[Cours Été 2018 - Performer][Poni] Who is the ghost ?
Ranya Iluzion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 21
Jetons : 1427
Points d'Expériences : 523
Scientifique Archéologue
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [Cours Été 2018 - Performer][Poni] Who is the ghost ?   Jeu 11 Oct - 9:03
Il a fallu un moment à la blondinette avant de se décider sur le cours à choisir pour cet été. La plupart de ses connaissances avaient déjà trouvé leur thème de travail, mais la jeune fille hésitait encore. D’abord elle fut surprise que l’académie insiste pour que ses élèves partent à l’autre bout du monde réaliser un cours. Ils sont en vacances après tout, pourquoi partir pour encore étudier ? Est-ce le fait que la rentrée soit repoussée qui les motivent à en demander plus ? Aucune idée mais la danseuse ne fut au premier abord pas ravi. Mais en épluchant attentivement les sujets, Ranya a réalisé que la perspective proposée était bien plus intéressante que les cours classes habituels. Les sujets sont très variés, lui permettant de couvrir tout type de domaine, en solo comme à plusieurs. Bien sûr, l’enfant s’est d’abord concentrée sur la catégorie scientifique. Il ne lui avait pas fallu trop de temps pour repérer un sujet qui sans aucun doute saura lui apporter de nouvelles connaissances et cultures. La destination n’avait pas été trop dure à choisir, et les papiers furent rapidement rempli pour rejoindre Celestia fin juillet en compagnie de Calua.

Mais en parallèle, la danseuse aimerait choisir un autre sujet, cette fois-ci en rapport avec la coordination. Après y avoir réfléchi, Ranya aimerait vraiment s’orienter vers le parcours Coordinateur performance en deuxième spécialité. Mais pour ça il va falloir s’entrainer, donc un cours ne lui ferait pas de mal. D’autant plus que celui proposé lui laisse une grande liberté. Une performance libre dans le but de récolter des fonds pour la reconstruction d’un village. Ranya s’en sentait capable. C’est après tout ce qu’elle fait chaque année à Rosalia, l’aspect caritatif en moins. Finalement, la danseuse signe les papiers pour les remettre à la direction en même temps que ceux pour le cours scientifique. Début aout, elle s’envolera pour le village flottant, un nouveau défi en tête.

***

Les moyens de transport se sont enchainés, lui permettant d’enfin poser les pieds à Alola, plus particulièrement sur l’île de Poni. D’après les renseignements qu’elle a pu trouver, il y a eu un typhon de passage dans la zone, endommageant considérablement les installations en bois du littoral et provoquant dans le même temps une montée des eaux. Quand la blonde pose enfin les pieds dans le tout petit port encore en place, elle comprend très vite pourquoi des fonds sont nécessaires. Le village n’est pas très grand mais les dégâts restent importants. Rapidement après sa candidature pour le cours, la municipalité avait demandé à la jeune fille s’ils pouvaient utiliser son nom de scène pour attirer plus de public. La danseuse a d’abord voulu refuser, préférant garder le nom Illusion pour Rosalia, pour son public qui l’attend chaque année là-bas. Mais après réflexion, faire profiter une ville de sa réputation ne pouvait pas faire de mal bien au contraire, alors elle avait cédé. Ses parents ne seront pas très contents en l’apprenant mais après tout elle est assez grande pour décider toute seule de ce genre de chose. La soirée était déjà bien entamée, ne lui permettant pas de se mettre au travail dès maintenant. Alors elle fut accueillie par une mère de famille volontaire pour la loger pendant toute la durée des préparatifs du festival. Contente de ne pas dormir dehors, la blonde avait rapidement pris place dans le lit proposé, ne mettant pas bien longtemps avant de rejoindre le pays des songes.

L’enfant n’a pas mis longtemps avant de comprendre tout l’enjeu de ce festival. Les habitants, naturellement détendus dans la région d’Alola, sont un peu plus rigoureux, conscients de l’importance de cette récole de fonds. Tout le monde était déjà au travail, 6 jours avant la date fatidique, que ce soit pour reconstruire le village ou pour préparer les différentes activités proposées cette soirée-là. Pour la scientifique, ça ne fut pas bien difficile à décider. Elle allait faire une prestation de danse mais la forme n’était pas encore bien claire dans sa tête. Elle a donc un peu moins d’une semaine pour tout finaliser, de la danse au matériel utilisé en passant par le lieu. C’est d’ailleurs par ça qu’elle va commencer. Accompagnée par Nessie, Ranya commence à faire le tour de l’île pour trouver l’endroit idéal pour se produire. Un endroit pas trop éloigné du village mais qui permettrait au maximum de monde de la voir sans bousculade. Un endroit magique.

Et justement il semblerait qu’elle l’ait trouvé. Certes il est un peu éloigné du village mais la perspective de danser dans cet endroit lui a presque fait oublier cet argument. Il s’agit de l’autel de la Lune et du Soleil, l’endroit où il est possible selon les légendes d’invoquer Lunala ou Solgaleo. Un endroit rempli d’histoire, tout ce qu’aime la blonde. A grand pas, elle grimpe sur la structure pour en juger l’état et la praticabilité. Comme c’est un lieu sacré, il est très bien entretenu. Le sol est presque parfait et les immenses symboles marqués dans la pierre apportent du charme à cette scène improvisée. Sous les rayons de la Lune, elle produira une prestation digne des plus grands, elle en est persuadée. Après avoir averti l’organisateur du festival de sa demande, la jeune fille repart à la recherche d’autres idées. Il a été convenu qu’elle passerait en fin de soirée et que juste après sa prestation, un feu d’artifice serait tiré. Un spectacle qui s’annonce grandiose.

Pour trouver de l’inspiration, l’enfant retourne sur l’autel. Sans aucune gêne, elle s’allonge contre la pierre, carnets crayons et pokeballs autour d’elle pour se mettre à réfléchir. D’un geste, elle libère toute son équipe, les laissant s’intéresser ou non au projet. Tiens, il faudrait qu’elle commence par là. La blondinette pourrait très bien danser seule, comme toujours. Mais maintenant qu’elle est dans l’optique de devenir performer, elle doit être capable d’intégrer ses pokemons à la représentation. Amon est rayé de la liste le premier. Son unique attaque visiblement basée sur le type poison ne lui sera pas utile dans une représentation. Et puis le jeune Zarbi n’a pas l’air plus emballé que ça à l’idée de se montrer sur scène. Alors elle le laisse se promener au niveau de l’autel, sachant très bien que le soir venu il ne fera pas sur scène. Ensuite, il y a Nessie. Même si la Sonistrelle rêverait de participer à cet exercice, sa manière de volée ne correspond pas aux attentes de la danseuse. Peut-être que dans le futur elle s’entrainerait à corriger cela mais en seulement 6 jours, ce n’est pas possible. Doucement, elle raye son nom au crayon de papier de sa petite liste, provoquant des couinements de la part de l’intéressée. « Je suis désolée Nessie, promis on s’entrainera ensemble pour la prochaine ». Ses larmes de crocodile se calment un peu mais ce n’est pas encore ça.

Il reste encore 5 noms sur la liste. Ils ont tous du potentiel, alors Ranya commence à comparer en termes d’attaques maitrisées. Même si Saphira pourrait créer de belles choses, elle est écartée par l’enfant au profit d’Heqet, combinant l’attaque Anti-Air de type roche et les attaques eau, très efficace visuellement. La danseuse s’excuse auprès de sa pokemon qui lui rend d’une simple caresse avec la tête. Après encore de longs instants de réflexion, la scientifique bloque sa liste à 4 pokemons. Fàfnir, Anubis, Heqet et Freya. Avec eux, Ranya voit déjà des possibilités se dessiner. Alors elle leur annonce, provoquant satisfaction chez Freya et Anubis, et indifférence pour les deux autres. Bon, voilà une chose de faite. Dans le même temps, la danseuse commence à noter les combinaisons qu’elle perçoit. Les attaques Ball’Ombre - Eclats glace fonctionnent bien ensemble, de même qu’Ecume et Eclat Glace. L’attaque Feu-follet d’Anubis a également du potentiel, d’autant plus qu’elle voudrait s’essayer de nouveau spectacle de feu. Maintenant qu’elle maitrise les bases, cela ne lui semble pas impossible de réitérer l’expérience. Pas forcement très longtemps, mais au moins pour le début du show.

Mine de rien, le temps est passé relativement vide. La réflexion sur ses pokemons ainsi que le lieu lui ont quasiment mangé toute l’après-midi et son ventre crie famine. En courant, l’enfant retourne vers le village et salue les habitants avec un sourire timide. La famille chez qui elle loge accepte de lui servir un bon gouter malgré son absence pour le repas du midi. Ranya en profite pour discuter avec elle et en apprendre un peu plus sur la culture locale. Ce n’est pas la première fois que le visage est abimé par les intempéries. Mais il semblerait que cette fois-ci est surprise la majorité des habitants. La blonde n’a pas trop cherché à en savoir plus, voyant que son hôte, prénommée Kamila, ne souhaitait pas s’étendre plus que ça là-dessus. A la place, la blonde essaie de s’intéresser aux danses traditionnelles. Forcement, la jeune fille va grandement puiser dans sa maitrise de la danse classique. Mais elle doit aussi être capable de s’adapter à son public, à savoir des gens d’Alola et pas de Johto. Kamila lui explique brièvement les danses les plus connues, basés sur des membres simples du corps mais demandant une certaine souplesse pour les exécuter. Elle lui a également fourni des vidéos pour pouvoir observer ça d’un peu plus près. Pour occuper sa fin de journée, l’enfant a donc fait le choix de se pencher sur ces enregistrements tout en cherchant des combinaisons avec les 4 pokemons retenus. C’est la première fois que Ranya va s’essayer directement au show de performer. Après tout c’est bien la spécialité qu’elle vise. Il y a un début à tout.

***

La voilà de retour sur l’autel, carnet en main et ses 4 compagnons en face d’elle. Aujourd’hui, elle va consacrer sa journée à tester diverses combinaisons dans l’espoir les enchaînements les plus compatibles avec la performance prévue. Ranya a déjà relevé une série d’attaque mais il est important de les tester bien à l’avance pour ensuite prévoir une performance.

Heqet on va commencer par toi. Utilise ton attaque écume s’il te plait, sans chercher à attaque quelqu’un. Je veux juste voir les bulles flotter dans les airs.

La grenouille se place à petit pas au centre de la place et commence à libérer une à une des belles d’eau. La blonde s’approche au plus près pour observer leur forme. Elles sont régulières et très légèrement brillante. A la différence des bulles de savons, une fois éclatée elle ne libère pas de produit, seulement un peu d’eau. Les bulles se stoppent, laissant à la blondinette un instant pour réfléchir.

Ok maintenant essaie de me faire la bulle la plus grosse que tu peux. Pas une bulle toute biscornue. Une belle bulle.


Heqet reprend l’exercice et commence à construire une bulle d’eau fine, qui emmagasine un maximum d’air à l’intérieur. Lorsque la bulle atteint la taille de deux ballons de basket, la grenouille la relâche, laissant tout juste le temps à la danseuse de la regarder. C’est sûr qu’elle est jolie mais…au moindre coup de vent la voilà disparue. Il semblerait que l’option de grosses bulles d’eau sur la scène ne soit pas vraiment envisageable, surtout compte tenu de la suite des projets de la scientifique.

D’accord, et enfin utilise ton attaque Vibraqua avec le minimum de puissance que tu peux.

La grenouille s’exécute en jetant son attaque dans la direction de la dresseuse, sans pour autant la viser directement. Ranya met volontairement sa main sur la trajectoire de l’attaque. Après son passage, elle ressort sa main trempée avant de s’exclamer. « Il y a trop de puissance là-dedans. Ça serait plus dangereux qu’autre chose. Merci Heqet. Tu peux faire une pause. Fàfnir à toi. »

La Feuforêve avance un minimum de motivation pour prendre la place de la grenouille bleue. Avant même que la danseuse ait pu dire quoi que ce soit, la pokemon spectre était déjà en train de maintenir une attaque Ball’ombre juste devant. Ranya s’approche, un petit sourire provoquant sur les lèvres.

Tu as très bien compris ce que j’attends de toi et du potentiel de ton attaque Ball’Ombre. Maintenant, je voudrais que tu en maintiennes deux comme ça, en même temps.

La fantôme eu un léger mouvement de recul, visiblement surprise de la demande de sa dresseuse. Maintenir une balle est largement dans ses compétences, mais deux c’est une autre histoire. Elle savait déjà qu’elle en était incapable. Mais le défi implicite que sa dresseuse venait de lui lancer lui donne envie d’essayer. Impossible de ne pas répondre à la provocation de la blonde. Doucement, Fàfnir vient créer une seconde balle obscure, juste à côté de la première. Les deux balles restent parfaitement immobiles.

Bien. Maintenant fais les se déplacer autour de moi, de manière régulière et synchrone.

De légers frissons pourtant peu habituels parcourent le corps de la starter de l’enfant. Les balles commencent à bouger tout doucement, d’approchant avec dangerosité de la peau cristalline de Ranya. Celle-ci reste parfaitement immobile, sentant l’énergie obscure tout proche de son corps. Les balles commencent à remonter le long du corps de la dresseuse mais dans un mouvement brusque, elle dévie complètement de leur trajectoire et viennent s’écraser dans un bruit sourd contre les arbres environnants. La demoiselle sursaute mais ne dit rien, se contentant de reporter son regard sur sa pokemon. C’est bien la première fois qu’elle voit Fàfnir prise par autant de doutes. La pauvre avait son regard qui se baladait de droit à gauche, cherchant une explication invisible. Dans un mouvement de compassion, la blonde s’approche et touche la perle bleue autour du coup de la spectre.

Hey ce n’est pas grave. Je t’ai demandé quelque chose d’impossible à ton niveau. On arrête là j’ai vu ce que je voulais voir. Une Ball’Ombre serait suffisante pour cette fois. On s’entrainera à cet exercice une autre fois. Heqet et Freya, a vous.

Fàfnir se recule doucement pour que les deux autres prennent sa place, attendant les nouvelles consignes. Freya, et c’est assez rare pour le souligner, à l’air plus enthousiaste que d’habitude à l’idée de participer. Et heureusement parce que les exigences de la danseuse sont assez élevées à nouveau. Autant pour la Ball’Ombre elle peut faire une concession, autant sur ça il va falloir assurer.

Ok voici le but du jeu. Heqet tu vas devoir créer de petites bulles avec ta capacité écume qui devront flotter autour de moi pendant la représentation. Jusque-là ça devrait aller, même s’il sera important qu’aucune bulle ne soit au-dessus de moi. Mais à la fin du spectacle, Freya tu vas devoir utiliser ton attaque Vent Glace pour congeler les bulles sans les éclater. Là est toute la difficulté. Une fois prise dans la glace, elles vont prendre du poids et naturellement retomber au sol. Si les bulles sont assez fines tout comme la couche de glace, les bulles vont retomber au sol et se briser en une poussière très fine et brillante, ce qui viendra clôturer le show. L’enjeu est grand mais je crois en vous.

Une fois son petit discours finit, l’enfant s’assoit sur le sol et fixe ses deux pokemons « Bah alors qu’est-ce que vous attendez ? Montrez-moi que vous en êtes capables. »

La Givrali et la Grenousse se regardent sans trop comprendre avant de finalement prendre place. Heqet commence à générer des bulles. Ensuite, Freya utilise son Vent Glace. Ce n’est que là que les deux pokemons comprennent la difficulté de l’exercice. A peine le froid est-il entré en contact avec les bulles qu’elles ont explosé au vol. Le vent était trop fort.

De là se sont lancées des heures interminables pendant lesquels les deux pokemons se sont efforcés de réussir l’exercice. Plusieurs obstacles se sont dressés devant elles. Soient le vent était trop fort et les bulles se brisaient instantanément. Soit les bulles étaient trop épaisses et au moment de l’atterrissage au sol elles ne se brisaient pas en petit morceau mais en éclat de glace trop épais pour être joli, soit c’est la couche de glace elle-même qui était trop épaisse. Beaucoup de paramètres à corriger en clair. La blonde ne les avait pas quittés des yeux, alternant avec son carnet pour commencer à préparer sa propre chorégraphie. Anubis quant à lui était perplexe. Même s’il a été convoqué pour participer à la prestation, il n’a toujours rien fait, ce qui l’inquiète. Mais la scientifique a été claire, son tour viendra et plus vite qu’il ne le pense.

Au bout des moments, la blondinette siffle la fin de l’entrainement, laissant les deux pauvres pokemons s’écrouler sur le sol, complètement vidés de leur énergie, sans pour autant parvenir au résultat voulu. L’enfant sourit. Il reste encore 5 jours avant la présentation, rien n’est encore perdu. Elle se penche vers eux pour leur souffler ses mêmes mots avant de les rappeler dans leur pokeball. Les deux spectres derrière elle, la voilà repartit vers la maison de Kamila. La scientifique n’a pas perdu de temps pour expliquer à la jeune femme ses projets, écoutant également ses conseils. Même si Ranya a une fierté bien placée, elle a toujours appris à écouter les plus grands, surtout dans un environnement qu’elle ne connait pas. Pendant que ses pokemons se régalaient des pokeblocs que leur hôte avait préparé, la danseuse écoute avec attention les histoires et autres conseils que peut donner Kamila. Que ce soit sur la danseuse, le terrain ou les traditions locales, tout est bon à prendre pour aider la blondinette à se construire un schéma. Même si la scientifique a déjà une vague idée de sa prestation, comprendre les mouvements de danse basique de la culture locale seront nécessaires car ici inutile d’espérer de porter des chaussons de danse. A part des chevilles brisées, elle ne gagnera rien d’autre.

La nuit est tombée sur le village et la plupart de ses pokemons ont trouvé le sommeil au coin des cousins tout doux de Kamila, particulièrement Heqet et Freya, épuisées par la journée et se doutant que demain elles allaient devoir remettre ça. Mais Anubis est toujours éveillé, attendant sa dresseuse. En effet, elle vient de le prévenir qu’elle allait chercher son sac et qu’ils étaient de sortie tous les deux. Tiens là voilà de nouveau, prête à quitter la maisonnette. 22h30. Ce n’est pas vraiment l’heure mais qu’importe, après tout c’est les vacances.

Le Skelenox suit sa dresseuse jusqu’à ce qu’ils arrivent de nouveau sur cette place. Tout le monde a compris que la blonde avait décidé de l’investir jusqu’à son départ, que ça plaise ou non. On n’y voit quasiment pas, et c’est justement l’effet que recherchait la jeune fille. Elle dépose son sac à dos sur les marches et se place au centre, demandant à Anubis de s’approcher. Une fois à hauteur, elle commence à parler.

En fait je voudrais que tu sois la pièce maîtresse du show. Je vais t’expliquer. J’ai plusieurs idées mais je ne sais pas encore ce qui est possible. Attends-moi là j’arrive.

L’enfant retourne chercher dans son sac un drôle d’objet qu’elle ramène au centre de la place. La voilà qui se déplie, formant ainsi un long bâton, similaire à ceux qu’elle a utilisé pendant sa mission des arts de la rue. « Maintenant utilise Feu-follet pour allumer les extrémités. Ne t’inquiète pas ce bâton est un peu différent de celui que j’avais utilisé la dernière fois ». Le Skelenox s’exécute, allumant ainsi le bâton de sa dresseuse. La nouvelle source de lumière éclaire la scène mais pas trop, laissant planer l’ombre sur le corps de la blondinette.

Ok maintenant je vais très légèrement bouger le bâton, comme si je dansais. Comme tes yeux brillent rouge dans le noir, je voudrais que pour cette représentation tu sois mon masque. Tu comprends ce que je veux dire ?

Anubis semble effectivement avoir saisi l’idée. Son objectif est de se tenir devant le visage de sa dresseuse pour faire croire qu’elle a les yeux. Ce stratagème fonctionne assez bien dans le noir, d’autant plus que les flammes du bâton sont assez petites, n’éclairant pas trop le décor. Les premiers essais commencement. Même s’ils sont loin de la réalité, Anubis a encore du mal à parfaitement se caler sur sa dresseuse. Lui aussi va avoir de l’entrainement pour se fondre parfaitement avec le show. D’un seul coup, les extrémités du bâton s’arrêtent de brûler, les replongeant tous les deux dans le noir. Du bout de son doigt, l’enfant indique à son pokemon une torche placée à la périphérie de l’autel. Anubis s’empresse de l’allumer, éclairant de nouveau la scène. Souriante, la jeune fille s’assoit au sol pour expliquer davantage les choses à son Skelenox.

Pour te résumer, je voudrais que la prestation démarre de cette façon. La scène sera plongée dans le noir complet, avec seulement la lumière des étoiles. Avec ton attaque Feu-follet, tu allumeras mon bâton et tu te placeras devant moi. On va créer un faux spectre manipulateur de feu ! Au bout de quelques minutes, les flammes du bâton vont s’éteindre. C’est un instrument conçu pour les débutants et plus simple à utiliser que ceux de la dernière fois. Quand le noir sera revenu, il faudrait que tu utilises ton attaque Regard Noir sur la foule. L’œil que tu vas créer va les impressionner et les détourner leur attention, ce qui devrait te laisser assez de temps pour allumer toutes les torches autour de la scène, me révélant alors comme danseuse de l’ombre. Alors ton rôle sera terminé. En clair, tu es la base de la performance. A toi de me prouver que tu en es capable.


Anubis n’en revenait pas. Ranya basait tout le côté spectaculaire du show sur lui. Il va y avoir du travail à faire mais il est persuadé d’en être capable. Tout en riant, le fantôme tourne autour de sa dresseuse pour confirmer ses paroles. Un nouveau défi l’attend lui aussi.

***

Fàfnir la balle passe trop près de moi ! Attention !

La Ball’Ombre disparut d’un coup, stoppant l’ensemble de la chorégraphie. La petite troupe avait repris son entrainement après une bonne nuit de sommeil. Tandis que Freya et Heqet s’accordent pour tenter de créer les bulles parfaites, Ranya et Fàfnir commencent à mettre en place la danse de la blonde. Elle avait fini par se décider sur un enchaînement mêlant les mouvements souples des hanches et des bras et la technicité de la danse classique avec des mouvements de jambes très précis et fermes. L’ensemble devait représenter une jeune fille dansant avec une ombre. L’interprétation reste assez libre, ce que recherche l’enfant. Certaines y verront une simple apparition magique tandis que d’autres iront jusqu’à faire une comparaison avec la danse du diable. C’est aussi ça qu’aime la scientifique dans la danse. Cette liberté d’expression qui va jusqu’au message transmis aux spectateurs.

Mais pour l’heure, de nombreux éléments doivent encore être mis en place. Et c’est seulement quand ils seront réussis que la pièce pourra prendre forme. Les bulles sont de plus en plus réussies, s’approchant de ce que souhaite Ranya. Quant à la coordination entre la blonde et la Ball’Ombre, il y a encore du travail mais le résultat se rapprochait de ses espérances. Anubis restait là en observateur, se préparant aussi à sa manière à son entrainement qui ne viendrait que ce soir. La pression est assez élevée mais l’enjeu est double pour la jeune fille. Il faut réussir à rentabiliser ce festival pour assurer la reconstruction du village mais c’est surtout une épreuve contre elle-même, se prouver qu’elle peut réussir une performance avec ses pokemons.

***

Ranya, Kamila t’appelle !

J’arrive !

Ils en étaient au quatrième jour. Plus que trois pour tout préparer. L’enfant adresse un regard à ses pokemons, les laissant s’entrainer encore tandis qu’elle les laissait. Les bulles sont pratiquement au point et la Ball’Ombre semble de plus en plus prendre vie au côté de sa danse. Son départ va leur permettre de souffler un peu, comme une sorte de pause. Ranya court à travers les allées jusqu’à rejoindre la maison de son hôte. La voilà qui l’attendait avec toute sorte de choses posées sur la table. Pendant qu’elle reprend son souffle, Kamila commence à lui parler.

Normalement j’ai récupéré tout ce dont tu m’as parlé hier soir. Tu veux bien essayer ?


La blondinette récupère la tenue proposée par la jeune femme et monte se changer. Un haut en tissu noir similaire à haut de bikini couvre sa poitrine tandis qu’elle porte pour le bas une jupe noire ouvert assortie d’ornement violet. Enfin, sur le coin de la table, est déposé un masque qui couvre seulement une moitié de son visage. Un masque ressemblant à un demi-crâne, rajoutant encore une touche d’occulte à l’ensemble. Tout à l’air en ordre. Ranya redescend pour montrer l’ensemble à son hôte, qu’elle ne tarde pas à approuver avec un pouce en l’air.

Ça te va comme un gant ! Bien sur il manque la coiffure et le maquillage mais on verra ça au dernier moment. J’en ai prévu une de rechange comme ça tu peux t’entrainer avec celle-ci.

Merci beaucoup Kamila, il faut que j’y retourne !


A peine eut-elle le temps de dire merci à nouveau que la jeune fille avait disparu à travers les ruelles. Les regards se posent sur elle et sa nouvelle tenue mais elle n’y prête pas attention pour plutôt se concentrer sur sa destination. Une fois qu’elle a retrouvé ses pokemons, ils la regardent tous un instant, le temps de s’habituer à sa nouvelle tenue avant de reprendre l’entrainement. Mais le regard de Ranya se pose sur une poudre scintillante déversée sur le sol.

Heqet Freya, vous pouvez me refaire les bulles que vous venez de créer ?

Les deux pokemons prennent alors place et recommencent cet enchainement pour la millième fois environ. Une fois les bulles cristallisées, elles viennent se briser sur le sol, créant de nouveaux cette poussière bleutée.

C’est exactement ça que je veux ! Vous avez réussi !

Les deux pokemons se regardent avant d’exprimer leur joie par un cri. Ça y est, l’ajustement est terminé. Une bonne partie du show se concrétise par la réussite de cet enchainement. « Bon allez on arrête tous là pour aujourd’hui sauf pour toi Anubis. On retourne s’entrainer ce soir. » On pouvait lire sur le visage de l’équipe pokemon un véritable sentiment de satisfaction. Enfin ils avaient réussi ce que la jeune fille attendait d’eux. Un vrai miracle mais qui devrait donner lieu à quelque chose d’incroyable, enfin si tout se passe bien.

Le soir, l’entrainement avait repris avec Anubis. Que ce soit pour lui ou pour Ranya, l’entrainement était double. La blonde devait parvenir à maitriser sans bavure son bâton incandescent pendant que le Skelenox doit s’ajuster sur son visage. C’est difficile, mais pas insurmontable. La principale difficulté réside dans le fait qu’elle n’est pas en possession de tous les éléments pour dire si la mise en scène fonctionne. Malheureusement, elle n’a pas encore des yeux à l’extérieur du corps. Seulement voilà, il semblerait qu’une petite voix ait décidé de l’aider.

Ça fait un peu peur, mais c’est joli.

La blonde relâche doucement la tension, commençant à fatiguer musculairement. Anubis en profite alors pour rallumer une torche, découvrant un petit garçon caché derrière un arbre, les yeux rivés sur l’autel. « Ca t’a plus ? » « Bien sûr. Ce n’est pas souvent qu’une danseuse connue viens ici. Je suis obligée d’aimer » « Ce n’est pas parce que je suis un peu connue que tu dois aimer. Fais-toi ton propre avis sur ce que je fais, et là ça deviendra intéressant. » « D’accord » « En attendant, tu veux bien m’aider ? »

Le petit garçon hoche la tête, signe d’approbation, donnant l’occasion à la scientifique de lui expliquer ce qu’elle souhaite. L’enfant est donc sorti de l’ombre, à la recherche de la moindre imperfection dans cette première partie du show. De sa petite voix, il demandait au spectre de se décaler un peu, de faire attention à tel ou tel mouvement du bâton. Un guide précieux qui a permis à la jeune fille de se faire une meilleure idée du résultat visuelle de la partie cachée de la performance. Après une demi-heure supplémentaire, la blondinette finit par arrêter, ne sentant littéralement plus son corps. Après l’avoir chaleureusement remercié, les deux enfants rentrent dans leur logement respectif. Mais le temps de dormir n’est pas encore tout à fait venu pour Ranya. Le temps d’ajuster sur son cahier de note quelques mouvements pour sa prestation et là voilà plongée sous les draps à la recherche d’un sommeil réparateur.

***

La danse de la blonde était un drôle de mélange qui avait de quoi intriguer. Mais ça lui ressemblait tellement qu’elle n’avait aucune intention de le changer. La Ball’Ombre de Fàfnir était devenue très précise, tandis que la beauté des bulles se confirmaient avec les essais. Tous les éléments vont séparément mais il va falloir tester l’ensemble. Pour tout faire il faudra attendre cette nuit mais pour le moment, l’équipe va se concentrer sur la partie illuminée de la scène. En tenue, Ranya a expliqué à ces pokemons ce qu’elle attendait d’eux. Même s’ils avaient déjà plus ou moins saisi l’idée, un rappel ne fait pas de mal. La prestation pouvait alors commencer.

Malheureusement très vite, ils se sont vus confronté à un problème que l’enfant n’avait pas envisagé. La trajectoire des bulles est incontrôlable. A chaque fois, une des bulles restait au-dessus de la tête de la blonde, la faisant exploser sur son crâne. Au bout du dixième essai, la scientifique a été prise de vertige et a préféré proposer un temps de pause. Se jetant presque par terre tellement sa tête tournait, la demoiselle restait tout de même relativement déçu. Ils vont devoir tout revoir pour ça, pour une petite bulle qui n’arrive pas à suivre les autres ? Une véritable déception.

Je peux t’aider si tu veux.

Ranya tourne la tête en direction du jeune garçon d’hier soir. Visiblement il était resté pour tout regarder, dont cet échec cuisant. La blonde ne répond rien, laissant l’enfant reprendre.

Pour tes bulles, peut-être que mon Farfaduvet peut t’aider. Recommence, et je vais essayer.

Le pokemon ainsi nommé sortit lui aussi de sa cachette, une expression joyeuse sur le visage. Intriguée, Ranya se remet en position avec ses pokemons. L’enchainement reprend. La Ball’Ombre danse avec Ranya tandis que les petites bulles se multiplient autour de son corps. Mais rapidement, autre chose se joint à la danse. Un courant d’air, assez puissant pour emporter les bulles, mais pas assez pour déstabiliser réellement la danseuse. La performance continue ainsi jusqu’au moment final. Un rond de jambe parfaitement maitrisé et l’ensemble des bulles gelées vient s’écraser sur le sol, sans aucune sur sa tête. Un large sourire se dessine sur les lèvres de Ranya. En créant un courant d’air, le Farfaduvet a guidé les bulles autour d’elle, de sorte qu’au moment de la cristallisation, aucune ne soit au mauvais endroit. Incroyable.

Merci bonhomme tu as sauvé mon enchainement ! Je te dois une fière chandelle. Au fait, comment t’appelles-tu ?

Je m’appelle Gavin, et je suis très heureux !

***

Le jour J était enfin là. Tous les détails ont été réglés, et grâce à l’aide précieuse de Gavin, la performance allait enfin avoir lieu comme le souhaite la jeune fille. Actuellement, le festival de Poni a déjà commencé. Les petits stands se sont multipliés dans les rues principales, alternant mini-jeu, vente d’objet traditionnel et stand de nourriture. Tout avait l’air très bon mais la blonde était bien trop stressée pour avaler quoi que ce soit. Pour l’heure, elle se trouve dans la maison de Kamila, tandis qu’avec son aide elle ajuste les derniers détails de son costume. La tenue était toujours la même que celle prévue initialement. Mais à ça s’est ajouté un épais chignon effet décoiffé avec de nombreuses mèches qui en sortent, du maquillage rouge bordeaux aux motifs tribaux sur ses bras, et à une sorte de cordelette venant créer l’impression de fausses chaussures. Chaque partie de son corps passe à l’inspection du miroir puis sous les yeux de son hôte, visiblement impressionnée.

Je connaissais ta réputation d’avant mais je ne pensais pas que tu en ferais autant pour t’adapter à notre culture. Je suis impressionnée.

Un danseur se doit de tout donner et de ne pas rester sur ses acquis. Sinon notre art n’aurait pas de sens.

Une fois prête, l’enfant sort de la maison, rejointe par Gavin qui faisait désormais partit intégrante de la performance. Kamila la guide vers un autre chemin dérobée pour qu’elle puisse rejoindre la scène en toute discrétion. Même si la plupart des habitants ont déjà vu des bouts de son spectacle, les visiteurs venus spécialement pour ça n’ont aucune idée de ce qui les attend. Et Ranya adore ça. La voilà en place. Les torches sont bien éteintes et prêtes à être allumées. Son bâton aussi, et bien sûr la musique. Un extrait issu d’un jeu vidéo. C’est un peu angoissant, mais remixé pour que cela lui permette de danser correctement. Du coup c’est Gavin qui sera en charge de la gérer. En deux jours il a pris un rôle vraiment important dans le bon déroulement de la performance. Sans trop savoir pourquoi, la blondinette a eu envie de lui faire confiance.

Tout est prêt. Elle le sait, ils arrivent. Les habitants de Poni ont pour mission de les guider juste ici, pour clôturer le festival en beauté. La blonde soupire pour se détendre avant le départ. Le noir est total. Son bâton en main, elle peut déjà entendre les premiers chuchotements devant la scène. Quand Gavin commencera la musique, ça sera à elle de jouer.

♫ ♫ ♫

Les premières notes démarrent. Sinistres, lentes, de quoi provoquer l’agitation chez les spectateurs. Les yeux rouges apparaissent. Le bâton s’enflamme. Il reste immobile. Puis ça s’accélère, le bâton prend vie. Les flammes tournoient doucement, sans grande complexité, mais l’obscurité permet de camoufler ce manque encore évident de technique. Les premiers mouvements du corps apparaissent. Des petits tournoiements réguliers. Les flammes crépitent. Le rouge de ses faux yeux s’intensifie. De quoi provoquer cette angoisse qu’elle recherche. Puis elle reconnait les dernières notes avant de changer de phase. Alors Anubis se place devant la foule et utilise son attaque Regard Noir, de quoi focaliser la foule le temps de se débarrasser du bâton et d’allumer les torches.

Illusion apparaît, plus que jamais sûre d’elle dans sa tenue traditionnelle maquillée de faux tatouages. Son demi-crâne sur son visage inquiète. Mais ce n’est rien comparé à cette boule obscure qui s’approche dangereusement d’elle. Cachée dans l’ombre, Fàfnir manipule sa balle sans bavure, permettant à l’enfant de jouer avec son corps. Elle sent les frissons de l’énergie obscure contre sa peau, mais continue à danser avec cet aspect mystique, occulte, qu’elle a tant recherché. Elle danse avec l’ombre, elle danse avec l’obscure, elle danse avec les fantômes.

Les mouvements de danse s’intensifient, tandis que les premières bulles apparaissent autour de la jeune fille. Rapidement maîtrisée par le courant d’air de son assistant du jour, elles forment une tornade autour de la blondinette. La balle obscure continue de jouer avec le jeu, rendant la scène encore plus spectaculaire. Pour jouer le jeu à fond, la danseuse a même mis des lentilles de couleur rouge, de sorte qu’à chaque fois que son regard croise celui du public, il se demande s’ils ont à faire à une humaine ou à une créature mystique.

La musique ralentit, et ses mouvements aussi. Les bulles se sont multipliées, et la Ball’Ombre commence elle aussi à ralentir, à perdre en intensité. Le vent glacé commence à faire son apparition, donnant le signal à l’enfant pour passer sur le final. Ses tours regagnent en vitesse, jusqu’à en faire tourner la tête au peu initié par la pratique. Les bulles se cristallisent, et lorsque le rond de jambe vient clôturer la prestation, les bulles s’explosent au sol dans une pluie scintillante, en même temps que les dernières notes raisonnent. Le visage contre sa jambe, Ranya n’a aucune idée de la réaction de son public. Aimeront-ils sa prise de risque ? Reconnaîtrons la grande Illusion qu’ils sont venus voir ? Que signifie ce premier silence ? L’horreur ou le choc d'une performance si réussie ?

Était-ce une humaine ou un fantôme ?  


Etait-ce une réussite ou un fiasco ?

Compte PNJ
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 11054
PNJs
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [Cours Été 2018 - Performer][Poni] Who is the ghost ?   Dim 4 Nov - 21:02
Modération

Appréciation
Et c’est parti pour une Ranya qui s’envole pour un cours assez proche de ce qu’elle pratique avec assiduité. La description du village ravagé pose bien le contexte et j’apprécie le fait qu’on ai aussi une description de l’atmosphère ambiante qui ressort : pesante, travailleuse et sérieuse...Pour un festival, ça marque bien l’importance et la nécessité de l’événement. Ranya fait d’ailleurs preuve du même sérieux dans la sélection des membres de son équipe, par rapport à leurs capacités et à l’élaboration de son numéro. On a droit à beaucoup de descriptions et assez peu d’action finalement, mais  les entraînements de Ranya permettent de bien cerner sa prestation.
Le petit Gavin  apporte une touche sympa mais sa manière de s’exprimer est un chouia trop adulte, je trouve. Le fait qu’il soit un enfant n’apporte finalement pas grand chose, alors que cela aurait pu être bien plus exploité.
Le final quand à lui me pose un problème et en même temps, adopte une posture super intéressante:  on ne sait finalement pas si Ranya a réussi à remplir son objectif, malgré tout ses efforts ce qui est un peu frustrant mais en même temps, tout comme son numéro, on conserve une part de mystère quasi-magique même après que la flamme se soit éteinte.

Gain Tu gagnes 15 exps !


_________________
[Cours Été 2018 - Performer][Poni] Who is the ghost ?
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Outils de modération :