[Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 1411
Points d'Expériences : 508
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Mar 28 Aoû - 13:28


Survivance du passé
En voilà un sujet de cours passionnant. L’académie propose un cours scientifique tourné exactement vers la spécialité qu’elle envisage à l’avenir. Il faut étudier l’impact d’un ou plusieurs mythes pokemons sur une ville. Un sujet passionnant car complètement plongé dans l’univers de Ranya, et ce n’est pas sa chambre ainsi que ses divers pokemons qui vous diront le contraire. Le sujet dans les mains ainsi que la feuille d’inscription, la jeune fille tapote avec son stylo sur la table de la maisonnette sans savoir comment le remplir. Je vous rassure tout de suite, la danseuse connait quand même son nom prénom et numéro d’étudiant. C’est la destination qui lui pose problème.

Elle a d’abord été tenté d’indiquer la ville de Rosalia. La blondinette a passé quasiment toute sa vie là-bas. Il aurait été très simple pour elle de rendre un dossier extrêmement complet sur la question, d’autant plus que cette ville de Johto est très riche en mythe. En témoigne la présence de la Tour Ferraille et de la Tour Cendrée qu’elle connait comme sa poche. Sans problème, un dossier d’une dizaine de page se profile dans sa tête, et surtout la bonne note à la clé dans trop d’effort. En plus elle serait chez elle, dans sa maison, alors pas besoin de se prendre la tête. En clair, la solution de facilité.

Mais si Ranya veut devenir archéologue, ce n’est pas pour ressasser encore et encore ce qu’elle connait déjà. L’archéologie c’est découvrir le monde, et de nouvelles légendes. En prenant en compte les possibilités que lui procurent l’académie, des milliers de destinations s’offrent à elle, tellement qu’elle n’a alors plus aucune idée de vers où se diriger. Le crayon tournicote entre ses doigts sans trop parvenir à trouver une nouvelle réponse. Ses pokemons ne se sentent quant à eux pas trop concernés par la question, particulièrement sa Givrali, trop occupée à lustrer son pellage avec sa petite langue rosée.

Et si justement, elle revenait à la base ? A l’origine du monde ? Arceus, le créateur. Bon pour lui c’est ripé parce que son influence dépasse largement le cadre d’une seule ville ou même région. Tout le monde reconnait l’autorité du créateur. Mais en dessous de lui se trouvent Dialga et Palkia, maitre du temps et de l’espace. Même si eux aussi sont mondialement reconnu, il y a quand même un endroit où leur influence est plus importante. Sinnoh. C’est là-bas qu’ils ont été invoqués par le créateur, aux Colonnes Lances. Bon difficile de demander un voyage aux Colonnes Lances, l’endroit étant inhabité. Mais une autre ville fera l’affaire. Ranya s’empresse de consulter son Ipok à la recherche de l’endroit idéal. A première vue, l’endroit qui a le plus conservé les traditions de l’époque est Celestia. Parfait, ça sera sa destination pour ce cours !

***

La danseuse est déjà sur le bateau, sac à dos à ses pieds. Sur le pont, la plupart de ses pokemons se promène, profitant de l’air marin de cette traversée. Alors que la jeune fille avait déjà tout le déroulé de ce cours imaginé dans son esprit, un léger contre-temps est venu remettre en question ses plans. L’académie lui a précisé qu’elle n’effectuerait pas ce cours en solo comme prévu initialement mais en duo avec une autre élève qui avait choisi la même destination pour des dates similaires. Sur toutes les villes possibles, il avait fallu que ce soit ce scénario qui se dessine. Sacrée coïncidence.

Heureusement pour elle, Ranya a pu obtenir l’identité de sa partenaire. Calua Kana. Une Pyroli magicienne que la demoiselle connait, et dont elle apprécie la compagnie. Imaginez une seconde qu’on lui ait dit que le cours se passerait avec Sirius. Une catastrophe. Finalement c’est une chance qu’il soit assez crétin pour ne pas choisir ce type de cours. Ça lui fera un casse-pied en moins dans les pattes. Elles passeront donc toutes les deux trois jours dans la ville, avec comme but de découvrir comme les pokemons légendaire de la région, et particulièrement Dialga et Palikia influent sur le quotidien de ses gens visiblement encore très attachés aux traditions. Un séjour qui promet d’être passionnant.

Le bateau accoste finalement à Joliberges, marquant ainsi la fin de la première partie du voyage. Il lui reste encore un bon trajet en bus à faire avant d’atteindre Celestia et de retrouver Calua, déjà présente sur les lieux si on en croit ce que lui ont dit les professeurs. De toute manière elle a pu récupérer son numéro d’Ipok au moment de la finalisation du voyage. La blondinette n’aura qu’à l’appeler si quelque chose ne va pas. Seul Anubis reste à ses côtés pour ce voyage terrestre, les autres ayant regagné leur place dans leurs pokeballs respectives. Vétue d’une salopette ainsi que d’un t-shirt marin en dessous, la demoiselle fixe avec attention l’extérieur, tandis que son Skelenox se promène à travers le bus, s’assurant de la sécurité de sa dresseuse dans ce type d’environnement qui lui est totalement inconnu. Avec une bonne musique dans les oreilles ainsi que son carnet à croquis, la jeune fille ne voit pas le voyage passer et finit par arriver vers midi à Celestia, où le chauffeur lui indique de descendre. Plus qu’à espérer que la brune a été suffisamment renseigné pour savoir que Ranya arrivait à cette heure-ci.


©️BBDragon
Calua R. Kana
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 95
Points d'Expériences : 552
Coordinateur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Dim 2 Sep - 18:22
Jamais deux sans trois, comme on dit. Après leur petit tour de Johto et un détour par Alola d’une semaine, c’est à présent dans la superbe région de Sinnnoh, que nous retrouvons le duo dynamique, composée de Calua et de la brave Caroline qui lui sert de maman. Et en parlant d’elle…

‘’Lua, il faut absolument que tu goûtes ça !’’

‘’Attends, j’ai même pas fini mon assiette !’’

L’arrêt-repas au café Cabane, réputé pour sa proximité avec une des fermes les plus réputées de la région, n’aura pas été une perte de temps : les spécialités locales, accompagnées de généreuses rasades de Lait Meumeu ne tiendront pas longtemps face à l’appétit cumulée de la jeune fille et de sa mère. Une pause bienvenue sur leur trajet, surtout si l’on pense à ce qui les attends toutes les deux : Caroline compte en effet, se rendre à Unionpolis, histoire de visiter la plus grande ville de Sinnoh dans son ensemble. De son côté, Calua fera route à part pour quelques jours vers Célestia, avant de récupérer un bus pour rejoindre sa mère sur place. La raison ? Et bien notre petite Pyroli est peut-être en vacances, mais pour une élève studieuse de la Pokémon Community, les cours ne s’arrêtent jamais !
Bien qu’elle préfèrerait profiter pleinement de ses vacances, le contrat avec sa mère était clair : si sa fille souhaitait s’orienter vers une carrière artistique, elle la soutiendrait mais en échange, la jeune fille se devait de faire un maximum d’effort pour se préparer au cas où son projet s’avérerait trop ambitieux.
Pour se faire, la Pyroli avait donc opté pour un rendu à la rentrée, après avoir longuement hésité sur le thème à choisir. Après tout, elle aurait tout bonnement pu se contenter de partir étudier un Concours Pokemon quelconque, ou de prendre une rédaction facile à réaliser depuis le confort de sa chambre. Mais elle avait promis à sa mère de faire preuve de sérieux et non, de facilité. Si l’on additionne tout ça avec le fait que son sac était à moitié rempli de livres de contes et légendes locaux, qu’elle ne pouvait s’empêcher d’accumuler à chaque arrêt, rien d’étonnant à ce que la jeune fille se soit décidé pour une étude approfondie des Légendaires de la région de Sinnoh. Pour couronner le tout, une autre élève devait la rejoindre une fois sur place...

********************

‘’Mais non, Maman, je me suis pas perdue ! Oui..oui. Écoute, promis, je t’appelle dès que j’arrive, ok ?’’

En soupirant, Calua ne put s’empêcher de raccrocher un peu brusquement son ipok. C’était déjà le troisième appel de sa mère, depuis qu’elles s’étaient séparées il y a quelques heures. Comment aurait-elle pu se perdre dans une ligne droite ?! La route menant du Café à Célestia était complètement dégagée en cette période de l’année, même la brume locale, réputée pour son épaisseur, s’était faite bien moins épaisse.
Pour l’occasion, la Pyroli avait cédée aux insistances de sa mère et était vêtue d’une tenue un peu moins ‘’excentrique’’ qu’à l’accoutumée (profitez-en, c’est assez rare pour le noter) : T-shirt, short, des chaussures de marche et la seule chose sur laquelle elle avait été intraitable, une casquette volée à sa mère pour masquer ses épis rebelles. Le fait qu’un Rondoudou orne cette dernière n’aurait probablement aucun impact sur la crédibilité de la jeune fille face à ses interlocuteurs, même si sa Ouisticram ne se privait pas pour s’en moquer gentiment.
Après un trajet en bus relativement paisible, la Pyroli se retrouva ainsi face aux bâtiments typiques de Célestia : si la ville ne respirait pas la nouveauté, son atmosphère avait vraiment quelque chose d’apaisante.
Une fois descendue du bus, la jeune fille en profita pour sortir son matériel : un carnet à croquis, un autre pour ses notes et l’appareil photo emprunté à sa mère pour les images qui viendront compléter sa rédaction. Ses Pokémons profitaient de ses préparatifs pour prendre un peu de repos après le rythme effréné des derniers jours et la Pyroli ne pouvait pas vraiment leur en vouloir. Déambulant un peu au hasard, elle remarqua rapidement que le village avait une forme bien particulière, étant construit autour d’une creux au centre duquel s’élevait un autel. En attendant que sa partenaire n’arrive sur les lieux, la jeune fille se rapprocha donc de ce dernier, avant de tendre la main vers les gravures qui ornaient ses panneaux de bois. Des Pokémons tels que Dialga et Palkia y étaient représentés, ainsi qu’une silhouette plus menaçantes, pourvue d’une sorte de couronne de tentacules sur la nuque. On  pouvait aussi identifier des Pokémons plus communs, comme des Keunotors, représentés en plus petit, visiblement protégés par les auras circulaires des deux Légendaires . les dessins semblaient assez anciens, mais on dirait qu’il y avait autre chose, en dessous...

