Partagez | .
Joyau de Vie ? De mort, si on ne fait pas vite ( Bellamy)
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos.
Âge : 16 ans
Niveau : 26
Jetons : 1236
Points d'Expériences : 621

MessageSujet: Joyau de Vie ? De mort, si on ne fait pas vite ( Bellamy)    Jeu 8 Fév - 21:16


MISSION : Joyau de vie... Ou de mort ?


PARTIE 1 : GUERRE D'ÉGO

La cavalcade d’un chevroum venait se répercuter sur les rhinocornes sauvages de la route 9. Ces derniers s’ébrouaient au passage de la chèvre et poussait des râles plaintifs. Gracieusement, le type plante sautait de surface plane en surface plane, évitant avec habileté les terrains accidentés et les attaques des rhinocornes. Recroquevillée contre le dos de la pokémonture, cachée dans son feuillage et ses deux petites mains solidement attachées aux cornes : Bellamy se préparait mentalement à ce qui l’attendait. Elle avait beaucoup lu durant le trajet en bateau et Mia -en bonne baroudeuse- avait était une précieuse source d’informations sur les Ténéfix. C’était la première fois qu’une telle mission lui était confiée et une immense fierté faisait battre son sang mais l’appréhension et la peur de l’échec restait eux, coincé au fond de sa gorge.  

Osant un instant lever les yeux, l’archéologue en herbe se prit une bourrasque de vent qui défit son chignon laissant ses longs cheveux roses s’envoler dans un chaos sans nom. Elle remit ses méches en place, avant de se recroqueviller à nouveau. Sa mission était simple : explorer la nouvelle cavité formé par un récent éboulement dans la Grotte Étincelante. D’après la légende la caverne abriterait un joyau d’une infinie pureté, personne n’y croyait plus réellement mais l’arrivée récente en masse d’une horde de Ténéfix avait quoi intriguer, suffisament en tout cas pour qu'une autre horde mais de scientifiques, d'archéologues et d'experts en caillasse débarque. Car c’était bel et bien une course contre la montre qui attendait l’étudiante. On lui avait bien spécifié que c’était une urgence, aussi, au mieux d’attendre le lendemain qu’un taxi la dépose -comme c’était prévu à la base- elle avait emprunté Marathon à sa belle soeur et n’avait absolument pas attendu pour se rendre sur le lieu de sa mission. 

Il y avait certes la fatigue, celle du voyage et du décalage horaire ; mais l’adolescente essayait le plus possible de l’ignorer. Malgré ses efforts : elle s’était endormie sur le dos de sa monture un instant, heureusement que le chevroum avait fait attention à elle. Et les voilà qui arrivait enfin. 

Marathon ralentit à proximité d’une tente de fortune où toute une équipe s’activait : des jeunes de son âge installait un campement alors que des scientifique beaucoup plus âgés était réunis en cercle autour d’une grosse machine qui produisait divers séries de bips, des dossiers de toutes les couleurs, plein les bras. La rose descendit lentement de Marathon, le caressa un instant en promenant son regard sur le chaos. Ok, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire, de où elle devait aller et à qui elle devait s'adresser. 

Un peu perdue, la kalosienne remonta sa ceinture où toutes ses pokéballs étaient attachés ainsi que sa lampe torche et tout son matériel avant de rappeler sa monture dans une pokéball. Elle serra les sangles de son sac à dos et commença à marcher dans le camp de fortune improvisé, demandant d'abord son chemin aux jeunes et c'est là qu'elle comprit, la terrifiante vérité.  Aux regards accusateurs qui se posaient sur elle. Cette mission était une course contre la montre non seulement contre des Tenefix mais aussi contre d'autres humains. C'était une véritable compétition qui s'était organisé autour de la Grotte Étincelante. Car après tout trouver une gemme légendaire : ça faisait bien sur un CV.

Elle recula de quelques pas et regarda encore autour d'elle. Hésitant quelques-instants, elle s’approcha finalement du groupe de vieux scientifiques, quelques regards hautains se posèrent sur elle, alors elle prit son courage à deux mains et demanda : 

-Bonjour. Excusez moi, je suis Bellamy Wallace envoyé par la Pokémon Community de Lansat. J’ai cru bon de venir un jour en avance au vu de l’urgence. Je cherche un certain… Elle sortit un post it griffonné et le déchiffra Professeur Hévéa ?

Un grognement généralisé se fit entendre alors qu’une silhouette se détachait péniblement du groupe. Et Bellamy se demanda un instant comment elle ne l’avait pas notifié avant, tant la personne qui s'avançait vers elle était une tache d'huile dans de l'eau claire, au milieu de tous ses hommes âgés. C'était une jeune femme d'environ trente ans mais dont l'aspect général renvoyait à un âge plus adolescent : Des cheveux verts longs et en pagaille, une énorme paire de lunettes opaque, quelques boutons d'acnés et des bagues de fer aux dents. Sa démarche était la quintessence de la maladresse et -en à peine quelques mètres- elle marcha plusieurs fois sur sa longue blouse blanche.

Finalement la verte arrive au niveau de la rose et se pencha vers elle (car elle était grande et fine : au moins  190cm) et posa ses deux mains sur les épaules de l'étudiante, rapprochant ses lunettes si prés du visage de Bellamy, que la rose y voyait son reflet avant de déclarer d'une voix enjouée : 

-Je suis le professeur Hévéa mais appelle moi Primrose.

Sans ménagement, elle attrapa la kalosienne par le bras et l'emmena loin des autres scientifiques, en marchant elle se mit à tomber dans un long monologue que Bellamy écoutait avec sérieux et application. 

-C'est une super initiative d'être venue plus tôt ! Cela nous permettra de nous préparer pour ce soir. Pour des raisons que je n'ai pas vraiment comprise le gouvernement de Kalos a décidé de restreindre l'accès à la grotte, du coup on se retrouve tous à devoir attendre le soir pour explorer. En pleine nuit tu te rends compte ? Ça doit faire peur... En plus avec ces Ténéfix. Si tu veux mon avis on ne trouvera rien ce soir, peut-être demain. Dans tous les cas il faut se pré-pa-rer

Bellamy tiqua sur la manière trop articulée qu'avait Primrose de dire le mot préparer, c'était étrange. Dans tous les cas, elle savait bien pourquoi le gouvernement avait fermé les grottes en journée : Mia avait une précieuse source d'informations, et elle lui confié qu'à la base pour des raisons de sécurité les scientifique, n'avaient eu autorisation d'explorer qu'en matinée. Mais que suite à un problème administratif la nuit avait annoncée à la place. Ne voulant pas perdre sa crédibilité le gouvernement n'avait pas reculé. Tant pis pour le danger. Et les risque de mourrir dévorés - finalement son école n'était pas si pire. Elle n'avait néanmoins pas la droit de partager son information, mieux vallait ne pas pas mettre en danger la carrière de sa belle-soeur. Et puis bon, elle n'en voyait pas vraiment l'utilité...

Et alors que la professeure continuait de parler, le duo arriva à une sorte de cabane fabriqué à partir de branchages ou un énorme Gouroutan préparer un repas chaud dans une marmite. 
-Lui c'est Cooper, mon assistant présenta Primrose en attrapant deux assiettes Bon Bellamy, pour être honnête avec toi j'ai envoyé cette demande à l'académie seulement parce-que je sais que Franklin Roseverte y est professeur. J'ai tout appris avec lui -malgré lui, peut-être. conclut t'elle en riant. 

Bellamy attrapa l'assiette pleine de chili con carne que lui tendait Primrose tout en se demandant si elle devait lui annoncer que Roseverte avait lâchement quitté l'académie. Finalement, elle ne dit rien et se plongea dans son assiette en silence. La professeure prit une grosse fourchette et enchaina, la bouche pleine. 

- J'ai lu ton dochier. Imprechionant, t'a de cholides compétences théoriques mais tu te débrouille pas mal chur le tecchain aucchi Elle avala ce qu'elle avait en bouche A vrai dire... Tu va peut-être rire mais je n'ai jamais fait d'exploration... Quand j'étais assistante de Franklin, il ne voulait pas de moi dans ses pattes et ensuite, je ne sais pas... Je n'ai jamais eu l'occasion, peut-être que je suis trop peureuse aussi.  

Une petite moue triste traversa le visage de Primrose et malgré les lunettes Bellamy réussit à le décrypter. Ce n'était pas seulement l'appréhension de la première fois, une vraie peur se cachait derrière ses verres opaques. Et la rose ne sut pas vraiment, si elle était rassurée de trouver des sentiments semblables chez sa mentor ou si cela amplifiait sa propre peur. Elle voulut réconforter la professeure mais la pokéball de Pom' était resté dans son sac et toute seule bah... Elle n'était pas psy, écoutes. D’ailleurs elle n’avait pas besoin de l’être : voilà que l’enthousiasme de Primrose reprenait le dessus : 

-Quoi qu’il en soit ! Je suis certaine que tout va bien se passer ! Attends regarde Elle sortit d’arceus seul sait où un gros rouleau qu’elle étala sur la buche qui leur servait de table -Tu vois c’est une coupe en schéma des entrailles de la grotte, effectuée via un dispositif de détecteur de chaleur. Là ! C’est ici qu’a eu lieu l’éboulement acheva t’elle en criant d'exitation.  

Bellamy avala une grosse gorgée de chili, avant de se pocher vers la carte. Voulant faire bonne impression, elle détailla ses observations à haute voix. Elle remarqua d'abord que l'éboulement avait d'abord dévoilé un gros couloir descendant qui se termianit sur un cul de sac. Ce qui était étrange, c'est qu'alors que la nouvelle cavité s'enfonçait en terre, la température baissait drastiquement. Enfin, en posant son doigt contre sur l'éboulement, elle note que deux autres cavités semblaient accessibles bien que moins évidentes : une grosse et ronde qui commençait par un couloir très fin mais qui semblait cacher milles et une choses tant elle était impressionnantes par la taille. Et enfin, une autre d'à peine quelques-métres de longueur et de grand max 1m50 de hauteur. Insignifiante acheva t'elle. Ce qui fit bien rire Primrose.

-On ne juge pas une cavité sur sa taille, Bellamy enchaina l'adulte d'une voix calme D'autant plus que... Après une hmm. Discussion avec mes collègues et un partage équitable, c'est cette petite cavité qui nous a était confiée. A nous toute seules ! Tu te rends compte ?

L'enthousiasme de sa référente sonnait faux et si l'étudiante se rendait compte d'une chose, c'est qu'elle était bien mal tombée. Bien sur qu'il lui fallait un mentor plus... Assurée, que la verte. Bien sur qu'elle n'avait pas réussi à s'imposer face à tous ses hommes vieux et délicieusement machos. Merci le patriarcat. Et la face faussement souriante du professeur Hévéa la rendait d'autant plus triste. Personne n'était bernées et toute deux savaient qu'elles auraient aussi bien fait de chacune rentrer chez elle au mieux de se laisser abuser par tous ses scientifiques archéologues débiles. Mais comme si l'humiliation faisait partie de leur carrière, les deux filles, se mirent à préparer leur sac comme si de rien n'était. 

Quelques-heures plus tard, la rose se trouvait aux cotés de Primorose Hévéa. Toutes deux sac à dos, pokéballs et équipements bien attachés par des sangles en cuir. Cooper restait au campement du fait de sa taille trop imposante et Hévéa avait sorti un taupiqueur qui portait un casque de chantier avec lampe intégré nommé Resetti. Bellamy gardait son attention sur l'entrée de la grotte, les sourcils froncés et les pensées qui se bousculaient. Primrose, elle, jetaient des regards nerveux à la dizaine de collègues qui allaient plonger avec eux - tous étaient accompagnés par des étudiants venus de toute horizon. Elle ne s'étonna même pas, qu'elle -la seule femme, avait pour assistante, la seule étudiante fille. Remarquant le stress grandissant de sa mentor, la rose lui attrapa le poignet et lui chuchota discrètement que tout allait bien se passer - elles allaient à l'endroit le moins intéressant de toute façon acheva t'elle en pensée. 

-Je ne m'inquiètes pas pour l'expédition, Bellamy. J'aimerais juste te présenter à...
-Primrose Hévéa ! Quelle surprise de te voir ici, il n'y pas d'éprouvettes en dessous, tu sais ?  

La voix qui avait coupé la professeure était tout ce que détestait Bellamy : hautaine et grinçante. D'une certaine manière, elle lui faisait grandement penser à Roseverte. Aussitôt les deux filles se retournèrent, presqu'en même temps avant de tomber sur un bel homme -grand et athlétique- ses cheveux aussi noir que du charbon était coiffé à la perfection, une petite moustache élégante recouvrait son visage lisse, il était habillé d'une tenue digne d'Indiana Jones - fouet y compris et malgré l'admiration de la rose pour cette belle apparence, elle ne s'extasia pas. Bien au contraire, car l'altitude de l'aldute, cette manière de marcher sur le sol comme si il lui appartenait la dégoutait. Une belle apparence qui cachait une personnalité marécageuse - plus de Roseverte, il tenait de Sirius. À ses cotés un petit blond aux cheveux gomminés, qui semblaient tout aussi méchants et hautains. 

À la vision de l'homme, le visage de Primrose s'était assombri mais alors qu'elle jetait un coup d'oeil à la rose, une étrange teinte de fierté la recouvrit. 

- Olive Cognassier. Je ne savais pas que tu étais ici !

Bellamy frissona : elle n'avait jamais vu quelqu'un mentir aussi mal.

- Laisse moi te présenter Bellamy Wallace. Bellamy voilà, Olive un ancien euh... Collègue ? sembla t'elle demander à ce Cognassier. 

Ce dernier hocha la tête, toujours ce sourire hautain et insupportable gravé sur son visage.

- Bellamy vient de Pokémon Community, l'école de Lansat. Elle a Franklin comme professeur. Quelle coïncidence, n'est-ce pas ?  

La rose sentit son coeur se compressait alors qu'elle comprenait l'unique raison de sa présence ici. Elle était.. Un trophée. Juste un trophée. Un moyen pour que Primrose puisse humilier un de ses confrères et se sentir importante et légitimé - sans doute pour la première fois. Juste un trophée et son regard sur la verte évolua à une vitesse ahurissante : elle avait toujours pitié d'elle mais pour d'autres raisons. La rose voulut la remettre à sa place mais elle fut devancé par le rire de Cognassier et du blond, qu'elle détesta encore plus immédiatement. Qu'est-ce qu'ils avaient ces deux là ? 

-Hahaha ! Comme toujours Primrose, tu es à la page de l'actualité. Au cas où tu ne le saurais pas, Franklin n'enseigne plus sur Lansat mais dans l'école de Lucius de Maiilfoie. Mon petit protégé. Acheva t'il en posant ses deux mains sur l'épaule du blond. 

Le gominé semblait ravi d'être un trophée lui, contrairement à la rose que ça dégoutait de se retrouver prise dans une guerre d'ego comme celle-là. Primrose parut fondre sur place alors qu'elle baissait les yeux face à son collègue, vaincue. Sans pitié, ce dernier lui planta une ultime lance dans le coeur : 

-Amuse toi bien dans ta petite cavité. Qui sait.. Tu trouveras peut-être un silex ?

Le professeur Hévéa ne répondit rien, toujours le regard qui fixait le sol. Mais Bellamy elle, loin de se soucier de l'humiliation de celle qui se servait t'elle, demanda curieuse :  

-Pourquoi ? Vous allez où vous ?
- Tout au fond. Là où la température est la plus basse. répondit en sifflant le blond. 

Elle le détesta davantage. 

PARTIE 2 : SOUS LA TERRE

Dos vouté et yeux plissées, elle avançait en s'aidant de ses mains contre la paroi de roche qui obligeait son petit corps à encore plus se recroqueviller sur lui-même. Soudainement un léger sploush monta jusqu'à ses oreilles alors que sa main gauche s'enfonçait dans un gros amas spongieux et lumineux. Le lichen avait plutôt tendance à la rugosité d'habitude, mais la rose avait bien senti que ces couloirs de roche et de terre étaient anormalement humides : voilà qui expliquaient sans doute le sploush.   

Elle enleva sa main et la regarda un instant, émerveillée. C'était fou, cette lumière émeraude qui irradiait maintenant son visage. La nature faisait définitivement de belles choses. S'essuyant contre son pantalon, la rose jeta un coup d'oeil devant elle : Primrose suivait à la trace Resetti, son taupiqueur dont la lampe allait bientôt s'avérer inutile tant le lichen s'avérait de plus en plus présent. La professeur, bien peu habituée aux expéditions, avançait lentement et trébuchait de temps à autre. Néanmoins Bellamy n'osait pas l'encourager, bien trop impressionnée par le silence. 

Depuis son humiliation la scientifique n'avait pas dit un mot et son sourire de surface avait disparu laissant une moue grincheuse dominer le visage de la verte. Et la rose avait un peu de peine pour elle... Non pas qu'elle lui avait pardonné de l'avoir utilisé comme un trophée, ça non ! Mais elle se disait qu'Hévéa avait sans doute ses raisons et puis elle repensait à ce stupide Olive Cognassier et au blond, puis elle comprenait son besoin de vengeance. Tant pis pour la futilité et les dégâts collatéraux. 

Les dégâts collatéraux c'était elle. Et la rose n'avait plus aucune envie de mener à bien sa mission, elle était dégoutée tout simplement. Dégoutée par la misogynie et l'ego qui rongeaient le métier qu'elle rêvait de faire. Dire qu'elle ne le réalisait que maintenant. C'était fou de se dire que l'académie la préservait de quelque-chose. A l'académie, c'était Ambre Lawford la légende vivante en archéologie, une fille. Ici, dans le vrai monde, c'était ce stupide Roseverte qu'elle n'avait que trop connu. Et les gens comme Primrose n'avait aucune chose autre que de se métamorphoser en prédateur pour ne pas se faire bouffer par les autres, déjà prédateurs. 

Alors c'est ça son futur ? Humilier les autres, pour monter sur leurs cadavres ? Elle n'en avait aucune envie... Et surtout elle n'y croyait pas. 

-Cul de sac. La voix dure et séche sortit l'étudiante de ses pensées. 

Bellamy leva les yeux vers sa référente qui s'était assise contre une paroi pleine de lichen. Ici, le couloir qui s'enfonçait en terre s'ouvrait un peu, leur laissant un peu plus de place pour constater leur échec : bredouille. Bellamy observa un instant les environs - de la terre, un peu de lichen et des pierres. Quelconque. Alors elle s'essaya à tailleurs, enleva son gros sac à dos et délia son dos en soupirant. 

Bon... Et maintenant ? semblait demander son regard posé sur la verte.  

Elle s'attendait à faire demi-tour et à rentrer, voire au mieux et si personne n'avait rien trouvé : à retourner en terre le lendemain. Peut-être au même endroit -ce n'était qu'une humiliation de plus à supporter- ou autre part. Mais la réponse qui vient n'était absolument pas ce à quoi elle s'attendait : 

-Tu m'a menti. Par ta faute, Olive m'a humiliée.

Les yeux glacés de la rose se posèrent sur la verte qui elle fixait le sol. Bien. Elle allait être aussi sèche et dure qu'elle : 

-J'ai menti ? Je ne vous ai pas corrigé nuance... Et quant à savoir qui a menti, vous vous êtes vus avec votre petit numéro de meuf relax et happy ? C'est pas ma faute si vous êtes pas capable de vous battre pour votre place sans utiliser d'étudiants comme faire valoir. Vous vous humiliez vous-même.

L'adulte frissonna sans rien dire. Elle n'était pas du genre à se quereller, cette petite avait trop de caractère pour elle et il lui semblait que quelque-part elle avait raison. Primrose se rendait compte qu'elle avait agit exactement comme les autres agissaient avec elle. Elle était désolée.

De son coté, Bellamy non plus ne brisaient plus le silence. Dire qu'au mieux de se soutenir, deux femmes comme elle se volaient dans les plumes. Elle avait balancé tout ça sous le coup de l'émotion, sans penser aucunement... Comme toujours. Et elle s'en voulait. Elle était désolée.

Et alors que le silence s'étirait, encore et encore -Il sembla durer milles ans- et qu'aucune des deux femmes n'osaient avouer ses réels sentiments, alors que Resetti les regardait tour à tour, les illuminant de sa lampe torche intégrée à son casque ; un grséilement s'échappa du talkie-walkie de Primrose. 

Et les deux scientifiques se relevèrent aussitôt. Des cris. Des appels à l'aide et des grognements.

Primrose ne bougeait plus, laissant voir son regard écarquillé à travers ses grosses lunettes rondes. Alors, Bellamy -la main, un peu forcée- attrapa sans ménagement le talkie et le traficota un instant. 

-Je ne comprends pas, ça vient de tous les canaux. déclara t'elle en levant les yeux vers la professeur Qu'est-ce que ça veut dire ?  

Primrose tremblait comme jamais Bellamy n'avait vu quelqu'un trembler, et des larmes s'échappaient maintenant de ses lunettes.

-Ça veut dire que les Ténéfix ont réussis à passer chuchota t'elle en posant le regard sur l'étroit couloir d'où elle venait. 

De ce couloir justement s'échappait des grognements et des bruits de griffures contre la roche, contre la terre en s'approchant un peu et en plissant les yeux, la rose voyait des milliers de gemmes de couleur s'agiter en tout sens. C'était plus qu'une horde : c'était une armée... Affamée. Et qui fonçaient droit sur elles. 

La rose déglutit. Elle se retourna vers son ainée qui ne semblaient plus capable de mouvement. Alors, il faudra qu'elle se débrouille seule pour survivre - ce n'est pas comme ci elle n'était pas habituée. Réfléchissant quelques-secondes, elle attrapa ensuite son sac à dos et en sortit une pokéball - elle n'était pas sure d'elle, mais c'était le plus prudent. 

La ball libéra un qulbutoké nain qui s'éveilla brusquement. Hamtaro ne s'attendait certainement pas à être réveillé. La rose le prit dans ses bras et s'approcha du couloir peu étroit : 

-J'ai besoin de toi Ham', quand je te le dirais. Ok ?

Le nain se sembla pas comprendre, mais hocha rapidement la tête en jetant de grands yeux enfantins à sa dresseuse. Pourquoi lui et pas l'un des grands ? La rose se tourna ensuite vers le taupiqueur et lui ordonna (Primrose étant bien incapable de le faire) : 

- Resetti, Tunnel !

Le pokémon taupe hésita quelques-instant avant de tourner sur lui-même et de former un tunnel encore moins épais que celui qu'ils avaient traversé auparavant. Bellamy, sans attendre, se saisit de Primrose et la forcea à ramper à la suite de son pokémon. La pauvre semblait ne plus comprendre ce qui était en jeu.  

Entrer dans le tunnel creusé par la petite taupe s'avérait fort ardu et Bellamy s'écorcha les bras à plusieurs reprises. Mais ce qui la ralentissait le plus, c'était bel et bien, Primrose qui n'aurait pas tenu une seconde chez les pyros - ou juste à l'académie en fait. Elle n'avait rien d'une aventurière et Bellamy se disait que toutes ses fois où elle avait fallu mourrir, lui avait peut-etre apportée quelque-chose finalement.

Une fois en terre, la rose tourna péniblement sur elle-même, posa son qulbutoké sur ses genoux et pria pour que ça marche. Hamtaro était le seul assez petit pour tenir dans un tel tunnel et malgré sa faiblesse, il était toujours capable d'utiliser des pouvoirs psychiques. 

-Come on ! Aide moi Ham' ! ordonna la rose en grattant les parois de son tunnel. 

Le nain bleu regarda quelques secondes sa dresseuse avant de finalement comprendre. Il plissa les yeux et se concentra un maximum : c'est alors que de son petit corps jaillit un jet de lumière qui forma rapidement comme une toile d'araignée bouchant le tunnel. La dresseuse tout en encourageant son pokémon :  grattait les parois, arrachait les racines, déterrait les pierres et les accumulait tout ce bazar sur la toile d'araignée psychique. Ses mains souffraient atrocement et elle dut se casser l'intégralité des ongles alors que petit à petit, le tunnel se renfermait, piégeant le quatuor dans un endroit encore plus restreint. 

Bientôt Hamtaro tomba de fatigue. La rose l'attrapa et le renvoya immédiatement dans sa pokéball, guettant son mur de fortune qui vacillait quelque-peu. Elle se retourna vers Resetti et Primrose et leur intima de se taire en posant son index gauche sur ses lèvres. D'ici, elle pouvait entendre les tenefix grogner et les chercher et elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il ne leur aurait fallu que quelques minutes pour creuser la terre et les atteindre. Alors elle priait pour ne pas se faire repérer. 

L'obscurité. L'étroitesse du lieu. Les bruits inquiétants des Tenefix. L'étudiant était loin d'être à l'aise et un immense sentiment de malaise grandissait au fur et à mesure au fond de son ventre. Sentiment amplifié par le visage décomposé et affolé de la professeure qui l'accompagnait. Primrose avait définitivement perdu toute la joie qui semblait la composait quelques-heures auparavant et la rose priait encore plus intensément pour que ses pleurs et sa respiration saccadée n'alerte pas la horde de pokémon affamée qui se trouvait de l'autre coté de cette fine couche de terre. 

Elle flippait totalement, jamais elle n'avait eu une sensation si proche de celles que des victimes dans les films d'horreur. Et elle crut s'évanouir lorsque un doigt crochu et mauve perca la fine de terre laissant un mince filet de lumière bleutée envahit leur cachette : une ouverture ! Dans un réflexe, Bellamy se jeta en arrière et atterrit lourdement  sur Primrose qui lâcha un petit cri aigu. La rose appuya sans ménagement sur le casque de Resseti qui s'éteignit. Les ténefix voyaient dans le noir, mais pas à travers les murs et si elle voyait ce mince filet bleuâtre, leurs ennemis étaient en capacité d'apercevoir un autre filet, mais jaune, celui-ci. Primrose plaqua sa main contre sa bouche alors que la griffe mauve s'agitait quelque-peu sur leur ultime protection. 

Cela dura un temps interminable, et la rose plaquée contre sa mentor n'en pouvait plus de la chaleur et de l'humidité ambiante. Il lui semblait maintenant baigner dans une piscine de sueur. Finalement le pied de Ténéfix disparut de leur champ de vision et les grognements s'éloignèrent. Les deux femmes restèrent encore un moment, collée l'une à l'autre, incapable de bouger avant que -dans un mouvement infiniment lent- Bellamy se redresse et pose sa main sur le mur de terre, prête à le détruire. 

-Non ! Chuchota vivement Primrose On ne sait pas ce qu'on risque à faire demi-tour, ils ne sont peut-être pas très loin

Bellamy regarda un moment la paroi sans rien dire. Elle décolla ensuite ses cheveux roses de son front, avant de détailler la professeure : Elle était dans le même état qu'elle. La peau luisante, les vêtements trempées par la transpiration. La respiration éteinte et le tout recouvert de boue, de terre et de vers. Si elle en avait eu l'énergie, Bellamy aurait bien fait une blague sur le fait qu'elle était chez les mentalis. Mais ce n'était pas le cas : 

-Donc quoi ? On reste enfermée dans ce tombeau et au mieux de nourrir les ténéfix, on nourrit les vers de terre... Ou Resetti !

À ses mots, le taupiqueur afficha un air outré, il tira la langue à Bellamy avant de se laisser faire quand sa dresseuse l'attrapa et alluma son casque lampe torche pour éclairer la carte qu'elle étalait contre la paroi de son tunnel. 

-Regardes, si Resetti creuse jusqu'à la-bas - sur six cent mètres environ- on arrivera directement sur la branche du tunnel la plus longue. D'ici on pourra remonter à la surface et si on croise une horde, on aura plus de place pour manoeuvrer   articula t'elle péniblement. 

Bellamy écoutait avec attention tout en farfouillant son sac à la recherche d'une gourde. Oh ce qu'elle n'aurait pas donné pour un peu d'eau ! 

-D'accord réussit t'elle à répondre malgré sa gorge sèche Il vaut mieux qu'il ne creuse pas en bias, on arrivera plus facilement à remonter une fois dans la cavité longue. 

C'est ainsi que les deux femmes se retrouvèrent à ramper à la queleuleu, suivant le maigre tunnel que pouvait creuser le corps fin de Resetti et c'était loin d'être plaisant... La rose s'arrachait la peau des coudes et sa respiration devenait de plus en plus difficile. Elle n'en pouvait plus de cette chaleur, de cette étrange humidité poisseuse. Tout ce qu'elle voulait maintenant c'était une grosse bouteille d'eau et de l'air frais. Elle aurait n'importe quelle caillasse pour.

L'exercice s'avérait d'autant plus ardu qu'elle percutait de plus en plus souvent les pieds ou le postérieur de Primrose qui par épuisement et manque d'expérience s'avérait particulièrement lente. Souvent Resetti s'arrêtait et attendait que sa dresseuse n'arrive à son niveau avant de se remettre à creuser. Au bout de longues minutes d'effort en silence, seulement perturbée par les plaintes et les râles des deux femmes, Primrose articula d'une voix cassée : 

-Je suis désolée Bellamy pour...

Elle s'était arrêtée pour reprendre son souffle mais la rose fut plus rapide. 

-Moi aussi. On en reparlera une fois sortie d'affaire ?

Malgré sa fatigue Primrose lâcha un petit rire et acquiesça en silence. Leur micro dispute lui apparaissait maintenant comme un lointain souvenir, un peu futile. C'est fou comme tout perd de l'importance lorsque l'on frôle la mort. C'est vrai qu'il y avait plus urgent présentement. Et cette urgence dura bien quelques longues minutes d'effort intensif avant qu'enfin Resseti disparaisse au profit d'un grand trou béant de lumière. Bellamy se protégea les yeux avec le temps qu'ils s'habituent, c'était étrange le bruit qui lui parvenait maintenant aux oreilles et pourquoi Primrose se mettait t'elle à crier soudainement ? Les sens un peu brouillés, l'étudiante ne capta pas de suite que la professeure cria le nom de son pokémon et se jeta dans le trou béant lumineux à corps perdu.

-Primrose ? demanda t'elle la voix de plus en plus sèche et rugueuse.

Éblouie et exténuée, Bellamy s'approcha sans prudence et elle glissa, trébuchant d'un mètre au moins. 

Plouf. 

Elle voulait de l'eau : en voilà. 


PARTIE 3 : DESCENTE

Son corps déjà meurtri percuta violemment l'eau. Le contact glacé contre sa peau acheva définitivement l'assasinat de ses sens alors que sa carcasse presque éteinte était emportée par le courant plus violent que le fil de ses pensées. Dans un réflexe salvateur et machinal, elle se saisit de la pokéball de Lancelot et libéra la loutre qu'elle boudait depuis plusieurs mois maintenant. Un éclair de lumière matérialisa le mustéflott qui n'eut pas à chercher longtemps pour comprendre : il mordit la rose au col et la remonta grâce à sa puissant musculature sur son dos, gonflant sa bouée il se stabilisa malgré la violence du cours d'eau. Son entrainement avait porté ses fruits, et il résistait maintenant aux eaux les plus froides comme celle-là. Si froide. Le courant aussi était une difficulté supplémentaire : un cours d'eau descendant semblait avoir était creusé pour servir de toboggan jusqu'au entrailles de la terre, sa couleur bleutée était rendue blanche et brillante à cause du reflet de ces étranges plantes lumineuse au plafond : du lichen. C'était magnifique. Mais Lancelot n'était pas du genre à s'émerveiller. Alors, il tenait bon, attendant que sa dresseuse reprenne ses forces et ses esprits.  

ce fut ses yeux qui s'ouvrirent en premier : elle tomba sur le trou au plafond. Elle venait de là haut. La rose se retourna s'agrippant fortement à sa loutre et regarda un instant autour d'elle : la cavité longue et descendante. Une rivière. Froide, comme indiquée sur la carte. Mais ça n'avait aucun sens : où pouvait bien t'elle déboucher en s'enfonçant ainsi en terre ? Et surtout pourquoi la température baissait si drastiquement ? C'était encore un mystère. Mais un autre l'intriguait encore plus : la disparition de Primrose. 

Toussant un peu, et relavant la mèche trempée qui lui cachait un oeil, Bellamy balaya la coulée d'eau du regard. Bientôt, elle vit une tache verte et lumineuse et il ne lui fallut pas longtemps pour ordonner à Lancelot de la secourir. En bon héros, la loutre obéit et dégonfla sa bouée, se laissant emporter jusqu'à la scientifique.

Bellamy essayait tant bien que mal de hisser Primrose -qui hurlait sans cesse que Resetti avait était emportée, qui fallait le secourir- sur son mustéflott. Mais c'était peine perdu. Jamais il n'aurait était assez grand pour les porter tous les deux, surtout vu la grande taille de l'adulte mais... Elle en doutait grandement. Se penchant à l'oreille de Lancelot, elle le caressa un moment en lui chuchotant quelques-mots : 

-Je veux que tu saches que je t'aime et que tu es mon héros de tous les jours. Si je te froisse ou t'humilies saches que ce n'est pas mon intention... Et s'il-te-plait... Reste calme le temps de nous sortir d'ici.

La loutre fronça ce qui lui servait de sourcils, sans comprendre. Alors que la rose, dans un ultime effort monta Primrose sur lui et se jeta à l'eau sur une forme qui se matérialisait dans un éclat de lumière. Et le coeur de Lancelot se serra. Voilà, pourquoi il était de plus en plus souvent enfermé dans sa pokéball. Voilà, pourquoi Bellamy devenait si secrète. Elle l'avait trompé, humilié ! Et malgré l'avertissement de la rose, il ne pouvait s'empêcher de vouloir tuer cette magicarpe pataugeant tranquillement devant lui, Bellamy accrochée à son dos.

-Lancelot, voici Lottie. Lottie... Tu dois te souvenir de Lancelot. dit Bellamy d'un air désolé.

La dite Lottie regarda un peu stupidement autour d'elle avant de croiser le regard du mustéfllott. Elle trembla et s'éloigna en pateaugeant, emportant la rose, qui la retient d'un 
petit coup sur la nageoire caudale. 

-Oui Lottie, Lancelot est en fait bel et bien mon Pokémon. Oui Lancelot, j'ai attrapé un des magicapes que tu a massacrés et qui t'ont humilier. Je vous ai mentis à tous les deux, mais s'il-vous-plait : on peut remettre ça à plus tard ? On a un taupiqueur à sauver. cria t'elle. 

Le courant l'éloignait de plus en plus de Lancelot : Lottie était bien plus du genre à se laisser porter. Aussi elle capta à peine, la flemme de haine qui traversa le regard de la loutre avant qu'elle n'acquiesce à contre coeur. Lottie, elle... Avait toujours un regard si stupide et effrayé mais il semblait à l'étudiant qu'elle était d'accord. 

Primrose sorti d'un coup d'un seul de ses hurlements hystériques et de ses sanglots : poussant un grand cri de joie. Hors de question de laisser Resetti mourrir noyé ! Bientôt, les deux femmes descendirent le courant sur le dos de leur monture. La descente, bien que particulièrement froide, apparaissait comme une pseudo-récompense tant elle était rapide et plus agréable que les moments de rampes dans un étroit tunnel. Elles étaient toujours trempée mais avec une eau pure et claire, pas avec de la sueur et la rose devait avouer préférait ça. Bellamy profita de l'eau pour boire pour se déshydrater, ce n'était pas vraiment difficile, elle s'y baignait littéralement, manoeuvrant avec difficulté sur le dos de Lottie. Ce n'était vraiment pas facile de chevaucher un magicarpe : les mains glissaient sur les écailles et le poisson lui-même avaient tendance à s'enfoncer dans l'eau comme un couteau dans le beurre. Alors de temps à autre, elle jetait des coups d'oeil à Primrose sur le dos de Lancelot. Jalouse ? A peine... D'autant plus que Lancelot faisait son beau, montrant bien à sa dresseuse que lui était indispensable contrairement à ce stupide magicarpe inutile. 

Au bout de quelques-heures de descente, l'aspect agréable avait entièrement disparu. Les filles grelottaient, Bellamy voyait sa peau rougir à vue d'oeil sous la morsure du froid et cela lui faisait atrocement mal. Le plus étrange c'était ses tempes qui se resserraient sur elle-même, alors, elle s'enroula le plus possible autour du magicarpe. Il avait bien plus l'habitude qu'elle des courants froids se disait t'elle alors que de vapeur cristallisé apparaissait à chacune de ses respirations. Le froid avait cette formidable capacité ç faire oublier les conflits, et comme Primrose et elle quelques-minutes auparavant : Lancelot avait oublié toute son animosité envers le pathétique poisson et s'était rapproché. C'était plus intelligent, pensait Bellamy en rapprochant son corps de celui de son musteflott et de Primrose. La chaleur corporelle de chacun profitait à chacun. Autant ne risquer l'hypothermie.

Bellamy tapota sur l'épaule de sa professeure qui s'endormait sur son musteflott : 

-Ne ne la joue pas à la Jack tenta t'elle d'ironiser. 

Étrangement, à mesure qu'elle avançait cette blague ne lui en paraissait pas tellement drôle. Des fresques de glaces couraient maintenant sur les murs de terre qui avaient laissées place à de la roche réfléchissante. Plus aucune trace de Lichen non plus. Et c'est sans foute ça qui inquiétait le plus la rose : plus de lumière. Ou alors très faible, provenant juste de sa lampe torche lumimax qu'elle avait accroché au front de son musteflott. C'est la lumière qui lui manquait le plus, alors qu'elle manquait de mourrir de froid.   

Et c'est sans doute pour ça qu'elle réagit avec autant de vigueur lorsqu'elle aperçut une vive lumière jaunâtre. Primrose aussi semblait enchantée et elle encouragea bien sur 500 mètres, les deux pokémons eau à rejoindre le feu qui leur faisait face. En plissant les yeux, Bellamy aperçut que la flamme provenait de la crinière d'un simiabraz posé sur un gros rocher et entouré de deux silhouettes humaine : une allongé et une assise en tailleurs. 

Rapidement ils rejoignirent le rocher et furent accueillis par Olive Cognassier qui les aida tant bien que mal à accoster sur le rocher.  

-Je me disais bien que tu finirais par arriver Prim' dit t'il d'un air fatigué en lui tendant un Resetti K.O et trempé

Comme elles, il avait l'air d'en avoir vécu des vertes et des pas murs : il était tout décoiffé, les vêtements déchirés et froissées et la peau griffée. Elle était bien loin son image de beau gosse propre sur lui et bizarrement Bellamy trouvait que cela le rendait bien plus sympathique et séduisant. 

--Je ne sais pas comment ni pourquoi vous vous êtes retrouvés là, mais je sais une chose. On ne vas pas tarder à remonter... Du moins, il vaudrait mieux ajouta t'il en se décalant, laissant aux filles la possibilité de voir le corps tremblant de Lucius de Maiilfoie, recouvert de griffures et de morsures. 

Bellamy n'attendit pas plus d'explication et lança une pokéball qui laissa apparaitre son Nanméouïe. Pom' regarda un instant autour d'elle avant de se précipiter sur le corps du blond, suivi de Bellamy qui sortait d'ors et déjà sa trouse de premier secours. 

-Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda t'elle en nettoyant les blessures.

Olive regarda un instant les gestes hésitants de la rose, il semblait détailler l'étudiante de haut en bas. Comme si il la jugeait. Avant de finalement déclarer d'un ton amer : 

-Des Tenefix. Une horde. Il venait de là bas, fit t'il en désignant la rivière coté descente. Sont remontés par les murs et nous ont attaqués alors qu'on descendait la rivière.  

Olive avait illustré tous ses mots par de grands gestes éloquents. Il parlait calmement et avait perdu toute arrogance. Gagnant en superbe constata la rose. Primrose, elle, qui jusque-là s'étaient contenté de s'asseoir prés des flammes du simiabraz, releva la tête et demanda d'une voix éteinte : 

-Et... Et les autres ?
-Ils se sont arrêtés peu après la source. Ils n'ont pas voulu descendre. N'ont pas eu ce courage. déclara t'il en détaillant de plus en plus Bellamy. 

La rose fut quelque-peu mal à l'aise sous le regard d'Olive. Elle se rec oncentra sur les blessures du blond plus si gominé avant de déclarer d'une voix qu'elle espérait forte : 

- On a croisé cette horde aussi. Elle est restée en haut, ce qui nous laisse le champ libre pour explorer en bas et trouver ce fichu joyau.

En vérité sa voix était beaucoup plus faible qu'elle l'espérait, mais celle de Primrose était encore plus faible et elle répondit avec : 

- Non ! Bellamy ! On remonte ! Tu crois pas qu'on a pris assez de risque comme ça ?

La rose répondit alors en sortant la carte du détecteur de chaleur. Elle voulait savoir qu'est-ce qui pouvait bien être si froid au fond de la caverne, ils étaient si proches c'était juste débile de faire demi tour. D'autant plus qu'au vu des informations qu'ils avaient les ténéfix était en haut, le bas c'était juste du champ libre sans danger. Mais sans doute renforcée par ces épreuves, Primrose ne se démonta pas : elle argua qu'ils n'étaient pas certains de trouver quelque-chose, qu'ils n'étaient pas certains que c'était sans danger et surtout que Lucius n'était pas en état de descendre la rivière. La dispute aurait bien pu durer une bonne heure, si Olive n'était pas intervenu : 

- On va se séparer. Lucius n'est pas plus en état de remonter que de descendre la rivière. Prim' tu reste ici avec lui et Cheetah il tapota l'épaule de son simiabraz Elle te protégera. Toi. Il désigna Bellamy d'un mouvement de menton. 

Aussitôt la rose, leva les yeux vers lui, prête à boire ses paroles. Il n'était pas juste un archéo prétentieux finalement, il avait de l'expérience et était passionné, ça se sentait et Bellamy respectait ça. 

-Tu viens avec moi, en bas. Ça te dérange de laisser ton Nanméouïe ici ?

Bellamy lança un regard à Pom' qui hocha la tête vigoureusement. Alors, à son tour : elle répondit par la négative. 

-Bien. On part de suite. ordonna t'il sèchement. 

Bellamy ne tarda pas : elle confia sa trousse à Pom', rappella Lotie dans sa pokéball, salua Primrose d'un signe de main avant de plonger sur le dos de son musteflott. Olive, lui était monté sur le dos d'un Mégapagos appelé Sennin. Tous deux se remirent à redescendre la rivière. 

PARTIE 4 : LA CAVERNE DE GLACE

Il n'y avait pas à dire : Lancelot fessait une bien meilleure monture que Lottie. Bellamy le flatta quelques-instants mais la loutre ne semblait pas vraiment réceptive, envoyant des regards noir à sa dresseuse qui ne pouvait que les subir tristement. Il fallait absolument qu'elle ait une conversation avec lui, elle ne pouvait permettre à leur lien de s'effriter ainsi. Mais elle était pour tout autre chose pour le moment pensait t'elle en promenant son regard bleu gris sur le dos d'Olive Cognassier qui pataugeait sur le dos de Sennin quelques-métres devant.

- Tu a bien assuré à ce que je vois, gamine. déclara t'il soudainement.

Ses mots étaient toujours secs et durs, bien loin de l'habillement hautain dont il avait preuve à la surface. Ici il était pro, dans l'urgence mais la répercussion de ses paroles contre les murs glacés de la cavité rendait le tout assez mystique et donnait à cet Olive encore plus d'autorité.

- Ce n'était rien. Il le fallait bien sinon on se serait fait dévorée... Tout juste comme Lucius. ajouta t'elle d'un air qui se voulait détaché, mais qui était en fait plein d'orgueil.
- Tu veux un conseil ? Ne joue pas à ce jeu. répondit sèchement le professeur.

La rose pencha légèrement la tête vers la droite, ne comprenant pas de suite. Olive -comme si il voyait sa réaction grâce aux yeux situés sur sa nuque continua :

- Celui de l'ego. Tu l'a bien vu là haut ? Une fois que tu es pris dedans, il est bien difficile d'en sortir. On croit que c'est la seule solution en côtoyant des gens comme Franklin... Ou comme moi. Mais c'est faux. Toi t'étais différente là haut, fais pas la même bêtise que nous s'il-te-plait...  

La rose rougit face au compliment, elle baissa le regard sur l'eau de la rivière dont le courant semblait se calmer au fur et à mesure de leur avancée, tant et tellement qu'elle en distinguait maintenant un simulacre de reflet. Alors ce n'était pas juste son imagination : cette guerre d'ego existait bel et bien. C'était une des portes pour entrer dans le monde de l'archéologie, une porte de facilité, comme un piége dans lequel il était trop facile de tomber. Et alors, elle sentit que c'était la bonne chose à faire, elle renvoya le compliment :

- Et vous ne croyez pas que vous y êtes emprisonné. Ok à la surface vous êtes un petit con prétentieux. Ici, c'est différent... C'est dans l'adversité que les gens se dévoilent.

Olive ne répondit rien, mais la rose sentait bien qu'elle avait touché un point sensible. Tous deux continuèrent leur périple en silence. Un silence seulement perturbé par le bruit de l'eau et les craquements de la cavité. Bellamy détaillait avec de plus en plus d'attention ce qui l'entourait : les murs étaient maintenant complètement recouverts d'une couche de givre qui semblait éternel alors que le courant de l'eau commençait petit à petit à stagner : ils arrivaient au bout d'une minute à l'autre, c'était certain. Bizarrement, Bellamy regrettait de plus en plus le courant. Ainsi ralentie, elle ressentait pleinement la morsure du froid. Tout son corps était meurtri et rougi. Sa respiration déjà faible était encore et encore saccadée, laissant des nuages de vapeur sur son chemin.

Bientôt le duo arriva dans une grande étendue d'eau circulaire : Bellamy baissa le regard et aperçut des courants tout au fond : l'eau stagnait dans sa cuvette avant de s'échapper par en dessous. C'était intéressant. Mais plus encore, au centre du lac sous-terrain : un ilot, étrangement emprisonné dans une épaisse couche de glace. Le duo s'approcha du rivage de l'ilot et tout deux tapotèrent la glace en se lançant des regards équivoques : il fallait rentrer. Les deux archéologues se rejoignait beaucoup via leur curiosité respective.

- Sennin : éclate roc ! ordonna Olive.

Le Mégapagos frappa la glace de sa nageoire droite, avant de réitérer avec la gauche. Il frappa ainsi plusieurs fois la glace qui commençait au bout de quelques-minutes à se fissurer. Rapidement le pokémon Tortantique fut aidé par Lancelot qui lançait des violents Sonicboom sur les fissures. Il fallut bien au duo une dizaines de minutes pour percer la glace et alors un vent de fraicheur extrême vint frapper les deux archéologues. Et encore deux minutes pour élargir le trou, afin qu'il soit assez grand pour laisser passer deux corps humains et deux corps pokémon.

Bellamy fut la première à passer, quel ne fut pas son étonnement lorsque son pied tomba sur de la neige. Elle s'avança quelque-peu laissant ses traces de pas accueillir Olive et regarda avec des yeux émerveillés le monde qui l'entourait : une grande foret étalée sous de la neige et dont les arbres brillaient d'une teinte rose claire extrêmement brillante.

-On se croirait à Frimapic, commenta Olive en découvrant les lieux.

Bellamy ne répondit pas. Ne connaissant absolument pas Frimapic et surtout O grand surtout, elle était bien trop impressionnée par les pokémons qui sortaient des bois pour venir curieusement vers eux. Pour un peu, elle aurait presque chantée le thème de Jurrasik Park : Face à eux se tenait une dizaine de Dragmaras et au moins le triple d'Amagara. Si les adultes restaient quelque-peu à l'écart des humains, ce ne fut pas le cas des enfants qui virent rapidement se frotter aux deux inconnus, Bellamy -émerveillée- laissa sa main courir sur le flanc des dinosaures alors que Lancelot s'approchait timidement d'un des géants.

-Olive... Vous avez vu leurs...
-Leurs cristaux. Oui. Je crois que l'on vient de découvrir l'origine de la légende du joyau de vie, Gamine. dit t'il d'un air tout aussi émerveillé qu'elle.

Bellamy s'accroupit à la hauteur du cristal et l'effleura un instant, laissant du givre remonter sur sa main. Rose. Ce n'était pas du chromatisme, assurément pas. Mais les cristaux de toute cette horde était magnifiquement rose, un rose pur. Olive lui s'était rapidement mis en marche vers les arbres et revenait avec un échantillon de l'étrange mousse rose qui poussait sur les arbres.

-Le lichen n'est pas la seule plante remarquable dans cette grotte. Chlamydomonas nivalis   déclara t'il presque sans bégayer Une algue connue pour pousser dans le froid le plus extrême. Et pour la teinte rose qu'elle revet.

L'étudiant acquiesça. Elle n'avait pas besoin de plus d'explication, elle avait bien compris que la pigmentation des cristaux venait de l'alimentation des dinosaures. Mais plus que ça, une toute autre l'idée l'existait au plus haut point :

-Vous vous rendez compte de l'importance capitale de notre découverte ? La lignée évolutive d'Amagara n'est plus une espèce disparue ! C'est la découverte de véritables fossiles vivants ! Olive !  

Oui. C'était follement existant et la rose se voyait déjà étudier toutes les zones d'ombre de sa découverte : comment s'était t'il retrouvé piégés si profondément sous la terre. Comment s'étaient t'ils reproduit et développés ? Quelle différence avec les Amagara clonés à partir de fossiles ? Si avec ça, elle n'était pas reconnue dans le monde scientifique.

Mais bizarrement, Olive semblait bien moins enthousiasme. Un air grave traversa son visage alors qu'il s'asseyait à terre, jouant avec un Amagara sous le regard bienveillant des plus gigantesques dinosaures.

-En attraper un et l'appeler Grall aussi... souffla t'il tristement.

Bellamy, s'assit à ses cotés, curieuse. Faisait t'il bien référence à Roseverte et à son Relicanth ? Sans doute.

-Quand Franklin a découvert les Relicanths. Ils vivaient dans un endroit similaire à celui-ci : un paradis sous marin, isolé du reste du monde. Nous, on est arrivé et... On l'a détruit. Quelle importance de toute façon ? On était bien trop occupé à recevoir des prix et à écrire des articles. Mais... Ce jour là, gamine, des familles ont étaient détruites. Les leurs. déclara t'il en montrant les Dragmara qui s'étaient couchés autour des deux humains, en formant des cercles.

Et Bellamy comprit un peu plus ce qui avait fait qu'Olive était devenu Olive Cognassier. Et en observant un peu plus les pokémons préhistoriques qui l'entouraient, elle comprit où était son erreur. Ces pokémons... N'avaient jamais connus que leur coin de paradis et qui sait où elles les enverraient si elle dévoilaient cette découverte qui était en partie la sienne. Un peu honteuse, la rose jetant des regards aux cristaux d'une couleur si particulière.

- Donc... On fait juste demi-tour et on ne dit rien ? 

Olive ne répondit pas de suite, avant de hocher vigoureusement la tête de gauche à droite.Il semblait plongé dans une intense réflexion.

- Si on a réussit à percer la glace. Les tenefix ne tarderont pas non plus à le faire et alors je ne donne pas cher de leur peau. Ils ne savent sans doute plus se défendre...

Bellamy réalisa soudain le danger auquel avait été exposé ces pokémons préhistoriques lors de l'éboulement. Scientifique, Ténéfix... Et même si elle n'était responsable en rien, elle se sentait quelque-peu coupable.

- Je... Je crois que j'ai une idée. 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos.
Âge : 16 ans
Niveau : 26
Jetons : 1236
Points d'Expériences : 621

MessageSujet: Re: Joyau de Vie ? De mort, si on ne fait pas vite ( Bellamy)    Jeu 8 Fév - 21:17


MISSION : Joyau de vie... Ou de mort ?



PARTIE 4 : LE PLAN

L'ascension s'avérait encore plus longue et difficile que la descente, surtout que Bellamy avait de nouveau opté pour son Magicarpe, laissant Lancelot à Primrose tandis qu'Olive portait Lucius sur son pokémon, Sennin. La rose jeta des coups d'oeils successifs aux deux professeurs. Elle s'en voulait d'avoir menti à Primrose, mais Olive avait raison : mieux vallait qu'un minimum de gens soit au courant. Officiellement, ils étaient tombés sur un cul de sac et avait découvert que le joyau n'était qu'un mythe inspiré par une forte pousse de Chlamydomonas nivalis. Rien de plus, rien de moins. Et le professeur lui avait fait promettre de ne rien révéler du secret des Amagaras. Absolument rien.

Elle ne gaspillerait pas sa salive pour le moment de toute façon. Elle n'en avait plus et force et surtout - l'entièreté de son esprit était occupé par le plan. Bientôt, elle en aura fini avec avec la grotte Étincelante mais il lui restait encore une bonne action à commettre. Et cela la terrifiait, elle voyait... Milles possibilités pour que ça tourne mal. Plus que sa vie, c'était sa carrière qu'elle mettait en jeu : il faillait enterrer son propre ego.

Il leur fallut bien deux heures pour rebrousser entièrement chemin et les quatres archéologues furent accueillis par une horde de scientifiques aux milles et une question. Les réponses vinrent rapidement : version officielle.

- Dommage... constata tristement l'un des scientifiques. On a réussi à conditionner les Ténéfix dans la troisième cavité, on est sécurité pour un bon moment mais vaut mieux ne pas trainer... Lorsqu'ils auront à se libérer, toute cette partie de la grotte sera éternellement à eux.

Bellamy avala sa salive. Et les Amagaras seront entièrement à leur merci. C'était hors de question, il fallait les protéger, les mettre en lieu sur. Il fallait suivre le plan. Un plan stupide, mais le seul qu'ils avaient. Alors comme prévu, la rose se reposa quelques-instants, alors que les scientifiques réunissaient leurs affaires. Bientôt, le signal fut donné et la dizaine d'archéologue se mit en marche vers le lieu l'éboulement. Bellamy les regarda un instant partir, elle croisa le regard d'Olive qui lui fit un signe discret, c'était le moment. La rose ferma les yeux, respira deux fois, avant de se faufiler discrètement vers la troisième cavité : la prison des Ténéfix.  

C'était encore plus terrifiant de se promener dans ces cavités seule, alors elle s'accrochait comme elle le pouvait à l'écho lointain des pas et des paroles qui s'éloignait au fur et à mesure. Tant quelques-minutes, elle sera la dernière humaine à avoir foulé ces cavités. Probablement pour l'éternité. Elle arriva finalement au lieu de prison des Ténéfix : c'était une simple cavité ronde remplies de roches diverses mais banales. Un grand filet de lianes avait était tendu par un pokémon et emprisonnait les pokémons obscurité qui rongeaient avec ferveur les lianes. Certaines commençait à lâcher, d'autres semblait sur le point de céder d'une minute à une autre. Alors c'est ça, la stratégie ? Laissez les cavités aux mains des Ténéfix ? Elle avait d'autre plans pour eux.

Alors la rose s'asseya en tailleurs, fit sortir Lancelot, Pom et Lolita puis leur exposa le plan. C'était stupide... Mais c'était le seul qu'il avait. Lolita râla quelques-instants mais céda face aux répliques cinglantes de la rose. Oui, ils allaient prendre un risque démesuré. Mais ne commençait-il pas en avoir l'habitude ? Bien. Maintenant il ne restait plus qu'a attendre que la horde se libère.

Au bout de quelques-minutes, l'étudiante n'entendit plus les échos des scientifiques. Seuls les grognements et les morsures des Ténéfix contre les lianes lui parvenaient aux oreilles. Il était temps.

Inspire, Bellamy.

Prenant son courage à deux mains, la rose se releva, vite imitée par ses pokémons. Elle ouvrit son sac et en sortit une pierre rose et brillante. Un rose pur. Elle le leva au ciel de sa main droite et s'adressa à la horde emprisonnée :

- C'est ça, que vous voulez ? Le joyau de vie.

Au vu des cris surexcités de Tenefix qui lui firent saigner les oreilles, il avait fort à parier qu'elle avait réussi à les berner. C'était fou comme un simple caillou, recouvert d'algues pouvait rendre fou un pokémon. Se disait t'elle alors qu'elle commençait à s'éloigner, si ses observations étaient juste elle avait au moins 45 secondes d'avance et...

Srach ! Oups.

La liane qui retenait toutes les autres venaient de craquer, libérant la horde affamée qui n'avait qu'un seul objectif : la faux joyau de vie qu'elle rangeait dans son sac.

-Courez ! ordonna t'elle à ses pokémons.

Comme s'obéissant, les pieds de la rose se délièrent aussi alors qu'elle se mettait à courir plus vite qu'elle n'avait jamais couru. Elle avait pourtant déjà les jambes lourdes, et le souffle court. Mais... Environ 300 m. Il ne lui fallut que courir 300 m. C'était à la fois court et long, et entendant les cris des Ténéfix : elle sut qu'elle devait utiliser ses jokers plus rapidement que prévu.

-Pom' ! Souviens toi : les ralentir, pas les arrêter.

La Nanméouïe acquiesça, s'arrêta de courir, fit volte face et utilisa torgnoles. Elle frappait avec précision tout les Ténéfix qui osaient s'approcher et si elle n'aimait pas faire souffrir les autres, c'était là, bien l'unique fois qu'elle s'y abaissait. Malheureusement elle fut vite dépassée par le nombre et Bellamy d'un regard dans son dos, la rappela sans jamais avoir arrêté de courir. Elle avait bien gagné 50m, merci Pom.

Et ce processus se répéta deux fois encore. Grace à Lancelot et Lolita. Bientôt, la rose se retrouva à courir seule, poursuivie par la horde. Elle n'en pouvait plus : gout de sang dans la bouche, trempée par sa sueur, les jambes qui tremblaient. Elle n'en pouvait plus et regretter presque de ne pas s'être entrainé aux entrainements des pyrolis. Elle n'en pouvait mais elle en voyait le bout : là à 10 mètres à peine, tous les scientifiques la regardaient d'un air surpris et désespéré.

Cool Olive avait respecté sa part du marché et avait retenu les scientifiques peu après le lieu de l'éboulement. Bellamy ignora les regards accusateurs et fit mine de trébucher face contre terre, comme prévu. Elle se retourna avec difficulté et fit face à une horde complètement folle prête à la dévorer comme si c'était elle, le joyau de vie. Bientôt, il ne resta plus aucun espace entre elle et la horde et pris par la peur. Elle ferma les yeux et versa une larme.

- Cheetah ! Boutefeu, Tomberoche, Surchauffe, Lame de roc et Éboulement !

Pour n'importe quel dresseur un tant soit peu expérimenté, cette avalanche d'attaque était bien trop excessive. Même pour vaincre une horde affamée. Heureusement pour leur plan, un bon archéologue n'est pas nécessairement un bon combattant et aucun des éminents spécialistes présents n'en s'en fit la remarque. Ils étaient bien tous trop occupés à admirer ce chaos pour s'en offusquer de toute façon : Ce fut comme si l'entièreté de la caverne hurlait sa douleur.

Et il fallut bien quelques-minutes pour qu'on puisse y comprendre quelque-chose. Bellamy balaya la poussière soulevée par l'avalanche d'attaque en balayant l'air de mouvements de bras vifs avant de poser son regard bleuté sur la réussite de son plan : La horde était K.O mais plus encore, elle se réjouissait d'un autre fait : à l'endroit exact ou un éboulement avait eu lieu laissant le passage libre pour rejoindre les cavités, un autre venait de boucher la seule entrée. Et les nombreuses flammes qui grillaient encore la pierre achevaient de rendre ce mur éternel.

Le plan avait marché. Jusqu'au bout. Et si elle n'avait pas du tenir son rôle, la rose aurait bien sauté de joie. Malheureusement elle fut vite rattrapée par la réalité : son acte héroïque ne sera sans doute jamais considéré comme tel.

L'étudiante passa les quelques-heures qui lui restait avant le lever du soleil à se faire remontrer pour son imprudence, on l'insulta, l'humilia pendant de longues heures. Et elle ne disait mot. Fixant simplement le sol et jetant de temps à autre des regard à Primrose qui lui renvoyait un regard désolé et méfiant, à Lucius qui se vantait en montrant ces cicatrices et surtout à Olive qui lui aussi avait repris son rôle de bel archéologue frimeur et acceptait sans rechigner les compliments de ses confrères. Découvrir la vérité sur le joyau de vie et sauver une étudiante d'une mort certaine, en une nuit seulement ! Impressionnant. Et au milieu de tout ce raffut, personne ne semblait avoir noté que l'entrée aux cavités avaient étaient fermées, avec les Tenefix à l'extérieur. Pas de doute, le plan avait fonctionné.

Pourtant....

Bellamy les yeux rougis et le teint pâle préparait Marathon pour son ultime périble : celui qui devait la ramener chez Evan pour au moins... Hmm. Une semaine de repos ? Elle avait bien mérité de sécher un peu les cours, non ? Pensa t'elle en pouffant toute seule. La rose brossa quelques-instants  la crinière végétale de sa monture en le regardant tristement. Pouvait t'il seulement comprendre son mal être ? Elle savait qu'elle avait fait preuve de beaucoup de professionnalisme durant la mission mais elle savait aussi et surtout que ce dernier ne lui serait jamais reconnu. Au final, ressortait t'elle plus proche de son rêve après cette mission ?

Un cri l'interpella et elle se retourna vivement, tombant nez à nez avec Olive qui accourait vers elle. Le bel archéologue la rejoignit, remit son fouet en place et déclara :

-Tu pars déjà ? Les autres organisent un grand repas, vient manger avec nous !  

La rose regarda Olive, un air grave accroché au visage. Son insouciance l'énervait. Evidement, il ne pouvait pas comprendre, personne ne le blâmerait lui. Il récoltait tous les lauriers. Comme toujours... Fichu patriarcat !

-Je ne veux pas déranger. Après tout ça, il me sera déjà assez difficile d'obtenir des stages... Je préfère au moins qu'on pense que je sais quand m'éclipser, à défaut qu'on me croie compétente...  

Le scientifique lui jeta un regard intrigué. Est-ce qu'il ne comprenait vraiment pas qu'elle avait mutilé sa potentielle future carrière pour sauver ces stupides dinosaures ? Oh qu'il pouvait l'énerver.  Olive attrapa une tablette qui était accrochée juste à coté de son fouet, l'alluma, tapota dessus et la montra à Bellamy. L'écran dévoilait une photo d'un énorme sous marin.

- Je monte une expédition sous marine pour dans quelques-mois. J'ai déjà demandé à Prim de m'accompagner, je crois qu'elle a des doutes sur notre petit mensonge... Alors, tu sais, j'aimerais... Noyer le poisson. Je me disais qu'un peu d'aide serait la bienvenue, d'autant plus que j'ai cru comprendre que l'explo sous marine te branchait pas mal.

La rose mit plusieurs minutes à peser le sens des mots. Quand elle comprit enfin, elle ne put que sauter au cou d'Olivier.

Finalement, le plan allait peut-être lui offrir des fruits un peu juteux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9865

MessageSujet: Re: Joyau de Vie ? De mort, si on ne fait pas vite ( Bellamy)    Sam 17 Fév - 12:53

Mission Bellamy

Bellamy : Eh bah dis donc c’est une mission riche en aventure que nous avons là. Le fait de démarrer presque directement la mission est vraiment original bien qu’un peu perturbant au départ. Pour moi, la véritable force de cette mission réside dans les PNJs. Ils sont tous géniaux ! Que ce soit Primrose ou Olive, les deux ont des personnalités bien à eux et à travers ces personnages, tu soulèves une autre problématique tout à fait crédible. Le fait d’ajouter Roseverte en fond était très malin car cela donne un point de repère « connu ». Les péripéties s’enchainent bien, et même si l’incompétence totale de la référente peut paraître étrange pour sa profession, cela n’est pas vraiment dérangeant. Les descriptions sont bonnes et la morale de l’histoire est très sympa.  Bellamy qui croyait avoir loupé toute sa carrière d’archéologue, il semblerait qu’au contraire elle soit très bien partie.
■■■■□ - Quatre étoiles : C'est génial ! Vous vous êtes vraiment appliqués et montrés originaux dans l'écriture et dans le déroulement !

Mission Solo donc moitié des gains : 80 jetons et 20 points d'xp.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Joyau de Vie ? De mort, si on ne fait pas vite ( Bellamy)    

Revenir en haut Aller en bas
Joyau de Vie ? De mort, si on ne fait pas vite ( Bellamy)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Le reste du monde :: Reste du globe :: Kalos-