu'elle t'a déjà devancée de quelques mètres, et tu te lances donc à sa suite, courant le plus vite que tes petites jambes et ta faible endurance le permettait. Faible était le mot juste : malgré ta course effrénée, l'écart entre toi et la demoiselle aux cheveux argentés ne faisait que se creuser. Tu n'avais aucune chance de la rattraper...

Et peut-être que tu as bien fait. Parce qu'avant que tu puisses même songer à accélérer la cadence, à même reprendre ton souffle, tu vois Marie plonger en avant alors que le Pokémon dont on vous a confié la charge s'approche dangereusement d'un petit étang où flotte paisiblement un des Wailmer qui a été libéré plus tôt. Tu te stoppes brutalement ; comme ton souffle. A cet instant, c'est comme si le monde s'était mis à tourner au ralenti, alors que lentement, lentement, les mains de la jeune fille s'étendaient pour se refermer sur le pleurnichard, l'attrapant enfin et le mettant hors d'état de nuire. Tu allais presque pousser un soupir de soulagement, si tu n'avais pas remarqué que la glissade de Marie ne semblait pas s'arrêter. Tes lèvres s'entrouvrent pour la prévenir, pour tenter de murmurer un simple « attention » qui n'atteindra jamais sa cible, car la voilà déjà qui pénètre dans l'eau avec une fluidité incroyable. C'était peut-être l'adrénaline qui te faisait dire ça, parce que tu étais sûre que ce n'était pas censé être aussi gracieux. A moins que cela soit une capacité inhérente aux Rangers, d'arriver à être classe peu importe la situation. Wow. Malgré ce que disait Creed, ils méritent le respect, clairement.

Cependant, le petit ne semble pas être de ton avis : car déjà le voilà qui se remet à crier, alors que ta partenaire émerge de l'eau, visiblement et profondément indignée par son aventure. Enfin, si l'expression dégoûtée qui moulait ses traits était un signe d'indignation. Sans même prononcer un mot, elle s'avance vers toi, te confie le Chuchmur...et s'en va. Hein ? Non, ce n'est pas comme ça qu'est censé se passer le cours ? Pourquoi est-ce qu'elle s'en va ? Oh non, est-ce que ça serait de ta faute — déjà la panique t'a saisi à la gorge — et que par ta faute, tu allais te retrouver toute seule ? Tes jambes commençant à trembler, tu jettes des regards paniqués autour de toi : plusieurs élèves ont assisté à la scène, et tu te sens encore plus mal, désormais.

Tu reposes les yeux sur la silhouette de Marie qui s'éloigne, sans même pouvoir dire quoi que ce soit tant la culpabilité et ton incompétence, parce qu'elle était évidente à cet instant, te nouent la gorge. Et bien sûr, votre protégé n'a pas cessé ses simagrées, hurlant toujours avec l'intensité d'un ampli de concert — tu pouvais plaisamment faire la comparaison maintenant, étant donné que tu en avais vu un en vrai...mais tu t'égares probablement. Avec toute cette pression soudaine sur tes épaules, tu t'attendais presque à fondre en larmes, mais étrangement, autre chose capte ton attention : le fait que Marie se soit stoppée. Elle s'adresse à toi, t'intimant de ne pas bouger, et s'éloigne à nouveau tandis que tu la regardes, interloquée. Soit tu as loupé quelque chose de crucial dans les cinq dernières minutes, soit...oh, à quoi bon encore chercher à comprendre.

Marie revient donc, un objet que tu as déjà vu auparavant en main : l'attirail de prédilection des Rangers, un Capstick. Ses cheveux blancs toujours plaqués contre son visage trempé, elle s'agenouille en face de l'agitateur avec un regard que tu as déjà vu un bon nombre de fois lorsque ta mère te grondait. Un frisson te traverse alors qu'elle le menace d'un ton sec — tu n'aimerais vraiment pas être à la place de cette petite chose. Ta camarade t'explique alors son plan...qui te parait tellement évident que tu te sens légèrement stupide de ne pas y avoir pensé avant.

« C'est une excellente idée...mais je ne sais pas si il y a un endroit suffisamment grand pour pouvoir faire ça. Nous n'avons pas le droit de quitter le parc, et avec tous ces Pokémons qui courent partout, c'est un peu diffi... »

Les dernières syllabes de ta phrase se perdent dans l'air ambiant alors que tu remarques le lieu parfait pour votre stratégie. Surveillant toujours le Chuchmur d'un oeil, tu désignes de l'index en ponctuant ton signe d'un « là bas ! » presque satisfait l'emplacement, situé un peu plus loin, que tu viens tout juste de repérer. Et les bonnes manières, alors...? Ce n'est pas censé être malpoli de pointer du doigt ?

Le hic, c'est qu'entre vous et ce qui pourrait être votre délivrance, il y a ce qu'on pourrait appeler des obstacles.

Et par obstacle, tu entends trois Wailmers qui trouvent follement amusant de se rentrer dedans avec un sourire béat sur leur...visage, si on peut appeler ça un visage, à l'instar d'un billard géant.

Tu déglutis. Mais on dirait que vous n'allez pas avoir le choix...

« Je...je crois que nous pouvons nous en sortir. »

D'un geste vif, tu sors les Pokéballs de Topaz et de Pearl, les deux Pokémons se manifestant dans un éclat de lumière rouge à tes côtés. Tu cales le Chuchmur dans tes bras. Instinctivement, tu saisis la main de Marie...et tu te mets à courir. Une partie de toi a visiblement abandonné l'idée de raisonner logiquement et calmement, vu que de toute façon absolument rien dans ce cours n'est logique ou calme. Le Rocabot sur tes talons — qui n'a pas vraiment l'air de comprendre ce qu'il se passe, mais tu vois déjà qu'il s'amuse comme un fou — et l'oiseau vous suivant à son rythme...bien personnel, il n'y a qu'une seule chose qui t'intéresse : rejoindre cette fichue éclaircie et calmer ce diablotin rose. Et comme on dit, le chemin le plus court, c'est la ligne droite.

