Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration
Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11797
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Mar 1 Aoû - 22:07
Competition Pokeathlete
Rappel des règles
Que vous réserve donc Jackie, pour cette fois-ci ? Après une course maritime au déroulement douteux, et un parcours du combattant aux mesures sécuritaires inexistantes, il y a en effet de quoi s’inquiéter pour la nouvelle Compétition Pokéathlète. Eh bien pour vous, j'ai une bonne nouvelle ! Cette fois-ci, vous n'aurez peut-être même pas besoin de courir pour décrocher la victoire.

Peut-être.

C'est parti pour une Mission d'Infiltration !

Votre objectif sera très simple : récupérez l'un des (faux) diamants dissimulés un peu partout dans la zone de l'épreuve, et ce le plus rapidement possible ! Le premier élève à ramener un diamant intact à la ligne de départ remportera la compétition. Mais les choses seront loin d'être simples ! Vous devrez amasser des informations sur un diamant à récupérer, le dérober, et revenir en un seul morceau, tout en évitant les pièges, gardes, et même les élèves qui jalouseront votre trésor ! Votre mission ne sera pas de tout repos, donc bonne chance à vous.

La Compétition Pokéathlète, tout comme les trois autres, aura une petite facette HRP en plus de celle INRP !
-HRP, au moment de votre inscription, nous vous demanderons de lancer deux à cinq dés « Compétition Pokéathlète », qui afficheront alors toute une série de péripéties tirées au sort... Et que vous devrez obligatoirement intégrer dans votre post rp. Dans la vie d'espion, il y a souvent des imprévus ! Ces obstacles devront apparaître dans l'ordre d'apparition des dés, et autant de fois que nécessaire si vous avez des doublons.
-INRP, vous devrez poster un unique rp de 700 mots à la suite de ce post, décrivant la progression de votre personnage et de ses Pokémon dans la zone de l'épreuve. A vous de trouver comment surmonter les obstacles que nous vous imposons, pour ensuite récupérer le diamant et revenir au plus vite auprès de Jackie.

Le ou les trophées seront offerts aux personnes ayant répondu aux attentes de la compétition tout en nous offrant un bon moment de lecture, mais qui auront également intégré de la meilleure manière qui soit les obstacles imposés. Veillez néanmoins à ne pas démarrer votre rédaction avec une idée de défaite ou de victoire assurée, les résultats peuvent surprendre !

Un délai d'un mois et demi vous est accordé pour poster votre RP à la suite de ce post (soit jusqu'au 15/09/2017).



Description du lieu
Mais où donc va se passer cette épreuve ? Il s'avère qu'Elisabeth possède quelques bons contacts avec la Fondation ᴁther, et que ces derniers ont accepté de se prêter au jeu : voulant profiter de la compétition pour exercer ses employés aux situations d'urgence, ils ont laissé l'entier Paradis ᴁther à la disposition de la Générale Jackie. L'île artificielle sera donc votre terrain de jeu !

Le Paradis ᴁther est en effet un gigantesque complexe installé au beau milieu de l'océan d'Alola, et regroupant toutes sortes d'éléments. Entre les laboratoires, les zones de traitement de soin pour Pokémon, leur serre immense et les pièces réservées aux employés, vous allez avoir beaucoup de lieux à explorer ! Toutes ces salles d'un blanc immaculé sont réparties sur quatre étages, auxquels vous n'aurez évidemment pas l'immédiat accès. Des autorisations sont nécessaires pour utiliser les ascenseurs faisant la liaison entre chaque étage, et représentent l'unique moyen de s'y rendre !

Ainsi, vous devrez faire preuve d'ingéniosité pour localiser les cristaux, et les récupérer sous le nez des Employés ᴁther. Gare également aux nombreuses caméras de surveillance !

La Générale Jackie vous accueillera à 21h au port de Ho'Ohale, et vous fera embarquer à bord d'un ferry qui vous déposera à l'extérieur du complexe. Elle vous informera alors que le Paradis ᴁther possède un dispositif empêchant la téléportation... Mais aussi l'ouverture même des Pokéballs ! Vous pouvez emmener deux compagnons avec vous, mais ceux-ci resteront obligatoirement à vos côtés, et ne pourront être rapatriés à la dernière minute.

Si un ou plusieurs gardes vous attrapent, et réussissent à vous ramener à la Générale, vous avez perdu !

Météo du jour : La nuit commence à tomber, et il fera sans doute complètement noir dans les minutes qui suivront le début de la compétition. La serre se trouvant au dernier étage possède un climat tropical plutôt humide, mais pour le reste, la climatisation permettra de maintenir une température viable dans l'ensemble du complexe.

Précisions supplémentaires
-Vous pouvez évoquer des actions décrites par les élèves passés avant vous, ou même la présence de PNJ, mais interdiction d’interagir directement avec les autres membres.
-Il vous faudra vous inscrire dans le topic adéquat avant de poster votre rp.
-Pour rappel, ce dernier devra faire au moins 700 mots.
-Les sbires ᴁther sont bien évidemment au courant que tout ceci n'est qu'un exercice : ils ne vous traiteront pas avec brutalité, mais feront malgré tout de leur mieux pour vous arrêter !
-De même, aucun piège mortel n'est dissimulé dans le complexe, n'allez pas nous sortir des fléchettes empoisonnées ou des murs qui se referment sur vous.
-Vous n'avez pas le droit de relancer vos dés si ceux-ci ne vous conviennent pas, ni même d'en annuler ou en relancer d'autres si vous revenez sur votre décision concernant leur nombre. A vous d'assumer !
-Par ailleurs, sachez que le nombre de dé lancé n'aura aucune influence sur la note finale : nous nous intéresserons surtout à votre capacité d'adaptation. Pour le reste, à vous de voir si vous saurez faire dans l'originalité ou si vous préférez avoir une ligne directrice. (Pour rappel, nous en demandons minimum deux, et maximum cinq)
-Enfin, vous êtes tout à fait libre de faire apparaître d'autres obstacles dans votre rp. Nous demandons simplement à ce que ceux que nous vous imposons apparaissent également.
-N'essayez pas de faire votre petit fouineur en mettant votre nez dans les quelques dossiers sensibles de la Fondation. Ils ne sont pas complètement idiots et ont pensé à planquer bien soigneusement tout document n'ayant rien à faire dans vos mains.
-Vous ne pouvez équiper qu'un seul objet sur chacun de vos Pokémon.
-Votre RP sera suivi d'une balise HRP avec les informations suivantes :

Code:
Pokémons utilisés :
Objets tenus:
Points d'Athlétisme des Pokémons :
Dés obtenus (dans l'ordre donné par Potiron) :

Bonne chance à vous !

_________________
Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration 7z5c
Etna Neria
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 1368
Points d'Expériences : 326
Pokeathlète Agent
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Ven 11 Aoû - 15:04
A-Rise - Private Wars

Etna sautillait sur place sur le pont du bateau, prête et motivée par la compétition Pokéathlète qui s'annonçait. Elle tombait pile dans sa branche : de l'infiltration. L'exercice était doublement intéressant pour les Espions en herbe : ils devaient le réussir, il en allait de leur honneur, mais devaient faire attention à ne pas montrer qu'ils étaient plus à l'aise que leurs camarades. Le fait qu'ils allaient au Paradis Aether ne l'excitait que plus : c'était un super terrain de jeu !

Etna avait passé une fin d'année plutôt calme, sachant pertinemment qu'elle était encore en formation pendant un bout de temps, il ne lui servait à rien de faire des vagues, mieux valait peaufiner ses bases et continuer à s’entraîner. Son équipe était maintenant bien plus que rodée aux exercices multiples que lui infligeait la Rosalienne. Elle n'était d'ailleurs pas restée asociale tout ce temps, elle participait de plus en plus aux activités des Mentali et avait fait de grands progrès dans le fait de fermer sa grande bouche. Ah et il y avait Sirius aussi. Un jour elle arriverait à clarifier toute cette situation dans sa tête. Pour le moment elle se satisfaisait de ce jeu du chat et de la souris qui s'était installé entre eux deux.

Arrivant enfin à l'embarcadère du Paradis Aether, pile pour le début de la tombée de la nuit, la Mentali écouta avec attention les explications du Général. Ça promettait, un vol de diamant. Ils étaient formés à être des Espions ou des rois de la casse ou quoi ? Bref, de ce qu'elle avait compris l'objectif était simple : trouver et chopper un objet sur lequel ils n'avaient pas beaucoup d'information et le ramener. Sans se faire attraper. Et en ayant le droit qu'à deux Pokémon qui ne pourraient pas aller et venir de leurs Pokéball. Bon, choix rapide. Elle excluait automatiquement Désséliande et Apitrini pour des raisons évidentes de discrétion. Mais bon, maintenant qui, entre Ecrapince, Moufouette, Mimantis et Scarabrute allait lui être le plus utile ? Elle n'avait que peu de marge de manœuvre : Scarabrute était définitivement trop violent et pas adapté, alors qu'Ecrapince était trop lent pour ce genre d'épreuve. C'étaient donc les premier et dernier arrivés dans l'équipe qui allaient l'accompagner. Mimantis s'était bien intégré et s'entendait bien avec tout le monde, ce qui allait être plutôt utile.

Le départ fut donné et Etna avança tranquillement alors que la plupart des élèves se précipitait vers les couloirs. La brune restait patiente et lisait un petit dépliant à propos du Paradis Aether qu'elle avait récupéré quand elle avait appris que l'épreuve allait se dérouler là. Donc réparti sur plusieurs étages, serre, pointe de la technologie, ascenseur, serre, système de sécurité ultra moderne. Bien bien bien, que de la joie quoi. Bon déjà il y avait quatre niveaux : l'embarcadère, où elle se trouvait, les labos, la place principale avec les bureaux, l'accueil et tout et enfin la serre. Informations sommaires sur le lieu, c'était bon. Maintenant il fallait repérer l'objectif.

Premièrement, elle se colla sous une des caméra de surveillance que peu de ses camarades semblaient avoir repéré et laissa ses Pokémon repérer les lieux alors qu'elle se changeait. Bonjour les gants, les semelles rembourrées pour éviter de faire du bruit et le plus important, la petite lampe de poche qui s'accrochait comme un pin's et qu'elle pouvait allumer ou éteindre en passant la main devant. Le duo moufette plante revint à ce moment et fit son rapport. Bon déjà de ce qu'elle avait capté à ce que Fuwadoku lui avait reporté, il y avait quelques gardes à cet étage et il fallait des autorisations pour utiliser l'ascenseur qui permettait d'aller ailleurs. Elle avait vraiment bien fait d'apprendre à son starter à utiliser la fonction micro de son IPok. Tapotant la tête du Pokémon pour le féliciter, la brune se déplaça furtivement dans un coin sombre. Elle ne voulait pas se précipiter, mais en même temps il ne fallait pas non plus trop tarder. Elle manquait de beaucoup d'informations capitales. Tout d'abord, elle demanda à Mimantis de partir en éclaireur et de recouvrir les caméras de Tranch'Herbe. Elle ne voulait rien détruire, c'eut été déplacé vu que le lieu leur avait été gracieusement mis à disposition.

- Ah te voilà enfin ! Il te faut combien de temps pour refaire ton lacet, Priscilla ?!

Etna avait sursauté en entendant la voix et avait fait une petite roulade en se retournant vers l'origine du bruit, pendant que Moufouette s'était placé en position de combat. Ce n'était pas comme dans un jeu, la personne qui l'arrêterait ne la laisserait pas repartir si elle la battait en combat de Pokémon, alors elle allait certainement être un poil plus violente que d'accoutumée. La Mentali détailla le nouveau venu, un homme d'âge avancé, certainement plus proche de la retraite qu'autre chose, habillé selon l'uniforme des gardiens de nuit, moins blanc que l'uniforme blanc immaculé qu'elle avait vu dans son document. Et qui ressemblait étrangement de loin et avec peu de lumière au jogging sombre qu'elle portait. D'où la confusion, certainement. Le pauvre gars aurait bien besoin d'une paire de lunette ceci dit.

- Bon sinon il y a plus d'intrus que prévus aux labos, ces idiots pensent que les gemmes sont par là. Donc tu vas en renfort dans la zone de traitement des Pokémon Fée pour protéger celui qu'on avait laissé à l'équipe trois qui a été rapatriée pour en coincer plein. De toutes manières il y a peu de chances qu'ils aillent par là. Allez, plus vite !

Etna laissa ses paupières papillonner quelques secondes. Cet imbé... ce brave homme venait-il de lui livrer la position d'une des pierres sur un plateau ? Certainement du coup. Donc le traitement des Pokémon Fée, sûrement au troisième niveau, enfin plus ou moins le rez-de-chaussée quoi. Objectif repéré, maintenant il fallait s'y rendre sans se faire prendre. Fort heureusement, ses Pokémon s'étaient cachés plus loin discrètement pour ne pas éveiller les soupçons du vieil homme. Vite, réfléchis Etna, qu'est-ce que tu peux bien faire... ?

- Euuuuh... Excusez-moi Monsieur, mais j'ai perdu mon accès pour l'ascenseur, c'est pour ça que j'étais plus là, je cherchais, j'espère qu'un intrus l'a pas trouvé, olala...
- ENCORE ?! Non mais c'est pas possible, c'est une habitude avec toi ! Tiens prend mon double. Tu vas entendre les supérieurs demain à la réunion. ALLEZ FILE !
- Oui Géné... Oui Monsieur !

Ouf, elle avait failli se vendre. Etna déguerpit sans demander son reste et retrouva son équipe un couloir plus loin. Bon, plus qu'à trouver l'ascenseur. Elle sursauta en entendant un bruit de course derrière elle et se retourna pour voir son "supérieur" qui la toisait alors qu'elle caressait Fuwadoku. Oups.

- Non mais ça va pas ce soir ?! L'asenseur est de l'autre côté ! Et qu'est ce que tu fais avec ce balai ?
- ...oh la la quelle tête en l'air je fais !
- ...
- ...
- Petite peste...
- Désolée, mais j'aimerai bien gagner cette compétition, sans rancune.

Etna se redressa brusquement, alors que l'adulte avait finalement compris qu'un rendez-vous chez son ophtalmo et qu'il avait une intruse à capturer. La brunette tourna ce qu'elle tenait dans ses mains et le présenta juste devant le visage du pauvre garde. Un gaz concentré de Moufouette plus tard et le pauvre monsieur était dans les vapes pour un petit moment. Et ce sans avoir fait trop de bruit, pas mal ! Ne perdant pas plus de temps, la Mentali partit dans l'autre sens, à la recherche de l'ascenseur, qu'elle trouva au bout d'une petite minute de marche rapide. Il y avait quelques gardes mais rien d'insurmontable : une Tranch'Herbe en attira quelques-uns et un gaz de Fuwadoku envoya celui qui était resté au pays des rêves. C'était moins subtil qu'une Poudre-Dodo mais tout aussi efficace. Bon allez zou, premier étage. Il y avait pas un plan plus détaillé de cet endroit ?

A-Rise - Shocking Party

A la recherche de la zone de traitement des types Fées, l'Espionne déambulait dans les couloirs, en faisant attention à où elle allait et aux caméras de sécurité. Avec un petit Pokémon comme Mimantis et pouvait les empêcher de fonctionner de manière ponctuelle c'était plutôt facile. Et des fois qu'on remonte sa piste, elle l'envoyait parfois désactiver celles devant lesquelles ils étaient déjà passés. Quant à Fuwadoku, il surprenait toujours les rares gardes qu'ils croisaient et était au moins aussi efficace qu'un Pokémon chargé de mettre hors d'action les gêneurs. Peut-être un peu plus violent qu'une Cage-Eclair, un Bâillement ou Spore ceci dit. Mais elle faisait avec ce qu'elle avait.

Entendant une série de pas, l'élève se jeta par la première porte venue, suivie de ses deux Pokémon. Se calant contre un mur, hors du champ des caméras qu'elle avait repéré en entrant, prête à jouer des manchettes et du gaz si un des inconnus rentrait dans la pièce. Se relâchant quelques secondes après avoir entendu les bruits passer devant la porte, elle ralluma sa lampe et observa la pièce dans laquelle elle avait pénétré de manière précipitée. Des fours, des frigos et beaucoup d'ustensiles ne laissaient aucun doute : elle était dans des cuisines. Qu'est-ce qu'elle fichait là ? Elle était partie pour une zone de soins et atterrissait... là. Pestant contre le manque de plan, elle entendit enfin des bruits venant de l'un des meubles, Fuwadoku posé devant, prêt à bondir. Ouvrant la porte du placard avec appréhension, Etna se fit quasiment sauter dessus par une boule rose, qui se révéla être un Sucroquin. Allons bon, la voilà avec un resquilleur sur les bras. La bestiole semblait toute gênée, certainement habituée à être réprimandée pour ses frasques nocturnes.

- ...si tu me montres où tu dors d'habitude, je te donne ça.

Elle avait sortit une barre de céréales de sa poche. Elle avait toujours de quoi manger un petit peu sur elle ainsi que de l'eau et de quoi effectuer des premiers soins, on ne savait jamais. Ça pouvait être utile, comme dans le cas présent. La bestiole voulut gober la pitance immédiatement, mais l'adolescente retira vivement sa main. Les yeux lançant des éclairs et un sourire de mauvais augure, elle fit un signe de tête au Sucroquin, l'enjoignant à avancer. Toujours aussi furtif que possible (enfin autant qu'il le pouvait, vu qu'un Pokémon haletait fortement), le groupe fit marche vers sa destination, laissant derrière lui un filet de bave qui Mimantis essayait d'éponger du mieux qu'il pouvait, et quelques corps évanouis. Tout en finesse, quoi. Finalement arrivé, Etna ne put que se demander comment ils avaient traversé la moitié de l'établissement selon elle. Elle entra dans la pièce, pour voir une ribambelle de Pokémon, pour la plupart roses tous plus ou moins endormis. L'adolescente commença à chercher son diamant, tout en restant silencieuse et après avoir brouillé les caméras de la pièce. Elle n'avait que peu de temps avant que quelqu'un ayant remarqué son petit manège ne se pointe. Alors il n'était pas avec les Mimiqui, ni avec les Mélofée et les Toudoudou qui étaient super mignons. Ni près du magnifique Feunard Alolien qui lui avait fait peur en ouvrant un oeil mais le refermant quand elle l'avait gratouillé derrière les oreilles. Merci les cours de Coaching et le bébé Goupix dont elle s'était occupée à Rosalia.

Elle s'approcha d'un espèce de toboggan et entendit un bruit de course derrière elle. Se retournant subitement pour contrer un éventuel agresseur, elle se fit percuter de plein fouet par le Sucroquin, qu'elle avait plus ou moins oublié. La bestiole lui arracha la barre de céréales des mains (oui elle avait oublié ça aussi) et retomba au sol dans le même mouvement, laissant la brune, déséquilibrée, tomber en arrière et dévaler le toboggan, qui se terminait sur une cuve vide, une piscine pour les Marill, mais qui était malheureusement en maintenance. Les Miaouss retombent toujours sur leurs pattes. Etna n'était peut être pas une Miaouss, mais quand elle sentit qu'il n'y avait plus de support sous son dos, elle se contorsionna et tomba au fond du trou (littéralement) avec un bruit sourd. Fort heureusement, ses entraînement et son expérience ponctuelle en parkour lui avaient permis de tomber épaule en avant et elle avait juste fait une petite roulade afin d'amortir le choc. Bon ses pieds avaient finis contre la paroi mais ça s'était terminé en plus de peur que de mal. Et elle n'avait réveillé aucun des Pokémon présents, bien. Bon, par contre les murs de cette prison inopinée étaient bien lisses et il n'y avait ni échelle ni prise pour remonter. Fort heureusement ce n'était pas trop profond, mais pas question de courir sur les murs pour autant.

Après avoir pris quelques secondes de réflexion, elle siffla un coup, attirant à elle Mimantis qui sauta dans ses bras. Après lui avoir expliqué à voix basse ce qu'elle attendait, Etna laissa le Pokémon Alolien ficher des Tranch'Herbe sur les murs, créant de petites encoches pas très profondes, mais bien suffisantes pour servir de prise et remonter. Enfin sortie de la piscine, en maugréant, elle observa son travail. Bien, ce n'était pas trop abîmé. Elle laissa tout de même un petit mot sur la table de travail, s'excusant et dénonçant le Sucroquin farceur. Avant tout parce que c'était la moindre des choses, deuxièmement parce qu'on ne savait jamais, les encoches pouvaient être dangereuses pour les utilisateurs du bassin. Alors qu'elle reposait le petit morceau de papier, Fuwadoku couina, signe qu'il avait trouvé leur cible. Avec toutes ces embrouilles, elle avait quasiment oublié la raison de sa présence ici. Il faut dire qu'elle s'amusait bien plus que de raison ici. En s'approchant du présentoir que son starter indiquait, Etna ne put que retenir un sourire : bien sûr, quel meilleur endroit pour cacher un diamant qu'au milieu d'un groupe Strassie ? La brune subtilisa tranquillement la pierre, laissant un peu de nourriture pour ces Pokémon qu'elle avait trouvé dans un petit placard à côté, histoire de ne pas les alerter. La Rosalienne cacha la pierre dans son décolleté, comme une vraie criminelle. Enfin elle était certainement une criminelle dans le cas présent, non ? Fuadoku couina encore, lui indiquant que ce n'était peut-être pas le meilleur moment d'avoir des considérations philosophiques. Acquiesçant, le trio se remit en route, non sans avoir balancé le Sucroquin dans un petit groupe de Spododo.

La mission finalement sur les rails, il fallait maintenant retourner au point de départ de manière rapide et sans se faire coincer. Ça allait être facile, vu qu'il lui suffisait d'éviter les lieux qu'elle avait déjà visité vu qu'elle entendait des grommellements sourds au loin. Dans les films d'espionnage, c'était le moment de passer par les conduits d'aération. Mais comme on était pas dans un film, elle se contenta de se mettre dans des coins sombres et de bombarder les rares groupes de gaz de Moufouette. Les isolés étaient proprement assommés par des manchettes rapides qui ne leur laissaient que le temps de pousser quelques gargouillements. Étant redescendues au niveau de l'embarcadère, la Mentali se lança dans les couloirs avec la désagréable impression d'être suivie. Elle commença à regarder derrière elle. Et c'est comme ça qu'elle fonça dans quelque chose de mou. Un autre élève. C'était bien sa chance. Non seulement ça allait les faire repérer, mais en plus le gars en face d'elle ressemblait à un gros lourdaud TopDresseur Noctali.

- Si t'es là c'est que t'as récupéré un des diamants, hein ? File-le.

Ah ouais, genius. On laissait les gens travailler pour on les rackettait. Ça c'était de la stratégie de première. Le pauvre gars ne se doutait pas à qui il avait affaire ceci dit. Il pensait sûrement tomber sur une Médecin fragile dont il pourrait facilement tirer parti. Etna leva les yeux au ciel et dépassa son "collègue" sans lui prêter plus d'attention que ça. L'imbécile lui attrapa le bras et tenta de la tirer pour la retenir. Ok.

- Bon, tu retiendras que tu l'as cherché.

Le ton froid du marmonnement ne sembla pas arrêter l'autre ahuri, qui tentait de lui serrer le membre et de lui faire une clé de bras. Poussant un soupir, la Mentali se baissa brusquement, attrapa le col du gars mis un pied en avant et le fit passer sans plus de pression que ça par dessus son épaule avant de l'étaler par terre. Le pauvre hère tenta de se relever, les yeux rouges de fureur, mais l'Espionne lui braqua sa lampe de poche dans les yeux et lui écrasa les parties. Ce qui provoqua un hurlement de douleur. Oups, elle oubliait toujours que tout le monde n'avait pas sa résistance.

- TOI. PETITE PESTE !

Encore un hurlement. Décidément, elle n'était pas l'espionne la plus furtive qui soit. Ah c'était le vieux qui lui avait livré les infos il y a quelque temps. C'était bien sa chance. Laissant Fuwadoku anesthésier sans douleur l'autre élève, elle fit face à l'adulte qui fonça droit sur elle. Tous des brutes. Elle n'eut qu'à se décaler un peu pour qu'il s'emmêle les pieds et tombe droit sur l'autre pauvre gars, qui n’avait certainement pas besoin de ça en plus. De surprise, la moufette remis une dose de gaz, double concentration. Ces deux là allaient être hors jeu pendant un bon moment. Du moins assez pour qu'elle en finisse. Elle allait partir mais revint un peu sur ses pas, rendant son passe à l'adulte. Des fois qu'il en ait encore un peu besoin. Elle lui avait causé assez de problèmes pour la nuit.

Le reste ne fut que de la prudence élémentaire, enfin un regain de prudence, histoire de ne plus se faire avoir comme toutes ses erreurs pendant cette mission. Elle put finalement remettre le diamant au Général, sans se perdre dans les couloirs cette fois. Il ne lui restait plus qu'à féliciter ses Pokémon, et à noter tous les problèmes qu'elle avait eu. Selon elle, il lui restait beaucoup, beaucoup de chemin à parcourir, elle était bien loin de l'efficacité qu'elle s'était fixé. Mais elle était plutôt satisfaite, malgré beaucoup de péripéties, elle avait plutôt bien accompli sa tâche. C'était déjà moins traumatisant que le parcours du combattant de l'année passée.


Spoiler:
 
Aileen Sôma
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 20.
Niveau : 80
Jetons : 16666
Points d'Expériences : 3148
Pokeathlète Agent
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Sam 19 Aoû - 1:25
Compétition Pokéathlète 5
Infiltration au Paradis Aether


Tout ce qu’elle savait du Paradis Aether, c’est qu’il s’agissait d’une île artificielle construite de toutes pièces par la Fondation du même nom, qui agissait comme une sorte de Société Protectrice des Pokémon, sans doute à cause de l’omniprésence de la Team Skull sur l’archipel Alola. C’était un but noble et respectueux. Elle aurait bien aimé, elle, qu’il y ait des gens comme ça quand la Team Rouage sévissait dans les rues de Lansat. Assise dans un coin du bateau, la Pyroli s’était plongée dans le dépliant à propos de la Fondation et de l’île récupéré à l’office du tourisme d’Ho’Ohale, où elle logeait chez l’habitant avec un nouvel élève, un Voltali nommé Stanislas. Il n’y avait pas grand-chose, dans ce dépliant, juste la base, puisque le Paradis Aether ne pouvait normalement pas être visité. Mais leur directrice avait le bras long, et la grande patronne de la Fondation avait sauté sur l’occasion, se disant sans doute que ce serait un bon moyen de tester ses employés pour voir leurs réactions pendant les situations d’urgence. Parce qu’une bonne quinzaine de gamins allaient débouler dans leur univers, certains étant là en quête de sensations fortes, d’autres ayant reçu une formation d’espion dispensée par le Général Jackie. Alors elle avait fouillé, la petite espionne, se renseignant sur la Fondation depuis son ordinateur portable, se baladant sur leur site, notant le nombre d’étages (quatre), jetant un coup d’œil aux nombreuses salles (serre gigantesque prenant tout un étage, zone de soins des Pokémon, zone de traitement, pièces réservées aux employés, appartement où ils n’auraient sans doute nul besoin d’aller), aux systèmes de sécurité (mis à part une mention d’un système dernier cri, aucune information, malheureusement) et au plan des lieux (elle n’avait rien trouvé non plus, cela étant).

La sécurité, d’après ce qu’elle avait pu lire, était à l’épreuve des balles. Sur place, tout un système électrique empêchait l’utilisation des Poké Ball, pour empêcher la capture de leurs protégés par des voleurs malintentionnés. De ce fait, impossible de faire entrer ou sortir leurs Pokémon de leurs Poké Ball. Seuls les membres de la Fondation avaient ce privilège, leurs Poké Ball étant sans doute modifiées pour leur éviter d’avoir à se trimballer avec une masse de Pokémon les suivant en piaillant. Pas très pratique, niveau sécurité. Mais les intrus, eux, n’auraient pas ce privilège. De ce fait, le Général Jackie leur avait laissé le choix de deux Pokémon à choisir dans leurs équipes respectives, en leur précisant bien qu’il leur serait impossible de les évacuer en cas de problème. Prendre des Pokémon débutants s’avèrerait particulièrement dangereux. Au temps pour son envie d’emmener sa petite Rocabot avec elle pour la former sur le terrain. De même, la téléportation s’avérerait impossible. Sookie avait alors décidé de rester à Ho’Ohale pour prendre soin de toute la petite équipe avec le reste des meneurs, puisqu’il était prévisible que Sphax l’accompagne. C’était un lieu de très haute sécurité, et elle préférait avoir son ombre dangereuse dans ses pas. Le choix du deuxième Pokémon avait été bien plus dur. Elle ne savait pas qui choisir, et craignait de froisser la sensibilité de l’un ou de l’autre. Personne ne se proposant, Sokka avait fini par se lever, levant la patte pour se proposer. Ça avait quelque peu perturbé Aileen, qui ne s’attendait pas à ce que son Lucario, qui passait son temps à la recherche de son harmonie spirituelle, se propose pour une mission d’espionnage. Puis finalement, elle avait souri, et avait tapé sa patte en un high five qui avait plu à son Pokémon. C’était bien, d’avoir Sokka avec elle. Son pouvoir d’aura était très utile, et ses méditations perpétuelles l’avaient aidé à le maîtriser mieux que n’importe quel autre Lucario.

Ce ne fut qu’une fois arrivés qu’ils surent enfin ce qu’ils devraient piquer sur cette île de la mort. Des diamants. Original. Des faux, bien entendu, disséminés çà et là dans tout le complexe, cachés derrière des portes qui, cela allait de soi, ne s’ouvriraient pas gentiment sur leur passage. Oh que non. Il leur faudrait trouver un moyen de passer. Système de ventilation, passes, clés, tout ce qu’ils voudraient, tant qu’ils passaient sans se faire choper par un des nombreux gardes. Elsa-Mina avait-elle prévenu ses employés du débarquement massif des élèves ? La brune n’espérait pas. Ils étaient censés s’infiltrer, et c’était plus facile quand l’ennemi ne s’y attendait pas. Mais pour que les gardes ne leur fassent aucun mal, ils devaient sans doute savoir que ce n’était qu’un exercice et qu’ils n’allaient rien piquer, sinon des diamants en toc achetés douze Pokédollars les cent dans n’importe quelle grande surface. Autant partir du principe, alors, qu’ils s’attendaient à leur invasion, et qu’ils étaient au taquet. Ça leur compliquait la tâche, mais au moins elle s’attendait à ce qu’ils soient très attentifs et à ce qu’ils fouillent chaque recoin. Elle ne pourrait donc pas se cacher n’importe où. Et elle décida donc de ne pas passer par la grande porte, comme beaucoup d’élèves semblaient le faire, mais de plutôt contourner pour chercher un passage dérobé. Il devait bien y en avoir. Qui dit serre dit système d’évacuation des eaux, qui devait bien déboucher quelque part. Il lui suffisait de l’emprunter pour arriver dans la serre sans être détectée. Après… Elle aviserait. Ses Pokémon sur ses talons, elle contourna le bâtiment, surveillant qu’il n’y ait pas de caméra mal placée qui la prendrait en flagrant délit. Elle n’avait pas Silica pour se cacher, cette fois, et en règle générale, elle préférait éviter de couvrir les caméras. C’était beaucoup trop flag, une caméra qui marche, et qui, d’un coup, ne marche plus, même pendant quelques secondes. Son tour rapide, cependant, ne lui apprit rien de plus que ce qu’elle savait déjà, à savoir que les docks étaient envahis de containers, que quelqu’un avait généreusement accroché une échelle dans un coin pour les étourdis qui tomberaient à l’eau, et que le seul moyen de grimper, c’était d’avoir un passe. Qu’elle ne possédait pas. A moins qu’elle n’escalade les containers ? Ça pourrait le faire, au moins pour lui permettre d’atteindre le rez-de-chaussée, où il serait plus facile de trouver quelqu’un à piller.

Sokka posa une main sur son épaule pour la tirer derrière un container, lui indiquant d’un mouvement de tête qu’un garde arrivait. Ah, elle l’avait peut-être, sa solution. Il devait bien avoir un passe, pour aller et venir dans le complexe, non ? Il fallait qu’elle le récupère, pour pouvoir accéder à l’ascenseur et pouvoir déambuler sans devoir escalader les murs trop lisses de cette (très esthétique) construction de métal. Mais comment réussir à lui piquer son passe ? Peut-être en utilisant son environnement… Elle se tourna vers Sphax, et lui expliqua son plan en silence. L’Absol hocha la tête, et disparut entre deux containers, pour réapparaître un peu plus loin, devant le garde, qui eut l’extrême gentillesse d’agir comme elle l’attendait de lui.

« Piclairon, à toi ! »

Le gros Pokémon oiseau apparut pour lancer des graines à l’endroit exact où se trouvait Sphax, qui avait bondi pour échapper à l’attaque. Avec un cri féroce, l’oiseau le suivit, laissant son dresseur seul sur les docks. C’était le moment. Sokka jaillit derrière lui, bondit pour arriver à sa hauteur, et ses deux pattes frappèrent sèchement les tempes du garde, qui s’affala comme une poupée de chiffon, KO. Sokka le réceptionna avant qu’il ne se tape la tête au sol, et il le tira avec aisance dans un coin éloigné, avant de poser une patte sur son torse pour s’assurer qu’il allait bien, tandis que sa dresseuse le fouillait pour mettre la main sur le précieux sésame. Il avait de l’argent, qu’elle ne toucha pas, une clé, de casier sans doute, qu’elle empocha pour le cas où ça ouvrait une pièce intéressante, des chewing-gums, qu’elle laissa dans sa poche, un iPok, auquel elle ne s’intéressa pas puisque toute la Fondation savait qu’ils étaient là, et enfin, le passe magnétique de l’ascenseur, qu’elle rangea dans la poche intérieure de sa combinaison d’espionne Cette dernière, reçue lors de son dernier passage de grade, ressemblait à une tenue de sport sombre adaptée à son porteur. C’était le pied, pendant les infiltrations comme celles-là, surtout que le garde portait peu ou prou la même tenue qu’elle. Elle se redressait quand Sphax sortit de l’ombre après avoir semé le Piclairon, et d’un mouvement de tête, sa dresseuse lui indiqua qu’elle avait récupéré ce qu’elle cherchait. Ils pouvaient quitter les lieux.

Cependant, il semblait y avoir du remue-ménage près de l’ascenseur. Plusieurs gardes vêtus de noir s’y étaient rassemblés, empêchant les petits criminels en herbe d’y accéder. Vêtue à peu près comme eux, elle ne doutait pas de réussir à se fondre dans la masse si elle ne leur laissait pas suffisamment de temps pour réfléchir. Elle avait enfilé le chapeau du garde, cache-misère pour son épaisse chevelure, qui, d’u vague coup d’œil, l’identifiait comme travaillant ici. Elle ne résisterait pas à un examen un peu plus poussé, mais dans la panique, ça pouvait marcher. Comptant sur la chance du voleur, elle fit une rapide prière avant de courir vers les gardes. Certains tournèrent la tête vers elle, et elle les héla avant qu’ils n’aient le temps de comprendre qu’elle n’était pas des leurs.

« On a un assommé là-bas ! Caché entre deux containers ! »

Celui qui semblait être le chef tourna la tête vers elle, les yeux plissés, méfiant. Au temps pour la chance du voleur. Alors qu’il allait ordonner de l’attraper pour la ramener au bateau, Sokka lâcha un bref cri, tendant la patte vers un groupe d’élèves qui avait décidé de s’allier pour passer par la force. Au temps pour l’infiltration, bande de bourrins ! Dans un bel ensemble, les gardes s’interposèrent, et la brune sauta sur l’occasion pour courir vers l’ascenseur abandonné, droit devant elle.

« Moufflair, à toi ! »
« Smogogo, mine la zone ! »

… Y a pas à dire, ils savaient travailler ensemble, ces gardes ! En moins d’une seconde, un épais brouillard tomba sur le lieu de combat, et le sol devint rapidement aussi visqueux que collant, gênant considérablement sa progression. La matière gluante la collait au sol, l’empêchant d’avancer. Aileen s’entêta, cependant. Nul doute que tout l’ascenseur devait être gluant comme ça, aucun intérêt de chercher un autre chemin. Ses Pokémon avaient-ils pu passer ? La vache, avec ce brouillard, elle n’y voyait rien du tout, impossible de le savoir ! Au bout de plusieurs minutes de galère, quelque chose lui frappa la joue, la faisant grogner. Quelques pas devant elle, un léger cri se fit entendre. Le même que celui qui avait averti de la présence des élèves. Sokka.

« Sokka, je suis là ! »

A l’aveugle, elle tendit les bras dans le brouillard. Quelque chose lui frappa le bras gauche, la patte du Lucario sans doute, et elle le sentit saisir ses deux mains pour tirer d’un coup sec. Elle s’arracha de la glu avec un bruit absolument écœurant, et serait tombée par terre s’il ne l’avait pas retenue. En tâtonnant, elle trouva le panneau de commande de l’ascenseur, et sans réfléchir, elle plaqua la carte dessus tout en tapotant les touches à l’aveugle. Cela devait suffire, puisqu’une secousse lui fit comprendre que l’ascenseur s’était élevé. Elle put vite avoir un bel aperçu du carnage en bas. Les gardes s’étaient retirés, laissant les gamins se battre dans le Brouillard du Moufflair et s’empêtrer dans les Détritus du Smogogo. Eurk… Elle avait marché là-dedans ? Note à elle-même, bien nettoyer ses rangers en rentrant.

L’ascenseur continua de s’élever, et elle se rendit enfin compte qu’elle ne savait même pas à quel étage elle allait. Pas le temps de se poser la question qu’il s’arrêtait, et sans attendre, la brune sauta au-dessus des barrières qui s’abaissaient pour filer se cacher dans un couloir. Elle était trop visible, en plein milieu de l’ascenseur plat, autant ne pas prendre de risques. Mais elle ne savait toujours pas où aller. Quelle galère, sérieux ! Au hasard, elle poussait quelques portes, jetant un vague coup d’œil, cherchant quelque indication qui pourraient la guider sur une piste. Mais il n’y avait rien. Aucun ordinateur sur lequel récupérer un plan, personne en pleine discussion qui lui aurait permis de découvrir un truc intéressant sur l’emplacement d’un faux diamant, rien. Elle allait perdre par manque de chance. Une espionne incapable de faire son taf ; ah, elle est belle, la Grade 4 ! Se secouant mentalement, elle continua ses recherches au hasard, jusqu’à parvenir jusqu’à une grande double porte. Ah, ça c’était plus intéressant déjà. Un coup d’œil au hublot lui apprit que la pièce était aussi sombre que déserte. Silencieusement, elle entrouvrit une porte, laissant son Absol passer devant avant de se couler derrière lui, Sokka surveillant leurs arrières. Sans se presser, elle laissa ses yeux s’habituer à l’obscurité pour savoir où elle était, ne voulant pas se repérer en allumant la lumière. Mais Sokka, qui avait compris avant elle, soupira et appuya d’un coup sec sur l’interrupteur, illuminant la pièce et l’aveuglant momentanément. Quand elle rouvrit les yeux au bout de quelques secondes, ce fut à son tour de soupirer.

Ses deux Mascottes devaient vraiment avoir faim pour que ses pas la conduisent tout naturellement dans une cuisine.

« Tiens, du renfort ! C’est cool, tu vas pouvoir m’aider ! »

La brune sursauta, et ses Pokémon disparurent en vitesse. Quand elle se tourna, elle se retrouva devant un jeune garçon un peu plus grand qu’elle, et sans doute sensiblement plus vieux. Lui aussi était habillé en garde, mais si c’était un élève camouflé, elle ne le reconnaissait pas. La dépassant, il se saisit d’un gros sac, et leva les yeux vers elle pour qu’elle vienne l’aider. Il lui fallut moins d’une seconde pour se décider, et elle empoigna l’autre côté pour l’aider à porter le gros sac, qui pesait tout de même son poids, surtout pour deux gamins. A eux deux, ils quittèrent la cuisine pour s’engager dans le couloir en marchant en canard, Aileen baissant la tête pour qu’il ne puisse pas croiser son regard.

« C’est quoi ça ? » Il leva le regard vers elle, suspicieux. « J'ai commencé il y a quelques jours, j'étais principalement en bas, on vient juste de m'envoyer aux cuisines, du coup je suis un peu perdue... »
« Oh, toi aussi t’es nouvelle ? Je pensais être le seul ! C’est que mon troisième jour ici, je suis tellement content d’avoir été pris… » Il lui sourit à nouveau. « C’est la nourriture pour les Pokémon de la zone de conservation. Normalement, on utilise le monte-charge, mais il a été coupé, sans doute à cause des intrus qui se baladent. »
« Ooooh, alors c’est pour ça, tout ce raffut ? »
« Ouais ! Apparemment, madame Elsa-Mina et leur directrice sont parvenues à un accord. Madame Elsa-Mina a permis à la directrice d’organiser une compétition d’infiltration ici, parce que ça lui permet de tester la réactivité des gardes en cas de réelle intrusion. Ils sont ici pour piquer des faux diamants, donc c’est pas trop grave, mais ça pourrait l’être bien plus si c’était la Team Skull qui réussissait à passer, tu vois ? »
« Grave ! Avec tous les Pokémon ici, s’ils réussissent à passer, ça va être open-bar pour eux ! » Le garçon pouffa de rire, et la brune osa poser une question risquée. « Et du coup, ces faux diamants, ils sont bien planqués ? J’imagine qu’ils ne vont pas les leur offrir, non plus. »
« Ouais ! J’ai entendu dire qu’ils s’étaient tous rués vers les laboratoires. C’est con, c’est super sécurisé comme coin, il n’y a aucune chance qu’un diamant y soit planqué. »
« J’ai entendu dire qu’il y en avait un sur le toit. »
« Oh, non, le toit est inaccessible, sinon à dos de Pokémon Vol. Ce serait trop simple, ou trop dangereux. Par contre… » Il tourna la tête pour vérifier que personne ne l’écoutait.  « Ce matin, j’ai surpris une conversation, entre ceux qui ont placé les diamants, tu sais. Un mec a dit qu’il en avait planqué un au milieu des Météno. Franchement, bonne chance pour le retrouver ! »

Franchement… Bonne chance, en effet. De ce qu’elle avait retenu des quelques articles parlant des Pokémon d’Alola, les Météno s’entouraient d’une carapace qu’ils ne quittaient que tardivement dans le combat, et elle avait trop de cœur pour les frapper tour à tour afin de savoir lequel des Météno n’en était pas un. Elle avait cependant eu du bol, de tomber sur un adolescent bavard et bien content d’avoir quelqu’un de son âge à qui parler. Ce qu’elle faisait n’était pas très joli, mais le travail d’un espion n’est pas toujours très glorieux, malheureusement. D'un geste négligent, le garçon sortit un badge qu'il passa devant un lecteur. Il avait une pastille bleue. Son badge à elle n'en avait pas. Arrivés à bon port, il réutilisa son badge pour ouvrir la bonne porte, la confirmant dans son opinion qu'elle devait le récupérer pour atteindre les Météno. L'air de rien, elle aida son camarade à nourrir les Pokémon, avant de l’abandonner en prétextant avoir un truc à faire du côté des Noadkoko. Il avait grimacé, sans doute parce que ça devait être une sacrée corvée, de nourrir les Noadkoko. Elle avait dit ça complètement au pif. Ils avaient tellement de Pokémon locaux, ici, qu’elle n’avait pas douté de tomber sur un ou deux Noadkoko gigantesques !

Après quelques conseils d’usage, il la laissa partir, retournant sans doute vers la cuisine tandis qu’elle errait dans la zone de conservation, un nouveau badge à pastille bleu en poche. Elle lui avait subtilement fait les poches quand il s'était penché pour verser la nourriture dans un grand bac. Avec ça, elle aurait plus de facilités à passer les différentes portes de la zone. Et quelle zone, mes aïeux ! Un chercheur Pokémon se serait damné pour être à sa place. Derrière chaque vitre de verre se trouvaient des Pokémon différents, elle avait l’impression d’être dans un zoo. Des piafs multicolores, un Persian noir à tête ronde horriblement moche, un Sabelette glacé, un Goupix tout bleu qui aurait fait couiner d’amour les Mentali de l’école, et, enfin, les Météno. Tous endormis. Peut-être. Comment savoir, avec leurs carapaces rocheuses ? Prudemment, elle poussa la porte, et cette dernière, peu coopérante, lui fit l’extrême déplaisir de grincer, réveillant d’un coup tous les Pokémon, qui s’envolèrent dans un bel ensemble dans un concert de petits cris désagréables.

Génial. Tout simplement génial.

Les mains plaquées sur les oreilles, la Pyroli fit quelques pas dans la salle. Son espoir de trouver rapidement venait tout simplement de s’évaporer, et un regard au sol lui apprit que rien ne traînait par terre. A tous les coups, le diamant était caché dans une carapace qui lévitait avec les autres grâce à une corde ou à un système de ventilation discret. Ses Pokémon, qui l’avaient rejointe, reculèrent de quelques pas, lui signifiant qu’ils ne rentreraient pas dans la pièce. Le concert d’ultrasons des Météno était trop puissant pour leurs ouïes ultrasensibles de Pokémon. Elle se débrouillerait seule. Tranquillement, elle promena son regard sur la pièce, se posant temporairement sur un Météno avant de passer au suivant. Dans la pièce, il y en avait un faux. Il lui suffisait de trouver celui qui ne bougeait pas de manière complètement anarchique, qui tournait sur lui-même ou qui ne quittait pas vraiment sa position. C’était rendu compliqué par le fait que les vrais Météno, eux, bougeaient comme ils le souhaitaient, et à quatre reprises, quand elle pensait avoir trouvé le faux, la carapace fuyait sa main tendue pour voler à l’autre bout de la pièce. Mais elle finit par le trouver, après de longues minutes de recherches. Elle tendait la main vers celui qu’elle estimait être le faux, qui était en réalité un vrai qui le lui prouva en s’enfuyant, quand un autre Météno lui tapa l’arrière de la main. Il ne fuyait pas. L’air brassé par ses camarades le faisait bouger de manière assez erratique, mais il était le seul à ne pas fuir. Elle le saisit entre ses doigts, et le tourna pour l’ouvrir. Un petit diamant bleu en plastique lui tomba dans la main, lui arrachant un sourire de triomphe. Enfin, elle l’avait.

D’un geste vif, elle referma la fausse carapace, à présent délestée de son diamant, et elle quitta la salle des Météno, laissant ces derniers se remettre de leurs émotions. Un coup d’œil à Sphax, un high five à Sokka, et les voilà repartis. Sokka ouvrait la marche, détectant, grâce à son aura, les adversaires éventuels, Sphax restant à côté d’elle, calquant ses pas sur les siens, redevenant son ombre silencieuse. Ils allaient atteindre l’ascenseur quand Sokka s’agita, et d’un mouvement de patte, l’intima à le suivre. Sans poser de question, la Pyroli lui emboîta le pas, se penchant bien inutilement pour ne pas être vue. Ils s’engouffrèrent dans un accueil gigantesque, vide de clients ou d’hôtesses, pour passer juste après dans ce qui semblait être l’extérieur. Un jardin gigantesque, sans Pokémon, sans doute un joli coin de verdure pour faire de l’esbroufe aux donateurs, qui servait aussi de grande salle de pause aux employés. Mais elle n’avait pas le temps de faire du tourisme. Suivant toujours son Lucario, elle se retrouva cachée derrière une haie gigantesque. Juste à temps. Un groupe conséquent venait de sortir par le même passage qu’elle. Vu leur manque de discrétion et leur précipitation, sans doute des élèves. Ils étaient suivis de près par un groupe au pas plus lourd. Des adultes.

« Ils se sont planqués dans le jardin ! Vous trois, restez à la porte, c’est le seul moyen de rentrer dans le bâtiment. Les autres, avec moi, on va les retrouver ! »

Il y eut quelques bruits de bottes, qui se dispersèrent dans le jardin. Aileen ne se permit pas le moindre coup d’œil. Trois gardes à la porte, c’était trop. Impossible de les attraper par surprise, comme celui des docks. Chaque garde avait des Pokémon avec lui. Elle n’avait que Sphax et Sokka. Ils formaient un superbe duo et avaient prouvé leur efficacité… Mais ils n’étaient pas invulnérables. Et elle n’avait aucune Poké Ball pour les transporter en cas de mauvais coup. Si l’un de ses Pokémon était trop blessé, elle abdiquerait pour le sauver, elle le savait. Cependant, ils avaient oublié quelque chose. La porte était en effet le seul moyen d’accéder au bâtiment, mais la brune cherchait à retourner aux docks. Son regard se perdit vers le bord du jardin, et se fit doucement songeur. Il y avait une rambarde, facilement escaladable, juste là pour empêcher qui que ce soit de tomber par mégarde. Le regard de glace de son starter suivit le sien, et il accepta son destin avec son détachement habituel. C’était une excellente idée.

Sokka, par contre, ouvrit de grands yeux en comprenant son idée. Mais n’ayant rien de mieux à proposer, il ferma les yeux, et scanna la zone en utilisant son aura. Grâce à elle, il pouvait détecter tous les êtres vivants dans un rayon d’un kilomètre à la ronde, lui permettant de percevoir les pensées et d’anticiper les mouvements de ceux qui l’entouraient. Pour le moment, un rayon de quelques mètres lui suffisait. Il repéra avec aisance les quelques gardes près de sa dresseuse, et utilisa son aura pour influer par à-coups sur leurs émotions, leur instillant le doute. Avaient-ils bien fouillé le rosier, là-bas ? Et ce grand arbre, avaient-ils pensé à regarder en haut ? Oui ? Non ? Ça valait le coup de vérifier, quand même. Un à un, ils s’éloignèrent de la position d’Aileen pour se rapprocher des différents endroits où les autres élèves étaient cachés. D’une pierre deux coups. Ils lui ouvraient la voie, et ils mettaient hors-jeu ses concurrents.

« Bravo Sokka, t’es un génie ! Je savais pas que tu pouvais faire ça… »

Le Lucario bougea à peine la tête, seul signe de son contentement évident. Il aimait les compliments, surtout après avoir passé tant de temps à se dévaloriser face au Lucario de Cael qu’il avait pris pour modèle. Quand un premier cri d’alarme retentit, il la poussa dans le dos, et elle se leva pour bondir de sa cachette et courir vers la rambarde. Personne ne faisait attention à elle. Il y eut un autre cri d’alarme, mais à son encontre, cette fois. Trop tard. Elle avait escaladé le rebord et sauté dans le vide, en verrouillant fermement son estomac qui menaçait de relâcher la pression. Les bras de son Lucario se refermèrent avec force autour de sa taille, et il les propulsa en avant d’un Vive-Attaque qui les éloigna des quais. Sphax, qui l’avait imité, se trouvait non loin d’eux. L’eau se rapprochait à vitesse maximum, et son Absol brilla. Détection. Il heurterait l’eau avec violence, mais son attaque absorberait le gros du choc. Pas la peine de dire à Sokka ce qu’elle attendait de lui. La pression de sa patte se resserra, l’empêchant presque de respirer, et l’autre se tendit, effleurant sa tête, tandis qu’un léger bouclier irisé se formait autour de lui. D’eux deux. Abri. Ils heurtèrent l’eau dans un fracas bouillonnant, à une distance respectable du quai, et quelques secondes plus tard, la tête de la brune émergea de l’océan en crachotant. Brrr… Glacé !

Elle rejoignit le quai en quelques brasses, et comprit vite que c’était trop haut pour qu’elle remonte. Sans s’en émouvoir – son plongeon avait complètement émoussé le reste, à vrai dire – elle contourna les quais à la nage jusqu’à retrouver l’échelle qu’elle avait vu quand elle cherchait un moyen d’entrer. Il lui fallut plusieurs minutes d’une nage maladroite pour la retrouver, et se hisser à bord de l’île à bout de souffle pour s’étaler au sol histoire de se remettre de ses émotions. Elle avait réussi. Presque. Elle avait son diamant (une rapide fouille lui confirma qu’elle ne l’avait pas perdu dans la chute) et elle se trouvait sur les quais. Il ne lui restait plus qu’à retourner au bateau pour donner son diamant au Général, et l’infiltration foireuse serait terminée. Il lui fallut beaucoup de motivation pour se relever et se remettre à marcher vers le bateau. Elle y était presque. Elle y était presque. Elle y était…

« Piclairon, attaque Balle Graines ! »

Il y eut une lumière blanche, et l’averse commença. Sokka la poussa dans le dos d’une bourrade brusque pour l’obliger à s’enfuir en courant, avant de se tourner pour protéger sa fuite d’un Abri. Qui échoua. C’était son deuxième, après le saut de la foi, et il était rare que deux Abri fonctionnent à la suite… Voyant son camarade en difficulté, Sphax fit souplement volte-face pour le rejoindre, secouant la tête pour trancher en deux une des nombreuses graines qui s’abattaient autour d’eux. Les poings du Lucario brillèrent, et un premier coup de poing fit éclater une graine. Un deuxième suivit. Un troisième. Ses Poings-Boosts furent de plus en plus rapides, et s’ils ne vinrent pas à bout de la tempête, ils permirent à Aileen de fuir avant la fin. Fuir. Elle se sentait lâche de fuir, mais elle savait qu’elle ne ferait que gêner ses Pokémon. Alors elle s’était planquée entre deux containers pour reprendre son souffle.

« Ignore-les, rattrape la fille ! »

Le gros oiseau caqueta, et passa au-dessus d’eux pour poursuivre leur dresseuse. Grossière erreur. Sphax se démultiplia d’un Reflet, coupant la route au volatile, qui se stoppa d’un coup sec, tournant la tête vers son dresseur pour savoir quoi faire. L’Aurasphère de Sokka le cueillit entre les pattes, le faisant s’envoler pour retomber un peu plus loin, groggy mais pas blessé, ce qui n’empêcha pas son dresseur de courir vers lui pour s’assurer qu’il n’avait rien, laissant les deux Pokémon faire volte-face et s’enfuir pour rejoindre la jeune criminelle en herbe, qu’ils retrouvèrent avec aisance. En les voyant revenir, la brune sourit, et se remit debout en tremblant. C’était quand même beaucoup d’émotions fortes pour une seule soirée. Ils se remirent en route, plus lentement qu’au départ, rasant les containers de près pour ne pas prendre le risque de recroiser un garde. Elle était tout près. Si près du bateau ! Elle pouvait y arriver, elle le savait. Le bateau fut bientôt en vue, et toute à sa joie, la Pyroli oublia toute notion de prudence en constatant qu’il n’y avait personne. A moins que les autres ne soient remontés dans le bateau ? Qu’importe ! Elle avait réussi ! Son pas s’accéléra, et elle se mit à courir. Courir vers le bateau. Courir vers la fin de l’infiltration.

Le sol se déroba sous ses pieds.

La brune n’eut pas le temps de crier. Se sentant en chute libre, son corps réagit par réflexe, et elle se roula en boule avant de se détendre, atterrissant au sol avec lourdeur, mais sans rien se casser, se réceptionnant sur les pieds et les mains, à la manière d’un chat. Le diamant bleu lui échappa pour rouler au sol sans un bruit. Après quelques secondes de flottement, elle se redressa en grimaçant, récupérant le diamant pour le remettre en sécurité dans sa poche. La vache… Ça lui apprendrait, tiens, à baisser sa garde comme une débutante. Elle était tombée dans un piège tellement grossier qu’elle se blâmait de ne pas l’avoir vu. Les parois étaient trop hautes pour qu’elle remonte à bout de bras. Heureusement, elle n’était pas seule : les têtes de ses Pokémon apparurent au-dessus d’elle, la fixant avec inquiétude. D’un léger jappement, Sphax s’enquit de sa santé. Etait-elle blessée ?

« Non, ça va… Par contre, je vais avoir du mal à sortir. Une idée ? »

Les deux Pokémon se regardèrent, et elle sentit quelque chose frôler son esprit. L’aura de son Lucario, qui lui transmettait, de manière très malhabile, ses quelques idées. Elle revit la chute dans l’eau, le quai, le contour, l’échelle de corde. L’échelle de corde ! Mais oui ! La brune esquissa un sourire joyeux, que son Lucario lui rendit.

« Excellent plan, Sokka ! Va la chercher, tu distingueras mieux les gardes avec son aura. Sphax, reste ici et monte la garde, il ne faudrait pas qu’on me capture si près du but ! »

Ils hochèrent la tête, puis disparurent. Au bout de quelques minutes, elle s’assit dans son trou, et finalement, se coucha sur le dos, fermant les yeux pour tenter d’entendre les pas feutrés de son starter. Elle n’y arriva pas. Sphax était trop discret. Les Absol étaient connus pour leur grande discrétion, et son entraînement de Pokémon espion n’avait pas arrangé les choses. Doucement, ses pensées divaguèrent. Le fait d’être tombée lui faisait-il perdre un temps fou ? Allait-elle se faire sucrer la première place ? Elle s’en fichait. L’important, c’était le résultat, et tant qu’elle donnait le faux diamant à sa référente, le reste n’avait aucune importance. Un léger jappement lui fit rouvrir les yeux. Sphax, et Sokka, qui déroula l’échelle de corde, maintenant fermement les deux bouts pour l’empêcher de tomber. Se remettant debout, la brune escalada l’échelle en vitesse, et enfin, put mettre pied à terre. Un sourire reconnaissant remercia ses deux Pokémon, et Sokka laissa tomber l’échelle au fond du trou. Chacun sa merde. Se pressant, mais sans faire de nouvelles folies, ils se hâtèrent de rejoindre le bateau, où le Général Jackie les attendait.

Et quelqu’un s’interposa, la faisant piler pour ne pas lui rentrer dedans. Une main se referma avec force autour de son poignet, et elle se fit violence pour ne pas balancer l’outrecuidant par terre. Malgré sa stature d’armoire à glace, il s’agissait d’un élève, accompagné d’un Quartermac, qui pensait tenir Sphax en respect de par son type avantagé. Sphax. Sokka avait disparu. Il avait dû sentir l’enquiquineur, et s’effacer en comprenant qu’il ne pourrait pas prévenir sa dresseuse à temps. Alors il attendait le bon moment pour agir. Indubitablement, il devait s’agir d’un nouveau. Tout le monde savait que la préfète en chef était la seule personne de l’académie à posséder un Absol chromatique… Et qu’il ne faisait pas bon de chercher des noises à la préfète en chef. Malheureusement, il s’agissait d’une compétition, et il allait le comprendre de la pire des manières.

« Donne-moi ton diamant. Sinon ton Absol va prendre cher. »

Aileen baissa la tête… Et se soumit. Elle récupéra le diamant dans sa poche et le tendit au garçon, qui, satisfait d’obtenir un diamant sans devoir se casser la tête, desserra sa prise tout en tendant l’autre main pour s’en saisir. Le bras enserré de la Pyroli se retourna pour lui saisir le poignet, et elle l’attira vers lui tandis que l’autre main, qui tenait le diamant, se refermait pour frapper sèchement dans son plexus, le faisant se pencher en avant par manque d’air. Elle le poussa d’un geste brusque, au moment où Sokka, d’une Vive-Attaque, bondissait sur lui pour le pousser vers le bord du quai. Il aurait pu retrouver son équilibre si la Pyroli, impitoyable, n’avait pas tendu sa jambe en avant pour lui faire un croche-pied. Il trébucha dessus, fit quelques moulinets avec les bras, et tomba dans l’eau, produisant un son très agréable aux oreilles de la petite espionne. Son gros singe le rejoignit quelques secondes plus tard, la Coupe Psycho de Sphax l’ayant envoyé dans le décor, ou plutôt dans l’océan. Sarcastique, la Pyroli se pencha en avant pour le regarder barboter.

« Ça t’apprendra à t’attaquer aux jeunes filles, gros lâche. »

Avec un léger éclat de rire, elle l’abandonna à son triste sort pour rejoindre sa référente. Elle ne savait pas si le Général Jackie avait vu ce qu’il venait de se passer. En un sens, elle l’espérait, pour que le jeune imprudent apprenne ce qu’il en coûtait de s’attaquer aussi lâchement à quelqu’un. Le diamant changea de main, et enfin, la Pyroli se sentit libre. Elle avait fini son infiltration. Elle avait réussi à récupérer le diamant et à revenir, malgré les difficultés évidentes qu’elle avait rencontrées.

Elle pouvait enfin se reposer.

Informations HRP:
 

_________________

Sing me to sleep ★ Remember me now, time cannot erase, I can hear your whispers in my mind, I've become what you cannot embrace, our memory will be my lullaby.
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2317
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Dim 20 Aoû - 20:53
''Bonjour, monsieur Joy. Votre mission, si toutefois vous l’acceptez, consiste à vous infiltrer dans une base surprotégé d'une organisation, dont les dirigeants même de la Fédération Ranger approuvent l'action sur le territoire d'Alola. Cette dernière disposant de moyens colossaux, attendez-vous à de multiples obstacles. Si vous échouez, notre organisation niera tout lien avec vous, ou vos équipiers.''

Voila le genre de message que j'aurais aimé recevoir...Mais c'est pas vraiment le genre de Jackie. À la place, elle nous a tout bonnement laissé mariner durant tout le trajet, sans nous lâcher la moindre information. Mais moi, je veux savoiiiiiiiir ! Sur le panneau d'annonce, la référente Pyroli avait tout bonnement évoqué une ''épreuve d'infiltration'' au sein du Paradis Aether. Et après plusieurs semaines à parcourir Alola (Le camping, c'est la vie...Surtout dans un arbre), autant vous dire qu'il n'en fallait pas plus pour éveiller ma curiosité : Après tout, les employés d'Aether ne sont pas très différents d'une petite troupe de Rangers, les Capsticks en moins. Une mission d'infiltration, ça reste dans mes cordes et en plus, ça a l'air rigolo...Après autant de temps à me balader dans Alola, rien de mieux pour s'entrainer et relever un vrai défi (Et en plus, j'aurais une super excuse pour retourner au restaurant d'Akala, si je gagne) !
Lorsque finalement les contours de l'île artificielle gigantesque commence à  se dessiner au loin, l'excito-mètre semble connaitre un véritable bond en avant sur le pont du navire : vu sa taille et les moyens dont dispose la Fondation, on peut s'attendre à tout à l'intérieur. Si ça se trouve, ils ont mis des lance-flammes, des Pokémons mangeurs d'hommes et un rayon de la mort (Jackie a bien essayé de nous faire dévorer dans une grotte l'an dernier...J'suis sûr qu'elle a eu des taaaaas de nouvelles idées, depuis) !

''Wooooops ! Mithos, tu patientes encore deux minutes !''

En même temps, je peux comprendre le Négapi chromatique : rien qu'à l'approche du débarcadère, j'aurais presque envie de plonger par-dessus la rambarde du bateau...Ben quoi ? On nous a bien demandé de nous infiltrer là-dedans, non ? La grand-porte, c'est pas un peu évident comme approche ? C'est une base de scientifiques mystérieuse et imposante, y'a forcément une porte de derrière pour pouvoir évacuer lorsque le héros active le dispositif d'auto-destruction.
Hein ? Où est Lucki ? Ah, euh....Disons qu'on s'est mis d'accord sur un fait : même s'il serait d'une aide précieuse sur cette mission, sa taille imposante risque de limiter nos déplacements à l'intérieur de ce batîment. Suffit de voir ce qui s'est passé, lors du passage dans la base des kidnappeurs, il y a deux ans: à peine entré, il avait préféré me laisser en solo, vu l'attention qu'il attire avec ses déplacements pour le moins...directs. Et ne me parlez même pas de Sol, il serait capable de nous faire repérer pour le simple plaisir de voir Jackie s,occuper de mon cas.
Non pour cette mission, j'ai décidé d'être un peu joueur et d'embarquer un certain duo : avec Martel et Mithos, l'élément de surprise devrait être de mon coté. Et dans le pire des cas, ils seront sûrement capable de provoquer un chaos suffisant pour détourner l'attention de mes mouvements....Ouais, on va éviter d'en arriver là (Si la base finit au fond de l'océan, Jackie serait capable de me poursuivre à la nage).
La descente se fait sans heurt et, au milieu du petit groupe de participants, me voila prêt à récupérer les dernières informations nécessaires à notre mission !

''Des diamants ?!''

Vous pensez qu'on peut les garder, après la compétition ? Non parce que s'ils sont aussi gros que celui que Jackie vient de sortir, y'a de quoi acheter au moins 100...1000...Non, un million de Malasadas dans la meilleure pâtisserie d'Alola ! Ok, changement de programme, les enfants : on récupère un diamant si on peut...mais tout ceux qu'on trouve, c'est notre trésor !
Le départ ne va pas tarder à être donné, tout le monde se masse devant la porte....

''Dégage de là, Joy.''

...Ah oui, tout le monde, ça implique aussi Joris, malheureusement. À croire que cette montagne de muscles s'est encore arrangé pour venir me gâcher le plaisir, plus qu'à espérer qu'il la joue réglo (Autant me demander de sauter mon encas de 14h15). Mes deux coéquipiers ont même un petit mouvement de recul, lorsque leur ex-tortionnaire nous dépasse pour se placer en première ligne.

''Eh...Vous inquiétez pas. J'vous jure qu'il ne recommencera pas...plus jamais. Et puis, s'il essaye, tu lui feras sa fête, hein Mithos ?''


Pff...Je devrais pas sourire comme ça, mais il est vraiment beaucoup plus mignon que terrifiant, à se placer devant sa soeur comme ça, poings serrés : rien qu'avec son regard, le Négapi chromatique pourrait probablement foutre le feu à la base tout-entière. Et étrangement...Martel n'a pas l'air aussi effrayée qu'à l'accoutumée. Tout au plus légèrement stressée, à l'idée de ce qui va suivre, elle ne cesse de détailler la gigantesque porte de haut en bas. La dernière fois qu'elle m'est venu en aide, elle a réussi à détourner l'attention d'une troupe entière de Pokémons Combat, de frire un Pandarbare par surprise et de couvrir notre fuite en anticipant le moindre problème...Si on combine ça avec les capacités acrobatiques et la souplesse de son frangin, il semblerait que j'ai fait le bon choix, en les choisissant. Ok...On respire...On se calme...C'est parti !
Au signal de Jackie, la troupe s'élance, prête à investir les lieux. Pas de gardes en vue dans le Grand Hall, je présume qu'ils se mettront en mouvement quand on...Woah, c'est immense, ici ! On pourrait faire tenir trois fois le dortoir Phyllali, juste dans l'entrée. Tout le monde se disperse déjà dans les couloirs environnants...Bon, on établit un plan d'action. Je pourrais foncer au hasard comme le reste des élèves présents , mais ça me semble le meilleur moyen de tomber par hasard sur un garde, qui rêve de ramener un petit élève à la Générale pour le voir se faire pulvériser vocalement !

''EH, JOY !''

Encore lui ? Tu peux pas lâcher l'affaire, Joris, ça devient...*Glumps* Pourquoi il a sorti son Branette ? Et pourquoi est-ce que je ne le sens pas, mais PAS DU TOUT !

''Tu sais comment ça marche, la chasse ? Faut un appât minable, pendant que tu contournes ta cible. T'inquiète, je penserais à toi, sur le podium !''

Avec un sourire mauvais, le Phyllali se contente d'un signe à son Pokémon, juste avant que ce dernier ne libère un crissement sonore, qui vient brutalement rebondir contre les murs du hall : comme une cage de résonance, l'entrée se transforme en véritable haut-parleur et vu le boucan, impossible que les types chargés de protéger l'endroit ne se déplacent pas en masse !
Sans plus attendre, Joris disparait derrière une porte, juste avant que cette dernière ne se referme derrière lui, laissant quelques autres élèves indécis, au prise avec un sérieux problème d'entrée de jeu. Pas le temps de se plaindre, faut trouver une solution !

''Martel, tu prends le couloir est, Mithos l'ouest...Si quelqu'un approche, vous revenez en vitesse. Faut absolument trouver un accès aux conduits.''

Dans les films, c'est toujours la meilleure solution. Une fois dans les conduits d'aérations, on devrait pouvoir se déplacer un peu plus discrètement et surtout naviguer d'un bout à l'autre du batîment sans avoir besoin d'utiliser un passe à chaque porte. Le temps que mes équipiers se mettent en position, j'ai déjà longer l'intégralité du mur le plus proche, sans repérer la moindre entrée dans les panneaux immaculés. Avec l'aide de Lucki, j'aurais pu scanner tout ça en quelques secondes, mais il est un peu trop gros (Ça, je vais le payer plus tard) pour pénétrer à l'intérieur...AH !

''Par là !...Doucement Mithos, t'es pas obligé de la pousser comme ça !''

Un simple cadre de métal grillagé marque l'emplacement de l'une des canalisations métalliques qui véhiculent la climatisation dans toute la base. Il est bien maintenu en place par quelques vis, il faut que je trouve un moyen de l'ouvrir et...*BOOM*...Ou Mithos peut la faire sauter d'une Boule Elek, oui, c'est vrai. Sans attendre, je me hisse à hauteur de l'ouverture (Pas bien large, va falloir me contorsionner un peu), avant d'aider mes deux équipiers à faire de même. Au prix de quelques tortillements, je parviens à dépasser le panneau de métal encore fumant, avant de le replacer maladroitement dans son ouverture. Ça ne fera pas illusion très longtemps, mais vu le souk général dans le hall, il y a peu de chances que les gardes examinent immédiatement une simple plaque de métal, encastré dans un coin de ce hall gigantesque.
Rampant à la suite du duo de chromatiques (C'est pas juste, eux, ils peuvent carrément se tenir debout là-dedans), nous finissons par atteindre une jonction entre plusieurs conduits. Et sans le réflexe de Martel pour stopper son frère, les pas de son dernier sur une grille métallique aurait sûrement attiré l'attention du duo de ardes en uniformes blancs, qui se tiennent juste en-dessous de notre position. Pitié, faites qu'ils ne lèvent pas la tête !

''Pff...C'est stupide.''

''Tu l'as déjà dit...''

''Non mais, c'est vraiment stupide.''

''...cinq fois.''

''J'me suis pas engagé pour jouer les babysitters ! Si la patronne voulait tester son système de sécurité, elle n'avait qu'à engager de vrais pros. Et pas laisser une troupe de morveux venir foutre le bordel dans les labos !''

''T'as jamais été jeune, toi ? Ça leur fait plaisir, ça nous coûte rien et c'est plutôt amusant.''

''Tu parles. J'aurais dû me faire porter pâle, ça m'aurait évité de participer à cette blague. Qu'est-ce qu'on a l'air con...Une équipe à chaque intersection avec tout l'équipement réglementaire ,contre une bande de gamins...''

Okaaaaay. On va éviter de rejoindre les couloirs. Sauf que, dans cette situation, trouver l'emplacement des diamants et éviter les pièges risquent d'être encore plus compliqué que prévu.

''Piiiiii--*Hmpf*''

''T'as entendu ?''

''Eh, détends-toi. Si tu sursautes à chaque bruit, ça va vraiment être long comme journée.''

''Mais on nous a demandé de prendre les choses au sérieux...''

''Oh, la ferme !''

Je ne pourrais pas dire mieux. La main plaqué sur la bouche de Martel, j'ose à peine respirer tandis que le duo qui se tient sous notre position, commence à s'éloigner vers l'intersection suivante. Trois, quatre, cinq...Pfiou. Je ferais bien une scène à Martel mais ce qu'elle me montre, une fois libérée, suffit à doucher mon énervement : de la patte, la petite Posipi me désigne une sorte de panneau parcourue de lignes colorés, au travers des intersections de la grille...Un plan de l'étage ! Exactement ce qu'il nous faut...Alors, de ce que je vois, on dirait un véritable quadrillage. Donc avec un garde à chaque croisement, impossible de se déplacer pour chercher l'emplacement de nos diamants. On a des labos, des salles de réunions, des salles de vies, des couloirs...un vrai labyrinthe, donc.
Une minute. Dans l'angle, là...C,est une caméra, ça ? Non, Mithos, ça veut pas dire que je veux que tu la grilles ! Si tu fais ça, autant agiter un gros panneau lumineux devant pour dire aux gardes où se trouve l'une de leur proie. Non, ce qui m'intéresse..C'est que s'il y a des caméras, il y a aussi forcément une salle centrale qui permet de centraliser les images. En suivant le câble, on devrait l'atteindre sans trop de mal et une fois sur place...On saura enfin à quoi on a affaire.

(Ok, tu sais ce que tu as à faire...)

''Yeah, this dream will last forever,
And this dream will never die♪''


''Piiii ?''

''We will rise to meet- Eh, qu'est-ce que tu fais là, toi ? Tu t'es perdue, p'tit bout ?''

''Posi...PI !''

*ZAAAAAAAAP*


''Euh, Martel..je voulais juste que tu fasses diversion. Désolé monsieur...''

Je crois pas qu'il puisse m'entendre, là : vu la puissance de la décharge électrique que Martel vient d'infliger à ce pauvre garde, il va passer un bon moment dans les vapes. Pour compléter le tableau, Mithos ne se prive pas pour s'accaparer un peu de la gloire de l'instant et enchaine avec un Frotte-Frimousse. Même si ce pauvre homme se réveille, il y a peu de chances qu'il puisse intervenir avant un moment.
Rejoindre la salle des caméras aura été plus facile que prévu, mais une fois sur place, un dernier obstacle s'est dressé sur notre chemin : le vigile en charge des caméras n'était pas trés concentré à son poste, mais la combinaison de Croco'larmes et de Fatal-Foudre de Martel a largement suffit pour le mettre hors-jeu. Il ne me restait plus qu'à me laisser glisser hors du conduit, pour pénétrer au cœur de la surveillance ennemie.
Il y a au moins une quinzaine d'écrans, qui enregistrent tous les déplacements à l'intérieur des quatre étages de la base. Sur certains d'entre eux, on peut apercevoir quelques gardes qui se déplacent selon leurs rondes, mais Martel ne tarde pas à attirer mon attention sur certains panneaux : c'est extrêmement bref, mais apparemment, mes camarades se sont bel et bien arrangés pour investir chaque centimètre carré des lieux. Me remerciez pas, les gars, j'viens de vous rendre invisible sans le vouloir !
Il y a même quelques écrans qui pointent sur les pièges imaginés par Jackie : des portes closes...un couloir rempli de Chuchmur endormis...Quoi, elle a même amené un Ronflex pour bloquer un couloir (Cette femme n'a aucune limite.) ?! Et finalement, ce sera Martel qui en examinant un à un les écrans, finit par repérer une salle circulaire, avec en son centre...

''...Ils se rendent compte que c'est incroyablement cliché ?''

Quatre gardes qui tournent autour d'un espèce de coussin de velours rouge sur lequel repose le diamant, dans un laboratoire rempli de machines improbables...Manquerait plus que le trône du grand méchant, ou une machine à cryogéniser ses ennemis, tiens. D'après le réseau de caméras, la salle H3LL se trouve au troisième étage et il faut emprunter l'ascenseur pour la rejoindre...Ascenseur qui exige un passe.

''J'peux vous l'emprunter ? Dites non, si ça vous dérange, hein.''

pas de réponse ? Bon, ben merci monsieur le garde dans les vapes, vous êtes super sympas de me prêter votre passe personnel ! Maintenant, il ne nous reste plus qu'à nous mettre en route pour cet ascenseur, et en plus, il est juste au bout du couloir ! Les choses deviennent enfin un peu plus faciles, c'est parfait.

'' Kenny ? *Bang, bang, bang* Eh, Kenny, ça va ?''

...Oubliez ce que je viens de dire : la porte de la salle est peut-être fermée électroniquement, mais avec l'absence de réponse de la belle au bois dormant, ses collègues qui se massent derrière la porte vont finir par avoir des doutes. Mithos se place déjà, poings en garde devant le panneau métallique, prêt à les recevoir...Nop, désolé bonhomme, on a aucune chance !
Attrapant le duo de chromatiques, je parcours la pièce du regard, avant de plonger dans une armoire à double battant, qui jouxte le panneau de contrôle des caméras. On a vu mieux comme cachette, mais vu que la porte s'ouvre avec un bip retentissant une seconde après mon bond, je vais pas m'en plaindre !
Au travers des interstices de la porte, je discerne les silhouettes d'au moins trois gardes, qui ne tardent pas à pousser de hauts cris en découvrant le corps de leur collègue évanoui.

''Kenny ? Ils ont buté Kenny !''

''Espèce d'enfoiré !''

''Arrêtez vos conneries, tous les deux, il est seulement dans les vâpes ! Ok...Roger, tu remontes à l'étage et tu fais venir un nouveau tech' pour gérer le réseau de caméras...Merde, les conduits ! Prévenez toutes les unités que nos ''visiteurs'' se déplacent dans le circuit d'aération du premier étage ! Et envoyez-moi des Smogos à l'intérieur !
Berny, tu restes là et t'essayes de réveiller Kenny, je reviens avec du renfort ! Et garde un oeil sur les écrans, aussi !''


Euh..Attendez, comment ça, ''tu restes là'' ? Ah non ! Non, non, non, non ! Déjà, on est assez serré à trois dans cette armoire, mais si en plus, il faut en faire une résidence permanente, ça va pas le faire ! En revanche, je ne vais pas me priver pour récupérer un tournevis et une espèce de câble de pêche brillant qui trainent à l'intérieur...On ne sait jamais.
Malheureusement, il semblerait que ''Berny'' est un bon garde respectueux de la hiérarchie : après avoir vaguement tenté de secouer son collègue évanoui, il se met à lui assener de grandes claques en grognant sous l'effort, dans l'espoir de le réveiller. Je vais pas passer ma vie dans cette armoire, il faut trouver une solution...Et pas tout seul.

''Martel, Mithos...Machination. Si vous avez une idée après ça, je suis preneur.''

Subitement, le regard que les deux petits chromatiques échangent ne me rassure ABSOLUMENT pas. Même Martel a l'air profondément machiavélique, sous cete éclairage. Et lorsque le duo se remet en mouvement avec une extrême lenteur, mes craintes s'en retrouvent confirmées.
Pas à pas, les petits chromatiques descendent de mon épaule, pour rejoindre la porte de l'armoire. Puis, toujours aussi lentement, les voila qui entrebâillent cette dernière, dévoilant une silhouette massive (On dirait presque un Ursaring), qui nous tourne le dos et observe les écrans, tout en tapotant mollement la tête de son collègue. Impossible de rejoindre la porte, au premier bruit, il risque de se retourner...Enfin, tout dépend de l'ampleur du bruit !
En un éclair, les joues des deux petits chromatiques se mettent à crépiter et juste avant que Berny ne pivote, les étincelles libérées viennent frapper le bas du panneau de contrôle qui se trouve juste à coté de notre cachette. On aurait allumé un feu d'artifice dans la pièce, que le résultat aurait sûrement été moins impressionnant :l'intégralité des écrans se mettent à clignoter et certains vibrent tellement qu'on dirait qu'ils vont exploser. Sous le coup de la surprise, le garde manque de tomber en arrière et, alors qu'il se précipite vers l'extincteur qui se trouve de l'autre coté de la pièce, je me projette en avant au travers de la porte laissée ouverte, rapidement rejoint par le duo de type Eleck.
De l'autre coté de l'ouverture, une bordée de jurons (Et de mousse anti-incendie) m'encourage rapidement à mettre la plus grande distance possible entre cette pièce et mon équipe...Direction l'ascenseur !

*******************

''Bon, vous avez compris ce que vous avez à faire ? Martel, tu attends mon signal, Mithos, tu fais au plus vite.''

Rejoindre le troisième étage n'aura pas été de tout repos : chaque seconde dans l'ascenseur représentait un vrai risque pour nous tous et lorsque les portes se sont enfin ouvertes, j'ai été obligés de me plaquer contre la paroi la plus proche, lorsqu'un bruit de pas a retenti dans le couloir adjacent.
En me basant sur les images des caméra, j'ai réussi à trouver un nouvel accés aux conduits d'aérations et après une petite séance de reptation, à rejoindre ceux qui surplombent le labo H3LL...et notre cible.
Comme prévu, les quatre gardes présents sont sur le qui-vive et plus longtemps je reste dans ce conduit, plus je cours le risque que les choses tournent mal. Le plan est un peu risqué, mais s'il fonctionne, on pourra repartir, ni vu, ni connu : grâce au filin récupéré dans l'armoire, Mithos va pouvoir descendre suspendu à ce dernier jusqu'au diamant. Une fois qu'il l'aura attrapé, je n'aurais plus qu'à le remonter. Et les gardes, me direz-vous ? L'avantage des conduits d'aérations, c'est qu'on a aussi accès au réseau électrique : à mon signal, Martel n'aura plus qu'à entrer en scène pour plonger la pièce dans le noir le plus total.

''Attention...Tenez-vous prêt...Go !''

*BZZT*

''Eh,  que...''

''Bordel, marche pas là, c'est mon pied !''

''La lumière ! Rallumez la lumière !''

En douceur...En douceur...Centimètre par centimètre, Mithos se rapproche de l'objectif. Et lorsqu'au bout de ma ligne, un léger soubresaut vient faire trembler le tout, il ne me reste plus qu'à remonter ma prise ! Oh hisse !

*BZZT*

''Hmpf...Qu'est-ce que tu dirais de descendre de là, petit ?''

Qu'est-ce que...C'est quoi, ces trucs sur la tête de ce type ? À l'instant où la lumière fait son grand retour pour révéler trois gardes complétements désorientés qui se tiennent les uns les autres, je me retrouve complétement à découvert, arc-bouté dans l'ouverture de mon conduit. En contrebas, Mithos est complétement prisonnier des bras du quatrième, qui arbore une sublime paire de lunettes à vision nocturnes....Mince, c'était pas prévu, ça.
Sans préavis, le gardien de mon Négapi tire brusquement sur la corde qui relie ce dernier à mes bras. Pris de court, je me retrouve entrainé vers le bas, et je me serais sûrement étalé de tout mon long sur le piédestal du diamant, si deux de ses collègues ne m'avait pas attrapé au vol. Néanmoins, au même instant, Mithos profite du relâchement de son geôlier pour mordre sauvagement sa main gantée, avant de s'extraire de sa prise avec un ''Pi'' vengeur ! Je sais qu'il veut se battre pour me défendre, mais rien qu'à voir mon regard, le chromatique comprend la gravité de la situation et se précipite vers la porte, avant de disparaitre dans le couloir. Dans le même temps, le garde qui tentait de se hisser dans l'ouverture du conduit, laisse échapper un juron, me signalant que Martel a dû prendre la poudre d'escampette.
Je tenterai bien de me débattre, mais vu comme ils me tiennent, mes pieds touchent à peine le sol.

''Désolé fiston, mais...T'as perdu.''

''Si je vous demande gentiment de me laisser partir, ça marche pas ?''

''Nop. T'as peut-être l'âge de mon gamin, mais ta prof est encore plus terrifiante que Saubone...je préfère ne pas prendre de risques. On va le ramener à l'entrée, pendant que Liam va voir le générateur. On revient vite, Jack, tu gardes la pièce un moment. ''

C'est mal parti...Genre, très mal parti. J'ai pas assez d'amplitude pour me dégager, Martel et Mithos sont invisibles et une fois qu'ils m'auront ramené au premier étage, tout espoir de leur échapper risque de s'envoler en fumée. Réfléchis, réfléchis...
Plus la porte se rapproche, plus la panique se fait sentir...Encore dix mètres...cinq mètres...trois mètres...un mètre...C'est foutu.

''T'en fais pas, petit, tu t'es pas trop mal débrouillé. J'le dirai à ta prof, je suis sûr qu'elle sera compréhensive.''

Ah ah ah. Jackie compréhensive ? Ça me ferait presque rire, si je n'étais pas en train de désespérer. C'est fini, les portes de l'ascenseur s'ouvrent, ils n'ont plus qu'à entrer dans la cabine et...

''C'est quoi, ça ?''

''Ça'', c'est un duo de Posipi et de Négapi, qui se dressent de toute leur hauteur (Au moins 40cm) face à mes gardiens. Puis, sous le regard perplexe de ces derniers...Ils semblent se mettre à danser. Leur synchro est parfaite, leurs mouvements amples et en plus, ils ne cessent de me fixer en le faisant. Et lorsque subitement, le garde de droite se met à se trémousser lui aussi, je comprends finalement ce qui se passe !
En quelques instants, impossible pour les deux hommes de conserver leurs prises sur mes vêtements, ils se mettent à bouger en rythme avec mes deux Pokémons, sans pouvoir s'en empêcher. Une fois hors de leur portée, je fais signe aux deux chromatiques de me rejoindre et ces derniers s'exécutent, tout en inversant de place avec le duo de gardes, qui se sont lancé dans un tango endiablé. Mains dans la mains, les deux hommes semblent complétement perdus et lorsque je passe rapidement la main sur tous les boutons, celui qui dirigeait les opérations me lance un regard stupéfait...et un peu respectueux, on dirait. La porte commence à se refermer et bientôt, la cabine commence à descendre chaque étage vers le premier...Avec les arrêts, on devrait avoir le temps de mener à bien la suite du plan.

''Super bien joué, vous deux. Dès qu'on rentre, j'vous dois une montagne de gateaux...Promis !''

Maintenant qu'on peut reprendre la mission, il va falloir trouver un moyen simple, rapide et efficace de neutraliser le dernier garde, en charge du diamant. Cette opération nécessitera du doigté, de la patience et une grande célérité.

''Eh oh ?''

''Hm ? C'est vous les gars ?Z'avez fait vi...''

*BZZZZZZZZZZZZZZT*

Lancé de Posipi ! Roulé en boule, Martel ne pèse pas bien lourd et lorsque le garde restant passe la tête par la porte, cette dernière vient tout bonnement s'accrocher à sa tête, avant de libérer un Frotte-Frimousse de toute beauté. Agité de soubresauts, l'homme s'effondre en avant, tandis que son regard se pose sur moi...Il ne pourra pas bouger pendant un moment, mais mieux vaut ne pas être là lorsqu'il recouvrera l'usage de ses membres.
Une fois dans la pièce, en revanche, je prends un tout petit moment pour profiter de ma situation : J'ai mon diamant, il brille comme un petit soleil et rien qu'à le regarder, j'imagine déjà toutes les malasadas que je pourrais me payer avec (Faudra inviter Ginji pour le festin, j'suis sûr qu'il ne refusera pas).
Maintenant, l'étape délicate, ça va être de sortir d'ici, sans tomber sur les collègues du gentil monsieur ''pas du tout'' énervé, allongé par terre. Enjambant avec précautions le-dit tapis improvisé, je me retrouve avec un diamant dissimulé dans ma veste et un duo de type Eleck sur mes talons, à la recherche d'un ascenseur différent du premier...Si je retombe sur les deux ex-danseurs, ils vont me faire passer un sale quart d'heure ! Il doit bien y avoir un autre accès, vous imaginez en cas d'incendie, s'il n'y avait qu'un unique ascenseur dans tout le batîment ?
Alors, si je me souviens du plan...C'est par là !

''Allez, tout le monde à l'intérieur, direction le premier....éta...ge....''

Ok, ça, c'était pas sur la carte. Je peux pas m'être trompé, donc ça devrait être une cabine tout en chrome, avec des boutons scintillants qui permettent de monter ou de descendre. Dooooooonc...C'est quoi cette grande pièce avec une baie vitrée, des tapis partout et surtout des TONNES d'Obalies endormis posés sur les tapis en question ?! Mais qu'est-ce qu'ils fabriquent chez Aether (Un concours de pétanque Pokémon, sûrement) ? Bon, demi-tour, faut retrouver le bon chemin...Ah non !

''Mithos ! Touche pas à ça !''

Si mon cri ne réveille que quelques petits Pokémons rondouillards, en revanche, le fait que le Négapi vienne d'appuyer du plat de la patte sur le gros bouton rouge avec marqué ''Alarme'' dessus (L'interrupteur pour la lumière était juste au-dessus...Pourquoi Arceus, pourquoi ?) provoque un véritable chaos général ! Courage, fuyons avant de se faire emporter part cette marée roulante !
Ah ? Quoi, que comment ça ? C'est trop tard ? Je suis déjà emporté par un espèce de tapis de boules Pokémons en panique, qui s'égaillent dans tout les sens, une fois à l'extérieur de la pièce ! Martel et Mithos semblent avoir subis le même sort, mais pour le moment, j'ai pas vraiment l'occasion de m'en assurer. Tout ce que je peux faire, c'est serrer mon diamant le plus fort possible (Ça fait maaaal), en espérant qu'ils vont s'arrêter.

''Ouaaaaaah !''

....Euh...finalement, ils peuvent redémarrer ? Non parce que là, le troupeau d'Obalies vient de ralentir pour s'arrêter, complétement sonné, à un embranchement relativement éloigné de leur salle. Ce qui ne serait pas un problème, si ça ne s,était pas produit JUSTE DEVANT UNE PATROUILLE ! Les gardes me fixent, affalé sur le sol et accompagné de deux chromatiques aux yeux en spirale...

''Oba-oba-obalie !''

''CHOPEZ-LE !''

''COURREZ !''

Comme si le passage d'un petit Obalie suffisait pour briser l'instant (Non, avouez...Ça fait vachement dramatique), les gardes se propulsent en avant, tandis que j'effectue une roulade dans le couloir que nous venons de quitter, en chopant Martel et Mithos au passage. Sans la présence de quelques Pokémons sur leur trajectoire, ils auraient sûrement réussi à m'agripper, mais à la grande surprise du garde le plus proche, ses mains ne se referment que sur l'Obalie que je jette directement sur lui. Imitant leur congénère avide de câlins, le reste des types Glace se jettent à leur tour sur la troupe...C'est pratique d'être petit et surtout, Mithos fait un boulot d'enfer, en repoussant chaque Obalie qui s'avance d'un petit coup de patte (C'est moi, ou on dirait une Forte-Paume ? Non, j'dois rêver).
Après avoir dépassé plusieurs angles de murs et deux couloirs aussi longs qu'immaculés, plus aucun bruit derrière nous...J'ignore si on les a semés, mais je vais pas les attendre pour voir !
Allez, on est reparti, cette fois, on tourne à droite !

''...C'est une blague ?''

Si le fait de remplir un couloir d'une matière aussi collante que nauséabonde, qui me fige complétement sur place et recouvre mes chaussures est une blague...Alors qu'est-ce que je me MARRE ! Non, sans rire, Jackie m'a toujours impressionné, mais là, elle s'est surpassée !
Impossible de reculer, impossible d'avancer...Au moins, mes deux équipiers se tiennent debout sur mes épaules et font tout ce qu'ils peuvent pour ne pas tomber dans cette mer de colle. Par contre, de mon coté, c'est pas vraiment ça...
De ce que je peux voir, on dirait qu'il y a environ une petite dizaine de mètres à parcourir, avant que le film gluant ne s'efface. En enlevant mes chaussures, je devrais pouvoir me dégager et reculer mais il va bien falloir traverser tout ça. En plus, ça me permettrait de semer les gardes, puisqu'ils ne peuvent pas traverser ce couloir...Une minute. C'est pas logique, ça. Un couloir rempli de colle, ça fait un très bon piège, mais si jamais ta cible parvient à le traverser, comment les poursuivants la rejoignent ? N'ayant pas vu de garde avec un type Vol, ça implique forcément qu'ils ont un moyen de passer sans risque. Il va falloir faire appel à une experte...

''Martel...J'vais essayer de te tenir, un peu plus haut. Il doit y avoir un passage secret, une cache, n'importe quoi.''

Et dépêche-toi par pitié, amiga : j'ai pas besoin d'avoir des oreilles mobiles comme Mithos, pour entendre les bruits de pas qui se rapprochent de notre position. Avec les cris dans le lointain et le chaos ambiant qui règne à Aether, plus on reste là, plus il y a de risques que ça finisse mal pour nous !

''Posi...''

''Martel...''

''Pi...''

''Martel, j'veux pas te presser mais...''

''...sipi''

''Marteeeeeel !'

*Clic*

Se laissant glisser le long de mon bras, la Posipi examine longuement l'un des panneaux blancs qui jouxte le couloir. Puis, avec une légère attente, cette dernière enfonce sa patte dans l'un des hexagones qui se dessinent à la surface du mur: sous la pression, ce dernier s'enfonce de quelques centimètres, révélant une ouverture dans l'angle du mur, tandis que de l'autre coté du couloir, une seconde porte s'entrouvre. En passant la tête dans l'ouverture, je découvre ainsi un labo en tout point semblable aux autres...Futée, la Générale, elle a peint les deux portes de la même manière que les murs qui les entourent. En tout cas, voila notre porte de sortie, donc...ON REPART !
Ça me coûte mes chaussures (Elles n'avaient que trois ans, sniff) ,mais au moins, je parviens à me dégager de ce piège et à contourner l'obstacle.
Et maintenant, plus qu'à rejoindre l'entrée et à rendre mon butin à Jackie.

''Eh eh eh.''


*Glumps* J'aurais bien maudit Arceus pour ce qui va suivre, mais toutes mes pensées sont concentrés sur l'énorme masse qui se dresse devant nous : alors que mes pas nous menaient droit vers l'angle nord du batîment, là où l'un des ascenseurs nous aurait permis de rejoindre l'entrée sans problème, un Pokémon colosal nous fixe d'un regard sévère, celui de son Dresseur étant bien plus goguenard. Mithos s'avance bien un peu, en position de combat, tandis que Martel se glisse derrière moi, prête à tenter une attaque surprise.

''C'est inutile, gamin. Mon Bourrinos est complétement immunisé aux attaques Électriques. Si un de tes petits copains fait le moindre geste, il risque de finir complétement aplati.''

Il ne manquait plus que ça, un type Sol. Et vu la taille des jambes de ce cheval gigantesque, inutile de penser à fuir dans le sens opposé, il nous rattraperait en quelques instants. Pour couronner le tout, un brouhaha juste derrière nous me confirme que le reste des gardes qui nous suivaient vient d'arriver. Avisant leur collègue, ces derniers se contentent d'un rapide salut, avant de faire demi-tour, tandis que le garde en question se dirige vers moi, main tendue.

''Le diamant. Ensuite, on ira rejoindre ta sublime responsable.''

Pardon ? J'ai bien entendu ''sublime responsable'' ?

''Une femme pareille, ça ne s'invente pas. Allez, dépêche-toi. Tu voulais bien prendre cet ascenseur, non ?''

Je suis coincé. Impossible de courir, mon diamant est prisonnier entre les mains de ce type et Martel et Mithos sont étroitement surveillés par le Bourrinos, qui a pris la queue de notre procession. Cette fois, c'est bien fini...
Guidé par mon ''escorte'', nous parcourrons donc les derniers couloirs, avant de descendre au premier niveau. Sur le chemin, je reconnais certains élèves, eux-mêmes escortés par des gardes...J'ai pas été le seul à me faire choper, manifestement. Ça n'enlève en rien le fait que Jackie va probablement tous nous passer à la moulinette pour avoir échoué.

''Ça te fait quoi, de te faire avoir juste sur la ligne de fin ?''

Et en plus, il faut que je supporte ce type...

''Oh, si ça avait été un autre, tu t'en serais sûrement sorti. Mais pas avec moi, on ne me la fait pas ! J'espère juste que ta responsable sera sensible à tout ça...Tu crois qu'elle accepterait une invitation à dîner ?''

C'est toi qui passerait à la casserole...

''Elle a l'air si déterminée...Il lui faut donc un VRAI homme, aussi talentueux et compétent que moi. Allez, avance, j'ai hâte de voir ce qu'elle pense de ma prise !''

Serrant dans son poing MON diamant, le garde se met presque à courir en arrivant à l'entrée, alors que la silhouette (terrifiante) de Jackie se dessine, non loin de la ligne de départ. Elle a l'air aussi revêche que lors de notre arrivée...Quelqu'un ne va pas tarder à passer un trèèèèès mauvais quart d'heure.
Arrivé à la hauteur de la référente Pyroli, mon guide se fige brusquement en claquant des talons. Puis, sans cesser de babiller, il détend le bras, afin de tendre son précieux butin à sa ''future'' dulcinée.

''Voila Mâââdame ! Ce jeune voleur m'a donné du fil à retorde, mais je suis parvenu à le maitriser. J'ai lutté longuement, et suis parvenu à récupérer ce précieux objet, qui scintille bien moins que vos yeux. '
'

''...''

''QUOI ?''

J'ignore si Jackie à les yeux aussi brillants que le tournevis que tu lui tends, amigo. Par contre,ce que je sais, c'est que je peux te dépasser alors que tu es complétement stupéfait : dans le même temps, Martel me tend le diamant qu'elle vient de récupérer via son attaque Passe-Passe et je ne me gêne pas pour le passer à mon tour à  la référente Pyroli.

''Oh et merci pour l'escorte, m'sieur !''

Je sais pas si ça compte mais...Mission accomplie?

HRP:
 

_________________
Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration 1529618029-cael
Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 19 ans
Niveau : 54
Jetons : 2476
Points d'Expériences : 2226
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Dim 27 Aoû - 22:42
Assise sur le pont du ferry contre la rambarde, je souffle un grand coup. Cette fois ça y est, le départ de la compétition ne va pas tarder à être donné. J’ai longtemps hésité à savoir si je m’y inscrivais ou non. Nous n’avions que peu de détails le jour où les compétitions ont été annoncées mais cela a suffi à me mettre le doute. Une mission d’espionnage. Je ne suis pas très familière avec  cette filière et mon vécu ne m’y a pas réellement conforté. Même si ce n’est qu’un exercice, ce type de défi demande un grand sérieux et de la concentration. Je n’étais pas tout à fait sûre de vouloir m’embarquer là-dedans à nouveau. Mais après réflexion et concertation avec mes pokemons, c’est peut être justement l’occasion de mettre de côté mes appréhensions pour essayer de donner le meilleur de moi-même. Et comme dis précédemment, ce n’est qu’un jeu. Personne ne risque sa vie aujourd’hui. En quelque sorte, j’ai le droit à l’erreur.

Même s’il ne s’agit pas d’une véritable mission, les règles sont assez strictes. En même temps on parle du Général Jackie il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Nous allons être lâchés sur le Paradis Aether, une île artificielle crée par la société du même nom. Une fois à l’intérieur, il va falloir dérober un faux diamant et le ramener au Général. Evidemment, il faut le faire suffisamment rapidement pour être bien classé mais aussi discrètement pour ne pas se faire attraper par les gardes. Tout est une question de vitesse et de finesse. De plus, on ne peut utiliser que deux pokemons, tout autre objet est interdit, ainsi que les pokeballs des deux pokemons en question. Ils devront être avec moi du début à la fin. Cela ajoute une dimension supplémentaire. Cela ne va pas être facile. Pour cette compétition, j’ai choisi de prendre avec moi Ruru et Hyori. Pour la première, il s’agit de ma starter, celle en qui j’ai le plus confiance. De plus, ses pouvoirs en matière d’illusion me seront très utiles une fois à l’intérieur. Quant à la seconde, ses capacités psy me permettront de toujours garder un contact direct avec mes pokemons et ses attaques assez polyvalentes seront un atout. Mes autres amis n’ont pas rechigné et ont tout de suite accepté cette décision. On est loin de la dispute de l’autre fois quand à qui participerait à la compétition TopDresseur.

Il doit être environ 21 heures quand le bateau nous dépose tous devant l’infrastructure géante. Les élèves s’entassent rapidement sur le pont pour libérer le bateau, en attendant que le départ soit donné. La plus part nous avons choisi des vêtements sobres et pratiques pour l’exercice qui nous attend. La nuit est en train de tomber, donnant un une atmosphère bien particulière à ce jeu. Encore un dernier rappel concernant les consignes de sécurité puis c’est le lancement. Tous les élèves s’élancent en courant dans le bâtiment géant et moi au passage. C’est une énorme masse, et sans trop m’en rendre compte, je me retrouve sur le côté du troupeau. Tellement qu’au bout d’un moment, un des élèves me donnent un coup de coude et me fait tomber, dans la flotte. Un peu surprise, je reviens tant bien que mal à la surface en crachotant un peu d’eau. Mes pokemons sont restés là sur le bord en attendant que je revienne. Ça commence bien comme départ dite moi. Le jeu n’a même pas débuté que je suis trempée de la tête aux pieds. Très pratique pour se déplacer en toute discrétion. Je soupire d’épuisement. Avec l’aide de Ruru, je m’extirpe de là pour s’assoir sur le bord. J’essore vite fait mes cheveux et mes vêtements avant de repartir à l’assaut de cette mission d’espionnage.

Une fois plus avancée, j’inspecte rapidement mon environnement. Le premier étage est assez basique. La couleur dominante est le blanc, à l’image du lieu, et se compose de nombreux couloirs. Première étape, essayer de trouver un endroit intéressant pour planquer un diamant. Hmmm réfléchissons. Mais avant, mettons en place les pokemons. J’adresse un signe de la tête à Ruru pour lui donner les indications. Elle va jouer le rôle de gardien. Avec ses capacités, la Zoroark va se fondre dans le décor pour observer autour de nous. Elle pourra ainsi me prévenir par le biais d’Hyori de la moindre anomalie qui pourrait survenir. Quant à l’Eoko, elle reste en position à côté de ma tête. Cela me semble être une bonne idée. Le pokemon ténèbres disparait de mon champ de vision pendant que je commence à entamer mes recherches. De loin, je comprends vite que les autres élèves se sont dispersées pour tenter de mettre la main en premier sur l’un des fameux diamants.  

A grande enjambée, je tente tant bien que mal de rattraper mon retard. Une fois cachée derrière un angle de mur, j’inspecte rapidement les alentours. Personne pour l’instant mais il y a bien une caméra. Je ne peux pas utiliser les pouvoirs de Ruru en toute discrétion puis qu’il ne fonctionne que sur les yeux humains. A travers une caméra c’est inefficace. Et si je passe sans c’est encore plus visible. Il me reste une dernière possibilité mais je vais largement aider les autres joueurs. Bon tant pis, c’est cadeau et puis je n’ai pas d’autres choix. J’explique rapidement l’idée à mes pokemons avant de la mettre à exécution. Le pokemon bleu sort de la cachette et s’élance  vers la caméra qui surveille l’ensemble de la pièce principale de l’embarcadère. Il n’y en a qu’une seule à ce niveau c’est une chance. Ils ont dû juger que ce n’était pas la peine d’en mettre plus à ce niveau. Une fois devant, Hyori utilise son attaque Extrascenseur et détruit la machine. C’est un peu radical mais au moins je peux bouger comme je veux. Je m’apprête à sortir de ma cachette quand le pokemon psy m’en empêche.  « Reste cachée Idalienor, une membre du personnel vient d’arriver. Elle se dirige vers toi, je pense qu’elle a entendu du bruit. C’est ta chance de lui piquer son pass. J’ai même une idée. Tiens là suffisamment longtemps pour que je puisse m’en occuper ». Je n’ai aucune idée de ce que veut faire Hyori mais je lui fais confiance. Ruru recule un peu vers le fond du couloir sans pour autant être trop loin de moi. De mon côté, je me prépare à recevoir la madame. Elle ne met pas longtemps à se pointer devant moi puis à se pavaner. « Yes j’ai réussi à mettre la main sur un de ces mioches. Oups je voulais dire enfant pardon. Ce n’est pas contre toi mais on est bien récompensé si on vous ramène à ta prof alors tu vas venir avec moi ok ? » Finalement je n’aurais même pas besoin de la retenir, elle s’est auto retenue vers moi. Je vois déjà la tête de ma pokemon dépasser de derrière l’individu. Elle ouvre grand la bouche puis jette des allos blancs cassés en direction de la femme. Je n’ai aucun mal à reconnaître l’attaque, puisque je l’ai vu de près il n’y a pas si longtemps. Il s’agit de Bâillement. En quelques secondes, la madame chancelle puis s’écroule dans mes bras. Doucement, je la pose contre le mur.

Je glisse ma main dans sa poche pour récupérer son pass. Voilà une bonne chose de faite. C’est marrant, en regardant la photo, je remarque qu’elle me ressemble. Drôle de coïncidence. Je m’apprête à repartir quand de nouveau Hyori me coupe. A croire que ce n’est pas mon jour. « Tu ne crois pas que tu pourrais profiter de cette ressemblance ? Ça serait plus simple que de briser toutes les caméras tu ne crois pas ? » J’avoue que l’idée n’est pas idiote. Si j’arrive à me faire passer pour elle, je n’aurais aucun mal à fouiller les lieux pour tomber sur un diamant. Mais là tout de suite, c’est une autre pensée qui me traverse l’esprit. Je ne vais pas la déshabiller quand même ?

***

Une dizaine de minute plus tard, me voilà dans l’ascenseur pour accéder au niveau supérieur, à savoir l’étage des laboratoires. Oui j’ai finis par lui piquer sa tenue. Mais ne vous inquiétez pas, je ne l’ai pas laissé en sous-vêtements endormi dans les couloirs. Je lui ai donné mon sweat. Oui je sais ce n’est pas gentil de faire ça mais je n’avais pas d’autres solutions. J’irais lui présenter mes excuses à la fin de ce jeu géant. D’après la carte, je m’appelle donc Kiara. A ne pas oublier si je veux tenir dans ce milieu. Désormais je ne dois plus avoir l’impression de fuir. Il faut que je montre une certaine confiance pour qu’il ne se doute de rien. Ça va le faire ça va le faire.

Je sors de l’ascenseur pour accéder aux laboratoires. Je vais essayer de pénétrer à l’intérieur de chacun pour tenter de trouver un des faux diamants. Après tout, cela pourrait être intéressant d’en cacher un ici. Cela obligerait les élèves à avoir utilisé la même méthode que moi pour y accéder. Cela fait déjà un premier tri. Après ce ne sont que des hypothèses, rien de vérifié. La tête haute, je m’avance dans le couloir mais bizarrement, je n’arrive plus à avancer ? Tiens, c’est étrange. Je force sur mes pieds mais impossible de me dégager. On dirait que je suis retenue par une sorte de glue géante. Un piège destiné aux élèves ? C’est très probable. En attendant je suis tombée dedans et je dois me dépêcher de me dégager de là sinon je vais me faire prendre.

Ah tu es là Kiara ? Tu as réussis à en attraper un ? Wow tu es sûre que tout va bien ? C’est l’un des gars de la fondation Aether. Apparemment le costume est fidèle puisqu’il n’a pas hésité une seule seconde pour m’appeler Kiara. Avec un léger sourire je lui réponds le plus naturellement possible. Pas vraiment non ahah. Je suis un peu tête en l’air, je n’ai pas fait attention au piège. Il semble ne se douter de rien puisqu’il s’approche un peu plus pour me porter assistance. C’est tout toi ça ! On t’avait dit de bien regarder où tu mettais les pieds pour ne pas te faire prendre. Le sol est toujours plus brillant là où le piège glue va se déclencher. Accroche toi à moi je vais t’aider à sortir, en revanche tu vas y laisser les chaussures.

Je m’agrippe à ses bras puis doucement, il me tire de ce drôle de piège. Et comme il l’a dit, mes chaussures y restent. Je me retrouve donc en chaussette au milieu du couloir dans un terrain ennemi. De mieux en mieux dis-moi. Heureusement, le gars ne semble toujours pas s’alarmer et me rapporte même une autre paire de rechange. Décidemment, ce garçon a tout prévu. Je m’équipe de ces nouvelles chaussures avant de le dévisager à nouveau. Il a l’air à peine plus vieux que moi. Remarque, Kiara n’avait pas l’air bien vieille non plus. Il sourit tendrement en ma direction. Oh je vois. Est-ce que c’est de ça que me parlait Max pour savoir si un garçon était amoureux de toi ? En tout cas ça a l’air. Et puis comme on dit l’amour rend aveugle. Je vais en profiter un peu. Encore désolé Kiara si en faisant ça je t’enfonce un peu plus ce n’est pas le but. Mais j’ai besoin de ces infos.

Merci de ton aide, je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Visiblement c’est assez calme de ce côté, ils sont tous partis ou quoi ?
En même temps ils ont bien raison, les diamants sont quasiment tous dans les jardins de la serre. C’est mieux pour eux s’ils ne sont plus ici. Yes une information importante. Plus qu’à filer en vitesse.
Tu n’as pas tout à fait tort. Je vais monter aller essayer d’en attraper un. La récompense fait drôlement envie je ne vais pas la laisser filer.
Fais comme tu le sens, mais pas de bêtises hein ? On se retrouve à la fin du jeu. A ce soir.

Je n’eus pas réellement le temps de réfléchir que le garçon déposa un baiser sur mes lèvres. Mon cœur fait un énorme bond dans ma poitrine. Voilà pourquoi il était comme ça avec moi, plutôt avec Kiara. Ils sortent ensemble !!! Rouge comme une pivoine de gêne, je me retourne brusquement et me mets à courir en direction de l’ascenseur. Mes deux pokemons qui étaient restés cachées me rattrapent, complètement mort de rire. Je leur donne une tape sur la tête avant de m’engouffrer dans le monte-charge. Au moment où la porte se referme, j’entends un cri dans le couloir.

Mais tu n’es pas Kiara ?!

Trop tard, la porte est fermée et je m’élance à l’étage des jardins. Toujours rouge cramoisie, j’essaie tant bien que mal de me calmer en m’étant mes mains sur mes joues. Mon cœur tambourine à toute vitesse dans ma poitrine. Calme toi, calme toi, il ne s’est rien passé de grave. C’était seulement extrêmement gênant. Et dire que je ne connais même pas le prénom de la première personne que j’ai embrassé. La honte absolue.

Heureusement, j’arrive à reprendre une couleur de teint à peu près normal quand j’arrive dans la serre. Ici c’est plus animé c’est clair. La plus part des élèves sont ici à crapaüter dans tous les sens pour semer les gardes et récupérer les diamants. Je m’avance vers les différentes passerelles pour trouver une des  pierres. Personne ne fait attention à ma présence, je ne suis pas une étrangère dans les lieux. Je me permets même quelques signes de la main pour paraitre encore plus naturel. Il ne reste plus qu’à trouver. Je me promène au grès de mes envies là-haut pour m’approcher des jardins. D’après le gars qui m’a embrassé, il y en a beaucoup dans les plantes. Plus qu’à s’y rendre. J’en profite pour voir si je repère certains des élèves que je connais. En fait, je préfère ne croiser personne. Si l’un d’eux me reconnaît, ma couverture va voler en éclat. Ne pense pas à ça et avance.

Mes yeux s’illuminent quand j’aperçois au pied d’un des buissons, cachés derrière quelques feuilles, un objet brillant. On dirait que le destin me sourit. Je vais enfin pouvoir finir ce jeu, et peut être pas si mal classée. Je fais signe à Ruru en lui désignant ma découverte puis m’approche à pas rapide de la zone en question, mais rien ne se passe comme prévu. Sous mes pieds, une trappe s’ouvre, m’emportant dans une sorte de tunnel. Comme un toboggan géant. Même si Hyori a réussi à me suivre, ce n’est pas le cas de Ruru qui est restée là-haut. Zut zut zut. La descente est très raide et je devine que je suis en train de descendre tous les niveaux. Le seul reflexe qui me vient est de fermer les yeux et d’attendre mon destin.

Paf puis bong. Voici le son de la destinééééée. Non allez Idalienor soit un peu plus sérieuse. Je me frotte l’arrière train douloureux avant d’essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Je me suis fait avoir par un piège un peu débile et je suis donc tombée dans un toboggan géant. Juste que là ça va. Mais où ai-je atterri ? La pièce est toute noire, je n’y vois absolument rien. Ça serait bien que les humains nous possédions les capacités de certains pokemons, à savoir voir dans la nuit. Le temps que je cherche une solution, Hyori s’éloigne de ma tête pour flotter dans la pièce. Il faudrait réussir à faire un peu de lumière. Au même moment, j’entends un petit clic. Ma Eoko a actionné l’interrupteur.

Euh ok ? Alors j’ai atterri dans les cuisines. Super, c’est hyper loin de ma destination ça. Je soupire un grand coup. Bon reprends toi tout n’est pas perdu. Par reflexe, je détaille la pièce. Il s’agit d’un grand espace de cuisine, en tout cas suffisamment grand pour y accueillir une vingtaine de cuisinier. Mais à cette heure de la nuit, elle est complètement vide. C’est tant mieux pour moi d’ailleurs. Au fond, une autre porte semble donner accès sur le garde-manger. Je me relève de là puis essaie de parler avec Ruru, toujours là-haut. « Est-ce que tout va bien de ton côté ? ».  «  Oui ça va, j’ai pris l’apparence d’un pokemon plus discret pour garder un œil sur le faux diamant. Si tu reviens assez vite tu devrais avoir le temps de le récupérer. Mais ne traine pas. » « Compris j’arrive tout de suite ».

Je pousse fort la porte battante pour quitter la pièce, en veillant à éteindre la lumière, Hyori toujours à côté de ma tête. D’un pas rapide, je me précipite vers l’ascenseur, badge en main. Sauf que j’avais oublié un léger détail. En allant de ce côté, je serais obligée de repasser devant l’endroit où j’ai laissé la véritable Kiara. Je jette un petit coup d’œil rapide pour m’en assurer. Pas de chance pour moi, elle est toujours là, et son petit ami est venu la chercher. La brune se réveille tant bien que mal pendant que lui l’aide à reprendre ses esprits. Ils sont vraiment très mignons mais pas le temps de m’attarder. Je vais faire une apparition rapide. Je sors de ma cachette en courant puis m’arrête un instant devant eux.

Je suis vraiment désolée Kiara de vous avoir piqué votre nom et cette tenue mais c’était nécessaire. Je vous le ramène très vite c’est promis. Et…et…

En repensant à la scène du baiser je redeviens rouge cramoisi, et le garçon aussi. On se comprend dans notre léger souci. Je ne suis pas sûre que Kiara apprécie de savoir que son petit ami l’a confondu avec une étudiante. Je me remets à courir et me jette dans l’ascenseur. Heureusement, les deux tourtereaux ne m’ont pas suivi. Direction les jardins, pour la seconde fois. Je quitte le monte-charge puis retourne à la position où je me suis arrêtée tout à l’heure, tout en esquivant la trappe. Je ne vais pas faire la même erreur deux fois quand même. Devant le buisson, je me baisse pour attraper le diamant, protégé par un Mimitos. Enfin ce n’est pas un vrai, c’est simplement Ruru qui utilise cette forme plus commode. Je le place dans ma poche puis fais demi-tour pour regagner la zone d’arrivée où nous attend Jackie. J’essaie de rester calme tout en gardant la tête haute, pour ne pas éveiller les soupçons. Il serait fort dommage de me faire attraper maintenant, si près du but.

Kiara ? Un peu surprise, je me retourne doucement pour voir qui s’adresse à moi. Ton secteur c’est l’embarcadère, tu devrais y retourner. Si on se rend compte que tu es là tu vas avoir des ennuis. Tout en grimpant dans l’ascenseur, je lui réponds. J’y retourne de ce pas, désolé je voulais juste voir comment cela avançait ici. Je suis surement trop curieuse.

Les portes se ferment, scellant la fin de cette mission d’espionnage. Je soupir de soulagement. J’en profite pour quitter la combinaison blanche ainsi que la casquette pour retrouver ma tenue d’origine, à savoir débardeur moulant noir et survêtements. L’ascenseur s’ouvre de nouveau pour me laisser sortir. Avec un sourire, je dépose la tenue et le badge à côté de deux jeunes et leur adresse un sourire.

Merci, vous m’avez bien aidé, enfin indirectement.


Je leur renvoie un signe de la main avant de retourner auprès du Général. Je suis remets le faux diamant dans la main, soulagée que tout ceci se termine enfin. Décidemment l’espionnage ce n’est pas pour moi. J’ai bien fait de ne pas choisir cette filière. Je suis plus à l’aise dans ma place de médecin. Je retourne m’installer dans le bateau. Mes yeux se ferment tout seul, sous l’effet de la fatigue. Il est tard tout de même, j’ai bien mérité de dormir un peu.


HRP:
 

_________________
Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGi1FfCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGizxYCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGiN4WCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGi0ajCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration 1543436268-heliosCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration 1491648845-sprite-roserade-idaCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration 1543176079-673Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGi92nCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration Miniature_695_XYCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGiLYQCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGiZDOCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BICbxQCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGnGa8Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration BGiTIxCompétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration Miniature_252_ROSA
Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Ellen Whirst
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 13
Jetons : 1657
Points d'Expériences : 236
Pokeathlète Coach
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Mer 30 Aoû - 21:55


Compététion pokétahlète #5 Infiltration au Paradis Aether ou jouer au Totally Spies

Whirst
Ellen

Lieu : Paradis Aether
Date : 21h été 2017
Pokémon utilisés :
Sincèrement, elle ne savait pas pourquoi elle était montée à bord de ce ferry. Une infiltration au sein même de la fondation Aether et puis quoi encore ? C'était pas marqué '' Totally Spies '' sur son front !
Et pourtant elle avait accepté, sûrement à cause de cette bouffée d'adrénaline qui lui était subitement montée à la tête.

Ayant voulu jouer le jeu à cent pour cent, Ellen s'était vêtue de noir pour l'occasion. Un simple débardeur et un short ainsi qu'une paire de lunettes style aviateur pour la jouer un peu plus badass. Bien qu'elle ne soit pas une Mentali, la blonde aimait bien se donner du style.
Et bien que ce ne fût qu'un jeu, la belle Givrali avait décidé de se comporter sérieusement aujourd'hui, son esprit compétiteur prenait le dessus et elle voulait absolument prouver à ses camarades que bien qu'elle ne soit pas la reine de la discrétion, elle n'était pas la simple blondasse légèrement sotte sur les bords, contrairement à ce que certaine personne aurait pu croire en la voyant pour la première fois.

Bien qu'elle ait longtemps douté de son choix après cette inscrite à cette compétition, elle ne regrettait plus de s'être laissé emporter. Quoi de plus excitant qu'une infiltration au sein même de la fondation Aeter, la plus célèbre de tout Alola ? D'autant plus qu'après cela, elle pourrait affirmer avoir visité l'île dans sa casi-totalité, bien que pour le moment, elle soit encore loin de tout ça.

Le plus excitant dans cette mission, c'est qu'elle avait lieu la nuit, la Générale Jackie ayant donné rendez-vous aux élèves à 21h au port de Ho'Ohale.

Le voyage se passa sans encombres, mais Ellen commençait à se poser des questions : la référente des Pyroli venait de les informer que la téléportation dans les bâtiments serait impossible et que l’ouverture des pokéball non plus. Ainsi, les élèves ne disposeront que de deux de leurs compagnons durant cette infiltration et la blonde ne voyait pas vraiment de qui elle pourrait se détacher.
Mais après maintes réflexion, son choix fut vite prit.

Quelques instants plus tard, alors que la nuit commençait lentement à tomber sur l'île, ils arrivèrent enfin devant l'embarcadère du Paradis Aether. La Générale expliqua alors le concept de la mission.
Très bien, il suffisait seulement de récupérer un des diamants cachés dans les bâtiments sans se faire choper par les gardes puis les ramener à Jackie. Étant donné que ce n'était qu'un exercice et des faux diamants, les sbires du Paradis étaient sans nul doute au courant qu'une horde de gamins allait bientôt débarquer en mission d'infiltration, ce qui pourrait compliquer la tâche aux élève. Mais peut-être que cela pouvait aussi apporter du positif, sachant que les sbires savaient où se trouvaient les diamants, peut-être seraient-ils plus nombreux aux endroits des cachettes ? Enfin ce n'était qu'une hypothèse. Elle attacha ses cheveux en un chignon serré puis laissa son regard se perdre sur l'océan qui reflétait les derniers rayons du soleil.

Dès que le signal fut donné, la blonde s'élança en direction des couloirs, talonnées par sa Malosse, Rubis, et la petite Tarsal, Sheika. À contre cœur, elle avait admis que Heavens ne lui serait sûrement pas d'une grande aide pour cette mission.  Soudain, elle remarqua une caméra dans l'angle d'un couloir puis entendit des pas au fond du couloir. Sans réfléchir, elle se plaqua contre le mur puis retint son souffle. Heureusement, le sbire semblait bien trop plongé dans sa garde pour vérifier les alentours et il ne la repéra pas. Une fois qu'il fut reparti, Ellen entraîna ses pokémons dans un coin puis sortit de son sac à dos le matériel nécessaire. Elle n'avait pensé à se renseigner sur la fondation – d'ailleurs elle le regrettait, mais s'était tout de même équipée. Tout d'abord, une lampe frontale, toutes les pièces n'était peut-être pas éclairée, puis elle avait pensé à ramener un petit sachet de nourriture pour pokémon, peut-être aurait-elle besoin d'en amadouer quelques-un. Elle avait également acheté des semelles spécialement conçu pour amortir le bruit, puis...une corde. Elle n'en aurait sûrement pas utilité mais tous les héros de film d'action en avaient une.

Le temps de s'équiper, la jeune coach envoya Rubis en éclaireuse afin de repérer où se trouvaient les sbires ainsi que les caméras. Pendant ce temps elle se replia un peu plus loin puis expliqua rapidement la situation à Sheika qui admirait d'un air rêveur le plafond. La Tarsal avait tendance à souvent être dans la lune et la blonde avait peur de se faire repérer à cause de ça. Elle prit une voix douce en espérant se faire comprendre :

-Alors, tu m'écoutes Sheika ? Nous sommes dans un grand jeu, qui s'appelle la chasse aux diamants. Notre but est de retrouver un des diamants cachés ici sans se faire réparer par les méchants. Tu les reconnaîtras très facilement ils sont vêtus d'une longue blouse blanche. Rubis est partie vérifier que le chemin est libre puis nous devrons localiser les diamants afin de les récupérer. C'est comme un jeu de société, sauf que si nous perdons, il n'y aura pas de deuxième partie, c'est ok ? Alors je compte sur toi, ma belle.

Le petit pokémon leva sa tête puis plongea ses yeux mystérieux dans le regard bleu de sa dresseuse. Quelques secondes plus tard, il hocha la tête, signe qu'elle acceptait d'aider la blonde.
Déjà une chose de faite !

Rubis ne tarda pas à revenir, agitant le bout de queue pour signaler que la voix était libre.  À pas furtifs, le trio se déplaça en silence dans les couloirs jusqu'à arriver devant un croisement. La Malosse leur fit signe de continuer tout droit. Ellen ne savait pas vraiment où elle allait mais elle savait quel devait absolument trouver un plan des lieux et un moyen pour accéder aux ascenseurs.

Elle eut l'impression de marcher des heures et l'absence de gardes commençait à l’inquiéter, comment se faisait-il qu'elle ne soit tombée sur personne ? Peut-être que tous les élèves étaient déjà aux étages supérieurs et que les gardes avaient cru qu'ils ne restaient plus personnes au sous-sol ? Avait-elle pris tant de retard ? Après être tombée plusieurs fois sur des culs-de-sac, la gamine aux yeux bleus se décida à faire demi-tour. Elle commençait à perde patiente et une pointe de panique pouvait se discerner sur son visage. Ses pokémons l'avaient remarqué et tous deux, peu à peu, prirent leur comportement de leur dresseuse.

Au bout d'un moment, Ellen s'arrêta net et se laissa tomber le long d'un mur. Elle regarda autour d’elle : chaque recoin semblait identique, elle avait l'impression de tourner en rond. Une mèche rebelle s'était échappé de son chignon mais elle se contenta de souffler dessus pour le repousser. La tête entre les mains, elle tenta de se concentrer, d'autant plus qu'elle savait qu'il fallait vite qu'elle reprenne sur elle-même, sinon ses pokémons allaient à leurs tour paniquer.
Réfléchis, réfléchis ! pesta-t-elle dans sa tête.
Soudain, elle crut entendre des voix. Elle se releva.
Ce n'était pas le fruit de son imagination, quelqu'un arrivait ! Elle recula de quelques pas et s'accroupit dans la pénombre. Le fait d'avoir longtemps marché sans rien faire lui avait laissé le temps de mettre en place une stratégie.

-… bien trop idiots pour seulement trouver cette pièce ! Et puis, il y a tellement de bouquins là-bas qu'ils seront vite découragés si ils tombent dessus! Bon je te laisse, je ferais de vérifier si en reste encore dans le coin. On se retrouve après !

Une femme aux longs cheveux bruns apparut dans le couloir. Ellen souffla alors le signal de départ à ses deux pokémons et la sbire se retourna vers eux. Ses yeux verts étincelèrent dans l'obscurité et elle repéra la Givrali mais sans qu'elle n'eut le temps de réagir, elle se retrouva encerclée par une centaine de Tarsal et un Malosse lui arracha le passe qu'elle avait autour du cou. Ellen et ses compagnons profitèrent du temps que la brune mit à se remettre de ses émotions pour prendre la fuite.

La blonde reprit son souffle. Elle avait continué de courir, malgré le fait qu'elle soit sûre que la sbire ne les suive pas. Rubis tenait toujours la passe donnant l'accès aux ascenseurs entre ses crocs. LA technique de l'attaque reflet pour faire diversion avait très bien marché et la pokéatlète félicita ses pokémons pour leurs premiers pas dans cette mission. Désormais, il fallait vite trouver un ascenseur et un plan afin de rattraper le temps perdu. Certains élèves avaient peut-être déjà trouvé un des joyaux.

Cette fois, l’adolescente se repéra plus rapidement et trouva vite un accès aux ascenseurs ainsi qu'un plan. Jetant des coups d’œils furtifs autour d'elle, elle prit une photo du plan puis appela l'ascenseur avec pour but d’accéder au premier étage. Elle eut de la chance de tomber sur un ascenseur vide et se précipita de descendre de l'engin dès qu'il se rouvrit. L’étage supérieur était très semblable au précédent, bien qu'il semble plus lumineux. Mais Ellen se rendit vite compte qu'il était plus grand mais plus gardé. Et elle ne perdit pas son temps, car elle savait qu'il lui était compté. Elle se remémora alors la phrase qu'elle avait surpris avant d''emprunter le passe de la femme. Apparemment, l'un des diamants se trouverait dans une pièce avec beaucoup de livres. Il fallait donc faire le tour de toutes les pièces possibles. Sheika lui tapota alors la jambe et l'emmena jusqu'à un grand couloir avec plusieurs portes menant sûrement à des pièces. Malheureusement, trois sbires gardait l'endroit. C'était peut-être un signe qu'un des diamants se trouvait par ici ! Mais comment y accéder ?  Soudain, elle repéra une autre porte non loin de là et décida d'y entrer. Il n'y avait aucune lumière mais lorsqu'elle éclaira la pièce, elle se retrouva face à une dizaine de pokémons vol mécontents d'avoir été réveillés par la lumière. Furieux, ils se précipitèrent sur la demoiselle qui évita à temps une pluie de griffes. Elle rampa vers la porte et parvint à attendre la poignée mais au moment où elle se faufilait dehors, les pokémons réveillés firent de même puis se dispersèrent dans les couloirs.

-Merde ! jura Ellen.

-Qui va là ? tonna une voix forte.  

La coach sursauta puis se retrouva face à un jeune homme un peu trop musclé à son goût. Il la toisa quelques instants puis fixa le passe à son coup.

-On t'as pas encore donnée la tenue qui faut ? En tous cas si t'es nouvelle t'arrive au mauvais moment ? On est obligé de faire l'animation pour des gosses qui doivent retrouver des diamants qu'on a planqués.

La Givrali resta quelques instants bouche bée, réalisant à peine qu'elle avait réussi à se faire passer pour une nouvelle sbire du Paradis Aether.

-Ah...Heu, oui je suis nouvelle, et...,apparemment je suis bel et bien arrivée au mauvais moment hein, fit-elle en passant une main derrière sa nuque. Bon et bien, merci des infos, mais il faut que je te laisse !

Elle commençait tout juste à partir que la main du jeune homme se posa sur son épaule ; elle se raidit.

-Et où vas-tu comme ça ?

-Heu...je...,bafouilla la gamine, je vais chercher ma tenue, on ne me l'a toujours pas donnée, bonne soirée !

Puis sans lui laisser le temps de poser d'autres questions, elle s'éclipsa avec un petit sourire qu'elle espéra convaincant.

Une fois à l'abri des regards, elle soupira. Elle avait eut chaud. Rubis et Sheika la rejoignirent.

-Vous allez bien ?

Les deux pokémons acquiescèrent puis Rubis fit comprendre que les pokémons étaient toujours en liberté.

-Tu as raison, affirma Ellen, il faut faire quelque chose.

Elle sortit son Ipok de son sac puis afficha la carte afin de la montrer à ses compagnons.

-Nous allons sous séparer en trois, proposa-t-elle. Rubis, tu partiras dans cette zone là et tu utiliseras ton flair pour repérer les pokémons. Une fois localisée, fais en sorte de les ramener à notre point de rassemblement qui sera l'endroit même où nous sommes donc ici, elle désigna un endroit sur la carte. Toi Sheika, tu iras par ici et utilise Voix Enjôleuse pour les attirer, mais fait très attention à ne pas te faire repérer, de même pour toi Rubis. Quand à moi, j'explorerais le reste et j'utiliserais la nourriture que j'ai amené pour les pokémons ici. Tout le monde a compris son rôle ? Parfait ! Nous nous retrouvons ici dans un quart, avec ou sans pokémons.

La blonde fit signe à son Tarsal de partir puis glissa à la Malosse de tenter de garder un œil sur le type psy puis chacune partis de son côté.

Comme elle avait pu le constater, l'étage où elle se trouvait grouillait de gardes et elle ne tarda pas à tomber soudainement nez à nez avec l'un d'eux. Ellen fut plus rapide à réagir et l'éblouit avec sa lampe torche. Il se plaqua les mains devant les yeux, aveuglés, et laissa filer la gamine.
Elle eut le temps de l'entendre jurer et se retint un petit gloussement.

Enfin, elle retrouva trois des pokémons qu'elle recherchait, il y avait deux Chovsourir et un Piclairon, un petit oiseau originaire d'Alola. Dès qui la repérèrent ils lancèrent tous trois une attaque en sa direction. Bien qu'elle ne soit pas espionne, son parcours de coach l'avait rendu assez agile et plutôt vif et elle esquiva avec une simple roulade. Néanmoins, les attaques avait touché le mur et avait provoqué un vacarme infernale qui avait du s'entendre dans tous les bâtiments du Paradis.

-Vite par ici ! s'exclama soudain une voix.

Il fallait vite filer, mais hors de question de rentrer sans les pokémons. L’explosion avait créé un léger brouillard et la dresseuse profita de cet instant pour sortir de son sac la nourriture. Sans laisser le temps au pokémons de l'attaquer une nouvelle fois, elle leur lança une poignée de sucreries. Des bruits de pas approchaient ; il y avait au moins 5 gardes et les trois types vols ne semblaient pas vouloir bouger pour le moment. Bon, elle devait abandonner, elle tenterait de ramener les pokémons à une autre occasion, son seul ordre était maintenant de fuir. Alors qu'elle se mettait à courir afin de revenir sur ses pas, elle remarqua que les Chovsousir et le Piclairon la suivaient enfin ! Malheureusement, les gardes aussi. Son cœur battait fort dans sa poitrine, non, elle ne voulait pas perdre ! Soudain, Rubis et Sheika apparurent. Comprenant qu'un combat s'engageait, les gardes envoyèrent eux aussi leurs pokémons. Mais à 2 contre 5, le trio n'avait aucune chance. Le cœur d'Ellen battait à la chamade, sa respiration était saccadée et son pouls accéléré. Elle avait encore du mal à se remettre de sa course folle et son cerveau n'était pas en état d'établir une stratégie. Alors que la partie semblait perdue d'avance, un élève peu attentif se retrouva au milieu du combat qui allait s'engager.

-Vous trois, ordonna l'un des sbires à ses semblables, occupez-vous de lui.

L'élève se réveilla enfin puis poussa un petit cri et prit la fuite, poursuivit par trois des hommes.

Ainsi, le problème était réglé et le combat pouvait commencer, du moins, à la façon d'Ellen. Elle n'avait jamais eut affaire à un vrai combat pokémon et elle devait admettre que ce n'était pas le domaine où elle excellait le plus, néanmoins, elle était douée pour éviter un combat. Elle jeta un coup d’œil à la Malosse et lui fit comprendre ses plans.

-Rubis utilise hurlement pour effrayer nos adversaires puis repousse les avec flammèche !

Certes, ce n'était peut-être pas une attaque très efficace mais la blonde trahit la peur dans les yeux des pokémons où se reflétaient la flamme. La simple attaque hurlement les avaient soudainement refroidi. Malheureusement pas assez pour qu'ils ne daignent se retirer.
Bon, finalement, elle n'était pas is douée pour éviter les combats non plus, il faudrait donc combattre.
Alors que l'un des adversaires s’apprêtaient à attaquer, la Givrali ordonna à Sheika d'utiliser une nouvelle fois reflet. Mais le pokémon, un étrange Raichu, d'une simple attaque tonnerre, repoussa tous les clones du Tarsal et parvint à le toucher. Pendant ce temps, Rubis avait mit K.O l'autre pokémon.

Ellen s'approcha de Sheika, heureusement, la petite n'était pas trop touchée par l'attaque qu'elle venait de subir.

Le dresseur du pokémon vaincu partait en trottinant, sans aucun doute pour ramener des renforts. Il fallait donc mieux que la belle demoiselle mette fin à ce combat le plus rapidement possible.

-Sheika lance Psyko et toi Rubis, Crocs de Feu !

Le Raichu se prit les deux attaques en pleins fouet et tituba en arrière, K.O.

Ellen attrapa la Tarsal dans ses bras puis prit la fuite. Elle se cacha au coin d'un mur et le dresseur vaincu passa devant elle. Il examina les environs, comme s'il sentait que la gamine n'était pas loin. Apeurée, Ellen recula de quelques pas, essayant de se fondre le mieux dans l'ombre du mur puis elle sentit soudainement une poignée de porte dans ses mains. Sans réfléchir, elle se glissa dans la pièce.

Une odeur d’hôpital emplit ses narines. Elle tata des mains le mur jusqu'à trouver l'interrupteur. Elle se trouvait dans une simple pièce blanche, avec un lit et une table, ainsi qu'une bibliothèque et un bureau rempli de papiers. Étrangement, la pièce n'était pas très rangée. Elle remarqua ensuite une grille ouverte au-dessus de sa tête. Ainsi, quelqu'un était déjà passé par là. Elle fouilla quelques instants, espérant trouver un diamant, mais elle du vite se rendre à l’évidence que de toute manière, s'il y en avait eu un, la personne étant passé avant elle, l'aurait pris.

Elle regarda une nouvelle fois la trappe. C'était peut-être sa seule issue : de l'autre côté de la porte, une dizaine de sbires devaient être à ses trousses. La blonde balaya du regard la pièce puis remarqua que la table avait déjà servi pour s'aider à monter là-haut. Elle attrapa Sheika dans ses bras puis la fit passer dans tuyaux. Elle monta à son tour et fit signe à Rubis de sauter.

Le trio avança entre les conduits jusqu'à arriver à une source de lumière. La jeune fille fit signe à ses pokémons de ne pas avancer tandis qu'elle s'approchait de la lumière en rampant. Elle finit par entendre une conversation, bien qu'elle ne soit pas très distincte.

-...sur le balcon, fait gaffe...personne...dans l'ascenseur...tes gardes.

Elle s'approcha un peu plus jusqu'à apercevoir deux sbires, une femme et un homme devant un ascenseur.

-Ne t'en fais, dit la voix masculine, je garde cet ascenseur.

La femme hocha la tête puis s'éloigna. Ellen fit signe à ses pokémons de s'approcher puis ordonna à Sheika de retirer la grille grâce à ses pouvoirs psychiques. Elle passa la tête à travers le trou et vérifia qu'il n'y avait personne à part l'homme. Discrètement, elle se glissa hors de la trappe puis se laisse soudainement retomber sur l'homme qui tomba à terre, la tête la première. Il semblait assommé et pour le moment inconscient. La blonde se releva et attendit que ses pokémons la rejoignent avant d'insérer le passe pour l’ascenseur.

Elle s'arrêta au dernier étage, et elle continua tout droit. Elle se situait au niveau des appartements d'Elsa-Mina, la directrice du paradis Aether. Et c'était aussi ici que se trouvait les terrasses extérieures. Il lui serait ainsi plus facile de repérer un balcon. Elle jeta à un coup d’œil derrière elle et crut apercevoir quelque chose bouger. Soudain, quelqu'un lui sauta sur le dos et la projeta à terre. Mais elle fut vite libérée par Rubis. Elle eut le temps de se relever et put apercevoir qu'une jeune fille aux longues tresses rousses se trouvait droit devant elle, son regard vert pétillant dans le noir.

-Qu'est-ce que tu fais ? s’écria Ellen.

-A ton avis ? fit l'inconnue avec un soupçon de malice.

-Laisse-moi passer !

-Dis moi où se trouve le diamant d'abord.

-Hein ? Mais je...je n'en sais rien !

-Ça fait un petit bout de temps que je te suis, enchaîna la rousse, et tu m'as l'air un peu trop confiante, comme si tu savais où tu allais, alors je ne me répéterais pas une troisième fois, où est le diamant ?

-Et bien moi je ne te le répéteras pas une deuxième fois, laisse-moi passer, répliqua la Givrali.

-Très bien, tu l'auras vou...

La fille n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'Ellen lui lança la corde qu'elle avait préparé pendant le beau discours de la rousse, autour de son corps et tira un peu pour la faire tomber.

D'une démarche féminine, elle s'approcha de l'élève et resserra les nœuds de la corde afin qu'elle ne puisse pas se libérée, puis souffla à son oreille :

-Tu iras demander où se trouve le diamant aux gardes, hein ?

Puis elle s'éloigna de la fille ligotée avec un sourire satisfait sur ses lèvres.
Après avoir évité plusieurs sbires, la Givrali arriva enfin devant une grande porte vitrée. Elle se glissa dehors et remarqua soudain une caméra qui filmait exactement l'endroit où elle allait poser son pied et recula brusquement. Au final, un simple détour suffit pour tout éviter. Soudain, Rubis tira sur ses lacets. Sheika avait disparu ! Et Ellen eut beau l'appelée par tous les noms, aucune trace de la petite Tarsal. Peut-être avait-elle été prise en otage ? Non tout de même pas, après tout ce n'était qu'un jeu. A moins que la rousse ait réussi à se libérée ? Mais pour le moment, peut importait la raison de la disparition de Sheika, il fallait seulement la retrouver.

La pokéathlète ne quittait plus Rubis du regard, de peur que cette dernière ne disparaisse à son tour. Son cœur était noué par l'inquiétude et la panique s’emparait au fur et à mesure d'elle.
Rubis se mit soudain à courir, elle avait sûrement trouvé une piste !
Elles retournèrent à l'intérieur des bâtiments, mais apparemment la Malosse n'arrivait plus à flairer l'odeur de Sheika. Où avait-elle bien pu passer ?

Ellen errait dans les couloirs, à droite, à gauche, tout droit, et encore à droite. Elle ne savait même plus où elle était. Au bout d'un moment, elle se retrouva face à une énorme porte bleue qui nécessitait un passe pour entrer. En plaquant son oreille contre la porte, elle cru entendre comme un objet qui tombe sur le sol. Prenant son courage à deux mains, elle glissa le passe dans la porte qui s'ouvrit en un bruit sourd. Il faisait noir dans la pièce, mais soudain, la blonde sentit quelque chose la frôler, elle poussa un cri d'horreur et alluma son Ipok. Tout d'abord, elle ne vit rien, à part une étrange pièce remplie de livres. Puis elle remarqua qu'une fenêtre était ouverte. En s'approchant, elle remarqua que la fenêtre donnait sur un balcon. Alors, tout s'assembla dans sa tête en un trait : les sbires qu'elle avait surpris en train de parler d'une pièce pleines de livre, puis d'un balcon. Elle leva alors la tête ; il y avait une nouvelle grille, encore ouverte. Cela signifierait-il qu'elle était arrivé trop tard ?

-Ta Tarsal Tarsal ! s'écria une petite voix venant du balcon.

La fille aux yeux bleus sursauta et se précipita en direction du bruit.

-Sheika, c'est toi ?


Elle reconnut sans aucun mal la petite Tarsal chromatique cachée entre des fleurs.

-Ho tu m'as fait si peur ! Ne reco...Qu'est-ce que tu en as entre les pattes, balbultia la coach.

Non, elle ne rêvait pas, c'était bien l'un des faux diamants. Enfin ! Alors Sheika était passé par les conduits pour arriver jusqu'à cette pièce et c'est ainsi qu'elle avait trouvé le diamant ? C'était juste...elle en perdait ses mots.
Elle serra le pokémon dans ses bras puis rangea le diamant dans son sac.

Ce fut sans encombres qu'elles arrivèrent saines et sauves, un diamant avec elles, devant la Général Jackie. Lorsque le diamant changea de main, Ellen soupira de satisfaction. Bien que cette mission, lui ait plus, elle était épuisée et avait hâte de rentrer à KoniKoni pour une nuit bien méritée.
(c) Alban



HRP:
 

_________________
 
I pushed like a rose among
the nettles
Miriam Haere
Région d'origine : Alola
Âge : 31 ans
Niveau : 26
Jetons : 3561
Points d'Expériences : 496
Adulte Zoologiste
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Mer 30 Aoû - 22:31


Compétition Pokéathlète #5



Mission d'infiltration
Fondation Aether

Béatrice n'est pas du genre compétitive parce qu'elle pense qu'elle gagne toujours. En plus de ça, elle est modeste ! Appuyée sur la rembarde du bateau, elle observait l'île artificielle de loin. Ils allaient bientôt arrivés à ce fameux paradis dont elle a entendu parler. Comme l'a expliqué la Général Jackie, les élèves devront choisir deux pokémons pour les accompagner durant cette pseudo mission d'espionnage. Le choix est très simple pour la pyroli, puisqu'elle n'a que son fidèle Dedenne et son Larvibule trop collant. La jeune adolescente n'est absolument pas une pokéathlète et encore moins une espionne. Mais après sa mission avec Idalienor dans le repère de la team malfaisante de l'île, la Team Skull, elle a trouvé qu'elle avait un certain talent. Puis bon, si un jour entrer dans cette team lui venait à l'esprit, il fallait bien qu'elle apprenne à voler, non ? Béatrice avait mit un débardeur noir et un leggings noirs. Au dessus, elle avait enfilé un gilet à capuche. Elle jouait son jeu d'espionne jusqu'au bout. Chaussée de baskets confortables, elle descend du bateau, déterminée. Elle devait être rapide et discrète. Autrement dit, tout ce qu'elle n'est pas. Mais elle doit faire un effort si elle veut rapporter ce qui lui donnera la victoire: un faux diamant. Accompagnée de ses deux acolytes, la brune s'avance et observe le lieu. Tout est blanc, bonjour le boulot des femmes de ménage ! Mais on est pas la pour parler du design de l'endroit ni même de sa propreté. Kauwae est accroché au mollet de sa dresseuse, comme toujours, tandis que Puïhi était dans sa capuche. Après avoir écouté les dernières consignes, tout les élèves partent. C'est partit.

La brune partit dans un coin, près d'énormes caisses en bois empilées les unes sur les autres. Bon. Je suis à l'embarcadère. Est-ce le dernier niveau ou est-ce qu'il y a quelque chose encore en dessous ? pensa-t-elle. Elle regarda au plafond, il y avait plusieurs caméras de sécurité. Elle réfléchit un instant, avec le peu de matière grise qu'elle a, et avança un peu pour se remettre derrière d'autres caisses en bois. Elle s'adresse alors à ses pokémons.

« J'vois l'ascenceur. Il est au centre. C'est un drôle d'ascenseur d'ailleurs mais osef. J'dois y aller alors j'ai besoin d'toi Puïhi. »

Le Dedenne sortit de la capuche de sa dresseuse et se mit sur son épaule, prêt à l'écouter.

« Tu sais que je ne suis pas discrète. J'arriverais jamais à choper un pass. Mais c'est pas grave, parce que je risque sûrement de m'faire surprendre par un garde. Pendant que j'essayerais de m'enfuir, toi, tu voleras le pass. Dacc ? »

En guise de réponse, le pokémon antenne fronça les sourcils. Il semblait prendre cette mission très au sérieux et était très déterminé. Le Larvibule lui.. il était toujours accrocher au mollet de Béa. Celle-ci s'avança pour se mettre dans un autre recoin. Elle recula tout doucement, en observant si personne ne l'avait vu. Soudain, elle heurta quelque chose. Elle se retourna vivement et vit un colosse habillé tout en blanc. Il voulut attraper son avant-bras mais elle fut plus rapide que lui. Elle commença à courir et passa entre deux énormes piles de caisses. Elle regarda son Dedenne qui comprit tout de suite. Le garde tenta de passer entre les caisses mais il était beaucoup trop musclé pour y arriver et celles-ci étaient très lourdes: impossible de les bouger.

« Fallait pas faire d'la muscu' ! » dit-elle en riant.

Elle continua à avancer doucement en espérant que son compagnon est réussi sa tâche. Elle s'immobilisa, écoutant les bruits aux alentours.

« Eh ! Y'en a une là ! Il me faut une femme mince en renfort ! »

Elle entendit quelqu'un courir puis vit une ombre non loin d'elle. Les battements de son coeur s’accélérèrent. Soudain, une femme blonde lui fit face. Elle attrapa une pokéball et l'activa pour faire apparaître un Grodrive.

« Grodrive utilise Tornade ! »

Béatrice se mit à courir tant bien que mal et tomba sur son Dedenne. Heureusement pour elle, le Grodrive avait du mal à attaquer dans ces espaces restreints.

« Puïhi utilise Eclair sur le Grodrive ! Kauwae utilise Sécrétion sur la femme ! »

Une vive lumière frappa le pokémon ballon qui fut envoyé plus loin tandis que sa dresseuse était piégée dans la soie du pokémon insect. Le Dedenne, qui n'avait pas réussi à prendre le pass du premier garde, courut vers la femme pour prendre le sien et l'apporter à Béatrice.

« Parfait ! »

Elle sortit rapidement du labyrinthe de caisse, fit attention à ce qu'on ne la voit pas, puis courut en direction de l'ascenseur. Elle mit le pass sur le petit écran qui afficha "A quel étage désirez-vous vous rendre ?". Elle appuya sur "Réserve pokémon". Elle commença à monter et arriva dans une sorte de serre. Elle court, saute au dessus d'une barrière et plonge derrière un buisson. Elle fit une petite caresse à son Larvibule qui s'était replacer sur son mollet. Son Dedenne, sur son épaule, observait les alentours. Il n'y avait pas de gardes autour d'elle alors elle se releva pour avancer mais.. elle ne pouvait pas. Ses pieds étaient littéralement collés au sol. Elle soupira. Son Dedenne, plus intelligent, appela le Larvibule. Même si Béatrice ne comprenait pas leur "langue", elle savait qu'il lui demandait d'utiliser ses deux puissantes mandibules pour creuser dans le sol. Le pokémon, d'abord hésitant, s’exécuta quand sa dresseuse confirma l'idée de Puïhi. Mais Béatrice ne pouvait se déplacer qu'en sautant car un énorme bout de terre reliait toujours ses pieds. Elle se déplaça tant bien que mal à la barrière, s'assit dessus et lâcha ses jambes chacune d'un coté pour les séparer. Ensuite elle gratta ses semelles contre un arbre pour enlever le plus gros. Mais elle devait ce faire une raison: elle devra continuer sa "mission" avec 5 centimètres de terre sous ses chaussures. Elle sortit de sa cachette et repéra une caméra de sécurité qui tournait. Elle était sur le point de filmer dans sa direction alors Béatrice demanda à Kauwae d'utiliser Sécrétion sur celle-ci pour ne pas se faire repérer. Mais bon, elle sait quand même fait repérer.

« Eh, toi là ! » cria un petit homme gros.

Il s'approcha d'elle, très énervé. Mais il ne semblait pas vouloir l'attraper. Puïhi se cacha dans la capuche du sweet de Béa tandis que Kauwae se cacha dans son dos.

« Qu'est-ce que tu fais là ? Je t'ai dit d'aller au rez-de-chaussée. Le professeur Saubohne a été clair: il veut du renfort là-bas. Tu sais, pour les morveux de l'académie, là. »

Béatrice resta bouche-bée, cet homme est clairement une taupe. Il l'a prit pour une employée. Pourtant elle est habillée tout en noir. Ce n'est pas grave, elle s'excuse auprès de lui et court vers l'ascenseur. Elle pose le pass et clique sur "rdc: entrée". L'ascenseur descend. Mais quand elle arrive, elle vit pleins de gardes.

« Et merde.. »

Elle courut et se faufila derrière un comptoir à l'accueil. Une femme s'y trouvait et était sur le point de crier mais le brave Dedenna sauta sur elle. Elle tomba en arrière tandis que le pokemon mis ses pattes sur sa bouche. Il l'intimida en faisant des petites étincelles avec les antennes de ses joues. Béa prit la casquette de l'employée et la mit sur sa tête.

« Chouette, un souvenir ! »

La femme tenta de bouger mais le Dedenne lui envoya une petite décharge électrique qui la calma. Béatrice observa le lieu. Il y avait deux sorties. Note à moi-même: on n'entre pas quelque part sans savoir comment en sortir, pensa-t-elle. Non, elle n'est pas devenu soudainement intelligente, c'est juste une réplique dans une série. Elle remarqua alors qu'il fallait un autre pass pour sortir. Elle fouilla celle qu'elle avait pris en otage et trouva ce fameux papier magnétique. Le Larvibule la ligota dans sa soie en utilisant sécrétion puis le trio partit rapidement, ni vu ni connu. Béatrice sort et commence à longer le mur sur sa gauche. Elle remarque alors à quel point le bâtiment est grand. Elle se retrouve dans l'endroit où les employés logent. Elle soupire, pensant qu'elle ne trouverait rien, mais remarque qu'au bout, il y a des panneaux solaires. Elle s'avance et passe au dessus d'une barrière. Elle demande à son Larvibule de fouiller l'endroit, totalement désert. Et bientôt, il ramena quelque chose de brillant entre ses mandibules. Un énorme sourire apparut sur le visage de Béatrice: un faux diamant ! Elle le prit et l'examina. Il était intact, c'était parfait ! Elle félicite son compagnon qu'elle avait sous-estimé. Maintenant, elle devait redescendre. Elle longea les panneaux solaire pour rentrer de l'autre côté. Elle avait repéré une sorte de demi-étage entre celui de l'entrée et celui de l'embarcadère. Il n'y avait qu'un mètre de hauteur, elle pourrait facilement descendre par là, puis par les caisses en bois puis sur le sol. De là, elle pourrait rejoindre facilement le bateau, auprès du Général Jackie. Elle confia le diamant à son Dedenne qui se cachait dans sa capuche. Elle entra et longea le mur puis sauta au dessus de la barrière. Elle longea encore une fois les murs avant de sauter sur les caisses puis sur le sol, à quelques mètres du point de rendez-vous. Après un dernier effort de discrétion, elle se présenta devant la Général Jackie. Dedenne donna le diamant à celle-ci. Béatrice s’essaya dans un coin, épuisée puis félicita ses deux compagnons qu'elle avait trouvé géniaux. En attendant les autres participants, elle s'occupa à enlever la terre sous ses chaussures.. En espérant qu'elle ne soit pas fichue. C'était ses préférées!
(c) Alban



HRP:
 
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11519
Points d'Expériences : 2528
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   Sam 16 Sep - 0:20
Agent Spettell au rapport ! Pour une fois, l’académie avait réussi à organiser quelque chose de vachement drôle pour la compétition pokéathlétique. C’est accompagnée de Miele et de Gummy que je me présentai à l’exercice. L’un me sera particulièrement utile pour me servir d’éclaireur et espionner les autres élèves tandis que l’autre pourra traverser les murs sans aucun soucis. J’aurais bien demander à Twinings de m’accompagner, mais ce dernier n’aurai servi à rien étant donné que les téléportations dans ce lieu sont impossibles. Cela m’intrigue pas mal, j’aurais aimé savoir quel dispositif ils utilisent pour parvenir à un tel résultat. Peut-être qu’avec Ajax, j’aurais pu y avoir accès, mais l’idée puait rien que d’y penser. Fouiner dans les dossiers d’une si grande organisation n’était pas quelque chose à faire à moins d’avoir des gens à l’influence monstrueuse pour assurer nos arrières. Je ne doutais pas une seule seconde que si j’essayai moi de faire ce genre de chose, je me ferai déshériter par la folle et finirai ma vie dans un pavillon de la résidence sans possibilité de sortie aucune.

Le signal de départ fut rapidement donné. Je me précipitai vers la terrasse pour contourner le bâtiment principal et entrer dans celui-ci par la porte arrière. Gummy put aisément passer à travers et m’ouvrir de l’intérieur. Je me retrouvai dans le débarras. Maintenant que j’étais rentrée, il fallait que je trouve un plan. Il y en avait toujours plusieurs dans chaque bâtiment en général pour indiquer les sorties de secours en cas d’incendie. Le complexe Aether n’échappait pas à la règle. Rapidement, je trouvai un plan fixé au mur, à côté des toilettes du rez-de chausser. Cependant, à en croire l’ascenseur, je ne m’en sortirai jamais si je veux récupérer les plans de chaque étages. En effet, il y en avait une dizaine au total. Ugh. Alors que j’avançai en réfléchissant à comment je pourrai repérer un des cristaux, j’oubliai les caméra de surveillance et passai devant une sans aucune discrétion. Fatal error. Rapidement, je me retrouvai avec plusieurs gardes à mes trousses. Ah bah bravo, quelle discrétion hors de commune ! Mais pas de soucis, à la prochaine intersection, je pourrai essayer de les semer puis me dissimuler dans une salle. Cependant, manque de bol, ces employés étaient beaucoup plus malins que je l’espérai et me prirent en sandwich. Je me retrouvai au milieu d’une intersection avec un garde qui me barrait chacune des issues possible. Je levai les mains en l’air. Très bien, très bien, je me rends. Je suis nulle en infiltration et n’aurai pas venir ici. Je retins un sourire en coin. En effet, c’était sans compter sur Miele qui était descendu de ma tête pour se diriger vers un des gardes et le piquer à la cheville. Ce dernier poussa un cri de douleur mais se retrouva rapidement paralysé. Profitant de l’instant d’inattention, je fis une balayette à un des gardes, un coup de genou à un autre et enchaînai avec une clé de bras au dernier avant de prendre ses pieds à ses trousses. Je tournai au bout du couloir et m’enfermai dans une salle. Une fois la porte refermée délicatement derrière moi, je regarda autour pour faire un état des lieux en me servant de mon iPok comme lampe de poche. Mh, j’étais dans les vestiaires. Une bouche d’aération se trouvait au plafond. Excellent échappatoire.

Cela faisait donc plusieurs minutes que je rampais dans les tubes d’aération. je ne savais guère où cela allait me mener, mais au moins, j’aurai semé les gardes. Et désormais, je ferai gaffe aux caméras de surveillances. Bientôt, le conduit se séparait en deux. Mh, quel côté se prendre ? Droite ou gauche ? Mh… Mhm ! La droite, cela semblait pas mal.

Quand je me retrouva enfin à nouveau dans un espace de circulation commun, je resta un moment dans la salle où j’avais atterri. Les toilettes pour hommes. Boarf, il n’y avait pas grand monde, et si j’avais bien compté, je me trouvai au troisième étage. Par la vitre, je pouvais estimer à peu près la hauteur à laquelle je me trouvais. Je repérai un petit point de lumière dans le jardin en bas. Sûrement un élève qui s’éclairait à l’aide de son iPok. Peut-être y avait-il un cristaux en-bas ? Cela me semblait tellement stupide que ce serait bien probable. Mais maintenant que j’étais à l’intérieur, je fouillera d’abord l’intérieur, na ! J’explorai donc les salles une à une. Et alors que je m’apprêtai à sortir de la salle de recherches, je réalisai soudainement qu’elle ne pouvait plus bouger. En baissant la tête, je vis que mes pieds étaient enfoncés dans une matière verte et gluante. Eeeerk. J’essayai de lever un pied, sans succès. Et l’autre ? Non plus. Je soupirai. Oui, c’était une sacré vie de merde. Mais tant pis, je n’avais plus le choix. Il fallait que je perde le moins de temps possible. Alors je défis mes lacets et abandonnai tout bonnement mes sneakers au milieu de cette salle maudite. De toute manière, se balader en chaussette fait moins de bruit.

Certes, marcher en chaussette fait moins de bruit, mais cela ne nullifiait pas mes chances de rencontrer des gens. Je l’appris à mes dépends. Je ne sais trop comment, je fonçai dans une personne. Un noctali pas très futé mais qui semblait très amusé de ma situation. OUI, JE ME BALADAIS À PIEDS NUS, ET ? Je ne savais pas vraiment d’où le type sortait, mais une chose était sûre, il me tapait sur les nerfs et m’avait traitée de clocharde. Tiens, je l’y verrais bien, moi, dans la situation dans laquelle j’étais. Tssss, connard, va ! Alors que je le poussais pour m’en aller, il m’attrapa les poignets et me plaqua contre le mur. Il voulait savoir si j’avais des informations sur les cristaux. À ? Et pourquoi devrais-je lui dire ce qu’il voulait ? Il n’apprécia pas ma réponse et s’approchait de plus en plus. Gummy semblait s’amuser de la situation. En effet, le type ne savait pas ce qui l’attendait. Je plissai les yeux. Et le coup partit. En plein centre. Héhé. Il se plia de douleur au sol. J’en profitai pour lui cracher dessus et déguerpir. En temps normal, je n’aurais pas hésité à l’amocher un peu plus, mais une baston n’est pas ce qu’il y a de plus discret. Je me contentai donc de m’en aller. J’avais entendu des bruits de pas et je ne doutais pas que les gardes n’allaient pas tarder à arriver. En effet, on ne s’était pas percuté en douceur.

Collée contre un mur, j’attendais des nouvelles de Gummy. Ce dernier avait traversé le mur pour voir ce qu’il y avait et n’était pas encore revenu. Quand ce fut le cas, il me confirma avoir trouvé quelque chose d’intéressant. Cool. Il fallait juste que je trouve de quoi crocheter la serrure. Je sortis un morceau de fil de fer de mes poches. Héhéhé…
Clic. C’était ouvert. Je pénétrai à l’intérieur de la pièce qui ressemblait à une salle de réception. Mais alors que je m’apprêtai à refermer la porte derrière moi, la plaque d’aération s’ouvrit, et un élève en sortit. Ah. Quelle coïncidence. Du coin de l’œil, je repérai le cristal qui se trouvait sous une cloche sur le bureau, protégé apparemment par un système d’alarme. Mh, il fallait donc que je me débarrasse de l’autre type avant de s’emparer du cristal. Sauf qu’au même moment, la fenêtre s’ouvrit et une autre Pyroli sauta dans la pièce. Ah. Puis la porte derrière moi s’ouvrit en même temps, encore une fois. Zut zut zut, on était beaucoup trop. J’eus tout juste le temps de rouler sur le côté pour esquiver un coup de pied que le nouvel arrivant dans mon dos voulait m’assaillir. Le fou ! M’avoir comme ça, il y a cru ! Et bien il a mal cru. Oh, mais c’est que je le connaissais, lui ! Un des suce-boules d’Ace. Le type qui venait du plafond, lui, plus discret dans son attitude devait probablement être un Phyllali. Très bien. Deux Pyrolis, un Phyllali et un Phyllali. La priorité allait sur ma camarade de dortoir. Cléa. Puis le Noctali aussi. Ce dernier sait probablement bien se servir de ses Pokémons. Il possédait d’ailleurs un Scalpion et un Nosferalto. Cléa, elle, était accompagnée de son Abo et d’un Coxy. Le Phyllali, lui, n’avait qu’un Arcko. Où se trouvait son second Pokémon ? Je devais faire gaffe à ça.
En premier lieu, j’envoyai Miele s’occuper du Noctali. Il fallait qu’elle puisse immobiliser rapidement le Scalpion, il pourrait récupérer le cristal à tout moment. Quant à Gummy, je lui demandai d’hypnotiser le Phyallali. Celui-ci ne sut réagir à temps et sombra immédiatement dans le sommeil. Je vis son Arcko se jeter sur Gum. Esquive, coup bas. Il passa derrière. Maintenant, il fallait l’achev-… NON ! Cléa était en train de se barrer avec le cristal. L’alarme sonnait, elle avait brisé la cloche en verre. Zut zut zut, Je la vis sourire et s’apprêter à sauter par la fenêtre. Son Coxy allait probablement la rattraper en vol. Hors de question ! Mais un Squadeneu s’occupa de la stopper à ma place. Était-ce celui du Phyllali ? La bestiole se débrouillait bien en tout cas ! Mais elle était aussi en train de récupérer le cristal en même temps qu’elle ligotait la Pyroli ! Ugh. À côté, le Scalpion avait été immobilisé et Miele essayait désormais d’échapper aux coups du Nosferalto. Un coup se perdit et j’esquivai de justesse le rayon qui m’arrivai droit dessus. Cependant, j’apercevais le Saquedeneu disparaître dans les conduits en essayant d’emmener son dresseur avec. Tss, il ne s’en sortira pas comme ça. Gum se battait toujours avec le Arcko pendant que le Coxy de Cloé essayait d’aider sa dresseuse à s’échapper de cette séance de bondage bien qu’elle devait probablement avoir l’habitude avec son Abo. Kof kof. Enfin bon, entre-temps, le serpent s’était discrètement approché du Saquedeneu et lui planta ses crocs. Cela eut pour but de le faire lâcher sa dresseuse mais aussi le cristal. Ni une, ni deux, je me jetai sur ce caillou en même temps que le Noctali. Trop lent. Gummy le souleva dans les airs sans qu’il ne puisse rien faire pendant que Miele en profita pour sauter sur ma tête et je sautai par la fenêtre, en me servant de Cloé comme support pour pouvoir sauter plus haut. Et c’était partit pour de la chute libre ! Je faisais confiance en Gummy pour qu’il puisse amortir ma chute. Mais rapidement, Cloé s’était élancée à ma poursuite, portée par son Coxy. Uh. Elle parvint à attraper mon t-shirt. Mais mais mais ! Je voulais pas finir à poil ! En me débattant, je pus me libérer mais effectivement aux dépens de mon haut qui finit déchiré en lambeaux. Mon spectre m’amortit effectivement la chute et je touchai le sol presque en même temps que Cloé à qui j’assaillis aussitôt un coup de pied avant de m’enfuir dans la direction de Jackie, le cristal en main. Héhé, mission accomplie ! Enfin, j’étais en soutif chaussettes, mais mission accomplie quand même !

HRP :
Pokémons utilisés : Gummy [Spectrum] + Miele [Statittik]
Objets tenus: Sac à dos Vert Tombola 2014 [2pts] + Foulard Touga [1pts]
Points d'Athlétisme des Pokémons : 1 + 1 + 2 + 1
Dés obtenus (dans l'ordre donné par Potiron) : www - www - www - www

Pardons pour le retard, je vous jure que j'ai tout donné Q_Q

_________________



Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration   
Compétition Pokéathlète #5 - Mission d'Infiltration
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :