Partagez | .
[Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: [Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]   Mer 2 Aoû - 22:55




You're every line, every word, everything
Alban Abernaty & Max Arago

Alban flottait sur un petit nuage. On aurait pu penser qu’il employait ce terme dans le sens littéral, puisqu’il était réellement en train de voler dans les cieux perché sur le dos de Mistral - qui ressemblait à s’y méprendre à un cumulus -, mais non. Il était véritablement heureux. Peut-être même tellement heureux qu’il avait atteint cet espèce de stade béat où la moindre activité intellectuelle un peu poussée était impossible. Heureusement, Mistral était habitué à voler seul une fois qu’on lui avait donné une direction. L’Altaria chromatique pouvait donc se débrouiller sans l’aide de son - inutile - cavalier, qui avait cessé d’être un humain doué de neurones dès lors qu’il avait quitté Lavandia. Enfin. Enfin.

Dans quelques heures à peine, Alban arriverait aux alentours des Ruines Alpha, lieu où il devait retrouver Maxine pour l’emmener passer un week-end surprise sur Touga. Ce qui signifiait qu’il allait enfin pouvoir la voir après presque un mois sans croiser ne serait-ce qu’une mèche de sa chevelure rosée. Lui qui avait pris l’habitude de se trouver par le plus grand des hasards sur son chemin à l’académie, devait à présent se contenter de quelques messages envoyés. Très clairement, la période de désintox avait été longue, compliquée, et douloureuse. Mais tout ça serait bientôt fini. Il allait pouvoir atterrir à Johto dans trois heures, la retrouver - elle et son parfum qui le rendait complètement dingue -, se nourrir de son sourire… Peut-être même la prendre dans ses bras, qui sait ? Il osait à peine l’imaginer, de peur de perdre encore plus de neurones. Toujours est-il qu’à l’issue de leurs retrouvailles aussi magiques que maladroites, ils prendraient tous deux la route pour Touga sur le dos de Mistral.

Alban avait longuement hésité sur le choix de la monture. Evidemment, il était hors de question qu’il propose à Maxine de voler seule sur le dos d’un de ses Pokémon. Elle aurait pu se blesser, m’enfin. Et surtout, il aurait dû se priver de longues heures passées avec elle et ses petits bras étroitement serrés autour de sa taille. Non décidément. Un adolescent de son âge saint d’esprit n’aurait jamais envisagé une option pareille. Alban avait beau être un chic type, il n’en restait pas moins un garçon.

Restait donc à savoir s’ils iraient sur le dos de Mistral ou de Zénith. Dans les faits, les deux Pokémon leur permettraient d’être confortablement assis, avec assez d’espace pour que le trajet ne devienne pas une corvée. La grande question était donc : sièges moelleux ou sièges chauffants ? Mistral avait clairement de gros avantages pour les trajets longs, puisque ses ailes cotonneuses vous donnaient l’impression d’être emmitouflé dans un énorme plaid duveteux, sur un matelas king-size d’hôtel de luxe. Il pouvait même être fourni avec l’option chansons et berceuses, un must-have si vous êtes du genre à avoir du mal à trouver le sommeil en plein vol. Zénith, quant à lui, était plutôt du genre à posséder des écailles rugueuses qui râpent un peu les fesses quand on n’en a pas l’habitude. Son vol était cependant bien plus rapide, et son corps dégageait une chaleur constante qui n’était pas malvenue lors des nuits un peu froides.

Puisqu’ils étaient en été néanmoins, et qu’il risquait de faire un peu trop chaud, Alban avait opté pour Mistral. Voyage plus paisible, plus confortable, et qui leur permettrait de faire une sieste reposante. Vu tout ce qui les attendait sur Touga, il valait mieux s’assurer d’être parfaitement reposé. Et puis bon, si le châtain pouvait profiter un peu plus longtemps des bras de Maxine, il n’allait pas s’en plaindre non plus.

Un sourire béat sur le visage, Alban se laissa donc tomber contre Mistral, l’enserrant de ses bras dans un geste affectif. Ah… Dans quelques heures, il allait retrouver Maxine. Plus que quelques heures…
Et, sans qu’il ne s’en rende compte, il glissa doucement dans les bras de Morphée.

***

Il arriva aux Ruines Alpha aux alentours de 5h du matin. C’était tôt - ou tard en fonction des points de vue -, certes, mais il était parti de Lavandia la veille, après la fin de son Alternance et un dîner-pot de départ qui s’était un peu éternisé. Maxine et lui avaient néanmoins convenu qu’il valait mieux se retrouver à cet horaire-là, afin de pouvoir commencer - ou finir - leur nuit lors du trajet aérien, plutôt que de perdre une matinée entière et d’être fatigués en arrivant l’après-midi sur Touga.

Le jour n’était pas encore levé. Le ciel, d’un noir d’encre, était pailleté de quelques étoiles scintillantes. Johto était toujours aussi belle, avec ses grandes maisons au style caractéristique et ses pins aux senteurs boisées. Ne s’arrêtant pas pour contempler le panorama, Alban descendit souplement du dos de Mistral et lui administra une Hyper Potion pour le requinquer de son voyage. Dans les faits, il n’était resté que deux heures sur son dos, puisqu’il avait passé tout le reste du trajet sur celui de Zénith. Il avait en outre fait en sorte que Mistral ait un rythme de sommeil décalé, afin qu’il considère la période de 3h à 12h comme sa période de « jour ». Par précaution néanmoins, mieux valait ménager sa monture.

Zéphyr perché sur son épaule, Alban s’approcha des fameuses Ruines. Il posa doucement sa main sur une des vieilles pierres poussiéreuse, avant de voir une petite touffe de cheveux roses juste derrière. Avec un sourire, il passa sa tête de l’autre côté de la ruine pour surprendre Maxine, dos à lui, qui était en train de l’attendre.

- Boo !

Sa réaction fut une des plus adorables qu’il lui ait été donné de voir. Dans un éclat de rire, il regarda la petite Givrali se retourner vers lui, visiblement surprise - et un peu effrayée également ? -, et s’essuya le coin des yeux. Bleus mouchetés d’or pour l’occasion.

Se redressant, il lui adressa ensuite un sourire tendre, et passa une main dans ses cheveux pour y lisser un petit épi rebelle.

- Bonsoir Maxine. Désolé de t’avoir fait peur. Tu vas bien ? J’espère que tu ne m’attends pas depuis trop longtemps… Je suppose que tu dois être épuisée, donc on va prendre directement la route pour que tu puisses t’endormir, d’accord ?

Gentleman, il la débarrassa de ses affaires et lui tendit la main pour la guider jusqu’à Mistral. L’Altaria chromatique, toujours fidèle à son poste, lâcha une note mélodieuse en reconnaissant Maxine. Il laissa la jeune fille saluer son Pokémon, et accrocha pendant ce temps ses bagages sur le harnais de Mistral. Bon. Rien de trop lourd. Mistral allait pouvoir supporter aisément les poids combinés.

- Je ne sais plus si tu es souvent montée sur le dos d’un Pokémon Vol, mais ce n’est rien de bien compliqué. J’ai installé une selle pour deux personnes avec des harnais. Tu passes le harnais et tu as la garantie de ne pas tomber si tu t’endors. Ça t’aidera à tenir en place et à être totalement en sécurité durant le trajet. Tu as des étriers aussi pour mettre tes pieds et éviter qu’ils ne se balancent dans le vide. Normalement, tout est bien installé pour que tu te sentes le mieux possible.

Il lui montra chacun des équipements afin de la rassurer, puis lui désigna les brides.

- C’est moi qui vais piloter donc je serai devant. Tu te mettras derrière et tu me tiendras par la taille, d’accord ? Même si tu t’endors, tes bras devraient à peu près rester en place. Et au pire, il y a toujours les harnais donc ne t’en fais pas, je ne te laisserai pas tomber.

Visiblement, il s’y prenait comme un manche pour ses explications puisque la rosée parut un peu anxieuse. Il ne savait pas si c’était la perspective de dormir à plusieurs mètres d’altitude, ou celle de passer les bras autour de sa taille qui la mettait dans de tels états. Un peu gêné, il se gratta l’arrière du crâne.

- Heu… Ou si tu te sens plus rassurée, tu peux monter devant. Je passerai mes bras autour de toi pour tenir les brides. On peut faire ça comme ça aussi. Tu auras peut-être moins peur ?

La proposition fut visiblement plus séduisante que la première. Il aida donc Maxine à monter la première sur la selle, puis grimpa juste derrière elle. D’un sac qu’il avait accroché à Mistral, il sortit un plaid et en couvrit la jeune fille. Puis, l’emprisonnant entre ses bras, il attrapa les brides. Logiquement, tout devait être bon. Maxine était solidement accrochée, et positionnée ainsi, il n’y avait aucune chance qu’elle puisse ne serait-ce que basculer sur le côté. Le plaid était en place, ce qui lui éviterait de prendre froid… Et ses pieds étaient bien posés sur les étriers. Il n’y a plus qu’à, comme on dit !

- Prête à partir ?

Il attendit son aval puis donna une très légère impulsion avec les brides. Mistral étendit ses ailes de coton puis pris son envol. En quelques battements, il fut à une altitude leur permettant de voir les Ruines Alpha dans leur totalité. Dans la nuit, à la lumière des torches enflammées, le site archéologique revêtait des allures presque mystiques.

Alban le contempla un moment, avant de recentrer son attention sur le chemin en face de lui. Ce fut à ce moment-là qu’il réalisa enfin que Maxine était juste contre lui. Son dos reposait contre son torse, à peine séparé par les vêtements et le plaid. Bon sang… Il sentit son cœur battre de plus en plus vite. Avec cette danse endiablée, il était à peu près certain qu’elle devait le ressentir. Il essaya de ne pas rougir. Heureusement, la fraîcheur de la nuit lui permettait d’avoir un peu moins chaud.

Il avait Maxine dans ses bras.

Certes, ce n’était pas un câlin ou quoi que ce soit, mais wow. C’était quand même quelque chose.

La bouche un peu pâteuse, il essaya de trouver un sujet de conversation. Néanmoins, rien ne vint. Que devait-il faire dans cette situation ? Ou dire ?

- Tu… tu n’as pas trop froid ?

Bonjour. Comme accroche, on faisait rarement aussi nul. Se traitant mentalement d’idiot, le châtain sentit Mistral lui donner un coup du bout des ailes. Brusquement, sa tête fut projetée vers l’avant, et vint se loger pile dans le creux de la nuque de Maxine. Aa-aa-ah… Moment. Gênant. Quel enfer.

Et pourtant, c’était tellement le paradis à la fois.

Il prit une grande inspiration. Son visage était probablement écarlate, mais il comptait bien sur la nuit pour cacher tous ses défauts. D’autant plus qu’elle lui tournait le dos. Il était inconcevable qu’elle puisse voir quoi que ce soit, n’est-ce pas ? Allez Alban. Prends ton courage à deux mains. Fermant les yeux pour essayer de faire abstraction de sa gêne, il se jeta enfin à l’eau.

- Ça ne te dérange si je reste comme ça ? Je me sens bien contre toi.

Il sentit son cœur ralentir doucement, comme apaisé d’avoir enfin pu mettre des mots sur ce qu’il souhaitait dire. Il était paniqué, Alban. Mais à la fois, tellement heureux d’être là, avec elle. Alors, même s’il devait ressentir de la peur, de la honte, ou tout autre sentiment de ce registre, peu lui importait.

Il était avec elle, et c’était tout ce qui comptait.


Dernière édition par Alban Abernaty le Lun 28 Aoû - 18:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 842
Points d'Expériences : 1518

MessageSujet: Re: [Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]   Lun 21 Aoû - 23:03




 
You're every line, you're every word, you're everything.

avec alban abernaty

Elle était délicieusement partagée. Son travail aux ruines alpha lui plaisait sincèrement et l’arrêter la rendait un peu triste. Elle avait envie de continuer à découvrir. Fouiller les nouvelles dispositions des ruines et les secrets qu’elles dissimulaient encore. C’était passionnant et même si son maître avait promit de lui envoyer des rapports réguliers, ça ne valait pas le terrain. Mais de l’autre coté, cela faisait un moment qu’elle était enfermée dans une bulle de bonheur. Ses sourires ne s’étaient jamais fait aussi éblouissants, ses pas étaient devenus sautillants et elle débordait de bonne humeur. Plus que ça, elle était éclatante et la raison de ce soudain éclat n’était pas bien difficile à deviner. Pierre avait très vite compris et s’était empressé de la taquiner aussi souvent que possible sur son week-end en amoureux et elle avait beau expliquer qu’ils n’étaient pas ensemble, Pierre répondait qu’ils l’étaient toujours pas après leur week-end, le garçon était bien stupide. Ce qui fit rougir Max bien plus sûrement que tout le reste.

Elle avait terriblement hâte et au final ça supprimait sa tristesse de quitter son lieu de stage. Elle partait en week-end, seule avec Alban, pour une destination mystère ! Comment ne pas être totalement surexcitée à cette idée ? Elle avait envoyé la veille le plus gros de ses valises vers Alola et n’avait gardé qu’un petit sac pour le week-end. Alban avait eut la gentillesse de lui dire que c’était un endroit plutôt chaud. Elle avait donc choisit shorts, jupes et robes avec un soin tout particulier. Ce week-end, elle était en tête à tête avec Alban et elle espérait bien la lui faire tourner, la tête.

Il devait arriver aux ruines vers 5 heure du matin. Lui aussi sortait d’Alternance et il venait tout droit de Lavandia. Vraiment, il était adorable de venir la chercher ainsi. Et ils monteraient probablement sur l’un des pokemons vols d’Alban, ce qui impliquait d’être proche et ça le cœur de Max n’était pas tout à fait prêt à l’encaisser. Elle s’était donc placée dans un endroit relativement visible un peu avant 5 heure et appuyée sur son muret en ruine, elle attendait le Voltali. Elle était tellement impatiente de le revoir. Depuis combien de temps ne s’étaient-ils pas vu ? Beaucoup trop pour l’adolescente amoureuse qu’était Max. Plus d’une minute loin de lui était de toute manière trop. Elle soupira doucement, l’air rêveur. Qu’est-ce qu’il lui avait préparé ? Il était tellement romantique, elle fondait littéralement de bonheur.

« Hiiiiii ! » Elle sursauta violemment et soupira de soulagement en constant que ce n’était qu’Alban. Alban ? Alban ! Bien vite remise de sa frayeur, elle plaqua une main sur sa bouche comme si elle pouvait ravaler son stupide petit cri. Voilà, à peine une seconde avec lui qu’elle avait réussit à se ridiculiser … « Je … Bonjour Alban. Ça va ne t’en fait pas ! J’ai l’habitude des réveils tôt mais je suis pas contre une grasse matinée aha ! » Elle le laissa récupérer ses affaires, quand elle disait qu’il débordait d’adorables petites attentions et attrapa sa main avec un plaisir non dissimulé. « Et toi ? Comment tu vas ? Tu as fait bon voyage ? » En quelques minutes, ils arrivèrent auprès de Mistral qui était visiblement leur taxi de luxe jusqu’à la destination mystère. Elle lui flatta la tête avec délicatesse pour le saluer en retour de son mélodieux cri.

Ensuite, arriva le moment des explications pour la monte de pokemon volants. Elle avait eut l’occasion de s’essayer à l’exercice à plusieurs reprises mais toujours en solitaire. De ce que lui expliquait Alban, elle allait devoir passer derrière. L’idée ne lui plaisait pas vraiment et l’affolait quelque peu. À l’arrière, si elle s’endormait, ne risquait-elle pas de tomber plus facilement ? Alban lui assurait que non, mais malgré toute la confiance qu’elle avait en lui, elle paniquait. Elle n’osa rien dire, mais cela dût se lire sur son visage et Alban lui proposa une deuxième solution que Max jugea bien plus prudente. « Je suis vraiment désolée de tout chambouler … » Déjà qu’il organisait tout le voyage … Max eut une moue désolée avant de laisser le garçon l’aider à enfourcher l’Altaria. Elle se cala donc confortablement contre le torse d’Alban, enfonça ses pieds dans les étriers et une fois le plaid bien en place (toujours ces petites attentions, elle allait fondre), elle hocha la tête. Elle était plus que prête.

Avec ce qui semblait être un rien, Alban demanda à Mistral de s’envoler. Ils s’éloignèrent rapidement du site Alpha en prenant de l’altitude. Les rares lumières de l’équipe de nuit et celles des plus matinaux illuminaient le site d’une manière si jolie que Max se promit d’en faire un croquis. Une aquarelle même peut-être. Perdue face à la beauté du paysage, elle ne remarqua que bien plus tard qu’elle était terriblement proche d’Alban. Ses joues s’enflammèrent, son cœur se mit à battre à toute vitesse. C’était terriblement agréable. C’était terriblement ensorcelant. Elle était en sécurité dans les bras de l’être aimé. Elle se laissa à profiter du sentiment. « Tout va bien, entre toi et le plaid, il n’y a pas moyen que je puisse avoir froid. »

Elle avait vraiment dit ça ? Elle déglutit vaguement et perdit son regard dans le ciel encore à moitié étoilé. La tête d’Alban vint se loger dans le creux de son cou. Elle se tendit une micro-seconde puis se relâcha complètement, positionnant même sa tête pour que la position d’Alban soit plus agréable. Elle sentait son souffle contre son cou et si elle n’avait serait qu’un tout petit froid juste avant, elle bouillait désormais. « Je … Il y a aucun soucis. » Comment te dire que plus tu es proche de moi, mieux je me sens ? Elle se laisse aller et se détend. Entourée de ses bras, de son odeur et de sa chaleur, elle ne pourrait pas se sentir plus en sécurité et il ne lui en faut pas plus pour s’endormir.

HRP : je te laisse gérer l'arrivée sur Touga huhu  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: [Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]   Lun 28 Aoû - 19:40




You're every line, every word, everything
Alban Abernaty & Max Arago

Elle était vraiment mignonne, à se laisser surprendre d’un rien, et à s’inquiéter de tout. Après l’avoir rassurée sur le bon déroulement de son propre voyage, Alban embraya directement sur les préparatifs du leur. C’était qu’il était déjà bien cinq heures du matin, et qu’il ne fallait pas qu’ils traînent trop longtemps ici, s’ils voulaient faire tout ce qui était prévu ! Le châtain avait passé de longues semaines à planifier ce séjour dans les moindres détails, et il comptait bien en faire un week-end inoubliable pour eux deux. Malheureusement, avec leurs Alternances respectives et leurs obligations sur Alola - notamment du côté d’Alban, il fallait l’avouer -, les deux adolescents n’avaient pas pu prévoir plus qu’un week-end. D’autant plus que la vie à Touga était relativement chère, et que le Voltali avait mis un point d’honneur à tout financier seul. Il n’avait pas envie de compter sur l’aide de ses parents pour quelque chose d’aussi important. Pendant ces derniers mois, il avait donc travaillé comme un forcené pour économiser un maximum, dans l’optique de pouvoir être grand prince une fois le week-end W arrivé. Il n’en avait évidemment rien dit à Maxine ; d’une, cela ne se faisait pas, et de deux, il ne voulait vraiment pas qu’elle s’inquiète et lui propose son aide. Ce séjour, c’était comme un cadeau qu’il lui faisait. Il ne savait pas vraiment ce qu’il voulait fêter, mais au pire, était-ce bien important ? Il n’avait pas besoin d’occasion particulière pour avoir envie de lui faire plaisir.

Il hocha donc la tête lorsqu’elle s’excusa de tout chambouler, avant de réfléchir. Ce n’était pas quelque chose qui le dérangeait particulièrement - et au final, il préférait qu’elle se sente bien lors du trajet -, mais il y voyait une occasion en or de la taquiner encore une fois. Alors, il passa juste à côté d’elle et lui ébouriffa les cheveux affectueusement.

- Ok c’est bon, je prends ça et tu es pardonnée.

Il lui adressa ensuite un sourire et, se rendant compte de l’air particulièrement stupide qu’il devait avoir, détourna les yeux en rougissant. Elle avait peut-être passé des heures à se faire jolie - il n’en savait rien, il la trouvait toujours aussi mignonne -, mais qu’importe. De toute façon, après avoir passé une nuit en plein ciel, elle risquait d’avoir des épis quand même à l’arrivée. A cette pensée, il sentit ses joues chauffer un peu plus. La scène d’une Maxine se réveillant d’un long vol à dos d’Altaria, encore un peu dans le gaz, les cheveux tout emmêlés, était particulièrement dangereuse pour son pauvre petit cœur. Il essaya donc de penser à autre chose en l’aidant à monter sur le dos de Mistral.

Après quelques petits ajustements, ils furent tous les deux installés. La Givrali devant, et lui en seconde position, ses bras fermement verrouillés autour d’elle pour éviter qu’elle ne tombe. Mistral étendit alors ses ailes et prit agilement son envol.

Autour d’eux, la nuit d’été était à peine fraîche. Johto étant une région plutôt montagneuse, il y faisait évidemment beaucoup moins chaud que sur une île tropicale telle que Touga ou Cobaba. Alban avait donc prévu un plaid tout doux imitation fourrure, et, collés l’un contre l’autre comme ça, il ne pouvait que se sentir bien. Entre ses bras, il sentait que Maxine commençait progressivement à s’endormir. Son souffle se fit beaucoup plus régulier, beaucoup plus paisible. Alors, il se pencha doucement en avant pour déposer un léger baiser sur sa joue.

- Bonne nuit, lui murmura-t-il doucement.

Puis, après avoir surveillé encore quelques minutes la trajectoire de Mistral, il s’endormit à son tour.

***

Ils arrivèrent sur Touga quelques longues heures plus tard. Le jour s’était déjà levé et, dans un océan de lumière dorée, ils amorcèrent doucement la descente vers la fameuse oasis. Alban se sentit sourire. Maxine dormait encore - ce qui faisait qu’elle n’aurait pas à subir la panique de l’atterrissage -, et le temps semblait idéal pour ce qu’il avait prévu pour la journée. En outre, il pourrait la réveiller aux douces odeurs des fleurs et des baies de Touga.

Faisant donc atterrir Mistral à l’entrée principale de l’oasis, le Voltali détacha doucement son harnais et sauta de sa monture. Ses pieds s’enfoncèrent agréablement dans le sable légèrement chaud, et un sourire se dessina sur ses lèvres. Touga était comme dans ses souvenirs. L’entrée, bordée de grands cocotiers, palmiers, et autres arbres exotiques, offrait un couvert agréable à ceux en quête d’un peu de fraîcheur. Même à 10h du matin, le village de l’oasis était déjà animé. Des jeunes filles à la peau bronzée déambulaient dans les allées, offrant des colliers de fleurs aux touristes qui les observaient curieusement. Alban fut partagé entre l’envie de réveiller Maxine, et celle de la laisser dormir encore un peu. Après tout, elle n’avait pas forcément pu se reposer comme il se devait. D’autant plus qu’il prévoyait de se coucher excessivement tard…

Estimant néanmoins qu’elle lui en voudrait s’il ne la réveillait pas, il déposa un nouveau baiser sur la joue de la rosée. Il ne savait pas par quelle magie il osait autant de choses, mais pour une fois que son subconscient ne lui mettait pas de barrières, il n’allait pas s’en priver.

- On se réveille là-dedans. On est arrivés ! annonça-t-il joyeusement.

Il la laissa ensuite ouvrir un petit œil vitreux, puis l’aida à descendre. Une fois que ce fut fait, il tendit un bras vers le village de l’oasis.

- Ta-dam, retour express dans le passé !

Deux jeunes filles s’approchèrent d’eux pour leur distribuer des colliers de fleurs. Docile, Alban pencha la tête et se retrouva décoré d’un collier de fleurs jaunes dorées. Il sourit en voyant que Maxine avait même eu droit à un joli hibiscus dans les cheveux. Se tournant ensuite vers Mistral, il lui administra une Super Potion et lui donna quelques baies à croquer.

- Tu sais où est la petite hutte que j’ai louée. Tu peux aller déposer les bagages et te reposer là-bas. Beau travail, mon grand, tu as été parfait. Merci…

Il caressa doucement Mistral et ce dernier lâcha une dernière note mélodieuse, avant de s’envoler gracieusement dans le ciel. Avec un sourire, Alban attrapa ensuite la main de Maxine, et l’entraîna avec douceur vers le cœur du village. Pendant qu’il marchait, il sortit de la poche de son short de plage, un nouveau snowglobe. Cette fois-ci, il s’agissait d’une représentation miniature de Touga. Un oasis en plein milieu d’un désert, avec des fleurs colorées et des étendues de sable.

- Je me souviens de ça également. Je sais que notre arrivée ici, l’année dernière, ne s’est pas vraiment bien passée. Je suis venu en partie pour essayer de créer de nouveaux souvenirs sur les anciens. Cette fois Maxine, je te promets que quoi qu’il arrive, je ne lâcherai pas ta main…

Ses doigts se resserrèrent autour de ceux de la jeune Archéologue. Nouvel été, nouveaux souvenirs. Il comptait bien réparer toutes les erreurs qu’il avait commises sur Touga, l’année dernière. Ce qui impliquait se racheter pour le scandale avec Opale, mais également, se faire pardonner pour leur grande dispute de fin d’été.

A cette pensée, son cœur se serra. Il ne savait pas comment ce week-end se passerait. Il ne savait pas du tout comment Maxine allait le prendre, qu’il lui ait caché durant ces derniers mois qu’il se souvenait de tout. Pourtant, il avait envie de croire à cette petite lueur d’espoir qu’il entrevoyait, au loin. Ce week-end, c’était le leur. Et il allait faire tout ce qui était possible pour qu’il soit mémorable.

- Que dirais-tu d’un petit brunch quelque part ? Je te laisse choisir l’endroit, et c’est moi qui régale. Tu vois, c’est un bon travail d’équipe, hein ?

Il lui fit un petit clin d’œil taquin, mais resta légèrement ferme. Ce qui signifiait qu’il n’accepterait aucune tentative frauduleuse de sa part pour dépenser le moindre jeton lors de ce séjour.

- En tout cas… je suis vraiment content d’être ici avec toi. Merci d'avoir accepté mon invitation. Honnêtement, je voulais vraiment vraiment faire ce voyage avec toi.
Et juste toi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 842
Points d'Expériences : 1518

MessageSujet: Re: [Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]   Dim 17 Sep - 20:55




 
You're every line, you're every word, you're everything.

avec alban abernaty

Sa chaleur dans son dos, leur proximité, sa présence toute entière la consumait de l’intérieur. Il avait comme réveillé un feu à l’intérieur d’elle. Il avait attisé une flamme qu’elle ignorait posséder. Une flamme qui prenait peu à peu contrôle d’elle. Elle se faisait remarquer dans les joues écarlates, dans les mains qui se posent tout contre celle du garçon, dans son corps qui tente de se coller le plus possible contre celui du garçon. Elle aurait peut-être dut être honteuse de vouloir ainsi le sentir tout contre elle mais c’était Alban et tant que ce serait Alban, elle n’aurait pas honte.

C’était comme si on lui avait lancé un sort qui lui faisait oublier sa timidité, sa maladresse et son malaise social. Avec lui, elle était heureuse et épanouie, il lui ouvrait une voie qu’elle prenait plaisir à découvrir. Elle aimait le tourbillon de sentiment qui l’envahissait quand il passait sa main dans ses cheveux, elle aimait quand il lui murmurait des choses à l’oreille, rien que pour elle. Dans ses bras, elle se sentait libre et aimée, et elle adorait ça.

Elle ne l’aurait lâché pour rien au monde.

Ils arrivèrent sur Touga plusieurs heures de voyage plus tard. Profondément endormie, la Givrali ne se réveilla pas pendant la descente et ne put pas profiter de la beauté du lieu vu de si haut. Nul doute que la situation lui aurait rappelée une autre, un an plus tôt, où elle avait été dans la même situation.  C’est quand il déposa ses lèvres sur sa joue qu’elle bougea enfin. Si il faut savoir quelque chose de Max, c’est que le réveil est toujours assez difficile. Ainsi elle se contenta de grogner et de se coller un peu plus contre ce qui lui servait d’oreiller, à savoir le torse d’Alban.

Et quand il lui parla, elle ouvrit des yeux affolés et se recula doucement. Alban. Alban et elle, endormis sur Mistral tandis qu’ils allaient passer le week-end dans une destination inconnue. Elle qui râlait du réveil. Quelle image donnait-elle ? Elle rougit fortement de gêne et baissa les yeux pour ne les relever que quand le Voltali lui demanda de regarder autour d’elle.

Elle posa une main sur sa bouche pour camoufler le « o » que la surprise lui avait fait prendre. Touga. Touga et tout ce que cette île impliquait. L’endroit où ils avaient été le plus proche mais également l’endroit où ils s’étaient terriblement éloignés. En quelques secondes, Alban les avait fait descendre du pauvre Mistral et l’avait envoyé se reposer. Max s’autorisa une caresse de remerciement avant de regarder autour d’elle. Ça réveillait tellement de sentiments … Elle accepta d’un sourire le collier de fleur et l’hibiscus. Ça aussi ça lui rappelait tellement de chose. Elle toucha délicatement les fleurs avant de relever les yeux vers Alban. Que cherchait-il en l’amenant ici ?

Sa main dans la sienne, elle se laissa guider au coeur de la place. Si elle était toute aussi colorée et agitée que l’année dernière, il manquait la horde d’élève qu’il y avait eut l’année précédente. Ça lui faisait tellement bizarre. Elle était tout bonnement incapable de s’arrêter de regarder tout autour d’elle. La main d’Alban dans la sienne n’était plus source de gêne, c’était presque devenu quelque chose de parfaitement naturel. Malgré la chaleur, elle n’aurait voulu la lâcher pour rien au monde.

Il s’arrêta et lui tendit un nouveau snowglobe. Elle observa les si jolies couleurs avec un sourire. Bien joyeux ce snowglobe pour représenter le vide qui l’avait emplie à la suite des dernières vacances d’été. Terrible préambule de leur descente aux enfers. Terrible prologue à la dégradation de leur relation qui en avait suivit.

Il l’avait ignoré.
Il l’avait oublié.

Et malgré ça, elle était là, sa main dans la sienne et elle avait envie de le croire. Envie de le croire quand il disait qu’il ne lâcherait plus sa main. Elle était peut-être bien naïve mais elle l’aimait tellement fort qu’elle l’aurait laissé la détruire en souriant. Alors à court de mot, ou peut-être parce qu’il y en avait aucun qui n’exprimerait suffisamment ses sentiments, elle se rapprocha d’un pas, prit appuis sur l’épaule du garçon et déposa un léger baiser sur sa joue, un peu trop proche de ses lèvres pour que ce soit totalement innocent.

Elle voulait le dire mais elle en restait incapable. Elle avait souvent été maladroite avec ses mots, alors elle préférait laisser parler son corps. Elle resserra sa prise sur la main d’Alban. Peut-être lui disait-il qu’il ne lâcherait plus mais elle prenait désormais ses précautions. Elle ne le laisserait pas la lâcher. Il était allé trop loin pour l’abandonner. Il l’avait apprivoisée alors, il était responsable.

Responsable de la passion qu’elle avait pour lui. Responsable des états dans lesquels elle se mettait pour lui. Responsable de l’amour qu’elle lui portait.

La gorge toujours nouée sous le coup de l’émotion, elle se contenta simplement d’hocher la tête en réponse. C’était peut-être le trajet, peut-être les sentiments forts qu’elle ressentait depuis qu’elle s’était réveillée, mais elle mourrait de faim. Elle esquissa une légère moue. Quelque chose lui disait qu’elle allait devoir accepter de se faire entretenir durant tout le trajet. Elle changea sa prise pour s’accrocher au bras du garçon et le guida dans les allées de Touga a la recherche du brunch parfait.

Elle ne savait pas trop quoi penser de tout ça. Peut-être ne se rappelait-il pas la dispute ? Peut-être s’arrêtait-il simplement à l’histoire d’Opale, Josh et le bordel qui en avait découlé. Se rappelait-il de la grotte ? Elle souffla doucement, les yeux perdus dans le vide. Elle était heureuse d’être ici avec lui, mais elle avait tendance à s’accrocher au passé et revenir ici réveillait des souvenirs qu’elle pensait enfouis à jamais. À croire qu’Alban la connaissait un peu trop bien. Elle esquissa un sourire.  

« Merci de m’avoir invitée ici. Je … Je suis sincèrement heureuse d’être là avec toi. »

Au final c’était aussi simple que cela. Elle n’avait pas besoin de se rappeler. Elle était avec Alban, rien qu’Alban, et c’était ça qui comptait. Pas des erreurs passées, pas de trahisons amères. Juste eux, juste eux, juste eux. Ils n’avaient besoin de rien de plus. Alors son visage s’éclaira d’un sourire éclatant et l’entraîna à sa suite vers un petit restaurant dont elle se rappelait des salades de fruits absolument divine.

Installés en terrasse, les yeux dans les yeux, ils dégustèrent un brunch composé principalement de produit de la région et si un jour vous avez l’occasion de vous y arrêter, n’oubliez pas d’essayer leurs pancakes fruitées, c’est un régal.

Elle était heureuse ici. Alban juste en face d’elle, appréciant un petit déjeuner en terrasse, avec le soleil dans le dos et le bonheur à portée de main. « Alors, qu’est ce que tu nous as prévu ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: [Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]   Mer 27 Sep - 22:17




You're every line, every word, everything
Alban Abernaty & Max Arago

La main de Maxine s’éloigna de la sienne une fraction de seconde. Mais ce n’était que pour mieux lui attraper le bras. Plus proches l’un de l’autre ainsi, les deux adolescents continuèrent de déambuler dans les rues animées de Touga. Alban ne pouvait s’empêcher de la regarder à la dérobée. De ses iris azur, il épiait les moindres faits et gestes de la petite rosée. Passés les premiers instants de gêne à être aussi collé à elle, le Coach profita pleinement de cette balade. Le temps était beau, comme il était de coutume sur Touga. Des odeurs de fruits et de fleurs venaient leur chatouiller agréablement les narines. Et, plus que tout, ils étaient l’un avec l’autre.

Alban avait l’impression que ces trois semaines sans la voir une seule fois avaient été une torture. On ne pouvait pas pleinement profiter de ses vacances, sans l’être aimé. Ils s’étaient certes échangés de nombreux sms via iPok mais… ce n’était pas pareil. Ce ne serait jamais pareil que de l’avoir là, tout contre lui. Même s’il avait passé ces derniers jours à lire et relire inlassablement les messages qu’elle lui avait envoyés. Même s’il avait passé ses dernières nuits à regarder sa collection de petits souvenirs qu’il avait d’elle ; les cadeaux, les dessins, les carnets, les photographies, les polaroïds… C’était totalement niais mais il s’en fichait bien. Il pouvait bien se sentir niais, si c’était avec elle.

Ravi de l’avoir à son bras, il se laissa donc entraîner jusqu’à une petite terrasse. Il s’arrêta un moment, le temps d’écouter ce qu’elle avait à lui dire. Un sourire s’étala sur ses lèvres, et il passa doucement une main dans les cheveux de l’Archéologue. Tout doucement, pour ne pas risquer de faire tomber l’hibiscus entre ses mèches.

- Tu n’as pas à me remercier. C’est… normal… lui répondit-il, les joues en feu.

Elle n’avait pas besoin de le remercier. Il ne faisait pas ça que pour elle. Mais ça aurait été mentir de dire qu’il ne le faisait que pour lui.

Alors, ils allèrent s’asseoir à une table protégée d’un grand parasol, puis commandèrent divers plats à picorer. L’attente ne fut pas bien longue. Maxine avait l’air de connaître ce café, puisqu’elle le conseilla merveilleusement bien. Il se laissa tenter par les fameux pancakes aux fruits, ainsi qu’un grand verre de smoothie de baies diverses. Attablés, sous un soleil radieux, chatouillés par un vent légèrement frais, les deux adolescents se sentaient bien. Alban touillait machinalement sa paille dans son cocktail, tout en raconta ses deux semaines d’Alternance en compagnie d’Idalienor. Ils s’échangèrent les dernières nouvelles, parlèrent un peu de leurs projets pour le reste des vacances, et rirent de situations cocasses qui leur était arrivées. Au bout d’un moment néanmoins, Maxine lui demanda ce qu’il avait prévu pour eux, et Alban esquissa un sourire énigmatique.

- Ne me pose pas de questions, et je ne serai pas obligé de te mentir, la taquina-t-il. Plus sérieusement… C’est une surprise. Je peux cependant te répondre pour cet après-midi. Il y a un truc spécial qui se fête ce week-end, donc il y aura pas mal d’animation sur la place principale. Si ça te dit, on ira faire le tour des différents stands pour goûter des plats locaux préparés pour l’occasion, acheter peut-être quelques souvenirs amusants, ce genre de chose… et puis il y aura aussi des dizaines et des dizaines de montgolfières de toutes les couleurs qui seront lâchées dans la journée. Enfin bon, le clou du spectacle ce sera plutôt ce soir, mais je ne t’en dis pas plus. Et interdiction de demander aux habitants de Touga ! Je vais te surveiller, hein !

Il lui fit un petit clin d’œil. Il était sûr et certain qu’elle ne dérogerait pas à la règle, de toute façon. Et puis au pire, elle se gâchait une petite surprise bien sympathique… M’enfin bon ! Leur brunch achevé, ils quittèrent le café et allèrent faire un tour dans Touga.

Comme Alban l’avait dit, de nombreux stands nomades avaient été installés un peu partout. Ils se baladèrent donc comme un jeune couple, main dans la main, s’arrêtant parfois pour déguster des brochettes, picorant par ci par là les divers mets qu’on leur proposait. Ils continuaient de papoter de choses et d’autres, sans se préoccuper de quoi que ce soit. Vers la fin de l’après-midi, ils allèrent s’installer le long d’un lac et regardèrent les montgolfières s’élever dans le ciel.

C’était comme un immense lâché de ballons. On aurait dit qu’on avait lancé des tâches de peinture dans le ciel. Profitant pleinement de ce spectacle, Alban posa doucement sa tête contre celle de Maxine. Ils restèrent silencieux, muets devant la beauté de la scène. Puis, le châtain se redressa, un peu à contre cœur.

- Je fais un peu mon rabat-joie mais il faut qu’on y aille. On va repasser rapidement à la maison, comme ça tu pourras te reposer un peu ou faire un brin de toilette ou ce que tu veux pendant que je prépare la suite, d’accord ?

D’un commun accord, ils se rendirent donc pour la première fois dans le petit chalet loué par Alban. Ce dernier laissa Maxine explorer l’endroit, puis alla s’enfermer dans la cuisine pendant une petite heure. Il n’accepta aucune protestation de la part de la rosée, malgré son envie de la garder avec elle. Il avait des trucs à préparer, que diable ! Profitant donc de la courte heure qu’il avait pour cuisiner, le châtain empila des Tupperwares dans un grand panier. Roulés de poivrons au fromage d’Ecremeuh, tranches de pain toastées à l’aubergine et aux tomates cœur de bœuf, salade de riz, tarte à la baie Oran… Soit, uniquement des plats qu’ils avaient mangés ensemble dans la Grotte Luminescente, l’année précédente. Pour les deux derniers, Alban n’était pas sûr de l’authenticité du goût, sachant que c’était Maxine qui les avaient cuisiné mais… bah, tant pis. Il espérait que ce clin d’œil lui ferait au moins plaisir.

Emballant donc soigneusement le tout, il cacha les boîtes dans le panier, et alla chercher Maxine.

- Prête pour la suite ?

Ils quittèrent le chalet, et Alban laissa la totalité de ses Pokémon vaquer à leurs occupations. Il voulait être seul avec Maxine, ce soir-là. Il ne se sentait pas forcément rassuré à l’idée de se séparer de tous ses compagnons, mais bon… Il fallait bien qu’il arrive à se débrouiller sans eux de temps en temps, n’est-ce pas ?

Chargeant au maximum son sac à dos, le châtain tendit la main qu’il avait de libre à Maxine. Puis, lui faisant la conversation, il l’entraîna dans un coin bien connu d’eux deux.

Sans doute devait-elle se douter de l’endroit où il l’amenait. Malgré leur conversation animée, Alban était sûr qu’elle aurait reconnu le paysage. De ce banc de sable qui devenait de plus en plus sombre, à ces roches polies qui apparaissaient progressivement sur le chemin, jusqu’à former une énorme grotte couverte de mousse. Il essaya de rester indéchiffrable, en l’invitant à entrer dans la Grotte Luminescente à sa suite. Il avait envie de laisser planer encore un peu plus longtemps le doute.

Tout était comme dans ses souvenirs. L’intérieur de la grotte n’était pas sombre du tout, grâce à ces touffes de mousse qui diffusaient une lumière tamisée et colorée.

D’instinct, Alban retourna à un endroit bien précis. Celui où, un an plus tôt, ils s’étaient endormis dans les bras l’un de l’autre, en se murmurant leurs secrets. Dans cette zone particulière de la grotte où il n’y avait pas de toit, et où on avait une vue imprenable sur le ciel étoilé. Il posa le panier, devant l’air intrigué de Maxine, et sortit une couverture de son sac à dos. Il installa avec milles précautions leur petit campement, pour qu’ils soient à l’aise. Là, il sortit les assiettes en carton et disposa les plats.

Le Voltali vit très bien que Maxine brûlait d’envie de lui demander ce qu’il fichait.

- Non, encore trop tôt pour ce genre de questions, la coupa-t-il dans son élan.

Puis, tapotant doucement le coussin qu’il avait installé pour elle, il l’invita à venir s’asseoir et à picorer ce qu’il avait cuisiné.

C’était étrange comme sensation, que de manger côte à côte dans un silence à peine troublé par les quelques bruit de couverts qui s’entrechoquaient. Mais Alban avait peur de parler trop, et trop tôt. Maxine, de son côté, devait certainement se dire qu’il ne lui répondrait de toute façon pas. Alors, ils profitèrent de ce dîner improvisé, s’échangeant simplement des regards complices et des sourires qui voulaient tout dire.

Enfin, lorsqu’ils eurent fini, Alban lui tendit la main et l’aida à se relever. Il l’entraîna ensuite vers un ensemble de roches qui formaient comme un genre de petit escalier, puis l’aida à grimper. En mettant les pieds aux bons endroits, il était possible de se frayer un chemin jusqu’au haut de la grotte. Les deux adolescents parvinrent donc, au bout d’un moment d’effort, à se retrouver sur la partie supérieure de la grotte.

Le châtain observa le ciel, qui commençait à devenir de plus en plus sombre. Les premières étoiles étaient même apparues, et Alban enleva son sweat pour le passer sur les épaules de la Givrali. Il consulta ensuite sa montre, et se décida enfin à donner des explications.

- Tu sais ce qu’est une lune bleue ? lui demanda-t-il doucement.

Elle hocha la tête, et il lui expliqua donc.

- C’est quand dans le même mois, tu as deux pleines lunes. Je n’en sais pas beaucoup plus, mais c’est un phénomène plutôt rare. On raconte que l’activité lunaire est étroitement liée aux rythmes des marées, et ce genre de choses. Je ne saurai pas entrer dans les explications scientifiques, mais une lune bleue peut entraîner certaines perturbations et certains évènements qui n’arrivent pas le reste de l’année. Je me suis renseigné et c’est précisément pour ça que j’ai voulu te faire venir ce week-end-là. Ah, et c’est juste un terme comme ça, hein. La lune ne va pas vraiment devenir bleue.

Il eut un petit rire puis regarda au loin. De là où ils étaient, ils avaient une vue imprenable sur le bout d’océan qui était le plus proche de l’oasis. En outre, ils voyaient également très bien le grand lac de Touga.

- Ah, ça commence…

Doucement, des lumières s’allumèrent dans l’eau. D’abord au bord du rivage, puis de plus en plus loin, se diffusant comme si une bougie en avait allumé une autre. Des millions de petits points lumineux furent bientôt visible sur toute la surface du lac, et sur une bande étendue d’océan qui s’étalait à perte de vue. C’était comme si les étoiles, qui se reflétaient sur l’eau, s’étaient mises à s’embraser pour diffuser encore plus de lumière.

Le spectacle était magnifique. Alban était réellement ravi d’être présent pour pouvoir en profiter. Et il était encore plus heureux de le partager avec Maxine.

- Ce sont des Loupio et des Lanturn. Lors des lunes bleues, ils viennent jusqu’à Touga et restent une partie de la nuit… C’est beau, n’est-ce pas ?

Il détacha son regard de la Givrali pour observer encore ce beau panorama. Puis, avec lenteur, des points lumineux s’envolèrent jusqu’au ciel. C'était comme si les Pokémon aquatiques avaient brusquement dupliqué leurs lumières pour les envoyer flotter jusqu'au firmament. C'était un peu trouble, flou, mais chaleureux et réconfortant. Comme si on venait brusquement de faire un saut dans l'espace, et qu'on se retrouvait entouré d'étoiles chaudes. Dans un silence religieux, Alban et Maxine observèrent la suite du spectacle. Puis, rompant le silence, le châtain se tourna vers la jeune fille.

- Les habitants de Touga fêtent les lunes bleues. C’est un peu une tradition, chez eux. Et à ce moment-là, ils lancent des lanternes au ciel. Pour la bonne fortune, et aussi pour que les lumières des Loupio et des Lanturn « s’envolent », lui expliqua-t-il.

Il farfouilla alors dans son sac et sortit une lanterne en tissu, ainsi qu’une boîte d’allumettes et un snowglobe. Ce dernier représentait la grotte où ils se trouvaient. La boule était couverte de roche et de mousse prélevée directement dans la Grotte Luminescente, et Alban y avait fait figurer des petits éléments un peu plus métaphoriques. Comme des paillettes pour symboliser les étoiles, ainsi qu’un liquide bleu sombre pour caractériser le ciel.

- Je… je me souviens de cette nuit passée ici, Maxine. Je ne te l’ai pas dit avant, non pas parce que je voulais te le cacher, mais parce que je pensais que ce serait plus fort, en te le disant ici. Comme je te l’ai dit, je voulais créer de nouveaux souvenirs. Mais ce n’est pas pour autant que celui qu’on avait n’était pas important. Il l’est, évidemment. Je voulais juste revenir ici avec toi, pour qu’il soit encore mieux.

Il la laissa prendre le snowglobe, puis lui tendit la lanterne. Enfin, tenant cette dernière pour que Maxine n’ait plus qu’à l’allumer, il lui adressa un sourire.

- C’est quelque chose qu’on ne vivra qu’une fois dans notre vie, je pense. Cette lune bleue, j’entends… Alors… Tu veux faire un vœu et essayer d’atteindre Jirachi ? Peut-être qu’en lui envoyant une lanterne, ça marchera mieux qu’une pièce dans une fontaine ?

Il se tourna ensuite vers elle et colla son front contre le sien. Ils étaient tellement proches l’un de l’autre. Tellement, tellement proches.

Son cœur battait à tout rompre. Il avait encore tellement de chose à dire, tellement de choses à faire. Mais il était juste incapable de réfléchir posément. Elle l'ensorcelait avec ses grands yeux mordorés. Littéralement.

- En tout cas… moi je sais exactement quel vœu je voudrais faire… lui murmura-t-il, incapable de retenir ses paroles plus longtemps.

Et toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]   

Revenir en haut Aller en bas
[Touga] You're every line, you're every word, you're everything [PV Max]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Reste du globe-