Partagez | .
[Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 8533

MessageSujet: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Mer 19 Avr - 22:48

Intrigue #9
Il n'y a pas de fumée sans feu...
20 Avril 2017, 3h du matin. Dans la nuit du Mercredi au Jeudi, vous êtes parti dormir paisiblement comme à votre habitude, pour profiter d’une nuit bien méritée. Vous avez éteint votre lumière, avez embrassé vos Pokémon, puis vous vous êtes glissé sous vos couettes, avant de fermer les yeux doucement. Tic Tac, faisait votre montre sur votre bureau. Vous avez commencé à lentement glisser dans les bras de Morphée, lorsque…

- Tous les élèves sont attendus au point de rassemblement du parc IMMEDIATEMENT. Aucun retard, aucune absence ne sera tolérée. Enfilez n’importe quoi pour vous couvrir, emportez vos Pokémon et vos sacs et DESCENDEZ ICI TOUT DE SUITE ! CECI N’EST PAS UN EXERCICE. JE REPETE : CECI N’EST PAS UN EXERCICE !

La voix imposante de Jackie, amplifiée au centuple par un Pokémon ou un mégaphone, parvient à vous faire vous lever en sursaut. Vous avez à peine le temps d’échanger un regard confus avec vos colocataires qu’un second appel du terrible Général retentit, plus pressant et plus menaçant. Ni une, ni deux, vous voilà - plus ou moins bien - vêtu et prêt à… prêt à quoi, au juste ? Vous n’en savez rien, mais vous connaissez assez Jackie pour savoir que se défiler aurait des conséquences dramatiques. Au pas de course, vous voilà arrivé au point de rassemblement de l’école, installé sur une zone non herbue en cas d’incendie.

Tous les membres du personnel - Elisabeth Snow comprise - sont rassemblés devant vous. Leurs airs sont graves. Même la douce Melty Potts a abandonné son habituel sourire. Derrière Ace S. Creed, son imposant Alakazam vous fait face. Jackie, devant tous les autres, se tient bras derrière le dos, comme lors des entraînements. Elle semble se faire violence pour ne pas vous réprimander sur vos poses approximatives et votre absence de garde à vous. Mais l’urgence de la situation justifie votre désorganisation des plus totales. Mademoiselle Hortense pose une main délicate sur le poignet de sa sœur, puis s’avance vers vous.

- Chers élèves. Nous nous excusons pour ce réveil en fanfare, mais nous avons ici un cas d’extrême urgence. Le Maire de Lansat vient de nous contacter. En ville, un Centre Pokémon a été attaqué et incendié. Les pompiers et les agents doivent déjà être arrivés sur place à l’heure qu’il est mais… dans le même temps, une seconde attaque a été menée. Contre l’entreprise PALLADIUM.

Un silence tendu s’installe. Tous les élèves semblent bouleversés. Comment ? Qui ? Pourquoi ?

- Malheureusement, les effectifs de la ville sont insuffisants pour venir en aide aux deux entités. L’incendie du Centre s’étant déclenché en premier, toutes les forces ont été mobilisées là-bas. PALLADIUM étant située à plusieurs kilomètres, il leur est donc difficile de gérer les deux à la fois. C’est là que nous intervenons. Grâce à l’Alakazam d’Ace, nous allons nous téléporter en plusieurs vagues devant les locaux de PALLADIUM pour aider à maîtriser l’incendie, sortir les blessés des décombres, et secourir les personnes ou Pokémon qui peuvent l’être. Nous allons former trois groupes, par âges. Les élèves de plus de 16 ans partiront en premier. En suivant, les élèves de 15 et 16 ans. Enfin, la dernière vague sera composée des élèves de moins de 15 ans. Vous serez évidemment encadrés par vos enseignants ici présents, qui coordonneront vos actions. Ne tentez rien d’inconsidéré, et suivez scrupuleusement leurs ordres. Tout manquement pourra vous mettre en danger. N’oubliez pas que PALLADIUM possède de nombreux Pokémon dans leurs locaux, et que leurs réactions peuvent être imprévisibles dans des cas comme celui-ci. N’amenez que les Pokémon qui pourront être utiles pour cette opération. Laissez tout ce qui est superflu derrière. Pour… les élèves qui ne souhaitent pas venir en aide à PALLADIUM ou qui ne s’en sentent pas capables, vous avez autorisation de rester ici. Néanmoins, vous ne pourrez retourner dans vos dortoirs et serez tous rassemblés dans le Gymnase afin de bénéficier d’une surveillance maximale. Ces… attaques n’ont pas encore été clairement identifiées, et nous ne sommes pas à l’abri d’une attaque du campus également. Nous préférons donc rester prudents. Bien, si tout est clair, nous allons commencer l'opération. Dépêchons-nous si nous voulons éviter le pire. Que la première vague se prépare !

La première vague d’élèves s’avance avec ses enseignants, et dans un flash éblouissant, disparaît. En quelques secondes, l’Alakazam d’Ace est déjà revenu pour chercher la deuxième vague, puis la troisième…

Vous arrivez donc devant les locaux incendiés de PALLADIUM. Quelques pompiers sont déjà sur place, tentant de maîtriser l’incendie. Des habitants de Lansat sont venus les aider. Des brancards défilent dans tous les sens pour évacuer les blessés. Sous la directive de vos enseignants, vous commencez à aider les adultes. Pas le temps de chômer. Il y a des blessés à secourir !

Règles
• A partir de maintenant, vous pouvez poster dans ce sujet commun pour décrire les actions de votre personnage
• Cette Intrigue compte comme un Event. Pour le valider, 3 RPs minimum sont nécessaires
• Vous devez respecter inRP l'ordre de départ des élèves (1ère vague : élèves de plus de 16 ans, 2ème vague : élèves de 15 à 16 ans, 3ème vague : élèves de moins de 15 ans). Notez cependant que l'écart n'est que de quelques secondes, et que HRP vous pouvez évidemment poster vos RPs dans n'importe quel ordre sans avoir à attendre que les vagues précédentes postent
• Vos actions possibles pour aider PALLADIUM sont les suivantes : aider à éteindre le feu, aider à dégager les blessés des décombres, aider au transport/soin des blessés. Restez cohérents avec vos personnages et concentrez vous sur une tâche. Deux au maximum sont autorisées. Pensez à préciser votre rôle en HRP pour que les autres s'y retrouvent plus facilement
• Il vous est absolument INTERDIT de tenter de pénétrer dans les locaux en feu de PALLADIUM pour des raisons évidentes de sécurité et de cohérence inRP. Vous êtes des adolescents, non pas des héros de shônen. Nous serons intransigeants sur cette règle et tout manquement se verra lourdement sanctionné (interdiction de participer aux Compétitions et aux trois prochaines Sorties Captures). Vous êtes prévenus !
• Pour ceux qui décident inRP de rester à l'académie, vous n'êtes pas autorisés à poster dans ce topic. Même si vous ouvrez un topic annexe Intrigue dans l'académie, celui-ci ne sera pas validé pour le passage des Grades et ne sera pas compté comme une Intrigue/un Event valable, le cœur de l'action se déroulant ici. Nous avons cependant laissé cette possibilité par soucis de cohérence inRP
• N'oubliez pas de rester cohérents dans vos actions, et de mettre un résumé en HRP à la fin de vos posts
• Intrigue ouverte aux Elèves et aux Adultes
• Topic à bonus exp x2
• Ce topic aura une conclusion aux alentours de fin Juin. Néanmoins, il restera ouvert jusqu'à la fin de l'été si vous voulez finalisez comme vous le souhaitez vos interventions
• Vous avez cependant jusqu'au 20 Mai pour commencer un RP dans ce topic. Passé ce délai, ceux qui n'auront pas déjà posté n'auront pas le droit de participer

Informations PNJ
Gymnase de l'académie : vous êtes tous rassemblés ici et êtes surveillés par Wolfgang Sentry, Mama Odie et Percy Yade ainsi que leurs Pokémon respectifs. Des tapis de gym ont été alignés au sol pour que vous puissiez essayer de dormir, ou simplement pour vous assurer plus de confort. Une barrière psychique a été érigée autour du gymnase par l'Alakazam de Wolfgang. En cas d'attaque (ce qui n'arrivera pas), il est prévu que Mandrake vous téléporte en lieu sûr
• Chaque vague est accompagnée de 3 Adultes qui vont aider à maîtriser le feu, sortir les blessés des décombres et prendre en charge les blessés (se référer aux couleurs pour savoir qui fait quoi)
Vague 1 (+ de 16 ans) : vous êtes encadrés par Jackie, Timothy Forest et Janice
Vague 2 (15-16 ans) : vous êtes encadrés par Andreas, Mademoiselle Hortense et l'Infirmière Needle
Vague 3 (- de 15 ans) : vous êtes encadrés par Roseverte, Ace et Melty
• Le Maire de Lansat sera présent sur les lieux et sera en panique. Vous pouvez le mentionner dans vos RPs

Bon jeu !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos.
Âge : 16 ans
Niveau : 15
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 238

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 5:45


Quand tout part en fumée....
Intrigue #9


-Ne trainons pas Lolita !

Elle courez. Aussi vite que possible. Ça ne pouvait pas être un rêve: Lolita était en train de les manger. Non cette voix qu'elle ne connaissait que trop bien était réelle. Et elle lui avait réellement percé les tympans en plein milieu de la nuit, la réveillant par la même occasion. Alors... Sans trop savoir pourquoi, Bellamy était sortie péniblement de son lit avait enfilé un débardeur noir et un bas de jogging, attrapé son sac d'expédition et s'était mis à pousser le soporifik qui n'avait aucune envie de sortir au milieu de la nuit, toute cette humidité n'était certainement pas bon pour son pelage et puis quelle idée d'interrompre un tel festin !

Rapidement le duo se retrouva au centre d'une marée humaine. D'abord des mentalis par dizaines, petites culottes roses qui s'agitaient sur des fesses encore boudinées par l'adolescence. Trés rapidement rejoints par une horde de noctali, voisins de dortoir des roses... Et là encore, plus rarement mais plus surprenant : petites culottes roses qui se trémoussaient. Les deux dortoirs entamèrent la traversée en direction du centre du parc et alors que les discussions allaient bon train sur ce que leur réservaient encore la générale Jackie, notre petite rose cherchait du regard un ami, un allié, une connaissance... N'importe qui pourvu qu'il puisse la rassurer. Mais on n'est jamais aussi seul que dans un mouvement de foule... Et trés vite le spectacle qui s'offre aux yeux clairs de l'étudiante, lui fait oublier son besoin de retrouver une de ses personnes :  Jackie fait face à l'entièreté de l'académie. Mais il n'y pas que la générale, Elisabeth Snow est là aussi, ainsi que tout le personnel de l'académie. Il y a même le collectionneur caché derrière ses habituelles lunettes et qui joue avec une pokéball.

Se faisant basculer par les quelques étudiants qui tentaient vainement de former des rangs droits face à la terrible référente des rouges, Bellamy promena son regard sur le corps enseignant, visages graves, gravés dans un matériau sinistre. La rose jeta aussi un coup d'oeil à la masse d'adolescents qui n'avaient rien de calme : c'était une masse informe dont émanaient des discussions en pagaille, des interrogations et même et plus surprenant... Quelques rires.

Mais le brouhaha est vite estompé lorsque Mademoiselle Hortense prend la parole avec un ton qui ne lui est pas vraiment familier. Car c'est son intonation de voix, qui surprend d'abord la rose, presque instantanément la voilà qui tend l'oreille tentant d'entendre chaque mot prononcé par la douce professeure. D'entendre et de comprendre. Et elle comprend : Une attaque... Un incendie... Non deux... Mais comment ? Non surtout, pourquoi ? Quel est donc l'intérêt de s'attaquer à un centre de pokémon et à une entreprise d'innovations technologique- pour le peu qu'elle en sache- ? Et surtout quel est le rapport avec l'Acadé... Quoi ? Craignaient t'ils vraiment une attaque... Sur une école ?! La rose avait certes déjà entendu parler de quelques événements traumatisants qui s'étaient déroulés ici, mais c'étaient des actes isolés, fruit d'une organisation criminelle... Non ?

Surprise, décontenancée voire apeurée, voilà la rose qui se saisit de la trompe de son starter. Elle prend même le temps de serrer la pokéball de Dolores. Heureusement qu'elle ne l'a pas oublié dans sa chambre, elle n'a beau pas tenir au poison : le voir grillé lui aurait fait de la peine. Et alors que Lolita resserre l'emprise de sa trompe sur le poignet de Bellamy. Mademoiselle Hortense continue son discours... Et à son écoute, la rose ne peut s'empêcher de déglutir alors que milles et une questions tournaient dans tête : devait t'elle y aller ? En était t'elle capable ? N'était pas trop effrayée ? Posant sa main sur sa bouche et pinçant de ses doigts ses lèvres, voilà notre héroïne qui semble réfléchir à toute allure. Ce n'était pas son rôle pourtant... Mais elle devait le faire, presque égoïstement : Dans le futur, elle s'en voudrais de ne pas avoir pu aider des personnes en détresse . Oui ça le rongerait de l'intérieur et lui semblait déjà que son intérieur était bouffé par une colonie de Fermites. Alors enhardi  par le syndrome de l'Héroïne et du haut de ses 16 ans récemment acquis , voilà Bellamy qui est une des premières à s'avancer lorsque la première vague est appelée. Elle se dirigea vers l'Alakazam d'Ace posa son bras sur l'épaule d'un de ses camarades et tenant toujours fermement la trompe de Lolita.

Elle n'était plus là. Elle était ailleurs... Et ici, rien ne semblait normal. La rose était habituée aux situations urgentes, au chaos. L'hôpital dans lequel elle avait grandi était un nid à chaos. Mais là... Pompiers était en pleine action, sous l'oeil inquiet de quelques civils... Et le feu. Un immense feu, gigantesque. Il semblait à l'étudiante que des murs de braises et de fumée s'élevaient jusqu'au ciel, alors que des plaintes et des cris déchiraient ses tympans et son coeur. Et la rose comprit. Elle comprit que dans la vie il ne suffisait pas de vouloir faire les choses pour véritablement le faire : les genoux tremblants, les larmes au yeux, elle ne pouvait s'empêcher d'admirer le terrible spectacle qui s'offrait à ses yeux embuées. Incapable de bouger, ne serait que pour fuir elle ne pouvait détacher les yeux de cet homme encerclé par trois pompiers. Cet homme à la peau déchirée, cloquée alors qu'un étrange liquide visqueux sortaient de son abdomen. Cet homme brulé, quasiment carbonisé....

-Mademoiselle Wallace, est-ce que tout va bien ?

Sursautant lorsque une main se pose sur son épaule, Bellamy se retourna instinctivement et fit face au visage désolé de Janice Jauplain, tous dans les yeux de la professeure -de sa rétine tendue, à l'infime larme coincée dans un de ces cils-  semblait dire "Désolée, tu choisi de venir. Aides nous maintenant. Tu n'a plus le choix" et ce regard disait vrai. Elle était venue. Elle avait vu. Il fallait maintenant... Faire tout ce qu'il était en son pouvoir. Reniflant un coup, hochant la tête vigoureusement et les yeux rougis, la mentalie se saisit du masque en plastique que lui tendait Jauplain et se dirigea vers un centre de soin aménagé pour l'occasion. La rose tachait tellement de garder les idées claires, qu'elle ne remarque même pas que sa starter ne la suivait pas.

Bellamy arriva face à une vielle dame qui toussait atrocement fort, sans doute affectée par la fumée, suivant les conseils d'un urgentistes et se servant de ses souvenirs de jeunesse. Elle posa délicatement un masque à gaz sur le visage de la dame et approcha un seau, l'aidant à vomir de temps à autre. Et c'était horriblement dur. La vielle dame -sans doute agent d'entretien vu son habit- lui brisait le coeur tant elle paraissait affectée. Alors Bellamy passa quelques instants à lui caresser les cheveux et à lui chuchoter que tout ira bien. Elle aurait pu continuer des heures, si l'urgentiste n'était pas passé derrière elle en criant :

-Elle va bien ! Perds pas ton temps !

Surprise, la rose lui jeta un regard noir. Puis refit rouler ses yeux sur la vielle dame encore incapable de parler. Elle n'allait pas bien, c'était un mensonge... Pourtant la rose savait que ce n'était pas tout à fait faux, il y avait plus urgent.... Alors la rose enleva sa main du front de la dame et se releva. Ni la main tremblante qui essaya de la retenir, ni le regard paniqué ne suffirent à retenir l'étudiante....

Et alors que Bellamy s'approchait d'un autre brancard, quelque-chose lui traversa l'esprit. Ce n'était pas une idée, ça ne lui appartenait même pas vraiment... C'était un concept, un appel à l'aide, un message et... Lolita ! Ca venait de Lolita ! Se rendant soudain compte de l'absence de sa starter, Bellamy tourna sur elle même quelques instants, alors que la pokéball de Dolores tremblotait étrangement. Est-ce que Dolores aidait Lolita à garder le contact ? Bellamy ne se posa même pas la question et guidée par une petite voix qui n'en était même pas une, elle se mit à courir, quittant l'hôpital improvisé. Traçant une route dont elle n'était même pas certaine, entre des pompiers, des civils et des victimes ; croisant sans les voir le maire de la ville, paniqué, ayant perdu tous ses moyens et la générale Jackie qui occupée avec une flamme de plusieurs métres eut à peine le temps de lui crier "Abandon de poste". La rose retrouva finalement la trace de sa starter debout, prés de débris de gros morceaux de béton, tombé du bâtiment à cause de l'incendie et quand elle vit les efforts
de Lolita pour les soulever grace à ses pouvoirs psys, elle comprit. Avec effroi, mais elle comprit. S'approchant des débris, prenant à peine de tapoter le crâne de sa starter, l'étudiante s'approcha de ce qu'elle avait reconnu comme une moitié de corps. Un corps d'enfant. Un enfant d'on on ne voyait qu'un bras, une épaule et une tête. Un enfant grimaçant de douleur, les joues creusées par des larmes asséchées. S'approchant du petit garçon, Bellamy posa son sac, s'accroupit à son niveau, se présenta et se mit à lui parler  :

-He. Calme toi, je vais m'occuper de toi, pas de panique tout ira bien.

La rose avait beau essayer de garder son calme et de rassurer comme elle le pouvait l'enfant, elle n'avait plus beaucoup d'espoir. Ces rochers étaient énormes et elle avait vu suffisamment de fauteuils roulants dans sa jeunesse pour savoir comme ce pauvre enfant allait finir.

-Comment tu t'appelles, en fait ? demanda t'elle en commençant à déblayer.

-Je m'apelle Mouse...  J'ai 7 ans...J'étais venu voir mon papa à son travail avec Maman... Papa il travaille tard les soir et des fois avec Maman on se léve hyper tot pour lui faire une surprise Mais quand je... Quand je suis arrivé, il y avait plein de feu et le travail de mon papa, il est tombé... J'ai eu mal... Mais là j'ai plus mal... Mais je veux mon papa... Ou il est mon papa ? Papaaaaa ! Et puis ma Maman je l'ai entendu crier mais quand le truc est tombé sur moi, ça a fait tout noir et j'ai plus revu Maman... Et... Et...

Bellamy déblayait comme elle le pouvait les gros morceaux de bétons, mais elle n'avait pas assez de force et l'histoire de Mouse lui fendait le coeur. Elle avait peur pour lui et ne savait pas quoi faire... Surtout que Mouse commença à se plaindre d'avoir la tête qui tourne et se mit à pleurer de nouveau. Abandonnant un bloc de béton beaucoup trop lourd, Bellamy s'approcha de lui en fouillant dans son sac. Elle en sortit un bonbon qu'elle lui posa délicatement dans la couche ainsi que Dust, sa boule de poussière de compagnie, qui avait su résister aux ravages du temps en restant compacte, comme par Magie (Roumaine).  

-"Chut... Calme toi.. Mouse... Regarde, lui c'est Dust, c'est mon meilleur ami, il va veiller sur toi... Et euh.. Elle chercha ses mots quelques instants : Il est encore plus méga giga fort que.. Que Palkia ! Il va veiller sur toi, ne t'inquiète pas. Et puis Dust, il est vraiment trop fort,  t'as rien à craindre tant qu'il est... là"

Bellamy posa Dust dans la main de Mouse qui le serra quelque peu en souriant "Bonjour Dust..." mais Dust n'était pas vraiment méga giga fort, et le petit garçon ne tarda pas fermer les yeux, mâchoire tombante : il s'était évanoui. La respiration de Bellamy s'accéléra soudain. Prenant Mouse par les épaules, elle tenta de le tirer des blocs mais rien à faire, c'était encore trop lourd. Alors la rose tomba genoux, retira le bonbon de la bouche du garçon et secoua la tête de Mouse, elle ne pouvait rien faire, même pas bouger le corps du garçon. Elle qui était venu égoïstement pour éviter de s'en vouloir allait se retrouver avec la mort d'un enfant sur les épaules. Non, elle ne s'e remettrait pas mais elle devait se rendre à l'évidence : elle n'était pas une héroïne. Alors, tandis que Lolita s'épuisait à faire valser des morceaux de bétons, Bellamy se mit à crier à l'aide sans trop savoir quoi faire d'autre... Que quelqu'un vienne l'aider, que quelqu'un vienne aider Mouse... Par pitié... La rose continuant à crier, se recroquevilla sur elle même et serra de toutes ses forces ses chevilles...Elle était sortie du dortoir trop vite, elle était pieds nus...



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 2018
Points d'Expériences : 196

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 14:27

Etna était en pleine séance d’étirements pré-sommeil. Elle regardait par la fenêtre une moue sur le visage. Tout était bien trop calme. Elle progressait bien mieux depuis qu’elle avait arrêté d’essayer de s’entendre avec tout le monde et qu’elle prenait la peine de s’excuser. Mais depuis la mission avec Max, plus rien de notable ne s’était produit dans sa vie estudiantine. Mais depuis ce matin, elle sentait comme une tension dans l’air. Son éducation l’avait tout de suite alertée quant aux signes qu’envoyait le destin, aussi s’était-elle attendu à un peu près tout. Atsugi et Nakade avaient été intenables toute la journée, et même Ikken, d’habitude si calme avait stoppé son entraînement. Le pompon fut quand Dango décida de rester en dehors de sa Pokéball pour dormir. Il y avait vraiment quelque chose qui clochait. Ce n’est donc qu’à moitié rassurée qu’Etna se mit au lit et prit un moment pour s’endormir.

Bien sûr, la charmante voix qui la réveilla en sursaut était reconnaissable. La brune maugréa et regarda ses deux pauvres colocataires qui devaient ne pas être trop habituée au phénomène Jackie. L’Espionne se changea immédiatement, se parant de son plus beau jogging, attrapa sa sacoche de « situation de crise » ainsi que toutes ses Pokéball, vérifia qu’elle avait bien toute son équipe avec elle et s’en fut sans un mot, en marche très rapide pour ne pas ajouter à la panique, direction le parc. Une fois en place dans les rangs et faisant son garde-à-vous mécanique, Etna put enfin comprendre pourquoi on les tirait du lit. Un incendie, comme à la Tour Cendrée de la légende… S’avançant pour faire partie de la seconde vague, comme indiquait son âge, la Mentali fut téléportée.

Elle ne croyait pas à l’enfer. Elle savait que ce n’était qu’une affabulation. Mais elle n’avait pas vraiment d’autre mot pour décrire la scène devant elle. Des flammes immenses, un bâtiment qui s’effondre, des cris et de la panique. Il lui fallut quelques secondes pour se reprendre et que son entraînement entre en action, lui permettant de se calmer considérablement. Bon qu’est-ce qu’ils devaient faire ? Se séparer en trois groupes, ayant des tâches différentes ? Elle pouvait donc soit aider à maîtriser l’incendie, aider à secourir les blessés ou alors aider à les soigner. Le choix était vite fait. Ne regardant même pas qui était avec elle ou si elle connaissait et pouvait se mettre en équipe avec quelqu’un d’autre, elle rejoignit le groupe de désencombrement des gravats. Elle ne disposait que de Dango pour s’occuper des flammes, et malgré sa couverture de Coach, elle ne s’y connaissait pas tant que ça en soins, c’était la solution la plus logique.

- Fuwadoku, Dango vous repérez les blessés, Atsugi et Mimantis dès qu’il y en a un et que le périmètre est sécurisé, vous aidez à le sortir. Ikken et Nakade, vous restez avec moi, on déplace les plus gros débris pour aider à vérifier qu’il n’y a personne dessus.

D’un calme olympien, la brune rejoignit une équipe de déplacement des plus gros débris, et guida son arbre et son scarabée pour dégager ce qu’ils pouvaient. Toute son équipe ou presque était faible face au feu, ce n’était pas le moment de faire des actions inconsidérées. Quand ils avaient fini de déplacer un morceau de mur, la moufette et l’écrevisse passaient rapidement par les ouvertures créées et indiquaient s’il y avait des blessés ou non. Le cas échéant, l’abeille descendait rapidement et répandait des Doux Parfum pour calmer et pseudo-anesthésier la cible pendant que Mimantis la protégeait du mieux qu’elle pouvait avant que le reste des secours ne les dégage. Nakade aidait ensuite l’humain ou le Pokémon secouru en le plaçant dans un brancard qui était emmené par une autre personne.

- Tant que ça cramera on avancera pas assez… Oui, j’arrive !

Ne perdant pas plus de temps à regarder le bâtiment se faire lécher par les flammes, la brunette rattrapa dans ses bras un pauvre hère que Madame Hortense avait déposé dans ses bras. Passant un de ses bras autour de son épaule, le duo commença à marcher doucement. S’assurant qu’il restait bien conscient, la Mentali l’amena jusqu’au camp de secourisme de fortune et le laissa entre les mains des soigneurs. Elle fit volte-face tout aussi vite pour retrouver son équipe. Ils n’en finiraient jamais, il y avait bien trop de débris partout…


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4595-etna-neria-let-s-y-go http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4602-etna-neria-mentali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 65
Jetons : 11899
Points d'Expériences : 2085

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 16:37




Intrigue #9 : Il n'y a pas de fumée sans feu...
RP Commun

Il se réveilla en sursaut avec l’impression qu’on venait de hurler à côté de son oreille. Le cœur battant à tout rompre, il se redressa, faisant piailler d’inquiétude Zéphyr qui était endormi sur son ventre. A ses côtés, Auster leva le museau et fit briller ses anneaux lumineux pour éclairer légèrement la pièce. Il faisait encore nuit noire. Il devait être quoi… Trois heures du matin ? Quatre, peut-être ? Il ne prit pas le temps de se poser plus de questions, et échangea un regard d’incompréhension avec Nolan. Avaient-ils bien entendu ? La voix de Jackie continuait de débiter ses ordres sur un ton encore plus rude et sérieux que d’ordinaire. Il fallait qu’ils évacuent les lieux et qu’ils se rendent au niveau du point de rassemblement. Ce n’était pas un exercice.

Il sentit un nœud se former au niveau de son estomac, mais ses réflexes lui intimèrent de se bouger. Dans les couloirs, il entendait déjà les élèves crier et les portes claquer. Les pas indiquaient que les autres Voltali étaient déjà prêts à sortir du bâtiment. Il ne fallait pas qu’ils tardent. Il ne savait pas du tout ce qui était en train de se passer, mais quelque chose lui disait que ce n’était pas juste un cours nocturne surprise de la terrible référente Pyroli.

Il sauta au pied de son lit et attrapa son sac à dos. Il rappela tous ses Pokémon dans leurs Pokéballs respectives, à l’exception de Zéphyr et d’Auster qui continuait d’éclairer la pièce. Il attrapa un tshirt simple et noir dans son armoire et l’enfila à la hâte. Il manqua de trébucher dans son jean et se rattrapa in extremis à la poignée de la salle de bain. Les cheveux encore en bataille, il sortit de sa chambre, Nolan sur les talons. Il se sentait vraiment fébrile. Sa lèvre inférieure tremblait légèrement, signe qui indiquait qu’il était paniqué. Ne pas savoir ce qui se passait. Entendre seulement l’agitation autour de lui sans avoir aucune réponse. C’était insupportable. Mais il n’osait même pas prononcer un seul mot.

Docile, il suivit ses camarades le long des couloirs. Ils avaient déjà fait des exercices d’évacuation à l’académie, et il savait exactement l’attitude à adopter dans ce genre de situation. Mais cette fois-ci, Jackie avait clairement précisé que ce n’était pas un exercice. C’était pour de vrai. Que se passait-il ? L’école avait-elle pris feu ? Y avait-il eu une attaque dans la nuit ? Il ne put qu’échanger des regards anxieux avec ses autres camarades. Personne n’avait de réponse. Mais tous essayaient de ne pas penser à ce qui était en train de se passer. Oh Arceus… Et si quelqu’un était blessé ? Et si quelqu’un était mort ?

Alban sentit une vague de vide lui contracter l’estomac. Et s’il était arrivé quelque chose à Maxine ?

Il serra ses poings et accéléra le pas, suivant ses aînés. Comme dans une sorte de rêve étrange, les élèves se dirigèrent jusqu’au point de rassemblement. Un attroupement se forma autour du corps professoral. Ils étaient tous là. Tous. Même Elisabeth Snow, qui les regardait avec son habituelle expression dure. Alban déglutit avec difficulté. Qu’est-ce qui se passait, bon sang ?

Il se hissa sur la pointe des pieds pour essayer de repérer des têtes connues. Il vit que les Givrali étaient arrivées, mais il ne repéra ni Maxine, ni Calliope, ni Alex. Marie était introuvable également. Il sentit son cœur se serrer et se retourna pour essayer de se rassurer grâce à la présence de Nolan. Mais, dans un battement de paupière apeuré, le châtain se rendit compte qu’il avait également perdu de vue son colocataire. Il tourna la tête de tous les côtés, sans succès. Malgré ses presque deux mètres, son ami était introuvable. Pour une fois, Alban se mit à regretter que Libra n’ait pas établi un lien mental automatiquement avec lui.

Il sentit un frottement sur sa joue et constata que Zéphyr essayait de le rassurer. Le petit Goélise chromatique piailla avec douceur en essayant de lui transmettre sa chaleur. Mais le corps d’Alban continuait de trembler sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit. Il avait froid. Il avait peur. Et ne pas savoir où étaient ses amis le rendait malade d’inquiétude.

Mademoiselle Hortense s’avança alors pour leur expliquer ce qui se passait. Même la voix paisible de l’enseignante ne parvint pas à le détendre. Un double incendie. Une double attaque. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre que cette tactique était volontaire et fichtrement intelligente, qui plus est. Le Centre Pokémon n’était pas celui qui était visé à la base. Mais le simple fait que les instigateurs de l’incendie aient pensé à s’en prendre à plus faibles qu’eux pour atteindre leur objectif rendait Alban malade. C’était dangereux. Trop dangereux. Et encore une fois, on leur demandait de gérer les choses comme des adultes ?

Mais bordel. Ils n’étaient pas des adultes. Ils étaient juste des gamins apeurés qui se prenaient parfois pour des héros. Le châtain avait envie de hurler qu’on le laisse tranquille, pour une fois. Mais il savait qu’il ne pourrait y échapper. Il n’y avait même pas à vraiment réfléchir. D’un côté, aider des gens et faire de son mieux pour être altruiste. De l’autre, être égoïste et lâche. Qui choisirait la seconde option ? C’était cependant par lâcheté qu’Alban choisissait la première. Il n’avait pas envie d’aller aider. Il n’avait pas envie de prendre des risques sur quelque chose qui le terrifiait. Mais il n’avait pas non plus envie d’être considéré comme un lâcheur. Et, plus que tout, il savait que ses amis iraient.

Il ne voulait pas qu’il leur arrive quoi que ce soit. Il ne voulait pas que Maxine soit blessée.

Il se mordit la lèvre. S’il ne se sentait pas capable de sauver les gens, peut-être se sentirait-il au moins capable de la sauver elle.

La première vague s’avança pour être téléportée. Comme un automate, Alban suivit le mouvement et attendit son tour. Lorsque les élèves de 15 et 16 ans s’avancèrent enfin, le châtain tenta de repérer le visage de Maxine parmi les autres élèves. Mais ils étaient bien trop nombreux. Il n’arrivait à voir aucun de ses amis, et son ventre se tordit une nouvelle fois de douleur. Il tendit les doigts pour toucher les élèves qui étaient à proximité de lui, et s’assura que ses Pokémon étaient bien là. Puis, fermant les yeux, il attendit. La sensation habituelle de légèreté qui accompagnait une téléportation lui picota le bout des doigts, et il se sentit disparaître.

Lorsqu’il rouvrit les paupières, il se retrouva face à un spectacle auquel il n’avait pas encore été préparé. Le bâtiment de PALLADIUM et ses nombreux étages étaient totalement prisonniers des flammes. Quelques endroits avaient dû exploser ou s’effondrer, puisque des morceaux de bétons étaient disséminés tout autour du grand hall. Le cœur au bord des lèvres, le Pokéathlète vit quelques adultes évacuer des personnes blessées sur des brancards. Il y avait une odeur de fumée tout autour de lui, et quelque chose qui lui retourna l’estomac. Il essaya de ne pas imaginer que l’odeur carbonisée qu’il reniflait était celle de la chair brûlée.

Autour de lui, il voyait déjà ses camarades se précipiter pour aider un groupe ou l’autre. Il voyait des visages connus, d’autre beaucoup moins, faire ce que lui était incapable de faire en cet instant. Il se sentait vide. Complètement inutile. Les grognements d’Auster et les piaillements de Zéphyr ne parvenaient même pas à le sortir de sa léthargie.

Il s’était imaginé un peu le spectacle qu’il allait devoir affronter en arrivant sur les lieux. Mais il n’avait jamais pensé que ce serait autant insoutenable. Les cris. Les odeurs. Les pleurs. Le crépitement des flammes. Tout ça était en train de jouer avec ses nerfs. Son corps entier tremblait.

Il restait là. Dans le chemin de tous. Pantin complètement désarticulé et inutile. Il devait gêner, il le savait. Mais son corps refusait de bouger.

Soudainement, il vit une chevelure rose passer devant lui et son cœur rata un battement. Mais ce n’était pas Maxine. Simplement une Mentali qu’il connaissait de réputation et à qui il n’avait jamais parlé.

Il déglutit avec difficulté, et se souvint de la raison pour laquelle il était là.

- M… Max… bredouilla-t-il en tourna la tête, les yeux lourds d’inquiétude.

Elle n’était pas là. Il ne la voyait pas. Bordel. Où était-elle passée ?! Il n’avait qu’une envie. La retrouver et la prendre dans ses bras. Puis sortir de ce foutoir parce qu’il savait qu’il n’aurait aucune utilité, ici. Il n’était qu’un poids mort, incapable de réagir bravement lorsque la situation se présentait.

Il n’était qu’un gamin, après tout.

HRP : Déroulement des évènements
- Alban suit le mouvement pour rejoindre le point de rassemblement
- Sur les lieux, il se rend compte du fait qu'il a perdu Nolan et qu'il ne voit aucun de ses amis autour de lui
- Il décide de se rendre sur les lieux de l'incendie par peur d'être considéré comme un lâche, et par envie de retrouver Maxine pour qu'il ne lui arrive rien
- Il se retrouve téléporté et bloque totalement devant le spectacle qui s'offre à lui
- Il est complètement paralysé et essaye de chercher Maxine sans pour autant bouger de l'endroit où il a atterrit
- Il voit vaguement Bellamy passer devant lui mais ne fait pas grand chose de plus
- Il est totalement mort de peur et rongé par l'inquiétude
- Il est accompagné pour l'instant de Zéphyr (Goélise chromatique) et d'Auster (Noctali)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Alola
Âge : 13 ans
Niveau : 12
Jetons : 0
Points d'Expériences : 154

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 17:38

Intrigue #9

Il n'y a pas de fumée sans feu...

Après l'appel, Ana s'habilla en quatrième vitesse. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait alors elle suivait les demandes à la lettre. Elle prépare un petit sac et fit rentrer Plume, sa Plumeline dans sa pokéball.

« Désolée ma Belle, je sais que tu n'as pas l'habitude d'être dans ta pokéball mais il le faut. »

La jeune fille suivit les filles de son dortoir pour se rendre dans la cours. Tout les membres du personnel était là, même la Directrice, qu'Ana admirait beaucoup. Elle vit sa professeur référent, Melty Potts, qui avait perdu son sourire. La jeune coordinatrice comprit que quelque chose de grave se passait. Mademoiselle Hortense expliqua que le Centre Pokémon et l'entreprise PALLADIUM avait été attaqués et incendiés mais il n'y avait pas assez de monde pour venir à bout des incendies. Elle expliqua ensuite que trois vagues d'élèves vont être téléportés à l'entreprise pour aidé. Ana faisait partie de la dernière, puisqu'elle n'avait que 13 ans. Elle décida de ne prendre que son Météno chromatique, qui sera bien plus utile que la petite Plumeline.

Arrivé là-bas, Ana décide d'aider les blessés à sortir des décombres. Elle sortit Ulka et lui expliqua la situation.

« Surtout, n'enlève pas ta carapace. »

Soudain, elle vit un homme allongé par terre avec une plaque de béton sur la jambe. Ana court vers lui et lui demande de se réveillé. Elle lui prend la main et lui demande de la serrer, pour vérifier s'il était toujours en vit. Il la serra, un peu fort même, mais cela rassura la jeune fille qui était très troublée par tout ce qui se passait autour. Elle reconnu quelques filles de son dortoir, notamment Bellamy et Etna, qui comme elle aidait les blessés à sortir. Ana se concentra sur la plaque en béton qui se trouvait sur la jambe du monsieur.

« Ulka, tu crois qu'il y a assez d'espace pour que tu te glisses en dessous ? »

Le pokémon s'approcha et fit le tour de la plaque quand soudain, il plongea et se retrouva en dessous. La jeune fille accourut et plaça ses mains en dessous de la plaque.

« Ulka, à trois, utilise Charge pour renverser la plaque de l'autre côté. »

La jeune fille prit une grande inspiration.

« 1.. 2.. 3 ! »

Elle poussa de toutes ses forces, Ulka fit de même. La plaque se décolla du sol.

« Encore.. un.. effort.. »

Elle commença à avoir mal aux muscles mais elle n’abandonnait pas. Le Météno utilisa alors Roulade pour avoir plus de puissance. La plaque bougea encore un peu et se renversa de l'autre côté, libérant la jambe de l'homme. La jeune fille accourut vers lui et prit doucement son bras pour qu'il s'accroche à elle. Ulka se glissa sous lui pour le porter et aider sa dresseuse. Un homme qui semblait en pleine forme courut vers Ana pour aider à porter le blessé. En le soulevant la jeune fille vit que la jambe de l'homme était totalement déchiquetée et déboitée. Elle eut un haut le coeur avant de regarder droit devant pour l'emmener vers Janice, l'Infirmière Needle et Melty. Elle le déposa, remercia l'inconnu de l'avoir aidé puis se retourna. A ce moment, elle se rendit compte que c'était vraiment catastrophique et horrible.

Soudain, elle entendit crier à l'aide. Elle chercha du regard, paniquée quand elle vit une fille au cheveux roses qui lui était familière. Oui, il s'agissait de Bellamy. Elle courut vers elle et vit un petit garçon sous les décombres. Il y avait plusieurs morceaux de bétons qui étaient plus gros que ceux qu'Ana venait de soulever mais à plusieurs, ils pourraient peut-être y arriver.

« Eh.. Relèves-toi, à plusieurs, on va y arriver. »

Tellement optimiste, cette Ana.. Elle dit à son Météno de faire exactement comme tout à l'heure. Ana demanda au Soporifik de les aider à soulever la première plaque. C'est en les enlevant une par une qu'ils pourront y arriver. Elle se tourna vers Bellamy.

« Les filles aux cheveux colorés, ça n’abandonnent pas ! »

Parce que même si parfois ça ne se voyait pas, Ana avait les cheveux verts. Elle commença à pousser la première plaque de toutes ses forces. Elle ne laissera pas ce petit garçon mourir, jamais!



HRP:
 

_________________



2 FAB 4 U
#99cc99





Dernière édition par Ana C. Gladio le Jeu 20 Avr - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6244-429-ana-carolina-gladio-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6246-ana-carolina-gladio-mentali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 1790
Points d'Expériences : 1510

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 17:50



Il n'y a pas de fumée sans feu...

BLACKHART
LEONIDAS
PRYDE
CALLIOPE
Lieu : Bâtiment PALLADIUM
Date : 20 avril, 3h
Pokémon utilisés :

Calliope se réveillait en sursaut. Totalement désorientée, elle n’était pas certaine de ce qui venait de la tirer de ses songes : la dure réalité ou un simple rêve ? Une chose était sûre en tout cas, la voix appartenait au terrible général Jackie. Aucun doute là-dessus ! C’en était assez déroutant d’ailleurs… Encore sonnée par ce choc si soudain, la demoiselle s’apprêtait à replonger sous sa couette quand le second appel avait lieu, la forçant à revenir dans sa position initiale. Ses poings se serraient dans son drap, analysant rapidement l’information. Tendue, un frisson désagréable lui parcourait le dos, signe d’un très mauvais pressentiment. Et la préfète comprenait qu’il ne fallait pas perdre une seconde de plus.

_ Hana, prends tout ce que tu trouves sur mon bureau et fiche ça dans le sac contenant les Pokeball. ordonnait simplement Callie, la voix encore un peu endormie. Ephraim, le sac d’urgence.

Dans la mémoire de Calliope, il devait rester quelques préparations médicinales et autres lotions ou herbes sur ce bureau. Et le sac d’urgence dont parlait la demoiselle était un sac contenant tout un tas de chose comme des pansements, du matériel médical… Un sac qu’elle vérifiait au moins une fois par semaine depuis qu’elle avait suivi un cours d’urgence. Un sac justement pour ce genre de situation qui caractérisait si bien l’état d’urgence. Un sac à présent essentiel…

Pendant ce temps, la rouquine se dépêchait d’enfiler des vêtements, jetant sa chemise de nuit sur son oreiller. Elle entendait déjà ses compères se bousculer derrière sa porte. La plupart étaient déjà levées. Elle devait assumer son rôle de préfète. Chaussures mises et bien lacées, elle se redressait d’un coup en faisant basculer ses cheveux en arrière et allait vers sa porte de chambre. Dans le même mouvement, elle attrapait son gilet épais qu’elle enfilait sur ses épaules et nuait sa chevelure en queue de cheval. Main sur la poignée, la demoiselle se retournait un instant. Fragilady et Pandespiègle se tenaient derrière elle, chacun leur sac. Et Mystik sautait dans ses bras.

Alors, Callie respirait un bon coup et sortait de sa chambre.

Dans le dortoir des Givrali, c’était plus ou moins la panique. Les plus âgées tentaient de rassurer les plus jeunes et de contrôler ce brouhaha intenable (Tarsal s’en bouchait les oreilles). Mais lorsque que Calliope faisait son apparition, tout le monde se tût et se dirigeait instinctivement vers elle, les yeux rivés sur son visage comme pour guetter la moindre émotion ou chercher une quelconque réponse. Tâchant d’être la plus calme possible pour ne pas éveiller plus d’inquiétude qu’il y en avait déjà, la rouquine s’éclaircirait la gorge et parlait le plus distinctement possible.

_ J-je… Je vais être honnête avec vous les filles, je n’ai aucune informations supplémentaires… commençait Calliope, la voix brisée. Les murmures fusaient, de plus en plus conséquents. Mais ! reprenait la demoiselle, un peu plus fort pour les couvrir mais aussi avec plus d’assurance. Inutile de se comporter de la sorte. Je comprends vos inquiétudes et je me pose les mêmes questions que vous… Cependant, se laisser emporter par la confusion n’est pas la solution.

Certaines hochaient positivement la tête, ce qui rassurait Calliope qui se sentait un peu plus soutenue et qui lui redonnait confiance. En croisant leur regard, notamment celui de Max, elle souriait.

_ Avant de partir, je vais demander à quelqu’un de m’aider pour faire le tour des chambres et s’assurer qu’il ne manque personne. Pendant ce temps, les autres, vous filez au point de rassemblement. Restez groupées surtout. On se retrouve là-bas !

Max était la volontaire. C’était la seule qui avait capté le regard de sa préfète au moment où cette dernière avait réclamé de l’aide et la seule qui s’était avancée dans sa direction pendant que les autres quittaient le dortoir. Elle la remerciait sincèrement et toutes les deux, elles se dépêchaient de faire le tour pour quitter l’établissement elles aussi. Les deux adolescentes se posaient des questions mutuellement et faisaient part de leurs inquiétudes similaires, tout en priant pour que ce ne soit pas trop grave.

En arrivant sur le point de rassemblement, Max et Calliope se mélangeaient dans les élèves déjà massivement présents et se perdaient de vu. La rouquine n’avait qu’un objectif en tête, rechercher Leonidas. Ces événements ne lui rappelaient que des mauvais souvenirs et elle préférait être près du blond. Pour elle, certes, mais surtout pour lui. Le goût amer de ce fameux été lui revenait en mémoire par des épisodes de flashback courts qui la déstabilisaient. Et elle perdait doucement l’équilibre, allant écraser ses genoux au sol mais fût soutenue in extrémis par la taille dans un mélange de force et de douceur qu’elle pourrait reconnaître parmi tant d’autre. Son odeur enivrante venant chatouiller ses narines ne venait que confirmer son identité : Leo.

A travers ses lunettes, la rouquine tentait de décrypter son regard indéchiffrable. Dans ses iris d’or, elle ne pouvait lire qu’une émulsion d’émotion. Le voir la soulageait, faisant disparaître cet étau qui serrait son cœur.

_ Tu es là … laissait-elle échapper dans un murmure lourd de signification. Et elle retrouvait ses forces pour venir l’enlacer doucement dans ses bras, posant son menton sur son épaule. Je ne te lâche pas d’une semelle.

Il n’avait pas le choix, à vrai dire.

Lorsqu'une voix féminine s’élevait, la rouquine se retournait pour observer la locutrice principale tout en gardant son lion proche d’elle dans son dos. Il s’agissait de Melty. Et c’est seulement à cet instant que la demoiselle se rendait compte que tout le corps professoral et les membres du personnel étaient présents. C’était forcément important.

En silence, l’ensemble des élèves de l’académie écoutaient les informations tant attendues. Callie n’en croyait pas ses oreilles et avait du mal à digérer ces maigres divulgations. Beaucoup de questions fusaient dans son esprit dont une principale qui dominait les autres : Pourquoi ? Mais l’urgence était-elle qu’il n’y avait pas vraiment de temps pour se permettre des réflexions. Il était primordial d’agir pour secourir. Heureusement, l’équipe enseignante avait déjà tout organisé, il ne restait plus qu’à suivre les instructions données. Faisant partie des plus âgés, Leonidas et Calliope s’avançaient naturellement vers l’Alakazam du professeur Ace en premier. Hors de question de rester ici à attendre que ça passe. Ce n’était pas dans le tempérament de la rouquine. Si elle savait qu’il y avait des potentiels blessés à libérer et soigner -et y en avait forcément- elle ne pouvait simplement pas rester plantée là. Jackie, Timothy et Janice seraient leurs encadrants pour gérer l’organisation une fois sur place. Avant que la téléportation ait lieu, Callie s’assurait qu’Hana et Ephraim étaient toujours là.

Le chaos. Ce mot décrivait parfaitement bien la situation actuelle que les yeux de Calliope observaient. Tout le monde autour d’eux était en mouvement. Certains les frôlant, courant pour aller chercher du matériel dans l’ambulance. D’autres revenaient avec des couvertures de survies. C’était la panique, qu'importe où son regard se posait. Très vite, leurs superviseurs attitrés étaient dépassés par les événements. Comment tenir toute une troupe d'élève dans ces circonstances en même temps ... ? Ils ne pouvaient pas tous les garder en surveillance. Alors certains prenaient des initiatives et allaient là où ils pensaient que leur aide serait la bienvenue. Très vite, tout le monde s'était dispatché.

Il faillait encore quelques secondes à la rouquine pour réellement émerger et agir correctement. En réalité, c'est Leonidas qui avait réussi à l'extirper de sa "contemplation" en la secouant doucement par les épaules. La désolation se figeait sur le visage de la préfète des bleues. Il y avait tant à secourir et les moyens paraissaient si maigres ... Elle comprenait réellement pourquoi le maire avait demandé de l'aide à l'école maintenant. Hana allait la réconforter en posant l'une de ses feuilles sur sa main chaude. L'incendie leur faisait face, mordant leur peau. Y avait-il des personnes prises au piège ... ? Pour évacuer le surplus d'émotion qui allaient la submerger, Callie respirait un bon coup en fermant les yeux. Concentrée, elle écoutait l'idée de Leonidas. Il comptait progresser dans les flammes pour porter secours à ceux qui se trouvait encore sous les décombres pour ensuite les ramener à Callie afin que cette dernière assure les premiers soins et les transporte jusqu'au poste de secours principal. Là où les blessés étaient emmenés. Il fallait faire du triage, classer les urgences prioritaires, vitales... Bref, un énorme boulot. C'était une idée convenable mais pas sûr qu'à eux deux, cela suffise. Et puis, il y avait aussi un critère spécifique à prendre en compte que la demoiselle n’omettait pas de signaler.

_ J-je... Je ne veux pas être séparée de toi. La dernière fois, j'ai eu trop peur de te perdre, je n'ai pas envie de revivre ces atroces moments.

Callie pensait toujours à l'éventualité d'accompagner le blond. Mais c'était au tour de ce dernier d'émettre des réticences. Et ses arguments étaient durs mais assez convainquants. Son poste à elle, c'était les soins. C'était son domaine, son cursus. Et elle y serait bien plus utile plutôt que de galérer parmi les décombres. Là-bas, elle ne serait qu'un boulet à surveiller en permanence. Les yeux déjà remplis de larmes d'incertitudes et d'angoisses, elle hochait positivement la tête pour ensuite laisser celle-ci baissée. Il l’avait convaincu, plus ou moins rassurée. Mais il y avait toujours cette crainte. Lui tirant doucement la main, le lion l’entraînait dans une zone, là où Mystik lui avait signaler de probables victimes par la pensée.

Les équipes se formaient assez rapidement. Calliope confiait quelques un de ses Pokemon à Leo. Grâce à Tarsal, il pouvait être guidé. Elle ressentait les émotions. Elle serait donc beaucoup plus utile comme radar. Puis, la rouquine appelait aussi Carapuce. Un Pokemon aquatique supplémentaire n’était pas à négliger. Pandespiègle ferait aussi parti du groupe. Avec sa force, il pourrait dégager des encombrements. Leonidas, lui, lui laissait uniquement Zoroark et Arcanin pour deux raisons évidentes : le premier pourrait permettre de soulager les victimes par l’intermédiaire de ses illusions et le second pourrait assurer le transport de blessés. Tient, en y pensant, la demoiselle se pressait aussi de sortir Torterra et Florizarre de leur Pokeball. Ponyta aussi. Bref, tous Pokemon pouvant se montrer utile.

L’odeur de la fumée, pire, de la chair brûlée donnait des hauts de cœur à Callie qui tâchait d’y faire abstraction. Quand la séparation sonnait, elle relevait vivement la tête pendant qu'elle visait son sac d'urgence et lançait un regard vers Leonidas. Leurs iris se captaient, semblant transmettre à l’un comme à l’autre de faire attention. Puis, dans un murmure inaudible, Callope lui adressait ces deux mots évidents.

_ Je t’aime.


HRP:
 
(c) Alban


_________________


Dernière édition par Calliope Pryde le Jeu 20 Avr - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
avatar
Adulte Apprenti Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 19 ans
Niveau : 0
Jetons : 4974
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 17:53



Intrigue #9 - Il n'y a pas de fumée sans feu...

RP
COMMUN
␥   RP Commun
␥   Avril
␥   Soir de l'incendie, locaux de PALLADIUM
Dans la petite pièce surchargée qui constituait le bureau de Sven, on n’entendait que le crissement de la plume sur le parchemin neuf. Quelques fois, le grattement sur le papier était remplacé par le tintement du bocal d’encre en verre. Méthodiquement, le jeune Archéologue continuait son rapport, noircissant l’ocre du parchemin de son écriture délicate et précise. Zépar, son Lépidonille, était profondément endormi sur un coin de son bureau de bois. Agares, son Milobellus aux couleurs d’un Majaspic, ondoyait paresseusement dans la petite pièce, lustrant par moment du bout de sa queue, une écaille qui ne brillait pas avec assez d’éclat. Furfur était quant à lui toujours en train de flotter autour de la tête de son dresseur, lui balançant par moment un petit quolibet ou une pique sur son travail qui n’avançait pas assez vite.

Sven se contentait de rajuster son monocle et d’insulter son Nucléos, sans même prendre la peine de lever la tête de son parchemin. Il devait être aux alentours de trois heures du matin. Le blanc le sentait ; son collègue Wilfried venait de quitter le bureau en claquant la porte, et de lâcher son habituel soupir las. Ses yeux commençaient à se fatiguer, et il avait eu besoin de boire un énième thé pour se rebooster un peu. Il aurait pu rentrer chez lui pour dormir étant donné qu’il était là depuis 8h la veille. Mais ce dossier était important et intéressant. Il n’avait pas envie de le remettre au lendemain ; ou à dans quelques heures, devrait-il dire.

La porte de son bureau s’ouvrit cependant à la volée sur un Corwick toujours aussi tape-à-l’œil. Son chef de service, sourire charmeur fixé sur son visage, pris quelques secondes la pose avant de s’avancer vers son subordonné.

- Mon-pe-tit-S-v-e-n, minauda-t-il en faisant un brusque changement de direction au dernier moment pour ne pas écraser le Kraknoix qui était sur son chemin. Oh punaise, j’avais pas vu que Dantalion était là. Vous vous ressemblez vraiment avec ce monocle que vous portez. Ça vous donne un petit charme aristocrate.

Le brun sourit puis s’accouda au bureau de Sven en attendant une quelconque réaction. Il resta une longue minute sans bouger, tandis que le blanc ne lui prêtait aucune attention. Il finit par craquer et s’affala à moitié sur la table de bois en pleurnichant.

- Alleeeeez Sven parle-moi un peu. Il est trois heures du matin. Trois-heures-du-matin. Tu ne vas quand même pas rester là à travailler en silence, hein ? Remets donc ce que tu as à faire pour plus tard et viens donc boire un verre avec moi. Ça fait des heures et des heeeures que je t’attends depuis que je t’ai proposé ce rencard.

Sven reposa bruyamment sa plume dans son encrier et leva un regard rempli de haine vers son supérieur.

- Tu n’as qu’à t’en aller, non ? Je t’ai dit que ça ne m’intéressait pas.
- Mais je t’attendais moi !
- Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans le mot « non » ? Il n’y a pas beaucoup de lettres, pourtant. Ça ne devrait pas être si compliqué.
- Tu es vraiment vache avec moi. Je sais que tu m’adores.
- Encore une fois : n-o-n.

Corwick râla copieusement en levant les yeux au ciel. Son portable se mit à sonner et il le sortit de sa poche avec une moue.

- Je te préviens que tu es en priorité sur ma sortie de ce soir, mais que si tu mets trop de temps à te décider, je pourrai très bien changer d'avis et sortir avec une autre personne, lui dit-il en lui montrant son téléphone avec un regard éloquent.

Sven lui fit une moue condescendante et continua de gratter sur son parchemin. Mais il n’arrivait pas vraiment à se concentrer sur ce qu’il faisait avec Corwick qui gesticulait dans tous les sens devant lui. Qu’est-ce qui lui était passé par la tête pour qu’il accepte UNE fois de sortir boire un verre avec son patron ? Depuis, ce dernier avait la très nette impression qu’il y avait moyen de quelque chose entre eux deux. Quoique… Depuis qu’ils s’étaient rencontrés, Corwick agissait comme ça. Il agissait comme ça avec tout le monde. Allons, ce n’était donc pas de la faute de Sven. Ce n’était pas comme s’ils avaient de toute façon la moindre affinité, tous les deux. Sven avait très clairement mis des barrières avec tout le monde. Collègues, voisins… Il n’avait envie d’être proche de personne. Il n’aimait personne. Et c’était comme ça que les choses devaient se passer. Il commençait à peine à digérer les décès de Vayka et de Cess. Il n’avait pas envie de s’encombrer d’autres sentiments qui pourraient lui faire du mal…

- Je… Ok je comprends. J’arrive tout de suite.

Corwick raccrocha et Sven leva les yeux, impatient qu’il lui annonce qu’il s’était trouvé un autre rencard et qu’il allait enfin le laisser travailler tranquillement. Mais le regard inhabituellement sérieux et grave de son patron lui fit ravaler ses mots.

- Il… Il y a eu un incendie. Deux, pour être plus précis. Un au Centre Pokémon, et l’autre à PALLADIUM. Ils manquent d’effectifs alors je… il faut qu’on aille aider les gens qu’on peut aider... lui dit-il, encore bouleversé par la nouvelle.

Sven s’immobilisa. Deux incendies ? En même temps ? Pas possible. Il y avait sûrement quelque chose qu’on ne lui disait pas. Il soupira et reprit sa plume en main.

- Les pompiers s’en occuperont. Tu n’es pas un pompier Corwick. Rentre chez toi et ne va pas te prendre pour un héros.

Il sentit les mains puissantes de Corwick se poser violemment sur son bureau et sursauta. Il leva machinalement la tête et se retrouva face au regard perçant de son supérieur.

- Comment tu peux être aussi insensible et égoïste, Sven ? Ils manquent d’effectifs. Si on attend sans rien faire, il y aura encore plus de blessés. Tu peux bien rester là si tu veux, je m’en tape. Ça ne changera rien de toute façon puisque c’est du hors travail, et que je n’ai donc pas à te le reprocher. Mais essaye pour une fois de penser à quelqu’un d’autre qu’à toi-même.

Sur ces mots, il sortit du bureau en trombe et laissa un Sven complètement abasourdi derrière lui. Même Furfur n’osa pas faire un seul commentaire quant à ce qu’il venait de se passer. Sans réfléchir, Sven se leva de son siège et quitta la pièce.

- Corwick, att-

Il se dirigea vers le bureau de son chef et sentit un courant d’air. Les fenêtres étaient grandes ouvertes. A travers les rideaux, il pouvait voir la silhouette du Bruyverne de Corwick, avec son cavalier sur le dos. Merde. Merde, merde, merde.

Il retourna dans son bureau et attrapa rageusement ses affaires pour les fourrer dans sa sacoche. Son Nucléos s’approcha de lui avec curiosité.

(Qu’est-ce que tu fais, Sven ?)
- Corwick est un abruti. Il n’a aucune notion du danger. Il risque de lui arriver quelque chose s’il se rend là-bas.
(… Et donc ? Que veux-tu faire ?)
- A ton avis imbécile ? Je vais aller là-bas et le ramener ici par la peau des fesses si besoin.
(…)
- Quoi ?
(Attend attend, j’ai pas bien compris là. Tu es en train de me dire que… tu t’inquiètes pour quelqu’un ?)

Sven lui jeta un regard furieux.

- Non. Mais s’il crève, je vais devoir me chercher un autre patron et ça me ferait chier.
(Bien sûr), le nargua Furfur en levant les yeux au ciel

Le blanc ne releva pas la remarque dubitative de son Pokémon. Il attrapa délicatement Zépar qu’il posa sur son épaule, appela Dantalion et Agares puis sortit de l’institut d’Archéologie.

Il courut sur plusieurs mètres pour arriver jusqu’à PALLADIUM. Au bout d’une bonne dizaine de minutes, il fut enfin au pied du bâtiment et constata les dégâts avec un air interdit. L’immeuble était totalement dévasté par les flammes. Autour, c’était le chaos total. Il y avait des mômes dans tous les sens - que foutaient-ils là ? -, ainsi que des gens que Sven ne connaissait absolument pas. Un petit chapiteau avait été monté pour secourir les blessés en attendant de pouvoir les transporter à l’hôpital. Quelques-uns essayaient d’éteindre le feu. D’autre, de sortir ceux pris au piège sous les décombres.

Sven balaya la foule de son regard froid et calculateur. Il ne voyait Corwick nulle part. Il allait devoir s’approcher un peu plus.

Dépassant un groupe d’élèves qui était en train de soigner un scientifique, Sven rejoignit l’avant de la scène. Il releva un pan de sa tenue traditionnelle pour se protéger des flammes, et demanda à Agares d’humidifier un mouchoir pour lui. Le plaquant ensuite contre sa bouche pour pouvoir respirer un air humide et moins saturé, le blanc fit un pas en avant. Il fut retenu par une légère plainte sur sa gauche.

Sous une grosse plaque de béton, un jeune homme était en train de gémir de douleur. Sven s’approcha automatiquement de lui et s’accroupit à sa hauteur.

- Vous m’entendez ? Ne bougez pas, je vais vous sortir de là…

Il sortit son mouchoir humide pour le plaquer contre la bouche de l’inconnu et l’aider à mieux respirer. Puis, faisant signe à Agares d’approcher, il lui montra le béton.

- Tu peux m’aider à soulever ça ?

Le Milobellus acquiesça et cala sa queue sous la plaque. Sven glissa également ses mains dessous et l’aida à le soulever. Au bout de quelques minutes, les deux parvinrent à libérer le blessé. Sven fit signe à une jeune fille avec un brancard de s’approcher d’eux.

- Il a besoin d’aide. Tu peux l’amener au chapiteau ?

La demoiselle acquiesça avec un air grave, et Sven lui adressa un léger sourire. Il s’assura ensuite que l’homme était hors de danger puis continua sa route parmi les décombres.

Bordel. Où était passé Corwick ?

HRP : Déroulement des évènements
- Sven arrive sur les lieux de l'incendie pour retrouver son patron, Corwick
- Il aide à sortir un jeune homme des décombres et le confie à une jeune élève avec un brancard
- Il va aider à sortir les blessés des décombres
- Il est accompagné de Zépar (Lépidonille) qui se trouve sur son épaule, de Furfur (Nucléos) qui flotte autour de lui, d'Agares (Milobellus chromatique aux couleurs d'un Majaspic), et de Dantalion (Kraknoix avec un monocle)

_________________


Dernière édition par Sven Seinfeld le Sam 22 Avr - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5531-390-sven-seinfeld-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5573-svein-seinfeld-adulte
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 2580
Points d'Expériences : 2328

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 18:07

Ginji Labelvi
      rp commun



« Il n'y a pas de fumée sans feu... »


« -NON ! PAS LE FRIGO ! N'Y TOUCHEZ P-Hein, quoi ? »

Réveillé en sursaut par la voix mélodieuse de Jackie, je me retrouve là, immobile, assis dans mon lit, le temps de complètement rejoindre la réalité. Qu'est-ce qu'il se passe ? Autour de moi, tous mes Pokémon s'éveillent petit à petit, tandis que la Générale continue de dicter des consignes à l'ensemble des élèves de l'établissement. Rejoindre le parc ? En urgence ? Avec nos Pokémon ? Mais... Pourquoi ?

Après m'être frotté les yeux, je pose mes deux pieds au sol et fixe le vide le temps de bien comprendre ce qu'elle raconte. A savoir : venez et vite. Booooooon... On va éviter de jouer les élèves récalcitrants et allons plutôt rejoindre le parc bien docilement, alors.

Je me lève, et commence à retirer mon haut de pyjama pour enfiler le premier t-shirt qui passe par là. Tout en m'habillant rapidement, je donne quelques consignes à mes Pokémon, calmement.

« -On va devoir interrompre notre nuit. Rentrez tous dans vos Pokéballs, je vous rappellerai pour vous expliquer ce qu'il se passe dès que j'en saurai un peu plus.  » j'attrape mon sac bandoulière et marque une courte pause « Dans le doute, tenez-vous prêts à agir. »

Mes Pokémon hochent la tête, tandis que je commence à sortir une à une chacune de leurs sphères de capture. Alors que quelques uns de mes compagnons ont déjà commencé à rentrer à l'intérieur, Euphie bondit sur le bureau à côté de moi et m'interpelle d'un piaillement inquiet. Me tournant vers elle, je m'apprête à la rassurer lorsque je remarque qu'elle pointe la fenêtre entrouverte de la patte. Je n'ai pas besoin de plus de temps pour comprendre ce qu'elle veut me dire, et balaye brusquement l'ensemble de la chambre du regard.

« -Oz !»

Le Pikachu n'est pas là, comme à chaque milieu de soirée. Il a pris l'habitude d'aller contempler les étoiles pendant la nuit. Où peut-il bien être ? J'espère qu'il n'est pas allé trop loin, et qu'il n'a pas rencontré de soucis vis-à-vis de la raison qui pousse Jackie à nous réveiller si urgemment.

« -Quelqu'un saurait où il est ? » réponse négative des Pokémon encore présents. Je sens les battements de mon cœur accélérer « Ok. Spark, Lucina, ne rentrez pas tout de suite et tentez de le repérer. Les autres, repliez-vous. »  

J'ai besoin de quelques secondes de plus le temps de rentrer les derniers membres de l'équipe dans leurs balls, avant de les fourrer dans mon sac, ne gardant en main que les sphères de Lucina, Spark et Oz. De plus en plus inquiet, je fixe la mine désolée de la Dedenne qui, en secouant la tête de droite à gauche, me fait comprendre qu'elle ne parvient pas à la localiser. Lucina garde ses yeux dorés rivés droit sur le mur de la chambre, tentant de le repérer, et finit par pousser un cri en direction de la fenêtre. Je n'ai même pas le temps de la questionner qu'une silhouette apparaît sur le rebord, visiblement interpellée, et nous regarde l'air de nous demander ce qu'il se passe.

« -Oz !»

Je prends le starter dans mes bras, et le câline très très fort, tandis qu'il se débat violemment pour sortir de cette étreinte imprévue. Je cesse bien vite de l'enlacer, et le libère, avant de brièvement l'informer de la situation.

« -On a aucune idée de ce qu'il se passe, mais nous devons rejoindre le parc au plus vite. Rentrez dans vos Pokéballs, je vous rappellerai. »

Hochant la tête, je finis de mettre à l'abri mes derniers compagnons, et pars en quatrième vitesse à l'extérieur de ma chambre. J'ai déjà perdu énormément de temps, j'espère qu'on ne va pas trop me le reprocher.

Arrivant dans le parc, je rejoints la zone de rassemblement sans trop de mal. Difficile de louper cette masse d'élève rassemblée au beau milieu. Lorsque j'arrive, essoufflé, Mademoiselle Hortense a déjà commencé son discours, dans lequel elle évoque une histoire de pompiers et de policiers qui interviennent sur.... Une attaque ? Contre Palladium ?... Attendez, quoi ?

J'ai à peine eu le temps de calmer les battements de mon cœur que celui-ci rate un battement à l’annonce de la nouvelle. Mes yeux s'écarquillent petit à petit à l'entente de ses paroles, et doucement, je secoue la tête de droite à gauche, l'air mi-désapprobateur, mi paniqué.

« -Non... »

Petit à petit, je la secoue un peu plus vivement. Je fais un pas en arrière, puis un autre, horrifié, tout en exprimant de plus en plus mon rejet des faits.

« -Non, non, non... Pas ça... Non.... »

Les paroles de Hortense viennent me frapper en plein cœur, prenant grand soin d'insister sur le fait que tout ceci est bien réel. « Nous ne sommes pas à l'abri ». Ce n'est pas possible. Ce récit. Cette tension. Ce sentiment. Cette crainte. Ne me dîtes pas que... Que...

« -Non ! Ça ne va pas recommencer... Pas encore ! »

Je fais un nouveau pas en arrière, et me retourne.

« -NON ! »

Partant aussi vite que je suis arrivé, je quitte le point de rassemblement à la hâte. Mon cœur tambourinant contre ma poitrine, je fuis la masse d'étudiants rassemblés, et m'éloigne le plus possible de cette foule. Je veux partir. Loin. A l'abri. Je ne veux pas revivre tout ça. Pas une fois de plus. Hors de question !

Courant sans savoir où je vais, sans même prêter attention aux quelques cris des étudiants qui me déconseillent de m'éloigner, je fonce. Une planque. Il me faut une planque. Vite. Un abri, une cachette, n'importe quoi! Je dois protéger mes Pokémon. Coûte que coûte. Il ne doit pas leur arriver du mal. Sous aucun prétexte. Je ne peux pas me permettre de leur faire vivre ça ! Pas encore !

Bien vite, je suis à bout de souffle. Arrivant devant un bâtiment, je tente d'ouvrir une porte, fermée à clef. Je ressaye, forçant sur la poignant, mais aucun résultat. Je reprends alors ma course, rejoignant une autre porte, et recommence. En vain. Je tente sur une troisième. Rien. Encore une. Elle refuse toujours de s'ouvrir. J'insiste un peu plus sur celle-ci, secouant la porte dans tous les sens, mais rien n'y fait, je n'arrive pas à rentrer.

Je tape violemment dessus.

« -MERDE ! »

Je cesse tout mouvement, et un long silence s'installe dans les alentours. Mes poings et mon front collés contre la porte, je respire bruyamment. J'inspire. J'expire. J'inspire. J'expire.

Me retournant, je me plaque contre elle, et me laisse glisser au sol. Recroquevillé sur moi-même, je ferme les yeux, et serre poings et dents, maugréant quelques paroles inaudibles. Toujours les mêmes.

« -Ce n'est pas vrai ce n'est pas vrai ce n'est pas vrai... Ce n'est pas possible... C'est faux... Je dois... Il faut que je... Je... »

Toujours aussi excité, mon cœur ne commence à ralentir qu'après quelques secondes d'immobilité, dans cette même position, silencieux, et seul. Passé un moment, je prends une profonde inspiration, et relève la tête pour la faire basculer en arrière, fixant le ciel.

Mes Pokémon. Je dois les prévenir.

Soufflant un peu plus calmement, je fais passer mon sac devant moi. Une par une, je sors les Pokéballs à l'intérieur, et les pose partout autour de moi. Lorsqu'elles m'entourent complètement, je laisse passer un cours instant de flottement, avant de me contenter d'un seul et unique mot, la voix grave.

« -Sortez. »

Il y a un grand flash lumineux, suffisant à éclairer l'obscurité environnant pendant quelques secondes. Presque coordonnées, des formes se créent et se condensent devant moi, prenant petit à petit l'apparence des membres de ma team. Celle de mes compagnons. De mes amis.

Silencieux, mes Pokémon fixent mon air attristé, alors que je me suis mis à fixer le sol. Ils n'osent pas faire le moindre mouvement ou bruit, et se lancent quelques regards inquiets pour certains. Fermant les yeux, je finis par prendre une profonde inspiration, et expire longuement, avant de me relever. Puis, balayant mon auditoire du regard, je prends la parole.

« -Palladium, les humains pour qui nous avons travaillé cet été, se sont fait attaquer. On ne sait pas par qui, on ne sait pas par quoi, mais là tout de suite, ils ont besoin d'aide et nous sommes tous appelés à intervenir. »

Je marque une pause, et détourne le regard.

« -Le truc, c'est que... Je suis pas rassuré. Pas du tout. D'habitude... D'habitude quand quelque chose de grave arrive, elle nous tombe dessus et c'est à nous de faire face, pour sortir du pétrin. Donc forcément on fait de notre mieux pour survivre, et s'en tirer en un seul morceau. Mais là... » j'ai une petite hésitation « C'est à nous de nous jeter dans la gueule du loup. Si on y va... C'est volontairement qu'on se met en danger. Qu'on prend le risque qu'il nous arrive quelque chose. Si ça se trouve, c'est même un piège, on ne sait même pas si d'autres attaques sont prévues ou non... Alors qu'on pourrait tous s'abriter et rester en sécurité. En dehors de tout ça. Calmement. Tous ensemble. »

Je baisse les yeux, et me tais. Mes Pokémon restent tous silencieux, s'attendant peut-être à ce que je reprenne la parole, mais... Non. Je ne dis plus rien, et tourne lentement la tête en leur direction, les regardant, tous. Les membres les plus anciens ont la mine grave, voyant tous de quoi je parle à cause des très nombreuses péripéties que nous avons rencontré lors de notre parcours. D'autres paraissent néanmoins mois affectés, ne sachant pas trop ce que tout ceci signifie, ou ne comprenant même pas ce que j'évoque.

C'est en tout cas la situation de Cutie Cute. Légèrement perdue, la Mimiqui, en retrait parmi la masse de Pokémon, fait un pas en ma direction. Un peu intimidée, elle jette quelques coups d’œil à droite à gauche, et s'avance un peu plus, me rejoignant bien vite, et lançant en ma direction un petit cri inquiet. La regardant, je tente un sourire, et m'accroupis pour mieux la regarder. Elle lance un nouveau cri, que je ne saurai trop interpréter, tandis que je lui caresse doucement le côté de la tête.

« -C'est vrai que tu n'as jamais eu le droit à tout ça, toi. » je lève la tête en direction de ma Pachirisu   «  White Lady non plus. » je balaye à nouveau l'ensemble de mes Pokémon du regard « Et peut-être que d'autres parmi vous n'ont eu que des aperçus de ce que nous avons traversé. » prenant Cutie Cute dans mes bras, je me relève, et la regarde tendrement « Tu sais, je te raconte souvent qu'il existe plein de gens gentils dans ce monde. Régulièrement, je te rassure, t'encourageant à t'avancer vers autrui. Mais hélas... Il y a des personnes, humaines comme Pokémon, qui ne sont pas dotées de moral et qui sont prêtes à tout pour parvenir à leur fin. Quelques fois, leurs buts restent nobles et c'est seulement qu'ils s'y prennent mal... Mais parfois, ces personnes ne sont motivées par des mauvaises intentions, et il ne vaut mieux pas être en travers de leur chemin. Et il se trouve que... Nous l'avons pas mal été, en travers de leur chemin. Il y a d'abord eu la Team Rouage, qui nous a piégé dans un incendie, attaqué, volé puis enlevé. Mais ils ont été arrêtés, et punis pour ce qu'ils avaient fait. Ensuite, il y a eu cet été... Avec le Groupe Ombre, qui ont voulu nous enlever des amis à nous, et qui avaient recours à des méthodes terribles. Nous avons alors tout fait pour les protéger, et... »

Je ne termine pas ma phrase, en repensant à Fufu, Pouic et Claclaque. Cette mission a été éprouvante. Plus que tout. Sa simple évocation suffit à me tordre l'estomac. Je pense pouvoir affirmer sans trop de mal qu'il s'agissait de la pire des expériences que j'ai vécu...

« -... Qui ? »

Cutie Cute m'interpelle, inquiétée par ma mine peinée. Je lui fais un sourire attristé, et la caresse à nouveau.

« -... Nous avons failli y laisser notre peau. C'est pour ça que j'ai si peur, tu comprends ? Jusqu'à ce jour, j'ai toujours pensé qu'il était normal de tout mettre en œuvre pour aider ceux qui étaient dans le besoin, mais... En faisant ça, nous avons failli mourir. Si nous avions eu un tout petit peu moins de chance, si nos adversaires s'étaient montrés à peine plus impitoyables, jamais nous n'aurions pu revenir de là-bas. Alors que nous avions pris des tas de précaution, alors que nous étions presque sûrs de notre coup... J'aurai pu perdre l'un d'entre vous. Tout comme je peux perdre l'un d'entre vous si nous nous rendons là-bas... Et... Je ne veux pas que ça arrive. Je ne veux pas vous voir partir. Je... Tous ces moments, que nous avons passé ensemble, que nous avons vécu, ils me sont tellement chers... Je ne veux pas les perdre... Il m'a fallu surmonter tellement de difficulté... Tellement de peine... Pour pouvoir ainsi vivre à vos côtés... Être heureux... Épanoui... J'ai... J'ai tellement peur que tout cela disparaisse ! Je ne veux pas retourner à ma vie d'avant. Lorsque je me faisais battre par ces... Ces gamins qui me délaissaient complètement et que je me retrouvais seul, roué de coup, à me cacher dans un coin, attendant que ça passe et espérant qu'un jour je puisse sortir de là ! Qu'un jour, il y ait des gens sur qui je puisse compter, et qui m'aident à surmonter les moments difficiles... Des gens qui... Des gens que... Que j'ai enfin trouvé ! Ces personnes, c'est vous ! Vous tous ! Et je... Je... Je voudrai tellement pouvoir vous garder éternellement à mes côtés et... Et que nous puissions tous vivre en harmonie sans que jamais nous soyons séparés ! Je... Je suis tellement inquiet ! J'ai tellement peur de vous perdre que je suis prêt à laisser des gens périr dans un incendie pour vous garder à mes côtés ! »

Au fur et à mesure de mon discours, mes yeux ont rougi et se sont humidifiés. Je suis au bord des larmes, mon regard trahit une crainte immense, et je suis pris de légers tremblements. Je dois faire peine à voir. Je fais peine à voir. Il suffit de regarder la réaction de Cutie Cute, horrifiée par mon récit. Elle est là, à me fixer, partagée entre la crainte, l’inquiétude et la peine, tandis que tous mes autres compagnons nous regardent, sans savoir que dire, ni que faire. Difficile de trouver les mots dans ce genre de situation. Difficile de savoir que faire. Peut-on réellement choisir entre la sûreté de ses proches et celle d'autrui ?

Serrant un peu plus Cutie Cute contre moi, je me recroqueville.

« -Je suis désolé... Je dois être pitoyable... Mais... Je vous en supplie... Promettez-moi... Promettez-moi que jamais vous ne m'abandonnerez. Pas... Pas si vous n'en avez pas l'envie. Par pitié. Promettez-le moi. »


HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Des personnes doivent être secourues. Nous devons leur venir en aide. Point. C'est aussi simple que ça. »

Merci Môman Callie!

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 43
Jetons : 75
Points d'Expériences : 1266

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 18:12




Cette nuit allait être très mouvementée, c’est le moins que l’on puisse dire. Enfin ça  je ne le savais pas avant de me glisser dans mon lit et de fermer les yeux, comme tous les soirs depuis bientôt deux ans. Mon rythme de vie s’est vite installé ici. A 4h45, le réveil sonne et ma meilleure amie et moi nous nous changeons rapidement avant d’aller à l’extérieur pour débuter les entrainements. C’est toujours ainsi. Cela ne change jamais. Mais cette fois-ci, quand sous les hurlements du Général Jackie Aria et moi nous nous réveillons en sursaut, tellement que j’en suis tombée du lit, j’ai tout de suite senti que quelque chose n’allait pas. Il faisait encore clairement nuit. Il est bien trop tôt pour que ce soit simplement le réveil qui ait lâché et que nous ne nous soyons pas réveillées. Avec mon amie, nous nous fixons sans comprendre ce qui arrive. Ruru reste en position défensive, aussi inquiétée par cet appel soudain.

Les consignes sont claires. Rassemblement immédiat dans le parc pour tous les élèves. La voix forte de Jackie résonna à plusieurs reprises dans tous les bâtiments, soulignant un peu plus l’urgence de la situation. J’ai l’impression que même pour nous engrumeler, le ton employé n’est pas aussi frappant, percutant. Rapidement, j’enfile un legging, un sweat et des baskets. Je glisse mes pokeballs dans mon sac d’affaire que je ne quitte jamais, le place sur mon dos et quitte ma chambre avec Aria. En trottinant, nous rattrapons un groupe d’élève pour quitter le dortoir et retrouver les professeurs et les autres. Je suis intriguée par cette situation. C’est la première fois que cela arrive depuis que je suis ici. C’est étrange. J’ai préféré rappeler ma Zoroark dans sa pokeball le temps que la situation se mette au clair. Il vaut mieux que le groupe soit le plus  « petit » possible, sans nos pokemons pour éviter un dispersement et permettre un rassemblement plus rapide.

