Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 6

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?

Nolan Dèannag
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
Icon : ...♪
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 42
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 1003
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
pokemon
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
Nolan Dèannag
est un Topdresseur Spé. Type
(C’est ridicule, Nolan. Tu vas juste la mettre mal à l’aise !)

(La faute à qui, on se le demande.)

(C’EST TRÈS DIFFÉRENT, OK ?)

N’essaye pas de gagner, Nolan, tu risques de passer par la fenêtre. Andreas n’apprécierait sûrement pas de devoir la remplacer, à peine une semaine après ton retour. Même si ton référent s’est montré assez...démonstratif devant la réapparition d’un de ses élèves, tu doutes qu’il accepte des travaux de rénovations globales du dortoir. Encore plus si ces derniers sont réalisés à l’aide de ta tête !
Pour peu que l’on écarte la mauvaise foi de Libra (Eh !), ton idée paraît presque bonne : après le petit éclat radiophonique de Libra le 14 Février, tu espères presque que sa destinataire n’en a rien su. Mais les statistiques pointant davantage vers un résultat bien moins arrangeant, tu t’es dis qu’il te faudrait lui faire tes excuses, une fois de retour à Adala. Et autant en profiter pour lui donner ce que tu as prévu...
Avec ta ré-installation, l’administratif et surtout, l’établissement dans une nouvelle chambre (Que Libra s’est empressé de déclarer ‘’banale’’, avant de t’exposer sa multitude de propositions pour le moins colorées pour le papier peint) pour toute ton équipe, tu n’as pas vraiment eu le temps de mettre ton plan en action. Couplé à tes passages dans le bureau de Mademoiselle Aleza, les heures ont filé bien plus vite que tu ne les as réellement vu passer.  
Mais à présent, plus d’excuses : tu as même réussi à convaincre la majorité de tes équipiers de demeurer dans ta chambre, n'embarquant qu’Asmita avec toi. Et bien évidemment  Libra, quand bien même, tu aurais préféré que la Gardevoir s’abstienne de venir. Le paquet sous le bras, tu jettes un regard déçu à ta guitare, que ta starter a savamment rangée sous le lit. Tu y va pour un cadeau, pas pour lui jouer la sérénade !

(Bon...Peut-être que je devrais prendre…)

(Rien du tout ! On revient tout de suite !)

À moitié jeté en dehors de ta chambre, tu ne peux que soupirer devant l’enthousiasme de ta Gardevoir. Marie va juste vous claquer la porte au nez, rien qu’en la voyant, c’est tout ce que vous allez récolter. Asmita semble ressentir ton trouble, puisque le Meditikka quitte un bref instant sa posture méditative, pour venir résonner dans ton esprit.

(Le sage a dit : La vacuité est forme et la forme est vacuité)

(Merci...je suppose)

(Toujours un plaisir d’éveiller tes chakras, Nolan)

Même après tout ce temps, tu regrettes presque de ne pas disposer d’un traducteur Asmita-Compréhension.
Néanmoins, la remarque incongrue du Medittika aura eu le mérite de te faire émerger du doute qui t’assaille. Tu n’as qu’à faire comme d’habitude et t’adapter aux circonstances, Nolan. Si elle refuse de vous ouvrir, au moins, tu seras fixé.
Le paquet sous le bras, tu espères tout de même qu’elle ne te le balance pas à la figure (Tu as peut-être passé un an à écouter des drames domestiques à la radio, mais ce n’est pas une raison pour y croire…). Tu n’as jamais été doué pour acheter des trucs aux gens et cette année en quasi-solitaire n’a sûrement pas arrangé les choses. Après, Marie était Ranger, non ? Un livre-documentaire sur les paysages de Johto, ça devrait lui plaire...Espérons.
Le rythme de l’académie plane toujours en sous-main, mais autour de vous, c’est une multitude de nouvelles mélodies qui t’agressent presque les oreilles. Tu reconnais bien un ou deux motifs parmi le lot, mais la majorité se brouille en une véritable cacophonie, que seule la porte du dortoir Mentali te permet d’éviter. L’intérieur est pour le moins...original (Libra se verrait parfaitement vivre ici, dirons-nous) mais il ne te faudra pas longtemps pour obtenir la direction de la chambre que tu cherches.

(Nolan, là.)

Ce qui s’avérera complétement inutile, puisqu’au beau milieu du couloir que tu t’apprêtes à emprunter, une silhouette familière semble en chemin pour quitter les lieux. Un peu pris de court, tu piles net, avant de te retrouver yeux dans les yeux avec la Mentali.

‘’Salutations’’

Tes doigts se sont mis en mouvement tout seuls pour former un unique signe quelque peu hésitant, tandis que tu retiens le paquet de l’autre bras. Tu aurais pu simplement demander à Libra de lui transmettre, mais..Il y a une manière de faire les choses.


Bien faire vaut mieux que bien dire [PV Marie] 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Marie R. Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 11 / 21
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 19 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1083
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
Marie R. Uana
est un Topdresseur Ranger
MARIE R. UANA

feat Nolan Dèannag
« Bien faire vaut mieux
que bien dire »

Marie referma doucement la porte de sa chambre.

Une fois verrouillée, elle s’en détourna, et se mit en marche, besace à l’épaule. Elle avait décidé de mettre à profit la fin de journée pour ramener quelques livres à la bibliothèque de l’académie, et sans doute en emprunter d’autres.

Si le début d’année scolaire n’avait pas été tendre avec le bouleversement de tous ses points de repère, les premiers mois passés dans la nouvelle académie avaient suffi à réinstaurer une routine bien huilée chez la demoiselle. Le dortoir Mentali lui était encore un peu obscur dans certains recoins (elle n’avait dû parcourir qu’un seul et même trajet durant tout le premier semestre, à savoir, de l’entrée à sa chambre), mais elle était déjà parfaitement capable de s’orienter dans leur bibliothèque flambant neuve. Marie était mieux renseignée sur l’emplacement de la majorité des bouquins que le plus rapide des ordinateurs ! Par contre, pas dit qu’elle soit disposée à vous les indiquer avec autant de sympathie que le-dit pc.

Bon, j’exagère, elle faisait quand même vaguement des efforts.

La preuve, maintenant, il lui arrivait d’adresser un hochement de tête de salutations à certaines Mentali. VOUS VOUS RENDEZ COMPTE ? UNE SALUTATION. Genre… Comme si elle considérait ses comparses pimbêches et superficielles comme des égales méritant le respect et la considération.

Vraiment, Marie était dans un excellent mood, en ce moment.

Ah, si seulement ce quotidien paisible et agréable pouvait s’écouler éternellement, sans interruption ou bouleversement imprévu…

… Vous le voyez venir, hein, l’élément perturbateur ?

Attention Marie, scénario droit devant !

« -… »

Elle s’immobilisa à la vue… D’une asperge. Ou en tout cas, c’était à ça que l’on aurait pu comparer cet immense garçon qui se tenait là, au milieu d’un dortoir féminin peuplé d’adolescentes geignardes et bien en dessous du mètre quatre-vingt. Et il n’était pas seul, en plus.

Les yeux de Marie s’écarquillèrent légèrement, et son cœur rata un battement. Lui, parut la remarquer à la dernière minute, et pila devant elle, se figeant à son tour en une expression pantoise. Toutefois, il fut aussi le premier à réagir, et agita sa main en un salut bien distinctif.

La blanche ne broncha pas tout de suite. Prise de court par cette apparition, qu’elle croirait presque fantomatique, elle prit le temps de le détailler de bas en haut.

Il était toujours aussi… Grand.

Et semblait toujours autant….

… Nolan ?

Ouais.

Le doute était inexistant.

C’était Nolan.

Comme si elle reprenait conscience d’elle-même, Marie planta ses yeux dans ceux du brun, et répondit de vive voix, non sans esquisser un geste maladroit.

« -S… Salutations. »

… Et elle abaissa ses mains. Elle resta planter là, en le fixant d’une expression incertaine, et n’osa plus produire le moindre son, le moindre geste. Son souffle si stable et lent s’était doucement bloqué, alors que pourtant, elle jurait les rythmes des battements de son cœur plus vivaces. Un étrange poids s’était également formé au niveau de son estomac, un mélange d’anxiété et d’interrogation, et elle déglutit discrètement dans l’espoir de faire passer cette désagréable sensation.

En vain, évidemment.

Un mouvement derrière lui capta son attention. Se désintéressant totalement de Nolan, Marie se pencha légèrement sur le côté, et adressa un hochement de tête à la personne postée là.

« -Et salutations à vous aussi, Libra, et… Meditikka. »

Non signé, cette fois-ci. Pas comme si leur dresseur avait réellement besoin que Marie lui signe quoi que ce soit, au final... Il était muet, pas sourd.

Et il était peut-être temps d’enfin l’admettre.

Elle croisa ainsi ses bras dans son dos au moment de reprendre, forçant l’attention de son interlocuteur à se concentrer sur son visage, et non ses mains.

« -…. Puis-je vous demander la raison de votre présence ici-même ? »

Vraisemblablement, tous deux étaient là pour lui rendre visite. Étrangement, cette réponse soulagea autant qu’elle perturba Marie. Une partie d’elle se sentait satisfaite de se savoir toujours dans les pensées du Voltali… L’autre avait envie de prendre ses jambes à son cou. Genre, vraiment. Si elle avait eu le droit à un « Ah, bah je me baladais, et j’ai atterri ici par hasard », elle aurait sans doute conclu avec un « Oh. Bonne promenade alors » et serait partie en quatrième vitesse pour aller se planquer quelque part.

Elle ignorait complètement pourquoi elle était aussi anxieuse à l’idée de devoir parler avec Nolan. Pour autant, elle pouvait difficilement lui fausser compagnie. Un regard sur les alentours lui donna rapidement une idée de ce sur quoi elle pouvait enchaîner, et elle pivota légèrement sur elle-même.

« -Suivez-moi, je vous prie. Nous serons plus à l’aise dans ma chambre. »

Puis elle termina sa rotation, et une fois dos à eux, elle ouvrit la marche. Elle avançait avec au moins un bon mètre d’avance sur Nolan, et ne se retournait à aucun moment – cela lui coupait certes toute voie de discussion, mais inéluctablement, Marie ne pourrait plus fuir la discussion une fois qu’ils seraient seuls dans une pièce. Elle le savait, et ne comptait pas se dérober : elle avait simplement besoin de mettre un peu d’ordre dans ses idées, et cet atermoiement spatial était parfait pour ça. Pas une seule seconde durant le trajet, elle se soucia de savoir si Nolan et ses compagnons étaient toujours derrière elle, pas même lorsqu’elle arriva devant sa porte et qu’elle s’enfonça dans sa chambre en la laissant grande ouverte.

Elle traversa la pièce en quelques secondes, et déposa son sac sur son matelas. Toujours de dos, elle ne sut que Nolan et ses Pokémon n’étaient rentrés que par le son de leur pas, et la fermeture de la porte derrière eux.

La chambre était… Eh bien, plutôt simple. Ce qui, en soit, relevait d’un grand changement. Durant toute sa vie sur Lansat, jamais, au grand jamais, Marie n’avait réellement pris la peine de la personnaliser. Elle avait encore moins de caractère qu’une chambre d’hôtel, selon les dires de certaines Mentali de l’époque, et c’était certainement vrai. Jadis, on ne pouvait pas qualifier son logis comme étant « simple », mais comme étant… Vide. Un lit, bien fait, un bureau, bien rangé, et une armoire, fermée. C’était là les seuls éléments de la pièce avec lesquels Marie eut composé durant quatre années.

Aujourd’hui, ce n’était plus le cas. Avec son arrivée sur Adala, Marie avait décidé de laisser ressortir un semblant de personnalité. De permettre à sa vie morne et morose d’emprunter une touche d’esthétisme, de futilité, qui, sans égayer son quotidien, le rendait au moins plus… Vivant.

C’était ainsi que de petits rideaux en soie, d’un rose très pâle, s’étaient retrouvés accrochés à sa fenêtre. Qu’un drap aux motifs de fleurs résolument dépassés recouvrait désormais son lit. Qu’un tapis rectangulaire, fin, et aux couleurs brunes abstraites, rendaient les lectures sur le sol plus confortables. Qu’une classieuse, quoique petite, lampe de chevet, à l’abat-jour blanc crème, faisait office de source de lumière sur son bureau. Et qu’une épaisse couchette réservée aux Pokémon était installée près de sa garde-robe.

Marie releva légèrement le menton, et prit une profonde inspiration. Elle n’avait toujours pas émis le moindre son après être entrée dans la pièce, mais parut enfin décidée à se lancer. Elle fit donc volte-face, et croisa les bras…

Avant de toiser Libra, furieuse.

« -Réalisez-vous la délicate situation dans laquelle vous m’avez placé ? Je vous aurai espéré plus consciencieuse, surtout pour un tel événement ! »

La blanche posa une main sur ses hanches, et après avoir passé une main dans ses cheveux de l’autre, détourna le regard, gênée.

« -Me laisser ainsi concevoir votre retour, sans pour autant donner de précision ou délai, c’était extrêmement peu avenant. Mettez-vous à ma place… Et si j’avais entrepris de me languir d’une pure fabulation ? Combien de temps étais-je prête à vous attendre ? Avais-je au moins bien saisi le message ? Ou me faisais-je de simples idées ? »

Elle franchit en quelques pas la distance qui la séparait de la Gardevoir, et se posta devant elle, ses yeux furibonds scrutant les siens.

« -La prochaine fois, je vous saurai gré d’être plus rigoureuse et explicite dans la transmission des informations ! Me suis-je bien fait comprendre ? »

Après avoir arraché une réponse tremblotante de la starter, Marie se détourna en un pouffement indigné, puis ouvrit l’un des tiroirs de son bureau. Elle en tira une petite boite, qu’elle tendit ensuite directement à Libra… Et déjà, toute trace de colère avait purement et promptement disparu de son visage.

« -J’ignore si vous êtes particulièrement coquette. Mais comme indiqué lors d’une lointaine réflexion sur votre degré d’encéphalisation, j’ai estimé que cela pourrait vous plaire. »

Dès qu’elle eut attrapé la boîte, Marie croisa ses bras dans son dos, et d’un mouvement du menton, incita Libra à l’ouvrir.

« -J’espère ne pas avoir fait erreur. »

Le coffret contenait une petite barrette métallique. Teintée or, elle représentait tout simplement une étoile filante, suivie de sa traînée, telle qu’elle était représentée dans la majorité des cas.

La Mentali n’attendit pas vraiment de réaction de sa part, et se tourna enfin vers Nolan, qu’elle avait superbement ignoré jusqu’alors. Une légère anxiété ressurgit aussitôt, mais elle en passa outre, et après un raclement de gorge, s’adressa à lui.

« -Et quant à vous... »

Sa sûreté apparente s’effaça, et elle baissa les yeux d’un air coupable.

« -Je suis navrée. Je ne suis pas parvenue à trouver quoi que ce soit de pertinent à vous offrir. »

Gênée, elle osa tout de même planter son regard dans le sien.

« -Je crains qu’il vous faille vous contenter de ces mots... »

Elle sourit timidement.

« -Ravie de vous revoir, Dèannag. »



« Si vous aussi, vous le désirez... Alors ce soir, l'académie nous appartiendra. »
Nolan Dèannag
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
Icon : ...♪
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 42
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 1003
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
pokemon
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
Nolan Dèannag
est un Topdresseur Spé. Type
''S… Salutations.''

...Nolan, qu’est-ce que tu as encore fait ? Je sais que les relations humaines et toi, ça fait deux, mais je doute qu’il s’agisse d’une réaction normale à un simple salut. J’veux dire, ok, elle t’a répondu : par contre, tu me feras pas croire que le tremblement dans la voix et cet air incertain, c’est naturel. La Mentali n’avait pas beaucoup changé (Quoi que, était-elle aussi petite dans tes souvenirs ? ÇA NE SE DIT PAS À UNE DAME, ENCHAÎNE !) mais la voir aussi hésitante devant ta réapparition...Si ça se trouve, le moment n’était pas bien choisi, peut-être devrais-tu repasser plus tard…

(AH NON ! Arrête tout de suite tes conneries, Nolan ! Tu te concentres sur elle et tu lui réponds !)

Ce qui serait sans doute plus simple, sans une Gardevoir à moitié dissimulée derrière toi, qui tente tout de même d’apercevoir ton interlocutrice en prenant appui des deux mains sur ton épaule (Pas de pensée même fugace sur son poids, tu ne t’en remettrais pas). Pedru dans cet atermoiement infernal, tu retiens un léger soupir de soulagement lorsque la jeune fille reprend la parole, pour saluer tes deux compères.

''Et salutations à vous aussi, Libra, et… Meditikka.''

(Ravi de vous revoir également dans cette vie. Cette incarnation de ton voyage est toujours aussi fascinante)


(Elle ne peut pas t’entendre si tu n’établis pas un contact, tu sais ?)

(Nous entendons et éprouvons tous le chant de l’univers)

‘’…. Puis-je vous demander la raison de votre présence ici-même ? ‘’

Discuter philosophie avec un biscuit chinois flottant et méditatif n’étant pas une réponse très utile, j’imagine que tu vas devoir lui répondre par toi-même, mon pauvre ami. Alors que tu t’apprêtes à lui répondre par signes, la voix de Libra (Elle avait réussi à se taire plus de 10 secondes, comprenez-la !) vient résonner dans ton esprit, te coupant littéralement dans ton élan.

(On venait te faire un petit coucou ! Ça fait un moment après tout et comme on vient tout juste de revenir , l’autre nigaud voulait te voir !)

Elle ne pourrait pas dire les choses autrement ? Tout ce que tu voulais, au départ, c’était juste constater qui avait quitté l’académie et qui s’y trouvait encore, tout en distribuant quelques souvenirs. Même en te forçant à l’ignorer, difficile de  ne pas sentir le tempo de la Mentali partir en vrille : les harmoniques sont totalement décalés, deux partitions se superposent entre son rythme habituel et un autre bien plus accéléré. Il y a quelque chose que tu n’as vraiment pas géré, dis-moi. Plutôt que de te jeter dehors d’un ton glacial (ou à grands renforts de cris, qu’est-ce que j’en sais), Marie semble néanmoins disposé à t’écouter. Dans un endroit un peu plus privé, ce qui n’est pas pour te déplaire (aussi privé que peut l’être une pièce avec une Libra à moins de 150 kilomètres). Répondant à l’invitation de la jeune fille, tu lui emboîtes le pas, tandis que ta starter semble presque trépigner d’impatience et que Asmita...continue d’être Asmita.
Ton dernier passage dans la chambre de la Mentali remontant à pas mal de temps, tu ne fais pas preuve d’une très grande réactivité face aux commentaires de ta Gardevoir, une fois la porte franchie.

(C’est pas mal...Un peu nu, cela dit. On dirait qu’elle a le même sens de la décoration que toi, Nolan.)

(Je peux savoir de quoi tu parles ?)

(Ben, ces rideaux, par exemple.)

(Et bien oui, ce sont des rideaux. Mais encore ?)

(T’es désespérant. Tu vivrais dans une boîte en carton avec un coussin, si on te laissait faire...)

Une fois dans la chambre en revanche, tu ne sais pas trop quelle attitude adopter : la porte s’est à peine refermée, que tu soupires de nouveau face  à ton indécision. Allez, Nolan, j’suis sûr que tu vas trouver quelque chose. Dis-lui juste que ça fait un moment, demandes lui des nouvelles puis écoutes-la tranquillement, file lui son cadeau et zoupla ! Regarde, en plus, elle se tourne justement dans...la direction de LIBRA ?!

‘’Réalisez-vous la délicate situation dans laquelle vous m’avez placé ? Je vous aurai espéré plus consciencieuse, surtout pour un tel événement ! ‘’

Aussi surprise que toi, ta starter ne peut que te lancer un regard de supplication, avant de se recroqueviller à moitié contre le mur le plus proche...puis  de reculer comme si elle voulait se fondre à l’intérieur, lorsque Marie réduisit la distance qui les séparait.  Domptée par le regard de la jeune fille, la pauvre Type Psy n’avait aucune échappatoire. Même si Libra était un peu plus haute que son interlocutrice, à tes yeux, elle aurait tout aussi bien pu faire une dizaine de centimètres à cet instant précis !

‘’Mettez-vous à ma place… Et si j’avais entrepris de me languir d’une pure fabulation ? Combien de temps étais-je prête à vous attendre ? Avais-je au moins bien saisi le message ? Ou me faisais-je de simples idées ?’’

(Mais je...Euh...Nolan, à l’aiiiiiiiiide !)

Euh...Elle se rapproche, Nolan. Un peu plus près et elle va lui marcher dessus. Je sais que malgré ta surprise, tu savoures un peu mais il faudrait peut-être lui donner un coup de main, non ?

(C’est à toi qu’elle s’adresse, Libra. Donc, tu te concentres sur elle et tu lui réponds.)

(Salopard !)

Sûrement, mais un salopard assez satisfait. Comme si la déferlante provoquée par Marie avait provoqué un déclic chez toi, tu sens ton indécision fondre comme neige au soleil. La Marie de tes souvenirs avait toujours était franche, mais tu ne l’avais encore jamais vu aussi...enflammée. De quoi créer de petites mesures pleines d’énergie et complétement nouvelles pour toi.

‘’La prochaine fois, je vous saurai gré d’être plus rigoureuse et explicite dans la transmission des informations ! Me suis-je bien fait comprendre ?’’

(Ou...oui. Rigoureuse et explicite, Madame. Pardon Madame....)

Toujours tremblante, la type Psy ne tarda pas à se réfugier littéralement derrière toi, à la seconde où Marie lui en donna l’occasion. Pendant que le Mentali semblait occupée à fouiller dans l’un de ses tiroirs, une toute petite voix vint s’insinuer dans ton esprit.

(Donne lui ta babiole et on se BARRE, Nolan !)

(Tu dois admettre qu’elle n’a pas tout à fait tort.)

(Mais...Mais t’es de quel côté ! Asmita, dis-lui !)

(Maitre de notre destin, capitaine de notre âme.)

(Ok, j’ai compris, je vous parle plus, voila !)

La bouderie de Libra ne durera pas bien longtemps : même si la Gardevoir manque de se recroqueviller à nouveau lorsque Marie se rapproche de nouveau d’elle, le geste suivant de la Mentali te prendra autant de court que ta starter. Timidement (et après plusieurs soupirs de ta part), Libra se décide enfin à entrouvrir la boite que vient de lui tendre la jeune fille...avant de la fixer d’un air complètement perdu.

(Et bien, alors ? Elle ne te plait pas ?)

(Si...Si, elle est magnifique mais...je comprends plus rien, elle m’en veut ou pas ?)

Avant que tu ne puisses l’encourager à émettre ne serait-ce qu’un merci, il semblerait que ce soit à toi d’être jeté dans la fosse aux Nemelios, Nolan ! Marie semble même un peu...gênée ? Ce qui est étrange, vu que c’est quand même toi qui vient de revenir comme un voleur. Tu devrais donc être celui qui éprouves le plus de gêne. Et puis d’abord, pourquoi est-ce que ça te perturbe autant, ce qu’elle éprouve à cause de toi ?

''Et quant à vous...Je suis navrée. Je ne suis pas parvenue à trouver quoi que ce soit de pertinent à vous offrir.Je crains qu’il vous faille vous contenter de ces mots...''

En revanche, ce sourire timide vient te rassurer un chouia...Juste avant que ses mots suivants n’accélère drastiquement ton propre tempo !

‘Ravie de vous revoir, Dèannag.’’

Tout en secouant la tête pour chasser les quelques bourdonnements qui t’assaillent, tu te racles légèrement la gorge, avant de tirer machinalement sur ton bandage. Avec un regard d’excuse à la Mentali, tu fixes ta starter, qui s’exécute avec précipitation pour vous connecter tous les deux. Tu songes pendant un bref instant à la vouvoyer également, mais votre dernière conversation avait été un peu moins formelle, non ?

(Moi aussi, je suis heureux de te revoir. Surtout après tout ce temps. Et puis, tu as déjà offert quelque chose à Libra et même si elle a l’air un peu trop perdue pour le dire, je suis sûr qu’elle le trouve superbe.)

(Eh !)

(Ce que je veux dire, c’est que ça me fait plaisir que tu ai pensée à elle, malgré tout. D’ailleurs, si on en est à l’étape des cadeaux…)

Plus précipitamment que tu ne l’aurais voulu, tu extrais de ton sac un petit paquet enrubanné, avant de le tendre à la Mentali, en détournant le regard au passage. Essaye de serrer les dents, ça va vite passer !

(J’espère que ça te plaira, je suis toujours aussi peu doué pour les présents. J’ai trouvé ça à Doublonville pendant mes congés et j’ai pensé que ça te plairait. Ce sont des…)

(Mais laisse-la l’ouvrir, elle verra bien !)

Impossible pour toi de renouer le contact avec Marie jusqu’à ce que cette dernière déballe le carnet d’esquisses des paysages typiques de la région de Johto, dissimulé sous l’emballage. Libra n’accepte alors de relayer tes paroles, qu’après que la Mentali ai brièvement feuilleter l’ouvrage.

(Je voudrais aussi m’excuser...Enfin, nous excuser, Libra et moi. Pour ce qui s’est passé avec la radio. Elle aurait dû effectivement faire un peu plus attention à ses actes et moi, j’aurais dû la stopper lorsqu’elle a commencé à jouer avec le canal des dédicaces.)

(J’ai dit que j’étais désolé…)

(Je voulais t’envoyer un message pour éclaircir tout ça, mais avec les préparatifs de notre voyage, j’ai été un peu trop sollicité. Je te présente donc encore mes excuses, en espérant que tu les acceptes.)

Voila, voila….Et c’est tout ? Ce silence qui s’abat brusquement entre vous et qui d’habitude, t’es si précieux, tu le sens qui s’étires hors de contrôle. Tu ne sais trop que dire, ni comment enchainer, alors autant te rabattre sur une question pleine de sens, qui te permettrait de relancer la conversation !

(...Et donc, est-ce que j’ai raté quelque chose d’intéressant ?)

*SBAF*

Si le bruit du facepalm de Libra ne suffisait pas à te faire comprendre le point de vue de ta Gardevoir quand à ton choix de questions, son rythme fulminant est une preuve plus que valable. Et inutile de chercher de l’aide du côté d’Asmita, ce dernier se contente de fixer paisiblement Marie, avant de lâcher d’un ton mental profond et audible de tous.

(Les expériences d’autrui sont une coupe d’eau pure pour le voyageur assoiffé)

Merci. Mais si vous avez mieux, tous les deux, proposez donc !


Bien faire vaut mieux que bien dire [PV Marie] 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Marie R. Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 11 / 21
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 19 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1083
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
Marie R. Uana
est un Topdresseur Ranger
MARIE R. UANA

feat Nolan Dèannag
« Bien faire vaut mieux
que bien dire »

Marie était satisfaite.

Elle avait de nombreuses appréhensions concernant ses retrouvailles avec Nolan. La première étant qu’elles n’eussent jamais lieu – merci Libra pour ton imprécision –, mais aussi qu’elles soient empreintes de ce même échange chaotique et désaccordé qu’avait animé leur rencontre initiale.

Alors, certes, rien n’était parfait. On ne pouvait pas dire que leurs salutations s’étaient effectuées dans la plus grande des sérénités, mais au moins s’étaient-elles faites sans trop d’encombre.

D’ailleurs, jetons un œil à la to-do-list mentale de Marie en cas de retrouvailles impromptues…

Dire bonjour. √
Manifester oralement son contentement. √
Engueuler Libra. √
Remercier Libra. √
Recevoir le ressenti réciproque. □

Ah ! C’était bien vrai, ça. Au final, qu’en pensait Nolan ? Car là était la clé d’une discussion amicale – s’assurer que tous les partis eussent une appréciation minimale de l’interaction (ouais, elle avait bossé son sujet).

A peine eut-elle le temps de s’en inquiéter qu’elle sentit une présence plus importante. La dernière itération avait beau dater, elle ne se sentit pas étrangère à cette sensation.

Elle et Nolan étaient mentalement connectés.

Je ne vous parle hélas pas d’une alchimie mystique, mais bien de liaison télépathique. La voix fictive de l’adolescent résonnait dans son esprit, et fit part de son ressenti immédiat.

Lui aussi était content de retrouver Marie. Encore heureux, d’ailleurs, pourquoi se casser la tête avec toute cette mise en scène si c’était pour au final n’en avoir que cure ?! Mais bien qu’elle n’avait pas de réelle raison de s’en inquiéter, la Mentali ne put que se sentir soulagée d’en avoir la confirmation. Elle appréciait Nolan, il aurait été dommageable que cela ne soit point réciproque.

D’ailleurs, lui avait préparé un présent, pour son retour – et non pas à destination du starter de l’autre. Libra prit soin de couper toute communication lorsque son dresseur s’apprêta à honteusement spoiler sa forme, et Marie se saisit donc du paquet avec un fin sourire. La volonté innocente de la Gardevoir l’amusait.

Tranquillement, elle libéra le contenu du contenant. Se révéla sous ses fins doigts un ouvrage des plus sobres, et au charme évocateur. La blanche ne fit pas dans le superflu : elle tourna aussitôt la couverture du bouquin, et feuilleta son contenu dans un calme contemplatif. Plusieurs secondes s’écoulèrent, durant lesquelles son regard parcourut de bas en haut, de long en large et de travers les multiples et riches détails ornant les différentes représentations. Elle observait tout juste la troisième œuvre qu’elle s’accorda sur la valeur du présent. Sans en détourner les yeux, elle l’exprima à haute voix.

« -Il est sublime. »  

Succinct, mais pas moins franc. Son absorption était telle qu’elle continua sa visite allégorique des paysages de Johto même après que Nolan lui eut présenté ses excuses les plus sincères. Elle prit néanmoins la peine de relever la tête, et de lentement la secouer de gauche à droite en signe d’atténuation.

« -N’ayez crainte. De toute évidence, mon usage des appareils de télécommunication est toujours aussi déplorable. »

Et à nouveau, son regard se perdit sur les esquisses. Toutes sortes de questions lui traversaient l’esprit : étaient-elles représentatives ? D’actualité ? Quels en étaient les auteurs ? L’ambiance qui en émanait était-elle atypique ? Au point qu’elle sembla oublier la présence du Voltali et de ses deux Pokémon dans la pièce.

Pourtant, si elle s’était si rapidement égarée dans sa contemplation, c’était bien à l’égard de l’adolescent. Elle tentait de percevoir les décors auxquels il fut exposé durant tout ce temps… Temps qui parut bien long, à ses yeux ; et aux siens aussi probablement, puisqu’il finit par s’enquérir des dernières nouveautés.

Marie répondit machinalement, sans quitter le livre du regard.

« -Nous avions été successivement dupés, manipulés, puis chassés de Lansat. »

En terminant sa phrase, elle se figea. Elle venait tout juste de prendre conscience du sens plein de la question. Lentement, elle dirigea son regard vers celui de Nolan, et fronça les sourcils en une forte appréhension.

« -… N’aviez-vous donc aucune considération à notre égard au point de l’ignorer ?  »

Son ton n’était en rien accusateur. Inquiet, peut-être, mais elle cherchait surtout à comprendre.

Comprendre si c’était cela, ou une simple maladresse de sa part. Son attention se dirigea vers le Meditikka venu justifier les propos de son dresseur, et elle y répondit du tac-au-tac.

« -Imprudent est celui qui, entraîné par sa soif, s’aventurerait à boire l’eau chaude.  »

Obscure citation malienne, lourd de sens en ses mots.

Elle referma le livre avec stoïcisme, et se dirigea vers son étagère personnelle. Après courte contemplation de ses rayonnages, elle y glissa le cadeau, avec l’intention de l’explorer plus en profondeur ultérieurement. La question de Nolan l’avait tiré de sa rêverie, elle ne pouvait pas se montrer impolie en refusant d’y accorder sa totale attention.

Impassible, elle alla s’asseoir sur son lit. Son visage de marbre et son ton formel laissait difficilement transparaître son ressenti. Était-elle offusquée par l’interrogation, ou se faisait-elle simplement mesurée dans son attitude ? Difficile de l’estimer. Elle désigna sa seule chaise de bureau, la couchette et son lit de la main.

« -Prenez place, je vous prie. »

Sentant la subite appréhension qui régnait dans la pièce, elle se permit de préciser son attention.

« -Nous avons beaucoup à nous dire, semble-t-il. »



« Si vous aussi, vous le désirez... Alors ce soir, l'académie nous appartiendra. »
Nolan Dèannag
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
Icon : ...♪
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 42
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 1003
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
pokemon
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
Nolan Dèannag
est un Topdresseur Spé. Type
Dans d’autres circonstances, je pense que Libra t’aurais tout bonnement lancé par la fenêtre, avec ce genre de questions. Vouloir relancer la conversation, c’est louable, Nolan, surtout venant de toi…Faire preuve d’autant de délicatesse qu’un Rhinastoc dans une fabrique de porcelaine ou que ta starter dans des sources chaudes (Du calme Libra, c’est un exemple choisi au hasard !), ça l’est un peu moins.
Pourtant, bien loin d’adopter le même rythme outré que la type Psy, Marie ne semble pas se formaliser de ta question et y répond même d’un ton étrangement calme, au vu du sujet évoqué.

‘’Nous avions été successivement dupés, manipulés, puis chassés de Lansat’’

...Ah. Voilà qui pose les choses, dirons-nous. Les deux mains de Libra volent quasi-instantanément à sa bouche, tandis que la seule réaction perceptible de ta part, sera un brusque arrêt de tes doigts, sur ta jambe. Tu n’as jamais vraiment été du genre à te plonger dans un journal d'informations, Nolan (Ta mère s’en arracherait les cheveux, si elle le savait). Tout au plus as-tu entendu les nouvelles diffusées à l’étage des canaux internationaux, au sujet de ‘’troubles’’ qui auraient secoué l’île de Lansat. Quand au transfert de l’académie sur Adala, tu ne l’as appris que le jour de ta démission, alors que tu t’apprêtais à prendre un billet pour Lansat: le guichetier avait d’ailleurs été extrêmement surpris d’apprendre que tu te rendais sur une île surveillé par l’intégralité des autorités de la planète ‘’pour études’’.
Pourtant si ta Gardevoir semble particulièrement bouleversée, de ton côté, tu devrais être davantage intrigué que réellement choqué...Alors pourquoi est-ce que tu ne parviens pas à oublier ce tempo qui se resserre lentement sur toi et qui contrebalance les battements de ton propre coeur ?
L’intervention d’Asmita aura au moins le mérite de détourner le regard de Marie un bref instant, juste avant qu’une expression aussi cryptique que celle de ton Meditikka ne lui échappe. Ce qui ne semble absolument pas perturber ce dernier, qui lève deux pupilles rondes et paisibles en direction de la jeune fille, avant d’achever leur échange.

(Quel qu’en soit la source, le cours d’eau finira toujours par s’éclaircir.)

A peine plus haute qu’un chuchotement, la voix mentale de Libra vint alors se glisser dans un recoin de ton esprit. Et même sans la regarder, le ton des mots suffira pour que tu comprennes que la Gardevoir est encore plus perdue qu’auparavant.

(...T’y comprends quelque chose à ce qu’ils racontent, toi ?)

(C’est très profond, Libra.)

(Non mais ça j’avais compris, j’te demande si t’y piges le moindre truc ?!)

Cette question restera sans doute sans réponse pendant encore longtemps, puisque la Mentali semble avoir finit de ranger son nouvel ouvrage dans sa bibliothèque, avant de reprendre position face à toi. Assise sur le lit, elle te fixe de ses yeux bruns, avant de te faire signe de t’asseoir. Ce n’est qu’alors que tu réalises que depuis votre entrée, tu as adopté la posture du lampadaire, sans y prêter attention. Soulageant tes jambes, tu te laisses donc aller sur la chaise qui jouxte son bureau. Pour sa part, Libra se rapproche du lit et de la Mentali  (Mais pas trop non plus, quand même), avant de ‘’s’asseoir’’ dans les airs, soutenue par son seule pouvoir psychique comme Asmita.
Après t’être exécuté en revanche, tu dois admettre qu’une question reste en suspens : où veux-t-elle en venir ?

‘’Nous avons beaucoup à nous dire, semble-t-il.''

Voilà qui est assez paradoxal : tu étais venu en quête d’informations et de réponses et c’est toi qui va devoir ouvrir le bal, à ce qu’il semble. Tes doigts se sont remis à pianoter sur ta jambe, sans le moindre contrôle de ta part, tandis que tu tentes de savoir par où commencer. Que lui dire ? Qu’a-t-elle envie et surtout besoin de savoir ? Tu pourrais simplement lui parler de ton départ, de Doublonville et du fait que tu vient de rentrer à l’académie et passer outre les détails. Mais ces yeux qui te fixent...Le tempo qui s’en dégage n’exprime aucun ressentiment. Juste une pointe ça et là, qui attend que tu t’exprimes. Ce qui est ton plus grand talent, comme tout le monde le sait.
Tête baissée, les yeux rivés sur tes mains croisés au niveau de la taille, tu te lances donc.

(Il semblerait que ce soit à moi de commencer. Concernant le fait que j’ai pu ignorer ce qui s’est passé sur Lansat durant l’été passé...Je n’ai appris la nouvelle concernant le déménagement de l’académie que très récemment, en fait : il y a moins de deux semaines, le lendemain de mon départ de Doublonville, lorsque le guichet de l’agence de voyage m’a informé que l’île de Lansat n’était plus desservie par leurs services.
Comme tu as dû t’en rendre compte grâce à Libra…)


(C’est bon, on a COMPRIS !)

(Nous sommes parti à Johto, avec pour objectif de travailler à la station de radio de Doublonville.  Tout ça a duré un an et après ça, j’ai estimé avoir suffisamment appris pour pouvoir me débrouiller seul avec ce genre de matériel.)

Ça y est. Le moment de faire un choix, somme toute extrêmement simple : conclure sur la fin de ton contrat et sur ton retour, ou être parfaitement honnête. Assez binaire, en fait. Et ce choix t’appartient...Si l’on exclut la légère pression (le même qu’un trois-tonnes exercerait sur une orange) qui émane de Libra, bien évidemment.
Cette partition pourrait se dérouler sans accroc, avec un simple retour à la mesure suivante et une rythmique sur laquelle tu garderais la main. Tes doigts pianotent en un motif que tu connais bien : un temps long, deux mesures, deux temps courts. Le rythme d’une décision qu’on a déjà prise, mais qu’on est réticent à mettre en oeuvre.
Redressant la tête tout en laissant échapper un soupir à peine perceptible derrière tes bandages, tu sens l’une de tes mains venir gratter machinalement ces derniers, tandis que tu fixes la Mentali, les yeux dans les yeux.

(Ma tâche là-bas s’est achevée il y a peu et je suis parti..Mais ce n’est pas uniquement pour ça que j’étais parti à Doublonville. Ni que j’ai quitté l’académie du jour au lendemain, en fait.)

D’une main, tu saisis ton Ipok avant d’afficher un document sur l’écran : Celui que tu as consulté pratiquement chaque jour pendant tes premiers mois à Doublonville. Un simple article de journal, que tu t’empresses de montrer à la jeune fille, dont le seul titre provoque un léger décrochage dans ta partition : ‘’Le pari fou du Docteur Hammond : les mécanismes de l’aphasie inflammatoire décryptés ?’’. Voila un an que tes parents t’ont envoyé cette simple photo...Déjà un an.

(L’aphasie inflammatoire est la cause principale de mon état, on va dire. Jusqu’ici, on pensait simplement qu’il s’agissait d’une infection juvénile, qui était irréversible. Mais l’équipe de ce médecin a découvert pas mal de choses sur son fonctionnement. Et même plus, vu qu’ils pensaient pouvoir aller encore plus loin.)

Même ta starter semble surprise, lorsque ta ‘’voix’’ mentale s’amplifie légèrement, avant de retomber. Tes doigts ont cessés de pianoter, tandis que tu inspires profondément pour calmer les battements frénétiques de ton propre coeur. Tu n’es plus en harmonie avec la mélodie, Nolan et tu es le premier à t’en rendre compte. Quelques secondes te sont même nécessaires pour retrouver le fil de ton discours.

(Maintenant, il existe....une opération. Apparemment, ils avaient obtenus plusieurs succès, malgré son coût prohibitif. C’est aussi pour ça que je suis parti à Doublonville, pour gagner de quoi la payer. Au final, grâce à l’aide de Libra, j’ai pu obtenir suffisamment de fonds pour tenter le coup.)

Ta main se serre sur ce bandage qui ne cesse de te démanger, comme s’il tentait de se rappeler à ton bon souvenir, avec tout ce que sa présence implique. Tu pensais sûrement l’avoir accepté, hein Nolan ? Mais d’abord avec max, puis ici, avec Marie, les choses ne sont pas aussi simples que prévues.
Malgré ça, une sorte de raclement semblable à un rire étouffé parvient à filtrer, au travers des bandes de tissus immaculé.

(La procédure n’était pas fiable à 100%, d’après eux. Pas de chance pour moi. Même si j’ai appris pas mal de choses à Doublonville, j’ai préféré revenir. Sur Lansat d’abord, puis ici, lorsque j’ai appris pour le déménagement de l’académie.)

Tu viens probablement de parler davantage en cinq minutes, que durant les douzes mois passés. Il y a presque quelque chose de réconfortant, au fait de savoir que la proximité de la Mentali a toujours ce genre d'effets sur toi, Nolan.
Le silence qui retombe dans la chambre, accompagne tes derniers mots jusqu’à ce que Libra ne se manifeste : avec une certaine appréhension, la Gardevoir glisse son regard écarlate en direction de Marie, avant de prendre la parole à son tour. Même si la type Psy semble un peu réservée à l’idée de s’adresser directement à la Mentali, elle retrouve rapidement son flux habituel, soutenue par une inquiétude grandissante qui vient glisser des mesures bien plus vives dans son rythme interne.

(Désolé d’être aussi directe et si tu es encore fâchée, tu peux répondre à Nolan, mais, j’aimerais savoir...Qu’est-ce qui s’est passé, nom d’un Caninos ?! T’as parlé de manipulation puis de fuite, quand même ! Je sais que cette grande andouille le pense aussi, alors maintenant c’est ton tour, ma belle, de nous expliquer un peu ce qui a bien pu provoquer tout ce bordel !...S’il te plait.)

Tu ne l’aurais pas formulé en ces termes, mais ta tête s’incline légèrement pour appuyer la demande de ta starter. Te redressant légèrement, tu en profites pour couler un regard à Asmita, qui les yeux clôts, semble plongé dans une sorte de transe. Pourtant, le Méditikka ne semble nullement gêné pour s’inclure à son tour dans la supplique de Libra.

(Celui qui ne sait rien, ne peut rien comprendre.)

(...Nous t’écoutons, Marie.)


Bien faire vaut mieux que bien dire [PV Marie] 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Marie R. Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 11 / 21
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 19 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1083
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
Marie R. Uana
est un Topdresseur Ranger
MARIE R. UANA

feat Nolan Dèannag
« Bien faire vaut mieux
que bien dire »


Marie attendait.

Marie attendait beaucoup de choses. Que Nolan s’avance, qu’il s’asseye, qu’il donne des explications, qu’elle transmette les siennes. Elle était dans l’attente d’une évolution, de quelque chose qui viendrait combler le vide généré par son absence.

Elle avait toujours été du genre patiente. Ainsi, attendre ne la dérangeait pas outre mesure. Néanmoins, si elle n’était pas contre laisser les choses se dérouler, c’était bien à condition qu’un jour ou l’autre, elles y adviennent.

Elle avait beaucoup attendu, après la disparition de Nolan. Des informations, des nouvelles. Un signe de vie. Et enfin, elle était sur le point d’obtenir quelque chose de tangibles. Aussi ne souhaitait-elle pas passer à côté de cette opportunité, et ce, en dépit de toute indiscrétion.

Elle attendait, donc.

Elle attendait qu’enfin, son attente prenne fin.

Nolan s’avança enfin. Suivi par ses deux Pokémon, il prit lentement place, et entreprit de nerveusement tapoter sa jambe du bout des doigts.

Il était résolument silencieux. Au delà de toute considération physique, le garçon n’était clairement pas préparé à déjà passer aux aveux. Marie ne manqua pas de le relever. A quoi s’attendait-il, au moment de prendre la direction de sa chambre ? Ou peut-être s’y était-il mentalement disposé, mais s’était finalement retrouvé entravé par le doute au dernier instant ?

La blanche non plus, ne pipa mot. Il voulait des réponses ? Elle aussi. Il souhaitait l’entendre parler ?… Elle aussi. Insistant, ses yeux fixaient continuellement les siens, comme si c’était en les sondant qu’elle découvrirait les réponses tant attendues.

Hélas, cerner autrui n’avait jamais été chose aisée, pour Marie. Et aujourd’hui ne faisait pas exception… Derrière ses prunelles azurées, elle ne percevait qu’une intense réflexion. Elle n’était pas en mesure de comprendre Nolan au-delà. Elle ignorait si la présence d’une mèche hirsute dans sa chevelure brune était signe de négligence, elle était incapable de déterminer si son tapotement frénétique était lié au stress ou purement machinal, elle n’était pas certaine que sa faible adipose soit représentative ou non d’une alimentation appauvrie, elle n’était même pas fichue de deviner si ses bandages étaient juste là pour expliciter son mutisme, ou bien s’ils avaient un rôle tout autre…

Nolan était juste là, en face d’elle, et pourtant, elle était parfaitement incapable de savoir s’il allait bien ou non.

Elle ne le comprenait pas.

Elle ne le connaissait pas.

Et plus elle l’observait, et plus elle se sentait étrangère à cet homme.

C’était malheureux. Terriblement malheureux. Elle ne savait même pas à qui en attribuer la faute. Pouvait-elle réellement accuser Nolan de ne pas avoir était plus présent, par le passé ? Ou n’était-ce pas plutôt elle, qui n’avait jamais cherché à s’y raccrocher ? S’il était resté, aurait-elle réellement tenté de se rapprocher de lui ? Et lui, aurait-il tenu cette vague promesse, transmise lors de cette soirée chaotique ?

Rien n’était moins sûr.

Ce qui était certain, néanmoins…

C’est qu’ils s’étaient immanquablement ratés.

Mais était-il trop tard pour y palier ?

La voix mentale de Nolan résonna dans son esprit.

Travail, radio, Doublonville. Jusque là, rien de nouveau. Rien d’intéressant. Une personne normale aurait eu la politesse de demander ce qu’il avait retenu de l’expérience : Marie s’en moquait. Elle attendait toute autre chose.

Elle attendait.

Encore.

La véritable raison.

Qu’enfin, il révéla.

Pour la première fois depuis plusieurs minutes maintenant, le regard de la demoiselle dévia de Nolan pour se concentrer sur son Ipok. La photo d’un article y était affiché. Elle plissa les yeux, et en lut l’intitulé.

Son expression se figea.

Ce fut machinalement que son attention retourna sur le Voltali. Une boule s’était formée dans son estomac, et son cœur avait commencé à lentement palpiter. Cette fois-ci, l’attente s’était changée en réelle anxiété.

Et vola rapidement en éclat.

Le visage de Marie s’assombrit, et ses yeux s’abaissèrent.  

L’opération avait échoué. Nolan s’était vu offrir l’opportunité de chasser son handicap, et n’y était pas parvenu. Le sort s’était joué de lui. La fatalité était cruelle, implacable et sadique : elle lui avait fait entrevoir la possibilité d’une vie nouvelle, pour ensuite briser scrupuleusement cet espoir.

C’était…

Sale. Vraiment sale.

Le regard fuyant, elle chercha ses mots. Comment réagir ? Devait-elle s’excuser pour cet événement ? D’avoir ravivé ce triste souvenir ? Ou encore de ne pas avoir été présente dans ce douloureux passage ? La rationalité de Marie était là bien mise à mal. Techniquement, elle n’était en rien responsable de ces choses là, et pourtant… Elle se sentait profondément désolée. Absurdement et profondément, désolée.

Au final, elle n’eut le temps de dire quoi que ce soit. Libra vint interrompre le cours de ses pensées, et s’enquit plutôt des événements de Lansat. Cela eut au moins le mérite de lui faciliter la transition, d’autant que Nolan et le Méditikka semblaient eux aussi vouloir des réponses.

Alors, bien qu’elle n’avait pas encore pleinement assimilé la nouvelle de l’opération, Marie inspira profondément et mit de l’ordre dans ses idées. Ce qui ne lui prit que quelques secondes à peine.

« -Il me serait ardu de retracer avec exactitude les tenants et aboutissants du conflit, permettez-moi donc d’en faire une synthèse. » elle marqua une courte pause pour s’assurer de leur aval, et enchaîna (notamment sous l’impulsion d’une Libra particulièrement pressante) « Vous souvenez-vous de la multi-nationale Palladium SARL ? Bien qu’elle était encline à recruter de jeunes gens pour ses études, elle était également, selon Action pour la Préservation des Pokémon, empreinte de mauvaises volontés. L’entreprise aurait été, entre autre, responsable de maltraitance et de manipulations peu scrupuleuses sur des Pokémon. Hélas, les semblants de preuve apportés n’ont guère suffi à mettre à mal Palladium, et Action pour la Préservation des Pokémon fut contraint d’adopter une posture plus hardie. »

Lentement, Marie se leva, et entreprit de s’avancer en direction de son bureau.

« -La situation s’est progressivement envenimée. Les habitants de Lansat commencèrent à prendre partie pour l’un ou l’autre des deux groupes, en parallèle de quoi, un troisième acteur a émergé. »

Elle fouilla dans ses affaires, et en tira un minuscule objet.

« -Des ressortissants de la Team Rouage ont prétendu vouloir arrêter cette guerre idéologique. Et si le danger représenté par les partisans au progressisme et à la préservation semblait de prime abord anodin, la réalité fut toute autre à la mise en lumière des véritables menaces. »

Elle se tourna ensuite vers ses invités, les mains dans le dos.

« -Action pour la Préservation des Pokémon, agacé par la passivité des habitants, bascula dans le bioterrorisme, et Palladium, acculé par les menaces physiques et verbales, relâcha une horde de Pokémon Obscurs dans la ville. Et tous ceux qui s’y opposaient... »

Elle s’approcha, et tendit à Nolan l’Insigne du Citoyen Modèle, récupérée durant le conflit.

« -S’allièrent à la Team Rouage. Ils furent identifiés à ce badge… »

A nouveau, elle plaça ses mains derrière elle, et conclut son résumé debout.

« -Ensemble, ils parvinrent à arrêter la folie d’Action pour la Préservation des Pokémon, et endiguèrent l’assaut des Pokémon Obscurs. Mais c’était là le véritable début des problèmes… La Team Rouage profita de l’affaiblissement général pour prendre le contrôle de la ville, et en chassa purement et promptement les habitants.  »

Elle haussa les épaules.

« -… Et nous voici. »

C’était joliment résumé. Évidemment, Marie était passée outre sa ferveur progressiste et ne s’attarda pas non plus sur son égarement durant le conflit – à ses yeux, seule la finalité importait réellement. Elle avait participé à la conquête de l’île par la Team Rouage, c’était un fait indéniable.

Cette insigne en était la preuve. Et en guise de rappel de son aveuglement, elle la conservait précieusement. Si elle n’était certes pas certaine de pouvoir qualifier son choix d’erreur (aujourd’hui encore, elle était convaincue qu’il n’y avait nulle réelle issue), il restait le symbole d’un manquement à son devoir de Ranger.

Manquement auquel elle se devait de palier.

Elle tendit la main en direction de Nolan pour réclamer l’insigne.

« -Des interrogations ? »

Elle coula un regard vers Asmita.

« -Certaines questions ne sont difficiles que parce qu'on les pose, mais vous conviendrez que de tous les moyens de parvenir, le savoir est le plus chanceux. »

Elle se concentra de nouveau sur le garçon.

« -Questionnez sans détour, si vous le désirez. »



« Si vous aussi, vous le désirez... Alors ce soir, l'académie nous appartiendra. »
Nolan Dèannag
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
Icon : ...♪
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 42
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 1003
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
pokemon
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
Nolan Dèannag
est un Topdresseur Spé. Type
‘’Il me serait ardu de retracer avec exactitude les tenants et aboutissants du conflit, permettez-moi donc d’en faire une synthèse.’’

Pas de quoi te déplaire, Nolan. Plus vite elle en viendra au fait, plus vite tu auras les clés nécessaires pour comprendre ce qu’elle...ce que l’académie a enduré. Libra de son côté, ne peut que laisser échapper un bref cri d’indignation mentale, mais l’amour des détails croustillants de ta Gardevoir devra rester inassouvie, cette fois-ci. Toujours synthétique dans ses analyses, la Mentali se lance dans un exposé rapide et précis des faits ayant marqués Lansat. Les faits s’égrènent donc lentement et te replongent dans des événements que tu avais plus ou moins relégués au rang de souvenirs sans importance : comme d’autres, tu t’étais retrouvé impliqué dans des missions de soutiens pour Palladium et tu n’as pas honte d’avouer que leurs recherches médicales et surtout physiques (particulièrement celles sur la communication humain-Pokémon) présentaient des applications révolutionnaires. Les rumeurs concernant leurs actions peu éthiques commencaient à poindre, avant que tu ne plies bagage, aussi n’es-tu pas étonné d’apprendre que les choses ne s’étaient pas arrêtés là.
En revanche, tu n’aurais jamais pu penser qu’elles iraient aussi loin.

L’association et la société avaient plongées l’île dans un chaos sans nom par leurs actions. C’était un fait. Et la présence de la Team Rouage (Ton propre préfet avait lutté contre eux et il serait difficile de prétendre qu’il en parlait en bons termes) n’a sûrement pas apaisé les choses.
Marie profite des quelques secondes que tu prends afin d’assimiler la chose, pour te tendre un petit insigne en métal. Un symbole de ralliement d’après elle...la Mentali aurait donc joint ses forces à la Team Rouage ?
Si Libra paraît quelque peu choquée par la nouvelle et pivote vers la jeune fille pour l’étudier d’un oeil nouveau, tu te contentes de faire tourner brièvement le badge entre tes mains.

C’était juste un choix, après tout. Ni bon, ni mauvais, en lui-même. Si elle en avait fait un autre, les conséquences auraient tout aussi bien pu empirer qu’être similaires, au final. On ne change pas toute une partition, simplement en modifiant une note, son impact est limitée à la mesure qu’elle influence.
La seule personne en mesure de remettre en question ce choix, se tient actuellement devant toi et semble attendre que tu lui rendes son bien.
Le temps de lui tendre l’insigne et tu assistes à un nouvel échange entre la Mentali et Asmita, qui semble relativement satisfait de sa transe actuelle. Ce n’est pas tous les jours que le Meditikka côtoie quelqu’un qui accepte d’écouter et surtout de répondre à ses illuminations.

‘’Certaines questions ne sont difficiles que parce qu'on les pose, mais vous conviendrez que de tous les moyens de parvenir, le savoir est le plus chanceux’’

(Et savoir se poser la vraie question est bien moins facile que d’y répondre)

Replongeant dans sa méditation, le manège du type Combat ne t’as pourtant pas échappé : alors que jusqu’à présent, sa posture était orientée vers Marie, ces derniers ‘’mots’’ ont résonné dans vos esprits alors qu’il se tournait vers toi. Au fil de la conversation, tu l’as senti, hein ? Ce léger décrochage dans ton propre rythme.
Tu devrais pourtant te contenter de ce que Marie vient de t’offrir : une explication précise, claire et qui t’aide à cerner ce que les élèves ont traversés en ton absence. Aurais-tu été là, que les choses ne se seraient sûrement pas déroulés autrement, c’est un fait indéniable, ça aussi. Mais nous savons tous les deux à *qui* tu songes, en ce moment. Alors, pourquoi est-ce que tes mesures sont si fébriles ?

(Parce que tu t’en veux, crétin)

(...)

(C’normal que tu te sentes comme ça, cherches pas à l’analyser.)

(J’ai du mal à te suivre.)

(Ça m’aurait étonné, t’as toujours été long à la détente pour ce genre de trucs. Alors, fais-le.)

(Tu pourrais être plus claire ?)

(Lèves-toi, dis-lui que t’es désolé, fais-lui un câlin, roule lui un patin, je sais pas moi ! Mais fais quelque chose !)

Même si Libra a laissé la délicatesse au vestiaire, elle n’a pas tort, tu sais. Plutôt que de te raccrocher à un souvenir, tu devrais peut-être essayer d’en forger de nouveaux. Asmita avait raison, dans cette multitude d’interrogations, déceler qu’elle sera la véritable question à poser, s’avère être bien plus difficile que de trouver la réponse à tout ce qui t’assaille.
Avec un léger soupir, tu repenses à ce que tu aurais fait, avant. Avant de rencontrer Alban, Max, Aileen et surtout la jeune fille qui te fait actuellement face et attends que tu reprennes la parole (Ce qui est assez ironique, quand on y pense),  les choses étaient bien plus simples. Tu te serais sans doute levé, l’aurais remerciée pour t’avoir mis au courant des derniers événements et ensuite, tu aurais poursuivi ta vie, en rangeant cet instant dans tes souvenirs. Pas de chance pour toi, les choses ont bien changées…
Alors, tu inspires et ralentis le pianotement de tes doigts. Et l’impulsion mentale qui émane de ta ‘’voix’’ pourrait presque être perçue comme un peu...joyeuse ? Toujours aussi concentrée et attentive, mais sa tonalité a changée.

(Même si je n’étais pas présent, j’imagine avoir une part de responsabilité dans tout ça, ayant fait partie de ceux qui ont aidés Palladium à un moment ou à un autre. On pourrait donc dire qu'à cause de moi, même indirectement, tu as dû subir ces évenements,  et j'en suis désolé.)

Tu as bien conscience de ce que tu viens de dire ? Manifestement oui, puisque tu  ne peux t’empêcher de marquer une courte pause, avant de reprendre.

(Ça faisait longtemps que je ne t’avais pas entendu discourir de la sorte et je dois avouer que cela m’a manqué. À Doublonville, les gens n’avaient pas tendance à aller directement au fait. J’aurais probablement dû vivre ces événements avec toi, pour les comprendre pleinement et...)

(Raaaaah, j’en peux plus !)

Interrompu (plutôt grossièrement) par la voix de ta Gardevoir, c’est complètement médusé que tu vois celle-ci se tourner vers toi, l’air exaspéré. Puis, d’un simple scintillement de ses pupilles, la type Psy ôte brusquement la chaise qui te soutiens, te forçant à ton tour à faire face à la Mentali, debout sur tes deux jambes.

(Maintenant, t’arrêtes de tourner autour du pot et tu lui poses ta foutue question ! La seule dont tu veux vraiment la réponse !)

Ça va être difficile de t’en sortir, cette fois, Nolan. Libra n’a pas pris de gants et sa télépathie a résonné dans l’esprit de toutes les personnes présentes (et probablement dans celui de trois ou quatre personnes de ce dortoir supplémentaires).
À ta place, je ferais ce qu’elle dit, j’ai déjà vu ce regard...juste avant qu’un jeune homme de 65 kg, ne traverse une paroi en bambou pour atterrir dans le bain des dames, au sein d’une source chaude !

(Marie, tu peux me dire ce que toi, tu en penses ? Tu m’as décrit des faits mais j’aimerais connaître ton ressenti à toi, sur ce qui s’est passé. Histoire que je comprenne mieux ce que tu as...traversé ?)

C’est comme ça qu’on fait, non ? Pour essayer de faire un premier pas vers l’autre ? Tu n’es pas sûr de toi, Nolan, le seul exemple auquel tu as pu assister, ce sont les tentatives d’Alban pour se dévoiler. Et comment dire que ton coloc n’était probablement pas le mieux placé, en ce qui concerne les relations amoureuses ? Mais tu as posé la question et c’est déjà quelque chose.
Connaître le rythme de quelqu’un, c’est le comprendre un peu mieux. mais l’entendre jouer sa mélodie sans contraintes, c’est voir son coeur se dévoiler de lui-même.
*Soupir* Asmita adorerait sortir ce genre de choses.


Bien faire vaut mieux que bien dire [PV Marie] 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Marie R. Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 11 / 21
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 19 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1083
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
Marie R. Uana
est un Topdresseur Ranger
MARIE R. UANA

feat Nolan Dèannag
« Bien faire vaut mieux
que bien dire »


Marie récupéra l’insigne.

Elle le rangea sobrement dans son tiroir. Sans même s’y attarder, sans plus de précaution particulière. Il s’agissait là de la preuve inéluctable de sa collaboration avec la Team Rouage, et par extension, de la perte de Lansat, et pourtant, elle le laissait traîner là, comme un bloc-note ou un stylo.

Elle n’avait aucunement peur d’assumer ses choix. Elle avait entendu nombre de ses camarades se dissimuler derrière des faux-semblants et réfuter leur implication ; elle refusait de faire partie de ces gens là. Elle trouvait écœurant cette volonté de rejeter la faute sur un autre. D’autant que la quasi-totalité des civils évacués ont bénéficié d’un non-lieu quant à leur rôle durant la Chute… Alors quoi, ils cherchaient juste à se convaincre eux-même ? Pour soulager leur conscience ?

Pff. C’était d’une faiblesse.

Une fois l’insigne rangé, elle fit volte-face, et dévisagea ses interlocuteurs dans l’attente d’une suite. Elle estimait avoir dit tout ce qu’elle avait dire, mais peut-être restait-il des zones d’ombre qui lui avaient échappé.

Mais quand Nolan reprit la parole, c’était pour s’excuser plutôt que questionner. Selon lui, il avait une implication indirecte dans tout cela. La remarque arracha d’ailleurs un sourire cynique à la blanche.  

« -Si vous vous pensez coupable, alors la Terre entière est responsable de ce qu’il s’est passé. Mais n’ayez crainte, il y a longtemps que j’ai cessé de chercher des fautifs. »

Pour autant, il sembla émettre quelques regrets relatifs à son absence durant ces tragiques événements. Mais avant même de pouvoir pleinement s’étendre là-dessus, il fut interrompu par sa ravissante et bien moins polie starter, pour ensuite se faire littéralement mettre au pas via sa télékinésie. Un peu déconcertée, Marie toisa avec de grands yeux ceux de Nolan, qui venaient de pop un peu au dessus de sa tête, et dans l’expectative de cette fameuse question qu’il hésitait apparemment tant à poser. Ne lui avait-elle pourtant pas précisé qu’il pouvait l’interroger sans détour ? Eh bien, visiblement, cet individu était doté d’une chose que l’on appelle « émotions », Marie, et cette chose avait eu pour conséquence une hésitation – hésitation responsable de son manque de franchise. Tkt, un jour tu comprendras.

Ce fut alors que, enfin ! Il s’élança. Tel un oiseau prenant son envol ou la fusée Algatia 11 à son décollage (comment a-t-on si vite perdu en poésie ?), il posa la fameuse et fatidique question.

Ce que elle avait ressenti.

Ah, tu vois Marie, on y revient déjà ! Les « émotions », même toi tu en as. Si si, je te jure, ça t’arrive de temps en temps.

Genre, tu te souviens de ce que t’as éprouvé en revoyant Nolan ?

… Bah voila.

Ce genre de trucs.

Sous la surprise, les yeux de Marie s’abaissèrent, pour rapidement revenir se planter dans ceux de Nolan. Comprendre ce que elle avait traversé ? Déjà, avant l’interruption de Libra, le Voltali cherchait à « comprendre ». Comprendre, c’était le propre d’un scientifique, voire même de l’Homme ; tenter de comprendre, c’était ce à quoi Marie dédiait basiquement sa vie. En cela, il n’y avait rien d’étonnant à ce que Nolan cherche à comprendre : ce que ELLE ne « comprenait » pas, c’était pourquoi LUI voulait « comprendre » ce que ELLE avait ressenti.

C’était étrange, comme demande.

Mais bon. Elle avait promis d’y répondre, non ?

Son regard se détourna, et vint se perdre au travers de la fenêtre de sa chambre. Nerveusement, elle redressa légèrement ses poignets, et vint triturer de ses doigts le bracelet offert par Alban. Si son expression paraissait aussi vide et désintéressée qu’à l’accoutumée, c’était là parce qu’elle faisait la même chose qu’à l’accoutumée… Elle essayait de comprendre, elle aussi, ce qu’elle avait pu ressentir à ce moment là.

« -Impuissante. »

Ce mot sortit de sa bouche avant qu’elle ne puisse le réaliser, et brisa le silence instauré par la question du jeune homme. Elle se revoyait, au milieu de la foule lors du rassemblement, assaillie par le doute.

« -Trahie. »

Elle se remémora sa mission avec Yuna. Une clé USB, une feuille et un stylo étaient là les trois seules images ancrées par son esprit.

« -Trompée. »

Elle visualisait sans mal le projecteur lors de la conférence privée de Palladium. Le visage de son président, et les mensonges affichés à l’écran, se révélant un à un.

« -… Résolue. »

Elle se rappela l’agitation d’une Silque terrorisée entre ses bras. Elle n’arrivait pas à replacer ni comment ni pourquoi, mais elle s’était retrouvée là, avec cette créature auprès d’elle, des camarades autours, et des directives qui sortaient assurément de sa bouche.

« -… Impuissante. »

Elle entendait les explosions. Elle reniflait la poussière. Elle sentait les secousses. Elle voyait le désastre. Et elle ressentait le goût âpre de sa défaite en bouche.

« -J’ai été impuissante. Du début à la fin. »

Un triste constat qu’elle émit en conclusion de sa courte énumération. Mais il ne lui convenait pas totalement : les choses étaient bien plus compliquées que ça.

« -Ou j’ai été impuissante, ou je n’ai pas su quoi faire. Dans tous les cas, je n’ai été qu’un grain de sable prise dans une tempête, qui a contribué à son grossissement sans pour autant avoir le moindre impact en son sein. Moi et des milliers d’autres grains de sable, nous nous sommes entremêlés et percutés pour créer un tourbillon de haine et de désespoir, ne faisant au final rien d’autre que semer le chaos sur notre passage et laisser derrière nous une terre désolée. Nous avons voulu défendre nos idéaux, et… Nous avons tous échoué. »

Subitement, ses yeux revinrent vers ceux de Nolan.

« -J’ai échoué, Dèannag. Et si les défaites permettent de tirer des leçons sur l’avenir, je ne parviens toujours pas à cerner ce qui nous a manqué ce jour-là. Tous, nous partions, dès le départ… Perdants. »

Son expression se fit plus dure.

« -Ne vous excusez pas d’avoir été absent, ce jour-là. Car avoir été présents là-bas a été la première de nos erreurs. »

Elle laissa passer un court silence, et tenta d’à nouveau se détendre.

« -… Voilà ce que j’ai ressenti. »

Hésitante, elle chercha une quelconque réaction dans son regard.

« -Ai-je… Répondu à votre interrogation ? »




« Si vous aussi, vous le désirez... Alors ce soir, l'académie nous appartiendra. »
Nolan Dèannag
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
Icon : ...♪
Taille de l'équipe : 8
Région d'origine : Johto
Âge : 19
Niveau : 42
Jetons : 1057
Points d'Expériences : 1003
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
pokemon
...♪
8
Johto
19
42
1057
1003
Nolan Dèannag
est un Topdresseur Spé. Type
Le regard de la Mentali s’est voilé une seconde, avant qu’elle ne fixe tes pupilles à son tour. Le silence s’est de nouveau abbatu sur cette chambre, mais les battements de ton propre coeur sont presque assourdissants...Espérons qu’elle ne les entende pas, elle aussi.
Tu te sens ridicule, c’est un fait. Poser ce genre de questions, qu’est-ce que cela va t’apporter ? Il n’y a aucun bénéfice à en retirer de ton bord et Marie n’a peut-être pas envie d’approfondir ce qu’elle a ressenti, après tout. Tu aurais pu te contenter des informations primaires qu’elle t’a fournie, bien suffisantes pour saisir les tenants et les aboutissements du conflit qui a embrasé Lansat. Et au lieu de ça, voilà que tu te fourres les deux pieds dans la bouche.
Alors, tu attends. Tout en te reconcentrant sur la jeune fille, tu la vois pivoter de la tête, pour regarder vers l’extérieur. Ses gestes se sont fait plus fébriles et ton regard vient se fixer sur son bracelet, comme une bouée à laquelle tu t’accroches pour ne pas céder au doute qui vient de t’assaillir subitement.

‘’Impuissante.’’

On aurait abattu les deux mains sur un clavier sans réellement viser d’accord, que la note stridente qui résonne à tes oreilles, en serait probablement plus harmonieuse. Rompant le silence, le terme semble choquer Libra, tandis que tu te focalises de nouveau sur les yeux de Marie. Comme perdue dans ses pensées, la jeune fille égrène les mots qui lui viennent à l’esprit, traçant un portait particulièrement sombre de sa situation, lors de la prise de Lansat.

‘’J’ai été impuissante. Du début à la fin.’’

La description qui s’ensuit est aussi poétique que déprimante. Tu ignores volontairement le sanglot mental qui échappe à ta Gardevoir, tout en essayant d’assimiler ce que Marie tente de te transmettre. Manifestement, à ses yeux, cet échec a tout de même une certaine importance, à tel point qu’elle semble juger que ton absence n’a rien d’une faute, loin de là.
Secouant légèrement la tête, tu te forces à ignorer la culpabilité qui t’envahissait, avant de profiter du léger souffle de répit, dans le discours de ton interlocutrice. Et lorsque cette dernière reprend la parole, son hésitation n’a rien à envier à la tienne.

‘’Ai-je… Répondu à votre interrogation ?’’

Tu lèves la main pour signer un simple ‘’Oui’’...Avant de t’abstenir. Trop froid. Trop impersonnel.
Pourtant, jusqu’ici, tu appréciais la rapidité ainsi que la simplicité de ces signes...mais en cet instant, il te parait presque ‘’normal’’ de lui dire plus. Si tu en étais capable, ce serait probablement déjà fait, d’ailleurs. Mais même la télépathie ne te semble être qu’un moyen détourné, de répondre à la question de la Mentali.
Elle t’as répondu. Plus que tu ne l’attendais même, puisque tu sais dorénavant ce qu’elle a traversé, mais aussi qu’elle éprouve des doutes qui persistent après tout ce temps. Tu devrais sans doute rajouter quelque chose, tu…

(*Snirfl*...C’est trop…)

(Libra ?)

(C’est trop triiiiiste !)

Médusé, tu sens ta starter qui se déplace à l’aide de sa lévitation...juste avant que la type Psy ne s’approche à toute vitesse de Marie, pour l’enlacer de ses deux longs bras ! Les larmes aux yeux, la Gardevoir serre Marie le plus fort possible contre elle, en une étreinte légèrement mouvementée, vu la manière dont ses sanglots la font hoqueter.

(C’est pas...pas juste que t’es vécue tout ça.)

(Libra, qu’est-ce que tu fais ?)

(Un calin, ça se voit pas ! Si t’avais...juste un tout petit peu de coeur, tu lui en ferais un aussi, d’abord !)

Euh, ok ? Un peu pris de court, tu ne peux que croiser le regard de Marie, avant de lui faire comprendre de la main que tout est normal. Après quelques secondes supplémentaires à serrer la Mentali contre elle, c’est une Libra au visage strié de larmes qui s’écarte doucement, avant de renifler à nouveau. Légèrement rosie au niveau des joues, la type Psy ne peut s’empêcher d’un ultime tapotement sur la tête de Marie, avant de reculer.

(J’suis dé...désolé. J’ai craqué. Euh...Nolan, tu fais quoi là ?)

Pas sûr que tu le saches toi-même. Pourtant, te voilà debout à ton tour, juste à côté de ta starter. Les battements de ton coeur sont aussi désordonnés que ta partition, depuis que tu as mis les pieds dans cette chambre, mais au milieu de ce chaos disharmonieux, il y a une mesure qui persiste. Celle qui est suffisamment décidée pour que les bords de tes bandages se contractent légèrement, lorsque tu tentes de sourire. Dans ton regard, c’est une petite étincelle qui danse, si rare qu’elle semble presque...incongrue. Une légère vibration vient même te brûler la gorge, tandis qu’un rire étouffé t’échappe, son étrange que bien peu ont eu l’occasion d’entendre.
Reprenant le langage des signes, tu te sens bien idiot,  face à ton hésitation d’il y a un instant...Ce langage, tu le partages uniquement avec elle. Il n’y a pas grand chose de plus personnel, après tout.

‘’Tu y as répondu en détail. Je pense avoir compris ce à quoi j’ai échappé, si j’en juge par les termes que tu as employé. Malgré ça, c’est stupide mais...Je me dis que si vivre ça avec vous était une erreur, j’aurais peut-être dû la commettre. Totalement illogique, n‘est-ce pas ?’’

Tes mains s’agitent de nouveau, tandis que tu commences inconsciemment à tapoter du pied sur le plancher de la chambre. Rythmé avec tes gestes, ce léger claquement t’apaise suffisamment pour que tu puisses garder le contact visuel avec la jeune fille.

‘’Je me demande...ce qui va se passer, à présent. Nous n’avions pas vraiment de projet clairement établi, en revenant ici, avec Libra. Mais savoir que tu es toujours là, j’ignore pourquoi mais cela me rassure.’’

Allez, reprends le contrôle. C’est toi qui poses les notes sur ta partition, après tout. Tu n’as pas vraiment de raison de lui dire ça, mais les encouragements (peu discrets) de Libra et Asmita, viennent rapidement à bout de tes hésitations.

‘’Je pense avoir vraiment fait le tour de toutes mes questions. Désolé pour cette interrogatoire, je n’avais pas vraiment prévu de t’en demander tant. Tu étais la meilleure personne de mon point de vue, pour cela.
Juste une petite chose...Cela te dérangerait si...Enfin, tu vois…’’


(Ce que cette grande andouille essaye de te dire, c’est ‘’Ça te dérange si on repasse te voir, de temps à autre ?’’ ou toi, tu peux aussi venir nous faire coucou, hein !)

Libra aurait pu être plus délicate mais au moins, le message est passé.
Enfin, j’espère.


Bien faire vaut mieux que bien dire [PV Marie] 1460961660-6644f4ad56048aaa356f1be771db417bdb00e4ea-hq
Marie R. Uana
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1654-non-je-ne-suis-pas-shootee#19642
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2179-marie-rosalina-uana-mentali
Icon : Pikachu Explorateur, à votre service !
Taille de l'équipe : 11 / 21
Région d'origine : Almia (?)
Âge : 19 ans
Niveau : 41
Jetons : 2635
Points d'Expériences : 1083
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
pokemon
Pikachu Explorateur, à votre service !
11 / 21
Almia (?)
19 ans
41
2635
1083
Marie R. Uana
est un Topdresseur Ranger
MARIE R. UANA

feat Nolan Dèannag
« Bien faire vaut mieux
que bien dire »


Marie scrutait attentivement son regard.

Nolan n’était… Pas bien bavard, c’était bien connu. Mais… Pour autant, les moyens de communication ne manquaient pas. Que cela soit via l’écriture, les signes, la télépathie ou… L’expression de son visage, la lueur dans ses yeux, tout ceci donnait à la blanche la possibilité de décrypter ce personnage mutique.

Hélas, ses capacités sociales restaient limitées. Marie n’était pas une personne comme les autres – elle avait son propre tempérament, sa propre vision du monde et des gens – et en tant que telle, elle n’était que peu douée pour comprendre autrui.

Aussi, en l’absence de réponse de Nolan, elle craignait de ne jamais pouvoir comprendre quelles vibrations rythmaient sa vie.

Un reniflement capta alors toute son attention. Lentement, la Ranger se tourna, et… Vit fondre sur elle une Gardevoir en pleurs. Elle se arqua de justesse pour éviter de se faire planter par la protubérance sur son buste (Libra devait certainement savoir s’y prendre pour ne pas empaler ses acolytes, mais dans le doute), et ne put dès lors plus esquisser le moindre mouvement. La starter de Nolan l’étreignait de toutes ses forces, sans que Marie ne puisse y opposer une quelconque résistance.

Crispée, elle coula lentement un regard perdu en direction du garçon, qui d’un geste de la main, lui fit signe que tout allait bien. C’est fébrile qu’elle jaugea ensuite la Gardevoir, et… Hésitante, leva ses bras pour l’étreindre à son tour.

« -Tout… Tout va bien, Libra. Je… »

En une expiration silencieuse, Marie se laissa faire, et détendit tous ses muscles pour pleinement s’abandonner à l’embrassade.

« -Je vais bien. N’ayez crainte. »

Visiblement, elle fut assez convaincante pour que Libra finisse malgré tout par la libérer. Dans un obscur réflexe, Marie plaça une main contre son buste (ok, il n’était pas perforé), et hocha doucement la tête à l’intention de la créature.

« -Je ne vous en veux pas. »

Elle était toujours en vie, après tout, hmm ? Par contre… Quel était ce bruit qui surgissait juste à côté d’elle ?

Marie tourna un regard incrédule vers Nolan. En dépit des bandages qui lui étreignaient le bas du visage, elle crut y déceler un sourire. Et surtout… Il riait. Nolan riait.

Elle ne se souvenait pas l’avoir déjà entendu rire. Elle ne savait même pas que c’était possible…

A dire vrai, elle n’était même pas sûre d’avoir vu de Nolan une expression de ses émotions aussi franche et sincère.

Tout à fait silencieuse, elle l’observa reprendre son calme sans un mot. Elle avait été parfaitement incapable de demander l’origine ou le pourquoi d’une telle hilarité, bien trop surprise par celle-ci. Mais au final, l’explication vint d’elle-même, puisque le Voltali reprit bien vite les signes à son intention.

L’illogisme de ses émotions était la cause de son état. Marie ne put s’empêcher d’émettre un fin sourire, comprenant parfaitement où souhaitait en venir son interlocuteur. La rationalité était son mot d’ordre, mais la jeune fille était la première à parfois reconnaître l’absence de sens dans ses actes, dictés alors par une irrésistible pulsion.

Nolan expliqua ensuite ne pas trop savoir que faire. Il avait fini d’interroger Marie, et s’excusa pour sa promiscuité. Mais hésitant, il ne sut comment conclure sa tirade… Que Libra finit pour lui.

Impassible, les yeux de Marie papillonnèrent d’un de ses invités à l’autre, générant un court instant de flottement dans la conversation.

Elle détourna alors le regard, et croisa les bras. Bien qu’elle faisait tout pour ne pas le montrer, on sentait une certaine gêne sur son visage.

« -Que vous vous en teniez à là m’aurait chagriné. »

Elle sentait les battements de son cœur frétiller. A l’image de Nolan et de son regret d’avoir manqué Lansat, elle était incapable de définir pourquoi elle était si heureuse à la simple idée qu’il soit de retour. Il était parti sans un au-revoir et revenait comme une fleur devant elle, ne devrait-elle pas s’en sentir outrée d’une telle impolitesse ?

Elle relativisa en jugeant qu’un esprit rationnel ne s’embarrasserait pas de ce genre de considérations.

… Voilà, c’était tout à fait ça. Elle se contentait d’être heureuse simplement car elle n’avait rien à gagner en lui reprochant son absence. Rien de plus.

Le silence s’installa dans la pièce, et Marie prit conscience qu’il discutait depuis un moment maintenant. Nolan venait tout juste de rentrer… Et sans doute avait-il beaucoup à faire. Aussi…

« -Maintenant que tout ceci a été clarifié, peut-être pourrai-je vous faire une présentation du campus ? Je présume que vous n’avez pas encore établi tous vos repères… Je suis tout à fait disposée à vous y aider, si vous le souhaitez. »

Elle ignorait s’il allait ou non accepter, mais elle voyait là une bonne opportunité d’aider à la réintégration du TopDresseur. Pour beaucoup d’élèves, sans doute allait-il même passer pour un nouveau – et même s’il connaît déjà nombre de professeurs, il en aura tous les aspects de part sa méconnaissance des lieux.

Au final, Marie prenait conscience du plaisir que lui procurait son retour. Il était un visage familier dans une masse ayant pourtant occulté bien des souvenirs.

Nolan était là… Et elle voulait juste être avec lui.

Voilà tout.

HRP :
Fin ? Merci pour ce rp tout chou !



« Si vous aussi, vous le désirez... Alors ce soir, l'académie nous appartiendra. »
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum