Partagez | .
De l'ordre, de l'ordre, de l'ordre, il faut de l'ordre ♪
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 16 ans
Niveau : 33
Jetons : 4717
Points d'Expériences : 756

MessageSujet: De l'ordre, de l'ordre, de l'ordre, il faut de l'ordre ♪   Jeu 21 Sep - 12:27

De l'ordre, de l'ordre, de l'ordre, il faut de l'ordre ♪
feat Max Arago et Mikato Sozuy


Marie était interloquée.

Les yeux écarquillés, elle observait le bazar sans nom qu'était devenue la bibliothèque de l'académie.

Des livres, éparpillés de partout. En dehors des étagères, sur les tables, au dessus des armoires, par terre, sur des chaises... Et des Pokéballs ! Dans toute la bibliothèque ! Et... Que faisaient les traités sur l'agriculture parmi les romans d'Amélie Spiritomb ? Et pourquoi il y avait ce manuel de biostatistique parmi les magazines de sociologie ? Cela n'avait absolument rien à voir ! En plus de ne pas être disposés comme il le fallait, les livres étaient totalement mélangés ! Comment les choses avaient-elles pu dérailler à ce point ?!

Eh bien, c'était assez simple. Le départ précipité de Mademoiselle Pervenche avait abouti à la mutation du Collectionneur au sein de ce lieu magique qu'était la bibliothèque. Et voilà même pas une semaine qu'il avait pris son poste que l'anarchie était devenue maître des lieux ! Ce n'était pourtant pas compliqué de tenir quelques étagères rangées !

Et c'était sans parler du comportement des élèves. Maintenant que la stricte bibliothécaire s'en était allée, tout le monde discutait joyeusement dans un brouhaha incessant, empêchant quiconque de pouvoir se concentrer plus de cinq minutes sur sa lecture ou son travail. Pire que tout ! Certains étudiants n'avaient plus le moindre scrupule à s'approprier le bouquin de leur convenance pour ensuite l'emporter avec eux sans même passer au comptoir du Collectionneur ! Comment allait-t-on faire, si tout le monde pouvait prendre n'importe quel livre à sa guise, sans garantie de retour ?

Effarée, Marie se dirigea à la hâte près du bureau disposé près de l'entrée. Derrière celui-ci, le Collectionneur était avachi sur sa chaise, et lisait d'un air désinvolte un livre intitulé.... « Le HTML pour les nuls » ? Quelle que soit cette science étrange qu'il étudiait, la Mentali, en posant ses mains sur son comptoir, l'interrompit sans la moindre gêne.

« -Monsieur ! Auriez-vous un instant à m'accorder ? »

L'homme leva les yeux vers Marie, et afficha un fin sourire. Il posa son livre ouvert sur le support le plus proche, à savoir, une boîte de pizza bien grasse (ce qui fit d'ailleurs grincer des dents notre protagoniste), et d'un mouvement des pieds, fit rouler sa chaise jusqu'à elle.

« -Ouiiiii, que puis-je pour toi ? »

Marie, déterminée, désigna la bibliothèque d'un mouvement sec du bras.

« -N'est-il pas de votre devoir de remettre tout ceci en ordre ? »

Sans trop comprendre, le Collectionneur regarda le bordel désigné, et fronça les sourcils.

« -Comment ça ? C'est parfaitement rangé ! »

Marie manqua de s'étrangler, mais ne se laissa pas déstabiliser pour autant.

« -Vous.. Vous plaisantez ? Il vous semble naturel que les livres soient disposés de façon tout aussi anarchique et irrationnelle ? Et puis, toutes ces Pokéballs n'ont pas leur place dans une bibliothèque !
-Attendez, vous me demandez de toutes les laisser dans ma base secrète ?! Ah ! Pauvre fille ! Déjà que l'on m'a interdit d'emmener mon ordinateur... Regardez l'antiquité que je me tape, à la place ! Je n'arrive même pas à la faire fonctionner !  »

Il donna un petit coup sur l'énorme écran qui lui servait de support de travail, qui laissa aussitôt échapper un son signalant l'état opérationnel de la machine.

« -... Oh bah tiens, ça remarche. » il se tourna vers Marie « Regardez moi un peu cet écran d'accueil ! Ça pue le Weedle XP ! Comment suis-je censé bosser avec un outil pareil ? On n'est plus à la préhistoire ! »

La Ranger fronça les sourcils, et croisa les bras, à mi-chemin entre la perplexité et l'agacement.

« -Vous pensez sincèrement que cette machine va ranger les livres à votre place ?
-Quoi ? Elle peut ? Hmm, maintenant que vous le dîtes, peut-être que ça se programme, en fait....
-Non, elle ne peut guère ! » la voix de Marie se faisait plus indignée « C'est à vous que revient cette tâche. Ainsi que celle de maintenir le calme dans la bibliothèque, de valider les emprunts, et d'envoyer des missives d'avertissement en cas de non-restitution d'un livre...
-Wowowow, calme. Je ne sais pas faire tout ça, moi ! Je veux dire, même lorsque je dois donner des Pokémon, c'est mon ordinateur qui calcule tout à ma place. Moi, j'ai juste à rentrer les réponses des élèves puis cliquer sur "Let's go".
-... Mais alors, pourquoi avoir accepté ce poste ?
-C'est pour financer mon projet ! Je suis en train de créer un prototype de machine à voyage inter-dimensionnelle capable de... »

Marie soupira, exaspérée. Elle ne prenait même plus la peine d'écouter ce que ce sale... Margoulin pouvait bien dire. Cela semblait peine perdue ! Le Collectionneur était totalement inapte à s'occuper des lieux. Ah, pourquoi Mademoiselle Pervenche était-elle partie ? Tout était si simple avec elle ! Calme, ordre, ponctualité ! C'était si merveilleux! Dire que Marie ne s'était jamais rendue compte de son rôle primordial avant son départ...

Un mouvement sur le côté capta alors son attention. Des élèves étaient actuellement en train de... Monter sur les tables ?! Mais ! C'était strictement interdit ! Marie avisa la réaction du Collectionneur, qui ne sembla même pas les remarquer, et face à sa passivité, elle décida de s'en occuper d'elle-même. Le pas assuré, la miss Uana se dirigea droit vers l'un des étudiants en train de s'amuser, et trouvant visiblement intéressante l'idée de balancer des avions en papier sur ses camarades depuis une plate-forme plus élevée. Assisté par son Capumain, le garçon était en effet pris en pleine bataille épique avec d'autres élèves, qui provoquèrent par ailleurs un énorme effroi chez Marie lorsqu'elle réalisa qu'ils se servaient des pages d'un des livres pour construire leurs joujoux.

La jeune fille arriva à hauteur de la table, et posa ses mains sur ses hanches, sévère.

« -Excusez-moi ! Je vous somme de cesser votre activité nuisible à la pérennité des lieux !  »

L'adolescent s'arrêta au moment où il s'apprêtait à lancer son avion, et se tourna vers Marie, incrédule.

« -... C'est à moi que tu causes ?
-Parfaitement. Mais sachez que ce message est aussi valable pour vos chers camarades. »

Elle dévisagea les-dits camarades en prononçant cette dernière phrase. L'étudiant émit un rictus amusé, et échangea un regard complice avec le Capumain sur son épaule, pour ensuite, d'un bond, atterrir juste devant Marie. La Ranger ne bougea pas d'un pouce, et le regard autoritaire, maintint celui de son interlocuteur.

« -Et t'es qui, pour me donner des ordres ?
-Mon identité importe peu, l'essentiel est que-
-Ouais ta gueule. T'es pas préfète, toi. Pourquoi je t'écouterai ? »

Marie afficha une mine perplexe.

« -Parce qu'il en va de votre bon sens ?
-Ahaha ! Et si je continue, qu'est-ce que tu vas me faire, hein ? Me dire que c'est pas bien de faire du bruit et de monter sur les tables ?
-J'ajouterai une mention vis-à-vis du vandalisme du matériel pédagogique, mais il y aurait de cela, oui. Est-ce pour vous insuffisant ?
-Complètement, ouais. » il posa son doigt en haut du buste de Marie, et appuya fortement « T'as aucun droit, ici, alors c'pas toi qui vas me faire la morale.
-Capu!
-T'as vu, même mon Poké, il est d'accord. »

Elle restait parfaitement immobile, les yeux rivés sur ceux de son opposant. Malgré la lueur de fureur que l'on pouvait voir dans son regard, Marie était de marbre face aux provocations de l'étudiant, sans toutefois savoir que rajouter pour le remettre à sa place. Prenant cela comme un signe de soumission, le garçon fit un sourire fier, et leva son avion en papier à hauteur du visage de Marie.

« -Tiens, tu veux récupérer ton morceau de papelard ? »

D'un mouvement des doigts, il resserra sa prise autour de la feuille, et la froissa complètement. Il forma ainsi une boule de papier avec, qu'il jeta sur le front de Marie, pour qu'ensuite la page déchirée tombe à leur pied.

« -Cadeau. »

Puis il se détourna, et retourna rejoindre ses potos. Le Capumain observa une dernière fois Marie, et lui tira la langue en signe de moquerie, tandis que la jeune fille fulminait intérieurement. Bon sang ! Quel toupet ! Ce comportement était indigne d'un élève de l'académie ! Et un tel manque de respect, c'était... ! Aaaaah ! Il l'avait définitivement énervée. Sous-prétexte qu'elle n'était pas préfète, il pouvait lui faire ce qu'il lui plaisait ? Arceus, que Marie pouvait les détester, ces préfets ! Où étaient-ils quand on avait besoin d'eux ?

En regardant l'étudiant s'éloigner, la Mentali serra les poings. Elle n'avait aucun droit ici, hein ? Elle ne possédait pas une autorité suffisante pour maintenir ce lieu qu'elle aimait tant dans la sérénité et l'harmonie ?...

Eh bien, soit.

Puisqu'il en était ainsi, elle allait l'acquérir.

La tête haute, elle tourna les talons, et partit en direction de la porte d'entrée de la bibliothèque. Elle devait faire vite avant que la situation ne se détériore...

***

Sumia piétinait sur place.

Debout devant la porte du bureau de la directrice, la Carmache entrechoquait ses lames avec un air anxieux sur le visage. Inquiète, elle ne lâchait pas l'entrée des yeux, et faisait les cents pas depuis maintenant près d'une demi-heure. Qu'elle était stressée ! Dire qu'elle avait laissé sa Poupée Ambrée seule dans cette antre maléfique ! Sumia ressentait une puissante aura émaner de cette salle. Elle était terrifiante, oppressante... Il y avait quelque chose de terrible, juste derrière cette porte. Elle le savait. La Carmache avait vraiment très peur pour sa petite Marie ! Pourquoi donc avait-elle tenu à rentrer seule à l'intérieur ? C'était son rôle que de protéger sa dresseuse, elle n'aurait jamais dû l'abandonner à son triste sort !

Dans une tentative de l'apaiser, Douceline vint se poser sur l'une des épaules de Sumia, et caressa délicatement le visage du Pokémon Dragon de ses plumes duveteuses. La Carmache se détendit légèrement au contact de cette agréable sensation de douceur, mais ne put s'empêcher de lancer un regard inquiet à la Plumeline. Comment pouvait-elle rester aussi sereine ? Certes, elle n'avait rejoint Marie que depuis peu, mais elle devrait quand même s’inquiéter un peu pour elle, non ? Ou alors, Sumia était la seule qui ressentait cette pression dans l'air, et qui pesait au dessus de leurs têtes...

La Carmache ne comprenait d'ailleurs pas vraiment ce qu'elles faisaient là. Leur dresseuse était, pour une raison inconnue, revenue furieuse de la bibliothèque, et avait trèèèès rapidement réuni plusieurs feuilles, avant de se diriger à la hâte juste ici. Sumia et Douceline l'avaient alors suivie, partageant un même sentiment de protection envers leur dresseuse, mais il semblerait que l'instinct maternel de la Carmache soit bien plus élevée que celui de la Plumeline.

Soudainement, la porte s'ouvrit. Sumia se précipita aussitôt vers Marie, qui refermait délicatement la porte d'une main, et tenait un épais dossier de l'autre. Le visage inexpressif, la Mentali vit arriver vers elle sa Carmache, ainsi que la Plumeline perchée dessus, et se hâta donc de donner le verdict de cette entrevue à ses deux compagnons.

« -Mademoiselle Snow a accepté ma proposition.  » elle baissa les yeux sur le dossier entre ses mains « Mais un élément perturbateur s'est toutefois immiscé dans celle-ci. »

Elle leva les papiers à hauteur de ses yeux, et regarda brièvement le texte marqué de la main d'Elisabeth. « Club de Lecture ». Marie ne savait trop quel sentiment l'habitait... Elle était à la fois satisfaite d'avoir pu obtenir l'autorisation de fonder ce club, et ainsi négocier quelques droits au sein de la bibliothèque...

… Et à la fois agacée par le fait qu'un club, ça nécessitait des membres.

Et Mademoiselle Snow a été très claire. Si le club n'accueille pas un minimum de trois adhérents, celui-ci sera fermé aussi sec.

Ah, si seulement il n'y avait pas cette fichue condition ! Marie aurait préféré se retrouver à effectuer les corvées de Gaston à la place de Wolfgang plutôt que devoir engager des GENS pour quelque chose qu'elle souhaitait faire seule... Elle voulait simplement obtenir plus de pouvoir au sein de la bibliothèque, pas créer un rassemblement étudiant !

Marie soupira. Hélas, elle n'avait pas trop le choix. C'était la seule solution qui s'offrait à elle, si elle voulait un jour pouvoir retrouver la bibliothèque de ses rêves... Et toute entreprise méritait sacrifice ! D'ailleurs, en parlant d’entreprise, ne devait-elle pas trouver un nom pour sa petite création ? Elle avait cru voir une mention de ce style, dans le formulaire d'ouverture... Formulaire qui ne sera accepté qu'une fois la signature de trois élèves apposée dessus... Raaaah, bon sang.

Sous le regard rassuré, et un peu perdu, de Sumia, Marie entreprit de réfléchir à la situation. Il fallait qu'elle trouve des étudiants qu'elle pourrait tenir à l'écart des activités du club... Quelqu'un qui accepterait de lui rendre simplement service en notant son nom en bas du formulaire.

La Mentali n'eut pas à réfléchir bien longtemps.

Elle fit signe à ses deux Pokémon de la suivre, et s'éloigna du bureau de la directrice. Puis elle s'assit sur le premier banc à disposition, et attrapa son Ipok, rangé dans son sac. Après bien cinq minutes à, tant bien que mal, pianoter dessus, elle parvint à composer le seul numéro qu'elle connaissait par cœur – et qu'elle connaissait tout court, en fait. Elle porta ensuite l'appareil à son oreille, et attendit que son interlocuteur décroche. Un bip. Deux bip.

Il décrocha.

« -Sir Abernaty ? Navrée de vous déranger... Dîtes-moi, vous vous souvenez, quand j'ai accepté de prendre part à l'événement sportif que vous aviez organisé, cet été?... »

***

Marie eut un sourire satisfait.

Les bras croisés, elle observait le local qu'Elisabeth proposait d'allouer à son club. Directement au sein de la bibliothèque ! Normalement, ce genre de salle était censé accueillir les élèves devant effectuer un travail de groupe plutôt bruyant, mais elles n'étaient pas souvent utilisées. Alors la Directrice avait accepté de lui en céder une ! C'était parfait. La pièce n'était pas bien grande, tout juste la taille d'une chambre de dortoir, et ne possédait qu'une table carrée avec quatre chaises, ainsi qu'un tableau blanc. Pas de feutre, ni chiffon, mais ce n'était pas bien grave ! Marie se les procurerait en temps et en heure.

Elle avisa le dossier qu'elle avait posé sur la table, et sans s'asseoir, l'ouvrit. Il y avait déjà deux signatures apposées dessus. La sienne, et celle d'Alban ! Heureusement que le Voltali s'était montré compréhensif. Il ne lui en manquait plus qu'une...

Pour le reste, le dossier était complet. Marie avait même trouvé un nom pour son club ! Elle l'avait sobrement appelé « Club de Lecture NMNNAAM ».

… Mais c'était quoi, ce nom de l'enfer ?!

La Mentali avait cru comprendre qu'il était de coutume chez les entrepreneurs de nommer leur société à l'aide d'un sigle accrocheur. Mais Marie n'avait visiblement pas la même notion d'accrocheur qu'eux ! Et puis, un sigle, on est censés pouvoir déterminer son sens complet assez rapidement. Comment peut-on trouver de quoi NMNNAAM est l'abréviation ?!

Oui, Marie avait besoin de sérieux cours de gestion. Mais ça, elle ne le réalisait pas ! Et puis, dans l'immédiat, elle avait autre chose à faire.

La Directrice ne lui donnerait pas la clé du local tant que le dossier ne sera pas validé. En attendant, n'importe qui y avait accès... Donc tant qu'elle n'avait pas trouvé de troisième signature, elle allait devoir trouver un moyen de tenir les éléments perturbateurs à l'écart.

La solution vint assez rapidement. Marie saisit une feuille, un stylo, et inscrit, d'une écriture soignée, un texte tout à fait simple.


Club de Lecture NMNNAAM
Veuillez passer votre chemin.


Marie Rosalina Uana.



Satisfaite, elle ouvrit la porte de son local, et à l'aide d'un morceau de scotch, accrocha le papier sur celui-ci. Le message devrait être assez clair ! Elle avait même pensé à apposer son nom pour déjà asseoir un début d'autorité. Marie était très fière d'elle, et de sa stratégie d'entreprise !

Elle referma la porte, et s'isola à l'intérieur de sa petite pièce. Cet endroit sera bientôt son espace rien qu'à elle...

ET ENSUITE, LA BIBLIOTHEQUE ENTIERE TOMBERA SOUS SON JOUG ! MOUHAHAHAHA !

*tousse*

Enfin, 'faut d'abord qu'elle trouve un troisième membre...



© Mzlle Alice.

_________________

« Je serai ta cavalière.»

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
De l'ordre, de l'ordre, de l'ordre, il faut de l'ordre ♪
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: l'établissement :: les pièces communes de l'école :: La bibliothèque-