>

Partagez | .
Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]
avatar
Coordinateur Novice

Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 119
Points d'Expériences : 480

Sujet: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Mar 21 Aoû - 18:36

‘’Pardon...Excusez-moi...Euh, s’il vous plait ?’’

Peut-être qu’en parlant un peu plus fort, tu y arriveras, ma belle. Mais encombrée comme elle l’était, Calua parvenait tout juste à s’orienter dans la direction des membres du personnels de l’hôpital qui passaient à sa hauteur, alors réussir à hausser le ton…
Elle avait eu du mal à sortir sereinement, après ce qui s’était passé sur Lansat. Cobaba était une île magnifique, à mille lieux des cris et des explosions de la semaine passée...Mais il lui arrivait encore de se réveiller en pleine nuit, complètement paniquée. Et si son Poussifeu en peluche subissait la majeure partie de ses angoisses, Ahito avait bien manqué finir aplati contre elle dans une étreinte visant à la rassurer, la veille. Aussi, cette visite avait-elle des allures de tentatives d’exorciser ce qui la tourmentait et de vraiment reléguer au rang de souvenirs passés, ce qui s’était  passé sur Lansat. Et puis reconnaissez-lui au moins ça : elle a réussi à trouver le chemin jusqu’au centre hospitalier de Cobaba, sans se perdre ni demander son chemin. Le fait que son Canarticho ai pris son envol dès le départ pour lui servir de balise volante n’ayant sûrement rien à voir avec tout ceci, revenons à la situation initiale. En un mot comme en cent, elle ne savait pas du tout où aller.

‘’Non mais, ils le font tous exprès ? Hak, tu as trouvé un plan ?’’

Émergeant d’une montagne de fascicules, flyers et autres papiers glanés ici et là depuis la table où il les avait entassé, c’est d’une aile triomphante que le type Vol  déroula un mince rouleau : l'entrelacement de lignes et de détours trahissait la taille du bâtiment, mais au prix de quelques effort, la Pyroli parvint à faire dépasser sa tête de la lourde caisse qu’elle portait. Après avoir houspillé Amaya pour qu’il reste au chalet qu’elle partageait avec Bellamy, la jeune fille ne comptait pas s’en séparer un seul instant ! D’autant plus qu’une certaine type Feu lorgnait avec un peu trop d’insistance sur le côté de son précieux chargement, comme si elle espérait pouvoir en subtiliser le contenu avant livraison. Calua avait déjà dû la reprendre par deux fois, pour éviter que la chaleur dégagée par sa Ouisticram ne provoque un réchauffement global des canettes qu’elle transportait : si elle voulait que son cadeau pour le malade reste buvable, il devait être aussi frais qu’à la sortie d’une chambre froide ! Et des canettes spéciales Coordinateur comme celles-ci, ça ne se trouvait pas en claquant des doigts !
Raison de plus pour qu’elle trouve son chemin le plus rapidement possible !

‘’Alors, si je lis bien...C’est par là !’’

La détermination de la jeune fille était évidente, mais pour ce qui était de son attitude...Un observateur lambda n’y aurait rien trouvé à redire mais quiconque la connaissant pouvait parfaitement voir que si Calua souriait, le coeur n’y était pas complétement. Un léger tremblement de la lèvre inférieure, ou un regard qui se voile par instants, autant de signe qu'elle tentait de masquer depuis son arrivée sur Cobaba. Mais elle se devait de faire bonne figure devant Sirius, après ce qu’il avait subi, on n’arrive pas devant un malade avec la mine renfrognée et boudeuse ! Et puis, le fait de savoir qu’elle allait le revoir  suffisait pour qu’elle se sente plus légère, déjà !
La porte de la chambre du Coordinateur ne payait pas de mine, mais la petite Pyroli dpu se résigner à demander l’aide de son Canarticho pour taper à la porte. D’un geste digne (et d’un poireau bien maintenu), le ninja en devenir frappa donc le battant à trois reprises.
Un temps sans réponse...puis un autre...Bon, il dormait ou quoi ?

‘’Starius ? T’es réveillé ? C’est Calua, je peux entrer ?’’

Elle n’avait pas prévu qu’il puisse avoir des examens ou qu’il soit sotri prendre l’air. Elle aurait l’air bien stupide si c’était le cas, tiens...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
avatar
Coordinateur Mode

Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 39
Jetons : 773
Points d'Expériences : 1368

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Lun 3 Sep - 14:12



Quand nous brillerons de nouveau
Les haches de guerre, les revers à deux mains C'est délétère, je l'enterre, elle revient

Le verdict avait sonné quelques jours plus tôt. Les mesures avaient été prises rapidement et sa liste de rendez-vous s’était encore allongée. On pourrait croire qu’être à l’hôpital en réhabilitation était ennuyeux, sans grand-chose à faire, mais Sirius, oh, Sirius, il avait tellement de choses à faire qu’il n’arrivait pas à s’ennuyer.

C’était probablement leur objectif.

Les journées se déroulaient toujours de la même manière. Il se levait de ce faux sommeil vers 8 heures et mangeait son petit déjeuner dans la foulée. Puis, il avait une petite heure, où il lisait un livre que son infirmière lui apportait. Il continuait par un rendez-vous chez le dermatologue pour vérifier l’avancée de ses brûlures puis il allait voir le kiné qui l’aidait à appréhender les mouvements encore douloureux. Il retournait ensuite dans sa chambre pour le repas de midi et le début de l’après-midi rimait désormais avec rendez-vous chez le psychiatre.

Pour sa dépression et ses tendances à se blesser.

Il faut dire qu’avec son arrivée en catastrophe et la situation sur Lansat, il avait été difficile pour l’hôpital de créer un dossier complet. Malheureusement, ou heureusement ?, pour lui, l’infirmière Needle a une mémoire épatante et elle avait put faire état de tous les petits accidents du garçon. Le verdict était tombé, clair et net.

Et ça mortifiait Sirius. Il était fort. Fier. Il n’a pas besoin de leur aide. Il veut juste Ilea. Elle est la seule qui peut l’aider. Pas un étranger bizarre avec ces milliers d’années d’étude et ses cachets assommants. Pas des gens qui font semblant de se faire du soucis pour lui. Il a besoin d’affection sincère. Il a envie de sortir, respirer un peu d’air frais, dessiner, faire quelque chose.

Il a besoin d’Ilea et de ses pokemons.

Mais il ne peut pas les avoir, les voir. Il ne sait même pas comment Soleil va. Tout ça parce qu’il n’est pas suffisamment stable mentalement. C’est des conneries, des conneries. Tout ce qu’il sait, c’est ce que les docteurs veulent bien dire à Ilea et lui il est là, encore une fois, totalement impuissant.

La sensation est horrible et elle l’énerve, lentement, lentement.

Aujourd’hui ne déroge pas à la règle. Il va à chacun de ses rendez-vous, le visage grave. Il laisse la rage en lui monter, monter, monter. Il s’en sert comme d’un carburant. Il pose des questions, cherche son équipe. Sa famille.

Comme chaque jour, le psychiatre secoue la tête.

Comme chaque jour, Sirius sort de la séance plus frustré, plus en colère.

Toujours pas de pokemon.

Il faut croire qu’au final, le psy est pas si mauvais que ça. Si l’objectif c’est qu’il recommence à ressentir des choses, c’est réussit. Le vide pesant dans lequel il baignait depuis son arrivée se remplit d’une colère sombre contre le monde.

Il veut son équipe.

Le chemin entre le cabinet du psy et sa chambre est court mais comme dans chacun de ces déplacements depuis l’accident, il est accompagnée par une infirmière. Arrivé dans son couloir, une petite tête brune lui arrache un sourire.

Elle se tient timidement face à la porte de sa chambre et semble attendre une réponse. Il lance un regard noir à l’infirmière. Ils auraient pu la prévenir qu’il était en rendez-vous. Ils auraient dû la faire partir, revenir une autre fois et il aurait pu continuer à l’éviter.

Sirius déglutit. Il ne veux pas que la petite fée le voit dans cet état, il ne veut pas avoir l’air d’une banale roche devant elle. Il doit être la plus somptueuse des pierres précieuses. Et il ne peux pas. Il ne peux pas alors que la chemise de l’hôpital dévoile le haut des cicatrices, il ne peut pas alors que ses cheveux ont disparus. Il ne peut juste pas.

C’est l’infirmière qui interpelle Calua d’une voix douce et qui entraîne les deux ado dans la petite chambre. C’est l’infirmière qui lui fait signe de s’installer sur une des chaises proches du lit du garçon.

Sirius ne dit rien alors que l’infirmière repart. Il n’ose même pas poser son regard sur sa Calulu. Il ne veut pas voir la pitié, la défaite, la honte dans ses jolies prunelles. Elle ne mérite pas de le voir comme ça. Il n’a pas le droit de lui imposer cette vision.

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
avatar
Coordinateur Novice

Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 119
Points d'Expériences : 480

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Lun 10 Sep - 20:45

‘’Star..Sirius ? T’es là ?’’

Elle commençait à douter...et à s'inquiéter.  Peut-être qu’elle s’était trompé de chambre. Ou qu’il était sorti pour une examen. Ou qu’il dormait. Ou qu’il...ne voulait pas la voir. Qu’il préférait qu’elle le laisse seul.
Pendant un instant, Calua se sentit bien bête avec sa caisse entre les bras : elle débarquait, comme ça, à l’improviste et sans s’annoncer. Sirius était *En vrai, je saurais pas trop quoi mettre comme adjectif, là...j’veux dire, soyons sérieux, si Calua devait le décrire, elle dirait simplement qu’il est ‘’Starius’’, parce qu’une telle combinaison de facteurs improbables, de nouillesquerie et de fabulousitude, c’est quand même difficile à concevoir pour des mots humains. Sauf que va bien falloir que j’y arrive sinon ce RP n’avancera jamais, donc, on va tout simplement dire que Sirius est Sirius et reprendre, si vous le voulez bien, merci * mais après ce qui s’était passé, il n’était peut-être tout simplement pas en état de…

‘’Et bien ma grande, tu attends quelqu’un ?’’

La voix est polie et assez douce mais la Pyroli manque de peu de verser tout le contenu de son chargement sur le sol, après un sursaut presque suffisant pour l’envoyer jusqu’au plafond. pivotant avec la raideur d’un soldat au garde-à-vous, elle découvre alors une infirmière à l’air interrogateur, accompagnée de...Oh mon dieu.

‘’...Bon...Bonjour.’’

Les mots sont un peu brisés, tandis que la petite sphère de pression qu’elle tentait de contenir, s’agrandit brusquement pour venir se coincer dans sa gorge. Ça ne peut pas être Starius...Enfin, si, impossible de le confondre avec un autre, mais il est si différent de d’habitude. Il lui est arrivé de s’affubler de tenues aux goûts assez discutables du point de vue de la jeune fille  (et on parle de Calua, alors je vous laisse imaginer) mais ça, c’est au-delà de tout ce qu’elle a déjà vu. En temps normal, elle aurait déjà éclaté de rire devant sa coupe mais il y a quelque chose dans son regard, non dans son attitude toute entière, qui l’empêche de connaître un impair.
Comme un automate, la petite magicienne pénètre à la suite du duo dans la chambre, simple et proprette, juste avant que l’infirmière ne les laisse en tête-à-tête, après que Starius se soit assis sur l’une des chaises disponibles. Les bras toujours chargés, Calua ne suit que d’un oeil distrait l’entrée de Hak et de sa Ouisticram : le type Normal se contente d’un regard à la chambre, avant de reporter son attention sur le jeune homme assis. De son côté, Ash ne se prive pas pour tenter une cabriole, rapidement arrêtée du plat de la main par sa Dresseuse...Ce n’est pas le moment.
Starius n’a toujours pas pris la parole et...elle ne sait pas quoi dire. Il a toujours eu un mot gentil, même taquin pour entamer leurs conversations. Une bêtise qui la faisait rougir jusqu’aux oreilles ou qui la forçait à réagir en protestant de toute sa hauteur pour remettre ce grand dadais à sa place. Ou même une remarque quand c’est elle qui l’apostrophait et qui ne manquait jamais de rendre la Pyroli muette d'indignation ou hilare.
Mais aujourd’hui, rien. Et le silence s’installa. Comme une chape de plomb, il planait sur la chambre, uniquement interrompu par les sautillements d’Ash, qui tentait de comprendre ce qui se passait.

‘’Starius…’’

Elle s’était lancée. Alors pourquoi est-ce qu’elle n’y arrivait pas ? pourquoi est-ce que qu’à l’instant où elle avait posé son regard sur lui, pour le fixer dans les yeux, ses mots s’étaient interrompus ? Elle ne voulait pas l'admettre, et pourtant la réponse était si simple : parce qu’elle avait mal pour lui. Parce qu’elle se sentait stupidement infantile de venir le voir avec ce genre de cadeaux, alors qu’il avait l’air aussi mal. Ce n’était même pas de la pitié, ni du dédain, et ça aurait pu presque passer pour de la compassion. Mais non, elle était juste complètement déboussolée par l’état actuel de son ami.
Et ces mots qui ne sortaient pas ! Elle voulait lui parler, lui dire tout ce qui lui passerait par la tête, n’importe quoi pour l’aider...Mais non, quoi qu’elle tente, elle était comme paralysé. Comme cette fois-là, au milieu de la foule : Starius était venu à son secours, alors pourquoi est-ce qu’elle ne pouvait pas faire de même, hein ? Elle allait devoir le laisser comme ça, lui dire quelques paroles encourageantes sans âme et repartir ?

Non.

Elle s’appelait Calua R. Kana. Ce Starius, demi-dieu du fab et des paillettes (et idole des Caluas), allait monter sur son bateau (C’est une métaphore Alolienne, suivez un peu !), traverser l’océan de ses problèmes avec elle et retrouver son coeur ! Et si jamais il devait se perdre en chemin pour ça...Elle l’avait fait, alors  il pouvait y arriver ! Et la première étape était aussi simple qu’évidente. Elle allait lui dire qu’elle ne changerait pas envers lui et qu’elle était là s’il avait besoin d’aide pour le traverser !
Serrant les poings, la Pyroli pivota brusquement pour ouvrir la caisse qu’elle avait apportée pour en sortir une canette. Puis, avec une certaine brusquerie, la bouille concentrée à l’extrême et son sourire habituel et légèrement forcé, sa main s’arrêta à quelques centimètres du visage du Noctali...ou plutôt, aurait dû s’y arrêter.

*Sbim*

‘’...’’

Le rouge qui venait d’envahir le visage de Calua fut aussi rapide à s’installer que la main de la Pyroli à reculer légérement : prise dans son élan, elle venait tout bonnement d’appuyer le cercle rond de la canette sur le front du Noctali, laissant un léger cercle se dessiner sous l’impact, qui commencait déjà à s’estomper. Deux petites secondes pour réaliser son acte et..

‘’Pardon, pardon, pardooooooon. Désolé Starius, je voulais pas, c’était un accident, je...Je t’ai pas fait mal ? ‘’

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
avatar
Coordinateur Mode

Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 39
Jetons : 773
Points d'Expériences : 1368

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Lun 8 Oct - 9:53



Quand nous brillerons de nouveau
Les haches de guerre, les revers à deux mains C'est délétère, je l'enterre, elle revient

C’est bizarre. Ce silence entre eux est si étrange, si inhabituel, si loin de tout ce qui fait qu’ils sont eux. C’est bizarre. Bizarre de se sentir si mal à l’aise avec elle alors qu’elle est une des personnes les plus proches de lui. C’est étrange de ne pas savoir quoi dire, de ne pas vouloir dire quoique ce soit.

Peut-être que s’ils continuent à ne pas bouger l’étrange sensation disparaîtra ? Peut-être, avec un peu de chance, Calua se lèvera, sortira et ne reviendra que quand Sirius sera de nouveau Sirius. Pas cette carcasse désabusé, cette carcasse qui n’a plus vraiment d’espoir. Cette carcasse qui ne mérite vraiment pas le rayon de soleil qu’est Calua.

Elle est posée là dans un coin et elle dit rien. Sirius aussi est posé là et il ne dit rien. Il n’y a qu’Ash qui tente tant bien que mal d’amener l’attention sur lui, de briser le terrible silence, le terrible malaise. Ça ne marche pas vraiment et ils continuent de se regarder dans le blanc des yeux. Ils continuent de juste être là. De rien dire.

Et Sirius réalise qu’elle voit enfin à quel point il va mal. À quel point le Sirius qu’elle connaît n’est plus exactement le même. Qu’il a changé. Son accident ne l’a pas laissé indemne, ni physiquement, ni moralement. Et comme souvent, les blessures physiques guérissent bien plus vite que les mentales.

Il voudrait Sirius, du plus profond de son cœur, être capable de lui parler comme avant. La taquiner sur sa timidité, faire une blague sur sa condition, lui dire qu’il va bien. Mais il n’en a pas envie, il n’a pas le courage et il est juste … Fatigué. Fatigué de se battre tout le temps, fatigué de toujours porter le masque de l’homme heureux et épanoui.

Sirius est humain. Sirius a des failles, Sirius n’est pas parfait. Et Sirius se déteste pour ces raisons là.

Sirius voudrait balayer les soucis d’un geste de la main. Sirius voudrait simplement que tout aille bien, qu’il puisse faire tournoyer Calua dans ses bras, ébouriffer ses mèches rebelles, la faire gonfler les joues, agacée par ses taquineries. Mais il n’y arrive pas. Il n’a pas la force de mettre un sourire sur son visage, il n’a pas le courage d’être heureux. Il n’a pas envie d’être fort.

Il veut juste … que ça s’arrête.

Que la douleur dans son cœur s’arrête, que les doutes et les blessures disparaissent. Juste, il veut aller mieux.

Calua brise le silence. Son surnom reste en attente d’une suite que la brunette ne semble pas arriver à dire. Il flotte dans la pièce et Sirius réalise que ce Starius n’est plus vraiment là. Et Calua l’a probablement compris aussi. Il s’est endormi, il est partit et Sirius dépose sur ses lèvres un sourire triste.

Sa petite sœur n’arrive plus à lui parler.

Dans quel état est-il pour en arriver là. Il baisse les yeux sur la robe d’hôpital qu’il porte. La même chose que depuis le début du mois. Cet endroit lui prendra tout. Ces pokemons, ses vêtements, ces cheveux, son essence. Il n’est qu’une coquille vide.

Une pauvre coquille vide.

Sirius manque le brusque mouvement de Calua. Ou plutôt, il n’y fait pas attention. C’est évident. Elle part. Il n’est pas à la hauteur, il n’est pas Starius. Il ne la mérite pas et elle part. Elle le laisse seul. Elle ne l’aime plus comme avant.

C’est plus pareil.

Il ferme les yeux, ça fait mal. Mal au cœur d’être abandonné, mal au cœur de décevoir ces amis, sa petite sœur. Sirius le bon à rien, le mauvais en tout. Excellent pour rater les choses.

Sirius déglutit. Il les sent arriver mais avant de céder, avant que les larmes ne ruissellent sur les joues du garçon, il veut que Calua parte. Qu’il ne détruise pas totalement l’image qu’elle a de lui. Il attend d’entendre la porte se fermer.

Elle ne se ferme jamais.

Au contraire, les pas se rapprochent de lui et intrigué, Sirius rouvre les yeux pour être envoyés quelques centimètres en arrière par une canette qu’une Calua très déterminée lui tend. Les paupières de Sirius papillonnent et les prémices de ses larmes naissent au coin de ses yeux. Surpris, il récupère la canette et regarde la gamine se confondre en excuse.

Il secoue la tête et son regard alterne quelques secondes entre Calua et la canette. Puis il laisse un léger rire s’échapper de sa gorge.

- C’est rien Calulu. Merci.

C’est bizarre de rire à nouveau. C’est étrange de sentir la boule qui aplatit son estomac depuis des mois disparaître à nouveau. C’est bizarre de se sentir léger.

En réalité, peut-être que ce n’est pas bizarre ou même étrange. Peut-être que c’est juste un peu

m a g i q u e .

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
avatar
Coordinateur Novice

Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 119
Points d'Expériences : 480

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Jeu 11 Oct - 12:18

Il était déjà blessé et voila qu’elle en rajoutait une couche ! Décidément, elle n’en ratait pas une : la dernière chose dont Starius avait besoin en ce moment, c’est de se prendre une canette dans la tête. Super, Calua, bravo, vingt sur vingt ! Au milieu de la mitraillade d’excuses qu’elle ne parvenait plus à retenir, la Pyroli sentait déjà un flot de larmes monter doucement vers ses yeux azurs. Elle était vraiment nulle. Nulle, nulle, nulle, NULLE ! Elle pensait être capable de lui remonter le moral et regardez le résultat : maintenant, le Noctali allait sûrement lui en vouloir, vouloir qu’elle quitte sa chambre et qu’elle ne passe plus le voir.

‘’C’est rien Calulu. Merci. ‘’

Attends...il a dit quoi ? Et bien exactement ce qu’on pouvait attendre d’un Starius, en fait. Pourtant, bien plus que les mots, ce fut le rire qui illumina la pièce pendant un bref instant, qui fit barrage aux larmes de la jeune fille. C’était ça qu’elle voulait entendre. Juste ça : le rire de ce grand dadais qu’elle aimait beaucoup trop pour son bien (...Et pour celui de la grande perche en question, en fait). Un tout petit signe que malgré tout ce qu’il avait subi, il restait quand même son modèle.
Comme si un déclic venait de l’envahir, la Pyroli se sentit subitement incapable de bouger : c’était comme si une pression immense se répandait un peu partout dans son corps, pour venir se condenser dans sa gorge petit à petit. Et lorsqu’elle ne put plus la retenir, elle l’évacua de la seule façon possible.

‘’Pfff…’’

Elle riait à son tour. Elle riait jusqu’à ce que les larmes qu’elle retenait coule à flots sur ses joues. Elle riait d’un rire mouillé, tandis que de petites perles d’eau entrainaient avec elles toutes ses angoisses au sujet de son ami. Elle riait du ridicule de son geste, de sa propre maladresse et même du regard d’incompréhension d’Ash devant l’hilarité de sa Dresseuse. Elle riait parce qu’elle en avait besoin. Et que ça faisait du bien.
Alors que ses soubresauts commençaient à s’atténuer, c’est toujours les larmes aux yeux que la Pyroli dégoupilla sa canette...avant de la vider cul sec ! La table émit un grincement de protestation quand elle déposa le cylindre de métal (Certains pourraient même dire ‘’écrasa avec la violence d’un météore’’) mais Calua fixait toujours son ami. D’un regard quelque peu humide mais suffisamment insistant pour qu’il fasse de même.
Et une fois que le Noctali eu ouvert sa boisson (Faut bien commencer quelque part), elle ne perdit pas de temps pour chercher ses mots, cette fois.

‘’J’suis désolé de m’être bloquée comme ça. J’voulais dire un truc, puis il me sortait de la tête tout de suite et puis il revenait encore et encore. Mais ça va mieux ! J’suis avec toi et c’est tout ce qui compte, là tout de suite !’’

Et maintenant, elle était prête à enchaîner avec la suite du spectacle ! Le démarrage avait été un peu plus chaotique que prévu, mais elle pouvait revenir à son plan initial : ne pas parler de choses qui fâchent, ne pas forcer les choses et remonter le moral de sa grande saucisse d’ami ! De plus en plus énergique, la Pyroli agrippa son sac à malices sur ses genoux, avant de commencer à fouiller à l’intérieur, sans cesser de sourire un instant.

‘’Tu dois pas avoir trop de temps pour te distraire, ici. Et ça tombe bien parce que depuis qu’on est arrivé, Pollo a décrété qu’il était en vacances ! Tu te rends compte, j’ai même plus d’assistants, c’est la honte ! Alors pour le remplacer, comme j’ai forcément besoin de quelqu’un de compétent, doué, talentueux (C’est pas un peu la même chos-*PAN*) et surtout mignon comme tout...Tu viens d’avoir une super promotion !’’

D’une main, la jeune fille extirpa un paquet d’une dizaine de cartes de son sac, avant de sortir une petite pochette de couleur bleu vif de l’autre. Elle étala ensuite les cartes en question sur la table, tout en les orientant face visible.

‘’J’ai un super tour à te montrer !...Si tu veux bien.’’

Si un jour, quelqu’un déclare illégal l’utilisation abusive de la technique des yeux de Caninos grands ouverts, je pense que notre petite magicienne risque de se retrouver au chômage.

‘’C’est super simple, en plus : pour que ça marche, c’est toi qui va tout faire, moi je ne touche à rien. D’abord, tu choisis une carte, ensuite tu la mets ou tu veux, puis tu les retournes toute. Tu mélanges ensuite et tu les mets sous la pochette pour que je les vois pas. Et maintenant la formule magique...AbracadaStariusestlemeilleur ! C’est important, faut que tu le répètes ! Attention...TADA !’’

D’une main, la jeune fille retourna alors la pochette pour révéler la série de cartes retournées, dont une seule était désormais face visible. Plus qu’à attendre la validation de son assistant du jour, en espérant ne pas avoir fait d’erreur. Et même si c’était le cas...Ce n’est pas parce que ça ne finit pas comme on le désire, que ça finit mal, après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
avatar
Coordinateur Mode

Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 39
Jetons : 773
Points d'Expériences : 1368

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Mer 24 Oct - 12:53



Quand nous brillerons de nouveau
Les haches de guerre, les revers à deux mains C'est délétère, je l'enterre, elle revient

Le rire meurt rapidement dans sa gorge sèche.

Au contraire, Calua se défoule et pendant quelques minutes son rire illumine la pièce et les pensées de Sirius.

Calua est un rayon de Soleil.

Sirius le savait déjà mais aujourd’hui, alors qu’elle expulse ses peurs à grands coups d’éclats de rire, Sirius le réalise une nouvelle fois.

Il réalise la chance qu’il a de l’avoir à ses côtés, il réalise à quel point il est heureux d’avoir ce petit bout de rire dans sa vie. À quel point elle lui fait du bien.

Son rire se meurt rapidement, parce qu’il trop occupé à écouter les jolies notes qui s’échappent de la bouche de la brunette.

Parce qu’il est trop occupé à lui sourire.

Calua, aussi rapide qu’une petite tornade, avale le contenu de sa canette avant de l’écraser contre la pauvre table. Elle n’a pas changé pour un sous. Elle est juste comme avant.

Elle lui parle comme avant. Elle agit comme avant.

C’est … inestimable.

Ça fait du bien.

La gamine se penche sur son sac à malice tout en expliquant ce qu’elle a préparé. C’est tellement Calua. C’est juste un bonheur que de la voir à ses côtés, brillante et scintillante de cette petite lumière qui la sépare si joliment du reste du monde.

Calua est si unique, tellement elle et Sirius, oh, Sirius, il se régale de la voir être Calua. Il adore la voir sautiller et s’enthousiasmer à propos de la moindre petite chose. Il aime quand elle s’acharne  à lui expliquer ces tours et ces idées. Il adore quand elle boude sur le type psy.

Calua est juste magique.

Alors Sirius se laisse tenter et se rapproche de la petite table où Calua installe son matériel. Il hoche la tête rapidement pour lui confirmer sa participation en tant qu’adorable assistant.

Elle est rigolote Calua, tout en confiance en elle et pourtant si nerveuse de recevoir un refus. Elle devrait savoir pourtant que Sirius irait lui chercher la Lune si elle le demandait.

Concentré sur les instructions de la brunette, Sirius s’exécute avec diligence. Récupérer une carte dans le paquet, la mémoriser, la glisser dans le paquet. Il retourne les cartes rapidement avant de les mélanger, un petit sourire sur les lèvres. C’est jamais très propre quand Sirius mélange les cartes, il n’a clairement pas la technique de la petite brune.

Les cartes mélangées, Sirius les glisse sous le joli tissu bleuté. Bien décidé à faire sourire la gamine et la convaincre qu’il va bien, Sirius ferme les yeux et d’une voix douce, prononce la fameuse formule magique.

- Abracadabra, Starius c’est le meilleur !

C’est pas très important si lui même n’y croit pas. Ce qui compte c’est les yeux pleins d’étoiles de sa Calua, ce qui compte c’est son sourire étincelant. Ce qui compte c’est le petit halo de fierté qu’elle a quand il lui confirme qu’elle a bien récupéré la carte qu’il avait choisit au tout début. Il lui fait un petit clin d’œil amusé.

- Et bien, mademoiselle mérite de plus en plus son titre de magicienne ! Je dois avouer que la formule magique me semblait un peu étrange mais, eh, ça marche !

Sa voix est plus rauque que d’habitude, ses yeux moins brillants, son ton moins taquin. Il est simplement moins Sirius que d’habitude. Mais Calua parvient à ramener d’il ne sait trop où des fragments de ce qu’il est. Des fragments de Sirius.

Elle lui permet d’être un peu lui même.

Il ne peut pas vraiment s’en empêcher, sa main va ébouriffer la tignasse brune de la petite d’un geste affectueux. Elle ne doit pas le réaliser. Elle ne doit pas réaliser à quel point elle l’aide, à quel point elle est important. Ces yeux s’adoucissent.

- Merci Calua.

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
avatar
Coordinateur Novice

Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 119
Points d'Expériences : 480

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Lun 29 Oct - 19:14

- Et bien, mademoiselle mérite de plus en plus son titre de magicienne ! Je dois avouer que la formule magique me semblait un peu étrange mais, eh, ça marche !

Vraiment ? Alors qu’elle...Non. Ce n’était pas le moment. Elle avait réussi à animer une petite lueur dans le regard de son ami. Pas grand chose, à peine une flammèche, qui brûle tant bien que mal et illumine légèrement les traits de ce grand gaillard qu’elle aimait tant. Une étincelle qu’elle voulait entretenir et qu’elle refusait de voir s’éteindre….Pas avant que Starius n’ai retrouvé sa propre flamme. Alors, plutôt que de le détromper, elle sentit ses yeux se mettre à perler de nouveau, avant d’hocher vigoureusement la tête.

‘’T’as vu ça ?’’

La main de son ami vient lui ébouriffer les cheveux, jouer un instant avec les deux petites mèches rebelles qu’elle avait tant de mal à assumer à ses débuts. Peut-être qu’un jour, il saura que c’était aussi grâce à lui qu’elle avait cessé de les dissimuler à tout prix sous des couvre-chefs de plus en plus hauts. Parce que Starius était tenace...Elle en savait quelque chose et elle admirait ça plus que tout, chez lui. Combien de fois s’étaient-ils engueulé tous les deux, pour simplement exprimer leurs opinions, sans qu’aucun ne cède sur le moindre point ? Il lui avait montré ce que le fait de camper sur ses positions jusqu’au bout pouvait lui apporter, plus que de simplement s’adapter à son public.

‘’Merci Calua.’’

‘’Sniff…’’

Pourquoi il avait dit ça ? Elle voulait continuer de lui sourire, d’alimenter sa petite flamme à l’aide de la sienne, elle devait pas trop se laisser aller et lui...là, c’te grande nouille, il lui sortait un truc pareil, comme ça, sans préavis. Alors, elle serrait les poings. Ravalait ses larmes. Et elle continuait de lui sourire comme si elle n’allait jamais arrêter de le faire. Parce qu’il le méritait...Et parce que c’était son rôle en tant qu’amie, que magicienne et même que Calua de garder le sourire pour lui, tant qu’il n’y arriverait pas de lui-même.
En revanche, elle n’était pas assez forte pour résister à l’impulsion qui la saisit : une fois que Starius eut retiré sa main, la Pyroli resta immobile un instant...puis se rapprocha brusquement pour le serrer contre elle !
Ok, même assis, cette girafe Noctalienne lui arrivait quand même au torse, mais elle s’en fichait. Il était là, et c’tout ce qu’il comptait.

‘’Non...Merci à toi…”


*******************

Ils avaient parlés. Ris. Pleurés (un peu). Et ris encore. Un simple moment qui aurait pu ne pas avoir de fin et qui ne semblait pas en avoir besoin. Ils avaient juste parlé de tout et de rien, il avait même réussi à la faire rougir de honte au moins deux fois et elle, elle s’était contenté de bouder...Mais pas bien longtemps, comme à chaque fois. Bref, en un mot comme en cent...Elle avait retrouvé son Starius ou du moins, assez de lui pour y croire encore.
Et si l’infirmière n’était pas venue les prévenir que les visites n’allaient pas tarder à se finir, elle serait sûrement resté encore plus longtemps. Alors elle cherchait encore une ultime raison pour ne pas quitter cette chambre trop vite. Mais lorsqu’il devint évident que la Pyroli ne pouvait plus rester auprès de son Noctali préféré, c’est une petite fille à la voix un peu assourdie qui vint lui glisser quelques mots à l’oreille. Elle ne devait pas craquer...Pas encore. Pas avant d’avoir quitté sa chambre.

‘’J’reviendrais te voir. Alors, fais pas de bêtises, ok ? ’’

Son regard s'attarda sur Hak : Le Canarticho était prêt à assommer cette infirmière des plus insistante d'un bon coup de poireau derrière la nuque, si le besoin s'en faisait sentir. Mais aussi tentante que puisse être cette idée, Calua ne pouvait pas non plus installer un lit de camp dans la chambre de son ami (Quoi que...). Alors, après un petit bisou sur la joue du jeune homme, elle se résigna à le laisser se reposer.
La nuit avait déjà commencé à s'étendre sur Cobaba et sembla l'engloutir, à tel point que la jeune fille en eut le vertige en quittant l’hôpital. Mais au-dessus d'elle, dans ce firmament qu'ils tentaient d'atteindre tous les deux à leur manière, une multitude de petits points brillaient toujours du même éclat, malgré tout ce qui s'était passé ces dernières semaines.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5680-399-calua-remi-kana-just-a-little-spark-of-magic-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5689-calua-r-kana-pyroli
avatar
Coordinateur Mode

Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 39
Jetons : 773
Points d'Expériences : 1368

Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   Dim 11 Nov - 16:14



Quand nous brillerons de nouveau
Les haches de guerre, les revers à deux mains C'est délétère, je l'enterre, elle revient

Le départ de Calua résonne aussi durement qu’un coup de poing dans le ventre.

Des jours, des semaines, des mois que Sirius ne s’était pas autant amusé, qu’il n’avait pas autant sourit, qu’il ne s’était pas autant laissé allé.

Mais elle doit partir et lui, lui reste là, dans cette pièce trop blanche de ce bâtiment trop blanc avec des gens trop blancs. Dans tout ce blanc, Calua est comme une peintre, parsemant sa vie de couleurs. Rouge passion, rose amitié, bleu gentillesse, vert espoir. Avec Calua à ces côtés, l’hôpital ne semble plus être ce triste lieu où vont les gens pour mourir. Avec Calua, l’hôpital devient heureux, tolérable, appréciable même.

C’est l’effet Calua.

Mais Calua doit partir. Rentrer chez elle. Les visites sont finies. Alors Calua doit partir et Sirius reste ici.

Elle dépose un bisou sur sa joue puis elle s’en va.

Elle sort de tout ce blanc et elle le laisse là.

Sirius soupire et s’effondre sur le lit, fixant ce plafond, décidément, trop blanc.

Calua a apporté dans son sac bien plus que quelques tours de magie, elle a apporté sa joie de vivre et sa bonne humeur, elle a apporté un peu de sourire dans sa vie si morne. Dans sa vie si triste. Dans son cœur si mort.

Le temps d’un après-midi, Calua a réussit là où les autres ont échoué. Elle lui a redonné le sourire, le courage de tenir encore un peu sans tout envoyer balader.

Un petit coup de Calua et ça repart.

Sirius sourit doucement alors qu’une nouvelle infirmière rentre dans sa chambre pour ces soins du soir.

Il n’a vraiment pas vu l’après-midi passer.

L’infirmière, une rouquine qui s’occupe régulièrement de lui, remarque sans trop de mal l’humeur douce-amère du garçon et lui demande, un peu curieuse de le voir si expressif et pourtant si calme. Il faut dire qu’ici, Sirius est soit neutre, soit hystérique, sans entre-deux. Alors le voir calme mais émotif peut surprendre.

Mais Sirius se laisse prendre au jeu et il lui raconte son après-midi, la visite de sa petite sœur, les couleurs qu’elle apporte dans cette chambre trop blanche. Il lui explique que c’est un rayon de soleil et qu’elle arrive toujours à l’aider, surtout quand il est au plus mal. Qu’elle a toujours été là pour lui. Qu’il l’aime de tout son cœur. Qu’il est infiniment heureux de l’avoir à ces côtés.

L’infirmière lui sourit, ravie. Alors qu’elle pose une lourde couche de crème sur ces brûlures, elle lui demande si ça va mieux. Si la visite de Calua l’a vraiment aidé et le sourire de Sirius se fade un peu. Il hausse vaguement les épaules. Oui et non, un peu et pas vraiment, c’est comme respirer une bouffée d’air pur avant d’être renvoyé à la mine.

Un rappel de tout ce qu’il n’a pas.

Sirius sourit vaguement, mais il finit par dire que c’est pas grave. Que c’est pas grave si son départ fait plus mal que ce que sa visite lui fait du bien parce que Calua est Calua et qu’il sera toujours d’accord pour avoir mal plutôt que de ne pas avoir Calua à ces côtés.

L’infirmière hoche la tête, un peu surprise.

Elle termine les soins sans un autre mot.

_________________
sirius
liens
atelier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
Contenu sponsorisé



Sujet: Re: Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]   

Revenir en haut Aller en bas
Quand nous brillerons de nouveau [PV Sirius]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: L'Île Cobaba 3.0 :: Village-