Partagez | .
Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 11
Jetons : 278
Points d'Expériences : 114

MessageSujet: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Mar 14 Mar - 20:14

Le soir déclinait lentement sur l'île de Lansat. Néanmoins, Ellen n’arrivait pas à trouver le sommeil, trop préoccupé à répondre aux nombreuses questions qui la hantaient ces derniers jours. Depuis son arrivée ici, tout se passait très bien, mais au fil des jours, la jeune Givrali avait fini par comprendre qu'il faudrait vite qu'elle se trouve une orientation. Lors de son départ, elle ne rêvait que d'aventures, de devenir une super dresseuse ou encore de danser sur toutes les scènes avec ses pokémon, comme un peu près tous les jeunes de son âge. Mais elle dut vite se rendre à l'évidence que la vie n'était pas aussi simple que cela et qu'il lui faudrait travailler pour obtenir ce qu'elle voulait.
Or, une question cruciale se posait avant d'envisager quoi que ce soit : que voulait-elle vraiment .
Elle avait beau y réfléchir encore et encore, elle avait peur de faire le mauvais choix et de devoir ensuite tout recommencer.
Et malgré tout ce que l'on raconte sur le fait que la nuit porte conseil, la jeune dresseuse n'arrivait pas à se décider.
Elle se réveilla brusquement. Une chaleur étouffante envahissait sa chambre. Ellen se leva et ouvrit sa fenêtre. L'air frais de la nuit effleura son visage d'une petite brise avant de s’engouffrer dans la pièce. La Givrali alluma sa lampe de chevet et dévisagea son reflet dans le miroir. Des cernes s'étaient creusés sous ses yeux, et son faible sourire lui donnait un air maladif. Ses longs cheveux ne semblaient plus aussi soyeux qu'avant, comme si tout son corps reflétait ses sentiments. Elle soupira avant de se rallonger sur son lit. Là, elle resta de longues minutes à ne rien faire, contemplant le vide d'un air songeur. Finalement, la nuit finie par l'emporter avec elle et ce fut le sommeil agité que la jeune fille parvint à s'endormir alors que les premiers rayons de soleil pointaient déjà le bout de leur nez.


*****


'' BipBipBip ! ''

Ellen frappa sur son réveil afin de le faire taire et l'engin tomba sur le sol avec un énorme bruit sourd.
Au moins, il s'était tu.
La Givrali plaqua son coussin sur sa tête et se rendormit.

Quelques heures plus tard, qui parurent des minutes pour la jeune fille, elle se releva soudainement et jeta un coup d’œil sur sa table de chevet afin de regarder l'heure.
Ah oui, c'est vrai. Elle venait de tuer son réveil.
Elle jeta un coup d’œil à l'objet qui reposait sur le sol en mille morceaux et soupira.
Mais a vu de la hauteur du soleil dans le ciel bleu printanier de dehors, il n'était sûrement pas 8h00, comme l'heure à laquelle elle était censée se réveiller.
Ellen se dépêcha de se préparer, et en dix minutes top chrono, elle était habillée, coiffée, débarbouillée.
Vu qu'elle avait déjà perdu assez de temps à cette journée, la Givrali préféra se passer d'un petit déjeuner et sortir de sa chambre le ventre vide. Elle salua quelques connaissances sur son passage avant d'arriver dans le parc. C'était une journée ensoleillée et parfaite pour fêter la future arrivée du printemps. Beaucoup d'élèves semblaient avoir profité du beau temps pour sortir et le parc était noir de monde.
Finalement, ce ne serait sûrement pas l'endroit idéal pour être tranquille. Mais bon, elle fera avec.
La dresseuse finit par trouver un banc solidaire un peu à l'écart et s'y installa.
Elle sortir de son sac un sandwich qu'elle avait préparé juste avant de partir et décida de faire prendre l'air à Heavens, son fidèle ami.
Dès qu'il fut sorti, le petit Griknot se mit à courir et à sauter partout, heureux de ce soudain retour du soleil et du beau temps.  
Ellen éclata de rire devant tout ce cirque. Le pokémon darda alors sur elle des grands yeux ronds, enfaîte, il semblait surtout attirer par le sandwich de sa dresseuse.
'' C'est ça que tu veux ? " demanda Ellen en arrachant un bout de son sandwich.
Le pokémon acquiesça d'un signe de tête et se lécha les babines en tendant les pattes vers Ellen.
Il avala le morceau de pain sans se poser de questions et se mit une nouvelle à courir dans tous les sens. Soudain, il trébucha contre un petit caillou et roula jusqu'au pied d'un jeune garçon assit sous l'ombre d'un arbre. Un peu sonnée, le pokémon se releva difficilement et chancela un peu avant de réussir à garder son équilibre.
'' Heavens ! T'aurais pu faire attention, non ? '' s'écria Ellen avant de rejoindre le Griknot et le jeune garçon.
Une mèche rebelle cachait le visage de l'inconnu que la Givrali ne put reconnaître.
'' Ho excuse-moi ! Il est un peu... comment dire, un peu excité en ce moment. Il ne fait pas attention où il met les pattes ! ''
Le garçon releva la tête et Ellen s'exclama :
'' Hé ! Mais je te reconnais ! Je t'ai vu à la télé ! Attend... Alban, Alban Abernaty, c'est ça ? Tu faisais des courses aériennes, non ? Je vous aie toujours admiré, toi et ton pokémon ! Quand j'étais petite, je voulais devenir comme vous... enfin, vu que j'ai un peu le vertige, c'est compliqué. C'est dingue ! J'aurais jamais imaginé te rencontrer en vrai, surtout ici. Ho ! Je ne me suis même pas présenté ! Ellen Whirst, des Givrali, je suis nouvelle ici, donc tu ne dois sûrement pas me connaître. Et voici Heavens, continua-t-elle ne montrant du doigt le Griknot qui dévisageait Alban avec de grands yeux, il est très gentil mais un peu maladroit. Tu tu es excusé, au moins ? '' demanda la dresseuse à l'intention de son pokémon.
Heavens mordilla la main du jeune homme en signe d'excuse. Ellen soupira :
'' Ah et ça, c'est sa manière à lui de dire merci ou pardon. ''
Elle eut un petit rire avant d'attraper le pokémon dans ses bras pour l'empêcher de faire plus de bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6098-i-know-you-know-i-know-ellen-whirst http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6144-ellen-whirst-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 65
Jetons : 11899
Points d'Expériences : 2085

MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Lun 20 Mar - 15:25




Je voudrais déjà être roi
Alban Abernaty & Ellen Whirst

A cette heure de la journée, le ciel revêtait ces teintes rose, or et carmin qui lui étaient caractéristiques. L’air était doux et frais, encore un peu humide de la rosée du matin, et le soleil formait comme une petite dune de lumière à peine visible à l’horizon. Les nuages étaient sens dessus dessous, et, aujourd’hui, ils dessinaient comme une espèce de tourbillon qui semblait sortir de la mer. C’était le genre de spectacle qui ne pouvait offrir qu’à ceux qui voulaient faire l’effort de le contempler. Ce genre de petites scènes qui étaient quotidiennes, mais qu’on ne remarquait presque plus tant elles étaient devenues habituelles. Mais le ciel avait ses humeurs, qui influaient sur son apparence du jour. Et Alban adorait voir les nouveaux apparats qu’il pouvait revêtir chaque matin.

Perché sur le dos de Zénith, le châtain se laissait entraîner à vitesse vertigineuse dans une danse folle pour déranger les nuages. Depuis que son Dracaufeu était revenu temporairement de son apprentissage à Kanto chez le Coach Finnigan, Alban avait décidé de troquer son habituel entraînement contre une virée aérienne. Zénith et Barber n’allaient rester avec lui que quelques semaines encore, avant de repartir à Jadielle. Et la dernière fois qu’ils étaient partis, il n’avait pu les voir pendant plus de trois mois. Autant dire qu’il comptait donc profiter de leur présence autant que possible, quitte à écourter un peu ses séances de coaching du matin.

Levant les bras pour toucher les nuages, le jeune homme se pencha sur le dos de Zénith pour être plus aérodynamique. Comprenant où il voulait en venir, le Dracaufeu abaissa ses ailes pour prendre de la vitesse. Ils firent une vrille, prirent de l’altitude, replongèrent… C’était une sensation magnifique. Ils prenaient chaque virage avec une précision effrayante. Ils avaient l’air tellement fluides et tellement en symbiose, tous les deux… C’était réellement un sentiment qu’Alban n’avait pas encore avec Mistral, son Altaria. Zénith était fait pour les courses aériennes. Zénith passait ses jours à s’entraîner pour cela. Et il avait un lien tout particulier avec son dresseur, acquis dans l’adversité.

Ils firent encore un tour du campus ensemble, passèrent devant le dortoir des Pyroli où les jeunes filles étaient en train de faire des pompes sous la supervision de Jackie, avant d’atterrir au sommet d’une grotte qui surplombait le parc. Avec souplesse, Alban sauta du dos de Zénith et se réceptionna sur le sol de roche. A côté, il vit que Mistral, Barber et Zéphyr s’étaient également posés derrière eux. Le châtain eut un sourire, distribua quelques caresses et sortit des croquettes pour Pokémon confectionnées maison. Tandis qu’il regardait les quatre types Vol mâchouiller leur petit déjeuner, Alban se fit la réflexion que cette équipe incomplète avait, paradoxalement, exactement l’allure de l’équipe qu’il s’était imaginée plusieurs années auparavant. Uniquement des Pokémon aériens. Ces mêmes Pokémon avec qui il avait grandi à Cimetronelle.

Mais le destin en avait voulu autrement. Et même si, actuellement, il avait laissé le reste de son équipe au dortoir - sous la supervision de son Pokémon le plus fiable, Auster -, le châtain n’en était pas moins satisfait. Venir à l’académie lui avait permis d’explorer d’autres horizons. De se libérer un peu plus de ses habitudes. Et de rencontrer des gens qui avaient pu le faire évoluer, également. Chose qu’il n’aurait jamais pu avoir en restant dans son petit village d’Hoenn.

Une fois le petit déjeuner englouti, Alban s’approcha de l’autel de pierres qu’il avait monté lui-même, après le décès de Chell. Il s’agenouilla devant, agita la clochette de verre suspendue à un bambou, et tapa plusieurs fois dans ses mains avant de prier silencieusement. « Salut Chell, comment vas-tu ? Comment c’est, là-haut ? » Il ferma doucement les yeux et essaya de chasser cette sensation de tristesse qu’il ressentait malgré tout. Il ne devait pas. Chell n’avait été que le fantôme de son Roucarnage qu’il avait perdu, rattaché à ce monde par des regrets. Dans les faits, il était heureux que le fantôme ait finalement pu achever ses dernières volontés, et qu’il soit monté au ciel définitivement. Même si cela avait signifié se séparer une seconde fois d’un ami qui lui était cher.

Il se redressa et caressa doucement les pierres polies qui composaient l’autel. Une fois par semaine, il venait se recueillir ici pour que ses sentiments puissent peut-être toucher Chell, là-haut. Mais il ne fallait pas qu’il en oublie de vivre pour autant. Le petit esprit frappeur ne l’aurait pas apprécié. Alors, après avoir sifflé ses Pokémon pour attirer leur attention, il remonta sur le dos de Zénith et se jeta dans le vide.

***

Il sortit du réfectoire de Mama Odie, quelques heures plus tard. Il n’avait pas prévu de rester autant de temps pour son brunch, mais Percy Yade lui avait tenu la jambe pendant un bon bout de temps. Visiblement, l’enseignant s’était encore fait houspiller pour les dégâts que Maximus causait dans les couloirs. N’ayant pas eu le cœur à le congédier, Alban avait donc écouté les jérémiades du Scientifique, avant que les gargouillis de son ventre n’indiquent à son aîné que, peut-être, il était en train de crever de faim. Il avait donc pu s’éclipser ainsi, mais avait décidé de prendre des choses à grignoter à emporter pour profiter un peu du beau temps plutôt que de s’asseoir en intérieur.

De retour dans le parc, il était parti s’assoir à l’ombre d’un grand arbre. Zénith avait enroulé sa queue autour du pilier, comme cette créature protectrice de mythologie, et il reposait paresseusement sur l’herbe. Mistral était parti voler un peu autour du parc, accompagnant parfois au chant les élèves qui improvisaient des sessions de guitare acoustique. Zéphyr, sur son épaule, était en train de rattraper sa nuit. Quant à Barber, il s’était perché sur une branche, immobile, surveillant le périmètre pour ne pas qu’ils soient dérangés.

Tandis que son dresseur lisait, le Pijako émit un petit sifflement avant de répéter ses habituels « Go, Go » pour l’avertir de l’arrivée imminente d’un perturbateur… Petit perturbateur qui trébucha sur un caillou et roula jusqu’à Alban dans un enchevêtrement de pattes. Surpris de ce bruit, Alban releva un œil et vit qu’un petit Pokémon venait de s’étaler juste devant lui. Avec un sourire, il rebaissa la tête pour attraper un marque-page lorsqu’il entendit une voix féminine - probablement la dresseuse du Pokémon - se répandre en excuse.

