[544] Moira • be the goblin you want to see in the world [PYROLI]
Moira T. Norgrim
Région d'origine : Johto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 70
Points d'Expériences : 7
Nouveau Membre
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: [544] Moira • be the goblin you want to see in the world [PYROLI]   Dim 10 Fév - 20:39
Moira T. Norgrim
NOM. Norgrim
PRÉNOM. Moira, Theresa.
ÂGE. 15.
RÉGION D'ORIGINE. Johto.
AMBITIONS FUTURES. Elle sera Topdresseur, sans aucun doute, mais hésite encore pour ce qui est de sa future spécialisation, et préfère attendre d'avoir pris ses marques avant de se décider définitivement.
Description
Moira a toujours été trop.

Trop bruyante, pour commencer, avec sa voix grinçante dont le volume semble définitivement coincé sur "juste assez fort pour être désagréable" et son rire qui tient plus de l'aboiement que du son émis par un être humain normalement constitué. Trop bavarde, pour ne rien arranger : on pourrait presque penser que le silence l'insupporte, tant elle semble capable de le remplir pendant des heures une fois lancée. Certes, des heures tient légèrement de l'exagération, mais il est indéniable que Moira a une certaine présence sonore, que cela plaise ou non. Elle ne le fait pas particulièrement exprès, pourtant : elle a toujours été comme ça, en tout cas autant qu'elle se souvienne. Peut-être pourrait-on prendre ça pour une façon inconsciente de compenser sa présence physique quelque peu déficiente.

Il faut dire qu'elle n'a pas grand chose de remarquable, physiquement parlant : petite pour son âge, avec une silhouette toute en angles et en lignes droites, un sac d'os que la puberté a de toute évidence oublié. Le tout surmonté par des cheveux noirs plutôt courts, encadrant un visage perpétuellement fendu d'un sourire un peu trop large pour être vraiment sincère. La seule chose qui attire quelque peu l'attention, ce sont ses yeux : trop sombres pour différencier l'iris de la pupille, avec un regard qui semble traverser les gens sans les voir. Ce qui n'est pas si métaphorique que l'on pourrait le croire, depuis l'accident.

De manière générale, Moira donne l'impression de ne pas en avoir grand chose à faire de quoi que ce soit. Trop spontanée, trop honnête, trop directe, le tout saupoudré d'une certaine impulsivité, elle a le rire facile et dit ce qu'elle pense quand elle le pense, ce qui ne plait pas toujours à tout le monde : à cela, elle hausserait les épaules et éclaterait de rire, égale à elle-même. Si la nature a malencontreusement oublié de la doter d'un filtre entre ce qui reste de son cerveau et sa bouche, eh bien, c'est comme ça et puis c'est tout, que voulez-vous y faire. C'est la vie : on l'acceptera comme elle est, avec ses qualités et ses défauts, ou on ira voir ailleurs. Elle a beau être sociable et apprécier la compagnie, Moira n'est pas du genre à se faire passer pour quelqu'un qu'elle n'est pas pour se faire apprécier : de toute façon, elle ment terriblement, terriblement mal.

Mais paradoxalement, si le mensonge n'est pas son fort, elle n'est pas étrangère au concept de cacher des choses. Après tout, on ne questionne pas les éclats de rire, la bonne humeur apparente : il est facile, alors, de balayer ses problèmes sous des plaisanteries ou du sarcasme bien placés, comme on balaie la poussière sous un tapis. Moira, au fond, a besoin d'une certaine impression de contrôle. Donner signe de faiblesse serait inacceptable : en résulte donc une parfaite incapacité à se confier, et une sale tendance à internaliser sa négativité jusqu'à ce qu'on lui tire les vers du nez de force. Trop (trop, toujours trop) indépendante, ce qui n'est pas toujours une qualité.
Histoire
Moira avait toujours trouvé Rosalia tristement ennuyeuse.

Certes, la ville était belle, avec son architecture si unique au sein de la région, entourée qu'elle était de forêt qui se teintait d'or et de feu dès que l'automne pointait le bout de son nez. Mais ça avait peu d'importance, pour une enfant qui y avait vécu depuis sa plus tendre enfance, bien plus longtemps qu'il en fallait pour que le cadre s'apparente pour elle à un enclos dont elle avait vite fait le tour.

Toute jeune déjà, Moira nourrissait des rêves d'aventure et de grandeur. Ils la fascinaient, tous ces dresseurs qu'elle voyait sans cesse aller et venir dans ce qui était, tout de même, une sorte de carrefour géographique de la région, qui repartaient souvent aussi vite qu'ils étaient arrivés une fois le badge de l'arène locale en poche. Elle voulait être comme eux, parcourir le monde en compagnie de ses pokémons, collectionner badge après badge jusqu'à enfin atteindre un niveau assez haut pour défier la ligue. Et peut-être même, au cours de ses voyages, accomplir de grandes choses, comme ces types qui avaient démantelé la team Rocket à plusieurs occasions. S'imaginer superhéroïne était tentant, même en sachant qu'il y avait peu de chance que tout cela devienne réalité dans quelque futur proche que ce soit, étant fille unique de parents un brin réticents à l'idée que la prunelle de leurs yeux quitte le nid dès que son âge atteindrait deux chiffres.

Et puis, Cassandra était entrée dans sa vie. Cass avait son âge, bien qu'ayant une bonne tête de plus qu'elle, et avait emménagé à quelques mètres à peine avec sa mère, pour des raisons qui lui échappaient. Elles étaient très vite devenues inséparables, au point qu'on aurait presque pu les prendre pour des soeurs séparées à la naissance, l'une toujours fourrée chez l'autre à toute heure de la journée, toujours à faire les quatre cent coups ensemble. Et Cass partageait ses aspirations, en plus de ça : souvent, lorsque l'une dormait chez l'autre, elles passaient la nuit à construire des plans grandioses comme seuls les gosses savent le faire, à peindre de leurs mots d'enfants leur futur imaginaire. Elles seraient un duo invincible, légendaire, auquel personne ne résisterait, conquérant l'un après l'autre tous les challenges que le monde avait à offrir. La présence de Cass apportait, en plus de ça, un autre avantage : les parents de Moira étaient un peu plus enclins à la laisser partir, peut-être, si elle avait une amie pour veiller sur elle. Il fut éventuellement question de les laisser voler de leurs propres ailes, lorsqu'elles auraient atteint un âge raisonnable : treize ou quatorze ans, plutôt que l'habituel dix, semblait raisonnable.

Et pourtant, c'est à l'approche de leurs douze ans que le rêve prit fin, juste comme ça, sur un coup de malchance. Elles avaient pris l'habitude de trainer dans la Tour Cendrée, de temps en temps, prenant garde à éviter les trous du plancher en ruines pour se percher sur des poutres carbonisées et grignoter des chips ou autres snacks que l'une ou l'autre avait subtilisé chez elle avant de partir. C'était un peu leur petite planque, même s'il n'y avait rien de planqué ou même de secret à leur manège. Elles n'étaient même pas les seules dans la tour, souvent : il arrivait que des dresseurs de passage viennent s'y entrainer, lançant leurs compagnons après les quelques rattata qu idaignaient montrer le bout de leur museau. C'est lors d'une telle escapade que l'ennui les avait gagnées. Que Moira avait levé la tête vers ce qui restait des murs, là où les vieilles planches noircies par des flammes longtemps éteintes s'arrêtaient net et rejoignaient un pan de toit que l'incendie avait épargné. Que Cass avait suivi son regard, puis s'était levée en tirant la langue, et avait annoncé : la première qui arrive en haut a gagné.

Moira fut victorieuse : Cass avait peut-être toujours été plus grande et plus rapide à la course, mais ici, son gabarit lui donnait un avantage certain pour la grimpette. Elle avait éclaté d'un rire qui avait résonné dans la carcasse de la tour, savourant sa victoire, avant de tendre une main à son amie afin de l'aider à gravir les derniers centimètres. Et c'est là que tout avait basculé, très littéralement. Que l'appui sur lequel elles se tenaient s'était effondré, le bois pourri ne pouvant supporter leurs deux poids. Moira ne se souvenait pas de grand chose, à partir de là : il y avait eu la chute, il y avait eu le choc, et puis le noir.

---


Elle s'était réveillée dans un lit qui n'était pas le sien, dans l'obscurité totale, avec la tête entourée de bandages et la ferme impression que si son crâne allait exploser, si ce n'était pas déjà fait.

Des voix s'étaient élevées, lorsqu'elle avait cligné des yeux, et on l'avait gentiment repoussée vers ses oreillers lorsqu'elle avait tenté de se redresser en position assise. L'une des voix, qu'elle identifia comme son père, s'éleva pour appeler ce qu'elle supposait être une infirmière, ou un médecin. Une seconde, sa mère, partit dans une tirade aussi soulagée que sanglotante - elle était si heureuse qu'elle soit réveillée, comment allait-elle, une telle chute, se rendait-elle compte, deux étages, un traumatisme crânien--

Et Moira, encore groggy, avait demandé sans réfléchir quelle heure il était, et pourquoi ils restaient là, dans le noir, sans allumer la lumière.

La suite des évênements était floue dans son esprit. Il y avait eu le silence, puis la panique. Des examens complémentaires, encore et encore, et tout ce dont elle se souvenait, c'est des battements de son propre coeur, si forts qu'ils noyaient la cacophonie incessante qui s'agitait autour d'elle. Et puis le verdict était tombé. Quelque chose à propos de lésions cérébrales : peut-être que ca s'arrangerait, à court terme, et que sa vue reviendrait. Peut-être pas.

Cass lui avait rendu visite, un peu plus tard, répandant dix mille excuses chaque seconde. Les deux bras dans le plâtre, comme Moira avait pu s'en rendre compte en tâtonnant. Elle n'avait pas su quoi lui dire, à part que ce n'était pas sa faute. Et c'était la vérité, d'une certaine manière : c'était la faute à pas de chance, tout simplement. Les rôles auraient pu être inversés, ou ça aurait pu être encore pire. C'était juste comme ça.

Quand l'hôpital l'avait enfin laissée rentrer, il lui avait fallu tout réapprendre, tout ce qu'elle avait pris pour acquis toute sa vie. Et bien que la technologie soit assez avancée pour lui faciliter les choses à bien des égards - béni soit le type qui avait décidé d'intégrer la lecture d'écran et les commandes vocales à la plupart des modèles d'Ipok - ce n'est qu'après plus d'un an d'efforts continus qu'elle finit par recouvrer un semblant de vie normale, une autonomie satisfaisante. C'était pas comme avant, et ça ne le serait plus jamais vraiment, mais pas de quoi se lamenter sur sa situation. Il allait juste falloir s'adapter.

---


Finalement, c'est à quatorze ans que leurs chemins s'étaient séparés.

« Est-ce que tu m'en voudrais », avait soudainement demandé Cass, « si je partais? »

Moira était restée silencieuse quelques secondes, plus avait éclaté d'un rire qui sonnait moins forcé qu'il ne l'était réellement, faisant de son mieux pour ignorer la boule qu'elle avait au ventre, son coeur qui se serrait. Elle aurait pu répondre que oui, bien sûr. Mais ça aurait été injuste, et elle le savait. Il n'y avait qu'une réponse possible, en réalité.

« T'es pas sérieuse, j'espère! » Elle avait essayé de ponctuer cette phrase d'une tape sur l'épaule, qui se serait en réalité soldée par une grande claque sur le sein gauche si Cass n'avait pas saisi son poignet de justesse. « Je t'en voudrai, » avait-elle ajouté avec tout l'enthousiasme dont elle était capable, « si tu reviens avant d'avoir botté les fesses de tout J--

Et Cass l'avait étreinte, comme si souvent avant, coupant court à sa fausse menace. Moira l'avait laissée faire, se contentant de planter un menton pointu dans ce qui semblait être sa clavicule. « Montre leur qui c'est le patron, » avait-elle repris. « Et donne des nouvelles! Ecris moi des lettres, ou un truc du genre. »

« Tu pourras même pas les lire », avait répondu Cass, et Moira s'était retenue de lui mettre un coup de tête - ou de canne - pour se contenter d'un ricanement affectueux et d'un salope.

Et elle avait plié bagage dans les semaines qui avaient suivi, laissant Moira plus seule qu'elle ne l'avait été depuis des années.

---


C'est par l'une des lettres des Cass qu'elle entendit parler de la Pokémon Community pour la première fois - lettre gentiment lue à voix haute par sa mère, l'écriture de Cass étant juste assez illisible pour que son application de reconnaissance de texte peine à en tirer quoi que ce soit de cohérent. Elle y mentionnait un type qu'elle avait croisé, qui avait apparemment étudié là bas, et elle n'avait pas pu s'empêcher de relayer l'information. Certes, c'était un peu loin, mais la réputation de l'école était assez bonne, et les étudiants y étaient encadrés d'assez près pour en faire, au moins, une option à considérer? Et ce n'était pas écrit, seulement sous-entendu, mais avec un peu de chance, la prochaine fois qu'elles se reverraient en personne, elles seraient toutes les deux un peu plus proches de leur rêve.

Moira s'était empressée de renvoyer une réponse, que l'on aurait pu résumer par je vais tellement t'éclater quand on se reverra, bises. Convaincre ses parents n'avait pas été chose facile : ils avaient toujours été trop protecteurs, tout particulièrement son père. Mais après une longue argumentation, de toutes aussi longues recherches internet et beaucoup trop de allez, s'il te plait, même lui avait fini par se résigner au fait que sa fille était une énorme tête de mule, et qu'il ne pourrait pas la garder à la maison toute sa vie, de toute façon. Il était grand temps qu'elle vole de ses propres ailes.

Et c'est ainsi qu'elle pose le pied sur Adala, enfin loin de chez elle pour la première fois. C'est vrai, c'est pas le tour du monde en duo dont elle avait rêvé, mais putain, elle a la ferme intention d'en profiter.
SURNOM. Lucia.
ESPECE. Riolu.
NATURE. Brave.
DESCRIPTION. Moira appréhendait un peu de recevoir son premier pokémon. Malgré tout, elle n'a pas été déçue lorsqu'elle a reçu Lucia, bien au contraire. La petite riolu a très vite compris que sa dresseuse avait besoin de quelques ajustements au quotidien, et a ajusté son comportement en conséquence, faisant de son mieux pour communiquer par ses cris ou son aura plutôt que par gestes. Lucia a tout de même un sacré tempérament, et il lui arrive assez fréquemment de chercher des noises à des pokémons, gens, trucs contre lesquels elle n'a absolument aucune chance. Moira espère qu'elle apprendra à mieux choisir ses adversaires, avec l'expériences, mais ce n'est pas vraiment gagné.
PSEUDO OU PRÉNOM. Quill.
ÂGE. Holala, mémé, vous avez pas idée.
COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? Je m'y étais inscrite il y a fort, fort longtemps...avant de ne jamais poster et disparaitre pour toujours. Tragique.
QUELQUE CHOSE À AJOUTER ? Le contexte parlait d'adolescents au cerveau à trous, j'ai peut-être été un peu trop littérale? Ah aussi je suis partie du principe que les Ipok sont genre des poké-iPhones (en me basant sur les quelques descriptions), j'espère que c'est effectivement le cas vu que j'ai...visiblement pas (encore?) accès au sujet explicatif...
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 95
Jetons : 876
Points d'Expériences : 3618
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [544] Moira • be the goblin you want to see in the world [PYROLI]   Dim 10 Fév - 21:15
Bonsoir ! Et à nouveau, bienvenue !

J'aime beaucoup ton personnage ! La vie ne va pas être facile tous les jours pour elle, mais on croit en elle, elle va s'en sortir ! Pas grand chose à dire de plus, si ce n'est que l'Ipok n'a pas de design défini, donc pas d’inquiétude à ce sujet. Je te valide de ce pas !


Bienvenue dans le Dortoir Pyroli ♀ et bonne intégration parmi tes confrères ! N'hésite pas à poser tes questions si tu as le moindre soucis au staff ou aux membres de ton dortoir (www). Tu peux dès lors poster ta T-CARD dans la partie correspondante, ainsi que gérer tes RPs grâce à aux RECHERCHES DE RPs ET RELATIONS. N'oublie pas de remplir les champs de ton profil dès que possible (T-card et Fiche de Présentation) pour faciliter la navigation aux autres joueurs, et de réserver ton AVATAR dans la partie adéquate ! Tu repars aussi avec 2 Pokeball, données par le Collectionneur. Ton numéro étudiant est 544. Bon jeu sur Pokémon Community !

_________________



« Si tu avais le choix, que ferais-tu ? »

Merci Môman Callie!
Seth Dawson
Région d'origine : Nuevo || Adala
Âge : 15 ans (05/03)
Niveau : 4
Jetons : 524
Points d'Expériences : 45
Pokeathlète Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: [544] Moira • be the goblin you want to see in the world [PYROLI]   Lun 11 Fév - 9:40
Bienvenue chez les Pyroli !!
J'ai Miah qui fait partie de ce dortoir Very Happy
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [544] Moira • be the goblin you want to see in the world [PYROLI]   
[544] Moira • be the goblin you want to see in the world [PYROLI]
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Outils de modération :