La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 47
Jetons : 1203
Points d'Expériences : 1276
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Lun 9 Juil - 18:17


La trahison ne vient jamais de nos ennemis.


♣️

♣️
Dortoir Givrali
14 juin 2018
Je repose mon iPok sur la table en soupirant. Je ne sais pas vraiment ce qui m'a pris, peut-être que c'est le coup que Logan vient de me mettre qui m'a fait agir comme ça mais je dois aller au dortoir des Givralis d'ici une dizaine de minutes pour discuter avec Salomé de ce qu'il vient de se passer.

Je repousse Louis qui tenait toujours la glace contre ma joue en lui disant que ça devrait aller maintenant. Je me relève et pars en direction de ma chambre pour me changer. Bien qu'on se soit mis à l'abri, je suis quand même un peu trempée. Je décide donc de mettre un short avec un sweat et des baskets pour dire d'être présentable. Tout mes pokémons sont présents, à part Louis qui est dans la cuisine et Sonic que j'ai renvoyé dans sa pokéball peu de temps après être rentré.

« Poppo, tu viens avec moi ? On va aller voir quelqu'un. » dis-je au Psykokwak assis sur mon lit.

Il redresse la tête avant de sauter sur le sol et de me suivre sans se poser de questions.

« Les autres, restez à l'abri ici. Vous pouvez aller dans la salle commune et tenir compagnie aux filles présentes... Ou sauver Louis si jamais Melty l'attrape et l'utilise encore comme subalterne. »

Je sors de la petite pièce avec mon pokémon eau, puis du dortoir avant de me diriger vers le dortoir de la rousse. Je mets ma capuche et avance rapidement. Je passe devant les serres puis devant la forêt pour finalement atteindre ma destination. J'entre par la porte d'entrée avant d'enlever ma capuche et d'essuyer mes pieds sur le tapis. Le dortoir, d'habitude très lumineux, est sombre à cause des gros nuages d'orage. Je regarde tout autour de moi pour découvrir la salle commune des Givralis. J'avance doucement et découvre à ma droite l'escalier qui mène à l'étage. Je traverse un petit pond au dessus de leur ruisseau artificiel pour aller vers le fond où deux espaces, un avec une télé et l'autre avec des livres, sont à disposition. L'ambiance de leur dortoir est totalement différente de la notre, je trouve ça chouette même si la situation m'empêche de profiter de la belle décoration. Je m'approche du coin télé avant d'apercevoir une tête rousse dépasser du canapé. Je m'approche et m'assoie sur le canapé à sa droite pour ne pas qu'elle voit immédiatement ma joue rouge et violette.

« Tu veux savoir ce qu'il m'a fait ? » dis-je avant de tourner la tête vers elle pour lui montrer l’hématome. « Et bien, ça. »

Je déglutis pour ne pas me remettre à pleurer. Poppo s'approche de moi et, voyant que mes yeux commencent à rougir, lâche sa tête et passe ses deux petites pattes autour de mon mollet. Je renifle en baissant les yeux vers lui. Je lui souris avant de lui caresser doucement la tête.

« Il s'appelle Poppo. » dis-je à l'intention de Salomé. « Je l'ai capturé le mois dernier. »

J'essaye de changer de sujet pour retenir mes larmes, même si je sais pertinemment que je suis venue lui parler de Logan et non pas de la pluie et du beau temps.
(c) Alban

Salomé Cobal
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 51
Jetons : 18742
Points d'Expériences : 1541
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Mar 10 Juil - 1:32
Salomé reposa son iPok en soupirant. Elle se demandait si tout ceci était bien réel et si elle s'apprêtait à aller dans sa salle commune pour retrouver Ana et l'entendre gueuler à propos de Logan. Gueuler ou pleurer, elle n'en savait rien mais la Mentali serait bel et bien là, déterminée à parler de son ex et de ce qu'il lui avait fait. La demoiselle aurait pu créer un Bingo pour le remplir en fonction des créations du géant mais elle n'avait guère le temps.
Algernon parut percevoir la tension dans l'air, se posant près de son épaule pour piaffer légèrement. Les doigts de sa dresseuse s'égarèrent sur son plumage désormais redevenu aussi beau et lisse qu'avant cette nuit maudite où tout avait basculé. Et voilà que la Mentali ignorait tout des accès d'humeurs du Scientifique sur un handicapé mental. Qu'ignorait-elle donc encore ? La rousse aurait tout le loisir de le découvrir lors de cette discussion. Elle jeta un coup d’œil à l'horloge murale de Erika, elle eut du mal à lire l'heure avec toutes ces paillettes et ces couleurs pétantes mais sa rétine finit par s'habituer pour se rendre compte qu'il était temps d'attendre la demoiselle au point de rendez-vous.

Elle était pieds nus pour errer dans son dortoir mais elle s'en fichait. Une robe bohémienne noire avec des fleurs rouges lui coulait jusqu'aux genoux tandis que son starter siégeait sur son épaule droite. Ipok en main, au cas où, la rousse se dirigeait vers la salle commune qu'elle couva du regard avant de se choisir une place dans le fond. Fort heureusement, les Givrali avaient eu la bonne idée de déserter l'intérieur, préférant sûrement profiter du beau temps estival, beau temps qui n'était plus qu'un souvenir au vu de l'orage qui explosait depuis plusieurs heures déjà. Certaines avaient dû se faire surprendre par l'orage, nul doute que cela se remplirait à nouveau avec le temps.

— Je te jure que j'avais l'intention de ne plus m'en mêler,
déclara Salomé à son Picassaut, mais avec Ana qui débarque, tu comprends... Je peux pas rester les yeux fermés face à ça.

Face à quoi, elle l'ignorait. Mais il avait suffi que le facteur Logan soit évoqué pour que Salomé bondisse sur la moindre occasion pour mieux l'écharper. Sa rancune était toujours présente et tenace, telle une vieille amie que la demoiselle avait su apprivoiser et dont la présence la rassurait.
Et dire qu'elle avait fait des efforts grâce à Algernon il y a quelques mois, voilà que tout s'effondrait à cause d'un simple message reçu quelques minutes plus tôt.

Une ombre se glissa alors aux côtés de Salomé. Sans bonjour ni autre préambule, la Givrali reconnut une Mentali plus énervée que jamais et surtout déterminée à lui montrer ce que le géant lui avait fait subir. Elle tourna alors son visage bleui en direction de la Médecin, la laissant examiner la plaie sous toutes ses coutures avant de finalement reprendre la parole pour lui présenter un Psykokwak qui l'intéressait bien moins que cette gifle assénée.
La main de la rousse se posa sur la joue d'Ana, observant à la lumière les différents reflets que l'hématome avait pris. C'était récent, du jour sûrement, au moins Ana n'avait-elle pas perdu de temps pour la contacter. Cette réactivité soudaine aurait pu la faire sourire si la gitane ne se montrait pas tant professionnelle en cet instant.

— Il t'a pas ratée, ne put-elle s'empêcher de commenter, mais avec de la glace, ça dégonflera vite et d'ici une semaine, y aura plus rien, crois-moi.

Sauf que Ana n'était pas venue ici pour entendre un verdict médical.
La demoiselle vit du regard son starter s'envoler auprès du Psykokwak, le fameux Poppo, pour décrire des cercles tout autour de son crâne, comme à son habitude. C'était à se demander si Algernon finirait pas détester un jour quelqu'un, mais il suffisait de voir sa bonté auprès de Logan malgré ce que ce dernier lui avait fait subir en hiver pour comprendre que toute once de méchanceté et de rancune était absente chez ce volatile.

— Tu n'es pas obligée de tout me raconter dans les détails, cette blessure est là pour me dire ce qui s'est passé ; il t'a frappée et il n'aurait jamais dû porter la main sur toi, ni sur qui que ce soit.

Son ton s'était montré plus froid et tranchant que d'ordinaire. La rousse serra son poing immobile sur le canapé, se rappelant en mémoire les coups qu'elle avait elle-même subis, coups qui n'intéressaient pas Ana autrefois mais la donne changeait désormais.
Merci Logan.
Le regard de Salomé se redressa, remarquant alors que sa main était toujours posée sur la joue de la Mentali. Elle était glacée. La demoiselle la retira prestement, non sans s'excuser par la suite.

— Désolée...

Elle ignorait si ce mot était destiné à ce contact physique plus long que d'ordinaire ou suite aux mésaventures d'Ana. Sûrement l'un et l'autre.

La Givrali prit une profonde inspiration. Il allait falloir qu'elle mette en confiance la Coordinatrice pour espérer avoir des réponses. Après tout, elle ne doutait pas que Logan ait bavé sur elle par le passé, ou du moins clamé à qui voulait l'entendre qu'elle n'était qu'une menteuse – ce qui était le cas.

— Mais moi je peux te raconter. Ce qu'il m'a fait... Ce qu'il nous a fait, rectifia-t-elle en embrassant du regard Algernon, il te l'a dit qu'il avait porté la main sur mon starter ? Il te l'a dit qu'il avait plumé un handicapé mental incapable de faire du mal à qui que ce soit ? Non, bien sûr que non... Logan crie à qui veut l'entendre la vérité qui l'arrange, bien évidemment...

Un voile de ténèbres couvrit le regard de la rousse.
Elle se rappelait ce soir-là.
Elle se rappelait les cris de douleurs de Algernon.
Et la folie de Logan qui paraissait infinie.
Elle serra un peu plus le poing, à s'en faire blanchir les phalanges, fermant les yeux comme en proie à un cauchemar éveillé. Elle luttait seule face à un souvenir.
Ce fut le piaillement du Picassaut qui la sortit de sa torpeur, la forçant à ouvrir doucement les yeux. Comment avait-elle pu croire que tout était derrière elle alors que Ranya la première avait été traumatisée par cette scène en tant que simple spectactrice ? Le pouls de la rousse s'emballait mais cette dernière prenait osn temps pour raconter. Après tout, c'était là le seul moyen pour qu'Ana fasse de même et se livre, au moins un peu.

— Tu sais le plus drôle ? C'est qu'Algernon n'en a même pas été rancunier. Il m'a poussée à aider Logan à retrouver son Sabelette qu'il avait perdu quelques mois plus tard. Il m'a poussée à soigner Logan alors que ce dernier s'était retrouvé empoisonné et blessé... Y en a beaucoup qui auraient voulu se venger, moi la première... Mais pas Algernon.

Elle ignorait si le volatile comprenait le tiers des éloges qui lui étaient adressées. Parfois, la gitane aimerait être un peu plus comme lui.
Mais c'est comme ça qu'on finit par se faire bouffer, en étant trop gentil, en étant trop comme Algernon. La rousse le savait bien et son starter pouvait remercier Arceus d'avoir obtenu une dresseuse le surveillant avec autant de soin.

— Si les rôles avaient été inversés, tu crois que Logan aurait hésité à se venger ? À en voir comme il t'a frappée, toi, Ana, j'en doute.

La Médecin se redressa contre le dossier du canapé, les coussins soutenant son dos. Elle ignorait ce que le Voltali avait raconté ou non à sa bien-aimée et comment il lui avait présenté les faits.

Elle redressa la tête, plongeant son regard de rubis dans celui parcouru de ténèbres et d'ombres de la demoiselle. Elle la voyait en plein doute, elle la sentait anxieuse et en train de réfléchir à tout ce qui venait d'être dit.

— J'ignore où en sont vos histoires de couple et je m'en fiche mais tu ne peux pas rester avec lui. S'il a porté la main sur toi une fois, il recommencera, c'est certain. Laisse-le Ana, il ne vaut pas la peine que ton beau visage se retrouve noir de bleus. Personne ne mérite ça. Surtout pas toi.

Elle ne souhaitait même pas ça à son pire ennemi.
Mais à Logan, elle souhaitait pire encore. Et monter Ana contre lui, définitivement, lui paraissait une idée suffisamment alléchante pour s'y essayer.

_________________
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards !:
 
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 47
Jetons : 1203
Points d'Expériences : 1276
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Mar 10 Juil - 14:34


La trahison ne vient jamais de nos ennemis.


♣️

♣️
Dortoir Givrali
14 juin 2018
Salomé pose sa main froide sur ma joue avant d'observer l’hématome. Ce geste me surprend, mais je ne bouge pas. Après un petit instant, elle me suggère de mettre de la glace pour que cela dégonfle. J'acquiesce même si cela avait déjà été fait par Louis.

Puis le starter de la rousse, posé jusque là sur son épaule, vient s'envoler pour tourner en rond au dessus de mon Psykokwak. Poppo lâche alors doucement ma jambe pour replacer ses pattes sur sa tête avant d'observer le pokémon vol, intrigué. Mes yeux se repose sur Salomé, qui tenait encore ma joue, pour l'écouter. Puis elle s'excusa, excuses que je pris pour avoir laisser ce contact physique durer. Je me remets dans le fond du fauteuil et observer les deux pokémons. Poppo essayait de suivre Algernon en tournant avec lui mais, celui-ci allant trop vite, il tomba à la renverse en poussant un petit cri de surprise, ce qui ne manque pas de me faire sourire.

Je retourne ma tête vers Salomé qui commence à m'expliquer ce que Logan lui a fait, ce qu'il leur a fait. Et plus je l'écoute, plus je me rends compte que j'ai été idiote, bête, stupide. Idiote de lui avoir donné une énième chance. Bête d'avoir cru qu'il avait changé. Stupide de ne pas avoir compris à quel point il a pu faire souffrir ses pokémons, les pokémons de Salomé, Salomé elle-même et Haru. Il a fallut que ça m'arrive pour que je les comprenne et je m'en veux tellement pour ça.. Et en plus de cela, Salomé a eut le courage d'aider ce monstre à retrouver Terry et à le soigner. Et ce courage, elle l'a eut grâce à son Picassaut qui semble beaucoup trop gentil pour ce monde si cruel. Finalement, peut-être que mon oncle avait raison quand il répétait qu'être gentil ne menait nulle part.

« Si les rôles avaient été inversés, tu crois que Logan aurait hésité à se venger ? À en voir comme il t'a frappée, toi, Ana, j'en doute. »

Je déglutis. Cette question me brisa parce qu'elle a raison. Si c'était Salomé qui avait été empoisonnée et blessée, Logan se serait venger. Je pose ma main sur un des coussins et le serre le plus fort que je peux pour ne pas me remettre à pleurer. Je finis de l'écouter, sans dire un seul mot. Surprise de certaine phrase, blessée par d'autre. Je finis par prendre une grande inspiration pour avoir le courage de lui dire ce que je devais dire.

« Tout d'abord, je m'excuse. Je m'excuse auprès de toi et je m’excuserais aussi auprès des autres pour ne pas avoir compris ce que vous ressentez jusqu'à ce que ça m'arrive à moi. J'ai presque abandonné Haru, on ne s'est pas vu depuis un moment, parce que je lui en voulais d'en vouloir encore à Logan. Mais je ne comprenais pas.. »

Je redresse mes genoux pour passer mes bras autour et enfouir mon visage pour cacher mes larmes. Je renifle un peu avant de poursuivre.

« Nos histoires de couple, comme tu l'as dit, n'existent plus depuis longtemps. A mes yeux, il restera un simple inconnu, je ne veux plus en entendre parler. » dis-je avec une voix plus sure. « Je sais que, à certain moment, tu as exagéré tes propos. Je ne sais pas ce qui est vrai ou faux dans toute cette histoire qui dure depuis bientôt un an. Mais comparé à ce qu'il a fait, je ne t'en voudrais pas pour ça. Parce que ses actes à lui sont et seront pour toujours impardonnables. »

Peut-être qu'au fond, j’exagère aussi. Mais je lui en veux tellement, à un point inimaginable. Et je suis aussi en colère contre moi-même. J'aurais du protéger ses pokémons, j'aurais du les protéger comme sa Goupix et sa Airmure m'ont protégés. Mais je n'étais pas capable de voir la vérité en face: Logan ne changera jamais. Personne ne peut changer sa véritable nature et la sienne est d'être violent.

« Il m'a frappé aujourd'hui. » dis-je finalement. « C'est son anniversaire. On devait se retrouver au parc pour s'entraîner à la coordination. Je suis arrivée en retard parce que je n'avais pas eu le temps de lui trouver un cadeau alors après les cours, je suis allée en ville et je lui ai acheté du parfum et un sweat. Puis je l'ai retrouvé là-bas et on allait commencer quand il a reçu un appel de ses parents. »

Je me coupe moi-même pour me poser une question: est-ce que je dois dire la raison de cet appel à Salomé ? Est-ce que je lui fait assez confiance pour vraiment tout raconter ? Je prends une petite inspiration en tournant légèrement ma tête pour la regarder. Je me frotte les yeux, rougis par les pleurs, avant de me redresser doucement.

« Il s'est disputé avec sa mère et a claqué son iPok au sol. Je lui ai alors fait la morale pour lui dire à quel point la famille c'est important. Mais cela semblait être une très grosse dispute familiale. Il m'a dit que je ne pouvais pas comprendre mais j'ai persisté et il a finit par.. par me gifler. »

De nouvelles larmes coulent. Je m'empresse de les essuyer avec la manche de mon pull. Le Psykokwak s'approche de nous et tente de monter sur le canapé, en vain. Je décide de l'attraper et de le mettre à côté de moi. Il s'empresse de me faire un câlin avant de rejoindre Algernon près de Salomé pour continuer de jouer avec lui.

« On dirait qu'ils s'entendent bien ces deux-là. » dis-je en laissant paraître un léger sourire.

Je ne sais pas pourquoi je me confie autant à Salomé, mais j'avais besoin de quelqu'un qui puisse me comprendre. J'avais le choix entre elle et Haru.. et je n'avais pas forcément envie de me retrouver dans un dortoir de garçon. En plus, il y aurait eu de forte chance que je croise Miguel et je n'ai pas envie de lui raconter tout de suite, même si je sais que je vais devoir le faire un jour ou l'autre.
(c) Alban

Salomé Cobal
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 51
Jetons : 18742
Points d'Expériences : 1541
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Mer 11 Juil - 1:41
Ana semblait sur le point de vaciller. La rousse le vit bien, entre ses gestes tendus et hésitants près des coussins qui venaient masquer son visage qui avait trop pleuré un peu plus tôt, ses yeux encore rouges et boursouflés et les sanglots qui secouaient son timbre, elle ne trompait personne. Pas même elle-même. Mais Salomé fit mine d'ignorer tous ces signes, elle laissa la Coordinatrice lui narrer ce qu'elle se sentait capable de porter sur ses épaules. Prendre le relais viendrait bien assez tôt, trop peut-être, et la gitane profita du peu de répit qu'il lui restait avant de reprendre la parole. Alors elle laissa Ana se confier, même partiellement. Haru refit surface et avec lui les démons qui l'avaient habité après la violence qu'il avait dû subir en secret. Puis était venu le tour de Salomé. Et maintenant Ana. Cette furie prendrait-elle fin un jour ? Avec un spécimen comme Logan, Salomé en doutait.

Salomé n'était pas ici pour juger Ana. Ce serait bien stupide de sa part alors que cette dernière était sur le point de lui manger dans la main au vu des révélations de la rousse. Il ne lui restait plus qu'à attendre et à offrir une oreille attentive à la brune, en espérant que tout ceci finirait par lui servir un jour ou l'autre. Elle avait parfois le sentiment de jouer une partie d’échec contre Logan mais tout tenait à de l'improvisation et de la spontanéité de la part de l'un et de l'autre. Et c'était cela qui rendait le jeu aussi délicieux et agréable. Ana était la Reine de Logan qu'elle s'apprêtait à prendre, mais il allait lui falloir agir avec précision et tact, surtout ne pas se précipiter.
Et réfléchir plus encore que d'ordinaire pour être sûre de frapper là où cela ferait mal.

— Ana... Ce n'est pas ta faute. Tout ce qui est arrivé, à toi, à Haru, à moi... Tu n'y es pour rien. C'est Logan et lui seul qui a déclenché tout ça. Ne te remets pas en question à sa place, s'il te plaît. Penser à ce que tu as fait ou n'as pas fait n'y changera plus rien maintenant...
dit-elle d'une voix calme, la seule chose que je retiens aujourd'hui, c'est cette marque sur ton visage, le reste n'existe plus pour moi.

La rousse plongea son regard de feu dans celui de la demoiselle. Il allait falloir qu'elle lui fasse confiance. Pour quoi, elle l'ignorait encore. Mais avoir Ana à ses côtés ne pourrait que lui être bénéfique. Cette dernière essuya rapidement les larmes qui coulaient en bordure de ses yeux et Salomé se mit à genoux, au sol, de manière à être sûre de croiser les prunelles encore boursouflées de la Mentali.

— Ne pleure plus... Il n'en vaut pas la peine. Tu l'as dit toi-même, ce n'est plus qu'un inconnu désormais, c'est à toi de faire en sorte qu'il en reste un et à toi seul. Personne ne pourra prendre cette décision à ta place, il n'y a plus que toi... Une dispute avec sa mère ne justifiera jamais une gifle... Ni quoi que ce soit.

Salomé ne prêtait qu'une faible attention à Algernon et Poppo. Oui les deux avaient l'air de bien s'entendre et cette vision semblait réconforter et consoler la Coordinatrice. Mais la demoiselle n'était pas dupe ; elle se doutait que ce sourire n'était qu'une façade. Les doigts de la Médecin s'agitèrent sur le visage opaline de la brune, séchant les quelques larmes récalcitrantes toujours visibles de manière à dissimuler sa tristesse en surface du moins. Les perles se perdirent contre ses ongles et si un peu plus tôt Salomé s'était excusée pour son contact physique plus long que d'ordinaire, elle en venait à prendre l'initiative désormais. Elle essayait de consoler au mieux Ana, et surtout à ce que cette dernière lui fasse entièrement confiance. Elle n'était pas dupe et avait du mal à imaginer qu'une simple dispute avec sa mère avait su mettre Logan hors de ses gonds.
Il y avait autre chose.
Mais difficile de demander de manière explicite sans qu'Ana ne se retrouve sur ses gardes. Il allait falloir ruser et surtout continuer de la laisser parler d'elle-même de manière à soulager sa conscience.
Il ne lui restait plus qu'à prouver qu'elle pouvait être irremplaçable. Chose ardue au vu de leur passé commun mais la gitane avait confiance en ses qualités manipulatrices et fourbes, après tout, elle avait su en user efficacement par le passé, recommencer ne lui poserait aucun problème.
Il allait juste falloir qu'elle change de registre.

— Si tu as peur de rester seule, tu peux venir dormir chez les Givra' quand tu veux. Après tout, ma chambre était destinée à trois étudiantes avant le départ de Charlotte,
rappela Salomé, enfin si tu penses être capable de supporter Erika et ses entraînements matinaux...

Et son caractère plus qu'imprévisible.
Elle ignorait si Ana connaissait ou non sa colocataire et ne cherchait pas à le savoir mais la perspective d'héberger Ana n'était pas pour la déplaire. Ce serait encore plus beau si Logan finissait par apprendre que la femme de sa vie s'était désormais liée d'amitié avec sa pire ennemie.
La demoiselle inspira profondément, tentant de chasser cette pensée qui n'était qu'une douce utopie. Un jour peut-être.

— Je pourrais venir monter la garde sinon, pour être sûre qu'il ne revienne pas. Mon équipe s'est agrandi depuis la dernière fois, sois rassurée, et chacun de mes Pokemon pourrait tenir Logan à distance sans problème.

Hormis Algernon.
Mais c'était un souci que la demoiselle préférait éviter d'aborder. Le Picassaut resterait à jamais un être à part.
Il lui paraissait étrange que sa dernière rencontre avec la Mentali date de cette fameuse soirée raclette lors des vacances de Noël. Chacune avait parcouru du chemin depuis, il suffisait de voir le Psykokwak de la Coordinatrice pour se rendre compte qu'elle-aussi avait su attraper de nouveaux Pokemon. Et peut-être enfin mettre la main sur des Pokemon capables d'éloigner Logan. Mais si cela avait été le cas, la gifle aurait pu être évitée.

— Pardon de m'imposer comme ça... Je ne doute pas de ton équipe, loin de là ! se justifia Salomé, faussement gênée, c'est juste que... Maintenant que je sais, je ne pourrais pas me pardonner s'il posait à nouveau la main sur toi...

Elle adressa un regard implorant et confus à Ana, jouant avec ses doigts, les croisant et les décroisant, baissant finalement le regard. Elle aurait aimé que ses joues s'empourprent mais rien ne venait. C'était bien sa veine. Il allait falloir se contenter du strict minimum, ce serait plus que suffisant pour le rôle qu'elle s'apprêtait à jouer.

— Ça ne sert à rien de lutter chacune de notre côté, Ana... Tu as bien vu ce que ça a donné ? Il n'y a qu'ensemble que l'on pourra espérer s'en sortir.

Et réduire Logan à néant, faillit-elle ajouter.
Cela lui rappelait étrangement son discours lors de sa première rencontre avec Ana. En plus nuancé, certes. Et plus pathétique. Voilà qu'elle se roulait à nouveau dans le corps de la victime pour user de la pitié. Cela la dégoûterait presque si ce n'était pas pour la bonne cause.
Elle n'oubliait pas que sa malédiction jetée auprès de Logan Atkinson n'aurait jamais de fin si elle continuait de manœuvrer habilement, comme en cet instant.

_________________
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards !:
 
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 47
Jetons : 1203
Points d'Expériences : 1276
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Jeu 12 Juil - 18:45


La trahison ne vient jamais de nos ennemis.


♣️

♣️
Dortoir Givrali
14 juin 2018
Salomé continue de me rassurer en me répétant que ce n'était et que ce n'est pas ma faute. Je peux très bien revenir sur les faits d'il y a un an et me dire, qu'au fond, si je n'avais pas été jalouse de Lucille, on n'en serait peut-être pas là. Mais au fond, lui aussi était trop jaloux alors je préfère me taire et donner raison à la rousse: c'est la faute de Logan. Puis je vois Salomé se mettre à genoux devant moi pour plonger son regard dans le mien. Elle essuya les larmes qui continuaient de perler sur mes joues et garda ses mains sur mon visage. Je lui souris un peu, toujours aussi surprise par ce second geste similaire au premier.

« Tu as raison, il n'en vaut plus la peine. » dis-je pour me convaincre moi-même.

Puis elle me propose quelque chose qui m'étonne encore: dormir chez les givralis. Comme excuses: ne pas être seule. C'est vrai que je n'ai pas de colocataire mais mes pokémons me tiennent toujours compagnie. On a même instaurer un roulement pour qu'ils dorment tous au moins une fois avec moi par semaine. Sauf Louis, Forest et Sonic, bien évidemment. Ils sont beaucoup trop gros pour espérer se faire une place sur mon oreiller. Elle me propose aussi ses pokémons en tant que garde du corps, mais s'excuse pour que je ne comprenne pas qu'elle doute sur mes pokémons. Mais j'avais compris et son aide me touche.

« C'est juste que... Maintenant que je sais, je ne pourrais pas me pardonner s'il posait à nouveau la main sur toi… »

Je hausse légèrement les sourcils avant de détourner les yeux, gênée avant de me sentir rougir. Mais je ne suis pas certaine que la rousse le verra, mon visage étant déjà rougis par les pleurs. Je ne sais pas ce qu'elle entendait par là et elle ne semblait pas savoir aussi au vu de son regard qui s'est aussi détourné. Je ramène encore mes genoux vers moi pour m'éloigner un peu. Je prends une petite inspiration avant de me retourner vers Salomé en me mettant en tailleur.

« Le truc, c'est que.. je n'ai pas envie de lutter. Au fond, il a déjà perdu parce qu'il m'a perdu. Maintenant, il est seul et plus personne ne peut quelque chose pour lui. Même sa famille, puisqu'il est adopté. »

Je redresse la tête en regardant Salomé, un peu paniquée. C'est sortit tout seul et je ne voulais vraiment pas lui dire. Ce sont les affaires familiales de Logan et même si je le hais au plus profond de moi, ce sont ses affaires et personne ne doit ou devrait s'en mêler. Malheureusement, Salomé le sait et je ne sais pas ce qu'elle pourrait faire de cette information.

« Je.. tu.. » bégayais-je avant de soupirer. « Ne le dis à personne, c'est clair ? C'est la raison pour laquelle on s'est vraiment disputé mais ce sont ses affaires, qu'il se débrouille seul. Il a lui-même renier sa famille alors qu'ils ont toujours été la pour lui. Il est seul et c'est uniquement sa faute. Point. »

Je passe mes mains sur mon visage pour chasser définitivement l'humidité des larmes et les rougeurs au passage. Il faut dire que pleurer donne chaud, en plus de ce contact avec la rousse qui me met toujours aussi mal à l'aise. Puis je me mets à réfléchir sur sa propositions faite un peu plus tôt.

« Je t'avoue que dormir cette nuit ici ne serait pas de refus.. Je n'ai pas de colocataire et ça me changerait de n'avoir que mes compagnons avec moi. » dis-je en regardant Poppo. « Tu sais, mon équipe aussi s'est agrandie. Déjà en terme de place.. Sonic, mon Sonistrelle a évolué en Bruyverne. Puis j'ai attrapé un Furaiglon et ce Psykokwak. Et j'ai eu un Vivaldaim par Potiron pour Pâques. »

Il est vrai que Forest et Poppo ne seront pas très utiles pour ma défense mais mon Bruyverne et mes pokémons faisant partit de mon équipe de combat aérien créé avec Alizée lors de ma toute première alternance sont assez forts. Ma Emolga, de toute manière, attaquait déjà Logan alors même qu'il était encore gentil avec moi. Comme quoi, elle avait déjà tout compris avant même qu'il ne me gifle. Si je lui dis, je crois qu'elle part l'électrocuté sur le champ.

« En tout cas, merci encore d'être-là à m'écouter.. » dis-je en tournant la tête, de nouveau souriante, vers elle.

Je suis vraiment surprise qu'elle soit aussi gentille avec moi. Peut-être que ce n'est qu'une façade ou alors peut-être que, pour une fois, elle est sincère. Je n'en sais rien et tant pis. Ça fait du bien d'avoir quelqu'un qui se soucis vraiment de soie.

hrp:
 
(c) Alban

Salomé Cobal
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 51
Jetons : 18742
Points d'Expériences : 1541
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Ven 13 Juil - 13:54
ERREUR 404
Logan... Adopté ? La rousse ne put que être surprise face à cette révélation. Elle se doutait bien qu'une gifle n'avait pu être provoquée à cause d'une simple dispute familiale mais après tout, rien n'était impossible avec Logan.
Elle ignorait encore quoi faire de cette information et comment l'utiliser mais elle finirait bien par trouver. Cela restait une précieuse munition dont elle pourrait faire feu à tout moment.  Frapper là où ça faisait mal, cela la connaissait, ce n'était pas pour rien si Salomé évitait de s'étendre sur ses problèmes familiaux, la demoiselle craignait trop que cela se retrouve entre de mauvaises mains.

— Je m'attendais à tout sauf à ça... Whoah.

Mais que savait-elle du Scientifique ? Pas grand chose, voire rien du tout. Elle s'était seulement contentée de ruiner sa vie, Ana en première ligne, sans jamais s'intéresser à la famille du grand dadais. Maintenant qu'elle savait, elle allait difficilement pouvoir faire autrement.
À croire que les parents biologiques du garçon avaient pressenti que leur enfant serait irrécupérable pour avoir osé l'abandonner et éviter ainsi de devoir élever pareil énergumène. La rousse réprima un sourire face à cette pensée sombre, ce n'était guère le moment ; Ana restait sa priorité immédiate et même si elle ignorait tout de la suite de son jeu, il lui fallait continuer de manœuvrer de la sorte pour gagner un peu plus la confiance de la brune.

L'envie de demander des détails était grande mais ce n'était pas le moment, là encore. Et cela la tuait de rester dans le silence alors que la Coordinatrice venait de lui jeter un os à ronger.

— Tu l'as dit toi-même, ça ne concerne que lui, cette histoire d'adoption... Ne t'en mêle pas, et je ferai de même, ne t'inquiète pas, c'est son problème, pas le tien.

C'est qu'elle n'avait pas envie que la Mentali se sente encore plus mal à cause de Logan avec tous ces ragots. Quant à Salomé qui venait de dire qu'elle ne s'en mêlerait pas, cela restait à prouver. Elle n'avait rien promis, rien juré et nul doute que dès ce soir, elle réfléchirait à un moyen de retourner cette information contre Logan.

La Médecin accueillit l'accord de Ana comme un soulagement. Une pyjama party de prévue pour la soirée, donc ? Pourquoi pas. Elle aurait préféré que la nuit se déroule sans Erika de manière à se rapprocher au mieux de Ana et ainsi créer un terrain de confidences parfait mais il lui faudrait compter avec la présence de la Spé Type. Au moins cela n'éveillerait-il pas les soupçons d'Ana qui paraissait lui manger dans la main dans l'immédiat. Elle s'en féliciterait presque vu comme leurs relations partaient de loin.

— Tu n'as qu'à aller chercher ce dont tu as besoin pour la nuit et revenir ensuite, d'accord ? Si tu veux emmener d'autres Pokemon avec toi en plus de ton Psykokwak, tu peux aussi, la chambre sera bien assez grande pour nous tous... Sauf peut-être pour ton Bruyverne et les autres qui prennent un peu trop de place...

Algernon approuva d'un léger cri, lui paraissait heureux à l'idée de prolonger sa rencontre avec Poppo. Si cela lui permettait de mieux vivre l'absence de Dovah, le Minidraco de Yuna, c'était parfait.

— Je t'attendrai ici puis te montrerai ma chambre. Il y aura Erika aussi, bien évidemment, et ses Pokemon, ainsi que les miens, mon équipe aussi s'est bien agrandie depuis notre dernière rencontre !

La rousse pensait instinctivement à son Farfuret destructeur et son Abo mauvais de nature. Comment allaient-ils réagir avec une inconnue ? C'était toujours compliqué à gérer. Et Django ? Apprécierait-il de revoir un visage qu'il avait assimilé à Logan ? Jusqu'à présent, le Feurisson ne s'en était pris qu'au Voltali mais si son esprit était aussi retors que celui de sa dresseuse, lui aussi finirait par comprendre qu'atteindre Ana était une belle manière de blesser Logan.
Et c'était tout simplement hors de question.
Ana était sa proie, inutile de compter sur la gitane pour la partager avec qui que ce soit. Libre au type Feu de faire preuve de créativité et d'imagination pour mettre sur pied une vengeance satisfaisante à son goût.

Salomé se redressa, quittant le sol pour accompagner Ana jusqu'à la sortie de la salle commune, la guidant à travers les couloirs du dortoir pour déboucher ensuite sur la porte l'éloignant des Givrali.
Ce n'était qu'un au revoir pour quelques instants, les deux filles se reverraient bien assez tôt. Et d'ici là, peut-être la rousse aura-t-elle fini de se creuser les méninges pour voir comment user au mieux de Ana et continuer sur cette lancée qui lui plaisait étonnamment.

_________________
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards !:
 
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 47
Jetons : 1203
Points d'Expériences : 1276
Coordinateur Performer
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Ven 13 Juil - 19:59


La trahison ne vient jamais de nos ennemis.


♣️

♣️
Dortoir Givrali
14 juin 2018
J'acquiesce sur la proposition de Salomé. Je vais retourner rapidement dans mon dortoir pour attraper mon pyjama, quelques affaires et le pokémon qui était censé dormir avec moi cette nuit. Et de mémoire, il me semble que c'était Marinette, ma Coxy. Je sais qu'elle n'appréciait pas tellement Salomé avec toutes nos histoires mais je sais que je lui ferais rapidement changer d'avis, même si elle risque de continuer à se méfier au début. Poppo semble aussi ravi de cette petite soirée, c'est bien la première fois que je le vois aussi proche d'un autre pokémon. Bien que leur manière de jouer semble très étrange, c'est comme si ils étaient connectés. J'ai toujours su que mon Psykokwak était exceptionnel. Il a un talent inné pour l'incompréhension, que ça soit lui envers tout ce qui l'entoure ou nous face à ses actions et réactions.

L'équipe de la rousse se serait aussi bien agrandie, j'ai donc hâte qu'elle me présente ses nouveaux compagnons (et sa chambre au passage, ça doit être quelque chose au vu de sa colocataire) !

Salomé se redresse. Je l'imite pour qu'elle me raccompagne jusqu'à l'entrée de son dortoir. Je sors et me retourne elle.

« Je fais vite. » dis-je en commençant à m'éloigner. « Poppo, tu restes là ? »

Il me fait oui de la tête avant de regarder son copain Algernon.

« Bien, ne fais pas de bêtises. »

Je tourne les talons et commence à marcher rapidement en direction du dortoir Mentali. Je repasse devant la forêt puis les serres avant de l'atteindre. Je passe la porte et retrouve la plus part de mes pokémons dans la salle commune. Je m'avance vers eux.

« Coucou les z'amis. » dis-je pour qu'ils m'écoutent tous. « Je ne vais pas dormir ici cette nuit, je vais dormir dans la chambre de Salomé. Marinette, tu peux venir avec moi si tu veux puisque c'était ton tour. Les autres vous restez-ici et vous ne changez pas nos habitudes, je reviendrais ici pour le petit déjeuner. »

Ils semblent tous d'accord même si le regard que me lance Bady me fait soupirer. La Emolga n'aime pas Logan, mais elle n'aime pas Salomé non plus. Elle ne doit pas non plus aimer Bellamy. Ni Lucile. Ni Esteban. En fait, elle aime pas grand monde. C'est Bady quoi, je ne lui ai pas donné ce surnom pour rien. Je me dirige vers l'escalier pour accéder à ma chambre. J'attrape un petit sac pour y mettre mon pyjama, ma petite bouteille d'eau que je garde toujours à côté de mon lit et j'y glisse par la même occasion mon iPok et son chargeur. J'attrape ensuite mon oreiller et c'est partit. Je retourner dans l'entrée et fais un signe à Marinette qui fait un petit signe au reste de l'équipe avant de me rejoindre. On quitte le dortoir pour retourner chez les bleus où Salomé et Poppo nous attendaient. Je re-rentre dans les lieux qui semblent m'être devenu familier.

« Me revoilà. » dis-je en m'approchant de la rousse.

Marinette se pose sur ma tête et s'incline juste quelques secondes pour saluer Salomé. Je resserre mon oreiller contre moi en souriant.

« Bon, je te suis ! » dis-je, ayant hâte de découvrir l'étage du dortoir. « Oh et ne soit pas surprise mais moi, j'assume: je dors avec des chaussettes. »

Je me mets à rire toute seule, parce que j'ai déjà eu des amis surpris de me voir dormir avec des chaussettes, même quand il fait chaud et que je suis en short. D'ailleurs, je me demande comment va réagir Salomé quand elle va voit ma tâche de naissance en forme de croissant de lune sur ma cuisse. Elle ressemble presque à une cicatrice mais non, je l'ai depuis que je suis de ce monde. Enfin bon, je secoue la tête pour me sortir de mes pensées. Je n'arrive toujours pas à croire que Salomé m'a rendue le sourire même si la douleur encore présente me rappelle de temps à autre ce qu'il venait de se passer en ce 14 juin.

hrp:
 
(c) Alban

Salomé Cobal
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 51
Jetons : 18742
Points d'Expériences : 1541
Pokeathlète Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   Sam 14 Juil - 12:57
Il ne restait plus que le Psykokwak en seul souvenir de la présence de Ana. La rousse lui jeta un coup d’œil mais il paraissait bien innocent, rien d'étonnant à ce qu'il s'entende aussi bien avec un Pokemon comme Algernon. La demoiselle laissa le duo s'amuser librement, se contentant de se poser à nouveau dans le canapé qui l'avait accueillie un peu plus tôt, son regard fixé vers le plafond comme en quête d'une idée géniale pour profiter enfin de cette bénédiction.

Il y avait le souvenir de la peau d'Ana contre ses doigts.
Et ses sanglots qui avaient secoué sa voix, imperceptibles, légers, mais suffisamment bruyants pour que Salomé les remarque.
Et si...
Un sourire étira le visage de Salomé. Il lui semblait qu'elle commençait à entrapercevoir un plan digne de son rang. Elle se tourna vers Algernon, ne se souciant pas de la présence de Poppo pour une telle révélation.

— Je crois que j'ai une idée, Algernon... Une que tu devrais approuver !

Son starter prônait la gentillesse et la paix. Alors soit. Salomé ne ferait rien qui irait à l'encontre des idéologies du type Vol. Pour l'instant du moins, même si la première partie de son plan se révélait douce et pacifique, elle ne doutait pas que les choses se gâteraient sitôt la mécanique enclenchée. Son sourire n'en finissait pas de s'élargir, elle aurait pu rester ainsi pendant des heures encore, avec juste la satisfaction d'avoir trouvé le plan parfait pour la situation qui se présentait à elle. Mais Ana allait revenir à tout moment, il n'était pas encore temps d'exposer son plan au Picassaut. Et puis... Peut-être serait-ce plus intéressait si lui aussi découvrait les manigances de sa dresseuse en même temps que tous ceux qui stalkaient ce rp – coucou Logan – non ?
Sorry not sorry.

Ana s'annonça à grand renfort de cris, faisant se retourner une Salomé aux anges. Elle l'écoutait d'une oreille distraite tandis que son esprit créait et imaginait ce qui serait son plan d'attaque pour ces prochains jours. Elle se remerciait d'avoir agi de la sorte avec Ana, elle se remerciait d'avoir fait preuve d'attention et de délicatesse car un seul faux pas et tout aurait pu s'écrouler. Alors elle se contentait de guider la demoiselle jusqu'à sa chambre d'une nuit, lui ouvrant la porte pour la laisser découvrir ce sanctuaire réservé à Erika et elle-même.

— Voilà ! Tu peux prendre le lit du fond, c'était celui de Charlotte mais plus personne n'a dormi dessus depuis... trop longtemps, résuma la gitane, le temps que je m'occupe de te le préparer, fais comme chez toi !

Salomé se dirigea vers l'armoire et en ressortit draps et couettes, prenant des mains l'oreiller de la Mentali pour compléter au mieux le lit. L'installation fut bien rapide et si tant de paillettes et d'objets tape à l’œil n'étaient pas présents et dissimulés ici et là, on aurait pu croire que seule Salomé vivait ici ; Erika n'était toujours pas rentrée, de même pour ses Pokemon.
Pour ceux de Salomé, c'était une autre histoire. Cette dernière ne se souvenait plus ceux qui étaient familiers ou non à son invitée, elle se rappelait de la présence de Django à la soirée raclette et bien évidemment de son Picassaut. Peut-être avait-elle croisé la rousse avec son Abo lors des manifestations ? Mais y avait-elle seulement fait attention ?

— Evite juste de t'approcher de trop près de Ankou, mon Abo,
la prévint la Médecin, il est très sauvage et même si j'ai un tiroir rempli d'Antidotes, la morsure de reptile est tout sauf agréable.

Faut demander à Logan pour les détails, lui a de l'expérience en matière de poison, y compris même avec celui du chromatique rouge et noir.
La rousse balaya la pièce du regard, cherchant un à un ses Pokemon. Django fidèle à lui-même était prostré en boule sur la couverture de Salomé, Chayana, elle, était allongée au pied du lit comme la bonne gardienne qu'elle était, la Feuforêve se contenta de passer à travers les murs pour filer elle ne savait où tandis que la Plumeline s'était isolée dans un coin de l'académie, sûrement.
Ne manquait que Faulkner à l'appel mais la rousse entendait gratter sous l'armoire, nul doute que le Farfuret était retourné dans son tunnel improvisé pour y faire des améliorations ou du moins y laisser sa marque.

— Ah et mon Farfuret aussi peut se montrer... imprévisible... Enfin, tant que tu n'as pas de Sabelette d'Alola à exhiber sous son nez ni d’œuf avec toi, tout devrait bien se passer.

Elle se demandait bien l'image qu'elle devait renvoyer en cet instant. À croire qu'elle faisait exprès d'hériter de pareils Pokemon alors que c'était la faute du hasard et rien d'autre. Mais elle pouvait compter sur son Picassaut et sa Germignon pour ne pas envenimer les choses, c'était déjà beaucoup.

— Ton lit est prêt ! Et Erika est prévenue de ta venue, tu la croiseras sûrement plus tard.

La demoiselle avait profité de l'attente dans la salle commune pour envoyer un sms à la Topdresseuse.
Maintenant, il n'y avait plus qu'à prendre du temps pour soi et à se reposer un peu avant que Salomé ne passe véritablement à l'action.

_________________
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards !:
 
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal   
La trahison ne vient jamais de nos ennemis. || ft. Salomé Cobal
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Outils de modération :