>

Partagez | .
La confiance est l'alcool le plus difficile à distiller. [Henry - Elizabeth - Edward - Lou]
Henry Reece
Adulte Barman

Région d'origine : Sinnoh Vestigion
Âge : 27 ans
Niveau : 13
Jetons : 1047
Points d'Expériences : 267

Sujet: La confiance est l'alcool le plus difficile à distiller. [Henry - Elizabeth - Edward - Lou]   Sam 12 Jan - 12:57

Samedi 20 octobre.

17h
.
La buée de ta salle de bain couvre le reflet de ton corps nu sortant de la douche. Ton corps dégouline d’eau alors que tu passes ta serviette sur ton visage. En observant ta silhouette déformée par la buée, tu souris brièvement. Ce soir allait être mémorable. Un de ces repas impossibles à oublier tant il nourrit les souvenirs. Alors que tu sèches, tu penses déjà à la soirée. Ton cousin aura-t-il déjà réussi à s’habiller proprement ? Après tout, vous allez dans un restaurant trois-étoiles dans les rues pavées du village médiéval de Malnova. Tu as négocié une table de prestige, dans une pièce isolée, puisque tu fournis le restaurant en liqueur, tu as obtenu du directeur ce petit privilège, avec aussi une baisse de prix. Tu prends en charge les frais de la soirée, tu te doutes qu’une parfumeuse n’a pas réellement les moyens de se payer le repas de ce soir, quoi que, ses parents sont de riches commerciaux non ? Fin, si elle a décidé de suivre cette voie, sûrement ne profite-t-elle pas de la richesse familiale. Tu te tourmentes de bien des questions alors que le coupe-choux passe ton visage et ton cou pour rendre ta peau vierge de toute pilosité. Cela faisait deux semaines que tu étais obsédé par ce repas. c’était bien la première fois qu’on te faisait un coup pareil, si tu avais réagi très calmement en public, tu avais bouillonné les jours suivant d’une voix désagréable.

Une fois beau et propre, tu en profites pour sortir, ouvrir ton armoire, t’habiller un costume trois pièces façon années 30 en tartan et d’un nœud papillon rouge bordeaux. Tes oxfords noires aux pieds sont mises en valeur par des chaussettes blanches immaculées. Un mouchoir de soi rouge se porte à la poche de la veste tout comme tes bretelles, mais c’est un rappel discret et invisible. Une petite broche au col, une bouteille de liqueur. Tu enfiles ta casquette irlandaise, vérifiant brièvement que tout est parfait. Tout simple impeccable, un parfum suave au cou et poignets, une écharpe, un cachemire et une grande veste descendant à mi-cuisses. Ce soir, il fallait être physiquement irréprochable. Lorsque tu sors de ton appartement, tu viens trouver Elizabeth à quelques portes de là. Tu sens bien que ta sœur doit être en train de se préparer, elle refuse de toute évidence d’être moins bien habillée que sa victime du soir.

Napoléon est à côté de toi, habillé discrètement d’un nœud papillon bordeaux, tout comme Attila ton Machoc. Tes deux accompagnants du soir. Tu as laissé Bismarck et Néfertiti aux plantations, tu t’apprêtes à faire quelques essais dans la semaine qui vient et cela demande une préparation particulière. Tu toques trois fois, puis tu entres.

-C’est moi.

Tu fermes après que tes deux compagnons soient entrés. Tu observes ta sœur, dans son appartement un peu en désordre, voyant les cadavres d’horloges-ci et là. La chirurgienne mécanique, un beau surnom pour celle qui pourrait porter celui de « la bouchère ». Sanguine à souhait, tranchante et gracieuse. Elle ne fait pas dans la dentelle, mais plutôt le cuir et le latex.

-L’orgueil féminin, je présume ? Pense plutôt au bon repas qui nous attend.

Tu la laisses se préparer devant toi, sans pudeur, de toute façon vous avez tout partager, de vos premiers instants, aux premières nuits, en passant par les premières douches et baignades. Elle est ton étoile polaire et son corps ta carte stellaire. Elle rayonne par l’éclat de son regard, qui irradie sans difficultés ceux qui savent en être digne. Attila observe en silence ta sœur, toujours impressionné par la force qu’elle dégage, de son côté, Napoléon reste discret à tes côtés, occupé à observer sa sœur jumelle en silence.

-La voiture nous attend.

Premier achat, une voiture et une fourgonnette. Avec les économies faites à Lansat, puisque tu étais simple employé et non patron, tu as pu économiser un joli capital pour t’offrir une voiture privée et une fourgonnette pour livrer l’alcool. Une Lotus Exige 430. Nouvelle génération, un pur bijou. Tu es assez fier de cette acquisition, d’un noir mat et sobre. Tu rentres tes deux pokémons dans leur pokéball. Puis tu entres donc le véhicule en observant ta sœur, ça vous rappel cette fois où vous aviez volé la veille alpine à votre grand-père, mais en étant trop petit vous n’aviez pu la faire rouler après avoir allumé le contact et fait vrombir le moteur V6.

-En route. Il est bientôt l’heure.

Tu commences donc la balade en voiture, profitant des routes un peu sinueuses qui mènent à la seconde ville pour jouer avec la boîte de vitesses et la direction très réactive de la voiture, venant parfois rouler à contre-sens pour offrir quelques sensations fortes en étant trop près du vide adjacent à la route. Tu échanges quelques éclats de rire avec ta sœur. En arrivant au restaurant, tu gares ta voiture sur la place réservée, une pancarte avec ton nom, il est 18h55, à cinq minutes de l’heure du rendez-vous. Vous êtes également les premiers.

-J’espère qu’ils ont la bouche bien pure, surtout madame. Combien d’erreurs pouvons-nous autoriser à une néophyte ? Si elle a un bon palais, pouvons nous en autoriser trois avant de la considérer comme indigne ?

Tu envoies un message à ton cousin pour marquer votre arrivée, puis tu saisis le bras d’Elizabeth, caressant du regard ses lèvres finement colorées. Dans le hall d’entrée, une douce chaleur t’entoure, tu ôtes ta casquette, il n’y a que les poubelles qui restent couvertes en intérieur. Ton nœud papillon brille à l’angle, d’un éclat grisé significatif, la lame de rasoir entre les plis du nœud, c’est en quelque sorte, une façon de vous reconnaître facilement chez les Reece, les femmes portent leur nœud dans les cheveux, les hommes au cou.

-Ne la regarde pas trop mal. Je n’aimerais pas qu’elle dissolve comme un cachet d’aspirine : blanche et friable.

L’autre couple de la soirée arrive enfin, à l’heure. Après les présentations, vous partirez manger, ces premières minutes dans le hall sont le préambule d’une « future » union familiale.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La confiance est l'alcool le plus difficile à distiller. [Henry - Elizabeth - Edward - Lou]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: Malnova :: les alentours :: Habitations-