La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2330
Todresseur Ranger
Sujet: La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]   Dim 19 Aoû - 21:59
‘’Non, Liu, n’essaye pas de...Lucki, à l’aiiiiide !’’

Non mais je me demande ce qui lui passe par la tête à ce Nymphali ! Déjà qu’il ne peut pas s’empêcher de me ligoter façon saucisson pour un câlin au pire moment possible, voila qu’il s’est mis en tête d’utiliser ses rubans pour transporter mes bagages ! Y’a des trucs fragiles, là-dedans, je te signale !
Et pour ne rien arranger, mon Lucario semble avoir son opinion sur ma situation...Que l’on pourrait résumer par ‘’Pas mon problème.’’. Un début de vacances ‘’normal’’, c’est trop demandé, c’est ça ?
Essayant tant bien que mal de récupérer le sac le plus précieux (Celui qui contient ‘’juste’’ mon Capstick et tout le matériel pour le réparer si je le brise encore !), je galère quelque peu, du fait du caractère joueur du type Fée : ce petit fourbe s’amuse à hisser le sac juste hors de portée de mes bras, provoquant l’hilarité de Sol qui se tord de rire à mes cotés….Toi, tu vas finir en paillasson à l’entrée du chalet ! Au prix d’une série de bonds, je parviens finalement à me saisir de l’objet, avant de l’éloigner juste assez loin que que Liu ne le récupère pas. Après un trajet en fin de matinée, nous voici arrivée à Alola. J’commence à avoir faim, j’vous avoue, surtout que j’ai pris que deux petits-déjeuners ce matin. Bon, maintenant qu’on a fini le déchargement du bus, où est-ce que qu’on doit aller ?

‘’MES CHERS ELEVES !’’

La douce et mélodieuse voix d’Andreas semble venir répondre à ma question...Enfin, c’est ce qu’il aurait fait, si je n’avais pas explosé de rire comme bon nombre d’élèves, à l’apparition du référent Voltali : vêtu d’un short à fleurs scintillant, d’une chemise aux motifs de vagues en satin, d’un large chapeau en tissu blanchi et de lunettes de soleils hors de prix, le professeur de Communication vient de faire son apparition face à notre petit groupe. Apparemment, d’autres professeurs ont prix en charge les nouveaux arrivants de leur côté, mais il semblerait que nous ayons droit à notre propre discours d’accueil.
Accompagné d’un Smeagol vêtu d’un pagne en feuille de bananiers et armé d’un ukulele (qu’il tient comme une masse d’armes...On va reculer un peu), Andreas enchaine alors avec une pirouette, avant de sortir une longue liste de sa poche.

‘’Bien, bien, bien, vous voilà arrivé sur Cobaba. Malgré les...événements récents, ne vous inquiétez pas, nous avons tout prévu pour que vous puissiez passer des vacances inoubliables et emplies de fabulousité !’’

‘’Euh, monsieur ?’’

‘’Oui, qu’y-a-t-il ?’’

‘’Je suis pas sûr que ce mot existe.’’

‘’Foutaises !  Vous pourrez vous en assurer vous-même, et très bientôt croyez-moi ! Pour le moment, nous allons nous assurer que chacun d’entre vous trouve un toit confortable pour se loger. À l’appel de votre nom, rendez-vous au chalet associé et je vous attends tous ce soir, pour un grand rassemblement tropical ! Mon bon Smeagol...L’accompagnement musical pour la répartition !’’

Pinçant les notes de son instrument, le Crapustule se révèle étonnamment doué et tandis qu’il se lance dans un tempo monotone (mais tropicale, j‘imagine), l’appel des noms par Andreas s'exécute à un rythme effréné : un à un, les élèves se dirigent vers leurs maisonnettes, jusqu’à ce que finalement…

‘’Joy, Chalet Ludicolo ! Troisième rangée à partir de la place !’’

….Je vais pas faire de commentaire sur le nom, mais vu les maisons qu’on a dépassé, ça a l’air super cool !

*******************

‘’...Ah ouais. C’est...Euh...Lucki, t’en penses quoi ?’’

Si je devais interpréter l’aura qui émane du Lucario, je dirais que son premier ressenti se résumerait par ‘’C’est moche.’’. Sauf que ça ne décrirait pas toutes les subtilités visant à décrire à la combinaison de couleurs vert criard et jaune poussin qui recouvre chaque centimètre carré de la maison que nous allons occuper pour les vacances. La tête d’un énorme Ludicolo orne même la porte d’entrée et lorsque je la pousse, un peu dubitatif, c’est pour révéler un intérieur, ARCEUS MERCI, un peu plus normal : un petit salon paré de quatre chaises et d’une table déjà ornée d’une corbeille de fruits (Miam, ça, ça sera pour plus tard), un séjour avec une grande fenêtre qui ouvre sur une terrasse qui donne sur l’arrière de la maison avec la mer en fond. Y’a même quatre chambres de part et d’autres d’un couloir qui mène à la salle de bains et une...OH OUI !
Le temps de balancer mon sac et mes affaires pêle-mêle sur l’un des lits et je sais exactement comment rendre cet endroit encore plus parfait  !

‘’Lucki, tu me surveilles Sol ! J’veux personne dans mes pattes pour le moment, j’ai un truc important à faire !’’


Avec un couinement de protestation, le Zorua se retourne alors sur le seuil, pour découvrir une silhouette imposante qui semble le fixer derrière le bandeau blanc qui lui masque les yeux. Et sda tentative de fuite se solde par un couinement de protestation, lorsque le Lucario le chope par le col, pour le lancer vers le canapé à son tour. Et ouais, Sol, ça fait un an que t’étais libre, mais c’est bien fini !
Tandis que mes trois équipiers se dispersent dans la maisonnette, Liu se roulant en boule sur le canapé avec délectation, j’en profite pour investir la cuisine: les placards ont déjà été remplis en bonne partie et le temps que les autres élèves arrivent, je devrais pouvoir faire en sorte qu’on se fasse un gueuleton du tonnerre pour midi !
Alors, voyons un peu...Viande hachée, des baies Tamato, des herbes Aloliennes, du riz et y’a même de quoi préparer des roses des sables...OK, c’est parti !
On commence par récupérer un tablier (Ludicolo aussi), avant de disposer quatre assiettes sur le plan de travail: un couteau en main, on jette la viande hachée sur la planche et *tchactachactchac*, on sépare le tout en parts égales. Partie malaxage pour réunir le jus des baies et les herbes à l’intérieur, histoire que ça imprégne la viande et ensuite, la technique spéciale de Noé !  La viande mise à reposer dans une boite fermée pour quelques minutes, j’peux lancer la cuisson du riz.
Reste plus qu’à faire fondre ce chocolat et à préparer les brisures….Du rapide, du simple, de l’efficace.
Perdu dans mes préparations, j’aurais sûrement raté l’ouverture de la porte, sans l’avertissement de Lucki : en position de méditation sur le tapis du salon, le type Combat ne bronche même pas et se contente de m’envoyer une petite onde de faible intensité...Y’a quelqu’un derrière la porte, ça va faire de la compagnie pendant que la viande cuit !

_________________
La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo] 1529618029-cael
La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Matsuo Kyokai
Matsuo Kyokai
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 21
Jetons : 301
Points d'Expériences : 415
Todresseur Ranger
Sujet: Re: La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]   Sam 8 Sep - 20:21
La confrérie du LudicoloFt Cael, Alex, Iris

Date : Juillet 2018

A présent que j’avais finalement rejoint mes camarades de l’académie, je me sentais un peu perdu. Beaucoup d’élèves avaient une tête qui m’était totalement inconnu, et il ne m’en fallu pas beaucoup pour avoir la sensation de me retrouver deux ans en arrière lors de mon arrivée sur l’île de Touga.
Et la plupart de ceux que je considérais comme des amis étaient partis.
J'eus une pensée pour Ashley que je refoulais rapidement. Il était temps pour moi de tirer un trait sur le passé et prendre un nouveau départ.
Mon voyage à travers Kanto n'avait été au final qu'une course après des souvenirs trompeurs qui m'avaient laissé un goût amer dans la bouche. Je devais penser au futur et vivre dans le présent.
Pour me redonner contenance, je fis un tour du village pour visiter le coin. Après tout, je restais un élève entamant sa troisième année à l'académie, et la plupart des élèves présents étaient arrivés après moi, c'était un peu bizarre, car je ne me sentais pas comme un de leur aîné, comme l'avait été Lucas lors de mon arrivée.

Me balader ne fut finalement pas une mauvaise idée, car ce que je voyais été très intéressant. C’était la première fois que je venais sur Cobaba, et même si j’en avais entendu parler par certains de mes camarades de classe, le voir en vrai était autre chose.
Ça correspondait bien au terme île paradisiaque. L’eau turquoise, qui m’avait déjà forte impression lors du débarquement du ferry, le sable blanc et ses cocotiers, tout donnait la sensation d’être en vacances.
Ce qui n’était pas plus mal, vu les dernières péripéties de mes camarades, un peu de paradis ne pouvait pas leur faire de mal.

Je m’arrêtai pour m’acheter des friandises dans un petit magasin, et demandais au vendeur s’il avait des biscuits secs. Je ne donnais pratiquement plus de friandises pokemon à Pix et Tod, car le premier avait un palais et n’en voulait pas, et le second adorait faire comme son idole Pix.
Je me posai sur un banc non loin et demandai à Pix de monter sur le banc pour ne pas avoir à me baisser. Je donnais la becquée à Tod qui n’arrivait pas à tenir le biscuit tout seul et le taquinai en retirant le gâteau au dernier moment. Je refis le coup plusieurs fois et il finit par se vexer, et me lança une petite décharge électrique pour se venger, ce qui fit trembler mes bras pendant quelques minutes.
Je ronchonnais que je me faisais martyriser par mes pokemons, plus pour la forme ce qui fit lever les yeux au ciel mon starter. Une scène habituelle dans l’équipe Kyokai somme toute.

Quand nous eûmes fini de reprendre des forces, je me relevai, laissai Tod prendre place sur mon épaule et repris la route suivi de près par Pix. Je devais savoir où j’allais dormir, et j’avais envie de me débarrasser de mon sac à dos qui pesait pratiquement une tonne.

- En route mauvaise troupe. On est pas encore au bout de nos peines, et maman a vraiment abusé sur les affaires qu’elle a voulu que je prenne, soufflai-je à l’attention de mes deux pokemons.

Tod poussa un petit couinement pour me donner courage, ce qui me fis sourire. Cette petite boule de poil avait vraiment bon fond, même s’il pouvait être collant et agaçant. J’aperçus devant quelques jeunes, que je reconnus comme des élèves de l’académie, qui prenaient une direction bien précise.
Je suivi le mouvement, et arrivait finalement devant une tête bien connue, le professeur Andreas, accompagné d’un Smeagol vêtu d’un pagne en feuille de bananiers et armé d’un ukulele, qu’il manipulait comme si c’était une arme.
Un truc très étrange dont je me serais passé de l’image. Je préférais ne pas trop m’approcher de lui, mais il me fallait savoir où j’allais être logé.
Je remis Tod dans sa pokeball, pour qu’il n’est pas l’idée brillante de sauter sur le pokemon à l’allure de gringos mexicain, et demandai à Pix de se tenir tranquille, quoi qu’il se passe.

- Bonjour professeur, ravi de vous revoir, lui lançai-je avec politesse quand je fus assez prêt pour qu’il m’entende.

- M. Matsuo, quel plaisir de vous revoir parmis nous ! Nous commencions à nous inquiéter de ne pas vous voir malgré ce que l’on nous avait dit.

- Je suis aussi content d’être de retour, avouai-je avec un sourire. J’ai eu quelques petits soucis lors d’une correspondance et il m’a fallu attendre deux jours pour avoir la correspondance. Vous savez dans quel chalet je dois aller ?

Le prof jeta un œil à sa liste, cherchant mon nom dedans tout en marmonnant.

- Ah ! Vous voilà, vous êtes dans le chalet Ludicolo ! Troisième rangée à partir de la place !

- Merci professeur. Bonne journée.

Je le laissai pour prendre la direction indiquée, et fini par tomber dessus la pancarte indiquant que j’étais arrivé à destination.
Je ne fus pas déçu, mais j’eus du mal à me remettre de l’agression que représentait le mélange de couleur du chalet. Déjà que la tête de Ludicolo sur la porte était très moyenne. En regardant Pix, je pouvais confirmer à sa tête qu’il trouvait ça véritablement affreux.
Je fis signe à mon starter de me suivre et entrais dans le chalet pour voir à quoi ça ressemblait. Et je poussai un léger soupir de soulagement en voyant que l’intérieur n’était pas aussi pétant.
L’entrée donnée sur un séjour assez spacieux, et il y avait une bonne odeur dans l’air.

Reniflant, je devinais que quelqu’un avait fait à manger, et mon estomac cria famine en réponse aux douces odeurs que mon nez sentait.
J’entrai pour de bon, posant avec soulagement mon sac à côté de l’entrée, et me dirigeai vers la bonne odeur.
J’ouvris une porte pour me retrouver nez à nez avec un Lucario en train de méditer sur un tapis, en compagnie d’un zorua qui semblait faire la gueule, et celui que je supposai être leur dresseur.
Il ne semblait pas plus vieux que moi et avait les cheveux roses pale, ce que je trouvai assez classe.

- Salut, Andreas m’a envoyé ici. Je suis Kyokai, enchanté, lançai-je amicalement au gars en tendant la main.

Je ne me souvenais pas l’avoir déjà croisé, mais peut-être n’était-il pas encore à l’académie lors de ma première année. Ou alors nous n’avions pas les mêmes fréquentations. Je voulais tout de même faire bonne impression, alors je lui présentai aussi mon starter.

- Et voici Pix, mon partenaire.

Je m’approchai pour voir ce qu’il cuisinait et pris une grande inspiration pour bien m’imprégner du parfum de la tambouille.  

- Ça sent drôlement bon ! Je peux t’aider ?

J’attendis sa réponse, et Pix alla s’installer sous la table du salon, pour être tranquille. Je le laissai faire, c’était un véritable sauvage et il faudrait encore du temps à ce qu’il s’habitue à mes futurs colocataires et leurs pokemons.
Alex J. Lovell
Alex J. Lovell
Région d'origine : Kanto
Âge : 18 ans
Niveau : 29
Jetons : 245
Points d'Expériences : 571
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]   Mar 18 Sep - 16:25

Well the bridge is burning And the wheel keeps turning, Quicker than it did before. Are there any survivors? Am I here alone? Am I on my own?

survivors

Lansat, c'était fini.

C'était la pensée que la rousse laissait tourner en boucle dans sa tête, depuis le moment où elle avait pénétré dans sa chambre pour rassembler ses affaires. Elle était encore un peu désorientée, à ce moment-là. La confusion des derniers évènements embrumaient son esprit. Les conflits, les cris, les explosions. Et elle, perdue au milieu. Elle ne se souvenait plus de grand chose après la première détonation. Elle s'était retrouvée dans la Grotte Taupiqueur à nouveau, à revivre l'accident une fois de plus. Elle s'était laissée submerger par l'angoisse, incapable de rester focalisée sur l'instant, sur son environnement, sur autre chose que cette putain de terreur. Elle avait peu à peu repris ses esprits sur le chemin de l'académie. On avait dû la guider, elle avait dû suivre le mouvement en pilote automatique. Elle peinait à traiter les bribes d'informations qui lui revenaient ou tombaient dans ses oreilles. Après quelques instants elle comprit néanmoins l'essentiel. La Team Rouage avait fait main mise sur Lansat, et la population évacuait. Alors c'était bien la fin. Alex avait du mal à le concevoir. L'académie se sortait toujours de ses péripéties insensées. Les étudiants ne lâchaient jamais prise.

Mais l'île qu'elle s'était mise à aimer et à considérer comme sa deuxième maison était bel et bien tombée aux mains d'une organisation criminelle, et ils étaient bel et bien en train de fuir.

Le temps qu'elle accepte la situation, la fin lui apparut réellement quand elle se retrouva face à son placard, prête à le vider pour de bon. Ce n'était pas un départ en vacances comme elle en avait souvent préparé. Ce départ-là n'avait rien de temporaire. Elle commençait à comprendre qu'elle ne reviendrait plus. Qu'elle ne reverrait plus cette chambre, désormais trop vide mais si pleine de souvenirs, qu'elle ne reverrait plus le dortoir Givrali. Les étudiants avaient immédiatement été rassurés sur l'avenir de l'académie : la Pokémon Community avait déjà arrangé son camp d'été sur Cobaba, il suffisait de s'y rendre un peu plus tôt que prévu, et le nécessaire commencerait à être mis en place immédiatement pour relocaliser l'académie d'ici la rentrée. Les plus optimistes parlaient d'un nouveau départ ; mais pour Alex, ça restait avant tout la fin de quelque chose.

Elle traînait ses bagages derrière elle, en grognant. Trois ans, ça vous laisse le temps d'accumuler pas mal de trucs, et même après un tri un peu hâtif intimé par l'urgence de la situation, ses bagages faisaient bien le double de ce avec quoi elle était arrivée la première fois, trois années plus tôt. Elle cherchait la petite maison qui lui avait attribuée (« Ludicolo », elle ne risquait pas de se tromper ou de l'oublier...), mais elle s'était probablement déjà trompée trois fois de chemin. Tant dis qu'elle tentait de se repérer parmi les habitations, elle songea au fait qu'elle allait se retrouver en cohabitation avec jusqu'à quatre camarades. Elle avait fini par s'habituer à sa chambre solitaire. Elle s'épuisait au contact des autres. Elle n'avait d'ailleurs pas pipé mot de tout le trajet depuis Lansat, mais son attitude devait être suffisamment peu engageante pour que personne n'ose tenter de l'approcher. Elle se demanda avec un peu d'apréhension combien de temps le chalet tiendrait sans heurts...

Ah, mais elle pouvait laisser là ses doutes et ses angoisses, car elle allait être fixée. Devant elle se trouvait une habitation aux couleurs criardes, peu habituelles, mais qui semblaient familières à la jeune fille. Même si son abruti à elle possédait des teintes encore plus saturées, et des accents de rouge pompier en plus. Elle serra les dents en regardant son sac en bandoulière, dans lequel se trouvaient ses pokéballs. Il allait sérieusement falloir qu'elle envisage de régler ce problème... Mais chaque chose en son temps, songea-t-elle en prenant une profonde inspiration et en ouvrant la porte du logis.

Elle repéra aussitôt, avec surprise, l'odeur de la viande.

« Euh, hello... »

Elle lâcha ses bagages vers l'entrée, avec ceux qui s'y trouvaient déjà, et fit quelques pas dans la maison à la recherche des premiers arrivants — pour tomber nez à nez avec un Lucario en pleine méditation, qui lui inspira une exclamation assez surprise :

« Lucki ?! »

En vrai, elle n'en savait rien, ça faisait une éternité qu'elle ne l'avait pas vu, mais c'était le seul lucario qu'elle connaissait et ce genre d'attitude lui ressemblait bien. Elle entend des voix dans la pièce d'à-côté, qui doit être la cuisine, et passe la tête par le cadran de la porte pour confirmer ses soupçons.

« Ah ! Mais oui, c'est bien Cael ! » laisse-t-elle échapper en guise d'introduction, avant de se reprendre. Ça faisait une éternité qu'elle n'avait pas croisé Caël, et elle devait admettre qu'elle était bien contente de trouver là. Aussitôt, cependant, elle songea à son apparence — notamment, son oeil droit — et au fait que c'était la première fois qu'elle voyait Caël depuis l'accident. Encore une nouvelle confrontation... Il y avait aussi un autre garçon dont la tête lui disait vaguement quelque chose mais dont elle ne connaissait pas le nom. « Erm, pardon, salut. On vous a attribué ce chalet, vous aussi ? »

La question paraissait assez bête, mais bon, elle n'avait pas vraiment eu d'autre idée et puis ça ne pouvait pas faire de mal de confirmer. Elle fit un petit signe à Cael, puis à son deuxième interlocuteur, tentant tant bien que mal d'afficher un semblant de sourire.

« Je m'appelle Alex. Coach Givrali. » précisa-t-elle à l'intention de l'inconnu.

Une ombre sembla assombrir son regard. Sa présentation était venue toute seule, par habitude, mais c'est en les prononçant pour la première fois depuis un moment qu'elle réalisa à quel point tout lui faisait désormais mal dans cette simple déclaration. Se présenter comme une coach l'emplissait de culpabilité, et la mention de son dortoir lui faisait se demander s'il serait toujours d'actualité dans leur nouvelle école.
1er juillet 2018

_________________
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2330
Todresseur Ranger
Sujet: Re: La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]   Dim 14 Oct - 21:22
Tandis que je lutte pour maitriser un saladier récalcitrant, le bruit typique d’une porte qu’on ouvre vient perturber ma préparation : soit Sol a décidé de faire un tour, soit il y a un invité surprise pour le casse-croûte de ce midi. Attention, roulement de tambour, notre inconnu est donc...un inconnu. Enfin, sa tête me dit quelque chose, surtout sa tignasse, mais pour le coup, je ne le remets pas vraiment. C’est pas un Phyllali, ça c’est sûr, et si c’est un Voltali, je ne l’ai jamais croisé en allant voir Ginji.
Après, il a l’air plutôt gentil, vu comme il sourit en se rapprochant du plan de travail.

‘’Salut, Andreas m’a envoyé ici. Je suis Kyokai, enchanté’’

‘’Ah euh...Salut. Moi c’est Cael. Pose tes affaires..ou tu peux, j’ai pas vraiment fait de rangement.’’

Désolé pour la poignée de main un peu farineuse, je peux pas poser le saladier ! Dans l’intervalle, je tente d’atteindre mon Lucario d’une légère impulsion, mais la réaction de Lucki se limitera à un simple haussement d’épaules. Manifestement, le nouveau venu n’a pas l’air déluré, ni particulièrement violent, sinon le type Combat se serait fait un plaisir de soupirer ou de le provoquer en combat singulier (au choix). En attendant, il va pouvoir me filer un coup de main !

‘’J’vais pas refuser, histoire que ça soit prêt à temps. Si t’as envie de me donner un coup de main, t’as la liste des ingrédients là. Faut juste que tu mélanges tout dans un bol pour faire la sauce pour le riz. Par contre, hésites pas à remplacer le ketchup par des Baies Tamato, c’est carrément meilleur. Evites juste de te mettre du jus dans les yeux quand tu auras fini, ça pique un peu beaucoup !’’

Plutôt sympa, il a l’air serviable en plus. Bon, où j’en étais dans mon mélange, moi...Ah oui. Toujours plus vite, les ingrédients pour les boulettes de viandes s’écrasent en une pate moelleuse dans mon saladier. Bientôt, j’aurais juste à les façonner et..

*Cling*

Désolé, ça m’a échappé : Lucki se relève subitement, avant d’envoyer un transfert si puissant, que j’en lâche la cuillère que je tiens. Cette dernière s’étale avec un claquement métallique sur le plancher, mais je n’ai même pas conscience du bruit. Qu’est-ce que t’essayes de me dire ? Fin, t’as l’air bizarre, on dirait que tu grimaces presque et en même temps, y’a un petit peu de...joie. Fin, non, c’plutôt qu’il est content de quelque chose, mais quoi ?

‘’...RUAAAAAAAAAAA !’’

QUOI ENCORE ?! Voilà maintenant que Sol se redresse, hume l’air avant de déguerpir par la porte-fenêtre sans demander son reste. Est-ce que ce serait trop demandé d’avoir une explication simple, à ce qui se passe dans ce chalet ?!

’’Euh...Hello’’

Cette voix...Attends deux secondes, je pose le saladier, histoire de pas le renverser si je dois me pincer. En penchant la tête pour apercevoir le hall, peut-être que je confirmerais que je me suis planté, ça peut pas être…

‘’Alex ?’’

Enfin, une bonne partie d’Alex, si on oublie le bandeau qu’elle a sur l’oeil (ils ont décidés de lancer une mode avec Lucki ?) ! Mais c’est bien elle, pas de doutes, toujours aussi...euh...Givralesque, je dirais.

‘’Erm, pardon, salut. On vous a attribué ce chalet, vous aussi ?’’

‘’Non, je suis juste là pour faire ta cuisine...Evidemment, quelle question ! Ça fait plaisir de te revoir. ‘’

Elle a l’air de pas aller trop mal. Enfin physiquement (L’oeil en moins). parce que mentalement, même sans Lucki, y’a quelque chose de pas net. C’est juste...Sombre. Complètement sombre. La dernière personne que j’ai senti comme ça, c’était Ginji dans une cuisine de Lansat, la veille d’une guerre globale sur l’île, autant vous dire que la discussion ne s’était pas très bien terminée. Et vu qu’à chaque fois que j’ai posé la question à quelqu’un dans un état similaire, on a failli en venir aux mains, je pense que les questions attendront un peu (deux ou trois siècles, c’est suffisant ?). Et puis de toute façon, on va dire que des amis borgnes, j'en ai un au quotidien avec moi, alors c'pas vraiment une nouveauté.

‘’Bah, alors, reste pas là. Pose tes affaires et viens nous aider, si tu veux. Ce soir, c’est boulettes de viande, riz et roses des sables, si le menu convient à madame !’’

*****************

‘’Aaaaah, ça fait du bien’’

je pensais que faire des portions pour 8 était un peu exagéré mais vu l’état de la casserole, j’aurais peut-être dû viser la douzaine. Au moins, tout le monde a l’estomac rempli, c’est la première étape pour vraiment être en vacances. Lucki a quitté son poste pour profiter de quelques boulettes, sans pour autant perdre la sensation bizarre qu’il relaie à chaque passage près d’Alex. Et la silhouette de Sol, dissimulé maladroitement derrière un voile illusoire a bien tenté une approche deux ou trois fois autour de la table, mais du fait de sa position centrale, une certaine Givrali se trouvait toujours sur sa route.
En attendant que les deux autres se servent leurs roses des sables (double chocolat et avec des éclats de noisettes, s’il vous plait), j’en profite pour essayer de rompre un peu le silence qui plane sur le repas.

‘’Bon...maintenant qu’on est là, vous avez un programme pour cette semaine sur Cobaba ?’’

Si jamais y’en a un qui répond ‘’camping’’, je suis volontaire, je préviens !

_________________
La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo] 1529618029-cael
La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo] Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Matsuo Kyokai
Matsuo Kyokai
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 21
Jetons : 301
Points d'Expériences : 415
Todresseur Ranger
Sujet: Re: La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]   Jeu 22 Nov - 16:09

La confrérie du Ludicolo
CAEL, ALEX, IRIS

Date : Juillet 2018

- Ah euh...Salut. Moi c’est Cael. Pose tes affaires..ou tu peux, j’ai pas vraiment fait de rangement.

sa main est un peu farineuse, mais je ne m’en offusque pas. Sa poigne est franche et ferme, la poigne d’un homme aurait dit mon géniteur – qui ne mérite pas que je l’appelle autrement à présent –.
Il accepte mon aide et après avoir posé mes affaires dans un coin du salon, je me mets au travail, écoutant ses directives avec attention. Je ne suis pas un grand chef, mais ma mère m’a inculqué quelques bases et s’est toujours efforcée de me faire cuisiner.

Je garde un œil sur Pix, mais il est calme et semble avoir trouvé un coin où faire la sieste, assez loin du lucario de Cael.
Tout se passe même relativement bien, et je me félicite de ne pas avoir sorti Tod et Nuts.
Parce que le premier aurait forcément été embêter le pokemon de Cael, et que la seconde, Nuts, n’avait pas encore l’habitude de côtoyer des humains autre que ma famille, était toujours un peu tendue en présence d'inconnus.
Soudainement le pokemon de Cael se met à rugir et disparait par la porte-fenêtre qui doit donner sur le jardin.
Je le regarde faire, étonné, tout comme Pix et Cael, quand une voix féminine se fait entendre :

- Euh...Hello…

Je ne la reconnais pas, mais à la tête que fait mon nouveau colocataire, lui a deviné qui était notre visiteuse.

- Alex ?

Bingo.

- Erm, pardon, salut. On vous a attribué ce chalet, vous aussi ?

- Non, je suis juste là pour faire ta cuisine...Évidemment, quelle question ! Ça fait plaisir de te revoir.

Je profite de leur court échange pour détailler un peu plus celle qui sera donc aussi une colocataire. Elle est plutôt jolie, même si son bandeau cachant son œil rend son visage plus dur. Je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi elle porte ce bandeau, mais je n’ose pas. Je ne peux pas lui poser la question alors que je ne la connais pas.

- Bah, alors, reste pas là. Pose tes affaires et viens nous aider, si tu veux. Ce soir, c’est boulettes de viande, riz et roses des sables, si le menu convient à madame !

Elle s'approche et se tourne vers moi et se présente :

- Je m'appelle Alex. Coach Givrali.

Je lui souris et répond :

- Enchanté, moi c’est Kyokai, Ranger Noctali. Enfin, je ne sais pas si je peux continuer à dire ça, vu que les dortoirs…

Je ne continue pas ma phrase, sachant que tout le monde a compris l’allusion. Nous ne savons pas ce qu'il se passera à la rentrée, mais ne pas savoir rend toute discussion à ce sujet un peu trop sensible pour le premier soir de notre colocation.
On termine les préparations dans un silence plus ou moins gêné, et on finit par se mettre à table.


*****************


Je termine ma dernière boulette avec ravissement. C’était trop bon, Cael est plutôt doué en cuisine et il ne reste rien de ce qu’il a préparé.
Pix a eu droit à sa part, et j’ai mis de côté celles pour Tod et Nuts. Je ne les ai pas laissé sortir, car je sens une étrange tension dans la pièce, et que je ne veux pas encore causer de catastrophe.

- Aaaaah, ça fait du bien.

J’approuve d’un signe de tête et ajoute :

- C’était vraiment bon, tu es super doué en cuisine Cael.

A ces mots, Pix pousse un petit glapissement de plaisir, confirmant mes dires. Je lui caresse gentiment la tête et je repense à mes autres partenaires qui doivent s’ennuyer dans leur pokeball. J’hésite mais je laisse finalement Nutstella sortir pour qu’elle puisse prendre l’air. Tod est trop aléatoire pour être sorti dès maintenant. Je préfère attendre d'être dans ma chambre.
Nuts s'étire délicatement et vint se frotter à ma jambe.
J’attrape une rose des sables, et la tends une à ma moustibouée avec le reste de son repas. Pix n’aimant pas le chocolat, je retourne près de mon sac à dos et en sors son paquet de biscuits pour lui en tendre deux ou trois.

- Bon...maintenant qu’on est là, vous avez un programme pour cette semaine sur Cobaba ?

Je me tourne vers Cael, et réfléchis à sa question. Je n’ai pas de plan, je n’y avais même pas réfléchi, dans ma hâte à rejoindre l’île et oublier mes problèmes.
Pix prend la direction du salon, ses biscuits dans la gueule, certainement pour se trouver un petit coin tranquille pour les manger et faire sa sieste de digestion.

- Je n’ai pas trop de programme pour le moment. Je compte aller faire le tour de l’île pour voir les différents endroits où l’on peut croiser des pokemons. Je pourrai étoffer mon carnet de croquis avec les plus beaux spécimens que je croiserais. Pour le reste, goûter aux spécialités locales, visiter les lieux intéressants du coin et peut être quelques entraînements. Mais je suis ouvert à toute proposition.

Au mot entraînement, Nuts a relevé la tête de son repas et me regarde avec de grands yeux brillants. Elle semble trouver l’idée passionnante et avoir hâte d’essayer. Son entrain fait plaisir à voir et me fait sourire. Je n'ai pas encore eu l'occasion de faire une séance avec elle. Tod est enfin obéissant lors des combats, et j'ai passé mon été à travailler avec lui, délaissant un peu les entrainements de Pix. Vu que Nuts est d'un naturel docile et que je n'ai pas eu à me battre avec elle pour qu'elle m'obéisse, comme j'ai du le faire pour Tod et Pix.

Je me tourne vers Alex et lui demande :

- Et toi, tu as déjà une idée de ce que tu veux faire ?
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]   
La confrérie du Ludicolo [PV Alex, Iris et Matsuo]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :