>

Partagez | .
[Almia][Mission] Gemme manquante
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 952

Sujet: [Almia][Mission] Gemme manquante   Dim 25 Mar - 17:20

Gemme manquante
feat Raudhr Akai


Marie ouvrit lentement les yeux.

Elle cligna une fois. Puis deux. Dans un état encore léthargique, elle s'étira de tout son long, emmêlée dans sa couverture. L'un de ses deux oreillers avait volé au sol, et le second pouvait tomber à n'importe quel moment, à moitié suspendu dans le vide. Seule la tête de Marie, fermement enfoncée dedans, le retenait de chuter.

Les yeux grands ouverts, elle fixait sa chambre. Sa Carmache était adossée contre un mur, les yeux hermétiquement clos, et Sain perché sur le haut de son crâne. Sephiran était allongé de tout son long sur une étagère, non loin de Douceline qui occupait bien moins de place, repliée sur elle-même. Dans la pénombre, elle parvenait à voir la patte de Saizo, qui dépassait de sous le bureau, et Stahl, posé sur sa chaise.

Un mouvement à proximité de ses jambes capta son attention. Lentement, Marie se redressa, et vit que parmi le désordre de sa couette et ses draps se trouvaient un Crôaporal et une Sancoki, accolés l'un contre l'autre. La viscosité de leurs peaux avait humidifié son lit, ce qui aurait sans nul doute rebuté n'importe quelle Mentali, mais la vision de la douce respiration de Serra paraissait plus importante aux yeux de la jeune fille. Soren avait pris la jeune créature sous son aile et lui portait une grande attention, au grand ravissement de sa dresseuse.

Un son mat retentit. Son deuxième oreiller venait de chuter. Marie soupira, et avec une grande délicatesse, retira ses jambes de sa couette, sans réveiller les deux Pokémon qui y dormaient. Ses pieds nus se posèrent sur le sol froid de la chambre, qu'elle observait dans le plus grand des silences. Les volets de l'unique fenêtre laissaient passer une faible lumière, qui ne faisait au final qu'accentuer sa pénombre, et envoyaient sur le sol trois petites stries jaunes, en provenance direct du soleil.

D'un air las, Marie se leva, et ramassa ses deux coussins au sol. En se tournant vers son lit, elle réalisa à quel point sa nuit dut être mouvementée. Au sens strict du terme : la moitié de la housse de couette avait quitté sa couverture, la-dite couverture était tordue dans tous les sens, en plus de déborder sur le sol, et elle était parvenue à déloger son drap du coin supérieur gauche de son matelas.

Et elle avait envoyé deux oreillers par terre.

Son regard se tourna vers la fenêtre, derrière laquelle elle parvenait à deviner la présence du soleil. Depuis quand était-elle si négligée, dans son attitude ? Avant son arrivée à l'académie, jamais elle n'aurait mis son lit dans un tel état. Elle n'aurait pas non plus mis autant de temps à se lever, ni même l'envie omniprésente de retourner se coucher... Rien que son sommeil avait été influencé par tous les événements traversés depuis. Elle avait beaucoup changé... La si noble et vertueuse Marie d'il y a quatre ans se tenait désormais dans une chambre en désordre, avec les cheveux ébouriffés, un t-shirt, et des sous-vêtements en guise de pyjama.

Cela ressemblait étrangement à l'idée de ce qu'elle se faisait d'une attitude « modeste ». Était-elle en voie de devenir une fille... Normale ?

Elle ne savait si elle devait appréhender cela comme une progression ou une régression. Le modèle de vie qu'avaient voulu lui inculquer ses parents adoptifs la révulsait au plus haut point, mais elle ne voulait pas non plus paraître déplaisante aux yeux des autres. Non pas que Marie tenait particulièrement à son apparence – il était quand même question d'une fille qui mettait des robes mondaines avec une besace à fleurs –, mais elle craignait qu'une tenue grossière affecte ses rapports relationnels.

Déjà que ceux-ci étaient peu évidents.

Elle ferma les yeux, et pressa les deux coussins contre sa poitrine. Tant que cette vision négligée d'elle-même restait entre elle et ses Pokémon, elle n'aurait rien à craindre. De toute façon, son sens de l'ordre et de la rigueur allait bien vite reprendre le dessus... Mais il fallait avouer qu'il était parfois plaisant de se laisser aller à la paresse.

Marie posa les deux oreillers à leurs places, et observa ses compagnons, un à un. Elle était heureuse de cette équipe. Elle était parfois certes indisciplinée, discordante, maladroite, inefficace, bordélique, dissidente et hautement critiquable...

… Mais il fallait croire qu'elle s'était attachée à eux, malgré tout.

Quelqu'un frappa à la porte.

Marie tourna brusquement la tête en sa direction. Elle jeta un bref regard alerté vers ses Pokémon, dont certains ouvrirent un œil maussade, puis perdit tout espoir de les garder endormis lorsque les frappes se firent plus insistantes. Une voix s'éleva depuis l'autre côté, et tira définitivement les compagnons de la Ranger de leur sommeil.

« -Bonjouuur ! Il y a quelqu'un ? Marie Uana, j'ai besoin de te parler ! »

La Mentali haussa les sourcils. Cette voix, il s'agissait de Diana Prince ? Que lui voulait-elle ?... Leur professeure de TopDressage avait l'étonnante capacité d'être encore plus pot de colle envers ses élèves que l'était Melty Potts envers ses Mentali. Et si jusqu'à présent, elle s'était montrée plutôt modérée envers la calme et studieuse Marie, il semblerait que ce temps de tranquillité soit révolu...

D'une voix blasée et ennuyée, la demoiselle décida de donner signe de vie avant que Diana n'enfonce sa porte pour rentrer à l'intérieur.

« -Patientez deux minutes, je vous prie.
-Reçu cinq sur cinq ! »

Les frappes à la porte cessèrent, et Marie soupira. Le trop-plein d'enthousiasme de mademoiselle Prince avait quelque chose d'extrêmement agaçant...

Les Pokémon de Marie, désormais réveillés, se mirent peu à peu en mouvement. Seule Sully, la Séviper, était réfugiée à l'intérieur de sa Pokéball ; et le resterait tant que Sephiran serait de sortie. Il n'était vraiment pas bon de laisser un Séviper et un Mangriff cohabiter, Marie l'avait compris à ses dépendants... Un jour, parviendrait-elle seulement à les faire se rencontrer sans qu'il n'y ait de débordement ? Cela lui faciliterait la tâche, mais pour l'heure, elle avait tout autre chose à faire : remettre rapidement sa chambre en état, et s'habiller brièvement.

La Ranger demanda à Sumia de faire son lit, avant d'attraper de quoi se vêtir. Un bas et des chaussures suffirent, elle verrait pour un haut mieux adapté plus tard si nécessaire. Elle demanda à Soren d'aider Sephiran à descendre de l'étagère où il s'était endormi, et délogea Stahl et Saizo de son bureau. Puis elle passa un bref coup de brosse dans ses cheveux, qui à défaut d'être parfaitement coiffés, étaient au moins présentables, et se dirigea enfin vers la porte.

Au moment où elle posa la main sur la poignée, la voix de Diana s'éleva à nouveau.

« -C'est bon ? Je peux rentrer ? »

Marie se crispa, et serra les dents. Aaaah, ce qu'elle était pénible. Prenant sur elle-même, elle recula d'un pas et ouvrit la porte, dévoilant une femme souriante accompagnée d'un Lockpin complètement blasé, qui gardait les pattes supérieurs croisés. La Mentali capta son regard, et eut une pensée empathique pour ce pauvre Nathan qui devait supporter toute la journée sa dresseuse.

A peine l'étudiante s'était-elle avancée sur le pas de la porte que Diana saisit une de ses mains pour vivement la secouer.

« -Félicitations, Marie ! Tu as été choisie pour partir une semaine à Almia ! De demain à dimanche prochain, tu prendras part aux cours et activités de l’Académie Ranger ! Tu verras, ça va être GE-NIAL ! C'est là-bas que j'ai moi-même étudié dans ma tendre jeunesse, tu sais ? Bon, le Professeur Pressand n'y enseigne plus, mais je suis certaine que les professeurs actuels font parfaitement leur boulot ! Tu vas pouvoir participer à leurs enseignements spécialisés et entièrement orientés vers le travail de Ranger, mais aussi y découvrir le boulot de Technicien, faire des missions sur le terrain, rencontrer d'autres apprentis Ranger et...  »

Marie ne dit ni ne pensa plus rien. D'accord, elle était perdue. Derrière elle, ses Pokémon se dévisageaient en tentant d'observer la scène et de comprendre ce qu'il s'y passait, tandis que la principale intéressée commençait à ressentir une certaine douleur au poignet, due au va-et-vient incessant des mains de Diana.

La professeure continua de parler pendant ce qui sembla durer une éternité aux yeux de Marie, qui, après avoir brièvement traité les informations « partir une semaine » et « Académie Ranger », pensa vaguement cerner la situation. Elle finit par prendre la parole, et interrompre sa supérieure.

« -Pourriez-vous me lâcher, je vous prie ?... Vous me faîtes mal. »

Diana cessa brusquement tout mouvement, surprise, et réalisa qu'elle était encore en train de serrer la main de Marie.

« -Oh ! Je m'excuse ! Pardonne moi, mais c'est l'excitation, tu comprends ? Ah, que je t'envie ! Tu ne sais pas la chance que tu-
-Pourquoi un départ aussi précipité ? Quel intérêt a la Pokémon Community à envoyer des élèves à l'Académie Ranger ? » elle plissa les yeux, et se frotta la main « … Et pourquoi moi ? »

La Ranger professionnelle se redressa, et se gratta la tête d'un air gêné.

« -Hum, pour tout dire... Il est possible que j'ai promis à la direction de l'Académie Ranger que je leur enverrai des élèves pour procéder à un échange scolaire, et il est possible aussi que l'information soit passée à la trappe et que je m'y prenne à la dernière minute pour choisir des candidats, tout comme il est possible que tu sois l'un des derniers élèves dans la filière Ranger à être présent aujourd'hui et à pouvoir répondre présent pour cette mission... »

Nathan soupira et secoua la tête de droite à gauche, comme pour désapprouver l'attitude de sa dresseuse, alors que cette dernière reprenait déjà sur un ton enthousiaste.

« -S'il te plaît Marie ! Après toi, il ne me reste qu'un seul autre élève à qui je peux demander, et je ne voudrai pas leur envoyer un unique étudiant pour l'échange... Et puis, réfléchis aux opportunités que cela t'ouvre ! En allant là-bas, tu vas pouvoir...
-Nous sommes d'accord qu'il est bien question de l'Académie Ranger située à Véterville ?
-... Oui, pourquoi ? » Diana rigola gentiment « Tu en connais beaucoup d'autres, des écoles de Ranger basées à Almia ? »

Marie détourna le regard, et baissa la tête. On lui proposait de se rendre là-bas. En tant qu'apprentie Ranger. Après tout ce temps... Tout ce temps passé loin de cette région, à ressasser les bons comme les mauvais souvenirs. Tous ceux qu'elles possédaient y étaient rattachés. Tous la ramenaient à cet endroit. Et tous l'invitaient à avancer, pour un jour pouvoir y retourner, et accomplir la voie qu'elle s'était tracée...

Almia.



La Mentali tourna le dos à Diana, et posa sa main sur la poignée.

« -Si je vous donne ma réponse d'ici ce soir, cela vous convient ?
-... Cet après-midi, c'est possible ?
-... » Marie soupira « Vous l'aurez pour quatorze heures.  »

Et elle referma la porte.

Se plaquant contre la paroi en bois, elle observa les Pokémon qui s'étaient rassemblés juste derrière elle. Soren, Douceline, Sumia, Stahl, Sain. Seuls Sephiran et Serra jouaient tranquillement au centre de la pièce, tandis que Saizo les observaient dans l'ombre.

Marie ne prononça pas un mot, et observa le Capstick posé sur son bureau. La décision qu'elle allait devoir prendre pourrait avoir un impact psychologique considérable. Autant en bien... Qu'en mal...

La dernière fois qu'elle était retournée à Almia, elle avait entre autres était reniée par ses parents, s'était mutilée l'épaule gauche et avait fait la rencontre de Sumia.

Les doigts de sa main droite remontèrent doucement le long de son bras gauche, et saisirent la manche de son t-shirt. Doucement, Marie la remonta, et révéla l'hideuse balafre qui y était dissimulée. Une marque circulaire et difforme, qui avait peiné à cicatriser, et donnait à sa peau une texture rugueuse teintée de rose. Elle s'était faite cela sur un coup de sang, à la suite de son abandon... Cela allait rester à vie, sans l'ombre d'un doute.

Elle passa ses doigts dessus, et prit une profonde inspiration. Puis, presque machinalement, sa main droite quitta son épaule pour permettre à la gauche de triturer le bracelet qui se trouvait à son poignet, et qu'Alban lui avait offert. Cela l'aidait toujours à se détendre quand elle était nerveuse.

Marie observa ses Pokémon, qui la regardaient sans rien dire. Au fond... Elle avait envie de croire que ses compagnons... Et cette cicatrice... Seraient toujours là pour l'aider à maintenir le cap. Comme un rappel des erreurs à ne pas commettre... Et qu'elle ferait tout pour éviter.

Marie ferma lentement les yeux.



Elle irait.

***

Le lendemain matin, elle embarquait à bord du ferry.

Diana lui avait donné de plus amples détails sur cet échange scolaire. Elle lui avait aussi appris qu'elle était parvenue à convaincre son dernier candidat potentiel à prendre part à la mission. Ils seraient donc deux représentants de la Pokémon Community à se rendre sur place... Ils allaient être l'image de la formation Ranger de l'académie à eux deux, ils avaient intérêt à ne pas faire de vague.

En arrivant sur le bateau, Marie s'était installée sur un banc à l'extérieur, près de l'escalier d'embarcation. Elle avait avec elle une valise toute sobre, son sac, et Serra sur ses genoux. Soren s'était approché de la rambarde du navire pour observer la mer, sûrement partagé entre l'envie pressante de faire trempette et la crainte de l'eau salée. La Mentali se surprit alors à se remémorer les lieux de baignade potentiels qu'elle connaissait à Almia, et réalisa qu'elle n'avait jamais envisagé la vie là-bas avec ses Pokémon. Si elle parvenait à mener ses études à leurs termes, c'était pourtant à Véterville qu'ils se rendraient en premier... Et si ce lieu et ses alentours étaient chargés de souvenir pour elle, ce n'était pas le cas de tous ses compagnons. Comment appréhenderont-ils le départ de Lansat ?...

Elle fut tirée de ses pensées par... Du rouge.

C'était en tout cas la première chose qui lui passa par l'esprit, à la vue de l'étudiant qui montait à bord du ferry. Marie haussa les sourcils, reconnaissant la silhouette de ce garçon, et ne put s’empêcher d'exprimer sa surprise à haute voix.  

« -... L'adolescent du manoir ? »

Que faisait-il sur ce ferry ? Il se rendait à Almia, lui aussi ? Pour quelle raison souhaitait-il se rendre là-b... ?

… Une minute.

Était-ce lui, son partenaire de mission ?


© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 16.
Niveau : 17
Jetons : 6726
Points d'Expériences : 302

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Lun 26 Mar - 6:04



『Mission: Gemme Manquante』
Assis sur sa chaise de bureau, Raudhr s'était levé tôt ce matin. Il était en train d'effectuer les dernières préparations pour son voyage à cette académie de Rangers sur Almia. En effet, il avait reçu hier la visite complètement inattendue de Diana Prince, la professeure TopDresseur de l'académie. Elle lui avait expliqué qu'elle le cherchait afin de l'envoyer, dans un but d'échange scolaire ou quelque chose du genre, dans la fameuse grande académie Ranger sur Almia, plus précisément dans la ville de Véterville. Raudhr en avait d'ailleurs entendu parler, de cette ville comme ayant une école et une base Ranger de bonne renommée. D'après Diana, il devait partir en duo avec un autre étudiant pour représenter la fillière Ranger de la Pokémon Community, qui n'était pas aussi nombreuse que souhaitée. Le voyage était annoncé à la dernière minute, ce que le jeune Phyllali n'appréciait pas beaucoup, lui qui préférait se poser et réfléchir calmement aux choses pendant un temps, mais l'occasion semblait unique, aussi avait-il fini par accepter, en plus des supplications quelque peu instantes de la professeure.

C'est ainsi qu'il se retrouvait aujourd'hui, de bon matin en train de faire sa valise tout en jetant un œil à Kveykva et Vindr, les deux canidés électriques s'amusant à faire des espèces d'étincelles avec leur corps, qu'ils s'envoyaient entre eux. Une sorte de communication, probablement. D'ailleurs, Raudhr devait admettre que les deux semblaient bien s'entendre malgré la nature du Voltali, qui n'aimait que ceux qu'il considérait son égal. Peut-être avait-il prit l'autre chromatique comme son apprenti ? Un Voltali noir et un Dynavolt blanc et argenté comme relation de maître et apprenti, c'était quelque chose qui pouvait être développé. Si Vindr pouvait donner quelques techniques à ce jeune Kveykva, du duo pouvait en ressortir quelque chose de bon.
Le regard rouge pâle du jeune homme se dirigea ensuite vers Fyrn, qui était d'ailleurs calme pour une fois, sagement allongé contre le mur, observant la scène de loin. Le june garçon devait admettre qu'il était fier de son chien de feu, qui avait récemment fait quelques efforts sur son comportement. Il avait enfin compris qu'il devait apprendre à se canaliser, surtout s'il voulait respecter sa part du contrat entre lui et son Dresseur pour pouvoir évoluer. Raudhr lui avait promis de lui laisser la pierre Feu lorsqu'il sentira que le Caninos serait fin prêt, et qu'il aurait appris à se tenir correctement. Un Arcanin de plus d'un mètre qui court de partout, ça serait beaucoup plus compliqué à gérer qu'un petit Caninos. Il restait tout de même un peu de travail à accomplir, mais le Ranger savait qu'il était sur la bonne voie.

Skölir lui, était sagement roulé en boule sur les draps, observant le tout de sa hauteur avec un œil las. Il ne souhaitait pas se mêler au duo électrique, trop bien calé dans la chaleur des couvertures pour aller faire mumuse avec son électricité. Électricité que Raudhr commençait justement à trouver un peu dangereuse, en voyant le flot augmenter entre les deux canidés. Fort heureusement, c'était de l’électricité et non des flammes, puisqu'il avait tout de même deux types Feu juste un peu plus loin. Il interpella les deux chromatiques en leur demandant de cesser leur échange pour le moment, puisque de toute façon ils auront bien souvent l'occasion de s'entraîner comme ils le souhaitent pendant plus d'une semaine là où ils allaient.

S'étirant, le regard du jeune homme aux cheveux rouges passa le tout en revue. Il avait longuement hésité à prendre son cristal rouge qui lui tenait très à cœur, se disant s'il ne vallait pas mieux qu'il reste ici, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que quelque chose aurait pu arriver en son absence et l'idée de le perdre lui était trop douloureuse, aussi avait-il prit, avec soin, la boîte noire dans laquelle il était soigneusement rangé avant de le mettre au fond de sa valise. Il avait aussi laissé la pierre Feu sur son bureau, ne comptant de toute façon pas faire évoluer Fyrn dans les jours à venir.
Fermant définitivement sa valise et son sac, il se redressa et tapa dans ses mains, attirant l'attention de toute son équipe.

-Bien, comme vous le savez, nous allons partir une semaine sur une autre île. Je veux un comportement exemplaire, c'est compris ?

Le Ranger lança un regard à Fyrn, qui savait très bien à quoi il faisait allusion. Le canin aboya, comme pour rassurer son Dresseur, mais ce dernier savait de quoi il était capable et qu'il pouvait facilement démarrer au quart de tour.

Soupirant, le jeune homme n'avait aussi qu'une seule prière : qu'elle ne se réveille pas. La dernière fois qu'il était parti sur une autre île, à savoir Alola, elle avait clairement montré sa présence par d'interminables douleurs en présence de son colocataire, et avait grandement inquiété Raudhr. Déjà qu'il n'était pas trop emballé à l'idée d'être avec d'autres gens ou même en duo tout court, il allait devoir redoubler de volonté et de self control si jamais il sentait qu'elle allait émerger. Observant sa main gauche, désormais sans bandage, son expression se fit plus sombre. La plupart des plaies s'étaient cicatrisées, et les quelques entrailles peu profondes avait complètement disparu. Il restait cependant la plus importante sur la paume de sa main, qui elle, malgré les mois écoulés depuis, avait bien décidé de prendre son temps à cicatriser. Un bandage n'était plus vraiment nécessaire à ce stade, mais il devait tout de même faire attention, la peau autour de la plaie restant toujours quelque peu fragile. La créature avait bien réussi son coup. Cela faisait presque quatre mois depuis son éveil, et depuis, elle n'avait pas montré signe de vie, mais les cicatrices sur sa main faisait le travail, lui rappelant tous les jours sa présence sans qu'elle n'ait à la manifester.
Cependant, depuis les sources chaudes, le Dresseur se sentait un peu plus à l'aise, sa peur n'avait pas complètement disparue mais c'était tout de même allégée. Il n'avait pas pour autant retrouvé goût à tout et n'était toujours pas confiant en présence des autres, mais il faisait de quelques progrès.

Secouant la tête, il chassa les idées noires qui venaient envahir son esprit à la vue de sa main gauche et mit sa veste. Il rappela uniquement Kveykva dans sa Pokéball pour éviter de le faire marcher pendant un trop long voyage ainsi qu'Esterni. Il ne restait plus que Vindr et Fyrn, qu'il avait pour une fois laissés l'accompagner avec lui jusqu'au ferry qui l'attendait ainsi que Skölir, qui avait jugé bon de laisser son Dresseur tranquille au vu de la valise et du sac qu'il portait.
Le Canidé de Feu s'étira et passa par la porte de la chambre que le Phyllali avait ouvert, vérifiant qu'il n'avait rien oublié avant d'éteindre les lumières et de verrouiller sa porte.


_______________


La route jusqu'au ferry n'était pas trop longue, et Raudhr avait d'ailleurs un peu d'avance, aussi ralentit-il lorsque le bateau qui l'attendait, lui et son duo, entra dans son champ de vision. Fyrn, enthousiaste, fut le premier à monter dans le bateau, suivi de près par Vindr et Skölir. Cependant, le Caninos noir aboya soudainement en tournant la tête et disparu à vivre allure du champ de vision du Phyllali. Ce dernier, intrigué, finit de grimper la rampe calmement et tourna la tête vers ce qui avait pu intriguer son chromatique. Sa mine froide et inexpressive se changea en très légère surprise apparente, alors qu'il reconnaissait la personne assise sur un banc extérieur du bateau, un Sancoki sur les genoux, visiblement aussi étonnée que lui.

-... L'adolescent du manoir ?

En effet, les deux jeunes gens s'étaient déjà rencontrés lors de cette soirée Halloween organisée par l'école il y a quelques mois de ça, dans le manoir empli de Pokémon comme sortie capture. Il se souvenait de l'altercation qu'il y avait eu entre Fyrn et Saizo, son Embrylex tout aussi têtu que le canidé. D'ailleurs, c'était comme ça qu'il avait su que Marie était également une Ranger, ce qui amena sa deuxième conclusion. Au vu du fait qu'elle était Ranger, et de la valise et du sac près d'elle, il se doutait qu'elle serait sans doute la personne avec qui il allait faire équipe durant sa mission sur Almia.
D'un côté, après avoir entrevu le type de personne qu'elle était, il en était plutôt content. Au moins, ça éliminait le doute et l'hypothèse de l'élève bavard et socialement insoutenable comme duo pour Raudhr. Un regard vers Fyrn fit d'ailleurs comprendre au jeune homme qu'il n'était pas le seul à l'avoir reconnue, le canin s'étant déjà mis à aboyer devant la Dresseuse, reniflant ses chaussures comme il l'avait fait la première fois. L'attitude du Pokémon Feu ne semblait pas trop déranger la jeune femme, aussi laissa-t-il Fyrn tranquille pour l'instant mais le garda à l’œil. De ce qu'il se souvenait, cette Ranger avait une attitude très polie et très noble, politesse qu'il se devait de rendre de manière égale. Il finit donc par aller s'installer sur le banc qui était perpendiculaire au sien, avant de se présenter, lui et les Pokémon de son équipe qui étaient sortis.

-Je m'appelle Raudhr, du dortoir Phyllali. Je ne pense avoir besoin de vous présenter Fyrn. Voici Skölir et Vindr.

Le Voltali se contenta de s'asseoir et d'incliner la tête vers la Dresseuse, avant que Raudhr ne reprenne la parole.

-Je suppose que vous aussi, vous avez été recrutée par Diana pour cette échange scolaire ?

_________________

______
Code RP créé par Ginji et design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 952

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Lun 26 Mar - 11:24

Gemme manquante
feat Raudhr Akai


Marie ne dissimulait pas son étonnement.

Elle ne s’attendait pas à revoir ce garçon dans de telles circonstances. Lui aussi était surpris, à contrario de son Caninos qui paraissait seulement content de voir à nouveau la jeune fille. Il s’était déjà approché et avait commencé à renifler ses chaussures, sous le regard intrigué de la Sancoki, et Marie se pencha en avant pour brièvement caresser le canidé.

« -Salutations à toi. »

L’adolescent s’approcha, et s’assit non loin. La Mentali se redressa pour détailler son apparence de bas en haut, alors que Soren revenait vers elle après avoir remarqué cette légère agitation. Le Crôaporal rejoignit en quelques bons le banc de sa dresseuse, et reconnut l’humain qu’il avait croisé il y a quelques temps, qu’il salua d’un mouvement de la patte enthousiaste.

Le-dit humain ne tarda d’ailleurs pas à se présenter. Marie ne réalisa qu’à ce moment là qu’elle avait elle-même omis de le faire lors de la soirée Halloween… Elle avait été tellement préoccupée par l’attitude de sa nouvelle recrue ce soir là, que cela lui était sorti de l’esprit. Heureusement, cette fois-ci, il était sagement abrité dans sa Pokéball… Et sa rivalité avec le fameux Fyrn n’avait donc pas lieu d’être.  

Il disait se nommer Raudhr, et appartenir au dortoir Phyllali. Puis il confirma une nouvelle fois le surnom du Caninos, et présenta le Lixy et le Voltali qui l’accompagnaient. Marie hocha la tête en guise de salutation, et le fit une seconde fois pour répondre à l’interrogation du jeune homme, avant de finalement prendre la parole.

« -En effet. J’en déduis que vous êtes affilié à la spécialisation Ranger, également.  » elle se pencha légèrement en avant, prenant grand soin à ne pas faire tomber ni écraser sa Sancoki, puis se redressa « Marie Rosalina Uana, du dortoir Mentali. Enchantée. Voici Soren, qu’il vous a déjà été donné de rencontrer…  » le concerné fit un bref salut militaire à l’intention de Raudhr « … Et Serra, une Sancoki ayant tout récemment éclos. »

La petite larve leva la tête, et ferma les yeux avec fierté. La Mentali lui caressa tendrement le dos, avant de diriger son regard vers celui qui allait être son partenaire de mission le temps d’une semaine. Elle pouvait s’estimer heureuse, ce garçon paraissait être quelqu’un de rigoureux et soigné. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’il valait en tant que Pokémon Ranger, et s’avoua étonnée de le trouver dans un tel parcours, mais elle devait bien admettre qu’elle non plus n’avait pas la tête de l’emploi. L’Ecole des Ranger allait avoir un aperçu bien particulier des élèves de la Pokémon Community, tiens…

Marie détourna le regard, et observa les derniers voyageurs monter à bord du ferry. Le départ devrait se faire dans les quinze prochaines minutes. Après quoi, ils partiraient tout droit vers Almia… Cette simple évocation suffit à nouer l’estomac de la demoiselle, qui baissa les yeux d’un œil pensif.

« -J’ose espérer que cet échange scolaire se déroulera sans accroc. J’avoue ne pas être très à l’aise à l’idée de devoir m’intégrer parmi des élèves aux habitudes sociales déjà bien ancrées… » elle soupira « Que j’aimerai qu’il soit seulement question d’entraînements pratiques et théoriques. Mais je doute que cela soit la pleine définition "d’échange scolaire"... »

Elle plissa légèrement les yeux, le regard perdu dans le vide. A dire vrai, là n’était pas sa plus grande crainte… En fait, elle n’était même pas certaine qu’il s’agisse de peur. C’était plutôt… De l’anxiété. Une anxiété forte, liée à la simple idée de possiblement revoir les Rangers pour qui elle faisait tout ceci. Allait-elle être amenée à les rencontrer ? Comment appréhenderaient-ils son débarquement soudain ? Lui en voudront-ils de n’avoir jamais donné de nouvelles ? Sont-ils au moins toujours présents à la base ? Devait-elle regretter l’attitude glaciale dont elle avait fait preuve, lors de leur dernière rencontre, il y a trois ans de cela ?… Tant de questions qui lui taraudaient actuellement l’esprit, et dont elle ignorait si elle souhaitait avoir une réponse.

Ses doigts vinrent s’entremêler dans son bracelet, alors qu’elle observait l’horizon.

Silencieux, son starter cherchait à décrypter l’expression impassible de Marie. Il avait bien du mal à comprendre les tourments de sa dresseuse vis-à-vis de cette fameuse région… Beaucoup de choses lui échappaient, et il n’avait pas le niveau intellectuel pour comprendre ce que pouvait parfois ressentir les humains. Toutefois… Il se souvenait parfaitement que c’était suite à son escapade là-bas que la Ranger était tombée en grave dépression. Soren avait bataillé dur comme fer pour tenter de remotiver sa camarade, en vain. Il avait fallu pour lui attendre l’arrivée d’Alban pour voir la mélancolie quitter les yeux de la demoiselle…

Et il n’avait actuellement qu’une seule crainte : que la situation soit une redite de la précédente. Que ce soit pour son propre bien ou celui de Serra, Marie ne pouvait se permettre de sombrer à nouveau. Par conséquent… Il allait devoir prendre une attention toute particulière au bon déroulement de la mission.

Cela allait être un peu la sienne, de mission.

Le ferry sonna le signal de départ, tandis que des employés remontaient l’escalier. Ils partaient. Marie prit une profonde inspiration, et se pencha un peu en arrière, pour observer le ciel bleu au dessus de leurs têtes. Elle ne voulait pas trop s’en faire, cela nuirait à leur échange. Tout allait bien se passer… Tout devait bien se passer.

***

Le trajet se déroula sans accroc.

Puisque Raudhr et Marie étaient loin d’être les personnes les plus bavardes sur cette terre (très loin, même…), il se passait également dans le plus grand des silences. Le bruit de moteur constant du navire et des vagues qui venaient s’écraser contre sa paroi faisaient office de fond sonore, agrémenté de quelques cris de Pokémon de temps à autres. Les rayons du soleil, qui se faisaient toujours plus agréables depuis plusieurs jours, transperçaient Marie de sa chaleur, et la jeune fille aurait sans doute pu rester ainsi assise sur son banc des heures durant.

Mais cette sérénité fut de trop courte durée, selon elle.

Voilà en effet que leur ferry arrivait à Bonport.

Passant complètement outre ce jeu de mot douteux, Marie fut prise d’une bouffée de nostalgie à la vue des quais. Il y a quatre ans, la jeune fille s’était avancée sur ces mêmes quais, en sens inverse, et partait, le pas décidé, rejoindre la Pokémon Community. Laissant derrière elle une voiture à laquelle elle n’avait même pas adressé un dernier regard au moment de partir. Ni même un au revoir.

Rien d’autre qu’une indifférence absolue.

Le coeur serré, elle patienta quelques minutes supplémentaires le temps que le débarquement se fasse. Serra en équilibre sur son épaule, et Soren à ses côtés, elle empoigna sa valise et son sac, puis descendit à la suite de Raudhr.

Quand elle posa un pied à terre, elle prit une profonde inspiration. Rien, absolument rien, n’avait changé.

Elle s’avança, et vint se placer devant le Phyllali. Elle se tourna vers lui, et lui indiqua une direction du menton.

« -Mademoiselle Prince m’a affirmé qu’un élève de l’Académie Ranger nous attendra à la Station Ranger de Bonport. » elle se détourna, et hésita un instant avant de prononcer la suite « D’ici à Bourg-Chicore, la région m’est plutôt familière. Je devrai pouvoir nous guider sans mal. »

Marie tira sur sa valise, et se mit en marche, invitant son partenaire à la suivre. Bonport avait beau être la plus grande cité de la région, elle n’en restait pas moins pittoresque et rurale, en comparaison à n’importe quelle autre ville du monde. La proximité de la région d’Almia avec la nature était vraiment captivante… Chaque maison et route, toutes faites de briques et de pavés, était encerclée par le gazon, et les Pokémon sauvages allaient et venaient tranquillement parmi les habitations.

Une pensée traversa d’ailleurs l’esprit de la demoiselle, pensée qu’elle se hâta de partager à Raudhr.

« -J’ignore jusqu’où s’étendent vos connaissances géographiques et culturelles, mais je préfère vous prévenir. Almia est une région où il est peu naturel, voire mal perçu, de faire usage d’une Pokéball. Techniquement, personne ne vous fera la moindre remarque si vous en utilisez, mais c’est une information bonne à garder en mémoire. » elle haussa vaguement les épaules « L’avantage est qu’ainsi, rares sont les Pokémon à être immunisés de nos Capsticks par le système de capture. »

C’était sans l’ombre d’un doute pour cela qu’Almia était une région si riche en Ranger. Si l’absence de Pokéball réduisait les manœuvres de la police locale, elle laissait au contraire le plein potentiel de ces justiciers protecteurs de la nature s’exprimer.

Quelques minutes suffirent au duo pour rallier la Station Ranger. Elle était facilement reconnaissable : il s’agissait d’un bâtiment circulaire, placé en plein coeur de la ville, et dont le toit était recouvert de gazon. Le symbole de la fédération Ranger ornait la porte vitrée, et quelques personnes discutaient tranquillement juste devant… Marie commença à les scruter une par une, à la recherche de celui censé les mener à l’école des Rangers, et craignit un instant de devoir pénétrer à l’intérieur de la Station. Les risques de rencontrer un Ranger de Véterville étaient très élevés, et elle ne se sentait sincèrement pas prête de les revoir, toute fraîchement débarquée qu'elle était…  

Mais heureusement pour elle, une jeune fille les interpella avant. Marie tourna la tête, et aperçut une demoiselle qui venait vers eux, enthousiaste, et accompagnée d’une Pachirisu qui la suivait de près. Elle était vêtue d’un costume d’étudiant de couleur vert et bleu, et possédait de longs cheveux châtains attachés en deux couettes à l’aide de rubans rouges. Un brassard vert était accroché à son bras, et son apparence laissait supposer qu’elle avait entre quinze et dix-sept ans.

« -Bonjouuur ! ♪ Vous êtes les élèves de la Pokémon Community ? »

Marie hocha la tête. La réponse parut satisfaire l’inconnue, qui posa ses mains sur ses hanches avec un grand sourire.

« -Parfait ! Je me présente, je m’appelle Elodie, et voici Mikoto, mon Pokémon partenaire ~  » la Pachirisu leva une patte en guise de salutation, tandis qu’Elodie posait une main sur son coeur, solennelle « En tant que déléguée de classe et représentante de la section Ranger de l’Ecole des Rangers, et au nom de tous mes camarades, je vous souhaite la bienvenue dans la région d’Almia ! »

La Mentali acquiesça. Encore une qui débordait de joie de vivre… Au moins semblait-elle prendre son boulot très à coeur.

« -Marie, de la Pokémon Community. Voici Soren, mon Croâporal, et Serra, ma Sancoki. »

Elodie fit une tête étonnée à la vue du starter de la Mentali, et se rapprocha de lui avec intérêt.

« -Ooooh, ce Pokémon provient de Kalos, non ? C’est la première fois que j’en vois un ! » elle se redressa, et observa les deux étudiants « Ici, vous rencontrerez surtout des espèces en provenance de Sinnoh, mais aussi quelques unes typiques de Hoenn, Johto et Kanto. Et... » elle remarqua le Caninos et le Voltali de Raudhr « ... Est-ce que ces Pokémon sont chromatiques ?! J'ai entendu dire qu'ils étaient très rares, mais ici, ils le sont encore plus ! »

Pour la troisième fois consécutive, Marie hocha la tête. Elle était déjà parfaitement au courant, mais se passa de tout commentaire. Cette fille était déjà suffisamment bavarde pour en rajouter une couche… Elodie se tourna vers Raudhr, et attendit qu’il se présente, lui et son équipe, puis tapa vivement dans ses mains une fois la rencontre effectuée.

« -Bien ! Mettons-nous en route. Vous avez bien vos Capsticks avec vous… ? »

La blanche voulut encore une fois acquiescer, mais puisque Elodie entamait la marche et lui tournait le dos, elle fut contrainte de prendre la parole.

« -Oui.
-Parfait ! J’espère que vous savez vous en servir, parce que je ne compte pas me taper toute la Forêt de Véter à pieds…
-… Comment cela ?
-Vous allez voir ! ♫ »

Marie haussa un sourcil, perplexe, mais se contenta de suivre.

Elodie les mena joyeusement jusqu’aux abords de la ville, et de l’immense forêt qui occupait l’intégralité de la route entre Bonport et Véterville. Les arbres reprirent bien rapidement leurs droits sur les bâtiments, et la sentence des feuilles vinrent titiller les narines de la Mentali d’un seul coup. Bon sang… Elle avait l’impression qu’un siècle s’était écoulé depuis son dernier passage ici, et pourtant, rien n’avait changé ! Cette ambiance, ces odeurs… Le fait que l’hiver se terminait tout juste devait également beaucoup jouer : c’était à cette période qu’elle et ses parents venaient loger à Almia. Tout lui remémorait ce qu’elle aurait pu appeler « le bon vieux temps »…

Mais à dire vrai, elle ne savait dire si elle était réellement heureuse, à ce moment là.

La déléguée de classe s’arrêta, et capta leur attention. Du doigt, elle leur intima de ne faire aucun bruit, puis indiqua une clairière, un peu plus loin… Où il était possible d’apercevoir bon nombre de Doduo. Marie afficha une expression étonnée, se remémorant l’usage très fréquent de ces Pokémon en guise de monture par les Ranger, et se reprocha de ne pas s’en être souvenu plus tôt. Ainsi donc, ils allaient en Capsticker un chacun, et s’en servir ?... Comme de vrais Rangers ?

Cette simple pensée fit monter une légère anxiété en elle. A voix basse, Elodie leur demanda s’ils étaient prêts à dégainer leurs toupies, et Marie remarqua qu’elle avait saisi son propre Capstick. Il était vert… Vrai que les élèves de l’école Ranger avaient le droit à des Capsticks conçus spécialement pour les débutants.

Après avoir pris une grande inspiration, Marie posa sa valise au sol, et attrapa le sien. Puis elle lança un regard à Raudhr, et attendit que celui-ci soit prêt.

Elle était curieuse de voir comment il se débrouillait, tiens…

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 16.
Niveau : 17
Jetons : 6726
Points d'Expériences : 302

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Lun 26 Mar - 14:53



『Mission: Gemme Manquante』
Le jeune homme observa tranquillement la jeune Dresseuse. Elle avait quelque chose de particulier, un air de noblesse singulier, mais avait une expression froide, presque aussi froide et inexpressive que lui-même. Quelque chose chez elle lui rappelait un trait chez lui, mais il ne saurait dire quoi et ne put vraiment s'y attarder, puisqu'elle répondit à sa question et confirma ses dires. Donc elle était bel et bien celle avec qui il ferait équipe lors de ce séjour. Elle semblait en tout cas déjà plus expérimentée que lui dans le domaine, aussi se disait-il qu'il allait sans doute beaucoup apprendre.

Elle se présenta comme répondant au nom de « Marie » et faisant partie du dortoir Mentali. A son tour, elle présenta également son équipe, ou du moins les Pokémon qui étaient présents avec la troupe sur ce ferry. Il reconnut Soren, le Croâporal de la Dresseur qu'il avait aussi rencontré lors de cette fête d'Halloween, arrivant à la fin avec son plateau de terrines. Il hocha la tête vers la grenouille puis porta son regard sur le Sancoki sur ses genoux, qui venait apparemment d'éclore, nommée Serra.
Retenant les noms des Pokémon et de la Ranger, il tourna la tête vers la mer à quelques mètres sans un mot. En tout cas, Marie avait l'air d'être quelqu'un de peu bavard et d'assez soignée dans ce qu'elle faisait. Il ne doutait pas qu'elle devait également être sérieuse à la tâche, et sans doute assez habile dans le domaine et maniement du Capstick. Lui-même n'était pas non plus un piètre Ranger, il savait retenir les bases facilement et avait déjà pratiqué, mais on n'était jamais à l'abri d'un accident quelconque, les choses de se passent pas toujours comme prévu.

Son regard rouge pâle se reporta à nouveau sur la Mentali lorsqu'elle reprit la parole, et ses mots l'étonnèrent quelque peu. Elle était comme lui, et semblait avoir du mal avec les interactions sociales. Il était vrai qu'intégrer une région et une équipe où tout le monde se connaissait déjà bien et était familier l'un envers l'autre était sans doute quelque chose de compliqué, Raudhr le savait que trop bien. Il n'aimait pas intégrer les groupes, et encore moins quand tout le monde avait déjà des rapports avancés. Et en effet, un échange scolaire allait sans doute impliquer de nombreuses sociabilisations avec d'autres personnes, et ce bon nombre de fois pendant une semaine entière. Le TopDresseur en faisait déjà la moue rien qu'à l'idée, mais secoua la tête.

-Malheureusement, je doute également que ce soit le cas. Je ne suis pas très à l'aise socialement non plus.

La mine de Marie se fit légèrement plus sombre, chose qui n'échappa pas à l’œil du Ranger. Il était très observateur à défaut d'être bavard, et ce genre de détails était quelque chose à laquelle il faisait attention. Elle semblait perdue dans ses pensées, son regard fixé sur ses genoux, comme si elle se remémorait de mauvais souvenirs. Il savait ce que ça faisait, de se rappeler de quelque chose qu'on n'apprécie pas trop, et ce n'était pas une sensation agréable. C'était la peur qui remontait en lui, la peur de lui même, le manque de confiance en son propre esprit et sa propre conscience, la peur de son manque de volonté, la peur de son manque de contrôle. Tout comme lui, elle semblait avoir un passé douloureux, une sorte d'appréhension de quelque chose, mais il ne saurait dire quoi, et ce n'était pas non plus ses affaires, il s'agissait de sa vie privée.
Dans tous les cas, le ferry sonna le signal du départ après que le reste des passagers soient montés à bord, et bientôt, le moteur démarra, avant que le bateau ne s'éloigne lentement du port.

___

Le trajet avait été bien silencieux, non pas pour déplaire au Phyllali. Il aimait le silence et le calme, ainsi que ce bruit des vagues et de l'eau en constant mouvement autour de la coque du ferry, en plus des cris des Pokémon de temps à autre, comme quelques Goélises ou Bekipan. Le tout sonnait comme une sorte de mélodie voir berceuse assez relaxante, qui permettait de faire couler le temps rapidement durant la route. Bien entendu, ce fut de courte durée, mais les traversées en bateau aidaient à chasser les mauvaises idées et permettait au jeune homme de se détendre et vider son esprit. De plus, Marie semblait tout aussi calme et peu encline à parler durant le trajet, sans que la route n'ait quoi que ce soit de malaisant, apportant juste une sorte de sérénité partagée.

Le débarquement se fit dans le même silence. Fyrn et tête, suivi de Skölir et Vindr, Raudhr suivit ses Pokémon et débarqua le premier après les autres passagers, Marie sur ses talons. Il devait avouer que le paysage était complètement différent.
La ville semblait grande voire importante vu le nombre de bâtisses qui s'étendaient à l'horizon mais il y avait tout de même un air de nature et de campagne qui s'en dégageait. Les Pokémon se baladaient tranquillement dans les rues, affluant bien plus que dans une ville ordinaire. Pourtant, Raudhr venait d'un petit village à l'apparence assez campagnarde également, et il ne voyait pas autant de Pokémon circuler librement. En ce point, Sinnoh et Almia était bien différents, cette dernière région donnant l'impression de cohabiter un peu plus avec la nature qu'une autre région vue jusqu'alors, à part peut-être Alola.

Dans tous les cas, le jeune TopDresseur appréciait ce genre de ville plus qu'il n'appréciait les énormes villes comme Volucité, où les gens affluent de partout entre deux grattes-ciel. Cependant, il devait admettre qu'il ne connaissait rien du tout sur cette région, mais Marie sembla le rattraper sur ce point. Elle lui indiqua qu'elle était familière avec les environs, ce qui le rassura un tant soit peu et il se contenta de hocher la tête.

-Je vous suis.

En effet, elle semblait à l'aise dans les rues et savait parfaitement où aller, son pas aucunement hésitant. Il avait remarqué qu'elle semblait en effet familière avec la région, peut-être était-est-ce sa région d'origine ? Dans tous les cas, la troupe arriva rapidement à la station Ranger, qui était bel et bien un bâtiment qui sortait du lot, avec son gazon sur le toit. Quelque chose que Raudhr trouvait original d'ailleurs, mais il se disait qu'il s'agissant sans doute d'une sorte de piste d'atterrissage pour ceux qui voyageaient sur les Pokémon Vol.
Sur le chemin, Marie avait expliqué à Raudhr que l'utilisation des Pokéball étaient mal vues. Il semblait surpris l'espace d'un instant, mais l'avait remercié pour les informations qu'il ignorait, prenant une note mentale du fait avant de continuer sa route.

Ainsi, il se mit également à la recherche de cette élève de l'académie Ranger, qui devait les attendre devant la base. Le duo se fit vite interpeller par une jeune fille pleine de joie de vivre, voire peut-être trop enthousiaste au goût du Phyllali mais il ne dit mot. Il laissa la parole à Marie jusqu'à que la jeune fille, nommée Elodie ne remarque Fyrn et Vindr, s'enthousiasmant sur le fait qu'ils soient chromatiques. Ainsi, ce fut au jeune homme d'enfin prendre la parole et de se présenter. Il se racla légèrement la gorge avant de commencer.

-Raudhr, également de la Pokémon Community. En effet, Vindr est un Voltali chromatique, tout autant que Fyrn est un Caninos chromatique. Et voici Skölir, mon Lixy.

Elodie s'exclama sur la rareté de leur pigmentation avant de leur tourner le dos. Elle avait deux longues couettes attachées par des rubans rouges et une tenue d'écolière que le Dresseur conclut comme étant la tenue de l'académie des Ranger d'ici. La petite troupe finit par la suivre, elle et son Pachirisu, avant qu'elle ne s'enquit de la présence de leur Capstick sur eux. Tout comme Marie, il répondit positivement, assez dubitatif quant aux intentions de la déléguée.

Ils arrivèrent aux abords de la ville, visiblement à l'entrée d'une forêt, la « Fôret de Véter », comme l'avait nommée plus tôt la demoiselle. Elle leur dit de ne faire guère de bruit et montra la clairière bondée de Doduos non loin. Raudhr n'était pas certain de comprendre, mais il se doutait un peu des intentions d'Elodie. Elle ne fit que confirmer ses pensées.

-Vous voyez ces Doduos ? Parfait, utilisez votre Capstick et attrapez en-un, que nous allons utiliser comme monture pour traverser la forêt bien plus vite.

Bingo. Posant ses affaires, Raudhr sortit également son Capstick et lança un regard inquiet à Fyrn.

« Fyrn, déconne pas.. »

Bizarrement, le canin avait compris qu'il ne fallait pas faire de bruit et s'était sagement allongé, prêt à intervenir.
Une fois que tout le monde fut prêt, Elodie lança le « go » et la troupe se sépara, occupée à capturer un de ces volatiles.

Pour Raudhr, il fallait éviter de créer un chaos général dans le troupeau, aussi était-il primordial de trouver un Doduo un peu écarté des autres. Et justement, il y en avait un à quelques mètres assez à part, picorant tranquillement l'herbe. La clairière était assez grande, un terrain sans trop d'arbres laissant assez de place de manœuvre pour le Capstick. L'herbe était bien verte et pas trop hautes, sans trop d'obstacles non plus, il y avait une claire distinction entre la partie forêt et la partie clairière. Dans tous les cas, il y avait d'espace pour effectuer une capture tranquille.

-Parfait. Vindr, tu me lances un Jet de Sable sur lui. Quant à toi Skölir, tu enchaîneras avec un Vantardise à mon signal. Fyrn, ne bouge pas pour l'instant.

Lorsque l'équipe comprit, Raudhr émergea derrière le Doduo avant d’enclencher son Capstick. Lorsque le Disque de Capture toucha le sol, il se mit à tourbillonner rapidement, émettant une légère lumière azure. Le Voltali chromatique, allié à sa vitesse, surprit le Doduo et envoya un violent jet de sable dans ses deux têtes, désorientant le type Vol.

« Maintenant. »

Alors qu'il titubait légèrement, cherchant à retirer le sable de ses yeux, le Ranger fit quelques habiles mouvement de poignets, entamant sa première boucle de capture, puis sa deuxième, puis troisième. Il surveilla en même temps le Pokémon, qui semblait s'être remis de l'attaque surprise et tenta de s'échapper rapidement.

-Skölir !

Réagissant rapidement, le starter effectua l'ordre demandé, à savoir Vantardise après un hurlement pour attirer l'attention du Pokémon. Par chance, il eut l'effet escompté et à nouveau désorienté sous la confusion cette fois-ci, le volatile recula de quelques pas, ses eux becs s'illuminant dans une attaque Picpic. Il fonça sur Raudhr tout en titubant, aussi malgré la rapidité de l'animal, il ne lui fut pas difficile d'esquiver la charge avant de suivre la créature avec son Capstick,  resserrant les boucles autour de lui. Elles se firent plus rapides et plus précises, tandis que le Doduo cherchait à briser la lumière azure tournant autour de lui, le rendant encore plus confus qu'il ne l'était Bougeant dans l'herbe, le Ranger entama sa dernière série de boucles, sentant le Pokémon céder sous le Capstick.
Soudainement, le Doduo lança une autre attaque Picpic, très rapide et précise vers le Disque de Capture que Raudhr eut tout juste le temps de dévier d'un mouvement vif du poignet. Il sauta sur le côté et s'approcha du Pokémon, resserrant encore la ligne de capture.

Finalement, une sphère bleue enveloppa le type Vol alors qu'il s'ébroua, enfin enclin à se plier aux ordres. Figé, le Phyllali observa l'animal un instant et après s'être assuré de sa soumission au Capstick, il fit un léger mouvement pour ramener le Disque de Capture à lui, avant d'éteindre son Capstick et de le ranger. Il appela Fyrn, qui n'avait pas bougé jusqu'alors ainsi que Skölir et Vindr, s'agenouillant dans l'herbe avant de les féliciter tous les trois.

-Bon travail.


Il devait admettre qu'il avait quelque peu été surpris de l'obéissance de Fyrn, qui il y a quelques mois, se serait sûrement précipité dans le tas en aboyant tel un imbécile heureux. Aussi, son Dresseur lui frotta vigoureusement le tête. Il était fier de voir que son éducation avait porté ses fruits, et peut-être qu'il allait pouvoir réaliser sa promesse plus tôt que prévue en lui offrant la Pierre Feu.
Un rare sourire apparut sur les lèvres du jeune homme à l’œil unique avant qu'il ne se relève et s'approche du Doduo, caressant doucement sa fourrure afin de le calmer, sentant qu'il était toujours un peu tendu depuis la capture.

-Ça va aller.

Le type Vol se détendit tandis que Raudhr jeta un œil au reste de la troupe, pour en voir où est-ce qu'ils en étaient. Visiblement, ils avaient eux aussi réussi à capturer un Doduo sans trop d'inconvenances, tandis que le reste du troupeau s'était un peu éloigné, sans doute dans la panique. En tout cas, l'étudiant était content que cette première capture en terrain inconnu s'était bien passé.

Ainsi, après avoir récupéré leurs affaires un peu plus loin, Marie et Raudhr rejoignirent Elodie avec leur Doduo. Marie fit porter ses affaires à Soren, qui mit le cœur à la tâche avant de grimper sur l'oiseau à deux têtes. Quant au TopDresseur, fort heureusement pour lui, sa valise n'était pas très grande, aussi pouvait-il la porter à la force d'un bras unique devant lui, tout en s'accrochant au Doduo. Skölir grimpa également et se nicha entre les jambes de son Dresseur, calé contre son ventre et sur la valise.
Pour Fyrn et Vindr, Raudhr voyait la chose venir à dix mille kilomètres. Et le regard que se lançaient les deux canidés ne confirmaient que ses théories : les deux allaient se livrer une course jusqu'à la ville d'arrivée. Le Voltali abordait un air hautain, comme à son habitude avant une course de vitesse, confiant en ses capacités. Il lança un regard de défi à Fyrn, qui répondit par un regard tout aussi défiant avant de s'étirer les pattes avant tandis que Vindr sautait d'un bout à l'autre, augmentant rapidement sa vitesse. Fyrn se mit à faire de même et le Ranger passa son pouce et son index sur ses yeux, effectuant un facepalm intérieur. Ces deux là étaient incorrigibles, et il ne pouvait absolument rien faire contre leur esprit de compétition. Alors les voilà, en train de lancer tous les deux la capacité Hâte pour augmenter leur vitesse sous l’œil blasé de leur Dresseur et de Skölir, qui se demandait comment ils pouvaient utiliser autant d'énergie stupidement.

« Bah, grand bien leur fasse, de courir un peu. »

De toute façon, ils allaient sans doute arriver à Véterille complètement éreintés et sans doute allaient-ils enfin se reposer et cesser leur compétition, du moins le temps de récupérer.

Après un soupir exaspéré, le garçon aux cheveux rouges reporta son attention sur les deux autres Ranger à côté de lui, tous deux prêts à partir à dos de Doduos.

-Bien, vous êtes prêts ? Suivez-moi !

Elodie se mit donc en route en donnant un petit coup de talon au flanc de l'animal qui se mit à courir rapidement. Marie fit donc de même, suivie par son Croâporal portant ses affaires, et Raudhr fermait la marche. Comme prévu, les deux chiens noirs réagirent au quart de tour et foncèrent comme des flèches derrière Elodie, refusant de laisser l'autre le devancer.
Il fallait dire que c'était la première fois que le Phyllali montait à dos de Doduo, aussi le sentir courir était une sensation particulière. Il lui fallut quelques minutes d'adaptation à la cadence de l'oiseau, tentant d'adapter son propre mouvement de corps au sien, mais le tout en tenant sa valise était une tâche assez complexe. De plus, le Pokémon était bien plus rapide que prévu et fonçait assez vite, mais finalement, l'adaptation eut lieu et le trajet se déroula sans soucis.

L'expérience fut plus qu'intéressante et jamais le jeune homme ne se serait douté qu'il monterait un Doduo de sa vie. En tout cas, cette course folle eut fin assez tôt, puisqu'ils purent voir la fin de la fôret à quelques mètres. Ils dépassèrent la dernière ligne d'arbre obstruant la vue révélant une autre grande ville, aux allures assez similaires à Bonport. Les bâtiments étaient toujours aussi ruraux et avaient toujours cette omniprésence de gazon autour d'eux. L'air était tout aussi frais, comme s'ils étaient juste en pleine nature, sans aucune pollution quelconque. La ville était tout autant en harmonie avec la nature, et encore une fois, les Pokémon circulaient librement, donnant une atmosphère de bon vivre à cet endroit.

Ralentissant la course, les trois Dodrios s'arrêtèrent finalement à l'orée de le forêt. Descendant la première, Elodie s'étira doucement.

-Voilà, l'école Ranger n'est plus très loin, on peut faire le reste à pied. T'es libre mon grand, merci !

Elle relâcha l'oiseau de son emprise du Capstick et le laissa retourner dans la forêt, là où il vivait. Faisant de même, Raudhr caressa doucement les deux têtes -pas de jaloux- de l'oiseau et le remercia à son tour après avoir posé sa valise au sol, juste après que Skölir soit descendu. Il enjamba ainsi le corps du type Vol avant de descendre doucement. La sensation du sol sous ses pieds était étrange, alors qu'il fit quelques pas sur le côté pour dégourdir ses jambes avant d'étirer lui aussi son corps, permettant au sang de circuler à nouveau normalement. Après ça, il relâcha également son Doduo de l'emprise de son Capstick et lui donna une tape amicale afin de le faire courir en direction inverse. D'ailleurs, quelque chose attira son attention au loin, et il vit deux silhouettes canines arriver en trottinant. Emettant une sorte de mix entre le rire et le soupir, le jeune Ranger mit sa main sur sa hanche et observa, amusé, ses deux chromatiques noirs arriver en haletant, la langue pendante.

« Je le savais. »

Fyrn s'écroula au sol tandis que Vindr s'étala de toutes ses pattes sur l'herbe, tout aussi exténué.

-Vous êtes incorrigibles.

Allant chercher son sac noir, il fouilla dedans avant d'en sortir une gamelle en plastique, qu'il posa près des deux chiens et la remplit d'eau de source, leur offrant une sorte de temps de pause pour récupérer. Réagissant au son de l'eau qui coule, les deux Pokémon se levèrent pour venir laper l'eau de la gamelle, en vidant complètement le contenu, que Raudhr avait pourtant bien rempli.

« Bien évidemment. »

Rangeant la gamelle en plastique à nouveau dans son sac, le Dresseur se releva tandis que Skölir observait le tout avec toujours autant d'incompréhension. Mine de rien, Vindr s'était assit et abordait un air triomphant, comme s'il se considérait gagnant de cette course. Il jeta un œil à Fyrn, et lui lança un regard supérieur, d'un air de dire « ha, je t'ai battu ». Fyrn voulut répondre et commença à grogner, mais le duo de chromatiques se firent interrompre par le Phyllali, qui s'était raclé la gorge et leur lançait un regard sévère, regard que les deux connaissaient bien et savaient que cela signifiait qu'il vallait mieux éviter de continuer, pour ne pas se prendre de réprimande. Un Raudhr agacé, c'était toujours mauvais signe, et il lui en fallait beaucoup pour se mettre en colère.
Dans tous les cas, les deux canidés dévièrent le regard l'un de l'autre tandis que le jeune homme poussa un autre soupir presque inaudible. Il allait encore devoir travailler la cohésion des deux dans son groupe. Certes, la compétition était bon pour les pousser à se dépasser, mais leur travail d'équipe était un autre sujet. Peut-être que ce séjour à Almia allait pouvoir justement les aider là dessus.
Il finit par reporter son regard vers les deux jeunes filles avant de secouer la tête.

-Désolé, ils sont toujours comme ça.

-Ils sont mignons haha ! Bon en tout cas, on peut se mettre en route, c'est par là. Il y a Jean-François qui nous attend, c'est l'autre délégué de notre classe.

Ah, encore un qui allait se joindre au groupe. En tout cas, Raudhr espérait qu'il ait peut-être une attitude un peu plus neutre qu'Elodie, même si au moins Marie et lui-même faisaient parfaitement le job.

… Malheureusement, ses prières ne furent pas entendues. Arrivés devant l'établissement qui était visiblement l'académie Ranger, un homme à l'apparence plutôt singulière se démarqua des autres groupes.
Bon, le Phyllali était certes très mal placé pour faire un commentaire sur les noms, mais il devait admettre qu'il y avait.. quelque chose qui émanait de ce Jean-François. Peut-être que c'était parce qu'il était en train de courir en se déhanchant tout en agitant la main. Sa voix, d'ailleurs, n'était pas celle que Raudhr lui aurait donné à première vue.. quoi que.

-Youhouuuuuu, Elodiiiiiie !

Ainsi, il arriva à la hauteur du groupe. Et malgré son mètre 75, qui était assez grand de base, le jeune homme aux cheveux rouges devait lever l’œil vers l’énergumène, qui lui devait au moins faire le mètre 80. Il avait une poitrine assez large et bombée en avant, des épaules également très larges et des hanches assez taillées, pour un homme. Ses cheveux étaient taillés en un brushing parfait et luisant, sans l'ombre d'une mèche rebelle. Sa voix, quant à elle, était plutôt penchante dans les aiguës, bien que résonnant assez fort. En tout cas, elle l'était bien plus que celle de Raudhr, qui elle tombait dans les tons assez graves sans pour porter autant que celle de l'autre délégué.
Il mit sa main sur sa hanche, la mettant bien en valeur en quelque sorte avant de mettre son autre main sur son torse.

-Coucou, moi c'est Jean-François. On est dans la même classe avec Elodie-chou, hihi. Je suis l'autre délégué, et je vous souhaite la bienvenue mes p'tits loups !

Lui qui était si froid et inexpressif sans aucune difficulté d'habitude, le jeune Dresseur eut du mal cette fois-ci à garder une expression de neutralité totale. Il jeta un œil légèrement dépité à Marie, qui semblait tout aussi décontenancée que lui, mais aucun d'eux ne dit mot à ce sujet. La suite des événements ne s'annonçait pas comme étant de tout repos.[/i]


HRP:
 

_________________

______
Code RP créé par Ginji et design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 952

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Mar 27 Mar - 12:05

Gemme manquante
feat Raudhr Akai


Marie observait.

Leur petit groupe s’était scindé en trois, afin de permettre à tout le monde d’effectuer une capture sans empiéter sur la performance d’un autre. Et déjà qu’un Pokémon percutant une ligne de capture pouvait infliger de gros dégâts à un Capstick, elle n’osait se demander ce qu’il se passerait si deux lignes de captures d’appareils différents étaient amenées à se croiser. Nul doute que cela perturberait grandement les circuits… Du moins, pour ce qu’elle en savait.

Droite, les bras croisés, la jeune fille scrutait sans ciller les Doduo rassemblés plus loin. Elle avait laissé sa valise et son sac un peu plus loin, avec Serra posée dessus, et n’avait pour seule compagnie que Soren et son outil de capture. Les buissons qui l’entouraient suffisaient tout juste à la camoufler, mais Marie comptait surtout sur sa propre discrétion pour ne pas se faire remarquer. A priori, tant qu’elle ne représentait pas un danger potentiel, les Doduo n’avaient aucune raison de s’enfuir, même en la voyant…

La Mentali était extrêmement concentrée. Les Doduo sont des Pokémon Vols dénués d’ailes, et qui exprimaient leur plein potentiel sur terre. Bien pour cela qu’elle cherchait à en Capsticker un, d’ailleurs… D’après les nombreux bouquins qu’elle avait pu consulter, ils sont capables de détaler à une vitesse de 100 km/h si jamais ils se sentaient en danger. De plus, les deux têtes communiqueraient via un lien télépathique, ce qui pouvait paraître étonnant compte tenu de l’absence de type Psy. D’après Marie, il était plus question d’un lien empathique qu’autre chose, mais… Elle n’était pas là pour remettre en cause certains des plus grands fondements scientifiques.

Enfin, et fait des plus fascinants : l’une des deux têtes étaient toujours aux aguets. Lorsque l’une dormait, l’autre surveillait, puis elles se passaient le relais de sortes à toujours pouvoir anticiper le danger. Qu’ils mangent, se reposent ou courent, les Doduo avaient toujours un œil sur les alentours.

Même quatre, en l’occurrence.

La jeune fille ferma les yeux, et réfléchit. Si elle envoyait son Capstick dans le tas, elle ferait fuir toute la masse de Doduo rassemblés, et les chances que son appareil se fasse piétiner étaient immenses. Il ne fallait pas leur laisser le temps de repérer le disque de capture… Ou même la possibilité.

Elle prit une profonde inspiration. Son plan était loin d’être infaillible, et reposait sur un seul paramètre aléatoire, mais elle voulait tenter le coup. Après tout, n’était-elle pas là pour mettre ses talents de Ranger à l’épreuve ? Et puis, autant profiter de ses dernières heures de libertés expérimentales avant d’être soumise au règlement de l’Ecole des Rangers…

Soren, qui était resté parfaitement immobile, tel le ninja amphibien qu’il était, capta le mouvement de tête de Marie. Le Croâporal acquiesça, et se rapprocha discrètement des Doduo, sans dévoiler sa présence. Sa dresseuse, quant à elle, attrapa son Capstick, et se mit en position pour pouvoir éjecter la toupie dès que Soren aura fait son travail.  

Ce qu’il ne tarda pas à faire. Après s’être au maximum approché des Pokémon sauvages, une étrange fumée commença à l’envelopper, pour ensuite lentement se répandre dans la clairière. Marie vit quelques Doduo baisser la tête face à cette soudaine brume qui ne s’élevait pas plus haut que la moitié de leurs pattes, mais ne broncha pas. Elle devait attendre de voir si les Doduo considéraient cette fumée comme étant naturelle ou liée à un danger potentiel… En fonction de quoi, elle pourrait effectuer ou non sa capture.

Fort heureusement pour elle, ils ne parurent guère alertés. Quelques uns commençaient certes à s’éloigner, mais c’était plus par soucis de confort que par réel danger. Trois ou quatre d’entre eux préféraient rester là, et profitaient du soleil qui illuminait la clairière, dont le sol était maintenant presque invisible. Après tout, quel Pokémon suffisamment menaçant pouvait bien se cacher dans ces vingt centimètres de brouillard ? Pas beaucoup, visiblement.

Marie hocha la tête, satisfaite.

Parfait.

Elle enclencha le système de capture. Les pieds bien ancrés sur le sol, elle fit un simple mouvement de bras pour diriger la toupie ayant chuté au sol droit devant. Puis celle-ci vint disparaître dans la fumée, à l’abri des regards des Doduo, dont l’un d’eux était déjà ciblé par la Ranger.

Il ne réalisa que quelque chose clochait qu’au premier tour de toupie autour de lui.

Marie ferma les yeux, et se concentra. Maintenant qu’elle avait fait un premier cercle, le Doduo sentait sa présence, même sans la voir. Elle devait lui communiquer le plus grand des sentiments d’apaisement afin de ne pas l’alerter… S’il se mettait à paniquer, il partirait tout droit sans réfléchir, et briserait la ligne de capture, qu’il n’avait pourtant même pas repéré.

Hélas, cela ne dura pas.

Une brise dévoila une petite zone d’ombre, qui permit à l’une des têtes de repérer la toupie. Marie serra les dents au moment où son cri retentit afin d’alerter tout le reste du troupeau, tandis que le Doduo ciblé se précipita dans la direction inverse.

Ce fut à ce moment là que Soren surgit de nul part. Apparaissant juste devant le Pokémon sauvage, il effraya suffisamment la créature pour inciter celle-ci à faire vivement demi-tour, et revenir vers me centre du cercle. Quelques secondes de plus, et nul doute qu’elle l’aurait franchi de l’autre côté, mais Marie acheva la capture avant. Le Doduo s’arrêta brusquement, envahi par un sentiment de calme profond, alors que la toupie cessa de tourner.

Lentement, l’attaque Brouillard commençait à se dissiper, alors que Marie rejoignait le Pokémon sauvage ainsi que son Croâporal. Après avoir ramassé son disque de capture et rangé son Capstick, elle caressa le poitrail du Doduo, délicatement, et lui parla à voix basse.

« -Navrée pour cette frayeur. Tout est terminé, maint...
-Yeeeeeeeha ! »

Marie fut coupée par la voix d’Elodie. Tous tournèrent la tête en direction de l’apprentie Ranger, perchée sur le dos d’un Doduo en train de courir dans tous les sens, paniqué, et poursuivi par… Un disque de capture ? Attendez, ces grands mouvements de bras que Elodie faisait, là, c’était pour guider la toupie ? Elle chevauchait le Doduo PENDANT la capture ?!

La Mentali cligna des yeux, ne sachant si elle devait être dubitative ou admirative. En tout cas, Elodie semblait prendre beaucoup de plaisir à se maintenir en équilibre sur le Pokémon sauvage tout en contrôlant sa toupie, qui finit par faire un dernier cercle autour du Doduo, qui lui-même s’arrêta net. La déléguée de classe manqua d’être propulsée en avant, mais tint bon, terminant de calmer sa monture de délicates tapes sur les côtes.

Plongée dans son observation, Marie ne remarqua Raudhr que lorsqu’il arrivait à sa hauteur. Le garçon était déjà perché sur son propre Pokémon, qu’il avait vraisemblablement réussi à Capsticker sans grande difficulté. La blanche l’avait vu s’éloigner vers une zone excentrée, et avait trouvé judicieux l’idée de prendre un Doduo à part. Au moins pouvait-il se permettre une capture plus brutale sans risquer d’alerter tous les autres… Même si elle préférait clairement sa propre méthode, bien plus délicate.

Elle récupéra ses affaires, posa à nouveau Serra sur son épaule, puis monta sur le Doduo. Soren grimpa juste derrière elle, agrippant fermement sa valise, et les jeunes Rangers purent se mettre en route vers Véterville.

Pendant le trajet, Marie s’étonna de leurs capacités de capture. Tous avaient employé une méthode bien différente pour amadouer ces Doduo… Il était bon de noter qu’il existait une grande diversité de manière de Capsticker un Pokémon, et que si les solutions pouvaient parfois paraître restreintes, c’était simplement car les autres lui échappaient. Jamais il ne lui serait venu à l’esprit de grimper sur sa monture avant même la fin de la capture, et ainsi éviter de la perdre de vu… Peut-être était-il plus délicat de contrôler la toupie, mais au moins, celle-ci était naturellement guidée par les déplacements du Pokémon. Elle pourrait tenter le coup, un de ces jours… Cela serait intéressant.

Ses cheveux se laissaient porter par la vitesse. Les pas frénétiques des Doduo produisaient un son de martèlement perpétuel, sur lequel Marie tentait de calquer sa posture. Elle n’avait jamais eu pour habitude d’utiliser des Pokémon en guise de monture terrestre… Elle était du genre à prendre son temps, et marcher tranquillement ne lui aurait pas posé grand soucis ; au contraire même. Non seulement, elle aurait voulu pouvoir se remémorer posément tous les bons moments qu’elle avait jadis pu passer dans cette forêt…

Mais en plus, elle appréhendait énormément son arrivée à Véterville.

Arrivée qui ne tarda pas plus que cela. Sans qu’elle n’eut pleinement le temps de le réaliser, ils avaient déjà traversé la quasi-totalité des lieux, et approchaient de la ville. Mais avant de définitivement quitter la lisière de la forêt, les trois adolescents posèrent pied à terre et rendirent leur liberté aux Pokémon qui les avaient porté jusque là.

Marie ne porta pas trop attention à l’échange entre Raudhr et Elodie, et observa plutôt la ville qui s’étendait un peu plus loin. Bien qu’elles avaient une forte ressemblance, Véterville ne possédait pas toutes les rues pavées de Bonport, ce qui ne faisait au final qu’accentuer l’aspect rural de cette cité. L’air y était doux et agréable, la pollution presque inexistante, et l’odeur de la flore sauvage envahissait l’endroit.

Son estomac se noua.

Elle était de retour.

Avec appréhension, Marie se tourna vers Elodie. Devaient-ils faire un détour par la Station Ranger ?… A son grand soulagement, il semblerait que non. La Mentali sentit comme un poids s’envoler lorsque la déléguée les mena tout droit vers le pont à l’est de la ville, et qui menait directement à l’Ecole des Rangers. Là-bas, le second délégué les y attendait.

La longue passerelle traversée, Marie reconnut sans mal l’imposant bâtiment qui faisait la fierté de la région toute entière. Il s’agissait d’un unique chalet, gigantesque, et composé de deux étages, entouré d’un immense espace vert, lui-même encerclé par des clôtures. Il y avait un petit bâtiment annexe, une zone d’entraînement, et un quai donnant sur la mer.

Ainsi qu’un… Etrange individu qui les attendait juste devant.

Dès qu’ils entrèrent dans son champ de vision, celui que Marie supposait être Jean-François s’avança vers eux, d’une démarche très… Marquée ? Perplexe, la demoiselle vit le garçon s’approcher et saluer vivement Elodie et son Pachirisu, avant de se présenter aux deux représentants de Lansat une fois à proximité. De sa voix incroyablement aiguë, il confirma son prénom, ainsi que son statut au sein de l’école, mais Marie était en vérité bien trop interloquée par l’apparence du jeune homme pour s’en préoccuper. Au vu de sa taille, il pourrait sans aucun mal passer pour un adulte majeur, ce qu’était théoriquement Marie mais chut elle-même n’est pas au courant mais son attitude désinvolte et précieuse laissait planer le doute quant à son véritable âge. Pendant un instant, la Mentali crut même qu’il ne s’agissait que d’une plaisanterie visant à les mettre mal à l’aise, mais dans ce cas là… Il tenait beaucoup à son rôle, le bougre.

Elle échangea un regard dubitatif avec Raudhr, mais ne pipa mot. Enfin, si, mais dans le seul but d’à son tour se présenter, elle et ses Pokémon. Marie fit donc une révérence polie, passant outre sa gêne,  puis déclina son identité.

« -Marie Rosalina Uana, enchantée. Mon Crôaporal a pour surnom Soren, et ma Sancoki, Serra.  »

Les deux concernés lancèrent un cri de salutation, puis vint le tour de Raudhr de se présenter. Elodie tapa ensuite des mains avec enthousiasme, et commençait déjà se diriger vers le portail d’entrée.

« -Bien ! Venez ! Nous allons vous faire la visite guidée des lieux. »

Marie hocha la tête, et sa valise fermement tenue, suivit les deux délégués. Les brassards accrochés à leurs manches devaient être représentatifs de leur statut, à l’instar des badges que possédaient les préfets de la Pokémon Community, puisque aucun des autres élèves qu’ils croisaient n’en posséder.

Après avoir franchi le portail, ils traversèrent la vaste cour visible depuis l’extérieur, et constitué d’un unique chemin en terre battue, qui formait une place circulaire en plein centre de l’école. Elodie leur expliqua que le bâtiment annexe à leur gauche était une salle d’entraînement dans laquelle il était possible de s’exercer à la capture de Pokémon particuliers, tandis que l’espace circulaire, nommé Place de l’Essor, servait pour les leçons en plein air.

Ils arrivèrent finalement devant l’imposant bâtiment principal, dans lequel ils pénétrèrent sans tarder. L’intérieur était entièrement fait de bois, et composé d’un unique et large couloir, qui donnait l’accès à plusieurs salles, pour finalement aboutir sur des escaliers. Jean-François leur indiqua brièvement les différentes salles de classe, la bibliothèque, ainsi que la salle des professeurs situés sur leur chemin, pour finalement arriver au bout du bâtiment. L’escalier qui s’y trouvait montait à l’étage, mais descendait également dans ce qui semblait être un sous-sol situé sous leurs pieds.

« -En bas se trouve un laboratoire, mais il n’est accessible que par les élèves en formation de Technicien. Je meuuuuurs d’envie de savoir les cachotteries qu’ils y font, hihi… Mais bon, c’est interdit ! Et en tant que délégués, nous devons montrer l’exemple ! »

Marie, restée silencieuse pendant la visite, ignora la pose fière que prenait Jean-François pour plutôt pencher la tête sur le côté d’un air perplexe.

« -Formation de Technicien ? »

Les deux délégués s’échangèrent un regard surpris.

« -Vous ne savez pas ce que c’est ? »

La Mentali fronça les sourcils.

« -Je sais qu’un Technicien est chargé d’assister les Rangers depuis les différentes Stations Rangers, mais j’ignorais que l’Ecole des Ranger en faisait la formation…
-Ce n’est pas le cas de la vôtre ? Ooooh, pauvres chous ! Vous devez êtres bien limités, en terme d’orientation…
-La Pokémon Community est une académie pluridisciplinaire. Elle ne se focalise pas uniquement sur le métier de Ranger, et invite ses étudiants à plutôt se diversifier dans leurs études. »

Les quatre adolescents se tournèrent vers l’adulte qui venait de s’incruster dans leur discussion. Il s’agissait d’un homme visiblement plutôt âgé, à la chevelure grisonnante, et élégamment vêtu d’un costard. Il gardait ses bras croisés dans le dos, et leur souriait paisiblement.

Elodie se hâta de faire une révérence polie, puis désigna les deux correspondants.

« -Oh ! M. Dumont, voici les deux élèves envoyés par la Pokémon Community : Marie et Raudhr. »

Par mimétisme, Marie se pencha à son tour en avant, alors que l’adulte hochait la tête d’un air satisfait.

« -Enchanté. » il attendit que les deux élèves lui fasse à nouveau face pour reprendre « Je suis le principal de cette école, et j’espère que vous…  »

Il s’arrêta en plein milieu de sa phrase, et dévisagea la blanche avec un certain étonnement. Il plissa les yeux, et afficha une mine intriguée lorsqu’il l’interrogea.

« -Excusez-moi, nous sommes nous déjà rencontrés auparavant ? »

Ce fut autour de Marie de paraître surprise. La Mentali réfléchit brièvement, mais ne parvint à se souvenir de ce visage, cette voix, ou même ce nom… Elle secoua donc lentement la tête de droite à gauche, et répondit.

« -Navrée, mais cela ne me dit r...
-Attendez, cela me revient ! » elle cligna des yeux lorsque le principal tapa dans ses mains au moment de la réminiscence « Vous êtes la jeune fille qui venait écouter les cours en cachette, à l’époque où j’étais encore enseignant. »

Le visage de Marie se décomposa, et son coeur rata un battement. Pour peu qu’elle ne possédait déjà pas une peau naturellement pâle, on aurait pu aisément voir ses couleurs virer au blanc, tellement elle paraissait déconcertée par cette remarque. Le proviseur éclata de rire à la vue de sa réaction, sous l’oeil perdu des deux délégués.

« -Difficile d’oublier une pareille chevelure ! Je laissais toujours la fenêtre de ma salle de classe ouverte pour que vous puissiez entendre… Je suis heureux de voir que vous avez pris votre courage à deux mains et avez intégré une école de Ranger, désormais.  »

Extrêmement gênée, Marie déglutit. Elle… Elle qui était persuadée d’être toujours passée inaperçu ! En même temps, elle aurait peut-être dû se douter qu’elle n’aurait jamais pu tromper la vigilance de Rangers professionnels pendant aussi longtemps, du haut de ses treize ans… Elle aurait également dû trouver suspect que toutes les salles de classe soient toujours aérés ! Ah, quelle idiote elle faisait !

Réprimant une très forte envie de se frapper la tête, elle baissa les yeux, et chercha quelque chose à répondre aux proviseurs, en vain.

« -Hum…. Je…  » passées quelques secondes de silence, elle détourna finalement le regard, et répondit piteusement « … Excusez-moi pour toute la gêne occasionnée.  »

M. Dumont rigola une nouvelle fois.

« -Il n’y a pas de quoi, enfin ! Vous ne faisiez de mal à personne. Et puis, cela me faisait plaisir, de voir de jeunes gens si impliqués dans l’étude du métier de Ranger, malgré que vous-même n’y étiez pas inscrite…  »

La Mentali continuait de fuir son regard, tout comme ceux de ses camarades. Elle se sentait tellement honteuse ! Non seulement parce qu’elle avait la fâcheuse impression de passer pour une ignorante, mais en plus car elle ne tenait pas à ce que tout le monde sache son implication dans sa formation de Ranger. Pourquoi ? Eh bien… Parce que… En fait… C’était gênant, un point c’est tout !

« -… Je ne suis pas sûre de bien comprendre…
-Elle vous expliquera une autre fois, peut-être. En attendant, reprenez votre visite, je vous ai déjà suffisamment retardé comme ça. Vous alliez vous rendre aux dortoirs, je me trompe ? »

Oui c’est ça ! Passons à la suite ! Mue dans une gêne absolue, Marie ne prononça plus le moindre mot lorsque le proviseur les salua pour repartir en sens inverse, et que les délégués les invitèrent à monter les escaliers. Soren observait sans trop comprendre sa dresseuse, qui saisit docilement sa valise pour suivre les apprentis Rangers, et rallia le premier étage.

Arrivés en haut, il n’y avait qu’un hall, avec deux portes. Une à l’ouest, l’autre à l’est… Jean-François attrapa alors Raudhr par les épaules, et le dirigea délicatement vers la porte de gauche.

« -Les dortoirs ne sont pas mixtes, à droite, vous avez les demoiselles, et à gauche… Les hommes ! Allez, viens par ici mon chou, nous allons bien nous amuser tous les deux, hihi ! »

Marie capta le temps de quelques secondes le regard de son partenaire, qui se faisait emporter par cette masse musculaire, et eut intérieurement pitié pour lui. Elle-même était encore en PLS mentale à cause de la scène d’avant, et suivit donc sans faire d’histoires Elodie vers l’autre pièce.

Cette semaine promettait, tiens.


© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 16.
Niveau : 17
Jetons : 6726
Points d'Expériences : 302

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Mar 27 Mar - 15:15



『Mission: Gemme Manquante』
Après le tour de Marie, ce fut à Raudhr de se présenter pour la troisième fois dans cette journée. Tout comme la Ranger, il passa outre sa surprise et garda une inexpressivité naturelle.

-Raudhr Akai. Voici Skölir et mes deux chromatiques, Vindr et Fyrn.

Désignant les deux chiens noir d'un regard, ces deux derniers reculèrent légèrement quand Jean-François s'avança vers eux d'un air assez enthousiasmé.

-Ils sont trop choupinoupinets ! Coucou !

-T'as vu ? Et puis ils sont chromatiques, tellement rares quoi !

-Mais trop !

Raudhr ne réagit pas, et se contenta de fixer les deux énergumènes avec autant de passivité qu'il pouvait. Il se demandait même si ce n'était pas un comportement surjoué, mais l'enthousiasme dans leur voix lui faisait plutôt penser à l'inverse. Ou du moins, il jouaient très bien leur rôle.
En tout les cas, pour le bonheur du duo, cette situation prit fin alors que les délégués se mirent en route à travers une visite guidée du bâtiment, et vu l'imposante bâtisse, il y allait y avoir pas mal de choses à retenir si aucun d'eux ne voulait se perdre.

L'extérieur n'était certes pas aussi grand que la Pokémon Community, mais il était clair qu'il y avait beaucoup d'espace et que cette académie n'était pas une petite école de montagne. Derrière les grilles visibles se trouvait une sorte de grand jardin, avec une pelouse visiblement très bien entretenue. Quelques Pokémon d'ailleurs y gambadaient, comme des Keneurtors pour la plupart ou même des Cornèbres voletant au dessus, allant se percher sur les toits des bâtiments. Elodie leur expliqua la fonction des autres bâtisses d'ailleurs, mais ce qui attirait l'attention de Raudhr, c'était ce cercle de gazon au milieu du chemin principal. Lorsqu'il passa devant, il remarqua que l'herbe était de différentes couleurs, normale et un peu plus blanchie, formant le logo qu'il reconnaissait comme étant celui de la Fédération Ranger. Le sens du détail jusqu'à l'herbe l'impressiona tout de même quelque peu, mais il se contenta de suivre la troupe vers le bâtiment principal.
Ce dernier était justement construit en plus ou moins trois parties assez visibles mais rattachées ensemble, comme une espèce de forteresse avec des airs de chalet des montages. En effet, il y avait beaucoup de bois lustré qui donnait une impression assez chaleureuse, en plus de nombreuses vitres et fenêtres qui aéraient le bâtiment. Sur le toit rouge, un drapeau de la même couleur était fièrement planté au sommet de la partie la plus haute, ce que bien entendu le jeune homme approuvait. Certes, il était facilement influençable niveau couleurs mais le tout donnait une jolie harmonie et un accueil assez ouvert.

Lorsqu'ils entrèrent enfin dans l'école, les délégués firent une rapide et brève description des différentes salles qui pouvaient être trouvées. L'intérieur était tout aussi aménagé de bois mais n'était pas pour autant déplaisant. Comme on pouvait le deviner depuis l'extérieur, il y avait bien la présence d'étages, soulignée par des escaliers un peu plus au bout du couloir principal. A son étonnement, le Phyllali distingua un escalier desendant, sans doute menant à un sous-sol dont il ne soupçonnait pas l'existence. Jean-François éclaira sa lanterne avec une posture fière, indiquant qu'il s'agissait d'un laboratoire pour des Techniciens. Un peu perdu dans les termes, Raudhr se contenta d'écouter la conversation entre les deux délégués et Marie, apprenant qu'il s'agissait d'un filière pour les gens voulant épauler les Rangers plutôt à distance, ce que l'étudiant trouvait intéressant.

Cependant, leur conversation fut coupée par l'arrivée d'un homme à l'allure un peu âgée mais bienveillante avec des cheveux virant au gris. Il se présenta comme le principal de l'école et aussitôt le délégués s'inclinèrent poliment.
Raudhr inclina également la tête en signe de respect et de salutations, alors que le proviseur se coupa court dans sa phrase. Il fixa Marie, et le Phyllali tourna également la tête vers elle. L'adulte semblait la connaître ? Pour le jeune garçon aux cheveux rouges, il était évident que la concernée ne se souvenait pas de lui, ce qu'elle tenta d'exprimer avant qu'à nouveau, il ne la coupe.

Attendez, quoi. « La jeune fille qui venait écouter les cours en cachette ? » Et visiblement le propos n'était pas faux, puisque le visage de la Mentali s'était décomposé lentement, perturbée par la remarque. Alors comme ça, elle allait écouter les cours en cachette, mais s'était faite surprendre. Dans tous les cas, cela confirmait un peu plus les premières théories de Raudhr, comme quoi Marie serait originaire d'Almia, ou du moins qu'elle y aurait vécu pendant assez de temps pour étudier ici. Avec un regard légèrement amusé, le TopDresseur ne dit rien mais se contenta d'écouter le reste de la conversation entre les deux. Malgré la confusion et une certaine curiosité, il savait qu'il s'agissait surtout d'un sujet peut-être embarrassant au vu de sa mine.

Finalement, le proviseur les laissa partir, leur permettant de continuer la visite, direction les dortoirs qui se trouvaient apparemment à l'étage, dans la suite logique des événements. Hypothèse confirmée quand la troupe monta l'escalier qui menait sur un grand hall avec deux portes, que Raudhr devina comme étant le dortoir garçon et le dortoir fille.

Cependant.. quelque chose. Quelque chose lui fit soudainement froid dans le dos, et il pouvait presque jurer entendre la musique des Dents de Sharpedo se jouer dans le fond. Un frisson lui parcouru l'échine, et une sorte de sentiment de peur l'envahit, voire de panique. Quelque chose de gros allait lui tomber dessus, quelque chose qui me mettait très mal à l'aise et chose à laquelle il ne s'attendait pas. Cette chose s'approchait dangereusement, et le Phyllali n'avait absolument aucune idée de ce qu'il pouvait être. Il s'était stoppé net dans ses actions et une goutte de sueur froid perla sur son front.
Cette chose terrifiante était en approche, et il ne pouvait pas lutter.

Soudainement, deux mains colossales l'agrippa par les épaules, et il dut avoir tout le self control du monde pour ne pas sauter en l'air de peur. Son corps réagit par un tressaillement évident alors qu'il tournait lentement la tête vers le monstre.
Jean-François venait de lui attraper les épaules amicalement, avant de le pousser vers la porte de gauche.

Bien entendu que les dortoirs n'étaient pas mixtes, et BIEN ENTENDU qu'il s'en était douté, il ne fallait pas avoir un QI au delà de 180 pour s'en rendre compte mais non, il fallait que le bonhomme le lui rappelle dans un contact physique évident.
Le regard rouge pâle du Ranger se transforma en une sorte d'appel au secours alors qu'il adressait une prière silencieuse à Arceus. Il fit ses adieux à Marie via un regard qui en disait long sur sa détresse imminente, et le choix des mots de cette masse imposante n'aidait en rien au Phyllali à se détendre et ne contribuait qu'à le crisper encore plus. Encore un peu et il serait devenu aussi rigide que la glace, lui qui dégageait souvent une sorte d'aura  froide et anti-sociale, elle allait se retourner contre lui, au sens physique du terme.

Après avoir passé la porte gauche avec le bienveillant Jean-François et son équipe, qui elle d'ailleurs avait jugé bon de prendre quelques mètres de distance, Raudhr fut poussé par le délégué vers une porte au fond du couloir. Le dortoir n'avait d'ailleurs pas le même style que celui des Phyllali à la Pokémon Community. Il était déjà beaucoup plus petit et également beaucoup plus standard. Un long couloir, une cuisine commune et salle de bain commune, mais c'est tout. Les murs étaient -encore- du bois bien lisse, une structure assez classique finalement.
Dans tous les cas, le duo arriva devant la porte indiquant le numéro « 104 ».

Intérieurement, Raudhr priait. Il priait fort. Très fort.

« Arceus faites que ce soit une chambre seule. »

Et pour une fois, les prières du pauvre TopDresseur furent entendues.

-Voilà mon p'tit loup. C'est ta chambre, rien qu'à toi tout seul, tu te rends compte ? T'en as de la chance hein !

« A qui le dis-tu.. »

Ouvrant la porte avec une clé, Jean-François révéla l'intérieur de la chambre où allait loger le jeune homme. Ce dernier fut d'ailleurs assez surpris de l'aménagement, simple mais tout de même assez moderne. Encore une fois, le confort n'était pas similaire aux chambres des Phyllalis mais ne parraissait pas pour autant déplaisant. La pièce était un peu petite mais assez aérée. A droite, il y avait un lit superposé, avec des draps visiblement propres. Un petit bureau était calé contre le mur perpendiculaire à la fenêtre, qui elle était couverte de rideaux blancs assez fins et sobres. Juste à côté de la fenêtre, il y avait une étagère tout de même assez grande en bois noir, avec une lampe allogène juste à côté, noire elle aussi. Un tapis blanc était posé sur le parquet, pas très grand mais adapté à la taille de la pièce.
Ce qui intriguait Raudhr en revanche, c'était le creux dans le mur, qui en fait était une petite douche privée, accompagnée d'un lavabo et d'un miroir. Certes, le tout était assez confiné, mais tout de même utilisable ; il fallait juste être à l'aise avec les espaces assez clots.

-Bon et bien, fait comme chez toi hihi ! Ma chambre c'est la 108, si jamais tu as une question ou un soucis, hésite pas, je t'accueillerai à bras ouverts, compte sur moi ! Voici les clés, ne les perds pas surtout, c'est trèèèès important ! Met-toi à l'aise, et fais comme tu le sens, tu peux aller où tu veux. Le dîner est à 18 heures 30, à la salle du réfectoire vers l'entrée des salles. Tu verras, on se retrouvera là bas mon poussin. N'oublies pas de manger, ça aussi c'est important pour prendre des forces !

Avec la dernière réplique, il tapota le vendre de Raudhr, qui en perdit presque son équilibre. Certes, ce n'était pas l'homme le plus musclé du monde mais ce n'était pas une branche non plus, il avait tout de même quelques biceps et des abdominaux assez résistants, après tous les entraînements qu'il avait subits. Et il ne pouvait qu'être maintenu en forme quotidiennement même s'il ne faisait pas de sport régulier à devoir courir partout après Fyrn ou encore Vindr.
Quand Jean-François ferma la porte derrière lui, juste après avoir fait coucou de la main avec enthousiasme et un sourire presque aussi flippants que ceux de Raudhr, le jeune homme aux cheveux rouges souffla longuement. Il se disait bien que la semaine allait être longue, voire même très longue. Et d'ailleurs, il pouvait sentir le regard de pitié et empli de compréhension que ses trois Pokémon étaient en train de lui lancer, tous les trois tapis au fond de la pièce, ayant sagement attendu que le délégué ne s'extirpe de la scène.

Passant sa main dans ses cheveux, Raudhr apprécia cependant ce long moment de solitude qui lui avait déjà manqué. Il était déjà presque épuisé socialement, et cela n'allait pas en s'arrangeant avec de tels énergumènes au quotidien.
S'asseyant sur son lit, il testa le matelas, qu'il trouva relativement confortable, au moins un bon point. Il prit son sac et en sorti trois Pokéball qu'il lança en l'air.

-Hey.

Deloi, Kveykva et Esterni regardèrent autour d'eux, assez déboussolés avant que leur Dresseur ne prenne la parole.

-C'est ici qu'on va loger durant cette semaine. Je compte pour l'instant vous laisser dans vos Pokéballs la plupart du temps, mais j'espère que vous vous tiendrez correctement lorsque vous serez ici.

Caressant sa Pyroli, qui était venue se nicher sur ses genoux, Raudhr observa toute son équipe, qui avait déjà commencé à faire ses marques dans la chambre. Deloi s'était posté sous la fenêtre, assis contre le mur pour mieux recevoir les rayons de soleil sur sa peau sèche. Kveykva s'était mis à renifler tout ce qui lui tombait sous la truffe, suivant Vindr de très près, qui lui s'était également mit à inspecter la salle, tout autant que Fyrn. Skölir avait habilement trouvé un moyen pour grimper l'échelle du lit superposé, qui était légèrement inclinée facilitant sa tâche et s'était logé dans les couvertures du matelas du haut, ayant une vue imprenable sur la chambre tout en hauteur.

Après quelques minutes, c'est à contre-coeur qu'il poussa délicatement Esterni et entreprit de défaire ses valises et de s'installer correctement, tout en surveillant de prêt son équipe, pour l'instant trop calme comparé à d'habitude. Il finit par regarder l'heure, indiquant 15 heures 57 avant de juger bon de trouver un passe-temps. Et comme à son habitude, il prit un livre et s'installa tranquillement sur son lit, soufflant un coup et laissant ses Pokémon profiter de leur liberté.

« Enfin un peu de calme.. »

________


Le reste de la journée et soirée s'était déroulé normalement. Après un dîner commun -quelque chose dont Raudhr n'était pas spécialement fan mais il avait fait avec- dans une grande salle de réfectoire, Jean-François avait proposé une soirée jeux de société, que le jeune homme aux cheveux rouges avait refusé du plus poliment qu'il pouvait, utilisant le prétexte du voyage comme excuse pour pouvoir s'en défaire. Fort heureusement, on n'avait pas trop insisté sur le sujet et il pu retourner dans sa chambre sans encombres. Il s'était endormi assez tôt, tout de même assez ereinté de sa journée et jugeant bon de se reposer correctement, puisque les deux délégués avaient annoncé à Marie et lui qu'ils allaient participer à un entraînement Ranger le lendemain, afin d'évaluer leur niveau et leur permettre de voir comment les cours d'une école spécialisée dans ce domaine formaient leurs étudiants.

Rien que la deuxième journée s'annonçait d'être très chargée et mouvementée, alors le Phyllali ne voulait même pas imaginer le reste de la semaine.[/i]

_________________

______
Code RP créé par Ginji et design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 952

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Jeu 29 Mar - 12:01

Gemme manquante
feat Raudhr Akai


Marie franchit le seuil de la porte.

« -Et voila ta chambre ! ♪ »

Elle détailla la pièce dans laquelle Elodie venait de la faire rentrer. Cette chambre était tout à fait sobre, et sans doute autant personnalisée que l’était celle de la Mentali (c’est-à-dire absolument pas, vous l’aurez compris).  Le lit était correctement fait, et le bureau et les étagères vides. A en juger par l’absence de poussière, l’endroit avait été nettoyé pour son arrivée… Elle devrait s’habituer à ce logement sans le moindre mal.

Marie s’avança jusqu’au centre de la pièce, et y laissa sa valise, avant de déposer son sac sur le lit. Un coup d’oeil par la fenêtre lui permit de remarquer qu’elle avait une vue sur la jetée, à l’est de l’Ecole des Rangers. Tandis que Soren observait avec curiosité la douche privée, suivi de près par Serra, Elodie referma la porte, et rejoignit Marie de quelques bonds innocents. Elle se glissa discrètement à sa gauche, et rapprocha son visage du sien avec un sourire espiègle.

« -Alors ? Comme ça, tu étais étudiante ici, à l’époque où M. Dumont enseignait ?  »

Les doigts de la blanche se crispèrent. Elle garda toutefois une expression froide et indifférente, et prit sur elle-même pour ne pas foudroyer Elodie du regard. Les yeux rivés sur son sac, dont elle commençait à sortir ses affaires, elle répondit de la voix la plus neutre possible.

« -En quelques sortes. C’est une longue histoire. »

Elle se retourna pour aller déposer son matériel sur son bureau, alors que la déléguée se laissait tomber en position assise sur le lit.

« -J’ai tout mon temps, tu sais ! ♫ »

Le dos tourné, Marie se mordit la langue. Pendant que Mikoto, la Pachirisu d’Elodie, rejoignit celle-ci sur le lit, elle tenta de réfléchir à la façon la plus délicate de formuler son désir de ne pas en parler. Elle allait côtoyer cette fille pendant une semaine, se froisser d’entrée de jeu avec elle n’était PAS une bonne idée. Mais comment savoir si elle allait se montrer compréhensive ou au contraire encore plus insistante ? Bon sang, ce que Marie détestait avoir des interactions sociales…

Elle finit par lâcher un soupir, et se retourna pour faire face à Elodie.

« -Sans vouloir paraître contrariante, ce n’est pas quelque chose que je souhaite aborder. »

Son interlocutrice afficha une mimique étonnée.

« -Oh ! Désolée, je ne pensais pas que... » elle bafouilla, ne sachant que dire exactement, puis se leva d’un bond « Pardon ! Je ne voulais pas t’embarasser ! Je… Je vais te laisser défaire tes bagages tranquillement, d’accord?  »

Marie acquiesça, reconnaissante. Ouf, elle venait d’échapper à un après-midi laborieux… En toute honnêteté, elle n’avait pas quitté le dortoir Mentali pour se retrouver à discutailler joyeusement avec d’autres adolescentes.

Elodie attrapa sa Pachirisu dans ses bras, et s’approcha de la porte. Après l’avoir ouverte, elle posa un pied dehors, et rajouta quelques dernières paroles.

« -Je viendrai te chercher d’ici 18h30 pour le repas, d’accord ? En attendant, fais comme chez toi, et si jamais tu as le moindre soucis, surtout, n’hésite pas ! Ma chambre est juste en face de la tienne, mais si tu ne me trouves pas, demande à un autre élève. L’école n’est pas bien grande, on se retrouve très facilement ! » elle fit un clin d’oeil, puis commença à refermer la porte « A touuuute ! ~ »

La porte se claqua. Marie observa la surface en bois pendant quelques secondes encore, et discerna la voix d’Elodie qui s’éloignait derrière.

« -Oh la boulette Mikoto, oh la boulette ! J’espère que je ne l’ai pas offensée… »

La blanche soupira. Ouais, cela allait être une semaine vraiment compliquée…

***

Le reste de la journée se déroula sans encombre.

Marie avait été quelque peu anxieuse au moment de rejoindre le réfectoire. Sur le chemin, elle avait réalisé que si le principal lui-même la connaissait, il n’était pas impossible qu’elle rencontre de vieilles connaissances parmi le corps professoral. Elle regrettait alors de ne pas avoir demandé à Elodie le nom de ses enseignants, un peu plus tôt… Il était très fréquent que d’anciens Rangers se reconvertissent dans l’apprentissage, et elle aurait parfaitement pu s’attendre à ce que cela soit le cas d’une des personnes basées à la station de Véterville quelques années auparavant.

Heureusement, il n’en fut rien.

Le plus compliqué fut de supporter toutes les questions que l’on posait, à Raudhr et elle, au sujet de la Pokémon Community, et de leur voyage jusqu’ici. Comment était leur école ? Pourquoi avaient-ils le droit à un vrai Capstick ? Diana Prince était-elle aussi courageuse que les rumeurs le voulaient ? Qu’est-ce que cela leur faisait, de voir si peu de Pokéballs dans une région côtoyant pourtant autant les Pokémon ? Tant d’interrogations auxquelles Marie eut bien du mal à répondre. Fort heureusement, les deux délégués, qui ne les lâchaient pas d’une semelle, étaient là pour demander aux autres élèves de ne pas y aller trop fort avec les questions, bien que la Mentali voyait parfaitement dans leurs regards qu’ils étaient tout aussi intrigués qu’eux.

Lorsque vint la fin du repas, et que Jean-François proposa une soirée jeu de société, elle profita de l’excuse utilisée par Raudhr pour également rejoindre sa chambre.

Au moment de quitter le réfectoire, elle capta les paroles de quelques étudiants.

« -Ils sont tous aussi coincés, à Lansat ?
-T’éxagères. Ils sont fatigués par le voyage, c’est tout. »

Marie ne dit rien, et se contenta de rallier le premier étage.

Une fois au calme, elle lâcha un long et profond soupir. Diana n’avait décidément pas choisi les élèves les plus adaptés à un échange scolaire. Deux asociales, dont une fille mal à l’aise avec la région… Combo gagnant, à n’en point douter.

Silencieuse, elle observa la mer au travers de sa fenêtre. Ils étaient sur la côte est de la région, et elle avait toujours eu pour décor la plage de la partie ouest… Peut-être devrait-elle y faire un tour, à l’occasion. Elle en avait même l’envie pressante, à vrai dire… Mais elle n’avait aucune idée de la façon dont les sorties étaient réglementées au sein de l’école, et il était trop tard pour questionner Elodie a ce sujet. Elle n’aurait plus l’air crédible, si elle montrait son envie d’aller faire un tour après avoir demandé à retourner dans sa chambre…

Ce n’était pas grave, elle irait plus tard. Elle avait une semaine, après tout, non ?… C’était bien le temps qu’il lui fallait pour se décider à aller voir, ou non, la Station Ranger de Véterville.

Elle s’allongea sur son lit, et fixa le plafond. Elle avait encore un peu de mal à réaliser la situation…

Elle était de retour à Almia.

***

Marie ouvrit lentement les yeux.

Elle cligna une fois. Puis deux. Dans un état encore léthargique, elle s'étira de tout son long...

Et réalisa qu’elle n’était plus dans le dortoir Mentali.

Elle et son coeur firent un même bond. Après s’être brusquement redressée, son regard alerté balaya la pièce dans laquelle elle se trouvait, et se posa sur chacun de ses Pokémon. L’intégralité des surfaces étaient recouvertes de bois, et le son étouffé des vagues lui parvenait au travers de la fenêtre.

Marie ferma les yeux, et posa ses deux mains sur son coeur, reprenant peu à peu son calme. Vrai, elle venait de passer sa première nuit à l’Ecole des Rangers… Bon sang, qu’est-ce qu’il lui prenait ? C’était bien la première fois qu’elle paniquait de la sorte de bon matin…

Dans un soupir, elle fit passer ses jambes le long du lit, et déposa ses pieds au sol. Aujourd’hui, elle allait assister à son premier cours en tant qu’élève de l’Ecole des Rangers. Enfin, de ce qu’elle avait compris, il était plus question d’une évaluation de leurs compétences plutôt que d’un cours, mais… Cela ne changerait pas grand-chose à son état d’esprit. Elle allait s’impliquer, et faire de son mieux pour fièrement représenter la filière Ranger de son académie.

Marie se leva, et commença à se préparer. Elle enfila une tenue de sport rudimentaire, et vérifia le bon fonctionnement de son Capstick (du moins, pour ce qu’elle était capable de vérifier).

Elle avait entendu dire qu’ici, les élèves avaient pour habitude de n’avoir qu’un seul Pokémon partenaire avec eux… Devait-elle faire de même, pour son premiers cours ? Son regard balaya l’intégralité de ses compagnons, endormis pour la quasi-totalité, et réfléchit à l’identité de celui qui la seconderait en ce jour.

La réflexion ne dura pas bien longtemps. Soren, qui avait ouvert un œil en captant les mouvements de sa dresseuse, remarqua bien vite son expression pensive en observant tous ses partenaires. Il comprit sans trop de mal qu’elle se demandait qui emmener avec elle aujourd’hui, et se porta immédiatement volontaire en rejoignant la jeune fille d’un bond. Cette dernière était plutôt réticente : son starter l’avait déjà accompagné toute la journée d’hier, elle aurait voulu faire profiter ses autres Pokémon. Elle se fit finalement la réflexion que le cours n’allait sans doute pas leur prendre tout le Mardi, et qu’elle pourrait faire sortir l’ensemble de son équipe plus tard dans l’après-midi.

Quelques minutes plus tard, une étudiante vint frapper à sa porte pour lui annoncer l’heure du petit déjeuner. Marie soupira intérieurement. Tout se faisait-il nécessairement en communauté, ici ? Toutefois docile, elle suivit la demoiselle, et rallia la salle du réfectoire pour le premier repas du jour.

Une heure après, ils étaient tous réunis devant la salle d’entraînement.

Le bâtiment ressemblait trait pour trait à leur gymnase, depuis l’extérieur. Les étudiants étaient réunis en rang devant, de manière bien plus droite et linéaire que demandée à la Pokémon Community. Elodie et Jean-François se trouvaient à l’extrémité de la première ligne, juste à côté de Marie et Raudhr, à qui on avait demandé de se placer là. Les Pokémon de chacun des élèves étaient également assis juste devant eux, et Soren n’échappa pas à la règle.

Leur professeur pour la semaine leur faisait face, et entama un petit speech de début de journée.

« -Bonjour à vous. J’espère que vous avez tous fait un accueil chaleureux à nos deux correspondants de Lansat... »

Oh que oui, ils l’avaient fait. Mais Marie s’abstint de tout commentaire, et détailla plutôt l’allure de l’adulte : ayant visiblement un peu plus de la trentaine, il s’agissait d’un homme un peu plus petit que la moyenne, avec de très courts cheveux marron pâle, et de fines lunettes placées sur son nez arrondi. Il était aussi un peu plus large que la majorité des adultes, et arborait un doux sourire assez significatif de son tempérament serein.

Il se rapprocha de Marie et Raudhr, et se présenta.

« -Je suis M. Mai. Ravi de rencontrer les deux meilleurs élèves de la Pokémon Community. »

La Mentali haussa les sourcils. Un peu gênée, elle fit une révérence polie, et se présenta.

« -Marie Uana. » elle se redressa, perturbée par les paroles du professeur « Excusez-moi, qu’entendez-vous par "meilleurs élèves" ?...  »

M. Mai afficha une mimique étonnée. Il appuya sur ses lunettes de son index pour les faire remonter, et reprit.

« -C’est ce que m’a affirmé Diana, lorsque je l’ai appelée, Dimanche matin. » sa main vint se poser sur son menton alors qu’il levait les yeux au ciel, en pleine réflexion « Elle m’a dit quelque chose comme… "Ne vous inquiétez pas ! Bien sûr que je n’ai pas oublié ! Mes meilleurs éléments sont sur le coup, je vous les envoie dès demain !" »

Lentement, Marie échangea un regard blasé avec Raudhr. A n’en point douter, Diana Prince avait balancé ça dans la précipitation, après s’être souvenue de l’existence de cet échange scolaire… La blanche soupira intérieurement, et se hâta de rectifier l’adulte.

« -Je crains que vous ne vous fourvoyez. A dire vrai-
-Allons, ne soyez pas si modestes ! Et de toute façon, nous allons nous en attester ce matin même. »

Marie se tut, coupée, et écouta silencieusement la suite.

« -Avant de commencer un quelconque cours, nous allons évaluer vos performances individuelles, à tous les deux. Vous allez passer le même examen que mes élèves à l’issu du premier semestre ! »

Quelques murmures s’élevèrent parmi les étudiants alentours. La jeune fille les ignora, et observa plutôt la direction indiquée par le mouvement de menton du professeur, dirigé vers la salle d’entraînement.

« -A l’intérieur se trouve une sortes d’arène, dans laquelle nous allons lâcher un Pokémon. Celui-ci sera tiré au sort parmi une sélection très précise de créature au tempérament… Plutôt… Susceptible, dirons-nous. Vous ne serez équipés que de votre Capstick seul, et aurez pour unique compagnie l’un de vos Pokémon.  »

Marie capta le regard que lui avait tourné Soren. Le Crôaporal hocha la tête d’un air déterminé, et sa dresseuse fit donc de même. Elle irait avec lui.

« -Votre objectif est bien évidemment de capturer puis calmer le Pokémon qui vous sera assigné. L’évaluation tiendra en compte du temps que vous mettrez… Ainsi que des dégâts subis par votre cible. Plus elle sera blessée, et plus vous subirez de malus.  »

Elle plissa les yeux, pensive. Cela risquait d’être compliqué, s’ils n’avaient pas le droit de l’attaquer… Ou du moins, pas trop violemment. Elle se doutait qu’ils ne leur demandaient pas de dompter un Pokémon à la seule force de l’amitié, cela paraissait quelque peu incongru.

Une pensée lui traversa l’esprit, et Marie leva la main.

« -Oui ?
-L’usage du Navigateur est-il autorisé ? »

M. Mai acquiesça.

« -Bien sûr. Si cela peut vous êtes utile... »

Elle baissa son bras, satisfaite. Sans ses livres à portée de mains, elle était contrainte de s’en remettre à ce logiciel similaire à un Pokédex qui était inclus dans leurs Capsticks. C’était peut-être bien la seule application que Marie avait déjà été capable d’utiliser, avec l’envoi de message texte de son Ipok…

Le professeur se tourna vers Raudhr, et lui proposa à son tour de poser ses questions s’il en avait. Après quoi il demanda si l’un d’eux souhaitait commencer en premier, ou au contraire passer son tour. Marie s’enquit de l’avis de son camarade d’un regard, et face à leur impassibilité mutuelle, haussa les épaules.

« -Peu m’importe. Je concède à me porter volontaire. »

La réponse parut satisfaire M. Mai qui tapa des mains.

« -Bien ! Allez donc rejoindre les gradins. Marie, l’entrée de l’arène se fait via la porte principale. »

Le rang se défit instantanément. Passant à sa portée, Elodie donna une tape amicale sur l’épaule de Marie, et lui glissa quelques encouragements.

« -Ne t’inquiètes pas, tu vas t’en sortir ! Je t’ai déjà vu à l’oeuvre, après tout.  »

Elle s’était contentée d’un hochement de tête en guise de réponse. Jean-François imita bien vite sa camarade, bien qu’un peu plus démonstratif.

« -Vas-y ma belle ! Donne tout ! Je suis CERTAIN que tu vas réussir à nous éblouir.  »

Elle réitéra son mouvement du menton, plus mal à l’aise cette fois-ci. Le garçon passa ensuite un bras par dessus les épaules de Raudhr, et guida ce dernier jusqu’à l’entrée des gradins, sous l’oeil silencieux de Marie.

Le Phyllali devait vivre un enfer.

Elle avisa ensuite son starter. Il paraissait prêt à en découdre. Tant mieux, parce qu’il était hors de question de faire dans la demi-mesure.

La blanche suivit les indications du professeur, et rallia l’intérieur de la salle d’entraînement. Si l’extérieur lui rappelait le Gymnase de l’académie, l’intérieur lui faisait plus penser au Stadium : l’intégralité du bâtiment était composé d’une arène circulaire, dont les gradins, surélevés, faisaient office de délimitation. Une fine pelouse verte avec le symbole de la fédération Ranger, à l’instar de la Place de l’Essor, recouvrait le sol, et l’accès n’était possible que via deux portes se trouvant de part et d’autres de l’arène. Les sièges spectateurs étaient d’un rouge éclatant, couleur assez caractéristique des Rangers de manière générale, tout comme les murs qui l’entouraient. A vu d’oeil, l’arène devait faire environ cinquante mètres de diamètre.

Tous les élèves s’étaient assis dans les gradins, et Marie et Soren étaient seuls sur le pelouse. Même M. Mai les surveillait depuis les hauteurs ; elle nota toutefois que maintenant, son propre Capstick était attaché à sa ceinture. Mesure de sécurité, présuma-t-elle.

Passées quelques secondes, le professeur demanda si la jeune fille était prête, ce à quoi elle répondit par l’affirmative. Son Capstick était dans sa main, et Soren posté juste devant elle, en position de combat.

La porte qui lui faisait face s’ouvrit.

Et un Tauros déboula de l’obscurité.

Son sang ne fit qu’un tour. A peine avait-il posé une patte dans l’arène que le Pokémon commençait à la charger. Marie et Soren partirent immédiatement à gauche et à droite respectivement pour éviter le buldozer qui leur fonçait dessus, et l’évitèrent à une dizaine de seconde près. C’était le temps qu’il avait fallu au Tauros pour traverser l’arène de part en part…

Alors qu’ils s’arrêtaient et se retournaient, Marie et Soren virent le Tauros percuter la porte qui se trouvait derrière eux quelques secondes auparavant. Le temps qu’il se remette de ce choc, la jeune fille put brièvement réfléchir à la situation.

Sur son visage de marbre, cela ne se voyait pas, mais intérieurement, elle souriait.

Elle n’aura pas besoin de Navigateur.

D’un mouvement net, Marie déclencha le système de capture. La longue tige de son Casptick se révéla, alors que la toupie tombait au sol, et commençait à faire du sur-place. Le Tauros avait déjà fait volte-face lorsque la blanche prit la parole.

« -Soren, diversion. »

Le Crôaporal acquiesça, et entreprit immédiatement d’attirer l’attention du Pokémon à l’aide de grands cris et mouvements de pattes. Le concerné ne mit guère de temps à capter la provocation de Soren, frotta un de ses sabots au sol, et se fouetta à l’aide de ses queues.

La seconde d’après, il chargeait à nouveau.

Marie se précipita là où le Tauros avait attaqué une première fois, et se plaça derrière lui, laissant son disque de capture sur place. Soren s’apprêtait à bondir sur le côté à tout moment pour éviter la charge, mais Marie l’en dissuada.

« -Grimpe dessus et immobilise ses queues ! »

Son starter obtempéra. D’un bond, il passa au dessus du Tauros, qui vint percuter le mur juste derrière lui, et atterrit sur son dos. Profitant qu’il s’ébroue, Soren saisit les sortes de fouets situés sur son arrière-train, tandis que Marie restait immobile, sa toupie toujours placée plus loin vers la gauche. Sotié à sa droite, elle attendit que le Tauros réalise qu’un perturbateur était grimpé sur son dos, et dès lors qu’il tenta de le déloger, capta à son tour son attention.

« -Par ici ! »

Le Pokémon, furieux, renifla bruyamment. Il ne savait que faire entre virer cet enquiquineur sur son dos, et charger cette insolente qui le provoquait un peu plus loin. Il opta finalement pour la seconde option (choix logique, puisqu’il pourrait faire d’une pierre deux coups), et tandis que le disque de capture commençait déjà à le contourner, le Tauros entreprit d’à nouveau frotter ses sabots au sol. Il voulut agiter ses appendices, mais s’ébroua de frustration à cause de Soren, qui les tenait fermement entre ses pattes. Finalement, il se décida enfin à charger…Alors que Marie partait déjà partie dans une autre direction. Avec de vifs mouvements de poignets, elle intima à la toupie désormais placée derrière la créature de la suivre, ce qu’elle fit sans mal puisque le Tauros partait en ligne droite pour à nouveau percuter la porte de tout à l’heure, où Marie avait pourtant disparu.

A cause du choc, Soren lâcha prise et percuta lui aussi la surface rouge. Pendant ce temps, Marie faisait de grands gestes, rigides et circulaires, pour permettre à la toupie d’encercler le Tauros. Une fois. Deux fois. Trois fois. Complètement désorienté par les trois chocs consécutifs, le Pokémon se redressait péniblement sur ses pattes, et se secoua. Ce n’était qu’au cinquième cercle qu’il capta la présence du disque de capture, et qu’il souhaita, pour la quatrième fois, charger. Mais Marie l’en dissuada en rappelant à l’ordre son starter.

« -Soren, recommence ! »

Le Crôaporal était encore un peu dans les vapes. Mais la directive lancée par sa dresseuse lui permit de se ressaisir, et il bondit désespérément pour agripper les trois queue du Tauros. Ce dernier arrêta presque aussitôt la préparation de sa charge, gêné, et voulut se retourner pour déloger Soren.

Mais le disque achevait déjà son dernier tour.

Une étrange lumière éclaira le Pokémon, alors que la toupie cessa de tourner. Tauros arrêta de s’ébrouer, et renifla bruyamment, tandis que Soren se laissait choir au sol, complètement déboussolé.

Quelques applaudissement s’élevèrent parmi les élèves. Marie rangea son Capstick, et rejoignit calmement le bovidé. Passant une main sur son encolure, elle entreprit de rassurer le Tauros désormais calmé, puis se dirigea vers son starter pour aider le Crôaporal à se relever. D’un simple mouvement de tête, elle le remercia pour son aide, avant que M. Mai ne prenne la parole.

« -Félicitations ! Peux-tu nous expliquer comment tu t’y es prise pour capturer ce Tauros ? »

Marie tourna son regard vide vers l’enseignant. Après s’être relevée, elle répondit.

« -Il s’avère que j’ai déjà été amenée à venir en aide à des Tauros, par le passé. » elle passa une nouvelle fois sa main sur le pelage du Pokémon, ciblant cette fois-ci le sommet de son crâne « Il s’agit d’un Pokémon très endurant, et agressif, qui mesure sa force en chargeant d’autres créatures. Mais bien que puissant, il n’est capable de charger qu’en ligne droite. » son regard se tourna vers l’arrière-train du Tauros « De plus, il fait usage de ses trois queues pour augmenter son agressivité. En se fouettant avec, il cherche à augmenter sa rage et donc la puissance de ses attaques, et ce avant chaque charge. » elle se détourna du Pokémon, et fixa le professeur « J’ai donc demandé à Soren de les immobiliser afin de le perturber, en plus de le rendre moins violent. J’ai ensuite attiré son attention en un point où ne se trouvait pas le disque de capture, pour éviter qu’il ne brise la ligne dans son charge, puis me suis éloignée en sachant qu’il continuerait d’avancer malgré tout. Finalement, je l’ai capstické pendant qu’il était sonné, puis que Soren accaparait son attention. »

Le professeur hocha la tête d’un air convaincu. Marie prit cela comme l’autorisation de prendre congé, et relâcha donc le Tauros, avant de quitter l’arène avec son Croâporal. La porte avait extrêmement bien tenu malgré les deux chocs consécutifs du Tauros…  Ils n’avaient pas lésiné sur la résistance du matériel.

Se doutant qu’elle devait rallier les gradins, Marie entreprit de grimper les escaliers menant à ces derniers, suivie de Soren. En montant les premières marches, elle réalisa que quelqu’un d’autre était en train de les descendre en sens inverse : Raudhr, que M. Mai envoyait sans doute prendre la relève.

Sans s’arrêter, la Mentali lâcha quelques mots au moment de croiser le garçon.

« -Bon courage. »

Puis elle regagna les hauteurs.

Arrivée en haut, elle chercha une place un peu isolée, mais capta les grands gestes que faisait Elodie à son intention. Arf. Elle lui avait gardé une chaise pile entre elle et Jean-François… Peut-être même était-ce là que son camarade était assis, un peu plut tôt. Et maintenant qu’elle l’avait remarqué, elle pouvait difficilement faire mine de n’avoir rien vu…

Elle soupira intérieurement. Si elle ne faisait pas un minimum d’effort, elle ne parviendrait jamais à s’intégrer parmi tous ces Rangers.

Même si elle n’en avait pas spécialement envie.

Ravalant sa méprise des interactions sociales, Marie se dirigea vers les deux délégués. Une fois assise entre eux, elle se fit immédiatement assaillir de remarques en tout genre.

« -Woooow, comment t’as trop géré !
-Aaaah, je t’envie ! Qu’est-ce que j’aurai aimé tomber sur un Pokémon que j’ai l’habitude de capturer !
-Moi aussi j’ai dû Capsticker un Tauros, lors de l’examen. Mais je ne m’y suis pas du tout prise comme ça ! »

La Mentali ferma les yeux. Elle avait tout juste eu le temps de se poser que déjà, ils la noyaient sous des paroles en tout genre… Mais la dernière phrase d’Elodie intrigua la blanche, qui hésitait à lui poser une question. Elle n’avait pas envie de la lancer dans une discussion vive et endiablée, mais… Bah, dès que Raudhr commencera son propre examen, ils seraient bien obligés de faire preuve de silence.

« -... Comment avez-vous fait, alors ? »

Elodie parut surprise. Elle cligna des yeux d’un air dubitatif, avant de reprendre.

« -… Tu me vouvoies ?  »

Ce fut au tour de Marie d’être prise au dépourvu. Depuis hier, elle leur avait si peu adressé la parole que personne n’avait remarqué qu’elle vouvoyait tout le monde ? Décidément…

Heureusement, Jean-François était là pour répondre à la question à sa place.

« -Elodie l’a chevauché ! Elle l’a dompté, comme dans un véritable rodéo ! Une vrai cow girl ! C’bien ma besta, ça <3  »

En guise de réponse, la demoiselle tira la langue. Marie se fit la réflexion qu’Elodie était définitivement plutôt déterminée (pour ne pas dire dérangée), pour chercher à monter tous les Pokémon sauvages qu’elle devait capturer... M. Mai intima alors à tous les élèves de se taire, et les yeux de Marie se tournèrent vers l’arène, dans laquelle Raudhr se tenait.

C’était maintenant à son tour de faire ses preuves aux yeux de l’Ecole des Rangers.



© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 16.
Niveau : 17
Jetons : 6726
Points d'Expériences : 302

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Dim 20 Mai - 20:33



『Mission: Gemme Manquante』
Ouvrant son œil gauche, Raudhr poussa un léger soupir, avant de le fermer à nouveau. Il se tourna sur son côté droit, puis finit par s'étirer longuement, réveillant doucement ses muscles. La nuit ne s'était pas trop mal passée, et le lit n'était pas inconfortable. Il n'avait pas non plus eu de voisins trop dérangeants, comme des éclats de rire à une heure ou deux du matin, ce qui aurait pu mettre le Ranger de mauvais poil.
S'asseyant sur son lit au bout de quelques minutes, il vérifia l'heure sur son ipok, et à l'instant où il le prit dans ses mains, son alarme se mit à retentir. Souriant légèrement, le Phyllali l'éteint rapidement avant d'observer son équipe. Il avait laissé tout le monde dehors au grand complet, histoire de les laisser un peu à l'air libre. Après tout, il n'allait sans doute pas avoir l'occasion de trop les faire sortir de leur sphère de capture ici, puisque l'utilisation des Pokéball était mal vue.

Deloi était endormi contre le mur, Vindr et Esterni contre lui. Kveykva avait utilisé la queue touffue de la Pyroli comme coussin et s'y était roulé en boule dessus. Fyrn était étalé en plein milieu de la chambre, sur le tapis et Skölir, comme à son habitude, était venu se nicher sur le lit du Dresseur. Il était d'ailleurs venu lui dire bonjour, ronronnant doucement tout en se frottant à son t-shirt.

-Yo mon grand.

Le Lixy lui répondit par un « xyy » enthousiaste, ce qui fit sourire le jeune homme. Doucement, le reste de son équipe se réveilla à son tour, et eut le droit à une visite tout aussi enthousiaste de Fyrn et de Kveykva, qui vinrent tour à tour lui léger la figure.
« Ugh.. »

Les repoussant doucement, le Dresseur se leva à son tour et se prépara pour l'entraînement test du jour. Il devait admettre qu'il était assez impatient de voir comment les cours se déroulaient ici, mais alors qu'il s'habillait, une pensée lui traversa l'esprit. Il se remémora le fait qu'ici, les élèves n'avaient qu'un seul Pokémon partenaire pour les aider dans leur capture, aussi se doutait-il qu'il allait sans doute devoir choisir qu'un seul de ses Pokémon dans son équipe pour l'accompagner aujourd'hui également.
Alors qu'il attachait son bracelet autour de son poignet machinalement, il observa ses Pokémon dans la pièce. Le fait de ne devoir en choisir qu'un seul pour la journée l'irritait un peu, il n'aimait pas vraiment faire des choix. Cependant, il trancha rapidement en se disant que de toute façon, il alternerait entre ses compagnons les jours suivant. Rappelant tous ses compagnons dans leur ball, il laissa seulement Vindr dehors.

-Je compte sur toi pour aujourd'hui.

Raudhr fut salué par un « Voltaaaaa » confiant, tandis que le chromatique noir et crème s'était étiré, comme prêt à passer à l'action.

-Bien.

Sortant donc de sa chambre, il rejoint le reste des étudiants dans la salle de réfectoire pour le petit déjeuner, avant de se retrouver une heure plus tard en groupe devant la salle d’entraînement, qui avait une allure similaire à celle de la Pokémon Community.
La première chose qu'avait remarqué Raudhr, c'était qu'en effet, chacun avait un Pokémon tranquillement assit devant eux, alors que tous les élèves étaient alignés en rang. Les deux étudiants de Lansat étaient un peu à l'écart, à la demande du professeur, un homme assez petit d'une trentaine d'année. Il avait commencé un speech matinal, saluant les deux invités en leur expliquant le programme du jour. Au fur et à mesure qu'il parlait, Raudhr sentait que la journée allait être assez éprouvante. Visiblement, les deux jeunes étudiants allaient devoir passer une sorte d'examen pour évaluer leur compétence en tant que Rangers. Le Phyllali n'était pas particulièrement enthousiaste à l'idée d'une évaluation directe, encore moins sous les deux de tous, mais il se reconcentra vite sur les détails de l'examen en question. Capsticker un Pokémon au tempérament aggressif ? Raudhr avait haussé un sourcil dubitatif quant au termes utilisés par le professeur, mais n'avait rien dit.

Finalement, il termina ses explications et leur demanda s'ils avaient des questions. Marie posa la sienne, avant que le jeune homme ne prenne une expression pensive. Il releva la tête, et sa voix résonna.

-L'usage d'objets tels que les baies est-il également autorisé ?


Il eut une réponse positive, avant que M. Mai ne demande si l'un deux voulaient commencer. Ni Raudhr ni Marie n'avaient de souhait, aussi la Ranger se proposa comme volontaire. Acquiesçant, le jeune homme aux cheveux rouges prit la direction des gradins de manière forcée après que son très cher camarade Jean-François se décide à l'embarquer sous son épaule. Il lança un regard de soutien à Marie, lui souhaitant bonne chance en silence avec un hochement de tête, avant de délicatement s'écarter du bras imposant du délégué, visiblement irrité par ces sauts de contact impulsif.

S'installant en haut des gradins, il prit place entre Elodie et Jean-François, croisant les bras et les jambes. Vindr s'était simplement allongé devant lui, tandis que son Dresseur avait prit une mine plus sérieuse et moins contractée qu'auparavent. Il était passé dans une sorte de mode d’observation, son œil unique rivé sur l'arène en contre-bas, où Marie venait de pénétrer avec son Croâporal. Il pouvait entendre les deux délégués entre lui discuter, mais il n'y prêta aucune attention et se concentra sur la porte de l'arène qui venait de s'ouvrir, lâchant un imposant Tauros.
La mine du Phyllali ne changea pas d'un poil, mais il venait de comprendre ce qu'il était entendu par « tempérament aggressif ».

Cependant, il semblerait que Marie n'eut pas grande difficulté à maîtriser le Pokémon. Elle se débrouilla parfaitement bien, chacun de ses mouvements semblant être calculés. Son Pokémon était aussi en parfaite synchro avec elle, ce qui conduit au fait que la capture du Tauros se termina bien pour elle. Lorsqu'elle eut terminé, le professeur lui demanda d'expliquer ses mouvements et son raisonnement. C'est après son explication terminée que la Ranger sortit de l'arène principale, pour à son tour rejoindre les gradins.

-Raudhr, c'est bien ça ? A ton tour, bon courage.

M. Mai lui fit un sourire chaleureux en lui invitant à emprunter les escaliers d'un geste de la main, ce que fit le Ranger, suivit de près par son chromatique qui trottinait derrière lui. En descendant les marches, il put apercevoir Marie, qui venait à sa rencontre en sens inverse. Lorsque les deux furent côte à côte, il put entendre la Mentali lui murmuer un « Bon courage », ce à quoi le Phyllali lui répondit par un « Merci », avant d'arriver à son tour devant la porte principale.

Entrant dans l'arène, le TopDresseur observa plus attentivement et en détail ses alentours, qu'il se devait de prendre en compte avant toute chose. L'arène était recouverte d'une fine pelouse, bien entretenue quoi qu'un peu maltraitée après les charges du Tauros plus tôt. Les murs étaient assez haut, au moins deux bons mètres cinquante, avec un matériel sans doute extrêmement solide. A vue d’œil, il devait y avoir plus ou moins cinquante mètres de diamètres, assez pour pouvoir manœuvrer le Disque de Capture sans heurter quoi que ce soit dans un mouvement incontrôlé.

S'étirant doucement, le Ranger prit une mine sérieuse et concentrée, alors qu'il dégainait son Capstick. Il était tout son corps, avant que les portes de s'ouvrirent. Quel type de Pokémon pourrait bien en sortir ? Un autre Tauros ? Un Rhinocorne peut-être, ou même un Donphan..

Non. La mine du Ranger se fit bien plus crispée.

« Ils sont sérieux, là. Ils n'y vont vraiment pas de main morte..»


Devant lui se dressait un fier Ursaring, les griffes bien acérées et le regard percant. Du haut de ses un mètre soixante-quinze, Raudhr était loin d'être petit pour son âge, ce qui lui donnait un petit avantage la plupart du temps, en plus d'avoir de bons réflexes. En revanche, l'Ursaring devant lui devait au moins faire un bon mètre quatre-vingt-dix pour sans doute une bonne centaine de kilos.
L'imposant ours de type Normal ne bougea pas et grogna. Vindr se mit en position, tandis que d'un mouvement, le Captsick du Ranger se mit en route et le Disque de Capture toucha le sol, tourbillonnant rapidement sur place, prêt à être utilisé.

Il n'en fallut pas plus pour engager le combat. L'Ursaring émit un fort grognement et se mit à charger. Vindr sauta sur le côté et Raudhr fit de même, l'esquivant d'un pas agile. Comme prévu, ses mouvements étaient plutôt faciles à lire. Le jeune homme passait beaucoup de temps à lire, et il se souvenait du point faible de cette énorme masse de muscles : sa vitesse, et sa gloutonnerie.
Gloutonnerie ?

-Vindr, lance Hâte !


Ne se faisant pas prier, le chromatique noir et crème se mit à sauter sur place avant de courir de droite à gauche, dans un rythme de plus en plus rapide, à tel point qu'il était presque impossible de le suivre à l'oeil nu. L'ours se retourna et mit sa truffe en l'air avant de frapper violemment le sol, frappe que le type Electrik évita facilement.

Dans un coin de l'arène, Raudhr réfléchissait. Il était hors de question de commencer une ligne de capture maintenant malgré la vitesse lente du Pokémon sauvage. Un coup de patte pourrait briser facilement la boucle voire même aisément endommager le disque. Non, il fallait d'abord l'immobiliser, et pour ça, le Ranger avait une idée derrière la tête. Il mit une main dans sa poche, aggripant un objet fermement dans sa main, et en ressortit, le poing fermé.

-Utilise Jet de sable, puis place-toi derrière lui !

Alors que l'Ursaring préparait un nouveau puissant coup de patte, le Voltali sauta sur le côté et gratta furieusement le sol avant d'envoyer un bon jet de terre dans les yeux du type Normal, qui grogna et tituba légèrement, désorienté. Cependant, à la surprise du duo, il n'arrêta pas son coup de patte et après avoir une nouvelle fois avoir mit sa truffe en l'air, frappa le sol et manqua de peu Vindr, qui venait de sauter sur la droite de justesse, aidé par Hâte lancé plus tôt.

« Évidemment.. Il peut sentir l'odeur de Vindr et frapper en conséquence. La vision est une chose, mais maintenant..»

-Vindr, attrape !

Se décalant hors de portée de l'ours et d'un coup sec, Raudhr lança en l'air l'objet dans son poing, une baie Sitrus, que le chromatique attrapa à la volée dans sa gueule. Comme prévu, l'Ursaring releva la tête, ses yeux toujours fermés par la terre dérangeante. Il renifla l'air et se tourna vers le Voltali qui venait d’atterrir au sol.

-Bien, maintenant tourne autour de lui puis dans le reste de l'arène sans t'arrêter.

S'exécutant d'une poussée rapide de ses pattes arrière, le chien électrique se mit à courir autour du Pokémon, la baie entre ses dents. Il fit quelques tours avant de se mettre à galoper tout autour de l'arène, diffusant le parfum subtil de la baie Sitrus. Émettant un léger sourire, le Ranger observa le type Normal tourner la tête à droite et à gauche, complètement désorienté, incapable d'utiliser son odorat pour se repérer.

« Parfait. »

D'un mouvement calculé du poignet, Raudhr entama une boucle avec son Capstick autour du type Normal, qui désormais tentait tant bien que mal de se frotter les yeux malgré ses griffes imposantes sans se blesser. Une, deux trois, quatre. Visiblement, la cinquième suffit, puisqu'une douce sphère bleue venait envelopper l'Ursaring, qui venait de rendre sa vision à nouveau en état de marche. Ralentissant, Vindr vint trottiner vers son Dresseur, qui s'était approché du Pokémon désormais capturé, passant sa main dans sa fourrure. Il s'agenouilla vers son chromatique, qui eut également le droit à une caresse avant de prendre la baie qu'il lui tendait. Il la coupa en deux, lui donnant une moitié et l'autre moitié au pauvre ours, qui visiblement en avait aussi terriblement envie, après en avoir senti l'odeur de partout.

Tout comme Marie, Raudhr eut droit à la même question de M. Mai, et le Ranger souffla avant de donner son explication d'une voix nonchalante.

-Je connaissais le point faible d'un Ursaring : sa vitesse, et sa gloutonnerie. Il aime beaucoup manger et se sert de son odorat très développé pour localiser de la nourriture où il se trouve. J'ai donc perturbé ses deux sens à l'aide de la vitesse de Vindr afin de pouvoir l'immobiliser et ne pas risquer un de ses puissants coups de griffes, qui auraient sans aucun doute fortement endommagé voire brisé le Disque de Capture du Capstick.


Visiblement satisfait, Raudhr put voir le professeur hocher de la tête avant de relâcher l'ours brun et de sortir de l'arène avec Vindr sur ses talons.
Le reste de la classe le rejoignit dehors, hors du gymnase. Il vit Jean-François foncer vers lui, avec Elodie et Marie juste derrière.

-Ouahhh mais toi et Marie vous êtres trop the best quoi. La Pokémon Community doit avoir de trop bon cours aussi. O. M. G. Brefouille, bien joué mon coco hahaha.

Les mains sur les hanches, le Ranger se contenta d'un hochement de tête en guise de remerciement. Malgré une mine toujours aussi froide et impassible, il se sentait toujours mal à l'aise devant le comportement du colosse. Cependant, il n'eut pas le temps de s'y attarder que M. Mai venait à son tour de rassembler les élèves, avant d'élever la voix.

-Bien! Maintenant que nous savons vos capacités individuelles, nous allons pouvoir évaluer votre travail d'équipe et coordination. Notre cours du jour se portera surtout sur la capture d'un troupeau de Pokémon, en duo. Vous allez devoir capsticker un troupeau d'une espèce afin de les calmer.


Il sortit de son sac une boîte noire, qu'il présenta à la classe.

-Vous viendrez piocher l'espèce de Pokémon dans ce chapeau tour à tour.

Ainsi, la classe se divisa rapidement en plusieurs duo, incluant Marie et Raudhr, ainsi que Jean-François et Elodie. Le Ranger avait d'ailleurs levé un sourcil ; un duo comme eux en action, ça devait être prometteur.
Il fit un signe de tête à Marie avant d'aller à son pour piocher dans la boîte noire et d'en sortir un petit papier plié. Il retourna vers la Mentali, avant de déplier et lire ce qui y était écrit.
Sa mine froide et impassible ne changea pas d'un poil, mais eut tout de même une grimace intérieure.

-Ce sera un troupeau de Zigzatons.


_________________

______
Code RP créé par Ginji et design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 952

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Jeu 7 Juin - 15:17

Gemme manquante
feat Raudhr Akai


Marie était contemplative.

L'évaluation de Raudhr allait commencer. Le garçon s'étirait tranquillement depuis l'un des côtés de l'arène, tandis que les portes d'en face s'ouvraient. Bientôt, le Ranger et son Voltali allaient devoir faire preuve d’ingéniosité pour apprivoiser leur cible... La silhouette de cette dernière se dessina assez rapidement dès lors qu'elle fut libérée, et la demoiselle se contenta de hausser un sourcil à sa vue.

Un Ursaring.

Cela devait être impressionnant, à n'en point douter. Pourtant, Marie resta de marbre en découvrant l'identité du Pokémon à capturer. Déjà car elle se savait hors de portée, ce qui lui conférait dès lors un sang-froid à toute épreuve, et surtout, car elle pensait M. Mai suffisamment consciencieux pour intervenir en cas de problème.

Ils n'étaient plus à la Pokémon Community, après tout.

Elodie et Jean-François paraissaient bien plus captivés par l'affrontement. Leurs yeux s'écarquillèrent sous la surprise, et voilà que la déléguée commençait même à piétiner des pieds. Marie la regardait en coin, d'une expression quelque peu méprisante face à tant d'emportement, mais ne dit rien, et se focalisa sur l'examen qui se déroulait en contre-bas.

Bien moins détendu, Raudhr conservait toutefois sa concentration et était prêt à agir. Et alors que son disque de capture était lancé et que les deux comparses esquivaient les attaques de l'Ursaring, Marie croisa les bras, et se plongea dans une réflexion interne. C'était une créature féroce, qui lui faisait face, mais plutôt lente. Bien que dévastatrice, ses attaques seraient limitées, et anticipées, elles ne représenteront aucun réel danger. La question était de savoir comment le Phyllali allait s'y prendre pour détourner suffisamment longtemps l'attention d'Ursaring, et pouvoir ainsi effectuer la capture...

Ce poste d'observation lui plaisait bien. Beaucoup plus que lorsqu'elle était au milieu de la piste. Marie n'était pas une fille d'action, mais de réflexion... Heureusement pour elle, c'était précisément ce qui lui avait sauvé la mise à de nombreuses reprises. Ses Pokémon étaient là pour agir à sa place, et Marie n'avait qu'une chose à faire : garder le contrôle de ses pensées, et les ordonner pour aboutir à une solution rentable. Et diriger son Capstick, accessoirement... Mais ça, elle commençait à s'y habituer. Avec le temps, la gestuelle devenait plus intuitive, et le disque de capture n'était plus un obstacle à dompter, mais devenait une extension littérale de son bras.

Même si elle était bien loin de parfaitement le maîtriser, cela allait de soi. Elle avait encore toute sa scolarité devant elle pour devenir une Ranger digne de ce nom. Et peut-être plus.

De sa place, elle voyait Raudhr faire preuve d'une grande minutie pendant ses déplacements. Son expression était indescriptible, et s'il n'était pas actuellement en train de courir, poursuivi par un Ursaring enragé, on croirait difficilement qu'il était en situation de sauvetage.

C'était quelque chose que Marie appréciait observer chez les Rangers : leur assurance. Certains souriaient face à l'adversité, d'autres gardaient un calme inébranlable... Ce refus de céder à la peur et au désespoir, c'était une façon de communiquer auprès des personnes à qui ils venaient en aide « Tout va bien, gardez espoir ».

Marie savait pertinemment que l'arrogance et le trop-plein de de zèle pouvaient mener à la perte, mais au fond d'elle, savoir que des gens pouvaient garder le sain contrôle de leurs émotions, cela la rassurait.

Le torse de Raudhr se soulevait et s'abaissait avec une périodicité parfaite, et la poussière qui voletait dans le stade commençait à s'accumuler sur ses vêtements, ainsi que sur le pelage de son Voltali. Ce dernier obéissait machinalement à la moindre des consignes données par son dresseur, et petit à petit, leur coopération permit la capture de l'Ursaring.

Le visage inexpressif de Marie ne le fut pas plus à la retombée soudaine de l'adrénaline dans le stade. Les bras croisés, elle écoutait avec un certain contentement les explications de Raudhr, qui auraient fini noyées sous l'euphorie du public si le professeur n'était pas intervenu.

Efficace. Ce fut le seul mot qui lui vint à l'esprit.

« -FIRST ! Je veux le féliciter en premiiiiiier ! »

Jean-François s'était levé comme une fusée. Elodie, un sourire aux lèvres, avait à son tour quitté son siège, et patiemment attendu que Marie fasse de même. Figée dans son mutisme, la Mentali écouta son émerveillement pour leurs performances respectives, sans un mot.

« -Aaaaah, c'était tellement classe ! Tu vois Marie, c'est pour ce genre de chose que je souhaite devenir Ranger. Pour terrasser les grosses vilaines bêbêtes ! Mais avec gentillesse et bravoure <3 »

Elle s'était contentée de fixer Elodie d'une mine pensive. C'était ce si peu de volonté qui l'avait poussé à devenir Ranger ? Elle ne dit rien, et apprit simplement que sa camarade n'avait apparemment jamais eu l'occasion de dompter un Ursaring durant la suite de son discours. Qu'Arceus l'en préserve, elle se ferait déchiqueter en souhaitant grimper sur son dos.

Arrivées à l'extérieur, elles rejoignirent Jean-François, qui avait déjà mis son grappin sur Raudhr. Marie laissa Elodie faire la conversation à sa place – parler par procuration, il y avait un concept à creuser –, avant que M. Mai ne les rassemble à nouveau pour annoncer la suite des événements.

Après l'évaluation individuelle, le travail en groupe.

La blanche soupira intérieurement. Elle détestait les travaux à plusieurs. Devoir parler à des gens à qui elle n'aurait jamais adressé la parole autrement, multiplier les compromis pour trouver une direction de travail efficace, devoir conjuguer avec les bavures de ses partenaires... Il pouvait y avoir de bonnes surprises parfois, elle devait le reconnaître, mais elle préférait indubitablement travailler seule avec ses Pokémon. Surtout si c'était pour se taper les dialogues incessants de Jean-François ou les actions inconscientes qu'Elodie pouvait être amenée à effectuer...

Mais que Marie se rassure, ces deux là étaient déjà groupés.

Elle, était avec Raudhr.

Logique, les élèves de cette classe devaient déjà avoir leurs binômes bien ancrés, et y intégrer deux électrons libres seraient plus cacophoniques qu'autre chose. Que les molécules restent triées deux atomes par deux atomes, et qu'aucun ion ne soit formé ~ Marie préférait rester neutre et ne pas tenter la positivité, au risque de voir sa polarité devenir négative.

Mais cette métaphore physique a déjà bien assez duré, passons plutôt aux faits. Même si Raudhr n'allait pas brusquement devenir le partenaire idéal auquel elle aspirait (aka : qui n'existe pas), il s'agissait d'une valeur sûre, sur laquelle elle devrait pouvoir compter. Sûre ? Peut-être pas, à dire vrai, les deux n'avaient jamais agi en binôme. Elle l'avait certes déjà vu à l’œuvre - trois fois, pour être exact ; deux fois depuis leur arrivée à Almia, et une première fois le soir-même de leur rencontre - mais, et je le répète, jamais ils n'eurent encore à coopérer.

Espérons donc que cela se passe sans encombre. Pour une fois que Marie se retrouvait en duo avec quelqu'un sans qu'elle ne tire une grimace interne, ça serait con qu'ils ne fonctionnent pas.

Soren avait visiblement hâte de commencer. Sautillant sur place, il remuait ses membranes en guise d'étirement. Loin de le lui reprocher, Marie se contenta d'acquiescer en direction de Raudhr lorsque celui-ci partit tirer au sort les Pokémon dont ils allaient avoir la charge. Hmm, la dernière fois que Marie s'était retrouvée en binôme avec quelqu'un pour s'occuper de Pokémon ne lui appartenant pas, elle avait fini endormie au beau milieu d'un parc... Fondamentalement, cela ne pouvait pas plus mal se passer.

Elle plissa les yeux à la lecture du papier tendu par Raudhr.

Des Zigzaton.

Hum.

Marie passa une main sur son front, et ses doigts vinrent s'emmêler dans ses cheveux en un geste souple. Son coude passa près de son visage, alors qu'elle réfléchissait à haute voix ; même si son expression était toujours aussi vide d'émotion, sa voix laissait transparaître une certaine contrariété.

« -Zigzaton est un Pokémon naturellement nerveux, et dont les zigzags caractéristiques ne sont que les conséquences de sa curiosité maladive, qui le pousse à fouiner partout. Fondamentalement, il devrait être capable de courir en ligne droite, mais son trop plein d'intérêt pour ce qui l'entoure finira par accaparer son attention. » elle croisa les bras « Un troupeau entier de Zigzaton aura certainement une démarche vive et désordonnée. On pouvait difficilement espérer pire... Ils peuvent à tout moment tenter de briser la ligne de capture, et leur célérité ne nous laissera que peu de temps pour réagir. » elle ferma les yeux « Cela est contraignant. »

Mais tel était leur boulot. Alors, haut les cœurs ! D'autant que cette fois-ci, la situation sera bien moins périlleuse. Ce n'était concrètement pas plus mal, aux yeux de Marie... D'ailleurs, autre chose qui n'était pas mal : ils ne commençaient pas en premier. Cette fois-ci, tous les élèves de la classe allaient prendre part à l'exercice, et il semblerait que M. Mai concède à laisser les deux étrangers se reposer un peu.

Les voilà donc de retour dans les gradins.

Marie était naturellement retournée s'asseoir à l'emplacement où se trouvaient Jean-François et Elodie, un peu plus tôt. Mais cette fois-ci, ils n'y étaient pas. Perplexe, elle observa brièvement les alentours, mais ne les vit nul part sur les places assises. Son attention finit donc par logiquement se diriger en contre-bas, vers l'arène, dans laquelle se dessinait la silhouette d'un individu... Elodie, accompagnée de sa Pachirisu. A sa vue, Marie croisa ses jambes, et s'installa confortablement sur son siège : elle était curieuse de voir comment elle et Jean-François pouvaient agir en coopération.

D'ailleurs, en parlant de Jean-François, où était-il ? Ce fut Elodie qui signala rapidement le retard de son camarade au professeur, visiblement un peu gênée.

« -Hum... Jean-François est parti chercher son Pokémon, il s'est encore perdu... »

La Mentali tiqua. Vrai, elle n'avait toujours pas aperçu le compagnon du Ranger depuis son arrivée ici... Elle se tourna vers Raudhr, et le questionna brièvement à ce sujet.

« -Avez-vous déjà eu le droit à un aperçu de son partenaire ? »

Jean-François choisit ce moment pour enfin débouler dans l'arène. Rejoignant Elodie en quelques pas, il s'excusa rapidement auprès de M.Mai.

« -Pardoooon ! Choupinette était encore partie en quête de nourriture...  » il se tourna vers l'entrée de l'arène « Allez, viens Choupi' ! Je t'en prie, ne fais pas ta timide ! »

Le regard de Marie se dirigea vers la porte, de laquelle ne dépassa tout d'abord qu'une sortes de... tentacule vert, qui s'agrippait timidement à la paroi. Puis un autre vint, rouge cette fois-ci, et un deuxième vert, avant qu'un Vortente visiblement très mal à l'aise ne se décide à approcher au centre de l'arène.

Silencieuse, la blanche observa les deux dresseurs et leurs compagnons se mettre en place. Mikoto, la Pachirisu d'Elodie, était descendue de son épaule et sautillait frénétiquement, visiblement impatiente de commencer, alors que Jean-François avait besoin d'encourager sa « Choupinette » pour la convaincre de s'avancer. La Vortente finit toutefois par obtempérer, et bientôt, le professeur put donner le signal de départ.

La porte de derrière se referma, et celle de devant s'ouvrit. Elodie et Jean-François attrapèrent dans un même mouvement leurs Capsticks, et se préparaient à passer à l'action, alors que déboulait devant eux...

… Une horde de Stari.

Cinq, peut-être six toupies lancées à pleine allure s'entrechoquèrent et se dispersèrent dans l'arène. Et ce n'étaient pas des disques de capture, mais bien des Pokémon qui tournoyaient à vive allure, dans le but de toucher tout ce qu'ils pouvaient.

D'un mouvement souple, Marie saisit son propre Capstick. Après quelques secondes de manipulation laborieuse, elle parvint à activer le Navigateur, et à effectuer une rapide recherche sur l'espèce de Pokémon présentée. La demoiselle ignorait que les Stari vivaient en groupe. D'après son appareil, ils se rassemblaient régulièrement sur les côtes à la tombée de la nuit... Et leur tendance à pivoter sur eux-même à vive allure serait extrêmement dangereuse pour les Capstick. Elle nota de plus qu'ils étaient apparemment parfaitement capables de régénérer leurs membres sectionnés, mais elle se doutait que Elodie et Jean-François n'allaient pas faire découper de pauvres Pokémon dans le simple but de finir l'exercice.

Elle éteignit son application, et rangea brièvement le Capstick. En contre-bas, les deux délégués avaient commencé à s'organiser : Jean-François demandait à Choupinette d'attirer les Stari au centre de la piste à l'aide de ses appâts olfactifs, et Mikoto incitait les quelques récalcitrants à faire de même en envoyant des décharges électriques pour rectifier leurs trajectoires. Et seulement après êtres parvenus  à rassembler les Stari au milieu de l'arène, les adolescents firent appel à leurs disques de capture. Le garçon faisait tourner le sien dans le sens horaire des aiguilles d'une montre, et Elodie dans l'autre, à l'intérieur du cercle formé par Jean-François.

En même pas une dizaine de minutes, l'affaire était bouclée. Boucle, cercle, lol. Contemplatrice, Marie se joignit aux autres élèves lorsque vint le moment de les applaudir, avec bien moins de vigueur toutefois, et observa avec une certaine indifférence la mine réjouie de Jean-François, qui ne se gênait pas pour envoyer une bise aux personnes qui avaient le malheur de croiser son regard. Elodie, elle, paraissait un peu plus contrariée. Son pied gauche tapotait frénétiquement sur le sol, comme si cet exercice n'avait pas été assez éprouvant à son goût.

Finalement, les deux élèves repartirent en direction des gradins, et deux autres furent amenés à participer. Marie se demandait si tous lesRangers de l'école étaient de l’acabit des délégués, mais il lui apparut assez rapidement que ces deux là n'avaient pas été élus pour rien. Elle ignora royalement toutes les tentatives de dialogues des deux adolescents venus les rejoindre, et se focalisa plutôt sur les autres évaluations qui suivirent, plus laborieuses à ses yeux. Il y avait certes quelques élèves qui semblaient sortir du lot, mais individuellement seulement. Aucun travail d'équipe n'égalait celui d'Elodie et Jean-François. Et c'est cette observation qui arracha à Marie l'interrogation suivante.

« -Vous vous connaissez depuis longtemps, Jean-François et vous ? »

Elodie avait été vraiment surprise, sans doute résignée à une camarade définitivement muette. Sa joie n'en fut que plus grande lorsqu'elle réalisa que Marie était en train de s'intéresser à elle, et elle se hâta de lui répondre avec un grand sourire.

« -En quelques sortes. Nous étions amis avant d'arriver ici ! Et nous avons toujours voulus devenir Pokémon Rangers, tous les deux. »

La Mentali se détourna, et observa l'arène, pensive. Logique, une telle synergie ne pouvait s'acquérir qu'avec le temps et la confiance. Silencieuse, elle glissa un regard en coin à Raudhr, et comprit qu'ils pourraient difficilement parvenir à une telle performance sans un grand coup du sort. Et ce n'était pas satisfaisant, de s'en remettre à la chance. Si elle souhaitait offrir une coopération optimale, Marie allait devoir apprendre à faire preuve... D'adaptabilité. De flexibilité. Et d'autres trucs en -ilité, sans doute.

Bref, cela allait être compliqué.

Ce fut bientôt à leur tour, de passer sous les projecteurs. D'un regard entendu avec Raudhr, la demoiselle se leva, et quitta les gradins, sous les encouragements enthousiastes des deux délégués. Soren la suivait toujours de prêt, et descendait avec elle les escaliers qui les menaient au stade, sans un mot.

Mais avant de franchir la porte qui y débouchait, Marie s'immobilisa. Pensive, elle observa la paroi blanche qui les séparait de l'arène, et expira lentement, avant de se tourner vers son camarade.

« -Auriez-vous une idée ? »

Ils commençaient d'ici moins d'une minute.



© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 16.
Niveau : 17
Jetons : 6726
Points d'Expériences : 302

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Dim 24 Juin - 4:51



『Mission: Gemme Manquante』
Raudhr écouta tranquillement Marie. Elle semblait visiblemen avoir beaucoup de connaissances générales sur les Pokémon, et sans doute bien plus d'expérience en tant que Ranger également. Comme elle venait de le dire, un troupeau de Zigzatons allait être assez compliqué à gérer.. Et Raudhr était déjà en train d'imaginer ça comme un troupeau de Fyrns.. ce qui lui donna un mal de tête.
Dans tous les cas, toute la classe finit par rentrer dans l'arène et les duos d'élèves s'enchaînairent. Fort heureusement, les deux étudiants de la Pokémon Community ne passaient pas en premier cette fois. Ils eurent d'ailleurs l'occasion d'assister au duo d'Elodie et de Jean-François. Et visiblement, leur duo était un duo de choc. Ils eurent pour troupeau des Staris, et autant dire que leur coordination était parfaite. Aucun des deux n'entravait les actions de l'autre, leurs Capsticks ne s'entrechoquaient pas et leurs lignes de captures étaient en parfaite harmonie. Ils avaient une communication au point ainsi qu'une vivacité en synchro, rendant le spectacle bien plus impressionant que les autres duos passés. Et justement, Marie et Raudhr se doutaient bien qu'il allait être difficile de faire mieux, étant donne qu'aucun des deux ne se connaissait vraiment ou n'avaient fait de travail d'équipe. Certes, ils avaient tous les deux des compétences en solo, mais ce n'était pas la même tâche en duo.

Le gong avait sonné d'ailleurs, puisque ce fut à leur tour de se lever pour descendre les gradins et de se rendre dans l'arène. Marie s'immobilisa devant les portes, et s'addressa au Phyllali, lui demandant s'il avait une idée.
Ce fut à son tour d'être pensif. Il mit ses mains sur ses hanches et regarda le sol, ne répondant pas pendant quelques secondes. Le souci avec les Zigzatons, comme l'avait relevé la Mentali, c'était surtout leur vivacité et leurs trajetoires en zigzag. Il allait donc être assez compliqué de les maintenir en place, puisqu'ils pouvaient briser la ligne de capture à tout instant.. Fort heureusement, il y avait quelqu'un d'autre ici qui avait une vivacité terrifiante: Vindr. Sentant le regard de son Dresseur peser sur lui, le Voltali noir releva la tête et lança un regard interrogateur vers Raudhr, qui était toujours plongé en pleine réflexion. Son regard se dirigea ensuite lentement vers le Croâporal de Marie, qui de ce qu'il avait vu, avait de bons réflexes également et une certaine capacité de distraction.
Relevant la tête, Raudhr cligna de l'oeil avant de faire part de son idée à la jeune fille.

-Comme vous l'avez relevé, les Zigzatons sont très vifs et désordonnés. Je pense que Vindr devrait pouvoir agir comme une sorte de chien de berger, et tenter de les rassembler avec l'aide de Soren, en boquant leur trajectoire et en les forçant à rester au centre de l'arène. Pendant ce temps, nous devrions avoir assez de temps pour effectuez suffisament de boucles avec les Disques de Capture.

Le jeune homme aux cheveux rouges se tut un instant, son unique oeil rouge pâle se perdit un instant dans la fourure de Vindr avant de revenir sur Marie.

-Pour se coordonner, il serait plus facile de se donner des directives et d'avoir une position fixe. Par exemple, vous sur la gauche, traçant des boucles dans le sens des aiguilles d'une montre, et l'inverse pour ma part, sur la droite. Cela vous semble convenable?

Entre la vivacité de Vindr et les réflexes de Soren, il serait sans doute possible de trouver un moyen d'apprivoiser ces Zigzatons imprévisibles.
De toute façon, il n'y avait plus de temps, alors que les portes de l'arène s'ouvrirent. Les deux Rangers s'y engouffrères, leurs Pokémon devant eux se mettant également en position. Comme il l'avait dit, Raudhr se posta sur la droite, son Voltali juste devant lui, et Marie fut sur la gauche avec son Croâporal quelques mètres plus loin.
Les portes s'ouvrirent en face d'eux, et un déferlement de Zigzatons entra vivement dans l'arène. Le Phylalli les observa et fit un compte rapide: 9 Zigzatons.

-Vindr, utilise d'abord Hâte puis occupe-toi de la partie droite de l'arène.

"C'est parti."

_________________

______
Code RP créé par Ginji et design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 952

Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   Mar 17 Juil - 16:18

Gemme manquante
feat Raudhr Akai


Marie attendit.

Raudhr réfléchissait à une approche pour la capture des Zigzaton. Les mains sur les hanches, et le regard rivé sur le sol, le Phyllali semblait plongé dans une intense réflexion.

La jeune Ranger avait bien quelques idées sur la façon de procéder, mais non seulement elle n’était pas certaine de leur validité en duo, et surtout, elle était curieuse de voir comment son camarade pouvait résonner. C’était une sorte d’évaluation improvisée qu’elle s’offrait, plus pour s’assurer du bon fonctionnement de leur équipe plutôt que de le juger sur ses capacités. Marie était certes dans cette filière depuis plus longtemps que lui, mais elle ne se pensait pas assez expérimentée pour se le permettre.

Passées quelques secondes, Raudhr releva la tête, et fit part de son plan à la Mentali. Utiliser Vindr pour rassembleur leur « troupeau » vers le centre, et Soren pour bloquer les issues, tandis qu’ils se chargeront de la capture des Zigzaton. Marie hocha calmement la tête tout en se tenant le menton, passant en revu les avantages et inconvénients du plan, et ne s’attendit pas à ce que Raudhr complète ses paroles par une proposition de répartition des trajectoires. Les acquiescements de la jeune fille se firent un peu plus intenses, alors qu’elle baissait la main pour fixer le garçon dans les yeux.

« -Oui. Votre plan me paraît cohérent.  » elle se remémora la façon de procéder de Jean-François et Elodie, avant d’ajouter : « Je ferai circuler mon disque de capture au sein des boucles formées par le vôtre. Prenons garde à ne pas nous croiser. »

Lors de l’évaluation des deux délégués, c’était Jean-François qui faisait avancer son disque dans le sens horaire, et qui était le plus éloigné des Stari, tandis que Elodie tournait sa toupie dans le sens inverse, cette dernière placée entre celle de Jean-François et les Pokémon à capturer. Si ici, Marie proposait d’inverser les rôles, c’était par pur pragmatisme ; elle était sans doute plus à l’aise dans le maniement du disque de capture que Raudhr, et être placé à l’extérieur serait moins compliqué pour le garçon que pour elle. Lui n’aura qu’à faire attention à ne pas percuter les murs de l’arène, ainsi que la ligne de capture de Marie, tandis qu’elle devrait prêter gare à la ligne de capture de Raudhr, et aux Zigzaton, beaucoup plus instables. Mais à ses yeux, le plus dur resterait pour leurs Pokémon : ils allaient devoir s’arranger pour rassembler leurs cibles au centre de tout cela, en plus de ne pas entraver la progression de non pas un, mais deux disques de capture…

Elle n’avait toutefois pas vraiment le temps de faire part de sa réflexion à son camarade. Les portes de l’arène s’ouvraient, et avec, celles de la cachette des Zigzaton. Ceux-ci s’éparpillèrent immédiatement dans la zone de capture, et entreprirent des va-et-vient désordonnés en son sein.

D’un mouvement ferme, Marie étira l’antenne de son Casptick, et fit chuter le disque de capture à terre.

Raudhr ordonnait déjà à son Voltali d’utiliser Hâte, puis d’aller gérer les Zigzaton du côté droit. Marie observa bien attentivement la répartition de la horde, et donna un bref ordre à son Croâporal.

« -Utilise Chant Canon pour faire fuir les Zigzaton en direction de Vindr. Il se chargera de les reconduire vers le centre.  »

Le Pokémon acquiesça, et se dirigea aussitôt à la position opposée à celle du chromatique. La Mentali le suivit de près avec sa toupie, et analysa son environnement. Un drôle de cercle vicieux se mit en place au fil des déplacements de Vindr et Soren : Vindr incitait les Zigzaton qui arrivait sur lui à se rabattre sur le centre de la scène, et lorsqu’ils s’écartaient finalement de ce dernier, ils étaient effrayés par le Chant de Canon de Soren, qui les faisait revenir vers Vindr… Ils ne tenaient pas vraiment au milieu de l’arène comme voulu, mais c’était peut-être trop espérer de la part de Pokémon aussi nerveux. Cette rotation improvisée allait devoir suffire à enfermer les Zigzaton dans une trajectoire prédéfinie, et de laquelle ils ne devaient surtout pas sortir, afin que Raudhr et Marie puissent encercler les Pokémon avec leurs disques de capture.

C’était jouable. Mais au moment d’entreprendre un premier cercle, quelque chose la fit tiquer… Marie devait effectuer ses rotations au plus près des Zigzaton, et ce dans le sens horaire. Mais les Zigzaton, eux, tournaient en rond dans l’autre sens….

S’ils se retrouvaient avec un objet inconnu allant à contre-courant juste à côté d’eux, ils risquaient de prendre peur et de briser leur formation. Alors que si la toupie de capture allait dans leur sens… Ils se contenteraient de la fuir toujours dans la même direction, voire même de l’ignorer en la considérant comme confondu à la horde.

Le sang de Marie ne fit qu’un tour à cette perspective, et la demoiselle se hâta de crier à l’intention de Raudhr.

« -Rectification ! C’est vous qui irez au centre, et moi à l’extrémité ! Soyez prudent ! »

Le garçon allait donc se retrouver avec la tâche la moins aisée. Marie devait faire tout son possible pour faire des trajectoires rasant les murs de l’arène pour offrir un maximum de champ d’action à son partenaire, et éviter que leurs boucles se croisent, afin que Raudhr n’ait qu’à se concentrer sur les Zigzaton.

Cela en tête, elle entreprit de faire de grands mouvements de bras.

« -Capture, en avant. »


© Mzlle Alice.

_________________

«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Contenu sponsorisé



Sujet: Re: [Almia][Mission] Gemme manquante   

Revenir en haut Aller en bas
[Almia][Mission] Gemme manquante
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Reste du monde :: le reste du globe :: Sinnoh-