Partagez | .
[Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
avatar
Adulte Apprenti Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 19 ans
Niveau : 0
Jetons : 4974
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Sam 20 Mai - 15:20



Intrigue #9 - Il n'y a pas de fumée sans feu...

RP
COMMUN
␥   RP Commun
␥   Avril
␥   Soir de l'incendie, locaux de PALLADIUM
Sven essayait de coordonner les opérations en laissant Furfur descendre l’enfant du balcon. A cette distance, les pouvoirs psychiques de son Nucléos étaient toujours effectifs. Et, par chance, il s’agissait d’un sujet humain à sauver, et non pas d’un objet. Furfur avait toujours été diablement efficace pour contrôler psychiquement ce qui était « vivant ». Il aurait eu plus de mal si ça avait été un objet, mais là… Sven était plus ou moins persuadé qu’il pourrait effectuer le sauvetage seul. Néanmoins, il préférait ne pas prendre de risque et demander l’aide d’Ilea là-dessus. D’autant plus qu’elle avait l’air d’avoir besoin d’aider, pensait-il. En tout cas, c’était ce que l’Archéologue avait compris lors de leur conversation de plus tôt. Chassant néanmoins toutes ces pensées parasites de son esprit, le blanc demanda mentalement à Furfur de relâcher un peu la pression psychique lorsque l’enfant se posa sur le dos de la Togekiss. Il laissa à peine assez d’énergie pour éviter que le petit ne bascule d’un côté ou de l’autre, en s’agitant trop. Le garçon, tétanisé, ne pensa cependant même pas à bouger d’un pouce. Cramponné sur le dos blanc et doux du Togekiss, il put enfin toucher le sol et fut secouru par d’autres personnes qui étaient arrivées entre temps.

Avec un signe de tête respectueux, Sven s’inclina légèrement pour remercier les soigneurs de s’occuper du petit. Il se tourna ensuite vers la gamine qui était perchée dans l’arbre et qui venait enfin de descendre. Elle s’approcha timidement vers eux et baragouina quelque chose qu’il ne comprit pas. Puis, elle les remercia nerveusement et s’enfuit, sans leur laisser le temps de dire quoi que ce soit. Sven lâcha un soupir, un peu blasé. Lorsqu’il lui avait demandé ce que les gosses faisaient là, elle avait marmonné un truc par rapport aux enfants piégés dans PALLADIUM. Visiblement, elle avait mal compris la question du blanc. Bah. Ce n’était pas comme si c’était forcément important. Il apprendrait probablement la raison de la présence de tous ces mômes dans le journal du lendemain. Il voyait déjà les gros titres « une excursion nocturne de l’académie Lansat qui tourne au cauchemar » « un élève a trébuché sur son Salamèche et a mis feu aux locaux de la multinationale PALLADIUM ». Mouais. Pas super crédible.

N’ayant plus rien à faire là, il s’approcha d’Ilea pour voir ce qu’ils allaient faire ensuite. Il avait bien envie de tout plaquer pour aller chercher Corwick, mais il ne pouvait pas vraiment s’enfuir si Ilea le collait en espérant qu’ils allaient continuer d’aider les autres. C’était un connard, mais tout de même… Il y avait des limites… Il écouta donc distraitement ce que sa voisine lui disait, tout en continuant de surveiller les alentours, lorsque la voix de la rouquine se brisa.

Par instinct, il se tourna vers la jeune fille et la pâleur de son visage l’inquiéta immédiatement. Il se précipita vers elle, tandis qu’elle plaquait ses mains sur ses oreilles.

- Alezar ?! appela-t-il, en posant une main contre le dos de la demoiselle pour essayer de comprendre ce qui n’allait pas.

Elle avait le teint livide et tremblait de tout son corps. Elle semblait ne plus se rendre compte de sa présence. Comment était-ce possible ? Un feu ne faisait pas cet effet-là, non ? Il aurait peut-être compris dans l’œil d’une tornade, mais là… Les émanations toxiques étaient le plus grand danger, et Sven était à peu près certain que leurs masques les protégeait.

- Alezar, tu m’entends ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Où as-tu mal ?!

Il la regarda se plier limite en deux et baragouiner des paroles incompréhensibles. Il parvint tout de même à saisir quelques bribes, sans comprendre pourquoi elle avait cette réaction maintenant. Enfin… Ils venaient de faire une action positive, non ? Elle aurait dû avoir ce genre de comportement avant, mais pas après !

(On dirait une crise de panique) souffla Furfur, dans son esprit.

Sven leva un regard brillant vers lui.

(Pourquoi maintenant ? Il n’y a eu aucun signe déclencheur, non ?)
(Je n’en sais rien. C’est pas moi le spécialiste des traumatismes…)

Traumatismes… ? Sven jeta un regard à Ilea. Ouais. Comme Furfur le disait, il y avait peut-être une raison plus en amont à chercher. Mais du moment qu’elle ne lui répondait pas, il ne pouvait pas vraiment l’aider…

(Ah oui, tu crois ?) se moqua Furfur.

Il fit un signe à Sven et lui désigna d’un signe de tête, le bracelet argenté au poignet de la rouquine. Sven se souvint brièvement qu’il avait vu assez souvent ce bijou sur Ilea. Peut-être quelque chose dont elle ne se séparait jamais ? Il réfléchit à peine une demie seconde, avant d’attraper la main de la jeune fille.

- Bon je ne sais pas si tu m’entends Alezar, mais je vais tenter un truc. Ne m’en veux pas, OK ? C’est pour ton bien !

Il se concentra ensuite et posa sa main sur le bracelet. Il ferma les yeux et aussitôt, il ressentit le picotement habituel qui indiquait qu’il était en train de se connecter à un objet chargé d’histoire. Sous ses paupières, il vit des scènes qui n’appartenaient pas à son propre passé se dessiner. Il y vit Ilea, probablement plus jeune, en train de discuter avec sa mère. A moins que « se disputer » aurait été plus exact. Il ne pouvait néanmoins pas savoir, sans sons. Il ne pouvait qu’interpréter en fonction des images qu’il pouvait voir et des paroles qu’il devinait sur les lèvres des protagonistes. Il voyait une femme qui semblait être la mère d’Ilea, en train de lui crier dessus. Elle brandissait un livre et des papiers d’inscription pour une école de médecine. Elle semblait dire à sa fille que la médecine était plus importante que tout. Tandis qu’Ilea avait l’air de répondre qu’elle ne voulait pas faire ça et qu’elle préférait…

Le flash s’interrompit là. Il se tourna vers Furfur. Ok. Mais les éléments ne lui permettaient pas de comprendre plus la situation. A moins que…

Agares, à côté d’eux, agita sa longue queue reptilienne et se mit à luire d’une aura rose vive. Aussitôt, une vague d’énergie sortit de son corps et vint frapper Ilea et Sven. Ce dernier se sentit brusquement plus apaisé ; moins anxieux. Il eut un instant l’impression que ses soucis s’étaient envolés. C’était la toute première fois qu’Agares faisait ça.

(C’est une des capacités de Milobellus. Lorsque les cœurs sont meurtris et ressentent des émotions négatives trop fortes, il libère une énergie permettait d’apaiser les tensions. Il a dû sentir celle d’Ilea. Il me dit qu’elle est particulièrement puissante… C’est comme… de la culpabilité.)

Culpabilité…

Et là, la vérité frappa Sven. Les pièces du puzzle s’emboîtaient. Tous les éléments permettaient de reconstruire quelque chose. Se plaçant donc de force devant Ilea, il lui attrapa les deux mains et les dégagea de ses oreilles. Il se mit à sa hauteur pour que leurs yeux se rencontrent, et il s’approcha d’elle. Même si la vague d’apaisement d’Agares avait dû la frapper, elle était sans doute encore sous le choc. Il fallait qu’il fasse quelque chose…

- Alezar. Je comprends ce que tu ressens. Je comprends que tu te sentes coupable de ne pas avoir fait médecine et que tu te sentes impuissante, ici. Mais on l’est tous. Et malgré tout, on fait de notre mieux pour sauver et aider les autres. Alors arrête de te morfondre. Tu es seule décisionnaire de ton futur ; tu n’as pas à exercer un métier forcément utile pour le plus grand nombre. Du moment que tu fais quelque chose que TU aimes. Il sera utile pour d’autres, dans d’autres circonstances. Alors lève la tête et arrête de te morfondre. En restant comme ça, tu ne feras rien avancer et tu n’aideras personne.

Il vit Furfur flotter derrière la tête de la rousse. Le Pokémon n’avait pas vraiment d’expressions faciales, mais Sven aurait juré discerner comme un sourire…

HRP : Déroulement des évènements
- Sven et Ilea sauvent un petit garçon
- Makoto les remercie mais s'enfuit aussitôt, ce qui ne laisse pas le temps à Sven d'intervenir
- Lorsqu'Ilea fait sa crise de panique, Sven touche son bracelet pour déclencher son pouvoir
- Il arrive à comprendre le problème et essaye d'aider Ilea
- Son Milobellus a libéré une vague d'apaisement autour d'eux (cf description Pokédex de Milobellus). Si vous vous trouvez à proximité (zone proche d'un balcon de PALLADIUM), vous pouvez dire qu'elle vous a touché également
- Pas de modification sur le récapitulatif des rôles

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5531-390-sven-seinfeld-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5573-svein-seinfeld-adulte
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Johto
Âge : 16
Niveau : 36
Jetons : 5374
Points d'Expériences : 829

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 21 Mai - 12:21

Pour Paul qui avait passé sa soirée à étudier, la nuit venait à peine de commencer lorsque l'alarmante et sévère voix de Jackie le tira de ses rêves. Sans une ni deux, il se retrouva à réaliser un salut militaire au général qu'il imaginait juste devant lui. Ses yeux ne s'étaient pas encore ouverts et une petite bulle gonflait toujours sur le bout de son nez, la bouche entrebâillée. Puis doucement, sa main retomba sur l'oreiller, venant frapper au passage le bout du museau de Crocrodil. Ce dernier ne semblait pas être plus perturbé que cela par l'annonce du général. Néanmoins, il renifla plusieurs fois avant de se gratter le nez lorsqu'il sentit la main de son dresseur venir le chatouiller. Les deux compères se tournèrent alors dos à dos de concert, juste avant que la voix de Jackie ne retentissent à nouveau et tels deux répliques exactes d'un même être, bondirent à pieds joints de leur lit.

-Tu as entendu Crocrodil ?

Le Pokémon répondit par l'affirmative, cherchant encore le général dans la pièce. Bien heureusement pour eux, elle n'était pas là, mais à un point de rassemblement au sein du parc de l'établissement. Un endroit étant facile d'accès pour l'ensemble des dortoirs ou tout autre personne se promenant sur le campus. Le message était clair, il y avait urgence. Jetant son pyjama en vrac sur le lit, Paul se précipita sur sa petit part de l'armoire, y prenant le premier t-shirt qui venait ainsi que le premier jean. Ce n'était pas dans son habitude d'être coquet et il ne risquait pas de commencer lors d'une urgence. Tandis qu'il s'habillait en quatrième vitesse, prenant le temps d'un coup de déo, Crocrodil rassemblait ses affaires dans son sac. Le strict nécessaire en terme de matériel, ses pokéballs et quelques friandises que le type Eau pourrait déguster en chemin. Bref, rien d'anormal. Cependant, le starter se posait quand même une question. Ce à quoi, Paul s'empressa de répondre.

-Non, nous n'emmenons pas le costume. Puis Paul sortit Stalgamin, au grand regret de son colocataire Sirius. Pars faire le tour des chambres du dortoir, réveilles et rassembles tout le monde dans le hall principal.

Avec un sourire exquis, Stalgamin se lança dans sa mission, effectuant un petit bisou givré à son amoureux Sirius avant de partir. Une fois fait, Paul ramassa son sac et dit à son coloc' de choc qu'il descendait dans le hall attendre les autres élèves. Il aurait pu se diriger directement au lieu de rassemblement, se disant que tous feraient pareil, mais il tenait à vérifier que personne ne soit dans le dortoir après son départ. D'ailleurs, Ace n'était plus là lui. Et si cela semblait saugrenu que quelqu'un ait pu rester impassible face à la terrible voix du Général Jackie, Paul ne comptait pas attendre une remarque de ses professeurs pour vérifier que tous ses Noctalis répondaient à l'appel. Faisant le guet au niveau de la porte d'entrée, il attendit d'avoir fait sortir tout le monde et que Stalgamin le lui confirme, pour sortir à son tour.

Le parc n'avait jamais été aussi bondé qu'au beau milieu de cette nuit. Les élèves s'amoncelaient et il devenait difficile de faire la part entre les dortoirs, tout le monde se mélangeait, certains s'endormant à moitié sur leurs jambes, d'autres stressant de voir tout le corps professoral aussi sérieux. Même Melty Potts, réputée pour sa bonne humeur, ses gâteaux et ses bourdes, ne disait mot. Il y avait de quoi s'inquiéter, en effet. Crocrodil et Stalgamin semblaient quand à eux avoir d'autres préoccupations. Si le premier en profitait pour s'avaler une ou deux sucreries, l'autre dévorait des yeux son Sirius adoré, lui envoyant une petite brise glacée pour attirer son attention. Le Noctali se permettait un léger facepalm, ne se sentant pas aidé avec cette fine équipe. Puis le désordre disparu. Les professeurs reprenaient le contrôle des troupes et chacun se taisait pour écouter les nouvelles informations. Beaucoup étaient choqués d'entendre qu'une attaque avait eu lieu chez Palladium. Paul ne savait pas trop quoi en penser. La structure ne lui était pas vraiment familière et il s'inquiétait bien plus pour l'attaque du centre Pokémon. Il ne comprenait pas qu'on puisse agresser une installation contenant des Pokémons déjà blessées ou en soin. C'était inconcevable pour le Noctali qui se sentait révolté intérieurement. Sa main se resserra en un poing, qu'il venait frapper contre sa jambe. Mais le centre Pokémon était sous contrôle, ils n'avaient pas besoin de son aide ou de celle des autres élèves. Non, c'était Palladium qui requérait d'une assistance de l'académie et il ne pouvait se refuser d'aller les aider. Se joignant à la première vague, il se retrouva rapidement téléporté sur le terrain.

Ici, rien était plus pareil. Passer de la pelouse calme de l'académie à ce désastre était un choc auquel Paul ne s'était pas attendu. La téléportation avait le regrettable désavantage d'empêcher de se préparer psychologiquement à ce qui allait suivre. Mais il devait faire front et se reprendre rapidement. Il se retourna vers Crocrodil et... Mais où est passée Stalgamin ? Le starter haussa les épaules, expliquant qu'elle avait disparu en même temps que Sirius s'était précipité vers le gymnase. Le Noctali ne put empêcher un soupir d'exaspération. Stalgamin aurait pu lui servir à apaiser les flammes qui prenaient en proie le bâtiment, mais il ne pouvait plus compter sur elle.

-Passe-moi la pokéball de Grelaçon, s'il te plait.

-Crocro...

-Hein ? Mais pourquoi a-t-elle emporté le sac avec elle ?

Paul ne cachait plus son désarroi. Stalgamin s'était évanouie dans la nature avec le sac contenant toutes ses pokéballs et elle ne leur avait laissé qu'une petite trousse de premiers soins qui s'avérerait vite limitée dans ces circonstances.

-Bon, il me reste quelques pokéballs sur moi. J'espère que ça suffira… Regardant les six sphères accrochées à sa ceinture, il réfléchit sur l’utilité que chacun pourrait avoir dans cet enfer. Malheureusement, il ne pourrait rien tirer de Joy et Tyson, respectivement sa Wattouat et son Chartor. Cela ne lui laissait plus que quatre possibilités. Flambusard, Ponyta, Tarsal, Caninos, je vous choisis ! Dans un éclair de lumière éblouissant, les quatre compagnons prirent forme sous le regard déterminé du jeune dresseur. Bien ! Flambusard, je veux que tu patrouilles la zone à la recherche de blessés.

-Flaaaaam ! S’écria l’oiseau en déployant ses ailes avant de s’envoler dans une bourrasque de vent.

Se protégeant de la poussière qu’avait soulevée l’envol, Paul détourna le regard et vit alors Callie et Leo qui se séparaient. Rod venait de rejoindre la jeune fille et ils semblaient avoir tous mis au point un plan.

-Crocrodil, va avec Leo. Je crois qu’il va tenter de stopper l’incendie.

D’un hochement de tête, le starter se précipita à la poursuite du garçon à lunettes, qui se dirigeait vers les flammes accompagné de plusieurs Pokémons que Paul devinait appartenir à Rod et Callie. Puis avec sa petite troupe, il rejoint les jeunes gens.

-Hey ! Si je peux filer un coup de main dites-le moi. Ponyta peut aider au transport des blessés et j’ai déjà Flambusard en reconnaissance. Tarsal et Caninos pourront aider aux soins.

Le garçon ne savait pas encore ce que lui ferait, mais il savait déjà exactement quels rôles pouvaient jouer ses Pokémons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 54
Jetons : 1318
Points d'Expériences : 1582

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Ven 26 Mai - 21:52

Chauuuuuuud devant...Ouais, ok, elle était nulle. Mais j'aimerais bien vous y voir, vous : Entre la chaleur cuisante qui enveloppe l'intégralité des personnes présentes (pour peu, je me croirais presque dans un four...Un peu comme pour faire rissoler des patates...Hmmm, des patates...Non, c'est pas le moment !), la fumée qui m'empêche d'y voir à trois mètres et les cris qui créent une véritable cacophonie ambiante, on va dire que mon humour est un peu aux abonnés absents. Heureusement, c'est pas exactement de ça dont j'ai besoin à l'heure actuelle. Pour le moment, le plus important, c'est de suivre la trace que Lucki est en train de remonter mètre par mètre.
Malgré la sensation de brûlure qu'il me transmet en partie, le type Acier ne retire pour autant pas sa patte des débris surchauffés. Ces derniers parsèment le flanc du bâtiment, mais même avec une fumée aussi opaque, il est relativement facile de les éviter...Davantage du fait de leur taille que par mes facultés d'esquive, à vrai dire. Rien d'étonnant à ce que les blessés aient du mal à se dégager par leurs propres moyens, rien que ce bloc-là, il doit peser au moins 50...non, 100...3000..Bref,  il pèse sûrement beaucoup trop lourd pour qu'on puisse se dégager de dessous, voila !

''Tu t'en sors, Lucki ?''

''....Rrrrrh.''

Ouch....Je suis pas type Acier, moi, mais rien que cet éclair de douleur suffit à me faire tressaillir, comme si un Dardargnan venait de me piquer : malgré la douleur, Lucki persiste à poser ses pattes sur les différentes surfaces qui s'offrent à lui, dans l'espoir de préciser la direction et l'intensité des auras prisonnières de l'autre coté. Pour le moment, ses tentatives se sont avérées peu concluantes, le chaos ambiant n'arrangeant en rien les difficultés rencontrées par le Lucario.
Rien qu'en me connectant à mon starter, je me retrouve plongé dans un espèce de bouillon extrêmement mal dosé et complétement délirant...Accroche-toi, amigo, j'suis sûr qu'on va réussir à localiser quelque chose, on...Wow. Ça, par contre, je m'y attendais pas : au travers des perceptions du Lucario, une aura surpuissante est en train de m'englober totalement. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, elle n'émane pas des personnes et Pokémons présents, non...C'est le feu lui-même, qui danse en une multitude de reflets azurés, devant mes yeux. Grossisant et enflant de plus en plus, le torrent d'énergie semble animer d'une vie propre. Une vie qui ne souhaite que grandir, croître et s'étendre, quitte à dévorer tout ce qu'elle rencontre sur son chemin...C'est magnifique.
Et relativement perturbant, puisqu'il faudra l'intervention de Liu, pour que je parvienne à m'extraire de cette vision flamboyante.
Manifestement, Lucki vient de détecter quelque chose et en me concentrant un peu sur ce qu'il me transmet, je parviens à sentir une aura de forme un peu étrange, au niveau d'un pan de cadre de fenêtre, qui s'est probablement effondré depuis l'un des étages supérieurs. Aux cris, on dirait un Pokémon...

''...Oul...Soooooor...''

''T'inquiètes pas, amigo, on est là !...Non, Lucki ! Si tu pulvérises ce truc, tous les débris du dessus vont juste s'effondrer sur lui. Liu, tu te sens d'utiliser un petit Tunnel ? Une fois de l'autre coté, pousse-le dans le trou et je le tirerais vers moi !''

Ni une, ni deux, l'Evoli s'attelle à gratter le sol de toutes la force de ses petites pattes, disparaissant dans un nuage de poussière qui se mêle à la fumée ambiante. Bientôt, une série de couinements émane des profondeurs de la terre sèche et, retenu par les jambes (Merci Lucki...Oui, on a l'air ridicule, mais c'est pour la bonne cause), je me laisse glisser à mon tour dans l'ouverture, bras tendus.

''Encore un peu...Encore...Je l'ai ! Ouah, c'est froid !''

Effectivement, j'ai l'impression d'avoir plongé les mains dans de la neige fondue. La comparaison n'est peut-être pas si stupide, puisqu'au terme de plusieurs minutes de grognements et d'efforts, nous parvenons finalement à extraire un espèce de cône de glace géant et un peu dégoulinant. Aussi couvert de terre que nous, le pauvre Pokémon n'a pas l'air d'apprécier DU TOUT la chaleur ambiante.
Ok, je m'en charge !

'Je vous laisse chercher le prochain, je l'embarque...Oh hisse !''

Il est plus léger qu'il n'en a l'air...Eh, t'évanouis pas, amigo ! Tu vas t'en sortir, regarde tu commences même à regeler ! T'es même vachement appétissant, j'en prendrais bien une bouchée...Non, c'est pas le moment ! Résiste, Cael, tout le monde fait des efforts, alors toi aussi, tu peux le faire !
Une fois le type Glace déposée non loin de la zone où sont prodigués les soins, me voila reparti au pas de course vers ma zone d'interventions. Captant Lucki au vol, je sens que ce dernier a localisé une nouvelle aura, de plus petite taille...et que mes équipiers semblent rencontrer quelques difficultés, vu la frustration qui émane du type Combat !

''...Qu'est-ce que vous fabriquez ?!''

Accroupis devant une fissure qui courre le long d'un mur, Lucki et Liu paraissent relativement frustrés, pour toute explication, mon starter se contente de m'indiquer la brèche et en me penchant, je discerne une forme rondouillarde et rebondie, dont le pelage orange tremble un peu plus chaque seconde. J'ai déjà vu un Pokémon comme celui-ci dans la chambre de Ginji, mais jamais dans un tel état de panique. C'est ce Dedenne qui donne autant de fil à retordre à mes deux coéquipiers ?!

''Allez, viens par là, on va te...AIEUH !''

Il m'a mordu ! Retirant vivement le bras, j'ai du mal à croire ce qui vient de se passer ; On a un incendie sur les bras, on vient aider ce Dedenne et lui, il nous MORDS ?! Non, mais pour qui il se prend ? Cette fois, ça suffit, tu vas sortir de là !...Ah non, le trou est trop petit pour que mon Capstick puisse l'encercler. Et je ne peux pas retenter le coup de l'attraper, on vient de voir ce que ça donne. Liu pourrait creuser un Tunnel, mais vu le degré de coopération du hamster rebondie, ce n'est pas la solution du siècle. Les flammes continuent de rugir, il faut trouver une solution efficace et rapide et...

