Partagez | .
[Cueillette] Eclats de baies entre les rires
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Johto
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 0
Points d'Expériences : 286

MessageSujet: [Cueillette] Eclats de baies entre les rires   Mer 9 Aoû - 16:39


La brume s'esquivait au loin, chassé par le soleil qui saluait les nuages de par ses rayons de miel. La chaleur se faisait ressentir en ce début d'après-midi qui promettait d'être aussi ensoleillé que les jours précédents. Salomé observait la lisière du jardin d'Ula-Ula sans avoir encore osé y mettre les pieds. Un bref coup d’œil às on iPok lui annonça qu'elle avait était tout à fait dans les temps, contrairement à sa première et précédente rencontre avec Idalienor. Au moins la médecin n'aurait-elle pas à patienter aujourd'hui. Le point de rendez-vous avait été donnée il y a déjà quelques jours, par le biais d'échanges de messages d'iPok, même si Salomé n'était pas une grande utilisatrice de cet appareil, il fallait bien reconnaître que c'était là l'idéal pour entretenir des conversations avec des personnes éloignées ! Pour l'heure, son répertoire n'était pas bien rempli mais peu importait.

La demoiselle se pencha pour déchiffrer les différentes indications du panneau d'orientation. Même si leur but premier était le jardin et qu'il lui aurait suffi de continuer tout droit pour le franchir, ce n'était pas là leur point de rendez-vous. Elle préférait autant que possible éviter de se perdre en ce lieu inconnu. Alors elle contourna quelque peu le jardin qui s'étendait à perte de vue pour se diriger vers l'entrée de l'est pendant qu'elle partait depuis celle du Nord ; celle de l'Est débouchait sur un lac magnifique, c'était là leur point de repère pour éviter d'user à outrance de l'Ipok au sein du jardin. La demoiselle se mit en marche jusqu'à la fameuse entrée, Picassaut sur son épaule et Plumeline à ses côtés. Rien n'avait changé depuis la dernière fois avec son starter, lui était toujours retardé mental, tandis que le Plumeline hérité de Mélie se noyait un peu plus dans sa dépression prononcée. Peut-être Idalienor pourrait-elle lui donner un conseil ou deux pour aider au mieux ce Pokemon que la rousse ne connaissait que peu ? La docteur allait finir par se spécialiser dans les maladies mentales si la Givrali continuait de lui amener différents patients, tous aux cas plus précis les uns que les autres !

Le soleil se reflétait sur l'eau pure et calme du lac. La demoiselle n'eut pas à chercher longtemps du regard la brune qui arrivait à son tour, par un autre chemin sûrement. Au moins étaient-elles parfaitement synchronisées pour leur journée à Ula-Ula ! La dresseuse alla vers la Pyroli pour la saluer, un sourire au bord des lèvres :

— Coucou Ida, je suis contente de te revoir !
clama-t-elle en guise d'introduction, merci à toi d'avoir bien voulu m'accompagner aujourd'hui, c'est que je ne suis pas une experte des baies comme toi, toute seule j'aurais eu un peu peur d'en cueillir des toxiques... C'est pas ça qui aurait arrangé l'état de mon Picassaut !

L'oiseau piaffa en entendant le nom de son espèce. Oui, le starter faisait des progrès mais il serait plus que temps de lui trouver un nom final plutôt que de le nommer à tort et à travers comme ses pairs sauvages.

Même si les baies restaient leur objectif premier, les deux jeunes femmes n'avaient pas quitté Akala pour Ula-Ula pour ce simple but. Les buissons fournies pullulaient autant sur leur île respective que sur celle-ci, les paysages du jardin et l'exotisme n'étaient pas une raison suffisante mais la simple tentation du nectar typique de ce jardin avait poussé le duo à se lever plus tôt que d'accoutumé. Ça et le fait que Salomé continuait de marcher sur les traces de sa mère, la recherchant à l'aide du peu d'indices qu'elle possédait, c'était là la raison première de sa venue ici. Pourtant, la demoiselle connaissait les réticences de la Pyroli pour l'occulte et le mystique et c'était là le domaine premier de la personne qu'elle souhaitait rencontrer. Smir. Un bien étrange nom pour un être tout aussi mystérieux. De lui, elle ne savait que peu de choses et elle se doutait que nombreuses ne seraient que de simples rumeurs.

— J'ai un truc à faire avant par contre et je pense que ça ne te plaira pas beaucoup,
lui dit-elle en ayant encore en tête la réaction de la médecin quant à la voyance, j'ai quelqu'un à rencontrer dans ce jardin, je ne le connais pas et il ne me connaît pas, je sais juste qu'il s'appelle Smir et qu'il passe son temps à rire... C'est d'ailleurs tout ce que je sais pour le reconnaître. Et ce qui ne va pas te plaire, c'est que ce garçon rit pour éloigner les esprits mauvais des Pokemon... Et puis, les gens d'ici l'appellent le démon alors je suppose que ce n'est pas qu'à cause de son rire...

Cela faisait beaucoup de suppositions. Le verdict serait dans peu de temps. Plus qu'à espérer que Smir serait bel et bien présent comme le lui avait affirmé Lou sans quoi la demoiselle aurait effectué ce voyage depuis Akala pour rien. Mieux valait ne pas penser à un éventuel échec.

Une bourrasque se leva malgré le temps clair du jour. Quelques frissons parcoururent l'échine de la rouquine et elle crut discerner au loin quelques fragments de rire déportés par le vent soudain. Elle ne pouvait avoir inventé ce son. Tel un écho, les rires se propagèrent doucement d'abord avant de se fendre et de s'éteindre finalement. C'était une drôle sensation que d'entendre Smir rire. Démon ou fou, elle le saurait bien assez tôt.

— Je crois bien que c'est lui... Tu peux m'accompagner lui parler ou commencer la cueillette de ton côté, c'est comme tu préfères... Mais qui sait, peut-être qu'il saura te faire changer d'avis sur tout ce qui touche à l'occulte ?

Salomé l'espérait sincèrement. Tout le monde n'avait pas la chance d'avoir grandi avec une arrière-grand-mère qui s'était proclamée voyante dès son plus jeune âge. Le don n'était pas à prendre à la légère et au milieu d'une mer de charlatans, certains véritables pratiquants se distinguaient. C'était le cas de son aïeule qui se faisait appeler Babushka. Peut-être serait-ce le cas de Smir ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 43
Jetons : 179
Points d'Expériences : 1374

MessageSujet: Re: [Cueillette] Eclats de baies entre les rires   Jeu 17 Aoû - 14:25

J’ai reçu il y a quelques jours un message qui m’a pour le moins surprise. Salomé, la Givrali que j’ai pu conseiller l’autre jour, me propose d’aller faire une cueillette ensemble sur l’île d’Ula-Ula. Ça pour une surprise, je ne m’y attendais pas. Non pas que l’échange se soit mal passé, pas du tout. Mais j’étais persuadée qu’elle ne me voyait que comme quelqu’un qui a pu l’aider à un moment et puis c’est tout. Je ne pensais pas qu’elle me proposerait ce genre de promenade. La rousse m’explique dans son message qu’elle aimerait que je sois là pour l’aider à repérer les bonnes baies ect. Cela me fait sourire. Donc finalement elle me fait vraiment confiance. L’incident avec mon bras ne l’a pas plus choqué que ça, je suis soulagée. En y pensant, je passe mes doigts sur mon bras gauche avec douceur. Son état s’améliore, je suis de moins en moins dépendante des médicaments que m’a donné l’hôpital. Mais ne brûlons pas les étapes. Je crois que j’ai poussé les choses trop loin pour me le permettre.

Pendant que je prépare ma sacoche, je repense à la Givrali. Je viens seulement de réaliser mais je comprends enfin à qui elle me fait penser. A ma propre sœur, Julie. C’est vrai, elles ont exactement le même âge, cette même chevelure rouge flamboyante et la même attitude un peu rebelle. Je suis sûre qu’elles s’entendraient très bien. Cela fera un sujet de plus pour la prochaine lettre à destination de la famille Edelwen. Depuis que l’on s’est tous revus à l’hôpital, on s’est promis de s’écrire une lettre toutes les deux semaines, pour se raconter nos vies et nos aventures. Un retour aux sources qui permettra je l’espère d’éviter cette dernière catastrophe, entièrement de ma faute. Une fois les affaires rassemblées, je vérifie que ma tenue convient, récupère mes pokeballs et quitte la maison. Aria et Sylvabel sont déjà partit. Décidemment il va falloir que j’ai une discussion sérieuse avec ma meilleure amie, je ne les comprends vraiment pas tous les deux. Ils ont des drôles de comportement. Passons.

Dans la navette, je réfléchis à quel pokemon va m’accompagner pour la cueillette. Maintenant qu’ils sont nombreux à mes côtés, je dois régulièrement faire ce choix. Sinon on dirait un troupeau et ce n’est pas le but. Bon pour aujourd’hui ça sera Pop, que Salomé connait déjà, et Hiro. Les deux s’entendent très bien donc pas de soucis là-dessus ! En attendant l’arrivée, je lis un livre sur la faune locale d’Alola. Cela devrait nous servir pour la balade du jour.

Arrivée sur l’île, je m’engouffre dans un sentier pour trouver le point de rendez-vous. Normalement j’ai bien étudié la carte, je ne devrais pas me perdre. Ça serait bête quand même de ne jamais trouver la rousse parce que je suis perdue dans cette île. Heureusement, j’arrive rapidement à rejoindre le point de rencontre où la Givrali m’attend déjà. Je presse le pas, mes pokemons sur mes talons pour la rejoindre. Je la salue en souriant.

Salut Salomé ! Aucun souci ! Moi aussi ça me fait sortir et découvrir de nouvelles espèces. J’ai pris un bouquin pour nous aider.


Cependant, le visage de la rousse se voile d’une mine douteuse. Comme si elle cachait quelque chose. Encore une fois, la ressemblance avec sa sœur est flagrante. Cette petite moue qui attend de dire quelque chose d’important. Je ne pus m’empêcher d’échapper un petit rire. Les filles de cet âge sont tellement adorables.

Si tu as quelque chose à dire vas-y je t’en prie. On ne va pas rester plantée là toute la journée.

Elle ne tarda pas à expliquer l’objet de son inquiétude. A son écoute, mes lèvres forment un petit o de surprise. Effectivement, je comprends pourquoi elle a refusé de m’en parler. Elle craignait ma réaction. A croire que je l’impressionne un peu. En fait je ne pense pas non. Son explication me donne envie de rire tellement je trouve ça ridicule, mais je ne le fais, conservant une mine neutre. Par politesse. La description qu’elle me tient de ce garçon est pour le moins déroutante. On le croirait tout droit sorti d’un bouquin d’occultisme ou un truc du genre. Rien de réel pour moi. Mais, dans la seconde qui a suivi, un rire glaçant s’est rependu dans l’air comme une trainée de poudre. Ok je reconnais que ce n’est pas hyper rassurant. Mais de là à dire qu’il éloigne les esprits, il ne faut pas exagérer. Pour moi ce n’est qu’un type qui rit bizarrement. Cependant, Salomé a l’air d’y croire. Je vais la suivre, encore une fois par politesse, et aussi parce que je pense qu’il est mieux pour l’instant qu’on ne se séparer pas.

Je ne pense pas que cet homme réussisse à me faire changer d’avis, mais je vais quand même t’accompagner, c’est plus sûr. Même si je n’y crois pas, cela ne m’empêche pas d’écouter. Tant qu’il ne me dit pas qu’il peut réaliser les vœux ça ira.


Nous finissons par suivre le chemin en direction de ce monsieur occulte. J’étais prête à entendre à peu près tout et n’importe quoi, sauf la promesse d’un vœu exaucé. Je ne le supporterais pas.

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Johto
Âge : 13 ans
Niveau : 15
Jetons : 0
Points d'Expériences : 286

MessageSujet: Re: [Cueillette] Eclats de baies entre les rires   Jeu 17 Aoû - 18:10


La demoiselle ignorait pourquoi Idalienor lui parlait de vœux à exaucer. Elle ne se rappelait pas que quelqu'un ait un jour comparé Smir à un banal génie ou à un disciple de Jirachi... Sûrement l'explication était-elle propre à la brune, aussi la rousse n'insista-t-elle pas. Après tout, tout le monde savait que les vœux ne pouvaient pas se réaliser par le commun des mortels, son arrière-grand-mère elle-même trempée dans le mystique et l'occulte et le lui avait toujours affirmé. Mais tout le monde ne pouvait pas avoir eu une enfance bordée par Granny et ses contes mystérieux capables de filer frissons et chair de poule même en plein été.

Les deux filles se mirent en route. L'éclat de rire s'était tu aussi subitement qu'il était apparu mais Salomé n'oubliait pas ce son strident qu'elle avait entendu. Peut-être la demoiselle ne croyait-elle pas à ces histoires mais la gitane, si. Elle avait grandi et été conditionnée pour croire à tout cela. Renier la part de vérité dans ce qu'on lui affirmait, ce serait comme renier Granny, une offense profonde à sa famille et à leurs valeurs héréditaires.
Entre la végétation dense, elles avançaient. Des fleurs aux arômes subtils venaient chatouiller leurs narines tandis que leurs yeux se régalaient des pétales et corolles élégants des végétaux. Mais elles n'étaient pas venues ici pour admirer le paysage, même s'il est vrai que la beauté du site était à couper le souffler. C'était la seconde fois que la rousse quittait Akala pour Ula-Ula, c'était là la seule île qu'elle avait pu voir pendant son séjour.

— Tu es déjà venue ici ? Moi jamais dans ce jardin, même si je connais quelqu'un à Kokohio, c'est elle-même qui m'a parlé de Smir et m'a dit que je pouvais le trouver ici... J'ai pas beaucoup visité les îles, on peut même pas dire que j'ai vraiment visité Ula-Ula non plus...

En somme, il n'y avait qu'Akala qui lui était familière. Elle ne l'avait pas explorée de fond en comble mais sa nature et ses villes avaient su satisfaire Salomé. Elle n'avait pas trouvé le temps de s'ennuyer à Ho'ohale en compagnie de ses colocataires, même s'il est vrai que la demoiselle avait opté pour la solitude la plupart du temps plutôt que pour la compagnie de Aelita et Hope. Ces dernières lui paraissaient trop différentes d'elle-même pour qu'elle puisse se satisfaire de leur compagnie, au contraire d'Idalienor dont la présence la rassurait. Même si elle se doutait qu'elle ne craignait rien dans ce jardin. Au pire, une attaque de baies sauvages ? N'importe quoi.

Un nouveau rire surgit soudainement. Aussi sonore que le premier. Peut-être plus encore. Cette sensation s'expliquait aussi car elles se rapprochaient de la source des éclats. Bientôt, elles pourraient apercevoir Smir. Pour l'heure, elles l'entendaient seulement.
Son Picassaut se figea quelque peu, sursautant à sa manière grâce à un nouveau spasme à l'écoute du bruit soudain. Les doigts de la demoiselle se perdirent dans ce plumage de blanc et de noir pour le rassurer du mieux qu'elle pouvait. Elle baissa alors les yeux vers sa Plumeline. Elle s'était attendue à rencontrer le même vide et néant dans les tréfonds de ses prunelles mais force était de constater que son comportement avait changé. Plus alerte, les sens en éveils, elle paraissait enfin regagner un soupçon de vie. La faute à Smir et son rire ? Elle n'oubliait pas que son Pokemon avait sûrement dû connaître et rencontrer le garçon du temps où elle appartenait à sa génitrice. C'était une drôle de sensation que de marcher sur ses pas pour aller à sa rencontre à l'aide de ce jeu de pistes.

Au nouveau rire, la Plumeline s'emballa, battant de ses ailes pour prendre son envol et suivre la direction de l'éclat. C'était la première fois que sa dresseuse la voyait voler, jusqu'à ce jour, elle s'était toujours contentée de rester au sol, traînant ses ailes qui paraissaient trop lourdes pour elle le long du sol. La rousse s'élança à sa poursuite pour tenter de la rattraper sans vérifier si la Médecin suivait son élan. Après tout, elle était Pokéathlète alors elle pourrait la rattraper sans mal.
Cette course eut pour effet de leur faire effectuer le chemin restant jusqu'au fameux Smir. Ou du moins à celui qui se tenait face à elles, quel qu'en soit son nom. Essoufflée, la demoiselle se redressa, la main droite sur un point de côté qui menaçait de la faire imploser. Malgré sa respiration saccadée, elle redressa les yeux. Sa Plumeline était devant elle, aux côtés d'un individu à la peau hâlée qui avait tout l'air d'être un natif d'Alola. Elle le détailla du regard et ne put s'empêcher de contenir une grimace face au visage du garçon. Sa peau sombre ne dissimulait pas des marques similaires à celles d'Idalienor et de son bras meurtri. À la différence que les cicatrices et rougeurs recouvraient la moitié de son faciès. La demoiselle avait conscience d'être malpolie avec le regard dégoûté qu'elle posait sur le jeune homme mais elle ne s'était pas attendue à cela. Et le garçon paraissait être du même âge que la Pyroli alors que d'après ses calculs, pour avoir connu Mélie pendant son enfance, il devrait s'approcher de la trentaine. Mais aucune marque du temps passé sur son visage, si ce n'est ces cicatrices et rougeurs qui l'effrayaient un peu plus.

— Mélie ?

Ah non, pas encore !
La demoiselle fit non de la tête. Elle savait la ressemblance frappante entre elle et sa mère aux dires de ceux qui l'avaient connue. Maintenant qu'elle possédait sa Plumeline, les apparences n'étaient que plus trompeuses. Elle avait l'impression de revivre cette même scène que lors de la capture de la Plumeline. Seul l'interlocuteur différait mais les enjeux restaient la même. Retrouver la trace de Mélie, sa mère.

— Non mais c'est pour elle que je suis là. Pour la retrouver. On m'a dit que tu pourrais peut-être m'aider alors je suis venue, dit-elle sans quitter des yeux les tâches et cicatrices du côté gauche du garçon, tu sais où elle est ?
— Je pourrai rire pour toi, fille de Mélie. Je ne l'ai jamais fait pour elle car elle était powindah... Tout comme la fille près de toi ! grogna-t-il à l'intention d'Idalienor, tu n'aurais pas dû l'amener avec toi, je ne rirai pas pour elle.

Salomé porta un regard songeur vers la Pyroli. Elle ignorait tout de la signification secrète de ce mot, powindah, mais elle se doutait que cela ne pouvait qu'être péjoratif au vu des paroles de Smir. La demoiselle ne s'interrogea pas davantage sur la manière dont le jeune homme connaissait sa parenté avec Mélie ; après tout, son lien avec elle se lisait d'un simple coup d’œil vers elle.

— Je comprends pas trop ce que tu essayes de me dire... Mais je sais que je n'ai pas besoin que tu... ris pour moi. C'est Mélie que je veux, rien d'autre. Tu peux faire ça pour moi, dis ?

Un sac était posé aux pieds du garçon. Il plongea ses iris de nuit vers ce dernier, perdu dans ses pensées. Sûr que ça n'allait pas être lui qui allait changer la vision de la Médecin sur l'occulte.

— Je ne fais pas des miracles, je me contente d'éloigner les esprits des récoltes et parfois, pour les gens comme toi, je peux faire venir un Pokemon sauvage.

Chouette mais ça ne l'avançait pas.
De nouveaux rires secouèrent la terre. Celui-ci n'était pas de Smir, c'était un fait, ses lèvres ne s'étaient pas déserrées. Le ciel se voyait peu à peu obscurcir par une nuée de Pijako qui secouait le sol avec leurs imitations de Smir. C'en était infernal et strident. Il y avait là une armée entière de Pijako, riant ensemble, à l'unisson.

— Je crois qu'on aurait mieux fait de s'occuper d'abord des baies,
soupira Salomé face aux Pijako qui obscurcissaient tout leur champ de vision.

Trop tard pour changer d'avis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Cueillette] Eclats de baies entre les rires   

Revenir en haut Aller en bas
[Cueillette] Eclats de baies entre les rires
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: le reste du monde :: Vacances d'été 2017 - Alola :: Autres îles d'Alola :: Ula-Ula-