apocalyptico dramatique. (noah)
Nathanaël D. Rake
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 1
Jetons : 1147
Points d'Expériences : 34
Todresseur Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: apocalyptico dramatique. (noah)   Lun 22 Oct - 15:39

Sirènes obsédantes, Métal hurlant plastique qui résonne

(apocalyptico) dramatique

Dans le grand parc de Nuevo, au milieu des feuilles mordorées de l'automne et dans la lumière chatoyante du soleil descendant de cette fin d'après-midi, Nathanaël jeta un regard brillant au garçon qui lui faisait face. Son coeur affolé peinait à se calmer, mais déjà ses doutes se dissipaient. Et il remerciait silencieusement la Providence pour cette rencontre.

« Putain, mec, je t'aime. »






Il y a des jours, comme ça, où rien ne semble se passer comme prévu. Pour le meilleur ou pour le pire. Mais souvent pour le pire.

Comme le fait qu'il se soit levé en retard (rendormi, serait plus juste), manquant ainsi son premier cours de la journée. Dès la deuxième semaine. Ou la façon dont il avait dégringolé au bas de l'échelle en tentant de descendre de la mezzanine de sa chambre. Quelle idée, aussi, de mettre des marches au pied du lit...

Mais tout ceci n'était somme toute pas bien grave, et le grand gaillard s'en était allé de sa journée, tranquillement, traçant son petit bout de chemin sans véritablement s'en soucier. Son absence lui vaudrait probablement des remontrances, son référent semblant peu apprécier le garçon, pour des raisons qui lui échappaient. Une histoire d'attitude, ou quelque chose comme ça. Mais Nate n'abandonnait pas. Les cours étaient plus prenants et complexes que ce à quoi il s'était attendu, mais il était motivé, et saurait se mettre à niveau pour se maintenir à flot. Son père et lui avaient tellement investi pour lui offrir cette chance... C'était à lui, désormais, de l'exploiter au maximum.

Mais pour l'heure, l'adolescent avait décidé de mettre à profit sa matinée fortuitement libérée pour aller faire un tour en ville. Il n'avait pas encore pu y prendre ses marques, et voulait y remédier au plus vite. Il s'était découvert un certain mal du pays au cours de l'été, et voulait se familiariser rapidement avec son nouvel environnement, afin de s'y sentir à l'aise et de pouvoir se concentrer sur sa nouvelle vie ici.

Le chemin jusqu'au centre ville se passa sans trop d'embûches, simplement animé par les chamailleries de ses deux compagnons griffus. Leur nouvel allié, le petit snubbul avec sa fière couleur rose, s'était immédiatement pris d'affection pour le starter du garçon. Son dresseur, en revanche, peinait à l'approcher. Nate ignorait s'il s'agissait de timidité ou de jalousie, mais il se retrouvait embêté par la situation — et surtout peiné, regardez-moi cette adorable bouille qu'il rêvait de câline — et espérait réussir à l'apprivoiser petit à petit. Quand au medhyena, il semblait peu emballé par ce soudain excès d'attention qu'il recevait, mais Nate s'en amusait, le traitant simplement de tsundere.

Une fois dans le centre, le petit groupe se promena un moment, tandis que le garçon observait tout, avec des yeux avides et curieux. Il acheta quelques bricoles par-ci par-là, un panini, un ticket de tombole, une carte postale pour sa famille. C'était plutôt sympa, en vrai. Rien à voir avec l'atmosphère estivale de Cobaba, Nuevo était une ville plus moderne et industrialisée, qui lui changeait beaucoup plus de son archipel natal. Mais c'était assez excitant. Le nombre de commerces et d'infrastructures l'impressionnait, le tout déposé au coeur d'un cadre malgré tout très naturel, comme en témoignaient la région aux alentours de la ville. Plus il observait, et plus Nate devenait curieux, désireux de tout tester, de tout découvrir. La pression du travail scolaire s'allégeait, tandis qu'il se rappelait que tout ceci était avant tout le signe de nouvelles expériences, et de tout un tas de choses à découvrir. Et que, plus qu'inquiétant, c'était surtout excitant.

Mais une mauvaise journée n'oublie jamais de se rappeler à notre mémoire, même face à un optimisme débordant, et Nathanaël a encore beaucoup à apprendre de l'urbanisme. Comme, par exemple, à tenir compte d'une circulation dense et motorisée. Sans paniquer. C'est de justesse que le garçon voit la moto arriver, sent son sang se glacer, et bondit en direction du canidé pastel (qui ne craignait en vérité pas grand chose) pour le pousser hors de la route. Le motard ralentit en voyant un pauvre fou se jeter devant ses roues, mais l'évite sans peine, et poursuit son chemin, en pestant.

Nathanaël se retrouve à terre au bord du trottoir, le coeur battant, sous les regards étonnés des passants qui ne comprennent pas son geste. Lui, est persuadé d'avoir frôlé de peu la catastrophe, sans réaliser que c'est probablement de son action que venait la plus grande menace de la situation. Et le monde semble bien décidé à le lui signaler, quand le pokémon qu'il serre dans son étreinte se met à gémir douloureusement. Interpelé, l'adolescent baisse les yeux vers le petit monstre pour l'inspecter, et constater avec horreur qu'il semble s'être blessé à la patte au cours de sa chute. Merde. Non. Non, non. Il faisait quoi, maintenant ? Il ne savait pas dresser de diagnostic, et ignorait la meilleur façon de procéder. Des instructions contraires lui venaient à l'esprit. S'éloigner de la route, porter le pokémon vers un centre ou une clinique. Ou alors, ne surtout pas déplacer le blessé, de peur d'aggraver son cas en le manipulant maladroitement. Son medhyena s'approcha, sentant l'agitation et la peur de son dresseur, pour venir observer leur nouveau camarade qui commençait à se débattre pour se libérer de l'étreinte de son dresseur. Il y mettait les griffes et les crocs, lui aussi paniqué par cette douleur soudaine et son immobilisation, effrayé par le garçon lui-même. Et Nathanaël se morfondait de se voir ainsi craint de son propre pokémon, maintenant sa prise malgré tout de peur que la créature ne s'échappe et n'aggrave son cas.

Il en était là de sa confusion quand une ombre tomba sur lui. Nathanaël releva la tête, pour découvrir la silhouette d'un jeune garçon qui devait avoir à peu près son âge, et qui s'était approché de lui. Il lui lança un regard désemparé, larmes aux yeux.

« P-pardon, je crois qu'il est blessé, je... Tu saurais où je peux trouver de l'aide ? »

Il ne savait pas encore, à ce moment-là, que ce garçon qui ne faisait que passer par là en se dirigeait vers le grand parc, allait devenir l'un de ses meilleurs amis.

Ce n'est qu'une quinzaine de minutes plus tard, tandis qu'ils s'étaient installés au calme sur la pelouse du parc et que le nouveau venu lui assurait gentiment que la blessure du snubbul était bénigne, que Nathanaël souffla enfin, et se laissa aller à exprimer toute sa gratitude et son soulagement.

« Putain, mec, je t'aime. Merci, je sais pas ce que j'aurais fait si t'étais pas passé par là ! »

Il jeta un coup d'oeil coupable au snubbul, que le nouveau venu avait réussi à calmer, et reporta son attention sur son nouveau héros, pour lui tendre la main avec un sourire.

« J'm'appelle Nathanaël. »
LUNDI 15 OCTOBRE 2018
Noah A. Knox
Région d'origine : Hoenn.
Âge : 15 ans.
Niveau : 0
Jetons : 1404
Points d'Expériences : 223
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: apocalyptico dramatique. (noah)   Mar 19 Fév - 17:05

Low-key, no pressure, just hang with me and my weather

nathanaël d. rake


         Y'a des jours où les choses ne se passent pas exactement comme prévu.

Aux yeux de Noah, ce genre de journées arrivent un peu trop souvent. Pour quelqu'un qui ne demande qu'un quotidien tranquille et (beaucoup) d'opportunités de faire la sieste, la vie à la Pokémon Community est souvent bien trop houleuse à son goût. C'est bien loin, bien trop loin de tout ce qu'il a connu – de l'atmosphère paisible de Vergazon à la petite maison qu'il habitait à l'époque où il était encore à Mérouville. Ajoutez ça au fait que l'école rassemble probablement les gens les plus étranges qu'il ait pu connaître de sa vie (si on omet Abigail) et vous avez une addition plutôt salée, au final.

(C'est peut-être pour ça qu'il y a sa place d'ailleurs, mais on dit ça, on dit rien.)

Alors il fait comme il peut, en vrai. Il trouve des combines, par-ci par-là, pour s'accommoder et tout de même avoir son quota sommeil de la journée. Les cours, c'est une chose, et il n'aimerait pas vraiment les sécher non plus (aussi tentant que ça soit, face à la perspective d'un roupillon au soleil) – mais il ne louperait une sieste pour rien au monde.

Malheureusement, ses endroits de prédilection commencent à...manquer de quelque chose. C'est peut-être le fait que depuis son arrivée, au moins une bonne vingtaine d'élèves l'ont trouvé en train de dormir comme une souche dans les contextes les plus inadaptés et étaient persuadés qu'ils venaient de trouver un cadavre sur le campus. Il n'était pas bien dur de comprendre pourquoi soudainement le charme était un peu parti après ça. Il avait beau se ficher un peu de ce qu'on pense de lui, ficher la flippe à ses camarades n'étaient pas vraiment dans ses objectifs non plus. Alors, Noah n'a pas mis longtemps avant de prendre une décision pour remédier à ça.

C'était l'heure d'un petit changement d'ambiance.

Il avait pris les transports jusqu'au centre ville, bien décidé à trouver un nouvel endroit à envahir. Le trajet s'était fait sans trop de remous, la Pokéball de Skull bien rangée au fond de son sac. On ne savait jamais de quoi ce Sovkipou était capable niveau catastrophes, et il était arrivé bien plus d'une fois qu'il sorte sans prévenir. Vaut mieux prévenir que guérir, comme on dit. Même si dans son cas, ça ne le dérangeait pas trop de guérir. C'était ce qu'il avait choisi de faire plus tard, après tout.

Mais évidemment, les choses ne se passent jamais comme prévu – et ce fait s'est bien vite rappelé à lui de ce qui était la pire des façons, à ses yeux. Alors qu'il faisait tranquillement son bout de chemin vers le parc, en un instant, un éclair, c'est un crissement de pneus, un cri de surprise, des injures qui tonnent dans ses oreilles. Largement de quoi le secouer – mais en s'approchant, ses appréhensions se dissipèrent bien vite. C'était juste un accident évité, plus de peur que de mal, mais il pouvait encore sentir l'angoisse poindre sur sa peau.

Ca devait être encore pire pour le garçon qui se tenait à quelques mètres de lui, le Pokémon qu'il venait de sauver furieux entre ses bras. Noah n'avait aucun idée de si c'était son dresseur ou non, mais il était sûr d'une chose : il n'était...pas très adroit.

« Besoin d'aide? »

Mhm. Peut-être s'est-il jeté trop vite dans cette situation. Mais les yeux larmoyants de l'autre ne l'encouragent pas à changer d'avis, de toute façon.

Quelques baies sorties de son sac, lentement et prudemment tendues vers le Snubbull pour le mettre en confiance, et un rapide examen furent suffisants pour rassurer le garçon. Le Pokémon était en parfaite santé, à part peut-être une ou deux égratignures totalement bénignes.

« C'est rien, vraiment. Plus de peur que de mal, au final. »

Noah tente de le rassurer autant que possible, assis à ses côtés alors qu'il range soigneusement son matériel dans sa sacoche. Il était prêt à partir, sa tâche accomplie, lorsque le garçon lui demande son nom et lui tend la main, un sourire radieux sur le visage. C'était...radicalement différent de la peur qui le hantait il y a quelques instants.

« Heu...moi c'est Noah. »

Il lui rend sa poignée de main, un peu confus.
Oh mon dieu, dans quoi s'est-il encore embarqué.
     


_________________

before you call it convenient, please
heal my wounded heart
apocalyptico dramatique. (noah)
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Outils de modération :