''Lucki ? Qu'est-ce que tu...MAIS T'ES PAS BIEN ?''

*CRAAAAAAASH*

Ok, le Lucario a ''pris les choses en main'' : Reculant d'un bon mètre, il arme sa patte, juste avant de laisser briller la lueur d'une Forte-Paume. Je n'ai pas le temps de le stopper, qu'il s'est déjà lancé contre le mur, perforant ce dernier à un bon mètre du sol avec une violence extrême. Au lieu de retirer sa patte, le type Combat garde cette dernière dans la brèche ainsi créé, afin d'éviter que cette dernière ne s'élargisse davantage (Au point où en est le bâtiment), tout en retenant les débris supplémentaires. En revanche, son intervention aura au moins permis de me laisser un petit peu plus d'espace.
Après un bref instant de concertation avec Liu et le Lucario, j'attrape l'Évoli par les pattes arrière et le retiens, tandis qu'il se glisse en se tortillant dans le trou ainsi formé, qui rejoint celui de nos premières tentatives. Saisissant délicatement le Dedenne complétement terrorisé (Pas sûr que ce soit à cause de l'incendie...La patte de Lucki s'est arrêté à deux centimètres, au-dessus de sa tête.) entre ses dents, il laisse échapper un couinement étouffé pour me signifier de retirer le duo, juste avant que mon starter ne retire brusquement sa patte en reculant. Avec un craquement sinistre, les débris et la brèche semblent s'effondrer à l'intérieur du trou, bouchant ce dernier comme la tombe qu'il aurait pu devenir.
Je n'ai néanmoins pas le temps de m'assurer de l'état du Dedenne, qu'une jeune femme en blouse blanche se porte à notre rencontre et le récupère, pour le ramener au niveau du reste des Pokémons blessés (J'ai rêvé où elle l'a appelé ''Ruby '' ?). Vu le nombre de ces derniers, si ça continue comme ça, on va davantage manquer d'espaces, que de volontaires pour ramener les victimes dans ce dernier !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18
Niveau : 33
Jetons : 1997
Points d'Expériences : 769

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 28 Mai - 13:37


And I see fire burning the trees…
Intrigue
Elle avait sursauté, presque hurlé, quand l’alerte était parvenue à ses oreilles. Janet avait sauté sur ses pieds en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. En short et débardeur de pyjama, elle saisit en quatrième vitesse une paire de tennis, un chandail, un bandeau et attrapa un sac pour mettre toutes ses pokéballs à l’intérieur. Seule Ginger, sa Nymphali, dormait hors de sa boule. Sans ménagement, la scientifique l’attrapa sous le bras et sortit le plus vite possible. Elle ne prêta pas attention à ses camarades, ni aux bruits qui l’entouraient. Janet se sentait bizarre, bizarrement seule ce soir là. Elle sentait le danger approcher.
Lorsqu’elle se retrouva avec les autres au point de rassemblement, elle pâlit. Sa Nymphali agitait ses rubans, consciente du mal être de sa maîtresse. Un incendie… Un incendie avait été déclenché volontairement. Des gens avaient chercher à terroriser la population, voire à faire des morts. La Janet arrivée à l’académie aurait pleuré de terreur. Mais Janet n’était plus cette fille là. Avec la disparition de sa mémoire, elle avait trouvé du courage, une nouvelle force, des amis sur qui compter. Même s’ils étaient épars et loin d’elle dans la foule, elle savait qu’ils étaient là. Et elle ne voulait pas qu’il leur arrive quoi que ce soit. Elle ne voulait pas que des innocents souffrent.

Elle fut dans les premiers à se porter volontaires. Elle choisit de ne prendre avec elle que Destrock et Sherly, pour éteindre l’incendie, Merlin pour déplacer les décombres et Ginger pour rassurer les blessés. Elle confia son sac à une des Givralis qui avait préféré rester et sortit son inhalateur de sa poche pour en prendre une grande goulée. Ses poumons tiendraient. Il fallait qu’ils tiennent. Avant de se joindre à la première vague d’élèves elle sortit de son sac un foulard en tissus qu’elle noua pour couvrir son nez et sa bouche et filtrer la fumée. Maintenant, elle était prête.

Arrivée devant les locaux de Palladium, elle fut soufflée par la hauteur impressionnante des flammes. C’était la première fois qu’elle voyait un incendie. La première fois qu’elle était si près d’un phénomène mortel. Les hurlements déchirants des personnes qui essayaient de s’échapper, des pokémons qui se débattaient, lui fendirent le cœur. Un instant, elle eut envie de faire demi tour. Mais alors que son estomac se nouait, elle sentit la précieuse chaleur de Ginger se diffuser contre elle. Avec ce regain de courage, Janet se sentit prête à affronter l’impossible. Alors que tout s’agitait autour d’elle, elle déposa sa Nymphali à terre et libéra ses trois autres pokémons. Sherly lâcha un cri de surprise, Destrock fit claquer ses pinces de méfiance et Merlin resta égal à lui-même.

- Bien ! Ginger, il faut que tu ailles vers les blessés ! Guide les, rassure les, empêche les de paniquer, d’accord ? Merlin, il faut que tu utilises Télékinésie pour déblayer un chemin pour les victimes. Il faut absolument éviter un effondrement de la structure ! Sherly, Destrock, avec moi !

Elle laissa ses deux pokémons se débrouiller seuls et suivit le groupe de ceux qui cherchaient à maîtriser l’incendie en compagnie de ses types eau.

- Destrock, arrose les murs tant que tu le peux !! Sherly, occupe toi de l’incendie par la voie des airs !

Ni une ni deux, chacun suivit son poste. Pendant ce temps Janet observa les lieux et avisa le long d’un mur un tuyau d’arrosage. Il devait servir pour des serres de cultures ou juste pour la pelouse, qui sait… Précipitamment, elle se dirigea vers le robinet, étendit le tuyau et chercha à faire venir l’eau, sans succès. L’arrivée d’eau ne devait pas avoir servi depuis de nombreuses années, le robinet ne voulait pas tourner. La jeune fille força un peu en manquant de s’écorcher les mains contre le métal rouillé.

- Mais c’est pas possible… Tu vas t’ouvrir oui… ?

Agacée, la jeune fille se frotta les mains et recula un peu avant de décocher un solide coup de pied à l’installation, ce qui eut pour effet d’en amorcer l’ouverture.

- Ah bah voilà !

La scientifique ouvrit l’arrivée d’eau au maximum en toussant un peu. L’air commençait à gratter ses poumons alors qu’elle arrosait généreusement la structure. Elle voyait son Démanta jouer les canadairs alors que Destrock mitraillait la façade à coup de pistolet à O. De temps en temps, elle voyait des pans de structure, des poutres, des tuiles, se soulever et des gens sortir. Elle ne doutait pas qu’il s’agissait de Merlin, déblayant le passage. Là bas, elle distinguait le faible halo rose de Ginger, qui sautait de blessé en blessé pour les apaiser grâce à ses rubans. Certains semblaient très, très mal en point. En son for intérieur, Janet grondait. Quel détraqué avait bien pu mettre le feu à cet endroit ? Pourquoi ?!

Un bruit l’interpella soudain. Un craquement sourd, infâme, qui provenait de l’intérieur de la structure. Et soudain, un bruit assourdissant, un mur qui explose, des pokémons fuyant de toute part et un homme hurlant. Il était en feu. Ses vêtements avaient été consumés, sa peau était devenue une torche. L’odeur était affreuse et donna un haut le cœur à la jeune femme qui n’hésita pas une seule seconde à braquer son jet d’eau sur lui. Les hurlements de l’homme étaient détestables, on aurait dit une bête emmenée à l’abattoir. Une fumée plus noire que la nuit l’entoura quand Janet tenta d’éteindre le feu.

- TENEZ BON !!

Elle vit quelque chose bouger dans le nuage noire. Elle plissa les yeux alors que la silhouette semblait s’affaisser au sol.

- Monsieur !!

Janet lâcha son jet d’eau et se précipita vers l’homme en toussant. La fumée se dissipait petit à petit, lui permettant de distinguer celui qu’elle avait tenté de sauver.
Il n’en restait presque rien d’humain. Juste une silhouette anthropomorphe brûlée, fondue. Les os apparaissaient par endroits, il était défiguré. Un de ses yeux était sorti de son orbite et avait éclaté. Il devait venir d’un laboratoire qui contenait des produits chimiques qui avaient accéléré sa combustion.
Le spectacle était affreux. Pour la première fois, Janet faisait face à la mort, la vraie. Elle avait vu, touché un homme qui venait de disparaître dans d’atroces souffrances. Les jambes tremblantes, elle se releva et eut juste le temps d’enlever son foulard pour vomir toutes ses tripes. Les jambes tremblantes, les yeux brouillés par les larmes, elle se releva.

Juste à temps pour que la deuxième explosion ne vienne la souffler.

Projetée contre un mur par la violence du choc, Janet sentit la chaleur mortelle du feu lécher sa peau alors que ses cheveux et son dos prenaient feu. Recroquevillée, étouffant, elle se mit soudain à hurler à la mort, comme l’homme qui avait succombé près d’elle.

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAARH !!



Résumé:
 

_________________

FORCE BLEUE

dusty scarecrow.


Moodboard (signé Maxou <3):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t830-janet-l-collins-l-enfant-malade-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t844-janet-l-collins-givrali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 2580
Points d'Expériences : 2328

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Mer 31 Mai - 20:38

Ginji Labelvi
      rp commun



« Il n'y a pas de fumée sans feu... »


Pouah. Cette chaleur...

Pour être tout à fait honnête, elle ne m'avait pas vraiment manqué. La sensation de panique qui m'avait envahi lors de la première du cirque des Boulons s'effacera difficilement de ma mémoire... Cela dit, il y a quelques différences notables par rapport à ma première confrontation avec les aléas du crime organisé.

D'une, je suis face aux flammes de mon plein gré.

De deux, ce n'est pas moi qui suis actuellement encerclé par celles-ci.

Quelque chose me fait relever la tête. Une goutte d'eau vient de tomber sur mes cheveux. Au dessus de nous, l'accumulation des nuages se fait extrêmement dense, et une légère pluie commence à rafraîchir l'air ambiant. En regardant bien, il est possible de voir une gigantesque masse volante dans l'obscurité du ciel. Je souris. Ils ont réussi.

Mais il ne faut pas se relâcher pour autant. Me baissant, je remplis une nouvelle fois le seau d'eau qu'un adulte m'a confié, et me dépêche d'aller le déverser sur les flammes. Je ne sais pas qui a eu l'idée de construire une mare en plein milieu du centre-ville, mais je l'en remercie. Je crois reconnaître quelques uns des Pokémon d'Alban, mais je n'ai pas vraiment le temps de m'en assurer. J'irai lui parler un peu plus tard.

L'activité est quelque peu éprouvante. Il faut régulièrement se baisser et se redresser, le tout avec une charge dans les mains, et en faisant des allers et venus entre l'incendie et la seule source aquatique à notre portée. Au bout de quelques minutes à peine, je sens que le poids du labeur commence à tirer sur mes épaules, et mes bras ainsi que mes jambes s'alourdissent un peu plus à chaque trajet. Je sue également, mais difficile de savoir si c'est réellement à cause de l'effort, ou si ce ne serait pas plutôt la cause de la chaleur dégagée par les flammes – voire même une simple conséquence de la pluie sur mes vêtements. En tout cas, la fraîcheur offerte par celle-ci est vraiment appréciée. Si des gens n'étaient actuellement pas en train de périr dans les flammes, j'aurai volontiers fait trempette dans ce bassin improvisé.

Un mouvement au dessus de nous, et je vois Sky redescendant sur terre, en compagnie de mes Pokémon, pour atterrir à l'endroit où il nous a déposé un peu plus tôt. Je me tourne vers Thoron, désormais inutile.

« -Thoron ! Va retrouver Sky, et indique à nos compagnons où nous nous trouvons, s'il te plaît.  »

L'Elecsprint aboie, et part au quart de tour. Je suis désolé de n'offrir aucun répit à mes Pokémon, mais je n'ai pas vraiment le choix. De toute façon, je compte sur eux pour me signaler si l'un d'entre eux est à bout. Pour l'instant, nous venons tout juste d'arriver sur les lieux, et nous avons connu beaucoup plus éprouvant, donc ça devrait aller.

Avisant la présence de Stella un peu plus loin, je remarque que la Pyroli est allée aider deux jeunes filles en les aidant à quitter les flammes. Dans mon va-et-vient incessant, je jette de nombreux coups d’œil autour de moi, observant le moindre élément se déroulant dans les environs: chaque blessé sorti, chaque personne les prenant en charge, chacun des habitants de l'île venu éteindre les flammes... Au bout d'un moment, je commence même à tenter de percevoir au travers des flammes un indice ou symbole quelconque pouvant me mettre sur la voie de l'origine de l'incendie... Mais niet. Impossible de confirmer, ou infirmer, les craintes qui m'habitent. Les multiples œillades que je jette relèveraient presque de la paranoïa, s'il n'était pas normal de devoir être aux aguets devant un bâtiment en proie aux flammes.

Dans cet entremêlement de pensées et d'actions, je ne peux m'empêcher de trouver mon comportement égoïste. Je suis surtout venu pour me rassurer, c'est ça ? Je cherche à savoir si j'ai des raisons de m’inquiéter ou non de mon avenir sur cette île... Ahaha, c'est assez ridicule, quand j'y pense. Deux bâtiments viennent d'être victime d'une attaque terroriste à deux pas de mon habitat et lieu d'étude, bien évidemment que je devrais m’inquiéter. Mais... Si c'était vraiment à nous, que l'on voulait s'en prendre, ils auraient choisi autre chose que Palladium, non ? Je veux dire, il y a bien eu le Centre Pokémon, mais apparemment celui-ci fait surtout office de diversion pour les forces de l'ordre et les pompiers. La principale victime de cette attaque, ça serait bel et bien Palladium... Donc ce sont des gens qui ont spécifiquement quelque chose contre eux, pas vrai ? Je ne sais pas, peut-être des licenciés extrêmement rancuniers ou des écologistes quelque peu extrémistes... Nous avons aucune raison de nous sentir visés, normalement...

Enfin... Selon jusqu'à quel point ces gens ont effectivement quelque chose contre Palladium.

Et j'ai un lien avec un Palladium. Stella a un lien avec Palladium. Tous les élèves et professionnels ayant travaillé avec eux durant les vacances cet été... Nous sommes nombreux, à être liés à Palladium. Et est-ce que ceux qui ont initié cette attaque voudront remonter aussi loin ?... Je l'ignore. Je serai bien tenté de dire non, mais hélas, ils n'ont pas hésité à s'en prendre à un Centre Pokémon ou à des personnes se trouvant dans le bâtiment et n'étant que de passage. Et puis, ça ferait une menace efficace. « Que vous soyez concernés de près ou de loin par Palladium, vous êtes nos ennemis. Délaissez-les, et vous aurez la vie sauve. »

Mais étrangement – enfin non, pas vraiment, c'est plutôt logique comme réaction –,  ce n'est pas cette hypothèse là qui m’effraie le plus. Des gens qui peuvent en vouloir à Palladium spécifiquement, il y en a certainement des tonnes. C'est une grande multi-nationale, après tout, cela n'aurait rien d'étonnant.

Des gens qui en veulent à Palladium ET à des personnes qui n'ont travaillé qu'une seule fois avec eux... Je n'en connais qu'un groupe.

Et si c'étaient eux ?

Alors mon hypothèse précédente a de grands risques de se réaliser. Mais ce ne serait pas par dissuasion, que l'on s'en prendrait à nous, mais par vengeance : pour nous punir de nous êtres mêlés de ce qui ne nous regardait pas. Et le châtiment... En sera d'autant plus terrible.

Donc oui, j'ai peur. Oui, je crains pour ma vie. Pour celles de mes compagnons. Pour celles de mes amis. Oui, je m'inquiète avant tout de notre situation. Oui, c'est la raison première de ma présence en ces lieux.

Oui, je suis égoïste.

Mais est-ce un mal ?... Certainement. Est-ce que cela va m'empêcher d'aider à sauver ces gens ?... Non.

Peu importe notre fin, si elle permet de mettre un terme à cet incendie. Dans ce genre de situation, on se moque complètement de savoir si les gens sont venus ici pour aider, briller aux yeux des autres, mettre à l'épreuve leurs capacités... Je pense que ce qui intéresse surtout les infortunés, c'est surtout qu'on leur vienne en aide. Après tout, c'est par nos actes que l'on peut définir la valeur d'un être...

Et puis, soyons francs, ce n'est pas la seule raison qui m'a poussé à venir ici. Elle occupe une place importante, peut-être, mais... Il y a aussi Stella, que je ne peux définitivement pas laisser seule face à cet énorme mur de flamme. On n'est pas forcément côte à côte, mais ça fonctionne comme dans Fire Emblem : 'suffit que les deux unités ayant un soutien soient proches de quelques cases pour bénéficier du boost ! /PAN Également, le fait que je ne puisse tout simplement pas rester inactif face à une telle catastrophe. Comment aurai-je pu me regarder dans la glace après cela si j'avais décidé de m’enfermer dans un gymnase au lieu de porter secours à des gens que j'aurai pu aider ? Et surtout... Eh bien, il y a des fois où il ne faut tout simplement pas se poser de questions. Des personnes doivent être secourues. Nous devons leur venir en aide. Point. C'est aussi simple que ça.

Alors je m'active. La fatigue se fait sentir, la chaleur m'étouffe et mes bras me réclament toujours un peu plus le repos divin. Mais désolé, je n'ai pas passé trois années à m'entraîner pour laisser mes muscles parfaitement inactifs ! C'est vrai, quoi, ça me sert à quoi d'essayer de quitter ce corps de lâche si ce n'est pas pour le mettre à profit ?... D'ACCORD, on est encore loin du compte, mais... Eh, laissez moi rêver un petit peu quand même ;w;

Cela dit, j'ai beau y mettre du mien, mon impact sur l'avancée des flammes est quelque peu moindre. Mes Pokémon font du bien meilleur taff, avec leurs capacités aquatiques... Surtout maintenant que Meg et Soul nous ont rejoint ! Sky n'est pas là, sûrement reparti vers Stella.

Heureusement pour moi, une offre de reconversion semble m'être proposée juste au moment où ma Loupio et mon Limonde sont revenus m'aider. Enfin, proposée, je ne sais pas si cette femme va vraiment me laisser le choix vu son air alarmé, mais à voir la façon dont elle cherche de l'aide, je ne peux pas me permettre de l'ignorer.

« -Il y aurait-il quelqu'un capable de se déplacer rapidement ?! S'il vous plaît, on a besoin d'aide ! »

Posant mon seau, je m'approche de l'adulte tout en levant la main pour capter son attention.

« -J'ai une monture ! C'est pour quoi faire ? »

Je lis un bref soulagement dans son regard, mais l'urgence de la situation le fait bien vite disparaître au profit de ses mots.

« -Nous commençons sérieusement à manquer de bandage, un médecin d'une clinique privée nous en a bien préparé, mais il mettra trop de temps à arriver ici à pieds, il faut que vous alliez les chercher pour nous ! »

Je fronce les sourcils.

« -C'est loin ? »

Elle commence à fouiller à la va-vite dans ses poches, et finit par trouver une carte de visite, probablement de la-dite clinique, puis me la tends.

« -Un peu, et c'est pour ça qu'il faut faire vite. »

Oh, je connais cette adresse, ce n'est pas très loin de mon magasin de cupcake préféré. Et en effet, ce n'est pas la porte à côté... Avec Châtaigne, je devrai avoir pour une bonne vingtaine de minute à faire l'aller-retour. Mais ça impliquerait que...

Je jette un coup d’œil derrière moi. A peine est-elle mise à l'épreuve que je vais devoir rompre ma promesse faite à Stella ? Je ne peux décemment pas m'en aller et laisser mes Pokémon ici alors que j'ai juré de ne plus abandonner qui que ce soit en situation de détresse ! Et... Et si je demandais à Stella de me suivre ?... Non, elle est occupée là, je ne peux pas l'interrompre et l'obliger à abandonner ce qu'elle entreprend ! Et pareil pour mes Pokémon, je ne peux pas les rappeler alors qu'on a besoin d'eux...

« -Alors, vous pouvez ou non ?! »

Le ton de la jeune femme se fait pressant. Je la regarde, serre les dents, relit l'adresse écrite sur la carte de visite, et réfléchit à vive allure. Ma promesse, ou l'urgence. Stella et mes Pokémon, ou l'infirmière et ses patients. Mes besoins, ou ceux des personnes en danger. La sécurité de ceux m'étant proche, ou celle de parfaits inconnus... Raaaaaah bon sang que ça m'énerve !

« -J'y vais. »

Délaissant l'adulte, je fais volte-face et rejoints à la va-vite mes Pokémon. Leur demandant de tenir le rythme le temps d'une légère absence, je me congédie d'eux presque immédiatement puis, grâce à plusieurs balayages des lieux, cherche Stella du regard. Je finis par trouver la Pyroli, et, de la même manière, m'approche rapidement d'elle pour l'informer de mon absence. Lorsque j'arrive à sa hauteur, je l'attrape par le bras pour capter son attention et plonge mon regard dans le sien.

« -Désolé. Je ne vais pas pouvoir tenir parole. » je fais un bref mouvement de la tête dans la direction opposée à celle de l'incendie, là où sont réunis la majorité des blessés à prendre en charge, mais aussi l'endroit par lequel je vais devoir m'en aller « Ils ont besoin de bandage, et je dois partir en chercher. S'il te plaît Stella, prends soin de toi et évite tout risque inconsidéré. » je jette un coup d’œil en direction de mes compagnons « Mes Pokémon devraient pouvoir se débrouiller seuls. Mais fais quand même gaffe à eux, s'il te plaît. Et aux tiens.  »

Je lâche son bras, et fais quelques pas en marche arrière avant de hocher la tête, d'un air entendu.

« -A toute à l'heure. Et... Désolé.  »

Je pivote sur moi-même, et attrape une Pokéball de mon sac pour la jeter droit devant moi. Dans une lueur blanche, Châtaigne, mon Zéblitz, fait son apparition, et se lance au galop sans réfléchir dès lors qu'il me sent bondir sur son dos. Je vois qu'il a les bons réflexes. Me penchant en avant, je lui dit quelques indications dans l'oreille ;

« -On file chercher du matériel pour les médecins. Je compte sur toi.  »

Châtaigne hennit, et presse le pas. Je me redresse, et saisis mon Ipok pour rechercher l'adresse dedans, histoire d'être certain du trajet à effectuer.

Sans jeter un regard en arrière, nous nous éloignons du lieu de l'incendie.

Je sens mon cœur se serrer.

Bordel, Arceus, s'il leur arrive quoi que ce soit...  

HRP:
 

Récap des rôles:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Des personnes doivent être secourues. Nous devons leur venir en aide. Point. C'est aussi simple que ça. »

Merci Môman Callie!

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Kalos
Âge : 19
Niveau : 0
Jetons : 674
Points d'Expériences : 44

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Mer 31 Mai - 21:28



Intrigue du feu.

Event

Bien que notre jeune adulte ai explicitement dit que son cas ne valait pas la peine d'être guérit l’infirmière appliqua en grondant un peu Regal des bandages et une écharpe pour le bras . Ensuite elle désinfecta la jambe en y rajoutant aussi un bandage et une atèle. Génial... Regal ne pouvait plus se déplacer sans se mettre en danger lui ou une autre personne. Son Leveinard avait été pris pour aide soignant en utilisant son attaque Vibra Soin... Regal n'en revenait pas. Il connaissait cette attaque ?! Il faut dire que Regal ne voyait pas souvent Lev' en action chez lui puisqu'il faisait tout à la main. Il ne l’imaginait pas connaître des attaques si utiles.

Une sensation de chaleur pénétra Regal et il commença à se sentir mieux niveau physique mais émotionnellement parlant c'était trop pour lui. Tout ses blessés qui gisait ici et là, tout ces cris qui se faisaient entendre dans la nuit morbide, les pleurs des proches de décédés déchirant le ciel et il était là à peine blessé et ne sachant plus quoi tant la situation était désespérée. Son Caninos toujours lové contre lui lui lécha le visage pour essayer de le calmer. Il n'avait même pas réagit quand la dénommée Ida avait pris son Leveinard pour une demoiselle. Il était perdu.

-Merci Can' ne t'en fais pas je te dis que je vais bien. Va plutôt voir les gens d'ici pour leur donner du moral et un peu d'eau. Ça leur fera sûrement plaisir.

Le chiot de feu aboya gaiement avant de laisser seul Regal. En vérité il était paniqué car cet incendie lui rappela de très mauvais souvenir qu'il voulait enterrer et oublier. Il se remémore encore comment son père le frappait avant sa fugue. Mais par chance il n'avait pas de séquelle visible si ce n'est une haine profonde pour son géniteur et un semblant de mépris pour les parents des autres. Il n'avait connu que sa famille après tout. Mais grâce à Mamie Sylvie il s'en était sortit.

Il ne pouvait rien fair si bien qu'il s'allongea sur le sol et regarda le ciel en étant de plus en plus énervé et pleura de rage car ce sont ces dernières qui lui ont pris son enfance et il ne pouvait pas se venger. D'elles et de ces assassins incendiaires.



Hrp:
 

Récap rôles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5858-regal-mariell
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 664
Points d'Expériences : 1104

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Dim 4 Juin - 9:42

Les filles ne se démontent pas et sans même avoir besoin de l’aide de Don, s’occupe de la récupération du blessé avec efficacité et surtout, avec douceur. Même si j’adore mon Galeking, il faut reconnaitre qu’il a un peu tendance à vouloir régler les problèmes à la manière brute en générale, ce n’est donc pas un mal qu’ils aient fait sans lui. Don sait aussi contrôler sa force attention, il aide souvent les plus jeune en tant que sparring partenaire et a un instinct pour jauger les limites à ne pas dépasser. Il n’aurait probablement pas fait mal à l’homme. … Mais il reste assez bourrin quand même (et il n’est pas le seul *sigh*).  Voyant les deux filles s’éloigner avec le blessé, je pousse donc un soupir de soulagement en voyant que cette première intervention c’est plutôt bien passée. On a pas sauvé la ville certes, mais je n’en ai pas la prétention. Tout ce que j’espère à présent, c’est que mes deux camarades resteront à l’arrière après ça. Elles n’avaient pas l’air d’avoir de vrais moyens pour lutter contre les flammes. Je vous en prie les filles, aidez juste avec les blessés…

- Allez les garçons, on a encore du travail.

Rappelant mes pokemons à moi, je jette un œil rapide sur les environs, voyant le chaos général alors que tout le monde fait de son mieux. Je vois même Ginji s’affaisser à jeter des seaux d’eau sur l’immense brasier et ne peux réprimer un sourire amère. Le voltali donne tout ce qu’il a, mais quand on compare ses efforts aux résultats obtenus… J’espère qu’il fera attention à ne pas se prendre un retour de flamme… Pour la suite des opérations, je laisse Don et Blok continuer de faire leur travail de déblayeur. Tout débris enflammé menaçant de contribuer à étendre le rayon des flammes et qui se trouve sur leur chemin, fini balayé, écrasé ou jeté dans un endroit qui gênera le moins de monde possible. On essaye de garder le paysage clair au maximum pour que tout le monde puisse travailler et voyager dans de bonnes conditions, mais ce n’est pas facile. Même en ignorant le fait que l’on ne puisse pas être partout, certains débris sont juste trop encombrant ou les flammes encore trop virulentes pour que même mes pokemons puissent s’en approcher. Gad lui reste près de moi. Il aide aussi à éteindre les flammes, mais je tiens à le garder à porter de main au cas où j’aurais besoin de lui en urgence.  Malgré que les choses semblent plus ou moins sous contrôle, je ne peux pas m’empêcher de me dire que tout peux partir de nouveau à la catastrophe à n’importe quel moment. Après tout, s’il s’avère que ce soit bien « eux » qui est allumé cet incendie… Alors nous ne sommes surement pas au bout de nos peines…

-… Hm ? Il pleut…

Levant les yeux au ciel, je vois les nuages noirs s’amonceler et prendre de l’ampleur alors que le ciel semble accepter de venir nous donner un coup de main. On dirait que les Sky et les pokemons de Ginji ont réussi leur coup. Certes on est encore loin de l’averse torrentielle, mais cette simple augmentation de l’humidité ambiante semble non seulement faire trembler les flammes, elle galvanise surtout les pokemons eaux dont les jets d’eaux semblent redoubler de vigueur. On dirait que l’espoir est permis. Levant à nouveau le nez au ciel, c’est le rugissement de Sky qui me fait lever la tête cette fois alors qu’il redescend en trombe des cieux pour se poser près de moi, faisant descendre au passage ses passagers, les pokemons de Ginji retournant aussi auprès de leurs dresseurs.

- Bien joué Sky, tu peux aller te reposer maintenant si tu veux. ... Non  ?

A priori oui c’est un non. J’avoue que je suis un peu surprise, voyant mal ce que pourrait faire de plus le dragon. En revanche si je ne vois pas, on dirait que je suis la seule ici dans ce cas. A peine le dragon a-t-il pris place à mes côtés que mes autres pokemons n’attendent pas de consignes pour se disperser aussitôt. Hein euh quoi ? En dehors de Sam toujours là, Gad se rapproche des flammes pour avoir plus d’impact tandis que Don et Blok s’éloignent bien plus qu’avant, s’attaquant aussi à des problèmes plus accaparant qu’avant. … Me dites pas que…

- On est là pour aider les gens vous savez. Je sais faire attention à moi, je n’ai pas besoin de garde du corps…

Moi qui essaye de prendre un peu plus les choses en main en tant que dresseuse,  me voilà traiter comme une gamine… C’est gentil de leur part de vouloir me protéger et ils ont raison dans le sens ou je suis vraiment une gamine quelque part, mais bon. J’aurais aimé être un peu plus que ça cette nuit. Enfin bon, si ça peut les rassurer et les aider à se donner à fond, je vais faire contre mauvaise fortune bon cœur. … Même Sam me pat pat le dos, j’ai l’air si abattu que ça ? Ressaisissons-nous… Pendant que Blok donne un coup de main à des sauveteurs, Don lui s’approche d’une porte de hangar fermé menant probablement à un parking souterrain ou à une zone de livraison. Visiblement il a entendu quelque chose de l’autre côté et devinant sans mal la suite, je fais signe à Gad de se tenir prêt à intervenir de ce côté alors que le Galeking plante ses griffes dans la porte en question. L’instant d’après, mon pokemon fait jouer tous ses muscles alors que la porte commence à se soulever, permettant à une foule de Rattata en panique et d’importantes masses de fumée noire de s’échapper. Fait attention aux gaz Don… Mon pokemon ayant du mal à soulever d’avantage la porte et voyant que certains Rattatac eux plus gros ont du mal à passer. Sam s’en va donner un coup de main pour les tirer de là avec Gad tandis que Ginji m’interpelle. L’air désolé, il vient m’annoncé qu’il doit s’en aller. … Ah …

-Ne dis pas de bêtise, tu ne romps aucune promesse et tu n’abandonnes personne. Tu vas chercher des bandages, c’est très important et tu seras vite revenu, pas vrai ? Ne t’inquiète pas, je garderais un œil sur tes pokemons. De toute façon même si je voulais faire quelque chose de dangereux, il y en a un qui ne serait pas d’accord. Pas vrai Sky ?

Relevant le cou et prenant un air imposant, le dragon répond de manière affirmative, confirmant clairement qu’il ne me laisserait visiblement rien faire sans son accord. … Bon tu n’as peut être pas besoin de dire ça avec autant de sérieux quand même. J’ai l’impression de toujours faire des bêtises là. Je ne suis pas Sam hein… Ignorant Sky, je me reconcentre sur le Voltali en gardant un sourire qui se veut rassurant. La dernière chose dont j’ai envie, c’est bien de l’inquiéter ou de le limiter dans ce qu’il veut faire. S’il a quelque chose à faire et qu’il estime que c’est important, alors il faut qu’il fonce. Du coup s’excusant une dernière fois, le garçon mon bras et mon regard pour monter sur Zeblitz et s’éloigner sans se retourner. Quelques secondes plus tard à peine, je ne le vois déjà plus. … Il est parti. … Un peu inconsciemment, ma main vient se porter là où il me tenait le bras il y a un instant à peine. Bizarre, j’ai presque l’impression d’avoir froid d’un coup. Comme si j’avais perdu une couche de protection et que le froid de la nuit en profitait pour s’infiltrer et venir me glacer le dos et souffler sur mes os. C’est ridicule, on est juste à côté d’un énorme incendie. S’il y a bien une chose dont on ne craint rien ici, c’est le froid. Pourtant je ne peux pas m’empêcher de ressentir cette sensation. Cette sensation d’être toute seule en pleine nuit. C’est ça… D’être seule… Seule dans une grotte loin de tout sous terre…*SBAFF* C’est complétement ridicule. Mes joues rouges après me les avoir bien claqué moi-même, je chasse cette sensation très vite de ma tête. Comment je pourrais être seule alors qu’au moins la moitié de l’académie est en train de courir dans tous les sens autours de moi. Je connais même quelques-uns des visages autour de moi, sans compter les professeurs qui s’activent autour. Ce n’est pas le moment de laisser mes vieux démons de la mission de l’été dernier venir m’envahir. Un peu de cran. C’est aussi pour les affronter eux que je suis là et je ne vais pas me laisser faire aussi facilement. Allez Stella, des gens ont besoin d’aide ici. Tournant sur moi-même pour retourner affronter l’incendie, je me stop dans mes mouvements quand je tombe sur Don, mais surtout Sam et Gad recouverts de suie et qui me regardent avec un air… bizarre ?

- … Pourquoi vous me regardez comme ça… Tout le monde va bien ? Les pokemons ont pu s’échapper ?

Ignorant royalement mes deux autres questions (contrairement à Don qui me fait signe que tout est ok), Sam prend soudainement un air viril et attrape le bras d’un Gad efféminé pour se mettre à jouer une drôle de scène sorti de je ne sais quel théatre et dont je ne comprends absolument rien, ne parlant pas pokemon. Ce que je comprends en revanche, c’est qu’ils se fichent ouvertement de moi et que je me sens véritablement gêné ! Ginji et moi n’étions absolument pas comme ça ! Les joues encore plus rouges qu’après m’être giflé, c’est assez maladroitement que j’essaie de me défendre contre mes pokemons rieurs avant d’abandonner quand je me rends compte que je ne fais qu’aggraver mon cas.  Même Don s’est mis à rire à un moment tandis que Sky s’est mis à sourire. Il n’y a que Blok qui est sérieux, ce dernier regardant dans la direction par laquelle Ginji est parti avec un air songeur. Pas que je le remarque en même temps, étant bien trop occupé à dire aux autres de s’occuper de leurs propres affaires. Non mais enfin qu’est-ce que c’est que cette scène. Comme si c’était le moment ! Hmpf. Si ça continue Ginji va revenir et on aura pas bouger d’ici. On aura l’air malin… Seulement dans une soirée comme celle-là, ce genre de moment de paix ne dure jamais longtemps avant que la cloche ne sonne le retour à la réalité, n’hésitant pas à le faire dans un grand boom… Rien de tel qu’une explosion et des cris de douleur pour vous faire redevenir sérieux.

- On y va !

Laissant tomber les consignes du médecin, c’est au pas de course cette fois ci que je me dirige vers l’endroit de l’explosion pour y trouver une scène des plus choquantes. Les restes d’un homme très gravement brûlé git au sol complétement inerte, de quoi vous soulevez le cœur plus d’une fois. Seulement l’adrénaline tiens mon estomac en place, la priorité étant plutôt au niveau d’une fille de l’académie ayant été visiblement soufflé contre le mur et ayant pris feu. NOOON ! Me précipitant, j’attrape un tuyau d’eau qui trainait par là pour le braquer sur la jeune fille tandis que Gad lance son attaque pistolet à o rapidement rejoint par deux autres pokemons eaux visiblement très inquiets qui doivent appartenir à la jeune fille. Mais qu’est-ce qu’il s’est passé bon sang ! Pourquoi ça a explosé ? Une bombe ? L’idée qui ne me vient que maintenant me glace le sang avant de rapidement sortir de ma tête. Probablement quelque chose dans le laboratoire qui a explosé et de toute façon, ce n’est pas le moment de m’inquiéter de ça. *Koff koff*. Ignorant la fumée, je m’approche de ma camarade une fois le feu éteint alors qu’elle hurle de douleur. Ce sont ses cheveux, son dos et ses épaules qui ont pris feu visiblement et ça n’est pas beau à voir *Kof kof*.

- Tiens bon, on va te soigner !

N’ayant pas vraiment le temps de me soucier de la pudeur, je commence par retirer mon tee shirt pour le plaquer sur elle afin d’éteindre complétement les dernières braises et éviter un nouveau départ de feu. Je comprends bien que ça doit lui faire mal, mais on a pas vraiment le choix. Enfin je pense, je crois. J’en sais rien ! Je fais de mon mieux et ce que je crois être bien… Si ce n’est pas le cas, alors je suis désolée… *kof kof* La fumée est vraiment pénible, l’air sentant bizarre dans le coin. J’ai la gorge et les yeux qui commencent vraiment à me brûler et je ne peux pas m’empêcher de  me demander si c’est vraiment normal. Ma camarade victime aussi semble en pâtir, ayant visiblement du mal à respirer.  J’ai même la tête qui commence à tourner… Ok là c’est vraiment pas normal. Sam qui tousse aussi, s’empare soudainement d’une des pokeballs que j’ai emmené avec moi et relâche Wild de sa sphère. Quelques paroles échangées après, ma Canarticho prend un air très sérieux avant de s’envoler et de déclencher de puissantes bourrasques d’airs, repoussant au maximum la fumée ambiante loin de nous pour la repousser vers le bâtiment de Paladium et le trou dans le mur provoqué par l’explosion. Paladium, fumée bizarre et explosion… !

- Un Laboratoire ! *kof* Don, Blok ! Eboulement !

Un laboratoire ! Quelque chose à du explosé à l’intérieur et les produits chimiques qu’il contenait ont dû… Arg quelle manque de chance *kof kof*. Cependant le mal est fait et il ne me reste plus qu’à espérer qu’elle et nous n’ayons pas respirés trop longtemps quelque chose de trop dangereux. Wild dissipe cette fumée malsaine de son mieux tandis que Blok et Don referment l’accès au bâtiment et aux poisons qu’il contient. Je ne veux plus rien avoir en commun avec toi Paladium, je ne veux rien de ce que tu contiennes ! Serrant les dents alors que mon estomac s’agite et que mes yeux me piquent fortement, je soutiens ma camarade avec l’aide de Sam alors que nous nous éloignons de cet endroit dangereux pour aller vers la zone de soin. Heureusement que Wild était là, son intervention m’a vraiment fait beaucoup de bien et je respire mieux déjà. Heureusement surtout que Sam a compris rapidement et l’a appelé… Comme quoi avoir l’odorat fin, c’est un sacré avantage par moment. Heureusement aussi, des renforts arrivent rapidement pour nous venir en aide et nous prendre en charge. Rapidement un professeur prend en charge ma camarade qui a été gravement blessée et qui a respiré des fumées toxiques. Pour ma part, je suis aussi conduit dans un endroit calme de la zone de soin, une serviette posée sur mes épaules pour me  couvrir et un inhalateur d’air pur dans ma main. Seule consigne pour le moment pour moi et mes pokemons ayant inhalé là-bas, respiré dans cette chose très régulièrement. A première vue nous n’avons rien respiré de trop dangereux à long terme, mais il n’aurait pas fallu s’attarder là-bas trop longtemps ou ça aurait vraiment pu être dangereux. Bon bah pour éviter les risques inconsidérés, on repassera je crois haha… J’espère que cette fille va bien se remettre aussi et que ces brulures ne sont pas trop graves. Rien que d’imaginer qu’elle aurait pu finir comme cet autre homme que nous avons vu là-bas… Je crois que je ne me sens pas bien… Regardant mes pokemons, ces derniers sont autour de moi et semblent en bien meilleur état que moi. Cependant, aucun d’entre eux n’a l’air décidé à me laisser ici toute seule. … *kof kof* Toussant un coup, je reprends une grande inspiration dans mon inhalateur avec un air triste sur le visage. Ca ne peut pas se finir comme ça pour nous ce soir quand même. Si ? Nous aurions pu en faire tellement plus… Je voulais tellement en faire plus… J'aurais dû prendre le temps moi aussi de récupérer un masque...


HRP:
 

Recap:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2904-stella-douglas
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 3026
Points d'Expériences : 1386

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Sam 10 Juin - 23:59




 
There's a point where it tips, there's a point where it breaks. There's a point where it bends and a point we just can’t take Anymore. There's a line that we’ll cross and there’s no return ; There's a time and a place, no bridges left to burn anymore

intrigue #9 - il n'y a pas de fumée sans feu

Max s’est calmée. La pression, savoir qu’il y a des gens qui compte sur elle, savoir qu’elle est importante et qu’elle a un rôle à jouer dans cet enfer la rassure étrangement. Lentement ses gestes se font plus assurés. Pas énormément, mais sa voix tremble un peu moins quand elle indique la position de blessés trouvés par le chiot de feu. Elle se mordilla la lèvre. La tâche lui semblait impossible. Impossible d’en voir le bout, le feu était tout aussi flamboyant qu’à leur arrivée et pourtant tout le monde faisait de son mieux. Elle serra le poing. C’était frustrant.

Elle sursauta presque à l’approche d’une de ses camarades de dortoir. Luce. Elle ne connaissait pas vraiment la brunette. Il lui semblait qu’elles n’avaient jamais vraiment eut l’occasion d’échanger plus que quelques mots. C’était dommage, quelque chose lui disait qu’elles se ressemblaient plus qu’il n’y paraissait. Elle lui adressa un léger sourire et murmura un « Salut. » presque inaudible au milieu des crépitements du feu. Elle ne savait pas trop pourquoi l’autre Givrali était venue vers elle, mais elle en était heureuse. Elle s’était plongée dans la lutte contre les langues de feu avec passion et en solitaire. Avoir une présence humaine, fonctionnelle et prête à l’action était rassurant. L’union fait la force. Quelque chose comme ça.

Elle retourna son regard sur le feu, puis sur l’équipe de Luce. Là aussi, elle se ressemblait quelque peu. Leurs chiots se jugèrent du regard avant de continuer leurs tâches respectives, semblant comprendre l’importance que cela avait. « Tu vas bien ? » Elle ne savait pas trop quoi dire. Elle ne connaissait pas Luce et si elle était heureuse de la savoir en bonne santé, elle savait qu’Alex s’entendait bien avec elle, elle s’inquiétait pour ses amis plus proches.

Égoïstement une fois de plus.

Son sourire se tordit. Elle n’était décidément pas une bonne personne. Elle frotta machinalement son avant-bras. Et elle sursauta à nouveau. Sans qu’elle ne s’y attende (et qui pouvait l’en blâmer, c’est pas tout les jours qu’on se faisait gnaper au milieu d’un incendie), des bras s’enroulèrent autour de sa taille et un visage se faufila entre ses mèches roses. Elle reconnu son odeur avant de réagir violemment. « Alban ? » Il lui laissa suffisamment d’espace pour qu’elle puisse se retourner. C’était bien Alban. Elle poussa un soupir de soulagement avant de lui rendre son étreinte. Elle aurait voulu dire un truc. Je suis contente que tu ailles bien. Quelque chose comme ça. Mais elle ne pouvait que le regarder et passer une main sur sa jouer comme pour vérifier qu’il était bien là et pas une illusion au milieu de sa peur. Elle était tellement heureuse de le voir là, en pleine santé. Il allait bien. Il allait bien. Elle appuya son front sur son épaule pour quelques secondes. Prendre du courage dans ses bras. Elle avait bien le droit de se reposer quelques secondes auprès de celui qu’elle aimait. Elle affronterait la réalité dans quelques toutes petites secondes. « Merci d’être là. » Elle se sentait tellement forte maintenant. Elle se détacha doucement des bras du garçon, sans le lâcher des yeux. Elle attrapa sa main avant de se retourner vers Luce, un peu gênée. Ses joues étaient rouges et pas vraiment à cause du feu et de la chaleur qu’il irradiait.

De sa main libre, elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille. « Huum, Luce, je te présente Alban, un … hmmm .. ami. Alban, c’est Luce, une de mes camarades Givrali. » Elle hésita un instant avant de reprendre. Ça lui faisait toujours bizarre d’appeler Alban son ami. Pas qu’elle ne le considérait pas comme tel. Quoique en fait, si. Elle ne le considérait pas comme son ami. Alban était bien plus qu’un ami. C’était plus ambiguë que ça. C’était plus complexe. Un peu trop complexe pour qu’elle soit capable de mettre des mots dessus. Elle secoua la tête. « On devrait peut-être … euh … continuer à éteindre le feu ? » Apa émit ce qui ressemblait à un ricanement et la scientifique lui jeta un regard noir. Elle se sentait étrange. La situation lui paraissait surnaturelle. Quand elle était seule face aux flammes, elle n’avait à penser qu’à elle. Elle pouvait paniquer et penser et elle ne savait pas quoi faire maintenant. Elle se voyait mal discuter du temps et du dernier contrôle ou quoi que ce soit. Demander des nouvelles de leurs amis risquait de jeter un blanc. Elle se mordilla la lèvre.

« Smaug ? » Le chiot jappait furieusement. Il avait probablement trouvé une personne blessée. Elle fit signe à une équipe de secours qui suivit le chiot blanc tendit qu’elle indiquait à ses pokemons eau de leur dégager le passage. Elle le faisait presque sans y penser désormais. Tristement habituée aux hautes flammes qui l’éblouissait. Habituée à devoir remonter ses lunettes toutes les deux minutes à cause de la sueur que la chaleur créait sur sa peau. Elle en avait marre. Elle s’accrochait désespérément à Alban. Pourquoi fallait-il que cette fichue académie leur attire autant d’ennuis ? À croire qu’ils étaient des personnages de romans. Pour autant, elle ne voulait pas abandonner. Elle pouvait être utile ici et elle n’était pas seule. Elle se battrait jusqu’à ce qu’on lui dise de rentrer.


HRP :
JE SUIS DESOLEE DU RETARD OMG JE SAIS PLUS ECRIRE DESOLEE C'EST UN PEU CACA MAIS VOILA.

Il se passe rien en plus à l'aide. Max parle avec Luce, elle hug Alban, elle parle avec Alban&
Luce (kind of) et elle se bat contre le FEU (quelle idée).

Hésitez pas si ça va pas Lulu & Alchu ~

_________________




Le personnage le plus populaire 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 1790
Points d'Expériences : 1510

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Mar 20 Juin - 7:22



Il n'y a pas de fumée sans feu...

BLACKHART
LEONIDAS
PRYDE
CALLIOPE
Lieu : Bâtiment PALLADIUM
Date : 20 avril, 3h
Pokémon utilisés :

Tu te sens fier, prêt à tout affronter. En plus, tu es super bien accompagné … ! Tu ne peux plus faire machine arrière, tu sais que la situation est grave et que l’on compte sur toi. Tu as une lourde responsabilité sur les épaules. Tu dois faire vite, user de ta force et hisser les blesser au-delà des décombres. Tu prêtes aussi une oreille attentive au dresseur que tu admires et te déplace en fonction.

Jusqu’au moment où vous trouvez un corps enseveli sous un rocher. Il a mal, tu le sais car tu entends ses gémissements. Il a peur aussi car il dit ne plus sentir ses jambes. Ton regard trahis ton inquiétude lorsque que tu poses tes yeux sur le blond. Que faire ? Allez-vous l’aider où est-ce une peine perdu ? Ne vaudrait-il pas mieux secourir ceux qui le peuvent réellement … ?

Mais non. Leo, lui, ne se laisse pas démonter. Vous allez porter secours à cette victime qui vous implore. Pour te donner du courage et te booster, tu frappes ton torse pour montrer ta détermination. Ton équipe est prête. Il va falloir de la force. Mais tu es confiant, tu sais que tu en as. Ce n’est pas un ridicule rocher qui allait te faire peur. Tu es petit, certes, mais costaud. Alors, tu pousses de toute tes forces pour libérer le malheureux. Encore et encore. En vain. Le rocher ne bouge même pas d’un millimètre.

En réalité, tu es faible. Du coup, tu te sens impuissant. Inutile même. Cette personne va mourir. Et tu ferais mieux de la laisser. Sauf que tourner le dos et se résigner aussi facilement ne fait pas parti de toi. Tu n’as pas dit ton dernier mot. Tu hurles donc ta rage. Ton envie de vaincre. Tu sais que tu peux le faire alors, tu vas le faire. Tu peux t’en donner les moyens. Alors, dans un ultime effort, tu recommences.



Le chaos. Il n’y avait pas d’autre mot pour résumer la situation.

Il y avait énormément de blessés. Des plaintes, des hurlements déchirant. C’était difficilement supportable pour le cœur sensible de la rouquine. Cette dernière se sentait impuissante. Elle voulait tant aider toutes ces personnes à la fois mais cela était impossible malheureusement. L’essentiel était de se concentrer au moins sur les blessés qu’elle pouvait gérer. De faire un tri rapide en analysant les degrés de gravité. Mais même étant dans le domaine médical, faire cela seule relevait d’un exploit. Trier, analyser, administrer les soins, ordonner ... Ce n'était pas évident. Encore moins lorsque d’autres éléments perturbateurs entraient en jeu.

Alors qu’elle appuyait de toute ses forces sur la zone hémorragique de son énième patient, Callie distinguait une voix familière dans ce brouhaha. Il s’agissait de Rod. En relevant la tête pour le regarder, la demoiselle pouvait voir son teint livide. Il faisait peur à voir mais son état était beaucoup moins préoccupant par rapport aux personnes réellement mal en point. Un sourire au coin des lèvres, Calliope se sentait un peu soulager. Une paire de bras supplémentaire, ce n’était pas de refus.

_ Ok ! Alors dans un premier temps, tu vas me déchirer un bout de tissu que je puisse faire un garrot. Ensuite, on va pouvoir emmener les premiers blessés dans le poste de secours le plus proche. Tu iras seul comme ça, je pourrais m’occuper des nouveaux arrivants. Dès que tu reviens, je te redirais quoi faire. Ça te convient ainsi ?

S’il se sentait nauséeux de la situation, il valait mieux éviter qu’il soit directement confronté à tout ça. Donc Callie estimait que c’était ma meilleure solution. Elle n’avait pas envie d’un Rod en train de faire un malaise dans ses bras, elle avait d’autres patients à charge dont la vie était en jeu. De plus, elle n’avait pas tellement le temps de réfléchir convenablement. Son esprit était bien trop embrouillé.

_ Aide moi juste à hisser cet homme sur Torterra s’il te plait.

A eux deux, les adolescents arrivaient tant bien que de mal à placer l’homme sur le mastodonte. De grosses gouttes de sueurs perlaient sur le front de Callie. Mais elle n’avait pas le temps de reprendre convenablement son souffle. Main sur les hanches, elle regardait à peine quelques secondes Rod s’éloigner avec le premier groupe de blessé. Puis, au moment où elle s’apprêtait à se retourner pour reprendre tout en essuyant sin visage avec son avant-bras, elle sentait quelque chose se serrer autour de sa taille. Surprise, elle tentait de jeter un coup d’œil derrière elle et reconnaissait immédiatement Aria.

_ A-Aria mais… Pourquoi n’es-tu pas restée à l’académie ?!

La préfète considérait Aria comme sa petite sœur et avait tendance à la surprotéger. C’était donc normal qu’à ces yeux, la fillette n’avait rien à faire là. Ça devenait compliqué. Car d’une certaine manière, la rouquine voulait rassurer Aria et l’emmener à l’abri. Mais d’un autre côté, elle avait tout un tas de blessés sur les bras et elle ne pouvait pas non plus les abandonner là. Alors, quelle décision prendre ?! Et vite … !

_ Ecoute moi, commençait Callie en se mettant au niveau de son amie et en lui attrapant ses épaules de chaque côté pour être sûre qu’elle ne la regarde qu’elle. Je sais que c’est beaucoup te demander Aria, mais ressaisi toi ! Beaucoup de personnes et de Pokemon ont besoin que nous leur portions secours. Ils ont peur, tout comme toi. Mais eux, ils sont blessés et totalement impuissants. Ils ne peuvent rien faire pour s’en sentir et c’est à nous de le faire. Tu comprends ? Tu es une fille courageuse, je suis sûre que tu peux rassembler tout ce courage pour le mettre à profit. Tu vas être mon bras droit, d’accord ? Tu vas m’aider pour les soins et me fournir tout le matériel dont j’ai besoin. Ensuite…

Mais pas le temps de terminer. Leo revenait déjà. Et accompagné d’une masse inconnue. La créature dépassait largement le lion et transportait sur son épaule deux corps blessés. Il y avait aussi sur son visage un sourire triomphant. Et c’est en voyant ce dernier que Calliope le reconnaissait. Pandespiègle avait évolué. Interloquée, Callie se redressait, tout en gardant le bout de ses doigts sur les épaules de sa consœur.

_ Bon… C’est reparti. soufflait doucement la rouquine alors que Pandarbare déposait déjà une première victime au sol qui ne cessait de tousser. Ok, alors Aria, dans mon sac tu vas voir une sorte de longue cannette avec au bout quelque chose qui ressemble à un masque. Apporte-le et pose le masque sur le visage de la dame de sorte à ce que son nez et sa bouche soit enveloppé. En dessous tu as un bouton, dis-lui de respirer calmement et appuis. expliquait calmement la préfète.

En attendant, elle prenait en charge la seconde victime. Ce n’était pas une gêne respiratoire dû à l’inhalation de fumée qu’elle avait, mais plutôt un bon nombre de lésions et contusions, externes et probablement internes. Pas sûr que la victime y survive d’après son premier coup d’œil mais ça valait le coup de tenter.


HRP:
 
(c) Alban


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 2580
Points d'Expériences : 2328

MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   Mer 21 Juin - 1:14

Ginji Labelvi
      rp commun



« Il n'y a pas de fumée sans feu... »


« -La prochaine rue à gauche, Châtaigne ! »

C'est étrange comme la ville ne m'a jamais semblé aussi silencieuse.

Il n'y a littéralement personne dans les rues. Même les lumières des appartements sont éteintes. C'est presque... Lugubre. Je craignais que l'on rencontre des problèmes à circuler librement au milieu de la route, mais avec le peu de monde qu'il y a, je risque difficilement une plainte.

Je suppose que puisque nous sommes au milieu de la nuit, tout le monde ne s'est pas forcément fait réveiller par les deux explosions, et donc que la majorité des habitants de l'île ne découvriront ce qu'il se passe qu'au réveil. Et quant à ceux qui étaient réveillés... Soit ils sont allés aider directement sur les lieux des déflagrations, soit ils se sont réfugiés chez eux à triple tour. Un peu comme nous avons eu la possibilité de le faire...

Dommage que le contexte soit si peu réjouissant, car il y a quelque chose d'appréciable dans cette balade nocturne. Il fait bon, tout juste frais, pas le moindre signe de vie et toute la ville n'est rien que pour nous. Nous pourrions nous amuser à bondir sur les voitures et à escalader les parois des immeubles que rien ni personne ne nous en empêcherait...

D'une certaine façon, on peut dire que les personnes à l'origine de tout ceci ont bien joué leur coup. Une première attaque, on attire toute l'attention, puis lorsque c'est fait, une deuxième, plus isolée, et pour laquelle on ne peut envoyer que peu de renfort... Et voilà, c'est Lansat toute entière qui se retrouve figée. Paralysée par la peur, cette île s'est tue dans un mutisme presque angoissant, et dont seuls les tourments profonds lui arrachent parfois quelques cris douloureux.

Il suffit de tendre un peu l'oreille pour entendre le son des sirènes et des hurlements s'échappant des flammes.

« -Là.... Arrête-toi, s'il te plaît. »

Je pointe du doigt l'un des bâtiments dominant le reste de la rue, et demande à mon compagnon de s'y arrêter. Après être descendu de Châtaigne, et avoir remercié celui-ci d'une brève caresse sur le museau, je m'approche de la porte de l'immeuble illuminé, et pénètre dans le hall après avoir brièvement vérifié la correspondance du nom de l'enseigne et de la carte de visite.

A l’intérieur, il n'y a qu'une femme, occupant le rôle d'hôtesse, et visiblement anxieuse. En me voyant arriver, elle se lève d'un bond de son fauteuil, et se penche sur son comptoir pour s'adresser à moi.

« -Vous avez besoin de quelque chose ? »

Pas de bonsoir ni rien. On voit bien qu'elle attend quelque chose. Les salutations n'étant de toute façon effectivement pas de rigueur, je décide également de m'en passer. Je hoche la tête.

« -On m'envoie chercher des bandages pour Palladium. »

Elle n'en attend pas plus pour quitter le comptoir, et se précipiter dans l'une des salles de la clinique. Quant à moi, je ressens une légère anxiété en repensant aux paroles que je viens de prononcer. Sorties de leur contexte, on pourrait croire que j'officie une fois de plus pour cette entreprise... Dire que Stella avait émis le souhait de ne plus jamais avoir affaire à eux, suite à notre mission. Alors que nous étions censés être dans le même camp... Au final, on ne peut pas réellement dire que nous avions été confrontés à eux, mais... C'est étrange. Notre propre impuissance, et... Ce sentiment que eux puissent réellement faire avancer les choses nous incitent certainement à nous montrer... Jaloux ? Non, ce n'est pas de la jalousie.... Plutôt... De la méfiance. Se retrouver allié à un groupe qui semble tout contrôler, mais qui pourtant paraît confronté à un même mur... C'est assez étrange. On a l'impression d'être pris de haut, et de n'être au final que des pions manipulés par une entité supérieure. Je suppose que leur statut de multi-nationale nous pousse à penser qu'ils ne réfléchissent qu'à leurs propres intérêts... Apprendre à mieux connaître cette entreprise de l'intérieur pourrait certainement m'aider à mieux les cerner, et à effacer certains de mes préjugés du genre.

La femme revient bien rapidement, accompagnée d'un homme tenant un énorme sac visiblement fait à la va-vite. Il a dû profiter du fait que l'on venait vers eux pour le finaliser.

Il s'approche vers moi, et me le remet sans perdre de temps.

« -Tenez. On espère que ça suffira.
-M-merci. »

Surpris par la lourdeur du sac, je me dirige néanmoins vers la sortie sans chercher à mieux tenir celui-ci. Je vais bientôt repasser sur le dos de mon Zéblitz, donc... Cependant, alors que je pensais nos brefs échanges définitivement clos, l'homme reprend la parole.

« -Vous savez s'ils ont réussi à évacuer beaucoup de monde ?... »

Alors que j'arrive devant la porte automatique, qui s'ouvre à mon approche, je m'arrête et me retourne. Le sac serré contre moi, je secoue lentement la tête de droite à gauche, une mine désolée sur le visage.

« -Je n'en sais rien. C'est le chaos total là-bas...
-Je... Je vois. » n'en ayant visiblement pas terminé, il s'approche précipitamment vde moi « Désolé de vous déranger avec ça, mais... Ma sœur travaillait sur les lieux au moment où tout ça est arrivé, et... Si vous rencontrez une certaine Catria, est-ce que vous pourrez demander à ce qu'on m'envoie des nouvelles d'elle ? »

Je hausse légèrement les sourcils, surpris par une telle demande. Pense-t-il sérieusement qu'il y ait une chance que je croise cette femme ? Je ne sais même pas à quoi elle ressemble, ni même si elle était encore sur place ou non, et j'avoue n'avoir pas réellement le temps de m'en soucier... Cela dit, voilà bien une preuve de la détresse de cet homme. Il s'en remet à moi comme ultime espoir d'avoir des informations sur l'état de santé de sa sœur... Et je ne peux pas vraiment le lui reprocher. Je suppose que moi aussi, à sa place, je chercherai le moindre soutien auprès de la première personne susceptible de m'en apporter, aussi petite les chance soient-elles.

Donc je me contente de hocher la tête. Une expression grave sur le visage, un regard presque désolé, et des paroles manquant de conviction, voila tout ce que j'ai à offrir à cet homme.

« -Je... Oui, j'essaierai. »

Le cœur lourd, je détourne mon regard de ce visage qui, ravagé par l’inquiétude, me fixe avec tant de détresse, et franchit le seuil me séparant de l'extérieur. Je ne pourrai hélas pas grand chose pour cet homme. Je le sais. Il le sait.

Espoir ou refus de la réalité ? Allez savoir ce qui nous pousse à prétendre pouvoir faire quelque chose. Si mon ancien moi me voyait, nul doute qu'il me crierait de ne pas abandonner, de ne pas penser que tout est déjà perdu et de croire en le salut de cette femme, mais... L'ancien moi s'en est allé au cours d'une fameuse virée dans le désert, pendant laquelle il dut réaliser que tout le monde ne pouvait hélas pas toujours s'en sortir. Parfois, y croire ne suffit pas, et... Cette soirée ne fait sans doute pas exception à la règle.

Je fais basculer le sac sur le dos de Châtaigne, puis grimpe sur le dos de celui-ci. Puis, avisant l'immense fumée qui s'élève à plusieurs rues de là, je demande à mon Pokémon de repartir, sans même un regard en direction du bâtiment que je viens de quitter.

La mort dans l'âme, je me prépare à mon retour en enfer.

***

Ça n'avance pas.

C'est la première pensée qui me traverse l'esprit en voyant l'immensité des flammes qui dévorent le bâtiment, indomptables. Il y a toujours autant de difficulté à calmer l'ardeur de l'incendie, et j'en viens à me demander si nous parviendrons à les éteindre un jour.

De retour face au bâtiment en feu, je descends rapidement de ma monture, et la délaisse pour me rapprocher du premier campement de soin improvisé à proximité. D'un premier regard, aucun signe de la présence de la femme de tout à l'heure, et j'ai un instant d'hésitation entre partir à sa recherche ou déposer les matériaux médicaux auprès du premier médecin venu. Mais après quelques secondes à chercher, en vain, l'adulte, je me rabats sur la seconde option, et va donc poser le sac auprès des premiers secouristes rencontrés.

« -Des bandages. Et d'autres trucs peut-être. Je repars aider à combattre les flammes. »

Je n'attends aucun remerciement ni quoi que ce soit d'autre ; je ne laisse même pas le temps de réaliser aux gens à qui je m'adresse ce qu'il se passe que je repars aussi sec. D'un mouvement de la tête, j'invite Châtaigne à me suivre, et me hâte de rejoindre l'endroit où nous avions laissé mes autres Pokémon. Et si je n'ai aucun mal à les retrouver eux... Quelqu'un se fait bien plus absent.

Alors que je fronce les sourcils, je me tourne et me retourne, à la recherche d'une silhouette particulière. Stella. Où est Stella ? Elle a dit qu'elle garderait un œil sur mes Pokémon. Donc elle n'est pas bien loin, pas vrai ? Alors pourquoi je ne la vois pas ? Ne me dîtes pas qu'elle s'est rapprochée des flammes... Bordel, où est-ce qu'elle est passée ?!...

Je sens les battements de mon cœur accélérer à vive allure, alors que la peur se fait petit à petit plus grandissante en moi. Je ne la trouve nul part, elle n'est visiblement pas à proximité du feu, elle n'est pas à côté de mes Pokémon, et je n'arrive même pas à voir les siens.... AH SI, LA-BAS ! Arceus merci, Sky est suffisamment imposant pour que je puisse le repérer sans mal dans une autre zone de soin... A-attendez... Qu'est-ce qu'il fait en zone de soin ?... Et il n'est pas seul aussi, il y a Don et... Oh bordel oh bordel ne me dîtes pas que... Que....

Le tambour dans ma poitrine a à peine eu le temps de descendre de rythme qu'il s'emballe à nouveau, et repart au quart de tour – tout comme moi, au final. Écarquillant les yeux, je me mets subitement à courir en direction des espaces sécurisés, abandonnant une fois de plus mes Pokémon, et vois peu à peu apparaître les compagnons de Stella tous réunis là-bas. Ce n'est pas vrai. Ce n'est pas vrai. Ce n'est pas vrai. Arceus, PAR PITIE, dis moi que tout ceci n'est qu'une mauvaise plaisanterie.

« -STELLA ! »

Je n'ai pas cherché à retenir ce cri, surgissant du plus profond de mon être. Rejoignant les Pokémon de la Pyroli à une vitesse jamais atteinte, je me jette littéralement à genoux après m'être frayé un chemin parmi eux, pour tomber nez à nez avec le corps allongé de ma camarade.

« -Stella ! »

Mon visage se décompose à la vue du sien, morose. Un énorme masque cache près de la moitié de celui-ci, tandis que tout le reste de la jeune fille est parfaitement immobile, couché le long du sol. La vue de ce simple spectacle provoque en moi une sorte de déchirement, et avant même d'avoir eu le temps de passer ma main derrière sa tête, des larmes commencent à s'écouler de mes yeux. Je fais complètement abstraction de ses Pokémon autour de moi, et de ma main de libre, saisis la sienne, pendant que quelques paroles désordonnées l'assaillissent.

« -Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ?! Tu vas bien ?! Comment tu t'es fait ça ?! Es-est-ce que quelqu'un est venu te prendre en charge ?! Ils-Ils t'ont soigné ?! Il y a des gens qui t'ont aidé ?! Bordel, qu'est-ce qu'il s'est passé, Stella ?! Je croyais que... Je croyais que... Tu m'avais pourtant dit que... »

Ma voix se brise et, n'écoutant qu'une pulsion désespérée, je m'abaisse complètement au dessus d'elle, après quoi je passe mes bras sous son corps pour l’enlacer. Nos visages collés l'un à côté de l'autre, la froideur de mes larmes vient se mêler à celle de son masque, tandis que je sens contre le reste de mon corps la chaleur émanant du sien. Je sens mon cœur battre, le sien aussi, et ce contraste étrange de température me procure un sentiment à la fois de proximité et d'éloignement. J'aimerai lui retirer son masque, la regarder droit dans les yeux, et contempler l'intégralité de son visage, voir derrière lui qu'elle se porte bien, et que désormais tout ira à merveille – car la seule sensation de sa présence ne me suffit pas, j'ai besoin de plus qu'un simple toucher, une simple odeur ; je veux aussi la voir, l'entendre, l'écouter parler, respirer, et satisfaire mes sens de son entière présence à mes côtés. Mais je ne peux pas. Je dois lutter contre le besoin d'enlever ce maudit inhalateur, dont l'absence me permettrait pourtant d'obtenir tant de réponse, et ressers donc un peu plus mon emprise autour de Stella. Je ne la lâcherai pas. Hors de question de la lâcher. Je ne peux tout simplement pas faire ça ; à chaque fois que c'est arrivé, je la retrouve brisée, blessée, en piteux état. Tant pis si je ne peux pas maintenant la contempler, j'attendrai à ses côtés qu'elle se rétablisse tout le temps qu'il faudra. Si ça peut me permettre de la savoir en sécurité... Je suis prêt à patienter. A attendre que la panique qui me dévore se consume d'elle-même. A refouler toutes ces questions, tous ces reproches, qui me traversent l'esprit.

Comment s'est-elle fait ça ? N'avait-elle pas promis de faire attention ? Est-ce de ma faute ? N'avais-je pas dit que je ne l'abandonnerai jamais ? Et si c'était extrêmement grave ? Pourra-t-elle un jour s'en remettre ? Me le pardonner ? POURRAI-JE un jour me le pardonner ?

Ces interrogations, je les tais. Je ne veux pas les entendre. Je ne veux pas y répondre. J'ai bien trop peur... Peur de ce qu'elles pourraient révéler.

Alors je reste parfaitement immobile. Les quelques hoquets qui me prennent parfois ne suffisent pas à défaire mon étreinte, que je maintiens, de peur de voir Stella se dérober. Décidément... Décidément Arceus, tu m'en veux. Et pas qu'à moi. A nous. Nous tous. Est-ce donc si... Compliqué ? Vouloir tout mettre en œuvre pour aider les autres... S'aider soi-même... Sommes-nous réellement obligés d'en arriver là, à chaque fois ? N'y a-t-il... Pas d'autres solutions ? La souffrance est-elle à ce point nécessaire ? Notre malheur... Engendre-t-il le bonheur de qui que ce soit ?

Dans un entremêlent de larme et de reniflement, un sourire crispé se forme sur mes lèvres.

« -Bon sang, je... Je peux vraiment pas te laisser sans surveillance deux minutes, hein ?.... Je... Ne bouge pas... Ne bouge surtout pas.... Tout ça... C'est fini. On arrête les frais. Tu... Tu as suffisamment donné, Stella. Maintenant... Tu dois te reposer. Repose toi, et... Par pitié, reste là. Reste avec moi. Ne bouge plus. Ne... »

J'ai un nouveau hoquet.

« -... Ne me quitte pas, ok ? »

HRP:
 

Récap des rôles:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Des personnes doivent être secourues. Nous devons leur venir en aide. Point. C'est aussi simple que ça. »

Merci Môman Callie!

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...   

Revenir en haut Aller en bas
[Intrigue #9] Il n'y a pas de fumée sans feu...
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village Portuaire :: Autres Lieux Importants :: Lieu Mystère-