Partagez | .
[Intrigue #12] Principe de causalité
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 5
Jetons : 1229
Points d'Expériences : 234

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 11:10

Ca va merci, je suis juste un peu perdue.

Bon et bien il semblerait que le blond ne sache pas vraiment le pourquoi de sa présence en ces lieux. En clair, retour à la case départ. La blonde est venue, certes, mais sans réelle conviction. Peut-être après tout que son rôle ne se résume qu’à faire acte de présence auprès de son pseudo leader comme le dit son camarade, histoire de montrer qu’il n’est pas tout seul face aux écolos et aux criminelles. Visiblement Gamble, qu’on surnommera Cramble pour qu’il ait l’air plus sympathique, n’est pas en position de force dans ce conflit. Les étudiants à ses côtés sont très minoritaires. Même certains qui ont rejoint les rangs à la dernière minute ont clairement fait comprendre leurs véritables intentions, sans chercher à les cacher ne serait-ce qu’une seconde. Alors qui restait-il vraiment au côté du chef d’entreprise ?

Assez soudainement, les choses semblent prendre une tournure différente. Il est évident que c’est le clan de la Team Rouage qui a recueilli le plus de partisans, particulièrement des élèves. Chose que Ranya a un peu de mal à comprendre. Si ce que lui a dit Sirius est vrai, alors ces gens-là ont quand même kidnapper des élèves. Ce n’est pas rien. On est loin des accusations de maltraitance sur des pokemons dont font l’objet Palladium. De toute façon la danseuse a déjà fait son choix, et rien ne pourra la faire basculer d’un autre côté. Enfin elle ne voit pas trop quoi. Après un ensemble de menace de la part d’Olsen, les clans se redivisent pour écouter leur leader. La blonde trouve presque ça effrayant. On se croirait à la guerre.

Très rapidement, Cramble donne des instructions très précises à ces quelques supporters. Mais également d’autres consignes, qui visent en particulier elle, Nico, Sirius et le garçon très énervé de tout à l’heure. Il leur intime de le suivre, vers un endroit inconnu. Ranya hoche les épaules, en signe d’absence de réponse de son côté à fournir. Sans en ajouter plus, elle suit le leader dans le bâtiment, puis dans un ascenseur. La danseuse jette un œil sur les deux autres étudiants qui les accompagnent. Bizarrement, Sirius n’a pas sa tête de d’habitude. En temps normal, on lit très clairement sur son visage la confiance qu’il a en lui, ou en tout cas celle qui laisse paraitre. Mais là, on dirait qu’un des piliers s’est écroulé. La blonde serait tentée par aller lui demander ce qui n’allait pas, mais se ravise. Il peut bien se débrouiller tout seul, lui et son petit esprit.

Quand la jeune fille met un pied dans l’ascenseur, la première de ses pensées se tourne vers ses parents. S’ils savaient dans quoi elle s’était embarquée, ils lui passeraient un sacré savon. Le savon de sa vie même. Ranya ne s’est jamais impliquée dans autre chose que la danse. Cela a toujours été tout son monde aux yeux de ses parents. La voir se lancer un peu au hasard dans un projet qu’elle ne comprend surement pas ne lui ressemble pas. Voir pas du tout. Mais en même temps est-ce que quelque chose à la Pokemon Community lui a déjà ressemblé ?

L’ascenseur finit par se figer, dévoilant alors l’endroit au Cramble voulait les emmener. La jeune fille fut un instant surprise par la lumière qui se dégageait du toit, mais finit par rouvrir les yeux pour admirer.

Quelque chose qui pour elle ressemblait au paradis.

Il y avait devant elle une serre immense. La lumière qui s’y diffusait paraissait presque réelle. Une végétation à couper le souffle était reproduite dans ce souterrain avec une précision hors norme. L’environnement avait été parfaitement reconstruit, et y cachait le plus beau des trésors. Des pokemons fossiles. La blonde n’en avait jamais vu en vrai. Elle savait qu’il était possible de les faire revenir de l’ancien temps, que certains archéologues, même à l’académie, possédait certains de ces pokemons. Mais là, ça dépasse l’imaginable. Tous les étudiants restent sans voix face à ce spectacle. Et la dernière nouvelle de leur leader vient finir de les achever. Une de ces créatures est pour eux.

Pour elle.

L’ensemble du groupe finit par sortir de la cage d’ascenseur pour s’avancer dans ce nouveau terrain de jeu. Nico adresse quelques mots à la demoiselle, qu’elle lui rend presque en balbutiant. « Euh oui tu as raison. Mieux vaut qu’on fasse comme ça. A tout à l’heure ». La jeune fille rappela tous ses pokemons, souhaitant être seule parmi ce tout nouvel environnement. Ses petits pas s’enchainent, tout doucement, sans précipitation, se laissant guider par son instant. Elle croisa d’abord sur son chemin un petit groupe d’Amonita, se déplaçant tout doucement sur l’herbe fraiche. En levant un peu les yeux, elle vit quelques Arkéaptis piailler, visiblement en train de faire la course. En jetant un œil dans le petit lac, la danseuse n’eut aucun mal à reconnaitre un Carapagos, immergé dans l’eau clair.
La demoiselle sourit. Elle est aux anges. Soudain, elle sentir sur ses joues de l’humidité. La blonde passe sa main rapidement pour chasser les gouttes. Elle pleure ? Comment peut-elle pleurer en cet instant précis ? La blonde ne pleure pas, presque jamais. La danse est un milieu concurrentiel, ou il faut manger les autres pour ne pas être mangé soit même. Alors les larmes sont interdites, parce qu’elle prouve notre faiblesse. Voilà comment sa professeure de danse lui avait enseigné le chemin vers la scène. Mais aujourd’hui, elle est loin de tout ça. Alors pourquoi ?

Vous pleurez de joie mademoiselle ?

La blonde se retourne vivement, remarquant derrière elle un scientifique, visiblement de l’entreprise. Ses petites lunettes rondes et son air enfantin auraient de quoi rassurer n’importe qui. La jeune fille chassa rapidement les larmes sur ses joues, refusant d’admettre ce que venait de dire le scientifique. Voyant son absence de réponse, le jeune homme reprit. « Il n’y a pas de honte vous savez. Si à votre âge j’avais eu cette chance que vous offre Gamble, j’aurais surement pleuré aussi. Venez voir, je pense que ce qu’il y a là-bas pourrait vous plaire ».
Intriguée, Ranya suit le scientifique sans trop se poser de question supplémentaire. Petit à petit, elle sent que la température se refroidit. Par réflexe, elle vient blottir ses mains contre ses bras, dans l’espoir d’y trouver un peu de chaleur. Assez rapidement, la danseuse finit par comprendre l’objet de ses convoitises. Tout un groupe d’Amagara se tenait là, dans un petit espace de glace. Leurs sourires illuminaient complètement la zone, et aussi le visage de Ranya. Le jeune homme le remarqua bien, ce qui l’amusa à son tour.

Leur sourire est communicatif non ? Approchez vous, ils ne sont pas agressifs ne vous inquiétez pas.

Sans hésiter, la blonde fait quelques petits pas vers ces pokemons, tout en veillant à ne pas tomber. Ils sont à peine plus petit qu’elle. Sa main se tend vers l’horizon cherchant un contact. L’un des pokemons finit par répondre à l’appel de la jeune enfant, en blottissant sa tête contre sa main. Ce contact si doux émerveille la jeune fille, lui laissant échapper de sa bouche un prénom.

Saphira.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6896-471-danse-avec-moi-ranya-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6897-ranya-iluzion-givrali
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 54
Jetons : 5450
Points d'Expériences : 1620

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 11:16


Principe de causalité

Avec des fous

Je sens le regard d’Ana dans mon dos, un regard lourd de reproche, sans une once d’hésitation. Alors je sais. Je sais que je n’ai plus la moindre chance, je sais que je ne pourrais plus jamais la reprendre dans mes bras, je sais que je ne pourrais plus jamais caresser sa chevelure, et je sais que tout ça me manquera énormément. À ce moment, une partie de mon cœur vient d’être dévoré par Salomé, et la seule partie qu’il me reste, c’est Ana qui me l’arrache. Je n’ai plus d’espoir, je n’ai plus rien. Je suis juste une coquille maintenant. Salomé a gagné et moi, j’ai perdu, j’ai tout perdu.

Dans un élan de tristesse, j’attrape mon Ipok et envoie un message à Salomé -Oui j’ai son numéro et alors- « Prends bien soin d’Ana, la savoir heureuse, même si c’est avec toi, est la seule chose qu’il me reste, alors s’il te plaît laisse moi au moins ça. Sinon je pense que ça me tuerais.

Logan »

Je préfère savoir Ana heureuse avec ma pire ennemie, que malheureuse avec moi. Au moins elle pourra s’épanouir et continuer de sourire, elle pourra continuer de chanter et de rire. Le bonheur d’Ana est la seule chose qui me fasse encore tenir ici-bas. Sinon, je pense bien que je préférerais mourir.

Des larmes commencent à couler alors que le message est bien partit. Je n’attends pas forcément une réponse de sa part, mais j’espère juste qu’elle fasse attention à Ana.

Senay et toujours à mes côtés essayant de m’apaiser au maximum et passe une de ses feuilles sur mon visage sous le regard perdu de Kupo. Puis la fille aux longs cheveux bleus, Yuna, je crois ou un truc dans le genre, commence à me parler en souriant et m’expose son plan. C’est à la fois génial et totalement dangereux.

-Ecoute, je suis contre ton idée. A2P est sans doute le groupe qui subit le plus d’attaques alors je refuse de te laisser partir là-bas et honnêtement, je préférerais y aller moi pour me venger sur ces salopards de voleur et d’assassin. Allez, donne le moi !

Je tends ma main pour attraper le brassard, mais quelque chose me bloque, son regard. Je peux lire sa détermination et son envie de se battre. Et puis moi à part me venger des quatre colosses, je ne vais rien faire de plus, alors je cède.

-Bon, ok ! Mais par précaution prend mon numéro d’Ipok au cas où. Tu as le moindre souci, je demanderais à mes Pokémons de te tirer de là. Ou ce sera moi, vu la situation, on ne sait jamais.

Cette fille à du cran et ça me plaît. Elle est prête à risquer sa peau pour infiltrer A2P.

-Par contre tu n'affronteras pas Senay, je ne sais pas comment il va se battre, dans ce cas. Ban, tu peux demander à Speedy de me rejoindre au plus vite, c’est pour venger Kupo.

La réaction de mon Airmure ne se fait pas attendre, à peine eut-elle le message de Ban qu’elle vola à toute allure dans les rues avant de se poser devant moi sans un petit looping pour impressionner Yuna. Depuis que je lui ai montré la forme final de Kupo, elle s’est rapprochée de lui. Je comprendrais jamais ce qu’elle ressent.

-Yuna je te présente Speedy ma Airmure. Speedy voici Yuna ma… Une camarade de classe. Je t’explique rapidement ce qu’elle veut. On fait un faux combat contre son Draco, on se rapproche d’A2P et on bat en retraite pour qu’elle soit infiltrée. D’accord.

La Airmure n’aimait pas trop son idée, car elle devait se limiter et faire semblant n’était pas dans ses cordes. Avec elle, c’est tout ou rien. Alors elle déclina le plan. Je lui murmure dans l’oreille.

-Tu sais Kupo serai très impressionné si tu acceptais la mission et il aurait peut-être un peu moins peur de toi.

Speedy me dévisage avant d’accepter.

-Dans ce cas, Yuna si tu es prête, on y va.

Je lui laisse le temps de se préparer avant de lancer Speedy.

-Attaque Jet De Sable et enchaîne avec Strido-Son.


En faisant du bruit, le combat risque d’être entendu. Je regarde Yuna dans les yeux avant de bouger mes lèvres. « On bouge ». Je n’avais pas parlé pour ne pas qu’on pense que ce combat soit en fait trafiqué. Speedy a compris ce qu’elle doit faire et commence à voler aux côtés du Draco alternant esquive, attaque et défense abîmant par endroits les murs de la ville. Elle semble bouger au ralenti pour être sûr de ne pas toucher le Draco de Yuna alors que nous au sol les suivons vers le carnage qu’est devenu le devant de Palladium.

Au bout d’un long moment, nous arrivons derrière le groupe de A2P et certains ont l’air d’avoir remarqué notre combat. C’est maintenant que notre ballet aérien va se montrer à la hauteur du spectacle attendu pour entourlouper ces fgnersger d’A2P.

-Speedy lance Furie et enchaîne avec Tranche !

Elle comprend que tout va se jouer là et fonce sur le Draco sans se soucier une seule seconde que les membres d’A2P venaient aider Yuna et Draco. Un Typhlosion, un Loupio, et un Watouat attaquent en même temps Speedy avant qu’elle ne touche Draco. La combinaison des trois attaques touche Speedy qui s’écroulent au sol. Je la rappelle dans sa pokéball avant de voir les partisans d’A2P prendre Yuna avec eux et voir si tout va bien.

-Senay, je vais avoir besoin de toi, lance Cyclone et Tornade en même temps !

Il ne comprit pas de suite, mais obéit quand même et lance avec ses palmes deux énormes rafales de vent destiné à tout le groupe d’A2P. C’était à mon tour de jouer la comédie et de fuir. Je devais soigner Speedy au plus vite, je sais qu’elle n’est pas KO grâce à son talent Fermeté. Je lance un dernier regard à Yuna avant de disparaître au coin de la rue.

Mission accompli agent Yuna !




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5236-372-logan-atkinson-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5255-logan-atkinson-voltali-t-card
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 43
Jetons : 5630
Points d'Expériences : 1406

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 14:27


Principe de causalité
Avec tout le monde.
Encore une nouvelle mission pour PtitardAzuré et ses fidéles acolytes L'as de trèfle et... euh.. Ilea la jeune femme pleine de détermination !  Ensemble nous allons arrêter Vega cette... euh.. terrible que dis-je diabolique personne prête à éliminé une population entière pour atteindre son objectif. Ensemble nous sauverons Lansat, car nous sommes les TotallyPoké Version 2.0 ! *Soupir* Où est Ginji quand on a besoin de lui, peut-être qu'il avait rejoint le côté obscur ?!  Non, j'ai encore mieux... le camp ennemi l'avait... hypnotisé ! Ça paraissait tellement logique maintenant. Ginji était manipulé depuis le début ! S'en va alors suivre une scène dramatique entre lui et les totallyPoke, puis enfin par le pouvoir de l'amitié, il va reconnaître qu'il s'est trompé depuis le début et tous ensemble, on sauvera Lansat !

Enfin, il faudrait d'abord qu'on sache où il est pour reformer les TotallyPoké... Cependant, il y avait plus important tout de suite. Heureusement pour nous, Ilea avait un plan. Ses trois pokémon allaient se charger de limiter les combats dans la zone, de notre coté c'était la pêche à l'information. Si le Féros ne voulait pas venir a nous, alors nous viendront jusqu'au Féros ! Peut-être qu'on pourrait essayer de les torturer pour qu'ils nous disent où ils se trouvent. Par exemple les privés de leur dessert préféré pendant une année entière ! Ah oui, mais il y a un problème... On n'avait pas une année devant nous. En plus pas moyen de rattraper Vega et son Roucarnage. La leadeuse d'A2P s'était envolé quelque part, sans doute non loin du conflit. En temps normal, j'aurais dit qu'elle avait peut-être oublié un gâteau dans son four, ou une pause pipi, mais vu la situation. Elle préparait un mauvais coup..D'ailleurs vu comment la situation allait vite partir au désastre pour A2P, tout le monde semblait n'en vouloir qu'a A2P, surtout du côté de la team Rouage. On allait vite se faire écraser dans la mêlée si ça continue... Et dire qu'on est même pas avec A2P ! On est en filature, mais je doute que les gens de la team rouage vont nous distinguer des autres personnes appartenant au groupe d'A2P. Eh bien, j'imagine que je n'ai pas d'autre choix que de protégé A2P a mon grand regret... Dans tous les cas, comme l'a dit Ilea, il fallait limiter la casse !

"Tsuki va prêter main forte aux pokémon d'Ilea, utilise protection !"

Le Pokémon psy s’exécute et s'en va protéger le camp d'A2P, aux côtés des pokémon d'Ilea. Ça devrait nous laisser le temps d'observer la situation. Enfin je n'ai pas le temps de dire ouf qu'une nouvelle personne viens se joindre à nous. Elle était venue du... ciel ? J'ai cru à une fusée, mais rien de tout ça, seulement une jeune fille qui venait littéralement d'arriver des airs. Après ça, plus rien ne m'étonneras... Pour autant, la jeune fille ne m'était pas complètement inconnue. Elle devait être aussi dans le même parcours que moi ! Ilea semblait la connaître. Alors bon, j'imagine que ça nous faisait une associé en plus !

" Salut ! *tousse* (prend une voix mystérieuse ) tu es sûre de vouloir nous accompagner..? Nous sommes en pleine infiltration chez A2P. On fait un travail très dangereux ! Mais je ne suis pas contre si tu veux venir ! Tu seras donc numéro 6."


Bientôt, on allait pouvoir créer une véritable agence d'espion à ce rythme ! D'ailleurs, je me demande comment Henry s'en sort de son côté... Enfin, avec son coté mystérieux, et qui fait peur, il n'y aucune raison de s'inquiéter ! Tiens, il faut croire que notre petit rassemblement avait encore attiré des gens.. A-Ana ?! Oh non ma couverture !

"E-Euh n-non pas du tout ! Qu'est-ce que tu racontes ?! J-Je ne suis pas Haru ! *tousse* (prend une voix mystérieuse) Tu.. Enfin vous... devez faire erreur mademoiselle, je suis PtitardAzuré ! ... hem.."

Ahah impossible qu'elle découvre ma filature, il faut vite se faufiler dans la foule avant que d'autre personne ne vienne nous accoster... S-Salomé ?! Ah, mais c'est pas vrai, tout le monde s'est donné rendez vous ici ?! Voilà, qu'en plus, la Givrali pense que je soutiens les idées d'A2P !

"N-Non pas du tout ! Ce n'est pas du tout ce que tu crois ! Enfin si, mais non, je ne suis pas Haru, mais PtitardAzuré ! Et (prend une voix mystérieuse) je suis un agent secret en mission top secrète..... Oh et puis zut... J'imagine qu'il va falloir que je raconte la vérité.. Alors disons que je ne savais pas quel camp choisir... De plus, je ne voulais affronter personne vous me connaissez.. Alors j'ai décidé d'être neutre, mais je voulais quand même aider ! Alors je me suis déguisé en agent secret. C'est là que j'ai croisé Ilea et l'as de trèfle enfin, je veux dire Caroline. Alors on a décidé de s'infiltrer chez A2P pour récupérer le Féros. Voilà maintenant vous savez tout.."

Ah, tout est bien qui finis bien. Salomé et Ana sont ensemble, elles m'ont démasqué, mais nous allons pouvoir agir tous ensemble pour sauver Lansat ! .... QUOI SALOMÉ ET ANA SONT ENSEMBLE ?!

"Hum... J'ai manqué un épisode..? Depuis quand vous êtes ensemble ?"




HRP:
 

_________________




PHYL THE POWER ♦️ Ta douleur d'hier est ta force d'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5221-370-hagawa-haru-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5233-hagawa-haru-phyllali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 16.
Niveau : 17
Jetons : 6466
Points d'Expériences : 277

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 17:13




La gigantesque créature se tenait toujours aussi droite et fière devant son nouveau Dresseur. Les deux se regardaient sans un seul geste, cherchant à comprendre les intentions de l'autre ; l’œil rouge vif du garçon contre la pupille noire ébène du dragon. L'expression de ce dernier était légèrement moins féroce, plus majestueuse et fière. Il attendait. Mais qu'attendait-il ? Des ordres ? De l'action ? Un moyen efficace de se venger ?

Au bout d'un moment, Raudhr inclina la tête. Il fit un pas en avant, un pas assuré et sans aucune hésitation dans le bois de la forêt. Blädrn se contenta de tourner la tête vers lui, quelque peu curieux quant à ses intentions. Le jeune homme s'approcha du dragon et passa sa main sur son encolure, sentant la dureté de ses écailles sous ses doigts. Il pouvait sentir son regard sur lui, l'observant attentivement, ses moindres mouvements et gestes. Aucun muscle ne bougeait, il était fermement planté dans le sol, ses griffes acérées ancrées dans la terre ; seul ses yeux aussi froids que son Dresseur suivaient celui-ci du regard.
Le Ranger continua se s'avancer et de contourner le dragon, observant cette fois ses gigantesques ailes rouges, fièrement déployées. Ses doigts suivirent le cou du dragon jusqu'à arriver sur son garrot, et passa sur son dos. Cette fois-ci, le dragon avait tourné la tête, et fixait Raudhr du regard. Il ne dit pas un mot, et son regard rouge vif dériva du dos du dragon à sa tête, le fixant à nouveau à son tour. Le Drattak semblait avoir compris les intentions du jeune homme, qui furent confirmées quand ce dernier eut un long sourire malicieux. Sa main se posa sur son dos, et ne bougea plus. Son sourire était fixé sur ses lèvres, alors qu'il attendait la réaction de Blädrn, qui lui ne bougeait pas non plus pour le moment.

Après un long silence, le type Vol se mit à rugir d'un coup, ouvrant grand la gueule. Raudhr ne bougea pas malgré la surprise, et son sourire s'agrandit lorsqu'il comprit qu'il s'agissait d'un autre test d'assurance du dragon, qui visiblement aimait en faire. Son rugissement prit fin, et il leva ses ailes, tournant la tête afin de regarder devant lui. Ses pattes se plièrent et il fouetta l'air avec sa queue, un léger grognement constant émanant de son ventre.

Le premier vol, après tout, était ce qu'il y avait de plus important quant aux premières impressions et à la création du lien. Et les deux l'avaient compris.
Prenant place sur le dragon, veillant à ne pas se mettre sur la trajectoire des battements d'ailes, Raudhr s’agrippa au Drattak fermement. Et alors, il le sentit s'abaisser doucement, puis sauter d'un seul coup en l'air, suivi par de puissants battements d'ailes qui créaient de grandes bourrasques de vent sous lui.
Surpris par le mouvement brusque, le jeune homme resserra ses jambes légèrement plus fort contre le Drattak, qui lui prenait de plus en plus d'altitude. En quelques secondes, il était déjà au dessus des  sapins et branches d'arbres et finit par arriver en flèche dans un ciel de chaos. De là où il était, Raudhr pouvait voir les autres colosses d'en haut, qui désormais perdaient de leur grandeur avec l'altitude. Jamais il n'avait ressenti ça, c'était comme si c'était lui, qui volait. D'ailleurs, il pouvait également apercevoir la ville de loin, ville où le chaos était visible même à des kilomètres. Le ciel était presque noir, et il y avait des éclairs foudroyants, sans doute causés par des capacités Pokémon.

-Blädrn, vers la ville.

En quelques battements d'ailes et après avoir prit appui sur une branche d'arbre solide à proximité, le Drattak prit rapidement de la vitesse dans les airs, fendant les cieux désormais à vive allure.

C'était une sensation inexplicable. Raudhr avait déjà vécu quelque chose de presque aussi intense lors de sa sortie capture, où il était sauté en Baudrive, mais là, il y avait quelque chose de nouveau. Il planait, volait dans les cieux sur un dragon colossal, vers le nid du chaos, où les gens avaient visiblement commencé à se battre. Le vent fouettait son visage, mais il n'en avait que faire. Il se cramponnait fermement à l'encolure de Blädrn, qui désormais ralentissait la régularité avec laquelle il battait des ailes, se contentant désormais de se laisser porter par la vitesse qu'il avait acquise.

Le vol ne fut pas bien long, paru durer bien trop peu pour le Ranger. Il fut forcé d'y mettre un terme en approchant du nœud central, où beaucoup d'attaques fusaient ici et là, entre des Fatal-Foudre et des Déflagration qui allaient dans n'importe quel sens.

-Pose toi ici, sur ce toit.

Blädrn comprit l'ordre et ralentit son allure doucement, avant de violemment s'incliner sur le côté pour tourner sur la droite, manquant presque de faire perdre l'équilibre à son passager qui fut contraint de s'allonger sur le dragon et d'entourer son cou de ses bras afin de ne pas glisser. Il fit un atterrissage parfait, battant des ailes violemment, créant de puissantes bourrasques pour poser d'abord ses pattes arrières sur le sol et finalement ses pattes avant. Une fois redressé, il leva la tête et poussa un puissant hurlement, qui résonna dans les périmètres aux alentours.

Descendant de sa monture, Raudhr poussa un long souffle avant de passer sa main sur les écailles du dragon.

-Merci Blädrn.

Il avait à nouveau un point de vue parfait sur tout ce qu'il se passait en contre-bas, où la bataille avait déjà commencé. Quelque chose en lui, ce désir de violence le pousserait presque à s'y joindre, à l'aide de sa nouvelle force colossale, mais il se ravisa pour l'instant, décidant d'attendre un moment plus idéal pour frapper.


HRP:
 

_________________

______
Code RP créé par Ginji et design de T-Card codé par Sirius, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6608-452-red-guardian-raudhr-akai-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6615-raudhr-akai-phyllali
avatar
Nouvel(le) Etudiant(e)
Région d'origine : Sinnoh, Rivamar
Âge : 26 ans
Niveau : 0
Jetons : 190
Points d'Expériences : 47

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 21:28

Héhé !

Caroline esquisse un franc sourire en voyant Ilea mener les opérations. Et dire qu’il y a quelques minutes encore, elle était en PLS dans un coin de l’avenue ! Cela fait vraiment plaisir à la blonde de voir qu’elle a repris du poil de la bête. Elle en a presque la larme à l’œil, d’ailleurs… Attendez, elle en a vraiment la larme à l’œil ?! Se frottant les yeux, Caroline fait mine de renifler tout en adressant un regard larmoyant à sa Korillon.

« -Tu as vu, Lysian ? Comme ils grandissent vite ? Je suis si fière de la voir prendre son envol... »

Sa partenaire, émue, hoche la tête, les yeux embués à cause des larmes, tout en dévisageant Ilea. Après tout ce temps passé à ses côtés, à lui enseigner l’art et la manière d’affronter des organisations criminelles, à la préparer à combattre ses plus grands ennemis et à accomplir sa destinée !… Comment cela, ça ne fait que trente minutes à tout casser ? NE VOYEZ-VOUS PAS QUE NOUS SOMMES EN PLEIN INSTANT ÉMOTION, ENFIN ?

Hélas, la petite voix dans sa tête a parfaitement raison. Caroline ne peut pas s’éterniser éternellement (ça se dit ça ?), et doit agir pour aider ses partenaires. Voilà que Ilea est déjà attelée à séparer les Rouages ! Il faut l’aider, et Caroline voit très exactement comment.

Victorieuse, elle pointe l’ennemi du doigt.

« -Coko, Lysian, vous avez entendu…. ? » elle prend une grande inspiration « FONCEZ ET TAPEZ TOUT CE QUI EST EN COMBI ! Pouah, en plus elles sont d’un mauvais goût… »

Voilà un plan très précis et extrêmement stratégique ! Le Mélokrik, un peu fatigué d’adresser des regards blasés à sa dresseuse, obtempère bien sagement et s’élance en avant, prêt à trancher du Rouage. Lysian suit avec bien plus d’entrain, contente de pouvoir se rendre utile, et commence à utiliser quelques attaques psychiques sans trop de cohérence.

« -Chauuuuuuuuud devant ! »

Caroline se retourne brusquement en entendant ce cri perçant au travers de la brume. Son instinct parle ensuite pour elle, et la blonde se hâte de tendre un bras visant à stopper net le missile passant près d’elle, en plein vol. La blonde cligne des yeux pendant quelques secondes, découvrant une fillette bien trop enthousiaste pour son propre bien, et semblant peu consciente de la situation… Au même titre que Caroline, certes ! Mais elle au moins, elle fait exprès.

Je crois.

Amusée, elle lui sourit et tapote gentiment le sommet du crâne après avoir lâché son bras.

« -Ola ! Tu es sûre d’avoir le permis pour faire ça, Astrogirl ? »

Visiblement, elle connaît Ilea, et se hâte de lui faire part de sa motivation à stopper le conflit. Caroline pose ses mains sur ses hanches tout en dévisageant l’inconnue… C’est marrant, que ce soit sur le plan physique ou moral, cette fille ressemble à s’y méprendre à son frère ! Avec quelques années de moins, évidemment.

A cette pensée, la blonde frappe soudainement la paume de son poing.

« -… Oh mince ! Le frangin ! »

Elle se tourne vers Ilea et Haru, et se gratte l’arrière du crâne avec un sourire gêné.

« -Je savais que j’oubliais un truc, ahaha ! Si vous voyez un bonhomme d’un peu plus d’un mètre soixante, avec les cheveux et les yeux marrons, tout souriant et qui joue les héros, vous me prévenez ? »

Comment est-il possible d’oublier son petit frère lorsqu’on est plongés en pleine guerre civile ? Excellente question, et la réponse est : Caroline. Roh ça va, ne la regardez pas comme ça ! Elle n’est pas si irresponsable, quand même ! Au lieu de s’occuper de son frère seul, elle a pris sous son aile une grande fille et un ado, c’est déjà bien non ? En plus, elle sait Ginji suffisamment débrouillard. Du moins, s’il est bien ici… Mais elle serait surprise d’apprendre qu’il a fui le conflit au lieu d’y participer.

Hélas pour l’espionne, c’est une toute autre apparition, à laquelle elle a le droit. Comme si elle s’est trompée d’invocation en réclamant son frère, voilà qu’une autre adolescente vient les rejoindre, puis une seconde, et évidemment, PtitardAzuré vient rajouter une couche de dialogue au dessus de la masse assourdissante de paroles. Ils sont plongés au beau milieu d’une guerre ouverte ou à une partie de thé, là ?

D’accord, il y a un peu de mauvaise foi, la discussion tourne en majorité autour de la bataille. En majorité seulement, parce qu’il est aussi question de couple, askip. Aaaaah, les déboires adolescentes…

Caroline ouvre la bouche pour prendre part à la conversation, mais est coupée dans son élan. Répondant à un signal obscur, elle se retourne brusquement pour fixer l’entrée du complexe de Palladium. Elle reste ainsi parfaitement immobile pendant quelques secondes, tentant tant bien que mal de discerner quelque chose dans la brume, avant de parler à voix basse.

« -Tu es certaine, Lysian ? »

En guise de réponse, la Korillon apparaît de nul part, et vient se poser sur l’épaule de sa dresseuse en un tintillement joyeux. Sans réfléchir plus longtemps, Caroline fait volte-face, et salue le petit groupe à reculons.

« -Ouuuuups, je dois m’éclipser ! Promis, je vous retrouve tout de suite après ! Désoléééééée !  »

Elle se retourne, et part au quart de tour. Portant ses doigts à sa bouche, elle siffle, et n’a besoin d’attendre que quelques secondes pour que Coko surgisse de la brume et vienne courir à ses côtés. Se dirigeant tout droit vers les locaux de la multinationale, elle aurait certainement tenté de se frayer un chemin parmi la masse de muscle gardant l’entrée si Lysian ne l’en avait pas empêché d’une petite tape sur l'épaule. Caroline freine aussitôt, à l’instar de son starter, et fixe la direction pointée par la Korillon.

Le ciel.

« -Hein ? Mais qu’est-ce qu’il irait faire là-h… ?
-RAAAAAAAAAAA ! »

Un hurlement vient lui apporter une esquisse de réponse. Un peu déconcertée, Caroline observe la silhouette d’un Pokémon qu’elle croit être un Ptéra plonger jusqu’au portail de Palladium, et y déposer un garçon, avant de repartir aussitôt.

Ce garçon, c’est son frère. Et si dans l’immédiat, elle est bien curieuse de savoir pourquoi un Pokémon supposé disparu vient de le déposer oklm au milieu de l’avenue, un tout autre détail vient accaparer son attention.

Ses traits. Ils sont tirés, sévères. Le regard du Voltali est empli d’une noirceur obscure assez significative de sa détermination à agir, et à n’offrir aucun cadeau à ses opposants. Caroline remarque quelques cernes juste en dessous de ses yeux, symboles d’une très mauvaise nuit, et son froncement de sourcils lui rajoute un aspect colérique qu’elle n’aurait jamais soupçonné.  Ses poings sont hermétiquement clos, ses bras tendus, et il passe machinalement son sac devant lui tout en avançant en direction des Rouages, le pas ferme.

La blonde reste parfaitement immobile, plus par méconnaissance de la meilleure approche à avoir dans ce genre de circonstance que par réelle décontenance. Mais heureusement pour elle, elle n’aura pas besoin de faire beaucoup plus, puisque l’éclat doré de sa chevelure volant au gré des explosions suffit à capter l’attention de Ginji.

Le cadet s’immobilise, et se tourne brusquement en reconnaissant la silhouette qui se tient devant lui.

« -Ca… Caro ?! »

Sa rage froide apparente laisse place à une surprise sans égal. Les yeux écarquillés, il change soudainement de direction et se précipite vers sa frangine.

« -Caroline, c’est bien toi ?!  »

Il la détaille de haut en bas, avant de la fixer.

« -Mais qu’est-ce que tu fais ici ?! »

La blonde se penche en avant, rapprochant son visage de celui de Ginji, une main sur le menton. La mine extrêmement pensive, elle l’analyse pendant plusieurs secondes, avant de se redresser, et de lâcher son verdict.

« -T’es qui ?
-……………………………….. »

La décontenance apparente de son frère arrache un sourire interne à Caroline. Elle prend toujours du plaisir à faire de l’effet aux gens !

« -Bah c’est môa, Ginji ! Qu’est-ce que tu racontes ? T’as perdu la tête ou quoi ? »

L’expression perplexe de l’adulte laisse peu à peu place à une mine plus suspicieuse, et elle plisse progressivement les yeux tout en continuant de se gratter le menton. Toujours perchée sur son épaule, Lysian l’imite, et fixe Ginji d’un air accusateur.

« -Hmm, non, pas possible. Mon frangin est beaucoup plus…  »

Ses mains viennent dessiner un sourire sur son propre visage.

« -Smile ! »

Elle ne lui laisse même pas le temps de répliquer, et vient attraper les joues de Ginji avec ses doigts.  Les triturant un peu, elle tente de forcer un sourire.

« -Un peu comme… Comme ça ! Voilà ! Pour peu que ce soit plus naturel, j’y croirai presque.  »

Le TopDresseur ne paraît pas amusé pour un sou. D’un mouvement du bras sec, il écarte les mains de Caroline de son visage.

« -Mais qu’est-ce qui te prend ?! Ce n’est pas le moment de…. ! »

Il interrompu par le souffle d’une attaque, parvenue jusqu’à eux. Après s’être protégés avec leurs bras de la poussière, Ginji attrape la main de sa sœur, et l’entraîne avec lui.

« -Viens ! On va discuter ailleurs ! »

Il ne lui laisse pas vraiment le choix, et la jeune femme se laisse guider, suivie par Coko. Il les mène jusqu’au portail de Palladium, et arrivé devant, sort un badge de sa poche avec sa main de libre pour le montrer aux gorilles postés à l’entrée. Ceux-ci s’écartent aussitôt pour les laisser passer, et Ginji les guide jusqu’à la cour intérieure séparant l’entrée, des premiers bâtiments.

Le bruit de l’affrontement est toujours audible à leur nouvelle position, mais aussi beaucoup plus distant. Même si les défenseurs de Palladium sont affairés un peu partout autour, ils pourront au moins parler sans risquer de recevoir une capacité perdue.

Ginji ne perd pas de temps, et en vient directement aux faits.

« -Caroline, j’ignore ce que tu fais là, mais tu dois rentrer à Sinnoh au plus vite ! »

La concernée pose ses mains sur ses hanches, et un hausse un sourcil perplexe.

« -T’es marrant toi, et je fais ça comment ? La marée noire, ça te dit quelque chose ?  »

Il vient se saisir le visage d’une main.

« -Oh merde, c’est vrai... »

Il fronce alors les sourcils, et abaisse brusquement son bras, pour lancer un regard interloqué à Caroline.

« -Une minute, comment tu as fait pour venir s’il y a la marée noire ?! »

Elle sourit, rayonnante, et lui adresse un clin d’œil, comme si elle avait trouvé la solution miracle.

« -Je suis venue avant !
-……………………….² »

Ginji semble halluciner.

« -Tu es là depuis une semaine et tu ne m’as rien dit ?! »

Caroline agite la main d’un air désinvolte.

« -Roooh, mais non, tu exagères !  »

Comme pour s’en attester, elle commence à compter sur ses doigts.

« -Vendredi, Samedi, Dimanche, Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi… Regarde !  »

Elle lui tend ses deux mains, affichant très clairement le nombre de sept doigts levés, et paraît le réaliser après coup. Elle ramène alors ses paumes vers elle, et prend une moue dépitée.

« -Ah bah oui, ça fait une semaine...  »

Elle vient se gratter l’arrière du crâne, et lance un rire gêné.

« -Ahahah ! C’est que le temps passe vite quand on s’amuse ! »

Ginji commence lentement à perdre patience, et lâche un râle exaspéré, cherchant le peu de sang-froid qu'il reste en lui.

« -Caroline, sois sérieuse deux minutes ! L’heure n’est pas à la plaisanterie. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, Lansat est en plein déchirement, là. »

Son regard s’arrête sur son épaule.

« -… Attends, c’est un brassard d’A2P que Lysian porte ? »

La blonde pétillante observe la Korillon, avant de pivoter sur elle-même, s'arrêtant uniquement pour prendre la pose avec sa partenaire.

« -T’as vu ? Il nous va bien, hein ? Je trouve qu’il sied particulièrement à mon teint ~ »

La voix de Ginji se fait plus autoritaire.

« -Bon sang, tu sais dans quoi tu t’es embarquée ?! »

Caroline agite la main, comme pour dire que cela n’a aucune importance, avant de se pencher près de l’oreille de son frère sur un ton de confidence.

« -Je suis en infiltration ! »

Il croise les bras, et dévisage sa grande-sœur d’un air perplexe.

« -Tu joues les espionnes, toi maintenant ? »

Elle acquiesce avec enthousiasme, ce qui lui arrache un soupir.

« -Caro… On n’est pas dans un film, là… Il faut que tu quittes cette île, ou au moins cet endroit au plus vite ! Tu n’as qu’à aller rejoindre l’académie, je suis sûr qu’ils t’y accueilleront !  »

Elle lui rend un regard curieux.

« -Et toi ? Tu ne viens pas ? »

Ginji secoue la tête de droite à gauche.

« -Non. Je dois rester pour me battre. »

La réponse sèche et cinglante de Caroline, couplée à son regard brusquement dur, provoque un blanc dans la conversation.

« -Ca y est, maintenant que tu es majeur, tu te sens plus ? »

Le garçon a besoin de plusieurs secondes pour capter le changement soudain de ton.

« -……………… Que…. ? »

Sa vaine tentative de prendre la parole se perd dans le vide. Il semble se ressaisir, mais Caroline fourre sans raison apparente la mais dans son sac, ce qui le rend réticent à continuer. Au final, il reste silencieux, et sa grande sœur en profite pour reprendre.

« -Si je suis sur Lansat, c’est parce que je suis venue t’apporter ceci. ‘Fin à la base, je suis aussi à la recherche d’un appart, mais c’est une des nombreuses autres raisons qui expliquent ma présence... »

Elle finit par en tirer une petite boîte carrée, d’à peine dix centimètres de longueur. Ornée d’un couvercle rouge et d’un support en mousse.

Elle la lui tend, et sourit avec douceur.

« -Joyeux anniversaire, frangin. »

Complètement dépassé par la succession des événements et les brusques sautes d’humeur de sa sœur, Ginji saisit le cadeau, un peu fébrile. Bien qu’au fond de lui, une voix lui dicte brièvement que ce n’est pas le moment, il ne peut pas s’empêcher de porter sa main jusqu’au couvercle pour le saisir. Délicatement, comme s’il s’agit de la chose la plus précieuse au monde, il révèle son contenu, et le saisit entre ses doigts.

C’est un collier. D’un gris brillant – de l’argent ? –, il s’agit d’une chaîne composée de multiples petits mailles entrelacés les uns dans l’autre, et formant une simple ligne dont les extrémités peuvent être réunies à l’aide d’un petit loquet.

« -Je ne savais pas quoi t’offrir, cette année. Je sais bien que tu n’es pas très porté bijou, mais… Je me suis dit que ça ne te ferait pas de mal ! »

Comme immobilisé, Ginji fixe le cadeau sans un mot. Ses lèvres frémissent, à la recherche d’une parole quelconque à prononcer, d’un remerciement à transmettre, mais au lieu de ça, le garçon se met légèrement à trembler.

Une larme fait doucement son apparition au coin d’un œil, et sans prévenir, il se jette sur Caroline pour l’enlacer.

« -Est-ce que… ? »

Il tente un début de parole, mais sa voix se brise avant. Après un court instant d'immobilité totale, le souffle coupé, il abandonne toute tentative de paraître crédible et reprend.

« -Snif… Est-ce que t’as conscience du tout le mal que j’ai eu pour ne pas pleurer, depuis une semaine ?! Snif »

Il serre sa sœur fermement, et détourne le regard, les yeux plissés pour retenir les larmes qui veulent, elles, sortir. La blonde vient aussi passer une main autour de lui, et de l’autre, lui tape gentiment sur le sommet du crâne, tout en le couvant d’un regard affectueux.

« -Quelle grande-sœur ferais-je si je n’étais même pas capable de faire pleurer mon frangin de petit frère de temps en temps, hein ? »

En guise de réponse, Ginji referme un peu plus sa prise. Caroline voit ça comme une invitation à continuer.

« -Et puis tu sais, ce n’est pas bien grave si tu te laisses un peu aller ! Tout le monde a le droit à ses moments de faiblesse… »

Le TopDresseur secoue lentement la tête, se décolle, et se frotte lentement les yeux pour calmer leur rougeur.

« -Peut-être, mais… Là, je ne peux vraiment pas me permettre de faillir…  »

Il fronce progressivement les sourcils et serre les poings.

« -Entre cette marée noire, Palladium qui a avoué avoir des Pokémon Obscurs, la Team Rouage qui revient, A2P qui pète un câble, mon engueulade avec Cael et...
-Tututu. »

Caroline, après avoir placé ses doigts devant la bouche de Ginji pour l’interrompre, reprend.

« -Je pense que tu seras d’accord avec moi pour dire que le moment est mal choisi pour papoter du pourquoi du comment du bordel. Alors voilà ce que je te propose.  »

Elle vient placer son doigt sur son torse, un sourire moqueur sur le visage.

« -Toi, tu continues de jouer les héros de shonen tourmentés, tu te charges de casser la tête des méchants, et aussi des autres trucs chiants, comme, je ne sais pas, sauver le monde.  »

Puis elle se désigne elle-même, plus malicieuse.

« -Moi, pendant ce temps, je m’occupe d’aider les quelques gens que j’ai rencontré et qui ont en besoin... »

Ginji ouvre la bouche, mais Caroline anticipe ses paroles.

« -Tout en faisant gaffe à ce que Lysian, Coko et moi n’ayons aucun bobo. Et après, on parlera de tout ça autour d’un bon lait au fraise. C’est ok ? »

Pendant quelques secondes, il est réticent à laisser sa grande sœur se balader joyeusement parmi les membres d’A2P, mais il finit par acquiescer. Elle sourit, très contente de cet arrangement, et lui fait un clin d’œil complice.

« -Et en bonus, si tu arrives à faire tout ça sans blessure, tu auras aussi le droit à des cookies au chocolat blanc !  »

Ginji hoche à nouveau la tête, mais cette fois-ci, avec un fin rictus détendu. Il prend alors les devants, et ouvre la marche vers le portail de Palladium.

« -Viens avec moi pour sortir. Pas sûr que laisser un membre d’A2P faire des allers-et-venus seul dans le complexe soit une bonne chose. »

Elle hausse les épaules, comme si ça n’aurait pas réellement posé problème, et le suit. Pendant qu’ils approchent de l’avenue, le Voltali vient accrocher sa chaîne autour du cou, et c’est à ce moment là que Caroline réalise qu’il porte aussi un sifflet. C’est avec ça qu’il a appelé le Ptéra de tout à l’heure…. ?

Son frère a peut-être une fâcheuse tendance à vouloir jouer aux héros, mais en tout cas il en a les ressources.

Et quant à elle…

Dès qu’ils arrivent à l’extérieur, Caroline fait un petit bond enthousiaste.

« -On se voit plus tard, frangin ! Te fais pas buter, les vieux m’en voudront ~ »

Elle et ses Pokémon se détournent, et repartent au travers de la mêlée.

… Elle avait d’autres rôles principaux à soutenir.

HRP:
 

_________________


Dernière édition par Caroline Labelvi le Jeu 2 Aoû - 23:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7344-499-des-carottes-non-merci-je-ne-voudrais-surtout-pas-devenir-trop-aimable
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 4289
Points d'Expériences : 392

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 22:35





Principe de causalité

Intrigue #12

Yuna Akabara

Mission Impossible

Malheureusement pour moi, le dénommé Logan n’a pas vraiment l’air d’accord avec mon plan, prétextant qu’A2P est le camp subissant le plus d’attaque –en même temps avec le Feros dans leur mains faut pas s’étonné qu’ils soient la cible numéro 1-, et qu’il préfèrerait y aller lui-même. Je fronce alors les sourcils et mon regard se fait brulant de détermination, pour qui il se prend, il veut que je lui donne mon brassard et faire ma mission impossible à ma place, c’est moi qui en ai eu l’idée et qui l’ait accepté bon sang. En plus lui veut juste se venger, moi je veux les arrêter pour Lansat –et non le fait que mon amie se soit retrouver prise dans le conflit à cause d’eux n’a rien à voir la dedans-, mais à ma plus grande surprise mon interlocuteur se résigne et cède, acceptant finalement de m’aider.

Il me donne son numéro d’Ipok que j’enregistre immédiatement avant de lui donner le mien, au cas où les choses dégénèrent et que j’ai besoin d’une extraction d’urgence. Il m’annonce qu’il ne fera pas combattre son Tropius, ce que je peux parfaitement comprendre, il ignore tout de sa façon de se battre, et ce faux combat va nécessiter de la finesse. Dovah est parfait pour ce rôle et pas seulement parce qu’il est capable de voler, son aspect serpentin lui permet de facilement esquiver les attaques, vous avez déjà essayé de faire du tir au poichigeon sur un Draco ? C’est très compliqué, même si ce dernier fait quatre mètre de long.

Rapidement une Airmure descend des cieux et viens se poser devant moi, non sans un petit looping avant l’atterrissage, ce qui me fait sourire légèrement. Je sens que cette mission va être intéressante, mais quand elle apprend que c’est un faux combat qu’il va devoir mener, l’airmure est un peu moins d’accord à coopérer. Heureusement, quelques mots de son dresseur suffisent à la convaincre de nous aider. Je les remercie de leur aide et me tourne vers Dovah qui fixe son ‘adversaire’’ du jour.

-Tu as compris Dovah ? Avec Speedy vous faites semblant de vous battre et vous vous dirigez vers les rangs d’A2P.

Mon Draco hoche la tête et s’envole prêt au combat, je fais un signe de tête à Logan, lui annonçant qu’il pouvait ouvrir les hostilités. Une première attaque Jet de Sable force Dovah à monter plus haut dans le ciel, et l’attaque Strido-son a du se faire entendre sur une bonne partie de la zone, je n’ai moi-même pas eu d’autre choix que de me boucher les oreilles. Mon Draco n’aime pas vraiment le son et commence à partir en direction d’A2P, esquivant les attaques du double type acier/vol pour contre attaquer, s’arrangeant pour ne blesser aucune personne au sol et sur les toits. C’est un sacré balai aérien que nous offre les deux pokémons, difficile de passer inaperçu, Dovah mettant le plus de puissance possible quand il est certain que son attaque ne touchera rien.

Je me mords la lèvre en voyant ce qu’est devenu la devanture de Palladium, ça va être une vraie guerre civile, certaine attaque traverse des camps entiers…Mais ce qui m’étonne c’est qu’il n’y a pas de climat ensoleillé du côté de la Team Rouage, il n’y a que la pluie et la grêle. Est-ce qu’il est arrivé quelques choses à Ama ? Ou est-ce qu’Erika ne lui a pas demandé d’invoquer le soleil ? Ça m’inquiète un peu mais je n’ai pas vraiment le temps de m’en préoccuper, une danse aérienne retient toute mon attention. Nous franchissons la ligne invisible qui sépare le groupe A2P des autres et plusieurs membre de l’association voit le combat aérien, c’est le moment de voir si notre prestation a été suffisamment convaincante, de toute façon on va vite avoir la réponse. Speedy se lance à corps perdu pour une dernière attaque et avant même que je n’ai le temps de dire à Draco de riposter, trois attaques viennent simultanément frapper le pokémon vol qui s’écrase au sol.

Je retiens à grande peine mon expression d’inquiétude envers Speedy, mais l’air sérieux de Logan me rassure un peu, il ne semble pas vraiment inquiet que son pokémon se soit prise les trois attaque d’un coup. Dovah se pose au sol un Typhlosion, un Loupio, et un Watouat se postent à côté de lui pour faire face à mon partenaire d’infiltration et son Tropius. Ce dernier se met à lancer de puissante rafale de vent qui souffle sur tout le groupe d’A2P, empêchant mes ‘’soutiens’’ de partir à sa poursuite.

Intérieurement je souris, remerciant silencieusement Logan de son aide…bon pour une infiltration on aura déjà vu plus discret, mais qui penserait à une infiltration avec autant de son et de lumière ? Je remercie les trois dresseurs de leur aide, même si ça me fait extrêmement bizarre, l’un d’eux me demande pourquoi je venais du camp rouage, mais je garde mon calme et lui réponds simplement

-Une de mes amies a rejoint la Team Rouage, je voulais tenter de la convaincre que c’était une erreur et ce gars m’est tombé dessus.

Il ne semble pas poser de question et repars avec son typhlosion pour aller contrer une attaque venant de la Team Rouage. Ça me fait bizarre de me retrouver en face d’eux, mais j’ai réussi la phase 1 du plan, maintenant je dois passer à la phase 2 qui est…et ba j’en ai pas enfaite. J’ai l’air maline maintenant, bon calmes-toi yuna et regarde autours de toi, je ne vois pas Vega, ce qui est une bonne chose, elle ne me grillera pas tout de suite. Bon je dois savoir où se trouve le Feros, mais comment faire pour savoir sans trop poser de question et avoir l’air suspecte.

Soudain je sens Lucifer me tirer une mèche de cheveux et prendre une mine boudeuse, je le regarde étonné, pourquoi il boude ?

-Qu’est-ce qui se passe Luci ?
-Sasasala


J’ai l’impression qu’il me fait la morale, ou qu’il veut me rappeler quelque chose, je lève les yeux vers la team Rouage et ça me saute aux yeux, comment j’ai pu oublier ça, je regarde mon chromatique noir et lui demande gentiment

-Ho c’est vrai merci Luci, lance Zénith.

Il hoche la tête et créer une petite sphère lumineuse qui une fois dans le ciel donne l’impression qu’un puissant soleil éclaire la zone. Le signal est donné à Erika, maintenant je dois trouver un moyen de retrouver le Feros…Mon regard se bloque soudain sur un Pyrax qui crache ses flammes et de son dresseurs juste à côté. Je n’ai aucun doute, c’est Henry en face de moi, et j’ignore ce qu’il est en train de trafiquer avec le gérant du bar ou il travaille. J’ai envie de me rapprocher de lui mais un détail m’arrête rapidement, cet insigne qu’il a sur lui, c’est celui de Palladium…non il ne les aurait pas rejoint quand même ? Je secoue la tête et refrène mon envie d’aller le voir pour lui demander, je ne dois pas compromettre ma couverture en allant directement lui parler.

Je fais donc demi-tour et m’enfonce dans les rangs des écolos, recherchant le moindre indice qui pourrait me mener à ce sérum des enfers.




Hrp:
 
©BBDragon

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7052-481-yuna-akabara-une-rose-de-feu-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7065-yuna-akabara-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1913

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 2 Aoû - 23:45

Le discours était maintenant passé, il ne reste plus qu’à voir si certains la suivront. Même si je n’ose pas vraiment regarder en arrière, j’espère de tout mon cœur qu’ils viendront avec moi, qu’ils m’aideront à arrêter tout ça. Ruru se tient toujours à côté de moi, en position défensive, prête à sauter sur plus ou moins tout ce qui bouge. La Zoroark est très méfiante. Me voir trainer avec une bande de criminels ne lui a pas plus, même si au fond elle comprenait mes intentions. Alors maintenant qu’elle sait que je me désolidarise d’eux, elle est encore plus méfiante. Les intentions sont bonnes, mais les risques plus grands.

C’est avec soulagement que je réalise que la jeune fille, Ana, m’a suivi. En vitesse, elle se dirige vers le groupe formé par les étudiants pro-team Rouage, en espérant qu’elle réussisse à les convaincre. Juste avant qu’elle disparaisse dans la foule, je lui hurle de me retrouver à l’écart de tout ceci, c’est-à-dire là où s’est formé le quatrième camp, celui que j’aurais dû rejoindre dès le départ. C’est d’ailleurs par là-bas que je me dirige. Mais avant j’ai quelques communications à faire passer. « Hyori, demande le rassemblement de tous les pokemons dans la zone un peu à l’écart du reste, le camp Lansat. Il est temps de changer de tactique. » « Bien reçu je transmets. Sache qu’Aria a demandé le rassemblement de ses pokemons elle aussi. J’ai coupé la communication avec eux, je n’arrivais pas à tout maintenir. » « D’accord merci Hyori beau boulot. »

Je mets pas mal de temps avant de réussir à enfin quitter la foule. Le petit Pichu est toujours dans mes mains, sans poser la moindre question. Je n’ai aucune idée de ses pensées actuellement. Est-il heureux de quitter cet environnement, y était-il habitué ? Dès que possible, j’aimerais tirer tout ça au clair. D’ailleurs, j’ai encore un message à faire passer. Je lève mon poignet gauche vers de sorte à pouvoir activer le vocogramme de mon Capstick. Je cherche Cael dans les utilisateurs avant de déclencher une communication. Comme c’est le seul à s’en être servi, j’ai bien peur qu’il soit mon seul allier dans cette mission périeuse, voir même impossible. Sans savoir si réellement il m’entend, je commence à parler « Cael, c’est Idalienor. Je tenais à te prévenir. Je suis en train d’essayer de rallier les élèves de la Pokemon Community entre eux là où se trouve le camp Lansat. Je crois que c’est ce que nous aurions dû faire depuis le début. Nous rassembler. S’il te plait si tu croises des élèves renvoie-les vers moi. Je m’occupe de coordonner les équipes une fois sur place. Merci de ton aide. Transmission terminée. »

Après réflexion je me rends compte que mon appel ressemble plus à un cri du désespoir qu’autre chose. Voudra-t-il me prendre au sérieux ? Après tout c’est moi qui lui ait dit que je rejoignais les rangs de la Team Rouage la veille sans hésiter. C’est moi qui ait soutenu devant Ginji que c’était la meilleure chose à faire. Et me voilà aujourd’hui à essayer de ramasser les morceaux brisés de ce qu’il reste de mon estime pour moi-même. J’ai trahi mes amis, et je me rends compte seulement maintenant de mon erreur de jugement. En voilà une bien belle ranger dis donc.

Quand je finis enfin par sortir de la foule, j’ai l’impression de respirer correctement de nous. Là-bas, les combats s’intensifient, sans perdre une minute. J’ai l’impression que des élèves sont impliqués. Les changements climatiques s’enchainent à tour de bras. On peut même distinguer au loin des flammes, mais aussi la foudre. Un véritable champ de guerre. Une véritable catastrophe. Dépitée, je croise au loin de regard de Rodrigue. Quelqu’un que je connais. Quelqu’un qui va peut-être pouvoir m’aider. Je cours dans sa direction jusqu’à m’arrêter pile devant lui. Je crois qu’il est ici depuis le début. Depuis le départ il avait compris ce que moi j’ignorais.

Rodrigue je…je suis désolée. Depuis le début je me voile la face. Depuis le début j’ai l’impression de faire les bons choix. Je croyais qu’en me rangeant du côté de la Team Rouage, j’aurais les moyens d’rarrêter tout ça. Mais je ne réalise que maintenant qu’en faisant ça, je ne fais que participer à la division de notre île. J’aime Lansat, je l’aime de tout mon cœur, et je ne veux pas la voir partir en fumée. J’aurais du comprendre que ce n’était que tous ensemble que nous arriverions à bout de ce problème. Mais j’ai douté. Encore. J’aurais du être là, au côté de Lansat, tentant de trouver une solution avec toi, et les autres aussi. Mais j’ai failli. Je suis vraiment désolée.


Sans trop m’en rendre compte, j’avais baissé la tête devant lui. Je n’osais plus le regarder. Lui aussi doit me trouver bien stupide là tout de suite. Des larmes perlent au coin de mes yeux, sentant de nouveau mes moyens m’échapper. Je ne sais pas comment faire. En vérité, je ne l’ai jamais su. Je parviens tout de même à finir de parler, au moins qu’il comprenne ou je veux en venir. « J’ai demandé à une autre élève, Ana, de rassembler les élèves par ici. Il faut que l’on soit tous ensemble. Il le faut. »
Je n’ai pas le temps de réfléchir plus longtemps à mes paroles que la plupart de mes pokemons reviennent vers moi. Ils ont fait de l’excellent travail aujourd’hui. Je vais devoir les féliciter comme il se doit. Mais pas tout de suite, nous n’en avons pas encore finit. Hyori arrive la dernière et reprend la communication avec moi. « Idalienor je ne voudrais surtout pas te paniquer mais… » « Qu’est-ce qu’il se passe ? » « Ariania est en train de s’attaquer à Olsen, directement ».

A ce moment-là, mon sang ne fit qu’un tour. Pourquoi elle a fait ça ? Qu’est-ce qui lui est passé par la tête ? Mes mains se mettent à trembler toute seule, sans parvenir à les calmer. Je me tourne vers Rodrigue, complètement tétanisée, pour essayer de lui expliquer. « Rod, j’ai un problème…Aria…elle est…en train d’attaquer Olsen…comment je vais faire…et si elle a des problèmes… » Sans réfléchir plus longtemps, je saisis à nouveau mon vocogramme dans les mains pour appeler Cael. Cette fois rien à voir avec le message plus posé de tout à l’heure, je vous laisse en juger « Cael c’est encore moi ! J’ai un gros problème ça va pas du tout ! Aria est en train d’attaquer Olsen ! Elle va avoir des problèmes ! Je suis trop loin je peux pas m’approcher ! S’il te plait va l’aider ! S’il te plait ! »
Résumé:
 

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Adulte Éducatrice débutante
avatar
Adulte Éducatrice débutante
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 686
Points d'Expériences : 471

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 3 Aoû - 0:15

La rousse avait effectivement changé du tout au tout en peu de temps, ce que la blonde ne manqua pas de faire remarquer. Ilea esquissa un léger sourire avant de continuer. Même si là tout de suite elle parait plus forte que jamais, elle sait que d’ici quelques heures elle s’effondrera de nouveau, et qui lui faudra cette fois-ci plus de temps et de patience avant qu’elle puisse enfin se relever. Laisser ses trois pokemons dans la foule ne l’enchante pas vraiment, mais la protection du pokemon du petit agent secret l’aide à se sentir un peu mieux, d’autant qu’elle sait que ses pokemons sont suffisamment altruistes pour quitter le combat si les choses dégénèrent trop. La danse flamme d’Edona activée, il ne restait plus qu’au groupe de 4 de s’élancer dans la brume pour espérer retrouver Vega.

En vérité, Ilea n’eut pas le temps de beaucoup avancer qu’une silhouette arrive à toute vitesse vers eux. Elle est interceptée assez rapidement par Caroline, qui la saisit d’une main, stoppant tout son élan. Il s’agit d’une jeune fille à dos d’une coccinelle géante. Et pas n’importe quelle jeune fille. La petite magicienne Calua, que la jeune femme connait bien. Un visage familier fait du bien et décroche un nouveau sourire sur le visage d’Ilea. L’adolescente n’a pas l’air très contente et ça se comprend, surtout quand elle évoque le mur de flamme en plein milieu du passage. « Le mur de flamme vient de ma Pyroli, c’est tout ce que j’ai trouvé pour essayer de disperser la Team Rouage. Mais qu’est-ce que tu fais ici ? »

La brunette explique rapidement qu’elle aussi veut arrêter Vega. Comme tout le groupe présent ici. Mais elle n’a pas tort, pour l’instant la leader est introuvable. Encore une fois, la rousse est rattrapée par les événements puisque deux autres adolescentes sortent de la brume, main dans la main, pour s’adresser au petit prince. La brune à la peau mate prend la parole, et tel un petit leader, prononce un très beau discours de ralliement à l’attention des élèves. Des paroles très justes que l’adulte ne peut qu’encourager. A côté de ça, Ilea finit par reconnaitre la rousse. C’était elle qui lui avait pris la main à la fin de la réunion de Palladium. Son visage se décompose en voyant le brassard autour de son bras. Pendant que PtitardAzuré commence à dissiper le malentendu, la jeune femme prend vite le relais. « Je suis désolée, la situation est un peu confuse mais nous avons utilisé ces brassards pour nous approcher d’ici. Je pense toujours ce que j’ai dit. Ce que Vega a prévu est intolérable et ensemble, nous allons devoir les arrêter ». La rousse se tut un instant avant de reprendre « Mais ta copine a raison. Vous les enfants ils seraient plus sages que vous restiez tous ensemble, pour vous serrer les coudes et surtout nous aider à sauver cette île. Comme l’a dit Vega, cette île n’est rien sans la Pokemon Community. Montrez-le encore aujourd’hui, et sauvez-nous de cet enfer. En attendant Caroline et moi allons essayer de récupérer le sérum. Ça fera un danger d’écarté. »

L’adulte dépose un baiser sur le front de chacun des enfants présents devant elle, comme un dernier signe d’encouragement. Dans le même temps, ses trois pokemons reviennent, expliquant que leurs attaques ont été vites neutralisées par d’autres personnes dans la foule. Ilea leur adresse un signe de la tête, comprenant le problème. Sans trop attendre, elle reprit la parole. « Edona et Electre vont vous conduire jusqu’à la zone la plus calme, visiblement votre point de rendez-vous. Ils seront un soutien supplémentaire si jamais vous avez des soucis en route. PtitardAzuré, je te confie ma Togekiss. Elle s’appelle Kayla. Tu pourras monter sur son dos et de là-haut essayer de trouver d’autres de vos amis pour les emmener en sécurité. Je compte sur vous ! »

La jeune femme libéra sa Togekiss, lui donna quelques instructions, avant de repartir plus loin dans la brume en compagnie d'Edelyne. Caroline a visiblement été contrainte de la laisser seule pour le moment mais elle ne perd pas espoir. Elle a confiance en la blonde, elle sait qu’elle reviendra vers elle pour l’épaule. Ilea a sa propre mission à remplir. Récupérer le Feros.

Résumé:
 

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 881

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 3 Aoû - 12:05

Lamantine tira vers le groupe un militant d'A2P qui semblait avoir fait une mauvaise chute : il avait le teint pâle et se tenait la tête en gémissant. Le sirénéen le posa à côté de membre de la Team Rouage, qui s'était fait mal à l'épaule. Les deux se regardèrent méchamment. Rodrigue, qui soignait un Nidorino dégagé dans un mur se tourna vers eux, des éclairs dans le regard.

« Ah non, ne recommencez pas, je gaspille déjà du temps et de l'énergie à vous sortir de là pour vous soigner, vous allez me faire le plaisir de rester calme et d'attendre !
- Mais il faut se débarasser de Palladium... marmonna le mec au brassard vert.
- Il faut arrêter ces fous furieux avant qu'ils ne jettent Pokémon Obscurs et sérum psychotique dans la mêlée ! grogna le gars avec un engrenage sur l'épaule.
- Je m'en tartine les gonades avec du sucre canne ! » aboya le médecin de fortune, qui perdait sa politesse à mesure que l'après-midi avançait.

Rod' s'essuya le front et se releva, ayant fini d'appliquer la Super Potion sur les plaies du Pokémon, qui grogna en remerciement. Gringolem s'empara du quadrupède et le porta vers une zone à l'écart des combats, protégéé par Shaofouine et Chuchmur. Les deux empêchaient quiconque d'approcher ou de repartir tant qu'il n'était pas totalement remis. Le Phyllali soupira et s'approcha des deux pauvres hères. L'écolo avait une belle bosse sur la tête, un traumatisme cranien à n'en pas douter... faute de mieux, il lui passa un bandage autour et l'invita à aller consulter un médecin confirmé. L'autre avait du mal à bouger le bras, mais ne hurlait pas quand on le touchait, il reçut donc un ersatz d'attelle fait avec les moyens du bord.

Le blond soupira en pestant sur le fait qu'il était bien plus aisé de soigner les Pokémon que les humains. Du moins, de son point de vue. repérer le problème, utiliser le bon médicament et laisser le métabolisme de la bête faire son œuvre. Une bosse sur la tête pour un humain pouvait facilement conduire à un évanouissement. Mais un Rapion pouvait encaisser un Martobois d'un Blizzaroi comme du petit lait et continuer à bouger ensuite. Quelle créatures étrange. Mais bon, ce n'était pas le moment pour faire du Pokémonisme primaire.

Il fut surpris en voyant Idalienor, une Pyroli qui lui avait acheté Galvaran, arriver vers lui. La Médecin portait l'emblème des nouveaux venus dans la Team Rouage. Pensant qu'elle avait besoin d'aide avec un patient, il se redressa, prêt à aider. Il fut beaucoup plus étonné de l'entendre s'excuser et de valider son petit discours au début de la réunion. Ca sortait un peu de nulle part, mais il n'allait pas cracher sur une nouvelle alliée, dont, dans les faits, il ne connaissait pas les expériences passées. Il hocha la tête avec gravité.

« Ne t'en fais pas, chacun fait que suivre ses convictions. J'ai des amis dans tous les camps je pense, ce n'est pas pour ça que je leur en voudrai. Cependant, s'ils restent aveugles alors que la situation tourne à l'eau de boudin, j'irai leur mettre quelques baffes pour les réveiller. Toi, tu t'es réveillée toute seule, tu peux en être fière. Moi, j'étais loin de ça tout ce temps, j'ai pu garder la tête froide, si j'avais été plus impliqué, je serais peut-être actuellement dans ta situation, ou pire. Bon, maintenant un plan d'action... Mes Pokémon font de cet espace une sorte de zone neutre. »

Il pointa derrière lui, les humains parqués par une fouine de combat à longues manches et un mashmallow prêt à les assourdir au moindre pet de travers.

« Si on arrive à former une coalition avec assez d'élèves, on pourra peut-être réussir à peser plus dans la balance. Lansat est définie par la Pokémon Community, je suis certain qu'en s'y mettant à beaucoup on peut leur faire comprendre que leur conflit est à régler devant les tribunaux pas dans des ... joutes de rue et des mises en danger de population civile. »

Les Pokémon de la brune s'approchèrent sur ces belles paroles. Rodrigue, profita de la disparition totale de la grêle pour siffler un bon coup, les doigts dans sa bouche. Baudrive descendit de son poste d'observation, et, tel un assistant parlementaire commença à faire de grands mouvements de ficelle. Le scientifique hocha la tête : les membres de l'équipe partis en reconnaissance et en rapatriement de blessés allaient bien. Vu que la situation évoluait, il demanda à Météno de sonner le rappel, une pluie de fins météores verts se déclara alors dans le ciel. Pendant ce temps, sa nouvelle alliée était totalement en panique : une de ses amies essayait a priori de s'en prendre au chef de la Team Rouage. Rod serra les dents. Ce n'était pas totalement une mauvaise idée, mais sans personne pour aider, ça pouvait vite très mal finir. Il soupira de soulagement quand le nom de Caël fut prononcé.

« Bon réflexe d'appeler m'sieur Joy. Il va la sortir de là, t'en fais pas. Tout va bien se passer. Bon maintenant il faut penser à ce qu'on peut faire pour donner de la consistence à ce quatrième camp... Il faut rassembler les élèves qui sont indécis, et tenter déjà d'assainir la situation ici. On va éviter de se voiler la face : on ne sera jamais assez et assez fort pour stopper les trois camps en même temps. De ce côté là, en rejoindre un pour le détruire de l'intérieur aurait été la meilleure chose à faire, mais bien trop dangereux. »

Rod avait dit ça avec un regard sombre. Ils n'avaient pas le temps de jouer aux héros, éviter qu'il y ait un mort au bout de cette foutue journée serait déjà une grande victoire en soit. Il espérait que ses messages vers l'académie aient déclenché l'évacuation des élèves les plus vulnérables. Il continua à réciter son plan pour Idalienor.

« Tu as sû te sortir de l'emprise de ces gens, je pense que tu es la mieux placée pour aller voir les autres élèves et les convaincre. J'ai déjà essayé et on ne m'a pas écouté... Je vais rester là et recevoir les nouveaux membres de notre groupe. Suivant les capacités de chacun, on va tenter de protéger les cibles potentielles et de sortir un maximum de personnes qui le veulent bien de ce bourbier... Ne t'embête pas à essayer de parler aux fanatiques, tiens-toi en aux élèves te aux habitants de Lansat que tu connais, je pense que ça serait le plus efficace... »

L'équipe de Rodrigue se recomposa autour de lui, minus Tropius et les deux gardiens de fâcheux, qui furent renforcés par un Crabicoque en furie, prêt à cracher du gravier sur n'importe quel agresseur. Hochant la tête, le scientifique prit Araqua sur sa tête et Baudrive à ses côtés.

« Ca te semble assez reconnaissable comme signe de ralliement ? »

Avec un petit sourire il se tourna vers ses Pokémon pour leur donner des ordres. Il fallait rattraper ce gâchis. forcément trépidante, pas forcément enviable, mais le mieux qu'ils pouvaient espérer pour le moment.

HRP:
 

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 54
Jetons : 5450
Points d'Expériences : 1620

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 3 Aoû - 16:52


Principe de causalité

Avec des fous

Je repars rapidement sur mes pas pour éviter de me faire poursuivre par les membres d’A2P. J’ai entraîné Yuna là-bas parce qu’elle me l’a demandé et que de toute façon, j’aurais juste tapé à mains nues sur A2P. Je suis un peu inquiet pour elle, mais comme elle sait ce qu’elle a à faire, mon inquiétude va vers Speedy. La pauvre à encaissée une attaque de plein fouet, enfin trois même, et je dois rapidement la soigner. Senay peut me faire voler, mais je n’ai pas envie de le faire combattre pour le moment.

Je me mets à l’abri dans une ruelle à l’écart des combats et appelle Speedy pour Examiner ses blessures. Après un petit topo rapide, elle a besoin de beaucoup de soins et seul je ne peux rien faire. Alors pour le moment, Sennay la calme et je panse ses blessures (bien mieux que ce que m’avait fait Salomé) avant de lui faire boire une potion de secours. Grâce à Salomé, j’ai appris à me montrer plus prévoyant qu’avant, finit le temps d’être empoisonné, j’ai mes petits antidote acheter avec mes sous désormais.

Je lève la tête et regarde les alentours. Hormis un groupe d’enfant non loin de là, je suis seul. Ici, tout a l’air calme si on oublie le vacarme des combats. C’est paisible. En tout cas moi, je m’y sens bien pour une raison que j’ignore. Comme si j’avais toujours connu ces ruelles miteuses et que c’était chez moi. Mon regard parcourt les murs sales et poussiéreux avant de tomber sur des affiches de spectacles, toutes ternis par le temps. Cependant, une d’elle retient mon attention. L’affiche d’Anastasia.

Je tombe à genoux devant l’affiche et cri toute ma rage dessus. Je tape contre le mur jusqu’à n’avoir plus suffisamment de force pour taper. Je rage contre moi-même. J’ai tout fait de travers avec tout le monde. D’abord Ana, elle a toujours était là pour moi et je la repoussais sans cesse. Ensuite Lucile, pour oublier la peine que j’avais, j’ai décidé de sortir avec elle et j'ai ensuite rompue avec elle. Haru, mon ancien meilleur ami, sous l’effet de la colère, je l’ai battu. Salomé, même si elle ne mérite pas de vivre, je n’aurais jamais dû chercher justice moi-même. Mes Pokémons, on s’entendait bien avant que tout ça ne dérape, avant que je perde le contrôle. Mes parents, lorsque j’ai appris pour mon adoption, je les ai insultés de tous les noms. Et enfin, moi, j’aurais pu éviter tout ça.

Mon Ipok vibre, pour me dire que je viens de recevoir un message. Un message de mon père… C’est vrai, quand j’ai récupéré mon nouvel Ipok, j’avais bloqué le numéro de ma mère, mais pas celui de mon père, car de toute façon, seule ma mère essaie de me contacter. Malgré tout, j’ouvre le message pour lire son contenu. Juste une adresse et un numéro de téléphone. Le mot orphelinat danse sous mes yeux. Alors c’est là-bas qu’ils m’ont adopté ? C’est là-bas que je saurais peut-être qui sont mes vrais parents ?

J’ai de nouveau un peu d’espoir, je prends ça comme un signe d’Arceus, un signe qui me dit que quelle que soit ma souffrance, je dois aller de l’avant. Oublier l’amour que j’ai pour Ana, oublier la rancœur que j’ai pour Salomé. Je dois savoir qui je suis et d’où je viens. Je dois aller voir.

Cependant, je suis bloqué ici. Alors j’ai deux options. Soit je me lamente sur ce que m’a fait Ana, soit je suis utile à l’académie. Je dois avouer que l’idée d’Idalienor n’est pas mauvais alors autant tenter quelque chose.

Je me relève et part du côté de Lansat et cache mon badge rouage pour retrouver Idalienor, elle doit au moins savoir pour Yuna. Je cherche Idalienor dans le groupe et la trouve enfin avec d'autre gens mais peu m'importe.

-Senay fais moi un peu de place s'il te plaît.

Le Tropius crème décale gentiment les personnes devant moi et m’emmène à Idalienor. Je commence à lui parler.

-La fille aux cheveux bleus, Yuna, elle s'est infiltrée dans le camp d'A2P.

En vérité, oui, je ne savais pas quoi faire en fait.






HRP:
 


Dernière édition par Logan Atkinson le Ven 3 Aoû - 22:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5236-372-logan-atkinson-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5255-logan-atkinson-voltali-t-card
 Adulte Garçon de comptoir
avatar
Adulte Garçon de comptoir
Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 27 ans
Niveau : 0
Jetons : 254
Points d'Expériences : 70

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 3 Aoû - 17:21

Tu observes la marchandise. Deux petits barils de poudre, une douzaine de bouteilles d’alcool et un Pyrax. Voilà de quoi faire de belles flammes. Tu te fous parfaitement d’avoir le rôle du fou pyromane. Tu t’en fous totalement même, tu es un Reece, tu endosses la casquette qu’est la tienne. La sale besogne, le sang, les cris, les pleurs, c’est votre lot, c’est votre fardeau. Chaque action pour la famille alourdie votre peine, vos peines. Tu retires ta casquette et l’attache à ta ceinture, passant un doigt sur ton nœud papillon avec une lame de rasoir accrochée. 

Le combat fait rage autour de vous, les gars de chez A2P en veulent à ton « camp », quel camps haha, celui qui t’offre simplement une certaine sécurité, de toute évidence, tu allais offrir à chaque camps une bonne raison de te détester. Tu ne désires pas devenir l’homme à abattre, du moins pas aujourd’hui. Tu toises ton patron du regard, dans le cas extra-professionnel, tu es le cerveau, les rôles s’inversent. Tu sors également des gants en cuire que tu mets à tes mains. Tu fais crisser tes gants en serrant les mains. Il vous faut tenir quelques minutes, le temps de tout préparer. 

De loin tu observes Yuna entrer dans le camp d’A2P, tu croises ses prunelles avec un regard inquisiteur et curieux. Que diable fou t-elle là bas. Elle risque d’être blessée, d’autant plus avec l’utilisation d’une attaque Zénith… Au bon dieu. Un zénith, pile dans la zone d’A2P. C’est une ouverture. Tu sais que Ilea et Caroline se débrouilleront pour ne pas être prise dans la déflagration. Ta remue-ménage devrait même leur permettre de partir à la recherche de Véga.

-Bertrand, vas me chercher la petite qui est venue faire une journée distillerie, cheveux bleu électrique avec des pokémons feu. Il est hors de question de la blesser

Tu ne perdras pas cette petite, pas comme tu as perdu ta sœur. Ton patron s’en va, à pieds, laissant son Etouraptor dans les airs, ce dernier est aux prises avec un Libegon et le repousse difficilement avec une attaque Cyclone. De ton côté, tu lâches Néfertiti et Bismarck. Tu t’assures que les manches sont bien remontées. 

-Interdiction pour qui que ce soit de s’approcher de notre marchandise. Napoléon, utilise une seconde Papillodanse

Ca devenait très dangereux, deux Papillodanses, le Zénith, l’alcool et la poudre. Nuls doutes sur les ravages des flammes. Il faut admettre que ça te plaît. Certains voient clairs dans ton jeu, s’approche de toi. Une femme avec un Grandbull et un homme avec un Cornèbre. Tu soupires, le regard mauvais, tu détaches ton nœud papillon pour l’entourer autour de ta main, les lames pouvant clairement blesser. 

-Suce à Palladium ! Vous êtes les pires hommes qu’on connaisse

-Qu’est-ce qui vous fait dire que je suis un homme ? 

Un instant de silence s’installe, un peu gênant.

-Il ne faut pas confondre l'identité de genre et expression de genre. Je suis… outré ! 

À ce moment-là, tu te jettes sur l’homme, pour lui frapper le genou du plat du pieds avec un mauvais craquement, prise de surprise dans cette infériorité numérique, tu recules pour éviter la femme qui se jetais sauvagement sur toi. Tu ris et le combat s’engage. Ton Statitik esquive difficilement les attaques du Cornèbre qui se rue sur lui avec ses attaques vols. Néfertiti étale au sol une toile afin de se déplacer plus aisément, immédiatement enduite de poison par Bismarck qui semble avoir du mal à rivaliser avec Grandbull dont les charges le repousse de plus en plus. 

De ton côté, tu restes aux prises avec la femme, l’homme se roulant au sol, sûrement à cause d’un genou extrêmement douloureux, Napoléon de son côté, en retrait danse faisant des arabesques avec ses flammes. Finalement Néfertiti et projeter en arrière après avoir essuyer une attaque Vol du Cornèbre qui avait profiter du soleil pour disparaître avant d’attaquer sauvagement. 

Tu essuies un coup-de-poing avant de te faire jeter au sol par l’homme qui t’avais prit la jambe, te faisant basculer. Tu passes tes bras sur ton visage pour te protéger jusqu’au grésillement délicat de la foudre. Ta Staitik a pu utiliser toile Elek à partir de sa première toile pour atteindre les pokémons et les humains. Tu subis un petit choc électrique, mais tu te relèves malgré tout avec des fourmillements. La femme se rue à nouveau vers toi et tu la saisis aux poignets, entrant dans un combat de force sans être sur tes appuis. Bismarck se jette le dard en avant, frappant brutalement le Cornèbre qui tombe avant d’être cueilli par une cage éclair de Néfertiti. Cela n’empêche pas le type poison de s’acharner sur l’oiseau au sol avec un sadisme qui lui ai propre pendant que l’araignée paralyse et électrocute le Grandbull. 

Pendant ce temps, Bertrand est enfin arrivé à Yuna et la prend par le poignet. 

-Hey petite ! Viens là, Henry va régler ça à la manière des Reece, reste pas là tu pourrais bien être blessée ! 

Sans lui laisser le choix, il la traîne vers Henry passant entre les gens qui se battent, les groupes indécis, les blessés que l’on soigne ou l’on ignore. C’est le chaos et lorsqu’il arrive finalement à toi en la ramenant, tu frappes sauvagement avec ton noeud-pap à la main le flanc de la femme que tu fais tomber au sol en la repoussant au sol, ses joues sont marquées de deux coupures, ton noeud-papillon a vité au rouge. Tu as l’arcade cassée, ton jean rougit également au niveau du genou. Tu n’es pas en grande forme après ce deux contre un. Tes pokémons sont également épuisés, il n’y a que Napoléon dont les flammes brillent. Ton regard pétille et tu scandes sans avoir vu Yuna, ton regard luit de cette lumière d’excitation presque malsaine. 

-Utilisez cet avantage ! Ne leur laissez aucun répit ! Tu te tournes vers Bertrand. Prends ton envol avec Etouraptor et lâchez l’alcool puis les barils

Ton patron s’exécute alors que tu toises du regard Yuna. Tu as un faible sourire aux lèvres et tu prends une cigarette. Tes deux pokémons sont revenus à toi, affaiblit par ce combat intense.

-C’est ainsi qu’on agit chez les Reece. Tu prends une taffe de cigarette. C’est ainsi qu’on préserve les intérêts d’une famille. Tu recraches la fumée. Nous sommes tous des putes Yuna, mais nous vendons différentes parts de nous-même. C’est ainsi que nous devenons lorsqu’on mêle liqueur, sang et conviction. Des personnes sans retenues. Je hais Palladium.

Tu observes ton acolyte dans le ciel, caché par le zénith et le soleil, il n’est qu’un point dans les hauteurs et finalement la cargaison chute haut dans le ciel au-dessus d’A2P. A cette hauteur l’explosion va provoquer un bruit atroce, une vaste déflagration qui blessera quelques personnes et surtout, le chaos absolument partout. 


-Napoléon. Canicule.

Le Papillon se rue dans les cieux chargeant son corps de chaleur avant de cracher des flammes impressionnantes dans le ciel, lâchant un premier éclat lumineux au-dessus de lui, puis c’est la détonation. Les flammes ravagent les barils mettant le feu au poudre, une première explosion qui s’amplifie une fois l’alcool lié au mélange, de la liqueur de première qualité, dont la bouteille fabriquée par le Salamèche de Yuna, les flammes ayant une première fois stimulé la liqueur pour la rendre plus forte. Le cumul des facteurs, poudre, alcool, zénith et les deux papillodanses de Napoléon crée une intense explosion suivit d’une déflagration chassant les ombres. Tu souris, radieux, heureux du carnage que tu viens de créer à cet instant précis. Tu ignores si tes infiltrés sont blessés, mais quoi qu’il en soit, tu ne fais qu’attiser de nouvelles flammes.

-L’alcool a imbibé les airs, humidifiant toutes la mauvaise vie qui réside dans ces bosquets, que je brûle sans aucun remord.

Tu attends avec hâte, le moment ou l’on va venir te briser chaque articulation, tu ne feras pas long feu, mais au moins Yuna n’a rien.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 1236
Points d'Expériences : 1873

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 3 Aoû - 18:56

‘’Abandonne, petit, t’as raté ton coup !’’

‘’On va voir ça !’’

J’avoue que celui-là est un peu plus coriace que les autres : depuis le premier groupe que j’ai pris par surprise, j’ai réussi à en neutraliser deux de plus (Le coup du ‘’pauvre enfant perdu dans la brume’’, ça marche super bien, surtout quand Sol et Keru vous tombent dessus par-derrière.), avant de tomber sur ce gaillard. Je sais pas comment il a fait mais à la seconde où Keru s’est jeté sur lui, son Rinocorne s’est interposé, comme s’il avait senti le danger.  Et face à son type Sol, les attaques de l’Elecsprint se retrouvent toutes inefficaces ! Pour le moment, tout ce que je peux faire, c’est la guider pour qu’elle esquive ses charges et ses coups de cornes, sous le regard un peu goguenard de son Dresseur.

‘’Piétisol !’

Impossible d’esquiver le séisme localisé qui vient ébranler mon Elecpsrint en pleine course : déséquilibré, elle s’étale au sol, glissant sur les pavés détrempés pour se perdre dans la brume. Dans le même temps, le Rouage qui me fait face indique à son Pokemon de changer de cible et je me retrouve donc pile sur sa trajectoire !

‘’Dégage gamin et il ne te poursuivra pas, promis !’

‘’Et puis quoi, encore ?!’’

C’est mal me connaître, s’il pense que je vais le laisser partir après ça. Bien que vacillante, Keru refait son apparition dans le brouillard, pour venir se positionner face à moi. Elle est un peu ébranlée, mais c’est pas ça qui va la mettre à terre ! Pivotant lentement, la chienne électrique se tourne pour fixer le Rhinocorne, comme si elle l’encourageait à la charger à son tour.

‘’Ton Pokémon en redemande. Tant pis pour vous, si vous êtes trop têtus pour comprendre. Utilise Tunnelier !’’

Avec un grognement, la masse rocailleuse du Rhinocorne se met en mouvement et semble léviter au-dessus du sol comme une torpille. Fonçant droit sur Keru, le type Roche l’aurait sûrement perforé...Si c’était vraiment l’Elecsprint qui se tenait devant lui.
Les coins du  museau de la ‘’type Eleck’’ se retroussent en un rictus sarcastique, une seconde avant que sa silhouette ne se brouille pour révéler celle d’un Zorua très content de lui. Bien plus petit que la cible précédente, le type Ténèbres n’a pratiquement aucun mal à accompagner le mouvement du Rhinocorne pour en limiter les dégâts et ce dernier se retrouve de l’autre côté de notre surface de combat, bien trop loin pour défendre son Dresseur.

*Thumb*

Opération réussie ! Depuis la brume où elle était resté dissimuler, keru vient tout bonnement s’étaler sur le dos de sa victime et à la vue des crocs qui bavent près de sa gorge (Je savais que la laisser un an avec Cléo, c’était pas l’idée du siècle), le pauvre homme ne tarde pas à rappeler son Pokémon d’une main bien peu assurée. Un bon petit coup de Chenipan pour ligoter tout ça et ça nous fait un paquet cadeau de plus pour les autorités !
Tout en récupérant Sol pour le porter, après l’impact, j’en profite pour aider Keru à saisir son colis improvisé, avant de l'emmener vers un coin écarté des combats et surtout, hors de la brume. Bon et maintenant…

*BIP*

‘’Cael, c’est Idalienor. Je tenais à te prévenir. Je suis en train d’essayer de rallier les élèves de la Pokemon Community entre eux là où se trouve le camp Lansat. Je crois que c’est ce que nous aurions dû faire depuis le début. Nous rassembler. S’il te plait si tu croises des élèves renvoie-les vers moi. Je m’occupe de coordonner les équipes une fois sur place. Merci de ton aide. Transmission terminée. ‘’

‘’Message reçu’’

Y’avais pas l’indicatif, mais vu le chaos ambiant, c’pas le moment d’être à cheval sur les procédures.
Par contre, c’est bien gentil, Idalienor, mais où il se trouve, ce fameux camp de Lansat ? J’présume qu’elle a pensé à une sorte de signal, donc dans le doute, on ne change pas le plan !

*FRRRRRR*

‘’OUAH? A TERRE !’’

C’était quoi, ça ?! On aurait dit un soleil miniature qui a traversé la brume pendant une seconde...Qui a bien pu dégoter un canon à boules de feu ? Si jamais il s’avère que c’est ça le signal dont elle parlait, ça va être dur de la rater, oui ! Donc, s’il est venu de l-à_bas, j’ai une direction approximative, c’mieux que rien. Si je tombe sur des élèves, je les redirige, si je tombe sur des méchants, je les envoie rejoindre leurs copains ! Et la meilleure solution, pour ça, c’est encore d’avancer droit dans cette foutue brume !

********************

Déjà qu’en temps normal, j’ai l’impression de tourner en rond, là, c’est encore pire. Les bruits ambiants sont beaucoup trop nombreux pour que je me dégage une direction, même approximative. Un petit coup de main, Arceus ?

‘’Ne la laissez pas approcher !’’

Merci mon vieux, je te revaudrai ça !
Au pas de course, j’avance en direction des éclats de voix de plus en plus sonores qui transpercent la brume, mais une fois sur place...Autant dire que le spectacle qui s’offre à moi me coupe un petit peu dans mon élan : premièrement, Aaron Olsen se tient pile devant moi, à moins d’une vingtaine de mètres, protégé par un Démolosse assez menaçant. Ensuite, il est accompagné par au moins cinq ‘’amis’’ tous pourvues de Pokémons aussi subtils et délicats que Tygnon, Insécateur, ou encore Grahyena. Et pour finir….

‘’ARIA ?!''

J’aurais du mal à y croire si elle ne s’était pas tourné, avec un regard à faire frémir un Tyranocif, mais c’est bien la Pyroli. Qui a l’air vachement remonté contre Olsen, vu les postures de combat qu’elle et ses Pokémons adoptent face à lui ! Mon arrivée laisse écouler un instant de flottement parmi les personnes présentes, jusqu’à ce que le leader des Rouages ne reprenne la parole.

‘’Je te connais, toi aussi.’’


‘’...Monsieur le direct...Pardon, M’sieur Olsen.’’

‘’Ah non, plus maintenant.  Tu es venu participer aussi...Josy, c’est ça ?’’

‘’C’est Joy. Et je pensais pas tomber sur vous aussi rapidement.’’


‘’Malheureusement, j’ai peur que ce soit bien le cas. Allez-y.’’

D’un commun accord, le petit groupe de Rouages se déploie alors, afin de nous encercler, visiblement pour couper la route qui mène droit à leur chef et à son Démolosse. Ce qui aurait probablement était une très bonne stratégie, si je n’avais pas une Elecsprint surchargée en énergie électrique !

‘’Coup d’jus !’’

Après avoir emmagasinée autant d’énergie électrique, Keru n’attendait qu’une bonne occasion pour la libérer : sa fourrure se remet à briller comme une nova, avant que la foudre ne se condense en un halo crépitant autour, d’elle pour ensuite être libéré en cercle, droit sur nos assaillants. Et si l’attaque n’a pas pour but de leur causer de gros dommages (surtout avec un aussi grand nombre de cibles), elle les force néanmoins à hésiter un bref instant...Que Aria met à profit en fonçant de nouveau sur Olsen !
...Ah. Donc, je suis tout seul, face à cinq types visiblement TRÈS énervés, si j’ai bien compris. Ouah, tention au Tygnon !

*La scène qui s’ensuit étant des plus confuse, nous la résumerons par cette enchaînement clair et précis d’onomatopées exprimant des émotions aussi variés que la colère, la surprise, la peur et la frustration : AHFRGNONOUAHGRRNONCAVAVITEHEINHIIIIIYAAAAAAH !*

*Bip*

Ah, excusez-moi, j’ai un appel.

‘’Cael c’est encore moi ! J’ai un gros problème ça va pas du tout ! Aria est en train d’attaquer Olsen ! Elle va avoir des problèmes ! Je suis trop loin je peux pas m’approcher ! S’il te plait va l’aider ! S’il te plait ! ‘’

‘’J’ai peur d’être un peu occupé, pour le moment !’’

Notre seul avantage, c’est qu’ils ont tellement peur de se marcher dessus, que leurs attaques n’arrivent pas à se coordonner. Keru peut donc zigzaguer entre les griffes, lames et autres crocs, mais sa fourrure est déjà zébrée en de nombreux endroits et elle ne gardera pas ce rythme très longtemps. D’autant que Aria aurait dû déjà finir de s’occuper d’Aaron Olsen...Il est plus coriace que prévu, on dirait. Ida a raison, il faut qu'on dégage de là et vite !

« Bon réflexe d'appeler m'sieur Joy. Il va la sortir de là, t'en fais pas. Tout va bien se passer.’’

Pourquoi ai-je l’impression que quelqu’un, quelque part, vient de dire quelque chose en totale contradiction avec ma situation actuelle ?

‘’Aria, faut qu’on sorte de là ! Keru, reviens! ’’

Je sais même pas si elle m’a entendu, et je vais pas prendre la peine de vérifier. Plan d’urgence d’évacuation numéro 7 (Parce que j’aime ce numéro) ! D’abord, mon Elecsprint qui se rapproche de ma position en rompant le combat pour que je saute sur son dos. Et ensuite,  Sol à toi !

‘’Explonuit, pleine puissance !’’

Les deux pattes dressées, le Zorua les abat avec enthousiasme juste devant lui, générant une énorme sphère obscur qui explose au contact du sol. L’onde de choc est suffisante pour souffler une partie de la brume, révélant les silhouettes d’Aria, d’Olsen  à quelques mètres devant et d’une bonne dizaine de sympathisants Rouages qui se rapprochent d’eux afin de protéger leur leader ! Elle n’a pas l’air de vouloir rompre le combat d’elle-même, va falloir improviser !

‘’Secrétion !’’

Le Chenipan obéit à mon ordre et un long fil de soie s’étend rapidement au milieu de nos adversaires...pour venir entortiller Aria au niveau des bras. Comme un filin de pêche (elle aura quelques bleus, mais en comparaison de ce qui l’attends, c’est rien !), le câble tire brusquement la Pyroli en arrière, pendant que Keru profite de la confusion ambiante pour foncer vers l’avant. Si elel récolté deux coups supplémentaires sur sa fourrure au passage, nous sommes déjà auprès d’Aria lorsque nos adversaires commencent à peine à pivoter. Le temps de charger le paquet (qui se débat...je rêve ou elle en veut encore ?!) et nous voilà reparti au pas de course, droit vers la brume pour les semer.
Maintenant, il reste encore à trouver Idalienor.
HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810 En ligne
 Coordinateur Novice
avatar
Coordinateur Novice
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 4
Jetons : 762
Points d'Expériences : 47

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 3 Aoû - 22:53



Principe de Causalité
Intrigue #12
Sarah avait un peu de mal à comprendre ce qui c’était vraiment passé, comment avait-elle réussi à parler ? Elle n’eut pas vraiment le temps de s’en préoccuper, elle voyait la bouche de son amie se transformer en un O silencieux avant qu’elle ne lui saute au cou, manquant presque de l’étrangler. Elle était sincèrement heureuse que la Winchester ait pu reparler à nouveau, mais cette dernière se retrouva rapidement dans l’incapacité de le faire, ce qui frustrait vraiment la jeune fille. Heureusement pour elle, Cloé la regarda dans les yeux et la rassura, ce n’était pas grave si elle ne réussissait pas à reparler maintenant, elle ne devait pas forcer au risque de se blesser.

Elles se fixèrent dans les yeux sans rien ce dire, c’était leur façon de communiquer, le mutisme de Sarah les avait forcé à trouver un autres moyen de communiquer. Et actuellement, Sarah pouvait ressentir dans les yeux de la Nosya de la peur, la peur de la perdre ici et maintenant, et cette peur était réciproque. La Winchester n’avait pas encore compris ce qui était arrivée à Cloé et ça lui faisait peur, elle l’avait l’impression que celle qui devenait son pilier pouvait disparaitre sans qu’elle ne puisse rien faire.

Sarah tourna la tête vers la voix qui venait de briser leur moment, celle de cette femme aux cheveux blonds qui avait réussi à calmer Cloé dans sa ‘’crise’’. Sarah lui était redevable et voulait la remercier, mais dès qu’elle essayait de parler, un goût ferreux lui arrivait en bouche, et si elle ouvrait cette dernière, elle était sûre qu’un liquide rougeâtre serait visible, aussi elle ne tenta pas l’expérience. L’adulte essayait de cacher son stress et la tension présente dans la zone, mais c’était un peu loupé. Sarah sentit Cloé vouloir garder cette jeune femme à ses côtés, mais c’était impossible, elle devait retourner sur la zone de combat, aussi la garde des deux filles fut confié à Kenai et Ran, un pour défendre, l’autre pour soigner, le duo parfait.

La jeune femme donna des consignes à Sarah pour protéger Cloé et elle-même, le brassard de l’association devant servir de couverture au cas où un membre de l’association venait les trouver…mais honnêtement avec un Ursaring géant à côté, peu de personne se risquerait à la confrontation. Mais Sarah voulait protéger Cloé, elle en avait assez d’être celle qui voyait ses amis de dos, elle voulait être devant pour les protéger, pour la protéger.

Malheureusement Cloé lui attrapa la manche pour la retenir, Sarah la regarda étonnée, ne comprenant pas vraiment ce qui lui prenait. Heureusement pour la Winchester, la Nosya prit vite la parole. C’est la peur qui l’habitait désormais, elle ne voulait pas être séparée de la rouge, et dans la situation actuelle c’était compréhensible, Sarah n’avait pas non plus envie de vraiment se séparer de la jeune fille. Cloé continua de parler, suggérant de partir du côté de la plage pour fuir la zone de combat et être hors de danger. C’était vrai que c’était la solution la plus simple, et face à la détermination de sa partenaire, Sarah ne put que plier et céder, mais elle prit son calepin pour finalement écrire dessus.

-On s’éloigne, mais on ne reste pas loin, au cas où nos amis ont besoin de nous. Je ne supporterais pas de savoir que j’aurai pu faire quelques choses pour protéger les personnes que j’apprécie, et que je me suis juste cacher…pas une nouvelle fois.

Le corps de Seira lui revient en mémoire, elle s’en voulait toujours, alors que ce n’était pas sa faute, mais c’était à cause d’elle que son père avait été en colère, c’est elle qui aurait dû se frapper la tête contre la table…Mais aujourd’hui il était hors de question que l’histoire se répète, elle serra la main de Cloé et commença à s’éloigner de la zone de conflit, s’abritant dans les rues plus loins.


Hrp:
 
Code by Joy

_________________

I don't speak but I smile
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7341-498-i-don-t-speak-sarah-d-winchester-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7342-sarah-d-winchester#74959
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 17 ans
Niveau : 8
Jetons : 2746
Points d'Expériences : 83

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 13:03

Comme tu t'y attendais inconsciemment, tu vois qu'en se retournant suite à ton interpellation, la demoiselle qui te fait désormais face a le poing prêt à faire son office, réaction légitime au vu de la façon dont tu l'as abordé. Heureusement, elle se ravise aussitôt et semble pensif un instant, ne répondant pas tout de suite à ta proposition. C'est sa camarade, qui paraissait jusqu'alors plutôt timide pour toi, qui s'avance la première dans la discussion, te montrant qu'elle est loin d'être aussi réservé que tu ne le pensais. Un instant, tu sens qu'elle est prête à te sauter à la gorge, te prenant probablement pour un ennemi – ce qui est, vous en conviendrez, plutôt cocasse pour quelqu'un qui vient de derrière eux – et étant prête à te mettre hors d'état de nuire. Heureusement, elle se ravise assez vite, semblant comprendre que tu es de son côté – ou en tout cas que tu ne leur es pas hostile -  avant de se mettre près de sa camarade et d'attirer ton attention en claquant des doigts. Elle se met alors à agiter nerveusement ses mains, sans dire un seul mot. Un instant, tu restes perplexe, ne comprenant pas ce qu'elle essaye de te dire. Puis d'un seul coup, ça fait « tilte ! » dans ta tête : elle parle en langue des signes. Serait-elle muette ? Possible. À moins simplement qu'elle ne l'ait appris pour son avenir et que, te voyant parler avec ton Ipok, devait penser que tu étais muet également et donc que tu maîtrisais la langue des signes. À vrai dire, ce n'était pas totalement faux, mais tu ne connaissais réellement que les bases que tes parents avaient commencé à t'apprendre avant que tu ne te mettes naturellement à écrire sur ton carnet. Si tu peux comprendre quelques brides de mots, tu es loin d'être capable de suivre une conversation normale en langue des signes, et donc à communiquer efficacement avec. Quelque part, c'est un peu bête parce que la communication ne sera pas des plus aisées, mais pour cet instant, tu as de quoi au moins comprendre ce qu'elle veut essayer de te dire. Du coup, tu t'empresses de visualiser ce qu'elle vient de faire avec ses mains et en dégage quelques mots que tu parviens à déchiffrer

▬  « Être », « vous », « communiquer », « normalement », « Je », « être », « langage des signes », « pas », « faire », « usage », « si », « vous ».

Mouais. Ce n'est pas des plus concluants, mais c'est presque suffisant pour comprendre qu'effectivement, elle sait parler le langage des signes et qu'elle a l'air de vouloir t'inviter à faire de même. Au moins, tu vas pouvoir la prévenir rapidement que ce n'est pas des plus efficaces pour toi. Néanmoins, avant que tu n'aies le temps de répondre, la fille que tu as initialement abordé finit par sortir de son silence et imite sa camarade, ajoutant tout de même des mots sur ses mouvements de mains.

Moi aussi, sans problème. Je m'appelle Shiori.

Tu connais maintenant le nom de celle que tu as interpellé. Pas celui de l'autre, mais tu sens que tu ne tarderas pas à le découvrir, accidentellement ou non. Maintenant, tu sais que chacune des deux sait utiliser le langage des signes, et cela aurait été plus qu'intéressant si tu n'avais pas un niveau aussi faible dans cette maîtrise. Au moins tu as toujours ton portable, et avec le temps, tu as acquis une certaine dextérité qui ne doit pas trop envier la vitesse d'exécution de la langue des signes. Tu t'empresses donc de tapoter sur ton écran avant de le montrer aux deux filles, sans passer par la fonction vocale pour gagner du temps.

Excusez-moi, mais je ne maîtrise que très partiellement le langage des signes. Je peux reconnaître quelques mots, mais pour une communication normale, cela risque d'être très difficile.

Tu leur tends le temps de lire rapidement les deux phrases puis tu tapotes de nouveau un court instant pour la suite de la discussion.

J'entends sans trop de problème au passage (ne faites pas attention aux oreillettes). Mais pas le temps de détailler. Vous avez une idée de ce que vous allez faire maintenant ? Foncer dans le tas ? Maîtriser des partisans d'A2P ? Essayer de les raisonner ?

C'est lancé un peu à la va-vite, mais visiblement, les deux demoiselles t'ont accepté à leurs côtés pour cet affrontement. Mieux vaut donc ne pas traîner plus longtemps et passer rapidement à l'action. D'ailleurs, tu ne t'en es pas trop rendu compte – du moins n'y as-tu pas pris beaucoup d'attention – mais c'est déjà la bagarre totale autour de vous. Il serait peut-être éventuellement temps de vous y joindre pour tenter de mettre fin à ce bordel avec le reste de ceux qui suivent la Team Rouage. Tu attends cependant de savoir ce que comptent faire Shiori et sa camarade avant d'agir.

Attendant leur réponses, tu caresses Malosse et le tient prêt à réagir à la moindre attaque …




HRP:
 


Dernière édition par Desmond Clifford le Sam 11 Aoû - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6243-428-desmond-clifford-silent-words-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6250-desmond-clifford-phyllali#65881
 Scientifique Mécanicien
avatar
Scientifique Mécanicien
Région d'origine : Alola
Âge : 13 yo
Niveau : 10
Jetons : 1827
Points d'Expériences : 254

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 14:41




palladium
Ginji décide d’embarquer la compagne de Terry, décision que le Ptera salue d’un vif cri. Visiblement, ça, ça veut dire « content ». Très bien, c’est noté dans le petit guide du dresseur de Ptera. Plus que ça, Ginji semble décidé à monter sur le Ptera et s’envoler directement par le faux plafond du sous sol de PALLADIUM. Ok, c’est définitif, il est complètement barge.

Nico soupire vaguement et avant que le Voltali ne monte sur le deuxième Ptera, il lui tend son iPok.

- On a tout intérêt à rester en contact, surtout si on doit établir des rencontres entre Terry et Sharon.

Le numéro récupéré, Nico s’éloigne un peu. Pour lui, ça sera sortie par l’ascenseur. Peut-être qu’une fois là haut, dépendant de la situation, il se laissera tenter par un petit vol à dos de Ptera dans une ambiance post-apocalyptique. Ouais, dis comme ça … y’a pas énormément de chance.

- Bonne chance …

C’est vaguement inquiétant de voir un type, d’à peine quelques années plus vieux, aussi déterminé à aller péter des culs. Quand le duo s’envole, Nico pose sa main sur le cou de Terry. Il sent, il sent que lui aussi veut s’envoler, il sent que la portion de ciel gris dans le ciel l’appelle plus sûrement que tout ce qu’il a pu voir dans sa vie.

Nico déglutit. Il réalise lentement, l’implication de ce choix. Ce qu’il risque de se passer maintenant que cette pokeball lui appartient, maintenant qu’un pokemon aussi rare lui appartient. Il réalise qu’il a tout intérêt à garder l’existence de Terry camouflée des yeux de son père, de sa famille, si il n’a pas envie qu’il lui soit retiré. Il réalise qu’il a intérêt à garder l’existence de ce lieu secrète.

Il s’incline gentillement devant la scientifique.

- Merci pour tout, je vous promet de tout faire pour que Terry se sente à l’aise là haut et qu’il puisse voir Sharon le plus régulièrement possible. Est-il possible de récupérer votre numéro ? J’avoue être légèrement anxieux à l’idée de m’occuper d’un pokemon pareil et votre expertise me serait sans nul doute précieuse.

La scientifique pouffe, amusée par le langage si sérieux du petit garçon. Elle esquisse un sourire, ravie.

- Pas de soucis mon grand, mais j’espère que tu réalises que le simple fait de l’amener là haut, de le sortir de là, le rend encore plus heureux que tout ce que nous aurions pu faire ici. N’hésite pas à m’écraser de messages, je veux que Terry et Sharon soient heureux. Ils le méritent.

Nico hoche la tête sérieusement et le numéro de la scientifique entré dans son ipok, il se dirige vers l’entrée de la serre. Il faut maintenant qu’il discute avec Terry. Il passe le sifflet autour de son cou, là où il peut le garder proche d’utilisation avant de se mettre en route vers la sortie.

- Bon, je sais pas trop si tu es comme les autres pokemons mais je vais supposer que oui et que tu comprends un minimum ce que je dis.

Peanut, toujours accroché à son épaule, fixait, méfiant envers le nouveau membre de l’équipe. Il faut dire qu’il était pas forcément content de voir débarquer un machin aussi gros et aussi vorace d’attention. Peanut aimait que l’attention de Nico soit sur lui et lui seul et plus le gamin grandissait, plus son équipe faisait de même.

Plus il était en second plan.

Il jette un regard sombre au Ptera, le pire, c’est probablement qu’il puisse pas y faire grand-chose. Terry fait environ dix fois sa taille et il est bien incapable de combattre quoi que ce soit, y compris un machin plus petit que lui. Le chaton soupire, récupérant sans mal les mauvaises habitudes de son dresseur. Au moins, maintenant Nico a un truc capable de le protéger.

- Là haut, c’est un peu la guerre. Les gens se battent et c’est carrément la merde. Du coup, vu que tu es clairement le pokemon le plus fort de mon équipe, j’vais avoir besoin de toi. Je sais pas trop comment, on va probablement s’envoler, on sera en sécurité là haut. Ça te va ? Tu vas devoir être gentil par contre. Pas de décollage turbo, on fait attention. Je suis pas trop à l’aise avec tout ça.

Il s’arrête juste avant l’ascenseur. Le scientifique lui demande si il souhaite remonter mais le blondinet fait non de la tête, il doit attendre Ranya.

- Ouais, pour monter, il faudra que tu rentres dans ta pokeball, je te ressors dès qu’on est dans un endroit suffisamment vaste pour toi.

Il espère que sa camarade prenne son temps. Il n’a pas vraiment envie de remonter …



Spoiler:
 

_________________


easy mode


atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6773-nico-anderson-phyllali
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 3645
Points d'Expériences : 1195

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 18:19



Principe de causalité
Palladium

Sirius se laisse partir en arrière et reste comme ça quelques minutes après que la scientifique soit repartie. La pokeball qu’il tient dans la main est celle d’un pokemon qui vient d’essayer de le tuer. De le tuer ! Comment la scientifique a-t-elle put avoir l’air aussi calme ? Aussi sereine face à un tel fait ? Ne peut-elle pas voir qu’il n’est pas un dresseur ? Il n’est pas fait pour le combat, ce n’est pas quelque chose qui l’intéresse, ce n’est pas quelque chose qu’il veut maîtriser.

Il veut briller, être un coordinateur de renom. Pas un combattant sans foi ni loi et ce Ptyranidur … Sirius soupire. Il n’a pas le temps de chercher une solution, là haut, c’est probablement la guerre, il s’y passe probablement des choses terribles. Il a choisit de se battre. Il doit se battre.

Il se relève et s’approche de son équipe. La majorité retourne dans leurs pokeballs et seuls Adara et Soleil restent de sortie. Ses premiers pokemons et ceux qui sont les plus forts. Sirius déglutit. Un changement de luminosité lui fait lever les yeux vers le faux plafond. Une silhouette disparaît dans le trou. Ginji, sans aucun doute.

Adara se fait rappeler en moins de temps qu’il ne faut pour le penser et Sirius saute sur le dos de sa Roucarnage. Peut-elle le faire ? Peuvent-ils arriver avant que le ciel ne se referme ?

Elle accélère, toujours plus vite, toujours plus fort. Le ciel se referme, lentement mais ils s’en rapprochent, chaque seconde un peu plus.

Quatre secondes, ils y sont presque, une dizaine de mètres tout au plus.
Trois secondes, Soleil ralentit une demi-seconde, Sirius serre les jambes et l’oiseau accélère, en réponse.
Deux secondes, c’était une terrible idée, ils vont se prendre le ciel et tomber. La chute est possiblement mortelle.
Une seconde, ils passent, juste à temps. Le ciel se referme en un claquement derrière eux.

Sirius s’accroche de toutes ses forces au cou de son Soleil. Ils déboulent, deuxième canon sortant du  sol. Ils montent, montent, montent et lentement, ralentissent. La Roucarnage se place en vol stationnaire, un peu à l’écart du terrible spectacle qui se déroule un peu plus loin.

Si l’ambiance n’était pas au beau fixe quand ils sont partis, il n’est pas sur qu’elle se soit arrangée entre temps. C’est même plutôt l’inverse. Il voit des attaques partir et il lui semble reconnaître les dômes créés par les attaques de climats. Le ciel lui semble lentement tourner. Si il ne rayonnait pas d’un beau bleu à son arrivée, il est maintenant plus proche d’un profond gris orange que du soleil qui brille sur Lansat habituellement.

Que faire ? Rejoindre Alex premièrement. Il verra avec elle ce qu’ils feront. Ensemble. Il dirige rapidement sa Roucarnage vers l’endroit où il l’a laissé un moment plus tôt. Il cherche avec ferveur la moindre chevelure rousse, sans vraiment faire attention à ce qui les entoure.

Terrible erreur.

L’explosion les souffle.

La Roucarnage perd de l’altitude et pousse un cri terrible.

Les flammes sont proches trop proches. Incapable de parler, Sirius serre les jambes. Plus vite, plus vite. Plus vite que les flammes.

Soleil ralentit et bientôt, s’écroule sur le sol.

Le duo roule sur le sol.

La douleur est atroce et les cris de Soleil.

Oh les cris de Soleil. Ils le ramènent des mois en arrière. Des mois en arrière quand Soleil n’était encore qu’une Roucoups. Des mois en arrière quand elle a passé des mois longs à l’hôpital.

Pas encore, s’il vous plaît, s’il vous plaît.

Sirius lutte. Il lutte pour ne pas fermer les yeux. Il ne sait pas où ils ont atterris. Il voit des pieds autour d’eux. Il doit l’atteindre. Le plus vite possible. C’est trop dangereux. Les gens courent, tentent d’échapper aux restes de l’explosion.

Sirius rampe. Quelques personnes l’écrasent dans leurs courses et son dos, ses côtés, sont si douloureuses, si douloureuses.

Des larmes coulent le long des joues. Il commence à ne plus rien sentir. Il commence à partir. Il le sent, il va tomber dans les pommes mais avant ça il doit la sauver, il doit la protéger.

Il a faillit une fois, pas deux.

Il arrive jusqu’à elle avec difficulté. Il s’accroche à ses plumes. Elle a les yeux clos.

Non. Non ?

Elle a pas le droit, pas le droit.

Il approche ses doigts de son cou. Il cherche de longues secondes. Et tombe. Les larmes se transforment en joie. Pure, dure.

Elle respire.

Pas le temps d’en être heureux, le pouls est faible et il faiblit aussi vite que lui. Sirius attrape une bouteille d’hyper potion qu’il porte toujours depuis l’accident. Il la vide dans la bouche de la Roucarnage et enfin, la rappelle. Il compte sur le stabilisateur d’état contenu dans les balls.

L’absence du corps massif de l’oiseau le surprend et il s’écroule.

Tout devient noir.


©BBDragon

Spoiler:
 

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Pokéathlète Novice
avatar
Pokéathlète Novice
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 12
Jetons : 633
Points d'Expériences : 172

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 18:24


INTRIGUE : Principe de Causalité

Le bandage s'enroulait maladroitement autour du bras d'un gamin, et Bouddha fixait ses blessures paniquées. Les grosses mains de l'Alolien passait pommades, crèmes et plantes sur les loques. Quelle terrible personne, avait pensé judicieux d'ériger un mur de flammes au juste ? Dire qu'il y a quelques-minutes à peine encore, le grand brun essayait de dissuader un idiot fini de ne pas avoir recours à la violence. Quelle ironie. Et quel naïf, il était.

-Bombes ! cria une voix lointaine

Et en effet, un bruit d'explosion lointain se fit entendre. Les yeux de l'adolescent s'écarquillèrent. Alors qu'il s'immobilisa presque immédiatement. Il aurait voulu pleurer, mais la poussiére qui volaient autour du camp d'A2P, ainsi que la brume et la pluie qui leur était tombé dessus tout à l'heure avait complètement séché ses yeux.

-Ses connards de carnistes nous prennent pour cible lui confia une femme qui s'occupait des blessées avec lui Pas besoin du feros, on dirait

L'alolien baissa les yeux. Oui. Elle avait raison, son camp : déjà choisi à contre coeur se retrouvait complètement acculé, ça se voyait même d'ici. En retrait, à l'écart de la bataille.

- Il a trop de monde... constata tristement Bouddha  On ne pourra jamais tous les soigner, regarde ce gamin.

Beaucoup trop de monde. Pour lui qui n'était même pas encore spécialisé médecin, c'était un trop grand défi. Une bataille qui ne saurait gagner. L'alolien sentit son coup s'agiter, il se retourna et saisit les plantes mastiquées par son pokémon avant de les écraser et des les appliquer sur les blessures du gamin. Même avec l'anesthésiant, fourni par Aka, ce gamin tremblait... De la douleur ? Non. De la haine. Une colère, une conviction qui le faisait se lever : malgré ses blessures, malgré ses peurs. Et les poings de Bouddha se serrèrent.

L'équation était simple : trop de blessés dans leur camp. Pas assez de temps ici. Et si il voulait endiguer cette flopée, laisser une chance à ses camarades de soigner les leurs, il n'y avait qu'une solution : se battre.

Alors, Bouddha se retourna vers la femme :

- Je ne sais pas me battre. Je n'ai jamais voulu le faire. Mais ce monde est gris, si je veux les aider eux. Il faudra sans doute me salir les mains.

La femme fronça les sourcils aux mots de l'adolescent. Elle n'était pas sûre de comprendre.

- Ce n'est pas le plan mais... Je suis fort. Grand et fort. Si j'avais la motivation, je pourrais stopper plusieurs personnes. Les empêcher de blesser les autres, mais pour ça... J'ai besoin du feros.

Il se leva alors, fit un timide signe de main à sa camarade. Avant de s'éloigner d'elle. C'était une idée stupide. Une aberration. Mais pourtant... C'était sans doute la bonne choses à faire. Tous ces fois où on lui a dit qu'il était un véritable tank, qu'il impressionnait, qu'il était sans doute terrible sur un ring. Des bêtises. Des bêtises d'ignorant. Son esprit était bien trop opposé à cette idée, malgré son corps.

Son corps en était capable.

Capable de saisir des opposants, de les immobiliser, de faire barrage. Mais avant ça : il devait littéralement péter un câble. Et ça commençait sans doute en reniant ses principes :

- Aka, je ne veux pas te blesser. Reviens.

Le dodoala sortit d'un était quasi léthargique en haussant le visage, mais il n'eut le temps de s'interroger : que le voila déjà disparaissant dans un épais filet rouge. Bouddha rangea la pokéball dans son sac avant de continuer à marcher dans une direction inconnue. Il devait retrouver la fille qui était resté après Vega, elle savait sans doute où elle s'était envolée et ou le forum était.

Quelqu'un le percuta. Et Bouddha le toisa, enfin surtout son torse : le badge donné par la team rouage. Les deux se regardèrent un instant dans le blanc des yeux. L'autre était une gamine d'a peine douze ans, terrorisée par la taille de l'Alolien. Terrorisée par tout ce qu'il se passait autour d'elle. Purée - il n'y t'il donc que des enfants soldats dans cette bataille d'idéologie ? L'alolien soupira, s'accroupit à hauteur de la petite fille avant de la saisir par les épaules.

- Tu ne peux pas rester, ici. C'est dangereux.

Avec des gestes doux, il l'invita, à grimper dans ses bras et la serra fort contre lui. Un statitik, tout aussi apeuré, sortit de l'épaisse chevelure de la petite fille et grimpa jusqu'à l'épaule de l'Alolien.

- Je vais trouver un endroit calme, où vous serez en sécurité

L'alolien regarda autour de lui : trouver Vega et le sérum passerait sans doute aprés, assurer la sécurité de cette petite fille. Par précaution, il lui accrocha son brassard au bras. S'il tombeait sur la team rouage, il leur montrerait son badge et vise versa. Son regard s'arrêta sur une adulte qui portait le brassard de l'association. Elle avait l'air gentille, et il avait l'impression de m'avoir déjç vu à plusieurs événements A2P. C'était tout ce qui lui restait : les apparences.

Il trottina jusqu'à elle et l'apostropha :

-Hé ! Toi ! Il faut que tu m'aides.

Arrivée à sa hauteur, il précisa sa pensée, après fait en sort que le badge de la gamine ne soit pas visible.  

--Il faut trouver un endroit sur pour cette gamine et aussi... J'ai besoin de trouver Vega.





HRP:
 


Dernière édition par Bouddha Socket le Sam 4 Aoû - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7091-bouddha-socket-vague-a-larmes-termine#72104
Annonceur
avatar
Annonceur
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1609

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 19:02

Intrigue #12
Principe de causalité
Tulululu.

Cette mélodie, vous la reconnaissez ? Bien sûr, que vous la reconnaissez. Qui ne saurait pas reconnaître le son d’un gyrophare ?… Une personne malentendante, ok, pourquoi pas. Mais nous sommes d’accord que les concernés parmi vous se comptent sur les doigts d’une main ?

Tant mieux, car je doute que les policiers qui débarquent vous croient si vous prétendez ne pas entendre leur arrivée. Déboulant de chaque extrémité de la rue, les voitures viennent former un barrage au milieu de la route, ne laissant que les trottoirs de libre pour permettre aux piétons d’évacuer.

Les portes des véhiculent s’ouvrent, et des hommes vêtus de gilets par-balles surgissent. L’un d’eux possède un mégaphone.

« -Que la Team Rouage et A2P cessent toute activité belliqueuse ! Tous les civils sont priés de rentrer leurs Pokémon dans leurs Pokéballs et de récupérer leur calme ! »

Le son de sa voix résonne dans toute l’avenue et se répercute sur les surfaces des immeubles.  L’agitation ne fait que croître : partagés entre l’obéissance aux forces de l’ordre, et la volonté de se défendre des multiples agressions alentours, nombreux sont les citoyens à paniquer. D’autant que la maigre escouade policière venant de débarquer paraît bien insuffisante pour contenir ce semblant de guerre civile…

Pas de doute, il faudra attendre l’arrivée des renforts pour espérer un début de résolution.
Actions « Progressisme »

Du haut d’une fenêtre surplombant l’entrée de ses locaux, Garrick Gamble observe attentivement la situation en contre-bas.

« -Ils n’auront pas perdu de temps. »

Rangeant son téléphone dans sa poche, il acquiesce comme pour lui-même, satisfait de l’arrivée des policiers sur place. Pour l’instant, leur manque d’effectifs ne permettra pas de prendre le contrôle des rebelles, mais aura au moins le mérite de causer plus de pagaille dans les rangs ennemis.

Son contentement est d’autant plus grand que ses protecteurs parviennent à contenir les divers assauts dont Palladium est victime. Bien que cela ne soit pas flagrant, les gardes du corps et autres volontaires font suffisamment de dégâts chez les Rouages pour les empêcher de nuire à la multi-nationale. Et Action pour la Préservation des Pokémon a suffisamment à faire avec la Team malfaisante pour réellement pouvoir les atteindre.

Faiblement, il esquisse un sourire. Si les choses continuent ainsi, il n’aura même pas besoin de faire appel à eux.

Après avoir plongé une main dans son autre poche, il sort un talkie, et le porte à sa bouche.

« -Continuez de maintenir la pression sur la Team Rouage. Prenez les en tenaille avec les forces de l’ordre. Et quant aux autres... »

Une ombre passe devant la vitre. En un froncement de sourcil de mauvais augure, le président observe les nombreux Pokémon Vols au dessus des locaux.

« -Revenez à l’intérieur du complexe et empêchez Action pour la Préservation des Pokémon de rentrer dans les bâtiments. Je veux un groupe entre nos murs, et un autre dans l’avenue.  »

Garrick plisse les yeux.

« -Ne perdez pas de terrain.   »

Il fourre l’appareil dans sa poche, et se tourne vers son Cliticlic.

« -Allons en bas. »

BILAN DES PRÉCÉDENTES ACTIONS :
-Palladium parvient à déstabiliser la Team Rouage ; +0.5 Progressisme pour Potiron.
-Palladium parvient à défendre ses locaux d’A2P ; +0.5 Progressisme pour Potiron.

ACTIONS OUVERTES A TOUS :
-Rabattre la Team Rouage vers les forces de l’ordre ; +1 Progressisme, -1 Neutre.
-Empêcher A2P de pénétrer dans les bâtiments ; +1 Progressisme, -1 Préservation.  
Actions « Neutre »

Aaron lâche un grommellement mécontent.

« -Rah, mais ce qu’ils sont pénibles… »

Observant ces soudains agresseurs repartir en sens inverse, le dirigeant des Rouages essuie un peu de poussière sur sa veste d’un air nonchalant, et balaye la rue du regard. Les poulets débarquent, et Palladium vient mettre le bordel dans ses rangs… Le seul point positif dans tout ça, c’est qu’ils ne sont pas autant en difficulté que A2P, qu’ils acculent aisément dans un coin de l’avenue. Ce qui n’est pas plus mal : il faut supprimer la menace imminente… Toutefois, s’ils n’agissent pas rapidement, Palladium risque de sortir gagnant de cette guerre.

Rien n’est encore perdu, cela dit, et Aaron ne trahit pas l’once d’une hésitation, pas même en voyant des renforts A2P venir pénétrer les locaux de Palladium. D’un claquement de doigt, il ordonne à son Démolosse de pousser un aboiement suffisamment puissant pour capter l’attention, et propager de nouveaux ordres.

« -Si les policiers nous dispersent, A2P va en profiter pour propager leur virus ! Profitez qu’ils soient pris entre Palladium et nous pour les arrêter !… Et tenez moi ces flics à distance ! »

Impossible pour le chef d’une organisation criminelle d’ouvrir un dialogue avec eux. Après tout, ne méritent-ils pas tous la prison ? Et il est parfaitement logique que les représentants de la loi refusent de leur faire confiance, même pour arrêter un dangereux virus… Qui pourrait aboutir à une issue bien plus dramatique si Palladium décide de passer au niveau supérieur.

« -Stradivarius, reste sur tes gardes. »

Le Démolosse aboie, fidèle à son maître. La lutte ne fait que commencer…  

BILAN DES PRÉCÉDENTES ACTIONS :
-La Team Rouage échoue à se protéger de Palladium ; -0.5 Neutre pour Potiron.
-La Team Rouage parvient à neutraliser une partie des membres d’A2P ; +0.5 Neutre pour Potiron.

ACTIONS OUVERTES A TOUS :
-Ne pas laisser les policiers vous entraver ; +1 Neutre, -1 Progressisme.
-Acculer A2P dans les locaux ; +1 Neutre, -1 Préservation.

POUR MARIE ET ERIKA D'ELEOS :
-Suivre le sbire (venu vous chercher) et récupérer un Pokémon chromatique et caché de stade 1. 

Actions « Préservation »

Perchée sur son Roucarnage, Nathalie Vega affiche une mine contrariée.

« -Ils n’ont pas réussi à percer les premières défenses.  » 

Elle secoue la tête de droite à gauche, et observe tout l’armada de dresseurs accompagnés de leurs partenaires volants auprès d’elle.

« -Peu importe, il faudra pour nous jouer sur deux plans. Restez déterminés et octroyez-nous la victoire dont nous rêvons ! » 

C’est le signal. Sans plus attendre, la horde de Pokémon Vols plongent dans la cour de Palladium, juste derrière les gardes qui sont parvenus à contenir les assauts des premiers manifestants. Rapidement, ils descendent de leur monture, et avisent la porte des locaux, plus loin devant eux.

« -Que ceux qui sont restés dans l’avenue viennent nous rejoindre. Nous allons passer de force dans les bâtiments pendant qu’une partie de Palladium s’occupe de la Team Rouage. » 

Les forces de la multinationale sont scindées, et les criminels doivent faire face aux policiers. La situation n’est pas pour autant à leur avantage, et il va falloir redoubler de finesse si A2P veut parvenir à ses fins…

Mais la hardiesse du groupe est d’autant plus grande que leur détermination est sans faille. Et il ne faut pas sous-estimer leur volonté de justice…

BILAN DES PRÉCÉDENTES ACTIONS :
-A2P échoue à affaiblir la défense de Palladium ; -0.5 Préservation pour Potiron.
-A2P échoue à se protéger de la Team Rouage ; -0.5 Préservation pour Potiron.

ACTIONS OUVERTES A TOUS :
-Tenir tête à la Team Rouage ; +1 Préservation, -1 Neutre.
-Forcer le passage chez Palladium ; +1 Préservation, -1 Progressisme.

POUR ILEA ET BOUDDHA :
-Suivre la jeune femme (venue vous chercher) et récupérer un Pokémon de dernier stade.

Règles
• Au cas où ce n’est pas assez clair :
-La ligne de défense de Palladium se divise en deux parties. La première va empêcher A2P d’entrer dans les bâtiments et laisse l’accès au portail plus libre, la seconde va rabattre les Rouages vers les policiers.
-Les Rouages tentent de maintenir leur présence dans l’avenue, et ramènent A2P vers les locaux de Palladium pour les y encercler.
-Une partie des membres d’A2P ont surgi dans la cour de Palladium, tandis que ceux encore en état dans l’avenue tentent de les rejoindre.

• Vous pouvez choisir d’accomplir l’action de votre choix tant qu’elle n’est pas destinée aux membres ayant atteint un des derniers paliers. Vous pouvez parfaitement accomplir une action qui va à l’encontre du camp que vous avez choisi, tout comme vous pouvez la faire indépendamment des-dits camps. Libre à vous d'interpréter la façon dont vous l'effectuez, tant que cela reste cohérent avec l'objectif.

• Il n'est pas obligatoire d'accomplir une action pour poster ou agir.

• Dans tous les cas, précisez en balise HRP vos actions et choix, et postez dans le topic de positionnement selon la procédure habituelle pour récupérer votre point.

• UNE SEULE ACTION est autorisée jusqu’à la prochaine intervention PNJ. Vous n’êtes pas obligés de la faire dès votre premier post, mais une fois accomplie, impossible pour vous d’en changer.

• L’intrigue évoluera différemment en fonction des actions choisies.

• Les élèves souhaitant récupérer leurs Pokémon sont contraints de choisir l’action qui leur est destinée. Vous pouvez, cela dit, parfaitement refuser, et décider de partir sur autre chose, il y aura toujours moyen pour vous de les récupérer plus tard.

• Pour l’instant, il n’est plus possible de récupérer l’un des trois objets de dernier palier. Pas de panique, ils seront à nouveau disponibles lors d’un événement ultérieur. Vous pourrez également récupérer votre Pokémon de dernier palier si vous atteignez les points nécessaires en cours d’intrigue plus tard.

• Tous les leaders sont disponibles à l’interaction. Aaron est entre Palladium et les flics, et Nathalie et Garrick se font face dans la cour.

• Pour la moindre question, tournez-vous vers le staff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos.
Âge : 17 ans
Niveau : 31
Jetons : 1474
Points d'Expériences : 659

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 20:30





- Chourave, Abri !

Un mur psychique entoura la petite silhouette rose, alors qu'un énorme souffle vint s'y confronter. Le galekid, avançait son crâne vers l'explosion qui venait -une fois encore- d'envoyer valdinguer quelques-manifestants. La petite bête se tourna vers sa dresseuse alors qu'une goutte de sueur perlait sur sa peau métallique. Bien que son attaque gagnait en efficacité à force de se confronter aux même explosions, il ne pouvait pas l'effectuer à l'infini. Il n'était qu'un bébé après tout.

-Kid ! cria t'il de sa petit voix suraiguë

Il devait partir, maintenant. Et sa dresseuse semblait penser, la même chose tant son corps s'agitait à chaque nouvelle explosion. Les yeux écarquillés, avec les marques des pleurs qui courait sur ses joue ; les cheveux en bataille ; et son bras qui s'était mis à saigner à cause de l'agitation de la foule : Bellamy ne savait plus comment elle s'était retrouvé en plein coeur de la bataille, comme ça. Elle avait pourtant choisi de partir... De fuir, cette guerre qui n'était pas la sienne. De se cloitrer dans sa chambre, faisant un gros d'honneur - presque littéralement - à toutes ses idéologies mesquines et sournoises qui étaient venus saillir son île.

Mais il avait un monde entre l'envie et l'acte. Et malgré, elle, peut-être : la voila perdue en plein no man's land.

- Pom, Force cachée  !

Une violente vague brillante s'échappa en cercle, du corps du Nanméouïe qui pleurait de peine. Elle n'aimait pas devoir blesser les autres. Elle détestait ça, c'était tout le contraire de ce qu'elle était... Mais elle comprenait que c'était la seule chose à faire pour quitter cet endroit, pour mettre son humaine en sécurité. Elle pourrait à loisir, revenir ici profitant d'un moment d'inattention de l'humaine pour soigner un maximum de personnes... Mais pour le moment, elle ne devait pas s'attarder sur les blessés.

-Mé...ouïïïïïïïïïe ! cria t'elle en attaquant à nouveau.

Autour d'elle : les pokémons et les dresseurs qui s'approchaient trop prés de l'humaine, du poisson et du bébé Galekid, étaient balayés, repoussés ; certains même avec la désagréable sensation de ne plus pouvoir bouger.

-Hé ! Toi ! cria une voix en posant sa main sur l'épaule de l'étudiante.

La rose se retourna immédiatement vers l'homme qui l'alpaguaient, un air de terreur sur le visage. Comment était t'il parvenu jusqu'ici ? Les attaques de Chourave et de Pompom étaient sensés les tenir à distance, sensé mettre toute l'équipe en sécurité au milieu de tout ce chaos. C'était égoïste de sa part... Mais elle voulait fuir. Ne pas être mêlé à tout ça et juste attendre le retour de Lolita et Lancelot, tranquille, au calme de sa chambre.

La rose se dégagea presque immédiatement de l'homme. Elle recula d'un pas et le fixa d'un regard plein de peur. Elle le détailla un instant. Un brassard au bras : A2P. A2P et leur folie... Aussi elle cria.

- Ahhhhh ! Lottie, charge !

D'un geste souple et précis : elle se contorsionna, balançant la main droite vers l'homme. Son mouvement était puissant, emportée par la charge de son magicarpe. Trop puissant - et une douleur paralysante remonta son membre déjà saignant. La baffe que le poisson infligea à l'homme fut suffisamment forte pour que ce dernier se retrouve au sol. Désemparé. Et Bellamy et son équipe en profitèrent pour s'éloigner en trottinant : qu'importe si ses intentions étaient bonnes ou pas.

Dommage pour lui, mais la rose voulait sortir d'ici.

Le magicarpe se balançait toujours entre les mains de la dresseuse alors qu'une autre explosion eut lieu. Et cette fois ci, l'abri de Chourave se fissura alors que le pauvre galekid tomba ventre contre terre. Bellamy essaya quelques-secondes de le relever, de le prendre dans ses bras mais il était bien trop lourd... Alors elle le rappela dans sa pokéball, puis se tourna vers sa Pom :

- On a pas assez de force de frappe pour sortir d'ici en un seul morceau ! cria t'elle en se mordant la lèvre.

Sans Lolita, sans Lancelot, sans... Dolores ; il n'y avait rien à faire. Son équipe perdait toute son efficacité : Hamtaro était bien trop faible sur un tel terrain, Chourave n'était qu'un bébé et Lottie faisait une bonne arme, mais pas un bon allié. Restait Pom. Pom et son courage, Pom qui prenait sur elle pour faire taire tous ses instincts. Pom qui était si merveilleuse.

Mais pas miraculeuse.

Et c'était bel et bien un miracle qui leur fallait maintenant, quelque-chose de divin qui tordait la réalité en rêve. Ce genre de truc qui n'arrive que dans les films. La rose leva les yeux au ciel : elle avait épuisé son quota de miracles... À moins que... Les yeux glacés de la rose se posèrent un instant sur une tâche brune qui tombait du ciel. Était-ce un ange ? Non, beaucoup mieux : une porte de sortie.

Un Roucarnage balayé par la force de l'explosion et qui vint s'écraser au sol quelques mètres devant la rose. Il était sans doute blessé mais... Elle avait Pom', si elle arrivait à la soigner grâce à sa précieuse Pom alors elle pourrait le chevaucher et s'éloigner de champ de bataille infernale.

- Pom ! Le Roucarnage !   lui cria t'elle

La Nanméouïe se retourna vers l'oiseau tombé au sol, elle hocha la tête et courut vers lui en attrapant la main gauche de sa dresseuse. S'enfuir. La mettre en sécurité. Lottie, elle, se laisser balancer au bout du bras de Bellamy.

Mais avant que le trio n'atteigne l'oiseau, ce dernier disparut dans un flash rouge caractéristique, dévoilant qu'il n'était pas seul et qu'un être vivant le chevauchait. L'humain tombe lourdement au sol, son pokémon disparu. Bellamy ne réalise pas tout de suite, elle continue de courir... Tout droit. C'est comme si elle n'avait pas vu. Comme si elle espérait secrètement que l'individu était un ange qui la prendrait sur son dos, s'envolerait avec elle et l'amèneraient prés de Lolita.  

Mais ce n'est pas un ange. C'est Sirius. Elle le reconnaît maintenant qu'elle arrive à son niveau, qu'elle se penche sur lui. L'espace d'un instant, elle jette un regard à Pom qui secoue la tête de gauche à droite, un air grave sur le visage. Bellamy se mord la lèvre.

Elle pourrait.

Elle pourrait le faire. Juste prendre les pokéballs de Sirius, s'éloigner de lui, délivrer ses compagnons, inventer un mensonge et profiter d'eux pour s'enfuir. Mais son coeur paralyse ses mouvements... Quel monstre serait t'elle de séparer un dresseur de ses pokémons ? Quelle hypocrite serait- elle ?

Il en est hors de question.

Alors, elle se recule un peu. Laissant Pom utiliser vibra soin sur ce petit connard égocentrique. L'espace d'un instant, elle hésite avant de se mettre à fouiller le brun. Elle n'allait pas séparer Sirius de ses pokémons, mais rien ne l'empêchait de leur demander un peu d'aide. Elle se saisit des pokéballs du brun et les fixa un instant. Sans trop savoir quoi faire...

Elle ne savait pas utiliser des pokéballs qui n'étaient pas les siennes.

Un peu pantoise, elle leva les yeux pour tomber nez à nez sur un garçon blond qui la détaillait, elle, Pom et Sirius. Elle ne le connaissait ni d'éve, ni d'Adam mais eut l'impression qui l'insultait de pilleuse de cadavres - le reflet de sa propre honte. Et ce n'était pas tout à fait faux, non plus. Ne sachant pas trop depuis combien de temps il était là, et ce qu'il avait pu s'imaginer en la voyant ainsi fouiller Sirius, elle se justifia :

-Il est tombé du ciel. Je me dit qu'il faut l'évacuer pour le soigner au mieux, mais aucun de mes pokémons n'en est capable. J'espére juste que l'un des siens sera capable de nous permettre de nous barrer d'ici.

Le discours de la rose sonne sans grande conviction. Elle, connaît ses pensées, sait qu'elle a envisagé de faire autre chose. Quelque-chose d'horrible : et son visage rougit, son corps tremble, ses yeux pleurent.

- Il s'apelle Sirius  dit t'elle piteusement.

On pourrait presque croire qu'elle a de la peine pour ce petit connard, après avoir ressenti de l'empathie pour Marie. Cette journée serait bien, celle de tous les possibles. Mais la vérité, c'est qu'elle est paniquée, apeurée, aussi blessée que Sirius.

Il n'y aura pas de miracles aujourd'hui. Et ces sirènes de police qui résonnent n'y changeront rien.


   
INTRIGUE : Principe de causalité

©BBDragon

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Alola
Âge : 14 ans
Niveau : 39
Jetons : 4234
Points d'Expériences : 906

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 21:30

Je suis totalement perdue, toute cette situation me dépasse. Lorsqu'Haru aka PtitAzuré nous demande depuis quand Salomé et moi sommes en couple, j'hausse les épaules. Ce n'est pas le moment de parler de nos histoires de coeur compliquées. J'écoute les autres parler sans vraiment comprendre. Salomé semble surprise de voir le blond et l'autre rousse porter un brassard d'A2P alors qu'ils semblaient être contre leurs idées mais le problème est vite réglé quand ils avouent s'être infiltré pour les détruire de l'intérieur.

Finalement, la jeune femme nous confie une Pyroli et une Mentali pour nous amener à l'endroit où l'on doit tous se rassembler, c'est-à-dire là où s'est formé le quatrième camp. La jeune femme blonde, quant à elle, doit s'éclipser pour je ne sais quelle raison.. elle est bizarre. Bref, je me tourne vers Salomé.

« Ecoute, on va rejoindre Ida. Il me semble que tu la connais, non ? Elle est médecin et toi aussi, tu seras plus utile là-bas. Tu pourras lui prêter main forte. Sur place, il y aura sûrement mon Gouroutan, il pourra aussi nous être utile. »

Je lance un dernier regard aux autres avant de partir vers l'endroit qui semble le plus calme pour l'instant. Je fais tout pour éviter le mur de feu et les différents tempêtes qui se mélangeaient au dessus des partisans de l'association. Je crois qu'on a tous décidé de s'en prendre à Vega et ses hommes. Malheureusement, j'ai peur que Gamble en profite pour prendre l'avantage. Mais à peine arrive-t-on sur place qu'un son retentit dans les rues de Lansat: la police. Immédiatement, je lève les yeux au ciel mais aucun signe de Sonic. Le Bruyverne a dut s'éloigner un peu à cause des différentes attaques météorologiques. Il a du emmené les trois autres volatiles avec lui, ce qui me soulage. Je sais que je peux lui faire confiance. Je m'approche et aperçoit Idalienor. Au même instant, Louis, mon Gouroutan arrive avec Forest et Plume. Je cours vers lui.

« Louis ! ... Mais où sont Ginger et Poppo ? » dis-je en regardant aux alentours.

Le Gouroutan prend un air saoulé.

« Poppo reste en permanence avec le Picassaut, il n'a pas voulu nous suivre. Et Ginger.. j'ai préféré le laisser dans la cuisine du dortoir.. Il ne fallait pas ? »

Je lui fais signe que non, il a bien fait. La police arrive sur place alors je m'empresse de mettre mon 'badge' de la Team Rouage dans ma poche. J'écoute attentivement l'homme qui parme au haut-parleur avant de me tourner vers les deux évolitions de la jeune femme rousse.

« Retournez prêt de votre dresseuse, ne vous en fait pas pour nous. Maintenant qu'on est ici, ça va aller. »

Je me tourne ensuite vers ma Emolga, toujours fièrement posté sur mon épaule.

« Retrouve Sonic et les autres et dit leur de rester planqué. Ils ont du se rapprocher de l'académie pour éviter d'être touché par les intempéries. »

Bady acquiesce avant de bondir à pleine vitesse dans les airs. Je regarde Louis, Plume et Forest et leur demande de rester grouper et de ne rien faire. Je pose ensuite le Natu sur l'épaule du Gouroutan en lui ordonnant la même chose. Je me mets à côté d'eux et observe la suite des événements, ne sachant que faire. Ulka, le Météno, reste toujours près de moi. Je sais qu'en qu'à de besoin, il sera là pour moi. Mais la police est de notre côté, enfin je crois.. Je me méfie d'eux toujours à cause d'Esteban et j'ai peur qu'ils ne soient aussi du côté de Gamble.
hrp:
 

_________________


MOODBOARD:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6244-429-ana-carolina-gladio-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6246-ana-carolina-gladio-mentali
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 46
Jetons : 2571
Points d'Expériences : 1175

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 4 Aoû - 22:20

Quand tout l’monde sue dans la rue
Devant les locaux de Palladium
C’est l’heure où la police
Allume ses gyrophares
Qui est-ce qui fout le souk ?
Sûrement les écolos
Qui met l’feu aux écolos ?
C’est sûrement pas la zouk
Alors, c’est la paniqu’ sur le boulevard
Quand on arrive en ville.

Quand on arrive en ville
Tout l’monde change de faction
On n’a pas l’air honnête
Mais on s’amuse bien
Des filles qui se bécotent
Ça fait pleurer Logan
Mais quand ils passent à l’action
Avec des cocktails molotovs
Ça fait, comme un big bang sur les étoiles

QUAND ON ARRIVE EN VILLE

Nouuuuuus
Tout c’qu’on veut c’est ramener la paix
Mettr’ Palla’ dans son placard
On n’a pas l’temps d’attendr’ une aide des flics
Nouuuuuus
Tout c’qu’on veut c’est ramener la paix
Renvoyer Vega chez sa grand-mère
On prend tout’les occases en attendant

Quand on arrive en ville
On arriv’ de la forêt
On a Ectoplasma
Il flotte autour de nous
Le jour il est souriant
On passe incognito
Ou peut-être pas tant que ça
Et on s’envol’ dans la mêlée

Alors
Préparez-vous pour le sauv’tage
QUAND ON ARRIVE EN VILLE

Quand la rue de Palladium
Est plongée dans les micro-climats
Les gens qui s’y promènent
Ressortent avec un rhume
On agit pour Lansat
On s’attaque aux dirigeants
C’est p’t’êtr’ qu’on est débiles
C’est p’t’êtr’ par désespoir
Du moins
C’est c’que diront les journaux du soir

QUAND ON ARRIVE EN VILLE

Nouuuuuus
Tout c’qu’on veut c’est ramener la paix
Mettr’ Palla’ dans son placard
On n’a pas l’temps d’attendr’ une aide des flics
Nouuuuuus
Tout c’qu’on veut c’est ramener la paix
Renvoyer Vega chez sa grand-mère
On prend tout’les occases en attendant

Quand viendra la police
On sera des criminels
Si on les arrête pas maint’nant
Demain il sera trop tard
Qu’est-ce que on va faire maint’nant
On va p’t-êtr’ voir Sirius
Si je n’y vais pas là
Je n’ pourrais pas dormir ce soir
De peur
De ne plus revoir mon broloc’
Préparez-vous pour le drama
La police débarque sur l’boul’vard

QUAND ON ARRIVE EN VILLE


ENTRACTE (Pause pipi pour les intimes)

La silhouette noire s’élança par-delà les différents camps en direction de l’étoile tombée à terre. Une jeune fille à la chevelure rose était déjà sur les lieux, mais à la vue de son camarade inconscient, Noctaman se jeta sur son corps, venant entourer sa tête de son obscure main gantée.

REPRISE (dans la joie et la bonne humeur)


Oh Sirius si tu savais
A quel point je m’en veux
Oh Sirius si je pouvais
Tuer celui qui t’a fait ça

Evanouie mon innocence
Tu étais pour moi mon meilleur ami
Peu à peu je t’ai perdu
Malgré mes efforts désespérés

Et rien ne sera jamais plus pareil
Palla’ et A2P nous ont séparés
Les hommes sont devenus fous à lier
Je donnerais tout pour oublier

Oh Sirius si tu savais
A quel point je m’en veux
Oh Sirius si je pouvais
Tuer celui qui t’a fait ça

Et je cours dans toute la ville
Sauver les innocents
Sous la pluie et la grêle
Je vois des ombres s’entretuer

Aujourd’hui c’est le grand jour
Il ne faut pas laisser tomber
Réveilles-toi, je t’en supplie
Oh Sirius je t’en prie fais-moi un signe

Woooooh Wooh WooooOOOOOH !

(Solo de guitaaaaaaare youhouuuuuuuu !)

Allongé sur l’bitume je te retrouve
Ta belle Soleil dans le même état que toi
Mes yeux n’ont pas assez de larmes
Non je n’veux pas que ce soit vrai

Oh Sirius si tu savais
A quel point je m’en veux
Oh Sirius si tu te réveillais
Je dirais que tu avais raison
Oh Sirius si tu te réveillais
S’teuplait, reviens-moi mon bro


HRP:
 

_________________
Cliquez là ! Ou là ! Ou peut-être bien que c'est là ! Mais cliquez Very Happy :
 


Dernière édition par Paul Nyllis le Lun 6 Aoû - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 5
Jetons : 1229
Points d'Expériences : 234

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 5 Aoû - 10:39

Le prénom lui était venu comme ça, instinctivement, sans trop réfléchir. Ce prénom, qu’elle a lu à plusieurs reprises au court de carrière de lectrice, a choisi de se poser sur le corps de ce pokemon tout doit revenu des temps anciens pour récupérer sa place. Amagara est un pokemon à l’apparence d’un dinosaure. Sa couleur bleue pale et son long cou lui en donne toute l’apparence. Ses petites oreilles en formes de collerette accentuent le côté enfantin qu’il peut avoir, en tout cas t’en qu’il n’a pas évolué dans sa forme la plus imposante. Toujours en lui caressant la tête, Ranya se replonge dans ses lectures sur le sujet. Les pokemons fossiles ne sont pas aussi captivant que toutes les légendes que contiennent ce monde mais constituent une part de mystère qu’il ne faut pas négliger. A ses yeux, si Arceus a bien voulu leur accorder cette forme fossilisée, c’est qu’ils doivent avoir quelque chose de spécial. Ils sont différents.

Le scientifique s’approche de la blondinette et dépose une veste sur ses épaules, voyant sa peau frissonner depuis qu’elle a pénétré dans la zone de glace. Souriant, il reprend sa discussion avec elle. « Saphira, je connais ce prénom. Pourtant Amagara n’est pas de type dragon, alors pourquoi ? » La jeune fille hausse les épaules avant de répondre « Je ne sais pas, ça m’est venu comme ça, et puis ça n’a pas l’air de la déranger. »

En effet la dénommée Saphira accepte avec plaisir sa nouvelle nomination et continue de chercher des caresses à la jeune enfant, sans même se soucier une seconde du scientifique qui se tient à côté d’elle. Bientôt le reste du groupe d’Amagara se dissocie des deux humains et part un peu plus loin, abandonnant celle qui semblait leur servir de leader. Après ça, le jeune homme intervient de nouveau « C’est la première fois qu’elle se laisse nommer. La quasi-totalité des pokemons présents ici ont déjà un nom qu’on leur a attribué à la naissance. Souvent, ils acceptent ce nom mais elle la toujours rejeté. On a essayé pleins de prénoms différents mais impossibles de créer du lien avec l’un d’entre eux. »

La danseuse, fière d’avoir réussi à établir un lien comme il le dit si bien, sourit de toutes ses dents avant de lui répondre de nouveau « Peut être que toute simplement Saphira rêvait d’être un dragon ». Cette phrase suscite alors une vague de joie de la part de son nouveau pokemon qui pousse un cri de satisfaction très facilement reconnaissable. Le scientifique sourit à son tour avant de lui tendre ce qui doit surement être la pokeball de ce magnifique pokemon. « Tiens je te la confie donc. Prends-en bien soin. Je dois filer mais surtout n’oublie pas que Palladium est bon. » Le jeune homme lui adresse un dernier signe de la main avant de s’éloigner, visiblement fier d’avoir rempli la tâche que monsieur Cramble lui a confié.

La question maintenant est de savoir ce que Ranya va faire de toutes ces informations, et de ce nouveau pokemon. A la base, le président de l’entreprise veut qu’ils utilisent ses pokemons pour repousser les assauts des deux clans ennemis si on peut les appeler ainsi. Mais la danseuse se voit très mal utiliser Saphira pour geler les personnes se trouvant en face d’elle. Pas que la blonde est une morale très justifiable, mais elle a tout de même certaines limites. Elle murmure au creux de l’oreille de sa nouvelle partenaire « Tu crois que je devrais faire quoi toi ? ». Pour seule réponse, la Amagara se contente de frotter le bout de sa tête contre la tempe de l’enfant, signe qu’elle ne devrait peut-être pas trop s’en faire. Après tout, elle est censée retrouver Nico dans pas trop longtemps.

La danseuse prend alors la direction opposée, histoire de retrouver le fameux ascenseur. Mais son regard est happé par l’un des couloirs se dégageant de la serre géante. Curieuse, la jeune fille s’approche davantage mais est rapidement devancée par Saphira qui s’élance à toutes jambes dans ce nouvel endroit auquel elle n’a probablement jamais eu accès de toute sa vie. Ranya la suit jusqu’à tomber sur un petit débarrât. A l’intérieur, que des petits objets qu’on utilise souvent pour préparer une fête. Peut être était-il prévu pour inaugurer ce lieu ? Surement, mais ils n’en auront pas l’occasion visiblement, en tout cas vu la tournure des événements actuels. Pendant que la demoiselle inspecte les différents objets disposés sur les armoires, la Amagara a trouvé le moyen de jouer avec les ballons entassés dans un coin. La pauvre essaie de les remplir d’air mais sa mâchoire est trop grande par rapport à l’orifice disponible. La blondinette rit avant de venir voir à son tour ces petits ballons. Effectivement, ce sont des ballons de baudruche assez classiques, mais qui remplissent parfaitement leur rôle. Une idée traverse alors l’esprit de la jeune fille. Et si elle leur donnait un nouveau rôle. Elle emporte alors le sachet et se dirige à toute jambe vers l’ascenseur où l’attend déjà son camarade.

Une fois arrivée, elle le salue et fait les présentations nécessaires. « Me revoilà, désolé du retard. Je te présente Saphira, ma Amagara. Toi tu n’as pas fait les choses à moitié à ce que je vois avec un Ptera. C’est vraiment immense, comme ils le disent dans les livres. Bonjour Ptera, moi c’est Ranya. ». La jeune fille rappelle son pokemon fossile dans sa pokeball avant de sortir un autre de ses compagnons. Sa Grenousse, Heqet. Celle-ci la regarde étrangement, l’air de demander sa présence ici, obligeant la danseuse a accéléré la présentation de son idée farfelue. Elle tend son sac de ballons en plastique vers le jeune garçon pour commencer « Et si on allait s’amuser un peu là-haut, histoire de détendre l’atmosphère. »

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6896-471-danse-avec-moi-ranya-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6897-ranya-iluzion-givrali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1913

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 5 Aoû - 11:37

Mon meaculpa est visiblement bien passé auprès de Rodrigue puisqu’il me félicite même pour avoir compris mon erreur toute seule. Je soupire de soulagement. Il n’est pas encore temps pour moi de renoncer à faire le bien, que ce soit au niveau de mon engagement de ranger ou même de médecin. Je l’ai un peu trop oublié aujourd’hui. C’est mon rôle, ma position, celle que j’ai toujours eu. D’un geste énervé, je jette mon badge de la team Rouage au seul et l’écrase d’un coup de talon. Je n’aurais jamais dû porter cette chose sur moi, et ce peu importe la signification que je lui donne. Sur ce point-là, Ginji avait raison. Le Phyllali m’explique rapidement ce qu’il a mis en place ici, c’est-à-dire une zone neutre destiné à soigner les blessés. Elle va aussi devoir servir de zone de rassemblement maintenant.

Si tout va bien d’autres élèves ne devraient pas trop tarder à revenir par ici, ça nous fera déjà plus de monde. Je vais aussi laisser mes pokemons pour consolider la zone. Comme tu as l’air de savoir gérer cet endroit, je te laisse les diriger. Tu as ta disposition tous les pokemons que tu voies derrière moi. Je peux aussi faire appel à un Chevroum et à un Lokhlass, que je ne sors pas au vu de leur taille plus imposante. Je compte sur vous tout le monde !


La quasi-totalité de mes pokemons sont présents à mes côtés. Ruru bien sûr, mais aussi Yuko, Pop, Hiro, Ainara, Hyori, Beryl, Misis, Oracion, et le petit dernier Pichu. Tous sont maintenant prêt à maintenir cette zone neutre sans lâcher prise. J’admets que la nouvelle d’Hyori m’a bien tracassé mais appeler Cael était la meilleure solution au vu de la situation actuelle. Il est le mieux placé pour aller la chercher, moi-même étant beaucoup trop loin pour agir efficacement sans se disperser davantage. Le signe de ralliement de Rod me fait sourire. C’est assez drôle pour qu’on le remarque en effet. Logan arrive assez rapidement pour me mettre au courant du choix de l’une des filles qui a récupéré un pokemon, Yuna visiblement. Elle a décidé de s’infiltrer chez A2P. Je grince des dents. Vu la bzar actuel, il aurait été mieux de tous être ensemble ici. Mais bon maintenant c’est trop tard. « Merci de m’avoir prévenu. Tu vas pouvoir nous aider. Cette zone doit être un point de ralliement pour tous les élèves de la PC. Est-ce que tu connais d’autres personnes encore dans la foule que tu pourrais convaincre de revenir vers ici ? »

Rod a raison, il nous faut ramener les autres qui sont encore là-bas. Il voudrait que je m’en occupe mais j’ai l’impression que ma place sera plus utile ici. Tiens justement voilà Ana qui revient en compagnie de Salomé. Je suis très contente de les revoir ici. « Les filles, heureuse de vous voir ! Plus on est ici mieux ça sera pour trouver une solution ». Je connais Salomé et je sais qu’à défaut de ses méthodes parfois étranges, elle est une très bonne alliée pour le camp Lansat. A peu près au même moment, Rodrigue file en direction de la foule, m’annonçant quelqu’un qui est tombé du ciel. J’avoue ne pas l’avoir vu moi-même alors je suis fait confiance pour le ramener, en espérant que ses blessures ne soient pas trop graves.

Quand je jette un œil moi-même vers le ciel, je réalise enfin que la situation est chaotique. Autour de l’espace Team Rouage, des zones climatiques se sont formés, perturbant fortement le vol de certains pokemons. Des flammes et des éclairs virevoltent dans tous les sens, ainsi que des sortes d’explosion qui provoquent un souffle énorme, et très dangereux. Renvoyer des gens là-bas serait une folie. Il y aurait plus de blessés qu’autre chose. Même si la police vient d’arriver, je doute que cela change grand-chose. Ils sont peu nombreux, et visiblement très mal équipés.

Lorsque je sens ma peau frissonner, je me tourne vers là où sont censés se trouver mes pokemons. Mes yeux s’écarquillent. Pichu et Pop sont en train d’utiliser des attaques Fatal-Foudre sur le même rythme, et de manière suffisamment puissante pour que cela s’élève très haut dans le ciel. Furieuse, je me jette sur eux pour les engueler « Non mais ça va pas tous les deux ! Vous ne pensez pas que c’est déjà assez le bazar comme ça ?! Inutile dans rajouter avec vos attaques électriques ! ». Les deux pokemons baissent la tête sans rien dire, jusqu’à ce qu’Hyori prenne la parole par télépathie à son tour « Idalienor ils étaient en train d’écrire en morse « POKEMON COMMUNITY ICI » avec leurs attaques électriques. Ce n’était peut-être pas la bonne manière de faire mais l’intention était là. »  Je soupire. Ces deux-là relèvent à peine les yeux, de peur de confronter mon regard courroucer. Je me baisse à leur hauteur avant de leur caresser la tête « Merci tous les deux, mais la prochaine fois prévenez pour ce genre d’initiative. » Ils hochent la tête tous les deux avant de retourner auprès des autres.

Je finis par voir Rodrigue revenir vers ici. Mon sang ne fait qu’un tour. Dites-moi que ce n’est pas Sirius que je vois dans ses bras ? Dites-moi que ce n’est pas lui que je voie couvert de brûlure ? Mais si c’est lui. Paul et Bellamy sont également là. Ils devaient être avec lui quand l’accident a eu lieu. Le blond dépose mon ami dans la zone neutre. J’ai les larmes aux yeux. Reprend ton souffle, ça va aller. Tu peux gérer ça. Je me penche au-dessus de lui et vide ma sacoche remplie de trucs de médecine pour essayer de m’en occuper. Premièrement, j’arrache son t-shirt déjà à moitié brûlé pour ne pas que le contact du tissu chaud le brûle davantage. Visiblement c’est sur son torse que les blessures se sont concentrées. Vu l’urgence de la situation, je ne vois qu’une seule chose à faire, faute de mieux. Je libère de sa pokeball mon Lokhlass. Je n’ai même pas besoin de lui expliquer la situation qu’il comprend tout seul. De manière très précise, il concentre un jet d’eau froide sur les zones brûlées de son torse, pendant que ma Eoko utilise son attaque Vibra-Soin pour essayer de refermer plus vite les blessures. De mon côté, je lui retire sa montre une fois refroidie pour ne pas qu’elle lui colle davantage à la peau puis commence à essayer de retirer tout ce qui pourrait causer dans ses plaies une infection. Sans quitter les yeux de son corps meurtri, je m’adresse à tout le groupe présent ici.

Pour l’instant c’est tout ce qu’on peut faire. Il faut qu’on trouve une solution pour éviter que d’autres accidents de ce genre se reproduisent, mais sans pour autant mettre en danger la vie de quelqu’un. Si quelqu’un à une idée je suis preneuse. On en aurait bien besoin …
Résumé:
 

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Kanto
Âge : 14 ans
Niveau : 5
Jetons : 752
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 5 Aoû - 12:51

Principe de causalité
Intrigue N°12
Le groupe se forme peu à peu, chacun s’adaptant à l’autre. Elle commençait en même temps à réfléchir à un plan, n’importe lequel pour réussir à « calmer » la situation, enfin, façon de parler. Mais la stratégie, ce n’était vraiment pas son truc. Elle n’était douée que pour une poignée de choses, et établir un chemin propre et clair à suivre n’en faisait pas partie, loin de là.

Cependant, elle n’eut pas vraiment le temps d’y songer plus longtemps.

Le bruit se fit énorme dans ses oreilles, lui faisant pousser un cri, plaquer ses mains sur ses appareils auditifs pour les arracher brutalement et les jeter devant elle, tombant presque à genoux tant la douleur était puissante. Le sifflement qui retentissait dans son crâne était encore plus assourdissant que tout le chaos ambiant ne l’avait été jusqu’à maintenant. Elle resta un instant prostrée, ne parvenant pas à bouger, les yeux fermés, essayant de se reprendre. Puis, elle ouvrit les paupières, lentement.

Ces bruits sourds étaient maintenant si reposants. Elle n’avait plus à se concentrer pour écouter les choses autour d’elle, elle n’avait plus à se forcer à entendre, à souffrir comme ça. Sa main vint saisir les appareils au sol, les agrippant avant de les ranger dans sa poche tandis qu’elle se relevait progressivement. Revenir à ses bonnes vieilles habitudes… Etait-ce ce qu’il fallait faire ? Son regard glissa un instant vers les gyrophares des flics qui arrivaient, et elle ne put retenir un petit souffle presque dédaigneux. L’autorité, hein. Jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais eu la preuve qu’une quelconque autorité savait ce qui était juste ou non. Jusqu’à maintenant, elle n’avait toujours vu les figures d’autorité imposer leur vision des choses grâce à leur influence.

Et puis, elle était énervée. Quelqu’un lui avait fait mal, quelqu’un avait fait mal à d’autres gens, et même si elle-même s’était dirigée juste avant vers le groupe d’A2P, on passait à un tout autre niveau, et elle n’était pas d’accord du tout. Il y avait des blessés, plus graves que ceux que l’on aurait pu trouver dans une simple petite manifestation. Non, vraiment… Elle n’arrivait pas à garder son calme.

« - Genki… »

Un simple murmure dans ce brouhaha avait pourtant suffi pour capter l’attention du Pokémon, qui avait à peine tourné la tête vers sa dresseuse, cette dernière commençant une avancée lente en direction de la foule. Elle ne prenait même pas la peine d’en parler à ses deux compagnons. De toute façon, elle ne pensait même pas à eux, et ils n’allaient pas comprendre ce qu’elle ressentait, alors autant ne pas perdre de temps en discours inutiles.

S’arrêtant à quelques mètres du plus gros de la « bataille », composée de plus d’éléments d’A2P que de Palladium, elle resta un moment sans bouger avant de lever sa main rapidement, pointant du doigt les gens amassés face à elle. Pas un mot. Et pourtant, le Tauros massif savait exactement quoi faire. Son sabot frotta le sol deux ou trois fois, son museau souffla un air brûlant, et il chargea tête baissée dans toutes ces personnes. Elle se fichait bien du résultat. Elle était juste totalement emmerdée, là.

Elle fit finalement volte-face pendant que son acolyte tentait d’encorner n’importe qui, sa main précédemment tendue cherchant à attraper la première personne qui semblait vouloir se battre et être capable de se défendre. Elle allait tous les cogner.
AkumaCursed


Spoiler:
 


_________________

"When life gives you lemons, squeeze them and aim for the eyes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7402-502-shiori-un-poing-c-est-tout-100-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7404-shiori-yamasaki-pyroli
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 88
Jetons : 5152
Points d'Expériences : 3291

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 5 Aoû - 18:51

Ginji Labelvi
      rp commun



« Principe de causalité »


Crac. Crac.

Mes phalanges émettent ces petits sons distinctifs, en rythme avec le mouvement de mes doigts. Cette discordante mélodie se perd dans le brouhaha ambiant, tout aussi dissonante, et quelque part, je me plais à penser que mes futurs adversaires auraient gagné à prêter plus d’attention à cet insignifiant bruit.

Depuis le début, il en a été ainsi. Je ne suis qu’une victime parmi tant d’autre, dont le seul impact est d’incrémenter d’un point les statistiques entourant les méfaits de la Team Rouage. Un nombre parmi les nombres, un blessé parmi les blessés, un ennemi parmi les ennemis. Mon impact n’est pas nul : il est simplement disproportionné par rapport à l’ampleur des crimes qu’ils ont commis.

Pour toutes les personnes qu’ils ont voulu brûler, je n’ai fait que crier.

Pour toutes celles qu’ils ont kidnappé, je n’ai fait que me lamenter.

Pour toutes celles qu’ils ont volé, je n’ai fait que rendre un ou deux coups.

Ils m’ignorent. Je ne suis qu’un figurant, dans leurs histoires. Un dégât collatéral, une tête dans la foule. Ils ne savent pas tout le mal qu’ils m’ont infligé. Ils en ont rien à faire. Ils ont déjà fait souffrir tant de personne, que se passerait-il s’ils devaient s’attarder sur chacune d’entre elles ? Ah ! Ils ont autre chose à foutre. Comme… Blesser d’autres personnes. Encore.

Alors ces doigts, qu’ils refusent d’écouter… Ce poing, auquel ils n’accordent pas la moindre attention… Ils vont apprendre à le regarder.

A le regarder… Le craindre…

Et se le prendre en pleine poire.

Ouais.

On va faire ça.

Alors que la silhouette de Caroline disparaît dans la foule, je me tourne vers la horde qui garde l’entrée de Palladium. Les sons des gyrophares et d’un mégaphone accroissent la cacophonie environnante, et auraient rendu toujours plus inexistants le craquellement de mes os s’ils n’avaient pas déjà cessé.

Une menace de plus pour la Team Rouage.

Quelque part, qu’elle empiète sur celle que je souhaite représenter me contrarie.

Légèrement.

Mais je suppose que je ne peux pas réclamer une vendetta pour moi seul.

« -On a du nouveau. Il nous faut des volontaires pour aider la police à coffrer la Team Rouage, et d’autres gens pour limiter l’intrusion d’A2P dans les locaux. »

Je me tourne vers les-dits locaux, que je viens tout juste de quitter. Des adhérents de l’association écologique, dirigés par Nathalie Vega, sont en train de mener un assaut aérien. Est-ce que ma grande sœur va être amenée à les rejoindre… ? Si je devais faire confiance à mon sens des priorités, je dirai qu’il serait plus prudent de d’abord stopper Action pour la Préservation des Pokémon pour empêcher la propagation du virus. Mais je n’ai aucunement envie de me retrouver en face de ma grande-sœur au milieu de la mêlée – bien que j’espère qu’elle se ne prêtera pas à cette mascarade –, et de toute façon, je me languis depuis tellement longtemps de casser du Rouage que je me dois d’assouvir cette pulsion au plus vite.

Je crois bien que le moment est venu.

« -J’y vais. »

J’ignore si les gardes du corps en ont quelque chose à faire qu’un adolescent tout juste majeur prenne part aux opérations. Je ne suis qu’un bataillant parmi tant d’autre, dont le seul impact est d’incrémenter d’un point la quantité de personnes luttant à la solde de Palladium.

Mon tempo interne n’est entendu de personne.

Je vais le faire rugir.

« -En avant ! JE COMPTE SUR VOUS ! »

Ma main vient balancer une demi-dizaine de sphère, qui prenne du volume en vol pour soudainement libérer leur contenu. Lucina, Châtaigne, Zelf, Thoron et Punch apparaissent, et observent avec une grande attention le bordel alentour. Je récupère les Pokéballs, les range dans mon sac, et viens à la hauteur de mes Pokémon. Une main posée sur le dos du Pharamp, j’utilise l’autre pour leur désigner du doigt le rassemblement organisé par la Team Rouage.

« -Les hommes en combinaison…  »

J’observe les sbires et leurs Pokémon s’affairer. Il y a même des citoyens équipés de badge, parmi eux… Dire qu’ils ont accepté de prêter leur force à des terroristes. C’est intolérable. C’est inconcevable. C’est… Criminel. Mais eux ne sont que des âmes égarées victimes de leurs craintes. Ils sont stupides, ignorants, inconscients... Mais je ne peux pas les en condamner. Sans doute aurai-je fait pareil, quelques années plus tôt…

Non, ma cible, ce sont uniquement les Rouages.

Ces foutus Rouages.

Ils méritent un châtiment, eux.

« -Détruisez-les. »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Puis euh, ça a déraillé. »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   

Revenir en haut Aller en bas
[Intrigue #12] Principe de causalité
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village portuaire :: Centre Ville :: Lieu Mystère-