Partagez | .
[Mission] Breed Wars : la Guerre des Oeufs
avatar
Adulte Archéologue
Région d'origine : Hoenn
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697

MessageSujet: [Mission] Breed Wars : la Guerre des Oeufs   Mer 4 Oct - 14:55

« Non... Non… Et encore non… » énumérais-je.

J’étais prostrée devant le tableau des annonces depuis plusieurs minutes maintenant, à la recherche d’une mission qui pourrait me correspondre. Impossible de m’y déloger, je comptais bien rester dans cette position jusqu’à ce que je trouve au moins quelque chose d’intéressant à me mettre sous la dent. A peine avais-je repris les cours au sein de l’établissement que je m’ennuyais déjà, n’ayant qu’une hâte dans mon esprit : m’éloigner de l’école et fuir cet aspect théorique qui commençait de plus en plus à me faire défaut. Je n’étais pas une personne qui appréciais être enfermée dans une pièce. Je préférais largement prendre l’air et apprendre sur le terrain ! Et puis, si je suivais le domaine de l’archéologie, ce n’était pas pour rester dans un bureau à écouter quelqu’un exposer une théorie des plus ennuyante.

Meian était assis derrière moi et patientait en épiant tous les élèves qui passaient dans le couloir. Je ne faisais pas attention au brouhaha, bien trop concentrée à lire tous ces intitulés. L’avantage au moins avec cette rentrée, c’est que je n’avais plus Roseverte aux derrières pour me coller une mission randomn. J’avais donc l’embarras du choix ! Sauf que j’étais incapable de prendre cette décision et de me jeter à l’eau, rien ne m’emballait réellement. Finalement, je portais à croire que c’était bien plus simple quand l’ancien référent des Phyllali était là… Avec lui c’était direct et sans négociations. Que… QUOI ?! Non, pardon, effacez tout de suite ce que je viens de dire. Je ne pouvais tout bonnement pas regretter un tel professeur.

« Ah ! En voilà une qui pourrait faire l’affaire … »

J’attrapais le bout de papier entre mes mains et relisais une seconde fois l’intitulé de cette mission. Gérer des problèmes de reproduction ? C’était dans mes cordes. Et ça ne devrait pas se montrer trop épuisant. Je fourrais l’ordre dans la poche de ma veste et partais dans les bureaux administratifs pour informer que je me chargeais de cette requête pour un temps pas encore déterminé. Car oui, je ne savais pas combien de jour cela pouvait prendre et ça m’étonnerait qu’en un unique, cela pouvait se régler. Je n’avais pas en possession de baguette magique, malheureusement.

Je décidais alors de faire ma première approche ce soir même, afin de poser de bonne base et surtout me familiariser avec l’endroit. Une rapide analyse d’un regard extérieur de la pension, c’était toujours bon à prendre, que je sois experte ou non. Et j’étais loin de l’être, bien évidemment. D’ailleurs, je me demandais pourquoi on faisait appel à des élèves. Les jugeait-on réellement capable de pouvoir trouver une solution ? Moi-même, je n’étais pas certaine de pouvoir y parvenir, non pas que je me classais au-dessus des autres, mais qu’en règle général, je me faisais suffisamment confiance pour réussir. Là, ce n’était pas le cas. Boarf… C’était toujours l’occasion de sortir pour s’occuper. Et qui sait, peut-être que je pourrais obtenir des résultats ?

La pension ne se trouvait qu’à quelques minutes de l’école, je pouvais largement m’y rendre en bus. Il n’était que 16 heures quand je débarquais devant ce corps de ferme impressionnant, après une longue marche. J’étais accueillie par un vieux couple des plus charmants, bien qu’un peu trop envahissant. De bons vivants qui arrivaient facilement à me donner le sourire. Ils étaient ravis de voir une « si jeune demoiselle » comme la dame le disait si bien. Très rapidement et avec toute leur fierté, ils m’avaient fait faire le tour du propriétaire. Il y avait de nombreuses espèces ici. Mais étaient-ils réellement épanouis ? Tout portait à y croire et le couple faisait tout pour.

« C’est un sacré domaine que vous avez là… » ne pouvais-je m’empêcher de complimenter. « Combien d’espèces différentes possédez-vous ? »

« Une quarantaine, je dirais. »

J’arquais un sourcil, impressionnée. Je me demandais bien comment ils pouvaient tout gérer à eux deux, surtout à leur âge. C’était incroyable. Je hochais alors simplement la tête et poursuivait mon analyse critique. Sincèrement, je ne comprenais pas réellement le but de cet appel à l’aide. Tout semblait aller bien ici, les Pokemon semblaient vraiment heureux dans ce vaste espace.

« Je n’arrive pas à déterminer le problème… Vous trouvez que vous ne produisez pas suffisamment d’œufs, mais je trouve que c’est assez raisonnable. »

« La demande est beaucoup plus élevée ma p’tite, et on n’arrive pas à la combler totalement malheureusement. Et plutôt que d’attendre, nos clients préfèrent s’en remettre à cette nouvelle pension. »

« Je vois… Donc, ce qui vous intéresse, c’est le chiffre uniquement ? »

La dame s’éclaffait, outrée. Je me mordais immédiatement la langue, me rendant compte de ce jugement blessant. Je baissais la tête un instant, quelque peu honteuse et ne disais rien pour me rattraper. Après tout, ce que j’avançais pouvais être vrai bien que j’en doutais forcément.

« Bien évidement que non ! Mais si nous n’avons plus un seul client, comment allons-nous faire pour entretenir nos Pokemon ? Notre production de lait Meumeuh ne suffit pas ! Et le miel des Apitrini non plus. Je ne te pensais pas comme ça, ma p’tite. »

« Oui, veuillez me pardonner… Bon. Avec toutes ces informations et le tour du domaine, je pense pouvoir commencer à réfléchir à une solution. Je vais rester encore une heure à observer vos Pokemon et je repartirai à l’école avant que le couvre-feu ne tombe. Demain, je n’ai pas cours donc je pourrais être présente toute la journée. Cela convient-il ? »

Le couple hochait positivement la tête et repartaient ensuite à leur occupation. Je me retrouvais seule au milieu de la terre humide et des odeurs pestilentielles. Ah… Les joies de la ferme !


x.x.x.x


Je ne comprenais pas. Les Pokemon dans cette ferme semblaient véritablement vivre en paix. Rien à mes yeux ne bousculait leur mode de vie… Ils étaient… épanouis. Alors comment pouvais-je faire en sorte qu’ils le soient davantage ? Je séchais littéralement. Non, il devait forcément y avoir quelque chose… Je devais passer à côté d’un truc, ça ne pouvait en être autrement. Perplexe, je me retournais dans mon lit sans trouver le sommeil. Et si finalement, il n’y avait pas de solution ? J’étais dans une impasse.

Exténuée, je finissais enfin par m’endormir.

Au réveil, l’illumination. Je ne sais pas de qui provenait ce dicton « la nuit porte conseil » mais… il disait vrai. Puisque je ne trouvais pas la raison d’un manque éventuel d’épanouissement, je pouvais toujours contourner le problème et proposer une toute autre solution. Mais avant de l’envisager, je préférais revenir sur le terrain pour être sûr d’avoir bien tout observer.

J’étais assise en tailleur sur le sol, un carnet de note en main et le stylo en bouche. Je les analysais. Tous. Mais je ne dénotais rien. Le couple me regardait avec un air inquiet de temps à autre, espérant qu’un miracle pouvait provenir de ma personne. Je levais les yeux vers le ciel et soupirais. A quoi bon forcer mère nature ?!

Alors que je gribouillais quelques notes, une lumière éblouissante sortait de l’une de mes Pokeball. Habituellement, mes compagnons ne sortaient que quand je leur demandais. Donc, je ne vous explique pas ma stupéfaction lorsque je découvrais que mon Metamorph ne s’était pas fait prier pour faire acte de sa présence.

Ouais. Comme par hasard.

Je le fusillais du regard, attentive. Et lorsque ses iris croisaient les miens, je bondissais en avant dans le but de l’attraper. Mais le chewing gum passait entre mes doigts et filait. Ok, il devait y avoir masse de phéromones dans l’air là… Je peinais à me relever, légèrement douloureuse aux genoux. Puis, je me mettais à sa recherche. Hors de question de laisser ce pervers en liberté. C’est le couple de retraités qui allait être ravi… !

Faillait-il que… Je le retrouve.

Car oui, là j’oubliais juste un détail : Métamoprh pouvait changer d’apparence et donc mettre le grappin dessus serait une tâche bien plus difficile que prévu. Je me frappais le front avec force, mécontente et pestais en marchant droit devant moi. Je croisais la bonne femme qui tentait de comprendre ce qu’il n’allait pas mais je passais directement à côté d’elle en l’ignorant.

Et là, je me demandais pourquoi je n’avais pas laissé cette fichue Pokeball dans ma chambre. Une perte de temps.

« Un truc ne va pas, jeune fille ? »

Le vieil homme venait de se placer devant moi en me barrant indirectement la route. Je tiquais doucement puis inspirait un bon coup.

« J’ai une bonne et… une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que je pense avoir trouvé une solution à votre problème. La mauvaise ? C’est qu’il y a un Métamorph en liberté sur vos terres. »

« Q-que… Pardon ?! »

Réaction parfaitement normale. Je levais les yeux vers le ciel et le poussais doucement à l’épaule pour qu’il me laisse passer. Je n’avais pas envie de détailler et de donner des explications. L’importance était de le retrouver et seulement après, je pourrais fournir toutes les informations qu’il voulait. Mon geste semblait compris car il ne tentait pas de reprendre la discussion avec moi.

Je savais pertinemment que c’était de ma faute. Et je n’aimais pas ça. Je traversais la ferme en long, en large et en travers. Impossible de le retrouver. C’en était à un point que je commençais déjà à perdre patience. Et pourtant, mon faciès ne caractérisait en rien mon état d’énervement. Meian était sur le coup, le museau en ébullition. Je comptais énormément sur lui pour le coup. Ca ne pouvait en être autrement. Attentive à ses mouvements, je le suivais sans broncher jusqu’à ce que je tombe sur plate imitation d’un Goupix.

« C’est vraiment nul… »

J’attrapais le concerné par la peau du cou et le plaçais devant moi pour le fusiller du regard. Trouvé. Du moins, c’est ce que je pensais… La vieille dame se précipitait vers moi et attrapais ce que je pensais être le pervers pour le serrer dans ses bras.

« Mais qu’est-ce que tu fais ?! Oh, Marshall, j’espère qu’elle ne t’a pas fait de mal ? »

Quoi ? Cette tronche de cake, c’était un véritable Goupix ?! Sérieusement ? J’aurais mis ma main à couper qu’il s’agissait de mon Métamoprh pourtant ! Je tournais la tête vers Meian et celui-ci faisait un signe négatif. D’accord. Donc ce n’était pas lui. Je me penchais en avant et présentais mes plus plates excuses à la dame qui s’en allait déjà voir son mari pour cracher du venin sur ma personne. Il y avait de quoi. Je leur causais plus de problème que j’en résolvais pour le coup.



« Meian… Il n’y a qu’une seule solution ! Je ne vois que ça et je n’ai pas encore envie de tourner en rond. Alors… Soit tu te bouges et tu repères son odeur, soit je passe par cet intermédiaire. Et ne va pas croire que ça me plait, loin de là ! Il est déjà 17h. »

Le Noctali grondait, mécontent. En même temps, l’alternative ne pouvait que lui déplaire. Je soupirais, las.

« Ce n’est pas ma faute s’il est autant attiré par elle. Mais au moins, si elle se pavane, on est sûr de le retrouver. Et il ne lui fera rien, je te le jure. »

Je n’étais clairement pas fière de ce que je proposais. Mais… Je n’avais pas de meilleure idée. Pourtant, j’aimerais éviter de passer par là. Sauf que le sort était contre moi. Il était tard, je ne pouvais pas repartir sans lui, d’autant plus que j’avais un truc à proposer au couple ce qui fait que s’ils acceptaient, c’en était finie de cette mission.

« Shiva… ? »

Je me tournais vers la principale concernée, pas plus heureuse de cette situation mais contrainte tout de même à coopérer. Résignée, elle mettait en exécution le plan. Il n’avait suffi que de quelques minutes à peine pour que la proie traquée ne soit débusquée. Et avant même que cette dernière ne puisse s’approcher de sa convoitise, Meian se jetait sur lui en le plaquant au sol, empêchant tout mouvement, même une nouvelle transformation. J’avais deux Noctali sous les yeux. L’un était Meian et l’autre, Métamorph, à n’en plus douter. Je me saisissais de ma Pokeball et le rappelais, m’assurant qu’il ne puisse plus en ressortir de son plein gré.

« Voilà, ce n’était pas si compliqué ! Merci à vous deux. Bon… Je reviens, je n’en ai pas pour longtemps. »

Je lançais la Pokeball dans ma main, satisfaite et la fourrais dans mon sac avec l’infime conviction que s’il ressortait, je l’étripais sur place. Je m’en allais retrouver le couple pour leur proposer ma solution. Je ne savais pas s’ils allaient accepter, ou encore moins un minimum leur convenir mais je pouvais toujours tenter. De toute façon, je ne voyais pas comment faire autrement.

La dame m’invitait à m’installer sur l’une des chaises de la cuisine et me servait du thé avec quelques petits gâteaux. Son regard restait néanmoins méfiant, ce que je respectais. Je prenais une gorgée du breuvage chaud pour me réchauffer et commençais à détailler mon plan.

« Je ne pense pas que l’on puisse augmenter votre production, à moins de ne passer par cette méthode peu… catholique si je peux me permettre. Croyez-moi, je suis contre ce genre de pratique, c’est pourquoi je vous propose une alternative. Je ne suis pas experte dans ce domaine, mais ça vaut le coup d’essayer. Pourquoi ne pas vanter les mérites d’une production et d’un élevage sain ? Votre concurrent ne fait qu’un travail à la chaine, ce sont des Pokemon exploités et donc malheureux. Vous, ce n’est pas le cas. Et je pense que vous pouvez miser là-dessus. Je suis sûre que le publique sera touché si vous présentez la chose de cette manière. Ou du moins, ça les fera réfléchir : est-ce qu’ils veulent à tout prit rapidement un œuf en passant par des méthodes peu conventionnelles ou sont-ils prêts à attendre pour que ce dernier soit confectionné naturellement, dans un environnement saint ? Vantez les mérites de votre pension. »

« Le problème est toujours là ma p’tite. La demande reste conséquente. »

« Les gens ne sont quand même si scrupuleux ?! Ils peuvent tout de même comprendre que… »

« Oui… Bien entendu. Je ne dis pas le contraire. Mais je ne suis pas sûr que cela fonctionne totalement. »

« Ce seront des clients fidèles alors. Contentez-vous de ce que vous pouvez avoir. Ça ne sert à rien d’exploiter vos Pokemon par je ne sais quelle méthode. Car si ce n’est pas un Méthamorph, ce sera autre chose. Et je doute que ce soit mieux… Je me trompe ? »

Le couple baissait la tête. Ils savaient que j’avais raison mais restaient déçus. Ils attendaient beaucoup de moi. Beaucoup trop.

« Ou alors… Augmentez votre activité. Elevez plus de Pokemon. Mais… Est-ce raisonnable à votre âge ? Vous en sentez-vous capable ? Posez-vous juste les bonnes questions. Après, vous pouvez toujours embaucher. Mais ce sera un salaire à payer. Il faut mesurer le pour et le contre. Et le choix final vous revient. En attendant, je n’ai rien de mieux à vous proposer. J’ai beau me torturer l’esprit, je ne trouve pas. Et je pense que je ne trouverais pas. Je suis désolée… »

« Ne le sois pas… C’est déjà beaucoup et ça nous aide à réfléchir. Je pense que mettre en avant nos conditions d’élevage est un atout. On verra bien par la suite. Qu’en penses-tu chérie ? »

« Je suis d’accord. »

Je me mordais la lèvre inférieure. Je voyais bien que ça ne leur convenait pas totalement. Mais que faire de plus ? Je ne voyais vraiment pas. Ici, les Pokemon sont heureux et épanouis. Il suffit de laisser la nature faire le reste… Pourquoi la presser ? S’ils étaient de véritables éleveurs, ils devraient savoir. Mais pouvais-je leur en vouloir ? Ils avaient peur pour leur activité après tout. Et c’était encore un aspect de la vie que je ne pouvais pas saisir car je ne possédais pas moi-même de pension. Je ne me basais que sur des aspects théoriques apportés en cours.  Il me manquait clairement la pratique.

« En tout cas, voici ce que je peux faire en tant qu’élève. Après… Je pense que le mieux est de se tourner vers un professionnel qui a davantage d’expérience. »

Je concluais là-dessus, terminant par la même occasion mon thé. Le couple me remerciait et je les saluais tout en espérant que ces maigres conseils suffissent…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9770

MessageSujet: Re: [Mission] Breed Wars : la Guerre des Oeufs   Dim 5 Nov - 18:57

Modération Ambre

Appréciation Le rp est cool! Et bien marrant, aussi. Quelle idée de ramener un Métamorph pervers dans une pension qui prône la reproduction traditionnelle... Pendant la lecture de la mission, on s'attend vraiment à ce que Ambre trouve LA solution permettant de régler les problèmes du couple, mais... Problème, il n'y en a pas. On pourrait ainsi avoir une impression d'inachevé, mais la façon dont c'est tourné et la maigre idée d'Ambre pour relativiser les choses témoignent d'une réelle volonté d'aider, et d'une incapacité à le faire. Et puis zut, la question que cela soulève au final est super cool! J'aurai moins bien aimé cette mission si tu t'étais contentée de simplement résoudre le problème via un twist final plutôt que de faire face à l’inéluctable.

■■■■□ - Quatre étoiles, c'est génial ! Vous vous êtes vraiment appliqués et montrés originaux dans l'écriture et dans le déroulement ! Vous recevez 80 jetons et 20 expérience supplémentaire ! (Comme mission en solo, expérience et jetons divisés par deux)


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[Mission] Breed Wars : la Guerre des Oeufs
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village portuaire :: Autres Lieux Importants-