Partagez | .
Enter Hayato Seta. [Solo]
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans.
Niveau : 2
Jetons : 1716
Points d'Expériences : 25

MessageSujet: Enter Hayato Seta. [Solo]   Mer 6 Sep - 19:24




 


 

 
Act I : Debut.


 

 

  Deux mondes me faisaient face : L'un d'eux était calme, où les gens n'étaient pas bien différents de ceux que j'avais connus à Lavandia. Ils étaient polis, respectueux et souriants, appréciant leur existence comme chacun le devrait, sans pression. Si je parvins à me reposer dans un hôtel qui entrait dans mes moyens, à mon arrivée ici à Lansat, je ne perdis pas de vue mon objectif premier. Rejoindre l'endroit qui constituerait mon second chez-moi était dorénavant la seule option viable à mes yeux.

La culture ici était particulière, existant grâce à la mixité des autochtones et des "étrangers" qui surent façonner les fondations d'une civilisation somme toute assez prospère. Je ne me montrais pas curieux, au départ, de l'histoire de cette région dont je n'avais entendu parler que récemment. C'est surtout en arrivant ici que je me coltinais un guide des plus bavards, narrant alors qu'il m'emmenait vers la Pokémon Community tout ce qui avait trait à l'île et à son passé.

Sur le chemin, je constatais avec étonnement la prolifération des Pokémons, de leur implication dans le quotidien des habitants et, en général, de leur adaptation avec le mode de vie humain. Je n'en avais jamais côtoyé, physiquement parlant, ces créatures dont on me parlait tant. Ce fut avec un sourire que je remarquais les enfants qui s'amusaient avec ces êtres semblant venir d'un autre monde, me renvoyant à mon ignorance et mon isolement. Je recevais cela comme un appui de ma décision de venir ici ; mon intérêt pour ces nouveautés ne faisait alors que grandir, m'offrant des sensations d'excitation et d'impatience que je n'avais plus ressenti depuis belle lurette.

La porte poussée, le pas franc et déterminé, je ressentis une vague qui me traversa avec force. Une impulsion à l'origine inconnue, transmise à travers toutes les cellules de mon corps me domina. Une sensation totalement opposée à l'atmosphère qui régnait à l'extérieur de cette gigantesque école me dominait. Ce second monde revête le cachet particulier des défis qui m'ont fait sentir vivant, qui m'ont toujours poussé à me surpasser. Cette fois-ci, je me retrouvais dans la peau du débutant qui n'y connaissait rien, je portais le costume du nouveau venu à qui il fallait tout enseigner. Cette perspective d'évolution, me voir gravir les échelons et passer adepte, puis maître d'une science dont les rouages m'étaient inconnus m'emplissait de joie. Un sourire se dessina son mon visage habituellement inexpressif, comme le contentement d'un enfant à qui on promet des cadeaux à Noël.

Comme tout nouvel étudiant, j'avais reçu des instructions très claires, soigneusement rédigées et obligatoirement suivies pour le bon déroulement de mon cursus ici. L'établissement semblait très organisé, à en croire les différentes informations et les nombreuses indications que l'on me donna ci et là. On m'invita notamment à aller voir une personne qu'on appelait le Collectionneur, une personne censée m'offrir mon premier Pokémon. Intrigué, je remerciais les élèves qui daignèrent répondre à mes questions avant de me diriger vers les souterrains où il s'attelait à cette tâche.

Au fur et à mesure que je multipliais les pas, des bruits de présence s'intensifièrent. Apparemment, je n'étais pas le seul à venir quémander mon premier compagnon d'aventure. Cela ne m'étonnait pas, mais en même temps ça me rassurait un peu. Je trouvais le coin bien étrange pour quelqu'un dont le rôle était de lancer la vie estudiantine des adolescents de l'école et, sans penser à mal, j'espérais ne pas tomber sur quelqu'un de trop bizarre. La file d'attente devant moi, composée de cinq ou six élèves - au vu de leur âge apparent -, me permettrait sans doute de mieux comprendre ce rite.

Les heureux néo-dresseurs se retrouvaient récompensés d'un Pokémon, chacun d'entre eux était différent bien sûr, mais également d'un outil technologique qui attira rapidement mon attention. Étant également très fan de tout ce qui touche de près ou de loin à l'électronique, la mécanique et plus généralement le progrès, je me demandais si j'en aurais un également. Mon œil était porté sur ces petits appareils, mélange d'ordinateur et de téléphone, dont la couleur variait par étudiant. Cela me rappelait cette histoire d'assignation, de dortoirs que j'avais déjà ouï. Apparemment, mon inscription ici m'avait conduit à intégrer un groupe bien précis, en attendant de passer les cours pour savoir vers quel domaine j'allais être orienté.

Mon tour arriva enfin et, bien que je refusais de l'admettre, mon cœur se mit à battre de plus en plus fort. Habituellement, j'abhorrais les surprises de par l'absence de contrôle qui en résultait, me rendant impatient. Néanmoins, je pris une grande respiration et affichai cet air calme et nonchalant qui me caractérisait : Je n'allais pas risquer ma vie, ayant déjà fait face à la mort et pratiqué des activités plus dangereuses que recevoir un Pokémon. Enfin, en théorie, parce que je ne savais pas grand chose de ces créatures, et l'appréhension qui m'habitait n'en était qu'une conséquence logique.

« Un grand moment, hein ? » fit le mystérieux bonhomme, comme s'il avait réussi à lire en moi. Un instant interloqué, je refermai les yeux et esquissai un rictus. Ce n'était pas surprenant, vu la quantité de nouveaux débarqués qu'il devait se coltiner chaque jour, qu'il soit capable de décrypter ainsi les émotions des élèves. Peut-être était-ce normal au fond et que je devais simplement me détendre ? Après tout, nous étions tous là pour apprendre. C'était le principe fondateur d'une école, non ?

Par la suite, il se mit à m'expliquer le procédé d'attribution de mon premier Pokémon, nommé starter. Je devais être soumis à quelques questions, posées davantage sous la forme d'énigmes pour m'accorder un compagnon allant parfaitement avec mon caractère. Je trouvais l'idée assez bonne, bien réfléchie et cohérente. Cela m'aiderait sans doute à mieux me familiariser avec eux à travers le prisme d'un allié qui me ressemblerait davantage, m'aidant à m'adapter à cet univers.

L'énigme me prit à dépourvu, tant elle n'avait aucun sens. Pas qu'elle était illogique ou stupide - quoique ce dernier point reste à discuter - mais elle ne semblait pas avoir de trait en commun avec les prérequis que je devais avoir pour devenir dresseur. Il me la posa avant de s'éclipser un instant, allant dans une sorte d'arrière-boutique pour dénicher un je-ne-sais-quoi d'intrigant. Autant au début je trouvais ça amusant et léger, autant là j'avais juste l'impression qu'il se fichait de moi, passant le temps à se moquer de moi jusqu'à ce que je me lasse. Était-ce ça l'épreuve, au final ? M'obliger à patienter et à rester calme ? Cette réflexion fut tentante, l'espace d'une seconde, avant que je ne cède et daigne jouer le jeu.

Sa question était la suivante : « Dans une maison, il y a cinq sœurs. Julia, Kate, Marie, Sophie et Teresa. Julia fait la cuisine, Kate joue aux échecs, Marie regarde la télévision et Sophie parle au téléphone. Que fait Teresa ? ». Honnêtement et dans d'autres circonstances, j'aurais trouvé cela drôle. Mais bon, apparemment aujourd'hui n'était pas le jour où j'allais rire à toutes les plaisanteries débiles qu'on me proposait. Faisant mine de réfléchir cinq secondes, l'homme revint tout sourire avec une sphère rouge et blanche dans la paume de sa main. Elle me rappelait quelque chose, cette sphère. C'était ce qu'avaient lancés les deux personnages lors du combat que je visualisais sur le Net il y a longtemps maintenant, de ces sphères sortaient leurs Pokémons. Cela signifiait-il qu'il allait m'offrir le mien ? Possible, mais avant, je devais répondre à son énigme :

« Sans doute est-elle en train de jouer aux échecs avec Marie, aussi ? Jouer seul à ce jeu-là, bien que ça se fasse, est étrange quand on a une personne à disposition pour participer avec nous. »

L'homme déposa la sphère - nommée Pokéball - et un de ces outils particuliers qui avait piqué au vif ma curiosité tantôt. Il me félicita de l'acquisition de mon starter et me proposa de le découvrir devant lui. C'était donc ça, les Pokémons ... Il ressemblait à une boule de fer, avec un œil unique rouge. Il avait un corps particulier, mais il semblait joyeux de me voir, en témoignât sa réaction lorsqu'il fonça vers moi à me faire tomber. L'ordinateur portable d'un genre particulier, l'iPok, possédait des fonctionnalités qui me furent brièvement expliquées. J'allais devoir les maîtriser une à une pour pouvoir faire mon petit bonhomme de chemin dans le Pokémonde. J'en ai profité pour découvrir aussi que mon Terhal, ce camarade à la bonne bouille métallique, était unique en son genre du fait qu'il était chromatique. C'était une coloration différente de son espèce habituelle, cela correspondait bien à ce petit bout hyperactif pour un Pokémon qui, en général, se faisait assez discret. Le Pokédex, fonction très utile de l'iPok vert qui m'avait été confié, était là pour m'aider à découvrir les Pokémons plus en profondeur et les comprendre plus facilement.

Remerciant le Collectionneur, je me dirigeai cette fois-ci vers les dortoirs, notamment celui où j'ai été affecté, afin d'y découvrir l'endroit où j'allais maintenant vivre, dormir et probablement partager avec d'autres étudiants. Mon fidèle Terhal flottant au dessus de moi, virevoltant autour et tournoyant avec joie me donnait le sourire, me laissant pressé de voir ce qui m'attendait à l'avenir.


 

  © Jawilsia sur Never Utopia
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6673-458-hayato-seta-just-one-shade-of-grey-sorry-guys-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6714-hayato-seta-phyllali#69600
Enter Hayato Seta. [Solo]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: autour du campus :: Les souterrains-