A la moitié du parcours, tu réalises enfin que tu as complètement oublié de prévenir Marie de ta...tactique. Si foncer dans le tas peut être considéré comme une tactique viable, bien sûr.

« D-désolée, Marie ! Il me semble qu'il va falloir passer en force entre les deux...! »

Les Wailmers continuent de rebondir les uns contre les autres, au grand dam de leurs responsables dont tu parviens à saisir l'expression horrifiée dans un bref instant, comme d'immenses pendules qui pourraient signer votre dernière heure. Le timing va être juste, mais quelque chose te dit que vous allez y arriver.

Et vous y arrivez. Cela te demande un peu d'efforts, suffisamment pour rassembler tes forces et accélérer. Passer entre deux des Boulebaleines, un instant avant qu'elles s'entrechoquent à nouveau. Une vague de soulagement te submerge, tellement que tu pourrais presque hurler de joie parce que c'est enfin fini. Marie va pouvoir utiliser son Capstick et vous allez enfin vous en sortir...

Enfin, ça, c'est sans compter le Chuchmur qui, agacé par toute cette agitation, décide de vous fausser compagnie et de sauter hors de tes bras. De tomber à terre, pile entre les deux montagnes qui vous menacent.

Tu te stoppes net, manquant accidentellement de percuter ta partenaire par la même occasion. Ta vision repasse au ralenti, comme tout à l'heure : mais cette fois, les conséquences en sont bien plus graves. Tu vois déjà Potts vous réprimander, vous punir, et probablement vous exclure pour avoir blessé un Pokémon, et cela va te suivre toute ta vie, et Marie t'en voudra certainement, et—

Et à cet instant, votre salut prend la forme d'un Topaz un peu trop excité mais néanmoins dévoué, qui, d'une rapide attaque Charge, pousse votre protégé en avant, et le sauve d'un K.O. certain.

Le chiot en question, lui, a beaucoup moins de chance. Le troisième Wailmer le percute de plein fouet, et il est envoyé quelques mètres plus loin, dans un vol plané absolument splendide et d'une grâce infinie.

See you, space doggo.

Tu fixes Marie, abasourdie par ce qu'il vient de se passer, et prise d'un soudain vertige à cause de l'adrénaline qui te monte sérieusement à la tête. Mais étrangement, malgré la fatigue et la gêne, tu souris. De soulagement, certainement.

« P-pardon...c'était totalement irresponsable et...vraiment dangereux et complètement irréfléchi, mais...je crois qu'on a réussi. »

Lâchant enfin la main de la jeune fille, tu t'agenouilles près du Chuchmur pour t'assurer qu'il n'a rien — il a dû subir des dégâts à cause de la Charge de ton Rocabot — tandis que Pearl, ton Plumeline, arrive après la catastrophe, de manière toujours aussi lente et posée. Ca a dû bien l'arranger quand même, ce piaf. Elle en fait toujours un peu à sa tête.

Visiblement, ça n'est pas la seule, vu que le Chuchmur t'abandonne complètement pour aller la voir, d'ailleurs. Et s'accroche à elle, tandis que l'oiseau le fixe d'un air perturbé. Ton cerveau plante alors complètement. Qu'est-ce que c'est que ça ?

Et non, tu n'accepteras aucune excuse à base de connexion spirituelle du rose. Hors de question.

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.


Dernière édition par Luce C. Agnelli le Ven 14 Avr - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 653

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Sam 8 Avr - 21:59

Chuchmurs & catastrophes
feat Luce C. Agnelli


Marie réfléchissait.

Au final, si elle s'était retrouvée dans cet état -à savoir complètement trempée et à bout de nerfs-, c'était entièrement de sa faute. Si elle n'avait pas été aussi sot, tous ces ennuis lui auraient été épargnés. C'est vrai, pourquoi, n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? Faire usage de son Capstick était pourtant une solution simple, évidente, et rudement efficace.

Ainsi, elle voyait ses quelques mésaventures comme une punition hautement méritée : dans une véritable situation de danger, un Ranger qui n'opte que trop tard pour la meilleure des solutions est voué à l'échec ! Aujourd'hui, il ne s'agissait que d'une petite trempette, mais plus tard, si elle continuait à atermoyer vainement, qui sait quelles catastrophes pouvaient arriver ! Elle pourrait laisser le temps à un incendie de se déclarer, à un voleur de s'échapper, voir même à une vie de s'éteindre ! Vraiment, quelle piètre Ranger faisait-elle. Elle n'était décidément pas à la hauteur de ses ambitions.

… Pardon ? Marie, dramatiser ? Oui, mais admettez que c'est plutôt rigolo, non ?

Serrant les poings, Marie fronça les sourcils. Elle devait se montrer plus efficace. Plus méthodique. Plus rapide ! Sinon, jamais, au grand jamais, elle ne pourrait ne serait-ce que oser prétendre rembourser sa dette auprès des Rangers de Véterville.

Habitée d'une volonté nouvelle (ouais, carrément), c'est avec une détermination accrue que Marie releva la tête, et passa le parc au peigne fin. Elle devait trouver l'endroit parfait pour Capsticker ce Chuchmur. Efficacement, méthodiquement, et rapidement. Elle se laissait dix secondes pour trouver une zone circulaire refermée de 345 cm de diamètre, avec une surface plane pouvant admettre une pente maximum de 3° et une adhérence au sol optimale.... Plus que neuf secondes... Huit... Non, pas là... Sept... Six... Pas ici non plus, il y avait trop de gens... Cinq... Quatre... Non, là le Chuchmur pourrait se faire mal !... Trois... Deux... Un... LA-BAS ! Ce bac à sable à dix mètres à peine serait parfait pour-Oh, bah que faisait Luce ? Pourquoi lui prenait-elle la main ? Allons, Marie, ne me dis pas que tu as complètement ignoré le geste de ta partenaire en direction de cet espace, là-bas, dans la zone opposée ? Ah la la... Tu sais que l'écoute de ses collègues est aussi une règle primordiale chez les Rangers, autre que les performances individuelles ? Décidément, tu avais encore tout à apprendre !

La Mentali eut à peine le temps de réaliser les plans de sa camarade qu'elle se mettait déjà à courir, entraînée par cette dernière. Hmm, tiens, vrai que ce petit parterre de fleur constituait également une zone adéquate... Mais, euh, pourquoi donc fonçaient-elles sur ces Wailmer pour l'atteindre ? Ne pouvaient-elles pas simplement les contourner ? Ou attendre quelques secondes qu'ils se fatiguent et cessent de rebondir partout ?...

Marie s'apprêta à ouvrir la bouche pour lui faire part de ses quelques réticences quant à foncer dans le tas, lorsque celle-ci se retourna soudainement pour lui dire que... Qu'elles allaient foncer dans le tas. Hum, pardon, qu'elles allaient « passer en force », pour reprendre les mots de sa camarade. Bah, savoir faire preuve de poigne, c'était aussi un critère important pour devenir Ranger, non ? Certes, ce qu'elles faisaient là s'apparentait plus à de l'inconscience pure et simple, mais... Euh...

… Bon d'accord, ce n'était pas une bonne idée.

« -Hum... Si je puis me permettre...  »

Non, t'avais pas le droit.  

La jeune Uana illégitime parla dans le vide, puisque, aux côtés d'un Rocabot et d'une Plumeline un peu en retrait, elle fut entraînée par la persévérance de Luce à vouloir foncer dans cette direction. Certes, sa détermination était admirable, mais quand même ! Il était légèrement imprudent de se précipiter entre deux boules de deux mètres de diamètre pesant cent trente kilogrammes chacune sur le point de s'entrechoquer, vous ne croyez pas ?

Pourtant, elles passèrent. Dans cette course folle que nombreux auraient vouée à l'échec, les jeunes filles filèrent tout droit, se faufilant dans ce billard grandeur nature sans s'approcher à moins de trois mètres des fameuses boules géantes. La tête tournée vers l'arrière, Marie écarquilla légèrement les yeux, surprise d'être parvenue à passer avant que les deux Wailmer ne se percutent. D'ailleurs, ils avaient l'air de drôlement s'amuser, ces Wailmer, comment les élèves à leurs charges s'y étaient pris ? Ils leur avaient donné cette espèce de petite baballe rose en forme de Chuchmur ? Mais si, celle qui se trouvait précisément entre les deux Wailmer qu'elles venaient d'esquiver ! Et qui ressemblait d'ailleurs à s'y méprendre avec le Chuchmur se trouvant dans le bras de Luce... Luce qui s'arrêta net et qui manqua de percuter Marie, au passage.

Ah, et Luce qui n'avait plus de Chuchmur dans les bras, aussi.

Le sang de Marie ne fit qu'un tour, alors qu'elle pivota à nouveau la tête en direction des Wailmer. Le Chuchmur. Il était là. Il allait se faire percuter. Et cette fois, elle n'avait pas le temps de se jeter sur lui en un sauvetage héroïque...

Mais le Rocabot de Luce, lui, oui.

Se sacrifiant d'une attaque Charge, le Rocabot alla percuter le Chuchmur pour l'éloigner des deux Wailmer, qui, inévitablement, rentrèrent en collision. Un seul vague gémissement parvint jusqu'à leurs oreilles, tandis que, en ce doux jour de Février, il fut possible d'observer un étrange phénomène de chien volant dans l'enceinte de la prestigieuse Pokémon Community ; phénomène rare qui, selon certaines rumeurs, n'avaient lieu que lors d'un alignement spécifique de certaines étoiles et qui recommenceraient lors du prochain cycle céleste. Nous laisserons les mordus du genre s'en assurer, et allons plutôt nous inquiéter de l'état de ce pauvre Chuchmur – car après tout, la victime dans l'histoire, c'était bien lui.

La main tendue, vainement, en direction des deux Wailmer, Marie ne l'abaissa pas lorsque Luce prit la parole à son intention. Tournant lentement une tête toujours aussi déconcertée dans sa direction, Marie entrouvrit la bouche pour répondre quelque chose, mais ne trouva aucune formulation constructive pour mettre des mots sur ses impressions actuelles : à savoir qu'elle trouvait sa partenaire complètement folle, inconsciente, et qu'elle venait de passer du statut de « faible personne maladroite » à « dangereuse décérébrée ».

Et si Marie eut autant de mal à clairement l'exprimer, c'est parce que Luce se comportait de manière complètement contradictoire. Voila qu'elle agissait à nouveau comme la jeune fille timide et peu assurée qu'elle connaissait, faisant preuve de culpabilité tout en émettant un certain soulagement à  l'idée que tout le monde soit sauf. Enfin, presque tout le monde

C'est donc une Mentali un peu buguée que délaissa Luce pour aller s'enquérir de l'état du Chuchmur, se portant, quant à lui, toujours à merveille. D'ailleurs, jetons un œil à son palmarès actuel : les tympans de Luce explosés, une Marie trempée de la tête aux pieds, et un Rocabot envolé vers d'autres cieux. C'est pas mal, pour un si petit être !

Marie ferma les yeux quelques secondes, et prit une profonde inspiration le temps de se remettre les idées en place. On inspire. On expire. Voiiiiiiiiila. Elle n'avait plus qu'à Capsticker cette catastrophe ambulante, et tout rentrera dans l'ordre. Elle pourra se poser des questions sur la santé mentale des élèves de cette académie après... Ou pas, en fait, elle n'allait pas se poser de question du tout et ne s'en portera pas plus mal. Mais avant... Il fallait peut-être aller aider ce pauvre Rocabot.

Et heureusement pour lui...

…. CANARD-MAN ETAIT LA !

Apparaissant dans un rayon lumineux suite à la détresse émise par cette jeune fille éplorée (sorti de sa Pokéball par Marie, quoi), le Couaneton valeureux, toujours prêt à servir la justice et à combattre le mal, prit une pose digne des plus grands super-héros. Toujours aussi peu émue par cette sublime arrivée, Marie, de son expression neutre habituelle, lui tint à peu près ce langage :

« -Sain, envole-toi et pars à la recherche d'un Rocabot dans les environs du parc. Prestement, je t'en prie. »

Redressant fièrement la tête, il n'en fallut pas plus à Sain-euh Canard-man, pardon, pour déployer ses majestueuses ailes et disparaître en un unique battement. Il franchirait vents et marées pour retrouver ce Rocabot, et ce, au péril de sa vie, car tel était son devoir !

… Au fait, ça ressemblait à quoi, un Rocabot ?

Ignorant complètement qu'elle avait envoyé son seul effectif aérien à la poursuite d'un spécimen lui étant totalement inconnu, Marie considéra le cas du chien comme étant réglé et retourna auprès de Luce. Remarquant que le Chuchmur s'était complètement épris de sa Plumeline, elle se rapprocha un peu plus deux Pokémon, et ne put s'empêcher de s'agenouiller pour les observer de plus près, le tout en plissant les yeux. Fascinant.

« -Vraisemblablement, le Chuchmur accorde à votre Plumeline le statut de figure maternelle, et ce pour une raison qui m'échappe dans son intégralité. Ce Pokémon ne vient que tout juste d'apparaître dans sa vie, et il serait quelque peu osé que de juger son apparence physique comme s'apparentant à celle d'une femelle Brouhabam. » elle pencha légèrement la tête sur le côté « Je ne connais que trop peu les espèces en provenance d'Alola. Posséderait-elle une faculté quelconque lui permettant de s'attirer la grâce de ses comparses Pokémon ? »

Se redressant, Marie renferma un peu plus ses doigts sur son Capstick, et se hâta de consulter son Navigateur. Logiciel réservé aux Rangers, son utilisation ne diffère en rien d'une simple fonction Pokédex, à cela près qu'en plus de fournir les informations de base relatives au Pokémon, il propose quelques voies d'utilisation sur le terrain à appliquer pour les Rangers novices. Bien plus à l'aise avec cet appareil qu'avec son Ipok, Marie n'eut aucun mal à faire identifier le Plumeline, dit « forme Hula », et lut à voix haute ce qu'affichait l'appareil.

« -" Il se relaxe en se déhanchant lentement. Cela lui permet d'accumuler de l’énergie psychique, qu'il déverse sur le premier ennemi qu'il trouve." » Marie fronça les sourcils en lisant la suite  « " Plumeline Hula donne des coups de hanche langoureux qui font fondre le cœur de ses ennemis." »

Quittant son Capstick des yeux, Marie tourna la tête en direction de Luce, un air de reproche sur le visage.

« -Vous n'avez jamais mentionné l'existence d'un tel Pokémon dans votre équipe.  » elle croisa les bras et détourna le regard, comme vexée « Je pensais pourtant avoir été limpide au moment de notre rencontre : il vous faut optimiser les connaissances que vous avez de vos partenaires si vous souhaitez maximiser vos performances scolaires. Et autres, accessoirement. »

Ce qu'oubliait Marie, c'est qu'après la-dite rencontre, la pauvre Luce n'eut guère pu s'autoriser un tel loisir que d'aller consulter quelques bouquins à la bibliothèque. Eh bien, tant pis pour elle ! Elle n'avait qu'à se débrouiller ! Voila !

Prenant une posture plus adulte, Marie observa à nouveau le Chuchmur câliner avec tendresse le Plumeline, et tira une rapide conclusion de ce qu'elle venait de lire.

« -Réceptif aux agissements des autres Pokémon, et aisément influençable, le Chuchmur s'est laissé charmer par la danse de votre Plumeline à sa simple vision. Non pas d'un point de vue sexuel, cela dit, mais plutôt par l'identification que se fait le Pokémon de l'amour maternel : à savoir grâce et tendresse. » la Mentali plissa les yeux « Ce que nous ne sommes visiblement pas à ses yeux, sans quoi il aurait été, sans nul doute, bien plus docile. Je me demande bien ce qui lui permet d'avoir un avis aussi tranché sur le sujet.  »

Non, cette phrase n'était absolument pas ironique. Marie avait juste du mal à percevoir les choses qui sont pourtant les plus évidentes : à savoir que la Ranger n'était que sévérité et froideur, et donc la figure maternelle la moins désirée qui soit.

Enfin, maintenant, elle devait toujours Capsticker le Chuchmur. Allez savoir si la Plumeline aller accepter ce rôle de mère à cœur joie... Si jamais elle finissait par le repousser, les conséquences seraient terribles ! Alors autant arranger les choses avant qu'elle ne dégénèrent.

… Par contre, il y avait un truc qui n'allait pas. Maintenant qu'elle y réfléchissait, son Capstick lui paraissait bien léger. L'observant de plus près, Marie remarqua alors sans mal que... La toupie avait disparu. Elle s'était décrochée ? Observant brièvement ses pieds, puis les alentours, elle écarquilla les yeux en remarquant l'objet recherché... A proximité des Wailmer, probablement tombé pendant leur course effrénée.

Yeux qui s'arrondirent un peu plus lorsqu'un Wailmer vint le piétiner.

Totalement stoïque, Marie garda cette position pendant plusieurs secondes, observant ce qui faisait l'essence même du Capstick, désormais en miette, dans le plus grand des silences, et ce sans esquisser le moindre mouvement. Au bout d'un moment, elle baissa les yeux sur ce qui lui restait d'appareil en main, et poussa un long, long, trèèèès long soupir.  

Je crois que là, on pouvait le dire sans mal.

VDM.


© Mzlle Alice.

_________________

« Navrée, mais je ne puis vous laisser faire. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 11
Jetons : 3437
Points d'Expériences : 183

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Ven 14 Avr - 14:13

cours spé coordi
feat. marie r. uana


Lentement, le monde se mettait de nouveau à tourner normalement. Sûrement l'effet de l'adrénaline qui redescendait, maintenant que vous aviez passé cette épreuve. Et quelle épreuve. Tu poses la main sur ta poitrine, te permettant de remarquer que clairement, malgré ton calme apparent, ton cœur lui est aux antipodes de ton état actuel : il panique. Enfin, « finit de paniquer » en l'occurrence, vu que vous êtes maintenant hors de danger, et dans la zone que vous recherchiez pour enfin parvenir à calmer ce fichu Chuchmur. Oui, « fichu ». Ce n'est habituellement pas ton genre d'être aussi vulgaire, ni d'être aussi...dynamique et réactive, mais là, c'était une situation exceptionnelle, une urgence...heu, urgente. Certes, tu étais patiente, et c'était une vertu remarquable qui t'avait sauvé la mise un bon nombre de fois — et causé ta perte tout autant de fois — mais ta patience tout de même des limites. Et tu avais honnêtement du mal à croire que ce démon rose puisse être venue à bout de cette dernière.

En parlant du démon en question, à ta grande surprise, il était toujours accroché à ta Plumeline, un air hautement satisfait et bienheureux ornant ce qui lui servait de visage. Oui, c'est vrai que c'était ce qui t'avait fait disjoncter il y a quelques instants de cela. Toujours aussi interloquée, tes yeux ne quittent pas la scène ne serait-ce qu'un seul moment : et tandis que le Chuchmur jubile, Pearl, elle...semble n'en avoir que peu de choses à faire, comme à son habitude. Qu'est-ce qui a bien pu pousser ce Pokémon à s'attacher à elle ainsi ? C'est ce que Marie te demande alors qu'elle s'agenouille en face des deux concernés, arborant une expression moins abasourdie que la tienne, mais visiblement troublée quand même. Tu ne pensais pas trouver quelqu'un de moins expressif que toi, un jour...c'était assez bizarre, comme considération. Mais là n'était pas la question. Une fois sa déclaration terminée (tu ignores si elle était dirigée vers toi, par ailleurs) la demoiselle consulte alors l'appareil qu'elle a en main — tiens c'est étrange, il ne ressemble pas vraiment aux Capsticks que tu vois d'habitude ? — et se met simplement à lire la description Pokédex de ton Pokémon. Tu sais, celle que tu aurais sans aucun doute dû lire pour, déjà, apprendre à la connaître un peu plus, et surtout, découvrir cette information capitale qui aurait pu vous sauver la vie bien plus tôt et vous éviter tous ces problèmes.

Ainsi, la réprimande de Marie était plus que justifiée. Honteuse, tu baisses les yeux, tes mains agrippant l'écharpe jaune nouée autour de ton cou, un geste qui te vient naturellement lorsque tu te sens mal à l'aise.

« Pardon...Pearl est assez nouvelle dans mon équipe et je n'ai pas encore eu le temps de vraiment m'occuper d'elle...vous avez entièrement raison. Je suis vraiment désolée. »

C'était vrai, en plus : Topaz et Pearl ayant rejoint ton équipe presque en même temps, la Plumeline t'ayant été donnée par Calua quelques jours après la sortie capture où le Rocabot t'avait rejoint, tu avais bien vite appris qu'il te fallait t'occuper du chiot le plus vite possible. Ton nouveau compagnon canin était une boule d'énergie particulièrement difficile à maîtriser, et tu avais passé les deux derniers mois à t'occuper quasi-exclusivement de lui. Tu te sentais mal pour Pearl, évidemment...mais d'un autre côté, elle ne semblait pas se préoccuper de grand chose, et venir la faire s'entraîner avait souvent été synonyme d'échec. La plupart du temps, elle restait à danser tranquillement, ignorant la majorité de tes demandes. Tes priorités avaient vite été fixées, mais Marie n'en avait probablement que faire.

Principalement parce qu'en ce moment même, Marie avait l'air pétrifiée. En te tournant vers elle, tu remarques bien vite la source de cette posture. Tu te disais bien que son Capstick, élément primordial de votre plan que tu avais vu plus tôt, n'était pas normal : il lui manquait la toupie, partie essentielle dans la capture de Pokémon pour un Ranger.

Partie essentielle qui, actuellement, reposait par terre, à quelques centimètres d'un Wailmer qui roulait toujours allègrement. Wailmer qui vient à l'instant de lui rouler dessus, avec un craquement qui résonne jusque dans les tréfonds de ton âme.

Marie soupire.
Tu soupires aussi.
Le Chuchmur câline encore Pearl.
Et Pearl...danse toujours.

Bon. Au moins, la situation n'était pas totalement catastrophique. Le Chuchmur ne s'était pas remis à pleurer...ce qui était déjà du progrès par rapport à votre situation initiale. Néanmoins...tu te demandes si Marie ne va pas finir par faire une dépression nerveuse — avant la fin de ce cours. Parce que c'était le cas pour toi. Enfin, Marie était probablement plus résistante émotionnellement que toi...ce qui en fin de compte n'était pas très difficile. Bref. Tu ne sais pas vraiment si tu dois oser réconforter ta camarade mais...il vaut mieux tenter quelque chose que de ne rien faire. Tu poses ta main sur son épaule.

« T-Toutes mes condoléances...? »

Bravo Luce. Maintenant tu as probablement l'air encore plus stupide. Mais ce n'est pas le moment de se laisser aller : tu t'avances vers Pearl, t'agenouillant à côté d'elle, en espérant que ta partenaire fasse son deuil assez rapidement.

« Um, Pearl...? Je sais que ça risque de t'embêter un peu...mais est-ce que tu pourrais continuer à l'occuper ? Tu pourrais...heu, danser, comme tu le fais si bien ? Lui apprendre, peut-être ? »

La Plumeline hoche nonchalamment de la tête. Elle a au moins l'air d'avoir compris ce que tu lui demandes car elle saisit alors les pattes du Chuchmur, et se met à les bouger en accord avec son propre tempo. Le pleurnichard (qui a fort heureusement cessé de pleurer depuis) semble ravi de jouer avec sa nouvelle figure maternelle — dis donc, il n'est pas censé dormir vu le nombre de fois où il a pleuré ? — mais tu ne sais absolument pas combien de temps ça va durer. Tu as bien quelque chose en tête, mais cela implique de retourner chercher le matériel que Potts vous a confié. Et donc, de passer les Wailmers à nouveau. Ce qui, vu la réaction de Marie et le risque encouru précédemment, n'est pas une bonne idée. Tu pourrais clairement les contourner, mais ces immenses sphères bleues sont horriblement imprévisibles — te dis-tu alors que tu vois l'un des autres élèves tenter d'y échapper. Par contre, il y a bien un de tes Pokémons qui serait capable d'agir assez rapidement pour ça. Tu retournes vers la Mentali, encore hésitante à lui adresser la parole vu la perte de son précieux équipement.

« Marie ? Heu...j'ai peut-être une autre idée. M-moins risquée que celle de tout à l'heure, bien sûr ! C'est vrai que je n'ai pas mis tous mes atouts de mon côté, alors...je pense que je peux me rattraper avec ça. »

Tu plonges la main dans la sacoche accrochée à ta ceinture, pour en sortir la première Pokéball que tu as reçue en arrivant ici. Dans le même flash écarlate que tout à l'heure, c'est cette fois-ci ton Farfuret qui apparaît à tes côtés. L'air toujours aussi renfrogné, il croise les pattes...avant d'aussitôt les laisser tomber en écarquillant les yeux en voyant le chaos autour de vous. Qu'est-ce que tu le comprends bien...

« Pardon de te déranger Reo, mais j'ai besoin de toi. Est-ce que tu pourrais utiliser Hâte et aller chercher nos affaires de l'autre côté ? Elles sont juste en dessous de l'arbre, là bas. »

Grognant, Albireo s'exécute néanmoins. L'attaque de type Psy ayant boosté sa vitesse déjà conséquente, il parvient à esquiver les Wailmers, et à revenir avec le matériel donné par la référente Mentali, en plusieurs voyages certes, mais tout est là. Remerciant ton starter, tu te baisses pour saisir le fameux xylophone que Marie a examiné tout à l'heure, puis fais volte-face pour exposer ton plan à cette dernière.

« Um, est-ce que vous vous y connaissez en musique ? De ce que j'ai compris, les Chuchmurs sont hautement réactifs au son, alors je pense qu'on pourrait le distraire avec ça, et probablement le fatiguer pour qu'il finisse par s'endormir. »

Et qu'enfin vous n'ayez plus à vous occuper de cette terreur, surtout.

« Ah, et...s'il y a besoin de rembourser votre Capstick, je peux aider...c'est un peu de ma faute si il a été détruit. »

Tes mains se resserrent à nouveau autour de ton écharpe. Pitié, que vous en voyiez le bout, et vite.

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 653

MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   Ven 14 Avr - 18:50

Chuchmurs & catastrophes
feat Luce C. Agnelli


Marie désespérait.

Comment un simple cours pouvait-il à ce point s'avérer compliqué ? Pas que ce cours, en fait... Pourquoi TOUT dans cette académie était si compliqué ? N'étaient-ce que le fruit du rassemblement d'autant de professeurs détraqués en un même établissement, ou Marie était juste incapable de tenir le rythme imposé ? D'un point de vue purement objectif, la première réponse ne lui paraissait pas incorrecte, mais la deuxième n'était pas non plus à exclure...

Relevant la tête, elle observa à nouveau les restes de sa toupie, délabrée. Un tel condensé technologique ne pouvait bien évidemment faire preuve de résistance et célérité à la fois, aussi n'y avait-il rien d'étonnant à ce que l'il succombe face aux cent trente kilogrammes du Wailmer. Elle n'avait qu'à être plus prudente, et faire preuve d'un peu plus d'autorité auprès de sa camarade l'ayant incitée à traverser ce périlleux gazon.

Camarade qui, d'ailleurs, osa poser sa main sur l'épaule de la Mentali. Tournant mollement la tête en sa direction, Marie écouta Luce lui présenter ses condoléances, avant de fermer les yeux et de mettre sa main sur son cœur, le tout en prenant une grande inspiration. Elle devait rester maître de ses émotions. Elle devait rester forte.

« -... Votre attention m'honore. J'ose espérer que son sacrifice n'eut guère été vain. »

La Ranger indigne qu'elle était d'avoir ainsi perdu un si précieux élément resta dans cette position quelques secondes, et ce même après avoir perçu le départ de sa partenaire. Resserrant un peu plus son emprise sur ce qu'il restait de son Capstick, elle rouvrit les yeux, et détourna le regard de ce triste spectacle, peinée, et alla plutôt reporter son attention sur l'une des causes de son chagrin.

Le Chuchmur.

A défaut de pouvoir être casptické dans la zone tant désirée, cette mésaventure avait eu pour mérite de révéler le potentiel maternel de l'un des Pokémon de Luce, en la personne de sa Plumeline. Pearl – car tel était son nom, s’avéra docile et accepta d'apprendre à cette salet-adorable petite créature les rudiments de la danse, qu'il semblait tant admirer. Cela avait certes le mérite de l'occuper pendant un petit moment, mais nul ne savait combien de temps ce répit durerait.

Complètement out, Marie ne prenait même plus la peine de réfléchir à ce qu'elles pourraient faire en cas de représailles lacrymales. Elle se contentait de profiter du calme actuel, et priait pour que celui-ci perdure. Par malheur Fort heureusement, sa partenaire, toujours à l'affût d'une nouvelle catastrophe merveilleuse idée, semblait avoir trouvé de quoi achever Marie palier à une éventuelle récidive de la part de ce monstre venu des enfers jeune et charmant bambin, et se hâta de soumettre sa proposition à la Mentali.

Lui jetant un regard noir à l'entente du mot « idée », l'expression de Marie se fit néanmoins un peu moins sévère à l'entente du reste de ses paroles. Tiens donc ? « Moins risquée » ? Elle était curieuse de voir cela. Et elle n'avait plus rien à perdre, de toute façon ; sans sa toupie, son Capstick ne valait plus rien, ses vêtements du jour étaient déjà complètement foutus à cause de l'eau croupie de l'étang, et elle était déjà à bout moralement parlant. Autant que cela serve à la note. Si le plan de sa partenaire était recevable, évidemment...

Sans détailler celui-ci, la jeune demoiselle fit appel à un nouvel atout, à savoir un Farfuret quelque peu déconcerté par le chaos ambiant. Le prénommé « Reo », bien que grommelant, accepte d'utiliser sa capacité Hâte afin d'aller chercher leurs affaires, laissées aux pieds de l'arbre par delà les Wailmer. Après quelques allers-retours, durant lesquels il évita avec aisance les boules de bowling ambulantes j'aime bien cette assonance en « bul », le Farfuret eut tôt fait de ramener l'intégralité des effets oubliés il y a quelques minutes, effets dans lesquels Luce piocha pour en tirer le fameux xylophone récupéré précédemment. Se tournant vers Marie, elle lui montra l'instrument, et lui demanda si par hasard elle savait en jouer afin de distraire, voir fatiguer, le Chuchmur, rajoutant finalement qu'elle pouvait participer au remboursement du Capstick si nécessaire. Attrapant l'instrument, Marie secoua la tête de droite à gauche, cependant pas pour signifier sa méconnaissance du xylophone.

« -N'ayez crainte. A l'instar de nos Ipoks, les Capsticks bénéficient d'une assurance prenant en charge les réparations en cas d'une première défaillance. Puisque j'y ai toujours porté un grand soin, je n'en avais encore jamais fait usage. »  ses yeux se baissèrent, fixant l'instrument « Il s'avère que le xylophone est l'un des quelques instruments qu'il me fut donné de maîtriser pendant mon éducation. Il ne possède pas une grande valeur symphonique, mais... Il existe de vieux récits contant son appartenance aux huit Instruments des Poissirène, nécessaires au réveil du grand Wailord rêve. Mes parents adoptifs ayant une certaine âme de poètes, il leur eut semblé naturel de m'y initier... Hum. Mais je m'égare. »  

S'asseyant en tailleur, Marie posa l'instrument au creux de ses jambes, et saisit le petit maillet consistant en une simple tige en bois surmontée d'une petite sphère en plastique. Après avoir testé une à une les palettes composant le xylophone, et prit connaissance des sons qui en échappaient, la Mentali croisa les bras, pensive.

« -Il paraît accordé selon un échelle pentatonique. » elle regarda Luce « Mes connaissances portent surtout sur le heptatonique, et je vous avoue n'avoir jamais pensé un jour devoir à nouveau user de mon savoir en la matière ; il se peut donc que ma performance ne soit pas optimale, aussi je vous prierai de ne pas trop en attendre de ma part.  »

Un piaillement indigné en provenance de Pearl capta leur attention. Le Chuchmur avait, semble-t-il, entrepris d'arracher quelques plumes à sa chère et tendre mère afin de se parer d'une tenue similaire. Marie réfléchit rapidement à ce qu'elle pourrait bien faire afin de calmer ses pulsions destructrices, et conclut bien vite à une unique solution possible.

« -Une berceuse. » elle se tourna à nouveau vers Luce « Tentez donc d'attraper le Chuchmur et de le maintenir au calme. J'essaierai ensuite de lui jouer une mélodie agréable afin de l'apaiser et de le pousser au sommeil... »

Inconsciente de la difficulté de la tâche confiée à sa partenaire, Marie détourna le regard pour se concentrer sur son instrument. Vouloir faire une berceuse, c'est bien gentil, mais encore fallait-il savoir laquelle... Marie se souvenait bien de l'existence d'une mélodie qu'elle affectionnait particulièrement, quand elle était petite, mais cela faisait tellement longtemps qu'elle ne l'avait pas écoutée... Ah ! Mais n'avait-elle pas mis au point un moyen mnémotechnique pour s'en rappeler ? Si, elle en était certaine... Ça donnait quelque chose comme...

« -Gauche, haut, droite, gauche, haut, droite... »

Tapant alternativement sur les palettes aux positions indiquées, Marie se remémorait petit à petit la mélodie tant recherchée. Certes, dans sa mémoire, elle paraissait beaucoup plus harmonieuse, et il manquait quelques instruments pour reproduire le son tel qu'elle le visualisait, mais dans l'ensemble, cela convenait assez bien. Elle pouvait difficilement faire mieux, en tout cas. Surtout avec le brouhaha alentour...

Elle releva la tête, et chercha sa partenaire du regard. S'en sortait-elle, avec le Chuchmur ? Elle aimerait pouvoir tester sa mélodie au plus vite. Surtout qu'elle commençait à fatiguer...

D'ailleurs, elle ne put réprimer un bâillement. Marie avait vraiment hâte de pouvoir retourner à sa sieste. Hélas, une fois le Chuchmur calmé, elle devrait tout de même continuer à le surveiller au cas où il soit pris de sanglots soudain... Quelle déveine, décidément. Elle allait devoir regarder un autre dormir à sa place!

Luce arriva enfin face à elle, tenant tant bien que mal le petit démon dans ses bras, ayant bien évidemment repris ses jérémiades. Marie lâcha un nouveau soupir, et boucha quelques secondes les oreilles du Chuchmur, puis, après qu'il eut cessé de pleurer, lui montra le xylophone.

Calmement, après être certaine d'avoir capté son attention, elle fit tinter l'une des palettes. Puis une deuxième. Puis une troisième. Et ce jusqu'à intriguer le petit être. Posant alors l'instrument au sol, elle commença à reproduire la mélodie précédente, un air toujours aussi sérieux sur le visage. A son grand étonnement, le Chuchmur se montra extrêmement réceptif à la mélodie, et repoussa légèrement les bras de Luce pour pouvoir se rapprocher et mieux écouter. D'un regard, la Mentali invita sa partenaire à le laisser faire, et petit à petit, le bébé Pokémon alla se placer juste devant le petit instrument de musique. Marie pencha légèrement la tête sur le côté, perplexe face à la docilité soudaine du Pokémon.

Elle arrêta sa mélodie, et lui tendit le petit bâtonnet.

« -Voudrais-tu essayer? »

Le Chuchmur hocha lentement la tête, et attrapa le bâtonnet, qu'il tenait maladroitement dans ses petites pattes. Il tapa d'abord de manière un peu hasardeuse sur les palettes, mais Marie lui indiqua ensuite lesquelles elle avait fait entrer en résonance, et, lentement, le Chuchmur parvint à reproduire la berceuse.

Alors, il entrouvrit la bouche, et entonna un petit chant.

Les yeux de Marie s'arrondirent légèrement. Saisissant son Navigateur, elle fit rapidement quelques recherches sur le phénomène. Elle n'avait jamais entendu parler des capacités lyriques des Chuchmur... Ah! Son appareil semblait réagir au son. Il s'agissait... D'une attaque? Voix Enjôleuse? Mais les Chuchmur n'apprennent normalement pas cette capacité... Ah, si, apparemment, elle pouvait se transmettre d'un parent Nymphali ou Mistigrix. Peut-être que la volonté d'identification à ses géniteurs du Pokémon était plus forte que ce qu'elle avait pu imaginer...

Délicatement, Marie reposa son Capstick, et se détendit en admirant le spectacle. Lorsqu'il se tenait à carreau, ce Pokémon s’avérait être un véritable trésor...

***
Pendant ce temps...

Son regard aiguisé comme un Gueriaigle, et son esprit aussi vif qu'un Zoroark lui allaient être d'une grande aide. Visiblement, la noble quête qu'on lui avait confié était bien plus biscornue que ce qu'il aurait pu imaginer !

Mais cependant, n'ayez crainte, nul échec n'était à envisager. Retrouver ce fameux « Roc à beaux » n'était qu'une question de temps pour le grand Canard-Man. Après tout, lui-même n'était-il pas le plus grand des apollons ? Il allait être très certainement attiré de lui-même vers ce mystérieux rocher autour duquel se réunissaient les plus beaux êtres de cette planète ! Même si aucun d'entre eux ne sera en mesure d'égaler l'élégance du magnifique Sain, à n'en point douter.

Enfin ! Trêve de divertissement, et intéressons-nous de plus près à l'avancée méthodique et non pas moins certaine de notre héros à tous. Canard-Man venait de faire pour la troisième fois consécutive le tour de ce parc (et ce sans le savoir), et nulle trace du moindre caillou à l'horizon. Il devait pourtant bien se trouver quelque part dans les horizons ! Sa dresseuse ne lui aurait tout de même pas soumis une quête aux origines incertaines et défaillantes ?...

… Naaaan, jamais elle ne lui ferait une chose pareille ! Elle savait pertinemment que Canard-Man était le meilleur élément de son équipe, aussi, si cette mission lui avait été confié, c'était sans nul doute pour son importance capitale ! Il n'était même pas question d'envisager de penser réfléchir à la possibilité selon laquelle elle avait peut-être inventé ça pour ne plus l'avoir dans ses pattes. Qui donc voudrait tenir à l'écart un tel génie et un tel talent ? Personne ! Absolument personne !

… Oh, attendez ! Mais que voyait donc Canard-Man, dans la fourrure de cette créature inférieure quadrupède ? Était-ce bien... Des cailloux ? Mais oui ! Sans nul doute ! Peut-être avait-il emporté avec lui des fragments du « Roc à beaux » dans l'espoir (vain) d'égaler la magnificence du grand Canard-Man ! Oh la la, une telle abnégation avait de quoi émouvoir le grand cœur valeureux de Sain. Cette pauvre âme se donnait tant de mal ! Il espérait que ce rocher qui attirait à lui les plus beaux êtres allait imprégner son corps de sa splendeur et l’embellir ! Aaah, pauvre petit être. En gage de sa bonne foi, Canard-Man se devait d'aller l'avertir de son égarement ! Peut-être pourra-t-il aussi lui faire l'insigne honneur de lui promulguer quelques conseils afin de se rapprocher un peu plus de la splendeur du plus grand des héros qu'il était.

Sain devait le rejoindre ! Et vite !... Mais... Mais où allait-il, comme ça ? Pourquoi contournait-il cet étang avec tant d'ardeur ? Et... Et pourquoi cherchait-il à traverser cette étendue verte parsemée de Wailmer dégénérés ? Est-ce que... Sain arrivait trop tard ?! Avait-il déjà compris que sa beauté ne pourrait jamais égaler celle de Canard-Man ?! Cherchait-il... A mettre fin à ses jours ?! Oh Arceus tout puissant ! Sain devait agir ! Et le sauver !

D'un battement d'aile élégant, Canard-Man augmenta sa somptueuse célérité, et fendit droit vers le malheureux Pokémon. Les Wailmer se rapprochaient à vive allure, il devait se dépêcher ! Ils arrivaient ! Droit sur lui ! Ils allaient.... NON !

*SBUNK*

Étant beaucoup plus lent que le Rocabot, Sain arriva entre les Wailmer bien après le passage du chien, et fut brusquement percuté par l'un d'eux. Et alors qu'il revenait à hauteur de sa dresseuse, le Pokémon Chiot, haletant, put voir un canard bleu s'écraser pile en face de lui.

Se relevant bravement malgré la chute, Canard-Man arbora une allure fière et grandiose en voyant qu'il était parvenu à rattraper le Pokémon avant qu'il ne lui arrive malheur. S'apprêtant alors à refuser ses remerciements et sa gratitude éternelle (Un super-héros se devait d'être humble!), l'attention de Sain fut capté par les grommellements d'un Pokémon se trouvant dans son dos.

Se retournant, c'est avec un grand étonnement que Canard-Man vit sa dresseuse, accompagnée d'une autre humaine et d'une -très charmante- créature à plume, toutes allongées dans l'herbe, et paisiblement endormies.

Tournant autour d'eux, un Chuchmur avait délaissé son xylophone pour les mettre dans une position décente. Le tout en se plaignant que c'était toujours à lui de faire le sale boulot, au final.

Oui. Marie termina ce cours comme elle l'avait commencé.

En dormant.

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« Navrée, mais je ne puis vous laisser faire. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie   

Revenir en haut Aller en bas
[Cours 07 - Coordinateur] Chuchmurs & catastrophes ♦ Marie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: l'établissement :: les infrastructures :: Le Parc-