- Pas de soucis… lui dit-il calmement en posant son livre à côté de lui.

Il releva la tête et se retrouva face à une jolie fille blonde qui… ressemblait à s’y méprendre à Annalivia. Un peu perturbé, il se figea en se demandant un instant si c’était elle, avant de remarquer que leur coiffure était plutôt différente. La demoiselle le dévisagea cependant, avant de s’exclamer qu’elle le connaissait et l’avait déjà vu à la télé.

Gêné, Alban acquiesça d’un hochement de tête lorsqu’elle lui demanda de confirmer son nom, et soupira de soulagement lorsqu’elle aborda le sujet des courses aériennes. Pfiouu, c’était donc ça… Un peu rassuré qu’elle ne lui ait pas sorti « Ah mais oui, c’est toi le mec qui a fait les Hunger Games et l’île de la destruction ! Non mais tu sais, ces deux émissions de télé-réalité où le mooonde entier a pu suivre tes aventures amoureuses de jeune adolescent homosexuel », il essaya de suivre tout ce qu’elle lui disait. Apparemment, c’était une ancienne admiratrice de Cirrus et lui. Toujours un peu embarrassé de l’attention qu’elle lui portait, il se redressa légèrement lorsqu’elle se présenta à son tour et qu’elle lui désigna son Griknot. Griknot qui était à présent en train de lui mordiller gentiment la main.

- Erm pas de soucis, il n’a rien fait de mal. Heu je… enchanté de faire ta connaissance alors, Ellen.

Il lui adressa un sourire gêné et détourna le regard, une main caressant machinalement ses cheveux.

- Je suis désolé, je n’ai pas trop l’habitude qu’une camarade me reconnaisse via les courses aériennes et la télévision. Enfin, si, ça arrive quelques fois mais… je n’ai toujours pas pris l’habitude et ne sais pas me comporter dans ces cas-là. Je te remercie en tout cas pour les compliments, c’est très gentil. Tu viens d’Hoenn aussi, du coup ?

Un peu moins intimidé, il fit un petit sourire au Griknot entre les bras de la Givrali. Pour l’avoir vu à la télévision, elle devait probablement être soit une personne passionnée des courses aériennes, soit une personne qui habitait à Hoenn. En dehors de sa propre région, Alban était beaucoup moins connu. A part sur deux ou trois courses mondiales, effectivement… Mais en dehors… il était surtout une sorte de petite ancienne célébrité locale. Plus en confiance quand on parlait de choses qu’il aimait, il poursuivit :

- C’est dommage que tu ais le vertige, en tout cas. C’est vraiment une sensation géniale, que de voler. Après tu sais, le vertige, ça peut se contrôler. Ça dépend de ton degré de phobie, évidemment… mais sache que ce n’est pas impossible non plus, si tu le veux vraiment.

Zéphyr, sur son épaule, émergea doucement de son sommeil. Il remarqua enfin la présence d’une jeune fille devant lui, et alla se cacher derrière les mèches de son dresseur en faisant des bruits de gorge. Alban décida de l’ignorer.

- Par exemple, je viens de Cimetronelle, qui est un village dans les arbres. Certains enfants naissent avec un léger vertige, qu’ils apprennent à éradiquer à force d’habitude. Enfin… Je ne connais plus personne avec le vertige à Cimetronelle, maintenant. En même temps, ce serait plutôt handicapant… Ah et sinon sur mon épaule c’est Zéphyr, mon Goélise. Il est très intimidé en face des filles. Derrière, le Dracaufeu, c’est Zénith. Et sur l’arbre, celui qui raconte n’importe quoi, c’est Barber, mon Pijako.

Et il parlait trop quand il s’agissait de courses aériennes, de ses Pokémon ou de son village natal. Evidemment. Evitant le regard de la blonde pour observer le Griknot, il remarqua que ce dernier était en train de lorgner sur son panier repas. Hm…

- Ce sont des sandwiches et des gâteaux. Il en veut ? J’en ai pris pas mal au réfectoire donc je peux partager…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 11
Jetons : 278
Points d'Expériences : 114

MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Jeu 6 Avr - 17:45

Alban ne semblait pas trop à l'aise et adressa un faible sourire à Ellen avant de détourner le regard.
Il demanda alors si elle venait elle aussi de la région d'Hoenn.
-Oui, je vivais à Atalanopolis, répondit la Givrali.
Le garçon commençait peu à peu à prendre confiance. Il expliqua que dans sa ville natale, Cimetronnelle, peu de personnes avaient le vertige, et les rares particuliers réussissaient vite à éradiquer leur peur du vide. Il présenta par la suite son compagnon, un magnifique Goélise aux ailes dorées, nommé Zéphyr. Ensuite, il y avait son Dracaufeu, Zénith et perché sur un arbre, un Pijako appelé Barber.
C'était de très beaux noms. Ellen admira le Goélise installé sur l'épaule d'Alban. Il s'était caché derrière les mèches rebelles du garçon, sûrement effrayé par la jeune fille. Ses petits yeux noirs fixaient Ellen sans relâche. Il ne semblait pas trop apprécier l’arrivée de la Givrali.
Cette dernière préféra ignorer l'oiseau doré et se détourna vers son pokémon qui ne détournait plus le regard du repas du Voltali.
-Ce sont des sandwiches et des gâteaux. Il en veut . J’en ai pris pas mal au réfectoire donc je peux partager…, proposa humblement Alban.
Le Griknot jeta un coup d’œil pleins d'espoir à sa dresseuse. La jeune blonde eut un petit sourire amusé devant l'appétit d'ogre du petit pokémon. Et puis pourquoi pas ? Comme ça elle pourrait raconter à ses parents qu'elle avait rencontré le grand Alban Abernaty et qu'elle avait même passé une après-midi avec lui.
-Avec plaisir ! C'est très gentil de ta part ! s'exclama-t-elle avec son plus grand sourire.
Heavens se précipita sur la nourriture et prit deux gâteaux qu'il fourra dans sa gueule. Il émit une sorte de grognement étouffé pour remercier le garçon. Ellen s'assit en tailleur près du jeune homme et prit un quart de sandwich tout en admirant le ciel bleu au-dessus de leur tête.
-Hum... C'est bon ! fit-elle remarquer.
La jeune fille repoussa sa tête en arrière, secoua sa chevelure blonde et noua ses cheveux en une queue-de-cheval haute. Une petite brise se fraya un passage entre eux, faisant frémir doucement les arbres. Le Goélise fixait toujours l’adolescente, qui s’efforçait d'ignorer le pokémon. Elle décida de lancer une conversation, ne supportant pas l'étrange malaise qui venait de s'installer. De nature très énergique et pipelette, la Givrali ne pouvait pas rester bien longtemps sans rien faire ou parler.  
-Et sinon, qu'est-ce que tu fais ici ? Tu sembles être plutôt connu, j'ai déjà entendu quelques Givrali parler de toi, mais je t'avoue n'avoir jamais fait le rapprochement entre l'Alban dont elles parlaient et toi, le champion des courses aériennes.
Leurs regards se croisèrent. Alban avait de magnifiques yeux bleus, comme le ciel ou l'océan. De sa tignasse châtaine, s'échappaient quelques mèches. Il avait un visage assez fin et sérieux, presque mystérieux. Il était plus vieux que la Givrali, pas plus qu'une année ou deux. Il inspirait la sagesse, avec une pointe de délit. Comme un ange avec un penchant pour les péchés. Ellen se mit à sourire, bêtement peut-être, sans raison sûrement. Elle fut tirée de ses pensées par Heavens, qui réclamait encore à manger. La blonde attrapa son pokémon et la posa sur ses genoux. Il jeta vers elle un regard suppliant mais elle lui fit comprendre qu'il était temps de s'arrêter de manger et d'essayer de tenir en place au moins quinze minutes. Puis, elle fixa Alban, impatiente de tout connaître sur lui. Et puis peut-être qu'il pourrait l'aider, l'aider à trouver sa voie . Ellen repensa au matin même. Elle venait tout juste de réaliser qu'être une dresseuse ce n'était pas se contenter de capturer les pokémons et de devenir super-forte, comme les maîtres des Ligues ou même les champions d'arènes. Non, être une dresseuse s'était aimé ce qu'on faisait, et ne pas le faire que pour soi-même, s'était aussi pour ses pokémons et pour les autres. Être une dresseuse s'étaient aidée ses amis, être soudée, même dans les moments compliqués. Et surtout, s'était être libre, libre d'agir pour le meilleur, libre de se faire sa propre vie. Et c'est en contemplant le regard d'Alban qu'elle avait réalisé tout ça, car lui, il avait compris. En seulement une seconde, elle venait de bousculer toute sa façon de penser. Et maintenant, elle savait un peu près ce qu'elle désirait. Non pas devenir la meilleure, mais être la meilleure pour les autres. Et il lui faudrait être patiente, prendre sur elle et apprendre de ses erreurs, mais pas toute seule, grâce aux autres. Et heureusement, elle avait encore le temps, toute une vie même !
En tout cas, la Givrali comprit que cette journée serait une bonne expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6098-i-know-you-know-i-know-ellen-whirst http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6144-ellen-whirst-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 65
Jetons : 11899
Points d'Expériences : 2085

MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Lun 24 Avr - 21:43




Je voudrais déjà être roi
Alban Abernaty & Ellen Whirst

Alors comme ça, Ellen venait d’Atalanopolis, hein ? Alban laissa son regard se perdre dans le vague, pensif. Atalanopolis avait toujours été une ville mystérieuse et magnifique qu’il n’avait jamais pu visiter. Il avait certes survolé ses alentours à de rares occasions, mais n’avait jamais pris le temps de s’y balader. Ce n’était pas faute de ne pas le vouloir, pourtant. Atalanopolis faisait partie de ces villes en contact direct avec la mer, comme Pacifiville ou encore Myokara. Elles avaient ce charme relatif aux civilisations très proches de la nature. Un peu comme Cimetronelle avec les arbres, par exemple. Et Alban respectait les gens qui vivaient en communion avec la nature et l’adoraient tout autant que lui. Hochant la tête avec appréciation, il appuya légèrement son dos contre le tronc, faisant distraitement passer ses doigts dans le plumage blanc et or de Zéphyr.

- C’est une jolie ville, n’est-ce pas ? Très reculée des autres, mais on raconte que l’eau y est vraiment pure et qu’on ne peut y accéder que par voie aérienne ou sous-marine. C’est bien ça ? demanda-t-il avec curiosité.

Même s’il venait d’Hoenn, Alban ne pouvait pas dire qu’il connaissait parfaitement toutes les villes de sa région. Chacune savait garder sa part de mystère, et ce n’était pas vraiment en vivant à Cimetronelle qu’on allait forcément côtoyer les habitants d’ici et d’ailleurs. Ce n’était pas un pôle de rencontre ou un port comme pouvait l’être Poivressel. La connaissance qu’on pouvait y emmagasiner en parlant à des touristes ou des voyageurs restait très limitée, puisque ces mêmes touristes et voyageurs se comptaient sur les doigts d’une main. Il lui semblait néanmoins que le Professeur Yade avait un jour évoqué les mythes d’Atalanopolis. Comme cette fameuse Grotte Origine, qui aurait apparemment été le berceau d’un des Pokémon Légendaires. Bah. Alban n’avait pas vraiment cherché à en savoir plus parce qu’il préférait tout découvrir par lui-même, mais peut-être qu’Ellen lui en parlerait spontanément. Elle devait sûrement être au fait des légendes qui étaient propagées par son propre village, non ?

Laissant donc la conversation de côté pour proposer de partager son panier repas avec les deux nouveaux arrivants, le châtain sourit en voyant la réaction du Griknot. Il lui faisait un peu penser à Mistral, dans ses premiers mois. Un véritable estomac sur pattes qui ne cessait de réclamer de la nourriture et de l’attention. C’était terriblement attendrissant…

- Ce n’est rien, répondit-il lorsqu’Ellen accepta sa proposition.

Il ouvrit son panier et laissa la blonde se servir. Le type Dragon, lui, engloutit rapidement quelques biscuits tout en remerciant Alban à sa façon. Ce dernier eut un petit rire et attrapa lui-même quelques miettes d’un gâteau pour les donner à Zéphyr qui commençait à gargouiller près de son oreille. Il s’écarta ensuite pour laisser de la place à la Givrali et profita du fait qu’elle était occupée à contempler le ciel pour l’observer plus longuement.

Il déglutit avec difficulté. Quel que soit l’angle sous lequel il la regardait, Alban trouvait qu’elle ressemblait énormément à Annalivia. Son visage avait la même douceur et la même harmonie. Ses souvenirs de la jeune cavalière étaient certes flous à cause de son problème d’amnésie partielle, mais le châtain était à peu près sûr qu’il ne se trompait pas. Il commença d’ailleurs à se sentir légèrement mal à l’aise en repensant à ce qu’il avait fait avec son amie, sur le chemin du retour, dans sa cabine de ferry. Pour une fois, il avait espéré que ces souvenirs-là aient été altérés par le Pokémon Psy qui l’avait attaqué… mais non. De toute façon, rien ne se passait jamais comme il le voulait. Et il devait se rendre à l’évidence : il avait bel et bien embrassé une fille qu’il n’aimait pas juste parce qu’elle le lui avait demandé. Et il s’était complètement laissé emporter, en plus. L’idiot.

Détournant les yeux de la blonde, Alban essaya de masquer sa nervosité. Ellen n’était pas Annalivia. Elle n’avait rien à voir. Ce n’était pas la peine d’être aussi embarrassé en sa présence, non ? Pour autant, il se sentait un peu anxieux à côté d’elle. C’était presque comme s’il était en train de tromper Maxine. Alors qu’ils ne sortaient même pas ensemble. Et qu’il n’était même pas sûr de l’aimer. Argl. Cerveau, pourquoi étais-tu un tel bordel ?

Le Pokéathlète croqua dans son propre sandwiche et mâchonna longuement. Un silence gênant venait de s’installer, probablement à cause de lui, et il n’avait aucune idée de quoi dire pour relancer la conversation. Maintenant qu’il lui avait proposé de partager son repas, il ne pouvait décemment pas s’en aller comme un voleur. Il avait l’habitude de le faire, certes, mais ce ne serait clairement pas un bon exemple à donner à de nouveaux élèves. Ouais, non. Alban, tu ne pouvais pas te permettre de faire ça.

La Givrali décida cependant de prendre les devants. Sûr que si elle attendait que le Coach le fasse, ils pourraient rester là toute la nuit. Rassuré qu’elle ait enfin dit quelque chose, Alban se tourna vers sa cadette pour saisir le sens de ses paroles. Hm. Que faisait-il ici ? Il rougit légèrement en entendant que des Givrali avaient parlé de lui. Ce n’était pas étonnant, après tout : les Givrali parlaient de tout et de tout le monde. Mais même s’il en avait conscience, Alban se sentit un peu intimidé que son nom soit sorti au détour d’une conversation. En bien ou en mal, il n’en savait trop rien. Il espérait seulement qu’elles ne véhiculaient pas des rumeurs comme sa prétendue homosexualité avec son meilleur ami. Manquerait plus qu’une certaine Givrali en vienne à croire ces ragots-là. Il bousillerait toutes ses chances avec.

- Hmm, disons que j’ai arrêté d’être un champion quelques temps avant de me décider à m’inscrire ici. Je ne savais pas trop quoi faire de ma vie à ce moment-là et mes parents m’ont proposé de faire des études donc j’ai accepté sans avoir de but réel. Maintenant je suis en Parcours Coach, et j’aspire à ouvrir mon propre institut sportif pour entraîner les jeunes aux courses aériennes. Un peu comme le Professeur Seko, tu vois ? Du style élever mes propres Pokémon et les proposer aux jeunes qui aspirent à devenir des sportifs. Et suivre leur évolution, les aider, les entraîner pour qu’ils deviennent champions à leur tour… Mon projet change régulièrement donc ce ne sera peut-être pas ce que je ferai après l’obtention de mon diplôme mais j’ai le temps de voir venir…

Il étendit ses jambes pour s’étirer et passa une main dans ses cheveux. Ce n’était pas un projet aussi intense que celui de redevenir champion et de vivre de courses aériennes, mais qu’importe.

- Et toi, tu as une idée de ce que tu veux faire plus tard ? Tu es venue ici avec une idée en particulier ? lui demanda-t-il avec un sourire.

De son côté, il était arrivé à l’académie sans avoir de réels projets. Mais ce n’était pas le cas de beaucoup d’élèves qui avaient déjà leurs rêves bien dessinés depuis des années. Peut-être Ellen faisait-elle partie de ceux-là ?

- Oh et par simple curiosité… on parle de moi pour quelle raison, chez les Givrali ?

Allons, ça ne faisait pas de mal d’être également un peu commère, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 11
Jetons : 278
Points d'Expériences : 114

MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Dim 30 Avr - 19:25


 

Ellen fit mine de ne pas remarquer que le garçon avait rougi, sûrement surpris d'apprendre qu'on parlait de lui dans les dortoirs des Givrali. Enfin, s'ils savaient tout ce dont parlaient les Givrali. Pourtant Ellen n'était pas autant à l’affût des dernières nouvelles que certaines de ses compagnes de dortoir, bien qu'elle aime connaître pas mal de choses, elle ne voulait pas non plus s'introduire dans la vie privée des gens ou encore jouer aux espions afin de savoir que '' machin truc '' a traîné avec tel alors qu'il sortait déjà avec '' bidule'' . Enfin bref, de toute manière, les histoires d'amour n'avaient jamais été sa spécialité, et puis, toutes les Givrali n'étaient pas aussi curieuse qu'on le prétendait. D'ailleurs, Ellen se demanda si Alban avait une copine... Enfin, le moment n'était peut-être pas vraiment choisi pour lui demander ; ils ne se connaissaient à peine !

Laissant de côté ses pensées, elle écouta Alban qui lui expliquait qu'il avait arrêté d'être un champion peu de temps avant son entrée dans l’académie et qu'il suivait désormais un parcours de coach, espérant pouvoir un jour entraîner des jeunes dans sa passion, les courses aériennes, même s'il ne savait pas encore vraiment si c'était ce qu'il désirerait faire toute sa vie. Puis, il s'étira et demanda à la blonde si elle avait une idée d'ambition.

Ellen réfléchit. Certes, elle n'avait aucune idée précise de ce qu'elle rêvait de faire, mais, sans même s'en rendre compte, Alban l'avait déjà un peu aidée. Tout comme le Voltali, elle souhaitait pouvoir aider les autres, en leur enseignant quelque chose par exemple. Mais quoi ? À part grimper aux arbres et faire le Capumain elle ne s'était jamais spécialisé dans un domaine et avait toujours préféré s'occuper toute seule en s’inventant des histoires. Elle n'avait jamais pratiqué de sports, et a part un peu de violon, elle n'avait développé aucun talent, et encore faudrait-il qu'elle en ait un. Et elle hésitait encore beaucoup entre un parcours sportif ou plutôt une carrière de topdresseur, genre ranger. Elle ne souhaitait pas se spécialiser dans un type, n'ayant jamais eu la moindre préférence quelconque et jugeant qu'elle préférait la mixité dans son équipe. Sinon, il y avait la coordination, mais elle avait vite éliminé cette hypothèse, avec un empoté pareil que son griknot, elle n'irait jamais bien loin sur la scène, d'autant plus qu'elle trouvait cela un peu ridicule de se trémousser avec ses pokémon devant un public, puis de faire semblant d'être émue à la fin lorsque tout le monde se lève pour applaudir.
Pathétique, songea la blonde.
Puis il y avait les sciences, cela, n'en parlons même pas, cela risquerait d'un surprendre plus d'uns. Autant dire que le niveau d'Ellen concernant ce sujet était misérablement pitoyable, et surtout, comme pour la coordination, la Givrali ne voyait pas ce qu'il pouvait y avoir d’intéressant à mettre des lunettes et une blouse blanche puis de parler avec un air diplomate.
Non, ce n'était pas ce qu'elle aimait, elle, elle voulait de l'action, le sentiment de se rende utile et d'aider les autres, et sa vision de la vie ne la laissait pas croire qu'elle aiderait des gens en dansant sur une scène ou en portant une blouse et en abordant parfois un air de fou.

