Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 1

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Le vent caressa son visage avec tendresse. Ses cheveux sombres voletèrent avec la brise, et revinrent se coller à sa nuque. Depuis combien de temps ne les avait-il pas coupés ? Il se passa la main gauche dans sa tignasse, et fixa une fois encore la surface calme et apaisante du lac. Rien ne s'y reflétait hormis le ciel et lui-même. Il y avait cet immense miroir immobile, qui le contemplait en lui renvoyant son image. Ses traits étaient légèrement déformés par l'inquiétude et la tristesse. Ses sourcils s'étaient redressés avec hésitation tandis qu'un voile éphémère s'abattait sur ses yeux si clairs. L'étudiant était assis au bord du lac, la main gauche dans le vide, son avant bras posé sur son genou, presque replié contre lui, tandis que sa main droite soutenait son poids sur la rive. Son autre jambe était en tailleur, et nul n'aurait su dire vers où son regard se tournait. Il restait quelques rares marques du bleu causé par Eric, mais ce n'était pas douloureux. Ça non. C'était son cœur qui souffrait, pris dans un étau terrible. Il était lourd, pesant, et le tiraillait toujours un peu plus. Une douleur à la fois agréable et horrible. Ça le brûlait, ça le broyait, ça le déchiquetait. Même s'il avait renvoyé Plush et Rin dans leurs pokéballs, Noctis ne voulait pas rester seul. Non. Il voulait qu'il y ait quelqu'un, n'importe qui à ses côtés.

Tout était très confus dans sa tête, les souvenirs revenant avec passion et violence. Il y avait eu ce trop plein d'émotions, trop de choses qui l'avait agité. La colère était remontée, forte et dévastatrice. Il ne regrettait pas vraiment de s'être battu avec Eric, après tout, il avait frappé le premier, lui n'avait fait que répliquer. Mais il les avait embrassés. Ambre et Adèle. Les deux jeunes femmes, mû par une impulsion soudaine et incompréhensible. Il ne se le pardonnait pas. Ça n'était qu'un baiser, bien sûr. Rien de plus. Il avait donné ses deux premiers baisers de manière si insouciante... Le plus étrange, c'est que ça lui avait paru très naturel, d'embrasser. Il avait laissé son instinct faire les choses, sans même savoir comment s'y prendre. C'était facile. C'était inscrit en lui. Avec violence, il saisit un caillou et le jeta dans le lac. Il le regarda ricocher. Une, deux, trois, quatre, cinq... Six fois. Il soupira, lassé et triste. A vrai dire, il ne savait même pas quelle était cette tristesse, cette nostalgie qui ravageait son cœur et son esprit. Il n'était pas lui-même ce jour là. Il le savait. Ce n'était pas vraiment sa faute. Il avait cependant noté deux réactions bien distinctes. Il évitait Adèle parce qu'il avait honte et s'en voulait. Il évitait Ambre parce qu'il avait peur de croiser son regard. Il ne regrettait pas le baiser, ni même...

Des rougeurs parurent sur ses joues, et il se gratta la tête, gêné. Ah... Est-ce qu'il l'aimait ? Est-ce que c'était ça, aimer quelqu'un d'amour ? Il ne connaissait pas Ambre depuis très longtemps.
Mais tu sais qu'il suffit de 20 minutes pour tomber amoureux de quelqu'un.
Elle ne pouvait pas avoir confiance en lui...
Elle t'a confié quelque chose qu'elle ne veut surtout pas que tu répètes.
Il n'avait jamais été amoureux ! La personne qu'il aimait le plus au monde, c'était sa sœur !
Et pourtant ton cœur bat si vite rien qu'en pensant à elle... Il cogne et cogne encore, si fort que tu le sens facilement. Tes pupilles sont encore dilatées.
Il balaya ces pensées de son esprit, désormais agacé. Non. Il ne pouvait pas... Il se laissa tomber en arrière, et roula sur le côté gauche. Il était là, allongé au milieu de nul part, perdu dans ses pensées, fixant un vide immobile et éternel. Son regard à lui, comment était-il en cet instant ? Il le sentait bien pourtant... Une simple coquille, sans âme ni esprit. Il tombait dans le gouffre du sommeil. Ses paupières tombèrent, l'emportant dans la douceur salvatrice du sommeil.

Ses yeux dorés se perdirent dans l'immensité du ciel, d'un gris presque blanc, ce jour-là. Tout était calme, mais pas un calme apaisant. Plutôt comme celui qui précédait la tempête, plein de tensions et empreint de peur. Pourtant, le garçon restait là, immobile et silencieux. Il attendait. Lui-même n'était pas certain de savoir ce qu'il attendait exactement. Que la tempête s'abatte ? Que son cœur s'arrête ? Qu'il s'endorme, que quelque chose l'appelle ?
Ou plus probablement, qu'on ait besoin de lui ? Son regard se baissa automatiquement à cette pensée, sa main se refermant douloureusement sur sa poitrine. Il pouvait sentir en permanence ce drôle d'étau, entendre les battements forts et irréguliers qui émanait de ce qui restait à l'intérieur de lui : un unique cœur, une unique conscience, une âme.
Alors, il ferma les yeux. Il laissa le souffle venteux parvenir à ses oreilles, au travers du fracas des vagues qui se brisaient contre les falaises. Son corps en frissonna, mais il fit tout de même deux pas en avant. A son troisième, son pied ne rencontra que du vide. Il rouvrit les yeux, et sans la moindre once de panique, il plongea vers la mer déchaînée. Elle l'accueillit avec ses vagues fortes et puissantes, et l'écume se forma à l'endroit où son corps avait traversé. L'eau s'engouffra jusque dans ses entrailles, alors que le courant le portait à l'endroit où il devait se rendre. Aussitôt, tout se déforma, et les ténébreuses abysses s'illuminèrent dans un éclat naturel, proche de la lumière du soleil. Lorsqu'il sortit de l'eau, il était sur une plage, la mer calme et cette fois-ci d'un bleu presque azur. Ses vêtements étaient lourds, collants, mais cela ne dura qu'une seconde. Après quoi, seules quelques rares mèches de cheveux pouvaient encore témoigner du petit tour qu'il venait de faire. Une goutte d'eau glissa lentement, agrippée à une mèche noire comme la nuit, avant de faire une brève chute dans le vide. Elle se rattrapa sur un cil, alors que dans un mouvement qui lui parut durer une éternité, la paupière se fermait. Après quoi, la goutte continua son tracé sur la joue, puis sur les lèvres. Joueur, le garçon passa sa langue dessus.
Salé. Comme les larmes, songea-t-il.
Il soupira, s'étira et se remit en route. Le monde était vaste, si vaste qu'il n'était pas près d'en voir le bout, ni même d'en comprendre la logique. Tout ici menait à quelque chose d'autre, d'une façon qu'il lui était impossible de comprendre. Comment ces endroits étaient reliés entre eux, ou même pourquoi ils existaient. Mais ils étaient là. Au fil du temps, il avait à peu près compris comment allait là où il voulait. Parfois encore, il se trompait, mais cela devenait de plus en plus rare. Toute chose avait un sens, qui lui échappait, mais qui pourtant, était bien présent. Ses traces de pas dans le sable s'effacèrent aussi rapidement qu'il avançait, rendant impossible toute marche arrière. Le ciel était beau ici, bleu, sans nuage, et illuminé par un grand soleil qui ne s'éteignait jamais. Il continua à avancer, jusqu'à trouver une jeune femme assise sur la plage, les yeux perdus vers l'horizon, là où ciel et mer s'unissaient dans le même bleu, avec tendresse. Il sourit.
« A quoi tu penses ? »
Elle ne répondit pas immédiatement. Il lui fallut un bon moment avant que ses yeux sombres se tournent vers lui. Ils le scrutèrent et le dévisagèrent, comme pour essayer d'imprimer une image dans la mémoire. En vain. Sa voix fut plus tremblante qu'elle ne l'aurait souhaité.
« A beaucoup de choses. A ce qui m'entoure. A l'avenir. Au passé.
-Mais jamais au présent ? »
Son regard parut vide, aussi, il comprit qu'elle réfléchissait. Ses longs cheveux bruns furent emportés un bref instant par le vent, alors qu'elle resserrait l'étreinte sur ses jambes.
« Parfois, admit-elle. Mais jamais vraiment en bien... En général, c'est pour éviter de penser. Ça marche, jusqu'à ce que...
-Les pensées te rattrapent. »
Elle hocha la tête. Il s'assit à côté d'elle, avant de lui prendre la main.
« Tu es si têtue. Tu sais pourtant qu'il ne suffirait pas de grand chose pour effacer tout ça, pas vrai ?
-Je ne suis pas certaine d'avoir envie de l'effacer, répondit-elle en grimaçant. Je ne sais pas si tu te souviens, mais je n'aime pas avoir des souvenirs incomplets ou effrités. Je préfère quand ils sont intacts, exacts et précis.
-Tu ne revis jamais un souvenir avec la même intensité que le présent, souligna-t-il. »
Elle ouvrit la bouche pour répondre quelque chose, mais se ravisa. Il se contenta de serrer sa main plus fort, tout en fermant les yeux, la tête tournée vers le ciel, un sourire compréhensif peint sur ses lèvres.
Il tourna la tête vers elle, yeux ouverts. Durant une seconde, son œil droit n'était pas de l'habituelle teinte noisette claire proche du soleil, mais plutôt d'un gris pur et cristallin, d'où ce dégageait presque des écailles bleus clairs. Son sourire se fit triste et elle posa la tête sur son épaule.
Il la serra un peu plus contre lui.
Il ne dit rien. Il savait à quel point l'autre pouvait se montrer dur. Il savait qu'il n'aurait ni paroles réconfortantes, ni compréhension. Ce ne serait que des affirmations et des conseils. Rien de plus. Après tout, c'est comme ça qu'il avait toujours été.
« Je ne veux pas partir. Non, je veux rester là où j'étais. Je ne veux pas y retourner. Je ne veux pas revivre ça ! »
Il se redressa vaguement, pour se mettre en face d'elle, et poser son front contre le sien.
« Chut... On va laisser ça de côté pour l'instant. Tu vas laisser cette question en suspens, et tu vas avancer, un petit moment. Après quoi, tu verras si tu peux y répondre quand tu en auras les moyens. Mais pour l'instant, on va repousser la fin à plus tard, d'accord ? »
Il sourit. La plage s'effaça, le ciel s'assombrit et les étoiles se mirent à luire. Il sembla flotter dans l'immensité spatiale, tout comme elle.
« Crois moi... Il ne peut rien t'arriver... Sur ce... A bientôt, Princesse ? »
La jeune femme lui sourit. Le surnom la faisait toujours sourire, parce qu'il était toujours empreint de tendresse, de sa part. Chacun des surnoms qu'elle possédait, d'ailleurs. Elle les aimait tous, et trouvait qu'on ne les utilisait pas assez. Sœurette. Ma chérie. Princesse.
Empreint de beaucoup d'affection et d'amour. Une preuve irréfutable de l'attention qu'on lui portait.
Un simple mot pour la rassurer et la faire sourire.
Le garçon eut un sourire résigné à cette pensée. Personne ne semblait s'en douter. Lui ne pouvait qu'observer et soutenir. Son médaillon voleta quelque peu, avant de s'illuminer et de prendre une forme physique. L'apparition blanche lui pointa du doigt une direction, et il s'y rendit sans broncher. Comme s'il s'agissait de quelque chose d'ordinaire, il se mit à chantonner, dans le silence le plus absolu et dans le noir le plus complet.

S'éveiller fut douloureux. Il se redressa avec difficulté, constatant qu'il avait pleuré dans son sommeil. Il effaça le sillon des larmes d'une main, avant de fixer celle-ci. C'était bizarre, de pleurer dans son sommeil... De quoi avait-il rêvé, déjà ? Tout cela semblait lui échapper... Quelque chose, avec une fille... Étrange. Comme un lien lointain, un souvenir qui s'efface. Un peu perturbé par les vagues souvenirs de son rêve, il ne remarqua pas tout de suite qu'il n'était pas seul. Il posa son regard sur l'autre personne. Son cœur rata un battement. Sa Miss. Penaud, il se passa sa main gauche dans les cheveux, les ébouriffants. Puis, cherchant un maximum à éviter son regard, le brun lui demanda :

« … Tu es là depuis longtemps...? »

Il était un peu nerveux à l'idée qu'elle ait pu le voir pleurer dans son sommeil, d'autant qu'il ne savait même pas pourquoi ! Alors, tentant de calmer le rythme effréné de son cœur, il la regarda. Et c'était comme s'il n'avait eu besoin de rien d'autre qu'elle.


Dernière édition par Noctis Flavelle le Lun 10 Mar - 12:25, édité 1 fois
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
Je sombrais encore dans un sommeil profond. Allongée dans mon lit, je n'arrêtais de me mouvoir dans tous les sens. Je faisais actuellement un cauchemar, l'un des plus cruel que je n'avais jamais vécu. Des gouttes de sueurs perlaient sur mon front, glissant le long de mon visage pour atterrir ensuite sur mon oreiller humide. J'avais chaud, très chaud... Je poussais, furieuse et inconsciente, ma couette. Ah, de l'air... Ma fenêtre était ouverte, l'air frais pouvait s'engouffrer aisément dans la chambre faiblement éclairé. Ma respiration était forte, elle devenait haletante par moment. Parfois, des mots incompréhensibles s'échappaient de ma bouche sans que je puisse m'en rendre compte, ne me réveillant pas. Ce n'est qu'au bout de quelques minutes que je me levais en sursaut, le cœur battant follement dans ma poitrine. Sur le coup, je ne savais pas du tout où je me trouvais. Ma vision, floue, s'accommodait peu à peu de la lumière ambiante. Quel mauvais rêve ! A tel point que je ne savais plus de quoi il s'agissait. J'étais perturbée, je ne savais pas quoi faire. Je devais néanmoins retrouver mes émotions et surtout mon calme. Mon cœur palpitait bien trop vite dans ma poitrine, comme s'il voulait s'arracher de mon corps. La transpiration collait sur mon corps froid. Lentement, je me déplaçais sur le lit pour m'y assoir et poser mes pieds au sol. La main sur mon front, je soupirais... Cela faisait si longtemps que je n'avais pas vécu une nuit comme celle-ci... Je m'en serais bien passée, vraiment. La tête dans le gaz, je me levais tout de même. En arrivant à la salle de bain, après avoir perdu deux trois fois l'équilibre, j'entrais dans la douche afin de me laver. Ah... L'eau fraiche me faisait vraiment du bien, je me sentais mieux, tellement.

Suite à cette mauvaise nuit, je ne savais pas trop quoi penser. Je me disais alors qu'il serait peut-être bon de prendre l'air histoire de se changer les idées, m'éclipsant dans un claquement de porte. Bordel, j'en avais par-dessus la tête. Pourquoi le sort s'acharnait-il sur moi ? Je n'avais pas besoin que l'on me rappel ce souvenir atroce et confus. Oui, j'avais rêvé de ce fameux jour, la saint-Valentin... Les poings serrés, je marchais tête baissée, bousculant des personnes sans même prendre le soin de m'excuser. Meian me suivait toujours à la trace, inquiet de mon état de santé mental. J'étais en rogne mais aussi mélancolique et je le rappelais dans sa Pokeball, furieuse que l’on s’intéresse à moi de cette façon. Ces souvenirs émanaient de moi sans que je leur demande. Je voulais qu'ils disparaissent, maintenant ! Ce moment ne faisait que d'attiser d'avantage ma haine envers cette cruelle destinée. Pas à pas, je gagnais bientôt un lieu fameux : le lac corail. C'était... Magnifique. Je connaissais pas mal d'endroit où le paysage était à en couper le souffle, mais celui-ci était superbe. Un lieu parfait pour se reposer mais aussi se recueillir. Oui... Je me sentirais mieux ensuite.

