Partagez | .
Les tâches ménagères, un calvaire !
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 100
Points d'Expériences : 11

MessageSujet: Les tâches ménagères, un calvaire !   Mer 26 Avr - 15:15

SEINFELD
Sven

COOPER
William

Les tâches ménagères,
un calvaire !
Samedi matin. Aujourd’hui, j’étais de corvée. Inutile de préciser que lorsque mon réveil émettait ce son particulièrement désagréable, je me retournais dans mon lit et enfonçais ma tête dans mon oreille dans l’espoir d’étouffer ce bruit. Moi qui attendait avec impatience ce Week End pour faire une grasse matinée, voilà qu’au dernier moment je m’étais aperçu de ce détail fort dérangeant. Je décidais finalement de prendre cette tâche de façon positive en me disant que finalement, si j’avais cet appartement, je pouvais me permettre d’effectuer ces tâches. A vrai dire, dans n’importe quelle copropriété, c’était ainsi. L’entretien des locaux communs étaient à la charge des personnes vivants ici, qu’ils soient propriétaires ou locataires. Ça évitait de faire appel à une entreprise extérieure et de débourser des charges exorbitantes. Rien que cette dépense éventuelle me faisait frissonner pour ensuite me faire bondir hors de mon lit.

Machinalement, j’avais attrapé mon téléphone posé sur ma table de nuit. Mais lorsque mes yeux se posaient sur l’écran pour y observer l’heure, je poussais un juron. Je m’étais levé une demi-heure avant !

▬ Putain At’ !! Tu fais vraiment chier.

Je jetais le téléphone dans mon lit, avant même d’entendre le rire électronique de ce fichu Porygon. Je faisais ensuite volte-face et me dirigeait vers la salle d’eau afin de me rafraichir le visage. Je me cognais au passage dans un ou deux cartons, les yeux encore à moitié fermés. J’avais emménagé il y a peu de temps et je n’avais même pas encore pris le temps de ranger convenablement mon petit appartement. Du coup, c’était le bazar et je me prenais souvent les pieds un peu partout.

L’eau froide sur le visage me faisait énormément de bien, comme prévu. Et je me contentais de cela pour l’instant. Mon estomac criait trop famine pour le faire attendre. La toilette serait donc pour plus tard. L’avantage dans un petit appartement, c’est que je n’avais pas énormément de pas à faire pour me trouver dans la cuisine. Dans le placard du haut, j’attrapais mes céréales fétiches et m’en servait un bol. Les premières bouchées étaient vite englouties pendant que le café coulait. Je m’attardais aussi devant la fenêtre légèrement ouverte et regardait la cour extérieure sans vraiment faire attention. Ce n’est que quand une personne passait que mon regard s’illuminait. J’adorais observer les gens et leur habitude avant même de les côtoyer. Ca me permettait de me faire une première idée d’eux. Une habitude d’enquêteur, à coup sûr. Quand la silhouette disparaissait, je soupirais à nouveau. Il fallait bien que je sorte de là un jour si je voulais rencontrer mes voisins.

L’heure avançait plus vite que prévu. J’étais contraint d’avaler mon café rapidement, me brulant la gorge évidemment. Durant ma toilette, j’en subissais les conséquences et n’arrêtais pas de tousser. Je m’habillais ensuite d’un simple jean et d’un t-shirt. Pour la besogne qui m’attendait, je n’avais pas besoin d’être sur mon 31. Je récupérais tout de même mon téléphone et le fourrais dans l’une de mes poches. Pleins de bonnes volontés, j’abordais un fier sourire son mon visage et ouvrais la porte pour sortir.

Si je m’y étais attendu ? Pas tellement. Coupé dans mon élan, j’étais contraint de faire un pas en arrière pour éviter de justesse la personne qui se dressait sur le pas de ma porte. C’était un homme, un peu âgé et l’air mécontent.

▬ Vous êtes en retard. Faisait remarquer ce dernier.

Piqué au vif, ma mine se renfrognait. Je ne comprenais pas où cet inconnu voulait en venir, surtout que j’avais l’impression qu’il balançait des reproches sans vraiment savoir si j’étais la bonne personne. Je comprenais très vite –le temps que ça grimpe au cerveau en fait- qu’il s’agissait du concierge. Je me penchais vivement en avant, lançant mes plus plates excuses. L’homme se retournait en grommelant que j’étais nouveau ici et que je ne mettais pas suffisamment de bonne volonté. Je tiquais légèrement ce qui ne m’empêchait pas de refermer la porte de mon appartement à clé et de vite rejoindre la cour pour commencer à balayer. Quelle fût ma surprise quand je découvrais que quelqu’un d’autre tenait un balai en main et était déjà en train de rassembler les feuilles morte. M’étais-je trompé en regardant cette liste ?

▬ Euh... ?


_________________


William Cooper

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6115-william-cooper#65317 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6192-william-cooper-t-card#65548
avatar
Adulte Apprenti Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 19 ans
Niveau : 0
Jetons : 5074
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: Les tâches ménagères, un calvaire !   Ven 28 Avr - 18:59



Les tâches ménagères, un calvaire !

William Cooper
␥   RP Adulte
␥   Avril
␥   Cour de l'immeuble de Sven & co
(Eh, p’tite tête, si tu ne te réveilles pas maintenant tu vas être en retard)
- Ta gueule, Furfur…

Le petit Nucléos virevolta autour du lit improvisé de son dresseur en ricanant mentalement. Un grognement se fit entendre en-dessous des couvertures, et une main émergea pour attraper le réveil matin. Il était tôt. Vraiment très tôt. Mais même si on était Samedi, il était étrange que Sven soit en train de marmonner sous ses couvertures à cette heure-ci alors qu’il aurait normalement dû être en train de travailler ; que ce soit par extension de sa nuit précédente, ou parce qu’il s’était levé aux aurores pour continuer un rapport. Bien que curieux, Furfur évita donc de poser des questions. Mais il eut bien rapidement sa réponse lorsque l’Archéologue envoya valdinguer ses couvertures d’un coup de pied rageur.

(Ah ouais d’accord, je comprends mieux pourquoi t’es encore en train de dormir) bredouilla la voix de son Nucléos, directement dans sa tête.

Sven grogna de plus belle et posa une main sur son front. Il se sentait… vraiment super mal. C’était quoi, ça ? Il avait une nausée carabinée, et il avait l’impression d’avoir un nid de Rapion dans la gorge. Sa bouche était pâteuse, et ses tremblements incessants indiquaient clairement qu’il était en train de se déshydrater. A moins que…

Les souvenirs de sa soirée de la veille lui revinrent en mémoire. Il se voyait encore dans son bureau à l’Institut d’Archéologie, travaillant dans un silence religieux sur ses importants rapports. Sa plume qui parcourrait le parchemin dans un crissement agréable. La lumière tamisée de sa lampe, et le ciel étoilé visible à travers sa fenêtre. Et puis son tableau parfait ruiné par l’apparition de Corwick, son patron, dans l’embrassure de la porte de son bureau. Son insistance quant à la perspective d’aller boire un verre ensemble pour se « détendre » après une « dure journée de travail ». La réticence de Sven jusqu’à ce que, de lassitude, il finisse par accepter un verre. Il se souvenait avoir dit à ses Pokémon de rentrer sans lui à l’appartement, parce qu’il n’aurait pas besoin d’eux là-bas. Il se revoyait encore s’asseoir derrière le comptoir à côté de Corwick, tout en se disant que c’était une très mauvaise idée. Puis les verres qui s’enchaînent. Puis Corwick qui tente un rapprochement. Puis la baffe qu’il lui avait collée ; ou du genre. Il ne se souvenait pas vraiment de la scène, et peut-être que ses gestes rendus flous par l’alcool avaient transformé sa posture de défense en un adorable mouvement de chaton.

Toujours est-il que Sven avait la gueule de bois. Et ce n’était vraiment pas beau à voir.

Se relevant en titubant à moitié, le blanc plaqua sa main sur son estomac. Combien de verres avait-il bu, déjà ? Il se souvenait qu’au départ, il avait simplement commandé quelque chose de bien fort pour éviter de penser au fait qu’il se trouvait dans un bar avec son patron, par Arceus. C’était tellement inconvenant qu’il s’en sentait honteux. Et en plus de cela, il détestait Corwick. Ce qui n’arrangeait pas du tout ses nausées.

Se prenant les pieds dans à peu près tous les objets posés sur le sol de son petit appartement, Sven parvint enfin jusqu’à sa salle de bain. Il se rinça précipitamment le visage, se brossa rapidement les dents pour masquer les relents d’alcool de la veille, puis releva la tête pour se regarder dans le miroir. Son calme olympien fut mis à rude épreuve lorsqu’il vit la mine qu’il avait.

Légères cernes, peau terne, cheveux en bataille. Mais le pire dans tout ça, c’était l’espèce de trace rouge un peu violacée qu’il avait sur son cou. Il pria pour que ce ne soit qu’un bleu et ferma les yeux pour tenter de se souvenir. Il se pinça l’arête du nez avec son index et son pouce. Calme-toi, Sven, calme-toi tenta-t-il de se convaincre.

(C’est un suçon ?) demanda Furfur en venant flotter à côté de lui, la mine interrogative.

Il esquiva la brosse à dents que Sven venait de jeter sur lui, et ricana de plus belle. Voir Sven dans cet état était tellement inhabituel et tellement drôle. Oh entendons-nous bien. Ce n’était pas la première fois que le blanc buvait ; il avait fait l’école d’Archéologie, après tout. Mais c’était bien la première fois qu’il était incapable de se souvenir de quoi que ce soit, et qu’il était en aussi mauvais état. Avec un suçon sur le coin du cou de surcroît ? La scène était bien trop drôle pour que le Nucléos n’en profite pas.

D’un air dramatique, le type Psy vint flotter à côté de la tête de son dresseur, et susurra mentalement.

(Arceus, si les gens voyaient ça…) le taquina-t-il, en détachant bien chaque syllabe.

Il vit clairement dans les yeux de Sven que ce dernier hésitait entre défaillir ou se servir de lui comme d’une balle anti-stress. S’éloignant par instinct de survie de son dresseur, il le vit sortir de la salle de bain et aller se changer pour revêtir ses tenues traditionnelles et son keffieh. Keffieh qu’il ajusta d’ailleurs habilement pour cacher toute trace de ses déboires de la veille. Ou quoi que cela puisse être.

Rouge de confusion et de honte, Sven bredouilla deux trois ordres à ses Pokémon, puis finit par avaler un grand verre de thé au miel - un remède de grand-mère contre la gueule de bois -. Il se jura de ne plus jamais reparler de cette histoire avec Corwick - ou avec qui que ce soit, d’ailleurs -, et sortit de son appartement, suivi par ses quatre Pokémon. Il traversa le couloir qui le séparait de la cour, puis arriva enfin au lieu de rendez-vous.

L’air frais du matin lui fit du bien. Une légère brise marine soufflait dans leur direction, et les odeurs des fleurs qui commençaient à bourgeonner parvenaient progressivement à effacer les reliquats d’alcool et de cigarette du Vendredi soir. Tendant ses doigts pâles vers la petite remise, Sven attrapa un balai et commença son travail.

C’était comme ça, dans leur copropriété. De temps à autres, les résidents devaient effectuer quelques tâches pour éviter de les sous-traiter à des organismes qui les feraient payer bien plus cher que quelques heures de disponibilité. Et même si cela agaçait Sven, il estimait qu’il n’avait pas grand-chose à y redire. Commençant donc sa basse besogne tranquillement, le blanc releva la tête lorsqu’il entendit des bruits de pas devant lui.

Avec curiosité, il observa celui qui devrait être son partenaire pour ce matin. Plutôt plus grand que lui. Cheveux bruns. Gueule d’ange et l’air de le savoir. Aussitôt, Sven eut une première mauvaise impression. C’était typiquement le genre de personne avec qui il n’arrivait pas à s’entendre. Mais - et cette pensée l’empêcha de se braquer immédiatement -, le garçon aux yeux bleus était un de ses nouveaux voisins. Ou tout du moins, il semblait être arrivé dans les trois derniers mois puisque Sven ne se rappelait pas l’avoir vu à la soirée du Nouvel An. Et forcément qu’il se serait rappelé d’un visage comme le sien. Malgré le désintérêt dont Sven faisait preuve envers les filles comme les garçons, il savait tout de même reconnaître quelqu’un avec une jolie plastique. Et si ce mec s’était pointé à leur soirée du Nouvel An, il ne l’aurait probablement pas oublié. Faisant abstraction de ces détails gênants, Sven reporta son attention sur sa tâche. A ses côtés, son Lépidonille et son Kraknoix tentaient de se rendre utiles, tandis que son Milobellus aux couleurs d'un Majaspic et son Nucléos se contentaient de paresser dans un coin.

- Les balais sont dans la remise, juste-là. N’oubliez pas de la refermer quand vous aurez fini, elle grince et le propriétaire déteste qu’elle claque au vent.

Sa voix froide et sèche contrastait énormément avec son visage naturellement doux et son perpétuel sourire. Mais il était comme ça. Né avec une expression d’enfant joyeux et poli. Et il détestait ça.

- Sven Seinfeld, sinon. J’habite au troisième, indiqua-t-il négligemment, en tournant déjà le dos à son coéquipier d’un jour.

Décidément. Il n’était pas à l’aise avec les gens.

_________________


Dernière édition par Sven Seinfeld le Mar 16 Mai - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5531-390-sven-seinfeld-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5573-svein-seinfeld-adulte
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 100
Points d'Expériences : 11

MessageSujet: Re: Les tâches ménagères, un calvaire !   Sam 29 Avr - 10:39

SEINFELD
Sven

COOPER
William

Les tâches ménagères,
un calvaire !
Mon regard ahurit ne semblait pas améliorer ma situation. Ou plutôt, ma crédibilité. Bref ! Tout de même, j’avais de quoi être surpris, surtout que quelqu’un d’autre se tenait à ma place… Alors, soit j’avais mal regardé la liste désignant les locataires en charge du ménage ce jour, soit j’avais fait un bon dans le temps. Car l’idée de partager cette tâche ne m’effleurait même pas l’esprit. Au contraire, je pensais vraiment être seul ce matin. Et vraisemblablement, je me trompais.

Le jeune homme avec le balai dans les mains relevait la tête pour m’observer et j’en profitais pour mieux l’examiner à mon tour. Je constatais assez vite que j’étais légèrement plus grand. Un détail insignifiant car s’en était un tout autre qui piquait ma curiosité : ses traits.  Ils étaient si fins, si délicats ! A première vue, il me faisait penser à une poupée fragile, me faisant même douter sur la nature de son genre l’espace d’un tiers de seconde. Il s’agissait bel et bien d’un garçon, pourtant. Son regard émeraude me transperçait et ressortait incroyablement grâce à la couleur de sa peau mais aussi de ses cheveux. Le premier mot qui me venait pour le qualifier était la « pureté ». Mais je déchantais bien vite lorsque j’entendais sa voix. Cette dernière était en parfaite contradiction avec tout le reste. Ma déception était grande. Revenu sur terre, je m’exécutais dans un hochement de tête poli, encore sous le choc de ce contraste.

▬ Moi c’est William et je suis arri--

Je me stoppais net car mon interlocuteur me faisait déjà dos. Booon, comme première approche, ce n’était pas vraiment l’idéal, mais soit. En me retournant pour aller vers cette remise, je m’octroyais le droit de penser que c’était dommage car ce Sven aurait pu être la perfection s’il n’avait pas un tel comportement. Enfin, bon… Je pouvais aussi me tromper. Vu mon retard, il était aussi possible qu’il soit un poil irrité. Haussant les épaules comme si j’étais en train de faire la discussion à moi-même, je me mettais en marche. Finalement, j’étais bien avec quelqu’un ce matin. Tant mieux, le travail sera beaucoup plus amusant et plus rapide.

Averti, je faisais donc attention lorsque je refermais la porte. Inutile de contrarier de nouveau ce concierge bougon, rien que cette idée me donnait des frissons dans le dos. Mais où est-ce que j’étais tombé… ? Je savais que j’aurais dû quémander de l’argent à mes parents pour m’acheter directement une petite maison. Argh ! Je m’étranglais rien qu’en ayant cette suggestion. Franchement, demander ce genre de requête à mes géniteurs était signer mon arrêt de mort. Je ne pouvais omettre ce genre de détail mais ça m’arrivait souvent de vivre comme si ma vie était parfaitement normale et que je n’étais pas en conflit avec mon paternel. Je lâchais un soupir et allait rejoindre mon partenaire. Inutile de traîner davantage.

En revenant, je remarquais seulement le grand Milobellus aux drôles de couleurs et le Nucleos dans un coin. Ainsi qu’un Kraknoix et un Lepidonille qui s’afféraient eux aussi à la besogne du jour.  J’en déduisais assez facilement que ces Pokemon appartenaient à Sven. J’avais une pensé pour les miens qui tous –à l’exception de Porygon- dormaient. Qu’est-ce que j’aimerais être à leur place … Et puis, le garçon avec moi ne semblait pas être bavard. Comment allais-je m’y prendre ? Car si c’était pour passer la matinée en silence, uniquement à balayer les feuilles, c’était déprimant et ce n’était pas mon genre Et j’étais certain que cela puisse convenir à mon partenaire. Ça semblait être le genre de gars assez réservé. Ou plutôt blasé. Je n’en sais rien. En fait, non. Le blasé c’était plutôt moi… Je lâchais un soupir, plus fort que je ne l’aurais voulu. Je me rattrapais en balançant le premier truc qui me venait à l’esprit sans pour autant m’arrêter ou regarder Sven. On se faisait dos et c’était peut-être mieux ainsi.

▬ Vous êtes là depuis longtemps ? Comme je viens d’arriver, j’ai encore un peu de mal à me familiariser avec les habitudes d’ici. Il y a des voisins sympas ?

Je tentais une approche et on verra bien. Mais c’était d’une banalité affligeante, pas sûr que ça plaise. Trop tard de toute façon, je ne pouvais pas faire marche arrière. Je m’adressais donc une énorme baffe mentale et reprenais mon travail avec un peu plus d’énergie jusqu’à ce que ma poche se mette à vibrer. Intrigué, je m’arrêtais et me saisissais de mon appareil en pensant qu’il s’agissait d’un message important.

At Sign depuis le téléphone de Will' a écrit:
Ton plan drague est vraiment naze.

Je serrais fermement le téléphone dans ma main, comme si de cette façon, je pouvais étrangler mon Porygon –ce qui n’était pas le cas, forcément. Je pestais discrètement et profilais des menaces à ce dernier s’il ne se taisait pas. On pouvait me prendre pour un fou mais je ne percutais même pas. Au final, j’éteignais mon téléphone. J’étais de repos, je n’avais aucune astreinte donc le boulot ne pouvait pas m’appeler. Devinant mes pensées, At se matérialisait avant même que l’écran ne devienne noir et piratait l’iPok de Sven sans que je m’en rende compte. Je continuais de balayer.

At Sign depuis l'iPok de Sven' a écrit:
Désolé pour cet intrusion cher ami, mais il est hors de question de me mettre sur le banc de touche ! Enchanté, je m’appelle At Sign et le gugus avec toi, c’est mon dresseur mais il ne sait pas comment s’y prendre pour t’amadouer.

_________________


William Cooper

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6115-william-cooper#65317 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6192-william-cooper-t-card#65548
avatar
Adulte Apprenti Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 19 ans
Niveau : 0
Jetons : 5074
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: Les tâches ménagères, un calvaire !   Mar 16 Mai - 18:55



Les tâches ménagères, un calvaire !

William Cooper
␥   RP Adulte
␥   Avril
␥   Cour de l'immeuble de Sven & co
Il n’avait qu’une seule envie : celle de retourner le plus vite dans son appartement pour se rouler en boule dans ses couvertures à même le sol. C’était tellement inhabituel de sa part. D’ordinaire, il se couchait tard, se levait tôt, et avait plutôt une autonomie assez élevée. Une journée où il passait trop de temps à dormir ou à ne pas travailler était une journée perdue. Mais cette fois, il aurait volontiers laissé ses principes de côté pour quelques heures de repos. Ou une aspirine. Ou n’importe quoi qui pourrait apaiser son cerveau encore trop brouillé par l’alcool de la veille. Ergl. C’était bien la dernière fois qu’il buvait en compagnie de Corwick. C’était peut-être d’ailleurs bien la dernière fois qu’il buvait tout court…

(Genre. Tu aimes trop les liqueurs de Seviper marinés et le narguilé pour te passer à vie de ces petites activités de débauché. Avoue juste ce que tu es e-)

Du plat du balai, Sven envoya un caillou en direction de Furfur, qui l’évita habilement en ricanant mentalement. Ça aussi, ça lui tapait sur les nerfs. De même que ce type qui était quelque part derrière lui, et qui essayait désespérément de lui faire la conversation… Comment avait-il dit s’appeler, déjà ? William ou du genre. Mais Sven n’était clairement pas du genre à appeler les gens qu’il venait juste de rencontrer par leurs prénoms. Bah. Ce n’était pas comme si en dehors d’aujourd’hui, ils auraient particulièrement l’occasion de se croiser. Sven était un loup solitaire. Ses phases de déambulation dans l’immeuble étaient bien trop restreintes pour qu’il fasse des rencontres au détour d’un couloir. D’autant plus qu’il partait généralement bien plus tôt et rentrait bien plus tard que les autres locataires.

William avait cependant eu le bon réflexe de le vouvoyer, ce qui le détendit légèrement. Sven aimait la structure, le respect, la politesse. Il estimait que s’il avait vouvoyé William, ce dernier se devait d’en faire de même. Arrêtant donc quelques secondes de balayer les feuilles mortes, il leva le nez au ciel pour se mettre à réfléchir. Le temps passait tellement vite… Depuis quand était-il arrivé, déjà ? Il se souvenait avoir beaucoup voyagé. Il avait fini par venir sur Lansat parce qu’il avait obtenu une recommandation, après avoir pourchassé le Professeur Roseverte jusqu’à l’île Touga. Même s’il était du genre nomade, il devait reconnaître que son arrivée ici avait marqué le début d’une installation qui lui semblait un peu plus pérenne. Bon dieu… A peine diplômé et il commençait déjà à parler comme un vieux, n’est-ce pas ?

- Je suis arrivé en Septembre dernier, répondit-il sobrement.

Sven n’avait jamais été du genre très bavard. Il nota cependant que William était arrivé il y a peu, et il sentit qu’il devenait plus indulgent à propos de lui. Vrai. S’il était arrivé récemment, cela justifiait son manque d’expérience sur des tâches ménagères d’immeuble. Le blanc haussa néanmoins un sourcil lorsque son partenaire lui demanda si les voisins étaient sympas. Hm… Laissez-le réfléchir…

Si Sven avait dû qualifier ses voisins, il aurait dit qu’ils n’étaient pas forcément très intéressants. Il les avait surtout vus une seule fois tous réunis, à l’occasion de ce chaotique Nouvel An inter immeubles de la résidence. En dehors, disons qu’il n’avait rien fait pour discuter avec eux, les rares fois où il les croisait. Pour autant, et même si le jeune Archéologue ne les trouvait pas « intéressants », ce n’était pas pour ça qu’il ne les trouvait pas « sympas ». Il avait pu un peu les observer, lors du Nouvel An. Certains avaient l’air gentils, même si ce n’était pas vraiment un critère sur lequel il se basait pour apprécier ou non une personne. D’autres, devaient probablement être qualifiés de « marrants » ou « drôles » selon l’avis de gens normaux. Sven n’avait jamais été très sensible à l’humour, mais il estimait que pour quelqu’un comme William… effectivement, ses voisins étaient peut-être « sympas ».

- Je crois que oui, finit-il enfin par dire après un certain temps de réflexion. Je ne les ai vus tous ensemble qu’une seule fois, lors de la soirée du Nouvel An entre voisins mais… ils n’avaient pas l’air bien méchants. De ce que j’ai vu, Ilea Alezar et Tomas Arago avaient l’air du style sociable. Il y avait aussi cette fille qui était venue visiter les appartements, Tisha quelque chose, mais je ne l’ai pas recroisée depuis donc je ne suis pas sûr qu’elle soit venue s’installer. Les autres ne sont pas vraiment bavards.

Il s’interrompit. Etait-ce les relents de gueule de bois qui le rendaient aussi sociable ? Enfin. Sociable était un bien grand mot, quand on s’adressait à lui. Mais pour une fois, il ne s’était pas montré aussi froid et fermé que d’ordinaire. Se remettant à balayer, le blanc hocha la tête en direction de Zépar pour lui signifier qu’il faisait du bon travail. Son Kraknoix aristocrate avait encore du mal à se réduire à de telles basses besognes, mais il se montrait au moins plus utile que Furfur et Agares…

Sentant son iPok vibrer, Sven s’interrompit. C’était plutôt rare qu’on lui envoie des messages. D’habitude, son téléphone était réservé au travail uniquement. Sa famille n’avait pas de tels appareils en leur possession, et ses amis étaient inexistants. Légèrement inquiet de devoir se ruer vers le travail ou un dossier x ou y, Sven déverrouilla l’écran et lu le nom d’At Sign. Quoi ? Depuis quand avait-il un tel contact dans sa liste ?

Ouvrant le message, il le lu rapidement et… pfft.

Il aurait dû s’énerver ou se renfermer. Sa réaction normale aurait normalement dû être totalement prévisible. Si on prenait en compte son caractère, Sven aurait simplement arrêté de parler à William. Ou l’aurait envoyé paître avec une remarque incisive comme il savait si bien les faire. Mais cette fois-ci… il ne savait pas si c’était par compassion parce que le Pokémon de William semblait aussi insupportable et intrusif que Furfur, ou bien parce qu’il était encore un peu dans le mou. Toujours est-il qu’il se retourna vers le brun, brandit son téléphone vers lui pour qu’il puisse y lire le message, et l’interpella.

- Hey. On dirait que votre Pokémon fait des siennes. Alors comme ça il semblerait que vous essayiez de me… hm, comment a-t-il dit, déjà… m’amadouer ?

Son regard se fit légèrement plus rieur. Le ton de sa voix, beaucoup moins froid. Il se pencha doucement vers William, toujours à quelques mètres de lui néanmoins.

- Et en quel honneur ?

Alors comme ça, son lui encore un peu bourré était du style joueur, hein ? Voilà qui s’annonçait amusant…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5531-390-sven-seinfeld-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5573-svein-seinfeld-adulte
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les tâches ménagères, un calvaire !   

Revenir en haut Aller en bas
Les tâches ménagères, un calvaire !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village Portuaire :: Autres Lieux Importants :: Habitations-