Vite, nous arrivons au point de rendez-vous. Tous les élèves sont là et compte bien eux aussi obtenir des réponses à cette agitation soudaine. C’est Mademoiselle Hortense qui reprit le relai, avec un peu plus de calme dans sa voix mais tout de même avec un léger tremblement, montrant sa panique. Les mots s’enchainaient, et dans ma tête j’essayais de construire un visuel de la situation. Des attaques suivies d’incendies sur différents bâtiments de la ville. Rien de très rassurant. C’est même très inquiétant. Un vent d’inquiétude souffla sur les élèves mais la professeur nous rappela au calme. La ville a besoin de nous et de nos compétences pour calmer tout ceci. Et je compte bien leur porter main forte. Finalement, c’est un peu ça que je vise dans mes projets fururs. Intervenir dans des situations à risque pour sauver des populations. Aujourd’hui sera comme un exercice, et un moyen de voir si j’en suis capable ou non. Ils ont organisé des vagues pour nous rendre sur place. Et ce sont les plus âgés qui doivent démarrer. Je suis de ce lot. Avant de m’avancer vers l’Alakazan, je me tourne vers Aria pour lui adresser quelques mots.

Aria si on ne se retrouve pas là-bas ne fait pas de bêtises s’il te plait, je voudrais te retrouver entière.

Un sourire et avec le groupe des plus grands je me laissais téléporter. Le spectacle est pire que ce que j’avais imaginé. Des flammes ravageaient le bâtiment. Un nuage de fumée noir s’en échappait et les cris déferlaient dans l’air chaud de cette nuit pourtant fraiche. Une scène de catastrophe. L’entreprise PALLADIUM a sévèrement été touché. Les pompiers tentent de maitriser le feu mais les choses ne sont pas simples et il manque cruellement de moyens. La plus part sont encore au centre pokemon pour maitriser l’explosion. C’est aussi pour ça qu’on a fait appel à nous. Vite, tous les élèves arrivent et s’éparpillent pour aider les gens à leurs façons. Mais sans organisation, nous n’arriverons pas à grand-chose. Avant de penser aux autres, je vais penser à ma propre organisation. Qu’est-ce que je vais faire dans tout ce chantier ?

Instinctivement je serais allée aider les pompiers à maitriser le feu. C’est ce qui me parait le plus urgent à l’heure actuelle, surtout s’il y a encore des blessés à l’intérieur. Si on n’arrête pas l’incendie, il pourrait y avoir des morts. Et ça je ne l’accepterais pas. Cependant, ce n’est pas mon rôle. Je dois utiliser mes meilleurs atouts, à savoir les soins. Je suis une médecin (encore apprentie mais disons que j’ai de l’expérience). SI je ne vais pas aux soins qui va y aller à ma place ? D’autres sont capables de gérer l’incendie mais tout le monde n’a pas les connaissances en soin. C’est décidé, je vais aller là-bas.

Deuxième étape, répartir mes pokemons. Plusieurs d’entre eux ont des atouts non négligeables dans une situation d’urgence et que je compte bien utiliser. Je libère de leurs pokeballs deux de mes pokemons : Ruru et Zeno. De façon rapide et efficace je leur donne les instructions.

Tous les deux, j’ai besoin que vous alliez aider les personnes encore bloqués sous les débris. Pour ça, vous allez porter assistance aux différents groupes d’élèves qui se trouvent sur place. Je peux compter sur vous ?

Il n’en fallut pas plus pour que les deux se lancent vers le bâtiment pour trouver des personnes à aider. Ensuite, autre chose à faire. Je sortis une troisième pokeball de mon sac puis en courant, je me dirige vers un groupe d’élève présent avec les pompiers. J’attrape les mains de l’un d’eux et lui dépose dans les mains la pokeball de mon compagnon.

A l’intérieur se trouve un Lokhlass. Il est capable de générer de grande quantité d’eau, il vous serra utile pour maitriser le feu. Je compte sur vous !

Je repars enfin vers mon objectif initial, la gestion des blessés. Quelques-uns sont déjà allongés sur des brancards ou assis à côté des premières ambulances. Je me saisis d’un kit de soin d’urgence avant de me diriger vers les victimes. Me voulant calme mais tout de même inquiète, je m’approche d’une personne sur un brancard avec une sévère brûlure à la jambe. La jeune femme a l’air paniqué et sujet à la douleur provoqué par sa blessure. Doucement, je m’aggenoue à ses côtés pour la rassurer et lui porter assistance.

Bonsoir Madame, je m’appelle Idalienor Eldewen, je suis élève médecin à la Pokemon Community. Je vais vous aider avec votre blessure. Surtout ne paniquez pas tout ira bien, je vous le promets.

Une de mes pokeballs s’ouvrit d’elle-même et Béryl en sortit pour s’approcher de la jeune femme. Le pokemon insecte se frotta à la joue de la jeune femme, surement pour la distraire. Je souris en voyant cela. Comme quoi nous formons vraiment une bonne paire toutes les deux. En attendant, je sors de la trousse une première poche de glace afin de refroidir la blessure avant tout autre opération. J’ai l’impression de sentir le feu tout autour de moi. Comme si j’étais au cœur de l’incendie. Pourtant ce n’est pas le cas. Mais je suis entourée d’étudiants qui font de leur mieux, de professeurs qui tentent de gérer l’ensemble, de personnes blessés. De la désolation.



[Hrp : Résumé
- Ida est reveillée en sursaut pas Jackie et trouve cela étrange
- Elle va avec Aria jusqu'au point de rassemblement et passe avec la première vague (17 ans) en demandant à sa meilleure amie d'être prudent
- Sur les lieux de l'incendie, elle réalise l'ampleur des dégâts et décide d'aller s'occuper de soigner les blessés pendant que ses pokemons vont aider d'autres élèves.
→ Une Zoroark et un Galifeu peuvent aider les élèves à sortir les blessés des décombres, n'hésitez pas à les mentionner.
→ Ida confie à l'un des élèves qui essaie d'arrêter les flammes un Lokhlass (c'est Luce qui choppe le Lokhlass)
- La brune s'occupe d'une femme brûlée à la jambe et constate l'ampleur des dégâts sur le terrain.
(je précise qu'Ida est ouverte au travail d'équipe si jamais ^^)]
[Intrigue] Il n'y a pas de fumée sans feu

©BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres


Dernière édition par Idalienor Edelwen le Jeu 20 Avr - 20:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15
Niveau : 33
Jetons : 1292
Points d'Expériences : 821

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 19:24

Intigue enflammé


Event

   

   


Je me réveille par terre avec Terry sans comprendre ce qu'il se passe. Mes yeux sont encospre mi-clos par la courte nuit abrégée par cette saloperie de militaire qu'est Jackie. Mais sa voix me semble plus … Puissante ? Comme si elle était plus puissante. Le fait qu'elle répète un message d'alerte commence un peu à m'inquiéter. Je m'habille rapidement avec un short et un débardeur avant de rappeler tout mes Pokémons excepté Terry. Mes chaussures sont dans l'armoire et le temps que je les mettent et que j'aille au point de rassemblement. Il s'est bien écoulé 10 minutes au moins.

Ce qui me rassure le plus c'est que je suis pas le seul pommé. Je veux dire que c'est la cohue générale et si les Pyrolis sont assez entraînées pour se réveiller sur commande, ce n'est pas le cas de mes co-Voltas, à part certains, je suis peut être encore un peu fatigué et je vous avoue que les filles devant moi sont assez mignonnes et... Je dois rêver à mon avis et si je rêve autant le vivre à fond.

J'arrive sur la place de rassemblement et pour la première fois je vois toute l'équipe dirigeante rassemblée au même endroit et avec une tête d'enterrement. Même les profs qui ont une rengaine habituel bien à eux ne bronche pas. Il doit se passer quelque chose de grave à mon avis. Et en effet, à l'annonce des événements je ne peux m'empêcher d'être un peu horrifié. Des consignes relativement claires nous sont données et appliquées. Le strict minimum hein ? Bon et bien Phoën Elsa Nirvas Météno resteront et Speedy Ban et Terry viendront.

Je laisse mes quatre pokémons a l'école et me fait téléporter en un temps record en ville devant un immense bâtiment en flamme. De nombreux blocs de béton sont éparpiller ça et là détruisant le ciment et la terre. Je tombe sur le cul. Qui pourrait faire une chose pareille ? Je reste comme pétrifié jusqu'à ce qu'un pompier me gueule dessus.

-Reste pas là et vas aider à dégager les décombres !!!

Ça m'a fait comme un électrochoc. Il y a des gens à secourir. Des vies à protéger. Allez on se remue mon petit Logan. Je me relève et commence à enlever les décombres gênant le passage des pompiers. Au moins ce sera déjà ça. Terry porte des blocs de taille moyenne avec Force, Ban les fait léviter avec son psychisme et Speedy par la voie des airs. J'ai encore du mal à croire que ses serres puisse attraper un bloc de béton. J'en attrape à pleine main que je pousse sur le côté.

Soudainement un cri de désespoir m'interpelle, pas que la cohue actuelle me laisse indifférent mais on dirait plus un appelle à l'aide qu'autre chose. Déblayant les quelques blocs de mon secteur, je cours vers le cri avant de voir un bloc, immense sous lequel un jeune garçon y est inconscient. Une jeune fille recroquevillée sur elle même. Je reconnais Amy, la fille qui voulait que je lui apprenne à nager. Je ne pensais pas la revoir comme ça je veux dire je me suis pris une bonne baffe de sa part et.... Je dois l'aider.

Je m'approche d'elle mais une autre fille vient l'aider. C'est Ana. Les deux mentalis tentent de soulever ce pan de mur avec beaucoup de difficultés. Allez à trois le petit va s'en sortir. C'est certain. Je me rapproche du groupe de secouristes et commence à saisir le bloc. A ce moment une explosion se produit au dessus de nous et des blocs de bétons, plus petits, nous tombe dessus menaçant d'écraser le groupe.

-Speedy utilise Abri ! Ban utilise Astuce Force puis Partage Force sur l'ensemble des Pokémons ici ! Terry lance Tunnel sous les blocs et créer un espace sous le petit en évitant de le toucher !

Pas le temps de faire dans les sentiments et mes Pokémons le savent. Speedy s'envole vers les blocs tombant et créer une bulle de protection les repoussant ailleurs aléatoirement. Ban commence à briller avant de faire une chaîne énergétique rouge allant de pokémon à pokémon dans un rayon de 3m. Terry, lui, s'enfonce sous le sol et tente de dégager le petit par le fond, pardonnez l'expression.

Le sol sous le petit commence à s'affaisser et les blocs avec. Il faut à tout prix les maintenir jusqu'à l'évacuation.

-Allez tout le monde ! Terry arrête de creuser et tire le doucement vers toi ! Les filles c'est très bien on continue comme ça ! Ban, Speedy vous aussi !


Terry retire le petit délicatement alors que mes muscles commencent à être endoloris par le poids des gravats. Au moment où Terry  à allongé le petit sur le sol je relâche la tension sur le bloc. Je regarde mon équipe et lance mes prochaines directives avec un petit speech.

-Je ne pense pas que vous ayez besoin d'infos sur ce qui se déroule donc... Speedy et Ban vous allez faire du repérage aérien Terry tu te faufile dans les trous et tu fouine à la recherche de gens ok ? Si vous croisez quelqu'un vous prévenez la personne la plus proche de vous.

Toute mon équipe me répond avec un cri et s'en va. Haut le cœurs les gens. Je m'approche du petit et voit son état critique son corps est dans un triste état. Il ne vas pas pouvoir marcher pendant longtemps. Je le laisse allongé sur le sol et m'en vais vers le camp médical le plus proche pour les prévenir. En chemin je croise un Papi blessé à la jambe. Je l’accompagne vers le post en titubant aussi. La chaleur me fait tourner la tête et mes jambes veulent me lâcher. J'arrive au premier avant-post et laisse le Papi à une élève qui s'occupe des blessés. En partant mes jambes me lâchent et je m'écroule inconscient.

 


HRP:-Logan se réveille perdu et suit le mouvement de foule.
-Il se fait TP en seconde vague.
-Il est accompagné de Sabelette, Airmure et Balbuto qui cherchent les blessés (ils peuvent vous prévenir à tout moment et vous pouvez le mentionner inrp)
-Il aide Amy et Ana afin de sortir un gamin des décombre (il fait partie de la team aide à sortir les blessés des décombres)
-Il amène un Papi à Ida (bonne chance) et tombe dans les vap's ( sommeil chaleur fatigue etc etc...) après lui avoir laissé le gosse.
-Il est donc allongé près d'un post de secours.


Dernière édition par Logan Atkinson le Lun 24 Avr - 12:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5236-372-logan-atkinson-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5255-logan-atkinson-voltali-t-card
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 11
Jetons : 278
Points d'Expériences : 114

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 19:37

Ses yeux se fermèrent, avant de se rouvrir brusquement. Elle se leva en sursaut, une voix résonna dans sa tête.
-Tous les élèves sont attendus au point de rassemblement du parc IMMEDIATEMENT. Aucun retard, aucune absence ne sera tolérée. Enfilez n’importe quoi pour vous couvrir, emportez vos Pokémon et vos sacs et DESCENDEZ ICI TOUT DE SUITE ! CECI N’EST PAS UN EXERCICE. JE REPETE : CECI N’EST PAS UN EXERCICE !
WHAT?!
Ellen se leva de son lit, vêtue d'un kigurumi dracolosse. La Givrali remarqua que Aria n'était pas dans son lit et eut un petit moment de panique avant de se rassurer en disant qu'elle s'téait sûrement déjà levée. Elle attrapa une paire de basket qu'elle ne prit pas le temps d'enfiler, une veste en jean, et un sac où elle fourra les deux pokéballs de ses pokémons ainsi que quelques affaires au cas où l'établissement cramerait. Dans les couloirs, les élèves se bousculaient, certains hurlant à la mort, tandis que d'autres cherchaient leurs amis. La Givrali crut apercevoir quelques connaissances, mais au moment où elle s'apprêtait à les rejoindre, ces derniers se faisaient aspirer par la foule et la jeune fille décida donc de continuer son chemin, seule. Au bout de quelques minutes, elle arriva au point de rassemblement et se rendit soudain compte de sa tenue. Au moins, elle n'avait pas froid... enfin, elle était quand même ridicule. Mais comparée à certaines Mentalis qui se trimbalaient en petits culottes, ce n'était plus grand-chose.  Pendant que Mademoiselle Hortense expliquait la situation, Ellen s'empressa de faire les lacets de ses chaussures et d'enfiler sa veste en jean, cherchant du regard une éventuelle touffe bleue afin de retrouver son amie. Elle vérifia le contenu de son sac, faisait la liste des choses importantes, espérant qu'elle n'avait rien oublié. Mince ! Elle n'avait pas pris de stylo... enfin, vu les circonstances, elle n'était pas si sûre d'en avoir besoin. Tous l'établissement était réunis, l'administration avait un visage dure, sinistre, et la blonde comprit vite que quelque chose de grave s'était produit. N'ayant à peine compris le dialogue d'Hortense, trop occupé à faire ses lacets, elle donna un petit coup de coude à son voisin.
-Hé ! Il s'est passé quoi, au juste ?
-Tu n'as pas écouté ? fit-il surpris avant de lui expliquer en bref la situation.
Ellen jura entre ses dents et le remercia d'un signe de tête. Apparemment, il y aurait des vagues de téléportation, et ayant moins de 15 ans, elle ferait partie de la dernière. Elle qui voulait tant jouer aux héroïnes. Mais bien vite, le regard que jetait de temps en temps le général Jackie finit par la dissuader de ses projets fous. Finalement, la troisième vague arriva vite et la jeune dresseuse se présenta pour y aller. Hors de question de rester à attendre ici pendant que ses camarades se mettaient en danger. Elle fixa l'Alakazam d'Ace dans les yeux, se demandant quelle sensation cela faisait de se téléporter. Elle n'eut pas le temps de se questionner plus longtemps qu'elle se retrouva au milieu de ce que l'on pouvait facilement appeler un champ de bataille. Elle se fit bousculer par des gens qui couraient et tomba sur le sol, s'écorchant le genou contre le béton. Le feu de l'incendie dansa dans ses prunelles bleues et pendant quelques secondes, elle fut tétanisée par la peur. Elle se mit à trembler de tout son corps. Que faisait-elle ici ? Avait-elle eut raison ? Il y avait des brancards qui transportaient des corps brûlés ou des enfants en pleurs. Sa tête se mit à tourner, elle n'aimait pas tout cela, toute cette agitation, tous ces pleurs. Un long frisson la traversa quand soudain un cri attira son attention. Non loin de là, une jeune femme blessée se protégeait la tête entre les mains. Un pilier de pierre commençait lentement à se fissurer dans un craquement sonore et allait s’effondrer sur elle. 
-Heavens ! Lance Draco-rage sur ce rocher pour le briser !
Ses paroles se noyèrent dans le brouhaha mais le pokémon ne se fit pas prier et en seulement une fraction de seconde, il apparut et lança son attaque. Le pilier se brisa et explosa en plusieurs morceaux. L'un d'eux atterrit sur les jambes de la femme qui hurla à en perdre le souffle. Ellen courut en direction de la femme, mais les décombres la gênaient et son kigurumi l'empêchait de faire de grands mouvements. Elle décida de le retirer et se retrouva avec un mini-short et une brassière. Au pire, le ridicule ne tut pas, surtout quand la vie d'une femme en dépend. La givrali appela son Malosse à l'aide.
-Vite ! Aidez-moi à retirer les décombres, tous les deux! s'exclama-t-elle à l'intention de ses pokémons.
Tous trois s’acharnaient mais certains rochers étaient trop gros pour les deux petits pokémon et leur jeune dresseuse, d'autant plus que le chemin jusqu'à la femme retenue prisonnière par la roche semblait sans fin.
-Rubis vient avec moi ! s'égosilla Ellen qui commençait à escalader un rocher pour se faire entendre. Et toi Heavens, va chercher de l'aide !
Le Malosse n'avait pas de mal à escalader les rochers et rattrapa vite sa dresseuse. Bientôt ils arrivèrent à l'endroit où la femme était coincée. Ses jambes étaient bloquées par un rocher et un gros morceau du pilier qui n'avait pas été détruit reposait sur un autre rocher, menaçant à tout moment de s’effondrer sur les deux filles. L'adolescente du s'accroupir et ramper sous un gros rocher pour arriver au niveau de la femme. Elle avait les yeux fermés mais était toujours vivante, son cœur battant quand même un peu trop lentement au gout de la givrali. Elle prit la main de la blessée et répéta plusieurs fois, pour être sûre que cette dernière l'entende :
-Si vous êtes conscientes, serrez très fort ma main, si vous êtes conscientes, serrez très fort ma main... Tout va bien se passer, ne vous en faites pas.
La femme planta ses ongles dans la peau de la gamine qui se retint pour ne pas laisser échapper un petit cri de douleur. Afin de rassurer la dame, elle murmura :
-Quelqu'un va bientôt venir vous sortir d'ici, et tout ira bien. On va vous soigner et vous pourrez reprendre une vie normale.
Au fond, Ellen ne croyait pas à ses propres paroles, car au réveil de la blessé, si elle ne plongeait pas dans un sommeil sans fin, elle n'aurait plus l'usage de ses jambes et sera marqués de nombreuses séquelles, autant physique que morale, tout ça à cause de...de qui ? De lâches sûrement, d'imbéciles qui se moquaient du prix de la vie et qui avait mit l'incendie au PALLADIUM.
Mais pour le moment, il fallait garder espoir et sauver cette inconnue à tout prix.
C'était son devoir. 
HRP:
 

_________________
blabla in #0099cc

-


Dernière édition par Ellen Whirst le Sam 22 Avr - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6098-i-know-you-know-i-know-ellen-whirst http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6144-ellen-whirst-givrali
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 18
Jetons : 2719
Points d'Expériences : 357

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 22:22

Aria avait le sommeil lourd. Elle s'endormait en quelques secondes et ne se réveillait que bien des heures après après avoir dormi de tout son soûl, ou en étant secouée comme un sac à patates par Ida. Normalement elle aurait du baver non stop sur son oreiller jusqu'à 4h45, heure de réveil de tous les pyrolis. Mais lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle savait qu'il n'était pas aussi tard. Aucun rayon de soleil ne filtrait dans la chambre s'était juste le noir complet, comme une abysse. Pourtant elle était bien réveillée. Elle savait qu'elle s'était réveillée pour quelque chose d'important. Les gueulements de Jackie dans le dortoir lui confirma cette pensée. Le ton de la Générale était encore plus agressif et lourd de conséquences que d'habitude. Il ne fallait pas être devin pour savoir que quelque chose de grave s'était passé. A moins que leur chère Générale est décidé de les remettre en forme en plein milieu de la nuit ? Même si l'idée était probable, Aria n'arrivait pas à y croire. Avec Idalienor, elle quitta la chambre après avoir pris soin de rappeler tous ces pokemons dans leurs pokeballs. Elle avait hésité en voyant Jira endormi, comme toujours, à sa place favorite, au bout de son lit. Elle était quasi-sûre que pour quoi que ce soit, il ne serait pas utile. Elle ne savait plus quoi faire avec lui, elle ne le sortait presque jamais mais quand ça arrivait tout ce que le pokemon faisait était de dormir ! Sans même ouvrir un oeil. Malgré tout, elle le rappela également, même s'il ne l'aiderait pas, elle refusait de le laisser derrière elle. Dans la foule de Pyrolies qui se déplaçaient, elle remarqua que de nombreuses personnes avaient des sacs, du matériel de "secours". Elle savait que c'était pour les situations d'urgence car le premier cours d'espionnage qu'elle avait reçu les intimait à toujours en garder un aussi. Elle ne l'avait pas fait. Et elle avait le pressentiment qu'elle allait le regretter.

Tout en marchant derrière Ida dans la foule paniquée, Aria essayait de se raisonner. Quel était ce sentiment étrange qui ne la quittait pas ? Depuis quand était-elle devenu pessimiste elle qui se définissait comme la joie de vivre ? Elle respira un coup, en écoutant les conversations autour d'elle. D'autres dortoirs les avaient rejoint en chemin et ils allaient bientôt arriver au point de rassemblement. Si les Pyrolies, habituées à ces appels musclés et aux surprises horribles de Jackie, restaient assez silencieuses, ce n'était pas le cas des autres dortoirs. Le brouhaha rappelait celui de la cantine, mais avec une pointe de stress dans les conversations. Aria écoutait et tout ce qu'elle entendait était des interrogations sur la raison de cet appel brusque, des scénarios qui lui faisaient peur. Elle se rendit vite compte qu'elle n'était pas la seule à avoir un mauvais pressentiment. Le visage de certains élèves étaient d'une blancheur cadavérique... Son malaise redoubla et la Pyroli se dépêcha de rejoindre Ida en se bouchant les oreilles.

Lorsqu'ils atteignirent enfin le parc, l'ensemble des professeurs les attendait. Aria n'osa pas lever la tête. Elle n'avait pas envie de voir l'expression des professeurs. Elle finit quand même par relever les yeux, car elle ne supportait pas d'attendre en regardant le sol. Les derniers élèves arrivèrent et Melty prit la parole. Sa voix à tendance chantante collait mal avec les paroles. Elle était comme un ange qui venait annoncer l'enfer. Aria déglutit lorsqu'elle apprit les nouvelles. Les incendies étaient dangereux et difficilement combattables. Elle le savait. Ce n'était pas une bonne situation. Tout le monde autour d'elle semblait accablé et effrayé par ces informations...
Alors pourquoi ?...
Pourquoi elle s'était sentie soulagée en entendant les explications de Melty ? Qu'elle était cette petite voix dans sa tête qui lui avait dit "ouf" ? Pourquoi elle respirait mieux maintenant qu'avant ? Elle rougissait en y pensant et s'énervait contre elle-même. Elle s'efforça de se focaliser, se répéta que les incendies c'était dangereux, que c'était très grave. Elle s'efforça de paraitre choquée et d'afficher une expression sombre. Mais de l'intérieur elle bouillonait. Trop d'émotions pour sa marmite. Elle était enragée contre elle-même pour se sentir aussi calme. Mais aussi elle se sentait mal. Pas à cause des incendies. Non. Elle venait de réaliser. Elle s'était sentie soulagée. Elle le savait. Mais... de quoi avait-elle eut peur alors ? Elle avait craint jusque dans le plus profond d'elle-même que quelque chose arrive. Mais ce quelque chose qu'est-ce que c'était ? Elle n'en avait aucune idée. Elle avait l'impression de l'avoir frôlé mais que maintenant il lui avait échappé. Elle était sûre de le connaitre ! Mais elle ne le reconnaissait plus. Elle était effrayée et en colère contre cette partie d'elle qui venait de surgir, à la fois connue et mystérieuse. Hier encore, elle aurait pu clamer haut et fort que rien ne l'effrayait. Aujourd'hui si elle le faisait, elle aurait l'impression de mentir. Alors qu'elle n'avait toujours peur de rien ! Elle se concentrait pour ne pas laisser échapper ce rire nerveux qui lui pendaient aux lèvres. Elle ne devait pas rire. Elle ne devait pas. Nerveux ou pas, c'était juste non. Elle se mordait les lèvres et essayait de calmer ces respirations. Elle n'avait pas l'habitude de se contrôler, elle qui était d'habitude si sauvage. Elle luttait contre elle-même sans savoir pourquoi et les larmes commençaient a lui emplir les yeux.
Ida se retourna rapidement vers elle. Préoccupée, elle ne remarqua pas le faux sourire figé d'Aria.

Aria si on ne se retrouve pas là-bas ne fait pas de bêtises s’il te plait, je voudrais te retrouver entière.

Sur ces paroles, Ida disparut avec la première vague. Aria s'était sentie réconfortée par ces simples paroles. Sa meilleure amie l'avait extirpé des fonds de ses pensées noires pour la ramener sur Terre. Son malaise s'était volatilisé et elle fit un petit geste à Ida quand le groupe se fit télétransporter. Elle ne le voyait sûrement pas mais qu'importe. Aria se sentait mieux et c'est avec le sourire qu'elle intégra la deuxième vague.

Résumé:
 

_________________
Don't let winter froze your heart ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4684-328-ariania-blue-close-your-eyes-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4751-ariania-blue-pyroli
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 7031
Points d'Expériences : 795

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 23:21

Rodrigue se réveilla en sursaut. Qu’est-ce que c’était que quoi ? Est-ce que Grindur venait de tomber du mur ? Mais non, c’était un Noacier maintenant et il dormait sur le toit… C’était peut-être Baudrive qui avait explosé ? Non… C’était une voix. Une voix qu’il connaissait bien… Le Général les appelait ? Si tard ? Ou tôt ? Il devait y avoir une urgence… Le dortoir Phyllali étant disposé comme il l’était, le Chercheur se leva en vitesse, s’habilla, ramassa tous ses Pokémon, tandis que ceux qui passaient la nuit dehors comme Ludicolo rejoignaient le chalet, alertés par les bruits. Ne sachant pas trop dans quoi il s’embarquait, mais vu l’heure, Rodrigue attrapa un de ses sacs contenant des potions et autres objets utiles. Merci les cours de médecine et de gestion des situations d’urgences. Le blond jeta un coup d’œil sur le lit du dessus et se rappela que son frère dormait à Lansat ce soir-là. Pour une fois, l’avoir avec lui l’aurait rassuré… Accompagné de seulement Luxray, le reste de l’équipe étant dans les sphères, il se hâta vers le parc, non sans avoir accroché une pancarte « je suis sorti » à sa porte, des fois qu’il y ait un tour des chalets.

Une fois arrivé au lieu de rassemblement, c’est un Rodrigue d’abord endormi puis passablement inquiet et enfin totalement paniqué qui écouta les explications. Qu’est-ce que quoi que… Il avait entendu parler des … incidents qu’avaient causé la Team Rouage par le passé, il avait vu les blessures qu’ils avaient laissé à certains de ses camarades. Et là, ce n’était peut-être pas, et même sûrement pas eux mais… C’était une situation de crise. Et ils faisaient appel à des élèves pour les aider ? Mais bon sang, quel monstre attaquait un Centre Pokémon et une entreprise en même temps ? Ce n’était pas le moment des questions, il était plus propice à l’action pour le coup. C’est donc un Rodrigue très inquiet mais décidé qui se joignit à la première vague.

C’est d’abord l’odeur qui le frappa. Il était habitué au brûlé avec Pyronille, mais là, c’était un tout autre niveau. C’était tout bonnement intenable. Luxray, qui était ressorti juste après la téléportation poussa un grognement. Puis vint l’ouïe : des cris, des hurlements, les craquements du brasier, tout pour le rassurer quoi. Et enfin la vue. Et pour le coup il aurait préféré garder les yeux fermés. C’était le chaos. Et les profs commençaient à distribuer des tâches. Certains devaient aider à combattre le feu, d’autre à dégager les blessés et d’autres soigner toutes les victimes possibles. Se souvenant difficilement qu’il suivait plus ou moins des cours de médecine, Rodrigue se dirigea vers ces derniers, menés par cette chère Mme Jauplain. Quelle bonne idée, tiens. Arrivant devant un genre de centre de secours de fortune, il s’orienta sans réfléchir vers les blessés Pokémon. Et l’odeur devint pire. Devant lui un Léopardus qui miaulait faiblement, la patte brisée, sûrement par un éboulis. Rod’, déjà pale sentit le sang s’enfuir de son visage. Luxray jappa et le poussa sur le côté, la tête la première dans un seau pendant que son Dresseur rendait avec entrain ses entrailles.

- …Non je peux pas… Pas de sang, pas de blessure, pas de combat, pas d’aide, pas de… pas encore…

Le félin regarda son Dresseur, qui était en état de choc (et qui heureusement était encore plutôt propre) Le pauvre adolescent était à moitié délirant. Il se revoyait quelques années dans le passé, quand son frère lui avait confié son Arcko, le temps d’un combat pendant qu’il allait « remplir quelques papiers au centre Pokémon ». Il avait donc combattu, comme prévu le Machopeur d’un gars qui s’entraînait depuis quelques jours avec le jumeau. Le Pokémon venait juste d’évoluer et son Dresseur voulait tester sa force. Effectivement, l’évolution c’était fort et par accident, le combattant avait frappé bien trop fort le petit lézard d’herbe. Bien. Trop. Fort. Le starter avait volé s’était effondré face contre terre pendant que l’adversaire prenait la fuite en hurlant qu’il ne l’avait pas fait exprès. Rod’, très novice avec les Pokémon s’était retrouvé tout seul, à appeler à l’aide, un Arcko à la patte fracturée devant lui avec sang et os en visuel. Il ne savait même pas s’il devait le rentrer dans sa Pokéball ou non. Fort heureusement, le frangin le retrouva assez vite et le pauvre Pokémon put être sauvé, au prix de sa capacité à combattre et à évoluer. A jamais. Bien que son jumeau ne lui en ait jamais voulu (pour une fois qu’il avait une réaction normale), l’événement et ses conséquences avaient profondément traumatisé le pauvre garçon. D’où sa phobie du combat, son projet. Et son mal de joue. Hein ? Ah non ça c’était juste Shaofouine qui le baffait pour le ramener à la réalité.

- Urgh… Qu’est-ce qui se passe je… suis où ?

Quelques baffes supplémentaires et c’était un Rodrigue à peu près conscient à défaut d’être stable qui donna les premiers soins au pauvre félin. Désinfection, pose de compresses chaudes pour isoler et administration d’une Hyper Potion pour requinquer la pauvre bête, ainsi qu’un Total Soin pour l’anesthésier au mieux en attendant un vrai soin. Des gestes qu’il connaissait maintenant et même avant son entrée à l’Académie. Qu’il aurait voulu connaître ce jour-là. Réprimant un nouveau haut le cœur, il transmit le Pokémon à une équipe de prise en charge et il sortit sans réfléchir du poste de secours. Il ne pourrait pas faire ça, pas s’il tenait à sa santé mentale pour la soirée. Ça ne faisait même pas une heure qu’il était debout mais il avait déjà les traits tirés. Il s’avança vers un groupe d’élèves qui semblait se coordonner. Oh c’était son préfet et Calliope ! Enfin Callie ! De ce qu’il comprit ils allaient se séparer pour prendre en charge toute une chaîne de secours. Il pouvait aider, c’était sûrement moins stressant que ce qu’il risquait de voir … là-bas.

- Léonidas, emmène mon Ludicolo et mon Araqua avec toi, le premier peut produire de l’eau, aider à soigner et soulever des trucs. La petite peut se faufiler partout.

Pour l’équipe de secours et de transport, il prépara Shaofouine et Gringolem les brancardiers, Tropius l’ambulancier ayant peur du feu ainsi que Lamantine et Polarhume, les infirmiers de fortune. Pour le soutien aérien et la coordination, il faisait confiance à Baudrive et Météno. Pas question de sortir Pyronille ici, par contre. Ni Chuchmur. Et encore moins Noacier. Luxray restait à côté de lui, comme un soutien indéfectible, pour s’assurer que son Dresseur n’allait pas craquer. Le Phyllali passa une main tremblante dans la crinière de son ami.

- Callie, dirige-moi ainsi que mon équipe. T’es plus expérimentée et je … suis pas en état de prendre des décisions critiques pour le moment. J’peux aider mais laisse-moi un peu de temps pour euh… me remettre.


HRP:
 

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos.
Âge : 16 ans
Niveau : 15
Jetons : 2868
Points d'Expériences : 238

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Jeu 20 Avr - 23:59


Quand tout part en fumée....
Intrigue #9

-Réveille toi. Réveille toi. Réveille toi.

Le tête de Mouse délicatement posée sur ses genoux tremblants, Bellamy lui assénait des petites claques et le secouait doucement. Mais les yeux du petit garçon roulait déjà dans leur orbites alors que son corps devenait de plus en plus flasque et détendu. Il semblait à la rose que l'enveloppe charnelle de l'enfant mutait en une étrange flaque liquide et elle était incapable de le réveiller, incapable même de le sortir d'ici.... Et alors que la rose déployait tous les efforts du monde à maintenir Mouse dans un état de semi conscience, elle ne put empêcher ses larmes de couleur et de tomber, percutant la joue porcelaine du garçon.

-Eh.. Relèves-toi, à plusieurs, on va y arriver.

La rose leva la tête vers la voix qui l'interpellait : C'était une fille de quelques années de moins qu'elle, elle avait déjà croisée quelques fois dans la salle commune. Annie... Ou Ana, peut-être.

-Je ne bougerais pas, j'ai trop peu qu'il perde connaissance encore plus que ça. Je préfère le maintenir quelque peu réveillé...

Bellamy jeta un regard triste à Mouse quelques-instants, elle n'état pas médecin et doutait logiquement de si c'était la bonne chose à faire. Mais si elle ne suivrait pas son instinct, alors quelle route lui restait t'il ?

-Mais tu raison, merci. Lolita va t'aider. Articula Bellamy en pointant son soporifik avec le menton.

Lolita souleva par la pensée un grand fil de métal ce qui déblaya les plus petits blocs de béton, rendant plus accessibles les gros. Mais ça n'allait pas assez vite, même à trois ils n'étaient pas assez rapide. Devait t'elle abandonner Mouse pour les aider ? Pleine d'optimiste et de vigueur, la jeune mentalie fit un commentaire sur leurs cheveux colorés. Fixant quelques secondes une de ses mèches roses, la kalosienne ne répondit pas, réajustant son attention sur Mouse. Cette fille ne se rendait donc pas compte de l'urgence de la situation pour ainsi parler cheveux ? C'était en tout cas la confirmation que c'était bel et bien une mentali, elle aussi.

-Allez Mouse ! Reste avec moi ! Ca va allez !

Une étrange force clouait l'archéologue en herbe au petit garçon blessée, c'était comme si elle s'était retrouvé aimantée à sa détresse et il était hors de question qu'elle abandonne. Hors de question de revoir cette expression de terreur qui avait traversé le visage de la vielle dame lorsqu'elle était partie. D'autant plus que ses efforts pour garder le garçon à flots semblaient quelque peu porter leur fruits : Les yeux de Mouse papillonnaient alors que sa main serrait de plus en plus fortement Dust. Enhardie par ces quelques gestes, Bellamy approcha encore son visage de celui de l'enfant et lui chuchota d'autres paroles d'encouragement. De temps à autre, elle encourageait Lolita, la mentalie et son drôle de pokémon. Mais la peur enserrait toujours son coeur : c'était trop long. Beaucoup trop long.

Et puis, d'un coup d'un seul, un énorme bruit se fait entendre vers le ciel et en levant les yeux Bellamy la vit : une explosion de gaz au cinquième étage ! Des débris de verres volèrent  en tout sens et surtout d'autres morceaux de bétons. Des morceaux qui tombaient droit vers le petit groupe à une vitesse ahurissante.

"COUREZ !" Eu a peine le temps de crier Bellamy à ses compagnons sauveteurs en essayant une énième fois de tirer le corps fragile de Mouse.

Et par miracle, il n'y eut pas de splouch. A la place une grande barrière de lumière qui bloqua, éclata les morceaux de béton en de minuscules gravats. Et illuminé par cette attaque : un gigantesque oiseau de fer. Il ne fallut pas longtemps à Bellamy pour le reconnaitre et ses doutes furent vites dispersés par l'arrivée d'un Sabelette et d'un autre pokémon qu'elle n'avait jamais vu. Et surtout de Logan. Logan qui arriva en héros de film d'action. En d'autres circonstances, Bellamy l'aurait beaucoup plus mal reçu mais pas question de faire le fine bouche aujourd'hui. Un formidable coup d'échec se mit en place et Bellamy eut à peine le temps de se rendre compte de ce qu'il se passait qu'elle sentit le sol bouger sous elle et regarda, paniquée, Mouse qui s'enfonçait en terre. Sans trop comprendre ce qu'il se passait, la rose se laissa emportée par des mouvements de terre et de béton en se coupant l'épaule sur un cable de fer au passage. De son coté, sa starter, étrangement reboostée faisait tous les efforts du monde pour empêcher les blocs de béton de les écraser.

Et soudain tout devint calme. Et le sabelette sortit de terre, tirant avec ses toutes petites pattes, le corps de Mouse. Bellamy, surprise et apeurée, courut vers le garçon pour vérifier son état. Alors que Logan organisa une véritable opération de sauvetage et que Lolita se hata de vérifier si l'autre fille et son pokémon allaient bien.

C'est en prenant Mouse sur son dos, que la rose jeta enfin un regard au grand brun. Toujours dans l'excès. Quoi creuser une abime et faire passer le corps d'un enfant dans des tunnels pour le sauver. Il y quand même plus conventionnel comme méthode, non ! Non, mais quel taré...

"Merci !" Cria t'elle à ses deux camarades, puis désignant l'autre mentalie. "Je te laisse Lolita. Elle va t'aider si tu trouves d'autres victimes."

Quelque-peu surpris, le Tapir acquiesça et enroula sa trompe autour du poignet de la fille, prête à la suivre et à l'aider. Alors que sa dresseuse s'éloignait en courant, le dos vouté par le petit poids de Mouse.

Retournant rapidement à l'endroit où elle avait abandonnée la vielle dame, l'étudiante héla l'urgentiste en montrant de sa main gauche :  Mouse, toujours évanoui sur son dos.

"J'ai déjà une urgence ! Trouve toi un autre médecin !"

Voilà notre héroïne qui fronce les sourcils, songeant sérieusement à remettre ce type en place, mais en jetant un oeil sous la tente de fortune, Bellamy aperçut un Leveinard et l'urgentiste qui s'affairait à faire un massage cardiaque à une patiente.... A la vielle de tout à l'heure. C'est non sans lâcher quelques quelques sanglots et mots que je ne pourrais pas écrire ici que Bellamy reprit sa course, faisant demi tour et cherchant comme elle le pouvait quelqu'un qui aurait pu l'aider.

Et en courant en tout sens, zigzaguant entre la panique, la rose aperçut avec surprise Logan qui trainent avec difficulté un homme âgé. L'hélant mais ne recevant aucune réponse ;  Bellamy entreprit de le suivre. Mais quand elle arriva à son niveau, Logan tomba au sol, juste après ayant pratiquement jeté l'homme sur une élève que Bellamy ne connaissait que de réputation : Idalonaure ou un truc du genre. Une étudiante en médecine. Alors lui souriant de toutes ses dents Bellamy... Arrêta bien vite de sourire, la pauvre brune se retrouvait maintenant avec quatre patients sur les bras : une femme et une vieil homme ayant respectivement une jambe brulée et une autre surement cassée ; Logan évanoui au sol et Mouse ayant sans doute plusieurs fractures et lui aussi évanoui.

"-Attends..."

Bellamy attrapa un brancard et y déposa délicatement Mouse, avant de saisir l'homme âgé par les épaules, libérant la médecin de son poids et  aidant le vieillard à s'assoir sur un gros morceau de béton qui trainait par là.

-Ne vous occupez pas de moi... Ma jambe peut tenir, j'en ai vu des biens pires jeunes filles... Allez donc aider ces deux malheureux jeunes garçons !

Bellamy sourit face au courage du vieil homme et lui assura qu'elles réussiraient à s'occuper des quatre patients. Puis se retournant vers sa camarade et affichant un air plus grave :

-"Je suis pas médecin mais j'ai grandi dans un hôpital. J'ai pu observer quelques trucs et si tu me guides à l'oral je peux m'occuper de monsieur et madame pour te soulager un peu... C'est d'accord ?"

Sans vraiment attendre de réponse, Bellamy se saisit de son sac qui pendait sur son épaule gauche et en sortit une remarquable trouse de premiers secours, commençant à s'occuper des deux plus âgés. Elle s'interrompit quelques-instants avant de se re-retourner vers la rouge :

-"Ah et Ida, c'est ça ? S'il-te-plait soigne Logan et Mouse. T'es leur espoir." dit la rose d'une traite, les yeux encore rougis par ses larmes.




Résumé:
 


Dernière édition par Bellamy Wallace le Ven 21 Avr - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Alola
Âge : 13 ans
Niveau : 12
Jetons : 0
Points d'Expériences : 154

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Ven 21 Avr - 12:55

Intrigue #9

Il n'y a pas de fumée sans feu...

Mais Bellamy préférait rester auprès du petit garçon. Heureusement pour Ana, Logan vint l'aider. C'était un garçon un peu plus âgé qu'elle. Ils s'étaient rencontré à la bibliothèque pour finalement avoir fait un mini-spectacle de coordination. Enfin, ce n'est pas le sujet, Ana fut soulagée de le voir. Il l'aida à soulever certain blocs, la Soporifik les soulevait avec ses pouvoirs psychiques quand soudain, une explosion se produit au dessus d'eux. Ana écarquilla les yeux. Elle se jeta au sol, les mains sur le crâne, apeurée. Elle attend quelques secondes avant de se relever, ne comprenant pas. C'est alors qu'elle vit Speedy, l'Aimure de Logan, utilisé Abri pour les protéger. Ana se relève, déterminée, sans même voir que son jean était totalement déchiré aux genoux et qu'elle s'était blessée au niveau de ses lèvres. Elle revient près du plus gros bloc qui restait à enlever pour sauver le petit garçon. Elle chercha son Météno qui était toujours sous le bloc à essayer de le pousser. Après un dernier effort, le Sabelette de Logan réussit à sortir le petit. Soulagée, Ana rejoint la Menta qui la remercia avant de prendre le petit sur son dos.

« Je te laisse Lolita. Elle va t'aider si tu trouves d'autres victimes. » dit Bellamy à l'attention d'Ana.

La jeune fille acquiesça avant de faire un signe à Soporifik et Ulka et de se diriger autre part pour voir s'il n'y a pas d'autres blessés. La jeune fille était sous le choc, mais pour elle, s'était son devoir d'aider ses personnes. Même si elle avait terriblement mal au bras, qu'elle respirait de la poussière et des cendres, qu'elle avait le goût du sang dans la bouche, elle continuait. Elle se surprit elle même, jamais elle n'aurait pensé être aussi forte mentalement. L'Île de Poni était très calme, elle n'avait jamais été confronté à cette situation. Elle pensa à la doyenne de l'Île, Paulie, et son Bourrinos. Si elle me voyait, je suis sûre qu'elle serait fière de voir une native de son Île sauver des personnes. Pensa la jeune fille.

Soudain, un pokémon apparut devant la jeune fille. Il s'agissait d'un Griknot qui semblait vouloir amené Ana à un endroit bien précis. Il l'emmena dans un endroit où pas mal de débris était entassé. La jeune fille commença à escalader.

« Ulka, prend de la hauteur pour voir s'il y a quelqu'un. »

Le pokémon s'exécuta avant de pousser un petit cri et de se diriger vers un endroit qu'Ana ne voyait pas. Elle continua d'escalader avant de voir une jeune fille de l'académie avec une femme sous les décombres. Toujours accompagnée de Lolita la Soporifik et du Griknot, elle arriva à son niveau.

« Eh ! Je suppose que le Griknot est ton pokémon. » Elle observa un instant la femme et les débris sur elle. « Il va nous falloir encore de l'aide. Ulka, comme tu voles, tu iras plus vite. Trouves de l'aide, des pokémons disponibles, assez forts pour soulever tous ses débris ! »

Le Météno chromatique s'exécuta. Ana se tourna vers la Soporifik de Bellamy.

« Essayes d'enlever le maximum de débris avec tes pouvoirs. »

Ana se tourna vers la jeune fille qu'elle ne connaissait pas, lui sourit un instant avant de d'essayer d'enlever le maximum de pierres, de plaques. Elle espère sauver cette femme, encore vivante mais au point le plus faible.




HRP:
 


_________________



2 FAB 4 U
#99cc99



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6244-429-ana-carolina-gladio-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6246-ana-carolina-gladio-mentali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2419
Points d'Expériences : 597

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Ven 21 Avr - 13:58

Il n'y a pas de fumée sans feu...
rp commun


Marie grommela.

Quel était donc ce son désagréable qui retentissait dans ses oreilles ? Cela faisait quelques temps qu'il était là, ne pouvait-il donc pas cesser ? Se retournant une énième fois, la Mentali plaqua son oreiller sur sa tête dans l'espoir, vain, d'étouffer ce brouhaha incessant.

Elle eut ainsi besoin de quelques secondes pour pleinement comprendre ce qu'il se passait. La Générale Jackie. Elle ordonnait aux élèves de se rassembler en urgence.

Se levant péniblement, Marie regarda sa chambre, plongée dans le noir. Pourquoi donc avaient-ils besoin d'eux ? Ils ne pouvaient pas attendre qu'il fasse jour ? Ou alors il s'agissait d'une urgence ?... Hmm, c'était probablement le cas. Miséricorde. Pourquoi devait-elle tomber au milieu de la nuit ? Les urgences ne pouvaient-elles pas plutôt avoir lieu pendant les cours d'Ace ? Cela l'aurait arrangé, en tout cas.

Tranquillement, et en toute sérénité, Marie alla allumer sa chambre, plissant les yeux à cause de la lumière soudaine, et alla préparer ses affaires, conformément aux consignes dictées. Son sac, ses Pokéballs, son Capstick... Une fois tout ceci rassemblé, elle s'apprêta à sortir, mais remarqua qu'elle était encore en robe de chambre. Ce n'était pas la tenue idéale pour une situation d'urgence. Faisant demi-tour, elle la retira pour prendre à la place un simple jogging et un t-shirt, puis sortit, enfin.

Bien que se dirigeant d'abord calmement vers le point de rassemblement, elle fut forcée de presser le pas avec la présence des autres Mentali quittant les lieux. Bien que légèrement contrariée par ce réveil forcé, Marie décida de ne pas faire la renfrognée et obéit docilement, jugeant qu'il s'agissait là de la meilleure façon pour mettre fin à tout ceci calmement.

Autour d'elle, la plupart des élèves semblaient inquiètes, voir même carrément paniquées. Il n'y avait pourtant pas de quoi. C'était juste un réveil imprévu demandant à tout le monde de se rassembler en urgence...

… D'accord, tout de suite, ça paraissait avoir un peu plus d'ampleur, mais il fallait peut-être pas dramatiser. Visiblement, les seuls mouvements qui avaient actuellement lieu au sein de l'académie étaient celui des élèves quittant leurs dortoirs, donc il ne s'agissait pas d'une énième attaque d'une énième organisation criminelle sur l'établissement. De manière générale, s'il s'était passé quoi que ce soit dans l'académie, on leur aurait plutôt demandé de quitter les lieux plutôt que de s'y rassembler en plein centre, donc cela sous-entendait un problème extérieur ou n'étant pas encore arrivé. Donc ils n'étaient pas en danger immédiat. Donc il n'y avait pas de quoi paniquer.

Oui, c'était une belle preuve de pragmatisme. Cela ne pouvait pas faire bien de mal en cette soirée où tout le monde était dans un état de stress évident, non ?

Arrivant enfin dans le parc avec le reste des étudiants, Marie suivit la masse et se plaça, droite, en face de leurs professeurs tous réunis pour l'occasion. Ils avaient tous une expression grave sur le visage, et la curiosité de Marie en fut encore plus intriguée. Décidément, quelle était la cause de tout ceci ? Il s'était certainement déroulé quelque chose de vraiment très grave pour que le corps professoral soit autant affecté.

Lorsque tous les dortoirs furent enfin réunis, Mademoiselle Hortense s'avança, et annonça la triste nouvelle aux étudiants : il y avait eu deux attaques successives sur l'île. L'un sur le centre Pokémon de l'île, l'autre sur la succursale de Palladium placée sur Lansat. Marie arqua un sourcil. Ils n'avaient donc rien à voir avec tout ça, n'est-ce pas ? Elle eut un léger soupir de soulagement. Elle n'aurait pas à entendre les lamentations de ses camarades suite à un événement dramatique quelconque qu'ils auraient vécu, puisqu'ils allaient rester en dehors de tout ç-Ah, nan, on m'informe dans l'oreillette qu'ils allaient quand même se jeter dans la gueule du loup.

Croisant les bas, Marie écouta la professeure expliquer que la ville avait besoin d'eux, et qu'ils étaient appelés en urgence pour intervenir sur place. Maîtriser le feu, sortir les blessés et les soigner ? Hmm. C'était le genre de boulot que se devait d'effectuer un Ranger, non ?... Oui, complètement, c'était même ce pourquoi Marie était formée, en fait. Un petit peu trop classique comme situation, d'ailleurs... Ce qui n'était pas plus mal, en y réfléchissant. C'était un bon moyen de mettre en pratique ce qu'elle s'évertuait de mémoriser depuis qu'elle aspirait à ce métier. Car la théorie, c'était bien joli, mais il fallait bien passer à l'acte à un moment, non ?...

Nouveau soupir. Marie baissa la tête, et ferma les yeux.

Puis elle se redressa, et fronça les sourcils en une expression déterminée.

Elle irait.


D'un point de vue administratif, elle n'était âgée que de 15 ans. Elle partirait donc avec la deuxième vague. Ce n'était apparemment pas bien significatif, mais Marie vit quand même là une grande opportunité : les premiers feront face aux plus gros problèmes tandis que les derniers seront certainement soumis aux directives des gens déjà sur place. Cette position lui convenait donc.

Baissant la tête vers sa besace, elle regarda ses Pokéballs se trouvant à l'intérieur. Elle allait certainement avoir besoin de tous ses effectifs. Sauf de Stahl. Stahl ne lui servait jamais à rien, de toute façon. Mais elle saura très bien se servir du reste de son équipe. Du moins, elle l'espérait.

Ses expériences sur le terrain ne s'étaient pas toujours avérés très satisfaisantes, jusqu'à présent.

Elle se mit en rang. La première vague d'élève partit, et Marie prit la peine de réfléchir une fois de plus à tout cela. Elle avait encore la possibilité de se mettre à l'abri. Mais elle ne le ferait pas. Elle avait un devoir à accomplir. Elle était Ranger ! Elle se devait d'aller aider toutes ces personnes. Même si elle n'en avait pas spécialement envie. Mais bon, entre ça et se planquer dans un gymnase inconfortable où il était juste impossible de se rendormir, son choix était vite fait.

L'Alakazam réapparut.

Flash lumineux.

Et puis... Des flammes.

Il y avait vraiment BEAUCOUP de flammes. Des pompiers, des ambulanciers, et quelques policiers aussi. Et des cris. Tout autant que de flammes, visiblement. Des élèves sont déjà en train de s'activer et s'organisent. Certains sortent des élèves des décombres. D'autres les prennent en charge. Et quelques uns tentent de faire diminuer les flammes... Mais pas grand monde.

Pourtant, maîtriser les flammes lui semblaient être d'une importance primordiale. Sans ça, elles pourraient se propager, augmenter le nombre de blessés (voir pire), et également provoquer l'effondrement des édifices, ce qui serait juste catastrophique compte tenue de la situation.

Marie prit une profonde inspiration.

Elle allait agir.

Saisissant trois Pokéballs dans son sac, Marie fit appel à trois de ses compagnons forts utiles pour la situation. Soren, son Croâporal, apparut en une élégante figure-mais fit preuve de bien moins de fantaisie à la vue de toutes ces flammes. Sumia, sa Carmache, fit un pas en arrière en voyant l'ampleur de l'incendie, visiblement horrifiée par un tel spectacle. Et Sain, quant à lui... Eh bien... Il... Il...

Euh...

« -... Où est Sain ? »

***
Pendant ce temps, à l'académie

La nuit. L'obscurité. Les ténèbres. Tout ce qui entrave les honnêtes gens consumés par les maux de la vie sont dissimulés par cette noirceur trompeuse... Et attendent... Patiemment... Le moment de sévir à nouveau.

Mais heureusement pour eux...

… CANARD-MAN ETAIT LA !

Fièrement perché en haut du réfectoire, Sain contemplait les environs de l'académie avec son regard perçant. Il n'y voyait quedale, mais il était persuadé du contraire. Ses capacités de repérage l'aideraient à étouffer dans l’œuf la moindre source de malfaisance ! Car tel était son devoir de justicier : veiller tard chaque soir afin de traquer le mal jusqu'à son nid, et l'éradiquer à tout jamais. Tel était son rôle de justicier ailé. Un lourd sacrifice qu'il faisait pour tous ces braves gens, mais nécessaire à la pérennité de cette planète.

Il bailla.

« -... »

… Allez, il avait suffisamment sauvé de vie aujourd'hui ! Il était temps d'aller se reposer. S'il se surmenait inutilement, nul doute que même le grand, magnifique, et sublime Canard-Man finisse par plier sous le poids du labeur. Eh oui ! Je sais, cela vous étonne, mais tout le monde n'était pas infaillible. Même si Canard-Man était peut-être la créature touchant la perfection du plus près ! Il restait le fort et puissant allié ailé de la justice, après tout. Même si là, il avait besoin de dodoter.

Déployant ses ailes, il s'envola d'un bond, et traversa l'établissement jusqu'à rejoindre la chambre de sa dresseuse. Quelle ne serait pas son inquiétude si elle apprenait les risques qu'il prenait chaque nuit pour assurer sa protection ! Aussi se devait-il d'épargner des tracas inutiles à cette humaine bien trop attachée à lui, et revenir avant le matin incognito. D'ailleurs, voilà qu'il arrivait à sa demeure. Il allait pénétrer dans la chambre avec la discrétion d'un Zoroark et sa dresseuse se réveillera au matin avec la satisfaction d'avoir à ses côtés un si précieux partenaire...

*SBUNK*

… Ah, crotte, la fenêtre était fermée. Probablement un coup du vent d'un ennemi diabolique cherchant à mettre fin aux jours du plus grand des héros ! Se relevant, Sain, peu impressionné, bondit et, d'un mouvement digne, poussa la fenêtre pour s'engouffrer à l'intérieur de la pièce. Prenant la pose une fois au sol, il se retint de lâcher un cri pour embellir son arrivée déjà merveilleuse, et...

… Écarquilla les yeux en se rendant compte que la chambre était complètement vide.

***
à la succursale Palladium

Se tournant vers leur dresseuse, Soren et Sumia affichèrent une expression perplexe, avant de baisser la tête pour voir que la Pokéball du Couaneton était ouverte, mais vide.

Marie se frotta les yeux en comprenant qu'il avait probablement encore fait le mur et donc qu'il était resté à l'académie... Arceus, décidément, elle ne pouvait pas compter sur ce stupide canard. Toujours à n'en faire qu'à sa tête... Alors qu'il aurait pu enfin se montrer utile...

Mais bon, tant pis, elle allait faire sans. Avait-elle le choix, après tout ?

Se ressaisissant, elle pointa du doigt le bâtiment en proie aux flammes.

« -Soren, Surf, Sumia, Jet de Sable ! Travaillez conjointement pour réduire la progression des flammes ! Prenez garde, il y a très certainement des blessés ensevelis sous les gravas !  »

Hochant la tête, les deux Pokémon s'avancèrent vers les flammes, et commencèrent à assaillir de leurs capacités l'incendie. Consciente du fait que ses directives et observations étaient nécessaires à l'optimisation de la performance de ses Pokémon, Marie se rapprocha elle aussi du bâtiment, Capstick en main, et sentit tout le long de son corps une chaleur l'envahir.

Devant elle, les flammes ondulaient en un va-et-vient incessant, dansant au rythme d'un crépitement à la fois mélodieux et chaleureux.

Elle se tendit, et fronça les sourcils.

… Elle connaissait cette sensation.

HRP:
 

Récapitulatif des rôles:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« J'ose espérer que votre incompétence apparente ne soit que visuelle. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 12
Jetons : 6893
Points d'Expériences : 205

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Ven 21 Avr - 21:45




Fire burns brighter in the Dark
Une main se baladant sur la fourrure blanche de ma Rocabot et l'autre tenant un roman que je dévore depuis de nombreuses heures je m’efforce à ne pas fermer les yeux, il me reste à peine un chapitre à lire pour en voir la fin et ce n'est pas l'heure tardive -ou matinale selon certains- qui m'empêchera de savoir par quel moyen la jeune narratrice s'en est sortie... La pièce est plongée dans le noir et seule une lampe postée en équilibre sur le bord de mon lit permet la lecture du roman, aucun ne vient briser ma concentration face à l'entrée en scène -enfin- d'un élément perturbateur qui devrait changer tout le point de vue sur le rom-

- Tous les élèves sont attendus au point de rassemblement du parc IMMEDIATEMENT. Aucun retard, aucune absence ne sera tolérée. Enfilez n’importe quoi pour vous couvrir, emportez vos Pokémon et vos sacs et DESCENDEZ ICI TOUT DE SUITE ! CECI N’EST PAS UN EXERCICE. JE REPETE : CECI N’EST PAS UN EXERCICE !

Mes doigts se crispent sur la couverture du livre et je lève les yeux cherchant la source de ce bruit sans pouvoir évidemment la voir, je ne comprends le sens des paroles du Général Jackie que lorsque je vois mes colocataires se préparer précipitamment et sortir de la chambre en coup de vent. Émergeant enfin de mon état végétatif je réveille rapidement ma Rocabot et la rentre dans sa Pokéball la plaçant au côté des autres dans mon sac, je m'habille en vitesse et croise d'autres peu nombreux retardataires sur le chemin vers le parc et j'écoute leurs conversations pour essayer de savoir ce qu'il se passe, malheureusement même les Givralis que je croise ne savent rien de la situation. C'est Mademoiselle Hortense qui explique la situation plus que dramatique qui a lieu à quelques kilomètres de là, je décide immédiatement de me joindre aux groupes qui partent pour PALLADIUM et commence à réfléchir aux Pokémons qui vont pouvoir m'aider tandis que la première vague d'élèves se fait téléporter sur les lieux. Du coin de l’œil je remarque que cet idiot de Bêta Powell n'est pas parti avec les autres et je me dirige vers lieux prêt à l'obliger à me suivre quand je me révise soudain, après tout si Powell est trop faible pour aller aider les autre il ne vaut mieux pas l'emmener, il ne ferait que gêner là-bas.

« Les 14-15 ans préparez-vous à partir ! »

Reculant de quelques pas je vais chercher l'épaule de la première personne venue pour être sûr de bien partir avec eux, mon estomac se soulève alors qu'une lumière vive nous entoure et c'est avec la tête un peu tournante que je me retrouve sur les lieux de l'incendie. Directement je fais une légère vue d'ensemble du bâtiment dans ma tête, les flammes sont pour l'instant contenues par les Pompiers et les élèves arrivés avant nous mais si rien n'est fait elles atteindront les arbres et là ce n'est pas nous faibles adolescents et un groupe mineur de pompiers qui allons arriver à l'atteindre, il faut s'en occuper avant qu'il ne se propage encore plus. Sortant Saphir, Echo et Harmonie je laisse cependant ma starter dans sa Pokéball, à l'heure qu'il est je ne vois pas comment elle pourrait nous aider et je n'ai pas le temps de me questionner plus que cela.

« Saphir ma belle je suis désolé de te mettre devant une telle situation si tôt après ta capture mais je vais avoir besoin de toi, tu vois la zone tout autour de l'incendie ? Je voudrais que tu utilises Tomberoche tout autour de cette zone et que tu places des rochers, des morceaux de débris, tout ce que tu peux trouver au pied des arbres pour qu'au moins les étincelles qui s'en échappent du feu ne les touchent pas. »

L'action n'est peut-être pas très utile car elle n'éloigne pas le plus grand danger à savoir les flammes qui s'élèvent à plusieurs mètres mais au moins le feu ne s'étendra pas par le sol, il vaut mieux prévenir que guérir comme on dit. En parlant de guérir, je remarque du coin de l’œil deux jeunes filles s'affairant autour de malades et je me dirige vers elles suivit de mon Lépidonille et de ma Vivaldaim, en partant je lance un dernier signe d'encouragement à ma Rocabot et lui donne l'ordre de nous rejoindre quand elle aura finit. La première chose que je remarque quand j'arrive c'est un corps étalé que je ne reconnais que trop bien, qu'est-ce que cet idiot de Logan a encore fait pour se retrouver comme ça ? Je repère ensuite une femme avec une brûlure à la jambe et qui grimace de douleur mais qui semble néanmoins plus inquiète pour le petit garçon qu'il a à côté d'elle, en parlant de lui il semble être celui qui est en plus mauvais état, inconscient il a la moitié du corps dans un sale état et j'ai peur qu'il ne tienne plus très longtemps, un vieil homme regarde lui aussi le petit garçon avec des yeux alarmés de grand-père inquiet pour ses petits enfants, lui aussi c'est sa jambe qui est touchée.

« Harmonie utilises Aromathérapie sur la jambe de cette femme ça devrait bien réduire sa brûlure, Echo je veux que tu sortes de ton émerveillement face au feu, ce n'est pas une peinture et là on est dans une urgence, occupes-toi de la jambe de cet homme, utilises Sécrétion pour essayer de réduire le saignement. Idaliénor c'est bien ça ? Je m'occupe du jeune homme évanouit, vous devriez vous occuper du petit garçon je ne suis pas un professionnel mais j'ai l'impression que c'est lui qui est le plus en danger. Si vous avez besoin de quoi que ce soit vous pouvez me le demander. »

Sans savoir si elle m'a écouté ou non je me tourne ensuite vers la jeune fille aux cheveux roses qui s'occupe du vieil homme, elle n'a pas les gestes précis de la fille aux yeux bleus mais elle semble savoir ce qu'elle fait alors je lui confie mon Lépidonille.

« Monsieur est-ce que vous avez des problèmes cardiaques ? »

« Non mais... pourquoi cette question ? »

Je l'observe l'espace d'un instant, il a les traits tirés et s'empêche visiblement de crier depuis déjà un moment, fouillant dans mon sac j'en sors des cachets anti-douleurs et en glisse un dans la main de l'homme.

« Je n'ai pas d'eau à disposition alors il va falloir que vous arriviez à le prendre comme ça, c'est un anti-douleurs, je ne pourrait vous en donner qu'un seul alors ne l'utilisez qu'au pire des cas vous avez compris ? Il n'a d'effet que pendant une heure au grand maximum alors ne le gaspillez pas. »


Je me dirige ensuite vers la femme qu'Harmonie est en train de soigner, très délicatement je soulève la poche de glace pour voir où en est sa guérison et je constate avec soulagement que sa jambe n'a plus qu'une légère teinte rouge mais que les cloques ont disparues. Je serre la main de la femme pour l'encourager puis donne une légère caresse à ma Vivaldaim, sortant ensuite Sparky de sa Pokéball je lui demande d'aller me chercher en toute urgence une bouteille d'oxygène, la Zébibron ayant compris l'urgence de la situation reviens quelques minutes plus tard avec son trésor accrochée au dos sûrement grâce à un pompier et je prends rapidement le masque que je pose sur le visage de Logan. Il a sûrement dû foncer dans la fumée sans masque comme l'imbécile qu'il est et en a sûrement respirer trop sous le coup de l'effort, heureusement il n'en a pas respirer pendant une longue période et se met rapidement à tousser, je retire le masque quelques secondes le temps qu'une quinte de toux passe puis je le lui recolle sur le visage l'empêchant ensuite de l'enlever. Encore à moitié évanouit Logan semble cependant beaucoup moins blanc que tout à l'heure, je laisse le masque sur son visage et fait signe à la jeune fille aux cheveux roses de le surveiller tandis que je prends une vingtaine de masques dans ma main et les passe autour du cou de ma Zébibron, Logan n'est pas le seul idiot de cet académie et je suis prêt à parier que d'autres ont foncés là-dedans sans protection...    

« Sparky essaies de donner ces masques à ceux qui sont le plus prêt du feu, sois la plus rapide possible sinon nous risquons d'avoir d'autres cas comme celui de Logan... »


Hrp:
 

Récapitulatif des rôles:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5307-378-autant-que-savoir-douter-me-plait-peter-wellington-voltali#58040 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5388-peter-wellington-voltali#58044
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 613
Points d'Expériences : 382

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Sam 22 Avr - 0:30

Intrigue n°9
Il n'y a pas de fumée sans feu...

"Hein ?! Que.. quoi ?"


Quelle heure était-il ? 3H du matin ? Sérieusement ? Réveillé en sursaut par la puissante voix de Jackie, j'espérais qu'il avait une bonne raison de nous réveiller a une heure pareille. Il devait se passer quelque chose grave ou bien, on était le 1er avril et tout ça n'était qu'un poisson d'avril ! Ah non, le 1er avril est déjà passé depuis longtemps. Enfin, je suis à moitié endormie, ce n'est pas surprenant que je raconte n'importe quoi ! Les yeux à moitié fermé, j'enfilais mes vêtements puis rejoignis avec mon dortoir le point de rassemblement.


Tout le monde était présent, le personnel, les professeurs, les élèves... C'était la première fois que je voyais autant de monde regroupait dans un même endroit. Je reconnaissais quelques visages familiers, mais ce n'était pas le moment de se faire la bise. L'heure était grave, Mademoiselle Hortense prit la parole. Le centre pokémon de la ville avait été attaqué, un incendie s'était propagé, ainsi qu'une seconde attaque chez PALLADIUM. Nous avons été convoqués, afin d'aider sur place. Je n'en revenais pas, nous ? Aider ? Je ne sais pas, si j'en suis vraiment capable... Et puis pourquoi une attaque ? J'étais confus, je ne comprenais pas la situation, et comment tout cela avait bien pu se produire, mais je n'avais pas le temps de rêvasser.

La première vague était déjà partit, et la seconde devait se préparer à partir en enfer. Nous n'avions que notre imagination pour imaginer le désastre, mais dans quelques secondes nous allions découvrir avec l'horreur les dégats. L'atmosphère était tendue, je sentit le stress montait en moi. Je ressentais des tremblements au niveau de mes jambes. Du calme... Peut être était-ce le froid ? Non... J'avais peur de faire tout raté, comment je pouvais aider une fois arrivé la-bas...? Tout le monde avait l'air d'être déterminé à partir aider sur le terrain... Étais-je le seul a sentir battre mon coeur mille fois plus vite que d'habitude ?


En quelques secondes, nous fûme teleporter sur le terrain. Des personnes qui couraient dans tous les sens, la panique, des cris. Je ne savais plus quoi faire, j'étais perdu. Tout le monde aidé du mieux qu'il pouvait. Je rester immobile devant la scène, je n'arriver plus à réfléchir. Le feu brûlait tout sur son passage. J'essayais de faire avancer mes jambes, mais rien à faire, j'étais impuissant face à l'horreur qui se trouvait devant moi. J'avais peur. Peur de ne pas pouvoir aider, peur d'être impuissant face à ce désastre. Je me détestais, j'allais resté planté la ici, pendant que les autres risqués leur vie ? La peur m'envahissait a telle point que je restais pétrifié par ce qui m'entourer. Ce n'était peut-être qu'un simple cauchemar ? À prêt, tout ça paraissait invraisemblable qu'une telle chose puisse arriver, un rêve peut être un peu être trop réaliste ? J'avais beau essayer de me pincer, mais je ne rêvais pas. Je voulais échapper de cette réalité, m'enfuir loin d'ici, mais il était déjà trop tard. Je rester planter devant les locaux de PALLADIUM, impuissant devant la scène.



HRP:
 

Récapitulatif des rôles:
 

_________________
PHYL THE POWER ♦ ≈ Ta douleur d'hier est ta force d'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5221-370-hagawa-haru-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5233-hagawa-haru-phyllali
 Adulte Etudiante expérimentée
avatar
Adulte Etudiante expérimentée
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 834
Points d'Expériences : 166

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Sam 22 Avr - 15:49




Ilea était bien enroulée dans sa couette, au chaud dans son futon. Il était autour de 3 heures du matin, alors même pour quelqu’un qui dort peu comme elle, l’esprit est bien au pays des songes à l’heure actuelle. A ses côtés, Edelyne et Electre dorment dans les plis de sa couette. Aucun bruit ne planait dans l’appartement, si ce n’est les quelques respirations de la rousse. Tout allait bien en somme jusqu’à ce que des hurlements parviennent à la jeune femme. Elle ouvrit brusquement les yeux, sans toutefois comprendre ce qui arrivait. La seule chose qu’elle arrivait à discerner, c’est la voix de la propriétaire de l’immeuble à travers un mégaphone surement. Les paroles en revanche étaient encore incompréhensibles pour la rousse. Rapidement, Ilea sortit de son lit en petite nuisette et se dirigea à l’extérieur pour voir ce qu’il se passait. Cela ressemble presque au série où les étudiants sont réveillés par le chef de dortoir pour aller prendre le petit déjeuner. Sauf que là ce n’est pas le matin et elle n’est pas dans un internat.

Une fois dehors, elle remarqua rapidement que les autres adultes avaient aussi été réveillés par les cris et attendaient des réponses à tout ce bazar. La situation était assez inédite pour la jeune femme qui est un peu perdue. Elle ne sait pas trop comment réagir. Pour l’instant, elle constate que la propriétaire de son logement était au pied de l’immeuble avec un mégaphone. Une fois qu’elle eut l’attention de tout le monde, elle reprit son discours.

L’entreprise PALLADIUM a été attaqué et le bâtiment prend feu. Une autre attaque a eu lieu un peu plus tôt contre le centre pokemon. Les moyens sont trop limités. Je vous demande de vous rassembler pour venir en aide à la ville. Les élèves de la Pokemon Community ont également été déployés. Je compte sur votre soutien pour nous aider à sortir de ce cauchemar. Une fois tous rassemblés, je vous conduirais sur les lieux de l’incendie. Vite, ne perdez pas de temps !

Chacun se rua dans son appartement pour se changer et suivre les instructions de la proprio. Ilea suivit le mouvement de foule et alluma la grande lumière dans son appartement pour rassembler ses affaires et partir. Ses pokemons sont aussi agitées, incapable de comprendre la situation. A vrai dire, la jeune femme ne la comprend pas bien non plus. Elle sait qu’il y a eu des attaques, mais sera-t-elle capable d’être utile ? Elle n’en a pas la moindre idée. La seule chose qui compte pour l’instant c’est de quitter les lieux. La rousse enfila un jogging large noir, un débardeur blanc et une veste noire, des baskets puis quittèrent l’appartement avec ses pokemons dans leur pokeball. La jeune femme ne savait pas quoi faire. Elle était perdue. Pourtant, elle suivit le groupe dans la direction qu’indiquait la propriétaire. D’une pokeball, la petite femme sortit un Kaorine. Elle indiqua à l’ensemble de s’approcher de son pokemon, afin d’être téléporté sur les lieux. Ilea ferma les yeux.

Elle ne les rouvrit que une fois la transportation terminée. Quand elle le fit, elle constata avec effroi la situation. Ilea avait bien écouté les indications de tout à l’heure. Cependant, elle n’a pas eu assez d’imagination pour penser que c’est face à ça qu’elle partait. Un bâtiment en feu. Des élèves faisant de leur mieux pour aider. Quelques pompiers qui aidaient les gamins. Des ambulances pour accueillir les blessés. Une odeur de sang. Et peut-être même cette impression que la faucheuse planait au-dessus de leur tête.

La rousse eut un haut le cœur. Le groupe se dispersa très vite, la laissant seule avec ses peurs. En voyant les flammes crépiter à travers les murs, une masse de souvenir lui traverse l’esprit. Ses parents lui ont dit plusieurs fois pourquoi, même si ça lui semblait inutile, il fallait étudier la médecine. C’est pour sauver des vies, lui disait-on. Pour aider les gens. Elle savait que c’était un objectif noble. Pourtant elle n’avait jamais voulu le faire. C’était trop dur pour elle. Voir le malheur des gens de cette façon était insupportable à sa vue. Alors elle a refusé en bloc de le faire, laissant la place à d’autres.

Mais si aujourd’hui, elle avait fait ce qu’on lui avait demandé depuis sa naissance. SI au lieu de s’intéresser au handicap des enfants, elle s’était intéressée aux méthodes de soin. Si au lieu de cuisiner, elle avait appris des choses sur les pokemons. Si au lieu d’être une jeune femme sensible elle avait été courageuse. Les choses auraient surement été bien différentes. En une poignée de minutes, tous ses choix furent remis en question. Le brasier consumait petit à petit l’avenir qu’elle avait choisi.

Pourtant, ses jambes se mirent à marcher. Un pas après l’autre, elle s’enfonçait dans ce cauchemar. Elle passa à côté d’un groupe d’enfant qui cherchait à éteindre le feu grâce à des pokemons. Elle en croisa d’autres rassemblés autour d’ambulance pour aider les blessés. Ilea voyait cette horreur, et en tant qu’adulte responsable, elle devrait elle aussi agir avec détermination. Mais elle n’y arrive pas.

Ses pas s’enchainent et son visage blêmit de plus en plus. Pâle comme un cachet mais consciente de la situation, elle cherche quelque chose des yeux. Elle cherche de l’aide. Elle cherche une bouée de sauvetage. Bloquée dans sa bulle, la rousse n’entend même pas les cris autour d’elle de désespoir. Elle n’entend pas les jeunes crier pour essayer de s’organiser. Ses yeux vides continuent de chercher.

Son regard finit par s’arrêter sur une chevelure blanche. La demoiselle le reconnut. Il s’appelle Sven, et il habite aussi dans son immeuble. Pourtant, elle ne l’a pas vu dans la vague de tout à l’heure. Il est tout près des flammes, en train d’essayer d’aider les blessés. Il fallait les sortir de là, les aider à s’en sortir. Malgré son cœur remplit d’angoisse et tambourinant dans sa poitrine, elle s’approcha doucement de lui puis tapota sur son épaule jusqu’à ce qu’il se retourne. Une fois tourné vers elle, la rousse lui dit.

Dis-moi Sven. Dis-moi ce que je dois faire…



[Hrp : Résumé
- Ilea est réveillée par les hurlements de la proprio qui demandent à tous les adultes d'aller aider pour maîtriser l'incendie
- La rousse est perdue mais suit tout de même le mouvement
- Une fois là-bas, elle bugue complètement et se remet en question
- Elle va voir Sven pour lui demander de lui dire ce qu'elle doit faire, incapable de prendre la moindre initiative
[Intrigue] Il n'y a pas de fumée sans feu

©BBDragon

Recap des rôles:
 

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
avatar
Adulte Apprenti Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 19 ans
Niveau : 0
Jetons : 4974
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Sam 22 Avr - 18:20



Intrigue #9 - Il n'y a pas de fumée sans feu...

RP
COMMUN
␥   RP Commun
␥   Avril
␥   Soir de l'incendie, locaux de PALLADIUM
Une fumée noire et opaque se propageait par vagues, engloutissant les décombres et les vestiges de ce qui avait été PALLADIUM. Sven plaqua son mouchoir humide contre sa bouche pour se protéger des émanations toxiques. Il savait qu’il ne parviendrait pas à tenir très longtemps s’il restait aussi près. Malheureusement, il n’avait aucun Pokémon capable de dissiper le nuage. Il râla dans son mouchoir. Où diantre était passé Corwick ? Il connaissait cet idiot. Il savait qu’il était sûrement au plus près du danger, essayant de se la jouer chevalier des temps modernes. Impossible qu’il soit en retrait en train de soigner les blessés.

Le blanc fronça les sourcils. Pourquoi faisait-il tout ça pour un type qu’il ne respectait qu’à peine ? La réponse était évidente, même s’il essayait de la refouler. Au fond, il s’inquiétait pour Corwick. Il ne l’affectionnait pas particulièrement, mais ils passaient énormément de temps ensemble au travail. Peut-être qu’au final, il s’était un peu attaché à son patron. Sans qu’il n’y ait de quelconques sentiments ambigus dans leur relation, évidemment. Sven était incapable d’éprouver des sentiments amoureux pour qui que ce soit. Ça ne l’intéressait pas. Et il vivait très bien sans devoir s’en soucier.

(Ça, c’est ce que tu crois) ricana Furfur directement dans sa tête.

Oh tais-toi donc.

Fusillant son Nucléos du regard, Sven recula de quelques pas pour avoir une vue d’ensemble sur les dégâts. Le feu se propageait à une vitesse ahurissante - à croire que PALLADIUM avait construit ses murs en matériaux hautement inflammables - et la fumée obscurcissait son champ de vision. Il sentait que sa respiration se faisait plus sifflante et que ses poumons commençaient à s’irriter. Certaines personnes étaient en train d’essayer de maîtriser le feu, mais c’était encore trop tôt pour voir de réels résultats.

Comment s’était-il retrouvé dans cette situation, déjà ? Ah oui. Corwick avait piétiné son ego et l’avait traité d’égoïste. Et c’était ce même Corwick qu’il s’évertuait à aller récupérer par la peau des fesses pour lui éviter de se cramer les poils. Franchement. Ça méritait une promotion tout ça, non ?

(Oh allons, cesse donc de faire croire que c’est uniquement pour ça que tu vas le chercher), soupira d’exaspération son Nucléos.

Sven décida de l’ignorer. Comme d’habitude.

Sentant alors une petite main se poser sur son épaule, le blanc se retourna. Ses yeux picotaient désagréablement à cause de la fumée, mais le jeune Archéologue reconnut une de ses voisines qu’il avait rencontrée lors de la soirée du Nouvel An. Son cerveau moulina une fraction de secondes. Ilea Alezar. La fille qui faisait des pâtisseries. Qu’est-ce qu’elle foutait là ?

Il redressa la tête et essaya de voir si elle était avec quelqu’un. Mais non. Visiblement, elle s’était rendue seule à trois heures du matin sur les lieux de ce qui semblait être un bûcher géant. Allons Ilea, il y avait de meilleurs endroits pour se promener, tu ne crois pas ? Ne semblant pas trop comprendre les raisons de la présence de sa jeune voisine, le blanc retint un soupir lorsqu’elle lui demanda carrément ce qu’elle devait faire. Elle avait l’air totalement perdue. Un peu angoissée également ; qui ne le serait pas dans cette situation, après tout ? Ce qui plongeait encore plus Sven dans des abîmes de perplexité. Non. Clairement. Il ne savait pas pourquoi elle était dans les parages. Et surtout, cela l’agaçait.

Pourquoi toutes les personnes qu’il connaissait sur cette fichue île étaient stupides au point de se mettre volontairement en danger ? C’était à n’y rien comprendre.

- Qu’est-ce que tu fiches ici, Alezar ? ne put-il s’empêcher de lui demander ; peut-être un peu plus brusquement qu’il ne l’aurait voulu.

Ça l’énervait au plus haut point. Après Corwick, c’était au tour d’Ilea de rappliquer. Comment était-il censé se sortir de ce merdier si toutes les personnes qui déclenchaient en lui un instinct protecteur se mettaient à jouer à côté du feu ? Il se radoucit néanmoins en voyant les yeux paniqués de la jeune femme. Ne pas s’énerver Sven. Ne pas s’énerver.

(Sois gentil avec la demoiselle), l’avertit Furfur.

Mais ferme-là donc !

Doucement, le blanc attrapa sa voisine par le poignet et l’éloigna des flammes et de la fumée toxique. Déjà, c’était une bonne chose de faite. Il déchira ensuite un pan de sa tunique puis demanda à Agares de l’humidifier. Il la tendit alors à Ilea en se baissant à sa hauteur pour qu’elle le regarde dans les yeux.

- Déjà, plaque ça sur ta bouche pour te protéger des émanations toxiques. Dis-moi ensuite quels Pokémon tu as avec toi, et de quoi ils sont capables. Personnellement, je ne suis pas là pour aider, je viens seulement chercher quelqu’un. Il est grand, cheveux longs et bruns, yeux dorés, gueule de con. Si tu le vois, dis-le-moi ok ?

Le regard totalement perdu de la demoiselle le dissuada de la laisser plantée là. S’il la laissait seule, elle risquait de se blesser sans le faire exprès. Oh flûte alors. Après Corwick, voilà qu’un deuxième boulet traînait dans ses pattes ?! Il en avait clairement marre. Mais d’un côté, c’était parce qu’il tenait un minimum à eux qu’il ne pouvait pas les abandonner. Fichu cœur qui existait malgré tout !

D’un coup d’œil, il vit une tâche verte à quelques mètres d’eux. Faisant signe à Ilea de le suivre, le blanc s’approcha d’un gros bloc de béton et ses sourcils se froncèrent. En-dessous, coincé entre plusieurs décombres qui formaient comme une sorte de cage improvisée, un Méganium était allongé, les yeux fermés à cause de la douleur. Sven ne voyait pas vraiment la totalité de son corps, mais quelque chose lui disait que la patte du malheureux était écrasée. Quelques traces de brûlures étaient apparentes sur la partie supérieure de son corps et sur le haut de son crâne. Son instinct pris le dessus sur ses envies.

- Bon, je vais remettre ma chasse au Corwick à plus tard. Ilea, tu penses que tu peux m’aider avec celui-là ?

Il n’attendit pas sa réponse et se tourna vers ses propres Pokémon. Le Méganium, en les voyant approcher, commença à prendre peur et à se débattre en couinant.

- Tu as un Pokémon pour le calmer ? demanda-t-il à Ilea.

Il pouvait bien utiliser Agares, mais l’apparence de ce dernier risquait de paniquer le Méganium plus qu’autre chose. Il se souvenait vaguement qu’Ilea possédait un Togekiss. Ce dernier connaissait forcément des attaques pour apaiser les autres, non ? S’il parvenait à s’accorder la confiance du Pokémon blessé, ce serait déjà un bon pas pour le sortir de là. Il laissa la rouquine se charger de cette partie-là, contournant le bloc de béton pour essayer de trouver une prise. Ses mains palpèrent rapidement les gravats. Habitué à fouiller, le jeune Archéologue trouva rapidement un point névralgique. Il fit signe à Furfur et à Agares de s’approcher.

- On va essayer de soulever ça par ici. Furfur, utilise tes pouvoirs psychiques pour essayer de rendre les blocs plus légers. Agares, dégage les avec ta queue. Zep, est-ce que tu peux utiliser ton attaque Sécrétions pour sécuriser les gravats et éviter qu’ils ne retombent sur le Méganium ?

Ses Pokémon acquiescèrent et se mirent en position. Sven attrapa lui-même un des morceaux de béton pour assister ses Pokémon. Ensemble, ils soulevèrent un premier bloc, tandis que Zépar s’assurait qu’aucun débris ne retombe sur le blessé. Puis, ils basculèrent le second bloc sur un côté, dégageant ainsi la patte écrasée du Méganium. Essuyant la transpiration qui perlait sur son front, Sven leva ses yeux émeraude vers Ilea.

- Il est calmé ? Tu penses que ton Togékiss peut le transporter jusqu’aux brancards ?

HRP : Déroulement des évènements
- Sven est proche de l'incendie
- Il râle parce qu'Ilea vient de lui parler et qu'il doit donc s'occuper d'une autre personne
- Il lui donne un morceau de sa tunique humidifié pour qu'elle se protège des vapeurs toxiques
- Ensemble, ils viennent en aide à un Méganium coincé sous les décombres
- Pas de modification sur le récapitulatif des rôles

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5531-390-sven-seinfeld-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5573-svein-seinfeld-adulte
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 14 ans
Niveau : 11
Jetons : 2014
Points d'Expériences : 131

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 23 Avr - 0:41

Tout est noir autour de moi. Mes membres sont paralysés, tout comme mes émotions et mes sens. Je n'arrive qu'à percevoir une source de chaleur. Une chaleur réconfortante, accueillante, douce. Une chaleur provenant d'un feu de cheminée. De la cheminée de ma grand-mère. Un feu autour duquel je plaçais mes mains pour me réchauffer, un feu autour duquel je m'allongeais à même le sol pour dessiner. Un faible sourire illumine mon visage, et une larme perle sur ma joue, puis s'évapore en l'espace d'une seconde. Je cligne des yeux, et un faible souvenir d'une jeune fille me ressemblant, allongée près du feu, refait surface. Soudainement, je sens mon corps se détendre, se libérer. Puis petit à petit, j'ai chaud, très chaud. Ma vue se trouble, je commence à mourir de chaud, comme si je brûlais. Des flammes invisibles me caressent le corps en laissant de vifs brûlures extrêmement douloureuses. Je stress, j'ai peur, oui pour une fois dans ma vie, j'ai peur. Je tremble, je souffre, je brûle. Au loin, j'entends un cri étonnement puissant qui m'est quelque peu familier. Puis, le vide.

Je me réveille en sursaut, une goûte de sueur perlant sur mon front. Mon cœur bat à la chamade. Je ne comprend rien. Je suis encore sonnée, j'entends la voix de Jackie résonnée dans ma tête. J'angoisse, je tremble, je ne suis plus moi. Je commence à pleurer, sans même prendre conscience de la situation. Tout à coup, je prend une gifle plutôt violente de la part de Drago. Il me regarde avec des yeux transcendants, remplis de peur, mais aussi de détermination. Je ne comprend vraiment rien. Je souffle un bon coup, essuie mes larmes qui n'ont même pas lieu d'être, et tend l'oreille pour écouter Jackie. La situation est alarmante, j'entends dans le couloir des courses effrénées. Bon, ce n'est pas le bon moment pour se poser des questions, il faut simplement que je me rende au lieu de rassemblement. Je cours dans la salle de bain pour m'habiller avec ce qu'il me tombe sous la main, je prend un sac pour mettre dedans la pokeball de Candy, celle de Drago ainsi que le dessin de ma mère et ma peluche porte-bonheur. Tant pis pour les autres dessins et peluches, de toute façon il n'arrivera rien à l'académie, n'est-ce pas ? Déterminée je sors de ma chambre sans jeter un regard en arrière. Je ne me reconnais pas, jamais l'un de ces cauchemards ne m'a autant fait changer en l'espace de si peu de temps.

Deux attaques successives, deux incendies. Au Village des dragons, j'ai toujours vécu dans le calme et la sérénité. Et jusqu'à présent, jamais à l'académie je n'avais fais face à une telle situation. J'ai du mal à en croire mes oreilles, mais j'essaye malgré moi de rester calme, ce qu'il faut surtout c'est sauver les gens qui sont en danger là bas. Nous allons y aller en procédant par vague et je fais partis de la dernière. J'avoue que ça ne m'enchante pas vraiment, sachant que je suis déterminée plus que jamais ... Attendez, ce n'est pas moi ça. Je ne suis pas cette fille qui est stresser à cause de ça, je suis plus forte que ça moi ! Je n'ai peur de rien ! Je suis Aria Nightyblue quand même ! En fait, vous savez quoi, je déborde d'excitation à l'idée d'y aller. Ouais voilà c'est ça, je suis excitée ! Nan mais attends, genre moi j'ai peur quoi. Ces cauchemards me font vraiment faire n'importe quoi.
En voyant les gens autour de moi, ça me rappelle que j'ai complément oublié Ellen dans la chambre. Oh non c'est pas vrai, qu'est-ce que je peux être bête ! Je regarde dans la foule si elle est là et heureusement, je l'apercois au loin. J'aimerai bien aller la voir, mais Jackie nous a ordonné de rester en rang, et comme j'ai déjà goûté à ses remarques au cours de Pokéathlete je vais m'abstenir cette fois-ci. Attendant appatiemment mon tour, il est enfin temps pour nous de nous téléporter, qu'est-ce que j'ai hâte de jouer à l'héroïne !


Arrivée sur les lieux de ce qu'il reste de PALLADIUM, je regarde les flammes danser au milieu des décombres. Le bal de l'horreur bat son plein, sous mes yeux ébahies. Je ne m'attendais pas à ça, à mon avis, personne ne s'atttendait à ça. Je marche machinalement longeant les décombres, impuissantes. Et là, comme une lumière éclatante au bout d'un Sombre tunnel, je vois Calliope, aidant à soigner les blesser et avec elle un jeune homme blond qui aide à sortir les blessés. Non loin de ma grande sœur, je vois aussi un jeune homme sûrement évanoui sur le sol. Comme un robot je me dirige inconsciemment vers elle. Tel un zombie, je fais sortir Candy, mon fantominus, de sa pokeball et fais descendre Drago de mon épaule. Je les regarde avec des yeux vides et leur donne des instructions.

- Candy, Drago allez aider le jeune homme blond là bas. Toi Candy tu l'aides à trouver les blessés sous les décombres en passant à travers les débris, et toi Drago tu l'aides lui et ses pokemons à soulever les décombres pour sortir les gens. Allez-y, MAINTENANT !

Presque apeuré, Drago s'exécute rapidement. Candy elle, complètement peureuse cherche un endroit où se cacher, mais ne titubé pas et commence à paniquer en présence de tout ces gens et de ce désastre. Déjà qu'elle n'a pas confiance en elle, ça doit être horrible pour elle. Mais là, maintenant, je n'ai plus conscience de rien.

- J'AI DIS MAINTENANT !!!

Candy s'exécute, sans poser de questions, presque sonné. Mais qu'est-ce qu'il m'arrive ... Je continue de marcher vers Calliope, comme un corps sans âme. Une fois tout près d'elle, je m'arrête et pose mon petit sac bleu pâle à terre. Je me met à serrer très fort sa taille de mes petits bras, en collant ma joue sur son dos, une larme perlant au coin de l'œil.

- Grande sœur, j'ai peur ...

HRP:
 

Récap' des Rôles:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6014-415-petit-dragon-deviendra-grand-aria-nightyblue-finiiish-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6015-aria-nightyblue-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 664
Points d'Expériences : 1104

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 23 Avr - 15:03

Le 19 avril a été une très bonne journée, car c’est le jour où je suis allé à l’hôpital pour enlever mon plâtre. Les examens sont bons et il ne devrait y avoir aucun séquelle du moment que je suis sérieuse dans ma rééducation. Oui rééducation. Ce n’est pas parce que j’enlève le plâtre que je peux repartir courir dans les champs. Pas après une blessure comme celle-là… Du coup même sans plâtre et béquille je reste assez boitillante dans mes déplacements. Seulement niveau confort dans la vie courante, c’est quand même bien plus simple sans le plâtre ! Du coup quand je suis parti me couché, j’étais tellement bien… On peut même dire que je dormais comme un bébé. L’avantage en revanche, c’est que comme j’étais bien excitée avant d’aller dormir, je me suis réveillée avec un excès d’énergie. 20 Avril, 3h du matin et Jackie hurle déjà de bon matin alors qu’un mauvais pressentiment monte en moi. Cette journée-là s’annonce beaucoup moins bonne…

- Calua, on ne va pas en entraînement. Réveille-toi !

Ma colocataire n’a jamais été du matin, en tout cas pas du matin Pyroli. Du coup à chaque fois quand vient l’heure de l’entrainement, elle se lève un peu en mode automatique pour faire l’exercice demandé. Honnêtement je n’ai jamais compris comment elle faisait, mais vu ses capacités physiques de base et comment ça l’aide. Je ne me suis pas trop posé la question… Seulement là on ne va pas à l’entraînement et vu la tournure étrange que prenne les choses, il vaut mieux que mon amie est toutes ces capacités intellectuelles. S’étant déjà changée en tenue de sport, elle commence à émerger réellement tandis que je termine de rassembler les pokeballs dans chacun de nos sacs respectifs. Je lui envoie sa veste et pour ma part, se sera un grand T-shirt, un petit short et des sandales. Je ne suis pas frileuse du tout et il faut faire vite. Une fois nous deux prête, nous prenons la direction du parc, aussi vite que je peux étant toujours assez limité… Niveau pokemon, à part Pollo et Sam, tout le monde est rentré dans sa sphère. Ce n’est pas le moment de se disperser après tout. C’est ce que pensent probablement nos professeurs d’ailleurs, vu comment ils ont rassemblé tout le monde. Arrivée dans les derniers, je peux facilement voir que toute l’école doit bien être là, corps enseignant compris. J’ai vraiment un très mauvais pressentiment et quand j’entends de quoi il s’agit... J’avoue que c’est encore pire que ce que je croyais

- Pa…lla…dium ?

Palladium… Un nom qui est longtemps resté dans ma mémoire et que j’avais enfin commencé à oublier. … Non pas oublier, c’est impossible… Un nom que j’avais réussi à enfouir dans mes souvenirs. Pourtant le nom de cette entreprise est le meilleur moyen de me faire remémorer cette mission. Cette mission ou j’ai travaillé pour eux cet été… Cette mission ou j’ai failli perdre tellement de chose… Cette mission ou j’ai en fait perdu des choses quand j’y pense, car je n’en suis pas revenu la même que quand je suis parti. Venir à PC m’a changé, mais cette mission aussi aura marqué ma vie, tout ça étant parti d’un travail pour eux. Palladium…Je ne suis pas la seule d’ailleurs à mal réagir, car si moi je pali juste à entendre ce nom, Ginji lui vient de quitter la foule pour partir je ne sais où avec un air paniqué. J’avoue que voir ça me fait un pincement au cœur, mais juste quand je m’apprête à l’interpeler et le suivre, j’entends Calua et Pollo se disputer sur le fait de participer à cette opération. De quoi me faire pâlir un peu plus encore.

- Calua, tu restes à l’académie... Ce n’est pas une mission pour toi. Tes pokemons ne peuvent pas aider pour combattre un incendie et tu n’es pas médecin… Il y aura déjà beaucoup de monde sur place. Je préfèrerais que tu restes là pour garder mes pokemons. D’accord ? … S’il te plait…

Je ne veux pas que tu te mêles de cette histoire Callou… Cette histoire me donne vraiment un très mauvais pressentiment. Si tout ceci s’arrête à un « simple incendie » alors tout sera très bien, mais si jamais il y a plus… Je doute que quelque chose de grave puisse vraiment arriver au vu et su de tous. Si ça se trouve une fois l’incendie éteint, nous ne saurons jamais le pourquoi du comment. Seulement tant que je ne suis pas sûr… Non, même comme ça, je préfère qu’elle n’ait rien à voir avec cette histoire. Ca ne lui fait pas plaisir, à la magicienne, mais sous notre pression commune à moi et Pollo, elle n’a pas le choix de céder. Tiens, je te confie la sphère de Nours et Scale, ils n’ont pas la maturité pour cette affaire. Etoile est trop sensible… Davi non plus ne pourra pas aider et Kam voudra sûrement rester loin de cette histoire. Pink aussi, mais elle il vaut mieux que je la garde vu son caractère… Je vais aussi lui laisser Bang, son caractère est bien trop égoïste pour une mission aussi sensible… Enfin, je vais te laisser la sphère de Stok… Non pas parce qu’il ne pourrait pas m’aider, ni parce qu’il pourra t’aider à gérer mes autres pokemons s’ils font les difficiles contrairement à ce que je te dis. Si je te le confie, c’est pour qu’il veille sur toi, parce que comme à dit Mlle Hortense. Ici aussi, nous ne sommes pas réellement sûrs d’être en sécurité. Un dernier calin et quelques paroles rassurantes d’un côté, des encourageantes de l’autre et je me dirige non pas vers l’Alakazam d’Ace ou les vagues de départ s’organise, mais vers l’école. Si je dois me replonger dans une affaire Palladium, alors je me vois vraiment mal le faire sans lui après tout. Du coup c’est avec Sam en éclaireur que clopin clopant, je me lance à la « poursuite » du Voltali. Heureusement pour moi et pour ma patte folle, il n’aura pas été très très loin et le flair de mon starter combiné à une série de flash bien lumineux en pleine nuit très utile, j’ai pu arriver à temps pour assister à une scène à laquelle je n’aurais peut-être pas dû.

- Ginji…

Lui aussi cette mission l’a marqué, l’a affecté, l’a « traumatisé ». Il s’était passé tellement de chose en même temps durant cette période…Quand je l’entends en reparlé, les scènes défilent dans ma tête et un air peiné s’affiche sur mon visage. J’entends aussi des choses que je n’aurais probablement pas dû entendre sur le passé du garçon. Des choses que je n’aurais jamais devinées, étant donné le côté chaleureux et lumineux du Voltali. Des choses qui me rendent triste pour lui… Je croyais savoir, mais je n’avais pas réalisé à quel point l’amitié était important pour lui. A quel point la solitude lui faisait peur. Pendant un instant je songe à faire demi-tour et à le laisser là. Il en a déjà beaucoup fait après tout, étant toujours à fond à chaque fois que je le vois. Une soirée tranquille, une soirée où il est oublié et où il pourrait se reposer. Il l’aurait sûrement bien mérité, non ? … Haha… Qui je crois duper… Du repos ? On ne peut pas dire que le garçon est l’air d’humeur à se détendre… Seulement venir lui demander de l’aide risque de le faire plus paniquer qu’autre chose. Ai-je le droit de lui demander ça ? …

- Je ne sais pas pour les autres, mais moi en tout cas, je ne me moquerais certainement pas de toi pour avoir peur. Je doute que quiconque ici le fasse d’ailleurs. Je serais très mal placé pour le faire de toute façon…

Sorti de ma cachette, c’est avec un air triste que je m’avance vers le garçon. J’aurais aimé le laisser tranquille, mais je ne peux pas le laisser comme ça… Dans cet état… Combien de fois ai-je voulu abandonner la mission moi-même la dernière fois, à cause de la peur ? Pour pouvoir rentrer en sécurité à la maison avec mes pokemons, j’ai bien failli abandonner ces trois pauvres pokemons à l’époque. Quelque part j’ai bien aussi failli abandonner Brock, Laura et Lucy. D’une certaine manière, j’ai aussi failli abandonner Ginji et nos pokemons à ce moment-là, dans un des moments les plus critiques. J’ai vraiment failli le faire, il s’en est fallu de tellement peu… Quand j’y repense, on ne peut pas dire que je me sente fière de moi. Au final tout a bien fini pour le Voltali et moi, mais il s’en est fallu de tellement peu…

- Après cette mission je me suis jurée de ne plus jamais rien avoir à faire avec Paladium ou le désert de Rhodes. Même si les employés d’ici n’ont rien à voir avec ce qui se passe dans le désert, même s’ils n’y sont pour rien. Avec l’école qui se mobilise, je suppose que si toi et moi n’y allons pas, cela ne changera pas grand-chose… Mais…

Mais… Au final je n’ai pas pu m’empêcher de le sortir ce mais. *Sigh* moi qui parle peu, je ne pouvais pas me contenter de le rassurer ? Tout ce que j’ai dit est sincère après tout et je le pense vraiment. Je pourrais juste rester là et m’assoir à côté de lui. On pourrait regarder les étoiles, comme cette nuit dans le désert ou tout été encore parfait à ce moment-là.

- Il ne s’agit pas que de Palladium cette fois-ci. Il s’agit de Lansat. Il s’agit de notre maison… Les gens qui ont attaqué Palladium ce soir, n’ont pas hésité à mettre à feu aussi le centre pokemon. Pour faire cela, ce sont des gens sans aucun scrupule et un groupe de personne de ce genre qui en voudrait à Palladium, nous en connaissons un très bien. J’ai même envie de dire que nous sommes probablement les personnes , qui les connaissons les mieux de toute l’académie et peut-être même, de tout Lansat… J’ai… J’ai besoin de savoir si ce sont eux Ginji. J’ai besoin de savoir s’ils sont à Lansat… J’ai besoin de savoir si… notre maison est attaquée. Honnêtement tout ce que j’espère, c’est qu’une fois cet incendie maîtrisé, on entende plus jamais parler de cette histoire…

Plongeant ma main dans mon sac, j’en sors la sphère de Sky que je jette alors en arrière pour faire sortir le dragon. Les vagues de téléportation sont probablement déjà terminé depuis longtemps et si je veux aller sur place rapidement, je n’ai pas trente-six solutions. Prenant le cou de mon Dragon dans mes bras, je le serre fort alors que j’essaie de puiser dans son courage pour me donner de la force. Ce dernier me répond simplement en plaquant sa tête contre mon dos. Message clair, câlin accepté, je suis avec toi petite et c’est tout ce que j’ai besoin de savoir. Sam lui s’est déjà assis en tailleur et attends le décollage avec un air déterminé, me levant un pouce approbateur sur ma décision. Lui aussi est avec moi et même si je le savais déjà, ça fait du bien de le voir le réaffirmer. Même si l’école semble se douter de quelque chose et prendre toutes les mesures de sécurité possible, la majorité des élèves eux n’ont aucune idée de l’ampleur que cette histoire peut potentiellement prendre. La plupart seront probablement de nouveaux étudiants à peine arrivé et sont pour ainsi dire sans défense. Même si je suis loin d’être la plus forte, je veux être là-bas avec eux. Si je vais là-bas, ce n’est pas pour Palladium, c’est pour la PC.

- Tu ne devrais pas rester tout seul ici. Ceux qui ne sont pas allé aider à combattre l’incendie se sont réfugiés au gymnase. On peut te déposer si tu veux, mais si tu décides quand même de nous accompagner…

Il voudra probablement allez au gymnase j’imagine, mais j’ai encore ce petit espoir en moi qu’il prenne l’autre décision. Même si cet égoïste de ma part, j’aimerais pouvoir compter sur sa présence avec moi là-bas car même si nous aurons le célébrissime Ace S Creed ou la grande Générale Jackie pour veiller sur nous… Le dresseur qui m’a le plus impressionné en ce monde, celui que j’ai trouvé le plus cool... C’est le dos du garçon qui s’est dressé, seul avec ses pokemons, contre toute une bande de malfaiteurs pour nous protéger avec pour seule arme, son courage et les foudres du ciel. S’il vient, alors Sky pourra nous emmener tous ensemble et une fois de plus… Nous pourrons admirer un magnifique ciel étoilé à dos du dragon, avant d’une fois encore redescendre dans un enfer terrestre.


HRP :
- Stella se réveille donc et s’occupe de Calua l’endormie
- Elles vont au parc ensemble pour apprendre ce qui se passe
- Stella palît grave en entendant parler de Palladium et étant en fin de file après être arrivé dans les derniers, voit Ginji partir.
- Elle convainc Callua de ne pas participer et lui confie certains de ses pokemons, puis part chercher Ginji
- Blabla entre ship bande de curieux, z’avez qu’à lire pour ceux que ça intéresse sinon rien de pertinent sur l’intrigue.
- Elle sort son Drattak et se prépare à partir en vol vers l’immeuble, demandant si Ginji veut venir.

Le plus important ! Deux choses, Stella n’est donc pas encore rendu sur les lieux et arrivera en retard. Stella s’est fait retirer son plâtre la veille ! Elle n’est donc plus en béquille, mais n’a pas encore attaqué la rééducation, elle n’est donc pas très stable sur ses pattes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2904-stella-douglas
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 12
Niveau : 10
Jetons : 292
Points d'Expériences : 140

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 23 Avr - 17:37

  • Intrigue #9
  • Erika D'Eléos
Il n'y a pas de fumée sans feu...
Je dormais paisiblement dans mon lit, et allais bientôt rejoindre le royaume des doux rêves quand un cri assourdissant me fit quitter le paisible monde des rêves pour me retrouver dans la triste réalité. Quelle heure était-il ? 3H du matin ? C'était pour une occasion spéciale ? Je ne pouvais entendre que la voix assourdissante de Jackie qui nous convoquait sur-le-champ au point de rassemblement de l'école. J'aurais bien aimé dormir encore un peu, mais je suppose qu'ils ne nous laissaient pas le choix. Peut-être était-ce juste une grosse farce pour nous faire une surprise ? Quoi ? Il fallait bien espérer quelque chose de positif non ? Par contre, il était hors de question que je descende dans ma tenue de chambre ! J'avais une réputation à tenir, même si je ne pense pas que les gens en avaient quelque chose à faire. J'opté donc pour ma tenue décontractée, avec mes rubans porte-bonheur comme a mon habitude. Toute les givralis étaient regroupé dans le hall, certaines étaient paniqué, d'autre essayer de se rassurer. Je n'arriver pas à saisir la situation dehors, mais ça devait être grave pour que tout le monde s'agite dans tous les sens. La préfète essaya de rassurer comme elle pouvait les plus démunis avant de faire un dernier tour dans le dortoir avec une jeune fille. Vivement que tout ce chahut soit terminé pour qu'on aille toute se recoucher, j'ai un rêve qui m'attend moi !


Arrivé avec la plupart des givrali au point de rassemblement, tous les élèves étaient réunis y compris le personnel, les professeurs et la directrice. Nous allions enfin savoir la cause de ce rassemblement peut être était-ce pour élir la personne ayant le plus de goût dans cette académie ? Non ? Bon, on pouvait bien rêver un peu non... La situation était grave dehors, un centre pokémon avait été attaqué par un groupe d'individus ainsi que les locaux de PALLA...machin enfin ce n'est pas le plus important ! Lansat avait besoin de héros tels que moi.. enfin nous, je veux dire. C'était l'occasion rêvée de se montrer sur scène ! Sous prétexte que nous étions jeunes, les moins de 13 ans devaient partir en dernier ? Injuste. J'étais prêt à l'action, prête à en découdre contre mille ennemis ! Il ne fallait que quelques secondes avant que l'Alakazam d'Ace ait téléporter les deux premières vagues. Pour notre sécurité, nous étions encadrés par trois adultes blablabla pour notre sécurité, j'espérais juste qu'on ne me vole pas la vedette arrivait sur place. C'était l'occasion unique de devenir une véritable héroïne a Lansat et je ne laisserait passer cette chance sous aucun prétexte ! C'était enfin à notre tour d'arriver sur le champ de bataille, certains élèves été très stressé a l'idée d'aller sur le terrain, je ne sais pas si j'étais la seule excité à affronter le terrain !


Arriver sur le terrain, prêt à en découdre. Je découvris avec stupeur la scène de désastre autour de moi. C'était encore pire que je ne l'imaginais, des blessés par dizaines, les locaux détruits , le feu qui se propageait et engloutissait tout sur son passage. J'eus un léger frisson en découvrant la scène. En étais-je vraiment capable ? Après tout, je n'avais que douze ans, peut être fallait-il laisser faire les grandes personnes sur ce coup-là... Non, je ne devais pas me laisser abattre, j'avais choisi de venir ici. Je devais affronter l'enfer comme tout le monde, il était temps de montrer a tout le monde de quoi j'étais capable ! C'était trop tard pour revenir en arrière de toute façon, et puis j'avais bien dit que je voulais être une héroïne non ? Alors il était temps de le prouver. Je vis au loin une jeune fille aux cheveux blanc essayant d'éteindre les flammes sans plus attendre, je la rejoignis, pour l'aider a éteindre les flammes qui dévastait le batiment.


"La cavalerie arrive ! Gaïa, Aurore, Pépite j'ai besoin de vous !"

Aurore prête à en découdre, et Gaïa toujours aussi pot de colle, étaient prêt a recevoir mes ordres, ce feu ne fera plus long feu.... tous ensemble ! Aurore allait faire ses débuts dans l'équipe, je ne sais pas si elle était prête, j'aurais préféré d'ailleurs que se soit dans d'autre circonstance, mais on n'avait pas le choix !


"Gaïa utilise tourbi-sable ! Pépite utilise pouvoir antique !"


Le feu devrait s'affaiblir si on s'y mettait tous ensemble avec l'aide de ses pokémon et des miens, on devrait pouvoir venir à bout de se feu ! Chaque seconde comptait pour sauver autant de vie que possible ! Heureusement que j'avais opté pour une tenue décontractée, je me voyais mal éteindre en feu en robe... Quoi que si j'avais su, j'aurais choisi des couleurs assorties avec le feu... Enfin ce n'était pas le moment de discuter de simples détails, on avait un feu à éteindre !

HRP Résumé:
 

Récapitulatif des rôles:
 

_________________


Dernière édition par Erika D'Eléos le Jeu 27 Avr - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16 ans
Niveau : 65
Jetons : 11899
Points d'Expériences : 2085

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 23 Avr - 19:40




Intrigue #9 : Il n'y a pas de fumée sans feu...
RP Commun

Les flammes tournoyaient dans un ballet hypnotique et infernal. Le rougeoiement et le crépitement des danseuses se mêlaient pour lécher les installations de béton. Progressivement, elles avançaient vers le reste de la ville, faisant s’écrouler les murs porteurs et hurler les malheureux qui étaient pris au piège en dessous. Alban n’en revenait pas. Il avait l’impression d’être de retour presque un an plus tôt, lors de sa Mission pour PALLADIUM, à Rhodes. Il en revenait toujours à cette multinationale, n’est-ce pas ? A croire qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec eux. Impuissant, le châtain contempla le feu qui se propageait à vitesse ahurissante. Cette nuit-là également, il y avait eu un feu. Puis des cris. Puis Joyce qui l’attrapait par le bras pour le faire sortir de leur hôtel miteux, dans le but de s’enfuir le plus loin possible. Loin de la Team Ombre qui les pourchassait pour les dissuader de revenir se mêler de leurs affaires. Loin des Pokémon Obscurs qui continuaient de le hanter, la nuit. Loin de ces criminels qui avaient rendu Husk fou pour se venger de Ian et de ses recherches pour maîtriser l’agressivité des Obscurs. Il sentit sa gorge se serrer. Orren et lui s’étaient retrouvés face à quelque chose de beaucoup trop grand pour eux. De beaucoup plus dangereux. Ce n’était plus un jeu. Ce n’était pas un exercice du Général Jackie. Ce n’était pas non plus une excursion naïve dans le Quartier Général de la Team Rouage dans le but de sauver leurs amis. Arceus qu’ils avaient été stupides, ce jour-là. Alban avait toujours considéré qu’il avait eu de la chance de s’en sortir in extremis de toutes les situations pourries. Jusqu’à ce qu’il flirte une fois de trop avec le danger. La vie n’était pas un roman. La vie n’était pas un manga. Elle pouvait vous retomber dessus avec pertes et fracas. Ne joue pas trop près du feu, Alban.

Mais malgré tout, il était là encore une fois. Et il n’arrivait toujours pas à comprendre cette décision.

Comment les autres faisaient-ils pour être aussi sérieux, aussi dévoués, aussi confiants ? Il voyait leur visage, pourtant marqué par l’anxiété. Aurait-il été comme eux sans ce séjour à Rhodes ? Aurait-il continué à penser qu’il pouvait tout gérer comme un adulte, avant qu’on ne lui rappelle brusquement qu’il n’était qu’un enfant ? Il sentit tout son corps trembler et s’en voulut d’être aussi lâche. Mais il en voulait également aux autres de ne pas se rendre compte de la gravité de la situation. Et surtout à Maxine…

Maxine… Où était-elle ?

Perdu, il continuait de regarder autour de lui. Aucune trace d’elle. Il ne voyait que des élèves qui courraient et le dos de quelques adultes qu’il n’avait jamais vu. Avec la fumée, les flammes, l’agitation… Tout se mélangeait dans un tourbillon de couleurs psychédélique. Brusquement, il sentit qu’on le percutait. Il fit un pas en avant et se rattrapa maladroitement pour ne pas tomber.

- T’es dans le chemin ! Bouge ou va ailleurs, lui cria un garçon qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam.

Il bredouilla une excuse et se releva. Ouais. Il était dans le chemin. S’il restait là, il gênerait plus qu’autre chose. Et puis s’il retrouvait Maxine, peut-être le détesterait-elle d’être aussi faible ?

BAAAAM

Le bruit de la claque retentit brièvement, avant que son écho ne se perde dans le brouhaha ambiant. Sous le choc, Alban garda la tête tournée sur sa droite. Sa joue chauffait. Son incompréhension grandissait. Qu’est-ce que… Qui… ?

Il se retourna les yeux écarquillés et vit que Zéphyr était en vol stationnaire à hauteur de son visage. Son regard d’ordinaire si doux était brillant et déterminé. Alban porta sa main à sa joue par réflexe, et il comprit. Il comprit que son Goélise avait lutté bravement contre son attachement pour lui afin de le remettre dans le droit chemin. C’était la première fois qu’il se montrait ainsi. La première fois qu’il n’allait pas dans le sens de son dresseur. Alban avait dépassé les bornes… Il le savait…

A ses pieds, Auster regarda la scène d’un air interdit. D’ordinaire, il aurait défendu son dresseur contre les attaques. Mais cette fois-ci, l’attaque venait de l’intérieur. Et jamais il ne s’était opposé à Zéphyr par le passé. Jamais Zéphyr n’avait été si déçu et si remonté contre Alban.

Le châtain sentit ses yeux picoter, et il battit des paupières pour refouler ses larmes. Il se sentait honteux. Il se sentait indigne de lui-même. Et Zéphyr essayait de le lui faire comprendre. Alban voyait bien que son Pokémon luttait également. Il voyait le coin de son bec trembler, ses yeux douloureux, et son vol fébrile et affolé. Le message était clair : si tu ne t’en sens pas capable, rentre à l’académie. Mais ne sois pas là parce que tu as peur du regard des autres. Sois brave et assume ta décision d’être ici. Ou alors accepte les conséquences.

- …

Les mots moururent dans sa gorge et il fit ce qu’il savait faire le mieux ; parler avec son corps. Doucement, il s’approcha de Zéphyr et le prit dans ses bras. Il plaqua le haut de son visage contre le plumage blanc et chaud de son Pokémon, et se laissa aller à pleurer un bref instant. De rage. De frustration. De honte, également.

Il entendit un roucoulement piteux sortir de la gorge de son starter. Comme s’il essayait de le rassurer et de lui dire que tout irait bien. Ouais. Tout irait forcément bien, vu qu’Alban était bien entouré.

Il tapota sur les Pokéballs attachées à sa ceinture. Dans un rayon de lumière, plusieurs de ses Pokémon se matérialisèrent : Mistral, Zénith, Ether, et Barber. Pour le moment, il ferait avec ceux-là. Malgré son nom, Hélios risquait de se sentir faible face à un feu. Quant à Aura… Disons qu’elle était encore trop imprévisible pour une mission de cette envergure. Avoir son Pijako et son Dracaufeu avec lui le rassurait néanmoins. Pour la première fois depuis un bon bout de temps, il possédait une force de frappe non négligeable. Il ferma les yeux un instant pour réfléchir. Sa priorité restait évidemment de retrouver Maxine, mais il ne comptait pas ne rien faire pour le moment. Zéphyr le lui avait bien fait comprendre. Il n'était qu'un adolescent, certes. Mais il ne voulait pas être celui qui traîne dans les pattes des autres. Il n'avait pas l'habitude d'être le boulet dont on doit s'occuper.

- Ok. On va essayer d’éteindre le feu avec les autres. Zéphyr et Ether, vous allez utiliser vos attaques aquatiques. Pistolet à O, Vibraqua, Surf… Tout ce que vous voulez. Zénith et Barber, allez porter assistance à ceux qui dégagent les blessés. Zen’, étant donné que tu es résistant au Feu, aide-les à soulever les décombres, ok ? Barber, guide-le avec ta voix et tes yeux.

L’adrénaline faisait enfin son bout de chemin pour lui donner un coup de boost. Dans les situations désespérées, Alban avait toujours eu plus de facilités à réfléchir. Un peu plus confiant qu’au départ, le châtain regarda autour de lui et vit que bon nombre d’élèves semblaient embêtés. Il comprit brusquement pourquoi il y avait si peu de Pokémon Eau dans sa zone ; de là où il était, il se trouvait loin d’un point d’eau. Ce n’était peut-être pas le cas de l’autre côté du bâtiment, mais s’ils attendaient de maîtriser un côté avant de s’attaquer à l’autre, ce serait trop tard. Ils étaient trop handicapés par cette absence de point d’eau qui aurait permis d’appeler certains Pokémon qui ne pouvaient survivre en dehors.

Rapidement, Alban avisa une zone où il n’y avait personne. Il s’y dirigea en quelques enjambées, puis siffla ses Pokémon qui ne s’étaient pas encore éloignés de lui.

- Changement de plan rapide. Zénith, utilise Queue de Fer ici. Auster, utilise Tunnel. On va creuser un trou assez grand et le remplir d’eau pour permettre aux Pokémon de s’y installer. Ça nous fera un réservoir, également. Vous vous sentez capable de faire ça ? Je reviens, je vais aller chercher une lance à incendie…

Ses Pokémon acquiescèrent et le Pokéathlète les laissa le temps d’aller vers un pompier. Il lui expliqua rapidement le plan et ce dernier accepta de lui confier une lance pour quelques secondes. Lorsqu’il revint à son point de départ, il vit un énorme trou creusé par ses Pokémon. Pas la mare parfaite, mais ça ferait l’affaire faute de mieux. Remplissant rapidement le trou, Alban retourna vers le pompier et lui rendit son matériel. Il siffla ensuite Mistral.

- Mistral, mon grand. Plonge dedans et gorge tes ailes d’eau. On va faire comme un bombardier d’eau et arroser le feu par le dessus. Pendant ce temps, Zéph’, Ether, on s’en tient au plan.

Le trio commença alors le travail. Alban observa son Altaria plonger dans l’eau et ses ailes se gonflèrent. Comme un nuage de pluie. Il se permit même d’esquisser un petit sourire lorsqu’il vit que l’oiseau blanc remontait en chandelle, survolant le feu et secouant son corps pour l’arroser copieusement. De son côté, Zéphyr enchaînait les Vibraqua tandis qu’Ether lançait quelques attaques Surf en s’aidant de la mare dans laquelle il baignait.

Alban n’avait plus Barber et Zénith en vue, mais il savait qu’ils faisaient également un bon travail. Auster de son côté, avait commencé à enchaîner les Jets de Sable pour essayer de calmer les flammèches qui déferlaient vers eux. Bien. Ils avançaient petit à petit. Même si ce ne serait clairement pas suffisant.

Regardant autour de lui pour essayer de trouver d’autres coéquipiers, Alban se figea lorsqu’il entendit une petite voix fluette sur sa droite. Une fille brune de petite taille s’approcha d’une autre en déclamant que la cavalerie était arrivée et… Alban sentit son cœur rater un battement lorsqu’il reconnut Marie.

Courant vers sa petite sœur de cœur, il l’attrapa doucement par le poignet sans faire attention à la petite Givrali qui était à côté d’eux.

- Marie ?! Arceus merci, je t’ai retrouvée… Ne reste pas si proche du feu… Que… ça va ?

Il plongea son regard inquiet dans le sien. Marie était toujours aussi inexpressive, et il n’arrivait toujours pas à lire ses sentiments sur son visage. Il était donc incapable de savoir si elle était bouleversée, si elle était anxieuse, ou si toute cette situation lui paraissait normale. Dans le doute, mieux valait-il demander.

Il laissa échapper une quinte de toux. De là où ils étaient, ils se prenaient pas mal de fumées toxiques. Par chance, Alban vit débouler vers eux un Zébibron avec un stock de masques conséquent attaché autour du cou. Le Pokémon lâcha un petit hennissement, et Alban lui sourit pour le remercier. Il détacha trois masques. Il en passa un à Marie en lui faisant comprendre d’un regard qu’elle avait intérêt à le revêtir immédiatement, puis en tendit un à la petite brune.

- Mets-ça, tu seras moins gênée par la fumée. Je suis Alban… Tu es ?

Il n’attendit pas sa réponse et attrapa les deux filles par les bras pour les forcer à reculer lorsqu’une plaque de béton tomba non loin d’eux. L’infrastructure avait vraiment été fragilisée à cause de tout ça. Anxieux, Alban regarda le bâtiment brûler, en espérant que leurs efforts combinés seraient suffisant pour au moins permettre d’éteindre cet immense bûcher… Il vit alors le visage de Max dans son esprit, et déglutit avec difficulté.

- Je… Je cherche Maxine… Vous ne l’auriez pas vue quelque part ? demanda-t-il, la gorge sèche.

Il avait certes retrouvé Marie dans tout ce bazar, mais il ne savait pas où étaient ses autres amis. Et autant dire que ça le paniquait au plus haut point. Néanmoins, Zéphyr lui avait fait comprendre qu’il ne fallait pas qu’il se relâche à cause de ça. Et surtout, s’il était là… Il avait intérêt à se montrer utile et moins lâche qu’au début de la soirée.

HRP : Déroulement des évènements
- Alban est toujours paralysé par la peur
- Il se prend une claque de Zéphyr (Goélise chromatique) qui lui fait comprendre qu'il doit assumer ses choix
- Il décide de ne pas rentrer à l'académie et de se rendre plus utile
- Zénith (Dracaufeu) et Auster (Noctali) creusent un gros trou dans la terre meuble pour créer une mare improvisée afin que les Pokémon aquatiques qui ne peuvent pas survivre hors de l'eau puissent participer. (je pars du principe que du côté où est Alban, il n'y a pas de point d'eau) Ils remplissent la mare grâce à une lance incendie empruntée à un pompier. Elle est logiquement visible, donc ne tombez pas dedans !
- Ether (Ramoloss chromatique) et Zéphyr gravitent autour du feu pour tenter de l'éteindre grâce à des attaques Eau. Mistral (Altaria chromatique) plonge régulièrement dans la mare pour gonfler ses plumes d'eau et relarguer cette dernière à la façon d'un hélicoptère bombardier d'eau
- Zénith et Barber (Pijako) cherchent des blessés aux alentours du feu pour aider les élèves à les dégager des décombres. Si vous les croisez, vous pouvez dire qu'ils vous aident - du moment que vous respectez leur personnage. N'hésitez pas à me MP au besoin -
- Alban trouve finalement Erika et Marie
- Il récupère trois masques du Zébibron de Peter pour les filles et lui et leur demande si elles ont vu Maxine

Récapitulatif des rôles :
Sortir les blessés : Etna, Ana, Sven, Logan, Ellen, Ilea, Aria
Soigner les blessés  : Calliope, Idalienor, Rodrigue, Bellamy, Peter
Maîtriser l'incendie: Marie, Peter, Erika, Alban
Rien du tout : Ginji, Ariania, Haru

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 23 Avr - 21:10




 
There's a point where it tips, there's a point where it breaks. There's a point where it bends and a point we just can’t take Anymore. There's a line that we’ll cross and there’s no return ; There's a time and a place, no bridges left to burn anymore

intrigue #9 - il n'y a pas de fumée sans feu

Tes mains tremblent mais enfoncées dans tes poches, personne ne peut voir ta faiblesse. Tu adresse un sourire rassurant à cette fille de ton dortoir qui panique. Tu voudrais paniquer toi aussi. Tu paniques en réalité. C’est un capharnaüm immense à l’intérieur. Rien de pire que l’ignorance. Vous flottez toutes dans le vide sans savoir pourquoi l’académie est en état d’alerte. Tu lis sur les visages de tes aînées la peur d’une situation qu’elles connaissent, qu’elles ont déjà vécue. Tu te rappelles le jour de ton arrivée dans cette académie. Tu te rappelles la brume, le kidnapping. Tu te rappelles ta faiblesse ce jour là. Tu te rappelles la peur et les pleurs.

Que tu peux avoir peur.

Mais tu ne montres rien comme poussée par un devoir qui n’est pas vraiment le tien. Tu rassures comme tu peux tes camarades de dortoir. « Ne vous en faites pas les filles. On va bientôt avoir des informations. Tout va bien se passer. » Qu’ils sont vides de sens tes mots, Max. Tellement vides. Pourtant ils apportent sur les visages l’ombre d’un sourire et l’ombre d’un espoir. Tu fais partie des anciennes maintenant Max, alors on croit en tes mots et en attendant votre préfète, tu fais partit des quelques phares dans la nuit.

Pourtant, tu es morte de peur.

Il n’y a peut-être qu’Alex qui sait à quel point. Elle a tout vu Alex. Et Max a tout vu. La peur dans les regards, la peur dans les tremblements, la peur de l’inconnu, la peur de la perte, de la solitude. Les gestes précipités quand elles se sont habillées, quand elles ont saisit leurs pokeball. Elle ne savait pas trop ce que elle faisait mais avant de sortir de sa chambre, elle a prit le soin d’afficher un air serein. Mettre en confiance au maximum ses camarades. Rassurer d’un sourire, d’une main sur l’épaule. Et s’il te plaît, Calliope, dépêche toi. Quand elle sort enfin, elle sent que elles ne vont pas en apprendre plus, pourtant c’est calmement qu’elle s’adresse à elles et il n’y a pas d’hésitation dans ses gestes quand elle s’avance. C’est presque évident que elle sera celle qui accompagne Callie dans les couloirs effroyablement vides de toute présence humaine. Ça fait du bien, de s’isoler, de ne plus craindre de laisser ses mains trembler, de partager quelques secondes de répit avant de replonger dans son rôle d’ancienne. Elles confient leurs doutes et leurs craintes à ce silence. Elles confient la peur. Et avec une dernière pression de leurs mains, elles rejoignent le groupe principal et lentement, toutes les Givralis arrivèrent dans le gymnase.

Où sont-ils ?

Max se met sur la pointe des pieds, à la recherche de ceux qui lui sont si précieux. Tu es perdue dans la foule et tu ne distingues même plus les chevelures écarlates de Callie ou d’Alex. Rod n’est nulle part en vue, Ida non plus, elle ne voit même pas Alban. Personne. Elle est seule et ses poings tremblent et inconsciemment, Max se fait toute petite dans cette foule. Elle n’a jamais été très à l’aise dans les foules et cette pression, cette tension qu’elle ressent lui donne envie de pleurer. C’est Mademoiselle Hortense qui commence à leur expliquer ce qui se passe.

Et c’est le drame.

Max planque une main sur sa bouche. Elle panique. Le monde se fait flou. Que faire ? Elle n’a pas beaucoup de temps pour choisir. La sécurité du gymnase ou le danger de l’incendie ? Pourquoi chaque fois c’est pareil ? Pourquoi ne peut-on pas les laisser avec leurs préoccupations de simples adolescents ? Ne peut-on pas les laisser en paix ? Elle aurait voulu apprendre ces tragiques événements demain matin, dans les journaux, à la télévision. Elle ne veut pas être confrontée à cette terrible réalité. Elle ne veut pas.

Non. Non. Non.

« Laissez nous. » C’est qu’un murmure mais ses sanglots s’entendent. Elle se mord la lèvre pourtant. Elle essuie les quelques larmes pourtant. Elle n’a pas le temps de se lamenter. C’est comme ça. Elle rejoint la deuxième vague. 16 ans. Elle rejoindra les élèves plus âgés avec ceux de son âge et quelque part elle espère que ça leur donnera le temps de préparer le terrain pour les plus jeunes. Ils vont voir l’horreur ce soir. Ce sont des enfants et on les envoie à la guerre. Max ravale la boule qui lui était monté à la gorge. Un incendie. Elle peut se montrer utile. Déjà, alors qu’elle se place dans le cercle de téléportation, ses mains attrapent les pokeballs de ses types eau. Apa bien sûr, Apsy également. Elle hésite un moment avant de récupérer celle de Smaug, Rae et Naor. Le reste de son équipe restera à l’abri dans leurs pokeballs. Elle ne veut pas mettre en danger son équipe plus que ce qu’elle fait déjà en acceptant de se rendre sur un champ de bataille. Pas le temps de penser plus, elle sent l’étrange sensation de la téléportation l’amener au loin.

Une inspiration.

Elle n’aura pas dû. La première chose qui la frappe, c’est l’odeur. Fumée, feu, poussière. Le mélange est horrible et elle est certaine qu’il n’y a pas que l’odeur des bâtiments brûlés. Sous tous les débris face à eux, il y a des personnes. Des jeunes, des vieux, des scientifiques, des agents d’entretien. Peu importe qui ils sont, peu importe où ils vont, ils ne méritent pas de mourir ce soir. Personne ne mérite de mourir suite à un attentat. Alors Max prend sur elle et immédiatement, suit Heartnett qui adresse de grands signes de la main aux élèves ayant les moyens de maîtrisé le feu. Max relâche ses pokemons et leur donne leurs instructions avec une voix mi-brisée, mi-déterminée. « Rae, Naor, vous assurez la protection du groupe. Smaug, tu t’occupes de rechercher les blessés dans les zones brûlés pour savoir si on peut y aller à pleine puissance ou non, Apsy, Apa, vous gérez le feu. »

Elle enroule un foulard, elle en a toujours un dans sa besace, autour de son nez. Maigre protection face au feu, mais déjà les rumeurs d’évanouissement à cause de la fumée et des gaz remontent jusqu’à eux. Rapidement, les élèves de l’académie semblent s’organiser. C’est presque triste. C’est des enfants et pourtant, ils gèrent si bien cette situation de stress. Oh, bien sur, on voit dans leurs regards la peur. On ressent leur crainte et leur envie de fuir. Pourtant tous ceux qui sont là se battent et affrontent les flammes comme leurs peurs. Max s’avance et avec cette énergie propre à l’adrénaline, affronte à son tour les langues de feu qui frôlent de parfois trop près son corps.

Elle est morte de peur. Pour son équipe au front qui détruit méthodiquement l’incendie, pour ses amis introuvables, pour tous les élèves de l’académie, pour les gens pris dans les flammes. Pour elle même. Pourtant, Max n’est plus aussi lâche. Peut-être que c’est grâce à cette peur, peut-être que c’est parce que si elle réussit à stopper l’incendie plus personne ne sera en danger, peut-être que c’est parce qu’elle veut les protéger qu’elle trouve en elle la force de se battre face à cet ennemi invisible. Peut-être. Elle n’en sait rien et elle ne veut pas savoir au final. Max ne sait qu’une seule chose. Elle doit se battre. Elle a fait son choix et elle est sur le terrain. Elle se battra, jusqu’à ce qu’on lui dise d’arrêter. Pourtant ses yeux se remplissent de larmes, de cette eau qu’elle ne peut pas se permettre de perdre. Elle est toute seule. Elle est seule, entourée d’inconnu et elle a aucune idée de l’état de ses amis.

C’est peut-être ça le pire. Elle ne sait rien.


HRP :
- Max cherche à rassurer les Givrali puis fait le tour des chambres avec Calliope.
- Max panique dans le gymnase et cherche ses amis.
- Elle décide de se joindre à la deuxième vague et de prendre sur elle.
- Elle fait partit du groupe éteindre le feu, et se tient proche d'Heartnett avec Apsy (Hypotrempe) et Apa (Mateloutre) qui gèrent les attaques eau. Naor (Draby) qui gère la sécurité de la demoiselle, Rae (Togetic) qui gère plus ou moins le moral des troupes et Smaug (Caninos) qui s'occupe de chercher les blessés pour ne pas envoyer d'hydrocanon dans la figure des victimes. Max crie régulièrement des infos sur la position des blessés mais n'ira pas les sauver elle même.
- Elle continue à chercher du regard ses amis.

Récapitulatif des rôles :
Sortir les blessés : Etna, Ana, Sven, Logan, Ellen, Ilea, Aria
Soigner les blessés  : Calliope, Idalienor, Rodrigue, Bellamy, Peter
Maîtriser l'incendie: Marie, Peter, Erika, Alban, Max
Rien du tout : Ginji, Ariania, Haru

_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   

Revenir en haut Aller en bas
[Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village Portuaire :: Autres Lieux Importants :: Lieu Mystère-