>

Partagez | .
[Intrigue #10] Un vent hostile.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
avatar
Adulte Éducatrice Débutante

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 22 ans
Niveau : 27
Jetons : 1236
Points d'Expériences : 580

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Lun 21 Mai - 10:29




Un vent hostile
Ilea a pris beaucoup de plaisir à habiller et équiper l’étudiante aux couleurs de son association. Parce que oui, avant d’être un chahut monstrueux, A2P est avant tout une association avec des valeurs, des couleurs, qu’elle représente avec fierté. Non à la maltraitance des pokemons. Voilà le message. Si les parents d’Ilea la voyaient faire ça, ils auraient certainement encore plus honte d’elle. Mais qu’importe. Même si la rousse porte encore le nom Alezar, en vérité elle n’a plus rien à voir avec eux. Même si elle leur met la honte dans leur cercle de la haute société, la jeune femme s’en fiche royalement. Au moins, elle aura fait ce qu’elle croyait juste.

Seulement voilà, l’étudiante n’a pas l’air aussi enthousiaste que la demoiselle. Une fois entièrement équipée, une mine maussade se dessine sur son visage. Même si la jeune adulte ne comprend pas tout ce qu’Iris essaie de lui dire, le plus clair du message est là. Avant que la rousse ne puisse tenter de lui proposer son aide, elle disparait au cœur de la mêlée. Ilea se serait bien lancée à sa poursuite, mais vu le chaos qui règne actuellement, elle n’a aucune chance de la retrouver parmi tout ce monde. Déçue, l’adulte retourne parmi les manifestants et crie à qui veut bien l’entendre son message de paix et d’amour. Bien sûr, elle n’est pas dupe et sait pertinemment qu’aujourd’hui ne se joue pas qu’une bataille d’idéaux. C’est aussi et avant tout politique. Les représentants des deux associations se battent pour une sorte de pouvoir idéologique. Lequel parviendrait à rassembler les pensées de toute l’île ? Ça la demoiselle n’en avait aucune idée. Bien qu’elle soutienne A2P, Ilea n’a pour autant pas l’intention de renverser l’ordre établi. Elle veut juste que PALLADIUM n’ouvre pas d’autres entreprises. Une demande relativement simple à côté de ce qui se joue dans l’ombre en ce moment même.

D’un seul coup, les manifestants avancent de quelques mètres. Curieuse, la rousse se laisse emporter par la foule jusqu’à comprendre la raison de cette soudaine avancée. L’une des barrières s’est brisée, libérant ainsi l’enceinte de la conférence. Les manifestants pouvaient maintenant sans problème y accéder. Ilea se pose alors des questions. N’est-ce pas un peu trop ? Etait-il nécessaire de briser l’équipement ? La jeune femme chasse rapidement cette idée de son esprit. Après tout rien de mal ne pouvait arriver ? Et si seulement…

Un énorme pokemon vol passa juste au-dessus de la foule, dont Ilea qui avait réussi tant bien que mal à se frayer un chemin à travers les manifestants afin d’être en première ligne pour assister à ce qu’elle avait perçu comme l’affrontement final de deux idéaux. Elle sortit de sa poche son Ipok, de sorte à faire quelques photos sans risquer d’abimer son appareil professionnel. Garrick Gamble, représentant de Palladium et Nathalie Vega, représentante de A2P, se lancent alors dans un duel de parole, dont il n’y aura probablement qu’un seul vainqueur. Nathalie revendique haut et fort le message d’A2P, tout en rappelant les nombreuses accusations dont font l’objet l’entreprise concurrente. Le patron essaie de se défendre face aux multiples coups d’épées (sens métaphorique bien sûr) de Nathalie mais cela semble peine perdue. Jusqu’à ce que l’homme lance une nouvelle accusation. Une sueur froide parcourt alors tout le corps de la jeune femme, prenant doucement conscience de ce que venait de dire Gamble. A2P aurait volontairement mis le feu aux locaux de Palladium ? Ce qui s’est passé l’an dernier aurait été voulu depuis le début ? Ilea ne peut pas y croire, ça parait tellement absurde.

Le temps qu’elle revienne à la réalité, elle réalise que les policiers ont pris place sur les lieux, ordonnant à tout le monde de partir. Les forces de l’ordre forment des percées au cœur des manifestants pour les dissiper. Très vite, les professeurs essaient de reformer des groupes d’étudiants mais ce n’est pas évident. Ilea ne réfléchit pas une seconde de plus et libère sa Togekiss. Rapidement, elle grimpe sur son dos puis s’envole de la foule. Mais cette fois-ci, elle ne prend pas la fuite. Non, elle observe plutôt. La jeune adulte survole l’ensemble de la manifestation et propose son aide aux étudiants qui auraient besoin de se sortir de là afin de retrouver leur professeur. La rousse n’avait pas du tout l’intention que cela se finisse comme ça. Alors même si elle n’y est pas pour grande chose, elle fait de son maximum pour éviter une catastrophe.

***

Dans les locaux d’A2P, situés en plein centre-ville, la rousse range quelques cartons, reste des différents objets que les manifestants ont distribué il y a quelques jours. Au final, le rassemblement aurait été beaucoup plus agité et violent que ce qu’Ilea espérait. Le plus important, c’est qu’il n’y ait pas eu de blessés. Nathalie sort de son bureau et vient saluer Ilea, cachant un petit objet dans sa main. Curieuse, la jeune adulte laisse sa supérieure commencer.

Tiens Ilea comme tu es là tu veux bien me dire ce que tu penses des nouveaux badges ? On voudrait les faire circuler dans Lansat. Après les débordements de l’autre jour, je me dis que c’est un bon moyen de diffuser le message sans trop attirer l’attention.

La jeune femme jette un coup d’œil au petit badge entre les doigts de Nathalie. Il y avait inscrit dessus « Pour la préservation de Lansat ». Simple et efficace. Joyeuse, Ilea s’empare du petit objet et va l’accrocher à la hanse de son sac à main avant de le montrer fièrement à sa collègue.

Il est parfait ! Du coup je vais le garder hihi.



©️BBDragon

Résumé:
 

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
avatar
Scientifique Mécano

Région d'origine : Alola - Ho'ohale
Âge : 14 yo
Niveau : 20
Jetons : 1320
Points d'Expériences : 363

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Mar 12 Juin - 14:05




un vent hostile
La réponse des filles en poche, enfin pas littéralement dans ses poches parce que c’est pas exactement possible de pouvoir mettre une réponse orale dans des poches mais vous avez compris ce que que je voulais dire, Nico se dirigea vers le distributeur pour récupérer des bouteilles d’eau qu’il donna aux deux jeunes filles avant de s’installer face à la reine des neiges pour lui proposer son aide. Visiblement bienvenue.

Tout du moins avant qu’Erika décide de se lancer dans la grande aventure de la vie d’un docteur. Sortant d’il ne savait où une mallette de docteur surmontée de l’inscription d’une boîte de céréales populaire chez les gamines de moins de 6 ans, la brune se proclama l’élue de la situation et commença à s’approcher du pauvre bébé pokemon. Si ça continuait la larve allait finir par être traumatisée à vie.

“ Tu es sûre que … ? ”

Pas le temps d’argumenter, Erika avait déjà commis son méfait. En exécutant le massage parfait pour la situation, elle avait réussi à rendre la larve encore plus mal à l’aise et s’était retrouvée recouverte de bave de larve en moins de temps qu’il ne fallait pour dire stupide. Parce que c’était le terme clé. Avec un soupir, Nico s’était décalé juste à temps pour ne pas recevoir, lui même, de la bave de larve. Pas qu’il soit super soigné mais y’avait un moment, fallait pas déconner non plus.

Il soupira en regardant la brune se mettre dans un coin, l’air malheureuse et perdue. Ca lui apprendrait peut-être à faire un peu plus attention … Enfin, vu l’engin, y’avait peu de chance. Il retourna son attention sur Elsa. Oups. Marie. La jeune fille réussissait visiblement à calmer la bestiole à l’aide de légères caresses et surtout du calme régnant dans la pièce. Avec un soupir de soulagement, Nico regarda la dresseuse endormir son pokemon en le regardant d’un sourire tendre. Comme quoi, même la reine des neiges avait des émotions.

“ Visiblement. ”

Nico regarda avec dépit ses bouteilles d’eau achetées qui ne serviraient pas. Tant pis. Erika choisit ce moment là pour leur proposer de s’en aller en sortant par la fenêtre. Nico leva un sourcil surpris. La porte n’était pas verrouillée, quel intérêt de prendre la fenêtre ? Et au final il approuvait carrément le message de Marie. Du moins, jusqu’à ce qu’ils jettent un regard par la fenêtre et à nouveau, ce cher Nico soupira son âme.
Les manifestants étaient … incroyablement stupides. Ne se rendaient-ils pas compte qu’en agissant ainsi il perdait toute crédibilité politique ? Qui voulait suivre des gens violents ? Encore une fois, il approuva de la tête la remarque de Marie. Un tel irrespect était indécent. Il ne comprenait pas bien comment on avait bien pu en arriver là.

La question que posa finalement la blanche le laissa perplexe. Sa tête lui disait qu’il était bien plus en sécurité à l’intérieur du bâtiment, surtout dans une salle aussi annexe que cette salle de repos, mais il voulait partir, retrouver sa chambre, son coin à lui. Il ne voulait pas être engagé dans une guerre idéologique dont il ne connaissait pas tous les enjeux. Nico restait un gamin de 13 piges un peu paumé dans la vie.

Il lança un regard perdu à ses camarades. Visiblement, elles ne savaient pas beaucoup plus que lui. Leur ami le garde devait être bien trop occupé pour revenir les voir, ils étaient donc totalement livrés à eux même.

“ Je pense qu’on devrait rester là en attendant que ça se calme. ”

C’était l’option la plus logique. Ils avaient de quoi boire et manger, de quoi s’allonger et se reposer et ils pouvaient toujours bloquer la porte avec des meubles.

“ On devrait peut-être bloquer la porte non ? Comme ça on ne pourra pas être attaquer. “

Un peu une flipette ce garçon quand même.



HRP - blabla, nico propose de rester dans la salle et d'en boucher l'entrée en attendant que ça se calme

_________________


easy mode


atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6773-nico-anderson-phyllali
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 10
Jetons : 2568
Points d'Expériences : 478

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Dim 24 Juin - 16:43

  • Intrigue #10
  • Erika D'Éléos
Un vent hostile

Visiblement, mon idée de s'échapper la fenêtre ne semblait pas attirait les foules, le petit Nico et Marie semblaient préférés rester a l'intérieure de peur d'être confronté aux manifestants. Hmm, il est vrai qu'en y réfléchissant, foncer sur la plèbe n'était pas vraiment une bonne idée, mais c'était tellement d'un ennui de rester enfermer dans cette pièce. Il n'y avait rien a faire, c'est vrai que nous avions un distributeur en cas de petite faim, et puis des magazines en tout genre pour nous occuper l'esprit pendant quelques heures.. *Soupir*, et moi qui pensais que j'allais passer une journée tranquille a écouter une conférence (barbante *tousse*) passionnante sur le retour d'une grande entreprise de renom. Eh bien, non, il faut que des individus ruinent tout ! Bon, eh bien, j'imagine que nous n'avions pas le choix, vu que l'unanimité semblait vouloir rester ici.  (concrètement, je compte pour dix, mais aujourd'hui nous allions faire une exception.)

"Eh bien soit restons ici. Je vais donc dès a présent tenir un journal de bord, jusqu'à que quelqu'un vienne nous chercher, et si par malheur, les manifestants entre jusqu'ici vous aurez sous votre conscience notre perte a tous !"

Une idée brillante du garçon était de barricader la porte a l'aide des quelques meubles qui se trouvaient dans la pièce, pour le coup, c'était une bonne idée ! Ça augmentera nos chances de survie !

"Oh quelle brillante idée ! Bien, laissez moi faire, le peu de sport que j'ai fait va pouvoir être mis a l'œuvre tout de suite. Regardez bien, car moi Erika, je vais vous montrer la puissance de mes muscles !"


Je m'approchai de l'étagère, m'échauffai quelques instants sous le regard de tout le monde, puis pris une grande inspiration, avant de pousser de toutes mes forces l'étagère jusqu'à la porte, je me sentais comme revigoré d'une force nouvelle. J'avais la force cinq mille Colossinge, non je dirais même la force de dix mille Léviator, ou encore mieux j'étais plus puissante que trois Regigigas réunis. Je sentais que l'étagère bougée, alors je fermai mes yeux pour concentrer mon energie en un seul point. JE VAIS Y ARRIVER AAAAAAAAH ATTAQUE POUSSE DU DÉMENAGEUR ! Une fois mon travail accompli, je regardai mon travail, l'étagère avait bouger de 2 cm. Hmm, si je compte l'énergie que j'ai utilisée pour la déplacer, il va me falloir une heure ou deux pour récupérer, je pense que d'ici deux jours, j'aurais ramené l'étagère jusqu'à la porte. Eh bien, je pense qu'il va falloir utiliser ma dernière carte.

"*Soupir* Si seulement nous avions un jeune homme assez fort pour pousser cette étagère jusqu'à la porte ! Ah, je me sens tellement impuissante, face a cette tâche, que seul une force masculine pourrait accomplir !"


Bizarrement, ça n'avait pas l'impression d'avoir marché, normalement ça marche a tous les coups ! Bon, c'est vrai que Nico a vu d'œil ne semblait pas le physique d'un homme puissant, mais plus a un homme fait en papier, mais tout de même ! Je ne vais quand même pas pousser cette étagère toute seule, non ? Enfin, pour moi, il était temps d'écrire la première page de notre journal de bord, je pris mon carnet et mon stylo dans ma poche et me mis à écrire..

Jour XX Après midi, temps ensoleillé.


Cher Journal, cela va faire maintenant quelques heures que nous sommes coincés dans cette salle d'attente, j'ai froid. (il faut bien qu'il y est un peu de drama, sinon personne ne va le lire, bien entendu pour toute tentative de publication de ce récit autobiographique, je veux 99% des parts de vente.) J'essaye de m'occuper l'esprit comme je peux, j'ai pu ainsi découvrir la vocation de médecin n'était pas fait pour moi, mais ce n'est pas grave, j'ai Salomé pour les méchantes blessures. Mes deux compagnons ne sont pas très bavards, Marie ma nouvelle partenaire pour la conquête du monde, était bien trop occupé à s'occuper de son nouvel ami, et Nico un garçon que nous avions trouvé par hasard, se tournait les pouces. Il était sympathique, mais c'est tout. Ah, j'espère ne pas finir le restant de mes jours ici... Les manifestants sont dans les couloirs du bâtiments, peut-être que nous étions les seuls rescapés de la conférence. Si quelqu'un trouve ce journal. Je fais don de tous mes biens a moi-même, même si je doute que se soit possible, je m'en fiche trouver une solution.

Signé une belle jeune fille dans la fleur de l'âge. (Erika D'Eléos.)


*Soupir*, on était encore loin d'être tiré d'affaire, mais j'avais quand même un espoir de survivre.





HRP:
 

_________________

Erika D'Éléos ≈ Un jour, je serais la fille la plus populaire de cette académie ! Oh, oh, oh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 949

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Mar 17 Juil - 17:25

Un vent hostile
rp commun


Marie acquiesça.

« -Je pense qu’il s’agit également d’une sage décision.   »

GG Nico ! Ta relation avec Marie vient de passer de « indifférente » à « toujours indifférente mais au moins elle ne te prend pas pour un abruti fini » ! Par contre, celle d’Erika… Elle passe de « partenaire pour la conquête du monde » à « je devrai peut-être l’anesthésier dans son sommeil, non ? ».

Bon d’accord, j’exagère. La jeune fille était simplement satisfaite de savoir que ses camarades allaient rester ici, avec elle. Elle ne se sentait pas de rentrer seule à l’académie avec un bébé Pokémon en PLS dans les bras. Mais comme tout bon PNJ d’un jeu à embranchement qui se respecte, elle eut préféré se taire et attendre qu’un personnage plus important qu’elle prenne une décision plutôt que d’imposer son choix. Avec cette approche, elle n’avait certes pas le premier rôle, mais au moins elle pouvait se permettre de réprimander les autres s’ils se trompaient.

Mais cessons de comparer ce rp à un jeu David Cage et reprenons la narration, voulez-vous ? Comme si s’abriter à l’intérieur des locaux ne suffisait pas, Nico proposa de carrément barricader la pièce. Était-ce… Réellement nécessaire ? On leur offrait gracieusement l’asile dans une pièce des nouveaux locaux en avant première, et ils s’apprêtaient à la vandaliser ?

Marie se passa toutefois de commentaire. Elle se sentait en partie responsable de leur enfermement (après tout, si Serra n’avait pas éclos, peut-être que Erika et Nico n’auraient jamais cherché à s’en aller) (eh mais, tout est de la faute de Serra, en fait !) (ah, si jeune, et déjà source de problèmes…) (je suis heureux de voir que le syndrome Pokémon Community touche même les bambins, dès l’éclosion), et ces parenthèses étaient tellement nombreuses que j’ai perdu le fil de la phrase. Donc au lieu de la ramener et de s’attirer sur elle les foudres de ses dangereux *tousse* camarades, elle laissa Erika entreprendre de déménager les meubles.

La Mentali se contenta d’un haussement de sourcil suite à sa piètre tentative. La Givrali se laissa alors aller à des supplications vaines, qui laissèrent Marie légèrement perplexe. Elle balaya la pièce du regard, et hocha faiblement la tête. Effectivement, il n’y avait que Nico avec elles, donc aucune force masculine pouvant lui venir en aide. Mais était-ce vraiment nécessaire de l’exposer en une scène aussi mélodramatique ? Bah, c’était Erika. Marie commençait à avoir l’habitude.

Cette même Erika qui entreprit -réaction parfaitement logique- d’écrire un journal sur leur situation. Marie l’observa faire quelques temps, les mains prises par sa Sancoki, et se questionna sur ce qu’elle pouvait bien écrire. Sûrement faisait-elle une synthèse de la conférence, ou en profitait-elle d’être à l’intérieur des locaux pour noter ses premières impressions…

A cette pensée, le visage de Marie s’illumina. Enfin, « s’illumina » ; il s’illumina autant que le visage de Marie pouvait s’illuminer. C’est-à-dire que ses yeux s’écarquillèrent légèrement et que sa bouche s’entrouvrit pour former un léger o,  avant de contempler Erika avec un intérêt nouveau.

« -Excellente initiative, Mademoiselle d’Eléos. Je dois à tout prix notifier le suivi médical de Serra sous forme manuscrite.  »

Elle baissa les yeux vers ses bras, occupés par la fameuse Serra, et plissa les yeux. Elle ne pouvait pas bouger au risque de la réveiller… Son regard dévia jusqu’à Douceline, incapable d’écrire, puis Erika, qui était justement déjà occupée à.

Il finit alors par s’arrêter sur sa victime.

Bzzt. Verrouillage de la cible confirmé.

Émission de l’ordre imminente.

Impact dans trois… Deux… Un...

« -Sieur Nico ! Pourriez-vous s’il vous plaît vous saisir d’une plume et d’un manuscrit ? Je vous dicterai le texte à inscrire. »

Cible atteinte.

Je sais que tu as toujours rêvé de devenir scribe, Nico ! A ton avis, « coliques », ça prend un ou deux L… ?

Les minutes qui suivirent se passèrent donc dans un silence relatif ; si le brouhaha extérieur était certes audible, seule la voix de Marie venait véritablement animer la pièce. Alors autant vous dire QUE C’ETAIT UNE FÊTE DE FOLIE, YOUHOUUUUUUU-Non, c’était complètement faux, tout le monde se faisait ièch comme un Rattata mort. Marie qui était livrée à une inspection médicale, Erika qui rédigeait son testament dans son journal, et Nico qui était réduit au rôle d’homme à tout faire. Ouais, Marie avait une façon bien à elle de traiter les gens qu’elle estimait.

Ce fut alors que les mouvements à l’extérieur semblèrent connaître une accalmie. Pour une raison qu’elle ignorait encore, la foule s’était calmée, et rassemblée au pied de l’estrade où se trouvaient Garrick Gamble et Nathalie Vega… Mais impossible pour Marie d’observer ceci depuis sa position.

Elle ne put donc que s’en remettre à ses camarades.

« -Que se passe-t-il ?  »

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Scientifique Mécano

Région d'origine : Alola - Ho'ohale
Âge : 14 yo
Niveau : 20
Jetons : 1320
Points d'Expériences : 363

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Ven 27 Juil - 17:16




un vent hostile
Son idée de barricader la porte fut plus ou moins bien reçue. Tout particulièrement par Erika, qui se mit en tête de déplacer à elle seule les meubles de la pièce. Soudainement, Nico n’était plus très sûr du bien fondé de son idée … Erika était … extravagante ? Et qu’une de ses idées soit Erika approuvée n’était pour le conforter dans la justesse de l’idée en question. Après tout, n’avait-elle pas voulu sortir par la fenêtre ?

Et au vu du résultat qu’obtint Erika en poussa cette pauvre étagère … mieux valait abandonner l’idée. Ils étaient dans un coin suffisamment isolé pour ne pas trop craindre une attaque de manifestants sauvages. Du moins, il l’espérait. Et après le discours d’Erika sur la force masculine nécessaire à la tâche, primordiale, de déplacer les meubles, une remise en question sur sa propre masculinité, Nico décida que la solution la plus sage était d’ignorer Erika, de s’installer sur le canapé et de sortir son téléphone portable pour chercher quelques informations sur la situation extérieure. Comprenez, jouer aux jeux vidéos installés sur son téléphone.

Et puis, ses deux camarades avaient l’air décidé à écrire des trucs. Elles n’avaient pas besoin de lui pour ça, pas vrai ? Quel erreur mon pauvre garçon. Le ton de Marie ne laissait place à aucun refus et bien vite, l’Ipok de Nico retrouva sa place dans sa poche et le pauvre blondinet s’attela a la tâche d’écrire ce que Marie lui dictait sans faire de commentaire autre que quelques soupirs ennuyés. Sérieusement, ça allait servir à quoi de noter qu’à la deuxième heure d’existence de la larve, celle-ci avait vomi sur Erika ? Ça apportait quoi dans son futur dressage et dans sa prise en charge ?

Visiblement, Nico avait encore beaucoup à apprendre et plus ça allait moins il savait s’il avait vraiment envie d’apprendre. Les pokemons étaient vraiment des bêtes étranges.

L’ambiance était aussi festive que pouvait être l’enterrement de ton arrière grand-père malade que tu as vu une fois dans ta vie. Unique fois qui aura servi de première fois pour l’action de « se faire vomir dessus ». Oui ce post est sur la thématique du vomi. Chic & élégant. Mes mots d’ordre.

Bref, on se fait chier, Marie dit des trucs que personne ne comprend, Nico essaie de tout écrire de manière lisible, mais un geek qui retouche un stylo après plus d’un an ça peut pas être très fameux, Erika qui conte son destin tragique minute par minute … ouais, un fun incroyable.

Heureusement pour nous tous, Marie prit la parole.

J’aurais jamais cru écrire ça un jour tient.

Bref, l’attention de Nico se reporta sur l’extérieur. Il déposa papier et stylo sur la petite table basse de la salle de repos pour se placer à la fenêtre et raconter en live ce qu’il pouvait voir.

- Vega et Gamble sont face à face et ils ont l’air de méchamment se crier dessus. Oh, wow, Vega vient d’essayer de mettre une baffe à Gamble mais un agent de sécurité l’a arrêté. Il y a un policier sur scène maintenant, il doit dire à tout le monde de partir je suppose. Les gens ont l’air de s’en aller. J’imagine qu’on a plus qu’à attendre un peu et on pourra tranquillement partir !

C’est Nico TV, en direct de Lansat. Il interrogea des yeux les deux jeunes filles. Il était partisan d’attendre un peu avant de se diriger vers la sortie mais si les autres partaient maintenant, il les suivrait. Il n’avait pas envie de rester seul ici …



HRP - blabla, nico s'emmerde, nico fait nico tv

_________________


easy mode


atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6773-nico-anderson-phyllali
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 10
Jetons : 2568
Points d'Expériences : 478

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Sam 1 Sep - 10:19

  • Intrigue #10
  • Erika D'Éléos
Un vent hostile

*Soupir*, c'était tellement calme. J'allais vraiment passé le restant de mes jours coincé ici ?! Sans avoir réalisé aucun de mes rêves ?! Je pourrais devenir célèbre après ma mort avec ce journal, mais... je veux pouvoir goûter à la célébrité de mon vivant moi ! Je veux que les paparazzi viennent s'agglutiner sur moi, que les fans pleuvent devant moi, pas sur mon cadavre ! C'est pas vrai, il n'y avait pas un moyen de connaître la situation dehors ? Il suffisait de le demander apparemment, Marie semblait tout aussi perturbé que moi par le calme qui régnait dehors. Peut-être avait-il finalement réussi à contenir les paysans dehors ? Nico notre reporter choc nous expliqua toute la situation apparemment, ça c'était calmé. Il était temps de partir. Pff pourquoi attendre ?! Une star n'attend pas !

"Eh bien, je pense qu'il est temps pour nous de partir, j'en ai assez de la décoration de cette pièce allons..."

Jusqu'à que j'entendis quelqu'un frappait à la porte, mon sang ne fit qu'un tour, était-ce un de ces pauvres qui nous avaient finalement trouvé ?! Courage Erika, tu dois sauver tes camarades, tu es la seule qui puisse le faire, oui. J'allais me sacrifier pour eux, ils ont toute la vie devant eux, attendez une minute... Moi aussi, j'ai toute la vie devant moi ! Enfin, peu importe, je vais éliminer ce pauvre à coup de canette, la seule force de mes bras devrait permettre de l'assommer. (Les pauvres sont fragiles, c'est bien connu, vu qu'il ne mange pas assez.) Je fis signe à mes camarades de se cacher derrière le canapé, j'étais prête a quitter cet enfer une bonne fois pour toute. J'étais sur le côté, prête à intervenir, la poignet de la porte tremblait. C'était lui ou moi... Quand l'individu décida enfin d'ouvrir la porte, je sautai sur lui pour l'assommer sur la tête avec ma canette.

"AAAAH LA VOIE EST LIBRE ! "

Malheureusement, ce n'était pas très efficace.

"Ah ! M-Mais que faites vous mademoiselle ?! Je suis venu vous chercher pour vous dire que la voie est libre, vous pouvez partir !"

"A-Ah.. bon ? Ah l'agent de sécurité c'est vous ! Oh.... Oh, oh, oh ! Je le savais ! C'était juste... pour vérifier vos réflexes..  Je mettrais trois étoiles pour votre sécurité sur mon application hôtel."

"Ce n'est pas un hôtel vous-"

"Bien, bien, mes chers camarades nous sommes libres ! À nous la liberté ! Quittons au plus vite cet endroit ! Allez, allez on se bouge ! "


Nous allions enfin pouvoir quitter les couloirs sordides de cette entreprise. Nous avancions, jusqu'à enfin apercevoir la lumière devant nous, enfin la liberté était à quelques mètres ! Une fois dehors. Je prends une grande inspiration pour respirer l'air pur de dehors.. *kof kof kof*  UUUH JE M'ÉTOUFFE AVEC DE L'AIR ! hem pas trop finalement. Je fis signe à mes camarades de survie extrême.

"Regardez ! Le bus de l'académie il est la !"

Apparemment, nous étions vers les derniers de l'académie à être sortis du bâtiment. On en a vu des choses, peut-être qu'on devrait écrire un livre à ce sujet... "30 minute dans la salle." pour ensuite l'adapté en film, et gagner beaucoup d'argent. Avant de monter dans le car, je n'oubliais pas de faire un petit discours émotion à mon groupe. Marie ma partenaire pour la conquête du monde, Nico le survivant (dans le film, je ferais en sorte qu'il se sacrifie, ou qu'il meurt en nous ayant protégé, c'est mieux comme ça.) et enfin Serra notre quota mascotte.

"Nous avons vécu beaucoup de chose aujourd'hui. Cette expérience nous aura forgé mentalement, et physiquement (hmm mouais pas trop vu qu'une certaine personne ne voulait pas m'aider a pousser des meubles..)  J'aurais appris beaucoup de chose avec vous, et je vous en remercie. Ensemble nous avons su surmonter l'impossible ! Sur ce, rentrons à l'académie. Nous l'avons tous bien mérité."



Instant émotion, snif. Je mériterais un oscar. Enfin, ça me fera une nouvelle histoire à raconter a Salomé. Dans la vie passionnante d'Erika d'Eléos, jeune fille dans la fleur de l'âge qui a survécu 30 minute dans une salle d'attente.



HRP:
 

_________________

Erika D'Éléos ≈ Un jour, je serais la fille la plus populaire de cette académie ! Oh, oh, oh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 949

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Mer 10 Oct - 18:12

Un vent hostile
rp commun


Marie écoutait attentivement.

Selon les dires de Nico, la situation évoluait dehors. La purge avait-elle commencé ? Eh bien non, ’faudra attendre fin Juin pour ça c’était « simplement » Garrick Gamble et Nathalie Vega qui avaient fini par avoir une petite altercation sur la scène, en plein centre de la cour extérieure.

Et bien que cela attisait vaguement sa curiosité – j’ai dit vaguement, tout ce qui ne contenait pas le suffixe « -logie » avait peu de chance de l’intéresser –, elle n’eut pas le droit de savoir de quoi il en retournait exactement. En moins de temps qu’il en fallait pour que Nico décrive la situation (bon Dieu, qu’il était lent /sbaf), les forces police avaient déjà repris le contrôle des lieux, et commençaient l’évacuation des civils. Marie ne put retenir le soupir de soulagement qui s’échappa de sa bouche à l’entente de ces propos, bien satisfaite par la perspective d’enfin quitter les lieux. Heureusement que ces policiers n’avaient pas (trop) tardé ! Rester quelques heures de plus ici avec Erika aurait pu devenir très compliqué à gérer…. Comment ? Serra ? Oui bien sûr, ça aurait été problématique pour elle aussi…

Enfin, dans tous les cas, la question ne se posait plus ! Maternellement, Marie entreprit de légèrement agiter la jeune Sancoki, simplement pour lui permettre d’émerger et la préparer au déplacement à venir.  Vu son côté quelque peu capricieux, sa dresseuse préférait y aller avec des gants. Et heureusement pour elle, le calme était un peu plus retombé maintenant que…

« -AAAAH LA VOIE EST LIBRE ! »

En plus de faire sursauter Douceline et Marie, le cri de guerre (on peut appeler ça un cri de guerre ?) lancé par la Givrali au moment où la porte s’ouvrit réveilla en panique le bambin, qui aussitôt, se mit à gémir. La Ranger lâcha un profond soupir d’exaspération, accompagné d’un léger regard noir à l’intention d’Erika, avant de reprendre les dorlotements machinales de la sangsue geignarde. Je ne pensais vraiment pas écrire ce genre de phrase un jour.

Maintenant qu’elle était agitée, Marie n’avait au moins plus besoin de prendre autant de précautions. Elle se leva donc purement et promptement, et complètement lassée, passa devant l’agent de surveillance qui leur tenait la porte. Celui-ci regarda avec un drôle d’air l’excentrique, la mère précoce et le blasé qui passaient devant lui, et se garda de commenter cette étrangeté qu’était la nouvelle génération de cette île.

Après de nombreux détours par les couloirs de ce bâtiment, que Marie n’avait même plus la fascination d’observer tellement elle était saoulée par les pleurs de Serra, le trio finit par déboucher sur l’extérieur. Effectivement, la cour s’était grandement vidé, et la masse grouillante qu’était devenue la manifestation s’était peu à peu évaporée au travers du portail de la Palladium SARL. Ils étaient drôlement efficaces ces policiers ! Avec eux, Lansat devait être en parfaite sécurité ahaha lol.

Elle suivit le regard d’Erika quand celle-ci révéla la présence du car scolaire, et une fois encore, Marie émit un souffle de soulagement. Tout ceci était terminé, pour de bon… Elle allait pouvoir rentrer, trouver une Pokéball à Serra, et… Se laver les mains.

Elle fit une petite moue contrariée en voyant l’étrange liquide sécrété par la larve enduire ses membres, mais se mit malgré tout en marche. Il leur fallut tout de même un petit moment pour se faufiler jusque dans la rue et atteindre le bus, mais une fois cela fait, ils purent s’installer confortablement à l’intérieur et-aaah non, attendez une minute, Erika avait quelque chose à ajouter avant leur séparation larmoyante. Si si, je vous jure, regardez les visages de Marie et Nico… Voilà, regardez-les, et maintenant imaginez-les expressifs, les yeux rouges et des traces humides sur les joues. Bon, je vous accorde que rien que la première étape est déjà pas mal compliquée.

Étrangement, la Ranger ne pouvait qu’approuver d’un hochement de tête les dires de sa comparse. Il était vrai que cette journée les aura mis à l’épreuve… Elle fut même surprise d’entendre Erika leur présentait ses… Remerciements ? Elle… Elle savait faire ça ?! Genre, pas un merci du style « Aaah, vous m’avez apporté mon cocktail citron vert-ananas, que c’est adorable ! Même si me servir devrait déjà être un honneur pour vous, ohohoh ! », non, juste un… Un merci gentil quoi !

Un peu prise de court, Marie en resta figée pendant quelques instants, ne sachant trop comment réagir, mais se décida finalement à faire ce qui lui parut le plus logique.

« -Eh bien, merci à vous aussi, Dame d’Eléos. Je vous sais gré pour vos tenta… Pour l’aide que vous nous avez apporté, à Serra, Douceline et moi-même. » elle se tourna vers Nico « Et il en retourne de même pour vous. Nous ne nous connaissions qu’à peine, mais vous nous êtes malgré tout venus en aide, donc : merci. »

La première, elle grimpa dans le bus, mais avant de s’engouffrer dedans, se retourna une dernière fois en direction du garçon.

« -Oh, une fois rentrés, pourriez-vous m’envoyer en missive la synthèse des notes prises sur Serra ? Déposez une enveloppe à mon nom au dortoir Mentali, cela devrait convenir. »

Et elle passa la porte pour aller s’asseoir, suivie par sa Plumeline.

Lorsqu’elle prit place sur l’un des chaises, Marie observa au travers de la vitre le complexe de Palladium. Surmonter l’insurmontable, hein ?

Espérons que cela suffise pour ce qui allait suivre.

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Scientifique Mécano

Région d'origine : Alola - Ho'ohale
Âge : 14 yo
Niveau : 20
Jetons : 1320
Points d'Expériences : 363

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Dim 14 Oct - 18:49




un vent hostile
Erika est quelqu’un de fondamentalement épuisant. Juste, tout en elle est épuisant. Sa tenue beaucoup trop colorée et pailletée. Ses cheveux qui voltigent dans tous les sens au moindre des mouvements. Ses grands gestes quand elle parle. Les expressions bien trop accentuées. Sa voix trop aiguë. Et surtout, oh, surtout. Tout ce qu’elle dit. Tout le bordel quelle prononce et la conviction, la confiance même, qu’elle a en ce qu’elle croit et ce qu’elle raconte. C’est épuisant.

Tout à fait, épuisant.

Au contraire, Marie est quelqu’un de plus calme, de plus doux presque, posée. Du moins, ça c’est ce que vous croyez quand vous n’avez pas eu à être son secrétaire pendant presque une heure. Et alors, la calme Marie que vous pensiez connaître devient un monstre presque aussi épuisant qu’Erika. Presque, parce qu’il faut pas déconner non plus.

Donc, Nico, le type qui cherche le moins les emmerdes du monde, venait de passer quelques heures terrifiantes entourées de deux jeunes femmes horribles. Et vous voulez que je fasse en sorte que ses relations avec les filles se passent mieux ? Qu’il guérisse du traumatisme de sa sœur ? Avec ça ? Mais y’a un moment mon cher lecteur, j’suis (malheureusement) pas une sorcière. Et pour le coup, toute la magie du monde ne réussira pas à effacer le traumatisme des deux demoiselles en face de lui.

Comprenez bien. Nico a l’habitude d’être une victime. J’veux dire, un gamin, un peu plus petit que la moyenne, avec des cheveux mi-longs, teints, un peu solitaire, un peu trop malin, qui passe sa vie derrière son écran ? C’est la cible typique du harcèlement scolaire. Alors oui, Nico a l’habitude d’être une victime. Ça veut pas dire qu’à la fin de la journée il n’est pas épuisé, complètement, entièrement épuisé.

Alors quand Erika cherche à attaquer le garde qui revient les chercher maintenant que la situation s’est calmée, Nico ne réagit simplement pas. Enfin, il ne réagit pas à quoique que faisait Erika. Parce que Nico, épuisé aussi bien mentalement que physiquement, se leva, marmonna un merci blasé au garde, et sortit de la pièce à suite de Marie.

En quelque minutes, le trio retrouva l’extérieur, largement vidé du bordel ambiant que fut la manifestation. Nico soupira. Enfin. Et le bus de l’académie n’était pas partit. Au final, peut-être que cette journée n’était pas si horrible que ça. Il allait rentrer chez lui, s’enfermer dans sa chambre, sous sa couette et ne plus parler à personne pendant environ trois semaines.

Un excellent plan.

Mais avant la délivrance qu’offrait l’action si simple de mettre des écouteurs dans ses oreilles et lancer de la musique suffisamment fort pour ignorer le reste du monde, les deux terrifiantes filles avaient l’air décidé à prononcer quelques mots pompeux.

Sérieusement ?

Nico savait bien que niveau relation sociale, il était clairement pas le meilleur, mais entre être nul avec les gens et les trucs qu’elles disaient … il soupira simplement hocha la tête, prononça un ouais ouais, merci et attrapa son iPok. Finit, c’était, finit !

À lui la liberté de mettre la musique à fond, de lancer de jeu ou même simplement de regarder une vidéo sur PokéTube. Ahhh, la liberté, ne plus avoir à communiquer avec des êtres vivants … un régal.

Attendez, elle lui parle à nouveau là ? Nico soupire, enlève un écouteur, prend note, répond un léger ok. Sans forcément vérifier qu’il a gardé les feuilles de note sur la larve. Le plus vite elle est satisfaite, le plus tôt il est tranquille.

Enfin, vraiment seul.

Youhou.

Restera juste à vérifier qu’il a bien récupéré le relevé de note.



HRP - nico nico nii (rp terminé)

_________________


easy mode


atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6773-nico-anderson-phyllali
avatar
Pokeathlète Médecin

Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 2005

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Jeu 15 Nov - 13:32

Mais quel bazar, il y en a vraiment dans tous les sens et c’est difficile de suivre ce qui se passe dans cette manifestation. Il semble que finalement adopter cette position était la plus avantageuse compte tenu de l’objectif poursuivi. Et comme visiblement je ne suis pas la seule à vouloir me tenir à l’écart de la bataille idéologique qui se tient sous nos yeux, raison de plus pour rester et observer. Mes pokemons me font des rapports réguliers de la situation en contre bas. Apparemment Aria s’est lancée dans un genre de duel avec des manifestants. Cael serait aussi impliqué d’après le rapport de Ruru. J’avoue avoir été tentée d’intervenir mais ma Zoroark que la situation était pour le moment sous contrôle et qu’il était inutile de bouger. Bon, je vais lui faire confiance.

La discussion avec Ginji et Noé renvoie à des souvenirs assez lointains. C’était il y a bientôt deux ans. Cette mission qui devait m’ouvrir des portes vers le monde professionnel. Cette mission qui devait m’apprendre les bases de mon futur métier, et la façon dont on peut s’allier avec des archéologues pour pousser la recherche encore plus loin. Mais au final, on n’a dû faire face avec Maxine à une autre facette du monde des « adultes ». Les tromperies, les mensonges et parfois même plus que ça. Ce trafic a l’insu de ses pauvres pokemons et de tous les patients qui attendent avec impatience ce sens comme un nouvel espoir de guérison. Ils ont tous été trahis par des pseudos scientifiques avides d’argent. Quand j’ai découvert ça, moi-même je me suis sentie trahie. Les personnes qui sont censés représentés notre magnifique profession n’ont fait que de nous trainer dans la boue. Une humiliation que je n’oublierais pas de sitôt.

En tout cas le Voltali semble à peu près d’accord avec moi sur certaines idées. Son expérience avec Palladium ne l’a pas convaincu non plus. Comme dans mon cas, certains événements paraissent un peu gros pour être de simples coïncidences. Des pokemons Obscurs ? j’avais déjà dû le lire quelque part mais je ne savais pas que l’académie irait jusqu’à envoyer des élèves pour voir ça de plus près. En tout cas Ginji semble avoir des soupçons sur les objectifs réels de l’entreprise. En tout cas une chose est sûre, je ne suis pas prête pour me positionner dans un cas ou dans un autre. Ma place d’observatrice me convient très bien.

Je sens mon Ipok vibrer contre mon sac et le déverrouille pour regarder ce qu’il se passe. Un message de Salomé. Elle cherche Lolita. Ça tombe bien elle est avec moi. Je lui réponds rapidement en lui disant qu’elle est en sécurité sur un toit avoisinant la manifestation. Toutefois, je ne suis plus trop sûr de ce que je dis parce qu’au moment où j’envoie le message les grilles qui servaient jusque-là à retenir les manifestants viennent de céder, complètement. Mon cœur loupe un battement. On dirait une marée noire qui s’avance vers l’estrade. Très vite, le patron disparait pendant qu’A2P prend possession des lieux. Mes pokemons me préviennent de leur repli face à la foule devant eux. Ok cette fois il est temps de filer. J’avertis mes camarades du jour avant de m’en aller.

Je crois que je vais vous laisser. J’ai encore quelques personnes à aller chercher ou à avertir. Faites attention à vous quand même. A plus.

Je libère Ainara de sa pokeball avant de lui donner ses consignes. « Va récupérer Aria dans la foule et ramène là à l’écart, au niveau du bus de l’académie. Elle risque de protester fais attention. Lolita ça vaut pour toi aussi. Ta dresseuse te cherche et s’inquiète. Tu ne voudrais pas aller au niveau du bus, sans te mêler à la foule ? » La situation presse et je n’obtiens pas de réponse immédiatement de sa part. Je jette un regard au châtain qui semble avoir compris que laisser aller ce pokemon n’importe où n’est pas une bonne idée. En vitesse, je dévale les escaliers 4 à 4 tout en essayant de répondre à Salomé.

J’ai essayé de lui demander de rejoindre le bus pour retrouver Bellamy mais je ne sais pas si elle va le faire. Au pire Ginji garde un œil sur elle. En attendant toi aussi tu devrais t’en aller de là. Je ne veux pas que tu sois blessée.

Une fois arrivée en bas je me dirige vers l’arrêt de bus où le professeur Yade essaie tant bien que mal de rassembler les élèves entre eux pour regagner l’académie. Le pauvre a l’air dans un état de panique incontrôlable. De mon côté je distingue au loin Ainara qui revient, Aria entre ses serres. Une fois au sol, je me jette sur ma meilleure amie pour constater l’étendue des dégâts.

Ça va Aria tu n’as rien ? Quelle idée d’aller te battre avec des manifestants aussi. Je crois qu’on en a assez vu pour aujourd’hui. On va rentrer, à pieds. Aucune envie d’être amassée dans le bus avec Yade en panique ainsi que les autres élèves.

De toute façon la foule est déjà en train d’être dispersée tandis que le bus plein à craquer quitte les lieux, assurant qu’un autre reviendra chercher les derniers manquants. Je soupire. A quoi tout ceci va-t-il bien nous mener ?
HRP:
 

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
avatar
Scientifique Archéologue

Région d'origine : Kalos.
Âge : 17 ans
Niveau : 32
Jetons : 1474
Points d'Expériences : 689

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Ven 16 Nov - 1:50


Vent hostile


Ses deux mains se posèrent sur sa gorge tendue alors qu'elle jetait un regard désespéré à l'homme debout face à elle. Les pupilles noires d'Esteban luisait d'une lueur malsaine ne laissait entrevoir qu'une seule vérité possible : Euh... Bah l'absence de vérité justement. Un mensonge. Horrible mensonge éhonté, de ceux qui vous coupe le souffle. Et comme pour confirmer ce fait : voilà ses poumons qui se vident, sous l'écrasant repli de sa cage thoracique.

Elle avait mal à vivre.

Les questions de sa tête influait sur le corps comme le fard de Lolita influait sur ses belles petites pommettes rosées. Et elle se vidait peu à peu de tout ce qu'il pouvait bien faire son essence. Lolita était partie, et avait emporté un bout de son âme avec elle

- Elle est passée où la Bellamy que j'ai croisée à Halloween, celle-là même qu'était sûre d'elle-même et fière ? Et celle que j'ai connue pendant la soirée raclette des vacances, celle capable de mettre n'importe qui à terre d'un simple regard ou d'une simple question ?

Les mots de Salomé tournoyait autour d'elle, effleurait son visage sans qu'elle n'arrive tout à fait à les comprendre. Oh ce qu'elle aurait fait pour en saisir un avec les dents, le déchirer de sa mâchoire imparfaite et le gober : laissant le courage infuser dans ses poumons. Alors l'air n'aurait qu'à reprendre le chemin habituellement tracé et l'émotion si forte, comme d'habitude, se dégagerait. Tout partait de là. De la respiration. Les cris, les pleurs, les questions... Ce n'était qu'un souffle extrêmement puissant. Trop puissant.

Mais l'émotion était arrivée bien trop vite cette fois-ci. Comme un train en gare sans frein : tout avait dérapé, défonçant la gare et les gentils voyageurs qui attendaient patiemment de pouvoir embarquer. Elle ne respirait plus. N'avait pas les mots, ni l'esprit de comprendre Salomé, ni même Ana. De leur être reconnaissante. Même sa colère s'amenuisait. Ne laissant que cette douleur brûlante et languissante.

Plus d'air.
Et le noir qui recouvre son regard.
Et la panique qui envahit son esprit.
Tombe lourdement au sol, la rose.

***

Boum. Bim. Bam.

Ça rebondit.  Ça remue. C'est tout en rondeur et en volupté.

Boum. Bim. Bam.

Le fessier de Lolita s'avance dangereusement vers le brun ténébreux, et sa trompe se balance. Celle de Lolita, pas du brun *tousse* (désolé)

Boum. Bim. Bam.

Les cils battent la mesure. Le ventre est rentré : tout est en place pour l'opéra...

BOUM

Non. Une fausse note. Voilà la mélodie de sa séduction qui sonnait faux. Comme si un batteur s'était endormi sur son tambour, lourdement. Beaucoup trop lourdement au goût du tapir. Par instinct, elle se retourna face à la foule. Seulement distraite une seconde, par le téléphone de l'humaine brune qui l'accompagnait.

Quelque-chose n'allait pas.

Ça se sentait, et il ne fallait pas être devin pour savoir que l'ambiance avait changé. Pas celle de la manifestation qui tendait dangereusement vers un merdier de violence sans non ; mais celle du monde, celle de son monde qui tournait soudainement beaucoup moins vite.

Quelqu'un n'allait pas.
Bellamy.
Qui d'autre ?

Qui d'autre pouvait à ce point affecter ses sens psychiques, elle qui était si mauvaise télépathe. Qui d'autre pouvait la détourner d'un beau ténébreux, et la faire détailler d'un groupe d'individus sans soigner sa sortie ? Personne d'autres assurément que son amante adorée. Sa dresseuse. Sa meilleur amie. Sa moitié.

Voilà la brune qui lui parle : Bellamy s'inquiète ? Elle a du mal à le croire. Ce qu'elle ressent au fond de ses tripes, c'est bien plus que ça. C'est trop fort même. Un arrêt de bus... Il ne faut pas lui en dire plus.

Et hop !  Elle court Lolita. Qu'importe la sueur, que sa graisse déborde et coule, que son corps soit flasque. D'un saut : là voila au sol, bousculant ses stupides manifestants. Les regards courroucés ou moqueurs ne la dérange pas. Elle s'en fiche de son apparence. Quelque-chose ne va pas. Elle doit être là. L'aider, une dernière fois.

***

-Ah ! Elle est tarée ta "dresseuse" ! s'exclama l'homme en se frottant la joue bandée.

Et Pompom fronça les sourcils, un doigt accusateur se promenant autour du visage meutri. Non, non, non. Ce n'était pas très poli de dire ça. Il fallait bien comprendre que ce qu'il existait entre Bellamy était bien plus qu'une relation de dresseur/dressé, qu'importe le mot employé. Et il fallait bien comprendre aussi, que Bellamy sans Lolita c'était quelque-chose. C'était pas sa faute à Bellamy si elle s'était emportée... L'émotion était forte... Et c'était sans doute pour cette même raison qu'elle avait abandonné au milieu de la manifestation pensa la nameouie en regardant l'horizon.

Elle allait revenir. Oui ! Cela ne faisait aucun doute ! Bellamy préférait Lolita, mais cela ne voulait pas dire qu'elle ne l'aimait pas... Si ?  La nameouie rougit. Quelle sotte elle faisait de penser ça ! Oulala ! Sotissses ! Sotisses !

-Poro !

Oh tiens, voilà Lolita ! Pom était d'abord contente de la voir mais il Pom n'est pas si bébête que ça, non, non. On la dit nunuche mais Pompom et bah elle entend bien les sentiments des autres et actuellement : Lolita hurlait la peur et la panique. Il ne lui fallut pas longtemps pour demander ce qu'avait Bellamy, parce-qu'il n'y avait bien que Bellamy pour mettre Lolita dans un état pareil et ça Pom - ça l'affolait beaucoup. Inquiète comme une maman, pour sa petite rose.

Personne n'était venu à l'arrêt de bus lui expliqua Lolita.

Pom et Lolita avaient toutes deux peur, mais si elle savait quelque-chose : c'est qu'avec l'ouïe de la nameouie et les pouvoirs psychiques du soporifik, ainsi qu'avec leur lien particulier avec Bellamy. Elles étaient bien les seules à pouvoir retrouver la rose dans toute cette foule. Alors Pom, elle a essayé d'être encourageante et elle a crié un beau discours plein d'émotions qui étaient dignes des plus grands parleurs, oh oui, Pom elle parlait bien dans les situations urgentes. Tiens, d'ailleurs voilà son beau discours :

-Ouie ! Nan nan mé Ouie, mé ouie  nan mé oui, nan ! Méouie ! Nanmé !

C'est beau, hein ?

***

La pression contre ses poumons, le souffle qui fait vibrer ses joues. Pression, souffle et cette main lumineuse qui se tend. La sortant d'un sommeil bien trop sombre. Clap !  Une violente claque et l'esprit s'éveille. Les yeux s'ouvrent instantanément mais il lui faut bien quelques-secondes pour réaliser. Elle est en vie. Et Lolita aussi, accroupie contre son ventre, la réanimant grâce au conseils avisés mais niais de Pompom.

Ses yeux clairs parcourent le corps boudiné de son tapir qui s'active sur son corps. C'est fou - on dirait que tout est ralenti. Les gestes, les pensées... Elle admire Lolita à une vitesse d'escargot. Son tapir est là. Elle n'est pas partie. Comment a t'elle pu le penser une seule seconde ? Bellamy sans Lolita ça n'existe pas. Elle a dû l'imaginer. Forcément. Alors, elle se lève et se jette sur son starter. L'enlaçant de toutes ses forces, imprimant son odeur sur la sienne. Elle n'aurait jamais du douter.

-Oh Lolita ! J'ai fait un horrible cauchemard où tu m'abandonnais ! s'exclame t'elle, les yeux et le nez dégoulinant.

Voilà le visage déformé de l'humaine qui se frotte contre le ventre du tapir. Traces de morves et de larmes, allongé contre le sol. Dans un état pathétique de dépendance, elle lève ses yeux glacés et plein d'espoir vers sa bien aimée. Et l'univers se brise.

Le visage de Lolita se déforme alors que ses yeux explosent : torrents de larmes. Sourire amer. Trompe pendante. Voir l'image de sa dresseuse étendue au sol comme une vielle serviette ne fait que renforcer la décision qu'elle a déjà prise. Bellamy, consciente, ne sera plus avec Lolita. Pas pour le moment, pas tant que les deux n'étaient pas sevrées l'une de l'autre. Pas tant que la toxicité de leur lien immuable ne soit qu'un lointain souvenir. Aimer n'est pas respirer. Aimer n'est pas survivre.

Mais ça Bellamy ne le comprend pas, bien trop aveuglée par sa peur de l'abandon, par ses excès de sentiments, par son âme meurtrie, bancale et éraflée. Bellamy ferme les yeux sur l'évidence : sa précieuse Lolita est son addiction. Sa drogue. Son oxygène.

C'est trop pour deux coeurs.
Et elle ne comprend pas pourquoi, mais elle le sent bien, au fond d'elle.

-Non. entre deux sanglots. Tu peux partir. Non. Je t'interdis ! Non !

Elle hurle comme une démone, escalade son tapir et l'enlace de tous ses bras, de ses jambes, de son cou gracile. Comme une pieuvre enlace sa proie. Une étoile de mer sur son rocher. Elle voudrait fusionner avec elle, accrocher leur deux corps. Soeurs siamoises par choix. Sentir le coeur de son tapir battre contre le sien, partager le même sang et la même graisse. Elle voudrait s'attacher à elle pour toujours.

Folie amoureuse.

Lolita l'a bien vu depuis quelques-temps... À quel point c'est malsain et dangereux. Alors sa trompe se déroule et se posa rassurante sur la tête rose comme un ultime au revoir, la voilà qui tapote le crâne. Puis : inspiration. Ravale ses larmes et sa peine. Son pouvoir se déploie : Voilà Bellamy plaquée au mur de la petite ruelle. Comme une possédée par le démon. Elle hurle, se débat, voudra s'arracher l'âme et faire saigner ce corps trop faible soumis aux caprices de la télékinésie de Lolita. S'accrocher à son tapir pour toujours. Mais le pouvoir de Lolita est trop fort.

-Tu ne peux pas partir ! Tu va me tuer ! Tu auras ma mort sur la conscience ! Tu ne peux pas faire ça ! Pitié non ! Connasse ! Salope ! Tu n'as pas le droit de me faire ça ! Je me suiciderais pour te refaire revenir ! Tu peux pas partir ! crache Bellamy hors d'elle-même.

Les yeux exorbités, les veines qui sortent et c'est tout le démon de l'amour entre Lolita et Bellamy qui s'exprime si crument. Elle hurle Bellamy, comme elle n'a jamais hurlé et voilà ses cordes vocales qui flanchent, craquent et plus rien ne sort que de la salive et ce drôle de grognement, la faisant ressembler d'autant plus à un animal - qui aurait la rage.

Lolita maintient l'emprise de son pouvoir psychique sur sa dresseuse. Elle recule d'un pas, décidée. Ce n'est pas quelque-chose de facile à faire et ça lui brise tout son petit être. Mais c'est tellement nécessaire, elle le sait encore mieux maintenant : qu'elle doit exorciser sa dresseuse. Cet amour trop fort. Trop grand. Voilà la main boudinée de Lolita qui part de sa bouche et envoie un dernier baiser à sa dresseuse.

Au revoir.

Et elle court dans l'autre sens. Sans se retourner. Maintenant le plus longtemps possible son emprise sur Bellamy. Elle pourra la poursuivre mais ne la rattrapera, elle pourra crier au chantage Lolita le sait bien :  jamais elle ne cédera à la mort. La vie c'est bien la seule chose que Bellamy aime plus que Lolita. Et de toute façon Pom sera là pour veiller sur elle. Elle pourra tenir le temps qu'il faudra, aussi dur que cela sera. Lolita n'en doute pas, mais..  Elle ne sait pas si -elle- tiendra tout ce temps sans sa dresseuse.

La voilà qui disparait.
Partie.
Adieu.

***

Tout son corps tremble. De rage, de désespoir, de honte. Il n'y pas de mots assez fort pour décrire le chaos émotionnel qui la traverse. Posée contre l'Abribus, sous la garde de sa nanmeouie. Elle fixe le vide. Point d'horizon, seul repère qui lui reste.

Car elle ne comprend pas.

Elle lui en veut tellement de... Juste partir. De l'abandonner. Mais elle s'en veut encore plus : car ça doit être sa faute, non ? Pourquoi tout le monde finit t'il par la fuir ? Elle avait cru naïvement qu'avec Lolita, ça serait différent mais... Maintenant elle se tenait face à un gouffre glaçant de vérité : on est toujours tout à fait tout seul. Les autres ne sont qu'une illusion. Evan, Pillow, Swan, Lolita, Pom et tous les autres... Ils nous font croire qu'ils sont là. Avec nous. Mais ça ne dure jamais. La famille est éphémère, fausse.

Elle était toute seule.

À chaque instant. C'est comme ça : tu naît tout seul, tu vis tout seul, tu canes tout seul. Pas de fin heureuse, pas de niveaux secrets, pas d'alternatives. Elle était toute seule, pour toujours et à jamais.

Là bas, la manifestation semblait enfin se calmait. Comment ? Elle n'en savait rien, elle avait d'autres préoccupations. Mais la silhouette gracile de Lancelot se détacha soudainement d'un groupe et il courut vers Bellamy. La rose le fixe un instant sans rien dire.

Pauvre amoureux. Pauvre fou qui ne voyait pas ce qu'elle venait de découvrir. Et c'était à elle de lui annoncer, de lui briser le coeur, maintenant :

-Lolita est partie. On est tout seul maintenant.




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
avatar
Pokeathlète Médecin

Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 51
Jetons : 22680
Points d'Expériences : 1463

Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   Sam 1 Déc - 21:07

Son iPok vibra et Salomé jeta un coup d’œil pour lire la réponse d'Idalienor. Elle eut un soupir, soulagée pour Bellamy de constater que la Soporifik allait bien. Difficile d'en dire autant de la rose qui n'avait toujours pas réagi après ses brèves paroles, toujours plus amorphe au contraire. La foule continuait de s'agiter de son côté, les resserrant peu à peu dans leur étau, comme pour faire écho aux mots de son aînée qui lui conseillait de filer. La rousse se tourna à nouveau vers la Mentali pour mieux lui résumer le sms d'Idalienor :

— Lolita va bien, un certain Ginji la surveille... Elle est censée t'attendre à l'arrêt de bus.

C'était sûrement la chose la plus sensée à faire. Diana le leur avait conseillé mais libre à eux d'agir comme bon leur semblait. La Médecin, elle, ne souhaitait pas traîner plus longtemps dans cette zone de chaos, perdre Algernon une fois avec ce maudit vent lui avait suffi, elle ne souhaitait pas tenter le diable. Elle baissa son bras de manière à récupérer Ankou qui s'entortilla autour de sa peau et fit signe à sa Germignon qui en avait fini de veiller sur Melty de revenir à ses côtés. Se séparer en cet instant était sûrement l'idée la plus stupide.

Toujours prise dans cette mare de manifestants, garder l'équilibre sans être bousculée de toutes parts relevait de l'exploit. Elle se retourna pour s'adresser à Bellamy mais ne constata que son absence. Sur la pointe des pieds, la rousse la cherchait du regard mais mille têtes lui faisaient barrage et elle ne put que s'incliner face au mouvement de foule pour finalement s'isoler sur le côté, loin des bruits et des coups qui commençaient à fuser ici et là.
Au moins tous ses Pokemon étaient-ils à ses côtés.
Mais Bellamy dans tout ça ?

Salomé rebroussa chemin, droit vers l'arrêt de bus plein de tous les étudiants qui montaient en file indienne à l'intérieur, protégés des intempéries de l'extérieur. La rousse y prit place à son tour, faisant partie des derniers à monter alors que les portes se refermaient. Elle avança vers le fond de l'allée, s'arrêtant en apercevant sa mentor, Idalienor, assise auprès d'une demoiselle qui lui était inconnue.

— J'avais perdu Algernon tout à l'heure... Et maintenant Bellamy.


Après tout, la rose n'était pas sous sa responsabilité. Elle se contenta de prendre place, laissant sa tête reposer contre la vitre et essayant d'ôter les dernières traces de boue qui salissaient le plumage de son Picassaut. Mais rien à faire, cela avait déjà trop séché et noyait ses ongles qui s'acharnaient sur ces tâches.
Salomé arrêta, comprenant que seul l'eau pourrait clarifier les plumes de son starter, continuant d'observer l'agitation qui se mouvait en contre-bas, tandis qu'elle et ses Pokemon étaient à l'abri, ici.
Plus jamais de manifestations dans ces rues.

HRP:
 

_________________
Merci Ida & Max pour les Moodboards !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
Contenu sponsorisé



Sujet: Re: [Intrigue #10] Un vent hostile.   

Revenir en haut Aller en bas
[Intrigue #10] Un vent hostile.
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 5-