Partagez | .
Sombre grisaille [PV Salomé]
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Sombre grisaille [PV Salomé]   Mar 1 Aoû - 21:17




Sombre grisaille
Alban Abernaty & Salomé Cobal

Sombre grisaille que voilà. Ho’ohale avait l’air en deuil, sous son châle de nuages d’orages et de crachins épars. La ville, les deux jours précédents beaucoup plus ensoleillée, avait l’air d’avoir migré dans une tout autre région. Peut-être était-ce à cause des trop nombreuses perturbations climatiques de la veille ; qui sait. Il fallait dire qu’Alban s’était amusé à modifier la météo pour rendre la vie un peu plus dure à ses joueurs de Quidditch. Allons ! Qui ne l’avait pas déjà fait ? Le châtain eut un doux sourire à l’évocation de ce souvenir pas si lointain que ça. Il était vrai qu’il pouvait être du genre un peu taquin, dans certaines conditions. Surtout lorsque ça touchait au sport. Mais bon. Si cela devait se conclure par un temps gris les jours suivants, il se nota mentalement qu'il éviterait, à l'avenir.

Quoi qu’il en soit, l’évènement sportif était à présent derrière-lui. Il avait passé plusieurs mois à peaufiner son activité, et cette dernière s’était achevée en quelques heures à peine. Néanmoins, il avait réussi à réunir un grand nombre de spectateurs, qui avaient eu l’air d’apprécier le spectacle. Certains joueurs étaient même venus le remercier à la fin de la rencontre. On pouvait donc en déduire que ça avait une réussite, malgré les quelques points d’amélioration qu’il avait pu soulever. Rien ne pouvait être parfait du premier coup, après tout. Tout cela lui donnerait matière à faire encore mieux la prochaine fois. Dans tous les cas, il avait pu réunir un bon nombre de données qui lui seraient forcément utiles pour ses prochaines thèses.

Mais à présent que le match était achevé, Alban devait retourner sur le terrain pour le remettre dans son état d’origine. Eh oui. De façon générale, un stade de sport ne se baladait pas avec des buts hauts de plusieurs mètres, surmontés de cercles dorés. Dans un univers parallèle peut-être, mais clairement pas ici. Le châtain allait donc devoir démonter toutes ses installations, ce qui lui promettait quelques longues heures d’efforts. Sous ce temps-là, le Voltali aurait largement préféré s’en passer. Mais bon, il se devait de mener son activité jusqu’au bout ; et cela comprenait évidemment les tâches les moins reluisantes.

Arrivé au pied du stade, le Pokéathlète regarda les hauts gradins. Le directeur du complexe sportif lui avait dit qu’il n’avait pas à s’occuper du ménage puisqu’un employé dédié à la tâche passerait le soir de l’évènement et les jours suivants, mais Alban préférait aider autant que possible. Il était impossible qu’une seule personne ait pu nettoyer tous les gradins la veille. Il devait donc forcément rester des détritus qu’il fallait débarrasser, et qu’il comptait bien éliminer pour que l’employé du soir n’ait pas à trop se fatiguer. Voyons… Comment allait-il procéder ?

Il se tourna vers son équipe de Pokémon, au complet pour une fois. Il était évident qu’il allait devoir démonter lui-même les buts, sachant que c’était la partie la plus délicate. Pour cela, il lui faudrait être accompagné d’une monture. Mistral ou Zénith ? Le choix fut vite fait. Sachant que Mistral était un professionnel du ménage, il valait mieux le laisser dans les gradins. D’autant plus que le pauvre Altaria avait passé toute la veille avec Alban sur son dos. Il méritait bien un peu de repos, n’est-ce pas ?

Bon. Dans les faits, Zénith également avait servi de monture, sachant qu’Alban l’avait prêté à une des joueuses, Colombe. Mais entre le gabarit de la petite rosée, et celui d’Alban, il était assez simple de deviner quel Pokémon avait le plus souffert. Ou alors la Mentali cachait bien son jeu. Non, clairement… Le jeune Abernaty était persuadé d’avoir fait les bons choix de répartition.

Il s’accroupit donc en face de son équipe, et commença à distribuer les tâches. Zénith viendrait avec lui pour démonter les piliers, de même qu’Auster qui serait fortement utile grâce à ses pouvoirs psychiques. Le Noctali avait de surcroît une taille idéale pour reposer sur le dos du Dracaufeu avec Alban. Enfin, et parce qu’il était hors de question qu’un Pokémon de son rang soit relayé au rôle de ramasse-déchets, Hélios viendrait avec eux. Alban n’était pas encore sûr de l’utilité qu’aurait son Larveyette, mais s’il voulait l’avoir à contribution, il n’avait pas d’autre choix.

Mistral allait donc s’occuper de coordonner les équipes de nettoyage, qui se composaient de tuyaux d’arrosage sur pattes (Zéphyr le Goélise, Ether le Ramoloss), de quelques ramasseurs (Barber le Pijako, Aura la Togepi), et d’un balayeur attitré (Levanter le Brindibou). Ensembles, ils devraient arriver à faire quelque chose avant la tombée de la nuit.

Alban retroussa ses manches. L’après-midi risquait d’être longue et éreintante, mais plus vite ils s’y mettraient, et plus vite ils auraient terminé. Avec un geste souple et expert, il grimpa sur le dos de son Dracaufeu, et donna une légère tape sur les flancs du type Feu. Ce dernier étendit ses ailes, trop content de retrouver son véritable cavalier, et s’élança dans les airs en exécutant quelques pirouettes et vrilles. Auster et Hélios, calés contre Alban, grimacèrent lors de ces ascensions dignes d’un grand huit.

- Calme toi mon grand, on ira voler ensemble après avoir fini de travailler, d’accord ?

Le Dracaufeu soupira mais s’exécuta tout de même. D’un battement d’ailes, il s’éleva un peu plus haut et alla se positionner en face d’un des anneaux dorés.

- Bon et maintenant, l’étape un peu délicate…

Alban sortit un tournevis de sa poche, et commença à dévisser le cercle à sa base. Pendant ce temps, Auster déclencha ses pouvoirs psychiques pour soutenir l’anneau afin que son dresseur n’ait pas à le tenir lui-même. Hélios, non content d’avoir enfin arrêté les loopings, sortit une feuille de sa tenue pour se ventiler avec. Bon, ce n’était pas comme si Alban s’était attendu à ce qu’il aide vraiment.

Au bout d’une bonne dizaine de minutes, le châtain acheva de dévisser le premier anneau. Il demanda alors à Hélios de créer des brides solides en fils de Sécrétion tressés afin de pouvoir attacher l’anneau seul, puis le descendit en douceur sur la pelouse. L’aura violette qui entourait l’installation s’évapora dès lors qu’Auster cessa son attaque Psyko, et le Noctali soupira de soulagement. Bon. Ça faisait déjà un premier anneau. Plus que cinq ?

Alban n’eut cependant pas le temps de continuer car il vit Zéphyr débouler à toute vitesse vers lui. Le pauvre Goélise semblait complètement paniqué, et il vint se réfugier dans les bras de son dresseur en piaillant. Bah quoi ?

Le châtain redressa la tête et vit un Picassaut voleter vers lui, la tête légèrement penchée sur le côté. Visiblement, il avait essayé d’attraper Zéphyr, et ce froussard avait décidé de quitter sa tâche pour rejoindre son dresseur. Quelle victime il pouvait être, des fois. Alban éclata de rire et adressa un sourire au Pokémon inconnu.

- Il ne faut pas avoir peur Zéphyr, c’est juste un Picassaut qui veut te dire bonjour. Tu ne le connais pas encore mais tu peux peut-être te faire un nouveau copain.

Il regarda ensuite plus en détail le type Vol, et remarqua certaines choses qui lui avaient échappés au premier coup d’œil. Comme l’organisation particulière de ses plumes, et son expression. Attend… Ce Pokémon n’était peut-être pas si inconnu que ça.

- Ce ne serait pas toi, le Picassaut d’hier ? lui demanda Alban en s’approchant pour essayer de mieux voir.

Pas de réponse particulière du Pokémon. Néanmoins, une jeune fille aux cheveux rouges venait de débarquer juste derrière le Picassaut, lui courant visiblement après. Entre Shana l’avant-veille et cette fille qu’il ne connaissait pas, on pouvait dire que c’était une drôle de coïncidence. Deux rouquines sur ses phases d’installation et de désinstallation du terrain ? Voilà qui était cocasse.

- Eh salut, c’est ton Pokémon ? Ne t’inquiète pas, je ne vais pas lui faire de mal. Je crois qu’il est juste venu saluer mon Goélise.

Il adressa un petit sourire à la nouvelle venue, et attendit une quelconque réaction. Juste à son physique, il était incapable de déterminer le genre de personne qu’elle était. Elle avait cependant un petit quelque chose d’un peu sauvage qui lui rappelait une vieille amie de sa connaissance…

- Ah au fait, je m’appelle Alban, et toi ?


Dernière édition par Alban Abernaty le Mer 9 Aoû - 19:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 13 ans
Niveau : 31
Jetons : 3685
Points d'Expériences : 743

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Mer 2 Aoû - 17:30


Le ciel avait troqué son manteau de bleu pour un autre bien plus gris. La rouquine leva les yeux vers ce temps qui était radicalement différent de la veille. Au revoir soleil, adieu éclaircies et bonjour pluie ! Un ciel lourd et bas planait au-dessus de sa tête, et elle qui était dehors pas ce temps ! D'un coup d’œil, elle vit que cela n'avait pas su affecter l'humeur de son Picassaut qui paraissait toujours aussi jovial – difficile de se prononcer en vérité – et à ses côtés, la Plumeline continuait de broyer du noir. La demoiselle avait jugé qu'une sortie ferait autant de bien à elle-même qu'à ses Pokemon, surtout à la Flamenco qui continuait de se murer dans un silence dont elle était seule régente, une tour de mutisme dans laquelle elle s'était enfermée depuis longtemps déjà.

Le murmure du vent l'accompagnait. De chuchotement, celui-ci migrait doucement à l'état de hurlement tant les bourrasques s'emportaient quelque peu. Son starter se laissait porter par cette météo capricieuse, profitant des courants d'air qui restaient chauds malgré tout, pour avancer en ligne droite avant de revenir siéger au-dessus de la tête de la rouquine, marquant des cercles tel un vautour comme à son habitude. Le terrain de quidditch n'était plus très loin, peut-être le Picassaut avait-il une idée de l'endroit où le trio se dirigeait ? Elle ne l'avait jamais vu aussi heureux que la veille, voletant d'un endroit à l'autre, terrain compris à ses risques et périls, au milieu de toutes ces montures et dresseurs. Au fond d'elle, Salomé aurait aimé pouvoir être à la place de l'un de ces étudiants. Le sport ne l'avait jamais grandement intéressée mais voler, ça oui, ce devait être toute une sensation ! Du plaisir à l'état pur depuis le bout des ailes de tous les oiseaux. Certains avaient de la chance, son Picassaut inclus.

— Tu n'as qu'à partir devant, on va vite te rejoindre !

Aussitôt dit, aussitôt élancé. Le Picassaut stoppa net son vol circulaire au-dessus de sa dresseuse pour regagner le chemin qui lui était familier, celui-là même qu'il avait accompli la veille en accompagnant la rouquine et sa blonde de hôte. Il s'éleva quelque peu mais de manière à toujours rester dans le champ de vision de la demoiselle – il ne souhaitait pas qu'elle s'inquiète malgré tout, c'était si fragile, ces bipèdes, un rien et ils commençaient à paniquer ! Il fendit les vents qui s'abattaient contre lui en dépit de sa fine et frêle silhouette pour se faufiler jusqu'au terrain qu'il connaissait mieux que la gitane. Du moins de son point de vue aérien. Il se laissa aller à un nouveau jeu : passer à travers les anneaux en hauteur, allant et revenant, usant de son corps comme d'un Souaffle comme il avait vu faire hier. À l'opposé, un jeune homme à dos de Dracaufeu démontait son terrain de jeu. C'était bien fâcheux. Mais il se rappelait de cette bête immense, l'ordre jadis intimé par Salomé lui revint en mémoire : orange. C'était là le dragon sur lequel il avait craché un caillou avant de s'envoler à tire d'aile, ne souhaitant pas être dans les parages si la bête souhaitait faire de lui son goûter ! À cette distance, l'humain juché sur son dos ne lui disait rien. Ce n'était pas là le plus important. Ses yeux parcoururent à nouveau le terrain avant de finalement trouver quelque chose qui lui convenait bien mieux : le Zéphyr d'or était là !
Il ne lui en fallait pas plus pour s'élancer, droit vers la mouette qu'il avait tenté de rattraper pendant le match – en vain. Aujourd'hui, l'oiseau paraissait plus lent, plus facile d'accès, plus... Normal ? Aucune machine n'accélérait sa vitesse, enfin ils pouvaient se courser à armes égales ! À peine son ombre recouvrit-elle le corps de neige du Goélise que celui-ci décampa, dans la direction opposée, droit vers les anneaux à proximité du blondinet. Oh non pas encore ! Pourquoi se fallait-il que cet emplumé ne fasse que voler et fuir sans jamais lui permettre de l'approcher ? Il le traqua à son tour avant de s'arrêter face au blondinet qu'il reconnaissait sans peine pour l'avoir vu sur un Altaria lors du match. Il piaffa pour le saluer tout en continuant de tenter de mettre la patte sur le Goélise. Lui voulait juste jouer, promis.

Le spectacle n'avait pas échappé à la gitane qui s'approchait doucement mais sûrement du terrain, le Plumeline juste à ses côtés. Ses prunelles ne lui mentaient pas ; son Picassaut avait pris en chasse un Goélise. Encore un ! Avait-il une passion soudaine pour ce Pokemon ? Elle aurait pu laisser passer cet écart et faire comme si de rien n'était. À l'exception près que le Goélise paraissait apprivoisé et appartenir à une silhouette qui se tenait à dos de Dracaufeu. Elle courut à son tour et arriva essoufflée près des buts qui avaient été ceux des adversaires de son équipe, à la différence qu'elle était toujours au sol pendant que le garçon planait dans les airs. Mais plus pour longtemps. Déjà, il revenait au sol pour amorcer un atterrissage en douceur.

— Bonjour, oui c'est bien le mien, je crois qu'il apprécie un peu trop ton Goélise ! Déjà hier pendant le match il n'avait d'yeux que pour lui et essayait de le suivre à la place des Attrapeurs sur le terrain... Il me semble avoir bien réussi son objectif aujourd'hui ! J'espère que ton Goélise n'a pas eu trop peur face à mon Picassaut, c'est qu'il est un peu imprévisible, parfois... Comme là !

Le Picassaut voletait autour du Goélise, décrivant des arcs de cercle dans lequel il l'enfermait. Le pauvre oiseau paraissait quelque peu paniqué, peu rassuré face à cet énergumène d'Alola.

— Enchantée, moi c'est Salomé, j'étais assise là hier pendant le match mais tu n'as pas dû me voir, perdue au milieu de tous ces supporters, fit-elle tout en pointant du doigt la tribune qui fut celle des Pyroli, quoique... J'étais la seule à être heureuse et faire du bruit côté Pyroli lorsque l'équipe des Givrali marquait un but !

Donc si, peut-être l'avait-il remarqué. Il n'était pas commun de voir quelqu'un d'un camp prendre place chez ses adversaires. Non pas qu'elle avait tenté de pénétrer l'ennemi à revers en s'infiltrant au  mieux, elle avait juste suivi Aelita dans ces gradins qui, elle, était bel et bien Pyroli. À partir de là, elle avait dû se contenter de cette place tout au long du match. Elle regrettait de ne pas avoir d'ailes, contrairement à tous les oiseaux présents sur ce terrain, pour pouvoir changer de place à loisir.

D'ailleurs, les oiseaux étaient dominants par ici. Entre le Dracaufeu, le Brindibou, le Goélise et l'Altaria, cela faisait beaucoup de type Vol. Au moins ce dénommé Alban ne manquait-il pas de montures !

— Toi par contre, je me souviens de toi, tu étais l'arbitre du match ! Sauf que tu as troqué ton joli Altaria pour un Dracaufeu, hum... Et bravo pour le match, c'était vraiment chouette, je ne savais pas que l'académie offrait tant de liberté à ses étudiants, même si je les avais imaginés confier cette tâche à un Coach plutôt qu'à un Spé Type ! Enfin, ça peut se justifier avec ce match aérien !

Parce que oui, à ses yeux, à la vue de tous ces types Vol réunis au même endroit, Alban ne pouvait être qu'un adepte du parcours Topdresseur. Naïve que Salomé.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Mer 9 Aoû - 20:34




Sombre grisaille
Alban Abernaty & Salomé Cobal

Zéphyr semblait dans tous ses états, face à ce Pokémon qu’il ne connaissait pas. Battant frénétiquement des ailes, il changeait constamment de cachette en allant se réfugier derrière les cheveux de son dresseur ou dans les plis de sa chemise blanche. Bien mal lui en pris. Le Picassaut ne comprenait visiblement pas que son nouveau partenaire de jeu n’était qu’un trouillard cherchant par tous les moyens à le fuir. Après avoir tourné vaguement autour d’Alban, il continua de poursuivre la mouette chromatique, piaillant parfois comme s’il passait le plus beau moment de sa vie.

Probablement parce qu’un de ses subordonnés semblait tirer au flanc, Mistral s’approcha de la petite assemblée d’un vol feutré. D’un air poliment intrigué, il s’arrêta à quelques mètres de la jeune Givrali et lâcha une note mélodieuse pour la saluer. Puis, se tournant vers Zéphyr - qui était, croyait-il, en train de délaisser ses fonctions de nettoyage pour aller faire la bringue -, il fronça ses sourcils et positionna ses ailes de façon à paraître mécontent. Hélios, quant à lui, avait passé assez de temps avec un Picassaut pour en être clairement traumatisé. Un de ses rêves les plus fous était de périr de la main d’un de ses ennemis mortels - les oiseaux ou les insecticides -, mais le jeune Larveyette n’était clairement pas prêt à se faire dévorer maintenant. Aussi se contenta-t-il de se recroqueviller sur lui-même et de se draper dans la feuille qui constituait sa cape, dans l’espoir un peu fou de passer inaperçu. Pas vraiment réussi puisque malgré tout, on voyait son abri s’agiter sous la peur. C’était donc ce que voulait dire l’expression trembler comme une feuille ?

Alban se retint de lever les yeux au ciel. Il se trimbalait une bien belle équipe de bras cassés. Et pour une première rencontre, en plus, on pouvait dire qu’il ne faisait pas particulièrement bonne impression. La petite rouquine ne sembla cependant pas se formaliser tant que ça du comportement un peu étrange de ses compagnons. Elle le salua poliment et plaisanta à propos de son Pokémon. Alban coula un regard rapide vers le Picassaut, qui était en train de décrire des cercles autour d’un Zéphyr terrorisé, puis eut un petit rire. Comportement imprévisible, effectivement. Il lui donnait l’impression d’être un jeune oisillon complètement excité par tout ce qu’il découvrait.

La jeune inconnue se présenta ensuite sous le nom de Salomé, et elle pointa du doigt une direction. Oh alors comme ça, elle avait assisté au match de la veille ? Il se souvenait à peu près de la disposition des élèves dans les gradins. Si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, c’était par là-bas qu’il y avait eu beaucoup d’animation. Entre la guitare, les chants et les projectiles, on pouvait dire qu’effectivement, c’était bien le côté des Pyroli. Salomé confirma d’ailleurs ses interrogations, et précisa que même si elle s’était retrouvée avec les élèves de Jackie, elle était une Givrali.

Il lui sourit poliment. Il ne se souvenait pas vraiment de l’avoir vue mais en même temps, il y avait eu tellement de monde… Il avait juste une vague image de la zone qu’elle lui avait montrée.

- Je suis désolé mais je ne me souviens pas t’avoir vue. En même temps, il y avait tellement de huées par là-bas lorsque les Givrali marquaient que c’était difficile de distinguer quoi que ce soit. Je crois qu’il y avait une fille qui jouait de la guitare ceci dit. Ah et il y avait Hope également ; je me souviens du lancer de pop-corn. Tu devais être de ce côté-là, non ?

La Givrali ne sembla pas se formaliser du fait qu’il ne l’ait pas remarquée. Elle avait cependant retenu qu’Alban était bien l’Arbitre du match, et lui fit quelques compliments concernant l’organisation. Il ne le montra pas mais cette déclaration lui fit chaud au cœur. Il avait eu des félicitations après l’évènement, certes, mais c’était la première fois que ces dernières venaient d’une spectatrice qu’il ne connaissait pas du tout. Au moins, il pouvait être certain que c’était sincère.

- Aha oui, effectivement. J’ai préféré voler avec mon Dracaufeu aujourd’hui parce que mon Altaria m’a eu sur son dos toute l’après-midi, hier… Il fallait bien qu’il se repose un peu. Je te remercie pour les compliments, en tout cas. Je suis vraiment content que ça t’ais plu.

La suite des paroles de Salomé le fit cependant tiquer. Un Spé Type, lui ? Voilà qui était étonnant. C’était donc l’image qu’il renvoyait aux inconnus ? Il réfléchit un instant. Après tout, il était vrai qu’il avait une équipe majoritairement composée de Pokémon Vol. La confusion était donc parfaitement normale…

- Et non, je ne suis pas un Spé Type mais bien un Coach. Mais j’ai une préférence pour les Pokémon Vol, effectivement… Je viens de Cimetronelle et mes parents sont Postiers Pokémon, donc j’ai plus d’affinité avec les oiseaux… Concernant l’académie, ils encouragent les initiatives des étudiants mais restent globalement stricts là-dessus. J’ai passé du temps à écrire toutes les règles et à organiser tout l’évènement, et j’ai dû tout faire vérifier plusieurs fois par les Professeurs pour qu’ils s’assurent que tout se passerait bien… Dans la globalité néanmoins, c’est vrai qu’ils sont plutôt cools avec tout ça. Enfin bon, tu auras tout le temps qu’il te faudra pour découvrir.

Il tendit la main pour caresser brièvement le Picassaut, toujours en chasse du Zéphyr d’Or, puis poursuivit.

- Tu es toute nouvelle toi, c’est ça ? Tu viens d’arriver avec les classes d’été ? Je vois en tout cas que tu es bien accompagnée…

Son regard dévia du Picassaut à la Plumeline rouge et noire qui se tenait à côté de Salomé. Il ne pouvait qu’approuver la composition actuelle de son équipe.

- Ce sont de très beaux oiseaux. C’est celui-ci ton starter et celui-là, un Pokémon que tu as pu capturer sur Alola ? Ces plumes bordeaux sont juste magnifiques. C’est la première fois que je vois ce spécimen de près.

Curieux, il continua d’observer la Plumeline qui semblait un peu dépressive sur les bords. Vraiment drôle, ce Pokémon. Et de ce qu’il avait compris, il en existait plusieurs types… Aaah… Il fallait vraiment qu’il rattrape son retard sur Alola et qu’il visite tout dès qu’il en aurait l’occasion. Mais pour ça, il fallait déjà qu’il termine de remettre en état le terrain…

Dure dure, la vie d’étudiant actif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 13 ans
Niveau : 31
Jetons : 3685
Points d'Expériences : 743

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Mar 15 Aoû - 12:16


Un Altaria s'approcha d'elle avec une bien douce mélodie résonnant depuis son bec. C'était la première fois qu'il était donné à Salomé d'observer un Pokemon aussi imposant d'aussi près. Elle ne se lassait pas de contempler pas les couleurs éblouissantes du plumage de l'oiseau. Entre son Goélise chromatique et maintenant cet Altaria aux teintes peu conventionnelles, Alban paraissait avoir un faible pour les Pokemon de cette sorte. Au contraire de Salomé dont l'équipe était totalement dépourvue de chromatismes, la faute au manque de chance, surtout.

La rousse ne fut que peu surprise d'entendre parler d'Aelita bien que cette dernière n'ait jamais été nommée. Il n'y avait qu'une seule personne suffisamment folle pour attraper sa guitare en plein match pour encourager son équipe. Elle tiqua cependant face au nom de Hopte – c'était en tout et pour tout ses deux colocataires à Alola – mais se rappela que l'autre blonde était à l'académie depuis plusieurs années déjà, rien d'étonnant à ce qu'elle soit familière d'autres étudiants comme Alban.

— La fille à la guitare, c'est Aelita, c'est chez elle que je loge pour l'été à Ho'ohale... Et Hope, justement, est aussi logée chez Aelita, donc autant te dire que j'avais plus à gagner en restant auprès des Pyroli dans les gradins plutôt qu'auprès des Givrali que je ne connaissais pas vraiment... Compliqué d'être nouvelle avec cette histoire de dortoirs !

Heureusement que Hope avait été là pour l'y aider à y voir un peu plus clair. Enfin, elle ne se satisfaisait pas totalement de l'explication simpliste de la demoiselle. Les Givrali considérées comme des intellos ? Pfft. N'importe quoi.

La gitane se sentait stupide d'avoir comparé le jeune homme à un Spé Type alors que manifestement ce n'était pas le cas. Mais difficile de penser autrement avec tous ces oiseaux sur le terrain, en soi presque la moitié de son équipe. Cela commençait à faire beaucoup. Mais libre au châtain de choisir les Pokemon qu'il préférait après tout ! Il faut dire que Salomé n'était pas mieux, elle aussi comptabilisait deux Pokemon oiseaux auprès d'elle, ce n'était pas pour autant qu'elle souhaitait rejoindre les Topdresseurs. Même pas du tout.

— Coach hein ? Ça a l'air chouette si tu peux organiser des matchs comme celui d'hier après-midi... En tout cas, ça m'intrigue, j'ai pas encore choisi ma voie à l'académie, j'ai encore jusqu'à septembre pour ça mais j'ai absolument aucune idée de vers quoi me diriger... Peut-être les Scientifiques pour faire honneur aux Givrali ? rigola-t-elle en repensant aux paroles bourrées de clichés de Hope, enfin surtout car je commence à m'intéresser un peu aux Pokemon d'Alola alors Chercheur Pokemon, c'est un peu la seule idée que j'ai pour le moment... Mais je connais pas bien les autres spécialités, je me suis pas vraiment attardée sur la brochure...

De toute façon, rien ne valait le témoignage d'un véritable Coach plutôt que des mots figés sur du papier glacé.

Elle hocha la tête quand le garçon lui demanda si elle était nouvelle. Si lui en doutait encore, il n'y avait plus aucun doute avec tout ce qu'elle venait de lui apprendre. Heureusement qu'elle ne serait pas la seule nouvelle à rejoindre l'école à la rentrée, Aelita serait là elle aussi, même si elles n'avaient pas été classées dans le même dortoir, ce ne serait pas ça qui les empêcherait de se serrer les coudes entre les cours. Du moins l'espérait-elle, la demoiselle craignait que cette foutue lutte des dortoirs ne monte trop à la tête de son hôte d'Alola.

Le garçon se laissait aller à un examen des plus complets de l'oiseau danseur. Celle-là même l'ignora totalement, son attitude n'avait pas changé d'un iota, toujours aussi insensible. Quelle image cette Plumeline renvoyait-elle de Salomé ?

— Oui Picassaut est mon starter et pour Plumeline, je l'ai pas vraiment capturée dans les règles de l'art, son ancienne dresseuse l'a abandonnée il y a plusieurs années alors j'ai pris le relais pour m'occuper d'elle... C'est pour ça qu'elle est si déprimée, elle attend encore l'autre.

L'autre. C'était une douce manière de nommer Mélie, la mère de Salomé. Cette dernière n'avait pas envie de rentrer trop en détails dans des histoires de famille qui ne regardaient pas un étranger.

Peut-être le garçon, en bon ami des oiseaux, aurait-il quelques conseils pour l'aider à passer le cap avec sa Plumeline ? Pour l'heure, Salomé avait encore du mal à se considérer comme la dresseuse officielle de ce volatile. Sûrement était-ce réciproque dans l'esprit du double-type.

— Et j'ai quelques soucis avec mon starter, compléta-t-elle, t'as déjà eu un oiseau confondant les cailloux avec des baies dans la Poste de tes parents ? Parce que c'est le cas de mon Picassaut. Et d'autres choses du même genre aussi mais j'ai pris rendez-vous avec une Médecin qui est à l'académie pour dans quelques jours, en espérant que ça ne soit pas trop grave...

Merci à Idalienor qui acceptait de la recevoir alors qu'elles ne se connaissaient que depuis la veille, grâce au match de quidditch organisé par Alban. Elle avait bien fait de se rendre à cet événement sportif, au moins n'avait-elle pas perdu sa journée. Maintenant elle était là, face à ce terrain vide de tous supporters et joueurs, en seule compagnie de l'arbitre. L'envers du décor. Cela lui faisait une drôle sensation que de voir ce terrain complètement nu et silencieux, peuplé principalement de Pokemon et eux deux, seuls humains. Quelques vestiges témoignaient encore de la frénésie d'hier, les buts n'avaient pas encore été complètement désinstallés, interrompu qu'Alban avait été en plein exercice avec l'arrivée de Salomé.

— Je pourrai t'aider à tout désinstaller, si tu veux ? Enfin, je pense pas être capable de ramener au sol les buts... Déjà sans monture pour me porter, ça va être compliqué et puis, je ne sais pas voler... Mais nettoyer les gradins, ça, je pourrais faire ?

Ce n'était certes pas la partie la plus intéressante de la désinstallation mais maintenant qu'elle était là, autant se rendre utile. Déjà son Picassaut empoignait dans son bec de morceaux de pop-corn oubliés. Malheureusement, l'animal, au lieu de les jeter ou au pire de les avaler, les projeta un peu plus loin, comme à son habitude avec les baies ou les cailloux. Cela risquait d'être plus long que prévu.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Mer 16 Aoû - 20:36




Sombre grisaille
Alban Abernaty & Salomé Cobal

C’était une amusante coïncidence que les deux personnes mentionnées par Alban soient les colocataires de Salomé. A ce stade-là, le jeune homme se demandait comment il avait fait pour remarquer les deux autres filles, mais pas la Givrali, qui devait probablement se trouver exactement au même endroit. Bah... Disons qu’elle avait probablement été plus sage ; après tout, elle n’avait ni improvisé un concert de guitare, ni tenté de lancer des popcorns sur une des joueuses… Bon certes, il y avait bien eu son Picassaut qui avait fait pas mal de bêtises, mais ça, ce n’était pas vraiment de son ressort. D’autant plus qu’il n’y avait eu aucun gros dégâts à déplorer. Il comprenait par ailleurs beaucoup mieux pourquoi la rousse s’était retrouvée au milieu des Pyroli. Arriver dans un nouvel établissement sans connaître personne était toujours un peu compliqué. Et puis bon… tout le monde n’avait pas la chance de bénéficier d’un évènement d’accueil organisé par les Voltali. Ce n’était pas pour rien qu’il estimait faire partie du meilleur dortoir de l’académie !

- Oui, je te comprends. Il y a beaucoup de choses à assimiler quand on arrive dans une nouvelle école, donc c’est normal de se raccrocher aux quelques points d’ancrage qu’on a. J’ai eu de la chance parce que moins d’un mois après mon arrivée, les Voltali ont organisé une fête entre Voltali. Mais c’était dans un contexte particulier. Enfin bon, ça aide quand même à créer des liens. Dans le pire des cas, ne t’en fais pas, tu auras tout le loisir de découvrir ta nouvelle famille en Septembre.

Le mot « famille » sonnerait peut-être un peu bizarrement pour la jeune Salomé, mais Alban savait qu’elle comprendrait ce qu’il voulait dire d’ici quelques mois. A son arrivée, le Coach s’était fait ses premiers amis parmi ses premières rencontres. Pour autant, c’était réellement en découvrant les Voltali qu’il s’était épanoui, socialement parlant. Que ce soit grâce à ses deux colocataires de l’époque ou grâce à son Préfet, ses camarades de promotion et ses aînés… Il y avait un véritable esprit d’entraide entre les membres d’un même dortoir. Enfin… Alban ne savait pas trop comment les choses se passaient d’un dortoir à un autre, mais de façon globale, chacun était fier de son appartenance et de sa « famille ».

Il laissa néanmoins ce sujet de côté, le temps de répondre à Salomé sur son Parcours. De base, Alban n’était pas du genre très bavard. Néanmoins, quand les sujets l’intéressaient, il pouvait se transformer en véritable pipelette. De ce que la petite nouvelle semblait dire, il avait réussi à susciter un peu d’intérêt chez elle pour son Parcours. Autant dire que c’était typiquement le genre de choses qui le mettait de bien belle humeur.

Il se retint d’ailleurs de rire lorsqu’elle lui sortit le cliché typique des Givrali et des Scientifiques. Il connaissait assez de Givrali pour savoir qu’elles pouvaient être de Spécialités aussi diverses que variées, et que les apparences étaient généralement trompeuses. Par respect pour la jeune fille, il n’en montra cependant rien.

- C’est vrai que tu as encore le temps pour choisir. Je te conseille d’assister à une ou deux semaines aux cours pour choisir ce qui te plaira. Il se pourrait bien que tu sois dégoûtée par certains enseignants, et que ça change totalement ton projet professionnel. Enfin… les gens qui savent déjà bien ce qu’ils veulent faire continuent malgré tout, mais pour les indécis, ça peut être déterminant…

Comme ne plus vouloir être Scientifique ou TopDresseur à cause de ce vieux Roseverte ou de cet abruti d’Ace Stupide Creed, par exemple ? Il essaya de chasser de son esprit le visage de ces deux-là. Il n’avait pas envie d’y penser alors qu’il était en vacances, après tout.

- Quoi qu’il en soit, ton dortoir ne doit pas déterminer la Spécialité que tu vas choisir. De façon générale, les statistiques sont relativement diversifiées. Même si c’est vrai que les dortoirs ont la réputation d’être plutôt orientés vers telle ou telle Spécialité… Après, c’est aussi du fait du référent de dortoir, qui en est son représentant et impose donc un peu son rythme et son image au reste du groupe.

D’ailleurs, Alban se demandait ce que ça ferait, de changer de référent de dortoir sur une année. Les enseignants étaient tellement associés à l’image de leur propre dortoir que ça risquait d’être terriblement bizarre. Mais au moins, peut-être que d’autres enseignants plus discrets - comme Yade ou Hortense - pourraient avoir le privilège d’être aussi sous le feu des projecteurs. Après tout, ce n’était pas parce qu’ils parlaient moins fort qu’ils étaient forcément moins doués… Et honnêtement, Alban aurait largement préféré avoir Yade comme référent plutôt que Creed.

Après tout, qui pourrait être assez suicidaire pour choisir le second à la place du premier ?

Il arrêta de se perdre dans ses réflexions et observa plutôt la Plumeline de Salomé. Son plumage était réellement magnifique ; une belle couleur carmin rehaussée de motifs noirs. Une véritable flamenco. Il fut néanmoins triste d’apprendre que son ancienne dresseuse l’avait abandonnée, et que c’était la raison pour laquelle elle déprimait. Pauvre petite.

- Oh je comprends. Mais des fois, les dresseurs n’ont pas d’autres choix que de laisser leurs Pokémon aux autres. J’essaye de le faire le moins possible, mais ça m’est déjà arrivé. Une fois.

Il resta évasif, le souvenir de Pampero étant encore douloureux pour lui. Malgré les mots de réconforts d’Eryn, Alban n’avait jamais pu se défaire de cette sensation d’échec. Il releva néanmoins un sourcil lorsque Salomé lui avoua avoir des soucis avec son Picassaut. Il esquissa un sourire lorsqu’elle lui parla des baies et des cailloux.

- Il mange des cailloux, c’est ça ? C’est un phénomène assez fréquent chez les oiseaux. Comme ils ne peuvent pas mâcher, n’ayant pas de dents, ils avalent des cailloux qui leur permettent de mieux broyer les aliments. Il y en a pas mal qui font ça, même si les Pokémon apprivoisés ont tendance à le faire de moins en moins. Sachant que les dresseurs s’assurent généralement de leur donner une nourriture adaptée, ils ont moins ce besoin de broyer. Essaye peut-être de lui donner des aliments plus mous et faciles à avaler ? Progressivement, il arrêtera peut-être de manger des cailloux.

Et puis bon, l’estomac des Pokémon n’était pas infini non plus. Au bout d’un moment, la satiété arriverait bien trop rapidement et le Picassaut cesserait de remplir son ventre de bêtises. Ou en tout cas, c’était le cas classique…

Pensif, le châtain observa le petit oisillon blanc, noir et rouge qui voletait autour d’eux, essayant toujours d’attraper Zéphyr. Son regard se perdit du côté des anneaux dorés, encore à désinstaller. Salomé capta probablement son expression puisqu’elle rebondit sur le Quidditch, lui proposant de l’aider dans sa tâche. Arf. Probablement avait-il eu l’air trop évident, en s’inquiétant du fait qu’il n’aurait pas le temps de tout faire s’il restait là à papoter trop longtemps.

- C’est vraiment gentil de ta part, mais je ne vais pas te demander de faire le travail à notre place. Mes Pokémon vont s’en charger, ne t’en fais pas…

Il donna une légère caresse à Mistral et ce dernier comprit le message. Se détournant du groupe, non sans avoir fait une révérence gracieuse à Salomé, il regagna les gradins. Zéphyr tenta de faire de même, mais le Picassaut de la Givrali lui barra le chemin en crachant des popcorns devant lui, probablement pour jouer encore…

- Mais c’est dommage de ne pas savoir voler et de ne pas avoir de monture. C’est vraiment une sensation magique. Tu veux essayer et monter ? Zénith est assez grand pour nous porter tous les deux. Je peux te faire faire une petite balade, si ça te dit.

Et dire que quelques mois plus tôt, il avait encore une peur panique de monter sur le dos d’un Pokémon Vol. Décidément, sa dernière grosse Mission avait créé le déclic nécessaire pour qu’il reprenne sa passion là où il l’avait laissée… Et puis bon, s’il pouvait au passage la partager, pourquoi pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 13 ans
Niveau : 31
Jetons : 3685
Points d'Expériences : 743

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Jeu 17 Aoû - 14:49


Maintenant, la demoiselle se demandait si à son tour elle aurait droit à une fête organisée par son dortoir. Elle ne connaissait rien des Givrali, ni même des autres dortoirs, n'ayant toujours pas mis les pieds à l'école. Il lui faudrait attendre septembre pour découvrir un peu mieux cette fameuse « famille » dont Alban lui disait tant de bien. Elle commençait à avoir hâte, elle qui traînait les pieds au début des vacances lorsqu'elle avait dû se rendre sur Alola pour cette classe d'été. Mais la gitane se rendait compte que les choses n'étaient pas si horribles que ce qu'elle s'était mise en tête. La communauté de l'académie était accueillante, du moins en ce qui concernait ses élèves. Pour les professeurs, elle verrait en temps et en heure.

— D'accord, j'attendrai avant de me précipiter vers un parcours quelconque alors... C'est pas comme si j'avais déjà de véritables idées en tête et pour le projet professionnel, j'ai encore le temps, non ? J'ai que treize ans, c'est pas demain que je serai lâchée dans le vrai monde...

Parce qu'elle se doutait bien que tout ce que donnait à voir cette école n'était que factice. Tout lui donnait un air de microcosme en huis-clos, bordés qu'ils étaient dans leur île coupée du monde. Tous ces étudiants étaient bien loin de la vie réelle et de ses dangers. Cela devait être agréable de se retrouver coupé du monde comme eux l'étaient.

— Et toi tu as su dès le premier jour que tu serais Pokéathlète et Coach ?


Parce que même si certains étudiants se retrouvaient à l'académie par hasard, la demoiselle se doutait que certains jeunes gens décidaient de leur plein grès de se rendre là-bas, avec déjà un projet professionnel en tête. Peut-être était-ce le cas d'Alban ? Au moins n'avait-il pas pris la fuite pour un autre parcours suite aux professeurs mais cela ne signifiait pas pour autant que les enseignants de ces options brillaient par leur finesse.

Au moins Salomé était-elle rassurée de voir que sa destinée n'était pas toute tracée par l'attribution de son dortoir. Elle se demandait bien quel dortoir pouvait correspondre aux Pokéathlètes. Peut-être n'y en avait-il aucun, peut-être plusieurs en fonction de leurs référents, même si la petite connaissait un peu mieux les dortoirs grâce au match, tout cela restait de l'ordre de la surface et du superficiel. Elle avait les noms des dortoirs en tête mais c'était tout, elle ne connaissait rien de leurs membres, Alban était le premier Voltali qu'elle rencontrait véritablement, sans compter les Voltali qui avait sûrement pris place lors du match de la veille.

La rousse reporta son regard vers sa Plumeline dépressive. Alban avait été évasif quant au Pokemon qu'il avait choisi d'abandonner au cours de sa scolarité. Cela ne la regardait pas. Mais son Pokemon avait-il ressenti ce qu'éprouvait en cet instant sa Plumeline ? Avait-il traversé une épreuve et des tourments similaires, se laissant peu à peu dépérir ou à défaut, rejeter la vie et sa joie ? Quand elle posait ses yeux sur le double-type, elle ne pouvait qu'imaginer ce qu'elle avait été autrefois en compagnie de sa mère. Rien d'autre. Elle l'imaginait aisément danser au son de la guitare de Mélie, conformément au duo décrit par celle qui l'avait priée de prendre soin du volatile. La rouquine préférait ne pas trop s'étendre sur le sujet et écouta le châtain lui parler un peu plus des oiseaux, en particulier de son Picassaut. Lui au moins s'y connaissait grâce à sa famille et son enfance.

— D'accord, j'essayerai de faire ça pour sa nourriture, je savais pas que c'était quelque chose propre aux oiseaux, j'y connais pas grand chose, moi, à ces Pokemon-là... J'y connais pas grand chose en Pokemon tout court d'ailleurs, rigola-t-elle doucement, mais je me demande si y a pas autre chose là-dessous, je vais quand même l'emmener voir la Médecin avec qui j'ai un peu sympathisé pendant le match, je serais plus rassurée.

Parce qu'il lui semblait que son starter, en plus des cailloux, avait un comportement quelque peu déviant assez souvent. Elle ne lui tenait pas rigueur de ses excentricités pendant le match, au contraire, au moins avait-il paru s'amuser totalement. D'ailleurs, quelques éclats de peinture jaune étaient encore visible sur son plumage, la demoiselle n'avait pu le nettoyer totalement mais elle se doutait qu'avec le temps, les quelques traces restantes partiraient totalement.

Le Voltali regrettait son absence de monture mais ce fait n'était pas de sa faute. Elle n'aurait pas été contre obtenir un Pokemon Vol capable de la porter sur son dos de la part du Collectionneur. Au lieu de cela, c'était l'inverse qui se produisait, elle capable de porter son Picassaut aussi léger qu'une plume. Elle se rappela alors Shana du haut de son Bazoucan la veille, elle ignorait si ce Pokemon était le sien mais en doutait quelque peu. Peut-être un jour son starter deviendrait-il à son tour un fier et imposant Bazoucan ?
Même pas en rêve.

— Pour la monture, ça se fera peut-être quand celui-ci aura décidé d'évoluer ?
fit-elle en pointant du doigt le Picassaut toujours occupé à jouer avec Zéphyr, et si en plus il pouvait gagner un quart de la grâce de ton joli Altaria, je serais totalement comblée !

La demoiselle observa le Pokemon chromatique effectuer une jolie révérence à son intention. Un Pokemon royal, sans aucun doute. Ce n'était pas son starter qui se plierait ainsi aux bonnes manières. Sans compter sur la magnifique mélopée qui s'échappait depuis son bec, tout paraissait n'être qu''élégance depuis cette monture. Mais c'était un autre destrier qui se présentait à elle. Zénith, le Dracaufeu d'Alban,. Un gabarit bien plus impressionnant que l'Altaria qui paraissait bien plus fin en comparaison. La demoiselle n'était pas rassurée face à ce cracheur de feu mais si Alban lui proposait une balade aérienne pareille, c'est que tout était sans danger et sous contrôle. Elle inspira profondément avant de répondre :

— D'accord, mais ne t'avise même pas de lui demander de faire des pirouettes ou des loopings ! se défendit-elle en se rappelant le Bazoucan incontrôlable de Shana lors du match, sinon tu auras le mal de cœur d'une Givrali sur ta conscience !

Elle ignorait si elle supporterait le vol. Elle savait certains sujets à des troubles suite aux montures mais il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir ; en selle ! Sauf qu'il n'y avait même pas de selle. Juste une chevauchée à cru sur le dos du Pokemon toujours plus impressionnant. Elle laissa Alban s'installer avant de prendre place juste derrière lui, ses bras s'accrochant à sa taille un peu trop fort alors qu'ils n'avaient même pas commencé à décoller. Le pauvre garçon n'allait plus pouvoir respirer si elle continuait de l'étreindre autant. Elle desserra quelque peu son étreinte pour que lui soit plus libre de ses mouvements.

— C'est bon, je suis bien installée, enfin je crois. On y va quand tu veux !

Elle allait enfin connaître les joies des montures aériennes et ressentir ce que vivait son Picassaut au quotidien. C'était une drôle de pensée que celle-là.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Dim 27 Aoû - 20:07




Sombre grisaille
Alban Abernaty & Salomé Cobal

Salomé accueillit plutôt bien ses conseils, et Alban lui adressa un petit sourire. Treize ans. Dans les faits, effectivement qu’elle ne serait pas lâchée dans le vrai monde toute de suite. Pourtant, ce genre de chose pouvait arriver plus vite qu’on ne le pensait. Lui-même n’avait jamais envisagé faire des études, avant son accident. Le monde était vaste, et chacun avait un vécu et une histoire différente. Il connaissait certains jeunes de l’âge de Salomé qui avaient commencé très tôt à aider leurs parents, que ce soit à la ferme, ou dans des endroits plus sophistiqués comme le Centre Météorologique de Cimetronelle. Après tout, ils faisaient partie d’une société étrange où il était aussi simple de faire des études que de partir de chez soi à onze ans pour devenir Maître Pokémon. Mais si Salomé avait choisi la voie des études, elle avait encore quelques années devant elle pour s’y préparer. Même si elle risquait rapidement d’être confrontée à des choses assez dures, via les Missions… Après tout, lors de sa toute première Mission à l’académie, Alban avait rencontré Maître Miyagi.

Il frissonna à ce souvenir. Ouais, non. Il espérait que la pauvre petite Givrali aurait droit à une réalité un peu moins violente qu’un coup du plat de la main sur le crâne.

Il la laissa donc avec ses questions rhétoriques, et décida plutôt de répondre à la suivante qui lui était clairement adressée.

- Hmmm, mon cas était un peu compliqué. A la base, je n’envisageais pas du tout de faire des études. J’étais dans les courses aériennes juniors, avant mon arrivée à Lansat. Je me voyais faire carrière là-dedans, et aider mes parents à la Volière de temps en temps. Mais j’ai eu un accident et tout s’est écroulé. Mes parents m’ont envoyé ici parce qu’ils voulaient que je rencontre des gens et que je puisse un peu sortir de la léthargie dans laquelle j’étais. Du coup, j’étais arrivé comme toi pendant les vacances d’été, et j’ai attendu la rentrée pour me décider. J’étais encore incertain au moment de choisir, mais je ne me voyais pas ailleurs que dans le domaine du PokéAthlétisme. Même si ce n’était pas exactement ce que j’aurai voulu, à la base.

Un silence un peu inconfortable s’installa, après ces révélations. Autrefois, Alban n’aurait pas parlé de tout ça à la première personne venue. Mais toute cette histoire était loin derrière lui, depuis qu’il avait réussi progressivement à vaincre tous ses vieux démons. Conscient d’avoir un peu pourri l’ambiance, le châtain toussota.

- Enfin bon… maintenant, tout va bien, je te rassure. J’ai trouvé un objectif que je n’aurai jamais envisagé avant, et tout se profile à merveille. C’est aussi l’avantage de l’académie : te donner assez d’opportunités pour que tu puisses réellement découvrir ce que tu veux faire. C’est parfois difficile parce qu’il y a beaucoup de travail et que les profs sont souvent assez durs… mais au moins, ça te permet de te poser les bonnes questions et d’avoir les bons déclics.

Il lui fit un petit clin d’œil amical, pour qu’elle arrête de s’inquiéter à ce sujet. Il espérait avoir trouvé les bons mots pour qu’elle se sente un peu moins comme une touriste. Il se souvenait parfaitement de ce que ça faisait, d’être dans son cas. Mais qu’elle se rassure : Salomé était loin d’être la seule, à l’académie. Rares étaient ceux qui savaient depuis tout petits ce qu’ils souhaitaient exactement faire. Et même s’ils en avaient une idée, celle-ci finissait forcément par évoluer et se préciser au cours du temps.

Ils changèrent donc de sujet pour se concentrer plutôt sur les Pokémon de Salomé. La Givrali semblait rencontrer quelques difficultés avec les deux spécimens qu’elle possédait. Normal après tout, pour une dresseuse novice.

- Je dois avoir quelques livres sur les Pokémon Vol dans mes affaires, à l’académie. Si tu veux, je t’en prêterais à la rentrée ; ça te permettra d’avoir un peu plus de connaissances sur ces Pokémon-là. Puis en cas de pépin, n’hésite pas à me demander. Sage décision de l’emmener voir un Médecin, en tout cas. Si c’est une élève, elle ne te fera même pas payer la consultation, en plus. D’ailleurs pour info, ta propre Préfète est une Médecin. Je ne sais pas si tu l’as déjà rencontrée… Elle jouait au poste de Batteuse, lors du match. Une jolie fille avec de longs cheveux roux et des espèces de tresses.

Maladroitement, il mima les « espèces de tresses » de Calliope. C’était qu’il n’y connaissait pas grand-chose en coiffures de filles, lui… Etait-ce réellement comme ça qu’on devait les appeler, même si elles étaient horizontales au lieu de verticales ? Il décida de ne pas trop s’attarder sur ce détail, et proposa plutôt une petite balade aérienne à la Givrali. Il eut un petit rire en pensant au Picassaut évolué de Salomé. Vu comme il semblait indiscipliné et encore un peu enfantin, ce n’était pas forcément pour tout de suite.

- Oh tu sais, Mistral n’a pas toujours été aussi élégant et gracieux. Quand il n’était encore qu’un Tylton, c’était une vraie petite teigne malpolie. Il s’est calmé avec un peu d’éducation, mais les premiers mois ont été un véritable calvaire.

Un éclat de rire s’échappa de sa gorge, tandis qu’il repensait à bébé Mistral. Maintenant qu’il avait autant grandi, ses petits claquements de becs impatients lui manquaient un peu. De même que sa forme « chapeau ». Et dire qu’il avait infiltré les dortoirs féminins, un jour, avec son Tylton sur la tête en guise de chapeau victorien…

Il remonta ensuite sur le dos de Zénith, et laissa Salomé s’installer juste derrière lui. Pour l’aider à mieux grimper, le Dracaufeu se plaqua au maximum sur le sol. Ses écailles plutôt glissantes n’offraient pas la meilleure des prises, mais la petite rousse parvint à s’asseoir juste derrière Alban. Ce dernier grimaça légèrement lorsque les bras de Salomé se refermèrent contre son torse, mais ne fit aucun commentaire. Elle devait être effrayée. Comme lui, lors de son tout premier vol.

- Ne t’en fais pas, je ne vais pas faire de folies. D’autant plus que si tu vomis ce sera sur mon dos, alors merci bonsoir, je préfèrerai m’en passer…

Sentant qu’elle desserrait légèrement son étreinte, il rajusta lui-même ses mains autour des brides de Zénith. Puis, lorsqu’elle lui donna le signal de départ, il tapa doucement sur le sol.

Le Dracaufeu s’éleva un peu plus lentement que d’habitude, et prit de l’altitude en faisant battre ses grandes ailes membraneuses. Alban rajusta la position de sa monture pour qu’elle soit la plus horizontale possible, afin d’éviter que Salomé ne glisse. Cela les obligeait à monter de façon assez saccadée, mais au moins restaient-ils en sécurité. Une fois qu’ils furent à une altitude convenable, Alban amorça doucement un tour du terrain.

Le vent qui s’engouffrait dans leurs cheveux avait une légère odeur iodée. Il n’était cependant pas trop violent, et Alban essaya de tourner la tête pour voir si Salomé allait bien. Ne voyant rien à cause de ses cheveux rouges qui s’agitaient dans tous les sens, le Voltali demanda :

- Tout va bien ? Tu veux continuer encore un peu ou tu veux redescendre maintenant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 13 ans
Niveau : 31
Jetons : 3685
Points d'Expériences : 743

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Lun 4 Sep - 23:39


La petite réfléchissait à tout cela tandis que leur monture prenait doucement de l'altitude. Ça y était. Elle allait voler à son tour, exactement comme ceux pendant le quidditch, exactement comme Alban avant son accident. À une vitesse moindre certes mais ils ne touchaient plus le sol et les nuages leur tendaient les bras. Elle aurait aimé les toucher pour vérifier s'ils étaient faits de coton, à moins que cela ne soit que de l'air ? Elle aurait aimé attraper un morceau du ciel et s'en faire un pendentif à la place de l'attrape-rêves qui pendait à son cou. Elle aurait aimé tout ça et bien d'autres choses encore.

Le vent dans ses cheveux paraissait déterminé à la décoiffer. Elle eut un sourire lorsqu'Alban lui demanda son avis quant à son premier baptême de l'air ; il aurait fallu être stupide pour redescendre après être monté ! Elle aurait aimé rester ainsi dans les airs des heures durant. Et le corps du dragon qui dégageait une douce chaleur sous ses fesses parvenait à lui faire oublier le peu de confort suite à ses écailles rugueuses.

— Je préférerais voler encore un peu si ça ne te dérange pas... C'est génial comme sensation c'est comme si... c'est comme si le monde nous appartenait, comme s'il suffisait de s'élever pour oublier tous les problèmes...

Salomé et ses réflexions.
Chacun avait sa vision quant au vol, celle d'Alban était sûrement différente, avant tout forgée par sa carrière de sportif et champion de courses aériennes.

Son starter les suivait à l'aide de ses ailes miniatures, il paraissait bien fragile en comparaison de l'immense mastodonte sur lequel les deux étudiants avaient pris place. Mais il paraissait suivre le rythme pour le moment, sûrement parce que le dragon n'était pas à sa vitesse maximale pour préserver au mieux sa passagère d'un jour. Maintenant, elle n'avait qu'une hâte et un espoir, pouvoir avoir sa propre monture un jour. Que cela soit son Picassaut une fois évolué ou un autre Pokemon. C'était décidé, à son tour elle s'élèverait parmi les oiseaux, à l'image du Coach qui paraissait pleinement dominer et familier dans ce domaine.

— Un jour, je m'envolerai. Pour aller voir les étoiles ou le soleil, j'en sais trop rien encore. Mais je le ferai.

C'était là une certitude aussi forte qu'un cri.
À dos de Pokemon, les limites paraissaient repoussées, de même pour celles de Salomé. Il était trop tôt pour se projeter encore mais ses paroles avaient valeur de promesse en cet instant. Elle ne craignait pas de se brûler. Elle ne craignait rien car on paraissait invincible en compagnie des types Vol.

— Tu as dû apprendre à monter très tôt alors si tu te destinais aux courses juniors ? Je n'y connais rien là-dedans, je t'avoue... fit la petite en espérant que ses paroles porteront malgré le vent qui se faisait un peu plus chahutant, tu étais réputé dans le milieu ? Et ta monture des courses, l'académie a bien voulu que tu la gardes avec toi malgré le règlement tordu ?

Parce que oui, ne pas pouvoir entrer à la Pokemon  Community avec un Pokemon déjà obtenu auparavant de diverses manières, c'était une loi stupide aux yeux de Salomé. La question ne s'était pas posée pour elle, elle n'en avait pas et Picassaut était le premier qu'elle possédait réellement, le premier à qui elle faisait appel grâce à une simple pokéball. Cela la changeait des Pokemon sauvages croisés au détour d'une route en compagnie des caravanes gitanes. Ici, il suffisait d'un clic pour invoquer devant soi l'un de ses protégés.

— Et je crois que je n'ai pas le mal de l'air, finalement ! rigola-t-elle car elle se portait très bien du haut de la monture, tu crois qu'on pourrait aller un peu plus vite, d'ailleurs ? Juste pour voir ce que ton Dracaufeu a dans le ventre !

Parce qu'elle aimait jouer avec le feu.
Le Picassaut parut comprendre que d'ici peu de temps, il ne pourrait pas rivaliser avec la vitesse démoniaque du dragon, aussi battit-il des ailes frénétiquement pour tenter tant bien que mal de rester à côté de sa dresseuse, et, peut-être, avoir un peu d'avance pour évité d'être distancé ? À ses côtés, Zénith paraissait voler sans éprouver le moindre effort, de manière totalement innée et contrôlée. Une balade de routine pour lui.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   Lun 25 Sep - 21:30




Sombre grisaille
Alban Abernaty & Salomé Cobal

Salomé ne semblait pas avoir excessivement peur. Alban ne la sentait pas s’accrocher trop fermement à lui, ce qui était bon signe. En outre, Zénith faisait de son mieux pour avoir le vol le plus stable possible. Dans tous les cas, si la jeune Givrali tombait, ils parviendraient à la rattraper assez facilement vu leur hauteur. Cependant, le Coach préférait éviter les mauvaises expériences pour un tout premier vol. Le but d’Alban n’était pas forcément de la traumatiser à vie. Touchant donc légèrement les écailles de son Dracaufeu pour qu’il monte un peu plus haut, le châtain mena sa passagère jusqu’aux anneaux dorés. Ils les contournèrent en slalomant avec aisance, puis Alban sourit en entendant que Salomé voulait encore voler.

- Mais à votre guise.

Il demanda à Zénith de prendre encore plus d’altitude pour lui faire voir autre chose que le terrain. Salomé avait l’air réellement ravie. Avec nostalgie, Alban se rappela de la sensation qu’il avait éprouvée lors de son tout premier vol. Ouais… C’était sûrement quelque chose comme ça. Une sensation de liberté intense. Celle de laisser au sol tous ses problèmes. D’être tellement loin de tout que plus rien n’avait d’importance. Il n’y avait rien d’autre que la beauté du ciel, la fraîcheur du vent et la sérénité de se sentir dans son élément. Ce n’était qu’après qu’Alban avait développé son talent de sentir et comprendre le flux des vents ; cependant, même au départ, il avait su l’apprécier malgré tout.

- N’est-ce pas ? Plus tu voleras, et plus tu découvriras de nouvelles sensations. Il y a des choses que tu ne pourras qu’éprouver avec l’habitude et l’expérience. D’autres que tu ne connaîtras que si tu parviens à ne faire qu’un avec ta monture. C’est une des bases fondamentales en vol. La confiance d’une monture et de son cavalier. Tout aura une couleur et une saveur différente avec un Pokémon qui compte. C’est comme prendre un café avec une simple connaissance, et en prendre un avec ton meilleur ami, tu vois ?

Zénith émit un grondement qui faisait office de ronronnement, et ses écailles se réchauffèrent un peu plus. Alban le caressa doucement. Ils en étaient passés par des épreuves, tous les deux. Et pourtant, à présent, on pouvait dire qu’ils avaient presque atteint un stade de symbiose. Le genre de chose qu’Alban n’avait connu qu’avec Cirrus. Il sourit en tout cas au commentaire de la rouquine. Voir les étoiles ou le soleil ? Un bien beau rêve.

- Attention à ne pas te brûler les ailes, plaisanta-t-il. Enfin bon, en attendant, vu que le soleil se cache… on peut toujours aller voir les nuages si tu veux. Zen ?

Le Dracaufeu hocha la tête et grimpa jusqu’à un nuage gris. Il resta en vol stationnaire pour laisser à Salomé le temps d’explorer ce qu’elle avait sous les yeux. Il ne voulait pas traverser le dit nuage et risquer de les mouiller tous les deux. Il n’était pas sûr que la Givrali apprécie, et, de toute façon, il n’était pas d’humeur pour une petite douche. Redescendant doucement vers le terrain de Quidditch pour être dans une zone aux températures plus clémentes, il se retourna vers Salomé lorsqu’elle lui posa des questions sur son passé. Il eut un pincement au cœur lorsqu’elle parla de son ancienne monture, et toucha machinalement la plume de Cirrus qui était toujours dans sa poche. Etrangement, ce fut avec une voix très calme et dénuée de tremblement qu’il lui répondit.

- J’ai commencé assez jeune, effectivement. A la base je voulais simplement m’amuser avec un Pokémon de la Poste familiale. Et puis j’ai découvert que ça me plaisait donc mes parents m’ont encouragé à suivre cette voie. Quant à la réputation hm… J’ai gagné pas mal de trophées à Hoenn, et quelques trophées mondiaux…

Ou disons plutôt qu’avant son accident, il n’avait jamais perdu aucune course. Mais bon, il n’avait pas envie de donner l’impression qu’il se vantait ou quoi que ce soit.

- … donc on va dire que j’étais assez réputé fut un temps. Concernant ma monture, disons que la question ne s’est pas vraiment posée.

Il resta évasif, ne souhaitant pas entrer dans les détails. Si Salomé demandait, il lui répondrait évidemment. Mais de lui-même, il n’avait pas forcément envie de replonger dans ces vieux souvenirs douloureux.

- Enfin bon, mon premier et seul Pokémon à mon arrivée a été Zéphyr.

Ce qui clôturait plus ou moins la discussion, espérait-il.

Après s’être assez habituée, Salomé lui demanda s’ils pouvaient aller un peu plus vite. Vraiment ? Le châtain se tourna vers elle et lui adressa un petit sourire en coin.

- Sûre ? Ok. Accroche-toi bien, dans ce cas. Si tu tombes, on te rattrapera.

Le Voltali se pencha près de Zénith et lui tapota amicalement la base du cou.

- Prêt mon grand ? Montre-lui un peu ce que tu sais faire.

Le Dracaufeu n’eut pas besoin de se faire prier beaucoup plus. Il commença par prendre une vive accélération, et Alban dû s’accrocher plus fermement à sa monture pour ne pas partir en arrière. Zénith atteignit bien rapidement son pic de vitesse et, lorsque ce fut fait, il plongea brusquement vers le sol. Alban sentit que son visage était tiré vers l’arrière à cause de l’effet de propulsion. Le gazon vert se rapprochait dangereusement. Alors, avec aisance, le type Feu remonta en chandelle tout en exécutant une vrille. Alban attrapa par réflexe une des mains de Salomé, verrouillée autour de ses hanches, pour s’assurer qu’elle ne tomberait pas en arrière.

Ils exécutèrent encore quelques acrobaties, montant et redescendant, faisant des loopings comme lors des montagnes russes. Puis, au bout de quelques minutes, Zénith s’arrêta brusquement. Alban sentit que la tête de Salomé cognait contre sa nuque.

- Aoutch !

Le Dracaufeu ralentit puis resta en vol stationnaire quelques secondes, se tournant vers les deux humains pour s’assurer qu’ils allaient bien.

- Satisfaite ? Ou tu veux repartir pour un tour de manège ? demanda Alban à sa cadette.

Il pouvait faire ce genre de chose toute la journée, s’il le fallait. Mais peut-être que la rouquine en aurait assez pour l’instant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sombre grisaille [PV Salomé]   

Revenir en haut Aller en bas
Sombre grisaille [PV Salomé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Vacances d'été 2017 - Alola :: Akala :: Ho'ohale-