Partagez | .
Event #6 - Commémoration colonialiste
Annonceur
avatar
Annonceur
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1553

MessageSujet: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 11 Juin - 20:54

Event #6
Commémoration colonialiste
Oyez, oyez ! Rassemblez-vous autour de moi, et hâtez-vous car cette occasion ne se reproduira pas de sitôt ! En effet, vous vous apprêtez à ouvrir une porte vers le passé : et qui de mieux que moi, le grand Don, pour vous guider dans ce voyage ?
Sachez donc mes petits amis, que Lansat n'a pas toujours été ce carrefour maritime et culturel vibrant, où s’entremêlent vos jeunes années. J'oserai même qualifier cette bonne vieille île de terre ''barbare'', avant que la main civilisatrice du Pokémon et de l'homme n'y pose le pied ! Et aujourd'hui, voyez le résultat ! Mais commençons par le commencement...

Il y a fort fort longtemps... 300 ans exactement, en fait, Lansat n'était qu'une terre sauvage, vierge de toute présence humaine. À l'époque, les routes maritimes étaient encore naissantes et la mer perçue comme un royaume hostile et infini. Notre histoire commence ainsi dans une région reculée de Johto, qui deviendra bien plus tard le lieu de fondation d'Oliville : motivés par l'appel de l'aventure et désireux de quitter le carcan de leur terre natale, un groupe de fiers marins embarquèrent à bord d'un navire du nom de Camélia et poussés par des vents inconnus, s'enfoncèrent toujours pus loin vers le sud.
Leur périple les mena bien plus loin qu'ils ne l'imaginaient, puisque bientôt, la moindre trace de terre disparut de l'horizon.  Pourtant, poussé par sa détermination, l'équipage refusa de faire demi-tour et poursuivit sa route. Une décision qu'il ne tardèrent pas à regretter :  Des espèces de Pokémon inconnues parcouraient ces flots étrangers  et des tempêtes de plus en plus violentes se dressaient sur la route du navire. Privés de la lumière des astres, nos fiers marins ne pouvaient plus repérer leur position et se voyaient déjà condamner à errer sur les flots : c'est alors qu'un cri retentit depuis la proue, quand le Fouinette d'un membre de l'équipage se dressa de toute sa hauteur, pointant frénétiquement un point perdu au milieu de l'orage ! Mû par cette impulsion, l'équipage redoubla d'efforts, bravant la tempête sans trêve : et lorsque la barrière nuageuse se dissipa pour révéler les côtes d'une île à l'horizon, ils surent qu'ils avaient enfin atteint leur destination...
Cadre
Le récit d'El Don peut vous paraître quelque peu étrange ou plus proche de la légende que de l'histoire, il n'en est pourtant pas moins vrai  : à l'approche du tricentenaire de la colonisation de Lansat, ainsi que de la fondation de la ville éponyme, le conseil municipal a en effet décidé de mettre en place un gigantesque festival commémorant ces événements historiques ! L'annonce de ce dernier se veut ainsi autant comme un événement culturel (et touristique) que comme un moyen pour le maire de faire oublier la mauvaise publicité due aux confrontations récentes sur Lansat.

Pendant trois jours, les rues de la ville vont ainsi se métamorphoser pour ressembler davantage à leurs homologues du début de la colonisation : la plupart des habitants ayant accepté de jouer le jeu, il ne sera pas rare de croiser des policiers munis de plastrons argentés dans les rues ou de solides ouvriers en blouse de toile et braies un peu partout dans la ville. La colonisation remontant au début du 16ème siècle, la patte moyen-âgeuse se fait encore sentir, même si les tenues aux multiples couleurs et tissus resplendiront tout au long du festival !
La municipalité n'a pas lésiné sur les moyens pour reconstruire une Lansat antique des plus convaincantes : échoppes et stands en bois, comptoirs d'explorations, fermes reproduites aux abords de la ville, ainsi qu'un grand fort en bois, érigé à l'emplacement exact des premières fortifications de Lansat, vous permettront de vous plonger toujours plus profondément dans une ambiance vieille de plusieurs siècles. De plus, des animations vous sont proposées tout au long des festivités, comme la reconstitution de la  bataille qui opposa les premiers colons à un clan de Miaouss et de Persian extrêmement territoriaux. Ou encore, la mise en place dans le parc de la ville, d'une statue à l'échelle du Fouinette sauveur de l'équipage. Des ateliers proposant une cuisine ''d'autrefois'' sont également mis à la disposition des participants et les rues accueillent de multiples formations musicales typiques et endiablées ! L'association des Geishas de Lansat a même été invitée, pour honorer la mémoire des courageux marins Johtoïtes du Camélia, et fera la démonstration des talents de ses membres tout au long du festival !

Ne vous inquiétez pas si vous n'êtes pas en mesure de composer votre propre costume : avec l'accord d'Elisabeth, un Andreas Heartnett aux anges s'est chargé de tout et l'académie dispose actuellement d'un stock conséquent (suffisant pour 20 ans, vous voulez dire) d'accessoires et d’éléments de costume pour vous permettre de vous plonger un peu plus dans l'ambiance de l'époque.
Les festivités trouveront leur point d'orgue le troisième jour à minuit, avec une procession parée de torches et de lanternes qui quittera Lansat pour se diriger vers une crique à l'Est de l'île, avant de terminer son parcours par un bal à la lumière des torches et des étoiles.
Fonctionnement
• Le Festival de la Colonisation de Lansat dure trois jours, pendant lesquels vous pouvez intervenir à n'importe quel moment et pour n'importe quelle activité. La période s'inspire  des explorateurs du 16ème siècle (Christophe Colomb est un bon exemple), mais reste libre dans l'interprétation. Le mot d'ordre est simple : amusez-vous et ne vous prenez pas la tête!

• Les professeurs et PNJs de l'académie participent également au festival, il vous est donc possible de les croiser dans vos rps.

• L'event s'effectue en un post. Vous pouvez le continuer dans un autre RP, si vous le souhaitez.

• Dès que vous aurez posté, vous pourrez utiliser l'event pour vos demandes de passage de grade.

• Ce topic sera clôt le 25/06.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 18
Jetons : 2407
Points d'Expériences : 304

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Mer 13 Juin - 19:25








Un vrai Pirate?

Yuna Akabara

Lucifer & Phoenix

musique

Noir. La chambre est plongée dans le noir, Morphée me tient encore dans ses bras, mais ce n’est pas le cas de tous les habitants de cette chambre. Un pokémon qui se fond parfaitement dans l’obscurité se rapproche à pas feutré de moi, ses yeux rouges sont presques luisant dans le noir de la pièce. Ça ne le gêne pas du tout, la flamme sur le bout de sa queue éclaire suffisamment autour de lui. La salamandre noire saute sur mon lit et essaie de me réveiller et me tapotant la joue…mais c’est loin d’être suffisant, et il s’en rend compte assez vite. En fait il aurait surement été préférable pour moi de me réveiller à ce moment, Lucifer semble vexé que je ne me sois pas éveillée et il crache un peu de feu en hauteur en criant. Effet immédiat, je me réveille en sursaut et regarde mon pokémon qui me sourit d’un air innocent…c’est sûr qu’il porte bien son nom ce petit pokémon.

-Sérieusement Lucifer ?

Il garde son air innocent avant de descendre du lit et de m’attendre devant la salle de bain, oui j’ai compris, Monsieur est pressé de sortir. En même temps qui ne le serait pas, c’est le premier jour de la commémoration coloniale, et toute l’île est en effervescence. Bien sûr j’ai promis à mon dernier pokémon de l’emmener avec moi les festivités, et il n’a pas oublié, déjà hier il était surexcité et courrait partout dans la chambre…Un vrai petit enfant.

Je vais dans la salle de bain et me prépare avec une longue robe rose très simple et facile à enlever car je sais que je ne la porterai pas très longtemps. Ba oui, quitte à aller à l’évènement, autant être dans l’esprit à fond, c’est pourquoi j’ai demandé à emprunter un costume à l’Académie. Le professeur Heartnett m’a assuré qu’il avait quelque chose de parfait pour moi, je ne sais pas si je dois m’en réjouir ou m’en inquiéter…Une fois coiffer et maquiller je sors discrètement de la salle de bain et de la chambre, en faisant bien attention de ne pas réveiller mes colocataires qui dormaient encore. Lucifer est sur mes talons et Phoenix sur ma tête…Attendez depuis quand il est là ? Je ne veux même pas savoir où il était caché, la dernière fois j’ai commencé à prendre ma douche et il est sorti comme un fou furieux de mes bouteilles de shampoing…Il se cache partout et dans les endroits les plus incongrus, cette journée promet avec ces deux-là.

J’arrive dans la salle de confection, là où le professeur Hearnett confie les costumes aux élèves prêts à voyager 300 ans en arrière. Il n’y a qu’un élève devant moi, en même temps vu l’heure ce n’est pas étonnant, tous les élèves normaux ou n’ayant pas de réveil-salamèche sont encore dans leur lit. Le professeur me regarde et part chercher une tenue avant de revenir avec, une longue robe rouge cintré à la taille avec une encolure carré, de longue manche à deux niveaux avec des volants blancs, le tout magnifiquement brodé. Mais c’est quoi cette robe ? Bon c’est le style des personnes assez aisées de l’époque et elle serait super si je n’avais pas un énoooorme décolleté. En plus il faut mettre un corset pour bien mettre la robe…je crois que j’avais raison d’appréhender le fait que monsieur Hearnett avait déjà une idée pour ma tenue. Bon je n’ai pas le choix et j’enfile la robe qui me va très bien, même si je ne suis pas spécialement à l’aise avec le corset. Comment elles faisaient à l’époque, elles avaient appris à ne pas respirer ? Ceci étant, je ne passe qu’une vingtaine de minute à récupérer et enfiler mon costume avant de partir direction du village portuaire…En sortant je regarde mon petit Salamèche qui a une couronne sur la tête…pourquoi ça ne m’étonne pas venant de lui, je m’agenouille pour lui caresser le dessus du crâne.

-Allez mon roi des enfers, on va s’amuser.

Je vois briller une étincelle de joie dans ses yeux avant qu’il commence à marcher, m’incitant à lui emboiter le pas. Phoenix quant à lui s’est posé sur ma tête et semble rattrapé sa nuit, en même temps avec Lucifer il n’a pas du dormir longtemps.

Sur le chemin, je tombe sur un mur entièrement placardé d’affiche d’A2P…j’espère qu’il n’y aura pas de problème cette fois, ce serait bête de gâcher cet évènement avec un conflit ouvert…Nous arrivons rapidement au village portuaire qui s’est littéralement transformé, des panneaux géants en bois masque les plus grand bâtiments tandis que de petite maison factices de l’époque des colons ont été monté. Les habitants ont vraiment joué le jeu, portant des habits d’époque en toile et en lin. Je me sens mal avec ma robe de bourgeoise, en plus j’ai quand même un peu de mal à bouger, ça m’apprendra à rentrer dans l’esprit de la commémoration. Je me dirige vers le port ou au loin on peut voir une reconstitution du Camélia, le fameux navire qui est venu se réfugier sur ces terres à cause de la tempête. Quand je repense au récit d’El Don, heureusement pour l’équipage qu’il y avait ce petit Fouinette à bord…s’il n’avait pas été là, jamais il n’aurait vu la terre ferme et Lansat ne serait pas devenu ce qu’elle est actuellement…Papa appelle ça l’effet Papilusion, maman le Destin…Pour moi une chose est sure, si les choses ne s’étaient pas passées comme ça je ne serais surement pas ici aujourd’hui avec mes pokémons, alors je suis heureuse que ce Fouinette ait été à bords.

Mais bon je ne suis pas venue ici pour rationaliser sur ce qui s’est passé, l’important aujourd’hui s’est de s’amuser. J’entends le ventre de Lucifer gargouiller, il est peut-être temps d’aller chercher à manger, sitôt j’en parle à mon ami à la couleur sombre qu’il part à vive allure vers un stand de confiserie…un vrai gamin, mais bon je ne vais dire non pour cette fois. Le stand regorge de pâtisserie en tout genre et de de confiserie, je porte Lucifer pour le mettre à hauteur de la vitrine et il se met à regarder dans tous les sens, ne semblant pas réussir à se décider. Je prends un sac de pâte de fruits et un petit morceau de pain fourré aux fruits pour Phoenix qui réclamera quand il se réveillera. Mon chromatique finit par se décider pour un simple cookie…je ne vais pas chercher à comprendre, je paye le tout et nous nous installons sur un banc au front de mer. La légère brise est agréable avec les températures qui montent très vite à cause de l’absence de nuage et du soleil qui continue sa course. Mes cheveux virevoltent, ce qui réveille Phoenix qui est un peu grognon, mais me pardonne en voyant le petit-déjeuner que je lui ai acheté. Je n’ai même pas le temps de manger deux pâtes de fruits que Lucifer a déjà engloutit son cookie, il est aussi rapide que Ginji, faudrait qu’il fasse un concours un de ces jours ces deux-là.

Bref, nous restons un long moment sur ce banc avant que mon Salamèche ne demande à ce que l’on aille profiter de la commémoration. Je souris et le prends dans mes bras avant de nous remettre en marche, les rues ont eu le temps de se remplir et les divers artisans présent ont ouvert leur échoppe. Mais un en particulier attire mon attention, un homme aux allures de pirate avec un cache-œil et un chapeau noir se trouve entouré par plusieurs personnes, pourtant il n’a qu’un tonneau devant lui et trois chope de bière en fer posé à l’envers. A oui je connais ce jeu, c’est le Bonneteau, on mise de l’argent pour ensuite avoir le droit de dire ou on pense que la balle se trouve…certain sont de vrais charlatans, j’en ai déjà vu à Nénucrique. Mais bon peut-être que ce pirate n’en est pas vraiment un…Je me dirige donc vers le stand, ou le précédent joueur s’en va, visiblement frustré de pas avoir gagné.

-Ho mille sabords, qu’avons-nous là ? Une belle et jeune demoiselle qui veut tenter sa chance ?

Je sursaute à l’entente de la voix grave du pirate, je regarde autours de moi, mais il n’y a pas d’autre ‘’jeune demoiselle’’ c’est donc bien à moi qu’il parle. Je m’avance un peu plus pour arriver face au tonneau, est-ce que c’est une bonne idée de jouer ?

-Alors jeune fille ça vous tente, je vous offre la première partie.

Après avoir pesez le pour et le contre, je me dis pourquoi pas, après avoir posé Lucifer au sol, je porte mon attention sur les gobelets. La balle est au milieu et je focus mon attention dessus, je ne dois pas quitter la chope des yeux. Au début j’arrive à la suivre, mais très vite il accélère le rythme du mélange…J’ai réussi à suivre, elle est maintenant à gauche. Je pointe la chope, et un homme derrière dit que j’ai gagné, qu’elle est là. Malheureusement non, elle n’est pas là…shit j’ai loupé. Le pirate soulève celle du milieu, révélant la balle.

-Dommage très chère, tu veux retenter ta chance ?

Ça m’énerve ce n’est pas bon ça, je ne dois pas rejouer, mais la tentation est trop forte et je refais une deuxième partie, qui se solde à nouveau par un échec, cette fois-ci j’étais certaine d’avoir pris la bonne…Il y a anguille sous roche. Je vois du coin de l’œil Lucifer gratter le tonneau…hum bizarre. Je retente une troisième partie qui se solde à nouveau par un échec, le pirate se moque légèrement de moi et ça commence à me taper sur le système.

-Mais c’est pas vrai!!!!
-Encore râté, une quatrième partie ? Si tu l’emporte je te redonne dix fois ce que tu as misé.

Il semble sûr de lui, et j’accepte, il y a un souci quelque part, ce n’est pas normal… Il re-mélange mais avant de choisir je pose mes deux mains sur le tonneau, le toisant du regard.

-Je ne vais choisir aucune chope, parce que la balle n’est pas là

La foule derrière moi commence à chuchoter dans tous les sens, certains rigoles, pensant que je cherche une excuse alors que d’autre se demande pourquoi j’affirme ça.

-Allons jeune fille, ça ne se fait pas d’accuser les personnes de tricher.
-Même quand ces accusations sont vraies ?

Avec un sourire mauvais je retourne les chopes une à une avant qu’il n’ait le temps de m’arrêter, et comme je le savais, la balle n’est pas sur le tonneau. Le pirate déglutit avec difficulté, et je peux voir de la sueur couler le long de sa peau qui a perdu des couleurs.

-C’est facile de gagner quand on triche, mais ça ne devrait pas être étonnant venant d’un pirate.
-No…non non je…je peux tout expliquer

La foule autour de nous est indigner, et les voix commencent à monter et finalement le pirate s’enfuit sans demander son reste, poursuivit par quelques habitants en colère…Heureusement pour lui qu’il n’était pas en sorcière, il aurait fini sur le bûcher. Peu de temps après un Abo sort du tonneau, une balafre sur le visage, il aura peut-être besoin du cache œil de son dresseur. C’était le pokémon poison qui grâce à une petite cache récupérait la balle au moment où on choisissait la chope et la remettait sous une autre. Je récupère la petite bourse et récupère ma mise, laissant le reste à l’une des autres victimes de ce charlatan, cette dernière me remercie en s’inclinant légèrement.

-Mais comment avez-vous su qu’il trichait.
-C’est simple. Je prends dans mes bras Lucifer qui tiens la dite balle. On m’a aidé.

La jeune femme sourit en voyant mon chromatique et je lui dis au-revoir avant de partir, juste avant je rappelle à moi Phoenix qui sors du tonneau. S’il n’était pas parti se planquer dans le tonneau, lucifer n’aurait surement pas cherché à le rejoindre et il n’aurait pas récupérer la balle…Finalement je pense que je vais commencer à croire à l’effet Papilusion.

Aller il me reste encore toute la journée pour profiter de cette commémoration qui commence plutôt bien.

Hrp::
 



©BBDragon

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7052-481-yuna-akabara-une-rose-de-feu-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7065-yuna-akabara-givrali
 Adulte Éducatrice débutante
avatar
Adulte Éducatrice débutante
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 561
Points d'Expériences : 418

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 18 Juin - 9:23




Commemoration colonialiste
Ilea était aux anges. Les festivités vont commencer aujourd’hui. Mais lesquelles vous dites-vous ? Et bien il s’agit tout simplement d’un festival pour commémorer le tricentenaire de la colonisation de Lansat. Dis comme ça, cela ne fait pas très beau mais visiblement pour une raison qu’on ignore encore, il n’y avait personne sur Lansat quand les premiers marins sont arrivés au XVIème siècle, seulement des pokemons. Enfin c’est ce que les marins du port de Lansat ont bien voulu lui dire, et la rousse y croit. C’est surement plus simple pour elle. Edelyne, Electre et Edona se promènent à leur guise dans l’appartement tandis que les autres sont dans leur pokeball. La jeune femme ne peut plus laisser tous ces pokemons en liberté dans son studio. Ce n’est pas qu’elle ne veut pas mais honnêtement quand ils sont tous là c’est impossible de marcher tellement il y a de monde. Alors la demoiselle fait un roulement, pour que chacun leur tour ils profitent de la chaleur de son appartement.

Après un dernier ajustement capillaire, la jeune femme quitte son appartement en compagnie de ses trois pokemons pour rejoindre les marins. Aujourd’hui c’est avec eux que la rousse va célébrer les festivités. Cela fait tellement longtemps qu’ils préparent cela qu’elle ne peut pas se permettre de les faire attendre. Ses pas s’enchainent à travers les rues de sorte à gagner le port le plus rapidement possible. Sur son chemin, elle aperçoit une affiche d’A2P un peu décollé. Soigneusement, elle tente d’en recoller l’angle pour que celle-ci recouvre correctement le mur. Même si ses amis savent que la jeune femme est engagée pour l’association, elle a décidé de faire profil bas le temps des festivités et de ne pas participer aux quelques mouvements qui vont avoir lieu dans les prochains jours. Elle va consacrer son temps et sa présence à la fête, et à rien d’autres.

Elle finit par atteindre le port où les marins sont déjà en train de terminer les derniers préparatifs. Ilea sifflote en observant le bateau. Il a été fait de sorte à ressembler le plus possible au Camélia, le bateau qui a arrimé le premier sur Lansat lors de la colonisation. On se croirait vraiment changer d’époque. Avec son sourire joyeux, la rousse se précipite vers ses amis pour les aider à faire monter les derniers éléments à bord. Les pokemons essaient eux aussi d’aider, notamment pour ajuster les derniers détails de la voile au sommet du mat. Enfin ça c’est seulement pour Edelyne et Electre. Hors de question pour Edona de s’approcher du moindre bout de tissu. On ne sait jamais ce qu’il pourrait arriver, et un accident de dernières minutes n’est clairement pas la bienvenue.

Une fois les dernières caisses montées à bord, tous les marins filent dans le port à l’abri des regards pour enfiler d’autres tenues. Changement total de look puisque de l’équipement moderne on passe à un costume très sommaire, censé représenté les colons de l’époque. Même la jeune femme a eu le droit à sa propre tenue, alors qu’en théorie les femmes n’étaient pas la bienvenue sur les bateaux. Les légendes urbaines disaient qu’elle portait malheur et attirait les tempêtes. Mais bon chance pour elle les marins ont jugé que la probabilité qu’Ilea déclenche une tempête un matin à 10 heures dans un port était très faible. La demoiselle s’empresse donc de revêtir la tenue standard et de tresser ses cheveux en une longue tignasse, plus pratique pour la suite des évènements. Tandis qu’elle grimpe sur le pont pour se mettre en position, Electre grimpe tout au sommet du mat en compagnie de la Fouinette d’un des marins. Depuis que l’histoire dit que c’est ce pokemon qui a permis aux colons de trouver l’île, tous les équipages de Lansat en possède un, par tradition.

Une fois que tout a été vérifié, le démarrage peut commencer. Le bateau lève l’encre et commence doucement à dériver vers la côte où se tient la fête. Ilea, comme la quasi-totalité des autres marins, doit jouer un colon à bout de souffle, perdant espoir de revoir un jour la terre. Jeu très amusant qu’elle prend plaisir à faire. Une fois que les premières installations du festival sont en vus, l’ensemble de l’équipage se met à hurler de joie pour imiter la réaction de leur prédécesseur. Ilea en fait de même, très heureuse de faire partit de cette célébration magique. Un bon dans l’histoire.



©️BBDragon

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 45
Jetons : 4825
Points d'Expériences : 1115

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 18 Juin - 14:02

- Dépêche-toi Ali, on va être en retard pour le festival.

Dans le coin de la porte de leur chambre, Paul attendait que son ami termine d’enfiler son costume. Il n’avait pas été aisé, même pour Heartnett, de trouver quelque chose qui aille au grand Pokémon. Toutefois, son habit de marin du XVIème siècle lui allait comme un gant. Quant à Paul, il s’était habillé en capitaine de navire, arborant un magnifique tricorne sur la tête. C’était assurément son couvre-chef préféré. Bien qu’Heartnett soit généreux et aide les élèves à se procurer divers costumes, il avait refusé d’habiller le reste de la troupe de Paul. C’est donc avec ses autres compagnons nus, qu’ils prirent le chemin du festival.

Du haut de ses dix mètres, Noadkoko avait une vue imprenable sur la ville. Ouisticram était grimpé sur son corps et relayait ce qu’il voyait aux autres en bas, histoire de les faire saliver. Pour l’occasion, la ville entière avait été transformée. Les bâtiments neufs et modernes ressemblaient désormais à de vieilles échoppes dans la mesure du possible. Les réverbères avaient été éteints, au profit de torches accrochées à leur pillier, et même la sécurité c’était mise en armure. Paul passa le poste de contrôle et s’engouffra dans le cœur de la ville. Du regard, il chercha ses amis. Eux aussi devaient s’être costumés, il espérait bien les voir pour faire des photos avec eux.

Paul n’était pas vraiment à jour sur l’histoire de l’île, et bien qu’il soit ici depuis quelques années, ce n’était qu’aujourd’hui qu’il la découvrait. Il passa devant le parc, où hommes et femmes travaillaient à la mise en place d’une statue de Fouinette, le Pokémon qui avait sauvé l’équipage dans la légende. Mais ce qui l’intéressait le plus, c’était de participer à une reconstitution historique. Il en avait entendu parler et il n’y avait pas meilleur moyen pour en apprendre plus sur cet événement. Un stand d’information le prévint de l’heure de l’activité et l’inscrivit avec quelques-uns de ses Pokémon, tandis que les autres regarderaient sur le côté.

En quittant le stand, Paul aperçut une affiche d’A2P sur un panneau publicitaire. Elle en recouvrait une autre, que Paul imagina être de Palladium. Il souffla, il ne savait où les mènerait cette histoire entre les deux groupes. En aucun cas, il ne regrettait d’avoir aidé A2P, mais des questions persistaient dans sa tête. Sur l’affiche, le protagoniste clamait fièrement un slogan de l’association en requérant l’aide du lecteur. Paul resta un moment à fixer le slogan, réfléchissant à sa justesse, avant de se dire que ce n’était pas le moment de se faire du souci avec tout ça. Il n’aidait pas A2P par pure conviction, mais pour en apprendre plus sur Palladium et en découvrir plus à propos de son frère qui les a rejoints. Ce qui revenait à dire, que l’ennemi de mon ennemi est mon ami.

Le Noctali s’arrêta à la première échoppe qui vendait des friandises. Il n’y avait rien de mieux pour oublier ces petites guéguerres, que le sucre. Il dépensa pour pas moins de trois-cents jetons de friandises, qu’il partagea ensuite avec sa petite famille. Stalgamin s’était pris un paquet entier de Rattata en bonbons, qu’elle s’engloutissait à une vitesse hallucinante. Ali était plutôt sur des schtroumpfs et des Crocorible. Chacun avait ce qu’il lui fallait et ils allèrent se poser sur deux bancs, près de musiciens. Leurs instruments étaient d’époque et leur musique aussi. C’était des sonorités assez rythmées et plaisantes à écouter, qui traduisaient une certaine joie de vivre de l’époque. La vie n’était pas forcément facile autrefois, mais ils savaient festoyer. Le garçon aux cheveux d’ébène et les siens restèrent assis là, une bonne heure durant. Ils partirent ensuite réaliser cette reconstitution, le ventre plein de sucreries !

_________________
Cliquez là ! Ou là ! Ou peut-être bien que c'est là ! Mais cliquez Very Happy :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Alola
Âge : 13 yo
Niveau : 10
Jetons : 1331
Points d'Expériences : 194

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Mar 19 Juin - 22:16




escrime and co
Nico soupire. Étrange. Pas du tout. Enfin, un peu quand même. J’veux dire, on a encore rien fait dans ce rp. Pas même commencé à raconter l’histoire que déjà le gamin en à marre. Faut dire qu’il commence à me connaître le gugusse et il sait que j’aime beaucoup le faire chier. Oups comme dit. Tout cette introduction qui brise le quatrième mur me sert à amener le sujet du jour. Enfin, des trois jours.

Lansat avait visiblement jugé bon de rappeler à tous ses habitants comment la jolie cité portuaire c’était construite et surtout, comment elle avait été colonisée. L’île pour le coup, pas la cité, cette phrase ne fait aucun sens. Poursuivons. On pouvait donc trouver dans les rues décorations et costumes d’époque et surtout, surtout, un tas d’activités passionnantes proposées pour tous par les habitants de l’île.

Vous commencez à voir pourquoi Nico soupire ?

Si vous ne vous souvenez pas, laissez moi vous rafraîchir la mémoire sur l’identité du gigantesque roux qui se tient à côté de mon petit Nico. Il se nomme Alexander, est grand, musclé, Voltali et spé type feu. Il est à l’académie depuis quelques années déjà et se trouve parmi les élèves les plus gradés. Une véritable pointure du dressage pokemon à ne pas en douter. Alors comment ce cher jeune homme tout droit sortit d’un anime pouvait-il bien faire aux côtés de ce cher petit Nico ? Mes amis, c’est bien simple. Il s’est simplement entiché de mon petit Phyllali parce que ce dernier est sacrément naze et il a décidé de devenir son senpai. Son grand-frère, celui qui lui montrerait la voie.

Laquelle ? Nico se le demande bien …

Alors voilà, c’est pour ça qu’il soupire mon bon Nico. Parce que petit un, Lansat soûle avec ses festivités, petit deux, Alexander le fait toujours chier pour qu’il se bouge, petit trois, les deux points précédents combinés.

Comme les gens disent, nike sa maman.

Le pauvre garçon se retrouve donc, attaché (pas pour de vrai mais ça serait la même chose des cordes que le regard d’Alexander), obligé d’animer le stand d’escrime avec le fameux rouquin. Une vaste blague j’vous dis. Un enfer vous dit Nico.

Pourquoi est-ce que c’était un enfer ? Bonne question, sur le papier, l’activité a l’air assez cool. Tu donnes deux épées à deux gamins, tu les laisses se taper dessus 5 minutes puis c’est aux suivants. Pas très compliqué, pas très fatiguant. Cependant, et là était tout le soucis de la fatigue mentale du pauvre gamin, tout n’était pas si simple. Déjà parce que petit un, il devait parler à des gens. Petit deux, il devait faire des démonstrations. Contre Alexander. (Qui fait environ trois fois sa taille et son poids.) Petit trois, il était debout. Petit quatre, il n’avait pas le droit à ces consoles. Petit cinq, vous avez compris l’idée.

Tout ça pour dire que Nico était québlo dans un stand qui le soûlait pour trois jours dans une tenue ridicule grâce à un type qui avait décidé d’être son ami.

Paye ta vie de merde. Tu m’étonnes que le gamin soupire dès la première phrase.

Du coup de rage, en rentrant il déchire une affiche qui traîne là sur le passage.

Trop un rebelle. Et en plus derrière, il va pirater le site de la mairie de Lansat pour afficher sur la première page une photo ridicule d’Alexander. Na.


_________________


easy mode


atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6773-nico-anderson-phyllali
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 1545
Points d'Expériences : 1121

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Mar 19 Juin - 22:57



le sir blessé
event solo

Dire que Sirius s’amusait aurait été un euphémisme. Si il avait passer les derniers jours à afficher des affiches pour le compte de PALLADIUM (une mission pour laquelle il avait été payé de la fabuleuse somme de 3 jetons et sur laquelle il avait postulé directement depuis le site web de PALLADIUM si c’est pas beau), Sirius était enfin libre de participer au festival de la colonisation de Lansat. Incroyablement bien sapé, c’est de Sirius qu’on parle après tout, il pavanait dans la ville comme un de ces riches personnages qui avaient posé les pieds sur Lansat après qu’elle est été colonisée par le bas peuple qui avait prit tous les riches.

Ça lui va bien hein.

Un gros branleur ce Sirius.

Mdr. Rien ne pourrait-être moins faux. En passant entre les stands et les costumes, Sirius reconnaissait certains de ses travaux les plus beaux. Il y avait mit du cœur à l’ouvrage. Chacun de ses travaux étaient réalisés avec une finesse réelle. La douceur de la machine à coudre, des coutures à la main parfois, sur les parties les plus fragiles. Oui, Sirius était un perfectionniste et il n’avait fait que de la perfection pour cet event.

C’est pourquoi il regardait, vaguement effrayé, les petites gens qui ne comprenaient pas la valeur des vêtements qu’ils portaient jouer dans la boue, au risque de se salir ou pire d’abîmer ses œuvres d’art. Sirius comprenait alors sans mal que ses ancêtres (de pensée, pas forcément de sang, les Powell étant une famille de parvenus et non pas de nobles depuis toujours) aient forcé le bas peuple à porter des vêtements de moindre qualité.

Même si au fond, c’était surtout une question d’argent.

Mais tout de même ! Ça blessait le grand couturier qu’était Sirius de voir ses délicates pièces réduites ainsi aux rangs de souillons. De vagues chiffons qui servaient à essuyer la vaisselle. Il ferma les yeux de désespoir face aux affronts qu’on lui faisait.

Finalement, malgré la superbe tenue dans laquelle il paradait, il ne s’amusait plus du tout. Il fallait que Sir Sirius quitte les quartiers pauvres pour rejoindre ceux qui était, à ne pas en douter, ceux dans lesquels il serait beaucoup mieux entouré. Le quartier riche, ou tout du moins marchant était bien plus adapté, tant qu’il ne se rapprochait pas trop du port bien entendu.

Alors plus dans son élément, le Sir vaqua aux occupations proposés par les quelques manants qui traînaient là. Le voilà, combattant à l’épée face à un courageux mousquetaire mais c’était sans compter les talents du Sir Powell qui d’un mouvement gracieux, emporta la victoire. Il salua le public d’un geste du chapeau à plume, dos à l’ennemi.

Quelle erreur puisque il se prit le coup de sabre dans les côtes de plein fouet, sans pouvoir esquiver, sous les hurlements de la foule. On conduisit le Sir, alors blessé, jusqu’à la tente de soin et là, il se laissa entraîner dans les ténèbres, se réveillant quelques millénaires plus tard à l’hôpital, avec une côte casée.

Vie de merde sans dec’.


©BBDragon

_________________


sirius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Adulte Apprentie Geisha
avatar
Adulte Apprentie Geisha
Région d'origine : Née à Johto, a passé son adolescence à Kalos
Âge : 29
Niveau : 14
Jetons : 2404
Points d'Expériences : 206

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Mar 19 Juin - 23:47

Commémoration colonialiste
Event

à la place de Lansat
le 11 juin 2018


Erika ne tenait plus en place, elle piétinait d’impatience derrière le grand rideau rouge. Elle ne jouait pas sur scène ce soir mais ne pouvait s’empêcher d’être anxieuse par le fait de tout devoir gérer en coulisse. Tout cela pour la seule et bonne raison que Lansat organisait un grand événement pour la Commémoration colonialiste. Trois jours durant toute l’île avait fait un bond dans le passé pour se retrouver au XVI e siècle, l’époque de la colonisation de l’île, il y a de cela presque 300 ans. Comme de coutume les Geishas organisaient elles aussi un grand événement digne de la Johto Event de janvier. Il s’agissait cette fois d’une pièce de théâtre qui serait jouée chaque soir, suivit de plusieurs danse traditionnel en groupe faisant hommage à la mer et au voyage.

La scène entièrement en bois avait été installée au plein centre de la place de Lansat tel un théâtre en plein air. La pièce de théâtre retraçant l’arrivée de Hime, la première Geisha de Lansat, souhaitant retrouver son amour Kaze l’un des premiers colons qui est arrivé avec le Camélia, navire devenu légende. L’histoire était quelque peu emprunt de mythe en tout genre et il était difficile de dire si le tout était vrais mais Erika en doutait fortement. Ce soir toutefois elle devait tout gérer : les caprices d’acteurs, la foule en délire et les petits pépins qui allaient forcément venir, elle en était sûr. Déjà ce matin elle avait été dans l’obligation de déchirer des affiches qui avaient été collés sur l’estrade afin de faire de la propagande pour la guerre idéologique de l’île. Décidément ce conflit Palladium-A2P prenait beaucoup trop d’importance et il semblait que des “activistes” prenaient goût à mener des actions totalement idiotes comme couvrir un bâtiment d’affiches. Pour l’heure elle ne devait pas sans soucier il n’y avait aucune raison qu’une émeute éclate au milieu du spectacle.

La jeune femme commença à scruter la foule qui commençait à s’installer sur les bancs de bois mis en place devant l’estrade. Il commençait à y avoir du monde. Un frisson d’excitation lui parcourt l’échine qui laissa place à un sursaut de frayeur quand une main vint se poser sur son épaule. Une de ses camarades apprentie s’excusa avant de lui annoncer le premier problème de la soirée :

▬ Excuse-moi Erika, on a un problème. Open c’est blessé durant la dernière répétition. On pensait que ce n’était rien mais sa patte n’a pas encore dégonflé. Il ne pourra pas jouer.

Open, le Voltali star de la pièce était blessé. Le petit pokémon très extraverti, faisant des léchouille à qui en voulait, était le partenaire de vie et de jeu de Komomo, la Geisha qui jouait le rôle de Hime dans la pièce. Cela ne présageait véritablement rien de bon.

▬ Ok ! Je m’occupe de tout.

Elle n’avait aucune idée de comment se sortir de cette situation, mais en voyant le sourire fleurir sur le visage de sa camarade elle se disait qu’elle n’avait pas eu d’autre choix que de la rassurer sur la situation. Par chance le pokémon ne devait pas faire beaucoup d’apparition, une durant le premier acte et une autre dans le troisième acte. Son rôle dans le premier acte était plus un acte de présence qu’un vrai jeu d’acteur, cela allait sans doute lui servir. Avec un peu de chance si l’on appelait un Pokédocteur à temps, Open pourrait participer au troisième acte. Il fallait donc juste un remplaçant pour se présenter en début de scène. Le problème était donc le suivant : ou trouver un voltali ?

Le son des spectateurs commençait à se faire plus présent, ils commençaient à être plus nombreux à s’installer devant la scène. Cet écho assourdissant donna la réponse à sa question. Il devait bien y avoir quelqu’un dans le public qui possédait un Voltali non ? Elle souleva un pan du rideau devant elle pour jeter un simple coup d’oeil. Elle ne s’attendait pas à voir un Voltali assis au premier rang mais espérait voir un visage familier. Elle ciblait chaque personne lui demandant  intérieurement “tu as un Voltali toi ?”. La chance semblait cependant lui sourire quand ses yeux tombèrent sur une chevelure familière. Une tignasse brune mi-longue ébouriffée, des vêtements imitation d’époque (censé ressembler à quoi d’ailleurs ?). Elle ne pouvait pas voir son visage car il était en train de regarder le paquet dans sa main qui devait contenir une quelconque nourriture comme souvent.

▬ Ginji !

Le dresseur spécialisé en électrique devait FORCÉMENT avoir un Voltali dans son équipe. Il n’y avait rien de certain mais la Geisha en était persuadé. Elle referma le rideau et sorti des coulisses le plus discrètement possible pour rejoindre l’académicien. En ce qui concerne sa tenue, la Geisha ne passait comme toujours pas inaperçu son kimono était rouge aux motifs de lotus dorés, son visage était beaucoup plus maquillé que d’habitude et entièrement couvert d’une poudre blanche. Les lèvres étaient peintes en rouge de manière plus petite que de coutume, forment presque un coeur. Ses cheveux relevés en chignon sont piqués de diverses épingles dorés et d’un peigne en forme de lotus. Elle espérait qu’il arrive à la reconnaître malgré sa tenue. Elle se plaça devant lui et confirma qu’il avait quelques victuailles dans son petit sac.

▬  Bonsoir Ginji.

L’académicien relève la tête les joues pleines comme un Dedenne, il plisse les yeux comme pour essayer de deviner qui se cache sous ce maquillage. Bon certes elle en portait beaucoup et ça formait un masque, mais un corps aussi superbe que le sien et sa splendide chevelure blonde la rendait facilement reconnaissable non ? Apparement non.

▬ C’est Erika Uchida… J’ai un service à te demander. Par hasard tu n’aurais pas un Voltali dans ton équipe ?

Il hoche la tête la bouche trop pleine pour dire un mot.

▬ Super ! Mon Votali acteur de la pièce c’est blessé et j’ai besoin d’un remplaçant le temps que le docteur le soigne pour la dernière scène. Ton Voltali fera juste acte de présence il n’y a rien de particulier à faire pour la première scène, il doit juste se tenir à côté de l’actrice qui a le rôle principal. Tu pense que c’est possible ?

Il semble hésitant, quoi de plus normal quand on vient vous demander le prêt de l’un de vos pokémon. Il demande à Erika s’il peut en discuter avec son Voltali pour voir ce que lui en pensait. La jeune femme accepte et lui signale qu’elle attendra à sa place le temps qu’il prenne la décision. Elle eut tout le loisir de contempler la scène du point de vue d'un simple spectateur. Si le cas du remplacement du Voltali semblait résolu il restait à prévenir le médecin en urgence pour qu’il vienne voir Open. Un problème tout aussi épineux et elle ne voulait pas en demander plus à Ginji.

Le Topdresseur revint avec le Voltali sur ses pas. Il était parfait la copie conforme de Open. Ginji lui explique rapidement que son pokémon est d’accord pour jouer les acteurs mais qu’il restait cependant très timide.

▬ C’est pas grave comme je te l’ai dit la première scène ne servira que pour de la figuration il devra juste se tenir à côté de “Hime” comme s’il était son pokémon. Je pense que tant qu’il ne lance pas Dard-Nuée tout devrait bien se passer.

C’est la principale crainte d’Erika, que le pokémon électrique se mette à lancer ses aiguilles en cas de grand stress. Elle avait déjà eu l’occasion au Théâtre de voir le résultat d’une telle attaque.

▬ Bien je vais vous présenter Komomo, la Geisha qui va jouer Hime ce soir.

Erika les invite à la suivre et il passe enfin dans les coulisses. Des petites tentes avaient été installés derrière la scène pour faire office de loge. Il y avait tout le confort nécessaire à l’intérieur. La Geisha entra dans celle de Komomo après s’être présenté oralement. Sa camarade était en pleine séance de maquillage. Comme de coutume c’était un travail que chacun faisait seul, il n’était pas question de faire appel à un maquilleur. On pouvait apercevoir sur ses genoux le script de la pièce pour qu’elle puisse réviser son texte au besoin. À côté de sa coiffeuse, amenée ici pour l’occasion, on voyait Open son Voltali dans une panière qui faisait triste mine.

▬ Bonsoir Komomo, j’ai fait venir une doublure pour Open. Ne t’inquiète pas un médecin devrait venir l’examiner et avec un peu de chance il pourra remonter avec toi pour le troisième acte.

Par réflexe Erika vint caresser Open tout en jetant un rapide coup d’oeil à sa patte gonflé.

▬ Je vous présente Ginji un académicien spécialisé dans les pokémons électrique et son Voltali Shy. Si ça ne te dérange pas Komomo je te laisse leur expliquer les détails de la première scène et faire connaissance avec ton nouveau partenaire.

Elle se relève et passe à côté de Ginji, elle pose sa main sur son épaule et se permet de déposer un baiser sur sa joue.

▬ Merci pour tout Ginji.

Un simple baiser d’amitié qui lui semblait être le mieux pour le remercier. Après tout il venait de sauver le spectacle des Geishas pour ce soir, un simple petit bisous était la moindre des choses.

Erika laissa là son spécialiste des éclairs et se dirigea de nouveau du côté du public. Son intuition lui disait qu’avec, encore une fois, un peu de chance elle pourrait trouver un médecin dans la foule. Il y avait toutefois peu de chance, mais si elle avait trouvée Ginji, elle pouvait bien trouver quelqu’un d’autre. Si elle ne trouvait personne elle prendrait tout simplement son téléphone pour appeler un médecin de garde.
Encore une fois elle dévisagea les gens, cherchant un visage qu’elle connaîtrait. Elle avait vu une bonne partie des médecins de l’île rendre visite au pokémon du Théâtre et elle pensait pouvoir en reconnaître un si elle le croisait. Son regard se perdit cependant longtemps dans la foule avant de reconnaître une tignasse rousse caractéristique.

▬ Salomé.

La Geisha se remémore l’aventure de l’élevage d’Evoli avec Evan et les pokémons de la doctoresse. Elle ne sait pas si elle est venu avec la même équipe mais cela ne présageait rien de bon. Erika n’avait pas le choix et Salomé n’était pas une personne désagréable. Elle se présenta donc comme elle l’avait fait pour Ginji, dérangeant le médecin en pleine conversation.

▬ Bonsoir Salomé, c’est Erika. Désolé de te déranger en pleine conversation mais j’aurais besoin de ton aide. J’ai un de mes pokéacteur qui est blessé et… j’aimerais que tu l’examine si ça ne te dérange pas.

La doctoresse accepta, une légère lueur joyeuse dans le regard qui laissa place à une concentration toute professionnelle. Erika se mit à sourire, de toute évidence les problèmes se réglaient à peu près facilement ce soir. Elle emmena Salomé dans la tente de l’actrice ou se trouvait Open. Ginji et Shy si trouvait toujours et en pleine conversation avec Komomo. Erika présenta la nouvelle venue, s’excusant au préalable du dérangement, et s’éclipsa assez rapidement pour laisser Salomé agir comme bon lui semblait.
Erika regarda sa montre et vit que l’heure passait beaucoup plus rapidement que prévu. Être régisseuse n’était pas de tout repos, il restait un quart d’heure avant le début du spectacle. Juste le temps nécessaire pour voir si tout était parfait. La jeune femme se pressa donc en coulisse pour voir si les premiers décors étaient bien en place et s’il n’y avait pas de souci à régler en vitesse. Tout allait pour le mieux, Erika se plaça sur la droite de la scène et elle pouvait voir en face l’entrée des acteurs avec Komomo, Ginji et Shy. Elle leur fit un petit signe de la main pour leur signaler sa présence et les rassurer même si elle n’était pas certaine que cela allait vraiment les rassurer.

***

ACTE I


Le rideau s’ouvre et les acteurs sont déjà en places. Hime en kimono et coiffure traditionnelle sur la droite, enlace dans le dos Kaze, immobile. Le Voltali est assis derrière sa maîtresse les regardant. Le décor représente une maison et il y a un fauteuil au milieu de la scène.

Hime : Tu dois vraiment partir ? Je ne veux pas te voir partir.

Kaze (se retournant et tenant Hime par les épaules) : Nous n’avons pas le choix tu le sais bien. Oda Nobunaga veux unifier Johto et Kanto, il est prêt à tout pour cela. La guerre est à nos portes. Le roi démon n’apportera la paix à personne.

Hime (l’enlaçant de nouveau) : Mais le voyage sera périlleux, et tu n’es qu’un...

Kaze (d’une voix forte et déterminé) : Qu’un paysan ! Oui mais je deviendrais un marin j’en suis capable !

Hime : Ce n’était pas ce que voulais dire.

Kaze : Alors ne doute pas de moi ! Crois en l’homme que je deviendrais. Une fois sur l’île je te préviendrais.

Hime (arrêtant son étreinte et reculant d’un pas) : Mais comment ?

Kaze : Mon Goélise trouva le chemin, il te portera ma lettre et tu pourra me rejoindre, dans notre nouvelle vie.

Hime : Une nouvelle vie… Ce n’est peut-être qu’un rêve. Je pense que je peux danser partout même dans un nouveau pays. Tu pense que les gens aimerons ?

Kaze : Tout le monde aime les Geishas. J’aime te voir danser avec Voltali, vous êtes magnifiques tous les deux.

Hime (caressant le Voltali) : Nous danserons pour toi une prochaine fois.

Kaze (embrassant Hime) : Il est l’heure du départ, attend mon Goélise et viens me rejoindre. Je t’aime.

Hime : Moi aussi.

Kaze quitte la scène. Hime s’installe sur le fauteuil.

Hime : Dois-je le laisser partir ? Il n’est pas marin, il risque de mourir en mer. Il rêve d’un navire dont il serait capitaine. Son coeur ne cherche qu’une île alors que le mien ne cherche qu’à fonder un foyer. Peut importe le lieu je le suivrais mais j’ai si peur… peur de le perdre comme tant d’autres femmes. La mer est loin d’être hospitalière et la direction que prend le Camélia est dangereuse. Je ne suis qu’une humaine, je ne peux aller contre le destin. J’attendrais son Goélise le coeur serré.

Le rideau tombe et les lumières s’éteignent.

***

ACTE II


Le décor représente un bateau dans une mer déchaînée, on entend le bruit violent de la pluie et du vent. Le tonnerre se fait entendre et on peut voir des éclairs traverser la scène grâce aux attaques des pokémons électriques en coulisse. Sur scène on retrouve Hime en Kimono et cape et un marin.Sur le sol des tonneaux et des cordages.

Marin : Madame retournez dans votre cabine la mer est déchaînée.

Hime : Non je reste, je peux vous aider avec mes pokémons.

Marin : Non la mer est trop dangereuse pour une femme. Restez dans votre cabine.

Hime (d’une voix colérique) : Je ne suis pas qu’une simple femme, je suis une dresseuse, une Geisha, et la femme d’un marin !

Hime (en aparté) : Une femme de marin c’est vite dit, Kaze à réussit à traverser cette mer déchaînée et j’essaie maintenant de le rejoindre tant bien que mal. Je ne mis connais pas plus que lui en bateau mais ça ne doit pas être très compliqué non ?

Marin (en tirant les cordage au sol) : Très bien mais resté pas dans nos pattes. Nous ne savons même pas où nous nous trouvons.

Hime : Nous sommes perdus ?

Marin : Nous retrouverons notre chemin quand la mer sera calme et le ciel dégagé ne vous inquiétez pas.

Hime (d’une voix paniquée) : Mais cela peut prendre des jours ?

Marin : C’est pour ça que vous devriez retourner dans votre cabine.

Hime (en aparté) : Je ne sais pas quoi faire, nous sommes perdus au milieu d’une mer déchaînée et mon coeur se sert un peu plus encore à l’idée de perdre Kaze. J’espère traverser cette mer sans encombre, mais j’ai peur que nous devions chavirer comme un grand nombre de navire avant nous.

L’image d’un ho-oh descend du fond de la scène.

Hime (en aparté) : Je rêve ? C’est Ho-oh qui vole dans le ciel vers une direction inconnu. Moi qui brûle de l’encens chaque jour au dojo pour le vénérer je parviens enfin à le croiser. C’est une légende vivante mais les marins sont trop occupés pour le voir. J’ai le sentiment qu’il est l’instrument de mon destin et qu’il m’indique la voie à suivre.

Hime (attrapant le bras du marin et pointant du doigt l’image du pokémon) : Il faut aller par là ?

Marin : Vous avez perdu l’esprit ? C’est le coeur de la tempête, nous ne pouvons pas.

Hime (d’une voix forte) : Faites-moi confiance ! J’ai reçu un signe !

Marin : En mer on est superstitieux ne dites pas de paroles en l’air.

Hime : Faites-moi confiance !

Marin (hoche la tête et crie) : Allez les gars on va dans cette direction !

Le rideau tombe et les lumières s’éteignent.

***

ACTE III


Le décor représente une nouvelle fois un bateau avec les mêmes accessoires que la scène précédente mais avec une mer calme. On distingue toutefois sur le décor une montagne ressemblant à une île lointaine. Sur scène se trouve Hime et le marin, des cordes leur bloquant les bras derrière le dos. Devant elle se dresse un pirate et un pikachu habillé en pirate, une épée à sa ceinture et avec un cache-oeil.

Hime : Comment pouvez-vous faire ça ?

Pirate : Je suis un pirate rien ne m’arrête et tout ce qu’il y a sur ce navire m’appartient.

Hime (d’une voix forte) : Mais ce sont les vivres qui permettent notre installation sur notre nouvelle île !

Pirate : Et pour moi ce sont celle qui me permettront de vivre.

Hime : Vous êtes un monstre.

Pirate (en rigolant) : Non un pirate ma petite dame.

Marin : On ne vous laissera pas faire.

Pirate : Et vous allez faire quoi ? Vous êtes attachés.

Hime (d’une voix déterminé) : C’est moi qui vous arrêterez !

Pirate : Toi ?

Hime : Voltali c’est à toi de jouer !

Voltali entre en scène et lance un aboiement féroce contre le pirate.

Hime : Voltali lance Dard-Nuée et libère nous de nos cordes.

Voltali libère le Marin et Hime. Le Pirate fait appel à son Pikachu comme adversaire face au pokémon de la Geisha.

Hime : Ball’Ombre !

La sphère vole pour s’écraser au sol devant le pikachu, créant un nuage de fumé. Le pikachu sort de scène.

Pirate : C’est impossible !

Hime : Vous n’auriez jamais du vous en prendre à ce bateau. Nous allons vivre une nouvelle vie et je ne permettrais pas à des pirates dans votre genre de nous priver de ce bonheur. Devenez donc un honorable marin, ça vous éviteras ce genre de problème à l’avenir. Voltalie Dard-Nuée !

Le Voltali lance son attaque alors que de la fumée monte sur scène, camouflant le décor et les personnages. Le Pirate sort. On retrouve le marin tenant les mains de Hime face à lui.

Marin : Merci ! Merci pour tout !

Hime : Ce n’est rien, c’est mon devoir en tant que Geisha. Je vous montrerais mes nombreux talent et quand nous serons sur cette nouvelle île nous boirons un thé en repensant à toute cette histoire. Je vais enfin pouvoir revoir Kaze. Je vous le présenterais, mon beau marin du Camélia.

Le rideau tombe et les lumières s’éteignent.

***

Erika souffle enfin, tout c’est bien passé. Open à put retourner sur scène et le spectacle a été un succès. Certes le scénario était quelque peu classique mais il avait la possibilité d’ouvrir l’imagination. On pouvait très bien s’imaginer la suite de cette histoire. En tout cas la Geisha était ravi, le décor était en train d’être enlever et Kaede était devant la scène à expliquer la suite des festivités, à savoir des danses traditionnelles mettant à l’honneur les marins et l’océan. Un groupe de Geisha monta sur scène, toute en kimono bleu et blanc, un éventail à la main. La danse des vagues était une belle danse mais Erika ne la connaissait pas encore très bien. Elle quitta les coulisses, elle n’y avait plus sa place étant donné que la représentation était terminé. Elle passa remercier encore une fois Ginji et Salomé en leur apportant une tasse de thé. Elle espérait pouvoir enfin profiter de sa soirée.

Feniix

_________________
Man heals ambition by ambition itself.

⚡️ La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie - Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6876-469-erika-uchida-de-reine-a-geisha-adulte#70942 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6878-erika-uchida-adulte#71031
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 11532
Points d'Expériences : 1223

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Mer 20 Juin - 16:36

Les festivités battaient leur plein, de douces odeurs de nourritures égayaient les narines de la demoiselle vêtue simplement d'une robe vert d'eau lui coulant jusqu'aux genoux. Pour l'occasion, elle avait préféré tresser ses cheveux plutôt que de les laisser au naturel et se pavanait dans les rues, un Picassaut sur son bras tel un rapace fier et prêt à bondir au moindre gibier ou du moins au premier caillou venu comme en cet instant où déjà l'animal lui avait faussé compagnie pour aller explorer de plus près un parterre de caillasses qui s'agitait devant lui.
La rousse attendit patiemment, après tout elle n'était pas pressée, elle était là pour profiter des célébrations et si Algernon souhaitait s'amuser ainsi, hé bien soit ! Lui paraissait trier les cailloux pour en perforer certains à l'aide d'Eclate-Roc et en faire rouler d'autres sous son bec avant de jeter un regard implorant à sa dresseuse pour que cette dernière les ramasse et les glisse dans son sac. C'est que sa collection commençait à bien s'agrandir et la chambre de la gitane paraissait devenir le temple de la géologie. Si au moins le type Vol lui trouvait des pierres évolutives mais la plupart du temps il jetait son dévolu sur de simples cailloux banals et tout au plus ayant une couleur appréciable.
Enfin c'était surtout du gris, encore une fois.

Le Picassaut délaissa finalement la caillasse, à croire qu'il avait trouvé son bonheur et retourna se percher sur Salomé tandis que la Médecin avançait de manière aléatoire, se laissant guider par le hasard jusqu'à finalement tomber sur plusieurs allées de chaises face à une estrade montée pour l'occasion. La rousse était toujours curieuse de découvrir de nouveaux talents et de savourer le jeu des acteurs, surtout depuis qu'elle était montée elle-même sur scène lors du premier semestre en compagnie de Haru. Il y avait encore énormément de places et cela chuchotait tout autour d'elle, apparemment la représentation n'était pas pour tout de suite.
Elle était sur le point de quitter son siège pour repartir à la découverte des festivités mais c'était sans compter sur une femme qui l'interpella, la faisant sursauter au passage. Ce visage lui était familier mais impossible de se souvenir qui était cette élégante demoiselle, maquillée comme elle était.

— Oh salut Erika, je ne t'avais pas reconnue avec tout ce maquillage ! Tu n'as qu'à me montrer où est le malade, je te suis !

