[Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Ven 29 Juin - 12:29
15 juin 2018-7h51, Île de Lansat


Pour la dixième fois, ma main s'approche du clavier. Et pour la dixième fois, elle se fige juste au-dessus des touches de ce dernier. Quoi que je fasse, j'arrive juste pas à m'y résoudre : ça va faire plus d'une heure que je suis debout, à contempler la page de recherche qui s'affiche sur l'écran de mon ordinateur. Avec l'arrivée de l'été, le soleil pointe déjà au travers des rideaux qui bordent ma fenêtre (Et éclaire uniquement Liu , roulé en boule sur le tapis...Prions le Saint-Evoli!) mais le reste des mes Pokémons semble bien décidés à poursuivre leur nuit un petit peu plus longtemps. Entassé pèle-mêle, Link et Mithos s'agitent légèrement dans leur sommeil, tandis que Katara a récupéré sa place habituelle au bout de mon lit. Et pour une fois, la queue en plumée touffue de Sol se laise entrapercevoir sous mon lit...Pas besoin de m’inquiéter de ce qu'il fabrique pour une fois. Non, en fait la seule qui est déjà à pied d'oeuvre, c'est Neaki, occupée à prendre son premier petit-déjeuner (sur les six du matin) en engloutissant une boite de gâteau à la vanille.

''Pfff...''


J'suis ridicule. C'est juste une petite recherche de rien du tout, ça devrait pas me mettre dans cet état. J'ai juste à pianoter sur le clavier, me connecter au site de la Fédération Ranger et...rien du tout. Parce que faudrait déjà que ma main arrête de reculer à chaque fois que je me lance. Je veux juste voir s'il y a des informations intéressantes sur le réseau, quelque chose de grand, d'épique de..de Ranger quoi! Alors, je vais entrer l'adresse, prendre cette souris, cliquer sur ce lien et voir ce qu'on me propose!Tout se passera bien cette fois!

''...Neaki, tu veux pas le faire?''


''*Miom*''


Ok, ok, j'ai compris, me regarde pas comme ça! Et puis non, c'est pas une ruse pour te voler tes biscuits, j'étais sérieux! Vu l'absence de soutien de la part de ma Sabelette, il semblerait que je doive prendre mon courage à deux mains. Avec une extrême lenteur, j'enfonce la première touche...Pas de problème...On continue...F-E-D-E-R-A-T-I-O-N...Voila. Après validation, je n'ai plus qu'à entrer mon identifiant Ranger pour accéder à la section du site concernant les dernières nouvelles sur le réseau. Ça m'avait vachement manqué de lire tout ça, j'espère que y'a du croustillant!
Se hissant tant bien que mal sur la seconde chaise du bureau et tout en grignotant son dernier biscuit, Neaki vient me rejoindre dans ma recherche (Y'a rien qui se mange sur l'écran, n'essaye pas).


''Ah, les missions ponctuelles! Alors, on a quoi? ''Invasion de Papinox à Clémenti-ville''. Ça pourrait être sympa et en plus c'est à Hoenn. Ou ''Escorte pour recherche scientifique : les Fantominus sont-ils si maléfique qu'on le dit?''..NOPE! Ah, par contre, le ''Appel aux Rangers pour stage d’entraînement dans la Jungle Sombrefeuille'', ça, ça a l'air cool!
Et dans les appels d'urgence...Oh. ''



Ok, ça, par contre, ça m'intéresse beaucoup plus que tout ce que je viens de lire! Apparemment, la ville d'Alamos à Sinnoh aurait quelques problèmes avec des Pokémons devenus extrêmement violents, sans raison apparente. Les premières enquêtes n'ayant absolument rien donné, ils en sont venus à faire appel à la Fédération et personne n'a encore pu se rendre sur place pour régler la situation. Autant dire que c'est une mission de Ranger absolument PARFAITE : un mal mystérieux, des Pokémons en danger....Bougez pas, j'arrive!

''BRANLE-BAS DE COMBAT! TOUT LE MONDE SUR LE PONT, SOUQUEZ MOI CES ARTIMUSES!''


Tout en bondissant de ma chaise, j'en profite pour sonner le rappel des troupes (qui s'effectue avec des résultats...mitigés) : réveillés en sursaut, la majorité de mes équipiers ne tardent pas à bondir sur ses pattes, mais au vu du bruit sourd, suivi d'un couinement furibond, on dirait que Sol a fait la rencontre de mon sommier de manière un peu brutale. Vacillant, le Zorua s'extirpe comme il le peut de dessous mon lit, avant de me jeter un regard mauvais.


''Désolé Sol, mais c'est important! On a une nouvelle mission et j'ai besoin de volontaires. On s'est tous entraînés pour ça, après tout. Et même si, depuis notre dernière fois, Lucki et les autres sont...absents, j'suis sûr qu'on va s'en sortir!''


Qui va bien pouvoir se joindre à moi, cette fois-ci? La dernière fois, c'était Katara et Mithos qui avaient dû intervenir. Et Neaki ne peut même pas sortir de la chambre, sans s'étaler au sol tel une flaque (Je sais pas si une Sabelette d'Alola peut vraiment fondre, et je suis pas très motivé à l'idée de tester). Ce qui me laisse Link, Liu et...Sol.


''Ok. Vous deux, vous allez pouvoir faire vos preuves dans une vraie mission, cette fois. Sol, t'es désigné volontaire enthousiaste et joyeux, pas de discussion! Départ d’ici une heure, environ !’’

Malgré le fatras qui règne dans ma chambre, j’estime que je m’en sors pas trop mal : il ne m’a fallu qu’une demi-heure pour retrouver mon Capstick, mon sac et une tenue de rechange. J’aimerais bien comprendre comment Katara peut s’y retrouver et remplir le reste avec des produits de première nécessité. Pour l’occasion, j’vais enfin pouvoir ressortir l’uniforme Ranger que m’a fait Melody...j’en fais peut-être un peu trop mais je sais pas pourquoi, je sens que c’est nécessaire. Il me reste plus qu’à fixer mon Capstick sur sa sangle d’épaule et..

‘’Aie !’’

Aaaaah non ! Capstick à la dérive, je répète, Capstick à la dérive ! Si je le casse encore, même Percy m’a prévenu que je devrais attendre pour en obtenir un nouveau ! En un éclair, je bascule vers l’avant, trébuche sur Liu, m’étale en avant, percute neaki qui tentait de m’aider et...Bam !
Un peu sonné, je me retrouve ainsi nez-à museau avec Link, l’air quelque peu gêné, qui tient le petit appareil dans sa patte après l’avoir rattrapé au vol. Tout en m’extrayant de la mêlée, je récupère ainsi mon outil de travail en marmonnant un petit ‘’merci’’.
Je l’ai lâché quand j’ai...Aïe. C’est bien ça : dès que je lève le bras droit au-dessus d’un certain niveau, il se contracte façon crampe et ça fait MAL ! Suffisamment en tout cas pour que j'interromps mon geste et rattache la sangle au niveau de ma ceinture.
Ça, c’est pas normal. Après toute la rééducation que je me suis farci, ça ne devrait plus faire mal comme ça. Et encore moins alors que je suis sur le point de partir en mission ! Si je veux pouvoir être au top niveau, il va me falloir un grand coup de main...et je connais la personne idéale pour ça.

********************

‘’Ida ? Idaaaaa !’’

Ça faisait un moment que je n’avais pas mis les pieds dans le dortoir Pyroli. Au moins, je n’ai pas à craindre une intervention de Jackie pour me jeter dehors, ce serait plutôt l’inverse (Mais si je croise Diana, on est parti pour trois heures de discussion et là, je suis un peu pressé). Par contre, j’aurais peut-être dû envoyer un message à Idalienor avant de me pointer à sa porte, elel n’a pas l’air d’être là...Eh mais..

‘’Link ? Tu veux bien me rendre un petit service ? ‘’


''Rio ?''

C’est un Riolu, après tout. Si Lucki était capable de sentir la présence de quelqu’un au travers d’une porte, lui aussi devrait pouvoir le faire, non ?

‘’Allez, j’ai confiance en toi: tu fermes les yeux, tu te focalises sur la porte et tu projettes ton aura au travers, puis tu attends l’onde retour...Bien...Bien...AH NON, PAS COMME ÇA !’’

OURGH ! Il en a encore trop fait : plutôt qu’une simple onde focalisée, le Riolu libère une véritable déferlante aux alentours, qui revient le réduire à l’état de boule de poils tremblantes, tout en provoquant un concert de cris de Pokémons effarouchés dans les pièces les plus proches. Et si je parviens à rester debout, je dois faire une drôle de tête lorsque l’une des portes du couloir s’ouvre brusquement pour laisser passer une jeune fille (enfin, ça ressemble à un jeune fille) qui me dépasse d’une bonne tête et demi.

‘’NON MAIS ÇA VA PAS ? Qu’est-ce que vous foutez tous les deux ?’’

‘’J-Jour’. Désolé, c’était un...accident. Tu sais si Idalienor est là?

Allez, on sourit. Ça a pas du tout l’air de la calmer, mais ça aide à masquer les coups d’oeil rapides en direction de la sortie.

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Sam 30 Juin - 9:45


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Doucement, je finis de lire les dernières pages de la gazette de l’île. Pour ce mois-ci, les journalistes ont choisi de reparler des importantes figures de Lansat, ceux qui ont contribué à son existence telle qu’on la connait aujourd’hui. Choix judicieux qui ne sera pas sans rappeler de mauvais souvenirs à certains de mes camarades, impactés directement par les choix des hommes présentés ici. Je ne parle de nos premiers directeurs et vice-directeurs mais plutôt de ceux qui ont suivi, qui en fait étaient des espions au service de la Team rouage. Une nouvelle qui a du être difficile à encaisser pour toutes les victimes de leurs agissements. Il y a même un point sur Helren Klein, ou plutôt devrais-je dire Monel. C’est lui qui est à l’origine du grand kidnapping d’il y a trois ans, qui a laissé des traces profondes à beaucoup de mes amis. Une ordure.

Je repose le journal sur mon bureau et soupire un grand coup tout en jetant un regard maladroit sur mon bras gauche. Aujourd’hui c’est le jour de vérité. Cela fait plus d’un an maintenant que les brûlures ont atteint mon bras après l’incendie des locaux Palladium. Après multiples péripéties, j’ai obtenu le traitement adéquat pour m’occuper de ces blessures. Les crèmes ainsi que les patchs ont été nombreux à se succéder sur ma peau. La rééducation (à ma sauce) n’a pas été facile. Forcement réapprendre à son bras en faisant du tir à l’arc n’est peut-être pas la solution la plus recommandée mais c’était indispensable pour moi de ne pas perdre mes facultés d’archère, d’autant plus que mon bras gauche est celui qui maintient l’arme en place. En clair si mon bras perdait trop de sa force, je pouvais dire adieu à mon niveau pendant un long moment. Et ça c’était hors de question, d’autant plus que cette hypothèse me ralentissait également beaucoup pour mon niveau parcours de ranger qui demande une certaine force dans le bras. Oui au début ça a fait mal de tenir cet arc sans vaciller, mais avec de la volonté j’ai réussi à retrouver la force nécessaire pour tirer. Malheureusement je ne tiens pas aussi longtemps qu’avant quand il s’agit d’endurance mais je ne perds pas espoir de retrouver cette faculté au fil du temps. La bonne nouvelle c’est que sur un ou deux tirs, ma précision est la même qu’avant l’accident.

Toujours est-il qu’aujourd’hui marque la fin de mon traitement pour les brûlures. Le dernier patch doit être enlevé aujourd’hui.  Je stresse un peu à l’idée de découvrir de nouveau mon bras sans rien pour le cacher. Je sens les pattes de ma Ruru se poser sur mes épaules, comme pour me donner la force de mettre fin à cette épreuve. Je lui caresse le museau avant de saisir le patch et de le retire délicatement. Je le jette dans la poubelle sous mon bureau et ferme les yeux, le temps de trouver le courage de regarde. J’ouvre alors un œil, puis l’autre, afin de me concentrer sur la guérison. C’est encore un peu rouge, il y a des irrégularités sur ma peau, mais le résultat est splendide quand on pense à son apparence avant le début des traitements. Je souris de toutes mes dents avant de me jeter de ma chaise, rayonnante. Ça y est, la Ida sans complexe est de nouveau dans la course.

Soudain, l’œuf qui se tient sur ma table de chevet depuis un moment déjà commence à s’agiter. Il va enfin éclore, et je n’ai aucune idée de quel type de pokemon il peut bien s’agir. Ma meilleure amie me l’a offert au courant du mois d’Avril, très heureuse de son geste. Apparemment elle en a aussi offert un à Cael dans le même temps. Ni l’un ni l’autre n’avions pu obtenir de renseignement sur la nature de nos nouveaux petits protégés, nous laissant une surprise totale. Les pokemons de mon équipe ont eux aussi été intrigués par ce potentiel nouvel arrivant. C’est vrai que cela fait un moment que personne n’a rejoint les rangs de mon équipe. Peut-être un partenaire de choix pour les nouvelles missions que je vais devoir remplir. Je m’accroupis devant l’œuf rayonnant, en attendant le moment fatidique.

Le rayonnement finit par s’arrêter et avant que je ne puisse voir le petit nouveau, il se jette dans mes bras pour se blottir tout contre moi. Amusée, je me mets à le caresser, sans me soucier de qu’il est. Je finis tout de même par baisser la tête pour mettre une espèce sur ce nouveau pokemon. Doucement je l’attrape pour le soulever dans les airs. C’est un Keunotor, vraiment tout petit d’ailleurs. Enfin ça c’est parce qu’il vient juste de naitre. Je ne m’y attendais pas du tout mais après tout pourquoi pas. Bienvenue dans l’équipe petit rongeur. Il va falloir que je te trouve un surnom ça serait mieux. Mais le temps que je cherche cette idée, je sens une vague d’énergie parcourir mon corps et toute la pièce. J’ai l’impression d’avoir déjà senti ça mais je ne sais plus trop où. Seulement, ça n’a pas vraiment plus à mon Keunotor puisque le pauvre s’extirpe de mes bras avant de partir en courant en direction du couloir. Ni une ni deux, je sors à mon tour pour essayer de le rattraper, en compagnie d’Hiro et Pop qui ont bien compris que cette fugue n’était pas normale.

Je cours au détour d’un couloir mais cette petite chose est vraiment rapide et je la perds déjà de vue. Mais étrangement, je tombe nez à nez avec Cael, en plein milieu du dortoir, accompagné de son Riolu. Ok je comprends mieux maintenant la vague d’énergie. Le temps que je m’arrête devant lui, le Keunotor m’a déjà distancé. Je soupire avant de dire à mes deux autres pokemons « Rattrapez le tous les deux, je ne veux pas qu’il se perde dans l’académie pour son premier jour ». Les deux pokemons exécutent, Pop sur le dos d’Hiro pour gagner du temps. Je souris et reporte mon regard sur le ranger rose juste devant moi.

Désolé pour ça mais l’œuf que m’a offert Aria vient juste d’éclore et c’est un Keunotor visiblement très rapide haha. Je peux faire quelque chose pour toi ?


©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Lun 2 Juil - 21:32
REPLI STRATÉGIQUE! REPLIE STRATÉGIQUE! J'veux bien affronter des Lucario en colère, des troupeaux de Tauros ou même un Félinferno mutant, mais ça, c'est hors de mon domaine de compétences! Une Pyroli en colère ET entraînée par Jackie, c'comme un tsunami : on peut espérer l'arrêter de toutes ses forces, mais à la fin, c'est moi qui finirait en compote (Hmmm, de la compote). Captant l'attention de Liu d'un geste rapide, tandis que la jeune fille continue de me jauger d'un air menaçant, je fais glisser ma main dans mon dos, avant de lui indiquer le bout du couloir. Au moins, ma question semble l'avoir quelque peu déstabilisé. À mon signal...On file!

''Edelwen? Elle est sortie. Maintenant, explique-moi ce que c'était que ça, mon pauvre Couafarel est complétement paniquée!''

Une Pyroli avec un Couafarel? J'avoue que j'ai du mal à imaginer ça, mais vu son regard furibond, je me contenterais de ça comme preuve. Va falloir que je soit imaginatif, si je veux pas finir encastrer dans le mur.

''En fait...! C'est super urgent! Mon Riolu est malade et du coup, ça affecte complètement son aura! Regarde comme il a l'air mal!''

Link laisse même échapper un ''Rio!'' de protestation, lorsque je l'attrape par les aisselles pour le soulever face à la Pyroli sceptique : il suffira d'un seul regard de cette dernière pour que le type Combat se recroqueville en tremblant, complétement terrorisé...On va dire que ça ira comme preuve de fièvre.

''Faut absolument que je vois Idalienor, je vais faire vite, promis.''

''Grmbl''

Sans cesser de mes fixer de ses yeux mauvais, la jeune fille recule lentement avant de retourner dans sa chambre, non sans un dernier geste de la main (Que j'interpréterais comme un ''Prochaine fois, tu finis en pâté de campagne''). Fiou, c'pas passé loin.

''Désolé Link, j'ai paniqué. Au moins, on s'en est sorti. Par contre, vu l'absence de réaction d'Ida après tout ce boucan, j'imagine qu'elle doit vraiment être absente. C'est bête, j'avais vraiment besoin d'elle sur ce coup-là...''

*Sbunk*

''Ouah, attention, toi!''

Je sais pas ce que c'était mais ça se déplaçait super vite! Esquivant la boule de poils qui fonçait dans le couloir de justesse, je manque de m'étaler contre la porte de la chambre d'Idalienor. Link a mieux anticipé le danger et se contente d'un petit pas de côté, avant de lever de grands yeux désolés dans ma direction. Te bile pas, Link, c'pas ta faute. Tu me préviendras la prochaine f..

''AAAAAH, IDA?!''

Décidément, je m'habituerais jamais à la différence entre Lucki et Link: là où le premier m'avertissait directement à l'approche d'une personne connue, le Riolu coupe toutes ses perceptions dès que ça se produit, comme pour s'en protéger. J'aimerais bien étudier le phénomène, mais j'ai uen Pyroli tout-sourire juste devant moi.

''Désolé pour ça mais l’œuf que m’a offert Aria vient juste d’éclore et c’est un Keunotor visiblement très rapide haha. Je peux faire quelque chose pour toi ?

Ah donc ce truc était un Keunotor nouveau-né? J'aurais plutôt dit un boulet de canon. En attendant, rien qu'à voir la Pyroli, je sens la douleur sourde qui me broie l'épaule diminuer légèrement.

''Yep, c'est précisément toi que je venais voir! Alors, par où je commence...Tu connais la région de Sinnoh? ''

********************

''Non Link, tu ne vas pas tomber à l'eau. Regarde, y'a même une rambarde, alors viens par là. Si on ne soigne pas cette patte, ça va sûrement pas s'arranger tout seul!''

Mais qu'est-ce qu'il est têtu! Ida a besoin de lumière pour pouvoir examiner sa patte et ce n'est pas sous le rebord de la cabine qu'elle va en trouver. En même temps, comment est-ce qu'il a pu se dire que c'était une bonne idée de grimper sur le toit de passerelle du bateau (Quelque chose me dit qu'un certain Zorua n'est pas étranger à la chose...Et où est-il passé, ce démon à fourrure?)? L'écorchure qu'il s'est faite en redescendant n'a pas l'air grave et au prix de plusieurs impulsions apaisantes dans sa direction, le Riolu un peu tremblant se rapproche de la Pyroli (si jamais elle sort une seringue, il va s'évanouir, c'est prévenu).
Fendant les flots, la petite goélette file droit vers l'horizon, au beau milieu de la mer la plus calme que j'ai jamais vu. Quelques couples de touristes déambulent sur le pont, tandis que ma coéquipière et moi profitons de la fraîcheur ambiante...Avec un soleil pareil, il faut au moins tout ça pour ne pas fondre directement. Liu a même renoncé à batifoler un peu partout sur le bateau, pour se contenter d'un sieste à l'ombre d'un transat.

''Ça me rassure que tu sois là, Ida. Je sais que t'a pas trop eu l'occasion de faire des missions pour la Fédération. Mais j'étais pas sûr de pouvoir tenir tout seul, après ce qui s'est passé...cet été.''

Coupant court à ma phrase, je me retrouve les yeux plongés dans l'onde saphir qui nous entoure de tous les cotés. Rien que d'y penser, je...Raaaah, secoue-toi! Ça fait presque un an que ça s'est passé, c'est pas le moment ! Idalienor a été assez gentille pour accepter de m'accompagner, au cas où mon épaule me bloquerait de nouveau, et en plus, c'est sa première mission pour la Fédération : il faut que ça soit mémorable et que je l'aide à apprendre ce que c'est que d'être un Ranger!

''Bon, je ne sais pas trop comment tu gères tes missions en temps normal, mais j'aime bien...euh...préparer le terrain. Du coup, j'ai fait quelques recherches, qui sont...Où est mon sac? ''

C'est une bonne question, ça. M'écartant un peu du bastingage, je me tords presque le cou dans tous les sens. J'ai pas rêvé, il était bien là, juste à coté de ma jambe, il y a pas cinq minutes. Alors...QUELQU'UN PEUT-IL M'EXPLIQUER CE QU'IL FAIT FIXÉ TOUT AU BOUT DE LA PROUE! Dans le même temps, un léger ricanement se fait entendre, juste avant qu'une silhouette sombre et poilue ne disparaisse de l'autre côté du pont...On est partis depuis moins de 6h et j'ai déjà envie de le passer à la broche!
Avec l'aide d'Idalienor et de quelques acrobaties, je parviens tant bien que mal à récupérer mon bien, manquant au passage de faire un aller simple pour un bon bain. Une fois le précieux objet hors de danger, j'en extrais un véritable fatras de cartes et de documents imprimés à la va-vite. Y'a de tout, témoignages, rapports, articles de journaux...j'ai même une photo de la dernière attaque de Pokémons qui a frappé la ville.

''Ça va faire trois semaines que la ville est complétement dépassée. Du peu que la Fédération a pu en apprendre, les Pokémons semblent devenir fous  à intervalles réguliers, avant de retrouver leur état normal, sans aucune séquelle. Comme aucun Ranger n'a pu se pencher sur le problème, elle manque d'informations et c'est aussi pour ça qu'on est là. Si on ne parvient pas à régler le problème, il faudra au moins leur fournir tout ce qu'on a trouvé pour qu'ils en trouvent la cause.
Comme tu es médecin, je pensais que tu connaîtrais peut-être une ou deux maladies qui pourraient expliquer ce genre de comportements? ''


Déjà, voyons si la piste biologique expliquerait quelque chose...Ensuite, on s 'intéressera aux migrations, à l'influence humaine et au réchauffement climatique, par exemple! Tout en laissant à la Pyroli le soin de consulter mes premières notes, j'en profite pour jeter un rapide coup d'oeil à l'horizon : on les discerne de manière assez floues, mais je pense pas me tromper en disant que les deux lignes noires qui se découpe au loin, forme les falaises qui encadre la ville d'Alamos. D'ici quelques heures, on devrait arriver en vue du port, et ensuite, il ne nous restera plus qu'à emprunter l'une des célèbres montgolfières de la ville pour nous mettre au travail.
Machinalement, j'en viens même à toucher mon Capstick, fixé à sa sangle d'épaule. C'est peut-être ridicule mais...J'avais faire une promesse. Quoi qu'il se passe cette fois, je m'en servirais à nouveau. Même si j'ai de nouveau le bras en compote, j'arriverais à le lancer. Comme avant.

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mar 3 Juil - 8:35


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
J’avoue que je ne m’attendais pas à revoir Cael comme ça, en tout cas pas dans ces circonstances. Heureusement que Diana est plus laxiste sur le règlement que Jackie ou mon ami ranger aurait déjà été mis dehors à coup de balai par notre ancienne référente. Dans la course j’ai quand même perdu mon Keunotor nouveau-né. Je suis étonnée. Il a à peine quelques minutes et il court déjà très vite. Je ne savais pas que les Keunotors étaient réputés pour leur vitesse. Peut-être ne le sont-ils pas et c’est seulement le mien qui est comme ça ? Aucune idée, toujours est-il qu’Hiro et Pop sont en mission pour le rattraper au plus vite. Je leur fais confiance, ce n’est pas la première fois qu’ils font ça. Si des pokemons sont capables de l’intégrer dans l’équipe c’est bien eux.

Revenons à Cael. Sa présence dans le dortoir n’est pas sans raison, même si pour la discrétion il faudra repasser. La vague d’énergie envoyée par son Riolu a pas mal attiré l’attention, motivant quelques Pyrolis à passer la tête à travers leur porte pour voir de quoi il s’agit. Je leur fais un petit signe de la main pour leur montrer que tout va bien et qu’elles peuvent retourner dans leur chambre. J’avoue que j’avais l’habitude de Lucki qui maitrisait très bien ses capacités liées à son aura. Link a l’air encore peu expérimenté dans le domaine. Enfin bon ça viendra, enfin je l’espère pour le ranger. Lorsqu’il commence à me parler de Sinnoh, je comprends bien vite que je vais m’embarquer dans quelque chose d’exceptionnel.

***

Je souris d’amusement pendant que Cael se chamaille avec son pokemon. Nous sommes tous les deux sur un bateau direction Sinnoh depuis déjà plusieurs heures. Visiblement son pokemon a fait le malin et s’est griffé à la main. Une petite blessure facile à soigner s’il n’arrêtait pas de bouger, de peur de se noyer. On est pourtant relativement loin du pont vu notre position sur le bateau, mais bon une phobie ça ne se contrôle pas, surtout s’il s’agit de son premier voyage en bateau. Mes pokemons de leur côté vont plutôt bien. Le petit Keunotor observe l’eau avec beaucoup de curiosité, surveillé par Ruru, couchée dans l’ombre de la cabine centrale. Mon Lokhlass quant à lui profite de ce voyage pour nager en pleine mer, sous le regard captivé des touristes présents avec nous sur l’embarcation. J’active ensuite la pokeball d’Hyori pour recevoir son aide. Je maintiens fermement la patte de Link, désormais plus calme, lui faisant comprendre ce que j’attends d’elle. La Eoko ouvre alors grand la bouche, faisant sortir un halo lumineux qui vient directement se poser sur la blessure du Riolu. Comme par magie, la griffure semble presque se refermer par elle-même, ne laissant plus qu’un lointain souvenir au patient. Après des remerciements bien mérités, je la rappelle dans sa pokeball et poursuis la discussion avec Cael.

C’est normal, quand mon ami a besoin de moi je viens sans hésiter. Tu as raison je n’ai pas encore pris le temps de faire des missions pour la Fédération donc c’était l’occasion. On a tous les deux eu « notre » été, et je sais que ça été difficile autant pour toi que pour moi. Mais il faut qu’on se relève de tout ça et qu’on continue de faire de ce qu’on aime. Et puis à deux on est plus fort pour surmonter les épreuves.

C’est vrai que Cael n’avait pas non passé le meilleur des étés l’an passé. A croire que nous étions liés. Sa mission avec Maxine s’est très mal passée, lui causant des blessures lourdes. Je ne sais pas s’il s’en est complètement remis, à vrai dire je n’ose pas trop lui demander, de peur de faire baisser son moral. Personnellement je sais que j’ai quasiment complètement récupéré des événements passés mais pour lui je n’en suis pas si sûre. Même si physiquement je pense que tout va bien, moralement c’est une autre histoire. Sur un coin du bateau je vois que Ruru a saisit par la peau du cou Sol, visiblement en train de déranger beaucoup trop de personnes. Je les désigne du doigt à Cael avant de me mettre à rire avec lui. Heureusement que Ruru n’était pas comme ça sous sa forme précédente je n’aurais jamais tenu autrement.

Après moulte péripéties pour récupérer son sac à dos visiblement bien rempli, le ranger me montre les documents qu’il a cherché jusque là en rapport avec notre mission. J’ai lu en détail le rapport de la Fédération Ranger mais je dois dire que ses recherches à lui sont vraiment documentées. Je saisis les nombreux rapports entre mes doigts et le laisse m’expliquer ce qu’il a retenu de tout ça pendant que mes yeux naviguent en diagonal sur les divers articles de journaux, mais aussi sur les photos relativement frappantes. Quand nos missionnaires parlaient de pokemons fous ils ne mentaient pas au vu des dégâts subis. C’est assez impressionnant. Je réfléchis quelques instants à la question légitime du ranger avant de lui répondre.

Honnêtement à première vue j’exclurais la cause biologique. En fait, plusieurs maladies peuvent provoquer des crises de cette manière. En premier je pense à la rage à un stage peu avancé mais si c’était ça les humains en auraient aussi senti les conséquences avec un tel nombre de pokemon contaminé. Ça parait peu probable. Je pensais aussi à des troubles explosifs intermittents mais cette maladie n’a jamais été vue chez les pokemons, en tout cas pas à ma connaissance. C’est celle qui offre les symptômes les plus proches de la réalité exposée dans ces articles mais c’est le caractère si régulier qui me gène sur une population aussi grande. Statistiquement c’est impossible.

Oui moi aussi de mon côté j’avais fait des recherches pour tenter de comprendre la cause de ces accès de colère de la part de pokemon normalement inoffensif. J’ai passé plusieurs heures à fouiller tous mes livres, ne gardant que les deux hypothèses que j’ai exposées à Cael. Mais même malgré ces recherches, je ne reste toujours pas convaincue qu’il s’agît d’une maladie à l’origine de tout ça. Cela me parait trop improbable, même s’il ne faut exclure aucune possibilité. Le bateau finit par s’arrêter au port de Sinnoh. On a fait une bonne partie du chemin mais nous devons rejoindre la ville qui se situe un peu plus loin des côtes. Je rappelle tous mes pokemons sauf mon Keunotor et me dirige avec le ranger vers les montgolfières qui doivent nous conduire au cœur de la ville.

Après avoir payé chacun notre ticket, nous grimpons dans l’engin volant avant de décoller grâce à l’aide d’un Ouistcram. La chaleur qu’il dégage permet à la montgolfière de se hisser dans le ciel. Très rapidement, la ville d’Alamos, notre destination finale, se distingue. L’architecture est incroyable. Disposée au bord d’une falaise escarpée, la ville gagne immédiatement un côté inaccessible, ce même côté qui nous a obligé à prendre une montgolfière. Moyen de transport peu habituel quand on y pense. Le monument central de la ville, les tours de l’espace-temps, est vraiment incroyable ! L’architecte à l’origine de ce chef-d’œuvre n’a pas volé sa réputation en tout cas, c’est magnifique. Légèrement penchée vers l’extérieur, je laisse voler mes cheveux au vent, profitant de la vue mais aussi du calme. Bientôt il ne sera plus question de profiter du paysage.



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 8 Juil - 16:56
Merci Ruru! Rien qu'à la vision d'un Sol transporté tel un sac de patates par son homologue plus avé, je dois avouer qu'une bonne partie de mon trouble vient de se dissiper façon  bourrasque. Peut-être que je devrais le faire plus souvent...Secouer Sol comme un prunier, ça améliorerait sûrement mon moral, après une de ses farces.
Le temps que Ida analyse mes recherches, j'en profite pour m’inquiéter un peu de Link : ayant rejoint mon Evoli près des transats (Et assez loin de la rambarde...il ne changera jamais), le type Combat contemple sa patte quasiment cicatrisée comme si la coupure pouvait se rouvrir à tout moment. Moi qui comptait l'emmener dans cette mission pour l'endurcir un peu, j'ai l'impression que c'est loin d'être gagné.

''Honnêtement à première vue j’exclurais la cause biologique. En fait, plusieurs maladies peuvent provoquer des crises de cette manière. En premier je pense à la rage à un stage peu avancé mais si c’était ça les humains en auraient aussi senti les conséquences avec un tel nombre de pokemon contaminé. Ça parait peu probable. Je pensais aussi à des troubles explosifs intermittents mais cette maladie n’a jamais été vue chez les pokemons, en tout cas pas à ma connaissance. C’est celle qui offre les symptômes les plus proches de la réalité exposée dans ces articles mais c’est le caractère si régulier qui me gène sur une population aussi grande. Statistiquement c’est impossible. ''


''En clair, on n'a aucune piste...J'sais pas si je dois être dépité ou au contraire, super excité parce que ça veut dire qu'on a un véritable mystère sur les bras! En arrivant, on fera quand même un petit tour au Centre Pokémon, ils auront peut-être quelque chose de plus à nous apprendre.''

Il ne peut pas aller plus vite, ce bateau?! On a une mission à accomplir, j'vous signale! Les silhouettes imposantes des falaises d'Alamos se font de plus en plus distinctes, tandis que notre embarcation file en tressautant sur chaque vague qui vient se briser contre la coque. La plupart des passagers regagnent alors leurs cabines afin de récupérer leurs affaire,s mais pour ma part, je compte bien rester à l'avant jusqu'à l'arrivée à l'embarcadère : c'est la première fois que je viens autant au Sud de Sinnoh (et la dernière fois, j'ai passé un bon mois à traquer un Pokémon Légendaire, sans même réussir à savoir s'il était réel ou non...Ça aide pas pour faire du tourisme) et je compte bien voir un maximum de choses pendant cette mission. Rien que la vision des gigantesques parois rocheuses en calcaire suffit à faire scintiller mes yeux ambrés:la vache, c'est encore plus haut que le cratère d'Atanapolis!
L'embarcadère se constitue uniquement d'un ponton de bois, accompagné de deux petits batîments: la capitainerie, ainsi qu'une sorte de cahute qui accueille les inscriptions pour la montée en montgolfière jusqu'au pont qui mène au cœur d'Alamos.

''Mais puisque je te dis que c'est sans danger, Link! Tu préfères que je te rentres dans ta Pokéball, ou quoi?! C'est ma première fois à moi aussi et pourtant, je tremble pas comme une feuille!''

C'est peu dire, on dirait que le corps entier du Riolu s'est changé en gelée, à la simple vue du ballon géant. De leur côté, Sol et Liu ne semblent pas le moins du monde dérangés par l'épreuve qui les attends (Même si le regard sournois du renardeau, dirigé vers le mécanisme de combustion me confirme que j'ai intérêt à le surveiller TOUT LE LONG DU TRAJET) et l'Evoli entreprend même de se hisser sur le rebord tressé à l'aide de ses pattes avants. Ida semble profiter du paysage, tandis que j'essaye de le convaincre de ne pas entreprendre d'actions aussi dangereuses...Surtout que regarde, si tu te tiens au cordage comme ça, tu es vachement plus stable quand tu regardes vers le bas, même si toute ta partie supérieure dépasse dans le vide!

''GAMIN, T'AS TROIS SECONDES POUR ARRÊTER ÇA!''

''...Woops, pardon.''

Pff, il est pas drôle, ce type. C'quoi l'intérêt de faire de la montgolfière si on ne peut pas profiter du paysage à 360 degrés? Quoi, comment ça je donne un mauvais exemple à Liu? Et si je le soulève comme ça pour qu'il puisse en profiter, vous êtes contents, c'est bon?
Notre approche se fera en toute tranquillité et ce n'est qu'après une bonne demi-heure que notre véhicule nous déposera en toute sécurité au niveau du pont d'Alamos. Le temps de quitter le relais, j'en ai profité pour rappeler Sol (dans une ville pareille, si je le laisse libre de vadrouiller, je ne le retrouverais probablement jamais...En tout cas, pas avant qu'elle ne soit en feu) et Liu (Il a failli tomber du pont,  secondes après notre arrivée!), avant de me tourner vers ma camarade Pyroli.

''J'ai récupéré un plan sur le site de la Fédération. Apparement, cette ville est un véritable labyrinthe de ruelles et de carrefours, c'est super facile de se perdre à l'intérieur. Mais si on utilise l'espèce de grand batîment au centre, là...''Les tours de l'Espace et du Temps'' comme repère, on devrait pouvoir trouver la place centrale. Le Centre Pokémon est juste à côté donc, on y sera sûrement dans pas longtemps!''

En avant!

********************

*Une bonne heure plus tard*

''….Ida? Ça te dérange de prendre la carte?''

Ok, je m'avoue vaincu. Pourtant, si je me base sur le plan, il fallait bien aller à droite huit fois, tourner à gauche deux fois, ensuite revenir en arrière sur une rue et enfin....J'ai mal à la têteeeeeeeeee. Comment est-ce qu'on peut vivre dans un endroit pareil, toute les rues se ressemblent, y'a des escaliers partout et je suis sûr que ça fait neuf fois qu'on passe devant cette fontaine!
Non sérieusement, je suis sûr que même un habitant ne saurait pas s'y retrouver sans GPS pour atteindre le Centre Poké...QUOI?! Mais comment est-ce qu'elle a fait? En moins d'une minute, la Pyroli s'est contenté d'un regard en direction du plan, avant de m’entraîner dans une ruelle adjacente et voilà que la place centrale d'Alamos s'ouvre à nous!

''T'es une championne, Ida! On aurait pu continuer à tourner en rond pendant des heures, sans toi.''

Ne nous attardons pas sur le fait qu’apparemment, il suffisait d'aller toujours tout droit depuis le pont pour atteindre cette place et mettons-nous au travail! Au moins, ces tours et ces détours nous aurons permis d'en apprendre un peu plus sur l'atmosphère de cette ville : malgré la situation, les rues restent quand même quelques peu animés, mais il a une ambiance légèrement perceptible et un peu étrange qui plane ici. Même s'ils sont plutôt accueillants et serviables, les habitants nous ont quand même jetés quelques regards intrigués et même parfois, suspicieux. Quand aux Pokémons, ça, par contre, il faudrait être aveugle pour ne pas s'en rendre compte...Il sont bien trop peu nombreux. Si l'on exclut ceux des Dresseurs, qui semblent déjà relativement invisibles (sûrement rentrés dans leurs Pokéballs), une ville de cette taille devrait accueillir un bon paquet d'espèces sauvages. Mais ici, nada, quedal, même pas un Etourmi sur le sommet des toits.  À croire que la faune locale se cache de toute présence humaine...

''Dis, Ida...Je peux t'emprunter ton Keunotor? J'aimerais tenter un truc, juste avant qu'on rentre dans le Centre.''

M'agenouillant auprès de Link (qui ouvre de grands yeux étonnés devant tout ce qui l'entoure), j’attrape la patte du Riolu, avant de la maintenir en place entre mes paumes. Ok, on fait comme d'habitude...D'abord, une petite impulsion confiante pour lui faire comprendre qu'il n'a rien fait de mal. Ensuite, les choses sérieuses peuvent commencer.

''Ok, amigo, c'est à toi de jouer. Je sais que tu n'es pas encore trop habitué à ce genre de choses, mais si tu pouvais me faire un petit coup de sonde aux alentours, ça nous aiderait beaucoup. Panique pas! Je vais pas te demander de faire le sonar pour tout le monde, on sait ce que ça risque de donner; Non, j'avais une autre idée...''

Si on est à Sinnoh, les Keunotors doivent faire partie des espèces locales. Et donc, si Link peut avoir une aura de référence, il devrait lui être possible de reconnaître ce genre d'émanations parmi d'autres. J'aimerais bien savoir ce qui se passe concernant les espèces locales et ce sera déjà une première information récoltée pour nous. Laissant Link toucher le type Normal du plat de la patte, je constate que ce dernier semble un peu moins paniqué qu'à l'accoutumé : les pattes jointes au niveau du torse, il ne tarde pas à fermer les yeux, et même si de petits hochements de tête viennent encore ébranler le type Combat, il se retrouve rapidement plongé dans une transe légère. Je reviens ensuite à Ida après avoir pris le petit Riolu aux yeux mi-clos dans mes bras.

''Ça risque de lui demander un peu d'effort, Link n'est pas encore capable de maîtriser son aura parfaitement . Je ne sais pas combien de temps il va rester comme ça, mais ça nous donnera quelques réponses, j'espère.''

Allez, direction le Centre Pokémon! Le bâtiment rouge et blanc se dresse à l'est de la grande fontaine qui orne la place centrale (Les deux Pokémons qu'elle représente me sont un peu familiers, j'ai dû voir passer des images dans un cours de Roseverte, j'imagine) et quelques touristes et Pokémons parsèment la place. Il y a néanmoins un léger détail qui attire mon attention : en plus des personnes présentes, il y a au moins...un, deux, trois...Cinq agents de police dispersés alentours. Pas le genre de choses que l'on voit dans une ville en apparence aussi paisible.
Les doubles portes du Centre Pokémon s'ouvrent ainsi avec un léger chuintement, pour révéler un accueil somme toute assez classique : plusieurs bancs couverts de coussins pour l'attente, un comptoir laqué et des bornes d'informations ainsi que des distributeurs un peu partout dans le hall (*Grmbl* Silence estomac, c'pas le moment...Enfin, si, ça l'est mais je peux pas là!).. Il ne nous reste plus qu'à trouver un responsable...

''OH MON DIEU, LE PAUVRE CHÉRI!''

''Ouaaaaaah, ça va pas ?!''

Surgissant du néant, une véritable tornade rose vient de me tomber dessus, tout en essayant de m'arracher Link des bras. Malheureusement pour moi, mes réflexes parlent avant que je ne puisse réfléchir et je tente un bond en arrière...pour me prendre les pieds dans le Keunotor d'Idalienor, avant de m'étaler sur le dos. Autant vous dire que mon épaule n'apprécie PAS DU TOUT ce traitement et c'est en grimaçant que je tente de me redresser avec l'aide de la Pyroli et de l'inconnue. En uniforme blanc crème, il semblerait que nous venions de rencontrer l'infirmière Joy d'Alamos : une jeune femme d'une petite vingtaine d'année, qui à la différence des boucles roses habituelles, en revanche, cette dernière semble néanmoins préférer une longue natte tout aussi rosée, qui lui tombe sur l'épaule gauche. Elle m'est même vaguement familère, cette tresse, mais bon...Avec des cousines dans chaque Centre Pokémon de cette planète, les ressemblances sont courantes j'imagine.

''Désolé...Vraiment désolé. Ce pauvre Riolu a l'air bien mal en point, et j'ai cru...''

''Il va très bien, il est juste...en méditation, vous voyez?''

Il faudra quand même plusieurs minutes d'observations de la part de l'infirmière, pour que cette dernière se sente suffisaient rassurée pour abandonner l'examen de mon Riolu. Alors que nous nous apprêtions à faire les présentations, un Leuphorie massif jaillit par l'une des doubles portes, en poussant de hauts cris, une tablette à la main. Complémentent essoufflé, le Pokémon se porte à hauteur de sa collègue, avant de lui tendre l'objet afin qu'elle le parcourt du regard.

''Attendez...Deux jeunes dont l'un avec les cheveux roses. Vous ne seriez pas envoyé par la Pokémon Community, par hasard? Je vous attendais il y a déjà une bonne heure, j'ai cru que vous aviez raté votre bateau. Clémence Joy, je suis la responsable de ce Centre, mais vous pouvez m'appeler Clem. Donc, toi tu dois être Idalienor Edelwen, enchanté. Et toi, c'est Cael...Joy?!''

''Euh, oui. Je viens d'Hoenn, à...''

'' Cimetronelle, je sais! Si on m'avait dit que le fils de tante Elys me rendrait visite dans une situation pareille! La dernière fois que je t'ai vu, tu avais quoi...Quatre ans? Attends, je dois avoir les photos quelque part!''

''Non, non, c'pas la peine! On est ici pour remplir une mission et on espérait avoir quelques informations, ce serait gentil de ta part, Clem!''

Vite, avant qu'elle ne sorte les dossiers embarrassants! J'aime beaucoup Ida, mais j'aimerais encore plus qu'elle ne voit pas ce genre de choses !

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Lun 9 Juil - 21:43


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Mon regard se perd dans l’horizon à mesure que la montgolfière s’approche de la ville tant attendue. Le paysage est magnifique. Ces deux falaises qui se présentent un peu comme des remparts de la ville sont splendides, de même que la gigantesque forêt qui s’étend tout autour d’Alamos. A mesure que nous nous approchons de notre destination, c’est un tout autre élément qui attire mon regard. Les vitraux sur les tours de l’Espace et du Temps offrent un concert de couleurs vraiment fabuleux. Je me penche très légèrement vers l’avant pour mieux voir, surveillé de très près par le pilote de l’engin, visiblement désireux de s’assurer que ses jeunes passagers ne passent pas par-dessus bord. Cael a d’ailleurs lui aussi subit ses foudres en s’approchant un peu trop près du bord. Keunotor quant à lui reste dans mes bras. Je pense qu’il profite également du spectacle. Il n’a pas l’air intimidé par la hauteur à la différence de Link qui lui est littéralement tétanisé.

Avant que nous atterrissions, je repense à notre discussion sur le bateau. Il est vrai qu’il y a les deux faces d’une même pièce à observer quand on repense à notre mission. D’un côté il est assez excitant de se dire que nous allons contribuer directement en tant que ranger à la résolution (enfin je l’espère) d’un mystère pokemonesque. Une expérience qui ne s’oublie pas ça c’est sûr. Mais le souci c’est que les hypothèses les plus communes étant écartées, il est difficile de voir vers quoi on se dirige. Une cause biologique aurait été plus simple pour moi. J’aurais su comment gérer, c’est mon boulot après tout. Même si je suis ici en tant qu’élève ranger, mon domaine à moi c’est la médecine. En acceptant de partir avec le ranger rose, j’ai choisi de bousculer ce que je savais déjà et enfin me jeter dans le grand bain des rangers de la fédération. En espérant que la situation soit moins catastrophique que les milliers de scénarios qui tournent dans ma tête depuis tout à l’heure.

Une fois arrivé en ville, nous choisissons de reprendre notre route pour rejoindre le point de rendez-vous fixé avec la fédération. Le centre pokemon de la ville. Pas très compliqué à trouver en apparence mais apparemment cette ville est un véritable labyrinthe, en priant pour que Cael soit meilleur que moi avec une carte.

Malheureusement il s’avère que ce n’est pas du tout le cas. Le ranger n’est pas plus doué que moi avec une carte, à se demander si ce n’est même pas pire. Lorsque mon ami me supplie de prendre la carte à sa place, je souris légèrement avant de m’en saisir. « Je vais essayer ». Je me mets à observer les dessins mais cette étrange impression que toutes ces lignes tracées ne sont que de l’art abstrait ne me quitte pas. Un long soupire s’échappe de ma bouche puis je lève très légèrement les yeux au ciel avant de m’exprimer de nouveau. « Par ici ! ». Doucement, nous marchons dans une rue parallèle à la notre et en un instant le Centre pokemon apparait au bout de la rue. « Yes ! ». C’est sorti tout seul désolé. Cael lui aussi a l’air d’être content qu’on trouve enfin notre destination. Ses insinuations sur mes talents me font rire jusqu’à ce que je décide de lui dire la vérité. Je pointe mon doigt vers le ciel avant de reprendre.

Regarde là-haut. C’est Ainara, ma Hélédelle. Quand j’ai commencé à comprendre qu’on était perdu je l’ai libéré pour qu’elle nous aide à chercher. C’est elle qui m’a aidé à me repérer pour trouver le centre. Donc désolé de te décevoir mais je suis aussi nulle que toi avec une carte.


Nous rions tous les deux avant de poursuivre le long de l’avenue. Un drôle de silence anime les rues. Pas un silence complètement pesant. Il y a encore des bruits autour de nous, mais c’est trop calme. Très peu de pokemons circulent sur l’avenue, alors que pourtant Alamos est connu pour sa diversité de pokemons citadins, vivant au milieu des foules dans souci. C’est comme si toute trace de pokemons avait disparu. Ils doivent avoir peur de ce qui est en train d’arriver à ce qui était autrefois leur lieu de vie paisible. Visiblement Cael aussi a remarqué cette absence puisqu’il me demande de lui laisser mon Keunotor pour une drôle d’expérience avec son Riolu. Après explication, il s’agit en fait d’une façon de savoir où sont les autres Keunotors normalement présents ici. Très bonne idée de sa part, même si pour l’instant son pokemon reste plongé dans une sorte de transe. Nous continuons de marcher, croisant plusieurs agents de police sur le passage. Etonnant, Alamos n’est pas connue pour sa criminalité. Encore une des conséquences de ces mystérieux incidents. Nous pénétrons finalement dans le centre pokemon, lui aussi assez calme.

Enfin ça c’était jusqu’à ce qu’une furie rose nous fonce dessus, enfin plus particulièrement sur Link. La scène ne dure pas longtemps puisque Cael finit par tomber sur le dos, se prenant les pieds dans mon Keunotor qui avait quitté mes bras quelques instants plus tôt. Même si mon pokemon n’a pas trop souffert, les épaules de mon ami eux n’ont pas dû apprécier la chute à plat dos. Nous l’aidons tranquillement à se relever, lui laissant ainsi le temps d’expliquer à cette jeune infirmière Joy de quoi il en retourne. Une fois calmée, elle met enfin une identité sur nos visages, surement communiquée par la Fédération. Elle leur adresse d’ailleurs un rapide coup de fil avant de revenir vers nous. J’en profite pour me présenter de nouveau et ainsi me glisser dans la conversation qui vire sur les affaires de familles. Même si nous avons fait des grands pas sur ce sujet, je pense que ma présence pourra alléger le moment.

Oui c’est bien moi, mais vous pouvez m’appeler Ida c’est plus simple. Moi je veux bien voir une photo de Cael petit !


L’infirmière rit avec moi avant de s’élancer à la recherche de cette fameuse photo sous le regard dépité de mon ami ranger. Après quelques minutes de recherches, elle finit par sortir une petite photo où on la reconnait clairement, quoi que pas très âgée, en compagnie de celle qui semble être la mère de Cael, ainsi que lui-même. Il est beaucoup trop mignon avec ses toutes petites couettes et ses joues rondes. Je ne peux m’empêcher de sourire avant de lui dire. « Tu es vraiment adorable là-dessus, ça aurait été dommage de ne pas la voir. Ta mère est très belle, tu lui ressembles je trouve, enfin au-delà des cheveux bien sûr ».

Nous n’avons pas vraiment le temps de poursuivre la conversation plus loin que deux personnes rentrent dans le centre pokemon, nous obligeant de manière presque surnaturelle à nous retourner vers eux. Les deux jeunes semblent avoir dans la vingtaine eux-aussi. La jeune femme, bien qu’assez grande, garde un visage enfantin. Ses très longs cheveux châtains sont rejoints dans une tresse tandis que son look se compose d’un jean troué, d’un débardeur blanc et d’une veste kaki. Le jeune homme quant à lui est habillé plus sobrement. Un jean et un t-shirt noir moulant contraste avec sa peau légèrement matte. Mais le plus surprenant est la teinte de ses cheveux, complètement blanche. Un coup d’œil suffit à nous faire comprendre que ce sont des rangers, au vu du matériel qu’ils transportent. Ils nous saluent tous les deux de la main jusqu’à ce que la fille commence.

Vous devez être Ida et Cael de la PC ? Enchantée je m’appelle Nil et voici mon camarade Esteban. C’est nous qui vous avons fait venir. Il manque encore une personne mais vous la verrez surement plus tard, elle est occupée pour l’instant. Installez-vous nous allons discuter.  

Suivant ses conseils, nous prenons tous les 4 place sous le regard attentif de l’infirmière Joy, située un peu plus loin en compagnie de sa Leuphorie. Esteban reprend alors la parole pour entamer une conversation.

Vous avez eu le temps de lire les informations nécessaires sur l’état actuel de la ville ? Avez-vous des pistes ?

Oui oui bien sûr nous en avant parlé…

Ma phrase ne va pas plus loin que deux pokemons relativement imposants pénètrent dans le centre. Un magnifique Méganium et un…Noctunoir ? Le temps que je comprenne je mets immédiatement une main devant les yeux de mon ami pour lui cacher la vue. Surprise, Nil reprend rapidement la parole pour lever le doute. « Ne vous inquiétez pas ce sont nos pokemons. Je vous présente ma Méganium et le Noctunoir d’Esteban. Il y a un problème ? »

Euh non non aucun ! Je me mets alors à chuchoter à l’oreille de mon ami suffisamment pas pour que les deux rangers ne nous entendent pas. « Si j’enlève ma main tu ne vas pas tomber dans les pommes à la vue de ce pokemon spectre ? Tu me le promets ? » Le garçon aux cheveux roses me fait signe de la tête, me permettant de lui rendre la vue. Je croise fort les doigts pour qu’il n’y ait pas d’incident pendant la mission. On en a déjà assez à gérer comme ça. Je reprends donc ma conversation.

Désolé je disais donc. Nous nous sommes renseignés de notre côté et selon moi j’exclurais la cause biologique. Avant d’être élève ranger je suis pokeathlète médecin avec pas mal d’expériences. La seule hypothèse que je vois ce sont des troubles explosifs intermittents mais le caractère cyclique me fait tiquer. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur ça ?

Oui bien sûr. En fait tous les jours, à la même heure, les pokemons déraillent complètement. Souvent ça ne dure pas longtemps mais les dégâts sont à chaque fois plus importants et nous n’avons pas la moindre idée de comment arrêter tout ça.

A quelle heure cela se passe environ ?

La bouche d’Esteban s’ouvre mais il n’a pas le temps de prononcer le moindre mot qu’une alarme très forte retentit dans tout le bâtiment.

Maintenant.



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 15 Juil - 22:55
Aaaaah, non, non, non! Pourquoi ça doit finir comme ça, alors qu'on est à des centaines de kilomètres de Cléo?! Lutter contre une horde de Pokemons enragés et rendus fous par un mal mystérieux, ok. Mais si Clem sort cette photo pour Ida, je me barre à la nage après avoir plongé du pont d'Alamos, s'il le faut! Le temps que Clem disparaisse pour sortir les éléments les plus compromettants possibles (C'est un complot...), je fais mine de me concentrer sur Link.
Le Riolu est toujours complètement immobile, mais ses pattes se sont levées à hauteur de sa poitrine et forme une sorte de V inversé. À intervalles réguliers, le type Combat pivote doucement : manifestement, il n'a pas encore fini d'envoyer son aura dans les directions les plus intéressantes; je tenterais bien de l'effleurer légèrement, mais j'ai peur de le déranger.  Et déranger Link quand ça implique l'aura, ça ne finit pas exactement comme prévu...

''Tu es vraiment adorable là-dessus, ça aurait été dommage de ne pas la voir. Ta mère est très belle, tu lui ressembles je trouve, enfin au-delà des cheveux bien sûr »''

''*Grmbfl*''

NON, JE ROUGIS PAS, C'EST LA CHALEUR! Si Lucki était là, il sentirait néanmoins ma petite hésitation, avant de détourner mon regard du cliché. Quand tout sera fini, faudra que je demande à Clem de m'en faire une copie...Mais revenons à notre mission!
Les portes du Centre Pokemon teintent légèrement pour annoncer les nouveaux visiteurs et d'un mouvement parfaitement synchronisé, nous nous retrouvons ainsi nez-à-nez avec...OH MON DIEU, DES RANGERS! T'AS VU IDA, CE SONT DE VRAIS RANEGRS AVEC DES CAPSTICKS DE POIGNET ET TOUT ET...J'AI DEJA DIT QUE C'ETAIT DES RANGERS ?
Le temps que je me calme (Ok, c'est un mensonge), les deux nouveaux-venus se sont suffisamment rapprochés pour faire les présentations. Pas d'uniformes en vue, on dirait qu'ils sont en civil. Celle qui se présente sous le nom de Nil, nous invite d'ailleurs rapidement à nous asseoir. Quand à son camarade, j'vais pas vous mentir...Il a trop la classe ! J'hésite entre l'écouter avec attention et la dévorer des yeux, mais dans le doute, j'crois que je vais faire les deux!

''Vous avez eu le temps de lire les informations nécessaires sur l’état actuel de la ville ? Avez-vous des pistes ? ''

''Oui oui bien sûr, nous en avons parlé…''

Dos à la porte, j'entends de nouveau cette dernière tinter, mais alors que Idalienor s'interrompts brusquement et que je commence à me retourner...

''EEEEH, IDA, qu'est-ce que tu fabriques?!''

Comment tu veux que je puisse admirer leurs équipem...pardon, participer à la conversation, si j'ai ta main sur les yeux? Je me débats quelque peu, juste avant que Nil ne vienne éclairer ma lanterne.

« Ne vous inquiétez pas ce sont nos pokemons. Je vous présente ma Méganium et le Noctunoir d’Esteban. Il y a un problème ? »

*Glups*

Un...Noctunoir? C'est une blague, hein? De TOUS les Pokemons de la création, ça ne peut pas être celui-là, spécifiquement qui vient de nous rejoindre. Ah ah, c'est une bonne plaisanterie, mais on a une situation d'urgence, et...

'' Si j’enlève ma main tu ne vas pas tomber dans les pommes à la vue de ce pokemon spectre ? Tu me le promets ? ''

...ah donc, c'est pas une blague. Crispé au maximum, je ne parviens qu'à hocher la tête tandis qu'un frisson glacé commence à se répandre le long de mon échine. Juste un coup d'oeil..non, j'ai promis et je sais que si je le regarde, j'vais me pétrifier. Les yeux résolument fixés sur Nil, j'écoute la conversation reprendre (Fin, dans ma tête, ça ressemble plutôt à ''Tu es da ns un endroit merveilleux rempli de biscuits et de cookies, il n'y a aucun problème...ALLEZ, CROIS-Y UN PEU!''), tandis que Link, ayant senti mon trouble, semble commencer à sortir de sa transe.
Manifestement, les Rangers de la Fédérations sont déjà sur place depuis un certain temps, mais niveau infos, on reste très léger. Pas de pistes, pas d'hypothèses, juste que le phénomène est trop cyclique pour être un hasard et qu'il n'y a encore aucun moyen de le limiter. Quand à sa période d'activation...

*OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN*

Avant qu'Esteban ne noue réponde, les multiples alarmes qui ornent le haut des pylônes d'Alamos lui épargnent cette peine : mugissant avec une synchronisation parfaite, elles remplissent la ville de leurs plaintes en quelques secondes. Un peu pris de court, nous ne pouvons qu'échanger un regard avec Ida, juste avant que Clem ne se lève brusquement pour passer derrière le comptoir du Centre Pokemon.  Dans le même temps, Les deux Rangers rappellent leurs partenaires dans leurs Pokeballs (Un Noctunoir de moins, c'est au moins ça). Avec un regard en direction du Keunotor d'Ida et de mon Riolu, Esteban laisse échapper un conseil rapide, d'une voix presque murmurée.

''Vous devriez faire de même. Aucun Pokémon n'ai à l'abri et même si les murs du Centre sont épais, ils ne les protégeront pas complètement.''

''Pardon?!''

*DONG*

Comme pour souligner les paroles du Ranger, un son lourd et caverneux semble résonner dans toute la ville, surpassant même celui des alarmes. Avec la puissance d'une centaine de cloches aux timbres variés, une étrange mélopée résonnante commence alors à se faire entendre : des sons de plus en plus graves, une montée en force, suivi d'une sorte de rupture brusque dans les aigus. La mélodie n'est pas des plus agréables, elle est même...assez grinçante.
Une à une, les notes se répandent dans les rues et si Clem a rapidement abaissé de lourds volets métalliques pour couvrir les vitres et la porte du Centre, quelques reliquats parviennent tout de même à nos oreilles. Il y a quelque chose de presque...fantomatique à ce que cette musique soit désormais le seul son que nous puissions entendre et un bref regard par les interstices des volets me suffit pour constater que la place jusqu'ici assez vivante, est désormais complètement déserte. Je n'aurais pas vraiment besoin d'interroger Nil à ce sujet, vu que un simple regard dans sa direction suffit à lui rendre la parole.

''Après les premiers incidents, ils ont décidé de mettre en place des alarmes pour signaler aux gens quand il fallait rentrer leurs Pokemons et se barricader chez eux. Dans l'ensemble, ça a limité le nombre d'accidents, mais la ville ne pourra pas tenir longtemps comme ça...Surtout vis-à-vis des touristes.''

Mais...

''Et vous aussi, vous vous barricadez, ou...?''

''À tour de rôle seulement. La dernière fois qu'on est sortis en équipe, ça a failli mal tourner à cause de nos propres Pokemons. Et ne t'inquiète pas trop, p'tit rose, on dirait que tout le monde a entendu l'alarme. Ce qui n'est pas plus mal, considérant que même nos...''

''Aaaaaaaaaaaaah!''

Figée sur place, Nil manque de me renverser (Qu'est-ce qu'ils ont tous, aujourd'hui?) pour se précipiter vers la fenêtre : écartant deux lames du volets, il suffit d'un simple coup d'oeil pour que son air relativement détendue se fige en un regard glacial.

''Esteban...il y en a encore un.''

Prudemment, nous nous rapprochons du volet, que Nil écarte légèrement davantage : tandis que son partenaire laisse échapper un soupir profond, nous découvrons ainsi un homme d'une quarantaine d'année, manifestement un touriste vu sa tenue (les tongs, ok...mais la chemise hawaienne?), recroquevillé contre la fenêtre qui se trouve au centre de la place. On pourrait croire qu'il essaye de fusionner avec la roche, tant il se plaqué contre cette dernière pour s'éloigner au maximum de la gueule remplie de crocs qui pointe dans sa direction. On dirait qu'il n'a pas pu se cacher à temps et le Luxray qui le menace ne semble ABSOLUMENT pas décidé à le laisser partir en un seul morceau.
Sans réfléchir, j'approche la main de l'interrupteur commandant l'ouverture de la porte, mais Esteban m'attrape le poignet sans un mot, avant de hocher négativement la tête.

''Il va se faire bouffer, si on le laisse comme ça! Vous allez pas rester les bras croisés?''

''Pour qui tu nous prends? Esteban, la porte!''

Agissant de concert, Nil recule de quelques pas, avant de prendre une grande inspiration : à son signal, Esteban enfonce brutalement la commande et comme un missile, la jeune fille plonge sous le rideau métallique, juste avant que son camarade n'inverse la descente de ce dernier. L'opération n'aura pas duré plus de cinq secondes, mais...Raaaah, j'ai des bourdonnements dans les oreilles, c'désagréable.

''Elle va s'en sortir?''

''C'est une pro.''

Il peut dire ce qu'il veut, ce Luxray en furie est encore plus impressionnant que le Félinferno que j'ai croisé cet été : Nil n'a pas plus tôt attiré son attention, qu'en deux bonds, le félin s'est précipité sur elle en rugissant. Profitant de l'occasion, l'ex-victime du type Elek se précipite en direction du Centre Pokemon, tandis qu'Esteban actionne de nouveau la porte. Mais si le touriste se retrouve ainsi à l'abri, suant et haletant, la situation de Nil se complique légèrement, lorsque le Luxray lui coupe la route vers le bâtiment. Mains tendues en avant, la Ranger semble chercher une issue...Et j'ai pas besoin d'être un pro pour voir qu'il n'y en a pas!

''Faut aller l'aider! Ouvrez la porte!''

''Non, c'est trop dang...!''

Plus on discute, plus elle a de chances de se faire avoir! Écartant la main d'Esteban, j'enfonce l'interrupteur à mon tour, avant de me glisser sous le volet entrouvert. Son autre main ne se referme que sur du vide, puisque j'ai déjà fait trois bons mètres en direction du Luxray. Et non, je ne suis pas assez stupide pour tenter de faire appel à Sol ou Link, j'ai bien tendu, merci! En revanche, je dois pouvoir tenter de le perturber suffisamment pour que Nil puisse agir. Un bon coup de Capstick devrait suffire pour le désorienter en on aura plus qu'à rentrer à l'abri!

''...AIE!''

J'ai à peine haussé mon épaule que la douleur se manifeste de nouveau, suffisamment forte pour que je laisse échapper un cri de douleur. Dans le même temps, le Luxray pivote vers l'origine de ce nouveau son...avant de me fixer de ses yeux complètement exorbités en grondant!

''ATTENTION!''

Si ma tentative pour le distraire n'a pas eu l'effet escompté, elle a au moins permis de détourner son attention...sur moi! Avant que le félin ne bondisse sur sa nouvelle cible, Nil s'est élancé sur son coté, pour lui assener un bon coup de genou dans le flanc. Momentanément privé d'oxygène, le type Elek ne peut pas calibrer son coup de griffe et la Ranger parvient à m'atteindre, et à m’entraîner à sa suite. Esteban a déjà relevé le rideau et je traverser ce dernier, à moitié jeté par la jeune fille qui termine par une glissade sous les lattes métalliques. Une fraction de seconde après notre entrée, un bruit sourd se fait entendre, tandis que le Luxray tente vainement de lacérer la barrière qui lui bloque le passage.

''Fiou...T'es vraiment pas bien, tu le sais ça? Un peu plus et tu finissais en carpaccio! ''

''J'pourrais dire la même chose pour vous! Si on était resté là à vous regarder, il aurait fini par vous avoir!''

Je sais, je crie aussi mais c'est l'adrénaline qui redescend! J'suis peut-être encore en formation, mais ça veut pas dire que je suis pas un Ranger! Et là, elle avait clairement besoin d'aide! Par contre, allez expliquer ça à Ida et Clem qui s'approchent de moi....Ça va barder pour mon matricule.
Et en plus, j'ai encore plus mal à l'épaule...

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Lun 23 Juil - 13:35


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Les sirènes se mettent à retentir à travers le centre pokemon et surement à travers la ville comme on peut en juger par les échos qui viennent de l’extérieur. Avant même que je puisse réaliser, mon Keunotor vient avec sa petite patte activer sa pokeball qui se trouve à ma ceinture et disparait dans une lumière rouge. Le bruit était-il si gênant à ses petites oreilles pour retourner dans sa pokeball de sa propre volonté aussi vite ? Surement au vu de sa vitesse de réaction. C’est peut-être parce qu’il est encore jeune. En tout cas il semblerait qu’il ait eu le bon réflexe puisque les rangers en font de même et nous encourage vivement à ne plus ressortir nos pokemons pour l’instant. Dans le même temps, les rideaux se ferment, enfermé le centre pokemon dans le noir, complété par quelques rayons de soleils qui passent à travers le rideau de fer.

Seulement, l’alarme n’est pas le seul son perceptible. Par-dessus, de manière assez légère, on distingue un tintement très amplifié, un peu comme une grosse cloche. La musique dure pendant de longues secondes en réalité, emmenant un grand silence dans le bâtiment, comme si tout le monde écoutait avec attention cette mélodie. Je ne saurais dire si elle est vraiment belle ou non, mais je ne sais pas, j’ai un drôle de pressentiment. Le bruit finit par s’arrêter, laissant Nil accéder au volet pour jeter un œil dehors. Cael en fait de même et je les suis très rapidement pour comprendre la conversation. Comme ils n’en sont pas à leur premier incident en ville, un certain protocole a été mis en place, de sorte à limiter les dégâts. Heureusement d’ailleurs sinon la ville serait déjà en ruine à l’heure actuelle. Entre les pokemons des dresseurs plus les pokemons sauvages, je n’ose imaginer jusqu’où ils pourraient aller dans leur crise. D’une certaine façon, cela va être à nous de le découvrir pour les arrêter. Même les rangers semblent un peu perdus, d’autant plus que d’après leur dire leurs pokemons aussi auraient subit les effets de ces crises. Je comprends pourquoi ils ne voulaient prendre aucun risque avec les nôtres. Autant mon Keunotor n’aurait pas été trop loin dans les dégâts, autant ma Roserade ou ma Zoroark auraient pu aller beaucoup plus loin. Il va falloir être très prudent.

Un peu perdue dans mes pensées, je ne remarque que tard que tout le monde n’a pas eu le temps de se réfugier à l’intérieur. Un homme est dehors, complètement apeuré face à son Luxray subissant une de ces crises. Ses crocs sont ressortis, prêt à déchirer tout ce qui passera dessous. Ni une ni deux, mon ami ranger s’élance vers la porte pour l’ouvrir. Heureusement il est vite arrêté par Esteban, sans pour autant réellement le calmer. Cael s’agite, et j’essaie de lui répondre comme je peux. « Il faut qu’on trouve un moyen d’action, on ne peut pas foncer comme ça sans nos pokemons ! ». Mais visiblement Nil se laisse emporter par la fouge de mon ami et passe sous le petit inter ciste de la porte, laissez ouvert par son partenaire. Je plonge immédiatement sur la fenêtre pour observer ce qu’il va se passer dehors. Je ne doute pas des compétences de la brune, mais la situation semble mal partie. Une jeune femme face à un Luxray enragé. Le vainqueur parait se dessiner.

Le touriste parvient à regagner le centre pokemon, tel un échange de victime entre lui et la ranger, er est pris en charge immédiatement par Clem. Visiblement elle aussi a l’habitude de ce type d’événement. Tout de suite, elle trouve les mots justes pour le calmer et le rassurer. Je lâche assez vite cette scène du regard pour me concentrer sur l’extérieur. Cael et moi regardons sans un mot notre mentor pour cette mission. La situation est tendue pour Nil. L’accès à la porte est complètement bloqué par le pokemon enragé qui se rapproche dangereusement d’elle. De manière totalement inattendue (enfin si j’aurais dû m’y attendre en fait), Cael active la levée de la porte et se glisse dessous, laissant Esteban totalement abasourdi. Je m’approche à mon tour de la porte mais cette fois-ci, le jeune homme ne perd pas de temps. Avec force il me saisit le poignet pour m’empêcher d’avancer.

Tu n’as pas intérêt à faire un geste de plus. L’un de vous deux dehors c’est déjà beaucoup trop.

Je sais bien ! Comment pouvons-nous faire pour les aider ?

On ne peut que rester là et les réceptionner quand ils auront trouvé une ouverture.

Je me précipite de nouveau sur la fenêtre pour voir ce qu’il se passe dehors. Cael a pensé à utiliser son Capstick mais son geste typique des rangers n’aboutit à rien. A la place, je devine qu’il pousse un cri de douleur. Je n’ai pas le temps de me poser plus de question que le Luxray fonce dans sa direction, prêt à attaquer. « Cael ! » Comme si Nil avait entendu mon appel au secours, elle assène un violent coup de pied au pokemon, permettant aux deux rangers de regagner l’intérieur du centre juste avant la fermeture du rideau de fer. Une fois assurée que les deux sont bien à l’intérieur et entier, je lâche un profond soupir. Il s’en est fallu de peu. Les autres commencent à se disputer surement sous la retombée de l’adrénaline. Pour tenter de calmer le jeu, j’attrape le bras de Cael et l’emmène un peu plus loin tout en m’excusant auprès des rangers « Désolé mais lui et moi on doit vraiment avoir une discussion très sérieuse, entre élèves vous voyez ? »

Une fois suffisamment loin, je reprends la conversation avec mon ami « La prochaine fois que tu fais ça, préviens-moi que je puisse venir avec toi » Je lui lance un clin d’œil amusé avant de cette fois-ci glisser au creux de son oreille « Et je crois que tu as des choses à me dire à propos de ton épaule non ? » Je vois son visage se figer un instant mais je ne le laisse pas continuer la conversation pour retourner auprès de nos collègues de mission. A moi de prendre la parole.

Et donc c'est comme ça pendant combien de temps ? Et je présume qu’il n’y a pas qu’un seul pokemon à gérer. Il doit y avoir les pokemons sauvages aussi.


Ça dure en général une vingtaine de minutes, les effets doivent déjà être en train de de dissiper à l’heure qu’il est. Tu as raison il y a aussi les pokemons sauvages à gérer, mais ils ne sont pas dans ce coin-là. C’est Anaba qui doit être en train de s’en charger à l’heure où on parle. Ce que je vous propose c’est de rester ici le temps que les alarmes s’arrêtent et ensuite vous n’aurez qu’à aller au tour de l’Espace et du Temps. C’est un endroit à voir absolument quand on est à Alamos, et puis ça vous permettra de voir toute la ville. Après tout c’est ici que vous allez évoluer pendant ces quelques jours, il faut connaitre le terrain.

La proposition de Nil me parait être plutôt bonne. Assise sur un canapé, nous discutons tous ensemble des attaques qui ont eu lieu jusqu’à présent dans la ville, avec des photos à l’appui mais surtout les ressentis des rangers qui étaient sur place. Ils nous expliquent également comment leur pokemon ont petit à petit changer de comportement, jusqu’à en devenir dangereux pour les autres. Cela n’a pas dû être simple à vivre pour eux, et bientôt ça sera à notre tour de comprendre tout ça. Je déglutis. Pour une première mission ranger j’aurais pu choisir plus simple. Je n’ai aucune expérience dans le domaine en plus. Mais un ami avait besoin de moi, je ne pouvais pas le laisser y aller seul. Maintenant que je suis ici et que j’ai assisté à la scène de tout à l’heure, je réalise que j’ai vraiment pris la bonne décision.

Les rideaux du centre se relèvent, marquant la fin du confinement. Le Luxray rentre tout doucement à l’intérieur et s’approche de son dresseur, comme s’il se souvenait parfaitement de ce qu’il avait fait un peu plus tôt. Une peine profonde se lit sur son visage. Cela doit être dur pour un pokemon de subir les effets de ces crises et de se retourner contre son propre dresseur. Avec Cael, nous quittons les lieux pour nous rendre au monument central de la ville. Heureusement il n’est pas très loin, impossible de se perdre. Effectivement, il y a beaucoup de marches à gravir, mais ça fait partit du défi pour accéder à la vue non ?



Ok je suis clairement à bout de force. J’aurais pu demander à Ainara ne me faire voler jusqu’en haut, mais ça aurait été tricher par rapport à mon ami. C’est limite si je ne me jette pas par terre quand j’arrive à la terrasse finale, nous donnant une vue imprenable sur toute la ville. Par réflexe, je relâche ma Heledelle pour qu’elle profite du ciel bleu de la ville mais aussi mon Keunotor qui n’a pas l’air d’avoir peur du vide vu la façon dont il se promène le long de la barrière de la terrasse. Je m’appuie à mon tour contre la rembarde et admire la vue incroyable que cette position nous offre. C’est à couper le souffle. Une fois le ranger rose suffisamment proche de moi, j’entame la conversation.

Alors Cael, raconte-moi ce qu’il se passe. Pour continuer dans cette mission, je crois qu’on a besoin de tout se dire, pour qu’on puisse s’épauler tu ne penses pas ?



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mar 14 Aoû - 22:10
‘’ Désolé mais lui et moi on doit vraiment avoir une discussion très sérieuse, entre élèves vous voyez ?’’

Alors, affronter un Luxray en furie, ça je peux le faire. M’engueuler avec une Ranger confirmée, alors que je suis juste un stagiaire en formation (M’en fiche, j’ai  eu raison !), ça aussi, je peux tenter. En revanche, lorsque ida m’attrape le bras pour m'entraîner à l’écart, je dois avouer que j’ai une ‘’légère’’ angoisse qui monte.
Non parce que je la connais, Idalienor : en apparence, elle est toute douce et gentille mais quand on l’énerve, même Katara est moins violente ! Une fois à l’écart, la Pyroli me lâche le bras, ça me laisse une ouverture de 0.5 secondes pour plaider ma cause avant l’incinération !

‘’Attends Ida, j’ai juste…’’

Quoi ? Comment ça, ‘’prévenir pour qu’elle vienne avec moi’’ ? Elle est même pas...en colère ? Juste dépitée de ne pas m’avoir accompagnée ? Donc...pas de tourte au Ranger au menu ? Manifestement non, mais ça va pas m’empêcher de me sentir complétement honteux.

‘’Désolé. J’aurais dû mais j’ai juste réagi quand Nil s’est retrouvée bloquée.’’

Mes excuses se seraient sûrement prolongées, si la Pyroli n’avait pas repris la parole en me chuchotant quelques mots à l’oreille. Et comme si sa voix avait déclenchée une réponse quasi-immédiate, je sens le sommet de mon épaule se tendre, tandis qu’une légère pointe de douleur vient l’étreindre.
Elle a remarqué. J’aurais dû m’en douter, en même temps, c’est pas comme si c’était quelque chose de facile à masquer.
Un peu déstabilisé, je ne réponds pas tout de suite à Ida, avant de saisir une de mes couettes pour l’entortiller autour de mon doigt, tout en faisant mine de regarder la porte d’entrée...Je sais, c’est crétin mais rien que ce geste, ça m’évite de la fixer du regard et qu’elle voit mes yeux en face. Heureusement pour moi, la jeune fille semble vouloir reprendre la discussion avec les deux Rangers, une excellente échappatoire pour que j’évite de répondre à ses questions pour le moment !

‘’Et donc, c’est comme ça une fois par jour, pendant combien de temps ? Et je présume qu’il n’y a pas qu’un seul pokemon à gérer. Il doit y avoir les pokemons sauvages aussi.’’

‘’Y’a aussi un truc que je pige pas. Si ça se produit toujours aux mêmes heures, vous avez bien dû chercher ce qui changeait en ville à cette heure précise, non ? Vous n’avez rien trouvé ?’’

Tandis que sa partenaire continue d’expliquer à Ida les caractéristiques du phénomène, ainsi que le fait qu'apparemment, la fédération a envoyé un troisième Ranger pour mener l’enquête, Esteban se contente de me fixer un instant, avant de se pencher sur la table en me faisant signe de l’imiter.
D’une main, le Ranger dégage une sorte de carte de la pile de photos et de documents, avant de la déplier tout en récupérant une sorte de marqueur de l’autre main.

‘’...Ok, je vois.’’

Même si c’est assez difficile à comprendre à première vue, la ville s’étend beaucoup plus que ce qu’on pourrait imaginer sur les falaises. La zone entourée par Esteban marque l’espace qu’ils ont pu couvrir à trois et on est même pas à un tiers de la surface totale. Si jamais la cause est bien en ville, ils auraient très bien pu passer à coté sans l’apercevoir, tant l’endroit est immense.
Raison de plus donc pour suivre le conseil de Nil et faire l’ascension de la Tour de l’Espace et du Temps : de là-haut, on pourra peut-être découvrir quelque chose en ayant une vue d’ensemble des batîments et Link aura une meilleure position pour lancer son impulsion d’aura. Et puis en plus, c’est un truc à faire une fois  dans sa vie !
En attendant la fin de l’alerte, j’en profite pour regarder les photos étals, avant de remarquer quelque chose de troublant : Nil et Esteban apparaissent sur certaines d’entre elles et semblent aux prises avec des Pokémons en fureur, pourtant leurs visages expriment plus de détresse que la concentration qu’on pourrait attendre d’eux dans une telle situation. Et la Ranger ne tarde pas à m’éclairer à ce sujet...Donc, même nos Pokemons peuvent lentement commencer à devenir aussi violent que ceux d’Alamos. Comme une maladie insidieuse, ils commencent par se rebeller, avant d’entrer dans une phase de stress intense, puis viennent les crises de violence qui se répètent avec la régularité d’un métronome chaque jour. On a bien fait de faire rentrer nos Pokemons mais je jette tout de même un petit coup d’oeil à la Pokeball de Link, inquiet pour le Riolu hypersensible.

*TOUIIIIIIN*

Une nouvelle sirène résonne alors pour annoncer la fin de la crise, on va pouvoir sortir d’ici , il semblerait. Nil et Esteban finissent de compulser leurs informations en nous attendant, donc après ce détour, on aura qu’à rentrer au Centre Pokemon. Direction la tour de l’Espace et du Temps !

‘’Hep hep hep !’’

‘’Euh, oui ? Clémence, y’a un problème ?’’

‘’À ton avis ? On vous a sûrement prévenu que vous logeriez ici. Comment je suis censé vous préparer à manger, si j’ignore ce que vous voulez pour ce soir ? À l’époque, Cléo m’avait déjà prévenu que t’étais un vrai petit goinfre. Et je me souviens même d’une fois...’’

‘’TOUT CE QUE TU VEUX, VIENS IDA, ON Y VA, À TOUT À L’HEURE !’’

Agrippant la main de la Pyroli, je l'entraîne à l’extérieur, avant que l’infirmière aux cheveux roses ne poursuive (Pas fou , non ?). J’avoue que je commence à avoir un creux mais entre ça et Clémence qui continue à donner tous les détails possibles à Ida, j’ai fait mon choix !

*******************

Aaaah, nous voici devant la Tour en question. C’vrai qu’elle semble vachement plus grande, vu d’en bas. Liu est même sorti et l’Evoli tourne entre mes jambes, ravi de pouvoir se dégourdir à nouveau les pattes. Quand à Link, je le porte de nouveau sur mes épaule, tandis qu’il poursuit sa méditation.
C’est beaucoup plus simple pour ui s’il est hors de sa Pokeball et puis, ça me fait un peu d’exercice. Enfin, un peu..

‘’Alors, combien de marches ?...Ah. C’est l’année de construction, ça, non ? Non ? Bon, alors, ça fait...1548 MARCHES ?!’’

Et pas d’ascenseur, évidemment. Autant vous dire que nous ne sommes plus très frais en arrivant au sommet. Aussi suants que haletants, nous nous effondrons presque sur la rambarde qui jouxte les remparts au sommet de la tour et si Ida laisse sortir son Heledelle, pour ma part, je vais juste m’assurer que Liu ne va pas aller gambader de l’autre côté des balustrades !
De son côté, Link se repose déjà en tailleur contre la barrière de métal ,les yeux mi-clôts. Ça ne devrait plus tarder mais je préfère ne pas le déranger avant qu’il finisse et part donc admirer la vue avec Idalienor.

''Alors Cael, raconte-moi ce qu’il se passe. Pour continuer dans cette mission, je crois qu’on a besoin de tout se dire, pour qu’on puisse s’épauler tu ne penses pas ?''

Manifestement, la vue n’est pas la seule chose dont la Pyroli souhaite discuter. Et si je tique sur son choix de mots, elle aura au moins réussi à me faire réagir : machoires un peu crispées, les doigts serrés sur la balustrade, je sens de nouveau la douleur sourde envahir mon omoplate. C’est comme une pointe qu’on enfoncerait doucement, pas uniquement douloureuse mais également désagréable au possible. La sueur qui poisse mes cheveux masque assez bien celle qui vient se rajouter sous le coup de la douleur, mais pour le moment, Idalienor se contente d’observer….J’pourrais tourner les talons, ne rien dire ou juste changer de sujets. Et c’est ce que j’envisage de faire en premier lieu.

‘’...’’

Je sais qu’il est pas là. Ah ah, c’est bien ça le problème d’ailleurs, IL N’EST PLUS LÀ. Et pourtant, même dans cette situation, je sens encore son regard désapprobateur qui se pose sur moi, juste parce que j’hésite à me confier à Ida. Et ce qui m’énerve encore plus, c’est qu’il a raison...C’est mon amie. Elle compte sur moi, elle a besoin d’être à son maximum et elle ne pourra pas le faire si je ne lui dis pas tout. Allez Cael, on prend une grande inspiration et...on se lance. Les sangles de mon Capstick détachées, je laisse tomber ma veste avant de relever la manche du T-shirt qui se trouvait en dessous : sur tout le long de l’avant-bras, une séries de lignes un peu plus claires courent jusqu’au sommet de l’avant-bras, avant de se prolonger jusqu’à l’épaule.

‘’L’été dernier, à  Alola...on avait une mission avec Max, Maxine Arago, je sais pas si tu la connais. On devait protéger un Pokemon gardien contre d’autres qui voulaient se débarrasser de lui pendant qu’il transmettait son pouvoir à son successeur. On s’est battu toute la nuit pour repousser les Pokemons qui s’approchaient de sa caverne et tout se déroulait sans problème pour nous.’’

Oui, aucun problème. Sauf…

‘’Mais à la fin...ils sont arrivés. Trois Pokemons bien plus puissants que les précédent. Et parmi eux, il y avait un Félinferno. Il était bizarre, je me souviens juste que sa fourrure était complètement noire et de ses griffes, super larges et luisantes.’’

Rien qu’à en parler, je m’y revois presque...La caverne. La fatigue des combats précédents. Et cette...chose. C’était même pas un Pokemon.

‘’Il a envoyé Lucki a terre en une seule frappe et il m’a balancé contre un mur de la caverne tout aussi rapidement. Mon starter bougeait plus et l’autre continuait d’avancer vers sa proie. Il aurait pu en finir avec Lucki mais il l’a juste ignoré.  Et tu le connais..Il s’est pas laissé faire, ce grand imbécile.’’

Peut-être qu’il aurait dû...Sans ça, il n’aurait pas…

‘’Lucki l’a percuté, l’a trainé dehors et je l’ai suivi. L’autre encaissait les coups sans réagir et on a du s’y mettre à deux pour réussir seulement à le toucher. Mais petit à petit, ça a commencé à changer. Et lorsqu’on a cru qu’on avait réussi à prendre l’avantage, le Félinferno a craqué.’’

Tout en désignant mon bras du doigt, je fais remonter la ligne jusqu’à mon épaule avant de pointer le Capstick posé au sol.

‘’D’abord, il a utilisé un Boutefeu pour me balancer à mettre, puis il a détruit mon Capstick. Et ensuite, Lucki s’est déchaîné pour me protéger mais ça servait à rien. L'autre lui à même entaillé le visage avec ses griffes. J'ai vu le sang couler, il l'avait touché à l'oeil.  J’étais complètement paniqué, complètement perdu, on lui avait même lancé une Attaque Z pour le stopper, ça n’avait pas marché, il continuait d’avancer. Alors, je me suis juste jeté sur lui, j’voulais le ralentir. Et quand il a essayé de me frapper à nouveau, Lucki l’a attrapé par-derrière...Et a utilisé Tout ou Rien. Ça a fait sauter toute l'aura qu'il avait en lui et le Félinferno avec. L'explosion m'a soufflé et je me suis évanoui juste après ça.
Je la vois encore, tu sais. il avait une lueur dans le regard...il avait accepté ce qui allait arriver, juste avant de faire exploser toute son aura pour me sauver la vie.’’


La vue d’Alamos a beau être sublime et le soleil haut dans le ciel, j’ai juste...froid.

‘’J’ai passé plusieurs mois à l’hopital, en m’en sortant juste avec un bras cassé. Et quand je me suis réveillé, Lucki était...parti. Ma soeur m’a juste dit qu’il était resté pour me veiller plusieurs jours après son propre réveil, avant de disparaître un matin. Je le connais cet abruti, il est capable de s’en vouloir pour pas avoir réussi à me protéger...Tout ça parce que Monsieur est trop arrogant pour se demander ce que ça me fait À MOI qu’il ne soit plus là !’’


Mon poing s’abat sur la balustrade, faisant sursauter Liu, mais c’est plus la sensation humide qui me strie les joues qui me parait presque douloureuse.

‘’Et après ça, chaque fois que j’ai essayé de lancer mon Capstick, c’est comme si je reprenais cette foutue attaque Boutefeu en plein dans le bras. Comme si je revoyais l'attaque encore et encore ! J’ai beau faire toute la rééducation du monde, j’arrive même pas à lever le bras plus haut que ça ! AH !’’

Joignant le geste (rageux) à la parole, je tente de m’exécuter pour me retrouver une fois de plus arrêté à la même hauteur. Il a l’air beau, le Ranger qui ne peut même plus lancer son Capstick ! Pivotant dos à la ville, je m’agenouille à hauteur de Liu, qui semble légèrement inquiet devant mon état. Ma main passe dans la fourrure de l'Evoli mais le coeur n'y est pas.
Le regard voilé qui se redresse vers Idalienor est bien le mien, mais en y regardant bien, il semble presque...suppliant. Derrière nous, la machinerie de la tour semble se mettre doucement en mouvement pour activer une mélodie annonçant le zénith : des engrenages embarquent un disque de métal avant de le placer face à l’orgue de contrôle géant. Pourtant, même si les notes mélancoliques sont assez bruyantes et agréables à l’oreille, je ne perçois rien d’autre que le son de ma propre voix, un peu étranglée.

‘’Et si c’était permanent ? Et si Lucki revenait pas ? Et si ce soir-là, j’avais VRAIMENT tout perdu ? Qu’est-ce qui me reste, Ida ? Qu'est-ce que...je peux faire ? ’’

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Sam 18 Aoû - 22:47


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Le vent frais caressait avec douceur mon visage, faisant virevolter mes cheveux au passage. La vue d’ici est à couper le souffle. On a accès à toute la ville, dans ses moindres recoins. Ainara profite de cet endroit pour voler, suivant les courants d’air à sa guise. Son corps se laisse porter par la brise, une expression satisfaire se lit sur son visage. Je la laisse profiter tant qu’elle le peut, parce que je sais qu’après il me serra impossible de recourir à son aide. Cela me fait bizarre de me dire que pour cette mission je ne dois compter que sur moi, et pas sur l’aide de mes pokemons. Jusqu’ici j’ai tout fait avec eux. Ils m’ont soutenu, épaulé, et porté quand je ne pouvais pas le faire moi-même. Ils sont un soutien indispensable désormais à ma vie. Mais aujourd’hui, je me retrouve seule. Enfin pas vraiment. Cael est avec moi. Il le sera quand il m’aura dit la vérité.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que mon ami avait un souci au niveau de son épaule. Son mouvement aussitôt bloqué par ses propres forces ne m’avait pas échappé. Il est blessé, d’une façon ou d’une autre, et je dois rapidement savoir pourquoi. Notre duo a besoin de se compléter, dans tous les sens du terme. Mais si je veux qu’il puisse pallier mes faiblesses, je dois pouvoir pallier les siennes et surtout les connaitre. Ce que nous nous apprêtons à vivre n’a rien d’évident. Cette fois nous avons eu la chance d’être protégé par le centre pokemon. La prochaine fois nous devrons agir au côté de rangers confirmés, qui ont besoin de notre aide. Cael laisse un long silence après mes propos. Je ne le fixe pas, me contentant de regarder l’horizon. Je suis prête à prendre le temps qu’il faut. Je dois attendre qu’il soit prêt.

Les mots finissent par venir, suivies rapidement par les gestes. Il enlève en douceur sa veste, révélant une cicatrice sur son épaule. Une blessure, pas si vieille que ça au vu de l’état de la cicatrice. Je ne dis rien et le laisse tout déballer d’un coup. Une mission avec Max. Voilà le point de départ de tout ceci. Même si je suis proche des deux, aucun n’a jusque là tenu à m’en parler. Pourtant, ce qu’il s’est passé à l’air plutôt sérieux, et mes craintes se confirment. Pendant qu’il parle, je me reconstitue la scène dans ma tête. Tout ceci a l’air de s’être passé avec une extrême violence, tellement qu’il a fini à l’hôpital pendant un moment. Je soupire en le voyant s’emballer dans sa colère et sa tristesse. J’aimerais parler mais je ne sais pas quoi lui dire dans l’immédiat. Mieux vaut attendre qu’il finisse. Sa haine se comprend. Lucki, son fidèle starter, s’en est tellement voulu qu’il l’a laissé. Je ressens comme un pincement au cœur. Je n’imagine plus vivre sans Ruru désormais. Je ne supporterais pas qu’elle me quitte. J’ai trop besoin d’elle.

Sa colère est accompagnée d’un geste, qu’il est incapable de faire. Son bras ne se lève pas comme il devrait. Pire, ça lui fait mal, trop mal. Il finit par s’assoir contre le col, auprès de ses pokemons, son regard cherchant quelque chose dans le mien. Ses yeux sont le reflet de son état actuel. Désemparé. C’est moi qui lui ait demandé de tout me dire. Maintenant je sais à quoi j’ai à faire. Il ne me reste plus qu’à trouver les mots juste. Je m’assois juste à côté de lui, à l’instant même où l’horloge se met à retentir. Il est midi. La mélodie est superbe, tellement que mon petit Keunotor s’approche de lui-même des gros engrenages de la tour pour écouter avec plus d’attention la musique. J’attends que les notes se terminent avant de moi-même commencer. A mon tour, je retire mon gilet, lui montrant mes propres cicatrices. Les brûlures.

Tu te souviens de mes brûlures quand tu es passé à l’hôpital ? Je ne t’ai jamais dit comment je me les étais faite. Tu te souviens de l’incendie de Palladium ? Là-bas je me suis brûlée, gravement, et j’ai refusé d’aller me faire soigner. Après le recul je ne saurais même pas te dire pourquoi j’ai pris cette décision. Je crois que je n’avais pas les idées très claires de toute façon.

Je fixe avec une certaine mélancolie les restes de brûlures sur mon bras. C’est bien moins impressionnant qu’avant, mais on discerne facilement les marques rouges sur mon bras ainsi que les cicatrices suite à une greffe de peau que j’ai dû avoir. Rien de bien beau. Quand je pense qu’à mon entrée à l’académie, ce bras était aussi immaculé que celui d’un nouveau-né. Beaucoup de choses se sont passées depuis cette rentrée. Mais j’ai l’impression que je vais devoir aller un peu plus loin pour l’aider à remonter la pente. C’est mon secret, je ne l’ai jamais dit à personne. Mes parents, Kathy, et même Aria. Personne ne le sait. Mais je lui ais demandé de tout me dire. Pourquoi ne lui dirais-je pas tout à mon tour ? Doucement, j’ouvre ma main devant lui, révélant les restes de la marque en étoile violette que je porte.

Cette décision que j’ai prise, je ne reviendrais dessus pour rien au monde. Mais elle m’a fait faire des choses inconsidérées par la suite, que j’ai failli regretter. Tout comme toi, j’ai voulu reprendre ma vie d’avant après tout ça. Mais j’ai réalisé un problème. Je ne pouvais plus tirer à l’arc. Rien que le fait de lever mon arme me faisait horriblement souffrir. Je n’étais plus capable de décocher la moindre flèche. Mon monde s’est écroulé. J’ai enfin réalisé la portée sur le long terme de mes actes. J’ai pleuré, beaucoup. J’ai eu mal, longtemps. Mais j’ai reçu du soutien, des gens pour me porter, pour me dire que j’en étais capable, que je ne devais pas laisser mes choix me faire croire que j’avais, comme tu le dis, tout perdu. Alors je me suis battue, j’ai souffert, mais j’ai réussi. Je ne peux plus décocher autant de flèche qu’avant, je n’ai plus tout à fait la même aisance, mais j’ai retrouvé une grande partie de mes réflexes d’archère, et ça j’en suis très fière.


Je marque une légère pause, laissant le temps à mon Keunotor de revenir vers nous, jusqu’à se blottir dans mes bras. Tout en lui caressant la tête, je reprends mon discours.

Alors non Cael, tu n’as pas tout perdu, très loin de là. J’ai tendance à me dire que toutes les choses que nous vivons ne sont pas des pertes mais des expériences à prendre pour la suite de notre vie. Ce que tu as vécu est très dur, je suis d’accord. Mais tout n’est pas perdu pour autant. Lucki n’est plus là aujourd’hui, certes. Mais je le connais. Je sais qu’il ne te laissera pas tomber. Si ça se trouve, lui aussi est dans le même état que toi. Il a besoin de trouver des réponses à ses propres questions. Et je te rassure tout de suite, les médecins ont fait du beau travail sur toi. Je dirais même que ton bras est guéri. Mais pour l’instant, tu n’as pas retrouvé la confiance en toi nécessaire pour t’en servir à nouveau. Cael, tu ne dépends absolument pas de ce que tu étais. Tu es celui que tu seras… En fait je crois que cela ne veut pas dire grand-chose ahah. En espérant que tu me comprennes tout de même. Tout ce que je veux dire, c’est que tu dois apprendre à ne plus regarder en arrière. Tu dois regarder en avant, loin, tellement loin que tu ne peux même plus voir. Mais c’est ça qui est intéressant justement. Cette part de mystère que représente l’avenir. Et je serais là pour marcher à tes côtés autant de temps qu’il le faudra, c’est promis.


D’un geste chaleureux, je passe mes bras autour de lui pour le prendre dans mes bras. J’aime finir mes paroles comme ça. Je trouve ça toujours plus simple. Mais ma simplicité n’est pas universelle…


©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 19 Aoû - 19:36
Les touches s’égrènent. L’horloge d’Alamos vient de se mettre en marche et une à une, les notes de son orgue géant commencent à résonner dans tout l’édifice, avant de se répandre vers la ville. Pourtant, leur sonorité apaisante ne trouve aucun écho dans l’océan de détresse qui m’habite : j’ai juste besoin d’une réponse. À quoi est-ce que je peux bien servir, si je ne peux même plus être un Ranger ? Pas jouer au Ranger, ni même en rêver...Mais l’être. Parce que cette sensation de vie et cette douleur, elles ne font pas que m’empêcher de bouger.Non, même si je pouvais utiliser mon Capstick correctement, je sais déjà ce qui se passerait : ma cible subirait un déferlement de doutes et d’angoisse, qui enragerait n’importe quel Pokemon.
La mélodie  s’étale bien plus longtemps que ce que j’aurais penché, mais Idalienor ne répond pas. Comme si elle se perdait dans la musique, la Pyroli s’est assise à mes côtés mais j’ai cessé de la regarder. Mes mains passent machinalement sur l’échine de Liu et je sens confusément l’aura de mon Rioli qui va taper timidement aux portes de notre lien...Pas maintenant, Link, crois-moi, tu ne veux pas te relier à moi.

‘’Tu te souviens de mes brûlures quand tu es passé à l’hôpital ?’’

Lentement, je peux voir la jeune fille retirer également son gilet : les souvenirs de mon arrivée quelque peu maladroite dans sa chambre, il a plusieurs mois me reviennent alors en pleine figure. À l’époque, je ne lui avais même pas vraiment demandé pourquoi elle se trouvait dans ce lit d'hôpital. et aujourd’hui, Ida semble décidé à tout me raconter à son tour : la douleur, les opérations, son incapacité à tirer à l’arc, ses efforts pour y arriver de nouveau…

‘’Lucki n’est plus là aujourd’hui, certes.’’

Et les mots tombent, acérés comme des dagues de glace. Bien sûr qu’il n’est plus là ! Il m’a laissé tomber, voilà la vérité ! Tout ça parce qu’il est bouffi d'orgueil, parce qu’il ne supportait pas l’idée d’avoir échoué avec moi, de n’avoir pas réussi à m’éviter ce lit d’hopital, de…

‘’Si ça se trouve, lui aussi est dans le même état que toi. Il a besoin de trouver des réponses à ses propres questions.’’

‘’Quelles réponses...Et pourquoi...pourquoi il a pas voulu que je vienne avec lui…’’

Les mots sont à peine murmurés, mais je n’ai pas réussi à les retenir. Parce que c’est ça, je pense qui me détruit de l’intérieur : ne pas savoir POURQUOI il l’a fait sans me prévenir. S’il avait simplement demandé, ou même évoqué la chose, je l’aurais laissé faire. Et je l’aurais attendu en sachant qu’il reviendrait toujours, parce que c’était notre promesse. Au lieu de ça, il a juste disparu, sans laisser de traces et depuis, je me pose continuellement cette horrible question ‘’Est-ce qu’il va revenir ?’’.

‘’Tout ce que je veux dire, c’est que tu dois apprendre à ne plus regarder en arrière. Tu dois regarder en avant, loin, tellement loin que tu ne peux même plus voir. Mais c’est ça qui est intéressant justement. Cette part de mystère que représente l’avenir. Et je serais là pour marcher à tes côtés autant de temps qu’il le faudra, c’est promis.’’

Lui, aussi m’avait promis quelque chose. Et il ne l’a pas tenu…
Comme si les mots de la Pyroli venaient d’ouvrir une porte en moi, je sens une vague grondante balayer l’intégralité de ma détresse, pour le remplacer par un sentiment bien plus brûlant : de la colère. Elle aussi, elle promet d’être là, comme Lucki. Alors est-ce que ça veut dire que comme Lucki, elle va disparaître, sans même me laisser un espoir auquel me raccrocher ? Non . Plus jamais !

‘’Ida, tu…’’

J’voudrais crier. J’voudrais la confronter, lui dire que je refuse, et qu’elle a tort. Mais lorsque ses bras m’entourent...Tout s’arrête brusquement.. Dans le même temps, une sensation familière vient m’envahir des pieds à la tête.  Mes mots soient coincés dans ma gorge et mes propres mains se sont refermés par réflexe sur elle pour l’étreindre. J’ai beau essayé, y’a plus qui sort.C’est pas possible...

‘’....Lu..Lucki ?’’

Non, ce n’est pas lui. Comme s’il profitait de ma surprise, un petit Riolu a fini de tambouriner de toutes ses forces et son aura vient également de s’ajouter à notre étreinte. Ce n’est pas Lucki. C’est même tout le contraire...Et pourtant, ça me fait du bien. Même si mon starter n’est plus là, Link, lui, est bien présent. Et me voir dans cet état ne lui plait pas DU TOUT. Alors malgré toutes ses craintes et la puissance incontrôlable de son aura, malgré la pression qu’elle lui cause, le museau retroussé sous l’effort qu’il doit fournir, le Riolu m’a atteint lui aussi. Tout comme Ida, il me martèle une simple et unique idée.

‘’Je serais là pour marcher à tes côtés autant de temps qu’il le faudra, c’est promis.’’

*Sniff*

Raffermissant ma prise sur les épaules d’Ida, je me laisse aller contre elle. Impossible de savoir à quel moment la première larme s’est laissé glisser sur ma joue, mais elle ne tarde pas à être la première d’un véritable flot, tandis que la frustration de ces derniers mois s’évacue sous le soleil d’Alamos. Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça, accroché à la Pyroli comme à une bouée. Mais lorsque mes larmes cessent de couler, je sais que je la tiens toujours dans mes bras et qu’une bonne part de ma détresse est partie avec elles.

‘’Ida...merci. j’en avais besoin, je crois. je suis pas sûr d’avoir tout compris mais...J’vais essayer. Et comme ça, le jour où Lucki reviendra, je pourrais utiliser mon bras normalement, pour lui en coller une façon Forte-paume comme il me le fait tout le temps ! Parce qu’il va revenir, c’est sûr !’’

Il va le faire. Et je lui laisserai pas le choix !

‘’Et puis...Tous les deux, on est un peu pareils, non. Les deux grands brûlés de Lansat, mesdames et messieurs ! Qui vont quand même continuer d’avancer et sauver le monde à leur manière !’’

‘’Liiii.’’

Qu’est-ce que…? S’ajoutant à notre petit groupe, une boule de fourrure vient de se glisser sur mes genoux : la mine renfrogné, Liu me fixe, comme s’il essayait de comprendre pourquoi j’ai l’air aussi désemparé. Je me rappelle pas qu’il m’est vu dans cet état depuis que je l’ai récupéré, c’est vrai. Avec lui, j’ai toujours essayé d’être le plus joyeux possible..Parce qu’il le méritait. Parce que j’en avais fait la promesse à un autre Evoli, ce jour-là.
Depuis qu’il a éclôt, il ne s’est pas passé un jour sans que j’essaye de lui faire découvrir quelque chose. Je l’ai même un peu trop protégé, parfois de lui-même, alors qu’il avançait et qu’il grandissait. Maintenant que j’y pense, on a jamais été séparés, tous les deux, à aucun moment. Et si je le perdais, lui aussi…

‘’LIIIII *SBUNK*’’

Du sommet du crâne, le type Normal vient de me percuter au niveau du ventre. Un peu surpris, je ne lâche pourtant pas Ida pour l’écarter : il répète alors son geste une fois...puis une autre...et encore une. Martelé de petits coups pelucheux par l’Evoli, je constate alors que ce dernier ne frappe pourtant pas au hasard : ses coups sont tous dirigés sur le côté droit et plus précisément vers ma poche.
Sous l’impact de ses frappes répétés, un objet oblong finit d’ailleurs par en glisser avec un petit bruit sec sur le sol de la tour. Une pierre verte, marqué d’un éclair en son centre...Celle-là même que j’ai empruntée à Ginji, il y a quelques semaines.
Quoi, maintenant ? Pourquoi est-ce que Liu voudrait que je m’en serve sur lui maintenant? Après avoir récupéré l’objet, on avait bien convenu que ce serait SA décision de l’utiliser et qu’il n’aurait qu’à me le demander à ce moment-là. Mais pour qu’il se décide aussi subitement...Pourquoi ?
Alors que je continue de remuer la chose en tous sens dans ma tête, une idée vient s’imposer à moi, tellement claire, tellement évidente que je ne peux pas la nier : parce que lui aussi a grandi. Et comme l’a dit Ida, parce qu’il veut continuer avec moi de grandir. Et si à cet instant, je ne suis plus capable de voir ce que nous réserve l’avenir, alors c’est lui qui me le montrera !
Avec des gestes très lents, je détache mes bras d’Ida et après avoir échangé un regard avec elle, me saisit de la petite pierre émeraude. Assis sur ses pattes arrières, Liu conserve son air concentré, avant de se fendre d’un de ses larges sourires habituels, les yeux mi-clôts

‘’Li.’’


‘’...D’accord.’’

J’approche la pierre de l’Evoli, qui semble presque frétiller de contentement, lorsque de petites étincelles se libèrent quand elle l’effleure au niveau du front. Chaque poils de son pelage se met alors à luire d’une lumière brillante, qui va en s’intensifiant...Et Liu se transforme.
Sa carrure se met à s’accroître, ses pattes à s’allonger et son corps se fait plus souple et plus élancé. À présent, il m’arrive presque au niveau du torse. Accompagnant sa croissance, une paire de...rubans ? Ça a des rubans, un Voltali ? En tout cas, ce sont bien deux longues traînées qui viennent se croiser au niveau de son torse, flottant dans le vent. Un nouveau regain de lumière et cette fois, deux marques semblables à des papillons font leur apparition pour se fixer sur son cou et l’une des longues oreilles qu’il arbore désormais. Enfin, la ligne de poils plus clairs que l’Evoli possédait le long de l’échine se détache désormais en gris sombre sur un pelage...Blanc ?
ON ARRÊTE TOUT ! Ok, je ne suis peut-être pas un Spé Eleck. mais un Voltali, je sais à quoi ça ressemble. Et ça n’a pas un pelage majoritairement  blanc, des rubans qui flottent dans le vent, de grands yeux bleus pétillants et des marques ros...Attendez, une minute.

‘’I...Ida. Regarde Liu et dis-moi, c’est pas un Voltali, ça, hein ?’’

Non...

‘’Non, parce que je lui ai fait toucher une Pierre Foudre et quand on fait ça, Evoli doit évoluer en Voltali, on est bien d’accord ?’’

Non, non…

‘’Parce que là, c’est un…’’’

Non, non, non, nonononononononon

‘’Nympha…’’

‘’LI !’’

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! C’est un cauchemar, je vais me réveiller, c’est le choc, le contrecoup, j’ai dû m’évanouir dans les bras d’Ida, c’est pas possible, Arceus, t’as pas pu me faire ça et même si tu l’avais fait, j’y croirais pas donc c’est sûrement un rêve, oui ça doit être un rêve, Liu a pas évolué, c’est toujours un Evoli adorable et quand j’utiliserai ma Pierre foudre, il deviendra un Voltali et puis en plus, c’est Ginji qui me l’a donné et Ginji,  c’est un Spé Elek et un Spe Elek, ça sait différencier une Pierre Foudre qui transforme les Evolis en Voltalis d’une Pierre je-sais-pas-quoi qui les transforme en Nym...en Nym...Bref, pas en ça ou alors il m'a fait une blague mais c'pas possible parce que Ginji, il est honnête et il peut pas se tromper donc je comprends plus rieeeeeeeen.

*Sbunk*

******************

*Quelques heures plus tard*

‘’Et tu dis qu’il a plus dit un mot depuis ce moment précis ?’’

Assis sur une chaise du Centre Pokemon, je prends très lentement conscience que Clémence est en train de m’ausculter. La petite lumière qu’elle me projette dans l’oeil me fait presque verser une larme et j’écarte un peu mollement la lampe qu’elle tient : je me rappelle plus top de ce qui s’est passé, la dernière chose dont je me souviens, c’est...AH !

‘’Ida, où est Liu ?’’

Délicatement, la Pyroli m’indique un point situé à ma droite et je me retrouve nez à nez avec une frimousse un peu inquiète mais compatissante. Deux rubans sont fixés autour de mon bras et il en émane une chaleur étrangement apaisante, mais je manque de faire un bond en découvrant un Nymphali tout sourire, bien satisfait de me voir de nouveau en mesure de réagir.

‘’C’est...C’est pas possible. Liu ?’’

‘’Nyyyyyyym.’’

Ok, c’est bien lui. Je retomberais bien en état de choc, mais cette fois, j’arrive à encaisser. De ce que m’explique Clémence ensuite, j’ai pas dit un mot depuis son évolution et Ida a plus ou moins dû me traîner dans les escaliers de la tour de l’Espace et du Temps. Ca va faire dix minutes que nous sommes revenus au Centre Pokemon, Nil et Esteban étant reparti en patrouille.

‘’Essaye de te lever...Voilà. Tu nous as fait peur, tu sais. Bon, est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer précisément ce qui s’est passé ?’’

‘’Je...euh…’’

‘’CLEMENCE !’’

Sauvé par le gong ! Ou plutôt par un cri de Nil, qui vient envahir tout le Centre Pokemon, lorsque la jeune femme ouvre la porte principal de ce dernier. Bondissant de ma chaise, je me précipite avec Ida dans la salle d’attente, pour découvrir un spectacle terrifiant : soutenu par sa camarade Ranger, une jeune femme blonde semble sur le point de défaillir, la main droite posée contre ses côtes tandis qu’un liquide écarlate vient imbiber ses vêtements.

‘’Anaba a besoin de soins ! Esteban, grouille-toi !’’

Comme pour répondre à son appel, le second Ranger ne tarde pas à faire son apparition, porteur d’une sorte de caméra. Tandis que Nil part allonger sa collègue avec l’aide de Clémence, ce dernier se dirige vers une table et après en avoir dégagé une partie du contenu d’un revers de bras, dépose son fardeau et le connecte à un ordinateur portable. Intrigué, je me porte à sa hauteur, accompagné de Link et ida.

‘’Qu’est-ce qui s’est passé ?’’

‘’Ça s’accélère. Elle a été pris de court quand les Pokemons sont devenus violents, au nord de la ville pendant l’atatque de tout à l’heure. Nil vient tout juste de la retrouver, elle a réussi à revenir, mais ce n’est pas passé loin. ‘’

‘’Et ce truc ?’’

‘’C’est celle de Anaba, elle s’en sert dans ses patrouilles par précaution. J’espère qu’elle aura remarqué quelque chose...Ah.’’

Sur l’écran, une image tremblotante vient s’afficher avant de s’éclaircir : apparemment, la caméra était fixée sur l’épaule de la Ranger, un peu comme la manière dont je porte mon Capstick. Une succession d’images défilent alors, marquant la plupart des rues d’Alamos, avant que l’enregistrement ne prenne un tour plus dramatique : une myriade de Pokemons aux yeux fous semblent surgir de chaque recoin d’un parc et tentent d’encercler la jeune femme qui s’offre à eux. Le tout se change alors en une course-poursuite, que l’arrivée de Nil et Esteban vient interrompre.
Pourtant, le Ranger se contente de mettre l’enregistrement en pause à un instant précis, révélant une image floue dans le parc : à l’arrière-plan de celle-ci, une forme sombre et indiscinte semble surgir de la pénombre créée par les arbres. Massive, elle s’affine vers le haut et semble flotter au-dessus du sol, mais reste pourtant constamment dans l’obscurité.

‘’C’est quoi, ça ?’’

‘’Je n’en suis pas sûr.’’

‘’Si c’est un Pokemon, il a l'air bizarre. Et il...flotte ?’’

‘’À Alamos, les légendes locales parlent d’un Pokemon Cauchemar. Une créature de ténèbres qui aurait fait de la ville son territoire et qui tolérerait tout juste les humains sur ce dernier.’’

Zoomant sur l’image indiscinte, le regard d’Esteban pourrait probablement percer le métal tant le Ranger semble concentré. Ouvrant une nouvelle fenêtre, le Ranger dévoile alors une série de clichés sur l’écran, qui représentent tous un Pokemon bien plus net qui m’est légèrement familier...Mais si, j’suis sûr que Percy en a déjà parlé dans un de ses cours, c’était le…

‘’Darkrai. Et si jamais c’est lui le responsable de tout ceci, le pire est encore bien loin d’être arrivé.’’

HRP!:
 

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 19 Aoû - 22:28


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Je ne sais pas, c’est toujours difficile de faire passer tout ce qu’on ressent avec de simples mots, surtout dans une situation comme celle-ci. On est tous différent, et Cael n’a pas la même philosophie que moi. Peut être parce qu’il est un peu plus jeune, ou peut-être est-ce les épreuves qu’il a dû surmonter dans sa vie, toujours est-il que le départ de Lucki avait fini par le briser. Je peux le comprendre. Moi-même si j’avais le Lucario devant moi je lui dirais surement que c’est la décision la plus stupide qu’il ait pu prendre pour le bien de mon ami. Mais il devait surement avoir ses propres raisons, des raisons qui l’ont poussé à s’éloigner de son dresseur quelques temps.  J’espère juste qu’il ne tardera pas trop à revenir, pour son propre bien. Mes mots ont l’air de l’impacter, mais il continue de s’enfermer dans son silence, m’empêchant véritablement d’accéder à ses émotions. Je pourrais bien me servir du petit Riolu, mais ça ne serait pas très approprié.

Lorsque je finis par le prendre dans mes bras, je le sens d’abord tendu. Je ne lâche pas pour autant, sentant que tôt ou tard il aurait besoin de mes bras pour se soutenir moralement. Je sens également autre chose au moment de cette étreinte, une autre présence. Je ne suis pas très habituée à sentir mon aura manipulée, ou en tout cas influencée, mais j’ai plus ou moins compris que Link avait lui aussi décidé de participer à ce câlin. Doucement, mon ami finit par se détendre, jusqu’à verser quelques larmes. Il resserre son étreinte autour de moi, me laissant l’occasion d’en faire de même. Je sais que je suis du genre à aimer faire des câlins aux autres. Ça m’amène toujours une chaleur humaine difficile à décrire. En vérité, elle me fait toujours penser, de près ou de loin, à celle de ma maman.

Nous finissons par nous décrocher l’un de l’autre, s’adressant un léger sourire. Je lui réponds avec enthousiasme « C’est un bon état d’esprit, et je t’aiderais si tu veux ! Exactement, les deux grands brûlés reprennent du service, près à sauver Alamos. On s’attaquera au monde après si tu veux bien ahah ». Nous rions tous les deux, jusqu’à ce que le petit Evoli de Cael se manifeste à son tour. La petite boule de poil semble insister sur la poche de la veste de Cael, bien décidé à en faire sortir l’objet qui s’y trouve. D’un geste, le ranger se saisit du fameux objet et l’exhibe à ma vue. Aucun doute, c’est une pierre foudre. Cael a-t-il prévu de le faire évoluer en Voltali ? En tout cas une chose est sûre, Liu est très déterminé à s’en servir. Après un regard dans ma direction, le ranger rose se décide à approcher la pierre du pokemon, déclenchant son évolution.

Voir un pokemon évoluer est toujours une étape importante, même quand ce n’est pas le sien. Alors avec attention, j’observe la procédure se faire juste sous mes yeux, au même titre que Cael. Mais plus la lumière change de forme, plus je trouve que ce Voltali n’est pas comme les autres. Je suis a peu près sûr de savoir à quoi ressemble un Voltali et dans mes souvenirs, il n’a pas deux rubans sur la tête, si des petites épingles en forme de cœur au niveau des oreilles. La lumière finit par s’arrêter, ne laissant aucun doute sur la question. Ce n’est pas un Voltali, mais un Nymphali. Le temps que j’essaie de comprendre ce qu’il vient de se passer que Cael se met à débiter tout un tas d’évidence que je ne peux pas rejeter.

Non Cael ce n’est pas un Voltali c’est sûr. Pourtant il aurait dû évoluer sous cette forme avec une pierre Foudre ? Tu es sûre que c’était une vraie au moins ? A moins que…

Le temps que les informations montent au cerveau, une autre hypothèse m’est venue en tête. Persuadée que c’est la bonne réponse, je me mets à éclater de rire, incapable de m’arrêter. Je parviens tout de même à lui dire ce qui me fait rire autant « A tous les coups Liu était tellement content d’évoluer en Voltali que son évolution par bonheur s’est déclenchée, à savoir devenir un Nymphali. C’est vraiment incroyable. Allez Cael tu devrais en rire plutôt non ? » Je finis par me calmer, jetant un œil à mon ami. « Cael t’es toujours là ? » Je passe ma main plusieurs fois devant ses yeux pour tenter de le réveiller. En vain. Il a l’air en état de choc. « Tu te rends compte Liu, tu as littéralement paralysé ton dresseur. » « Liu ? »

***
Cael était assis là, sur une chaise, ausculté par Clémence. J’ai bien cru que je n’arriverais jamais à le ramener jusqu’ici. Entre les phases où il restait immobile en plein milieu des escaliers et les moments où je devais lui tirer la main pour n’avancer ne serait-ce qu’un peu, j’ai cru en devenir folle. Comme en plus je ne pouvais pas le porter dans des escaliers aussi étroits, je n’avais plus qu’à prendre mon mal en patience. Liu était resté collé à ses pieds, incapable de comprendre ce qui avait mis son dresseur dans un tel état. Forcement, le pauvre ne voyait pas le mal à avoir évolué en Nymphali plutôt qu’en Voltali. Mais visiblement la surprise a été tout autre pour le rose, tellement qu’il n’en a même pas décroché un mot. J’explique tout ça à Clémence, qui en vient à la même conclusion que moi. Etat de choc.

Doucement, Cael commence à reprendre ses esprits. Première question, où est Liu. Pas bien difficile, toujours à la même place depuis 10 minutes, son ruban accrochant fermement le bras de son dresseur. Je sens le rose tressaillir, avant de se lever. Je caresse vigoureusement la tête du Nymphali, comme pour lui faire comprendre qu’il ne fallait pas lui en vouloir, que ça lui passerait dans ma longtemps. Clémence cherche forcement à en savoir plus mais elle n’en a pas vraiment l’occasion.

Un cri qui ne nous est désormais plus inconnu retenti dans tout le centre pokemon. Nil vient d’arriver avec Esteban mais aussi une autre Ranger, visiblement très amochée au vu du sang qui coule de sa plaie. Elle tient seulement grâce à l’aide de Nil. Réveillée par mes instincts de médecin, je me précipite avec Clémence auprès de la dénommée Anaba pour la soutenir et l’aider à s’allonger sur un brancard qu’un Leveinard n’aura pas tardé à ramener. Je ne perds pas de temps et soulève son t-shirt, remarquant sans mal la plaie béante sur son flanc gauche. Clémence me dévisage, ne comprenant pas ce que j’étais en train de faire. Dans l’agitation, je lance mes mots sans trop réfléchir « Comme je l’ai dit tout à l’heure, je suis Pokeathlète médecin avant d’être Ranger. Je ne vais pas laisser quelqu’un de blessé comme ça devant moi sans bouger. » La Leveinard ne perd pas de temps et nous apporte de quoi maitriser l’hémorragie. Nos mains s’imbibent rapidement de rouge, mais je n’y fais pas attention, trop concentrée sur l’état de la blonde. Je la vois blanche comme un linge, au même titre que Nil qui lui tient la main fermement. Je n’en dis pas plus, trop occupée avec cette blessure. Petit à petit, le pokemon hospitalier nous apporte plus de matériel pour gérer la plaie. Je sens que Clémence préfère mener la suture directe. Je m’occupe donc d’injecter des anti douleurs à la jeune femme, sous le regard avisé des autres rangers. Je n’ai pas intérêt à me louper si je ne veux pas subir leur courroux.

De loin, je capte a peu près la conversation entre Esteban et Cael. Les choses empirent. On ne va pas pouvoir continuer à ce rythme là où on va tous y passer. Heureusement pour nous, il semblerait que la caméra embarquée ait filmée quelque chose d’intéressant. Il se branche à un ordinateur pour la lancer. Je ne regarde pas vraiment, me contentant d’écouter les commentaires des deux garçons. Une ombre ? Le pokemon des cauchemars Darkrai ? Je n’y crois pas une seconde. Certes mon opinion sur la question est biaisée, compte tenu de mon avis sur les pokemons fabuleux ou légendaires mais je me contente de garder le silence. Inutile de déclencher un débat maintenant, surtout dans cette situation. Avec Clémence, nous nous empressons de mener Anaba dans une salle de soin mieux équipée pour continuer les soins. Rapidement, elle me demande décrocher pour la laisser prendre la relève. Mes mains poisseuses lâchent la compresse de fortune sur le corps d’Anaba avant de retomber mollement le long de mon corps, observant le brancard s’éloigner. Esteban attrape mon épaule pour me ramener à la réalité

Merci de ton aide. Va te laver les mains et viens nous rejoindre. On doit vous mettre au courant de plusieurs choses.


Rapidement, je vais rincer mes mains de tout ce sang avant de rejoindre les deux garçons dans la salle principale. Visiblement, il n’est pas question de reparler pour l’instant de Darkrai mais plutôt de mettre au point un plan. Une fois installés, il prend la parole très calmement.

Les attaques ont lieu toutes les 6 heures. Cela donne ce cycle : 11 heure, 17 heure, 23 heure, 5 heure. Anaba étant incapable de retourner sur le terrain pour au grand minimum la crise de 17 heure, vous allez devoir prendre sa place. Nous ne sommes pas fous, vous n’irez pas gérer les pokemons sauvages. Vous allez prendre la place de Nil dans les ruelles de la ville. Normalement il n’y aura pas grand monde mais vous allez devoir être prudent. N’hésitez surtout pas à vous servir de vos Capsticks pour nous contacter. Je ne peux pas vous dire que tout va bien se passer. Ça serait vous prendre pour des idiots au vu de ce que vous venez de voir, mais nous comptons vraiment sur vous pour nous aider, et surtout pour résoudre ce mystère.


Avec Cael, nous nous fixons un instant avant de hocher la tête. Nous n’avions pas trop le choix de toute façon.

***

16h55. Nous nous tenons tous les deux sur le bord de l’entrée du centre pokemon. Le stress est assez haut. Nous nous apprêtons littéralement à nous jeter dans la fausse au lion, et sans pokemon pour nous aider. Je déglutis. N’ais pas peur, vous allez y arriver. Il ne faut pas partir défaitiste, surtout pas. Je regarde le ranger rose, décidée à changer de sujet et surtout à confirmer quelque chose.

Dis-moi que tu as une autre théorie sur ces événements que la présence d’un pokemon fabuleux. Ne me dis pas que tu crois à ça ?

DRiiiiiiiiiiiing.

Tant pis pour la réponse.




©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 2 Sep - 18:06
Darkrai. Rien que ça. Un Pokémon Fabuleux, considéré comme le maître des cauchemars et souvent décrit comme étant foncièrement mauvais. Certains Pokémons défendent leur territoire et sont prêts à tout pour cela. Mais lui, c’est différent, ses pouvoirs même, font de lui une menace pour son environnement immédiat...Alors s’il se met en tête de chasser tout ceux qui l’entourent, je vous laisse imaginer la catastrophe !
Si c’est bien lui qui est responsable de tout ce chaos, ce n’est pas un désastre, c’est même…

‘’...génial.’’

‘’Pardon ?’’

‘’Euh, non, rien ! ‘’

Woops, ça m’a échappé. J’veux dire, je sais que c’est terrible, que si jamais c’est bien un Darkrai qui est en cause, Alamos est en grand danger et que même à nous cinq, on va avoir besoin de beaucoup de chances pour s’en sortir. Mais...C’est un FABULEUX ! Et pas n’importe lequel, c’est le méchant ultime, le Seigneur des ténèbres, le maître machiavélique , le créateur de l’Anneau unique, tout ce que vous voulez ! En clair, c’est l’adversaire ultime pour un héros !
Même si Esteban me jette un regard quelque peu perplexe, je ne peux  pas détacher mon regard de l’écran, à l’idée qu’il s’agisse bien de ce genre d’ennemi qui nous attend. Le temps que je cesse d’étudier l’image, Esteban a ramené Idalienor dans la pièce principale...C’est l’heure du plan !

‘’Les attaques ont lieu toutes les 6 heures. Cela donne ce cycle : 11 heure, 17 heure, 23 heure, 5 heure. Anaba étant incapable de retourner sur le terrain pour au grand minimum la crise de 17 heure, vous allez devoir prendre sa place. Nous ne sommes pas fous, vous n’irez pas gérer les pokemons sauvages. Vous allez prendre la place de Nil dans les ruelles de la ville. Normalement il n’y aura pas grand monde mais vous allez devoir être prudent. N’hésitez surtout pas à vous servir de vos Capsticks pour nous contacter. Je ne peux pas vous dire que tout va bien se passer. Ça serait vous prendre pour des idiots au vu de ce que vous venez de voir, mais nous comptons vraiment sur vous pour nous aider, et surtout pour résoudre ce mystère.’’

‘’Message reçu.’’

En ce qui concerne le fait de patrouiller dans les rues, ça, c’est du vrai boulot de Ranger. Le problème majeur, en fait, c’est que nous ne pouvons pas faire appel à nos Pokemons et ça, ça change pas mal de choses. Le temps de rappeler Liu dans sa Pokeball et je fais signe à Ida de me suivre vers l’extérieur : il doit nous rester une petite vingtaine de minutes avant que tout ne dégénère et je devrais avoir le temps de finir quelque chose. Link a fini son analyse de la ville et si le Riolu vacille un peu sur ses pattes, il devrait avoir juste de quoi me transmettre ses sensations, avant de faire un petit somme.

‘’Désolé, je peux te demander un truc ? J’en ai pas pour longtemps mais si jamais l’heure approche trop, faudra que tu me le signaler. Link, viens par là.’’

Agenouillé face au Riolu, je laisse ce dernier lever la patte, avant de la poser au niveau de ma poitrine. Yeux fermés, il faut juste que je me concentre, malgré la pression...Ok, on souffle. Ça va aller, ça ne devrait pas prendre trop de temps. Qu’est-ce que tu as bien pu voir, amigo ?

‘’Gnnn’’

Doucement, Link ! J’veux comprendre ce que tu as ressenti, pas que tu me grilles le cerveau ! Luttant tant bien que mal contre le flot d’émotions que le Riolu relâche, j’ai l’impression d’avancer  à contre-courant dans une rivière de goudron. un pas après l’autre, je parviens quand même à me rapprocher de la source, une petite silhouette indistincte qui irradie alentours. J’ai l’impression de lever une main à mon tour pour la toucher et lorsque le contact s'établit, un flot d’informations vient me submerger, manquant de me faire lâcher prise. La vision d’Alamos est un peu floue, comme si je la voyais au travers d’une cascade mais le point de vue est bien celui qu’on avait du sommet de la tour. Un peu partout dans la ville, de petits points lumineux  marquent la position des Keunotors repérés par Link. En revanche, il y a un endroit qui semble étrange : si j’en crois ce que le Riolu a détecté, on dirait qu’il y en a une grosse concentration en plein milieu des rues, pourtant, j’ai pas souvenir d’en avoir vu autant durant notre trajet. Un mystère de plus à éclaircir, donc…

‘’Hmmm...Ah pardon, Ida.’’

La question de la Pyroli a été un signal suffisant pour que je rompt le contact. Avant que Link ne s’effondre en avant, je rattrape le Riolu, tout en sortant sa Pokeball. Repose-toi un peu, amigo, tu vas en avoir besoin. Quand à nous, il semblerait que l’heure approche.

‘’Dis-moi que tu as une autre théorie sur ces événements que la présence d’un pokemon fabuleux. Ne me dis pas que tu crois à ça ?’’

*DRIIIIIIING*

‘’J’aimerais bien mais pour le coup, je vais me contenter de ça  comme hypothèse. Prépare-toi, ça va commencer !’’

Il ne faudra que quelques secondes après l’extinction des sirènes pour qu’un silence pesant s’abatte sur la ville. Bien plus que l’absence de bruits, c’est le manque de mouvements qui me crispe : j’ai déjà mon Capstick en main, même si d’après Nil et Esteban, l’appareil n’aura que peu d’effet sur les Pokémons en furie. Faudrait déjà que j’arrive à le lancer, tiens !

*DONG...DONG...DONG*

Toujours aussi grinçante, la mélodie des cloches commence à emplir les rues de sons discordants. pour le moment, pas de Pokémons en vue, même si j’avoue être presque déjà en sueur, rien qu’à cause de la pression.: avec Ida, nous avançons ainsi dans les rues d’Alamos, prêt à réagir à la moindre apparition de Pokémons déchaînés. Par contre, si la musique était désagréable la dernière fois, là, je vous avoue que je commence à en avoir même un peu ras-le-bol ! On dirait qu’un Férosinge joue en s’asseyant sur le clavier et ça, je peux encore l’accepter...par contre, la migraine que ça me colle, ça, je m’en passerais bien !

‘’Grmpf’’

C’est comme des coups de marteaux dans le crâne, sauf que ça ne fait que s’amplifier. J’en viens même à me tenir la tempe d’une main...Faut pas que je me déconcentre, on est pas en sécurité. C’mon boulot de Ranger et j’dois le faire, même si je suis pas en état.
Par contre, j’avoue que j’aimerais presque qu’un Pokémon débarque, juste pour pouvoir évacuer la frustration qui grandit dans ma tête.
Et lorsque la main d’Ida se pose sur mon bras, mon geste est bien plus vif et violent qu’à l’accoutumée : la phrase de la Pyroli s’est perdue dans les sonneries des cloches qui me vrillent les tympans, mais je manque de frapper sa main pour la dégager, comme si son contact me brûlait.

‘’QUOI ?’’

Elle peut comprendre que je suis à cran ?! Pourquoi elle me touche comme ça ? Pourquoi elle…

‘’...Pardon. Viens, on continue.’’

C’est passé d’un coup, même si mon mal de crâne est toujours là. Pendant une seconde, j’avais presque envie de lui exploser à la figure, mais là, tout ce que je veux, c’est m’éloigner de ce bruit insupportable.

‘’Pour tout à l’heure...J’aimerais bien que ce soit un Darkrai, au moins, ça ferait quelque chose qu’on sait pouvoir affronter. Et puis, c’est un Fabuleux, ça vaut aussi le coup d’en voir un ! Mais pour le moment, j’aimerais juste qu’on arrête de nager dans le brouillard et que ce foutu bruit s’arrête...Là ! ‘’

Après de longues minutes de pérégrinations, nos tours et détours nous ont ramenés non loin de la grande place qui jouxte la Tour de l’Espace et du Temps. Et même si je ne l’ai aperçu que du coin de l’oeil, la silhouette massive qui a disparu à l’angle d’une ruelle, n’avait rien d’humain ! Qu’il s’agisse d’un Pokémon ou non, c’est notre boulot de nous assurer qu’il n’y a pas de danger ! Et puis, je sais pas si c’est la migraine, mais...Elle flottait ?

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Ven 14 Sep - 9:00


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
L’ambiance était assez pesante. Certes avec Cael et les autres rangers nous avions gagné des réponses quant aux événements qui secouent la ville ces derniers temps mais en même temps nous avons aussi dû reprendre la place d’un ranger expérimenté, gravement blessé. Certes nous sommes deux, mais comme il s’agit de ma première mission ranger je ne suis pas sûre que cela soit suffisant. Peut-être que l’expérience de mon ami sera suffisante pour me guider. De même, cette ombre sur la vidéo, pouvait-il vraiment s’agir de Darkrai, le pokemon fabuleux associé au cauchemar. Il y a quelques temps j’aurais répondu que c’était absurde, que les pokemons fabuleux n’existaient pas, qu’ils n’étaient là que pour faire rêver les Hommes, et moi la première. Mais je suis obligée de reconnaitre que les événements farfelus de l’académie m’ont amené à en voir deux de mes propres yeux.

Je suis donc obligée de reconnaitre leur existence.

Pour autant je ne suis vraiment pas convaincu qu’un unique pokemon puisse déployer autant de pouvoir, capable de rendre fou autant de pokemons d’un seul coup. D’autant plus que le caractère cyclique me gêne. Un pokemon fabuleux comme Darkrai n’aurait-il pas tout intérêt à déployer ses attaques de manière inattendue pour plus facilement prendre le contrôle de la ville par la terreur ? Parce que oui, je crois que c’est le scénario qui se profile si on ne trouve pas rapidement un moyen d’arrêter tout ça. Je sers fort mon Capstick à ma ceinture, espérant qu’il puisse quand même m’apporter un peu d’aide, comme je ne peux pas compter sur mes pokemons. Keunotor est toujours là, à mes pieds. Il prend clairement une position de soutien psychologique, même s’il sait que dans quelques instants il retournera dans sa pokeball.

Justement, après ma remarque envers Cael concernant Darkrai, l’alarme sonne, faisant monter d’un cran la tension. Avant même que je n’active sa pokeball, Keunotor le fait de lui-même et disparait dans un éclair rouge. Cael en fait de même avec ses propres pokemons puis nous nous dirigeons vers la sortie. Notre but est de tourner dans les ruelles pour s’assurer que tout le monde est bien rentré à l’intérieur et surtout qu’aucun pokemon ne met le bazar. Au quel cas nous devrons nous en charger. Le rose m’a expliqué juste avant de partir que son Riolu a repéré un rassemblement de Keunotor sous terre, à un certain croisement de rue. C’est vrai que nous n’en avions pas vu jusque là alors qu’ils sont typiques de la région. Peut-être faudrait il essayer de comprendre pourquoi ce rassemblement si soudain ? Mon Keunotor pourrait nous être utile, enfin ça ça sera après l’attaque.

Je tourne mes yeux vers Cael qui n’a pas dit grand-chose depuis que nous sommes sortis du Centre pokemon. Peut-être est-il un peu stressé par la mission qui nous attend ? Pourtant ce n’est pas vraiment son genre. Enfin je ne dis pas qu’il n’est jamais stressé mais tirer une tête pareille… D’autant plus qu’il a l’air d’en souffrir. Je le vois la main sur la tempe, comme pour chasser un mal de tête. Doucement, je pose ma main sur son bras pour lui parler.

Cael est-ce que tout va bien ?

Sa réaction a eu le don de me faire louper un battement de cœur. Au lieu de me répondre avec sa voix douce comme à l’accoutumée, son bras vient vivement dégager le mien avec une agressivité que je ne lui avais jamais vu. Je replace immédiatement ma main vers sa jumelle, à la recherche d’une explication qui ne vient pas assez vite. Mes yeux sont fixés sur ceux de Cael tandis que les bruits de l’horloge s’estompent enfin. D’une petite voix, il ajoute une excuse sans valeur avant de se remettre à marcher plus vite. Ok là il y a clairement un souci, et je veux en savoir plus. Le rose dérive rapidement sur Darkrai comme je l’avais évoqué plus tôt. Oui je comprends son point de vue, mais pour moi c’est tout le contraire de lui. Je ne veux pas que ce soit lui, parce que si c’est le cas ça ne prouverait qu’une seule chose : que ces pokemons ne savent que nous faire du mal.

L’ombre passe si rapidement que j’ai à peine eu le temps de la voir. La même que sur la vidéo. Evidemment, Cael s’empresse de lui courir après, et je fais la même chose pour ne pas le perdre de vue, surtout après ce que je viens de voir. Nous courrons après une ombre. Littéralement. Même si on a l’impression qu’elle flotte, impossible de voir quoi que ce soit de vraiment net. Jusqu’à ce qu’une deuxième ombre vienne se superposer, cette fois-ci beaucoup plus facile à identifier. C’est un pokemon vol sans aucun doute. Etant plus en arrière que le rose dans la course, je m’arrête avant de lui crier.

Je m’occupe de ce pokemon, continue à courir, en espérant que l’on ait une réponse sur cette ombre qui flotte !

Le ranger m’adresse un signe avant de continuer à courir, tandis que moi je dégaine mon Capstick pour effectuer une capture. Cet Etouraptor n’a pas l’air agressif, juste complètement perdu. Il doit surement s’agir d’un pokemon sauvage qui est passé au-dessus de la ville au moment de la crise. Je dirige mon regard vers lui et jette avec force mon disque de capture dans sa direction. Après quoi je me mets à répéter les mouvements avec l’autre partie du Capstick comme on me l’a si souvent appris en cours cette année. Même si j’avais l’impression de le maitriser, le faire en situation d’urgence n’a rien à voir avec de la théorie. Ça me rappelle la première fois que Cael m’a laissé utiliser le sien, il y a deux ans et demi environ. C’est ce souvenir qui me donne la force de tournoyer encore et encore jusqu’à ce que la capture se confirme. L’Etouraptor revient alors vers moi, comme si j’étais sa propre dresseuse. D’une voix douce et apaisée, je lui adresse quelques mots.

Vole mon grand en direction du Sud et ne reviens pas ici, en tout cas pas tout de suite.

Le pokemon vol déploie de nouveau ses ailes et s’élance vers la direction que je lui ai indiquée, sans se retourner. Un sourire niait se dessine sur mon visage. C’est ça que cela fait quand on réussit sa mission de ranger ? J’aime beaucoup ce sentiment, différent de celui que je ressens habituellement après avoir soigné quelqu’un. Si je devais placer un mot, je dirais qu’il est plus pur. Sauf que pendant ce temps, je n’ai pas fait attention à ce qui était autour de moi, résultat je ne me retourne que trop tard, quand un Archeodong est sorti d’une ruelle et charge déjà son attaque psy. Je n’ai pas vraiment le temps de réagir que son attaque part déjà vers moi. Je me sens comme lourde, mais les effets ne vont pas plus loin qu’un filet rouge se déploie devant moi et déploie immédiatement une bouffée de flamme vers mon adversaire. Zeno venait de se libérer seul de sa pokeball pour me protéger.

La violence de l’attaque feu a largement suffi à repousser ce pokemon acier, qui se retrouve plaqué contre le mur, se noyant dans les flammes. Quand mon Galifeu s’arrête enfin, l’Archeodong ne se retourne même plus vers nous, surement trop sonné. A la place, il change de direction, comme si son corps était en mode pilote automatique après la charge qu’il vient de subir. Je soupire de soulagement avant de me tourner vers Zeno, sa pokeball à la main.

Zeno je croyais avoir été clair ! Ici c’est dangereux pour vous tu devrais le savoir ! Retourne dans ta pokeball !


Le filet rouge vient à nouveau l’englober, jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement de la ruelle. Je place tout de même sa pokeball contre moi, murmurant un grand merci, en espérant qu’il puisse l’entendre. Je range ma pokeball à ma ceinture et sors mon Capstick pour faire un rapport. Les 20 minutes sont écoulées, je pense que nous n’aurons pas d’autres adversaires sur notre route. J’approche l’appareil de ma bouche avant de commencer mon rapport

Ici Idalienor Edelwen. J’ai été séparé de Cael Joy suite à une volonté de couvrir plus de terrain. De mon côté tout va bien. Un Etouraprtor sauvage a pu être redirigé vers un autre endroit grâce au Capstick, et un Archeodong a subi les flammes de mon Galifeu. Pas de gros dégâts ni de blessés. Je n’ai croisé aucun humain sur mon chemin. Terminé.

Je replace mon Capstick sur mon poignet et reprends la route que Cael a emprunté, en espérant ne pas le retrouver trop loin. Heureusement, quelques minutes après je l’aperçois immobile, seul. Je m’approche, sans le toucher, pour lui demander confirmation.

Alors cette course ça a donné quoi ?
Avant qu’il ne puisse vraiment me répondre, c’est au tour de mon Keunotor de ressortir de ma pokeball, sentant que cette fois-ci la crise est passée. Il me jette un petit regard avant de prendre une autre direction, plus au centre de la ville. C’est bien la première fois qu’il part alors que je ne lui ais rien dit. En plus il est encore bébé je ne peux pas le laisser y aller seul. Eh Keunotor attend reviens ! Et me voilà encore une fois en train de courir.



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mer 24 Oct - 18:43
Elle était extrêmement rapide. Parfois glissant, parfois courrant, mais sans jamais ralentir une seconde, l’ombre s'enfonçait dans les ruelles d’Alamos. Derrière, Idalienor qui devait probablement avoir autant envie que moi que découvrir le visage de celui qui nous entrainé à sa suite, toujours plus loin du centre-ville. Mais même si je dois le poursuivre jusqu’à Hoenn à pied, je le lâcherai pas ! On a besoin de réponses, même la plus petite piste possible (Et si c’est bien un Darkrai, vous imaginez la tête de la Fédération si je leur en ramène un !).

‘’Skreeeeee !’’

‘’Je m’occupe de ce Pokemon, continue à courir, en espérant que l’on ait une réponse sur cette ombre qui flotte !’’

Compris. Même si j’entends sa voix comme si elle provenait de très loin...Vraiment très loin, à cause de ce foutue son de cloche qui n’en finit pas, j’ai pas vraiment le temps de débattre avec ma partenaire.  J’hoche donc la tête en direction d’Ida, tout en me baissant pour éviter la seconde ombre qui nous plonge dessus depuis les hauteurs : apparemment un Etouraptor a décidé de s’inviter dans notre poursuite. Pas le temps de faire copain-copain avec toi, j’ai d’autres Miaouss à fouetter !
Pour un peu, je remercierai presque Lucki de m’avoir (torturé) entraîné comme ça : même si notre proie se déplace de plus en plus vite, on dirait qu’il a du mal à nous semer et petit à petit, je gagne du terrain sur lui ! Les ruelles défilent autour de nous, toujours aussi désertes. Aucune trace d’un autre Pokémon cinglé, on dirait que cette nouvelle crise a été mieux géré que la précédente. Enfin, j’avoue que même si y’en a avait, je les aurais probablement pas vu.

‘’Tu...m’échapperas pas.’’

L’air se distord un peu autour de nous et les façades d’un blanc immaculée ont l’air de virer au rouge. Ça doit être l’effort surtout que plus je m'essouffle et plus il y a de risques qu’il parvienne à me fausser compagnie ! Et ça, c’est hors de question !

‘’Oh non, n’y penses même pas !’’

Il a tenté de prendre par une rue adjacente, puis de sauter par-dessus le mur qui comble le fond de cette dernière...là ! En bondissant à sa suite, je parviens à agripper le rebord du muret pour me laisser tomber de l’autre côté. Juste à temps, en tout cas, pour apercevoir l’ombre disparaître à un angle de la petite place que nous venons de rejoindre. les couleurs sont presque brouillées tellement j’ai de sueur dans les yeux, mais le son des cloches est toujours aussi puissant. Tellement que j’en ai du mal à réfléchir. Et ça ne s’arrête pas, loin de là.

‘’Raaaaah !’’

Je l’ai perdu. Même en me précipitant vers la ruelle où il s’est engouffré, aucune trace de cette ombre...C’était la seule piste qu’on avait, la seule chance de comprendre ce qui se passait dans cette ville et moi, je la laisse passer ! Mais c’est pas grave, ça fera qu’un truc de plus dans la liste ‘’Cael est le pire Ranger du monde’’ ! Et ce bruit qui n’en finit pas, ça me rend dingue, tellement que je pourrais hurler : on dirait presque qu’il s’amplifie à chaque battement, ça m’explose la tête à chaque fois !

‘’MIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !’’

Concentré sur l’endroit où a disparu notre cible, je pivote avec un léger retard pour voir un Miaouss aux yeux fous se laisser tomber sur moi depuis le fait d’un toit, toutes griffes dehors. Au même instant, le son des cloches se fait de nouveau plus fort, beaucoup trop pour que je le supporte...Et puis, c’est le néant.

****************

‘’Ourgh...Lucki, tu pourrais frapper moins fort, quand même…’’

Ah ? Ah non, pas de Lucario en vue. Alors pourquoi j’ai l’impression qu’il m’a passé à la moulinette avec l’un de ses entraînements intensifs ? Je sens plus mes jambes, ni mon cou...Par contre, mon bras, je le sens très bien !
Un peu incrédule, je découvre une série de fines lacérations qui remonte tout le long de mon avant-bras. C’est pas profond, mais ça pique suffisamment pour me faire monter les larmes aux yeux. Y’en a au moins trois, comment j’ai réussi à me faire ça ?

‘’...Euh....Eh oh ?’’

Et lui, comment il est arrivé là ?! À moins de deux mètres de ma position, étalé sur la sol, le Miaouss (Ok, lui, je m’en souviens, il voulait me bouffer ! ) semble complétement KO. Et le fait que je parvienne à me rapprocher de lui sans avoir la tête comme une grosse caisse, me confirme que (HEUREUSEMENT), les cloches ont enfin cessé de sonner. Par contre, j’aimerais bien savoir ce qui s’est passé avant que je m’effondre : le Miaouss a attaqué, l’ombre avait disparu, j’avais un sacré creux (Bon, ça, ça a pas changé)...Mais là, c’est le brouillard. Et l’arrivée d’ida au pas de course ne m’apportera sûrement pas de réponse précise ! Un peu gêné de l’avoir laissé en plan face à l’Etouraptor (Qu’est-ce qui m’est passé par la tête ?), je pivote vers la Pyroli pour lui répondre.

‘’Alors cette course ça a donné quoi ?’’

‘’Il m’a échappé. Il a tourné là et puis, plus rien. Et avant que je puisse le poursuivre, ce Miaouss a essayé de me sauter à la gorge. Après je me souviens plus trop de ce qui s’est passé mais quand j’ai rouvert les yeux, il était complètement KO. Tu crois que ce truc qu’on poursuivait est revenu pour s’occuper de lui ?’’

C’est vraiment bizarre. Suffisamment pour que j’en oublie les griffures que j’ai au bras, en tout cas. Autour de nous, l’atmosphère d’Alamos semble changer du tout au tout : la pression créé par les cloches se dissipe peu à peu pour permettre à la ville de retrouver son état initial.  Bon, quel est la suite du plan, du coup...Est-ce qu’on rentre bredouille pour dire ce qu’on a vu, ou est-ce qu’on tente de retrouver cette ombre au hasard, sachant qu’en plus, les rues ne vont pas tarder à redevenir bondées de monde ? Un dilemme que le Keunotor de la Pyroli va nous éviter, apparemment !

‘’Eeeeeh, Ida, attends-moi !’’

Mais pourquoi on doit ENCORE courir ! À ce rythme-là, on aura perdu dix kilos avant de revenir à l’académie. D’autant que malgré son jeune âge, ce Keunotor se révèle aussi rapide qu’un Ninjask lancé à pleine vitesse : et vas-y que je zigzague entre les rues, et vas-y que je descend vers l’un des canaux de la ville...il a pas l’intention de prendre un bain, quand même ? Toujours à  la poursuite de la petite boule de poils, nous nous retrouvons donc forcé de nous éloigner un peu plus du centre Pokémon, pour arriver aux abords de l’un des escaliers permettant de descendre au niveau de l’eau. Le canal en question n’a pas l’air différent des autres mais sans hésitation, le Keunotor dévale les marches quatre à quatre, avant de bifurquer dans une ouverture large et circulaire, qui semble s’enfoncer sous la chaussée.

‘’Ida, tu sais ce qui lui prend ?’’

Pas que l’envie de me balader dans le réseau de maintenance des canaux me manque mais rien qu’à voir ce boyau obscur, je peux dire que ça ne sera pas une expérience agréable. L’entrée est à moitié couverte de mousse et de moisissures flasque et visqueuses et un mince filet d’eau s’écoule de l’immense tuyau, pour venir se jeter dans le canal. Heureusement, on dirait que l’ensemble est très bien entretenu, donc on aura pas droit à une balade dans les égouts...j’espère.

‘’Si on doit le suivre, donne-moi une seconde. Ce serait bien qu’on sache où on va, quand même.''

Et pour ça, j’ai les candidats idéaux : d’abord, Link, qui devrait nous permettre de le suivre à la trace même si on l’a perdue de vue. Et ensuite, Neaki. Pourquoi une Sabelette d’Alola, hein ?
Avec un air légèrement satisfait, je pointe alors du doigt l’entrée du tuyau à Ida, tandis que nous commençons à nous enfoncer à  l’intérieur : avec le flux constant du mince ruisseau sous nos pieds, le seul contact de Neaki suffit à faire geler les parois et l’eau courante...Une piste toute trouvée pour le retour, si jamais ce Keunotor nous fait faire des tours et des détours. En route, donc !
Pour le coup je m’attendais à plus de difficultés, mais...Rien ne vient entraver notre progression. C’est bien glissant et il nous faut tourner à plusieurs reprises pour suivre Link dans sa traque mais  je ‘m'attendais à autre chose. Le passage commence juste à se rétrécir, nous forçant à avancer un peu courbé...Bon d’accord, y’a que Ida qui doit baisser la tête, j’ai compris !

‘’Ok. C’est quoi ça ?’’

A première vue, mon cher Ranger, il s’agit d’un mur. ou en tout cas, de ce qui s’apparente à un mur. Composé de détritus, de morceaux de bois flottés et de...plein d’autres trucs, l’ensemble nous bloque complètement le passage. pourtant, Link est formel, le Keunotor d’ida est passé par ici. Et ce n’est pas tout…

‘’Ida, y’a un truc de bizarre. Je saurais pas comment le décrire précisément, c’est derrière ce mur  mais le truc le plus proche, ce serai...le brouhaha d’une foule.. Sauf que c’est relayé par l’aura donc, c’est un peu plus compliqué que ça. Y’a du monde là-derrière, trop pour que Link arrive à savoir qui précisément. Et parmi eux, y’a l’aura de ton Keunotor qui se dégage, aussi.’’

Et puis, il y a autre chose...Avançant une main un peu hésitante, j’éprouve la structure en poussant dessus légèrement. Puis un peu plus fort. Je sais pas trop comment, mais on dirait que ce truc bouge : plus j’essaye de le repousser vers l’arrière, plus ça grince, comme si l’ensemble n’était absolument pas stable. Entre les morceaux de planches, les amas de glaise et les détritus, il ne doit pas être aussi solide qu’au premier abord. Avec un peu de temps, je parie qu’on pourrait dégager la voie en s’y prenant débris par débris, mais je pense qu’il y a un moyen bien plus rapide !

‘’Ok, Ida, recule un peu. Neaki, ça te gêne pas de jouer au boulet de démolition ?’’

La Sabelette et sa carapace glaciale semblent pour le moins ravie par ce programme et après nous avoir laissé le temps de nous éloigner dans le tunnel, la type Glace s’étire rapidement. Puis, une fois ramassée sur elle-même, elle exécute ensuite une série de Tour Rapide afin de prendre de la vitesse dans l’eau de plus en plus glissante : laissant dans son sillage une mince couvre de glace, ma partenaire s’élance ensuite façon boulet de canon en direction du mur improvisé...Avant de traverser ce dernier avec un grand craquement !
Comme si la structure ne reposait que sur une base bancale, le reste des débris s’affaissent alors en un petit tas privé de ses supports, nous permettant de découvrir un spectacle pour le moins innatendu !

‘’Link...Je rêve, ou quoi ?’’

*Sbuk* ?

‘’Aïe, pas la peine de me taper comme ça, c’était juste une question !’’

Un peu penaud, le Riolu retire sa patte (La Forte-Paume, ça fait toujours aussi mal !), tandis que nous contemplons l’immense collecteur que Neaki vient de dévoiler. La Sabelette semble avoir le tournis et s‘est effondrée proprement au pied de l’un des Keunotors présents. Et rien qu’en face de nous, il y en a une bonne dizaine ! Inutile pour Link et Neaki de se mettre en position de combat, ils semblent plus apeurés que véritablement agressifs.
Apparemment, ce grand collecteur a développé son propre écosystème, en puisant dans les eaux en circulation ainsi que dans les rayons du soleil qui traversent la mince grille qui surplombe le tout. De la mousse et des plantes grimpantes se sont développées un peu partout dans la voûte et ça et là, les débris flottés ont été aménagés en terrier de fortune par les Pokémons qui habitent ce lieu. Bien loin d’être stagnant, le petit ruisseau dans lequel nous pataugeons depuis tout à l’heure, s’avère en réalité bien plus fourni ici : un barrage improvisé en retient la majeur partie pour alimenter une sorte de petit bassin, dans lequel j’aperçois même des Ptitards en train de barboter. Bref,, un vrai coin de paradis pour un Ranger !

‘’On dirait que ton Keunotor vient de nous conduire droit aux autres Pokémons sauvages d’Alamos. Ce que j’aimerais savoir, c’est comment ils s’y prennent pour ne pas devenir tarés comme les autres quand les cloches sonnent. Si c’était le cas, leur petit paradis serait déjà complètement détruit…’’

Percevant l’inquiétude ambiante qui règne parmi les Keunotors, je profite d’un moment de réflexion de la Pyroli pour m’agenouiller à leur hauteur. Y’a au moins un truc que je sais…

‘’...T’en veux ?’’

Tout en tendant une barre de céréales en direction du Keunotor le plus proche (non sans avoir déjà cassé cette dernière en deux, j’suis partageur mais faut pas exagérer !), j’en profite pour faire signe à Neaki de reculer (et de pas tenter de niomer cette barre au passage, je t’ai vu !). Et une fois qu’un Keunotor un peu plus téméraire que les autres se rapproche de la friandise en reniflant cette dernière, avant de l’engloutir, les derniers reliquats de la pression qui me pesait sur l’arrière de la tête semble s’estomper. Au moins, y’a une chose qui ne change pas, on peut communiquer avec n’importe qui, si on passe par son estomac.

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Sam 17 Nov - 21:02


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
L’altercation avec l’Etouraptor sauvage m’a, contre toute attente, fait beaucoup de bien. Je ne sais pas, l’espace d’un instant, je me suis sentie utile, comme si je pouvais enfin maitriser la situation. Bien sûr, j’ai aidé au centre pokemon pour la ranger blessée, mais là c’est autre chose. Je raccroche correctement mon Capstick à ma ceinture avant de poursuivre le chemin. En route j’ai également fait la connaissance d’un magnifique Archeodong sous emprise. Heureusement que Zeno est intervenu. Je n’ose pas imaginer les dégâts d’une attaque psy sur un être humain. Mais même si mon Galifeu m’a bien aidé, il s’est en même temps exposé et risque à son tour de devenir fou s’il continue. Et je n’ai clairement pas envie de me battre contre mes propres pokemons.  Je ravale ma salive. Ne pense pas au pire. Comme disait une personne dont j’ai oublié le nom, s’inquiéter c’est souffrir deux fois.

Je finis par rejoindre Cael qui se relève à peine du sol. Je le regard songeuse. Que s’est-il passé ? Il m’explique qu’il a eu un moment d’absence tandis que le Miaouss visiblement Ko lui a sauté dessus. C’est un peu bizarre mais aux vues des marques sur ses bras il n’a pas l’air de mentir. J’avoue que je suis curieuse de savoir ce qui a pu provoquer ce trou noir. Des griffures de pokemon me paraissent insuffisantes pour ça. Enfin bon le plus important c’est qu’il aille bien. Mais la piste de l’ombre n’a visiblement rien donnée, et je n’en suis qu’à moitié surprise.

Il faudra qu’on désinfecte tes griffures quand on sera rentré au centre. Et ne t’inquiète pas pour l’ombre, je pense que nous aurons d’autres occasions.

L’atmosphère change, retrouvant la chaleur que j’ai pu constater à mon arrivée dans la ville d’Alamos. C’est peut-être cette ambiance qui a motivé mon petit Keunotor à sortir de sa pokeball, pour ensuite se mettre à courir dans les ruelles. A toute vitesse, je ne le lâche pas des yeux et entame ma course poursuite, suivie de près par Cael. Les chemins qu’ils empruntent lui sont en principe inconnus mais il a l’air de parfaitement savoir où il va. On s’aventure dans tout type d’environnement urbain jusqu’à finalement atteindre un canal devant lequel la petite bête brune n’hésite pas une seconde. Nous nous arrêtons un instant pour reprendre notre souffle et faire le point sur la situation.

Non je t’avoue que je n’en ai aucune idée. Mais comme il est petit, je présume qu’il va vers quelque chose qui attire sa confiance tu ne penses pas ?


Tandis que je réfléchis à cette possibilité, Cael met en place certains de ses pokemons qui devraient nous permettre d’accéder plus facilement au chemin qu’a emprunté mon Keunotor. Link suit l’aura de min pokemon tandis que sa petite Sablette d’Alola gèle le cours d’eau au fur et à mesure de notre avancée pour nous permettre de conserver la piste. Bonne idée. Mais effectivement pour l’instant rien à l’horizon. Juste de la mousse envahissant le tunnel et l’humidité très présente. Le silence règne, je commence vraiment à m’inquiéter sur le sort de mon petit Keunotor. J’espère qu’il n’a pas pris exemple sur Zeno à tenter l’impossible pour son jeune âge.

Finalement, nous finissons face à une drôle de construction. Un mur fait de tous les matériaux de récupération possible. On ne dirait pas comme ça mais l’ensemble est très compact. Ni Cael ni moi ne pouvons passer. Pourtant, il ne fait aucun doute que mon Keunotor est passé par ici. L’idée la plus simple à l’heure actuelle est de dégommer le mur par la force, comme s’emploie à le faire Neaki. Je recule de quelques pas et laisse le pokemon passer le premier. Un petit trou suffit en réalité à faire céder l’ensemble du mur, nous laissant le ranger rose et moi bouche bée. Devant nous, des dizaines de Keunotor dont le mien sont rassemblés les uns sur les autres, complètement effrayé par notre visite surprise. Derrière eux s’est organisé tout un camp avec les matériaux qu’ils pouvaient. Une sorte d’abri protégé pour l’ensemble des pokemons sauvages. Incroyable.

Je pense que s’ils sont ici au lieu d’être dans leur environnement naturel c’est justement parce qu’ils ne sont pas affectés par la crise comme les pokemons sauvages restant à la surface.


C’est l’hypothèse la plus probable effectivement. Sans ça, leur petit coin n’aurait pas tenu plus de quelques heures. Mon Keunotor revient près de ma jambe en compagnie d’un autre individu de la même espèce. Il faudrait qu’on essaie de communiquer. Pendant que Cael s’attire la confiance des autres membres du groupe, je libère ma Eoko. Rapidement, elle comprend que j’ai besoin de ses talents de pokemon Psy pour communiquer. Je m’accroupis donc près des deux Keunotors tandis qu’Hyori nous ouvre une bref mentale.

C’est donc ici que l’ensemble des pokemons sauvages se sont cachés… je présume que tu es le leader.


Leader est un grand mot, mais disons que les autres Keunotors me font confiance. Tu es la dresseuse de ce petit bonhomme c’est ça ?

Oui, je m’appelle Idalienor. Avec mon ami on essaie d’arrêter ce qui provoque des crises en ville. Pourquoi avoir choisi cet endroit, qu’a-t-il de spécial ?

On est loin de là-haut. Et on entend pas les cloches.

Les cloches, les cloches de la Tour de l’Espace et du Temps ?

Oui, celle-là. Je ne sais pas si ça a un lien mais depuis qu’on ne les entend plus, aucun de nous n’a fait de crise.

Merci pour tes interventions. Avec les autres rangers on va tout faire pour que cela cesse, et ensuite on reviendra vous chercher c’est promis. Vous retournez dans les rues de votre superbe ville, là où est votre place.

La conversation d’arrête là. Je fais rentrer Hyori dans sa pokeball ainsi que mon petit Keunotor puis me redresse pour faire un point avec Cael.

Si les pokemons sont là, c’est parce qu’ainsi ils sont assez loin des cloches de la Tour. Je pense que ce n’est pas une coïncidence. On devrait retourner au centre pokemon pour en parler à Esteban et Nil. Peut-être qu’avec un peu de chance ils se souviendront de quelque chose qui pourrait nous mettre sur la piste. Et puis cette histoire de cloche, cela correspond aussi à… Mais avant d’arriver à la fin, je bloque mes mots. Inutile de lancer des hypothèses comme celle-ci sans preuve. Je ne veux pas froisser mon ami pour rien. En fait rien d’important, allons y.

Après avoir brièvement salué le groupe de pokemon sauvage, nous reprenons le chemin inverse. Le courant gelé laissé par la Sablette d’Alola de ne pas nous tromper et rapidement, nous retrouvons la lumière du soleil. Maintenant que l’on commence à connaitre un peu la ville, il ne nous faut pas trop de temps pour rejoindre le centre pokemon où nous attendent les deux rangers. On s’installe tous sur les chaises du centre. Anaba est toujours absente, tout comme l’infirmière Joelle.

Alors comment ça s’est passé de votre côté après ta communication Idalienor ?

Après ça j’ai retrouvé Cael. Il poursuivait la trace de l’ombre que l’on voit sur la vidéo mais on l’a perdu de vue. Ensuite, avec l’aide de mon Keunotor et du Riolu de mon ami, nous avons trouvé dans un des canaux de la ville un groupe de pokemons sauvages très organisés. Ils nous ont dit qu’ils s’étaient mis ici et qu’ils arrivaient à échapper aux crises de folie. Ils ont parlé du fait qu’ainsi, ils n’entendaient plus du tout les cloches. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre ça et les crises ? Cela expliquerait pas mal de choses au final, comme le caractère cyclique ou le fait que cela réussisse à couvrir toute la ville et seulement elle. Vous avez d’autres idées ?




©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 9 Déc - 19:33
Pour peu, je finirais par croire que ces bestioles et moi, on a un lien de parenté: vu la vitesse à laquelle ils engloutissent ce que je leur propose, j’suis sûr que même Neaki ferait pas le poids face à eux, pour ce qui est de l’appétit. Dans le même temps, il semble qu’Ida ai décidé de jouer les diplomates auprès de nos nouveaux amis : avec son Eoko, j’imagine que la communication sera plus facile et puis, c’est son Keunotor que nous avons suivi jusqu’ici ! De mon côté, par contre, j’en profite pour examiner les lieux d’un peu plus près :  on a toujours un mystère à résoudre, après tout.
Au premier abord, il semblerait que la petite communauté n’obéisse pas vraiment à ce à quoi je suis habitué, en terme de rapports de territoires entre Pokémons. Des types Plantes et Poisons se côtoient sans problème, et on peut même apercevoir des Nodulithes, serrés les uns contre les autres dans un tunnel adjacent...à moins de quelques mètres du cours d’eau qui passe en glougloutant dans ce sanctuaire. Quelque soit la raison qui les a poussés à se regrouper et à se réfugier ici, elle était suffisante pour mettre à mal l’écosystème d’Alamos.
Avec précaution, je dépasse le groupe de Keunotors (Pas de bagarre, Neaki, je t’ai vu ! T’en as déjà eu cinq en plus, arrête de voler leurs restes !), pour me rapprocher d’une arche en pierre. On dirait qu’elle communique vers l’extérieur par un regard d’égoût...Mais je doute que les tas de mousse et les bouts de bois qui sont collés à ce dernier, par ce qui ressemble à  de la boue collante soient naturels ! J’ai cru voir quelques Tadmorv s’agiter dans un coin, ça doit être de leur fait.
Après plusieurs minutes d’observations, Ida semble en avoir terminé...On va peut-être avoir quelques réponses !

‘’Si les Pokemons sont là, c’est parce qu’ainsi ils sont assez loin des cloches de la Tour. Je pense que ce n’est pas une coïncidence. On devrait retourner au centre pokemon pour en parler à Esteban et Nil. Peut-être qu’avec un peu de chance ils se souviendront de quelque chose qui pourrait nous mettre sur la piste. Et puis cette histoire de cloche, cela correspond aussi à... En fait rien d’important, allons y. ‘’

À..? À quoi ? Il semblerait que je doive attendre que nous soyons rentrés pour le savoir...Raaah, j’aime pas le suspense ! Link ! Utilise ton aura pour lire dans ses pensées et me dire ce que c’est que cette idée-mystère !
...Je sais que tu peux pas, mais laisse-moi croire que c’est possible ! En attendant, autant mettre en commun ce que nous avons trouvé.

‘’Perso, je pense qu’ils ont fait bien plus que juste se réfugier ici. Tu vois ces grilles ? Ils ont même comblés toutes les cavités qui restaient, pour être sûr d’être complètement isolés d’Alamos. J’suis sûr que même un Brouhabam pourrait pas se faire entendre en hurlant, si on se trouvait ici.
Au final, on en revient encore aux Tours. J’pense que t’as raison et qu’on devrait faire notre rapport. Et si jamais cette ombre noire se montre sur le chemin…’’


J’ai des comptes à régler.

******************

Malheureusement, pas de fantôme obscur et maléfique sur le trajet. Juste un duo de Rangers un peu fatigués par leurs investigations, qui parcourent les rues d’une ville à moitié vide. On dirait que les habitants ont renoncés à l’idée de sortir en ce début de soirée. Et vu que la prochaine crise de folie globale ne devrait plus tarder, je peux les comprendre.
Une fois au centre Pokémon, il est temps de mettre en place notre conseil de guerre !

‘’Après ça j’ai retrouvé Cael. Il poursuivait la trace de l’ombre que l’on voit sur la vidéo mais on l’a perdu de vue. Ensuite, avec l’aide de mon Keunotor et du Riolu de mon ami, nous avons trouvé dans un des canaux de la ville un groupe de pokemons sauvages très organisés. Ils nous ont dit qu’ils s’étaient mis ici et qu’ils arrivaient à échapper aux crises de folie. Ils ont parlé du fait qu’ainsi, ils n’entendaient plus du tout les cloches. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre ça et les crises ? Cela expliquerait pas mal de choses au final, comme le caractère cyclique ou le fait que cela réussisse à couvrir toute la ville et seulement elle. Vous avez d’autres idées ? ‘’

Pas mal comme rapport. Au moins, tout est dit. Et j’en profite même pour glisser un regard de remerciement discret à la Pyroli : elle a passé sous silence mon petit épisode de...euh...d’”absence’’, ce qui évite des questions un peu embarrassantes. Quand à sa théorie concernant les cloches, elle se tient, surtout si l’on tient compte des détails repérés dans le sanctuaire, ainsi que d’un autre fait.

‘’Je pense qu’Idalienor a raison. Vous avez remarqué que les cloches ne sonnent absolument pas à intervalles réguliers, mais qu’elles sont totalement audibles pendant les périodes où les Pokémons deviennent dingues ? Et puis en plus, il suffit juste d’écouter leur mélodie pour comprendre que ça puisse rendre fou n’importe qui...C’est ultra fort et ça vous laboure le crâne pendant toute la durée de la crise.’’

‘’Euh, Cael ? Comment ça, ‘’vous laboure le crâne’’ ?’’

‘’...Ben oui, ça ne vous fait rien, à vous ? Rien qu’en y pensant, j’ai encore mal à la tête, c’comme si on la frappait à coup de marteau. ’’

Apparemment, ni Nil, ni Esteban n’ont souffert des mêmes symptômes. pourtant, je m’y tiens : si ce sont bien les cloches qui rendent les Pokémons fous, c’est en lien avec la musique qu’elles jouent. Et puis, pour le moment, nous n’avons pas vraiment d’autres théories à exploiter !

‘’Nous avons déjà explorés la ville plusieurs fois et je dois bien admettre que votre idée nous offre une perspective intéressante. Rien ne montre que de nouvelles espèces seraient à l’origine des troubles, ou que quelque chose a changé dans l’environnement immédiat...Excepté, comme tu le pointais, Idalienor, le fait que les cloches s’alignent sur le moment où tout se déclenche. Peut-être que nous pourrions…’’

‘’RANGER ANDERSSON, J’EXIGE DES EXPLICATIONS !’’

Il semblerait que nous ayons un invité imprévu : comme un vent de tempête, les portes du Centre Pokémon s’ouvrent en grand, pour laisser entrer un homme de grande taille, en costume coupée court et visiblement extrêmement mécontent. Les tempes grisonnantes, une barbe de trois jours pour lui manger le bas du visage et le regard furibond, on pourrait presque le confondre avec un Ursaring en rogne.
Flottant dans son sillage, un Alakazam à l’air passablement ennuyé se contente de franchir le seuil à son tour, avant de nous dévisager un à un. Son propriétaire, en revanche, ignore complètement ma présence et celle d’Ida, pour se tourner vers Nil.

‘’Votre équipière a été gravement blessé dans la journée et ce n’est qu’à présent qu’on m’en informe ? Vous étiez censé régler cette situation ‘’dans les plus brefs délais’’ et regardez où nous en sommes !’’

‘’Monsieur, croyez-bien que nous faisons notre maximum. Nos investigations ont simplement pris un peu plus de temps que prévu.’’

‘’Balivernes ! Vous savez parfaitement que la source est facile à éradiquer. Mais si vous aviez eu le courage de mettre en oeuvre la stratégie que nous vous avions proposé, votre collègue ne serait sûrement pas dans cet état, à l’heure qu’il est !’’

Comme un coup de massue à la poitrine, les paroles du nouveau venu semblent venir percuter Nil de plein fouet. Serrant lentement les poings, elle se serait probablement lâché en lui en collant une, si Esteban et moi ne nous étions pas levé par réflexe pour nous placer devant elle...Pas besoin de Link pour sentir que si elle se lâche là, on retrouvera les restes fumants de ce type un peu partout dans la pièce !

‘’Monsieur Lainn. Dois-je vous rappeler qu’Anaba a été attaquée alors qu’elle défendait VOS concitoyens ? Et que nous avons été appelé par le conseil municipal, pour régler la situation ? Alors, laissez-nous faire notre travail et faites le votre en attendant. Malgré nos recommandations, des gens parcouraient encore les rues, aux heures de crises.’’

‘’Alamos toute-entière dépend du tourisme, vous pensez réellement que nous pourrons interdire l’accès aux rues indéfiniment ?!’’

‘’C’est pour cela que nous avons fait appel à des renforts. Avec eux, nous devrions pouvoir accélérer les choses.’’

‘’Je doute que ces gamins puissent vraiment faire une différence.  Il faut attaquer le problème à la racine ! Si nous parvenons à forcer le départ de tous ces Pokémons sauvages qui infestent nos rues, tout sera réglé.’’

‘’Sérieusement ?’’

C’est sorti tout seul. Et même si je ne veux pas vraiment l’interrompre, là, je vous avoue que son délire va un peu trop loin !

‘’Pardon ?’’

‘’Nous sommes peut-être des ‘’gamins’’, mais on reste des Rangers. Et le jour où je chasserai un pokemon sauvage de son habitat sans raison, ça n’est sûrement pas aujourd’hui !’’

‘’Sans raison ?! Vous les avez sous les yeux, vous ne le voyez donc pas !’’

‘’Cael, stop. Monsieur Lainn, un mot en privé.’’

Merci Esteban, parce que si on avait continué, j’aurais sûrement fini par lui balancer Link à la figure !

‘’Dégager des Pokémons sauvage, non mais, il est pas bien, ce type ?!’’

‘’Il est surtout complètement paniqué. Avant qu’on ne nous appelle en renfort, il avait déjà tenté de faire passer cette proposition de ‘’déplacer la faune locale’’ au conseil municipal. Sans succès, heureusement.’’

Et ben, rien d’étonnant, s’il est aussi agréable que ça avec tout le monde ! Reportant mon attention sur Ida et Nil, je laisse Esteban canaliser l’importun, pour revenir à nos plans. On a une piste sérieuse, mais comment on est censé l’exploiter ? Les cloches sont au coeur de tout, peut-être qu’en se plaçant dans la tour avant que la crise ne démarre…

********************

‘’On avance pas, j’en ai maaaaaaaarre !’’

C’est peu de le dire : avoir identifier le problème, malheureusement, ça ne constitue pas un plan complet. Même si on place quelqu’un dans la tour, il ne pourra pas agir tout seul, si les Pokemons du coin deviennent dingue, trop occupé à se défendre. Et avec Anaba dans les vapes, on risque de ne pas avoir assez de monde pour défendre les rues, si on détache un duo pour l’opération. Et si on prend en compte cette ombre bizarre en plus...On dirait bien que nous sommes coincés.
Suite au départ du conseiller Lainn, Esteban s’est joint à nous et si nous avons réussi à dégager trois objectifs principaux pour notre plan, c’est de troupes que nous manquons.

‘’Récapitulons...Il faudrait que l’on puisse simultanément défendre la ville, traquer cette ombre et surveiller le carillon de la tour de l’Espace et du Temps. Tout ça en plein milieu d’une crise de folie générale. Je résume bien ?’’

‘’Oui, et sans Anaba, il nous manque quelqu’un pour être sûr de ne pas prendre de risques.’’

‘’Et la prochaine attaque aura lieu dans moins d’une heure. Si elle est encore plus violente que les fois précédentes, on aura la preuve que le phénomène s’amplifie de plus en plus. Et nous risquons de nous retrouver complètement submerger.’’

‘’Et si...Je dis peut-être n’importe quoi, mais, si on faisait tout ça en même temps ? On se disperse par groupes de deux en ville et on essaye de limiter la casse. Si Anaba a suffisamment récupéré pour se tenir debout, elle pourra défendre le Centre Pokémon avec Clemence. Et nous, de notre côté, on pourra agir en ville.
La première équipe qui repère l’ombre aura pour tâche de la poursuivre...et de la guider vers la tour de l’espace et du Temps en la forçant à fuir dans cette direction. Pendant ce temps, l’autre équipe, une fois qu'elle a été informée, se rend sur place et  l’attend pour lui tendre un piège. Comme ça, on fait d’une pierre deux coups, t’en penses quoi, Ida ?’’

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mar 22 Jan - 10:24


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Les premières hypothèses quant au phénomène qui ronge la ville prennent forme. Bien sûr, il est difficile pour moi d’affirmer devant deux rangers expérimentés qu’ils n’ont pas envisagé cette hypothèse pendant tout ce temps. Mais en même je crois qu’il n’avait aucun moyen de réellement faire le lien. C’est vrai quand on y réfléchit, c’est bien parce que j’avais un Keunotor et qu’il a senti la présence de ses compagnons dans les tunnels de la ville que nous avons pu monter cette théorie parfaitement crédible. D’où l’avantage de faire venir des sources extérieures sur une mission pareille, qui demande énormément d’énergie, de temps, et de moyens divers.

Cael appuie mon idée mais glisse une appréciation personnelle que ne manque pas de soulever Nil. La musique est certes très forte, mais elle ne laboure pas le crane comme il le dit. Il est le seul à sentir cela de cette façon. Un peu comme…les pokemons. Discrètement, je tapote avec le bout de mes doigts sur son bras pour qu’il n’en rajoute pas. J’ai déjà ma propre hypothèse là-dessus mais inutile d’avertir les deux rangers à nos côtés. Cela ne pourrait que les inquiéter et leur faire prendre des risques inutiles. Je pense qu’à nous deux, Cael et moi, on peut gérer ce léger souci sans que des professionnels n’aient à intervenir.

Cette histoire vite écartée, Nil reprend ses explications et confirme implicitement notre observation. Les cloches s’alignent parfaitement avec les crises. Pendant les 2 crises que nous avons vécues ici, cela a bien été le cas aucun doute possible. Et la ranger le confirme pour toutes les crises qu’elle a dû connaitre avant que nous arrivions. C’est trop pour qu’il s’agisse d’une simple coïncidence. Mais avant que nos explications puissent aller plus loin, quelqu’un fait irruption dans le centre commercial. Quelqu’un que je ne connais pas et qui visiblement n’a pas l’air content du tout. Assez carré, air sévère et barbe de trois jours, tout pour lui donner cet air peu rassurant. Son Alakazam a ses côtés, celui-ci nous fixe un petit instant avec Cael, remarquant au contraire de son dresseur que l’équipe de secours de la ville a gagné de nouveaux visages. Mais pour l’heure, ce monsieur n’a pas l’air de faire attention à grand-chose, si ce n’est à ses mots déchirants à l’encontre de nos deux rangers professionnels. Ses mots vont d’abord à l’attention d’Anaba, toujours blessée par cette violente attaque un peu plus tôt dans la journée. Nil est au bord de l’explosion et ce n’est que quand Cael et Esteban se lèvent à leur tour que les choses prennent une autre tournure. De mon côté je vais m’assoir tout juste à côté d’elle pour essayer de la calmer, me permettant de glisser mes doigts dans les siens. Je sais que ce genre d’attaque personnelle peut faire très mal. Alors en attendant, je laisse les garçons s’adresser à notre invité surprise pour essayer de le faire redescendre sur terre.

Evidemment, la discussion tourne de court quand ce gars envisage carrément de chasser tous les pokemons sauvages de la ville pour régler le problème. C’est une solution affreuse et au final peu efficace parce que même les pokemons appartenant à des dresseurs sont affectés. Mais je n’ai pas le temps de m’y opposer que mon ami l’a fait. Il est ranger depuis bien plus longtemps que moi, ce discours doit lui brûler les oreilles à un point que je n’imagine même pas. Finalement, Esteban finit par emmener celui qui semble être son supérieur plus loin pour finir cette discussion en privé. Nous en profitons alors avec Cael pour mettre au clair encore un certain nombre de chose sur la situation en ville, histoire de changer de tactique pour la prochaine attaque qui ne devrait pas tarder à avoir lieu, à mesure où le soleil se couche doucement sous nos yeux.

***

Cael finit par désespérer et je le comprends un peu. La situation est très loin d’être évidente. Nous avons beaucoup de choses à gérer, et nous sommes peu nombreux. Et comme le rappelle Esteban, si leur hypothèse selon laquelle les événements sont de pires en pires à chaque crise, ce qui nous attend risque de dépasser tout ce que l’on a vu jusque-là. Après avoir passé en revu les plans de la ville, les différents lieux stratégiques et le nombre que nous sommes, on arrive à une sorte d’équation impossible. Nous ne pourrons jamais couvrir tous les points de la ville en même temps et espérer mettre un terme à tout cela en vérifiant nos hypothèses. Pourtant, le ranger rose se tente à une stratégie. Oui effectivement, tout faire en même temps serait la solution la plus efficace mais également la plus dure à mettre en place techniquement parlant. Malheureusement je crois bien que nous n’ayons pas d’autres options. Je me permets donc d’affiner les dires de mon camarade.

Cette idée est risquée car dure à mettre en place mais qui, en cas de réussite, nous laisse le plus de chance d’attraper le responsable de tout ça. Récapitulons. Je vais aller voir Anaba tout de suite après cette discussion ainsi que Clémence pour voir si elles peuvent monter un camp ici pour protéger le centre pokemon. S’il tombe, on va vraiment avoir de gros soucis à l’avenir. C’est un poste important. Ensuite, un deuxième groupe, composé de Cael et moi, ira se mettre en ville au dernier endroit où on a vu l’ombre apparaitre. Dès qu’on la voit, on la course et on se débrouille pour la rabattre vers la Tour de l’espace et du temps où nous attendrons le dernier groupe, à savoir Nil et Esteban . Ayant plus d’expériences, ils seront plus capables d’effectuer la capture tous les deux après cette longue traque de notre part. De même, ils pourront aussi surveiller que personne ne cherche à entrer dedans pour faire une quelconque modification. Après tout nous avons cette histoire d’ombre, mais peut être que nous faisons fausse route et qu’elle n’a rien à voir avec ça. On doit couvrir plusieurs fronts c’est impératif. Est-ce que ça vous parait jouable ?

Après un petit silence, plusieurs hochements de tête me répondent, approuvant cette partie du plan. J’en profite pour m’éclipser vers la salle où j’ai laissé Anaba avec Clémence quelques heures plus tôt, en croisant les doigts pour que la ranger se remette vite de sa blessure. Après quelques détours dans le centre, je finis par enfin les trouver. A ma grande surprise, Anaba est debout tandis que Clémence se tient à ses côtés en train de lui faire un énormément pensement sur sa blessure au flanc. Je ne pensais pas que si vite elle tiendrait debout, avec ce petit sourire en coin qui plus est. Lorsqu’elles m’aperçoivent, c’est l’infirmière qui prend la parole la première, me demandant un petit résumé des derniers événements. Après quelques minutes d’histoire plus d’explication du plan approuvé par l’ensemble du groupe, c’est Anaba qui prend la relève.

Vous avez beaucoup avancé en une journée c’est top ! Je savais qu’on pouvait compter sur vous. Ça me va. Effectivement je ne suis pas en état de me lancer dans une course poursuite à travers Alamos mais garder le centre je peux le faire. Et puis de toute façon je ne suis pas seule, Clémence est avec moi. On ne dirait pas comme ça mais c’est une super combattante.

N’exagère rien Anaba, je sais me défendre c’est tout.


Tu parles ! Tu savais Idalienor qu’elle était à un cheveu de passer son dernier examen pour être ranger ! Tu imagines ! Mais à cause de cette histoire de…


Anaba s’il te plait, n’étale pas ma vie privée comme ça

Oups pardon j’oubliais. En tout cas tu peux compter sur nous.

Je leur adresse un sourire avant de repartir dans le hall. Je ne savais pas qu’elles avaient un passé commun. Je crois que ça aurait fait plaisir à Cael de savoir que quelqu’un de sa famille a failli être ranger un jour. De toute façon ce n’est pas à moi de raconter ce genre de chose mais à Clémence. Quand je reviens, tout semble prêt pour que l’on démarre. Nous réglons les derniers détails avant de s’élancer dans la ville en courant. Il ne nous reste plus beaucoup de temps avant que les cloches ne se mettent à sonner. Pendant nos petites foulées, je me permets d’adresser quelques mots à Cael.

Si j’ai demandé à ce que se soit nous qui nous chargions de l’ombre c’est aussi parce que je ne voulais pas que tu te retrouves à côté de la Tour au moment où les cloches sonneront. Il semblerait que…tu sois affecté toi aussi par ses sons, un peu comme les pokemons. Je ne sais pas pourquoi mais ça m’inquiète un peu. Et comme je ne voulais pas en plus inquiéter Nil et Anaba, j’ai préféré que l’on règle ça entre nous si tu n’y vois pas d’inconvénient. Si toi aussi tes réactions s’amplifient au fur et à mesure de l’exposition il va falloir que tu me fasses confiance pour gérer la situation…



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mer 23 Jan - 17:50
Ouf, Idalienor semble d’accord pour tenter le coup, en suivant mon plan. Même si les autres Rangers présents émettent quelques réserves, du fait de la dangerosité du projet, on ne peut pas dire que nous ayons le choix : à ce rythme-là, nous ne ferions que répéter nos tentatives précédentes, résultats compris (et c’était pas glorieux). Capstick en main après l’avoir séparé de sa sangle, je profite d’un petit moment de flottement pour vérifier les fixations et les roulements de l’appareil...manquerait plus qu’il me laisse en rade, en plein milieu de l’opération !

‘’Je peux voir ça ?’’

j’vais pas dire non à l’avis d’un pro ! Esteban récupère rapidement mon Disque de capture, avant de sortir le sien….Et je dois avouer que j’ai les yeux qui brillent, rien queà voir un vrai modèle de la Fédération. En comparaison, le Capstick prêté par l’Académie est un peu moins badass (Ça doit venir du logo imprimé dessus...ouais, c’est sûrement ça). Après avoir effectué quelques rotations de l’anneau central, le Ranger retourne l’appareil avec une moue méditative.

‘’Y’a un problème ?’’

‘’Non, non, pas du tout. Je ne me souvenais pas que vos Capsticks de formation étaient aussi légers. Les nôtres sont équilibrés différemment, afin d’avoir une meilleure prise au niveau du sol. Tiens, regarde.’’

Effectivement, rien qu’à prendre son propre Disque dans ma main (Vous pensez que je peux lui demander un autographe sur le mien ?), je dirais qu’il doit peser au moins deux fois plus lourd. Après avoir testé l’outil au niveau du sol, je constate que Esteban a fixé mon propre Disque sur son Cpastick. Puis, sans préavis, le Ranger libère l’appareil et le dirige en une succession de mouvements fluides, l’envoyant fuser en direction de Nil : concentrée sur la conversation entre Ida et Anaba, la Ranger manque de faire un bond jusqu’au plafond quand la toupie passe entre ses jambes.

‘’Esteban, espèce de crétin ! Ça te fait rire, c’est ça ?!’’

‘’Mais non, mais non, je testais juste quelque chose. Tiens Cael, fixe-le bien sinon, il risque de tomber.’’

...je suis pas un expert, mais je jurerais avoir vu Esteban sourire, quand il m’a tendu mon Disque de capture. le Ranger se redresse ensuite pour rassembler ses affaires, tandis que Idalienor me rejoint. Manifestement, les préparatifs se terminent tous et l’heure approche. Ça tombe bien, j’ai un compte à régler avec cette ombre…
Lancé aux côtés de ma partenaire, nous avons déjà rappelé nos Pokémons, afin d’éviter tout risque de folie furieuse de leur part. Mais, alors que les premières ruelles défilent autour de nous et que les locaux commencent à rentrer chez eux en prévision de la crise, je dois avouer que la Pyroli me surprend un peu, en étant aussi directe.

''Si j’ai demandé à ce que se soit nous qui nous chargions de l’ombre c’est aussi parce que je ne voulais pas que tu te retrouves à côté de la Tour au moment où les cloches sonneront. Il semblerait que…tu sois affecté toi aussi par ses sons, un peu comme les Pokemons. Je ne sais pas pourquoi mais ça m’inquiète un peu. Et comme je ne voulais pas en plus inquiéter Nil et Anaba, j’ai préféré que l’on règle ça entre nous si tu n’y vois pas d’inconvénient. Si toi aussi tes réactions s’amplifient au fur et à mesure de l’exposition il va falloir que tu me fasses confiance pour gérer la situation…''

Ralentissant légèrement le pas, il me faut quelques secondes pour lui répondre. Dans le même temps, je repense à cette sensation d’étau qui m’a broyé le crâne, il y a quelques heures...Et je suis pas franchement impatient de retenter l’expérience. Sa théorie sur le fait que les cloches m’affectent aussi se tiendrait, vu que je ne ressens ça que lorsqu’elles sonnent.

‘’Tu sais que j’te fais confiance à fond, Ida. J’espère juste que ça se reproduira pas...T’imagines, sentir qu’on te frappe à l’intérieur du crâne en rythme, de plus en plus fort et être complètement incapable d’arrêter ça ? Ben, c’est à peu près ce que j’ai ressenti. Au début, c’est juste désagréable, puis ensuite, ça devient tellement persistant que t’arrives plus à penser de manière cohérente.
y’a juste un truc que je piges pas...Pourquoi moi et pas toi ?’’

Question de taille du cerveau sensibilité, j’imagine. Comme si on avait pas assez de problèmes comme ça...


*******************
‘’Pour le moment, j’vois rien de bizarre. Soit il se planque, soit notre ami est dans un autre quartier !’’

C’dommage, j’avais un super point de vue, de là-haut ! Après m’être laissé glisser au bas du lampadaire qui me servait de poste d’observation, je rejoins Ida qui ne semble pas avoir été beaucoup plus heureuse dans ses recherches. Les cloches ne devraient plus tarder à sonner, on parle d’une affaire de minutes. Et toujours aucune trace de notre ami sombre et mystérieux.

‘’Avec un peu de chance, il ne se montrera pas et la Tour restera silencieuse.’’

*Dong*

‘’..Mettons, que je n’ai rien dit.’’

Lentement puis sur un rythme de plus en plus discordant, les lourdes cloches de bronze d’Alamos commencent à inonder la ville de leur mélodie grinçante. Même si chaque tintement se répand dans tout mon corps comme une vibration persistante, la distance semble effectivement jouer sur la pression engendrée. C’est désagréable mais beaucoup moins que ce que j’ai ressenti la dernière fois.
Devant l’air un peu incertain de la Pyroli quand à mon état, je tente de la rassurer d’un sourire.

‘’Ça va...Ça sonne, mais je peux encaisser. Par contre, si ça a commencé, il ne devrait plus tarder à montrer le bout de son nez, non ?’’

Tu ne crois pas si bien dire, mon p’tit Ranger ! Ida laisse échapper un cri d’alerte, lorsqu’une silhouette obscure déboule subitement d’une ruelle et manque de nous percuter. Plongeant de part et d’autres de la chaussée, nous nous redressons en un éclair pour nous lancer à la poursuite de notre assaillant : impossible de distinguer sa forme derrière ce manteau d’ombre et de fumée mais on dirait presque qu’il glisse au-dessus du sol, sans le toucher.
Zigzaguant entre les chemins de traverse de la ville, Ida et moi commençons doucement à gagner du terrain sur lui :  en nous séparant à chaque croisement avant de revenir vers la rue principale, nous le forçons ainsi à multiplier les rotations, tout en le rabattant doucement vers le centre-ville. Sur le chemin, nous croisons bien quelques Pokémons en pleine crise de fureur, mais cette fois, on a d’autres Flamiaous à fouetter !

‘’Ida, 'tention à droite !’’

Ils se sont tous donné le mot pour participer à la fête ! La Pyroli esquive l’assaut d’un Mangriff tandis que je me retrouve forcé d’utiliser un banc proche comme appui pour passer au-dessus du Têtarte qui me bloque la route. Multipliant les accélérations et les détours, nous parvenons tout de même à maintenir notre avantage et bientôt,; l’ombre n’est plus qu’à quelques mètres de notre position ! Même sans nos Capsticks ou Pokémons, on reste des Rangers, alors, c’pas une simple bestiole de fumée qui va nous échapper ! Au fur et à mesure de notre progression, je remarque que le son des cloches semble s'amplifier...On serre les dents et on continue, c’pas parce que ça vibre dans mon crâne que je peux ralentir. Si je fais ça, Ida se retrouvera toute seule pour l’arr^ter !

‘’Empêche-le de tourner à la prochaine ! Je préviens les autres ’’

Si on le force à aller à droit au lieu de continuer tout droit au prochain carrefour, il va avoir une mauvaise surprise. Allez mes jambes, c’pas le moment de me lâcher, j’ai besoin d’une bonne impulsion : en prenant appui sur un perron, je n’ai plus qu’à me hisser sur l’un des petits toits bas d’Alamos, tandis qu’Idalienor continue de talonner notre cible. naviguant sur les toits aux tuiles entrelacés. Capstick en main, j’enfonce la commande de communication, sans ralentir une seconde.

‘’Vocogramme ! Esteban, vous m’entendez ? On vous amène un invité pour la fête, faut que vous soyez prêt à l’accueillir dans deux minutes !’’

‘’Reçu. On arrive sur place, plusieurs  Pokémons de la ville semblent converger vers la Tour aussi, faites attention à vous.’’

Coupant la communication, , je n’ai plus qu’à me laisser tomber un embranchement plus loin, pour couper la route à ce Darkrai en carton ! Qui ne tarde pas à jaillir de l’angle du mur et semble particulièrement surpris de me voir, puisque la masse ténébreuse se fige brusquement. Il se serait sûrement retourné, si ma camarade Ranger n’était pas apparu dans son dos pour lui couper la retraite. Reculant ’’d’un pas ‘’(Difficile à dire, vu qu’il flotte), le voila qui pivote brusquement pour s’enfuir par la seule voie possible : l’avenue qui mène directement à la tour !
L’esplanade n’a pas changée d’un pouce et nous apercevont déjà les premières marches du gigantesque bâtiment, où Esteban et Nils semble déjà nous attendre. Allez, on y est presque !

*Dong*

‘’Ourgh !’’

C’est moi ou les cloches viennent de monter le volume ? C’est même encore plus fort que la fois précédente ! Et ça fait mal.

*DONG*

J’ai les mâchoires tellement serrés qu’un goût métallique commence à se répandre dans ma bouche. Presque mécaniquement, mes jambes continuent pourtant d’avancer mais Idalienor ne tarde pas à me dépasser, tandis que les objets les plus lointains commencent à devenir fous. Ça fait vraiment mal.

*DONG...DONG...DONG*

Des ruelles proches, quelques Pokémons en furie ne tardent pas à rejoindre l’affrontement et je vois Esteban se débarrasser d’un Linéon en le forçant à percuter l’un de ses congénère. Alors que les deux autres Rangers se portent à notre hauteur afin d’engager l’ombre avant qu’elle n'atteigne la Tour, nous ralentissons légèrement pour couvrir un peu plus d’espace. Si jamais il tente de briser l’encerclement, il se retrouvera forcément face à un Ranger déterminé à l’arrêter.
Enfin, dans mon cas, c’est plutôt face à un Ranger titubant, les deux mains sur les tempes… le son devient de plus en plus fort et là, c’est plus des coups de marteaux qui me traverse la tête. Non, c’est plus proche d’une attaque Giga-Impact, multiplié par 1000 !  Trop mal.

‘’I...Ida…’’’

J’ai juste réussi à prononcer ça, avant de tomber à  genoux, le souffle court. Fébrilement, je parviens juste à détacher mon sac, qui tombe à terre avec un petit frottement,  pour pouvoir me recroqueviller, les poings sur les tempes.J’ai beau fermer les yeux, le son insoutenable continue et lorsque je les rouvre, tout autour de moi semble flou et étrangement déformé.   Je peux même plus penser à autre chose qu’à ce bruit...Ce bruit insupportable qui devient la seule chose qui compte autour de moi. Faut que ça s’arrête, que ça s’arrête, que ça s’arrête, QUE ÇA S’ARRÊTE !

‘’Je peux...je peux pas tenir. Ce bruit, il est trop fort, trop de bruit...ARRÊTE CE BRUIT !’’

Faut qu’elle l’arrête, c’est sa faute à elle si ça continue, faut qu’elle disparaisse pour que ça s’arrête ! J’ai rien pour la frapper, la faire partir, j’ai que mes mains...griffes...je sais pas quoi, je sais plus rien, j’veux juste du SILENCE !

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Ven 25 Jan - 14:41


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
J’ai essayé de garder le même rythme tout en parlant à Cael pour essayer de ne pas le perturber davantage mais visiblement ça n’a pas très bien réussi. Le voilà qui ralentit tout en réfléchissant à ce que je venais de dire. Il fallait à un moment où à un autre que je lui communique mes impressions. Après tout c’est bien moi la Pokéathlète médecin du groupe. Si je ne fais pas les diagnostics personne ne le fera à ma place, d’autant plus que mes suppositions mettent l’ensemble du groupe en danger, même si elles soulèvent de multiples problèmes. Pourquoi Cael serait atteint par ses sons venant de l’horloge et pas moi. Même mieux, Anaba Esteban et Nil sont là depuis bien plus longtemps que nous et n’ont jamais été perturbé par ça, à la différence de leurs pokemons qui eux ne supportent plus ces bruits. Quelle explication logique y-a-t-il derrière tout ça ?

Si tu me fais confiance alors parfait je m’occuperais de gérer ça. Ce n’est clairement pas le moment de laisser des doutes ou incertitudes planer entre nous ou on court droit à la catastrophe. Je ne sais pas encore quel paramètre joue pour expliquer cette différence de réaction. Jusqu’à preuve du contraire, tu es humain tout comme moi et non pas un pokemon. Alors pourquoi cette différence ? J’essaie de retourner les hypothèses dans ma tête mais pour l’instant rien ne colle.

De toute façon j’ai encore quelques minutes pour chercher avant que la crise ne démarre. Cael et moi avons pour mission de retrouver cette ombre. D’un commun accord, nous nous dispersons dans les ruelles adjacentes à la dernière position où nous avons pu l’identifier. Tandis que le ranger rose grimpe aux lampadaires pour avoir une vue globale, je me contente des ruelles en marchant pour économiser mon énergie. Si dans peu de temps je dois courir à travers toute la ville pour attraper une ombre se déplaçant à une vitesse surhumaine, je vais avoir besoin de toutes mes forces, surtout si Cael ne peut pas me venir en aide. Je n’ai pas osé le redire devant l’ensemble de l’équipe mais je ne crois pas à cette histoire d’ombre. Enfin si je l’ai vu, elle existe en tant que telle c’est évident. Mais dire que c’est Darkrai, le pokemon des cauchemars, je n’y crois pas du tout, et encore moins qu’il serait responsable de tout ça. Ce plan est trop malin, trop destructeur. Un pokemon n’aurait jamais eu l’idée de faire ça à ses congénères, même pas un être comme Darkrai, j’en suis certaine. C’est plus fourbe, forcément l’œuvre d’un homme.

Après, je peux toujours me tromper.

Je finis par revenir bredouille au point de départ, Cael n’ayant pas fait mieux que moi. Pas d’ombre et la cloche ne devrait pas tarder à retentir. Evidemment, tous nos pokemons sont dans leurs pokeballs respectives pour limiter le danger, même si je sens la pokeball de Zeno vibrer dans mon sac. Je l’ai gardé à la main quelques minutes pendant que je marchais pour essayer de le calmer et de le dissuader de faire une bêtise. Je ne sais pas exactement comment fonctionne ses engins mais les pokemons à l’intérieur semblent comprendre tout ce qui se passe dehors. Un miracle de la technologie.

Ça y est, ça sonne. Immédiatement, mon regard se jette sur le ranger, en espérant que la distance joue en notre faveur pour le moment. Après un court instant de silence, il me confirme que pour l’instant tout va bien, qu’il ne ressent rien de plus qu’une légère gêne. Je n’ai même pas le temps de m’en réjouir que la fameuse ombre refait surface. D’un coup d’œil, Cael et moi nous lançons à sa poursuite avec un plan très clair, attirer cette fameuse ombre jusqu’à la tour en l’obligeant à se rabattre sur l’aller-centrale. Très rapidement, la course devient effrénée à la suite du pokemon mystérieux. Mon ami et moi enchainons de tous les côtés les coupe et contre coupe de chemin pour ne pas le laisser s’évader.

Mais évidemment, cela n’allait pas être aussi simple. Les pokemons encore dans les rues en crise surgissent sur notre chemin, déstabilisant notre avancée. J’essaie de les esquiver mais clairement courir après l’ombre sans la perdre de vue et faire mon travail de ranger en calmant ses pokemons est impossible. Je ne peux pas faire les deux en même temps. Je sens mon cœur commencer à accélérer, sentant la présence de ce Mangriff enragé à mes trousses de plus en plus fortes. Je ne sais vraiment pas comment me débrouiller.

Enfin ça c’était jusqu’à ce que Zeno se libère de sa propre initiative de sa pokeball et utilise son attaque Double-Pied pour envoyer valser mon adversaire. Mais les premiers mots qui me viennent ne sont pas très chaleureux « Zeno je t’avais dit de ne pas sortir de ta pokeball ! Je ne veux pas que tu perdes le contrôle ! » Pourtant mes mots n’ont pas l’air de le toucher du tout et je le vois courir à mes côtés après l’ombre, extrêmement concentré, comme s’il luttait intérieurement pour ne pas succomber. A la lueur des lampadaires, nous continuons notre traque tandis que Cael prévient nos alliés que nous arrivons droit vers eux, avec un pokemon en cavale en prime. D’ailleurs heureusement que le général Jackie nous a entrainé en endurance sinon je n’aurais jamais tenu.

De loin, on commence déjà à distinguer Nil et Esteban eux aussi en lutte face à des pokemons sauvages. Pourquoi lors de cette crise tous les pokemons ont convergé vers la tour ? Leurs comportements ne sont plus du tout les mêmes que précédemment. La situation est un peu critique. D’abord sans m’en rendre compte, je dépasse légèrement Cael qui continue de courir mais avec moins d’énergie. Ce n’est que lorsque nous sommes proches de la place centrale que je l’entends murmurer distinctement mon surnom avant de s’écrouler sur le sol.

Cael ! Qu’est-ce qui se passe ?!

Je fais demi-tour de quelques pas sous le regard inquiet des professionnels pour m’approcher de mon ami. Il ne va clairement pas bien. Il gémit de douleur, se tenant la tête comme si elle était prête à exploser. Sa souffrance se lit sérieusement sur son visage. J’essaie de poser calmement mes mains sur ses bras pour le calmer, chuchotant doucement à son oreille mais aucun changement. Ce n’est que lorsqu’il relève la tête et qu’il commence à hurler distinctement à mon égard que je comprends que de la même manière que les pokemons, la violence de la crise pour lui a augmenté. D’un bond, il se jette sur moi avec un air rempli de colère. A bout de bras, je réussis à le maintenant à une certaine distance de moi mais si je lâche j’ai presque peur qu’il me lacère le visage avec ses ongles. On dirait une bête enragée. Il ne contrôle rien du tout. J’essaie de hurler vers lui pour le ramener avec nous.

Cael c’est moi Ida ! Reprend le contrôle tu n’es pas comme ça ! Arrête !

Dans le même temps j’entends des grognements que je reconnaitrais entre mille. Je n’arrive pas à le voir mais je sais que c’est Zeno. Lui aussi il souffre. Les cloches lui font mal et si je n’arrive pas à le rappeler dans sa pokeball il va lui aussi faire une crise, et ça nous fera un pokemon de plus à gérer. Mais impossible d’attendre la capsule mécanique, située dans mon sac qui est contre le sol dans mon dos. Nil et Esteban ne peuvent pas me venir en aide non, plus, acculé par des pokemons qu’ils essaient de faire fuir comme ils le peuvent. J’avoue que je commence vraiment à flipper là, surtout que mes bras ne vont pas retenir Cael très longtemps loin de moi. Je sens déjà un de ses ongles toucher mon visage et s’enfoncer dans ma peau. Vite, une solution, vite !

Ce n’est que lorsque je sens tout le poids de Cael sur moi s’envoler que je réalise que quelque chose à changer. Je n’entends plus Zeno du tout, ni même le bruit des pokemons sauvages autour. L’ambiance a changé, comme si une forme d’autorité venait de surgir de nulle part. Cael est comme soulevé dans les airs, me permettant enfin de comprendre ce qu’il venait de se passer. Zeno a évolué. Comme pour lutter contre les cloches, il a changé de forme pour endurcir son esprit et venir en aide à l’ensemble de son équipe. Je reste bouche bée face à ce spectacle. Dans un silence presque effrayant, mon désormais Braségali soulève le ranger par le col et le tient en l’air du haut de ses 1 mètre 90. Les pokemons sauvages aux alentours ont disparu, comme si eux aussi avaient pu sentir la nouvelle force de Zeno. Esteban et Nil finissent par arriver à côté de moi pour m’aider à me relever.

Tout va bien Idalienor ? Que s’est-il passé avec Cael pour qu’il pète les plombs comme ça ? Et cette évolution, c’était impressionnant. L’aura que dégage ton pokemon est incroyable.

Non je n’ai rien merci beaucoup. J’aurais du vous en parler je suis désolée. Je crois que Cael est affecté de la même manière que les pokemons par les cloches. Je pensais pouvoir gérer ça toute seule mais c’est aller plus loin que ce que je pensais. Je suis désolée j’ai mis toute l’équipe en danger.

Effectivement tu aurais dû nous parler de ça, on aurait pu t’aider à gérer le problème. Le principal c’est que la situation soit sous contrôle, pour le moment. Ton Braségali ne pourra pas le retenir très longtemps alors il est plus que temps de trouver une solution.

Je suis d’accord mais j’ai beau chercher je ne vois pas pourquoi il ne réagit pas comme nous. Pourtant, rien ne le distingue vraiment de nous….à moins que… Anaba qu’est-ce que tu as dit quand tu as parlé de mon Braségali ?

Qu’il dégageait une aura impressionnante. Pourquoi ?

Je crois que j’ai compris le problème. Doucement, je récupère le sac de mon ami encore au sol pendant qu’il s’agite dans tous les sens. Je sors deux pokeballs de son sac et d’un geste, je les déclenche toutes les deux. Voilà Liu et Link tous les deux face à moi. Ils ne mettent pas longtemps à se rendre compte que leur dresseur ne va pas bien du tout. Mais vraiment pas. En espérant seulement que je ne fasse pas fausse route.

Liu, j’ai besoin de ton aide. Avec l’aide de tes rubans, je voudrais que tu lances une vague d’onde apaisante, pour Cael. Il en a bien besoin. Je sais que tu viens tout juste d’évoluer mais c’est vraiment capital. Tu peux le faire ?

Je n’entends qu’un petit couinement en guise de réponse et le laisse gérer son dresseur. Maintenant deuxième problème, et le plus difficile. Link.

Link, nous avons un problème. Cael est actuellement en pleine crise de rage, comme les pokemons de cette ville. Au début je ne trouvais pas d’explication logique, alors j’ai cherché quelque chose que Cael avait en plus de nous, et grâce à Anaba j’ai finis par trouver. L’aura. Cael la ressent mieux que n’importe quel humain et est exposé à la tienne en plus de celle de Lucky en permanence, le rapprochant plus d’un pokemon que d’un humain, du moins de ce point de vue-là. Alors il faudrait…

Je ravale ma salive, consciente de ce que je vais lui demander.

Il faudrait que tu coupes les liens d'aura, entre toi et Cael.



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Dim 27 Jan - 0:11
Souffrance. Douleur. Rejet. Rage.

Le sentiment est partout. Invisible, impalpable et pourtant, il enlace chacune des créatures qui l’entoure même les humains-amis.
Même au travers de sa Pokéball-sphère-de-métal-froid, le petit Riolu ne peut pas s’empêcher de le ressentir : tout autour de lui, dans la ville-de-pierre-des-humains, des Pokémons comme lui succombent en poids à cette pression causé par le bruit-mauvais-douloureux. Il sent même la proximité de Liu-gentil, qui malgré la protection offerte par leurs Pokeballs, commence lentement à en ressentir les effets néfastes, lui aussi.
Mais pas lui.Link est faible. Bien plus faible que Lucki-maître. Bien plus que Cael-ami. Même plus que ces Keunotors-famille-unie, qu’ils avaient rencontrés le jour-même. Il est constamment effrayé et ne contrôle absolument pas ce pouvoir-maudit-dangereux qu’était son aura. Pourtant, en cet instant, Link a les idées claires: ce  bruit-mauvais-douloureux n’est pas bien gênant, en comparaison de ses efforts quotidiens pour contenir la pression que son propre corps dégage . Cael-ami essaye de l’aider à la maîtriser et petit à petit, il est parvenu à l’ignorer instinctivement. Au travers de leur lien, son dresseur prends sur lui en permanence une petite portion de cette immense réserve d’énergie que le Riolu ne pouvait contrôler. Mais là, il doit de nouveau concentrer toute son énergie pour le faire de lui-même, que se passe-t-il ?


‘’Cael c’est moi Ida ! Reprend le contrôle tu n’es pas comme ça ! Arrête !’’

Cette voix...C’était Idalienor-amie-de-Cael. Elle était gentille, elle aussi. Elle ne criait pas d’habitude, et Link aimait bien son aura douce. Elle parlait à son dresseur ? Qu’est-ce qui pouvait bien lui arriver, il n’en savait rien. Seule la sensation d’une grande souffrance et celle de voir Cael s’éloigner petit à petit de lui transparaissaient pour le type Combat. Aussi, lorsqu’une main effleure sa Pokeball, le petit Riolu se laisse aller à la sensation de légèreté qui accompagne son apparition sur le sol pavé de la place.
Tout autour d’eux, les Pokémons-fous-esclaves-du-mauvais-bruit sont en train de réagir de plus en plus violemment au concerto infernal, émanant de la Tour. Link se retrouve ainsi face à Idalienor. À ses côtés, Liu fait de même, son éternel air enjoué sur le visage...qui ne tarde pas à s’estomper pour afficher une plus grande détresse, à la vue de leur détresse gigotant entre les bras puissants d’un Brasegali.


‘’Liu, j’ai besoin de ton aide. Avec l’aide de tes rubans, je voudrais que tu lances une vague d’onde apaisante, pour Cael. Il en a bien besoin. Je sais que tu viens tout juste d’évoluer mais c’est vraiment capital. Tu peux le faire ?’’

Link fait confiance à Liu-gentil. Maintenant qu’il a évolué, il est beaucoup plus fort qu’avant, il peut tout arranger. Aussi, lorsque la jeune humaine-amie se tourne vers lui, le petit Riolu ne peut retenir un bref mouvement de recul, avant de déglutir difficilement.


Peur.

‘’Link, nous avons un problème. Cael est actuellement en pleine crise de rage, comme les pokemons de cette ville. Au début je ne trouvais pas d’explication logique, alors j’ai cherché quelque chose que Cael avait en plus de nous, et grâce à Anaba j’ai finis par trouver. L’aura. Cael la ressent mieux que n’importe quel humain et est exposé à la tienne en plus de celle de Lucky en permanence, le rapprochant plus d’un pokemon que d’un humain, du moins de ce point de vue-là. Alors il faudrait…Il faudrait que tu coupes les liens d'aura, entre toi et Cael. ‘’

Mais...mais il ne peut pas ! Il ne sait pas comment faire ! Lucki-maitre, lui, il peut faire ça en quelques secondes et même des choses encore plus incroyables, mais pas Link ! Sans Cael-ami, il ne sait même pas comment éviter de paniquer, alors rompre totalement ce lien que son Dresseur a érigé entre eux...C’est totalement hors de sa portée.
Mais Idalienor-amie-de-Cael insiste. parce que c’est la seule solution. Ce bruit-mauvais-qui-rend-fou, il n’affecte que les Pokémons. Si Cael-ami est sous son emprise à cet instant, c’est parce qu’ils sont toujours reliés, tous les deux. Parce qu’il est plus sensible que la moyenne à l’aura et que Link renforce cet état par sa simple présence. Les pattes ramenés à hauteur de la poitrine, il essaye donc de se détacher de son Dresseur.
Mais comment ? Il a beau essayer de relâcher toute la pression de son aura, impossible de rompre le lien, c’est comme un muscle qui renâcle à se détendre. Il a beau essayer encore et encore sous le regard de plus en plus inquiet d’Idalienor-amie, il n’y arrive pas. Comme un cercle vicieux, son incapacité à couper le contact, vient accroître sa panique, ce qui en retour semble renforcer le maillage qui l’unit à son dresseur.
Pour ne rien arranger, les tentatives de Liu-gentil pour calmer Cael-ami ne semblent pas vraiment fonctionner...Et il n’y arrive toujours pas ! Il n’y a aucune moyen pour qu’il puisse rompre ce lien !


Souvenir

Si...Il y en a un. Un qui ne laissera le choix à aucun d’entre eux. Un qui ne dépend que de lui. Un acte que Lucki-maitre a déjà réalisé, une fois et une fois seulement. Un choix qui l’effraie tellement, que le petit Riolu envisage même de retourner dans sa Pokeball-sphère-de-métal-froid directement après y avoir pensé. Mais un seul regard à Cael-ami, suffit pour lui faire comprendre qu’il ne peut pas faire ça.
Link est faible. Mais il peut faire quelque chose, oui. Après avoir détaché ses deux pattes, il les place face à lui, afin de faire comprendre à Idalienor-amie, qu’elle doit reculer. parce que elle aussi, il peut la protéger, s’il fait ça. Elle s’écarte de quelques mètres, tandis que Link recule à son tour pour ne plus avoir personne autour de lui.
Alors, le Riolu se concentre. Et se concentre encore. Il se laisse tomber comme une pierre dans cet océan d’énergie-azur-effrayante qui remplit chaque parcelle de son corps : d’habitude, toute cette puissance  le fait souffrir et il doit la contenir pour l’empêcher d’exploser. Et Cael-ami l’aide à garder cette force sous contrôle. Mais pas cette fois, non.


‘’Riooooooooooo….’’

Cette fois, il doit la laisser sortir. Jusqu’à la dernière goutte et plus encore, jusqu’à ce qu’il soit complètement vidé et qu’il ne puisse même plus tenir debout. Son aura le terrorise et pourtant, Link n’a pas peur….Parce qu’il n’a pas le droit d’avoir peur, cette fois. Et lorsque son corps semble atteindre son point de rupture, il ne lui reste plus qu’à se laisser aller pour que les quelques mètres qui l’entourent soient noyés dans la lumière explosive de l’attaque Tout ou Rien !

‘’...LU !’’

Il se sent partir. Il sait qu’il se réveillera bientôt mais la sensation de son corps qui ne réagit plus, avant qu’il ne sombre dans l’inconscience, l’effraie un peu. Avant que ses yeux ne soient clôt, Link a néanmoins le temps de voir que Cael-ami semble avoir cessé de se débattre. Puis, vient le néant.

Soulagement.

*******************

‘’Ourgh...Idalienor ? Qu’est-ce que...Tu peux me dire pourquoi y’a un Braségali qui me serre comme ça ?!’’

Quoi, c’est Zéno ? Non mais, qu’est-ce qui s’est passé ? On dirait qu’une armée de Bétochef construit une métropole sous mon crâne et j’ai l’impression d’avoir du sable à la place des yeux ! Une fois libéré de l’étreinte du type Feu, je me retrouve soumis à une auscultation intensive de la part de la Pyroli, qui ne sachève que lorsque cette dernière m’explique ce qui vient d’arriver. Aussi bien à moi, qu’à…

‘’LINK !’’

Le Riolu est complétement KO, allongé sur le sol de la place. Il respire encore et son corps ne présente aucune blessure mais les traces de l’explosion de son attaque s’étendent sur plusieurs mètres alentours. J’ai les machoires serrés lorsque je le soulève pour l’amener auprès de Liu, avant de récupérer la Pokéball du Riolu pour le rappeler. Reposes-toi, amigo, tu l’as mérité…
En revanche, une fois mon Pokémon en sûreté, je pense pouvoir carboniser quelqu’un rien qu’en le fixant de mes yeux ambres, lorsque je pivote pour faire face à Idalienor, Nil et Esteban. Je ne sais pas tout ce qui s’est passé, mais ce qui est sûr, c’est que le responsable de tout ça et aussi la cause de l’état de Link.

‘’Il est parti par où ?’’

‘’Dans la Tour. On a pas réussi à le stopper. Idalienor les as tous fait fuir avec l’apparition de son Pokemon mais nous avons encore un problème sur les bras. Surtout qu’ils ne vont pas tarder à se remettre et à revenir…’’

‘’Il faut agir tout de suite. D’autant que ton Braségali risque à tout moment de succomber lui aussi, aux effets de cette musique. Voila le plan : Je vous couvre à l’entrée. Esteban, tu pars avec eux. Vous devez l’intercepter et arrêter cette musique infernale. Jusqu’ici, on a écarté l’option de détruire les carillons à cause de ce requin de Lainn, mais je pense qu’on a plus vraiment le choix. Si ça s’avère nécessaire, n’hésitez pas !’’


Laissant Nil derrière nous, juste devant l’entrée de la tour, je capte un mouvement au coin du regard : apparemment, les Pokemons enragés se sont suffisamment remis de leurs émotions pour revenir participer à la fête. Certains commencent même à avancer vers Nil, qui adopte déjà une position défensive au bas des marches. Après le premier détour dans les escaliers, nous perdons de vue la Ranger et quelques secondes plus tard, un concert de cris et de grognements commence à émaner de l’entrée. Je ne sais pas ce qu’elle leur fait, mais on dirait qu’ils n’apprécient pas du tout !

‘’Attention !’’

Sur l’impulsion d’Esteban, nous plongeons littéralement sur les côtés de l’escalier pour esquiver la grande silhouette ailée qui traverse l’étroit passage de part en part : apparemment, même les Pokémons volants sont complètement déboussolés et certains nous prennent pour cible en s’introduisant dans la tour, via les meurtrières qui encadrent l’escalier en colimaçon !
Progressant au rythme de nos esquives, il devient bientôt évident qu’on ne pourra pas atteindre le sommet à temps, en étant ralenti à ce point. Raaaah, j’en ai ASSEZ !

‘’CAPTURE, GO ! Toi, tu bouges plus !’’

C’est parti tout seul, au moment où un Etouraptor tente de s’engouffrer à grands renforts de coup d’ailes, dans l’escalier. Le Disque de capture commence à tournoyer autour de ma cible et comme la dernière fois, une véritable déferlante de colère et de rage m’envahit...Sauf que cette-fois, c’est même pas comparable à la mienne  ! Rien qu’à l’idée de l’état de Link…J’crois que j’ai trouvé le meilleur moyen de me passer les nerfs !

‘’J’ai dit...tu...bouges plus...T’AS COMPRIS ?’’

Plutôt que d’accompagner ses émotions et de tenter de l’apaiser, j’vais te donner un petit échantillon de ce que je ressens, moi ! Les serres du rapace m'aggripent à plusieurs reprises, mais ça ne m’empêche pas de continuer mon mouvement. J’ai déjà l’avant-bras marqué de lignes couleur rubis  dues à ses griffes mais, même ça, ça ne m’empêche pas de le fixer et de poursuivre ma capture ! Complètement submergé par la colère, le Pokemon n’a pas vraiment l’occasion de réagir et lorsque le trait lumineux de mon Disque de capture vire au rouge vif, le type Vol se laisse presque glisser au niveau des marches, tout en secouant la tête. Avec un cri perçant, il tente bien de se redresser, mais en deux mouvements du bras, mon Capstick lui renvoie tout bonnement une seconde dose et, dompté, le voilà incapable de faire preuve de la moindre agressivité. Un bon moment pour prendre conscience que j’ai l’avant-bras ‘’légérement’’ griffé dans tous les sens. Ça pique un peu plus maintenant que l’adrénaline retombe, mais ça devra attendre (Euh..Bon, ok, j’avoue, j’arrive à peine à le bouger correctement.) !
Derrière moi, Esteban et Ida ont poursuivis leur course et suivi de l’Etouraptor récalcitrant, j’entame l’ascension à mon tour pour les rattraper. Y’a quelqu’un là-haut avec qui j’ai un compte à régler !

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mer 30 Jan - 10:53


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
La situation est plus que tendue. L’atmosphère qui se dégage de la scène a de quoi en surprendre plus d’un. D’un côté, j’ai Zeno qui tient par le col mon ami dans un état de colère indescriptible. En face de moi se trouve les deux pokemons de Cael, à la recherche de réponse, tandis qu’enfin Nil et Esteban regardent sans rien dire, conscient des enjeux qui reposent sur cet instant pour la suite de la mission. Liu semble comprendre mes instructions et se dirige vers son dresseur pour tenter de le calmer. J’ai conscience qu’il y a de grandes chances pour que la musique soit plus forte que ses pouvoirs fées tout juste acquis mais je ne perds pas espoir.

Parce que justement, tous mes espoirs se tournent en ce moment vers Link.

Le pauvre a l’air complètement perdu vis-à-vis de ma demande. Je sais qu’il n’a pas la même expérience que Lucky, qui aurait probablement réussi ce tour de force vu le lien particulier qui l’unie à Cael. Mais Link n’a pas confiance en lui, il ne sait pas comment gérer cette charge. Je le vois réfléchir, tenter plusieurs choses, mais l’état de son dresseur s’en voit inchangé. On dirait même que cela empire. Du coin de l’œil, je vois bien que le Nymphali tremble, signe qu’il arrive à la fin de sa résistance au son. Sans perdre une seconde, je le rappelle dans sa pokeball pour ne pas prendre de risque. C’est surement ce geste qui a d’ailleurs montré au petit Riolu que nous ne pouvions plus attendre. D’un signe, il nous demande à tous de reculer. Je crois avoir une idée de ce qu’il veut faire. J’aimerais l’arrêter. Mais nous n’avons pas d’autres solutions. Nous devons juste accepter ce qu’il va faire. Nous ressentons tous l’énergie qui se dégage de lui, cette nouvelle force qui se mue en quelque chose d’incontrôlable, avant de mener à l’explosion. Je me cache les yeux un instant avant de vite les rouvrir, constatant les effets de ce sacrifice. Link est tombé KO sur le coup. Mais la lueur de rage qui brillait jusque là dans les yeux de Cael s’estompe, l’amenant enfin à reprendre son calme.

J’indique à Zeno de le reposer au sol tandis que je me précipite vers lui, palpant ses bras par réflexe, même si c’est complètement inutile « Cael je suis si contente enfin te revoilà. Tout va bien ? Tu as mal quelque part ? » Forcément l’assaillir de questions n’est peut-être pas hyper pertinent mais c’est ma façon à moi aussi de relâcher cette vague de stress. Rapidement, il rappelle son pokemon dans sa pokeball avant de vite revenir au sujet essentiel du jour : l’ombre. Effectivement, pendant que nous étions occupés à gérer Cael et les pokemons sauvages, elle a pris la fuite à l’intérieur de la Tour. Mais avec un peu de chance elle y est encore, on peut la rattraper. Les deux rangers professionnels reprennent les choses en main et exposent le nouveau plan d’attaque, qui est très vite mis en place compte tenu du retour imminant des pokemons sauvages dans la zone. Je rappelle mon Braségali dans sa pokeball non sans lui avoir dit merci puis reprend la course en compagnie de mes camarades dans la tour.

Seulement voilà, nous ne sommes pas seuls dedans et très vite, des pokemons vols passent par les meurtrières du monument pour nous prendre en chasse. C’est le ranger rose qui réagi le premier en utilisant son Capstick contre l’un des Etouraptors. Je suis presque choquée par ce qui est en train de se passer. C’est comme si au lieu d’apaiser le pokemon, Cael était en train de lui transmettre toute sa rage. Je ne suis pas aussi expérimentée que lui mais je suis sûre que ce n’est pas exactement la bonne solution. « Cael calme toi ! Reprends-toi tu ne peux pas faire subir ça aux pokemons ! ». Mais c’est trop tard, le mal est fait et le pauvre Etouraptor est maintenant comme soumis à mon ami, comme si la colère de Cael l’avait paralysé. Pendant que nous continuons à grimper, je me rapproche de lui pour lui parler « Tu vois que tu es capable de Capsticker mais fait attention. Je ne suis pas sûre que Link souhaite qu’on le venge de cette façon ».

Mais les attaques d’oiseaux ne s’arrêtent pas là et de nouveau passent les fenêtres. Les escaliers ne sont clairement pas un endroit pour capsticker. Mais heureusement pour moi, j’apprends sur le tas à quel point le pouvoir des rangers est important. Se jetant dans la foule, l’Etouraptor que j’ai capstické plus tôt dans la journée fait son apparition comme pour repousser ses congénères à coup d’attaque Tornade ou autre. C’est le moment ou jamais pour nous d’accélérer « Merci Etouraptor ! Mais ne reste pas trop longtemps d’accord ? » Je ne sais pas s’il m’a réellement compris mais toujours est-il que la voie est libre.

Après une bonne course, nous finissons par arriver sur le dernier pallier avant le sommet. Essoufflés, nous faisons une courte pose mais du coin de l’œil, j’aperçois la fameuse ombre. Il faut que j’arrive à l’avoir cette fois « Je viens de voir l’ombre passer de l’autre côté du pallier ! Je m’occupe de la poursuivre, pendant ce temps montez tout en haut pour vérifier que je ne me suis pas trompée, ou qu’un autre ennemi nous attend… » D’un bond, je me remets à courir, cette fois-ci sur le sol plat derrière cette mystérieuse ombre. Plus que résoudre la mission, je veux aussi prouver que j’ai raison, qu’il ne s’agit pas de Darkrai.

Assez vite, j’arrive de l’autre côté, constatant ce qu’il s’y trouvait. C’est l’orge géant, là où la musique qui se répand dans toute la ville est contrôlée. Mon instant d’arrêt me permet également de réaliser que l’ombre est toujours là, cette fois-ci contre le mur, sans chercher à fuir ma présence. Je la fixe un long moment en murmurant.

Pourquoi ? Qu’est-ce que je dois comprendre ?



©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Mer 30 Jan - 17:37
‘’Kreeew !’’

'’Ah non, ça suffit, j’ai dit !’’

Non mais j'ai l’air de quoi, moi ? Un Ranger même pas fichu de contrôler un Pokémon qu’il a capstické, ça fait pas sérieux ! Pour un peu, ça me rendrait presque encore plus dingue que ce que Link a subi pour me sortir de cet état (j’ai dit ‘’presque’’). Ça brûle dans chaque parcelle de mon corps, je pense pas avoir été autant en fureur depuis la fois où Joris s’en est pris à mes Pokémons. En tout cas, je le suis suffisamment pour que, après une descente de quelques marches pour contempler ma prise, Idalienor fasse de même pour me rejoindre. L’Etouraptor est un peu tremblant et ses ailes tressaillent lorsque je pose la main dessus, mais au moins, son regard a retrouvé la bonne couleur.

''Tu vois que tu es capable de Capsticker mais fait attention. Je ne suis pas sûre que Link souhaite qu’on le venge de cette façon''

‘’C’était pas pour…’’

...le venger ? Je crois bien que si, pourtant. Lorsque ce Pokémon nous as attaqué, j’ai juste tout laissé sortir : ne jamais se servir de son Capstick sous l’emprise de la colère, de la souffrance ou de la peur, c’est quand même une règle de base chez les Rangers. Rien qu’un petit déséquilibre et on risque d’empirer la situation pour le Pokémon que l’on vise, même si ce n’est pas une intention. Mais là, je voulais juste que ça sorte et qu’il s’écarte pour me laisser passer. par tous les moyens.
Alors oui...C’était probablement pour venger Link.

''..Merci. T'as raison, faut que j'évacue. Sinon, je risque de re-péter un plomb et Zéno devra encore me maîtriser comme un Skitty.''

Inspirant profondément, je parviens à retrouver juste assez de calme pour pousser le pauvre Pokémon contre le mur, tandis que ses congénères viennent se joindre à la fête pour nous assaillir à leur tour ! Vu l’espace qu’il nous reste pour naviguer, nous aurions sûrement été forcé de battre en retraite sans l’intervention d’un second Etouraptor...Apparemment, Ida s’est fait un ami avec sa capture  Tout le contraire de moi et , alors que nous reprenons notre ascension, j’en profite pour venir soutenir ma ‘’prise’’ qui semble encore un peu sous le choc. Il ne peut plus vraiment voler mais en le tirant un peu, il peut toujours avancer !

‘’Allez amigo, ça va passer...Ecoute, j’suis désolé, d‘accord ? Je peux pas vraiment te laisser partir comme ça, mais si on s’en sort, j’te jure que je me ferais pardonner.’’

‘’Kweee…’’

Je vais prendre ça pour un oui. malgré ses oscillations, le type Vol parvient à nous suivre jusqu’au palier final de la Tour et, alors que nous reprenons un peu notre souffle, il étend brusquement ses ailes pour les battre vigoureusement. Plutôt que de le retenir, je lui fais signe de prendre de la hauteur, afin de nous aider sous les hautes coupoles du sommet. On ne sait pas ce qu’on va croiser, une fois au plus près des machines, autant anticiper un maximum. je dirais pas non à une petite pause, cela dit, ça fait plusieurs heures que nous courons dans tous les sens (et j’ai même pas un cookie dans mon sac pour récupérer mon énergie).

‘’ Je viens de voir l’ombre passer de l’autre côté du pallier ! Je m’occupe de la poursuivre, pendant ce temps montez tout en haut pour vérifier que je ne me suis pas trompée, ou qu’un autre ennemi nous attend…

Ah, adieu la pause ! Ida s’est déjà élancée pour rattraper notre vieil ami obscur et, avant que je ne puisse lui emboîter le pas, le bras d’Esteban vient me couper net dans ma tentative !

‘’Elle va s’en sortir. Nous avons autre chose à accomplir.’’

‘’Mais elle est juste là...Si on l’attrape, tout sera réglé !’’

‘’J’en doute. La musique provient de la Tour elle-même, pas de cette ombre étrange. Vu la direction qu’elle a prise, elle doit agir sur la machinerie. Mais nous pouvons peut-être agir directement sur le système de contrôle de l’orgue…voir le détruire, avec l ‘aide de cet Etouraptor.’’

Je dois avouer que ça sonnerait presque comme un bon plan, sans la partie ‘’Laissons Idalienor seul avec cette ombre terrifiante’’. Néanmoins, juste en écoutant les bruits qui émanent du bas de la Tour, malgré la hauteur, pas besoin d’être un génie pour comprendre que les hésitations ne pourront pas durer longtemps !
Avec un hochement de tête, je pars à la suite du Ranger, en direction du centre de la gigantesque coupole. Autour de nous, les pylônes s'étendent dans des arabesques de plus en plus détaillées, jusqu’à former les célèbres entrelacs qui ornent son dôme massif. Sous ce dernier, repose une série de fresque gravées à même le métal et à la jonction de ces dernières…

‘’Non, non, NON !’’

Une voix qui ne m’est pas inconnue semble presque infime, au milieu du concert des carillons qui nous entourent. À moins d’une dizaine de mètres de notre position, engoncé dans son costume hors de prix, un visage familier manipule frénétiquement les leviers et autres commandes qui ornent la console. Flottant avec un air imperturbable au coté de son dresseur, un Alakazam semble complétement plongé dans une sorte de transe, ses cuillères flottant autour de lui.

‘’Je t’ai demandé de diminuer la puissance, stupide machine ! Si ça continue, tout ça n’aura servi à rien !’’

‘’Si ça continue, même cette Tour finira par être rasée par des Pokémons en furie...Mr. Lainn’’

Bien loin de l’image qu’il a affiché cette épreuve, le conseiller municipal Lainn semble au bord de la crise de nerfs : couverts de sueur, les cheveux emmêlés et le costume poisseux, il paraît presque incrédule de nous voir débarquer face à lui. Alors qu’il se redresse et tente de reprendre une certaine contenance, je remarque que Esteban garde les mains croisés dans le dos et que ses doigts s’agitent à plusieurs reprises...Compris.

‘’Esteban...et le gamin. J’étais...Je voulais...’’

‘’Essayer d’arrêter ce que vous avez déclenché ?’’

‘’Je ne te permets pas ! Vous n’avez aucune preuve de...de quoi que ce soit, en fait !’’

‘’Il se trouve que je possède un témoin, monsieur Lainn. Qui n’a pu qu’admirer vos manoeuvres et votre tentative pour contrôler l’orgue géant de cette Tour.’’

‘’Im..Impossible.’’

‘’Ah oui ?’’

J’aurais juré voir Esteban sourire, juste avant qu’une immense silhouette sombre ne fasse son apparition, juste derrière le conseiller Lainn. Pris de panique, ce dernier ne peut que reculer d’un pas avec un cri de terreur, lorsque les bras du Noctunoir se referment pour l’emprisonner en une étreinte glaciale. Son Alakazam semble ressentir le danger, puisqu’il quitte instantanément sa position de méditation, pour charger une Ball’Ombre entre ses mains. Hey, t’as pas l’impression d‘oublier quelqu’un ?

‘’Aéropique !’’

Depuis le sommet de la coupole, la silhouette élancée de l’Etouraptor se laisse tout bonnement tomber avant un vol en rase-mottes qui vient percuter le type PSy de plein fouet. Ce dernier roule à terre, suffisamment sonné pour que mon partenaire du moment puisse l’immobiliser en se posant sans aucune cérémonie sur son dos. En revanche, j’adresse un regard un peu étonné à Esteban, tout en pointant (à distance TRÈS respectueuse) son Pokémon.

‘’Je croyais qu’on ne devait pas trop les laisser exposés à cette musique. Comment il a pu y échapper, s’il suit Lainn depuis tout à l’heure ?’’

‘’Noctunoir peut voyager entre ce monde et l’au-delà. Il n’a eu qu’à rester hors de cette dimension pendant sa filature, jusqu’à ce que je fasse de nouveau appel à lui. Maintenant que nous avons immobilisé Lainn, il ne reste plus qu’à trouver un moyen de stopper les machines et tout sera fini.’’

Ce qui est probablement plus facile à dire qu’à faire, puisque même celui qui les a enclenché semblait incapable de les arrêter. Tandis que Lainn commence à s’étouffer de rage dans les bras du Spectre, nous nous rapprochons du système de contrôle, afin d’estimer les dégâts...Me regarde pas comme ça, Esteban, je sais pas du tout comment ça marche, ce truc ! Pourquoi j’ai jamais un Nico sous la main quand j’en ai besoin, j’y connais rien en mécanique, moi !

‘’Ka...ZAM !’’

Ah, ça c’était pas prévu ! Manifestement, l’impact sur le type Psy n’était pas aussi puissant que je l’avais prévu et avec un brusque mouvement, ce dernier déséquilibre suffisamment son geôlier ailé...pour diriger une nouvelle Ball’Ombre sur Esteban, alors que ce dernier examine les leviers avec attention ! Plongeant de tout mon long, je percute le Ranger et l’écarte de la trajectoire de l’attaque pour nous envoyer rouler à terre. La sphère sombre poursuit alors sa course et avec un craquement sinistre, l’intégralité du panneau de contrôle se retrouve complètement pulvérisé, tandis que le contrecoup du souffle nous renvoie à terre. Des crépitements s’échappent en pluie de la console détruite et il faudra sûrement une armée de professionnels pour la remettre en état. Ce qui est plutôt positif, c’était ça le plan si jamais on ne parvenait pas à stopper cette musique infernale, non ?
Musique qui devrait d’ailleurs s’être arrêtée...maintenant...

‘’Ça risque de compliquer les choses.’’

‘’Tu crois ? On fait quoi, maintenant ?!’’

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 18 ans
Niveau : 54
Jetons : 2176
Points d'Expériences : 2065
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Jeu 7 Fév - 11:29


Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Mon cœur tambourine à 100 à l’heure tandis que je tente de retrouver mon souffle, fixe devant cette horloge. Ici, le bruit est très fort mais commence à diminuer en intensité. Toutefois je ne serais toujours pas sereine à l’idée de laisser un de mes pokemons juste à côté d’ici. Je jette un œil derrière moi et constate que l’ombre n’a pas disparu, posée sur le mur comme me fixant. Mes yeux alternent à la fois entre elle et le tableau de contrôle de l’orgue, sans réussir à me calmer. Mon cœur fait un bon quand j’entends des hurlements là-haut et des bruits, comme un duel. Je perçois une troisième voix que je ne reconnais pas. J’avais donc raison, cette ombre n’était pas à l’origine du chaos dans la ville. Il y a quelqu’un d’autre.

Mais pour l’heure je dois me concentrer sur l’orgue.

Réfléchis réfléchis comment je dois faire. Je ferme les yeux et souffle un grand coup pour essayer de me calmer. Analyse ce qu’il y a devant toi. Un orgue. C’est un fait. Mais comment est-il composé ? Je lève un peu les yeux pour y voir plus clair. Il y a 24 crans et à l’intérieur il semblerait qu’on y ait glissé un gros disque de métal. En passant mes doigts sur chacun des crans, j’arrive à discerner des chiffres. Ça va de 0 à 23. Ok je crois que j’ai compris, chaque tranche correspond à une heure de la journée, et surement que chaque disque disposé à l’intérieur permet de faire une musique différente. C’est vrai que je m’en étais aperçue, de cette légère différence quand la cloche sonnait aux heures sans crise. Le mécanisme a l’air très complexe mais donne un charme incroyable à la ville, enfin quand celui-ci n’est pas souillé par quelque chose de malveillant.

Pile au moment où je capte cette première information, mon Keunotor se libère de sa pokeball et commence à fouiner sur le palier « Mais c’est pas vrai à la fin je n’ai pas été clair ! Vous ne sortez pas de vos pokeballs pendant les phases de crise, je ne veux pas que vous vous mettiez en danger ! » Rien à faire, le petit rongeur semble complètement hermétique à mes paroles et disparait de mon champ de vision. C’est étrange pourtant, habituellement c’est le premier à revenir dans sa pokeball de son propre chef dès les premières notes. Là il se trouve carrément collé à l’horloge et se permet une petite sortie. Comme s’il me surveillait, je jette un œil à l’ombre derrière moi. Elle s’est légèrement décalée, s’approchant davantage de mon Keunotor. C’est ça va le surveiller pendant que j’essaie de comprendre.

Je suis donc face au mécanisme qui permet de faire sonner les cloches des tours de l’Espace et du temps. Chaque pallier correspond à une heure qui est inscrite en chiffre romain presque effacé sur le devant. A l’intérieur, il y a un disque qui règle la musique. On a dit que les crises avaient toujours lieu à 5 heure, 11 heure, 17 heure et 23h, l’heure qu’il est actuellement. Jamais sur les autres créneaux. En y regardant de plus près, je vois que les tranches correspondant à ces heures sont moins poussiéreuses que les autres. Quelqu’un y a forcément touché, et pas dans le bon sens. Doucement, j’essaie de glisser ma main dans le mécanisme de la tranche de 5 heure pour essayer de retirer le disque. J’y vais un peu à l’aveuglette ce n’est pas évident mais j’arrive enfin à actionner un petit levier qui me permet de sortir le disque.

C’est curieux, c’est beaucoup plus léger que ce que je pensais. Pour comparer, je décroche celui d’à côté. Ils ne sont pas dans la même matière. Celui de 6 heure a l’air d’être en plomb ou un truc du genre. Je ne sais pas la matière de celui de 5 heure mais c’est bien plus léger. Même en poussant la comparaison plus loin, les petits creux qui doivent créer la musique dans l’orgue ne sont pas disposés selon le même schéma. A première vue c’est assez logique si on veut créer une musique différente, mais là c’est complètement différent. J’enchaine en décrochant tout ceux des heures provoquant les crises. Ils sont tous identiques. Donc quelqu’un a remplacé les disques originaux par des disques défectueux aux effets destructeurs. Il faut être tordu pour faire ça. Au moins maintenant qu’ils ne sont plus dedans, il n’y aura plus de crise c’est déjà ça. Mais les anciens sont bien quelque part. Et malheureusement même en enlevant le disque le son ne s’est pas arrêté. Les cloches une fois lancées ne s’arrêtent pas, en tout cas pas depuis ma position.

Je sens un frisson me parcourir la colonne. L’ombre est revenue derrière moi, et pas seule. Mon Keunotor aussi. Il émet une multitude de couinement et repart d’où il vient, m’obligeant à le suivre. Il se faufile dans un petit coin du mécanisme et essaie d’en ressortir, un bout de tissu entre les dents. Je l’aide à sortir ce qu’il veut me montrer. C’est un sac noir contenant précisément 4 disques. Les originaux ! « Tu es un génie ! Vite il faut qu’on remette tout en place pour arrêter ça ! » Je me saisie des 4 disques extrêmement lourd pour retourner devant l’orgue. J’analyse un court instant les fameux disques pour essayer de comprendre dans quel ordre les placer. L’inscription est aussi très abimée mais se devine. D’abord 5 heure, ensuite 11 heure, ensuite 17 heure et enfin 23 heure. Celui-ci est un peu différent des autres. On lit dessus une inscription en plus du chiffre. Oracion. Ça doit être le nom de la mélodie jouée, la seule qui en a un d’ailleurs. Mon regard se pose sur mon petit rongeur à mes pieds, le sourire aux lèvres « Bienvenue dans l’équipe Oracion ». Ce nom a l’air de lui plaire puisqu’il m’adresse un grand sourire avant de retourner dans sa pokeball. Je place enfin le dernier disque, persuadée qu’Alamos allait enfin retrouver sa tranquillité.

Mais rien ne se passe. Rien ne change. Et si j’avais mal compris. Et si tout ce que j’ai fait n’avait servi à rien ?! Je sens de nouveau mon cœur qui s’accélère. Comme si elle allait me répondre, je me tourne vers l’ombre qui n’a pas bougé. Prise de panique, je hurle contre le mur « Aide moi s’il te plait ! Au lieu de rester là sans rien dire dis-moi comment faire ! Si tu es vraiment le pokemon protecteur de cette ville aide moi à la protéger ! » Ça n’a aucun sens. Je parle à un mur avec une ombre dessus. Les bruits là-haut n’ont toujours pas cesser. S’il était arrivé malheur aux autres ?!

Soudain, l’ombre commence à bouger et monte droit vers le haut de la tour, m’obligeant à lever les yeux. Les cloches sont là-haut, peut être que le mécanisme pour déclencher manuellement le son aussi. C’est ma dernière chance. Avec la rage du désespoir, je monte à toute vitesse les dernières marches pour rejoindre les autres. Quand je sens que j’arrive vers le sommet, je me mets à hurler pour être sure qu’on m’entende « J’ai remis les disques originaux à leur place, il faut activer manuellement le mécanisme pour déclencher les cloches sur la bonne partition… ».

Le problème, c’est que je n’avais pas du tout prévu qu’une attaque Ball’Ombre viendrait s’écraser tout juste à côté de ma tête contre le mur de pierre de l’escalier en colimaçon.


©️BBDragon

_________________

Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 13
Points d'Expériences : 2075
Todresseur Ranger
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   Jeu 14 Fév - 19:43
‘’KA-ZAM !’’

‘’En arrière !’’

Ça, pas besoin de le préciser, j’avais compris ! Suivant l’exemple d’Esteban, j’ai déjà plongé sur le côté, pour ensuite venir me réfugier derrière l’un des piliers métalliques qui soutiennent la coupole. Si l’on exclut le chaos provoqué par les cloches et les Pokémons en furie dans toute la ville, rien que les explosions produites par cette succession de Ball’Ombre seraient déjà assourdissantes. Soit le coup de mon Etouraptor était un peu plus violent que prévu, soit cet Alakazam est vraiment TRÈS attaché à son dresseur !

‘’Vous voulez pas lui crier d’arrêter ?! S’il continue, il va tout faire exploser !’’

‘’...’’

Ah, je crois...Je crois qu’on a perdu Lainn, oui mesdames et messieurs. Il reste juste là, les yeux dans la vague, alors que son Pokémon est littéralement en train de mitrailler toute la plateforme à coup de sphère d’énergie obscure. Même le Noctunoir d’Esteban a cessé de le maintenir en place et tente de riposter depuis la sécurité relative de son propre pylône, mais vu l’absence de réaction du conseiller municipal, je ne suis pas sûr qu’il prenne un gros risques. De son côté, après une brève tentative pour nous venir en aide, mon Etouraptor s’est déjà réfugié dans les hauteurs de la coupole, après un tir qui l’a manqué de très peu.
J’veux pas dire, mais je crois qu’on est coincé. Au moins, tant qu’on reste à couvert...AH NON, ÇA, C’EST DE LA TRICHE !

‘’Esteban, bouge !’’

Mon cri d’alarme n’a pas fini de résonner au sommet de la tour, que le Ranger s’est déjà trouvé un nouveau point de couverture, entraînant Lainn par le bras dans sa fuite. Pour ma part, j’ai aussi quitté ma cachette pour plonger à l’abri d’un autre pilier, tandis que l’Alakazam se téléporte subitement juste derrière nous, pour libérer un nouveau barrage de tir. Il ne se fatigue jamais ou...Ah.
Le regard complètement fou, on dirait que le choc a totalement neutralisé les protections du type Psy contre la mélodie infernale des cloches : aussi enragé que les autres, il semble bien décidé à nous pulvériser. Et avec la console en miettes, aucune chance pour nous d’arrêter la musique , qui semble même s’intensifier légèrement.
Bon, au moins, on est à couvert pour le moment, on a le temps de réfléchir à un pl…

‘’J’ai remis les disques originaux à leur place, il faut activer manuellement le mécanisme pour déclencher les cloches sur la bonne partition…’’

‘’IDA, BAISSE-TOI !’’

La tête de la Pyroli n’a même pas fini d'apparaître depuis les profondeurs de l’escalier, que l’Alakazam la prend immédiatement pour cible. Heureusement, on dirait que ses réflexes ont suffit à lui sauver la vie, Idalienor disparaissant de nouveau dans la descente, après avoir évité le premier tir.
Toujours coincé derrière nos piliers avec Esteban, je profite du moment où ce dernier tente d’attirer l’attention du type Psy à l’aide de son Noctunoir, pour plonger en direction des marches afin de rejoindre Ida !  Une fois dans l’embrasement de l’escalier avec la Pyroli (et un Etouraptor...Décidément, il est fidèle, celui-là)  et tandis que d’autre tirs s’écrasent au-dessus de nos têtes, j’en profite pour lui faire un rapide topo sur la situation...Autant dire que c’pas brillant !

‘’Du coup, c’était Lainn, le responsable. Je sais pas pourquoi il a fait tout ça mais maintenant, il ne contrôle absolument plus rien. On a réussi à l’arrêter avec le Noctunoir d’Esteban, mais son Alakazam a pété les plombs et détruit le système de contrôle de l’orgue !
Et toi, de ton côté, tu l’as attrapé ou…’’


Apparemment pas, vu le résumé que me fais la Pyroli et surtout, ce que m’indique son bras tendu vers le centre de la coupole : se mouvant et dansant au milieu des ombres du dôme, notre petit ami en fumée noire ne semble absolument pas concerné par les attaques de l’Alakazam en furie. Par deux fois, il descend même au niveau du panneau de contrôle détruit, avant de remonter en effleurant au passage les restes métalliques de la console. Lors de son ascension, la masse ténébreuse semble s’attarder à chaque passage au niveau de l’orgue géant, comme si elle s’infiltrait dans chacun de ses tuyaux. Ses ‘’membres’’ s’attardent même sur les touches du clavier et les petits leviers en bronze qui parsèment les côtés de l’instrument. Et ce n’est qu’après une bonne minute à observer son petit manège (tout en baissant la tête pour éviter de nouveaux tirs dans le même temps !), que nous lâchons un cri de compréhension en simultané !

‘’On peut  tout arrêter depuis l’orgue lui-même ! Si l’un d’entre nous peut l'atteindre, il pourra mettre en mouvement les engrenages que tu as réparé de ton côté.’’

Ce qui est plus facile à dire qu’à faire, en fait : la plateforme est complètement à découvert autour de l’orgue, l’Alakazam nous transformerait en saucisses grillées, avant même qu’on n’y parvienne.
Allez, creuse-toi un peu la cervelle ! Sinon, autant planter une tente et s’installer dans cet escalier pour assister à la fin d’Alamos. On a un duo d’Etouraptor mais c’est tout et vu la première tentative, je suis pas sûr de retenter l’attaque Rapace sur ce Pokémon complétement fou. Mis à part ça, on a juste nos Capsticks et notre imagination, alors c’est le moment de s’en servir : vu sa position, Esteban sera le plus à même d’activer l’orgue. Reste donc à le couvrir...Raaaah, si seulement j’pouvais capsticker cet Alakazam, ça serait réglé en moins de dix secondes ! Sauf qu’il n’a pas l’air très coopératif niveau sentiment et même si j’étais encore assez furieux pour tenter le coup comme tout à l’heure...Non, même comme ça, faut que je trouve une autre idée…suffisamment folle pour que ça fonctionne ! Et lorsque je croise le regard de la Pyroli, je dois avoir effectivement l’air fébrile, vu la façon dont elle me dévisage quand je détache mon Capstick de sa sangle.

‘’T’inquiète pas, j’ai les idées claires. Et j’crois que j’ai trouvé une solution à notre problème : avec nos Capsticks ont peut toujours contacter Esteban, pour lui dire de se tenir prêt. Si on lui fournit une diversion, il devrait pouvoir activer la machine. Faut juste trouver un moyen de détourner l'attention de cet Alakazam et je crois que je l'ai !  Un Ranger tout seul n’aurait aucune chance de le capsticker dans son état...Mais on est deux. Si on se coordonne bien, j’suis sûr que même lui, il ne pourra pas résister !’’

_________________
"Don't mistake my kindness for weakness.''
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent   
[Mission TopDresseur] Et les cloches sonnent, sonnent, sonnent
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers:  
Outils de modération :