‘’BAS LES PATTES ! On touche avec les yeux !’’

‘’Eh !’’

Tout en se frottant la main endolorie, la Pyroli ramena sa main vers elle, afin d’éviter un nouveau coup : sans préambule, une dame d’un âge conséquent, dirons-nous (Pour rester en vie), venait d'asséner un léger coup de canne sur sa main tendue après avoir jailli du côté droit de l’Autel. Baragouinant dans une espèce de patois, la vieille femme se lança dans un véritable déluges d’avertissements auquel Calua ne comprenait absolument rien. la seule constante semblait être ‘’que les jeunes d’aujourd’hui ne respectaient plus rien’’. Préférant battre en retraite sous le regard de la gardienne de l’autel, elle eu la surprise en remontant les escaliers, de constater qu’une silhouette familière l’attendait au sommet.

‘’Rani !’’


Accélérant le pas, la Pyroli aurait sûrement tenté de jumphug son amie, si les marches n’avaient pas été aussi raides. À la place, elle se contenta de la prendre dans ses bras, juste après avoir repris son souffle pour sa montée éclair. Maintenant que la Givrali était là, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer !

_________________
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 1411
Points d'Expériences : 508
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Mar 11 Sep - 10:13



Survivance du passé
La voilà descendue du bus, suivie de très près par son Skelenox, à la recherche du moindre élément perturbateur. La blonde n’est quant à elle pas inquiète et se contente de retirer ses écouteurs de ses oreilles et de les ranger dans son sac. La musique est une bonne échappatoire, mais pour un sujet de cours comme celui-ci, Ranya ne veut laisser passer aucun détail. Le moindre son émanant de cette ville peut être une réponse à la question qu’elle-même se pose, comme toute bonne scientifique. Quelle empreinte les pokemons de l’Espace et du temps ont-ils bien pu laisser ici ? L’enfant adresse un petit signe de la main au chauffeur avant de s’éloigner du bus. Après quelques pas, elle arrive à l’entrée de la ville.

La structure de l’ensemble est assez particulière. La danseuse s’était déjà renseignée dessus, mais le voir en vrai est tout de même plus intéressant. Tout est construit autour d’un autel situé en contre bas d’une espèce de fausse améliorée. Les petites maisons sont en hauteurs ainsi que les bâtiments nécessaires tandis que le lieu de commémoration se trouve en bas, au centre, de sorte à ce que tout le monde puisse le voir. Mais pour l’heure, c’est autre chose qui attire l’attention de la demoiselle. En contrebas se trouve une jeune fille de son âge, brunette, en train de se faire remonter les bretelles par une petite mamie pour son imprudence. Quelle idée de vouloir toucher un monument pareil juste sous les yeux de celle qui doit être la doyenne du village. Ranya rigole légèrement mais se stoppe quand elle voit Calua revenir vers elle, tout sourire malgré sa petite altercation, l’appelant. Rani ? Il faut quelques secondes à la blondinette avant de comprendre que c’est bien à elle que la magicienne en herbe s’adresse. Drôle de surnom. L’étreinte qui suit ajoute une dose de plus à sa surprise, la jeune fille étant peu habituée à ce type de contact humain. Elle n’a jamais été très câline. Doucement, elle se détache de la Pyroli pour lui parler.

Salut Calua. Tu vas bien ? Pas trop mal à la main après la remontrance de notre mamie Celestienne ?

Bien sûr, elle s’est assurée que les oreilles de la concernée se trouvent suffisamment loin avant de lancer cette réplique. De toute façon même à deux mètres il n’est pas sûr qu’elle aurait entendu. Les vieux sont réputés pour être un peu dur de la feuille non ? Ranya remarque que sa camarade a l’air plutôt bien équipée elle aussi. De quoi rendre un devoir sérieux donc. La danseuse jette un œil à Anubis, partit faire une ronde dans le village. Elle détourne les yeux. Après tout il est assez grand pour mener sa vie tout seul. De toute façon, la jeune fille se voit mal imposer à son pokemon de rester à côté d’elle dans un lieu comme celui-ci. Déjà il n’y a pas grand danger apparent, et puis en plus, malgré son statut de dresseuse, elle se voit mal imposer à ses créatures des ordres de cette façon. La danseuse sort de son sac une feuille administrative donnée par l‘académie avant son départ, avec tous les détails techniques dessus pour un bon déroulement du séjour. Elle s’empresse donc de les rappeler à la magicienne.

D’après les informations données par l’académie, c’est la doyenne du village qui nous accueille chez elle pour nos trois jours ici. C’est la grande maison centrale d’après la carte. A tous les coups c’est la petite mamie qui t’a tapé sur les doigts.

Ranya continue d’observer le village et effectivement ses conclusions semblent juste. Il n’y a pas énormément d’habitation, et la seule maison qui se dégage du lot semble bien être celle dans laquelle la vieille dame s’est engouffrée tout à l’heure. La blonde range ses affaires dans son sac à dos avant de reprendre.

Je pense qu’on devrait aller la voir, au moins pour poser nos affaires et dire qu’on est arrivé, histoire qu’elle prévienne l’académie. Si ça se trouve elle n’a même pas compris que tu étais l’une des deux filles qu’elle devait loger.

Les deux filles se dirigent alors vers la fameuse maison, qui il faut le reconnaitre a beaucoup de charme. Après un regard vers sa camarade, la danseuse frappe à plusieurs reprises à la grande porte, attendant une réponse. ENTREZZZ. La blondinette pousse doucement la porte, juste assez pour s’engouffrer elle et Calua à l’intérieur. La porte se referme avec lourdeur, les isolant dans le silence de cette grande maison. La vieille dame se retourne et fait face aux deux adolescentes, étrangement intimidées face à sa présence.

Ah bah vous voilà enfin c’est pas trop tôt. Je pensais que les élèves de cette fameuse école était mieux élevée que ça, particulièrement vous mademoiselle. Vos professeurs vous apprennent à toucher aux œuvres d’art de cette façon ?

Bon ok erreur totale. Non seulement elle a parfaitement compris que les deux filles venaient de l’académie, mais en plus elle a l’air plus que remontée. Sentant le malaise venir, la danseuse prend la parole. Je suis désolée que nous ayons fait connaissance dans ces conditions ce n’était pas du tout notre attention. Nous vous remercions également de nous loger pendant ces quelques jours ici. Je vous promets qu’on ne sera pas embêtante à vos yeux. Je me présente je suis Ranya, et voici Calua.

Je sais qui vous êtes enfin je sais encore lire les papiers à mon âge ! Heureusement pour vous que j’avais une dette envers Mademoiselle Snow sinon je ne vous aurais jamais laissé rester chez moi. Maintenant posez vos sacs et dégarpissez de là j’ai besoin de calme. Interdiction de quitter la ville sinon je viens vous chercher par la peau des fesses et vous jette dans ce maudit bus pour que vous retourniez d’où vous veniez ! Vous aurez le droit d’aller à Vestigion demain. Maintenant oust du balai !

Les deux enfants lâchent en vitesse grand V leur gros sac à dos et sautent hors de la maison sous le rythme des coups de canne au sol de leur logeuse. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les deux filles se retrouvent dehors, au pied de la porte, qui s’est refermée sitôt qu’elles étaient sorties. La blonde soupire. Ça aurait pu être pire hein ? Anubis revient vers elle, curieux de ce soudain changement d’attitude de la part de sa dresseuse. Bon ok le contact avec la petite mamie n’est peut-être pas des meilleurs mais au moins elles vont pouvoir commencer leur cours. La demoiselle se tourne vers Calua.

Bon ça s’est fait. Il va falloir qu’on se tienne à carreau si on ne veut pas se prendre des coups de bâton dans la figure. On commence par quoi ? L’autel peut être.



©️BBDragon
Calua R. Kana
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 95
Points d'Expériences : 552
Coordinateur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Sam 13 Oct - 23:56
Ben quoi, elle n’aime pas les calins ? Dommage pourtant, parce que notre Calua est une spécialiste. Mais bon, il faut bien mettre un terme à cette étreinte, si on veut avancer ces investigations un jour et la Pyroli finira donc par libérer sa camarade. Bien moins démonstratif, un certain Coxyclaque profitera d’ailleurs de cette occasion pour sortir de sa Pokéball, en réponse à l’excitation croissante de sa Dresseuse : avec un simple geste de la patte, Apollo salua Ranya, avant d’intervenir pour essayer de calmer les ardeurs d’une magicienne en devenir de plus en plus excitée.

‘’Pffffffff. Elle est pas drôle, je voulais juste regarder de plus près, parce que j’avais cru voir quelque chose d’un peu étrange. Si elle ne veut pas qu’on regarde son autel, elle n’a qu’à mettre un panneau et une clôture autour, au lieu de le placer au centre du village.’’

Ignorons donc tous l’écriteau ‘’ON RESTE A CINQ METRES DE L’AUTEL’’ fixé devant ce dernier au bas des escaliers et poursuivons : la prochaine étape avant de mener leurs recherches, c’est tout d’abord de monter un camp de base et...Ah ? Ranya veut refaire un petit topo consignes, vis-à-vis de ce que l’académie leur a demandé ? Ben pourquoi ? Calua les connait très bien d’abord, il y a...euh...Ouais non, c’pas une mauvaise idée.

D’après les informations données par l’académie, c’est la doyenne du village qui nous accueille chez elle pour nos trois jours ici. C’est la grande maison centrale d’après la carte. A tous les coups c’est la petite mamie qui t’a tapé sur les doigts.

...Woops ? C’est la mamie ? Super contact initial, les choses ne peuvent que prendre une tournure parfaitement sereine après ça. Laissant donc à Ranya le soin d’ouvrir la marche, Calua ne parvint pas à masquer son appréhension (comprendre par là que Apollo dût presque la pousser tout le long du trajet) pendant l’approche de la maison qui leur était assignée. Et lorsque la propriétaire des lieux leur intima l’ordre d’entrer, ce fut une bourrade d’Apollo qui permit à sa Dresseuse de franchir le seuil. l’intérieur était pourtant totalement captivant : ça et là des tableaux, des gravures sur bois et même des reproductions de statue miniatures décoraient chaque recoin de la maison. Où que portait le regard, il y avait forcément un élément insolite, comme si le fait de transformer la maison en musée géant avait été une des priorités de ses occupants. Pourtant, la visite allait devoir attendre, puisque leur hôte ne semblait pas disposer à leur faire une visite des lieux : les cheveux rassemblés en un chignon, une bonne tête de moins que Ranya et une sorte de châle arachnéen sur les épaules, la vieille femme et sa fidèle canne les attendaient de pied ferme. Et ce fut d’un ton aussi glacial que les hauteurs de la Frescale, qu’elle dévisagea sa précédente victime, qui aurait bien voulu se cacher dans un trou de souris !

''Ah bah vous voilà enfin c’est pas trop tôt. Je pensais que les élèves de cette fameuse école était mieux élevée que ça, particulièrement vous mademoiselle. Vos professeurs vous apprennent à toucher aux œuvres d’art de cette façon ?''

‘’Non, je…’’

Inutile de tenter de nouvelles excuses, leur ‘’délicate’’ hôte coupa quasi-instantanément Ranya dans son élan, avant de jeter ses nouvelles locataires hors de sa maison, manu militari ! Elles eurent tout juste le temps de lâcher leurs affaires sur le côté du couloir, avant de bondir dans la rue pour éviter une nouvelle pluie de coups de cannes. De son côté, Apollo, quelque peu pris de court, n’eut pas autant de chance et c’est en vol plané suite à un home run de canne particulièrement précis, que le Coxyclaque fut éjecté de l’entrée, avec un air particulièrement expressif sur le visage, que l’on pourrait traduire par ‘’Oh non...pas encore’’. Non mais elle se prenait pour qui, cette vieille chouette ?!

‘’Eh, j’ai pas mis le feu à son autel quand même ! Elle exagère un peu, si elle ne voulait pas nous héberger, suffisait de le dire !’’

Remontée, la Calua. pas assez suicidaire pour retourner dans la maison, mais la Pyroli allait sûrement bouder pendant tout le reste de la journée...Quoi, on fait avec c'qu'on a. En attendant, la proposition de Ranya tombait à pic, exactement la distraction dont elle avait besoin pour oublier cet épisode, à savoir le travail qu’elles devaient accomplir. D’abord, une nouvelle analyse (à distance respectueuse) de l’autel s’imposait. Son carnet au fond du petit sac à malices qui ne la quittait jamais, Calua fit signe à son starter de la suivre, avant de prendre la direction du monument.
La première impression de la jeune fille ne varia pas vraiment, après un second tour d’observations. L’autel n’était pas bien grands et rien ne le démarquait vraiment des maisons du village, à part sa position centrale et les fresque gravées dans le bois qui le composait. Pourtant, il y avait quelque chose qui clochait. Elle ne savait pas quoi précisément, mais chaque fois que son regard s’attardait sur les fresques, elle tiquait brusquement.

‘’Dis Rani...Y’a pas un truc qui te semble bizarre avec ces portions, là ?’’

Ce n’était rien, juste une impression de...différence. Elle ne savait pas comment l’exprimer, c’est juste qu’à chaque fois qu’elle passait d’une scène à l’autre, son regard accrochait un détail, aussi infime soit-il qui ruinait l’harmonie de l’ensemble. Se rapprochant (sans toucher, je vous vois venir) davantage, la Pyroli commença à détailler machinalement les éléments qu’elle pouvait analyser.

‘’Donc, on a des espèces de gravures qui courent tout le long de l’autel. D’abord à l’avant, une scène avec une sorte d’oeuf... avec pleins de rayons, on dirait un petit soleil. Il s’ouvre en deux et y’a une grande...girafe à quatre pattes qui en sort. Puis, sur l’image suivante,  y’a un triangle autour de lui et trois autres petits Pokémons, je dirais, qui l’entourent.
Ensuite, si on passe à droite...On a la même silhouette immense, mais cette fois, il y a deux Pokemons aussi gros que lui. Ils ont l’air de se faire face et entre les deux, y’a une petite boule qui grossit sur l’image suivante. Puis, d’autres silhouettes apparaissent et à chaque fois, la boule gagne des détails.
Ensuite, derrière...oh regarde, c’est super joli, là, on arrive à détailler des Pokémons ! On dirait qu’on est dans une forêt et qu’ils sont  tous regroupés par espèces.
Et si je passe sur lee dernier côté, je dirais qu’on peut y voir des humains, vu leurs tenues. Ils...apportent des trucs à ce grand Pokémon à quatre pattes, celui de tout à l’heure et ils s’agenouillent devant lui. Et après, il monte vers le sommet de l’autel et il disparaît sur la dernière image.’’


Bon, récapitulons un peu : Calua n’était pas une experte en mythes, mais celui de la création de Sinnoh par Arceus, ça tombe dans le domaine du conte pour enfants depuis longtemps. Et ça, elle maîtrisait. En revanche, impossible de dissiper cette impression d’incohérence qui la tenaillait, même en décrivant tout ça à voix haute. Tournant autour de l’autel en sens inverse, la Pyroli étudia de nouveau chaque image...Elle y était presque, c’était juste la couleur qui la perturbait. La couleur du bois, plus précisément. Parce qu’elle n’était pas...constante !

‘’...Dis Rani. Je me trompe peut-être mais y’a un petit truc qui cloche pour moi. On est d’accord que tout ça, ça a dû être gravé à peu près à la même époque, vu l’âge de ce machin ?’’

Après approbation de la Givrali, Calua avança brusquement la main pour la plaquer sur une gravure précise, provoquant un léger cri étranglé de son starter. Si la grand-mère l’apercevait seulement !

‘’Alors, tu peux m’expliquer pourquoi le bois paraît BEAUCOUP plus clair sur certains dessins ? Je suis pas complétement pro pour ce qui est de la sculpture sur bois. Mais ce que je maitrise un peu, c’est les impressions superposées les unes sur les autres, c’est un truc super basique en magie. Et là,c’est complétement ça : on dirait que quelqu’un a rajouté des scènes par-dessus celles qui avaient été gravées à l’origine et du coup, le bois utilisé parait moins usé et ancien que la première gravure !’’

Un point pour la Pyroli. Même s’il devait y avoir une explication logique et que niveau mythe raconté, l’autel semblait pourtant parfaitement dans les clous, elle ne pouvait s’empêcher de sentir qu’il y avait Lampéroie sous roche, mais plutôt Wailord sous gravier !

_________________
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 1411
Points d'Expériences : 508
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Jeu 29 Nov - 13:49



Survivance du passé
On peut dire que l’accueil a été glacial ? Cette vieille mamie n’avait visiblement aucune envie d’avoir deux jeunes filles dans les pates et c’est par simple obligation personnelle qu’elle s’est retrouvée obligée de devoir les prendre chez elle tout le long de leur devoir d’été. A peine avait-elle eu le temps de poser leurs affaires sur le sol qu’elles étaient déjà de nouveau dehors, leur pokemon à leur côté. Heureusement, la blondinette a tout juste eu le temps de conserver sa toute pochette en bandoulière qui contient son Ipok, ses écouteurs ainsi qu’un carnet et un crayon pour prendre des notes. Ranya jette un coup d’œil à l’immense porte désormais fermée. Le message est plutôt clair. Elles ne pourront revenir que ce soir. En attendant, elles ont tout intérêt à s’occuper d’une façon où d’une autre. La brune fulminait, et c’était tout à fait légitime. Seulement, pour essayer d’optimiser cette punition forcée, la danseuse propose de retourner vers l’autel. Après tout c’est bien l’un des seuls éléments vraiment intéressants dans ce petit village, avec la petite grotte juste derrière bien sûr.

D’un pas commun, elles s’avancent donc vers l’autel toutes les deux dans l’espoir de tirer de bonnes informations. En prenant garde à respecter une distance nécessaire pour ne pas se faire hurler dessus une énième fois, les deux enfants s’approchent au plus possible et commencent à examiner chaque recoin de l’autel. A première vue, sa structure n’a rien de particulier, dans le même esprit que les différentes maisons du village. Ce qui compte, c’est la gravure qu’il y a dessus. Calua se tente alors à une première analyse de la scène, que la blondinette se fait un plaisir de compléter, connaissant déjà bien les légendes autour de ces lieux.

Je pense que la fresque représente la naissance d’Arceus et le début de la création de l’univers tel que nous le connaissons aujourd’hui. « Au début il n’y avait rien. Mais de ce rien naquit un nouvel être sortit d’un œuf : Arceus. » Cette phrase n’est pas de moi, elle vient d’un livre que j’ai lu. Bref, celui que tu appelles la grande girafe, c’est Arceus Dieu de l’univers. La forme n’est pas très détaillée, parce que l’apparence du Dieu originel devait encore être hypothétique au moment de la création de la fresque. Ensuite, Arceus créa trois êtres, trois pokemons représentants trois caractéristiques de l’esprit, représentés ici à chaque sommet du triangle. Créhelf pour le savoir, Créfollet pour les émotions et Créfadet pour la volonté. Ensuite, il s’agit très certainement d’Arceus entouré de deux nouveaux êtres qu’il a créé pour assurer l’équilibre de l’Espace et du Temps, respectivement Palkia et Dialga. Enfin, Arceus créa les pokemons, et nous par la même occasion. Après quoi, le Dieu pokemon disparu dans le ciel, laissant à ses créations le soin de s’assurer de notre bon développement. Cet autel représente l’origine de la création du monde.

Cette histoire est la plus connue de la mythologie pokemon. Tout bon scientifique se doit de la connaitre par cœur, sur le bout des doigts, et dans toutes les versions qu’il existe. Parce que oui malheureusement, rien ne pourra jamais confirmer que telle ou telle version est la bonne. Mais c’est ça qu’aime Ranya. Ce sentiment que malgré tout ce que l’on sait, il reste encore énormément de choses à découvrir. C’est cette place là que la blonde veut gagner, celle qui courra après les légendes et montrera au monde entier que tout ceci est bien réel.

Pour autant, l’explication de la danseuse ne semble pas satisfaire à 100%. Enfin si, mais c’est autre chose qui dérange la jeune magicienne. L’enfant écoute attentivement les explications de sa camarade pour essayer de la suivre dans son raisonnement. Effectivement, en racontant l’histoire, la scientifique s’est concentrée uniquement sur ce qui était représenté, et pas sur la matière utilisée. En y regardant de plus près, ce que dit Calua est parfaitement juste. Il semble y avoir des différences dans le bois utilisé. Une différence d’époque. Il est évident que quelque chose a été ajouté, ou masqué. Et la jeune fille a déjà une petite idée derrière la tête. Pour autant, elle ne peut rien affirmer avec certitude.

Tu as complètement raison. Quelqu’un a bien changé la scène représentée, même si ça ne date pas d’hier. J’ai une petite idée mais je n’en suis pas complètement sûre. Je demanderais à notre chère hôtesse ce soir qu’elle confirme les hypothèses. En attendant, nous devrions prendre des photos sous tous les angles de la structure. Cela nous donnerait de la matière pour notre devoir et nous permettra aussi d’exposer tes observations. Heureusement que tu l’as vu sinon je n’y aurais jamais pensé. Et je pense que notre note va augmenter en conséquence, enfin si j’ai raison.

Les filles passèrent donc le reste de l’après-midi à examiner sous tous les angles l’autel et à le bombarder de photo. Effectivement à travers les photos, les différences de contraste entre les différents bois ressortent beaucoup plus. La magicienne du lot ne peut pas se tromper. Reste plus qu’à découvrir ce qu’il se cache derrière cette reconstruction. Lorsque les premiers rayons du soleil déclinent, les habitants commencent tout doucement à rentrer chez eux. Les deux enfants décident donc d’en faire de même, en espérant que la mamie se soit calmée d’ici là. Elles toquent doucement à la porte avant d’entrer dans la grande maison. A leur grande surprise, elle remarque que non seulement leurs affaires ne sont plus dans le couloir mais qu’en plus, une douce odeur se dégage de la cuisine. Avec son tablier bleu, la doyenne s’approche, un grand plat à la main et le pose, sans grande délicatesse, sur la table principale.

Vous voilà. A table. J’ai mis vos affaires dans la chambre au bout du couloir.

Tandis que leurs pokemons vont se mettre dans la chambre, les deux étudiantes s’installent à table en compagnie de leur hôtesse. Il faut reconnaitre que même si elle est très désagréable, ce qu’elle a préparé pour manger est excellent. Le repas se fait donc dans un silence de roi, tout le monde étant trop occupé à savourer ce délicieux diner. Lorsque les assiettes furent enfin vides, un autre silence s’installa, que la blondinette s’empressa de briser, estimant avoir trop attendu pour poser la fameuse question.

Nous avons passé l’après-midi avec Calua à observer l’autel au centre du village. Ne vous inquiétez pas nous n’avons rien touché mais mon amie a soulevé quelque chose d’intéressant. Il semblerait, au vu de l’usure de la fresque, que des éléments initialement là aient été recouvert par des sculptures plus récentes. C’est très étrange de vouloir refaire le passé, surtout dans un village chargé d’histoire comme celui-ci. Alors ma question est la suivante : les anciens habitants du village ont-ils cherché à cacher l’existence du troisième être originel créé par Arceus, Giratina, le pokemon Renégat ?

La lueur jusque là attentive dans les yeux de la doyenne s’est éteinte complètement pour laisser placer à des yeux noirs, remplis d’une colère envers l’enfant qui avait osé dire ça sans la moindre retenue. Du haut de son âge déjà bien avancé, elle se leva et tandis son bâton de bois en direction de la danseuse.

Jeune fille je vous prierais de mesurer la portée de vos paroles avant de lancer de telle chose dans cette maison. On ne vous apprend donc rien là où vous vivez ?! Mademoiselle Snow devrait sélectionner davantage ces élèves à l’entrée nous éviterions ce genre d’incident. Maintenant filez dans la chambre je ne veux plus vous voir !


Au pas de course, les deux camarades s’engouffrent dans le couloir et regagnent leur chambre, non sans claquer la porte, comme si la mamie pouvait les poursuivre à tout moment. Une fois à l’intérieur et en sécurité, Ranya s’exclame.

Je le savais j’en étais sûre c’est ça ! Elle n’aurait pas réagi comme ça si j’avais fait erreur. Ils ont osé effacer Giratina de l’histoire…



©️BBDragon
Calua R. Kana
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 95
Points d'Expériences : 552
Coordinateur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Jeu 27 Déc - 13:11
Les explications de Ranya faisaient sens. Et même si Calua ne connaissait que les grands traits de la légende d’Arceus (Il manquait la partie avec l’invasion extraterrestre et l’ultime bataille entre l’alliance Humain-Pokemon et les Ténèbres, mais ça devait être la version longue), elle devait avouer que l’entendre décrire ainsi, ça lui causait des petits fourmillements. Pour un peu, elle serait bien allé se chercher un verre de chocolat chaud pour en écouter davantage, Rani avait une super voix de conteuse ! Secouant la tête pour chasser le bâillement qui menaçait de poindre, la Pyroli reporta son attention sur la partie ‘’bizarre’’ de la fresque. Plus qu’à voir si son amie la suivait dans son raisonnement...

‘’Tu as complètement raison. Quelqu’un a bien changé la scène représentée, même si ça ne date pas d’hier. J’ai une petite idée mais je n’en suis pas complètement sûre. Je demanderais à notre chère hôtesse ce soir qu’elle confirme les hypothèses. En attendant, nous devrions prendre des photos sous tous les angles de la structure. Cela nous donnerait de la matière pour notre devoir et nous permettra aussi d’exposer tes observations. Heureusement que tu l’as vu sinon je n’y aurais jamais pensé. Et je pense que notre note va augmenter en conséquence, enfin si j’ai raison.’’

‘’Ah ah ! T’as vu Pollo, c’est moi qui l’ai trouvé ! Alors, tu n’as rien à dire ?’’

Si...Un facepalm bien placé devant l’enthousiasme de la jeune fille, face à sa découverte. Malgré sa réaction, bien moins directe face à l’observation de la jeune fille, son Coxyclaque devait admettre qu’en y regardant de plus près, elle avait sans doute mis le doigt sur quelques chose (Au sens propre, si jamais la mamie l’avait aperçu, elle aurait probablement fini la nuit dehors, le ventre creux).
Avec son aide, le duo pu prendre des photos de l’autel sous tous les angles possibles et imaginables, ajoutant des vues aériennes à celles prises au ras du sol. Dans le même temps, diverses hypothèses fusèrent et même si Calua défendait ardemment l’invasion extraterrestre, venu changer l’histoire pour asservir l’espèce humaine, elles n’avaient toujours pas trouvés d’indices probants. Tout en laissant à Ranya le soin de prendre les derniers clichés, la jeune magicienne en profita pour examiner leurs trouvailles : sur au moins cinq portions différentes des fresques, la colorations du bois dénotait d’un changement postérieur à la création de ces dernières. Mais comment faire pour vérifier ce qui se trouvait dissimulé sous le bois ? Une question qu’elle résoudrait sans doute beaucoup mieux, l’estomac plein !
Le retour chez leur hôtesse se fit sans encombre, mais à l’approche de la porte, Calua se mit lentement à ralentir, avant de lancer un regard implorant à sa camarade.

‘’Dis Rani...Tu ne veux pas passer devant ? Comme ça, je peux...euh...prendre une dernière photo. On sait jamais, ça pourra nous aider, peut-être.’’

À moitié poussé par son starter, la jeune fille se fit toute petite en entrant dans le hall, malgré la bonne odeur qui se répandait autour d’elles. Manifestement, cette grand-mère maniait le couteau à découper avec autant de talent que sa canne. Et malgré l’ambiance pour le moins glaciale qui se dégageait de la tablée, elle devait admettre que le ragoût et les petits gâteaux préparés durant leur absence étaient absolument délicieux.
Tout en essayant de faire tapisserie, la petite Pyroli coulait des regards à sa camarade, qui semblait de plus en plus frustrée. Et lorsque Ranya n’y tint plus et laissa échapper tout ce qu’elle avait sur le coeur, Calua et Apollo se contentèrent d’échanger un regard, avant de prendre un autre gâteau et de fixer également leur hôtesse. Après tout, peut-être qu’elle ne prendrait pas mal le fait que la Givrali venait de traiter tout le village de falsificateurs et de menteurs ?

‘’Jeune fille je vous prierais de mesurer la portée de vos paroles avant de lancer de telle chose dans cette maison. On ne vous apprend donc rien là où vous vivez ?! Mademoiselle Snow devrait sélectionner davantage ces élèves à l’entrée nous éviterions ce genre d’incident. Maintenant filez dans la chambre je ne veux plus vous voir !’’

Ah non, perdu ! Fuyant littéralement une volée de coups de bâtons potentiels, le duo s’engouffra dans le couloir, avant de plonger dans la chambre qu’elle partageait pour leur séjour. Adossé au battant, comme pour faire barrage de son corps, Calua colla presque son oreille à la porte, de crainte d’entendre la vieille femme les poursuivre. Et lorsque l’unique son que lui répercuta le bois, fut les battements de son propre coeur, elle se laissa aller en soupira    nt. De son côté, Ranya semblait particulièrement énervée, en revanche.

‘’Je le savais j’en étais sûre c’est ça ! Elle n’aurait pas réagi comme ça si j’avais fait erreur. Ils ont osé effacer Giratina de l’histoire…’’

‘’Euh, Rani ? Je veux pas dire de bêtises, hein. mais tu pourrais m’expliquer ? Il a fait quoi, ce ‘’Giratina’’ pour qu’on en vienne à l’effacer ? Je connais pas trop trop les légendes de Sinnoh...Par contre, si t’as des questions sur Xerneas, je te fais tout le topo !’’

Pas sûr que ça vous soit très utile actuellement, ma belle. Mais en attendant, Ranya était assez gentille pour lui faire le point sur la situation. Et elle devait bien avouer que décrit telle qu’elle le faisait, Giratina avait , en effet, l’air d’être un Pokémon sacrément redoutable. Mais bien plus que son caractère ‘’renégat’’, c’était son contrôle sur les ombres qui intéressa vivement la magicienne...Vous imaginez le potentiel de pouvoir contrôler les ombres, dans un spectacle intégralement plongé dans l’obscurité ?!
Tout en écoutant Ranya, elle en profita donc pour prendre bon nombres de notes (autant pour son devoir que pour un futur tour au plus noir de la nuit.) et la soirée s’étala donc sur les nombreuses questions et demandes de précisions de la Pyroli. Une question ne cessait cependant de revenir entre elles : si ce Pokémon avait été gravé, puis effacé, comment faire pour savoir ce qui avait tout d’abord était dit à son sujet, sur l’autel ? A tel point que ce fut une série de coups répétées sur leur pote, qui coupa net les jeunes filles dans leur élan.

‘’SILENCE ! Tout le monde au lit, je ne veux plus rien entendre !’’

Le temps de plonger dans leur pyjamas et les deux jeunes filles se glissèrent bon gré, mal gré sous leurs draps...Décidément, impossible de travailler sans être dérangé, ici.

*****************

‘’Psst, Ranya...Tu dors ?’’

Si elle te réponds, comment veux-tu qu’elle dorme ? A moitié dissimulée sous sa couette, la Pyroli se tournait et se retournait depuis déjà deux bonnes heures. Au-dehors, pas un bruit, pas un mouvement, tout Célestia semblait profondément endormie. Pourtant, dans l’esprit de la jeune fille, c’était un véritable bouillonnement constant : elle avait beau prendre le problème dans tous les sens, elle n’arrivait pas à trouver une solution satisfaisante. Il était temps d’agir façon Calua !
Prenons le problème à l’envers : quelque soit la méthode utilisée pour graver les premières  images de Giratina (si c’était bien lui sur la fresque), les artisans avaient forcément dû aligner les images avec le reste des gravures.
Si le bois était plus clair, ça voulait dire qu’on avait ajouté une seconde plaque de bois par-dessus la première pour ne pas abîmer le reste de l’oeuvre. À moins de faire sauter celle-ci avec un pied-de-biche, il serait difficile de voir ce qu’il y avait dessous. Difficile, mais pas impossible, donc !

‘’Je crois que j’ai trouvé une solution ! Si j’ai raison, on devrait pouvoir voir ce qu’il y avait comme gravure à la base, sur l’autel ! Par contre, je pense pas qu’on me laisse tenter l’expérience devant tout le monde et si jamais cette mamie nous voit...Brrr, j’ose pas y penser .’’

Le plan paraissait un peu taré, mais elle n’en avait pas d’autres : la seule manière de procéder pour pouvoir intervenir sur l’autel, sans qu’on ne l’arrête, c’était…

‘’...Faut qu’on y aille maintenant. En pleine nuit, personne ne nous verra. En plus, c’est assez rapide si je prépare tout ici, à l’avance. On sera revenu  dans nos lits sans que personne ne s'aperçoive de rien !’’

Devant l’air un peu sceptique de Ranya, la Pyroli se laissa glisser au bas de son lit, avant de saisir la cape qui ne la quittait jamais. Après plusieurs tentatives infructueuses, elle parvint à en extraire une sorte de petit flacon, rempli d’une poudre qui luisait légèrement dans l’obscurité de la chambre. De l’autre main, la Pyroli fit apparaître une sorte de petit carré de papier sombre.

‘’Si je peux saupoudrer ça dans l’interstice entre la plaque et les gravures originelles, il me suffira de faire comme pour mon tour ‘’Constellations mouvantes’’ ! Attends, je te montre.’’

Après avoir saupoudré une petite partie du flacon sur sa main, la Pyroli se contenta de l’appuyer sur le carré de papier rigide. Puis, avec emphase, elle fit pivoter ce dernier entre ses doigts, jusqu’à ce qu’il tourne lentement face à la fenêtre : à peine les rayons du clair de lune s’étaient-ils posés sur sa surface, que des contours scintillants commençaient à se dessiner, jusqu’à reproduire la paume de la jeune fille jusqu’aux plus fines lignes qui s'inscrivaient sur cette dernière !

‘’Des écailles de Lumivole ! j’en ai récupéré quand je suis passé à Hoenn avec ma maman. Lorsqu’elles sont exposées à la lumière de la lune, elles brillent super fort pendant plusieurs heures. Plus qu’à glisser la feuille dans l’interstice juste après avoir mis la poudre dedans et zoupla ! On a un super pochoir de ce qui se trouve là-dessous. Qu’est-ce que tu en dit ?’’

_________________
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 1411
Points d'Expériences : 508
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Sam 5 Jan - 18:02



Survivance du passé
Ranya trépignait comme jamais dans la chambre, laissant en elle se mêler plusieurs sentiments presque contradictoires. D’abord la satisfaction d’avoir compris ce qu’il se tramait ici, mais aussi de la colère de voir qu’un village aussi chargé d’histoire comme Celestia s’était permis de la réécrire en se débarrassant des anciennes représentations sur l’autel. Tout ça pour éliminer un pokemon défini comme Renégat par la mythologie. Bien sûr, la blonde comprend la crainte de la doyenne de Celestia. Giratina n’est pas connu pour sa gaité de cœur, loin de là. La danseuse elle-même craint le jour où il forcera la prison que lui a créé Arceus pour revenir parmi le monde des dieux et des hommes, mais de là à cacher un bout de l’histoire. Tout ça pour dire que cela ne plait pas du tout à la scientifique, laissant dans le même temps sa camarade coordinatrice sur la touche. La brunette n’a pas l’air très renseigné sur les légendes autour de ce pokemon, et Ranya ne peut pas la laisser dans l’ignorance.

Tout à l’heure, quand je t’ai raconté l’histoire de la création du monde, je ne t’ais pas tout dit. Lorsque Arceus a créé Dialga et Palkia, il a créé par erreur une troisième force censée équilibrer la puissance des deux autres. Cette troisième force est un pokemon du nom de Giratina. Il a pris le type spectre et dragon, et représente le chaos et la discorde du monde. Si pendant longtemps Arceus est parvenu à le maintenir sous contrôle, il a fini par être banni dans le monde Distorsion, un endroit où la réalité que nous connaissons n’existe pas. Un endroit où il demeure profondément seul.

Globalement, il s’agissait du résumé dans les grandes lignes de ce qui était connu de ce pokemon. Le reste n’est que théorie voire divagations de la part de scientifiques bien décidés à percer tous les secrets de l’univers. L’histoire d’Hélio notamment a défrayé la chronique il y a quelques années, lorsque celui-ci a tenté de pénétrer dans le monde Distorsion en invoquant la puissance de Dialga et Palkia grâce à son organisation, la Team Galaxy. Personne ne sait vraiment ce qu’il est devenu. Certains disent qu’il a bel et bien réussi à pénétrer dans cet autre monde, tandis que d’autres assurent qu’il s’est simplement échappé après l’échec de son expérience. Une histoire bien complexe qui rappelle à Ranya que parfois, trop vouloir en savoir mène à la folie et à la destruction.

Le reste de la soirée, les deux jeunes filles en ont profité pour parler encore et encore de cette fresque et des légendes qui vont avec. La danseuse a profité de sa très bonne connaissance sur le sujet pour mettre au point la magicienne. Si demain elle se rende au musée de Vestigion demain, il vaut mieux que Calua en sache un maximum possible histoire qu’elle comprenne mieux tout ce qui va leur être présenté. Au bout d’un moment, la vieille folle vient frapper à la porte avec sa canne, donnant ordre aux deux étudiantes de cesser les bavardages et d’aller dormir. C’est en soupirant que la blondinette prend place dans le lit, suivie de près par la Pyroli qui n’a pas du tout envie de se faire crier dessus une nouvelle fois.

***

La pause nocturne n’a pas durée bien longtemps. Ranya a un peu de mal à trouver le sommeil. En somnolant, elle ne cesse de retourner le problème dans tous les sens, à la recherche d’une véritable justification pour que les habitants de cette ville se permettent d’aller jusque-là. Normalement les villages comme celui-ci vivent dans la crainte des pokemons légendaires. Ils devaient avoir une sacrée raison pour effacer Giratina sans craindre des représailles. Même si c’est Arceus lui-même qui l’a banni, elle ne cesse de croire que le Dieu des pokemons souhaite que l’on respecte ses créations, même s’il s’agit d’erreur.

Visiblement elle n’est pas la seule à être perturbée par cette histoire puisque la magicienne l’interpelle d’une petite voix. « Non je ne dors pas, enfin pas vraiment ». Cette question est idiote mais quand on y pense, impossible de savoir autrement si quelqu’un est réveillé. Depuis le lit superposé sur lequel la jeune fille se trouve, Ranya écoute avec attention le raisonnement de la brunette. Evidemment qu’elle aussi meurt d’envie de découvrir ce qu’il y a en dessous de cette planche de bois. Mais comment faire tout ça sans être repérée premièrement puis deuxièmement sans que les habitants se rendent compte qu’elles ont violé un monument sacré. Sauf que chance pour elle, la magicienne a plus d’un tour dans son sac et lui expose sa méthode pour récupérer cette fameuse gravure. Plus les mots s’enchainent et plus la danseuse se relève de son lit pour découvrir les talents de sa camarade en application. Avec ça, tout devient possible et la blonde ne souhaite pas perdre une minute de plus.

J’en dis que c’est génial ! T’es la meilleure. On n’a pas une seconde à perdre. Plus on attend et plus on prend le risque de se faire attraper. C’est l’heure d’enfiler ses baskets et de filer dans la nuit récupérer ces infos précieuses. On va aussi avoir besoin d’un peu d’aide.

D’un geste rapide, l’enfant libère ses deux pokemons spectres. En silence, elle leur fait comprendre qu’ils vont devoir surveiller le terrain avec leur discrétion légendaire pour s’assurer que personne ne rapplique pendant qu’elles essaieront de découvrir les secrets de ce village. Une fois les deux jeunes filles prêtent, elles quittent leur chambre sur la pointe des pieds pour s’extirper de la maison qui, heureusement, n’est pas fermée à clé. Dans le silence la nuit, les filles ne tardent pas à rejoindre l’autel, complètement désert. La blonde fait signe à Calua qu’elle peut effectuer la manœuvre pour créer ce pochoir pendant qu’elle surveille les alentours. Comme la dit la brune plus tôt, c’est extrêmement rapide et en quelques minutes, la magicienne parvient à installer son dispositif et presque par magie, ce qui était caché est maintenant révélé. Avant même de chercher à comprendre ce qui est représenté, Ranya prend quelques photos avec son Ipok avant de s’emparer du dessin. Maintenant, c’est à elle de décrypter, à voix basse bien sûr, ce qui est représenté là-dessus.

Alors, je vais essayer d’être le plus clair possible mais quand c’est représenté comme ça ce n’est pas toujours simple. On voit un village, habité par une population joviale. En revanche, elle semble complètement se détourner des pokemons légendaires. Regarde, ils se tiennent tous de dos à Arceus, alors qu’ils devraient se mettre à genoux devant lui. Sur le dessin suivant, Giratina apparait et semble en colère. Il utilise ses pouvoirs sur le village. On dirait que peu de temps après, ils sont tous tombés malades, et pas qu’un peu puisqu’il y a l’air d’avoir eu beaucoup de morts. Juste après ça, Arceus bannit Giratina dans le monde Distorsion. Je pense que c’est à peu près ça.

Au même moment, ses deux pokemons reviennent et indiquent aux filles qu’il vaudrait mieux partir, quelqu’un arrivant vers ici. Rapidement, les deux étudiantes quittent la place et retournent dans leur chambre, visiblement sans avoir réveillé la vieille femme. Mais impossible d’espérer se rendormir dans l’immédiat pour Ranya, elle devait mettre les choses au clair avec Calua. A nouveau depuis son lit, la scientifique essaie de dresser le bilan.

Donc en résumé, un village qui avait décidé de se détourner de l’autorité d’Arceus a été maudit par Giratina et par conséquent ravagé par la maladie. Arceus jugeant cette décision trop cruelle a décidé de bannir une fois pour toute sa création dans le monde Distorsion. Effectivement c’est un peu cruel comme punition mais de-là à cacher ça aux yeux des populations, c’est peut-être un peu exagéré tu ne trouves pas ? Bon on devrait dormir sinon la veille folle va se rendre compte qu’on n’a pas assez dormi. Demain on a le musée à visiter. Peut être que là-bas ils nous en diront plus. Bonne nuit championne.

La blonde s’enroule dans sa couette tel un sushi et essaie tant bien que mal de trouver le sommeil, à la recherche d’un peu de repos avant la journée de demain.



©️BBDragon
Calua R. Kana
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 95
Points d'Expériences : 552
Coordinateur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Ven 18 Jan - 22:54
''J’en dis que c’est génial ! T’es la meilleure. On n’a pas une seconde à perdre. Plus on attend et plus on prend le risque de se faire attraper. C’est l’heure d’enfiler ses baskets et de filer dans la nuit récupérer ces infos précieuses. On va aussi avoir besoin d’un peu d’aide.''

Ce qu’il y a de bien, avec Rani’, c’est qu’on peut toujours compter sur elle pour les idées géniales. En même temps, ce plan n’avait  absolument aucune faille (Si l’on excepte la petite centaine de choses qui pourraient mal tourner, avec au premier rang, le fait de vous faire choper !), rien d’anormal donc, à ce qu’elle le valide !
Tandis que sa camarade Givrali se livrait à ses propres préparatifs, Calua en profita pour effectuer un petit relooking : exit le pyjama Poussifeu à capuche, bonjour la tenue intégralement noire en un tour de cape. Habituellement, ce genre de costumes ne lui sert que pour les tours de disparitions...mais vu la lumière ambiante dans les rues, ça fera parfaitement l’affaire !
Guidé par les deux petits Spectres de Rani, le duo entrouvre alors la porte de leur chambre, pour se retrouver face à un long couloir faiblement éclairé par la lune, depuis une lucarne. À pas de loups, de crainte de faire grincer le plancher centenaire, nos deux aventurières se glissent lentement jusque dans le hall, non sans un bref arrêt au niveau de la chambre de leur hôtesse. Pas un bruit, pas un mouvement et pourtant, Calua s’attendait à chaque seconde, à voir débarquer la vieille femme armée de sa canne, pour les punir de leur tentative d’escapade nocturne.
Ce n’est qu’une fois dans la rue que la Pyroli se laissa aller pour reprendre profondément son souffle, avant d’emboîter le pas à Rani, en direction de l’autel central de Célestia. Silencieuse durant le trajet, ce n’est qu’une fois sur place et sous la surveillance vigilante des types Spectres et de Hak, que le duo se mit enfin à l’ouvrage. Sortant le minuscule falon d’un repli de sa tenue, Calua commença tout d’abord par verser un petit tas de poudre au creux de sa paume, avant de l’orienter vers le ciel : sous l’influence de la lumière lunaire, les écailles de Lumivole se mirent doucement à scintiller, créant un scintillement constant au pied de l’autel. Puis, sans attendre, la petite magicienne extirpa une nouvelle feuille de papier de son sac, avant de la recouvrir littéralement avec le mélange brillant.
Au prix de quelques efforts, elle parvint à localiser la ligne de séparation entre la fresque originelle et la plaque plus récente, qui avait été fixée pour masquer les premières gravures. Millimètre par millimètre, suant à grosses gouttes malgré la fraîcheur nocturne, la jeune fille parvint à glisser une bonne partie de son pochoir improvisée dans l’intervalle, avant de patienter quelques secondes pour que les motifs s’impriment bien. Puis, d’un geste vif, elle extirpa le tout, avant de le présenter à Ranya : sur le rectangle de papier, de fines lignes en surimpression commencèrent à se dessiner, révélant un motif que sa camarade pourrait sans doute analyser. C’était elle, l’experte en légendes après tout !

‘’Alors, je vais essayer d’être le plus clair possible mais quand c’est représenté comme ça ce n’est pas toujours simple. On voit un village, habité par une population joviale. En revanche, elle semble complètement se détourner des Pokemons légendaires. Regarde, ils se tiennent tous de dos à Arceus, alors qu’ils devraient se mettre à genoux devant lui. Sur le dessin suivant, Giratina apparait et semble en colère. Il utilise ses pouvoirs sur le village. On dirait que peu de temps après, ils sont tous tombés malades, et pas qu’un peu puisqu’il y a l’air d’avoir eu beaucoup de morts. Juste après ça, Arceus bannit Giratina dans le monde Distorsion. Je pense que c’est à peu près ça.’’

...Wow. Effectivement, la réaction de la vieille dame, s’expliquait un chouia, en prenant en compte ce nouvel élément. Au final, les villageois avaient fait preuve d’ingratitude mais la punition choisie par Giratina, semblait quand même bien sévère. Néanmoins, s’il avait finit par décimer les rangs des habitants, il semblerait normal que ces derniers aient voulu l’oublier, après son bannissement.
Fortes de cette information, les deux étudiantes n’eurent plus qu’à repartir en sens inverse, évitant au passage un vieil homme au pas tranquille, sans doute sorti pour une petite balade nocturne (Décidément, ce village était plus animé de nuit que de jour…). Une fois de retour dans leur chambre, en revanche, Ranya ne perdit pas une seconde pour partager sa propre pensée sur le sujet.

“”Donc en résumé, un village qui avait décidé de se détourner de l’autorité d’Arceus a été maudit par Giratina et par conséquent ravagé par la maladie. Arceus jugeant cette décision trop cruelle a décidé de bannir une fois pour toute sa création dans le monde Distorsion. Effectivement c’est un peu cruel comme punition mais de-là à cacher ça aux yeux des populations, c’est peut-être un peu exagéré tu ne trouves pas ? Bon on devrait dormir sinon la veille folle va se rendre compte qu’on n’a pas assez dormi. Demain on a le musée à visiter. Peut être que là-bas ils nous en diront plus. Bonne nuit championne.”

‘’À toi aussi, Rani !’’

Au moins, elles étaient sur la même longueur d’ondes. Plus qu’à espérer que ce musée s’avère aussi intéressant que ce que leur petite sortie à la lueur de la lune, leur avait enseigné.

********************

‘’Wouaaaaaa...Eh Rani, Rani, Rani, t’as vu ça ?! Tu penses qu’ils faisaient les mêmes à notre taille ? Et celle-là, elle est super hyper méga jolie !!!!’’

Pitié, que quelqu’un l’arrêt, les vigiles vont finir par intervenir. Quoi que, vu l’air paternel qu'affiche le gardien en charge de la salle dans laquelle elle vient de pénétrer, il y a peu de chances que tout cela finisse mal. Donc, Apollo, arrête de te ronger les griffes que tu ne possèdes pas, de toute façon ! Elle n’a pas encore essayé d’enfiler cette armure typique de Sinnoh et...Euh, dans le doute, va la forcer à  reculer quand même !
La visite au musée avait démarré sur des chapeaux de roue : levées aux aurores, malgré les protestations de Calua, vite étouffées par le rugissement de leur logeuse quand aux ‘’générations feignantes qui dorment jusqu’en milieu d’après-midi !’’, le duo s’était régalé d’un copieux petit-déjeuner, avant de vider les lieux au pas de course. la matinée était déjà bien avancée quand leur bus les déposa en face de l’immense bâtiment. De par et d’autre de l’allée centrale et de ses double-portes, des statues de Dialga et Palkia semblaient jauger les visiteurs assez dignes pour venir s’abreuver des légendes les concernant.
Et une fois à l’intérieur, les lieux étaient semblables à un véritable labyrinthe : des sections d’ethnographie, d’écologie, d’histoire et de géographie s'étalaient sur trois étages. Autant de salles à parcourir, afin de trouver des informations susceptibles de compléter leurs précédentes découvertes.
Et si Calua ne s’arrêtait pas devant chaque présentoir avec un air ravi, la visite aurait sûrement déjà produit de meilleurs résultats !

‘’Oh, Rani, viens voir !’’

Qu’est-ce qu’elle a encore trouvé ?

‘’Tu penses que c’est le vrai ? Il est encore plus brillant que les images dans nos bouquins.’’

Reposant sur un coussin, protégé par sa cloche de verre, un gros joyau luisant ornait le centre d’une pièce, intégralement dédié à son histoire. Apparemment, cet ‘’Orbe adamant’’ possédait un fort lien avec Dialga et plusieurs mythes mentionnait ses capacités surnaturelles. Plongée dans sa lecture, suivant un à un les panneau qui encadrait la salle, Calua ne put retenir un gros soupir en arrivant au bout de son parcours.

‘’Y’a rien sur Célestia, ici. Ça parle de pleiiiiins d’histoires différentes, mais ça concerne toujours la région en entière. Pourquoi est-ce qu’on ne peut pas juste poser la question à voix haute et avoir une réponse directe d’Arceus ? C’est quand même son histoire à lui, il pourrait nous filer un coup de main...Fin, de patte !’’

‘’Si on y réfléchit, peut-être que c’est exactement ce qu’il fait.’’

La voix était douce et légèrement amusée. En se retournant pour en découvrir l’origine, Calua se retrouva pratiquement nez à nez avec sa propriétaire : plus âgée que les deux élèves, une belle jeune femme blonde au long manteau noir, se tenait juste à ses côtés, les bras croisées. Les manches et le col orné de bandes de fourrures, sa tenue aurait pu laisser transparaître une certaine tristesse dans ce choix de couleur uniforme...Et pourtant, tout chez cette femme respirait la bienveillance.

‘’ Parfois, il suffit de poser la question, pour que quelqu’un vous guide sur la bonne voie. Vous devriez essayer la section face aux escaliers, au premier étage. Ils ont un espace dédié au village de Célestia en lui-même. Si vous êtes en quête de ce genre d’informations, ils auront ce que vous cherchez.’’

‘’Oh. Super ! Merci m’dame ! Allez Rani, on se dépêche, sinon, on aura jamais le temps de tout voir !’’

Poussant à moitié sa camarade devant elle tout en agitant la main à l’intention de leur guide improvisé, Calua manqua de trébucher lorsque Ranya se stoppa brusquement, les pieds fermement ancrés au sol. Devant elles, se dressait une sorte de gigantesque reconstitution en bois, du village qu’elles avaient quittés le matin même. Délicatement sculptée et reproduite à l’échelle, la maquette se subdivisait en plusieurs sections, chacune représentant une époque précise de l’histoire de Célestia. Et lorsque la Givrali attira son attention sur les parties les plus anciennes, Calua ne put que constater qu’elle venait enfin de trouver une piste !

‘’Donc...L’autel n’était pas situé au centre de Célestia, à l’origine, mais bien DANS la caverne qui servait aux rituels. Ce qui veut dire que s’il reste des informations sur Giratina et son influence sur le village, on devrait avoir plus de chances d’en trouver là-bas.
Bon euh, par contre...Tu penses que si on lui demande poliment, la dame qui nous accueille acceptera de nous laisser visiter cette grotte ?’’


L’espoir fait vivre, après tout.

_________________
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 1411
Points d'Expériences : 508
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Dim 27 Jan - 19:03



Survivance du passé
Bien sûr que Ranya avait mis un moment avant de trouver le sommeil. Elle n’a pu s’empêcher de retourner cette histoire encore et encore pour être sûre de ne pas avoir fait une mauvaise interprétation. L’image bien gravée dans son esprit, la blonde visualise mentalement chaque détail pour être sûr que l’histoire est bien complète mais après presque une heure de réflexion rien à faire, c’est toujours cette hypothèse qui revient. Giratina a volontairement répandu la maladie dans le village pour les punir. Vu l’état des habitants, la peste noire ou quelque chose du genre (maladie très commune à une certaine partie de l’histoire si elle se souvient bien de ses lectures sur le sujet). C’est terrible comme sanction mais montre bien la puissance des pokemons légendaires, leur pouvoir sur les hommes. Sirius devrait entendre ce genre d’histoire pour comprendre sa grave erreur. C’est sur ces pensées que la jeune fille finit par lâcher prise, trop fatiguée à force de retourner dans sa tête un problème trop gros pour elle.

***

Evidemment le réveil a été beaucoup moins agréable, à coup de hurlement de la vieille folle dans toute la maison. Passée en mode automatique, la danseuse s’est contentée de prendre un petit déjeuner en silence (qui elle doit le reconnaitre était délicieux) pour reprendre des forces et réactiver cette folle énergie qui ne la quitte plus depuis hier. En courant dans tous les sens dans la maison (sous les cris à nouveau de son hôte, l’accusant de ne pas du tout respecter les lieux), Ranya rassemble ses affaires dans son sac à dos et quitte la maison en compagnie de Calua, direction le musée de Vestigion pour en apprendre plus. Officiellement elles font simplement des recherches sur la région mais officieusement, les deux étudiantes sont bien déterminées à en apprendre plus sur Célestia et par la même occasion l’exil définitif de Giratina par son créateur.

La blonde n’avait jamais vu un musée aussi grand de toute sa vie. Il y en a de tous les côtés et pour tous les gouts. Si ça ne tenait qu’à elle, la danseuse y passerait la journée voire même la nuit pour tout voir mais elle n’a clairement pas le temps pour ça. Il faut se recentrer sur leur mission du jour, ce que la magicienne a clairement du mal à faire « Doucement Calua, on ne peut pas d’extasier devant tout si on veut avoir une chance de mieux comprendre ce qu’on a découvert hier soir…ok j’ai rien dit ces statues sont absolument incroyables ». Forcément, en cherchant dans la partie mythologie de Sinnoh du musée, elles ont fini par tomber sur deux imposantes statues de Dialga et Palkia, accueillant les visiteurs avec une force particulière. Comme si à travers la pierre, les pokemons de l’Espace et du Temps pouvaient imposer leur autorité. En silence, Ranya en détail chaque coin, s’imprégnant des lieux et de leur majesté.

Calua finit par reporter son attention sur deux autres objets très intéressants. La blonde détourne elle aussi le regard pour s’approcher de la vitrine, les yeux attentifs. L’orbe Adamant et l’orbe Perlée trônent juste sous leurs yeux ébahis, brillant de mille feux. Passant en mode guide touristique, Ranya s’empresse de répondre à son amie. « Je pense qu’il s’agit des vrais. Je crois que le musée possède ces pièces depuis très longtemps et leur authenticité n’est plus à prouver. Après il est aussi possible qu’il existe plusieurs objets du même genre, lié à Dialga et Palkia d’une façon différente. J’aurais bien aimé voir l’orbe platiné aussi mais je ne pense pas qu’ils aient réussi à mettre la main dessus vu où se trouve Giratina. »

Bien sûr que la danseuse ne pouvait s’empêcher de repenser à Giratina. Ce pokemon aussi fascinant que cruel a bien des secrets à préserver. Et ce sont précisément ces secrets que la scientifique veut percer, car elle n’a pas peur de la vérité. Seulement voilà, Calua, qui est beaucoup moins passionnée qu’elle, s’impatiente de ne pas trouver des choses plus concrètes par rapport à notre objet d’étude, à savoir Célestia. Ranya n’a même pas le temps de lui répondre qu’une jeune femme juste à côté d’elles prend cette initiative. Un peu intimidée, Ranya rejoint vite la magicienne pour écouter cette femme. Pour une raison qu’elle ignore, Ranya sent bien que cette inconnue en connait un rayon sur ce musée. « Merci beaucoup madame ! ». Rapidement, les deux filles disparaissent à la recherche de cette fameuse section nouvellement indiquée.

En vérité, l’endroit était assez bien indiqué. Les deux étudiantes n’ont juste pas eu le temps de s’enfoncer autant dans le musée tellement celui-ci est immense. Cette section gravite autour d’une maquette en bois du village, montrant les évolutions de sa structure au fil du temps. Très attentive, Calua pointe le doigt sur un élément essentiel. L’autel n’est pas si vieux que ce que l’on pourrait croire et il semblerait qu’à l’origine il se trouvait caché dans la petite grotte qu’elles ont pu apercevoir la veille. Seulement, la brune soulève un point problématique. Après la remarque de Ranya la veille, pas sûr que leur hôte accepte cette petite demande.

Cette grotte nous permettrait de clore notre investigation. Mais à cause de mon intervention d’hier, la vielle folle ne nous laissera jamais y aller. Il va falloir qu’on la joue en mode ninja comme hier soir, et encore ce n’est pas sûre que ça passe.

Je ne pense pas que ce soit vraiment la peine, et puis la vieille folle ne va pas apprécier.

La blonde sursaute quand elle réalise que la jeune femme de tout à l’heure est de retour juste à côté des deux étudiantes, elle aussi fixant la maquette en bois. « C’est assez rare de voir des jeunes filles aussi passionnées par la recherche, particulièrement ciblée sur un petit village comme Celestia. Pourquoi cette attache toute particulière à cet endroit ? » « En fait nous sommes élèves à la Pokemon Community et notre devoir d’été consiste à étudier Celestia et à déterminer l’impact de l’histoire sur cette ville. Nous avons découvert des éléments très intéressants pour notre recherche mais il semble qu’ils aient été volontairement effacés. Alors nous cherchons des réponses ici mais la seule issue qu’il nous reste c’est cette grotte. Seulement, la doyenne ne nous porte pas dans son cœur, elle ne nous laissera jamais aller là-dedans ».

Dépitée, la danseuse laisse ses bras retomber le long de son corps tout en fixant la maquette, comme si la solution à tous ses problèmes allait surgir de cette pièce historique. Calua semble elle aussi très calme, comprenant que la recherche risquait de s’arrêter là. La scientifique a bien du mal à cacher sa frustration, comme une œuvre inachevée.

Cela tombe bien pour vous, je connais très bien la doyenne de Célestia. Si je lui demande, elle nous laissera entrer. Prenez encore du temps pour profiter de ce magnifique musée et quand vous aurez fini vos recherches, revenez me voir et je vous emmène là-bas. Il serait dommage que votre devoir tombe à l’eau pour si peu.

Les yeux de la blondinette brillent de mille feux tandis que la jeune femme s’éloigne légèrement des deux étudiantes. Surexcitée, Ranya se saisit des mains de Calua puis s’écrie « C’est une occasion en or ! Grace à cette femme, on va avoir toutes les réponses qu’on veut ! Viens avec moi, il faut qu’on note le plus d’info possible sur cette section et sur Giratina si on en trouve. Après quoi, à nous les clés de la liberté ! »



©️BBDragon
Calua R. Kana
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 20
Jetons : 95
Points d'Expériences : 552
Coordinateur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   Jeu 7 Fév - 15:30
Dire que Calua était dépitée, aurait été un euphémisme. Rien qu’à voir la façon dont ses épaules s’abaissent lorsque Ranya confirme ses craintes, on peut difficilement manquer la déception de la jeune Pyroli. Vu la ‘’confiance’’ que leur  accorde leur hôtesse,elles auraient effectivement plus de chances de pénétrer dans la grotte, en forant la montagne par l’autre bout...ou de voir la-dite hotesse changer d’avis à leur sujet, ce qui devrait arriver environ un an après la première solution !
Ou alors, elle pourrait tenter un tour hyper-explosif, afin d’attirer l’attention des villageois et pendant ce temps, elles n’auraient plus qu’à mener leur enquête...mais même pour une magicienne de sa trempe, faire disparaître toute une caverne avant de la remettre en place, voilà qui était hors de sa portée !
Le problème semblait donc insoluble pour le duo, leurs investigations ne pouvant se poursuivre correctement sans une visite en règle de cette grotte mystérieuse à Célestia.
Heureusement pour elles, il semblerait que leur ange gardien blond n’est jamais très loin : comme surgie du néant, la jeune femme au long manteau noir vint compléter les interrogations de Ranya, avant de satisfaire sa curiosité concernant leur intérêt évident pour Célestia. Laissant à sa camarade le soin de les présenter, Calua se contentait d’approuver vigoureusement ses dires de la tête, tout en extrayant les diverses notes et croquis qu’elle avait réalisé pour appuyer les remarques de la Givrali. On est déjà à trois carnets, ce sac n’est pas un peu petit pour contenir tout ça ?
Et lorsque finalement, l’inconnue semble se ranger de leurs côtés et leur propose de jouer les intermédiaires pour qu’elles puissent pénétrer dans la grotte, la Pyroli ne fut sûrement pas en reste pour une danse de la joie improvisée avec Ranya !

‘’C’est une occasion en or ! Grace à cette femme, on va avoir toutes les réponses qu’on veut ! Viens avec moi, il faut qu’on note le plus d’info possible sur cette section et sur Giratina si on en trouve. Après quoi, à nous les clés de la liberté ! ‘’

‘’On revient tout de suite...Vous nous attendez, hein ?’’

Elle vient de te le dire, inutile de paniquer. Avec un petit sourire rassurant, la jeune femme se détourna alors du duo, pour rejoindre la section la plus proche, tandis que de son côté, Calua entraînait à nouveau sa camarade le long des maquettes représentant Célestia. Au gré de leurs avancées, les deux élèves purent ainsi découvrir l’évolution de la ville et son expansion : représentées sur une série de poteries de plus en plus récentes, des scènes issues des contes et légendes de Célestia, accompagnaient la frise chronologique et deux d’entre elles attirèrent particulièrement l’attention de la petite magicienne.
Après une succession d’oeuvres représentant la vengeance de Giratina et sa tentative pour éradiquer les habitants du village, un autre vase contenait un indice capitale : c’est également en ce lieu que le Pokémon Renégat aurait été jugé par Arceus en personne. Quand au vase suivant, on y discernait clairement l’autel au fond d’une sorte de caverne, tandis que des habitants couverts de parures étranges, semblaient se dédier à une sorte de danse rituelle. On était bien loin du caractère tabou de la grotte, à l’heure actuelle !
Une fois ces précieuses informations notées dans leurs carnets, ce furent donc deux boules d’excitation qui dévalèrent les marches du musée, pour rejoindre le bienfaitrice : posé calmement près d’une colonne, cette dernière semblait en pleine conversation téléphonique et fit signe aux jeunes filles d’attendre un instant, en les voyant arriver.

‘’Je sais que ce n’est pas très conventionnel, Grand-mère. Mais elles ont besoin de savoir. Quel intérêt de protéger ce genre de choses, si elles ne font que sombrer dans l’oubli ? Ecoute, si jamais tu as quelque chose à redire, tu pourras le faire quand nous arriverons.’’

Malgré le ton bougon qui émanait de son téléphone, impossible pour Calua de comprendre un traitre de mot de ce que racontait la vieille dame. Et lorsque la jeune femme raccrocha finalement, ce fut pour les inviter à la suivre à l’extérieur où un petit van les attendait. Le véhicule avait connu des jours meilleurs, mais en découvrant un intérieur impeccablement entretenu, le grand soin que lui accordait sa propriétaire était évident. laissant le siège passager à l’avant à Ranya, Calua put ainsi se dévisser le cou pendant une bonne partie du trajet, pour essayer d’apercevoir le contenu des quelques grands sacs aux formes étranges qui emplissaient le coffre. Impossible de vérifier, mais elle était sûre que l’un d’entre eux contenait une épée géante !

‘’Et du coup, vous bossez pour le musée ? Comme y’a pleins de vieux trucs dans votre coffre et que vous avez l’air de bien vous y connaître au sujet de Célestia... Vous y êtes déjà entré, dans cette grotte ? C’est comment à l’intérieur ? Et tout ce qu’il y a dans votre coffre, ça a l’air vachement ancien, y’a des reliques magiques dans tout ça ?‘’

Pas mal de gens auraient simulés le silence au volant pour échapper à cette avalanche de questions mais la jeune femme se contenta d’éclater de rire, avant de rendre son regard à la bouille interrogative qui la fixait dans le rétroviseur.

‘’Doucement. Si tu veux des réponses, c’est à toi de les chercher comme une grande. Pour t’aider, j’accepte de t’en donner une et une seule, alors choisis-bien !’

‘’Euuuuuh..’’

Elle pouvait demander absolument n'importe quoi, comem d’où elle venait, son nom, ou pleins d’autres trucs. Mais lorsque son regard s’arrêta sur la petite figurine, fixé à la clé du véhicule qui bringuebalait à chaque cahot sur la route, la seule question qui lui vint, fut…

‘’Vous aimez beaucoup les Carchacroks ?’’

‘’On peut dire ça, oui.’’

‘’Du coup, vous avez…’’

‘’Tatatatata, j’avais dit ‘’une seule réponse’’ !’’

Devant la mine boudeuse que prit la Pyroli même Ranya et Apollo eurent bien du mal à compatir sans éclater de rire et le reste du trajet se déroula paisiblement, jusqu’à Célestia. le van interrompit sa route au niveau de la place centrale et après avoir déchargé son équipage, ce dernier n’eut plus qu’à remonter la rue principale, qui montait en pente douce jusqu’à l’entrée de la grotte. Une silhouette familière les y attendait déjà, face aux double battants qui cachaient l’intérieur aux regards importuns.

‘’Vous en avez mis du temps. j’aimerais bien savoir pourquoi tu me fais ça, ma petite !’’

‘’Grand-mère, je te l’ai dit : pourquoi n’auraient-elles pas le droit de savoir ? Ce ne sont que des histoires, elles peuvent en apprendre beaucoup.’’

‘’Certaines histoires feraient mieux de rester enterrées. Si jamais quelque chose de mauvais ressort de tout ça, ce sera notre faute.”

‘’Ou peut-être ne vois-tu pas ce qui pourrait en sortir de bon. Allez-y les filles, nous vous attendrons dans l’entrée.’’

D’un geste cérémonieux, la vieille femme se tourna alors en direction du battant, avant d’y introduire une grosse clé de bronze. Après deux tours rapides, un grincement sinistre se fit entendre lorsque les portes s’écartèrent, révélant un intérieur plongé dans l’obscurité. Des tréfonds de son sac à malice, Calua extirpa (non sans mal) deux petites lampes-torches, avant d’en tendre une à Ranya. Soutenu par la lumière des ailes d’Apollo, elles n’eurent alors plus qu’à s’avancer dans les profondeurs de la montagne.
La petite antichambre de l’entrée était extrêmement dépouillée et seules quelques tentures représentant Célestia en ornaient les murs. néanmoins, au fur et à mesure de leur progression, Calua et Ranya découvrirent des gravures imprimées dans la roche, bien plus détaillées que celles qui parsemaient l’autel à l’extérieur.

‘’Alors...là, on a la fondation du monde, puis l’arrivée des Pokémons et des humains dans la vallée...les petits conflits entre eux avant qu’ils ne fassent la paix...puis la création de ce qui va devenir le village de Célestia. Logiquement, la prochaine, ça doit donc être celle où Giratina devient jaloux d’Arceus et libère son espèce de maladie maléfique.’’

Mais, en lieu et place de la fresque attendu, ce fut une toute autre gravure qui submergea subitement les deux jeunes filles : étendue du sol au plafond, la fresque était gravée dans les veines d’une roche rouge, dont les reflets accrochaient la lumière de leurs lampes, donnant à  l’ensemble un caractère plutôt sinistre.
En analysant les détails un à un, Calua ne tarda pas à recommencer sa lecture depuis le début...Ça ne faisait aucun sens. Elles avaient vu l’autel à l’extérieur, elles avaient toute l’histoire et pourtant…

‘’Ranya, rassure-moi...Toi aussi, t’as pas vu ça sur l’autel ? On dirait que ça s’imbrique pas dans l’histoire, alors qu’est-ce que ça fait là ?’’

La fresque, bien loin de représenter Giratina en fureur, affichait une image de ce dernier, auréolé d’une sorte de soleil. Étendu dans la grotte, le Pokémon Renégat semblait, au contraire, recevoir l’adoration et les offrandes des habitants de Célestia. Mais la fresque semblait changer, devenir plus acérée dans le trait, plus violentes : des humains manifestement armés faisaient irruption dans la grotte et s’en prenait au Légendaire. Dans sa fureur, ce dernier déchaînait tout son pouvoir sur ses agresseurs, engloutissant l’intégralité de Célestia dans un nuage aux reflets obscurs.
Calua redressa alors la tête pour échanger un regard lourd de sens avec Ranya : qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ?

_________________
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé   
[Cours Été 2018 - Scientifique][Celestia] Survivance du passé
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Outils de modération :