Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 5

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Ginji Labelvi
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 25 / 31
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 20 ans
Niveau : 100
Jetons : 1587
Points d'Expériences : 4231
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4231
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
25 / 31
Sinnoh
20 ans
100
1587
4231
Ginji Labelvi
est un Topdresseur Spé. Type
Ginji Labelvi
      rp solo



« PRANK ! Mon prof de sport m’attache à une inconnue, SA TOURNE MAL !!! O.O »


« -… C’est allumé ? Webble, il y a un voyant rouge ou pas ?… Arf, c’est vachement inconfortable, ce truc, en fait ! »

C’est un peu à l’aveuglette que je tente de correctement positionner la caméra frontale installée sur le haut de mon crâne. Assis à la chaise de mon bureau, j’ai beaucoup de mal à déterminer si ce que je fais est correct ou non à cause de l’absence totale de miroir dans la pièce. ‘Faut dire que depuis le départ de Loan, je risque pas vraiment d’en trouver…

« -Ga ! »

Le Mygavolt se dresse sur ses pattes arrières, et tente, à l’aide de ses mandibules, de placer la petite boîte comme il faut sur mon front. Le résultat paraît lui satisfaire, puisqu’il se laisse retomber sur le sol en un petit couinement enthousiaste quelques secondes plus tard. Je lui souris, et le gratifie d’une caresse sur la tête.

« -Thanks !… Bon, j’pensais pas que ça serait aussi compliqué dès le début, mais ch’uis sûr qu’on va s’en sortir ! Pas vrai ?
-Mygaaaaaa! »

Webble a l’air très excité par ce cours d’athlétisme. Même si de base, il est extrêmement volontaire, donc même si je lui proposais d’aller déraciner un jardin, il serait le premier à y aller… Ce Pokémon est beaucoup trop adorable !

Je me lève, et observe rapidement ma tenue. Un vieux jogging gris en tissu ainsi qu’un simple t-shirt jaune à manches longues seront mes habits du jour. Ou du moins, de la matinée, je doute de rester dans cette tenue après avoir transpiré comme un Grotichon. Espérons que la caméra tienne le coup, elle !

Cela fait un moment que j’ai envie de filmer un de mes cours pour pouvoir dénoncer l’académie au rectorat m’investir un peu plus dans l'entraînement de mes capacités physiques. Il paraît que c’est super intéressant, de regarder ses performances après coup, d’un œil neuf et reposé ! Alors du coup, bah je vais essayer. Je me suis viteuf procuré une caméra frontale en centre-ville, mais je dois avouer que ce n’est pas la même qualité que les caméras que Rouquine et moi avions eu pour notre expédition dans les souterrains de l’île… Enfin ! Ca fera l’affaire. De toute façon, je n’ai pas trop le choix, je n’ai tout simplement pas les moyens de m’en payer une meilleure, donc…

J’attrape le sac à bandoulière posé sur mon bureau, et le passe autour de mes épaules. L’usure de la lanière se fait particulièrement ressentir au toucher, notamment à cause de certains morceaux de tissus qui partent en lambeaux. Cela fait tellement longtemps, que je l’utilise… Il en a vu des vertes et des pas mûres, ce sac ! Il a même été déchiré à plusieurs reprises, en témoignent les nombreuses coutures un peu maladroites que j’ai cousues par dessus. Je devrai peut-être songer à en acheter un nouveau.

Je fouille rapidement à l’intérieur pour vérifier que l’ensemble de mes affaires s’y trouvent, puis hoche discrètement la tête. Je fais ensuite signe à mon compagnon Mygavolt de me suivre à l’extérieur de ma chambre, que je ferme à clé une fois quittée, et tous deux nous mettons en route pour le Gymnase, où nous attend le professeur Pokéathlète.

Dehors, il fait frais, et je regrette presque de ne pas avoir pris de veste. Heureusement que je risque très certainement de devoir courir, sans quoi je me gèlerai ! Si je m’étais habillé plus chaudement, j’aurai été au bout de ma vie à peine dix minutes après le début du cours. ‘Fin, je le serai sans doute même avec un seul t-shirt, mais au moins je ne serai pas tout dégoulinant de sueur à cause de la chaleur.

