Love Mail
Nathanaël D. Rake
Nathanaël D. Rake
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 1
Jetons : 1147
Points d'Expériences : 34
Todresseur Novice
Sujet: Love Mail   Jeu 14 Fév - 21:22


Depuis une bonne semaine, déjà, les bruits de couloirs s'intensifient. Ça gigote et ça s'agite, ça chuchote et ça toussote. Les experts sont formels : il y a de l'amouuuuur dans l'air.

Midi sonne la fin des cours de la matinée, et aussitôt les petits cupidons s'échappent, et parcourent les couloirs de l'académie. Les étudiants qui sortent de cours les voient à l'oeuvre, accrocher des petits textes un peu partout dans les couloirs, et s'approchent, curieux. Pendant que les membres de la nouvelle association s'affairent pour exposer tous les mots doux (ou moins doux) qu'on a pu leur envoyer, d'autres pianotent sur le clavier d'un ordinateur : à midi quinze, enfin, tout est en place. Les lettres, exposées à la vue des étudiants curieux, sur les murs des couloirs, et sur le site internet, précédées d'une simple phrase :

Tous nos matelots vous souhaitent une bonne Saint Valentin !
— Love Boats


Les discussions vont bon train tandis que les étudiants, curieux et excités, parcourent l'académie, ou l'écran de leur iPok, pour découvrir les messages, signés pour certains, anonymes pour d'autres. On cherche à se retrouver, à deviner qui sont les destinataires ou les auteurs secrets, on découvre les derniers potins, on s'offusque et on s'amuse.

À midi vingt, alors que tout est en place, un grésillement retentit dans l'académie, et la voix grave d'un jeune garçon résonne dans les couloirs plein de monde, broadcastée depuis la salle du club de radio.

« Allô, allô... (skrchsjhf) Ahem, salut à tous, ici Nathanaël, vice-président des Love Boats, qui vous demande votre attention. Je passe l'antenne quelques instants, car on nous a demander de retransmettre une communication très spéciale... (sschrdkgj) »

« (sbzzjfk) Ici Radio-Liberté, en direct de notre studio. Je ne vous apprends rien en vous disant que c’est la Saint-Valentin ! Un jour spécial, où vous êtes sûrement en train de montrer à celle ou celui qui compte pour vous, à quel point votre lien est fort. En temps normal, nos auditeurs ne se privent pas pour laisser leurs petits messages à nos soins, pour des dédicaces durant toute la journée. Mais, avant de commencer avec vos déclarations, j’ai une annonce à vous faire : J’aimerais adresser une déclaration spéciale à destination d’une certaine personne qui, je l’espère, saura interpréter ce message. Hmm, hmm…

MARIE, FAUT QUE TU SACHES QUE...AAH NON, LÂCHEZ-MOI, MAIS LÂCHEZ-MOI !


...

(schzzbt) Avec toutes nos excuses, nous avons le regret de vous informer que suite à un incident technique, notre programme reprendra d’ici quelques minutes. C’était Radio-Liberté, en direct de notre studio d’Illumis. »


« .... a-ah. euh. Merci beaucoup à nos amis d'Illumis, et notamment de la part de... attends c'était quoi déjà ? Ah oui, Libra. Sur ce, je remercie au nom de la présidente tous ceux qui nous ont envoyé leurs petits mots pour cette occasion festive, et je vous laisse les découvrir tranquillement. Je vous souhaite une joyeuse Saint Valentin, et pensez à câliner vos adorables doggos ! »

Le broadcast s'interrompt alors, laissant les étudiants perplexes retourner à leurs discussions.


les lettres


Chère Présidente d'Éléos,

Je souhaite applaudir encore une fois votre initiative de fonder le magnifique club qu'est Clap clap clap. Votre contribution à la purification d'Adala est largement saluée par les plus hautes sphères royales. Votre intelligence et limpidité d'esprit reflètent toute l’élégance dont vous en faites preuve.

Veuillez agréer, une fois de plus, mes plus sincères remerciements,

Lise Lisa-Marie De l'Élysée

Ginji, mon petit éclair en chocolat, souviens-toi de ce moment où nous étions devant l’autel. J’ai toujours intensément regretté de ne pas avoir sauté le pas...Peut-être n’est-il pas trop tard.
Cael

Friendship is magic...mais vous l’êtes tous encore plus !
-Starius♥️
-Tella ♥️
-Ilea ♥️
-Alby ♥️
-Ida-chou ♥️
-Ria ♥️
-Rani ♥️
-Sensei ♥️
-Sophie ♥️
-Nana ♥️
-Miah ♥️
-Diana ♥️
-Générale (Matricule 399 au rapport !) ♥️
-Pollo ♥️


Votre magicienne préférée, Calua :3

Chère Melty Potts,

Je sais à quel point vous serez contente de recevoir des lettres, que ça soit des déclarations d'amours ou non, c'est pour cela que je vous écris pour la St. Valentin. C'est toujours gratifiant de voir qu'on est aimé, non ?

Vous êtes la meilleure professeure référente (et la meilleure professeure en général) qu'on puisse avoir ! Vous êtes toujours là pour vos élèves, chaleureuse et bienveillante. Vous vous préoccupez toujours de nous, les Mentalis, et vous nous apportez toujours votre aide et votre soutien.

C'est pourquoi, je vais vous donner la recette secrète du bonheur (je ne l'ai pas inventé, je l'ai trouvé sur internet par hasard mais je voulais vous l'envoyer quand même).

Recette du Bonheur

Temps de préparation: 30 minutes minimum, tous les jours
Cuisson: Toute la vie

Ingrédients:
• 1 coeur
• 1 kilo de sincérité
• 500g de bonne volonté
• 3 cuillières à soupe d'humour, de bonne humeur et de compréhension

Préparation:
Préparez votre cœur:
Ôtez-en jalousie et rancœurs
Jusqu'à obtenir une sincérité pure.
Beurrez généreusement de soutien inconditionnel
Ajoutez de la bonne volonté finement râpée
Parsemez d'humour et de bonne humeur ciselés.

Présentez ce plat chaud avec le sourire, à chaque fois que l'occasion s'en présentera.
Attention, l'abus de cette gourmandise est recommandé pour la santé !


Signé: Courgette

Adala, le 11 février 2019


Mon cher ennemi juré Ginji,
Je te hais, depuis le premier jour que je t’ai rencontré. Ton sourire candeur, ton appétit vorace, ton incapacité à grossir, à prendre du poids. Tout cela me dépasse. Tu penses être l’ami de tout le monde ici, mais sache que tu vas le payer très cher de t’être mesurer contre moi. Tu as peut-être gagné la première bataille mais pas la guerre. Je me vengerais, crois-moi. Je vais te faire souffrir. J’attraperais ton corps fragile pour le faire descendre au plus profond de l’océan, la ou personne ne pourras t’entendre gémir de douleur. Tu pourras crier à l’aide autant que tu voudras, personne ne viendras t’aider, tu seras seul. Tu te plieras à genoux pour me supplier d’arrêter de te faire subir mon courroux. Moi, le plus grand détective que la terre n’est jamais portée, je t’observe jour et nuit. Je connais le moindre de tes gestes, tu ne m’échapperas pas. Tu ne peux fuir ton destin.

Amicalement,
Ton rival qui t’observe toutes les nuits.

Adala, le 11 février 2019


Chers membres de Clap clap clap,
C’est vrai qu’il s’agit de la saint valentin. Il s’agit plus d’une lettre pour vous remerciez du soutien que vous apportez au club, je vous suis très reconnaissante ! Notre mission ne fait que commencer, nous ne devons pas faiblir et apporter la joie et la motivation à ce monde ! N’oubliez pas d’applaudir pour votre bien aimé, et pour vous-même car vous l’avez tout les deux mérité pour ce grand jour ! Votre union mérite des applaudissements, et j’applaudis tous les membres qui ont trouvé l’âme sœur ! Quant aux autres, ne faiblissez pas ! N’oubliez pas chaque jour de vous applaudir, car nous l’avons tous mérité ! Apportez la joie et le bonheur aux autres, c’est notre motivation première ! Alors je vous souhaite à tous et à toute une joyeuse saint-valentin ! (N’abusez pas sur le chocolat, quand même.)

Plein d’applaudissement sur vous,

Votre présidente fabuleuse, incroyable, belle, talentueuse, intelligente, merveilleuse, fantastique et tout les adjectifs positifs Erika d’Eléos.

Chère Mama Odie,

Merci de nourrir toutes nos petites (ou grandes) bouches d'adolescents ! Vous êtes toujours aux petits soins pour nous et nous vous en remercions.

Je ne vous en veux pas d'utiliser de temps en temps mon Gouroutan comme assistant en plus de vos pokémons de type combat (et de Tommy).

D'ailleurs, au passage, n'en voulait pas trop à Tommy, il est mimi et pas très sûr de lui mais je suis certaine qu'il deviendra un bon cuisinier. L'élève finit toujours par dépasser son maître de toute façon, déso pas déso.

Gros bisous, et puisse Lunala guider vos plats.

Signé: Courgette

Générale;..Non, jackie, je dois être honnête avec toi et t’avouer ce que je ressens : la seule vision de ton corps couvert de sueur luisante, fera de moi un soldat obéissant jusqu’à la fin de nos jours.
Cael

J'ai encore dans un coin de ma tête la silhouette élancée de cette fille. J'ai encore, au fond de mes pupilles, les reflets de ses cheveux roux. J'ai encore du bout des doigts le toucher de sa peau fraîche, et dans l'oreille, l'éclat de sa voix qui appelait mon nom.

Elle était incandescente. Fière, et belle — si belle. Elle avait du venin dans les veines, mais moi qui la connaissais sous un autre jour, je ne savais que l'admirer en silence. J'ai encore, au fond d'un tiroir, la bague qu'elle m'avait offerte, comme de rien. Pacotille à ses yeux ; mais pour moi, un trésor.

Ça commence à faire longtemps.
Que j'ai détourné les yeux, comprenant que les tiens ne me voyaient pas.
Que j'ai couru d'autres horizons, saisi d'autres mains, rêvé d'autres lèvres.

Que j'ai oublié, dira-t-on.

Pourtant, Hanaë, quelque part au fond de mon être,
j'ai toujours cette brûlure
qui me lance.

x.

Chère FireGirl,

Malgré tes grands airs sur ton Arcanin et cette manie de mettre tes mains sur tes hanches, tu es une super-héroïne puissante et douée. Je suis heureuse d'avoir pu être ta coéquipière pour éradiquer de ce monde cet idiot de Magnéthor et sa stupide Confrérie.

J'ai hâte de te revoir -avec Colossus- pour mettre au point notre nouveau plan... machiavélique. Ahahahahahahahahahahahaha.

Plus sérieusement, merci Yuna d'être mon amie, ma coéquipière, ma complice de bavardage (même si tu es une spécialiste des types feu). J'aime bien passer du temps avec toi, tu es gentille et agréable. Tu es vraiment quelqu'un de bien à mes yeux, je te souhaite tout le bonheur du monde.

(Et encore merci d'avoir sauvé ma tante avec le Ouisticram <3)

Des bisouuuuuuuuuuus !

