Partagez | .
Bienvenue chez mémé!
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 617

MessageSujet: Bienvenue chez mémé!    Lun 3 Juil - 20:43

Bienvenue chez mémé !
feat Béatrice Weisz and Ellen Whirst


Marie était muette comme un Magicarpe.

Stoïque, elle fixait le bout de papier qu'elle tenait entre les mains.

Avant chaque départ en vacances, les élèves devaient remplir un formulaire contenant toutes sortes de banalités administratives, pour ensuite l'envoyer à leurs parents, qui devaient à leur tour le rendre, signé et approuvé. L'élève était alors autorisé à partir en vacances selon les modalités indiquées, et pouvait profiter d'une classe d'été des plus détendues.

Marie l'avait rempli, ce papier. Sans grande conviction. Alola était une région totalement inédite et regorgeant de nombreux mystères à éclaircir : une véritable bénédiction pour la scientifique qui vivait en elle. Elle avait envie d'y aller. Très envie. Mais le pouvait-elle ? Ça, elle en était moins sûr.

Elle ne s'attendait même pas à ce que ses parents adoptifs renvoient le papier, même vierge. Elle pensait qu'ils jetteraient l'enveloppe avant même son ouverture. La simple vue du nom de leur fille dessus aurait dû suffire à faire perdre tout intérêt à ce courrier...

Pourtant, il était là. Rempli. Signé. Approuvé. En confiant ce document à l'administration de l'académie, Marie et ses Pokémon seraient autorisés à partir pour Alola. Sur l'île d'Akala, plus précisément, dans la ville de Konikoni. Un choix fait plus au hasard qu'autre chose, il fallait l'avouer : de toute façon, Marie ne comptait pas se cantonner à une seule ville, donc le lieu de logement importait peu.

Quelle mouche avait donc piqué ses parents adoptifs ?... La réponse : aucune. Ce n'étaient pas eux qui avaient signé la lettre.

La signature était faite à l'encre rouge. Ils ne signaient jamais à l'encre rouge. Eux, préféraient le noir. Plus sobre, plus élégant, moins tape-l’œil. Plus noble. De ce qu'on en dit, tout du moins.

Si un beau jour, vous êtes amenés à échanger des missives quelconques avec les Uana, et que sur l'une d'entre elles, leur signature est apposée à l'encre rouge, cela ne signifie qu'une seule chose : c'est le secrétariat familial qui s'est chargé de lire la lettre, d'y répondre, et de la certifier. C'est-à-dire que Monsieur et Madame Uana n'ont vu aucun intérêt à s'y intéresser, et ont préféré déléguer la tâche à leurs subalternes, plutôt que de perdre un temps précieux à s'intéresser à une personne telle que vous. Ce sont des gens tellement occupés, comprenez, il serait criminel d'accaparer leur attention.

Ainsi donc, Marie avait été rétrogradée à la case secrétariat. Elle ne saurait dire si elle préférait cela, plutôt que de n'avoir aucune réponse... D'une certaine façon, cette dernière option avait au moins pour mérite de daigner rappeler à ses parents son existence.

Elle soupira. Bah... Elle commençait à avoir l'habitude. Cela faisait combien de temps, maintenant ? Deux ans, qu'elle avait été reniée ? A force, elle s'était faite à l'idée qu'elle ne pourrait plus rien attendre de ses chers représentants légaux. Au moins, elle avait le droit à un petit voyage paradisiaque... Elle n'allait pas s'en plaindre, hein ?

Elle plia le formulaire en deux, et le rangea dans son sac.

***

Moins d'une semaine plus tard, Marie était en route.

Le ferry était bondé d'élèves tous plus excités les uns que les autres. Elle, se montrait patiente, et était assise calmement sur l'un des nombreux fauteuils du paquebot. Une fois n'était pas coutume, ses Pokémon étaient avec elles : Sumia astiquait avec grand soin sa mince collection de pierres précieuses, qu'elle n'aurait laissé sur Lansat pour rien au monde, Stahl était – comme d'habitude – assis à côté, et se contentait de regarder les gens s'activer partout autour, Sully était enroulée sur elle-même non loin, et profitait du soleil pour faire une bonne sieste, et Soren et Sain étaient en dehors du ferry, ayant décidé de mettre à l'épreuve leurs capacités de nage et de vol respectives. Le premier qui n'arrivera plus à suivre le bateau aura perdu ! Seul Sephiran restait enfermé dans sa Pokéball, pour les raisons habituelles (à savoir que faire cohabiter un Mangriff et un Séviper, ça ne faisait pas TOUJOURS bon ménage).

Le nez plongé dans un guide touristique, Marie voulait s'enrichir d'un maximum d'information avant d'arriver à destination. Il ne fallait pas qu'elle se laisse impressionner par les coutumes locales comme elle avait tendance à le faire ! Compte tenu de l'isolement de la région, leurs us devaient être particulièrement exotiques ; aussi se préparait-elle mentalement à devoir exécuter toute sorte d'action aberrante et inconforme aux normes sociétales pour ne pas vexer ses hôtes. Des choses peut-être aussi impressionnantes que devoir... Manger avec ses... Doigts... Brrr, non, il ne fallait mieux pas y penser ! Et puis, peut-être qu'elle exagérait... Après tout, il ne pouvait tout de même pas exister des coutumes aussi primitives dans leur société parfaitement évoluée !... Si ?

Mais au delà de la découverte d'une culture parfaitement inconnue, ce qui intriguait surtout Marie, c'était cette histoire de location « chez l'habitant ». Elle allait vivre... Chez des gens ? C'était un peu étrange comme concept, non ? Qui donc accepterait de laisser rentrer de parfaits inconnus chez soit, pour en plus devoir les nourrir et les loger bien gentiment ?  Vraiment, leurs hôtes faisaient preuve d'une telle abnégation, c'était admirable ! Marie ne pourrait sans doute jamais faire preuve d'autant de générosité... Se jeter à corps perdu dans un incendie pour sauver un Pokémon des flammes lui paraissait bien plus évident ! Et pas seulement parce qu'elle avait eu l'occasion d'expérimenter, hein... Peut-être avait-elle tout à apprendre de ces Aloliens, en fait...

Enfin, les réponses qu'elle attendait tant ne devrait plus tarder à arriver, puisque déjà, le ferry accostait à Ho'ohale. A l'entente des hauts-parleurs leur souhaitant la bienvenue à Alola, Marie fit prestement revenir ses Pokémon auprès d'elle, et les rappela dans leurs Pokéballs respectives. Selon les consignes, un bus devrait les amener à destination... Après quoi, elle serait présentée à sa famille d'accueil, mais aussi à ses colocataires qui partageront avec elle la même maison.

Pendant le trajet en car, elle ne put s'empêcher de songer à tout ce que ces mots impliquaient. Une « famille » d'accueil n'avait absolument rien d'une famille, puisqu'ils n'avaient vraisemblablement aucun lien de parenté ; pourtant, il n'y avait pas non plus le moindre lien de sang qui la liait elle et sa famille actuelle. Si tant est qu'elle pouvait toujours se considérer comme une Uana... Ainsi, le terme famille ne désignait désormais plus qu'un regroupement quelconque d'individu au sein d'une même demeure ? Marie n'eut même pas réellement le temps de répondre à ces interrogations que, bien vite, le car franchissait le Tunnel Taupiqueur.

Et voilà qu'elle arrivait à Konikoni.

Les quelques descriptions qu'elle avait lu dans les guides touristiques paraissaient fidèles : Konikoni  n'avait rien de ce que l'on pourrait attendre d'une ville exotique. Du moins, si l'on ne considérait pas Johto comme exotique ! Bâtiments au style typiquement nippon, lanternes en papier, boutiques médicinales et portes d'entrée monumentales, il n'y avait guère que le phare de la ville et le Centre Pokémon qui pouvait briser l'illusion d'être à Rosalia. Marie n'avait jamais été dans cette dernière ville, mais les nombreuses photographies qu'elle en avait vu suffisait à lui faire comprendre en quoi ces deux villes étaient similaires ! Ce qui était d'autant plus impressionnant, c'est que Konikoni n'était pas la seule métropole d'Alola à posséder des allures étrangères... Vraiment, cette région était fascinante !

Elle fut l'une des premières à descendre du bus. Autour du véhicule de transport en commun étaient amassés plusieurs petits groupes, qui attendaient sans doute l'arrivée des étudiants qu'ils allaient prendre en charge, en tenant de petits panneaux sur lesquels étaient indiqués leurs noms. Marie chercha le sien du regard. Elle devait retrouver une certaine Marguerite... Si seulement elle pouvait avoir une idée de ce à quoi elle ressemblait ! Pour accepter d'accueillir trois adolescents dans la fleur de l'âge et leurs Pokémon dynamiques pendant deux mois entiers, il devait sans doute s'agir d'une jeune femme dynamique et possédant un fort caractère, capable de mater les pires... Ah. Ou pas. Cette vieille dame semblait tenir un panneau avec son nom inscrit dessus. A première vue, elle paraissait... Euh... Vieille. Et... Petite. Avec des cheveux blancs et... Des rides.... Ouais bon, vieille, quoi.

Marie fronça les sourcils. Ses rares expériences avec les plus de soixante-dix ans s'étaient avérées TRES douloureuses. Est-ce que cette femme pleine de sagesse était également source de potentielles crises de nerf ?... Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir.

Elle prit une grande inspiration, et, sa valise en main, avança. Se dirigeant droit vers la vieille dame, cette dernière sembla comprendre bien vite qu'elle avait affaire à l'un de ses protégés, et lui adressa donc un délicat sourire, auquel Marie répondit par son expression glaciale habituelle.

« -... Madame Marguerite ?
-En personne, ma petite ! »

La Mentali fit aussitôt une courbette à son intention.

« -Marie Rosalina Uana, enchantée.  » elle se redressa « Vous avez accepter de m'accueillir dans votre demeure pour les deux mois à venir, et je vous en remercie. »

Marguerite leva une main, et la rabaissa, l'air de dire que ce n'était pas grand chose.

« -Alloooons ! Tu me remercieras quand tes vacances seront terminées ! Où sont tes autres camarades ? Je ne voudrai pas vous presser, mais si je passe trop de temps dehors, mon petit Doudou va commencer à s'inquiéter... »

Marie haussa les épaules.

« -Je l'ignore. Sans doute devraient-ils ne plus tarder. »

Puis, toujours sa valise en main, elle alla se poster aux côtés de la grand-mère, droite comme un I, et attendit. Pour l'instant, la vieille dame lui paraissait tout à fait normale, et même sympathique...

En allait-il être de même pour ses colocataires ?

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« Suis-je à ce point vulnérable aux yeux des autres ? »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 4
Jetons : 92
Points d'Expériences : 44

MessageSujet: Re: Bienvenue chez mémé!    Mar 4 Juil - 20:46


「 Bienvenue chez mémé ! 」


♪ April, May, June, Julyyyyyyyy ♪

La musique, pourtant à fond dans les oreilles, ne dérangeait pas le lourd sommeil de Béatrice. En effet, la jeune fille dormait profondément sur le bateau l'amenant à Alola. Ses parents avaient acceptés qu'elle parte en voyage avec l'académie, bien qu'ils auraient aimés revoir leur chère fille. Mais Béa n'avait absolument pas envie de les voir. C'est l'une des raisons pour laquelle elle est venue à la Pokémon Community, après le fait qu'elle voudrait défier dans un combat pokémon Voltère, le champion de type électrique de Lavandia. Mais avant ça, il lui reste beaucoup de chemin à faire et encore une équipe à former car la sienne n'est composé que de.. bah de Puïhi, le petit Dedenne flemmard reçu par le Collectionneur. Mais la jeune Hoennienne compte bien attraper un autre pokémon durant ces deux mois sur l'Archipel encore inconnu pour elle.

♪ It's finally real, I'm finally free, so much to see ! ♪

Alors qu'elle était paisible et tranquille, Béa sentit un poids s'écraser sur son ventre. Elle se réveilla en sursautant. Elle avait laissé Puïhi se balader sur le bateau. Son pokémon antenne la regardait, satisfait qu'elle se soit (enfin) réveillée. Il pointa du bout de sa queue l'horizon. La jeune fille se frotta les yeux avant de voir que le ferry allait bientôt acoster sur Alola. Elle arrêta sa musique et courut jusqu'au bout du pont. Béatrice se demanda alors chez qui elle logerait et avec quels élèves. Elle priait pour ne pas tomber sur ces petites princesses de Mentali, au meilleur des cas, elle se retrouvait avec des Voltali ou des Phyllali. La seule chose qu'elle savait, c'était l'endroit: Konikoni et le prénom de celle qui l'accueillait: Marguerite. Elle avait choisie cette ville car c'était sans doute la plus tranquille, en plus d'être en bordure de mer avec un Phare et de nombreuses boutiques intéressantes. Mais la jeune fille comptait tout de même visiter toute l'île et peut-être même plus si elle le peut.

La valise à la main, elle pose enfin un pied sur terre. Il y avait quelques personnes pour accueillir et aider les élèves. Elles répétaient toutes "Alola ♫". Oui merci, je sais que je suis à Alola, pensa Béatrice. Mais la jeune fille devait prendre le bus pour se rendre à Konikoni. Puïhi restait près d'elle, posé sur sa tête ou sur ses épaules. Arrivé là-bas, elle sortit et remarqua que plusieurs personnes tenaient des petites pancartes avec des noms, sans doute les familles d'accueilles. Béa cherchait une certaine Marguerite. Soudain, elle lu "Béatrice Weisz". Elle leva les yeux vers la dame qui tenait le panneau avec son nom. Une ... vieille ? Elle roula des yeux. Elle s'avança vers elle et vit qu'elle était déjà avec une autre élève. Cheveux blancs avec des reflets argentés, l'air un peu timide.. ça s'annonce mal.

« B'jour. Moi, c'est Béatrice. Vous êtes bien Marguerite ? »

La jeune fille jeta encore un coup d'oeil vers la pancarte. Elle lu "Marie Rosalina Uana" et "Ellen Whirst". JUUUURE, ELLEN EST AVEC MOI, JSUIS SAUVÉE, pensa Béatrice, heureuse de savoir qu'elle logerait avec son amie. L'autre fille s'appelait donc Marie mais Béa ne la connaissait absolument pas.

« C'est bien moi, il ne manque plus que votre troisième camarade. J'espère qu'elle ne va pas trop tarder !
- Pourquoi ? On est en vacances après tout. L'temps, c'est pas important.
- Oui, mais mon petit Doudou est tout seul à la maison et je n'aime pas ça. »

Béatrice haussa les épaules avant de se mettre à côté de Marie. Puïhi le Dedenne se mit au bout de l'épaule de sa dresseuse pour voir de plus près la jeune fille. Béa se demandait bien qui était "Doudou". Elle imaginait un petit pokémon comme Roudoudou ou un peut-être un pokémon de la région, comme Nounourson. Dans tout les cas, elle espérait que cette mamie faisait de la bonne cuisine. Parce qu'une mamie qui ne sait pas bien cuisiner, c'est pas une vraie mamie.

« En vrai, j'espère qu'elle va s'grouiller parce que je meurs de faim ! Mais la connaissant, elle va arriver en courant. »

Parce qu'elle est énergique ou parce qu'elle est pokéathlète ou parce qu'elle participe tout les matins aux entraînements de Jackie ? Les trois à la fois. Mais Béatrice l'aimait bien et à deux, elles font la paires.

ft. Marie R. Uana & Ellen Whirst

_________________





FLAREON FOR THE WIN
#F6B89C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6380-441-beatrice-weisz-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6381-beatrice-weisz-pyroli
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 14
Jetons : 1412
Points d'Expériences : 160

MessageSujet: Re: Bienvenue chez mémé!    Mar 4 Juil - 23:59



Bienvenue chez mémé !

MArie R.
Uana
Béatrice Weisz
Lieu : KoniKoni
Date : 1er juillet
Pokémon utilisés :
Alola...

Elle n'en revenait toujours pas qu'elle allait enfin voyager. Certes, elle était allée sur Lansat et sur l'île Micle, mais c'était la première fois qu'elle partait, réellement, pour des vacances quoi. Enfin, c'était toujours sous le cadre de l'école, mais bon, ce n'était rien.

Le ferry était parti dans la matinée et Ellen avait passé près de la moitié du trajet à relire le papier signé par ses parents, prouvant qu'elle était autorisée à partir sur Alola. Bien qu'elle ne fût guère surprise de la réponse de ses parents, elle avait toujours beaucoup de mal à se rendre compte de la chance qu'elle avait. Surtout que, si elle avait bien compris, son séjour se déroulerait dans une famille d’accueil, avec d'autres élèves de l'académie, l'occasion rêver pour faire de nouvelles rencontres ! Bien qu'elle soit arrivée au mois de février, la Givrali n'avait pas encore eu l'occasion de rencontrer tout le monde, et non pas parce qu’elle était timide. Ellen et timide, c'était deux mots qui mit côte à côte, sonnait faux. Ellen, elle, c'était plutôt, sportive, énergétique, bavarde...enfin, bref, une vraie pile. Mais pourtant, les gens l'aimaient bien, enfin, en général. C'est vrai qu'elle était un peu naïve la gamine. Mais peu à peu, elle devient plus grande, au fil et à mesure des expériences qu'elle vit à l'académie, et il lui reste encore beaucoup de temps avant de mûrir totalement. Alors pour le moment, une seule chose l'importe, à 14 ans, elle ne rpense que à réaliser ses rêves et s'amuser.
Et ses vacances d'été semblaient être l'endroit et le moment idéal pour que ses deux conditions se réunissent. Surtout que son voyage allait l'enrichir sur pleins de choses.

Sheika, la petite nouvelle de l'équipe, assise sur un siège aux côtés de la blonde, faisait mine de lire un magazine. Étrangement, la Tarsal recopiant tous les gestes de sa dresseuse et se comportait un peu comme une petite princesse. Elle aimait bien tout faire, se rendre utile, du moment que cela ne consistait pas à mettre ses mains dans de la boue. Extrêmement maniaque, le pokémon déteste se salir et pourrait parfois passer des journées à faire le ménage pour que tout brille. Pour le moment, Ellen ne voit pas en quoi sa petite protégée pourrait l'aider dans son rêve de devenir une grande coach : elle n'aime pas trop le sport, elle est extrêmement timide, elle n'aime pas se salir, encore moins transpirer. Mais bon, pour le moment, elle s'entend très bien avec Heavens, sûrement qu'elle se retrouve un peu chez le petit dragon encore moins sportif qu'elle. Et puis, elle est si adorable qu'on ne peut pas lui vouloir d'être comme ça.

Mais le problème est que la relation entre ses deux pokémon met un peu à l’écart Rubis, la Malosse, qui contrairement à ses compagnons, est extrêmement sportive et protectrice envers sa dresseuse. D'ailleurs, la Givrali aimerait profiter de ses vacances et des nouvelles régions qu'elle va découvrir, pour qu'un nouveau pokémon rejoigne son équipe, en espérant qu'il ou elle s'entende bien avec la petite Malosse.

Chacun avait trouvé des moyens pour s'occuper durant la longue route pour Alola.
Heavens lui, semblait perdu dans ses pensées, il fixait d'un regard fasciné l'océan que l'on pouvait voir à travers un des hublots du bateau. Et Rubis avait fait la connaissance avec un autre Malosse qui appartenait à un jeune garçon dont Ellen ne pas connaissait le nom.

Quant à elle, elle avait décidé de monter pour prendre l'air, bien vite rejoins par Sheika, qui ne quittait pas un seul instant sa dresseuse. Elle était adorable...mais un peu collante. Enfin, Ellen ne lui en voulait pas, après tout, elle avait déjà été abandonnée une fois avant sa naissance, alors qu'elle n'était encore qu'un œuf. D'ailleurs la jeune fille se demandait si la petite Tarsal en avait conscience.

Au bout de plusieurs heures de voyage, une voix afficha enfin qu'ils étaient arrivés à destination. Et lorsque vint le moment de récupérer les affaires qui avaient été placés dans des bacs du ferry, Ellen se rendit vite compte qu'elle s'était peut-être un peu trop chargée. Alors que tous les élèves s'étaient contentés d'une valise et d'un petit sac à dos, la blonde s'était ramenée avec deux grandes valises, un sac à dos, un sac à main, des chaussures accrochés à un autre petit sac à dos, puis pour finir, un matelas et un duvet. Autant dire que pour rentrer dans le car qui l’emmènerait jusqu'à la ville de sa famille d’accueil, elle ne passa pas inaperçue. À elle seule, elle avait rempli une bonne partie des tiroirs qui servaient à poser les sacs, et elle du garder ses deux sacs à dos avec elle.

Pour s'occuper durant le trajet, elle sortit ses écouteurs qu'elle brancha à son Ipok puis mit une musique qui lui faisait penser à l'été, tout en regardant le paysage qui défilait sous ses yeux.
Elle était impatiente de découvrir sa famille d’accueil ainsi que les élèves avec qui elle partagerait le logement. Tout ce qu'elle savait, c'était que la dame qui l’accueillait se nommait Marguerite.

Le bus ne tarda pas à arriver dans une ville, sans aucun doute celle de Konikoni. La ville était très atypique, avec ses guirlandes en papier, ses boutiques médicinales et ses arches pour entrées, elle ne ressemblait en rien à ce à quoi Ellen s'attendait. Quand elle avait appris qu'elle partirait pour Alola, elle s'était imaginé des villes balnéaires, plutôt touristiques, tandis qu'ici, à part quelques passants et les élèves, il ne semblait pas y avoir de foule. Enfin, peut-être que Konikoni était une exception.

Plongée dans ses pensées, elle ne s'était pas rendu compte que tous les élèves avaient déjà retrouvé leur famille d’accueil et qu'il ne restait presque plus qu'elle. En vitesse, elle alla chercher ses affaires et ce fut avec difficultés qu'elle réussit à les extirper du car. Bon, c'était un bon début, elle n'avait encore rien perdu en cours de route. Un sac à dos sur chaque épaule, deux valises dans chaque main et des petits sacs ainsi que son duvet et son matelas accrochés là où la Givrali avait réussi à les caler. Traînant du mieux qu'elle pouvait ses lourdes valises, elle réussit à repérer une pancarte avec son nom indiqué dessus, ainsi qu'une certaine Marie Rosalina Uana et une Béatrice Weisz... Quoi ? Genre LA Béatrice ? Genre SA Béatrice ? Impatiente à l'idée de retrouver son amie, la gamine se mit à courir jusqu'à apercevoir la brune, elle lui fit un grand signe de main, marcha sur une lanière de sa valise qui traînait trébucha puis paf ! Tomba sur le sol comme une crêpe et fut écrabouillé par tous ses sacs.

Ah...super l'arrivée !

Elle se releva en toussant, ayant avalé toute la poussière sur le sol.

-Bon...Tchaaa...Bonjour, c'est...Tchaaa...c'est bien vous....Tchaaa...Margue....Tchaaa Tchaaa...Marguerite ?
(c) Alban


_________________
 
I pushed like a rose among
the nettles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6098-i-know-you-know-i-know-ellen-whirst http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6144-ellen-whirst-givrali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia
Âge : 16 ans
Niveau : 24
Jetons : 2441
Points d'Expériences : 617

MessageSujet: Re: Bienvenue chez mémé!    Jeu 6 Juil - 23:16

Bienvenue chez mémé !
feat Béatrice Weisz and Ellen Whirst


Marie restait droite comme un piquet.

Elle ne faisait pas le moindre mouvement, et se contentait de surveiller en continue la foule d'étudiants qui sortait du bus. Parmi eux devaient bien figurer ses colocataires.. A moins que certains d'entre eux n'arrivent plus tard ? L'an dernier, l'une des filles avec qui elle avait partagé sa hutte sur Touga était arrivée en plein milieu des vacances d'été... Si c'était aussi le cas cette année, peut-être pouvait-elle espérer un peu de tranquillité pour les premiers jours.

Mais en tout cas, une chose était sûre : elle ne serait pas seule ! Voila qu'une adolescente arrivait vers eux, et demanda si elle avait bien affaire à Marguerite. Celle qui se présentait comme étant Béatrice avait de cours cheveux foncés et un air légèrement désinvolte, qui ne rassura pas énormément Marie. Elle n'aimait pas trop les gens à l'allure trop détendue ; généralement, leur manque de tact la déconcertait et la mettait mal à l'aise. Espérons que tout ceci ne soit qu'une mauvaise impression...

La vieille dame expliqua qu'elle n'appréciait pas trop de savoir Doudou seul, et qu'elle aimerait voir leur troisième camarade arriver. Après avoir haussé les épaules, Béatrice vint se placer aux côtés de Marie, à qui elle n'adressa pas un mot. La Mentali lui jeta un regard en coin, avant de focaliser son attention sur le bus. Si elle ne voulait pas lui parler, soit ; ce n'était pas elle qui lui en ferait l'honneur.

Elle comprit des dires de sa camarade qu'elle connaissait le troisième étudiant qui venait s'installer chez Marguerite. Elle ne savait pas trop comment elle pouvait interpréter cela : devait-elle craindre d'être souvent mise à l'écart, ou plutôt se réjouir de pouvoir s'isoler sans manquer à qui que ce soit ? La réponse viendra sans doute avec l'arrivée de la dernière jeune fille, qui justement, ne tarda pas à se manifester... De la manière la plus théâtral qui soit.

Armée avec sans doute de quoi habiller tout un village, une adolescente vint trébucher sur l'un de ses nombreux sacs à quelques pas des demoiselles. Marie observa la scène en silence, tout en restant parfaitement immobile, mais haussa toutefois un sourcil. Étrange, elle n'avait jamais croisé cette Mentali. A moins qu'elle ne soit Mentali que de caractère ? Bah, cela n'avait aucune importance. Tant qu'elle faisait preuve d'un peu plus d'adresse pour les prochains jours...

Marguerite se précipita sur la demoiselle, et l'aida rapidement à se lever. Voyant qu'elle toussait, elle lui donna quelques petites tapes dans le dos, dans l'espoir de faire cesser la toux.

« -Oh ! Ma petite, tu t'es fait mal ? Fais attention où tu mets les pieds, enfin ! Oui, Marguerite, c'est bien moi, toi tu es la jeune Ellen je présume ? »

Toujours aussi silencieuse, la Ranger observa la scène sans esquisser le moindre mouvement. L'adolescente se releva, et après qu'elle ait répondu aux quelques questions de Marguerite vis-à-vis de son état, cette dernière tapota dans ses mains et se mit en marche.

« -Bien ! Ne traînons pas plus, mesdemoiselles. Quand nous serons arrivés, Ellen, je te ferai une petite tisane à base de gingembre pour faire passer cette vilaine toux ! Mais avant, allons retrouver Doudou.  »

Décidément, Marguerite insistait énormément avec ce Pokémon. Était-il cher à ses yeux, au point qu'elle s'inquiétait pour lui à la moindre séparation ? De par son statut de personne âgée, la vieille femme n'avait peut-être plus que pour seule compagnie ce fameux Doudou, ce qui expliquerait son attachement à ce dernier... Cela devait sans doute être un bien charmant Pokémon. Marie avait hâte de le rencontrer.

Elle attrapa donc sa valise, et suivit, sans se soucier plus que cela de ses deux colocataires. Sans doute préféreraient-elles rester seule à seule pour leurs petites retrouvailles. Et si Marie était un peu vexée par l'attitude de Béatrice à son arrivée, elle ne tint pas le moindre reproche envers Ellen, à qui elle ne laissait pas vraiment l'occasion de faire mieux.

Les quatre demoiselles (plus un Dedenne) marchèrent quelques minutes dans la ville de Konikoni, permettant aux trois étrangères de découvrir celle-ci sous un nouvel angle. Visuellement, peu de choses changeaient : la ville gardait le même style Johtoïte, et les quelques échoppes qu'elles croisaient proposaient des services similaires à ceux d'une ville quelconque. Néanmoins, une légère d'odeur d'herbes et d'épices emplissait l'atmosphère, et se mêlait à celle du vent marin, dont on pouvait parfois entendre les vagues pour peu que l'on tende l'oreille. Le tout mélangé à l'atmosphère d'un ville, et voilà un environnement pour le moins inédit et légèrement déconcertant. Marie ne s'attendait pas à trouver une telle ambiance. Elle était peut-être même un peu gênée ; la jeune fille n'avait absolument pas l'habitude des grandes villes. Et voilà qu'elle allait vivre dans l'une d'entre elles pendant deux mois... Pour la toute première fois, d'ailleurs. Elle n'avait absolument pas noté à ce détail, avant d'arriver. Pourvu que cela n'ait aucune incidence sur le séjour...

Voila qu'elles arrivaient face à une vielle demeure. Entourée par un petit muret et un jardin, la maison possédait le même style traditionnel et typiquement nippon qu'arborait Konikoni tout entier. Marguerite dut se mettre sur la pointe des pieds pour déverrouiller le loquet du portail d'entrée, puis invita les filles à rentrer. Marie passa la première, et observa le jardin, qui était recouvert d'un fin gazon parfois dissimulé sous des dalles, qui quant à elles, formaient un tracé depuis le fameux portail jusqu'à la porte d'entrée. Il y avait également une petite marre, sur le côté, mais visiblement inhabitée, proche d'un banc se trouvant au pied d'un vieil arbre. Pour finir, la quasi-totalité du jardin était entouré de fleurs, qui longeaient le petit muret entourant la demeure.

Marie avança le long des dalles, et s'arrêta devant la porte d'entrée, pour ensuite se retourner et voir Marguerite refermer le portillon. Cela fait, la vieille dame pressa légèrement le pas et se précipita sur la poignée de la porte, pour ouvrir celle-ci et pénétrer dans la maison.

« -Allez-y, entrez entrez ! Et déposez vos chaussures à l'entrée, s'il vous plaît. »

La Mentali obéit docilement, et laissa ses chaussures – de simples mocassins – à côté de celles de Marguerite. Cette dernière s'était éclipsée, laissant les trois adolescentes seules devant l'entrée.

Après quelques secondes néanmoins, des bruits de pas se firent entendre, et l'on pu voir Marguerite revenir vers elles à toute vitesse.

« -C'est bon ! Doudou va bien. Il s'est endormi, le petit chenapan ! Alors faîtes attention à ne pas faire trop de bruit, d'accord ?... Venez, je vais vous montrer votre chambre ! »

Elle voulut aider Ellen et attraper l'une de ses valises, mais se ravisa aussitôt après avoir tenté de soulever l'une d'elles. Lui demandant d'excuser son vieux dos, elle se détourna ensuite de la Givrali pour leur demander de la suivre un peu plus loin.

Elles avancèrent dans un couloir, passèrent devant les cuisines, un salon, et s'arrêtèrent tout de suite après. Marguerite poussa une porte coulissante, et invita les filles à rentrer dans une pièce plutôt grande (bien le triple d'une chambre se trouvant à l'académie), et dans laquelle étaient disposés trois lits. Hmm. Donc elles dormiraient dans la même pièce... Ce n'était pas très grave, Marie avait déjà connu ce genre d'expérience.

« -Voila ! J'ai fait la lessive hier, vos draps sont parfaitement propres. Vous avez également trois armoires à disposition – une chacune – où vous pouvez ranger vos affaires. Vous avez aussi de petites lampes de chevets pour vos lectures du soir. Et derrière cette porte... »

Pendant qu'elle parlait, Marguerite avait traversé la pièce, et atteint une petite porte se trouvant tout au fond. Elle l'ouvrit, et pressa l'interrupteur, permettant de voir un petit carrelage bleu.

« -... Se trouve votre salle de bain. Il y a du savon, des serviettes, et même de quoi vous brosser les dents si vous avez oublié les vôtres.  »

Marie s'avança, toujours en tirant sa valise, et observa la pièce. Les draps possédaient un petit motif fleuri bien élégant (et quelque peu vieillot, mais ça elle ne le savait pas), le sol était recouvert d'un parquet qui craquait légèrement sous son passage, et les armoires consistaient en de grands meubles en bois tout à fait classiques.

La Mentali se rapprocha du lit se trouvant le plus au fond, et proche de la salle de bain, et laissa ses deux camarades se partager celui du milieu et celui se trouvant près de la porte d'entrée. Chaque armoire était disposée face à un lit, et chaque lit était séparé d'un autre par une petite table de chevet, sur lesquelles reposaient des lampes.

Marie posa sa valise à côté de son lit auto-proclamé, et passa brièvement sa main sur la couverture. Elle était douce, le lit devait être confortable... Oh, c'était quoi, ça ? Fronçant les sourcils, elle observa une légère marque de brûlure sur le drap. Quelque chose de très très chaud a été en contact avec lui, visiblement...

De retour devant la porte menant au couloir, Marguerite posa sa main sur la poignée.

« -Je vous laisse vous installer, jeunes filles ! Je vais vous préparer une tisane pour vous tous, vous viendrez au salon ? Comme ça, nous pourrons en profiter pour faire un peu connaissance. D'accord ? »

Marie se contenta d'un hochement de tête. La porte se referma, et les trois adolescentes se retrouvèrent seules dans la chambre.

N'ayant toujours pas prononcé le moindre mot depuis sa rencontre avec la vieille dame, la Ranger entreprit de vider sa valise. Elle l'ouvrit, fit de même avec son armoire, et commença à ranger soigneusement ses vêtements à l'intérieur. Elle n'osait pas vraiment briser la glace avec ses colocataires – elle n'en voyait pas vraiment l’utilité, en fait. Mais si l'une d'elles franchissait le pas, peut-être que Marie s’avérera ouverte à la discussion ?...

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

« Suis-je à ce point vulnérable aux yeux des autres ? »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 4
Jetons : 92
Points d'Expériences : 44

MessageSujet: Re: Bienvenue chez mémé!    Lun 10 Juil - 18:39


「 Bienvenue chez mémé ! 」


Et voilà la blonde, avec ses nombreux bagages. Quand elle vit Béatrice, elle lui fit un grand signe de la main avant de s'élancer pour les rejoindre. Mais elle trébucha et tomba sur le sol. Béatrice explosa de rire. La blonde se retrouva sous ses valises et sacs et pleins d'autres choses dont Béa ignorait l'utilité. La brune n'avait pris que le nécessaire qui tenait dans une valise et un sac à dos. La mamie qui les hébergeait se précipita vers Ellen pour l'aider. Béatrice la suivit, moins rapidement. Pour aider son amie, elle lui prit un sac.


Après toute ses émotions, les voilà chez Marguerite, à Konikoni. Elle n'arrêtait pas de parler de Doudou, mais qui cela peut-il bien être ? Béa avait hâte de savoir. La ville était belle et il y avait pas mal de boutiques sympathiques. Béatrice remarqua le phare, poser en hauteur sur une petite falaise. Puïhi, le Dedenne, observait partout avec de grands yeux ouverts. Mais il était temps de s'installer. Le petit groupe entrent chez Marguerite. Tout était assez ancien, comme son habitante en fait, et les odeurs étaient étranges. Elle demanda aux trois jeunes filles d'enlever leurs chaussures. Béa s'exécuta et enleva ses baskets pour les mettre dans un coin. Après ça, elles découvrirent leur chambre. Chacune avait son armoire, mais il n'y avait que deux lampes. Marguerite montra ensuite la salle de bain avant de s'éclipser, laissant les trois étudiantes seules. Béatrice se dirigea vers le lit à gauche de la porte et y posa ses affaires.


« Bon, c'quand même sympa ici. Bien qu'ça soit vieillot, tranquille. On a d'la place. »


Elle ouvrit sa valise et rangea ses affaires dans l'armoire au bout de son lit.


« Si non, Marie, t'es d'quel dortoir ? Et t'fais quoi comme option ? »


Pour une fois, la Pyroli essayait d'être gentille. S'il fallait passer deux mois avec elle, autant qu'elles soient amies. Béa ne savait pas si Ellen la connaissait. Puïhi, le Dedenne, se jeta sur le coussin et soupira. Quel flemmard ! Il est resté sur l'épaule de sa dresseuse toute la journée et il est quand même fatigué. Après que Marie est répondu en disant qu'elle était une Mentali et une Topdresseuse, Béatrice ajouta:


« Et t'sens pas exclue parce que Ellen et moi, on s'coco. Pis tant que t'es pas une Menta qui fait d'la coordi, ça m'va. Je déteste les Menta nian-nian. »


Le genre de fille qui se lance des paillettes, qui joue du violon et qui n'a que des pokémons mignons. Enfin ... Quand elle eut finit de ranger ses affaires, elle glissa sa valise sous son lit et mit son sac à dos ailleurs. Elle s'affala en soupirant, comme son pokémon il y a quelques minutes. Mais Béa n'était pas à l'aise, elle avait l'impression que quelqu'un ou quelque chose les observait.


ft. Marie R. Uana & Ellen Whirst

_________________





FLAREON FOR THE WIN
#F6B89C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6380-441-beatrice-weisz-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6381-beatrice-weisz-pyroli
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bienvenue chez mémé!    

Revenir en haut Aller en bas
Bienvenue chez mémé!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Vacances d'été 2017 - Alola :: Akala :: Chez l'habitant-