Partagez | .
Un évoli, deux évoli, trois évoli...
 Adulte Apprentie Geisha
avatar
Adulte Apprentie Geisha
Région d'origine : Née à Johto, a passé son adolescence à Kalos
Âge : 28
Niveau : 11
Jetons : 2692
Points d'Expériences : 122

MessageSujet: Un évoli, deux évoli, trois évoli...   Jeu 17 Mai - 19:30

Un évoli, deux évoli, trois évoli...
Ft. Salomé Cobal

à l'élevage familial d'Évoli de Lansat
le Vendredi 4 mai 2018


Il faisait beau aujourd’hui on sentait déjà l’arrivé du printemps et de ses beaux jours. Les pokémons plantes se prélassaient volontier au soleil tandis que les Apitrini voguaient à leurs occupations de faiseur de miel. Kaede avait donnée rendez-vous à Erika pour une petite visite dans un endroit bien particulier : l’élevage d’Evoli. Il était de coutume d’offrir un oeuf d’évoli à l’apprenti Geisha quand elle passait officiellement Geisha et était à même de remplir entièrement son rôle. Erika était bien loin d’arriver à ce stade là, ce n’était encore qu’une apprentie à qui l’on autorisait exceptionnellement d’intervenir, comme pour le combat contre Yuna. Cela lui convenait pour l’heure, elle continuait son apprentissage du mode de vie des Geisha et aujourd’hui elle allait en apprendre un peu plus.

L’élevage tant convoité se trouvait sur l’île de Lansat un peu à l’écart de la ville. Kaede lui avait alors donnée rendez-vous au centre-ville pour ensuite lui servir de guide vers leur destination. L’ex Reine de Kalos c’était habillée d’un kimono d’été à la matière légère laissant sa peau profiter des températures estivales. Il était de couleur bleu aux motifs de losange faisant penser à la robe d’un givrali. Elle arborait également un petit pin’s sur lequel était marqué “Make love not war”. Il était rare de la voir porter ce genre d’accessoire mais actuellement Lansat subissait une mini guerre idéologique, quand à savoir s’il valait mieux miser sur l’entreprise Palladium, et sa technologie, pour l’avenir ou bien au contraire reculer la machine industrielle pour protéger la nature de l’île. Erika avait son avis sur la question bien entendu mais elle avait préféré porter un pin’s montrant qu’il fallait rester humble et ne pas chercher la guerre face à quelqu’un qui pense différemment. Toute cette histoire lui rappelait également Christian et elle se demandait ce qu’il pouvait bien faire à l’heure actuelle.

Erika attendait sur le bord d’une fontaine l’arrivée de sa mentor et fut surprise de voir les habitants de l’île revivre eux aussi avec les beaux jours. On pouvait observer beaucoup de personnes en terrasse des bars ainsi que de nombreux jeunes dresseurs désireux de se battrent au beau milieu de la rue. L'impétuosité de la jeunesse était quelque chose qu’elle avait connue mais maintenant son esprit était beaucoup plus tourné vers le calme et la relaxation.

▬ Bonjour Erika, excuse-moi du retard, Leaf est intenable aujourd’hui.

Erika sort brusquement de ses pensées pour dévisager Kaede comme une inconnue avant de lui sourire gentiment. Elle remarqua bien entendu la présence de Leaf, son Phyllali à ses côtés. Le pokémon toujours avec son caractère à part la regarda à peine une seconde avant de tourner la tête pour fixer l’horizon au loin.

▬ Bonjour Kaede, ça va ? Ne t’inquiètes pas je pense qu’on est pas pressés aujourd’hui et je te rassures je pense que tout le monde est comme Leaf aujourd’hui. On sent l’arrivé du printemps.

Sa mentor épousseta son kimono jaune aux motifs orangés avant de lancer un “on y va” enthousiaste. Erika se leva et suivit son amie vers un taxi qui attendait impatiemment des clients. Ravi de voir les deux femmes approchés il fit un grand sourire se dépêchant de sortir de la voiture pour leur ouvrir la porte. Kaede le remercia avec un sourire qui lui fit presque monter le rouge aux joues et il s’installa rapidement derrière le volant attendent les directives de ses clientes. La Geisha spécialisé dans les plantes, son Phyllali sur les genoux, ne se fit pas prier pour lui donner l’adresse.

▬ J’ai hâte que tu fasse la rencontre d’Evan c’est un garçon charmant et c’est lui qui tient la pension maintenant. C’est une entreprise familial et son père lui a passé le flambeau en début d’année. Il est quelque peu excentrique mais il connaît les Évoli comme personne.

▬ Sa famille est installé ici depuis longtemps ?

▬ Suzuki m’a dit que son ancêtre se serait installé peu de temps après la fondatrice du Théâtre, sous son invitation bien entendu. C’est pour te dire.

▬ Et aucun d’eux n’a jamais eu envie de… lâcher l’affaire ?

▬ Pas que je sache. Il faudrait lui demander. J’ai vraiment hâte que tu le rencontre je suis sûr tu va adorer son élevage.

Kaede continua de s’extasier quelques minutes sur ce fameux élevage. Erika ne savait pas quoi en penser, elle écouta attentivement chaque bribe d’information mais cela lui semblait bien abstrait sans l’avoir vu. Elle se posait également la question de l’héritage. Il devait être dur de savoir déjà enfant que l’on devrait suivre la trace de ses parents et reprendre l’affaire familial. On devait laisser de côté tous ses autres désirs, ses envies d’une autre vie pour suivre son “destin”. C’était quelque chose qu’elle avait du mal à comprendre, pour elle les membres de cette famille n’avaient pas vraiment le choix, ils étaient comme privés de liberté. Ce ne fut jamais son cas, son père l’avait toujours poussé à créer sa propre voie et de faire ce qui lui plaisait le plus. Elle se demandait si Evan aimait vraiment ce qu’il faisait. Elle le saurait bien assez tôt, car la ferme était déjà en vue.

Le taxi s’engagea sur un petit chemin de terre et s’arrêta juste dans la cours de la ferme. La maison était belle, faites de pierre de taille et de lierre. Il devait s’agir de la première maison de l’ancêtre d’Evan en vu de la végétation qui avait commencée à grimper sur ses murs. On pouvait toutefois remarquer l’ajout de nouvelles pièces à la maison d’origine, les pierres n’étaient pas de la même couleur ni agencées de la même manière, ce qui témoignait d’une évolution des techniques de construction. La famille s’était agrandie, ce qui était tout à fait normal et la preuve de leur prospérité sur l’île.

Les deux Geishas descendirent du taxi, avec l’aide du chauffeur qui faisait office de portier. Un jeune homme sortit de la maison principale pour venir les accueillir. Il était fin, la peau pâle, son visage était encadré de cheveux blonds, en bataille et dont la majeur partie étaient retenus par un petit élastique à l’arrière de son crâne. Ses yeux avaient une lueur rieuses et son sourire était franc et enfantin. Il avait des allures d’adulte tout juste sorti de l’adolescence. Leaf, le pokémon de Kaede s’assit entre le nouvel arrivant et les deux jeunes femmes.

▬ Bonjour Leaf.

L’adulte-ado passe à côté du Phyllali tout en lui donnant une caresse sur la tête au passage. Ce dernier se laisse faire, laissant même apparaître un léger sourire, premier sentiment de joie que la jeune femme voit apparaître sur ce pokémon.

▬ Kaede, ravi de te revoir. Leaf a un beau pelage il faut que tu me donne ton secret. Oh, mais qui est ton accompagnante ?

▬ C’est Erika mon apprentie… officiellement, c’est plus une amie et une soeur de coeur.

▬ Bonjour.

