>

Partagez | .
Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]
avatar
Adulte Barman

Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 27 ans
Niveau : 13
Jetons : 2047
Points d'Expériences : 253

Sujet: Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]   Sam 13 Oct - 20:57

Cela fait trois jours que vous êtes sur l’île, chacun ayant emménagé un peu de son côté. Tu as fait le choix d’emménager dans cette résidence Aquali, pour plus de facilité et tu n’avais pas les fonds pour faire construire surtout. Tu attendras quelques mois, voir quelques années pour faire construire la maison qu’il te faut, il en va de même pour le bar, tu as loué des locaux suffisant pour l’instant, mais tu n’ouvriras que dans quatre jours. Cet appartement ferait l’affaire, très clairement, pas besoin d’un grand espace, tout ce que tu voulais, c’était un bureau pour pouvoir travailler correctement, classer et ranger tout ton bordel. D’ailleurs, l’arrivée sur l’île semble avoir réveillé l’oeuf que tu as récupéré sur Cobaba, ce dernier à éclos le jour de ton arrivée, laissant un Airmure s’éveiller. Répondant au nom de Périclès, l’oiseau à fait ses premières envolée pendant que tu vidais tes cartons. Hier même, tu as également signé le bail de ton bar, tu n’en es pas propriétaire, les murs ne t’appartiennent pas, mais dans un premier temps, voilà qui fera totalement l’affaire.

Ces trois jours de tranquillité passés, il est temps de planifier l’évolution. La famille Reece à beaucoup de boulot, il va falloir gérer plusieurs projets à la fois et vous n’êtes que trois. Autant dire que la tâche est ardue et désagréable. Sans attendre, tu te saisis de ton iPok, envoyant un message commun à ton cousin et à ta jumelle.

« Rendez-vous chez moi dans deux heures. Réunion de famille. Aucun retard n’est admit. »

En attendant tout ça, tu vas donc te doucher, tu estimes qu’à ce moment-là, tout le monde sera disponible, si tu en crois les dires d’Edward, il vient à peine d’emménager, mais ne devrait pas commencer avant la semaine prochaine. L’eau chaude détend ces muscles crispés. La famille va se réunir, tu vas devoir représenter ton cousin à ta sœur, peut-être ne se souvient-elle pas trop de lui, il était bien petit lorsqu’ils se sont vus la dernière fois. Il y a tant de projets, il va falloir gérer le bar, l’horlogerie d’Elizabeth et voir comment Edward s’intègre, mettre du capital de côté pour faire construire le manoir familial où tu emménageras avec la distillerie personnelle. L’île à de l’espace à revendre, tu es prêt à acheter une jolie parcelle de terrain.

Pour cette réunion de famille, tu seras en chemise bleu clair, bretelle en cuir marron, pantalon marron et chaussures noires, tu délaisses le nœud papillon, même si c’est une réunion officielle et très importante, pas non plus besoin d’être psychorigide pour la reprise, il faut être ferme sur l’application des plans. Dans la maison, Napoléon à son espace réservé, il dort paisiblement, mais tu sais qu’il attend comme toujours de revoir sa jumelle. Attila et Catherine révisent dans le manuel du barman, mise en pratique, différents verres, le bouquin que tu as lu pendant des semaines entières. Néfertiti et Bismarck se reposent dans leurs pokéball, tout comme Périclès, le nouveau-né s’épuise rapidement. Tu en profites pour aller chercher une bouteille à la cave, deux voisins discutent d'une tombola, curieux tu écoutes, puis décides d'aller prendre ton ticket de tombola, sait-on jamais, qui sait, sur un malentendu.

Finalement, l’heure arrive, à quelques minutes prêt. Tu ouvres à Elizabeth, la prenant dans tes bras quelques instants, tu baises délicatement son front, frémissant au souffle de sa respiration dans ton oreille. Tu caresses un bref instant sa joue avant de la laisser entrer.

-J’espère que t’es bien installée. Le siège en cuir est à côté de mon bureau, il tourne sur lui-même et il est arrondi et large pour que tu puisses te mettre en boule dedans ou tout autre position de contorsionniste que tu arrives à faire et que je ne m’explique pas.

Quelques secondes après, on toque à nouveau à la porte, tu vas ouvrir rapidement, voyant ton cousin, tu lui serres la main, en silence le laissant entrer, il y a un petit couloir avant d’arriver dans la pièce à vivre faisant office de salon et de bureau. Devant la fenêtre ton bureau, sur la droite (en vue de face) le fauteuil d’Elizabeth, en face, un canapé confortable en cuir. Sur les murs de droite et de gauche, les deux portraits des familles précédentes, celles de tes grands-parents et de tes arrières grands parents. Les deux plus glorieuses générations de la famille. Une fois que Edward est assis, sur le canapé puisqu’il ne peut prendre place qu’ici, tu sors trois verres à liqueurs que tu remplies. Une bouteille de liqueur de baie Abriko. Les récipients sont posés sur la table basse au centre de la pièce à vivre.

