Partagez | .
[Lavandia] Je fais de toi mon essentiel
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 6
Jetons : 20
Points d'Expériences : 53

MessageSujet: [Lavandia] Je fais de toi mon essentiel   Ven 25 Aoû - 12:16

Tu vas voir mon chéri, ça va être GE-NIAL !
Laisse-le souffler un peu, ton fils.

Tu regardes la scène avec amusement. Il y a ta mère, toujours aussi excité à l'idée d'être avec toi, et puis il y a ton père au calme inflexible qui tente désespérément de calmer sa femme en vain. Il faut dire qu'Olivia Clifford ne t'a pas vu depuis plusieurs mois, et voir ta petite trogne de jeune adolescent la transporte littéralement de joie. C'est presque comme un rêve pour elle. Tu te dis qu'elle doit avoir cette impression de ne pas t'avoir vu depuis des années, qu'elle cherchait absolument à renouer le contact durement tissé avec les années. Elle a raison, quelque part. Lorsque tu l'as retrouvé quelques heures auparavant sur le port de Poivressel, tu as eu l'impression qu'une éternité avait passé depuis que ton inscription à la Pokemon Community. Tu te demandes au fond de toi comment cela se passera lorsque ce temps de séparation s'étalera sur deux trimestres. Vous reconnaîtrez-vous lors de vos retrouvailles, ou bien aurez-vous la sensation de faire face à un étranger ? Tu préfères continuer d'y penser sans t'en rendre compte, et tu chasses cette pensée dès qu'elle te coupe dans ta réflexion.

Aujourd'hui, tu es venu pour tout autre chose.

Profitant des vacances, tes parents ont souhaité t'offrir la possibilité de mettre en avant ton talent de guitariste, et t'ont inscrit à un concours de musique du côté de Lavandia. Un petit concours sans prétention, sûrement créé pour donner un petit pedigree à qui le veut, et qui le peut. La gratte, tu connais, mais tu ne sais pas si c'est devenu viable comme niveau pour le présenter à un public composé d'inconnus. Tu n'oses pas le dire à ta mère, mais tu stresses un peu. Tu as beau avoir accepté sans hésitation sa proposition, il faut reconnaître que tu n'es pas à l'aise. Lorsque vous arrivez dans la ville moderne, ton stress est presque palpable. Même si tu ne le laisses pas paraître, quelques regards perspicaces des passants te permet de comprendre que l'on devine aisément ce que tu ressens. Tu tentes de retrouver ton calme habituel, mais rien n'y fait : c'est instinctif. Parvenu jusqu'au lieu du concours, tu te dis que tu devrais laisser à tes deux compagnons le loisir de se dégourdir les pattes à l'air frais du grand parc non loin du lieu du concours, et sans vraiment y réfléchir, tu fais sortir Rocabot et Malosse de leurs Pokéballs. Si le second s'excite en voyant tout l'espace qui lui est offert, roulant comme un rouleau compresseur sur l'herbe et lâchant quelques aboiements de Pokémon heureux, le premier réagit d'une toute autre manière. Dans le parc, une bonne vingtaine de passants se succèdent ici et là dans le décor, et le type roche les as très bien repéré.

...

Tu aurais voulu lui demander de rester calme avec ton Ipok, mais tu n'en as pas le temps malheureusement. Le Pokémon s'affole subitement, et dans un élan d'effroi lorsqu'un coureur paraît à seulement quelques pas de vous, il prend la fuite, disparaissant sans tarder dans les buissons qui bordent le parc. Tu le repères quelques secondes plus tard à la sortie du parc, fuyant pour sa vie. Tes parents, qui se trouvent là, regardaient la scène, incrédules, ne réagissent pas immédiatement. C'est ton père qui retrouve ses esprit le premier, indiquant qu'il allait partir en quête du Pokémon fuyard. Tu l'arrêtes cependant très vite : tu sais qu'il n'y parviendra jamais. Le Pokémon beaucoup trop peureux ne se laissera jamais prendre dans les bras par ton père. Dans les faits, tu es le seul capable d'y parvenir, et encore. Tu le fais bien comprendre à ton père d'un long regard, puis tu lui souris avant de t'emparer de ton Ipok.

Je dois aller le trouver seul, sinon il ne voudra pas venir. Ne vous inquiétez pas, je reviens vite, je suis certain qu'il ne pourra pas aller loin, et puis j'ai Malosse au cas où.

Le type feu, qui se reconnaît instantanément, lève fièrement la tête, content qu'on lui fasse confiance pour te protéger. Tes parents, cependant, paraissent un instant sceptiques. Laisser leur petit garçon de quinze ans ; bientôt seize ans ; partir seul dans la ville voir, le cas échéant, sur les dangereuses routes alentours, c'est presque impensable pour eux. Ils se rappellent néanmoins bien vite que tu as bien grandi désormais, et que tu as probablement devenu suffisamment fort pour te défendre seul à la Pokemon Community. Ils finissent par hocher positivement la tête en précisant de faire bien attention et de penser à les appeler au moindre problème. Tu sens qu'ils espèrent également que tu seras vite revenu pour profiter de ce concours qu'ils t'ont tant promis, mais ta concentration est déjà porté ailleurs. Rocabot a eu le temps de faire un bon trajet, et les rues bondées de la ville n'aident certainement pas à le calmer. Il faut faire vite avant qu'il ne se perde trop loin. Heureusement, Malosse se montre très utile pour pister le type roche grâce à son odorat de canidé. En quelques secondes, le type feu s'élance à la suite de son compagnon, suivant de près la trace qu'il a laissé derrière lui. Vous quittez bien vite le parc et traversez les longues rues modernes de Lavandia sans perdre de temps, priant pour ne pas perdre son odeur au milieu de toutes les autres. Très vite, comme tu le pensais, la trace de Rocabot vous emmène hors de la ville, vous obligeant à vous engager sur la route 117. L'endroit est plutôt champêtre, très verdoyant aussi. Ce n'est pas un immense coin de paradis, mais l'endroit est calme et le cadre y est chaleureux. Tu comprends pourquoi ton petit compagnon fuyard a choisi de partir dans cette direction, surtout que les lieux sont vides de monde. Pas de le moindre Chacripan en vue à des kilomètres devant toi, en tout cas en vision direct. Il est probable que des dresseurs se trouvent dans le coin, s'entraînant comme toute personne de leur métier.

...

Cependant, votre « chasse » vous mène bien loin des zones dangereuses, où la probabilité de croiser des combattants hostiles est grande, et vous dirige vers ce qui semble être une pension. Déjà au loin, tu peux y repérer des Pokémon d'espèces différentes, des espèces que tu ne reconnais absolument pas et qui ne manquent pas de te fasciner. Finalement, la piste mène bel et bien à cette pension, et s'engouffre par un petit passage que tu ne pourras pas passer, sous peine de rester coincé ou d'être arrêté pour violation de propriété privée. Tu préfères te résoudre à entrer par la grande porte et expliquer la situation à la personne en charge des lieux. Ni une, ni deux, tu te diriges donc vers le petit bâtiment qui se trouve non loin de là et tu rentres sans hésitation, découvrant une pièce proche d'une salle d'accueil. Un jeune homme aux cheveux couleur châtain se trouve là, présent. Ne cherchant pas à en savoir plus, tu t'empares sans tarder de ton Ipok et tapotes quelques mots pour ne pas perdre de temps.

Bonjour, excusez-moi du dérangement, mais l'un de mes Pokémon a pénétré dans votre pension. Serait-il possible que m'aidiez à le retrouver ?

C'est un peu le problème avec ton Ipok : tu ne peux pas amener un sujet tranquillement, sous peine d'ennuyer ton interlocuteur. Au moins, le jeune homme est au courant de la raison de ta présence. Maintenant, reste à savoir ce qu'il en pense ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6243-428-desmond-clifford-silent-words-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6250-desmond-clifford-phyllali#65881
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487

MessageSujet: Re: [Lavandia] Je fais de toi mon essentiel   Lun 18 Sep - 21:45




Alternance Eleveur #1 (3)

feat Desmond Clifford

- Non mais sérieusement, vous avez vu vos prix ?! Comment voulez-vous que je finance un service pareil ?!

Alban retint un soupir et la réplique sarcastique qu’il rêvait de sortir. Professionnel cependant, il se contenta de glisser un papier vers le futur/ex client qui tempêtait devant le guichet.

- Je suis désolé mais ce n’est pas moi qui fixe les prix. Je vous invite à écrire un mot à notre directeur et à le glisser dans la Boîte aux Suggestions. Toutes les propositions et les critiques constructives sont lues avec attention. N’oubliez cependant pas que nos prix prennent en compte les frais d’hébergement et le coût des repas, que vous auriez dû financer sans l’aide de la Pension. Ce qui peut expliquer le prix quelque peu élevé, récita-t-il comme un automate, sans l’ombre d’une expression sur le visage.

Il avait appris ce discours auprès d’Isaac et de Tomas, après avoir eu affaire à son premier client mécontent. De façon générale, sur une quinzaine de personnes dans la journée, il y avait au moins un ou deux petits malins qui venaient leur hurler dessus concernant les tarifs de leurs prestations. Si au départ Alban s’était senti mal face à ces agressions injustifiées et souvent peu polies, il avait appris à ne plus y faire attention. Les tarifs d’une Pension étaient élevés, certes. Pour autant, les gens ne se rendaient pas compte du travail et de l’entretien que cela demandait. Régulièrement, Alban voyait Isaac faire appel à un jardinier paysagiste qui venait arranger le domaine pour qu’il soit le plus sain et paisible possible. Il le voyait également faire ses courses pendant de longues heures, sélectionnant les meilleures matières premières dans la gamme de prix allouée pour confectionner de bons repas pour les Pokémon. Il y avait également les salaires de Tomas et Alicia à payer. Les deux Eleveurs avaient une certaine expertise et évidemment, tout travail bien mené méritait une paie en conséquent. Quant au matériel pour les bébés Pokémon… on pouvait dire que ce n’était pas donné.

Mais Isaac lui avait conseillé de ne pas prendre ces critiques trop à cœur. Les gens pouvaient être nombrilistes, avait-il dit. Cependant, ce n’était pas pour autant que leur travail avait moins de valeur.

Mécontent d’avoir eu une réponse qui ne lui satisfaisait pas, le client jeta la feuille par terre et tourna les talons pour sortir de la Pension. Sur son passage, la cloche émit un tintement joyeux, et Alban s’appuya contre le dossier de sa chaise en soupirant.

Il détestait faire le standard. C’était selon lui une perte de temps, alors qu’il aurait pu faire des choses beaucoup plus intéressantes avec les Pokémon dont il avait la charge. Néanmoins, cela faisait partie du métier et il se devait de relayer Tomas et Alicia à cette tâche, pour que ces derniers puissent travailler sur d'autres sujets. Au travail, on ne pouvait malheureusement pas faire uniquement ce qui nous plaisait.

Se levant donc pour aller ramasser la feuille, Alban jeta un coup d’œil par la fenêtre, d’où il avait une vue imprenable sur le jardin du domaine. Tomas, près de la mare, était en train de jouer avec les Pokémon aquatiques. Souhaitant être plus à l’aise, il avait troqué son habituel tablier rouge d’Eleveur contre un caleçon de plage. En dehors, il était torse nu et riait aux éclats. Alban eut un sourire face à cette vision de son collègue - et à présent ami - autant épanoui et heureux. Puis, son regard dévia vers Alicia, quelques mètres plus loin, et son visage s’assombri.

Très rapidement, Alban avait compris qu’il se tramait quelque chose entre les deux Eleveurs. Curieusement, Alicia, qui bredouillait à peine quelques mots en sa présence en temps normal, avait bravé sa timidité pour venir lui demander de prendre le standard entre 14 et 15h. Au départ, le Voltali n’avait pas réellement compris d’où venait cette requête particulière. Au fil des journées cependant, il avait très bien cerné de quoi il en retournait. Il n’y avait qu’entre 14 et 15h que Tomas se mettait torse nu pour barboter dans la mare. Et, étrangement, il n’y avait qu’entre 14 et 15h qu’Alicia ne souhaitait pas faire le standard. Mignonne histoire que voilà.

Le problème, c’était que les sentiments visiblement évidents d’Alicia envers Tomas n’étaient pas du tout partagés.

Alban le savait. Il voyait régulièrement Tomas partir en compagnie de cette fille particulièrement mignonne qui venait parfois le chercher à la sortie du boulot. Il captait cette expression qu’il reconnaissait entre milles, lorsque l’Eleveur se penchait par-dessus la barrière de la Pension pour chuchoter à l’oreille de cette même fille. Il avait l’impression de se voir, lorsqu’il était en présence de Maxine. Et, lorsqu’il tournait les yeux vers Alicia, son monde s’écroulait. Alicia, c’était un peu lui également, lorsqu’il avait été amoureux de Calliope et qu’il la voyait en compagnie de Leonidas. Et honnêtement, il ne savait pas pour qui il devait compatir. Même s’il se sentait plus proche de Tomas, il ne pouvait pas se réjouir totalement de son bonheur. Pas en sachant que de l’autre côté du jardin, il y aurait Alicia, le visage douloureux, le cœur en miettes.

Cette situation était compliquée à vivre. Alors, il détourna les yeux et retourna derrière son comptoir. D’ici quelques jours, il terminerait son Alternance et n’aurait plus à vivre ce cruel dilemme. C’était un peu comme laisser un problème de côté, mais disons qu’il ne pouvait actuellement rien y faire. Et puis soyons honnête ; ce n’était pas vraiment à lui de régler cette histoire. Tomas était heureux. Il n’allait pas risquer de gâcher ça.

La cloche accrochée en haut de la porte sonna avec douceur. Alban leva les yeux et vit un grand garçon brun s’avancer vers lui. Lui adressant automatiquement un sourire, il fut néanmoins surpris lorsqu’il vit l’autre gambader dans sa direction. Pressé ? Il en avait l’air. Ce qui était plus surprenant encore, c’était plutôt qu’il venait de sortir un iPok, et de taper frénétiquement dessus. Une voix robotique s’éleva alors de l’appareil, et Alban écouta le message en méditant sur l’étrangeté de la situation. Alors, récapitulons. Un garçon pressé venait de débouler dans la Pension, de sortir un iPok, de parler avec, et d’avouer qu’un de ses Pokémon avait pénétré par effraction dans le domaine ? Bon ok. Normal. Totalement normal.

Ou pas.

- Heuuu bonjour. Il n’y a pas de soucis, tu ne déranges pas. Laisse-moi deviner, il est entré par le petit trou dans le grillage ? Enfin bon, ce n’est pas important. Viens avec moi, ce sera plus simple pour le retrouver. A quoi est-ce qu’il ressemble ?

Il se leva et fit signe au brun de le suivre. Il déposa une pancarte « absent, merci de sonner » sur le comptoir, puis ouvrit la porte qui menait au jardin. Là, il mit un pied sur l’herbe, et regarda tout autour de lui.

Tomas avait disparu de la mare, et était probablement allé se changer. De fait, Alicia était sûrement en train de travailler, quelque part, loin du point d’eau. Bon. Ni l’un ni l’autre n’avait remarqué le Pokémon étranger, puisqu’ils n’étaient pas à proximité en train de se demander d’où il sortait. Flûte.

- Quel genre d’endroits il apprécie ? Il est entré pour une raison particulière, tu penses ? Ah et au fait, je m’appelle Alban. Tu viens de l’académie de Lansat, n’est-ce pas ?

Il pointa du doigt l’iPok vert que le brun avait à la main. D’aussi loin qu’il se souvienne, le Voltali n’avait vu ce genre d’appareils que sur Lansat. Ailleurs, les gens utilisaient des téléphones normaux. Marrante en tout cas, cette façon de communiquer avec un iPok. Voilà quelque chose qui serait sûrement plus pratique qu’une tablette, pour Nolan. Il allait devoir penser à lui suggérer l’idée. M’enfin… Tout comme Nolan, ce garçon devait être muet, n’est-ce pas ? A moins qu’il soit juste aphone pour la journée… M’enfin non, il avait l’air bien trop habile avec son iPok pour que ce soit temporaire. Alban était à peu près certain qu'il avait pas mal d’entraînement… Ne souhaitant néanmoins pas demander de but en blanc à son interlocuteur s’il avait un handicap, le châtain se tourna vers lui et lui sourit.

- Au fait, je connais la langue des signes, si tu préfères. Je ne suis pas non plus super bon, mais je sais tenir une conversation basique.

Des fois que. Peut-être que pour chercher un Pokémon, ce mode de communication serait plus utile que celui nécessitant d’avoir les yeux rivés sur un écran ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
[Lavandia] Je fais de toi mon essentiel
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Le reste du monde :: Reste du globe :: Hoenn-