▬ Il faut donc que je me présente comme il faut. Je suis Evan, l’éleveur spécialisé dans les Évoli et fournisseur officiel des compagnons de la compagnie de Geisha de Lansat. Bienvenue dans ma pension.


Le jeune homme se permet un petit clin d’oeil, son sourire s’élargissant jusqu’à ses oreilles. Il invite par la suite les jeunes femmes à rentrer dans sa maison, mais alors qu’il est sur le palier une femme vint s’approcher du groupe, traversant la cours pour les rejoindres.

▬ Oh excusez-moi mesdemoiselles mais je dois entendre le verdict du doc.

▬ Il y a un souci ?

Erika s’était empressée de demander par pur réflexe. Elle avait une grande sensibilité pour les pokémons, elle vivait leur malheur comme les siens et savoir la présence d’un médecin à l’élevage l'inquiétait quelque peu. Elle ne semblait pas la seule toutefois car Evan avait troqué son visage joyeux contre un masque de sérieux impressionnant lui donnant l’air adulte, enfin le rapprochant beaucoup plus de son véritable âge sans doute.

▬ Un nouveau née qui n’est pas au meilleur de sa forme. J’espère que ce n’est rien. Alors docteur ?!

Il avait crié sa question n’attendant pas que la jeune femme rousse les ais totalement rejoint.


Feniix

_________________
Man heals ambition by ambition itself.

⚡️ La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie - Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6876-469-erika-uchida-de-reine-a-geisha-adulte#70942 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6878-erika-uchida-adulte#71031
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 41
Jetons : 9506
Points d'Expériences : 1119

MessageSujet: Re: Un évoli, deux évoli, trois évoli...   Ven 18 Mai - 17:29

Mais qu'est-ce qu'elle faisait là ?
Aux prises avec une femelle Evoli déterminée à protéger ses petits sans permettre à Salomé d'approcher la main de l'un d'entre eux. Elle s'était montrée pleine d'assurance un peu plus tôt devant l'éleveur qui avait demandé les services d'un Médecin – et la voilà qui accourait sur ordre de l'Académie, nul doute qu'elle avait su faire bonne impression auprès de la directrice suite à sa précédente mission ou qu'Idalienor était absente, au choix – mais désarmée face à un Pokemon qu'elle connaissait à peine.
Son Picassaut sur l'épaule ne lui était pas d'un grand secours et la Germignon attendait que sa dresseuse fasse un minimum son travail en attrapant le nouveau-né mal en point mais c'était sans compter sur l'instinct maternel de l'Evoli femelle qui prenait le dessus, montrant les crocs et grognant à la première main un peu leste.

Lasse de se battre contre ce Pokemon, la rousse appela à l'aide son Farfuret et son Abo, tous deux s'échappant de leur pokéball respective en un filet rouge. Ankou glissa vers la cheville de la Givrali tandis que Faulkner battait des paupières, aveuglé par la lumière du soleil naissant mais son regard se pencha finalement sur les coquilles d’œufs brisés, il ne mit pas longtemps à comprendre ce qui se tramait ici.

— Filez-moi un coup de main, et sans toucher aux œufs de préférence, ils ne sont pas pour vous !

Le reptile s'enroula autour de la mère agaçante, laissant le champ libre à Salomé pour s'occuper finalement de l'Evoli. Elle l'ausculta, l'observa marcher ainsi que sous toutes les coutures. Peut-être était-il un peu plus petit que les autres de la portée mais c'était là son seul problème, rien de bien grave.
La demoiselle piocha dans sa trousse de soin pour en ressortir plusieurs herbes médicinales. Cela lui permettrait d'être en forme pleinement et de regagner du tonus. Elle en attrapa une qu'elle donna au petit qui la refusa d'abord. La Médecin leva les yeux au ciel devant ce caractère difficile et lui mit de force dans la gueule sans prévenir :

— C'est pour ton bien alors mange-la !

De la bave d'Evoli au bout des doigts mais l'herbe venait d'être avalée, c'était déjà ça. La demoiselle se laissa tomber au sol, rangeant ses affaires pour observer l'étui contenant les herbes médicinales. Il y avait un truc qui n'allait pas. Pas du tout.
Elle eut un regard pour le jeune Evoli, désormais immobile, les yeux observant avec passion quelque chose d'invisible devant sa truffe. Il paraissait presque mort à le voir ainsi et capable d'apercevoir tout ce que les autres ne pouvaient pas voir.

Alors elle se souvint qu'elle avait créé une herbe médicinale à partir des cultures de Carole, culture bien que médicinale, tout aussi hallucinogène. Elle comprenait mieux l'odeur forte qui se dégageait de la gueule de l'Evoli maintenant, celle-là même qui imprégnait ses doigts et paraissait déteindre sur les autres herbes.

— Reste pour le veiller, Chayana. Ce serait dommage qu'il nous lâche maintenant.

Le type Plante s'allongea face à l'Evoli défoncé qui se roulait désormais dans l'herbe mais avec une lenteur extrême qui la faisait soupirer. Elle se demandait bien ce que celui-ci voyait avec l'herbe spéciale ; il est vrai que Salomé n'avait pas encore testé l'un des échantillons qu'elle avait créé, ni sur elle, ni sur aucun d'entre eux. Voilà que le nouveau-né servait de cobaye à cause d'une corpulence plus faible que celle de ses frères et sœurs.

Le serpent rouge lâcha finalement le corps de la mère qui s'interposa entre son petit et l'humaine. Il faut croire qu'elle n'avait pas beaucoup apprécié l'étreinte un peu trop affective du chromatique rouge.

La demoiselle rangea le tout avec l'envie de partir le plus discrètement possible. Il suffisait de poser un regard sur l'Evoli pour comprendre que son cas avait empiré ou du moins qu'il n'était pas dans son état normal.

Algernon ne put s'empêcher d'aller coller sa frimousse contre le badge fraîchement acquis par la rousse ; lui se souciait peu du message « Pour la préservation de Lansat » mais avait définitivement craqué sur le Picassaut qui illustrait en fond le badge. Alors la demoiselle s'était laissée tenter, ne pouvant se mettre en travers de l'idylle de son starter avec un Picassaut sur pin's. Elle avait acheté cette camelote trois fois rien, de toute façon au vu du message, elle avait tout à gagner à rester bien vue par A2P, au moins jusqu'à ce que l'association ait fait le nécessaire pour rendre une visite de courtoisie à Logan.

Le jeune éleveur repéra Salomé alors qu'elle se faufilait à la recherche de son Farfuret qui lui avait faussé compagnie, tout comme le Abo qui n'avait pas perdu de temps sitôt sa tâche terminée. Et merde. La gitane préférait ne pas imaginer ce que ce duo de malheur pouvait causer comme dégâts au sein d'un tel élevage ; plus qu'à espérer qu'il n'y ait aucun œuf ou qu'ils aient tous éclos.
Et pourquoi Evan gueulait-il autant ? Elle n'était pas sourde. Deux jeunes femmes accompagnaient le blondinet, bien habillées dans des tenues exotiques et peu communes, la demoiselle s'approcha pour les saluer et répondre à Evan :

— Il va bien, trancha l'étudiante, il lui faut juste énormément de repos alors évitez d'aller le voir avant quelques heures, la main humaine n'est pas nécessaire pour le moment, et puis, j'ai laissé un de mes Pokemon veiller sur lui en attendant.

Il lui faudrait au moins ça le temps qu'il redescende.
Algernon, lui, ne perdit pas de temps et alla saluer les deux arrivantes en tournoyant au-dessus de leurs têtes, comme à son habitude avant de s'attarder un peu trop sur le pin's respectif de la blonde mais de l'ignorer en se rendant compte qu'il n'y avait aucun confrère imprimé dessus, juste un message qu'il ne comprenait pas, différent de celui de sa dresseuse à première vue.

Salomé tiqua face à l’appellation subite de docteur mais ne fit aucun commentaire ; enfin quelqu'un qui reconnaissait ses capacités dans le domaine ! Elle se tint davantage droite, croisant le regard de la blonde :

— Docteur Salomé Cobal, à votre service !
— Maintenant que vous avez fini, peut-être voudriez-vous visiter le reste de l'élevage en compagnie de ces deux charmantes personnes, Kaede, une geisha avec qui ma pension travaille depuis de nombreuses années et son apprentie, Erika.
— Enchantée !

Même s'il fallait avouer que la gitane n'était pas sûre de savoir ce qu'était une geisha ou d'en définir son rôle au sein de l'île, il fallait reconnaître que les deux femmes étaient bien habillées, des parures qui semblaient uniques et faites main tandis que la Médecin, elle, faisait tâche dans ce décor avec ses mains encore parsemées de gants en caoutchouc, son jean désormais maculé de terre suite à ses pérégrinations pour capturer l'Evoli malade, sa traditionnelle blouse blanche et ses cheveux relevés en une queue de cheval désespérément simple.

— Commençons par les nids et les couveuses, vous verrez, tout a été modernisé depuis votre dernière visite, Kaede !

Qui dit nid ou couveuse signifie œufs, n'est-ce pas ?
Et donc nourriture à profusion pour un Abo et un Farfuret un peu trop gourmands.
Plus qu'à espérer qu'Evan ne tenait pas tant que ça à ses œufs car son stock risquait d'être au moins divisé par trois avec deux amateurs de coquilles pleines en liberté.

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Adulte Apprentie Geisha
avatar
Adulte Apprentie Geisha
Région d'origine : Née à Johto, a passé son adolescence à Kalos
Âge : 28
Niveau : 11
Jetons : 2692
Points d'Expériences : 122

MessageSujet: Re: Un évoli, deux évoli, trois évoli...   Sam 19 Mai - 18:15

La chasse aux oeufs
Ft. Salomé Cobal

à l'élevage familial d'Évoli de Lansat
le Vendredi 4 mai 2018


La doctoresse s’approcha du groupe pour donner son verdict et Erika eu le temps de la détailler. À vrais dire elle ressemblait à n’importe quel docteur, une paire de gant aux mains et la coupe de cheveux pratique en queue de cheval et le pantalon sali par le travail à l’élevage. De toute évidence, l’Evoli ne c’était pas laissé faire. La seule chose qui détonnait était ses magnifiques cheveux roux, cette tignasse flamboyante, qui même si elle n’était pas mise en valeur éblouissait la Geisha. Elle en était presque envieuse. La nouvelle arrivante répondit rapidement à la question d’Evan et conseilla du repos. Le jeune éleveur fit quelque peu la mou, sans doute déçu de ne pas pouvoir voir son petit protégé. Il se reprit toutefois après que la doctoresse est dévoilée son identité pour faire les présentations de manière convenable.

▬ Maintenant que vous avez fini, peut-être voudriez-vous visiter le reste de l'élevage en compagnie de ces deux charmantes personnes, Kaede, une geisha avec qui ma pension travaille depuis de nombreuses années et son apprentie, Erika.

▬ Enchantée !

▬ De même.

Evan avança de quelques pas et lança alors à Kaede :

▬ Commençons par les nids et les couveuses, vous verrez, tout a été modernisé depuis votre dernière visite, Kaede !

▬ J’ai hâte de voir ça. Tu as réussit à t’imposer face à ton père ?

▬ Il pense que nous sommes toujours dans les années 90, il a été difficile de lui faire comprendre que nous avions changé de millénaire. Il faut évoluer avec les technologies d’aujourd’hui et nous n’avons pas à nous plaindre la société Palladium nous sort tous les jours de nouveaux gadgets.

Erika faillit lâcher un “malheureusement” mais se retint au dernier moment. Elle regardait son nouveau pin’s et se disait que le conflit était ancré dans tous Lansat. Elle avait d’ailleurs remarquée le pin’s de la doctoresse qui était différent du sien et prenait le partie de A2P. Il y avait dans cette histoire tout pour commencer une bonne blague.

Le petit groupe s’arrêta devant un grand bâtiment de pierre qui semblait dater autant que la maison.

▬ Ici c’était l’ancienne écurie, mon ancêtre ne faisait pas que de l’élevage et cultivait également les terres autour du domaine. Il y avait quelques Ecremeuh ici auparavant qui servait également de mère de substitution.

▬ Je ne suis pas certaine de comprendre.

▬ Si une mère n’avait pas assez de lait, on utilisait celui des Ecremeuh tout simplement. Cela permettait à la mère de se reposer et de ne pas mourir d’épuisement. Bien entendu les bébés pokémon sont très rapidement sevré et on utilise le biberon que pour le premier mois, ensuite ils peuvent manger de la nourriture solide.

Erika hocha la tête pour signaler qu’elle avait bien appris la leçon. Elle devait l’avouer, elle ne connaissait rien sur l’élevage des pokémon. À vrais dire tous ceux qu’elle avait, étaient des pokémon sauvages à la base. Elle les avait capturés comme l’aurait fait n’importe quel dresseur mais certains préféraient avoir des oeufs, s’en occuper et gérer un bébé pokémon. Elle ne savait pas vraiment ce qui était le mieux, soit de capturer un pokémon et le priver de sa liberté soit faire des fermes d’élevage pour éviter le “prélèvement” dans la nature. Il s’agissait de deux écoles totalement différentes. Elle n’avait pas eu l’impression de priver ses pokémon de liberté ou de les rendre esclave de sa volonté. Hitoe, sa Mucuscule dernièrement arrivée semblait même mieux vivre depuis sa captivité, elle avait découvert la cuisine et était devenue la gardienne du réfrigérateur.

▬ Tout ça c’était il y a longtemps, maintenant on a le lait maternisé en poudre. Du coup cette écurie sert principalement d’enclos pour mes couples reproducteurs. Je vous en prie entrez.

Evan ouvra la porte et laissa passer les trois femmes tout en leur servant de portier. Le bâtiment était beaucoup plus moderne à l’intérieur. Les murs étaient blancs et il y avait un véritable petit parc d’attraction pour Evoli à l’intérieur, des toboggans, des balançoires et même un petit parcours d’obstacles. Les visiteurs se trouvaient derrière une petite barrière de bois afin d’éviter que les pokémon ne leur sautent dessus. Des Evoli étaient d’ailleurs en train de jouer à se poursuivre. Erika en voyait plusieurs et comprenait maintenant qu’Evan mélangeait ses couples pour les laisser choisir le meilleur partenaire. Dans le mur face à elle, se trouvait des petites portes à battant en plastiques permettant au pokémon d’aller et venir.

▬ Oh effectivement c’est aménagé de manière différentes. À quoi servent les trappes ? Avant il y avait les nids directement ici et il n’y avait pas autant d’activité pour eux.

▬ En fait les trappes mènent à des petites pièces séparées, c’est la que se trouve les nids. Les couples ont leur petit appartement en quelques sortes. J’évite de les déranger au maximum, au besoin j’emprunte le couloir derrière cette porte, à droite, et je passe derrière leurs appartement. Il y a une porte vitrée dans chaque loge qui me permet de regarder si tout va bien et de prendre les oeufs si nécessaire.

▬ Tu ne fait plus du tout d’incubation naturelle ?

▬ Si toujours, tout dépends de mes couples. J’ai quelques femelles qui sont de très bonnes mères, mais s’il s’agit d’un premier oeuf je l’enlève systématiquement. En règle général elles n’arrivent pas à s’en occuper et son trop surprise de voir un oeuf arriver. Après si l’un des deux parents est d’une couleur intéressante et peu commune je ramasse l’oeuf également pour être sur d’avoir un petit.

▬ Hum… Je vois.

Erika écoutait attentivement mais elle décrocha rapidement quand elle vit un petit Evoli venir derrière la clôture admirer les nouveaux venus. Elle s’était penchée machinalement pour le caresser. Son pelage était tellement doux qu’elle avait envie de lui faire un câlin.

▬ Erika surtout ne vole pas cet Evoli tu pourrais avoir des soucis.

▬ Ne t’inquiète pas pour ça, je sais être patiente mon tour viendra.

▬ Plus vite que tu ne le pense. D’ailleurs on passe voir les couveuses Evan ? J’ai hâte de voir tes installations.

▬ Bien entendu. Je suis sûr que même notre chère Docteur serait ravi de nous donner son avis sur mes installations.

Tous les regards se tournèrent donc vers la rousse qui semblait regarder avec beaucoup trop d’attention une botte de foin. Il était souvent difficile de comprendre ce qui passait par la tête des médecins. Se faisant surprendre par la conversation elle répondit aimablement avant de suivre les Geishas qui avaient déjà commencé à sortir.

Cette fois Evan les emmena vers un tout autre bâtiment beaucoup plus moderne et dont le bruit des machines à l’intérieur était impressionnant. Un bourdonnement continue qui pouvait être désagréable quand on y était pas habitué. Comme il en était coutume depuis le début de la visite, le jeune éleveur ouvrit la porte à son petit groupe d’invitées.

La pièce principale était grande et couverte de carrelage blanc du sol au plafond. On apercevait une grosse porte en métal au fond et six grosses machines en verre avec chacune un oeuf à l’intérieur. Il s’agissait bien entendu des couveuses. Erika ne s’attendait pas à une telle installation. De gros tuyaux sortaient et rentraient dans les couveuses et le bourdonnement des machines étaient assez fort.

▬ C’est impressionnant ! Il faut une telle installation pour juste faire éclore un oeuf ?

▬ Pas nécessairement, il existe des versions portatives pour les dresseurs. J’ai choisi le mieux pour l’élevage, le plus sûr et le plus rentable. 100% de chance d’éclosion pour n’importe quel type d’oeuf, qu’il s’agisse d’un pokémon aquatique ou feu. Je l’ai pris au cas ou si je diversifie l’élevage, une autre idée que mon père n’approuve pas.

▬ Il faut le comprendre, il a passé sa vie avec les Evoli, voir son fils tenté de nouvelles choses doit être perturbant.

▬ Hum… sans doute. Mais du coup pour vous répondre Erika vous n’êtes pas obligée de faire une aussi grosse installation.

La Geisha admirait un oeuf brun avec une bande beige dans l’une des couveuses. Il était impressionnant de s’imaginer qu’un petit Evoli était à l’intérieur et qu’il allait bientôt voir le jour.

▬ Tiens je ne me rappelais pas avoir laissé ouvert la réserve.

▬ La réserve ?

▬ Oui c’est derrière cette grosse porte métallique que je garde les oeufs en stases. Ils attendent de passer en couveuse et son en quelques sortes figés dans le temps. Enfin c’est un principe un peu complexe, mais je suis certain que notre Docteur saurait mieux l’expliquer que moi. Tiens d’ailleurs elle est où ?


Feniix

_________________
Man heals ambition by ambition itself.

⚡️ La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie - Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6876-469-erika-uchida-de-reine-a-geisha-adulte#70942 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6878-erika-uchida-adulte#71031
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un évoli, deux évoli, trois évoli...   

Revenir en haut Aller en bas
Un évoli, deux évoli, trois évoli...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village portuaire :: Autres Lieux Importants-