Partagez | .
Du coup c'est circulaire.
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Kanto
Âge : 17 ans
Niveau : 26
Jetons : 3074
Points d'Expériences : 653

MessageSujet: Du coup c'est circulaire.   Mer 12 Juil - 23:57

Une année s’était à nouveau écoulée. Le temps filait à toute vitesse sans que Gwenn n’ait le temps de faire quoi que ce soit. Cela l’agaçait et l’effrayait en même temps. Était-ce elle le souci ? Était-elle trop nonchalante ? Trop désintéressée ? Elle n’en avait pourtant pas l’impression. Mais pour que le temps file à cette vitesse, il devait bien avoir une explication, non ? Ce n’était quand même pas Arceus qui avait raccourci les secondes !
C’est perdue dans ses pensée que la Givrali préparait sa valise pour les vacances. Elle ne savait d’ailleurs absolument pas comment la préparer. En effet, deux mois, c’est long ! Beaucoup trop ! Comment deux mois d’affaire pourrait tenir dans une seule valise ? Mathématiquement, c’était impossible. Cependant, elle n’avait aucune envie de se balader avec cinq sacs. Elle soupira. Si elle le pouvait, elle achèterait tout sur place. Mais comment dire… Son compte en banque n’était pas illimité, loin de là. Elle tenait d’ailleurs la petite carte plastifiée dans la main. Elle ne savait même pas combien il lui restait, ce mois-ci. Pourquoi ne s’était-elle pas bougée hier pour passer en ville vérifier son compte, acheter de la crème solaire, une paire de lunettes de soleil, une bouteille d’eau et du shampoing ? Comment pouvait-elle partir à Alola sans tout ça ? Pourtant ça allait devoir être le cas. Oui oui, elle n’avait plus de lunettes de soleil depuis qu’elle les a paumées dans un endroit obscur. Assez obscur pour qu’elle n’en ait pas la moindre idée, en tout cas.

C’est ainsi, plongée dans ses pensées que l’adolescente préparait sa valise à la dernière minute. Elle jeta un regard à l’horloge. Il lui restait qu’une petite heure pour tout boucler. Dans un coin de la pièce dormaient Lazuli et Lapis. Les oreilles du Posipi remuèrent. Gwenn se pétrifia. Non. Pas maintenant. S’il se réveille maintenant, c’était la fin. Ainsi, pendant cinq bonnes minutes, elle n’osa pas bouger le petit doigt. Accroupie par terre, ses genoux lui faisaient mal, mais tant pis. Pour la survie de sa chambre de dortoir, il valait mieux souffrir un peu. La petite boule de poil était bien trop énergétique et curieuse. Bien que cela faisait plusieurs mois désormais que le lapereau avait intégré son équipe, cependant, il arrivait toujours à trouver un intérêt à tout et n’importe quoi, comme par exemple la crème solaire de sa dresseuse qu’il n’avait pas hésité à étaler sur le sol de la salle de bain commune. Ça avait été gênant. D’autant plus que sa voisine de chambre n’avait pas trouvé meilleure timing pour y entrer, glisser, et se retrouver éclaboussée de crème de partout.
Elle jeta à nouveau un œil à l’heure. Il lui restait un quart d’heure. Instant de panique. Elle fixa sa valise. Celle-ci était à peine remplie. Tant pis, elle jeta en vrac quelques affaires dedans en croisant que cela fera l’affaire. Au pire, elle ne sortira pas des vacances. Si ce n’était que ça…

Le trajet se passa sans encombre. Opale était restée sur son épaule tout long et lui donnait particulièrement chaud à cause de sa fourrure, mais c’était supportable. Elle ne parut pas extrêmement enthousiaste en découvrant Alola, mais au fond, elle était quand même curieuse. Elle n’avait jamais compris l’intérêt qu’avait tout le monde pour cet endroit. Pourquoi vacances rimaient avec plage, palmier et colliers de fleurs ? Elle avait toujours préféré les endroits un peu plus discrets, moins touristiques. Elle gardait de très bons souvenirs de Célestia qu’elle avait visité avec sa famille quand elle était plus jeune. Le côté traditionnel de la ville, ou plutôt du village, les petits lacs au milieu de la montagne. Et on mangeait bien, là-bas.
Une fois arrivée, elle regarda autour d’elle. Mh… La ville ne correspondait pas à ce qu’elle s’était imaginé. Et puis, d’ailleurs, où étaient-ils arrivés ? Gwenn avait toujours considéré Alola comme des plages hawaïennes à n’en plus finir ce qui la désintéressait particulièrement. De ce fait, elle ne s’était pas renseignée, ne serait-ce le minimum, sur où l’école les emmenait. Tout ce qu’elle avait retenu était qu’on leur avait demandé de choisir entre trois villes et qu’elle en avait coché une au hasard. Mais du coup… Où devait-elle aller ? Y avait-il trois groupes différents pour les trajets ? Était-elle arrivée dans la bonne ville ? Elle n’était pas sereine.
On l’appela par son nom. Elle sursauta. Hein ? Qu’est-ce qui se passait ? Elle voyait les autres élèves se rassembler en petits groupes. Était-ce la répartition des logements ? Probablement. Elle n’y voyait pas très clair, le soleil lui agressait les yeux. Elle se dirigea vers un professeur pour lui demander ce qui se passait. Une fois. Deux fois. Euh… Excusez-moi… Bon, Ace n’était pas la bonne option. Ce dernier était clairement trop occupé avec son groupe de fangirls. Elle chercha quelqu’un d’autre. Un peu plus loin, Janice se tenait avec de la paperasse dans les mains. Peut-être sera-t-elle un peu plus à l’écoute.
Ce fut lent. Mais au moins, la jeune fille obtint l’adresse de la personne chez qui elle allait loger, le nom de cette personne ainsi que celui de ses colocataires. Elle apprit également que les élèves allaient bientôt se séparer en trois groupes pour gagner leur ville respective et qu’une fois arrivée à Konikoni, leur hôte viendra les chercher car apparemment, ils ne seront pas capables de trouver le logis par eux même. Qu’est-ce que c’était que cette histoire encore… On les emmena au port. L’embarcation allait avoir lieu dans une vingtaine de minutes. En attendant, était-elle censée retrouver les autres élèves qui allaient loger au même endroit ? Elle hésitait. D’un côté, en tant que personne un minimum sociable, c’était ce qu’elle devrait faire, non ? Mais s’ils n’étaient pas là ? Où encore, s’ils papotaient avec leur groupe d’amis ? Se taper l’incruste ? Très peu pour elle, et puis, elle ne se sentirait guère à l’aise. Elle soupira puis pris appui sur sa valise avant de lever légèrement la tête. Opale, tu me tiens vraiment trop chaud…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2029-gwenn-emmings-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2062-gwenn-emmings-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: Du coup c'est circulaire.   Jeu 27 Juil - 18:35




Du coup c'est circulaire
Alban, Gwenn & Calua

- Oh seigneur…

Se pencher par-dessus le bastingage alors qu’il se payait déjà une migraine à assommer un Donphan adulte n’était clairement pas l’idée la plus lumineuse qu’il ait jamais eue. Le souffle haletant, Alban se recula de quelques pas et se laissa lourdement tomber sur le pont. Son front, perlé de quelques gouttes de sueur, était brûlant de fièvre. Malade le premier jour des vacances. Pour une situation merdique, c’était bien une situation merdique.

En colère contre le monde entier, le jeune Pokéathlète s’allongea à même le sol, ne faisant guère attention aux regards désapprobateurs que de riches touristes lui lançaient. Oh et puis quelle importance, hein ? Il frôlait bien les 40 de fièvre et il était incapable de retrouver un seul de ses amis sur ce ferry de la superficie de deux Wailord obèses. Et il pesait ses mots ! Pour couronner le tout, le réseau ne passait pas en pleine mer, et son messager habituel - Zéphyr -, était à peu près dans un état aussi piteux que lui. Si ce n’était pire.

Au moins, Alban ne vomissait pas vert et grumeleux.

Retenant un spasme, le châtain plaqua brusquement sa main devant sa bouche. Calme-toi, Alban. Evite de penser à des trucs peu ragoûtants, veux-tu ? Dans les faits, peut-être valait-il mieux qu’il ne croise aucun de ses amis. Il n’avait clairement pas envie de se montrer dans un état pareil. Il avait un semblant d’honneur à conserver, hein ! Déjà que la moitié de ses proches l’avait vu à moitié à poil - ou plutôt totalement à poil, à vrai dire - lors de son anniversaire de l’année précédente… Ouais non... OK, ses amis ne devaient plus avoir une très haute estime de lui. Mais tout de même…

Partagé entre l’envie de se faire cajoler par Maxine ou Aaron, et celle de n’infliger sa présence à personne, le châtain inspira une grande bouffée d’air marin. De ce qu’il avait compris du discours d’Elisabeth Snow, cette année, ils allaient passer l’été sur Alola. A savoir, la toute nouvelle région qui venait de s’ouvrir au reste du Monde. Une véritable chance pour quelqu’un qui, comme lui, aurait passé des mois et des mois à économiser afin de se payer un pass d’entrée sur une des fameuses îles. Car oui, il s’était renseigné. Et rien que pour débarquer sur le dos d’un Pokémon Vol, il fallait carrément un passeport spécial qui coûtait un ou deux bras.

Clairement, heureusement que PALLADIUM avait décidé de les remercier en leur offrant le nécessaire pour venir gratuitement sur Alola. Comme quoi, ça avait du bon de se bouger les fesses à quatre heures du matin pour aider à éteindre un incendie.

Mais trêve de mondanités. Malgré la présence d’Auster et son spam outrageux des attaques Rayon Lune pour essayer de requinquer son dresseur, Alban se sentait déçu d’être aussi limité pour son premier jour de vacances. Il pouvait faire une croix sur les visites, c’était sûr et certain. Mais pire encore, il allait rencontrer ses colocataires d’un été en étant aussi mal en point. Pour une première impression, ce n’était clairement pas optimal. D’autant plus que, grande nouveauté cette année comparé aux deux précédentes ; ils allaient loger chez l’habitant.

Chez l’habitant ! Même avec ses nombreuses Missions pour le compte de l’école et de ses parents, Alban s’était rarement trouvé dans ce genre de situation. En général, il parvenait à se louer une chambre dans un hôtel, ou dans les meilleurs cas, un petit bungalow. Il appréhendait donc un peu la rencontre avec son hôte. Et s’il ne s’entendait pas avec lui ? Au cours de ces dernières années, le Voltali s’était habitué à un certain confort de vie. Il avait régulièrement partagé ses chalets de vacances avec ses meilleurs amis, et ne s’était jamais retrouvé dans cette situation inconnue où il allait devoir sociabiliser autant. Il se posait également des questions sur le fonctionnement qu’ils allaient devoir adopter, aux nouvelles règles propres à leur futur logeur… Tant d’interrogations qui n’aidaient pas son mal de crâne, par ailleurs.

Il sentit le ferry pencher un peu trop sur la droite, et pria le Seigneur pour qu’on lui fournisse un nouveau crâne. Bon sang, si ça continuait comme ça, il allait vraiment arriver à Alola en kit, n’est-ce pas ? D’ailleurs, ça faisait combien de temps qu’ils voyageaient ? Deux heures ? Trois ?

- Arrivée prévue sur Alola dans trois heures, annonça un marin à la cantonade.

What. The. Fuck.

A côté de lui, Zéphyr vomit une nouvelle gerbée de liquide verdâtre. Un gazouillis piteux sortit de sa gorge, tandis que Mistral s’approchait de lui pour lui tapoter doucement dans le dos du bout de ses ailes de coton. Alban sentit son estomac se soulever. Il allait mourir avant l’embarquement. C’était sûr et certain.

***

Plusieurs heures plus tard - il avait arrêté de compter -, Alban mit enfin pied à terre. Il se sentait toujours aussi pâle et fébrile mais au moins, le roulis désagréable du ferry avait été remplacé par la stabilité du béton. Il jeta un œil vitreux à ce qu’il voyait d’Alola. C’était… plutôt différent de Cobaba et de Touga, à vrai dire. Beaucoup plus vert, un peu moins plage. Etrange, Alban aurait imaginé l’inverse. M’enfin, un peu de changement n’allait pas leur faire de mal.

S’avançant à la suite des autres élèves, Alban vérifia qu’il n’avait rien oublié. Ses valises étaient là, ainsi que la totalité de ses Pokémon. Pour le trajet, comme il était malade, le Voltali n’avait sorti que les plus sages. A savoir Zéphyr, Auster et Mistral. Tous les autres étaient confortablement installés dans leurs Pokéballs. Bien. Pas d’oubli qui aurait pu être regrettable.

D’instinct, Alban se traîna jusqu’à Andreas Heartnett, son référent. Ce dernier distribuait déjà les feuilles avec les répartitions des maisons à qui le voulait bien, non sans les couvrir au passage de roses et de paillettes. En voyant le Pokéathlète, Heartnett fit une pirouette et s’approcha en pas chassés. Sortant une lotion parfumée à la rose, il en aspergea copieusement un coton, qu’il appliqua sur le visage de son élève.

- Oulala, ce n’est pas la forme on dirait. Je te l’ai toujours dit Alban : si tu mettais un peu plus de cosmétiques, tu tomberais moins malaaaaade.

Trop faible pour protester, Alban hocha mollement la tête et attrapa le papier qu’Andreas lui tendait. D’un geste machinal, il épousseta ses épaules et fit tomber les paillettes et cotillons qui s’y étaient déposés. Hm… Il allait donc loger sur Konikoni… Avec une Givrali qu’il ne connaissait pas et… glups. Calua R. Kana ?!

A cette pensée, son corps fut parcouru de nouveaux frissons. Ok. Calua était gentille, tout ce qu’il fallait et tout. Mais avec sa migraine actuelle, il fallait avouer que survivre en présence de la Pyroli allait être vraiment TRES compliqué. Son objectif dans un premier temps était donc de retrouver plutôt l’autre fille, et de se présenter en bonnes et dues formes avant que la Magicienne ne rapplique. Ouais. Ça ressemblait à peu près à un plan…

Attrapant un élève au hasard, il lui demanda s’il connaissait une Givrali du nom de Gwenn Emmings. Le garçon lui répondit par la négative, mais son ami avait apparemment déjà entendu parler d’elle. Il lui indiqua une jeune fille un peu plus loin, et Alban le remercia avant de trottiner vers sa future colocataire.

Plus il s’en approchait et plus Alban remarquait quelques détails. La dénommée Gwenn était plus petite que lui, et avait de longs cheveux bruns. Sur son épaule, un Chinchidou était fermement accroché. Le châtain se para d’un sourire de circonstances - le plus beau qu’il puisse faire dans son état -, puis attira doucement l’attention de la Givrali.

- Bonjour. Gwenn, c’est ça ? Je suis Alban, enchanté. Apparemment, on va être colocataires pour cet été, donc je me disais qu’il serait plus pratique qu’on fasse connaissance ici…

Il laissa sa phrase en suspens, puis regarda vaguement autour de lui.

- On devrait aussi retrouver Calua. Je ne la vois pour le moment, mais je saurai la reconnaître. Pyroli, brune, habillée généralement en magicienne et très…

Une explosion se fit entendre plusieurs mètres derrière lui. Se retournant, le châtain vit une fumée colorée s’élever dans le ciel.

- … tape à l’œil et bruyante… acheva-t-il.

Bon sang. Qu’est-ce que Calua avait encore fichu ?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Coordinateur Novice
avatar
Coordinateur Novice
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 3
Jetons : 401
Points d'Expériences : 293

MessageSujet: Re: Du coup c'est circulaire.   Lun 21 Aoû - 18:26

C'est les vacances-euh, c'est les vacances-euh ♪ Voila qui résumerait bien l'état de Calua, en ce jour de départ pour les îles, l'inconnu et surtout DE NOUVELLES SCÈNES À DÉCOUVRIR ! Impatiente serait un mot bien trop banal, pour décrire l'état de la petite magicienne, surtout si l'on observe avec attention, le branle-bas de combat général qui parcourt la chambre qu'elle occupe au dortoir Pyroli.

''Pollo, tu peux m'attraper les sacs ? Ash, non, pas de flammes à coté de ça, sinon Tella va me faire la tête ! Ah, merci, j'en avais besoin de celui-là!''

C'est fou, quand on pense que Tella a réussi à boucler ses valises en moins d'une heure...Pourquoi est-ce que Calua ne parvenait pas à tout ranger, en moins d'une demi-journée (Certaines mauvaises langues dirons que les deux jeunes filles n'ont pas la même conception du rangement, mais ce ne sont que des racontars). En tout cas, on ne pouvait pas enlever à la Pyroli d'être extrêmement motivé : chaque élément de son matériel de magie était scrupuleusement noté et rangé, afin qu'elle dispose de tout l'attirail nécessaire, une fois à Alola.
Une île récemment devenue accessible et pleine de Pokémons, dont elle n'avait eu qu'un bref aperçu au cirque Solgaleo...Une véritable aubaine, oui ! Si les habitants ont été éloignés si longtemps du reste du monde, elle aura un public tout neuf, une fois sur place. D'où la taille des trois énormes sacs de voyage, que la magicienne, son Galifeu et un pauvre Coxy sur-exploité transportèrent surl e pont du bateau, sous le regard relativement peu amène de la Générale.
Pour l'occasion, Calua avait même apporté quelques retouches à sa tenue : fini la jupe, place à un pantalons qui lui tombait jusqu'au bas des chevilles, enfoncés à moitié à l'heure actuelle dans ses bottes hautes. Elle avait également sacrifié sa cape pour une sorte de petit chale vaporeux, bien plus pratique vu les températures qui régnaient à Alola. Enfin, trop imposant pour être conservé (Et si elle le faisait tomber à la mer, vous imaginez ?), la jeune fille s'était également séparé à contrecoeur de son chapeau haut-de-forme, pour le remplacer par une casquette bleu marine (Avec le mot MAGIC inscrit dessus en gros, faut pas rêver non plus). Bref, elle était prête à tout affronter !

''Its a kind of magic ♪''

L'arrivée sur les lieux fut pour le moins bordélique en elle-même : surchargés sous le poids des paquets, la petite troupe se retrouva rapidement happé par la masse des élèves. Néanmoins, naviguant avec l'aide d'un Coxy-GPS de première qualité, Calua parvint tant bien que mal à atteindre les abords de la Générale, tandis que cette dernière lançait rapidement leurs ''ordres de mission'' (Entendre par là, la répartition des dortoirs...Rigueur militaire oblige) aux Pyrolis les plus proches.
S'emparant à son tour du mince feuillet, la jeune fille détailla rapidement les deux noms inscrits dessus: Gwenn qui lui était inconnu et...Oh !

''Y'a Alby ! T'as entendu, Pollo ! Tu peux essayer de le trouver de là-haut ?''

Autant chercher une aiguille dans une meule de foin, oui. Néanmoins, obéissant, le petit Insecte s'éleva légèrement plus haut, afin d'avoir un meilleur point de vue sur la foule. Ce qui serait probablement une bonne idée, si Ash ne s'était pas mise en tête de lui venir en aide. En quoi est-ce un problème ? Et bien, la sacoche que la Ouisticram transporte en ce moment-même, est un peu spéciale : en son sein, Calua avait regroupé l'intégralité des réactifs récupérés et raffinés au cours des trois derniers mois.
Aussi, lorsque la type Feu s'essaya à l'acrobatie pour se hisser sur l'épaule de sa Dresseuse, le *CRAC* produit par le tissu de la besace se déchirant, passa relativement inaperçu dans la foule.  En revanche, la jeune fille put admirer la ribambelle de poudres et de liquides, qui se déversait sur le sol du débarcadère, se mélangeant à ses pieds en une véritable mosaique de couleurs luisantes. Et lorsque quelques petits bulles commencèrent à se former à la base du mélange...

''...Oups?''

*BAOUM*

Rien de tel qu'un feu d'artifice pour commencer les vacances. Entrainant son Galifeu avec elle, Calua se jeta sur le coté, tandis qu'une colonne de fumée multicolore s'élevait dans les airs, juste après une explosion assourdissante. Les élèves les plus proches firent de véritables bonds de terreurs et rapidement un cercle se dessina autour de la zone de la détonation.
Mais, si la jeune fille avait les oreilles qui bourdonnaient violemment, elle ne pouvait pas rater ce qui suivit...

''GROOOOOOOH !''

''Oh, oh...Pollo, descend vite !''

Ça, c'est le bruit d'un Godzilla TRÈS énervé. Raison de plus pour que son starter fasse profil bas et effectue un rase-mottes, tandis que Calua se retrouvait à quatre pattes dans la foule, afin de s'éloigner le plus possible du lieu du désastre. Le Galifeu et la Ouisticram la retrouveraient plus tard, et se retrouvèrent d'office chargés du transport des sacs.
Tout en rampant le plus discrètement possible, Calua avisa soudainement une silhouette familière à la lisière de la foule...Pile au bon moment ! Se glissant derrière le duo formé d'Alban et Gwenn, elle se redressa rapidement derrière eux, avant de glisser quelques mots à l'oreille du Voltali.

''Coucou Alby ! Dis, ça te gênerait qu'on s'éloigne un peu ? Oh et ravie d'te rencontrer, Gwenn !''

Décidément, les vacances commençaient en fanfare...

********************

''Bah tu vois, Alby, c'était pas si difficile !''

Ça, c'est encore à prouver : après avoir rejoint Konikoni, le trio devait encore se diriger vers l'adresse indiquée. Et malheur, Calua s'était décidé à prendre la tête des opérations. Rien d'anormal donc, à ce que nos pauvres aventuriers se soient perdus pendant une bonne trentaine de minutes, avant que Gwenn ne reprenne les choses en main et ne les dirige droit vers le phare, qui surplombait l'avancée rocheuse vers la baie.
Devant la porte de bois (dont la peinture mériterait un bon coup de neuf), l'hésitation gagna les trois élèves. Frapper ? Pas frapper ? Non mais, pourquoi je pose la question, on sait tous comment ça va finir.

*Toc, toc, toc*

''Eh, oh, y'a quelqu'uuuuuuun ? On nous as dit de venir ici pour passer des supers vacances, c'est vous qui devez nous héberger, non ?''

''FICHEZ-LE CAMP, BANDE DE MORVEUX !''

Ah...Ça, c'était pas prévu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Du coup c'est circulaire.   

Revenir en haut Aller en bas
Du coup c'est circulaire.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Vacances d'été 2017 - Alola :: Akala :: Autres villes-