-Bonjour à vous d’être venus, membres de la famille Reece. Edward Reece, je te présente donc ta cousine, Elizabeth Reece, peut-être, n’en as-tu presque aucun souvenir puisque vous vous êtes peu vu avant son « décès », elle sera notre armurière sur l’île. Tu as une voix assez froide, tu fais tourner la liqueur dans son verre. Elizabeth, voilà Edward Reece, ou Ceere comme il se fait appeler dans son service policier. Il est notre infiltré dans la police. Tu marques une pause, buvant une gorgée. Vous avez bien emménagé ? Vous logez dans la résidence Aquali ? Je vous ai foutu la paix trois jours, histoire que vous puissiez respirer un peu, profiter de vous reposer avec le voyage, le déménagement. Vous vous doutez qu’on a énormément à faire. Donc maintenant on va bosser nuit et jour. Vous avez des questions ? Des annonces particulières ou personnelles à partager ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Adulte Gardien de la Paix

Région d'origine : Sinoh - Vestigion
Âge : 23
Niveau : 15
Jetons : 1230
Points d'Expériences : 263

Sujet: Re: Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]   Sam 13 Oct - 22:38

Trois jours se sont écoulés depuis mon arrivée sur cette île splendide. Trois jours que je vis avec la plus merveilleuse des femmes à mes côtés et trois jours de VACANCES !!!
Une alarme retentit et je vois Spin foncer à toute allure clignotant de son teint Rose et Bleu.

Et ben alors qu’est ce qu’il y a copain ?

Il attrape mon ipok et me montre un message, un message qui rend la pièce aussi froide que le ventre d’un Oniglali…

« Rendez-vous chez moi dans deux heures. Réunion de famille. Aucun retard n’est admis. »

Bon le retard ce n’est pas tellement le problème vue ta fâcheuse tendance de sur-ponctualité… Le vrai problème, c’est l’émetteur de ce message… Henry. Je suis encore en caleçon au milieu de cartons que l’on vient fraichement de déballer avec Lou je fonce dans le dressing j’enfile la chemise banale blanche une cravate et mon blazer sombre, une fois habillé je serre ma ceinture autour de mon pantalon et ne prend comme d’habitude pas une seconde pour me brailler un minimum… Ce qui explique sûrement mon avance considérable au moindre rendez vous.

Un problème mon ange ?

Non, réunion de famille…

Ah… Courage alors je t’attends pour manger ce soir.

Ses lèvres se posent sur ma joue. Je l’embrasse puis je récupère toute la clique.

Tu peux surveiller l’œuf en mon absence, il ne devrait pas trop tarder…

Elle acquiesce m’offrant un de ses radieux sourire je prend alors la route de la résidence aquali. Henry dans une résidence mon dieu… il risque de provoquer des comas éthylique si il distille là dedans… Mais je sais qu’il économise pour son propre bar ça m’étonnerai qu’il ait installé son ballon et sa colonne de Vigreux dans un si petit espace.
Arrivé devant la porte, je remarque des traces de doigts sur la poignée, elles sont toutes fraiches… On m’aurait découvert ?... Je demande à Mad et Zip de sortir pour m’éviter une quelconque mauvaise surprise. Je toque et Henry m’ouvre, il semble un peu plus coloré que la dernière fois qu’on s'est croisé… À peine rentré je remarque une femme sur un siège, OUI lui aussi il a une nana le sujet Lou va passer comme dans du beurre ! Il entame alors son long monologue.

Bonjour à vous d’être venus, membres de la famille Reece. Edward Reece, je te présente donc ta cousine, Elizabeth Reece, peut-être, n’en as-tu presque aucun souvenir puisque vous vous êtes peu vu avant son « décès », elle sera notre armurière sur l’île. Elizabeth, voilà Edward Reece, ou Ceere comme il se fait appeler dans son service policier. Il est notre infiltré dans la police.


Elle est en vie… Ou du moins elle l’est concrètement, mais pas tellement physiquement… On dirait un cadavre…

Salut Lizzie, ça fait un bail ma parole content de voir que tu as traverser la porte des morts pour nous revenir même si visiblement tu as dus te la prendre plusieurs fois avant de la passer.

Un froid tranchant s’installe ils sont pas jumeaux pour rien…

Vous avez bien emménagé ? Vous logez dans la résidence Aquali ? Je vous ai foutu la paix trois jours, histoire que vous puissiez respirer un peu, profiter de vous reposer avec le voyage, le déménagement. Vous vous doutez qu’on a énormément à faire. Donc, maintenant, on va bosser nuit et jour. Vous avez des questions ? Des annonces particulières ou personnelles à partager ?

Un coup de lance en plein cœur surgis alors… J’avais oublié, du coup c’est pas sa nana, mais la psychopathe qui lui sert de sœur jumelle… Mais je dois en parler.

Ben moi ça va, je viens d’emménager avec ma future femme… Qui d’ailleurs sait tout de moi…

Deux lasers de sniper se pointent alors sur moi, deux paires d’yeux rouges, par un éventuel abus d’alcool, mais surtout, à mon avis d’une rage…

Je t’explique enfin, vous explique avant que vous m’étripiez, mais elle est prête à mourir pour moi, je gère… Ce n’es pas un coup fourré comme j’ai l’habitude de faire Henry alors calme toi.

Il vient croiser ses mains et s’assoit face à moi histoire de dire « développe ! »

Je l’ai rencontré sur Cobaba, on a sympathisé puis tu me connais ,ça c’est envenimer… Sauf que je n’ai pas eu à la larguer comme toutes les autres pimbêches… Elle, c’est différent. De un ça ne la dérange pas voir même ça lui plait d’être avec un homme dangereux et de deux elle est prévenue… Si un traître mot sort de sa bouche, je meurs et ça, ça l’entraînera dans le tombeau avec moi et c’est loin d’être ce qu’elle veut. Et enfin dernier argument elle nous sera d’une grande utilité, car elle compte devenir championne du type poison alors si je meurs ici, je sais qu’elle dévoilera tout… Tu me connais pourtant Henry, j’ai toujours triché pendant nos parties de cartes, je n'allais pas garder un deux en main…

_________________
 
Boire à 8H00 c’est être
Un Pirate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7460-506-edward-reece-l-infiltre-chez-les-poulets-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7504-edward-ceere-adulte
avatar
Nouveau Membre

Région d'origine : Sinnoh - Vestigion
Âge : 27
Niveau : 0
Jetons : 100
Points d'Expériences : 20

Sujet: Re: Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]   Lun 15 Oct - 13:28

Voilà trois jours que tu es installée à la Résidence Aquali. Pourquoi pas écoute, tant que tu n’y restes pas jusqu’à ce que mort s’ensuive. Des loupes vissées sur le bout de ton nez, tu es en plein montage d’une montre à gousset quand ton iPok se met à vibrer. J’ai vu une pince à épiler  et quelques rouages s’envoler avec ton sursaut. Pauvre Bartolomé, endormi sur tes genoux, tu l’as tiré de ses rêveries en hurlant des noms d’oiseaux. Un coup d’oeil sur l’écran confirme ce que tu pensais. Henry. Qu’est-ce qu’il voulait encore ? Il venait de détruire des heures de travail pour une réunion de famille. Avec Edward tu présumes. Parfait, tu allais enfin voir à quoi ressembler l’énergumène qui partageait le même sang que toi.

Depuis que tu étais arrivée dans cet appartement, ton lit n’avait pas été défait. Tu dormais à même ta chaise, trop occupée à réfléchir. Non pas que tu étais dans l’angoisse je sais bien mais c’est surtout de l’excitation je pense et ton problème de contrôle. Tu as besoin de tout savoir, tout manier, tout faire. Tu ne veux pas déléguer. Tu veux que tout soit parfait. Cette horlogerie comme l’empire Reece. Il fallait que tu te mettes au boulot, que tu trouves un petit commerce tranquille, que le patron ne soit pas trop regardant. Tes outils de travail étaient éparpillés au milieu de feuilles de comptes et de schémas d’armes. Trois jours que tu ne vivais que de café, de tabac et de whisky. L’inactivité ne te va pas bien. Tu détestes les moments de vide que Henry sait si bien gérer. Je n’irais pas jusqu’à dire que tu es une femme d’action mais tu aimes regarder l’action.

Dans deux heures ? Ça va, vous habitez à côté. Le temps d’une douche et d’une clope et te voilà partie dans ton petit trench en cuir et tes petits talons qui claquent le pavé. Joséphine est de sortie, toute frétillante. Tu la revois petite, insouciante et sûre d’elle, elle a tellement changé. Regarde la, méfiante comme pas deux, bien plus tranquille surtout. Qu’est-ce qu’elle fait.. Pourquoi elle s’arrête ? Une tombola ? Joséphine, vous n’avez pas le temps pour ces conneries.. Avec sa petite frimousse boudeuse, tu finis par craquer. Et un ticket de tombola, un. Tu le glisses dans ta poche avant de lui lancer un regard autoritaire.

- Dépêche toi, Napoléon t’attends.


Et alors que tu toques à la porte d’Henry, il ne te tarde que de voir son visage qui apparaît enfin, toujours aussi sérieux. Sans que tu n’es rien eu à faire, tu te retrouves collée à son torse, enivrée de cette odeur apaisante. Comme ça, tu sais que tout peut arriver, rien ne t’atteindras. Un baiser sur le front, une caresse sur la joue et te voilà dans l’antre.

-J’espère que t’es bien installée. Le siège en cuir est à côté de mon bureau, il tourne sur lui-même et il est arrondi et large pour que tu puisses te mettre en boule dedans ou tout autre position de contorsionniste que tu arrives à faire et que je ne m’explique pas. 

- Bien est un grand mot, je suis installée c’est déjà ça.. Ooooh Henry, tu sais combien j’aime le cuir, merci énormément.

Jettant ton manteau sur le dossier du canapé tu pars poser tes fesses au fond de ce nuage que t’as offert Henry. Tu sais très bien que tu vas y passer des nuits à le regarder travailler, roulée en boule, couverte d’un simple plaid. Ce pantalon noir te colle comme une seconde peau, remontant jusqu’à ton ventre et surmonté d’un simple pull gris rentré à l’intérieur.  
Tu guettes les portraits énormes affichés sur les murs. Papi et Mamie, tu ne sais même pas s'ils sont toujours vivants. Tu aurais aimé récupérer des affaires famille comme cela. Tu n’as rien qui t’associes aux Reece à part ton nom et ton savoir. Ca sonne. Edward arrive enfin. Lançant un regard noir vers la porte tu vois certes un Reece, on ne l’a pas volé mais sans le charisme. Un espèce d’enfant rapporté à la famille.

- Bonjour à vous d’être venus, membres de la famille Reece. Edward Reece, je te présente donc ta cousine, Elizabeth Reece, peut-être, n’en as-tu presque aucun souvenir puisque vous vous êtes peu vu avant son « décès », elle sera notre armurière sur l’île. Elizabeth, voilà Edward Reece, ou Ceere comme il se fait appeler dans son service policier. Il est notre infiltré dans la police.

- Salut Lizzie, ça fait un bail ma parole content de voir que tu as traverser la porte des morts pour nous revenir même si visiblement tu as dus te la prendre plusieurs fois avant de la passer.

Reste bien assis au fond de ton canapé Edward. Ne bouge pas, ne me regarde pas, ne me parle plus. Tu as déjà dépassé les limites en quelques secondes. Tu lances un regard assassin à Henry pour lui faire comprendre qu’il ne doit pas intervenir.

- Ecoute moi bien petit merdeux. Tu as beau porter le même nom de famille que nous, pour moi tu n’es pas encore de la famille. Un Reece sait foutre sa putain de chemise dans son futal. Tu te lèves en t’approchant doucement de lui. Un Reece connaît le respect mais aussi la hiérarchie. Un Reece sait ferme sa gueule et a du respect pour ses aînés. Collant ton visage à deux centimètres du sien et en resserrant beaucoup trop – à la limite de l’étranglement - son nœud de cravate très mal fait. Alors tu vas rester à ta petite place de lèche-cul pour flics et tu vas écouter sagement les grands. Je ne suis pas revenue ici pour me faire cracher dessus par un gamin qui se prend pour un gangster. Tu n’es encore rien pour moi Edward, ta disparition m’importe peu. Lui soufflant la fumée de la cigarette que tu viens d’allumer en plein visage tu ris froidement. Je ne me suis pas pris de porte mais tu risque de te prendre mon poing dans la gueule.

Le silence te répond alors que tu pars t’asseoir sur le bureau de Henry, juste après avoir attrapé la bouteille de liqueur sur le bord de la table et t’être tirée une bonne gorgée.

- Vous avez bien emménagé ? Vous logez dans la résidence Aquali ? Je vous ai foutu la paix trois jours, histoire que vous puissiez respirer un peu, profiter de vous reposer avec le voyage, le déménagement. Vous vous doutez qu’on a énormément à faire. Donc, maintenant, on va bosser nuit et jour. Vous avez des questions ? Des annonces particulières ou personnelles à partager ?
Tu laisses le bambin répondre, tu es sûre qu’il en a des belles à vous annoncer. Bingo ! Une pintade, en plus d’être stupide il vous ramène une pintade. Génial. Parfait. Tu bouillonnes. T’as juste envie de prendre sa petite tête et son sourire et de l’effacer à coup de béton dans les dents. Il t’énerve. Comment peut-on être de ta famille et naître avec un demi-cerveau. Il y a toujours un moment où ça foire de toute façon. Il y a toujours un raté. Mais quelle idée a eu la tante de se reproduire. Elle l’a fait à l’envers celui là. C’est certain.

- Henry, qu’est-ce que c’est que ça ? T’es sûr que ça vient de chez nous ? Qu’on a osé enfanter quelque chose pareille chez les Reece ? Il lui passe quoi dans la tête ? Hein ? Dis moi ce qui se passe dans ta tête. C’est le début de notre implantation ici et tu nous ramènes une pouffiasse ? Qui va devenir ta femme ? Sans notre accord ? Mais tu les collectionnes. Et je crois que le pire c’est qu’elle sait tout. Vous mériteriez de vous faire exiler je te jure, je ne sais pas où t’as vu que ça fonctionnait comme ça chez nous. Henry, c’est quoi ce putain de foutoir ?

A aucun moment tu n’as haussé le ton. Il est devenu plus sec, plus tranchant. Ton regard beaucoup plus noir. Tu ne crierais pas en présence d’Henry. Tu sais très bien qu’il ne supporte pas les hystériques. Tu serres tellement fort le verre entre tes doigts, que tu ne le sens même pas éclater. C’est le sang qui commence à couler qui t’alerte et tu attrapes le mouchoir posé sur le bureau derrière toi.

- La prochaine fois c’est ta tête qui finit dans le même état Edward. Tu pars très mal, je te le dis.


T’éclipsant aux toilettes pour au moins stopper le saignement, tu te demandes sérieusement ce que tout ça va donner. Tu aimerais ne pas devoir assister à la déchéance des Reece. Surtout pas à cause de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7624-521-duo-reforme-reece-au-complet-elizabeth-reece-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7643-elizabeth-reece-adulte#77881
avatar
Adulte Barman

Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 27 ans
Niveau : 13
Jetons : 2047
Points d'Expériences : 253

Sujet: Re: Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]   Lun 15 Oct - 19:37

Au moins. Ils avaient tout deux un air de famille à proprement parler. Ta sœur et ton cousin n’allaient pas réellement s’entendre dans une autre mesure que les affaires familiales. Il faut dire que tu as toujours cédé à Edward pas mal de ses vannes, durant son adolescence, c’était acceptable, dans la mesure où l’on mettait ça sur le compte de sa fougueuse puberté. Mais évoluer au contact d’Elizabeth lui offrira quelque chose d’utile : savoir fermer sa gueule quand les circonstances l’exigent. La réplique de ta sœur est à la hauteur de sa précision, c’est sec, tranchant, incisif, un régale pour les oreilles. Tu as laissé ta sœur gérer, donner le fond de sa pensée, absente du circuit officiel depuis quinze ans, mais elle n’a rien perdu de la fougue et du verbe nécessaire à se faire respecter. Quoi qu’il en soit Napoléon est bien heureux de revoir Joséphine, comme toujours en fait. Ils sont jumeaux, ils ne faut pas l’oublier. Avant de leur demander comment s’est passé leur installation, tu répliques finalement. 

-Lorsque le chef de famille demande une réunion de famille, la coutume veut que le ton soit totalement sérieux du début à la fin, c’est qu’Elizabeth tenait à te faire comprendre. Tu bois une gorgée. Ils vont t’en donner du boulot ces deux là. Par chef de famille, je sais que le terme est excessif puisque mes parents sont encore et toujours en vie. 

Néanmoins, aux propos d’Edward, ton sang se glace, ton regard dérive instantanément dans ceux de ton cousin. Ta jumelle a réagit de la même manière, mais dans ta position actuelle, elle n’est plus dans ta vision périphérique. Cette nouvelle par contre te déplaît lourdement. Il y a un silence extrêmement pesant, de longues secondes de silence que les justifications d’Edward ne saurait briser. Tu te rends compte qu’en toi coule un sentiment que tu n’espérais pas connaître : la déception. Ton corps se crispe de plus en plus. Les mots incisifs de ta sœur prennent les devants. Tu n’as jamais eu son franc parlé, tu préfères induire et faire accepter aux gens d’eux-mêmes qu’ils ont échoués, mais le résultat est le même. Elle ne s’adresse même pas à lui, ce ne sont que des questions rhétoriques, on dirait qu’il n’est déjà plus de la famille à l’entendre. Au fond de toi, connaissant Edward pour ses maladresses répétées avec les femmes à cause de son caractère blagueur et spontané : elles s’attachent, et une femme amoureuse, c’est toujours un problème à gérer. Elizabeth à raison, ça ne s’est jamais vu avant, du moins pas depuis quelques générations. 

Le verre de ta sœur implose sous la pression, tu déposes le tient sur la table, il est fissuré, tu saignes, certes, le sang coule doucement sur tes doigts entaillés. Voilà qui va t’emmerder pour quelques jours. Tu prends ton mouchoir en soie pour t’essuyer après avoir mis de l’alcool à 90° pur sur le mouchoir et de t’entourer les doigts, la douleur est là, mais tu fais ça sans un bruit, pas même une expression faciale, ton regard est glacial et il ne quitte pas celui d’Edward. Tu entends Napoléon grogner, lui aussi à très bien comprit le problème, lui aussi sait ce que cela implique. Elizabeth finit par aller dans les toilettes afin de soigner la plaie. Tu fais quelques pas à ton bureau pour te saisir justement d’un calendrier et tu lances un signe de la tête à Napoléon pour qu’il vienne te le tenir.

-Donc. Si je comprends bien et si je récapitule bien, entre ton arrivée sur Cobaba le 15 juillet 2018 et aujourd’hui 3 octobre 2018, donc environ deux mois et demi, un peu plus si nous sommes pointilleux, tu es en train de me dire que tu as : premièrement, rencontrer une femme. Deuxièmement, qu’elle disposait d’un Q.I dépassant le prix d’une baguette. Troisièmement, tu t’es mis en couple avec sans en parler à personne. Lentement, tu tournes les pages du calendrier, laissant ton doigt parcourir chaque jour de cette courte période. Quatrièmement, que tu lui as tout balancé et qu’elle t’as sauté à bras ouverts, pas que les bras par ailleurs. Tu arrives au moins de septembre. Dernièrement, vous allez emménager ensemble et… vous marier ? Car le mot « femme » n’a rien d’anodin, je me trompe ? Tu fais une pause, applaudissant brièvement ton cousin. C’est tout simplement brillant d’irrespect pour toutes nos putains de traditions. Tu marches lentement, prenant un nouveau verre et le remplissant pour le boire. Mais le pire dans tout ça… c’est que pour un cul motocultable, tu nous fais du chantage ? Nous ? Ta famille de sang ? Je trouve que cette situation, venant de notre taupe dans la police très drôle, vraiment Edward, je suis impressionné. D’autan plus que si elle habite chez toi, et comme j’ai vos adresses, à Elizabeth et toi, que vous avez la mienne, juste histoire qu’on s’appelle ou qu’on se rejoigne en cas de problèmes… Si tu meurs maintenant, j’aurai tout le loisir de finir le travail chez toi. Donc si tu ne reviens pas, elle n’aura pas réellement le temps de s’inquiéter pour toi.

Tu viens t’asseoir face à lui, tirant la chaise en bois sous le portrait des arrières grands-parents et leurs proches jusqu’à toi. Tu prends donc la bouteille de liqueur, le silence s’est fait de nouveau roi. Ça n’a rien de connu, mais lorsque tu l’ouvres, tu exiges qu’on la ferme, tout particulièrement lorsque tu as écouté tout le monde en silence. Tu fais sauter le bouchon en liège dans un bruit proche de la détonation d’une arme, cette giclée soudaine du bouchon qui vient frapper le plafond comme une balle en plein cœur.

-Je vais illustrer la situation actuelle. Vois-tu… Tu commences à remplir un verre vide. Ça, c’est la confiance qu’on porte normalement. La confiance est un liquide qui se gagne au fur et à mesure, comme un verre qu’on remplit, il se remplit progressivement, lentement. La confiance est comme un alcool difficile à produire : il met beaucoup de temps à remplir sa bouteille

Tu remplies ensuite le verre d’Elizabeth, du moins le peu qui en reste, le verre brisé et plein de sang agonise sur la table. Le liquide coule sur la table, se mêlant au sang, venant contre le carrelage. 

-Ça, c’est la confiance qu’Elizabeth te porte. Aucune. Celle-ci est brisée, elle ne te demanderait même pas de ramasser la merde que Joséphine laisse au sol. Elle est détruite, comme ce verre

Tu passes à ton verre, le liquide remplit progressivement le verre, mais suite à la pression il y a quelques brèches, l’alcool commence à couler le long du récipient.

-Voici à présent la confiance que je t’accorde. Je te connais bien Edward, Elizabeth elle juge froidement d’après les valeurs de la famille et une très mauvaise impression que tu lui laisses. Ma confiance s’en retrouve lourdement ébréchée. C’est un peu comme si tu venais de tuer mon propre enfant, mais pas pour la famille, juste pour toi. La confiance, c’est l’enfant le plus cher au monde, car il ne demande pas de sperme, juste des preuves. Dans la famille, chacun donne des preuves de confiance. J’aimerais que tu essaies de boire avec chacun de ces trois verres et que tu me donnes tes impressions sur la dégustation. J’aimerais que tu me dises si tu es confiant quand tu prends mon verre en main ou celui d’Elizabeth

Le silence redevient pesant. Il se passe quelques secondes avant que tu ne te décides de reprendre. Normalement tu as ta langue dans ta poche, laissant Lizzie gueuler à ta place. Mais dans les situations exigeantes : tu l’ouvres. Face à la perpléxité de ton cousin tu tends une main vers les trois verres, avec la même voix piquée de sarcasme.

-Essaie donc Edward

Tu laisses de nouveau de très longues secondes.

-Un verre, c’est aussi quelque chose qu’on change. Ça n’a rien d’unique. Alors lui, tu pointes le verre d’Edward, ou celui-là, tu pointes ton nouveau verre intact. Quelle différence ? S’il disparaît, j’en prendrai un autre et il gagnera son droit d’être rempli de ma confiance

Cette longue métaphore sur la mort des traîtres dans de la famille s’est déjà vérifiée. Les carnets des veilles générations mentionnent explicitement la mort de plusieurs personnes ayant trahi la famille. Tout du long, une ambiance glaciale s’est installée, pourtant il y a deux gros Pyrax bien en colère dans la pièce.

-Je veux : son nom, prénom, âge, profession, ambitions. Lieux de naissance, profession de ses parents et groupe sanguin. Tu as d’autres choses à ajouter Reece Edward ? Rentre autant que possible dans les détails de cette aventure que tu as entreprise, qui, je pense, si tu suis notre principe de base: la famille. Tu te sacrifies en te mettant avec elle? En quel honneur? Quels sacrifices que de se mettre avec la femme qu'on rencontre deux mois auparavant?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Adulte Gardien de la Paix

Région d'origine : Sinoh - Vestigion
Âge : 23
Niveau : 15
Jetons : 1230
Points d'Expériences : 263

Sujet: Re: Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]   Lun 15 Oct - 20:34

Ta cousine se met à gueuler comme une Moufflair… Bon, je vais la fermer, je préféré déballer d’un bloc parce que j’ose pas imaginer ce qui se serait passer si je l’avais dit doucement, étape par étape je serai mort après le premier acte…
Viennent alors les paroles d’Henry qui sont plus réfléchies plus poussé, on sait lequel des deux ovules a pomper le cerveau ou du moins la finesse du langage à l’autre. Il me parle de confiance et illustre ça très bien avec des verres, de toute façon chez les cousins, tout ce traduit avec des verres… Il me fait également un long serment sur la place des traîtres au sein de la famille… Comme si je ne le savais pas… Il doit pas être au courant que c’est moi qui été chargé de descendre Sandra, celle d’Hoenn je sais plus je crois que c’est la petite-nièce de ma mère enfin bref… C’est moi qui lui aie fait subir le châtiment, mais comme d’habitude, et ça me perdra, je l’ai d’abord torturé pour essayer qu’elle se repente… J’avais pour ordre de la tuer froidement, je lui ai quand même laissé une chance… Alors qu’est-ce qu’on peut appeler réellement traîtrise… J’attrape le verre de Lizzie et bois dedans sans aucune hésitation ça faisait longtemps que je n’été pas resté aussi sérieux… Depuis mon arrivée à Cobaba ça n’est arrivé que deux fois, l’épisode avec la petite Aïko et le braconnier, et l’autre braconnier qui s’en prenais à Zip. L’atmosphère change brutalement, car je deviens encore plus bouillant de rage qu’avant.
Son verre m’érafle les lèvres et me coupe une partie de la gencive. Le liquide chaud et pâteux vient inonder ma bouche et commence à goutter sur ma chemise.

Tu sais cousin les traîtres, du moins une, j’ai eu le plaisir de m’en occuper, mais je lui ai laissé une chance qu’elle n’a pas su saisir alors paix à son âme.

Je pose le verre qui sectionne un peu mon doigt… La douleur me fait vibrer, il n’y a que comme ça que je me sens vivant…

Sauf qu’au sein d’une famille, qu’elle est la plus grosse trahison, essayer de faire perdurer l’espèce en misant un tapis ou en se couchant tel un être faible et chétif. Note bien que vous deux, vous n’êtes dans aucune de ses catégories, vous êtes de ceux qui préfère checker en attendant le coup du croupier, mais tu sais que j’aime prendre des risques… Tu le sais mieux que quiconque. Mais sache que je ne vous menace en rien, si elle essaye de parler nous mourrons à deux, mais la famille sera intact, Mad et Zip que tu n’as d’ailleurs pas encore eux la chance de rencontrer, s’occuperont de tout les témoins ou du moins de ceux qui savent… Spin et Pic effaceront les données et contacterons, tu sais qui pour effacer les traces plus comment dire… Concrète… Et le Coconfort familial perdurera… Sans moi, mais comme tu dis, je suis facilement remplaçable. Toi qui aimes le poker, tu sais que je préfère les dames. Et tu sais qu’en sautant tout les pions, c’est le dernier qu’on saute qui boucle la partie. Alors pourquoi pas ?

Je reprends mon souffle, ils me regardent l’air consterner sûrement d’une envie de meurtre, mais peut-être et je l’espère d’un peu de compréhension… Même si le dernier argument n’est que du vent ce qui le précède est vrai… J’assure toujours les arrières des autres avant les miens.

Tu sais donc que maintenant vos parachutes sont vérifié à toi comme à Lizzie et d’ailleurs cousine, je m’excuse sincèrement de ma blague, elle été déplacé, je ne savais pas comment ton caractère avait évolué et je suis toujours maladroit avec ceux qui sont des inconnus ou presque pour moi. Mais qu’importe… Les Reece sont ici même en train de débattre sur un simple pion de dames alors que la partie vient déjà de se terminer… Voyer donc l’empire Reece. Plus puissant que tout si les éléments restent soudés… Tiens mon cher cousin et peut être toi aussi cousine comme je ne sais toujours pas ce dans quoi tu bosses mais bon, tu sais ce qui se passe quand un whisky entre en contact avec l’eau… Évidemment, toutes les molécules qui donne le goût brut et boisé viennent à la surface de l’eau pour protéger le reste de l’alcool de l’eau. L’hydrophobe celui qui sera trempé à la jonction de deux milieux, c’est moi vous êtes le reste et l’eau, c’est le monde extérieur. Sans vous, le monde extérieur est banal, fade. Sans l’eau, je ne serais que dans l’ombre de tous les autres de la famille et le monde serait impossible à intégrer de manière aussi poussé que maintenant. Et sans moi, l’eau oxyderait l’alcool le rendant médiocre et imbuvable. Je sais que je ne fais pas toujours les meilleurs choix pour moi, mais tu sais qu’un Reece fait toujours passer la famille avant tout et je suis prêt à mourir pour vous sachez le bien…

Mes yeux ne trahisse plus il laisse s’exprimer ma perfidie abjecte le vrai coté du Lougaroc qui est en moi…

Je serai le bras armé des Reece, le poseur de bombes mais, j’ai besoin de ma mèche et de mon détonateur pour pouvoir donner le maximum…

Je pointe respectivement Lizzie et Henry en serrant mes poings.

J’avais peur en venant, je connais ton envie de toujours tout faire dans les règles et pour essayer de réparer ma confiance, je vais te montrer que je ne suis pas un traître.

Pic qui était dans une petite Go-Pok (célèbre caméra du pokémonde) sort d’un coin de la pièce.

Pic donne moi la carte mémoire qui allait être diffusée si la moindre chose m’arriver.

Pic hésite… Il n’aime pas ces ambiances sérieuses… J’attrape donc la carte et la caméra que j’explose au sol et je vient mâcher la carte mémoire... La brisant et la foutant à l’eau…

Vous ne me faites plus confiance d’accord, mais je ne peux me résoudre à me dire que je ne peux plus faire confiance à ma famille… Et au passage, Lou Berry A+ 22ans Actuellement parfumeuse et ambitionne d'étendre son influence dans ce domaine devenant par la même occasion championne du type poison elle vient d'Illumis et ses parents son de riches commerçant tu as ce qu'il te faut?

_________________
 
Boire à 8H00 c’est être
Un Pirate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7460-506-edward-reece-l-infiltre-chez-les-poulets-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t7504-edward-ceere-adulte
Contenu sponsorisé



Sujet: Re: Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]   

Revenir en haut Aller en bas
Le Brave, L'Alcoolique, La Revenante. [Edward / Henry / Elizabeth]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Nuevo :: La Résidence Aquali :: Appartements-