Le vent soufflait légèrement, à un rythme régulier, faisant virevolter mes longs cheveux. J'en frissonnais de plaisir : j'aimais tellement ce vent... Le printemps pointait le bout de son nez si rapidement, les feuilles des arbres commençaient déjà à apparaître ainsi que diverses fleurs au sol. Fixant l’horizon, des flashs montrant diverses scènes de mon « cauchemar » ne cessaient d’apparaître à chaque fois que je clignais des yeux. Je revoyais Noctis… Puis Eric et la demoiselle encore inconnue. Ce quatuor amoureux… Enfin, de ce qui en laissait paraître. Car je savais que ce jour-là, je n’avais pas été moi-même, entrainée par une force invisible. Comment remédier à tout cela, à ces câlins et ces baisers non contrôlés… ? Comment dire qu’au fond, je ne ressentais peut-être rien mis à part de la sympathie ? Sauf que si c’était réellement le cas, je ne serais pas en train de me torturer l’esprit. Il y avait plus que de la sympathie mais je refusais de me l’avouer. Je me mentais à moi-même, prétextant l’excuse de cette drogue qui m’avait enivrée contre mon gré.

Je reprenais la marche, chassant ces images de ma tête dans l’espoir que ce soit une bonne fois pour toute. Pourquoi n’arrêtais-je pas de penser à lui ? Je ne le connaissais pas vraiment… Enfin, pas assez. Le lac s’agrandissait au fur et à mesure que je m’avançais vers lui. Les reflets turquoise me redonnaient le sourire. Mes yeux divaguaient,  se posant de toute part jusqu’à cette masse sombre au sol. Cela me paraissait anormal puisque ça ne pouvait pas faire partie du décor. Je me concentrais et devinais presque aussitôt la silhouette d’un être humain. Il était là, étalé au milieu de nulle part. Affolée de découvrir ce corps, j’avançais rapidement dans sa direction comme s’il avait besoin que l’on lui porte secours. Et là, il se dessinait petit à petit. Je m’arrêtais brusquement, hésitante… C’était lui. Je regardais sa poitrine se soulevant régulièrement, signe qu’il n’était pas en détresse. Mon cœur tambourinait ma poitrine. Je marchais doucement vers lui, sans dire un mot et le plus discrètement possible. Il dormait et je ne voulais pas le réveiller, juste le contempler quelques minutes et repartir de là où je venais.

« … »

Le bleu sur son visage me rappelait brièvement les prémices d’une bataille. Eric lui avait assené le premier coup avant qu’il ne lui rende la pareille. Les marques étaient toujours présentes et me peinaient puisque je savais pertinemment que c’était de ma faute ce jour-là. Les larmes coulant le long de ses joues me menaient à dire qu’il était en train de rêver. Je souriais faiblement, heureuse de voir que toute personne pouvait avoir des sentiments réels pendant qu’ils étaient transporter dans leurs songes. Quand il commençait à se mouvoir et donc à se réveiller, mon cœur s’arrêtait. J’effectuais un pas en arrière, assez pour m’éloigner de lui. Et j’étais incapable d’en faire d’autres pour fuir. J’étais paralysée. Dire que depuis plusieurs jours déjà, je faisais tout pour l’esquiver. Et là, je me retrouvais devant lui sans même chercher à partir. Mes jambes ne m’obéissaient plus. C’était certainement l’envie furieuse de découvrir sa réaction. On ne pouvait pas s’ignorer éternellement.

« Non… »

Je préférais mentir pour ne pas le vexer. Je l’observais tandis qu’il m’esquivait. J’en profitais pour détailler les traits de son visage, essayant d’analyser son ressenti. Il semblait avoir aussi honte que moi et pourtant, il n’avait rien à se reprocher. Je ne regrettais pas ses gestes. Lui aussi ne devait pas être lui-même ce jour-là. Pourquoi serais-je la seule atteinte ? A moins que ce ne soit que moi qui ai totalement déliré. Rien qu’à cette pensée, mes joues devenaient cramoisies. Puis, à force de réfléchir sur notre comportement, je ne pouvais pas vraiment douter qu’il m’ait embrassé volontairement… Façon de parler, bien entendu. Le silence régnait en maitre et je commençais à ne plus le supporter. Je continuais de regarder mon interlocuteur qui se contenais de fuir. Je prenais finalement mon courage à deux mains.

« Je ne te blâme pas Noctis, mais je ne peux pas supporter que l’on s’ignore encore longtemps. »

C’était la vérité. J’appréciais vraiment ce garçon et je trouvais dommage ce qu’il se passait en ce moment… Tout n’était qu’un malheureux malentendu. Je préférais oublier tout et revivre comme si rien n c’était passé. Hors, c’était impossible. Je gardais toujours et inlassablement l’image de ses lèvres se posant sur les miens. Ce premier contact, chaud et doux. Le premier depuis mon existence. Il me l’avait volé et déchirer. Il avait brisé tout un rêve que je m’étais permis d’imaginer. Et pourtant, cela avait été si parfait dans mon souvenir…

« C’est tout ce que j’avais à dire… Je suis désolée de ce qu'il s'est passé. »

Rien de plus, ni de moins. Juste une chose claire et compréhensible que je devais impérativement lui dire dans l’espoir que tout redevienne comme avant. Je baissais la tête et commençais à rebrousser chemin. Je savais qu’il pouvait avoir besoin plus de temps que moi et je le respectais. Hors, j’avais besoin que ça ne soit pas trop long car mon cœur était meurtri d’une autre manière.
Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Ambre était là. Elle l'observait silencieusement, jusqu'à lui exposer le fond de sa pensée. Il l'écouta, sans broncher. Il pouvait le sentir. A quel point cela lui pesait. Bien sûr. Ce n'était pas difficile à deviner. Mais lui-même ne sut pas quoi lui répondre. Il n'était pas désolé de ce qui s'était passé ? Elle l'aurait sûrement mal pris, et il ne se sentait pas le courage de réitérer ses mots. Même dans un état second, il lui avait fallu énormément de courage pour oser répondre à sa Miss. Alors là, non, vraiment, le brun ne se sentait pas la capacité de lui expliquer. Cependant elle rebroussait déjà chemin, et le garçon ne sut trop dire si c'était à cause de ce mal-être ou à cause de lui. Non. Non ! Il ne voulait pas qu'elle parte. Révélant un côté de lui même plus vulnérable qu'il ne l'aurait voulu, il se précipita pour attraper sa main et la retenir. Sa main gauche avait attrapé le bras de sa Miss, alors qu'il était encore à moitié sur le sol. Il baissa la tête, comme honteux de sa propre demande.

« Ne pars pas. S'il te plaît. »

Il la tira un peu vers lui et se releva complètement. Son regard était semblable à celui d'un enfant. Gêné, triste, honteux, et en même temps, suppliant. Il avait besoin d'elle. Maintenant. Cette pensée immuable sembla traverser son esprit et son corps de part en part et il la relâcha doucement, comme si l'acte eut été difficile. Il se gratta nerveusement la tête et poursuivit :

« Je ne cherche pas vraiment à t'ignorer... C'est juste que... J'avais peur. Je t'ai volé un baiser et... Enfin... »

Le rouge lui était monté aux joues. Ah... Son cœur recommençait à palpiter. Il était toujours mal à l'aise en sa présence. Où était-il passé, le Noctis joueur et sûr de lui ? Comme pour se rassurer lui-même, son pied se mit à creuser machinalement le sol. Du nerf ! Il lui fallait prendre confiance en lui. Il inspira profondément.

« Je ne voulais pas te faire de la peine ou quoi que ce soit. C'était un jour qui devait être amusant. Nous étions tous dans un état un peu second... C'est pour ça que... Je n'arrive pas  à démêler le vrai du faux. Ça tourne et cogite dans ma tête, sans que je puisse trouver d'explication. »

C'était la vérité. Il ne lui expliquait certes pas directement d'où provenait son mal-être et sa gêne, mais cela devrait suffire à rassurer la jeune femme sur leur situation à tous les deux. L'étudiant n'était qu'un penseur, quelqu'un qui avait toujours un point de vue rationnel et logique. Bien sûr, ses émotions et ses sentiments étaient importants, très importants, mais il ne savait pas les gérer. Il ignorait comment faire abstraction de tout ce qui pouvait le tourmenter. Mais elle était là. En face de lui. Si proche et si lointaine à la fois. Une étrange pensée le traversa. Au fond, était-ce vraiment important de comprendre tout ça ? Il pouvait très bien repousser toutes ces réflexions douloureuses à plus tard, et se concentrer sur l'instant. Il valida l'idée et oublia un court instant tout ça. Il sourit à sa Miss, un sourire vrai, amical, quoiqu'un peu nerveux. Puis, il lui tendit la main.

« Une balade ? »
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
Tout ce mélange de sentiment m’embrouillait l’esprit. Il faillait remettre les choses au clair et je savais déjà que ce serait une tâche très difficile. Je ne pouvais y arriver seule, à moins de sombrer de plus bel dans des rêves illusoires. L’aide de Noctis me serait certainement précieuse, si celui-ci accepte de m’adresser de nouveau la parole. J’avais fait un gros effort en restant à côté de lui et en lui avouant ce que je ressentais à l’instant même. Et pourtant, j’étais encore capable de lui laisser plus de temps, même si c’était moi qui en pâtirais. Je levais les yeux vers le ciel, cherchant quelque chose d’invisible. Je tentais de bloquer ma peine. La gorge maintenant nouée, je pouvais m’en aller. Dos au jeune homme, mon avant-bras venait essuyer le début des larmes que je n’avais su retenir. C’est à cet instant que sa main se saisissait de mon autre bras qui était le long de mon corps. Je me retournais donc, contente qu’il désire que je ne parte pas. Il était tout aussi confus que moi par rapport à ce baiser et je commençais à comprendre son propre mal être.

« Moi non plus, je n’y arrive pas. »

Ce jour, pouvait-il compter comme quelque chose de vrai en ignorant le fait que nous n’étions pas nous-même ? Ou devait-on juste penser qu’il s’agissait d’un malentendu ? J’appréciais Noctis, bien entendu… Mais était-ce à ce point ? C’est le dilemme auquel j’étais confrontée. C’était aussi celui du jeune homme. Tous les deux tourmentés, il me proposait néanmoins une ballade que j’acceptais sans même hésiter. Je lui souriais à mon tour et lui attrapais la main qu’il me tendait. Nous marchions côte à côte, le silence reprenant sa place en tant que maître absolu. Cette fois-ci, j’essayais de l’apprécier. En vain, puisque de nouveau, je réfléchissais de trop à notre situation étrange. Encore une fois, tout se mélangeait inlassablement. Je tournais mon regard vers le jeune homme, inquiète de devenir folle. Je revoyais son bleu au visage et ne pouvais m’empêcher de m’arrêter pour prendre son visage entre mes mains froides.

« Une chose est sûre, je ne désirais pas ça. »

C’était plus fort que moi, je craquais. Où était passée la glaciale demoiselle, celle où on ne pouvait deviner ses émotions parce qu’elle savait les contrôler à la perfection ? Je serais Noctis dans mes bras et enfuyais ma tête dans son épaule. Mes mains s’agrippaient dans son dos tandis que mes larmes coulaient sur mes joues.

« Je m’en veux terriblement… » Peinais-je à dire, prise de spasmes et de sanglots.

Je regrettais cette petite altercation avec Eric, puisque c’était moi qui l’avais créée sans réellement m’en rendre compte. Je m’en souvenais parfaitement et me souvenais aussi clairement de ce que mon esprit m’avait dicté à un moment crucial : ses bras étaient un lieu apaisant. Je confirmais ce premier doute puisque actuellement, je m’y sentais bien.
Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Elle avait pris son visage entre ses mains, et s'il ne rougit pas, le jeune homme sentit son cœur s'accélérer. Elle ne voulait pas ça...? Il songea qu'elle faisait référence au bleu. Ah, bien sûr. Bof, ce n'est pas comme si c'était vraiment grave. Eric était celui qui n'avait pas su se contrôler. Il avait peut être répliqué avec exagération, mais tout de même... Puis, elle se jeta dans ses bras. Machinalement, il l'y enferma avec douceur. Il pouvait sentir les mains crispées de sa Miss dans son dos. Il sentait ses larmes sur son épaule. Elle s'en voulait. Mais ce n'était pas de sa faute. Il l'embrassa doucement sur la joue, avant de lui murmurer :

« Ce n'est pas de ta faute, Miss. Eric n'a pas su se contrôler. Et vu ce que je lui ai collé derrière, un bleu, ce n'est pas grand chose. »

Il la berça un peu, posant sa tête sur celle de la jeune femme, frottant son dos avec sa main droite. Sa main gauche continuait de la serrait fermement, et il ne sut lui-même trop dire si c'était à de peur qu'elle s'effondre ou juste parce qu'il ressentait le besoin de la garder contre lui. Il aimait ça, l'avoir contre lui. Il se souvenait encore des sensations qu'elle lui avait procuré en disant deux mots. Il rougit à cette pensée, mais perché sur la tête de sa Miss, elle ne risquait pas de le voir. Il embrassa sa tête, sans vraiment savoir si c'était pour la calmer elle ou lui. Il sourit en repensant à un détail.

« N'empêche... Tu étais limite effrayante quand tu as vu Plush ! On aurait dit un chasseur prêt à bondir sur sa proie. »

Le brun espérait détendre l'atmosphère avec ça. Il n'aimait pas l'entendre pleurer. Non. Il n'aimait pas ça du tout. Il soupira, et comme complément, termina :

« Sèche tes larmes Ambre. Je n'aime pas te savoir en pleurs. Ça me rend triste aussi. Et tu n'as pas à t'en vouloir. J'étais jaloux, et lui aussi. … Tu nous as offert ces chocolats au hasard...? »

Maintenant, il ne pouvait plus rien faire. Il était devenu bien trop tendre avec elle, et cela ne pouvait signifier qu'une chose : il l'appréciait beaucoup. Incapable de masquer ses émotions, il avait posé une des questions qui le tracassait depuis un moment déjà. A quoi pensait-elle à ce moment là ? Même dans un état second, il était curieux. Ou plutôt, il avait besoin de comprendre. Le garçon avait déjà une petite idée de réponse à son sujet, au vu de la déclaration qu'elle lui avait faite ce jour-là, mais il ignorait si c'était bel et bien une exclusivité pour lui, ou si elle s'était juste laissée emporter et que ça aurait pu être le cas pour n'importe qui. Ah... Son esprit sembla lui sourire, alors qu'il comprenait qu'il était bel et bien amoureux. Un peu agacé par lui-même, il se reprocha d'être si naïf. Mais Ambre n'y était pour rien. C'était uniquement sa faute. Et au vu des circonstances actuelles, une autre pensée le submergea. Ce n'était probablement pas réciproque. La douleur parut assez faible vu qu'elle était tout près de lui, mais elle était bien présente. Il n'y pouvait rien. Sinon juste veiller sur elle. Mais quel imbécile. Il se força à lui sourire, alors que son cœur était à feu et à sang à l'intérieur. La protéger elle. Il verrait pour lui ensuite.
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
Une étreinte dont on ne pouvait se passer. Je sentais ses bras se refermer contre moi, me pressant contre lui, se voulant protecteur. Je retrouvais cette sensation inconnue que je ne cessais d’apprécier au fur et à mesure que je passais du temps avec lui. Ce simple geste suffisait à me calmer, ma respiration ralentissant progressivement. J’avais besoin de réconfort et me faire bercer délicatement aurait pu être suffisant pour m’endormir. Mes mains remontaient plus haut dans son dos que je continuais à agripper par son T-Shirt. J’inhalais son odeur, mon visage toujours enfuit dans son épaule. Mes larmes ne coulaient déjà plus et les spasmes avaient disparu. Quand il parlait de Plush, je ne pouvais m’empêcher de rire faiblement, le serrant d’avantage tout en dégageant ma tête de son épaule pour que mes paroles soient compréhensibles.

« Je ne m’étais pas préparée à son apparition. »

Suite à son ordre, je me mettais sur la pointe des pieds et penchais ma tête en avant pour que mes mains puissent atteindre les larmes que je devais sécher. Les propos et le câlin qu’ils m’offraient  me suffisaient à me sentir mieux. Je me dégageais de ses bras pour lui donner le plus beau et le plus véritable de mes sourires. Mes joues, rougis par la tristesse et la chaleur de son corps, pouvaient donner une expression drôle. Et pourtant, j’étais vraiment heureuse. Je gardais tout de même au coin de ma tête que cette altercation aurait pu être évitée d’une quelconque manière.

Noctis remettait finalement sur le tapis les fameux chocolats que j’avais pu offrir, déclarant par la même occasion qu’il était jaloux. A l’entendre, mon cœur faisait un bon énorme dans ma poitrine. Lui … ? Je peinais à réfléchir pour me souvenir de ce jour loufoque. Je laissais donc planer le silence jusqu’à ce que je puisse donner une réponse convenable… Je revoyais les diverses scènes par le biais de différentes images, ce mélangeant les unes aux autres. Mon esprit s’embrouillait de nouveau mais je me forçais dans l’exercice pour que tout s’éclaircie.

« Heu… Je... »

Oui, j’avais offert des chocolats aux deux garçons. Mais le choix de ces derniers, étaient-ils aléatoires ? Je fermais les yeux et serrais les poings. Je revoyais Eric courir vers moi alors que j’étais dans l’effervescence de ce drôle de sentiment. Quand il était arrivé, j’avais déjà cette fameuse boite dans la main et je n’avais pas réfléchis en lui donnant. Quant à Noctis, je me souvenais parfaitement avoir choisi la boite dans mon sac. Voilà qui était clair à présent. Je soupirais légèrement et rouvrait les yeux, un sourire au coin des lèvres.

« Aucun hasard possible. Enfin, te concernant… Quand Eric est arrivé, j’avais déjà la boite dans ma main et je n’ai pas perdu de temps pour la lui donner. Toi, j’ai pris la peine de fouiller dans mon sac. »

Qu’est-ce que cela signifiait exactement… ? Moi-même je ne pouvais l’expliquer. Si je lui avais offert des Honmei Choco volontairement, cela voulait donc dire que je l’appréciais plus que je ne le pensais. Je rougissais sous cette pensée et me retournais vivement pour fuir son regard et sa réaction. Je savais que j’avais soigné la présentation de ces boites lorsque j’avais confectionné les chocolats mais je ne me souvenais pas en avoir fait deux… Ni même plusieurs à vrai dire.  En fait, ce matin-là, j’avais oublié la signification de ce type de boite. Heureusement, je ne m’étais pas trompée de destinataire. Noctis pouvait très bien recevoir ce genre de présent puisque je tenais à lui. Une bourde quelque peu rattrapée dirons-nous. Je trifouillais mes doigts, ne sachant plus quoi dire ni même faire. La situation était encore plus gênante qu’au parc d’attraction car je ne pouvais pas fuir –j’en étais incapable- et j’étais seule avec lui. Allez savoir pourquoi, je revoyais le baiser qu’il m’avait offert. Je ne tenais plus en place, il me faillait aussi une réponse !

« Et ce baiser ? » osais-je demander.


Dernière édition par Ambre Lawford le Dim 9 Mar - 16:18, édité 1 fois
Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Pas dû au hasard. Ces mots mettait visiblement la jeune femme mal à l'aise, mais pas autant que lui. Son esprit paniqua quelques secondes, se demandant ce que cela pouvait bien vouloir signifier. En quelques secondes à peine, trois possibilités se dessinait dans son esprit. Elle disait avoir fouillé dans son sac, mais s'était quand même peut être trompée. Auquel cas, retour à la case départ, tant pis pour lui. Elle pouvait aussi les lui avoir offert parce qu'elle l'aimait bien, mais sans plus. Auquel cas, tant pis pour lui aussi. La troisième possibilité lui fit plus d'effet. Peut être qu'elle avait des sentiments pour lui. Il balaya cela aussi vite que c'était entré dans son esprit, confus par ses propres réflexions. Désormais il était beaucoup plus sûr de lui, mais aussi beaucoup moins sûr d'Ambre. Qu'allait-elle dire s'il lui disait la vérité ? Un peu effrayé par cette idée, il se concentra sur la question qu'elle lui posait.

Il aurait mieux valu penser à autre chose. La première réponse qui lui traversa l'esprit c'était : Tu veux que je recommence ? Mais il s'efforça de garder cette phrase pour lui, et uniquement pour lui, vu les dégâts qu'il avait déjà causé. Il l'avait embrassé. Une fois. Deux fois. Dans le cou. Sur les lèvres. Cette pensée eut raison de lui, et désormais, il était pire que rouge pivoine. Écarlate, gêné, il plaça sa main gauche devant sa bouche, par réflexe, interdit. Bien sûr qu'il s'en souvenait. Comment ne pas se souvenir de ça ? De ses lèvres, de cette tendresse, de cette douceur... Puis avec plus de passion, une fois qu'elle s'était déclarée et qu'il lui avait répondu... …

Si c'était possible, l'afflux de sang déjà présent dans ses joues augmenta encore. Il aurait voulu se cacher, rester loin, très loin de tout ça, mais chaque acte avait des conséquences qu'il fallait assumer. Et puis, au moins, elle ne se moquait pas de lui, c'était déjà ça. Avec un peu d'appréhension, il répondit.

« La première fois... C'était un peu de la pure folie. J'ai failli... »

Sa voix se coinça dans sa gorge, nerveux à l'idée qu'elle l'entende. Il déglutit et poursuivit :

« J'ai failli embrassé Eric, aussi. »

Il détourna le regard, désormais embarrassé pour sa bêtise et sa folie. Qu'est-ce qui lui était passé par la tête ?! Comment avait-il pu croire, une seconde au moins, que c'était une bonne idée ?! Comment cette idée avait-elle seulement pu lui passer par la tête ?!

« La deuxième fois... C'était... Je... Enfin... Tu avais dis que tu m'aimais... Et j'ai répondu que moi aussi, alors je voulais... Enfin... C'était... Beaucoup plus... Intentionnel... »

Au fur et à mesure qu'il progressait dans sa phrase, sa voix se faisait davantage murmurée et incompréhensible. Gêné, si gêné.

« Et puis, le reste... Tu sais, dans le cou, tout ça... Je... Je crois que... C'était... Par tendresse. »

Oh, seigneur. D'accord, d'accord, il avait fait quelques bêtises, mais était-il bien nécessaire de le faire payer autant ? Le karma exigeait que chaque chose devait revenir avec la même intensité en trois fois pire, mais là quand même, c'était excessivement cher payé pour un simple baiser !
Deux, corrigea sa voix intérieure. Et deux bisous dans le cou, et je ne parle même pas des câlins.
Et en plus avoir une raison qui croit bon d'intervenir dans de telles situations ! Non, il n'avait vraiment pas mérité ça !
En même temps, tu as plutôt bien profité sur le moment.
Voilà. Noctis venait de décéder de par ses rougeurs. L'afflux de sang était trop énorme pour lui, et il avait très chaud. Il attrapa le col de son sweat qu'il étira, espérant recevoir un peu d'air frais.
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
La réponse sur les chocolats semblait lui convenir puisqu’il ne disait rien à ce propos. De toute manière, je devais l’avoir mis mal à l’aise avec ma dernière question. C’était un point crucial, j’en avais conscience… Il faillait néanmoins aborder le sujet et arrêter de tourner longtemps autour du pot. Lui tournant le dos, je ne pouvais deviner sa réaction, je me contentais juste d’imaginer son mal être. Nous étions tous les deux dans la même situation sans même que l’on s’en rende compte. La vie se montrait parfois trop cruelle, voir même sadique. Et on ne faisait que d’enfoncer d’avantage le couteau dans la plaie… De la pure folie ? Je restais sur ces premières paroles en me les répétant plusieurs fois. J’avais du mal à le croire bien qu’en y repensant, il était vrai qu’il avait failli embrasser Eric. Cette fois-là, il m’avait aussi blessé puisqu’il avait embrassé l’autre fille. Néanmoins, puisque c’était de la folie, je pouvais passer par-dessus cette épreuve sans trop de difficulté. C’est la suite qui m’intéressait.

Il cherchait ses mots, n’arrivant jamais à terminer ses phrases d’un coup. J’aurais pu trouver cela agaçant mais s’en était devenu mignon. Il perdait sa voix si bien que je devais me concentrer pour entendre la suite. Oui, je me souvenais de le lui avoir dit : comment l’oublier ? Je frissonnais en me remémorant cette scène. Je fondais littéralement sur place en me souvenant de ces baisers dans le cou, un point sensible. J’avais la terrible envie de recommencer, juste pour goûter de nouveau à ce plaisir qui ne m’était plus inconnu. Etait-ce bien de ressentir ces émotions à cet instant ? Pour mon propre bonheur, oui. Celui de Noctis devait être différent bien que quelque chose me faisait penser le contraire. Dans ses mots, j’avais la sensation qu’il avait apprécié, lui aussi. Bien que nous n’étions pas nous même ce jour, il ne cherchait pas à s’excuser ni même à regretter.

Je me retournais finalement pour enfin l’observer silencieusement. Mon visage n’avait aucune expression pour le moment. Noctis, lui, était si rouge… Si ça le gênait tellement cela ne pouvait dire qu’une chose, non ? Je mordillais ma lèvre inférieure à l’idée qui venait de me traverser l’esprit. Comme une gamine honteuse de sa bêtise, je détournais mon regard dans un coin, fixant désormais le sol. La bouche entre ouverte, je ne laissais que cette phrase m’échapper de la bouche sans même avoir réfléchi. Mon cœur ne cessait de palpiter dans ma poitrine.

« Dans ce cas… Serais-tu capable de recommencer ? »

Oui recommencer, tout simplement. Pour voir s’il n’y avait pas que ce drôle d’effet dans l’histoire. S’il n’y avait pas eu que ce parfum pour nous enivrer et nous dicter nos actes. Savoir si cela pouvait devenir vrai ou non. Je jouais nerveusement avec mes doigts. C’était simplement un moment de vérité…


Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Si Noctis avait été un ordinateur, il y aurait sans doute un écran bleu à l'affichage. Il venait de bugger, tant et si bien qu'il se retrouva complètement figé, les yeux écarquillés. Recommencer. Recommencer. Ce seul mot ne faisait que ce répéter inlassablement dans sa tête. Elle lui posait la question ou elle voulait qu'il le prouve ? Hébété, abasourdi, ahuri, sidéré... Aucun mot n'était à la hauteur de ce qui se passait dans l'esprit du garçon. D'abord, il y avait cet espèce de vide étrange, où tout un tas de mots se heurtaient les uns aux autres, trop pressés d'atteindre leur but. Ensuite, il y avait ce nœud bizarre, cette pression étrange sur son estomac, qui le chamboulait profondément. Cette étrange impression qui le déchirait entre l'idée de rester figé sur place ou de l'embrasser sur le champ. Que devait-il faire, que devait-il faire bon sang ? Tout se percutait, c'était un chaos d'idées et de sons, d'images et d'anticipations, d'émotions et de réactions. Noctis avait planté.

Une partie de son esprit – son inconscient sans doute – réfléchissait sur ce qui se passait. Les fonctions vitales étaient stables. Le rythme cardiaque trop élevé, mais peu importe ce qui se passait, il refusait de descendre. La conscience était toujours en état... Les fonctions cérébrales aussi... Quoiqu'un tant soit peu trop actives... Bizarre... Qu'en était-il des émotions ? A peine l'inconscient eut-il ouvert cette porte qu'il la referma aussi sec. Bon, le bordel, autant ne pas s'en mêler. Il alla chercher dans la mémoire et observa la scène avec attention. Ah, c'était à cause d'elle... Sa conscience était vraiment pathétique. Il soupira.

Oh, et puis, c'était plus drôle de le laisser se débrouiller tout seul. Avec un sourire carnassier, l'inconscient observa la suite de réaction de Noctis. Quand au bout des quelques secondes que cet état avait duré – c'est fou comme le temps est malléable, parfois – quelques mots s'échappèrent des lèvres du garçon sans être vraiment sûr :

« Re-Recommencer ? Oui... Oui, bien sûr je peux... »

Comme tout le système avait planté, il fallut une seconde supplémentaire pour qu'il assimile ce qu'il venait de dire. Un monstrueux effroi se poursuivit dans sa tête, la sensibilité passant son stress sur la tendresse, alors qu'une voix vicieuse le poussait à continuer. La raison maîtresse de tout, intervint une nouvelle fois.
Pose toi deux minutes, tu veux ?
Le reboot du système semblait avoir fonctionné. Durant le laps de temps où Noctis ferma les paupières et les rouvrit, tout son être venait de se remettre en marche, opérationnel et prêt à la réflexion. Il avait dit oui. Il ne pouvait pas revenir en arrière, et de toutes façons, il en mourrait d'envie. Il était encore un peu nerveux, mais quelque chose était en train de submerger tout le reste, une vague, un tsunami apportant le calme et l'apaisement....
C'était la joie, mêlé à l'amour.
Il attrapa de sa main gauche l'un des poignets de la jeune femme et l'attira vers lui, avant de passer son bras droit dans son dos. Sa main gauche remonta naturellement jusqu'au visage de la jeune femme, où il souffla, doucement :

« Si c'est vraiment ce que tu veux... »

Il avait un peu peur de s'être laissé emporté, mais appuya tout de même ses lèvres contre celle de sa Miss. Son cœur tambourinait beaucoup plus fort que les deux premières fois, et il se découvrit aussi plus curieux et passionné. Il la relâcha au bout d'un temps, baissant les yeux, à la fois gêné et heureux. Ses joues étaient rouges, mais un sourire amusé prenait place sur son visage. Il la regarda droit dans les yeux, et termina, en lui souriant d'autant plus :

« Ce n'était pas qu'une conséquence de mon état. »
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
Je savais que ma question était un peu osée. Mais j’en avais besoin, j’avais besoin de réponse pour enfin discerner le vrai du faux. Juste pour être certaine et comprendre enfin ce qu’il en était réellement. Je redoutais son attitude, voir même sa riposte puisqu’il pouvait aussi bien me rejeter. Et pourtant, je pensais croire le contraire par le biais de ses propos et ses réactions… Peut-être que je les interprétais, que je m’avançais de trop. Néanmoins, je voulais en avoir le cœur net pour stopper court à cette torture mentale. Même si j’avais été manipulée par je ne sais quelle sensation, j’étais pour le moins sûre de mes sentiments à l’heure actuelle pour la simple et bonne raison que je me sentais moi-même. Il faillait maintenant que Noctis confirme ou non les siens.

Je ne pouvais plus le regarder, sûrement honteuse de ce que je venais de lui demander. Je n’étais pas à l’aise parce que je ne pouvais dicter à mon aise ces émotions. Il le pouvait mais qu’est-ce qu’il attendait ? Très vite, je sentais une force se saisir de mon poignet pour me tirer à l’avant. Je me retrouvais de nouveau dans les bras désirés, l’un remontant le long de mon visage, assez pour me décrocher un frisson incontrôlable. Je souriais timidement. Je ne savais pas si je pouvais le regarder ou si je devais me contenter de me laisser faire.  Voir même les deux… Je pensais à tout et à rien en même temps, c’était une étrange impression. Je stoppais ma respiration quand il approchait enfin son visage vers le mien. Bien sûr que je le voulais, sinon, pourquoi le lui demander ?

Ce n’était pas exactement dans mes souvenirs… Je me laissais transporter, comme si plus rien autour de nous n’existait. C’était le vide absolue, je me contenais juste de… vivre. Ma main gauche s’agrippait à la hanche du jeune homme tandis que l’autre était posée juste en dessous de son épaule gauche. Je me saisissais de son vêtement, prise d’une pulsion inconnue et me rapprochais encore plus de lui. J’avais peur de tomber, je ne sentais plus mes jambes que j’en tremblais légèrement. J’essayais de lui faire comprendre de ne pas me lâcher, de ne jamais le faire. J’en faisais de même, incapable de me séparer de lui. Il me relâchait mais je ne l’entendais pas de cette oreille si bien que je revenais à la charge sans même prendre le temps de lui répondre… C’était tout ce qu’il avait en réserve ? Je ne cherchais pas plus loin et lui baisant une fois les lèvres, puis deux… Avant de reprendre là où il s’était arrêté. Il y avait plus que de la tendresse… Il me semblait communiquer de l’amour.

« Je ne pensais pas que tu aurais eu le courage. Pardon d’avoir douté. »

De toute façon, s’il ne serait pas venu, c’est moi qui aurais fait le premier pas. Il y avait juste eu cette appréhension de croire que des sentiments ne pouvaient pas être partagés de la même manière. Je collais mon front contre le sien et ne cessait de contempler son regard. Allais-je oser le dire, comme la dernière fois ? C’était beaucoup plus compliquer car je savais plus clairement ce que ces deux mots voulaient dire… Pourtant, cela paraissait comme une évidence. Et s’il avait juste relevé un défi en venant m’embrasser ? Au moins une fois dans ma vie, je voulais être formel envers moi-même et arrêtez de me mentir au risque de me faire trop de mal.

« Je…  »

Et pourtant, les mots ne voulaient pas sortir de ma bouche. Une boule se nouait dans ma gorge. Je continuais de le regarder, cherchant dans son regard le courage de l’avouer. Et je peinais toujours. Je n’étais pas celle que je pensais connaître. J’humidifiais mes lèvres et essayais de nouveau. En vain… Mes yeux devenaient humides et pensant que les actes valaient plus que des mots, je me rapprochais de lui. Une nouvelle étreinte, différente de celle des autres. Plus charnelle. De façon plus… amoureuse. Oui, je l'aime.
Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
Elle avait décidé d'en profiter un peu plus que ce que le brun avait proposé, et à vrai dire, ce n'était pas pour lui déplaire. Lui-même se faisait beaucoup plus osé soudainement, comme plus sûr de lui. Il la serra plus fort, désireux de sentir son corps tout contre lui. Ah... C'était agréable. C'était rassurant. C'était le meilleur endroit du monde. Il eut un sourire moqueur en l'entendant parler de courage. Il se souvenait encore bien du premier câlin qu'il lui avait fait, et il n'avait pas hésité une seconde. Un défi, et bien plus encore : une envie. Il avait tant désiré revivre ce moment de bonheur... Si différent, et pourtant si similaire. Il souriait, désormais pleinement en possession de ses moyens et rassurés. Puis, elle prit cette expression bizarre, un peu hésitante et décidée à la fois. Elle voulait dire quelque chose, mais les mots ne semblait pas sortir. Elle réessaya, en vain. Se prêtant au jeu, Noctis tenta de deviner ce qu'elle voulait. Elle se colla plus à lui, et cette fois-ci, ça n'avait définitivement plus rien d'une étreinte amicale. Non. C'était plus. Beaucoup plus. Et il la regarda, serrée contre lui. Un moment d'hésitation passa en lui. Un geste qui voulait tout dire. Et si...?

Il se surprit à sourire avec tendresse, avant de réitérer l'un de ses petits plaisirs personnels : l'embrasser dans le cou, pour la faire fondre. Il s'exécuta, une fois, deux fois, trois fois... Jusqu'à remonter à son oreille. Son souffle se répercuta doucement sur l'oreille de la jeune femme, avant de dire :

« Je sais. Moi aussi. »

En espérant ne pas s'être trompé dans sa déduction, sinon, il aurait l'air fin, tiens ! Elle était à lui, juste à lui... Et d'ailleurs, il se devait de préciser un autre petit point.

« Miss...? Je considère qu'à partir de maintenant, j'ai le droit de t'embrasser, d'accord ? »

Et comme pour appuyer ses dires, il l'embrassa une nouvelle fois, plus passionnément. Il attrapa sa main, la serrant tout autant qu'il l'empêchait de tomber, pouvant enfin sentir plus distinctement les battements du cœur de la jeune femme. Son bonheur se refléta dans ses yeux, et il lui relâcha enfin ses lèvres, comme amusé par sa propre audace. Il l'embrassa sur le front, et lui dit enfin :

« Je vais te raccompagner jusqu'à ton dortoir. Il se fait tard... »

Et une partie de son esprit lui confirma que ça ne les empêchaient pas de faire un petit détour. Il ricana intérieurement, et bien qu'il la relâcha pour pouvoir marcher à ses côtés, il ne lâcha pas sa main. Non. Jamais. Comme ça allait être dur, quand il le faudrait. En attendant, il profitait de la chaleur trop convoitée qu'elle pouvait lui apporter.
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
J’espérais que mes gestes parleraient à ma place puisque ma voix avait décidé de fuir. Je le gardais donc toute contre moi. Je ne savais pas si ce mode de communication était adapté à ses yeux mais je pensais le convaincre de cette manière. Je respirais profondément pour contrôler ce plaisir qui m’envahissait. J’avais conscience qu’il jouait avec mes sensations en venant m’embrasser la nuque. Je souriais faiblement en l’entendant dire qu’il confirmait ma pensée. Nous étions sur la même longueur d’onde depuis le début et cela me réchauffait le cœur encore plus qu’il ne pouvait l’être. Je remontais la tête tout en frottant ma joue contre la sienne jusqu’à ce qu’il revienne m’embrasser de nouveau.

« Bien entendu... » soufflais-je entre mes lèvres.

Il était si tard que cela… ? Je me souvenais d’avoir vaguement rêvé avant de venir ici. Nous n’étions donc pas le matin ? Perdue quelques instants, j’essayais de me reconcentrer sur le temps sauf qu’aucune indication me permettait d’approuver ses dires. Je restais don muette et ne bronchais pas à l’idée de me faire raccompagner. Cette initiative ne me permettrait que de gagner encore plus de temps avec lui. Direction le nord donc ! Je me laissais guider par ses pas, comme s’il connaissait l’emplacement exact de mon dortoir. A vrai dire, je préférais ne pas faire attention au chemin emprunté. Je serais fermement sa main au creux de la mienne et osais regarder les alentours. Le lac resterait à mes yeux un endroit toujours aussi magnifique.

« Heureusement que je t’ai trouvé ici. Sinon, je ne m’imagine pas encore dans quel état nous serions. »

Je ne pouvais m’empêcher de rire légèrement à cette idée. En effet, maintenant, ce n’était que de l’histoire ancienne. Encore une belle leçon de vie qui me confirmait une chose : toujours être franc et ne jamais attendre pour dire les choses telles qu’elles sont au risque de souffrir et de faire souffrir l’autre. Je pensais être une jeune femme franche, bien que parfois, je manquais cruellement de tact.

« Tu es sûre que c’est par là ? »

J’arquais un sourcil, surprise. Je connaissais bien entendu la trajectoire à prendre pour que je puisse rentrer dans mon dortoir. Cette bifurcation perturbait mon esprit. Je n’aimais pas ne pas savoir.


Noctis Flavelle
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t590-noctis-flavelle-phyllali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t591-noctis-flavelle-phyllali#4824
Taille de l'équipe : 18 / 60
Région d'origine : Kalos
Âge : 17 ans
Niveau : 52
Jetons : 1036
Points d'Expériences : 1540
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
pokemon
18 / 60
Kalos
17 ans
52
1036
1540
Noctis Flavelle
est un Scientifique Chercheur Pokemon
L'étudiant ne put s'empêcher de sourire à la remarque de sa Miss. Ce n'était pas exactement par ici, mais il voulait profiter d'elle encore un peu... Juste un tout petit peu... Il soupira en serrant d'autant plus sa main. Il était en train de se transformer en quelque chose de terriblement docile et doux... Quoiqu'un peu taquin et joueur. Cette pensée lui arracha un sourire. Il avait toujours été comme ça. Il n'avait jamais été autant lui-même que quand il aimait. Il devenait doux et méchant en même temps, pourtant, d'une remarquable tendresse et d'une attention sans borne. Qu'était cette étrange contraste dans ses yeux si rieurs et tortionnaires ? L'amour était bel et bien un étrange maux, affectant terriblement celui qui le subissait... Mais somme toute, en bien.

« Si tu ne m'avais pas trouvé, on aurait été dans un bel état ! … Ce n'est pas exactement par ici, mais un petit détour ne peut pas nous faire mal, hein...? »

A vrai dire, explorateur comme lui, il connaissait un petit recoin, entre la forêt et le lac, un lieu où les odeurs boisées se mêlaient à la verdure et la beauté de l'eau. Un coin tranquille, à la fois à l'ombre et au soleil. Un coin où personne n'allait jamais – d'ailleurs il se demandait bien pourquoi, c'était le seul coin calme où il pouvait lire tranquillement ! Personne n'explorait jamais rien, ici ?! - et où il se savait seul avec elle. Il l'attira lentement mais sûrement vers son coin à lui. Il le lui montrait pour deux raisons : premièrement, il venait ici quand il le pouvait, donc la plupart du temps, et si elle voulait le trouver facilement, c'était préférable. Il la força un peu à venir dans ses bras, joueur et désireux de tendresse. Après quoi, il la fit se retourner pour faire face à ce petit coin.

« Si tu me cherches, la plupart du temps, je suis ici... C'est plus tranquille que la plupart des endroits dans l'école. »

Il lui sourit, l'embrassa sur la commissure des lèvres, et la poussa à reprendre leur chemin, cette fois-ci vers le Nord, vers son dortoir. Il jouait un peu avec les doigts de la jeune femme, pianotant dessus, puis jouant à les coller les uns aux autres... Tout était un prétexte à la sentir plus proche de lui. Le chemin fut à la fois long... Et trop court. Ils y étaient déjà. Le dortoir des Givrali. Il la regarda, amusé et attristé à la fois. Bien sûr, il ne tarderait pas à la revoir. Il était même prêt à la filer un petit bout de temps pour connaître ses habitudes et son emploi du temps par cœur. Elle ne s'en rendrait même pas compte. Cette pensée faillit le faire s'esclaffer, mais il se retint, persuadé qu'alors, elle se douterait de quelque chose. Ce serait un secret, alors. Puis au moins, il pourrait éloigner les menaces potentielles. Il l'embrassa avec douceur, comme un au revoir, et lui souffla :

« A très vite, Miss... Prend soin de toi. »

Et il s'effaça comme une ombre dans la nuit. Même s'il ne faisait pas nuit. Même s'il n'était pas une ombre. Il eut vite fait de s'éclipser, en souriant encore, l'image de sa belle flottant dans son esprit. Ah... Il se demanda un instant à quoi elle ressemblait, endormie. Il se promit qu'un jour, il utiliserait Plush pour l'endormir, rien que pour voir sa tête.
Quel inconscient, soupira la voix de la raison.
Pour autant, jamais cette dernière ne tenta de mettre fin à la joie de son propriétaire. Sans doute qu'elle en profitait aussi.
Ambre Lawford
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t103-ambre-lawford-givrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t121-ambre-lawford-givrali
Taille de l'équipe : 19
Région d'origine : Hoenn
Âge : 20 ans
Niveau : 54
Jetons : 1312
Points d'Expériences : 1697
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
pokemon
19
Hoenn
20 ans
54
1312
1697
Ambre Lawford
est un Nouveau Membre
Une lisière… Assez éloignée de l’eau pour la contempler et écouter le chant des oiseaux. Les branches d’arbres couvraient le lieu, laissant tout de même s’échapper à quelques endroits les rayons du soleil. C’était un lieu que je ne connaissais pas puisque je ne m’y étais jamais aventurée, je prenais le temps de l’observer en silence. Le calme dominait et il n’y avait de risque d’être déranger ici. Je comprenais donc avec aisance le choix du garçon et lui souriais, ravie de pouvoir partager cet endroit avec lui. Je n’aurais donc plus aucune difficulté à le trouver dorénavant. Me retournant, j’eus le droit à un autre baiser que je rendais délicatement sur la joue pour le remercier. On reprenait finalement la direction du nord sans un mot de plus, toujours en se tenant la main. Bien entendu, je n’avançais pas très vite puisque je redoutais la séparation. Même si je savais que l’on allait se revoir très vite, je ne pouvais m’imaginer cette déchirure. Ah… L’amour… C’était si fragile. Surtout à sa naissance.

On arrivait enfin à destination, il ne me restait plus qu’à franchir la porte. Je restais néanmoins juste à côté, le temps de se dire au revoir. Un dernier baiser, une dernière consigne et il s’éloignait rapidement. Je lui promettais de faire attention si lui aussi tenait cette consigne. Je souriais légèrement et pénétrais dans la pièce commune de mon dortoir. Ce bleu pastel sur les murs me refroidissait. Le rouge de mes joues disparaissait pour me laisser enfin respirer normalement. Mon cœur reprenait un rythme parfaitement normal. Je montais directement dans ma chambre pour m’allonger sur mon lit. Je restais muette, fixant pendant de longues minutes le plafond et je me repassais en boucle ce qu’il venait de se produire ces dernières heures, commençant à croire que c’était un rêve. Je levais mon bras au niveau de mon visage et mon index se posait sur ma lèvre inférieure, comme si je ressentais encore quelque chose. Meian me rejoignait bien vite, se demandant ce qu’il m’arrivait. Je le caressais du bout des doigts et me retournais d’un coup pour enfuir ma tête dans mon oreiller et soupirer d’extase. Vivement demain.


pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum