>

Partagez | .
[Cours Été 2018 - Topdresseur stratégie] Une région, trois champions, une multitude de vision
avatar
Todresseur Spé. Type

Région d'origine : Hoenn
Âge : 14 ans
Niveau : 37
Jetons : 2567
Points d'Expériences : 831

Sujet: [Cours Été 2018 - Topdresseur stratégie] Une région, trois champions, une multitude de vision   Ven 28 Sep - 22:51



Marie m’a dit que ce serait une bonne idée de décrire ce qu’il se passe durant mon cours sur un journal…Je me suis dit pourquoi pas, ça pourrait être intéressant, un peu comme un carnet de route. Mais bon ce n’est qu’un détail, venons s’en au fait, cet été je dois faire un cours Topdresseur plus accès sur la stratégie. L’énoncé est simple, je dois interviewer trois champions d’arène au style de combat différents. Je ne suis pas vraiment accès sur la stratégie, mais je suis une mordue de combat, c’est donc avec plaisir que je vais aller interviewer trois champions de ma région d’origine Hoenn. Je vais dans un premier temps aller voir Adriane, la championne de Vermilava avant de naviguer en direction d’Algatia pour voir les champions jumeaux Lévy & Tatia. Pour finir je me rendrai à Atalanopolis pour voir Marc, le champion de type eau. Bon j’ai pas mal de chemin à faire avant d’arriver à la première arène, je tacherai d’écrire le plus de chose possible dans ce journal, ça me permettra d’avoir plus de détail pour pouvoir écrire mon rapport que j’enverrai à l’académie….Bon allez c’est l’heure de partir, direction Vermilava et notre première championne, Adriane la spécialiste des pokémons feu.
Un style de de combat brûlant pour une championne ardente

(début le 20/07/2018)

La terre ferme, je mentirais si je disais que je n’étais pas heureuse de fouler à nouveau la terre ferme après 2 jours de traversée, et apparemment je n’étais pas la seule. Mon Reptincel et mon Caninos sautillaient dans tous les sens, en même temps je les comprends, la mer ne me dérange pas tant que ça, mais eux, ils ne sont pas vraiment dans leur élément. En plus ça m’a fait du bien d’être ici, à Poivressel, la deuxième ville côtière de la région d’Hoenn, ma région. En quelques sortes j’étais rentrée à la maison, même si je n’étais pas encore arrivée à Nénucrique. Avant j’ai dû faire un détour pour ce cours que je devais rendre à la rentrée. J’ai eu pour mission d’interviewer trois champions d’arène pour en apprendre plus sur leur façon de se battre, et je ne pouvais pas passer à côté d’Adriane, la championne de type feu de la région d’Hoenn. Je ne sais pas si c’est mon idole, mais je l’admire beaucoup ça c’est sûr, c’est rare les femmes qui possèdent leur propre arène, et c’est mon rêve de faire comme elle.

Bon malheureusement pour moi, je n’avais pas le temps de faire du shopping au marché de Poivressel, quelques jours de marche étaient nécessaire pour atteindre Vermilava. Ça aurait été plus rapide si Dovah pouvait me transporter en volant sur son dos, mais bon j’ai fait avec. Je suis donc partie en direction de la ville volcanique connue pour ses sources chaudes, le chemin n’était pas trop compliqué quand on prend en compte que je suis passée par la piste cyclable pour atteindre Lavandia. Il ne me restait donc plus qu’à marcher une demi-journée pour atteindre le téléphérique pour monter au sommet du Mont Chimnée. Je n’oublierai jamais le regard brillant de mes pokémons feu en voyant la lave du volcan, moi-même j’ai eu le souffle coupé devant la beauté du spectacle que nous offrait la lave. C’est une force de la nature qui se trouvait sous mes pieds, les humains ont appris à vivre avec et à tirer parti de ce monstre de feu. Mais il ne faut pas oublier que la nature est de base incontrôlable, et si le volcan se réveil, les dégâts seraient importants…Ho non je me suis encore éloigné du sujet principal. Je suis donc redescendu de la montagne (et pas à Galopa hein) de feu, pour atteindre la fameuse ville de Vermilava, juste à temps pour mon interview avec Adriane.

C’est donc le cœur battant que je me suis dirigée vers l’arène, facilement reconnaissable par rapport aux autres bâtiments. Quand je suis rentrée, j’ai pris quelques secondes pour bien observer les alentours, après tout c’était la première fois de ma vie que je rentrais seule dans une arène, et c’est vrai que c’est assez impressionnant. Je me demande vraiment ce que ce sera quand je serai chalengeuse dans l’une d’entre elle. Un homme s’est naturellement dirigé vers moi, me demandant si c’était pour un défi, je lui ai donc expliqué les raisons de ma présence et qu’Adriane m’attendait surement. Ba oui je ne suis pas venue les mains dans les poches ‘’bonjour je souhaite faire une interview’’, j’avais pris le temps de prévenir avant. L’homme m’a donc conduit à la championne qui était assise dans ce que je suppose être sa salle de repos, c’était une salle assez simple, décorée avec des tableaux à l’effigie de pokémon feu, légendaire ou non. La championne aux cheveux flamboyant s’est levée à notre entrée et m’a chaleureusement saluée, elle semblait attendre ma venue avec attention, j’ignorais pourquoi, mais je n’ai pas eu le temps de lui demander que nous avons commencé l’interview tout de suite…et elle m’a interdit de la vouvoyer, ça m’a fait bizarre, mais je n’ai pas osé la contredire

(J’ai pensé que retranscrire l’interview enregistrée sur mon dictaphone serait une bonne idée au cas où l’appareil plante ou que Phoenix décide de le prendre pour s’en servir de jouet.)

M : Bonjour Adriane, merci de m’accueillir dans ton arène pour cette interview
A : Mais je t’en prie, tout le plaisir est pour moi, c’est si rare de voir de jeune fille s’intéresser au métier de championne d’arène.
M : C’est vrai, première question, comment t’es venue l’idée, l’envie de devenir championne d’arène ?
A : ça remonte à mon enfance, faut dire que j’ai grandi dedans, mon grand-père tenait cette arène avant moi. A chaque fois que je finissais les cours je venais ici et l’observais  dans ses combats. Quand il est parti j’ai repris le flambeau.
M : C’est aussi de ton grand-père que te vient cette passion des pokémons feu ? Et que tu as choisi ce type pour ta spécialisation ?
A : Alors non, ce n’est pas mon grand-père qui m’a insufflé cette passion, il m’a donné certains de ses pokémons feu, mais il était spécialisé dans un tout autre type. Mon premier pokémon a été mon Chartor, et au plus le temps a passé, au plus j’ai obtenu des pokémons feu…ce sont ceux qui me corresponde le mieux.
M : Donc d’après toi, on ne choisit pas son type suivant la ville ou les championnes qui nous précèdent. Qu’est-ce qui nous permet de savoir quel type est fait pour nous ? Tu viens de nous dire que les pokémons feu sont ceux qui te ‘’correspondent’’ le mieux, peux-tu développer ?
A : C’est évident, n’est pas dresseur spécialiste dans un type qui veut, il faut avoir un lien, une similitude avec lui. Par exemple, je suis quelqu’un d’assez impulsive et j’ai le sang assez chaud, malgré ma timidité naturelle. Je réagis au quart de tour et je suis imprévisible, un peu comme le feu. C’est donc plus par sa similitude avec moi-même que j’ai choisi le type feu plus qu’un autre.
M : Ainsi une personne au tempérament calme et doux ne pourrait pas être spécialiste du type feu ?
A : Elle pourrait avoir des pokémons feu, et se dire spé type, mais il lui manquerait cette petite étincelle qui permet au champion d’arène de devenir de grand dresseur.
M : Et qu’est-ce que c’est cette étincelle ?
A : Celle qui brille dans le regard d’un dresseur lorsqu’il se bat avec ses pokémons…Mais tu le découvriras en combattant.
M : Bien…(je dois avouer qu’à ce moment de l’interview je me suis un peu retrouvé prise au dépourvu, je ne savais pas vraiment de quoi elle parlait, et Adrianne n’avait pas vraiment l’intention de répondre à mes questions sur ce sujet) Et si on parlait de ton style de combat, est-ce qu’il est explosif comme peut l’être le feu ?
A : ‘’Rire’’ On peut dire ça, disons que je ne suis pas le genre de dresseuse à camper dans mon coin, je n’aime pas particulièrement ça.
M : Mais je suppose que tu n’es pas du genre à foncer tête baisser dans le combat
A : En effet…mais plutôt que de me poser des questions, que dirais tu de vérifier mon style de combat par toi-même ?
M : Heu…tu veux dire, par un combat ? Tout de suite ?
A : Par quoi d’autre ? Tu vas voir sur le terrain, il n’y a rien de mieux, je te rassure, ce ne sera pas un combat officiel de la Ligue. C’est juste pour t’aider dans ton interview.


C’est ainsi que je me suis retrouvée sur le terrain de l’arène, contrairement à ce que l’on pourrait penser, pas la moindre trace de feu ou de lave sur le terrain, juste un sol en terre. Je me tenais à un bout du terrain et Adrianne de l’autre, elle semblait si certaine d’elle, c’était comme si une aura émanait d’elle, une aura de force et de confiance. A cet instant je n’ai pas pu m’empêcher d’être fasciné par mon adversaire…mais j’ai rapidement du reprendre mes esprits qu’elle envoyait son premier pokémon, un Limagma. Je me souviens encore de mon cœur battant la chamade à ce moment-là, je ne pouvais pas faire demi-tour, et j’avais le pokémon parfait pour ce combat. Je lançai donc au combat mon Volcaropod fraichement capturé de la semaine, un véritable baptême du feu pour lui, sans mauvais jeu de mots. Normalement, sur le papier j’avais l’avantage, possédant l’évolution du pokémon de mon adversaire. Mais je savais pertinemment que le combat n’était pas gagné, il s’agissait quand même de la championne spécialiste du type feu, et elle connait mieux que personne les faiblesses de ce type, elle n’aurait donc aucune difficulté à les retourner contre moi. Au moins je suis certaine d’une chose, Sutur est remonté à bloc, et prêt à donner le meilleur de lui pour ce premier combat avec moi.

A peine le départ est donné qu’Adriane a ouvert les hostilités en lançant une attaque Plaquage, et j’étais surprise par la vitesse de son Limagma qui est supérieur à celle de mon Volcaropod. Heureusement pour moi, Sutur a plutôt bien encaissé le coup, nous permettant de contre-attaquer avec une attaque Pouvoir Antique. Des rochers ont alors émané du sol et ont filé à vive allures vers le Limagma qui ne peut pas l’esquiver. Bon ce premier mouvement était plutôt bien gérer de ma part, mais je me doutais qu’Adrianne n’avait pas tout misé sur une frappe éclair. Taper vite et comme un bourrin ne lui correspondait pas, elle voulait jauger la résistance de mon Volcaropod. Et visiblement elle avait obtenu les informations qu’elle souhaitait, car son sourire s’élargit, et ce fut une attaque Bâillement qui frappa mon pokémon, trop lent pour l’éviter. Et à ce moment j’ai compris que ce combat était vraiment mal parti pour moi…Je devais réagir et vite, sinon j’allais perdre sans même me battre. La championne de l’arène attendait mon prochain mouvement, mais je ne fis rien, la forçant à attaquer, une idée avait germé dans ma tête, c’était risqué, mais ça pouvait marcher. Le Limagma revient à la charge avec un puissant Lance-Flamme, mais mon Sutur à contre-attaquer avec une puissante attaque Eboulement, qui part plus vite que les flammes adversaire, ce qui surprend mon adversaire. Elle a alors assisté impuissante à la mise hors combat de son pokémon…Mon plan avait marché, Sutur possède la capacité Armure Rouillé, qui fait qu’il est plus rapide quand il subit un coup physique. Ajouter à ça l’attaque Pouvoir Antique qui a augmenter sa vitesse à nouveau, Adriane  pensait être plus rapide, mais ça c’était retourné contre elle. Son idée était plutôt bonne, tester ma résistance, me gêner avec le sommeil, pour ensuite commencer à m’affaiblir et attendre que Sutur dorme…Malheureusement pour elle, la capacité spéciale de mon pokémon l’a surprise, bon à ce moment-là mon pokémon ne va pas tenir bien longtemps, car il s’est endormi à peine son attaque lancée.

Adriane m’a félicitée pour cet action qui l’avait totalement prise au dépourvu, mais le combat était loin d’être terminé, j’en étais parfaitement consciente. Elle envoya son Chartor pour cette deuxième et dernière manche, je me souviens de mon sourire en le voyant arriver sur le terrain. Chartor, le pokémon emblématique d’Adriane, finalement elle prenait ce combat très au sérieux, son plan d’utiliser le statut pour me piéger n’ayant pas marché, elle fait appel à son pokémon le plus fort. Mon cœur s’est emballé à ce moment et un fin sourire était apparu sur mon visage, les choses sérieuses commençaint maintenant. Elle ordonna à son Chartor de lancer Mur de Fer suivit de l’attaque Bombe-Beurk, et Sutur ne résista pas à la puissance du pokémon de la championne. Je l’avoue, j’ai été légèrement déçue que mon pokémon se fasse mettre au tapis aussi rapidement par ce nouvel adversaire, mais il faut dire qu’il a réussi à mettre KO le Limagma, donc finalement il a bien travaillé.  

J’ai donc rappelé mon pokémon et j’ai pris mon temps avant d’appeler le suivant, je devais réfléchir à mon prochain coup. Son Chartor est connu pour être un pokémon vraiment redoutable, je devrais donc en toute logique utiliser mon Draco qui connait des attaques eau. Mais allez savoir pourquoi, j’ai voulu faire un combat de pokémon feu. Mon choix s’est donc porté sur Ama, il s’agit de mon pokémon le plus résistant, et qui a un panel d’attaque suffisant pour toucher un pokémon feu. Mon Caninos était prêt à en découdre, ça n’allait pas être de la tarte, mais je sais qu’il en est capable.

Adriane ne me laisse pas le temps de la première attaque, elle commence par une nouvelle attaque Bombe-Beurk, mais Ama est plus rapide, il esquive aisément l’attaque et lance une puissante attaque Vengeance. C’est l’une des raisons pour lesquels j’ai choisi Ama plutôt que Lucifer, l’attaque Vengeance est bien plus puissante si un pokémon allié est tombé KO juste avant, ce qui était le cas dans cette situation. Mais le combat est loin d’être terminé, et le Chartor d’Adriane utilise une puissante attaque Lame de Roc qui a envoyé voler mon Caninos dans les airs, avant d’attendre le bon moment pour sauter et utiliser Plaquage, infligeant plus de dégâts…Même si mon Caninos est résistant, il ne tiendrait pas longtemps à ce rythme-là. Je devais agir et maintenant, tant que le Chartor était sur lui. Je demandais alors à mon pokémon de lui lancer une puissante attaque Mâchouille ou niveau du cou avant de se dégager de là.

Cette partie du combat était beaucoup plus violente qu’avant, même si les attaques d’Adriane s’enchainaient aussi vite, elles étaient très logiques et réfléchies…C’était ça son style de combat, commencer avec un combat en apparence basé sur les attaques de statut et le campement, pour cacher un style de combat en réalité basé sur la vitesse et la puissance. Et même si je m’y attendais je m’étais faite avoir, car oui la dernière attaque d’Ama serait la dernière et je ne pensais déjà pas à ce moment qu’il tiendrait plus longtemps. De mon côté c’était une attaque Lance-Flamme qui partit, alors que le Chartor d’Adriane utilisa une puissante attaque Surchauffe, sans surprise son attaque à éclipsé celle de mon Caninos, le frappant de plein fouet, m’étant ainsi un terme à ce combat.


Ce combat fut très instructif, j’ai pu découvrir la puissance des champions d’arènes, et que je n’étais peut-être pas totalement prête à partir à la chasse aux badges Mais Adriane m’a félicité pour ce combat et m’a assuré que j’avais ce qu’il fallait pour devenir une spécialiste du type feu, mon style de combat et clairement bourrin, avec une petite pointe de subtilité. D’après elle si je persévère dans cette voie, je m’en sortirais très bien. Ça m’a vraiment fait chaud au cœur d’entendre ça de la bouche d’une championne de type feu, depuis ce combat je suis encore plus motivé.
Bon si je résume pour mon cours : Le style de combat d’un champion peut se déterminé par son type de prédilection, et d’après Adriane être dresseur spé type n’est pas accessible à tous. Cette dernière possède un style de combat assez agresif, même s’il y a une petite touche de subtilité, elle tape vite et fort, ce qui la rend très dangereuse…un peu comme le feu, il se propage vite et détruit tout sur son passage.
Une harmonie parfaite entre deux jumeaux

27/07/2018

Après avoir passé quelques jours à la maison, je me suis remise en route pour Algatia pour faire la rencontre des champions jumeaux Levy et Tatia. Ils sont connus pour se battre ensemble dans les combats contre les dresseurs désireux d’avoir un badge. Ça doit nécessiter une excellente coordination et une parfaite harmonie entre eux deux…c’est bien une chose dont je serai totalement incapable avec Alone. Il y a quelques années, je ne dis pas, nous aurions pu être suffisamment en osmose pour nous battre ensemble, mais avec ce que je viens de voir ces derniers jours à la maison, je n’en suis plus très certaine… Bon comme d’habitude, je m’éloigne du sujet de mon journal de bord : les champions d’arènes.

Je suis arrivée la veille au soir à Algatia, j’aurai bien fait du tourisme, mais je commençais à manquer de temps, mon retour sur Cobaba se rapprochait grandement et il me restait pas mal de chose à faire. Donc, après une petite nuit à l’hôtel, je me suis rendue à l’arène de la ville. J’étais impatiente de rencontrer les champions jumeaux qui sont reconnus comme étant extrêmement puissant. À peine arrivée, on m’a directement conduit aux jumeaux qui m’attendaient dans leur salle de repos dans l’arène, tout comme Adriane l’a fait. Je n’ai même pas eu besoin de me présenter, ils savaient déjà qui j’étais, ils se présentèrent rapidement avant que l’on ne commence directement l’interview.

M : Pour commencer j’aimerais aborder ce qui fait de vous des champions uniques, vous êtes deux à combattre dans cette arène, pourquoi ce choix ?
L : Tout simplement parce qu’on ne s’imaginait pas le faire séparément.
T : Nous avons toujours tout fait ensemble, nous sommes plus fort à deux.
M : Beaucoup de dresseurs doivent être un peu perturbé en vous voyant affrontant tous les deux, non ?
L : *rire* C’est vrai que beaucoup d’entre eux ne se renseigne pas suffisamment et ils sont toujours étonné de voir deux champions, mais ça ne les dissuade de nous affronter.
T : Malheureusement pour une grande partie d’entre eux, ils ne s’attendent pas à un combat double.
M : En parlant de combat double, qu’est-ce qui vous permet de réussir à vous battre en duo, je veux dire, ça a dû vous demandez beaucoup d’entraînement pour réussir à combattre sans vous gêner.
T : Forcément, il a fallu que l’on s’entraîne. Mais le fait que l’on se connaisse par cœur, que l’on soit sur la même longueur d’onde aide beaucoup.
L : Nous sommes jumeaux, nous n’avons pas besoin de mot pour savoir ce que l’autre a en tête. Ça joue beaucoup pour les combats, les adversaires ne peuvent pas savoir ce que l’on prépare vraiment étant donné qu’on ne communique pas entre nous.
M : Donc ce qui fait votre force, c’est le fait de prendre un peu vos adversaires au dépourvu ?
T : Oui et non, certains dresseurs viennent parfaitement préparés, c’est donc à notre travail d’équipe et notre talent de dresseur de nous apporter la victoire.
M : En combat, vous avez un style de combat plutôt agressif ? Ou au contraire plutôt passif, à jouer sur la défense ?
L : Un combat duo ne se joue pas de la même façon qu’un combat en solo, on peut utiliser plusieurs stratégies. On peut très bien se répartir les tâches, un plus accès sur la défense l’autre sur l’attaque. Ou on peut tous les deux attaquer, perturber l’adversaire qui ne sait plus qui il doit surveiller, comme nous pouvons nous contenter d’esquiver et contre-attaquer.
T : C’est ça qui est bien dans un combat duo, on sait jamais à l’avance qu’elle stratégie on va employer. Du moment que l’harmonie est présente entre nous, il n’y a pas de soucis.
M : Et le fait que vous utilisez des pokémons psy, c’est justement à cause de ce besoin d’harmonie ? Ils vous permettent de ne pas avoir à communiquer ?
T : *rire* Non, c’est juste que nos parents nous ont offert un pokémon psy à chacun, nous n’avions pas spécialement voulu en avoir.
L : Mais c’est vrai que ça nous a beaucoup aidé au début lors de nos premiers combats… Et ils correspondent bien à notre façon de nous battre, et à nous.
M : Vous pouvez m’en dire plus à ce sujet ?
T : Je pense honnêtement que tu comprendrais mieux avec un combat.
L : Si tu veux nous avons un challenger qui vient nous défier cet après-midi, tu pourrais regarder le combat et l’analyser si tu veux.
M : Je vous remercie.


J’ai donc laissé les champions se préparer, et je les ai rejoints sur le terrain de combat. Cette fois, je me suis mise dans les gradins, pas trop loin du terrain pour ne manquer aucun détail. L’adversaire des champions jumeaux était un homme nommé Dante, il semblait avoir une trentaine d’années, des cheveux argentés, vêtu d’un long manteau en cuir rouge…il avait même une grande épée dans le dos, et un pistolet à sa ceinture, je me suis demandé ‘’c’est quoi ce guignol ?’’ Il ne semblait pas vraiment anxieux à l’idée d’affronter les champions jumeaux, au contraire, il était parfaitement détendu, prenant même ce combat à la rigolade. Levie et Tatia firent sortir leurs deux pokémons psy, Seleroc et Solaroc, alors que leur adversaire envoya un Trioxydre et un Absol. Il semblait s’être renseigné sur ses adversaires, car il prenait un clair avantage sur eux avec ses pokémons de type Ténèbres. Mais je ne me faisais aucun souci pour les jumeaux, ils devaient avoir un moyen de passer la faiblesse de leur pokémon.

C’est Dante qui a ouvert le combat en ordonnant à son Trioxydre de lancer une puissante attaque Vibrobscur et son Absol l’attaque Tranche-Nuit. Il ne perdait pas de temps et misait certainement sur l’effet de surprise, des attaques rapides et puissantes. Mais Tatia a vu le coup venir et son Seleroc utilisa Mur Lumière pour se protéger du Vibrobscur, alors que le Solaroc esquiva la Tranche-Nuit pour lancer l’attaque Zénith. Ce qui m’a surpris à ce moment, c’était l’absence de paroles de la part des jumeaux, je m’y étais préparé, mais le voir en vrai ce n’est pas la même chose. En plus de ça, j’ai remarqué qu’ils avaient opté pour une stratégie plutôt défensive, ils n’ont pas contre-attaqué, préférant se placer.

C’était au tour des jumeaux de contre-attaquer, mais ils ne pouvaient pas miser sur leurs attaques psy. Ce n’était pas vraiment un problème, Levy a utilisé Lance-Soleil et Tatia a préféré lancer un puissant Laser-Glace, les deux attaques ont mutuellement frappé Absol et Trioxydre qui n’ont pas pu l’esquiver. Mais ces derniers semblaient plutôt résistant, car ils à peine les dégâts subis, ils sont repartis à la charge. Le pokémon des catastrophes c’était alors servi de Moi d’Abord pour voler l’attaque Lance-Soleil qu’il retourna sur le Solaroc, et le Trioxydre lança Dracochoc sur le même pokémon qui eut du mal à encaisser les deux. La Séléroc de Tatia ne vient pas en aide à son partenaire lançant une plénitude pour continuer à se placer… C’est à ce moment que j’ai compris qu’elle était la tratégie des jumeaux, Solaroc devait attirer l’attention sur lui, se faire passer pour le pokémon le plus dangereux. Pendant ce temps Seleroc se boostait et devait extrêmement dangereux. Et ça marchait plutôt bien, car pour les attaques suivantes, Seleroc protégea son partenaire, laissant à Solaroc la joie de placer un petit éboulement, affaiblissant encore les deux adversaires. Bon, je ne vous fais pas un dessin, Seleroc repassa à l’attaque et mis hors de combat le Trioxydre avec un puissant Laser-Glace, laissant l’Absol seul face au deux autres pokémons. Et les rôles s’inversèrent chez les deux pokémons psy, comme si c’était naturel pour eux, Seleroc attaquait pendant que Solaroc défendait. Le combat se termina par la défaite du challenger, qui finalement prit tout ça à la rigolade.

En tout cas, j’ai été étonné de la facilité avec laquelle les jumeaux ont adapté leur stratégie, le tout sans vraiment se concerter. Hormis les ordres à leur pokémon, ils n’ont pas prononcé de mot durant le combat, et c’est quelque chose à voir, l’harmonie entre eux et leur pokémons était juste incroyable, je ne m’y attendais vraiment pas. Cette fois ils ont misé sur un mélange de défense et d’attaque, alternant les rôles, de quoi parfaitement déstabiliser l’adversaire.

Une fois le challenger parti, j’ai remercié les champions, les félicitant pour leur victoire. Je suis ensuite ressortie de l’arène, il ne me reste plus qu’un champion à rencontrer : Marc, le champion d’Atalanopolis

Quand beauté et puissance ne font qu’un

29/07/2018
Encore du bateau, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en voyant la tête de Lucifer et Ama quand je leur ai annoncé qu’on repartait pour plusieurs jours de mer. Heureusement pour eux, on fait cette interview et on rentre directement sur l’île de Cobaba. J’étais juste dans les clous pour arriver à l’heure et rencontrer Marc, le champion d’Atalanopolis, spécialiste du type eau. Il est connu pour être un champion assez particulier, car il fait aussi dans la coordination, à ce qu’on raconte ses combats d’arènes sont toujours semblables à des prestations de concours, ça promettait d’être très intéressant.

Atalanopolis… On dirait un bunker cette ville, des hautes fortifications en pierre blanche l’entourent et le seul passage ouvert, c’est celui du port. La ville même est construite, enfin pour une partie, à même la roche. Je n’avais vu ça que dans les livres ou guide touristique de la région, mais le voir en vrai, c’était autre chose. Mais encore une fois, je n’avais pas le temps de faire du tourisme, peut-être si je finissais assez rapidement mon interview, j’aurais le temps de faire quelques emplette. Je me suis donc rendue dans l’arène de la ville où on m’a annoncé que le champion était sur le point de livrer un combat d’arène…Mince, il avait oublié notre interview, bon j’ai relativisé, je me suis dit que je n’avais qu’à voir son combat et le questionner après par rapport à ce dernier.

En arrivant dans les gradins, j'ai été choquée en voyant que le challenger de Marc n’était autre que Marie, ma grande sœur. Je l’aurai reconnu entre mille avec sa longue chevelure rose et ses yeux roses améthyste, mais une question occupait mon esprit à ce moment-là…Bordel d’Arceus, qu’est-ce que ma sœur fabriquait ici à affronter un champion d’arène ?!!! Elle fait dans la coordination pas dans les combats pour les badges, je devais lui poser la question à la fin du combat. Le champion de l’arène se trouvait de l’autre côté du terrain, terrain qui ne laissait pas plané le doute sur le type de pokémon qu’il utilisait, contrairement aux autres champions que j’ai pu rencontrer avant. Une grande étendu d’eau avec des plateformes-ci et là, si j’avais dû affronter Marc moi-même j’aurai été clairement désavantagée avec mes pokémons.

Les dresseurs ont envoyé leur pokémon sur le terrain, Phogleur pour Marc, et Kungfouine ou aussi nommée Sérénité pour ma sœur. C’était bon signe, elle prenait déjà l’avantage du type, mais Marie savait qu’elle ne devait pas sous-estimer le champion de type eau. Le Phogleur ouvrit les hostilités avec une puissante attaque Onde Boréale, mais Sérénité ne fut pas surprise et esquiva grâce à l’attaque Detection, faisant une magnifique pirouette pour ce faire, alors que l’onde se dissipait, laissant une fine traîné de petites poussières couleur arc-en-ciel. La Kungfouine se mise alors en position tailleur et commença une petite médiation, ça pouvait paraître surprenant, mais il s’agissait en réalité de l’attaque Yoga, pour qu’elle se concentre et fasse plus de dégâts. Marc ne perdit pas de temps, et lança une magnifique attaque Surf, ce qui donnait l’impression que son Phogleur volait sur la vague…et oui j’ai bien écrit volait dessus. Malheureusement pour Marie, Sérénité ne pouvait pas l’esquiver et elle finit sous la puissante vague, dans cette position elle était à la merci du Phogleur de Marc. Aucun des deux pokémons n’étaient visibles à la surface, je commençais à m’inquiéter pour le pokémon de ma sœur, mais une forme se fit voir à la surface et quelques instants plus tard, on put voir le double type eau/glace s’élever dans les airs, suivit par Sérénité qui tourbillonnait sur elle-même le point levé. Quand le Phogleur commença a retombé et qu’il se trouvait à la même hauteur, la Kungfouine utilisa une puissante attaque Pied Voltige qui fit s’écraser son adversaire sur l’une des plateformes. Sérénité retomba gracieusement sur sa plateforme alors que le pokémon de Marc fut déclaré hors combat.

Je me suis retenue de montrer mon enthousiasme, ce combat démarrait vraiment bien pour ma sœur. En plus, j’ai déjà pu avoir à ce moment un avant-gout des combats digne de coordinateur, tous les deux ont mis de magnifiques effets de beauté dans leur combinaison, tout en y mettant de la puissance. J’attendais la suite avec impatience, et Marc ne nous fit pas patienter longtemps pour appeler son deuxième pokémon : Barbicha. Sérénité et ma sœur étaient prêtes à poursuivre le combat, et la pokémon sauta dans les airs pour charger droit son adversaire, pied en avant, tourbillonnant par la même occasion. Mais Marc a dû le voir venir, car son Barbicha utilisa la capacité Abri, faisant échouer l’attaque de Sérénité qui s’écroula au sol, se blessant dans sa chute. Le double-type eau/sol disparu sous l’eau pour ressortir derrière la pokémon combat, lançant une puissante attaque séisme. Mais un séisme dans un bassin, ça créer une sorte d’onde de choc dans l’eau, qui frappa Sérénité de plein fouet, la mettant hors de combat. C’était un bel enchaînement, qui avait retourné la puissance du Kungfouine contre elle, et en plus le Barbicha n’a pas subi de dégât, ce qui venait de remettre les compteurs à zéro pour ce combat.

Marie rappela sa Kungfouine avant de sortir une pokéball avec une capsule ball représentant des pétales de rose. J’ai largement souri en voyant la ball, je savais qui allait venir sur le terrain : Impératrice, la Majaspic de ma sœur. C’est son starter et probablement son pokémon le plus puissant, même avec mes pokémons feu je ne pense pas que je pourrais la battre. Il faut savoir qu’Impératrice est une pokémon très hautaine, c’était donc sans surprise qu’elle regardait de haut le Barbicha de Marc. Mais ce dernier ne se laissa pas déstabiliser et relança une puissante attaque Surf, créant une vague encore plus grande qu’avant qui fonça à vive allure sur la Majaspic de Marie. Mais cette dernière tira la langue en utilisant une puissante attaque Tempête Verte réduisant à néant la vague qui allait s’abattre sur elle. Les deux pokémons se regardèrent alors au travers des gouttes d’eau et des feuilles qui tombaient suite au choc des deux attaques. Marc décida de placer la pluie sur le terrain avec une attaque Danse-Pluie et Marie en profita, elle n’allait pas laisser passer cette occasion d’attaquer le Baricha avec une puissante attaque Phytomixeur. Je dois avouer que j’ai été surprise de voir que le pokémon de Marc avait tenu l’attaque, bon d’accord il n’était pas en bon état, mais quand même. J’ai fait comme j’ai pu pour me protéger de la pluie qui s’était abattue sur l’arène, mais les deux adversaires ne semblaient pas gêné le moins du monde. Marc demanda à son Barbicha de repasser à l’attaque avec une puissante attaque Psykoud'Boul. L’effet était magnifique, c’était comme si un bouclier était apparu devant le double-type, et il repoussait l’eau qui lui tombait dessus, lui donnant une couleur oscillant entre le bleu et le rose. Impératrice écouta les ordres de Marie et attendit le dernier moment pour esquiver, plongeant dans l’eau avant de lancer une puissante attaque Tempête Verte, qui envoya voler le pokémon de Marc, le mettant hors de combat. Marie venait de reprendre l’avantage et une multitude de feuilles était désormais sur l’eau, comme pour montrer l’avance qu’elle avait sur le maître des pokémons eau. En plus Impératrice était en bonne forme, n’ayant pas subi de dégâts, et ayant réussi à se booster avec la combinaison Tempête Verte et son talent Contestation.

Mais la victoire n’était pas encore acquise pour mon ainée, Marc fit appel à son pokémon signature, son magnifique Milobéllus. Ça promettait une belle fin de combat, deux pokémons serpents, même si cette fois l’avantage est plus pour Marie, de par le type, la puissance du pokémon. Mais Marc avait l’habitude des pokémons plante ou electrik en face de lui, et la pluie tombait, augmentant la puissance des attaques de types eau. Ces pokémons sont aussi connus pour leur beauté, connaissant ma sœur et la réputation de Marc, j’étais certaine que cette manche serait encore plus belle que la précédente. Impératrice relança une attaque Phytomixeur, mais le Milobellus de Marc utilisa un puissant Blizzard pour contrer l’attaque plante, laissant quelques feuilles gelées sur le terrain… À croire qu’ils veulent transformer le terrain en thé glacé géant. Marc demanda à son pokémon de lancer un Laser-Glace qui a frappé Impératrice de plein fouet, mais cette dernière était assez résistante pour tenir l’attaque. Elle sauta dans les airs utilisa Vampigraine pour emprisonner le Milobellus qui ne pouvait plus esquiver l’attaque Giga-Sangsue qui vient derrière. Impératrice récupérait un peu de vie, mais assez pour compenser ce qu’elle avait perdu, aussi elle n’a pas réussi à résister au Blizzard qui vient après. J’étais étonné, c’était la première fois qu’Impératrice perdait devant moi… Mais dans le Grand Festival auquel Marie a participé, elle n’était jamais tombée au combat. J’espérais que son dernier pokémon allait pouvoir venir à bout de ce Milobellus qui était quand même en bien mauvaise posture.

Le dernier pokémon de ma grande sœur n’était autre qu’une PomPom girl…Enfin une Plumeline qui se prenait pour une PomPom girl. Je me demandais vraiment à ce moment ce que ma sœur comptait faire. C’était quand même un puissant Milobellus en face d’elle… Mais je faisais confiance à ma sœur pour s’en sortir, le pokémon de Marc utilisa Laser-Glace pour toucher la Plumeline, mais cette dernière esquiva en faisant de backflip et saut périlleux, comme dans une prestation de danse. Mais elle avait réussi à tout esquiver, et elle s’était mise à danser pour utiliser l’attaque Danse-Eveil qui prit le type Electrik. Milobellus semblait à bout de force, en plus la Vampigraine lui prit un peu plus de vie, il était vraiment en mauvaise posture. Marc lui demanda d’utiliser Soin pour récupérer un peu, mais ça ne fit que retarder la fin du combat. La Plumeline de Marie sauta dans les airs et utilisa un puissant vent violent qui envoya son adversaire s’écraser contre le plafond, tout en dissipant les nuages. Le pokémon eau retomba au sol, en même temps que les petits morceaux de glace qui scintillaient, donnant un aspect magique à la scène. Milobellus hors de combat, la victoire fut donnée à Plumeline et Marie, j’étais contente d’avoir assisté à ce combat, j’aurai pu me croire dans une prestation de concours.

Une fois que ma sœur a récupéré son badge et quitté l’arène, Marc m’invita à nous rendre dans une petite salle pour notre interview.


M :
Merci beaucoup de m’accorder un peu de votre temps.
Marc : Mais je t’en prie, je ne peux laisser une aussi belle jeune fille avec des interrogations me concernant.
M : *rire* Première question, vous avez été coordinateur avant de devenir champion d’arène, pourquoi avoir fait ce choix ?
Marc : Par évolution, il me semblait avoir vu énormément de chose en tant que coordinateur, et j’avais envie d’en voir de nouvelle. Même si je dois avouer que finalement les deux ne sont pas si éloigné.
M : Pas si éloigné ? Qu’est-ce que vous voulez dire par là ?
Marc : Dans les concours, il y a toujours une phase de combat, comme dans la quête des badges, ce qui diffère c’est la façon dont c’est noté. En tournoi de Ligue, il faut mettre son adversaire hors de combat, peu importe si l’on utilise que la force brute. Dans les concours, il faut battre son adversaire avec classe et élégance, il faut retourner les effets des attaques de ton adversaire à son avantage. Tu en as eu un aperçu durant le combat que je viens d’effectuer, mon adversaire a aussi fait de la coordination, nous avons instinctivement cherché à retourner les attaques adverses à notre avantage.
M : Vous utilisez donc la même stratégie en combat et en concours si j’ai bien compris.
Marc : Je me bats toujours avec élégance, c’est le principal pour moi, après je le fais beaucoup plus quand je me trouve face à un autre coordinateur. En vrai combat d’arène contre un challenger expérimenté, je mise sur la surprise.
M : La surprise ?
Marc : Tous ceux qui m’affrontent viennent avec des pokémons Electrik ou Plante, j’ai donc appris des attaques efficaces contre ces types à mes pokémons, histoire de les piéger au tournant.
M : Je vois vous vous servez de l’assurance des dresseurs contre eux. Mais j’ai cru comprendre lors de votre combat, que vous étiez un dresseur qui ne perdait pas de temps à se placer, est-ce bien ça ?
Marc : Je suis comme l’eau, je n’ai pas de forme fixe. L’eau peut être douce et calme, il m’arrive donc de me ‘’placer’’ comme tu le dis, de prendre le temps de mettre mes pokémons en bonne situation. Mais l’eau peut aussi être dangereuse, comme lors des tempêtes où des tsunamis, il m’arrive parfois de ne pas perdre de temps et de passer directement à l’attaque. Ça dépend surtout de mon adversaire.
M : Vous êtes donc imprévisible.
Marc : Imprévisible avec beaucoup de style. *petit lancer de cheveux en arrière*
M : Et pourquoi le type eau ? Je veux dire, il y a d’autres types qui permettent une certaine polyvalence. Alors pourquoi cette spécialisation en particulier ?
Marc : C’est vrai que d’autres types le permettent, mais j’ai toujours grandi entouré des pokémons eau. D’un point de vue scénographique, c’est un élément très simple à prendre en main, mais il faut une vraie maîtrise pour faire ressortir son vrai potentiel.
M : Et bien je pense que j’ai tout ce qui me faut, je vous remercie pour votre temps, et surtout pour ce magnifique combat.
Marc : Mais je t’en prie, c’est toujours un plaisir.


Je suis donc repartie de l’arène tout sourire, une fois arrivée au centre pokémon j’ai pu voir ma sœur qui semblait m’attendre. Après une rapide discussion avec elle, j’ai appris que si elle a affronté Marc, c’était uniquement pour que je puisse pleinement étudier le style de combat du champion pour mon cours. J’ai de la chance d’avoir une sœur comme elle, en plus son combat était digne d’une prestation de concours pokémon. Maintenant que j’ai tout ce qu’il me faut, il ne me reste plus qu’à écrire mon résumé des interviews et la rendre à la rentrée.

©BBDragon


Une région, trois champions, une multitude de vision
“ Rencontre avec trois champion d'Hoenn ”
Adriane/Marc/Tatia et Levy
La Ligue Pokémon, l’objectif suprême d’une grande partie des dresseurs. Mais avant de l’atteindre, ils doivent faire face aux huit champions  d’arène, tous plus fort les uns que les autres. Chacun est spécialisé dans un type, et ils ont chacun une vision du combat. Pour satisfaire notre curiosité, nous sommes allés directement sur le terrain, dans la région d’Hoenn, à la rencontre de trois champions avec trois styles et visions totalement différentes.

Pour certain, le combat permet d’exprimer sa personnalité, et notre style de combat va dépendre de nous et du type de pokémon que nous avons. « C’est évident, n’est pas dresseur spécialiste dans un type qui veut, il faut avoir un lien, une similitude avec lui » d’après Adriane, la champion spécialiste du type feu de Vermilava. Le Feu est un élément dangereux, impulsif et destructeur, ce qui est totalement en accord avec son style de combat, Adriane frappe vite et fort. L’attaque Surchauffe de son Chartor peut facilement mettre à terre une grande partie de ses adversaires. De plus, comme un feu de forêt qui serait dur à éteindre, il va falloir l’attaquer sans relâche pour réussir à faire plier ses pokémons. Mais le feu peut aussi servir à se protéger, et pour Adriane, un combat pokémon n’est pas forcément une question de bourinage intensif, il faut une part de stratégie. Alors un conseil, si vous voulez l’affronter, armez-vous d’une grande quantité d’Anti-Brule et de Réveil, et préparer vos pokémons les plus puissants pour venir à bout du feu qui brûle dans son cœur.

Mais il existe beaucoup de type de combat, solo, duo, trio…Tant de façon de combattre, et donc autant de vision de cet art, ce ne sont pas Levy et Tatia qui vous diront le contraire. Nous les avons rencontrés dans leur arène d’Algatia, où ils livrent des combats double. Pour eux, les combats pokémons sont les meilleurs moyens de tester l’harmonie entre les pokémons de leurs adversaires, mais aussi la synchronisation entre eux. Ils sont spécialisés dans les pokémons psy, mais ce n’est cependant pas ça qui leur offre cette si grande harmonie entre eux. Ce sont des jumeaux qui ont grandis ensemble avec leur pokémons, ils n’ont pas besoin de mots pour communiquer. Pour l’avoir vu en vrai, nous vous certifions que c’est perturbant, et que pour venir à bout de ses champions, il va falloir travailler votre synchronisation, parce que leur stratégie change rapidement.

Le combat pokémon n’est pas la seule discipline dans notre monde, il en existe bien d’autre comme la coordination, et le mélange des deux peut donner des choses assez surprenantes. Nous avons rencontré Marc le champion de l’arène d’Atalanopolis, qui s’avère être aussi un coordinateur de talent. Pour lui les combats pokémons sont le meilleur moyen montrer notre talent artistique, pour ce faire il utilise des pokémons eau. L’eau permet de faire facilement de jolis effets, mais une excellente maîtrise est nécessaire pour rendre des attaques aussi gracieuses que puissantes. « l’eau peut aussi être dangereuse, comme lors des tempêtes où des tsunamis », ce n’est pas parce que qu’il se bat avec style qu’il n’est pas un adversaire redoutable, que ce soit en jouant la défense pure, et l’attaque. Laissez-vous hypnotiser par la beauté de ses attaques, et il vous entraînera vers les profondeurs de la défaite.

La vision du combat dépend du dresseur en elle-même, de sa personnalité, de ses choix de types de pokémon, de style de combat. Mais ça dépend aussi de leur expérience passé, de ce qu’ils ont vu et fait avant. Le combat pokémon peut servir à plusieurs choses, il peut être interpréter de différente façon. Mais une chose est certaine, quelques soient les différences entre les dresseurs et leur vision du combat, ces derniers rapprochent. toujours humain et pokémon.

Vous trouverez ci joint une clé USB avec l'audio des interview des champions
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7052-481-yuna-akabara-une-rose-de-feu-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7065-yuna-akabara-givrali
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 10515

Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Topdresseur stratégie] Une région, trois champions, une multitude de vision   Mar 9 Oct - 10:45

Modération

Appréciation Ce cours est juste trop bien ! Super intéressant à lire, je te conseille quelque chose du même style pour une future thèse si écrire ce cours t'as amusé ! Tu soulèves des points intéressants et assez cools. Je te conseille néanmoins d'aérer un petit peu plus tes textes, notamment les combats qui font très mastocs. Des phrases plus courtes, des retours à la ligne rendraient le tout un peu plus sympathique à lire. La forme du cours est très originale et sympathique et je me suis sincèrement amusée à lire ton cours, bravo ! Attention néanmoins aux quelques fautes ...
Gain Tu gagnes 18 xps !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[Cours Été 2018 - Topdresseur stratégie] Une région, trois champions, une multitude de vision
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Reste du monde :: le reste du globe :: Hoenn-