Comme si c'était une bonne idée de laisser un patient entre les mains de Salomé. Ce n'était pas comme si Erika était ignorante, elle avait vu la doctoresse à l’œuvre, mais il faut croire qu'elle ignorait tout de ce que le pauvre petit Evoli qu'elle avait pris en charge avait vécu, lui. Rien de similaire aujourd’hui, elle avait laissé ses fameuses herbes médicinales à l'académie, tout comme l'ensemble de son matériel mais il devrait bien y avoir une trousse de soin et le minimum nécessaire pour soigner ce fameux acteur, en espérant que cela ne soit pas trop grave, bien évidemment.

C'était étrange de se retrouver en coulisses. Cela lui rappelait cette fameuse mission avec Haru où tout avait dérapé mais où ils avaient pu briller sur scène et être encensé par les critiques. Mais pas de théâtre pour elle aujourd'hui, elle resterait simple spectatrice. Mais avant il allait falloir qu'elle s'occupe du patient qui n'était nul autre qu'un Voltali.

— Sa patte est gonflée et c'est comme ça depuis deux jours, déclara l'actrice, vous pouvez faire quelque chose, docteur ?

Toujours aussi bizarre de se faire appeler docteur. Mais la rousse se contenta d'un simple hochement de tête tandis qu'Erika discutait avec un jeune brun qui lui paraissait vaguement familier ;  quelqu'un de l'académie peut-être ? Dans tous les cas, sa tenue laissait à désirer mais au moins était-il dans le ton s'il souhaitait ressembler à un gueux en haillons.

La demoiselle piocha son iPok pour jeter un œil au site d'A2P et éventuellement apprendre deux trois choses utiles sur les Voltali. Ce Pokemon lui était totalement inconnu alors elle préférait éviter de se recevoir une attaque par mégarde. Il n'y avait pas grand chose d’intéressant dessus, tant pis, la rousse ferait sans.

— Je vais m'en occuper mais il aurait fallu le traiter dès les premiers symptômes... Parce que là, ça risque de s'infecter et de s'aggraver et là on pourra plus rien faire, faudra amputer, rétorqua la demoiselle consciencieuse tout en examinant la plaie du malade, mais un Voltali sur trois pattes, ça existe pas alors y aura pas d'autres choix que l'euthanasie.

L'actrice venait de virer de couleur, passant du pâle au encore plus pâle. Pour finalement défaillir et tomber au sol sous le choc de l'annonce.
Idalienor le lui avait déjà dit ; toujours faire preuve de tact et de doigté avant d'annoncer un verdict.
Maintenant elle se retrouvait avec deux cas à gérer et l'actrice devait entrer sur scène dès le premier acte si elle avait bien tout suivi.

— Débrouille-toi pour la réveiller, lança-t-elle au Picassaut alors qu'elle faisait appel à son Farfuret, et toi fais-moi de la glace pour notre patient !

Le Farfuret s'extirpa de sa pokéball tout en jetant un coup d’œil à Erika. L'avait-il reconnue ? La demoiselle n'en savait rien mais il paraissait plus excité à l'idée d'aller faire tourner en bourrique la Geisha que par la perspective d'aider sa dresseuse. Heureusement que le Picassaut était plus discipliné, picorant gentiment mais fermement le bras de l'actrice pour l'éveiller. Mais cela ne semblait pas réellement marcher. Salomé leva les yeux au ciel, poussant du bout de la main son starter pour prendre le relais.

— Regarde, comme ça.

Et elle gifla Komomo avec toute la violence à sa disposition. Cela fut suffisant pour sortir l'actrice de ses songes, la voilà qui papillonnait des yeux avant de porter sa main à sa joue encore brûlante et porteuse d'une marque rouge qui ne devrait pas manquer à s'évanouir.

— Il va s'en sortir, affirma la rousse, y aura pas besoin d'amputer, ni de l'euthanasier.

Cela suffit à faire naître un sourire sur le visage de l'actrice qui s'éloigna pour monter sur scène. Faulkner avait fini par obéir à sa dresseuse, lançant Eclats Glace pour ensuite déposer les glaçons sur la patte atrophiée tandis que Salomé s'était absentée le temps de revenir avec une trousse de soin et de finir ce qu'elle avait commencé.
Un visiteur l'observait par-dessus son épaule, c'était le même garçon que tout à l'heure, toujours dans une tenue similaire.

— Tu veux pas plutôt m'aider au lieu de rester dans mes pattes ?


Le garçon à peine plus âgé qu'elle accepta tout en lui donnant de précieux conseils sur les Voltali, à croire qu'il en connaissait un rayon, c'est lui qui devrait se charger de cette partie-ci sur le site d'A2P, ce serait beaucoup plus instructif que leurs informations de base.
La glace sur sa patte fondait à vue d’œil mais cela paraissait l'avoir soulagé, la rousse pansa la plaie par sécurité et pour éviter qu'il n'appuie de trop sur sa blessure. Une attelle aurait été l'idéal mais pas sûr que cela soit totalement dans le charme de la pièce. Enfin, tant que ce Voltali ne se lançait pas dans un combat endiablé, cela suffirait.

— N'hésitez pas à remettre une poche de glace une fois la représentation terminée, et à le laisser se reposer ensuite, il l'aura bien mérité !


Komomo remercia la rousse et était fin prête à remonter sur scène, avec son Voltali fraîchement soigné cette fois-ci. La rousse vit un autre Voltali revenir, lui paraissait sur le point de défaillir et se glissa près du garçon qui s'était improvisé assistant le temps d'un instant.

Mais Salomé n'avait pas le temps de s'attarder davantage ; son Farfuret avait disparu. Encore. À croire que ce garnement était intenable. Elle eut un soupir avant de filer à sa recherche sans même prendre le temps de dire au revoir à Erika ; cela n'en finirait-il donc jamais ?

HRP:
 

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9919

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Jeu 21 Juin - 22:49

Modération CS Eclate-Roc de Salomé

Raté !
Gain Tu ne gagnes rien du tout !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15.
Niveau : 15
Jetons : 6266
Points d'Expériences : 250

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Dim 24 Juin - 1:48



Commémoration Colonialiste
Le Ranger poussa un long soupir. Se cosplayer dans une thématique du 16ème siècle? Bon dieu. Il avait beau avoir fait beaucoup de recherches sur le net pour voir le style de ce que pouvait porter les hommes à cette époque, il n'y avait absolument rien qui pouvait lui convenir pour ne pas avoir l'air ridicule.
Hé bien tant pis. Il était désormais dehors en direction du centre ville, et il devait admettre que la mairie d'avait pas lésiné sur les moyens pour cet événement. Raudhr en avait d'ailleurs presque du mal à se repérer tant l'atmosphère était différente. Les stands étaient en bois et rappelaient ces échoppes anciennes du moyen-âge, tout comme la façade des boutiques avaient été retravaillées pour correspondre à la thématique. Il y avait des crieurs, qui au lieu d'utiliser des mégaphones modernes avaient une grosse cloche en fer qu'ils agitaient pour attirer l'attention et vendre leurs produits. La viande séchée  suspendue à des cordes et les peaux de bêtes étendues au sol rendaient l'exposition d'autant plus réaliste. D'ailleurs, les gens aussi, s'étaient prêtés au jeu. Certains poussaient même le bouchon jusqu'à aller incarner un personnage, d'autres avaient simplement quelques accessoires ou accoutrements dans le thème. Entre nobles, chevaliers ou paysans, il y avait beaucoup de variété dans les costumes. Le Phyllali pouvait même voir que la majorité des étudiants de la Pokémon Community étaient aussi déguisés et se fondaient dans la masse.
Oui, la majorité et seulement la majorité, parce qu'il y avait bien une poignée de personnes qui n'en n'avait rien à faire ou n'avait pas voulu s'imposer un accoutrement qui pouvait être vu comme assez ridicule, mine de rien. Ainsi dans cette masse de chevaliers, de nobles et de paysans se mêlaient des hommes en costard cravate, des femmes à hauts talons et autres habits bien modernes du 21ème siècle, donnant donc une drôle d'impression dans l'atmosphère actuelle de la  ville.
Tout comme le jeune homme aux cheveux rouges, d'ailleurs. Puisqu'il n'avait déjà pas eu l'air enthousiaste et que ses recherches n'avaient pas abouties à quelque chose de décent, il ne s'était pas prêté au jeu. Du coup, il portait donc ses vêtements noirs et accessoires habituels, sans rien changer de sa routine, de toute façon habitué à recevoir quelques regards étranges lui étant destiné sur son passage sans en avoir grand chose à faire à l'heure d'aujourd'hui.

Déambulant dans les rues, l'étudiant était seulement sorti pour faire quelques emplettes ici et là, tout en admettant être assez curieux de l'état de la ville ces jours ci. Après tout, la guerre entre A2P et Palladium était toujours d'actualité, surtout depuis la virulente manifestation dont la Pokémon Community avait pu être témoin. Entre des affiches pour les deux partis, des slogans affichés ici et là et des publicités à tout va même sur les réseaux sociaux, les tensions ne semblaient toujours pas apaisées. Raudhr avait d'ailleurs été faire un tour par curiosité sur le site internet d'A2P. Après avoir écouté les deux versions de l'histoire et s'étant renseigné en diagonale, il avait surtout des idéaux qui semblaient bien plus proches d'A2P qu'il ne pouvait le penser. Peut-être était-ce dû à son parcours Ranger et son désir de protéger? Possible. Dans tous les cas, ses opinions restaient confinées à l'intérieur de lui-même, alors qu'il affichait une opinion aussi neutre que variée la plupart du temps en milieu social. De toute façon, il s'était dit qu'il n'avait pas vraiment de raison de se mêler à toute l'histoire, et moins d'ennemis il se fera, mieux il pourra se porter.

Une douce odeur sucrée interrompit le flot des pensées de Raudhr alors qu'il leva la tête, son unique oeil visible en cherchant la source avec intérêt. D'ailleurs, Fyrn, qui jusque là trottinait sagement à ses pieds, s'était également stoppé dans son élan et avait la truffe en l'air. Le chromatique finit par aboyer avant de tourner la tête vers son Dresseur, sans pour autant se remettre en route. Et ça, c'était quelque chose que le Phyllali avait remarqué chez son Caninos noir et rouge. Des souvenirs lui revenaient lors de diverses sorties hors de l'école, où le fougueux type Feu se tapait de nombreux sprints en direction de ce qui attisait sa curiosité. Raudhr ne comptait même plus les foulées qu'il avait dû faire derrière lui pour le rattraper. En tous les cas, c'était sans doute la seule chose qui le maintenait en forme quotidiennement sans qu'il n'ait besoin de faire de sport en dehors des courses entre lui et Fyrn, le Pokémon remplissant largement la dose de lui-même.
Mais Fyrn avait, après de très nombreuses réprimandes et pas mal de bains moussants, enfin réussit à apprendre à canaliser son énergie et à apprendre à obéir aux ordres quand Raudhr lui ordonnait de revenir près de lui et ne pas s'éloigner. Dire que le canin était calme désormais serait tout de même un mensonge, mais il n'était plus aussi fougueux et imprévisible qu'avant. Après tout, le Dresseur et le Caninos avaient tous les deux fait un pacte, où l'étudiant lui avait promis de le faire évoluer lorsqu'il aurait enfin apprit à se contenir. L'heure serait-elle venue..?

Dans tous les cas, Raudhr et Fyrn se dirigèrent vers un stand qui semblait vendre des gourmandises sucrées pour Pokémon et pour humains. Par système de récompense, Raudhr alla donc acheter ces petites boules colorées au parfum prononcé et en donna quelques unes à son chromatique, qui les avala goulûment. Il en garda quelques unes dans la main pour lui-même et mit le reste de côté pour le reste de son équipe, restés dans leur Pokéball pour aujourd'hui. Se faufilant hors de la foule, il prit le chemin d'une ruelle un peu plus déserte et se hissa en haut d'un toit, pas particulièrement plus haut que les autres, là où le bruit de la foule et des crieurs était bien moins présent. Comme à son habitude, il resta là, assis sur le rebord, à observer le mouvement de foule de loin en compagnie de son chien de feu.

_________________

______
Code RP créé par Ginji, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
 Coordinateur Novice
avatar
Coordinateur Novice
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 20
Jetons : 609
Points d'Expériences : 354

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 25 Juin - 19:26


‘’Alors, on a les pages de membres...le règlement...les vidéos...Mais c’pas vrai, y’a pas de zone ‘’Contacts’’ ou quoi ?!’’


On ne peut pas en vouloir à notre petite Pyroli pour son agacement : impossible de mettre la main sur une simple adresse mail, tandis que la jeune fille épluche les pages du site principal de l’association A2P une à une. Pourtant, elle se devait d’envoyer un message clair et net, directement à Mme Vega. Les événements survenus lors de son passage au Festival des Pokémons avec Ana ne devaient pas retomber dans l’oubli, la responsable de l’association devait être informé des actes irresponsables de ses membres! Des explosifs militaires pour un feu d’artifice, ils avaient complètement pété les plombs !
Ayant rédigé son message à l’avance, Calua profitait d’un bref instant de répit dans son emploi du temps pour tenter de l’envoyer, mais il semblerait que la tâche soit plus aisé à prévoir qu’à exécuter. Pour ne rien arranger, elle avait promis à Ash qu’elle et son équipe feraient un tour au festival historique de Lansat : la Ouisticram ne ratait jamais une bonne occasion de faire la fête et vu l’état quelque peu morose de sa dresseuse depuis quelques semaines, Apollo avait largement soutenu sa camarade de type Feu. Rien d’étonnant donc à ce que le Coxy se place d’autorité derrière la jeune fille pour la pousser vers son paravent, afin qu’elle se change pour l’occasion.

‘’C’est bon , c’est bon , Pollo ! Donne-moi deux minutes !’’

Trente minutes plus tard, donc, la Pyroli ressortit enfin de sa séance d’essayage, pour révéler un choix parfaitement logique, en apparence : un simple kimono bleutée, parsemée de camélias et la natte retenu par une longue épingle en bois, elle avait tout d’une geisha Johtoïte. Sauf qu’on ne la faisait pas à son starter : cette tenue, elle l’avait déjà portée au Nouvel An. Dans son état normal, jamais Calua n’aurait remis un ensemble déjà utilisée, sans y apporter une modification, si mineure soit-elle. Avant de quitter la pièce, la jeune fille se figea même face à la chaise qui supportait son sac à malice...avant de s’en détourner pour franchir le seuil d’un pas rapide.
Voletant sur ses talons, le Coxy ne put s’empêcher d’échanger un regard lourd de sens avec Amaya : Calua était souriante et pourtant, ce n’était plus la même magie qui pétillait dans ses yeux. Mais que pouvait-il y faire ?

*******************

Elle avait du mal/ Tout autour d’elle, les gens criaient, dansaient, jouaient d’une multitude d'instrument. Ash avait déjà fait son stock de gourmandises qu’elle dégustait au gré des animations. Mais malgré tout ça, le sourire de la Pyroli était crispé : partout autour d’elle, tout ce qu’elle pouvait apercevoir lui criait de participer, d’être l’une des artistes qui écumait les rues. pas de simplement regarder et apprécier comme une spectateur lambda.
Mais à chaque fois qu’une idée jaillissait pour exploiter l’ambiance alentours, la foule semblait se resserrer sur elle, la laissant le souffle court. prenant garde à ne pas laisser la panique la submerger cette fois-ci, la jeune fille ne put donc esquiver le choc avec l’un des participants !

‘’Ourgh...Tention, ma p’tite, tu devrais regarder devant toi !’’

‘’...pardon.’’

Sa victime ne semblait pas tant gênée par le choc, vu le sourire qu'affiche ce solide gaillard vêtu d’un short de marin et d’un bandeau pour seul vêtements. Un anneau d’or à l’oreille et un sac de toile retenu dans le dos, il devait incarner l’un des premiers colons arrivés en bateau. Un Capumain sur l’épaule, il se pencha brièvement pour effleurer une mèche de la jeune fille, qui ne put retenir un geste de recul. Derrière elle, Pollo se tenait prêt à intervenir (Comprendre par là, ‘’avait déjà le Mach punch paré et n’attendait qu’une excuse pour lui faire voir des étoiles’’).

‘’Te bile pas, je voulais juste voir si tu t’étais fait mal. A plus, la d’moiselle et regarde devant toi !’’

Et sans plus de cérémonies, voilà son interlocuteur répartis dans la foule. Respirant à pleins poumons, le souffle court, Calua sentit la tension qui l’habitait redescendre doucement...Elle était ridicule. Chaque personne qui l’entourait ne pouvait pas être une menace et pourtant, elle continuait de réagir comme si elle était en danger. Elle qui, en temps normal, se serait simplement promené dans la foule sans même penser à sa destination...Sa magie était bel et bien partie.
Par réflexe, elle porta la main à son foulard, espérant dissiper les derniers reliquats de la peur qui lui avait serré le coeur...pour que cette dernière se referme sur le vide ! Disparu son écharpe rouge, savamment noué ! Pivotant sur elle-même si vite qu’elle manqua de percuter Apollo, la jeune fille sentait déjà les larmes lui monter aux yeux : elle n’avait pas pu le perdre comme ça, elle devait le retrouver, elle..

‘’Xyyyyyyyyy !’’

Relevant la tête, les yeux humides, Calua découvrit une silhouette familière, l’air particulièrement intrigué face à elle : un Coxy furibond dans le dos, le marin qu’elle avait percuté se tenait devant la jeune fille, tandis que son Capumain lui tendait , tout penaud,...son foulard !

‘’Mes excuses, c’est comme un jeu pour ce gredin de Long John. Il pique tout ce qui lui tombe sous la patte et après, c’moi qui doit réparer les pots cassés. Faut pas te mettre dans des états pareils, petite, ça va aller.
Allez, viens, j’vais pas te laisser comme ça !’’


Malgré ses balbutiement, Calua accepta le mouchoir qu’on lui tendait, avant de renifler brusquement. Une part d’elle-même se sentait incroyablement ridicule et se laissa entraîner vers le spectacle des Geishas par le jeune homme, qui régale toute sa petite troupe de glaces à son compte. Mais d’un autre côté, elle ne pouvait s’empêcher de se repasser la scène en boucle : à quel moment le Capumain avait-il pu...Quand son maître lui avait touché les cheveux. Un méthode hyper classique pour les prestidigitateurs  (et les pickpockets) mais qui produisait toujours son petit effet sur le public qui en était victime. Elle s’était complètement laissée prendre...et pourtant, juste en y repensant, il avait quelque chose qui lui avait plus dans l’expérience. À présent, elle savait qu’elle avait été manipulé et pourtant, aucune colère ne venait troubler sa vision, juste...de l’admiration pour celui qui avait réussi un tel tour de force.
Tout en lapant sa glace à la baie Remu, Calua ne pouvait s’empêcher de jeter des coups d’oeils discrets en direction du Capumain...Et si c’était ça...juste ça qu’elle cherchait ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14
Niveau : 59
Jetons : 1236
Points d'Expériences : 1795

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 25 Juin - 19:59

‘’Hmmmm’’

‘’...’’

‘’Non, c’est trop risqué...Quoi que…’’

‘’Bouée.’’

‘’Je sais, Katara, mais si je fais une erreur ? Tu imagines les conséquences ?’’

‘’....*facepalm*’’

‘’C’est trop important pour que je me précipite, ok ?!’’

Comment peut-elle rouler des yeux comme ça, à une heure aussi grave ? je veux dire, c’est quand même un choix cornélien : est-ce que je prends les gaufres à la confiture de baie, ou que je craque pour un ensemble de pâtisserie de Johto ? Pourquoi est-ce qu’il a fallu que j’oublie mon sac avant de partir, j’ai tout juste assez d’argent pour prendre UNE SEULE des deux spécialités, vous imaginez l’horreur ? Bon, ok, j’ai déjà dépensé tout ce que j’avais en surplus avant de venir à ce stand, mais il parait que ce sont les meilleures spécialités de tout le festival ! Non, je dois choisir ju-di-cieu-se-ment !
Cette petite pause n’a pas l’air de déranger Link, au moins : je suis vachement fier de lui, malgré le brouhaha ambiant et la foule, le Riolu n’a essayé de se planquer sous un étal que cinq fois depuis notre arrivée et semble plus serein que d’habitude (en tout cas, il ne m’a pas encore envoyé en PLS dans un coin). Quand à Katara...Si l’on met de côté son agacement devant mon indécision, la Mustebouée profite honteusement de son jour de congé. Comme à l’accoutumée, elle s’est posé sur mon épaule dépourvue de Capstick pour profiter de son point de vue préféré (et des caresses qui l’accompagne). Sauf que si on reste là encore cinq minutes, on risque de rater les animations prévues et ça, c’est hors de question !

‘’Aaaaah nooooon ! Pitié Katara, encore une minute, j’vais réussir, je vais...Sniff’’

Impossible de traiter avec la type Eau, elle restera catégorique : tant pis pour mon achat, il faut rejoindre le port avant que tout le programme nous passe sous le nez. Faisant signe à lInk de nous suivre, je pivote donc tristement en direction de la rue principale, avant de remonter cette dernière en courant : c’pas des plus pratique de courir avec ce plastron en cuir, mais c’était le seul truc que j’ai pu trouver qui me semblait assez classe. Avec les bottes assortis et un toque en fourrure sur la tête, ça fait un peu Ranger dans l’ancien temps, j’aime bien (même si ça tient chaud, ce truc).
Alors, voyons un peu ce qu’ils ont prévu pour le port de Lansat...WOW !

‘’...Katara, on y va, faut que je participe à ça !’’

Apparemment, les dockers ont organisés une sorte de régate maison, en exploitant les grande barque reconstituée pour l’occasion : par groupes de deux, les participants de la longue file d’attente grimpent ainsi sur les plateforme aménagés à l’avant de chaque embarcation, muni d’une sorte de gros bâton renforcé aux extrémités par de la laine solidement fixée. De ce que je vois, le but est de faire tomber son adversaire à l’eau...Ça a pas l’air trop violent vu d’ici et c’est rigolo, vendu !
Quelques minutes plus tard, malgré la gêne causée par mon plastron, je me retrouve ainsi paré de ma propre arme, tandis que mon pilote guide notre embarcation vers le centre de la baie, face aux quais. Les spectateur peuvent déjà admirer quatre autres combats, mais là, c’mon tour alors ouvrez bien les yeux !

‘’C’est une blague ?’’

...Non monsieur. C’est totalement sérieux. je fais peut-être la moitié de votre taille et je n’ai pas une tenue aussi...Heartnetienne, voila (Ce chapeau à plumes est parfaitement ridicule en plus), mais j’ai autant de chances de gagner que vous ! Alors, maintenant, on attends le signal...Trois, deux, un...AYAH !

*Tumb*

‘’A mon tour !’’


*SBAF*

Ok, peut-être pas, en fait. Même quand je parviens à le frapper sur le côté, il est trop stable pour que je l’envoie à la flotte ! Par contre, lui ne se prive pas pour me lancer une multitude de frappes en direction de la tête et si j’étai pas entraîné aux coups rapprochés (On dit merci Lucki), j’aurais déjà fini à la flotte. Il va bien finir par se fatiguer et à ce moment-là, je pourrais profiter de l’occasion pour contrer. ou en tout cas, c’est ce que j’aurais fait, si un brusque tiraillement ne m’avait pas poussé à jeter un coup d’oeil derrière moi !

‘’Link...Qu’est-ce que tu fab...Oh !’’

Désorienté par la sensation bizarre qui m’envahissait, j’ai réagi un chouia trop tard et cette fois, la frappe de mon adversaire frappe au but : déséquilibré, je tente de me caler avec ma propre arme, avant de basculer sur le côté, droit dans les eaux du port ! C’est pas juste, j’étais distrait, je veux une revanche ! je sais que tu voulais aider Link, mais c'était pas vraiment le moment. Et en plus, l’autre andouille en profite honteusement pour se foutre de moi !

‘’Alors manant, tu sais dorénavant où est ta place ? Nage donc, gueux, que je ne te revois en ce lieu !’’

‘’Pas la peine d’en rajouter, j’ai perdu, c’est bon...Katara, un petit coup de main ? Katara...Tu fais quoi, là ?’’

J’aimerais bien savoir ce qu’elle fabrique : plutôt que de me tendre la patte ou la queue pour que je me hisse à bord, la Mustebouée a le regard fixé sur mon adversaire. Tandis que je rejoins le bord de la barque, la type Eau secoue brusquement la tête, avant d’avancer tranquillement vers mon bâton, tombé sur le plancher de l’embarcation. Saisissant cette dernière entre ces deux queues, ma partenaire grimpe ensuite d’un bond sur la plateforme, adoptant une position de combat. Et après un bref instant de flottement, c’est un tonnerre de rire émanant des quais, de la barque adverse et même de notre propre pilote qui vient accueillir son initiative.
Hilare, mon adversaire lève tout de même son propre bâton, en une parodie de posture d’attaque.

‘’Oulah, nous avons une nouvelle concurrente ! Allez Milady, puisque vous désirez tant participez, je vous fais une fleur : vous pouvez porter le premier coup.’’

‘’Katara, descends de là tout de suite !’’

Qu’elle finisse à l’eau, ça ne devrait pas lui poser de problème, mais si ce type la frappe de toute ses forces, elle va le sentir passer. Pourtant, malgré mon intervention, la Mustebouée continue de fixer son adversaire, comme si elle méditait sur ses paroles. Relevant sa masse, elle se mit à démarrer un lent mouvement de balancier avec cette dernière, comme si elle cherchait son équilibre. La garde grande ouverte, le dandy continuait de la fixer en souriant largement, non sans quelques regards entendus à la foule qui continuait de rire.

‘’...HUMPF !’’


*SBAAAAAF*

Avec un grondement plus puissant que ce que devrait pouvoir produire une petite loutre de son acabit, Katara exécuta un tour complet sur elle-même, les queues tendues, pour venir cueillir son adversaire en plein sur le flanc. Tandis que ce dernier, surpris, tentait tant bien que mal de maintenir son équilibre et relevait son arme pour parer sa prochaine attaque, la type Eau enchaîna directement avec une frappe verticale...qu’elle abandonna pile au niveau de la garde adverse pour venir remonter son arme, droit dans son menton ! Propulsé en arrière, le pauvre homme s’étala de tout son long par-dessus la barque, avant de finir dans l’eau, tandis que les rires laissaient rapidement place à un tonnerre d’applaudissements ! Soulevé par le premier impact, son ''sublime chapeau'' à plumes vint ainsi voler dans notre direction, avant que la type Eau ne s'en empare, pour s'en coiffer immédiatement. Alors, celle-là, je ne l’avais pas vu venir !

‘’Bien joué, Katara ! Bon, maintenant, on peut...Euh...Quoi ?’’

Attends, pourquoi elle me montre l’autre bateau de la patte. Et pourquoi elle me désigne avant de recommencer ? Et surtout, pourquoi son regard me terrorise autant, alors qu’elle est morte de rire ?

‘’Oh non...Non non non non non !’’

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1855

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 25 Juin - 21:15




Commémoration collonialiste
Avec ma brosse à cheveux, je démêle les derniers nœuds dans ma tignasse tout en jetant un œil à la tenue étalée sur mon lit. Aujourd’hui commence le festival qui fête le tricentenaire de la colonisation de Lansat. Le site internet de la ville n’a pas arrêté de faire de la promo pour cet événement qu’elle a l’air de préparer avec sérieux. De quoi détendre l’atmosphère malgré le cadre quelque peu tendu de ses derniers temps sur l’ile. Pas que je sois forcement fan de tout ce qu’on fait les colonialistes mais il faut reconnaitre que sans eux je n’en serais certainement pas là, enfin je crois. Donc j’ai décidé de participer quand même aux festivités. Et puis Ariania était tellement emballée de pouvoir sortir son nouveau costume de Fouinette que je n’ai pas pu me résigner à lui dire que je ne voulais pas me rendre à cette fête. Me voilà donc en train de finir les derniers détails de ma coupe de cheveux avant d’enfiler mon costume. Je resserre une dernières fois les mèches de ma tresse plaquée puis saisis ma tenue par le bout des doigts.

C’est une robe longue rouge bordeaux très simple à première vue. Mais en plus de cela, une cagoule y est accrochée. Une fois le costume enfilé, on ne distingue plus que mon visage tellement ma tenue est longue et couvre l’ensemble du corps. Minutieusement, je sors de mon placard un masque en forme de visage de corbeau, de quoi ajouter du lugubre à l’ensemble. En vérité il s’agit d’un costume de médecin de la peste. Les médecins de l’époque, pour pouvoir soigner les malades, devaient se protéger intégralement pour ne pas à leur tour contracter la maladie particulièrement féroce et meurtrière. Après avoir bien fixé le masque de corbeau sur mon visage, j’enfile mes gants noirs et quitte la pièce en compagnie d’Isis, pokemon suffisamment mystique pour correspondre au personnage que j’incarne aujourd’hui. Je sais que normalement il y a également un chapeau ainsi qu’une cape mais finalement j’ai préféré ne pas les prendre. Le rendu sans me paraissait mieux et plus simple.

Même si je ne vois pas très bien avec ce long masque, je devine les regards des élèves sur moi. Beaucoup d’entre eux sont déguisés aussi donc il n’y a rien de personnel, quoi que ça reste très amusant. En suivant d’autres de mes camarades, je finis par rejoindre le lieu des festivités. La ville s’est complètement transformée, nous faisant faire un bon dans le temps. Plus personne ne porte ses habits de ville classique. Tout le monde a fait le choix de jouer le jeu en portant des vêtements d’époque, tantôt simple pour représenter la classe moyenne, tantôt plus compliqué pour représenter la noblesse. Cette diversité était très amusante à voir. Comme dans le temps, les échoppes ne s’installent plus à l’intérieur mais devant les bâtiments pour être plus proches des gens. Certains se prêtent au jeu et remplissent leur panier de divers fruits légumes et même baies.

De mon côté j’avance un peu plus loin pour jeter un œil à ce stand visiblement spécialisé dans les herbes diverses. Comme je ne peux pas m’en empêcher, je me mets à toutes les observer pour en conserver seulement quelques-unes, soit parce que je n’en ais presque plus, soit parce que je n’en ais pas encore en ma possession. Avec un sourire que mon interlocuteur ne voit pas, je lui tends ce que je veux ainsi que les quelques jetons nécessaires pour qu’il me les attache avec une petite ficelle. Il me les rend ensuite de manière presque craintive, comme pour jouer le jeu. C’est vrai que le médecin de la peste était une figure crainte à l’époque, du fait qu’il s’agissait des seuls capables de traiter au minimum l’épidémie. Le masque de corbeau n’est pas sans le rappeler. J’incline tout de même doucement la tête avant de continuer ma route.

En chemin je croise de nombreux stands proposants des activités de reconstitution, dont des duels au sabre. Rien de méchant à première vue, jusqu’au moment où je vois un grand brin s’écrouler au sol après avoir reçu un coup d’épée dans les côtés. Mais attends ça ne serait pas Sirius ?! Sans trop réfléchir, je m’élance à grands pas en direction de la où il est emmené sur une civière de fortune. On dirait une tente faite pour soigner les blesser. Je rentre violemment à l’intérieur, surprenant les quelques personnes présentes à l’intérieur. Eux aussi s’étaient déguisés en médecin, mais normaux cette fois. Leur regard se pose sur moi, enfin plutôt sur mon masque pendant que je leur demande inquiète.

Excusez-moi de venir ici sans demander mais je crois qu’un ami a moi a été emmené ici. Un grand brun déguisé en mousquetaire.

Oui il est là-bas


Effectivement il était bien allongé dans un de ces lits de fortune, inconscient, dans ce qui semble être l’infirmerie du festival. Je m’approche de lui et remarque qu’on lui a mit de la glace au niveau des côtés, là où il s’est pris le coup d’épée. Je me permets de l’enlever un instant le temps de passer mes doigts sur la zone en question. Je grimace. Il a l’air d’avoir une côte cassée. Décidément il ne peut pas s’en empêcher. Le médecin revient vers moi avec un sourire.

Il n’a rien de grave ne vous inquiétez pas, juste un peu sonné. Une ambulance ne devrait pas trop tarder pour le ramener à l’hôpital.

Merci beaucoup

D’un seul coup la tente s’agite beaucoup plus. Trois types sont rentrés, dont deux couvert de sang en train de se jeter des regards noirs. Le dernier soupire avant de venir vers son collègue et moi.

Ils se sont défiés au lancer de couteau et ça a un peu dégénéré. A première vue pas de plaie mal placée juste beaucoup de sang, je ne sais pas par quel miracle d’ailleurs mais toujours est-il qu’il va falloir les recoudre et vite avant qu’ils s’entretuent.


Ça marche je m’en occupe.

Je peux vous aider ? Je suis médecin à l’académie de Lansat, je peux faire des points de suture sans trop de problèmes.


J’admets qu’un peu d’aide ne serait pas de refus. La trousse est là-bas, prends-en une et on s’y met.

Sur ses consignes je vais récupérer la fameuse trousse de soin rudimentaire et m’installe sur l’une des chaises. Je retire mes gants et mon masque pour plus de confort et commence à m’appliquer pour les sutures. Les deux, même si au début ne faisaient que de s’agiter, ont fini par se calmer visiblement atteint par le manque de sang dans leur corps. Avec l’autre médecin, nous avons passé une bonne heure à discuter de ce que je faisais à l’académie, du festival et de mon costume. Finalement ma présence ici n’aura pas été inutile puisqu’un homme repart avec de superbes sutures.



©️BBDragon

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 66
Jetons : 3982
Points d'Expériences : 3184

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 25 Juin - 21:53

Ginji Labelvi
      rp commun



« Commémoration colonialiste »


Aaaaah ! J’ignorais que Lansat avait un passé historique !

Et pourtant, cela fait un moment que je suis présent sur cette île. Quatre ans seulement, certes, mais… Elle n’est pas si grande que ça, et j’ai vite appris à connaître ses recoins ! Mais du coup, au niveau de sa culture… De ce que je sache, il n’y a pas vraiment d’aliment régional, et à l’exception des Ruines Jirachi, aucun monument culturel !

Alors je vous laisse deviner ma surprise lorsque j’ai réalisé qu’une fête était organisée pour fêter la découverte de l’île. Tout le monde en parle ! Même A2P, mais peut-être pas pour les bonnes raisons… J’ai vu passer sur leur site Internet un débat sur la légitimité de célébrer un événement marquant la domestication et la possession d’un territoire jusqu’alors exclusivement réservé aux Pokémon, mais je ne m’y suis pas intéressé plus que ça. Il y a certes eu des problèmes avec un clan de Miaouss et de Persian, mais du peu que j’ai compris, rien qui ne s’est terminé en un bain sanglant et dévastateur… Donc au final, la découverte de cette île a surtout permis à des hommes et des Pokémon de venir par la suite cohabiter ici-même, et par la force des choses, la création de la Pokémon Community ! Et juste pour ça, je pense que cette fête mérite d’avoir lieu.

Bon par contre, la tenue de paysan, c’était obligé ? Désolé Andreas, je vous aime bien, mais je refuse de prendre cette fourche et de me mettre une casserole sur la tête ! Et puis, vous êtes bien sûr de la fiabilité d’une telle tradition historique… ?

Remarquez, je préfère mon vieux t-shirt en tissu épais et ce pantalon troué aux tenues extravagantes que portent certains. Cela serait bien trop exubérant et précieux pour moi ! Et de toute façon, tout le monde mon considère déjà comme un simple campagnard vivant dans la gadoue et le fumier… Alors au point où j’en suis…

J’ai vu sur une brochure qu’il y avait un spectacle organisé par les geishas de l’île. Cela peut être chouette ! Et je dois bien trouver quelque chose à faire en même temps que ma dégustation de ce casse-dalle d’époque… C’est vrai que ce n’est pas le repas du siècle, mais… Si j’ai une solution potentielle pour calmer ma faim incommensurable, je prends !

Je prends donc place dans le public, comme beaucoup d’autres visiteurs, en attente du début de la représentation. Spark, Euphie, Arlo et Aegta sont tous les quatre là, appréciant ce genre de spectacle artistique. C’est un peu bizarre pour certaines personnes de voir une tondeuse posée au milieu des places spectateurs, mais… Mon Motisma l’aime beaucoup ! Et il n’a pas forcément envie de la quitter.

Je suis curieux de savoir en quoi va consister la pièce de théâtre. J’aimerai bien voir quelque chose de similaire à ce que nous avaient montré les sœurs Kimonos, à Haru et moi, mais je crois que ce n’est pas tout à fait le même genre… J’aurai bien aimé que Sakura vienne, d’ailleurs ! Ca aurait été cool de la revoir, elle et son Voltali… D’autant que j’ai une revanche sur elle à prendre ! Et que je dois encore la remercier de m’avoir informé du stage proposé par Inezia. Même si ça a fini sur un plateau télé, certes.

Et alors que je me préparais à (chose incongrue) passer des festivités tout à fait banales, quelqu’un vient brusquement fendre la foule pour m’apostropher. Je relève la tête de mon casse-dalle pour faire face à une femme geisha, qui me salue en m’appelant par mon prénom. Je fronce les sourcils, et la regarde avec un air quelque peu étonné… On est censés se connaître ? Non pas que cet imposant kimono et tout se maquillage m’empêche de cerner quelques traits familiers, mais…

Ah ! C’est Erika ! La femme contre qui j’ai concouru durant un cours de cuisine de la Johto Event, et chez qui j’ai atterri lors du mystérieux échange nocturne du premier Avril… Si elle n’avait pas fini par se présenter, j’aurai eu bien du mal à la reconnaître. Par contre, sa question me prend un peu de court… Si je possède un Voltali ? Euh… Je hoche la tête, en attente d’un développement quelconque, qui ne tarde pas à arriver.

Je finis donc d’avaler mon repas pendant qu’elle m’explique que son Voltali acteur est actuellement blessé, et qu’en attente de sa prise en charge par le médecin, Erika a besoin d’un autre Voltali pour jouer les doublures lors de la première scène. Et si je comprends bien, elle voudrait que… Shy s’occupe de faire cette fameuse première scène ?!

Alors que je finissais tout juste de manger, je manque de m’étouffer. Shy, sur scène devant tout un public ?! J’ai besoin de plusieurs secondes pour retrouver mon souffle, et libérer mes voies respiratoires, pour enfin pouvoir prendre la parole.

« -Bah… Euh … Môa je veux bien, mais c’est que… Comment dire… ? »

Je me gratte l’arrière de la tête, gêné. C’est volontiers que je viendrai en aide à Erika (après tout elle m’a hébergé à son insu), mais je doute que Shy soit de cet avis ! Ne sachant trop que faire, je coule un regard en direction de compagnons, qui observent notre échange sans trop s’impliquer. Euphie semble aux aguets, observant les alentours pour sans doute vérifier la présence de la Pikachu d’Erika, Arlo ne paraît pas trop comprendre la situation, Aegta n’en a pas grand-chose à faire et Spark me fixe avec un air assuré. Je maintiens son regard, et y comprends sa volonté de pousser Shy à sortir de sa timidité maladive. Je reste toutefois un peu réticent, et lâche finalement un soupir, avant de me lever.

« -Je vais demander au principal concerné, d’accord ? Je reviens ! »

Et je m’écarte de la foule avec mon sac et mes Pokéballs, laissant Erika seule avec mes compagnons. Déjà que je m’apprête à lui demander de se mettre en spectacle devant une centaine de personnes, si en plus je le fais au milieu de la foule… Une fois que je suis à l’écart, et loin de la masse grouillante de spectateurs, j’attrape l’Electrik ball de Shy et l’en fais sortir. Méfiant, le Voltali atterrit au sol, et regarde autour de lui pour vérifier l’absence de menace imminente. Je viens m’accroupir devant lui, et passe ma main dans son pelage.

« -Salut, mon grand. J’ai… Besoin de ton aide.  »

D’un mouvement du menton, je lui indique la scène, plus loin.

« -Tu vois l’estrade, là-bas ? Des humains doivent y monter pour raconter une histoire à tous les autres humains et les Pokémon assis devant. Et ils ont besoin d’un Voltali à côté d’eux pour quelques minutes... »

Je sens aussitôt les muscles de mon compagnon se tendre. Avec appréhension, Shy observe la-dite scène, alors que je continue de le caresser avec douceur.

« -Oui, je sais. Tu as peur de la foule… Et voir beaucoup de monde te met mal à l’aise. Mais justement… Je pense que cela serait bien pour toi d’essayer. Tu es gentil, Shy, et je suis certain que tu pourrais facilement devenir ami avec d’autres personnes si tu arrivais à outrepasser ta crainte de l’inconnu…  » je penche la tête sur le côté, et lui souris « Un peu comme tu as su le faire avec moi, tu vois ? »

Il détourne son regard de la scène, et plonge ses yeux droits dans les miens. Il pousse un petit cri, à mi-chemin entre la peur et l’interrogation, auquel je tente de répondre du mieux que je peux.

« -Tant que je serai dans les parages, sache que tu seras toujours en sécurité. En tout cas, je ferai toujours mon maximum pour que jamais il ne t’arrive malheur…. Alors, simplement, détends-toi. Vas-y, monte sur scène, et… Tente de regarder tous ces gens qui n’attendent que te connaître. Et montre leur le merveilleux Voltali que tu es. D’accord ? »

Shy reste parfaitement immobile, le regard perdu dans le vide. Il médite pendant un moment sur ces paroles, avant de, fébrilement, acquiescer. Je souris, et étreinte chaleureusement le Pokémon, fier.

« -C’est bien, Shy. C’est important d’essayer. Au moins essayer. »

Je me relève, et invite mon compagnon à me suivre. Toujours aussi timide, il se cache dans mes jambes au moment de fendre la foule, jusqu’à ce que nous rejoignons Erika, toujours à notre place. Shy observe, mal à l’aise, cette dame à qui je le présente, planqué derrière mes pieds.

« -Voici Shy. Mais tu l’auras compris au surnom… Et à l’attitude… Mais il est extrêmement timide. Et un peu froussard… Mais il est gentil et obéissant, ne t’inquiètes pas. Si je me tiens à proximité dans les coulisses et qu’aucun incident ne survient, ça devrait aller, je suppose ?  »

Cela paraît convenir à Erika. La geisha nous emmène aussitôt de l’autre côté du rideau, et je laisse mes Pokémon observer le spectacle depuis le public. Ah, moi qui pensais pouvoir passer des festivités sans trop me prendre la tête… M’enfin ! Si je peux aider Shy à vaincre sa timidité maladive, et au passage venir en aide à Erika, c’est volontiers.

Nous arrivons en coulisse, où nous rejoignons une femme vêtue élégamment et son Voltali, couché piteusement dans un panier. Erika vient le caresser avec douceur, et nous présente mutuellement. L’actrice s’appelle ainsi Komomo, et son partenaire Open… C’est noté ! N’ayant pas eu à me présenter, je me contente d’incliner la tête en guise de salutation, puis me remémorant subitement les remontrances de la Pikachu d’Erika, rectifie mon geste pour le transformer en révérence. Bon sang, je me laisse vraiment dicter ma conduite par le Pokémon d’un autre dresseur… ?

Erika se relève, et déclare nous laisser seuls pour nous permettre d’apprendre notre rôle dans cette histoire. En passant, elle pose sa main sur mon épaule, et sans crier garde, vient poser un bisou sur ma joue. Je me tends presque immédiatement et mon visage vire au rouge, n’étant pas du tout prêt pour une aussi subite marque d’affection, tandis qu’elle s’éloigne et quitte la loge. Un peu gêné, je la regarde partir, et viens timidement me frotter la joue, encore déstabilisé par le geste. Mais je dois bien vite reprendre mes esprits puisque Komomo s’approche pour observer mon Voltali, et vérifier que celui-ci puisse bien faire office de doublure.

D’après ses dires, le travail de mon Pokémon sera loin d’être titanesque. Il devra se contenter de rester parfaitement immobile pendant les échanges des deux héros, et simplement recevoir une caresse à la fin de la scène… Hum, ça devrait aller, non ? Rester immobile dans un coin, ça il sait faire, et les caresses… Il suffit d’être délicat et pas trop brusque. Cela tombe bien, Komomo ne paraît pas du genre brutasse, et Shy a déjà l’occasion de faire connaissance avec elle… Même s’il ne la connaît pas, il peut déjà mémoriser son odeur et s’y accoutumer, ainsi que prendre conscience de sa délicatesse. Cela devrait faciliter les choses…

Erika finit par revenir, ramenant avec elle un autre adolescent. Une rousse, dont le visage m’évoque vaguement quelque chose. On a déjà dû se croiser à l’académie, je suppose… ? Apparemment, il s’agit du Médecin venue prendre en charge la blessure d’Open. J’espère qu’elle saura le guérir avant le retour du Voltali de l’héroïne sur scène. Shy n’a pas signé pour des apparitions répétées, mais une seule figuration au début du spectacle…

La geisha repart presque immédiatement. Erika a l’air vraiment occupée par son travail… C’est quoi au juste, d’ailleurs ? C’est une sorte d’organisatrice événementielle ? D’abord le Johto Event, ensuite ce théâtre… Je crois que j’ai vaguement entendu une histoire selon laquelle elle serait une star en fuite, ou un truc dans le genre, mais je n’ai pas tout saisi. En tout cas, j’espère que ce qu’elle fait actuellement lui plaît, parce que ça n’a pas l’air de tout repos.

En parlant de repos, je crois que Komomo va avoir besoin de s’allonger un petit instant. Je n’ai rien suivi puisque j’avais le regard tourné en direction d’Erika, mais l’actrice vient brusquement de s’évanouir après un échange avec la rouquine. Shy vient aussitôt se planquer derrière mes jambes, et je souhaite m’avancer pour m’enquérir de la situation, mais la pseudo-doctoresse paraît gérer la situation, et aide Komomo à revenir à elle presque immédiatement. D’après elle, son Voltali n’a pas besoin d’une opération chirurgicale quelconque, ce qui a pour effet d’aussitôt rassurer la demoiselle… Aaaaah, on est bien loin de la force de caractère de Sakura. Elle sait y faire avec son Voltali, c’est sûr ! Si elle avait été là, peut-être n’y aurait-il pas eu besoin de faire autant de remue-ménage pour le bon déroulement du spectacle…

Komomo finit par s’éloigner pour monter sur scène, Shy à ses côtés, et je me contente donc d’observer les gens s’affairer autour sans faire de vague. Je ne me sens pas vraiment à ma place, ici… Mes yeux finissent par dévier jusqu’à Open, dont la patte endolorie avait été recouverte d’une légère glace, sans doute pour atténuer la douleur. L’adolescente alors à sa charge se tourne brusquement vers moi, et avec une tournure peu aimable, me demande si je ne peux pas lui venir en aide plutôt que de rester les bras croisés à ne rien faire. Un peu gêné, je m’approche par pure obéissance, et viens observer le Voltali de plus près.

« -O-oui, bien sûr ! Mais euh, je ne suis pas vraiment Médecin, je ne vois pas trop ce que je pourrai faire... »

Je m’accroupis à côté d’elle. Les sourcils froncés, j’attends qu’elle me donne une directive quelconque, mais relève avant cela un certain détail sur la patte d’Open…

« -Il faut faire attention aux aiguilles sur sa patte blessée. Lorsqu’un Voltali est tendu, elles ont tendance à se dresser et peuvent entraver les soins, voire même aggraver les blessures dans certains cas... » j’entreprends de délicatement masser la base du cou du Pokémon pour l’aider à se détendre « Laisse toi faire mon grand, on est là pour s’occuper de toi. Ta dresseuse va bien, elle était juste inquiète, et le spectacle va pouvoir se dérouler sans accroc grâce à Shy... Donc ne sois pas si anxieux, d’accord ? »

Rassurer des Voltali en piteux état, je commence à avoir l’habitude… Heureusement, ma camarade doctoresse parvient à prendre en charge la patte, et à appliquer les soins apparemment nécessaires. Je ne sais pas pourquoi, mais l’attitude un peu cinglante de cette fille ne m’aide pas à me mettre en confiance… Mais il va bien falloir se fier à son jugement, elle est sans doute mieux placée que moi pour juger.

Je l’espère, en tout cas.

Le travail terminé, la rousse va donner les dernières directives à Komomo, de retour du premier acte, pendant que je reste auprès d’Open. Shy vient me rejoindre au quart de tour et se planquer derrière moi, tout tremblant… Apparemment, il a eu très peur ! Mais je me hâte de le féliciter, et même Open lui lance quelques cris de réconfort, sans doute conscient de la difficulté d’une première scène. Je jette un coup d’oeil en direction de la sortie, et remarque que l’adolescente est déjà partie, sans demander son reste. Je pensais qu’au moins elle se présenterait, avant de partir…

Maintenant que tout ceci est fait, nous pouvons quitter les coulisses pour regagner le public. J’ai loupé le premier acte, mais je compte bien regarder les suivants ! Dommage que je n’ai pas pu observer la prestation de Shy…

Une prochaine fois, peut-être ?

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Puis euh, ça a déraillé. »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 5
Jetons : 1229
Points d'Expériences : 198

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 25 Juin - 22:31



Commémoration colonialiste
Ranya continuait de griffonner inlassablement de nombreux croquis de Magearna en fonction des images qu’elle arrivait à récupérer sur le site de Palladium tout en écoutant de la musique. Aujourd’hui était une journée sans cours, donc sans prise de tête. Elle n’avait plus qu’à s’adonner à ses activités habituelles, à savoir la peinture et le dessin. La première option était déjà arrivée à son terme puisque la couche de peinture au plafond devait sécher pour que la blonde puisse passer à l’étape suivante. Ce projet de nuage de zarbi sur le plafond de sa chambre est très ambitieux et demande beaucoup de patience et de temps pour le réaliser de la manière la plus fidèle possible. Les nombreuses couches de nuages mêlées aux divers pokemons demandent de la précision, en plus d’une certaine souplesse. Si la danseuse reste trop longtemps perchée sur son tabouret c’est le torticolis assuré. En fin bref la voilà donc à dessiner Magearna au crayon de papier sous tous les angles dans son carnet à croquis. Même si la jeune fille a commencé à se faire remarquer par l’entreprise, c’est encore loin d’être suffisant pour pouvoir interagir directement avec les équipes de recherche. Alors elle suit la moindre nouveauté depuis le site officielle de palladium, impatiente que les recherches avancent. Avoir l’opportunité de suivre en direct les recherches sur un nouveau mythe est pour elle quelque chose d’exceptionnel.

Aujourd’hui est aussi le dernier jour du festival pour fêter la colonisation de Lansat. Le premier jour elle y est allée mais très vite son intérêt pour la fête est retombé, ne sachant pas trop où se mettre parmi toute cette histoire du passé rejoué sous leurs yeux en direct. Finalement, elle a fait le choix de ne pas faire partit de la suite des festivités. Ses pokemons lui en avaient un peu voulu, particulièrement Freyja qui s’amusait beaucoup parmi la foule de cosplayeuses. Mais qu’importe, la blonde avait pris sa décision et ce n’est certainement pas ses pokemons qui allaient lui faire changer d’avis. D’autant plus que pour une fois le dortoir était très calme, de quoi se reposer un peu. Enfin ça c’était jusqu’à ce qu’un certain professeur de coordination pousse en grand la porte de la chambre de la demoiselle, une robe violette à la main, tout en hurlant à qui voulait bien l’entendre.

Cela fait déjà des heures que je prépare le bal de clôture du festival et on me dit que mademoiselle Illusion n’a pas daigné se présenter à l’événement ?! Non mais quelle honte, il est grand temps de corriger ça n’est-ce pas ? Vous allez m’enfiler cette robe tout de suite et nous rejoindre.

Monsieur si je n’y suis pas allée c’est justement parce que…


Ce n’est pas une proposition Ranya mais un ordre. Je vous attends dans le couloir.


Le professeur quitte la pièce en grande courbette, laissant la blonde seule dans sa perplexité. La robe que lui a emmené Heartnett est toute simple. Une robe violette longue à manche courte avec diverses nuances de couleurs. La jeune fille soupire de nouveau. Si c’est comme ça. Elle se change rapidement, noue ses cheveux en une tresse lâche et quitte la pièce en compagnie de ses pokemons. Le professeur, relativement fier de son choix vestimentaire, s’en vente une fois de plus avant de conduire Ranya jusqu’à Lansat. La danseuse se contente de suivre, curieuse de voir à quoi ressemble ce bal.

Une fois sur place, une certaine appréhension la gagne. Quand Heartnett parlait d’un bal il ne plaisantait pas. Tout est en grande pompe, près à recevoir des couples de mondains pour les danses en duo. Ranya fait de la danse classique, pas de la danse de salon. Dégoutée, la demoiselle profite d’un moment d’absence de son professeur pour lever les voiles, décidée à regagner l’académie en vitesse. Mais son oreille est attirée par un autre son, un peu plus loin au détour des ruelles. La blonde se faufile à travers celle-ci avec hâte afin de découvrir l’origine de cette musique si entrainante et pourtant loin de son registre habituel.

Une fois arrivée, elle découvre avec joie une toute petite place décorée de manière simple mais suffisante pour sentir l’ambiance festive. Autour d’elle des personnes habillées toujours de manière simples danses sans prise de tête, juste pour s’amuser. Ici il s’agit de la reproduction des danses pour les personnes modestes. Rien à voir donc avec ces fêtes mondaines. Quel soulagement pour elle, voilà quelque chose qui lui ressemble davantage. Sans perdre de temps, une main l’agrippe et l’entraine dans le cercle pour danser. Un sourire rayonne sur le visage de l’enfant tandis que ses pieds s’agitent au rythme de la musique sur les dalles de la place. Rapidement, ses chaussures peu confortables sont éjectées de ses pieds, lui permettant de profiter de cette fin de soirée dans la joie et la simplicité.


©️BBDragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6896-471-danse-avec-moi-ranya-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6897-ranya-iluzion-givrali
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Kanto
Âge : 16
Niveau : 21
Jetons : 2339
Points d'Expériences : 471

MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   Lun 25 Juin - 23:00

- Avez-vous déjà réfléchi combien nous humains devons aux pokemons ?... Non Ines je ne cite pas le site internet de A2P, je sais quand même faire mes phrases moi-même après 35 ans d'existence !... Je suis sûre que oui. A moins que vous avez trouvé que retenir le menu de la pizzaria était plus intéressant. Allons faites quelques efforts. J'ai ici une histoire qui soutient mes propos philosophiques et essentiels. Oui oui je vous assure que c'est important donc arrêtez de dormir sur votre table et intéressez-vous au monde! Celui qui vous entoure et qui est magnifique. Mais je m'égare. Car aujourd'hui est un grand jour et si vos oreilles avaient eu la pointe d'intérêt suffisante pour attraper les propos de El Don, vous allez ressentir une sensation de déjà-vu ... Silence en salle... Je dois avouer que j'attendais qu'au moins deux neurones connectent dans cette armée de cerveaux mais vous devez être en grève. J'espère. Dans le cas contraire cela devient inquiétant.
Bref. Se lamenter sur le niveau scolaire est contre-productif selon notre cher ministère donc fermons cette parenthèse. Ne me regardez pas comme ça Nathan bien sûr qu'elle avait commencé. C'était quand vous étiez en train de tirer sur les couettes de votre voisine...
Passons. Lansat a été découverte par des explorateurs qui avaient pris la mer à la découverte de nouvelles contrées. Mais sans quelqu'un cette découverte n'aurait jamais eu lieu ! Et ce quelqu'un est ...

- Un fouinette !!

- Ah merci Aline ! Je savais qu'au moins un de vous était plus qu'une simple projection holographique posée sur ces chaises pendant que les vrais élèves font l'école buissonière  !

- Il y a un fouinette sur le clocher de la mairie !

- ... Comment ça ?

La matinée venait de commencer quand cette apparition sauvait la classe de primaire A3 du cours sur la commémoration par le burn out de la professeure. Pendant ce temps, Ariania sautait de toit en toit déguisée en fouinette et en criant "Terre en vue ! Terre en vue !" dans toute la ville.

Bonne commémoration à tous !

_________________

 
Always remember sweet times
and love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4684-328-ariania-blue-close-your-eyes-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4751-ariania-blue-pyroli
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Event #6 - Commémoration colonialiste   

Revenir en haut Aller en bas
Event #6 - Commémoration colonialiste
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village portuaire :: Autres Lieux Importants-