Partagez | .
Pas de sushi.
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 1503
Points d'Expériences : 2786

MessageSujet: Pas de sushi.   Mar 21 Nov - 14:02

Ginji Labelvi
      Feat. Raudhr Akai



« Pas de sushi. »


« -Chi ! »

Le piaillement hautain de ma Pachirisu m'arrache un soupir. Les pattes croisées et le menton relevé, White Lady me fait signe de son mépris suite à la énième proposition que je lui soumets aujourd'hui, et qu'elle refuse catégoriquement.

« -Allons... Il y a bien un truc qui te ferait plaisir, non ?
-Pff. »

Son grognement exaspéré et le regard plein de dédain qu'elle me lance me signalent que non.

Voilà bien quinze minutes qu'elle est posée sur mon bureau, et que je cherche à la sonder. Cela va faire un an que ma grande-sœur m'a confié White Lady, et la Pachirisu me paraît toujours aussi distante ! Cela ne me convient absolument pas. Certes, elle s'est accommodée sans trop de mal à sa nouvelle vie, mais j'ai l'impression qu'elle s'y est résignée plus qu'autre chose. Et je ne peux pas m'en contenter ! Je dois trouver quelque chose qui puisse lui faire plaisir. Qui lui permettrait de se sentir à l'aise. Et si j'ai bien retenu... Les cadeaux, les promenades, les rencontres, les soins, les combats, les fouilles, le sport, la sieste, le déguisement, la lecture, le cinéma, la baignade et les jeux, c'est non. Et pour ce qui est de la coordination et autres activités d’exhibition, elle refuse que ce soit moi qui m'en charge... Forcément, quand on a eu Caroline en guise de dresseur, mes compétences à deux jetons en matière de spectacle doivent faire pâle figure...

Aaaah. Que c'est compliqué.

A moitié avachi sur mon bureau, et à court d'idées, je ne trouve rien d'autres à faire que de jouer avec un bouchon de stylo traînant par là. Je le fais rouler quelques secondes avec mes doigts, mais l'envoie accidentellement à l'autre bout de la table, provoquant ainsi sa chute, et en moi, un profond désarroi. C'est alors qu'un bruit significatif résonne dans la pièce, en provenance de mon estomac, et que je lance une nouvelle proposition peu convaincue.

« -... Aller manger quelque chose ? »

Cette fois, je n'ai pas le droit à un cri contestataire, mais à un soupir, lancé en même temps qu'elle lève les yeux au ciel. Je hausse un sourcil, surpris d'assister à une réaction nouvelle, puis me redresse, pensant avoir trouvé une piste à creuser.

« -T'as pas dit non, on est d'accord ? »

Je lis très clairement le « Sérieusement ? » que m'envoie son regard blasé, mais ne me décourage pas pour autant.

« -Arrête, je suis certain qu'il y a quelque chose qui te ferait plaisir ! Il y a forcément quelque chose que tu aimes manger. Tout le monde a un aliment ou plat fétiche... Môa par exemple, ce sont les éclairs au chocolat ! Bon bien sûr, tu me donnes autre chose, comme un cookie, un brownie, ou un gâteau bannane-ketchup-endive, je mangerai avec plaisir, mais les éclairs au chocolat... »

La dureté de la pâte qui contraste avec la douceur de la crème ! Le délice provoqué par le glaçage sucré et l'amertume du chocolat ! La sensation de fondant dans la bouche ! La satisfaction de satiété que ça provoque !... Hmm, qu'est-ce que je ne donnerai pas pour un éclair au chocolat. Dans cette académie, tout le monde semble convaincu que je préfère les cookies par dessus tout, mais d'un côté, vu l'air ravi que j'affiche à chaque fois qu'on m'en offre, difficile de penser le contraire. Et puis, je suppose que c'est plus facile à préparer que mon met favori.

White Lady n'a toujours pas l'air bien convaincue par mon discours, pourtant, je rapproche mon visage du sien pour tenter de déceler en elle l'étincelle de la gourmandise.

« -Alors ? Qu'est-ce que tu aimes, toi ? Les poffins ? Les Pokéblocs ? Les Pokéfèves ? Les profiteroles ? Ou alors, tu es peut-être plutôt salé ?... Les burgers ? Les pizzas ?... Non, quelque chose de plus raffiné. Et pas si calorique. Des pâtes ? Du riz ?... Mouais non, c'pas forcément ouf à manger. A part peut-être en sushis. Ou sinon il y a les quiches, ou encore... Hein ? »

Je suis certain d'avoir vu une de ses oreilles et sa queue se redresser à la prononciation du mot sushi. La Pachirisu paraît le comprendre à mon air étonné, et détourne immédiatement le regard, visiblement gênée.

« -C'est les sushis, que tu aimes ? »

Elle me regarde du coin de l’œil, avant de secouer la tête vigoureusement. Je souris, amusé, et la poke du bout du doigt.

« -T'sais, il y a aucune honte, hein, c'est super bon, les sushis ! Je t'avouerai que môa, je les préfère avec de la sauce soja sucrée... Et toi ? »

White Lady fait une petite moue sceptique, avant de vaguement hausser les pattes.

« -Pachi.
-Salée, alors ?
-Su. »

Son hochement de tête finit par la trahir, et un large sourire s'affiche sur mon visage. Elle ne réalise qu'après coup s'être enfin révélée, et tente tant bien que mal de récupérer son air distant et inatteignable en détournant le regard. Mais rien à y faire, maintenant que j'ai eu ce que je voulais, on va enfin pouvoir passer aux choses intéressantes !

Je me lève d'un bond, et attrape mon sac.

« -Parfait ! On n'a qu'à aller en chercher. Tu viens ?
-Chi! »

Alors que j'ai déjà rejoint la porte de ma chambre, White Lady s'entête à refuser. Je hausse les épaules, et tire sur la poignée pour ouvrir l'accès au couloir.

« -Comme tu veux. Je vais les manger sans toi, alors ~ » je franchis le seuil, et file à l'extérieur, tout en augmentant le volume de ma voix pour être bien entendu depuis ma chambre « Hmmmmm, les délicieux sushis ! J'ai tellement hâte !....
-.... »

Je n'ai même pas besoin d'insister plus longtemps que j'entends le son provoqué par la réception de White Lady au sol, et que je vois sa petite frimousse pointer le bout de son museau dans le couloir. Il ne m'en faut pas plus pour m'arrêter et l'attendre – surtout que je dois fermer la porte –, mais évite toutefois la moindre remarque vis-à-vis de son attitude pour ne pas la vexer.

Le trajet qui s'ensuit jusqu'à la cafétéria de l'académie se fait dans le plus grand des silences, interrompu que par le son de mon estomac affamé. Généralement, il y a toujours quelques bentos à emporter dans les plats préparés par Mama Odie, on devrait pouvoir mettre sans mal la main sur quelques sushis... Bon, c'pas forcément de la haute cuisine Johtoïte, mais ils sont quand même vachement bons ! Je suis certain que cela fera plaisir à White Lady. Même si elle ne me le montrera pas, j'ai vraiment envie de la satisfaire! Avec le temps, je suis sûr que je pourrai atténuer sa fierté mal placée.

Lorsque nous arrivons enfin dans le réfectoire, j'attrape rapidement un plateau dans un geste que j'ai fait et refait, et le laisse glisser le long du comptoir jusqu'au plats à emporter. White Lady me suit de près, et nous constatons rapidement qu'il ne reste plus qu'un tupperware, contenant plusieurs sushis, à disposition des élèves.

« -Ouf, on arrive juste à temps ! » je tends mon bras pour attraper le plat, et me tourne vers la Pachirisu « T'aurais mis une minute de plus à te décider, peut-être que ça aurait été trop t... »

Lorsque ma main se referme sur les sushis pour les tirer vers moi, quelque chose m'en empêche. Je réalise alors que quelqu'un d'autre s'est approché du comptoir, et a attrapé le tupperware en même temps que moi...

« -Oh. Euh... Bonjour ! »

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15.
Niveau : 12
Jetons : 3060
Points d'Expériences : 173

MessageSujet: Re: Pas de sushi.   Mer 22 Nov - 9:56



Pas de sushi.
-Ugh.. Il va vraiment falloir que tu apprennes à te canaliser, Fyrn.

Raudhr était assis sur une chaise devant son bureau, encore une fois dérangé dans sa lecture par son Caninos chromatique. Fyrn venait de bondir à moitié sur son Dresseur, ses deux pattes avant calées sur ses jambes, remuant la queue.

-Qu'est-ce que tu veux ?

Le type Feu aboya en réponse. Dans un coin de la chambre, plus précisément sur le lit, Skölir était roulé en boule sur les draps, observant la scène d'un œil à demi en dormi, comme d'habitude.
Soupirant, le jeune Ranger observa son chromatique avec une mine légèrement ennuyée. C'était la troisième fois en moins de vingt minutes que Fyrn venait interrompre sa lecture d'un livre sur les œufs Pokémon. Après sa mission d'espionnage il y a quelques semaines, Raudhr était rentré avec cet œuf noir, qui lui avait bien servi d'alibi. Cependant, il fallait maintenant assumer les conséquences de cet alibi de fortune et prendre soin de cet œuf qui contenait un Pokémon, un être vivant.
S'accoudant à sa chaise, le jeune homme à l’œil unique observa cet espèce de caillou noir, posé sur plusieurs oreillers dans un angle de sa chambre, contre lequel reposait sa Pyroli. Depuis qu'il était rentré de cette soirée Halloween avec la Pyroli, elle semblait avoir eu une affection pour l’œuf. Un instinct maternel peut-être ? Le fait qu'elle soit un type Feu aidait également à réchauffer la coquille, alors que sa fourrure enveloppait partiellement l'ovale.

Le regard du Dresseur vira de l'oeuf noir au Pokémon femelle roulée en boule contre la coquille. Maintenant qu'il y pensait, il n'avait toujours pas trouvé de nom pour elle. Il lui arrivait de prendre de longues minutes ici et là tout au long des journées, mais rien ne lui venait. Contrairement à Skölir et Fyrn, leur noms étaient venus assez instinctivement, mais pour la Pyroli, c'était un vide total, un complet manque d'inspiration. Peut-être ne la connaissait-il pas assez ? Après tout, cela faisait que quelques semaines qu'il l'avait dans son équipe.

Raudhr resta béa un instant, complètement enfoui dans ses pensées avant de cligner de l'oeil plusieurs fois et de secouer légèrement la tête. Il avait beau se torturer l'esprit, impossible de penser à un nom pour le moment.
Revenant au monde réel, il observa Fyrn qui s'était détaché de lui et était désormais parti ennuyer la Pyroli, paisiblement endormie contre l'oeuf noir jusqu'à il y a quelques minutes. La voilà réveillée avec un Caninos noir et rouge en train de renifler ce qu'elle protégeait. Timidement, l'évolition se décala afin de prendre un peu de distance de Fyrn, quelque peu incertaine de la façon à réagir.
Lâchant un nouveau soupir, le jeune TopDresseur claqua des doigts, fixant de son œil rouge pâle Fyrn, dont il venait de capter l'attention. Ce dernier s'était immobilisé, les oreilles dressées avant que son Dresseur ne lui fasse un signe du doigt, l'indiquant de venir vers lui. Le Pokémon Feu ne se fit pas prier et accourut, la langue pendante. Descendant de sa chaise et s'accroupissant devant son canin bien trop survolté pour un type Feu, il attrapa ses joues et le regarda en face sans cligner de l'oeil.

-Calme-toi.

La tension et surexcitation de Fyrn devenait de plus en plus difficile à gérer pour Raudhr. Il aimait le calme et le silence, et appréciait pouvoir se concentrer. Il aurait pu faire rentrer Fyrn dans sa Pokéball, mais le jeune homme voulait faire comprendre à son Pokémon qu'il devait apprendre à se canaliser, son survoltage étant à certains moments assez contraignant, surtout en publique. De plus, malheureusement pour Raudhr, le fougueux canin avait une endurance assez haute, du fait qu'il se piquait des sprints tous les jours, son corps s'était lui-même habitué à ses poussées constantes d'adrénalines et son besoin de bouger. Dans le fond, c'était une bonne chose pour le futur de Fyrn, mais pour le moment, il fallait que le chromatique apprenne à contenir son énergie, qu'il médite son chakra intérieur et qu'il y reste.

Alors qu'il observait son Caninos, qui avait du mal à tenir en place devant ce face-à-face, Raudhr souleva soudainement un sourcil interrogateur, fixant son Pokémon droit dans les yeux.

-Si tu n'apprends pas à te calmer, je ne te ferai pas évoluer, tu sais.

Ah, touché. Fyrn s'était complètement immobilisé, la bouche désormais fermée, abordant un air grave.
Émettant un léger sourire malicieux, aux caractéristiques flippantes comme à son habitude, Raudhr fut satisfait du changement d'attitude de son Caninos, qui désormais était canalisé plus que jamais.

-Bien.

Reculant lentement, sans gestes brusques, le jeune Ranger prit quelques distances avec son chromatique, toujours immobile. Cela dura qu'un instant de plus avant que l'estomac du Dresseur ne grogne, son qui n'échappa pas à Fyrn, qui venait de dresser les oreilles, tournant lentement la tête vers son Dresseur, dont l'expression se décomposait au fil des secondes.
« Non non non non n... »

Et si.

Fyrn venait de lui sauter dessus avant de lui lécher le figure, forçant un « bwargh » de la part de Raudhr, qui tentait tant bien que mal de le repousser. Ce n'était visiblement pas demain la veille que son Caninos allait apprendre à se calmer, mais le jeune homme ne perdait pas espoir.

Après s'être relevé et lavé le visage de la bave chaude de son Pokémon, Raudhr ne put ignorer le protestations de son ventre qui criait famine ainsi que Skölir qui s'était levé pour venir gratter la jambe de son Dresseur en quête de nourriture tel un chat.
Après avoir laissé de quoi manger à sa Pyroli à nouveau endormie contre l'oeuf dans un coin de la pièce, il quitta sa chambre en compagnie de Fyrn et Skölir, ce dernier perché sur l'épaule droite du garçon, comme à son habitude.

Raudhr avait prévu d'aller faire un tour à la Cafétéria de l'académie pour déjeuner. C'était un jour particulier, puisque aujourd'hui, des sushis étaient mis en libre service à volonté.
Il ne le montrait pas, mais le jeune homme avait un certain goût pour la nourriture. Plutôt raffiné, il appréciait manger, tout simplement, et encore plus ce met délicat qu'était le sushi. D'apparence simple, un sushi pouvait vulgairement être décrit comme une boule de riz avec un tranche de saumon au dessus, mais non, c'était bien plus que ça. Le goût, la finesse de la tranche, la préparation du riz, la température froide du tout, qui fondait doucement dans la bouche dans une explosion de saveurs, il n'en fallait pas plus pour vendre du rêve, selon Raudhr. Il ne voulait pas l'admettre, mais il avait un certain faible pour les sushis. En même temps, qui ne craquerait pas devant une telle merveille du monde ? Sans doute très peu de gens, incapables de comprendre en quoi le sushi était juste une beauté en lui-même.

Arrivant à la cafétéria, le jeune homme souhaitait faire goûter ce mets exquis à ses Pokémons également. Malheureusement, sa Pyroli était restée au dortoir Phyllali, mais il se fit une promesse mentale où il lui ferait également goûter, à elle aussi.
Ainsi, plongé dans ses pensées, il s'était approché du comptoir où des tupperwares contenant des sushis étaient exposés pour le libre service. Il ne remarqua pas qu'il n'en restait qu'un seul et lorsqu'il l'attrapa pour le tirer vers lui, quelque chose l'en empêcha, le tirant à nouveau dans le monde réel.
Tournant la tête sur le côté, il aperçut un autre jeune homme aux cheveux bruns, d'environ son âge voire un peu plus âgé, accompagné par un Pachirisu. Raudhr ne se souvenait pas l'avoir croisé quelque part, aussi son visage ne lui était pas du tout familier. Il réalisa que, cet autre garçon, lui aussi, s'était emparé de la dernière boîte de sushis.
Les deux garçons restèrent ainsi béas pendant quelques secondes, jusqu'à que le brun ne s'exclame un « bonjour », ce à quoi Raudhr répondit de la même façon, peut-être un peu plus posée et suivi par un sourcil levé d'un air interrogateur. Son unique œil rose pâle se désintéressa  de son interlocuteur pendant un instant, se posant sur le tupperware de sushis. Il fit un très légère grimace en comptant le nombre de sushis à l'intérieur : cinq.
« Tu n'arranges rien, destin. »

Fichu chiffre impair. Mettant les mains sur les hanches, Raudhr eut une mine quelque peu agacée. Il avait immédiatement pensé à un partage, mais après avoir compté le nombre de sushis à l'intérieur de la boîte, il en déduit que le partage aurait été inéquitable. Il avait besoin de trois sushis au total, mais il ne savait pas combien en désirait le garçon aux cheveux bruns. D'habitude, le jeune Ranger aurait pu laisser la boîte à l'autre personne, ça ne l'affectait pas plus que ça et il voulait éviter le plus de conflits sociaux, mais dans ce cas-ci, on parlait de sushis. Et les sushis, Raudhr n'y renonce pas aussi facilement, hors de question.
Il n'y avait qu'une seule solution exploitable.

-Hm.. On partage ?

_________________

______
Code RP créé par Ginji, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 1503
Points d'Expériences : 2786

MessageSujet: Re: Pas de sushi.   Mer 22 Nov - 20:11

Ginji Labelvi
      Feat. Raudhr Akai



« Pas de sushi. »


Je cligne des yeux, un peu pris au dépourvu.

Le garçon qui me fait face possède des cheveux rouges un peu plus longs que les miens, dont une mèche qui occupe près d’un tiers de son visage. Sa seule pupille visible a une teinte qui oscille entre le rubis et le rose, un peu comme… Hmm, un bon verre de grenadine ! Je me demande si Mama Odie en a encore dans sa réserve personnelle. Je pourrai toujours aller lui en piquer un peu après avoir dégusté ces délicieux sushis…

… Oh, c’est vrai. Les sushis.

L’adolescent me salue à son tour, puis nos deux regards convergent dans un même mouvement vers le tupperware. Celui-ci ne contient que cinq sushis. Cinq. J’avise alors les Pokémon qui accompagnent cet étudiant, et note la présence d’un Lixy, perché sur son épaule, et d’un Caninos, visiblement chromatique, plutôt enthousiaste à ses pieds. Et personne d’autre. Du coin de l’oeil, j’observe ensuite ma Pachirisu qui toise avec méfiance le Pokémon de type Feu qui lui fait face, et comprends à son regard qu’elle n’est pas enthousiasmée par l’idée de devoir partager SES sushis avec de parfaits inconnus. Dont cette chose, là, à la langue pendante.

Deux Pokémon. Plus un. Plus leurs dresseurs respectifs. Pour un total de cinq bouches à nourrir.

Et seulement cinq sushis.

Cinq.

Mon regard revient sur le garçon, et je pense que lui comme moi comprenons très bien qu’on ne laissera pas ces sushis nous échapper si facilement. ‘Faut dire qu’on n’a toujours pas lâché la boîte, aussi, ça mettrait la puce à l’oreille de n’importe qui.

Il finit donc par prendre la parole, et d’une simple interrogation, me propose de partager les sushis restants. Et c’est ce moment que choisit mon estomac pour se manifester à son tour, et ainsi signifier à mon interlocuteur la présence d’un ventre affamé en face de lui. Un peu gêné, je glisse ma main sur mon ventre, ainsi qu’un regard piteux vers le tupperware.

« -C’pas ça qui va nous nourrir, ahaha…  » mes yeux dévient jusqu’aux portes des cuisines « Peut-être que Mama Odie en a encore un peu en cuisine ?… Eh ! Chapignon !  »

Lorsque je capte l’attention du Pokémon de la cuisinière, en train de retourner derrière les fourneaux,  celui-ci s’arrête et me lance un regard suspicieux. Eh, je ne prépare aucun mauvais coup, cette fois-ci !… Et puis de t-toute façon, c’p-pas comme si j’en avais déjà préparé, hein ! C’est totalement pas mon genre !

Je me permets de prendre la boîte de sushis des deux mains, et la soulève pour brièvement l’indiquer au Pokémon Combat du majeur.

« -Il vous en reste ? »

Sans se défaire de son expression méfiante, le Chapignon se détourne de nous, pour enfin pousser les portes de la cuisine, et s’engouffrer à l’intérieur. Je repose alors la boîte de sushi à sa place, et commence à me gratter l’arrière du crâne, un sourire mal à l’aise sur le visage.

« -Hum, avec un peu de chance, on pourra repartir avec une boîte chacun !... » je capte le regard peu convaincu de White Lady, et m’abaisse légèrement pour lui adresser la parole « Ne t’inquiètes pas, t’en auras au moins un, ça c’est sûr ! »

Ma réponse ne lui convient absolument pas, et elle me tourne le dos après avoir croisé les pattes d’un air contrarié. Je tire une petite moue déçue en réalisant que je vais peut-être perdre ma seule occasion de faire plaisir à cette Pachirisu capricieuse, et juge judicieux de ne pas insister pour ne pas plus empirer les choses. C’est vrai, avec un peu de chance, le problème n’aura même pas lieu d’être ! Je me redresse, et me tourne vers l'inconnu, arborant un nouveau sourire à la vue du Pokémon sur son épaule.

« -C’est un joli Lixy, que tu as là ! Je peux le caresser ?…  » je lève la main en même temps que je pose la question, mais me rappelle de la présence du Caninos à ses pieds « Toi aussi, t’es beau, t’inquiètes pas !  » je m’abaisse une nouvelle fois pour le gratifier d’une caresse amicale, puis lève la tête vers le garçon « Dis moi, il n’est pas trop lourd, ton Lixy, à tenir sur ton épaule ?  » puis je fronce les sourcils, et me redresse pour me gratter le menton lorsqu’une question me traverse l’esprit « D’ailleurs, c’vraiment confortable, pour un quadrupède, de se poster sur une épaule ?  »

La question me semble légitime ! Je peux vous affirmer que pour un Pikachu, c’est plutôt viable, ‘faut juste ne pas avoir trop mal aux pattes avant. Mais un Pokémon avec un morphisme moins permissif, c’pas trop galère ? Hmm, sans doute, vu que Lixy a l’air d’être là de son propre chef. S’il n’aimait pas ça, il aurait depuis longtemps cherché à redescendre… Sauf s’il est extrêmement docile et qu’il ne veut pas désobéir à son dresseur ? Je n’ai jamais vraiment eu de Pokémon de la sorte capable de se percher sur mon épaule…

White Lady lève les yeux au ciel en écoutant mon questionnement complètement inutile, puis se retourne en entendant l’ouverture des portes des cuisines. Je fais de même, et aperçois le Chapignon qui cherche à capter notre regard, pour ensuite nous signifier « non » d’un mouvement de la tête. En voyant mon expression déçue, il se contente d’un haussement des épaules, avant de retourner en cuisine faire son boulot.

Je soupire.

« -Bon. Je suppose qu'on n'a plus qu'à se les partager !
-Chirisu ! »

L'objection de ma Pachirisu attire sur elle notre attention, ce dont elle profite pour me foudroyer du regard.

« -Pachi !
-... Tu ne veux pas ? »

Elle hoche vigoureusement la tête, et je ne trouve rien de mieux à lui offrir qu'un sourire désolé. Je m'accroupis, plus bas que précédemment cette fois-ci, pour être bien à la hauteur de White Lady, et reprends.

« -Tu sais, c'pas non plus la fin du monde, on pourra toujours en acheter plus tard... P'tête pas aujourd'hui parce qu'on ne va pas avoir le temps, mais plus tard, sans problème.... Hein ?  »

Un drôle de son émane du comptoir sur lequel est posé le tupperware. Une étrange agglutination obscure s'est formée autour de celui-ci, avant qu'un Branette n'en émane, apparaissant ainsi juste devant les sushis. Le Pokémon Spectre nous fixe alors tour à tour, le garçon et moi-même, tandis que je me relève.

« -Oh ! Bonjour Voodoo ! Tu viens chercher à manger pour Monsieur Ghost ? »

Branette hoche lentement la tête, avant de se baisser pour attraper le tupperware juste devant lui.

« -Euh, c'est qu'en fait, nous aussi on voulait ces sush- »

Je n'ai même pas le temps de contester qu'il s'élève du comptoir, et part en lévitant vers les portes du réfectoire. Par réflexe, je tends une main pour l'arrêter, mais évidemment, ce geste est parfaitement inutile.

« -Eh ! Attends !
-Pachi! »

White Lady tient visiblement beaucoup à ses sushis, puisqu'elle s'élance la première à la poursuite du Branette. Je lance donc quelques brèves paroles à l'adolescent et à ses deux Pokémon, avant de moi aussi partir à sa suite.

« -Ah ! Vite, on doit le rattraper ! »

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15.
Niveau : 12
Jetons : 3060
Points d'Expériences : 173

MessageSujet: Re: Pas de sushi.   Ven 24 Nov - 10:39



Pas de sushi.
Raudhr cligna lentement de l’œil. Touché.
Ces quelques sushis n'allaient pas nourrir grand monde, et le gargouillis du ventre du jeune homme en face de lui ne faisait que confirmer ses dires. Il émit une mine quelque peu ennuyée, les deux étudiants étant dans une situation qui ressemblait à une impasse.

Le brun s'adressa soudainement au Chapignon derrière le comptoir, lui demandant s'il restait une boîte de sushis en rab. Il obtint comme réponse un regard suspicieux de la part du Pokémon Combat, avant que ce dernier ne s'engouffre par les portes menant à la cuisine.

-Hum, avec un peu de chance, on pourra repartir avec une boîte chacun !

Les mains toujours sur les hanches, Raudhr ne répondit pas et se contenta d'un « hmm » dans les tons grave.
Certes. L'hypothèse était intéressante en effet. Du moins, il espérait que ça soit concluant, vu l'attitude que semblait avoir son Pachirisu à côté de lui, ce qui valut au Ranger de lever un sourcil quelque peu interrogateur, mais il ne dit rien et se contenta d'observer l'Elektrik plus ou moins bouder.
Il cligna de l’œil avant que son regard ne se pose à nouveau sur son interlocuteur, qui venait de prendre la parole.

-C'est un beau Lixy que tu as là ! Je peux le caresser ?...


Redressant la tête, Skölir observa le brun de ses grand yeux jaunes, visiblement flatté. Raudhr n'eut pas à répondre, puisque son starter avait déjà levé la tête, en attendre de ladite caresse. Au sol, Fyrn s'était assis, presque offusqué d'avoir été oublié, avant que le jeune homme ne lui fasse un compliment et une caresse à son tour. Appréciant le geste, le chromatique ferma les yeux, tout comme Skölir, qui était du type à se faire dorloter, du haut de son perchoir.
Mais alors que Raudhr allait commenter, le brun enchaîna sur une autre question, puis encore une autre.
Le jeune Ranger ne sut trop comment réagir, entrouvrant la bouche pour répondre, avant d'être coupé par la question suivante. Il recula d'un centimètre, une mine assez confuse par le questionnement assez déconcertant de son interlocuteur. De toutes les questions possibles à poser, il classifiait les deux dernières dans la catégorie « bizarre ».
Inclinant la tête, son œil rouge pâle vira de son Lixy au brun. Après un moment d'hésitation, il finit par répondre.

-Skölir n'est pas trop lourd, avec l'habitude. Et il aime se percher ici, visiblement.

Il secoua la tête.

-Il ne me dérange pas.

Alors que le Dresseur venait de finir sa phrase, les portes de la cuisine s'ouvrirent, et le Chapignon en émergea. Lorsqu'il s'assura d'avoir capté l'attention du groupe, il fit un mouvement négatif de la tête, indiquant qu'il s'agissait bel et bien du dernier tupperware de sushis.
La déception était évidente chez les deux étudiants, alors que le brun lâchait un soupir. Il finit par accepter la suggestion du partage, avant que son Pachirisu ne proteste vivement l'idée, visiblement mécontente à l'idée de partager.  
Cette fois-ci, Raudhr avait haussé un sourcil interrogateur à l'attitude du Pokémon. Il ne dit rien, mais de son propre point de vue, il n'aimait pas du tout le comportement qu'elle avait abordé. Il se demandait comment son Dresseur pouvait gérer un tel Pokémon. Bien entendu, peut-être jugeait-il trop vite, mais le nombre de points que le Pachirisu avait accumulé était dans le négatif pour lui.
L'autre étudiant sembla tenter de l'apaiser et raisonner, avant qu'il ne tourne vivement la tête. Suivant son regard, Raudhr observa également avec surprise la formation d'ombres violettes au dessus de la boîte de sushis.Un Branette en émergea, fixant le groupe du regard.

-Oh, bonjour Voodoo ! Tu viens chercher à manger pour Monsieur Ghost ?

Le Spectre émit un signe affirmatif, avant de s'emparer de la boîte de sushis et de léviter vers les portes du réfectoire, malgré les protestations évidemment inutiles du brun.
Le Ranger n'eut pas le temps de réagir qu'il vit le Pachirisu foncer à sa poursuite, mécontent d'avoir les sushis volés devant lui.

-Ah ! Vite on doit le rattraper !

Alors que Raudhr ouvrit la bouche pour contester, il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit que le jeune homme s'était engagé dans une poursuite également, derrière son Pachirisu.
« Ugh.. »
A nouveau, une mine ennuyée s'était dessinée sur le visage du TopDresseur, qui avait passé sa main dans ses cheveux, se grattant l'arrière du crâne. Allait-il, lui aussi, devoir se mettre à courir derrière des sushis ? Alors qu'il émettait un soupir agacé, il vit une flèche noir s'engager dans la folle poursuite.
« Oh non.. Dites-moi que c'est pas vrai.. »

-Fyrn !

Trop tard. Le Caninos s'était lui aussi tapé un sprint à travers le restaurant derrière le petit groupe. Après un facepalm intérieur, Raudhr lâcha un gémissement d'ennui avant de lui même, par la force des choses, se mettre à courir après la troupe. Après ça, il y avait intérêt à ce qu'il y touche, à ces fichus sushis.

_________________

______
Code RP créé par Ginji, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 1503
Points d'Expériences : 2786

MessageSujet: Re: Pas de sushi.   Mar 28 Nov - 14:28

Ginji Labelvi
      Feat. Raudhr Akai



« Pas de sushi. »


MES SUSHIS !... Ou plutôt, devrai-je dire, MON SUSHI ! Après tout, seul l'un d'entre eux m'est destiné... Mais bon, « MON SUSHI », ça a beaucoup moins de panache que « MES SUSHIS ». Peut-être que je devrai dire « NOS SUSHIS », du coup ? Comme ça il y a le pluriel, et c'est cohérent avec ce qui a été préétabli. Hum, ouais, ça me semble pas mal...

« -EH ! NOS SUSHIS !» Hmm. En fait ça sonne bizarre.  « Voodoo, attends un peu ! »

Je cours à la poursuite du Branette, déjà poursuivi par White Lady, et sans savoir que nous sommes nous-même poursuivis par le Caninos du garçon qui poursuit justement celui-ci. 'Fin bref, tout le monde se court après, quoi.

Nous nous sommes rapidement retrouvés à l'extérieur du réfectoire, et avançons donc dans les couloirs de l'académie. Il se dirige droit vers le cabinet de Ghost ! Habituellement, Voodoo utilise sa capacité à se fondre dans les murs et les ombres pour couper au travers, mais avec la boîte de sushis, il n'a d'autres choix que d'emprunter un itinéraire normal. Conséquence de quoi, il n'est absolument pas habitué, et rallonge inutilement sont temps de parcours en prenant des chemins détournés. Ce qui signifie qu'il y a possibilité de le prendre à revers ! Il faut simplement réfléchir à la bonne trajectoire... Voyons voir, le cabinet de Ghost se trouve deux couloirs à droite de la machine à café, lui même à cinq minutes du distributeurs de cookies, qui se trouve près de la porte secondaire du réfectoire. Quoi, un problème avec mes points de repère ?! Hmm, du coup, nous avons franchi l'entrée de la cantine, sommes passés devant le distributeur à gâteaux... Et la machine à café se trouve de l'autre côté ! Si je me dirige vers elle plutôt que de suivre Voodoo, je vais pouvoir lui tendre une embuscade !

Je bifurque donc à la première intersection, et change radicalement de direction. White Lady est toujours sur les traces du Branette, et j'avoue ne pas trop me préoccuper du chemin emprunté par le Caninos qui me talonne. Dans tous les cas, je tente de maintenir mon allure pour réussir à devancer Voodoo, et après quelques secondes, parviens à rejoindre le couloir vers lequel il va être obligé de passer s'il veut rejoindre son cher dresseur.

Un peu essoufflé, je prends appui sur mes genoux quelques secondes, sans toutefois baisser ma garde sur l’extrémité du couloir. Voodoo devrait débarquer d'un moment à l'autre... Je vais me poster à l'angle, et le prendre par surprise !

Accolé contre le mur, je tends l'oreille pour prédire l'arrivée imminente du Pokémon. Il ne devrait plus tarder... Ah ! J'entends quelqu'un ! Il se rapproche... Il arrive... Il n'est plus très loin... Plus que quelques petites secondes... Alleeeeeez...

MAINTENANT !

« -AHA ! JE TE TIENS ! »

Je bondis de ma cachette, et saute sur le spect-le garçon de tout à l'heure, qui arrivait à l'angle du couloir. Dans un drôle de fracas, nous tombons au sol, et, perché au dessus de lui, je cligne dubitativement des yeux en observant son visage qui ne ressemble absolument pas à celui d'un Branette.

« -... Sushi-man ?! » ah oui, passé plus de cinq minutes sans connaître le prénom de quelqu'un, je dois bien lui trouver une appellation « Ah ! Désolé ! Je suis désolé ! Je croyais que c'était Voodoo ! J'ai voulu le prendre à revers alors je suis passé par un chemin plus rapide, mais je pensais pas que c'est toi qui arriverai en premier ! Vraiment désolé !... Mais du coup, il est passé où ?... Oups ! C'est vrai, je dois m'enlever ! Pardon pardooon ! »

Extrêmement confus, je m'écarte et le libère de mon poids, avant de me relever à la va-vite. Après lui avoir tendu une main pour l'aider à faire de même, j'observe, toujours un peu gêné, les alentours, à la recherche du Pokémon voleur de sushi. Mais aucune trace de lui, ni même de White Lady ! Hmm, par où sont-ils partis ?

« -Dis, c'est quand la dernière fois que tu l'as vu? Il y avait ma Pachirisu sur ses talons...  »

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15.
Niveau : 12
Jetons : 3060
Points d'Expériences : 173

MessageSujet: Re: Pas de sushi.   Sam 9 Déc - 1:04



Pas de sushi.
Bon, réfléchissons. Ce fichu pokémon spectre ne pouvait pas aller bien loin avec une boîte à sushis dans les mains, non ? Dans tous les cas, Raudhr se retrouvait à courir dans les couloirs de l'académie, puisque la poursuite avait fait sortir toute la troupe du réfectoire. Le Phyllali était toujours sur les talons de son Caninos noir et rouge, ce dernier faisant complètement abstraction des cris de son Dresseur, visiblement trop absorbé par la course-poursuite qu'il avait entamé avec le Spectre. Sans doute se doutait-il que même s'il ne toucherait pas aux sushis, il allait avoir le droit au plat principal, c'est à dire aux réprimandes de Raudhr un peu plus tard, au calme.
Pour le moment, Fyrn avait les yeux fixés sur le Branette qui voletait, lui aussi ignorant les contestations qui lui ont été faites. Du coin de l'oeil, le Ranger avait noté que l'autre élève avait emprunté un chemin différent. Il s'était demandé, sur le coup, où est-ce qu'il pouvait bien aller dans une situation pareille, à moins qu'il ne sache la destination finale de ce voleur de sushis, afin d'aller l'intercepter là bas. Cependant, il n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir puisqu'il restait concentré sur la trajectoire que prenait le Pokémon sombre, talonné par un Fyrn déchaîné, aboyant de tous les côtés. Alors que le Branette bifurqua dans un angle, le Pokémon Feu aboya une nouvelle fois avant de ralentir légèrement dans sa course folle.

-Qu'est-ce qui t'arrive F--

-AHA ! Je te tiens !

Raudhr n'eut pas le temps de finir sa phrase que quelque chose lui bondit dessus, et dans un violent fracas, il tomba au sol sous un poids conséquent alors que Skölir fit un bond sur le côté, esquivant la chute de son perchoir.

-Sushi-man ?!

Ouvrant l'oeil, manifestant une mine agacée et confuse, le TopDresseur observa la scène. Le voilà qu'il était au sol, une légère douleur dans le bras du à une mauvaise réception -sans doute l'effet de surprise-, avec l'autre étudiant brun de tout à l'heure. Le tout rendait une scène digne d'un shoujo complètement et dégoûtamment classique, avec un contexte cependant quelque peu différent.
Et puis ce surnom donné, parlons-en. Raudhr en avait haussé un sourcil. C'était quoi comme surnom, ça ?
Il se racla la gorge.

-Je m'appelle Raudhr, d'ailleurs..

Puis l'étudiant s'embarqua dans un monologue de justification, comme quoi il avait voulu prendre le Branette par surprise. Ah. C'était plutôt raté pour la cible, mais l'effet escompté avait été maintenu avec succès. Le Phyllali bougea légèrement son corps, indiquant qu'il souhaitait tout de même ne pas s'endormir sur le sol, dont la dureté était assez désagréable pour le dos. Après s'être confondu en excuses, l'autre mangeur de sushis -« à surnom pourri, surnom pourri », s'était-il dit- se releva, lui tendant une main pour l'aider à faire de même. Avec un léger soupir, l'étudiant accepta et se releva à son tour, époussetant légèrement ses habits. L'air était légèrement tendu, phénomène normal après une situation embarrassante. Quelques secondes de silence s'écoulèrent, avant que le brun ne prenne la parole.

-Dis, c'est quand la dernière fois que tu l'as vu ? Il y avait ma Pachirisu sur ses talons..


Le jeune homme rouge releva la tête. Ça, c'était un travail pour Fyrn. S'approchant du Caninos, il s'agenouilla.

-Fyrn, tu te souviens de l'odeur du Branette ?

Le Canin noir avait déjà la truffe plaquée au sol, s'engageant dans les couloirs de l'école. Il bifurqua à un couloir, les deux étudiants derrière lui et un Skölir aux aguets. Au moins, malgré sa fâcheuse manie de se taper des sprints à droite et à gauche, Fyrn savait faire un très bon usage de sa truffe, et était quelque peu doué pour suivre des pistes.
Il le lui fallut pas plus d'une minute pour s'arrêter devant une porte entrouverte et d'aboyer devant. Curieux, Raudhr s'arrêta à son tour, observant la porte sur laquelle une petite plaquette était plantée.
« Mr. Ghost, psychologue ».
Toquant délicatement à la porte, il la poussa, faisant un pas un avant.

-Excusez moi de vous dérang...

Il ne termina pas sa phrase. A cet instant, le Ranger, du haut de toute son edgyness, aurait presque versé une larme, son corps fermement planté dans le sol et son expression aussi indéchiffrable qu'un Puzzle du Millénium.
Ah.

Devant lui était un vieil homme, sans doute ce fameux « Mr.Ghost », une boîte de sushis dans les mains. Une boîte ne contenant plus qu'un seul sushi. Un seul.
L'homme releva la tête, visiblement occupé à manger un des ces derniers délices pour lesquels les deux élèves avaient bataillé. A côté de lui, le Branette flottait tranquillement, lançant un regard interrogateur aux deux étudiants, plantés sur le pas de la porte, pleurant la mort de leurs sushis.

_________________

______
Code RP créé par Ginji, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 1503
Points d'Expériences : 2786

MessageSujet: Re: Pas de sushi.   Jeu 14 Déc - 20:24

Ginji Labelvi
      Feat. Raudhr Akai



« Pas de sushi. »


Tiens, il porte un drôle de prénom, Sushi-man. C'comme la région de Rhode, mais avec un « heure » en plus ! Mais du coup, ça s'écrit pareil ? Rhoder ? Raudheure ? Rödheer ? Ah ! Son nom est aussi étrange que son corps est inconfortable. Comment ça, il n'est pas censé l'être ?!

Après m'être levé, avec une gêne non dissimulée, et enquis de la position de nos cibles, Sushi-man demande à son Caninos s'il est capable de localiser le Branette grâce à son odorat. Oh ! Bonne idée ! Avec ça, on devrait pouvoir retrouver leur trace !

« -Ah, pas bête ! » je me redresse fièrement, et prends un ton solennel « Fyrn, on te suit ! »

Nous nous mettons presque aussitôt en marche, suivant de près les pas du Pokémon Chiot. Le fait qu'il garde constamment la truffe plaquée au sol est plutôt bon signe, la piste de Voodoo doit être vraiment très récente...

« -... Tiens, d'ailleurs, je me demande quelle odeur un spectre peut avoir. J'ai pas souvenir d'avoir déjà décelé une fragrance quelconque de la part d'un de mes Motisma... » un bref instant de réflexion suffit à répondre à moitié à ma question « Ah ! C'est vrai, Caninos est réputé pour son odorat. Je crois même que le Pokédex en fait une mention spécifique... »

J'attrape mon Ipok d'une main, et scanne rapidement le chien, habitué au geste. Il ne faut pas bien longtemps à la page pour se charger, et afficher l'information voulue, que je lis à haute voix.

« -" Caninos a un odorat très développé. Ce Pokémon n'oublie jamais un parfum, quel qu'il soit. Il utilise son puissant sens olfactif pour deviner les émotions des autres créatures vivantes."» je marque une courte pause « … Wow ! Je pensais pas qu'il était balèze à ce point. C'est sûr qu'on peut pas rivaliser...  »

Pas le temps de plus poursuivre nos investigations, Fyrn a déjà fini les siennes : nous voilà arrivés devant le... Cabinet de Ghost. Ah bah, du coup, j'avais raison. Voodoo a simplement emprunté un chemin détourné... Grr ! Il m'a eu, le vil ! Enfin, tant que nous l'avons rattrapé à temps...

Rôdeur n'attend pas bien longtemps pour frapper à la porte, et l'ouvrir. Il entame une phrase d'excuse polie, mais s'arrête en plein milieu, éveillant ainsi ma curiosité. Qu'est-ce qu'il se passe ? Passant un coup d’œil au dessus de son épaule, je reconnais bien rapidement le Docteur Ghost, posé sur une chaise à côté de Voodoo, et tenant dans ses mains une boîte à sushi..

… Qui n'en contient plus qu'un seul.

Et là, c'est comme si le temps lui-même se fige. Mes yeux ne regardent plus que ce dernier reliquat, vestige d'un délice auquel nous ne pourrons probablement jamais goûter, puisque déjà, il s'élève à hauteur des lèvres de l'homme qui nous fait face. Alors que, dans un même mouvement, le psychologue a tourné vers nous un regard interrogateur, il a saisi ce sublime et vertueux sushi, tout en mâchant les dépouilles de ses prédécesseurs, et a, dans une ascension fugace et éphémère, porté le dernier fragment de notre quête à sa bouche. Je n'ai même pas le temps d'esquisser un geste, un mouvement, ou même d'entreprendre ne serait-ce qu'un déplacement d'un iota, que le mal est rapidement accompli.

Sous nos yeux effarés, le dernier sushi est avalé.

Et après déglutition, le Docteur prend la parole.

« -... Hmm... Bonjour ! Vous aviez pris rendez-vous ? Je suis en pause déjeuner là, vous pourriez revenir d'ici un quart d'heure, si possible ?
-... »

Aucun son, aucun mot, aucun cri ne suffirait à transmettre cette douleur qui déchire actuellement mon cœur.

Et mon estomac.

La bouche béante, ma stupéfaction laisse rapidement place à un geste, entamé mécaniquement, sans la moindre volonté ni âme, et visant a simplement saisir la poignée de la porte, pour, lentement, et avec le plus grand désespoir du monde, la refermer, cloîtrant à jamais cet odieux spectacle auquel nous avons fait face.

Ce qui suit, c'est un long silence, religieux, presque digne d'un enterrement, et finalement interrompu par le seul bruit caractéristique de mon ventre. Ce dernier me sort brusquement de ma stupeur, mais pas de mon abattement, et je passe délicatement une main dépitée dessus comme pour interrompre son cri incessant.

« -... Beuh... C'est... » je laisse passer quelques secondes de silence, ne sachant comment décrire mon ressenti immédiat, pour finalement baisser piteusement la tête « … Désolant. » je soupire « Et il y a même pas la moindre trace de ma Pachirisu... »

Pff. Comme si assister en direct au meurtre du dernier représentant d'un peuple de sushi ne suffisait pas ! Il faut aussi que je perde White Lady, pour qui j'ai précisément fait tout cela. Enfin, un peu pour moi aussi, je dois le reconnaître, mais quand même...

« -... Gnn... Paaa.... »

.. Oh. Quand on parle du Lucario ! Depuis l'autre bout du couloir, c'est un petit écureuil blanc que l'on entend galérer, vraisemblablement attelée à pousser une boîte bien trop grande pour elle le long du parquet. Je tourne vers ma Pachirisu un regard d'abord étonné, puis intrigué, alors qu'elle semble à peine réaliser notre présence.

« -... White Lady ? T'étais passée où ? » je fronce les sourcils, et me dépêche de la rejoindre « … Et qu'est-ce que tu trimballes ? »

Elle paraît plutôt confuse, ne s'attendant probablement pas à nous croiser ici, et affiche même une expression légèrement paniquée lorsqu'elle me voit saisir le contenant qu'elle transporte avec elle.

« -Pachi!
-T'inquiètes pas, je regarde juste !... MAIS ?! T'as réussi à trouver une boîte de sushi pleine ?! »

White Lady se fige, et détourne le regard. A son air contrarié, je comprends sans trop de mal qu'elle souhaitait la garder entièrement pour elle... Mais je n'y fais pas trop attention, et observe surtout avec intérêt la fameuse boîte, apparue comme un cadeau d'Arceus lui-même.

« -Elle était au réfectoire ? »

Elle hoche lentement la tête, les pattes croisées, et les yeux rivés sur le mur à côté de nous.

« -Cool ! Ils ont dû refaire une fournée après notre départ. Ou alors, il en restait une, mais ils avaient oublié de la poser sur le présentoir... Eh, Sushi-man, t'as vu ça ? » je me tourne vers l'adolescent, et lui montre la boîte « Il y en a bien une dizaine à l'intérieur ! Voire une quinzaine ! T'en veux ?
-Chirisu! »

… Ah. Évidemment, White Lady fait sa rabat-joie. Son piaillement indigné est plutôt significatif de son avis sur la question, auquel je me permets de ré agir immédiatement. Sans lâcher la boite, je me penche un peu en avant, et m'adresse à elle avec le ton le plus doux que je puisse lui offrir.

«-Écoute, comme tu as réussi à trouver cette boîte, et qu'elle ne suffira de toute façon pas à nous caler, je t'emmènerai directement au meilleur restaurant asiatique de Lansat dès qu'on en aura terminé avec ! Ça te va ? Comme ça, tu pourras t'en goinfrer à volonté. » je me redresse «... Et moi de-même. Après tout ça, hors de question de m'en contenter de trois ou quatre ! »

Même si elle aurait clairement préférer garder la boîte pour elle, la Pachirisu paraît accepter le compromis d'un nouveau hochement de tête. Un grand sourire se dessine sur mon visage, alors que je me tourne avec enthousiasme vers l'adolescent.

« -C'est ok ! On va trouver un coin où s'asseoir ? »

Comme je pense savoir où en trouver un, je prends les devants de l'expédition, et me dirige d'un pas assuré vers l'extérieur du bâtiment. Il devrait y avoir un banc, juste dehors ! La cadence de mes pas doit bien montrer à quel point j'ai hâte d'enfin pouvoir manger ces sushis, pour lesquels nous aurons tant attendu, mais ne m'empêche cependant pas de distancer mes partenaires, vers lesquels je me tourne tout en reculant.

« -Ah ! Au fait, Reaudeur ! Je crois pas t'avoir dit mon nom. Môa, c'est Ginji ! Et notre sauveuse, c'est White Lady. Et, euh, juste comme ça, il s'écrit comment, ton prénom ? »

Juste au moment où je m'apprête à percuter une porte, je fais volte-face, et d'une pression du pied en bas de celle-ci, l'ouvre. Une fois à l'extérieur, je la retiens avec le coude le temps que les autres passent, et indique d'un mouvement du menton le banc en bois qui se trouve juste là. Et libre, en plus ! Ah, il semblerait qu'enfin, le sort nous soit favorable.

Très rapidement, nous prenons place dessus. Je m'assois au centre, et soulève avec hâte le couvercle, pour dévoiler sous nos yeux ébahis ces divins sushis. Allez ! Ne perdons pas plus de temps ! Qui sait, une nouvelle catastrophe pourrait nous tomber dessus. Tendant fièrement la boîte vers Sushi-man, je le laisse piocher dedans pour lui et ses Pokémon, puis fais de même avec White Lady. Une fois que nous sommes tous armés et prêts à attaquer, je donne le signal d'ouverture.

« -Bon appétit ! *gnom* »

… Ouiiiii ! J'ai pu ! J'y suis arrivé ! J'ai mangé un sushi ! Raaaah, qu'est-ce que c'est bon ! Il n'y a même pas besoin de le tremper dans de la sauce soja ou de le mélanger à du wasabi, l'assaisonnement est parfaitement dosé et le sushi est entièrement prêt à être dégusté, comme chez les véritables chefs cuisiniers ! Vite, il m'en faut un autre... Tiens ?

« -Oh ? C'est bizarre, d'habitude, Mama Odie ne met pas d'étiquettes sur ses boîtes. » remarquant un bout de papier collé en dessous, je la soulève, et lit ce qui est marqué dessus « … Peter Ironspear. Tiens, c'est le nom d'un mec de mon dortoir ! Très sympa, ce type, on prend souvent le petit-dej ensemble. » ne réalisant pas vraiment ce que cela signifie, je pioche un autre sushi dedans, que j'enfourne aussitôt, et mastique « … » mon air pleinement satisfait laisse peu à peu place à de la perplexité, alors que je relis une nouvelle fois l'étiquette sous la boîte « … ² » les neurones de mon cerveau se connectent, et je lance subitement un regard déconcerté à White Lady « … Tu les as volés à Peter ?! »

Prise sur le fait, la Pachirisu se fige, et détourne légèrement le regard, crispée. Ca, ça ne veut dire qu'une seule chose : COUPABLE !... Et du coup... Que nous sommes aussi impliqués dans le crime ?! Brusquement paniqué, j'observe les nombreux sushis restants dans la boîte, et me tourne vers mon complice involontaire.

« -Ah ?! Qu'est-ce qu'on fait ?! On peut pas les lui manger ! Peter, il est sympa ce type, je veux pas lui piquer sa nourriture ! Mais euh, il doit déjà nous en vouloir là, si ça se trouve il est en train de les chercher... Est-ce qu'il a vu White Lady les lui prendre ?! Aaaah, Sushi-man, t'as une idée ?! »

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pas de sushi.   

Revenir en haut Aller en bas
Pas de sushi.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: L'établissement :: les pièces communes de l'école :: Le réfectoire-