Partagez | .
Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 371
Points d'Expériences : 202

MessageSujet: Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]   Sam 10 Juin - 22:03

-Et miiince, comment je vais faire....

   A peine arrivé à la Pokémon Community, tu as déjà un problème. N'est-ce pas, Sylvabel ? Et aujourd'hui, au repas du midi, tu ne sais tout simplement pas comment tu vas faire pour porter ton plateau. Parce que ta béquille est toujours là pour t'handicaper, dans ce type de situation. Porter un plateau, tenir une béquille, et effectuer les deux actions en même temps... C'est quelque chose de très complexe. Et à tes côtés, Arwen te fixe avec un regard las. Ta petite Laporeille semble agacée par ton attitude, et ne semble en rien souhaiter te taquiner, comme elle a pourtant l'habitude de le faire. Elle te dévisage. Ses petits yeux se portent sur les autres, qui te passent à côté alors que toi, tu es adossé contre le mur, bras croisés. Ta béquille posée à côté de toi, tu sembles être plongé en pleine réflexion. Mais ce qui doit être le pire, dans tout cela, c'est que lorsqu'un élève passe près de toi, remarque que tu sembles avoir un souci et te propose gentiment son aide... Tu lui rends le regard le plus fier du monde, et te contente simplement de lui dire :

-Oh, ne t'en fais pas cher élève, je suis bien capable de m'en sortir moi-même ! Il me faut juste le temps de trouver une petite solution, comment je vais m'y prendre, tu sais...

    Et tu parles, tu parles, tu continues ton long discours sans même t’apercevoir que l'élève est déjà parti sans daigner écouter la fin de ta phrase. Arwen te file une petite tape sur la jambe, et tu te contentes d'afficher un air benêt en contemplant les autres autour de toi. C'est cela, aussi, de vouloir prouver à tout le monde que tu es le meilleur et que tu es capable de t'en sortir malgré toutes les difficultés... Tu te retrouves dans des situations que même la personne la plus débile du monde comprendrait que ce que tu fais est loin d'être la meilleur solution. Tu as lu beaucoup trop de bouquins. Alors tu baisses le regard, tu exécutes de grands gestes pour expliquer quelque chose à ta starter, qui vient frapper sa petite patte contre son crâne, l'air bien plus agacé. Je crois bien qu'Arwen n'a pas souhait de plaisanter, aujourd'hui. Et toi tu souris toujours, l'air idiot, persuadé que tu pourras avancer avec ta béquille et supporter ton plateau. Je crois que tu ne sembles pas avoir compris que ce n'était pas simple. Mais tu es serein. Tu te fiches bien de ce que tu fais. Tu es loin de ta famille. Tu es loin de ta mère. De Nadia. Elles, elles t'ont toujours jugé, quoi que tu faisais, quoi que tu disais. Elles t'ont toujours fait sentir emprisonné, enfermé. Désormais, tu es loin d'elle. Alors quoi que l'on puisse te dire, quoi que tu puisses faire, tu ne te sentiras jamais plus enfermé que lorsque tu étais avec celles qui t'ont toujours rejeté. Tu as beau venir d'arriver, tu te sens bien. Et tu veux tenter même tout ce que l'on qualifierait d'impossible. Tu es courageux... ou bien très stupide. Tu as peut-être lu trop de livres. Mais comme dans certains de ces bouquins que tu as déjà lus, tu veux être de ceux qui parviennent à prouver aux personnes qui les sous-estiment que tu n'es pas si incompétent que cela.
          Tu te dis que peut-être, tu devrais abandonner ta béquille et porter ton plateau. Sauf que ta jambe te ferais mal. Mais tu est têtu ; tu ne veux pas avoir à recevoir d'aide. Alors peu importe ce que tu pourras faire, tu veux te débrouiller seul. Et au final, tu lâches un énorme soupir, le visage aussi lassé que celui d'Arwen. Tu grognes. Tu ne veux pas d'aide, car tu ne veux pas te conforter dans l'idée que tu es faible. Alors tant pis, tu te débrouilleras seul. Tu es un peu imbécile, non ? Pour ne pas dire absolument stupide. Tu as conscience que tu as un problème à la jambe ? On ne dirait pas. Arwen te fixe, l'air désespéré, alors que tu déposes ta béquille contre le mur et va en sautillant récupérer un plateau. Les autres te dévisagent. Ils se demandent pourquoi tu as refusé leur aide. Et tu entends leur murmure. Mais tu ne te démontes pas. Air fier mais crispé par la douleur, tu te redresses et les fixe avec un étrange sourire.

-Moi, Sylvabel, je veux prouver que je suis plus fort que ma condition physique ne le laisse paraître ! Je n'ai nul besoin d'aide, je peux me débrouiller seul ! Peu importe cette béquille, peu importe cet handicap, moi, je suis capable de braver toutes les difficultés !

    …et c'est là que tu parais le plus idiot. Tu n'as pas fini de te ridiculiser ? Alors que toi tu observes les autres élèves avec ton sourire le plus fier, le plus déterminé, eux te regardent avec un air étonné. Ils te trouvent étrange. Mais tu n'as pas l'air de vouloir le comprendre, mon cher Sylvabel. Enfin, un jour viendra où tu cesseras d'être aussi têtu que tu ne l'es.
          Boitant, tu traverses doucement le réfectoire. Tu promènes ton regard sur le réfectoire, tu sembles plongé en pleine réflexion. Où vas-tu aller t'asseoir ? Seul ? Les autres te repoussent alors que tu essaies d'aller les voir. En même temps, si tu ne débitais pas d'énormes paroles en un très petit délais, peut-être qu'on te laisserait plus de chances... Ah, j'ai oublié de préciser que tu as abandonné ta béquille pour porter ton plateau à une table, et que tu es pratiquement tordu de douleur dès que tu poses ton pied par terre. Tu sais que cela ne va pas t'aider, n'est-ce pas ? A vouloir faire le fier... Tu te murmures que ce n'est pas grave, que ce n'est qu'un mauvais moment à passer. Tu veux montrer que tu n'es pas faible. Tu en as eu assez que l'on te traite comme tel, après tout. Mais est-ce nécessaire de t'infliger une douleur pareille ? Tu as mal. Ta jambe te fait mal. Pourtant, tu continues de marcher au milieu du réfectoire, boitant, l'air se décomposant petit à petit. Tu te mords les lèvres, tu continues d'avancer. Tu te répètes que tu peux te débrouiller seul, et que l'aide de quiconque te sera futile. Est-ce que ça vaut vraiment la peine que tu accentues ta douleur comme cela juste pour montrer que tu es fort ?

    Une vague de soulagement fini par déferler sur toi. Tu sens comme une sorte d’apaisement lorsque devant tes yeux, apparaît une table libre. Libre, enfin... Jusqu'à ce qu'une jeune fille, plus jeune que toi en tout cas, vole ta place et ne vienne s'installer. Tu grimaces. Toi qui pensais avoir enfin trouvé un petit coin où t'asseoir. Mais tu pourrais toujours t'asseoir près d'elle, si elle ne te repousse pas. Tu n'as qu'à éviter les longs discours inutiles, cela passera tout seul. Mais je crois que tu as trop mal pour t'attarder sur ce genre de détails. A la hâte, et te fichant bien de ce que la jeune fille peut penser, c'est presque comme si tu claquais ton plateau sur la table en grognant. Tu tires la chaise, presque à te laisser tomber dessus. Si dans ta tête, tu as l'impression d'être un genre de héros qui vient de réussir l'insurmontable, je crois qu'aux yeux des autres tu as seulement l'air d'être quelqu'un de très bizarre. Alors tu soupires. C'est tout ce que tu peux faire. Être jugé, tu as cela pour habitude. Ta mère et Nadia t'ont tellement critiqué lorsque tu étais auprès d'elle. Mais tu ne trouveras jamais de remarque plus blessante que les leur. Alors quelque part, tu n'en as pas grand chose à faire.
         Ignorant la jeune fille, tu fais un bond de ta chaise. Ta béquille, c'est vrai. Il faut que tu la récupères. Avec un peu moins de mal cette fois-ci, tu parviens à te rendre à l'endroit où tu l'avais déposée. Tu la saisis avec une grande rapidité, et t'appuie dessus en poussant un immense soupir de soulagement. Tu n'auras plus à forcer sur ta jambe pour te déplacer. Abruti.. C'est ce que signifie le regard d'Arwen. Mais toi, tu ne sembles pas vouloir le comprendre. Avec le maigre espoir que la jeune fille soit restée, tu regagnes la table. Un petit sourire se dessine sur ton visage alors que tu l'aperçoit. Tout va bien, elle est toujours là. Tu ne t'es pas réellement fait d'amis depuis ton arrivée. Les autres ont souvent tendance à te fuir. Tu ne sais pas pourquoi. On dirait bien que tu ne souhaites pas comprendre ces raisons qui leur paraissent pourtant évidentes. Tu es trop bavard, trop intrusif, trop... trop sûr de toi. C'est pour cela que l'on t'évite. On te trouve un peu idiot. Pour ne pas dire trop. Alors tu te laisses tomber sur la chaise que tu avais tirée, Arwen bondit sur tes genoux. Avec un grand sourire, tu poses tes yeux sur l'adolescente assise en face de toi.

-Salut ! Désolé si je parais intrusif, on a eu idée de s'asseoir à la même table alors autant la partager.

    Tu te penches légèrement, tendant ta main, adoucissant le sourire sur tes lèvres.

-Moi c'est Sylvabel, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 13
Niveau : 10
Jetons : 1210
Points d'Expériences : 280

MessageSujet: Re: Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]   Dim 11 Juin - 18:39

  • Erika D'Eleos
  • Sylvabel Eliacin
Je voudrais juste un peu parler.
C'était l'heure du déjeuner, l'heure que je redoutais le plus dans la journée. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que je n'avais personne avec qui manger mon pauvre repas. Les repas ici, était acceptable, mais ne valait pas ceux que je mangeais chez moi. J'avais l'habitude de manger avec ma famille, près de mon père, ma mère et parfois Rubis quand il daignait descendre de sa chambre. J'allais me retrouver sur la même table que d'habitude, je sentais les regards se posaient sur moi, mais je ne faiblissait pas. Je ne voulais pas montrer le moindre signe de solitude. J'avais un minimum de fierté, après tout ! Cela va faire plus de six mois que j'ai intégré la Pokémon Community, six mois qui sont passés si vite. Cependant, je restais toujours dans mon coin lors du repas, je n'avais personne avec qui discuté de sujet divers et varié. Pépite volait près de moi, elle regarder Aurore du coin de l'œil qui se tenait sur mon épaule. Elles s'entendaient bien, c'était les seuls d'ailleurs de l'équipe que je laissais se promener librement. Magnus avait peur du moindre bruit, et Gaïa était trop possessif, et agresserai le premier qui veuille bien me parler.. *Soupir* J'avais encore du boulot devant moi. Maintenant que j'étais devenu Topdresseur spécialisé type fée, les cours s'étaient de plus en plus durci, heureusement tout ce que j'ai pu apprendre sur les combats pokémon a Unionpolis et Celestia m'ont bien servis. J'avais cependant encore beaucoup de travail à faire pour ce qui était de la synergie de mon équipe, mais je ne baisserai pas les bras. Je sais que pour une petite fille de mon envergure la plupart des personnes commencent a halluciner ou a rire quand je leur parle de mon projet futur. Peut-être que je n'ai pas la carrure d'un Topdresseur mais j'ai la détermination, et j'ai bien la conviction d'en devenir une. Moi Erika D'Eléos ! Tout le monde me regarde d'un air surpris, peut être que j'ai un peu parlé trop fort...

Je prend mon plateau, puis me dirige vers la file d'attente pour me servir. J'entends du raffut derrière moi, c'était un élève qui avait l'air de parler tout seul. Il tenait avec lui une béquille, il devait s'être blessé quelque part. Des élèves semblaient vouloir l'aider, mais il refusait tout aide de leur part. Autour de lui, tout le monde l'ignorait, mais il continuait son monologue sans se soucier que quelqu'un l'écoute. Quel drôle de personnage, enfin s'il ne voulait accepter l'aide de personne, c'est qu'il devait avoir ces raisons après tout... Après m'être servis, je me dirige vers ma table comme a mon habitude, celle qui se trouvait un peu reclue des autres. Tout le monde avait au moins une personne qui lui tenait compagnie... Enfin ! De toute façon, je n'avais pas besoin de quelqu'un, je pouvais très bien mangeais toute seule après tout ! Ce n'était qu'un repas, aussi vite, j'aurais fini de manger, et aussi vite, je pourrais partir d'ici. Le regard fier et impétueux, je me dirige vers ma table, mais un petit élément va perturber mon quotidien. C'était le jeune homme à la béquille, il avait réussi à prendre un plateau sauf qu'il avait dû laisser sa béquille de l'autre côté. Je ne faisais pas attention a lui, de toute façon si je lui proposais de l'aide, il allait me renvoyer boulet comme tous les autres. Alors je mangeais, sans lui prêtait aucune attention. Le jeune homme partit sans dire un mot, chercher sa béquille, qui était assez idiot pour refuser l'aide d'une personne ? Il arrive tant bien que mal à revenir ici, il masquait sa douleur, mais pourquoi ? Après un bref instant, il se tourne vers moi, puis me salue. Visiblement, il ne m'avait pas vu arriver, c'est pour cela qui s'était assis sur cette table. Il se penche vers moi, puis me tend la main d'un air amical.

-Moi c'est Sylvabel, et toi ?

Pour une fois, je ne mangerais pas mon repas qu'avec mes pokémon.

"Je m'appele Erika, Erika D'Eléos enchantée."


Je ne savais pas trop quoi lui dire, près de lui se tenait un Laporeille, qui remuait ses petites oreilles. C'était un pokémon courant a Sinnoh, peut être venait-il lui aussi de Sinnoh qui sait ? Je romps le silence, avec une question, je voulais en connaitre un peu plus sur cette drôle de personne qui n'accepte l'aide de personne.

"Alors... Ça fait longtemps que tu es ici ? Pour ma part, je suis la depuis plus de six mois."


Pépite tournait autour de lui, elle faisait son enquête comme a son habitude quand elle croisait un nouveau visage. Aurore regardait son Laporeille scrupuleusement. Il a dû avoir un accident assez grave pour finir avec une jambe cassée, je ne voulais pas parler de chose qui allait peut-être le blesser. Peut-être qu'on allait devenir bon amis qui sait... On ne sait jamais sur quoi tomber ici !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 371
Points d'Expériences : 202

MessageSujet: Re: Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]   Dim 11 Juin - 19:13

Tu observes cette jeune fille, avec ton éternel air d'abruti qui te va si bien. Ta capuche à moitié rabattue sur le crâne, tu fixe de tes yeux verts cette jeune adolescente. Elle aussi, elle te serre la main. Mais elle semble un peu perdue, peut-être n'a t-elle pas l'habitude de voir quelqu'un comme toi. Et calme-toi, Sylv, tu vas lui faire peur à la fixer comme cela. Tu laisses tomber ta béquille sur le sol et fixe ton repas un petit instant, quand tu remarques que celle en face de toi n'a pas l'air perdue, mais... simplement un regard hautain, qui te dévisage. L'espace d'un instant, ton sourire se tord, tes sourcils s'arquent vers le bas. Tu avais l'habitude d'être regardé ainsi par ta mère et ton aînée, Nadia. Même si cette fille n'avait rien à voir avec elles, tu te sens mal à l'aise et pose tes yeux sur ta nourriture, que tu commences à manger, silencieusement. Après cela, tu ne sais pas vraiment quoi dire. Ton arrivée l'a sans doute froissée, elle n'a sûrement pas du apprécier que tu arrives comme cela. Pourtant, c'est étrange venant de ta part, de te fermer ainsi. Toi qui est d'habitude si sociable. Un léger silence s'installe. Tu n'oses rien dire. Elle attendait peut-être quelqu'un, après tout. Pour le moment, elle ne t'a donné que son nom, Erika.

-Alors... Ça fait longtemps que tu es ici ? Pour ma part, je suis la depuis plus de six mois.

    Sa voix te fait presque sursauter. Après une longue minute où tout ne fut que silence, la voilà qui brise ce dernier. Trop concentré sur la nourriture que tu as en face de toi, tu n'as même pas remarqué le Pokémon de ton interlocutrice qui voletait autour de toi. Ton sourire revient.  Ah. C'est quand même mieux. Cela ne te va pas de ne pas sourire. Tu te redresses légèrement, tu plantes tes yeux dans les siens, et revient alors cet air fier sur ton visage. Tu plaques une main contre ton torse, et tu te hâtes de lui répondre.

-Nah, je suis là depuis Février. Oh, ça va faire quatre mois mine de rien ! J'ai même pas vu le temps passer... Pour te dire, j'ai toujours l'impression d'être un nouveau. Ouaiiis, disons que je suis pas vraiment le type le plus apprécié...

    Tu lâches un petit rire nerveux. Sans lui laisser le temps de parler, tu continues.

-'Fin, j'ai pas masse d'amis. Je suis souvent en solitaire, mais ça ne me déplaît pas non plus.

    En même temps, Sylvabel, si tu ne refusais pas l'aide des autres lorsque tu avais des difficultés, peut-être que tu aurais plus de monde autour de toi. Là... Depuis ton arrivée, tu as en effet pu parler à certaines personnes, mais tu ne discute vraiment pas avec grand monde. Les gens t'évitent, est-ce que tu t'en es rendu compte de cela, au moins ?

-Six mois c'est chouette ! Tu t'es spécialisée dans quelque chose 'Rika ? Oh d'ailleurs, je peux t'appeler Rika ?

    Sur ton visage est gravé un énorme sourire. Tu n'as pas vraiment l'habitude de parler avec quelqu'un, et tu espères fortement que votre conversation durera. Normalement, elle ne devrait pas s'enfuir en courant de la table et en hurlant que tu es fou... Tu peux paraître surexcité, certes, mais pas non plus au point d'avoir l'air d'un fou. Les autres des tables les plus proches sont là à t'observer, détailler tes grands gestes, écouter tes paroles... Parce qu'il faut dire que tu n'es pas non plus très discret. Tu parles fort. Un peu trop fort, même. Et tes gestes sont à la limite d'être brutaux. Tu manques d'ailleurs de donner un coup de pied dans ta béquille, ce qui aurait eu pour conséquence qu'elle roule jusqu'à la table voisine. Ta douleur s'étant dissipée, tu n'as aucune envie de la voir revenir. Et Arceus sait que tu n'iras pas ramper ou même simplement marcher pour la reprendre si tu avais le malheur de l'éloigner de toi.
         Tu t'affales contre le dossier de ta chaise, bras derrière le crâne, et tu regardes Erika en lui adressant un petit sourire tandis que ta Laporeille fait des signes de patte à ses deux Pokémons. Cela fait combien de temps que tu n'as pas mangé avec quelqu'un le midi, déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 13
Niveau : 10
Jetons : 1210
Points d'Expériences : 280

MessageSujet: Re: Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]   Dim 11 Juin - 21:37

  • Erika D'Eleos
  • Sylvabel Eliacin
Je voudrais juste un peu parler.
Je le regarde scrupuleusement, il était tout habillé de vert. Si ça ne tenait qu'a moi je lui ferait un petit relooking a ma façon mais on va dire que ça aller passer pour cette fois. On pouvait le remarquer à des kilomètres à la ronde... Il n'avait pas dit un mot, jusqu'à ce que je rompe le silence avec ma question. Tout à coup, son sourire revint, peut être que ma question l'un peu surpris sur le coup. C'était comme si l'espace d'un instant, il revivait. Il se redresse, je reconnais ce visage, ce visage qui ne voulait l'aide de personne, il me regarde droit dans les yeux, puis plaque sa main contre son torse.

-Nah, je suis là depuis Février. Oh, ça va faire quatre mois mine de rien ! J'ai même pas vu le temps passer... Pour te dire, j'ai toujours l'impression d'être un nouveau. Ouaiiis, disons que je suis pas vraiment le type le plus apprécié...


Je ne l'avais même pas vu arriver à l'académie, pourtant, je reconnais bien les nouvelles têtes ici.Je ne l'avais même pas vu arriver à l'académie, pourtant, je reconnais bien les nouvelles têtes ici. Il me faisait presque penser a moi d'un certain coté, je m'apprêtais à lui répondre quand il reprit avec un léger rire.

-'Fin, j'ai pas masse d'amis. Je suis souvent en solitaire, mais ça ne me déplaît pas non plus.

On se demande pourquoi, s'il acceptait l'aide des personnes autour de lui, peut être qu'il se ferait un peu plus d'amis. La solitude n'avait pas l'air de le déranger plus que ça, ces mimiques me faisaient sourire. J'étais plus détendue, plus apaiser. Il n'était pas aussi solitaire qu'il ne voulait le faire croire, c'est un vrai moulin à paroles ! Un peu comme moi, c'est vrai que j'ai tendance a beaucoup parler et a ne pas faire attention au monde qui m'entoure... Finalement, je m'étais peut-être trompé sur son compte peut être qu'il n'était pas aussi idiot qu'il voulait le faire croire, peut être même que derrière ce mur de fierté se cachait un être sensible. Il avait un prénom qui sortait de l'ordinaire, Sylvabel, un drôle de nom pour une drôle de personne.

-Six mois c'est chouette ! Tu t'es spécialisée dans quelque chose 'Rika ? Oh d'ailleurs, je peux t'appeler Rika ?

Rika ? Drôle de surnom... C'est la première fois qu'on m'appelle comme ça, après tout, je venais d'une famille assez riche et les prénoms et les noms de famille étaient un symbole... Oh, et puis tant pis, ce n'est pas comme si Père et Mère avaient tout fait pour moi !

"Euh... Oui ! Si tu veux ! Tu peux m'appeler comme tu veux, enfin du moment que ça reste raisonnable."

Tous les regards se posaient sur nous, il faut dire que Sylvabel ne savait pas parler doucement, ni chuchoter, même ses gestes étaient grand. Il prenait beaucoup de place, il faut dire. J'avais l'impression de me voir dans un miroir. Tout le monde le trouvait bizarre sauf moi. Il s'était affalé sur sa chaise, les bras derrière la tête, toujours souriant. Pépite préparait un mauvais coup, elle volait toujours près de lui. Jouer des tours, c'était ce qu'elle adorait faire. Elle utilisa ses pouvoirs pour faire pencher la chaise du jeune homme.

"Atten...tion."

Trop tard, le voilà tombé par terre. Je me retenais de pouffer de rire, j'espère qu'il n'a rien de casser, Pépite a du surement alléger sa chute pour ne pas trop le blesser. Pépite n'en faisait qu'a sa tête décidément, elle adorait jouer des farces aux personnes que je rencontrais, mais je ne lui en voulais pas, enfin parfois. Je lui dis, à moitié, mords de rire.
"J'imagine que tu n'as pas besoin de mon aide n'est-ce pas ?"

Et comme son habitude, le jeune homme se relève tant bien que mal sans demander l'aide de personne.

"Vraiment, tu m'impressionnes, une vraie tête de mule ! Pour répondre à ta question, je suis Topdresseur spécialisé dans le type fée." Disais-je en rigolant

Je m'attendais qu'il soit surpris, mais bien au contraire, il avait l'air de me prendre au sérieux. Je fais comme si de rien était et lui repose une question.

"Au fait, tu viens de quelle région ? J'imagine que tu vas me poser la question par la suite, alors je viens de Sinnoh."

C'était une discussion, tout à fait normale pendant un repas, finalement ce n'était peut-être pas le pire moment de la journée.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]   

Revenir en haut Aller en bas
Je voudrais juste un peu parler. [Ft. Erika]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4 :: RP-