Partagez | .
[Intrigue #12] Principe de causalité
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 17 ans
Niveau : 8
Jetons : 2746
Points d'Expériences : 83

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 11 Aoû - 18:04

Vous conviendrez que j’aurai bien du mal à attendre l’écriture systématique de vos messages en cas de danger imminent, j’espère.

Tu as hoché la tête à sa réponse, comprenant bien le problème de communication qui risque de se présenter à vous une fois dans le feu de l'action. Bon. Tu essayeras de faire de ton mieux pour réussir à communiquer efficacement avec elles. Tu as vite mis ça dans ta tête et enchaîné pour pouvoir rapidement mettre en place une stratégie et agir au mieux. Sauf que le destin en a décidé autrement. Subitement, une explosion survenue de nulle part se produit, balayant la place d'une puissante rafale de vent et de flammes qui en touchent plusieurs, certains même grièvement. Tu tournes immédiatement le regard vers l'origine de cette explosion monstrueuse pour savoir ce qui l'a provoqué, mais tu n'arrives pas à distinguer grand chose dans tout ce bordel, et de toute façon … Tu as autre chose à gérer sur le feu.

Shiori a complètement craqué.

L'explosion semble avoir eu un effet extrêmement néfaste sur elle, et tu la vois se tordre de douleur en criant tout son souffle jusqu'à s'en rendre muette tout en se tenant la tête au niveau des oreilles, laissant penser qu'elle a été touché aux tympans. Catastrophe. Tu remarques que dans son action, elle a balancé devant elle deux petits objets depuis ce qui devait être ses oreilles, et tu essayes de t'employer à les retrouver. Tu en profites pour jeter un rapide regard en direction de Marie, qui cherche visiblement quelque chose dans les flammes – ce qui se révéla être son ou sa Seviper qui se trouvait du côté où l'explosion s'était produite mais qui s'en sortit sans trop de problèmes – mais sans succès. Du moins, le temps de les retrouver, Shiori a repris un semblant de conscience et , les ayant sous les yeux, s'est empressé de les prendre. Elle se relève ensuite puis fixe un court instant la direction d'où arrivent un petit groupe de policiers tentant en vain de calmer le chaos qui règne sur place. Tu te demandes si ce ne serait pas une bonne idée d'aller les voir pour t'associer à eux, mais tu n'as pas trop le temps d'y réfléchir. De toute façon, après coup, tu te dis qu'ils ne seront pas enclins à vous laisser les aider dans leur manœuvre. Mieux vaut continuer à agir comme vous le faites jusqu'à présent.

...

Tu as tenté de lâcher un mot par réflexe à l'instant où tu as vu Marie se faire agripper par un homme sorti de nulle part. Très vite, tu comprends qu'il s'agit d'un des subalternes de Aaron Olsen et tu vois que Marie, qui a eu l'instinct de se préparer à attaquer son interlocuteur, s'est ravisé à son tour. Tu n'entends pas très clairement leur rapide discussion à cause du brouhaha, mais tu parviens à comprendre qu'elle va « profiter » du même cadeau que ceux de tout à l'heure. Tu comprends maintenant ce que Aaron voulait dire plus tôt. Va-t-elle le suivre ? C'est une opportunité à saisir, penses-tu. Néanmoins, il est important d'avoir déjà un plan d'attaque en route pour quand elle reviendra. Tu commences donc à te diriger vers la demoiselle aux cheveux d'argent, sauf qu'un bruit te stoppe dans ton action.

Shiori s'est mis en mouvement. Seul.

Elle marche quelques secondes vers le gros de le bataille, composé de partisans d'A2P et de membres de Palladium, puis elle lance son puissant Tauros tel un kamikaze, cherchant à faire du dégât avant tout. A-t-elle perdu la raison ? Cela semble fort probable. Il est conseillé de l'arrêter au plus vite, mais une nouvelle fois, tu préfères ne pas partir sans savoir comment agir vis-à-vis de Marie. D'ailleurs, il a visiblement eu la même pensée, et s'est dirigée vers toi.

Je m’absente temporairement. Protégez les arrières de Shiori, je vous prie.

Elle n'attend pas de réponse pour s'en aller. Instinctivement, tu hoches tout de même poliment la tête avant de te tourner vers la direction prise par Shiori, demandant à Malosse de te suivre. Il n'est pas difficile de repérer la demoiselle, et tu devines aisément qu'elle est aux prises avec quelqu'un. Tu accélères la cadence, espérant éviter un drame, mais on te barre rapidement la route, un membre de Palladium venant chercher la bagarre avec toi. Tu n'es pas très fort, mais tu parais tout de même meilleur que lui – son Rattatac n'ayant clairement pas l'attitude d'un combattant -. Bien. Il est temps de mettre en œuvre la méthode de combat que tu as développé avec ton type feu et ténèbres. Tu t'abaisses légèrement puis tu lances un rapide bisou en direction du Pokémon avant de lui indiquer le Rattatac ennemi. Bien que perdu le temps d'une seconde, Malosse finit par s'avancer, confiant, et balança une attaque Attraction sur son adversaire, touché de plein fouet. Coup de chance, le type normal est femelle, ce qui l'empêche d'agir correctement et laisse l'occasion à Malosse d'enchaîner derrière. Tu saisis l'occasion au vol et joins tes mains que tu ouvres comme si tu vas faire un kaméhaméha, ordonnant par ce mouvement une attaque Vibrobscur à ton compagnon qui s'exécute sans tarder, tirant un rayon obscure qui vint frapper violemment le Rattatac, le secouant un instant. C'est presque trop parfait. Malosse repasse à l'assaut, mais cette fois, tu fais claquer tes mains comme si tu refermais une gueule de Grahyena, lui demandant de lancer un Hurlement. Hurlement qui fait son effet, puisque le Rattatac prend aussitôt la fuite, complètement effrayé. Pris de court, son dresseur te fixe, essayant de te faire peur voir de te montrer qu'il est prêt à venir au contact, mais le regard sévère de Malosse l'en dissuade et il finit par prendre à son tour la fuite, rejoignant son Rattatac un peu plus loin.

Maintenant le chemin est libre jusqu'à Shiori.

Tu vois que certains son déjà sur l'affaire pour tenter de stopper la demoiselle dans sa fureur, mais sans succès – le Tauros encore présent non loin les effrayant visiblement –. Ce n'est pas ton cas, heureusement, et tu vas pouvoir agir sans trop de problèmes. Tu réfléchis rapidement à une solution, mais très vite, tu comprends que tu n'as qu'une seule vraie possibilité qui paraît marcher sur elle. Tu soupires puis tu sors la pokéball de Rocabot. Tu vas devoir le faire sortir. Ce que tu fais rapidement, le laissant rapidement apparaître dans ce chaos total qui ne manque pas de l'effrayer rapidement. Tu te dépêches de lui offrir de généreuses caresses pour le calmer, et heureusement, cela fonctionne. Il se tourne vers Malosse qui semble le rassurer, puis les deux te regardent, prêts à agir. Tu joins donc rapidement tes mains comme avec Hurlement, mais tu écartes cette fois complètement tes bras, comme si tu imites une gueule béante. Ils comprennent sans trop de difficultés et s'avancent avec toi pour s'arrêter à une distance assez proche de Shiori avant de se mettre à aboyer violemment, secouant toutes les personnes, toi y compris – bien qu'à force de les entendre, tu as pris une certaine habitude à cette attaque –, cependant, tu choisis de ne pas t'en préoccuper pour l'instant. Immédiatement, tu t'agites et te met à court dans la direction de la demoiselle, ne faisant pas attention aux autres, puis à portée d'elle, tu te jetas légèrement sur le côté, venant l'agripper au mieux au niveau de l'abdomen pour la séparer de sa pauvre victime. Tu tombes ensuite à la renverse sur le côté, te blessant un peu à l'épaule, mais rien de grave, et tout de suite après, tu te relèves, te tournant vers Shiori sans prendre en compte sa position actuelle. Dans l'immédiat, impossible de lui parler via ton portable, donc il va falloir improviser. Ni une, ni deux, tu attires son attention sur toi puis tu montres le gros de la bataille où les membres d'A2P commencent à être acculé dans les locaux de Palladium. Vous n'êtes pas là pour se bastonner, mais pour calmer la situation. C'est la promesse de base de la Team Rouage après tout, alors autant faire en sorte qu'elle soit en partie vrai.

Attendant sa réaction, tu te tournes ensuite vers ce fameux gros de la bataille.

Tu vois que Malosse et Rocabot sont revenus à tes côtés, prêts à balancer de l'attaque Aboiement pour acculer les ennemis dans les locaux de Palladium, et tu cherches rapidement le Tauros de Shiori. A-t-il vu ce que tu as fait ? Possible. Tu préfères espérer que non, et qu'il continuera à être ton allié. Tu ne tarderas pas à le savoir. En attendant, tu attends de voir ce que la demoiselle va faire. A-t-elle retrouvé la raison suite à ton intervention ? C'était sans doute un peu trop violent pour l'avoir calmé quand tu y penses, mais cela a au moins eu le mérite de sauver le pauvre gars qu'elle a désigné comme punching-ball. Tu te tournes donc vers elle avec un léger sourire en espérant sincèrement ne pas avoir un coup de poing dans la face dans la seconde qui va suivre …

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6243-428-desmond-clifford-silent-words-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6250-desmond-clifford-phyllali#65881
Annonceur
avatar
Annonceur
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 1609

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 11 Aoû - 19:04

Intrigue #12
Principe de causalité
« -Je répète, que tout le monde recouvre son calme et…. !
-Attention ! »

Le policier au mégaphone manque de justesse de se prendre une attaque Hydrocanon, et doit son salut à l’intervention d’une collègue. Ils ont tout juste le temps de reprendre leurs esprits en se dissimulant derrière leurs véhicules de fonction, puis lentement, se redressent. Effarés, les deux observent le champ de bataille qu’est devenu la ville avec une stupeur non dissimulée.

« -C’est incroyable, comment as-t-on pu en arriver là ?
-Personnellement, je me demande surtout comment ça se fait qu’aucun renfort ne soit encore arrivé tout court. »

L’homme lui jette un bref froncement de sourcil désapprobateur en vue du ton cynique, mais est bien plus alerté par le véritable poids de ses propos. Un voile d’inquiétude sur le visage, il se retourne, comme si leur simple recherche du regard suffirait à faire arriver le reste des policiers…

Disons que ça ne marche pas vraiment.

« -ÉCARTEZ-VOUS ! »

Les yeux du policier s’écarquillent à la vue du mastodonte qui fonce droit sur eux.

« -Non mais ce n’est pas vrai ?!…. »

Lui et sa collègue ont tout juste le temps de s’écarter qu’un immense Steelix vient écarter les véhicules placés sur son passage, et bloquer à son tour une partie de l’avenue.

Perché sur sa tête, Percy Yade paraît aussi tremblant que déterminé. Le puissant Grincement lancé par son Pokémon permet au professeur de capter l’attention de l’ambassade, et il se hâte de l’accaparer.

« -Que… QUE TOUS LES ELEVES DE LA POKEMON COMMUNITY REGAGNENT LEURS DORTOIRS ! Et…. ET CA VAUT AUSSI POUR LES ADULTES ! RETOURNEZ CHEZ VOUS IMMÉDIATEMENT ! »

Allons bon. Élan de courage désespéré ? Cela s’y prêterait bien, si Percy était effectivement venu seul.

Mais ce n’est pas le cas.

« -Disciple, ramène moi tous les étudiants que tu trouves sur ton chemin. »

Léon Nahr, toujours vêtu de sa blouse, s’échauffe tranquillement en arrivant derrière son collègue.

« -Je prendrai en charge les ennemis moi-même. »

Le Kapoera, un peu nonchalant, hoche lentement la tête, visiblement pas très inquiet à l’idée que son dresseur aille affronter des Pokémon et des criminels à mains nues.

Dans la position opposée, un Noacier arrive à hauteur d’un certain rassemblement.

« -Alors, il y a besoin de piqûres par ici ? ~ »

Le ton un peu trop enthousiaste de l’infirmière Needle représente sans doute un son étrangement salvateur pour les blessés réunis dans ce coin du conflit.

Diana Prince paraît entièrement se reposer sur la jeune femme, et préfère foncer dans le tas aux côtés de Nathan, visiblement… Remontée.

« -Vous allez REGRETTER d’avoir levé la main sur mes loulous ! »

Elle est suivie par Andreas, un peu plus posé.

« -Allons, un peu de savoir-vivre !… Smeagol ? Tu veux bien les piétiner jusqu’à ce que même le plus profond de leurs âmes soit submergé par notre éclat ? »

Le Crapustule pousse un grognement approbateur.

Plus loin, un Libégon se pose tranquillement dans la cour de Palladium.

« -Que ce soit bien clair : ne me demandez PLUS JAMAIS de jouer aux taxis ! Mes Pokémon sont bien trop précieux pour que je puisse les mettre en danger !  »

La complainte du Collectionneur est balayée d’un mouvement de la main par Janice Jauplain, qui pose un pied à terre, à l’instar de Princesse. Pour peu qu’elle ait réellement des pieds, en tout cas.

« -Ma belle, auras-tu l’amabilité d’intoxiquer un à un tous ces voyous ? »

La Grotadmorv se met aussitôt en mouvement, et s’avance vers la mêlée, tandis que sa dresseuse se tourne vers le troisième passager, en train de s’éloigner.

« -Vous ne nous accompagnez pas, monsieur Forest ?  »

Timothy s’arrête, et ne toise que quelques secondes la professeure de sciences.

« -Je préfère agir discrètement, de mon côté. »

Janice hoche la tête, et l’homme disparaît au détour d’un bâtiment.

Au final, c’est tout un pan du corps enseignant et du personnel de la Pokémon Community qui se joint à la mêlée, prêt à jouer des poings pour venir en aide aux élèves et citoyens impliqués dans le conflit.

A l’autre bout de l’île, au sein de l’établissement, Wolfgang se triture la moustache.

« -Vous paraissez bien tracassée, mademoiselle. »


Le regard perdu dans le vide, Elisabeth Snow expire longuement.

« -Lorsque les élèves franchissent le portail de l’académie, et ce en dehors du cadre scolaire, nous ne sommes plus responsables de leurs faits et gestes. En envoyant les enseignants à leur encontre, nous outrepassons nos responsabilités.  »


Un éclat convaincu illumine le regard du gardien.

« -Il aurait été bien irresponsable de les laisser se livrer à une guerre civile. Si je puis me permettre, je pense que vous avez effectué le bon choix. »

La directrice acquiesce lentement, reconnaissante.

« -Oui, je le pense aussi. »

Elle plisse lentement les yeux, et secoue la tête de droite à gauche, de façon à peine perceptible.

« -Tout de même. J’avais espoir qu’on n’ait pas en arriver là. »

Actions « Progressisme »

Tapant frénétique sur les touches de son portable, Garrick Gamble paraît un peu plus crispé.

« -Mais où sont-ils… ?  »

Il recule de quelques pas, laissant ses gardes du corps prendre la relève pour contenir les assauts d’A2P. Les renforts policiers auraient déjà dû arriver, et leur absence inquiète grandement le président, qui décide de passer à l’étape supérieure.

Une fois à l’écart, il porte l’appareil à son oreille.

« -Goodenought. Nous avons besoin d’aide, si vous ne faîtes rien, A2P et la Team Rouage vont saccager nos locaux.  »

La voix à l’autre bout du fil paraît un peu prise au dépourvu.

« -Oh, hum… Ja, ja ! J’ai entendu ça, c’est la panique dans les rues, c’est terrible, terrible !…
-Et ce le sera encore plus si vous n’intervenez pas. Demander à tous les policiers en fonction de se réunir et d’encercler nos locaux, cela devrait au moins permettre de les prendre en tenaille. »

Le maire se racle la gorge, visiblement mal à l’aise.

« -Ja ! T-tout de suite… Dès qu’ils auront terminé leur boulot…  »

Garrick fronce les sourcils.

« -C’est-à-dire ? »

Goodenought bafouille.

« -Vous comprenez, en tant que maire de Lansat, j’ai énormément de responsabilité, et je peux pas me permettre de laisser ma vie en danger. Et en cas d’attaque, il faut beaucoup d’homme pour empêcher des terroristes d’en atteindre à ma sécurité... »

Le président de Palladium saisit bien vite la situation, et hausse immédiatement le ton.

« -Vous avez mobilisé la majorité des forces de l’ordre pour votre protection personnelle ?!
-Ce… ! Ce n’est que temporaire ! Simplement le temps de rejoindre le port Ouest, puis de prendre un ferry de priorité maximale, et…
-LÂCHE, VOUS N’ÊTES QU’UN LÂCHE ! »

Étrangement, le brusque excès de colère de Garrick Gamble paraît conforter le maire dans sa décision.

« -Ja, ja, et vous n’êtes qu’une crapule n’ayant que ce qu’elle mérite ! Adieu ! »

Et il raccroche.

Enragé, l’homme doit se contenir pour éviter de balancer son téléphone au sol. Au même moment, un fracas à hauteur de l’entrée des bâtiments se fait entendre, et il discerne quelques adhérents d’Action pour la Préservation des Pokémon qui parviennent à franchir leurs défenses.

Lentement, il range l’appareil dans sa poche, et tire un petit boîtier de l’autre. Tremblant, que ce soit à cause de la panique ou la colère, il se secoue lentement la tête de droite à gauche, catégorique.

« -Eh bien, puisque je n’ai plus le choix... »

BILAN DES PRÉCÉDENTES ACTIONS :
-La lutte entre Palladium et la Team Rouage s’enlise ; aucun changement pour Potiron.
-La lutte entre Palladium et A2P s’enlise ; aucun changement pour Potiron.  

Actions « Neutre »

« -Ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai !… »

Les protestations répétées d’Aaron Olsen se perdent dans le vide, alors qu’il observe la ligne de front se rapprocher progressivement. A2P est parvenu sans mal à repousser leurs attaques, et la Team Rouage ne parvient pas à se défaire de Palladium, bloquée par les forces de l’ordre.

Son sourire arrogant s’est comme envolé en vue de l’évolution de la situation, tandis que son cerveau réfléchit à vive allure.

Mais un élément perturbateur vient l’en empêcher.

« -Salutations ! Cela fait une paie, monsieur Olsen ! »

Il se retourne, et serre les dents en reconnaissant la silhouette de Potiron, tranquillement posée sur un lampadaire.

« -Je n’ai pas de temps à perdre avec tes mauvaises paroles, oiseau de malheur !  »

Le Passerouge bombe le torse, faussement vexé.

« -C’est donc ainsi que vous traitez un partenaire commercial ? Mes informations vous ont bien aidé, que je sache !  »

Aaron le fusille du regard.

« -Balivernes ! Seulement quand elles se vérifiaient ! Plus de la moitié d’entre elles n’étaient que de foutues rumeurs qui nous ont fait perdre un temps fou ! Tu nous a mené en bateau pendant tout ce temps. »

Le Pokémon lève légèrement ses ailes, dans une mimique semblable à un haussement d’épaule.

« -Ni repris, ni échangé. »

Le dirigeant Rouage claque des doigts, et fait signe à son Démolosse de se rapprocher.

« -J’ignore ce qui m’a retenu de te griller au moment même où je suis devenu Directeur de l’académie…  »

Potiron piaille joyeusement.

« -Le bon sens, monsieur Olsen, le bon sens ! Je vous laisse, j’ai des bonbons à trier. Au plaisir de faire affaire avec vous ! »

Il déploie ses ailes, et aussitôt, s’envole, laissant derrière lui un Aaron écumant de rage.

Dans un murmure à soi-même, il observe le Passerouge disparaître dans le ciel.

« -Ne t’inquiètes pas, il n’est pas encore trop tard... »

BILAN DES PRÉCÉDENTES ACTIONS :
-La Team Rouage échoue à acculer A2P ; -0.5 Neutre pour Potiron.
-La lutte entre la Team Rouage et Palladium s’enlise ; aucun changement pour Potiron. 

Actions « Préservation »

« -Fonçons !  » 

Profitant d’une brèche dans les rangs ennemis, Nathalie Vega parvient à se faufiler à l’intérieur du bâtiment, suivie par quelques fidèles. Alors qu’elle s’enfonce dans les couloirs de Palladium, elle jette un regard derrière elle pour compter le nombre de survivants : ils sont à peine une demi-dizaine à être parvenue jusque là, avec elle. Ils auraient dû être plus, bien plus… Mais tant pis, il va falloir avec.

Rapidement, ils approchent du dernier rempart : une porte en métal, donnant accès au réseau hydraulique de Palladium, et accessible dès le rez-de-chaussée en empruntant les premiers escaliers visibles allant en sous-sol.

Évidemment, celui-ci aussi, est gardé.

Nathalie tend un bras déterminé.

« -Allez-y ! » 

Le combat reprend, cette fois-ci dans un espace bien plus exigu, et en comité plus restreint. Restée en retrait, la jeune femme se tient prête : de la même façon qu’elle est parvenue à rentrer à l’intérieur des bâtiments, elle profitera de la première opportunité pour se glisser derrière ses adversaires.

Mais une ombre vient se faufiler jusqu’à ses pieds, et surgit brusquement du sol, faisant reculer Nathalie de quelques pas.

« -Êtes-vous certaine de vouloir en arriver là, milady ?  »

La silhouette caractéristique d’un Ectoplasma se dessine peu à peu, alors que celui-ci remet tranquillement son chapeau et son monocle en place. Bien que sur la défensive, la porte-parole n’émet pas l’once d’une hésitation.

« -El Don... Vous êtes un Pokémon, vous devriez être le premier à saisir l’importance de notre cause.  » 

Nonchalant, le concerné fait quelques pas hasardeux devant Vega, une expression désintéressée sur le visage.

« -Pokémon, humains, humains, Pokémon… Ce sont des considérations que j’ai abandonné depuis longtemps déjà. »

Il s’arrête, et toise la porte-parole.

« -Vous devriez songer à faire de même, et traiter vos pairs de la même manière que vous estimez les Pokémon. »

Nathalie émet un petit pouffement hautain.

« -Mais c’est ce que je fais. Ces barbares ont maltraité des Pokémon, nous allons simplement leur faire vivre une expérience similaire. » 

El Don s’arrête, et recentre son chapeau sur le sommet de son corps.

« -Escomptez-vous réellement user de la violence pour retourner à la paix ? Soit, si tel est votre choix. J’avoue être extrêmement intrigué par l’issue finale… »

La porte-parole le toise.

« -Nous aideras-tu ? » 

L’Ectoplasma paraît surpris par la proposition.

« -Mon auguste personne ? Que nenni. Mais je ne vous entraverai point non plus, si cela peut vous rassurer. »

Dans un sourire lugubre, il se fond peu à peu dans l’obscurité de la pièce.

« -El Don fait cavalier seul. »

Il disparaît, et Nathalie toise le mur en face d’elle pendant quelques secondes. Du moins, jusqu’à ce qu’un collègue lui fasse signe d’une ouverture : attentive aux nombreux bruits de pas qui viennent en sa direction, la porte-parole avance aux côtés de son Roucarnage, et fonce vers son objectif final.

BILAN DES PRÉCÉDENTES ACTIONS :
-La lutte entre A2P et Palladium s’enlise ; aucun changement pour Potiron
-A2P parvient à repousser la Team Rouage ; +0.5 Préservation pour Potiron.

ACTION POUR CALUA :
-Suivre la jeune femme (venue te chercher) et récupérer un Pokémon de dernier stade.

Dernière action


Isolé au détour d’un couloir de Palladium, Garrick Gamble presse le bouton de son boîtier.

Au milieu du conflit dans l’avenue, Aaron Olsen arrache le mégaphone d’un policier, et grimpe sur une voiture.

Au premier sous-sol des locaux, Nathalie Vega sort un flacon de sa poche.

Le premier provoque une alarme assourdissante. Une parcelle de terrain située au milieu de la cour se met alors à trembler, et se scinde en deux, pour laisser apparaître une rampe menant à un lieu inconnu sous terre. Au bout de celle-ci, des silhouettes dépourvues d’émotions se mettent spontanément en marche vers l’extérieur.

Nul besoin pour lui de voir la scène, Garrick imagine parfaitement la scène à son simple écho.

« -Vous vouliez libérer nos Pokémon Obscurs ? Vous voila servis. »


Le second attrape un téléphone, et les doigts sur le clavier, le montre à la foule toute entière. Usant de son mégaphone, il dévoile le dernier atour de la Team Rouage.

« -Vous continuez de jouer les têtes de pioche ? Très bien. Si même en voulant vous venir en aide, vous vous opposez à nous... »

Il presse un bouton, et une explosion retentit depuis une rue voisine, alors qu’un nuage de fumée s’élève lentement de celle-ci.

« -… Abdiquez. Si vous ne voulez pas voir votre belle ville détruite, soumettez-vous à la Team Rouage. »


La troisième dévisse délicatement le couvercle d’une machine obscure, dévoilant le doux son d’un écoulement, et dépose tranquillement la grille à côté. Lorsque derrière elle, des adversaires neutralisent les derniers alliés à ses côtés, Nathalie se retourne, un air assuré sur le visage.

« -Vous êtes venus jusqu’ici pour m’arrêter… ? » 

Elle devient brusquement plus sévère.

« -Vous pouvez m’entraver moi, mais un autre de nos alliés viendra prendre la relève. Puis un autre. Puis un autre encore. Combien de temps parviendrez-vous ainsi à nous retenir… ? » 


ACTIONS FINALES, OUVERTES A TOUS :
-Empêcher la libération des Pokémon Obscurs de Palladium ; -2 Progressisme.
-Neutraliser les Rouage et leur chef avant d’autres explosions ; -2 Neutre.
-Endiguer la propagation du virus d’A2P ; -2 Préservation.  

POUR CEUX N’AYANT PAS ENCORE RÉCUPÉRÉ D’OBJET FINAL :
-Profiter de la mêlée pour récupérer l’un des items, puis fuir du côté des professeurs.


Règles
• Ceci est la dernière intervention PNJ dans laquelle vous pouvez effectuer une action !

• Vous pouvez choisir d’accomplir l’action de votre choix tant qu’elle n’est pas destinée aux membres ayant atteint un des derniers paliers. Vous pouvez parfaitement accomplir une action qui va à l’encontre du camp que vous avez choisi, tout comme vous pouvez la faire indépendamment des-dits camps. Libre à vous d'interpréter la façon dont vous l'effectuez, tant que cela reste cohérent avec l'objectif.

• Il n'est pas obligatoire d'accomplir une action pour poster ou agir.

• Dans tous les cas, précisez en balise HRP vos actions et choix, et postez dans le topic de positionnement selon la procédure habituelle pour récupérer votre point.

• UNE SEULE ACTION est autorisée. Vous n’êtes pas obligés de la faire dès votre premier post, mais une fois accomplie, impossible pour vous d’en changer.

• Les actions choisies impacteront directement vos jauges, et donc celle de Potiron. C’est l’évaluation de cette dernière qui désignera la fin obtenue parmi les quatre prévues, et non pas le rapport du nombre entre les différentes actions faites par les membres.

• Les élèves souhaitant récupérer leurs Pokémon sont contraints de choisir l’action qui leur est destinée. Vous pouvez, cela dit, parfaitement refuser, et décider de partir sur autre chose, mais il ne sera alors plus possible d’obtenir votre récompense.

• Tous les leaders sont disponibles à l’interaction. Aaron est perché sur l’une voiture au milieu de la rue, Garrick est à l’écart dans un couloir à l’entrée de Palladium, et Nathalie est dans une espèce de salle des machines accessible depuis un escalier.

• En ce qui concerne vos professeurs, ils viennent de rejoindre la mêlée avec comme objectif principal d'évacuer un maximum d'élèves de la bataille. Vous pouvez les faire intervenir dans vos RPs, mais précisez-bien leur présence en gras en HRP, afin que d'autres ne fassent pas d'incohérences à leur sujet.
Concernant leurs positions de départ :

AVEC LES FORCES DE POLICE :
-Percy Yade est proche du premier barrage policier. Son Steelix bloque l'avancée de la Team Rouage et il ne tardera pas à avancer pour récupérer un maximum d'élèves sur son dos, afin de les évacuer.
-Léon Narh s'est lancé à l'assaut des combattants les plus proches de sa position, qu'il enverra au tapis à mains nues, avec une précision méthodique, Pokémon comme humains. Il avancera ensuite lentement vers les locaux de Palladium, tandis que son Kapoera tente vaguement de récupérer des élèves pour les guider vers son Dresseur.

CAMP DE LANSAT :
-L'infirmière Needle a déjà rejoint le groupe du camp de Lansat et va prodiguer les premiers soins aux blessés les plus atteints. Son Noacier lui sert autant d'assistant que de garde du corps.
-Diana Prince et son Lockpin (trés énervés tous les deux) sont passés en coup de vent et foncent directement sur les adversaires les plus proches, afin de leur faire sentir tout leur mécontentement.
-Andreas Heartnett ne tarde pas à  faire de même, mais s'éloigne bien plus lentement (et plus fabulousement) avec son Crapustule.

LOCAUX DE PALLADIUM :
-Le Collectionneur s'envole déjà à tire-d'aile après avoir déposé ses passagers.
-Janice Jauplain et Princesse ont rejoint la mêlée devant les locaux. La Grotadmorv a pour ordre d'engloutir toute personne se mettant sur son chemin.
-Timothy Forest a également rejoint le combat, mais s'éclipse derrière l'un des bâtiments pour intercepter les ennemis les plus sournois.

• Une intervention PNJ révélant la fin choisie sera faite en milieu de semaine.

Bonus.

• Pour la moindre question, tournez-vous vers le staff !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Kanto
Âge : 14 ans
Niveau : 5
Jetons : 752
Points d'Expériences : 64

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Sam 11 Aoû - 19:45

Principe de causalité
Intrigue N°12
Se calmer. Il fallait se calmer.

Elle avait poussé un petit cri en sentant quelqu’un l’attraper et la jeter au sol, avant qu’elle n’ait eu le temps d’asséner un coup à une pauvre personne passant par-là. Elle avait relevé la tête pour voir qui était l’enfoiré qui avait osé faire ça, et sa surprise, bien que présente, ne fut pas visible sur son visage lorsqu’elle croisa le regard de Desmond, qui lui montrait le gros de la bataille, A2P coincé près des locaux de Palladium. Il avait bien fait, même si elle n’aimait pas l’admettre, et elle prit le temps de fermer les yeux, entendant à peine l’arrivée des professeurs, et la panique générale lorsqu’une nouvelle explosion retentit, lui faisant revenir à la réalité.

Elle observa sans rien dire les Pokémons des enseignants de l’académie, les endroits abîmés, enflammés, noyés d’eau, les vitres brisées, les blessés, les flics, et perché sur une voiture, le chef de la Team Rouage qui semblait avoir bien prévu son coup. Un soupir passa ses lèvres, en même temps qu’une grimace étirait ses traits. Il était vraiment sérieux, là ? Elle tendit la main vers son associé du jour, l’aidant à se relever, un peu plus calme qu’au départ. Puis, cette même main se glissa dans sa poche, non pas pour prendre ses appareils, mais pour en sortir le petit badge qu’on lui avait donné. Un bref rire à peine soufflé plus tard, elle l’accrochait à sa veste et portait ses doigts à ses lèvres pour siffler Genki, le faisant revenir près d’elle.

« - Bouge pas. » lâcha-t-elle sans que ce ne soit très compréhensible à Desmond.

Shiori avança, suivie par son Pokémon, ignorant les appels des professeurs, de la police, des gens autour, les écartant s'ils essayaient de l'arrêter. Ils n’étaient que bruits étouffés pour elle, après tout. Ce type, là… Olsen. Il avait du charisme. Une bonne façon d’être avec ceux qu’il recrutait, et tout. Non, franchement, elle trouvait ça dommage qu’il pète un boulon comme ça. Enfin… Elle n’était au final pas si surprise que ça. C’étaient tous les mêmes, sur cette putain d’île.

Elle se planta face à son perchoir, à distance raisonnable, le fixant avant de sortir l’un de ses appareils, le remettant juste pour pouvoir mesurer le volume de sa voix.

« - Hey. Me semblait t’avoir dit de pas jouer au con. »

D’un index, elle désigna la voiture sur laquelle il se tenait. Derrière elle, le massif Tauros gratta le sol, renifla, souffla un air brûlant, son regard bovin planté sur l’homme que lui montrait sa dresseuse, cette dernière prenant bien soin de mettre son petit insigne de façon visible. Quand on se comporte comme un connard, c’est son propre camp qui se retourne contre soi. La charge du Pokémon Normal fut rapide, ses cornes entrant violemment en contact avec la voiture alors que Shiori se retournait, désintéressée. Elle passa simplement la Pokéball de son ami derrière elle pour le faire revenir à elle. Il devait être épuisé et elle refusait de continuer cette saleté de guerre civile à la noix.

Grognant un peu, elle revint à Desmond.

« - Où est Marie ? »

L’ambiance chaotique ne l’aidait plus à réfléchir depuis qu’elle avait remis l’un de ses appareils, mais elle lui avait promis : si ça puait, elles partiraient ensemble. Le jeune homme lui répondit, heureusement, et elle lui fit signe de la suivre, se dirigeant vers le lieu-dit dont sortait justement celle qu’elle cherchait.

« - Marie ! Ca devient n’importe quoi, faut qu’on se casse. Les profs sont là. Allons avec eux, avant que ça empire. »

Elle la regarda, ses yeux trahissant ses remords de l’avoir un peu laissée seule pendant un instant. Mais elle avait été si énervée ! Elle espérait juste qu’elle serait d’accord, et qu’ils pourraient se mettre en sécurité tous les trois.

« - Sauf si… Tu veux pas. Mais dans ce cas, je reste aussi. »
AkumaCursed


Spoiler:
 


_________________

"When life gives you lemons, squeeze them and aim for the eyes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7402-502-shiori-un-poing-c-est-tout-100-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7404-shiori-yamasaki-pyroli
 Coordinateur éleveur
avatar
Coordinateur éleveur
Région d'origine : Rhode
Âge : 12
Niveau : 13
Jetons : 2214
Points d'Expériences : 445

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 12 Aoû - 10:19


         

Avec Sarah D.Winchester  et des gens


Intrigue 12


Les deux filles avancèrent en direction d’un endroit plus calme, plus propice à la sécurité. Cependant, rien ne se passa comme prévu.

Tout d’abord, la police débarqua. Sur le coup, Cloé se sentait rassurée par leur présence. Elle pouvait souffler, pleurer, se relâcher. Mais il n’y avait pas assez de policier si bien que la situation empira. Une explosion se produisit blessant des gens au hasard dans la foule, les éléments se déchaînaient. L’apocalypse était présente.

La seule idée qui traversait l’esprit de Cloé, c’était de fuir. Fuir loin d’ici. Elle ne voulait pas se retourner, elle ne voulait pas y retourner. Même si ses Pokémons étaient avec elle, même si Sarah était avec elle, elle ne voulait pas et ne pouvait pas y aller. Elle bien trop peur, sans doute en ferait-elle des cauchemars pendant longtemps.

Les policiers ne recevaient plus de renfort et Cloé refuse catégoriquement de rentrer ses Pokémons, ils étaient là pour la soutenir et s'ils n’étaient pas là avec Sarah, elle serrait sûrement en train de pleurer à genoux en plein milieu du conflit. Malgré la présence de tout le monde, elle n’avait pas la force suffisante de combattre. Elle n’avait pas un caractère très prononcé la Nosya pour tout ce bordel. Pas assez prononcé pour être forte et faire comme tous les autres. Aider.

Heureusement pour Cloé, un Steelix reconnaissable entre mille se mit en travers de la route avec le Professeur Yade sur son dos. Après avoir subi l’attaque grincement et écouté ce cher professeur, elle lâcha la main de Sarah et courut vers le Steelix. Elle grimpa en toute hâte dessus avant de serrer aussi fort que possible son professeur. Sarah n’avait jamais reçu un câlin comme ça de sa part et si Yade ne faisait pas partit du corps enseignant, Cloé aurait pu tomber éperdument amoureuse du prof d’histoire.

Une autre explosion retentit en ville. Cloé s’enleva de l’étreinte qu’elle avait initié pour regarder ça et commença à comprendre. Le leader de la team Rouage attente à la vie des citoyens de l’île. Plus loin elle vit le sol s’ouvrir et en sortir plein de Pokémons aussi inexpressif que des Météno. Ils avançaient inexorablement vers la surface.

Cloé les connaissait bien. Trop bien même. Une obéissance aveugle, des violences physiques sur les humains et les Pokémons, un regard vite d’émotion, une puissance démesurée. C’était l’histoire de sa région, l’histoire de sa ville qui se répétait. Les Pokémons Obscurs. Tous les enfants de Rhôde connaissent cette partie sombre de leur région, mais jamais elle pensait en voir des vrais un jour. Elle se souvient de la stèle commémorative dans sa ville. Le nombre de morts causé durant cette guerre obscure. Il y en avait trop, de tout âge. Parfois le fils du voisin, un cousin. Tous avaient perdu quelqu’un dans cette guerre. Et les voir en action paralysa Cloé. Elle ne pouvait qu’imaginer la nouvelle stèle construite ici listant les nombres incalculables de mort. Et si ce n’étaient pas les Pokémons obscures, c’étaient les attentats terroristes d’Olsen.

- . . .

Elle n’arriva plus à parler à cause de la peur qui l’habitait, elle voulait faire quelque chose, mais seule ne pouvait rien faire et assista impuissante à la destruction de Lansat. Elle se fit rejoindre par ses Pokémons et alors Kenaï se tourna vers Sarah pour lui signifier que si elle voulait faire quelque chose elle pouvait, mais qu’elle devait revenir entière auprès de Cloé. La petite était trop en état de choc pour écouter ou entendre qui que ce soit.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6682-457cloe-nosya-souvenirs-souvenirs-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6718-cloe-nosya-mentali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 2376
Points d'Expériences : 1913

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 12 Aoû - 11:22

Je regarde mes bras, désespérée. Alors que j’allais enfin pouvoir faire ce que j’aurais du toujours faire pendant cette tempête, me voilà hors circuit, incapable de maintenir mes mains sans trembler. La tempête verte a fait des dégâts, beaucoup. Je n’en mesure en réalité pas totalement l’étendue, trop occupée à trouver un plan de secours. Je n’ai pas le temps pour ça, pas tout de suite. Je dois déléguer. Comme je peux, j’appelle à la rescousse Ana et Salomé. La rousse a la formation médecin et je connais ses compétences, quant à Ana, je ne sais pas grand-chose mais je pense qu’elle est assez débrouillarde pour suivre mes instructions. Après tout, elle a été la première à suivre mes instructions tout à l’heure après la remise du pokemon par la Team Rouage. Son courage ne fait pas de doute. Reste à voir s’il peut s’appliquer en médecine.

Doucement, je cale la Roucarnage contre moi. Son souffle est faible, mais il est là. Elle a mal, ça se voit. Je donne mes instructions à Ana, qui semble hésiter dans la manœuvre à suivre. Elle n’a pas l’habitude, ça se comprend. De la voix la plus clair possible, sans vaciller, je lui explique la procédure. « Oui après tu lui poseras des grosses compresses que tu feras tenir avec le scotch à pansement qu’il y a dans ma trousse ». Au moins la prochaine fois elle saura réagir si elle rencontre de nouveau ce type de situation, ce que je ne lui souhaite pas. Pourtant, elle s’en sort plutôt bien. Je continue alors de caresser la monture volante, dans l’espoir que ma chaleur, à défaut de celle de son dresseur, l’aide à aller mieux.

Sans prévenir, je sens quelqu’un se tenir tout près de moi. Un coup d’œil me suffit à reconnaitre Bellamy. On ne se connait pas beaucoup mais elle était là pendant l’incendie de l’année dernière. Je la vois s’atteler à autre chose. A moi. Je sers les dents. Son efficacité devrait être mise à contribution pour quelqu’un d’autre. Pas pour moi. Mais sa voix résonne dans ma tête. Oui je dois la laisser faire. Ce n’est que comme ça que je serais opérationnelle plus rapidement. Elle commence à me bander, pendant que je ne lâche pas des yeux la coordinatrice. Pas que je ne lui fasse pas confiance, mais je me sens en quelque sorte obligée de prendre la responsabilité de tout ce qui est en train de se passer. Après tout c’est surement moi qui devrait lui expliquer le bilan de tout ce qu’il s’est passé en son absence. Il ne doit pas y avoir d’erreur. La sensation de froid qui se plante dans ma chair me fait sursauter. Une blessure était visiblement plus profonde, et nécessite des points. Je grimace. C’est sûr que sans analgésique ça fait mal, mais je les refuse « On n’a pas trop le temps pour ça, alors fait au plus vite ». Je continue de serrer les dents, priant pour que la rose finisse vite. Décidemment, je crois que mes bras sont destinés à devenir les mêmes que ceux de Frankenstein, vu le nombre de blessure que j’accumule.

Bellamy finit par s’arrêter et couvre la dernière blessure d’un autre bandage. Dans le même temps, Ana et Salomé finissent les soins respectifs, me permettant de souffler. Ça n’a pas l’air trop mal. D’un geste, je rappelle Soleil dans sa pokeball. Normalement la pokeball devrait le maintenir jusqu’à ce qu’on puisse l’emmener dans un centre pokemon pour plus de soins. La rousse aussi a l’air d’avoir fini. Je me relève doucement et m’approche de Sirius. « C’est du beau travail Salomé ». Doucement, je relève sa tête et la place contre mes cuisses, tout en caressant ses bouclettes brunes. « Reviens vite Sirius, s’il te plait. » La jeune médecin exprime elle aussi ses craintes, tout à fait compréhensible. Je jette un œil à la Florges avant de lui répondre « Ne t’inquiètes pas, je pense qu’Adara ne posera plus de problèmes ». Le regard de la starter reste fixé sur son dresseur, comme si elle assimilait la situation. La forcer à revenir dans sa pokeball ne ferait qu’envenimer les choses à mon sens. Au vu des dégâts qu’elle a fait tout à l’heure, je ne préfère pas provoquer de nouvelles situations dangereuses.

Pour l’instant on reste par ici pour éventuellement aider d’autres blessés. Soyez à l’affut, et si un élève passe pas loin d’ici, essayez de le convaincre de nous rejoindre. Je pense que le pire est à venir…

Comme si on m’avait entendu, l’agitation redouble de l’autre côté. Je ne sais pas exactement ce qu’il se passe mais ça n’a pas l’air très sympathique. Il serait tentant d’intervenir, mais comme l’a dit Rod, notre place est ici maintenant, pas ailleurs. Tout à coup, un Noacier très imposant s’avance dans la zone, passant à travers les diverses protections offertes aux médecins. Je reconnais ce pokemon, c’est celui de l’infirmière de l’académie. Visiblement très remontée, elle s’approche de nous et commence à s’énerver (ce qui en soit est compréhensible).

Non mais vous n’allez pas bien ?! Quelle idée de venir ici sans nous les professeurs et le personnel encadrant ?! En fait quelle idée de venir tout court ?! Vous en avez assez fait comme ça je prends le relais. Vous tous, rentrez à l’académie.

Ne crie pas Ida ne crie pas. « Sans vous manquer de respect madame mais je crois que les élèves et moi-même avons été plutôt efficace jusqu’à là dans cette zone de soin. Vous ne pouvez pas nous demander de partir maintenant et de laisser nos amis. En tout cas moi je ne partirais pas. »

Qu’est-ce qu’elle peut m’énerver celle-ci je vous jure. Avant même qu’elle ne puisse me répondre, une autre voix que je reconnaitrais entre mille intervient « Idalienor félicitations je savais que je pouvais compter sur toi ! » C’est Diana, ma référente. « Cette zone de soins est une très bonne idée, en même temps je ne devrais pas être étonnée venant de toi » « Merci madame c’est gentil mais je n’ai fait qu’organiser les soins ici. Celui qui a eu l’idée de ça c’est Rodrigue Miles ». Je désigne le blond qui se trouve un peu plus loin, ce qui fait grimper le sourire de ma référente. « Dans ce cas, félicitations à Rodrigue, à toi Idalienor, et aussi à tous les autres qui participez à ce rassemblement. Si seulement tout le monde avait pu être ici ça serait plus simple. Bon je dois vous laisser, j’ai des têtes à faire tomber. Needle, je vous assure que ces élèves sont très compétents. Ne les obligez pas à abandonner leurs postes. » L’infirmière fixe la professeur avant de répondre « Entendu ».

Notre référente repart au galop, suivit de près par sa Lockpin. Effectivement, des têtes vont tomber, et ça sera sans nous.

Résumé:
 

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 46
Jetons : 15096
Points d'Expériences : 1296

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 12 Aoû - 13:53

Le sol vrombit sous ses pieds.
Les oreilles de la rousse sifflent et elle tourne la tête vers un angle de la rue au premier abord désaffecté mais désormais réduit en ruines.
Les explosions recommençaient. Plus fortes, plus brèves et plus cinglantes.
Faulkner.
Le Farfuret n'est toujours pas là, aux éternels absents. Il aurait déjà dû revenir. Et l'explosion de tout à l'heure ? Et celle-ci ? Non, Salomé se refuse à imaginer le pire. Et pourtant, elle ne peut que y penser tandis que les compliments d'Idalienor lui paraissent lointains et faibles en comparaison du tonnerre soudain mis en œuvre par Olsen. Tout ceci était son œuvre et rien d'autre. Et eux avec ces badges stupides avaient peut-être contribué à tout ça.

— Ida... Mon Farfuret... Il est...


C'est si rare qu'elle se résigne à appeler sa mentor par son surnom. C'est si rare et si fragile en cet instant. Elle ne peut que pointer du bout du doigt le lieu où elle l'avait aperçu pour la dernière fois, une phalange menaçante contre A2P. Tout ceci était de sa responsabilité. Elle ne lui avait pas envoyé Django, elle n'avait pu, l'urgence s'était faite ressentir un peu partout et se séparer du type Feu aurait été suicidaire. Et l'envoyer désormais était inutile, en plus de profondément inconscient.

Le brouhaha autour de leur camp de fortune s'intensifie, elle reconnaît l'infirmière qui s'acharne à soigner ceux qui tombent sous ses mains guérisseuses, suivie de près par l'imposant Noacier. C'est une tornade Diana qui fila sous son nez, et le professeur Heartnett faisait de même, mais en rythme et avec style, bien évidemment. Mais toute cette agitation ne ramènerait pas son Farfuret, il n'y avait qu'elle pour ça.

— Il faut que j'y aille... Avec ou sans vous.


La demoiselle s'adressait particulièrement à Ana qui en avait fini avec le Roucarnage. Salomé, elle, l'avait suivie les yeux fermés depuis le début de cette tragédie. Elle s'était alliée avec la Team Rouage, pour faire comme Ana. Elle avait rejoint le camp Lansat, pour faire comme Ana. Il était plus que temps qu'Ana fasse un peu comme elle.

***

Il ne grêle plus.
Le Griffacéré observe l'escalier qui s'offre à lui.
Derrière, humains comme Pokemon tentent de lui faire rebrousser chemin. C'est un miracle pour lui d'être arrivé entier jusqu'ici. Ses oreilles sifflent encore de l'explosion proche qui a résonné un peu plus tôt, son corps a failli se faire souffler par cette déflagration soudaine mais le voici toujours debout. Il en avait fini d'attendre le Feurisson qui ne viendrait pas. Il avait fini et continuait seulement d'explorer, bondissant entre les jambes de ces maudits écologistes prêts à l'arrêter.
Sa glace s'est frayée un chemin à ses côtés. Les Laser Glace ont fusé ici et là et ne reste plus que de l'eau froide comme seul souvenir. Ça lui trempe les pattes et ça imprègne ses griffes qui glissent au sol à la recherche d'un peu de fraîcheur.

Ses pas se fondent entre les ombres des marches. Cela parle et jacasse à l'intérieur. Faulkner tourne la tête, observant ces myriades d'humains bercées par le ronflement des machines. Il attend et observe, sans rien dire, se rappelant juste la mission confiée par son humaine. Mission qu'il a menée aussi bien que possible mais qui touche à sa fin désormais.

— Hey ! Dégage d'ici, toi !


Il ne sait pas qui sont ces gens mais reconnaît le fameux brassard vert que la rousse lui avait montré avant de l'envoyer ici. Il n'y a que de ça ici, après tout.
Et lui, carnivore, a horreur des végétariens, il est vrai.
Alors il n'hésite pas longtemps, prêt à repartir au combat sous le chant des rouages et des engrenages qui martèlent son bond soudain. Il sent la puissance de la glace affluer au bout de ses griffes et, bien que cerné, continue de se débattre tel un beau diable.

Il ignore ce qu'est ce Feros dont parlent ces maudits partisans des baies, mais le nom ne lui inspire guère confiance. Il continue de s'agiter et de créer des statues de glaces vivantes avant de s'accrocher au plafond à l'aide de ses griffes, et, d'une vive utilisation de Casse-Brique, de se créer une issue de secours.
Pour finalement tomber nez à nez avec le blondinet qui était à l'origine de sa maîtrise de Laser Glace.

HRP:
 

_________________
Merci Ida pour le Moodboard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6439-449-salome-cobal-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6472-salome-cobal-givrali
 Adulte Éducatrice débutante
avatar
Adulte Éducatrice débutante
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 686
Points d'Expériences : 471

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 12 Aoû - 19:38

La rousse était franchement désolée. Désolée de ne pas avoir été à la hauteur. Désolée de ne pas avoir eu les informations qui auraient pu un temps soit peu les aider. Désolée de ne pas être forte. Les gouttelettes de sang dégoulinent sur ses bras, sans l’indifférence la plus totale. Pourtant, la blonde semble ailleurs, sans une autre réalité. Elle lui parle de son ongle cassé, et du courage de son pokemon. Ilea décroche un sourire. Heureusement que Caroline est là pour ramener un peu de légèreté dans le groupe. Son sourire franc, sa sincérité et sa joie de vivre inculque le courage nécessaire à la jeune femme pour ne pas baisser les armes et tout arrêter sur le champ. Toutefois, la déception vis à vis à du Nymphali tout juste acquis ne baisse pas. Ça ne lui était jamais arrivée d’avoir un contact si froid avec un pokemon. L’éducatrice soupire. On verra ce problème-là plus tard.

C’est au tour du petit blond de refaire son apparition sur le dos de Kayla. C’est curieux, ne lui avait-elle pas demandé de rejoindre ses camarades et de quitter la zone ? Visiblement si, mais PtitardAzuré a l’air décidé à proposer son aide aux adultes. Tout excitée, la blonde lui demande s’il peut rester. La décision finale appartient donc à Ilea. En même temps c’est l’éducatrice, c’est un peu normal. Mais ces deux-là ne sont pas au courant de son métier. Ca doit se voir sur sa figure. Elle rappelle dans sa pokeball Kayla en la remerciant avant de se tourner vers le petit prince « Bon d’accord tu peux rester avec nous. Mais fais attention à toi, je ne veux pas qu’il t’arrive malheur ».

A peine Ilea eut-elle le temps de finir que Caroline se saisit de ses bras pour observer les quelques coupures étendues par ci par là. Elles ne sont pas très graves, quoi qu’un peu gênante. Mais la blonde essaie de dédramatiser, en disant que ce n’est rien. Ce n’est elle qui parlait d’un ongle tout à l’heure « Non non ce n’est rien t’inquiètes. On s’en occupera plus tard ». La dresseuse adresse un regard confiant à ses trois eevolitions puis jette un œil au groupe. Nous avons donc deux jeunes femmes et deux étudiants. Un sacré quatuor qui n’a plus qu’à montrer ses preuves. Caroline veut accélérer la cadence, et elle a bien raison. Avec la détermination dont peut faire preuve Ilea, elle se prononce face au groupe. « Bien sûr allons y. Trouvons le Feros avant qu’il ne soit trop tard ».

Le quatuor commence sa marche en direction des locaux de Palladium. Une percée vient juste d’avoir lieu là-bas. Certains membres d’A2P parviennent à passer, tandis que d’autres restent bloqués par des militants de Palladium. Il va falloir qu’il trouve une astuce pour eux aussi réussir à se faufiler dans le bâtiment. « Il faut qu’on les disperse pour forcer le passage ! » Ilea s’approche encore davantage jusqu’à donner des instructions à Edelyne « Utilise Feuille Magik ! Tu ne dois pas attaquer directement mais seulement les obliger à reculer pour nous laisser passer ». La Phyllali a très bien compris les consignes et commence à générer une multitude de feuilles guidées par une force télékinésiques. Chacune d’elle fonce à toute vitesse en direction des types de palladium, les obligeant à reculer. La jeune femme s’assure que tout le groupe suit pour continuer d’avancer. Mais les feuilles ne suffisent pas et d’autres prennent la relève pour les empêcher d’aller plus loin.

Des flammes se mettent à virevolter autour d’eux jusqu’à les enfermer complètement dans une danse ardente. Edona avait utilisé de nouveau son attaque Danse-Flamme, les enfermant à l’intérieur de cette chaleur, mais obligeant également leurs opposants à reculer avec à la dangerosité du feu. La Pyroli laisse une ouverture, clairement destinée à sa dresseuse et son petit groupe. Un regard entre la dresseuse et son pokemon suffise pour comprendre la suite des événements « Merci Edona. Venez avec moi ! ». Le quator passe par le petit passage juste avant que celui-ci se referme. Edona continue ses attaques flammes, servant de protection naturelle au groupe, et bloquant assez longtemps les membres de Palladium pour qu’ils les perdent de vue.

Ilea court à toute haleine dans les locaux. Il est temps de retrouver Vega, et aussi le Feros. Peut-être arriveront-ils à empêcher une catastrophe.

Résumé:
 

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 33
Jetons : 4035
Points d'Expériences : 919

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Dim 12 Aoû - 22:58

Principe de causalité
rp commun


Marie s’arrêta dans la ruelle indiquée par le sbire.

Perplexe, elle détailla les environs du regard. C’était une blague… ? Il n’y avait absolument rien, ici. Ils étaient justes parvenus à éviter le barrage policier en passant par des chemins étroits.

Était-ce un piège ? Marie le redouta fortement lorsque l’homme lui fit finalement faux bond, prétextant devoir aller chercher quelqu’un d’autre pour la laisser un plan. A d’autres ! Qu’allait-il se passer ? Elle allait subir une attaque de groupe ? Se faire racketter ses Pokémon ? C’est parce qu’elle était Ranger, c’est ça ? Il la considérait comme un ennemi ?

Alerte, la jeune fille glissa sa main dans sa sacoche, prête à envoyer ses compagnons se battre.

Elle attendit une seconde.

Deux secondes.

Trois secondes.

… Puis trois minutes. En fronçant les sourcils, elle se redressa peu à peu, à peine plus détendue en constatant que rien ne se passait. Elle fit brusquement volte-face en entendant des pas derrière elle, craignant d’avoir baissé sa garde, mais réalisa que le sbire était véritablement parti chercher quelqu’un.

Et pas n’importe qui.

« -… Dame d’Eléos ? »

Ainsi, elle aussi était autorisée à recevoir une récompense pour ses bons et loyaux services ? Alors que le sbire leur passait devant pour les mener toujours plus loin de l’avenue, Marie entreprit de marcher aux côtés de sa « partenaire pour la conquête du monde ». Ce titre lui paraissait encore obscur et pompeux, mais elle s’y était accoutumée.

Elle acquiesça aux paroles de la Givrali.

« -Vraisemblablement. »

Curieuse, elle haussa un sourcil lorsque Erika avoua vouloir lui donner un conseil. S’approchant aussi discrètement qu’elle en était capable, pendant que le sbire menait la marche, elle lui confia son avis sur la situation à voix basse ; avis que Marie approuva en silence.

« -N’ayez crainte, j’ai moi-même pris des prédispositions en cas de fuite précipitée. »

Elle réalisa brusquement que ses fameuses « prédispositions » paraissaient quelque peu compromises, maintenant que Shiori était partie combattre dans son coin. Avait-elle simplement agi sous le coup de la colère, ou devait-elle considérer leur arrangement comme étant caduque ? Et dans le cas échéant de la première option, serait-elle toujours d’accord pour s’associer avec Marie malgré qu’elle soit elle-même partie de son côté ?

Elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps. La Ranger s’immobilisa lorsque leur guide fit de même, craignant d’avoir éveillé ses soupçons, mais il n’en était rien.

Ils étaient arrivés à destination.

Toujours sceptique, elle suivit l’homme et rentra à l’intérieur de l’immeuble miteux qu’il leur désignait. Sur ses gardes, elle resta attentive au moment de franchir le seuil de la porte… Et s’arrêta net, le souffle coupé.

C’était… Surprenamment luxueux. A la façade délabrée du bâtiment et à l’état de rouille avancée de la porte, Marie ne s’attendait pas vraiment à trouver un espace si soigneusement aménagé. Les lampes diffusaient une douce lumière tamisée, qui plongeaient les Pokémon de la pièce dans un état de tranquillité apparente. Ils avaient le droit à de nombreuses panières et gamelles, et paraissaient se balader librement dans cette étrange garderie.

Et le détail que la Mentali ne réalisa qu’après coup, est que tous étaient chromatiques.

« -Ce sont des Pokémon issus d’une giga pension, reconnue pour ses œufs de qualité. Ils sont chous, pas vrai ? Le chef avait profité de son influence d’il y a longtemps pour s’en procurer pas mal, mais il n’a pas vraiment eu le loisir de s’en occuper. La majorité d’entre eux a été forgée au combat par les membres les plus fidèles de la Team, je pense que c’est pour ça qu’il veut bien vous en filer ! Mais attention hein, c’est un chacun. Pas de jaloux. »

Marie échangea une brève œillade avec Erika, et ahurie, fit quelques pas vers le centre de la pièce. Elle avait vraiment le droit de récupérer l’un de ces Pokémon ? Comme ça, gratuitement ? Un regard incertain en direction du sbire le lui confirma.

Peu assurée, elle balaya la pièce des environs. Comment choisir ?

Elle se pencha à proximité de la première créature auprès d’elle. C’était un Goupix… Un Goupix d’Alola. Par réflexe, elle lui tendit une main délicate, et laissa le Pokémon la renifler quelques instants… Avant de se risquer à lui caresser le sommet du crâne. Il se laissa faire, et alors qu’il avança maladroitement vers elle pour l’inviter à prolonger la gâtée, un détail l’interpella. Ce Pokémon là n’était pas chromatique ?

Elle tourna la tête, et observa les autres Pokémon. Tous arboraient des couleurs anormales et singulières, qui sautaient directement aux yeux. Pas ce Goupix. Intriguée, Marie continua de le caresser tout en le détaillant. Progressivement, elle sentit ses muscles se détendre, et le contact, bien que glacé de son pelage, lui parut un peu plus chaleureux.

Elle nota mentalement qu’elle n’avait pas encore de Pokémon Glace, dans son équipe. Ni même Fée, en vérité… Et ce Pokémon paraissait particulièrement docile. De plus, l’absence de changement physique flagrant par rapport aux autres espèces octroyait une certaine modestie à cette créature, modestie que Marie appréciait. Et malgré cela, il dégageait une véirtable élégance naturelle…

Elle ne réfléchit pas vraiment plus.

« -Tu désires venir avec moi ?  »

Il releva brusquement le museau, surpris par une proposition aussi soudaine. Plongeant son regard d’un gris profondément mâte dans le sien, il inclina légèrement la tête sur le côté, se livrant probablement à un débat interne, auquel il parut trouver réponse grâce à un hochement de tête approbateur.

Et comme pour le signifier, il se laissa entraîner vers l’avant pour frotter le sommet de son crâne au genoux de Marie.

Elle sourit délicatement tout en prolongeant les caresses, et sans bouger, tourna la tête en direction du sbire.

« -J’emmène celui-là. »

Il hocha la tête, et alla farfouiller dans une armoire, avant de lui lancer une Pokéball, que Marie rattrapa de justesse. Elle observa la sphère pendant plusieurs secondes, et à nouveau, coula un regard maternel au Pokémon.

Avec attention, elle le prit dans ses bras. La basse température naturellement dégagée par son corps engourdit assez rapidement ses membres, mais elle ne s’en soucia pas vraiment. A défaut d’être du genre chaleureuse, Marie tolérait très bien le froid.

Elle se tourna ensuite vers Erika, quand elle eut fait son choix.

« -Vous venez ? »

Le sbire referma la porte derrière elles lorsqu’elles furent de retour dans la ruelle. Son Goupix d’Alola récemment acquis, et toujours anonyme, dans les bras, elle ne put s’empêcher de ressentir une sorte d’empathie soudaine envers la Team Rouage. Ce n’était pas la récompense qui éveillait en elle un tel sentiment, mais simplement la façon dont ils paraissaient prendre soin de ces Pokémon, et également celle avec laquelle ils acceptaient de les confier. Même ce sbire, bien que visiblement un peu simplet, était gentil avec le Trousselin chargé de verrouiller l’entrée.

L’espace d’un instant, elle se convainquit d’avoir effectué le bon choix.

Puis une explosion tonna.

Écarquillant en grand les yeux, Marie se retourna en direction de son origine supposée. Elle n’eut pas à attendre longtemps avant de voir un volute de fumée s’échapper d’une rue éloignée, pendant que le Goupix se recroquevillait de peur contre elle.

« -Ah, on dirait que le boss a décidé de passer aux choses sérieuses ! »

Elle adressa un regard meurtrier au sbire. Insinuait-il que cette détonation était l’œuvre de la Team Rouage ?!

« -Par Arceus, dîtes moi qu’il s’agit d’une mauvaise plaisanterie. »

Il ne sembla pas comprendre, et haussa bêtement les épaules.

« -Ben, euh, non ? Ça ressemble bien à l’endroit où on a nous a demandé de poser les explosifs, tout à l’heure. »

Le sang de Marie ne fit qu’un tour. Ne tenant plus son Goupix qu’à l’aide d’un bras, elle attrapa Erika par la main, et se mit aussitôt à courir.

« -Vandales ! »

Ce fut le dernier mot qu’elle lâcha au sbire, avant de faire rebrousser chemin de force à la Givrali. Elles devaient aller voir ce qu’il se passait, et agir en conséquence, vite ! La Ranger était tellement alertée qu’elle ne se soucia pas vraiment de l’avis d’Erika. De toute façon, elle serait obligée de repasser par l’avenue tôt ou tard, alors autant que ce soit à deux  !

Et justement, à peine débouchaient-elles sur celle-ci qu’elles s’arrêtèrent. Des visages familiers arrivaient en sens inverse.

Shiori, quelque peu pressée, lui signala aussitôt qu’ils devaient se barrer au plus vite. Marie lâcha la main d’Erika et referma sa prise sur le Goupix qu’elle avait récupéré, couinant de panique, pour ensuite détailler la malentendante et le muet qui leur faisaient face. Visiblement, Shiori paraissait éprouver quelques remords vis-à-vis de sa précédente réaction…

Mais sincèrement, Marie n’avait pas le temps de s’en soucier. Elle savait simplement que Shiori était prête à l’épauler, cela suffisait à son esprit pragmatique, qui avait maintenant repris le dessus.

« -Que se passe-t-il précisément ? Nous avons entendu une explosion. Les professeurs sont-ils venus pour évacuer ou pour combattre ? »

HRP:
 


© Mzlle Alice.

_________________


« Le malheur d’autrui ne m’apporte strictement rien. »

Diancie Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
 Adulte Apprentie Geisha
avatar
Adulte Apprentie Geisha
Région d'origine : Née à Johto, a passé son adolescence à Kalos
Âge : 29
Niveau : 17
Jetons : 4524
Points d'Expériences : 289

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 1:32

Principe de causalité
Intrigue #12

devant la SARL Palladium
le 29 juin 2018


Il lui était difficile de décrocher son regard du groupe de pokémon volant, elle espérait tellement qu’ils s’en sortent tous indemne et parviennent à exécuter le plan sans accroc. C’était sans doute là leur seule chance de réussir à éloigner la police et à gagner un peu de temps. Du temps… il lui semblait ne pas en avoir dans cette cohue, elle ne savait même pas où se trouvait Yuna ou encore Cloé. Elle l’avait laissée derrière, cette tendre enfant qu’elle aimait comme une mère sans savoir pourquoi. Elle qui ne s’était jamais imaginée prendre ce rôle un jour. La vie était imprévisible.

▬ ERIKA !

Ginji ?

Elle reconnue parfaitement sa voix et elle se mit à le chercher du regard dans la foule de sbires qui l’entouraient. Il était venu. Il avait vu son signal et il venait à sa rencontre. Elle en était heureuse et son coeur se serrait un peu plus fort à l’idée de voir son visage sain et sauf. Pourtant… Pourtant une petite voix lui chuchotait à l’oreille qu’il pouvait aussi bien se présenter en tant qu’ennemi. Elle refusait de l’accepter. IL ne pouvait pas. IL était GENTIL. Ginji ne pouvait pas venir et se battre contre elle et ses idées.

Soudainement il était là, devant elle. Il lui avait attrapé les mains et il les serrait fort, trop fort, ça lui faisait un peu mal. Quand elle plongea son regard dans le sien elle comprit qu’il ne le faisait pas exprès. Il y avait un tel mélange d’émotion dans ses yeux qu’il lui était difficile de savoir laquelle gouverne les autres. De la peur ? Il devait sans doute y en avoir cela ne faisait aucun doute mais il y avait bien d’autre choses. Il s’accroche à elle, comme l’aurait fait un alpiniste à sa corde de survie. Ses paroles se font rude et plaintive à la fois. Il lui demande d’arrêter de se battre. D’abandonner la Team Rouage, que ce qu’elle fait va contre la loi et que ses hommes ne sont que des êtres ignobles qui ont fait du mal, à l’île, aux pokémon, à lui.

Erika encaisse le flot de parole, ne faisant que hocher de manière presque imperceptible la tête. Sa main droite, qu’il n’a lâché une seconde, lui fait un peu mal. Elle est engourdie. Ginji continu de parler et lui expliquer maintenant son choix, pourquoi il est dans le camp Palladium. Il essai de la convaincre du mieux qu’il peut, affirmant que la Team Rouage ne veux pas le bien de l’île mais juste profiter de la situation. Tout cela, la jeune femme en avait conscience. Il n’y avait pas de bon choix. Ils étaient tous mauvais, il fallait juste faire celui de nos convictions. Elle était d’accord sur bien des points et voulait le lui dire mais elle n’en avait pas l’opportunitée. Ginji suivait ses idées et ses lèvres ne semblaient ne pas vouloir cesser de s’agiter. Il s’inquiétait pour elle et tirait sur ses bras comme pour vouloir l’emmener plus loin. Il baissa alors les yeux cessant soudainement de parler et de s’agiter.

Erika l’oblige à lâcher sa main droite et la porte ensuite à sa joue. Elle lui relève délicatement le menton pour plonger son regard dans le sien. Elle prit une voix calme et douce, pour le rassurer.

▬ Je sais Ginji, je sais… La Team Rouage n’est pas le meilleur choix, mais il n’y a pas de bon choix. Je ne veux pas que A2P empoisonne les humains et je ne veux pas non plus que Palladium se servent des pokemon pour combattre. Surtout qu’il les considère comme des sujets d’expériences. Au moins les armes de la Team Rouage c’est NOUS. Tu vois ce que je veux dire ?

Non. Il ne semblait pas comprendre. Elle le voyait dans ses yeux qu’il ne POUVAIT pas comprendre. Les sbires lui avaient fait du mal, il ne pouvait pas accepter que ce crime reste tout simplement impunis. Pour lui il s’agissait d’une occasion de faire justice. Un véritable chevalier sur son Zébibron blanc. La comparaison fit naître un pâle sourire sur les lèvres de la jeune femme. Elle reprit cependant calmement la parole pour continuer de le rassurer.

▬ Je ne veux pas que l’on se battent. Tu as sans doute l’impression que je perd la tête pourtant je suis sérieuse tu sais ? Je veux juste utiliser la Team Rouage pour mettre hors d’état de nuire Vega et Gamble. Personne ici n’est dupe on sait très bien qu’on essaie de nous utiliser nous aussi mais ont sait tous dit que le pire c’était les deux autres. Je reste persuadée que Gamble s’en sortira facilement, il a de l’argent et dans ce monde avoir de l’argent c’est avoir assez de pouvoir pour se faire sa propre justice. Tu comprends ?

Ses yeux avaient encore cette lueur d’incompréhension et Erika n’avait plus le courage de lui expliquer plus en détail ses convictions. Elle enleva sa main de sa joue, la laissant retomber le long de son corps.  Ils avaient des points de vue différents et aucun n’était mauvais. La jeune femme n’avait pas le coeur d’aller contre lui. Voyant son Trousselin qui virevoltait à côté d’eux, elle lui demanda d’aller chercher Hana et de lui demander d’annuler sa mission. Cela semblait suffisant pour rassurer Ginji. Elle ne voulait pas qu’il pense qu’elle avait de mauvaise intention. Elle souhaitait juste gagner du temps pour que la Team Rouage remporte la victoire et mette l’île hors de danger.

▬ Voilà j’espère que tu…

Elle n’a même pas le temps de terminer sa phrase qu’elle entend la voix d’Aaron Olsen dans un mégaphone qui annonce le pire. Un grand bruit se fait entendre, celui d’une explosion, et le chef des sbires annonce qu’il va faire exploser la ville entière si Gamble et Vega ne veulent pas “abdiquer”.

Les yeux de la jeune femme s’agrandissent sous la surprise et elle sent soudainement ses jambes êtres prises de tremblements incontrôlables. Elle s’était trompé et de manière magistrale. Elle savait qu’Aaron leur ferait un mauvais coup mais elle ne s’attendait pas à ce que ce soit à renfort d’explosif. Décidément ce monde était en train de devenir fou. Soudainement lui vient en esprit les visages de Cloé, son amie aux cheveux rouge, Yuna, Salomé et Ana. Où étaient-ils ? Dans la rue voisine ? Sous les décombres ?

Sa main se porte à sa bouche. Elle a envie de crier mais aucun son ne sort de sa gorge. Des larmes se mettent à couler le long de ses joues sans qu’elle ne s’en rendent vraiment compte. Elle est déboussolée, désespéré et surtout… impuissante. Ses yeux semble regarder Ginji mais elle ne le voit pas, elle s’imagine des scènes monstrueuses, comme le corps sans vie de Cloé dans les bras de son Ursaring. Les tremblements violents de ses jambes parcouraient maintenant tout son corps et très vite elle tomba à genoux sur le sol. L’expression du visage horrifié. À cet instant elle ressemblait à Cloé. On aurait pu croire que les crises venaient de sa mère fictive et que leur lien allait bien plus loin que la simple fiction. Pourtant il s’agissait juste d’une crise de panique. Elle qui semblait si forte et rationnelle venait de vivre des chocs de plus en plus violents. Elle avait d’abord vu le vrai visage d’A2P, des monstres près aux pires maléfices. Puis avait dû choisir un camp, celui contre Ginji, pour ensuite voir Cloé s’évanouir au milieu d’une guerre, un brassard immonde signifiant qu’elle était une “soldate” dans ce conflit. Une enfant prête pour la guerre. UNE ENFANT !

Les explosions, le risque de tout perdre était véritablement un choc de trop. Soit on empoisonnait des gens, soit on utilisaient des pokemon comme des armes de destructions soit on détruisait tous. Comment pouvait-on choisir ? Aucune solution n’était la bonne !

Elle sentit la présence de Maïko et d’Hitoe qui tentait de faire réagir leur dresseuse, mais c’est seulement quand elle sentit la main de Ginji qu’elle se ressaisit assez pour pouvoir parler de nouveau.

▬ Ginji… Je suis désolé… Je suis désolé Ginji… Je… Je… Je ne pensais pas qu’lls allaient faire ça. C’est horrible ! Mais qu’est ce qu’on va faire ?

Son visage ruisselant de larmes était tourné vers l’académicien. Elle lui demandait son aide, elle souhaitait qu’il l’aide à choisir la voie à suivre. Elle ne savait plus. Elle qui avait toujours eu de brillantes idées ne savait plus quoi faire. Elle ne voulait pas que des gens soit blessée, elle voulait protéger Cloé et les autres mais maintenant c’était pire. Si ça continuait l’île allait sauter et il était possible qu’Aaron ait mis une bombe à la plage ou au port. Si Cloé était là-bas.

Cloé...

Hrp:
 


Feniix

_________________
Man heals ambition by ambition itself.

⚡️ La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie - Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6876-469-erika-uchida-de-reine-a-geisha-adulte#70942 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6878-erika-uchida-adulte#71031
 Topdresseur Stratège
avatar
Topdresseur Stratège
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 46
Jetons : 2571
Points d'Expériences : 1175

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 12:40

Unissant leurs forces face à la Team Rouage, Noctaman et la jeune fille qu'il venait de rencontrer arrivèrent à former un rempart contre ces derniers. Entre fumée et flammes, les sbires de la Team n'avaient d'autres choix que de rebrousser chemin afin de chercher un autre passage. D'un autre côté, certains tenteraient certainement de passer en force au travers de leurs protections, améliorées par les barrières du Coxyclaque, et Noctaman se tenait prêt à les accueillir. Ses poings étaient formés et non loin de sa ceinture qui contenait d'autres surprises pour leurs assaillants. Bien que concentré sur la garde de la zone, il était heureux de voir que la jeune fille s'était reprise. Un instant, il se demanda même s'il ne l'avait pas déjà croisé à la Pokémon Community... Mmh, il chassa cette idée, n'arrivant pas à y associer le bon souvenir.

Entre temps, des Démolosses s'étaient infiltrés de leur côté. Avec leur double type Feu/Ténèbres, les flammes ne les avaient pas retenus longtemps. Les senseurs de Noctaman l'alertèrent de leur présence juste à temps pour esquiver une morsure à la jambe. Il se replaça en arrière et vit sa partenaire en difficulté avec l'un des Démolosses à sa poursuite. Abaissant son centre de gravité en fléchissant les genoux, Noctaman se pencha en avant et activa la propulsion à air comprimé dans ses bottes pour bondir vers elle, le poing en avant. De justesse, il réussit à freiner son élan et à se positionner entre le Démolosse et la fille, venant coincer son bras dans la mâchoire de l'animal. La douleur était présente et il sentait les crocs aiguisés du bestiaux fendre sa chair. Faisant fit de cette douleur et mû par son élan précédent, il fit basculer la tête de la créature pour la plaquer dans le sol. Couinant, le Démolosse se figea à terre en relâchant le bras du héros qui en profita pour prendre des nouvelles de la brune.

- Est-ce que tout va bien ? Dit-il en lui tendant sa main ouverte. On pouvait voir dans son avant-bras, sa chair ensanglantée par les crocs du Pokémon.

En lieu et place de réponse, il reçut un coup au thorax de la demoiselle qui se précipitait sur lui. Cette brusque attaque inattendue le fit tomber à la renverse sans qu'il n'ait le temps de se rendre compte de rien. Sa surprise était telle, qu'il ne chercha pas à se rattraper en tombant, s'étalant simplement de tout son long, la fille sur son ventre.

- Mais qu'...

Ses mots restèrent en suspens avec le passage du second Démolosse, griffes sorties au-dessus d'eux. Le garçon comprit immédiatement ce qu'il venait de se passer... Elle l'avait sauvé à son tour. Sous son casque, il sourit à cette pensée. Le bestiaux ne tarda pas à faire le voyage en sens inverse sous l'impulsion d'un magnifique coup de poing délivré par le Galifeu de la brune. Les Démolosses ne revinrent pas demander leur reste, disparaissants à jamais dans la fumée encore présente. La jeune fille libéra enfin Noctaman, qui s'assit dans un premier temps pour reprendre ses esprits. Il ne put qu'accepter ensuite la main tendue, qu'on lui offrait pour se redresser.

- Hahaha, tu ne devrais pas t'en faire autant. Tu m'as sauvé ! C'était une action héroïque. Clama-t-il en lui tapotant la tête. Tu peux être fière de toi. Je te remercie.

Le sourire de Noctaman ne pouvait se lire au travers de son masque, mais il espérait que la demoiselle comprendrait sa sincérité.

- D'ailleurs, j'aimerais bien connaître le nom de ma sauveuse.

Il regardait la jeune fille, quand une explosion le fit sortir de la conversation. Un Steelix venait de débarquer dans la rue du côté de la police et écartait les obstacles sur son passage. Le héros le regarda faire en fronçant les sourcils... Il avait déjà vu ce Pokémon. MAIS, c'est Percy Yade !!! Expressément, les autres professeurs de l'académie se mirent à débarquer tour à tour au milieu du carnage. Même le Collectionneur était de la partie. Noctaman eut un mouvement de recul en voyant ce nouvel armada. S'ils rassemblaient les élèves, ce serait mauvais signe, il devrait se dégager avant qu'ils ne découvrent son identité secrète.

A ce moment-là, un choix cornélien se posa dans la tête du héros : poursuivre sa mission ou protéger ses proches en conservant son identité secrète... Il était paralysé et ne savait comment réagir, jusqu'à ce qu'Aaron Olsen se décide à révéler son plan de destruction de la ville. A l'aide d'une télécommande, il fit sauter les fondations d'un bâtiment d'une rue voisine, le laissant s'effondrer sur lui-même et provoquer des dégâts sur les autres bâtiments alentours ainsi que la rue. Une épaisse fumée de poussière s'étendit alors jusqu'au champ de bataille. Désormais, Noctaman savait ce qu'il devait faire s'il souhaitait ne pas voir son île ravagée.

- Tu es trop jeune pour que je puisse te demander cela... Mais je n'ai pas le choix et tu m'as montré être à la hauteur. Il pointa la télécommande d'Olsen du doigt. Nous devons la récupérer et l'empêcher de provoquer plus de destructions ! La vie de centaines d'innocents  est en jeu.

Le doigt levé de Noctaman se transforma en un poing, prêt à braver tous les dangers se présentant sur son chemin. A côté de lui, un spectre sortit du sol.

- Nous devions arrêter Palladium et Vega, l'as-tu oublié ?

- Je sais, mais il est impossible de pénétrer dans les locaux de Palladium avec tous ces gens massés devant. Je fais confiance aux autres membres d'A2P pour ne pas basculer du côté Obscur.

- Mmh... Ce n'est pas moi qui t'empêcherait d'agir, mais sache que je ne t'aiderai pas. Ce n'est pas ma lutte.

- Soit, fais comme bon te semble.

Le type Spectre disparut comme il était arrivé, dévoilant un membre de la Team Rouage qui fonçait sur Noctaman. Le poing du héros vint se figer dans le visage du sbire qui finit quelques mètres plus loin entre les mains d'un autre Pokémon. Celui-ci était grand, avec de longues oreilles et un corps svelte, sûrement consommateur de salades. Le Lockpin envoya valser le sbire d'un coup de pied retourné et une femme se présenta à eux. Evidemment, ils la reconnurent d'emblée.

- C'est quoi ce costume ridicule ? Les loulous, faut arrêter de rêvasser. Bougez-vous le cul !

A ces mots, Diana Prince se tourna vers leurs adversaires et se jeta dans la mêlée. Elle aida quelques élèves en difficulté à se sortir de là, son Lockpin les protégeant pendant un temps, avant de retourner se battre avec sa dresseuse. Les deux semblaient en parfaite harmonie et formaient des trous dans les rangs de la Team Rouage. On aurait dit qu'un bulldozer était en marche. Le super-héros se tourna vers la demoiselle qui l'accompagnait.

- On y va ?



HRP:
 

_________________
Cliquez là ! Ou là ! Ou peut-être bien que c'est là ! Mais cliquez Very Happy :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3874-0280-paul-nyllis-noctali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3876-paul-nyllis-noctali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 14
Niveau : 10
Jetons : 2392
Points d'Expériences : 423

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 13:18




Oh, c'est vrai, je m'inquiétais pour rien après tout ! Je n'avais pas choisi Marie comme exclusive "partenaire pour la conquête du monde" pour rien après tout. Ensemble, nous étions invincible, enfin, j'étais déjà invincible de base, alors avec Marie, l'univers lui-même ne pouvait résister à mon éclatante beauté. Courageuse, belle, intelligente, braver le danger n'était pas un problème pour ERIKA ! Ah.. le prénom Erika devrait être rajouté au dictionnaire comme synonyme d'invincibilité. Enfin, je parle, je parle dans ma tête que je n'ai même pas remarqué que nous étions arrivé dans le lieu des présents ! C'était un endroit très charmant à vrai dire, on aurait dit que ce lieu avait été comme en-dehors du conflit, dans une tranquillité presque déconcertante. C'était si paisible, comparé au brouhaha, d'a coté, les pokémons semblaient être en harmonie avec l'endroit, et puis c'est moi ou ils étaient tous.. CHROMATIQUE ?! AH ! Je ne pensais pas que les rouages disposaient d'une telle réserve de pokémon, surtout la team rouage. Le sbire nous expliqua brièvement la situation, apparemment nous avions le droit a un pokémon cadeau. Pas deux, ni trois, mais un seul, comme ça, gratuitement, sans rien en retour. Je ne perdis pas une minute de plus pour trouver LE pokémon qui aura le mérite d'être choisis par moi, l'illustre Erika. Il devait être mignon, beau, fort, intelligent, bref, parfait en sorte.


Hmm, il était temps de choisir l'heureux élu, après une observation minutieuse des pokémon qui se trouvaient dans la pièce quelques-uns avaient attiré mon attention, dont ce magnifique petit Mimiqui. Son coté rose me faisait chavirer, mais hmm, je ne sais pas. C'était toujours difficile de faire un choix pour une jeune fille dans la fleur de l'âge tel que moi. Après tout ce pokémon aura la belle vie avec moi, mais les autres...?  Ils n'auront pas le plaisir de rencontrer Erika, la grande topdresseur de renommée international (dans le futur.). J'aimerais pouvoir en prendre quelques-uns.. Hmm, le garde nous surveille, j'imagine..? Hmm, avec un sac en papier, on devrait pouvoir le... Oh, et puis zut oublier ce que je viens de dire. (Je n'ai pas envie de finir en prison pour cette histoire aussi...) Je m'avançai vers le Mimiqui, tel une manageuse qui venait pour engager une star.

"Ecoute moi bien, petit Mimiqui. Tu vois qui tu as devant toi ? Erika, Erika D'Eléos. Alors tu vois, moi je ne prenais que des pokémon parfait avec moi. (Enfin c'était oublié les quelques cas particulier aussi, mais j'étais généreuse au début, c'est tout.) *tousse* bref, tu vois avec moi, je vais faire de toi une star ! Tu m'entends UNE STAR ! Alors je te choisis Mimiqui. (Et puis même si tu dis non, je ne te laisse pas le choix.)"



Le Mimiqui ne semblait pas comprendre l'ampleur de la situation, ce choix si difficile (enfin pas si difficile que ça après tout, vu que obligé, il va vouloir venir avec moi.) auquel il était confronté. Il semblait comme indécis, mais pour moi ça voulait juste dire un grand oui !

"C'est gagné, tu viens avec moi ! Mes félicitations mon petit ! Tu vas devenir un grand champion ! (Ou si tu commences à glander comme certains, tu vas finir comme serpillière crois moi.) Enfin, je ne m'en fais pas, tu es parfait comme moi après tout ! Oh, oh, oh !"

Marie qui avait fait le choix d'un magnifique petit Goupix, se dirigea vers moi pour me demander si j'avais fait mon choix. Ce que je lui répondis avec un grand oui. Puis, a ce moment précis comme pour marquer notre rencontre, qui était écris dans les étoiles. Une explosion retentit. Wow, je n'aurais pas pu demander mieux comme entrée sur scène. C'était un coup destin, j'en suis sûre ! Ou peut-être pas, apparemment, Aaron avait décidé d'accélérer la cadence avec des explosifs, alors si j'avais su que je faisais alliance avec des terroristes de ce genre... Hmm, faisons le calcul rapidement qui est-ce qui est le plus rentable entre des explosifs et des pokémon obscures ? Malheureusement, je n'ai pas le temps de réfléchir a tout ça que Marie me pris la main pour m'extirper au plus vite de tout ça. Ahlala ce n'est pas vrai, mais je vais me laisser faire après tout, la Mentali devait savoir ce qu'elle faisait après tout ! Après une courte promenade de santé, ma partenaire s'arrêta net devant des inconnus, enfin sans doute des connaissances. (Je ne pensais pas que Marie était aussi sociable ! hem..)


La jeune fille semblait comme paniqué par la situation, elle voulait partir au plus vite d'ici. Marie par la, Marie, et encore Marie. Wow, en plus d'être sociable, elle avait déjà un début de fanbase (avec un gars à l'air mystérieux, ça, c'est un point bonus !) . Fantastique, ma présence avait du bon décidément. Il va falloir que je me rattrape, pour ne pas me faire distancer par ma partenaire ! Enfin, déjà faire les présentations, j'imagine.

"*tousse* Avant de ne faire quoi que se soit, Erika D'Eléos, topdresseur spécialisé dans le type fée, enchantée. Pas la peine de se presser tout de suite. Avant j'aimerais bien être au courant de la situation si vous voulez bien ? Nous pourrions mieux agir par la suite."


Et surtout choisir le meilleur camp possible pour briller devant tout le monde, et sauver Lansat ! Afin de récupéré tout les honneurs ! Oh, oh, oh ! Personne ne me volera la vedette ! PERSONNE !
Principe de causalité

©️BBDragon

HRP:
 

_________________

Erika D'Éléos ≈ Un jour, je serais la fille la plus populaire de cette académie ! Oh, oh, oh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5822-erika-d-eleos-givrali
 Coordinateur Novice
avatar
Coordinateur Novice
Région d'origine : Kalos
Âge : 16
Niveau : 20
Jetons : 517
Points d'Expériences : 393

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 15:03

Il allait sûrement lui crier dessus, même si elle avait agit sur une simple impulsion. il était déjà blessé au bras, et voilà qu’elle le plaquait au sol. Alors, elle ne pouvait que s’excuser, encore et encore...Considérant la situation alentours, c’est probablement le CADET des soucis de ce type en armure, ma belle !

‘’ Hahaha, tu ne devrais pas t'en faire autant. Tu m'as sauvé ! C'était une action héroïque. Tu peux être fière de toi. Je te remercie.’’

Les petits coups répétés sur la tête de la Pyroli furent bien plus efficaces que le ton du jeune homme pour stopper son flots de ‘’Désolé’’ hors de contrôle. Alors qu’elle essayait de se relever, Calua se sentit soudainement très faible : l’adrénaline retombait brusquement après leur confrontation avec les Démolosses et la jeune fille se sentait complètement vidée de toute énergie.

‘’D'ailleurs, j'aimerais bien connaître le nom de ma sauveuse.’’

‘’Ca...lua.’’

Elle retint de justesse la suite de sa présentation habituelle : ‘’plus grande magicienne du monde’’, en l’état actuel, ce n’était plus vraiment le cas. Encore un peu tremblante, elle aggripa la main de son intrlocuteur pour se relever, aidée en cela par Amaya qui vint la soutenir en la prenant par les épaules. Autour d’eux, les assailalnts de la Team Rouage semblaient reculer, le rideau de flammes et la fumée décourageant de nouvelles tentatives d’assauts.
Alors que la jeune fille tentait de reprendre son souffle et de calmer les battements frénétiques de son coeur, une série d’explosions secoua la place toute entière, manquant de la faire chuter sous l’impact. Suivant du regard le signal de son sauveur, la Pyroli pu apercevoir Aaron Olsen, au loin, qui semblait actionner une sorte de dispositif : elle avait suffisamment utilisé de détonateurs portable pour reconnaître leur fonctionnement. Avec ce genre d’engins, une simple pression pouvait déchainer l’enfer ou y mettre un terme, une bonne raison pour priver le chef de la team Rouage de son appareil !
Néanmoins, l’autre héros avait raison, elle n’était pas…

‘’Ama’ !!”

Pas le temps pour les atermoiements ! L’action de leur chef semblait avoir remotivé les membres de la Team Rouage et avançant de concert, certains venaient tout juste de franchir le mur de flammes qui les séparaient du duo de défenseurs !  Et cette fois, c’était des adultes qu’ils allaient devoir repousser en plus de leurs Pokémons. D’autres élèves s’étaient joints à leur ligne de front, mais il restait bien peu nombreux par rapport à la masse qui s'avançait dans leur direction.
Debout devant sa Dresseuse, le Galifeu était prêt à les recevoir et le premier malheureux qui passa à sa portée, se retrouva rapidement accueilli d’un Double-pied enchaîné, d’abord dans la poitrine puis dans les jambes. Avec une expression mêlant douleur et stupéfaction, le pauvre homme s’effondra face contre terre, immédiatement remplacé par un de ses camarades !

‘’Doucement Ama’, faut les stopper, pas les blesser !’’

L’instruction était quelque peu futile, vu la situation : dans cette mêlée, il était déjà difficile pour le Galifeu de se défendre tout en protégeant sa Dresseuse, alors pour ce qui était de faire attention à la puissance de ses coups...Ces types voulaient en découdre, il avait de quoi les satisfaire !
De son côté, Apollo s’était transformé en comète brillante, poing en avant et effectuait plusieurs rases-mottes pour percuter des cibles de plus en plus nombreuses afin de les forcer à reculer : son Mach Punch distordait sa silhouette, ne laissant qu’une traînée rouge brillante dans son sillage.

*CLAC*

‘’Ama ‘!’’

Le sang coulait le long du bras du Galifeu, juste après qu’une passe manquée l’ai amenée à portée de crocs d’un Demolosse : ils étaient juste trop nombreux, même avec l’aide d’autres élèves, ils ne pourraient pas les arrêter indéfiniment. Inconsciemment, la jeune fille recula même d’un pas...puis d’un autre….Elle  était à ça de craquer, mais si elle partait maintenant…

‘’ALLEZ LES PYROS, C’EST PAS LES FILLES QUE JE CONNAIS QUI SE LAISSENT MARCHER DESSUS COMME ÇA !’’

Cette voix...Un peu incrédule, la jeune fille se  retourna pour voir passer une silhouette aussi athlétique que familière :  jouant autant de la voix que de ses poings, Diana Prince venait littéralement de bondir dans la bataille, suivi de Nathan. Et comme si la vision de leur référente avait allumé un brasier surpuissant en elles, Calua constata qu’elle n’était pas la seule à cesser de reculer : d’autres filles de son dortoir s’avançaient, la peur remplacée par cette flamme qui brûlait à nouveau en elles. Et même elle, perdue dans tout ce flot de violence, elle sentait son esprit devenir plus clair.

‘’PYROLIS, AVEC MOI !’’


Elles étaient moins nombreuses ? Très bien, c’était un fait. Mais elles n’avaient pas peur : si ces types pensaient être effrayants, c’est qu’ils n’avaient jamais rencontrés la Générale ! Et maintenant que Diana les avait rejointes, elles n’avaient plus rien à craindre.

‘’On y va ?’’

‘’OUI !’’

Le cri était bref, mais elle n’avait pas plus tôt répondu, que Calua attrapait déjà la main du héros, pour l’entrainer à sa suite. Devant eux, Diana s’était déjà attelé à faire un carnage et Nathan envoyait méthodiquement chaque malheureux qui croisait sa route, faire un petit tour dans la stratosphère. Derrière eux, un groupe d’élèves croissant s’était rassemblé pour rejoindre l’assaut frontal, coupant court à toute tentative d’avancée de la part des Rouages.
Toujorus protégé par Amaya, Calua n’était pas en reste et orientait les trajectoires de son starter afin de déployer Protection et Mur Lumière aux moments opportuns. Quelques Pokémons perdus tentèrent bien de la prendre à revers mais entre son protecteur en armure et une silhouette courte sur pattes (armé d’une lame-poireau bien aiguisée), aucun ne parvint à portée de la jeune fille.

*BAOUM*

Une autre explosion vint renforcer la cohue globale, plus proche que les précédentes:  à quelques mètres de leur affrontement, dans une rue proche, une sorte de camionnette était renversér sur le côté, tandis qu’une multitude de flammèches commençaient à se répandre alentours. Masquée par la fumée grandissante, une silhouette massive se tenait devant le véhicule, barrant la route à plusieurs membres de la Team Rouage et leurs Pokemons.
Bifurquant brusquement, Calua s'extirpa de la mêlée en ralliant hak et son starter, pour se diriger en courant vers la camionnette : étendus au sol, deux partisans d’A2P, facilement identifiables par leurs brassards semblaient complètement hors de combat, à la merci d’un trio d’Insécateur. En tout cas, ils le seraient, si un Pokémon à la fourrure rouge et blanche n’anticipait pas chacunes de leurs attaques : du bout d’une sorte de baguette, il libérait alternativement des spirales enflammées et des vagues scintillantes, forçant ses adversaires à se concentrer sur l’esquive. Semblable à un renard géant, il avait de plus en plus de mal à maintenir le rythme, cela dit.

‘’Eh, attention derrière !’’

Le cri de Calua était davantage destiné à les distraire qu’à les prévenir de son arrivée (Même si elle était honnête...C’était pas une attaque surprise, elle avait prévenu !). En revanche, le mouvement flou de son Canarticho, lui, frappa sans prévenir : une simple attaque Tranche, mais qui prit l’un des Insécateurs complètement au dépourvu. les deux combattants se retrouvèrent ainsi face à face, frappant lames contre lames en espérant briser la garde de leur opposant.
profitant de l’occasion, Amaya se débarrassa bien plus rapidement d’un autre type Inescte avec une Nitrocharge bien placée : sonnée par le choc, il ne put empêcher les Rouages de se rapprocher de sa Dresseuse, mais lorsque l’un d’entre eux se fit saisir par Apollo comme un sac à patates avant de finir suspendu à un lampadaire, son partenaire changea subitement de projet pour repartir en direction de la place.
Malheureusement, l’intervention de la Pyroli avait également distrait le Pokémon assailli et la lame de l’Insécateur vint entailler son flanc, laissant une longue traînée rougeâtre dans son sillage. D’un mouvement de baguette, le Pokémon blessé libéra un tourbillon enflammée qui souleva son assaillant de terre, pour l’envoyer s’écraser contre un mur proche.
Dans le même temps, Hak enroulait le bras de son adversaire autour de son légume, avant de lâcher ce dernier pour marteler le visage de l’Insécateur de coup de palmes. Quand ce dernier faucha l’air pour se débarrasser de l’importun, le Ninjarticho  s’était déjà laissé glisser au sol, avant d'enchaîner avec une fente vers l’avant, frappant le type Insecte à la poitrine. Débarrassé des attaquants, Calua put se précipiter auprès du Pokémon blessé.

‘’Eh...Eh, ouvre les yeux ! Tu m’entends ?’’

Un peu tremblante, elle approcha la main de la plaie qui ornait le flanc du blessé : sa fourrure poisseuse contenait une partie du flot rubis, mais l'entaille semblait profonde. Et si le renard géant tenta bien de relever sa baguette en un geste de défense à son approche, l’effort sembla trop conséquent pour lui et le plongea dans l’inconscience. Deux blessés et un pokémon dans un état grave...Ça allait être plus dur que prévu.

‘’Ama, vient m’aider ! Faut qu’on les ramène à Ida !’’

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Alola
Âge : 14 ans
Niveau : 39
Jetons : 4234
Points d'Expériences : 906

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 17:51

Lorsque que j'ai finis ma première tâche, je repense à la manière dont Salomé à parler à Logan. Franche, et pas très chaleureuse, comme à son habitude. Mais inconsciemment, je m'en veux toujours un peu. J'ai toujours peur de blesser les gens ou les décevoir. Et je sais que c'est ce que j'ai fait à Logan, parce qu'il m'a aussi blessé. Mais il y a toujours cette petite partie de moi qui me dit que c'est mal et qu'il ne faut pas faire aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse. J'aime Salomé, mais je n'ai pas envie de le montrer à la terre entière dans l'unique but de blesser quelqu'un.

Je secoue la tête, c'est pas le moment de flancher. Justement, la rousse a finit de soigner le grand brûlé. Je me demande bien qui a pu faire une chose pareil.. Enfin. Je reprends des compresses et les pose sur les brûlures de la Roucarnage avant de prendre le scotch à pansement dans la trousse d'Idalienor. Je fais en sorte que les compresses tiennent bien avant de vérifier que tout soit bon. La brune renvoie ensuite Soleil dans sa pokéball. J'espère qu'elle s'en remettra vite.. Je comprends alors qu'Ida connaît le dresseur, nommé Sirius. Je ne le connais pas, je ne sais pas quel dresseur il est, quel ami il est, quel ennemi il est. Mais personne ne mérite ce qui vient de lui arriver. Je regarde mon propre corps pour constater que je n'ai que quelques égratignures ou brûlures superficielles. Je ferme les yeux un instant pour remercier Lunala de m'avoir protéger. Je me retourne vers mes pokémons et serre fort dans mes bras le Vivaldaim. Il reste immobile et se retire au bout de quelques secondes d'étreintes, me faisant soupirer. Puis d'un coup, j'entends un cri perçant. Un cri que je reconnais bien: c'est Sonic, mon Bruyverne. Je me relève rapidement et lève les yeux vers le ciel pour l'apercevoir. Il se pose sur le toit d'un immeuble et tout mes pokémons descendent. Je fais signe au pokémon dragon de rester là où il est. Et à ma grande surprise, le reste de mon équipe arrive avec une autre partie de l'équipe de Salomé. Poppo et Algernon, fidèles au poste et toujours à deux s'approchent de moi. Je reconnais aussi la Germignon de la rousse que je viens légèrement caresser.

« Je suis contente de vous voir ! » dis-je avant de me tourner vers mon pokémon eau. « TU FAISAIS QUOI ? J'AI BESOIN DE TOI, MOI ! Enfin.. surtout de ton talent. MAIS TU TE RENDS PAS COMPTE QUE PARFOIS TU PEUX VRAAAAAIMENT ÊTRE UTILE ? SAUF QUE T'ES PAS LA ! Bon. C'est pas grave. »

Je me retourner pour parler à Ida mais c'est une infirmière Needle très énervée que je vois à la place. Je laisse la brune lui parler quand c'est Diana qui débarque à son tour. Je soupire de soulagement: nos professeurs sont enfin là ! La référente des pyrolis repart aussitôt, prête à dégommer tout sur son passage. J'aperçois aussi le Steelix de ce cher Yade. Je pense qu'ils doivent tous être dans le coin. Je m'inquiète pour Melty, déjà qu'elle est tombé dans les pommes lors de la manifestations, j'espère qu'elle ne va rien faire d’insensé.. Ou elle n'est tout simplement pas venu et ça me rassurerait encore plus.

Je me tourne vers Salomé quand je l'entends parler. Je la vois décomposer, désespérée. Je la regarde dans les yeux en commençant un peu à paniquer. Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a avec son Farfuret ? Puis je me rappelle vaguement.. il est resté là-bas. Là où les explosions et la batailles font rages. J'écarquille les yeux. Il faut que j'aille l'aider. Mais un bruit assourdissant parvient à mes oreilles. Je me tourne vers Louis.

« Essaye de me connecter avec Sonic, je sais que tu peux y arriver ! Je dois savoir ce qu'il se passe ! »

Le Gouroutan affiche un air un peu paniqué avant de se concentrer du mieux qu'il pouvait. Et, je ne sais pas comment, je crois qu'il y arrive.

« Sonic ... ? »

Je l'appelle plusieurs fois avant d'entendre quelque chose, surprise.

« Ana. Le sol est en train de s'ouvrir en deux dans la cour de Palladium. Je crois que Garrick Gamble libère les pokémons obscurs. »

Mon coeur loupe un battement.

« Ce n'est pas tout. Aaron Olsen est monté sur une voiture avec un mégaphone. C'est lui qui vient d'enclencher l'explosion que nous venons d'entendre. »

Le salaud. Il a dut placer des bombes un peu partout en ville. Si ça continue, l'Île va définitivement disparaître... et peut-être nous avec.

« Et il doit aussi se passer quelque chose chez A2P. Je ne vois plus Vega. »

Génial. Je ne sais pas quoi faire, j'ai envie de m'enterrer dans un coin mais aussi d'empêcher les trois leaders de faire quelque chose. Mais je ne peux pas être partout. Je me tourne vers toute mon équipe qui n'attend que mes ordres.

« Louis. Tu restes ici pour aider Ida et l'infirmière Needle tout comme Plume. » dis-je fermement. « Natu, Poppo, Ulka et Bady, avec moi. On va aider Salomé. »

Je relève la tête vers le Bruyverne.

« Sonic, tu restes là-haut et tu m'informes de ce qu'il se passe. Si jamais tu aperçois quelqu'un de blesser, tu n'hésites surtout pas à l'emmener ici, dans le camp Lansat. »

Je le vois hocher vivement la tête. Avant de me plonger dans mes pensées.

« Si seulement on avait un moyen de transport terrestre, moins encombrant que Sonic.. » dis-je tout bas.

Je sens une pression sur ma cuisse: mon Vivaldaim venait de poser sa tête contre moi. Je le regarde en souriant avant de lui caresser la tête.

« Ne t'inquiète pas, on va trouver un moyen. »

Je me tourne ensuite vers le reste des pokémons.

« Algernon, je suppose que tu viens avec nous pour aider ta dresseuse. Germignon, tu peux venir aussi. Je pense que Salomé sera contente de te voir.. »

Je pousse un long soupire.

« Pastel, Marinette et Sky, vous allez rejoindre les professeurs pour les aider à combattre les pokémons obscurs. Vous faîtes très attention à vous et si jamais l'un de vous trois est blessé, vous regagnez le camp Lansat ensemble. Ne vous séparez jamais. »

J'espère les motiver. Je veux pouvoir leur montrer qu'on peut être fort, je veux les inspirer, pouvoir être leur pilier et les soutenir un maximum. Parce que c'est ce que doit faire un vrai dresseur.

« Forest, mieux vaut que tu restes ici. »

Je l'entends lâcher un petit grognement d'agacement. Je me tourne vers lui et fronce les sourcils.

« Tu seras plus utile ici. »

Il tape le sol de sa patte, affirmant qu'il veut nous accompagner. Je soupire, sachant très bien que je ne saurais pas le faire changer d'avis. Je tourne les talons et lui fais signe de me suivre. Il avance rapidement pour se mettre à côté de moi, fier. Mon Psykokwak me suit de près. Bady, la Emolga, vient se poser sur sa tête pour pouvoir le protéger. Le Natu se pose sur mon épaule et le Météno chromatique flotte à côté de Forest.

« Ida, je dois aller aider Salomé. Je te laisse mon Gouroutan et ma Plumeline. Et il y a mon Bruyverne qui surveille depuis un toit, il amènera les blessés s'il en aperçoit. Bon courage. »

Je tourne les talons et cours pour rattraper Salomé qui avait commencé à faire quelques mètres pour y aller. Je pose ma main sur son épaule lorsque je la rattrape.

« Tu ne pensais tout de même pas que j'allais te laisser seule? Et regarde qui nous a rejoins. »

Je me tourne vers le Picassaut et la Germignon avant de refaire face à la rousse.

« Où se trouvait ton Farfuret la dernière fois que tu l'as vu ? » dis-je en faisant tout pour garder mon calme.

hrp:
 

_________________


MOODBOARD:
 


Dernière édition par Ana C. Gladio le Mar 14 Aoû - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6244-429-ana-carolina-gladio-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6246-ana-carolina-gladio-mentali
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 3645
Points d'Expériences : 1195

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 19:01



Principe de causalité
Palladium

Adara m’appelle. Je répond présente. Elle sait qui je suis, comment je suis, d’où je viens.

Adara ne me juge pas.

Adara a le même objectif que moi.

Adara protège.

S I R I U S

Il est notre précieux et nous nous devons de le protéger. Pas de ceux du centre comme le comprend vite Adara mais de ceux autour.

Je sens leur haine m’envahir, m’approcher, me corrompre mais je ne dois pas faillir.

L’étoile veille sur moi, l’étoile me calme.

J’ai depuis longtemps compris que me battre était vain. Il est trop doux, trop calme, trop lui.

Il ne lèvera pas la main sur moi.

Il m’aime.

Il nous aime.

S I R I U S

Un seul mot résonne dans ma tête et c’est son nom.

S I R I U S

Répond à notre appel comme nous répondons au tien à chaque fois.

Répond nous.

Nous aussi nous t’aimons, nous aussi nous te voulons.

S I R I U S

Reste là, prêt de nous. T’éloigne pas, entend nous.



Il fait si froid dehors. Je me rappelle sans mal le jour où je l’ai rencontré. J’étais blessée, griffée, en colère. Je ne ressemblait pas à grand-chose. Je n’étais qu’une enfant, blessée, triste et apeurée.

Pourtant, il ne m’a pas laissé sur le côté. Pire, il a prit m’a défense et m’a prit contre son cœur. Dans ses bras. Déjà, il avait l’air si fort, si grand.

Il m’a prit dans ses bras, il m’a protégé. Il m’a offert un foyer, de la chaleur dans le plus froid de la nuit.

Il m’a aidé à déployer mes ailes.

Ce n’a pas toujours été très facile. Plus souvent difficile que facile d’ailleurs. Mais quand je vois jusqu’où nous montons dans le ciel. Quand je vois comme nous rayonnons là haut dans les nuages. Quand je l’entend rire quand nous sortons d’un cumulus trempé. Je crois que je ne pourrais pas être plus heureuse.

Ça vaut tout le mal que l’on s’est fait.

Ça vaut cette chute, interminable, les os qui se brisent et la peur au ventre.
Ça vaut le feu sur mes ailes, sur mon ventre, sur ma peau.

Ça vaut tout ce qu’il voudra m’infliger car il m’aime et qu’il ne le veut pas.

Je le vois dans ses sanglots tard la nuit quand il pense le monde endormi. Je le vois dans la tendre affection dans chacune de ses caresses, dans chacun de ses soins. Je le vois dans la tristesse de cette longue année sans Alrish. Je le vois dans ces détails que seuls nous pouvons voir.



Il me désole de le voir ainsi, allongé, inconscient, bien loin de ce douter que ce morceau de chair qu’il a perdu là bas laissera une trace dans son esprit. Que la cicatrice qu’il abordera désormais sera son secret sa honte.

Il est loin de se douter que la brûlure physique qu’il ressent sera bien fade comparée à celle, mentale, qu’il va devoir affronter.

Je m’en doute, je le sais et déjà, je cherche comment je vais pouvoir l’aider. Comment je vais pouvoir l’aider à voir que malgré les défauts, malgré les cicatrices, il reste parfait. Il reste parfaitement lui. Il reste parfaitement Sirius.

Il est loin de se douter que ses défauts, bien loin de réduire sa splendeur en ajoute, il est bien loin de comprendre que ça le rend si incroyablement humain, si lui et que je n’échangerais ça pour rien au monde.

La route me semble si longue alors que je me tiens à son début. Je vois déjà les obstacles à franchir, les terreurs à affronter. Mais je n’ai pas peur. À aucun moment la peur me vient. À aucun moment je ne pense à fuir, à le quitter, là et maintenant.

Ce serait si facile dans ce chaos mais l’idée, l’idée ne peut pas me traverser l’esprit car l’amour que je lui porte est bien trop grand.

Mais ma haine, oh, ma haine elle grandit. Elle grandit équivalente à l’amour que je lui porte. Elle grandit à leur encontre, vous oui, vous, pathétiques humains. Pathétiques humains qui pour le compte d’idée, de théories et de choses non vérifiées cherchez à vous entre tuer.

Je ne peux tout simplement pas laisser faire ça. Je ne peux pas les laisser faire.

Je ne peux pas.

Mais je ne peux pas le laisser. Je ne peux pas les laisser. Je dois les protéger. Je dois les garder. Mais j’ai dans ma manche quelques cartes, quelques cartes que je pose avec régal sur la table.

Je n’ai pas besoin de dire grand-chose, elle sait.



Oh, si contente, si contente.

Adara est en colère, violente colère, atroce colère. Adara est terrifiante.

Je me plie à ses désirs.

Elle me murmure et me suggère de lâcher prise. Lâcher prise sur le semblant de contrôle sur lequel je travaille depuis si longtemps. Elle me dit d’arrêter. De n’écouter que ce qu’il y a là, juste là.

J’émets un étrange bruit. Une sorte de cliquetis. C’est comme un rire pour vous.

Si heureuse, si heureuse.

Je laisse S I R I U S à Adara et je file.

J’ai une mission, oui, une mission. Rien que pour moi. Une mission que seule moi peut accomplir.

Je me déchaîne avec joie, avec hardeur.

Si je détruis quelques esprits au passage ? Probablement.

Mais je cherche celui qui a blessé S I R I U S et je lui ferais goûter à mon courroux.


©BBDragon

Spoiler:
 

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Topdresseur Novice
avatar
Topdresseur Novice
Région d'origine : Unys
Âge : 17 ans
Niveau : 8
Jetons : 2746
Points d'Expériences : 83

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Lun 13 Aoû - 20:52

Tout se passe très vite.

Ton action a eu l'effet escompté et fait retrouver la raison à Shiori, qui s'est empressé de faire l'effort de reprendre au mieux son calme. Pendant ce temps, la situation a subitement évolué dans la bataille. D'un côté, voilà que le corps professoral – du moins une partie – a fait son apparition pour venir calmer la situation, tout particulièrement ce cher professeur Yade qui – bien que visiblement le plus effrayé du groupe – se montre le plus imposant de tous grâce à son S teelix. Leur venue dans la bataille en cours te soulage énormément, car eux sont plus à même que la police à stopper les élèves. Avec eux, la situation a évolué et tu te dis qu'il est peut-être temps d'abandonner la Team Rouage, Aaron semblant sur le point de revirer de bord, pour rejoindre le camp des professeurs. Les secondes qui suivent sont le petit détail qui te fait décider de changer de camp. Subitement, une explosion retentit. Aaron, perché sur une voiture présente sur place, tient dans sa main une manette ne laissant aucun doute sur l'origine de l'explosion : c'est son œuvre. Comme tu t'en doutais, il vous l'a mis à l'envers. Maintenant, il est prêt à faire exploser toute l'île juste pour régler ce problème. Tu es bien triste de voir qu'après tout, les gens mauvais sont toujours mauvais, qu'importe les sourires et les bonnes paroles qu'ils peuvent proférer. C'est bien dommage, et visiblement, Shiori pense la même chose. À une exception près.

Bouge pas.

Même pas la possibilité de répondre que Shiori, affublée de son Tauros revenu à ses côtés, s'est tourné vers Aaron en silence, préparant sans doute quelque chose de terrible. Ton premier réflexe est de tenter de la stopper, mais deux imbéciles de Palladium décident de jouer les durs et viennent te barrer la route. Le premier possède un Maskadra plutôt fragile et le second un Moyade à l'air sadique – ce dernier étant un poil plus dangereux que son homologue. Tu soupires en les voyant, et tu indiques rapidement à tes deux compagnons de relancer leur attaque Aboiement en même temps, blessant normalement le Maskadra mais envoyant aussitôt au tapis le Moyade qui ne put supporter les deux attaques ténèbres simultanées. Tu enchaînes rapidement, ne laissant pas l'occasion au dresseur encore au combat de réagir rapidement et tu ordonnes Jet-Pierres à Rocabot et Flammèche à Malosse, qui s'exécutent machinalement, touchant de plein fouet le Maskadra effrayé qui s'effondre aussitôt, vaincu. Bon. Maintenant tu peux t'occuper de Shiori. Sauf que ces bêtas t'ont fait perdre du temps, et tu n'as pas eu le temps de voir Shiori lancer son Tauros sur la voiture où se trouve Aaron avant de revenir rapidement vers toi, à la fois en colère et soulagée.

Où est Marie ?

Tu es surpris un instant par la rapidité de sa question, mais tu te reprends assez vite. Rapidement, tu lui indiques d'un mouvement de main de te suivre à travers la foule, ne cherchant même plus à vouloir intervenir dans le conflit. C'est le bordel dans ta tête, mais tu sais une chose : vous ne pouvez plus faire confiance à Aaron Olsen et vous devez rejoindre le corps professoral dès que possible. Mais avant, mieux vaut effectivement retrouver Marie pour l'informer de la situation et pouvoir agir ensemble. Très vite heureusement, vous parvenez à quitter sans encombre le champ de bataille où la situation semble s'être radicalement envenimé à près des locaux de Palladium, et vous pénétrez dans une petite ruelle vide et assez sombre. Le passage idéal pour disparaître. Vous progressez tous les deux vers un petit carrefour sans pouvoir immédiatement deviner le chemin à prendre. Heureusement pour vous, tu repères finalement un sbire stationné un peu plus loin qui te fait dire que c'est la bonne direction. Tu prends donc ce chemin, évitant le regard de l'homme qui semble plus préoccupé par le beignet qu'il tient dans sa main que par votre passage – sans toutefois ne pas vous accorder un rapide regard, semblant heureusement voir assez vite le badge qui décore encore ton vêtement le plus visible. Vous parvenez à un nouveau carrefour, mais cette fois, il ne faut pas réfléchir très longtemps car à l'autre bout d'une des allées, deux formes dont celle qui te rappelle sans problème Marie apparaissent, s'en retournant probablement sur le lieu de bataille. Sans hésitation, vous vous dirigez donc à la rencontre des deux demoiselles pour les interpeller, Shiori prenant les devants.

Marie ! Ça devient n’importe quoi, faut qu’on se casse. Les profs sont là. Allons avec eux, avant que ça empire.

Shiori est plutôt énervé lorsqu'elle prend la parole, ce qui fait légèrement paniquer Marie. Heureusement, celle-ci se reprend visiblement assez vite.

Sauf si… Tu veux pas. Mais dans ce cas, je reste aussi.
Que se passe-t-il précisément ? Nous avons entendu une explosion. Les professeurs sont-ils venus pour évacuer ou pour combattre ?

Cette fois, tu prends les devants. Tu attrapes ton Ipok et tu commences à tapoter au plus vite dès que possible pour prendre la parole. Pendant ce temps, la troisième fille prend finalement la parole, parlant avec un certain aplomb.

*tousse* Avant de ne faire quoi que se soit, Erika D'Eléos, topdresseur spécialisé dans le type fée, enchantée. Pas la peine de se presser tout de suite. Avant j'aimerais bien être au courant de la situation si vous voulez bien ? Nous pourrions mieux agir par la suite.

Lorsqu'elle termine sa phrase, tu termines également d'écrire et tu regardes la demoiselle plutôt jeunette avant de rajouter rapidement une nouvelle phrase sur ton Ipok puis d'enfin lancer la fonction vocale.

Desmond Clifford, simple TopDresseur. Malosse & Rocabot sont mes compagnons.

Pour répondre, la situation est simple : Aaron nous as trahi, Vega a, semble-t-il, révélé son virus, et Garrick a décidé de faire sortir ses bêtes. En face, les professeurs viennent d'arriver pour calmer la situation. Pas besoin d'en savoir plus pour comprendre la situation. Je suis d'accord avec Shiori pour rejoindre les profs. Au moins, ils sont bien là pour régler la situation, eux.


Tu n'as pas eu le temps d'écrire plus, mais bon, c'est déjà beaucoup, et tu pourrais féliciter d'avoir écrit si vite. Maintenant, tous les éléments importants sont en place, reste à voir ce que vont dire les trois filles à tes côtés. Pendant ce temps, tu en profites pour caresser une énième fois généreusement tes deux petites têtes …

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6243-428-desmond-clifford-silent-words-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6250-desmond-clifford-phyllali#65881
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 4289
Points d'Expériences : 392

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Hier à 0:13





Principe de causalité

Intrigue #12

Yuna Akabara

Musique

Compliquée…dangereuse…deux mots qui résument parfaitement la situation dans laquelle je me suis mise. Les trois membres d’A2P en face de moi n’ont pas l’air vraiment commode, et leur pokémon non plus. Un Grolem, un Grahyena et un Empiflor…Bon analysons la situation et les diverses possibilités. Grahyena et Empiflor je ne les crains pas trop, mes pokémons feu sous le soleil peuvent les gérer, celui que je redoute le plus, c’est le Grolem, son type roche rend les attaques feu pas très efficaces. Mais je ne peux pas faire marche arrière, et pour le moment les flammes me protègent, ce qui ne durera pas éternellement.

Première option : Je lance des attaques combinées sur les deux premiers pokémons et les miens esquivent les attaques du Grolem
Deuxième option : Je focus le Grolem et mes pokémons devront tanker les attaques des deux autres.
Troisième option : J’attaque tout le monde.

Cette dernière solution va demander pas mal de finesse, de la précision et une bonne coordination, il ne va pas falloir que je m’éparpille partout…c’est faisable. Les trois dresseurs face à moi attendent que j’agisse, ou que les flammes disparaissent pour s’en prendre à Henry qui se trouve derrière moi…qu’ils essayent pour voir.

-Ama, Dovah utilisez Lance-Flammes sur l’Emiflor, Hestia immobilise le Grahyena pour que Phoenix puisse l’attaquer avec Napoléon. Lucifer et Astrega, vous vous occupé du Grolem. Allez !!

Tous acquiescèrent et en une fraction de seconde se lancèrent dans la mêlée, Dovah prit les airs avec Ama pour lancer deux puissants Lances-Flamme qui clouèrent l’Empiflor sur place. Lucifer et Astrega traversèrent les flammes pour attaquer la boule de roche par surprise, mon Salamèche optant pour un puissant Lance-soleil alors qu’Astrega opta pour…C’est quoi cette attaque d’ailleurs, une puissante vague violette s’écrasa sur le pokémon roche qui ne tient pas le choc des deux attaques combinées. Cette attaque…c’est l’attaque Cradovague ou je rêve ? Mais les Tritox ne sont pas censé la connaitre comme ça pourtant…Les mots du sbire de la team Rouage me reviennent en tête, tous ces pokémons ont été entrainés par des membre de l’association et formés aux combats depuis leur plus jeune âge. Ce n’est donc pas étonnant qu’Astrega connaisse une telle attaque, une belle surprise mais qui me fait réfléchir sur la Team Rouage, s’ils sont capables d’infliger une telle chose à des pokémon aussi jeune, que sont-ils vraiment capable de faire ?

Je n’ai malheureusement pas le temps de m’interroger plus à ce sujet, le Grahyena adverse à esquiver les attaques des trois pokémons et a contre-attaqué, frappant Hestia de plein fouet avec une attaque Morsure. J’ai tout juste le temps de la voir traverser les flammes pour la rattraper dans mes bras. L’inquiétude monte rapidement en moi à la voir ainsi, mais après un très rapide examen, je me rends compte qu’elle est juste sonnée, ce qui me rassure immédiatement. Je ne perds pas de temps et je la rappelle dans sa pokéball, ce n’est pas le moment de la laisser blessé en dehors de sa maison portative. J’entends Lucifer s’énervé et le comprends sans mal, lui et Hestia sont extrêmement proches, et la voir blessé l’énerve au plus haut point. Je m’agenouille et caresse la tête de mon premier chromatique pour le calmer un peu.

-Tout doux Lucifer, calmes-toi, ça ne sert à rien de s’énerver

Il grogne mais reste à sa place, ne chargeant pas le pokémon Ténèbres face à nous. Bon les deux autres pokémons ont fini K-O, nous n’avons donc pas à nous en préoccuper, il ne reste que le Grahyena. Six contre un, ça devrait le faire. Les deux dresseurs vaincus repartent, cherchant surement des renforts, ce qui pourrait poser problème, surtout si les flics ne viennent pas rapidement arrêter ces partisans d’A2P, d’ailleurs qu’est-ce qu’ils fabriquent ? Pourquoi ils ne sont pas encore là ?

Encore une fois ma pensée est coupée net par un nouvel évènement, et cette fois c’est le mur de flamme qui faibli grandement. Ce n’est pas le fait que le Grahyena puisse nous attaquer qui me gêne, mais que les potentiels renforts viennent. D’ailleurs ces derniers nous attaquent avec une boule bleue ? Attendez c’est quoi ça ? Mon regard se porte sur le petit pokémon bleu qui étrangement ne nous attaque pas…est-ce qu’il est vraiment avec A2P ce petit Marill ? Il n’a pas l’air hostile, au contraire il me regarde et me sourit.

-Mama Mariiiiill
-Tu es là pour m’aider ?

Il hoche la tête avant de se tourner face au Grahyena, prêt à attaquer. J’ignore qui m’a envoyé ce pokémon et je l’en remercie, mais sous le Zénith il ne va pas m’être d’une grande aide. Attendez…pourquoi le mur de flamme a repris de l’intensité ? Je regarde Napoléon mais il n’a pas bougé d’un iota, mon regard se pose sur le Feurisson qui a raviver le feu…Mais d’où ils sortent ces deux-là ?!! Ils ont l’air de mon côté, ce qui me rassure un peu, mais personne que je connais ne possède ces deux pokémons, la seule personne que je connais et qui possède un Feurisson, c’est Salomé, mais ce n’est pas le sien. Est-ce que c’est Logan ? C’est la seule personne qui me vient en tête, je me souviens de son visage inquiet quand il m’a laissé dans les rangs d’A2P…oui ça doit être ces pokémons, il n’y a pas d’autre explication.

-C’est Logan qui vous envoi ? Dans ce cas parfait. Je me tourne vers Napoléon qui me fixe du coin de l’œil. Napoléon prend Henry avec toi, et mène le quelque part où il peut se faire soigner.

Le Pyrax semble peser le pour et le contre, mais je le rassure en lui annonçant que je les rejoins dès que possible, il acquiesce alors et rejoint son dresseur pour l’emmener en lieux sûr. Mon regard croise celui d’Henry malgré les flammes, et comme d’habitude nous parlons sans mot, je lui dis de ne pas s’inquiéter, que tout ira bien. Je reporte mon attention sur le pokémon adversaire, le soleil ne va pas durer bien longtemps, je dois le mettre hors d’état de nuire avant que le Zénith ne disparaisse, alors autant agir rapidement.

-Allez-y les amis, occupez-vous de ce Grahyena

Et là, je n’aurais pas aimé être à la place du pokémon Ténèbres, vraiment pas, cinq attaques le frappèrent de plein fouet, le mettant hors de combat en un instant. Son dresseur ne demande pas son reste, le rappelle et prend ses jambes à son cou et je soupire, soulagée. J’ai finalement réussi à les repousser, mais je devrais faire un repli stratégique d’urgence, je ne pourrais pas contrer une autre vague de dresseur d’A2P. Je me tourne vers les pokémons qui me regardent, attendant de nouvelles instructions.

-Merci les amis, et merci à vous deux aussi. Mais maintenant il faut que l’on décampe d’ici, c’est trop dangereux.

Tous acquiesce sans soucis, mais le Marill que je suppose être celui de Logan s’approche de mon bras et fait couler un fin filet d’eau le long de ma brûlure. Ça soulage je dois avouer, je le remercie mais nous n’avons pas spécialement le temps de nous attarder ici. Je me redresse et une fois les flammes éteinte je commence à courir au travers de la zone de combat accompagnée de mes pokémons et ceux que m’a prêté Logan…Attendez c’est quoi ce Sablaireau qui nous suit ? Il n’a pas l’air hostile, peut-être encore celui de Logan.

Je n’ai pas le temps de lui demander que j’entends une violente sirène émaner de Palladium, accompagné de cri de pokémon qui n’ont vraiment pas l’air commode…Est-ce que c’est ça les pokémons obscures dont parlaient les trois dirigeant tout à l’heure ? Sans m’en rendre compte je me suis arrêtée, mais alors que je veux reprendre ma route, une violente explosion détruit un immeuble non loin de là. Ma première pensée est tournée vers Henry, il n’aurait pas fait une autre explosion quand même ? Non il n’est pas en état, alors qui ? Mon regard se pose au loin sur Aaron qui tient un boitier dans les mains…Ce n’est pas vrai, il va faire sauter l’île ? La situation est bien plus compliquée que je ne le pensais. La team Rouage s’est bien payée notre tête, je grince des dents, on s’est fait avoir en beauté. Ça ne va pas se passer comme ça, il faut lui reprendre la télécommande et arrêter les explosions…Mais je dois me rendre à l’évidence, je suis bien loin de lui, j’ai plus de chance de me faire blesser par une attaque perdue que de l’atteindre…Je suppose que je ne suis pas la seule à avoir compris l’importance d’arrêter Aaron, il y a donc d’autre dresseur qui vont essayer de l’arrêter. Je suis plus proche de Palladium, et on ne peut pas laisser les pokémons obscures détruire la ville, ils n’hésiteront pas à attaquer des innocents…Je dois tenter quelques choses pour les arrêter…mais le Sablaireau n’a pas l’air d’accord avec cette idée, il m’attrape la jambe pour m’empêcher de faire demi-tour.

-Je ne sais pas où tu veux que j’aille, mais je dois essayer d’arrêter ces pokémons obscures. S’ils arrivent dans la rue, ça va être un carnage.

Le sablaireau me fixe avant de me lâcher et de repartir, surement en direction de son dresseur. Je n’ai pas le temps de le suivre, enfin les suivre car le Feurisson est parti avec le Sablaireau, mais le petit Marill est toujours à mes côtés.

-Tu peux rejoindre ton dresseur si tu veux, ça va être un rude combat qu’on va mener.

Mais le pokémon eau refuse catégoriquement, je le remercie de son soutiens d’un sourire avant de regarder mes autres pokémons. Chacun d’eux serait prêt à tout pour moi, et heureusement que je les ai à mes côtés, d’un commun accord nous nous dirigeons vers les locaux de Palladium, prêt à ralentir la progression des pokémons obscures. Sur le chemin je vois le professeur Jauplain…les profs sont de la partie maintenant ? Tout part vraiment en cacahuète…

Mon équipe et moi-même nous nous arrêtons net face à un puissant Tyranocif qui n’a pas l’air de vouloir me laisser passer, il me lance une attaque Morsure que j’esquive grâce à Dovah qui m’a tiré juste à temps. Je le remercie avant de voir que Lucifer est en mauvaise posture, il a du mal à se relever et le pokémon adverse prépare une attaque pour l’achever. Sans même réfléchir, je cours et attrape mon chromatique, mais l’attaque Vibrobscur me frappe dans le dos, me faisant rouler sur quelques mètres. J’entends le bruit de quelques flammes frapper le Tyranocif, surement les autres membres de mon équipe qui répliquent… Je peine à me lever alors que mon Salamèche me fixe inquiet…mais pourquoi faut que je me mette toujours dans des situations pas possible moi ?




Hrp:
 
©BBDragon

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7052-481-yuna-akabara-une-rose-de-feu-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7065-yuna-akabara-givrali
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 54
Jetons : 5450
Points d'Expériences : 1620

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Hier à 10:14


Principe de causalité

Avec des fous

Je commence à voir des attaques sortir du danse-flamme contre ses adversaires. Ils tombent tous K-O un par un me soulageant de savoir Yuna saine et sauve. Mais au moment de vouloir la rejoindre, une sirène se fait retentir partout avant que le sol ne s’ouvre sous nos pieds pour libérer la menace de Palladium. Pleins de Pokémons. Mais ils ont tous un truc bizarre en commun dans leurs attitudes. Ils sont comme hypnotisés, comme omnibulés par quelque chose. Puis tout s’enchaîne très vite, l’explosion au cœur de la ville ne fait que renforcer la peur qui commence à m’habiter mettant de côté mes sentiments ultra compliqués sur ce que j’ai appris par Salomé et Ana.

Je lui en voulais à Ana, je lui en voulais de ne pas m’en avoir parlé. Ses sentiments ont le droit de changer, mais pas aussi vite. Pas avec Salomé. Alors j’ai décidé d’effacer le passé et d’aller vers l’avant. Alors je m’en fous d’elle désormais. Oui, je vais peut-être un peu vite, mais si elle ne veut plus de moi ou me parler, je peux rien y faire alors autant l’oublier et la laisser aux griffes de Salomé.

Alors quand j’ai vu l’explosion, je me disais que peut-être Salomé serait dedans en train de batifoler avec Ana et sur le coup, j’étais content. Voir s’éparpiller le corps de Salomé, je suis prêt à payer cher pour ça. Surtout après ce que je viens de vivre. De toute façon, Ana ne vaut pas mieux. Pour me faire subir ça, elle n’a eu aucun scrupule à m’humilier, à me rendre fou. Alors si elle crève tant pis. Ce sera bien fait pour sa gueule.

Comment ça, je deviens fou ? Mais que dalle ! Elle l’a cherchée, elle l’a méritée. Notre relation s’est brisé depuis longtemps et je n’ai jamais voulu l’accepter. S’il faut, elle est depuis longtemps avec Salomé et se moque de moi depuis le début. C’est vraiment la pire. Alors ouais, si elle crève aujourd’hui, ça ne me ferais ni chaud, ni froid.

Terry et Phoën me sortent de mes pensées en me criant dessus.

-Quoi ?! Vous avez récupéré Yuna, c’est bon ?

Les deux Pokémons me tirent pour que je les suive. Ne voyant pas Yuna, je commence à sérieusement m’inquiéter et décide de les suivre. J’ai tellement étais concentré sur ma haine d'Anamé que j’ai oublié Yuna. Merde !

J’arrive en courant juste au moment où Yuna se fait projeter par une attaque du Tyranocif. Mon cœur s’arrête un instant. Pourquoi ? Je l’ignore, mais j’ai terriblement peur. Je suis tétanisé, incapable de bouger regardant son corps rouler sur le sol. Elle est morte ? Non ! Je refuse d’y croire !

Bun est le premier à réagir et s’élance sur le Tyranocif, prêt à en découdre avec lui. Il canalise sa force dans une attaque Surpuissance et court vers sa cible à pleine vitesse avant de la toucher. Le choc est terrible, la confrontation des deux corps est intense, mais le corps rond de Marill rebondit sur le Pokémon Obscur comme une simple balle rebondissante.

Logan bouge toi !

Oui, je dois me bouger, faire quelque chose. Arrêter le Tyranocif avant qu’il n’écrase Yuna et transporter son corps dans un camp pour la soigner. Mais elle est morte, elle ne bouge plus ! Sa poitrine se soulève délicatement balayant la mort de son corps. Mes Pokémons me regardent et ne savent pas quoi faire. Ils attendent mes ordres, mais est-ce que je suis à la hauteur ? Est-ce que je ne vais pas échouer ? Est-ce que…

Rhaaa, je me pose trop de questions. Tout ce que je sais, c’est que je dois sauver Yuna. C’est par ma faute si elle se retrouve dans cette galère. Si je n’avais pas accepté sa proposition d’infiltrer A2P, elle ne serait pas dans cette situation. Réfléchir vite ! Le balayage de Nicolas et de Ferosinge sera inefficace contre lui, car il est trop ancré dans le sol. Si seulement…

-Bun, tu peux te relever ?

Une idée vient de germer dans ma tête. Je ne peux pas le mettre K-O, mais je peux ralentir la progression des Pokémons Obscurs.

-Maaaaa !

-Dans ce cas lance Tourniquet !

Je me retourne vers d’autres personnes proche de moi. Manifestant ou non on doit s’unir pour les ralentir.

-Tout ceux qui peuvent envoyer de l’eau sur le terrain faîte le ! C’est notre seul moyen de les repousser.

Marill se retrouve vite accompagné par d’autre pokémons capables d’arroser le terrain, si bien que tout le sol est couvert de flotte.

-Elsa go ! Gèle-moi toute l’eau s’il te plaît ma grande.

Elle arrive doucement près de l’eau et souffle dessus pour former la plus grande patinoire de Lansat. Si le sol me gêne, je n’ai qu’à le changer. Le Tyranocif continue sa progression et glisse sur la glace avant de s’éclater par terre. C’est le moment !

-Yuna !

Je cours vers elle plus qu’inquiet. Je ne sais pas ce que c’est, je la connais à peine. Ce n'est pas le moment de penser à ça.

Je m’accroupis près d’elle.

-Dis quelque chose !

Je me tais pendant un petit bout de temps et décide de la prendre dans mes bras pour l’emmener dans le camp Lansat. Je fais attention de ne pas lui toucher le dos et opte donc pour la porter comme une princesse. Je la regarde une dernière fois dans ses yeux.

-T’en fait pas je suis là, ça va aller. Je vais t’emmener en lieu sûr pour te soigner d’accord. Ta blessure risque d’empirer si on ne fait rien.

Je commence à partir vers le camp de Lansat avant de croiser Ana au loin. Par réflexe, je sers un peu plus Yuna contre moi pour rendre Ana jalouse d’elle. Je suis encore amoureux d’Ana ? Non ! Je refuse. Mon cœur est libre désormais.

Étrangement, sentir Yuna contre moi me rassure un peu. Comme si elle me calmait de l’intérieur. Enfin, on verra ça plus tard, l’urgence, c’est de la soigner.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5236-372-logan-atkinson-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5255-logan-atkinson-voltali-t-card
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 59
Jetons : 1236
Points d'Expériences : 1873

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Hier à 15:07

« -Il faut concentrer les attaques Electriks et Roches sur les Pokémon Vols ! »

Mais de quoi est-ce qu’il...Ah ouais. AH OUAIS. Pourquoi personne ne m’a prévenu qu’il y avait une annonce de tempête de type Insecte ? J’veux pas être défaitiste, mais c’est sûrement pas avec Keru et Neaki que je vais réussir à les arrêter, perso !
Malheureusement, on dirait que le nombre de type Roche ou Elec à disposition est bien loin de suffire pour stopper cette marée volante, qui se dirige vers les forces de police : quelques éclairs et tourbillons rocailleux s’élèvent bien ça et là, mais face à la masse de type Insecte, ils ne feront pas une si grande différence. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas essayer, cela dit !

‘’Keru, Neaki, concentrez-vous sur...Les filles?’’

Argh, c’est pas le moment ! Sans recharge supplémentaire, Keru a dispersé toute la foudre accumulée précédemment et à force de courir dans tous les sens, l’Elecsprint est complètement vidée. Les pattes tremblantes, c’est à peine si elle arrive encore à libérer un simple Coup d’Jus (Mes excuses au Papinox solitaire qui le reçoit dans le dos, t’étais au mauvais endroit au mauvais moment). Quand à neaki, on dirait que ses séances de bowling l’ont un peu désorientés, puisque sa première attaque Poudreuse manque de me congeler sur place, givrant le sol à coté de ma position sur plusieurs mètres.

‘’Ok, ok, on stoppe le massacre !’’

Le temps de mettre un terme à leurs tentatives chaotiques, j’avise Katara qui vient me rejoindre d’un nouvel Aqua-Jet : la situation nous échappe totalement, c’est peu dire. Debout au milieu de la mêlée, on dirait que d’autres Rouages se sont joints à cette dernière et que la police n’arrive même pas à les empêcher d’avancer...Reste plus qu’à tenter le tout pour le tout.

‘’Keru, on va essayer une dernière fois. D’abord utilise Chargeur. Ensuite, mettez-vous en position: on tente la triple combinaison Coup d’jus-Blizzard-Meteores.’’

Plus qu’à profiter de de la confusion causée par Ginji, puisque la majorité de nos adversaires potentiels sont occupés à éviter son équipe complètement déchaînée. Alignés côte à côte, mes trois coéquipières rassemblent l’énergie qui leur reste, juste avant d’envoyer la sauce !
Une triple vague or, blanche et bleue s’élève alors du sol pour venir exploser au milieu de la nuée de type Insecte : certains finissent par planer vers le sol, légèrement fumants, tandis que les ailes gelées des autres rendent leur vol bien plus laborieux.
Je dirais bien qu’on a réussi mais  à première vue, l’attaque a envoyé moins d’un sixième des Pokémons présents à terre. Et avec un soupir audible malgré le brouhaha ambiant, Keru s’effondre alors, les quatre pattes écartés, totalement vidée.

‘’Ok, va faire une pause. Toi aussi, Neaki. Katara, tu tiens le coup ?’’

Plus résistante, la Mustebouée se hisse sur mon épaule tandis que je rappelle les deux autres dans leurs Pokeballs. privé de Ven et keru, ça va devenir difficile de réellement peser dans cette bataille. Et même si une autre solution s’offre à moi, elle implique que je quitte la place un moment. Sauf que si j’abandonne Ginji dans ce bordel, je rompt ma promesse et ça, je peux pas !

‘’Bouée !’’

Hm ? *SNAP* EH KATARA, POURQUOI TU ME FRAPPES ? La main sur la joue qu’elle vient de cingler de sa queue, je me retrouve face à une Mustebouée relativement agacée par mon indécision (C’est un euphémisme). Quoi que je décide, j’ai intérêt à le faire vite : rester planté là n’aidera ni Ginji, ni les gens qui continuent de se battre tout autour de nous. Va falloir faire un choix et si je me base sur ce que je peux faire à cet instant précis...Il n’est pas bien difficile. Tout seul, je ne peux pas tout faire en même temps. Et justement, je ne suis pas tout seul !

‘’Tu t’en sortiras jusqu’à ce que j’arrive ? Tu le lâches pas d’une semelle ?’’

Quelle question, évidemment qu’elle va s’en sortir ! Sa posture outrée (extrêmement bien simulée )en dit long quand à son avis sur la question, en tout cas. Avec un long mouvement souple, la type Eau se laisse glisser au sol, avant de courir en direction d’un certain Voltali qu’on discerne un peu plus loin dans la bataille. Pour ma part, je recommence à courir, mais vers la rue la plus proche...y’a un Centre Pokemon à moins de cent mètres, je l’ai vu en arrivant !

******************
‘’Tention devaaaaant !’’

Comme on pouvait s’y attendre, plusieurs passants ont trouvé refuge dans le Centre , lorsque les hostilités ont commencés. Un petit groupe de Pokemon gardent même la porte mais l’apparition d’un jeune aux cheveux roses ne semble pas constituer une assez grande menace pour qu’ils me bloquent le passage (Je sais pas si je dois en être satisfait ou vexé). Dépassant la porte à double-battant, je me retrouve dans un hall empli de gémissement et d’appels : apparemment, certains blessés de la place ont été redirigés vers ce Centre et la capacité de ce dernier diminue un peu plus à chaque instant.
Ignorant le Leveinard qui se porte à ma hauteur pour me guider, je cherche rapidement ma cible du regard, avant de plonger littéralement vers le comptoir et l’appareil qui se trouve sur son bord droit. Allez, plus vite, plus vite...Connexion, oui, CHARGE PLUS VITE, MACHINE À LA GOMME...Ah.

‘’PC, en ligne. Chargement en cours.’’

‘’Allez, allez, allez !’’

‘’Options de stockage sélectionnés. Voulez-vous...’’

‘PAS LE TEMPS !’’

‘’Accès à la zone de stockage personnelle. Durant votre temps d’attente, souhaitez-vous..’’

‘’C’est quoi dans ‘’Pas le temps’’ que t’as pas compris ?!’’

Ah, enfin ! Avec un léger crépitement, le casier en bas du PC s’ouvre pour libérer une simple Pokéball, que j'agrippe tout en repartant au pas de course vers la porte. Pas de temps à perdre en explications, il verra bien la situation une fois sur place ! Un peu plus loin, en direction de la place, une série d’explosions commence à retentir, on dirait que les choses se gâtent davantage (Comme si c’était une nouveauté). Mais, alors que je dépasse la ruelle la plus proche et que je me retrouve de nouveau face à l’esplanade...Je pile net. Non sérieusement, j’manque même de m’étaler face au spectacle qui s’offre à moi : se répandant depuis les grilles de Palladium, un groupe de Pokemons viennent ajouter à la confusion générale, en attaquant sans discrimination chaque humains ou Pokemons qui passent à leur portée.
Au même instant, une sensation que j’avais pratiquement oublié vient me submerger  de la tête au pied : le chaos ambiant se condense en une multitude de sensations qui viennent une à une me traverser pour former un tableau aussi global que précis. Et ces Pokemons...n’en font pas partie. Ils sont là et pourtant, il n’y a personne à l’intérieur. pas la moindre énergie, pas la moindre émotion n’en émane, ils sont juste venus pour détruire. Sans même savoir pourquoi ils le font. C’est tellement froid et vide que j’ai l’impression que ma tête est prise dans un étau de glace. Si l’on additionne ces faits avec leur point d’origine…

‘GAAAAMBLE !’’

C’était de simples Pokémons. Qui devaient probablement être complétement paisibles avant que Palladium ne les capture.Et surtout avant qu’ils n’expérimentent, comme l’a fait la Team Ombre avant ça. Et maintenant, il veut s’en servir comme armes pour s’en sortir ? ET EUX, IL Y PENSE ? NON, HEIN ? NON, C’EST JUSTE DES POKÉMONS APRÈS TOUT ! ET BEN NON, ÇA VA PAS SE PASSER COMME ÇA !
Certains combattants semblent avoir pris conscience de la nouvelle force en présence et commencent à essayer de repousser l’invasion : un peu plus loin, un Tyranocif au regard noir se retrouve à terre, lorsque le sol sous ses pieds gèle brusquement.  D’autres tentent juste de les contenir au niveau des portes de Palladium, mais déjà, plusieurs Obscurs ont réussi à se glisser au travers du barrage et commencent leur oeuvre de destruction. Pour ma part, j’ai déjà rejoint la bordure de la société, en tentant de retrouver Ginji dans tout ce bordel.

*SLASH*

Je l’ai senti, une seconde avant qu’il ne frappe mais sans ça, le bras de ce Scalproie m’aurait sûrement lacéré, voir pire : complètement déchainé, le Pokemon Tranchant a littéralement découpé la clotûre qui lui bloquait le passage et semble bien décidé à recommencer avec le Ranger qui se tient face à lui ! Le bras levé, il profite ainsi de ma chute pour me clouer au sol comme un Papilusion. Ou en tout cas, c’est ce qu’il aurait probablement fait, si quelqu’un n’avait pas eu son mot à dire !

*Tumb*

‘’...’’

Un flash lumineux….Une sensation de clarté qui s’amplifie brusquement...Et le sentiment qu’une part extrêmement importante de moi-même vient de se réveiller après un long (trop long) sommeil. Le bras acéré du Scalproie finit sa course à mi-hauteur de sa frappe, bloqué entre deux pattes fermes, ornés de piques luisantes sur le dos de leurs paumes. Tête baissé pour encaisser le choc, leur propriétaire redresse la tête, révélant un museau retroussé sur ce qui ressemble à un léger rictus : reculant une patte pour prendre son appui, il soulève ensuite brusquement le bras de son adversaire, juste avant de ramener l’un de siens en arrière. Une lumière dorée familière brille alors brièvement, juste avant que le Scalproie au regard vide ne se retrouve soulevé de terre pour aller s’écraser à quelques mètres en arrière par une Forte-Paume bien placée. Je sais pas si je dois être super fier ou complètement terrorisé quand à ce qui m’attend après tout ça...mais pour le moment, j’ai qu’une seule envie.

‘’LUCKI *stomp* ! ’’

Je me rappelle pas la dernière fois que j’ai attrapé mon Lucario comme ça, mais pour le moment, la seule chose qui compte, c’est de le serrer contre moi. Et tant pis si le monde explose pendant ce laps de temps, j'en ai besoin ! Je remarque même distraitement que je lui arrive presque au niveau du menton, maintenant. Et même s’il se détache de mon étreinte assez rapidement, le léger coup de patte qu’il m’assène sur le crâne trahit sa propre réaction….’’Tu m’as manqué aussi’’, c’pourtant pas si dur à dire, non ?!

‘’Cléo a dû te faire un topo rapide et on comblera plus tard. Pour le moment, on a une mission : tout ceux qui ont le regard vide, on les assomme. Et si jamais tu vois passer Garrick Gamble…’’

Inutile de poursuivre, il a parfaitement senti ce que j’attends de lui...Raaaah, ça fait du bien ! On va avoir un paquet de trucs à se raconter après ça, mais déjà, j’vais pouvoir vérifier directement ce qu’il a fait pendant un an !
Un peu plus loin, l’affrontement entre la Team Rouage et les forces de Police. Dans le dos des défenseurs de Palladium, des Pokemons obscurs qui se rassemblent et qui vont les prendre à revers. Et derrière ces mêmes Pokemons obscurs…

‘’Amigo, tu penses que tu peux nous ouvrir un passage ?’’

‘’...rio.’’

‘’Te vexe pas, je posais juste la question;’’

Ok, sur ça, il a pas changé d’un poil. Quoi que je lui demande, j’aurais l’impression d’avoir dit une bêtise : sans m’attendre, le type Combat a déjà commencé à courir, tout en canalisant son énergie entre les pattes qu’il maintient à hauteur de sa poitrine. Positionné juste derrière lui, je vois ainsi une multitudes de particules bleutées se rassembler autour de mon starter, avant de se condenser en une petite sphère brillante. mais lorsque le type combat relâche toute cetet énergie avec un hurlement, la sphère en question n’a plus rien de ‘’petite’’ ! Au fil de son trajet, elle commence à grossir jusqu’à atteindre une taille équivalente à celle du Lucario et file tel un missile dans le dos des Obscurs qui nous font face. Leurs instincts semblent à ce point développés que la majorité d’entre eux se jettent sur le côté par pur réflexe afin d’éviter le tir mais l’Aurasphère vient tout bonnement exploser au milieu de leurs rangs, forçant les retardataires à s’écarter encore davantage.  Le souffle de l’explosion manque de me faire trébucher et je dois aggriper mon sac pour éviter qu’il ne parte en arrière...J’avais demandé une brèche, pas une attaque nucléaire, Lucki !
Sans ralentir, mon Lucario traverse la brèche ainsi formé et je reste sur ses talons tant bien que mal, afin de rejoindre les rangs des adversaires de la Team Rouage. Un peu trop vite même, vu que les reliquats de l’attaque de neakin’ont pas encore fondus : une plaque de glace a donc l’idée super géniale de se mettre pile sur mon chemin et si Lucki l’esquive d’un bond avant de courir à côté...Et bien pas moi !

‘’Ouaaaaah !’’

Ok, je vais encore plus vite qu’avant mais je suis pas sûr de pouvoir m’arrêter : sans patins, c’est vachement plus dur de garder son équilibre sur de la glace vive et c’est comme uen fusée que je poursuis ma route...Attends, c’pas Ginji, juste là ? *SBUNK* Lucki, t’étais pas obligé de m’arrêter comme ça !
Agrippé par le col, je m’étale donc tout bonnement juste devant le coPAIN et son interlocutrice, tandis que mon starter reprend sa surveillance du périmètre. Son aura m’envahit à nouveau pour me confirmer que notre passage n’a pas ralenti les Pokemons Obscurs et que ces derniers ne vont pas tarder à arriver au contact.
À mon apparition, une certaine Mustebouée se laisse littéralement tomber sur moi, avant de lever un museau frétillant en direction de mon Lucario. Les retrouvailles devront attendre, mais t’arriveras pas à masquer que t’es ému, amigo, j’t’e rappelle qu’on est toujours connecté !

‘’Fiou, me revoila...J’interrompts, rien, j’espère ? Va nous falloir un plan, Ginji, parce qu’on ne pourra pas lutter contre la team Rouage ET s’occuper d’eux simultanément sans que ça finisse mal.’’

Pointant du doigt la troupe en approche, je remarque également que les partisans de la Team Rouage semblent s’être regroupés et reprennent leurs avancées, soutenus par les explosions qui retentissent alentours.
De son côté, mon Lucario se contente d’évaluer du regard le Voltali, avec ce qui semble être un sentiment...d’approbation ? C’est nouveau, ça. Tout en se remettant en garde, dos à la Team Rouage, le type Combat relâche une vague d’aura combative sensible à courte portée.  Approchez donc, j’ai un an de baffes à rattraper avec mon starter !

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2479-cael-joy-un-sourire-peut-tout-changer-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2486-cael-joy-phyllali#28810 En ligne
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 88
Jetons : 5152
Points d'Expériences : 3291

MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   Aujourd'hui à 8:11

Ginji Labelvi
      rp commun



« Principe de causalité »


Je n’observe plus que mes pieds.

Désormais incapable de fixer Erika droit dans les yeux, il n’y a plus que le contact de nos mains qui me permet de m’assurer de sa présence.

Je viens clairement de lui dire que je m’opposerai à elle si sa pensée ne suit pas ma volonté. Que je l’empêcherai d’agir. Que je me placerai en ennemi.

Cela en toute bonne foi, certes. Parce qu’il faut arrêter la Team Rouage. Parce que je sais que ce n’est pas en agissant ainsi qu’on punira Gamble. Parce que si Erika fait ça, elle aura simplement beaucoup trop de problèmes ensuite. Voire même des remords.

Et parce qu’il n’y a rien de pire que des remords.

Il n’empêche que je l’oblige à remettre en question ses objectifs. Je ne propose même pas de lui laisser le choix, de réfléchir à une éventuelle proposition : je refuse purement et simplement de la voir continuer dans cette voie là.

Il n’y aura rien de bon, au bout de la route.

Mon estomac se serre, à la seconde où Erika m’oblige à lâcher sa main droite. Pendant un bref instant, la scène du beignet avec Cael me revient en tête, et j’appréhende déjà une itération de celle-ci.

Mais ses doigts reviennent immédiatement au contact de ma peau. Après s’être posés sur mon menton, ils me forcent, d’une simple pression, à relever la tête, et à plonger mon regard dans le sien. Je les laisse faire, beaucoup trop tiraillé entre l’espoir d’une réponse positive et la crainte d’un refus catégorique, puis douloureusement, l’écoute.

… C’est non.

Elle n’a pas dit qu’elle écartait ma demande, ni même énoncé de clair rejet, mais doucement, via cette voix calme et faussement sereine, elle m’expose les raisons qui la pousse à continuer. « Il n’y a pas de bon choix » « Palladium se servent des Pokémon pour combattre » « Au moins les armes de la Team Rouage, c’est NOUS ». Autant de mots auxquels je peux difficilement donner tort, mais auxquels je refuse pourtant de me résoudre.

Ce n’est pas parce qu’il n’y a aucun bon choix, qu’il n’y en a pas des pires que d’autres.

Palladium se sert certes de Pokémon pour combattre, mais tout le monde ici le fait, que cela soit Erika, la Team Rouage, ou même A2P, qui se placent pourtant en protecteurs de ces derniers.  

Et surtout, je ne veux PAS que Erika devienne une arme.

Placée entre les mains de la Team Rouage, qui plus est ?

Non.

Non, non, non, et non.

Pas eux.

Pitié.

Malgré qu’elle ait cherché à s’assurer de ma compréhension, j’ai bien du mal à lui fournir une réponse. Je pourrai bien lui répondre que « Oui, tes intentions sont louables », ou alors « Fais ce qui te semble être juste »…

Mais je ne peux pas.

C’est impossible. Je suis tout bonnement incapable d’accepter ça. Étroitesse d’esprit ? Obstination mal placée ? Ou une forme de possessivité détournée ? Je n’en sais rien. Peut-être un peu de tout ça à la fois. Sûrement, en fait.

Mais ça ne change rien pour moi. A mes yeux, Erika commet là une grossière erreur, que ce soit vis-à-vis de moi, d’elle-même, ou de Lansat tout entier. En tant qu’ami – puis-je me considérer ainsi ? –  je me dois de tout faire pour l’empêcher de commettre l’irréparable, non ? La remettre sur le droit au chemin au plus vite, prévenir pour éviter d’avoir à guérir ? N’est-ce pas ainsi que je suis censé agir ? Quelque chose en moi en a l’intime conviction.

Dans ce cas, pourquoi suis-je également incapable de le lui dire ?

Je reste là, la bouche fermement close, à chercher vainement dans ses yeux une leur salvatrice. Je ne veux pas là laisser faire ça, mais je suis aussi incapable de la retenir. Tout comme je n’ai pas retenu Idalienor. Tout comme j’ai laissé partir Cael. Je ne sais pas comment le dire, le formuler, ni par où commencer. Jamais je n’ai voulu imposer ma volonté à quelqu’un ainsi, alors comment suis-je censé procéder ?

Je l’ignore. Et c’est sans doute pour cela que je ne dis rien. Ne fais rien. A part m’accrocher inutilement à sa main gauche, et observer continuellement son regard pour y trouver une quelconque forme de résignation.

Elle doit d’ailleurs voir dans le mien toute la désapprobation qui s’y trouve. Alors elle reprend, et le reste de ses propos me tord l’estomac.

Elle ne reculera pas.

Alors, c’est comme ça va finir ? Malgré qu’elle ne veuille pas en arriver là, je vais devoir m’opposer à Erika pour l’empêcher de causer plus de tort ? Ou alors, l’ignorer, et la laisser s’enfoncer dans son erreur ? Ces deux solutions, l’une comme l’autre, m’emplissent de terreur. Sans doute est-ce cela, qu’elle a dû ressentir au moment de se rallier à la Team Rouage, mais qu’elle me réaffirme ainsi sa position m’en dissuade rapidement.

La jeune femme est réellement persuadée que cette option est la meilleure pour arriver à ses fins.

Et je ne peux rien y faire.

Ses doigts se décollent de ma joue. Dans un même mouvement dépité, je baisse les yeux sur sa main gauche, et lentement, la démêle de ma droite. Nous ne pouvons plus être alliés.

Ces gestes n’ont plus lieu d’être.

Mais alors que je m’apprête à faire volte-face, lèvres mordues, Erika interpelle son Trousselin. J’observe leur échange un court instant, ne sachant pas au fond de moi si je le fais par inquiétude envers eux ou à des fins stratégiques, avant de légèrement écarquiller les yeux sous la surprise.

Elle accepte de rapatrier Hana, et même de mettre fin à l’opération entière. Bien qu’elle soit toujours dans le camp des Rouages, elle a accepté de faire ce geste pour moi. Et c’est sans doute ce simple geste qui me procure un sentiment de soulagement en inadéquation avec la situation actuelle. Nous sommes toujours au beau milieu d’une guerre civile, Lansat n’a toujours pas retrouvé sa quiétude et nous ne sommes toujours pas dans le même camp.

Mais il existe une lueur d’espoir.

Elle est là, elle est bien réelle. De la même façon que Cael et moi avons pu nous retrouver, la distance qui sépare Erika et moi n’est pas infranchissable. On peut encore faire le bien. Tous ensemble.

Et pour ça, il faut qu’on-

Je sursaute, et me retourne à l’entente d’une puissante détonation. Les battements de mon cœur reprennent un rythme effréné et une grande panique s’immisce en moi, dans ce qui semble être la fin de la passivité apparente de la Team Rouage.

Aaron Olsen est passé au niveau supérieur. Lui et sa bande ont placé des explosifs. Combien ? Où ? Comment ? Il n’y a hélas aucune précision consacrée à ces considérations ; seul le fait importe : nous sommes tous ses otages, tant que nous ne ferons rien pour lui obéir… Ou l’arrêter.

Et ce n’est pas tout. Au même moment, une alarme retentit du côté de Palladium. Et le grillage qui sépare la cour intérieure de l’avenue ne gâche en rien le triste spectacle qui s’offre à nous…

Les Pokémon Obscurs.

Ils sont de sortie.

Cette vague soudaine de catastrophe suffit à balayer en moi toute réjouissance.

Et comme si cela ne suffit pas, le revirement de situation paraît venir à bout du mental d’Erika.

L’expression horrifiée de l’adulte nous échappe difficilement, à ses Pokémon et moi. Alors qu’elle porte la main à sa bouche tétanisée, ses yeux gagnent en humidité et déversent progressivement un flot de larme, tandis que le reste de son corps est pris de tremblements. En voyant la scène, mon premier réflexe est de tendre la main pour à nouveau attraper la sienne, et chercher la rassurer…

Mais je la rate. Tombée à genoux, mais aussi dans un état de profonde stupeur, Erika m’arrache un bref battement de panique, que je me hâte d’ignorer pour lui venir en aide. Sans réellement réfléchir, je pose un genoux à terre, et viens délicatement attraper ses bras, comme pour la maintenir droite.

« -E-Erika ! Tu… ? »

Je réalise que cela fait un moment que je n’ai pas ouvert la bouche pour parler, et me retrouve bien en difficulté pour trouver quoi dire. « Tu vas bien ? », « Tu ne veux pas faire abstraction du danger immédiat pour me venir en aide ? », et « Tu aurais dû m’écouter. » sont autant de propositions qui me passent par la tête, et qui me semblent absurdes de part leur évidence et inutilité.

Pourtant, le simple contact de mes doigts suffisent à la faire revenir à elle. En pleurs, elle s’excuse, bafouillant sa surprise, son effarement, et surtout, son égarement. Je secoue fermement la tête de droite à gauche au moment de répondre.

« -Non, ne t’excuses pas, tu n’y es pour rien ! Tu n’es aucunement responsable de ce qu’il se passe. Je…   » j’ai un bref instant d’hésitation au moment de continuer, cherchant mes mots alors que la foule alentour est en proie à une grande panique « Je sais que ce n’est pas forcément évidemment, mais il faut d’abord que tu retrouves ton calme, Erika. Tes Pokémon… Et moi… Comptons sur toi. Donc pour le moment… Sèche tes larmes, d’accord ? Ça va passer. Tant que nous restons ensembles et solidaires… Ça va passer. J’y crois. Es-ce que tu... » oubliant presque que nous avons manqué de devenir ennemis quelques minutes plus tôt, je lui lance un regard attendri  «  Est-ce que tu veux bien m’aider ? »

Je reconnais que ces paroles ont un but plus réconfortants qu’autre chose. Fondamentalement, je n’ai en rien répondu à sa question. Qu’est-ce qu’on va faire ? Je n’en sais rien. Je n’en ai aucune idée. J’aurai aimé pouvoir dire à Erika de rallier Palladium avec moi, mais… Un regard en direction des Pokémon Obscurs qui se déchaînent plus loin contre les membres d’A2P m’en dissuade.

C’est trop tard. Ils ont franchi la frontière.

Nous n’avons plus de camp auquel nous raccrocher, ni de force de frappe à utiliser. En l’espace de quelques secondes, nous sommes passés de soldats au service d’une idéologie, à simples citoyens, impuissants dans la mêlée.

Mais je n’ai pas le temps de m’attarder sur ce triste constat. Quelque chose fonce sur nous, et mon premier réflexe est de légèrement décaler Erika sur le côté pour faire rempart avec mon dos, dans la crainte qu’une potentielle attaque puisse nous atteindre.

Heureusement, il s’agit en fait de Cael qui s’étale devant nous.

Rattrapé par…

« -… Lucki ? C’est toi mon vieux ?  »

On dirait, oui. Je me décrispe un peu et laisse plus d’espace à la jeune femme, sans toutefois la lâcher, et fixe les deux arrivants. Toujours à genoux, j’adresse un hochement de tête de salutation au Lucario, partagé entre la surprise et la joie de le revoir, avant de me concentrer sur son dresseur.

Je passe sur la première question de Cael, plus par incertitude de la réponse qu’autre chose, et acquiesce lentement en observant la direction pointée. Par la suite, je balaye les alentours du regard,  et remarque que de nombreuses personnes sont déjà aux prises avec Aaron. En tout cas, quelqu’un est parvenu à le déloger de son piédestal.

« -Aaron n’aurait pas pris le risque de poser des explosifs dans l’avenue. Il pourrait blesser des sbires, relâcher le Feros par accident, ou juste agiter les Pokémon Obscurs. Ce n’est pas son objectif. Il veut simplement nous maintenir dans la peur avec une menace lointaine.  »

Je retire mes mains des bras d’Erika pour me lever. Cela simplement le temps de me remettre debout, puisqu’une fois droit, je lui en tends une pour l’aider à faire de même.

« -S’il y a un endroit où nous ne risquons pas d’explosions, je présume que c’est ici.   Je doute sincèrement qu’il veuille juste blesser des civils gratuitement.  »

J’ignore moi-même si je dis cela par réelle conviction, ou simplement pour rassurer la geisha. En tout cas, je parviens moi-même à m’en persuader, et conclue ma réflexion par ce dont je suis le plus certain.

« -C’est un enfoiré de première, mais il n’est pas stupide. Peut-être que maintenant, il agit sur un coup de tête, mais avant d’arriver ici, il a mûrement réfléchi son plan. »

C’est étrange, une partie de moi a le sentiment désagréable de prendre la défense de la Team Rouage. Ce n’est aucunement le cas, pourtant, mais irrémédiablement, ma pensée me dit de plutôt me tourner vers…

« -Les Pokémon Obscurs. A mes yeux, ce sont eux qui représentent un danger immédiat pour les personnes alentours. Les policiers sont plus proches de la Team Rouage et plus à même à les neutraliser, et A2P se moque éperdument de protéger les civils. Ils veulent juste passer en force pour propager leur Feros.  »

Arceus, je déteste ton foutu sens de l’ironie. Me faire lutter bec et ongles pour un homme que j’exècre, et m’obliger à retourner ma veste à la dernière minute sans avoir eu le temps d’accomplir mon travail.

Grosso modo : tu as perdu ton temps.

Merde.

J’apporte mes doigts à ma bouche, et siffle une première fois pour appeler mes Pokémon, toujours occupés à se battre dans la mêlée. Le chaos ambiant empêche mon appel d’être clairement entendu, et je dois m’y prendre une deuxième fois pour parvenir à capter l’attention d’eux tous. Alors que j’aperçois leurs silhouettes se frayer un passage parmi la foule pour me rejoindre, je place cette fois-ci le sifflet accroché à mon cou entre mes lèvres, et souffle dedans.

Aucun son n’en sort.

Lucina, Zelf, Punch, Châtaigne et Thoron arrivent à ma hauteur. J’ai tout juste le temps de silencieusement passer leur état en revu, et noter que Zelf possède un vilain bleu sur une côté, et que Châtaigne boite d’un sabot.

« -Vous tenez le coup ? S’il faut vous rentrer dans vos Pokéballs, n’hésitez pas à me le…
-RAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

Un cri assourdissant déchire le ciel, m’interrompant, puis une énorme masse se pose derrière moi. Lucina veut aussitôt bondir pour l’intercepter, mais je tends vivement la paume de la main vers elle pour l’en empêcher.

« -Non ! C’est une amie. »

La Luxray s’arrête dans son élan, et à peine plus détendue, toise la Ptéra avec méfiance. Pour appuyer mes propos, je passe ma main sur le cou du Pokémon fossile.

« -Voici Sharon. » je fixe tour à tour Cael et Erika « Si l’un de vous ou de vos compagnons souhaite se mettre à l’abri, c’est le moment ou jamais. Elle pourra vous emmener loin de ce chaos, et vous protéger... » mes doigts se resserrent légèrement, et je détourne le regard  « En toute franchise, j’ignore sincèrement si nous pourrons avoir un véritable impact dans cette bataille. Et je pense que nous enfuir est la plus certaine des options. Mais… » mes poings se décrispent, et mon regard se réaffirme au moment de relever la tête  « Je veux essayer. Essayer, et réparer tout le tort que j’ai causé à ces Pokémon Obscurs. »

De mes yeux, je les interroge.

« -Qu'est-ce que vous en pensez ? »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Puis euh, ça a déraillé. »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Intrigue #12] Principe de causalité   

Revenir en haut Aller en bas
[Intrigue #12] Principe de causalité
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Village portuaire :: Centre Ville :: Lieu Mystère-