Bien évidemment, tout cela n'était que des préjugés, et voilà qu'apparaît l'un des plus gros défauts d'Ellen ; elle a tendance à s'arrêter aux apparences et de ne croire que ce qu'elle voit.
Et elle, elle voit des gens en blouse et d'autres qui ordonne à leur pokémons de lancer des attaques, ça fait boom, parfois c'est beau, mais ça va pas plus loin, point final.
Disons que le monde dans lequel elle a grandi n'était pas très ouvert. Pourtant, elle arrive facilement à laisse ses pensées de côté et ne juge jamais une personne sur son parcours ou même sur ses ambitions futures, même si, étant parfois trop franche, elle n'hésitera pas à faire comprendre à quelqu'un que, s'il souhaite compter sur elle pour devenir scientifique ou coordinateur, il peut vite repartir d'où il vient.
Mais bon, chacun ses petits défauts, non ?

Soudain, la voix d'Alban tira la blonde de ses réflexions.
Que...Quoi ? Que disait-on de lui chez les Givrali ?

-Ho, tu sais, il y a tellement de personnes au centre de l'intention chez les Givrali, que je ne m'en souviens même plus ! J'ai dû entendre ton nom au détour d'un couloir, enfin...je ne sais plus trop, fit Ellen.

Tout cela était vrai, elle avait entendu le nom d'Alban alors qu'elle descendait pour aller dans le parc il y a quelques jours de cela et elle n'avait pas pris le temps d'en saisir plus de la conversation, ne connaissait pas encore le garçon à ce moment. D'ailleurs, elle ne se souvenait même plus des filles ayant parler de lui, et elle n'avait pas pris le temps pour s'attarder sur ces détails, c'était un quotidien d'entendre des discussions sur une personne en particulier chez les filles bleues.

-Et sinon,
rajouta la dresseuse, je t'avoue ne pas avoir d'idée particulière. Avant d'arriver à l'académie, j'avais longtemps demandé à ma mère de partir sur les routes explorer le monde, mais elle avait toujours refusé, jusqu’au jour de mes quatorze ans où j'ai décidé de lui parler de l'île Lansat, et donc de l'académie. Ça n'a pas été facile pour qu'elle accepte, rajouta Ellen avec un petit rire, et je suis donc partie sans vraiment réfléchir, tout ce que je voulais, c'était explorer de nouveaux horizons et enfin sortir de ma ville, et jamais je n'aurais jamais pensé que la tâche de trouver une ambition à mes goûts serait aussi ardue.

Elle hésita quelques secondes, devait-elle dire à Alban qu'elle espérait d'une certaine façon qu'il allait pouvoir l'aider ? Au pire, elle n'avait rien à perdre.

-Et, à vraie dire, en en apprenant un peu plus sur toi et ton parcours je...enfin... je pensais que tu pourrais m'aider.

La Givrali ne baissa pas les yeux ni ne rougit comme l'auraient fait beaucoup de jeunes filles de son âge en train de parler à un garçon plus âgé qu'elles. Après tout, de quoi pouvait-elle avoir honte ? Une lueur d’excitation mêlée à l'appréhension illumina son regard bleu qui aurait pu se confondre avec la couleur du ciel.
Est-ce que le garçon allait accepter ? Ellen ne voyait pas vraiment pourquoi il refuserait, après tout, il ne semblait pas méchant, mais, peut-être était-il trop imide ? Non, sinon, il aurait déjà disposé depuis longtemps, il paraissait qu'Ellen avait un don pour faire fuir les personnes trop timides. Néanmoins elle n'arrivait pas à rester tranquille.
Elle avait senti le regard d'Alban sur elle.
Il la dévisageait, comme si..., comme s'il avait l'impression de la connaître, ou, autre chose. Pourtant, la Givrali avait la certitude de n'avoir jamais vu Alban autre part que sur un écran, d'autant plus qu'il lui avait dit n’avoir jamais mis un pied à Atalanoplis.
Et cette sensation la mettait mal à l'aise. Enfin, peut-être qu'elle se faisait des films.
Oui, se rassura la blonde mentalement, tu t'imagines des choses, vous ne vous connaissez pas, il te regarde tout comme tu regardes quelqu'un pour la toute première fois.
Mais malgré cela, au fond d'elle, la jeune fille savait pertinemment qu'elle se mentait.



_________________
blabla in #0099cc

-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6098-i-know-you-know-i-know-ellen-whirst http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6144-ellen-whirst-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 65
Jetons : 11899
Points d'Expériences : 2085

MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Dim 21 Mai - 16:48




Je voudrais déjà être roi
Alban Abernaty & Ellen Whirst
Alban dû légèrement se retenir pour ne pas afficher une mine déçue lorsqu’Ellen lui avoua qu’elle ne se souvenait pas de ce qui s’était dit sur lui. Il n’eut pas grand mal à garder une expression neutre, puisque son visage était naturellement peu expressif, mais il sentait que c’était un peu plus difficile qu’il y a deux ans. Arriver sur Lansat et rencontrer autant de personnes avait réussi à le dérider au fil des mois, et il pouvait à présent se targuer d’avoir un panel d’expressions beaucoup plus étendu qu’avant. Chose qui ne l’arrangeait plus forcément, dans des situations comme celle-ci. Hochant néanmoins la tête avec lenteur, il se gratta l’arrière du crâne.

- Ah, d’accord. Tant pis, lâcha-t-il d’un air faussement désinvolte.

Ellen avait malheureusement piqué sa curiosité, et il était trop tard pour faire marche arrière. Alban savait déjà qu’on parlait de lui. Dans les faits, il se doutait bien qu’au moins une personne dans l’académie avait déjà dit quelque chose sur son compte - que ce soit en bien ou en mal -. Mais avoir l’évidence sous le nez le rendait avide d’en savoir plus. Rah. Et dire que les seules Givrali qu’il connaissait étaient justement celles à qui il ne pouvait/voulait rien demander à ce sujet. Son excursion surprise dans le dortoir des Givrali s’était malheureusement faite bien trop tôt… Noyant donc son chagrin dans son sandwich, le châtain mâchonna d’un air absent. Ellen était cependant une fille qui avait plusieurs sujets de discussion à son arc, et elle en relança un l’air de rien, avec un naturel qui désarçonna Alban. Bon sang. Il l’admirait un peu pour son absence de nervosité et son sens de la conversation. Il aurait bien aimé être un peu pareil avec les inconnus, des fois. Seize ans et toujours aussi incapable d’être sociable…

Il embraya donc sur une réponse pour lui expliquer ce qu’il faisait là. Après avoir - beaucoup - parlé, il retourna sa question à la jeune fille, qui se fit pensive. Il l’écouta raconter son histoire à son tour, comprenant progressivement la raison de sa venue à Lansat. C’était le lot de pas mal de jeunes dresseurs, que de rêver de parcourir les routes. Mais au fil du temps, les parents s’étaient faits plus responsables et moins laxistes envers les aspirations de leur progéniture. Il était rare de voir des enfants d’une dizaine d’année parcourir les régions armés uniquement d’un Pokémon et de leur sac à dos. Il comprenait un peu le raisonnement de la mère de la Givrali.

- C’est sûr que c’est difficile pour les parents de voir l’oisillon quitter le nid. Mais dans les faits, Lansat offre un très bon compromis. On est à peu près en sécurité, ici, et on est en pensionnat donc pas vraiment livrés à nous-même, approuva-t-il en hochant la tête.

Il s’était fait assez évasif sur la question de la sécurité parce que, en réalité, il arrivait parfois que les élèves soient face au danger. Mais il se disait qu’il valait mieux ne pas rentrer dans les détails auprès d’une toute nouvelle élève. Ellen n’avait pas besoin d’avoir toutes les informations sur les attaques répétées des Rouages à leur égard. Et puis bon, l’organisation avait été éclatée et ses dirigeants étaient à présent sous les barreaux, donc Alban estimait que ce n’était plus leur problème.

Il croisa les jambes et caressa machinalement Zéphyr. Ellen était perdue concernant son orientation, comme énormément d’élèves dans l’académie. Il n’y avait rien d’étrange à cela. Après tout, à l’adolescence, très peu de gens savaient ce qu’ils voulaient faire dans le futur. Lui-même avait changé plusieurs fois d’orientation, même s’il était globalement resté dans la même branche. Après tout, le sport était ce qui le faisait vibrer… Alors, handicapé ou non, il avait toujours souhaité faire quelque chose en lien avec les courses aériennes. Ou au moins les courses…

Sans grosse surprise, Ellen lui demanda alors s’il était possible qu’il l’aide à trouver son orientation. Ce n’était pas quelque chose qui le choquait vraiment, puisqu’il avait déjà fait ça plusieurs fois dans le passé. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, il avait d’ailleurs aidé une petite Givrali - encore ce dortoir, tiens. A croire qu’il y était abonné - à faire le tri dans les différentes options proposées par l’école. Et disons qu’il y avait pris plutôt goût, d’ailleurs. Alban aimait aider. Il aimait se rendre utile si on avait besoin de lui. Alors quelle meilleure occasion que celle-ci ? Au moins, pour une fois, ce n’était pas Mademoiselle Hortense qui l’avait envoyé discuter avec un nouveau en guise d’heure de colle. Il se sentait moins coupable, donc.

Avec un sourire, il se tourna vers la blonde et s’installa plus confortablement. Ils risquaient d’y passer de longues minutes - voire heures -, donc autant en profiter pour être à son aise.

- Ce serait avec plaisir ! J’ai été pas mal sollicité pour aider les nouveaux élèves à mieux connaître leurs possibilités futures… Bon normalement, je t’avoue que c’est parce que je dois compléter une heure de colle de ce crétin de-… hm je veux dire, du Professeur Creed. Mais pour une fois que je peux le faire spontanément, je me sens moins coupable aha.

Il étouffa un petit rire puis se racla la gorge pour reprendre son sérieux.

- Enfin tout ça pour dire que tu peux me demander ce que tu veux. En quoi puis-je t’aider ? Tu veux que je t’explique les différents parcours plus en détail, ou qu’on essaye de sonder ce que tu aimes ou pas faire pour voir quelle voie te correspondrait le mieux ?

Il se pencha vers son sac pour récupérer un calepin et un stylo. S’il fallait faire des schémas ou des trucs comme ça, mieux valait-il être équipé. Et puis bon, les habitudes… Attendant donc que la jeune fille lui réponde, Alban déboucha son stylo et fit habilement tourner ce dernier entre ses doigts. Il avait déjà cerné qu’Ellen appréciait les voyages, mais il avait encore trop peu d’informations pour voir une voie ou l’autre se dessiner plus précisément. Il n’avait pas non plus envie de l’influencer… Après tout, lui aussi aimait voyager, et pourtant, son parcours scolaire était bien loin de sa passion…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 11
Jetons : 278
Points d'Expériences : 114

MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   Sam 3 Juin - 17:29


Ellen eut un petit sourire soulagé lorsqu'Alban accepta sans broncher de l'aider dans son choix orientation. D'après ce qu'elle avait compris le garçon avait déjà eu affaire à ce genre de situation. Quoi de mieux que commencer avec quelqu'un qui s'y connaissait ? Elle espérait même que son " coach " devienne son ami, malgré le fait que le Voltali semblait bien plus réservé que la jeune Givrali.

Il lui demanda si elle préférait commencer par se renseigner sur chaque parcours un peu plus en détail, ou si elle voulait plutôt opter par une solution sûrement un peu plus efficace qui était de choisir l’orientation de la blonde essentiellement en fonction de son caractère, ses atouts, etc...

- Je préfère la deuxième méthode, répondit-elle sans hésiter.

La question ne se posait même pas, elle avait le choix entre une longue explication de parcours qu'elle aurait sûrement du mal à comprendre et qui pour la moitié, elle le savait, ne l'intéresserait pas, ou alors, c'était à elle de parler ou de passer des sortes de " test " .
Une personne timide aurait sans aucun doute choisi la première option, mais Ellen n'était PAS timide, et ce serait bien le dernier adjectif utilisé pour la qualifier.
D'autant plus que la deuxième solution consisterait surtout à parler de soi, et bien que cela puisse un peu paraître égocentrique, il ne fallait pas cacher que la dresseuse aux yeux bleus a toujours adoré parler d'elle, raconter ses petites mésaventures, tout comme son footing du matin.
Petite, elle pouvait tellement parler lorsqu'elle se lançait dans une de ses histoires que cela en avait souvent énervé plus d'un.
Mais au fil est à mesure des années, elle a aussi appris à être à l'écoute des autres et les respecter, bien que sa manie de raconter sa vie ne soit pas passée.

Du coin de l’œil, Ellen vit Alban sortir de son sac un stylo ainsi que du papier pour noter. Il semblait concentré ; au moins, la blonde pouvait être sure que ce dernier serait à son écoute.
Voyant qu'il attendait qu'elle se lance, elle ne le fit pas attendre plus longtemps.

- Pour commencer, tu peux retirer le parcours de scientifique et de coordinateur...disons que...ce n'est pas trop mon truc...,
elle marqua une petite pause, dis-toi que ça te facilitera la tâche.

Elle attendit la réaction du garçon, pour voir si ce dernier prenait note, puis continua :

- Je suis quelqu'un de très indépendante, je préfère me débrouiller seule, bien que la situation ne mette pas en valeur ce trait de mon caractère, rajouta la Givrali en souriant. J'adore explorer et je rêverai d'un jour pouvoir visiter pleins de région, car à part Lansat, je n'ai jamais eu l'occasion de sortir de ma ville natale, Atalanopolis.

Elle passa une main dans ses longs cheveux blonds et Heavens, son Griknot, vient se lover entre ses jambes.
La peau dure et rugeuse du pokémon contre sa peau d'humaine n'était pas très agréable, mais ce geste affectif lui réchauffait bien trop le cœur pour qu'elle repousse le petit dragon.
Et puis, pour une fois qu'il n'était pas à courir partout et qu'il ne se perdait pas.

- Comme tu l'as sûrement remarqué, je suis très à l'aise à l'oral et je noue facilement des liens avec les gens que je rencontre. Par la même occasion, je n'ai aucun mal à aller parler à un inconnu dans la rue, quel que soit son âge. Ah oui, et aussi, je ne compte pas me spécialiser dans un type en particulier, donc tu peux rayer cette éventuelle possibilité, je préfère avoir une équipe totalement aléatoire et mixte.


Elle fit une petite pause, suffisamment pour laisser le temps à Alban de prendre en compte ses paroles.
Elle essaya de lire ce qu'il griffonnait sur son carnet, mais elle ne réussit qu'à saisir quelques mots qui en s'alignant n'avaient aucun sens.
Elle ne pouvait s'empêcher de se demander si Alban, avec seulement ces brides d'informations, avait réussi à la cerner.
Non, sûrement pas, il fallait encore qu'elle lui partage ses loisirs, ses goûts, etc...

- Sinon, j'aime beaucoup le sport, d'ailleurs, je vais quotidiennement au gymnase ou au parc pour une petite séance matinale lorsqu'en j'en ai l'occasion.

Hum... Que dire d'autres ?
Elle qui avait pourtant tant de sujet dans sa poche se trouvait soudainement à court de mots. Elle hésita quelques secondes, le temps de formuler une nouvelle phrase dans sa tête, puis reprit :

- Je t'avoue que le parcours de coach m’intéresse, mais j’hésite encore avec une carrière de topdresseur, ranger par exemple. Le problème, c'est que je ne connais vraiment rien à la filière de ranger, alors que coach, le sport tout ça, c'est...c'est comme si c'était en moi.
J'adore motiver les gens, leur faire partager des choses, à travers le sport en particulier. Enfaîte, j'aimerais ressentir ce travail d'équipe, souffrir avec les autres, à chaque mouvement.
Ma tante faisait de l'aviron, en tant que sportive de haut niveau. Je ne sais pas si tu connais ce sport. Ça se passe sur un bateau, où tu peux ramer à un, deux, quatre et jusqu'à huit, tout dépend du type de l’embarcation. Elle me disait tout le temps que c'était un sport très physique, alors, je lui demandais pourquoi elle continuait si elle souffrait tant pendant les courses ou les entraînements.
Et elle m'avait répondu cette phrase :
'' J'ai mal, mais je sais que les autres derrière, ils ont aussi mal que moi, et je sais aussi qu'ils me soutiennent, et que je n'ai pas le droit de m'arrêter avant d'avoir franchi la ligne d'arrivée. ''

Elle inspira l'air doux. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas revu sa tante, et elle lui manquait terriblement, bien qu'elle n'ait jamais eu le temps de réellement la connaître vu le peu de fois où elles s'étaient vus.

-  Je n'ai jamais oublié cette phrase, bien que petite, je ne l'ai jamais comprise. Je crois...je crois que sans elle, je n'aurais jamais fait de sport, du moins, pas avec le même état d'esprit, et je crois aussi, que je regrette de ne m'être jamais inscrite dans un club.


Ellen eut un sourire, ça y est, elle savait. Ce fut comme un déclic, une évidence plutôt.
Elle voulait faire comme Alban et comme sa tante une fois qu'elle ait arrêté d'être une sportive de haut niveau : coach.
Elle enchaîna, un sourire rayonnant illuminant son visage d'adolescente :

- Et maintenant, j'ai compris que moi aussi je voulais ressentir cette sensation de ne pas abandonner parce que tu sais que les autres sont avec toi. Et je veux aussi la faire partager en apprenant aux autres les valeurs du sport. Bien sûre, pour le moment, je ne suis pas un coach exemplaire, mais toi, Alban, si.

Elle plongea son regard bleu dans les yeux du Voltali.
Bien qu'il n'ait pas à résoudre son problème, il allait l'aider dans autre chose.

- Je viens de prendre ma décision, et même si tu n'en pas l'impression, tu m'as été d'une grande aide. Je veux être coach, mais avant tout, je veux que tu sois mon coach... enfin, si tu acceptes, bien évidemment...

Un nuage passa au-dessus de leur tête voilant pendant quelques instants le soleil. Une légère brise agitait les feuilles de l'arbre au-dessus de leur tête, susurrant des mots que seul le vent lui-même pouvait saisir.
Ellen eut un petit sourire malicieux et rajouta :

- J'ai entendu tellement d'éloges à ton sujet, dans le dortoir des Givrali, que je ne pourrais pas tomber sur meilleur coach !




_________________
blabla in #0099cc

-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6098-i-know-you-know-i-know-ellen-whirst http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6144-ellen-whirst-givrali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]   

Revenir en haut Aller en bas
Je voudrais déjà être roi ! [Pv Alban]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: l'établissement :: les infrastructures :: Le Parc-