Partagez | .
[Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Ven 10 Nov - 23:22



Menottées mais jamais dépassées
Nous sommes environ à la mi-septembre.  Cette fois c’est officiel nos anciens professeurs sont partis, laissant derrière eux comme un petit trou dans le cœur des élèves les plus anciens. Parfois on les détestait c’est sûr, mais d’autres fois on les aimait et ils vont nous manquer. Enfin c’est ce que je ressens de mon côté.

Assise sur mon lit, je fais les lacets de mes chaussures de sport. Aujourd’hui, c’est la première fois que nous allons avoir cours de pokéathlétisme avec le remplaçant du général Jackie. Il est aussi en parallèle le référent du dortoir des Noctalis à la place d’Ace. On n’en sait pas beaucoup sur lui, en tout cas le strict minimum. Il est assez athlétique, jusque là c’est logique. Mais à la différence du général qui elle était espionne, lui est un médecin. Peut-être une référence supplémentaire dans l’académie pour enrichir mon parcours ? Aucune idée, je n’ai pas encore eu l’occasion de la voir à l’œuvre. Toujours est-il qu’aujourd’hui c’est un cours en extérieur donc tenue de sport obligatoire. Habituellement cela voulait dire parcours du combattant mais les règles du jeu ont peut-être changé avec Léon comme nouveau professeur. Une fois prête, je couvre mon bras gauche d’un bandage spécial pour le sport puis quitte ma chambre pour rejoindre le gymnase.

---

Cela fait déjà quelques minutes que le prof nous regarde fixement. Tous les élèves nous sommes rassemblés à l’extérieur en attendant qu’il ne dise quelque chose. Avec Jackie, nous serions déjà tous en train de nous rouler dans la boue pour passer l’obstacle du parcours. Elle n’aurait pas perdu de temps à nous détailler les uns après les autres. Après chacun sa méthode. S’il a besoin de nous repérer visuellement pourquoi pas. Cependant, une élève finit par s’impatienter et lui rappelle qu’il a un cours à gérer.

Avec attention nous attendons qu’il arrive au sujet qui nous intéresse. L’exercice du jour. Son pokemon sort d’une grande caisse une pluie d’objet tous identiques. Des menottes ? Oui c’est ça des menottes. Très vite, son idée se dessine. Il veut qu’on fasse le parcours à deux, attaché l’un à l’autre avec cet chaine. L’idée n’est pas bête, après je présume que cela dépend de notre binôme. Les explications s’enchainent petit à petit. Visiblement il a préparé 3 parcours à travers l’académie pour nous tester. Chacun met en valeur des compétences différentes. J’espère juste que je ne tomberais pas sur celui de la Force. Kathy va me tuer si je me blesse parce que j’ai trop forcé sur mon bras abimé.

Je pensais qu’il allait désigner les duos mais non, il faut juste se mettre avec quelqu’un de notre choix. Enfin bon cette possibilité ne va pas m’aider si je ne connais personne dans le lot. Ça s’agite de tous les côtés mais à travers la foule j’arrive à distinguer une tête rousse. Salomé ! Super ça c’est une bonne nouvelle. Vite, je l’attrape par le poignet et la place à côté de moi dans le grand rang qui s’est formé devant le professeur.

Coucou ! Désolé ça se fait un peu à l’arrache mais je me dis que ça peut être sympa ce parcours ensemble comme on se connait déjà. Ça te va ?

Heureusement, la jeune Givrali n’a pas l’air d’être contre l’idée. Il ne nous reste plus qu’à attendre que notre tour arrive. Vu le rythme de passage je dirais qu’il nous reste une petite dizaine de minute avant que notre parcours ne soit désigné. Au vu de ce que j’ai pu voir, ce professeur a l’air compétent. Il a une manière bien spéciale de faire les choses et a du mal avec le second degré mais son esprit d’analyse est intéressant. On verra comment cela se passe au fil des semaines.

Cependant une autre question se pose. Il faut aussi lier deux pokemons entre eux. De mon côté j’ai pas mal de pokemon à disposition mais pour Salomé c’est différent. Ces deux pokemons sont des oiseaux. Je ne peux pas les lier avec certains de mes pokemons trop grands en taille. Il va falloir réfléchir plus loin. Même s’il dit que tout type de lien est possible, je ne veux pas que notre duo parte avec un malus parce que les deux pokemons ne sont pas du tout accordés. Ah moins que…

Dis Salomé est-ce que tu crois que ton Piccasault serait près à réaliser ce cours en duo avec ma Nirondelle. Physiquement je pense que c’est le meilleur duo que l’on puisse faire. Après si tu ne veux pas le faire participer je comprendrais très bien.

La jeune dresseuse semble réfléchir pendant que je réalise que c’est bientôt à notre tour de se retrouver en face du professeur pour démarrer la course. Il n’est pas tout à fait 9 heures, le vent un peu frais me fait frissonner. C’est la première fois depuis mon séjour à l’hôpital que je fais une grosse épreuve physique. Espérons que tout se passe bien. En face du professeur, je me contente de le regarder dans les yeux et d’attendre ses instructions. Son regard se porte immédiatement sur moi.

Mademoiselle pouvez-vous me donner votre nom ?

Idalienor Edelwen monsieur.
Mademoiselle Edelwen, c’est un bien beau bandage que vous avez là. Je l’ai vu dès que vous êtes arrivé à mon cours. Cependant il me semble être un peu grand pour une simple égratignure. Est-ce vous sûre de pouvoir participer à ce cours ?
Je ne serais pas venue si je ne pouvais pas.

Pendant un instant, j’ai presque senti comme un duel de regard entre lui et moi. Aucun des deux ne voulait fuir. C’était assez bizarre comme sensation. Finalement il lève les yeux et tourne la tête vers les différents parcours qui s’offrent à lui.

Si vous le dites. Ne vous blessez pas d’avantage, je ne voudrais pas entacher ma réputation dès le premier jour. Bon où vais-je vous envoyer aujourd’hui ?

HRP:
 

©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1301

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Sam 11 Nov - 17:18


Une nouvelle journée sur Lansat et avec elle son lot de cours. Salomé se préparait sous les piaillements de ses Pokemon, son Picassaut se faisant davantage entendre que sa Plumeline qui restait cloîtrée dans une dépression sans nom. L'air de cette île la changeait complètement d'Alola, plus qu'à espérer que son mal du pays finisse par s'estomper. Entre sa première dépression liée à l'abandon de Mélie et maintenant ça, la rousse se demandait quoi faire de cet oiseau. Heureusement qu'elle n'avait pas ce souci avec Algernon. Lui paraissait heureux d'être ici, bien que retardé mental, son starter s'adaptait à tout ou presque.

La gitane termina de se préparer, se rappelant qu'un cours de son parcours respectif l'attendait. Elle se demandait bien ce qui allait se passer, elle savait, comme tous les élèves, que l'ancien professeur n'était plus ici, remplacé par un autre. Mais n'ayant jamais connu Jackie, difficile pour elle d'avoir un outil de comparaison. Elle se baissa pour lacer ses chaussures de sport et noua ses cheveux en une longue queue de cheval pour éviter d'être agacée par ses mèches indisciplinées. Elle était fin prête, suivie de près par ses oiseaux. Cela lui faisait une drôle d'escouade au sein de l'académie mais peu importait.

***

Le cours débuta, ponctué par l'intervention d'une élève qui elle, avait hâte de rentrer dans le vif du sujet. La Givrali, elle, n'était pas particulièrement pressée à l'idée de suer comme un porc par ce temps. Elle tressaillit sous la caresse du vent avant de chercher du regard un potentiel binôme avec qui faire équipe. Elle n'eut pas à attendre longtemps, la providence vint en le nom d'Idalienor qui, par un curieux hasard, assistait elle-aussi à ce cours.
Le mystère des emplois du temps de la Pokemon Community.
Elle hocha la tête pour montrer son accord. Après tout, Salomé connaissait encore trop peu de monde, encore moins des gens de son parcours respectif et au vu des têtes inconnues, il lui semblait que les étudiants étaient majoritairement en Pokéathlète ici. Rien de plus normal. Elle suivit alors son aînée, l'écoutant quant à sa proposition d'utiliser Algernon – il est vrai que la demoiselle ignorait encore que l'emplumé avait gagné un nom à la fin de l'été – tandis qu'elle fit sortir un Nirondelle familier à la gitane.

Quelques formalités échangées entre le professeur et Idalienor et ce serait bon. Il est vrai que la brune possédait maintenant un pansement immense là où sa cicatrice s'était tenue. Mais Salomé ne fit aucun commentaire, laissant l'échange se terminer entre Léon et la Pyroli.

— Ce sera de la vitesse pour vous, déclara l'enseignant tout en menottant à la fois les Pokemon respectifs ainsi que leurs dresseuses, et n'oubliez pas, des jambes ne sont rien sans une cervelle bien remplie alors n'hésitez pas à vous servir de votre tête, c'est comme ça que vous réussirez dans ce cours.

Réfléchir en sport ?
C'était un bien étrange concept. Mais Salomé ne dit rien, se laissant menotter tandis qu'un lien unissait désormais le Nirondelle et le Picassaut qui ne comprenait pas bien ce qui se tramait là. Il fit abstraction des menottes, tentant de voler de manière circulaire autour de la tête du professeur pour le saluer mais fut bien vite arrêté dans son geste par le corps du Nirondelle, qui, lui, restait statique dans les airs, attendant de manière docile que sa dresseuse lui donne un ordre. Ah l'obéissance chez Algernon. Toute une histoire.

L'enseignant leur expliqua le parcours à suivre. Inutile de s'inquiéter du reste, pour le moment mieux valait songer à cet ennemi qu'était ce fameux tapis roulant. En conquérir un en solitaire n'était déjà pas aisé pour la petite mais attachée ? Elle se demandait d'ailleurs comment les type Vol allaient s'en sortir ; allaient-ils ruser et rester dans les airs ou se plier aux lois terrestres pour éviter toute tricherie ? Pour Salomé, la réponse était toute trouvée.

— Aux suivants !

Déjà, le professeur Nahr s'occupait d'un autre binôme tandis que celui de Salomé et Idalienor était livré à Disciple, le Kapoera qui attendait qu'ils se mettent en route. Il allait falloir courir. Et vite.

— Je te préviens d'avance, je ne suis pas très rapide.

Autant la danse avait su lui muscler les cuisses mais pour la vitesse, il allait falloir repasser. Elle aurait mille fois préféré le parcours d'agilité mais le hasard en avait décidé autrement. Vitesse, c'était tout ce qu'elle ne voulait pas. Il allait falloir qu'elle s'habitue à cette idée.

— Bien évidemment, nos oiseaux peuvent voler plutôt que courir sur ce tapis, n'est-ce pas ?

N'est-ce pas ?
Le but étant de le franchir, cela lui paraissait tout bon.

— D'ailleurs, tu t'en doutes peut-être par ma présence ici aujourd'hui mais je fais partie du même parcours que toi maintenant ! Bon, j'ai pas encore tranché pour ma spécialité mais ça viendra... C'est que j'ai eu une mauvaise expérience avec le parcours Scientifique, alors ça m'a aidée à me décider... Ça ainsi que toi et Alban, un Coach d'ici que tu connais déjà sûrement !

Parce qu'elle n'oubliait pas que ces deux-là avaient joué un rôle important dans sa prise de décision. Ainsi que Logan et son comportement. Mais cela, elle aurait bien l'occasion de revenir là-dessus à un moment ou à un autre.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Dim 19 Nov - 12:51



Menottées mais jamais dépassées
Le professeur finit par décrocher son regard de moi pour réfléchir à quel parcours nous sera attribué. Je l’ai échappé belle cette fois. J’ai bien cru qu’il allait me renvoyer tout droit dans ma chambre. Là où Jackie aurait totalement fait abstraction de cet élément, lui semblait un peu plus précautionneux. Ça c’est parce qu’il est nouveau. Très vite il comprendra que nous ne sommes pas vraiment dans un établissement scolaire classique, ou qu’en tout cas qu’on ne s’y comporte pas de la même façon. Je jette un œil sur ma partenaire qui n’a pas l’air d’avoir grand-chose à ajouter. Bon, après quelques instants de réflexion, il se décide à nous lancer sur le parcours vitesse. Bonne pioche dirons-nous. Enfin de mon côté parce que cela n’a pas l’air d’enchanter beaucoup Salomé. Tant que je n’ai pas à tracter trop de poids sur mon bras cela devrait aller. Après tout, ce n’est pas la première ni la dernière fois que je fais ce genre d’exercice.

Léon commence à attacher nos pieds ensemble solidement. J’en profite pour adresser quelques mots à Ainara avant qu’elle ne soit à son tour attachée par ces liens au pokemon de la rousse. L’exercice risque d’être compliqué pour elle. L’oiseau a toujours eu l’habitude de voler à sa guise avec la plus grande des facilités. Elle va devoir s’adapter aux difficultés rencontrées par le Piccasault de Salomé. Sa façon de voler n’a rien à voir avec celle de ses congénères. Cela ne va pas être évident. Après je fais entièrement confiance à Ainara, je suis sûre qu’elle va y arriver. Le professeur les lie également par les pattes. Au début, la coordination semble vraiment compliquée mais les deux oiseaux finissent par se stabiliser. Nous voilà donc lancées à travers le parcours. Il faut faire le meilleur chrono possible, tout en réfléchissant bien sûr.

Ne t’en fais pas, je ne suis pas sûre que cela soit primordial contrairement à ce que le nom du parcours veut nous faire croire.


Nous avons légèrement en synchronisant nos pas jusqu’à arriver devant le fameux tapis roulant. Premier obstacle extrêmement casse-gueule. Si on prend mal le départ ce n’est pas bien engagé pour la suite. Il va falloir être prudente. Quant aux pokemons, vu qu’il n’y a eu aucune précision sur la façon dont ils doivent franchir les obstacles, je suppose que je vais suivre Salomé.

Je pense oui. De toute façon je ne vois pas comment ils feraient sur le tapis.

Les pokemons passent sans aucun souci au-dessus de l’obstacle. Le vol n’est pas très droit mais ça n’a pas vraiment d’importance. Maintenant c’est à nous de le franchir. Chacune de nous se tient en face du départ de la structure roulante. Réfléchissons. Comment monter dessus sans se manger l’herbe aussi sec ? Pendant ce temps, ma camarade m’indique ce dont je me doutais mais elle a bien raison de me le confirmer.

Je suis contente de voir que tu as rejoins officiellement les Pokeathlètes. Hésiter entre deux spécialités est tout à fait normal. Je connais bien Alban oui, nous avons vécu quelques aventures ensemble dirons-nous pour faire simple. C’est un très bon coach. Il t’aidera aussi de son côté à faire le meilleur choix pour toi.

Dire que je connais simplement Alban serait un euphémisme. Mais c’est tellement compliqué que je préfère ne pas m’étaler là-dessus. Je crois que ça ne regarde que nous en fait. Oui je sais dis comme ça on pourrait s’imaginer des choses étranges alors qu’il n’en est rien. Simplement, il s’avère qu’il en sait trop sur moi pour que je puisse rester indifférente à son égard. Un garçon bien mystérieux. Je n’aurais jamais pu prévoir que je finirais par me lier de cette façon au brun. Quand je pense qu’il y a encore 3 ans je l’admirais devant mon post de télévision. Cette académie est vraiment le lieu de tous les possibles.

Bon il serait peut-être temps de monter sur ce tapis non ? Il n’avance pas très vite mais il faut se montrer méfiant. Je regarde Salomé pour lui proposer mon idée.

Pour monter, je te propose qu’on se tienne par les hanches puis que l’on place ensemble nos pieds extérieurs sur le tapis. Et juste après, on pose nos pieds liés sur le tapis. Comme on a réussi à marcher jusque-là, une fois dessus on devrait y arriver, enfin j’espère. Tu es prête ?


Un hochement de tête et le mouvement de jambe se met en place. L’un après l’autre, les pieds se posent sur le tapis. Bon ok on a failli se manger le tapis dans les dents à la montée mais après quelques grands mouvements de bras pour se stabiliser, nous finissons par tenir debout tout en marchant. On a un rythme stable mais on ne bouge pas (normal on est sur un tapis roulant). Assurons-nous de bien tenir en équilibre avant de se mettre à accélérer. J’adresse un sourire à ma camarde.

Pour avancer il va falloir qu’on fasse des plus grands pas. A trois. Un, Deux, Trois…


Nos pas s’agrandissent et enfin nous progressons sur la surface grise. Pas très vite, mais on avance. Comme on a 50 mètres à franchir, cela me laisse le temps d’engager une conversation avec la rousse. J’ai plein de trucs à lui demander.

Alors est-ce que Lansat te plait ? Les cours, le dortoir tout ça ? Tu es chez les Givralis donc tu as du être très vite plongée dans le bain.


©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1301

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Dim 26 Nov - 16:59

Elles tenaient en équilibre. Leurs pieds menottés pendant que le duo aérien avait franchi l'obstacle avec une facilité déconcertante, le contournant plutôt que le traversant. Les joies de posséder des ailes. Du coin de l’œil, Salomé vit que le corps fragile de son Picassaut était parcouru de spasmes. Rien d'effrayant, mais c'en était presque comique de voir la Nirondelle tenter d'adapter son vol à celui de son partenaire d'un jour.

Quelques pas timides d'abord, des plus grands ensuite. Les étudiantes avançaient, à une vitesse raisonnable, tandis que la rousse se retrouvait à battre parfois des bras pour éviter la chute et tenter de faire balancier. Ce serait vraiment trop dommage de devoir recommencer suite à sa maladresse.

— Des aventures, hein ? Alors toi et Alban, vous avez... ?

Si tu as quelque chose à dire, dis-le. Sinon, ne dis rien.
Ils ont quoi, hein ? Ramassé des baies ensemble ? Hé bien peut-être. Assisté aux mêmes cours ? Sûrement. Cette manie des jeunes de sous-entendre sans aller au bout de leurs pensées, vraiment ! C'en devient agaçant.

Mais trêve de bavardages, se concentrer sur le parcours d'abord, papoter ensuite. Même si Salomé ne se privait pas de faire les deux, affectant son équilibre à chaque fois qu'elle détournait un peu trop l'attention du point d'horizon qu'elle s'était fixée.

— Même si je suis chez les Givra', le rythme est pas pour autant très soutenu... Du moins avec ma colocataire, elle a des objectifs plein la tête mais rien à voir avec les Scientifiques, elle, elle est plutôt portée sur le sport et la compétition... Entre Pokemon.

Sacrée Erika.
Mais la rousse finissait par s'adapter peu à peu à son nouvel environnement. À l’exception de Miss Acacia. Peut-être Idalienor pourrait-elle faire quelque chose pour cette dernière, tout comme elle avait porté secours à Algernon lors de leur seconde rencontre ?

— Par contre, ma Plumeline a le mal du pays. Je t'avais expliqué qu'elle appartenait autrefois à ma mère et qu'elle avait passé l'essentiel de son existence sur Alola. Elle avait fini par reprendre goût à la danse, grâce à un concours à la fin de l'été, mais maintenant qu'elle a quitté son île natale, je la vois dépérir un peu plus chaque jour et je ne sais pas quoi faire pour lui redonner le sourire... La psychologie, c'est pas mon fort...

Il n'est jamais trop tard pour offrir une thérapie à un Pokemon. Pauvre Miss Acacia qui broyait du noir au quotidien. Et sa dresseuse incapable de lui porter secours car ne possédant pas les outils nécessaires. Elle n'était pas Médecin, même s'il est vrai que cette spécialité l'attirait énormément. Mais comment espérer soigner les Pokemon d'autrui alors qu'elle était incapable de traiter ses propres créatures ?

Elle mit enfin pied à terre, en même temps qu'Idalienor. Le tapis continuait sa folle course, prêt à faire chuter d'autres étudiants intrépides. Salomé n'était pas mécontente d'être venue à bout de cet obstacle. Maintenant, il leur faudrait rejoindre le lac à pieds pour le franchir ensuite. Ce parcours Vitesse lui paraissait bien décousu de par sa constitution.
Elle piocha la pokéball de Miss Acacia pour l'appeler près d'elle. Elle ignorait si Idalienor serait prête à sacrifier quelques minutes du temps, et donc une partie de sa note globale, pour porter secours à l'oiselle toute de bordeaux vêtue.

— Tu crois qu'on a le temps pour que tu y jettes un œil et l'aider ?

Après tout, n'est-ce pas le propre de tout Médecin de porter secours aux Pokemon en difficulté ? Même si cela relevait davantage de la psychanalyse ou du moins de la psychologie pour comprendre ce qui n'allait pas et surtout, le résoudre.

La Plumeline s'était recroquevillée sur elle-même, comme à son habitude. Ses plumes autrefois si brillantes commençaient à perdre de leur splendeur. Elle restait inerte, statique, exactement comme au premier jour sa rencontre avec Salomé. Mais en pire peut-être.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Ven 1 Déc - 15:07



Menottées mais jamais dépassées
Grimper sur le tapis ne fut pas une partie de plaisir mais voilà une bonne chose de faite. Il ne restait donc plus qu’à marcher tranquillement à un rythme régulier pour espérer arriver au bout des 50 mètres sans se manger le sol. Je pense que nous en sommes tout à fait capable. Au-dessus de nos têtes, nos deux pokemons vols se déplacent tant bien que mal pour franchir l’obstacle. Même si objectivement l’exercice n’est pas bien compliqué pour eux car ils n’ont pas la contrainte du tapis, je sens tout de même une certaine difficulté chez ma pauvre Ainara. Même si les spasmes d’Algernon ont diminué depuis le début de l’été, il n’en reste pas moins présent et difficile pour le vol. Ma Nirondelle fait de son mieux pour voler de la même façon mais ce n’est pas évident. De toute façon je lui fais confiance, elle trouvera sa propre solution pour avancer. C’est aussi ça l’esprit de mon équipe. Des initiatives personnelles qui les font grandit chaque jour.

Dans la discussion, je réalise que la formulation de ma phrase n’était peut-être pas des plus adaptés. J’espère qu’elle ne s’est pas imaginée une pseudo histoire entre Alban et moi. Malheureusement la connaissant c’est probable. Enfin bon ce n’est pas très grave tant qu’elle ne répand pas de rumeur dans son dortoir. Je ne veux pas mettre mes deux amis dans l’embarras. D’ailleurs elle aborde rapidement son dortoir et sa colocataire. Elle doit être là depuis plus longtemps que Salomé vu la façon dont elle m’en parle. Je comprends que ça puisse la surprendre mais j’essaie de lui expliquer clairement ce qu’elle pourra voir au fur et à mesure de ces rencontres à l’académie.

Ici tu verras qu’on est dans une ambiance propice à développer nos propres ambitions. Même si cela peut te paraitre bizarre, je te promets que d’ici peu de temps tu auras aussi des projets plein la tête et que tu feras tout pour les réaliser.

C’est vrai qu’à mon arrivée à l’académie j’ai été surprise par le comportement des autres élèves. Les plus anciens, pourtant pas très âgés, avaient des objectifs très précis qu’ils voulaient atteindre plus que tout. Moi aussi j’avais des idées pour l’avenir, mais je n’avais pas encore autant de volonté pour les réussir. Mais au fur et à mesure des cours et des rencontres, j’ai compris que ce n’était qu’en donnant le meilleur de moi-même que je pourrais réussir dans ce que j’aime. Je suis persuadée que la rousse le comprendra elle aussi très vite. J’ai hâte que ses projets se dessinent et qu’elle m’en parle, en espérant pouvoir lui être utile.

Justement en parlant d’être utile, il semblerait que la jeune Givrali ait besoin de conseil. J’écoute tranquillement ce qu’elle m’explique. Je me souviens de l’histoire de sa Plumeline. Récupérer un pokemon abandonné est toujours difficile. La trahison d’un humain laisse des cicatrices indélébiles dans le cœur des pokemons, enfin je présume. Il est ensuite difficile pour lui de s’attacher de nouveau, et surtout de faire confiance. Mais visiblement ce n’est pas là le problème. Un mal du pays ? Il est vrai que Lansat et Alola n’ont pas grand-chose à voir. Ce sont deux terres très différentes. Cependant, comme l’a bien dit Salomé, je ne suis pas psychologue. Je ne suis pas la mieux placée ni renseignée pour donner ce genre de conseil. Mais je ne peux pas lui dire non. En tout cas pas sans avoir tenté quelque chose.

La jeune fille sort de sa pokeball le pokemon en question. Effectivement, la différence est assez impressionnante. Le pauvre pokemon est recroquevillé sur lui-même, perdant tout son éclat naturel. Les Plumelines sont des pokemons danseurs. Leur grâce permet à tous les gens autour d’eux de les suivre dans leur jolie danse. Seulement, Miss Acacia a l’air d’avoir perdu de vu sa raison d’être, cette fibre qui la tenait en vie. C’est assez triste à voir. Une fois descendue du tapis, j’essaie d’engager quelque chose.

Bien sûr il n’y a pas de souci. Simplement je suis médecin mais pas spécialiste de la psychologie. Je ne suis pas dans mon domaine de compétence alors je ne te garantie rien.


Je me penche vers le pokemon, obligeant Salomé par le biais des liens à en faire de même. Je tends doucement mes doigts vers l’oiseau. D’abord craintive, elle finit par ma laisser toucher à son plumage. Malheureusement, les plumes ne sont plus en si jolis états qu’avant. Elles sont ternes, abimés. Le psychique d’un pokemon, comme d’un humain d’ailleurs, influe beaucoup sur son corps. Son regard si pétillant a également perdu de son éclat. Peut-être que si j’arrivais à lui faire prendre conscience de son état cela marcherait. Parfois certains pokemons ont une fierté bien placée mais qui peut être utile dans ce type de cas. Cependant, je ne possède absolument pas le matériel sur moi. Je me relève et m’adresse à sa dresseuse.

Je n’ai pas beaucoup de moyens à ma disposition tout de suite mais j’ai peut-être une idée que tu peux déjà mettre en place à ton retour dans le dortoir. Essaie de la confronter à la réalité. Force là à se regarder dans un miroir. Peut-être qu’elle prendra conscience des dégâts que provoquent la dépression sur son corps et que ça la fera réagir ? Essaie de lui montrer des vidéos de ce fameux concours de danse pour lui rappeler la beauté qu’elle possède en elle. A la rigueur tu peux peut-être même essayer de trouver des endroits de Lansat qui ressemblent à Alola. Ça l’aidera surement à s’y faire. Je suis désolée ce n’est pas très professionnel.

Les solutions proposées sont diverses et plus que basiques, j’en ai conscience mais dans l’immédiat je ne peux malheureusement rien faire de plus. Après mes explications, Salomé rappelle son pokemon dans sa pokeball et nous pouvons reprendre le chemin. Nos pokemons nous suivent donc tout va bien. Après quelques minutes de marche, nous arrivons au pied du lac Corail. Il faut en traverser un morceau à la nage. Avec un peu de coordination tout devrait bien se passer.

Tu es prête à te mouiller un peu ?


©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1301

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Dim 3 Déc - 0:26

Pour le moment, c'était surtout le néant qui occupait sa tête. Au moins la rousse avait-elle réussi à choisir un parcours, c'était mieux que rien. Restait encore la spécialité. Une chose de sûre, cela se jouerait entre les Coachs et les Médecins. Entre Alban et Idalienor. Encore quelques semaines pour y réfléchir, puis il lui faudrait trancher. Elle se sentait loin de pouvoir un jour égaler le niveau de l'un ou l'autre de ses aînés mais peut-être... ? Un créneau non exploité qui lui conviendrait ? En attendant, elle observait les gestes précis et méthodiques de la Pyroli sur le corps de son oiseau. Pauvre Miss Acacia. Il lui semblait qu'elle manquait de s'éteindre à chaque seconde. Mais elle tenait bon, sans que la gitane ne comprenne comment ni pourquoi, toujours debout sur ses pattes immenses, échassiers qui lui donnaient de l'élan à chacun de ses pas de danse. Mais tout cela n'était plus qu'un souvenir d'été désormais.

Elle aurait mieux fait de garder une trace de sa mission avec Haru plutôt que de celle avec Logan, à en croire la demoiselle. Pas de chance. Peut-être pourrait-elle retrouver leur prestation du côté des vidéos amateurs ? Mais l'idée du miroir lui plaisait bien. Au moins ne craignait-elle pas de la voir aboyer soudainement face à son reflet, comme elle avait pu voir des Caninos faire dans le passé. Les oiseaux piaffaient, au mieux.

— Je vais tester ça, et je te dirai s'il y a eu du changement.

Même elle avait du mal à y croire. La blessure paraissait trop profonde pour qu'un simple verre poli puisse y faire quoi que ce soit. Mais elle essayerait malgré tout, sans grand espoir, mais elle n'était pas résignée pour autant. Viendrait un jour où elle rencontrerait un Médecin dont la psychanalyse et psychiatrie seraient ses domaines de prédilection. C'était bien beau de maîtriser par cœur les herbes et leurs fonctionnements, mais si le psyché restait inconnu du corps médical, c'était inutile. Sans offense, Idalienor.

Elle était prête à sauter tête la première dans le lac. Elle allait le faire avant que la chaîne ne l'arrête, lui rappelant qu'elle était dépendante de sa partenaire. La rousse se calma quelque peu, ensemble, les demoiselles trouvèrent refuge dans l'eau. Elle était froide en cette fin d'été, l'automne tapait à leurs portes. Salomé frissonna et fit quelques mouvements, suivie de près par Idalienor. La priorité était de rester actives, ne pas devenir statiques pour se laisser saisir par le froid. Elles avaient une grande étendue à franchir, inutile de se précipiter pour autant, il ne servait à rien de finir essoufflée, même si cela restait un parcours Vitesse.
Elle eut un regard entre deux brasses pour Algernon qui traversait à son tour, toujours accroché à Ainara. Son corps minuscule continuait de se voir secoué de spasmes par moments, suffisamment pour gêner la Nirondelle et son vol propre et droit. Cela aurait pu faire rire sa dresseuse si une note n'était pas à la clef. Même si elle se fichait bien de la note finale, preuve en était le temps qu'elle leur avait fait perdre avec le diagnostic de sa Plumeline.

Puis il y eut un PLOUF sonore juste derrière Salomé. Suivi d'un autre en moins de dix secondes.
Comme un caillou qui faisait des ricochets.

***

Tous des oiseaux, hein ? Ça ferait une belle pièce, dis-moi. Ainara : oiseau. Algernon : oiseau. Mais c'est moi, ça, Algernon. Algernon : moi : oiseau.
Je chante. D'un cri propre à ceux de mon espèce. Mais différent aussi. La Nirondelle me jette un regard noir, comme si j'avais dit quelque chose de mauvais, comme si je racontais n'importe quoi. Comme si je faisais trop de bruit. Il faut bien s'occuper le temps qu'on en finisse avec cette baignoire géante. Bleu, bleu, bleu. C'était quoi déjà ? Rouge, rouge, rouge. Mais que du bleu en-dessous de nous. Et du bleu eu-dessus de nous. Un peu plus clair, comme celui que je portais pendant la compétition de sport, moi à la recherche du Goélise d'or. Bleu, rouge, bleu.
Rouge ?
Je crie. Manque de m'étouffer. Rouge, rouge, rouge. Ça se rapproche, ça perce le bleu, pour que ne reste que le rouge. C'est comme quand je me cogne, c'est rouge comme le liquide qui s'écoule hors de moi. C'est rouge et c'est vivant.
Et ça vient sur nous.
Ainara aussi l'a vu. Elle s'arrête, je continue d'avancer, on s'emmêle les ailes, puis les pattes, froissons nos plumes dans le vide tandis que la traînée rouge se rapproche, flèche de feu qui nous frôle une première fois. C'est rouge et chaud. Un éclair qui revient et en a fini de malmener le bleu.
Un comme moi. Un comme nous. Plus rouge, plus gros, plus tout.
Rouge.Rouge. Rouge.
Coup de serres sur nos chaînes. C'était moins une. Ma Salomé est loin devant. Je crie à nouveau mais ma voix ne porte pas loin, noyée par les pépiements de Ainara. Ça sert à quoi, ces liens, dis-moi ?
Nouveau vol en piqué, droit sur nous.
Noir.

***

La rousse se retourne enfin, agacée par les cris d'un Pokemon sauvage qui noie un peu trop ses pensées. Elle se retourne et voit l'ombre d'un Flambusard qui s'éloigne. Elle s'arrête brusquement, cherchant du regard les deux type Vol. Mais il n'y a rien.

— ALGERNON !

Mais juste l'immensité du lac pour seule réponse. Il n'en faut pas plus pour que son cerveau panique et que son cœur s'emballe. Elle connaît le régime alimentaire de cet oiseau de proie. Elle sait qu'il n'est pas venu ici par hasard. Algernon figure droit dans sa nourriture de prédilection.
Non.
Elle ne peut croire une vérité pareille. C'est son imagination qui parle, c'est la peur qui l'étreint, c'est, c'est, c'est.

— Ça mange des Picassaut, ce monstre-là ! hurla-t-elle, inquiète et trempée, à sa partenaire du jour, il l'a... Il l'a... Algernon !

Sujet verbe complément.
Réfléchir ensuite. Se calmer d'abord. Dans cet ordre-là, plus ou moins. Se rappeler aussi. Le bruit sourd un peu plus tôt. Le caillou et ses ricochets. Leurs types Vol respectifs ?

C'était un attentat dans son petit corps.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Dim 3 Déc - 15:51



Menottées mais jamais dépassées
Je ne sais pas si Salomé a réellement été convaincu par les quelques conseils que j’ai pu lui transmettre, tout simplement parce que moi-même je ne sais pas si j’aurais trouvé ça très crédible, en tout cas à sa place. Je n’ai jamais eu à gérer un pokemon dépressif à ce point alors je n’ai aucune expérience en la matière. Et puis pour être honnête cela ne m’intéresse pas des masses. Je n’ai jamais été très forte en psychologie. J’arrive souvent à comprendre les gens mais seulement si eux même vienne me confier leur souci. Autrement je ne devine pas grand-chose. Je n’ai pas ce feeling comme certains peuvent l’avoir. J’espère qu’elle trouvera quelqu’un de plus apte à me conseiller.

Arrivé au pied du lac, j’invite ma camarde à entrer dans l’eau plus ou moins en même temps que moi. Cet exercice n’est pas des plus simples non plus. Il va nous falloir une bonne coordination pour avancer suffisamment vite afin de ne pas se noyer. Les chaines qui bloquent nos poignets et nos pieds vont limiter le type de nage que l’on va pouvoir employer. On est bonne pour une pseudo-brasse sur tout le long du parcours aquatique. Nous entrons dans le lac. Un frisson parcourt mon corps. L’eau n’est pas très chaude en cette saison. Mais bon on n’a pas vraiment le temps d’y réfléchir plus que ça. Une drôle de sensation me parcourt quand mon bras gauche pénètre entièrement dans l’eau. Le bandage que Kathy m’a donné avant que je quitte l’hôpital est censé résister à tous les temps alors je la crois. Mais la sensation que fait le tissu mouillé sur ma peau est inédite pour moi. Heureusement, elle n’est pas trop handicapante. Je devrais pouvoir nager sans trop de problème.

Nos deux pokemons volent quant à eux au-dessus de nos têtes. Ainara a finit par s’habituer à la façon de voler du Picasault donc je ne m’inquiète pas vraiment. Ils devraient arriver avant nous de l’autre côté de la rive. Seulement, un énorme plouf se fait entendre. Toutes les deux nous arrêtons notre nage pour essayer de comprendre ce que c’était.

***

On vole. Comme depuis un moment d’ailleurs. Voler à toujours été ce que je préférais. Ida me laisse toujours voler comme je veux. Maus aujourd’hui elle m’a demandé quelque chose de difficile. Elle a voulu que je vole avec quelqu’un d’autre, avec un autre pokemon. Il est gentil mais il n’est pas comme moi. Son corps n’est pas comme le mien. Ça Ida me l’avait dit aussi. Elle m’a demandé si je voulais bien. Et je lui ais dit que oui.

Voler est aujourd’hui quelque chose de difficile. Je ne peux pas voler comme je veux avec lui. Je sais que ce n’est pas de sa faute. Je dois juste accepter. Du coup je ne vole pas droit, je vole en zigzag, je traine Algernon. Nous sommes au-dessus du lac. Il chante. Je voudrais qu’il se calme, mais il ne veut pas. Il continue. Il exprime des choses. Mais je ne comprends pas vraiment.

Tout à coup, un sifflement s’approche. C’est comme pendant la course de deltaplane mais en plus fort, plus menaçant. Algernon a peur. Il piaille. Il veut s’enfuir. Moi je veux combattre contre la comète rouge, je veux me défendre. On ne se coordonne pas. On s’emmêle. Je ne peux pas utiliser de capacité. Je ne sais pas quoi faire. Je n’arrive pas à gérer pour deux. La bête fonce droit sur nous, et plus particulièrement sur Algernon. Je n’ai pas le temps de tirer. Le bec pointu s’enfonce dans sa chaire. Il hurle de douleur. Il tombe. Et moi aussi.

Je coule. Je me noie. Je n’arrive pas à sortir de l’eau. J’ai peur. Nous allons mourir ?

***
Je me fige quand je remarque que nos pokemons ne sont plus là, juste au-dessus de nous. A la place, il y a un énorme Flambusard, visiblement en pleine partie de chasse. Ma camarade hurle à pleins poumons. Elle panique. Elle s’agite dans tous les sens. Je tire un coup sec sur sa main pour la ramener avec nous.

Salomé calme toi si tu t’agites tu vas nous noyer ! Il n’a pas pu les manger, Ainara se serait battue ! Mais j’ai peur que les deux soient tombés à l’eau. Il faut qu’on les retrouve avant qu’il n’arrive malheur.

Tsss quelle idée de nous empêcher de prendre nos pokeballs aussi. Les choses auraient été plus simples si on les avait avec nous. Quoi que ce n’est même pas sûre qu’elle fonctionne sous l’eau. Mon cœur s’emballe. Pendant la course de deltaplane, j’avais réussi à porter rapidement secours à ma protégée. Mais là je suis démunie et surtout attachée. Si j’avais eu un quelconque moyen de détacher nos liens je l’aurais fait sans hésiter quitte à avoir zéro à l’exercice. La vie de mes pokemons est plus importante que mon relevé de note. Nous essayons d’avancer dans l’eau vers la zone où nous pensons qu’ils sont tombés mais ce n’est pas évident.

Soudain, un ensemble de remous se dégage de sous l’eau. Ils sont de plus en plus forts jusqu’à ce qu’une masse importante sorte de l’eau en piqué. Je lève les yeux au ciel. Il me faut un instant pour comprendre mais une fois chose faite, un magnifique sourire se dessine sur mes lèvres. Ainara n’est plus une Nirondelle. C’est une Hélédelle. Pour acquérir la force nécessaire à sa sortie de l’eau, ma pokemon a dû trouver un courage suffisant pour affronter la réalité et évoluer dans une forme qui lui permettrait de se sauver elle ainsi que son camarade de vol. Ses grandes ailes sillonnent le ciel bleu comme pour nous faire signe que tout va bien. Son envergure de vol est désormais bien plus importante qu’avant. Sa couleur rouge flamboyante déchire le ciel a tel point que le Flambusard file aussi vite qu’il est apparu.

Cependant, je remarque assez vite que tout ne va très bien. Algernon a l’air en mauvais état. Même depuis le ciel, on distingue une tâche rouge assez importante au niveau de son flanc. Je me retourne vivement vers Salomé pour l’informer.

Je pense qu’Algernon a été blessé pendant l’assaut du Flambusard. Dépêchons-nous de rejoindre la rive pour le soigner.

Une sorte d’énergie nous a alors animé afin de rejoindre au plus vite l’autre côté du parcours. La coordination retrouvée, il ne nous a pas fallu longtemps avant d’atteindre la rive opposée. Ainara était déjà là, posée au sol, avec à côté d’elle le pauvre Picassault. Elle essaie tant bien que mal de le stimuler mais le pauvre a l’air assommé. Un trou rouge au côté droit. Voilà ce qu’il y a sur le flanc du pokemon. Je vois Salomé paniquée. Après un rapide geste, je constate que la blessure n’est pas trop profonde, ça devrait aller. Mais c’est une bonne occasion pour autre chose.

Salomé il est temps de voir si la filière de médecin est faite pour toi. Soigne ton pokemon. Applique les gestes qu’on t’a appris en cours. Prends les initiatives sur ce coup. Je t’aiderais si tu en as besoin ne t’en fais pas. Mais je pense que c’est une bonne occasion de te tester.


HRP:
 


©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1301

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Jeu 14 Déc - 1:35

Qu'est-ce que ça peut un Nirondelle contre un Flambusard ? C'est dérisoire, c'est trois fois rien, juste du menu fretin. Se noyer plutôt que de se faire manger ? C'est tout aussi stupide, l'issue reste la même ; une mort certaine. La rousse a du mal à entendre raison, elle s'agite et hurle sans se soucier des liens qui forment une contrainte supplémentaire. Heureusement qu'Idalienor est là pour tenter de la calmer. Tenter, car elle n'y arrive pas très bien.
Finalement, la silhouette d'un Héledelle toujours accroché à un Picassaut miniature l'apaise un peu. Mais c'était sans compter sur le rouge qui lui défigure la vue. Elle ne voit plus que cela maintenant et n'a pas le temps de féliciter Idalienor pour l'évolution de son Pokemon, pas le temps de s'extasier sur sa forme nouvelle, seul compte la nécessité de rejoindre la rive. Sans cela, elle se serait sûrement moins pressée mais en moins d'une dizaine de minutes, les demoiselles avaient quitté le lac, essoufflées, agenouillées près du corps inerte d'Algernon. Il respirait, c'était déjà cela. Et comme si la situation n'était pas assez critique, la Pyroli usait de la situation pour faire faire des exercices pratiques à sa cadette.

Vraiment ?

La Givrali ne savait plus quoi penser d'un tel comportement. Cela restait Idalienor, celle-là même qu'elle idéalisait et idolâtrait un peu trop. Mais voilà qu'elle sacrifiait la vie du type Vol  au profit d'une mise en situation.
Et si Salomé échouait ? Il en était de la vie de son starter.
Et si elle se trompait ? Et si elle faisait mal ? Et si elle faisait pire ?
Et si.

— Je peux pas faire ça ! Je sais pas faire ça ! Toi, fais-le !

Mais la brune restait imperturbable.
Il y avait trop de sang pour un si petit être. Du rouge qui noyait ses plumes blanches, du rouge qui collait à son plumage noir. Rien qu'un liquide omniprésent qui salissait les doigts de la demoiselle. Elle reconnaissait bien là l'estoc porté par le Flambusard.
Toujours plus de sang sous les cris plaintifs d'Algernon.
Elle était loin la légende de l'oiseau amphibie. Elle ne leur servait pas à grand chose, la légende de l'oiseau amphibie, face à un oiseau tout court blessé.

Mais Idalienor ne paraissait pas déterminée à sauver la vie du type Vol. L'aider, ce n'était pas tout faire. La rousse tenta de chasser le vent de panique qui s'emparait d'elle, cette même rafale qui l'avait saisie alors qu'elle avait cru Algernon dévoré par le Pokemon sauvage. Se calmer d'abord avant d'effectuer quoi que ce soit.
Dire qu'elle devait travailler avec les moyens du bord. En somme, avec pas grand chose.
Elle inspecta le corps miniature pour repérer l'origine de l'hémorragie. La blessure était nette, bien que peu profonde. Dans son malheur , Algernon avait eu de la chance. Peut-être ses spasmes soudains l'avait-il sauvé ? Elle n'en savait rien, elle n'était pas à ses côtés lorsque cela s'était déroulé. Ses doigts parcoururent les plumes, le sang se déportait maintenant sur sa peau. Cela ne la dégoûtait pas, fort heureusement. Elle ne grimaçait pas comme lorsqu'elle avait repéré la cicatrice hideuse d'Idalienor lors de leur seconde rencontre. Elle était concentrée, ou à défaut, donnait l'illusion de l'être. Elle procédait avec minutie, sentant le cœur du volatile battre sous ses index. C'était une drôle de sensation que celle-là.
La vie d'Algernon était entre ses mains, au propre comme au figuré.
Elle s'appliquait et elle faisait ça bien. Nettoyer la blessure pour éviter d'éventuelles impuretés, manipuler l'animal avec soin sans le brusquer, être attentive pour s'assurer qu'il n'y avait qu'une seule blessure sans muscles froissés ou os brisés.

Et au prochain cours spécialisé, ce serait quoi ? Vérifier si elle était prête pour être Coach ou Espion ?

Elle termina les premiers soins apportés à son starter. Ce dernier s'était redressé, sautillant sur ses pattes indemnes. Il déploya ses ailes indemnes et les agita mais se refusa à s'envoler. Son regard se portait vers le ciel porteur du Flambusard.

— Pourquoi qu'il vole pas ? Il a rien aux ailes, j'ai vérifié ! J'ai fait quoi de travers, dis-moi !

Ça sert à quoi, un Pokemon oiseau qui ne peut pas voler ? Ou qui ne veut pas, c'est là toute la différence. Il se déplaça vers les mains protectrices de Salomé qui le recueillit sans houspiller. Elle se laissa tomber au sol, épuisée, observant à son tour le ciel d'un bleu livide. Dans son mouvement, Idalienor se retrouva forcée d'adopter une position similaire à celle de la Givrali. La dure loi du lien continuait de régner entre elles.

— Devoir soigner son propre Pokemon, c'est trop horrible, conclut-elle amorphe, faisons un pacte, si j'ai besoin, tu t'occuperas de les soigner pour moi. Et si tu veux, je m'occuperai des tiens pour toi.

Etait-ce une manière de dire qu'elle avait l'intention de rejoindre les Médecins ? Difficile à dire avec Salomé, rien n'était vraiment clair avec elle.

L'oiseau piaffait sur son ventre, à quelques pas du Héledelle. Elle avait bien grandi. Alors c'était aussi soudain que cela, une évolution ? La rousse se demandait quand son starter y passerait. Mais s'il n'avait pas passé le cap aujourd'hui alors qu'il avait failli mourir, cela signifiait peut-être qu'il ne serait jamais prêt. Difficile d'attendre quoi que ce soit d'un retardé mental.

Elles étaient parties pour faire traîner encore un peu le chrono, bien que leurs nages respectives s'étaient déroulées en des temps plus qu'honorables.

— Idalienor, c'est déjà arrivé que des étudiantes à l'académie se fassent harceler ? Du harcèlement sexuel, je veux dire.

Parce que cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas pourri un peu Logan. Maintenant que le pire était passé et qu'Algernon était sauvé, il lui fallait décompresser. Quoi de mieux que de raconter ses malheurs à la personne la plus proche de son entourage ?

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Lun 18 Déc - 12:54



Menottées mais jamais dépassées
Les choses sont allées très vite, peut-être même un peu trop pour la rousse qui n’a pas encore l’habitude du rythme effréné de l’académie. D’abord une nage, ensuite une attaque de pokemon sauvage, une évolution puis une blessure. Beaucoup d’événements en quelques minutes à peine. Une fois revenue sur le rivage, j’ai pu faire un rapide constat de la blessure du pauvre petit oiseau. Heureusement, elle n’est pas très grave. Sinon je ne me serais pas permise de laisser la Givrali s’en occuper seule. Je caresse à plusieurs reprises Ainara comme pour la féliciter du courage dont elle avait fait preuve. En changeant de forme, elle a réussi à se sauver la vie mais aussi celle de son camarade de course. Toutefois, elle reste inquiète pour lui. A plusieurs reprises, elle tente de donner des légers coups de becs au pokemon pour qu’il se relève, mais sans grand succès. De mon côté, je dois calmer la jeune fille qui n’a visiblement pas du tout anticipé ce type de situation.

Bien sûr que si tu sais le faire. Je ne te laisserais pas t’en occuper toute seule si je ne t’en savais pas capable. Et puis je suis juste à côté.


La rousse finit par prendre son courage à deux mains pour ausculter son propre pokemon. La blessure est nette mais peu profonde. Il faudra ajouter un véritable pansement une fois qu’on aura terminé ce parcours mais déjà tout de suite elle peut se charger des premiers gestes. Après s’être calmée, Salomé nettoie avec douceur la plaie sur le flanc d’Algernon. Le sang de détache vite du pelage blanc avant de glisser sur les mains de la jeune fille. Au moins elle ne craint pas le sang. Ça aurait été difficile de s’engager dans le parcours médecin avec ce type de phobie. Les mouvements s’enchainent et le Piccasaut se remet sur ses petites pattes pour sautiller. Je sens sa dresseuse soulagée, mais encore un peu nerveuse.

Tu n’as rien fait de travers Salomé. Il se peut qu’il n’ait pas encore repris suffisamment confiance pour retourner dans le ciel après cette attaque surprise. Ainara va l’aider pour la fin du parcours ne t’en fais pas.


Le pokemon, sentant surement le désarroi de sa dresseuse, revient vers elle pour plonger au creux de ses mains. La rousse se laisse tomber au sol, m’entrainant avec elle par la force des liens. Une fois les fesses au sol, je me tourne vers la jeune fille. Une fois qu’elle aura pris confiance en elle, je suis sûre qu’elle fera une très bonne dresseuse. Son fort caractère devrait l’aider à s’imposer dans toutes les situations. Au moment où elle prendra conscience de tout son potentiel, on entendra parler d’elle dans les couloirs de l’académie je n’en doute pas une seule seconde. Mais pour l’instant, elle a encore besoin d’une base solide pour s’orienter, la bouée qui lui donnera la direction à prendre.

Tu sais, soigner ses pokemons ce n’est pas si horrible. Je dirais même que ça a ses avantages dans certains cas. Tu connais tes propres pokemons mieux que personne. Tu sais comment faire pour être la plus efficace avec eux. Leur corps n’a pas de secret pour toi, contrairement aux autres dresseurs qui doivent s’y habituer avant d’entreprendre quoi que ce soit. Si c’est ce que tu veux je le ferais il n’y a pas de souci mais garde en tête que ton équipe sera toujours plus heureuse que ce soit toi qui le fasse plutôt que quelqu’un d’autre.

Je n’ai pas eu à soigner très souvent mes propres pokemons. Bien sûr, il y a les faibles blessures durant les combats pokemons mais ceux-là sont réglementés alors il n’y a pas grand-chose à faire. Mais il y a toujours quelques exceptions comme le combat avec Josh et son pokemon en furie. Je sais aussi que nos pokemons sont souvent plus tolérants à notre égard. Ils nous aident à prendre confiance à trouver les bons gestes pour les aider au mieux. J’espère que Salomé en prendra vite conscience pour qu’elle progresse à toute vitesse dans ce domaine.

La question de la jeune fille me surprend un peu. Du harcèlement sexuel ? Fort heureusement je n’en ai jamais été victime et je ne connais personne qui en a été la cible. Vu les frais d’inscription, j’ai toujours présumé que mes élèves d’ici étaient suffisamment sérieux pour ne pas avoir l’idée de faire ce genre de chose. Je ne comprends pas bien pourquoi la Givrali me parle de ce type de comportement.

Pour être honnête, je ne suis pas vraiment au courant des rumeurs qui circulent dans l’école ni même des faits extérieurs à mon cercle de connaissance. En tout cas moi je n’en ai jamais entendu parler. Après tu es chez les Givralis dont tu sais certainement plus de choses que moi à ce sujet.

Ce n’est pas tout mais il va falloir reprendre la course. Je propose à Salomé ainsi qu’à nos pokemons de reprendre le chemin en direction du prochain obstacle. Heureusement, Hélédelle arrive à convaincre le pokemon de Salomé de s’envoler. La force déployée par la nouvelle forme d’Ainara suffit à porter le pokemon, en tout cas suffisamment pour qu’il n’ait pas trop besoin de forcer sur ses ailes. J’en profite pour réaborder le sujet.

Mais toi tu as entendu parler de quelque chose ? Ça a l’air de te tracasser…

L’idée qu’elle ait été victime de ce genre de chose ne me traverse même pas la tête. C’est bien dommage mais que voulez-vous, je vis parfois dans un monde un peu idéaliste. Après quelques mètres, nous arrivons face à une petite pancarte. Dessus, il écrit que jusqu’à ce que nous trouvions une pancarte du même genre, l’une doit porter l’autre et il en va de même pour les pokemons. Nous nous regardons, sans trop savoir quelle stratégie adopter.

Du coup, comment on se débrouille ?




©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1301

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Mer 17 Jan - 23:14

Complètement exténuée.
Mais il fallait avancer. Se reprendre, finir ce parcours et laisser de côté les mauvais souvenirs du jour. Algernon se pelotonnait contre sa dresseuse avant de rejoindre Ainara, cette dernière pouvait le porter ou presque le temps du parcours tant elle était devenue forte et imposante.

Mais elle reporta son attention sur Idalienor en quête d'informations. C'était maintenant ou jamais pour remporter un César. Elle l'avait déjà fait devant Ana, elle pouvait se renouveler devant sa mentor. Elle ignorait encore ce qu'elle dirait exactement. Il allait lui falloir improviser, ce coup de théâtre n'était pas anticipé, le hasard en avait voulu ainsi et la voilà en plein cours avec Idalienor.

— Ce n'est pas parce que les gens n'en parlent pas que ça n'existe pas, souffla-t-elle avant de baisser la tête quelque peu confuse et honteuse, je me suis pas contentée d'entendre parler de quelque chose... C'est moi. C'est de moi dont il s'agit. C'est moi qui ai... subi.

Elle avait eu du mal à déglutir. Elle se prenait au jeu, encore une fois. La rousse n'osait pas croiser à nouveau le regard de son aînée. Compassion ? Tristesse ? Colère ? Elle n'en savait rien. Mais de la honte pour Salomé. Un manteau entier dans lequel elle était empêtrée. Être une  victime n'était pas un beau rôle, elle le savait désormais. Mais si elle souhaitait arriver à ses fins, il lui fallait se glisser dedans et l'endosser les yeux fermés. Comme elle avait hâte de jeter cette peau puante. Hâte et peur à la fois de la tournure des événements.
Elle siffla pour faire revenir à elle son Picassaut, commençant à mettre en place le troisième parcours en optant pour le transport de l'oiseau léger. Cela ne changeait pas de ses habitudes. Il reposait sur son épaule gauche, encore, mais Idalienor allait devoir faire de même avec son type Vol pour éviter tout faux pas.

Elle ne pouvait sur taire sur telle rumeur.

— Un Voltali du nom de Logan Atkinson qui m'a... qui m'a... hésita-t-elle, non je ne peux pas le dire, c'est trop horrible !

Elle dissimula son visage derrière le plumage d'Algernon ébahi. Lui qui était sur son épaule quelques secondes plus tôt était désormais un mur entre sa dresseuse et la brune. Il battit des paupières, hésitant et perdu, avant de laisser ses plumes frémir au contact du vent de l'automne naissante. Il s’ébouriffa, paraissant doubler de volume alors que son poids était toujours aussi inchangé avant que ses plumes gonflées ne reprennent leur formes initiales. Toujours aussi désordonnées. Mais présentes.

— Si je te le dis, tu vas le répéter ? Il ne faut pas. Jamais. J'aurai des problèmes encore. Et s'il l'apprend, ce sera pire que pendant la mission avec lui cet été ! Tu ne sais pas comment il me regardait dans le tunnel... Tu ne sais pas ce qu'il m'a dit là-bas, ni même ce qu'il m'a fait ! C'était... C'était...

La gitane releva la tête, cessant de se dissimuler derrière son starter. Ainara sur les épaules, il n'en fallait pas plus pour que les demoiselles se mettent en route. Mais elles continuaient de traîner. Le chronomètre, lui, ne s'était pas stoppé au gré de leurs bavardages. La note minimale se rapprochait doucement vers elles. Et cela n'inquiétait pas le moins du monde Salomé. Sa vengeance contre le Scientifique lui tenait bien plus à cœur qu'un nombre sur un bulletin.

— J'ai peur maintenant... Peur de le croiser dans un couloir. Peur qu'il vienne jusqu'au dortoir des Givrali. Même aller en cours, ça me terrifie à l'idée qu'il puisse m'apercevoir...

Elle était douée la petite. Très douée.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Mer 31 Jan - 22:50



Menottées mais jamais dépassées
La suite du parcours était très claire. Il fallait que chaque dresseur porte son propre pokemon, ou tout autre combinaison impliquant un porté. En tout cas c’est la première qui nous vient à l’esprit. Vu l’état de mon bras, je me vois très mal porter Salomé sur une si longue distance, même si Ainara aurait largement pu porter Algernon. Il n’est pas non plus question que la rousse me porte, je suis plus grande qu’elle et même si je ne doute pas de sa force la position à adopter resterait très inconfortable aussi bien pour elle que pour moi. Hélédelle choisit de poser ses pattes de chaque côté de mes épaules, de façon à équilibrer la charge sur les deux côtés. Pour tenir la distance, il me semble que c’est la meilleure solution à adopter. Il aurait été tentant de tout mettre du côté droit mais j’ai si jamais j’ai vraiment trop mal je serais bien embêtée que ma seule solution reste mon bras blessé. Après la mise en place, nous nous remettons à avancer tranquillement, en tentant tout de même d’accélérer le pas.

Les interrogations de ma camarade me préoccupent un peu. C’est vrai, il me semble que ce n’est pas le premier sujet de discussion qui vient à une fille de son âge, et même du mien. Quelque chose l’a perturbé c’est certains. J’essaie tant bien que mal de dévier la conversation, de penser qu’il ne s’agit pas là de quelque chose de sérieux, seulement une rumeur rependue par les Givralis pour faire peur aux nouvelles, même si ça serait de très mauvais goût je vous l’accorde.

Je pousse un cri de surprise quand la jeune fille me dit que c’est en vérité d’elle-même qu’elle parlait. J’avoue que j’aurais dû m’en douter, si elle me disait ça avec autant de sérieux. Mais au fond, je voulais encore croire qu’il ne s’agissait que d’une coïncidence et pas d’un lien réel avec sa propre situation. Je me sens un peu bête de ne pas avoir osé affronter la vérité en face. Je cherche la rousse du regard, pour qu’on en parle. Mais elle me fuit. Une pluie de sentiments doit s’abattre sur elle à l’heure qu’il est. Pourtant, il est hors de question que l’on s’arrête là.

Salomé, tu ne peux pas me laisser avec cette information très grave. Tu dois m’en dire davantage ! Qui c’était ?

La demoiselle ne met pas bien longtemps à me répondre. Un voltali. J’avoue ne pas le connaître. Il ne fait pas partie de mes amis, c’est déjà une bonne nouvelle. Je n’aurai pas supporté qu’un ami proche de moi soit en fait un gars qui s’en prend de cette façon à des jeunes filles. Même si je ne le connais pas, ça reste répugnant. Je mets une main sur l’épaule de la Givrali de manière dure. Elle doit me le dire, c’est vraiment important, au moins pour se libérer d’un poids et que je puisse la conseiller.

N’ais pas peur Salomé, tu peux me faire confiance. Tu sais que je suis quelqu’un sur qui tu peux compter. Je crois déjà te l’avoir prouvé par le passé.


Ce n’est pas la première fois que la jeune fille vient vers moi. Cet été, quand elle a eu besoin de conseil pour aborder son pokemon vol, j’étais là. Et pour la fouille aussi, quand on a parlé de nos mères respectives, j’étais là aussi. J’ai tendance à être une oreille attentive pour les autres. C’est une place que j’accepte et que j’apprécie. Chaque groupe a besoin de quelqu’un qui écoute. Ce n’est pas celui qui crie le plus fort, le leader, ou qui en impose, mais c’est celui qui voit les problèmes de chacun et qui fait tout pour l’aider à les résoudre. Sauf que là ce n’est pas une simple dispute entre amoureux. C’est bien plus grave que ça, et je veux avoir toutes les cartes en mains afin de donner les clés à Salomé pour s’en sortir.

La rousse prend sur elle, elle fait de son mieux pour m’en dire le maximum, ou en tout cas ce qui parvient à passer ses lèvres. Une mission d’été qui aurait mal tourné ? Même si j’ai toujours aimé ce type de mission, je reconnais quelles sont largement propices à des débordements. Je me souviens de ma mission il y a plus d’un an maintenant où au lieu de se retrouver avec une exploration de scientifique, on a eu le droit à des trafiquants de sang bleu. J’avoue avoir espéré mieux comme expédition dans ma tête mais cela m’a appris beaucoup de choses sur les dérives que connaissent nos métiers. Même si à nouveau, ce n’est pas vraiment comparable à ce qu’évoque ma camarade. Essayant de ne pas montrer ma surprise, je m’adresse à elle.

Tu sais, je n’irais rien répéter. Ce n’est pas mon genre et je n’en verrais pas l’utilité. Je pense que tu fais fasse à un problème que tu ne peux pas résoudre toute seule. Tu dois aller en parler à des adultes de l’académie. Prend quelqu’un avec qui tu es à l’aise. Un professeur si tu as eu le temps de sympathiser avec eux ou alors l’infirmière. Je ne m’entends pas bien avec elle mais elle a suffisamment de pouvoir pour tout faire remonter jusqu’à la directrice. Et si ça ne suffit pas, tu pourras aller toquer directement à son bureau. Je t’accompagnerais dans les démarches s’il le faut mais ce n’est pas quelque chose que l’on peut régler seul. J’ai fait l’erreur de croire que l’on pouvait tout accomplir par soi-même. Mais j’ai eu tort, je ne t’entrainerais pas sur le même chemin.

Les mots sont durs mais sincères. Je ne veux pas qu’elle pense que je ne veux pas l’aider. Simplement, je veux être sûre que ce seront les personnes les plus compétentes qui s’occuperont de cette affaire, afin que le garçon qui a fait ça soit puni de la manière la plus juste possible. Je ne pense pas que le murmurer seulement dans les couloirs soit la bonne manière d’agir pour venir à bout du problème.

Tu n’as pas à avoir peur de lui. SI jamais tu as le moindre soucis, demande de l’aide aux autres ! Les élèves de cette école sont dans la plupart des cas bienveillants. SI tu rencontres des difficultés avec lui dans un couloir, demande simplement à un autre élève de t’aider, de te cacher ou bien de te défendre. J’en connais plein qui serait heureux de le faire, moi y compris. Mais avant tout, va voir la direction. C’est eux qui mettront fin à cette inquiétude qui pèse sur ton cœur.

Cette discussion longue nous amène finalement devant le dernier obstacle du parcours Vitesse. Une série d’obstacle type parcours du combattant justement. On voit la ligne d’arrivée de là. Il n’y a plus qu’à comme on dit. Je prendrais bien un air joyeux pour annoncer la fin du cours mais je ne pense pas que ça soit approprié. A la place, je me contente d’un léger sourire pour motiver une dernière fois ma partenaire.

Allez il ne reste plus que ça et c’est fini. Après on parlera plus calmement de notre rencontre prochaine avec la directrice d’accord ?




©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1301

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Sam 3 Fév - 19:20

Tout en portant chacune un Pokemon, Salomé écoutait ce que la Médecin avait à lui dire. Bien que le cas de la rousse restait de l'ordre du jamais vu à l'académie, Idalienor n'était pas pour autant dépourvue d'idées pour régler au mieux cette situation délicate. Ses doigts se perdaient entre le plumage intact d'Algernon tandis que son esprit vagabondait vers cette journée qui avait vu basculer à jamais sa relation avec Logan. Maintenant, elle jouait un jeu dangereux qui consistait à mentir en permanence juste pour discréditer le Voltali. Et Idalienor se retrouvait impliquée malgré elle. Elle le portait haut et fort, son mensonge, plus loin que jamais. Et ce n'était que le début, elle le pressentait. Alors elle affichait une mine penaude tandis qu'elles mettaient tout en œuvre pour offrir une fin digne de ce nom à ce parcours vitesse.

Elle hésitait encore. Du moins feignait-elle l’hésitation. Alors elle prit son courage à deux mains pour finalement ouvrir la bouche et raconter la vérité. Sa vérité.

— C'est dans le tunnel que ça s'est passé, alors qu'on prenait la fuite pour échapper à des Pokemon sauvages... Y avait pas de témoin alors c'était le moment parfait... Et là, comme ça, il m'a caressé les fesses. J'ai d'abord cru à un accident mais il a insisté... Il a recommencé... Et il m'a dit que ce ne serait pas la dernière fois qu'il me ferait... ça.

Mensonges.
Mais elles en avaient fini de porter leurs Pokemon. Toutefois, la rousse gardait son starter entre ses bras. Il ne pesait rien ou presque, elle ne voyait pas la différence. Le lâcher de Héledelle de la part de sa dresseuse la força toutefois à se séparer de son propre type Vol qui avait déjà regagné les cieux. Le dernier parcours les attendait. Un jeu d'enfants pour les volatiles qui, eux, comme précédemment, traversèrent à l'aide de leurs ailes sans se soucier de jouer les soldats face à ce parcours du combattant. Pour les deux entravées, c'était une autre histoire qui se jouait en cet instant.

— Je ne sais même pas si j'ai bien fait de te confier cette histoire alors tu imagines s'il apprenait que j'étais allée voir la directrice ? Parce qu'il le saura, si je fais ça. Et ça sera pire encore.


C'était pourtant ce que tout le monde lui avait conseillé de faire. Rien d'étonnant à ce qu'elle soit réticente ; c'était sa parole de victime contre celle de bourreau du Scientifique. Il y avait fort à parier qu'on lui accorderait davantage de crédit de par son rôle mais elle craignait que la vérité ne finisse par éclater à trop en parler. La vraie vérité, cette fois-ci.

La Givrali se tut pour le moment, tentant de synchroniser, une nouvelle fois, ses gestes avec celle de la Pyroli. Elles s'accroupirent pour ramper sous les filets avant de se redresser et de courir quelques mètres pour franchir finalement un mur d'escalade. La demoiselle manqua de glisser à plusieurs reprises mais se ressaisit toujours pour finalement basculer de l'autre côté, leur chute amortie par un matelas. Les deux filles étaient allongées à observer leurs Pokemon respectifs pour finalement se redresser une dernière fois et franchir la ligne d'arrivée qui marquait la fin de leur cours. Le Kapoera était bel et bien là, quelque peu endormi, pour marquer leur heure de retour non loin de celui de départ. Temps bon ou non, elles ne le sauraient pas de suite.

Mais les chaînes étaient toujours là. La rousse chercha du regard le professeur qu'elle repéra rapidement pour faire signe à sa partenaire de la suivre et ainsi retrouver toute liberté de mouvements. Le nouveau professeur ne se fit pas prier et détacha les demoiselles ainsi que leurs Pokemon. Instinctivement, Algernon vint se poser sur l'épaule gauche de Salomé. Ses pieds étaient enfin libres, cela faisait du bien de ne plus avoir à dépendre de qui que ce soit ! Elle eut un sourire pour Idalienor. La libération marquait aussi la fin de ce cours commun et par conséquent le début d'un autre dans son emploi du temps.

— Merci de m'avoir écoutée, Idalienor. Ca commençait à me peser gros toute cette histoire, mais ça, tu t'en doutes déjà...

Dire que ce n'était là que le début d'une grande histoire ; une embrouille sans précédents. La Givrali n'avait pas fini d'impliquer toujours plus de monde à charge contre Logan.
Elle n'aurait jamais fini.

— Je crois qu'il faudra qu'on en reparle à un moment plus approprié... Je n'ai pas beaucoup de temps devant moi avant mon prochain cours et c'est sûrement pareil pour toi.

Enfin une vérité.
Le point de retour était peu fréquenté ; certains discutaient allègrement avec leur partenaire d'un jour tandis que d’autres rejoignaient les vestiaires. Salomé appartenait à cette seconde catégorie. Non sans un dernier au revoir à Idalienor.

— Je te promets que bientôt tout ça appartiendra au passé, chuchota-t-elle à l'oreille de la brune, et que ça va aller mieux, oui.

Et mentir davantage.
Et inculper un peu plus Logan.
Et lui porter le coup de grâce.
Elle ne put s'empêcher de se laisser aller à une étreinte, sincère, auprès de la Pyroli. Exactement comme lors de cette journée peu banale sur Alola où leur cueillette avait viré aux confidences, loin des faux-semblants.

HRP:
 

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1919

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Mer 7 Fév - 9:00



Menottées mais jamais dépassées
La phase de portée continuait au rythme des révélations de la rousse. Je n’en crois pas mes oreilles. Si j’avais su qu’il existait des garçons comme ça à l’académie je serais allée leur donner des coups de pieds au cul moi-même. Enfin ça c’était il y a quelques temps. Heureusement je suis un peu plus raisonnée aujourd’hui et parviens à contrôler cette envie première qui me saute à la gorge. Comment un ado peut profiter d’une situation aussi compliquée pour s’amuser de cette façon avec une jeune fille ? C’est vraiment immonde. J’essaie de rassurer comme je peux Salomé mais je peux comprendre que cela ne soit pas du tout évident pour elle. Ma main sur son épaule se veut chaleureuse, le signe d’une amie qui ne la lâchera pas si jamais elle a de nouveau des problèmes. Il est important qu’elle le comprenne.

Toutefois, elle ne semble pas rassurée à l’idée d’exposer tout ça à la directrice. J’ai un peu de mal à comprendre pourquoi. Après tout la rousse n’a rien à cacher, elle a juste à exposer les faits. La directrice est un peu étrange parfois mais extrêmement sage. Elle a toujours su régler les conflits dans l’académie, à sa manière certes mais ça a été fait. Il est évident que cela sera la même chose pour Salomé.  

SI tu vas en parler à un adulte, l’adolescent sera immédiatement confronté et puni. Tu ne subiras aucune représailles. Si jamais cela devait arriver, crois-moi que l’académie et moi-même nous saurons réagir comme il le faut.


De toute façon je n’ai pas grand espoir. Si les accusations de Salomé sont confirmées, il est évident que ce Logan sera exclu de l’école. Je ne sais pas si c’est écrit en noir sur blanc dans le règlement intérieur de l’école mais je suis sûre que notre justice condamne ses comportements. L’académie ne fera alors que suivre les règles de notre société. En plus, je suis sûre que ce type de comportement nuirait à la réputation de l’école et tout le monde sait que mademoiselle Snow tient plus que tout à la réputation de son établissement scolaire.

Nous arrivons devant la dernière partie du parcours. Une course d’obstacle ressemblant plus à un parcours du combattant. Ça je connais. Cela ressemble beaucoup à ce que le général Jackie nous demandait de faire le matin. Je me demande même s’il ne lui a pas piqué ses équipements. Enfin bon qu’importe puisqu’il va falloir qu’on les passe, attachée l’une à l’autre. La rousse est soucieuse et méthodique dans sa manière d’aborder chaque épreuve. On sent qu’elle veut bien fait. Parfois hésitante, je l’aide aussi à passer chaque obstacle sans qu’elle ne se fasse mal. De toute façon, le professeur a placé des matelas un peu partout pour qu’en cas de chute il n’y ait pas de blessures (ce que Jackie ne faisait pas tout le temps au passage mais chuuuuut). Les liens commencent à abimer la peau à force de tirer dessus mais heureusement l’arrivée est toute proche.

Après des passages sous filet, des murs d’escalade ou des petits sauts de rondins, nous voilà finalement arrivées au bout. Lorsque nous passons la ligne d’arrivée représentée par le pokemon de Léon, je tends la main vers ma camarade, histoire de fêter notre réussite. Je n’ai aucune idée de chrono ni de la note finale qui va avec mais ça n’a pas d’importance. J’ai appris beaucoup de choses un peu inquiétantes. Je préfère être mise au courant tout de suite, histoire de me tenir prête. En plus je me connais, je saurais rebondir si la note est trop sévère. Les liens sont brisés, on peut enfin souffler. Nous discutons un peu avec la rousse, reconnaissante de mon écoute. Avec un sourire chaleureux, je lui réponds.

Ne t’en fais pas, je ne dirais rien mais il va falloir qu’on en parle plus sérieusement pour savoir quelle stratégie adopter. Je ne veux pas que cette histoire traine trop longtemps.

Un dernier au revoir et la demoiselle file vers son prochain cours. Je vais devoir ne pas trop tarder avant d’en faire de même mais je suis retenue par le professeur.

Il semblerait que cette course est représentée plus qu’un simple cours pour vous non ?

En disant cela, son regard est tourné vers Ainara. C’est vrai qu’elle n’est plus la même que sur le départ de ce parcours. Je suis tellement fière d’elle. Je passe ma main dans son cou avant de lui répondre.

Vous n’imaginez même pas monsieur.

HRP:
 


©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9959

MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    Lun 26 Mar - 23:27

Modération Cours Spé Idalienor et Salomé

Je tiens à dire que je trouve super mignon et intéressant le parallèle entre Idalienor-Salomé et Picassaut-Nirondelle qui se forme au début du RP, pour commencer. On a un déroulé assez classique dans le cours et les obstacles sont franchis au pas de courses, à tel point que les deux jeunes filles peuvent même discuter tranquillement tout du long. Une petit séance de psychologie Pokemon et tout le monde au bain !
Enfin, au bain, façon de dire, vu la tournure que prennent les choses : l'évolution d'un Nirondelle et un sauvetage in extremis rajoutent un peu de péripéties bienvenues, et la fin de la traversée permet un échange plutôt touchant. On passe ensuite à un peu de vengeance Salomesque pour la fin du cours....Et au final, je suis un peu perplexe.
Les Rps sont très sympas, on a du développement de personnages, les obstacles sont présents et les Pokémons sont bien exploités. Dans le même temps, le cours est envisagé sans prise de tête entre deux étudiantes qui papotent durant ce dernier. J'aurais peut-être mis un peu plus en avant certaines difficultés, vu qu'au final, vous avez davantage ajouté les vôtres que réellement traversées celles présentées par Leon.
Note: 14/20


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées    

Revenir en haut Aller en bas
[Cours 8 – Pokéathlète] Menottées mais jamais dépassées
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: L'établissement :: les infrastructures :: Le gymnase-