Partagez | .
Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 0
Jetons : 205
Points d'Expériences : 106

MessageSujet: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Jeu 20 Juil - 5:04


Une colloc' à la mer !
Alyx, Gabriel et Stone
Tu te demande si c'est une bénédiction ou un cadeau empoisonné. Bénédiction d'abord parce-qu'ainsi marchant à ses cotés, plus personne ne fait attention à toi et comme un prodige, tu saisis ces quelques-instants -infimes secondes- pour ôter ton masque et respirer. Enfin. Mais la présence de ce Ronflex qui te suit depuis ce matin est tout autant une malédiction, tant il t'apparait soudainement le manque de praticité et les responsabilités qui vont avec. Ce n'est pas comme si c'était géant -gênant, pardon- pourtant... Tu gardes le cap, gardes le masque : t'adaptes à la taille imposante et réussira à rendre le tout aussi digérable que cet air marin qui t'assaille les narines. En attendant, et soudainement voilà que tu n'en imposes plus du tout. Ridicule petit Stone ramené à la place que tu mérites : celle d'insecte, noyé sous l'ombre d'un géant. Tu n'a même pas besoin de jouer des coudes pour traverser la foule étudiante et retrouver celui qui devrait t'attendre avec un panneau à ton nom ou autre signe distinctif. La seule présence du gigantesque ours suffit à traverser - pourquoi ne pas le nommer Moise ?

Mais trêve de digressions, voilà ton hôte qui te fait face : là, coincé entre deux petites mamies, un homme trés grand et imposant -presque autant que ton ronflex- mais abimé par le temps. Tu peux le lire par sa position : courbé et anguleux ; par son visage noyé sous une grosse barbe blanche et par une peau sillonné par les traces d'une vie bien remplie -et d'une bouteille bien vide. Doucement, sans te précipiter -jamais- tu t'avances vers lui et sans grande surprise, tu es le premier. Toujours ponctuel. Toujours parfait. D'ailleurs, cela ne fait qu'une journée que tu a débarqué, mais déjà tu a saisi toutes les subtilités de cette autre culture et c'est avec élégance et décontraction que tu salues celui qui est désormais ton hôte à la manière Alolienne. Mais lui ne semble pas comprendre, le voilà qui te saisit le poignet et le balance avec force du bas vers le haut. Toi ? Tu te contiens, cale des muscles et ne perd pas le masque, garde la face.

-Hola p'tiot ! Vl'à un solid' moussaillon ! Par m'barbe, nommes moi donc c'aptain Makan, et quel est ton sobriquet le j'not ? 

Te voilà -chose inhabituelle- quelque-peu déstabilisé et pendant un instant, tu crois devenir fou - ou du moins à moitié sourd. Mais ton bel esprit d'analyse finit par te convaincre de mieux écouter et te voilà qui comprend. Un marin. Voilà qui explique son grand ciré jaune, ses mains taillées par l'effort et la présence d'un Goelise quelque-peu rabougri sur son épaule. Sans trop d'hésitation, tu lui donne ton nom -il reste inchangé après tout. Puis, il ne te faut pas longtemps pour t'enquérir de la personne qui te fait face. Si bien que quand les autres garçons débarquent, il te semble déjà connaitre Makan mieux que quiconque : Ses années dans la marine de Johto, son amour pour l'ancien temps, son gout pour la boisson, sa plus vielle histoire d'amour abandonnée pour une autre -avec l'océan, sa retraite ennuyeuse et son récent déménagement, içi, à Alola. Rien -ne semble t'il- ne t'a était épargné. Et tu te dis à toi-même que Makan a bien de la chance de n'avoir aucun filtre, aucun masque. De son coté, lui semble t'apprécier d'ors et déjà. Ce coté volontaire, sportif et honnête qu'il ne retrouve plus chez les jeunes d'aujourd'hui te va à ravir et comme toujours, tu sais séduire et t'attirer la sympathie.

Mais l'entre deux s'est donc terminé ici, quelque-peu curieux de savoir avec qui tu logeras chez ce bon vieux Makan, te voilà saluant tes camarades -à la manière alolienne, toujours- les détaillant quelque-peu au passage. Hmm. Te voilà déjà tout analysant chez eux, gens beaucoup plus complexes que Makan, il sembleraient... Deux profils trés différents, l'un intellectuel, élégant, sans doute fils de bonne famille t'inspire immédiatement confiance, néanmoins il a quelque-chose de quelque-peu hautain... Rester sur ses gardes donc. L'autre est beaucoup plus antipathique et il ne faut pas longtemps pour percevoir son agressivité et son arrogance, famille beaucoup plus populaire, à ne pas douter. Te voilà juge de couverture de livres, gardant un sourire de circonstances, tu te présentes à tes nouveaux camarades alors que voilà déjà le groupe qui suit le vieux Makan :

- En fait, moi c'est Stone Mercury, je viens de Kanto et ce ronflex là, tu montres l'énorme masse qui vous suit en faisant trembler le sol comme si personne ne l'avait remarqué, c'est mon starter, j'attends de le connaitre un peu mieux pour le nommer et voir ce qu'il veut aussi.

Mais les présentations ont à peine le temps de s'éterniser que voilà déjà Makan qui stoppe la marche devant une propriété un peu excentrée, coincée dans une falaise. Un Hélédelle, un otaria ainsi qu'un drôle de pokémon dont ton ipok te signale que c'est un Araqua sont déjà là et vous accueille avec joie. Tu t'approche doucement de l'Otaria et lui caresse sa corne quelques-instants qui semble pour lui un moment d'extase. Soudain Makan prend la parole :

"Stone, p'tit gars, il y une crique d'rére ma d'meure, ton Ronflex p'rra s'y mettre, l'maison ets un p'tiote pour lui. D'ailleurs l'jeunots, l'int'rieur est un pio viaux et v'dormirais dans l'meme piéce, ç'ira, hein ?"

Tu fixes ton attention sur Makan, et pense avoir tout compris. Te voilà jetant un -faux- regard compatissant à ton starter qui semble déjà bouder d'être ainsi mis à l'écart... Pourquoi pas Gamin ? Son altitude enfantine le justifierait. Puis, toujours autant comédien, tu lâche un grand sourire à des tes camarades. Beaucoup trop sur de toi et autocentré, tu es persuadé qu'il te considéront dans quelque-jours comme leur meilleur ami. Et aprés tout, pourquoi ce ne serait pas le cas ? Ton masque sait se faire aimer, se faire apprécier. C'est et ce sera toujours le cas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Oblivia ; Kalos
Âge : 17 ans.
Niveau : 31
Jetons : 944
Points d'Expériences : 817

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Dim 23 Juil - 20:28



Une colloc'


à la mer !

avec Stone Mercury & Gabriel Campbell
Certains disent que nous avons trois visages. Le premier est celui que nous montrons au monde. Le second est celui que nous montrons à notre famille, à nos amis et à nos proches. Le troisième est celui que l’on ne montre pas. Et c’est celui-là qui est notre vrai visage.

Je laissais ma mère me serrer dans ses bras, silencieux. Je devais avoir l'air heureux de retrouver toute ma famille, alors que je n'avais que hâte de retourner en cours pour me concentrer sur mes études. Elle me regarda un moment et je lui souriais. A la rentrée, j’allais entamer ma troisième année à la Pokémon Community. J’avais 17 ans, et je comptais bien commencer à me démarquer des autres, non plus par mon style flamboyant - bien qu'il aide - mais par mes capacités mentales. J’allais me focaliser sur mon but, et y parvenir par tous les moyens. Impressionner, épater, marquer à vie les gens qui croiseront ma route. C’est ça, mon objectif, et je vais y arriver. Même si cela demandait quelques sacrifices. Une fois au sommet, je n’aurai plus à me retenir.

Je la repoussais doucement, lui souriant. Nous nous étions retrouvés à Romant-sous-Bois, chez mes grands-parents, pour trois petits jours ensemble avec toute la famille. Pas qu’ils me manquaient particulièrement ; ils demandaient bien trop de détails sur ma vie à l’académie et sur mes relations privées. On en avait profité pour faire les boutiques pour mon départ, avec la plupart des autres élèves, sur l’île d’Akala, à Alola. Cette région ayant été reconnectée il y a peu avec le reste du monde, je me devais de m’y rendre, en bon explorateur. Tant pis si le tour des îles a déjà été fait des dizaines de fois, je le ferai moi-même pour voir de mes propres yeux ce que ce nouvel endroit a à offrir. Et je dois dire que je suis plutôt excité à l’idée ! Mon départ s’était donc fait sans embrassades interminables, et j’arrivais dans cette nouvelle contrée. Elle me tendait les bras, m’invitant à la découvrir ! Les régions et leurs histoires sont finalement les seules femmes dont je suis amoureux, il faut croire.

Mais pour l’instant, je me retrouvais avec Cierge à Ho’ohale. Une ville très agréable et visiblement touristique. J’allais prendre le temps de flâner un peu, d’entrer dans les bâtiments publics et de discuter avec les gens. Cependant, avant de commencer mes pérégrinations, je devais déposer la valise que je me trimballais depuis un bon moment, et sur laquelle était perché cet idiot d’Hermès, sursautant à chaque fois qu’un petit caillou se glissait sous les roues du rangement.

« - Rah, eh ! T’exagères, gros lourdeau ! Aller, dégages ! DEGAGES ! »

Je le chassais encore plus alors qu’il tentait de se poser sur ma tête, et il opta finalement pour le sol, sur lequel il sautilla à ma suite avec un air désespéré. Je me dirigeais donc parmi la foule, cherchant le propriétaire de la maison qui allait m’accueillir, moi et deux autres garçons, de ce qu’on m’avait dit. Pas que je n’étais pas content, mais ça m’ennuyait, moi qui étais habitué à avoir ma chambre pour moi tout seul depuis le départ précipité et légèrement forcé de ce crétin d’Hector. En m’approchant, je voyais que l’un d’eux était déjà arrivé, et se tenait aux côtés d’un vieux bien malmené par la vie. Le temps ne l’avait pas épargné, et j’avais à la fois un pincement au cœur et une grande admiration. Tous ceux qui se sont illustrés d’une manière ou d’une autre méritent de l’attention.

« - Ah bah v’là ‘ti pas l’deuxième moussaillon ! On m'avait bien dit qu'j'aurais trois p'tits gars, mais j'pensais pas en voir arriver un sapé comme une donzelle ! Comment qu’tu t’nommes, le jeune ? T’es bien beau dans ta t’nue, mais à Alola, t’vas mourir d’chaud si tu t’trimballes comme ça, ma foi ! »

Je baissais un instant les yeux sur ma tenue, une longue jupe ample et un t-shirt blanc léger, puis revenait à l’homme, fronçant les sourcils. Soit j’avais manqué un épisode, soit il parlait un langage codé, soit il était digne du cliché du pêcheur d’Alola totalement torché en permanence. Et à côté, l’autre gars avait l’air… Bon bah, il était là hein, c’était déjà ça.

« - Je suis Alyx Levi-Harabo. Et voici Cierge, mon Funécire, et Hermès mon Hoothoot. J’ai d’autres Pokémons, mais ne vous en faites pas, je ne les ferai pas sortir de leur ball dans la maison. Ils sont un peu trop… Turbulents.
- Ah, mais c’est bien ça, l’énergie des Pokémons, parbleu ! » lâcha-t-il dans un grand rire qui fit grimacer les pauvres petites vieilles à côté. « T’gêne pas, si sont pas trop gros, t’peux leur faire prendre l’air ! Mais c’est qu’ma bicoque, l’est pas immense ! Pas comme ton château, l’nobliau, heiiin ? »

Et il repartit dans un rire. « Nobliau » ? C’est vrai que je porte sur moi la marque d’une bonne éducation et d’une discipline personnelle qui ne se retrouve de nos jours que dans l’aristocratie ou presque. Que voulez-vous, au fond de moi, je reste une princesse… Même en vacances. Je me calais sagement aux côtés de l’autre élève, faisant rentrer Hermès dans sa Pokéball. Plus qu’un et nous pourrions partir.
© AkumaCursed



_________________

 
This madness is
supreme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4249-start http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4259-alyx-levi-harabo-noctali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Hoenn/Vermilava
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 176
Points d'Expériences : 26

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Mer 26 Juil - 23:27

Cette rentrée à la Pokemon Community commençait mal. Ou plutôt, ces vacances commençaient mal. Gabriel tirait une gueule de cents pieds de long tandis qu’il trainait son sac dans la poussière, Ferox posé dessus qui ne cessait de pousser des couinements aigus et adorables. Le jeune homme était arrivé là cinq jours avant, s’était fait conduire par ce « cher » Sirius jusqu’à la famille qui devait l’accueillir… Pour finalement apprendre qu’il y avait eu une erreur d’administration et que la famille d’accueil était à son maximum d’élèves.

Génial. A refaire plus souvent, comme les lapins ou les tartes à la crème dans la tronche. C’est hilarant après tout, pourquoi ne pas recommencer ?

Et cinq jours plus tard, il se retrouvait dans la foule, balloté, grognon et la tête un peu basse tandis qu’on le dévisageait très clairement pour son air antipathique et l’adorable boule de poils orange qui traînait sur sa tête. Gabriel avait beau essayé de le faire redescendre de sa tête, c’était peine perdu. Il cherchait avec une certaine indifférence et une pincée de froideur, son hôte et les deux gars avec qui il allait devoir passer les prochains jours, tentant malgré lui d’ignorer les commentaires moqueurs qui accompagnaient par moments son passage. Il faut dire qu’un Dedenne sur l’épaule d’un type aussi peu désagréable, ça tranchait sacrément et c’était plutôt ridicule.
Déjà, pas de filles dans la collocation, de ce qu’on lui avait donné comme informations, si ce n’était pas formidable. Pas de personne ennuyante et insupportable au quotidien. Plus qu’à espérer qu’il se retrouve avec des ploucs qu’il pourrait écraser avec une aisance sans pareil.

« Un vieil homme,  barbu, plutôt grand… Tellement précis comme info’, nom d’un Couafarel… » maugréa-t-il en tentant de faire descendre une énième fois Férox de sa tête.

Son regard sombre balaya la foule à nouveau, avec impatience et irritation. AH. Il y avait bien un vieil homme, dans un ciré jaune, qui correspondait bien, avec un gars de son âge et… Une jupe ? Où était le troisième mec de la collocation ? Gabriel tiqua, et grinça des dents intérieurement. Plus il s’approchait, moins il la sentait bien, cette collocation. Et quand il fut tout à fait à côté d’eux, il ne put s’empêcher de les scruter avec son même regard froid et perçant, toujours hostile, quoiqu’un peu nerveux.  Un mouvement de tête bref pour saluer le groupe, mais surtout les yeux ronds sur la fille un peu trop musclée, et un peu trop en V qui se tenait à côté du dernier colocataire, au sourire beaucoup trop racoleur et à l’air d’être un peu trop à l’aise avec tout le monde.

« Mais t’es un me- BOUARF » finit-il par lâcher à l’androgyne ou presque.
« Ah beh v’là le dernier ! Dis donc, c’qu’a pris ton temps gamin, un peu plus et v’là qu’on aurait pris l’large sans toi ! »

Le BOUARF, c’était la tape pas très bien dosée du vieil homme en ciré jaune qui lui avait déboîté l’épaule et dégonflé ses poumons. Lui, c’était Makan. Mais attention, pas n’importe qui, CAP’TAIN MAKAN ! Il était peut-être vieux, mais il avait encore de la force, le bougre, le rire gras, les joues rouges des bouteilles qu’il devait enquiller, sans pour autant mal le tenir. L’odeur de l’océan, et plus particulièrement du sel l’entourait avec ténacité. Il avait une gaillardise et une assurance qui mirent un peu mal à l’aise le jeune homme. C’était la barbe touffue et ses sourcils broussailleux qui devaient aider, certainement. Gabriel répliqua néanmoins avec sa voix railleuse, tout en évitant avec soin le regard du vieillard :

« Hrm. Tch, il faut bien que le meilleur arrive à la toute fin, pour le bouquet final, hein ! »

Et voilà, sblam, Gabriel dans toute sa splendeur, avec sa hargne, et sa voix qui siffle. Etrangement, ça avait créé un sacré silence. Si bien que le gars qui avait l’air au moins peu normal s’décida à commencer les présentations.

Stone. Kanto. Et un Pokémon énorme à ses côtés. L’Hoennien se sentait légèrement piqué par la jalousie. Férox aurait  été mieux en Ronflex, certainement, plutôt qu’en peluche souris. Pincement au cœur, sourire plutôt amer, et regard perçant sur Stone, Gabriel sentait qu’il allait l’aimer à moitié. Il avait une aisance qu’il n’avait pas, il rayonnait d’assurance, de beauté et de charisme.

Et Alyx. Très différent de Stone, aussi. Plus guindé, avec cette hauteur qu’ont les gens riches aussi, plus retenu et posé. Bon, Gabriel passerait sur sa tenue. Il avait un air calme et tranquille, mais le jeune homme sentait qu’ils ne seraient pas faciles de les surpasser. L’un avait l’air cool, l’autre était riche. Et lui n’avait rien, malgré toutes les économies qu’il avait pu faire. Le sourire carnassier, il finit par lâcher simplement quand ce fut son tour :
« Gabriel. J’viens d’Hoenn. Et lui, c’est Ferox, une terreur et une tuerie grâce à moi. »

Le blondin avait le rictus facile, la voix grave et posée, un peu chantante, comme toujours quand il se mettait en avant, et qu’il se gonflait d’orgueil. En vrai, il se sentait un peu mal. Un peu écrasé par ce qu’Alyx et Stone dégageaient naturellement.


Lui, il ne dégageait que violence et dégoût.

Et bon, pas le temps de s’éterniser, que Makan les entraîne déjà sur la route pour se rendre au logis. Alyx semble avoir eu un blanc pendant un instant, vu qu’le vieux marin dut lui faire signe de suivre. Et il suivit, la jupe volant un peu au vent, sous la chaleur écrasante quoiqu’agréable des îles. Heureusement que Gabriel n’avait rien pris de chaud et qu’il allait chercher le reste de ses affaires à la fin des vacances, avant d’arriver réellement à Lansat. Quoiqu’atypique, l’allure d’Alyx l’amusait. Il fallait vraiment avoir des couilles pour oser s’habiller comme ça. Même s’il faisait partie de ces riches bien chanceux et qui en ont rien à carrer des gamins venant d’un milieu populaire comme lui. Quant à Stone, bah… Il lui inspirait seulement de la jalousie et de l’envie. Une pointe d’admiration en fond aussi, peut-être.

Une sorte d’odeur en fond, un peu sucrée,  reteintait un peu le décor. Peut-être qu’il vivrait mal ses vacances avec ses colocataires, mais le cadre n’était pas si mal.


Qu’il se disait.


Ce n’est pas la vue de la maison de Makan qui l’effraya, oh non. Elle était très bien, un peu excentrée – le calme ne ferait pas de mal aux élèves ceci dit  -, modeste, mais très bien placée. Et en plus y’avait une crique, si c’était pas beau, ils ne seraient pas serrés avec le Pokémon de ce cher Stone.

Non, ce qui donna des sueurs froides à Gabriel et le fit pâlir autant qu’un fantôme, ce fut plutôt le Pokémon bizarroïde qui se tenait devant, en compagnie d’un Heledelle et d’un Otaria. C’était bleu et jaune, un peu visqueux de loin, mais surtout, ça ressemblait à une araignée, nom d’un Kokyas baveux et puant. Et Stone qui leur jetait un regard niais et agréable, beaucoup trop beau pour être vrai.

Ce qui est sûr, c’est que le blondin ne se sentait pas bien, et qu’en voulant à nouveau s’étaler un peu plus, sa voix dérailla un peu :

« Tant que les deux autres ont pas une hygiène douteuse et qu’ils empiètent pas sur mon espace vital, ça m’va, haha… Elle m’intéresse votre crique, ça vous dérangerait pas qu’j’aille y faire un tour deux minutes ? »

« Beh, nom d’un Bekipan, c’qu’t’as l’air tout palôt, p’tit gars. M’dis pas qu’c’est Palourde qui t’fait tourner d’l’œil comme si t’t’étais r’trouvé en pleine tempête ?

« Ah, rarrrgh, nooon, pas du tout ! J’ai juste… Un peu chaud, ça m’fera du bien, le grand air, hein ! »

« Palourde est adorable, tiens, r’garde, Stone, il a pas peur, eh ! T’sais pas trop y faire avec des algues un peu trop repoussantes ? T’en m’nais pourtant large t’à l’heure, Gaby ! Teh, Alyx a pas l’air d’avoir si peur qu’ça aussi ! Pas vrai p’tit loup d’mer ?

Gabriel n’en menait plus vraiment large. Il ne cessait de fixer Palourde d’un air méfiant, et le visage toujours aussi pâle. Il avait l’air malin, maintenant, tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6466-l-arrogance-froissee-est-tout-de-suite-colere-termine http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6474-gabriel-campbell-noctali#68235
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 0
Jetons : 205
Points d'Expériences : 106

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Mer 2 Aoû - 8:53

Tu sers ton skateboard contre toi de ta main gauche alors que la droite resserre la lanière de ton sac tellement fort que tes phalanges blanchissent. Cela ne fait que quelques-minutes que vous êtes tous réunis mais le dernier arrivé annonce déjà la couleur : Rouge. Il sera l'élément perturbateur de la collocation. D'ailleurs tu sentais bien toi, depuis qu'il était arrivé son regard qui tes transperçait comme une lame émoussé, en bon chevalier, belle armure : il ne produisait qu'un faible cliquement contre toi. Il te fallait bien plus que quelques regards envieux pour traverser ton masque.

Tu jettes un regard compréhensif, presque plaintif à l'autre. Rien n'allait être aussi facile de prévu, toi qui espérait les trois mousquetaire, tu t'en rendais finalement compte de la difficulté que tu aurais à te faire apprécier. De la difficulté de composer de vrai, pas dans un carnet muet, mais avec des personnes et des caractères différents. Gabriel était comme un cacnéa sur les nerfs alors qu'Alyx... Tu ne savais pas s'il était froid comme le vol d'Artikodin ou juste beaucoup trop introverti pour être lisible. Car de lui -toi, le juge de couvertures- tu ne percevais rien. Pas grand chose. Aristocrate, gout pour les vêtements féminins mais assez peu excentrique néanmoins. Mais trêve d'analyse, car quand Gabriel se mit à présenter son pokémon. Malgré le masque. Malgré tous tes efforts pour te faire apprécier, tu ne peux t'empêcher de lâcher un léger gloussement distingué... Et pourquoi te retenir, Gabriel avait bien trop peu confiance en lui pour t'apprécier avec toutes tes qualités. Autant lui montrer la partie plus sombre... L'autocentrée, l'arrogante celle qui ne croit pas une seule seconde à la férocité d'un dedenne et qui ne veut plus la nier. Mais pas trop d'écarts : Gardes le cap, gardes le masque

Mais quelques-minutes plus tard, vous voilà déjà devant chez Makan. Et toi, montrant tes plus beaux cotés : caressant l'Otaria qui vous accueillent en tapant le sol de sa queue. Mais ce petit jeu ne t'amuse pas plus longtemps lorsqu'un échange entre Makan et Gabriel -Toujours lui, à croire qu'il va te voler la vedette-  t'interpelles. Ton regard noisette passe du pokémon araignée à Gabriel, sans que tu ne comprenne vraiment ce qu'il se passe.... Puis elle te frappe au ventre : l'évidence.

Le masque de fierté du blond n'est pas au point. Il dégouline, suivant le chemin de sa sueur, laissant les traces de la peur se saisir de son visage et le tordre dans une grimace qui ne trompe personne. Sauf lui, peut-être... Et sa voix qui semblait ne puis lui appartenir. Complètement désincarné par quelque-chose qui ne saurait contrôler... Et toi Stone, comme tu voulais être le premier. Le premier à mettre un mot sur ce que tout le monde avait compris, tu te surprends à murmurer un peu trop fort "Arachnophobe" et la piqure des yeux du blond sur ton corps encore penché sur l'Otaria t'indique que tu a tiré sur la bonne ambulance.

Boum. Si c'était un secret le voilà explosé. Et face à l'impact, en bon gendre idéal, te voilà qui te déplie tes jambes et vient poser ta main sur l'épaule de votre logeur. Envoyant un faux regard de compassion à l'insupportable et faiblard blond. T'es tellement un meilleur acteur que lui, que tu penses...

-Makan... Je sais que ça ne va pas être pratique mais durant le séjour de Gabriel ici. Il serait pt'et mieux d'éloigner quelque-peu Palourde de la maison.

Tu l'a déjà constaté, l'ancien marin est un livre ouvert, il ne t'aurait pas lancé un regard si triste que si tous les océans s'étaient vidés de leur eau. Le pauvre viel homme te détaille quelques-secondes avant de lancer un regard désespéré à Alyx comme si il espérait que de la noblesse si éloigné de son mode de vie viendrait une solution auquel personne n'aurait pensé. Mais l'amateur de vêtements féminins n'a pas le temps de proposer une idée que tu vois déjà les lèvres sèches de Makan s'ouvrir :

-C'est qu'tas pas mon 'spérience, brave gars, j'suis. M'wa j'n'ai vu des matelots vec le mal de mer qu'amarrait des coques comme personne ! Gaby n'e connait pas Palourde et c'bin tout !

Comme pour illustrer ses mots, votre logeur siffle son pokémon à la tête enfermée dans une bulle. Aussitôt l'insecte plia ses pattes et se projeta sur ce pauvre Gabriel. Tu aurais réagi plus vite, s'il il n'y avait pas eu ce visage de chair sous le masque. Mais on ne demande pas au déguisement d'être le moine, jamais. Et même toi, Stone Mercury qui pensait ta couverture de Super héros si parfaite, tu n'a le temps que de tendre le bras vers le blond que déjà l'Araqua atterrit dans ses bras.

Et tu sais au fond de toi que la bombe commence à peine à exploser....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Oblivia ; Kalos
Âge : 17 ans.
Niveau : 31
Jetons : 944
Points d'Expériences : 817

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Jeu 3 Aoû - 9:19



Une colloc'


à la mer !

avec Stone Mercury & Gabriel Campbell
Génial. Génial, génial, génial… Dans quoi étais-je encore tombé ? Je serrais légèrement l’anse de ma valise en regardant le dernier arriver. Encore un type qui se prenait pour un tueur alors qu’il n’était qu’un mioche dans une académie de demeurés à peine capable d’enchaîner trois attaques. Manquerait plus que ça soit un TopDresseur, ou un en devenir, et on aurait le combo du « Oh Alyx, tu vas le détester » ! Mais bon, passons, de toute façon je n’ai pas le choix, j’ai déjà signé et impossible de changer maintenant. Je les suivais donc, après un moment d’absence pendant lequel j’essayais de ne pas faire ravaler sa fierté au nouveau venu, jusqu’à la maison de ce cher Capitaine Makan. Et c’était… Comment dire. Original, je suppose, serait le mot approprié. Encore, de l’extérieur, ça peut passer, mais à l’intérieur… Pouah lala. J’ai l’impression de retourner à l’époque de l’adolescence de mes grands-parents ! Mais version pêcheur des îles ultra cliché. La baraque remplie de souvenirs d’un autre temps, de meubles d’une époque lointaine, couverte d’une tapisserie et d’un sol vieillot, et habitée par un vieux. Au moins, il était sympathique, et on avait droit au voyage dans le temps gratuit avec toute cette décoration.

Après ce nouveau léger blanc, je me penchais pour caresser l’Otaria qui venait nous saluer, ainsi que l’Hélédelle. Je les trouvais tous mignons, ces Pokémons. Plutôt gentils en plus, bien dressés, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Plus loin, je remarquais une dernière petite créature, comme une sorte… D’araignée en bulle. Stone et moi avions eu le même réflexe : sortir l’iPok et compter sur sa base de données pour savoir qu’il s’agissait d’un Araqua, que Makan désigna par le nom Palourde. Je trouvais ça assez chou. Mais apparemment, j’étais le seul, et je contemplais avec délectation le petit air orgueilleux de Gabriel fondre comme neige au soleil. Ah, on ne fait plus le malin, mon chéri, hein ? Je retenais du mieux possible mon rire et mon sourire, reculant légèrement quand l’Araqua se décida à se jeter dans ses bras, tel un chiot qui demanderait des câlins. Et Gabriel… Avait visiblement déconnecté. Pauvre bête. Aller, je me sentais d’humeur généreuse aujourd’hui. J’attrapais doucement le Pokémon, le prenant contre moi en souriant.

« - Oh, mais oui, il est a-do-rable ! C’est qui le plus gentil des Palourde ? C’est toi ! »

Et voilà… Je laissais mon charme naturel faire le reste.

« - Ah bah voilà ! Il a compris, l’nobliau ! Même lui, l’a pas peur du bon vieux Palourde, hein ! Aller mon gars, va falloir t’endurcir un peu s’tu veux pas t’évanouir à chaque bestiole qui passe ! Parce qu’à Alola, t’en auras plein, des trucs comme ça ! Mais Palourde, c’est l’plus sympa d’tous ! »

Pendant que Makan continuait de parler d’à quel point son Araqua était d’une douceur immense, je reposais doucement le Pokémon et m’approchais de Gabriel, lui donnant un petit coup de hanche et parlant tout bas.

« - J’espère que tu me revaudras ça, « terreur ». » concluais-je avec un petit clin d’œil et un sourire.

Mouahahah ! J’allais peut-être m’amuser finalement ! Mais pour l’instant, je décidais – moi, en tant que princesse – que le jeu avait assez duré. Je me redressais, prenant ma voix la plus angélique possible en attrapant mes bagages.

« - Makan ? Je suis un peu fatigué, vous pourriez nous montrer les chambres ?
- B’en sûr mon p’tit gars ! V’nez donc par là. »

J’avançais en premier – royauté oblige –, suivant le Capitaine dans l’étroit couloir de sa petite maison. Il nous indiqua l’unique salle de bain, puis sa chambre au fond du couloir, et enfin… La nôtre. Oui. « LA ».

« - Euh… Il n’y a qu’une chambre ?
- Ah bah oui, j’l’ai dit au Stone mais pas à vous deux ! C’t’un peu p’tit ici, m’voyez, j’ai certain’ment pas l’manoir d’ta famille, le bourgeois ! Du coup, bah, z’avez qu’une chambre. J’espère qu’vous vous entendrez bien, pa’ce que va falloir partager ! »

Noooooon ! Pourquoi, Arceus ?! Tout se passait si bien ! Je savais qu’on partagerait la maison, mais partager la CHAMBRE ?! En entrant, ce fut comme un éclair. Il y avait un lit, un vrai lit, et deux matelas au sol. Autant dire que le meuble rayonnait comme un trône. Et les princesses avaient un trône. J’essayais de m’y diriger « naturellement », pour éviter les contestations de ma place auto-attitrée. Mais dès que Makan ferma la porte pour nous laisser nous installer, je mettais mes mains sur mes hanches.

« - Je prends le lit. Ok ? »

De toute façon, ce n’est pas vraiment une question…
© AkumaCursed



_________________

 
This madness is
supreme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4249-start http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4259-alyx-levi-harabo-noctali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Hoenn/Vermilava
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 176
Points d'Expériences : 26

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Mar 8 Aoû - 15:52

Alyx venait probablement de désamorcer la bombe. Gabriel avait pilé, totalement, en voyant l'Araqua lui sauter dessus afin de lui réclamer un câlin. Un blanc dans sa tête, le sang arrêté dans les veines et les muscles tendus. Un peu plus, et ça se serait mal fini. Ses mains tremblaient légèrement mais il  les cachait avec une certaine honte de lui-même, qui ne transparaissait pourtant pas sur son visage.

Et l'autre blondin qui papouillait le Pokémon Araignée. Et Makan qui voulait le réconforter, mais qui lui enfonçait sans savoir la tête sous l'eau. Le jeune homme avait besoin d'air, et vite. Un bon grand bol d'air frais, pour reprendre des couleurs, pour reprendre des traits du tableau qu'il peignait de lui-même. Qu'il a toujours peint de lui-même, en vérité. Mais c'était trop tard, le masque était crevé et déchiré. C'est Férox en se lovant contre son cou pour tenter de le réconforter qui fit tomber toute son assurance qu'il avait essayé d'étaler. Pour croire qu'il en avait certainement.

Gabriel grogna un « Merci » certainement vexé, mais tout autant gêné, à Alyx la diva blonde. Il échangea un bref regard avec Stone, qui lui faisait un grand sourire compatissant. Compatissant, mon cul. Le blondin savait très bien qu'on ne pouvait pas compatir avec lui. Qui pouvait bien avoir de l'empathie pour lui ? Il faisait tout pour être insupportable. C'est pour cela qu'il finit par se dégager de cet échange silencieux pour aller à la suite d'Alyx voulant voir les chambres.

Enfin, la chambre. Avec un lit, et deux matelas au sol. L'endroit était plutôt exiguë, encombré de plusieurs bibliothèques sur le côté et d'une petite fenêtre qui donnait vue sur la crique. Elle avait un parfum d'antique et de sel, avec pas mal de photos en noir et blanc de la mer et des revues maritimes. D'un certain côté, l'odeur vieillotte, les couvertures un peu usées, et le bois patiné de la charpente lui rappelait la maison de campagne de ses grands-parents. De bons souvenirs, en somme. Mis à part la légère chaleur ambiante qui semblait envahir la fameuse chambre, l'ambiance de celle-ci lui plaisait pas mal.  Bon, il admettait en lui-même qu'il aurait préféré pouvoir avoir son coin tranquille où dormir tout seul. Mais vu la baraque du vieux pêcheur, et la retraite qu'il devait en tirer, il aurait été étonnant qu'il puisse avoir quatre chambres séparées.

Evidemment, avec un seul lit, ça allait être forcément la bataille. Et Alyx fut certainement le plus rapide des trois. Son ton et son expression montraient bien qu'au fond, il ne s'agissait pas d'une question, mais d'une affirmation. Il avait déjà investi le lit mentalement, d'une certaine manière.

Gabriel poussa un grognement, et essaya de négocier - sans être agressif pour une fois, ce qui relevait presque du miracle. Cependant, il avait toujours ce sifflement entre les lèvres et ce regard un peu dédaigneux :

« Euh, pas si vite princesse. On peut pas trouver une autre solution, plutôt que l'un seul d'entre nous profite du lit pendant toutes les vacances ? »

Le blondin savait ce que c'était de dormir sur un matelas. Sa mère et lui avaient tellement peu de place dans leur appartement à Vermilava que Gabriel dormait dans le salon sur un matelas un peu vieilli. Ce n'était pas très agréable pour le dos, ni très bon pour la santé, et ça il le savait. Ou plutôt, il le sentait dans ses vertèbres.

Makan avait le sourire aux lèvres, bien qu'il paraisse un peu désolé de leur donner aussi piteux accueil et futures piteuses nuits. Il finit par se faufiler - un peu difficilement, étant donné que la chambre était un peu étroite, pour retourner au salon de la maison :

« Bwahahaha ! Z'êtes b'en drôles les jeunots, j'va vous laisser vous débrouiller ent' vous pour cet'stoire de lit pour vous faire un p'tit remontant ! »

Il sentit le regard un peu vexé de l'autre blondinet quand il entendit le surnom qu'il lui avait donné. L'Hoennien jeta un regard à Stone, puis à Alyx, avant de reprendre avec son ton bougon et un peu hautain :

« Quoi ? Vous pouvez pas dire qu'j'ai tort sur ce coup. Je veux bien te laisser le lit pour cette nuit, mais je te préviens demain soir, c'Stone ou moi qui devrons le prendre. J'aurais été malade comme un chien, évidemment que je me serais battu pour lui bec et ongles. Je ne l'aurais laissé à aucun de vous deux. Mais vu la situation - et que je suis en bonne santé -, c'est peut-être mieux de partager, non ? »

Gabriel était irrité un peu en lui-même de défendre les intérêts de Stone, en même temps que les siens, étant donné sa jalousie qui l'avait piqué dès qu'il l'avait aperçu. Un élan de générosité pour le blondin, en quelque sorte, lui qui ne supportait pas que quelqu'un ne partage rien - ce qui ne s'appliquait cependant pas à l'argent. Ce genre d'attitudes lui rappelait son père qui s'était tiré sans rien laisser. Alors, Gabriel et sa mère avaient appris. Quand on est pauvres, on se serre les coudes et on se débrouille ensemble, quitte à faire des sacrifices personnels.

Il toussa un peu, avant de rajouter avec un ton qui se voulait un peu railleur :

« Et puis, bon, c'est les vacances. Ce serait dommage qu'on ne profite pas d'un lit douillet pendant deux mois. Surtout pas Stoney, hein. Ses points en charisme seraient froissés, sinon. »

Toujours dans son numéro, hein. Ce serait bête qu'ils croient qu'il ait bon fond. Le jeune homme savait très bien de toute manière qu'il serait meilleur qu'eux. Et s'il ne l'était pas directement, il n'aurait qu'à y travailler.

« Par contre, c'est moi, ou il fait de plus en plus chaud ? » finit-il par lâcher sur un ton plus calme, quoique toujours grognon.

Et en effet, l'Hoennien avait bien raison de le faire remarquer. La chaleur diffuse sentie à l'entrée de la pièce semblait avoir monté d'un bon cran depuis leur arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6466-l-arrogance-froissee-est-tout-de-suite-colere-termine http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6474-gabriel-campbell-noctali#68235
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 0
Jetons : 205
Points d'Expériences : 106

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Mar 5 Sep - 16:31

Tu joues un instant avec les quelques piéces d'argent perdues au find fond de ta poche tout en observant sans t'en sentir inquiété la fin des présentations on ne peut plus tendues. En se saisissant ainsi de l'araignée, Alyx a désamorcé la bombe, mais pour combien de temps. Il te semble en effet que ce Gabriel n'attendrait pas la moindre excuse pour te sauter au visage. Non pas que tu sois effrayé, le blond reste ridicule et insignifiant. Mais il n'est jamais facile de garder son masque face à quelque de si... Sanguin.

Et comme le sang qui circule dans les veines, voilà déjà le groupe qui marche jusqu'à ses quartiers sous l'impulsion d'Alyx. Il te semble ton meilleur allié, mais tu reste méfiant tant il t'es difficile de le cerner. Tu en serais presque à préférer Gabriel, ce livre ouvert. Toujours en jouant avec ta pièce, tu clos la marche, détaillant la décoration intérieure. Makan a le coeur sur la main et l'a étalé sur les murs de sa maison. Cette maison c'est Makan, littéralement. Un peu vieillotte, nostalgique de ses belles années... Tu inspires quelques-secondes, laissant la poussière te chatouillait les narines. Mais trés vite une autre odeur s'impose, celle du conflit.

Ce n'est plus une bombe, mais une guerre des tranchées. Alyx a pris le lit. Gabriel n'est pas d'accord, il se cache derrière le partage, la vie en communauté. Quelle excuse. Personne n'est dupe, que tu penses. Et toi tu le sais trés bien qu'il n'a pas l'assurance d'Alyx pour se battre. Allez Stone fais honneur à ton masque... Tu t'apprêtes à prêter main forte au blond lorsque que celui-ci t'attaque frontalement :

- Surtout pas Stoney, hein. Ses points en charisme seraient froissés, sinon.

Tu regardes le blond rageur un sourire amusé aux lèvres, sérieusement ? Ne peut-il pas faire plus d'effort que ça pour cacher sa jalousie ?

- Qui sait peut-être que t'arrêteras d'être amoureux de moi comme ça ? lances tu en fissurant quelque-peu ton masque. Plus sérieusement, je peux me contenter d'un duvet, je suis pas trés difficile grâce aux scouts et qui sait : on pourra peut-être dormir sur la crique, ça pourrait être sympa. Alyx je suis certain que vous pouvez vous montrer matures et faire un mois chacun, non ?

Tout en déclarant ceci, tu a d'ors et déjà déplié ton duvet, déposé ton skate dans un coin et te voilà qui longe la petite étagére qui supporte quelques livres. Tu en saisis un, souffle dessus pour en dégager la poussière et lit le titre "Moby dick". Soudainement, te sortant de la contemplation de ton bel ouvrage, Gabriel -encore et toujours- prend la parole à propos de la température. Tu relèves la tête et hume la température quelques-instants. C'est qu'il fait preuve de bon sens, te voilà t'approchant de la source de chaleur et ouvrant une porte que tu n'avais pas vu jusque là. Une petite salle vous apparait, presque entièrement occupé par un vieux poêle à bois rouillé. Tu t'accroupis et l'examine quelques-secondes avant de déclarer, sur de toi :

- On pourra sans doute essayer de l'arranger un petit peu, mais vu l'ancienneté je pense qu'il va nous falloir jouer avec ses caprices.... A lui aussi. Conclues tu avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Oblivia ; Kalos
Âge : 17 ans.
Niveau : 31
Jetons : 944
Points d'Expériences : 817

MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   Jeu 7 Sep - 9:20



Une colloc'


à la mer !

avec Stone Mercury & Gabriel Campbell
Et voilà, ça commence, les négociations. Est-ce si difficile d’admettre qu’il y a un chef, que c’est moi, et que par conséquent je prends les décisions ? … Comment ça, personne ne s’est concerté avant ? Bah, c’est naturel. Dans la nature, ce sont souvent les femelles qui ont les rôles les plus importants et qui dirigent. Qui a dit « tu n’es pas une femelle » ?! Je suis une princesse ! C’est du pareil au même… D’ailleurs, même si c’est dit sur un ton railleur, Gabriel l’a bien confirmé en me qualifiant de princesse. Je m’apprêtais à répondre, mais tout à coup, ils s’engueulaient à moitié entre eux. Ahah, parfait, j’avais juste à attendre… Diviser pour mieux régner. Et parfois, on n’avait même pas besoin de forcer, ça venait tout seul ! La tension entre eux était assez présente. Je reconnaissais bien leurs petits jeux. Ici, on avait tous un point commun : celui de se cacher derrière un masque. Je refusais de croire que Stone était aussi parfait, et que Gabriel était une petite teigne pareille. Quant à eux, ils devaient sans doute se dire que j’étais faussement sûr de moi à l’extrême. Pas si faux. Mais pas si juste non plus.

Je m’asseyais lentement sur le bord du lit, croisant mes jambes en les regardant.

« - Un mois chacun ? Hmm… Je prends cette requête en considération. En attendant, vous permettez, je vais installer mes affaires dans ce lit. » disais-je avec un sourire.

Je posais Cierge sur la petite table de nuit juste à la tête de lit, puis m’affairais à ouvrir ma valise et à en sortir mon pyjama pour la nuit, que je calais sous l’oreiller après avoir secoué ce dernier ainsi que les draps. En attendant, les deux autres soulevaient la chaleur qui commençait à grimper. Sur le coup, je me disais que c’était juste leur colère mutuelle qui les faisait chauffer, mais non, il y avait un petit poêle pas loin. Je fronçais les sourcils en entendant Stone et m’approchais un peu, mains sur mes hanches.

« - Ou alors on peut demander à Makan de le couper. C’est bon là, on est en plein été, on meurt de chaud, on a pas EN PLUS besoin de ça, si ? »

Je retournais à ma place, avec un grand sourire pour Gabriel au passage. C’est mignon, le petit péquenaud qui essaie de s’en prendre à la royauté. Je m’asseyais de nouveau au bord du lit, prenant Cierge sur mes genoux, jusqu’à ce que Makan n’entre dans la pièce une nouvelle fois, nous indiquant qu’il avait terminé de préparer une sorte de petit goûter de bienvenue pour nous. Je lançais un regard appuyé aux deux autres garçons. Aller quoi, demandez-lui. Je ne vais pas non plus tout faire ici, j’ai déjà sauver Campbell d’une jolie petite bête et tout, non, à vous de bosser, non mais !
© AkumaCursed



_________________

 
This madness is
supreme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4249-start http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4259-alyx-levi-harabo-noctali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)   

Revenir en haut Aller en bas
Une colloc' à la mer ! (Alyx-Gabriel-Stone)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Vacances d'été 2017 - Alola :: Akala :: Chez l'habitant-