Une fois sur le lieu de rendez-vous, Webble et moi-même nous mêlons à la foule d’étudiants venus prendre part au cours, et observons silencieusement l’adulte au cache-oeil étrange. Il a un peu une tête de méchant, comme dans les films ! Mais ça va, il a quand même l’air bien plus consciencieux que la Générale Jackie. J’avoue ne pas être mécontent, d’avoir un professeur de sport un peu moins… Tyrannique, dirons-nous. Certes, l’ancienne référente Pyroli avait le respect de certains de ses élèves, mais pour ma part, j’ai toujours eu un peu de mal avec elle. ‘Faut dire que ma réputation de faiblard malchanceux n’y aidait pas vraiment, la Générale n’étant pas très friande des « lavettes » s’auto-proclamant dresseurs.

Enfin. Après plusieurs minutes d’un looong silence gênant, Léon prend finalement la parole, et commence à nous expliquer le déroulement du cours. Un peu perplexe, je l’observe saisir dans une immense caisse ce qui ressemble clairement à une paire de menottes, et fronce lentement les sourcils en une expression méfiante. Ok, je retire ce que j’ai dit sur le côté consciencieux de ce ce professeur, il veut nous enchaîner les uns aux autres.

Même si, en y réfléchissant, ça peut être assez rigolo. C’est vrai que la praticité d’une activité sportive s’effectue très souvent de manière individuelle, ou du moins, chaque participants possède une indépendance et un libre arbitre qui lui est propre. En enchaînant deux personnes, celles-ci se retrouvent obligées de mettre de côté leur autonomie et donc de se concentrer un peu plus sur l’exercice… C’est sympa ! Par contre, c’est obligé de se mettre avec un autre élève ? Moi, je veux être enchaîné à Webble ! Je suis sûr que cela serait très rigolo !… Non ? Vraiment pas ? Bah ! Tant pis. Espérons juste que mon futur partenaire soit du genre conciliant…

La cordelette autour de mon front me démange un peu, et je me gratte légèrement la tête tout en balayant la foule d’élève du regard. I l va falloir que je me trouve un camarade avec qui faire le cours, maintenant. Webble cherche également, agitant parfois ses mandibules pour saluer un étudiant ayant croisé son regard, mais pour une raison qu’il ignore, ceux-ci le détournent généralement tout de suite après. Sûrement qu’ils ne l’ont pas vu ! Au bout de quelques secondes, je crois apercevoir une fille un peu à l’écart qui est elle aussi à la recherche d’un partenaire – en tout cas, c’est ce que je suppose, à la façon dont elle scrute les environs. Un bref regard avec Webble et un pointage du doigt suffisent à nous mettre d’accord, et nous traversons rapidement la masse pour rejoindre cette élève, que j’aborde très rapidement.

« -Hey ! Salut !  »

Je capte son attention d’un mouvement de la main, puis arrive à sa hauteur, suivi de très près par Webble.

« -T’as un partenaire ? Môa non ! Si t’es toute seule, ça te dit qu’on se mette ensemble ?  » je remarque qu’une longue file s’est déjà formée devant Léon et son Kapoera « De toute façon, vu le nombre de groupes complets, je doute qu’on ait le choix. Je me présente, du coup ! Ginji Labelvi, TopDresseur spécialisé dans les Pokémon de type Electrik, et Pokéathlète à ses heures perdues ! Et lui, c’est Webble, mon Mygavolt !  » le concerné agite vivement ses mandibules, heureux de faire une nouvelle rencontre, tandis que je tends une main à mon interlocutrice « Ravi de faire ta connaissance !... Ca te dérange pas, au moins, de te mettre avec môa ? »

Maintenant que je suis à sa hauteur, j’en profite pour mieux l’observer. Elle est plutôt petite et possède de courts cheveux mauves. Elle n’a pas l’air bien musclée ou endurante, mais… Au moins, sa corpulence ne devrait pas trop nous gêner.

La concernée tourne ses deux yeux vers moi, et reste complètement immobile. Une seconde. Cinq secondes. Dix secondes. Puis, face à ce silence gênant, elle jette de brefs regards autour d’elle… Et finalement, sursaute.

« -Hiiii ! C’est… C’est à m-moi qu tu parles ? J-je suis désolée, je… Tu ferais mieux de trouver quelqu’un d’autre, je crois…  »

Je hausse les sourcils, puis scrute les alentours.

« -Bah euh… C’est qu’il y a plus beaucoup de monde de disponible, déjà. Tu ne cherches pas quelqu’un, toi ? »

Elle se tend, et se recroqueville un peu sur elle-même.