Signé: Wonder Wings

Adala, le 11 février 2019


Mon cher Logan,
Tu es un monstre, je ne pense pas être la seule à le dire dans l’académie. Je ne vois toujours pas pourquoi l’académie ne t’as pas renvoyé sur un centre pénitencier. Crois-moi tu as besoin de médecin compétent, car ce n’est plus possible de te voir sur cette île. Tu es un danger public pour l’académie et ses habitants. Je parle au nom de toute les filles de l’académie, et particulièrement au givrali qui sont bien sûr au courant de tes agissements de gros pervers malpoli. Croyez-moi cette personne n’est pas fréquentable, il a fait des choses horribles, il ne mérite pas notre compassion, pas même un regard posé sur vous. Si vous le croisez, ignorez le, je dirais même fuyiez le. Une fois qu’il vous attrape, c’est fini. Libre a vous de suivre mon conseil. Bien sûr, il est évident que vous ferez le bon choix.

Cordialement,

Une jeune justicière dans la fleur de l’âge.

Sirius, ou Bêta ça dépend de mon humeur

On pourrait dire que je te déteste. Mais en fait ce n’est pas tout à fait ça. Je te déteste amicalement.
Tu es un imbécile qui n’est pas capable d’accepter que les forces qui contrôlent notre monde te dépassent. Ta fermeture d’esprit devrait être sanctionnée tellement est affligeante et déraisonnable.

Mais je suis obligée de reconnaître que ton talent surpasse de très loin ton intelligence. Tes capacités en tant que coordinateur sont incroyables et j’espère que j’atteindrais le même niveau avec mes pokemons (parce qu’en solo je t’écrase)(n’y vois rien de personnel).

En résumé ce petit mot sert juste à dire que je suis contente de t’avoir comme meilleur ennemi si on peut dire ça comme ça. J’espère qu’un jour nous pourrons nous confronter l’un à l’autre.

A plus dans le bus. Ranya.

PS : merci pour ton aide pour la compétition coordi. Si tu veux des cours de bodypaitting je veux bien t’en donner en échange (parce que j’ai vu le tiens pendant la compet et je mettrais la mention « passable mais peut mieux faire »)

Je ne sais pas quand tu liras cette lettre, peut-être que tu ne la liras jamais…mais j’ai envie de quand même t’écrire cette lettre, je suis certaine que tu la liras un jour.
Tu m’as avoué beaucoup de chose au nouvel an, et je suis partie sans me retourner…et peut-être que c’est à cause de ça que tu t’es retrouvé dans ton état. Mais en tout cas sache que quoi que tu ais pensé, quoi que tu ais eu en tête, je ne t’en veux pas du tout. Je ne t’en voudrais jamais, tu le sais bien.
Si je suis partie ainsi lors du festival, c’est parce que tout ne va pas de mon côté…J’ai changé…mais mes sentiments pour toi reste les mêmes. J’espère sincèrement que tu te réveilleras vite, il y a beaucoup de chose que l’on doit se dire, des choses que l’on ne peut pas écrire sur une feuille de papier.

Je t’aime.

Adala, le 11 février 2019


Chers garçons de l’académie,
Vous êtes presque tous des rustres, des malpolis, des malpropres et pour certains des idiots ! Il est évident que certains garçons de l’académie se reconnaitront dans cette lettre ouverte. Je ne vais pas y aller par quatre chemins. IL EST TEMPS VOUS REMUEZ ! Ou est passé la galanterie, la gentillesse, le respect, la politesse ? Ou sont passé tout simplement vos bonnes manières ?! Ce ne sont pas à ces dames de vous envoyer des lettres ! C’est une honte pour votre genre ! Je n’ai jamais vu des garçons aussi malpolis que vous ! Cependant, il n’est pas trop tard pour vous rattraper, j’espère au plus profond de mon cœur, que vous parviendrez à devenir des hommes respectueux ! Chacun d’entre vous à un petit prince endormi au fond de son être, il suffit d’un peu de magie et de romance pour le réveiller à la lumière du jour ! Ce n’est pas une montagne inatteignable que je vous demande, seulement des gestes au quotidiens qui nous raviveront chaque jour, qu’au final, oui, vous avez du charme à revendre ! Gardez confiance en vous, et lancer votre cœur à qui veut l’entendre ! (En toute galanterie, bien sûr.)

Mes salutations distinguées,

Une jeune fille dans la fleur de l’âge.

Ariania, sache qu’en toute occasion, tu peux t’asseoir sur moi, autant de fois que tu le désires. Je t’appartiens !
Cael

À l'attention d'Ana C. Gladio

Petite fleur,

Toi qui dérives, sur ce long fleuve qu'est la vie, laisse-moi être cette main qui pourrait t'accorder une seconde de halte.
Parfois il n'en que très peu pour que les flots s'agitent et que tes racines se dévoilent. Il ne faut pas en avoir honte.
Un oiseau qui picore tes pistils, c'est si vite arrivé.
Que tu sois une jonquille, une marguerite ou un coquelicot, ceci est des choses qui arrivent. Et surtout, ce n'est pas de ta faute !
Et bien que ce soit des choses qui arrive, il te faut toujours du soutient, une écorce sur laquelle se reposer.
Préviens les forces de l'ordre ou les gendarmes ou appelez au 17 où l'on pourra vous indiquer que faire.
Si possible, garde dans une bulle les parures dont tu t'étais vêtue.
Surtout, consultes un médecin, le certificat qu'il établira sera d'une grosse utilité, et il te fournira également, au besoin, une contraception d'urgence, mais surtout, et dans tous les cas, une prévention contre le sida.
Si votre La police ou la gendarmerie peuvent également te conduire, sur réquisition judiciaire, à une unité médico-judiciaire(UMJ),s’il y en a une dans votre département.

Il est fortement conseillé aux victimes de porter plainte. La police et la gendarmerie sont chargées de recueillir tous les détails qui prouvent votre état de victime et peuvent contribuer à poursuivre en justice ton agresseur. C’est aussi le moyen de recevoir une indemnisation en contrepartie du préjudice subi. Tu peux te faire accompagner par une fleur de votre choix et demander à être entendue par une fleur ou en présence d’une fleur. Tu peux également porter plainte en t'adressant directement au Procureur d'Adala ( lettre recommandée avec accusé de réception, datée et signée, adressée au tribunal de grande instance (TGI) compétent par rapport au lieu où les faits ont été commis).

Si tu n’as pas immédiatement réagi après un viol, si tu souhaites te confronter à l’agresseur plusieurs années après les faits, fais appel à une association qui vous indiquera la procédure à suivre. Les victimes mineures peuvent porter plainte jusqu’à 20 ans à compter de leur majorité (c’est-à-dire jusqu’à leur 38 ans) pour les crimes (viols).

Toutes fleurs mérite de dériver le long du fleuve paisiblement.
Il n’est jamais trop tard pour parler.

Adala, le planning familial.
www.adalaplanningfamiliale.com

Hey Ashley,
ma petite bagarreuse préférée comment vas tu ?

Je sais que ça fait des mois que l’on a pas vraiment discuté, mais la st Valentin étant là, je ne peux m’empêcher de penser à toi.
Ne crois pas que je viens te demander de recommencer, toi et moi, je veux dire. Je sais bien, que malgré toute l’affection que je te porte, ce n’est plus possible.
Je le regrette un peu en vérité.
Depuis ton départ, les choses ont tellement changées. L’académie n’a plus la même ambiance, et les journées me paraissent bien longues sans tes commentaires cyniques.
J’ai toujours adoré ton humour, je ne te l’ai jamais caché, mais maintenant que je n’en profite plus, bin ça me manque encore plus.

Tu sais que je n’ai jamais été très doué avec les mots et les sentiments. Ça ne s’est pas arrangé depuis l’histoire avec mon père. Ça a même empiré les choses.
Je ne vais pas t'en parler ici, c'est trop frais encore pour que je puisse t'expliquer sans risquer de réduire cette lettre en morceau.
Tous les exercices qu’on avait mis au point pour la gestion de la colère ne sont plus vraiment efficaces. En vrai, la seule chose qui est jamais vraiment marché, c’était d’être avec toi.
Tu n’as jamais eu de pitié pour moi, et tu as toujours été d’une honnêteté qui m’aurait certainement bien aidé à faire le point sur mes problèmes actuels.

Alors si tu reçois ma lettre, fais-moi un petit signe. J’ai besoin de toi, de te parler, en tant qu’amie.

Kyo, ton punching ball préféré (oses dire que non, je ne te croirais pas ^^)

Je t'aime beaucoup trop, stupide chevalier.

O.

Idalienor, la maladie qui me ronge ne peut être guérie que par la douceur de ton sourire et le contact de tes doigts délicats sur mon corps.
Cael


Signé : Cloé

Adala 11 février 2019

Cher moi du futur,
Tu es un être fabuleux ! La plus belle fille de cette académie ! Je me demande pourquoi aucun garçon n’est encore venu demander ta main. Sans doute qu’ils doivent être tous éblouis par mon éclatante beauté, car après tout tu es une créature tombée du ciel. Une véritable mannequin d’exception. Une fée dotée d’une grâce surnaturelle, j’espère qu’a l’avenir tu deviendras une topdresseuse d’exception, oh mais qu’est ce que racontes, tu es sûrement devenu une personne de talent encore plus qu’aujourd’hui ! Oh, oh, oh !

Mes sincères salutation,

Ton toi du passé. (Comment ça, ce n’est pas une lettre romantique ?)



Pour Caroline *

Je suis pas très doué pour les poèmes.
Encore moins pour la romance.
Mais je vais tout de même faire preuve d’éloquence.
Rien que pour toi, ma jolie bohème.
|
Tu es comme un rayon de soleil.
Ce n’est peut-être pas très conventionnel,
Mais tu es vraiment comme une voie lactée.
Ne me fait pas dormir sur le canapé.
|
Mes mots sont peut-être maladroits,
S’il te plait ne sois pas rabat-joie,
J’ai fait de mon mieux avec mon charabia
Rien que pour dire que je suis fou de toi !
De Enzo *

Nico, pourquoi ne pourrions-nous pas partager bien plus qu’une chambre ? Rejoins-moi ce soir, si tu ressens la même chose.
Cael

Cher Sirius.

J'ai vu qu'on pouvait afficher son Valentin pour lui faire sa fête et ce directement sur un tableau d'affichage.

Comme tu t'appelles Sirius et pas Valentin j'ai supposé que je n'avais pas à m'en préoccuper, mais les Mentali m'ont expliqué.

Tu pourras donc me retrouver si tu le souhaites au gymnase après le déjeuner afin que je te pète les genous.

Cordialement, et avec toute mon amitié et plus si affinité (d'après les Mentali c'est ce qu'il faut dire)
Etna Neria.

Malgré le fort degré impersonnel d'un tel format et ma désaprobation de ces festivités ayant pour seule fin une quête frivole et insignifante, permettez-moi d'user de l'occasion pour démontrer de ma sympathie et vous adresser mes salutations les plus cordiales.
Ceci est une simple formule de politesse générique visant à égayer votre journée, nul n'est convié à y répondre.



Joyeuse Saint Valentin à tous.


Votre mère vous a sûrement dit que ce jour est propice aux câlins et aux bisous, parfait pour déclarer son amour ? Moi, je dis qu'il s'agit d'une boule de stress qui ne cesse de grossir et dont personne n'a besoin.

C'est un jour où l'on attend désespéramment que quelqu'un se déclare à nous. Une sorte de piqûre annuelle et douloureuse qui te rappelle que ta vie est nulle. Un doigt-du-milieu (pour rester poli) à tous ceux qui sont seuls.

La Saint Valentin.. Une dure journée à traverser, avec ces chocolats et toutes ces saletés de clichés. Bonne chance à tous pour tenir le coup encore une fois cette année.



P.S: Bonne fête aux gens qui s'appellent Valentin ou Valentine, on pense à vous (ou pas).

Joyeuses Saint Valentin à tous et à toutes ! <3 Donne Okéoké, contactez le 06 24 04 19 92 EN URGENCE.

Pour Etna *

Un jour, j’ai croisé une fille. Enfin, je crois que c’était une fille. Parfois, j’imagine qu’elle est plus proche d’une rose.

Que d’une fille.

Un jour, j’ai croisé une fille. Elle était jolie comme une fleur mais piquante comme des épines. C’est peut-être pour ça, que j’ai cru que c’était une rose.

Et peut-être, quand la rose m’a croisé, ce jour là, elle s’est dit que j’étais un petit prince.

On a grandit, sur des lignes qui se sont croisés. Une fois, deux fois, plusieurs fois.

Elle est comme une tempête. Elle est un encouragement, un objectif à atteindre. Elle regarde le feu à l’intérieur de moi et elle sourit.  

Elle l'attise, le fait grandir, le fait jaillir.

Ce feu, qui est en moi.

Un jour, j’ai croisé une fille. Et je suis tombé amoureux.
De Sirius*

Bonne Saint-Valentin à tous ! Mais surtout n'oubliez pas, aimez son ou sa valentin(ne) ne doit pas vous faire oubliez d'aimez la planète. Voici donc quelques-principes à appliquez en ce jour des amoureux :
• Privilégiez des chocolats biologiques et non issus de l'exploitation animale ou pokémon, n'hésitez pas à refusez ceux que vous offrent vos partenaires si ils ne respectent pas vos convictions écologiques. ( Cela sera une bonne excuse pour lui expliquer en quoi il est un meurtrier assoiffé de sang)
• Boites de chocolat, emballage de fleurs, préservatifs usagés... Plus que jamais, faîtes attention à l'endroit où vous jetez vos déchets. ABSOLUMENT PAS sur la place publique et dans la bonne poubelle -  le tri c'est facile.
• Envie d'un cadeau original pour l'élu(e) de votre coeur ? Offrez lui un plat cuisiné... Mais oubliez tout de suite les dons d'oeufs ou de pokémons - on n'offre pas un être vivant. Il ne nous appartient même pas, ce n'est pas un objet.
• Vous avez envie d'une virée à deux ? Attention à vos modes de transport : pas de véhicules poulluants ou de montures pokémon - ce sont des êtres vivants, pas des esclaves (bon vous pouvez faire une exception si votre pokémon vient d'un cirque qui l'a traumatisé et que vous essayiez doucement de le réhabiliter à la vie sauvage - c'est ce que je fais avec mon Tropius. ET NON CE N'EST PAS HYPOCRITE.)
• Afin d'alertez sur l'état du monde, une Setting pacifique sera organisé en marge de l'évnement de saint Valentin organisé par la pokémon community. Le thème du jour ? L'exploitation animale et pokémon par les grosses entreprises de chocolat de saint valentin. N'HÉSITEZ PAS À ME REJOINDRE.

Faisons en sorte que la fête des amoureux devienne un jour vert, camarades !

Erika,
Merci à toi de t'absenter et de me laisser aussi souvent la chambre ! 8D
Je pouvais pas rêver mieux avec toi comme coloc' !
Faudra que je te remercie pour de vrai. En applaudissements à l'assoc', bien sûr ?

Adala, le 11 février


Chers élèves,

Mon nom est Charles-Edouard le prince des nuées. Le grand savant Roigada de cette académie, je viens envoyer tout mon amour en ce merveilleux jour. Je ne vais pas m’étaler sur un débat passionnant vous expliquant en quoi l’amour n’est pour moi qu’un évènement éphémère dans son existence. Alors, je vais terminer ma lettre par vous souhaiter une joyeuse saint-valentin.

Charles-Edouard le Roigada.



Pour Alban *

On a longtemps tourné autour du pot. On s’est fait languir et souffrir et parfois je crois bien qu’on s’est haï plus qu’on s’est aimé.

Pourtant, je ne peux que revenir vers toi. Je ne peux pas t’abandonner. Toi et l’histoire qu’on écrit ensemble.

C’est douloureux, c’est difficile, mais ça apporte un sourire sur mon visage quand je pense à toi.
J’ai eu mes doutes et toi aussi.
J’ai mes doutes et toi aussi.

Pourtant, aujourd’hui, ma main est dans la tienne, mon regard fixe le même horizon que le tien.

Et je peux enfin dire sans crainte au monde entier si j’en ai l’envie, ce qui a été mon plus précieux secret.

Je me penche vers toi et mes lèvres frôlent ton oreille.

Je t’aime.
De Maxine*

Chère Salomé,

Si l'on m'avait dit un jour que je tomberais amoureuse de toi, je ne l'aurais jamais cru. Est-ce le hasard ou la destinée ? C'est ce monstre qui nous a rapproché.

Je me souviens encore de cette fête que l'on a passé sur le toit. C'est à ce moment là que notre histoire a commencé. Je m'en rappelle comme si cela s'était déroulé il y a à peine une heure. C'est peut-être cliché de dire cela, mais c'est la vérité.

Ta prestance, ton charme naturelle, ta silhouette.. tout chez toi m’enivre et me rend fébrile.

Je me souviens encore de cette fête d'anniversaire, cette fois-ci la tienne. Un jour nouveau, de nouvelles expériences. La magie de ce moment restera toujours gravé en moi. Tout ces moments partagés avec toi me resteront en mémoire.

Tu rythmes mes humeurs, sans parfois t'en rendre compte. Cette journée n'est qu'un prétexte de plus pour te le répéter, encore et encore: je t'aime, Salomé.

signé: Ana.

Logan,
Même la mort ne veut pas de toi car elle non plus, tu ne la mérites pas.


Marie R. Uana
Marie R. Uana
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 18 ans
Niveau : 41
Jetons : 3135
Points d'Expériences : 1064
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Love Mail   Jeu 14 Fév - 22:00
MARIE R. UANA

rp solo
« Love Mail »

Marie fixait le papier.

« -… La Saint-Valentin, hmm. »

Des prospectus comme ça, il y en avait de partout.

De. Partout.

Elle était probablement la première à décrier ce genre d’attitude. Gâchis de temps, gâchis de moyen, et véritable désastre écologique pour tous ces prospectus qui ne seraient de toute évidence jamais recyclés.

Pourtant, elle avait contribué à ce massacre. Elle aussi, avait écrit un mot… Un message complètement impersonnel. Destiné à personne. Et dont la portée, la signifiance, lui était inconnue.

Pourquoi s’était-elle prêtée à cet étrange jeu ? Un brusque et soudain besoin de faire le bien, Marie ? Ou…

Tu voulais faire comme les autres ?

Paraître… Quel était le mot, déjà ?

« Normale » ?

Répandre l’amour autour de soi. C’était ce que faisaient les personnes normales le jour de la Saint-Valentin. Objectif louable s’il en était, à cela près que la blanche n’était pas dupe : elle discernait parfaitement les enjeux marketings et économiques qui se trouvaient derrière cet élan global d’hypocrisie.

Elle avait également lu quelque part que c’était là la réflexion type des personnes seules.

Était-elle seule ?

« -… »

Elle l’ignorait. Marie était tiraillée par tout un tas de pensées contraires. Elle avait Erika, certes, mais était-elle réellement une amie ? Et ce club, qu’elle avait fini par rejoindre… D’une certaine manière, n’avait-il pas contribué à la rendre moins isolée ? Sauf que se rapprocher d’autrui n’avait pas empêché Marie d’être abandonnée… Alban, Maxine, Mikato… Elle ne se sentait proche de personne comme pouvaient l’être ses homologues étudiants.

Cette fête. Cette Saint-Valentin… C’était à l’occasion de sa première Saint-Valentin sur l’académie que ses fiançailles avaient viré au drame. Axel… Ce garçon avait bouleversé la vie de la pauvre fille, malgré son passage quelque peu éphémère dans celle-ci.

Elle n’arrivait pas à trancher. C’était agaçant. Marie aimait quand les choses étaient claires, précises… Mais aujourd’hui, elle n’arrivait pas à savoir.

Sa vie actuelle était-elle une bonne chose ?

Regrettait-elle ses rencontres ?

Voulait-elle d’autres rencontres ?

Oui ou non…

Est-ce que Marie avait brisé cette carapace qui l’étreignait quelques années auparavant ?

Un grésillement lui fit relever la tête, et la tira de ses pensées. Une annonce au micro… De quoi rajouter toujours plus de désordre dans son esprit embrouillé. D’un geste nonchalant, elle jeta son prospectus dans une poubelle, et prit la route de son dortoir. Elle s’était assez torturée comme ça pour aujourd’hui, et elle avait bien mieux à faire.

Pourtant, elle s’immobilisa. La voix du commentateur avait changé. Oh ça, pour changer… Elle était passée du tout au tout : le ton grave d’un adolescent dans la fleur de l’âge à une élégante et bien trop dynamique intonation féminine.

Marie dirigea son regard vers l’un des hauts-parleurs, de marbre. Ce charabia sonnait étrange à ses oreilles. Le genre de trucs qu’elle décriait, typiquement… Mais cela ne la dérangeait pas outre mesure d’écouter celui-ci. Non, au contraire… Il lui évoquait même une certaine…

Zut. C’était quoi ce sentiment ?

La communication s’interrompit brusquement, et le silence se fit. Elle continua de toiser l’appareil de transmission dans une mutisme et une absence d’expression parfaite.

En un sourire, elle soupira.

Ses mains firent un drôle de geste. Un mouvement étrange, non naturel, aussi bref que discret.

Elle doutait que son destinataire le perçoive.

Mais bon. C’était comme ça.

« Ce qui nous tient à cœur… Ce n’est pas leur présence, qui importe. Mais leur existence. »

Cette étrange idée en tête, Marie se détourna du haut-parleur, et repartit.

_________________

« Je m’occupe de lui. »
Ana C. Gladio
Ana C. Gladio
Région d'origine : Alola
Âge : 15 ans
Niveau : 53
Jetons : 2187
Points d'Expériences : 1478
Coordinateur Performer
Sujet: Re: Love Mail   Jeu 14 Fév - 22:53


La Saint Valentin. Comme dirait si bien Miguel: Une dure journée à traverser, avec ces chocolats et toutes ces saletés de clichés. Bonne chance à tous pour tenir le coup encore une fois cette année. Il aurait pu passer cette journée avec son ex petit-copain mais ils ont rompus il y a quelques mois pour une raison si.. triste. Un œuf perdu, comme c'est dommage. Moi ? Quelque chose à voir là-dedans ? Non, je ne vois absolument pas de quoi vous parlez.

Je l'aimais pas, ok ? C'est mon cousin, je sais ce qui est bon pour lui. Et l'autre là.. il avait une tête bizarre. Il ne m'inspirait pas confiance.

Soit. C'est la pause du midi. Et j'ai attendu ce moment toute la journée ! La nouvelle association Love Boats avait prévu quelque chose de fantastique pour la saint valentin: envoyer des lettres -anonymes ou non- qui vont ensuite être placardées partout dans l'académie et sur internet. Idéal pour les ragots et le drama. J'étais la première à errer dans les couloirs en observant les membre du club s'activer un peu partout pour afficher les lettres. Et quand enfin le vice-président s'est décidé à prendre la parole depuis la salle du club de radio, je ne tenais plus en place. Je n'écoute qu'à moitié, me jetant presque sur les panneaux d'affichage de l'académie. Voyons les sujets de conversations que je vais avoir avec Miguel ces prochaines semaines..

Du Erika.. Du Erika.. Encore du Erika.. Oh, une lettre d'Erika pour les membres de son club. Je lis -ou la survole- puisque je suis légèrement concernée, ayant rejoint son club en janvier. Oh, Calua qui m'a mis dans sa liste d'amis, elle est beaucoup trop choupi ! Je me demande d'ailleurs si Marinette et Apollo se voient.. Peut-être qu'ils se retrouvent en cachette et que je ne le sais pas ! J'aurais deux mots à dire à ma Coxy. (Bien qu'au fond, je les ship depuis le début, mais si c'est le cas, elle doit me le dire, j'ai envie de savoir moi). Ensuite.. oh. ah. euh. hein ? Je plisse les yeux. Ginji. Maintenant je commence à le connaître, lui. Une déclaration pour lui par Cael. Hm. D'accord. A noter. Enfin ! Une lettre de moi, pour Melty Potts. J'espère qu'elle sera contente quand elle la verra. Il y a aussi celle pour Mama Odie ! Hihi. Tiens.. Encore un mot de Cael.. pour Jackie !? Il est vraiment bizarre celui-là. Oh, encore une lettre venant de moi pour Yuna. J'espère qu'elle lui fera plaisir. Et.. oula. Mon cher Logan, tu es un monstre. Ça commence bien. Je me retiens de rire. Qui a écrit ça ? Une jeune justicière dans la fleur de l'âge. Je secoue la tête en soupirant. Ça ne peut être que du Erika. Le pauvre. Elle a raison. Ensuite. Encore Cael, mais il a vraiment des soucis ce garçon. Tiens, encore une lettre négative pour Logan. J'aurais aussi pu en écrire une, mais je ne suis pas comme ça. Bien que je meurs d'envie de le voir détester de tous, je préfère tout bonnement l'ignorer et ne pas lui prêter d'attention. Car il ne mérite pas mon attention.

Et. Hein. Quoi. Pardon. A l'attention d'Ana Carolina Gladio. J'hausse les sourcils et m'arrête net. Qu'est-ce que c'est que ça ? Je me concentre et lis attentivement la lettre. Je serre la mâchoire et vire au rouge. Non mais.. c'est une blague ? J'attrape le message et le décroche avant de tourner les talons et de m'éloigner. Non mais j'hallucine.

Je traverse les couloirs, furieuse, slalomant entre les différents élèves scotchés aux panneaux d'affichages. J'espère que personne d'autre que moi n'a eu le temps de lire cette lettre, la honte quoi. Enfin, bien évidemment, elle est sur internet et je doute que je ne puisse l'effacer. Je donnerais n'importe quoi pour changer de nom à ce moment précis. Le planning familial d'Adala, non mais je rêve. C'est quoi cette histoire.

La personne que je cherche passe devant moi. Je lui attrape le col pour l'arrêter.

« Non mais t'as vu ce message ? C'est une blague j'espère ? »

Miguel me regarde en écarquillant les yeux, ne comprenant pas la raison de mon énervement. Il attrape le papier que je lui tends et le lis. Un léger sourire se dessine sur son visage, me faisant soupirer.

« Arrête de rire ! C'est pas drôle ! »

Le garçon me redonne la lettre.

« Si quand même un peu, désolé. »

Je croise les bras en tapant du pied.

« Mais j'ai bieeeeeeeen mieux pour toi. Viens voir ça ! »

Le phyllali m'entraîne vers d'autres lettres et me pointe du doigt une lettre.. pour Miriam !? J'écarquille les yeux et me jette dessus pour la lire. Je me retourne vers Miguel, bouche bée.

« O. M. G. Mec. Quelqu'un crush sur Mimi ? Et elle nous la pas dit ? »

En même temps, je n'ai pas non plus envie de savoir le nom des personnes qui sont passé sur son canapé.. Je sors immédiatement pour iPok pour prendre la lettre en photo et l'envoyer directement à la concernée pour avoir des explications.

« Ouais, par contre, on en parle du passage où il dit qu'elle veut attirer son attention parce que dans l'affiche de Love Boats, j'ai mis qu'elle voulait un mec de plus de 18 ans ? Ils se connaissent ? Et il est jeune ? J'ai la tête à avoir un beau père qui a juste 5 à 10 ans de plus que moi ? Limite c'est mon pote. Ça craint. »

J'hausse les épaules. Moi, je retiens juste que Miriam a un ship et c'est tout ce qui m'importe. J'avais oublié que Miguel l'avait inscrite aux flotteurs de Love Boats sans qu'elle le sache.. Alala.. Finalement, je termine de parcourir les différentes lettres. Je vois celle que j'ai écrite pour Salomé, me faisant légèrement rougir. Des lettres d'amour (et les étranges déclarations de ce Cael). Je pense avoir fait le tour. Bras dessus, bras dessous, en s'en va avec Miguel vers la cafétéria pour aller déjeuner, prêts à parler de tout ce qu'on a lu dans les lettres et aussi probablement de ce que je vais faire avec Salomé aujourd'hui. Et, pour tout dire, je n'en ai pas encore la moindre idée. Je compte bien sur mon cousin pour trouver un truc original.

©BBDragon
Ginji Labelvi
Ginji Labelvi
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 18 ans
Niveau : 100
Jetons : 3167
Points d'Expériences : 3964
Todresseur Spé. Type
Sujet: Re: Love Mail   Ven 15 Fév - 11:08
GINJI LABELVI

rp solo
« Love Mail »

Mon doigt effectue le même mouvement de va-et-vient sur l’écran de mon Ipok.

Scroll scroll scroll.

Cet événement de la Saint Valentin m’amuse un peu, je dois bien l’avouer. Le principe est rigolo… A observer, en tout cas. Je dois bien avouer que les messages, poèmes et déclarations en tout genre, c’est vraiment, mais alors, VRAIMENT PAS mon truc.

« -Oh, regarde Oz.  »

Alors que nous avançons le long des couloirs de l’académie, je me rapproche un peu plus du Raichu d’Alola pour lui montrer l’un de messages du site.

« -Quelqu’un m’a écrit une… » je plisse les yeux « … Menace de mort ? »

Je m’immobilise pour mieux me concentrer sur la lecture du texte. Blabla ennemi juré, blabla je te hais, blabla je vais te noyer au plus profond de l’océan. Mon regard s’écarquille à mesure de la lecture, quelque peu déconcerté.

« -… Wow. » je soupire « … Entre ça et la déclaration de Cael, la Saint-Valentin est en train de perdre toute forme romance. »

Oz se penche un peu vers mon écran, vaguement intéressé par le fait que son dresseur soit la cible d’un ennemi mortel.

« -C’est de qui, cette fois ? »

Je hausse les épaules.

« -Ce n’est pas précisé. Quelqu’un qui m’observe toutes les nuits, apparemment. » je toise mon starter « Tu vois qui ça peut être ? »

Il acquiesce, impassible. Oz passe la majorité de ses nuits à observer le ciel étoilé, difficile de m’espionner dans mon sommeil dans ses conditions. Pourtant, quelqu’un semble avoir été assez fou pour le tenter, et le crier ensuite sur tous les toits…

« -C’est Watson. »

Je le dévisage.

« -Watson ? Le Viksuse de Haru ? »

Il hoche la tête.

« -… Et qu’il vienne m’observer toutes les nuits ne t’a jamais perturbé ? »

Oz hausse les épaules.

« -Il a toujours fait ça, apparaître à tes côtés sans que ça ne te choque. Je pensais que t’étais au courant. » il détourne le regard « Des années que je côtoie des Motisma et que je ne les comprends toujours pas. Les Spectres, j’ai arrêté de chercher à comprendre.  » il conclut en un soupir « Et j’ai bien appris à m’en méfier depuis mon évolution... »

Je reporte mon regard vers mon Ipok, sceptique.

« -Quand même… Je me demande bien ce que je lui ai fait. En plus, Watson est tellement adorable, je comprends pas…  »

Nous nous remettons en marche sur la fin de cet échange, et je reprends mon scrolling intensif. Il y a encore des tas et des tas de messages, divers et variés, mais aucun autre ne me semble destiné. En fait, l’attention paraît globalement accaparé par un autre Voltali… Logan, ce n’est pas le type qui s’est évanoui le soir du nouvel an ? Il ne s’est toujours pas réveillé, de ce que j’ai compris. Et des gens trouvent quand même le moyen de le menacer de mort le jour de la Saint-Valentin…

A nouveau, je soupire, ce qui interpelle Oz.

« -… Un problème ?
-… Ouais. » je verrouille l’écran de mon téléphone, et le fourre dans ma poche « Plus ça va et plus je me rends compte que les gens craignent vraiment beaucoup, en fait. »

Je bifurque brusquement dans une autre direction, et mon compagnon s’immobilise.

« -... Tu vas où ? »

De mon menton, je lui fais signe de me suivre.

« -A l’hôpital. »

***

Je pousse délicatement la porte de la chambre.

Celle-ci n’oppose pas beaucoup de résistance, et je peux franchir son seuil. Oz ferme tranquillement la marche, en lévitation sur sa queue, et nous nous retrouvons enfermés dans cette pièce dont la seule nuisance sonore émane de lourds appareils posés à côté du lit.

Rugbyman est allongé dans celui-ci, les yeux hermétiquement clos, et la respiration stable. Les mains dans les poches, et quelque peu mal à l’aise, je me place devant le pied du lit tout en toisant son visage, résolument vidé de tout signe de vie.

« -... »

Oz vient se placer à côté de moi, et je penche la tête sur le côté.

« -C’est à ça, que je rassemblais ? »

Le Raichu acquiesce.

« -Tu avais les poils plus longs encore. Mais oui. »

J’avise la chevelure du garçon, effectivement plus longue que dans mes souvenirs. Le pas lent, j’avance jusqu’à me rapprocher de sa tête, et me plante devant sans la quitter du regard. Je reste parfaitement silencieux pendant un certain instant, mon regard dérivant jusqu’au cardiogramme qui émet le seul bruit régulier de la pièce, puis jusqu’au reste des installations, vaguement familier.

Enfin, je finis par prendre la parole.

« -Hum. Salut, Rugbyman. »

Une longue et prévisible absence de réponse s’ensuit. Nerveux, je sors une main de ma poche et me gratte l’arrière du crâne.

« -C’est un peu bizarre comme situation donc je vais faire bref. Je… Je suis passé par là, môa aussi. Il y a pas si longtemps que ça, en plus… Donc, c’était juste pour te dire, que… Quand tu te réveilleras, hésite pas à m’appeler. »

De l’autre main, je tire un papier de mes affaires, que je pose sur une table à proximité.

« -Et comme t’es dans le coma et que tu te souviendras de rien à ton réveil, je te laisse un mot. Il y a même mon numéro dessus. Je crois pas que tu l’ais. En tout cas, j’ai pas le tien, donc… Voilà. »

Nouveau silence. Oz n’émet pas le moindre mouvement, et se contente de me regarder faire de son air neutre habituel, ne montant et descendant que légèrement du fait de sa lévitation. Je finis par remettre mes deux mains dans les poches de mon jogging, et continuer.

« -Tu sais… Il s’est dit des trucs pas très jojos sur toi, aujourd’hui. J’ignore de quoi il en retourne, mais... » je lève les yeux vers le plafond, ayant des difficultés à rester focus « On m’a vaguement fait savoir que la haine menait pas à grand-chose. Donc, quoi que tu ais fait, quoi qu’on t’ait fait, et à défaut de vous pardonner mutuellement, j’espère au moins que cette histoire ne se finira pas en bain de sang. J’ai envoyé un message à ce sujet au dirlo, au cas où… »

Je redirige mon attention vers lui, et hausse les épaules.

« -En tout cas, je serai là à ton réveil. Sache-le. » je souris nerveusement « Et si tu pouvais éviter de rester endormi plus longtemps que môa, ça serait cool. Je vais avoir l’air débile à conseiller quelqu’un qui aura connu pire. »

Je finis par soupirer.

« -… Voilà voila. On se revoit à l’académie, j’espère. »

Sobrement, je me détourne du comateux, et contourne son lit pour rejoindre la porte. Lorsque je passe derrière Oz, j’invite celui-ci à me suivre.

« -Restons pas plus longtemps, cet endroit me déprime. En plus, on risque de ne plus pouvoir trouver de fleurs, à cette heure-ci. »

Il me suit, perplexe.

« -Tu prépares déjà son enterrement ? »

Je m’arrête, et me tourne vers lui. Son visage vire aussitôt au blanc.

« -… Pardon. C’était déplacé.
-…. »

Je pouffe, un peu crispé en une vaine tentative d’étouffer ce ricanement, et reprends ma marche.

« -T’es trop mignon quand t’es gêné.
-… Crétin. »

***

Ding dong.

Nerveusement, je réarrange ma tenue, un bouquet de fleur à la main. Je fixe l’immense portail qui se dresse devant moi, et la maison qui se trouve derrière, anxieux. Mon regard vient ensuite balayer les différentes fenêtres du bâtiment, aux volets fermés, et je quête le moindre signe de vie à l’intérieur. Seulement une quinzaine de secondes plus tard, je presse à nouveau le bouton de la sonnette.

Ding dong.

… Rien. Pas le moindre changement dans cette rue de Nuevo, et j’ai beau patienter, l’irrévocable sentence finie par tomber.

« -Elle n’a pas l’air d’être là. »

Je soupire.

« -Ça aurait été trop simple... »

Je traverse la route, et vient bêtement m’asseoir sur le trottoir en face. Oz me suit du regard, sans bouger.

« -… Et tu ne peux pas la prévenir via ton appareil ? »

Je secoue la tête de droite à gauche.

« -Si je lui envoie un texto, ça va gâcher la surprise. »

De résignation, je pose le bouquet de fleur à côté de moi, l’arrangeant pour que les pétales ne soient pas trop écrasées. Oz se décide à se rapprocher, peu convaincu.

« -Tu comptes l’attendre combien de temps, au juste ? »

Je hausse les épaules.

« -Elle finira bien par rentrer du théâtre. Je pourrai essayer de la rejoindre, mais ça serait un coup à juste se croiser.  »

Je m’étire ensuite de tout mon long, en prévision de l’attente à venir. Oz soupire, et désactive ses pouvoirs télékinétiques pour se poser juste à côté de moi.

***

Le regard dirigé vers le ciel, j’observe sa coloration orangée virer progressivement au bleu foncé. Les nuages crémeux qui se décomposent et voguent au gré des vents offrent une toile tout à fait fascinante, que je me plais à observer. Oz se sent obligé de me tirer de ma rêverie.

« -Ça ne va pas être l’heure de coucher les flammes ? »

Parfaitement indifférent, je continue de fixer la voûte céleste.

« -On dit couvre-feu, Oz. »

Il plisse les yeux, blasé.

« -Tu m’as compris. » son regard dévie jusqu’au portail « Tu penses vraiment qu’elle viendra ? »

Je reste silencieux, ne répondant pas tout de suite à sa question. Mon regard finit par se détacher du soleil couchant, et je me relève en un soupir las.

« -Non, t’as raison. ‘Va falloir rentrer. »

Je saisis mon bouquet, et traverse à nouveau la route. Je cale celui-ci entre le portail et le mur séparant le jardin de la rue, pendant que mon starter me rejoint. Il m’observe faire, parfaitement silencieux, et lorsque j’estime les fleurs stables, je lui fais signe de me suivre.

« -On y va ? »

Je commence à avancer, mais lui ne bouge pas. Je m’arrête, et le dévisage.

« -… Ça va pas ?
-… Ça ne te dérange pas plus que ça, d’avoir attendu pour rien ? »

Bien que surpris par sa question, mon expression se détend en un doux sourire.

« -… Bah. » j’observe la maison « Elle m’a bien attendu pendant près de cinq mois. Je pouvais bien poireauter six heures.  » je lève les yeux au ciel « Bon, techniquement elle a cherché à couper les ponts au bout de deux, mais comment lui en vouloir ? » je hausse les épaules « Je l’attendrai aussi longtemps qu’il faudra. »

Il soupire.

« -Vous êtes vraiment bizarres, les humains. »

Mon sourire se fait plus narquois.

« -Tu trouves ? » je me détourne, et me remets en marche « J’en connais une qui a dû se languir de ton retour toute la journée. »

Je sens Oz être brusquement perturbé.

« -C-comment ? »

J’ignore sa question, et prends la direction de l’académie en sifflotant. Il se lance alors à ma poursuite.

« -E-eh, tu pourrais me répondre !… Tu crois que Euphie m’en veut de ne pas avoir passé la journée avec elle ? Les Pokémon n’accordent pas d’importance à ce genre d’événements, d’habitude… Mais c’est vrai que Euphie aime bien imiter les humains… Eh, mais  attends moi ! C-crétin, reviens ! »

_________________

« Il y aura des hauts, il y aura des bas… Et je ne serai pas là pour t’aider à les traverser. »
Caim Amaryo
Caim Amaryo
Région d'origine : Alola
Âge : 18
Niveau : 0
Jetons : 2
Points d'Expériences : 3
Nouveau Membre
Sujet: Re: Love Mail   Ven 15 Fév - 16:09
Le ferry arriva dans la soirée à Adala. A peine Caim fut-il descendu sur les quais qu'il fut encerclé par des vendeurs de roses.

Un rose pour la St valentin ! Votre femme sera contente monsieur !

Caim n'aimait pas qu'on le dérange.

Il arracha le bouquet des mains d'un vendeur, lui enfonça dans le ventre, et le mit à terre. Pendant que l'homme se tordait de douleur, Caim jeta sa cargaison entière de roses à l'eau. Il regarda les fleurs se disloquer sur la surface puis sombrer au fond de l'eau. Lorsqu'il se retourna l'homme était toujours à terre et se lamentait de ses fleurs, ses compagnons étaient rassemblés autour de lui mais personne n'osait s'approcher de Caim.

Satisfait, Caim partit.

Il s'arrêta devant le panneau d'affichage de la ville. Il cherchait comment accéder à l'académie. Une annonce retint son attention. Un message pour envoyer des lettres de St valentin, contactez... Nathanael D.Drake.

Caim resta un moment interdit puis il sortit son portable et rédigea un message, il l'envoya un numéro indiqué sur la fiche. Puis il rebroussa chemin et revint vers les vendeurs de roses.

- Toi, ordonna-t-il, donne-moi tout ton stock.

Le marchand déglutit. Ses collègues avaient tous pris leurs jambes à leur coup, le laissant seul face à cet étranger violent. Merci la solidarité du métier. Il était livide. Il ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit. Caim s'impatienta. Mais l'homme n'avait pas l'air de vouloir finir comme son collègue. Avant que Caim ne l'attrape, il lui jeta sa carriole à ses pieds et s'enfuit sans regarder en arrière. Caim ne lui jeta pas un regard. Il s'empara du plus gros bouquet et il prit la direction de l'académie, satisfait.



Sur le chemin, deux femmes se retournèrent et le suivirent du regard.

- Ah, commença la première alors que Caim venait de disparaitre à une intersection, qu'est-ce que je ne donnerai pas pour que mon mari apprennne au peu de ce charmant jeune homme et qu'il me ramène des fleurs ce soir !

- Tu es bien sage Lidy ! surenchérit l'autre, moi si on m'en donnait le choix j'échangerais sans remords mon mari contre cet Apollon terrestre !

- Voyons Marnie, il emportait bien le bouquet pour quelqu'un ce petit ! Garde le tien et laisse le chanceux qui recevra ses roses rouges profiter de son bonheur. Car crois-moi, je crois que là il a touché le gros lot.





Message envoyé à Nate :

"i'm back.

Caim."
Bellamy Wallace
Bellamy Wallace
Région d'origine : Kalos.
Âge : 17 ans
Niveau : 36
Jetons : 1664
Points d'Expériences : 911
Scientifique Archéologue
Sujet: Re: Love Mail   Ven 15 Fév - 16:30




14 février 2019 Lolita est surexcitée depuis ce matin. Sans que Bellamy ne sache vraiment pourquoi... As-t'elle repris sa liaison avec Flappy ? Ou bien elle a de nouveau le béguin pour un pauvre adolescent qui ne sait ce qui l'attend ? Bizarrement au vu de ses allers-retours incessant, et des tonnes et tonnes de prospectus et de pots de colle qu'elle traîne, il semble que c'est autre chose. La rose, bien installée, sur son lit plisse les yeux essayant d'analyser le comportement encore plus étrange que d'habitude de sa starter : oui, définitivement. Quelque-chose cloche.

La réponse la frappa comme une enclume vers midi, quand une notification sur son ipok l'interpelle. Puis une dizaine de minutes plus tard, une annonce radio bien étrange. Love Boats, hein ? Quelques-recherches sur le site de l'académie, lui suffit à comprendre que c'est un club... De ship ? D'entremetteurs ? Weird as fuck, mais pourquoi pas ? Il est vrai qu'il est sage pour ce club de se faire connaître en ce 14 février mais... Les yeux glacés de la rose se stoppèrent soudainement sur la liste des membres du club. Lolita. Sa Lolita ? Il semblerait bien que oui, étant donné que son propre nom y est accolé entre parenthèse... Mais n'a t'elle pas besoin de sa signature ou un truc du genre pour... Oh. Wait.

Le doute qui la saisit au corps, voilà, Bellamy qui plonge sur les catalogues de mode de Lolita et les feuillette un instant. Aha ! Doucement, elle se saisit à deux doigts d'une feuille autrefois vierge saoulée par une multitude d'imitations de sa signature - froncement de sourcil. Elle aurait volontiers signé pour Lolita, pourquoi son tapir pensait t'il qu'elle n'aurait pas signé ? Ne nageaient t'elle pas dans un océan de bonheur depuis le retour du soporifik (et du musteflott) ?

Prise d'un soudain doute désagréable, Bellamy replace la feuille dans les catalogues de son starter - comme si elle ne l'avait jamais trouvé et s'écroule sur son lit. Soupirant. Lolita lui cachait des choses... Ok. Elle pouvait l'accepter, elle lui avait bien dit, non ? Qu'elle n'avait plus à être dépendante l'une de l'autre comme ça.

Alors pourquoi ça lui faisait si mal ?

Comme pour pensez, à autre chose voilà la rose qui parcourent les messages... Elle n'a jamais vraiment considéré la saint valentin, mais devez admettre que certains messages étaient mignons. Pas tous... Ce Cael était définitivement une personne étrange. Ana faisait sa léche-pieds avec les profs ET mama odie pour avoir du rab à la cantoche ( damn, elle aurait du y penser). Ça se lançait des fleurs, ça échangeait des pokémon, ça se cassaient les genoux, s'écrivaient des poèmes nazes.. Et owww. Sérieusement les gars ?

C'était violent, c'était méchant.
Pauvre Logan...
Et sans aucun intérêt étant donné que le concerné était dans le coma.

Ces anons n'avaient donc aucun respect ? Qu'on l'aime ou que l'on n'aime pas, on n'insulte pas le comateux. C'était une des règles de base de la bienséance - est-ce que les autres n'avaient pas appris ça dans les hôpitaux où ils avaient grandi ? Oh, question bête.

Bellamy se mordit un instant la lèvre... Était-ce salomé qui poursuivait sa croisade anti-logan ? Ça lui paraissait un peu gros, à ce qu'elle sache, la rousse coulait le parfait amour avec Ana. C'était étrange, mais il lui semblait que le drama était bel et bien enterré - c'est ce qui lui semblait.

Dans tous les cas, même une personne aussi cheloue que Logan ne méritait pas ça. Bellamy inspira un moment... Elle savait que ça faisait de se retrouver tout seul. À quel point ça pouvait faire mal. Et ses lettres diffusées à toute l'académie, avaient signé la solitude éternelle de Logan à son réveil.

Prise d'une inspiration soudaine, voilà notre héroïne qui se saisis de son sac et quitte sa chambre. Se rendant directement à l'administration de l'académie et en ressorta une quinzaine de minutes plus tard, blême. Jackie n'avait pas était contente, contente de constater qu'un des clubs de l'école encourageait l'harcèlement des étudiants - n'y avait t'il pas eu filtration des lettres ?

Et non Bellamy, n'avait absolument pas cafté avant tout le monde, parce-que Lolita lui avait caché le fait qu'elle s'était inscrit dans le club sans lui dire. Non, ça ne la blessait pas tant que ça, du tout. Lolita faisait bien ce qu'elle voulait.... Elle faisait ça pour Logan, pas à cause de Lolita. Elle en était persuadée.

D'ailleurs, comme pour se convaincre elle-même, la rose se rendit à l'hôpital quelques-heures plus tard, un gros bouquet de fleur dans les bras. Elle croisa un garçon, qu'elle avait déjà vu à l'académie, un certain Fidji, Ginni, Bridgi ou elle ne savait trop quoi et lui fit un sourire. Déposant, un bouquet de fleur au chevet de Logan, elle lui laissa un mot à coté d'un qui avait déjà était posé, lui souhaitant une bonne saint valentin et qui disait en gros qu'elle était là si elle avait bessoin d'une oreille ou d'une épaule à son réveil - elle soupira, ça la soulait d'avance, de jouer les amies de Logan. Elle s'assit ensuite à ses côtés, sans rien dire, profitant du calme de la chambre et de l'hôpital. Ça lui aurait presque manqué.  Au moins quand elle était à l'hôpital, elle ne se posait pas milles questions sur sa relation avec son docteur, Pillow, ou son intraveineuse. Elle ne connaissait pas Lolita non plus... Oh qu'elle était stupide. Tentez de fermez un club si important pour son pokémon. Stupide. Stupide. Stupide. Elle pouvait pas juste... Crevez l'abcès ? Comme une personne normale ferait ? C'était pas à cause de ses nons dit que Lolita était partie ? Si, carrément. Fais ça, espèce de cruche. Logan dans le coma était de bon conseil, en fait.

Au bout d'une heure réflexion, elle se leva et sortit de la chambre lâchant un "Bye ! Comatose Logan." fort approprié.

Maintenant, elle devait retrouvez Lolita... Et avoir une discussion avec elle.

 
Love mail

©BBDragon
Matsuo Kyokai
Matsuo Kyokai
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 21
Jetons : 301
Points d'Expériences : 415
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Love Mail   Ven 15 Fév - 17:28
Pas de valentine, pas de chocolat ? Qui a dit ça ?!
RP Love Mail


Date : 14 février 2019

La Saint Valentin. Une fête commerciale qui n’a que pour but de faire dépenser de l’argent et faire culpabiliser ceux qui ont le malheur d’oublier ce jour.
Un beau ramassis de conneries, si vous voulez mon avis. Grand bien leur fasse si les autres ont envie de se prendre la tête a essayer d’obtenir les faveurs de leurs amoureux ou que sais je, mais pour ma part, je ne veux pas participer à ça.

J’ai d’autres priorités, et je n’ai personne avec qui passer la journée.
J’aurai voulu qu’Ashley soit là. Au moins on aurait pu se moquer des autres et se gaver de chocolat toute la journée.
Ma dernière lettre n’a pas eu de réponse, de toute façon je n’en attends pas vraiment non plus. C’est pour ça que j’en ai envoyé une copie à ce club, Love Boat. Ca m’a semblé être une bonne idée au départ, mais maintenant je regrette un peu.
Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit affichée aux yeux de toute l’école de cette façon.
Les murs de l’école sont envahis de messages, plus ou moins mignons, plus ou moins sur le thème du jour.

Je m’arrête pour lire quelques messages.
Il y en a pour tous les gouts, et je ne doute pas que tout ça va remuer les ragots et cancans de l’école.
Je ne peux retenir un sourire à chaque message de Cael, qui a dut trouver très intéressante l’idée, parce qu’il y en a quelques-uns de sa part. Celui avec Ginji qui l’aurait presque épousé me fait tiquer, mais après tout, connaissant un peu le spécimen, ça semble plausible, sur un malentendu vous voyez.
Je vois aussi qu’il connait Ariania, la fille que j’ai rencontré au château de Malnova, et cette fois je ne peux m’empêcher de rire. C’est surement quelqu’un qui s’est amusé à l’insu de mon collègue ranger, et il va surement chercher des réponses dans les jours à venir. Je me dis qu’il serait amusant d’aller l’emmerder un peu avec ça.

Je lis les déclarations, d’amour, d’amitié ou même de haine, les photos ou les poèmes que les élèves ont absolument voulu partager.
A chaque message, je me sens comme concerné et cela me fait du bien. Je ne suis pas le seul à souffrir à cause de ses émotions. Je tombe aussi sur le mien, et je ne peux m’empêcher de rougir fortement quand j’entends deux filles près de moi en parler et dire que c’est trop mignon tout en gloussant en me glissant des regards plein d’espoir.

Ne comptez pas sur moi pour faire le joli cœur aujourd’hui. Surtout avec des glousseuses. Ouais ce mot n’existe pas, mais il décrit parfaitement ces deux filles. J’ai horreur de ce genre de fille, et j’en regrette de nouveau l’absence d’Ashley.

Décidemment, j’aurai mieux fait de rester au lit ce matin. Pourtant, ce n’est pas ce qui me marque le plus.
J’aperçois plusieurs fois le nom de Logan dans des messages particulièrement violents. Anonymes évidemment. Je trouve cette personne tout particulièrement cruelle et lâche.
Tout le monde sait dans quel état est Logan depuis le nouvel an. Je ne suis pas passé le voir, vu que l’on ne se connait pas vraiment. Je veux dire, ok nos goupix sortent plus ou moins ensemble, mais lui et moi on ne se croise pas si souvent que ça. De toute façon, qu’est-ce que j’aurai pu lui dire ?
Hey salut, t’es dans le coma et c’est pas cool ?
N’importe quoi. Autant attendre qu’il se réveille pour aller le voir. Tous ces messages ont une raison et j’aimerai savoir laquelle.
Je ne suis pas du genre à m’intéresser à la vie des autres d’habitude, mais Logan m’a toujours semblé être un brave gars. Peut-être un peu étrange, mais on est tous étrange de toute façon. Je ne veux pas entendre l’histoire de la bouche de quelqu’un d’autre, parce qu’il y a forcément des gens qui savent le fin mot de l’histoire, je veux entendre ce qu’a à dire Logan.
Je reprends ma route, tranquillement Pix sur mes talons avec Little sur la tête – une bougie sur un pokemon feu est un truc à voir des plus curieux – Tod sur mon épaule. Nuts, n’aimant pas circuler au milieu des humains, est au chaud dans sa pokeball.

J'ai envie de chocolat...
Cael Joy
Cael Joy
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17
Niveau : 64
Jetons : 1091
Points d'Expériences : 2330
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Love Mail   Ven 15 Fév - 19:18
‘’...*glumps*’’

Les boites s’entassent, les minutes s’écoulent...Et moi, j’attends qu’elles passent. Renversé sur mon lit, je farfouille une fois encore dans la boîte de chocolats, posée sur le bord du matelas. Vide. Encore. J’crois même que c’était ma dernière. Tant pis, pas comme si j’avais la foi de me lever pour en chercher d’autres dans mon armoire.
Me semble avoir lu quelque part que la Saint-Valentin était une période de fête, de joie et de partage (Ou alors, c’est Noël, j’dois confondre). Mais, parce que évidemment y’a un ‘’mais’’, il semblerait qu’il existe une réciproque à cette règle : ça n’inclue manifestement pas les coeurs abandonnés.
Pour la dixième fois, ma main se tend vers mon Ipok, lâché en vrac sur mon bureau. Et pour la dixième fois, elle retourne fouiller la boîte de chocolat, que je sais pertinemment être vide.

‘’*soupir*’’

Pourquoi est-ce que ça me revient comme ça en pleine figure ? Cet été, j’avais réussi à m’y faire et même à passer à autre chose. Fin, je pensais y être arrivé. Y’a bien eu un ou deux moments où c’est revenu mais dans l’ensemble, c’était gérable. Là, disons qu’avec tous les cris (les SOS♪) qui résonnent dans l’académie, c’est UN PEU difficile pour moi d’ignorer la situation comme à l’accoutumée.

Elle n’est plus là.
C’est un fait.
Comme les Shaymins qu’elle aimait tant, la petite fleur a pris son envol...et moi, j’suis resté là, les pieds cloués au sol.

J”pourrais l’appeler, sans doute. Histoire de demander des nouvelles, de l’entendre rire un peu et de me raconter comment tout se déroule de son côté. Mais même ça, j’arrive pas à me motiver à le faire. Pas si ça doit impliquer encore des semaines d’attente pour une nouvelle conversation. Ça fait trop...mal.
Roulant sur le côté, je me retrouve face à face avec le museau d’un Lucario, agenouillé à ma hauteur. Laisse tomber Lucki, j’ai pas plus envie de te parler à toi.

*Bzzzt*

Ni à personne, d’ailleurs, foutez-moi la paix.

*Bzzt bzzt bzzt*

Quoi ? Pourquoi cet Ipok se décide à vibrer comme ça, j’ai dit que je voulais...QUOIIIIIIIIII ?!

********************

‘’...’’

C’est une faute de frappe.

Une erreur.

Un rêve qui va s’arrêter dans les cinq prochaines secondes.

Non ?

Bon ben, tant pis. J’imagine donc que le tableau que j’ai devant les yeux est bien réel. Ainsi que les regards que me jettent les élèves les plus proches, tandis que je parcours les cinq petits papiers orné de ma signature.
‘’Mon eclair au chocolat’’...’’Tes doigts délicats’’...’T’asseoir sur moi’. Plus je déchiffre les messages, plus j’ai du mal à y croire.
Y’a un autre élève appelé Cael ici, c’est la seule explication logique. Ou alors, je suis somnabule parce que JAMAIS, j’aurais envoyé des trucs pareils (Une déclaration d’amour à Jackie ? J’suis peut-être à la rue sentimentalement parlant, mais pas assez pour vouloir me suicider !) de mon plein gré.  
J’entends déjà quelques rires qui s’élèvent, lorsque les personnes les plus proches constatent que mon teint rougit à vue d’oeil. Sauf que les plus observateurs verront bien vite que j’ai les poings qui se serrent et que c’est pas un air gêné que j’affiche...Qui...m’a fait...ça ?

*Ting*

Bien sûr. Y’a qu’une seule créature dans tout cet univers pour sortir une idée pareille. Et surtout, pour avoir accès à mon Ipok quand ça lui chante. Une boule de fourrure ténébreuse qui, dans d’autres circonstances, s’en serait tirée avec une simple poursuite et une petite heure entre les pattes de Lucki. Sauf que là, il a très mal choisi son timing !

‘’Eeeeeeh...Joy. J’aurais pas cru que t’oserais te montrer après ça.’’

Il manquait plus que lui : émergeant entre les élèves, je n’ai même pas besoin de me retourner pour sentir l’aura délétère et le ton doucereux de Joris, envelopper les alentours. Complètement hilare, le Noctali a l’air particulièrement ravi de me voir dans cet état et ne se prive pas pour en remettre une couche.

‘’Après, si ça se trouve, c’est totalement c’que tu voulais. Tu comptes t’y prendre comment, un pour chaque jour de la semaine et le week-end, c’est au tirage au sort ?’’

‘’On s’en va, Lucki.’’

Reste calme. Pour le moment, l’important c’est de mettre la main sur Sol. Ensuite, plus besoin de calme, j’aurais juste BEAUCOUP d’énergie à défouler sur lui.
Pour ne rien arranger, même une fois sorti du bâtiment pour rejoindre les allées de l’académie, le Noctali ne trouve rien de mieux que me suivre...Pour mieux savourer, j’imagine.

‘’Je te comprends un peu, en vrai. Maintenant que Léonidas s’est barré, t’as plus personne pour t’amuser le soir. Et Nico apprendra vite.’’

‘’Si tu sais où Sol, Lucki, essaye de le détecter.’’

‘’Oh, mais pourtant, tu semblais tellement motivé dans tes petits messages.’’

‘’Après, ça je sais exactement où il va aller. T’auras un peu de tranquillité pour…’’

‘’Allez, avoue-le...C’est quand t’as jeté ta Mentali, que tu t’es dit qu’il fallait taper plus large ?’’

‘’TA GUEULE !’’

J’avais réussi à le dépasser. Et à l’ignorer (a peu près). Mais lorsque la voix mielleuse du Noctali prononce ses derniers mots, même Lucki n’a pas le temps de me retenir par l’épaule : le temps que je me reprenne, j’ai déjà balancé ma jambe contre le tibia de Joris, lui arrachant un cri de douleur avant qu’il ne s’agenouille sous l’impact. Ce qui ne m’arrête absolument pas, puisque cette fois, ce sont mes deux mains qui viennent le percuter au niveau des temps (ça, c’est du made in Lucki, connard !), afin de le faire vaciller. Il riposte évidemment et je me retrouve à faire une jolie vrille lorsque son poing me cueille au niveau des côtes. Et même s’il boîte pour me rejoindre, aucun de nous n’a l’intention de laisser l’autre s’en tirer...Pas cette fois, pas comme ça. Je revois presque Eryn en pleurs devant moi, lorsqu’il tente de me frapper à nouveau, un peu à l’aveugle...Ce qui me permet de lui saisir le poignet sans mal, pour le tordre violemment. Aucun craquement mais au bruit de coulisse qui se fait entendre (et à son nouveau hurlement), je vient probablement de le lui déboîter. Même dans mon état, ses mouvements sont légèrement décalés par rapport à son aura...Et ça fait tellement du bien d’en profiter !

‘’SÉPAREZ-VOUS ! Immédiatement !’’

Même pas en rêve, j’vais le...Ourgh !

‘’Vous m’avez entendu ? Ou alors, si vous voulez continuer, ce sera avec moi.’’

‘’...’’

La situation pourrait sans doute être pire. En fait, non, absolument pas, qui y-a-t-il de  pire que de se retrouver maintenu par Jackie, tandis que Joris fait face à un Lamantine assez mécontent. Il ne tarde d’ailleurs pas à tenter de se justifier, sous le regard pour le moins glacial de la référente Pyroli.

‘’Ce mec est taré, c’est lui qui s’est jeté sur moi !’’

‘’Ce qui m’intéresserait sûrement si vous étiez un peu plus discret dans vos provocations, 250-B. Maintenant, relevez-vous. Si vous voulez vous battre, je suis à votre entière disposition, sinon, disparaissez de ma vue.’’

Sans demander son reste, Joris ne se fait pas prier pour contourner Godzilla, avant de repartir au pas de course en direction du réfectoire. Mais, alors que je tente de me dégager de la poigne de Jackie, la vice-directrice maintient son emprise et me fixe droit dans les yeux. J’devrais avoir peur mais j’me sens tellement..léger, que j’arrive même à le soutenir sans broncher.

‘’Je devrais vous coller en retenue pour ça, 206.’’

‘’Pas de problème. Vous me laissez juste le rattraper pour finir ce qu’on a commencé, avant ?’’

‘’...Mais je pense que vous avez déjà assez de problèmes comme ça. Essayez de vous calmer.’’

‘’Bizarrement, j’ai pas envie.’’

J’ai même pas fini de parler, que Jackie s’est mise en mouvement, pour m’écraser au sol, un bras en clé dans le dos. Malgré tous mes efforts pour me libérer ou pour tressauter un minimum, la référente Pyroli se contente d’accentuer sa prise, tout en conservant un ton presque clinique.

‘’Ce n’était pas une demande, c’était un ordre, Joy. Vous êtes plus malin que ça pour céder à ce genre de provocations. Donc, à moins que vous ne vouliez que je vous casse un bras, je vous conseille de respirer profondément.’’

‘’...’’

Même en cherchant au plus profond de ma mémoire, je me souviens pas avoir eu l’air aussi stupide (bon, si une ou deux fois, en fait). J’pourrais essayer de résister et y laisser un bras, juste pour permettre à toute cette colère de sortir. Mais maintenant que je la regarde en face...Elle est partie. Comme si le fait d'exploser face à Joris, avait condensé toutes ces pensées qui m’assaillaient en une seule : Non, Eryn n'est pas partie. Elle sera toujours là, même si les choses sont différentes à présent. Et va falloir vivre avec, que je le veuille ou non.
Relâchant la pression, je laisse s’écouler plusieurs minutes, avant que Jackie ne se décide enfin à me libérer...pour découvrir un Lucki, tout aussi immobile, à moitié aplati sous la masse imposante de Godzilla. Ça nous fait au moins un point commun.
Après s’être redressé, la vice-directrice me laisse en faire de même, juste avant de faire signe à son Pokémon de libérer mon starter. Qui aurait sans doute décidé de prendre une revanche immédiate, si la jeune femme ne l’avait pas instantanément pétrifié du regard.

‘’Vous avez décidé de redevenir intelligent ? Si vous préférez, nous pouvons reprendre, j’ai une après-midi entière de libre.’’

‘’Ça ira...Merci.’’

‘’C’est vous qui voyez. Au fait, je vous attends ce soir dans le Parc. puisque vous voulez tant que ça être un ‘’soldat obéissant’’, je pense que 200 tours au pas de course, suivi d’un petit millier de flexions suffiront à montrer votre dévotion.’’

Sur ces mots, Jackie reprit tout bonnement son chemin en direction du bâtiment principal, me laissant quelque peu...perdu. Ça veut dire que je vais rester en vie ? Enfin, en ce qui la concerne, ça c’est pas dit. Mais, maintenant qu’elle en parle, j’étais parti pour trouver quelqu’un, avant que Joris ne s’en mêle. Un Zorua qui ne va pas tarder à apprendre la définition du mot ''TERREUR'' !

‘’Lucki..Où est Sol ?’’

********************

*Toc, toc, toc*

‘’Ah mais tu peux te tortiller comme tu veux, Lucki te lachera pas. Je devrais sans doute te dire que ça me fait aussi mal qu’à toi, mais...Non, j’y prends énormément de plaisir, en fait. C’est quand même dommage que tu n’es pas effacé le sixième message, j’aurais pas pu l’imprimer sans ça.
*Alex, ma belle pirate, laisse-moi t’embarquer sur mon vaisseau !* De la pure poésie, non, vraiment, je suis sûr qu’elle va apprécier.
Ah, ben tiens, quand on parle du loup...Coucou Alex, ça te dirait de lire les dernières oeuvres de Sol ? Il est super doué du coup, j’me suis dit : Cael, ce serait dommage de ne pas l’aider à développer ses talents, pourquoi ne pas le confier pour une petite semaine à la meilleure Coach de toute l’académie ?’’


Et maintenant, j'ai des messages à envoyer, moi...

_________________
Love Mail 1529618029-cael
Love Mail Nrlv1q6

"You don't need a reason to help people...right ?''
Idalienor Edelwen
Idalienor Edelwen
Région d'origine : Hoen
Âge : 19 ans
Niveau : 54
Jetons : 2476
Points d'Expériences : 2275
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Love Mail   Mer 20 Fév - 14:23
Aujourd’hui, c’est le 14 février. J’allais dire rien de spécial si ce n’est que c’est la Saint-Valentin. Chaque année depuis que je suis à la Pokemon Community, il se passe quelque chose pour fêter ce jour. Soit l’académie organise un jeu soit c’est un événement aléatoire qui tourne mal. Mais cette année, j’ai l’impression que les choses se sont un peu calmées. Il y a bien eu cet appel aux messages lancé par l’association Love Boats, à croire qu’elle a été créée spécialement pour l’occasion. Aria était très excitée à l’idée de connaitre les divers messages que les élèves auraient envoyé de manière anonyme ou non à leurs muses comme ils aiment bien le dire.

Une attention très mignonne à laquelle je n’ai jamais accordé la moindre importance.

Et pour cause, les sentiments amoureux ne me touchent pas. C’est un difficile à expliquer, mais je n’ai jamais ressenti le moindre sentiment amoureux pour personne. Pourtant j’ai 18 ans, bientôt 19, j’ai eu de multiples occasions de croiser quelqu’un qui aurait pu faire naitre ce sentiment, surtout à la Pokemon Community où les garçons ou filles plutôt mignons ou mignonnes, il y en a à l’appel. Mais jamais rien, comme si j’étais complètement hermétique à ce sentiment pourtant si cher à la plupart des gens. Ça ne m’a jamais dérangé, mais il vrai que cela remet toujours en question de savoir qu’on n’est bien seule, amoureusement parlant j’entends, et qu’on souhaite le rester.

Je cligne un peu plus fort des yeux pour me reconcentrer de nouveau. Quelle idée de faire une introspection de ce style en plein milieu d’un entrainement. Ce n’est pas maintenant qu’il faut se remettre en question. De toute façon, qu’on le veuille ou non, cette vérité est déjà bien encrée dans mon esprit. J’ai lu que certains parlaient d’aromantisme pour des gens dans mon cas. Je ne sais pas si c’est réellement le cas pour moi, mais en tout cas cela s’en rapproche très certainement.

Il doit être aux alentours de 17 heures. Les premiers rayons du soleil commencent à décliner tandis que l’entrainement pour Aegta se poursuit. Ginji compte apprendre la capacité Balance à l’ensemble de ses Motismas. A nouveau Salomé et moi nous sommes chargés de cette tâche. C’est donc le Motisma Tondeuse qui s’est retrouvée à mes côtés pour poursuivre le même entrainement que ses camarades, en plus fluide bien sûr. Maintenant que je connais la méthode la plus efficace pour lui apprendre cette capacité, il ne me reste plus qu’à lui appliquer. Mes pokemons sont eux aussi relativement investis dans cette nouvelle tâche. Tous les mois, ils accueillent un nouveau membre temporaire et aident à l’entrainement. Un drôle d’exercice pour eux aussi mais qui leur montre une autre facette de mon parcours, moins médicale si j’ose dire.

La capacité commence déjà à prendre forme après l'utilisation de nombreux cobayes mais aussi des vidéos de démonstration et une bonne d'imagination et de perception de l'énergie de l'autre. J’estime que cela fait suffisamment de temps que nous y sommes. Je rappelle tout ce petit monde dans leurs pokeballs avant de reprendre le chemin vers le dortoir. Normalement Aria devrait déjà être dans la chambre, elle me fera surement un résumé des événements de la journée, histoire qu’au moins je me tienne au courant des différents ragots.

A l’intérieur des bâtiments, une certaine animation règne, entre les rires, les pleurs, l’excitation, mais aussi les messes basses. Tout ce mélange très explosif n’annonce rien de bon. J’ignore tout ce raffut et retourne dans mon dortoir et plus précisément dans ma chambre beaucoup plus calme…ou pas. Aria est excitée comme une puce et tient dans ses mains deux petits mots en papier. Curieuse, je l’interroge et c’est limite en hurlant qu’elle en tend un qui m’est visiblement adressé, signé par Cael. Je relis le papier à plusieurs reprises pour être sûre d’avoir bien compris. Ses mots qui se veulent poétique ne m’inspirent rien d’autres que des frissons d’angoisse. Je ne sais pas trop comment réagir face à ça mais mon état se détend bien vite quand je jette un œil au mot qu’Aria a reçu de Cael. Ca sent le canular.

Pendant que j’essaie de l’expliquer à Aria, je sens mon téléphone vibrer dans ma poche. Un sms de Cael justement. Sol est vraiment un démon et semble avoir placé Cael dans une mauvaise position. Sans perdre un instant, je lance un appel pour le ranger rose.

« Allo Cael, c’est Ida…j’ai vu ton sms et t’inquiètes je ne t’en veux pas du tout…je sais qu’on est amis, je m’en fiche de ce mot…Sol est vraiment mal élevé c’est pas possible…tu veux que je le prenne en stage intensif de redressement avec Ruru pour lui apprendre les bonnes manières ?...à la limite tu me redis ça mais ne t’en fais pas je ne tiendrais jamais compte d’un mot pareil, en revanche tu vas avoir plus de mal à te débarrasser d’Aria, appelle moi si tu as besoin d’aide…bon courage…a demain ».

Finalement, il se sera encore passé un événement incontrôlable à la Pokemon Community.

_________________
Love Mail BGi1FfLove Mail BGizxYLove Mail BGiN4WLove Mail BGi0ajLove Mail 1543436268-heliosLove Mail 1491648845-sprite-roserade-idaLove Mail 1543176079-673Love Mail BGi92nLove Mail Miniature_695_XYLove Mail BGiLYQLove Mail BGiZDOLove Mail BICbxQLove Mail BGnGa8Love Mail BGiTIxLove Mail Miniature_252_ROSA
Le courage est la première des qualités car elle garantit toutes les autres
Salomé Cobal
Salomé Cobal
Région d'origine : Johto
Âge : 15 ans
Niveau : 56
Jetons : 24376
Points d'Expériences : 1828
Pokeathlète Médecin
Sujet: Re: Love Mail   Ven 21 Juin - 23:03
Salomé contemplait l'Aligatueur rose, partagé entre incrédulité et fou rire.
Elle ne comprenait pas pourquoi des gens faisaient appel à ses services de Médecin, elle avait fini par s'habituer à n'avoir que les Motisma de Ginji comme Pokemon nécessitant ses services, toujours pour la même attaque, Balance.
Et voilà qu'un parfait inconnu, Paul Nyllis, la sollicitait, sûrement Idalienor était-elle trop prisée pour se permettre d'accepter la requête du Noctali.
Mais la rousse, elle, ne savait pas comment s'occuper d'un Aligatueur.
Encore moins comment lui apprendre Aqua-Brèche, encore une fois, c'était une attaque inconnue à la rousse, comme pour Balance quelques mois plus tôt.
Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir lui faire faire, à ce Pokemon, hormis lui lancer de l'eau à la figure en espérant que quelque chose se produise, un miracle, n'importe quoi, de quoi satisfaire son dresseur et légitimer le prix demandé.

Et puis, elle n'avait vraiment pas la tête à ça.

– Demande à Chayana de t'apprendre Aqua-Brèche. Elle est douée pour ces choses-là.

Et la rousse lança un caillou dans l'eau d'une main tandis qu'elle arpentait son iPok de l'autre, sans savoir ce qu'elle cherchait véritablement, l'esprit ailleurs et le regard distrait. La Macronium se rapprocha, visiblement déconcertée par cette annonce, elle qui avait supervisé l'apprentissage des Motisma machines n'avait fait que répéter ce qu'elle savait déjà.
Là, c'était tout nouveau pour elle.

La rousse leva les yeux pour retrouver un Aligatueur toujours aussi désireux d'apprendre.
Cela risquait d'être compliqué. Vraiment.

– Sheitan ? Attaque-le.


Il n'en fallut pas plus pour que le Leviator se plie aux ordres de Salomé qui s'était maintenant relevée, sa réserve de cailloux toujours alimentée par Algernon, sait-on jamais si elle souhaitait à nouveau s'entraîner aux ricochets tout en se lamentant sur Ranya perdue. Mais même la gitane savait lorsqu'elle devait faire face à ses obligations et l'Aligatueur était l'une d'elles, bien que cela ne l'enchantait guère.

– Rien de mieux qu'un combat pour être stimulé, non ? Je suis sûre que c'est le genre d'âneries qu'a déjà dû te sortir ton dresseur vu que c'est un Stratège... Alors on va vérifier s'il a raison aujourd'hui. T'as de l'eau tout autour de toi et de ce que j'ai lu, c'est la base même de l'attaque Aqua-Brèche. Alors utilise-la, cette flotte. Mais tu le sais déjà, après tout, t'es un type Eau.


Elle attrapa un caillou, le lançant à nouveau, sans même tenter de faire de ricochets, avec juste Ranya en tête et cet entraînement incongru. La Macronium, à ses côtés, paraissait plus qu'anxieuse par ce plan improbable. Mais cela ne l'étonnait qu'à peine au vu des prouesses de la Médecin dans ce domaine.

– Et puis, si t'es trop amoché, Chayana te soignera. Sinon, elle passera son temps à faire la tête toute l'après-midi. Est-ce que j'ai envie de ça ? Non et toi non plus.

La concernée paraissait un peu plus rassurée mais toujours sur le qui-vive, observant le duel entre les titans aquatiques.
La rousse, elle, se contentait de comparer les faits et gestes de l'Aligatueur avec tout ce qu'elle pouvait trouver sur le net, comparant différentes attaques d'Aqua-Brèche histoire de savoir quand elle pourrait enfin crier victoire.

La demoiselle laissait le duo chahuter dans l'eau, seulement interrompue parfois par le cri reconnaissable de Chayana pour signaler que l'Aligatueur faisait des progrès. Tant mieux si elle arrivait à voir ce genre de choses, Salomé, elle, ne voyait que de l'eau à perte de vue, des attaques aquatiques ici et là, et des vagues qui manquaient de l'éclabousser au point qu'elle se recula de quelques mètres, abandonnant les cailloux qu'Algernon, lui, se refusait à délaisser.

Il y eut un nouveau cri.
Là, cela ressemblait à Aqua-Brèche.
Du moins Salomé l'espérait-elle car elle avait envie de rentrer, c'est qu'il faisait encore froid en février.

***

Il n'y avait rien.
Juste des messages d'amour par dizaines et aucun de Ranya, comme elle s'y attendait.
Celui d'Ana s'affichait, phare visible qui ne put que happer son attention, renvoyant à la rousse ses propres mots balancés en pleine gueule le jour de la Saint-Valentin.
Le mensonge avait pris fin.
Et avec lui, l'espoir qu'elle entretenait pour Ranya.

Le long de ce site, elle ne voyait plus que l'absence de sa propre déclaration à Ranya. Celle-là même contre laquelle elle s'était acharnée, tapant sur une page vierge nombre de phrases pour tout effacer enfin et garder le silence. Et elle n'avait rien envoyé pour la blonde, se contentant d'une nouvelle menace dont elle avait le secret destiné à Logan, même le Voltali obtenait plus d'attentions de la part de la rousse, à croire qu'il avait su s'y prendre le jour de leur rencontre.
Elle sortit son iPok, après tout, il n'était pas trop tard.
Même si Ranya lui avait dit le contraire une semaine plus tôt.
Même si la blonde semblait avoir envie de l'oublier.
Mais pas Salomé.

Coucou Ranya. On peut se voir ?


Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Ranya... J'étais au moins sincère quand je t'ai dit vouloir être avec toi. On peut pas juste rester sur une porte claquée.


Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Ranya... Aide-moi à ne plus être un ouragan.... Pour ne plus t'effrayer.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Tu imagines Mu sans Nu ? Moi pas.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Je me suis excusée auprès d'Ana.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Ana, je suis désolée si je t'ai brisée.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Putain Ranya, tu l'as dit toi-même que t'étais attirée par moi et tu veux tout envoyer valser juste à cause de cette idiote d'Ana ? Mais merde quoi. J'y peux rien si elle a été suffisamment stupide pour me croire, suffisamment stupide pour tomber amoureuse de moi, suffisamment stupide pour tout. Tu veux vraiment passer à côté de nous deux juste pour avoir raison, prouver que tu vaux mieux que moi ? Whouah. Chapeau. Moi, j'en serais incapable. Alors amuse-toi bien à la consoler, ou non car après tout, c'est en partie ta faute si on en est arrivées là, tu l'oublies un peu trop, j'ai l'impression. Toi aussi tu sais faire semblant, mieux que moi peut-être, coucou Illusion. Y a juste encore personne qui a eu le courage de te le dire avant moi aujourd'hui.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Ça te dit un chocolat chaud histoire d'éloigner l'hiver, Ranya ? Comme au premier jour où on s'est parlées.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Faut s'oublier, donc ? Okay.

Annuler. Supprimer. Nouveau message.

Ranya, je veux juste que...

Le téléphone vibra entre les mains de Salomé. Surprise, elle manqua de le lâcher mais se ressaisit, le cœur battant à lui en blesser la poitrine. Maintenant, elle souhaitait juste lire le message de Ranya, car c'était forcément d'elle dont il s'agissait au vu de sa corbeille remplie de textes avortés à son intention.
Sms laissé en plan pour retourner sur sa messagerie, elle faillait laisser son iPok s'échapper une nouvelle fois.
Pourtant, elle s'y attendait.
Mais depuis le temps, elle avait fini par croire que cela n'arriverait pas. Juste un mauvais rêve qui ne viendrait jamais la cueillir. Elle se laissa tomber sur son lit, fermant les yeux un bref instant tandis que le silence l'enveloppait soudainement.
Parce qu'une fois les yeux rouverts, les mots changeraient, elle en était persuadée.
Laisser passer le temps suffisamment. Le laisser s'enfuir, une seconde, puis une autre, le tout sous cette brume d'obscurité qui ne la quittait pas depuis Ranya et sa porte claquée.
L'iPok toujours en main, elle rouvrit les yeux, ces derniers quelque peu fusillés par la luminosité qui leur semblait forte de prime abord.
Bien évidemment, rien n'avait changé.

Granny est morte. Débrouille-toi pour venir.

Salomé aussi t'aime fort, Sheeana.
La demoiselle retourna dans les brouillons.

Ranya, je veux juste que...


Annuler. Supprimer. Nouveau message.

À une prochaine, Ranya.

Envoyer.

_________________
Love Mail Miniature_731_SLLove Mail 9300065cqlLove Mail Rm8bLove Mail Miniature_215_XYLove Mail U96vLove Mail 1560881474-miniature-leviator-2-0Love Mail 1564356350-farfuretLove Mail Miniature_619_XY
Merci Ida, Max & Mika pour les Moodboards !:
 
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Love Mail   
Love Mail
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :