>

Partagez | .
[Intrigue #12] Principe de causalité
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 3235
Points d'Expériences : 936

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 5 Aoû - 20:08

Principe de causalité
rp commun


Marie adressa un court regard à Shiori.

Alors comme ça, elle aussi maîtrisait le langage des signes ? Peut-être avait-elle de la famille sourde ou muette, qui l’y avait contraint. Ou alors elle-même était malentendante, mais de façon peu perceptible… ? Dans tous les cas, la Mentali avait bien du mal à penser qu’elle put l’apprendre par pur soucis de culture générale. Elle n’avait pas vraiment le profil de ce genre de personne…

Oui, juger sur l’apparence, c’est mal. Mais avouez que le contraire serait stupéfiant.

Et si Marie pouvait encore parfaitement dissimuler sa surprise vis-à-vis de Shiori, elle eut un peu plus de mal pour leur interlocuteur commun. Alors ainsi, ce Desmond, bien que muet, ne maîtrisait pas le langage des signes… ? C’était… Déconcertant. Et peu optimal. Et… Contraignant. Ainsi que restrictif. En plus d’être embarrassant. Voire même désolant.

Bref, c’était casse pied.

Marie adressa un froncement de sourcil contrarié à l’Ipok qu’on lui tendait, comme si c’était lui le véritable fautif. Elle croisa les bras, ce qui en langage des signes aurait eu un signal fort, et toisa Desmond du regard.

« -Vous conviendrez que j’aurai bien du mal à attendre l’écriture systématique de vos messages en cas de danger imminent, j’espère.  »

Tiens, en parlant de danger… Alors que le groupe partait sur une potentielle concertation, une explosion résonna. La Mentali se tourna brusquement du côté d’A2P, et vit passer une déflagration au dessus de leurs têtes. Les gens y allaient… Fort. Carrément, fort.

Les yeux de Marie s’écarquillèrent en même temps que les battements de son cœur accélèrent, à la traversée d’une pensée dans son esprit.

Sully.

Heureusement pour elle, la Séviper revenait juste vers elle, à toute vitesse. Les pupilles dilatées, l’air paniqué, et couverte de poussière, son Pokémon vint la rejoindre aussi vite que lui permettait son corps dépourvu de membres mobiles. Marie s’agenouilla aussitôt, et passa ses mains autour du visage de Sully pour la réconforter.

« -Tout va bien. Tout va bien. Tu es blessée ?  »

La Ranger ausculta brièvement son corps, à la recherche de potentielles traces de brûlure. Mais rien ne s’y apparentait. Il y avait toutefois quelques coupures, symbole d’une lutte contre un autre Pokémon équipé de lames ou un humain armé d’un couteau… Rien de grave, cela dit. Visiblement, Sully avait surtout pris peur à cause de la détonation, et fuit vers Marie fissa. Elle pouvait difficilement le lui reprocher.

Saisissant sa Pokéball de son sac, Marie réfugia Sully à l’intérieur.

« -Merci pour ton aide. Tu es en sécurité, désormais. »

Elle s’en voulait de ne pas avoir gardé son Pokémon à l’œil. D’avoir cru que la situation n’était pas si dramatique, si dangereuse. Mais hélas, pas le temps pour les remords. Elle avait d’autres soucis à régler, dans l’immédiat.

Marie se tourna pour voir que Shiori était à genoux, et avait retiré quelque chose qui était jusqu’à présent dissimulé derrière sa chevelure.

Un appareil auditif.

La blanche plissa les yeux, pensant cerner un peu plus sa camarade. Elle voulut l’aider à se relever, mais déjà, Shiori avait récupéré ces engins et s’était redressée. Elle fixait maintenant les gyrophares de la police, que Marie n’avait même pas réellement remarqué, bien trop perdue dans tout ce bordel.

Ce fut alors qu’une main attrapa son bras. Par réflexe, elle s’en dégagea aussitôt et se retourna, prête à se défendre, puis reconnut un sbire Rouage. Elle empêcha son poing de partir droit dans l’estomac du type, mais la garde armée bien en évidence, quelque peu méfiante envers ce type. Il parut surpris par la réaction de Marie, et se hâta de mettre le holà en levant ses mains bien en évidence.

« -Wow ! Calme. On m’a demandé de t’emmener chercher un cadeau, avec la deuxième vague. »

Elle fronça un peu plus les sourcils. Un cadeau ? Faisait-il référence à ce qu’Aaron avait déclaré, un peu plus tôt ? Marie était surprise de déjà en mériter un.

Aussitôt, elle se retourna et chercha Shiori, dans le but de l’interroger. Mais l’inconnue avait le regard dirigé ailleurs : droit sur la foule formée par A2P, qui commençait à investir les locaux de Palladium par voie aérienne. Elle ordonna à son Pokémon de charger, et ne se retourna aucunement au moment de s’avancer vers les écologistes, énervée.

La miss Uana réprima un soupir déçu. Ses épaules s’affaissèrent légèrement alors qu’elle se retourna pour à nouveau faire face au sbire. Qu’avait-elle espéré ? Que cette fille connue ni d’Eve ni d’Adam resterait à ses côtés tout du long, pour qu’elles puissent se protéger mutuellement ?

Alors qu’elles avaient la possibilité de mettre un plan d’attaque en place, avec Desmond, Shiori avait préféré foncer dans le tas. Sans même la consulter. Sans même ne serait-ce que la prévenir. Cela n’aurait pourtant pas été compliquée ; d’autant que, à défaut d’avoir des oreilles en parfait été de marche, elle pouvait parfaitement communiquer.

Elle.

Marie se tourna vers Desmond.

« -Je m’absente temporairement. » elle hésita un instant avant d’ajouter la suite « Protégez les arrières de Shiori, je vous prie. »

Elle n’attendit aucune réponse, et d’un hochement de tête, signala au sbire qu’ils pouvaient se mettre en route.

Et le suivit.

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________



«  Quelle irresponsabilité de notre part, que de mêler ceux qui ne réclament que la paix à une lutte fratricide…  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
avatar
Adulte Co Auto-Entrepreneur

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 4307
Points d'Expériences : 961

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 9:34

Il y a des jours où on ferait mieux de rester couché. D'autres où il faut absolument se lever, quitte à passer un très mauvais moment. Cette après-midi classait directement les dernières heures dans la seconde catégorie. Entouré d'une partie de son équipe, depuis que les conditions climatiques s'étaient améliorées, Rodrigue accueillait et dirigeait tant bien que mal les bonnes âmes qui avaient décidé de s'émanciper des trois organisations établies. Cela consistait surtout à vérifier que les nouveaux venus n'étaient pas blessés, les diriger vers le groupe de soigneurs le cas échéant ou leur proposer d'aider à la défense de Lansat s'ils allaient bien. Une consigne restait cependant : ne pas attaquer, juste restreindre et soigner tous ceux qui s'approchaient.

L'arrivée de la police lui fit espérer quelques secondes : ils n'étaient pas dans une mauvaise fiction, pas vrai ? Tout allait bien se passer, les forces de l'ordre allaient être intelligentes ? Perdu : elles demandèrent aux civils de ranger leurs Pokémon et ne voulaient qu'arrêter la Team Rouage et A2P. Le blond roula les yeux au ciel et s'approcha, sous bonne garde de Luxray.

« Bonjour messieurs, nous avons formé un groupe de soigneurs et médecins indépendants afin ... d'assainir la situation. Merci de ne pas nous tirer dessus. Aussi, merci d'arrêter les deux groupes de fous furieux, mais ne laissez pas Gamble s'échapper, nous avons des témoins neutres et surtout des enregistrement audio prouvant qu'il n'est pas tout blanc dans cette affaire, et surtout que son entreprise a expérimenté de manière frauduleuse sur des Pokémon. Et, de ce que je me rappelle, cruauté sur Pokémon, c'est un crime. Bonne journée ! »

Et hop, reparti comme il était venu, le Rod'. C'est pas qu'il était pressé, mais qu'il y avait quand même plus urgent à faire que d'essayer de parler aux policiers. C'était plus par acquis de conscience qu'autre chose, si ces derniers servaient à quelque chose, ça ferait longtemps que ça se saurait. Il comprenait qu'ils croulaient sous les témognages depuis quelques jours, mais ne pas savoir prendre les décisions qui s'imposaient, surtout depuis la marée noire. Enfin quoi, ça faisait plus d'un an depuis l'incendie du premier immeuble de Palladium ! Et il lui avait fallu à peine deux heures de revue de presse pour comprendre à quel point la situation puait. Soit la police était incompétente, soit elle était achetée à ce niveau là. Quoique... ça ne serait pas impossible en fait, mais clairement déprimant.

Le scientifique fut soudainement ramené à la réalité par une explosion. Avec de gros yeux, il vit ses Pokémon Eau se précipiter à l'avant de leur groupe pour créer une barrière aqueuse, soutenue par Araqua et son Talent, très utile ma foi. Il souffla et leva les yeux. Les écarquilla. Et se mit à courir en hurlant qu'il revenait très vite. Il venait de voir un Pokémon, touché par les flammes, tomber. Plus inquiétant : il y avait un humain dessus. L'explosion en quetsion étant tout sauf lancée dans le cadre une Attaque classique, il se doutait qu'il n'y avait eu aucune retenue dans la question de blesser les personnes prises dedans. Shaofouine et Gringolem écartaient la foule, pendant que Ludicolo fonçait de toute la vitesse qu'il pouvait, épaulant son Dresseur en créant de hautes vagues autour de lui.

Rodrigue arriva enfin devant le triste spectacle : un élève étalé au sol, fumant. Un gars bizarre qui chantait à côté de lui. Bon, il lui semblait reconnaître la voix, et à l'accoutrement, c'était certainement encore un frapadingue de l'école, certainement un Noctali vu le taux de bêtises qui en émanait. Et, plus étonnant, une jeune femme aux cheveux roses qui semblait fouiller dans ses poches. Elle lui dit qu'elle cherchait un de ses Pokémon pour essayer de s'enfuir, mais ne semblait pas convaincu elle-même. Lui laissant le bénéfice du doute et considérant qu'elle était plutôt choquée, Rodrigue s'approcha et regarda le désastre. Quelques élèves étaient aussi autour, dont certain qu'il croyait connaître. Il tenta un sourire rassurant.

« Ouais je le connais. A défaut d'être calme, c'est un sacré styliste fantasque. Mes Pokémon peuvent nous tirer de là. Euh... Moi c'est Rodrigue, Rodrigue Miles. On a formé un carré d'élèves neutres qui se défendent contre les attaques et soignent les blessés, on va les rejoindre. En priant pour qu'il ne nous claque pas dans les doigts dans la manœuvre... »

Le blond se tourna vers le barbecue, paniqué à l'intérieur, mais tentant de rester calme. Il repoussa gentiment Paul et se mordit la lèvre, indécis. Il claqua finalement des doigts, appelant Araqua à la rescousse. La petite araignée libéra un jet d'eau froide sur les brûlures pendant que son Dresseur sortait de l'Anti-Brûle de son sac. Petite pause pour vérifier que le Noctali respirait bien quand même, ouf. Il était juste évanoui sous le choc et la douleur certainement. Le Phyllali aspèrge de liquide cautérisant les marques les plus prononcées du brun. Les objets de soin pour Pokémon marchaient à effet réduit sur les humains, l'Antidote devant être appliqué par intraveineuse par exemple. Et le Total Soin était innefficace. Mais, utiliser les produits de soins de statut contre une condition très similaire comme une engelure ou une brûlure au troisième degré. Il n'avait jamais appris à reconnaître un degré de cuisson à vue d'œil, donc il faisait au mieux.

Vint ensuite la question du transport. Il avait retiré la plupart des habits qui risquaient d'être en contact avec les zones les plus touchées, laissant quelques lambeaux de t-shirt, au cas où quand même. Mais il vallait mieux éviter d'y toucher... Bon, pas trente-six solution, il fallait faire appel à Araqua. Elle entoura de bulles durcies les épaules et les genous du styliste, permettant à Rodrigue de le soulever sans mal, et sans vraiemnt le toucher. Il fallait faire vite et le ramener à un vrai médecin. Un ordre fusa de sa bouche. Tant pis pour les blessés, une vie était en jeu cette fois. Pendant que ses Pokémon se préparaient, il se tourna vers Bellamy, Paul et les autres élèves présents.

« Vous me suivez pour le moment, je ne peux pas vous laisser ici, on ne sait jamais s'il risque d'y avoir une seconde explosion, après vous ferez ce que vous voulez. »

Simple, précis, concis, bravo ! Shaofouine était dans la position du Kamehameha devant eux, pendant que Gringolem se préparait, en boule et que Baudrive s'était mis juste derrière. L'Aurasphère partit directement, libérant le passage, alors que le robot et le météore se placèrent de chaque côté du convoi, prêts à jouer des attaques. Pendant ce temps là, Baudrive se la jouait Moïse, en gardant le tout ouvert grâce à Vent Mauvais. Rod' se mit à courir, suivi par les deux autres en direction du groupe de soigneur. Avec chance, Idalienor le repéra et prit en charge le grand brûlé. Une bonne chose de faîte. Il s'assit quelques secondes, vidé, pendant que ses Pokémon se proposaient pour épauler la médecin. Il souffla.

« Je ne sais pas ce qu'on peut faire de plus. Il faut attendre que ça se décante, on n'a pas la force ni les effectifs pour vraiment peser dans la bataille. J'aimerai bien éviter qu'on ait un autre Sirius. Mais... je m'attends à un drame. Et ce n'est pas mon pessimisme qui parle. »

Ouais, très jouasse le scientifique, pas vrai ? Il se tourna vers le petit groupe, toujours à pied d'œuvre du mieux qu'ils pouvaient.

« Allez tout le monde, on peut le faire ! Epaulez-vous les uns les autres ! Les plus jeunes, restez groupés et sous la surveillance d'un Dresseur confirmé ! Les plus forts, ne partez pas trop loin sans support ! Si quelqu'un repère un blessé grave, qu'il emporte Météno pour servir de balise et tente de le ramener ici, avec l'aide d'un médecin ! »

Ouais il faisait ce qu'il pouvait. Pas sûr que ça suffise. Il regarda son groupe de défense, composé de Noacier, Crabicoque, Lamantine, Vostourno, Chuchmur et Pyronille. Bon, ils avaient l'air d'aller bien. Il siffla un coup et vit Tropius, assez haut dans le ciel, hors de portée des oiseaux d'A2P, des Ptera ou des Drattak ou d'il ne savait quoi. Quel merdier...

HRP:
 

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
avatar
Coordinateur Novice

Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 119
Points d'Expériences : 464

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 15:09

‘’Le mur de flamme vient de ma Pyroli, c’est tout ce que j’ai trouvé pour essayer de disperser la Team Rouage. Mais qu’est-ce que tu fais ici ?’’

Ben, elle est venu aider, elle vient de le dire. par contre, quand tout ça sera fini, la Pyroli aura une PETITE conversation avec Ilea : vouloir protéger des gens, c’est très bien, mais un mur de flammes, c’est pas vraiment la solution du siècle !
Manifestement, le petit groupe avait un objectif similaire à la petite magicienne. Retrouver Vega pour la convaincre de mettre un terme à ce chaos semblait en effet, une solution de plus en plus urgente à mettre en oeuvre, vu l’accélération des combats sur la place. Certains participants semblaient même bien décidés à éteindre les flammes qui leur bouchaient la vue et de nombreuses attaques de type Eau commencèrent à pleuvoir ça et là.
Bon, alors pour la suite des opérations…

‘’Vous les enfants ils seraient plus sages que vous restiez tous ensemble, pour vous serrer les coudes et surtout nous aider à sauver cette île. Comme l’a dit Vega, cette île n’est rien sans la Pokemon Community. Montrez-le encore aujourd’hui, et sauvez-nous de cet enfer. En attendant Caroline et moi allons essayer de récupérer le sérum. Ça fera un danger d’écarté. ‘’

‘’Mais…’’

Ilea n’avait pas tort. Deux adultes avaient bien plus de chances qu’un groupe aussi disparate, de réussir à s’emparer de l’arme créée par A2P. La petite Pyroli envisagea un bref instant de protester devant le danger d’une telle entreprise...Mais elle se contenta de serrer les poings. Elle était venu aider. Ele ne savait pas comment, mais elle voulait vraiment protéger son île. Ilea lui donnait des instructions claires dans ce but. Elle n’avait donc qu’à les suivre, les doutes n’avaient plus leur place à cet instant !
Après une petite seconde de confusion lorsque la jeune femme l’embrassa sur le front, la jeune fille ne put se retenir pour la serrer au niveau de la taille, avant de s’élancer à  la suite du duo d’Evolitions qui les ramenaient vers une autre section de place, mais son regard était loin d’être trouble : sélectionnant ses Pokeballs dansson sac, elle libéra rapidement son Galifeu et un Ninjarticho, aussi imperturbable qu’à l’accoutumée malgré le chaos ambiant.

‘’On se perd pas de vue ! Si vous voyez quelqu’un à terre, on le récupère et on continue !’’

Message reçu. Avec un léger flou, Hak disparut partiquement dans la brume ambiante, afin de prévenir toute mauvaise rencontre à leur petit groupe. De son coté, jouant des épaules, Amaya était prêt à jouer les porteurs au premier objectif que lui désignerait sa Dresseuse.

*BAOUM*

Et on allait pas tarder à avoir besoin de ses services ! Tandis que les élèves présents continuaient de courir vers les défenseurs de Lansat, une explosion vint couvrir les bruits des combats alentours : scintillant dans la brume, les retombées se répercutèrent brièvement avant que le brouhaha général ne reprenne ses droits.
Ça, ce n’était pas une attaque Pokémon. La jeune fille connaissait assez son sujet pour savoir que quelqu’un avait dû faire joujou avec des matières inflammables. Et vu la puissance de l’onde sonore, le responsable n’y était pas allé de main morte ! Les membres d’A2p auraient-ils fait usage des bombes qu’elles avaient trouvées avec Ana ?
Accélérant le pas, la Pyroli dépassa même les élèves les plus proches, pour rejoindre un cercle de calme apparent. mais au centre de ce dernier…

‘’...Starius !’’

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le Noctali était mal en point : Idalienor était déjà à son chevet et la Pyroli s’attelait à localiser les brûlures les plus graves, pour les traiter au plus vite. Devant la vision de son ami, allongé sur le sol, les traits tirés, Calua ne put que se laisser tomber à genoux aux cotés d’Ida. Elle n’était même pas sûr que Sirius pouvait encore entendre ceux qui l’entouraient et ses larmes coulaient sans contrôle. Si jamais il ne rouvrait pas les yeux, elle…

‘’Allez tout le monde, on peut le faire ! Epaulez-vous les uns les autres ! Les plus jeunes, restez groupés et sous la surveillance d'un Dresseur confirmé ! Les plus forts, ne partez pas trop loin sans support ! Si quelqu'un repère un blessé grave, qu'il emporte Météno pour servir de balise et tente de le ramener ici, avec l'aide d'un médecin ! ‘’

Elle ne connaissait pas cette voix. Mais son propriétaire avait raison à 100 % : elle n’avait pas le droit de rester là, même si elle était inquiète. Ida avait besoin de place pour administrer les premiers soins à Starius et il pouvait y avoir d’autres blessés, après une telle explosion !
Ravalant ses larmes, elle contempla un instant le garçon allongé devant elle. Et si sa voix tremblait légèrement, le ton était assez ferme pour que les élèves proches l’entendent. Et les mots s’adressaient autant au Noctali inanimée, qu’à elle-même...

‘’Starius, t’as intérêt à te réveiller...Sinon, je...je...Je te pardonnerai jamais ! Et je te teindraiss les cheveux en vert, voila !’’

Puéril ? Sans doute. Mais elle en avait besoin. Parce qu’elle savait que face à une telle menace, sa grande andouille d’ami braverait même les portes de l’Enfer et Giratina en personne pour y échapper. Et sa promesse impliquait qu’elle aussi, elle serait là pour le voir éveillé.

‘’Merci, Ida-chou. Tu vas le sauver, hein ?’’

Mue par une subite impulsion, la Pyroli enlaça sa camarade alors que cette dernière laissait à ses Pokémons le soin d’inonder Starius d’ondes guérisseuses. Son étreinte était peut-être un chouia serrée mais la Pyroli avait besoin de se raccrocher à quelqu’un, pour apaiser ses dernières craintes. Quelques petites gouttes vinrent se mêler à la chevelure d’Idalienor, et la pluie n’était pas la seule responsable.
Inspirant profondément, elle se redressa enfin, Amaya à ses côtés. Très bien...Elle avait un objectif. elle avait des moyens  de s’en rapprocher. Et surtout, elle avait une promesse à tenir !

‘’Pollo, tu vas réutiliser Hâte, faut qu’on puisse être partout à chaque seconde ! Ensuite, tu enchaineras Protection et Mur Lumière autour de la zone où on dépose les blessés. Si les tarés qui s’amusent avec des explosifs recommencent, ça limitera les retombées.’’

Après un bref salut de la patte, le Coxyclaque prit son envol en vrombissant : tout en effectuant des rotations de plus en plus large, un fin maillage lumineux commença à se dessiner dans son sillage et bientôt, un dôme d’une vingtaine de mètres de rayon vint couvrir le sanctuaire improvisée autour de Starius et Idalienor.

‘’Ama, tu sais où est passé Hak ?’’

Tendant une griffe vers l’est de leur zone de défense, le Galifeu se contenta d’un petit mouvement de tête: plissant les yeux, Calua put apercevoir une silhouette élancée qui virevoltait tout autour d’une forme inanimée au sol. Après un cri visant à attirer l’attention du Météno-balise,  la Pyroli se dirigea au pas de course vers son Canarticho: usant de toute son agilité, ce dernier tentait de défendre un garçon d’une quinzaine d’années  évanoui, face aux assauts d’un Galegon. Le type Acier nesubissait que des dégâts minimes de la part des coups de lames-légumières du Canarticho, mais cette nuisance suffisait à le tenir à distance, à défaut de l’éloigner du blessé.

‘’Ama, Nitrocharge !’’

Elle n’était pas venu pour se battre. mais pour ce qui est de distraire quelqu’un, la Pyroli était une championne : nimbé d’une aura enflammée, le Galifeu se mit à tourner tout autour du dinosaure métallique, l’enfermant littéralement dans un cercle brûlant. Et si les coups de machoires de ce dernier ne parvenait pas à atteindre le type Feu, la chaleur dégagée était suffisante pour ralentir ses mouvements sans qu’Amaya ai besoin de porter le moindre coup. profitant de la confusion du Pokémon, Calua se précipita vers sa victime pour l’aider à se relever. À moitié avachi sur son épaule, il semblait à demi-conscient mais parvint à avancer lentement tandis qu’elle le guidait. Le Météno-balise comme point de repère, la Pyroli avança jusqu’à la zone délimitée par Pollo, avant de déposer son fardeau non loin de Sirius, afin qu’il soit pris en charge.
Laissant un Galegon des plus déboussolé à ses propres problèmes, Amaya rompit le contact avant de rejoindre sa Dresseuse en quelques bonds puissants. Mais cette dernière était déjà repartie vers le coin opposé de la place. Inutile de se demander où on avait besoin d’elle...la question était plutôt, QUI avait besoin d’elle.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
avatar
Pokeathlète Médecin

Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 51
Jetons : 19420
Points d'Expériences : 1418

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 16:11

L'iPok de la rousse vibra. Ce n'était pas le moment.
Mais elle s'en saisit malgré tout, ne pouvant ignorer un éventuel appel à l'aide d'un de ses camarades de l'académie, elle avait bien fait de même quelques mois plus tôt lorsque les manifestations avaient dérapé.
Elle fronça le sourcil face au numéro inconnu qui s'affichait sur son écran et lut le sms dans son intégralité, un peu plus surprise au fil des mots qui se dévoilaient, Logan lui écrivait noir sur blanc que le malheur d'Ana viendrait à le tuer. Littéralement ? Voilà que le plan initial s'en retrouvait bouleversé. Elle supprima le message dans la foulée, ne souhaitant rien garder de Logan, pas même un misérable sms qui lui faisait à peine pitié. Le voilà plus pathétique que jamais.
Avec un peu de chance, ce ne serait que le début.

La rousse rangea l'iPok pour se concentrer à nouveau sur leur petit groupe. Et sur Haru qui bafouillait et se répandait en explications pour que le couple comprenne au mieux la situation. Salomé ne comprenait rien à cette histoire de Ptitard Azuré mais une chose était sûre, le Phyllali était un bien piètre menteur, il faudrait réellement qu'elle songe à lui donner des cours un de ces quatre.

— Hors de question que tu les suives pour récupérer le Feros, Haru ! Tu crois pas que ça pète déjà suffisamment de partout sans que tu ailles en rajouter en allant te frotter à Vega ?!? s'énerva Salomé, laisse ça à d'autres !

Heureusement que l'adulte croisée à la réunion d'A2P allait dans son sens. Ce n'était pas un nom de code et un costume qui feraient de Haru un agent secret. Haru resterait toujours Haru et ce malgré tous les artifices dont il userait pour se grimer.

La demoiselle se gratta la nuque, savourant la surprise du Coordinateur en se rendant compte que les deux filles étaient ensemble. Ana ignora la question, elle avait certes raison mais Salomé mourait d'envie de donner quelques détails au blond. Et elle n'allait pas se gêner.

— Depuis la soirée d'anniversaire d'une certaine Geisha, répondit la demoiselle avec le sourire, mais on aura tout le temps d'en parler un autre jour...

Salomé laissa l'adulte déposer un baiser sur son front, observant les deux évolutions que cette dernière leur confiait. Django toisait avec dédain la Pyroli et ignora  la Mentali. Cela promettait.

La mention du nom d'Idaliénor fit tressaillir la gitane. Alors c'était elle qui avait eu cette idée ? Salomé approuva d'un hochement de tête, déterminée à suivre Ana aussi loin que possible mais elle sursauta alors que le bruit net pouvant se rapprocher d'une explosion creva le chaos déjà en place.
Elle sursauta et lâcha la main d'Ana avant de s'en saisir à nouveau et de courir dans la même direction que la Coordinatrice, les Pokemon quadrupèdes à leurs côtés.

Elle s'arrêta un bref instant, son attention se focalisait sur les toits où une silhouette familière venait de plonger vers la foule. Elle se rappelait l'avoir croisé lors de la réunion d'A2P et crut rêver lorsqu'elle vit à ses côtés un Ectosplasma immense. Elle montra du doigt à Ana ce qu'elle venait de voir pour être sûre qu'elle n'avait pas rêvé mais trop tard, les deux ombres venaient déjà de disparaître.

C'est une Salomé essoufflée qui arriva sur les lieux du rassemblement, en compagnie d'une Ana en à peine meilleure état. Une voix vint cueillir la rousse tandis qu'elle reprenait son souffle, elle se tourna et observa Idalienor.

— Ça fait plaisir de te voir aussi, Idalienor. Ana m'a déjà tout expliqué concernant ton plan et je vois que tu as bien avancé pour rassembler tout le monde...

Son regard s'attarda plus que nécessaire sur Logan. Encore lui. Tant mieux, il serait aux premières loges pour assister aux prémices de l'histoire entre Ana et Salomé, les mains des deux filles continuaient de s'entrechoquer, la rousse paraissait incapable de la lâcher dans l'immédiat. Pourtant, il allait bien falloir. Elle l'avait dit elle-même, en tant que Médecin, Salomé avait un rôle à jouer ici.

— Je vais m'occuper des blessés, fit-elle pour Ana, de ton côté, évite de trop t'attirer d'ennuis sans moi, d'accord ?

Elle s'était contentée de murmurer sur la fin pour ensuite déposer un baiser tendre et affectueux sur le front de la Mentali, se plaçant de manière à ce que Logan ne rate rien du spectacle. Ni lui ni personne.

Ses lèvres s'arrachèrent à la peau brûlante de la Coordinatrice et elle s'éloigna à la recherche d'éventuels blessés. Idalienor s'occupait déjà d'un jeune homme vraisemblablement de l'académie alors inutile d'être deux pour lui offrir des premiers soins.
Elle aurait mieux fait d'y réfléchir à deux fois avant de laisser sa Germignon à l'académie. Elle se maudissait quelque peu et s'éloigna du centre du camp neutre improvisé, tombant sur un enfant mal en point. Elle ignorait tout de son camp respectif et ne s'attarda pas sur la question, se contentant de s'agenouiller à sa hauteur pour observer ses blessures.

— Ça va aller, dis-moi juste où tu as mal pour que je puisse panser tes plaies.


La sirène de la police hurlait fort dans ses tympans et un homme en uniforme s'approcha d'elle. La rousse haussa les épaules, après tout elle n'avait rien à craindre.
Mais c'était sans compter sur son maudit badge qui la désignait comme une cible bien définie.

— C'est bon, on va s'en charger, trancha l'homme qui lui faisait face, mais vous devriez rentrer votre Pokemon dans sa pokéball, comme mes collègues l'ont déjà demandé à tous les gens comme vous quelques minutes plus tôt.

Le Feurisson eut un regard étonné. Il s'approcha du policier, se demandant bien pourquoi on souhaitait le voir enfermé, même temporairement. Salomé, elle, garda le silence, se contentant de suivre les mouvements de Django, toujours aussi imprévisible.

— Attention...

Les flammes dorsales du type Feu s'allumèrent et il se mit à en cracher d'autres par sa gueule béante dans la foulée. Juste ce qu'il fallait pour tenir le policier en respect. Super. Maintenant c'était elle qui allait avoir des ennuis. Salomé ne demanda pas son  reste et déguerpit pour retourner au centre du camp où elle avait abandonné Ana et tous les autres.
S'éloigner autant avait été une mauvaise idée.
Elle vit son Feurisson la dépasser tandis que le policier hésitait entre laisser le duo filer ou les pourchasser.
La rousse revint vers Ana, plus essoufflée que jamais après ce sprint improvisé.

— Finalement, c'est moi qui ai failli m'attirer des ennuis... Désolée...

Elle pointa du doigt le policier qui avait fini par se décider à prendre en chasse la gitane. Cette dernière pointa du doigt son badge respectif, au moins Ana avait-elle eu la présence d'esprit de l'ôter un peu plus tôt.
Policier qui s'arrêta face à un jeune blond prenant la défense de l'ensemble de leur zone neutre. Et qui fit demi-tour sans demander son reste. Tant mieux.

— Ce sont des aimants à flics, ces conneries !


Et elle ôta l'insigne qu'elle rangea à nouveau dans sa poche et reporta son attention sur son Feurisson prêt à attendre de nouveaux ordres. La perspective de l'envoyer rejoindre Faulkner lui crevait le cœur, elle se retrouverait ainsi sans personne pour la protéger, ne pouvant compter que sur les pokemon d'Ana, et cela, elle s'y refusait.

— Si de nouveaux policiers s'approchent encore d'un peu trop près, disperse-les avec Brouillard.

Comme si le climat ne foutait pas suffisamment le camp, voilà qu'elle s'apprêtait à en rajouter dans la foulée.

HRP:
 

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 301
Points d'Expériences : 1948

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 18:28

J’aime beaucoup Aria. Non, sérieusement : elle est rigolote, elle a de l’énergie à revendre en permanence, elle ne se pose pas de questions inutiles et surtout, son plan concernant Olsen (surtout la partie qui visait à le réduire en purée) était probablement la solution la plus simple pour arrêter tout ce bordel. Sauf que si je l’avais laissé là-bas, elle se serait probablement fait stopper en quelques minutes, vu leur nombre, voir pire. Et comment est-ce qu’elle me remercie ?

‘’Et ben désolé, Aria, mais j’allais pas te laisser là-bas, ils t’auraient massacrée !’’

Ok, je veux bien avouer que la ligoter et la transporter en travers de mon Elecsprint façon sac à patates, c’est pas le must niveau confort. Sauf que j’avais pas le choix, elle m’en aurait probablement mis une si je m’étais approché pour la convaincre de se replier !
Toujours sur le dos de Keru, nous avançons donc en direction du regroupement créé par Idalienor: une multitude d’étincelles dans le ciel a brièvement illuminé la place pour former un semblant de slogan au sujet de l’Académie. il a bien vite disparu, mais au moins, j’ai une une indication assez précise pour orienter mon Elecsprint. Avec son flair, elle n’a aucun mal à isoler une odeur, pour peu qu’elle sache dans quelle direction la chercher.
Sauf que si Aria continue de gigoter comme ça, on y arrivera jamais. Et si je la détache maintenant, elle va probablement passer sa colère sur moi au lieu d’Olsen ! Déjà, et même si j’avoue que ça m’a traversé l’esprit, je t’ai pas bâillonnée, en plus  !

‘’Keru, arrête-toi.’’

Elle a faillit tomber avec ce nouveau mouvement. Je peux pas continuer comme ça, on perd trop de temps : un peu plus loin, quelques sirènes de police se font entendre, mais les cris étouffés gagnent de nouveau en vigueur, après une brève interruption. À moins d’une force d’assaut conséquente, il y a peu de chances pour que les officiers de Lansat puissent réellement peser dans la bataille actuelle. En revanche, leur soutien pourrait être utile...Le ligotage d’excités, ça marche un temps, mais sur le long terme, vaut mieux le panier à salades.
Par contre, en ce qui concerne ma passagère…

‘’Aria, j’suis vraiment désolé. Après tout ça, tu pourras me faire ce que tu veux, promis, mais en attendant, je peux pas te détacher maintenant, sinon tu vas y retourner...Et même si je sais TRÈS BIEN ce dont t’es capable, j’vais pas te laisser prendre le risque d’être blessée !
Keru, tu l’amènes à Idalienor, et tu la détaches direct une fois là-bas ! On se voit dans pas long !’’


Avec une frappe sur la croupe de la chienne électrique, cette dernière repart de plus belle, en emportant sa passagère droit vers sa camarade Pyroli. J’ai également laissé le Chenipan profiter de la balade, après tout ce boulot, il mérite bien de pouvoir souffler. Si je me plante pas, avec ce gain de légèreté, elle devrait revenir vers moi dans moins de deux minutes. En attendant, si je me base sur ce qu’on a entendu et les mouvements des combattants, on dirait que tout le monde a repris ses combats de plus belle.
Le temps d’appuyer sur deux de mes Pokeballs et les silhouettes de Katara et Neaki font leur apparition à mes côtés.

‘’On se remet en mouvement. Voyons si on peut pousser quelques excités droit dans les bras de la police.’’

Privé de ma monture, je pense qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure : J’ai essayé les airs, ça a mal fini, donc on va éviter de rappeler ce brave Noarfang. En revanche, il me reste d’autres cartes à jouer, même privé de keru.

*BIP*

Ça fait trois lumières rougeoyantes sur les six de mon Capstick. Mais cet invité-là, je sais que je n’aurais pas à l’attendre longtemps : comme si la lumière se distordait à quelques mètres de ma position, un léger trouble vient se condenser, tandis qu’une forme pourvue de longue moustache semble surgir du néant. Sa cuillère   (je persiste à dire qu’ils ne sont que des fanatiques de crème dessert) en main, le Kadabra ne semble nullement perturbé par mon appel et par le brouhaha ambiant...Imperturbable, la bestiole.

‘’Neaki, Katara, rapprochez-vous. Tu penses que tu peux nous envoyer plus prêt des sirènes ?’’

Avec un bref hochement de tête, le type Psy ferme de nouveau les yeux et j’ai rapidement la sensation de plonger vers le bas. Pourtant, mes pieds ne quittent pas le sol et lorsque le vertige se dissipe, nous sommes bel et bien à portée de voix des locaux de Palladium. Avec une sorte de révérence, le Kadabra réitère ensuite son Téléport et disparaît pour retourner à ses méditation, me laissant juger de la situation sur place : Un peu plus loin, les partisans de la Team Rouage semble avoir raté leur premier assaut et tentent d’en mener un nouveau pour déborder les défenseurs de la société.
J’vais pas dire que ça me démange de les rejoindre, ne serait-ce que pour profiter de l’occasion, mais...Nop. J’ai déjà vu ce qu’ils font aux Pokemons qu’ils récupèrent (On pensera à un certain Rexilius...et à ses mâchoires surtout) donc quitte à libérer des sujets d'expérimentations, j’aime autant qu’ils ne retournent pas dans un labo !

‘’Première étape, on les empêche d’avancer davantage ! Katara, Siphon et toi Neaki, tu me lances un joli blizzard droit dessus son tourbillon !’’

Les pattes dressées, la type Eau génère en quelques secondes une véritable tornade aqueuse, avant de la propulser vers l’avant : comme une toupie (ou un Capstick), l’attaque tourbillonnante se dirige vers un groupe composés de trois Rouages en combinaison, juste avant que le Blizzard de Neaki ne le percute de plein fouet ! Le trio n’a pas l’air bien vu, ça sent la nouvelles recrues.
Résultat ?
Un magnifique mur de glace qui vient se dresser en scintillant face à nos nouveaux adversaires. Ils ne devraient pas tarder à le contourner ou le détruire mais tant qu’ils sont concentrés sur ça, on va pouvoir agir. Quand à la deuxième étape...

‘’On fonce !’’

Plan simple et direct, pas le temps de chercher plus loin ! Katara se laisse envelopper par une cape liquide avant de partir comme une fusée en Aqua-jet. Frappant à plusieurs reprises le sol comme une balle rebondissante, elle alterne les allers et retours, avant de percuter de plein fouet la première cible disponible : à savoir, un malheureux Démolosse qui passait le museau par le flanc du Siphon gelé.
Avec un grondement de douleur, le type Ténèbres recule brusquement, tandis que son propriétaire laisse échapper un cri d’alarme...aussitôt remplacé par un autre de surprise lorsqu’une sphère de glace de la taille d’une pastèque manque de le percuter de plein fouet! Enchaînant les Ball’Glaces, Neaki les empêche d’approcher, tandis que je n’ai qu’à guider les rebonds de katara pour maintenir la pression sur leurs Pokemons : si le Démolosse est quelque peu réticent à l’idée de manger un nouvel Aqua-jet, son camarade Chapignon est beaucoup plus vif et ses coups ne ratent Katara, que parce que cette dernière bénéficie encore de la vitesse accordée par son talent Glissade.
Dans l’intervalle, j’en profite pour libérer Sol depuis la Pokéball fixé dans mon dos, et le renardeau se coule de nouveau dans ses illusions, avant de disparaitre à ma vue. Un agent du chaos dans le camp ennemi de plus, un.
Allez, on se concentre Cael !

‘’Chapignon, Dynamopoing !’’

L’attaque est bien trop brouillonne pour atteindre Katara, mais elle force la Mustebouée à reculer, pour revenir à mes côtés. De son côté, Neaki stoppe ses Ball’glace un instant, attendant ma prochaine instruction. Et elle va devoir arriver vite : Vu comme le Demolosse inspire,ça sent le roussi !

‘’Déflagration !’’

‘’Hydrocanon !’’

Le choc entre l’emblème enflammé et le torrent libérée par Katara libère une vaste quantité de vapeur, mais annihilent complètement les deux tentatives d’attaques. La fumée nous masque la vue avant de se dissiper tout aussi rapidement, lorsqu’une silhouette en jaillit, la patte tendue !

‘’Chapiiii !’’

‘’Désolé amigo...Trop lent.’’

J’avoue que profiter du brouillard pour nous foncer dessus, c’était une bonne idée..Pile le genre de trucs que j’aurais utilisé, d’ailleurs. pas de bol, les gars, ça se sentait à dix kilomètres  : Neaki à mes pieds, j’ai presque de la peine pour le Chapignon, lorsqu’il remarque la boule formée par la Sabelette et renforcée par un Mur de Fer, qui tourne sur place plus rapidement qu’une tornade. T’as manqué ton coup et là, tu vas goûter à une spécialité de ma Sabelette !

‘’Gyroballe !’’

*SBUNK*

Percuté dans l’estomac, le type Plante effectue un sublime vol inverse, avant de s’étaler sur l’un des trois dresseurs présents. Le propriétaire du Demolosse tente bien de faire réagir ce dernier, mais Katara s’est déjà occupé de combler la distance qui les sépare d’un nouvel Aqua-jet, pour l’envoyer au sol, trempé et complétement K.O.
À qui le tour, maintenant ?

*BZZT*


Si un seul d’entre eux avait encore envie de se battre, toute vélléité de revanche semble quitter les trois pauvres Rouages lorsqu’un éclair immense s’abat à quelques mètres de leur position. Et si je m’attendais à voir débarquer Keru, babines retroussées, c’est bien un Elecsprint mais pas exactement celle que j’espérais qui vient d’intervenir !

‘’’Thoron ?’’

Il n’y a pas beaucoup de différence, c’est juste dans le regard. mais c’est pas Keru, ça...C’est l’Elecsprint de Ginji. Et s’il est là, ça veut dire qu’une certaine personne n’est pas loin. Le Type Elek ne me prête d’ailleurs pas la moindre attention,  avant de repartir à l’assaut. Et dans l’intervalle, c’est un autre jappement qui se fait attendre, alors qu’une certaine chienne bleu et jaune un peu haletante vient se ranger à mes côtés.  On dirait que Keru a accompli sa mission...parfait, on va pouvoir se remettre au boulot. Le temps que je lui tapote le flanc, une certaine Type Glace en profite pour agripper l’une des cartouches de céréales qui pendent à mon sac...pour rapidement l’engloutir, sans la moindre arrière-pensée vis-à-vis du bordel alentours.

*Miom*

‘’Neaki, c’vraiment pas le moment…’’

***********************

‘’Cage-éclair !’’

Ça fait déjà trois Rouages à terre, le visage crispé de frustration et les membres agités de tremblements incontrôlables. On dirait que les Pokémons de Ginji (J’ai cru voir Lucina, mais je vous avoue que je me suis pas approché pour vérifier...pour pas la déranger, évidemment !) foutent un sacré bordel dans leurs rangs, j’ai pu m’approcher de plusieurs combattants sans que ces derniers ne réagissent avant qu’il ne soit bien trop tard pour esquiver les attaque de Keru. Quand à  Neaki, je me contente de lui indiquer la direction dans laquelle libérer ses attaques Poudreuse, afin que la ligne de givre ainsi créé emprisonne les chevilles de ses cibles.
Ça ne les retiendra pas longtemps, mais dans ce genre de combat, une seconde d’immobilité suffit pour finir à terre !
Au fil de ma progression, je remarque que les Rouages semblent essayer de se disperser en arc de cercle : leur front uni offre des occasions trop faciles pour les ripostes et les défenseurs de Palladiums restent sensibles sur les flancs. Pas de bol pour eux, certains habitants semblent avoir eu la même idée que moi et sont en train de faire jonction avec Palladium au niveau du bord extérieur de leur formation.

‘’Sol ?’’

Le Zorua vient de refaire son apparition, plus sérieux qu’à l’accoutumée. Pas de rictus ironique, juste une mine renfrognée sur sa frimousse, tandis qu’il trottine vers l’avant après un signe de pattes. En temps normal, le suivre serait la dernière de mes priorités mais je suis prêt à prendre la première piste qu’il me donnera !
Groupé derrière le type Ténèbres, nous contournons ainsi plusieurs zones de combat où des Rouages se confrontent aux Pokémons de Palladium. D’ailleurs, ce petit groupe-là...AH NON !

‘’Sol, fais ton pire. Keru et Katara, préparez-vous pour le combo habituel !’’

Profitant d’une brèche dans la formation de Palladium, deux Rouages en combinaison, accompagnés d’un Métang et d’un Crabaraque s’avancent à pleine vitesse sur le flanc des Palladites (Ça sonnait bien, j’improvise). Et la première personne sur leur trajectoire m’est assez familière pour que lâche un soupir de soulagement, même lorsque Sol se transforme en une version gigantesque d’un...Pikachu, son sens de l’humour s’exprime toujours dans les pires moments.
Son illusion ne dure que quelques secondes mais surprend le quatuor juste assez longtemps pour que Keru et Katara relâchent une combinaison de Fatal-Foudre et Siphon qui vient les prendre à revers. Le Pikachu géant s’est à peine dissipé dans les airs que le tourbillon crépitant vient s’écraser sur sa cible : si ces derniers ont eu le temps de réagir et que le Méta    ng a créé un dôme protecteur avec Abri, ils ont été forcé de se retourner...et laisse donc leurs dos exposés à Ginji. Difficile de se défendre des deux cotés à la fois, hein ?

‘’Keru, Cage-éclair à nouveau !’’

Inutile de dire que la suite ne se déroule pas exactement comme ils le prévoyaient et en enjambant les deux Dresseurs complètement paralysés (C’est pas moi, j’ai rien fait...C’est Keru), je me dirige vers Ginji, tout en avisant que malgré les quelques membres tombés, il y a encore des partisans de la Team Rouage à revendre, qui nous fonce dessus.

‘’Ranger Cael au rapport. J’avais dit que je couvrirai tes arrières et j’suis là pour ça.’’

Je sais pas pourquoi mais subitement...J’ai envie de sourire. C’est le chaos, ça crie dans tous les sens, on risque même plus que lors de notre attaque sur le repaire de la Team Rouage...Mais, là, tout de suite, j’ai la certitude de savoir ce que je fais.

‘’Je sais qu’on s’est pas quitté de la meilleure des façons. Et que j’avais probablement pas le droit de dire la moitié de ce que j’ai dit, sans me mettre à ta place...Bref. J’présume qu’on réglera ça plus tard. Pour le moment, j’espère que t’es prêt à partager, coPAIN, parce que tu risques de faire une indigestion de tartes et de châtaignes avant la fin de la journée, sinon.
T’voulais connaitre mes convictions? Là tout de suite, c’est que ces types seraient vachement bien au sol et menottés.’’


J’ai les bras tout ankylosés et Keru, Katara et Neaki ne sont pas beaucoup plus vaillantes mais on est encore là. Et quitte à affronter une trentaine de criminels en combinaisons et leurs Pokemons,  qu'il me laisse seul ou accepte mon coup de main, autant y aller en souriant franchement !

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
avatar
Todresseur Stratège

Région d'origine : Johto
Âge : 18
Niveau : 48
Jetons : 5033
Points d'Expériences : 1261

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 20:38

Goodbye my broloc.
Goodbye my friend.
You have been the one.
You were the chosen one !

It was said that you would destroy Palladium, not join them !
Bring balance to Lansat… Not leave it in darkness !
You were my brother, Sirius ! I loved you !


Après avoir fait ses adieux à son broloc, Noctaman le laissa entre les mains de la belle Idalienor, médecin sans frontière. Il le savait en sécurité au sein du camp de Lansat où Rodrigue menait la garde, tel Cerbère le chien gardien des Enfers mais version Paradis. Entre autre, Noctaman retrouva Candyman et ses autres Pokémon. Plutôt que de donner des pistes via ses Pokémon sur son identité, il demanda à Candyman de les rassembler dans leurs pokéballs puis de les lui ramener. Des explosions, des murs de feu, la police… Noctaman était certain que des gens auraient besoin de son aide, plus qu’A2P en aurait pour affronter Palladium. Et sans le soutien de ses Pokémon, il n’était pas certain de pouvoir répondre à tous les appels de détresse.

En ces temps troubles, Rodrigue s’avérait un bon leader. Ses instructions étaient réfléchies et Noctaman savait que le garçon n’était pas un banal scientifique, il saurait faire face aux imprévus. Leur camp qui grandissait de minutes en minutes visait deux objectifs : le rapatriement des blessés et des civils, ainsi que leur protection une fois sur place. Leur ennemi le plus direct était par conséquent la Team Rouage, dont les assauts contre A2P venaient à provoquer confusion et blessés dans les rangs des manifestants mais aussi des civils. Comme si ces idiots de Palladium ne suffisaient pas, il fallait que les brutes de la Team Rouage soient là. Le carnage était total. La police croyait dur comme fer qu’A2P était responsable de ce bordel, en plus de la Team Rouage. Heureusement pour eux, cette dernière faisait pour le moment office de tampon et sans plus de renforts, la police ne pourrait pas pour l’heure arrêté et A2P et la Team Rouage. Leur seul chance était donc de rabattre…

- Hey ! Toi, ne pars pas seule !

La voix grave du héros se perdit dans la foule, alors qu’une jeune fille et son Coxyclaque s’élançaient dans la mêlée. Pourtant les ordres de Rodrigue étaient clairs : ne pas partir seul ! C’était évidemment dangereux et il fallait être au moins deux pour s’assurer d’être en sécurité, au cas où l’un des membres se ferait blesser. Bref, Noctaman ne réfléchit pas plus longtemps et fonça dans le tas, laissant Candyman s’occuper de la sécurité avec Rod. Au sein de la foule, on se perdait rapidement. Les gens vous bousculaient, ils vous frappaient pour certains et d’autres se noyaient dans le flux incessant de personnes. On aurait pu croire une fausse d’un concert de métal. Ça aurait été chouette si personne ne cherchait à s’entretuer. De son mètre quatre-vingt-dix avec son costume, Noctaman pu voir la fille en action un peu plus loin. Il replongea dans le bain et joua des coudes pour la rejoindre. Elle était vive et bougeait à droite à gauche en quête de nouvelles personnes à secourir. C’était une battante, ça se voyait. Il s’approcha et posa ses mains sur ses épaules pour la stopper dans sa course.

- Calme-toi. L’autre blond a dit qu’il fallait rester groupé. Hors de question de foncer tête baissée en solo, c’est compris ? Je viens avec toi. Il retira ses mains gantées de la demoiselle et se tourna vers les Pokémon de la Team Rouage qui s’attaquaient aux manifestants, le regard lointain. Formons un périmètre de sécurité autour des rescapés. Les Rouages ne doivent pas causer plus de dégâts !

Joignant le geste à la parole, il se mit en position de combat et lança sur les premières positions ennemies deux de ses capsules fumigènes. La fumée ne tarda pas à prendre possession des deux zones visées, obligeant la Team Rouage à reculer d’un pas dans le doute, ou au pire les empêcher de pouvoir viser nettement A2P et les civils.

- On n’est pas obligé de se battre, les ralentir sera suffisant pour que la police les arrête.


HRP:
 

_________________
Moodboard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
avatar
Nouveau Membre

Région d'origine : Sinnoh, Rivamar
Âge : 26 ans
Niveau : 0
Jetons : 2630
Points d'Expériences : 87

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 21:24

« -Alors alors… ♪ Elle est où, la famille princière ? »

Le pas léger, Caroline scrute les alentours de l’avenue, esquivant avec justesse les quelques capacités perdues à son encontre. Coko a une marche bien plus mesurée, mais tout aussi insouciante ; sans parler de Lysian, qui pourrait parfaitement se trouver dans un champ rempli de tournesol en fleur, que son état serait le même.

Mais voila que quelque chose interrompt cette douce et joyeuse balade ! La blonde s’arrête, et redresse une oreille en entendant un désagréable bruit de gyrophare. Oh ! Parce que cette ville est bien sous la juridiction de la loi, en fin de compte ? L’espace d’un instant, Caroline s’est crue en plein Unys Nightmare. Enfin, pour autant, elle doute sincèrement que ses (très) lointains confrères policiers puissent réellement changer quelque chose à la situation actuelle, et préfère ne pas trop s’en soucier.

S’il y a bien une chose que Caroline a appris après ses longues années de service, c’est qu’on échappe aisément aux forces de l’ordre.

A ce sujet, Haru et Ilea aussi, lui échappent sans trop de soucis. Ils sont passés où, à la fin ? Il semblerait que tout le champ de bataille se soit progressivement réorganisé, et impossible pour elle de retrouver ses deux complices ! Zut, ils se sont peut-être faits tués pendant qu’elle avait le dos tourné… Ça serait ballot ! Mais alors, ils sont où leurs cadavres ? Parce qu’elle ne les voit pas, eux non plus…

Oooooh, attendez. Cette silhouette, rousse, qui fonce droit vers les locaux de Palladium – aka, là d’où vient Caro –, ça ne serait pas sa princesse ? Visiblement très concentrée, la blonde a besoin de se mettre en travers de son chemin pour capter son attention, et de poser ses mains sur ses épaules pour l’arrêter.

« -Eeeeeeeeeh salut ma belle ! Dîtes moi, vous êtes bien charmante, mais vous n’étiez pas accompagnée d’un prince, par hasard ? »

Après avoir détaillé Ilea de bas en haut, histoire de s’assurer qu’elle n’est pas en zombie revenue à la vie après s’être faite descendre, l’aînée Labelvi scrute les alentours, à la recherche de la tignasse blonde caractéristique du PtitardAzuré. Et Astrogirl, d’ailleurs, elle est passée où elle aussi ? Elle paraissait bien connaître la princesse, c’est surprenant de ne pas la voir avec elle.

Heureusement pour Caroline, sa partenaire apporte bien vite réponse à ses questions. Alors comme ça, elle a jugé préférable de laisser un groupe d’adolescents seuls au milieu d’une guérilla urbaine ?… Oh chouette ! Caroline n’est pas la seule personne irresponsable de ce groupe !  S’il y a quelque chose qui se passe mal, elle pourra reporter toute la faute sur Ilea, c’est parfait !

Plus sérieusement, l’espionne ne peut dissimuler l’expression incrédule que provoquent chez elle les paroles de la rousse. La tenant toujours par les épaules, Caroline recule de quelques pas sous la surprise, et hausse bien haut les sourcils.

« -Et, hum, tu es certaine, que ce soit, comment dire, prudent ?  »

Apparemment, la demoiselle a confié ses propres Pokémon aux enfants, et souhaite de toute façon se livrer à quelque chose de bien plus… Dangereux. Car oui, il y a plus dangereux que de rejoindre un groupe écologique sous couverture après un coup de tête pour dégoter un virus ultra puissant en pleine guerre civile : rejoindre un groupe écologique sous couverture après un coup de tête pour dégoter un virus ultra puissant en pleine guerre civile en allant directement le chercher sur la ligne de front.

Caroline cligne précisément trois fois des yeux en dévisageant Ilea.

Et hausse les épaules.

« -Ok, je te suis. »

Elle relâche enfin la jeune femme de son emprise, et fait volte-face, prête à retourner du côté de Palladium.

« -C’est dommage, tu me l’aurais dit plus tôt, je t’aurai fait rentré avec le pass de mon frangin ~ Ah, et ça m’aurait évité de faire trois fois le même trajet, aussi. Donc, next time, t’es gentille, tu me textotes avant ? »

Comment ça, elle ne lui a jamais filé son numéro ? Non mais si elle ne fait aucun effort, elle, aussi… !

Malgré qu’il y ait encore quelques gardes à l’entrée, le mur de protection formé par Palladium s’est bien désagrégé, depuis l’arrivée surprise de l’armada A2P et des policiers. Une majorité d’entre eux a filé du côté de la Team Rouage pour les arrêter, d’autres sont partis vers les locaux pour les protéger… Donc le champ est à peu près libre.

« -Eh, vous ! »

A part ce type.

« -Koriiiii ! »

La réponse enthousiaste de Lysian à l’altercation du surveillant, ayant repéré leurs brassards, est accompagnée d’un joyeux tintillement, auréolé de mauve. L’homme en face d’eux a tout juste le temps de réaliser la chose qu’une étrange couleur violacée vient l’encercler, et le virer du passage fissa, lui et ses Pokémon. Loin d’être suffisant pour le mettre hors d’état de nuire, mais bien assez pour se faufiler en vitesse !

« -Désolé, mais la princesse est à moi. ♥ »

Autant pour appuyer ses propos que pour faire accélérer les choses, Caroline attrape Ilea par la main et l’entraîne avec elle de l’autre côté du portail, adressant un clin d’oeil complice au pauvre garde à terre.

Les voila maintenant à l’extrémité de l’immense cour qui sépare les premiers bâtiments de l’avenue, et désormais investie de Pokémon Vols en tout genre. Caroline croit même repérer Nathalie Vega au bout de celle-ci ! Bien que cela soit vain, elle ne peut s’empêcher d’agiter sa main de libre en sa direction.

« -Ooooh eeeeh, Nat’, ma pine-co ! Tu peux venir ici, deux minutes ? ♫ »

Ce n’est même pas la peine d’espérer avoir été entendue, vue la distance et le brouhaha qui les séparent. Pas vexée pour un sou, Caroline se tourne vers Ilea, et l’interroge.

« -Alors ma belle, une idée pour la suite ? »

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7344-499-des-carottes-non-merci-je-ne-voudrais-surtout-pas-devenir-trop-aimable
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 34
Jetons : 1193
Points d'Expériences : 739

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 6 Aoû - 22:39





Principe de causalité

Intrigue #12

Yuna Akabara

Musique

A2P est en difficulté ça ne fait aucun doute, il n’arrive pas à percer les défenses de Palladium, et la Team Rouage les assaillent de tous les sens. Je ne suis donc pas la seule à penser que l’Association est la plus dangereuse dans ce conflit, avec son sérum créateur de violence humaine. Mais une question reste en suspens…ou est Nathalie Vega, elle sait où est le Feros, et les membres proches d’elle aussi. Je ne suis pas folle au point de faire une attaque frontale contre elle non, je veux juste identifier les personnes susceptibles de m’apporter les informations nécessaire pour mener ma mission à bien…Mais pour l’instant je ne vois personne, à croire que la porte-parole à prit avec elle toutes les personnes de confiance…et merde !

Alors que je m’avance dans la horde de dresseur d’A2P, esquivant par la même occasion les attaques provenant du camp Rouage, je sens quelqu’un me retenir le poignet. Je me retourne et arme vivement mon point avant de m’arrêter net en constatant l’identité de la personne qui m’a arrêté. Il s’agit du patron du bar ou travail Henry, Bertrand je crois. Mais qu’est-ce qu’il me veut ? S’il est là pour m’arrêter je vais lui en faire voir de toute les couleurs, d’ailleurs Astrega n’a pas l’air contente et grogne contre l’homme qui m’explique rapidement. Comment ça Henry va régler ça à la manière des Reece, qu’est-ce que ça veut dire cette histoire ?

-Comment ça à la manière des Reece ? Qu’est-ce qu’il va faire ?

Le fait qu’il ait dit que j’allais être blessé ne me rassure pas vraiment, et mes doutes se confirment en le voyant se battre. Mon sang ne fait qu’un tour alors que je l’observe sans rien dire, il est recouvert de sang, en train de tabassé quelqu’un dont je ne me préoccupe pas. Mes yeux sont littéralement accrochés à Henry, je savais qu’il cachait quelque chose, je l’ai toujours sentis, mais je ne pensais pas le voir faire ça. Ses pokémons, hormis Napoléon ne sont pas en grande forme, tout comme lui, mais alors qu’il demande à son patron de s’envoler, je le vois me sourire. Un sourire en coin comme il a l’habitude de le faire, comme si tout était normal, comme s’il n’était pas en sang et qu’il n’y avait pas toutes ces combats autour de nous. Je ne me préoccupe même pas du fait qu’il ait l’insigne de Palladium sur lui, je ne vois que lui et le fait qu’il est blessé, mais que malgré tout il fait comme si de rien n’était.

Bertand s’est envolé et lâche les barils au-dessus d’A2P et c’est quand je vois Napoléon, plus rapide que la normale, sûrement à cause de Papilodanse, se mettre sous la zone de Zénith, que je comprends ce qu’il va faire. J’assiste donc impuissante à l’explosion et aux immenses gerbes de flamme qui blesse humain et pokémon. C’est la première fois que je vois le feu aussi destructeur…pour moi le feu a toujours été rassurant, protecteur, réconfortant, et pour la première fois de ma vie, je vois son autre visage. Henry me dit qu’il faut donner de sa personne, être sans retenue…et c’est exactement ce qu’ont été ces flammes, destructrices…

Henry m’annonce qu’il n’a aucun remords et qu’il ne fait que brûler la mauvaise herbe, que c’est nécessaire. Sans savoir pourquoi je sens une larme coulé le long de mon visage avant de venir m’agenouiller devant celui que je considère un peu comme mon protecteur, essuyant tant bien que mal sa plaie malgré mes larmes. Ces larmes, je ne les verse pas pour ceux qui ont été blessé dans l’explosion, non, je les verse pour lui. Non pas parce qu’il est blessé, ou qu’il m’a montré son vrai visage, et qu’il est totalement différent de ce que j’ai vu…Je pleure parce que malgré ce qu’il a fait, il a d’abord pensé à moi, il a envoyé Bertand pour me chercher et me ramener à ses côtés…pour me protéger de ces flammes meurtrières.

Je ferme les yeux et pense à mon père, lui aussi était prêt à tout pour moi, me faisant passer avant tout. Maintenant que j’y pense, Henry lui ressemble énormément dans un sens, je me sens bien à ses côtés, comme j’étais bien au côté de mon père…Ce dernier n’aurait jamais agis de la sorte, jamais il n’aurait blessé des innocents, sauf s’il n’aurait pas trouvé d’autres options. Il choisissait toujours la voie pacifique et celle de la raison…Mais voilà, il n’était plus là, il n’était plus à mes côtés, aujourd’hui celui qui tient à moi, c’est Henry, et il fait les choses à sa manière.

J’entends les membres d’A2P se remettre doucement du choc de l’explosion, et certains commencer à se rapprocher. Ils savent, certains savent que c’est Henry qui a donné l’ordre responsable de l’explosion et ils réclament vengeances. Je suis moins aussi coupable, j’ai utilisé une attaque Zénith qui a amplifié le feu, et donc l’explosion, mais ils n’en ont pas après moi, c’est Henry qui veulent. Mon Henry qui est à terre, et que seul son Pyrax peut défendre…Des sirènes de police se font entendre et finalement réclame la fin des hostilités, demandant à A2P et Rouage de rentrer leur pokémon…Je sers le point, qu’ils essayent de s’en prendre à Henry, ils vont voir.

-A la façon des Reece...

Je lui souffle juste ces mots avant de rouvrir mes yeux, plus aucune trace de larme est présente, seule brille une détermination flamboyante…celle de le protéger. Je me lève et me tourne vers Napoléon qui est revenu à nos côtés, d’un seul regard il comprend ce que je veux faire et se tourne vers les ressortissant d’A2P qui se rapproche.

-Cani Caninos !!!

Je tourne la tête en même temps que Lucifer pour voir Ama rappliquer en courant, il a dû s’inquiéter à cause de l’explosion et il est parti à ma recherche…je ne pense pas que ce soit Erika qui le lui ai demandé. Les deux derniers membres de mon équipe à savoir Hestia et Phoenix sortent de leur pokéball et formes un mur avec les autres, un mur entre Henry et ses ennemis d’A2P, ils ne le franchiront pas, parole d’Akabara.

-Les amis, ils n’y a plus de camps…Personne ne s’en prend à Henry ou mes amis c’est clair ?

Tous crièrent alors que l’un des membres d’A2P se place devant moi, fronçant des sourcils, visiblement il est assez énervé.

-Hey toi gamine, t’es avec Palladium ou avec nous ?

Je comprends son incompréhension, à mon bras se trouve encore le brassard d’A2P qu’Erika m’a confié…je suis désolée mais j’abandonne la mission d’infiltration. Je souris d’un air moqueur avant de planter mes yeux dans les siens.

-Je ne suis dans aucun camps, ce n’est pas ma faute si vous êtes assez bêtes pour inviter une infiltré dans vos rangs
-Sale mioche tu vas nous le payer, Flobio attaque Hydrocanon.

Son Flobio se ne perds pas de temps et lance son attaque mais je ne m’en inquiète pas, au contraire, je soupire et prends un rictus amusé.

-Pourquoi les gens ne réfléchissent pas un minimum en lançant leur attaque… Lucifer Lance-Soleil

Ma voix est froide, sèche et directe, je ne joue plus. Mon Salamèche se concentre, sa queue s’illumine, preuve qu’il charge l’attaque, mais avec le Zénith le chargement ne prends pas longtemps et il libère un puissant rayon lumineux. Ce dernière détruit facilement l’Hydrocanon dont la puissance est baissé sous le soleil pour frapper le double-type, le mettant K-O d’un coup. Le membre d’A2P me regarde comme si j’étais un monstre, son regard perturbé ne se détache pas de mes prunelles améthyste…qui ont légèrement viré au rouge. Mais je ne m’attarde pas sur cette homme qui rappelle son pokémon, ne semblant pas en avoir d’autre pour le remplacer, par contre ses paroles ont atteint d’autre membre de l’association qui viennent à leur tour, ainsi que certain membre de la police. Je ne peux pas les laisser approcher Henry, je lui jette un œil avant de me retourner vers Napoléon.

-Napoléon, utilise Danse-Flammes pour les empêcher d’approcher Henry.

Le double-type hoche la tête et s’exécute, créant un mur de flamme qui me sépare maintenant d’Henry, et qui indirectement protège Palladium des membres de l’association, mais je dois vous avouer que je m’en moque éperdument. Je suis contente de constater que le feu à permit de séparer des civils innocent et des blessés de la zone de combat…Mon brassard d’A2P brûle et se décroche de mon bras, retirant au passage mon bandage pour laisser ma cicatrice apparente. Malgré les années elle n’est pas belle à voir, et la légère brulure que je vais avoir par-dessus non plus. Mais cette marque restera gravée sur moi, me rappelant ce choix important que je viens de faire, celui de protéger ma famille avant tout.

-Le feu est mon épée…mais aussi mon bouclier, venez je vous attends

Les flammes dansent autour de moi et de mon équipe, comme si elles corroboraient mes paroles, mais je ne suis pas folle, je sais que je ne tiendrai pas longtemps, j’espère juste que la police arrive tant que je repousse les membres d’A2P pour qu’ils les arrêtent.





Hrp:
 
©BBDragon

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7052-481-yuna-akabara-une-rose-de-feu-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7065-yuna-akabara-givrali
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 91
Jetons : 3486
Points d'Expériences : 3395

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mar 7 Aoû - 0:45

Ginji Labelvi
      rp commun



« Principe de causalité »


Vous savez ce que m’évoque le crépitement de l’électricité ?

C’est quelque chose dont j’ai déjà fait part, une fois.

Il y a des choses qui restent immuables au temps et aux changements. Cette évocation fait partie intégrante de ces choses-là.

Depuis tout petit, déjà. Ce son, à l’époque si étranger, m’a pourtant réconforté en me ramenant à ce qui m’est plus familier. De mémoire, je suis tout bonnement incapable de dire si un bruit m’a déjà parut à la foi si novateur, inconnu, mais tout autant réconfortant. Alors que je ne savais rien de lui, de son origine, de ce dont il était issu, il m’avait donné envie de lui faire confiance.

Avec le temps, ce sentiment ne s’est que peu altéré. Certes, désormais, il m’est beaucoup plus banal et répétitif… Mais il est aussi devenu le symbole d’une force acquise, d’une famille trouvée, d’une voie toute tracée.

En plus de continuellement m’évoquer le même phénomène.

Malgré que les années soient passées. Malgré que mon corps fut meurtri et rendu plus ferme, malgré que ma mentalité eut évolué et que mon innocence fut à jamais brisée.

L’évocation, comme à un rappel de la pureté dont j’ai pu faire preuve, est restée inchangée.

Immuable.

Vous voulez savoir ce que m’évoque le crépitement de l’électricité ?

La réponse va autant vous décevoir, que paraître tristement prévisible.





Des céréales.

Le son des céréales au contact du lait versé par dessus. C’est le même. Quand petit Ginji se levait chaque matin. Que, du haut de la pointe de ses pieds, il saisissait son plus grand bol pour le poser sur la table de la minuscule cuisine, et qu’à côté, y rejoignaient une boîte en carton et une bouteille. Avec délectation, et hâte, il se hissait sur sa chaise, empoignait sa cuillère, et de sa main de libre, versait le contenu de la boîte dans le contenant. Tâche qui aurait été on-ne-peut-plus aisée si petit Ginji avait daigné lâcher son couvert ; mais l’impatience était bien trop grande, il voulait commencer au plus vite. Alors il faisait, par pure inattention, chuter quelques éléments sur le côté, ayant tristement ratés leurs cibles et, donc voués à ramper sur le parquet. Mais n’ayez crainte ! Aussitôt qu’il eut fini de verser, petit Ginji, avec toujours autant d’empressement, se baissait, et ramassait les pauvres esseulés pour aussitôt les rendre aux leurs. Qu’importe qu’ils furent salis, qu’importe qu’ils furent souillés ! Petit Ginji était prêt à les accepter tels qu’ils étaient.

Et pour le leur montrer, quoi de mieux que de les mettre face à leur éphémérité ? En versant sur eux cette boisson lactée, il les condamnait à une décomposition lente et léthargique. Une fois imprégnés des laits, nul retour en arrière possible, pour ces pauvres hères ! On ne pouvait plus les remettre dans leur boîte, ni les conserver : ils finiraient par devenir purement et proprement immangeable.

Plus d’autres choix, donc. S’il voulait leur rendre honneur, profiter d’eux tant qu’il le pouvait encore, petit Ginji était bien contraint de les avaler.

Tous.

Sans exception.

Et à chaque fois qu’il fut donné à petit Ginji de faire ce mouvement solennel, visant à incliner lentement la bouteille pour que son opercule vint se délester de son précieux breuvage, parfois avec précision, parfois pas, le même son parvenait à ces oreilles.

Ce…

… Doux….

… Et léger…

… Crépitement.

Sans le savoir, petit Ginji reproduisait là la mélodie de sa vie. Chaque matin, dans cette routine bien huilée, il créait une musique qui resterait, à jamais, gravée dans son esprit.




Même en ce jour saint de guerre civile.

Même durant cette croisade vengeresse.

Même alors que ce crépitement châtie mes Némésis.

L’évocation est toujours là.

Cette foudre n’est que le goûteux breuvage qui sert à assaisonner mes cibles.

Que je finirai par dévorer.

Tous.

Sans exception.

Je vais vous montrer à quel point vous êtes éphémères, vous aussi, Team Rouage. Que votre temps est révolu. Que vous n’êtes plus condamnés qu’à l’abdication, ou la moisissure. Lente. Et léthargique.

Tous autant que vous êtes. Peut-être que certains parmi vous sont plus sales que d’autres, peut-être même qu’il y en a, au contraire, des plus purs. Mais je ne ferai aucune distinction. Je vous accepterai tous pour ce que vous êtes.

Des raclures.

De la pire espèce.

Que je dévorerai.

Un.

A.

Un.

Donc, ne le prends pas mal, toi qui es à terre. Toi qui t’es malencontreusement trouvé sur la trajectoire de ce Poing Éclair. Toi qui as eu le malheur de vouloir me faire barrage, de t’interposer sur notre chemin.

Il n’y a rien de personnel.

Ce que tu subis, tous tes collègues le subiront également.

Je m’abaisse, et attrape ce sbire par le col. Je le soulève autant qu’il m’est possible de le faire, et le regarde droit dans les yeux.

Regard froid. Traits fermes.

Vous commencez à avoir l’habitude, je crois.  

« -Où est l’homme au masque ? »

Son expression atterrée n’a d’égal que sa décontenance.

« -De… De quoi tu- ? »

Je pose mon pied sur son tibia, lui arrachant une grimace de douleur, et repose à nouveau ma question.

« -Où. Est. L’homme au masque ? »

Il inspire et expire bruyamment, une fois, deux fois, avant de murmurer une réponse les dents serrés.

« -hh On portait tous des masques hh connard. »

Sa réponse, bien que parfaitement pourvue de sens, ne me satisfait guère. Mais inutile de m’acharner sur ce type, il n’y aura rien à en tirer : je le lâche et le laisse retomber à terre, avant de me redresser pour observer la pagaille alentour.

C’est le bordel. Ouaip. C’est indéniable, et ce constat n’apporte strictement rien à la situation, si ce n’est que même moi, j’ai dû mal à suivre. Ma cible pourrait tout aussi bien passer à dix mètres que je ne la remarquerai peut-être pas.

Surtout quand on vient focaliser mon attention sur tout autre chose.

« -Zelf, Poing de Feu. »

Le Métang qui a fait l’erreur de nous tourner le dos pour protéger ses deux dresseurs va bien rapidement regretter son choix de carrière. Le Pharamp profite de l’ouverture offerte par l’attaquant d’en face, et assène le coup final au Pokémon, qui se retrouve dans l’incapacité de servir de bouclier vivant plus longtemps. Non pas qu’il soit mort, je vous rassure.

Le Cage-Eclair qui s’ensuit suffit à clouer les deux types au sol. Alors que je ne l’observe que du coin de l’œil, l’expression tout aussi morne depuis hier soir, Cael me rejoint, et cherche visiblement à combler mon absence de sourire en rendant le sien absurdement inadapté au contexte.

Ce n’est que lorsqu’il commence à parler de notre dernière discussion en date que je le regarde réellement, bien que la tête toujours tournée dans une autre direction. L’exercice demande un peu de contorsion à mes yeux, mais c’est un mal nécessaire pour me permettre de toujours garder une partie du champ de bataille en visuel.

Après qu’il m’ait exposé ses convictions, je détourne le regard pour bien observer les affrontements alentour. J’ai besoin de quelques secondes supplémentaires pour trouver quoi répondre, ou comment réagir.

« -Si tu étais arrivé plus tard, le plat aurait été immangeable. »

Ma voix n’a pas l’intonation moqueuse que j’aurai voulu lui donner, mais tant pis.

Si je papote plus longtemps, les céréales vont ramollir.

Or, je tiens à les entendre craquer sous ma dent.

J’avise le groupement de sbire le plus proche, et m’élance vers l’avant.

« -Je prends le flanc gauche. »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« ... »

Merci Môman Callie!


Dernière édition par Ginji Labelvi le Mar 7 Aoû - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
avatar
Scientifique Chercheur Pokemon

Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 58
Jetons : 6022
Points d'Expériences : 1719

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mar 7 Aoû - 8:10


Principe de causalité

Avec des fous

-Y a bien Ana que je connais et Salo…

Mais pas le temps de finir ma phrase que les voilà toutes les deux mains dans la main. Si Ana à l’air de m’ignorer, Salomé me regarde longuement. Calme Logan, reste calme. Entre les combats et ça, je suis un peu pommé moi. Même si je me doute de ce qu’il se passe entre elles, je ressens le besoin de le savoir de l’une d’elle. Alors, je m’avance d’un pas avant que Salomé n’embrasse Ana sur le front. Ça me paralyse sur le coup. Elle ressent vraiment quelque chose pour Ana ? Elle ne s’en sert pas uniquement comme instrument de vengeance ? J’ai vraiment besoin de savoir, j’ai besoin de leurs parler à toutes les deux mais Salomé s’en va. Tant pis, ce ne sera pas tout de suite.

L’explosion qui à eut lieu du côté d’A2P me rappelle que Yuna à voulu s’infiltrer. J’espère qu’elle va bien. L’explosion était particulièrement grosse et violente alors c’est normal de s’inquiéter. Mais je la vois être traînée par un Homme en direction de Palladium. Comme elle n’avait pas l’air en danger, bien que je ne connaisse pas ce type, je ne fais rien et attends sagement le retour de Salomé.

Pour ne pas arranger les choses, la police de Lansat commence à arriver demandant à tous les dresseurs de rentrer leurs Pokémon. J’obéis sans poser de question en pensant naïvement qu’elle allait tout arranger. Après avoir rentré tous mes Pokémons excepté Terry qui reste à mes pieds, je vois Salomé qui revient. Courage Logan, tu dois savoir la vérité.

Je parcours les quelques mètres qui me sépare d’elles et fait savoir ma présence.

-Euh… Ana, Salomé ? Je sais que c’est le bordel mais j’aimerais vous poser une question. Vous sortez…

Les mots sont bloqués dans ma gorge et pourtant je veux savoir et arrêter de me poser des questions.

Mais je n'y arrive pas. Je suis encore faible et j aimerais croire qu'ana m'aime encore alors je reste planter la sans rien dire. J'aimerai lui dire tant de chose mais tout reste coincé alors je commence doucement à faire demi-tour. Des larmes se sont échappées et je n ai pas envie d afficher un triste spectacle. Je reviendrais sans doute plus tard pour leur poser la question que je redoute.

Pour cacher ma peine et mes larmes, je part m’isoler loin de mes problèmes avant de repenser à Yuna et au plan d’Ida. C’est vrai, je n’ai pas le droit de me lamenter. Pas encore. On verra à la fin.

Je me dirige du côté de Paladium avant de trouver une Yuna en proies aux larmes devant un adulte en sang. Son père sans doute, même s’il ne lui ressemble pas, mais une tornade de feu les englobent les isolants du reste du monde.

Malgré les policiers, je sors Phoën et Bun pour aller les chercher.

-Phoën tu vas aller sur la tornade de feu et quand elle te touchera tu crachera du feu afin qu’elle ne perde pas en intensité. Bun tu passeras à côtés de Phoën et tu essaiera de les dégager et si tu n’y arrives pas tu obéira à la fille au cheveux bleux dedans d’accord ? Quand vous sortez vous me rejoignez ici avec eux.

Mes pokémons aquiescent et s’en vont vers le Danse-Flamme de Yuna pour venir les secourir. Et j’espère sincèrement que Yuna ne va pas refuser mon aide.

-Terry au cas où vas y aussi.

A trois ce sera plus simple.









HRP:
 


Dernière édition par Logan Atkinson le Mar 14 Aoû - 8:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5236-372-logan-atkinson-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5255-logan-atkinson-voltali-t-card
avatar
Adulte Geisha Novice

Région d'origine : Née à Johto, a passée son adolescence à Kalos
Âge : 29
Niveau : 26
Jetons : 1750
Points d'Expériences : 503

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mar 7 Aoû - 16:47

Principe de causalité
Intrigue #12

devant la SARL Palladium
le 29 juin 2018


Il n’a rien vu…
Il n’est pas venu…


C’était le malheureux constat que faisait la Geisha en pensant à son attaque Fatal-Foudre qui venait d’être lancé. Ginji n’avait pas réagit bien que l’éclair était facilement visible. Il ne l’avait peut-être pas vu. Elle essayait de se raccrocher à cette idée, mais elle était tellement peu plausible qu’une voix dans sa tête lui sifflait de ne pas y croire. Il ne souhaitait sans doute pas la rejoindre, il restait dans son camp, tout simplement. L’idée lui faisait du mal, elle ne voulait pas devoir combattre un ami. Pourtant Kaede l’avait prévenue, en choisissant un camp elle se faisait de nouveaux alliés, mais également des ennemis.

Ginji un ennemi ?

Le visage du jeune homme lui revint en tête, un sourire présent sur ses lèvres. Il n’avait rien de quelqu’un de méchant pourtant tout à l’heure. Quand elle était passée devant lui. Il était méconnaissable. Elle l’avait alors prévenue qu’il fallait qu’il combatte pour lui même avec son équipe et qu’il n’utilise pas un pokémon qui n’était pas le sien.  Palladium avait des pokémon obscures, des expériences, ses pauvres créatures ne devaient être que colère et frustrations. C’était mal de se servir des pokémon ainsi et elle ne souhaitait pas que ses amis participent d’une manière ou d’une autre à cette horrible chose.

Erika n’avait pas le temps de penser à ça, ses premiers adversaires approchaient déjà. Par chance des gens l’avaient rejoint sous le dôme de pluie et ils s’occupaient de défense. Elle ne voulait pas vraiment participer à ça. Elle ne le ferait que si c’était nécessaire. Levant les yeux au ciel elle vit sa Prismillon revenir. Levant le bras pour qu’il lui serve de perchoir, le pokémon insecte se posa et lui tendit un morceau de papier.

’Le soleil va briller du côté d’A2P’’

Yuna avait reçu son message et elle comptait bien infiltrer les rangs de l’association de Nathalie Vega. Elle serra le morceau de papier contre son coeur, sentant que l’adolescente allait mener un rude combat. Elle aurait souhaitée l’aider, faire quelque chose, mais elle ne pouvait rien faire de plus que ce qu’elle faisait déjà : protéger les rangs de la Team Rouage. Son attention se porta alors sur la nouvelle vague d’assaut qui commençait à se rapprocher dangereusement de son dôme et du Mur Lumière de Dan. Elle lança alors Maiko à l’assaut, lui demandant d’utiliser l’attaque Étincelle contre ses nouveaux adversaires. De toute évidence le conflit allait bientôt s'envenimer, comme elle le pensait depuis le début. Repousser les assauts n’était pas facile, elle tient bon mais ce n’est pas le cas des flans qui commence à reculer dangereusement face à la pression de Palladium. Décidément la ligne de front allait bientôt être enfoncé si elle ne faisait rien.

Son regard se porta sur A2P. Eux aussi avait reculé sous l’assaut de son propre camps. Inutile de dire que Nathalie Vega faisait en sorte de se tenir hors de portée avec son Roucarnage. Elle remarqua alors le dôme de Zénith de Yuna. Elle avait réussit et elle avait signalé sa présence. Si la jeune femme s’en réjouit son sourire s’effaça rapidement quand elle entendit l’explosion. Quelque chose de fort qui venait de leur rang. Elle pose sa main sur sa poitrine pour retenir son coeur qui semblait vouloir en sortir. Elle s'inquiète pour Yuna et lance un regard plein d’inquiétude au Caninos de cette dernière se trouvant à ses pieds. Ses oreilles sifflent encore quelques minutes après l’explosion et son attention est tournée entièrement vers le lieu du drame. Elle ne prend alors pas garde au fait qu’un adversaire se présente sous le dôme sous la forme d’un Maraistre. Ce dernier en profite pour lancer une attaque Tir de Boue sur Maiko. Cette dernière tombe au sol dans un petit crie, faisant se rendre compte de la situation à sa dresseuse.

▬ Maiko !

Elle n’a pas le temps de se charger de la contre-attaque que l’un de ses alliés avec un Empiflor vient lui prêter main forte. Il blesse alors le pokémon eau qui repart en courant d'où il était venu. La Geisha remercia l’homme de la Team Rouage d’un hochement de tête et prit sa Pikachu dans ses bras. Cette dernière se remettrait très vite du choc et ne resta dans les bras que le temps de reprendre ses esprits.

▬ Désolé, j’ai manquée de vigilance.

Sa partenaire hoche négativement la tête avant de se remettre sur ses pattes. Erika décide alors d’abandonner sa position en première ligne, le dôme tiendrait seul ou avec ses nouveaux alliés. Elle se savait incapable de faire autre chose de toute manière. Avant de s’enfoncer dans la foule elle jeta un dernier regard au Caninos que Yuna lui avait laissé. Il était resté tout le long à ses côtés et il semblait aussi inquiet qu’elle.

▬ Ama va vite rejoindre Yuna. Le plan des microclimats est tombé à l’eau. Va la rejoindre et protège là. Je compte sur toi !

Le pokémon lance un petit aboiement avant de disparaître dans la foule. La jeune femme demande à ses pokémons de la suivre. Hana et Maiko sur son épaule, Dan son Trousselin vole au plus près d’elle tandis que sa mucuscule à ses pieds fait son possible pour la suivre. C’est là qu’elle les entends, les sirènes. Son coeur aurait souhaité que ce soit celle des secours mais ce n’est pas le cas.

Tulululu Tulululu…

La police. Il ne manquait qu’eux pour envenimer encore plus le conflit. Il était logique qu’ils arrivent mais aussi vite c’était étrange. Sans doute qu’on les avait prévenus avant même le début du conflit. Le seul problème c’était que les forces de l’ordre ne cherchait qu’à encercler la Team Rouage et A2P bien que la pression semble plus grande sur le premier camp que le deuxième. Erika se mord la lèvre inférieur d’agacement.Elle savait que les hommes des Rouages avaient fait de mauvaises choses et ils étaient sans doute en cavale. C’est la raison pour laquel le “chef” de groupe demanda que l’on repousse les forces de l’ordre. De toute évidence le dialogue n’était pas possible et c’était compréhensible. Il n’y aurait dialogue que quand les “méchants” auraient tous des menottes aux poignets. Il fallait absolument coincer A2P et leur prendre le virus, la libération des pokémon obscures viendrait plus tard. Il fallait faire quelque chose, elle attrapa par le bras la première personne venu.

▬ Hey ! Tu as un pokemon volant qui maitrise Poudre-Dodo ?

Par réflexe elle pointe son doigt vers sa Prismillon pour mieux se faire comprendre. Le jeune homme semble comprendre et il sort une ball de son sac à dos.

▬ Oui ! J’ai un Papilusion pourquoi ?

▬ On va disperser de la Poudre Dodo sur la police avec nos pokémon. Tu me suis ?

Il hoche la tête et fait sortir son Papilusion de sa ball. La jeune femme part alors à la recherche de d’autres personnes pour créer un groupe un peu plus grands. Elle trouve trois autres personnes permettant ainsi de faire un essaim de cinq pokémon. Tout le monde déjà au courant du plan, ils commencèrent à propulser de leur bras leur pokémon pour leur envol.

▬ Vas-y Hana guide le groupe et lance Poudre Dodo.

Elle admira son pokémon en plein envol, prenant la tête d’un “V” caractéristique. Elle croise les doigts pour que son plan marche convenablement et que les policiers s'endorment gentiment.


Hrp:
 


Feniix

_________________
Man heals ambition by ambition itself.

⚡️ La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie - Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6876-469-erika-uchida-de-reine-a-geisha-adulte#70942 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6878-erika-uchida-adulte#71031
avatar
Coordinateur Mode

Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 39
Jetons : 645
Points d'Expériences : 1335

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mar 7 Aoû - 21:34



Principe de causalité
Palladium

Soudainement, tout est devenu noir.

Elle s’est sentie écrasé, comme si on lui était tombé dessus. Elle apprendra vite que c’est exactement ce qu’il s’est passé.

Puis la lumière est revenue. Les bruits sont flous, lointains, ils ne parviennent que faiblement à ses oreilles et au vu du chaos à l’extérieur, ce n’est pas prêt de s’améliorer.

Une nuée rose, puis ça bouge. Ça bouge et elle n’entend pas sa voix.

Elle n’entend pas sa voix.

La colère monte. Que lui ont-ils fait ?

Il est sien, c’est son petit. C’est son humain.

Adara éclate.

La volonté écarlate de protection, cette rage froide explose.

La capsule la libère dans un éclat rouge.

Elle déploie presque instinctivement un Champ Brumeux. C’est si différent ici, si différent du calme dans lequel ils étaient plongés, des mètres sous terre.

Là où le ciel était de soleil, il est de nuages. Là où le vent était doux, il est de tempête. Là où l’ambiance était calme, elle est de colère. Là où tout est douceur, tout n’est que violence. Là où tout est vie, tout n’est que mort.

Où est-il ? Elle remarque à peine les humains qui l’entourent et focalise son attention sur lui.

Son dresseur.

Elle n’a pas de mal à le trouver. Il est juste là, devant elle. Le yeux clos, la mine pâle. Trop pâle.

Si pâle comparée au feu vivace qui mord son torse. Si blanc face au rouge qui dévore. Elle tombe à ses côtés, pose une main sur sa joue, la fait glisser jusqu’à sa bouche, cherchant instinctivement un souffle d’air.

Le temps semble s’être arrêté.

Elle le sent. Souffle, se retourne.

Elle les voit enfin. Ces humains. Ils entourent son dresseur. Elle reconnaît la petite magicienne que son dresseur apprécie tant.

Elle ne peut pourtant pas. Elle ne peut pourtant pas prendre le risque. Elle s’élève au dessus de son cher, cher ami.

Elle n’a pas le choix. Elle doit le protéger. Elle doit protéger sa moitié, son double, son destiné.

Il n’a qu’elle.

Non. Non, il n’y a pas qu’elle.

Adara déclenche autour du Noctali une Tempête Verte violente, éloignant les plus courageux s’étant approchés d’elle.

Elle hésite un instant. Puis elle enclenche de ses longs doigts fins quelques pokeballs choisies.

Soleil et Murzim.

Elles sont le trio originel. Celles qui sont là depuis toujours.

Murzim la regarde. Elle comprend sans un mot et se met à roder, prête à attaquer quiconque s’approcherait trop de leur précieux, précieux dresseur.

Soleil, elle, s’envole pour exercer une protection depuis les airs, exactement comme elles ont prévus dans un cas pareil.

L’ombre que forme Soleil ne la recouvre pas.

L’ombre que Soleil devrait créer n’existe pas.

Soleil est au sol dans un état semblable sinon pire que celui de leur dresseur.

La Tempête Verte baisse en intensité quelques secondes avant de s’arrêter immédiatement pour qu’Adara la remplace par une Aromathérapie.

Qu’est ce qu’il s’est passé.

Elle, il ….

Détruits.

Morceaux.

Elle tombe.

La jolie fleur se fane.  


©BBDragon

Spoiler:
 

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
avatar
Adulte Éducatrice Débutante

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 22 ans
Niveau : 27
Jetons : 936
Points d'Expériences : 561

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mar 7 Aoû - 23:00

Par chance, l’ensemble des enfants qui se trouvait avec elle a choisi de suivre ses instructions et de regagner la fameuse zone de ralliement entre élèves. Même si la rousse ne connaissait pas tout le groupe, elle en sait suffisamment sur les élèves de l’académie pour savoir qu’ils sont bourrés de ressource, et qu’ensemble ils présentent un poids non négligeable que ce soit pour Palladium, A2P ou la Team Rouage. Ilea préfère largement les savoir tous réuni à part que dispersé aux 4 coins de cette immense pagaille. La petite magicienne n’avait pu s’empêcher de lui glisser un câlin avant de partir, que la jeune adulte lui a rendu avec plaisir. La demoiselle connait cette petite et son courage démesuré. Elle sera une force de plus pour le petit groupe.

Accompagnée d’Edelyne, Ilea se remet donc en route en direction de la potentielle position de Nathalie Vega. La brume créée par sa Goupix a déjà disparu depuis longtemps, remplacée par une multitude de climat différent, provoqué par les diverses capacités des pokemons utilisés. A un moment, il lui a semblé entendre la police demander de les rappeler dans leurs pokeballs, mais le message ne semble pas être passé. La rousse ne peut que comprendre après tout. Ses pokemons sont nécessaires auprès d’elle. Elle ne se sentirait pas d’avancer sans eux. Ses deux autres eevolutions reviennent assez vites vers elles, lui assurant que tous les enfants ont bien été réunis dans une zone qui semble plus calme que le reste de cet immense champ de bataille. L’éducatrice soupire de soulagement tandis qu’elle aperçoit Vega au loin, dans la cour de Palladium. La voilà enfin : Alors qu’elle s’apprête à repartir à la course, un jeune homme s’approche d’elle et l’interpelle, une petite fille dans ses bras. Il lui semble l’avoir déjà vu à certains rassemblements d’A2P. Peut-être veut-il la dénoncer pour son infiltration ? Apparemment non puisqu’il lui demande seulement son aide. Alarmée, Ilea récupère rapidement l’enfant dans ses propres bras avant de répondre à l’étudiant.

Merci de me l’avoir amenée. Je devrais trouver une solution pour la placer en lui sur. Tu es de la Pokemon Community non ? Dans ce cas tu devrais aller rejoindre le groupe qui s’est formée à l’extérieur des clans. Je viens déjà d’y envoyer 4 autres étudiants. Tu y seras sans doute mieux là-bas.

Sans attendre sa réponse, Ilea place entre ses dents ses deux doigts et siffle du plus fort qu’elle peut, obligeant la petite dans ses bras à se boucher les oreilles. Accompagnée de ce bruit, la jeune femme se met à faire de grands gestes en direction du ciel. Sans attendre trop longtemps, Kayla refait son apparition. La dresseuse la caresse avant de lui expliquer sa tâche. « Ma belle j’ai besoin que tu raccompagnes cette jeune fille vers les policiers. Elle n’a rien à faire ici. » La rousse cale l’enfant sur le dos de sa partenaire avant de la voir s’envoler au loin. Dans le même temps, la jeune femme blonde de tout à l’heure revient, visiblement essoufflée après l’avoir cherchée un moment. Un peu perdu par le changement brutal de composition du groupe, Ilea s’empresse de lui faire un bilan.

Si mais j’ai demandé à tous les jeunes de se rassembler entre eux dans une zone neutre. Le petit prince a pris ma Togekiss et essaie de retrouver d’autres de ses camarades depuis le ciel. Et toi tu étais où ? Caroline lui fait part de ses inquiétudes vis-à-vis de sa décision mais la jeune femme n’en démord par et se justifie tout de suite. Il m’a paru plus sage de les réunir plutôt que de les diviser. J’en connais certains d’entre eux et je sais qu’ils seront plus efficaces tous ensemble. Je crois que ça fait en quelque sorte partit de leur enseignement à la Pokemon Community. Mais pour moi ma mission reste la même, aller chercher le Feros. Tu viens avec moi ou pas ?

C’est étrange, la façon dont les deux jeunes femmes communiquent. Est-ce la situation qui les oblige à être ainsi ou bien un réel feeling entre elle, mais Ilea a l’impression qu’elles se connaissent depuis toujours, et qu’elles peuvent se faire confiance mutuellement. Comme pour confirmer ses pensées, caroline approuve son plan et l’entraine à sa suite en direction de Vega. Visiblement, le jeune homme n’a pas écouté sa demande et continue de les suivre. Il faut croire qu’on ne peut pas convaincre tout le monde. Avec une grande agilité, le trio passe les quelques obstacles qui se dressent sur leur chemin, jusqu’à se tenir relativement proche de la scène où se trouve Vega. Et maintenant, quel est le plan ?

A vrai dire, je ne sais pas encore…


Ilea n’eut pas le temps de réfléchir plus loin qu’une membre haut placée de l’association, que la jeune femme a reconnu sans aucun mal comme étant le bras droit de Vega, débarque vers eux. La rousse déglutit. Ça ne sera pas aussi simple de se justifier auprès d’elle que de simples manifestants. Avant même que l’éducatrice ait le temps de trouver une échappatoire, celle-ci prend la parole.

Bon malgré votre coup de sang d’il y a deux jours, Vega accepte de vous confier l’un de nos pokemons. Vous devriez être honorer d’un tel geste. A sa place, je ne vous aurais même pas permis de porter notre brassard. Jeune homme, vous faites partis des heureux élus également. Venez avec moi.


Ilea lance un regard de détresse à sa camarade, cherchant en quelque sorte son approbation (ou pas ?). Caroline parvient tout de même à lui glisser quelques mots, lui assurant que de cette façon elle parviendrait peut-être à récupérer quelques informations utiles. Regagnez par un semblant de courage, la femme aux cheveux de feu accepte de suivre son ex-supérieur pour la remise de ce fameux pokemon. L’endroit se trouve un peu excentré du reste de l’affrontement. On a presque l’impression que le calme est revenu, que tout ce qu’il se passe n’est qu’un mauvais rêve. Pourtant c’est la réalité, et Ilea va devoir y retourner bien rapidement. Après un voyage en voiture des plus angoissants, les deux se retrouvent au bord de la forêt, toisés par de nombreux pokemons, pour la plupart immense.

Il faut qu’elle en prenne un pour combattre. La rousse serait bien tentée de lui dire que celle qu’elle veut combattre c’est Vega mais se ravise. C’est une chance d’approcher d’encore plus prêt la leader. Pendant que l’étudiant avance à la recherche du dit pokemon, la jeune femme reste perplexe. Comment doit-elle choisir face à ces énormes pokemons. Ils ont vécu par le passé des choses affreuses. Sera-t-elle capable de penser leurs plaies alors qu’elle-même ne croit plus en les idéaux de ceux qui les ont sauvés ? En vérité, cette réflexion s’arrête bien vite quand ses trois pokemons, qui s’étaient un peu éloignés, reviennent en compagnie d’un quatrième camarade. Une Nymphali.

Elle aussi fait partit des formes que peut prendre un Evoli après son évolution. Ses magnifiques rubans sont un atout indéniable pendant les concours, en tout cas c’est ce que lui a raconté Sirius. Mais pour elle, ses rubans ne sont plus que tristesse, abimée par sa vie d’avant. Ilea ne saurait dire si c’est physique ou psychologique, mais ce qui fait le charme tant convoité par les coordinateurs a disparu. Une certaine tristesse plane dans ses yeux. Envoyer cette pauvre créature au combat serait une torture, et ses pokemons l’ont bien compris. Elles ont certainement voulu la sauver du destin qui l’attendait.

Seulement, la Nymphali n’eut pas du tout la réaction souhaitée quant elle comprit que ces trois pokemons si semblables à elle étaient en réalité dressés par une humaine. Immédiatement, le regard du type fée se durcit, jusqu’à ce que son visage traduise ce qu’elle allait faire. Elle va charger, et tout de suite. Une pluie de petites étoiles sorte comme de terre et se dirige tout droit sur la rousse. Par réflexe, elle se protège le visage, mais les attaques ne l’esquivent pas complètement. Certaines étoiles viennent transpercer sa peau, lui laissant de nombreuses coupures sur les bras et les jambes. Démunie, Ilea finit par se saisir de la pokeball que lui tend le bras droit de Vega avant de rappeler la Nymphali dans sa pokeball.

Le danger est écarté mais le résultat est là. Son corps est parsemé d’une dizaine de coupure nette, laissant s’échapper du sang tout le long de sa peau. Haletante, l’éducatrice jette un regard à ses pokemons mais aussi à l’autre adulte, décrochant tout juste quelques mots « J’espère que tu seras plus efficace une fois sur le terrain ». Une fois que l’étudiant a lui aussi choisi son pokemon, les deux se remettent en route pour retourner sur le champ de bataille. Ils ne mettent pas longtemps à retrouver la position de Caroline, qui les attendant de pieds fermes. Toujours tremblotante, sous la surprise de l’attaque précédente, Ilea s’explique avec la jeune femme.

Je suis désolée je n’ais pas réussi à avoir plus d’infos. Tout est allé très vite. J’ai récupéré un pokemon mais je ne suis pas sûre qu’il nous soit très utile…


La rousse jeta à nouveau un œil à ses bras, maintenant quasiment rouge écarlate. Pourtant, Ilea ne sent rien. Elle ne sent plus rien.
Résumé:
 

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
avatar
Pokeathlète Médecin

Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1990

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mar 7 Aoû - 23:39

La situation est très tendue ici. Même si nous arrivons à peu près à nous organiser entre élèves, il reste encore pas mal d’obstacle à franchir. La police décide enfin de pointer le bout de son nez. Je ne prends même pas la peine de les regarder, laissant plutôt Rod s’en occuper. Il est vrai qu’il est très bon coordinateur. Sa voix et ses mots suffisent à canaliser plus ou moins le reste des élèves, un peu paniqué par la soudaine arrivée d’un Sirius a demi brûlé devant nous. Les choses s’enchainent vite, tellement que moi-même j’ai du mal à suivre, surtout que je suis concentrée sur Sirius. Le pauvre, son corps est dans un état pitoyable. L’odeur de la chair brûlée est très dure à supporter. Peut être que pour moi cela passe mieux du fait que pendant un moment moi-même j’ai été brûlée de cette façon, mais pas de manière aussi étendue.

Je sens Calua toute proche de moi. Je n’ose pas trop quitter mon regard de Sirius au vu de la gravité de ses blessures, mais je sais que la jeune fille n’est pas bien. Voir son ami dans son état doit être douloureux, surtout si on n’est pas formé à ça. J’entends ses larmes qui coulent. Je me pince les lèvres pour ne pas pleurer. Comment en sommes-nous arrivés là ? Rodrigue essaie de remotiver les troupes de nouveau, ce qui fonctionne vu la réaction de Calua. Son petit corps se sert contre moi, me donnant de lui promettre de le soigner. Je réponds à son étreinte puis lui glisse à l’oreille « T’inquiètes pas Calua je gère, je vais le remettre sur pieds c’est promis ». La magicienne finit par s’éloigner, non sans nous offrir à Sirius et moi une protection digne d’un château-fort. L’ensemble des protections levées nous coupe complètement du reste des élèves, ramenant aussi un peu de calme. Avec un semblant de sourire, je murmure vers le blessé.

Tu as intérêt à ouvrir les yeux rapidement, sinon je crois que Calua va vraiment revenir avec une teinture verte.

Mes gestes continuent sans même y réfléchir. Tant que sa peau ne serait pas complètement refroidie, je ne pourrais commencer à penser ses plaies. Pendant que je régule le jet d’eau de ma Lokhlass, je recoins un message mental de ma Eoko. « Euh Idalienor, Aria vient d’arriver complètement ligotée à dos d’Elecsprint. Elle vient tout juste d’être détachée et semble très en colère ». Je mets un instant avant de comprendre. C’est signé Cael ça sans aucun doute. J’active mon vocogramme juste un instant, le temps de lui dire merci pour la livraison, puis me reconcentre sur mon patient. Je sais que de toute façon Ruru va se charger de son cas, l’empêchant de s’en aller de nouveau. J’irais lui parler plus tard, mais pour l’instant le brun est ma priorité absolue. Sirius, mon ami, dans quoi tu t’es fourré encore ?

Tout à coup se libère de sa pokeball la starter de mon ami. Adara. Je ne la connais pas très bien et pourtant à cet instant précis j’ai déjà le sentiment que quelque chose va mal tourner. Avec horreur, elle découvre son dresseur dans un état pitoyable. Son regard se promène sur l’ensemble des lieux, cherchant une explication censée à tout ceci. Mais il n’y en a pas, pas tant que Sirius lui-même ne nous expliquera pas. La colère monte en elle. Son explication ne vient pas. Les mots ne lui viennent pas. Alors elle riposte, elle attaque. Une énorme tempête verte se déclenche tout autour d’elle, enveloppant son dresseur et moi-même à l’intérieur.

Je sens mon cœur qui se serre. Je suis enfermée. Encore. Comme cette fois-là dans la tempête de sable. Je n’arrive plus à parler, ni même à crier. Les mots se serrent dans ma gorge, sans réussir à s’échapper. Les feuilles me cisaillent les bras, une à une, avec précision. Par réflexe, ou par peur, je me couche sur le corps de Sirius, cherchant sa chaleur, cherchant son aide. Mais il n’est pas là. C’est moi qui doit être là pour lui aujourd’hui. C’est mon rôle. Mais je n’y arrive pas. Pas tant que je serais prisonnière.

Les feuilles finissent par retomber une à une, me permettant de reprendre mon souffle. La Florges a finit par se calmer, laissant à la place une douce odeur d’Aromathérapie. Elle a compris que la situation était même plus grave que ça. La Roucarnage de Sirius est elle aussi blessée, surement par l’explosion qui a ravagé son dresseur. Mes mains tremblent. J’ai beau les serrer, je n’arrive pas à me calmer. Je ne peux pas toucher le brun dans ses conditions. Il me faut juste quelques minutes, le temps que ça s’arrête. Mais en attendant, je vais profiter de ceux qui sont avec moi.

Salomé ! Ana ! j’ai besoin de vous !

Les deux filles accourent et passent la barrière lumineuse, accédant à la zone de soin protégée. Je reprends mon souffle avant de leur expliquer du mieux que je peux.

Les filles j’ai besoin de vous pour m’occuper des deux blessés. Salomé les blessures de Sirius sont nettoyées. Tu vas pouvoir lui faire des bandages d’urgence. Tu te souviens de comment on fait ? Tu as vu ça dans tes premiers cours de pokeathlète médecin. Au pire je te guiderais. Prend le matériel dans ma sacoche à côté de toi. Toi Ana, tu dois aller t’occuper de Soleil. Il va falloir lui administrer les premiers soins à elle aussi. Visiblement, la capacité de stabilisation de sa pokeball n’a pas suffi. On doit faire quelque chose. Prend la trousse de secours rudimentaires dans mon sac et viens avec moi.

La brunette s’exécute et me rejoint juste à côté de la pauvre Roucarnage. Doucement je la cale contre moi, montrant ainsi à Adara que je ne leur veux aucun mal. Le sang continue de couler le long de mes bras mais je m’en fiche pas mal. Ce n’est rien à côté des deux autres. Et puis si je me mets à y penser je ne m’arrêterais jamais de trembler. En attendant de pouvoir reprendre du service, je vais m’occuper de coordonner les deux jeunes filles. De mes doigts tremblotants encore légèrement, je désigne les zones de brûlure sur le corps de la pokemon. Je commence en même temps mes explications.

Avec le matériel que tu as dans la trousse tu vas pouvoir traiter ces brûlures. Tu dois commencer par désinfecter pour t’assurer qu’il n’y ait pas d’infection par la suite. Prend une compresse et imbibe là du produit rose dans la petite fiole. Tu t’en sens capable ?

Résumé:
 

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
avatar
Scientifique Archéologue

Région d'origine : Kalos.
Âge : 17 ans
Niveau : 32
Jetons : 1474
Points d'Expériences : 676

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Mer 8 Aoû - 11:51






Le blond la fixe, l'air surpris. Ou bien... Est-t'il plus surpris par le drôle d'énergumène qui se lance dans une étrange complainte à ses cotés ? Elle-même ne sait pas vraiment comment réagir à cet inconnu, bien trop préoccupé par la potentielle porte de sortie qu'elle pourrait trouver dans les poches du coordinateur. Le blond écouta ses excuses avant de lui même s'introduire, il expliqua aussi qu'il avait un camp... de réfugiés ? Des étudiants. Comme elle. Qui se serraient les coudes. Et la boule au ventre de la rose ne cessait de grandir... Elle avait grandement manqué de solidarité sur ce coup là.  

Bellamy, les bras débordant de pokéballs, éloigna d'un geste son nanméouîe alors que l'araqua de Rodrigue prenait en charge le grand blessé, assurant ainsi son transport. Un peu pantoise, elle écarquilla les yeux lorsqu'un Beaudrive écarta la foule d'une simple attaque. C'était tellement plus facile de se déplacer dans ce merdier quand on avaiit son équipe de pokémon... Au complet. Elle jeta rapidement des coups d'oeil en arrière avant de suivre le blond comme un bon petit pokémon bien apprivoisé -après tout, ce serait toujours plus sur qu'ici.

Rapidement, le petit trio et demi arrive vers une zone qui semble en effet épargné par le conflit (ou presque) et la petite rose ne peut s'empêcher de pousser un soupir de soulagement en aperçevant le visage d'Idalienor. Elle ne la connait pas trop, juste rapidement croisée lors du dernier incendie qui... Ok note perso : ne jamais revenir ici. Cet endroit craint. Mais Bellamy est heureuse de se retrouver à nouveau aux cotés de la brune : c'est sans doute la légende vivante des médecins de l'académie et elle lui connait des qualités de leader, de self-control et de coeur, idéales pour qu'elle dirige ce genre d'opérations. D'un mouvement : la rose se met à quelques-mètres de Sirius et regarde la brune l'examiner. Un jet d'eau glacée, un vibra-soin et quelques gestes précis pour épargner ce qui reste de la peau du coordinateur. Presque automatiquement Pompom vint joindre ses forces avec celles de l'Eoko d'Idalienor avec sa propre Vibra-soin : il y en jamais assez, supposes la rose.

La brune lance ensuite un appel qui sonne, un peu comme désespéré et c'est seulement alors que Bellamy note la présence d'Ana, de Logan et de Salomé (toujours les mêmes) bien qu'ils semblent que leur dynamique ait légèrement changé depuis la dernière fois : rêvait t'elle ou Salomé venait d'embrasser Ana ? Whaaaaat ? Elle cligna des yeux plusieurs fois sans comprendre, avant de secouer la tête de gauche à droite, dispersant ses pensées : toujours pas ses oignons. Bellamy a a peine le temps de tourner la tête que voilà déjà, l'étrange personnage qui pleurait la mor.. euh, l'accident de Sirius qui disparaissait dans la foule, ne laissant derrière lui qu'un aligatueur rose.

Ok. Ce camp était sûr mais beaucoup trop chelou.

Calua arriva soudainement d'où elle ne savait pas trop où et se mit elle-aussi à pleurer Sirius. Damn it, ce mec était si populaire que ça ? Mais la petite magicienne fut vite requinquée par les mots de Rodrigue qui en gros : disaient de ne pas se laisser abattre. Hmm. Pas idiot, mais elle se voyait mal replonger dans le chaos de la foule... Ne sachant pas trop quoi faire, elle analysa les lieux, observant Pom lancer des vibras-soins à la pelle sur les petites blessures des uns et des autres. Elle au moins, avait un objectif, c'était naturel pour la nanmeouie. Bellamy hésite, elle se léve doucement vint déposer les pokéballs de Sirius à ses cotés, en jetant un oeil désolé à la médecin qui s'active autour de lui. Puis fait demi-tour... Que faire ? Que faire ? Mais elle n'a pas le temps de se demander qu'un bruit de pokéball se fait entendre, Bellamy se retourne par réflexe et tombe sur une énorme tempête verte;

À travers les feuilles, elle distingue Idalienor en état de panique évident. La rose s'avance d'un pas, comme mu, par un réflexe. Cherchant l'origine de l'attaque... Il ne lui faut pas longtemps pour l'apercevoir une florges chromatique. Le starter de Sirius : forcément. Et son coeur se serre. À quelques-secondes prés... À quelques-secondes prêt tout aurait pu être différent. Si elle avait gardé les pokéballs du coordinateur dans les bras... Peut-être aurait t'elle pu résonner la Florges ? Peut-être serait-ce elle qui se serait retrouvée enfermée dans les feuilles ?

L'attaque se calme rapidement, mais la vérité n'échappe pas aux yeux glacés de Bellamy : le mal est fait. La médecin principale est hors d'état de nuire, tremblante, le bras qui saigne. Idaliénor semble ailleurs pendant un moment, avant de reprendre ses esprits, essoufflée. Salomé et Ana sont demandées sur le pont pour être ses mains. Le regard de la rose se fixent, forcément, les siennes sont tremblantes comme pas permis. Et alors que la brune explique aux deux autres filles que faire et comment le faire, la boule au ventre de Bellamy se serre d'autant plus. Elle se souvient de l'incendie. De l'enfant qu'elle était sensée soigner. De sa propre panique et d'Idaliénor qui était venu prendre le relais. Tout lui revient en mémoire comme une décharge électrique. Pour la brune ce n'est sans doute rien, mais ce jour elle lui sauvé la vie. Bellamy le sait, elle le sent... Et si... Si elle arrivait à ne pas penser qu'à elle ne serait-ce qu'une seule seconde...

La voilà qui s'active : les jambes se déplient et marche jusqu'à la médecin, le geste rappelle PomPom à ses cotés, et les bras ouvre son sac à dos, sortant sa propre trousse de secours. Ce n'est pas juste pour elle, pour une fois : elle ne peut pas laisser la brune dans son état de panique. Trop de gens avaient besoin d'elle.

Doucement Bellamy s'approche d'Idalienor qui cale l'oiseau gigantesque de Sirius contre son corps, Ana elle s'active : désinfectant les plaies de l'oiseau. La rose pose une main timide sur l'épaule de médecin. Elle voudrait s'excuser, lui dire qu'elles auraient du garder les pokéballs du brun, faire tout pour avoir échangé de place avec elle mais à la place, elle ne réussit qu'à dire :  

-Ça va allez ? demande t'elle presque naïvement, puis se reprenant : Ça va allez.

De gestes précis, elle ouvre sa boite de premiers secours, dévoilant son hypocondrie à tous. De la main la plus douce qu'elle peut, elle force la brune à lui tendre le bras et nettoie ses coupures.

-Tu n'as pas besoin de penser à toi, si tu ne le veux pas. Mais laisse quelqu'un le faire pour toi rajoute t'elle d'une voix timide.

La rose remonte le bras de la brune, en y enroulant des bandages. Heureusement, il n'y aucune giclée donc les artères ne sont pas touchées. Elle en soupirerait presque : la plupart des coupures sont superficielles. Seule une à l'air plus profonde activant les souvenirs de la rose, elle sait comment faire, combien de milliers de fois a t'elle vu les infirmières le faire ? La voilà qui sort du fil et de sa boîte de premiers secours.

-Tu as besoin de points de suture sur cette coupure. annonce t'elle comme si elle demandait l'autorisation. J'ai des analgésique aussi. C'est douloureux ?

Bellamy enfonce l'aiguille dans la peau de la médecin, avant de se mettre à coudre. Intérieurement, elle pleure, hurle, crache, pense à Lolita, voudrait fuir et se réfugier sous ses couettes ; mais inspirée par sa patiente : tout ce qu'ella affiche, c'est un sourire doux-amer. Rien d'autres. Ses joues ne rougissent pas, il n'y aucun tremblement.

Tout. Va. Bien.

Tout va d'autant bien que la main rassurante et maternelle de sa nanmeouie se pose sur son épaule. Pom est là. À ses cotés. Et Bellamy comprend enfin l'importance de s'aider les uns, les autres.

-Tu t'en sors Ana ? Je peux t'aider si tu veux.


   
INTRIGUE : Principe de causalité

©BBDragon

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5660-395-tu-connais-bellamy-wallace-mentali#59974 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5666-bellamy-darwin-wallace-mentali#60016
avatar
Coordinateur Performer

Région d'origine : Alola
Âge : 14 ans
Niveau : 42
Jetons : 3700
Points d'Expériences : 1001

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 9 Aoû - 10:14

Tout se passe si rapidement..
Un garçon blond qui semble être du côté Lansat depuis le début ramène Calua avec deux garçons bruns dont l'un semble blessé. Mon cœur manque de louper un battement face à cette vision d'horreur. A partir de quand la situation a-t-elle dérapé autant ? Je n'ai même pas recroisé mon oncle depuis que je l'ai aperçu près de Vega.

Je crois rester planté là, près de mes pokémons, pendant un long moment. Immobile, sans expression. Je ne savais pas quoi faire, ni comment me rendre utile. Salomé part, puis revient. Et c'est Logan qui me tire de mes pensées. Il semble vouloir nous demander quelque chose.. mais il ne termine pas sa question. Est-ce que nous sommes ? ... J'arrive à deviner sans peine. Il reste planté devant nous alors je soupire. Il a sûrement du voir le baiser que venait de déposer Salomé sur mon front. Un geste qui a le don de m'apaiser instantanément.

« Oui. » dis-je sèchement avant de le contourner lorsque qu'Ida nous appelle.

Je m'approche d'elle rapidement et écoute ses instructions. Je dois m'occuper de Soleil, la Roucarnage du garçon blessé. J'accours donc pour aller chercher la trousse de secours de la brune avant de revenir vers elle. La vue du sang me donne un léger haut-de-cœur mais je secoue rapidement la tête: ce n'est pas le moment de me défiler. J'écoute les explications d'Ida, remarquant qu'elle est aussi blessé à cause de la tempête verte que la Florgès du garçon venait de créer un peu plus tôt.

« Je crois que oui.. » lui répondis-je.

J'attrape plusieurs compresse et commence à verser sur l'une d'entre elle le produit rose que la médecin venait de me montrer. Je regarde la Roucarnage tendrement avant de commencer à l'appliquer sur ses différentes brûlures.

« Je suis désolée si ça pique, mais c'est pour ton bien. » dis-je en voyant le pokémon vol se contracter.

Je suis concentrée un maximum, m'appliquant du mieux que je peux pour nettoyer les plaies. Puis une voix que je connais bien me faire sursauter. Je n'avais pas vu la rose arriver, elle s'occupait des coupures d'Idalienor. Je relève légèrement la tête, changeant de compresse au passage.

« Je crois que ça devrait aller, j'ai déjà désinfecté la moitié de ses brûlures. » répondis-je avant de me tourner vers Ida. « Lorsque j'aurais tout désinfecté, que faudra-t-il faire ? Mettre des bandages comme son dresseur ? »

Je ne savais pas du tout comment m'y prendre, la médecine étant une science que j'ignore complètement. Dans mon village, c'est le doyen du village qui transmet son savoir médicinal de génération en génération. Et ma phobie des hôpitaux fait que je n'y ai jamais mis les pieds pour quelque chose me concernant. Je redresse la tête pour observer un instant Salomé avant de reprendre minutieusement mon travail. Puis je sens une présence derrière moi, une présence rassurante: celle de mes pokémons. Forest, mon Vivaldaim, s'approche un peu plus et lâche Aromathérapie, libérant un doux parfum pour nous apaiser. C'est la première fois qu'il prend, seul, l'initiative de m'aider. D'habitude, il ne fait que me regarder avec mépris, comme si je n'étais pas une assez bonne dresseuse pour lui. Je le regarde tendrement, alors il tourne vivement la tête comme pour me demander de ne pas le remercier. Je vois ensuite Louis s'approcher d'Idalienor.

« Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à me demander. » dit-il à la brune par télépathie.

J'ai bientôt terminé de désinfecté les brûlures de Soleil alors je me permets de tourner la tête pour observer la foule au loin, secouée par les intempéries. Je serre la mâchoire: si seulement Poppo pouvait ramener ses fesses ! Je le mettrais en pleins milieu pour que tout les changements climatiques s'arrêtent, ça nous évitera d'avoir d'autres blessés.

« J'ai finis Ida ! » dis-je, un peu fière de moi.


hrp:
 

_________________


MOODBOARD:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6244-429-ana-carolina-gladio-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6246-ana-carolina-gladio-mentali
avatar
Scientifique Mécano

Région d'origine : Alola - Ho'ohale
Âge : 14 yo
Niveau : 20
Jetons : 1292
Points d'Expériences : 345

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 9 Aoû - 21:12




palladium
Appuyé contre le mur à côté de l’ascenseur, Nico attend avec une impatience modérée le retour de la blondinette. C’est pas contre elle, au contraire, elle est une des rares filles, pardon, personnes avec qui passer du temps n’est pas un calvaire insurmontable. Non, Ranya fait partit des personnes que Nico apprécie. Et croyez moi, vu le gus, c’est déjà pas mal.

En tout cas, c’est pas à cause de Ranya en elle même que Nico n’a pas spécialement envie de la voir revenir trop vite. Ici, ils sont en sécurité, bien loin de la mini-guerre civile qui semblait se mettre en place quand ils ont quittés l’entrée de PALLADIUM pour rejoindre le sous-sol de l’entreprise. Le calme y est total et il est difficile de réalise que quelques centaines de mètres plus haut, c’est l’anarchie la plus totale. Et pour être honnête, Nico est ici pour profiter de la protection de PALLADIUM, pas exactement pour les protéger. Où alors il a oublié de lire la petite ligne en size 3 en bas du contrat.

Toujours est-il que c’est relativement grave la merde et que Nico, comme toutes personnes sensées, c’est à dire personne sur cette foutue île, n’a pas envie d’aller s’en mêler. Parce que voyez vous, Nico, contrairement aux idées reçues, possède un cerveau. En plus de cette possession somme toute relativement rare sur l’île, le fameux cerveau, fonctionne. Et bien. Le grand avantage de posséder un cerveau qui fonctionne est de pouvoir prendre des décisions logiques, simples, efficaces qui ne mettent pas en danger le possesseur du dit cerveau.

Fortement pratique n’est ce pas ? Il me semble que plusieurs personnes mériteraient dans gagner un le plus rapidement possible.

Aussi, quand Ranya revient vers lui, des bombes à eaux dans les mains et qu’elle lui propose avec un calme désarmant d’aller les jeter depuis les cieux sur les différents clans en étant à deux sur le dos de son Ptera tout nouvellement acquis, Nico accepte.



Excusez moi ?

Très bien, retirez le paragraphe sur le cerveau ce garçon est tout aussi con que le reste de mes personnages. Oups.

Nico se tourne rapidement vers Terry et lui demande, la voix enthousiaste si il se sent capable de porter les deux enfants pendant un moment. Pas de soucis pour lui et Nico le rappelle rapidement pour qu’ils puissent s’engager dans l’ascenseur.

Rapidement, Nico liste tout ce qui peut mal se passer et s’arrête très rapidement. Il y en a tout simplement beaucoup trop et là, actuellement, moi même, je me demande comment ils vont finir nos mômes. Pas de soucis au niveau du Ptera, sa taille, son envergure et la taille d’halfelin des deux enfants devraient lui permettre de voler sans risque. Et je vais clairement pas lister les soucis que posent cette idée parce que nous avons besoin de nous concentrer sur le positif.

Nico et Ranya donc, armés de bombes à eau dernière génération arrive au rez de chaussé en quelques minutes. Pour être franc, Nico porte un sourire de gosse. Vous savez ce grand sourire qui veut dire « Oui, je vais probablement faire une énorme connerie du type repeindre un camion avec de l’acrylique ou encore envoyer des pétards dans un champs sec en plein été ». Vous situez le sourire ? Parfait, car c’est exactement ça, l’état d’esprit de Nico. Savoir qu’on va faire une grosse bêtise et en être absolument ravi.

Dehors, c’est le chaos. L’apocalypse même. Un bordel sans nom quoi.

Le ciel s’est paré d’un gris de rigueur et tend à virer au noir, noir de deuil. Deuil d’une époque. Bientôt deuil d’une île. L’air est lourd, l’ambiance pesante. Les gens se regardent en chiens de faïence l’air de se demander à qui ils peuvent se fier. En quoi croire. Que faire.

Tout cette morose ambiance passe bien au dessus de la tête de Nico qui fait sortir son immense Ptera presque immédiatement. Avec un peu de crainte, il s’installe sur le dos du dinosaure avant de tendre une main vers Ranya. Il leur faut un plan d’action. PALLADIUM est retranché dans ses locaux et la Team Rouage et A2P se trouvent devant eux.

- Je m’occupe de diriger Terry, tu te charges de lancer les bombes à eau ?

Parfois, les plans les plus simples sont les meilleurs. Après confirmation de la petite blonde, Nico serre les jambes fermement et d’un seul coup, ils sont en haut.

- Accroche toi bien !

Le conseil est autant valable pour lui que pour Ranya. Fermement accroché aux épaules de son nouveau pokemon, Nico profite à peine du spectacle. La scène se rapetisse et de là haut, il est facile de voir comme la population est concentrée. Personne dans les rues alentours, comme si tout Lansat s’était donné rendez-vous ici.

- Vole environ 5 mètres au dessus des gens s’il te plaît. Si tu vois des trucs qui risquent de te toucher, remonte plus haut.

Il se retourne vers Ranya.

- Tu es prête ?

La première descente se fait sans soucis et A2P se prend une jolie petite pluie de bombes à eau sous les rires des deux enfants. Le stock est vite fini cependant et Nico demande à Terry de se poser sur un toit proche pour faire de nouvelles bombes à eau. Les deux gosses sont comme devant le sapin de Noël, les yeux qui pétillent, ils parlent des têtes surprises de leurs victimes. Personne ne doit vraiment s’attendre à ça …

La nouvelle cargaison prête, les deux mômes montent à nouveau sur le dinosaure, bien plus confiant que la première fois. Contrairement à Icare qui visait le soleil, Ranya et Nico visent le sol. Ils descendent bien plus bas que la première fois, lançant ainsi des bombes de plus en plus précises. Le stock se termine encore plus vite, Nico lâchant parfois les commandes pour lancer une bombe ou deux, hilare.

Ils remontent alors. Pile au moment où Vega et sa troupe descendent des airs pour débarquer sur PALLADIUM. Pile sur le chemin des deux gamins. Ptera reste plus ou moins fixe, protégeant de son mieux les deux petits mais rapidement, il perd de l’altitude, secoué par les pokemons volants qui traversent le ciel à toute vitesse.

Le dinosaure stabilise son vol pour débarquer un peu en catastrophe sur le toit le plus proche. Nico et Ranya sont éjectes du dos du Ptera à peine celui pose ses pattes sur la bordure du toit et c’est dans un roulé boulé violent que les deux gamins se retrouvent, dos au sol, très endolori.

Le message est clair, c’est pas un jeu.



Spoiler:
 

_________________


easy mode


atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6773-nico-anderson-phyllali
avatar
Coordinateur Performer

Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 43
Jetons : 5230
Points d'Expériences : 1433

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Jeu 9 Aoû - 21:41


Principe de causalité
Avec tout le monde.
Je ne sais plus quoi faire... Salomé avait sans doute raison. Ce n'était pas ce costume, ni ces super lunettes de soleil (et pourtant, Arceus sait qu'elles sont super classe.) qui allaient me rendre plus fort. Pour autant, j'aurais aimais croire qu'une fois, j'aurais pu me rendre utile, sortir victorieux de ce combat. Être un héros, c'était trop demander ? Peut-être que tout seul, je ne pouvais rien faire pour arrêter ce conflit, mais l'union fait la force ! Je me contentais alors d'un hochement de la tête déçu. On aurait dit un enfant qui venait de se faire gronder... La rousse m'apprend qu'Ana et elle sortent ensemble depuis l'anniversaire d'une geisha. Elles ne voudraient pas parler d'Erika non ? C'est la seule geisha que je connaisse a Lansat alors... ah ce n'était pas le moment de penser a autre chose. J'aurais tout le temps de lui demander des détails du comment du pourquoi, quand tout cela sera terminé ! J'imagine qu'il ne me reste qu'à suivre le groupe maintenant. C'était une nouvelle mission pour... PTITARDAZURÉE ! ... hem...

Ilea me confia même son Togekiss ! Un Togekiss je n'en avais jamais vu jusqu'à aujourd'hui ! Ah, mais bien sûr ! Une monture volante, c'était ça ce qui manquait pour devenir un parfait agent secret ! Dans les airs, j'aurais une meilleure vue de la situation, et puis voler sur un Togekiss ça doit être super cool !

"Hmm, je vous rejoins plus tard ! Disons que j'ai besoin de prendre un peu de hauteur pour trouver d'autre personne !"

La situation risque de dégénérez chez A2P, la charge d'A2P était sans doute beaucoup trop forte pour être maintenu... Qu'a cela tienne, nous ne pouvions pas les laisser continuer à augmenter le nombre de blessés ! Il fallait retenir leur attaque coûte que coûte !

"Ampston, Watson allaient tenir tête a la team rouage, on ne peut pas les laisser continuer à faire des dégâts ! Quant à moi, il est temps de s'envoler dans les cieux ! Tu es prête Kayla ?"


La Togekiss est docile, et me laisse monter sur son dos sans problème, je m'agrippe comme je peux, et me voila partis dans les airs. Hooou j'avais oublié cette sensation de légèreté dans le ciel. ça n'a rien a envier à un voyage a dos de Dracoloss. Alors voyons voir des élèves de la pokémon community... D'ici, le conflit avait l'air si petit...

"Haru tout va bien ?"

"Hein ?! Ah c'est toi, Charles, j'ai eu peur sur le coup.. Oui, tout va bien.. et toi rien a signaler de ton coté ?"


"Non, a part les forces de l'ordre qui viennent d'entrer à l'action.. Fait attention à toi PtitardAzurée."


"Bien sûr ne t'en fais pas ! Eeeh où tu vas Kayla ?"

La Togekiss descend du ciel pour revenir près d'Ilea, sans doute qu'elle l'avait appelé pour lui confier quelque chose...U-Une enfant ? Ce n'était pas dangereux de laisser une enfant dans le dos d'un pokémon..?

"Ne t'en fais pas, je m'en charge !"

Bon, j'imagine que si je suis la, ça ne posera pas trop de problème... La Togekiss repartis dans les airs avant de trouver un endroit sûre pour la jeune fille. Je descends de la Togekiss pour récupérer la jeune fille et la donner aux sécurités.Je me demande comment cette jeune fille a pu se retrouver mêler a tout ça, enfin au moins elle était en sécurité.

Une fois la jeune fille aux mains des policiers, je repart dans les airs. Ah, je devrais sans doute retourner auprès du groupe de Lansat, mais... je n'avais pas envie non plus de rester les bras croisé avec les autres. Ilea pouvait, elle vraiment s'en sortir toute seule ? C'est vrai que je ne suis qu'un gamin, que je ferais mieux de faire comme tout le monde, mais je ne pourrais pas rester tranquille en sachant pertinemment qu'Ilea et Caroline essaye de récupéré le Féros... J'étais avec eux au début, alors je resterais avec eux jusqu'a la fin ! Je préfère m'assurer qu'elles n'aient rien, et puis j'ai toujours mes pokémons pour me protéger !

"Charles tu me reçois ? Je vais avoir besoin de renfort de mon côté, tu peux me ramener Mavis à ma position ?"


"Reçu cinq, sur cinq !"


"Kayla conduit moi jusqu'à Ilea s'il te plaît."

La Togekiss acquiesça. Il ne fallut pas longtemps à Kayla pour retrouver sa dresseuse qui s'était visiblement blessé au bras, elle était accompagnée de Caroline. J’atterris devant eux, pour descendre de Kayla.

"Ilea ! Tu es blessée ? Je sais que j'aurais dû rejoindre les élèves vers la zone neutre mais... je ne pouvais pas rester  là-bas pendant que vous vous occupé de Vega ! J'ai décidé de vous accompagner, alors je reste avec vous jusqu'au bout ! Peut-être que je ne suis qu'un enfant a vos yeux, et c'est vrai que mes lunettes, ni mon costume d'agent secret ne me rendent pas plus fort... Mais je sais me battre ! Alors s'il te plaît, laissez-moi, vous accompagnez pour affronter Vega ! "

Voila que ma Roserade se joint à nous. Elle n'avait eu aucun mal à me retrouver avec les indications de Charles. La pauvre, allait pouvoir enfin se rendre utile ! Avec Mavis à mes cotés je ne craignais rien pour sûr !





HRP:
 

_________________




PHYL THE POWER ♦️ Ta douleur d'hier est ta force d'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5221-370-hagawa-haru-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5233-hagawa-haru-phyllali
avatar
Todresseur Ranger

Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 301
Points d'Expériences : 1948

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 10 Aoû - 19:24

« -Si tu étais arrivé plus tard, le plat aurait été immangeable. »

...Je rêve ou Ginji viens de faire de l’humour ? Et pire encore, est-ce que je suis vraiment en train de trouver que le fait qu’il fasse de l’humour soit quelque chose de notable ? Décidément, si cette journée n’avait pas encore atteint le statut de ‘’Jour le plus tordu de la décennie’’, elle s’en rapproche de plus en plus ! En attendant, comme le dit Cléo ‘’Si tu peux encore blaguer, tu peux encore taper !’’ (Devise que j’ai très vite appris à redouter...Sérieusement, l’humour de ma soeur est encore pire que toutes les baffes qu’elle a pu me mettre).
On dirait presque que je l’ai interrompu dans son repas, tant que Voltali est prompt à relancer les hostilités. Les deux Rouages gisent toujours derrière nous, mais vu la décharge qu’ils se sont mangés, je pense qu’ils vont avoir d’autres Chacripans à fouetter pour un moment.

‘’Je prends le flanc gauche.’’

‘’Reçu.’’

Bon, si j’ai bien compris, faut que je me charge du flanc droit...Euh, attends, trois, quatre, huit, douze...Y’en a beaucoup, quand même. Et Keru et les autres sont loin d’êtres encore vaillantes. Va donc falloir que j’improvise.

‘’Katara, on recommence la technique de l’Aqua-Jet. N’essaye pas de les frapper, contente-toi d’éviter leurs attaques.’’

Le temps de lever une patte en signe d’acquiescement, la Mustebouée se recouvre de nouveau d’un voile aqueux, avant de prendre son élan : rebondissant sur le sol détrempé, sa Glissade se mèle à la vitesse de l’Aqua-jet, tandis qu’elle commence à rebondir en tout sens, dans la mélée qui se forme rapidement entre les défenseurs de Palladium et les assaillants de la Team Rouage. Ses passages-éclairs ne provoquent pas de gros dégâts, mais forcent certains dresseurs à surveiller ses mouvements, une diversion extrêmement pratique...Et c’est pas fini !

‘’Neaki, tu vas commencer par une petite Poudreuse sur le sol, et ensuite...Tour rapide !’’

Allez, on passe au bowling !
Une fois une partie du sol givrée, la Sabelette n’a plus qu’à se rouler en boule, pour se mettre à rouler en direction des Pokemons et Dresseurs présents. Si y’a bien un truc que je sais sur ma Sabelette, c’est qu’une fois lancé comme une boule, elle est presque inévitable.  Et pour ce qui est de la stopper...Si vous trouvez la méthode, appelez-moi, je suis prêt à payer pour ça !
Il ne me reste donc plus qu’à positionner Keru face au flanc droit...Avec tous les Fatal Foudre qu’elle a absorbé et vu son état, je pense qu’on va éviter de la faire courir de nouveau. Par contre, comme canon à éclairs, façon bazooka, j’pense qu’elle a de l’avenir !

‘’Tonnerre  en ligne droite et vise surtout ceux en combinaison !’’

Bien, tout ça est réglé...Mais c’est pas fini. Sol ne peut plus se déplacer mais ses illusions, elles, elles peuvent bouger sans lui, non ?

‘’T’y habitue pas, c’est exceptionnel’’

Le Zorua sur l’épaule, je l’aide à se sangler en exploitant l’attache de mon Capstick. Avec un frémissement, le petit renardeau me fixe d’un air curieux, qui vire rapidement au sourire sadique quand je lui désigne les premiers rangs des Rouages en approche. Avec un frissonnement, le type Ténèbres ferme les yeux et un voila vient recouvrir nos deux silhouettes, nous dissimulant aux regards alentours. Et lorsque je rejoins la masse de Rouages en courrant, le trouble se dissipe pour révéler un grand gaillard porteur d’une combinaison similaire, aux cheveux courts...et roses. Même dans cette situation, il trouve le moyen de se foutre de moi…
C’est assez perturbant comme sensation d’être couvert par une illusion : quand je regarde mes mains, je les vois comme d’habitude, mais on dirait que personne d’autres n’a conscience de la présence d’un gamin au milieu de tous ces acharnés. Et ça, c’est exactement ce dont j’ai besoin !
Parcourant les rangs des Rouages sans m’arrêter, personne ne fait donc le moindre mouvement pour m’arrêter, lorsque je vise les ceintures de mes ‘’collègues’’ : avoir ses Pokéballs fixés à la ceinture sur le côté, c’est bien. Ne pas pouvoir empêcher quelqu’un d’appuyer par accident sur le bouton central lors d’un passage rapide, ça l’est beaucoup moins. Au milieu du combat, plusieurs Pokémons se retrouvent ainsi subitement rappelés, au grand dam de leurs propriétaires qui se retrouvent un peu démunis face aux attaques des membres de Palladiu m!
Et on dirait presque que ça se passe bien, pour une fo…

*SNAP*

‘’Ourgh !’’

Pourquoi j’ai ouvert  ma grande bouche ? Alors que j’allais réitérer ma technique, un Rouage plus rapide que les autres est parvenu à me saisir par le poignet et me jette à terre presque négligemment. Sous le choc, Sol perd sa concentration, liquéfiant le voile qui nous recouvrait tous les deux et nous exposant au regard d’un sympathique monsieur dont le bas du visage est masqué par un bandeau semblable à la gueule d’un Sharpedo…*Glumps*

‘’Tu te crois malin...Viens par là !’’

‘’Ah !’’

Ses deux mains se rapprochent déjà pour me saisir, lorsqu’un flash surpuissant vient m’aveugler à moitié. Roulant sur le côté, je remarque que mon assaillant s’est figé et garde sa pose une seconde, avant de s’effondrer vers l’avant, un peu fumant : au loin, la silhouette de Ginji se détache un instant, avant qu’il ne reparte dans la mélée...je t’en dois une, coPAIN.
On a beau les fumer un par un, on dirait qu’il en vient toujours plus. Et si j’ai eu la chance de ne croiser personne de connu actuellement, ça risque de ne pas durer...On sort de là, Sol !
Le temps de revenir en courant auprès de Keru, je flatte le coté de l’Elecsprint un peu haletante : elle a déjà épuisé ses réserves d’énergie et a de plus en plus de mal à libérer ses éclairs.

‘’Allez, encore un petit effort, si tu arrives pousser ces deux Rouages vers Ginji, il pourra sûrement...RAH, QUOI ENCORE ?’’

Le son d’une sonnerie vient résonner à mes oreilles, complètement inadéquate dans ce genre de situation  et, par réflexe, je décroche mon Ipok...Pour découvrir un simple message s’affichant sur l’écran. Dans le même temps, Keru libère une vague d’Onde de Choc, forçant deux sbires plus prudents que la moyenne à s’approcher de la position de coPAIN...pour leur plus grand malheur.

’’Colis envoyé’’

...Elle se fiche de moi. Elle répond ça, genre...MAINTENANT ? C’EST PAS LE MOMENT, CLEO, COMMENT TU VEUX QUE ÇA M’AIDE ?
On se calme...Doit bien y’avoir un Centre Pokémon pas loin de la place et pour le moment, la Team Rouage n’arrive pas à avancer, de ce que je peux observer. Sauf que j’ai dit à Ginji que je le couvrais et un Ranger, ça n’abandonne pas son poste !

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810
avatar
Coordinateur Novice

Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 119
Points d'Expériences : 464

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 10 Aoû - 19:53

Elle se démultipliait. Littéralement. Calua ne connaissait peut-être pas l’attaque Reflet mais à moitié couverte de suie et de sueur, elle continuait pourtant de se porter au secours de chaque blessé que Hak lui indiquait. Certains finissaient soutenus par la jeune fille, d’autres portés par son Galifeu, mais elle ne prenait même pas la peine de les compter et s’obstinait à repartir dès qu’ils étaient auprès d’Idalienor. Parce que chacun d’entre eux aurait puû être Starius...Et que aucun d’entre ne DEVAIT être un autre Starius.
Un peu plus loin, le dôme brillant de Pollo lui servait de balise au milieu du chaos. Elle n’avait qu’à le rejoindre et elle…

*BAOUM*

‘’POLLO !’’

Comme une torpille suivi d’une trainée de fumée, le Coxyclaque se retrouva ejecté en direction de sa Dresseuse par l’explosion mystérieuse qui venait de pulvériser son bouclier : réceptionnant son starter, la jeune fille constata avec soulagement qu’il était juste sonnée  et déboussolé, mais ne semblait pas souffrir de blessures physiques. Se remettant en vol, le type Insecte se plaça aux côtés de sa Dresseuse, prêt à se remettre en action.
Calua songea un isntant à rejoindre le lieu de l’explosion en courant, mais aucune autre détonation ne vint retentir...Et la zone semblait avoir retrouvé son calme. Elle pourra toujours s’assurer que tout va bien lors de son prochain passage avec un blessé, elle devait retrouver Hak, maintenant.

‘’AAAAAH !’’

‘’Calme-toi. L’autre blond a dit qu’il fallait rester groupé. Hors de question de foncer tête baissée en solo, c’est compris ? Je viens avec toi’’

Heureusement que la voix était calme et détendue. Sans ça, la Pyroli n’aurait jamais pu arrêter la gifle, qui manqua de décapiter celui qui venait de poser sa main sur l’épaule de la petite magicienne. Enfin...Ça et l’apparence de l’individu en question : ça ressemblait à une armure et à un Noctali, mais comme si quelqu’un avait décidé d’unir tous les trucs les plus classes des deux entités pour les réunir en une seule ! Tandis qu’Apollo facepalmait violemment devant l’apparition d’un tel énergumène, sa dresseuse dévorait chaque détail du regard, oubliant presque le chaos autour d’elle.
Ce fut la voix grave du nouveau venu qui la sortir de sa contemplation.

‘’On n’est pas obligé de se battre, les ralentir sera suffisant pour que la police les arrête.’’

Les deux grenades fumigènes n’avaient pas finis de répandre leur contenu, que le héros en armure reprenait une posture de combat. Brisant la transe dans laquelle il l’avait plongé, Calua se secoua brièvement...C’est vrai, Pollo était à nouveau avec elle, elle pouvait donc continuer d’aider !

‘’Protection et Mur Lumière, Pollo !’’

Elle pouvait toujours continuer de limiter les impacts adverses sur la longue distance. Et pour ce qui était de les ralentir, elle avait déjà une idée : s’inspirant de la méthode Ilea, la jeune fille se tourna vers son Galifeu, avant de lui indiquer la zone lentement recouverte par la fumée. Relâchant de petites flammèches via ses plumes, Amaya se recouvrit de nouveau d’un manteau brûlant, avant de parcourir en courant la distance qui le séparait de la fumée. Traçant une ligne de démarcation dans son sillage, il pivota brusquement en angle droit pour laisser derrière lui un petit rideau de flammes. S’il n’avait pas la puissance de celui d’Ilea, il forcerait les assaillants à y réfléchir à deux fois avant de le traverser !

‘’GROOOORGH !’’

...Sauf le duo de Démolosses, qui venaient de franchir ces dernières en ignorant complètement la chaleur ! Grondant, les deux Pokemons se rapprochèrent de Calua et de son compagnon en armure, prêt à bondir au moindre geste. Mû par ses réflexes, Amaya s’était déjà saisi de sa Dresseuse pour l’emporter en lieu sûr...Ce qu’il aurait sûrement fait si ses jambes avaient acceptés de bouger !

‘’Ama’! ‘Tention !’’

L’attaque Poursuite du Démolosse venait tout simplement de prendre de vitesse le Galifeu dans sa tentative de fuite. Calua toujours dans les bras, il ne put donc se défendre efficacement, lorsque le Demolosse se ramassa sur lui-même, pour bondir en avant, la gueule grande ouverte ! Sautant hors de bras de son starter, Calua tenta bien de le pousser sur le côté, mais l’assaut était beaucoup trop rapide pour que sa tentative puisse aider le type Feu à esquiver !

*SBUNK*

C’était...incroyable. Et pourtant, elle n’avait pas rêvé : jaillissant comme un météore, le héros en armure s’était interposé, pour plonger un bras métallique droit vers la gueule du Démolosse. Accompagnant son mouvement, l’inconnu le plaqua au sol, en profitant de l’inertie de son bond précédent. Avec un couinement, le type Ténèbres s’étala à terre, permettant à son vainqueur de se redresser pour pivoter vers Calua, en lui tendant une main.
Ce qu’elle aurait sûrement apprécié, mais au lieu de ça, elle se jeta violemment contre lui pour le percuter dans la poitrine !

‘’Ama, à toi !’’

Etalés l’un sur l’autre, ils ne purent qu’admirer le passage, toutes griffes dehors, du second Démolosse qui venait de rater le dos exposé du héros en armure à cause de sa chute. Une occasion qu’Amaya ne comptait pas rater, en revanche : patte ramenée en arrière, le Galifeu se glissa juste en-dessous du Démolosse, avant de lui asséner un Stratopercut à pleine puissance qui le fit décoller droit vers les cieux ! Disparaissant dans la fumée, tous purent entendre un léger ‘’thumb’’ suivi d’un couinement de douleur un peu plus loin, lorsque son vol se termina sur les pavés.
Son compagnon se redressa, ‘’légèrement’’ paniqué”, avant de repartir en japant de l’autre côté du rideau de flammes. Tout en essayant de calmer les tremblements de ses mains, Calua roula alors sur le côté, avant d’essayer d’aider son compagnon à se redresser (la vache, son armure était compacte !). Sa voix tremblait tout autant, gênée qu’elle était.

‘’Dé...Désolé, j’ai pas réfléchi. Il allait te mordre, sinon.’’

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 10
Jetons : 2568
Points d'Expériences : 474

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 10 Aoû - 21:42




Ces paysans n’ont eu que ceux qu’ils méritaient ! Non mais oh ! Offenser une lady de la sorte, c’est une honte ! Heureusement grâce a nos attaques répétés, A2P semblaient bien embarrassé. Il ne nous suffisait plus qu’a leur porter le coup de grâce, et s’en est finis de ces bobos écolos pauvres ! Je… enfin nous triompherons de Vega, et tout Lansat m’acclamera ! Oh, oh, oh ! A moi la gloire, la fortune, bien que la fortune je l’ai déjà mais je serais encore plus riche qu’aujourd’hui ! On gagnera bien une petite récompense pour avoir sauver Lansat de ces terribles monstres, n’est-ce pas ? Mais oui bien sûr, peut-être une réduction a 99% sur toutes les boutiques de Lansat ! Ce serait le rêve ! Il me faudra prévoir une deuxième chambre pour déposer tout mes achats. Déjà que l’armoire est pleine craqué de vêtements en tout genre… *Soupir* heureusement que Salomé n’était pas du genre à collectionner les vêtements comme moi. Ah ma pauvre, c’est parce qu’elle n’avait sans doute pas assez d’argent pour se le permettre ! Eh bien, avec cette récompense j’en profiterais pour revoir sa garde-robe de A à Z. Salomé sera aussi brillante, belle et intelligente que moi !  (Oui bien sûr, les vêtements rendent plus intelligent, beau et brillant, c’est certifié a 100% par moi. )

Tiens voila qu’enfin les forces de l’ordre entrent a l’action. C’est pas trop tôt j’aurais deux mot a leur dire… Décidément la police ici, était du genre a se la couler douce ! C’était bien avant qu’il fallait intervenir, quoi ?! De plus ils viennent cerner la team rouage ?! Qu’ils viennent pour ces pauvres, je comprends, ils n’avaient rien a faire ici de toute façon… Qui a besoin de paysan de nos jours hein ? (Personne.)  Par contre dans le cas de la team rouage, ça risque de faire tomber mes plans a l’eau… Peut-être qu’il était temps de tourner ma veste, et changer de camp ? Je suis trop jeune et belle pour aller en prison ! Ils ne vont tout de même pas mettre sous barreaux une fille dans la fleur de l’âge tel que moi ? Non… ? Si… ? *Soupir* Analysons la situation, et j’aviserais par la suite, s’il est préférable d’être chez Palladium…. Voila qu’un type me tapote sur le dos en plus, n’a-t-il donc pas appris de ne pas déconcentrer une jeune fille en pleine réflexion ?

"AH ! ça suffit vous ! Sale rustre ! Otez vos mains sales de mon épaule non mais oh ! J’ai une bombe lacrymogène sur moi, et je sais m’en servir !"

"D-Du calme ! Je suis venu te chercher pour la deuxième vague de cadeau… "

" Oh un PRÉSENT ? Pour… MOI ? Il fallait le dire tout de suite ! Eh bien qu’est ce qu’on attend ? Allons-y ! "

Huhuhu… Je n’aurais qu’a prendre le présent de la team rouage et me barrer tout de suite d’ici… Oh, oh, oh ce plan est parfait !  Je décida de suivre le sbire de la team rouage jusqu’à la zone a cadeau. Sur notre route, je croise Marie, elle aussi devait recevoir un présent de la team rouage ? Je n’attends pas pour saluer ma partenaire pour la conquête du monde. Nous avions vécu tellement de choses, elle et moi. L’infiltration dans la base Noctali,  la survie dans une salle du bâtiment de Palladium pris en otage par des zombies-paysans A2P, et enfin une guerre totale entre des paysans, A2P et rouage. On ne voit pas ça tous les jours !

" Ah Marie ! Vous aussi vous avez été conviez à recevoir un modeste présent de la part de la team rouage ? Quelle coïncidence ! Vous savez… j’aurais quelque conseils a vous donner… "


Je l’écartai assez loin des sbires, afin qu’ils ne puissent pas écouter mes dires.

" Aux vues de la présence des forces de l’ordre qui sont du coté de Palladium…. Faite bien attention, je ne pense pas qu’il soit judicieux de rester auprès de la justice. Enfin c’est vous qui voyez, pour ma part, selon la situation, je ne compte pas m’éternisez avec la team rouage.. "


Principe de causalité

©️BBDragon

HRP:
 

_________________

Erika D'Éléos ≈ Un jour, je serais la fille la plus populaire de cette académie ! Oh, oh, oh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
avatar
Nouveau Membre

Région d'origine : Sinnoh, Rivamar
Âge : 26 ans
Niveau : 0
Jetons : 2630
Points d'Expériences : 87

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 10 Aoû - 22:55

Alors Ilea, fais nous rêver ! Quel est ton plan ? Une attaque sournoise visant à dérober discrètement la mallette, ou au contraire, une offensive tellement explosive qu’elle détruirait illico toute trace de poison ? Besoin d’une diversion ? D’une force de frappe ? De gants caoutchoutés te permettant d’escalader les vitres composant l’immeuble de Palladium ? VAS-Y, EXPOSE NOUS TON INGÉNIEUX STRATAGÈME !

… Comment ça, tu ne sais pas encore ?

« -Oooooh, chouette ! C’est la partie que je préfère, je suis totalement d’accord avec ce plan. Tu en penses quoi, Lysian ?
-Koriiiii ! ♪
-Et Coko ?
-….
-PAR-FAIT. A l’unanimité, alors ! On improvise. ~ »

Quel est le plus surprenant, selon vous ? Que Caroline décide de suivre tête baissée une parfaite inconnue n’ayant d’autres projets que de ramasser tous les enfants qu’elle rencontre sur son chemin, ou le fait qu’elle adore sincèrement ça ?

Malheureusement, la blonde n’a pas le temps de réellement se réjouir que le destin paraît lui trouver un plan tout dessiné. Bah dis donc ! C’est drôlement pratique, d’être aidé par Arceus ! Caroline toise d’un air mi-perplexe, mi-amusé le sbire venu réquisitionner Ilea, mais aussi l’énième adolescent qu’elle a récupéré en cours de route. Ni une ni deux, elle s’empresse de donner un absolument-pas-discret coup de coude dans les côtes de la rousse, et en profite pour lui glisser une subliminale idée, les dents serrées.

« -Évidemment, qu’elle l’honore ! Elle ne passerait pas à côté d’une si belle occasion de racheter sa faute auprès de Vega et de récupérer sa place dans le PLAN INITIAL. »

C’est assez discret, ou elle doit rajouter quatre clins d’œil en prime ? Non, apparemment, pas la peine d’en faire plus.

Avec un enthousiasme non dissimulé, Caroline se contente donc de faire bye-bye de la main à sa partenaire du jour, imitée par Lysian, et ne peut pas s’empêcher de gueuler quelques dernières paroles à l’adjointe qui les dirige.

« -Et après ça sera mon tour, hein ?  »

Elles doivent se perdre dans le vide, puisque la jeune femme ne lui adresse pas même un regard au moment de s’éloigner. Sans doute qu’elle n’a pas entendu ! Ça ne peut être que ça, pas vrai ? Évidemment que si une parfaite inconnue se ramène et agit comme une pouffiasse superficielle avec un sourire radieux, on va lui confier un cadeau direct ! Faire ses preuves ? La fidélité ? C’est quoi, des principes moraux… ?

Caroline croise les bras.

« -Bon. »

Ilea est partie, Ginji et PtitardAzuré ne sont pas là, et elle et ses Pokémon sont seuls au milieu du camp qu’ils ont infiltré et qui s’apprête accessoirement à lancer un assaut décisif pour la bataille.

Fini de déconner.

Le visage brusquement beaucoup trop sérieux, elle claque des doigts.

« -Coko, tu me fais la première ? »

Le Mélokrik incline légèrement la tête pour acquiescer. Il était bien curieux de savoir si sa dresseuse allait finir par agir ou non…

Il porte une lame à son bras, et entame une mélodie...



… Dynamique.

Le visage à nouveau gai, Caroline se met aussitôt à avancer en rythme, sautillante, tout en tapant successivement dans ses mains pour marquer les percussions. Presque insouciamment, elle s’avance jusqu’au champ de bataille de la cour, et se laisse transporter par le conflit.

Derrière le portail de Palladium, la lutte est bien plus hétéroclite et bien moins organisée que dans l’avenue. Comme A2P cherche à avancer d’un côté, et Palladium à les faire reculer de l’autre, en sachant que ces derniers attaquent à la fois par devant et par derrière, difficile de discerner qui est son allié de son ennemi dans tout ce bordel.

Ça tombe bien, ce n’est pas le genre de chose dont Caroline se soucie.

A nouveau, elle claque des doigts, et indique une direction au hasard. Les yeux de Lysian scintillent immédiatement en violet, et viennent aggriper le premier individu sur lequel ils se posent, à l’aide de ses pouvoirs psychiques. Le concerné se retrouve aussitôt attiré vers Caroline, qui attrape à la volée le charmant jeune homme muni d’un brassard vert… Dans une posture de valse.

Alors qu’il la fixe avec de grands yeux ahuris, elle approche doucement son visage du sien.

« -Le Feros. Où est-il ? ~ »

Il cligne des yeux une fois.

« -Euh. Quoi ? »

Caroline lui fait son plus doux sourire.

« -Peux-tu me dire où se trouve le Feros ? »

Il cligne des yeux une seconde fois.

« -Je ne sais pas moi, je- »

Il n’a pas le temps de le faire une troisième, puisque la blonde utilise aussitôt son front pour l’assommer. Lorsqu’il s’évanouit, elle l’accompagne deux petites secondes dans son mouvement, avant de le laisser choir au sol, et d’indiquer une nouvelle direction.

« -Un autre. »

Lysian s’exécute, et attire vers Caroline un nouvel individu présent dans la zone pointée. Après une pirouette sur elle-même, entraînée par la musique de Coko, l’aînée Labelvi choppe le grand gaillard au niveau des poignets, et lui offre le même traitement.

Elle avise du coin de l’œil le badge accroché à son torse.

« -Le Feros. Vous l’avez localisé ? »

La réponse à sa question est aussi brève que l’expression du monsieur est pantoise.

« -Non ? »

Caroline lui offre un rictus bien plus radieux que le précédent.

« -Merci. ♥ »

Et elle l’assomme.

Mais cette fois-ci, pas le temps d’amortir sa chute. Répondant à un appel mental de sa Korillon, elle se retourne, et manque de justesse de se manger le poing d’un Tygnon passant par là. Elle ne doit son salut qu’à un léger mouvement de recul, qui lui offre un belle perspective du gant de box. Intérieurement, Caroline fait la moue : forcément qu’à force de jouer de la musique, elle allait attirer de l’attention, mais elle n’espérait pas aussi si vite. C’était un risque à prendre, et elle aime bien pouvoir discuter en tête en tête sans que sa conversation puisse être épiée, donc… ~

Elle n’anticipera pas le deuxième poing, qui vient lui percuter l’épaule et la force à reculer de trois pas. Ni Coko ni Lysian ne réagissent, puisque Caroline se contente de saisir son bras au moment du troisième direct, et utilise l’effet de bascule pour faire chuter le Tygnon vers l’avant. Il percute tout juste le sol qu’elle se détourne et fait signe à ses Pokémon de s’avancer plus loin dans la mêlée. Pas de temps à perdre à le mettre K.O., elle a plus vite fait de se carapater.

Alors elle passe brièvement une main sur son épaule pour balayer toute trace de saleté qu’il aurait pu laisser dessus, et reprend joyeusement.

Et en rythme, s’il vous plaît.


***



Accolée à un mur, Caroline fixe sa main gauche.

« -Non, mais ce n’est pas vrai !... »

Lysian dévisage avec une mimique atterrée les doigts de sa dresseuse. Alors qu’Ilea revient tout juste à l’endroit où elles se sont quittées, à l’écart du conflit, Caroline tourne vers elle une mine dépitée.

« -Regaaaaarde ! Je me suis cassée un ongle !  »

Elle ramène sa main vers elle, et de l’autre, saisit délicatement ses doigts.

« -J’ai voulu partir à la pêche aux informations, mais je me suis fait taper… Heureusement que Coko était là pour me défendre !  »

Le Mélokrik acquiesce lentement, et elle jette un regard à peine plus sérieux à sa partenaire.

« -Et toi ? Tu as pu obtenir quelque chose ?  »

Ilea s’excuse immédiatement. Apparemment, tout ce qu’elle a obtenu, c’est… Un Pokémon, et de jolies coupures.

… Oh.

C’est ce moment que choisit Haru pour ressurgir. Débarquant vers elles à vive allure grâce à la Togekiss de la rousse, il réaffirme un peu brusquement sa volonté de les aider, et arrache une expression attendrie à Caroline. Elle se tourne aussitôt vers Ilea, en quête de son approbation.

« -Tu as vu ? Il est tellement mignon ! On peut le garder, dis ? Allez, s’il te plaît, s’il te plaît !   »

Puis elle réalise à nouveau la présence des blessures, et saisit délicatement le bras de l’adulte pour les observer, non sans conserver une attitude désinvolte.

« -Bwah, tu ne vas pas faire ta chochotte pour ça, pas vrai ? »

… Comment ? Ses ongles ?…. Oui bah, c’est différent, d’accord ?  

« -C’est des petits bobos, si tu décides juste de ne pas encaisser la charge d’un Tauros avec, tu devrais pouvoir guérir tout ça à l’aide de quelques pansements. »

Toujours avec tendresse, elle relâche son bras, et se tourne vers le champ de bataille.

« -Sincèrement, je commence à douter de voir la couleur du Feros avant qu’il ne soit relâché. On devrait peut-être passer au niveau supérieur, non ?… »

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7344-499-des-carottes-non-merci-je-ne-voudrais-surtout-pas-devenir-trop-aimable
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 91
Jetons : 3486
Points d'Expériences : 3395

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Ven 10 Aoû - 23:58

Ginji Labelvi
      rp commun



« Principe de causalité »


« -Lucina, neutralise ce Scorplane avec Crocs Glace, il va gêner Thoron !… Zelf, pense à bien avancer ton bras au moment de frapper, juste des mouvements de poignet ce n’est pas suffisant ! Châtaigne, utilise Déluge Plasmique ! Ce Leveinard ne pourra plus rien te faire. Et… Euh… »

Vous avez déjà fait un combat à cinq contre cinq ? Non ? Normal, PARCE QUE CE N’EST PAS VIABLE. Il n’y a bien que les Pokémon sauvages qui combattent en horde de cinq, et vous voyez le résultat ce que ça donne… Des attaques désorganisées, les plus faibles sont mis K.O. en l’espace de quelques secondes, et pas une once de stratégie dans leurs mouvements.

Je suppose que l’absence de stratège y joue pour beaucoup, mais je vous assure que c’est réellement compliqué d’être le troisième œil de pas moins de cinq Pokémon.

… Oh merde c’est vrai, ILS SONT CINQ.

« -Punch ! »

Un peu alerté, je me tourne et me retourne dans tous les sens pour chercher mon Elektek du regard. Il finit par s’immobiliser sur une silhouette jaune et humanoïde, bien trop éloignée de ma position. Sûrement une simple conséquence de l’enchaînement des coups et des ennemis… Un peu soulagé quand je réalise qu’il n’a aucun problème apparent, je me tends bien plus en remarquant un éclair rose aux prises avec un sbire Rouage.

Je porte mes doigts à ma bouche, et siffle. Punch s’arrête dans son offensive, et balaye les environs des yeux quelques secondes avant de me repérer. Je lui indique aussitôt la position de Cael du doigt, et il ne lui en faut pas plus pour se tourner vers son opposant et l’attaquer.

Comme pour m’en assurer moi-même, je répète à voix basse la même phrase en boucle, pendant que mon attention navigue d’un Pokémon à l’autre.

« -Ok, ça se goupille, ça se goupille, ça se goupille…  Tu as déjà fait ça Ginji, ce n’est pas bien différent de d’habitude, d’accord ?  »

Ouais. Trois fois… Ou quatre, peut-être. En dehors des entraînements. Mais la tension vécue pendant ceux-ci est bien loin d’égaler celle d’une confrontation en condition réelle… Observer, déduire, réagir.

C’est sans doute ce dernier point qu’est le plus important. En combat normal, la phase de réflexion est primordiale, car ce qui permet de surmonter les obstacles imposés par son adversaire. Mais lui agit à la loyale, et on peut difficilement avoir confiance en ses opposants dans ce genre de mêlée… Donc la réactivité doit primer. Ne surtout pas se laisser déborder, et agir.

Vite.

Mon champ de vision capte une nuée de Pokémon Insectes qui survole l’avenue, et se dirige droit vers les policiers vers qui nous nous efforçons de rabattre les Rouages depuis tout à l’heure, Cael et moi. Mon sang ne fait qu’un tour.

« -Ils veulent neutraliser les flics !  »

Déjà qu’ils ne sont pas bien efficaces, hein, on ne va pas se mentir. Leur principal intérêt repose plus dans leur tentative de barrage, coupant toute voie de fuite aux Rouages, que de réelle arrestation. Pour ça, on se charge d’en assommer un maximum nous-même. Mais s’ils sont tous en proie à un soudain sommeil… Alors ça sera la porte ouverte à la dispersion.

« -Il faut concentrer les attaques Electriks et Roches sur les Pokémon Vols ! »

Cette phrase est autant lancée à l’intention des mes Pokémon que de Cael, et autres assistants Palladium. Je ne cherche pas spécialement à voir si l’on abdique à ma demande : je suis bien trop occupé à chercher dans la foule qui peut bien être l’investigateur de ce projet d’envergure ; et ingénieux, il faut l’avouer. Si je le trouve et que je le neutralise, cela devrait dissuader les Pokémon de s’occuper des polici…

Mon regard se fige, et mon expression se détériore.

« -… Non... »

… Dîtes moi que ce n’est pas vrai.

Cette silhouette, qui a les yeux rivées sur les Pokémon en plein ciel…

… Grande, affinée…

Et ce regard, bleu clair…

Il fixe la créature en tête de la formation.

Je suis presque certain qu’une voix assurée et douloureusement familière lui en a donné l’ordre.

Je tourne la tête, et dévisage avec horreur le premier Pokémon du groupe.

Hana.

« -… Non, non… »

Je commence à secouer la tête de droite à gauche. D’abord lentement, puis avec de plus en plus de vigueur alors que je me détourne, et que je fonce vers la responsable de tout ceci.

« -… Non, non, non, non ! »

Mon intonation gagne en conviction, comme si elle seule suffirait à altérer la réalité, de sorte que, non, rien de tout ça n’est vrai. C’est faux, ma voix n’a pas retrouvé comme premier éclat une soudaine panique ; c’est faux, le premier sentiment autre que la colère  que j’éprouve dans ce conflit n’est pas une déception grandissante ; c’est faux, je ne suis absolument pas en train de supplier le ciel qu’il m’ait leurré et que tout ceci ne soit que le fruit de mon imagination ;

Si. Non. Je m’en moque. Pitié. Dîtes moi simplement que…

Que ce n’est pas elle.

Pas ELLE.

« -ERIKA ! »

Cet appel désespéré suffit tout juste à annoncer mon arrivée. Esquivant les sbires autour d’elle, j’arrive à sa hauteur, et sans plus réfléchir, lui saisit les mains.

« -NON ! Arrête ça ! Tout de suite ! Je t’en prie ! Tu… Tu… Tu ne peux pas faire ça, tu m’entends ?!  »

Mes paroles se veulent impératives, l’intonation réelle relève plus de la supplication.

Je lâche une de ses mains, et indique, d’un grand mouvement du bras, le barrage policier.

« -Est-ce que tu réalises ce que tu fais ?! Tu… Tu t’opposes à la loi, là ! Tu… Permets à des criminels de s’en tirer ! Des criminels qui ont fait des choses horribles… Qui M’ONT fait des choses horribles !  »

Je rattrape sa main.

« -Je… Je sais bien que Palladium a fait des choses atroces à ces Pokémon, crois moi, j’en suis le premier conscient ! Mais on aura tout le temps de traîner Gamble en justice lorsque tout ce bordel sera terminé ! Lansat entier est au courant des expérimentations qu’il a commise, et bientôt, le monde également ! Il ne pourra plus se cacher nul part, e-et quand bien même… Tous les Pokémon, qu’il aura malmené, on pourra tous les récupérer et les prendre en charge ! Et c’est ce qui compte, pas vrai ? »

Je bute sur quelques mots, trop occupé que je suis à déballer tous les arguments qui me passent par la tête pour convaincre Erika du bien-fondé de mes convictions.

« -Ces hommes de la Team Rouage, qui prétendent être des sauveurs, que vont-ils faire à ton avis ? Arrêter le virus, et sauver gentiment tous les Pokémon Obscurs ? Non Erika, jamais il n’y a eu la moindre pensée bienveillante dans leurs actions, JAMAIS ! Tous ce qu’ils vont faire, c’est récupérer une arme bactériologique et une armée de… De machines à la conscience fermée tout juste bonne à se battre ! Et ils s’en serviront à la première occasion pour prendre le dessus !  »

Je tire un peu sur ses bras. Comme si cela pouvait la réveiller. La sortir d’une torpeur imaginaire, de laquelle elle est prisonnière. Ou simplement, pour la ramener. La ramener vers moi. Dans ma direction. Et non dans celle opposée. Pas celle à laquelle je devrai faire face.

Je ne veux pas lui faire face.

« -Je me doute que tu ne souhaites que le bien pour cette île, ces habitants et ces Pokémon, mais la solution n’est PAS de permettre à la Team Rouage de sévir ! Après toutes ces années, nous avons enfin une occasion de les arrêter, et je refuse de les laisser s’évanouir encore une fois dans la nature ! Et je… Je…  »

Mais c’est ce qui arrivera, si c’est nécessaire pour la ramener sur le droit chemin.

« -Je ne te laisserai pas commettre cette erreur. »

Je baisse les yeux.

« -C'est hors de question. »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« ... »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
avatar
Scientifique Archéologue

Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 2045
Points d'Expériences : 410

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 11 Aoû - 10:58

Oui, Ranya venait de proposer dans le plus grand des calmes de jeter sur la tête des gens depuis les cieux des bombes à eau. Oui alors que des idéologies différentes avec des points de vue tout à fait appréciables s’affrontent, Ranya veut faire mumuse avec de l’eau. Oui, cette enfant n’a rien compris.

Tandis qu’elle rappelait Saphira dans sa pokeball, qu’elle ne voulait pas exposer davantage aux yeux des personnes dehors, elle montre avec son sourire les divers ballons en plastique qu’elle a récupéré dans les locaux. Sa Grenousse avait finit par comprendre ce que voulait sa dresseuse, et finit par accepter cette idée, non sans un énorme facepalm de sa part. Sa dresseuse est sympa hein, mais parfois la petite grenouille se demandait de quelles manières sont connectés ses neurones. Non pas qu’elle soit idiote, mais certainement que parfois dans son esprit, la fiction dépasse la réalité.

Pourtant, le petit blond ne désapprouve pas sa folie, au contraire il l’encourage. Il fait même les vérifications nécessaires pour que tout se passe bien. Non mais sérieusement ? Est-ce que cette idée a une chance ne serait-ce qu’infime de bien se passer ? Bref revenons-en à nos deux andouilles. La danseuse est surexcitée que ce qui ne semble qu’un jeu pour elle prenne autant de valeurs. D’une, elle va s’amuser à jeter de l’eau sur des gens, et ça c’est franchement drôle. Et de deux, elle va voler à dos de Ptera. Ces pokemons qui font presque partis des légendes sont désormais à leur portée. Incroyable mais réel.

Les deux étudiants montent à travers l’ascenseur jusqu’à arriver de nouveau à la surface. Ici, les affrontements ne se sont pas calmés pendant leur absence. Au contraire, ils ont redoublé d’intensité. Mais ça, les deux enfants en font presque abstraction. Ils vont faire la bêtise du siècle, et ça les rend très heureux. Ranya n’a jamais trop divagué dans sa jeunesse, peut-être veut elle rattraper le coup en une seule fois, en une seule ânerie.

Le Ptera de Nico finit par réapparaitre, prêt à leur service de monture volante. Son dresseur monte sur son dos en premier, puis c’est au tour de la blonde, un peu nerveuse mais en même temps surexcitée. Elle s’accroche à la main de son camarade puis à son dos pour être sûr de ne pas tomber. Les bombes à eau entre les mains, elle indique au garçon qu’elle est prête pour le décollage, ainsi que le largage des bombes à eau. Le dinosaure décolle, laissant aux enfants le temps d’apprécier le paysage. Un paysage apocalyptique. La danseuse aurait bien aimé savoir à quoi pense tous ces gens lorsqu’ils font ça, lorsqu’ils se détruisent eux-mêmes. Mais cette pensée philosophique est bien vite chassée par l’euphorie de la première descente. Les bombes à eau pleuvent du ciel jusqu’à toucher plusieurs personnes. La blonde aurait bien aimé en lancer une sur Sirius, mais elle n’a pas réussi à le voir. Tant pis, ça sera pour une prochaine fois.

A partir de là, les choses vont vites. Ranya continue de lancer ces bombes, faisant bien rire le duo d’enfant. Très vite, ils en refabriquent d’autre ensemble, bien décidé à mouiller tout ceux qui sont en bas, A2P comme la Team Rouage. En vérité, le clan de chacun n’avait plus aucune importance. Nico et Ranya ajoutent simplement la pluie à ce ciel déjà noir. Les vols s’enchainent, et les actions dangereuses aussi. Nico laisse de plus en plus de liberté à son pokemon, participant lui aussi au festival. Ils rient, oubliant que tout ceci n’est pas un jeu.

Par malheur, leur chemin croise celui de l’armée de pokemons vols de la leader des écolos. Déstabilisé, le Ptera fait de son mieux pour garder le cap mais ça ne fonctionne pas bien longtemps. En urgence, il atterrit sur un des toits le plus proche, expulsant les deux enfants au passage. Nico et Ranya font une jolie envolée avant de s’écraser lamentablement dans les graviers du toit qui leur a servi de zone d’atterrissage. Leurs corps roulent sur quelques mètres avant de se stopper. La danseuse se redresse sur ses mains, toussotant suite à la poussière soulevée par leur chute. Elle n’a aucun mal à repérer les quelques bleus qui parsèment ses jambes et ses bras. Mais surtout, elle sent un liquide lui couler sur le visage. Avec prudence, la demoiselle passe ses doigts sur sa joue. Une coupure.

Elle s’est coupée au visage.

Bizarrement, sa première pensée se dirige vers son ancienne professeure de danse au conservatoire de Rosalia. Elle la revoit encore, l’air sévère, leur dire qu’une danseuse se devait d’avoir le visage immaculé, sans aucune imperfection. Car les danseurs doivent représenter les rêves, la perfection. La blondinette secoue sa tête pour chasser cette idée. Elle n’est plus la petite danseuse prodige de son village. Elle est désormais une élève d’une prestigieuse école. Et elle vient de faire une énorme bêtise.

Ranya se relève précipitamment, accourant vers son camarade. Lui aussi a été secoué, mais comme elle, les blessures sont superficielles. Son ton emplit d’une certaine panique, elle s’adresse au blond « Tout va bien Nico ?! Tu n’as rien de cassé ? » La danseuse se laisse mollement retomber sur ses fesses, les yeux dans le vague. Que viennent-ils de faire en réalité ? Les enfants ? Mais ce sont des enfants, où est le mal à ça ? C’est plutôt ce raisonnement que voudrait adopter la demoiselle. Mais aujourd’hui, on en attendait bien plus. Elle ne devait pas être une enfant. Ne cherchant pas forcement de réponse, l’étudiante se met à parler, surement pour elle-même.

Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas où est ma place. Avant, j’étais une danseuse professionnelle. On me connaissant dans toute la région de Johto sous mon nom de scène. Illusion. J’étais une illusion, une illusion admirée par tous. Mais je voulais être plus que ça. J’avais de grand rêve. Tu as déjà dû l’entendre dans les couloirs, murmurés par certains, que je disais avoir vu Suicune. C’est vrai je l’ai vu, et je n’ai pas peur de le dire. Mais on ne me croit pas. On pense que je suis folle. Moi je ne suis pas d’accord, je crois en ça. Alors on m’a envoyé ici, pour que je devienne celle que je voulais devenir. Ensuite, j’ai rejoint Palladium, dans l’espoir de trouver Magearna, le pokemon fabuleux. Mais à nouveau, on m’en a exclu. Je n’étais pas à ma place là-dedans, je ne le comprends que maintenant. Alors, où est ma place ? Ne suis-je bonne qu’à danser ?

Un silence, pendant lequel la blonde ramène ses jambes contre son corps.

Je me le demande…

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6896-471-danse-avec-moi-ranya-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6897-ranya-iluzion-givrali
avatar
Pokeathlète Médecin

Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 51
Jetons : 19420
Points d'Expériences : 1418

Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 11 Aoû - 11:40

Et Logan s'approche. Timide d'abord, il n'arrive même pas à finir sa phrase. C'en est trop pour le Voltali mais pas assez pour la Givrali qui se repaît de son hésitation et de son mal-être visible aux yeux de tous. Elle laisse Ana prendre le relais, fidèle Ana toujours prête à porter un coup d'estoc à celui qu'elle a aimé. Elle le dédaigne presque autant qu'elle mais la pulsion vengeresse en moins, trop faible pour briller.
Mais Salomé ne résiste pas.
C'est bien trop tentant pour l'ignorer.

— Tu crois quoi ? Qu'on s'embrasse juste pour que tu profites du spectacle ? C'est pour nous et nous seules.

Et tu n'es pas invité.
Et tu ne le seras jamais.
Elle aurait pu en rajouter davantage. Frapper plus fort, le mettre à terre avec une phrase de plus, quelques mots bien choisis mais Logan opte pour une fuite anticipée. C'est tout lui. Tout juste bon à repartir penaud, pire qu'un chien battu, sans aucune pitié à lui jeter en pâture, rien qu'un regard désobligeant et mauvais pour l'accompagner dans sa route solitaire. Et les grondements de Django qui se contint pour ne pas mordre cette ordure, qui reflue en lui la haine profonde et immense qu'il éprouve pour le géant. Salomé voit ses flammes se hérisser sur son dos, elle le voit se dresser de toute sa hauteur, prêt à bondir pour mettre en pièces le Voltali.
Oh comme cette vision leur plairait, dresseuse comme Pokemon.
Mais la rousse a promis à Algernon de s'en tenir à la voie pacifique et seulement cette voie-ci ; prôner l'amour avec Ana comme bannière.
D'un geste, elle stoppe les hurlements intensifs du Feurisson. Il se calme mais ne quitte pas du regard Logan, lui aussi attend une vengeance qui ne sait venir et ne tarde que trop. Et toutes les promesses de plans tordus de sa dresseuse n'y changeront rien.

Le regard de la Médecin se retrouve soudainement happé par les feuilles qui virevoltent auprès d'Idalienor. Cisaillent et tranchent, le rouge se mêle au vert en un tableau qui aurait pu être poétique si la situation s'y prêtait davantage. Mais plus rien n'a de sens ici. Et c'est une Pyroli ensanglantée et blessée qui les appelle à elles. Adieux les mots doux pour saluer leur retour et bonjour la tourmente qui imprègne chacun des mots d'Idalienor.
Idalienor et ses bras en pièces.
Idalienor et son précieux savoir hors de concours.
Comment une apprentie Médecin pourrait-elle sauver la situation ? Et comment une néophyte pourrait-elle faire quoi que ce soit ? Mais Salomé sent la confiance de sa mentor peser ses épaules, sans échappatoire, sans autre issue que de faire ce à quoi elle se destine depuis un an bientôt.
Le garçon presque mort était sûrement beau autrefois mais il est méconnaissable désormais. Des plaies et des blessures, des brûlures qui évolueront en cicatrices. Et ces bandages qu'elle déroule pour lui prodiguer la suite des soins.
Pauvre garçon.

— Complètement brûlé de partout puis soigné par moi maintenant... T'as vraiment pas de chance, toi.


Un an pour s'essayer à la médecine et un an pour essuyer échec sur échec. Le doute planait au-dessus de la gitane tandis qu'elle répétait mécaniquement les premiers secours appris à l'académie.
Mais la passion n'avait jamais été présente.
Le feu sacré s'était éteint avant même d'avoir brûlé.
Elle eut un regard pour Idalienor occupée à conseiller et guider Ana. Oui, les deux demoiselles n'avaient rien à voir, tant en terme de méthodes que de connaissances.

La peau du garçon était brûlante. Pourtant, la vie continuait de s'agiter dans chacun de ses membres, son souffle secouait la main de Salomé lorsque cette dernière s’attardait un peu trop et son pouls, bien que faible, était toujours aussi perceptible.

— Ça pète de partout et toi tu roupilles au sol... Et ton Pokemon a décidé de nous pourrir la vie alors que tout ce qu'on fait c'est pour t'aider... Ce serait bien que tu te réveilles pour lui dire de ne plus recommencer ça, tu sais ? Histoire qu'on puisse faire notre boulot, Idalienor et moi et tous les volontaires, sans être menacés par une tornade de feuilles... Les feuilles qui coupent, c'est vraiment pas pratique quand on soigne des gens.

Salomé continuait de mettre en application ses connaissances.
Parler à ceux qui ne pouvaient pas lui répondre était une passion à part entière. Encore aujourd’hui, elle s'y adonnait avec le dresseur de la Florges. Elle ne connaissait ni son nom, ni son histoire mais cela n'avait plus d'importance.
Cela pétait de partout et tous les Mur Lumière et Abri du monde paraissaient vains face au chaos qui se préparait doucement, oui.

— Et où que tu sois, si tu aperçois un type douteux avec une charrette... Evite de monter dedans. Sauf si tu souhaites ne pas te réveiller, mais là, ça ne regarde que toi.

Un type douteux que la rousse connaissait bien pour l'avoir croisé quelques mois plus tôt.
Au fond, peut-être était-elle bel et bien la plus apte à soigner ce jeune homme, ou du moins à le comprendre dans l'immédiat. Même si lui ne disait rien, Salomé faisait la conversation pour deux.
Elle tourna la tête pour voir qu'Ana avait été plus rapide qu'elle. Ce n'était pas une compétition, après tout.

— C'est bon pour moi aussi. Au moins son état n'a pas empiré, c'est déjà ça.

Le Feurisson chromatique montait la garde devant le blessé. Pas sûr qu'un type Feu veillant sur un grand brûlé soit la meilleure idée du siècle mais la rousse le laissa faire, voyant qu'il ne quittait pas du regard la Florges qui s'était illustrée un peu plus tôt. Elle le sentait prêt à intervenir si la situation dérapait à nouveau.
Et une guerre entre deux Pokemon appartenant au même clan était tout sauf une bonne idée, ça, c'était certain.

— Besoin d'autre chose, Idalienor ? Si possible loin du Florges car je ne promets rien quant au comportement de Django si ce Pokemon se décide à nous balancer des fleurs et autres bourgeons...

Salomé ne contrôlait qu'à grand peine son Feurisson depuis son évolution, mais ça, ce n'était pas nouveau.
Salomé ne contrôlait pas grand chose.

HRP:
 

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
Contenu sponsorisé



Sujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   

Revenir en haut Aller en bas
[Intrigue #12] Principe de causalité
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 5-