« -Hu-hum… O-oui, certes, m-mais… C’est que… » elle abrite sa tête sous des bras « J’ai trop peur ! Je refuse d’être menottée à un inconnu ! Et si tu étais un dangereux psychopathe ?! Tu pourrais profiter qu’on soit attachés pour m’enlever et tenter de m’assassiner dans la forêt ! E-et d’ailleurs, c’est quoi cette caméra ?! Tu aimes te filmer en train de dépecer tes victimes, c’est ça ?! E-espèce de… Dégénéré !… Hiii, non ! Je ne voulais pas dire ça!Pardon ! Ne me tue pas ! »

Je cligne des yeux à de multiples reprises, tout à fait perplexe. Alors ça… C’est ce qu’on appelle être paranoïaque. Webble, inquiet pour elle, cherche à la rassurer en agitant doucement ses mandibules devant elle. Elle lève lentement les yeux en sa direction, et…

Son attitude change du tout.

« -… Ooooh. Qu’il est mignon !… »

S’il est d’abord surpris, le Mygavolt est tout à fait ravi par cette remarque.

« -Mygaaa ! ♥ »

Je saisis aussitôt l’occasion, et passe un bras autour de mon compagnon.

« -Bien sûr qu’il est mignon ! Lui, c’est Webble ! Et c’est mon Pokémon ! Et tu vois, il est gentil… Moi aussi je suis gentil. La caméra, c’est juste pour filmer ma performance… Je prends ce cours très au sérieux, tu vois, et je tiens à pouvoir analyser mes faits et gestes pour ensuite m’améliorer derrière ! »

Elle hoche machinalement la tête, mais paraît surtout absorbée par la vision de Webble. C’est une fille un peu bizarre, mais… Elle n’a pas l’air méchante. Comme elle semble s’être calmée, j’essaye de briser la glace.

« -… Et donc ton nom, c’est… ?
-Jea… Jeannine !
-Cool ! Donc, ça te va si on se met ensembles ? On ne va plus vraiment avoir le choix de toute façon... »

Elle acquiesce plusieurs fois.

« -Si… Si Webble reste avec nous, je veux bien ! »

Je lève un pouce en l’air pour la rassurer.

« -T’en fais pas ! C’est mon partenaire pour aujourd’hui !… Et d’ailleurs, le tien, il est où ?… »

Elle attrape une Pokéball, timidement.

« -L… Là… »

Puis elle la lance en l’air.

« -Ch... Chouchou, à toi ! »

La capsule s’ouvre, et libère un rayon de lumière. Qui aboutit à l’apparition d’un… Vortente, visiblement très enthousiaste. Il nous salue, Webble et moi, d’un vif cri, avant de venir câliner sa dresseuse. Cette dernière se laisse faire, et n’a pas l’air pas bien inquiétée par le fait d’être enlacée dans les lianes d’une plante carnivore. Bien que impressionné, je tente de garder une expression de façade.

« -Sa… Salut Chouchou !
-Teeeente ♪ »

Il est alors temps pour nous de nous diriger vers Léon. Si elle est encore fébrile, Jeannine laisse finalement nos pieds se faire menotter, tandis que Webble et Chouchou sont liés par une liane et une mandibule. Ce n’est qu’alors que notre nouveau professeur nous dirige vers l’un des parcours.

« -Pour vous, ça sera adresse. »

J’acquiesce, et me mets immédiatement en marche.

« -Bon, bah on n’a qu’à y aller al-Aaah !
-Hiiiiii ! »

Sbum.

A peine ai-je commencé à avancer que quelque chose me retient le pied, et me fait chuter – ce qui par extension, entraîne Jeannine et la fait tomber avec moi. Je serre les dents au moment d’encaisser le choc, et prends alors conscience de la situation.

« -… Ah, ouais. ‘Va falloir qu’on se coordonne… »

Nos Pokémon viennent tout de suite nous aider à nous relever. Jeannine se frotte la tête, alors que je dépoussière mes vêtements.

« -Ça… Ça va ? »

Elle acquiesce. J’essaye alors de nous organiser.

« -Bon… On n’a qu’à avancer lentement. Un pas après l’autre, ok ?
-O-oui ! »

Notre pied relié traîne quelque peu au sol, mais au moins, nous ne chutons pas. Puisque Chouchou lévite, Webble et lui ont bien moins de difficultés pour avancer… Même si je suis un peu jaloux, cela fait toujours ça de moins dont nous devons nous soucier.

Ainsi, nous arrivons jusqu’au première obstacle : une poutre. Celle-ci n’est pas bien large, et si la traverser seul ne doit pas être très compliqué… Sans la possibilité de placer un pied devant l’autre, ça l’est tout de suite beaucoup plus.

« -Co… Comment on va faire ?
-Hmm... »

Je me tourne vers nos Pokémon.

« -Pour Webble et Chouchou, ça ne devait pas être très compliqué. Webble est pourvu de crochets qui lui permettent de s’accrocher n’importe où… Chouchou n’aura qu’à se laisser guider. Quant à nous... » je fais face à Jeannine « On va faire comme lorsqu’on marche. L’un de nous se met devant, l’autre derrière, et on se contente de faire glisser nos pieds sur le long de la poutre, sans faire de pas. Cela va être long, mais… Au moins, on tombera pas. »

Elle acquiesce fébrilement. Puisque j’ai plus ou moins pris le statut de commandant, je prends les devants et grimpe en premier. Je pose un premier sur la poutre, puis dois saisir les mains de Jeannine pour l’aider à grimper à son tour, et même si elle est tremblotante, elle se laisse faire. Je parviens donc à la hisser à mes côtés, et… Nous nous mettons aussitôt en marche.

Du moins, si on peut appeler ça de la marche.

Très vite, je réalise que Jeannine a du mal avec mon rythme. Je me retrouve à plus traîner son pied qu’autre chose… Et elle, tente tant bien que mal de suivre sans perdre l’équilibre. Ce qui n’est pas une réussite flagrante, très honnêtement. Comme elle a de toute évidence du mal à procéder de cette façon, j’essaye de lui proposer une alternative.

« -Hum… Jeannine ? »

Mais elle se brusque immédiatement.

« -Q-quoi ?! Je suis trop mauvaise ?! Hiii, je le savais, je suis un boulet ! Un poids qu’on a attaché à tes pieds ! Pardonne-moi ! Je sais que tu n’as qu’une vie, vouloir t’amputer de moi, mais je t’en prie, n’utilise pas ta scie pour... 
-H-hein ?! Mais n-non, je… A-attention ! »

A cause de ses mouvements paniqués, elle tombe, et m’entraîne avec elle dans sa chute. Nous tombons malencontreusement au sol, pour la seconde fois, et je toussote à cause du choc. Dès que je me relève, je tente de calmer ma partenaire.

« -E-ecoute, je… Je ne vais pas te faire le moindre mal, d’accord ? Qu’on réussisse ou non ce cours… Si je t’ai interpellé, c’est parce que j’ai bien remarqué que tu avais du mal avec ma cadence… Donc ce que je te propose, c’est qu’on reprenne depuis le début, mais cette fois-ci, tu passes devant, ok ? Comme ça, c’est toi qui décides du rythme auquel on avance, et… Moi, je m’adapte. »

Bien que des larmes ont perlé sur les bords de ses yeux, elle opine du chef, puis se relève. Cela ne doit pas être évident de vivre tous les jours au sein de cette académie avec une telle anxiété… J’espère que ça va aller, pour le reste de la séance.

Nous réitérons donc avec notre nouvelle configuration. Si elle est des plus fébriles et met beaucoup de temps à avancer, au moins, nous avançons. Au début, ses déplacements sont vraiment timides et légers, mais plus nous progressons et plus elle semble prendre confiance en elle. Puisque je fais de mon mieux pour caler l’avancée de ma jambe sur la sienne, elle en oublie presque ma présence, et améliore lentement la longueur de ses pseudos-pas.

A force, nous finissons par arriver au bout de la poutre. Mais elle est si soulagée d’en descendre que…

« -O-oui ! J’ai réussiiIIIHH ! »

Pressée d’en finir, elle s’élance vers l’avant, et… M’oublie. Nous chutons donc tous les deux sur l’arrivée, ce qui heureusement, ne semble pas éliminatoire. On aurait juste pu faire plus élégant comme final… Et moins douloureux, aussi.

Elle se fond en excuse, ce à quoi je réponds d’un signe de la main nonchalant. Ce n’est pas si grave, après tout… Nos Pokémon nous rejoignent en quelques secondes, après quoi, nous pouvons continuer.

On nous présente divers accessoires pour la suite. Deux cuillères, deux billes et deux seaux remplis d’eau… Nous devons nous les répartir, et tout mener à destination sans rien renverser. Hmm…

« -Tu n’as pas beaucoup de force dans les bras, je me trompe… ? Moi non plus, mais ça devrait le faire. Je prends le seau. Toi, mets la cuillère dans ta bouche, et je me charge de placer la bille en équilibre dessus. Webble, tu feras pareil, tes pattes ne te permettent pas de transporter un seau. Chouchou, je te laisse t’en occuper avec tes lianes. »

Tous acquiescent. Le reste n’est pas bien compliqué, il n’est question que de temps, et de beauuuucoup de patience. Le problème, c’est que d’un côté, je n’ai qu’une hâte, c’est arriver vite pour lâcher le seau, de l’autre, Jeannine doit faire le moins de mouvement possible pour ne pas risquer de faire tomber la bille… Je dois donc prendre sur moi, et sur la douleur qui tiraille mes bras. Ce n’est pas non plus comme si je n’avais pas le droit de faire des pauses de temps en temps, et laisser le seau reposer au sol, donc… Ça peut le faire.

Et puis, un avantage que je n’avais pas soupçonné : avec ses dents occupées à serrer la cuillère le plus fortement possible, Jeannine n’est pas en mesure de faire une crise de panique. De plus, comme notre marche est lente et que nous commençons à nous habituer à la présence de ces menottes, nous parvenons à mieux synchroniser nos gestes. Ainsi, nos pas ressemblent de plus en plus à des pas normaux… Même s’il y a encore du chemin à faire.

Au sens propre comme au figuré, d’ailleurs.

Les Pokémon, de leurs côtés, s’en sortent sans problème. Chouchou a enroulé une liane autour du seau et l’a simplement soulevé du sol, et suit depuis les airs Webble qui avance avec précaution, la cuillère logée entre ses mandibules. Ils ont même un peu d’avance et devraient arriver avant nous…

Ce qui finit par arriver. Lorsque c’est notre tour, je lâche le seau sans dissimuler mon soulagement. Demain, je vais avoir de douloureuses courbatures à l’épaule…

Un peu d’eau est tombé en cours de parcours, mais ça devrait être bon. Nous sommes déjà à mi-chemin !…. Bon, « déjà », on ne va pas espérer un record de vitesse, hein… Mais en terme d’exécution, on n’est pas mal ! Alors, la suite…

Un ballon, et des cages. C’est une tâche pour Jeannine et moi seuls… Nous devons marquer avec notre pied menotté. Hmm… Heureusement qu’on a commencé à se synchroniser via les précédents exercices, commencer par celui-ci aurait été bien plus compliqué…

« -Bon… Ce que je te propose, c’est qu’on s’entraîne à balancer nos pieds en rythme, juste dans le vide. Quand on arrivera à le faire sans difficulté, on tapera dans le ballon.
-Oui… »

Un pied fermement ancré sur le sol, l’autre qui se balance dans l’air. La scène ne ressemble pas à grand-chose, mais c’est pourtant un bon moyen de s’assurer que nous parviendrons à shooter dans le ballon. Mettre un but à cette distance avec un tel angle n’est pas spécialement compliqué, mais bon… Pour donner assez de puissance à deux, et ne pas déséquilibrer le ballon, c’est moins évident.

« -Un… Deux… Un… Deux... »

Intuitivement, je me suis mis à timmer nos gestes à voix haute. Un lorsque nos pieds sont les plus reculés, deux lorsqu’on frappe. De la sorte, nous finissons par obtenir un mouvement acceptable. Jeannine elle-même s’en rend compte.

« -Ça… Ça devrait être bon, non ? »

J’acquiesce tout doucement. Nous nous mettons alors en place devant le ballon, et inspirons profondément.

« -Ok…. A mon signal. »

Puis j’expire, et me mets bien droit.

« -Un ! »

Nous levons tous deux nos pieds vers l’arrière.

« -DEUX ! »

Puis nous l’envoyons vers l’avant. Que ce soit à cause du stress ou d’une réelle envie de mettre de la puissance, nos pieds vont plus loin et plus vite que lors de nos exercices, mais percutent tout de même le ballon. Celui-ci décolle de terre, et va se loger… Droit dans les filets.

« -Ça a marché !
-Ouiii !
-Volt !
-Tente ! »


Même nos Pokémon applaudissent. Galvanisé, je serre les poings, me remets en marche...

« -OK ! Passons à la s-Euuaaah ! »

… Et tombe.

Pour la marche, ce n’est pas encore ça… Et quelque part, cela tombe plutôt bien.

Nous nous retrouvons au sommet d’une pente sculptée par les Pokémon du corps enseignant, et… Des skateboards. Avec en contre-bas, la ligne d’arrivée.

… Hmm.

Inquiète, Jeannine avise le tout.

« -Co… Comment allons-nous faire ? Ça a l’air dangereux… Nous ferions mieux de nous entraîner…  »

Je prends une profonde inspiration. Il y a juste une pente. Droite. Avec en bas, notre destination. Et nous avons à disposition une planche avec des roues.

Donc…

« -Non ! On y va comme ça !
-Q… Quoi ?! »

J’attrape une planche, et pose un premier pied dessus.

« -Si on tombe, on se relèvera ! Ce n’est pas bien grave ! On doit juste descendre, non ? Donc… Allons-y ! »

Étrangement, elle n’a pas l’air convaincue.

« -M-m-m-m-m-mais… ! »

Sauf que je ne lui laisse pas vraiment de choix. J’attrape sa main et la force à monter à l’arrière de mon skate. Puis je pose mon pied de libre au sol, et…

Nous lance.

Nous prenons très rapidement en vitesse. Non seulement notre rapidité est impressionnante, mais en plus, les roues du skateboard s’entrechoquant sur le sol a quelque chose de saisissant. Ou… Terrifiant, à en juger les cris de Jeannine.

« -HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! JE LE SAVAIS ! TU VEUX ME TUER ! TU VOULAIS JUSTE ME TUER DEPUIS LE DÉBUT ! JE VEUX DESCENDRE ! AU SECOURS ! JE- »

Nous sommes déjà en bas.

Sauf qu’à l’arrivée, nous n’avons absolument rien mis en œuvre pour nous arrêter. Notre skateboard continue de filer droit, et…

Plouf.

Nous finissons dans le Lac Corail.

En m’asseyant dans l’eau, je ne peux pas m’empêcher d’éclater de rire. Bizarrement, ma partenaire ne partage pas mon enthousiasme.

« -Ce… Ce n’était pas drôle ! J’ai cru que j’allais mourir ! En p-p-plus, je… Je suis trempée ! Je vais être la risée du dortoir ! Je… ! »

Elle cherche à se relever pour quitter la berge, mais a oublié que nous étions menottés. Elle se ramasse donc, et tombe de nouveau dans l’eau. Je m’abstiens de rire encore et me précipite vers elle pour l’aider à se relever.

« -Hey… Ça va ? C’était quand même pas si terrible… Si ? »

Nos Pokémon nous rejoignent à ce moment là. Ils s’enquièrent de notre état de vifs cris, et je les rassure d’un mouvement de la main.

« -Tout va bien ! Rien de cassé ! »

Si Jeannine ne me contredit pas, elle continue de tirer une tête bougon. C’est alors que son regard se pose sur mon visage, et que…

« -Ta… Ta caméra ?
-Hmm… ? »

Par réflexe, je pose ma main dessus, et… Rien. Que du vide.

… A-attendez. Ne me dîtes pas que… ?

« -Q… Quoi ?! Elle est tombée dans l’eau ?! N-non ! Je viens à peine de l’acheter ! Je… ! »

A son tour de rire. Ça par contre, ce n’est VRAIMENT PAS drôle ! En panique, je cherche dans l’eau à l’aide de mes bras, et… Jeannine et moi chutons encore.

« -A… Arrête ! Je veux sortir de l’eau !
-Attends ! On doit d’abord retrouver ma caméra !
-N-non ! D’abord on se détache, et ensuite…
-Mais le temps de revenir elle aura peut-être disparu ! On ne peut pas...
-HIIII ! Tu veux dire que tu comptais me garder attachée à toi depuis le début ?! Espèce de détraqué !
-Q-q-quoi ?! Mais non ! »

Et c’est ainsi que s’est conclu notre cours.

HRP :
Parcours Adresse!
"Vous commencerez par marcher en équilibre le long d'une poutre de quinze mètres, et dont la largeur fait tout juste celle d'un de vos pieds, et ce sans chuter, au risque de tout recommencer. Vous devrez ensuite vous munir de deux cuillères, deux billes et deux seaux : un Pokémon et un dresseur devront tenir la cuillère dans leur bouche, et ne pas faire tomber la bille posée dessus, tandis que les deux autres devront transporter un seau rempli d'eau à ras-bord en en faisant tomber le moins possible. Pour continuer, il sera alors nécessaire de loger un ballon de foot dans une cible en mouvement à l'aide de votre pied attaché, pour finalement parcourir la distance vous séparant de la ligne d'arrivée sur un skateboard. Un pour les humains, un pour les Pokémon !"


@Eques sur Never-utopia.



« Adieu. Et sache désormais... Que tu m’es insignifiant. »
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum